Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2022 3 17 /08 /août /2022 19:57
https://uncutnews.ch/ansprache-putins-an-die-teilnehmer-und-gaeste-der-10-moskauer-konferenz-ueber-internationale-sicherheit/

https://uncutnews.ch/ansprache-putins-an-die-teilnehmer-und-gaeste-der-10-moskauer-konferenz-ueber-internationale-sicherheit/

Extrait du discours du Président de la Russie Vladimir Poutine adressé aux participants et invités à la 10e Conférence de Moscou sur la sécurité internationale :

 

"Mesdames et messieurs !

 

Chers invités étrangers,

 

Je vous souhaite la bienvenue à la 10e Conférence de Moscou sur la sécurité internationale. Au cours des dix dernières années, votre forum représentatif est devenu un lieu important pour discuter des questions militaro-politiques les plus urgentes.

 

Aujourd'hui, une discussion aussi ouverte revêt une importance particulière. La situation mondiale évolue de manière dynamique et les contours d'un ordre mondial multipolaire se dessinent. De plus en plus de pays et de peuples choisissent la voie d'un développement libre et souverain fondé sur leurs propres identités, traditions et valeurs.

 

 

Les élites mondialistes occidentales s'opposent à ces processus objectifs en provoquant le chaos, en fomentant des conflits anciens et nouveaux et en poursuivant des politiques dites d'endiguement, qui en réalité reviennent à saper toute possibilité de développement alternatif et souverain. Alors ils font tout ce qu'il faut pour maintenir l'hégémonie et le pouvoir qui leur échappe ; ils tentent de maintenir les pays et les peuples sous l'emprise d'un ordre essentiellement néo-colonial. Leur hégémonie signifie stagnation pour le reste du monde et pour toute civilisation ; c'est l'obscurantisme, l'abolition de la culture et le totalitarisme néolibéral.

 

Ils utilisent tous les moyens et voies. Les États-Unis et leurs vassaux s'ingèrent grossièrement dans les affaires intérieures de pays souverains en organisant des provocations, en organisant des coups d'État ou en déclenchant des guerres civiles. Par la menace, le chantage et la coercition, ils tentent de forcer les États indépendants à se plier à leur volonté et à suivre des règles qui leur sont étrangères. Ce faisant, ils n'ont qu'un seul but : maintenir leur suprématie, le modèle séculaire qui leur permet de s'emparer de tout dans le monde. Mais un tel modèle ne peut être maintenu que par la force.

 

C'est pourquoi l'Occident collectif - le soi-disant Occident collectif - sape délibérément le système de sécurité européen et forge constamment de nouvelles alliances militaires.

 

[…] Ils ont besoin de conflits pour maintenir leur hégémonie. Pour cette raison, ils ont désigné le peuple ukrainien pour servir de chair à canon. Ils ont mis en œuvre le projet anti-russe et toléré la propagation de l'idéologie néo-nazie. Ils ont fermé les yeux lorsque les habitants du Donbass ont été assassinés par milliers, et ils ont continué à fournir des armes, y compris des armes lourdes, au régime de Kiev, comme ils le font actuellement."

 

Fin de citation.

SOURCE et suite du discours : UncutNews

Partager cet article
Repost0
6 juin 2022 1 06 /06 /juin /2022 07:00
 La Russie est en train de gagner la guerre économique - et Poutine n'est pas près de retirer ses troupes

Les effets pervers des sanctions se traduisent par une augmentation des coûts du carburant et des denrées alimentaires pour le reste du monde – et les craintes d'une catastrophe humanitaire grandissent. Tôt ou tard, un accord doit être conclu

 

Cela fait maintenant trois mois que l'Occident a lancé sa guerre économique contre la Russie , et cela ne se déroule pas comme prévu. Au contraire, les choses vont vraiment très mal.

 

Des sanctions ont été imposées à Vladimir Poutine non pas parce qu'elles étaient considérées comme la meilleure option, mais parce qu'elles étaient meilleures que les deux autres plans d'action disponibles : ne rien faire ou s'impliquer militairement.

 

La première série de mesures économiques a été introduite immédiatement après l'invasion, alors qu'il était supposé que l'Ukraine capitulerait en quelques jours. Cela ne s'est pas produit, si bien que les sanctions – bien qu'encore incomplètes – se sont progressivement intensifiées.

 

Il n'y a cependant aucun signe immédiat de retrait de la Russie de l'Ukraine et ce n'est guère surprenant, car les sanctions ont eu l'effet pervers de faire grimper le coût des exportations russes de pétrole et de gaz, d'augmenter massivement sa balance commerciale et de financer son effort de guerre. Au cours des quatre premiers mois de 2022, Poutine pourrait se vanter d'un excédent du compte courant de 96 milliards de dollars (76 milliards de livres sterling) – plus du triple du chiffre pour la même période de 2021.

 

Lorsque l'UE a annoncé son interdiction partielle des exportations de pétrole russe plus tôt cette semaine, le coût du pétrole brut sur les marchés mondiaux a augmenté, offrant au Kremlin une autre manne financière. La Russie n'éprouve aucune difficulté à trouver des marchés alternatifs pour son énergie, avec des exportations de pétrole et de gaz vers la Chine en avril en hausse de plus de 50 % sur un an.

 

Cela ne veut pas dire que les sanctions sont sans douleur pour la Russie. Le Fonds monétaire international estime que l'économie se contractera de 8,5 % cette année à mesure que les importations en provenance de l'ouest s'effondreront. La Russie dispose de stocks de biens essentiels au maintien de son économie, mais avec le temps, ils seront épuisés.

 

Mais l'Europe ne se libère que progressivement de sa dépendance à l'égard de l'énergie russe, et ainsi une crise financière immédiate pour Poutine a été évitée. Le rouble – grâce au contrôle des capitaux et à un excédent commercial sain – est fort . Le Kremlin a le temps de trouver des sources alternatives de pièces de rechange et de composants auprès de pays désireux de contourner les sanctions occidentales.

 

Lorsque les acteurs mondiaux se sont réunis à Davos la semaine dernière, le message public était la condamnation de l'agression russe et un engagement renouvelé à soutenir fermement l'Ukraine. Mais en privé, on s'inquiétait des coûts économiques d'une guerre prolongée.

 

Ces inquiétudes sont tout à fait justifiées. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a donné un nouvel élan à des pressions déjà fortes sur les prix. Le taux d'inflation annuel du Royaume-Uni s'élève à 9 % - son plus haut niveau en 40 ans - les prix de l'essence ont atteint un niveau record et le plafond des prix de l'énergie devrait augmenter de 700 à 800 £ par an en octobre. Le dernier programme de soutien de Rishi Sunak pour faire face à la crise du coût de la vie était le troisième du chancelier en quatre mois – et il y en aura d'autres plus tard dans l'année.

 

À la suite de la guerre, les économies occidentales sont confrontées à une période de croissance lente ou négative et d'inflation croissante - un retour à la stagflation des années 1970. Les banques centrales – y compris la Banque d'Angleterre – estiment qu'elles doivent répondre à une inflation proche des taux à deux chiffres en augmentant les taux d'intérêt. Le chômage est appelé à augmenter. D'autres pays européens sont confrontés aux mêmes problèmes, sinon plus, car la plupart d'entre eux sont plus dépendants du gaz russe que le Royaume-Uni.

 

Les problèmes auxquels sont confrontés les pays les plus pauvres du monde sont d'un ordre de grandeur différent. Pour certains d'entre eux, le problème n'est pas la stagflation, mais la famine, en raison du blocage de l'approvisionnement en blé des ports ukrainiens de la mer Noire.

 

Comme l'a dit David Beasley, le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial : « En ce moment, les silos à grains de l'Ukraine sont pleins. Dans le même temps, 44 millions de personnes dans le monde marchent vers la famine.

 

Dans toutes les organisations multilatérales – le FMI, la Banque mondiale, l'Organisation mondiale du commerce et les Nations unies – les craintes grandissent d'une catastrophe humanitaire. La position est simple : à moins que les pays en développement ne soient eux-mêmes des exportateurs d'énergie, ils font face à un triple coup dur dans lequel les crises énergétiques et alimentaires déclenchent des crises financières. Confrontés au choix de nourrir leurs populations ou de payer leurs créanciers internationaux, les gouvernements opteront pour le premier. Le Sri Lanka a été le premier pays depuis l'invasion russe à faire défaut sur ses dettes , mais il est peu probable que ce soit le dernier. Le monde semble plus proche d'une véritable crise de la dette qu'à n'importe quel moment depuis les années 1990.

 

[...]

 

Poutine ne va pas se rendre sans condition, et le potentiel de graves dommages collatéraux de la guerre économique est évident : baisse du niveau de vie dans les pays développés ; la famine, les émeutes de la faim et une crise de la dette dans le monde en développement.

 

Larry Elliott est le rédacteur économique du Guardian

 

Source: https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/jun/02/russia-economic-war-ukraine-food-fuel-price-vladimir-putin

Partager cet article
Repost0
4 juin 2022 6 04 /06 /juin /2022 13:47

Un évêque britannique s'exprime : la Russie est le dernier obstacle sur la voie d'un nouvel ordre mondial

 

Il n'y a qu'un seul leader mondial qui s'opposera aux forces du mal. Ne comptez pas sur Boris Johnson en Angleterre. Ne comptez pas sur Macron en France. Ne comptez pas sur Draghi en Italie. C'est Vladimir Poutine. Ce n'est peut-être pas un ange ou un saint, mais il est intelligent et très courageux. L'évêque britannique Richard Williamson a déclaré cela aux paroissiens de Varsovie le 15 mai, rapporte l'agence de presse Interfax .

 

"Et en tant que chef de l'Etat russe, il est en mesure de défier le gouvernement mondial", a déclaré Williamson.

 

L'évêque a déclaré que les Russes ne se battaient pas en Ukraine pour détruire le pays. L'objectif est la dénazification et la démilitarisation de l'Ukraine. L'Europe stupide court après l'Amérique en essayant d'écraser la Russie, a déclaré Williamson.

 

Les criminels qui dirigent le monde en ont encore en réserve pour nous, a-t-il déclaré. "Il y aura une famine artificiellement créée", a-t-il dit. "Soyez prêt. D'abord, ils nous ont trompés avec Corona. Ensuite, ils nous ont bernés avec l'Ukraine, que la Russie provoque depuis 2014. La Russie doit se défendre."

 

"Ils veulent détruire la Russie parce que la Russie est le dernier obstacle au nouvel ordre mondial", a souligné l'évêque.

SOURCE : UncutNews

Partager cet article
Repost0
1 mai 2022 7 01 /05 /mai /2022 08:49

La plupart de ceux qui ont fait l’éloge du cardinal ont constamment et ostensiblement ignoré à quel point la vision du monde du cardinal se heurte à celle de l’establishment catholique conservateur américain.

Featured Image

Source: LifeSiteNews

 

Par Jerry D. Salyer

Pourquoi l'Occident veut-il anéantir ce qu'il a construit en premier lieu ? Le véritable ennemi de l'Occident est l'Occident lui-même, son imperméabilité à Dieu et aux valeurs spirituelles, qui ressemble à un processus d'autodestruction mortelle.

Robert Cardinal Sarah, The Day Is Now Far Spent (La Journée est maintenant bien entamée)

À ce stade, les contours du débat Viganò sont assez clairs. Alors que l'archevêque Viganò blâme une OTAN expansionniste et un Occident post-chrétien pour la guerre en Ukraine, les critiques de Son Excellence pensent qu'il ne fait pas que blanchir les dures réalités du régime de Vladimir Poutine, mais qu'il ignore également les points clés de la doctrine de la guerre juste. Comme l'archevêque utilise souvent un langage apocalyptique pour décrire les machinations alambiquées des mondialistes, on craint également qu'il ne devienne un théoricien du complot excentrique. Plutôt que d'ajouter au volume déjà considérable de commentaires pour ou contre Mgr Viganò, il me semble plus intéressant de noter qu'en un sens, il n'est pas seul. C'est-à-dire qu'il n'est pas le seul homme d'église - ni même le plus haut gradé - qui a, à l'occasion, "regardé vers l'Est" pour remédier "aux erreurs de l'Occident".

 

A ce stade, les contours du débat Viganò sont assez clairs. Là où Mgr Viganò reproche la guerre en Ukraine à l’OTAN expansionniste et à l’Occident post-chrétien, les critiques de Son Excellence croient qu’il ne fait pas que blanchir les dures réalités du régime de Vladimir Poutine, mais qu’il ignore aussi les points clés de la doctrine de la guerre juste. Comme l’archevêque emploie souvent un langage apocalyptique pour décrire les machinations alambiquées des mondialistes, on craint également qu'il ne devienne un théoricien excentrique du complot. Plutôt que d'ajouter au volume déjà considérable de commentaires pour ou contre Mgr Viganò, il me semble plus intéressant de noter qu'en un sens, il n'est pas seul. C'est-à-dire qu'il n'est pas le seul homme d'Église - ni même le plus haut gradé - qui à l'occasion a "regardé vers l'Est" pour remédier "aux erreurs de l'Occident".

 

En effet, parmi les catholiques pratiquants, il serait difficile de trouver un homme d'Église vivant aussi universellement estimé que le cardinal Robert Sarah. Originaire de Guinée francophone, le cardinal Sarah a été caractérisé par pas moins une sommité que George Weigel comme "une lumière brillante et brillante", dont "la foi illumine le chemin vers une réforme catholique authentique". Pour la plupart, d'autres commentateurs catholiques semblent partager ce point de vue. Pourtant, la plupart de ceux qui ont fait l'éloge du cardinal ont constamment et visiblement ignoré à quel point la vision du monde du cardinal se heurte à celle de l'establishment catholique conservateur américain. Ce n'est même pas comme si les vues incommodes du cardinal étaient sèchement écartées ; non, elles n'ont même pas été reconnues.

 

Par exemple, en 2019, lorsque le livre du cardinal Sarah The Day Is Now Far Spent (La Journée est maintenant bien entamée) est sorti, cet écrivain a été frappé non seulement par la condamnation catégorique et répétée du capitalisme financier et de la mondialisation, mais aussi par le manque total d’intérêt manifesté par les critiques pour cette partie du livre. Des déclarations pointues telles que "L’humanité mondialisée, sans frontières, est un enfer" étaient sans ambiguïté et certainement pertinentes pour les controverses enflammées qui continuaient à gronder dans le sillage du Brexit et de l’élection de Donald Trump. Peu de journalistes catholiques ont autant fait allusion à de telles remarques.

 

À ma connaissance, personne n'a jugé bon de remarquer les réflexions du cardinal Sarah sur les relations américano-russes, même si ces relations suscitent depuis un certain temps un vif intérêt dans les milieux catholiques conservateurs. C'était presque comme si la plupart des journalistes catholiques ignoraient simplement des déclarations comme celles-ci, qui ne pouvaient en aucun cas être transformées en passe-partout sûr et conservateur :

 

En Russie, l'Église orthodoxe a largement repris son rôle d'avant 1917 en tant que fondement moral de la société. Cela suscite une opposition politique, mais aussi une haine profonde de la part des élites post-chrétiennes de l'Occident, non seulement vis-à-vis de la Russie, mais aussi contre l'Église orthodoxe russe et, par extension, contre le christianisme orthodoxe lui-même. L'attaque ouvertement politique qui vise à opposer l'Ukraine à l'Église orthodoxe russe sous l'autorité du patriarche Cyrille de Moscou est une provocation dangereuse et stupide.

 

Il convient de concéder ici un certain nombre de positions implicites de la part de Son Éminence, positions avec lesquelles nous pouvons être d'accord ou non. Tout d'abord, contrairement à la plupart des Américains, le cardinal Sarah n'accepte pas l'idée d'un "mur de séparation" entre l'Église et l'État. En outre, il ne rejette pas l'Église orthodoxe russe comme une façade du KGB ou une clique de schismatiques maudits.

 

Qu'il ait raison ou tort sur ces questions, il semble avoir été conscient de quelque chose de longtemps oublié par de nombreux catholiques américains qui arborent maintenant des drapeaux ukrainiens : le coup d'État de 2014, soutenu par l'administration Obama, qui a renversé le gouvernement pro-russe de l'Ukraine. (À défaut d'autre chose, ceux qui critiquent la réaction hystérique de Washington au 6 janvier pourraient trouver intéressant de contempler le soutien du département d'État américain au changement de régime ukrainien via des milices organisées, des combats de rue et des cocktails Molotov ; la vérité est que l'élite américaine hypocrite n'a aucun problème avec l'insurrection violente, à condition que la dite catastrophe arrive à quelqu'un d'autre).

 

Nous pourrions également reconnaître que, si le soutien du cardinal à la Russie contre un Occident post-chrétien n'était pas aussi flamboyant et extravagant que celui de Viganò,  il dépassait largement les limites du politiquement correct, même en 2019 : 

 

Jean-Paul II était convaincu que les deux poumons de l'Europe devaient travailler ensemble. Aujourd'hui, l'Europe occidentale emploie des moyens extraordinaires pour isoler la Russie. Pourquoi persister à ridiculiser ce grand pays ? L'Occident fait preuve d'une arrogance sans précédent. L'héritage spirituel et culturel de l'Église orthodoxe russe est sans égal. Le réveil de la foi qui a suivi la chute du communisme est un immense espoir.

 

 À ce stade, le soutien que le gouvernement russe apporte à l'orthodoxie russe est traité comme une marque contre elle, comme un signe de manipulation. Pour sa part, Sarah considère comme acquis que la préservation de l'héritage chrétien d'une nation est une bonne chose, quelles que soient les motivations superficielles des politiciens. "L'Occident semble heureux de voir ses églises transformées en gymnases, ses chapelles romanes tomber en ruine, son patrimoine religieux menacé par une désacralisation totale. La Russie, au contraire, dépense des sommes considérables pour restaurer les trésors de l'orthodoxie."

Et comme pour enfoncer le clou de sa comparaison, le cardinal Sarah a opposé l'engagement américain et russe au Moyen-Orient, encore une fois en faveur des Russes :

 

L'administration Obama a essayé d'apporter la liberté aux Syriens. Aujourd'hui, le pays ressemble à un champ de ruines. Sans l'intervention de la Russie, un régime islamiste aurait fini par l'emporter. Les chrétiens de ce pays doivent leur survie à Moscou. La Russie a joué son rôle de protecteur des minorités chrétiennes, pour la plupart orthodoxes. Le gouvernement russe entendait défendre une religion, mais aussi une culture.

 

Again, all of these remarks were published several years ago, so none of this is meant to put words in His Eminence’s mouth regarding the current situation. His current Twitter account indicates—unsurprisingly—that he laments the war, and the death and destruction, and would like to see a peaceful resolution. It hardly seems plausible that he would condone the invasion of one country by another, whatever the backstory. Yet given his previous critiques, it seems likewise doubtful that he would blame the war entirely on Russia, much less that he would rally around the Western banner.

 

Encore une fois, toutes ces remarques ont été publiées il y a plusieurs années, donc rien de tout cela n'est destiné à mettre des mots dans la bouche de Son Éminence concernant la situation actuelle. Son compte Twitter actuel indique - sans surprise - qu'il déplore la guerre, la mort et la destruction, et qu'il aimerait voir une résolution pacifique. Il ne semble guère plausible qu'il approuve l'invasion d'un pays par un autre, quelle qu'en soit l'origine. Pourtant, compte tenu de ses critiques précédentes, il semble également douteux qu'il impute entièrement la guerre à la Russie, et encore moins qu'il se rallie à la bannière occidentale.

 

Pour comprendre pourquoi, nous devons nous rappeler que le point de vue du Cardinal Sarah est informé par des expériences radicalement différentes de celles par exemple d'un catholique américain de banlieue. En tant qu'Africain d'origine, Sarah conserve une appréciation des liens organiques et tribaux que les Américains ont largement abandonnés. En tant que post-colonial qui est tout à fait à l'aise avec la culture et les idées catholiques françaises, il représente une vision du monde radicalement contre-révolutionnaire, une vision qui ne regarde pas simplement le socialisme, mais le projet libéral de Locke lui-même :

 

Les Occidentaux sont convaincus que recevoir est contraire à la dignité de la personne humaine. Mais l'homme civilisé est fondamentalement un héritier, il reçoit une histoire, une culture, une langue, un nom, une famille. C'est ce qui le distingue du barbare. Refuser de s'inscrire dans un réseau de dépendance, d'héritage, de filiation, c'est se condamner à retourner nu dans la jungle d'une économie concurrentielle livrée à elle-même. Parce qu'il refuse de se reconnaître héritier, l'homme est condamné à l'enfer de la mondialisation libérale où les intérêts individuels s'affrontent sans qu'aucune loi ne les régisse, sinon le profit à tout prix.

 

Au cas où le lecteur ne l'aurait pas remarqué, ces sentiments sont presque diamétralement opposés à ceux que l'on trouve dans les pages de National Review, qui voit dans la "mondialisation libérale" non pas un enfer mais un paradis.

 

Pour être clair, mon propos n'est pas de défendre un point de vue particulier sur la guerre, ni de considérer le cardinal Sarah comme un prophète infaillible, ni d'insister sur le fait qu'il avait raison sur l'état de la Russie, sur le mondialisme ou sur toute autre chose en particulier. Non, le fait est qu'un ecclésiastique de premier plan pense que le plus grand ennemi de l'Occident n'a jamais été Al-Qaida, ISIS ou la Chine, et encore moins la Russie, mais plutôt l'Occident lui-même - et aucun de ceux qui prétendent l'admirer n'a jugé bon de le remarquer.

 

Les conservateurs catholiques éludent systématiquement la question chaque fois qu'une personnalité honorée - vivante ou morte - s'écarte de leur propre programme étroit de "capitalisme démocratique". Peut-être cette pratique est-elle due à la malhonnêteté, ou peut-être s'agit-il d'une simple dissonance cognitive. Quoi qu'il en soit, le mal qu'elle perpétue va bien au-delà de la politique étrangère. Si nous prenons l'habitude de filtrer négligemment tout ce qui pourrait nous interpeller, il est alors inutile de discuter des pensées du Cardinal Sarah - ou de n'importe qui d'autre.

 

Jerry D. Salyer est titulaire d'une licence en aéronautique de l'université de Miami et d'une maîtrise en lettres du programme des grands livres du St. John's College, à Annapolis. Vétéran de la marine américaine, M. Salyer travaille aujourd'hui comme éducateur et écrivain indépendant.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2022 1 18 /04 /avril /2022 08:38
Source : https://uncutnews.ch/warum-russland-gegen-die-neue-weltordnung-kaempfen-muss/

Source : https://uncutnews.ch/warum-russland-gegen-die-neue-weltordnung-kaempfen-muss/

Ainsi, la guerre en Ukraine ne sert pas seulement à protéger les frontières physiques de la Russie contre l'agression de l'OTAN, écrit Robert Bridge.

 

Depuis de nombreuses décennies, les États-Unis discutent de manière obsessionnelle de l'expression "nouvel ordre mondial", mais peu de gens savent d'où vient le concept et où les défenseurs de cette grande vision veulent mener l'humanité. Une chose est sûre cependant : la Russie n'est pas enthousiaste à ce sujet.

 

Cette semaine, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que l'un des objectifs de l'opération militaire de Moscou en Ukraine était de mettre fin à l'ordre mondial dominé par les États-Unis, qui contredit catégoriquement le souhait de la Russie et de ses alliés d'un système mondial multipolaire.

 

"Notre opération militaire spéciale vise à mettre un terme à l'expansion insolente [des forces de l'OTAN] et à la ... quête de domination totale des Etats-Unis et de leurs sujets occidentaux sur la scène mondiale", a déclaré Lavrov à la chaîne d'information Rossiya 24.

 

"Cette domination repose sur des violations flagrantes du droit international et sur certaines règles qu'ils vantent tant maintenant et qu'ils inventent au cas par cas", a ajouté le haut diplomate russe.

 

Outre la question de savoir si l'OTAN, dirigée par les États-Unis, tiendra compte des avertissements de Moscou et arrêtera son avancée militaire à la frontière russe, une autre question tout aussi critique se pose : qu'est-ce exactement que le Nouvel ordre mondial, et pourquoi ce terme suscite-t-il tant de peur et de dégoût ?

 

Lire : Illuminés de Bavière : l'illuminisme au XVIIIe siècle

 

Un appel au contrôle global

 

Dans une lettre datée du 15 août 1871, le général confédéré et auteur éminent Albert Pike a écrit une lettre à l'homme politique italien et agitateur révolutionnaire Giuseppe Mazzinni, dans laquelle il proposait la création d'un "ordre mondial unique" dans lequel toutes les nations se soumettraient au diktat d'une seule autorité. Depuis lors, plusieurs présidents américains se sont prononcés du bout des lèvres en faveur de cette superstructure mondiale encore à réaliser, à la tête de laquelle se trouveraient prétendument les États-Unis.

 

"L'ordre mondial auquel nous aspirons", a déclaré Franklin D. Roosevelt en 1941 dans son discours sur l'état de l'Union, "c'est la coopération de pays libres travaillant ensemble dans une société amicale et civilisée".

 

Plus tard, le président américain Harry S. Truman, qui a largué non pas une, mais deux bombes atomiques sur le Japon presque vaincu dans les dernières heures de la Seconde Guerre mondiale, a également exprimé sa fascination pour l'"ordre mondial".

 

"Aujourd'hui, la grande aspiration de l'humanité est de créer un ordre mondial capable de maintenir la paix dans le monde", a déclaré Truman à un auditoire de l'ancien ordre arabe des nobles du sanctuaire mystique, dont Truman était un fier membre. "Le type d'organisation mondiale auquel cette nation et d'autres nations démocratiques aspirent est une organisation mondiale basée sur l'accord volontaire d'États indépendants", a-t-il ajouté.

 

En ces temps quasi-démocratiques, on ne peut qu'imaginer le type de contrainte qui serait nécessaire pour amener les nations à donner leur "consentement volontaire" à un tel pouvoir unipolaire.

 

Jusqu'à présent, la plupart des dirigeants américains ont hésité à utiliser le terme chargé de "Nouvel Ordre Mondial", ce qui semble étrange étant donné que "Novus Ordo Seclorum" ("Nouvel Ordre des Âges") a été gravé au dos du Grand Sceau des États-Unis depuis 1782, lorsque Charles Thomson, l'un des pères fondateurs, a présenté son dessin au Congrès continental.

Ce sceau a suscité des spéculations enfiévrées de la part des "théoriciens du complot" qui voient dans le sceau - représentant une pyramide égyptienne surmontée d'un œil qui voit tout - la preuve que les États-Unis sont gouvernés par une cabale secrète vouée à la domination mondiale. En fait, le terme "Novus Ordo Seclorum" aurait été emprunté au poète latin Virgile, qui écrivit dans son Quatrième Eclogue : "Le grand ordre des âges est né de nouveau... maintenant la justice et le retour de la domination du règne de Saturne". Dans l'ensemble, il semble étrange qu'une nation chrétienne orne sa monnaie la plus visible de motifs égyptiens et de références à d'anciens cultes païens.

 

Il n'est toutefois pas nécessaire d'aller trop loin dans la réflexion pour se méfier de tout politicien ou gouvernement qui promeut l'idée d'un système de gouvernement "mondial".  C'était en effet la morale derrière la tour de Babel, où Dieu, irrité par les efforts des hommes pour construire une ville et une tour suffisamment hautes pour atteindre le ciel, a fait parler les ouvriers dans des langues diverses et les a exilés aux quatre coins de la terre. Rarement, cependant, les allégories bibliques ont amené des hommes ambitieux à reconsidérer leurs plans égarés.

 

Le 11 septembre 1990, George HW Bush, enthousiasmé par la guerre américaine dans le golfe Persique, a prononcé la phrase redoutée non pas une fois, mais deux fois.

 

"De ces temps troublés", a-t-il déclaré au Congrès en référence à un paradis au-delà de l'horizon, "peut émerger un nouvel ordre mondial... Une ère dans laquelle les nations du monde, l'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud, pourront prospérer et vivre en harmonie".

 

Cela semble très tentant, n'est-ce pas ? Tout ce qu'il faut pour jouir de la paix mondiale semble être que les nations soumettent leur liberté et leur souveraineté à un seul dirigeant.

 

Et plus tard dans son discours, il dit : "Une fois de plus, les Américains... servent aux côtés des Arabes, des Européens, des Asiatiques et des Africains pour défendre les principes et le rêve d'un Nouvel Ordre Mondial." Je soupçonne que dans ce paradis politique, les lions aussi se couchent avec les agneaux.

 

La partie critique du passage de Bush est sa remarque : "Out of these troubled times". La clé de la création du "nouvel ordre mondial" auquel ces gens aspirent si désespérément est tout simplement le chaos. Le rêve tordu de réunir toutes les nations sous un même toit ne peut être réalisé que par un événement catastrophique, une tragédie si grande que les pays se soumettront avec empressement à l'hégémon. C'est bien sûr la dialectique hégélienne de base, où une crise terrible survient, les gens réagissent et l'État tout-puissant entre en scène pour trouver une solution, ce qui, bizarrement, conduit à une perte fondamentale de liberté.

 

Récemment, le président américain Joe Biden a mentionné le tristement célèbre slogan, qui a d'ailleurs peut-être aussi amené Lavrov à répéter sa condamnation du "nouvel ordre mondial".

 

"C'est maintenant un moment où les choses changent", a déclaré Biden lors d'une réunion de l'organisation de lobbying Business Roundtable le mois dernier. "Nous allons -- il y aura un nouvel ordre mondial, et nous devons le diriger." Tant pis pour ce qui est un effort de groupe ; Biden a révélé ce qui est tenu pour acquis parmi l'élite de Washington : il y aura un nouvel ordre mondial, et les États-Unis le "dirigeront".

Il faut souligner encore et encore que ces individus obsédés par le pouvoir ont besoin d'une crise pour mettre en œuvre leurs plans. Cela est devenu clair au début de la pandémie de Covid-19, lorsque Klaus Schwab, président du Forum économique mondial et auteur de The Great Reset, a déclaré que "la pandémie représente une occasion rare mais étroite de réfléchir à notre monde, de le repenser et de le reconstruire". Chaque fois qu'une personne puissante et très influente, en particulier une personne qui n'est pas tenue de rendre des comptes par un processus démocratique, commence à parler d'une crise comme d'une "opportunité", la sonnette d'alarme devrait être tirée.

 

Considérez que c'est le même patron du WEF (Forum économique mondial) qui, en collaboration avec l'Université Johns Hopkins et la Fondation Bill et Melinda Gates, a organisé ce que l'on appelle l'événement 201, lequel a prédit de manière presque détaillée comment la pandémie réelle se déroulerait quelques mois plus tard. Cela ne veut pas dire que Schwab savait ce qui allait arriver, mais que lui et ses collègues se préparaient à un tel moment pour provoquer la "Grande Réinitialisation".

 

Ensuite, il y a eu le Project for a New American Century (PNAC), un groupe de réflexion néoconservateur aujourd'hui disparu fondé en 1997 par William Kristol et Robert Kagan qui a joué un rôle majeur dans la promotion de l'invasion de l'Irak en 2003. Dans l'une de leurs publications les plus influentes, intitulée Rebuilding America's Defenses (2000), les auteurs, dont beaucoup ont occupé des postes politiques importants au sein de l'administration Bush, déploraient que "le processus de transformation, même s'il implique des changements révolutionnaires, serait probablement long, à moins qu'un événement catastrophique et déclencheur ne se produise - comme un nouveau Pearl Harbor".

 

Et voilà que le 11 septembre 2001, presque exactement un an plus tard, le PNAC a eu son "événement catastrophique et catalytique" avec les attaques terroristes sur Manhattan. Cet événement annonçait une "guerre contre le terrorisme" d'une décennie dans laquelle les États-Unis devaient chercher à rattraper la Russie et la Chine, qui étendaient tranquillement leurs capacités offensives et défensives tandis que l'armée américaine s'épuisait dans des conflits longs et inutiles à l'étranger.

 

À quelles autres crises l'humanité devrait-elle se préparer et qui pourraient inaugurer ce "nouvel ordre mondial" ? Tout, d'un effondrement économique à une invasion extraterrestre en passant par une pandémie virale, suffirait à résoudre le problème. Mais la question plus importante est de savoir quel type de "nouvel ordre mondial" les États-Unis imposeraient à la planète s'ils en avaient la moindre chance.

 

Un coup d'œil rapide sur l'évolution sociale, culturelle et politique aux États-Unis, où d'étranges expériences progressistes (par exemple, l'enseignement de l'idéologie transgenre, de la théorie critique de la race et des modes de vie sexuels alternatifs au niveau de l'école primaire par des extrémistes de la Cancel Culture) devaient provoquer un grand émoi. La logique et le comportement décent ont été bouleversés, et cela fait comprendre à des pays conservateurs comme la Russie que ce n'est pas le genre de "nouvel ordre mondial" - même s'ils étaient théoriquement prêts à soutenir un projet aussi grandiose - auquel ils veulent participer.

 

Ainsi, la guerre en Ukraine ne sert donc pas seulement à protéger les frontières physiques de la Russie contre une agression de l'OTAN.  La guerre en Ukraine vise à préserver la Russie d'un naufrage spirituel qui serait le résultat final d'un "nouvel ordre mondial" dicté par un Occident moralement en faillite. A cet égard, la Russie est engagée dans une lutte existentielle pour sa propre âme.

Pourquoi la Russie doit lutter contre le "Nouvel Ordre Mondial"

Source : Strategic-culture | UncutNews

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2022 1 11 /04 /avril /2022 07:02

image_pdf

 

par Oscar Fortin.

 

La semaine sainte nous interpelle tous et toutes sur les grands enjeux de notre monde. Nous en avons un reflet avec la guerre en Ukraine, une guerre voulue par ceux-là mêmes qui en rapportent toute la responsabilité à la Russie.

 

Le 12 février 2022, Joe Biden, en communication téléphonique avec Vladimir Poutine, l’informe « qu’il y aurait des répercussions sévères et rapides » si la Russie attaque l’Ukraine.

 

• https://www.journaldemontreal.com/2022/02/12/biden-a-averti-poutine-de-repercussions-severes-et-rapides-en-cas-dattaque-de-lukraine

 

La réponse de Poutine ne se fit pas attendre. Après des mois de négociations, sans résultat, entre la Russie et les États-Unis, le président russe donne 7 jours au président des E.U. et ses alliés pour l’assurer, par un document officiel et contraignant, que les activités militaires de l’OTAN et de l’Ukraine ne menacent pas la sécurité du Peuple russe. Avec cette confirmation, il n’y aurait pas de motifs pour une intervention militaire en Ukraine. Par contre, en l’absence d’une telle confirmation, Vladimir Poutine en déduirait que la guerre contre la Russie est déjà commencée et qu’il agirait le jour même, le 23 février 2022, pour protéger et défendre le Peuple russe.

 

• https://www.periodistadigital.com/2022/01/22/invasion-ucrania-rusia-da-plazo-semana-eeuu-aliados-noticia

 

Joe Biden, président des États-Unis, savait, le jour même, que la Russie allait passer à l’action, en Ukraine, alliée de l’OTAN, des États-Unis et de l’Union euuropéenne. Dire que la Russie est à l’origine de cette guerre serait trahir la vérité. De fait, cette guerre est amorcée depuis plusieurs années et elle est confirmée par le président des États-Unis qui n’a pu produire ce document, confirmant que la sécurité du Peuple russe était assurée. Pour reprendre une expression, utilisée par les États-Unis eux-mêmes à l’endroit du Venezuela, l’Ukraine et l’OTAN deviennent, pour la Russie, une menace à sa sécurité nationale.

 

À ce titre, l’intervention de la Russie en Ukraine se caractérise plus par une intervention de défense du Peuple russe, contre l’OTAN et l’Ukraine, que d’une intervention d’attaque et de conquête d’un État.

 

C’était mal connaître Vladimir Poutine, profondément attaché à son Peuple et chef d’État à ne pas s’écraser devant une menace, venant directement du président des États-Unis, se prenant, pour ainsi dire le grand maitre du monde.

 

Ces éléments d’information qui nous viennent les uns après les autres, nous permettent de mieux comprendre le motif, tout à fait légitime, de la Russie à se protéger et à se défendre contre tout agresseur à la sécurité nationale de son Peuple.

 

Le scandale des premiers jours de l’intervention, faisant de Poutine un assassin et un président sans âme, seul responsable de tous les malheurs du Peuple ukrainien, s’atténue de beaucoup à partir du moment que nous savons que les États-Unis, l’OTAN et l’Ukraine, elle-même prise en otage par ces derniers, se préparaient à envahir la Russie à travers cette plateforme toute indiquée pour atteindre rapidement la Russie.

 

Pas surprenant qu’à travers les différentes interventions militaires tant ukrainiennes que celles de la Russie qu’il y ait des « faux positifs » visant à discréditer le plus possible Poutine et la Russie.

 

Là encore la lumière commence à se faire plus claire et les langues commencent à se délier. Il ne faut pas être surpris que les États-Unis, habitués aux manipulations y faux positifs, mettent à contribution tout son savoir-faire dans ce domaine. Le cas de Bucha sera vite perçu comme le fut celui de Colin Powell avec sa fiole de produits, soi-disant chimiques et destructeurs, qu’aurait Saddam Hussein pour détruire des peuples entiers.

 

Les gens du « renseignement » américain disent à leurs sténographes de NBC News que leurs évidents mensonges sont évidemment des mensonges.

 

Les « renseignements » américains, hier comme aujourd’hui, ne sont que pure imagination dans le but de tromper le public américain et « occidental » sur la réalité de tel ou tel conflit :

 

• https://reseauinternational.net/le-renseignement-americain-lui-meme-dit-que-son-renseignement-est-une-connerie

 

Ce que je trouve le plus triste dans tout cela ce sont ces mensonges reçus comme des vérités « dures comme fer » pour la grande majorité des peuples qui s’en remettent aux bulletins de nouvelles qui répondent aux volontés des propriétaires de ces médias et des gouvernements concernés.

 

Dans un contexte de semaine sainte, je me permets cette référence à Pilate qui demanda au peuple présent au jugement de ce Jésus de Nazareth : Qui de Barrabas et de Jésus voulez-vous que je libère ? Nous savons que les grands-prêtres de l’époque ont vite envoyé leurs disciples pour inciter le peuple à demander la libération de Barabbas et la condamnation de Jésus. Il faut dire que quelques semaines auparavant, ce Jésus leur avait parlé de façon à les rendre nerveux. Il n’était pas le genre qu’ils aimaient.

 

Si on posait, aujourd’hui la même question au Peuple à savoir qui de Biden ou de Poutine voulez-vous que je libère. La réponse serait évidemment, libérez Biden et condamnez Poutine, ce qui fut pratiquement fait par la décision des Nations unies de retirer la Russie du comité des droits humains des N.U.

 

Oscar Fortin

Partager cet article
Repost0
8 avril 2022 5 08 /04 /avril /2022 19:01

Drapeaux arborés par les Russes à Kherson ... Viva el Cristo Rey, Vive le Christ Roi :

Ukraine - Bulletin N°77. Désinformation massive, bataille du Donbass, rouble pour tous. Xavier Moreau 07.04.2022
Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 11:06

La chaine YouTube de Stratpol de Xavier Moreau est censurée, GloriaTv publie sa dernière video : 

Bulletin N°76 de Xavier Moreau : Censure YouTube, programme nucléaire ukrainien, laboratoires d'armes bactériologiques, bataille du Donbass, nouvel ordre économique mondial - 02/04/2022

Extrait du Bulletin N°76 : Censure YouTube, bataille du Donbass, nouvel ordre économique mondial - 02/04/2022

 

"Maintenant tout le monde a compris le sens de ce que faisait Vladimir Poutine. Il y a même un côté eschatologique dans cette guerre avec les révélations qui ont été faites non seulement sur le programme nucléaire ukrainien, mais le pire c'est cette trentaine de laboratoires financés non seulement par Washington mais également - on vient de l'apprendre - par Berlin, où est impliqué le fils de Joe Biden, Hunter Biden, et qui visait au développement de différentes armes bactériologiques qui auraient dû selon la dernière présentation du Ministère de la Défense russe être envoyées en Russie. Quelque chose d'effrayant. Et les Russes et moi-même avons véritablement l'impression que c'est un combat contre le diable qui est en train de se passer, ce qui n'était pas du tout le sentiment que j'avais au début. Car, encore une fois, je pense que plus on creusera sur ce programme d'armes bactériologiques, plus on découvrira la monstruosité de ce qu'était l'Etat kiévien soutenu par Washington."

Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 08:47
Rembrandt : Les Trois Arbres (Rijksmuseum, Amsterdam)

Rembrandt : Les Trois Arbres (Rijksmuseum, Amsterdam)

Il était une fois sur une montagne, trois petits arbres qui discutaient de ce qu’ils feraient lorsqu’ils seraient grands.

 

Le premier petit arbre, émerveillé par les étoiles brillant au firmament des nuits, disait :

« Moi, quand je serai grand, je voudrais qu’on me transforme en un coffre à trésor splendidement orné, et qu’on me remplisse de pièces d’or et de toutes les plus belles pierreries du monde ».

Le deuxième petit arbre qui aimait à regarder scintiller sous la lune les eaux claires de la rivière dévalant les pentes, et dont on lui avait rapporté qu’elle allait au loin se jeter dans les vagues d’écume de la mer, déclarait :

« Je voudrais qu’on me transforme en un magnifique vaisseau ! Alors, commandé par un vaillant capitaine, je serai invincible pour affronter tous les océans du monde ».

Le troisième petit arbre, qui se plaisait à regarder les sommets aux alentours qui semblaient toucher le ciel, et les villages qu’on apercevait dans les vallées et desquels montaient jusqu’à eux les échos de la vie des hommes avec ses inquiétudes et ses joies, ses peines et ses espérances, ses bonheurs et ses deuils… , rêvait :

« Moi, quand je serai grand, je voudrais être encore plus grand que grand, et tellement grand que, chaque fois que l’on me regardera, on soit obligé de lever très haut les yeux et, de la sorte, obligé de penser à Dieu ».

 

Le temps s’écoula longtemps au grand sablier de la montagne, au murmure des sources, au clapotis des ruisseaux.

Les printemps succédèrent aux hivers, puis laissèrent la place aux étés.

Les trois petits arbres avaient changé, pris de la force, de la stature, des troncs vigoureux, des branches et des branchages.

 

Un matin d’automne des voix résonnèrent sur le sentier. Les oiseaux firent silence.

Les arbres se mirent à trembler de toutes leurs feuilles.

Trois bûcherons s’approchèrent des arbres.

Le premier bûcheron, regardant le premier arbre, le déclara parfait et, à grands coups de hache, le fit tomber sur le sentier.

Le deuxième bûcheron, voyant le deuxième arbre, le trouva vigoureux et, à grands coups de hache, le coucha sur le sol boueux.

Le troisième bûcheron se chargea du troisième arbre et, à grands coups de hache, il le fit culbuter dans la clairière dévastée.

 

Les trois arbres abattus furent ensuite trainés sur le flanc de la montagne.

Chacun sous son écorce imaginait la suite de son destin.

 

Le premier arbre allait enfin pouvoir vivre le rêve de sa vie : il se retrouverait bientôt dans la bonne odeur de colle et de copeaux de bois de l’atelier d’un ébéniste de renom…

Mais il fut emmené à l’humble menuiserie d’un village où personne ne commandait de coffre orné auquel confier de riche trésor, mais seulement des mangeoires pour les animaux.

 

Après deux jours et deux nuits de voyage, le deuxième arbre pensa qu’allait enfin se retrouver sur les galets gris du chantier naval. Les cris aigus des mouettes lui tournaient déjà la tête.

Il ne pouvait pas encore se douter de la mauvaise surprise qui l’attendait : pas un seul armateur n’avait passé commande pour un grand vaisseau ; seul un pêcheur avait commandé une modeste barque de pêche.

 

Quand au troisième arbre qui n’était plus que désespoir, on le débita en grosses poutres mal équarries qu’on mit à sécher le long d’un mur chez un charpentier.

 

Beaucoup de mois, beaucoup d’années passèrent sur les rêves détruits des trois arbres.

Beaucoup d’insectes dans leur bois, beaucoup d’araignées, beaucoup de poussières, beaucoup de désespérance…

Les arbres avaient fini par oublier leurs rêves.

Ils avaient cicatrisé.

Ils s’étaient installés dans les torpeurs de l’habitude.

Ils n’attendaient plus rien…

 

Le premier arbre devenu mangeoire ne sentait même plus la caresse des animaux tirant sur le foin.

Mais une nuit d’hiver la douce lumière d’une étoile plus éclatante que les autres se posa sur lui.

Un homme jeune au maintien doux et modeste et une toute jeune femme vinrent s’abriter dans l’étable.

Au milieu de la nuit, la jeune femme mit au monde un bébé que l’homme emmaillota et coucha dans la mangeoire.

Alors le premier arbre comprit que son rêve se réalisait.

 

Encore bien des coups de vent, des jours de pluie, des hivers glacés passèrent sur les rives du lac où le deuxième arbre, devenu petite barque de pêcheur, vieillissait lentement dans une mauvaise odeur de poisson.

Jusqu’à ce soir d’été où un groupe d’hommes voulut traverser le lac : ils embarquèrent.

Soudain, alors qu’ils se trouvaient au milieu du lac, une tempête se leva telle qu’on n’en avait jamais vu.

L’homme qui dormait à l’avant et vers lequel tous les autres crièrent affolés, se leva dans la barque, étendit les bras et calma la tempête.

Ainsi le second arbre comprit que son rêve se réalisait.

 

Peu de temps après cet événement, la ville se mit à résonner d’une étrange rumeur : les gens étaient énervés, on entendait des cris étouffés de femmes inquiètes et des cris de haine, des martèlements de chaussures de soldats…

L’air était rempli de violence, de mauvaise vengeance, d’injustice.

Des hommes vinrent près du hangar pour y tirer de sa torpeur le troisième arbre transformé en poutres.

Ils assemblèrent ces poutres en forme de croix, et, sur cette croix, ils clouèrent le Fils de l’Homme.

Le troisième arbre sut alors que son rêve se réalisait, puisque désormais chaque fois qu’on le regarderait, on penserait à Dieu.

Conte traditionnel russe : les trois arbres

Source : http://leblogdumesnil.unblog.fr/2022/03/28/2022-42-conte-traditionnel-russe-les-trois-arbres/

Partager cet article
Repost0
24 mars 2022 4 24 /03 /mars /2022 08:04

Partager cet article
Repost0
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 20:53

François a annoncé consacrer publiquement la Russie au Cœur immaculé de Marie lors d'une célébration pénitentielle publique, vendredi 25 mars, avec tous les évêques du monde en communion avec le Saint Père à 17h, dans un acte de réparation, selon le vœu de la Vierge Marie à Fatima en 1917.

 

Dans la video ci-dessus l'abbé Frédéric Martin précise que "l'actuel conflit à l'Est de l'Europe  va certainement, aux yeux du grand public, être la raison principale de cette consécration de la Russie au Cœur immaculé de Marie; mais attention, le conteste de l'apparition du 13 juillet 1917 est bien celui d'une vision de l'enfer, donc des péchés qui conduisent dans cette voie de perdition. Et il vous aura peut-être échapper que quelques jours avant le conflit à l'Est de l'Europe, en France, le délai d'avortement a été prolongé de deux semaines, passant de douze à quatorze semaines. 

 

Le site Aleteia donne le texte de l’acte de consécration que tous les prêtres et évêques du monde sont appelés à réciter en union avec lui.

 

Ô Marie, Mère de Dieu et notre Mère, en cette heure de tribulation nous avons recours à toi. Tu es Mère, tu nous aimes et tu nous connais : rien de tout ce à quoi nous tenons ne t’est caché. Mère de miséricorde, nous avons tant de fois fait l’expérience de ta tendresse providentielle, de ta présence qui ramène la paix, car tu nous guides toujours vers Jésus, Prince de la paix.

 

Mais nous avons perdu le chemin de la paix. Nous avons oublié la leçon des tragédies du siècle passé, le sacrifice de millions de morts des guerres mondiales. Nous avons enfreint les engagements pris en tant que Communauté des Nations et nous sommes en train de trahir les rêves de paix des peuples, et les espérances des jeunes. Nous sommes tombés malades d’avidité, nous nous sommes enfermés dans des intérêts nationalistes, nous nous sommes laissés dessécher par l’indifférence et paralyser par l’égoïsme. Nous avons préféré ignorer Dieu, vivre avec nos faussetés, nourrir l’agressivité, supprimer des vies et accumuler des armes, en oubliant que nous sommes les gardiens de notre prochain et de la maison commune. Nous avons mutilé par la guerre le jardin de la Terre, nous avons blessé par le péché le cœur de notre Père qui nous veut frères et sœurs. Nous sommes devenus indifférents à tous et à tout, sauf à nous-mêmes. Et avec honte nous disons : pardonne-nous, Seigneur !

 

Dans la misère du péché, dans nos fatigues et nos fragilités, dans le mystère d’iniquité du mal et de la guerre, toi, Mère sainte, tu nous rappelles que Dieu ne nous abandonne pas et qu’il continue à nous regarder avec amour, désireux de nous pardonner et de nous relever. C’est Lui qui t’a donnée à nous et qui a fait de ton Cœur immaculé un refuge pour l’Église et pour l’humanité. Par bonté divine, tu es avec nous, et tu nous conduis avec tendresse, même dans les tournants les plus resserrés de l’histoire.

 

Nous recourons donc à toi, nous frappons à la porte de ton Cœur, nous, tes chers enfants qu’en tout temps tu ne te lasses pas de visiter et d’inviter à la conversion. En cette heure sombre, viens nous secourir et nous consoler. Répète à chacun d’entre nous : “Ne suis-je pas ici, moi qui suis ta Mère?” Tu sais comment défaire les nœuds de notre cœur et de notre temps. Nous mettons notre confiance en toi. Nous sommes certains que tu ne méprises pas nos supplications et que tu viens à notre aide, en particulier au moment de l’épreuve.

 

C’est ce que tu as fait à Cana de Galilée, quand tu as hâté l’heure de l’intervention de Jésus et as introduit son premier signe dans le monde. Quand la fête était devenue triste, tu lui as dit : « Ils n’ont pas de vin » (Jn 2, 3). Répète-le encore à Dieu, ô Mère, car aujourd’hui nous avons épuisé le vin de l’espérance, la joie s’est dissipée, la fraternité s’est édulcorée. Nous avons perdu l’humanité, nous avons gâché la paix. Nous sommes devenus capables de toute violence et de toute destruction. Nous avons un besoin urgent de ton intervention maternelle.

 

Reçois donc, ô Mère, notre supplique.

 

Toi, étoile de la mer, ne nous laisse pas sombrer dans la tempête de la guerre.

 

Toi, arche de la nouvelle alliance, inspire des projets et des voies de réconciliation.

 

Toi, “terre du Ciel”, ramène la concorde de Dieu dans le monde.

 

Éteins la haine, apaise la vengeance, enseigne-nous le pardon.

 

Libère-nous de la guerre, préserve le monde de la menace nucléaire.

 

Reine du Rosaire, réveille en nous le besoin de prier et d’aimer.

 

Reine de la famille humaine, montre aux peuples la voie de la fraternité.

 

Reine de la paix, obtiens la paix pour le monde.

 

Que tes pleurs, ô Mère, émeuvent nos cœurs endurcis. Que les larmes que tu as versées pour nous fassent refleurir cette vallée que notre haine a asséchée. Et, alors que ne se tait le bruit des armes, que ta prière nous dispose à la paix. Que tes mains maternelles caressent ceux qui souffrent et qui fuient sous le poids des bombes. Que ton étreinte maternelle console ceux qui sont contraints de quitter leurs maisons et leur pays. Que ton Coeur affligé nous entraîne à la compassion et nous pousse à ouvrir les portes et à prendre soin de l’humanité blessée et rejetée.

 

Sainte Mère de Dieu, lorsque tu étais sous la croix, Jésus, en voyant le disciple à tes côtés, t’a dit : « Voici ton fils » (Jn 19, 26). Il t’a ainsi confié chacun d’entre nous. Puis au disciple, à chacun de nous, il a dit : « Voici ta mère » (v. 27). Mère, nous désirons t’accueillir maintenant dans notre vie et dans notre histoire. En cette heure, l’humanité, épuisée et bouleversée, est sous la croix avec toi. Et elle a besoin de se confier à toi, de se consacrer au Christ à travers toi. Le peuple ukrainien et le peuple russe, qui te vénèrent avec amour, recourent à toi, tandis que ton Cœur bat pour eux et pour tous les peuples fauchés par la guerre, la faim, l’injustice et la misère.

 

Mère de Dieu et notre Mère, nous confions et consacrons solennellement à ton Cœur immaculé nous-mêmes, l’Église et l’humanité tout entière, en particulier la Russie et l’Ukraine. Accueille cet acte que nous accomplissons avec confiance et amour, fais que cesse la guerre, assure au monde la paix. Le “oui” qui a jailli de ton Cœur a ouvert les portes de l’histoire au Prince de la paix ; nous espérons que la paix viendra encore par ton Cœur. Nous te consacrons l’avenir de toute la famille humaine, les nécessités et les attentes des peuples, les angoisses et les espérances du monde.

 

Qu’à travers toi, la Miséricorde divine se déverse sur la terre et que la douce palpitation de la paix recommence à rythmer nos journées. Femme du “oui”, sur qui l’Esprit Saint est descendu, ramène parmi nous l’harmonie de Dieu. Désaltère l’aridité de nos cœurs, toi qui es “source vive d’espérance”. Tu as tissé l’humanité de Jésus, fais de nous des artisans de communion. Tu as marché sur nos routes, guide-nous sur les chemins de la paix. Amen.

 

Source : https://fr.aleteia.org/2022/03/23/document-le-texte-de-consecration-de-lukraine-et-de-la-russie-au-coeur-immacule-de-marie/

Des commentateurs n'ont pas manqué de noter que François a annoncé consacrer la Russie et l'Ukraine. Or dans le vœu de la Vierge Marie à Fatima en 1917, il n'est pas question de l'"Ukraine", mais uniquement de la Russie.

 

En fait, en 1917, l'Ukraine faisait encore partie de la Russie.

 

Ce sont les socialistes d'Ukraine qui en avril 1917 ont déclaré l'autonomie territoriale nationale de l’Ukraine dans le cadre d’une république russe fédérative et qui ont proclamé l'indépendance de la république populaire ukrainienne, le 9 janvier 1918, avant que les Bolchéviques ne formassent en 1922 la "république soviétique socialiste ukrainienne"

Consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie 25-03-2022

Le fait que le pape François consacre la Russie et l'Ukraine ne fait donc que confirmer que ce territoire ou sa plus grande partie (Est), était un territoire russe en 1917.

Carte tirée de Christian GRATALOUP, Introduction de Patrick BOUCHERON, Atlas Historique mondial, Les Arènes - L'Histoire, Paris 2019, p. 471

Carte tirée de Christian GRATALOUP, Introduction de Patrick BOUCHERON, Atlas Historique mondial, Les Arènes - L'Histoire, Paris 2019, p. 471

Partager cet article
Repost0
19 mars 2022 6 19 /03 /mars /2022 14:42

"Tant de désinformation est répandue. Nous n'avons jamais rien vu de tel“, a déclaré Lara Logan, journaliste de guerre depuis 35 ans, à America's Voice AM. Nous devrions détester Vladimir Poutine et croire tout ce qui est dit à son sujet, mais nous devrions aimer l'Ukraine.

 

Selon Logan, Poutine savait exactement ce qu'il faisait lorsqu'il a envahi l'Ukraine. Il n'est pas entré directement dans Kiev. La Russie a visité tous ces laboratoires biologiques dans le pays. Nous ne devons pas simplement croire nos dirigeants. Après tout, ils ont menti à propos du Coronavirus.

 

Selon la journaliste, il y a beaucoup plus de choses dont personne ne parle. Pensez au Bataillon Azov, financé par les États-Unis et l'OTAN. Il y a des images montrant un drapeau de l'OTAN et un drapeau avec une croix gammée. Et leur emblème contient le soleil noir, un symbole occulte également utilisé par les SS. Il contient également le double flash des SS, a-t-elle dit.

 

Selon nos dirigeants, il ne s'agit que de quelques troupes. Ce n'est pas vrai. Le Bataillon Azov laisse une trace de mort et de destruction dans l'est de l'Ukraine, selon le rapport de guerre. "C'est pourquoi la Crimée voulait appartenir à la Russie.“

 

Elle a souligné que l'Ukraine était un quartier général des SS. Après la Seconde Guerre mondiale, la CIA a accordé aux Nazis ukrainiens l'immunité contre les poursuites. Les Etats-Unis et les services de renseignement américains financent et arment les Nazis en Ukraine depuis longtemps. "Ce ne sont pas des groupes néonazis, mais de vrais Nazis".

 

"Je n'aime pas qu'on me mente. On nous ment à une échelle inédite", a souligné le journaliste. "On nous dit d'être à 100% derrière Zelensky, qui est une marionnette et a été élu comme tant d'autres dirigeants.

 

Beaucoup de gens étaient d'accord avec les déclarations de Logan. Par exemple, elle dit qu'elle "fait exploser des bombes de vérité" et qu'elle "est une vraie journaliste".

 

Source : https://uncutnews.ch/journalist-ueber-die-ukraine-wir-werden-in-epischem-ausmass-belogen/

Partager cet article
Repost0
19 mars 2022 6 19 /03 /mars /2022 09:26
https://www.anti-spiegel.ru/2022/russischer-analyst-der-dritte-weltkrieg-laeuft-bereits/

https://www.anti-spiegel.ru/2022/russischer-analyst-der-dritte-weltkrieg-laeuft-bereits/

Source : Anti-Spiegel

 

Un analyste russe a écrit ce que je pense : la troisième guerre mondiale a déjà éclaté.

18 mars 2022 22h37

L'Occident utilise tous les moyens - sauf militaires - contre la Russie, même à son propre détriment. Nous assistons à un feu d'artifice de propagande comme il n'y en a pas eu depuis des décennies. C'est pourquoi je dis depuis quelques semaines qu'à mes yeux, la troisième guerre mondiale a déjà éclaté. La lutte des mondialistes occidentaux contre les États qui croient que le pouvoir doit appartenir aux États-nations et non aux entreprises semble être entrée dans sa phase décisive.

 

Un analyste de l'agence de presse russe TASS, avec lequel je suis majoritairement d'accord sur l'analyse, a écrit un article très intéressant , que j'ai voulu écrire sous une forme très similaire, c'est pourquoi j'ai traduit son article.

 

Troisième guerre mondiale : qui effraie qui avec la menace nucléaire ?

 

La troisième guerre mondiale est déjà en cours. L'Occident combat la Russie avec tous les moyens à sa disposition - politiques, économiques, idéologiques - à l'exception de l'utilisation directe de la force militaire. La principale préoccupation commune est maintenant d'empêcher ce conflit hybride de dégénérer en un échange nucléaire.

 

Mais même sans cela, les choses vont à l'extrême. La diabolisation de la Russie dans l'espace de l'information occidental s'est accompagnée d'attaques directes contre les dirigeants du pays, son élite politique et culturelle, et même les Russes ordinaires dans le pays et à l'étranger. Le président américain Joe Biden a publiquement qualifié son homologue russe Vladimir Poutine de "criminel de guerre". Un sénateur américain est même allé jusqu'à appeler à l'élimination physique du dirigeant russe. Les propriétaires de Meta (qui possède également Facebook, Instagram et WhatsApp) ont "temporairement" autorisé la publication de tels appels contre Poutine et son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko sur leurs plateformes.

 

Sur le front des sanctions, les mesures préventives ont remplacé les mesures punitives ; l'objectif expressément proclamé est la destruction de l'économie russe. Selon le ministre russe des Finances, Anton Siluanov, "l'Occident n'a pas respecté ses obligations financières envers la Russie, a gelé nos réserves de change et tente par tous les moyens d'arrêter le commerce extérieur et les exportations de marchandises, ce qui nuit au commerce mondial".

 

Pour le moins dire, des observateurs indépendants pensent qu'ils essaient de voler et "d'extorquer" à la Russie l'argent qu'elle a investi en Occident. Soit dit en passant, une saison de chasse ouverte à la fortune des soi-disant oligarques russes s'est déjà ouverte là-bas. Le principe de l'inviolabilité de la propriété privée, qui a toujours été considéré comme le fondement de la vie dans les sociétés démocratiques fondées sur l'État de droit, est bafoué au grand jour.

 

Dans le même temps, les normes de la communication internationale, qui semblaient aussi intouchables auparavant, ont été foulées aux pieds. Washington, avec ses "amis et partenaires", a imposé des sanctions personnelles directes aux dirigeants russes. Moscou a déjà répondu par des mesures restrictives contre les gouvernements américain et canadien, y compris Biden lui-même. Maintenant, Biden a une "interdiction de visite".

 

Les Américains se sont permis de "punir" des dirigeants étrangers auparavant, mais à ma connaissance – et j'ai demandé à des experts – jamais sous leurs propres présidents des sanctions étrangères n'ont été imposées à qui que ce soit.

 

Casus belli

 

Le prétexte de l'offensive frontale massive contre la Russie était son opération militaire pour imposer la paix dans le Donbass. En réalité, cependant, il ne s'agit pas de l'Ukraine, mais de tout le système de sécurité internationale et de stabilité stratégique dans un monde moderne en mutation. "Il est clair que les événements actuels tirent un trait sur la domination politique et économique mondiale des pays occidentaux", a récemment déclaré Poutine. "Plus que cela, ils remettent en question le modèle économique qui a été imposé aux pays en développement et au monde en général au cours des dernières décennies."

 

La Russie insiste sur le fait que la sécurité doit être partagée et indivisible. Elle souligne qu'elle a lancé ladite opération afin de mettre fin à la guerre de huit ans dans le Donbass et d'éloigner les menaces militaires de ses frontières. Incidemment, cela n'a commencé qu'après que le régime anti-russe actuel à Kiev eut expressément annoncé son intention d'acquérir des armes nucléaires et les vecteurs nécessaires. De leur côté, les États-Unis et l'OTAN, habitués à la domination mondiale dans les décennies post-soviétiques, font tout ce qu'ils peuvent pour préserver le statu quo.

 

Historiquement, ces différends sur le changement de l'ordre mondial ont pour la plupart été résolus par des guerres majeures. Aujourd'hui, cependant, un conflit armé direct entre grandes puissances menace de se transformer en une catastrophe nucléaire mondiale. Par conséquent, jusqu'à présent, il a été remplacé par une confrontation acharnée dans tous les autres domaines.

 

Cependant, à mesure que les tensions augmentent généralement, les menaces militaires augmentent également. Des analystes et même des responsables occidentaux accusent la Russie de planifier une sorte "d'escalade pour la désescalade". Moscou nie catégoriquement que nous ayons un tel concept, rappelant avec désinvolture que ce n'est pas nous, mais les pays de l'OTAN et l'Ukraine qui parlent de la possibilité d'une guerre nucléaire. La déclaration de janvier des dirigeants des cinq puissances nucléaires et des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU - la Russie, la Chine, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France - a réaffirmé qu'"il ne peut y avoir de vainqueur dans une guerre nucléaire et qu'elle ne doit jamais être menée", a d'ailleurs été adoptée à notre Initiative.

 

Aujourd'hui, cependant, cette période est déjà qualifiée d'avant-guerre et les experts tirent à nouveau la sonnette d'alarme. Par exemple, les coprésidents du groupe de haut niveau sur la sécurité euro-atlantique ont récemment appelé à un cessez-le-feu rapide et à une solution pacifique en Ukraine. À son avis, "les combats à la centrale nucléaire de Zaporijia étaient ... un autre rappel de la rapidité avec laquelle une catastrophe nucléaire peut devenir une réalité dans le feu de la guerre." Le document a été signé par l'ancien ministre russe des Affaires étrangères Igor Ivanov, ancien secrétaire américain à l'Énergie. Ernest Moniz, ancien secrétaire britannique à la Défense Desmond Brown, sénateur américain à la retraite et coprésidents de la Nuclear Threat Reduction Initiative Foundation Sam Nunn et Wolfgang Ischinger,

 

Aujourd'hui, cependant, cette période est déjà appelée période d'avant-guerre et les experts sonnent à nouveau l'alarme. Par exemple, les coprésidents du groupe de haut niveau sur la sécurité euro-atlantique ont récemment appelé à un cessez-le-feu rapide et à une solution pacifique en Ukraine. Selon elle, "les combats dans la centrale nucléaire de Zaporijia ... ont été un autre rappel de la rapidité avec laquelle une catastrophe nucléaire peut devenir une réalité dans le feu de la guerre." Le document a été signé par l'ancien ministre russe des Affaires étrangères Igor Ivanov, l'ancien ministre américain de l'énergie Ernest Moniz, l'ancien ministre britannique de la défense Desmond Brown, le sénateur américain à la retraite et Co-président de la Nuclear Threat reduction Initiative Foundation Sam Nunn, et Wolfgang Ischinger, qui a dirigé la Conférence sur la sécurité de Munich jusqu'à cette année.

 

La vérité qui dérange

Mais les armes nucléaires ne sont pas les seules à être des armes de destruction massive. En principe, il n'est pas nécessaire de le rappeler au monde qui se remet actuellement de la pandémie de COVID-19. Mais un souvenir a suivi - encore une fois dans le contexte ukrainien.

 

Fait intéressant, cela a surpris même certains des politiciens américains qui dirigent le régime de Kiev. Le magazine Federalist a décrit le fameux épisode survenu le 8 mars lors d'une audition de la commission des relations extérieures du Sénat sur la situation en Ukraine, impliquant la sous-secrétaire d'État américaine Victoria Nuland et le sénateur républicain Mark Rubio, avec le recul : « La Russie et la Chine affirment que l'Ukraine a un programme de recherche sur les armes biologiques; Apparemment convaincu que Nuland réfuterait ces affirmations, Rubio lui a demandé si elles étaient vraies. À la surprise apparente de Rubio, Nuland a répondu : "Eh bien, l'Ukraine a des installations de recherche biologique" et "nous sommes en fait très préoccupés par le fait que les troupes russes,

 

Fait intéressant, cela a surpris même certains des politiciens américains qui dirigent le régime de Kiev. Le magazine The Federalist a décrit avec le recul le fameux épisode survenu le 8 mars lors d'une audition de la Commission des relations extérieures du Sénat sur la situation en Ukraine, à laquelle participaient la Vice-Secrétaire d'État américaine Victoria Nuland et le sénateur républicain Mark Rubio : "la Russie et la Chine affirment que l'Ukraine dispose d'un programme de recherche sur les armes biologiques; Rubio était apparemment convaincu que Nuland réfuterait ces affirmations et lui demanda si elles étaient vraies. À la surprise évidente de Rubio, Nuland répondit :" Eh bien, l'Ukraine a des installations de recherche biologique "et" nous sommes vraiment très inquiets que les troupes russes, les forces armées russes puissent essayer de prendre le contrôle [de ces laboratoires], et nous travaillons avec les Ukrainiens sur la façon de garder ce matériel de recherche loin des mains des forces russes lorsque elles se rapprocheront de lui.“

 

La sénatrice, selon le journal, "a décidé de ne pas poursuivre l'aveu (apparemment réticent) de Nuland" et a simplement demandé "de confirmer que s'il y avait une attaque biologique, la Russie serait tenue responsable." De son côté, la diplomate "a volontiers convenu que elle en était sûre."

 

J'ai délibérément cité littéralement les extraits de la publication, jusqu'à la "coupure" de Nuland, et mis les explications entre parenthèses. Je voudrais ajouter que les témoignages sont faits sous serment lors des auditions au congrès et que le parjure est considéré comme une violation grave de la loi. Je suis sûr que la femme intelligente et expérimentée que je connais depuis des décennies ne pouvait donc pas mentir.

 

A présent, l'écho de ses paroles continue de résonner. Les troupes russes se sont emparées du "matériel" censé leur être caché. Désormais, non seulement Moscou, mais aussi Pékin insiste sur une clarification complète sur les "programmes de recherche" américains dans les biolaboratoires. Soit dit en passant, non seulement en Ukraine, mais aussi dans d'autres pays du monde.

 

La "visite en ligne"

 

En parlant de discours au Congrès américain, je ne peux pas éviter les dernières nouvelles : le discours du président ukrainien Vladimir Zelensky au Parlement américain. Il est maintenant invité dans diverses capitales occidentales; une de mes connaissances, un journaliste international chevronné, a ironiquement surnommé un engagement aussi inhabituel une "tournée en ligne".

 

Naturellement, l'apparition virtuelle sur la colline du Capitole de Washington a été un moment fort de la carrière du visiteur. Je ne vois pas l'intérêt de répéter le contenu de la représentation, qui était parsemée d'appels directs au public - "Mesdames et messieurs, chers Américains". Il ne le mérite pas, même si de nombreux articles ont été écrits à son sujet. Prenez, par exemple, l'appel à "imposer des sanctions américaines à tous les politiciens russes", ou plus précisément, comme cela a été immédiatement expliqué, à tous les responsables russes qui continuent d'exercer leurs fonctions. Le discours d'un comédien.

 

La principale demande de Zelensky - "l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine" - semble également être un vain mot. La Maison Blanche, le Pentagone et le Département d'État américain ont déclaré à plusieurs reprises qu'une telle option, qui impliquerait une confrontation directe avec la Russie, est inacceptable pour les États-Unis et l'OTAN.

 

Et peu avant le discours de Zelensky, Julian Smith, ambassadeur américain auprès de l'OTAN, a déclaré lors d'une conférence de presse que la zone d'exclusion aérienne ciblée par Kiev n'avait pas non plus de sens d'un point de vue purement militaire. Comme elle l'a affirmé, la récente attaque dévastatrice sur le site d'essai de Yavoriv "dans l'ouest de l'Ukraine, à environ 15 km de la frontière polonaise" a été menée "par un bombardier russe dans l'espace aérien russe", selon les États-Unis. J'en ai entendu parler pour la première fois lors de la soirée d'information.

 

Vendre la peau de l'ours

 

Moscou souligne que l'opération d'imposition de la paix se déroule bien et strictement selon le plan, et que toutes les tâches peuvent certainement être accomplies. "Nous assurerons de manière fiable la sécurité de la Russie et de notre peuple et ne permettrons jamais à l'Ukraine de servir de tremplin à des actions agressives contre notre pays", a encore déclaré Poutine.

 

De l'autre côté de l'Atlantique, les choses sont bien sûr très différentes. La presse et la blogosphère sont pleines de spéculations selon lesquelles la Russie s'est pratiquement piégée en sous-estimant la force de la résistance ukrainienne. En géopolitique aussi, Moscou aurait atteint le contraire du résultat souhaité : il s'est aliéné tout l'Occident, y compris non seulement la politique mais aussi l'économie ; il a entravé le développement ultérieur de son économie; il a apporté une unité et une cohésion sans précédent à l'OTAN, et a même ouvert la perspective d'un élargissement de l'alliance à des pays neutres comme la Suède ou la Finlande.

 

L'incarnation de ce que j'appelle un tel raisonnement peut être vue dans une question qui est apparue dans un commentaire d'intérêt national : "Poutine était contrarié que l'Ukraine devienne "anti-Russie". Et si l'Allemagne devenait anti-russe ?" La question n'est pas injustifiée, d'autant plus que le journal n'est pas ouvertement anti-russe, mais s'efforce d'avoir une orientation politique réaliste.

 

D'un autre côté, il y a aussi beaucoup de calculs flagrants. Le respecté magazine Foreign Affairs vient de publier un article intitulé "Le retour de la Pax Americana ? La guerre de Poutine renforce l'Alliance démocratique". Selon les auteurs, le dirigeant russe "a involontairement rendu un immense service aux États-Unis et à ses alliés." Selon le journal, "en les secouant et en les forçant à se débarrasser de leur excès de confiance, il leur a donné une occasion historique de se regrouper sur la veille d'une ère de rivalité intense - non seulement avec la Russie mais aussi avec la Chine - et de remodeler l'ordre international qui, jusqu'à récemment, semblait condamné", ont déclaré les politologues américains.

 

Bien sûr, comme le dit le proverbe, de telles critiques sont écrites dans la saleté avec un bâton. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a averti à plusieurs reprises les observateurs extérieurs de ne pas juger les plans de la Russie, qu'ils ne connaissent pas en détail, avant qu'ils ne soient mis en œuvre et ne portent leurs fruits. Familièrement, nous appelons cela "vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué." Dans ce cas, c'est doublement approprié, car la Russie est généralement décrite comme un ours dans les commentaires politiques caricaturaux.

 

L'ours et le dragon

 

Je pense qu'il est non seulement utile mais également nécessaire d'être conscient de ces réactions et d'autres à nos actions - en particulier lorsqu'il s'agit de la voix de personnes célèbres et influentes. Je me réfère, par exemple, aux commentaires que viennent de publier Richard Haas, président de l'organisation non gouvernementale US Council on Foreign Relations, et George Soros, le principal investisseur et philanthrope.

 

Ce dernier mérite d'être entendu, ne serait-ce que parce qu'il est presque sans précédent dans notre démonologie native des démocrates mondialistes américains. Il a publié en l'occurrence un court texte intitulé "Vladimir Poutine et le risque d'une troisième guerre mondiale" et l'a mis avec force à la disposition du public.

 

Il n'est pas particulièrement original. Comme d'autres commentateurs, l'auteur attribue au chef de l'Etat russe "un renforcement miraculeux de la détermination et de la cohésion de l'UE". Il se vante également d'avoir lui-même été jadis "activement impliqué dans l'effondrement de l'empire soviétique" - notamment en créant son propre fonds qui porte son nom en Ukraine "avant même que celle-ci ne devienne un État indépendant", le premier étranger autorisé à créer une fondation en Chine", qui n'a duré que cinq ans avant les manifestations de la place Tiananmen.

 

Dans la situation actuelle, Soros déplore principalement la force du lien entre Poutine et le président chinois Xi Jinping. Ce dernier, dit-il, "devrait être convaincu que sa confirmation en tant que dirigeant à vie de la Chine cette année ne serait qu'une simple formalité", ce qui signifie qu'il ne rencontrerait aucun obstacle.

 

L'oligarque américain lie directement la sécurité des actions actuelles de Moscou en Ukraine à l'accord russo-chinois exprimé dans la déclaration conjointe du 4 février, qui est "plus fort que n'importe quel traité". Et il termine son argumentation par un petit indice, ce qui est normal de sa part : "Nous ne pouvons qu'espérer", soupire Soros, "que Poutine et Xi seront chassés du pouvoir avant qu'ils ne puissent détruire notre civilisation".

 

Et bien, l'homme a pitié d'un ordre dont il a lui-même contribué à façonner les règles...

 

Le singe rusé

 

Haas, dont j'ai aussi commencé à lire le texte principalement à cause du nom sonore, avance un argument similaire. Il estime que "la seule partie qui peut pousser Poutine au compromis est la Chine et son président Xi Jinping".

 

Cependant, les chances que cela se produise sont minces, admet l'analyste, qui était auparavant responsable de la planification de la politique étrangère au Département d'État américain. "La Chine s'est déjà publiquement rangée du côté de Poutine, accusant les États-Unis de la crise actuelle et soutenant même les théories du complot russes", écrit-il. "Xi a peut-être décidé qu'il préférait occuper les États-Unis avec la menace russe plutôt que de se concentrer sur l'Asie. De plus, étant donné le soutien bipartite des États-Unis à une position ferme envers son pays, Xi ne verra probablement pas l'intérêt de s'aligner sur la position américaine.

 

Pourtant, Haas conseille à Washington de faire pression sur les Chinois, de leur offrir des concessions concrètes et de souligner que "c'est un moment charnière pour votre pays et ses relations avec les États-Unis." (L'alignement) sur la Russie dépasserait de loin les avantages".

 

Cela me rappelle les nombreux dessins animés dans lesquels l'ours russe et le dragon chinois s'associent pour agir contre les États-Unis. Cela me rappelle aussi qu'il y a trois ans, au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, Poutine a raconté le proverbe chinois sur le singe rusé qui regarde la bataille des tigres dans une vallée depuis une haute montagne. Cependant, il a ensuite ajouté que "les choses changent, et cette image aussi".

 

Il y a un autre épisode qui est resté gravé dans ma mémoire même si je le connais de troisième main. Igor Shuvalov a raconté cette histoire aux participants américains du Valdai Club, et l'un d'eux, le professeur Nikolai Petro de l'Université de Rhode Island, a ensuite partagé ces mots avec des journalistes.

 

Cela, dit-on, s'est produit lors d'une réunion entre Poutine et Biden alors que Biden était encore vice-président américain. Au cours de la conversation, l'Américain a noté que la Russie était tout simplement trop faible pour revendiquer le leadership mondial. En réponse, il a été suggéré de considérer que même si cela pourrait être vrai, la Russie est suffisamment forte pour déterminer qui sera le leader de demain.

 

Et il faut vivre avec ça, comme on dit aujourd'hui.

 

fin de traduction

 

Passons maintenant à ce que Poutine a dit il y a trois ans à propos du singe regardant les tigres se battre à distance de sécurité. Je me souviens encore bien de ces déclarations de Poutine.

 

Il y a trois ans, le monde était différent et Trump était au pouvoir. Sa politique anti-chinoise n'a pas encore été approuvée par l'Occident parce que les Occidentaux pensaient qu'après la démission de Trump, le vacarme anti-chinois à Washington appartiendrait au passé. Lorsque Biden a ensuite poursuivi cette politique, l'Occident a également suivi cette politique.

 

Poutine s'en doutait apparemment lorsqu'il citait le proverbe chinois sur le singe rusé qui regarde le tigre se battre depuis une montagne sûre. Les tigres combattants étaient la Russie et les États-Unis, le singe sournois était la Chine, qui a bénéficié des sanctions occidentales au fil des ans.

 

Avec la politique anti-chinoise de l'Occident, la Chine doit abandonner son rôle de spectateur, c'est ce que voulait dire Poutine lorsqu'il disait il y a trois ans que "les choses changent, et avec elles cette image".

 

C'est là où nous en sommes aujourd'hui et la Chine a décidé de quel côté des Tigres elle se battra si elle devait être entraînée dans la mêlée.

 

Dans mon nouveau livre "A l'intérieur du Corona - La pandémie, le réseau et les bailleurs de fonds - Les véritables objectifs derrière la Covid-19", j'utilise des analyses de données approfondies pour montrer comment la pandémie a été préparée par diverses organisations en plusieurs phases, avec la phase de préparation active qui a commencé par exemple en 2016/2017. En outre, les données montrent également quels objectifs généraux ces organisateurs poursuivent et comment la pandémie leur ouvre la voie pour atteindre ces objectifs.

 

Le livre vient d'être publié et ne peut être commandé qu'ici directement auprès de JK Fischer Verlag.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2022 5 18 /03 /mars /2022 20:39
Partager cet article
Repost0
16 mars 2022 3 16 /03 /mars /2022 17:30

Dans cette video de la chaine Divizionair, l'avocat Fabrice Di Vizio évoque la situation des soignants non vaccinés suspendus avant de donner sa vision de la guerre en Ukraine :

 

A 54:50 : 

 

"Pôle Emploi ne veut pas nous verser nos allocations si l'on ne veut pas reprendre notre travail car pas vaccinés. C'est logique, Pôle emploi ne vous verse des indemnités que si vous êtes licencié et demandeur d'emploi. Or vous n'êtes pas demandeur d'emploi puisque vous êtes 'suspendu'. 

 

"On a créé un monstre juridique. Et ce n'est pas une zone grise, c'est une zone noire de la noirceur du mal. Comment peut-on en arriver là ? Vous vous rendez compte de ce qu'on fait ? Quand on y pense, je ne pensais pas voir cela de mon vivant. Vous vous rendez compte que les ordres d'avocats ne bougent pas ? Où sont les ordres professionnels à réagir ? Où sont les syndicats de magistrats ? Où sont les syndicats hospitaliers ? On est en train de piétiner l'Etat de droit en laissant toute une catégorie de gens sur le carreau en train de crever. Et cela, les défenseurs de l'Ukraine s'en fichent. J'entends tous ces gens qui sont 'Ukraine' après avoir été 'Charlie'.

 

"On est Charlie et on est Ukraine, mais pas soignants suspendus ? Est-ce que vous vous rendez compte de ce que l'on est en train de faire ?

 

"Ma profession devrait être noire comme la robe qu'elle porte; elle devrait avoir honte de ne pas réagir comme elle le fait. Elle devrait avoir honte ma profession de ne pas s'indigner de cette violation caractérisée des droits de toute une catégorie professionnelle.

 

"... Quand on ne va pas bien à la fin de notre vie, qui on appelle quand on est dénudé, quand on est le plus fragile ? On appelle les soignants au secours, on les appelle inlassablement avec la sonnette, on les appelle et ils ne viennent pas assez vite... Ils ne viennent jamais assez vite. Et là, concrètement, il n'y a plus personne; on est tous occupés ! Occupés avec le méchant Poutine, occupés à tout ! Mais on n'a pas honte dans ce pays ? Mais quelle honte ! Quand je vous dis qu'il faut se casser de ce pays ! Quand je vous dis que tous ceux qui ont encore un peu de jugeotte devraient se casser de ce pays !

 

"Ce n'est pas la même chose dans tous les pays d'Europe. Il n'y a qu'en Italie et en France que les soignants sont suspendus."

 

A partir d' 1:31:20 :

 

"Je voudrais lire une chronique que j'ai écrite pour Beur Fm. Je vais vous la lire parce que je crois qu'elle est importante : 

 

'Les jours se suivent et se ressemblent. L'Ukraine est gentille et la Russie est méchante. Et gare à celui qui tenterait de mettre de la nuance ! Il risque la mort médiatique, la mort sociale, la mort même peut-être tout court si l'on en croit les menaces que nos compatriotes russes rapportent.

 

'Le vivre-ensemble, la France black-blanc-beur, le touche pas à mon pote c'était le monde d'avant. Dans le monde d'après il y a la France des vaccinés et les pro-ukrainiens; il y a la France du médiatiquement correct et du politiquement acceptable, il y a la France de la haine des siens et de l'exploitation de la misère des autres. Car l'Ukraine et la misère bien réelle des populations civiles n'est qu'un prétexte pour donner bonne conscience à une caste de bobos en proie à un sentiment étouffé de culpabilité devant leur silence coupable face à la situation des non-vaccinés, et avec elle, les soignants suspendus. Il n'est pas question de le reconnaître; pas question de dire que toute la politique sanitaire depuis deux ans n'était qu'un projet plus ou moins obscur de contrôle des populations. Pas question de reconnaître que nous sommes face au plus grand scandale que la société moderne ait jamais connu, et que le vaccin est en train de causer des dégâts terribles ou terrifiants. Pas question de reconnaître que pour un sandwich ou un coca en terrasse, un navet au cinéma ou une soirée entre potes, la plus grande part de la société a vendu son âme au diable, et que se faire vacciner pour avoir une vie sociale, était la plus grande escroquerie intellectuelle de l'humanité, acceptée avec une déconcertante facilité.

 

'Le déni est ce qui aide nos concitoyens à vivre, à survivre. Car si chacun se rendait compte de ce qu'il a laissé faire et de la société qu'il a contribué à bâtir, probablement qu'il en mourrait sur le champ, terrassé de honte. 

 

'Alors donner deux euros aux ukrainiens, arborer de partout le drapeau de ce pays que personne ne savait placer sur une carte il y a encore un mois, et dont il n'est pas certain que les journalistes arrivent à prononcer de manière correcte le nom du président, regarder BFM à longueur de journée et menacer ces salops de Russes permet de se retrouver seuls face à sa conscience. ... La guerre en Ukraine : enfin un combat qui mobilise les artistes ! Enfin un combat que partout dans les théâtres on peut jouer. A quoi servirait l'art si ce n'était pas à nous donner bonne conscience ? Hier tu étais Charlie, aujourd'hui tu es ukrainien, c'est pour mieux dire qu'en réalité, sans personnalité, tu n'es que tendance, celle d'une minorité bruyante pour qui tout est communication, pour qui tout est opportunité de se montrer et de s'afficher.

 

'Pour ma part, je n'étais pas Charlie. Et je ne suis pas ukrainien. Mais je suis Soignant suspendu, je suis patient non-vacciné discriminé, je suis adolescent traumatisé par deux ans de privation de liberté, je suis en somme sous-citoyen emmerdé. Ce que je suis c'est d'abord d'être un serviteur de la vérité et de la liberté; les deux n'allant jamais l'un sans l'autre.

 

'Aller, j'y retourne, je suis invité au restau et je n'ai pas de Pass vaccinal, mais j'ai un drapeau ukrainien et cela devrait largement suffire ! Et peut-être même que si je crie 'A mort Poutine', on me servira un repas gratuit !'" 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2022 3 16 /03 /mars /2022 16:49
Sanctions: Tout se passe-t-il comme prévu ?

15 mars 2022

 

Les sanctions : Tout se déroule-t-il comme prévu ? Malgré l'émotion qui domine actuellement les médias et les gens, il faut garder la tête froide dans les analyses géopolitiques, car certaines nouvelles font arrêter.


La géopolitique est un domaine particulièrement aride, dans lequel il ne faut pas penser à la souffrance et à la mort si l'on veut le comprendre. Il faut faire abstraction de tout cela et voir les événements (y compris les guerres, malheureusement) sans émotion, comme des pièces d'échecs sur un échiquier. Un Géostratège ne pense pas aux morts qu'un conflit qu'il a déclenché coûte, mais se demande seulement si la guerre aide à atteindre des objectifs. La souffrance humaine n'a pas sa place dans cette pensée.



J'ai déjà montré que le conflit ukrainien n'était en aucun cas une surprise. Le fait qu'il devait se produire était voulu par les calculs géopolitiques des Etats-Unis, la seule question était de savoir quand le déclencher. Si cela vous semble incroyable, lisez-le ici.



Le grand objectif des Etats-Unis est d'affaiblir à tout prix la Russie, déclarée adversaire. L'intervention militaire russe en Ukraine est la meilleure chose qui pouvait arriver aux Etats-Unis, car ils ont enfin réussi à convaincre l'Europe d'accepter des sanctions qui vont certes détruire l'UE sur le plan économique, mais l'UE se sacrifie pour une bonne cause !



La Russie en sortira certainement affaiblie. Mais ceux qui ne seront pas affaiblis (à première vue), ce sont les Etats-Unis. Ils n'ont pratiquement pas d'échanges commerciaux avec la Russie et si l'UE renonce au gaz russe, les Etats-Unis feront même une bonne affaire avec leur gaz de fracturation. J'ai expliqué en détail dans cet article la situation géopolitique que je n'ai que brièvement résumée ici.



Pour les États-Unis, tout va donc très bien d'un côté, car l'UE suit apparemment la ligne américaine jusqu'à sa propre perte. Toutefois, le monde ne se résume pas aux États-Unis, à l'UE et à la Russie. Si nous nous représentons la géopolitique comme un échiquier, nous devrions également garder un œil sur les autres parties de l'échiquier. Et c'est de cela qu'il s'agit ici.



Chine


La Chine et la Russie sont des amis proches, mais les Etats-Unis font pression sur la Chine pour qu'elle ne se comporte pas comme un "briseur de sanctions" et qu'elle aide la Russie à atténuer les sanctions anti-russes. La Chine, qui est un pays fier, réagit toutefois de manière allergique à la pression. De plus, la vision chinoise est totalement différente : En Chine, on est du côté de la Russie et les gens ont même lancé des actions telles que "achetez russe".



Les Etats-Unis sont détestés grâce à leur politique hostile à l'égard de la Chine et les Chinois comprennent que les Etats-Unis ont attiré la Russie dans le dilemme de l'Ukraine : soit accepter des missiles nucléaires à sa porte, soit frapper militairement pour empêcher le déploiement de missiles nucléaires. Et comme les Etats-Unis ont de toute façon déjà déclaré une guerre commerciale à la Chine, les Etats-Unis ne peuvent guère espérer que la Chine se joigne à eux contre la Russie, car c'est finalement la pression des Etats-Unis sur la Russie et la Chine qui a permis à ces deux pays de se rapprocher autant qu'ils le font aujourd'hui.



A cela s'ajoute la question de Taïwan, dans laquelle les Etats-Unis sont encore plus actifs en ce moment, en vendant des armes à Taïwan et en s'opposant ouvertement aux intérêts chinois. Peu importe ici votre position ou la mienne sur la question de Taïwan, ce qui compte, ce sont les intérêts de la Chine et des États-Unis. La Chine considère Taiwan comme une partie de la Chine, les Etats-Unis considèrent Taiwan comme une base utile contre la Chine.



Aujourd'hui, les Etats-Unis font pression sur la Chine et menacent même d'imposer des sanctions sévères à la Chine si elle aide la Russie. La Chine n'en a apparemment cure, car elle a rejeté la pression des Etats-Unis. Si les Etats-Unis devaient prochainement voir dans le comportement de la Chine un soutien à la Russie et si, avec leurs satellites en Europe, ils devaient également escalader la guerre commerciale contre la Chine comme ils le font contre la Russie, la Chine ne devrait pas se laisser impressionner.



Au contraire, certains analystes estiment que la Chine pourrait dans ce cas résoudre la question de Taïwan par la force. La Chine ne le souhaitera certainement pas, elle préférerait une réunification pacifique. Mais les partisans d'une solution violente de la question auront des arguments très forts si l'Occident impose des sanctions aussi sévères à la Chine qu'à la Russie. Ces arguments sont les suivants : Premièrement, les Etats-Unis auraient de toute façon déjà imposé toutes les sanctions possibles, ils n'auraient pas beaucoup plus de moyens de pression, cela ne pourrait donc de toute façon pas être pire. Deuxièmement, la Chine aurait alors la Russie à ses côtés dans le cas de Taïwan, tout comme la Chine est aux côtés de la Russie dans le cas de l'Ukraine. Il n'y a pas si longtemps, Pékin n'aurait pas osé l'espérer, mais la politique américaine a tellement rapproché la Russie et la Chine que la Russie n'aurait pas d'autre choix que de soutenir une action de la Chine contre Taiwan.



Si les Etats-Unis espéraient pouvoir diviser la Chine et la Russie sur la question ukrainienne, Washington est en train de déchanter.

 

Le pétrole

 

Si l'UE ne veut pas s'effondrer économiquement en quelques semaines en cas de guerre commerciale sur le pétrole et le gaz déclarée par l'Occident contre la Russie, il faudra bien trouver un substitut au pétrole et au gaz russes. L'UE achète 40 pour cent de son gaz et 30 pour cent de son pétrole à la Russie. La fin des livraisons de pétrole et de gaz russes en Europe est possible. Certes, de nombreux pays de l'UE s'opposent encore à l'exclusion de la Russie du SWIFT, car le robinet de gaz serait alors immédiatement fermé, mais la pression sur eux s'accroît. Mais la Russie pourrait également fermer le robinet elle-même, car de plus en plus de voix s'élèvent en Russie pour exiger que l'on sorte enfin l'artillerie lourde contre les sanctions vraiment très lourdes de l'UE.

 

Les Etats-Unis et l'UE ont passé ces derniers jours des coups de téléphone très frénétiques. Le Qatar semble prêt à fournir plus de gaz, mais ses conditions sont dures : l'UE doit s'engager à long terme à acheter le gaz plus cher du Qatar. Mais le Qatar ne peut de toute façon pas sauver l'UE à lui seul.

 

A Washington, la déception vis-à-vis des Etats arabes du Golfe doit être actuellement très profonde, car ils ont refusé une augmentation de la production de pétrole et selon les médias, les rois et sultans qui y règnent ne répondent actuellement même pas au téléphone lorsque le président américain Biden souhaite leur parler à ce sujet. Et ils n'ont pas non plus adhéré aux sanctions anti-russes.



Les pays arabes ne veulent manifestement pas se mettre à dos leurs clients importants en Chine, pour ne citer qu'une raison possible de leur réticence frappante face aux plans de l'Occident.

 

Des solutions d'urgence qui ont échoué

 

Des négociations difficiles sont actuellement en cours avec l'Iran sur l'accord nucléaire. Si les négociations aboutissent, les sanctions occidentales contre l'Iran seront levées et l'Iran pourrait fournir du pétrole. Mais la Russie a désormais exigé que les Etats-Unis garantissent que les sanctions occidentales contre la Russie ne s'étendent pas à l'Iran. Cela signifie que les sanctions occidentales ne doivent pas avoir d'impact sur les liens économiques entre la Russie et l'Iran, ce que les Etats-Unis ont refusé en proposant à l'Iran de conclure un accord nucléaire sans la Russie. Ce serait tentant pour l'Iran, car les sanctions tomberaient enfin et l'Occident achèterait immédiatement le pétrole iranien. Mais l'Iran se souvient de la "fidélité au contrat" des Etats-Unis, qui ont tout simplement rompu le dernier accord nucléaire, vous trouverez les détails ici.

 

Alors que l'Occident était en rupture de contrat, la Russie et la Chine ont prouvé leur fidélité au contrat et, contrairement à l'Occident, ont continué à commercer avec l'Iran. L'Iran n'a donc aucune raison de faire confiance aux Etats-Unis et de s'opposer aux pays qui l'ont soutenu lorsque l'Occident l'a sanctionné. L'Iran vient de le montrer clairement - à mes yeux - en tirant un missile sur l'Irak, qui visait apparemment des cibles américaines sur place. Il ne s'est pas passé grand-chose, mais c'était un signal clair adressé aux Etats-Unis sur ce que l'Iran pense de leurs propositions.



A l'égard du Venezuela riche en pétrole, les Etats-Unis ont également haussé le ton et promis une normalisation des relations, en particulier une levée de l'embargo pétrolier si le Venezuela se rallie à la politique occidentale contre la Russie. Le président vénézuélien Maduro a déclaré aux Etats-Unis que la Russie était un partenaire stratégique du Venezuela. En clair: il a montré le majeur à Washington.



Les deux pays-L'Iran et le Venezuela – ont pris l'habitude de vivre sous des sanctions et ils vont faire le diable pour affronter les pays qui les ont maintenus en vie en période de sanctions, C'est-à-dire contre la Russie et la Chine. Ils savent très bien qu'une normalisation des relations avec les États-Unis dans ces circonstances ne serait que temporaire et qu'ils resteraient seuls plus tard s'ils s'opposaient maintenant à la Russie et à la Chine.



Conclusion


Au moins jusqu'à présent, les États-Unis et l'UE n'ont trouvé aucun moyen de survivre à une guerre commerciale totale contre la Russie si celle-ci s'étend au pétrole et au gaz. Bien sûr, cela peut encore changer, mais pour les États-Unis, il semble que cela ne tourne pas rond pour le moment.

 

Et ce n'était que le sujet du pétrole, il y a d'autres sujets où la guerre commerciale avec la Russie pourrait retomber sur les pieds de l'Occident. Ainsi, l’interdiction d’exporter des micropuces annoncée par l’Occident devrait devenir un but en soi, parce que la Russie est le seul fournisseur mondial de certaines matières premières essentielles pour leur production. Si la Russie cessait d’exporter ces matières premières, l’Occident ne pourrait plus produire de puces. La Chine serait le troisième pays qui rirait et si elle décidait à son tour d’interdire les exportations de puces contre l’Occident, le but de son camp serait parfait.



Même pour les aliments, cela devrait être difficile. La Russie et l'Ukraine comptent parmi les plus grands exportateurs de céréales au monde. La Russie et la Biélorussie dominent le marché mondial des engrais. Et si la Russie et la Biélorussie arrêtaient l'exportation de céréales et d'engrais et que la récolte ukrainienne n'était pas non plus disponible pour l'Occident ?



L'Occident a certes le Dollar et l'Euro, mais que faire du papier coloré si on ne peut pas acheter les marchandises nécessaires ? La Russie peut chauffer et produire de la nourriture. La Chine n'aurait pas non plus de problèmes à cause des livraisons en provenance de Russie et pourrait également réduire avec son Industrie de nombreux déficits dans d'autres domaines qui menacent la Russie en raison des sanctions.



En revanche, l'absence de produits chinois devrait faire très mal à l'Occident, car l'Occident n'a plus guère sa propre production, qu'il a externalisé en Chine pour des raisons de coûts.



La guerre économique déclarée par l'Occident, fondée sur une intervention militaire russe provoquée par l'Occident, pourrait devenir un boomerang maléfique.



Dans mon nouveau livre "Inside Corona – la pandémie, le réseau et les bailleurs de fonds - les vrais objectifs derrière la Covid-19", je montre, à l'aide d'analyses de données approfondies, comment la pandémie a été préparée par diverses organisations en plusieurs étapes, la phase de préparation active commençant vers 2016/2017. En outre, les données montrent également les objectifs généraux poursuivis par ces organisateurs et comment la pandémie leur ouvre la voie vers la réalisation de ces objectifs.



Le livre est actuellement paru et peut être commandé directement ici par L'intermédiaire de la maison d'édition J. K. Fischer.

 

 

Source: Anti-Spiegel

Partager cet article
Repost0
11 mars 2022 5 11 /03 /mars /2022 08:23

En 2013, le président russe Vladimir Poutine avait déclaré au forum de Valdai que "la plupart des pays Euro-Atlantistes sont en train de renier leurs principes moraux". Échangeant en direct des opinions sur les aspects clés de la politique intérieure et internationale avec les experts mondiaux en vue, il opposait "la foi en Dieu ou en Satan".

Comme l'explique Kirill, Patriarche de l’Église orthodoxe russe, aujourd'hui dans le conflit en Ukraine, d'un point de vue métaphysique, on peut voir une opposition directe entre la loi de Dieu et le péché :

Patriarche Kirill de Moscou : la guerre en Ukraine est l’affrontement entre la "loi de Dieu" et le "péché"

Extraits de son discours :

 

"Depuis huit ans, on tente de détruire ce qui existe dans le Donbass. Et dans le Donbass, il y a un rejet, un rejet fondamental des soi-disant valeurs qui sont proposées aujourd’hui par ceux qui prétendent au pouvoir mondial. Aujourd’hui, il existe un test de loyauté envers ce pouvoir, une sorte de laissez-passer vers ce monde « heureux », un monde de consommation excessive, un monde de « liberté » apparente. Savez-vous ce qu’est ce test ? Le test est très simple et en même temps terrifiant : il s’agit d’une parade de la gay pride. La demande de nombreux pays d’organiser une gay pride est un test de loyauté envers ce monde très puissant ; et nous savons que si des personnes ou des pays rejettent ces demandes, ils ne font pas partie de ce monde, ils en deviennent des étrangers.

"... Par conséquent, ce qu’il se passe aujourd’hui dans la sphère des relations internationales ne relève pas uniquement de la politique. Il s’agit de quelque chose d’autre et de bien plus important que la politique. Il s’agit du Salut de l’homme, de la place qu’il occupera à droite ou à gauche de Dieu le Sauveur, qui vient dans le monde en tant que Juge et Créateur de la Création. Beaucoup aujourd’hui, par faiblesse, par bêtise, par ignorance, et le plus souvent parce qu’ils ne veulent pas résister, vont là, du côté gauche. Et tout ce qui a trait à la justification du péché condamné dans la Bible est aujourd’hui le test de notre fidélité au Seigneur, de notre capacité à confesser la foi en notre Sauveur. Tout ce que je dis a plus qu’une simple signification théorique et plus qu’une simple signification spirituelle. Il y a une véritable guerre autour de ce sujet aujourd’hui. Qui s’attaque aujourd’hui à l’Ukraine, où huit années de répression et d’extermination de la population du Donbass, huit années de souffrance, et le monde entier se tait – qu’est-ce que cela signifie ? Mais nous savons que nos frères et sœurs souffrent réellement ; de plus, ils peuvent souffrir pour leur loyauté envers l’Église. Et donc, aujourd’hui, en ce dimanche du pardon, moi, d’une part, en tant que votre berger, j’appelle tout le monde à pardonner les péchés et les offenses, y compris là où il est très difficile de le faire, là où les gens se battent entre eux. Mais le pardon sans la justice est une capitulation et une faiblesse. Le pardon doit donc s’accompagner du droit indispensable de se placer du côté de la lumière, du côté de la vérité de Dieu, du côté des commandements divins, du côté de ce qui nous révèle la lumière du Christ, sa Parole, son Évangile, ses plus grandes alliances données au genre humain. Tout cela dit, nous sommes engagés dans une lutte qui n’a pas une signification physique mais métaphysique. Je sais comment, malheureusement, les orthodoxes, les croyants, choisissant dans cette guerre la voie de la moindre résistance, ne réfléchissent pas à tout ce sur quoi nous réfléchissons aujourd’hui, mais suivent docilement la voie qui leur est indiquée par les pouvoirs en place. Nous ne condamnons personne, nous n’invitons personne à monter sur la croix, nous nous disons simplement : nous serons fidèles à la parole de Dieu, nous serons fidèles à sa loi, nous serons fidèles à la loi de l’amour et de la justice, et si nous voyons des violations de cette loi, nous ne supporterons jamais ceux qui détruisent cette loi, en effaçant la ligne de démarcation entre la sainteté et le péché, et surtout ceux qui promeuvent le péché comme modèle ou comme modèle de comportement humain."

 

(Fin de citation)

 

Source

Partager cet article
Repost0
8 mars 2022 2 08 /03 /mars /2022 10:02

Depuis huit ans, la France n'a jamais cherché à faire respecter les Accords de Minsk par Kiev.

 

Il est sans doute temps de commencer à penser sérieusement à la voie diplomatique, de respecter la parole donnée, et de tenir compte des intérêts de la Russie et des Russes à leurs frontières. 

 

La guerre de Macron contre la Russie déclenche une envolée des prix et se retourne contre nous.

 

Suivre la mise à jour permanente.

https://www.lepoint.fr/monde/les-sanctions-contre-la-russie-plus-genantes-pour-le-voisin-europeen-que-pour-les-etats-unis-26-01-2022-2462071_24.php

https://www.lepoint.fr/monde/les-sanctions-contre-la-russie-plus-genantes-pour-le-voisin-europeen-que-pour-les-etats-unis-26-01-2022-2462071_24.php

"ll est toujours moins confortable d'avoir à punir son voisin qu'un adversaire à l'autre bout du monde, et à ce jeu, l'Europe a davantage à perdre que son allié américain contre la Russie dans le dossier ukrainien."

 

"La marge de manoeuvre n'est pas du tout la même pour l'Europe" par rapport aux Etats-Unis, observe l'avocat spécialisé dans les sanctions économiques Olivier Dorgans, notant le risque de "se sanctionner soi-même" en sanctionnant l'autre dans ce type de conflit.

 

https://www.lepoint.fr/monde/les-sanctions-contre-la-russie-plus-genantes-pour-le-voisin-europeen-que-pour-les-etats-unis-26-01-2022-2462071_24.php

Partager cet article
Repost0
6 mars 2022 7 06 /03 /mars /2022 14:08

La journaliste Anne-Laure Bonnel à Donetsk dans le Donbass (Ukraine) a réalisé un film censuré par les médias mainstream (France Télévisions, Arte, M6).

"Regardez cette émission de 2014, je l'ai mise sur mon mur Facebook, où en pleine heure d'écoute on appelle à décimer 1,5 millions de populations qui se trouvent ici", dit-elle, dans cette video dans le Donbass, à 60 kms de Donetsk. 

 

"On vous le rappelle à chaque video. Ce conflit dure depuis huit ans.

 

"Cela n'a pas commencé la semaine dernière. Depuis le mois de juillet 2014, l'aviation ukrainienne a pilonné sa population, à Lougansk et à Donetsk (Donbass / Ukraine). J'avais mis des videos; J'appelle tous les journalistes à 'fact-checker' (vérifier).

 

[Note du Blog Christ Roi. Entre 2014 et 2020, la guerre de Porochenko contre le Donbass a causé plus de 13000 morts pour l'ensemble : 13 000 morts selon l'ONU (4 100 forces ukrainiennes, 5 650 de groupes armés pro-russes, 3350 civils). (Wikipedia) Le décompte s'arrête à 2020 mais le nombre de morts a vraisemblablement continué d'augmenter, dans des proportions inconnues par la presse en Occident, les bombardements des villes ukrainiennes ayant continué jusqu'à la veille de l'intervention russe, le 24 février dernier.]

 

"Je ne prends pas partie, mais je suis du côté des civils, comme la Croix-Rouge", précise la journaliste Anne-Laure Bonnel.

 

"Regardez cette émission de 2014, je l'ai mise sur mon mur facebook, où en pleine heure d'écoute on appelle à décimer 1,5 million de personnes qui se trouvent ici", explique-t-elle.

 

"Les gens (ici) n'en peuvent plus. Vous imaginez ce stress (des populations russes du Donbass) pendant huit ans ? Les Accords de Minsk (qui demandaient l'arrêt des opérations armées. Ndlr.) n'ont jamais été respectés. L'OSCE était sur place, ils se sont barrés il y a deux jours. Ce n'était pas compliqué de constater ce qu'il se passait ici tout de même. Et peut-être que cette guerre aurait-elle pu être évitée. Il faut essayer de comprendre avant de s'indigner, essayer de comprendre pour savoir ce qu'il se passe. Alors dans les talk shows, essayez de retrouver ces images de l'aviation ukrainienne, de l'armée ukrainienne, les pilonnages, les émissions où l'on appelle à éradiquer. Human Right Watch a fait son boulot et déjà expliqué qu'il y avait des exactions; Amnesty International a parlé des exactions des deux côtés, du côté de Kiev ou du côté des séparatistes : les gens ont eu des oreilles coupées, etc. Ce n'est pas des rumeurs. Cela a été notifié par Amnesty International. Retrouvez ces dossiers. 2014, 2015, 2016, cela existe sur internet. Si vous cherchez vous trouverez", ajoute-t-elle.

 

"J'avais mis des photos depuis 2015. Tout le monde m'a refusé le film. J'ai appris que certaines personnes m'avaient demandé pourquoi les Russes avaient repris mon projet. France Télévision a refusé mon projet. Personne n'a voulu le diffuser. Amnesty International l'a effacé de ses fichiers après l'avoir sélectionné. Pendant un mois j'ai eu la presse, et après plus personne ne m'a posé de questions. Personne n'a voulu que ce film soit diffusé. Je l'ai proposé à France Télévisions, à Arte, M6, etc. Personne ne m'a répondu", termine-t-elle.

 

Source video : GloriaTv

Source video : GloriaTv

Le reportage censuré de 2015 d'Anne-Laure Bonnel sur la guerre au Donbass est diffusé sur GloriaTv - 06/03/2022 :

Partager cet article
Repost0
5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 21:07
La Russie revient à l’étalon-or ou la fin du pétrodollar

Le gouvernement russe a décidé (enfin) d’adosser le rouble à l’or. Le projet sera soumis à la Douma le 04 mars prochain. Cette décision va à terme ébranler le pétrodollar et achever l’empire angloaméricain.

 

Stabiliser le rouble

Cette mesure était dans les tuyaux depuis belle lurette (2014 au moins) et attendait le moment propice pour la mettre en œuvre, sans paraitre comme une déclaration de guerre vis-à-vis des USA. Il faut dire que les élites russes espéraient encore pouvoir s’entendre avec l’empire, du moins négocier un partage des sphères.

 

Devant le cours du rouble qui s’effondre et l’inquiétude des populations, la Banque Centrale russe a relevé le taux directeur à 20 % pour réduire l’inflation. Mais ce n’était pas suffisant. Vu que la principale source de ces turbulences est la fuite des capitaux, le gouvernement russe a également interdit le paiement des dettes en devises occidentales (dollar, euro). Pour rassurer les russes, l’étalon-or va permettre aux agents économiques du pays de faire leurs échanges en or. Dans cette veine, la TVA sur les transactions d’or a été supprimée. D’un côté, le citoyen lambda peut acheter de l’or et sécuriser son épargne libellée en rouble, de l’autre, l’Etat le rouble associé à cet étalon va à défaut de monter, va voir réduire sa dégringolade. Néanmoins, cette mesure, plutôt inattendue, apparait plus une mesure de rétorsion, une attaque directe contre les USA et leur pétrodollar.

 

Tournant majeur

Le couplage du rouble à l’or représente un tournant majeur, une inauguration du monde multipolaire économique. Tout ceux qui ont tenté cela jusqu’ici ont vu leur pays dévasté, eux-mêmes éliminés physiquement. Cette fois-ci, c’est la Russie, grande à nouveau et puissante de surcroît.

 

La Russie, c’est 12 % du marché mondial du pétrole, 15 % pour les produits raffinés, 20 % pour le gaz naturel, sans compter le GNL, le blé, le Platinium, le titane, l’aluminium…l’action d’un pays aussi important de l’économie mondiale aura à terme un effet dévastateur pour le pétrodollar. Nous allons assister à la formation d’un grand marché eurasiatique débarrassé du dollar (Chine, Russie, Inde, Iran…), pouvant même exigé de ses partenaires économiques de payer ou d’être payé hors dollar et euro. Ils pourraient être rejoints à terme par les pays du Sud global comme la Turquie, l’Indonésie, le Brésil, l’Argentine, le Mexique, l’Afrique du Sud, le Nigéria ou encore le Maroc, l’Algérie et l’Egypte.

 

De plus, cela constituera une pression énorme pour l’Arabie Saoudite à qui la Chine exige de pouvoir payer ses importations de pétrole en yuan. Ce que cette dernière a jusqu’ici refusé mais jusqu’à quand ?

 

Source

____________________

"Réunion russe de dé-dollarisation" : La Chine et l'Iran prêts à abandonner le dollar USD dans le commerce bilatéral

Dé-dollarisation : Mise à mort du dollar (Pierre Hillard)

Partager cet article
Repost0
1 mars 2022 2 01 /03 /mars /2022 19:15

Le document de Spiegel compromettant l'Otan a été publié le 18 février, soit six jours avant l'attaque russe sur l'Ukraine

En pleine guerre de l’Ukraine, l’OTAN rattrapé par la vérité : "Une nouvelle découverte de fichiers de 1991 confirme l'accusation russe" (Der Spiegel)

Pendant des décennies, la Russie a affirmé que l'expansion de l'OTAN vers l'Est violait les engagements occidentaux après la chute du mur de Berlin. Maintenant, un document remarquable a fait surface.https://www.spiegel.de/ausland/nato-osterweiterung-aktenfund-stuetzt-russische-version-a-1613d467-bd72-4f02-8e16-2cd6d3285295 )

Depuis plusieurs décennies, les responsables de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ont toujours nié l’existence d’un document écrit qui aurait limité son extension vers l’Est lors de la disparition de l’URSS.

 

Pourtant d’après le très sérieux journal allemand Der Spiegel, un tel document existe bien. Il a été établi en 1991, et signés par les représentants Américains, Anglais, Allemands et Français, au moment du pacte portant sur la réunification des deux Allemagnes.

 

Voici ce qu’écrit le site Planètes 360 le 21 février dernier :

 

« Le magazine allemand confirme, en effet, les accusations de la Russie concernant l’élargissement de l’OTAN vers l’est en violation d’un accord datant d’après la chute du mur de Berlin. Un document écrit, prouvant un accord sur le non-élargissement de l’OTAN vers l’Est, a été trouvé dans les archives britanniques.

 

Der Spiegel évoque une découverte sensationnelle. Un document découvert dans les archives confirme la version du Kremlin selon laquelle l’OTAN ne devait pas s’élargir vers l’Est après avoir obtenu l’accord de Moscou sur l’unification de l’Allemagne. La découverte de ce document écrit tombe alors que le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a soutenu et continue d’affirmer que personne n’a fait de telles promesses à l’Union soviétique. Le document écrit, selon Der Spiegel, a été découvert dans les archives nationales britanniques par le politologue américain Joshua Shifrinson, professeur à l’université de Boston. Auparavant, le document était classé «secret», mais il a ensuite été déclassifié. »

 

Le 24 février, c’est au tour du journal « L’Humanité » de reprendre cette information :

 

« C’est écrit noir sur blanc. Comme le révèle Der Spiegel, un document émanant des Archives nationales britanniques confirme la thèse avancée par Moscou de l’existence d’un engagement de Washington et des puissances occidentales à ne pas étendre l’Alliance atlantique vers l’Est.

 

Ce texte, longtemps classé secret-­défense, a été remonté des profondeurs des Archives par le chercheur états-unien Joshua Shifrinson, professeur à l’université de Boston. Il fait état du procès-verbal d’une réunion des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne, tenue à Bonn le 6 mars 1991. Le thème était « la sécurité en Europe centrale et orientale.

 

Sans la moindre ambiguïté, les participants britanniques, états-uniens, français et allemands couchent sur le papier leur engagement à circonscrire l’Alliance atlantique au territoire de l’Allemagne unifiée, mais pas au-delà. Une telle expansion serait « inacceptable », est-il dit explicitement. »

 

Et ils ne sont pas les seuls à évoquer ce qui pourrait constituer une preuve accablante de la duplicité des Occidentaux envers la Russie. Le site News Front publie également ce texte qui ne laisse guère de doute :

 

« La Russie soutient depuis des décennies que l’expansion de l’OTAN vers l’Est est une violation des promesses occidentales faites immédiatement après la chute du mur de Berlin. Et maintenant un document remarquable émerge.

 

Jusqu’à il y a quelques semaines, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, se comportait avec beaucoup d’assurance. Le Norvégien a répondu avec confiance à la question de « Der Spiegel » si l’OTAN avait promis dans les années 90 de ne pas s’étendre à l’est. Stoltenberg a répondu avec confiance: « Ce n’est tout simplement pas vrai. Une telle promesse n’a jamais été faite, il n’y a jamais eu un tel accord en coulisses. C’est tout simplement faux. » .

 

Vérité ou non?

De la même manière que Stoltenberg, de nombreux politiciens, militaires et journalistes occidentaux voient la situation. C’est une position commune : l’admission en 1999 de la Pologne, de la Hongrie, de la République tchèque, puis d’autres pays d’Europe de l’Est à l’OTAN n’aurait pas contredit les accords avec Moscou après la chute du mur de Berlin en 1989. Cette position générale est compréhensible. Le président russe Poutine, en toute occasion, répète que l’Occident a trompé son pays avec l’élargissement de l’OTAN. Et puisque Poutine prétend cela, alors qui en Occident veut être accusé d’être un assistant de la propagande de Poutine ?

 

Et pourtant : la version de Stoltenberg soulève des questions. Ceci est confirmé par un document des Archives nationales britanniques. Ce document a été mis au jour par le politologue américain Joshua Shifrinzon, et initialement ce document a été classifié. Le document fait référence à la réunion des secrétaires d’État du ministère américain des Affaires étrangères, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne à Bonn le 6 mars 1991.

 

Le thème de la réunion était la sécurité de la Pologne et d’autres pays d’Europe de l’Est. La RDA et la RFA se sont unies cinq mois avant la rencontre. Depuis des mois, les politiciens de Varsovie et de Budapest signalent leur intérêt pour les alliances occidentales d’États. Et le document prouve qu’à ce moment-là, les Britanniques, les Américains, les Allemands et les Français étaient unis : l’adhésion à l’OTAN des pays d’Europe de l’Est était « inacceptable ».

 

La remarque suivante du représentant de l’Allemagne Jurgen Hrobog dans ce document est particulièrement intéressante : « Lors des négociations sur la formule 2 + 4, nous avons été clairs : l’OTAN ne sera pas étendue de l’autre côté de l’Elbe. Par conséquent, nous ne pouvons pas proposer à la Pologne et à d’autres pays d’Europe de l’Est l’adhésion à l’OTAN. Rappelons que les négociations 2 + 4 étaient des négociations entre la RFA et la RDA avec des représentants des quatre puissances qui ont gagné la Seconde Guerre mondiale (Grande-Bretagne, URSS, USA, France).

 

Le moins que l’on puisse dire de cet événement est qu’il pourrait remettre en question un certain nombre de choses concernant l’OTAN. La première est tout bonnement de savoir pourquoi l’effondrement de l’Union Soviétique n’a pas induit sa dissolution ? L’OTAN avait été crée en 1949 pour s’opposer à l’éventuelle expansion vers l’Ouest de l’URSS. Celle-ci ayant disparue, la logique élémentaire devait faire également disparaître l’OTAN. Or, c’est exactement le contraire qui s’est produit. La zone OTAN s’est élargie pratiquement jusqu’aux confins de la Russie et son domaine d’intervention s’est étendu jusqu’au moyen-orient…

 

[...]

 

Il ressort clairement du document que le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Allemagne et la France ont convenu que l’adhésion des pays d’Europe de l’Est à l’OTAN était « catégoriquement inacceptable » .

 

« Nous avons clairement indiqué à l’Union soviétique, dans les pourparlers 2 plus 4, ainsi que dans d’autres négociations, que nous n’avions pas l’intention de bénéficier du retrait des troupes soviétiques d’Europe de l’Est … L’OTAN ne devrait pas non plus s’étendre formellement vers l’est ou de manière informelle» , cite le représentant américain der Spiegel.

 

La Russie s’est opposée à l’expansion de l’OTAN à l’Est, se référant aux promesses correspondantes des pays occidentaux.

 

« Et ils nous disent : Est-ce écrit sur un bout de papier ? Non ? Bon, c’est tout, allez-vous-en, on s’en foutait de vos soucis » , a déclaré le président russe.

 

En réponse, Jens Stoltenberg a ensuite déclaré que l’Alliance de l’Atlantique Nord « n’a jamais promis de ne pas s’étendre » . Dans une interview avec le même Der Spiegel, il a déclaré qu’ « il n’y a jamais eu une telle promesse, il n’y a jamais eu un tel accord en coulisses, c’est juste absurde ». Mais maintenant, Spiegel publie un document qui dit noir sur blanc exactement le contraire. L’OTAN a promis. Et la promesse n’a pas été tenue. Et la façon dont l’Occident exige avec zèle et exigence quelque chose de la Russie vous fait penser : pourquoi tout est-il ainsi ?

 

Ces choses sont beaucoup trop importantes pour qu’elles soient traitées avec un tel mépris. Même s’il ne fait plus guère de doute que l’OTAN a été créé pour devenir à terme le bras armé d’un futur gouvernement mondial dominé par l’Etat profond américain, ceci n’est qu’un projet. Entre-temps, ce sont les peuples qui sont en train de sortir de la léthargie dans laquelle on les a maintenus par une communication lénifiante et orientée, et ces peuples croient encore à l’avenir des nations qu’ils ont mis si longtemps à constituer.

 

Alors, certes, le monde est en train de changer, mais rien ne permet de dire aujourd’hui qui va l’emporter, des mondialistes ou des souverainistes attachés à leurs « Etats-nation ».

 

Source: Breizh Info | Nouveau Monde

 

En pleine guerre de l’Ukraine, l’OTAN rattrapé par la vérité : "Une nouvelle découverte de fichiers de 1991 confirme l'accusation russe" (Der Spiegel)
Partager cet article
Repost0
25 février 2022 5 25 /02 /février /2022 10:54
https://www.paulcraigroberts.org/2022/02/24/breaking-news-russia-demilitarizes-ukraine/

https://www.paulcraigroberts.org/2022/02/24/breaking-news-russia-demilitarizes-ukraine/

Bref rappel. L'Ukraine appartenait à la Russie tsariste jusqu'à ce que Lénine lors de la Révolution bolchévique en 1917 l'arrache à la Russie pour en faire une république autonome.  

La seconde Guerre mondiale n'a rien changé à cet état de fait. Entre 1991 et 2008 l'Ukraine a été neutre. Puis en 2014, le nouveau pouvoir mis en place au Maidan à Kiev, en réalité un coup d'Etat américain reconnu par Obama lui-même sur CNN a entraîné la sécession de Donetsk et Lugansk, deux villes russophones de l'Est de l'Ukraine, qui votèrent par référendum leur rattachement à la Russie. Poutine parla en mars 2014 de nationalistes néo-nazis et antisémites qui firent le coup d'Etat à Kiev.

 

Les raisons principales des événements ukrainiens sont économiques et géopolitiques. L'Occident tenta de pousser l'Ukraine à adhérer à l'OTAN.  

 

En 2004, une "révolution orange" empêcha le Premier ministre Ianoukovitch de devenir président de l'Ukraine. Mais celui-ci parvint à se faire élire en 2010. Il refusa l'accord d'association de l'Ukraine à l'Union européenne en 2014, ce qui déclencha un nouveau mouvement de contestation à Kiev qui renversa unilatéralement l'ex président Ianoukovitch en février 2014 et déclara les régions de l'est de l'Ukraine (qui ne reconnaissaient par le putsch et souhaitaient alors une fédéralisation), de "terroristes". Belle inversiona ccusatoire ! La junte de Kiev lança alors contre les civils d'Ukraine de l'Est l'opération dite "antiterroriste" qui débuta à Slaviansk, et provoqua un conflit meurtrier et criminel (usage de bombes au phosphore).

 

Les Accords de Minsk 1 et 2 signés par Kiev et les républiques indépendantes du Donbass (2014 et 2015) n'ont jamais été respectés par Kiev. Depuis huit ans, Kiev bombarde les populations civiles du Donbass, faisant des milliers de morts. Selon les données des Nations Unies au 7 septembre 2014, le conflit a fait 3000 morts dont 2500 morts civils. Un génocide qui n'a jamais empêché les Occidentaux de dormir sur leurs deux oreilles ni de demander des représailles contre Kiev, soutenu par l'Otan.

  

Le Président russe Vladimir Poutine a donc décidé d'agir pour protéger les Russes d'Ukraine et a initialement déclaré que le but de l'opération en Ukraine était d'aider la République Populaire de Lugansk et la République Populaire de Donetsk, notamment par la voie de la démilitarisation et de la dénazification de l'Ukraine. Et cela, en fait, fait partie intégrante du statut de neutralité", a expliqué ce 25 février Dmitri Peskov. (1)  

 

Dans son discours adressé au peuple russe le 24-02-2022 ( https://nouveau-monde.ca/ukraine-dernier-message-du-24-fevrier-de-vladimir-poutine-a-son-peuple/ ) , Poutine a déclaré : ''nos plans n’incluent pas l’occupation de territoires ukrainiens. Nous n’avons pas l’intention d’imposer quoi que ce soit à qui que ce soit par la force. […] Chers camarades ! Vos pères, grands-pères, arrière-grands-pères ont à leur époque combattu les nazis, en défendant notre Patrie commune, ce n’est pas pour qu’aujourd’hui les néonazis prennent le pouvoir en Ukraine. Vous avez prêté serment au peuple ukrainien, et non à la junte antipopulaire, qui vole l’Ukraine et maltraite ce même peuple. N’exécutez pas les ordres criminels [de cette junte]. Je vous appelle à déposer les armes immédiatement et à rentrer chez vous. Soyons clairs : tous les membres de l’armée ukrainienne qui se plieront à cette exigence pourront quitter la zone de guerre sans entrave et retourner auprès de leurs familles. Permettez-moi d’insister une fois de plus : toute la responsabilité d’une éventuelle effusion de sang reposera entièrement sur la conscience du régime au pouvoir sur le territoire de l’Ukraine.'' (2) (3)

 

La Russie démilitarise l'Ukraine. 

Poutine a déclaré que la Russie n'avait pas l'intention d'occuper l'Ukraine. La Russie ne veut pas de l'Ukraine, mais la Russie ne permettra pas la poursuite de la militarisation du pays par les États-Unis et l'OTAN ou les attaques ukrainiennes contre les Russes dans le Donbass. (4) (5)

 

Le Président ukrainien Zelensky s'est déclaré aujourd'hui prêt à discuter du statut de neutralité de l'Ukraine.

Add. Selon le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov, Zelensky ment sur sa volonté de discuter du statut neutralité. (6)

 

L'Occident est devenu complice du génocide des habitants du Donbass, a indiqué le ministère des Affaires étrangères Zakharova. (7)

Sources : 

 

(1) https://fr.sputniknews.com/20220225/poutine-repond-a-la-proposition-de-zelensky-de-negocier-1055361713.html

(2) Ukraine : dernier message du 24 février de Vladimir Poutine à son peuple Nouveau Monde https://nouveau-monde.ca/ukraine-dernier-message-du-24-fevrier-de-vladimir-poutine-a-son-peuple/

(3) uncutnews.ch/putins-komplette-rede-an-das-russische-volk-zum-beginn-der-militaeroperation

(4) https://uncutnews.ch/russland-demilitarisiert-die-ukraine/

(5) https://www.paulcraigroberts.org/2022/02/24/breaking-news-russia-demilitarizes-ukraine/

(6) https://ria.ru/20220225/zelenskiy-1775024026.html

(7) https://ria.ru/20220226/donbass-1775294217.html

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 19:17

Guerre à l'intérieur contre les Français non-vaccinés, et guerre à l'extérieur... contre la Russie ?

Source : https://www.midilibre.fr/2022/01/21/ultimatum-russe-macron-pret-a-envoyer-larmee-en-roumanie-la-crise-ukrainienne-prend-de-lampleur-10060766.php

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2021 3 15 /12 /décembre /2021 16:32

Dans cette vidéo, le président russe Vladimir Poutine demande justement : "Quels intérêts l'UE protège-t-elle, l'intérêt de certaines sociétés pharmaceutiques ou l'intérêt des citoyens ?"

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 11:31

Le président Poutine a interdit de forcer les Russes à se faire vacciner et de les licencier s'ils refusent de se faire vacciner.

"Personne ne devrait être obligé de se faire vacciner. La pression, qui peut entraîner la perte de l’emploi, n’est PAS acceptable", a déclaré M. Poutine lors d’un récent discours.

Partager cet article
Repost0