Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 10:43

Le New York Times admet que le vaccin Pfizer échoue en Israël où les infections post injections montent en flèche.

 

Source : Twitter | New York Times

 

"Un des pays les plus vaccinés, Israël a maintenant un des taux d'infection les plus élevés dans le monde, soulevant des questions sur l'efficacité de la vaccination."

Source : https://www.nytimes.com/2021/08/18/world/middleeast/israel-virus-infections-booster.html

Source : https://www.nytimes.com/2021/08/18/world/middleeast/israel-virus-infections-booster.html

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 09:45
Le professeur Montagnier affirme que les gouvernements mondiaux sont complices de génocide et de crimes contre l’humanité

De nouvelles preuves, y compris des déclarations sous serment d’éminents experts tels que le professeur Luc A. Montagnier, ont été soumises à la Cour pénale internationale par des avocats de plusieurs pays alléguant que des gouvernements du monde entier et leurs conseillers sont complices de génocide, de crimes contre l’humanité et de violations du Code de Nuremberg.

 

L’avocate Melinda C. Mayne et Kaira S. McCallum ont soumis une « demande d’enquête » de 27 pages à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye en avril 2021, alléguant que le gouvernement britannique et ses conseillers étaient complices de crimes contre l’humanité en le nom de Covid-19.

 

 

Le 28 avril 2021, le couple a reçu un accusé de réception formel de la CPI et s’est vu attribuer un numéro de dossier – « 141/21 ». [...]. Un nouveau communiqué de presse publié le 17 août, qui peut être consulté ici, confirme que le couple a reçu des affidavits sous serment d’experts de premier plan, notamment le chercheur et cardiologue nucléaire Dr Richard M. Fleming, le virologue lauréat du prix Nobel, le professeur Luc A. Montagnier, et Dr Kevin W. McCairn, neuroscientifique et expert en maladies neurologiques.

 

Le professeur Luc A Montagnier, qui a remporté un prix Nobel pour ses travaux sur le virus du VIH, a affirmé en avril 2020 qu’il croyait que le nouveau coronavirus avait été créé dans un laboratoire. Puis, en mai 2021, le virologue expert a déclaré que « les vaccinations de masse sont une erreur scientifique ainsi qu’une erreur médicale. C’est une erreur inacceptable. Les livres d’histoire le montreront, car c’est la vaccination qui crée les variantes ».

 

 

Une nouvelle demande a également été soumise à la CPI en raison de la grande quantité de nouvelles preuves et informations qui ont été révélées au cours des derniers mois, et les avocats disent qu’ils disposent désormais de preuves convaincantes que le virus SARS-CoV -2 et les « vaccins » Covid-19 sont des armes biologiques délibérément qui ont été déclenchées en deux phases sur des peuples du monde sans méfiance ».

 

L’avocate Melinda C. Mayne et Kaira S. McCallum ont également confirmé qu’elles étaient désormais jointes par des avocats qui ont déposé des demandes d’enquête similaires auprès de la Cour pénale internationale, en France, en République tchèque et en Slovaquie.

 

 

Pour cette raison, une lettre a été demandée à la CPI le 12 août 2021 demandant qu’ils soient tous autorisés à soumettre une réclamation conjointe, tout en soumettant également des preuves préliminaires pour les communes à tous à travers le monde, et demandant le droit d’avoir des réclamations spécifiques aux pays individuels également examinés par l’IPC.

 

Une demande spécifique au Royaume-Uni est un examen du génocide des personnes âgées et vulnérables qui a eu lieu dans les maisons de soins et les hôpitaux par l’utilisation inappropriée du midazolam et de la morphine. Une autre enquête spécifique à cette question est également terminée et une poursuite pénale privée sera engagée contre le gouvernement britannique, Matt Hancock, Chris Whitty et d’autres si l’équipe d’avocats et d’experts qui ont mené l’enquête ne reçoit pas de réponses satisfaisantes aux nombreuses questions qui lui ont été posées dans une lettre ouverte soumise le 17 août 2021.

 

Alors que dans la réclamation conjointe entre les avocats de plusieurs pays, ils ont demandé une suspension immédiate de l’ensemble du programme d’injection de Covid-19 et la fin des tests sur les personnes asymptomatiques.

 

Les avocats disent qu’ils attendent maintenant avec impatience la décision de la Cour pénale internationale quant à savoir s’ils autorisent une demande conjointe de plusieurs pays et acceptent la demande d’enquête.

 

 

Ils ont clairement indiqué à la CPI qu’en raison de l’escalade de l’apartheid médical, de la perte des libertés et des droits fondamentaux et du nombre toujours croissant et très élevé de décès et d’événements indésirables graves subis par les receveurs d’injections de Covid-19, il est urgent que la Cour agisse rapidement et sans plus tarder.

 

À cette fin, les avocats ont demandé une réunion à La Haye dès que possible.

 

En attendant la réponse, l’avocate Melinda C. Mayne et Kaira S. McCallum ont confirmé qu’elles étaient en pourparlers avec des avocats d’autres pays qui n’ont pas encore déposé leurs demandes individuelles auprès de la CPI, mais ont indiqué qu’ils souhaitaient les rejoindre, et émettront une mise à jour au fur et à mesure des nouvelles.

Partager cet article
Repost0
25 août 2021 3 25 /08 /août /2021 09:43

La variante SARS-CoV-2 Delta est sur le point d'acquérir une résistance complète aux vaccins

 

Source : https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2021.08.22.457114v1

https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2021.08.22.457114v1

https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2021.08.22.457114v1

Partager cet article
Repost0
25 août 2021 3 25 /08 /août /2021 00:00

Le règne de Saint Louis était associé à un âge d'or de justice et de paix, sans impôt et sans mutation monétaire.

Boris BOVE, 1328-1453, Le Temps de la Guerre de Cent ans, Folio, Histoire de France, Trebaseleghe, Italie, 2020, p. 195

Saint Louis, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011.

Saint Louis, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011.

         

 

Fils du roi de France Louis VIII le Lion et de la reine Blanche de Castille, Louis naît au château de Poissy, le 25 avril 1214. ... quelques semaines avant la grande victoire des troupes françaises sur celles du Saint-Empire et de l'Angleterre à Bouvines.

Son grand-père, Philippe Auguste, lui enseigne : "Protège les Pauvres, ils te protégeront".

 

44e roi de France, Louis IX a également régné 44 ans. Il frappé ses contemporains par son sens de la justice, sa profonde piété, sa révérence devant Dieu, sa grande charité envers les pauvres, et pour les non-croyants, sur le respect du prochain ; Saint-Louis représentait la paix et le respect du voisin. 

"Reconnu pour son style de vie modéré, sa raison, sa bravoure et sa politesse chevaleresque, il était un magnifique chevalier dont la gentillesse et la manière engageante le rendaient populaire. Il était considéré comme le dirigeant chrétien idéal. Il punissait sévèrement le blasphème, les jeux de hasard, les prêts rémunérés (usure) et la prostitution.

Il priait  huit heures par jour, lavait les pieds des pauvres, accueillait les lépreux à sa table et bâtit des hôpitaux pour les aveugles. (La Marche de l'Histoire, n° 34, Trimestriel / octobre / décembre, 1270-2020, Mort de Saint Louis, 750 ans, p. 26.)

Il est le seul roi canonisé de France.

"Son règne est resté dans les mémoires comme un âge d'or médiéval dans lequel le Royaume de France a atteint un sommet économique et politique.

"Il a interdit les procès par épreuve, tenté d'empêcher les guerres privées, et a introduit la présomption d'innocence dans la procédure pénale. Pour faire appliquer l'application de ce nouveau système juridique, Louis IX a créé les prévôts et des huissiers de justice." (Spécial Histoire, n° 5, Trimestriel, Septembre - octobre - novembre 2020, p. 18-19.)

Roi pacifique doté d'un sens politique très sûr, il règle les sources de conflit en France et en Europe; Sa vertu le faisait regarder comme l'arbitre des princes d'Europe.

Son plus grand souci était de pacifier, de réconcilier les ennemis et d'éteindre les conflits, en particulier entre la France et l'Angleterre. Très rapidement, son tempérament de médiateur lui vaut de nombreuses sollicitations aux quatre coins de l'Europe - voilà qu'on le surnomme l'Apaiseur.

En 1234, quand Louis atteignit sa majorité, les Capétiens avaient développé des liens personnels étroits avec les cours royales de Castille et d'autres royaumes ibériques. 

En 1240, il est appelé à trancher un différent entre l'empereur Frédéric II et le pape.

Quelques années plus tard, il mit fin au grave et difficile contentieux qui opposait les prétendants aux comtés de Flandre et de Hainaut; il négocia avec les Mongols et sécurisa des alliances diplomatiques bienvenues; même l'aristocratie anglaise, fraîchement rabibochée avec son homologue d'Outre-Manche, vient lui demander conseil.

En 1258, par le traité de Corbeil avec Jacques d'Aragon, les deux nations renoncent mutuellement à toute prétention territoriale.

En 1259 au traité de Paris, aussi appelé traité d'Abbeville, Henri III Plantagenêt, roi d'Angleterre (1216-1272) échange la possession de larges domaines dans le Sud-Ouest contre la reconnaissance de la souveraineté française sur l'ensemble du Royaume

Saint Louis, Roi de France (1214-1270), Patron des Armées françaises
Saint Louis, Roi de France (1214-1270), Patron des Armées françaises

"Louis IX met fin à ce que nombre d'historiens appellent 'la première guerre de Cent Ans' (elle avait commencé par le mariage versatile d'Aliénor d'Aquitaine en 1152) : le traité d'Abbeville entérine la paix avec l'Angleterre d'Henri III." (La Marche de l'Histoire, n° 34, Trimestriel / octobre / décembre, 1270-2020, Mort de Saint Louis, 750 ans, p. 25-26.)

Il mit en œuvre dans le gouvernement français une justice impartiale, la protection des droits de ses sujets, des peines sévères pour les fonctionnaires royaux abusant de leur pouvoir, et prit une série d'initiatives pour aider les pauvres.

Le souci de justice dans sa forme la plus fondamentale (rendre à chacun son dû) revient constamment dans les propos de Louis.

Saint Louis rendant la justice sous le chêne de Vincennes, Par Pierre-Narcisse Guérin, 1816

Saint Louis rendant la justice sous le chêne de Vincennes, Par Pierre-Narcisse Guérin, 1816

Maintes fois en été, le roi alla s'asseoir au bois de Vincennes après sa messe; il se plaçait sous un chêne et nous faisait asseoir autour de lui. Il demandait alors de sa proche bouche: "Y a t-il ici quelqu'un qui ait un procès ?" Et tous ceux qui en avaient se levaient. Il disait alors : "Taisez-vous tous et on réglera vos affaires l'une après l'autre."

Jean de Joinville, Vie de Saint Louis

"Entre 1254 et 1258, fraîchement rentré de croisade, il fait publier la Grande ordonnance qui stipule que "nul ne sera privé de son droit sans faute reconnue et sans procès." À ce titre, le roi interdit le blasphème, les jeux de dés et de hasard, la prostitution, la fréquentation des tavernes et les prêts à intérêts (usure). 

"La procédure judiciaire évolue également : les ordalies sont bannies (1261), on introduit des témoins lors des procès, on déploie aussi des enquêtes approfondies qui permettent de faire la lumière sur les crimes et délits.

"Si la plupart de ces mesures sont respectées, les tavernes du royaume, normalement réservées aux voyageurs, continueront de faire recette auprès du peuple malgré les avertissements royaux. "Ses conseillers, écrit Gérard Sivéry, ont réussi à lui faire admettre qu'il était préférable de limiter et de surveiller ce qu'on ne pouvait empêcher." (La Marche de l'Histoire, n° 34, Trimestriel / octobre / décembre, 1270-2020, Mort de Saint Louis, 750 ans, p. 32.)

La refonte du système judiciaire s'accompagne d'une "collecte" de plaintes de ses sujets à travers le royaume. Louis IX dépêche une armée d'enquêteurs pour aller à la rencontre du peuple et recueillir ses doléances. Plus de dix mille d'entre elles sont rassemblées et convergent sur Paris à partir de 1247. Cela permet de constater que baillis et sénéchaux font perdurer localement des inégalités particulièrement cruelles. Une leçon que le roi tient à transmettre à son fils : "Prends garde diligemment qu'il y ait bons baillis et bons prévôts en ta terre, et fais souvent prendre garde qu'ils fassent bien justice et qu'ils ne fassent à autrui tort ni des choses qu'ils ne doivent."

"En 1259, l'affaire Enguerrand de Coucy donne le ton : ce dernier, un seigneur sans scrupule des Flandres, a fait pendre trois braconniers surpris sur ses terres. Le clergé local s'insurge. Louis IX s'empare de l'affaire et fait emprisonner l'intéressé au château du Louvre. Finalement pardonné, il sera condamné à payer 10 000 livres de compensation - une véritable fortune pour l'époque." (La Marche de l'Histoire, n° 34, Trimestriel / octobre / décembre, 1270-2020, Mort de Saint Louis, 750 ans, p. 31-32.) Cette somme fut employée à construire l’hôpital de Pontoise, le cloître et les écoles des Dominicains de la rue Saint-Jacques et l’église des Cordeliers de Paris.

La galerie Saint Louis dans la Cour de Cassation de Paris. Saint Louis a traversé les âges en conservant son image de roi justicier.

La galerie Saint Louis dans la Cour de Cassation de Paris. Saint Louis a traversé les âges en conservant son image de roi justicier.

Soucieux de laisser la parole au peuple, le roi saint assiste aux assises du Parlement et fait "appeler ceux qui ont des affaires à lui soumettre et il fait ouïr les plaids par ses chevaliers et par ses clercs." (Guillaume de Saint-Pathus, cité dans La Marche de l'Histoire, n° 34, Trimestriel / octobre / décembre, 1270-2020, Mort de Saint Louis, 750 ans, p. 34.)

Ses dîners quotidiens étaient partagés avec de nombreux mendiants Parisiens qu'il invitait à la table royale. De nombreux soirs, il ne les laissait pas partir sans leur avoir lavé les pieds. Il payait sur ses deniers pour nourrir plus de 100 pauvres Parisiens chaque jour. Ses soins aux malades étaient tout aussi émouvants ; il s'occupait fréquemment des lépreux.

Il créa un certain nombre d'hôpitaux, dont un pour les aveugles et un autre pour les ex-prostitués".

Chaque samedi, il lavait les pieds de trois pauvres, servait leur repas et mangeait lui-même leurs restes.

Louis fut baptisé à Poissy, et en conserva toujours religieusement le souvenir, car plus tard il signait ordinairement Louis de Poissy, marquant par là qu'il estimait la grâce du baptême comme son plus glorieux titre de noblesse.

Sa mère, Blanche de Castille, voulut le nourrir elle-même. Tout le monde connaît la belle parole de cette grande reine : « Mon fils, je vous aime après Dieu plus que toutes choses; cependant, sachez-le bien, j'aimerais mieux vous voir mort que coupable d'un seul péché mortel. »

Blanche de Castille et Louis IX, détail d'une miniature de la Bible moralisée de Tolède, 1240.

Blanche de Castille et Louis IX, détail d'une miniature de la Bible moralisée de Tolède, 1240.

Neuvième des capétiens directs, Louis est sacré à Reims à l'âge de douze ans, quelques jours seulement après l'enterrement de son père.

Le jeune Louis montra dès son enfance les grandes vertus qu'il devait faire éclater sur le trône, l'égalité d'âme, l'amour de la justice et une tendre piété.

Comme on lui reprochait quelques fois de donner trop de temps aux pieux exercices, le jeune roi philosophe : "Les hommes sont étranges, on me fait un crime de mon assiduité à la prière; on ne me dirait mot si j'employais les heures que j'y passe à jouer aux jeux de hasard, à courir la bête fauve, ou à chasser aux oiseaux." (La Marche de l'Histoire, n° 34, Trimestriel / octobre / décembre, 1270-2020, Mort de Saint Louis, 750 ans, p. 24.)

Saint Louis, Tableau Médaillon, 2e étage Cour de Cassation, Paris

Saint Louis, Tableau Médaillon, 2e étage Cour de Cassation, Paris

Devenu roi, il voulut établir avant tout le règne de Dieu, auquel sont indéfectiblement liés le Roi et la France. Il s'appliqua plus que jamais à faire de la France un royaume puissant et chrétien. On connaît sa loi condamnant les blasphémateurs à subir aux lèvres la marque d'un fer rougi au feu.

Un des plus beaux jours de sa vie fut celui où il alla au-devant des religieux qui apportaient d'Orient la sainte Couronne d'épines, et la porta, pieds nus, dans sa capitale.

Saint-Louis fonda des hôpitaux et des monastères. Il réalisa son grand projet : construire la Sainte-Chapelle comme une châsse de lumière et de vitraux destinée à recueillir les saintes reliques, surtout la Couronne d'épines. Il donna à sa soeur, la bienheureuse Isabelle de France, le terrain de Longchamp pour y fonder une abbaye de religieuses de Sainte-Claire. « Si je dépense beaucoup d’argent quelquefois, j’aime mieux le faire en aumônes faites pour l’amour de Dieu que pour frivolités et choses mondaines. Dieu m’a tout donné ce que j’ai. Ce que je dépense ainsi est bien dépensé. » (Saint Louis au sire de Joinville)

À vingt ans, il épousa Marguerite de Provence et leur amour sera tendre et fidèle. Saint Louis fut aussi un modèle du pur amour conjugal; il avait fait graver sur son anneau cette devise: "Dieu, France et Marguerite."

À la suite d'une méchante fièvre contractée dans les marais de Saintonge, à l'ouest du royaume en 1244, maladie mortelle, guéri miraculeusement, Louis obéit à une inspiration du Ciel qui l'appelait aux Croisades.

Jérusalem avait été reprise en 1229 sous la gouvernance de Frédéric II.

 

Quand il partit pour délivrer la Terre Sainte au port d'Aigues-Mortes à la tête de 10 000 fantassins, 5000 écuyers et 2500 cavaliers le 25 août 1248, il s'embarqua avec son épouse Marguerite de Provence, et toujours l'ami Joinville. Il marchait sur les pas de ses aïeux, Louis VII et Philippe Auguste.

On le vit, dans ces luttes gigantesques, qui avaient pour but la libération des Lieux Saints, faire des actes de bravoure qui le mettaient au rang des plus illustres guerriers. On se tromperait en croyant que le bon et pieux roi n'eût pas toute la noble fierté qui convenait à son rang.

Les Sarrasins, qui le retinrent longtemps captif, après une désastreuse campagne, eurent lieu d'admirer sa grandeur d'âme, sa foi et son courage. Lui demandant de fixer le prix de sa rançon pour sa libération, il leur répondit de s'enquérir auprès de sa femme qui seule décidait de l'engagement des dépenses ! L'épisode est narré par Joinville, il est ainsi rapporté par Régine Pernoud :
 
"Quand ils virent (les 'Sarrasins'), qu'ils ne pourraient vaincre le bon roi par les menaces, ils revinrent à lui et lui demandèrent combien il voudrait donner d'argent au sultan et avec cela, s'il leur rendrait Damiette. Et le roi leur répondit que, si le sultan voulait prendre de lui une somme raisonnable de deniers, il manderait à la reine qu'elle les payât pour leur délivrance; et ils dirent : 'Comment est-ce que vous ne voulez pas dire que vous ferez ces choses ?' (Pourquoi ne voulez-vous pas vous y engager vous-même ?) Et le roi répondit qu'il ne savait si la reine le voudrait faire, pour ce qu'elle était sa Dame."
 
Une fois libéré (le 6 mai 1250), Louis fit un pèlerinage en Terre Sainte et appela ses sujets à le rejoindre mais renvoya ses frères Alphonse de Poitiers et Charles d'Anjou en France afin qu'ils épaulassent leur mère, qui exerçait la régence. Le reste de son séjour en Terre-Sainte est employé à des fins diplomatiques : il prit contact avec les Mongols et les Ismaïliens, renforça les défenses de Jaffa, Acre, Tyr et Sidon.
 
Mais, au printemps 1253, alors qu'il était à Sidon, il apprit la mort de sa mère, survenue le 27 novembre 1252. Après plusieurs jours d'un grand deuil, il conclut qu'il devait rentrer et le 24 ou 25 avril 1254, Louis rembarqua d'Acre pour la France. Le 10 juillet, il débarqua aux Salins-d'Hyères où il demanda à rencontrer le frère Hugues de Digne. Partant de Hyères, le roi se rendit à Aix-en-Provence pour un pèlerinage dédié à Marie Madeleine, puis entra en France par Beaucaire et, après plusieurs arrêts dans différentes villes de France, déposa l'oriflamme et la croix à Saint-Denis. Il fit son entrée à Paris le 7 septembre 1254, où il fut particulièrement bien accueilli par le peuple.
 
Rentré dans son royaume, il y entreprit de grandes réformes, en particulier l'interdiction du duel judiciaire.

Son royaume connut une période de plein développement culturel, intellectuel et théologique. Saint Louis aimait recevoir à sa table saint Bonaventure et saint Thomas d'Aquin. Avec Robert de Sorbon, fils de paysan devenu docteur qui s'est fait remarquer par le roi en militant pour l'accès à l'éducation des enfants pauvres, il fonda la Sorbonne (1253). Des milliers de démunis 
assistent au triomphe de la littérature française, à la dissection méthodique des oeuvres de Chrétien de Troyes, aux récits chevaleresques de la quête du Graal, au mécénat des arts, à l'érection des cathédrales. (La Marche de l'Histoire, n° 34, Trimestriel / octobre / décembre, 1270-2020, Mort de Saint Louis, 750 ans, p. 26.) 
 
Il suivit avec attention l'achèvement de la cathédrale Notre-Dame et surtout les grandes rosaces (1255) et les porches.
 
Mais il rêvait de retourner en Terre Sainte, et de convertir le sultan d'Egypte. Cette fois-ci, son fidèle Joinville, décida de ne pas le suivre : "Je considérai que tous ceux qui lui conseillèrent ce voyage firent un péché mortel, parce que, au point où en était la France, tout le royaume était en bonne paix à l'intérieur et avec tous ses voisins; et, depuis qu'il en est parti, l'état du royaume ne fit qu'empirer."
 
Il n'ira pas plus loin que Carthage, l'actuelle Tunis. La maladie eut raison de lui; c'était le lundi 25 août 1270, vers trois heures de l'après-midi, "il rendit son esprit à notre créateur à l'heure même où le Fils de Dieu mourut sur la croix pour le salut du monde." (Jean de Joinville, Vie de Saint Louis, éd. Jacques Monfrin, Classiques Garnier, 1995, rééd. Classiques jaunes, 2019, p. 372-375.)
 
La paix fut négociée avec l'émir de Tunis le 30 octobre, tandis qu'on s'activait au retour de la dépouille du roi; Édouard Ier, arrivé d'Angleterre, s'enlisera deux ans supplémentaires dans cette ultime croisade.
 
Des enquêtes en 1282-1283 sur les miracles produits sur le tombeau du roi voient 300 personnes témoigner. (Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, éditions Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1996.)
 
Il est canonisé par Boniface VIII en 1297 sous le nom de "Saint Louis de France". 
 
Son tombeau disparaît vers 1420, sans doute détruit et fondu par les armées anglaises d’Henri V ou du duc de Bedford.
 
Deux analyses  scanner, carbone 14, microscope – de sa mâchoire menées au XXIe siècle en 2015 et 2019 ont révélé que le saint roi a succombé au scorbut et non à la peste ou à la dysenterie. (Marie Privé, Peste, scorbut, dysenterie… De quoi est vraiment mort Saint Louis ?, Geo.fr, 28 juin 2019)

Saint-Louis ChateaucurzayPrière de St Louis

 

Dieu Tout-Puissant et éternel,

 

Qui avez établi l'empire des Francs pour être dans le monde

 

L'instrument de vos divines volontés,

 

Le glaive et le bouclier de votre sainte Eglise,

 

Nous vous en prions, prévenez toujours et partout de votre céleste lumière,

 

Les fils suppliants des Francs,

 

Afin qu'ils voient ce qu'il faut faire pour réaliser votre règne en ce monde,

 

Et que pour accomplir ce qu'ils ont vu,

 

Ils soient remplis de charité, de force et de persévérance,

 

Par Jésus-Christ Notre-Seigneur.

 

Amen

 

 

Oraison tirée d'un missel Carolingien,

 

Prière favorite du Père de Foucauld,

 

Prière officielle des scouts de France.

Saint Louis, Roi de France (1214-1270), Patron des Armées françaises

Statue de Saint Louis, par Albert-Marius Patrisse (1892-1964), collégiale de Poissy, lieu de baptême et de naissance de S. Louis.

 

Une statue du roi de France Louis IX, connu sous le nom de Saint Louis a été érigée devant la collégiale de Poissy en 1951 en remplacement de la statue de Meissonier fondue par les Allemands en 1941.

 

La statue de Saint Louis a été réalisée par le sculpteur Albert-Marius Patrisse (1892-1964), un élève de Jules Coutan, premier second grand Prix de Rome en 1922. Ce monument en l’honneur de Saint Louis, né à Poissy le 25 avril 1214, a été érigé devant la collégiale Saint Louis de Poissy, lieu de baptême du futur Louis IX, fils du roi Louis VIII et de Blanche de Castille. (Source)

___________

Litanies de Saint-Louis

Source : Prières aux saints du Tiers-Ordre


DEVOTION A SAINT LOUIS IX, ROI DE FRANCE, PATRON DES ARMEES FRANCAISES ET DU TIERS-ORDRE DE LA PENITENCE

Seigneur, ayez pitié de nous 
(bis)
Jésus-Christ, ayez pitié de nous
''
Seigneur, ayez pitié de nous
Jésus-Christ, écoutez-nous
Jésus-Christ, exaucez-nous.
Père céleste, qui êtes Dieu,
ayez pitié de nous
Fils rédempteur du monde, qui êtes Dieu,
''
Esprit-Saint, qui êtes Dieu,
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu,
Sainte Marie, conçue sans péché,
priez pour nous
Sainte Mère de Dieu,                           
''
Sainte Vierge des Vierges;
Saint Louis, prince admirable,
priez pour nous
Saint Louis, lis de pureté,               ''
Saint Louis, exemple d'humilité,
Saint Louis, image de vertu,
Saint Louis, prodige de pénitence,
Saint Louis, flamme d'amour et d'oraison,
Saint Louis, lampe ardente et brillante,
Saint Louis, vase d'élection,
Saint Louis, vase insigne de religion,
Saint Louis, miroir de la perfection chrétienne,
Saint Louis, très dévot à notre Père saint François,
Saint Louis, contempteur du monde et de ses honneurs,
Saint Louis, plein de zèle pour la maison de Dieu,
Saint Louis, tendre père des pauvres,
Saint Louis, remède des malades,
Saint Louis, appui de la veuve et de l'orphelin,
Saint Louis, juge béni des peuples,
Saint Louis, rédempteur des captifs,
Saint Louis, prédicateur des infidèles,
Saint Louis, deux fois victime pour les Lieux saints,
Saint Louis, terrible dans les combats,
Saint Louis, puissant dans les fers,
Saint Louis, gardien de la France,
Saint Louis, modèle des rois,
Saint Louis, digne de la couronne des rois sur la terre,
Saint Louis, plus digne de la couronne des saints dans le ciel,
Saint Louis, saint patron des armées françaises,
Saint Louis, protecteur des armées françaises,
Saint Louis, protecteur du Tiers-Ordre séraphique ,
priez pour nous

Agneau de Dieu, qui efffacez les péchés du monde,
pardonnez-nous, Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,
exaucez-nous, Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur

Priez pour nous, glorieux saint Louis
Afin que nous devenions dignes des promesses de N.-.S.J.-C.


Oraison

Ô Dieu, qui avez transféré votre confesseur saint Louis d'un royaume terrestre à la gloire céleste, rendez-nous, par ses mérites et son intercession, participants du bonheur du Roi des rois, Jésus-Christ. Qui vit et règne...

Louis IX, sur son lit de mort, remet à son fils le plan de sa conduite, Jacques-Antoine Beaufort, XVIIIe siècle, chapelle Saint-Louis de l'École militaire, Paris.

Louis IX, sur son lit de mort, remet à son fils le plan de sa conduite, Jacques-Antoine Beaufort, XVIIIe siècle, chapelle Saint-Louis de l'École militaire, Paris.

Saint Charlemagne et saint Louis, gravure de Grégoire Huret (XVIIe siècle, Metropolitan Museum)

Saint Charlemagne et saint Louis, gravure de Grégoire Huret (XVIIe siècle, Metropolitan Museum)

Sources(1) Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950; (2) Nominis; (3) Régine Pernoud, Les femmes au temps des croisades, Editions Stock Le Livre de Poche, Paris 1990, p. 230; Dictionnaire des saints et Grands témoins du christianisme, Sous la direction de Jean-Robert ARMOGATHE et André VAUCHEZ, CNRS Éditions, Paris 2019, pp. 729-736 ; (4) Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, éditions Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1996.

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 00:00
Saint Barthélemy l'Apôtre, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 31.

Saint Barthélemy l'Apôtre, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 31.

Barthélemy, appelé par le Sauveur, vécut avec Lui, assista à Ses prédications, entendit Ses paraboles, fut le témoin de Ses vertus divines.
 

Après la Pentecôte, il fut envoyé prêcher l'Évangile dans l'Inde, au-delà du Gange. Dans tous les pays qu'il dut traverser, il annonça Jésus-Christ, Rédempteur du monde. Son zèle et ses prodiges eurent bientôt changé la face de ces contrées; non seulement il convertit les foules, mais il ordonna des prêtres pour le seconder et consacra des évêques. Quand, plus tard, saint Pantène évangélisa ce pays, il y trouva l'Évangile de saint Matthieu, apporté là par Barthélemy.

 

Les "dieux" païens avouent être des démons

En quittant les Indes, l'Apôtre vint dans la grande Arménie. Dans la capitale de ce pays, il y avait un temple où l'on rendait les honneurs divins à l'idole Astaroth, et où l'on allait lui demander la délivrance des sortilèges et lui faire prononcer des oracles; le prédicateur de la foi s'y rendit, et aussitôt l'idole devint muette et ne fit plus de guérisons. Les démons avouèrent aux prêtres de ce faux dieu que la faute en était à Barthélemy, et leur donnèrent son signalement; mais l'Apôtre se fit assez connaître par ses miracles; il délivra du démon la fille du roi, et fit faire à l'idole, en présence d'une foule immense, l'aveu public de ses fourberies; après quoi le démon s'éloigna en grinçant des dents. Une merveille si éclatante convertit le roi et une multitude de personnes; la famille royale et douze villes du royaume reçurent bientôt le baptême.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3c/L%27ap%C3%B4tre_saint_Barth%C3%A9lemy.jpg/337px-L%27ap%C3%B4tre_saint_Barth%C3%A9lemy.jpg

Saint Barthélemy, apôtre, basilique saint Jean de Latran, Rome, Italie.

Le démon résolut de se venger; l'Apôtre fut saisi par le frère du roi et condamné à être écorché vif. Les bourreaux inhumains s'armèrent de couteaux et de pierres tranchantes et écorchèrent la victime de la tête aux pieds; de telle sorte que, n'ayant plus de peau, son corps montrait une chair sanglante percée de ses os. Il eut ensuite la tête tranchée. Le corps écorché et la peau sanglante de l'Apôtre furent enterrés à Albane, en la haute Arménie; il s'y opéra tant de miracles, que les païens furieux, enfermèrent le corps du bienheureux dans un cercueil de plomb et le jetèrent à la mer. Mais le cercueil, flottant sur l'onde, vint heureusement à l'île de Lipari, près de la Sicile. Plus tard, les Sarrasins s'emparèrent de cette île et dispersèrent les saintes reliques; mais un moine reçut, dans une vision, l'ordre de recueillir les ossements de l'Apôtre. Le corps de saint Barthélemy est aujourd'hui à Rome, son chef à Toulouse.

 

Saint Barthélemy, patron des bouchers, des tanneurs et des relieurs, est fêté le 24 août en Occident et le 25 août en Orient. Ces deux dates correspondent vraisemblablement au transfert de ses reliques dans l'île de Lipari en 580.

 

Sources: (1); (2)

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 00:00
Sainte Rose de Lima, Vierge (1586-1617) - Huile de Claudio Coello (1642-1693), musée du Prado, Madrid

Sainte Rose de Lima, Vierge (1586-1617) - Huile de Claudio Coello (1642-1693), musée du Prado, Madrid

 

Rose naît le 20 avril 1586 à Lima au Pérou  d'une famille pauvre d'origine espagnole dont elle était la dixième enfant, et reçut au Baptême le nom d´Isabelle. Sa mère, penchée sur son berceau, ayant cru apercevoir une rose épanouie sur son visage, s´écria : "Désormais, tu seras ma ‘Rose’", changement de nom qui fut confirmé par la Sainte Vierge dans une vision qu´eut plus tard la jeune fille.

 

 

La vie de cette petite Sainte a été une suite ininterrompue de souffrances volontairement acceptées et héroïquement supportées. Dès son bas âge, Rose comprit que la vraie sainteté consiste avant tout à accomplir ses devoirs d´état. Une source de difficultés lui vint de concilier l'obéissance à ses parents avec la fidélité aux appels intérieurs dont le Ciel la favorisait. Elle s'ingénia à trouver le moyen d'obéir à la fois à Dieu et à sa mère. Décidée à ne chercher à plaire à personne qu'à Dieu, elle portait néanmoins une couronne de fleurs imposée par sa mère ; mais elle sut y cacher à l'intérieure une aiguille qui faisait de cet ornement un instrument de supplice.

 

Peu après l'âge de quatre ans (1590), elle sut lire et se nourrira du récit de la vie de sainte Catherine de Sienne, qui deviendra son modèle de vie spirituelle. Rose se voua à une vie de pénitence. Dès son enfance, elle s´exerça au jeûne et put le pratiquer à un degré héroïque. Elle ne mangeait jamais de fruits. À six ans, elle jeûnait le vendredi et le samedi. À quinze ans, elle fit vœu de ne jamais manger de viande. À 20 ans, elle prend l'habit des tertiaires dominicaines. Plus tard, elle ne mangea qu´une soupe faite de pain et d´eau, sans sel ni autre assaisonnement. Toutes les nuits, elle se frappait cruellement avec des chaînettes de fer, s´offrant à Dieu comme une victime sanglante pour l'Église, l'État, les âmes du purgatoire et les pécheurs. Non contente du lit de planches sur lequel elle reposa longtemps, elle se fit un lit avec des morceaux de bois liés avec des cordes ; elle remplit les intervalles avec des fragments de tuiles et de vaisselle, les acuités tournées vers le haut. Rose coucha sur ce lit pendant les seize dernières années de sa vie.

 

La vraie sainteté ne réside pas dans la pénitence du corps, mais dans celle du coeur, qui est impossible sans l´humilité et l'obéissance. Toutes les austérités de Rose étaient soumises à l'obéissance ; et elle était toujours prête à tout abandonner. On s´étonnera que ses directeurs aient pu approuver dans une si frêle enfant d'aussi cruelles macérations ; mais il faut savoir que chaque fois que des confesseurs voulurent s'y opposer, ils en furent empêchés par une lumière intérieure.

 

Toute la personne de Rose, défigurée par la pénitence, attirait l'attention du public et la faisait vénérer comme une Sainte. Désolée, elle eut recours à Dieu, afin que ses jeûnes n'altérassent pas les traits de son visage. Chose admirable ! Elle reprit son embonpoint et ses vives couleurs ; ses yeux se ranimèrent. Aussi arriva-t-il qu'après avoir jeûné tout un Carême au pain et à l´eau, elle rencontra des jeunes gens qui se moquèrent d´elle en disant : "Voyez cette religieuse si célèbre par sa pénitence ! Elle revient sans doute d'un festin. C'est édifiant, vraiment, en ce saint temps !" Rose en remercia Dieu.

 

La charité de Rose pour le salut des âmes était en proportion de son amour pour Jésus-Christ. Elle ressentait une poignante douleur en pensant aux âmes qui se perdent après avoir été si chèrement achetées. Elle pleurait sur le sort des Chinois, des Turcs, et des nombreuses sectes hérétiques qui désolaient l'Europe.

 

Sa méfiance de l'Inquisition lui valut plusieurs examens de la part des autorités religieuses, ses profondes réponses étonnèrent alors ses détracteurs. Dans le même temps, elle se dévoua au service des indiens, des enfants abandonnés, des vieillards, des infirmes, et des malades.

 

Elle passa de la terre au ciel le 24 août 1617, à l'âge de trente et un ans. Le peuple de Lima se précipita sur sa tombe pour y recueillir un peu de la terre qui la recouvrait.

 

Rose de Lima a été béatifiée en 1668 par Clément IX et canonisée, le 12 avril 1671, par Clément X.

Sainte Rose de Lima (Noël Laudin - Musée de Châlons-en-Champagne)

Sainte Rose de Lima (Noël Laudin - Musée de Châlons-en-Champagne)

Sainte Rose de Lima est patronne des Amériques, des Philippines, du Pérou, de la ville de Lima, de la police nationale et de l'université catholique du Pérou.

Tous les ans, à l'occasion de la Solennité de Sainte Rose de Lima, le 30 août (férié au Pérou), une cérémonie religieuse réunit les autorités politiques, diplomatiques et militaires du pays. Sa statue est portée en procession de la cathédrale de Lima au sanctuaire qui lui est dédié. Elle est également à l'origine de la fête traditionnelle du royaume d'Araucanie et de Patagonie le 30 août.

Le Seigneur a dit d'une voix forte : que tous les hommes sachent que la grâce arrive après la peine, qu'ils sachent que sans avoir porté le fardeau des afflictions, ils ne peuvent atteindre les hauteurs de la Grâce, qu'ils apprennent que les dons de la Grâce augmentent au fur et à mesure que le fardeau s'alourdit, que les hommes ne se trompent pas, il n'y a qu'une voie pour rejoindre le Paradis, et la Croix est la seule route pour y accéder.

Sainte Rose de Lima

Sources: (1); (2)

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 12:45

On n'en est même pas à 3e dose qu'ils parlent déjà d'une 4e pour les gens immunodéprimés -sur lesquels ces mixtures ne marchent évidemment PAS. 

https://www.republicain-lorrain.fr/sante/2021/08/21/immunodepression-et-covid-19-bientot-une-4e-dose

https://www.republicain-lorrain.fr/sante/2021/08/21/immunodepression-et-covid-19-bientot-une-4e-dose

Les patients immunodéprimés majeurs pourraient se voir proposer une quatrième dose de vaccin rapidement.

Source : Coro Infos | Le Républicain lorrain

Partager cet article
Repost0
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 12:18

Contrairement au Conseil "constitutionnel" français, son homologue espagnol a jugé que le passeport "sanitaire" était inconstitutionnel.

Source : https://www.lifesitenews.com/news/spanish-supreme-court-halts-covid-passport-plans-in-andalucia/

Source : https://www.lifesitenews.com/news/spanish-supreme-court-halts-covid-passport-plans-in-andalucia/

Le cour a statué que les mandats de vaccination constituent une atteinte aux droits à la vie privée des individus.

 

ven 20 août 2021 - 21h00 HAE

 

ANDALOUSIE, Espagne ( LifeSiteNews ) – La Cour suprême d'Espagne a rejeté une demande du gouvernement andalou d'imposer un régime de passeport COVID.

 

La mesure proposée aurait empêché les citoyens d'entrer dans certains lieux à moins qu'ils ne soient piqués contre le coronavirus ou puissent produire un test PCR négatif.

 

Juan Manuel Moreno Bonilla, président du gouvernement régional d'Andalousie, a initialement tenté d'imposer des restrictions à l'entrée dans les lieux d'accueil de la région pour ceux qui ne pouvaient pas prouver qu'ils avaient été "complètement vaccinés" contre COVID-19, avec la possibilité de produire un test PCR ou antigénique négatif effectué dans les 72 heures, suivant le modèle du certificat numérique Covid de l'Union européenne .

 

L'objectif proposé de la mesure était de "dissuader" ceux qui pourraient propager le virus – désignant vraisemblablement les non vaccinés comme porteurs du virus – et de "motiver" ceux qui n'ont pas encore été piqué, selon un rapport de le journal espagnol en ligne 20 Minutos.

 

Bonilla prévoyait de mettre en œuvre la mesure le 5 août, mais peu de temps après l'annonce du plan, le gouvernement a poursuivi en déclarant qu'il demanderait l'approbation de la Cour supérieure de justice d'Andalousie pour assurer "une plus grande sécurité et une plus grande sécurité juridique" concernant la décision, a déclaré le ministre de la Présidence Elias Bendodo.

 

Le lendemain, la cour a rendu son jugement selon lequel le projet proposé pouvait porter atteinte au droit à la vie privée et a donc rejeté la requête. Selon les juges, le régime du passeport s'est également avéré "non adapté ou proportionné pour atteindre l'objectif visé, à savoir la protection de la vie, de la santé et de l'intégrité physique, dans la mesure où, loin d'éviter la contagion à l'intérieur des lieux de divertissement, le passeport peut les rendre possibles, c'est pourquoi il ne peut pas être ratifié par cette Chambre."

 

De plus, le gouvernement n'a pas prévu de "période d'efficacité de la mesure", en demandant essentiellement que "la mesure soit imposée indéfiniment et avec un sentiment de permanence, sans savoir quels critères seront suivis pour la rendre inutile ou la modifier." En conséquence, la cour a exigé que de telles limitations des droits fondamentaux "soient spécifiques, une exigence dont la requête en cours d'examen semble faire défaut".

 

Bien qu'un peu plus de la moitié de la population andalouse ait reçu deux doses du vaccin COVID avant la présentation de l'affaire, et qu'environ 75 % en ait reçu une dose, la cour a pourtant déclaré que le gouvernement demandait de "sacrifier le principe d'égalité par la discrimination de traitement résultant de l'exigence du certificat COVID lorsque l'ensemble de la population n'a pas eu accès au vaccin."

 

Malgré la décision du tribunal, Bendodo a annoncé que les certificats d'injections COVID "finiront par être imposés petit à petit".

 

Mais, confortant le jugement de la Haute Cour d'Andalousie, la Cour suprême d'Espagne a confirmé la décision de refuser la mise en œuvre des passeports COVID, laissant les lieux de divertissement ouverts aux citoyens qui ont décidé de ne pas prendre l'un des vaccins souillés d'avortement.

 

La Cour suprême a fondé sa décision de confirmer la décision sur deux facteurs majeurs : la proposition de refuser l'entrée aux non vaccinés dans toute la région sans référence à la propagation du virus "ne passe pas le test de proportionnalité" et sans preuve que les sites touchés par la perte de la coutume sont à l'origine d'éventuelles épidémies, il y avait un "déficit de justification".

 

La Cour suprême a fondé sa décision de confirmer l'arrêt sur deux facteurs principaux : la proposition de refuser l'entrée aux personnes non vaccinées dans toute la région sans référence à la propagation du virus "ne passe pas le test de proportionnalité", et sans preuve que les lieux touchés par la perte de la restriction sont à l'origine d'éventuelles épidémies, il y avait un "déficit de justification".  

 

Afin de prouver cette dernière, la cour a indiqué que le gouvernement d'Andalousie doit être en mesure de démontrer que "la soi-disant cinquième vague provient précisément des lieux de vie nocturne", par exemple. Ces preuves n'ont pas été fournies, ce qui a conduit la cour à rejeter la demande.

 

Outre les problèmes de justification et de proportionnalité, le tribunal a ajouté qu'"il n'est pas possible de restreindre les droits fondamentaux des citoyens par une mesure préventive telle que le 'passeport COVID'", car "[c]e n'est pas une mesure qui est spécifiquement indispensable pour sauvegarder la santé publique … mais plutôt une mesure préventive lorsqu'il arrive que, pour la restriction des droits fondamentaux, de simples considérations de prudence ou de précaution ne suffisent pas."

 

Pendant ce temps, le gouvernement britannique a récemment signé des contrats avec deux entreprises internationales dans le cadre de son "programme de certification COVID-19".

 

Le ministère britannique de la Santé et des Affaires sociales a déboursé 1,6 million de livres sterling (2,2 millions de dollars) à deux sociétés technologiques basées aux États-Unis pour le développement des technologies de passeport vaccinal dans le cadre de contrats d'un an, avec la possibilité de prolongation jusqu'en 2023. Dans l'ensemble, le Royaume-Uni a dépensé environ 23,6 millions de livres sterling (32,9 millions de dollars) pour le programme de certification COVID depuis sa création cette année.

 

L'établissement des contrats est intervenu une semaine après l'annonce par le Premier ministre Boris Johnson en juillet qu'une preuve de vaccination contre le COVID serait nécessaire pour entrer dans les boîtes de nuit et "d'autres lieux" où "de grandes foules se rassemblent".

 

Le Premier ministre conservateur a souligné que "la preuve d'un test négatif ne sera plus suffisante" et que "certains des plaisirs et des opportunités les plus importants de la vie dépendront probablement de plus en plus de la vaccination".

Partager cet article
Repost0
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 09:03

Une route très fréquentée n'est pas toujours le chemin à suivre.

L'Etat laissé en carence, comment construire la société sur ses bases réelles, libres et solidaires ?

Entrez par la porte étroite. Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition ; et ils sont nombreux, ceux qui s’y engagent.

Matthieu 7,13

Il ne s'agit pas de tomber dans le travers des révolutions violentes des siècles passés. Depuis, nous avons appris, évolué et compris de quoi se sert le système pour nous annihiler (infiltration, noyautage, déviation). Il faut une révolution contraire, pacifique, non-violente, et construire là où le système a laissé les institutions en carence, à partir de la réalité de la société réelle. L'Etat en suspension de droit doit tomber tout seul comme une coquille vide.

Des institutions laissées en carence, c'est précisément le cas depuis l'allocution de Macron le 12 juillet. Or, nous avons vu à propos d'une proposition de ne pas prendre en charge les réas des personnes non vaccinées qu'"au jeu de l'État défaillant, si l'État peut refuser de prendre en charge la réa de quelqu'un qui aura refusé la vaccination expérimentale, cette personne pourra tout aussi bien à titre de réciprocité refuser de payer ses impôts. Qu'est-ce qui empêchera alors cette personne de demander à verser ses cotisations sociales ailleurs qu'à la sécurité sociale, dans un organisme qui (par exemple) respectera ses engagements, les droits de la personne, bref qui respectera le contrat social ? Cette personne ne sera-t-elle pas justifiée à demander, en contre-coup, un nouveau pacte social, plus juste ?", plus responsable ?

Sur son site, Valérie Bugault explique parfaitement que depuis le coup d'Etat du 12 juillet dernier où dans son allocution Macron a divisé les citoyens en deux catégories (ce qui est "une mise en suspension de nos institutions nationales officielles"); l'Etat de droit n'existe plus... Elle propose sur le "néant" laissé par Macron de construire nous-mêmes la société, sur ses bases réelles, libres et solidaires (et non ségrégationniste), à partir des corps existants de la nation, des choses assez proches de ce que nous préconisons.

Partager cet article
Repost0
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 00:00
Le Couronnement de la Vierge par Diego Vélasquez, XVIIe siècle

Le Couronnement de la Vierge par Diego Vélasquez, XVIIe siècle

L'argument principal sur lequel se fonde la dignité royale de Marie, déjà évident dans les textes de la tradition antique et dans la sainte Liturgie, est sans aucun doute sa maternité divine. Dans les Livres Saints, en effet, on affirme du Fils qui sera engendré par la Vierge : "Il sera appelé Fils du Très-Haut et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père, et il régnera dans la maison de Jacob éternellement et son règne n'aura pas de fin" (Luc. 1, 32, 33) ; en outre, Marie est proclamée "Mère du Seigneur" (Luc 1,43). Il s'en suit logiquement qu'elle-même est Reine, puisqu'elle a donné la vie à un Fils qui, dès l'instant de sa conception, même comme homme, était, à cause de l'union hypostatique de la nature humaine avec le Verbe, Roi et Seigneur de toutes choses. St Jean Damascène a donc raison d'écrire : "Elle est vraiment devenue la Souveraine de toute la création au moment où elle devint Mère du Créateur" (St. Jean Damascène, De fide orthodoxa) et l'Archange Gabriel lui-même peut être appelé le premier héraut de la dignité royale de Marie.

 

Cependant la Bienheureuse Vierge doit être proclamée Reine non seulement à cause de sa maternité divine mais aussi parce que selon la volonté de Dieu, elle joua dans l'œuvre de notre salut éternel, un rôle des plus éminents.

 

Dans l'accomplissement de la Rédemption, la Très Sainte Vierge fut certes étroitement associée au Christ ; aussi chante-t-on à bon droit dans la Sainte Liturgie : "Sainte Marie, Reine du ciel et maîtresse du monde, brisée de douleur (Lc 2,35), était debout près de la Croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ".

Et un pieux disciple de saint Anselme pouvait écrire au Moyen-âge : "Comme... Dieu, en créant toutes choses par sa puissance, est Père et Seigneur de tout, ainsi Marie, en restaurant toutes choses par ses mérites, est la Mère et la Souveraine de tout : Dieu est Seigneur de toutes choses parce qu'il les a établies dans leur nature propre par son ordre, et Marie est Souveraine de toutes choses en les restaurant dans leur dignité originelle par la grâce qu'elle mérita".

En effet, "Comme le Christ pour nous avoir rachetés est notre Seigneur et notre Roi à un titre particulier, ainsi la Bienheureuse Vierge est aussi notre Reine et Souveraine à cause de la manière unique dont elle contribua à notre Rédemption, en donnant sa chair à son Fils et en l'offrant volontairement pour nous, désirant, demandant et procurant notre salut d'une manière toute spéciale".

 

De ces prémisses, on peut tirer l'argument suivant : dans l'œuvre du salut spirituel, Marie fut, par la volonté de Dieu, associée au Christ Jésus, principe de salut, et cela d'une manière semblable à celle dont Eve fut associée à Adam, principe de mort, si "ce fut elle qui, exempte de toute faute personnelle ou héréditaire, bien que l'on peut dire de notre Rédemption qu'elle s'effectua selon une certaine "récapitulation" en vertu de laquelle le genre humain, assujetti à la mort par une vierge, se sauve aussi par l'intermédiaire d'une vierge ; en outre on peut dire que cette glorieuse Souveraine fut choisie comme Mère de Dieu précisément "pour être associée à lui dans la rédemption du genre humain" ; réellement toujours étroitement unie à son Fils, l'a offert sur le Golgotha au Père Eternel, sacrifiant en même temps son amour et ses droits maternels, comme une nouvelle Eve, pour toute la postérité d'Adam, souillée par sa chute misérable" ; on pourra donc légitimement en conclure que, comme le Christ, nouvel Adam, est notre Roi parce qu'il est non seulement Fils de Dieu, mais aussi notre Rédempteur, il est également permis d'affirmer, par une certaine analogie, que la Sainte Vierge est Reine, et parce qu'elle est Mère de Dieu et parce que comme une nouvelle Eve, elle fut associée au nouvel Adam.

 

Sans doute, seul Jésus-Christ, Dieu et homme est Roi, au sens plein, propre et absolu du mot ; Marie, toutefois, participe aussi à sa dignité royale, bien que d'une manière limitée et analogique parce qu'elle est la Mère du Christ Dieu et qu'elle est associée à l'œuvre du Divin Rédempteur dans sa lutte contre les ennemis et au triomphe qu'il a obtenu sur eux tous. En effet par cette union avec le Christ Roi Elle atteint une gloire tellement sublime qu'elle dépasse l'excellence de toutes les choses créées : de cette même union avec le Christ, découle la puissance royale qui l'autorise à distribuer les trésors du Royaume du Divin Rédempteur ; enfin cette même union avec le Christ est source de l'efficacité inépuisable de son intercession maternelle auprès du Fils et du Père.

 

Que tous s'efforcent selon leur condition de reproduire dans leur cœur et dans leur vie, avec un zèle vigilant et attentif, les grandes vertus de la Reine du Ciel, Notre Mère très aimante. Il s'ensuivra en effet que les chrétiens, en honorant et imitant une si grande Reine, se sentiront enfin vraiment frères et, bannissant l'envie et les désirs immodérés des richesses, développeront la charité sociale, respecteront les droits des pauvres et aimeront la paix. Que personne, donc, ne se croie fils de Marie, digne d'être accueilli sous sa puissante protection, si, à son exemple, il ne se montre doux, juste et chaste, et ne contribue avec amour à la vraie fraternité, soucieuse non de blesser et de nuire, mais d'aider et de consoler.

 

Vivement désireux que la Reine et Mère du peuple chrétien accueille ces vœux et réjouisse de sa paix la terre secouée par la haine et, après cet exil, nous montre à tous Jésus qui sera notre paix et notre joie pour l'éternité, à vous Vénérables Frères et à vos fidèles, Nous accordons de tout cœur, comme gage du secours du Dieu tout-puissant et comme preuve de notre affection, la Bénédiction Apostolique.

Le couronnement de la Vierge, Jean Fouquet, xve siècle

Le couronnement de la Vierge, Jean Fouquet, xve siècle

Sources:

Pie XII - Encyclique Ad Coeli Reginam, 1954, §22-26, §36, §39, Les saints du jour

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour Religion
21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 22:35

Il est vain de penser pouvoir changer le système de l'intérieur, dans des partis politiques. C'est la position de ce blog, et c'est aussi la position de Gabin de "Vécu" dans la video ci-dessous, qui apporte des éléments mettant en garde contre les prochaines manifestations des samedis 28/08 et 04/09 pour lesquels certains appels de personnalités ont déjà été lancés et qui pourraient, en fait, être des pièges.

 

L'heure est plus que jamais au discernement et à ne pas se laisser emporter dans des initiatives qui pourraient donner au système les moyens de briser la résistance qui naît. Il s'agit de ne pas se laisser emmener dans des oppositions contrôlées.

 

Il ne faut pas oublier - et c'est rapidement dit dans cette video - que toutes les précédentes révolutions (des XVIIIe et XIXe siècles) ont, en fait été des révolutions infiltrées et déviées dans le sens des intérêts de l'oligarchie. 

 

Avec le recul et l'expérience, nous devons avoir un, voire deux coups d'avance. Attention donc à ne pas tomber dans les pièges tendus par le système pour nous emmener là où il voudrait que nous allions, pour mieux nous abattre. 

Mais prenons plutôt le chemin opposé.

Les samedis 28/08 - 04/09 - Le piège à éviter ? Gabin

Entrez par la porte étroite. Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition ; et ils sont nombreux, ceux qui s’y engagent.

Mais elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie ; et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent.

Matthieu 7,13-14

Il ne s'agit pas de tomber dans le travers des révolutions violentes des siècles passés. Depuis, nous avons appris, évolué et compris de quoi se sert le système pour nous annihiler (infiltration, noyautage, déviation). Il faut une révolution contraire, pacifique, non-violente, et construire là où le système a laissé les institutions en carence, à partir de la réalité de la société réelle.

Des institutions laissées en carence, c'est précisément le cas depuis l'allocution de Macron le 12 juillet. Or, nous avons vu que "au jeu de l'État défaillant, si l'État peut refuser de prendre en charge la réa de quelqu'un qui aura refusé la vaccination expérimentale, cette personne pourra tout aussi bien à titre de réciprocité refuser de payer ses impôts. Qu'est-ce qui empêchera alors cette personne de demander à verser ses cotisations sociales ailleurs qu'à la sécurité sociale, dans un organisme qui (par exemple) respectera ses engagements, les droits de la personne, bref qui respectera le contrat social ? Cette personne ne sera-t-elle pas justifiée à demander, en contre-coup, un nouveau pacte social, plus juste."

Sur son site, Valérie Bugault explique parfaitement que depuis le coup d'Etat du 12 juillet dernier où dans son allocution Macron a divisé les citoyens en deux catégories (ce qui est "une mise en suspension de nos institutions nationales officielles"); l'Etat de droit n'existe plus... Elle propose sur le "néant" laissé par Macron de construire nous-mêmes la société, sur ses bases réelles, libres et solidaires (et non ségrégationniste), à partir des corps existants de la nation, des choses assez proches de ce que nous préconisons.

Partager cet article
Repost0
21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 19:36
Source : https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/infographies-covid-19-israel-face-au-mur-delta_2156808.html

Source : https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/infographies-covid-19-israel-face-au-mur-delta_2156808.html

Tous les regards sont désormais tournés vers les cas graves, matérialisés par les admissions à l'hôpital ainsi que dans les services de soins critiques. Quelque 603 personnes sont hospitalisées actuellement (+33% sur une semaine), dont 149 dans un état critique, d'après les données livrées par le gouvernement.

 

 

Parmi eux - et ce n'est pas une surprise compte tenu du niveau de vaccination - 333 Israéliens ayant reçu au moins deux doses de vaccins, soit 55%.

 

Source : INFOGRAPHIES. Covid-19 : Israël face au mur Delta, article de L'Express, publié le 19/08/2021 à 12:03 , mis à jour à 13:10

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/infographies-covid-19-israel-face-au-mur-delta_2156808.html

 

« Même ''L'EXPRESS'' le reconnaît : "Les vaccinés sont les plus touchés par les infections en Israël". En France, Jean CASTEX a dit (21/07) : "Les personnes qui ont deux doses n'ont plus de chance d'attraper la maladie". Assez de mensonges ! » (Ivan Rioufol Twitter)

Partager cet article
Repost0
21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 00:00
Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 43.

Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 43.

Christophe dérive des mots grecs Kristos (Christ) et phorein (porter), c'est-à-dire celui qui porte le Christ, en allusion à un géant légendaire initialement nommé « Réprouvé » qui aurait aidé l'enfant Jésus à traverser une rivière. Autrefois, il passait pour mettre à l'abri des maladies quiconque voyait sa statue.

Saint Christophe (+ vers 250) est fêté en Orient le 9 mai et en Occident le 21 août, autrefois le 25 juillet (avant la réforme du calendrier liturgique de 1967). Il est le patron de la capitale de Lituanie, Vilnius.

Image illustrative de l'article Christophe de Lycie

La fusion de la mythologie païenne et de la légende chrétienne expliquent probablement la popularité du saint dans tout l’Occident à la fin du moyen-âge et les réticences des clergés anglais et allemands à son égard.

Selon une tradition très populaire, de sources variées et popularisée par la Légende dorée de Jacques de Voragine, Réprouvé était un Chananéen, d’allure terrible tant il était imposant.

Il eut l’idée de se mettre au service du plus grand prince du monde et se présenta donc à un roi très puissant. Un jour, un jongleur évoqua le diable devant le roi très chrétien qui se signa aussitôt. Réprouvé, fort étonné, demanda au roi le sens de ce geste. Celui-ci avoua, après bien des hésitations, sa peur devant le diable. Réprouvé, qui ne concevait de se mettre au service que du plus puissant quitta donc le roi pour trouver le diable.

Dans le désert, il s’approcha d’un groupe de soldats parmi lesquels s’en trouvait un particulièrement féroce qui lui demanda où il allait. Lorsque Réprouvé répondit, le soldat lui dit : « Je suis celui que tu cherches ». Marchant ensemble, il fut étonné de voir le diable s’enfuir devant une croix. Réprouvé, qui l’avait suivi, lui demanda la raison de sa peur. Après bien des hésitations, le diable avoua craindre la croix. À ces mots, Réprouvé le quitta et partit à la recherche du Christ pour se mettre à son service.

Il finit par rencontrer un ermite qui lui expliqua les principes de la foi en Jésus-Christ. Il lui dit :

« Ce roi désirera que tu jeûnes souvent ».
« Cela m’est impossible », répondit le géant. L’ermite ajouta :
« Ce roi désirera que tu lui adresses de nombreuses prières ». Le géant répondit qu’il ne savait ce que cela était et que, donc, il ne pouvait pas davantage se soumettre à cette exigence. L’ermite lui dit alors :
« Tu iras te poster à tel fleuve tumultueux et tu aideras les gens à le traverser ».

Réprouvé accepta. Il se construisit une petite maison au bord du fleuve et chaque jour, aidé d’une perche, il faisait traverser les voyageurs. Un jour, longtemps après, il entendit la voix d’un petit enfant qui lui demandait de le faire traverser. Il sortit mais ne vit personne. Rentré chez lui, il entendit une seconde fois l’appel de l’enfant. Dehors il ne trouva personne. Ce n’est qu’au troisième appel que le géant vit le petit enfant qui attendait sur la berge. Il le prit sur ses épaules et commença donc la traversée. Mais, à mesure qu’ils progressaient, l’enfant devenait de plus en plus lourd et le fleuve de plus en plus menaçant, tant et si bien qu’il eut le plus grand mal à rejoindre la berge opposée. Une fois l’enfant déposé il lui dit :

« Enfant, tu m’as exposé à un grand danger, et tu m’as tant pesé que si j'avais eu le monde entier sur moi, je ne sais si j'aurais eu plus lourd à porter. » L'enfant lui répondit :
« Ne t'en étonne pas, Christophe, tu n'as pas eu seulement tout le monde sur toi, mais tu as porté sur les épaules celui qui a créé le monde : car je suis le Christ ton roi, auquel tu as en cela rendu service ; et pour te prouver que je dis la vérité, quand tu seras repassé, enfonce ton bâton en terre vis-à-vis ta petite maison, et le matin tu verras qu'il a fleuri et porté des fruits. »

L’enfant disparut miraculeusement. Christophe fit ainsi que l’enfant le lui avait dit et trouva le matin des feuilles et des dattes sur le bâton.

 

Christophe partit alors pour Samos, en Lycie (sud de l'actuelle Asie mineure) où, ne comprenant pas la langue, il tomba en prières afin que Dieu l’éclaire – ce qu’il obtint. Il alla à la rencontre des chrétiens qui, dans la ville, essayaient de convertir la population. Un des juges de la ville y trouva l’occasion de le frapper au visage. Il ficha son bâton dans le sol avec l’espoir d’un nouveau miracle… qui eut lieu en effet : ainsi huit mille hommes devinrent croyants. Le roi de la région, exaspéré, envoya deux cents soldats pour l’arrêter. Mais, sitôt qu’ils le virent en prière, ils hésitèrent. Le roi envoya à nouveau deux cents autres hommes qui à leur tour prièrent avec Christophe. Les ayant convertis, il accepta de les suivre chez le roi. Le roi eut grand peur en le voyant mais lui demanda son nom. Christophe répondit :

« Auparavant l’on m’appelait Réprouvé mais aujourd’hui je me nomme Christophe ». Le roi lui fit remarquer le choix peu judicieux : pourquoi prendre le nom de quelqu’un mort humilié sur une croix ? pourquoi ne pas se rallier à ses dieux ? Christophe lui répondit :
« C'est à bon droit que tu t'appelles Dagnus (damné ? danger ? dague ?), parce que tu es la mort du monde, l’associé du diable ; et tes dieux sont l’ouvrage de la main des hommes ». Le roi lui proposa un marché : soit il sacrifiait à ses dieux, soit le roi le suppliciait. Christophe refusa et fut jeté en prison. Le roi y envoya deux prostituées afin qu’elles le séduisent – Nicée et Aquilinie. Christophe en prière ne céda pas à leurs caresses et lorsqu’elles virent son visage éclatant demandèrent à être converties. Le roi entra dans une grande colère et leur ordonna de sacrifier. Elles acceptèrent à la condition que les places soient nettoyées et que tous les habitants soient au temple. Quand il fut fait ainsi et devant chacun, elles dénouèrent leur ceinture, les passèrent au cou des idoles et les firent tomber. Sur ordre du roi, elles furent suppliciées avant qu’il ne s’en prenne à Christophe lui-même qui résista à toutes les tortures. Le roi finit par le faire attacher à un arbre et lança quatre cents flèches sur lui qui toutes restèrent suspendues sauf une qui, suite aux injures du roi lancées à Christophe, se détourna et vint se planter dans son œil. Christophe lui dit :
« C’est demain que je serai sacrifié. Tu prendras mon sang et tu en feras de la boue. Tu poseras cette boue sur ton œil qui guérira ». Christophe fut ainsi décapité. Le roi suivit ses conseils et appliqua la boue qui aussitôt guérit son œil. Alors le roi crut et porta un édit qui interdisait à quiconque de blasphémer le nom de Dieu et de celui de son serviteur, Christophe.

Saint Christophe, détail Polyptyque de saint Vincent Ferrer, 1472, Giovanni Bellini, Venise, église Saint-Jean-et-Saint-Paul, dans Rosa Giorgi, Le Petit Livre des Saints, Larousse, Tolède 2006, p. 440-441.

Saint Christophe, détail Polyptyque de saint Vincent Ferrer, 1472, Giovanni Bellini, Venise, église Saint-Jean-et-Saint-Paul, dans Rosa Giorgi, Le Petit Livre des Saints, Larousse, Tolède 2006, p. 440-441.

 

Sources : (1) ; (2) Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 43. 

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
20 août 2021 5 20 /08 /août /2021 00:00

Les forêts t'apprendront plus que les livres.

Les arbres et les rochers t'enseigneront des choses

Que ne t'enseigneront point les maîtres de la science.

Bernard de Clairvaux, Lettres, in Jean-Paul Bourré, Méditations chrétiennes, Presses du Châtelet, Paris 2004, p. 153.

Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 35.

Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 35.

À quoi pouvait rêver dans l'éclat de sa jeunesse le fils de Tescelin, chevalier du duc de Bourgogne, et de dame Aleth de Montbard, si bonne chrétienne? de chasses ou de tournois? de chants de guerre ou de galantes conquêtes? En tous cas, certainement pas de vie monastique comme il en fera le choix à l'âge de vingt-trois ans. D'autant qu'il entraînait avec lui une trentaine de jeunes en quête d'absolu... Il méditait beaucoup, parlait peu, était doux, modeste, charitable,  donnant aux pauvres tout ce qu'il pouvait. On lui offrit l'archevêché de Milan; il le refusa, comme toutes les autres dignités, et revient en France.

Saint Bernard, le prodige de son siècle, naquit au château de Fontaines, près de Dijon, d'une famille distinguée par sa noblesse et par sa piété, et fut, dès sa naissance, consacré au Seigneur par sa mère, qui avait eu en songe le pressentiment de sa sainteté future. Une nuit de Noël, Bernard, tout jeune encore, assistait à la Messe de Noël; il s'endormit, et, pendant son sommeil, il vit clairement sous ses yeux la scène ineffable de Bethléem, et contempla Jésus entre les bras de Marie. "Guillaume de Saint-Thierry, l'un de ses biographes, note : 'Il lui apparut comme s'il venait une nouvelle fois au monde, sortant Verbe enfant, du sein de la Vierge Mère'.

"Parvenu à l'âge adulte, le futur saint multiplie exorcismes, prédications et guérisons. Son charisme de 'connaissance' stupéfie. Il prédit la mort de son frère Gui en dehors du monastère de Clairvaux dont il est l'abbé prestigieux. Parmi les pathologies vaincues par sa prière, toutes les parties du corps humain sont concernées, ou presque, mais on lui reconnaît une force surnaturelle dans la guérison des troubles sensoriels comme la cécité par exemple." (Patrick SBALCHIERO, Enquête sur les miracles dans l'Église catholique, Artège, Paris 2019, p. 231-232.)

"Saint Bernard de Clervaux", miniature in "Heures d'Étienne Chevalier", par Jacques Fouquet

"Saint Bernard de Clervaux", miniature in "Heures d'Étienne Chevalier", par Jacques Fouquet

À dix-neuf ans, malgré les instances de sa famille, il obéit à l'appel de Dieu, qui le voulait dans l'Ordre de Citeaux; mais il n'y entra pas seul; il décida six de ses frères et vingt-quatre autres gentilshommes à le suivre. L'exemple de cette illustre jeunesse et l'accroissement de ferveur qui en résulta pour le couvent suscitèrent tant d'autres vocations, qu'on se vit obligé de faire de nouveaux établissements. Il raffermit la règle à l'Abbaye de Citeaux et créa dans ce centre religieux l'amour de l'étude, du travail, la prospérité.

Saint Bernard de Clairvaux, Docteur de l'Église (1091-1153)

L'abbaye de Citeaux sera la source de cent soixante fondations, du vivant même du Saint. Loin de rester cloîtré il parcourt les routes d'Europe devenant, comme on a pu l'écrire, "la conscience de l'Eglise de son temps". Il vient plusieurs fois à Paris, à Saint Pierre de Montmartre, à la chapelle du Martyrium, à la chapelle Saint Aignan où il vient prier souvent devant la statue de la Vierge qui se trouve maintenant à Notre-Dame de Paris. 

 

Bernhard von Clairvaux (Initiale-B)

C'est en 1115, qu'après trois années de vie monastique à Citeaux, Bernard est envoyé à Clairvaux pour y fonder l'abbaye dont il restera père-abbé jusqu'à sa mort, sur un territoire situé sur les bords de l'Aube, qui lui fut concédé par Thibaut, comte de Champagne. Ce lieu hanté depuis les temps reculés par les malfaiteurs était le repaire alors connu sous le nom de Vallée d'absinthe, vallée de douleurs pour les voyageurs qui s'y aventuraient et tombaient entre les mains des brigands.

 

Les moines de Clairvaux furent au début contraints de vivre d'aliments mêlés de feuille de hêtre, d'orge, de millet d'avoine, de se composer un pain ressemblant à de la terre; mais bientôt, le sol se couvrit de verdure et de moissons. Cette transformation fut due à la foi, à la prière, à l'obéissance, à la règle et au travail de la bêche que Bernard maniait aussi lui-même pour donner l'exemple à ses frères.

Conseillez et ne forcez pas.

Saint Bernard, cité dans Voltaire, Traité sur la tolérance, Chapitre XV, Témoignages contre l'Intolérance, 1763

Bernard avait pris en main la défense du dogme, de l'unité catholique, de la foi, de la morale. Il protégeait les faibles, il fulminait contre les désordres de l'Église et les vices du clergé. Il professait la doctrine de S. Augustin et ses principes sur l'amour et sur la grâce. Il proclamait qu'il ne fallait pas écraser les hérétiques par les armes, mais par les arguments. Ainsi, en 1144, à Cologne, une foule en colère se livra à un pogrom contre les hérétiques qui se conclut, contre la volonté de l'archevêque, par leur mise à mort dans les flammes. Ce qui provoqua la protestation de Bernard :

 

"Nous apprenons ce zèle [du peuple], mais non ces sortes d'actions, parce qu'on doit obtenir la foi par la persuasion et non par la force, fides suadenda, non imonenda." (Sermon 66)

 

Ailleurs : "Mais je dis, qu'on les prenne non par les armes, mais par des raisonnements qui réfutent leurs erreurs" (Sermon 64) (Michael HESEMANN, Les Points Noirs de l'Histoire de l'Église, Pour en finir avec vingt siècles de polémiques, Artège, Paris 2017, p. 244).

 

La vie contemplative ne suffisait pas à son âme énergique. Il associa à la religion de l'évêque d'Hippone à la règle austère et active de S. Benoît. "La contemplation n'est qu'un loisir. L'homme doit exercer sa volonté sur la nature et sur la société. L'activité est le principe du salut. L'oisiveté est l'ennemie de l'âme."



Chaque jour, pour animer sa ferveur, il avait sur les lèvres ces mots: "Bernard, qu'es-tu venu faire ici?" Il y répondait à chaque fois par des élans nouveaux. Il réprimait ses sens au point qu'il semblait n'être plus de la terre; voyant, il ne regardait point, entendant, il n'écoutait point; goûtant, il ne savourait point. C'est ainsi qu'après avoir passé un an dans la chambre des novices, il ne savait si le plafond était lambrissé ou non; côtoyant un lac, il ne s'en aperçut même pas; un jour, il but de l'huile pour de l'eau, sans se douter de rien.


Infatigable fondateur, on le voit sur sa mule, traînant sur les routes d'Europe sa santé délabrée et son enthousiasme spirituel. Sa réforme monastique l'oppose à l'Ordre de Cluny dont il jugeait l'interprétation de la règle de S. Benoît trop accommodante. À sa mort, en 1153, ce sont 343 abbayes cisterciennes qui auront surgi du sol européen.

 


Le Saint n'avait point étudié dans le monde; mais l'école de l'oraison suffit à faire de lui un grand Docteur, admirable par son éloquence, par la science et la suavité de ses écrits. Il fut le conseiller des évêques, l'ami des Papes, l'oracle de son temps. Mais sa principale gloire, entre tant d'autres, semble être sa dévotion incomparable envers la très Sainte Vierge.

Bartolomé Esteban Murillo, Apparition de la Vierge à saint Bernard, Madrid, musée du Prado

Bartolomé Esteban Murillo, Apparition de la Vierge à saint Bernard, Madrid, musée du Prado

"Il porta à la Vierge une dévotion de chaque instant. Toutes les églises cisterciennes furent dédiées à la Vierge et, dans tout l'Occident, Bernard se fit l'apôtre du culte de Marie. Il est ainsi l'initiateur d'une religion d'amour moins juridique, moins comptable que la piété des siècles précédents et dans une certaine mesure le précurseur de cette piété du coeur, de cette dévotion du sentiment que le Poverello d'Assise allait répandre au siècle suivant." "Le culte de la Vierge se développa fortement, en liaison avec l'accent mis sur la piété mariale par S. Bernard, puis S. Dominique et les frères mendiants." (Jean CHELINI, Histoire religieuse de l'Occident médiéval, Pluriel, Millau 2012, p. 367, 403)

Dans cette période de développement des écoles urbaines, où les nouveaux problèmes théologiques sont discutés sous forme de questions (quaestio) et d'argumentation et de recherche de conclusion (disputatio), Bernard est partisan d'une ligne traditionnaliste. Il combat les positions d'Abélard, approximatives d'un point de vue théologique, et le fait condamner au concile de Sens en 1140. Abélard incarne tout ce que Bernard déteste : l'intelligence triomphante, l'arrogance dominatrice, les prouesses dialectiques, une célébrité immense, fondée sur la foi passée au crible de la raison au détriment de la vie intérieure, l'obstination à tenir des positions. Bernard refuse que les secrets de Dieu soient examinés et questionnés par la raison. Il veut que la raison reconnaisse ce qu'il y a d'infiniment profond et d'incompréhensible dans les choses divines.



Saint Bernard, auteur de la règle des Templiers
 

En 1124, lorsque des chevaliers demandèrent une règle pour leur ordre, le pape Honorius II chargea de cette affaire importante Bernard, abbé de Clervaux qui croyait à l'utilité d'une milice d'élite permanente, une véritable armée de métier, composée de chevaliers catholiques de toutes nationalités revêtus du double caractère religieux et militaire. Baudouin II, roi de Jérusalem, leur attribua une résidence dans son palais, construit croyait-on sur l'emplacement du Temple de Salomon. En 1129, lors de la création de l'ordre des Templiers au Concile de Troyes, celui-ci se dota d'une règle propre qui s'inspire directement de la règle de S. Benoît. La tâche de la rédiger fut confiée à Bernard.

En 1145, Clairvaux donne un pape à l'Église,
Eugène III, qui alors que le
 royaume de Jérusalem est menacé après la chute du comté d'Édesse, demande à Bernard de prêcher la deuxième croisade, laquelle sera entreprise en grande partie à l'initiative du roi de France Louis VII le Jeune.

Bernard, plus préoccupé par le développement de l'hérésie cathare dont les fidèles dépréciaient le Créateur en méprisant la matière et le corps (enfanter était un péché satanique chez les cathares), est réticent à l'idée de s'associer à une croisade en Terre sainte. Il ne s'incline que par obéissance au pape.

 

Il prend la parole le 31 mars 1146, le jour de Pâques au milieu d'une foule de chevaliers réunis au pied de la colline de Vézelay. À cette époque, il a cinquante six ans. Son discours enflamme la foule. Son discours évoque Édesse profané et le tombeau du Christ menacé. L'objectif de la croisade reste l'objectif limité de la première croisade. Il invite les chevaliers qui veulent se croiser à une intention droite (humilité, obéissance et sacrifice). Après son prêche, on lui arrache même des morceaux de son vêtement pour en faire des reliques. Sa parole éloquente est confirmée par des miracles nombreux; l'enthousiasme est indescriptible. Son prestige entraîne le peuple de France.
 

Émile Signol, Saint Bernard prêchant la 2e croisade, à Vézelay, en 1146 (1840), Versailles, musée de l'Histoire de france

La même année 1146, Bernard fait accorder par le Pape Eugène III, tant aux chevaliers qu'aux Frères servants, le droit de mettre la croix rouge sur leurs manteaux du côté gauche, a sinistra, "la croix rouge, ce signe du martyre, ce signe qui obligeait ceux qui en étaient décorés à ne jamais lâcher pied dans les batailles, armés ainsi du signe de la Croix contre les ennemis du Christ." (Bulle de Clément V, Labbe, Conciles, vol. XI.)


Après le Père de l'Europe que fut S. Benoît au VIe siècle, saint Bernard est l'unificateur de "la Chrétienté". Il adressa une lettre circulaire aux Allemands, aux Anglais, aux Bretons, aux Lombards, les exhortant à cesser entre eux toute guerre, toute querelle, et à s'unir contre l'ennemi commun de la chrétienté. Enfin, il passa en Allemagne, où ses prédications obtinrent le même succès qu'en France.

Templiers au XIIIe siècle (reconstitution d'après Viollet-le-Duc)

Templiers au XIIIe siècle (reconstitution d'après Viollet-le-Duc)

Près de Cologne, les Annales de Saint-Nicolas de Brauweiler, monastère bénédictin, écrites après l'échec de la seconde croisade devant Damas (1149) dressent un portrait flatteur de Bernard. Selon leur auteur anonyme, autant - si ce n'est plus que sa parole -, ce sont sa haute sainteté et ses oeuvres admirables qui poussent beaucoup à se croiser. Néanmoins, le bénédictin de Brauweiler semble aborder la prédication du cistercien et ses fruits avec une scepticisme détaché. Il n'est pas sûr, en tout cas, de leurs origines surnaturelles. "Je ne sais pas si Bernard était alors poussé par l'esprit de l'homme ou par l'esprit de dieu", avoue-t-il. (Martin Aurell, Des Chrétiens contre les croisades, XIIe – XIIIe siècle, Le Grand Livre du mois, Librairie Arthème Fayard, Saint-Amand-Montrond 2013, p. 53-58).

 

En France, alors qu'en avril 1150, encouragé par l'abbé Suger de Saint-Denis, son plus proche conseiller, Louis VII convoqua ses fidèles à Laon et à Chartres pour programmer une nouvelle croisade, à laquelle il souhaitait amener Bernard en personne, le célèbre prédicateur ne put que constater que leur toute proche expérience empêchait les chevaliers de prendre la croix : "Le coeur des barons reste insensible. C'est en vain qu'ils portent l'épée, qu'ils ont préféré gainer d'une peau de bête morte et attendre qu'elle rouille. Ils n'oseront pas la tirer, tandis que Jésus souffre", écrit-il alors dans l'une de ses lettres. Dans son esprit, l'Église est le corps mystique du Christ qui pâtit sous la domination musulmane. (R.C. SMAIL, Latin Syria and the West, 1149-1187, Transactions of the Royal Historical Society, 5e série, 19, 1969, p. 5-7, in Martin Aurell, Des Chrétiens contre les croisades, XIIe – XIIIe siècle, ibid., p. 53-54.) 

 

Saint Bernard contre les pogroms

 

Bernard pourfend les pogroms dans sa lettre circulaire promouvant la croisade (ep. 363, 6-7). Il explique pourquoi l'on ne saurait persécuter les Juifs. Ils représentent, en effet, "le témoignage et le mémorial vivant de la Passion du Seigneur", c'est-à-dire le souvenir de ses racines, de son genre de vie et de sa mort. Bernard note que Dieu a jadis accordé aux Juifs la Loi et la promesse du Messie, et que le Christ lui-même descend d'eux selon la chair. S'ils ont été dispersés par la diaspora et asservis aux princes chrétiens, c'est justement pour prouver, par ces châtiments, la Rédemption. À la fin des temps, ils se convertiront toutefois en masse, entrant dans l'Église selon la prophétie de Saint Paul (Rm 11:26). 

Bernard met ainsi fin au périple du "prophète Raoul", un meneur de pogroms au ton apocalyptique qui "par ses prêches mit au supplice le peuple, qui crut en ses signes et visions mensongères" (Annales de Saint-Jacques de Liège). Raoul s'en prend aux Juifs, dont la conversion forcée devait accélérer le retour du Christ sur le Mont des Oliviers. Bernard professe au contraire une eschatologie modérée. Il n'entend pas accélérer la Parousie, contrairement à Raoul et à ses complices qui veulent hâter le millenium de paix et de prospérité par leurs massacres. 

Otton de Freising

L'évêque de Freising en Bavière, le cistercien Otton (+ 1158), un des grands théoriciens de l'histoire de l'époque médiévale, écrit à propos de Raoul, dans ses Gestes de Frédéric Barberousse (I, 38-40) : "Il portait certes l'habit religieux et il imitait avec ruse un certain ascétisme, mais il avait à peine des lettres". À lire Otton entre les lignes, l'inculture est source d'erreurs doctrinales et de fautes morales. C'est pourquoi l'évêque de Freising sait tellement gré à Bernard d'avoir mis fin, avec l'aide de l'empereur Conrad III (1138-1152), au périple du gyrovague, l'enfermant dans son monastère. Otton clôt en effet l'épisode de la rencontre à Mayence de Bernard et Raoul, "qui jouissait de la plus grande faveur du peuple". Au nom de la sainte obéissance, l'abbé lui enjoint de revenir à la vie cénobitique. Raoul s'exécute. Et l'évêque de Freising, de conclure de façon significative : "Le peuple s'indigna gravement. Il se serait même livré à la sédition, s'il n'avait pas tenu compte de la sainteté de Bernard."

À propos des violences déclenchées par des chrétiens, Bernard développe la théorie de la guerre juste pour leur interdire toute première agression, même contre des païens. Il cite le vieux principe du droit romain Vim vi repellere, "Repousser la violence par la violence". La croisade n'est, à ses yeux, qu'une riposte légitime aux envahisseurs de la Terre sainte. En revanche, rien ne justifie qu'on s'en prenne aux Juifs. (Martin AURELL, Des Chrétiens contre les croisades, XIIe – XIIIe siècle, ibid., p. 59-62.)  

Pour avoir arrêté Raoul et ses complices, Bernard s'est attiré la faveur de la communauté juive. Adolescent lors des événements, Éphraïm ben Jacob de Bonn (1132-1200) rend grâces, dans son Livre du Souvenir, à "Yahvé qui, pour consoler nos pleurs et pour contrer le méchant [Raoul], envoya un prêtre bon et authentique, honoré de tout son clergé, qui connaissait et qui comprenait sa propre religion: son nom était Bernard et il était abbé de Clairvaux, en France." Éphraïm va jusqu'à mettre sur ses lèvres une affirmation témoignant de son acceptation sincère de la judaïté de Jésus : "Tuer un juif est tuer le Christ lui-même." (Trad. anglaise dans R. Chazan, European Jewry and the First Crusade, Berkeley (CA), 1996, p. 178. Voir Dahan, Saint Bernard et les Juifs; Regnard, Le Sens de la permanence du peuple juif pour saint Bernard, in Martin Aurell, Des Chrétiens contre les croisades, XIIe – XIIIe siècle, ibid., p. 63.)  

 

Après sa mort, qui arriva le 20 août 1153, plusieurs moines le voient en différents endroits; mais ces manifestations ont toujours un but spirituel: consoler les religieux, leur prodiguer aides et conseils, inviter les uns à la prière, les autres à la fréquentation de sacrements, etc. 

Sur sa tombe d'innombrables miracles se produisent. La plupart sont des guérisons qui concernent par ailleurs toutes les couches de la société de l'époque. (Patrick SBALCHIERO, Enquête sur les miracles dans l'Église catholique, Artège, Paris 2019, p. 232.)

 

On l'appela à juste titre le dernier Père de l'Église.

 

Canonisé vingt ans après sa mort par le pape Alexandre III, il fut mis par Léon XII au rang des docteurs. Il est déclaré docteur de l'Église en 1830 par Pie VIII.

 

Nous avons conservé plus de 300 sermons de S. Bernard, dont quelques-uns en français. (Jean CHELINI, Histoire religieuse de l'Occident médiéval, ibid., p. 389.)

 

Sources: (1); (2); (3); (4) Mgr Paul GUERIN, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Editions D.F.T., Argentré-du-Plessis 2003, p. 515-518; (5) Giorgio PERRINI, Aveux des Templiers, Edition Jean de Bonnot, 1992, p. 7, 8, 9, 18. (6) Jean CHELINI, Histoire religieuse de l'Occident médiéval, Pluriel, Millau 2012 (7) Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 34-35.

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
19 août 2021 4 19 /08 /août /2021 00:00
Saint Jean Eudes, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p. 117.

Saint Jean Eudes, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p. 117.

Dans le but de travailler au relèvement du Clergé, "le plus grand ennemi de l'Église", selon lui, le Père Eudes ouvrit à Caen un séminaire qui fut l'embryon d'une nouvelle famille religieuse, consacrée aux Coeurs de Jésus et de Marie et appelée "Congrégation de Jésus et de Marie" (Eudistes). Le succès vint aussitôt: les diocèses de Normandie furent bientôt pourvus de prêtres instruits et vertueux. Le Père Eudes ajouta à la formation du clergé les missions dans les campagnes.

En même temps, il fondait à Caen un Institut pour assurer la persévérance des "Repenties". Selon l'usage du temps, chaque maison était indépendante; à la mort du Père Eudes, il y en avait quatre; à la veille de la Révolution, il y en avait huit. En 1835, la supérieure du Refuge d´Angers, sainte Marie-Madeleine Pelletier, femme "de taille à gouverner un royaume", obtint que les nouvelles maisons fondées par son monastère restassent sous la dépendance de la Maison-Mère et donna à sa Congrégation le nom de "Bon-Pasteur". Cette branche a eu un grand succès, et possède des ramifications dans les cinq parties du monde.

 

 

Une des gloires du Père Eudes est d'avoir été le précurseur de la dévotion aux Coeurs de Jésus et de Marie. Quarante ans avant les apparitions de Paray-le-Monial, il faisait célébrer par ses prêtres l'Office solennel de ces très saints Coeurs et s'en faisait l'Apôtre dans ses missions. Aussi Léon XIII a appelé le Père Eudes "Auteur du culte liturgique des SS. Coeurs de Jésus et de Marie"; et Pie X, en le béatifiant, a dit qu´il devait être regardé comme "Père, Docteur et Apôtre" de cette dévotion.

Saint Jean Eudes, fondateur de la congrégation de Jésus et de Marie (1601-1680)

Dans son ouvrage "Le Royaume de Jésus" cité dans le Catéchisme de l'Église catholique au paragraphe 521, Saint Jean Eudes explique que "nous devons continuer et accomplir en nous les états et mystères de Jésus, et le prier souvent qu'il les consomme et les accomplisse en nous et en toute son Église. (...) Car le Fils de Dieu a dessein de mettre une participation, et de faire comme une extension et continuation de ses mystères en nous et en toute son Église, par les grâces qu'il veut nous communiquer, et par les effets qu'il veut opérer en nous par ces mystères. Et par ce moyen il veut les accomplir en nous" (Le Royaume de Jésus 3.4: Œuvres complètes, v. 1 [Vannes 1905], p. 310-311.) 

Arrivé à un âge avancé, le saint fondateur déposa sa charge de Supérieur et mourut saintement le 19 août 1680. Il est représenté avec un ou deux coeurs brûlants dans les mains.

Au XVIIIe siècle, les Eudites combattent le jansénisme, mouvement gallican contre l'ultramontanisme et l'autorité du Pape, donc proche du protestantisme et développant en même temps un rigorisme moral excessif.

Sources : (1) J.-M. Planchet, Nouvelle Vie des Saints, p. 332 ; (2) ; (3) ; (4) ; (5) ;
 (6) ; (7) Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p. 116.

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 13:12
Source : https://www.dailymail.co.uk/news/article-9893465/Americans-PhDs-reluctant-vaccinated-against-COVID-study-finds.html

Source : https://www.dailymail.co.uk/news/article-9893465/Americans-PhDs-reluctant-vaccinated-against-COVID-study-finds.html

Les Américains titulaires d’un doctorat sont les plus réticents à se faire vacciner contre la COVID, selon une étude

 

Des chercheurs de l'Université Carnegie Mellon et de l'Université de Pittsburgh ont signalé une corrélation en forme de U entre l'hésitation à la vaccination et le niveau d'éducation

Ils ont conclu que les personnes titulaires d'un doctorat sont non seulement les plus sceptiques quant à la vaccination, mais sont également les moins susceptibles de changer d'avis à ce sujet.

D'autres facteurs de risque d'hésitation comprenaient un âge plus jeune, une race non asiatique et le fait de vivre dans un comté rural avec un soutien Trump 2020 plus élevé, entre autres

Depuis la publication du rapport, NY, LA, San Francisco et la Nouvelle-Orléans ont mis en œuvre des mandats de vaccination

Par SHANNON THALER POUR DAILYMAIL.COM

 

PUBLIÉ : 16:39 BST, 14 août 2021 | ACTUALISÉ: 13:52 BST, 17 août 2021

 

Les personnes titulaires d'un doctorat sont les plus hésitantes lorsqu'il s'agit de se faire vacciner contre le Covid-19 , selon un article de chercheurs de l'Université Carnegie Mellon et de l'Université de Pittsburgh.

 

Les chercheurs ont interrogé un peu plus de cinq millions d'adultes américains dans une enquête en ligne, avec 10 000 déclarant qu'ils ont été instruits au niveau du doctorat.

 

Le rapport a montré une corrélation surprenante en forme de U entre la volonté de se faire vacciner contre le Covid et le niveau d'éducation – avec la plus grande hésitation parmi les moins et les plus instruits.

 

Parmi les personnes interrogées, 20,8 pour cent avec un diplôme d'études secondaires étaient réticents à se faire vacciner, et 23,9 pour cent avec un doctorat étaient contre.

 

Mais les moins sceptiques du vaccin avaient une maîtrise – avec seulement 8,3% de ce groupe hésitant à se faire vacciner.

 

Les chercheurs n'ont pas expliqué pourquoi tant de personnes titulaires d'un doctorat hésitaient à se faire vacciner, et le document a noté qu'"une enquête plus approfondie sur l'hésitation parmi les titulaires d'un doctorat est nécessaire".

 

Le rapport a déclaré: "À notre connaissance, aucune autre étude n'a évalué l'éducation avec ce niveau d'importance, ce qui a été possible en raison de notre échantillon exceptionnellement large (plus de 10 000 participants titulaires d'un doctorat)."

 

[...]

 

Le document a également révélé qu'au cours des cinq premiers mois de 2021, la plus forte baisse du scepticisme quant à l'obtention du vaccin était parmi les moins instruits - ceux ayant un diplôme d'études secondaires ou moins.

 

Nombreux sont ceux qui partent du principe que le niveau d'éducation a une corrélation négative avec l'hésitation à se faire vacciner - les personnes plus instruites sont plus susceptibles de recevoir le vaccin. 

 

Mais les chercheurs ont découvert qu'au cours des cinq premiers mois de 2021, la plus forte baisse du scepticisme quant à l'obtention du vaccin était parmi les moins instruits - ceux qui avaient un diplôme d'études secondaires ou moins.

 

En mai, la réticence à se faire vacciner est restée constante dans le groupe le plus instruit - les titulaires d'un doctorat.

 

"Les titulaires d'un doctorat étaient les seuls groupes d'éducation sans diminution de l'hésitation", lit-on dans le journal.

 

[...]

 

Les chercheurs ont conclu que les personnes les plus instruites de notre société sont non seulement les plus réticentes à se faire vacciner, mais sont également les moins susceptibles de changer d'avis à ce sujet.

 

Le document note que d'autres facteurs de risque d'hésitation comprennent "un âge plus jeune, une race non asiatique, le fait d'avoir un doctorat ou un niveau d'études inférieur au secondaire, le fait de vivre dans un comté rural où le soutien de l'organisation Trump 2020 est plus élevé, le fait de ne pas s'inquiéter de Covid-19, le fait de travailler en dehors de la maison, le fait de ne jamais éviter intentionnellement le contact avec d'autres personnes et le fait de ne pas avoir été vacciné contre la grippe l'année précédente". 

 

 

Mais l'hésitation à la vaccination chez les adultes américains a chuté au cours des premiers mois de 2021 et le document a montré qu'environ 25% des adultes étaient hésitants au début de l'année, tombant progressivement à 17% en mai.

 

Les raisons de l'hésitation à la vaccination varient, selon l'enquête.

 

Les baisses les plus importantes ont été observées parmi les populations noires et hispaniques - diminuant de moitié - et les personnes ayant un diplôme d'études secondaires ou moins.

 

L'hésitation à la vaccination chez les adultes américains a chuté au cours des premiers mois de 2021 et le document a montré qu'environ 25% des adultes étaient hésitants au début de l'année, tombant progressivement à 17% en mai. Les jeunes sont généralement plus réticents à la vaccination que leurs pairs plus âgés, sauf chez les hispano-américains de plus de 75 ans

 

[...]

 

En janvier, près de 60% des Noirs américains hésitaient à recevoir le vaccin, bien que ce nombre ait été réduit de moitié à 30% en mai.

 

Les Américains d'origine asiatique étaient de loin le groupe le moins hésitant, avec moins de cinq pour cent en mai – plus de 15 pour cent de moins que tous les autres groupes raciaux.

 

L'hésitation à la vaccination chez les personnes ayant un diplôme d'études secondaires ou moins a également chuté de façon spectaculaire, passant de 35 pour cent à un peu plus de 20 pour cent.

 

Cependant, il n'y avait pas d'indicateurs géographiques ou politiques forts chez les personnes qui ont abandonné leur hésitation, ont découvert les chercheurs.

 

Les données ont été publiées sous forme de pré-impression sur medRxiv.org et n'ont pas été évaluées par des pairs.

 

Le document devra être revu avant de pouvoir être publié dans une revue accréditée.

 

Cela survient alors que l'Amérique lutte pour faire piquer sa population non vaccinée restante.

 

Depuis que le rapport a été publié le 23 juillet de cette année, New York, Los Angeles, San Francisco et la Nouvelle-Orléans ont mis en œuvre des mandats de vaccination pour les clients des lieux de divertissement en salle.

 

Chaque ville a établi des exigences et des conditions uniques, mais aucune d'entre elles n'a donné d'indication claire sur la façon dont les mandats seront appliqués.

 

Pas plus tard qu'hier, le maire de la Nouvelle-Orléans, LaToya Cantrell, a annoncé que les gens devaient fournir une preuve de vaccination pour entrer dans les bars, les restaurants, les music-halls, le Superdome, les casinos et autres installations intérieures.

 

Mais en rupture avec les autres villes, la Nouvelle-Orléans permettra également aux clients de présenter un test Covid-19 négatif récent.

 

New York et LA exigent que les résidents aient au moins une photo avant d'entrer dans les restaurants intérieurs, les gymnases et les entreprises de divertissement

 

Mais LA va encore plus loin et inclut les "établissements de vente au détail".

 

Le mandat de San Francisco est encore plus strict et insiste sur une vaccination complète - pas seulement une dose - pour les clients et les employés des restaurants, des gymnases et d'autres lieux intérieurs.

Partager cet article
Repost0
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 00:00
Etonnant destin de Ste Hélène, qui fut la concubine de Constance Chlore. Le nom de la mère de Constantin, devenue chrétienne et premier pélerin illustre de Terre sainte, est immortalisé par "l'Invention de la sainte Croix". Image tirée d'une photo Bibliothèque nationale in DANIEL-ROPS, Histoire de l'Eglise du Christ, tome II Les Apôtres et les Martyrs, Librairie Arthème Fayard, Paris 1965, p. 360

Etonnant destin de Ste Hélène, qui fut la concubine de Constance Chlore. Le nom de la mère de Constantin, devenue chrétienne et premier pélerin illustre de Terre sainte, est immortalisé par "l'Invention de la sainte Croix". Image tirée d'une photo Bibliothèque nationale in DANIEL-ROPS, Histoire de l'Eglise du Christ, tome II Les Apôtres et les Martyrs, Librairie Arthème Fayard, Paris 1965, p. 360

Sainte Hélène naquit vers le milieu du IIIe siècle. Voici ce que dit saint Ambroise (340-397):
« Hélène, première femme de Constance Chlore, qui ceignit depuis la couronne impériale, était, paraît-il, une humble fille d'étable. Noble fille d'étable, qui sut mettre tant de sollicitude dans la recherche de la Crèche sacrée ! Noble fille d'étable, à qui fut réservé de connaître l'Étable de Celui qui guérit les blessures de l'humanité déchue ! Noble fille d'étable, qui préféra les abaissements du Christ aux dignités trompeuses du monde ! Aussi le Christ l'a-t-il élevée de l'humilité de l'étable au sommet des grandeurs humaines. »

        La gloire de sainte Hélène c'est d'avoir été la mère de Constantin. « Constantin, dit saint Paulin de Nole, doit plus à la piété de sa mère qu'à la sienne d'avoir été le premier empereur chrétien. » Contrairement aux autres empereurs, Constance Chlore reconnaissait le vrai Dieu. Les prêtres chrétiens étaient admis à sa cour et y vivaient en paix. Une telle bienveillance ne peut être attribuée qu'à l'influence de l'impératrice sur le cœur de son époux. Sainte Hélène a donc joué un grand rôle dans la fin des persécutions, puisqu'elle fut l'épouse et la mère des deux hommes qui, sous son influence, protégèrent le christianisme. Qui sait même si les prières d'Hélène ne méritèrent point à Constantin l'apparition miraculeuse de la Croix, par laquelle il remporta la victoire et devint seul maître de l'empire?

Basilique du Saint-Sépulcre        Un autre événement remarquable dans la vie de sainte Hélène, c'est la découverte de la Vraie Croix du Sauveur, lors d’un pélerinage en Palestine entrepris en 326. Le bois de la croix fut découvert sur le lieu du Calvaire, après que l'on fit détruire le temple de Vénus bâti par l'empereur Hadrien, afin d'y ériger la basilique du Saint-Sépulcre. C'est au cours du chantier que trois croix auraient été trouvées. Un miracle (ou une inscription, selon les versions), aurait permis de distinguer la croix du Christ de celles des deux larrons.

        Hélène vivait sans étalage de grandeurs. Nourrir les pauvres, donner aux uns de l'argent, aux autres des vêtements, à d'autres une maison ou un coin de terre, c'était son bonheur. Sa bonté s'étendait aux prisonniers, aux exilés, à tous les malheureux. Le peuple ne pouvait voir sans une joie mêlée de larmes son impératrice venir en habits simples et communs prendre sa place à l'église dans les rangs des fidèles : une telle conduite n'a sa source que dans l'Évangile. Hélène eut, avant sa mort, la consolation de voir Constantin, protecteur de la religion de Jésus-Christ.

Sainte Hélène, détail vers 1495, jean-Baptiste Cima de Conegliano, Washington National Gallery of Art

Sainte Hélène, détail vers 1495, jean-Baptiste Cima de Conegliano, Washington National Gallery of Art

Sources: 1, 2

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 19:42
https://twitter.com/JLesgards/status/1427596868113113091?s=20

https://twitter.com/JLesgards/status/1427596868113113091?s=20

"Il y a un antibiotique, l'Azithromycine, qui a été utilisé en masse les autres hivers, et ici comme par hasard, cela devient un 'traitement dangereux. ... L'Azithromycine pourrait représenter des risques cardiaques'. Mais les autres années, les effets cardiaques, ils étaient où ?

 

"Déjà ne pas avoir autoriser les médecins à traiter leurs patients, cela m'a vraiment révolté. Parce que les molécules étaient là et on pouvait au moins les essayer.

 

"[...] On propose un vaccin comme un sauveur alors qu'en fait il y a des traitements. Et donc il n'y a pas besoin de faire une vaccination de masse pour une maladie pour laquelle il existe un traitement."

 

Source : https://twitter.com/JLesgards/status/1427596868113113091?s=20  

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 18:37

Avant même que l’OMS ne parle de pandémie, en date seulement du 11 Mars 2020, nous avons découvert des documents dont la plupart ont déjà été publiés, mais visiblement oubliés, ou passés en catimini.

 

Le pass sanitaire décidé pour l’Europe le 12 septembre 2019

Lors d’un sommet avec les chefs d’États et l’OMS, il est sorti un rapport sous PDF, une feuille de route, dans lequel il est indiqué le désir de l’union européenne d’instaurer une « carte de vaccination européenne », et pour 2022, ils l’appellent carrément « passeport sanitaire ».

 

Lien du rapport: https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/vaccination/docs/2019-2022_roadmap_en.pdf

 

Et l’AFP et LCI se contredisent totalement pendant ce temps, quant à ce PDF de la commission européenne qui a été assez partagé à l’époque mais oublié depuis. Ils ne s’attendaient tellement pas à cette réaction des peuples, pas si dupes, qu’ils tentent de le justifier par plusieurs moyens en se prenant les pieds dans le tapis.

 

C’est assez drôle de les voir se perdre dans leurs mensonges et manquer de coordination.

 

 

Source: https://www.lci.fr/sante/oui-la-commission-europeenne-reflechit-a-un-passeport-vaccinal-et-cela-fait-plusieurs-annees-2175528.html

 

Mais attendez, vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Le journal « Le Monde », en Décembre 2019 officialisait déjà l’instauration d’un passeport sanitaire en phase de test, en Afrique, subventionné par Bill Gates, comme par hasard.

 

Source: https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/19/le-kenya-et-le-malawi-zones-test-pour-un-carnet-de-vaccination-injecte-sous-la-peau_6023461_3212.html

 

Et si cela ne vous suffisait pas, la firme ModernaTX, qui comme Pfizer a développé un vaccin à ARNm toujours en phase de test dont l’efficacité n’est pas prouvée tout comme la balance bénéfices/risques, et les effets secondaires très présents, a publié un document passé inaperçu concernant le développement d’un vaccin à ARN messager contre le coronavirus, 4 mois avant la déclaration de pandémie par l’OMS:

 

Page 105 https://s3.documentcloud.org/documents/6935295/NIH-Moderna-Confidential-Agreements.pdf

Regardez la dernière phrase. « Vaccin à ARNm coronavirus développé par le NIAID et Moderna », page 105

 

 

Source: Daté du 12 Décembre 2019 comme marqué ci dessus, page 107

La manipulation est de plus en plus avérée dans la tête des gens, le réveil est en marche et ils ne pourrons plus berner les peuples aussi longtemps qu’ils le désirent. Ils pensaient instaurer le pass sanitaire dans une suite logique de leur plan dictatorial, mais les européens en ont décidé autrement.

 

Tout est résumé dans cette interview de Philippe de Villiers, à partir de la 31è minute. Il développe tout ce que l’on vient de démontrer, en allant plus loin, expliquant que la prochaine étape est le crédit social si on laisse faire.

[NdCR. Extrait de la video. Philippe de Villiers :

 

"Je me méfie d'un vaccin qui a été fabriqué en si peu de temps. [...] Le Pass sanitaire est liberticide, il est discriminatoire. Mais cela va beaucoup plus loin : [...] il a été décidé le 12 septembre 2019 à l'initiative de la Commission de Bruxelles et du Conseil des chefs d'Etat à l'Europe lors d'un sommet avec l'OMS, un passeport vaccinal obligatoire, et ils avaient déjà tout prévu, même la désinformation, les fake news. Après cela, il y a eut le fameux exercice à New York le 18 octobre 2019, où Big Pharma, Big Data, Big Finances simulent une pandémie de coronavirus (hasard...) - donc visiblement ils anticipent -. Pour cette simulation (de pandémie) il y a Johnson et Johnson, le Forum de Davos, Bill Gates, l'Université John Hopkins. Cela a été filmé, c'est l'Event 201. C'est-à-dire qu'ils se sont réunis et ils ont simulé une pandémie de coronavirus... Et avec leurs exercice il y avait 65 millions de morts... Alors je ne suis pas en train de vous dire qu'ils ont inventé le coronavirus, je suis en train de vous dire que ces gens-là qui ont fait la mondialisation sans frontières et sans cloisons, savaient qu'il y aurait un coronavirus, et ils l'ont fait quand même parce qu'ils savaient le profit qu'ils en tireraient (Cf. Le livre de Klaus Schwab, 'Covid 19, la Grande réinitialisation' : 'la pandémie nous donne une chance, elle représente une fenêtre d'opportunité' (sic). Une fenêtre d'opportunité pour quoi ? Pour une réinitialisation du monde, c'est-à-dire la digitalisation du monde. 

 

[...] Et l'idée du Pass sanitaire c'est d'appliquer la feuille de route, qui est l'identité numérique pour tous, soit par reconnaissance biométrique, soit faciale (l'iris), de nous géolocaliser et de nous contrôler. C'est le traçage humain, le traquage et le flicage intime. Avec l'identité numérique qui remplacera toutes nos identités, les géants du numérique d'une part et la classe dirigeante d'autre part, pourront nous contrôler et avoir accès à avoir accès à nos données les plus intimes. Et bien cela, Orwell ne l'avait même pas imaginé. Et donc moi je dis, je ne veux pas du passeport sanitaire parce que c'est l'engrenage vers l'identification numérique. Et l'identification numérique c'est un monde sans liberté. C'est-à-dire une monde dans lequel au nom du sanitaire on a sacrifié la jeunesse; un monde dans lequel au nom du tout numérique on a sacrifié la société de voisinage, et un monde dans lequel au nom du post-humanisme on dénature l'espèce humaine. Et il y a des gens dans le monde qui savent tout cela et qui disent 'non, pas le pass sanitaire'. [...] Ils sont en train de nous voler notre liberté." (Fin de citation) ]

 

Source et suite de l'article

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 17:10
Il n'y a pas de pandémie des non vaccinés: un médecin sceptique de la vaccination COVID interrogé sur FOX

[Source : LifeSiteNews]

Le médecin a souligné qu'il n'y a aucune preuve que les non vaccinés provoquent une augmentation des cas – en particulier ceux associés à de nouveaux variants – car cela va à l'encontre de l'orthodoxie établie sur le fonctionnement des virus et des vaccins.

 

Mar 17 août 2021 - 9 h 23 HAE

 

WASHINGTON DC. ( LifeSiteNews ) – L'un des médecins menant la charge contre les mandats de vaccination COVID-19 a assuré à Laura Ingraham sur The Ingraham Angle qu'il n'y avait pas de "pandémie des non vaccinés".

 

Le Dr Byram Bridle a fait ses remarques alors que des politiciens et des responsables de la santé aux États-Unis, dont Joseph Biden et le Dr Anthony Fauci, et ailleurs, affirment que les personnes non vaccinées sont à blâmer pour les niveaux actuels d'hospitalisations et de cas associés au COVID-19.

 

Laura Ingraham a demandé à Bridle s'il est juste ou non de dire qu'il n'y a pas de "pandémie des non vaccinés" ou si c'est la campagne de vaccination de masse qui alimente l'arrivée de nouveaux variants.

 

"Absolument, il est faux d'appeler cela une pandémie de non vaccinés", a déclaré le médecin.

 

Bridle a souligné qu'il n'y a aucune preuve que les non vaccinés provoquent une augmentation des cas – en particulier ceux associés à de nouveaux variants – car cela va à l'encontre de l'orthodoxie établie sur le fonctionnement des virus et des vaccins. De l'avis expert de Bridle, l'incapacité des vaccins contre les coronavirus à tuer le virus et sa focalisation étroite sur la "protéine unique" sont une recette pour la fabrication de mutants qui pourraient conduire à la prolifération des nouveaux variants évoqués par les politiciens et les médias.

 

"Les principes sont les suivants : si vous avez une entité biologique sujette aux mutations et que le coronavirus du SRAS-2, comme tous les coronavirus, est sujet aux mutations… et si vous appliquez une pression sélective étroitement ciblée qui n'est pas létale et que vous le faites sur un longue période, c'est la recette pour favoriser l'émergence de variants, et c'est exactement ce que nous faisons", a expliqué Bridle.

 

"Nos vaccins se concentrent sur une seule protéine du virus, donc le virus n'a qu'à modifier une protéine, et les vaccins ne sont pas près de conférer une immunité stérilisante, les personnes vaccinées sont toujours infectées."

 

Ingraham a déclaré que cela contredit le récit selon lequel les non vaccinés sont à l'origine de la pandémie, et Bridle a ajouté que l'immunité résultant d'une infection naturelle est "beaucoup plus protectrice que l'immunité induite par le vaccin contre de nouveaux variants".

 

Selon Ingraham, l'administration Biden a déclaré que près de 100% des décès dus au COVID-19 et 95% des hospitalisations sont le résultat de personnes non vaccinées qui contractent le virus. Cependant, la directrice des Centers of Disease Control (CDC), Rochelle Walensky, a tacitement admis que ces statistiques sont trompeuses. Lors de la conférence de presse du 5 août à la Maison Blanche, Walensky a déclaré que "ces données provenaient d'analyses effectuées dans plusieurs États de janvier à juin et ne reflétaient pas les données dont nous disposons actuellement".

 

Mais Ingraham a déclaré que les affirmations de Walensky selon lesquelles les personnes non vaccinées seraient à l'origine de la pandémie sont en elles-mêmes trompeuses et sans contexte. L'animatrice de Fox News a fait remarquer que la grande majorité des personnes aux États-Unis n'ont été vaccinées que quelques mois après le début de l'année 2021. Les premiers déploiements des vaccins COVID-19 ont commencé à la fin de l'année 2020, et ont été limités à un petit nombre de personnes considérées comme vulnérables. Cette tendance s'est poursuivie au cours de la nouvelle année, et ce n'est qu'au printemps que le grand public a pu demander le vaccin expérimental.

 

Mathématiquement, il est impossible que la majorité des cas et des décès associés au COVID-19 ne soient pas attribués aux personnes non vaccinées, compte tenu de la chronologie. En outre, les mois les plus froids de l'année sont, selon le CDC, les mois au cours desquels les maladies respiratoires telles que les rhumes et les grippes ont tendance à circuler le plus fréquemment. Selon les schémas saisonniers, le coronavirus suit également un schéma saisonnier, avec un pic pendant les mois d'hiver.

 

Le Dr Bridle a récemment été critiqué pour sa position sur les risques des nouveaux vaccins et a même appelé le gouvernement canadien à arrêter la vaccination des enfants. Bridle a suggéré que la campagne de vaccination de masse pourrait être dangereuse compte tenu des effets secondaires pouvant découler de la protéine de pointe produite par le vaccin.

 

"Nous savons depuis longtemps que la protéine de pointe est pathogène", a-t- il déclaré dans une interview en mai.

 

"C'est une toxine", a-t-il poursuivi.

 

"Elle peut causer des dommages à notre corps si elle est en circulation. Or, maintenant, nous avons des preuves claires que … le vaccin lui-même, ainsi que la protéine, pénètrent dans la circulation sanguine."

 

Bridle n'est pas seul dans ses appréhensions. Le Dr Robert Malone, MD, l'inventeur de la technologie des vaccins à ARNm et à ADN, ne recommande pas ces vaccins pour les enfants ou les adolescents. De plus, Malone et Bridle sont tous deux apparus ensemble dans un épisode du podcast canadien Trish Wood is Critical où on peut entendre Malone louer Bridle pour son opinion sur les dangers des campagnes de vaccination de masse actuelles.

 

Il existe des données provenant d'autres endroits dans le monde qui soutiennent la conviction de Bridle que la pandémie n'est pas renforcée par les non vaccinés. Dans une interview accordée le 5 août à la chaîne israélienne Channel 13, le Dr Kobi Habib, directeur médical de l'hôpital Herzog à Jérusalem, a déclaré que la majorité des patients atteints de coronavirus dans un hôpital israélien, y compris ceux atteints d'une maladie grave, sont entièrement vaccinés. Israël a vu environ 70% de sa population totale recevoir le vaccin, et donc ses niveaux de vaccination sont parmi les plus élevés au monde.

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 16:58
"Nous sommes dans un châtiment" : l'évêque appelle les dirigeants du monde à revenir immédiatement à Dieu

[Source : LifeSiteNews]

 

Dans le dernier épisode de The Bishop Strickland Show, L'évêque Joseph Strickland a lancé un avertissement aux nations et aux dirigeants du monde entier qui font la promotion de l'avortement, de l'homosexualité et de l'oppression des citoyens ordinaires. Son Excellence nous avertit que nous souffrons dans le monde à cause de nos péchés et parce que nous ne reconnaissons pas Dieu comme le Créateur et le véritable auteur de la vie.

 

"Nous sommes au milieu d'un châtiment parce que nous détruisons la vie d'enfants, nous massacrons des enfants à naître à un rythme jamais vu auparavant dans l'histoire", s'est-il exclamé pour co-animer Terry Barber.

 

Son Excellence a ajouté que malgré ce châtiment de Dieu, notre créateur "nous aime toujours" et appelle chaque individu à revenir à Lui.

 

Strickland a souligné que malheureusement trop de politiciens et d'autorités ne réalisent pas ces problèmes et continuent de manipuler l'humanité.

 

L'évêque Strickland a affirmé que le salut du monde ne peut jamais venir "des contrôles de l'État ou des contrôles des mandats".

 

Il a encouragé les chrétiens à ne jamais avoir peur de défendre les vérités de la foi, même si cela signifie le martyre. Même s'ils "peuvent nous tuer [ou] sérieusement restreindre nos libertés en tant que peuple de Dieu, ils ne peuvent pas enlever cette essence même de qui nous sommes : des êtres libres qui peuvent choisir de notre cœur de dire oui ou non à Dieu."

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 15:12
Source : https://uncutnews.ch/fbi-erklaert-impfgegner-zu-terroristen-enthuellt-90-tage-plan-fuer-gewalt-unter-falscher-flagge-und-wird-die-schuld-dann-auf-anti-lockdown-extremisten-schieben/

Source : https://uncutnews.ch/fbi-erklaert-impfgegner-zu-terroristen-enthuellt-90-tage-plan-fuer-gewalt-unter-falscher-flagge-und-wird-die-schuld-dann-auf-anti-lockdown-extremisten-schieben/

Uncut-news.ch

16 août 2021

Terror / Terror Management , USA / L'EMPIRE

 

Comme nous l'avons annoncé à plusieurs reprises, le gouvernement fédéral corrompu et dirigé par des criminels a déclaré la guerre au peuple américain. Dans un avertissement généralisé sur la sécurité intérieure, le gouvernement fédéral a déclaré que quiconque s'oppose aux vaccins, aux masques, à la distanciation sociale ou au confinement constitue une "menace terroriste potentielle" pour la société dans son ensemble. L'avertissement, surnommé "l'avertissement national contre le terrorisme" par NBC News, géré par la CIA, indique également que quiconque pense que les élections de 2020 étaient frauduleuses pourrait également être un terroriste.

 

Oubliez le fait que les démocrates et les médias de gauche ont passé les quatre dernières années à déplorer la fraude électorale totale aux élections de 2016, en affirmant que "les Russes" avaient volé les élections. À l'époque, de telles déclarations étaient qualifiées de patriotiques... mais maintenant elles sont considérées comme du terrorisme.

 

Selon le gouvernement dirigé par des criminels qui a utilisé des armes biologiques contre son propre peuple, il n'est pas "extrême" d'exiger des injections massives d'armes biologiques expérimentales et mortelles à protéines de pointe, mais il est totalement extrême de s'opposer au suicide par vaccination. Le mémo avertit même que de nouveaux blocages et restrictions arrivent et quiconque s'y oppose est automatiquement qualifié de terroriste :

 

Ces extrémistes pourraient tenter d'exploiter l'émergence de variants du COVID-19 en considérant la possible réintroduction de mesures de restrictions de santé publique aux États-Unis comme un motif d'attaques. Les facteurs de stress pandémique ont contribué à l'augmentation des pressions et des tensions sociales et ont déclenché de multiples attaques d'extrémistes violents au niveau national, et ils pourraient aggraver la violence cette année.

 

L'avertissement du DHS est vraiment un complot pour une prochaine attaque violente sous faux drapeau menée par l'État profond et imputée aux non vaccinés

 

Cet "avertissement national de terrorisme" du DHS n'est en réalité qu'un aveu de l'État profond qui prévoit de mener des attaques sous faux drapeau en Amérique et de blâmer les non vaccinés. Il ne fait aucun doute que le FBI recrute rapidement des acteurs de crise pour incendier un hôpital (ou quelque chose de similaire) tandis que les caméras de CNN enregistreront l'action mise en scène et diffuseront leur propagande dans le monde entier. Les acteurs lançant les cocktails Molotov seront bien entendu tous à la solde du FBI, vêtus de vêtements MAGA (Make America Great Again. Ndlr.) pour diaboliser par la même occasion les partisans de Trump.

 

Le but de l'avertissement du DHS est de définir le récit avant leur propre événement, et nous devons soigneusement noter qu'ils se sont donné près de 90 jours (jusqu'au 11 novembre) pour y parvenir.

 

Étonnamment, cette annonce par le DHS que la moitié des Américains sont soudainement des terroristes n'est rien de moins qu'une déclaration de guerre au peuple américain. Ce gouvernement illégitime - qui n'est arrivé au pouvoir qu'en manipulant les élections de 2020 - considère désormais les personnes qu'il prétend représenter comme des combattants ennemis à cibler et à détruire.

 

Alors que le peuple américain est diabolisé et ciblé, la frontière sud des États-Unis reste grande ouverte (intentionnellement) afin que la nation puisse être inondée de millions d'étrangers illégaux qui remplaceront les électeurs démocrates bientôt morts qui se sont couchés pour commettre une vaccination suicide. Alors que les démocrates obéissants et en état de mort cérébrale meurent de l'amélioration de la dépendance aux anticorps, ils sont remplacés par une vague d'illégaux ayant le droit de vote pour maintenir les démocrates au pouvoir.

 

L'État profond prévoit d'utiliser son prochain événement sous faux drapeau pour criminaliser toutes les déclarations anti-vaccination et déclarer une dictature médico-militaire en Amérique, avec des troupes opérant des points de contrôle routiers, et chaque fois que vous traversez une frontière d'État vous devez avoir votre carnet de vaccination. Si vous ne fournissez pas les bons papiers de vaccination, vous serez arrêté sous la menace d'une arme et emmené dans l'un des camps de la mort de Covid gérés par le CDC qui ont déjà été publiquement annoncés par le CDC, qui insiste sur le fait que ces camps de la mort répondent aux "normes humanitaires minimales".

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 00:00
Saint Hyacinthe de Cracovie, o.p. († 1257), Missionnaire dominicain, apôtre de la Pologne, saint Patron de la Lituanie

Apôtre de la Pologne, thaumaturge, saint Patron de la Lituanie, surnommé "l'Apôtre du Nord".

 

Originaire de Silésie, il fit ses études à Paris et à Bologne. Docteur en théologie et prêtre, il réforma de nombreux couvents en Pologne, en Russie et en Lituanie.

Hyacinthe était de famille illustre. À Rome, il fut le témoin d'un miracle de S. Dominique, et devint son disciple.

 

Saint Dominique reçut ses vœux et l'envoya évangéliser la Pologne, où il opéra des conversions sans nombre.

 

Hyacinthe transmit la doctrine dominicaine en Pologne et évangélisa également la Suède, la Norvège, le Danemark, l'Ecosse (d'où son surnom d'"Apôtre du Nord"), l'Asie mineure et la Grèce.

 

Sa vie n'était qu'un perpétuel exercice de charité envers toutes les misères, et de sainte cruauté contre lui-même. À l'imitation de S. Dominique, il n'avait point d'autre chambre que l'église et d'autre lit que la terre ; il se déchirait toutes les nuits les épaules avec des chaînes de fer et jeûnait fréquemment au pain et à l'eau. Parmi les prodiges qu'il opéra, on cite des résurrections de morts, la délivrance de possédés du démon, la guérison de nombreux malades. On le vit traverser le fleuve rapide de la Vistule avec plusieurs de ses frères, sur son manteau étendu.

 

Obligé de fuir devant les Tartares, il emporte du moins avec lui le Saint-Sacrement, pour en empêcher la profanation. Comme il va quitter l'église, une voix sort de la statue de Marie, qui lui demande de l'emporter aussi. Elle pèse huit ou neuf cents livres ; Hyacinthe, plein de foi, la prend d'une main et la trouve légère comme un roseau. À défaut de bateau, il traverse avec son fardeau le grand fleuve du Borysthène comme une terre ferme, pendant que son manteau sert de barque à ses frères, qui le suivent.

 

Consolé par plusieurs visites de la Sainte Vierge, il eut révélation de sa mort, qui arriva le 15 août 1257.

 

Hyacinthe a été canonisé le 17 avril 1594 par le Pape Clément VIII

 

En 1686 le Pape Innocent XI le nomma saint patron de la Lituanie.

Une basilique à Chicago porte son nom.

 

La ville de Saint-Hyacinthe au Canada est nommée en son honneur.

 

Sources : 1, 2

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 15:36
L’année 2020 n’a connu aucune surmortalité chez les personnes âgées de moins de 65 ans

Laurent Toubiana publie une étude édifiante sur la surmortalité, "relativement faible", en 2020

 

Vieillissement de la population et négligence des comorbidités comme causes principales de décès dans certains cas sont autant de raisons qui relativisent soudainement la surmortalité liée à l'épidémie. Des chercheurs publient une étude qui atteste d'un excès de mortalité de 3,66 % par rapport aux chiffres attendus en 2020. Cette surmortalité concerne, par ailleurs, uniquement les personnes âgées.

 

Des chercheurs affiliés à l'Inserm, l'IRSAN, le CNRS, l'INSEE et l'AP-HP - Laurent Toubiana, Laurent Mucchieli, Pierre Chaillot et Jacques Bouaud -, sont formels : "L'épidémie de Covid-19 a eu un impact relativement faible sur la mortalité en France". L’année 2020 n’ayant connu aucune surmortalité chez les personnes âgées de moins de 65 ans, notamment.

 

Invité d'André Bercoff sur Sud Radio, le chercheur Laurent Toubiana décrypte en exclusivité cette étude disponible sur le site de l'Irsan.

 

"La surmortalité, on en a beaucoup parlé dès la canicule de 2008." Surmortalité, oui, mais relative. Pour la population française dans son ensemble, les auteurs estiment à 3,66 %, l’excès par rapport à la mortalité attendue en 2020, soit 23 000 morts au-delà de la moyenne des années précédentes.

 

Un indéniable vieillissement de la population cumulé à un coronavirus qui impacte surtout les personnes âgées

"Il ne faut pas oublier également que la population française vieillit", ajoute le chercheur. Il faudra également s'attendre à une surmortalité dans les années à venir pour ces raisons démographiques. "Par ailleurs, l’âge médian au décès à l’hôpital des malades de l’épidémie de coronavirus est de 85 ans et près de 92,5 % des personnes avaient 65 ans et plus", rappelant que cette maladie tue principalement des personnes âgées.

 

La mortalité comme alpha et oméga de l'analyse épidémiologique, loin des "tests positifs"

 

C'est précisement ce critère de la mortalité qui intéresse les rédacteurs de cette étude, parlant de "référence absolue" en termes d'épidémiologie et d'évaluation de la gravité d'une épidémie. Alors pourquoi ce chiffre de 93 378 morts du Covid-19 à dater du 26 mars 2021 ? Les deux tiers des certificats de décès notés Covid recensés par Santé Publique France comportaient en parallèle des mentions de "comorbidités importantes connues". "Ainsi, les individus décédés sont-ils morts à la suite d’une forme grave de la maladie ou bien, sont-ils morts des suites d’une autre maladie mais ayant été testé positif récemment ?", dit le rapport.

 

"Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020, 654 016 individus sont morts toutes causes confondues. Pendant la même période, 64 632 individus ont été comptabilisés comme morts attribués à la maladie Covid-19", soit 9,88 % des décès en France, sans même prendre en compte la notion de comorbidités.

 

Source : https://www.sudradio.fr/societe/exclusif-laurent-toubiana-publie-une-etude-edifiante-sur-la-surmortalite-relativement-faible-en-2020/

 

Partager cet article
Repost0
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 13:49
Source : https://thebl.tv/world-news/europe/pandemic-has-ended-in-norway-declares-national-health-chief.html

Source : https://thebl.tv/world-news/europe/pandemic-has-ended-in-norway-declares-national-health-chief.html

[Source : The BL | UncutNews]

C'est aussi ce que rapporte le FinancialTimes. Le nombre de séjours à l'hôpital en Norvège est inférieur à ce qu'il a été en près d'un an, écrit thebl.tv. Cela a incité le médecin-chef du pays à déclarer la fin du virus.

 

"La pandémie est, pour ainsi dire, terminée", a déclaré Preben Aavitsland, médecin-chef à l'Institut norvégien de santé publique et de contrôle des infections, selon Humans Are Free.

 

Aavitsland est tellement convaincu qu'il n'y aura plus d'épidémie de virus qu'il pense que la vie dans le pays nordique reviendra progressivement aux conditions d'avant la pandémie.

 

"Nous pouvons nous préparer au fait que Covid-19 prend peu de place dans notre vie quotidienne", a-t-il déclaré.

 

Ces commentaires sont intervenus après que l'institut a découvert que la maladie mortelle avait entraîné beaucoup moins d'admissions à l'hôpital et de décès à travers la Norvège. Selon les données de GreatGameIndia, il n'y a eu que cinq décès en juillet et seulement 14 patients ont été hospitalisés dans tout le pays.

 

Le médecin-chef a publié un graphique à barres confirmant que la Norvège avait le plus faible nombre d'admissions à l'hôpital depuis la fin de l'été dernier.

 

"C'était la pandémie", écrit-il.

 

 

"En mai, juin et juillet, nous avons eu un total de 23 877 cas enregistrés, dont 25 sont décédés", a ajouté Aavitsland, selon Humans Are Free.

 

Le médecin estime que le taux de mortalité infectieuse (IFR), c'est-à-dire la proportion de personnes décédées des suites d'une infection par le virus, était compris entre 0,05 et 0,2 en mai et juillet 2021. Au cours d'une saison grippale typique, l'IFR est d'environ 0,1, selon le chercheur en démographie Svenn-Erik Mamelund de l'Université d'Oslo.

 

Même si la tribu Delta se propage, les admissions à l'hôpital et les décès ne correspondront pas aux niveaux de l'été dernier, a déclaré Aavitsland. Le virus "ne disparaîtra pas" et ne constituera qu'une "menace mineure".

[...]

 

Les autorités sanitaires norvégiennes ont annoncé en mai que les vaccins fabriqués par Johnson & Johnson et AstraZeneca ne seront administrés qu'à ceux qui le souhaitent, en raison d'effets indésirables signalés dans plusieurs pays européens.

 

Cette décision a été prise malgré la recommandation de l'Institut selon laquelle aucune des deux doses ne devrait être administrée systématiquement en raison du risque de développer de graves caillots sanguins et d'autres "effets secondaires graves".

 

La Norvège a découvert que quatre patients sur huit qui ont développé des caillots sanguins sont décédés le 11 mars. Le Danemark a soulevé des préoccupations similaires et a complètement cessé d'administrer les vaccins d'AstraZeneca.

 

Bien que des caillots aient été principalement observés avec le vaccin AstraZeneca, les autorités ont recommandé que le vaccin Johnson & Johnson ne soit pas administré car il utilise la même formule.

 

La directrice de l'Institut norvégien de santé publique, Camilla Stoltenberg, a déclaré que les effets secondaires de l'injection d'AstraZeneca sont clairement liés à la vaccination Johnson & Johnson.

 

"Il est clair que les effets secondaires rares mais graves que nous avons observés avec AstraZeneca se produisent également lors de l'utilisation de Janssen", a-t-elle déclaré, selon le Daily Mail. "Il existe une grande incertitude quant à la prévalence et au fait qu'elles se produisent plus fréquemment dans certains groupes - en fonction, par exemple, de l'âge et du sexe."

 

On estime qu'un jeune sur 60 000 au Royaume-Uni risque de développer des caillots sanguins à cause des mêmes vaccins. En Norvège, le ratio tombe à une personne sur 20 000.

Partager cet article
Repost0