Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2022 7 11 /09 /septembre /2022 07:40
Source; https://www.lifesitenews.com/opinion/king-charles-co-hosted-original-great-reset-meeting-with-klaus-schwab-we-have-no-alternative

Source; https://www.lifesitenews.com/opinion/king-charles-co-hosted-original-great-reset-meeting-with-klaus-schwab-we-have-no-alternative

Le roi Charles III, anciennement prince Charles, a donné le plus fort soutien possible aux politiques radicales de la Grande Réinitialisation, en prononçant un discours pour marquer le lancement du projet.

 

( LifeSiteNews ) – Le fils de la reine Elizabeth II, Charles, qui est monté sur le trône britannique à la suite de sa mort jeudi, a co-organisé la réunion initiale pour le Great Reset, une initiative totalitaire du Forum économique mondial, avec le président du WEF, Klaus Schwab.

 

Dans une vidéo publiée pour marquer le lancement de la Grande réinitialisation, le prince Charles de l'époque a averti que le plan de la Grande réinitialisation, qui comprend des politiques ''vertes'' qui étoufferaient les entreprises et les libertés individuelles dans le monde entier, est une question d'urgence.

 

"Nous n'avons pas d'alternative, car sinon, à moins que nous ne prenions les mesures nécessaires et que nous reconstruisions de manière plus verte, plus durable et plus inclusive, nous finirons par avoir [plus] de pandémies et [plus] de catastrophes accélérant le réchauffement climatique et le climat changer », a déclaré Charles, reprenant le refrain du WEF selon lequel des interventions mondiales majeures dans les pratiques commerciales et les habitudes de consommation sont nécessaires pour éviter une « catastrophe imminente ».

 

Charles a proposé que le monde "saisisse" l'opportunité présentée par la "crise" du COVID-19 - également un appel du WEF - pour créer "une bioéconomie plus circulaire qui rend à la nature autant que nous en prenons".

 

Il a noté que cela impliquerait des émissions nettes de carbone nulles et l'utilisation de la tarification du carbone pour atteindre cet objectif, un système dans lequel les "coûts externes" des émissions de gaz à effet de serre sont liés à leurs sources à un prix, généralement sur le dioxyde de carbone émis. Ces coûts peuvent être considérés comme la prise en compte des conséquences alléguées du changement climatique qui sont très éloignées des émissions elles-mêmes telles que les dommages aux cultures et la perte de biens dus aux inondations.

 

En 2019, le Royaume-Uni est devenu la première grande économie à fixer un objectif d'émissions nettes nulles de dioxyde de carbone pour 2050, le même que celui proposé par le WEF dans un défi lancé à ses participants commerciaux mondiaux avant leur réunion annuelle de 2020.

 

Afin d'atteindre cet objectif, le conseiller scientifique en chef du gouvernement britannique a encouragé le public britannique à réduire sa consommation de viande et à voler moins souvent pour réduire la production nationale de carbone. Dans une étape supplémentaire, le Comité britannique sur le changement climatique est allé jusqu'à critiquer le gouvernement pour avoir omis les demandes de restrictions alimentaires et de voyage dans le cadre de sa stratégie 2030 sur le changement climatique.

 

Le comité a proposé que les individus réduisent leur consommation de viande d'environ 20 % avant 2030 et de 15 % supplémentaires au cours des 20 années suivantes afin de convertir les terres utilisées pour la production de viande et de produits laitiers en espaces pour les arbres.

 

Même en l'absence d'un tel mandat gouvernemental, une autre proposition majeure du WEF approuvée par le roi Charles III - la tarification du carbone - nuirait finalement aux classes moyennes et inférieures en augmentant le coût des affaires et en répercutant ainsi les dépenses sur les consommateurs, qui porteraient le fardeau de de telles politiques « vertes » si les entreprises elles-mêmes ne sont pas obligées de fermer d'abord par manque de profit.

 

Pendant ce temps, plus de 1 100 scientifiques et professionnels ont signé une Déclaration mondiale sur le climat (CMB) déclarant qu'"il n'y a pas d'urgence climatique", arguant que le dioxyde de carbone n'est pas un polluant, que des facteurs naturels et anthropiques provoquent le réchauffement climatique, que le réchauffement est beaucoup plus lent que prévu, et qu'un tel réchauffement n'a pas augmenté les catastrophes naturelles.

 

La grande réinitialisation a été décrite par les conservateurs comme une menace non seulement pour le bien-être économique, mais aussi pour la famille. Comme l'a rapporté LifeSite , l' un des thèmes clés de la réinitialisation est "l'inclusion LGBTI". Depuis juin 2020, le Forum économique mondial a publié des articles tels que « Great Reset : Why LGBT+ inclusion is the secret to cities' post-pandemic success » et « Why being an LGBT+ ally can transform lives – yourinclus ». Avec Microsoft et Pepsi, ils ont déployé un programme appelé "Hour of Pride" pour propager "l'inclusion LGBTQI+ pendant la crise du COVID-19".

 

Le WEF finirait par coopter les nations et leur souveraineté avec l'aide de dirigeants politiques, tels que les jeunes leaders mondiaux du WEF Justin Trudeau et Emmanuel Macron qui partagent les objectifs de la Grande Réinitialisation, sinon par le biais de pressions et d'influences extérieures, y compris l'emprise de riches méga-corporations alliées au WEF.

 

"À quoi ressemble la Grande Réinitialisation ? Voici à quoi cela ressemble : Les responsables font ce qu'ils veulent parce qu'ils sont responsables. Aucun principe n'est universel. Aucune norme n'est appliquée de manière uniforme », a déclaré Tucker Carlson en 2020.

 

La monarchie britannique s'est longtemps abstenue d'ingérence dans les décisions du Parlement et, en fait, au cours des derniers siècles, une telle ingérence a été très rare dans les autres monarchies du monde. Cependant, les lois britanniques nécessitent toujours la sanction royale pour entrer en vigueur, qui viendra désormais du roi Charles III.

 

Le roi Charles III ainsi que son père, le prince Philip, ont tous deux assisté aux réunions de Bilderberg, un forum annuel très secret utilisé par les élites mondiales depuis 1954 pour faire avancer leur vision du monde.

 

Abordant l'affirmation selon laquelle les réunions sont utilisées pour parvenir à un gouvernement mondial, Denis Healey, fondateur du groupe Bilderberg et membre du comité directeur pendant 30 ans, a déclaré en 2001 : « Dire que nous aspirons à un gouvernement mondial est exagéré, mais pas tout à fait injuste.

______________________

Le Grand Reset n'est pas un délire de complotiste mais une proposition faites à Davos au Forum économique mondial pour reconstruire l'économie après le Covid 19.

La guerre en #Ukraine est un prétexte pour l'accélérer.

la mondialisation s'accélère au profit des grands groupes.

Partager cet article
Repost0
24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 18:51
Vera Sharav, survivante de l'Holocauste nous prévient : "résistons tous ; c’est maintenant ou jamais !"

« L’Holocauste n’a pas commencé dans les chambres à gaz d’Auschwitz et de Treblinka.

L’Holocauste a été précédé de 9 ans de restrictions progressives de la liberté individuelle et de la suspension des droits légaux et des droits civils.

 

Le décor a été planté par une propagande alarmiste et haineuse. »

 

Vera Sharav : « À moins que nous ne résistions tous, “plus jamais ça”, c’est maintenant. » — Discours — Nuremberg, le 20 août 2022

 

Par Nicole Delépine

 

Vera Sharav nous prévient : résistons tous ; c’est maintenant ou jamais !

Partager cet article
Repost0
21 août 2022 7 21 /08 /août /2022 17:19

Le 14 août Zelensky admettait qu'il bombardait sa propre centrale nucléaire de Zaparojie (The Guardian); Macron considère que les Russes sont responsables et appelle cinq jours plus tard les Français à "payer le prix de notre liberté" (19 août). Source : video YT AFP https://www.youtube.com/watch?v=0-P_VcOikfA

https://twitter.com/bernardyellohc/status/1560890638236794880?s=20&t=r2P9ISIZfZXnMY9F6xk2LQ

https://twitter.com/bernardyellohc/status/1560890638236794880?s=20&t=r2P9ISIZfZXnMY9F6xk2LQ

https://twitter.com/bernardyellohc/status/1560890820336697344?s=20&t=r2P9ISIZfZXnMY9F6xk2LQ

https://twitter.com/bernardyellohc/status/1560890820336697344?s=20&t=r2P9ISIZfZXnMY9F6xk2LQ

https://twitter.com/bernardyellohc/status/1560890738619158528?s=20&t=r2P9ISIZfZXnMY9F6xk2LQ

https://twitter.com/bernardyellohc/status/1560890738619158528?s=20&t=r2P9ISIZfZXnMY9F6xk2LQ

https://twitter.com/bernardyellohc/status/1560890933650022402?s=20&t=r2P9ISIZfZXnMY9F6xk2LQ

https://twitter.com/bernardyellohc/status/1560890933650022402?s=20&t=r2P9ISIZfZXnMY9F6xk2LQ

Or, chargé de faire respecter les Accords de Kiev du 21 février 2014 signé par la France (qui visaient à mettre un terme à l'effusion de sang massive à Kiev et à mettre fin à la crise politique aiguë qui a éclaté en novembre 2013 suite à la décision du président ukrainien Viktor Ianoukovitch de suspendre le processus de signature de l' accord d'association avec l'Union européenne), Macron s'est assis sur la parole de la France et a armé l'Ukraine jusqu'en 2022. Gabrial Attal, Porte-Parole du gouvernement a en effet reconnu à Paris le 13 avril 2022 : "depuis 2014 et le début de ce conflit, militairement, la France a été le premier fournisseur d'armes en direction des Ukrainiens."

 

Aujourd'hui, Macron veut sa guerre contre la Russie, sans consultation.

Aucun media n'évoque la responsabilité de la France signatrice des Accords de Kiev et la forfaiture de Macron qui, en plus de ne pas faire respecter les dits accords, a continué d'armer l'Ukraine depuis son élection en mai 2017. C'est le président ukrainien Zelensky qui bombarde sa propre centrale nucléaire au prix d'un risque nucléaire majeur en Europe, et on voudrait nous faire croire que Poutine est responsable ? 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2022 3 27 /07 /juillet /2022 08:20
Tout ça pour ça : le vaccin covid remplacé par le test à l'"efficacité supérieure"

Après avoir récité le mantra de la religion covidiste afin d'échapper à l'accusation d'être un 'complotiste' 'antivax', le sénateur rapporteur pour le Sénat, Philippe Bas, de la commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions du projet de loi mettant fin aux régimes d’exception créés pour lutter contre l’épidémie liée à la covid-19 [1], a reconnu que ''tous les jours, des personnes meurent encore en France de cette maladie, dont une grande partie est d’ailleurs vaccinée.'' Pour la première fois, l'Etat reconnaît officiellement par l'un de ses représentants que le vaccin ne protège pas des décès Covid. Donc, logiquement, des "cas graves", puisque le vaccin n'empêche pas la mort...

 

''C’est pourquoi nous avons voulu expressément abroger les régimes d’exception pour revenir à l’état du droit en vigueur avant l’épidémie de covid : il n’y aura plus de passe vaccinal, plus de passe sanitaire, plus de confinement, plus de couvre-feu, plus de possibilité d’interdire des manifestations, plus d’interdiction possible de réunions, plus de possibilité d’imposer le port du masque,'' ajoute le sénateur.

 

Ce qui ne l'empêche pas le sénateur de se contredire : ''J’ai constaté que le vaccin était de moins en moins efficace non pas pour prévenir les formes graves de la maladie, mais pour faire barrière aux contaminations."

 

Le vaccin n'empêche pas qu'une grande partie des morts Covid soit 'vaccinée', mais il préviendrait 'des formes graves de la maladie'... Chacun appréciera l'incohérence de ce propos !

 

Mais ce qui compte vient après :

 

"En France, ce sont aujourd’hui très majoritairement des personnes vaccinées qui contractent la maladie et la transmettent. Le vaccin fait barrage dans un tiers des cas.''

 

Alors que le vaccin n'empêche pas les morts covid "pour une grande partie" chez les vaccinés, il est reconnu officiellement que le vaccin n'empêche ni la contamination ni la transmission.

 

Pour l'histoire et la justice, on rappellera le propos tenu il y a un an par le Premier ministre Jean Castex le 21 juillet 2021 : "Les analyses faites sur ces personnes (les doubles vaccinés) montrent qu'elles n'ont plus de chance d'attraper la maladie" [2] Il aura fallu un an pour que l'Etat reconnaisse la fausseté de ce propos. Entretemps il y aura eu des milliers de soignants non vaccinés suspendus sans salaires, sans licenciement, sans indemnités, sans allocations, jetés à la rue comme s'ils n'avaient pas de droit. Cette injustice terrible devra être réparée !

 

Déjà à l'époque, le sénateur Alain Houpert avait alerté sur ce que dit aujourd'hui l'Etat : "Ce vaccin ne protège pas ! Il y a quelques mois on citait en exemple l'Israël, l'Angleterre maintenant, on ne les cite plus parce qu'ils sont tous vaccinés et ça flambe donc il y a un problème avec ce vaccin." [3]

 

L'Etat ne pourra donc pas dire qu'il y a un an il ne ne savait pas que le vaccin n'était pas "efficace".

 

''Le test présente donc actuellement une efficacité supérieure. C’est la raison – et la seule raison ! – pour laquelle la commission des lois du Sénat, puis le Sénat dans son ensemble ont décidé que, dans cette circonstance exceptionnelle, seul un test négatif soit exigé, plutôt qu’une preuve de vaccination à jour'', ajoute Philippe Bas.

 

Le vaccin vient de chuter de son statut de roi. De mesure étalon de la politique dite 'sanitaire' il se voit remplacé par un simple "test", dont d'ailleurs nombre de scientifique déclarent qu'il n'est pas fiable.

 

Tous ces malheurs, toutes ces familles divisées, réduites à la misère, toutes ces familles endeuillées, tous ces morts covid vaccinés..., tous ces effets indésirables du dit 'vaccin' : tout ça pour ça !

SOURCES: 

 

[1] https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/16/rapports/9/l16b0158_rapport-fond

[2] https://www.lci.fr/sante/video-regles-d-isolement-liees-au-covid-19-les-personnes-vaccinees-ne-seront-plus-cas-contact-confirme-jean-castex-sur-tf1-2191995.html

[3] https://twitter.com/SudRadio/status/1417830195382398978?s=20

Partager cet article
Repost0
18 juin 2022 6 18 /06 /juin /2022 13:15
Partager cet article
Repost0
8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 15:51

Une info ce jour sur Dailymail titre : ''Des jeunes en bonne santé meurent subitement de manière inattendue d'un mystérieux syndrome - alors que les médecins cherchent des réponses via un nouveau registre national''. Bien sûr aucun lien n'est fait avec la ''vaccination'' Covid.

Des jeunes en bonne santé meurent subitement et de manière inattendue d'un mystérieux syndrome - alors que les médecins cherchent des réponses via un nouveau registre national

Les personnes âgées de moins de 40 ans invitées à aller faire vérifier leur cœur

Peuvent potentiellement être à risque d'avoir le syndrome de mort subite de l'adulte (SADS)

SADS est un "terme générique pour décrire les décès inattendus chez les jeunes"

Une femme de 31 ans décédée dans son sommeil l'année dernière pourrait avoir eu des TAS

 

SOURCE : https://www.dailymail.co.uk/news/article-10895067/Doctors-trying-determine-young-people-suddenly-dying.html?ito=social-twitter_mailonline

 

Les personnes âgées de moins de 40 ans sont invitées à faire contrôler leur cœur, car elles pourraient être exposées au syndrome de mort subite des adultes. 

 

Le syndrome, connu sous le nom de SADS, a été mortel pour toutes sortes de personnes, qu'elles maintiennent ou non un mode de vie sain et en forme.

 

Le SADS est un "terme générique pour décrire les décès inattendus chez les jeunes", a déclaré le Royal Australian College of General Practitioners, survenant le plus souvent chez les personnes de moins de 40 ans.

 

Le terme est utilisé lorsqu'une autopsie ne peut pas trouver une cause évidente de décès.

 

La Fondation SADS basée aux États-Unis a déclaré que plus de la moitié des 4 000 décès annuels SADS d'enfants, d'adolescents ou de jeunes adultes présentent l'un des deux principaux signes avant-coureurs.

 

Ces signes incluent des antécédents familiaux de diagnostic de SADS ou de mort subite inexpliquée d'un membre de la famille, et des évanouissements ou des convulsions pendant l'exercice, ou lorsqu'ils sont excités ou surpris, a rapporté news.com.au.

 

Le Baker Heart and Diabetes Institute de Melbourne développe le premier registre SADS du pays.

 

"Il y a environ 750 cas par an de personnes âgées de moins de 50 ans à Victoria dont le cœur s'arrête soudainement (arrêt cardiaque)", a déclaré un porte-parole.

 

"Parmi ceux-ci, environ 100 jeunes par an n'auront aucune cause trouvée même après des investigations approfondies telles qu'une autopsie complète (phénomène SADS)."

 

La cardiologue et chercheuse, le Dr Elizabeth Paratz, a déclaré: "Le registre de Baker était le premier du pays et l'un des rares au monde à combiner des informations sur les ambulances, les hôpitaux et la médecine légale."

 

"(Cela vous permet de voir) que des personnes ont eu un arrêt cardiaque et qu'aucune cause n'a été trouvée à l'arrière", a déclaré le Dr Paratz.

 

Elle pense que le manque potentiel de sensibilisation peut être dû au fait que "beaucoup de choses se déroulent en dehors des contextes médicaux traditionnels".

 

"La majorité de ces événements SADS, 90%, se produisent en dehors de l'hôpital – la personne ne s'en sort pas – c'est donc en fait le personnel ambulancier et la médecine légale qui s'occupent de la majeure partie de ces patients", a déclaré le Dr Paratz.

 

"Je pense que même les médecins le sous-estiment. Nous ne voyons que les 10 % qui survivent et arrivent à l'hôpital. Nous ne voyons nous-mêmes que la pointe de l'iceberg."

 

Pour la famille et les amis des victimes, le SADS est une "entité très difficile à saisir" car c'est un "diagnostic de rien", a ajouté le Dr Paratz.

 

Le Dr Paratz a déclaré que du point de vue de la santé publique, la lutte contre le SADS n'était "pas aussi simple que de faire passer un test de dépistage génétique à tous les Australiens", car les scientifiques ne savent toujours pas à 100 % "quels sont les gènes responsables".

 

"Le meilleur conseil serait que si vous avez vous-même un parent au premier degré – un parent, un frère, une sœur, un enfant – qui a eu une mort inexpliquée, il est extrêmement recommandé de consulter un cardiologue", a-t-elle déclaré.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 07:05

Reconnaissance faciale Trudeau pour les voyages

Le gouvernement Trudeau a collaboré avec les principales compagnies aériennes canadiennes pour introduire officiellement l’identification numérique, la reconnaissance faciale et les documents de voyage biométriques dans le transport aérien d’ici 2023.

 

La proposition a été présentée sous le couvert de la protection du Canada contre les terroristes en améliorant le Programme de protection des passagers (PPP).

 

L’introduction d’une identité numérique permanente pour les voyages intervient après que le gouvernement Trudeau a adhéré au programme d’identité numérique du Forum économique mondial, appelé « Known Traveller Digital Identity » (KTDI), qui prévoit un système de crédit social pour les voyages.

 

Par Keean Bexte, TheCounterSignal.com | Nouveau Monde

Partager cet article
Repost0
6 juin 2022 1 06 /06 /juin /2022 07:00
 La Russie est en train de gagner la guerre économique - et Poutine n'est pas près de retirer ses troupes

Les effets pervers des sanctions se traduisent par une augmentation des coûts du carburant et des denrées alimentaires pour le reste du monde – et les craintes d'une catastrophe humanitaire grandissent. Tôt ou tard, un accord doit être conclu

 

Cela fait maintenant trois mois que l'Occident a lancé sa guerre économique contre la Russie , et cela ne se déroule pas comme prévu. Au contraire, les choses vont vraiment très mal.

 

Des sanctions ont été imposées à Vladimir Poutine non pas parce qu'elles étaient considérées comme la meilleure option, mais parce qu'elles étaient meilleures que les deux autres plans d'action disponibles : ne rien faire ou s'impliquer militairement.

 

La première série de mesures économiques a été introduite immédiatement après l'invasion, alors qu'il était supposé que l'Ukraine capitulerait en quelques jours. Cela ne s'est pas produit, si bien que les sanctions – bien qu'encore incomplètes – se sont progressivement intensifiées.

 

Il n'y a cependant aucun signe immédiat de retrait de la Russie de l'Ukraine et ce n'est guère surprenant, car les sanctions ont eu l'effet pervers de faire grimper le coût des exportations russes de pétrole et de gaz, d'augmenter massivement sa balance commerciale et de financer son effort de guerre. Au cours des quatre premiers mois de 2022, Poutine pourrait se vanter d'un excédent du compte courant de 96 milliards de dollars (76 milliards de livres sterling) – plus du triple du chiffre pour la même période de 2021.

 

Lorsque l'UE a annoncé son interdiction partielle des exportations de pétrole russe plus tôt cette semaine, le coût du pétrole brut sur les marchés mondiaux a augmenté, offrant au Kremlin une autre manne financière. La Russie n'éprouve aucune difficulté à trouver des marchés alternatifs pour son énergie, avec des exportations de pétrole et de gaz vers la Chine en avril en hausse de plus de 50 % sur un an.

 

Cela ne veut pas dire que les sanctions sont sans douleur pour la Russie. Le Fonds monétaire international estime que l'économie se contractera de 8,5 % cette année à mesure que les importations en provenance de l'ouest s'effondreront. La Russie dispose de stocks de biens essentiels au maintien de son économie, mais avec le temps, ils seront épuisés.

 

Mais l'Europe ne se libère que progressivement de sa dépendance à l'égard de l'énergie russe, et ainsi une crise financière immédiate pour Poutine a été évitée. Le rouble – grâce au contrôle des capitaux et à un excédent commercial sain – est fort . Le Kremlin a le temps de trouver des sources alternatives de pièces de rechange et de composants auprès de pays désireux de contourner les sanctions occidentales.

 

Lorsque les acteurs mondiaux se sont réunis à Davos la semaine dernière, le message public était la condamnation de l'agression russe et un engagement renouvelé à soutenir fermement l'Ukraine. Mais en privé, on s'inquiétait des coûts économiques d'une guerre prolongée.

 

Ces inquiétudes sont tout à fait justifiées. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a donné un nouvel élan à des pressions déjà fortes sur les prix. Le taux d'inflation annuel du Royaume-Uni s'élève à 9 % - son plus haut niveau en 40 ans - les prix de l'essence ont atteint un niveau record et le plafond des prix de l'énergie devrait augmenter de 700 à 800 £ par an en octobre. Le dernier programme de soutien de Rishi Sunak pour faire face à la crise du coût de la vie était le troisième du chancelier en quatre mois – et il y en aura d'autres plus tard dans l'année.

 

À la suite de la guerre, les économies occidentales sont confrontées à une période de croissance lente ou négative et d'inflation croissante - un retour à la stagflation des années 1970. Les banques centrales – y compris la Banque d'Angleterre – estiment qu'elles doivent répondre à une inflation proche des taux à deux chiffres en augmentant les taux d'intérêt. Le chômage est appelé à augmenter. D'autres pays européens sont confrontés aux mêmes problèmes, sinon plus, car la plupart d'entre eux sont plus dépendants du gaz russe que le Royaume-Uni.

 

Les problèmes auxquels sont confrontés les pays les plus pauvres du monde sont d'un ordre de grandeur différent. Pour certains d'entre eux, le problème n'est pas la stagflation, mais la famine, en raison du blocage de l'approvisionnement en blé des ports ukrainiens de la mer Noire.

 

Comme l'a dit David Beasley, le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial : « En ce moment, les silos à grains de l'Ukraine sont pleins. Dans le même temps, 44 millions de personnes dans le monde marchent vers la famine.

 

Dans toutes les organisations multilatérales – le FMI, la Banque mondiale, l'Organisation mondiale du commerce et les Nations unies – les craintes grandissent d'une catastrophe humanitaire. La position est simple : à moins que les pays en développement ne soient eux-mêmes des exportateurs d'énergie, ils font face à un triple coup dur dans lequel les crises énergétiques et alimentaires déclenchent des crises financières. Confrontés au choix de nourrir leurs populations ou de payer leurs créanciers internationaux, les gouvernements opteront pour le premier. Le Sri Lanka a été le premier pays depuis l'invasion russe à faire défaut sur ses dettes , mais il est peu probable que ce soit le dernier. Le monde semble plus proche d'une véritable crise de la dette qu'à n'importe quel moment depuis les années 1990.

 

[...]

 

Poutine ne va pas se rendre sans condition, et le potentiel de graves dommages collatéraux de la guerre économique est évident : baisse du niveau de vie dans les pays développés ; la famine, les émeutes de la faim et une crise de la dette dans le monde en développement.

 

Larry Elliott est le rédacteur économique du Guardian

 

Source: https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/jun/02/russia-economic-war-ukraine-food-fuel-price-vladimir-putin

Partager cet article
Repost0
3 juin 2022 5 03 /06 /juin /2022 09:28

Voici un entretien de l'avocat américain Tom Rentz pour New American :

Barack Obama, Macron, Merkel, Schwab, Gates, Zuckerberg, tous ces gens font l'éloge de Yuval Noah Harari.

 

En 2020, voici ce que disait Yuval Noah Harari, conseiller principal de Klaus Schwab, auteur de "Covid-19, le Grand Reset" :

 

"Dans le passé, de nombreux tyrans et gouvernements ont voulu le faire, mais personne ne comprenait assez bien la biologie, et personne n'avait assez de puissance de calcul et de données pour pirater des millions de personnes. Ni la Gestapo ni le KGB n'ont pu le faire. Mais bientôt, au moins certaines sociétés et certains gouvernements seront en mesure de pirater systématiquement tout le monde. Nous, les humains, devrions nous habituer à l'idée que nous ne sommes plus des âmes mystérieuses. Nous sommes maintenant des animaux piratables."

 

"Aujourd'hui, nous avons la technologie pour pirater les êtres humains à grande échelle. Je veux dire, tout est numérisé. Tout est surveillé. En cette période de crise, il faut suivre la science. On dit souvent qu'il ne faut jamais laisser passer une bonne crise parce qu'une crise c'est l'occasion de faire aussi de bonnes réformes, qu'en temps normal les gens n'accepteraient jamais, mais en temps de crise, vous voyez on a une chance, alors allons-y. Le vaccin nous aidera bien sûr, il rendra les choses, vous savez, plus gérables.

 

"Les gens pourraient regarder en arrière dans 100 ans et identifier l'épidémie de coronavirus comme le moment où un nouveau régime de surveillance a pris le dessus, en particulier la surveillance sous la peau, qui, je pense, est peut-être le développement le plus important du 21e siècle. Cette capacité à pirater les êtres humains pour aller sous la peau, collecter des données biométriques, les analyser et comprendre les gens mieux qu'ils ne se comprennent eux-mêmes. Je crois que c'est peut-être l'événement le plus important du 21e siècle."

 

Source: Gloria Tv

Partager cet article
Repost0
15 mai 2022 7 15 /05 /mai /2022 16:20

La société contrôlée par l'État comme une machine et les hommes robots :

 

La société contrôlée par l'État comme une machine

 

Fassadenkratzer, Regardez derrière la surface de l'actualité

21 avril 2022

La société contrôlée par l'État comme une machine 

Pendant la crise de Corona, nous avons vu comment l'État, qui englobe et réglemente la vie de toutes les personnes, les prive de plus en plus de leurs libertés fondamentales et les réduit à de simples fonctionnaires dans une machine sociale, sans aucune volonté pertinente propre. Étant donné que toutes les actions humaines découlent d'idées et de motifs intérieurs, les causes de ce développement totalitaire doivent également être recherchées dans l'être humain. Cela révèle le fait surprenant que les causes des structures sociales déshumanisantes se trouvent précisément dans les idées de la médecine scientifique sur les personnes, d'où découle le battage médiatique corona.

 

Nul autre que le célèbre psychoneuroimmunologue le professeur Christian Schubert de l'Université de médecine d'Innsbruck a attiré l'attention sur ce lien dans une interview avec Multipolar Magazine le 6 mars 2022. Lui-même parfaitement formé à la médecine conventionnelle, il en critique vivement les erreurs épistémologiques fondamentales. Par un rétrécissement arbitraire des connaissances, ils considèrent et traitent le corps humain pratiquement comme une machine, et l'être humain âme-spirituelle réel, qui est connecté au corps matériel, reste à l'extérieur, et n'est pas du tout pris en compte. Cependant, traiter l'homme comme une machine purement matérielle conduit aussi à une société qui fonctionne comme une machine.

 

Conditions de direction de la machine

 

Dans un précédent article (L'Homme comme machine), j'ai déjà traité en profondeur de la "machine humaine".

Ici, je voudrais considérer les autres remarques du professeur Schubert, qui font référence aux conséquences de cette "médecine automatique" pour la formation de la société, telles qu'elles viennent de devenir visibles dans la crise actuelle de Corona.

 

Le professeur Schubert a expliqué qu'en psychiatrie existe une autre forme de "violence émotionnelle" en plus de la violence sexuelle et physique. Ceci est utilisé dans la crise de Corona par la médecine, le gouvernement et les médias, un "trio infernal", "en effrayant et en faisant paniquer délibérément les gens et en leur causant un stress chronique au cours des deux dernières années. Et cela ne s'arrête pas.

 

Lire : 

 

"Ils sont en train de créer une plandémie perpétuelle, la peur à vie" (Dr Astrid Stuckelberger)

Christophe Barbier : "L'angoisse a été organisée par l'administration et le pouvoir politique pour que les gens se tiennent à carreaux. Et cela a marché"

 

Un certain récit a été utilisé depuis le début jusqu'à aujourd'hui : il y a un virus tueur, il faut en avoir peur et on ne peut éliminer le danger qu'en se faisant vacciner. Ces trois aspects 'virus tueur, peur et vaccination' sont directement liés et façonnent le récit de la crise du COVID-19."

 

De cette façon, une psychose de masse a été délibérément créée chez les gens, qui ont été traumatisés et maltraités, c'est-à-dire contrôlés de l'extérieur.

 

Lire : 

 

Les masques consacrent une paranoïa collective

Ils se battent pour que cette psychose collective insensée prenne fin

 

Mais il faut aussi se demander : "Comment se fait-il qu'une masse aussi importante de personnes aille dans une direction comme si elle était alignée et accepte même les pires conséquences pour sa santé - où il est aussi question de la réduction de l'espérance de vie, des dommages collatéraux à long terme, y compris par la vaccination contre le Covid -, manifestement sans aucun esprit critique ?"

 

Pour cela, il faut se rendre compte qu'une grande partie de notre société est dans un processus d'aliénation depuis des décennies, en raison des dernières évolutions capitalistes et néolibérales de la société, de valeurs qui ont peu à voir avec l'être humain et avec la vie, mais avec la performance, l'argent et la croissance économique. Toutes ces évolutions génèrent en fin de compte une société malade et donc des personnes malades. 

 

Depuis des décennies, on observe l'augmentation de l'isolement social, qui est une condition de base pour la psychose de masse qui apparaît aujourd'hui avec le Covid-19. Depuis longtemps, les gens ont souvent peu de contacts entre eux. Ils vivent souvent isolés, ont peu d'amis, les familles se brisent de plus en plus souvent. Les familles nombreuses sont de moins en moins nombreuses, voire inexistantes.

De plus, une autre condition est l'insignifiance, l'inutilité, le non-sens dans notre société. Beaucoup se traînent dans leur travail et ne voient plus aucun intérêt à leurs activités professionnelles. Michel Foucault l'a clairement formulé : « Notre société est comme une machine, un moteur de croissance. Nous devons maintenir ce moteur de croissance en marche, sinon il y aura une catastrophe. » Il s'agit de la société de la machine, de l'homme-machine.

En outre, une autre condition est l'insignifiance, l'absence de valeur et de sens dans notre société.

 

Lire : 

 

L'identité politique d'Emmanuel Macron est-il le vide et le néant ?

 

Beaucoup ne font que se traîner dans leur travail, ne voient plus aucun sens à leurs activités professionnelles. Michel Foucault l'a clairement formulé : "Notre société est comme une machine, un moteur de croissance. Nous devons maintenir ce moteur de croissance en marche, sinon un désastre se produira.". Il s'agit donc de la société machine, de l'homme robot.

 

"Nous voilà revenus à la médecine machine ou l'idéologie des machines de notre culture. Là non plus, je ne raconte rien de nouveau. Cela signifie que le sens et l'insignifiance, l'humanité font défaut. La relation fait défaut. L'isolement social et le non-sens se mélangent. Tous ceux qui sont des parents aimants savent que la relation et la signification ne font qu'un et qu'elles peuvent aussi bien nous maintenir en bonne santé que nous rendre malades. Aussi social que l'élixir de vie, l'élixir de sens.

 

Et à cause de l'isolement social et du non-sens, des vagues de peurs se sont développées. "Nous savons par de nombreuses études que les maladies anxieuses ont massivement augmenté au cours des dernières décennies. La dépression est très souvent associée à l'anxiété. Nous étions donc déjà confrontés à une augmentation dangereuse des maladies mentales dans la société avant le Covid-19. Une personne sur cinq souffre désormais d'un trouble anxieux. Nous sommes déjà à un pourcentage élevé. Ensuite, il ne s'agit pas seulement de peur, mais nous avons aussi la frustration et l'agressivité comme condition supplémentaire de la psychose de masse actuelle de Covid 19."

 

Homme-machine - société de la machine

 

Nous voyons que le professeur Schubert souligne un lien étroit entre l'idée de l'homme en tant que machine en médecine et la formation de la vie sociale et étatique en tant que machine. L'homme en tant que machine subjective se retrouve dans la société comme quelqu'un qui est traité sans âme, en particulier dans l'économie, ce qui conduit à concevoir la vie sociale et étatique dans son ensemble comme une machine dans laquelle l'homme ne joue qu'un rôle de partie fonctionnelle. L'élément central de contrôle de la machine sociale est "l'abus émotionnel" de peur et de panique par l'État et les médias, qui paralyse l'ego spirituel de l'être humain, le transporte dans un monde irréel à travers la psychose de masse et le rend docile à la domination centrale.

 

La médecine officielle matérialiste considère que le psycho-spirituel de l'homme est totalement séparé de l'observation et du traitement du corps physique - de manière totalement non scientifique et dogmatique - comme s'il n'avait rien à voir avec lui - pour autant qu'il soit encore reconnu comme une réalité propre. Or, le psycho-spirituel est l'être humain proprement dit, qui ne fait que se créer dans son corps physique une expression matérielle, un vêtement dans lequel il peut vivre et agir sur terre. Le corps, considéré isolément, ne peut être considéré, selon l'idéologie matérialiste, que comme une machine. Mais cet amas de cellules n'a pas d'identité personnelle, pas d'individualité autonome qui puisse organiser sa vie de manière autodéterminée à partir de sa propre connaissance.

 

Lire : 

 

La "seule mesure de l'action politique" : le développement de "l'homme corps et âme" (Communiqué du duc d'Anjou pour la Saint-Louis 2017)

 

Mais cela signifie que toute forme de société démocratique fondée sur le citoyen libre qui s'autodétermine est privée de son fondement interne. Dans l'histoire de la pensée européenne, la démocratie ne s'est pas développée comme l'aspiration d'un corps "machine", mais de l'esprit humain à la liberté et à l'autodétermination. Les droits fondamentaux et libéraux de la Loi fondamentale sont des droits de l'esprit humain, qu'il a déjà dans ses bagages à l'état embryonnaire. La dignité de l'homme, dont découlent en définitive tous les autres droits fondamentaux, n'est pas la dignité de la matière, mais la dignité de l'être spirituel, l'homme, qui peut se déterminer à partir de sa propre connaissance, une dignité à laquelle le corps participe également en tant qu'instrument de celui-ci dans le droit à l'intégrité physique.

 

Dans la conception du corps humain comme machine, l'âme-spirituelle, l'être humain réel et porteur d'une forme de vie libre, n'a pas sa place. La machine est la quintessence des processus licites et nécessaires qui sont établis de l'extérieur. Une interaction des machines humaines ne peut donc que conduire à une grande machine sociale dans laquelle elles sont rassemblées et contrôlées de l'extérieur selon des lois nécessaires. La conception matérialiste de l'homme détruit la démocratie de l'intérieur. Le matérialisme conduit nécessairement au totalitarisme social.

 

Et cela conduit l'homme intérieurement vers le vide psychique, vers le sentiment que la vie n'a pas de sens, car les processus purement matériels ne peuvent pas, en tant que tels, se dépasser de manière significative. Ils ne peuvent recevoir sens et signification que de l'esprit auquel l'homme appartient par essence. Or, celui-ci est nié. Il ne peut donc pas en être autrement : l'humanité, pour autant qu'elle vive encore de manière traditionnelle, est de plus en plus en recul, les relations humaines s'appauvrissent et l'isolement, la peur et la dépression se propagent. Le matérialisme rend l'homme malade de l'intérieur, il est la psychopathologie destructrice centrale de son existence. Et il pousse socialement à la sociopathologie du totalitarisme, qui suspend l'homme à l'extérieur et renforce sa destruction intérieure.

 

Le mécanisme de la crise de corona

 

La crise de Corona a fait remonter les connexions à la surface de manière exemplaire. Une école scientifique extrêmement matérialiste, en coopération avec la direction de l'État, propage l'idée qu'un virus quasi imperceptible pénètre les gens, c'est-à-dire les machines humaines, de l'extérieur et, pour ainsi dire, déclenche automatiquement une maladie grave et de grands dégâts. Un virus peut se propager de n'importe qui à n'importe qui et ainsi les infecter. En transposant la pensée monocausale de la nature inorganique, là où elle est justifiée, à l'organisme humain, on revendique un mécanisme de cause à effet qui englobe l'ensemble de la société.

 

Étant donné qu'un porteur potentiel de virus est présent dans chaque être humain, chacun doit être protégé de tous les autres. Cela nécessite un contrôle externe centralisé de toutes les personnes, dans lequel leur comportement doit être réglementé par des mesures telles que l'obligation de garder ses distances et de porter des masques, les restrictions ou interdictions de réunions, d'événements et fermetures de bars et de magasins, l'isolement non seulement des personnes malades, mais aussi de porteurs de virus "avérés" dits "infectés", c'est-à-dire quasi-malades.

Le seul salut est finalement vu dans la vaccination de tout le monde avec un médicament rapidement développé, qui est censé éliminer mécaniquement le virus comme cause, pour lequel la propagande accumule une pression sociale croissante jusqu'à la vaccination obligatoire et élimine ainsi toute détermination que les gens ont à propos d'eux-mêmes.

 

Toute décision volontaire individuelle de l'être humain individuel est systématiquement exclue, l'individualité humaine en tant qu'autorité socialement pertinente est abolie. Elle n'est qu'une partie d'une masse contrôlée conjointement de l'extérieur. La mécanique du développement de la maladie et de l'infection dans un corps humain présenté comme une machine saisit constamment la société dans son ensemble, qui, en tant que grande machine, régule et automatise le comportement et les actions à l'unisson des gens.

Les relations humaines et les contacts sont restreints, l'isolement et la solitude augmentent. Le sentiment de non-sens et de désespoir conduit à la dépression, aggrave d'autres maladies et pousse même les jeunes à rechercher de plus en plus la dernière solution supposée dans le suicide.

 

L'idéologie du matérialisme se révèle ici dans son effet corrosif et destructeur sur la médecine et la société. Le point de départ réside dans la médecine conventionnelle matérialiste, qui, comme l'a déclaré le professeur Schubert dans l'interview, "s'est révélée dans la crise du Covid sous sa forme aliénée et s'est donc aussi cognée contre le mur".

 

Au fond, il est étonnant de voir comment les droits fondamentaux de la liberté et de la démocratie de la Loi fondamentale, née des expériences du totalitarisme, ont été jetés par-dessus bord en un rien de temps par la politique et la justice, et comment des conditions totalitaires ont été créées et sanctionnées juridiquement. Cela montre que la conception de l'homme en tant qu'être spirituel se déterminant lui-même n'a été chez ces "élites" qu'une théorie extérieure superficielle, qui a pu être rapidement jetée par-dessus bord par la conception matérialiste de l'homme en tant que machine purement matérielle, plus profondément et plus efficacement ancrée dans les sentiments.

 

L'état autoritaire

 

Ce développement dévastateur ne pouvait être imposé que par le pouvoir de l'État, qui, en tant qu'État souverain, est toujours supérieur à l'individualité libre et autodéterminée et a la possibilité de la contrôler de l'extérieur par la loi dans tous les domaines de la vie. Et cet État est dirigé par des groupes d'intérêts économico-politiques qui, organisés en partis privilégiés, ont aboli la séparation des pouvoirs, le parti au pouvoir respectif désignant les trois pouvoirs en même temps.

 

L'ensemble du secteur de la santé est intégré et subordonné à l'administration publique. Cela signifie que les médecins qui y travaillent ne sont pas exclusivement tenus de respecter leur libre connaissance de la vérité, mais qu'ils doivent en fin de compte suivre les ordres politiquement influencés de leurs supérieurs étatiques, qui s'appliquent également à tous les médecins exerçant dans la pratique.

Mais même la formation des médecins est soumise au paternalisme étatique. Ils doivent étudier dans des universités organisées et financées par l'État avec des professeurs sélectionnés par l'État, employés et financièrement dépendants. De cette manière, une direction médicale très spécifique, à savoir la direction matérialiste-scientifique, est privilégiée et déclarée comme étant la seule faisant autorité, c'est pourquoi elle est aussi présomptueusement appelée "médecine conventionnelle", avec laquelle toutes les autres sont dévalorisés en tant que phénomènes marginaux inférieurs de minorités douteuses.

 

De puissants intérêts économiques jouent ici un rôle majeur, et sont principalement intégrés dans les organisations étatiques via les partis. En effet, les énormes profits de l'industrie pharmaceutique reposent principalement sur des produits conformes à la médecine matérialiste. Il existe ainsi une forte interdépendance de l'économie, de l'État et de la médecine, une interdépendance qui s'est transformée en un maquis corrompu impénétrable. En réalité, tous les intérêts ne peuvent être respectés que par le pouvoir de l'État de légiférer et de réglementer, c'est pourquoi les nuées de lobbyistes se rassemblent également autour du goulot d'étranglement des parlements afin d'y avoir une influence jusque dans les moindres détails. 

 

Ce qui est nécessaire

 

 

Il est évident que cet entrelacement manipulateur de l'État, de la médecine et de l'économie doit être dissous de toute urgence. Cela ne peut se faire que si, en premier lieu, le système de santé et la science médicale, voire l'ensemble de la science et de l'éducation, sont séparés de l'État et confiés à leur propre autogestion en tant qu'organisation autonome, indépendante de l'État. Les scientifiques, les médecins praticiens et les enseignants de tous les niveaux scolaires ne doivent être soumis qu'à leurs propres connaissances de la vérité et non, directement ou indirectement, à des normes étatiques et à des intérêts économiques. Cela n'est possible que dans le cadre d'une organisation indépendante de l'État et de l'économie, d'une vie intellectuelle libre fondée sur elle-même, dans laquelle tout est fondé sur l'individualité créatrice qui se connaît elle-même et qui coordonne son activité avec celle des autres.

 

Dans une telle vie intellectuelle libre, les approches scientifiques les plus diverses seraient en libre concurrence les unes avec les autres, sans qu'aucune instance autoritaire ne déciderait de leur validité, mais uniquement de leur qualité scientifique et de leur fécondité pratique. On verrait alors rapidement si une idéologie scientifique purement réduite à la matière, avec ses effets déshumanisants et destructeurs pour l'homme et la société, pourrait continuer à être considérée comme la "médecine officielle" faisant autorité sans la protection, le soutien et la garantie du pouvoir étatique.

 

Sources : FassadenKratzer | UncutNews

Partager cet article
Repost0
14 mai 2022 6 14 /05 /mai /2022 14:56

Utilisation de concepts mobilisateurs connotés positivement, de petits mots-valises flous, vagues, sans contenu. Et si l'identité politique d'Emmanuel Macron, c'était l'absence de toute identité politique ?" Voici la réflexion fort juste de Clément Viktorovitch. 

   

Et si l'identité politique d'Emmanuel Macron, c'était le vide et le néant, avons-nous envie de dire plus précisément ?

 

En mai 2017 nous avions déjà publié un article où nous parlions de cet aspect du macronisme. "Dans la série "déconstruisons les déconstructeurs", nous écrivions : 

 

''Être démocrate, c'est aussi accepter cette indétermination et cette incertitude quant aux fins dernières du combat politique.

 

"Dire que la démocratie n'a pas de fondement qui lui soit extérieur, c'est [...] reconnaître qu'elle est en réalité une an-archie. Elle n'a pas d'arkhè, de commencement et de commandement, elle ne connaît pas d'autorité... Pas même le passé et la tradition n'ont d'autorité absolue dans une démocratie, puisque aucune de leurs règles n'est à l'abri d'un réexamen." (Antoine CHOLLET, Défendre la démocratie directe. Sur quelques arguments antidémocratiques des élites suisses, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne 2011, p. 86 in Francis DUPUIS-DERI, La peur du peuple, Agoraphobie et agoraphilie politiques, LUX Humanités, Québec 2016, p. 131-132.)

 

"… Le défaut de ce système est que le pouvoir ne devrait pas avoir de commencement ni de "commandement" supérieur, pas d'"autorité" supérieure, pas de limites. Le choix dans l'offre politique se réaliserait dans un choix entre aucune morale supérieure ou bien aucune morale supérieure, le néant ou le néant. Ainsi, il serait bon que les républicains qui nous parlent sans arrêt de "valeurs de la république" nous expliquent quelles sont ces valeurs, vu qu'"il n'y a pas de fondement ultime à la démocratie" et que le relativisme éthique est la règle ? Un démocrate plus modéré (ou plus lucide) expliquerait que ceci n'est pas un programme politique, mais absence de programme, la porte ouverte au pire. Du Macron durant la campagne présidentielle.'' (Fin de citation de l'article de 2017 que vous pouvez lire ici.)

 

Le vide et le néant. Le pouvoir fondé sur rien, pas même sur le passé et la tradition, ni même sur les droits de l'homme (puisque ceux-ci ont été bafoués par la gestion totalitaire et ségrégationniste du Covid, l'Etat de droit lui-même n'existe plus), la démocratie absolue pour une république absolue : Macron est le parfait représentant de cette attitude démocrate désinvolte, d'indétermination et d'incertitude quant aux fins dernières du combat politique. La nature ayant horreur du vide, ce vide s'effondrera tout seul sous le poids de son inertie et se comblera par d'autres réalités devant la force des événements.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2022 1 09 /05 /mai /2022 09:54

États-Unis : Un rapport sur le vaccin expérimental COVID-19 prouve des millions de décès et d'effets secondaires graves

(Traduction rapide)

 

Excellente analyse dans ce rapport approfondi de David John Sorensen et Dr. Vladimir Zelenko

 

Selon un dénonciateur du CDC qui a signé un affidavit, les décès sont au moins cinq fois supérieurs au nombre signalé. Mais il pourrait aussi y en avoir jusqu'à dix fois plus.

 

Les données VAERS du CDC américain montrent qu'au 17 septembre 2021, 726 963 personnes ont déjà souffert d'événements indésirables, notamment d'accident vasculaire cérébral, d'insuffisance cardiaque, de caillots sanguins, de maladie cérébrale, de convulsions, de crises d'épilepsie, d'inflammation du cerveau et de la moelle épinière. réactions allergiques menaçantes, maladies auto-immunes, arthrite, fausse couche, infertilité, faiblesse musculaire à apparition rapide, surdité, cécité, narcolepsie et cataplexie.

 

En plus du nombre astronomique d'effets secondaires graves, le CDC rapporte que 15 386 personnes sont décédées à la suite des injections expérimentales.

 

Cependant, un expert en détection de fraude dans le domaine de la santé du CDC a enquêté et a fait la découverte choquante que le nombre de morts est au moins cinq fois plus élevé que ce que le CDC admet. En fait, dans ses premières communications avec le professeur de médecine Dr. Peter McCullough que le nombre de décès est dix fois plus élevé. L'expert en détection de fraude sanitaire du CDC a signé un affidavit détaillant ses conclusions. Elle a soigneusement choisi l'expression "... sous-estimée par un facteur conservateur d'au moins cinq", mais comme elle l'a initialement révélé, le facteur pourrait être dix. Voici un extrait de l'affidavit :

 

Au cours des 25 dernières années, j'ai développé plus de 100 algorithmes différents de détection de fraude dans le domaine de la santé. ... Lorsque le vaccin COVID-19 était clairement lié à la mort et aux dommages des patients, j'étais enclin à enquêter sur la question. Selon mon estimation professionnelle, la base de données du système de notification des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS), bien qu'extrêmement utile, est sous-déclarée par un facteur conservateur d'au moins 5. ... et ont constaté que les décès dans les 3 jours suivant la vaccination sont supérieurs à ceux signalés dans le VAERS d'un facteur d'au moins 5.

 

Selon cet expert en détection de fraude sanitaire du CDC, le nombre de décès par vaccin aux États-Unis n'est pas de 15 386 , il se situe entre 80 000 et 160 000 .

 

Le CDC sous-déclare également de manière significative d'autres événements indésirables, tels que les réactions allergiques graves (anaphylaxie). L'Informed Consent Action Network (ICAN) a rapporté qu'une étude a montré que le nombre réel de cas d'anaphylaxie est 50 à 120 fois plus élevé que ce que prétend le CDC. En outre, un chercheur privé a examiné de près la base de données VAERS et a tenté de rechercher des identifiants de cas spécifiques. Il a trouvé d'innombrables exemples où les certificats de décès originaux ont été effacés et, dans certains cas, les chiffres ont été modifiés pour des réactions plus douces. Il dit:

 

Ce que l'analyse de tous les numéros de cas nous dit maintenant, c'est qu'il y a environ 150 000 cas qui manquent, qui étaient là, qui ne sont plus là. La question est : sont-ils tous morts ?

 

À quel point le CDC est criminel a également été démontré il y a quelques années lorsque des chercheurs ont examiné le lien entre les vaccins et l'autisme. Ils ont découvert qu'il y avait effectivement un lien direct. Alors qu'a fait le CDC ? Tous les chercheurs se sont réunis et une grande poubelle a été placée au milieu de la pièce. Ils y ont jeté tous les documents montrant le lien entre l'autisme et les vaccinations. Les preuves ont donc été détruites. Un article soi-disant « scientifique » a ensuite été publié dans Pediatric déclarant que les vaccins ne causent pas l'autisme. Cependant, un scientifique de premier plan au sein du CDC, William Thompson, a découvert ce crime. Il a reconnu publiquement :

 

J'ai été impliqué dans la tromperie de millions de personnes sur les éventuels effets secondaires négatifs des vaccins. Nous avons menti sur les connaissances scientifiques.

 

Le pire exemple de méthodes criminelles utilisées pour couvrir les décès par vaccin est le fait que le CDC ne considère une personne vaccinée que deux semaines après sa deuxième vaccination. Cela signifie que toute personne décédée dans les semaines précédant ou dans les deux semaines suivant la deuxième injection est considérée comme un décès non vacciné et n'est donc pas comptée comme un décès par vaccin. Cela leur permet d'ignorer la grande majorité des décès post-injection. C'est la méthode n°1 utilisée dans les pays du monde entier pour cacher les innombrables décès dus à la vaccination.

 

300 000 événements indésirables, Moderna cache des centaines de milliers de notifications

Un dénonciateur de Moderna a pris une capture d'écran d'une annonce interne de l'entreprise qui disait "Confidentiel - Pour distribution interne uniquement" montrant que 300 000 événements indésirables ont été signalés en seulement trois mois :

 

Cela a permis à l'équipe de gérer efficacement environ 300 000 rapports d'événements indésirables et 30 000 demandes d'informations médicales sur trois mois pour soutenir le déploiement mondial de leur vaccin COVID-19.

 

50 000 vaccinés par Medicare sont morts, le taux de mortalité aux États-Unis est probablement de 250 000

L'avocat Thomas Renz a reçu des informations d'un dénonciateur au sein des Centers for Medicare & Medicaid Service (CMS) montrant comment 48 465 personnes sont décédées peu de temps après avoir reçu leurs injections. Il a souligné que ces chiffres de décès ne concernent que 18% de la population américaine. Si nous appliquons cela à l'ensemble de la population américaine, cela signifierait un nombre de morts de ± 250 000. Bien sûr, d'autres facteurs jouent également un rôle, tels que l'âge des patients de Medicare et les jeunes citoyens américains, nous ne pouvons donc pas simplement extrapoler cela à l'ensemble de la population américaine. Mais on voit qu'il se passe quelque chose de très grave.

 

Moins de 1 % est signalé, le nombre réel est 100 fois plus élevé

Toutes ces informations nous disent déjà que le nombre d'événements indésirables et de décès est une multitude de ce qui est rapporté au public. Cependant, la situation est encore bien pire que la plupart d'entre nous ne peuvent même l'imaginer. Le célèbre rapport Lazarus de Harvard Pilgrim Health Care Inc. en 2009 a révélé qu'en général, seulement 1 % des événements indésirables liés aux vaccins sont signalés :

 

Les événements indésirables liés aux médicaments et aux vaccins sont courants mais sous-déclarés. Bien que 25 % des patients ambulatoires subissent un événement indésirable lié aux médicaments, moins de 0,3 % de tous les événements indésirables liés aux médicaments et 1 à 13 % de tous les événements graves sont signalés à la Food and Drug Administration (FDA). De même, moins de 1 % des effets secondaires des vaccins sont signalés.

 

Selon cette étude, le nombre d'événements indésirables et de décès devrait être multiplié par 100 pour comprendre la véritable prévalence des lésions séreuses de vaccination.

 

Raisons de la sous-déclaration, la population est mal informée

Premièrement, le fait que moins de 1 % des événements indésirables soient signalés est dû au fait que la majorité de la population ne sait pas qu'il existe des systèmes de déclaration des dommages causés par la vaccination. Deuxièmement, au cours des dernières décennies, l'industrie pharmaceutique a mené une guerre médiatique sans relâche contre tous les experts médicaux qui tentaient d'éduquer le public sur les dangers des vaccins. L'une des stratégies employées est la violence verbale, et l'étiquette négative d'anti-vaccination a été choisie pour faire honte et blâmer tous les scientifiques, médecins et infirmières qui dénoncent les ravages causés par les vaccins.

 

En raison de cette campagne criminelle visant à supprimer agressivement les données sur les événements indésirables, la majorité de la population n'a aucune idée que les vaccins peuvent même faire du mal.

 

Pendant des décennies, la propagande généralisée des sociétés de vaccins qui utilisent les agences gouvernementales comme principal carrousel a simplement dit à l'humanité que les événements indésirables sont très rares. Ainsi, lorsque des personnes vaccinées souffrent d'événements indésirables graves, elles ne considèrent même pas que cela pourrait provenir d'injections précédentes et, bien sûr, elles ne le signalent pas comme tel.

 

Pendant la crise mondiale actuelle, les attaques contre les experts médicaux mettant en garde contre les vaccins ont atteint des niveaux encore plus élevés. Les experts médicaux sont maintenant complètement retirés de tous les médias sociaux, leurs sites Web sont déclassés par Google, des chaînes YouTube entières sont supprimées, beaucoup ont perdu leur emploi et des experts médicaux ont été arrêtés dans certains pays pour supprimer la vérité sur l'expérimentation. Injections Covid-19.

 

Plusieurs pays qualifient désormais les scientifiques anti-vaccins de « terroristes nationaux ». Il est clair que le cartel criminel des vaccins doit utiliser tous les moyens nécessaires pour réprimer ce qui se passe avec ces injections.

 

En conséquence, d'innombrables professionnels de la santé ont peur de signaler les événements indésirables, ce qui contribue encore davantage à la sous-déclaration de ces effets secondaires.

 

En outre, la quantité d'informations scientifiques mettant en garde contre ces agents biologiques dangereux et le nombre d'experts médicaux avertissant l'humanité sont si écrasants et presque omniprésents - malgré des tentatives agressives pour les faire taire - qu'il est difficile pour tout professionnel de la santé qu'il soit pratiquement impossible de ne pas être au moins quelque peu conscients du risque qu'ils courent en administrant une injection non testée modifiant l'ADN sans même informer leurs patients de ce qui est injecté dans leur corps. Naturellement, lorsqu'ils voient leurs patients mourir ou handicapés à vie, ils ont peur d'être tenus responsables et ont donc une autre motivation pour ne pas signaler les événements indésirables.

 

Enfin, de nombreux professionnels de la santé reçoivent des incitations financières pour promouvoir les vaccins. Au Royaume-Uni, par exemple, les infirmières sont payées 10 ₤ par aiguille insérée dans un enfant. C'est à son tour une raison pour eux de ne pas signaler les événements indésirables.

 

250 000 commentaires sur la vaccination, Facebook révèle un tsunami d'événements indésirables

Une station d'information locale d'ABC a publié une demande sur Facebook demandant aux gens de partager leurs histoires d'êtres chers non vaccinés décédés. Ils voulaient faire passer un message à ce sujet. Ce qui s'est passé était complètement inattendu. En cinq jours, plus de 250 000 personnes ont posté des commentaires, mais pas sur des proches non vaccinés. Tous les commentaires parlent de proches vaccinés décédés peu de temps après l'injection ou handicapés à vie. Les 250 000 commentaires révèlent un bilan choquant de morts dans la population et les souffrances déchirantes que ces injections provoquent. Le message a déjà été partagé 200 000 fois et ça compte...

 

Résumé des décès par vaccin, c'est bien pire qu'on ne le pense

Le VAERS a signalé 726 963 événements indésirables au 17 septembre 2021, dont 15 386 décès

L'expert en fraude du CDC affirme que le nombre de morts est au moins cinq fois et peut-être dix fois plus élevé

Un dénonciateur des Centers for Medicare & Medicaid Service (CMS) a révélé comment près de 50 000 personnes sont mortes des injections. Ils ne représentent que 20% de la population américaine, ce qui signifie

que lorsque ces données sont appliquées à l'ensemble de la population, 250 000 sont décédés, 150 000 rapports ont été rejetés ou aseptisés par le système VAERS

Le nombre réel de cas d'anaphylaxie est 50 à 120 fois plus élevé que celui revendiqué par le CDC

Toute personne qui décède avant deux semaines après la deuxième injection n'est pas considérée comme un décès par vaccin, ce qui fait que la majorité des décès précoces par vaccin sont ignorés

Moderna a reçu plus de 300 000 rapports d'événements indésirables en seulement trois mois.

Le rapport Lazarus montre que seulement 1 % des événements indésirables sont signalés par des événements publics

La censure et la propagande agressives ont dit au public que les événements indésirables sont rares, ce qui a conduit les gens à ne pas comprendre comment leurs problèmes de santé découlent d'injections précédentes

La honte et le blâme des professionnels de la santé qui dénoncent les vaccins poussent de nombreux membres de la communauté médicale à éviter de signaler les événements indésirables

La peur d'être tenu responsable après avoir administré une injection qui a tué ou handicapé des patients a encore empêché le personnel médical de le signaler

Accepter des incitations financières pour promouvoir et administrer les vaccins Covid décourage également le personnel médical de signaler les événements indésirables

Les fabricants de vaccins à but lucratif ont toutes les raisons de ne pas signaler la destruction que leurs produits expérimentaux non testés causent

Plus de 250 000 utilisateurs de Facebook commentent les décès et les blessures graves liés au vaccin

 

Des experts mondiaux avertissent l'humanité, d'éminents scientifiques émettent de sérieux avertissements

Ces données alarmantes incitent les experts mondiaux, tels que le lauréat du prix Nobel de médecine, le Dr. Luc Montagnier , à un avertissement sévère que nous sommes actuellement confrontés au plus grand risque de génocide mondial de l'histoire de l'humanité.12 Même l'inventeur de la technologie de l'ARNm, le Dr. Robert Malone avant ces injections utilisant sa technologie. La situation est si grave que l'ancien vice-président et scientifique en chef de Pfizer, le Dr. Mike Yeadon, qui a mis en garde l'humanité contre ces injections extrêmement dangereuses. L'une de ses vidéos les plus célèbres s'intitule "A Final Warning". Un autre scientifique de renommée mondiale est Geert Vanden Bossche, ancien chef du bureau de développement des vaccins en Allemagne et directeur scientifique chez Univac, risquant également son nom et sa carrière, s'exprimant avec audace contre l'administration des vaccins Covid. Le développeur du vaccin avertit que les injections peuvent affecter l'immunité des personnes vaccinées et les rendre sensibles à toute nouvelle variante. Des survivants de l'Holocauste de la Seconde Guerre mondiale ont écrit à l'Agence européenne des médicaments pour demander l'arrêt des injections dans ce qu'ils croient être un nouvel Holocauste.

 

Décès liés aux vaccins dans le monde, idem pour les pays du monde entier

La situation que nous avons décrite aux États-Unis illustre les ravages causés par ces injections. Nous aborderons brièvement quelques autres pays pour prouver que la situation de l'Amérique n'est pas unique.

 

Union européenne

Dans l'Union européenne (qui ne comprend que 27 des 50 pays européens), au 18 août 2021, les rapports officiels d'EudraVigilance admettent officiellement qu'environ 22 000 personnes sont décédées et 2 millions ont subi des effets secondaires, dont 50 % étaient graves. Qu'est-ce qu'une blessure grave ?

 

Il est classé comme « grave » si l'événement est un événement médical qui entraîne la mort, met la vie en danger, nécessite une hospitalisation en tant que patient hospitalisé, entraîne une autre affection médicalement importante ou prolonge une hospitalisation existante, ou entraîne une invalidité permanente ou importante, ou L'invalidité entraîne ou est une anomalie congénitale/malformation congénitale.

 

Aux Pays-Bas, l'un des plus petits pays de l'Union européenne, une commission de recherche extraparlementaire a mis en place une plateforme permettant aux citoyens de signaler les événements indésirables liés à la vaccination. Ce n'est pas une initiative du gouvernement et n'a pas retenu l'attention des médias. La majorité de la population néerlandaise ignore donc leur existence. Mais malgré son influence limitée, cette initiative privée a déjà fait état de 1 600 morts et 1 200 blessés, laissant souvent des personnes handicapées à vie.

 

Grande Bretagne

Juste avant le début de la campagne nationale de vaccination, la MHRA (Medicines and Healthcare Product Regulatory Agency) a publié la requête suivante :

 

La MHRA recherche de toute urgence un outil logiciel d'intelligence artificielle (IA) pour traiter le volume élevé attendu d'effets indésirables (ADR) du vaccin COVID-19 et s'assurer qu'aucun détail n'est oublié dans le texte de réponse des ADR.

 

Le gouvernement britannique a publié un rapport sur la première série d'événements indésirables, notamment la cécité, les accidents vasculaires cérébraux, les fausses couches, l'insuffisance cardiaque, la paralysie, les maladies auto-immunes, etc. Plus de 100 000 événements indésirables ont été signalés peu de temps après la première vague de vaccinations, dont 1 260 cas de perte de vision (y compris la cécité complète). La première partie du rapport fait l'éloge des vaccins comme le meilleur moyen de protéger les gens contre le COVID-19, puis montre l'incroyable destruction que ces vaccins provoquent. L'hypocrisie est stupéfiante.

 

Toujours au Royaume-Uni, les fausses couches chez les mères vaccinées ont augmenté de 366 % en seulement six semaines.25 En outre, l'Office for National Statistics du Royaume-Uni a révélé par inadvertance que 30 305 personnes sont décédées dans les 21 jours suivant l'injection au cours des 6 premiers mois de 2021. Et un scientifique britannique avec 35 ans d'expérience a analysé en profondeur le système britannique de notification des cartes jaunes et l'a trouvé peu fiable.

 

"Nous pouvons conclure que le système de notification des cartes jaunes peut fournir des informations limitées qui peuvent être utiles pour alerter le public britannique des effets secondaires potentiels des vaccins COVID-19. Cependant, la conception originale du programme comme un effort purement descriptif plutôt qu'expérimental signifie qu'il ne parvient pas à aborder les vrais problèmes qui sont critiques pour le public britannique. Ces questions sont de savoir s'il existe des associations causales entre la vaccination avec les vaccins PF et AZ et des effets secondaires graves tels que la mort, et si oui, quelle est l'ampleur de ces effets.

 

Israël

Le Comité du peuple israélien est une équipe de médecins, d'avocats, de criminologues, d'épidémiologistes et de chercheurs universitaires déterminés à mener des enquêtes, des enquêtes et des divulgations pour le bien public. Bien qu'il s'agisse d'un groupe relativement inconnu, au 5 août 2021, ils avaient tout de même reçu 3754 rapports, dont plus de 480 décès. L'IPC déclare que ces chiffres ne représentent que 2 à 3 % de la prévalence réelle dans la population, ce qui signifie que le nombre de décès en Israël est d'environ 48 000 et les événements indésirables d'environ 375 400.

 

En Israël également, les statistiques de Worldometers.info montrent une augmentation massive des décès au début des vaccinations. Avant le début des vaccinations, il n'y avait pratiquement pas de décès quotidiens de Covid en Israël. Lorsque les vaccinations ont commencé, le nombre de morts quotidien est passé de 1-3 à 75-100 décès par jour !

 

Seethetruth.club/covid-19-vaccine-victims est un autre site Web israélien signalant des violations des vaccins , où vous pouvez voir un nombre croissant de témoignages de personnes qui ont dû beaucoup souffrir des vaccins. Aux États-Unis, un site Web similaire appelé 1000covidstories.com montre un nombre toujours croissant de vidéos de personnes décédées ou ayant eu de graves réactions aux images de Covid. Aussi le site Web appelé TheCovidWorld.com montre les histoires personnelles d'un grand nombre de personnes qui sont mortes des coups de feu. Nous devons comprendre que rien de tel ne s'est jamais produit auparavant dans l'histoire où des milliers de personnes se présentent pour partager leurs souffrances après avoir été vaccinées. La raison pour laquelle les gens font cela maintenant est que leurs effets secondaires ne ressemblent en rien à ce que disent les "autorités sanitaires" criminelles : "maux de tête, vertiges et symptômes pseudo-grippaux". Les réactions sont extrêmement graves et affectent souvent les gens à vie. En fait, les blessures sont si graves que des gens du monde entier se présentent pour avertir l'humanité.

 

Brésil

Au Brésil, le nombre officiel de décès par vaccin est de 32 000 sur une période de 5 mois. Le rapport a été publié sur uol.com.br, qui compte à peu près le même nombre de pages vues que CNN.com, selon les données de SimilarWeb. Malgré ce nombre élevé de décès post-vaccination, le rapport indique que "la vaccination reste le meilleur moyen de contrôler la maladie".

 

La science prouve les dommages causés par les vaccins, les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, le cancer, ...

Une étude de l'Université de San Francisco ou du Salk Institute montre que les vaccins transforment le corps humain en une usine de protéines de pointe, produisant des milliards de pointes qui provoquent des caillots sanguins qui provoquent des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques. Une autre étude confirme comment les vaccins peuvent provoquer des caillots sanguins mortels, qui à leur tour provoquent des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux et une augmentation des fausses couches. Plusieurs études soutiennent la réalité de l'amélioration dépendante des anticorps. La survenue d'infertilité et de réduction du nombre de spermatozoïdes est également confirmée. Enfin, une étude a montré que les injections provoquent le cancer. Et ce ne sont que quelques exemples...

 

À l'exception de la responsabilité, aucun fabricant de vaccins n'accepte la responsabilité

Au cours des dernières décennies, plusieurs accords gouvernementaux officiels ont été signés dans des pays du monde entier, offrant à tout fabricant de vaccins une protection à 100 % contre toute responsabilité. Peu importe la destruction causée par leurs produits, personne n'a de recours. De plus, aucune compagnie d'assurance maladie ne couvre jamais les frais causés par les dommages causés par la vaccination. Ils ne paient tout simplement pas les vaccinés lorsqu'ils ont des ennuis. Pourtant... les mêmes gouvernements qui refusent de vous protéger contre la destruction potentielle de votre santé, de votre vie et de vos proches imposent et exigent ces injections létales pour le shopping, les voyages, les rassemblements et même les services bancaires.

 

Est-ce que les injections fonctionnent ? Les responsables de la santé disent qu'ils ne sont pas efficaces

Le développeur de vaccins de renommée mondiale, Geert Vanden Bossche MVD, PhD, avertit que ces injections détruisent le système immunitaire de l'organisme, laissant les personnes vaccinées vulnérables à toute nouvelle variante de la maladie. Il dit aussi :

 

Les campagnes de vaccination de masse pendant une pandémie de variantes hautement contagieuses ne peuvent pas contrôler la transmission du virus. Au lieu d'aider à renforcer l'immunité collective, ils retardent considérablement l'établissement naturel de l'immunité collective. Pour cette raison, les campagnes de vaccination universelle en cours sont absolument préjudiciables à la santé publique et mondiale.

 

Le lauréat du prix Nobel de médecine, le Dr. Luc Montagnier, tire la sonnette d'alarme que ces vaccins créent de nouvelles variantes dangereuses. Et en Israël, les statistiques montrent clairement une augmentation spectaculaire des décès de Covid une fois que les vaccinations ont commencé (voir plus haut dans ce rapport). Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a même déclaré que les personnes les plus à risque actuellement sont celles qui ont reçu deux doses de vaccin.

 

La nation insulaire des Seychelles n'a pratiquement pas enregistré de décès par Covid, mais lorsqu'elle a commencé à vacciner la population, les décès ont été multipliés par cent.

 

En Australie, un jeune couple s'est vu refuser l'accès à son nouveau-né pendant huit jours alors qu'il était complètement vacciné. Les responsables de la santé australiens, le Dr. Jeannette Young, a donné l'explication révélatrice suivante de cette situation inhumaine :

 

Ce n'est pas parce que vous êtes vacciné que vous ne l'aurez pas. Par conséquent, nous ne pouvions pas permettre à cette famille de rendre visite à leur bébé.

 

Anthony Fauci a également précisé:

 

Le CDC envisage des exigences de masque pour les vaccinés, les vaccinés sont de plus en plus testés positifs pour Covid, ils doivent donc continuer à porter des masques, les vaccinés doivent toujours éviter de manger dans leurs restaurants et les vaccinés portent la variante Delta autant que les non vaccinés.

 

Ainsi, selon Fauci, les vaccins ne font rien. Pourtant, il insiste pour rendre ces injections inutiles obligatoires pour les voyages. La même chose a été déclarée publiquement par le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a déclaré :

 

Puis-je rencontrer mes amis et les membres de ma famille à l'intérieur maintenant qu'ils sont vaccinés ? J'ai bien peur que la réponse soit non parce que nous n'en sommes pas encore à ce stade, nous sommes encore très loin dans le monde où vous pouvez rencontrer des amis et de la famille à l'extérieur, dirigés par six ou deux ménages. Et même si vos amis et les membres de votre famille sont vaccinés, les vaccins n'offrent pas une protection à 100 % et c'est pourquoi nous devons être prudents.

 

Un article de recherche publié dans Trends in Internal Medicine par le Dr. J. Bar Classen MD est intitulé : "Les vaccins US COVID-19 ont prouvé qu'ils causent plus de mal que de bien sur la base de données d'essais cliniques pivots" analysés à l'aide du critère scientifique correct "Toutes les causes de morbidité sévère"

 

Même le CDC a reconnu que les injections n'offrent aucune protection contre les variantes Delta et les variantes à venir, et donc toutes les mesures Covid doivent rester en place.53 Cependant, ils continuent d'insister pour que tout le monde soit vacciné. Le directeur de la santé de la Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, a déclaré que nous devons nous préparer à vivre avec un cycle constant d'injections de rappel Covid en cours dans un avenir prévisible. Le médecin-chef de Moderna, le Dr. Tal Zaks a déclaré que les vaccins n'avaient pas ramené la vie à la normale. Cela a été confirmé par le directeur de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom, qui a déclaré :

 

Un vaccin à lui seul ne mettra pas fin à la pandémie. La surveillance doit continuer, les gens doivent continuer à être testés, isolés et soignés. Les contacts doivent encore être suivis et mis en quarantaine, les communautés doivent encore être engagées.

 

Une étude de The Lancet a montré que la variante delta se transmet librement parmi les personnes vaccinées. Cela a été confirmé par une étude qui a montré comment en juillet 2021, après plusieurs grands événements publics dans une ville du comté de Barnstable, Massachusetts, 469 cas de COVID-19 ont été identifiés parmi les résidents du Massachusetts décédés du 3 au 17 juillet ; 346 (74 %) sont survenus chez des sujets entièrement vaccinés.

 

Voici le rapport complet en anglais .

 

but

 

Le but de ce rapport est de documenter comment des millions de personnes sont mortes et des centaines de millions d'événements indésirables graves se sont produits après des injections avec la thérapie génique expérimentale d'ARNm dans le monde entier. Nous révélons également le risque réel d'un génocide sans précédent.

 

réalités

 

Notre objectif est de ne présenter que des faits scientifiques et de rester à l'écart des affirmations non fondées. Les données sont claires et vérifiables. Plus d'une centaine de références peuvent être trouvées pour toutes les informations présentées, qui servent de point de départ pour d'autres recherches.

 

complicité

 

Les données suggèrent que nous assistons peut-être au plus grand meurtre de masse organisé de l'histoire de notre monde. La gravité de cette situation nous oblige à nous poser cette question cruciale : allons-nous nous lever pour défendre des milliards d'innocents ? Ou allons-nous laisser le gain personnel prendre le pas sur la justice et devenir complice ? Des réseaux d'avocats du monde entier préparent des recours collectifs pour poursuivre ceux qui servent ce programme criminel. A tous ceux qui ont été complices dans le passé, nous disons : il est encore temps de se repentir et de choisir le côté de la vérité. Veuillez faire le bon choix.

 

Mondial

 

Bien que ce rapport se concentre sur la situation aux États-Unis, il s'applique également au reste du monde, car le même type d'injections expérimentales avec des taux de mortalité similaires - et des systèmes de corruption comparables pour masquer ces chiffres - sont utilisés dans le monde entier. monde. Nous encourageons donc tout le monde dans le monde à partager ce rapport. Puisse-t-il être un signal d'alarme pour toute l'humanité.

 

SOURCE : THE VACCINE DEATH REPORT : PREUVES DE MILLIONS DE DÉCÈS ET D'ÉVÉNEMENTS INDÉSIRABLES GRAVES RÉSULTANT DES INJECTIONS EXPÉRIMENTALES DE COVID-19

 

Uncut-news.ch

Partager cet article
Repost0
24 avril 2022 7 24 /04 /avril /2022 12:04
Photo d'un panneau d'affichage d'une mairie ce jour de deuxième tour d'élection présidentielle 24/04/2022.

Photo d'un panneau d'affichage d'une mairie ce jour de deuxième tour d'élection présidentielle 24/04/2022.

Félicitation à la personne qui a ajouté cette formule manuscrite judicieuse au slogan mensonger d'Emmanuel Macron !

 

Mais au fait, qui est McKinsey ? Le cabinet américain responsable de la mort de centaines de milliers de personnes aux USA, celui qui encaisse l'argent des Français qu'il fait piquer, masquer, confiner et suspendre, sans payer d'impôt en France ! 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2022 6 26 /03 /mars /2022 09:58

Mise à jour le 24-04-2022.

L'affaire McKinsey : une "affaire d'Etat" démontrant le putsch d'intérêts privés au sein de la république

Au moment où le président Macron mène sa guerre contre la Russie en Ukraine, l'affaire McKinsey tourne à l'"affaire d'Etat" suite à la plainte en justice du Sénat pour ''suspicion de faux témoignage'' visant Karim Tadjeddine, un dirigeant de la filiale française de McKinsey, un cabinet de conseil américain.

 

La commission d’enquête du Sénat a rendu public que depuis 10 ans que l’État recourt aux services du cabinet de conseil McKinsey, celui-ci  n'a n’a jamais payé ses impôts en France contrairement à ses allégations.

 

Face à ces révélations à ce qui semble être un mensonge sous serment, le sénateur Arnaud Bazin, président de la commission d’enquête, a indiqué que le Sénat allait saisir le procureur de la justice pour une "suspicion de faux témoignage". Les preuves semblent accablantes.

 

L’expression "affaire d’Etat" aurait commencé à faire son apparition avec cet article du Nouvel Obs du 25 mars :

Source : https://www.nouvelobs.com/politique/20220325.OBS56202/le-scandale-mckinsey-va-t-il-tourner-a-l-affaire-d-etat.html

Source : https://www.nouvelobs.com/politique/20220325.OBS56202/le-scandale-mckinsey-va-t-il-tourner-a-l-affaire-d-etat.html

Le Sénat a déclaré saisir la justice vendredi 25 mars pour ''suspicion de faux témoignage'' visant un dirigeant de la filiale française de McKinsey, qui le 18 janvier avait déclaré sous serment devant une commission d’enquête sénatoriale que le cabinet de conseils payait bien l’impôt sur les sociétés en France : ''Je le dis très nettement, nous payons l'impôt sur les sociétés en France.'' (1) 

 

Un article de Rtl évoquait mercredi "les entités françaises du cabinet de conseil McKinsey" "accusées par la commission d'enquête du Sénat de ne pas avoir versé d'impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020." (2)

 

https://www.rtl.fr/actu/politique/mckinsey-accuse-d-optimisation-fiscale-emmanuel-macron-se-dit-choque-7900137284

 

 

Tout a commencé quand la commission d'enquête sénatoriale s'est intéressé aux montants des missions versés par le gouvernement aux cabinets de conseil en stratégie, dont McKinsey.

 

Les sénateurs s'alarment alors que le recours à ces acteurs privés ait explosé en 2021 : près de 900 millions d'euros de dépenses, contre moins de 400 millions en 2018. (3)

 

McKinsey a dicté la politique sanitaire du gouvernement pendant le Covid 

 

Le cabinet américain qui a conseillé le gouvernement français dans sa campagne vaccinale, a versé 573 millions de dollars aux États-Unis pour éviter des poursuites dans le cadre du scandale des opioïdes ou opiacés qui a fait des centaines de milliers de morts aux USA. Vendus sur ordonnance ou illégalement, ces antidouleurs hautement addictifs, mais peu contrôlés par les pouvoirs publics, ont tué des centaines de milliers de personnes. L'État fédéral a proposé un accord pour solder les comptes, accepté par le cabinet.

 

Avec plus de deux millions de personnes dépendantes comptabilisées en 2018 et 400.000 décès enregistrés en moins de vingt ans, la crise des opiacés fait des ravages aux États-Unis. Ces médicaments supposés calmer les douleurs étaient réservés aux maladies graves. Mais les surprescriptions des médecins au fil des ans ont rapidement conduit à des dérives addictives. L'un des principaux responsables pointé du doigt ce jeudi : le cabinet de conseil McKinsey, qui a conseillé le gouvernement français dans sa campagne vaccinale.

 

Les autorités du pays lui reprochent d'avoir contribué à la crise dévastatrice des opiacés aux États-Unis en donnant des conseils marchands aux géants pharmaceutiques au détriment de la santé des citoyens. McKinsey a notamment conseillé Purdue Pharma pour l'aider à doper ses ventes. Dans ce dossier judiciaire, le fabricant de l'opiacé OxyContin a plaidé coupable l'an dernier, selon des documents déposés devant un tribunal du Massachussetts.

 

https://www.tf1info.fr/international/le-cabinet-mckinsey-doit-verser-573-millions-de-dollars-aux-etats-unis-pour-avoir-participe-a-la-crise-meurtriere-des-opiaces-2177453.html

 

C'est donc au tour du cabinet de payer la lourde addition de cette crise. McKinsey vient de conclure un accord prévoyant le versement de 573 millions de dollars, soit 476 millions d'euros, aux pouvoirs publics américains pour réparer les dommages causés auprès de la population. Cet arrangement financier a été conclu avec les avocats généraux de 47 États, du District de Columbia et de 5 territoires, selon le New York Times et le Wall Street JournalCet accord économique permettra à McKinsey d'échapper à des poursuites au civil. Le cabinet de conseil n'a toutefois pas souhaité répondre aux sollicitations de l'AFP pour commenter cette information. (4)

 

Un rôle important dans la campagne de vaccination

Le 12 janvier, quelques jours après les révélations du Canard enchaîné et de Politico sur la sous-traitance de la logistique du plan de vaccination à McKinsey, Olivier Véran a été auditionné en commission à l'Assemblée pour justement détailler la stratégie vaccinale française. Et il a évidemment été interrogé sur le cabinet de conseil américain. Réponse laconique du ministre : "Il est tout à fait classique et cohérent de s'appuyer sur l'expertise du secteur privé." Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, avait été plus loquace en conférence de presse une semaine plus tôt, comme le note Politico.

 

L'embauche de consultants externes fournit "un soutien du secteur privé en plus de l'expertise de nos fonctionnaires, a-t-il expliqué. C'est dans ce contexte que nous avons utilisé (McKinsey). Comme vous le savez, la logistique est au cœur de la campagne de vaccination." Gabriel Attal a ajouté que "les cabinets de conseil sont utilisés depuis plusieurs années par plusieurs gouvernements lorsqu'ils élaborent et mettent en œuvre de grands projets nécessitant un soutien et des conseils stratégiques ou logistiques". (5)

 

Ursula von der Leyen, présidente non-élue de la Commission Européenne orchestrant la grande opération vaccinale, a un fils travaillant pour le cabinet McKinsey. (6) La campagne de vaccination elle-même... a été en partie sous-traitée à McKinsey pour la somme de 12 millions d’euros. (7) L’influence grandissante des cabinets de conseil pose de nombreux problèmes. D’abord, quelle est leur légitimé démocratique ? La question se pose d’autant plus que les consultants ont été en première ligne tout le long du quinquennat d’Emmanuel Macron.

 

Selon le rapport de la commission d’enquête, "les cabinets de conseil sont intervenus sur la plupart des grandes réformes du quinquennat, renforçant ainsi leur place dans la décision publique". Certains ministres minimisent leur influence et parle du caractère ponctuel, notamment pendant la crise sanitaire. Pourtant, "le recours du gouvernement aux cabinets de conseil a été massif tout au long du mandat d’Emmanuel Macron, et ce bien avant la pandémie". Ainsi, 1 600 missions auraient été réalisées par différents cabinets de conseil, comme McKinsey, Citwell et Accenture.

 

Eliane Assassi, sénatrice de Seine Saint-Denis, rapporteur du rapport de la Commission Cabinets de conseil, met ainsi en cause leur légitimité : "Des pans entiers des politiques publiques sont délégués à des consultants, qui n’ont toutefois aucune légitimité démocratique. Il s’agit d’une intrusion en profondeur du secteur privé dans la sphère publique." La sénatrice déplore un recours aux cabinets de conseil qui est devenu "un réflexe de la part de celles et ceux qui nous gouvernent, et peu importe l’argent qu’on y met."

Mathieu Aron et Caroline Michel-Aguirre, auteurs du livre-enquête Les infiltrés, n’hésitent pas à parler de "putsch progressif" au sein de l’Etat. 

 

Macron s'est dit alors "choqué" de l’optimisation fiscale pratiquée par le cabinet McKinsey, et le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal a appelé l’administration à recourir au conseil "avec parcimonie".

 

Le président candidat a répété son ambition d’une imposition des multinationales dans les pays où elles sont en activité. 

 

"Cela me choque comme tout un chacun", avait de son côté réagi Emmanuel Macron, mercredi soir sur M6, à propos du fait que McKinsey n’aurait pas payé d’impôt sur les sociétés pendant dix ans, selon les révélations du rapport des sénateurs sur le cabinet. Il disait toutefois n’être pas scandalisé à l’idée "que le gouvernement, que les collectivités aient recours à des cabinets d’experts". "Le critère, pour moi, c’est qu’il ne faut pas que cela vienne remplacer des choses que l’on sait faire nous-mêmes et que ce soit fait de manière transparente et contrôlable", a encore dit le président candidat. "Je veux que toute multinationale paie des impôts là où elle travaille", a plaidé Emmanuel Macron.

 

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, de son côté, a reconnu sur Franceinfo hier, "une augmentation de cabinet d’experts auxquels l’Etat a eu recours pendant la crise sanitaire pour accompagner le déploiement de la campagne de vaccination, notamment".  

 

"Un milliard, c’est encore de la parcimonie ?", lui a demandé le journaliste Marc Fauvelle. "Non. Ce que je suis justement en train de dire, c’est qu’il y a eu une situation exceptionnelle pendant la crise sanitaire à un moment où, l’objectif, c’était d’être le plus rapide possible et donc de mobiliser des forces, des experts, des compétences en dehors de l’Etat pour venir accompagner l’effort", a répondu Gabriel Attal. (8)

 

McKinsey ''a coûté l’an dernier (en 2021) 1 milliard d’euros pour des missions bien floues, continuera à se gaver d’argent public, à ne pas payer d’impôts et à se permettre de mentir devant le Sénat !'' a déclaré Marine Le Pen. (9) 

 

Autre couac, l'un des salariés directeurs de McKinsey qui gère la vaccination en France est Victor Fabius, le fils de Laurent Fabius, président du Conseil Constitutionnel qui a validé le "Pass vaccinal", au mépris de nos droits fondamentaux. (10)

 

Le site Liberté politique rapportait le 11 janvier 2021 que "pour superviser leur stratégie de vaccinations anti-Covid,... les gougnafiers qui ont pris en otage le peuple français, viennent de conclure un juteux marché, ... pour le 'cabinet de conseil privé McKinsey', sollicité pour gérer la gestion de la campagne vaccinale en France, pour la modique somme de… deux millions d’euros par mois, prélevés directement sur nos impôts ! (11)

 

Lundi 16 mars dernier, le Sénat a publié un rapport concernant "l'influence croissante des cabinets de conseil sur les politiques publiques"

 

La Dépêche du Midi a livré cinq exemples marquants d'évasion fiscale exposés par les sénateurs dans leurs investigations (12) :

 

Impôts impayés depuis 10 ans

C'est la grosse accusation engendrée par l'enquête du Sénat : le cabinet de conseil McKinsey n'aurait pas payé d'impôts sur ses filiales françaises depuis 10 ans. D'après le rapport, les versements "s'établissent à zéro euro depuis au moins 10 ans".

 

Au total, selon le Sénat, McKinsey affiche un "chiffre d'affaires sur le territoire national de 329 millions d'euros en 2020, dont environ 5% dans le secteur public, et y emploie environ 600 salariés".

 

...Le directeur associé de McKinsey France, Karim Tadjeddine, a démenti toute accusation de fraude fiscale.

 

La mission avortée de la réforme des retraites

Le 21 novembre 2019, la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse commande au cabinet McKinsey une prestation de conseil. Objectif : apporter un éclairage sur la transformation future de la CNAV en vue d'une réforme des retraites menée par le gouvernement. Cette mission se déroule deux mois avant le dépôt d'une proposition de loi en conseil des ministres. Durant cinq mois, McKinsey travaille à définir le programme de transformation et à établir 31 chantiers, pivots de l'impulsion du programme. Résultat : un guide d'une cinquantaine de pages destinés aux responsables du chantier.

 

Cependant, à aucun moment le logo McKinsey n'apparaît sur les livrables. Il est remplacé par celui de l'assurance retraite. La CNAV se dit alors satisfaite de la prestation. Problème : la mission de McKinsey ne donnera pas de suite manifeste puisque le projet de réforme du système universel est abandonné en novembre 2021 par Emmanuel Macron, notamment à cause de la crise sanitaire du coronavirus. Une mission qui a coûté près d'un million d'euros soit plus de 2 700 euros par jour de consultant, sans résultats concrets. En effet, selon ce tweet de Public Sénat :

En 2019, McKinsey a obtenu une prestation pour la Caisse nationale d’assurance vieillesse, d’appui à la préparation à une potentielle réforme des retraites, pour un montant de 920 000 euros. Quel était le rôle de McKinsey ? » demande Eliane Assassi".

2700 euros par jour de consultant McKinsey pour une réforme des retraites avortée alors qu'un haut fonctionnaire de catégorie A + coûte 362 euros par jour à l'Etat. 

 

Un rapport McKinsey publié en avril 2020 intitulé Artificial Intelligence, Critical Industrial applications (L'Intelligence artificielle, applications industrielles critiques) a coûté la modique somme de un million d'euros pour 34 pages. Soit 30 000 euros la page ! Dont "une page de couverture 30 000 euros; une page avec le numéro de la Commission 30 000 euros; la page blanche 30 000 euros; le sommaire 30 000 euros..." (13)

 

Un flop à 500 000 euros sur le métier d'enseignant

Parmi les dépenses discutées par le Sénat, il y a cette étude menée sur le métier d'enseignant pour la DTIP (la direction interministérielle de la transformation publique). Pour un budget de 496 800 euros, McKinsey livre alors une compilation de travaux scientifiques et de graphiques fondés sur des données publiques de l'OCDE (organisation de coopération et de développement économiques). Un résultat qui satisfait la DTIP qui émet tout de même des réserves quant aux "nombreuses itérations pour arriver à répondre aux attendus du ministère de l'Eductaion nationale".

 

Et encore une fois, aucun résultat ne ressort de cet investissement financier de près d'un demi-million d'euros. En cause, l'annulation du colloque de l'UNESCO prévu en mars 2020 à cause de la crise sanitaire mais aussi et surtout la maigre utilisation du rapport trop incomplet. Selon le ministère de l'Education nationale, "il n'est pas possible de déterminer les conséquences directes" de l'étude produite par McKinsey.

 

Leur rapport sur le métier d'enseignant a été facturé 496000 euros pour une note de 200 pages, ça fait 2480 euros la page... (14)

 

4 millions d'euros et 2 ans de retard pour la réforme des APL

La réforme des APL constitue l'un des plus gros budgets alloués au cabinet McKinsey. Un montant de près de 4 millions d'euros qui n'était en fait pas prévu... En effet, la mission de McKinsey ne devait durer que trois semaines mais la réforme, qui devait initialement s'appliquer à partir du 1er janvier 2019, ne s'appliquera finalement que deux ans plus tard.

 

En cause, de nombreux retards provoqués par des difficultés liées à des carences informatiques du système et des problèmes de sécurisation. À trois reprises, le cabinet McKinsey se voit attribuer des sommes allant de 400 000 à 2 millions d'euros.

 

McKinsey, arbitre administratif ?

C'est un point controversé montré par le rapport du Sénat : l'implication et l'influence des cabinets de conseil sur les prises de décisions. McKinsey n'y échappe pas. En 2019, le gouvernement décide de pénaliser les recours excessifs aux CDD en instaurant un "bonus/malus", c’est-à-dire une modulation du taux des cotisations sociales des entreprises. Les principales structures concernées sont la Mutualité sociale agricole (MSA), Pôle emploi et l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS).

 

Alors que la discussion s'avère difficile, McKinsey est appelé aux côtés de la DTIP pour apporter "un regard neutre et indépendant sur les relations parfois complexes des acteurs en présence". Le cabinet organise des réunions, donne son avis mais ne parvient pas à trouver une solution aux problèmes de communications internes. Le bilan est sans appel pour la DTIP qui déplore une "difficulté à mener de la coconstruction avec l'équipe McKinsey et à avancer main dans la main avec le cabinet". Pas de quoi remettre en cause pour autant la juteuse rémunération du cabinet de conseil américain qui empochera 327 060 euros.

 

Derrière l'affaire McKinsey se trouve l’affaire du financement de la campagne d’Emmanuel Macron, comme le révèle site 24HeuresActu :

"la commission d’enquête du Sénat a en effet révélé que l’exécutif avait versé près de 1 milliards d’euros au cabinet américain McKinsey... Mais le rôle d’Emmanuel Macron restait à élucider. C’est désormais chose faite et le scandale devient politico-judiciaire. En recoupant les emails disponibles dans les Macronleaks et les révélations du journaliste d’information Matthieu Aron (auteur de Les infiltrés, Comment les cabinets de conseil ont pris le contrôle de l’État), il apparait que le principal bénéficiaire, chez McKinsey, de ces juteux contrats n’est autre que Karim Tadjeddine, un ami personnel d’Emmanuel Macron, mais surtout un participant important à sa première campagne et aux levées de fonds d’En Marche.

 

Autrement dit, la personne responsable de contracter les marchés avec l’administration française au sein du cabinet McKinsey et présentant des factures très onéreuses puisqu’il s’avère que les dépenses de consulting ont plus que doublé ces cinq dernières années, pour dépasser le milliard d’euros en 2021, aurait appartenu au staff de campagne d’Emmanuel Macron en 2017... (15)

 

Ironie de l’histoire ou cynisme selon les points de vue, il s’avère que c’est le cabinet McKinsey qui a notamment été missionné par l’Élysée sur la question des APL (Aides personnalisées au logement) pour finalement conduire à une baisse de cinq euros de ces dernières… en ayant été rémunéré à hauteur de 4 millions d’euros d’argent public pour cela. (16)

 

L’hebdomadaire Marianne nous apprend d’ailleurs que Karim Tadjeddine est un proche d’Emmanuel Macron, avec lequel il a sympathisé lors de la Commission Attali, durant laquelle ils siégeaient ensemble. Emmanuel Macron a même préfacé en 2016 un ouvrage de Tadjeddine, l’Etat en mode start-up, au titre prémonitoire.

 

Dans une enquête de François Krug, Le Monde relevait dès 2021 : "Commission Attali, rédaction du programme présidentiel, élaboration de la stratégie vaccinale contre le Covid-19… Comment le puissant cabinet de conseil américain accompagne le chef de l’Etat et intervient dans de nombreux dossiers sensibles, et notait qu’en macronie "c’est étonnant comme les gens n’aiment pas parler de McKinsey. On a vite renoncé à dénombrer les messages sans réponse, les refus catégoriques, les excuses embarrassées, les 'bon courage' compatissants. Ceux qui acceptent de l’évoquer exigent en quasi-totalité l’anonymat. Ce n’est pas pour rien que le cabinet américain est surnommé 'la Firme' dans le secteur... Le député PS des Landes, Boris Vallaud n’avait pas manqué de s’interroger lui aussi : "Pourquoi vous a-t-il fallu recourir à McKinsey?" Son collègue  (La France insoumise) du Nord Adrien Quatennens a ironisé : "Ne dispose-t-on pas, au sein de l’appareil d’Etat, d’un Haut-Commissariat au plan ni de logisticiens compétents ?" (17)

 

Tadjeddine et les macronleaks : une cheville ouvrière de la campagne de 2017

 

En fait, on retrouve Tadjeddine dans les Macronleaks, avec son email professionnel, s’occuper de la création d’un site internet banal, qui n’appelle usuellement pas ce type de profil (un directeur associé chez McKinsey gagne en général un salaire de l’ordre du demi-million d’euros…), et donner des coups de mains à droite et à gauche, faisant bénéficier le candidat de son entregent et de son réseau. Si Karim Tadjeddine s’est depuis excusé d’avoir utilisé son email McKinsey, il n’a jamais nié son implication dans la campagne En Marche.

 

Depuis, il s’est trouvé incapable de répondre aux sénateurs de la commission d’enquête sur le réel contenu des étude vendues à l’État, par exemple d’une note facturée 500 00 euros pour "réformer l’éducation"… Une note dont le contenu particulièrement faible laisse un sentiment étrange.

 

Karim Tadjeddinne avait déclaré en janvier devant la Commission d’enquête du Sénat que McKinsey payait ses impôts en France : "Nous payons l'impôt sur les sociétés en France et l'ensemble des salaires sont dans une société de droit français qui paie ses impôts en France." Ce qui s’est avéré faux et a déclenché un signalement au procureur. Côté Sénat : "Ses versements [de l'impôt sur les sociétés] s'établissent à zéro euro depuis au moins 10 ans, alors que son chiffre d'affaires sur le territoire national atteint 329 millions d'euros en 2020, ... et qu'il (le cabinet) y emploie environ 600 salariés", peut-on lire dans le rapport de la commission d'enquête publié le 17 mars. Pour s'en assurer, les sénateurs étaient allés contrôler sur pièces auprès de l'administration fiscale, à Bercy.

 

Interrogé par Les Echos, le cabinet réitère avoir "respecté l'ensemble des règles fiscales et sociales françaises".

 

En cause : le recours à l'optimisation fiscale, qualifié ici d'"exemple caricatural" par les sénateurs. Ils détaillent : les entités françaises de McKinsey - qui sont des "établissements stables" au sens fiscal - versent des "prix de transfert" à la société mère basée au Delaware, pour compenser des dépenses mutualisées au sein du groupe, à savoir les frais d'administration générale, l'usage de la marque, l'assistance interne au sein du réseau, la mise à disposition de personnels, etc.

 

Pour mémoire, les prix de transfert sont des transactions réalisées entre différentes entités d'un groupe, dont certaines sont potentiellement situées dans des juridictions où la fiscalité est faible. Cette mécanique peut donc permettre de réduire la base imposable dans le pays où les impôts sont élevés, là où se trouve en général l'activité, le personnel, etc.

 

"En l'espèce, les prix de transfert que les entités françaises de McKinsey versent à la société américaine sont d'un montant tel qu'ils participent à rendre le résultat fiscal en France nul ou négatif, depuis au moins 10 ans", fustige le rapport de la commission sénatoriale.

 

Comme le rappellent les sénateurs, s'ils ne sont pas en eux-mêmes illégaux, les prix de transfert doivent respecter le principe de pleine concurrence. Cela signifie que le prix pratiqué entre des entreprises dépendantes (en l'espèce, les entités de McKinsey installées en France et la maison mère basée au Delaware) "doit être le même que celui qui aurait été pratiqué sur le marché entre deux entreprises indépendantes". Des prix de transfert surévalués représentent donc une irrégularité fiscale.

 

L'administration fiscale doit donc effectivement vérifier que les schémas respectent les règles. Elle vérifie que "les entreprises implantées sur leur territoire et qui commercent avec d'autres entreprises liées et implantées à l'étranger sont correctement rémunérées pour les opérations réalisées et déclarent la juste part du résultat devant leur revenir eu égard aux activités déployées", est-il écrit dans le bulletin officiel du fisc.

 

Entité au Delaware

Il avait précisé que "le cabinet emploie ses salariés en contrat de travail de droit français, est immatriculé au registre du commerce et des sociétés (RCS) et respecte l'ensemble des règles fiscales et sociales françaises applicables aux sociétés - c'est d'ailleurs un préalable pour répondre aux appels d'offres publics".

 

Le directeur associé avait ajouté que l'entreprise était organisée en "succursale rapportant à l'entité mère basée au Delaware mais l'ensemble de nos activités, dans les secteurs publics et privés, et l'ensemble des contrats de travail sont portés par cette société de droit français".

 

Le cabinet assure aux Echos "respecter l'ensemble des règles fiscales et sociales françaises applicables". Il fait savoir qu'entre 2011 et 2020, McKinsey France a payé de l'ordre de 422 millions d'euros d'impôts et de charges sociales. Il ne parle pas précisément de l'impôt sur les sociétés. (18)

 

Seulement voilà, le doute plane : dans le cas de McKinsey, "les prix de transfert que les entités françaises de McKinsey versent à la société américaine sont d'un montant tel qu'ils participent à rendre le résultat fiscal en France nul ou négatif, depuis au moins 10 ans", selon le rapport de la commission sénatoriale. Si pas de bénéfice, pas d'impôt sur les sociétés.

 

Outre cet enjeu fiscal lié à la firme américaine, le rapport de la commission d'enquête sénatoriale a surtout pointé la forte hausse des dépenses de conseil des ministères, ce qui était précisément l'objet de sa mission. Les dépenses ont atteint près de 900 millions d'euros en 2021, contre moins de 400 millions en 2018. 

 

Étrangement, Bruno Lemaire est monté au créneau pour défendre le cabinet anglo-saxon, utilisant le futur pour dire que "toutes les procédures sont déjà engagées par la direction générale des Finances publiques, McKinsey paiera". Autrement dit : ce n’est pas le cas, McKinsey n'a pas payé l'impôt sur les sociétés en France.

 

Or, pour pouvoir candidater à un appel d’offre public, l’entreprise doit déposer un certificat, remis par les Impôts, assurant qu’ils sont en règle du point de vue fiscal. Cette étape a-t-elle été négligée ? Un tel satisfecit a-t-il été remis de manière mensongère ? Par qui ? En rétribution de quoi ? ou alors McKinsey a-t-il été dispensé de ce formalisme ? Par qui et pourquoi ? Les zones d’ombres sont nombreuses…

 

Comme l’explique Matthieu Aron dans une interview à Marianne, le problème est évidemment politique, et les liens étroits entre la Macronie et McKinsey questionnent.

 

...Vers une saisie du PNF pour trafic d’influence ?

 

Dans l’affaire Woerth, la Justice s’était saisie d’un possible trafic d’influence actif, pour la seule raison que M. Woerth avait fait remettre une Légion d’honneur à quelqu’un lui ayant rendu un service. Nous savons des Macronleaks que M. Tadjeddine a rendu un grand service pour aider et financer la première campagne d’Emmanuel Macron. Le milliard d’euro d’honoraires pour des études particulièrement "maigres" perçu par Tajeddine et McKinsey était-il un remerciement pour service rendu ? M. Tadjeddine a-t-il perçu des bonus à titre personnel sur ces contrats ? Faisait-il partie des grands donateurs d’Emmanuel Macron en 2017 ? (19) 

 

Enfin, il n’y a pas que dans le domaine de la santé que l’exécutif a eu recours aux services de McKinsey. Ahurissant paradoxe, le même cabinet n’ayant pas payé d’impôts en France depuis une décennie est également intervenu auprès du ministère de l'Économie de Bruno Lemaire en 2021 afin d’aider Bercy à identifier les coupes budgétaires de l’État... Des conseils pour réduire les dépenses qui auront tout de même coûté plus de 18 millions d’euros aux contribuables… 

 

Conclusion

 

Les Français payent deux fois le même travail au public et au privé. Cette double facture, véritable double peine, pose la question de la légitimité de services publics détournés de leur finalité qui est le service de la chose publique.

 

Défaillant, incompétent et/ou corrompu, ou les trois à la fois, le gouvernement ne remplit plus son rôle, mais continue d'être rétribué pour un travail qu'il ne fait plus et sous-traite sans contrôle, de manière opaque, à des intérêts privés.

 

Un énième putsch dans l'histoire de la res publica depuis qu'elle est "république".

 

Add. 17h30

Source: Steiner Twitter https://twitter.com/Steiner61421320/status/1507653433544908806?s=20&t=o06McO0ycQz9SMP2A9dTiA

Source: Steiner Twitter https://twitter.com/Steiner61421320/status/1507653433544908806?s=20&t=o06McO0ycQz9SMP2A9dTiA

Source : https://twitter.com/dobsky33/status/1506358270180659204/photo/1

Source : https://twitter.com/dobsky33/status/1506358270180659204/photo/1

_________________

Mise à jour du 30-03-2022.

 

Le Canard Enchaîné révèle que la stratégie vaccinale Française pilotée par Olivier Véran, et par l'état, obéit aux ordres et aux désirs de Maël de Calan (liens financiers avec Pfizer), consultant du cabinet Américain McKinsey. (20)

_________________

Sources

 

(1) https://www.nouvelobs.com/politique/20220325.OBS56202/le-scandale-mckinsey-va-t-il-tourner-a-l-affaire-d-etat.html

(2)  https://www.rtl.fr/actu/politique/mckinsey-accuse-d-optimisation-fiscale-emmanuel-macron-se-dit-choque-7900137284 

(3) https://start.lesechos.fr/societe/economie/affaire-mckinsey-tout-comprendre-sur-la-tempete-fiscale-qui-sabat-sur-le-cabinet-1395150

(4) https://www.tf1info.fr/international/le-cabinet-mckinsey-doit-verser-573-millions-de-dollars-aux-etats-unis-pour-avoir-participe-a-la-crise-meurtriere-des-opiaces-2177453.html

(5) https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-on-vous-resume-la-polemique-autour-de-mckinsey-le-cabinet-qui-conseille-le-gouvernement-sur-la-strategie-vaccinale_4291131.html

(6) https://www.breizh-info.com/2021/12/14/176100/covid-19-une-nouvelle-religion-vaccinale-est-nee-en-occident/

(7) https://linsoumission.fr/2022/03/21/mckinsey-macron-fraude-fisc/

(8) Le Monde, 25 mars 2022 https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/03/25/emmanuel-macron-se-dit-choque-de-l-optimisation-fiscale-pratiquee-par-le-cabinet-mckinsey-gabriel-attal-appelle-l-administration-a-recourir-au-conseil-avec-parcimonie_6119138_823448.html

(9) RN Aude Twitter

(10) Le VRAI scandale des cabinets de conseil, Rodolphe Bacquet, La Lettre Alternatif Bien-être, 26-03-2022

(11) C’est un fils Fabius qui gère la vaccination en France : tous aux abris ! Liberté politique.com, 11 janvier 2021 https://libertepolitique.com/Actualite/Coup-de-projecteur/C-est-un-fils-Fabius-qui-gere-la-vaccination-en-France-tous-aux-abris

(12) Affaire McKinsey : impôts impayés, missions avortées, budgets envolés... 5 exemples marquants révélés par le Sénat, 19 mars 2022 https://www.ladepeche.fr/2022/03/18/affaire-mckinsey-impots-impayes-missions-avortees-budgets-envoles-5-exemples-marquants-reveles-par-le-senat-10178601.php

(13) Virginie Joron Député français au Parlement européen - Twitter

(14) https://www.franceinter.fr/emissions/tanguy-pastureau-maltraite-l-info/tanguy-pastureau-maltraite-l-info-du-mardi-22-mars-2022

(15) https://www.breizh-info.com/2021/12/14/176100/covid-19-une-nouvelle-religion-vaccinale-est-nee-en-occident/

(16) https://www.breizh-info.com/2022/03/23/182141/scandale-mckinsey-macron-presidentielle/

(17) Le Monde, McKinsey, un cabinet dans les pas d’Emmanuel Macron, 5 février 2021, https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/02/05/de-la-creation-d-en-marche-a-la-campagne-de-vaccination-mckinsey-un-cabinet-dans-les-pas-de-macron_6068833_4500055.html

(18) https://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/impots-le-cabinet-de-conseil-mckinsey-au-coeur-dune-nouvelle-polemique-1394337 

(19) https://24heuresactu.com/2022/03/22/derriere-laffaire-mckinsey-laffaire-du-financement-de-la-campagne-demmanuel-macron/

(20) https://planetes360.fr/enorme-le-canard-enchaine-revele-que-la-strategie-vaccinale-francaise-pilotee-par-olivier-veran-et-par-letat-obeit-aux-ordres-et-aux-desirs-de-mael-de-calan-liens-financiers-avec-pfizer-consu/

Partager cet article
Repost0
24 mars 2022 4 24 /03 /mars /2022 08:04

Partager cet article
Repost0
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 13:16

"Le moteur profond de nos institutions, c'est la corruption. Et c'est ce que les gens ne veulent pas comprendre. Et cela ne date pas ni de Macron ni de la création des institutions européennes, c'est le moteur fondamental de nos institutions depuis qu'elles sont fondées (en 1792) sur le parlementarisme (dit) 'représentatif', une banque centrale (1800) et une fausse séparation des pouvoirs.

 

"Parce que cette séparation des pouvoirs est faussée par deux choses. D'une part, le fait que tout le système repose sur la domination de partis politiques qui gagnant aux élections législatives envoient leurs représentants au pouvoir exécutif; donc il n'y a pas de séparation entre l'Exécutif et le législatif; d'autre part, quant au pouvoir judiciaire, qu'il vaudrait mieux appeler pouvoir juridictionnel, c'est pareil, il est représenté au sein du pouvoir exécutif. Donc la séparation des pouvoirs est une imposture. Et elle est d'autant plus une imposture qu'elle omet le principe monétaire; Or le principe monétaire est le moyen d'affirmer une réalité politique. Si ce principe monétaire est dans des mains qui ne sont pas des mains politiques mais des mains d'intérêts privés, on ne peut pas parler de 'séparation des pouvoirs'. Donc en fait, tout notre régime politique est une imposture ! Et, la cerise sur le gâteau est que l'on appelé cela 'république' ! Donc en fait on a des mauvais termes sur une réalité opposée. On a appelé 'république' un régime dont la force publique est la corruption au service d'intérêts privés. Donc la chose publique n'a rien à voir dans nos institutions. Rine, strictement rien.

 

"Donc, d'impostures en impostures on arrive dans une réalité, virtuelle, si vous voulez, que l'on ne peut plus dénoncer parce que l'on n'a plus les armes de discernement qui nous permettraient de dénoncer où est l'imposture.

 

"C'est une imposture tellement générale qu'elle fait que tout notre système est fondé sur la corruption. Et cette corruption est systémique, elle n'est pas accidentelle.

 

"La réalité politique dans laquelle croient vivre les gens n'existe pas. Et la réalité des rapports de force est à l'opposé de ce que les gens croyaient connaître.

 

"Le covid a amplifié (la corruption); il a été un décupleur, un accélérateur de particules si je puis dire de corruption !"

"La France a été du point de vue du contrôle monétaire, un des premiers pays soumis. Parce qu'il y a d'abord eu la création de la Banque d'Angleterre, et ensuite en 1800 la création de la banque centrale française. Toutes les banques centrales ont été créées à l'initiative des banquiers. La Banque centrale de France était sous le contrôle de Napoléon. Et lui, il pensait très malin d'utiliser les armes de l'adversaire (l'Angleterre), en pensant qu'il pourrait avoir le dernier mot sur eux; sauf que aujourd'hui Napoléon est enterré depuis longtemps et la Banque centrale française, elle, est toujours là. Donc en réalité, cela a été un des liens de notre asservissement et un lien très efficace. Parce que cette Banque centrale - peu importe son statut juridique (banque privée ou banque publique) - est toujours restée gérée par les puissances économiques dominantes, qui sont les véritables gouvernement français.

 

"C'est un élément important, tout à fait indiscutable et indispensable à comprendre. Parce qu'à partir du moment où vous concentrez l'émission et la circulation monétaire dans des mains privées, ma monnaie ne peut plus remplir son rôle d'agent public, de service public, de service qui bénéficie au groupe. C'est un service qui devient accaparé par une caste particulière. Et ceux qui détiennent l'argent vont décider de son affectation. C'est comme cela que ces gens-là ont décidé que certains agents économiques bénéficieraient de leurs largesses et que d'autres n'en bénéficieraient pas. C'est comme cela que les multinationales, les gros conglomérats économiques ont été créés, bien évidemment sous l'anonymat qui permet de décorréler le pouvoir de la responsabilité. Et donc dès lors que vous ne pouvez plus attraire personne en responsabilité, les choses deviennent plus faciles pour les accapareurs.

 

"Grosso modo, depuis 1815, la France n'est plus au service d'un pouvoir politique, elle est au service d'un pouvoir économique et financier. Et aujourd'hui, on est au bout de notre effondrement. On a perdu la plupart de notre souveraineté; la souveraineté monétaire depuis longtemps, mais à présent on a perdu notre souveraineté industrielle, énergétique avec l'ignomineuse vente d'Alstom, et quantité d'autres fleurons de l'industrie française passée à l'étranger. Et aujourd'hui, aux dernières nouvelles, on est le pays le plus endetté d'Europe, devant la Grèce. Donc, notre avenir n'est pas rose. Le FMI a déclaré qu'à partir de 2023 il va falloir commencer à penser à resserrer des boulons, c'est-à-dire resserrer la distribution d'argent public; cela veut dire la disparition de tous le services publics qui restent. On est aussi un des pays les plus attaqué par son gouvernement parce qu'un des pays les plus imposés au monde. Et cette étape du Covid a permis d'accélérer la liquidation de ce qui restait de souveraineté économique en France, pour justifier une réévaluation de la monnaie (l'euro) à l'aune de notre passif et de notre actif. Or le passif s'étant considérablement aggravé depuis deux ans, c'est un des moyens pour liquider ce qui reste de France. Et ce qui explique aussi que depuis le Covid politique, nos institutions politiques aient été mises entre parenthèses, par des gens qui n'en avaient rien à en redouter.

 

"On est donc dans une situation intermédiaire, où tout évolue en même temps, le niveau économique, le niveau monétaire, et le niveau institutionnel, pour permettre la bascule dans autre chose. Et cette autre chose sera l'intégration européenne. C'est-à-dire la disparition du pays France." Valérie Bugault

Partager cet article
Repost0
18 mars 2022 5 18 /03 /mars /2022 20:39
Partager cet article
Repost0
17 mars 2022 4 17 /03 /mars /2022 17:57
Macron veut "réinvestir dans un modèle complet d'armée ... à la lumière de la guerre que nous sommes en train de vivre" (sic)
Macron veut "réinvestir dans un modèle complet d'armée ... à la lumière de la guerre que nous sommes en train de vivre" (sic)

Après la guerre à l'intérieur de Macron contre les Français non-vaccinés, la guerre de Macron à l'extérieur, lui permet de dire qu'il veut "réinvestir dans modèle complet d'armée ... à la lumière de la guerre que nous sommes en train de vivre".

https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/en-direct-presidentielle-2022-macron-presente-les-grands-axes-de-son-programme-20220317

https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/en-direct-presidentielle-2022-macron-presente-les-grands-axes-de-son-programme-20220317

Qui ira se battre en Ukraine pour l'OTAN contre la Russie, pour la défense de l'empire américain dans le monde, et pour un président qui nous fait la guerre ?

Partager cet article
Repost0
16 mars 2022 3 16 /03 /mars /2022 17:30

Dans cette video de la chaine Divizionair, l'avocat Fabrice Di Vizio évoque la situation des soignants non vaccinés suspendus avant de donner sa vision de la guerre en Ukraine :

 

A 54:50 : 

 

"Pôle Emploi ne veut pas nous verser nos allocations si l'on ne veut pas reprendre notre travail car pas vaccinés. C'est logique, Pôle emploi ne vous verse des indemnités que si vous êtes licencié et demandeur d'emploi. Or vous n'êtes pas demandeur d'emploi puisque vous êtes 'suspendu'. 

 

"On a créé un monstre juridique. Et ce n'est pas une zone grise, c'est une zone noire de la noirceur du mal. Comment peut-on en arriver là ? Vous vous rendez compte de ce qu'on fait ? Quand on y pense, je ne pensais pas voir cela de mon vivant. Vous vous rendez compte que les ordres d'avocats ne bougent pas ? Où sont les ordres professionnels à réagir ? Où sont les syndicats de magistrats ? Où sont les syndicats hospitaliers ? On est en train de piétiner l'Etat de droit en laissant toute une catégorie de gens sur le carreau en train de crever. Et cela, les défenseurs de l'Ukraine s'en fichent. J'entends tous ces gens qui sont 'Ukraine' après avoir été 'Charlie'.

 

"On est Charlie et on est Ukraine, mais pas soignants suspendus ? Est-ce que vous vous rendez compte de ce que l'on est en train de faire ?

 

"Ma profession devrait être noire comme la robe qu'elle porte; elle devrait avoir honte de ne pas réagir comme elle le fait. Elle devrait avoir honte ma profession de ne pas s'indigner de cette violation caractérisée des droits de toute une catégorie professionnelle.

 

"... Quand on ne va pas bien à la fin de notre vie, qui on appelle quand on est dénudé, quand on est le plus fragile ? On appelle les soignants au secours, on les appelle inlassablement avec la sonnette, on les appelle et ils ne viennent pas assez vite... Ils ne viennent jamais assez vite. Et là, concrètement, il n'y a plus personne; on est tous occupés ! Occupés avec le méchant Poutine, occupés à tout ! Mais on n'a pas honte dans ce pays ? Mais quelle honte ! Quand je vous dis qu'il faut se casser de ce pays ! Quand je vous dis que tous ceux qui ont encore un peu de jugeotte devraient se casser de ce pays !

 

"Ce n'est pas la même chose dans tous les pays d'Europe. Il n'y a qu'en Italie et en France que les soignants sont suspendus."

 

A partir d' 1:31:20 :

 

"Je voudrais lire une chronique que j'ai écrite pour Beur Fm. Je vais vous la lire parce que je crois qu'elle est importante : 

 

'Les jours se suivent et se ressemblent. L'Ukraine est gentille et la Russie est méchante. Et gare à celui qui tenterait de mettre de la nuance ! Il risque la mort médiatique, la mort sociale, la mort même peut-être tout court si l'on en croit les menaces que nos compatriotes russes rapportent.

 

'Le vivre-ensemble, la France black-blanc-beur, le touche pas à mon pote c'était le monde d'avant. Dans le monde d'après il y a la France des vaccinés et les pro-ukrainiens; il y a la France du médiatiquement correct et du politiquement acceptable, il y a la France de la haine des siens et de l'exploitation de la misère des autres. Car l'Ukraine et la misère bien réelle des populations civiles n'est qu'un prétexte pour donner bonne conscience à une caste de bobos en proie à un sentiment étouffé de culpabilité devant leur silence coupable face à la situation des non-vaccinés, et avec elle, les soignants suspendus. Il n'est pas question de le reconnaître; pas question de dire que toute la politique sanitaire depuis deux ans n'était qu'un projet plus ou moins obscur de contrôle des populations. Pas question de reconnaître que nous sommes face au plus grand scandale que la société moderne ait jamais connu, et que le vaccin est en train de causer des dégâts terribles ou terrifiants. Pas question de reconnaître que pour un sandwich ou un coca en terrasse, un navet au cinéma ou une soirée entre potes, la plus grande part de la société a vendu son âme au diable, et que se faire vacciner pour avoir une vie sociale, était la plus grande escroquerie intellectuelle de l'humanité, acceptée avec une déconcertante facilité.

 

'Le déni est ce qui aide nos concitoyens à vivre, à survivre. Car si chacun se rendait compte de ce qu'il a laissé faire et de la société qu'il a contribué à bâtir, probablement qu'il en mourrait sur le champ, terrassé de honte. 

 

'Alors donner deux euros aux ukrainiens, arborer de partout le drapeau de ce pays que personne ne savait placer sur une carte il y a encore un mois, et dont il n'est pas certain que les journalistes arrivent à prononcer de manière correcte le nom du président, regarder BFM à longueur de journée et menacer ces salops de Russes permet de se retrouver seuls face à sa conscience. ... La guerre en Ukraine : enfin un combat qui mobilise les artistes ! Enfin un combat que partout dans les théâtres on peut jouer. A quoi servirait l'art si ce n'était pas à nous donner bonne conscience ? Hier tu étais Charlie, aujourd'hui tu es ukrainien, c'est pour mieux dire qu'en réalité, sans personnalité, tu n'es que tendance, celle d'une minorité bruyante pour qui tout est communication, pour qui tout est opportunité de se montrer et de s'afficher.

 

'Pour ma part, je n'étais pas Charlie. Et je ne suis pas ukrainien. Mais je suis Soignant suspendu, je suis patient non-vacciné discriminé, je suis adolescent traumatisé par deux ans de privation de liberté, je suis en somme sous-citoyen emmerdé. Ce que je suis c'est d'abord d'être un serviteur de la vérité et de la liberté; les deux n'allant jamais l'un sans l'autre.

 

'Aller, j'y retourne, je suis invité au restau et je n'ai pas de Pass vaccinal, mais j'ai un drapeau ukrainien et cela devrait largement suffire ! Et peut-être même que si je crie 'A mort Poutine', on me servira un repas gratuit !'" 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2022 2 15 /03 /mars /2022 21:03
Macron est un châtiment de Dieu. Il sera lui aussi châtié

Source : GloriaTv

 

Macron, vous qui parlez de faute morale à l'égard des non-injectés, c'est sans doute le plus bel hommage que pouvait rendre le vice à la vertu.

Vous qui depuis le début de votre quinquennat détruisez méthodiquement le pays en le dépeçant pour le livrer aux vautours de la haute-finance; vous qui nous dépouillez de notre histoire quand ce n'est pas pour lui faire injure; vous qui nous avez privé de nos plus beaux fleurons industriels, comme Alstom.

 

... Vous qui avez fait bloquer les nombreux traitements efficaces et peu chers comme l'ivermectine ou l'hydroxychloroquine pour nous imposer à marche forcée et en dépit du bon sens cette injection hasardeuse; cette soupe chimique concoctée à la va-vite dans les chaudrons de Big-Pharma avec des effets secondaires potentiellement dévastateurs et qui a déjà causé un nombre de morts inédit dans toute l'histoire vaccinale

 

Lire : 

Le Royaume-Uni a enregistré 5 fois plus de décès en 12 mois dus à la vaccination Covid-19 qu'il n'a enregistré de décès dus à tous les autres vaccins combinés en 21 ans

Dr. Peter McCullough: les vaccins COVID-19 causent beaucoup plus de décès en seulement 10 mois que tout autre vaccin combiné au cours des 30 dernières années

 

Vous qui en pleine pandémie avez consciencieusement continué à détruire l'hôpital public en supprimant des milliers de lits, tout en promettant avec aplomb le contraire, et en virant comme des malpropres des soignants en prenant bien soin de les laisser sans la moindre ressource, histoire de leur faire payer à la hauteur de votre orgueil, votre effronterie et leur insoumission. Ces mêmes soignants que vous avez dans un premier temps fait applaudir tous les soirs de manière bien hypocrite pour mieux servir les intérêts de votre agenda. Avec le cynisme effroyable qui vous caractérise, vous avez désactivé ces malheureux dans la plus parfaite indifférence, comme on appuierait sur la touche DELETE d'un ordinateur pour effacer une variable d'ajustement. Désormais, c'est clair, c'est votre modèle de société pour votre start-up nation, la désactivation ou la soumission, le en marche ou crève; le seul crime de ces soignants réfractaires se résumant à ne pas vouloir se prêter au jeu du cobaye pour Big Pharma en jouant à la roulette russe avec leur santé.

 

Pourtant, en toute logique, quand on ne crée pas délibérément des malades en interdisant formellement aux généralistes de prescrire, quand on ferme des lits d'hôpitaux et que l'on se débarrasse de bon nombre de personnels soignants, on ne peut alors plus décemment se plaindre de la saturation des services de soin et encore moins en reporter la faute sur une victime expiatoire, se défausser de son écrasante responsabilité, avec un bouc émissaire tout trouvé. Mais associer décence et cohérence avec Macron cela relève de l'oxymore. 

 

Votre vision politique évoque celle de l'empereur Néron incendiant Rome au son de sa lyre et faisant en véritable pompier pyromane une grande fournaise et un feu de joie de la cité.

 

... Cela fait sans doute partie de l'incroyable guerre psychologique qui nous est livrée.

 

Lire : Général : "La pandémie de COVID entre exactement dans le champs des CIMIC ou PSYOPS. Nous sommes de fait dans une forme de guerre psychologique qui est menée contre la population civile française

 

Interdiction formelle de manger des chips ou de boire dans un train, interdiction de boire debout dans un bar [mais interdiction de consommer assis dans un cinéma. Ndlr.], interdiction de danser en boîtes de nuit mais possibilité de contacts intimes en clubs échangistes, personnels soignant vaccinés positifs autorisés à travailler mais personnels soignants non-vaccinés et négatifs virés sans ménagement et sans la moindre ressource; faire contrôler des pass vaccinaux par des policiers eux-mêmes non-vaccinés, pass obligatoires pour tous sauf pour notre personnel politique,

 

Lire : Le pass sanitaire ne sera définitivement pas imposé aux députés

 

   

J'en passe et des meilleures. Toute cette folie maquillée en science, plus de doute, nous avons plongé en Absurdistan, dans le royaume d'Ubu, dans un asile psychiatrique à ciel ouvert, dont on aurait confié les clés au plus fou d'entre tous !

 

Lire : "Il est interdit de..." Quelle décision du Conseil sanitaire es-tu ?

 

Macron, votre France, c'est celle de l'injustice sociale, celle du deux poids deux mesures permanent, celle où les forces de répression sanitaires alignent des clochards dans la rue avec des amendes de 135 euros pour des absences de port de masques, tandis que les élites qui sont bien au-dessus de tout cela bénéficient de passe-droits et s'en donnent à cœur-joie, festoient comme des beaux diables dans des restaurants clandestins, dans de bonnes adresses de privilégiés où le virus social n'a plus court.

 

C'est une société de caste, avec d'un côté les grands seigneurs de l'immunité tant physiologique et politique et de l'autre côté les impurs, ces intouchables gueux, ces super-contaminateurs, ces véritables bombes virales ambulantes qui s'ignorent.

 

Non, décidément, il est heureux de ne pas partager les mêmes standards moraux que ceux d'un boucher sanguinaire, d'un éborgneur et d'un arracheur de mains, qui a fait massacrer les Gilets jaunes, tout en faisant mine dans un vulgaire simulacre de démocratie de prêter l'oreille à leurs doléances.

 

Lire : Grand débat national : «Les doléances sont dites dans la rue»

 

Vous avez fracassé leurs légitimes revendications en étouffant dans l'œuf toutes leurs aspirations à une meilleure vie, plus décente et plus digne, à coups de gaz lacrymogène, de matraques et de LBD; en bon démon-crate, l'usage disproportionné et asymétrique de la force est votre seule approche du dialogue social.

 

En réalité, ne rien avoir en commun de votre conception morale, c'est une distinction et un suprême honneur. C'est notre légion d'honneur à nous et elle ne saurait se réduire à une insignifiante breloque bling-bling vermoulue et dispensée aux plus corrompues de votre caste, adressée en forme de crachat et d'affront ultime au front du petit peuple.

 

Tel un enfant immature et capricieux emporté par son délire puéril de toute-puissance et ne supportant pas la moindre contradiction

 

Voilà maintenant que dernière infamie en date, vous vous proposez avec la vulgarité crasse qui vous caractérise d''emmerder jusqu'au bout ces irresponsables non-vaccinés'.

 

Lire : Nous avons malheureusement au sommet de l'État le premier délinquant

 

Jusqu'où ira votre jusqu'auboutisme ? Jusqu'aux camps de redressement sanitaire pour ces irresponsables qui ne seraient, si l'on s'en fie à votre boussole morale déglinguée et défaillante, même plus dignes d'accéder à la citoyenneté, se voyant ainsi traités avec plus de sévérité et moins de largesses qu'un criminel terroriste sanguinaire ou qu'un misérable violeur d'enfant. En tous les cas, voilà un prétexte tout trouvé pour bâillonner ses potentiels opposants politiques lors des prochaines élections en privant fort opportunément ces nouveaux métèques, ces sous-citoyens de leurs droits de vote.

 

Vous faites injure à plus de cinq millions de Français en affirmant qu'ils ne seraient plus dignes de leurs citoyenneté, eux qui ont certainement un amour bien plus profond et légitime pour ce pays, que vous n'en aurez jamais, eux qui comme on dit, ont bien mérité de la France, contrairement à vous qui en méprisez souverainement jusqu'à sa culture et qui n'avez de cesse que de la détruire.

 

Votre responsabilité engagée sera donc pleinement écrasante. Elle n'est pas seulement une faute politique indélébile qui bien avant d'insulter les Français que vous stigmatisez si injustement de la sorte salit à tout jamais la dignité de votre fonction, c'est aussi et avant tout une faute d'humanité et elle est impardonnable. Car comment une infime poignée de non-vaccinés que vous avez largement marginalisés et qui ne peuvent presque plus faute de passe valide mettre les pieds nulle part dans l'espace public pourraient-ils à eux seuls contaminer plus de 50 millions de vaccinés qui, contrairement à eux, ont accès à tout, même en étant positifs et capables de transmettre le virus ?

 

Là où en garant de la cohésion nationale, il vous faudrait en période de crise rassembler et unir, d'une manière parfaitement irresponsable vous ne faites toujours plus que cliver, alimenter les divisions, vous attisez les haines et les tensions, vous fracturez la nation comme jamais auparavant, seulement avec votre venin tel un sournois serpent semant les graines de la discorde et de la zizanie jusqu'au cœur même de nos familles, en s'insinuant jusque dans nos foyer à l'occasion d'un repas de Noël sous haute tension.  

 

Lire : Macron s'explique sur ses propos polémiques sur "emmerder" les non-vaccinés: "Je conserve ma mentalité de paysan (sic), il faut planter en hiver pour récolter au printemps"

 

Après deux ans d'une politique sanitaire, qui aurait dû durer deux semaines d'effort national le temps -je vous cite - aplanir la courbe dont chacun pourra à sa juste mesure estimer son cuisant échec, un seul constat s'impose désormais, vous êtes le virus le plus destructeur qui soit jamais rentré dans nos vies, une véritable plaie, une malédiction, un châtiment divin.

 

Par vos odieuses méthodes de harcèlement et de maître chanteur qui aurait pris en otages nos vies, vous ne valez pas mieux à mes yeux qu'un chef mafieux qui tour à tour terrorise avant de promettre protection à ses victimes tout en extorquant leur consentement afin de mieux les asservir  et les retenir dans son cercle vicieux de chantage sans bornes.

 

Lire : "La dernière fois que Emmanuel Macron a mis les mots protection et guerre dans la même phrase, cela s'est terminé en confinements et en discrimination des personnes non vaccinées ! ... Et on y est encore deux ans après" (Fabrice Divizio)

 

Avons-nous le droit de coopérer à la tyrannie "sanitaire" en recevant un vaccin ?Ainsi de doses en doses, vous soumettez et violez toujours plus nos corps et notre liberté de conscience en faisant peser sur nos têtes l'épée de Damoclès d'une mort sociale sans autre forme de procès.

 

Après avoir privé notre pays de toute forme de souveraineté c'est donc maintenant directement à la souveraineté de nos corps que vous vous attaquez.

 

Vous vous pensez sans doute comme étant l'égal d'un prince, mais vous n'êtes que l'émanation d'un pouvoir harceleur et transgresseur de bas étage qui entend mettre au pas les populations; Vous n'êtes que l'insignifiant jouet de vos sbires qui vous remplaceront et vous sacrifieront par une autre marionnette en temps voulu. Vous vous comportez comme le ferez un minable petit caïd de banlieue qui intimiderait ses habitants en multipliant les menaces, les zones de non droit, les brimades, les rackets et les extorsions, et qui enverrait ses petites milices de quartier pour faire régner l'ordre par la peur, après avoir généré au préalable le chaos. La seule chose qui vous différencie c'est que vous avez les moyens de votre ambition perverse, en disposant comme bon vous semble de la force publique et du monopole d'une violence devenue illégitime. Vous avez fait du consentement dit libre et éclairé, fondement même de la médecine, une obligation de fait, un consentement extorqué par la duperie et la duplicité : en un seul mot, un viol.

 

Pourquoi, dans toutes vos actions vous êtes-vous entouré d'un tel impénétrable secret, secret défense pour des dizaines d'années pour vos prises de décision sur la crise sanitaire et secret sur les contrats signés avec les firmes pharmaceutique dont tant de clauses restent inaccessibles ? La santé mérite pourtant la plus totale transparence, car elle est notre bien le plus précieux à tous. Pourtant vous agissez à l'ombre tel un conspirateur tout en exigeant en retour notre confiance aveugle.

 

Et depuis quand un Etat se mêle-t-il d'orienter totalement la médecine ?

 

Lire : Des scientifiques allemands tirent la sonnette d'alarme: le politiquement correct entrave la recherche

Lire : Le prix Nobel Luc Montagnier affirme qu'il y a déjà 10 000 morts de la vaccination en Europe 

Lire : Après un an de vaccination contrainte, on a 3 des 4 vaccins qui sont désormais déconseillés voire interdits et le 4e qui a été mis en circulation sur la base d'études falsifiées, les effets secondaires sont cachés (surtout Pfizer), les traitements sont interdits, les médecins qui soignent vont en prison ou sont suspendus

 

On sait bien où l'hygiénisme d'Etat et la toute-puissance d'une science instrumentalisée à des fins politiques a pu conduire de par le passé.

 

Ce faisant, vous déshonorez notre pays, en piétinant allègrement toutes ses valeurs fondamentales de liberté, égalité, fraternité qui bien que ne relevant déjà que d'une illusion ne sont désormais, sous votre action délétère, plus qu'un lointain souvenir.

 

Lire : Les libertés et l'égalité : des principes monarchiques millénaires dévoyés ou le bilan effroyable de la République "française"

 

Elles peuvent désormais aisément être remplacées par soumission, ségrégation et délation...

 

Lire : "C'est une erreur de parler de 'théorie du complot' car, sur tous les points importants, on a affaire à une PRATIQUE DU COMPLOT" (Etienne Chouard)

 

Il faudra d'ailleurs songer à faire réécrire tous les frontons des mairies pour les remettre au goût fasciste du jour en cohérence avec les valeurs de ce nouveau régime d'exception illimitée dans le temps et d'état d'urgence permanent. Vous êtes le fossoyeur de cette démocratie en phase terminale.

 

Vous avez réduit notre citoyenneté à des doses d'injections de produits pharmaceutiques à trois mois, c'est dire le degré d'estime que vous portez en réalité à la démocratie et à ses citoyens, ainsi qu'aux fameuses valeurs de la république dont vous vous gargarisez tant sur le papier tout en feignant d'en être le garant.

 

Une chose est sûre. Si vous faites mine de tant vous préoccuper de la santé et de la vie de vos concitoyens, toutes vos prises de décision et vos actions démontrent sans l'ombre d'un doute qu'en réalité vous méprisez la vie humaine au dernier degré et que le moteur de votre action est politique et non sanitaire. Vous parlez comme un ange, mais vous agissez comme un assassin.

 

Enfin. Sachez que si je suis déchue de ma citoyenneté parce que je réprouve au plus profond de mon âme et de mes tripes ces politiques criminelles, c'est parce que je refuse de me soumettre à toute cette folie ambiante, à cette contagion délirante hystérique savamment entretenue et orchestrée par vos médis de propagande aux ordres, ce n'est pas grave. Car après tout, je n'ai plus rien en commun avec ce à quoi vous avez finalement réduit ce beau pays qui jadis faisait encore ma fierté, à savoir une tyrannie hygiéniste à visage sanitaire et profondément inhumaine.

 

Lire : "En 2020 seulement 2% des hospitalisations étaient liées au Covid, 5% en Réa" (ATIH - C-News - LCP) - "La peur a été instrumentalisée"

 

Je me sens déjà totalement étranger à cette nouvelle réalité totalement monstrueuse, cette anomalie de la raison, cette nef des fous en perdition, qui prend l'eau de toute part et dont vous êtes l'un des infernal maître d'orchestre et maître d'œuvre. Vous avez rendu ce pays invivable, irrespirable et suffocant. Mais je n'en doute pas, tôt ou tard, vous aurez rendez-vous avec l'histoire pour rendre compte de tout le mal que vous aurez infligé à tant de familles, de toutes ces victimes collatérales que vous aurez engendrées par vos prises de décisions irresponsables, de toute cette souffrance et de ces drames humains générés. Et si, d'aventure, la justice humaine particulièrement défaillante en ces temps de corruption généralisée ne remplit pas son office, vous aurez à en répondre devant l'Eternel. Car sachez qu'avec votre morale d'ordre supérieur, vous ne l'emporterez certainement pas au paradis. Dieu voit tout et chacun sera jugé selon ses œuvres (Rm 2,6).

 

Au moins dans ce chaos à venir, il me restera encore ma dignité. Une notion qui manifestement vous échappe totalement, et elle n'a pas de prix.

 

Avec mon plus profond mépris signé.

 

Un emmerdeur et fier de l'être."   

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2022 2 08 /03 /mars /2022 10:02

Depuis huit ans, la France n'a jamais cherché à faire respecter les Accords de Minsk par Kiev.

 

Il est sans doute temps de commencer à penser sérieusement à la voie diplomatique, de respecter la parole donnée, et de tenir compte des intérêts de la Russie et des Russes à leurs frontières. 

 

La guerre de Macron contre la Russie déclenche une envolée des prix et se retourne contre nous.

 

Suivre la mise à jour permanente.

https://www.lepoint.fr/monde/les-sanctions-contre-la-russie-plus-genantes-pour-le-voisin-europeen-que-pour-les-etats-unis-26-01-2022-2462071_24.php

https://www.lepoint.fr/monde/les-sanctions-contre-la-russie-plus-genantes-pour-le-voisin-europeen-que-pour-les-etats-unis-26-01-2022-2462071_24.php

"ll est toujours moins confortable d'avoir à punir son voisin qu'un adversaire à l'autre bout du monde, et à ce jeu, l'Europe a davantage à perdre que son allié américain contre la Russie dans le dossier ukrainien."

 

"La marge de manoeuvre n'est pas du tout la même pour l'Europe" par rapport aux Etats-Unis, observe l'avocat spécialisé dans les sanctions économiques Olivier Dorgans, notant le risque de "se sanctionner soi-même" en sanctionnant l'autre dans ce type de conflit.

 

https://www.lepoint.fr/monde/les-sanctions-contre-la-russie-plus-genantes-pour-le-voisin-europeen-que-pour-les-etats-unis-26-01-2022-2462071_24.php

Partager cet article
Repost0
7 mars 2022 1 07 /03 /mars /2022 08:03

Partager cet article
Repost0
5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 19:58

Encore une info démontrant que les "complotistes" avaient raison sur le lien entre maladies cardiovasculaires et "vaccins" Covid à ARNm :

Dans un communiqué, les experts du Comité consultatif mondial de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la sécurité des vaccins expliquent que des cas de myocardite – une inflammation du muscle cardiaque – et de péricardite – une inflammation de la membrane enveloppant le coeur – ont été signalés dans plusieurs pays, en particulier aux États-Unis.

 

Les cas rapportés sont généralement survenus dans les jours qui ont suivi la vaccination, plus fréquemment chez les jeunes hommes et plus souvent après la deuxième dose des vaccins à ARN messager contre la COVID-19, ont-ils indiqué.

 

Après examen des informations disponibles à ce jour, les experts de l'OMS concluent que les données actuelles suggèrent un lien de causalité probable entre la myocardite et les vaccins à ARN messager.

 

Source : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1807959/oms-confirme-lien-problemes-cardiaques-vaccins-arnm

Partager cet article
Repost0
2 mars 2022 3 02 /03 /mars /2022 21:08

Face à la guerre en Ukraine, Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir, au cours d'une allocution, avoir demandé au premier ministre Jean Castex "d'élaborer un plan de résilience économique et social pour répondre aux difficultés" économiques provoquées par le conflit. (1)

 

Traduction : les entreprises françaises qui feront les frais des sanctions occidentales contre la Russie se verront aidées par un nouveau "quoi qu'il en coûte", financé avec les impôts payés par les Français. 

 

La dette va s'envoler. Le premier "quoi qu'il en coûte" aura vu un endettement de la France sur plus d'un demi siècle pour rembourser 400 milliards de dette. (2) (3) Combien nous coûtera le plan de résilience économique et social" pour l'Ukraine ?

http://www.economiematin.fr/pdf.php?q=dette-covid-france-pays-europe-analyse-remboursement

http://www.economiematin.fr/pdf.php?q=dette-covid-france-pays-europe-analyse-remboursement

Add. 03-03-2022Plan de résilience : Jean Castex promet de soutenir les secteurs affectés et le pouvoir d'achat 

 

Invité sur le plateau du journal de 13 heures de TF1 ce jeudi, le premier ministre Jean Castex a exposé les priorités du plan de «résilience» pour l'économie française dans le cadre du conflit ukrainien. Un dispositif annoncé mercredi par le président Emmanuel Macron.

 

Principal objectif des mesures à venir, «protéger nos concitoyens et l'économie française», a promis le premier ministre. Cela passera par un soutien aux entreprises directement touchées par la perte du marché russe et ukrainien. «Nous identifions les secteurs concernés : l'industrie aéronautique, l'agriculture, le transport aérien, l'automobile», a expliqué Jean Castex en assurant que son gouvernement était encore dans une phase «d'évaluation de l'impact des sanctions et d'éventuelles contre-sanctions que pourrait prendre la Russie».

 

Le premier ministre s'est également dit attentif aux questions liées «au pouvoir d'achat, notamment à l'énergie, avec le pétrole à la pompe, le gaz russe dont nous sommes dépendants, l'électricité». (4)

Sources :

 

(1) https://www.lefigaro.fr/conjoncture/emmanuel-macron-annonce-un-plan-de-resilience-economique-et-social-20220302

(2) http://www.economiematin.fr/pdf.php?q=dette-covid-france-pays-europe-analyse-remboursement

(3) http://www.economiematin.fr/news-dette-covid-france-pays-europe-analyse-remboursement

(4) https://www.lefigaro.fr/social/plan-de-resilience-jean-castex-promet-de-soutenir-les-secteurs-affectes-et-le-pouvoir-d-achat-20220303

_____________________

Hôpitaux fermés pour économiser 8 milliards et donner 200 milliards en échange d'aides aux entreprises

La France va lancer un emprunt à 30 ans indexé sur l'inflation

Partager cet article
Repost0
1 mars 2022 2 01 /03 /mars /2022 19:15

Le document de Spiegel compromettant l'Otan a été publié le 18 février, soit six jours avant l'attaque russe sur l'Ukraine

En pleine guerre de l’Ukraine, l’OTAN rattrapé par la vérité : "Une nouvelle découverte de fichiers de 1991 confirme l'accusation russe" (Der Spiegel)

Pendant des décennies, la Russie a affirmé que l'expansion de l'OTAN vers l'Est violait les engagements occidentaux après la chute du mur de Berlin. Maintenant, un document remarquable a fait surface.https://www.spiegel.de/ausland/nato-osterweiterung-aktenfund-stuetzt-russische-version-a-1613d467-bd72-4f02-8e16-2cd6d3285295 )

Depuis plusieurs décennies, les responsables de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ont toujours nié l’existence d’un document écrit qui aurait limité son extension vers l’Est lors de la disparition de l’URSS.

 

Pourtant d’après le très sérieux journal allemand Der Spiegel, un tel document existe bien. Il a été établi en 1991, et signés par les représentants Américains, Anglais, Allemands et Français, au moment du pacte portant sur la réunification des deux Allemagnes.

 

Voici ce qu’écrit le site Planètes 360 le 21 février dernier :

 

« Le magazine allemand confirme, en effet, les accusations de la Russie concernant l’élargissement de l’OTAN vers l’est en violation d’un accord datant d’après la chute du mur de Berlin. Un document écrit, prouvant un accord sur le non-élargissement de l’OTAN vers l’Est, a été trouvé dans les archives britanniques.

 

Der Spiegel évoque une découverte sensationnelle. Un document découvert dans les archives confirme la version du Kremlin selon laquelle l’OTAN ne devait pas s’élargir vers l’Est après avoir obtenu l’accord de Moscou sur l’unification de l’Allemagne. La découverte de ce document écrit tombe alors que le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a soutenu et continue d’affirmer que personne n’a fait de telles promesses à l’Union soviétique. Le document écrit, selon Der Spiegel, a été découvert dans les archives nationales britanniques par le politologue américain Joshua Shifrinson, professeur à l’université de Boston. Auparavant, le document était classé «secret», mais il a ensuite été déclassifié. »

 

Le 24 février, c’est au tour du journal « L’Humanité » de reprendre cette information :

 

« C’est écrit noir sur blanc. Comme le révèle Der Spiegel, un document émanant des Archives nationales britanniques confirme la thèse avancée par Moscou de l’existence d’un engagement de Washington et des puissances occidentales à ne pas étendre l’Alliance atlantique vers l’Est.

 

Ce texte, longtemps classé secret-­défense, a été remonté des profondeurs des Archives par le chercheur états-unien Joshua Shifrinson, professeur à l’université de Boston. Il fait état du procès-verbal d’une réunion des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne, tenue à Bonn le 6 mars 1991. Le thème était « la sécurité en Europe centrale et orientale.

 

Sans la moindre ambiguïté, les participants britanniques, états-uniens, français et allemands couchent sur le papier leur engagement à circonscrire l’Alliance atlantique au territoire de l’Allemagne unifiée, mais pas au-delà. Une telle expansion serait « inacceptable », est-il dit explicitement. »

 

Et ils ne sont pas les seuls à évoquer ce qui pourrait constituer une preuve accablante de la duplicité des Occidentaux envers la Russie. Le site News Front publie également ce texte qui ne laisse guère de doute :

 

« La Russie soutient depuis des décennies que l’expansion de l’OTAN vers l’Est est une violation des promesses occidentales faites immédiatement après la chute du mur de Berlin. Et maintenant un document remarquable émerge.

 

Jusqu’à il y a quelques semaines, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, se comportait avec beaucoup d’assurance. Le Norvégien a répondu avec confiance à la question de « Der Spiegel » si l’OTAN avait promis dans les années 90 de ne pas s’étendre à l’est. Stoltenberg a répondu avec confiance: « Ce n’est tout simplement pas vrai. Une telle promesse n’a jamais été faite, il n’y a jamais eu un tel accord en coulisses. C’est tout simplement faux. » .

 

Vérité ou non?

De la même manière que Stoltenberg, de nombreux politiciens, militaires et journalistes occidentaux voient la situation. C’est une position commune : l’admission en 1999 de la Pologne, de la Hongrie, de la République tchèque, puis d’autres pays d’Europe de l’Est à l’OTAN n’aurait pas contredit les accords avec Moscou après la chute du mur de Berlin en 1989. Cette position générale est compréhensible. Le président russe Poutine, en toute occasion, répète que l’Occident a trompé son pays avec l’élargissement de l’OTAN. Et puisque Poutine prétend cela, alors qui en Occident veut être accusé d’être un assistant de la propagande de Poutine ?

 

Et pourtant : la version de Stoltenberg soulève des questions. Ceci est confirmé par un document des Archives nationales britanniques. Ce document a été mis au jour par le politologue américain Joshua Shifrinzon, et initialement ce document a été classifié. Le document fait référence à la réunion des secrétaires d’État du ministère américain des Affaires étrangères, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne à Bonn le 6 mars 1991.

 

Le thème de la réunion était la sécurité de la Pologne et d’autres pays d’Europe de l’Est. La RDA et la RFA se sont unies cinq mois avant la rencontre. Depuis des mois, les politiciens de Varsovie et de Budapest signalent leur intérêt pour les alliances occidentales d’États. Et le document prouve qu’à ce moment-là, les Britanniques, les Américains, les Allemands et les Français étaient unis : l’adhésion à l’OTAN des pays d’Europe de l’Est était « inacceptable ».

 

La remarque suivante du représentant de l’Allemagne Jurgen Hrobog dans ce document est particulièrement intéressante : « Lors des négociations sur la formule 2 + 4, nous avons été clairs : l’OTAN ne sera pas étendue de l’autre côté de l’Elbe. Par conséquent, nous ne pouvons pas proposer à la Pologne et à d’autres pays d’Europe de l’Est l’adhésion à l’OTAN. Rappelons que les négociations 2 + 4 étaient des négociations entre la RFA et la RDA avec des représentants des quatre puissances qui ont gagné la Seconde Guerre mondiale (Grande-Bretagne, URSS, USA, France).

 

Le moins que l’on puisse dire de cet événement est qu’il pourrait remettre en question un certain nombre de choses concernant l’OTAN. La première est tout bonnement de savoir pourquoi l’effondrement de l’Union Soviétique n’a pas induit sa dissolution ? L’OTAN avait été crée en 1949 pour s’opposer à l’éventuelle expansion vers l’Ouest de l’URSS. Celle-ci ayant disparue, la logique élémentaire devait faire également disparaître l’OTAN. Or, c’est exactement le contraire qui s’est produit. La zone OTAN s’est élargie pratiquement jusqu’aux confins de la Russie et son domaine d’intervention s’est étendu jusqu’au moyen-orient…

 

[...]

 

Il ressort clairement du document que le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Allemagne et la France ont convenu que l’adhésion des pays d’Europe de l’Est à l’OTAN était « catégoriquement inacceptable » .

 

« Nous avons clairement indiqué à l’Union soviétique, dans les pourparlers 2 plus 4, ainsi que dans d’autres négociations, que nous n’avions pas l’intention de bénéficier du retrait des troupes soviétiques d’Europe de l’Est … L’OTAN ne devrait pas non plus s’étendre formellement vers l’est ou de manière informelle» , cite le représentant américain der Spiegel.

 

La Russie s’est opposée à l’expansion de l’OTAN à l’Est, se référant aux promesses correspondantes des pays occidentaux.

 

« Et ils nous disent : Est-ce écrit sur un bout de papier ? Non ? Bon, c’est tout, allez-vous-en, on s’en foutait de vos soucis » , a déclaré le président russe.

 

En réponse, Jens Stoltenberg a ensuite déclaré que l’Alliance de l’Atlantique Nord « n’a jamais promis de ne pas s’étendre » . Dans une interview avec le même Der Spiegel, il a déclaré qu’ « il n’y a jamais eu une telle promesse, il n’y a jamais eu un tel accord en coulisses, c’est juste absurde ». Mais maintenant, Spiegel publie un document qui dit noir sur blanc exactement le contraire. L’OTAN a promis. Et la promesse n’a pas été tenue. Et la façon dont l’Occident exige avec zèle et exigence quelque chose de la Russie vous fait penser : pourquoi tout est-il ainsi ?

 

Ces choses sont beaucoup trop importantes pour qu’elles soient traitées avec un tel mépris. Même s’il ne fait plus guère de doute que l’OTAN a été créé pour devenir à terme le bras armé d’un futur gouvernement mondial dominé par l’Etat profond américain, ceci n’est qu’un projet. Entre-temps, ce sont les peuples qui sont en train de sortir de la léthargie dans laquelle on les a maintenus par une communication lénifiante et orientée, et ces peuples croient encore à l’avenir des nations qu’ils ont mis si longtemps à constituer.

 

Alors, certes, le monde est en train de changer, mais rien ne permet de dire aujourd’hui qui va l’emporter, des mondialistes ou des souverainistes attachés à leurs « Etats-nation ».

 

Source: Breizh Info | Nouveau Monde

 

En pleine guerre de l’Ukraine, l’OTAN rattrapé par la vérité : "Une nouvelle découverte de fichiers de 1991 confirme l'accusation russe" (Der Spiegel)
Partager cet article
Repost0