Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 07:46

"Dans son discours d'ouverture de la Vème conférence des évêques d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAM), Benoît XVI a exprimé sa

"préoccupation devant des formes de gouvernement autoritaires, ou inspirées de certaines idéologies que l'on croyait dépassées, et qui ne correspondent pas à la vision chrétienne de l'homme et de la société".

Le pape a condamné les "erreurs destructrices" des "tendances qui ont dominé le siècle dernier": "les systèmes marxistes et capitalistes", tous deux coupables d'avoir "exclu Dieu de leur horizon" et qui ont pour cette raison échoué à instaurer des "structures justes" :

Brsil4 "les structures justes ne peuvent pas fonctionner sans un consensus moral de la société fondé sur des valeurs fondamentales. Là où Dieu est absent, la société ne peut pas trouver le consensus nécessaire sur des valeurs morales ni la force de vivre en conformité à ces valeurs, y compris en acceptant d'aller contre ses intérêts personnels".

"Le système marxiste, quand il a réussi à se frayer un chemin au gouvernement, n'a pas seulement laissé un triste héritage de destruction économique et écologique, mais aussi une douloureuse destruction de l'esprit humain".

Il s'en est aussi pris au capitalisme sauvage et à la mondialisation, qui entraîne une "inquiétante dégradation de la dignité personnelle à travers la drogue, l'alcool, et de fausse illusions de bonheur". Parlant en espagnol et portugais, Benoît XVI a exhorté les évêques à former des élites, pour

"surmonter l'absence notable, dans la sphère politique, le monde des médias et les universités, des voix et initiatives de dirigeants catholiques à la forte personnalité et au dévouement généreux".

"L'annonce de Jésus et de son Evangile n'a pas comporté une aliénation des cultures précolombiennes et n'a pas imposé une culture étrangère [...] les authentiques cultures (...) sont ouvertes et recherchent la rencontre avec d'autres cultures. L'utopie de redonner vie aux religions précolombiennes, en les séparant du Christ et de l'Eglise universelle ne serait pas un progrès mais une régression".

Le Salon Beige

Partager cet article
Repost0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 21:20

12/05/2007 07:11

MONS-EN-BAROEUL (AFP) - Des magasins détruits dans l'incendie d'une galerie commerciale près de Lille

Plusieurs magasins ont été détruits samedi dans un très important incendie qui a éclaté dans une galerie commerciale de Mons-en-Baroeul, près de Lille, a constaté l'AFP. Plusieurs dizaines de pompiers et 24 véhicules venus de toute l'agglomération lilloise luttaient contre le feu qui a débuté vers 04H00, selon les pompiers. Plusieurs magasins, dont une pharmacie, ont été entièrement détruits par le sinistre. Trois tours d'habitations étaient en cours d'évacuation autour du sinistre, qui n'aurait pas fait de victimes et dont l'origine est encore inconnue, ont précisé les pompiers. De nombreux policiers étaient également présents sur place.

Une épaisse fumée sortant de l'entrée de la galerie marchande, située au rez-de-chaussée de deux immeubles d'une vingtaine et de sept étages, a envahi le quartier de Mons-en-Baroeul où l'incendie a éclaté, a constaté l'AFP.

 

 

Publié le 12 mai 2007 à 15h14 

Incendie boulevard de Magenta à Paris

D'importants moyens ont été acheminés aujourd'hui peu avant 15H00 par les sapeurs-pompiers pour combattre un incendie en cours dans un entrepôt, situé 76 boulevard de Magenta à Paris (Xe). Selon le lieutenant-colonel Oliver Delplace, le feu ravage un entrepôt enclavé entre des immeubles d'habitation et des personnes résidant dans des immeubles ont été évacuées par les sapeurs-pompiers.

(Avec AFP).

 

 

 

 

FRANCE > Paris

15h09 >Incendie dans un entrepôt boulevard de Magenta

 

 

 

FRANCE > Finistère

17h42>La mairie de Cléder à moitié détruite par un incendie criminel

 Filnews Tf1 – Lci

 

 
 
Publié le 12 mai 2007 à 17h43

Finistère: incendie criminel contre une mairie

Le Figaro

 

Quatre jeunes gens, personnes, dont deux mineurs, ont été interpellés et placés en garde à vue après un incendie qui a détruit en grande partie la nuit dernière la mairie de Cléder, dans le Finistère. Le sinistre a été découvert pendant la nuit, fortuitement, par une patrouille de gendarmerie qui passait devant la mairie de cette commune de 3.600 habitants.

 

(Avec AFP).

 

 

 

PARIS (AFP) - Spectaculaire incendie dans un entrepôt boulevard de Magenta à Paris

 

Un spectaculaire incendie a ravagé samedi après-midi un entrepôt près de la gare de l'Est, nécessitant l'intervention d'importants moyens de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) pour combattre le sinistre.

Le feu, qui a débuté vers 14h00, a été circonscrit vers 18h00, a précisé le lieutenant-colonel Oliver Delplace, porte-parole de la BSPP, qui n'a pas fait état de victime.

250 sapeurs-pompiers, 52 véhicules et dix-neuf lances ont constitué le dispositif mis en place pour attaquer le feu tout en procédant à l'évacuation des personnes résidant dans des immeubles mitoyens à l'entrepôt de confection, situé 76 boulevard de Magenta à Paris (Xe).

Le feu a ravagé le sous-sol et le rez-de-chaussée de cet entrepôt d'une surface de 400 mètres carrés au sol.

Pendant une partie de l'après-midi, une énorme fumée noire s'est échappée de l'entrepôt près de deux hôtels, le "Little Regina" et l'"Hôtel Modern's", situés en face de la gare de l'Est.

Le périmètre de sécurité, mis en place par la police devant la gare de l'Est, a provoqué de grosses difficultés de circulation dans le secteur.

Selon le colonel Gilles Malié, commandant les opérations sur place, le feu a pris peu avant 14H00 au rez-de-chaussée de l'entrepôt.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 14:40

Le Figaro Publié le 12 mai 2007 à 15h05

Le célèbre portrait géant de Mao Tse-Toung, accroché sur la place Tiananmen à Pékin, a mystérieusement pris feu cet après-midi. "Le portrait était en feu sur le côté gauche", ont déclaré un diplomate et un photographe qui circulaient en taxi aux abords de la place. Les deux témoins ont dit ne pas savoir comment ni pourquoi le feu s'était déclaré. Le commissariat de Tiananmen s'est refusé à tout commentaire. Le portrait original de Mao a été peint en 1950 par Zhang Zhenshi et a servi de modèle aux portraits qui se sont succédé sur la place Tiananmen à l'entrée de la Cité interdite.

(Avec AFP).

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 12:40

"La Libre Pensée de la Haute-Garonne (France) utilise un blog pour communiquer. C'est ainsi qu'elle informe de la tenue d'une conférence de Jacques Lafouge le vendredi 25 mai 2007 à 18h30 à Toulouse sur le thème "Franc-Maçonnerie et République".

Les organisateurs affirment : Les Francs-maçons et les libres penseurs ont été les actifs bâtisseurs de la République laïque, une et indivisible, ce qui s'est illustré avec éclat par la rédaction et l'adoption de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l'Etat. Ils publient en ligne des extraits d'une intervention du conférencier." (Blog maçonnique)

Fin de citation.

Question : à quand la séparation de la franc-maçonnerie et de l'Etat?

Partager cet article
Repost0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 11:21

Mis à jour 6 septembre 2013 8h58.

 

Avec "Clovis et son temps", film de Jacques Barsac (conseiller historique Michel Rouche, Professeur à la Sorbonne, auteur d'un "Clovis"), aux riches documents iconographiques et images de synthèse, France 3 Production 1997 publie un documentaire aux détails parfois discutables, mais l'essentiel est respecté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous notons pour les francs-maçons qui tiennent que la "France" n'existe pas avant le XIIIe-XIXe siècle, voire 1789, cette petite information (video 1) : "Les géographes romains dressent des cartes qui leur permettent de maîtriser leur immense territoire. Sur la rive droite du Rhin apparaît le terme de "FRANCIA" pour désigner les territoires occupés par les Francs, un peuple germanique encore situé hors de l'Empire."

 

Video 3: "La res publica, Clovis est le refondateur de l'Etat de droit". Cette autre précision change des falsifications "républicaines" tenant que l'"Etat de droit" aurait été inventé par les révolutionnaires en 1789!

 

Video 3: "Le 10 juillet 511, il convoque un concile à Orléans…, les évêques votent des canons, des lois religieuses. Il les propose ensuite à Clovis pour approbation comme lois publiques conformément à l'union de l'Eglise et de l'Etat, qui datait de 392. Chacun donc, l'Eglise comme l'Etat sont AUTONOMES dans sa sphère (c'est cela la vraie laïcité : la reconnaissance de deux pouvoirs DISTINCTS, un temporel et un spirituel, cependant que les hérétiques ariens proposaient une théocratie à l'antique où le Roi était à la fois chef de religion et chef d'Etat… Ce que la video nomme un totalitarisme, est en fait un césarisme. On imagine donc quel progrès Clovis et le catholicisme ont apporté).

 

"Au Roi incombe la tâche de diriger les laïcs, à l'évêque…, appartient la responsabilité de dire le Bien divin pour tous (le tout, cette alliance des deux pouvoirs devant conduire au "Bien commun", notion de théologie catholique). Tels étaient les conséquences du baptême de Clovis. Distinguer l'activité des laïcs du rôle spirituel des clercs (comme le dit Jean-Paul II dans ses Mémoires, "distinction n'est pas 'séparation'…, mais saine collaboration").

 

 

Petite bibliographie sur Clovis :

 

* C. Guénot, Clovis le Fils aîné de l'Eglise, Epopées de l'histoire de France, Vve H. Castermann, Tournai 1883 (magnifique narration de l'histoire de Clovis et Clotilde. Livre rare).

* Anne Bernet, Clovis et le Baptême de la France, Editions Clovis, Condé-sur-Noireau 1996

* Anne Bernet, Clotilde, Épouse de Clovis, Pygmalion, Bergame 2005

* Pierre Chaunu, Éric Mension-Rigau, Baptême de Clovis, baptême de la France, De la religion d'État à la laïcité d'État, Éditions Balland, Paris 1996 (livre intéressant écrit par deux protestants)

* Abbé Dessailly, Authenticité du Grand Testament de Saint Rémy, Livres d'autrefois, Condé-sur-Noireau 1996

* Francis Dallais, Clovis ou le combat de gloire, Préface du professeur Jean-Pierre Brancourt, PSR Editions, La Roche Rigault 1996

* Georges Bordonove, Les rois qui ont fait la France, J'ai lu, Paris 2001.

* Michel Rouche, Clovis.

--------------------------------------------------

> "Francia" : les origines de la France

> Clovis , La France et la chrétienté

> Abolition de l'esclavage : qui a aboli l'esclavage le premier ?

Partager cet article
Repost0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 08:02

Près d'un million de personnes ont assisté, vendredi 11 mai à Sao Paulo, à la messe de canonisation du religieux franciscain Antonio Galvao, premier saint natif du Brésil. Les fidèles sont venus de tout le Brésil, mais aussi d'autres pays latino-américains.

Dans son prêche, le pape Benoît XVI a insisté sur la nécessaire résistance à "l'hédonisme" des sociétés modernes. Il a appelé les catholiques à "dire non aux médias qui tournent en ridicule la sainteté du mariage et la virginité avant le mariage", et à cultiver "des vies limpides et claires".

Il a exalté la vie du nouveau saint catholique, frère Antonio Galvao (1739-1822), "conseiller réputé, pacificateur des âmes et des familles, dispensateur de la charité spécialement envers les pauvres et les infirmes". Il a rappelé la devise adoptée par frère Galvao pour sa consécration religieuse : "plutôt me retirer la vie avant que je n'offense ton fils béni, Seigneur !"

"Comme ces mots sont actuels pour nous qui vivons une époque pleine d'hédonisme", s'est exclamé Benoît XVI." (LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 11.05.07 | 19h36, A Sao Paulo, Benoît XVI canonise frère Galvao et appelle à résister à l'hédonisme).

"Frère Antonio Galvao (1739-1822), vénéré pour son esprit missionnaire et pour ses dons de guérison qui se seraient exercés même après sa mort, est devenu vendredi le premier saint brésilien. L'Eglise a estimé que le franciscain avait accompli un premier miracle au début du XIXe siècle, en guérissant un malade qui souffrait de calculs rénaux. Il lui avait fait avaler trois petits papiers sur lesquels il avait inscrit la phrase "Post partum Virgo Inviolata permansisti : Dei Genitrix intercede pro nobis" (Après l'accouchement, Vierge, tu es restée immaculée : Mère de Dieu intercède en notre faveur). La guérison, en 1990, d'une fillette de 4 ans souffrant d'hépatite lui valut sa béatification, et, en 1999, la grossesse d'une femme souffrant d'une malformation de l'utérus, a permis sa canonisation. (avec AFP.)

Partager cet article
Repost0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 07:49

"L'ABSENCE d'hiver n'en finit pas d'avoir des conséquences pour la filière fruits et légumes. Alors que les poireaux, choux-fleurs et autres salades ont poussé démesurément, entraînant une surproduction et une baisse sensible des prix, la cerise et la fraise sont à leur tour affectées par un hiver trop doux et un printemps trop chaud. « Des températures trop élevées conduisent à une absence de repos du cerisier et déclenche ce qu'on appelle des troubles physiologiques, c'est-à-dire une chute des fleurs. Résultats : les premières récoltes sont compromises », s'alarme Nicolas Benz, président de la section nationale cerise. Ne sont pour l'instant concernées par ce phénomène que les cerises précoces, celles qui sont aujourd'hui à maturité et qui seront dès lundi sur les étales des marchés.

« Ce phénomène a freiné la production, dont les volumes sont en retrait d'environ 50 % », s'inquiète Nicolas Benz. Trois variétés sont particulièrement touchées, la burlat, la bellise et le bigarreau. Conséquence, les prix flambent." (Le Figaro, Publié le 12 mai 2007)

Partager cet article
Repost0
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 15:10
Une légende républicaine démontée: "le paysan français de l'Ancien Régime écrasé d'impôt par un pouvoir tyrannique"

L'historien Jean-Christian Petitfils nous livre une perle dans sa biographie de Louis XIV: le paysan français sous l'Ancien Régime n'était pas écrasé d'impôt et le Roi n'était pas un tyran... L'exact inverse de ce que nous raconte les falsificateurs professionnels de la république. La vérité finit toujours par sortir.

"La monarchie n'a rien à voir avec la tyrannie à l'antique ou le despotisme à l'oriental. Simple dépositaire de la Couronne, le souverain doit respecter les lois fondamentales du royaume et le droit naturel, notamment le droit de propriété auquel il ne peut porter atteinte... La peur de la malédiction était, au plan politique, un puissant frein aux abus et aux détournements de pouvoir. A contrario, le scepticisme des Lumières, sur lequel s'appuie le "despotisme éclairé" - que l'on présente d'ordinaire comme une régime plus "moderne" et plus rationnel -, a contribué non pas à la limitation de l'arbitraire mais à son extension..." (Jean-Christian Petitfils, Louis XIV, 2002, réed. Collection Tempus, La Flèche 2006, p. 222)."La vérité qui se fait jour aujourd'hui oblige à revenir sur le vieux cliché tenace du despotisme broyeur et de la tyrannie du pouvoir royal.... L'image du paysan français écrasé d'impôts par un pouvoir tyrannique est une légende inventée par l'historiographie du XIXe siècle à partir des stéréotypes révolutionnaires. En 1715, le contribuable français payait en moyenne deux fois et demie moins d'impôts que son homologue britannique... La monarchie absolue, par conséquent, fut moins oppressive fiscalement que la monarchie représentative et tempérée à l'anglaise" (ibid. p, 703-705). Le malheur est qu'en France aujourd'hui, le régime républicain continue d'endoctriner les enfants, d'une manière obligatoire, à ce type de clichés mensongers. L'entreprise de décervelage est toujours en place. Les Français ont reconduit les candidats du système "démocrate" au pouvoir.

Le point de vue de Jean-Christian Petitfils n'est pas isolé. Il rejoint ceux d'autres éminents historiens: François BluchePierre Gaxotte, Frantz Funck-Brentano, Jean-Louis Harrouel, Jacques Heers : Le Roi de France n'était pas un tyran. J.-L. Harrouel indique: "La plus libérale des démocraties actuelles est bien plus absolue que la monarchie dite 'absolue'... En effet, l’autorité étatique y est beaucoup plus à même d’imposer sa volonté..." (Jean-Louis Harrouel, L’esprit des institutions d’Ancien Régime, Le miracle capétien, Perrin, 1987). 

"En 1789, le paradoxe veut que la France soit 'un Etat pauvre dans un pays riche' (Pierre Gaxotte, La Révolution française, Arthème Fayard, Paris 1928) les impôts sont trop légers (5% du revenu national, 10% dans les périodes où la pression est la plus forte, contre 45% à la fin du XXe siècle)" (Yves-Marie Adeline, Histoire mondiale des Idées politiques, Ellipses, Paris 2007, p. 323).

Dans un autre livre (Le Royalisme en question), Yves-Marie Adeline précise que non seulement rien n'a changé aujourd'hui, mais qu'au contraire tout a changé: "nous ne payons plus seulement une taxe sur le sel, mais sur tous nos produits, et nous payons infiniment plus d'impôts que sous Louis XVI. Dans les périodes des plus lourdes taxes, l'impôt sous l'Ancien Régime allait jusqu'à atteindre 10% du revenu national, mais globalement il s'est maintenu au niveau de 5%. Aujourd'hui il est à 45%. Neuf fois plus! Mais nous sommes en république, donc c'est normal: tel est encore un effet de la tyrannie de l'ignorance. ... " (Yves-Marie Adeline, Le Royalisme en question, L'Âge d'Homme - Editions de Paris,  Libres Mobiles, 2e édition, Paris 2006, p. 100).

Aujourd'hui, un président de la République "française", dont les pouvoirs peuvent aller, outre la violation des lois divines, jusqu'à la violation du droit de propriété (impôt de succession...), la violation du droit naturel, violation de la morale (avortement, eugénisme, manipulations génétiques), la cession de territoires (la liquidation de nos colonies), la destruction de coutumes françaises (suppression du lundi de Pentecôte), a incontestablement plus de pouvoirs qu'un roi de France qui devait respecter les "libertés françaises", les coutumes des pays et les lois fondamentales du royaume. Le Roi n'était pas propriétaire du Royaume, il ne pouvait en disposer à sa guise. ... (Exemple: un roi n'eut pas pu céder à sa guise un territoire comme l'a fait de Gaulle avec l'Algérie). La loi d'inaliénabilité du territoire faisait que les territoires n'étaient pas cessibles par une volonté du Roi. En toutes ces choses, le président de la "République" est donc un bien plus grand despote que n'a pu l'être n'importe quel Roi de France.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 14:14

FRANCE > Violences

14h38>De nouveaux affrontements ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi, entre 10 à 15 jeunes et les forces de l'ordre, en bordure de la cité de la Grande-Borne (Essonne) Fils news -Lci

 

Publié le 11 mai 2007 à 18h06

128 voitures ont été incendiées dans la nuit de jeudi à vendredi en France, lors ou autour des différentes manifestations de contre l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence. Parallèlement, 20 personnes ont été interpellées, selon la même source, quia qualifié ce bilan comme étant "en baisse au fil des jours", en nombre de personnes interpellées et de véhicules brûlés. Le Figaro (Avec AFP).

LILLE, 11 mai 2007 (AFP) - 18h42
Une femme grièvement brûlée par un cocktail molotov, deux mineurs arrêtés

Deux mineurs de 13 et 15 ans, soupçonnés d'avoir grièvement brûlé une femme mercredi à Roubaix (Nord) en jetant un cocktail molotov, ont été interpellés et devaient être présentés vendredi à un juge d'instruction, a-t-on appris de source judiciaire. La femme, âgée d'une cinquantaine d'années et toujours hospitalisée à Lille au service des grands brûlés, aurait été prise pour cible par deux mineurs d'un collège voisin, "dans un contexte d'intimidation et de perturbations", selon Brigitte Lamy, procureur adjoint de Lille. "Les locataires de cet immeuble étaient régulièrement importunés par des élèves du collège situé à proximité", a-t-elle précisé. Mercredi, après avoir lancé un premier cocktail molotov sur un foyer voisin, les deux mineurs soupçonnés en auraient lancé un autre dans le couloir de l'habitation où se trouvait la victime, et dont la porte --donnant sur la rue-- était ouverte.

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 19:05

Blog d'Yves Daoudal

Dans le classement des économies les plus compétitives réalisé par l’institut suisse IMD, la France arrive au 28e rang, sur 55, juste devant... l’Inde, et derrière la plupart de nos partenaires européens. Et encore gagne-t-elle deux places par rapport à l’année dernière (mais l’Allemagne en gagne 9, arrivant à la 16e place).

Ce qui est surtout intéressant est le classement par catégories, qui confirme de façon terrible que notre pays est plombé à mort par le déficit budgétaire, les prélèvements sociaux, les 35 heures...

Pour la politique budgétaire, pour le niveau des cotisations sociales des entreprises, et pour le nombre d’heures travaillées, la France arrive en effet dernière : 55e sur 55.

Pour les relations du travail, pour la flexibilité et l’adaptation, pour le rapport entre les indemnités et l’incitation des chômeurs à retrouver un travail, ainsi que pour la croissance, elle est 53e.

Pour son taux de chômage, elle est 43e.

Pour l’efficacité des entreprises et l’efficacité de l’Etat, elle est 42e.

Ce qui tire le résultat vers le haut est que la France est première en ce qui concerne les flux d’investissements à l’étranger, 3e quant aux entrées d’investissement.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 18:57
Communiqué de Jean-Marie Le Pen

« La mode de la repentance est une mode exécrable », affirmait Nicolas Sarkozy pendant sa campagne. « Je vais en finir avec la repentance, qui est une forme de haine de soi », assurait-il au soir de son élection.

Le premier acte officiel du même Sarkozy est de participer en compagnie de Jacques Chirac à la journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage, ouvertement voulue par le président sortant comme une « journée de la mémoire de l’esclavage », donc comme une cérémonie de repentance.

Nicolas Sarkozy s’est abstenu de toute déclaration. Mais les gestes comptent plus que les paroles. Et dans celui-ci, c’est la continuité avec l’universelle repentance chiraquienne qui apparaît, et non une quelconque « rupture ».

Blog d'Yves Daoudal

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 18:53

PARIS (Reuters) - Depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, 1.585 véhicules ont été incendiés lors de violences nocturnes, de dimanche à mercredi, selon un bilan de la Direction générale de la police nationale (DGPN) publié jeudi.

Au total, 730 véhicules ont été brûlés dans la nuit de dimanche à lundi, 365 dans celle de lundi à mardi, 292 le lendemain et 198 dans celle de mercredi à jeudi.

La police a procédé à 29 interpellations, suivies de procédures judiciaires, dans la nuit de mercredi à jeudi, en marge de manifestations à Paris.

"La baisse se confirme", a-t-on souligné à la DGPN. Le gouvernement avait évoqué une décrue des manifestations d'hostilité au président élu dès mercredi.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 18:42
18h09>198 voitures incendiées dans la nuit de mercredi à jeudi lors ou autour des manifestations de protestation contre l'élection de Sarkozy (bilan de la Direction générale de la police nationale)

 

19h33>Nouveaux heurts entre jeunes et policiers à Rouen

Fil news - Lci

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 18:38

Selon le ministre de l'Intérieur François Baroin, les violences anti-Sarkozy sont "en décrue" avec environ 200 véhicules incendiés et 80 interpellations dans la nuit de mardi à mercredi.

Le Salon Beige

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 17:02

Bonne nouvelle, le nouvel évêque de Minneapolis est excellent : Mgr John Nienstedt. Il paraît que lors d’une toute récente assemblée de ses prêtres, il a annoncé que l’époque du modernisme triomphant est finie, qu’il compte rétablir le catholicisme dans son évêché, et que ceux à qui cela déplaît sont invités à déguerpir. L’hebdomadaire catho progressiste, évidemment (National Catholic Reporter), pleure très fort, ce qui est bon signe. Autres indices de la restauration Nienstedt [Source] Via le Forum catholique

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 12:32

Altermedia.info

“Une ère nouvelle dans les relations avec la France” a titré en “une” le grand quotidien Yediot Aharonot. “Les origines juives du prochain président catholique français ont suscité de grands espoirs à Jérusalem”, note l’éditorial, qui fait remarquer qu’il “est significatif qu’il ait entamé sa campagne électorale à l’étranger en visitant Yad Vashem”, le mémorial de l’Holocauste, lors d’une visite effectuée comme président de l’UMP en décembre 2004.

Pour Maariv, autre quotidien populaire, il s’agit d’une “révolution française, grâce à laquelle un ami évident d’Israël accède à l’Elysée pour la première fois dans l’histoire de la Ve République“. ”

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 08:25

On entend souvent parler de la "civilisation moderne". Il y a donc civilisation et civilisation. Avant l'ère dite "moderne", il y a eu une civilisation autre que celle que pousuit le monde de notre temps. En effet, il y a eu, et il y a encore en France et en Europe, une civilisation appelée "civilisation chrétienne". Par quoi ces deux civilisations se différencient-elles? Par la conception qu'elles se font de la fin dernière de l'homme, et par les effets divers et même opposés que l'une et l'autre conception induisent dans l'ordre social comme dans l'ordre privé. La conception "moderne", héritière du paganisme poussant le genre humain sur la pente où le péché originel l'avait engagé, disait à l'homme qu'il était sur terre pour jouir des biens que ce monde lui offrait (hédonisme). La conception chrétienne fit entendre à l'homme qu'il avait une autre fin dernière que la satisfaction de sa sensualité et qu'il devait chercher dans une autre direction le bonheur. Cela est aussi vrai pour la société que pour l'homme indivuel, l'impulsion vient du Créateur, et Dieu y ajoute la lumière qui en éclaire le chemin. Au XIIe siècle, l'élan imprimé à la société par le christianisme commença à ralentir. Il y eut d'abord arrêt, puis recul. Ce recul reçut un nom, la RENAISSANCE, renaissance du point de vue païen dans l'idée de civilisation. Et avec le recul vint la déchéance. Cette déchéance trouva son plein développement avec le triomphe de la conception "moderne" de la civilisation, le triomphe de l'individualisme (l'homme met sa fin en lui-même, dans la satisfaction de sa sensualité), triomphe de l'hédonisme, déclaration des droits de l'Homme (sans Dieu). 1789 marque donc le grand basculement, la date charnière entre les deux types de civilisation, les deux types de fins dernières, la fin placée en Dieu (avant 1789), la fin placée en l'homme (après 1789). Le déclin et la décadence induites par la civilisation dite "moderne" est le sujet de cet article. Les historiens sérieux, loin de la manipulation idéologique républicaine, admettent aujourd'hui l'idée soit du déclin soit de la décadence de la France.

(Pour cette introduction, se reporter à l'ouvrage d'Henri Delassus, Docteur en théologie, La Conjuration antichrétienne, Le Temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise catholique, 1910, réed. Expéditions pamphiliennes, Livre I Etat de la Question, p. 9-18).

Philippe Alméras: Début XXe, fin XXe siècle: "un déclin"

« Si l’on examine l’état de la France au début du XXè siècle et ce qu’elle est à la fin, il y a un déclin »

(Philippe Alméras, professeur de littérature et historien. Docteur de l’Université de Californie, son Retour sur le siècle, est un bilan du XXème siècle...)

(La Nouvelle Revue d’Histoire, Déclins et réveils de la France, N°10, janvier-Février 2004, page 30).

Jean de Viguerie: "Le reniement de la foi, premier signe de la décadence"

"La décadence vient du reniement, car le pays décadent est celui qui renie les vertus et les principes qui avaient fait sa grandeur et sa force.

Le reniement de la foi a été le premier signe de la décadence...

Les années cinquante ont été les dernières pendant lesquelles on a vu encore quelque chose de la France. Au déclin est venue s’ajouter la décadence.

La France avait déjà connu une première époque de décadence au siècle des Lumières quand la plupart des privilégiés avaient renié les croyances et les principes de leurs pères...

La décadence qui s’amorce dans les années 60 du 20ème siècle est beaucoup plus grave parce que le reniement de la foi et des valeurs traditionnelles est quasi général.

La crise religieuse postconciliaire, l’abandon de l’Algérie, la trahison de la parole donnée aux harkis, la révolution de Mai 1968, .. forment les principales étapes de ce reniement.

Domaines de la décadence (Jean de Viguerie)

Dès les années 70, la France est en état de décadence avancée.

Il n’y a plus seulement un déclin, il y a un pourrissement.

On le constate dans les lettres et dans les arts.

On le constate aussi dans les moeurs.

Aujourd’hui, le stade de la décadence est dépassée. La France se meurt. Peut-être est-elle déjà morte

Causes de la décadence (Jean de Viguerie)

Pourquoi est-on passé de la décadence à la mort ? Il y a trois causes.

La première est la substitution définitive de la patrie révolutionnaire, celle des droits de l’Homme, celle qui est ouverte sur l’universel selon l’expression de M. Chevènement, et qui n’est qu’un fantôme et une illusion, à la patrie réelle, celle des vertus et du trésor spirituel et moral accumulé au cours des siècles.

La seconde est l’ensemble des lois qui ont détruit la famille et favorisé l’avilissement des moeurs.

La troisième est sans doute la plus importante : je veux parler de la nouvelle « éducation » et du « nouvel enseignement » qui sévissant depuis le début des années soixante, ont déjà affaibli les intelligences de deux générations et les ont privées à la fois de leur héritage français et de tout savoir digne de ce nom.

Ce peuple a donc perdu, en même temps, et son jugement, et sa mémoire. Il ne vit plus que de ses appétits. Soumis à de telles conditions, un pays ne peut pas vivre indéfiniment. Il est bientôt asphyxié. La France n’est plus qu’un simulacre. On ne peut plus parler de déclin, ni de décadence. Nous sommes devant la mort et la disparition"

(Jean de Viguerie, historien, professeur émérite des universités. Voir son dernier ouvrage, Les Deux Patries, Editions Dominique Martin-Morin, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, ibid., N°10, janvier-Février 2004, page 34).

Des "germes de dissolution et de mort" (Cardinal Pie)

"Nous vous l'avons dit en arrivant parmi vous, Nos Très Chers Frères, il n'y aura de salut pour la société, qu'autant qu'elle se réformera selon les principes chrétiens. [...] Plus nous étudions le corps social dans tout ce qui constitue son existence et sa vie, plus nous y reconnaissons des germes de dissolution et de mort; depuis la plante des pieds jusqu'au sommet de la tête, nous n'y trouvons aucune partie saine (cf. Isaïe, I, 4-6); et, remontant des effets à la cause, nous sommes forcés d'avouer que les vices de la société moderne sont le hideux écoulement de ses doctrines. "D'où proviennent tant de maux, s'écriait Jérémie, sinon de ce que la nation a délaissé le Seigneur son Dieu, alors qu'il la conduisait lui-même dans le chemin de la prospérité et de la gloire ?" (Jérémie, II, 17)

(Discours du Cardinal Pie, Comment une nation entière revient-elle à Dieu?) [1]

Bruno Gollnisch: "Une volonté prométhéenne de fonder l'ordre social sur la seule volonté humaine"

"Ce qui est criticable dans la Révolution, ... c'est la volonté prométhéenne de fonder l'ordre social sur la seule volonté humaine, et par là même de s'affranchir de l'ordre naturel. Ce fut le cas de la Révolution 'française', qui prétendait parvenir au bonheur de l'humanité en fondant tout l'ordre social et politique sur l'exercice de la seule raison humaine, raison qu'on avait d'ailleurs déifiée - la déesse Raison - et ceci a sombré dans la Terreur révolutionnaire. En ce sens, la Révolution 'française' est la matrice de tous les totalitarismes modernes, qui ont pour but de fonder un "Homme Nouveau", une société nouvelle, par l'exercice de la seule volonté humaine..."

(Bruno Gollnisch, professeur de Langue et de civilisation japonaise à l'Université de Lyon, Revue L'Héritage, N°2, été 2005, p 6).

Jean Tulard: La France de 2004 : "un fantôme"

«Le déclin n’est pas la fin.

Mais incontestablement, la France de 2004 n’est pas celle du sacre de Napoléon.

Alors la France était le pays le plus peuplé d’Europe, Russie mise à part, et possédait la population la plus jeune...

Le français était la langue de l’Europe cultivée : il servit à la rédaction des traités de Vienne qui détruisaient pourtant le grand empire.

Aujourd’hui l’anglais l’a supplanté et la France est un pays d’immigration.

Ce déclin a commencé en 1918. La Grande Guerre a fauché une génération ; plus grave, elle a brisé un élan. Il n’en faut pas plus pour précipiter un déclin.

Une crise économique n’est pas mortelle. La chute de sa démographie et la perte de sa langue condamnent une nation à n’être plus qu’un fantôme... »

(Jean Tulard, membre de l’Institut, vice-président de l’Académie des Sciences morales et politiques, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 34).

Michel Maffesoli: "le mythe de l'homogénéité de la république"

« On pourrait dire que l’on assiste à la décadence d’une France officielle, instituée, et à la renaissance d’une France instituante... La république, une et indivisible, se veut homogène, alors que la royauté était quand même plus intéressante...

Le roi était le primus inter pares parmi les baronnies, des régions, des spécificités locales qui étaient fortes »

(Michel Maffesoli, professeur à la Sorbonne-Paris V. Dernier ouvrage paru : Précis de subversion post-moderne (Flammarion), cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 33).

Jacques Heers: "une décadence de la morale"

« On peut dire que la France est en déclin si l’on compare la période actuelle aux grandes périodes de prospérité et de rayonnement international .

Le mot de déclin me semble correspondre à l’aspect économique de la question.

Mais du point de vue moral, je préférerai parler de décadence.

Déclin se rapporte à ce qui est matériel. Le mot de décadence a une valeur morale très forte.

Pour moi, la décadence que nous connaissons vient très clairement du refus du travail.

J’ai été professeur à l’Université de Nanterre. Le processus a été progressif, puis il a explosé en 1968. Je n’y ai pas vu la grande fête dont on a parlé, mais le refus de jeunes gens de courir le risque de la compétition et de la réussite par le travail.

Mais l’histoire nous enseigne que rien n’est définitif et que rien n’est jamais pareil...»

(Jacques Heers, directeur du département d’études médiévales de Paris-Sorbonne. Dernier ouvrage paru : Les Négriers en terre d’islam (Perrin), cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid.).

François Chamou: "une déconfiture"

« J’ai vécu une très longue vie pendant laquelle j’ai vu le monde se transformer et en particulier notre pays passer d’une situation brillante à sa présente déconfiture ».

(François Chamou, entretiens Nouvelle revue d’Histoire N°8, Sept-octobre 2003).

Marcel Gauchet: "décadence culturelle" et "omnipotence des individualismes"

« La littérature française n’a absolument plus l’éclat qu’elle avait eu pendant au moins quatre siècles.

L’art français n’est plus grand chose.

Paris n’est plus la capitale des arts et des lettres.

De ce point de vue, la place de la France dans le monde est évidemment en déclin »

« L’ivresse de mai 68 se solde pour Gauchet par une gueule de bois théorique, l’expérience d’une illusion et d’une désillusion » ... On ne peut mieux dire...

« Au fond, ce qui porte le schéma marxien d’émancipation c’est le postulat qu’il suffirait que la société soit pleinement elle-même pour que nous devenions libres ; elle serait alors débarassées de toutes les hypothèques que sont l’Etat, les classes, la domination, le politique. ...

C’est exactement le contraire qui s’opère, et si une chose est étonnante, c’est précisément qu’on ait pu croire l’inverse »...

[Marcel Gauchet, haute figure de l’Histoire et de la sociologie française, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, de la génération qui eut des certitudes en 1968, est un des rares intellectuels qui aient su très tôt ériger le doute en sagesse et porter un regard critique sur les assises de la modernité ; il a évidemment été cloué au pilori à l’automne 2002 sous l’infamante accusation de « nouveau réactionnaire » par Daniel Linderberg dans Le Rappel à l’ordre, Enquête sur les nouveaux réactionnaires, Le Seuil, 2002... Dernier ouvrage paru : La Condition historique, L’histoire comme boussole, chez Stock, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 33].

"L’effacement des repères sociaux, l’exarcerbation des individualismes : la machine à broyer les peuples est bel et bien à l’oeuvre selon Gauchet (diagnostic anticipé par des visionnaires sulfureux comme Oscar Spengler, Ernst Jünger, ou Martin Heidegger" (La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 27).

"L’Homme coupé de ses racines divines est aussi l’homme qui doit affronter la solitude résultant de l’effacement des structures collectives et l’inéluctable omnipotence des individualismes".

Gauchet poursuit en dénonçant l’individu-roi sanctifié par l’idéologie des droits de l’Homme...

La primauté du marché engendre une dévalorisation du politique. Ce qui explique que notre société de plus en plus libérale se révèle être de moins en moins démocratique... (La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 28).

Max Gallo: "une crise de l'identité"...

Voici maintenant ce que nous dit Max Gallo: « Pour moi, la crise est essentiellement celle de l’identité. Je veux dire par là un trouble profond quant au sens de l’histoire nationale. Les élites sont travaillées par l’idée que la nation est obsolète et que les histoire nationales sont finies. Personnellement, je suis d’un avis différent »

(Max gallo, agrégé d’histoire. Dernier ouvrage paru : Morts pour la France, trois tomes chez Fayard), cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 32).

François-Georges Dreyfus: un "déclin patent"

« Même si la classe politique de gauche comme de droite estime que parler d’un déclin de la France est un faux problème, ce déclin est patent.

La Constitution de 1958 dévoyée (cohabitation, quinquennat, abandon de fait du référendum), la faiblesse de la classe politique expliquent dans une large mesure le déclin français »

(François-Georges Dreyfus, professeur émérite d’histoire contemporaine à la Sorbonne. Dernier ouvrage paru : L’Engrenage, 1919-1939 chez Fallois, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 31).

Chantal Delsol: un "recul de la volonté de se persévérer dans son être"

« Déclin et décadence s’entendent en termes de recul de la confiance en soi et de volonté de persévérer dans son être...

Il n’est pas exagéré de parler de déclin.

On peut voir par exemple un signe de déclin dans le fait que la France a depuis quelque temps relâché ses efforts consacrés au développement de la francophonie dans le monde »

(Chantal Delsol, professeur de philosophie politique à l’Université de Marne-la-Vallée. Dernier ouvrage paru : La République, une question française au PUF, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 31).

François Bluche: "un pays sans âme"

"Certes notre vieux pays a surmonté jadis maintes crises (1429, 1589, 1815 etc.) mais il avait encore alors une âme..."

(François Bluche, un historien protestant, professeur émérite à l’Université de Paris X. Dernier ouvrage paru : Richelieu chez Perrin, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 30).

(Source: La Nouvelle Revue d’Histoire, Déclins et réveils de la France, N°10, janvier-Février 2004).

Pierre Pluchon: "la Révolution, une catastrophe économique et politique nationale"

"La Révolution - 1789 - 1815 - juge Maurice-Lévy-Leboyer, a été une 'catastrophe économique nationale' qui, ... a alourdi le retard de la France d'une génération, poussant derrière l'impérialisme britannique, de nouvelles grandes puissances qui émergeront au début du XXe siècle: Etats-Unis, Allemagne et plus tard la Russie et le Japon. Sur ce premier bilan, la plupart des historiens s'accordent: François Crouzet, Jean Tulard, Michel Devèze, Jean-Charles Asselain, etc. ... Enfin, on peut lui faire grief d'avoir tourné le dos au capitalisme qui, à la fin de l'Ancien Régime, apparaissait dans tous les domaines de l'économie. Ce faisant, elle a accru l'écart qui la séparait de la Grande-Bretagne. La Révolution, faillite économique, est aussi une catastrophe politique nationale. L'ennemi stratégique sort vainqueur d'un conflit qui s'est éternisée de 1793 à 1815. ... Un ralentissement démographique frappe le pays, naguère le plus peuplé d'Europe qui, en 1800 est devancé par la Russie, à égalité avec l'Autriche et talloné par l'Allemagne: ce phénomène ira s'aggravant, et, au XXe siècle, permettra à l'Angleterre de distancer la France" (Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française, Fayard, Saint-Amand-Montrond 1996, p. 999-1000).

"Première puissance européenne, de Louis XIV à la Révolution, par son unité et sa compacité, par son poids démographique, économique et militaire..., la France n'ayant rien à crainde sur le continent, pouvait envisage de se donner un avenir dans les colonies (ibid., p. 137) ... (Avec la Révolution dite "française") Désormais, et pour longtemps, l'Angleterre capitaliste et impérialiste imposera sa loi à la nation, à l'Europe, au monde" (ibid., p. 1008). "Alors que le capitalisme et l'impérialisme britanniques, alimentés par un nationalisme sûr de lui, atteignent leur apogée, la France, emberlificotée dans les ratiocinations d'une philosophie cosmopolite, n'ose plus s'affirmer en tant que puissance dominatrice et abdique toute idée de conquête" (ibid., p. 294).

Charles Maurras: "une épouvantable série d'échouements, de naufrages, d'explosions, d'incendies, d'accidents, des désastres de toutes sortes"

"[D]u deuxième rang que nous tenions en 1899, nous tombions, en 1909, au cinquième: la marine française s'est classée au-dessous des marines de l'Allemagne, des Etats-Unis, même du Japon" 

(Charles Maurras, Kiel et Tanger, La République française devant l'Europe 1895-1921, Bibliothèque des Œuvres Politiques, Versailles, Évreux 1928, p. 65).

Pierre Chaunu: "le grand déclassement"

"C'est entre 1789 et 1815 que tout s'est joué: joué, mal joué et perdu. ... Le bilan de ce tournant mal négocié, ... il est facile de constater, irréfutable, de noter que le décrochement est là, bien là, et pas ailleurs. ... La France perd définitivement la première place et toutes les chances de la retrouver, mais elle reste pour un temps au deuxième rang de l'équipe européenne. Avant de rétrograder de plusieurs rangs au XIXe et au XXe... La France reste seconde en 1815. On ne peut en vingt ans dilapider totalement l'avance d'un millénaire!"

(Pierre Chaunu, Le Grand déclassement, à propos d'une commémoration, Robert Laffont, Paris 1989, p. 64-65).

Voir aussi deux autres livres de Pierre Chaunu:

* Histoire et décadence

* L'historien dans tous ses états

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 08:17

Avec la "république", la dégringolade continue. La question est de savoir jusqu'où va-t-on dégringoler.

10/05/2007 00:24

GENEVE (AFP) - Compétitivité: la France seulement 28e selon un classement de l'institut IMD

Plombée par sa fiscalité et ses charges sociales, une faible croissance et sa législation du travail, la France n'émarge qu'à la 28e place du classement de 55 pays du monde pour la compétitivité de son économie, publié jeudi par l'institut suisse IMD.

S'il regagne deux places par rapport au classement 2006, l'Hexagone se retrouve derrière la plupart de ses voisins européens et juste après l'Inde, selon ce classement établi sur la base de 323 critères variés (dont un tiers à partir d'une étude d'opinion auprès de chefs d'entreprises français et étrangers).

La faible croissance française de l'an dernier n'a pas aidé: le pays se retrouve ainsi à la 53e place du classement, et son taux de chômage lui vaut la 43e place.

"Pour la première fois depuis que nous faisons ce classement, aucun pays n'a été en récession l'an dernier et la moyenne des 55 pays dépasse 5%", observe Stéphane Garelli, principal auteur du rapport. "Or la France est dans le peloton de queue", derrière des pays européens comme la Suède (4,4%) ou la Finlande (5,5%).

... Mauvaise note aussi en langues étrangères (45e), en économie (41e). La France se classe 20e pour son système éducatif.

Elle est sauvée par les flux d'investissement à l'étranger (1ère) et les entrées d'investissements (3e).

Voici le classement 2007 de la compétitivité des principales économies de la planète selon l'institut suisse IMD et leur variation par rapport à l'année précédente:

Les 20 premiers:

1: Etats-Unis (=)

2: Singapour (+ 1)

3: Hong Kong (- 1)

4: Luxembourg (+ 5)

5: Danemark (=)

6: Suisse (+ 2)

7: Islande (- 3)

8: Pays-Bas (+ 7)

9: Suède (+ 5)

10: Canada (- 3)

11: Autriche (+ 2)

12: Australie (- 6)

13: Norvège (- 1)

14: Irlande (- 3)

15: Chine (+ 3)

16: Allemagne (+ 9)

17: Finlande (- 7)

18: Taiwan (- 1)

19: Nouvelle Zélande (+ 3)

20: Royaume-Uni (=)

Parmi les autres grandes économies:

24: Japon (- 8)

27: Inde ( = )

28: France (+ 2)

42: Italie (+ 6)

43. Russie (+ 3)

48: Turquie (- 5)

49: Brésil (- 5)

50: Afrique du Sud (- 12)

54: Indonésie (- 2)

Partager cet article
Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 21:27

Une perle d'endoctrinement maçonnique, cet article du très "libéral" Figaro: "Si vous êtes vraiment de gauche, votez Sarkozy !" 

Le Figaro Publié le 27 avril 2007

Par Alain Boyer, professeur de philosophie politique, université de Paris-IV (Sorbonne).

... Prenons les valeurs républicaines, liberté, égalité, fraternité, et laïcité. Les penseurs de gauche ont fait remarquer aux libéraux (les penseurs de gauche étaient déjà des libéraux au XIXe siècle, donc aujourd'hui le "choix" se fait entre "libéraux" de "droite" et libéraux de gauche) qu'elles ne pouvaient demeurer formelles : la liberté du renard libre dans le poulailler libre n'est pas défendable. Il faut promouvoir des libertés juridiques et réelles, des pouvoirs effectifs d'agir selon son « plan de vie », comme disait le philosophe (libéral de gauche) John Rawls.  

L'égalité des chances ne doit pas être seulement formelle, mais réelle. Cela peut signifier, temporairement, des actions»positives* en faveur des individus injustement privés de pouvoirs d'agir à cause de leur « appartenance » à un groupe à tort déconsidéré.
 
La fraternité ne doit pas être seulement verbale, mais impliquer une réelle solidarité. Les individus qui par leur chance, leurs efforts et leurs talents ont acquis plus de liberté et de ressources que d'autres moins chanceux contribuent ainsi par leur action innovatrice, leurs prises de risques et, bien sûr, leurs contributions fiscales (raisonnables) à améliorer en fin de compte le sort des plus défavorisés.
 
L'Etat doit par le Droit jouer un rôle essentiel dans la mise en pratique des droits de l'homme de 1789 (qui ne sont que la "négation formelle des Droits de Dieu", Cardinal Pie), « la liberté, la sûreté, la propriété et le droit de résister à l'oppression ».
 
Mais il est absurde que son action trop paternaliste aboutisse à tuer la liberté d'entreprendre et celle de choisir, fondements de la seule économie qui fonctionne, l'économie de marché Aux excès paternalistes et fiscaux de l'Etat-Providence, Rawls préférait l'idée d'une « démocratie de proprié­taires » (comme Léon Gambetta et Charles de Gaulle), par où la participation de chacun à l'ap­propriation des moyens de production (grâce à l'actionnariat, la co-propriété) rendrait possible l'amélioration du sort et de la dignité des « plus mal lotis », alors qu'une politique égalitariste radicale conduirait à la pauvreté de tous.
 
... Les hommes et les femmes politiques de progrès (mot magique de la franc-maçonnerie) sont ceux qui ont cessé de prendre les électeurs pour des idiots économiques - cessant de faire comme s'il suffisait de « faire payer les riches », de s'endetter et de moins travailler - et se donnent les moyens de promouvoir réellement la liberté, l'égalité et la solidarité.
 
Quant aux émotifs qui méprisent les « calculs » et la « rentabi­lité », rappelons cette phrase de l'économiste marxiste Charles Bettelheim, citée naguère par Michel Rocard : « Quand on cesse de compter, c'est la peine des hommes que l'on cesse de compter ». Même si l'on peut en critiquer certains aspects, seul le programme économique de Nicolas Sar­kozy, comme l'était celui, très proche, de François Bayrou, semble en mesure de promouvoir à long terme les valeurs du progrès social, de la protection et de la liberté. La démarche d'hommes de gauche comme Christian Blanc et Eric Besson n'est donc pas une trahison de leurs valeurs.
 
Français, encore un effort pour promouvoir les valeurs de gauche !
Partager cet article
Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 20:59

 

 

Les cités sont en feu, vitrines brisées, écoles, églises brûlées, coktails molotov, le candidat de la superclasse mondiale nouvellement élu se repose sur un yacht au large Malte et pourrait faire route vers la Sicile. C'est la fête!

Le Figaro

lefigaro.fr (avec AFP).
 Publié le 08 mai 2007

Ce ne sera pas jeudi matin, mais "tard mercredi soir". Claude Guéant, ancien directeur de campagne du président élu, a assuré que Nicolas Sarkozy sera finalement de retour à Paris la veille de la cérémonie de commémoration de l'abolition de l'esclavage, à laquelle le futur président a prévu d’assister au côté du président sortant Jacques Chirac.

Nicolas Sarkozy s’offre quelques moments de détente en mer à bord d’un yacht au large de Malte, en compagnie de son épouse Cécilia et de leur fils Louis. Après avoir longé les côtes du sud de l'île lundi après-midi, le bateau a mouillé durant la nuit dans une baie puis a repris la mer tôt mardi matin. L'agence italienne Ansa affirme que Nicolas Sarkozy fait route vers la Sicile, située à quelque 80 km de Malte.

Voir aussi Nicolas Sarközy en vacances de luxe à Malte (Nouvelobs)

Nicolas Sarkozy et son fils Louis à bord d'un yacht, au large de Malte (Reuters)  

Nicolas Sarkozy a passé trois jours de « vacances » dans les embruns de la Méditerranée

Partager cet article
Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 20:18

Via le Salon Beige

  • Comme nous le pressentions après le premier tour, la correspondance entre les régions traditionnellement catholiques et le vote de 'droite' au second tour a presque disparu. Quant à l'interprétation : s'agit-il d'une nouvelle phase de la déchristianisation culturelle, ou de la conséquence de l'évolution de la 'droite' vers un libéralisme politique et économique post-chrétien ?
  • Le Conservateur fait remarquer un autre phénomène assez frappant : la gauchisation de Paris et des grandes villes, sans doute du fait de ce que l'on appelle pudiquement leur 'renouvellement de population'. Au second tour de 1988 le 10e arrondissement de Paris votait légèrement plus à 'droite' que l'ensemble du pays - dimanche, il a accordé 63% à la candidate gauche, soit 16 points au-dessus de sa moyenne nationale. A noter que le 3e arrondissement (qui inclut le Marais, quartier 'gay') a choisi Royal à 57%.
  • Il est difficile de nier le lien entre cette évolution et le vote quasi-monolithique des populations issues de l'immigration - un indice du vote de ces dernières a été le vote des 'Francais de l'étranger' vivant en Algérie : environ 90% pour Royal (je cite de mémoire un chiffre donné sur RFI, le site du Ministère de l'Intérieur ne donnant pas le détail par pays.)
  • L'outre-mer, qui donnait traditionnellement une forte prime au candidat du camp sortant, a cette fois nettement choisi Royal - notamment La Réunion (à 64%) et la Martinique (à 60,5%). Est-ce le phénomène, dont Michel Gurfienkel émet l'hypothèse dans le dernier numéro de la revue Commentary, d'une identification croissante de la population ultramarine avec la population immigrée ?

Partager cet article
Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 20:12

365

C'est le nombre de voitures brûlées dans la nuit de lundi à mardi. La DGPN fait également état de 160 interpellations, essentiellement dans la mouvance d'extrême gauche, et d'un membre des forces de l'ordre blessé. (Via le Salon Beige)

 

Publié le 08 mai 2007 à 19h15

Echauffourées dans une cité de l'Essonne

Des échauffourées ont éclaté en fin d'après-midi dans la cité de la Grande-Borne à Grigny où des groupes de cinq ou six personnes très mobiles ont affronté la police à coups de projectiles et de cocktails molotov. L'origine de ces tensions n'était pas immédiatement connue. La préfecture de l'Essonne a affirmé que des "patrouilles de police" étaient intervenues après avoir constaté que des jeunes faisaient des stocks de projectiles, sans autre précision.(Avec AFP).

 
 Incendie de l'Eglise de Loos
 
"Les 3 personnes qui avaient été interpellées lundi après l'incendie d'une église à Loos, près de Lille, ont été relâchées après avoir été entendues par la police." (Le Salon Beige)

 

 

 FRANCE> Echauffourées

22h38>Le Local UMP de Villeurbanne a été incendié (pompiers)

 

FRANCE> Violences

22h38>De nouveaux incidents ont éclaté mardi soir à Lyon, opposant 200 personnes aux forces de l'ordre, dans une rue piétonne du centre-ville

 

FRANCE > Faits divers

07h22>Une école maternelle et un garage incendiés volontairement mardi soir à Montgeron et Grigny (Essonne)

Filnew tf1-lci

Partager cet article
Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 19:47

Cecilia Sarkozy Mais qui est celle qui a dit "je suis fière de ne pas avoir une goutte de sang français dans les veines"?

 
 
Lu sur le blog d'Alain Guionnet: 
 
L'encyclopédie Wikipédia écrit : « Cécilia María Ciganer Albéniz, née le 12 novembre 1957 à Boulogne-Billancourt, est l'épouse de l'homme politique français Nicolas Sarkozy (...) Son grand-père Ciganer est roumain, tsigane (d'où le patronyme de Ciganer). Son père, André, est ami de Joseph Kessel, il s'installe à Paris comme fourreur rue François premier, puis place Beauvau. Sa mère, Teresita (dite Diane) Albeniz, était espagnole, fille d'ambassadeur belge et petite-fille du compositeur Isaac Albéniz. » Étranges coïncidences ! Ciganer n'a rien de roumain, ce nom étant tiré du hongrois cigány (anciennement czigany), tsigane ou plutôt tzigane en français, même si l'orthographe ne change rien à la prononciation (Tzigeuner en germain). Ciganer est tiré du hongrois moderne, mais porte le suffixe masculin germain -er, d'où son origine transylvaine probable. Ciganer aurait initialement désigné un petit juif errant, quand les juifs n'avaient pas de patronyme. Ce que l'amitié du père de Cécilia avec le juif hongrois Kessel semble confirmer. Enfin, son père s'installa place Beauvau, à Paris, là où Sarkozy accueillit ses supporteurs le soir de sa victoire électorale. Avant de partir pour Malte en compagnie de Cécilia, avec qui il vient de se réconcilier. Au banquet de la salle Beauvau, le 6 mai, un homme serra la main de Sarkozy et de sa femme, à qui il demanda si elle était gitane. Elle répondit : « Je suis juive. » Confirmation des observations qui précèdent.  (Via le Blog d'Hervé Ryssen)

Partager cet article
Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 15:31

Suite à une plainte déposée auprès de l'équipe d'overblog, - "liberté d'expression"... -, je modifie le texte et ne laisse plus que les condamnations des papes...

[Texte de la plainte:

report d'abus sur le blog : christroi
Bonjour,
un visiteur de votre blog christroi vient de signaler un contenu litigieux sur les pages dont vous avez la responsabilité.

... Dans le cas où cette plainte serait fondée, veuillez modifier voire retirer les textes, images et fichiers incriminés. Afin de régler l'éventuel litige de façon amiable, merci de vous mettre en rapport avec l'auteur de la plainte si nécessaire.

Cet email vous a été envoyé automatiquement suite à un report d'abus sur votre blog : christroi.over-blog.com

Cordialement,
- L'équipe d'Overblog -]


                              ***

 

Principaux textes publiés par les papes dénonçant le complot maçonnique


 Encyclique In Eminenti de Clément XII (1738)

Encyclique Providas de Benoît XIV (1751)
Lettre apostolique Quo graviora de Léon XII (1826)
Encyclique Qui pluribus de Pie IX (1846)
Encyclique Humanum genus de Léon XIII (1884)
Encyclique Vehementer nos (1906) et Lettre à la France "Une fois encore" de saint Pie X (1907)

Constitution apostolique Servatoris Jesu Christi de Pie XI (1925)

Constitution apostolique Per annum sacrum de Pie XII (1950)
les Actes du Synode romain promulgué par le Pape de Jean XXIII (1963)

la Déclaration de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi du Préfet Cardinal Joseph Ratzinger (1983)

Partager cet article
Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 11:16

Communiqué de l’association Gaylib

Avec toute l’équipe de GayLib, je voulais vous dire combien nous sommes heureux de la victoire de Nicolas Sarkozy.

Comme l’a rappelé le futur Président de la République, une nouvelle page de l’histoire de notre pays peut désormais s’écrire et le terme de “respect” sera présent à chacune de ses lignes. Vous savez combien GayLib y attache de l’importance.

Cette victoire est aussi la vôtre. Vous avez su tourner le dos aux propos caricaturaux dont certaines structures lgbt, devenues totalement partisanes, ont voulu accabler notre candidat sans pour autant être crédibles. Gays, lesbiennes ou gayfriendly vous avez compris la portée et la sincérité des projets proposés par Nicolas Sarkozy. Vous les avez fait partager autour de vous et vous vous êtes mobilisés durant la campagne pour faire gagner notre candidat.

Pour tout cela : un grand merci !

... La victoire de Nicolas Sarkozy est la nôtre. (altermedia.info)

Partager cet article
Repost0

Articles Récents