Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 19:34
Source : https://nice-provence.info/2021/07/18/dr-sucharit-bhakdi-vaccination-vie-en-danger/

Source : https://nice-provence.info/2021/07/18/dr-sucharit-bhakdi-vaccination-vie-en-danger/

Le Dr Sucharit Bhakdi, médecin spécialiste en infectiologie et microbiologiste, a travaillé en tant qu’enseignant-chercheur pendant de nombreuses années, notamment au « Société Max-Planck pour le développement des sciences », avant de prendre sa retraite. Depuis le début de la crise sanitaire, il appelle à l’éthique de la part des médecins et dénonce les mensonges de l’EMA (Agence européenne du médicament) et de la FDA (Federal drug agency).

 

Le Dr Bakhdi a créé l’association « Doctor4CovidEthics », constituée de plusieurs centaines de scientifiques et médecins, qui se battent contre les expérimentations sur les vaccins faites par l’Agence européenne du médicament (EMA). Ils ont alerté sur le risque de thrombose et expliquent pourquoi l’EMA ne peut pas continuer à faire prendre de tels risques aux personnes avec cette vaccination. Il explique que pour des motifs qui dépassent la science, ces risques sont inacceptables.

 

Pourquoi cet infectiologue de réputation mondiale, auteur de plusieurs ouvrages de référence, qui a travaillé en tant qu’enseignant-chercheur à la très prestigieuse « Société Max-Planck pour le développement des sciences », pourquoi est-il censuré ?

 

Poser la question, c’est y répondre.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 17:13

Grande inquiétude de l'Eglise de Slovaquie:

Le pape François a exigé pour sa venue en Slovaquie que ne soient autorisées à participer à son pèlerinage que les personnes vaccinées.. Du coup les fidèles boudent et très peu s'inscrivent à l'événement.. (Twitter)

Le pape a confirmé dimanche 4 juillet qu’il visiterait la Slovaquie du 12 au 15 septembre. ( https://www.la-croix.com/Religion/Le-pape-Francois-rendra-Budapest-Slovaquie-septembre-2021-07-04-1201164702 ) 

Dimanche 18 juillet, les évêques slovaques ont publié une lettre pastorale en amont de la visite du pape en septembre prochain. Ils insistent sur la préparation spirituelle des fidèles pour accueillir le pape.

Seuls les fidèles entièrement vaccinés seront autorisés à assister aux rassemblements publics à cette occasion. (Source : En Slovaquie, les fidèles appelés à se préparer pour la visite du pape François, La Croix, Jeanne Leblay, le 20/07/2021

Source : https://www.la-croix.com/Religion/En-Slovaquie-fideles-appeles-preparer-visite-pape-Francois-2021-07-20-1201167103

Source : https://www.la-croix.com/Religion/En-Slovaquie-fideles-appeles-preparer-visite-pape-Francois-2021-07-20-1201167103

Note du blog Christ Roi. Regardez bien l'image internet de La Croix numérique. Retournée, rien de vous alerte ?

 

Il est gravissime d'en arriver à une église où certains sont autorisés mais pas tous. Cela n'a jamais été le cas dans les Ecritures.

 

Depuis quand le maître de maison refuse-t-il ceux qui veulent assister aux noces de son fils ?

 

(Parabole des noces, Évangile selon Luc, chapitre 14, versets 16 - 24 : Un de ceux qui étaient à table, après avoir entendu ces paroles, dit à Jésus : « Heureux celui qui prendra son repas dans le royaume de Dieu ! » Et Jésus lui répondit : « Un homme donna un grand souper, et il invita beaucoup de gens. À l'heure du souper, il envoya son serviteur dire aux conviés : “Venez, car tout est déjà prêt.” Mais tous unanimement se mirent à s'excuser. Le premier lui dit : “J'ai acheté un champ, et je suis obligé d'aller le voir ; excuse-moi, je te prie.” Un autre dit : “J'ai acheté cinq paires de bœufs, et je vais les essayer ; excuse-moi, je te prie.” Un autre dit : “Je viens de me marier, et c'est pourquoi je ne puis aller.” Le serviteur, de retour, rapporta ces choses à son maître. Alors le maître de la maison irrité dit à son serviteur : “Va promptement dans les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux.” Le serviteur dit : “Maître, ce que tu as ordonné a été fait, et il y a encore de la place. Et le maître dit au serviteur : “Va dans les chemins et le long des haies, et ceux que tu trouveras, contrains-les d'entrer, afin que ma maison soit remplie.” Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon souper.)

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 00:00
Saint Grégoire, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p. 86-87.

Saint Grégoire, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p. 86-87.

Né à Rome, vers 540, Grégoire était le fils d'un sénateur et le neveu d'une sainte, la vierge Tarsille. Il en occupa quelques temps la première magistrature, mais bientôt la cité, qui avait vu cet opulent patricien traverser ses rues en habits de soie, étincelants de pierreries, le vit avec bien plus d'admiration, couvert d'un grossier vêtement, servir les mendiants, mendiant lui-même, dans son palais devenu monastère et hôpital. 

Saint Grégoire le Grand, pape et docteur de l'Eglise († 604)

Grégoire fut l'auteur d'une ample activité monastique, particulièrement en assurant l'extension de la règle de Saint-Benoît († 547) à l'abbaye Saint-André de Rome qu'il fonda (Yvan GOBRY, Dictionnaire des Papes, Pygmalion, Paris 2013, p. 191.)

Grégoire n'avait conservé qu'un seul reste de son ancienne splendeur, une écuelle d'argent dans laquelle sa mère lui envoyait tous les jours de pauvres légumes pour sa nourriture ; encore ne tarda-t-il pas de la donner à un pauvre marchand qui, après avoir tout perdu dans un naufrage, était venu solliciter sa charité si connue. 

Grégoire se livra avec ardeur à la lecture des Livres Saints ; ses veilles, ses mortifications étaient telles, que sa santé y succomba et que sa vie fut compromise.

 

Saint-Gregoire-le-Grand--par-Domenico-Fetti--Palais-des-be.jpg

Saint Grégoire le Grand, par Domenico Fetti, Palais des beaux-arts de Lille.

Passant un jour sur le marché, Grégoire vit de jeunes enfants d'une ravissante beauté que l'on exposait en vente. Apprenant qu'ils étaient d'Angles, c'est-à-dire du pays, encore païen, d'Angleterre : « Dites plutôt des Anges, s'écria-t-il, s'ils n'étaient pas sous l'empire du démon. » Il alla voir le Pape, et obtint d'aller prêcher l'Évangile à ce peuple ; mais les murmures de Rome forcèrent le Pape à le retenir.

 

Le Souverain Pontife Pélage II (579-590) étant venu à mourir, Grégoire dut courber ses épaules sous la charge spirituelle de tout l'univers.

Voici la narration de son accès au pontificat :

"En janvier 590, la peste s'abattit sur Rome. Pélage en mourut le 7 février. Aussitôt le peuple acclama pour pape l'abbé Grégoire, et le clergé l'élut à l'unanimité. Il refusa, prétextant d'abord que son élection n'avait pas été ratifiée par l'empereur Maurice. Tandis que les employés de Rome se rendaient auprès de l'empereur, Grégoire s'employa à secourir les pestiférés. Il adressa lui-même à Maurice une lettre suppliante pour lui demander de ne pas ratifier son élection. L'empereur la déchira. Grégoire, persistant à refuser, s'enfuit. Mais, en prévision de cette fuite, toutes les portes de Rome étaient gardées. Il parvint à se blottir au fond d'un panier d'osier qu'un marchand monta innocemment sur son chariot en quittant à Rome. Les habitants se jetèrent dans les églises pour supplier Dieu de leur rendre leur pape, puis parcoururent la campagne à sa recherche. Enfin, le 2 septembre, un groupe de chercheurs le trouva au fond d'une grotte. Il fut ramené à Rome triomphalement et sacré le lendemain, le 3 septembre 590.

"[...] Au moment de sa consécration, l'Italie se trouvait dans une situation déplorable : la peste et la famine avaient exterminé les populations. Les paysans, pressurés par le fisc et violentés par les Barbares, abandonnaient la terre. Grégoire créa une administration agricole et fiscale capable de secourir les paysans et de les maintenir sur la terre, et, soucieux de ne pas voir se renouveler les abus, institua une inspection de cette administration." (Yvan GOBRY, Dictionnaire des Papes, Pygmalion, Paris 2013, pp. 187, 190-191.)

À l'occasion de cette épidémie de peste à Rome, le saint Pontife s'illustra par sa foi comme le rapporte Grégoire de Tours (538-594), contemporain de ces événements et qui en fut le chroniqueur. Dans un sermon mémorable prononcé dans l'église de Santa Sabina, il invita le peuple romain à suivre — contrit et pénitent — l'exemple des habitants de Ninive :

 

"Puis le Pape exhorta [tout le peuple] à lever les yeux vers Dieu, Qui permet de si terribles châtiments dans le but de corriger Ses enfants. Pour apaiser le courroux divin, le Pape ordonna une « litanie en sept Chœurs », c'est-à-dire une procession de toute la population romaine, divisée en sept cortèges, selon le sexe, l'âge et la condition. La procession se déplaça depuis les différentes églises romaines en direction de la basilique Saint-Pierre au Vatican, chantant des litanies en chemin. C'est l'origine de ce que l'on appelle aujourd'hui les grandes Litanies de l'Église, ou Rogations, que nous prions pour que Dieu nous protège contre les adversités. Les sept cortèges traversèrent les bâtiments de la Rome antique, pieds nus, à pas lent, la tête couverte de cendres. Tandis que la multitude traversait la ville, dans un silence sépulcral, la peste atteignit un tel point de fureur qu'en l'espace d'une heure, quatre-vingts personnes tombèrent mortes au sol. Cependant, Grégoire ne cessa pas une seconde d'exhorter le peuple à continuer de prier et insista pour que l'image de la Vierge peinte par saint Luc et conservée à Santa Maria Maggiore soit portée en tête de procession. (Gregorio di Tours, Historiae Francorum, liber X, 1, in Opera omnia, a cura di J.P. Migne, Parigi 1849 p. 528)"

(Source: LifeSiteNews / Le forum catholique )

 

L'un des faits remarquables de son pontificat, c'est l'évangélisation de ce peuple anglo-saxon dont il eût voulu lui-même être l'apôtre.

 

Grégoire le Grand décida d'envoyer de Rome (en Grande-Bretagne) des moines sous la direction d'Augustin, qui deviendra premier évêque de Cantorbéry.

 

"Ayant fait escale en juin dans l'île de Lérins, au monastère de Saint-Honorat, ils furent terrifiés par la mise en garde de leurs confrères : l'île de Bretagne était occupée par des Barbares féroces qui s'empresseraient de les occire dès leur débarquement. Les compagnons d'Augustin refusèrent d'aller plus loin. Le prieur retourna à Rome pour rendre compte de la situation au pape, qui se fit sévère : un moine était voué à l'obéissance; Augustin et ses quarante compagnons n'avaient plus qu'à obéir, c'est-à-dire à poursuivre leur route vers les rivages de la Bretagne. [...] [L]es missionnaires décidèrent de passer par la Gaule. Ils remontèrent la vallée du Rhône et durent évidemment rendre visite à la terrible reine Brunhilde (Brunehaut), régente des deux royaumes d'Austrasie et de Bourgogne. Augustin lui remit une lettre de recommandation signée du pape Grégoire. Ce fut efficace : elle leur donna pour compagnons des interprètes, qui parlaient latin, germanique et anglo-saxon. Embarqués à Boulogne, les voyageurs accostèrent l'Angleterre sur l'île de Thanet, à l'embouchure de la Tamise, là où le Jute Hengist avait constitué le premier royaume barbare de Bretagne, le Kent (sud-est de l'Angleterre). Le roi, arrière-petit-fils du fondateur, en était Éthelbert. Il avait épousé Berthe, fille de Charibert, roi de Paris, et nièce de Brunhilde. Le contact fut donc facilité. Il donna à ses frères la liberté de prêcher le christianisme. Un certain nombre d'eorls (nobles) se convertirent. Bientôt Éthelbert († 616) les imita : il fut baptisé durant la nuit de la Pentecôte, 5 juin 597. [...] Augustin [...] devenait archevêque de Cantorbéry. Le pape créa ensuite les évêchés de Londres et de Rochester. En 604, Séberct, roi d'Essex, demana à son tour le baptême. Ce serait le tour, après la mort de Grégoire, d'Edwin, roi de Northumbrie, avec la fondation de l'évêché d'York." (Yvan GOBRY, Dictionnaire des Papes, Pygmalion, Paris 2013, pp. 189-190.)

 

Les moines fondirent des écoles où les Saxons apprirent l'écriture. (Yvan GOBRY, Dictionnaire des Papes, Pygmalion, Paris 2013, p. 190.)

 

La conversion des Anglo-saxons fut l'une des grandes entreprises de Grégoire le Grand. L'Angleterre, l'Irlande deviendront des foyers d'où les missionnaires partiront christianiser l'Europe du Nord. Willibrord (+ 739) et Boniface (+ 754) évangélisent la Frise et l'Allemagne après avoir été sacrés évêques à Rome." (Yves BRULEY, Histoire du Catholicisme, Que Sais-je ?, 4e édition, Paris 2018, p. 35-36.)

 

Le roi Éthelbert († 616) sous l'influence d'Augustin de Cantorbéry, fera rédiger et adopter par l'assemblée de la noblesse saxonne le nouveau code administratif pénal intitulé les Jugements d'Éthelbert, qui opéreront la synthèse entre le droit barbare et le droit romain. Il fut entendu en outre que les moines romains fonderaient des écoles où les Saxons apprendraient l'écriture, le catéchisme et la liturgie romaine. (Yvan GOBRY, Dictionnaire des Papes, Pygmalion, Paris 2013, p. 190.)

 

Grégoire s'est également rendu célèbre par la réforme de la liturgie et le perfectionnement du chant ecclésiastique. C'est à lui que l'on doit le nom de chants grégoriens. (Wikipedia) "Il rassembla dans son Antiphonaire le chant sacré en honneur à Rome, en l'ordonnant, en l'ornant, et en y ajoutant des mélodies remarquables par leur élan et leur élégance; il veilla à la publication, à l'application, à l'extension et à la transmission de cette liturgie." (Yvan GOBRY, Dictionnaire des Papes, Pygmalion, Paris 2013, p. 192.)

 

Il prêchait souvent au peuple de Rome, et lorsque la maladie lui ôtait cette consolation, il composait des sermons et des homélies qui comptent parmi les chefs-d'œuvre de ce grand docteur. Son pontificat fut l'un des plus féconds dont s'honore l'Église.

 

"Grégoire en signe d'humilité, authentifie ses lettres d'une formule qui deviendra rituelle : Servus servorum Dei, le pape est [...] le serviteur des serviteurs de Dieu." (Thomas TANASE, Histoire de la papauté d'Occident, Gallimard, Folio Inédit Histoire 2019, p. 93-94.)

 

Il combat la simonie. "L'argent est le moteur de la simonie, mais Grégoire le Grand, dans son Homelia quarta in Evangelio, faisait aussi entrer en ligne de compte (pour les condamner comme simonie) d'autres procédés comme les services rendus, la flatterie ou toute autre considération humaine. Il considérait la simonie comme une hérésie, tout comme à sa suite Isidore de Séville (Etymologiae, VIII,5) et les réformateurs grégoriens." L'expression simonie étant tirée des Actes des Apôtres 8, 18-24, où Simon le magicien essaya d'acheter à Pierre et à Jean leur pouvoir de conférer l'Esprit Saint par l'imposition des mains. (Dictionnaire du Moyen-Âge, sous la direction de Claude GAUVARD, Alain de LIBERA, Michel ZINK, Quadrige Puf, Paris 2002, p. 1335.)

 

"Le pape Grégoire s'habitue également à remplacer le latin Gallia par l'expression de gens Francorum, peuple des Francs, voire même, dans au moins un cas, par un néologisme venu de l'autre côté des Alpes : 'Francia'." (Thomas TANASE, Histoire de la papauté d'Occident, Gallimard, Folio Inédit Histoire 2019, p. 99.)

 

Grégoire mourut le 12 mars 604.

 

On le représente écoutant une colombe qui lui parle à l'oreille. Il est regardé comme le patron des chantres.

 

Depuis le concile Vatican II, l'Église le célèbre le 3 septembre (auparavant le 12 mars).

 

"Il est compté parmi les Docteurs de l'Église, titre que celle-ci décerne parcimonieusement aux théologiens qui ont d'une part énoncé d'une façon importante les vérités de la foi et d'autre part mérité la canonisation.  [...] Le traité le plus considérable de ce Docteur est les Morales sur Job (Moralia in Job) en trente-cinq livres, titre quelque peu étroit pour désigner un ensemble de commentaires qui ne ressortissent pas seulement à la morale,  mais au dogme et à la spiritualité. Ces textes composés de 579 à 585, c'est-à-dire durant les années où l'auteur fut apocrisiaire, puis abbé, sont en fait une série de conférences monastiques. [...] Grégoire a aussi rédigé d'abondants commentaires de l'Écriture, [...] vingt-deux Homélies sur le prophète Ézéchiel, soixante Homélies sur les Évangiles, recueil de prédications sur les Évangiles dimanches et fêtes. Enfin, une Exposition sur le Cantiques des cantiques" (Yvan GOBRY, Dictionnaire des Papes, Pygmalion, Paris 2013, p. 192.)

 

Sources : (1) ; (2) ; (3) Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p. 86 ; Yvan GOBRY, Dictionnaire des Papes, Pygmalion, Paris 2013, p. 190

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 17:43
Source : www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-21/science-can-t-keep-up-with-virus-creating-worry-for-vaccinated

Source : www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-21/science-can-t-keep-up-with-virus-creating-worry-for-vaccinated

Bloomberg, 21 août 2021, 11:00 UTC+2 Mis à jour le 22 août 2021, 16:31 UTC+2

 

Traduction Christroi

Les anecdotes nous disent ce que les données ne peuvent pas faire : les personnes vaccinées semblent contracter le coronavirus à un taux étonnamment élevé. Mais la fréquence exacte n’est pas claire, et il n’est pas clair non plus comment elles propagent le virus à d'autres.

 

Bien qu'il soit courant de dire que la vaccination offre toujours une protection puissante contre le virus, on craint de plus en plus que les personnes vaccinées soient plus vulnérables aux cas graves qu'on ne le pensait auparavant.

 

Il y a une pénurie d'études scientifiques avec des réponses concrètes, laissant les décideurs publics et les dirigeants d'entreprise formuler des plans basés sur des informations fragmentées. Alors que certains renouvellent les mandats de masques ou retardent la réouverture des bureaux, d'autres invoquent le manque de clarté pour justifier le maintien de cap. Tout cela peut ressembler à un gâchis.

 

"Nous devons être humbles sur ce que nous savons et ce que nous ne savons pas", a déclaré Tom Frieden, ancien directeur des Centers for Disease Control and Prevention et chef de l'association à but non lucratif Resolve to Save Lives. "Il y a certaines choses que nous pouvons dire avec certitude. La première est qu'il s'agit d'une question difficile à traiter.

 

En l'absence de messages de santé publique clairs, les personnes vaccinées ne savent pas comment se protéger. À quel point ils sont vulnérables est une variable clé non seulement pour les responsables de la santé publique qui tentent de déterminer, par exemple, quand des injections de rappel pourraient être nécessaires, mais également pour éclairer les décisions sur l'opportunité d'annuler les réouvertures au milieu d'une nouvelle vague de virus. À plus petite échelle, les inconnues ont laissé les mélomanes incertains s'il était acceptable d'assister à un concert et ont provoqué une nouvelle série de discussions parmi les parents qui se demandent à quoi ressemblera l'école.

 

En l'absence de messages clairs en matière de santé publique, les personnes vaccinées ne savent plus comment se protéger. Leur degré de vulnérabilité est une variable clé, non seulement pour les responsables de la santé publique qui tentent de déterminer, par exemple, quand des injections de rappel pourraient être nécessaires, mais aussi pour déterminer s'il faut annuler les réouvertures suite à une nouvelle vague du virus.

 

[...]

 

Des recherches menées en Israël semblent soutenir l'idée que la protection contre les maladies graves diminue dans les mois qui suivent l'inoculation, et plus récemment, que des cas exceptionnels peuvent éventuellement conduire à une augmentation des hospitalisations. L'information est préliminaire et les apparitions de cas graves sont encore rares, mais cela renforce l'idée selon laquelle certaines personnes auront besoin de rappels dans les prochains mois.

 

Des études de cas et données de certains États des États-Unis ont également montré une augmentation des cas exceptionnels au fil du temps. Mais comme la variante delta est également en augmentation, il est difficile de dire si la baisse de l'immunité contre tout type d'infection à coronavirus est à blâmer ou si les vaccins sont particulièrement inefficaces contre la variante delta. Ce pourrait être les deux, bien sûr. Le changement de comportement chez les personnes vaccinées pourrait également être un facteur, alors qu'elles retournent dans des rassemblements sociaux et voyagent et dînent en intérieur.

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 00:05

Groupe de 191 martyrs mis à mort pendant la Révolution. Ils furent emprisonnés sous l'Assemblée législative, pour avoir refusé le serment constitutionnel condamné par le Saint-Siège. Le 2 et 3 septembre, ils furent massacrés par la populace, de connivence avec l'Assemblée. Les membres éminents du groupe furent : Jean-Marie du Lau, archevêque d'Arles, François de Rochefoucauld, évêque de Beauvais, Louis, frère de ce dernier et évêque de Saintes, Augustin Ambroise Chevreux, dernier abbé général de la congrégation bénédictine de Saint-Maur, et Charles de la Calmette, comte de Valfons. Cent vingt des victimes furent tuées dans le jardin des carmes, rue de Vaugirard à Paris. Ils furent béatifiés par Pie XI en 1926. Les Saints du jour

voir DEA 144 - Les bienheureux martyrs de septembre 1792

Les Bienheureux Martyrs de Septembre, victimes de la Révolution française (en 1792)

Suite à l'"insurrection non-spontanée" mais préparée par les "quarante-huit sections" des Jacobins (Cf.
Gérard MAINTENANT, Les Jacobins, Presses Universitaires de France, Paris 1984, p. 52-58), insurrection qui entraîna la chute de la monarchie le 10 août 1792, et la proclamation de la "république" un mois plus tard (le 20 septembre 1792), la fièvre monte à Paris. De nombreux suspects sont arrêtés : laïcs, prêtes séculiers, religieux, souvent réputés 'réfractaires', même si ce n'est pas le cas de tous. Environ 350 ecclésiastiques sont ainsi incarcérés, dont plus de la moitié étrangers à la capitale.

Entre le 2 et le 5 septembre, des bandes armées d'hommes et de femmes envahissent les prisons parisiennes pour se livrer à l'exécution collective des détenus au couvent des Carmes, à l'abbaye de Saint-Germain, au séminaire Saint-Firmin, aux prisons de la Force, rue Saint-Antoine.

Le couvent des Carmes, avec son très vaste enclos, est le premier et le plus symbolique théâtre des tueries. Au témoignage de l'abbé Saurin, jésuite rescapé, le contraste est saisissant entre la sérénité qui règne au-dedans, parmi les ecclésiastiques prisonniers, groupés autour de trois évêques, et, au dehors, le hurlement de la foule, les canonnades, les roulements de tambour, et finalement, le 2, vers quatre heures du soir, le tocsin de Saint-Sulpice qui donne le signal aux émeutiers. La tuerie qui a commencé dans le jardin s'achève, après un simulacre de jugement, au pied du petit escalier faisant communiquer la chapelle, où les prisonniers ont d'abord reflué et se sont mutuellement donné l'absolution, et le jardin. "Je n'ai entendu se plaindre aucun de ceux que j'ai vu massacrés" écrira l'abbé de la Pannonie, blessé et rescapé de la tragédie des Carmes.

 

La question du rôle précis joué par les Jacobins dans la journée du 10 août sans laquelle les événements de septembre n'eurent pas été possibles, a été examinée par l'historien Géard Maintenant, qui indique dans son ouvrage Les Jacobins, qu'"il semble bien établi que les Jacobins se rallièrent, dès le 29 juillet, aux thèses de Robespierre qui proposa la "destitution" du roi. [...] Mais une insurrection ne s'improvisant pas, les Jacobins participèrent à la création du "Directoire secret" insurrectionnel. [...] Le club pratiqua, fin juillet, une double action : l'une, légaliste, au grand jour, faite de motions de pétitions, de résolutions s'inscrivant dans le cadre des institutions; l'autre, secrète, annonçant la stratégie babouviste de prise du pouvoir. Choudieu, député jacobin à l'Assemblée législative et futur conventionnel montagnard, dans ses Mémoires, [...] donna [...] une vision assez juste de la préparation du 10 Août, en mettant en évidence le mouvement sectionnaire. 'Mais où donc fut préparé le 10 août me demandera-t-on ? Ce fut dans les quarante-huit sections, non pas secrètement, mais au su de tout le monde et de la cour elle-même. Parmi les représentants, Bazire, Chabot et Merlin (de Thionville) ont levé les premiers l'étendard de la révolte... Des assemblée secrètes se tenaient dans le faubourd Saint-Antoine, et les trois députés... s'y rendaient toutes les nuits. Mais malgré toute leur audace, ils n'auraient pas réussi s'ils n'eussent été secondés par les assemblées des différentes sections de Paris qui poussaient aussi au mouvement. Celle de Mauconseil se déclara la première en insurrection...' Agissant au sein même de leur section respective, les Jacobins contribuèrent, d'une façon décisive, à la mise en pratique d'un stratégie insurrectionnelle. Buchez et Roux écrivent: 'Les Jacobins sont les provocateurs du 10 Août; les agents principaux de cette insurrection sont sortis de son sein.'" (Gérard MAINTENANT, Les Jacobins, Presses Universitaires de France, Paris 1984, p. 52-58.)



Parmi les 3 000 victimes, laïcs compris, de septembre 1792, 191 personnes mortes pour leur foi ont été béatifiées par Pie XI le 17 octobre 1926. 86 prêtres étaient membres du clergé parisien. Les quatre laïcs et de nombreux religieux béatifiés appartenaient aussi à l'Église de Paris. Parmi ces martyrs, le frère Salomon Leclercq, Premier saint de la Révolution française, a été canonisé par François le 16 octobre 2016.


Église Saint-Joseph-des-Carmes

70 rue de Vaugirard, 6e arr.


 

On peut vénérer ces béatifiés dans la crypte ossuaire érigée au XIXe siècle sous la chapelle.

L'" escalier du martyre " marqué d'une plaque Hic ceciderunt (" Ici ils tombèrent ") est aujourd'hui inclus dans le jardin du séminaire universitaire de l'Institut catholique.



________________

Frère Salomon Leclercq, martyr de la Révolution française

Les martyrs des Pontons de Rochefort (1794-1795)

Bienheureuses Charlotte et ses compagnes, carmélites de Compiègne, martyres (1794)

République Française = premier régime génocidaire de l'histoire

La franc-maçonnerie éprouve le besoin de justifier son bilan

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 00:00
Sainte Ingrid de Skänninge († 1282)
Princesse suédoise, religieuse dominicaine ( 1282), Sainte Ingrid de Skänninge était, par sa mère, petite fille du roi Knut de Suède.
 
Devenue veuve, Ingrid fit un pèlerinage aux Lieux Saints. Au retour, passant par Rome, elle obtint du pape l'autorisation de fonder un couvent de religieuses cloîtrées dans son pays, qui furent des tertiaires dominicaines (moniales de l’Ordre des Prêcheurs). Elle donna tous ses biens pour la gloire de Dieu.

 

Son frère Jean Elovson, chevalier teutonique, l'aida de son argent et le couvent fut inauguré à Skänninge en Suède en 1281. Sainte Ingrid mourut un an après, à Skänninge en Suède, l'an 1282.

 

 

Sources: 1, 2

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 17:00

Les commentaires en avril 2020 du professeur Luc Montagnier présentant un coronavirus créé en laboratoire heurtèrent tant l'establishment que les médias tentèrent avec une agressivité non dissimulée de discréditer sa déclaration. Maintenant, les médias font marche arrière sur l'origine du coronavirus après que d'éminents scientifiques ont appelé à un examen plus approfondi.

https://thenewamerican.com/french-nobel-prize-winner-warns-vaccines-facilitate-development-of-deadlier-covid-variants-urges-the-public-to-reject-jabs/

https://thenewamerican.com/french-nobel-prize-winner-warns-vaccines-facilitate-development-of-deadlier-covid-variants-urges-the-public-to-reject-jabs/

Source : uncut news

 

Luc Montagnier, virologue français et lauréat du prix Nobel de médecine 2008 pour sa découverte du virus de l'immunodéficience humaine (VIH), a récemment souligné les dangers des vaccins COVID-19. Montagnier a abordé le sujet dans un entretien avec Pierre Barnérias de „Hold-Up Media“ au début du mois, qui a été traduit du français vers l'anglais en exclusif pour la Fondation RAIR USA .

 

Les vaccins n'arrêtent pas le virus, fait valoir l'éminent virologue, mais font le contraire - ils "nourrissent le virus" et facilitent son développement en variants plus forts et plus transmissibles. Ces nouveaux variants viraux sont plus résistants à la vaccination et peuvent avoir des effets plus importants sur la santé que leurs versions "originales".

 

Dans l'entretien, le professeur Montagnier a qualifié le programme de vaccination contre le coronavirus d'"erreur inacceptable". La vaccination de masse est une "erreur scientifique et médicale", a-t-il déclaré. "Les livres d'histoire le montreront, car c'est la vaccination qui crée les variants." Montagnier a expliqué qu'"il existe des anticorps produits par le vaccin" qui forcent le virus à "trouver une autre solution" ou à mourir. C'est ainsi que les variants sont créés. Ce sont les variants qui "sont une production et un résultat de la vaccination".

 

Montagnier explique que la mutation et le renforcement du virus passe par le phénomène dit de la 'facilitation de l'infection par des anticorps' (ADE) [Antibody Dependent Enhancement, ndlr. Traducteur]. L'ADE est un mécanisme qui augmente la capacité d'un virus à pénétrer dans les cellules et à aggraver la maladie. L'ADE se produit lorsque les anticorps formés au cours d'une réponse immunitaire reconnaissent et se fixent sur un agent pathogène mais sont incapables de prévenir l'infection. Au lieu de cela, ces anticorps agissent comme un "cheval de Troie", permettant à l'agent pathogène d'envahir les cellules et d'aggraver la réponse immunitaire.

 

En Amérique , les vaccins systématiquement recommandés ne provoquent pas d'ADE. S'ils le faisaient, ils seraient retirés de la circulation. Les essais cliniques de phase III de nouveaux vaccins sont conçus pour identifier les effets secondaires courants ou graves avant que l'utilisation du vaccin ne soit approuvée. Il faut généralement 2 à 4 ans pour déterminer si un vaccin est sûr, mais pour les vaccins COVID-19, il a fallu environ six mois ou moins aux fabricants pour les tester.

 

Selon l'Université de Cambridge, l'ADE se produit dans les infections par les virus SARS-CoV-1, MERS, VIH, Zika et dengue, ainsi que dans les vaccinations.

 

Les données du monde entier confirment que l'ADE se produit dans le SRAS-CoV-2, qui cause le COVID-19, explique Montagnier. "Vous le voyez dans tous les pays, c'est la même chose : la courbe de vaccination est suivie par la courbe de décès. J'observe cela de très près et fais des expériences à l'institut avec des patients qui ont le corona après la vaccination".

 

Dans le documentaire médical "Hold Up : Retour sur un Chaos", qui est sorti en France le 11 novembre 2020, Montagnier a rejeté le vaccin alors à venir contre la COVID et a déclaré qu'il ne se ferait pas vacciné. "Ma conscience me dit de ne pas le faire", a-t-il déclaré. Montagnier s'est également tourné vers ses confrères français et leur a demandé de "défendre leurs titres [médicaux] de médecins et non de moutons".

 

Le film discute des origines du virus, critique les exigences en matière de masques nocifs et irrationnels, ainsi que des verrouillages, les quarantaines et les abus de l'ingérence de l'État, et examine les traitements COVID efficaces tels que l'hydroxychloroquine. La vidéo a été interdite sur YouTube, peut-être parce que les créateurs insinuent que le Forum économique mondial utilise la pandémie pour dominer le monde dans le cadre d'un plan mondial connu sous le nom de "Grande réinitialisation".

 

Montagnier était un critique virulent de la campagne de vaccination de masse. Dans une lettre adressée au président et aux juges de la Cour suprême d'Israël, qui a lancé la campagne de vaccination la plus rapide et la plus massive au monde, Montagnier a demandé leur suspension :

 

"Je voudrais résumer les dangers potentiels de ces vaccins dans le cadre d'une politique de vaccination de masse.

 

1. Effets secondaires à court terme : Ce ne sont pas les réactions locales normales qui surviennent avec n'importe quelle vaccination, mais plutôt des réactions graves qui affectent la vie du receveur, telles que : B. un choc anaphylactique en rapport avec un composant du mélange vaccinal ou des allergies sévères ou une réaction auto-immune pouvant aller jusqu'à l'aplasie cellulaire.

 

2. Absence de protection vaccinale :

 

2.1 l'induction d'anticorps facilitants - les anticorps induits ne neutralisent pas une infection virale, mais la facilitent au contraire, selon le receveur. Ce dernier peut avoir déjà été exposé au virus de manière asymptomatique. Une petite quantité d'anticorps produits naturellement peut entrer en compétition avec les anticorps induits par le vaccin.

 

2.2 La production d'anticorps induits par le vaccin dans une population fortement exposée conduit à la sélection de variants résistants à ces anticorps. Ces variants peuvent être plus virulents ou plus transmissibles. C'est ce que nous vivons actuellement. Une course sans fin entre le virus et le vaccin qui se terminera toujours en faveur du virus.

 

3. Les effets à long terme : Contrairement à ce que prétendent les fabricants de vaccins à ARN messager, il existe un risque que l'ARN viral s'intègre dans le génome humain. Chacune de nos cellules possède des rétrovirus endogènes capables de convertir l'ARN en ADN (transcriptase inverse). Même s'il s'agit d'un événement rare, son passage dans l'ADN des cellules germinales et sa transmission aux générations futures ne sont pas à exclure.

 

"Face à un avenir imprévisible, mieux vaut s'abstenir".

 

Au début de l'année dernière, Montagnier a démontré de manière convaincante que le SRAS-CoV2 ne peut être qu'un coronavirus génétiquement modifié et que la stratégie de vaccination doit donc être basée sur ce fait.

 

Comme le rapporte le journal français "France Soir", Montagnier a souligné dans son entretien télévisé du 17 avril 2020 la présence d'au moins une demi-douzaine de mini-séquences du virus VIH, qui sont résumées dans une courte section du génome du SARS CoV2. Cette observation a été faite par le mathématicien Jean-Claude Perez en février 2020 publiée sous le titre "Origine synthétique du Covid-19 et Evolution". Les chercheurs pensent que ces mini-séquences pourraient être des éléments d'information exogènes (AIE), c'est-à-dire qu'ils peuvent avoir une signification génétique. Ils affirment que cette présence indubitable d'AIE concentrés associés au VIH, mais aussi au parasite Yoeli Plasmodium, l'agent causal du paludisme, ne serait pas naturelle et nécessiterait donc une stratégie appropriée pour développer un vaccin sûr et efficace. Montagnier et Perez expliquent les défis scientifiques et les complexités du développement de vaccins contre le VIH et le paludisme, pour lesquels il n'existe pas encore de vaccins pour lutter contre l'infection.

 

Montagnier soutient que le coronavirus s'est échappé suite à un "accident industriel" alors que des scientifiques chinois tentaient de développer un vaccin contre le VIH dans le laboratoire de la ville de Wuhan.

 

Dès avril 2020 , Montagnier exhortait les gens à rejeter les vaccins contre la COVID-19 dès qu'ils devaient être disponibles, car "au lieu de prévenir l'infection, ils accéléreraient l'infection". Aujourd'hui, les variants émergents du SARS-CoV-2 qui infectent les personnes vaccinées prouvent sa thèse. Si tel est le cas, la vaccination de masse pourrait déclencher une autre vague de pandémies encore plus meurtrière.

 

Le virologue belge Vanden Bossche défend la même thèse, et il appelle également à l'arrêt des vaccinations de masse. Il pense que si les vaccinations ne sont pas arrêtées, elles pourraient conduire au développement de variants toujours plus puissants du virus jusqu'à ce qu'un "super virus" l'emporte et élimine un grand nombre de personnes.

 

SOURCE: THE NEW AMERICAN, LE LAURÉAT DU PRIX NOBEL AVERTIT QUE LES VACCINS FACILITENT LE DÉVELOPPEMENT DE VARIANTS COVID PLUS MEURTRIERS, ET EXHORTE LE PUBLIC À REJETER LES INJECTIONS

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 13:41

Dans une étude publiée le 20 août, le Dr Robert O. Young, révèle la composition des dits "vaccins" CoV-19, qui "ne sont pas des vaccins" mais des "médicaments nanotechnologiques qui fonctionnent comme une thérapie génétique", médicaments "brevetés" dont "le contenu réel est gardé secret".

Présence d'oxyde de graphène dans tous les vaccins ("un agent pathogène acide toxique qui est contenu dans tous les "vaccins" CoV - 2 - 19) et d'"agrégats d'acides nucléiques génétiquement modifiés d'ARNm de cellules animales et de cellules fœtales humaines avortées".

Présence  dans le "vaccin" Pfizer d'"un parasite de 50 microns dont plusieurs variants sont mortels et qui est l'une des nombreuses causes du syndrome d'immunodéficience acquise ou SIDA" :

https://www.drrobertyoung.com/post/transmission-electron-microscopy-reveals-graphene-oxide-in-cov-19-vaccines

https://www.drrobertyoung.com/post/transmission-electron-microscopy-reveals-graphene-oxide-in-cov-19-vaccines

Traduction Christroi

 

La microscopie à contraste de phase, la microscopie électronique à transmission et à balayage et la spectroscopie à rayons X à dispersion d'énergie révèlent les ingrédients des vaccins CoV-19 !

 

Résumé

 

Actuellement, quatre grandes sociétés pharmaceutiques fabriquent un vaccin SARS-CoV-2 désormais appelé vaccin SARS-CoV-19. Ces produit et leur vaccin sont Pfizer - BionTech ARNm vaccin , l' ARNm-1273-vaccin Moderna Lonza , le Serum Institute d' Oxford Astrazeneca vaccin et le Janssen Covid -19 vaccin , fabriqué par Janssen Biotech Inc., Janssen Pharmaceutical Company de Johnson & Johnson, un adénovirus recombinant de type 26 incompétent pour la réplication exprimant la protéine de pointe SARS-CoV-2. L'objectif visé de ces vaccins est de fournir une immunité contre le nouveau coronavirus infectieux ou virus SARS-CoV - 2 maintenant appelé SARS-CoV - 19. Ces quatre sociétés pharmaceutiques n'ont pas fourni de divulgation complète à la FDA sur leur boîte de vaccin, encart fiche d'information ou étiquette sur les nombreux ingrédients majeurs et/ou mineurs contenus dans ces soi-disant vaccins. Le but de cet article de recherche est d'identifier les ingrédients majeurs et mineurs spécifiques contenus dans le vaccin Pfizer, le vaccin Moderna, le vaccin Astrazeneca et le vaccin Janssen en utilisant divers tests scientifiques anatomiques, physiologiques et fonctionnels pour chaque vaccin SARS-COV-2-19. En tant que droit de l'homme, régi par le droit mondial par le Code de Nuremberg de 1947, les informations sur les ingrédients spécifiques au vaccin sont essentielles, requises et nécessaires à connaître afin que tout être humain de n'importe quel pays du monde puisse prendre une décision éclairée s'il consent ou non à l'inoculation du SAR-CoV-2-19. Nous avons effectué les tests scientifiques sur chaque vaccin et avons identifié plusieurs ingrédients ou adjuvants qui n'ont pas été divulgués qui sont contenus dans ces quatre vaccins SARS-CoV-2 -19. Actuellement, ces vaccins sont administrés à des millions d'humains dans le monde en vertu d'une autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) délivrée par chaque pays sans divulgation complète de tous les ingrédients et dans certains cas mandatés par les gouvernements ou les employeurs en violation des droits humains individuels en vertu de la loi de Nuremberg, Code de 1947.

 

Méthodologie et Techniques

 

Quatre "Vaccins" ont été analysés qui sont Pfizer-BionTech, Moderna- Lonza ARNm-1273 vaccin ,Vaxzevria par Astrazeneca, Janssen par Johnson & Johnson, utilisant différentes instrumentations et protocoles de préparation selon de nouvelles approches technologiques nano particulaires. Les différentes instruments comprennent la microscopie optique, la microscopie à champ clair, la microscopie à contraste pHase, la microscopie à champ sombre, la spectroscopie d'absorbance UV et de fluorescence, la microscopie électronique à balayage, la microscopie électronique à transmission, la spectroscopie à dispersion d'énergie, le diffractomètre à rayons X, les instruments de résonance magnétique nucléaire ont été utilisés pour vérifier les morphologies et les contenus des "vaccins". Pour les mesures de haute technologie et le soin de l'investigation, tous les contrôles ont été activés et des mesures de référence adoptées afin d'obtenir des résultats validés.

 

Contraste de phase sanguine en direct et microscopie à champ sombre

 

Des images des fractions aqueuses des vaccins ont ensuite été obtenues pour évaluer visuellement la présence éventuelle de particules de carbone ou de graphène.

 

Les observations en microscopie optique ont révélé une abondance d'objets laminaires 2D transparents qui présentent une grande similitude avec les images de la littérature (Xu et al, 2019), et avec les images obtenues à partir de la norme rGO (SIGMA) (Figures 1, 2 et 3).

 

Des images de grandes feuilles transparentes de taille et de formes variables ont été obtenues, montrant ondulées et plates, irrégulières. De plus petites feuilles de formes polygonales, également similaires aux flocons décrits dans la littérature (Xu et al, 2019) peuvent être révélées avec la microscopie pHase Contrast et Dark-Field (Figure 3).

 

Tous ces objets laminaires étaient répandus dans la fraction aqueuse du sang (Figure 1) ou de l'échantillon vaccinal (Figures 2 et 3) et aucun composant décrit par le brevet déposé ne peut être associé à ces feuilles.

 

Dans la figure 1, vous pouvez voir à quoi ressemble une bombe à fragmentation d'oxyde de graphène réduit (rGO) dans le sang humain vivant non coloré après une inoculation de CoV-19 provoquant une coagulation sanguine pathologique ![1][2][55][56][57]

 

Quels sont les ingrédients non divulgués contenus dans les vaccins CoV - 19 soi-disant Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen ?

 

Pour répondre à cette question, une fraction aqueuse des vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen a été prélevée dans chaque vile, puis examinée séparément sous microscopie à contraste pHase à un grossissement de 100x, 600x jusqu'à 1500x montrant des preuves anatomiques de particules réduites d'oxyde de graphène (rGO) qui ont été par rapport aux micrographies de rGO de Choucair et al, 2009 pour l'identification et la vérification .[3]

 

Étapes de l'analyse des fractions aqueuses du vaccin

 

Les échantillons réfrigérés ont été traités dans des conditions stériles, en utilisant une chambre à flux laminaire et du matériel de laboratoire stérilisé.

 

Les étapes des analyses étaient les suivantes :

 

1. Dilution dans du sérum physiologique stérile à 0,9% (0,45 ml + 1,2 ml)

 

2. Fractionnement de polarité : 1,2 ml d'hexane + 120 ul d'échantillon RD1

 

3. Extraction de pHase aqueuse hydrophile

 

4. Absorbance UV et balayage par spectroscopie de fluorescence

 

5. Extraction et quantification de l'ARN dans l'échantillon

 

6. Microscopie électronique et optique de la pHase aqueuse

 

Ingrédients non divulgués du "vaccin" de Pfizer

 

Les micrographies des figures 2 et 3 ont été obtenues en utilisant la microscopie optique 100X, 600X et 1500X pHase Contrast, Dark Field et Bright Field.[3]

 

Sur la gauche de chaque micrographie, vous verrez des micrographies obtenues à partir de la fraction aqueuse du vaccin Pfizer contenant rGO.

 

Sur la droite de chaque micrographie, vous verrez une correspondance provenant de sources connues contenant rGO pour la validation anatomique .

 

Les observations en microscopie à contraste pHase, à champ sombre, à champ clair, à transmission et à balayage du produit vaccinal par Pfizer, y compris les produits vaccinaux de Moderna, Astrazeneca et Janssen, ont révélé certaines entités qui peuvent être des bandes de graphène, comme le montre la figure ci-dessous. 3.

 

Pour une identification définitive du graphène par MET, il est nécessaire de compléter l'observation avec la caractérisation structurelle en obtenant un échantillon standard de diffraction électronique caractéristique (comme la figure 'b' ci-dessous).[4]

 

L'échantillon standard correspondant au graphite ou au graphène présente une symétrie hexagonale, et comporte généralement plusieurs hexagones concentriques.

 

À l'aide de la microscopie électronique à transmission (MET), nous avons observé une matrice ou un maillage complexe de feuilles rGO flexibles translucides pliées avec un mélange d'agglomérations multicouches plus sombres et de monocouches dépliées de couleur plus claire, comme le montre la figure 5. [3][4]

 

Les zones linéaires plus sombres de la figure 5 semblent être un chevauchement local de feuilles et un arrangement local de feuilles individuelles en parallèle au faisceau d'électrons.[5]

 

Après le maillage, une forte densité de formes claires arrondies et elliptiques non identifiées apparaît, correspondant peut-être à des trous générés par le forçage mécanique du maillage rGO pendant le traitement comme le montre la figure 6 .[4][5]

 

La réponse immunitaire aux micro et nano particules organiques et inorganiques alimentaires, métaboliques, environnementales et inoculées

 

Le cristal de sang orange vif ci-dessous est de l'acide urique solidifié provenant de l'ingestion d'un régime riche en protéines à partir de chair animale, de sang et de fluides interstitiels. Vous remarquerez que plusieurs neutrophiles tentent de nettoyer et d'éliminer cette masse toxique. Ceci est le principal rôle des globules blancs pour gérer et maintenir le délicat équilibre du pH des fluides corporels.

 

En regardant la vidéo ci-dessus, vous voyez deux neutrophiles (les neutrophiles représentent les 2/3 du nombre total de globules blancs) nageant dans le plasma sanguin. Le neutrophile de gauche se déplace vers le bas pour capter une transformation biologique d'une levure de forme Y, comme Candida albicans. Dans environ une minute, vous verrez ce neutrophile expulser cette levure de forme Y hautement toxique dans le plasma sanguin.

 

C'est la fonction principale des neutrophiles pour ramasser les micro et nano particules organiques et non organiques, telles que l'acide lactique, l'acide urique, les bactéries, les levures, les moisissures et même l'oxyde de graphène, comme le montre la micrographie ci-dessous intitulée GO vers la droite et un neutrophile marqué NET à gauche.

 

Encore une fois, les neutrophiles sont des globules blancs qui tentent d'isoler, puis de prélever et d'éliminer l'oxyde de graphène, un agent pathogène acide toxique qui est contenu dans tous les vaccins CoV - 2 - 19, comme le montre la micrographie Dark Field ci-dessous !

 

La spectroscopie à rayons X à dispersion d'énergie révèle la rGO dans le vaccin Pfizer[5][6][7]

 

La fraction liquide du vaccin Pfizer a ensuite été analysée pour le contenu chimique et élémentaire à l'aide de la spectroscopie à rayons X à dispersion d'énergie ( EDS ), comme le montre la figure 6 . Le spectre EDS a montré la présence de Carbone, d'Oxygène vérifiant les éléments rGO et de Sodium et Chlorure puisque l'échantillon montré dans les Figures 2, 3, 5 et 6 ont été dilués dans une solution saline.

 

La quantification de l'ARNm dans le vaccin Pfizer

 

La quantification de l'ARN dans l'échantillon Pfizer a été réalisée avec des protocoles classiques (Fisher).

 

Selon le logiciel spécifique de vérification de l'étalonnage du spectrophotomètre NanoDropTM 2000 (Thermofisher), le spectre d'absorption UV de la fraction aqueuse totale était corrélé à 747 ng/ul de substances absorbantes inconnues.

 

Cependant, après extraction de l'ARN avec un kit commercial (Thermofisher), la quantification avec une sonde de fluorescence Qbit spécifique à l'ARN (Thermofisher) a montré que seulement 6 t ug/ul pouvaient être liés à la présence d'ARN. Le spectre était compatible avec le pic de rGO à 270 nm.

 

Selon les images microscopiques présentées ici, la majeure partie de cette absorbance pourrait être due à des feuilles de type graphène, abondantes dans la suspension de fluides dans l'échantillon.

 

Les conclusions sont en outre étayées par une fluorescence élevée de l'échantillon avec un maximum à 340 nm, conformément aux valeurs maximales de rGO. Il faut rappeler que l'ARN ne montre pas de fluorescence spontanée sous exposition aux UV.

 

Test de fluorescence ultra violet de la fraction aqueuse de Pfizer pour l'oxyde de graphène réduit (rGO)[6]

 

Les spectres d'absorption ultraviolette et de fluorescence ont été obtenus avec le spectrophotomètre à lecteur multimode d'imagerie cellulaire Cytation 5 (BioteK). Le spectre d'absorbance UV a confirmé un pic maximum à 270 nm, compatible avec la présence de particules rGO.

 

Un maximum de fluorescence UV à 340 nm suggère également la présence de quantités importantes de rGO dans l'échantillon (Bano et al, 2019).

 

Les figures 11 et 12 ci-dessous montrent une micrographie de différentes micro et nano particules qui ont été identifiées dans les Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen, appelées "vaccins" et analysées au microscope électronique à balayage environnemental (MEB) couplé à un x- microsonde à rayons d'un système de dispersion d'énergie (EDS) qui révèle la taille des articles, la distribution de la composition et la nature chimique des micro et nano particules observées.[6][7][8]

 

Les figures 13 et 14 ci-dessous montrent une micrographie de différentes micro et nano particules qui ont été identifiées dans les Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen, appelées "vaccins" et analysées au microscope électronique à balayage environnemental (MEB) couplé à un x- microsonde à rayons d'un système de dispersion d'énergie (EDS) qui révèle la taille des articles, la distribution de la composition et la nature chimique des micro et nano particules observées.

 

Y a-t-il des parasites dans les "vaccins" de Pfizer ?

 

Un corps allongé de 50 microns, comme le montre la figure 13, est une présence mystérieuse et nette dans le vaccin Pfizer. Il apparaît et est identifié anatomiquement comme un parasite Trypanosoma cruzi dont plusieurs variantes sont mortelles et est l'une des nombreuses causes du syndrome d'immunodéficience acquise ou SIDA. [Atlas of Human Parasitology, 4e édition, Lawrence Ash et Thomas Orithel, pages 174 à 178 ][9]

 

La figure 14 identifie une composition de nanoparticules comprenant du carbone, de l'oxygène, du chrome, du soufre, de l'aluminium, du chlorure et de l'azote également présentes dans les "vaccins" CoV-19.

 

Les figures 15 et 16 ci-dessous montrent une micrographie de différentes micro et nano particules qui ont été identifiées et analysées au microscope électronique à balayage environnemental (MEB) couplé à une microsonde à rayons X d'un système de dispersion d'énergie (EDS) qui révèle la nature chimique de les micro et nano particules observées et leur morphologie.

 

La particule blanche de 2 microns de long est composée de bismuth, de carbone, d'oxygène, d'aluminium, de sodium, de cuivre et d'azote.

 

Les figures 17 et 18 montrent l'identification de particules de carbone organique, d'oxygène et d'azote avec un agrégat de nanoparticules incorporées comprenant du bismuth, du titane, du vanadium, du fer, du cuivre, du silicium et de l'aluminium qui ont tous été trouvés dans le "vaccin" Pfizer.

 

Ingrédients non divulgués du "vaccin" d'Astrazeneca

 

Les figures 19 et 20 montrent un agrégat artificiel de fer, de chrome et de nickel, également connu sous le nom d'acier inoxydable de micro et nano particules incorporées et identifiées dans le "vaccin" d'Astrazeneca, visualisé au microscope électronique à transmission (MET) et quantifié avec une microsonde à rayons X de un système de dispersion d'énergie qui révèle la nature chimique des micro et nano particules observées et leur morphologie.

 

L'instrument XRF (fluorescence aux rayons X) utilisé pour évaluer les adjuvants dans le "vaccin" Astrazeneca , a identifié les molécules suivantes d'histidine, de saccharose, de polyéthylène glycol (PEG) et d'alcool éthylique, également contenues dans les "vaccins" Pfizer et Moderna. Les résultats de ce test sont illustrés à la figure 20.[10]

 

L'injection de PEG et d'alcool éthylène sont tous deux connus comme étant cancérigènes et génotoxiques.[10] Le PEG était le seul adjuvant déclaré sur la fiche technique listant les ingrédients du "vaccin" Astrazeneca mais contenu dans les "vaccins" Pfizer et Moderna .

 

Ingrédients non divulgués du "vaccin" de Janssen

 

Les figures 22 et 23 montrent un agrégat organique-inorganique identifié dans le "vaccin" Janssen. Les particules sont composées d'acier inoxydable et sont collées avec une "colle à base de carbone" d'oxyde de graphène réduit.[11] Cet agrégat est hautement magnétique et peut déclencher une coagulation sanguine pathologique et la création de "l'effet Corona" ou "l'effet de la protéine de pointe" à partir de la dégénérescence de la membrane cellulaire due aux interactions avec d'autres dipôles.[11] Vous pouvez visualiser ces réactions biologiques ou transformations cellulaires dans le sang vivant sous pHase Contrast et Dark Field Microscopy dans les figures 24, 25 et 26. [1][12]

 

L'effet Corona et l'effet de la protéine

 

L'"effet Corona" et la "protéine de pointe" créés de manière endogène SONT causés par un empoisonnement chimique et radiologique dû à une réduction de l'oxyde de graphène et au rayonnement micro-ondes ![12]

 

Les figures 24 et 25 ci-dessus montrent 'L'EFFET CORONA' sur les globules rouges avec la Figure 26 montrant 'L'EFFET DES PROTÉINES À POINTES' à la fois causé par l'acidose décompensée des fluides interstitiels et vasculaires d'un mode de vie acide et plus précisément, l'exposition à l'électro pulsant toxique -champs magnétiques à 2,4 GHz ou plus, empoisonnement chimique par la nourriture et l'eau ingérées, pollution de l'air acide toxique, traînées chimiques et pour couronner le tout, une inoculation CoV - 19 chargée de particules chimiques nana ! Veuillez vérifier vos sentiments et vos fausses croyances à la porte avant de vous faire du mal prématurément ![12]

 

Les ingrédients non divulgués du "vaccin" de Moderna

 

Les figures 26 et 27 ont identifié une entité mixte de matière organique et inorganique contenue dans le "vaccin" Moderna.

La microscopie électronique à transmission (TMS) et quantifiée avec une microsonde à rayons X d'un système de dispersion d'énergie (EDS) a révélé la nature chimique des micro et nano particules observées.

 

Le soi-disant "vaccin" Moderna est un substrat d'oxyde de graphène réduit à base de carbone dans lequel certaines nanoparticules sont intégrées. Les nanoparticules sont composées de carbone, d'azote, d'oxygène, d'aluminium, de cuivre, de fer et de chlore.[13]

 

Les figures 27 et 28 montrent une analyse qui a également été réalisée en microscopie électronique à transmission (MET) et quantifiée avec une microsonde à rayons X d'un système de dispersion d'énergie (EDS) et a révélé la nature chimique des micro et nano particules observées. De nombreux corps étrangers ont été identifiés avec une morphologie sphérique avec quelques cavités en forme de bulle.

 

La figure 29 montre qu'ils sont composés de carbone, d'azote, d'oxygène, de silicium, de plomb, de cadmium et de sélénium. Cette composition nanoparticulaire hautement toxique est constituée de points quantiques de séléniure de cadmium qui sont cytotoxiques et génotoxiques.[14][15]

 

Les figures 30 et 31 une analyse plus approfondie du soi-disant "vaccin" Moderna a montré un symplaste de 100 microns de composite nanoparticulaire d'oxyde de graphène réduit. Le rGO est composé de carbone et d'oxygène avec une contamination de nanoparticules d'azote, de silicium, de phosphore et de chlore.[16]

 

Les figures 32 et 33 montrent des entités d'oxyde de graphène réduites à base de carbone dans le "vaccin" Moderna mélangées à des agrégats remplis de nanoparticules de silicate d'aluminium.[17]

 

Discussion

 

La pandémie de SRAS-CoVid-2-19 a incité les industries pharmaceutiques à développer de nouveaux médicaments qu'elles ont appelés vaccins.

 

Le mécanisme d'action de ces nouveaux médicaments, tel que déclaré par l'industrie pharmaceutique, associé à ce qui est rapporté dans la fiche technique des produits vaccinaux, n'est PAS clair pour que les savants médicaux actuels comprennent que ces nouveaux médicaments produits par Pfizer--BioNTech mRNA Vaccine, le Moderna -Lonza ARNm-1273 vaccin , le Serum Institute d' Oxford Astrazeneca vaccin et le Janssen Covid -19 vaccin , fabriqué par Janssen Biotech Inc., Janssen Pharmaceutical Company de Johnson & Johnson NE sont PAS des vaccins, mais des médicaments nanotechnologiques qui fonctionnent comme une thérapie génétique.

 

Le nom "vaccin" est susceptible d'être un escamotage (ruse) utilisé pour des raisons bureaucratiques et technocratiques afin de recevoir une approbation d'urgence, ignorant toutes les règles normales nécessaires pour les nouveaux médicaments, en particulier pour ceux impliquant de nouveaux mécanismes nanotechnologiques qui n'ont jamais été développés ni vécu par les humains n'importe où, à n'importe quel moment dans l'histoire du monde.

 

Tous ces soi-disant "vaccins" sont brevetés et donc leur contenu réel est gardé secret, même pour les acheteurs, qui, bien sûr, utilisent l'argent des contribuables. Ainsi, les consommateurs (contribuables) n'ont aucune information sur ce qu'ils reçoivent dans leur corps par inoculation. L'humanité est tenue dans l'ignorance en ce qui concerne les processus technologiques nanoparticulaires impliqués concernant les effets négatifs sur les cellules du corps, mais surtout sur l'effet possible de nano-bio-interaction magnétotoxique, cytotoxique et génotoxique sur le sang et les cellules du corps.

 

Cette étude de recherche actuelle via une analyse directe sur les soi-disant "vaccins" susmentionnés au moyen d'une instrumentation technologique à nanoparticules révèle des informations troublantes et bouleversantes concernant la vérité sur le contenu acide toxique réel des soi-disant vaccins.

 

Les médicaments Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen ne sont PAS des "vaccins" mais des agrégats nanoparticulaires d'oxyde de graphène complexés de divers nanoéléments attachés à des acides nucléiques génétiquement modifiés d'ARNm de cellules animales ou vero et de cellules fœtales humaines avortées, comme vu et décrit ci-dessus. Une fois de plus, les ingrédients de ces soi-disant vaccins sont hautement magnétotoxiques, cytotoxiques et génotoxiques pour les membranes cellulaires des plantes, des insectes, des oiseaux, des animaux et des humains et leur génétique qui a déjà entraîné de graves blessures (estimées à plus de 500 millions) et/ou d'éventuels décès (estimés à plus de 35 millions).[17][18] à [55]

 

Les soi-disant "experts" ou "savants médicaux" VOUS disent que les vaccins CoV -2 - 19 sont le SEUL moyen d'arrêter la propagation du CoV-19... même lorsqu'il n'y a AUCUNE PREUVE de son existence et AUCUNE PREUVE qu'il se répand comme déterminé par la méthode scientifique de Koch ou les postulats de Rivers ![54]

 

Qu'ils soient surs - malgré les preuves documentées -, c'est le contraire...[54]

 

Qu'ils soient efficaces - même si des millions de personnes "à double piqûre" tombent malades, s'exposent théoriquement à un VIRUS NON EXISTANT appelé CoV - 19, et meurent… [55] NON PAS d'une infection virale fantôme mais de la PEUR ou de fausses preuves semblant réelles et du contenu acide toxique de l'oxyde de graphène réduit délivré via l'ARNm génétiquement modifié à des cibles spécifiques du corps humain, entraînant une coagulation sanguine pathologique, une privation d'oxygène, une hypercapnie, une hypoxie, puis la mort par suffocation.[56][57 ][58]

 

VOUS DEVEZ recevoir AU MOINS deux injections ou PLUS de "rappels" pour vivre "une vie normale"...

 

Et bientôt, ils VOUS diront que VOUS n'avez pas d'autre choix que de vous conformer à TOUS leurs mandats même si le CDC et d'autres gouvernements, universités et instituts médicaux ont admis par écrit qu'ils n'ont AUCUN "standard or" d'isolement du CoV - 2 maintenant appelé virus CoV - 19 ![55]

 

Il n'y a PAS DE CORONA VIRUS et il n'y en a JAMAIS eu ![56]

 

Souvenez-vous ...

 

NE LAISSEZ PERSONNE VOUS SUPPRIMER VOTRE LIBRE SANTÉ !

 

C'est VOTRE Corps, VOTRE Vie et VOTRE Choix !

 

La connaissance est le pouvoir. Et c'est la clé pour comprendre pourquoi les vaccins expérimentaux CoV -19 sont si dangereux – malgré le récit officiel des médias d'entreprise qui suppriment et censurent quiconque ose s'exprimer.

 

Vous êtes maître de votre santé. Ne soyez pas victime des gouvernements mondiaux et des bureaucrates qui poussent tout le monde à se faire vacciner. Le "philanthrope" milliardaire Bill Gates et les activistes milliardaires Big Tech pensent savoir ce qui est le mieux pour vous et votre famille.

 

Vous devez être libre de décider ce qui vous convient. Ne laissez PAS les gouvernements et les employeurs vous forcer à vous faire "vacciner" "pour votre propre bien".

 

Et ne laissez jamais la culture de l'annulation trop vous effrayer pour défendre vos droits !

 

Selon les mots du grand médecin et scientifique français Antione BeChamp, "il n'y a rien de si faux qui ne contienne PAS un élément de vérité et il en va de même de la théorie des germes." En l'occurrence la théorie du virus, du vaccin et de l'immunité ![59]

 

Pour en savoir plus sur les virus, les vaccins et la théorie virale, veuillez lire et étudier, Une seconde réflexion sur les virus, les vaccins et l'hypothèse VIH SIDA. Vous pouvez commander ce livre sur :

 

https://www.phmiracleproducts.com/collections/books-audio-video/products/second-thoughts-about-viruses-vaccines-and-the-hiv-aids-hypothesis-booklet

Lisez et apprenez-en plus sur les virus, les vaccins et la théorie virale dans les articles scientifiques suivants !

 

1. Résultats de la microscopie électronique à balayage et à transmission révélant l'oxyde de graphène dans les vaccins CoV-19 - Une entrevue avec le Dr Robert O. Young.

 

Absolument bombe et révélations majeures sur le contenu des vaccins, avec l'utilisation d'électrons et d'autres types de microscopie à partir des recherches originales du Dr Robert Young et de son équipe, confirmant ce que les chercheurs de La Quinta Columna ont trouvé --- contenu nanométallique toxique avec cytotoxique et effets génotoxiques ainsi qu'un parasite identifié. C'est une révélation majeure : restez à l'écoute pour un article majeur rapportant cela à l'ECC, en attendant, partagez largement cette vidéo !

 

https://www.bitchute.com/video/Z2sAH0Woz38r/

 

https://rumble.com/vlonug-electron-microscopy-reveals-graphene-oxide-in-cov-19-vaccines.html

 

https://odysee.com/@DrRobertYoung:7/MicroscopyEvidenceofGOinVaccineszoom_0:c?r=DwWt6qy5ACY9nSS1q6nAqSpAYbuZDjWf

 

2. Les courbes épidémiques des pays les plus vaccinés https://www.drrobertyoung.com/post/world-health-organization-who-publishes-epidemic-curves-of-the-most-vaccinated-countries

 

3. La Suède suit la science biologique PAS la science politique https://www.drrobertyoung.com/post/sweden-is-following-the-biological-science-not-the-physical-science

 

4. Que se passe-t-il en Inde https://www.drrobertyoung.com/post/what-happened-in-india

\

 

5. Survivre au fléau de la corruption https://www.drrobertyoung.com/post/surviving-the-plague-of-corruption

 

6. Démantèlement de la théorie virale https://www.drrobertyoung.com/post/dismantling-the-viral-theory

 

7. Corona à l'essai https://www.drrobertyoung.com/post/corona-on-trial-explosive-and-exclusive

 

8. Le syndrome de La Havane Cuba causé par les micro-ondes EMF pulsées dirigées https://www.drrobertyoung.com/post/the-havana-syndrome-pulsating-microwaves

 

9. CDC N'ADMET MAINTENANT AUCUN "standard-or" pour l'isolement de TOUT virus ! - https://www.drrobertyoung.com/post/cdc-now-admits-no-gold-standard-for-the-isolation-for-any-virus?postId=60c4dbc74f7fc9002ba2507e

 

10. Réponses à la liberté d'information sur le CoV - 2 maintenant appelé CoV - 19 - https://www.drrobertyoung.com/post/freedom-of-information-responses-on-cov-2

 

11. Pourquoi les virus n'existent pas ! - https://www.drrobertyoung.com/post/why-viruses-do-not-exist

 

12. Rapport 255 | Dr Robert Young : Toute maladie est une fuite et non une infection - le vaccin nano est une arme biologique !

https://www.bitchute.com/video/rdQhuY455VmK

 

13. Rapport 255 | Dr Robert Young : Toute maladie est une fuite et non une infection | Les nanoparticules lipidiques du vaccin, le graphène et les radiations constituent l'arme biologique - le virus COVID n'existe pas !

https://www.brighteon.com/250210af-c8a3-47a1-8922-c960342fe2fb

 

14. Rapport 255 | Dr Robert Young : Toute maladie est une fuite et non une infection - le vaccin nano est une arme biologique !

https://odysee.com/@RamolaDReports:8/Report-255---Dr.-Robert-Young-Explains-Disease-by-Outfection,-Lipid-Nanoparticles-with-Graphene-the:4

 

15. Oubliez tout le reste ! Regardez les NUMÉROS DU VAER sur les blessures et les décès ! https://www.drrobertyoung.com/post/forget-everything-else-you-ve-heard-just-look-at-the-numbers

 

16. Témoignage ITNJ du Dr Robert O. Young 

Inscrivez-vous à la Newsletter GRATUITE du Dr. Young MAINTENANT àhttps://www.drrobertyoung.com/

Les références

 

[1] Ou, L., Song, B., Liang, H. et al. Toxicité des nanoparticules de la famille du graphène : une revue générale des origines et des mécanismes. Partie Fibre Toxicol 13, 57 (2016). https://doi.org/10.1186/s12989-016-0168-y

 

[2] Young RO (2016) Coagulation sanguine pathologique et test de stress oxydatif mycotoxique (MOST). Int J Vaccins Vaccin 2(6) : 00048. DOI : 10.15406/ijvv.2016.02.00048

 

[3] Xu et al, (2019) Identification de l'oxyde de graphène et de ses caractéristiques structurelles dans les solvants par microscopie optique, RSC Adv., 9, 18559-18564

 

1-Kit d'extraction d'ARN https://www.fishersci.es/shop/products/ambion-purelink-rna-mini-kit7/10307963

 

2- NanoDrop™ https://www.thermofisher.com/order/catalog/product/ND-2000#/ND-2000

 

3- QUBIT2.0 : https://www.thermofisher.com/es/es/home/references/newsletters-andjournals/bioprobes-journal-of-cell-biology-applications/bioprobes-issues-2011/bioprobes-64- avril2011/le-qubit-2-0-fluoromètre-avril-2011.html

 

[4] Muestra RD1, Rapport La Quinta Columna, 28 juin 2021 ; Détection d'oxyde de graphène en suspension aqueuse ; Delgado Martin, Campra Madrid.

 

[5] Kim et al, Voir des feuilles à base de graphène, Materials Today,Volume 13, Issue 3,2010,Pages 28-38,ISSN 1369-7021,https://doi.org/10.1016/S1369-7021(10) 70031-6

 

[6] Bano, I. et al , 2019. Exploration des propriétés de fluorescence de l'oxyde de graphène réduit avec des performances de dispositif accordables, Diamond and Related Materials, Volume 94,59-64, ISSN 0925-9635, https://doi.org/ 10.1016/j.diamond.2019.02.021.

 

[7] Biroju, Ravi & Narayanan, Tharangattu & Vineesh, Thazhe Veettil. (2018). Nouvelles avancées en électrochimie 2D—Catalyse et détection. 10.1201/9781315152042-7.

 

[8] Choucair, M., Thordarson, P. & Stride, J. Production à l'échelle gramme de graphène basée sur la synthèse solvothermique et la sonication. Nature Nanotech 4, 30-33 (2009). https://doi.org/10.1038/nnano.2008.365

 

[9] Atlas of Human Parasitology, 4e édition, Lawrence Ash et Thomas Orithel, pages 174 à 178

 

[10] Mano, SS ; Kanehira, K. ; Sonezaki, S.; Taniguchi, A. Effet de la modification du polyéthylène glycol des nanoparticules de TiO2 sur la cytotoxicité et les expressions géniques dans les lignées cellulaires humaines. Int. J. Mol. Sci. 2012 , 13 , 3703-3717. https://doi.org/10.3390/ijms13033703

 

[11] Srivastava AK, Dwivedi N, Dhand C, et al. Potentiel des matériaux à base de graphène pour lutter contre le COVID-19 : propriétés, perspectives et perspectives. Mater Aujourd'hui Chem . 2020;18:00385. doi:10.1016/j.mtchem.2020.100385

 

[12] Young, RO, " Les effets des fréquences électromagnétiques (CEM) sur le sang et le terrain biologique." https://www.drrobertyoung.com/post/the-effects-electromagnet-frequencies-on-the-blood-and-biological-terrain

 

[13] Gatti AM, Manti A, Valentini L, Montanari S, Gobbi P, et al. (2016) Nano biointeraction de particules dans la circulation sanguine. Frontières 30 : 3.

 

[14] Nikazar, S., Sivasankarapillai, VS, Rahdar, A. et al. Revisiter la cytotoxicité des boîtes quantiques : un aperçu approfondi. Biophys Rev 12, 703-718 (2020). https://doi.org/10.1007/s12551-020-00653-0

 

[15] Ritesh Banerjee, Priya Goswami, Manoswini Chakrabarti, Debolina Chakraborty, Amitava Mukherjee, Anita Mukherjee, les points quantiques de séléniure de cadmium (CdSe) provoquent une génotoxicité et un stress oxydatif chez les plantes Allium cepa, Mutation Research/Genetic Toxicology, Volume 865 Environmental Mutagénèse, 2021, 503338, ISSN 1383-5718, https://doi.org/10.1016/j.mrgentox.2021.503338.

 

[16] Wanjun Cao, Lin He, Weidong Cao, Xiaobing Huang, Kun Jia, Jingying Dai, Progrès récents de l'oxyde de graphène en tant que vecteur potentiel de vaccin et adjuvant, Acta Biomaterialia, Volume 112, 2020, Pages 14-28, ISSN 1742- 7061, https://doi.org/10.1016/j.actbio.2020.06.009. (https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1742706120303305)

 

[17] Encyclopédie concise des matériaux composites, éd. Anthony Kelly, MIT Press, 1989, ISBN 0-262-11145-4

 

[18] L. Harivardhan Reddy, José L. Arias, Julien Nicolas et Patrick Couvreur, "Nanoparticules magnétiques : conception et caractérisation, toxicité et biocompatibilité, applications pharmaceutiques et biomédicales". Examens chimiques 2012 112 (11), 5818-5878 DOI : 10.1021/cr300068p

 

[19] Mise à jour du rapport du Département américain de la santé et des services sociaux (1996) : effets secondaires des vaccins, réactions indésirables, contre-indications et précautions. CDC 45 (RR-12) : 1-35.

 

[20] Ottaviani G, Lavezzi AM, Matturri L (2006) Mort subite du nourrisson (SMSN) peu de temps après la vaccination hexavalente : pathologie dans la suspicion de SMSN ? Arc de Virchows 448 (1) : 100-104.

 

[21] Taylor B, Miller E, Farrington CP, Petropoulos MC, Favot-Mayaud I, et al. (1999) Autisme et vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole : aucune preuve épidémiologique d'une association causale. Lancet 353 (9169): 2026-2029.

 

[22] Demicheli V, Rivetti A, Debalini MG, Di Pietrantonj C (2012) Vaccins contre la rougeole, les oreillons et la rubéole chez les enfants. Système de base de données Cochrane Rév 15(2) : CD004407. Nouvelles enquêtes de contrôle qualité sur les vaccins : micro et nanocontamination 13/13 Copyright : ©2016 Gatti et al. Citation : Gatti AM, Montanari S (2016) Nouvelles enquêtes de contrôle de la qualité sur les vaccins : micro- et nanocontamination. Int J Vaccins Vaccin 4(1) : 00072. DOI : 10.15406/ijvv.2017.04.00072

 

[23] Carola Bardage, Ingemar Persson, ke Örtqvist, Ulf Bergman, Jonas F Ludvigsson, et al. (2011) Troubles neurologiques et auto-immuns après vaccination contre la grippe pandémique A (H1N1) avec un vaccin monovalent avec adjuvant : étude de cohorte basée sur la population à Stockholm, en Suède. BMJ 343 : d5956.

 

[24] Johann Liang R (2012) Mise à jour du tableau des lésions vaccinales à la suite du rapport 2011 de l'IOM sur les effets indésirables des vaccins. HRSA, p. 1-27.

 

[25] L Tomljenovic, CA Shaw (2011) Adjuvants de vaccins à base d'aluminium : sont-ils sûrs ? Chimie médicinale actuelle 18(17) : 2630-2637.

 

[26] Shaw CA, Petrik MS (2009) Les injections d'hydroxyde d'aluminium entraînent des déficits moteurs et une dégénérescence des motoneurones. J Inorg Biochem 103 (11) : 1555-1562.

 

[27] Authier FJ, Sauvat S, Christov C, Chariot P, Raisbeck G, et al. (2006) La myofasciite macrophage induite par le vaccin avec adjuvant AlOH3 chez le rat est influencée par le contexte génétique. Trouble neuromusculaire 16(5) : 347-352.

 

[28 ] Exley C, Esiri MM (2006) Angiopathie congophile cérébrale sévère coïncidant avec une augmentation de l'aluminium cérébral chez un résident de Camelford, Cornwall, Royaume-Uni. J Neurol Neurosurg Psychiatry 77 (7) : 877-879.

 

[29] Wills MR, Savory J (1985) Teneur en eau de l'aluminium, de la démence par dialyse et de l'ostéomalacie. Environ Health Perspective 63 : 141-147.

 

[30] Brinth L, Pors K, Theibel AC, Mehlsen J (2015) Effets secondaires suspectés du vaccin quadrivalent contre le papillome humain. Médical danois J 62(4) : 1-12.

 

[31] Palmieri B, Poddighe D, Vadalà M, Laurino C, Carnovale C, et al. (2016) Syndromes somatoformes et dysautonomiques sévères après vaccination contre le VPH : série de cas et revue de la littérature. Immunol Res.

 

[32] Visani G, Manti A, Valentini L, Canonico B, Loscocco F, et al. (2016) Les nanoparticules environnementales sont considérablement surexprimées dans la leucémie myéloïde aiguë. Loèche Res 50 : 50-56.

 

[33] Artoni E, Sighinolfi GL, Gatti AM, Sebastiani M, Colaci M, et al. (2016) Micro et nanoparticules comme co-facteurs pathogéniques possibles dans la cryoglobulinémie mixte. Médecine du travail.

 

[34] T Hansen, L Klimek, F Bittinger, I Hansen, A Gatti, et al. (2008) mastocyte reiches Aluminium granuloma Pathologe 29(4): 311-313.

 

[35] Gatti AM, Manti A, Valentini L, Montanari S, Gobbi P, et al. (2016) Nano biointeraction de particules dans la circulation sanguine. Frontières 30 : 3.

 

[36] Tenzer S, Docter D, Rosfa S, Wlodarski A, Kuharev J, et al. (2011) La taille des nanoparticules est un déterminant physico-chimique critique de la couronne du plasma sanguin humain : une analyse protéomique quantitative complète. ACS Nano 5(9) : 7155-167.

 

[ 37] Radauer Preiml , Andosch A, Hawranek T, Luetz-Meindl U, Wiederstein M, et al. (2015) Les interactions nanoparticule-allergène médient les réponses allergiques humaines: caractérisation de la couronne protéique et réponses cellulaires. Toxicologie des fibres 13 : 3.

 

[38] Cedervall T, Lynch I, Lindman S, Berggård T, Thulin E, et al. (2016) Comprendre la couronne nanoparticule-protéine à l'aide de méthodes pour quantifier les taux d'échange et les affinités des protéines pour les nanoparticules. PNAS 104 (7) : 2050-2055.

 

[39] Lynch I, Cedervall T, Lundqvist M, Cabaleiro-Lago C, Linse S, et al. (2007) Le complexe nanoparticule-protéine en tant qu'entité biologique; un défi scientifique complexe des fluides et des surfaces pour le 21e siècle. Avancées dans la science des colloïdes et des interfaces 134-135 : 167-174.

 

[40] Gatti AM, Quaglino D, Sighinolfi GL (2009) Une approche morphologique pour surveiller l'interaction nanoparticule-cellule. Journal international d'imagerie et de robotique 2: 2-21.

 

[41] Urban RM, Jacobs JJ, Gilbert JL, Galante JO (1994) Migration des produits de corrosion des prothèses de hanche modulaires. Microanalyse des particules et résultats histopathologiques. Le Journal de chirurgie osseuse et articulaire 76 (9) : 1345-1359.

 

[42] Kirkpatrick CJ, Barth S, Gerdes T, Krump-Konvalinkova V, Peters (K 2002) Pathomécanismes de la cicatrisation altérée par les produits de corrosion métalliques. Mund Kiefer Gesichtschir 6(3) : 183-190.

 

[43] Lee SH, Brennan FR, Jacobs JJ, Urban RM, Ragasa DR, et al. (1997) Réponse des monocytes/macrophages humains aux produits de corrosion cobalt-chrome et aux particules de titane chez les patients ayant subi une arthroplastie totale. J Orthop Res 15(1) : 40-49.

 

[44] Shaw CA, Seneff S, Kette SD, Tomljenovic L, Oller Jr JW, et al. (2014) Entropie induite par l'aluminium dans les systèmes biologiques : implications pour les maladies neurologiques. Journal de toxicologie 2014 : 491316.

 

[45] Shaw CA, Kette SD, Davidson RM, Seneff S (2013) Rôle de l'aluminium dans les interactions entre le système nerveux central et le système immunitaire conduisant à des troubles neurologiques. Recherche immunitaire 9 : 069.

 

[46] Seneff S, Swanson N, Chen Li (2015) L'aluminium et le glyphosate peuvent induire de manière synergique une pathologie de la glande pinéale: connexion à la dysbiose intestinale et aux maladies neurologiques. Sciences agronomiques 6(1) : 42-70.

 

[47] Pegaz B, Debefve E, Ballini JP, Konan-Kouakou YN, van den Bergh HJ (2006) Effet de la taille des nanoparticules sur les extravasations et l'activité photothrombique de la méso(p-tétracarboxyphényl)porphyrine. J Photochem Photobiol B 85(3) : 216-222.

 

[48] Brinth LS, Pors K, Hoppe AG, Badreldin I, Mehlsen J (2015) Le syndrome de fatigue chronique/encéphalomyélite myalgique est-il un diagnostic pertinent chez les patients présentant des effets secondaires suspectés du vaccin contre le virus du papillome humain ? Journal international des vaccins et de la vaccination 1(1):1-5.

 

[49] Moos WH, Faller DV, Harpp DN, Kanara I, Pernokas J, et al. (2016) Microbiote et troubles neurologiques : un sentiment intestinal. Biores Open Access 5(1) : 137-145.

 

[50] Sekirov I, Russell SL, Caetano L, Antunes M, Brett (2010) Gut Microbiota in Health and Disease. Physiologique Rev 90(3) : 859-904.

 

[51] Umbrello G, Esposito S (2016) Microbiote et maladies neurologiques : effets potentiels des probiotiques. J Transl Med 14 (1) : 298.

 

[52] Kinoshita T, Abe RT, Hineno A, Tsunekawa K, Nakane S, et al. (2014) Dysfonctionnement du nerf sympathique périphérique chez les adolescentes japonaises après la vaccination avec le vaccin contre le virus du papillome humain. Stagiaire Med 53(19): 2185-2200.

 

[53] Zhang L, Richards A, Khalil A, Wogram E, Ma H, Young RA, Jaenisch R. SARS-CoV-2 ARN rétro-transcrit et intégré dans le génome humain. bioRxiv [Préimpression]. 13 décembre 2020 : 2020.12.12.422516. doi: 10.1101/2020.12.12.422516. PMID : 33330870 ; PMCID : PMC7743078.

 

[54] Young, RO, " Oubliez tout le reste ! Regardez les NUMÉROS DE LA VAER sur les blessures et les décès !." https://www.drrobertyoung.com/post/forget-everything-else-you-ve-heard-just-look-at-the-numbers5

 

[55] Young, RO, « CDC N'ADMET MAINTENANT AUCUN 'Gold Standard' pour l'isolement de TOUT virus ! » https://www.drrobertyoung.com/post/cdc-now-admits-no-gold-standard-for-the-isolation-for-any-virus

 

[56] Young, RO, " La genèse du syndrome respiratoire aigu sévère ou du SRAS et du virus Corona ou COVID - 19. " https://www.drrobertyoung.com/post/the-genesis-of-severe-acute-respiratory-syndrome-or-sars-corona-virus-or-covid-19

 

[57] Young, RO, « Qu'est-ce qui cause la privation d'oxygène du sang (DIC) puis des poumons (SRAS - CoV 2 & 19) ? » https://www.drrobertyoung.com/post/what-causes-oxygen-deprivation

 

[58] Jeune RO, Migalko G (2020) Quelles sont les causes de la privation d'oxygène du sang (DIC) puis des poumons (SRAS - CoV 2 & 12) ?. Integ Mol Bio Biotechnol 1: 001-007. http://sciaeon.org/articles/What-Causes-Oxygen-Deprivation-of-the-Blood-DIC-and-Then-Lungs-SARS-CoV2and12.pdf

 

[59] Jeune RO (2016) Qui avait le doigt sur la magie de la vie - Antoine Bechamp ou Louis Pasteur ?. Int J Vaccins Vaccin 2(5) : 00047. DOI : 10.15406/ijvv.2016.02.00047

 

Auteur :  Robert O Young DSc, PhD, Naturopathic Practitioner Aug 20 

 

 

Voici le fichier pdf de l'article ci-dessus que vous pouvez partager avec tous ceux que vous aimez et que vous aimez.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 12:26

Le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, avait assuré le 12 juillet que des campagnes de vaccination pour collégiens, lycéens et étudiants seraient lancées "dans les établissements scolaires dès la rentrée", alors que la vaccination est ouverte à tous les enfants de 12 ans et plus depuis la mi-juin. 

Le ministre de l'éducation Jean-Michel Blanquer, invité de la Matinale de France Info, le 28 juillet 2021, a déclaré que pour tendre vers un taux de vaccination maximal dans le secondaire, "6 000 à 7 000 centres de vaccination" seront déployés à partir de la rentrée "dans ou à côté" des établissements scolaires. (Source : https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/07/28/dans-les-colleges-et-lycees-les-eleves-non-vaccines-seront-evinces-s-il-y-a-un-cas-de-covid-19-dans-une-classe_6089766_3224.html )

Blanquer a également précisé, selon l'article du Monde qui rapporte l'information, que dans le secondaire, au collège et au lycée, "seuls les élèves non vaccinés seront évincés et devront suivre l’enseignement à distance".

Source: https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/07/28/dans-les-colleges-et-lycees-les-eleves-non-vaccines-seront-evinces-s-il-y-a-un-cas-de-covid-19-dans-une-classe_6089766_3224.html

Source: https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/07/28/dans-les-colleges-et-lycees-les-eleves-non-vaccines-seront-evinces-s-il-y-a-un-cas-de-covid-19-dans-une-classe_6089766_3224.html

vidéo source : Magazine NEXUS

Le ministère de la Santé a indiqué à CNEWS, mardi 17 août, que des sorties scolaires dans des centres de vaccination allaient être organisées. Les enfants non-vaccinés seront interdits de piscine et d'activités culturelles. (Source : https://www.cnews.fr/france/2021-08-17/rentree-scolaire-des-sorties-dans-des-centres-de-vaccination-organisees-1116530 )

 

Il faut empêcher l'injection des poisons géniques expérimentaux aux enfants à la rentrée.

La loi Kouchner du 4 mars 2002, relative aux droits des malades, prévoit qu'"aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment." Cette loi impose de donner une information claire, complète et appropriée à toutes les personnes à qui on propose un médicament ou une thérapie. L'information doit porter sur la nature du produit, sa composition, l'urgence qu'il y a à administrer ce produit (en l'espèce ici aux enfants à la rentrée..., un public dont on sait qu'il ne développe pas de forme grave de Covid), les alternatives à ce produit, les risques de ce produit, et les effets indésirables constatés par les agences de pharmaco vigilance depuis janvier 2021. Si la personne qui propose le médicament ou la dite thérapie n'est pas en mesure de fournir ces informations pour quelque raison que ce soit, il n'y a pas de consentement libre et éclairé, et donc sur la base de la loi de 2002 on peut refuser de prendre le dit médicament. 

 

Et on peut même préciser à la personne qui nous demande de nous vacciner sans être en mesure de nous fournir les informations requises concernant les dits vaccins, et en nous menaçant de sanctions, on peut porter plainte contre cette personne pour extorsion de consentement, mise en danger de notre vie, et tentative d'empoisonnement.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 00:00
Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 75

Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 75

Saint Aegidius, dont le culte a été pendant plusieurs siècles fort célèbre en France et en Angleterre, était athénien de naissance, et d'une extraction noble; il vivait vers la fin du VIIe siècle. Sa science et sa piété lui attirèrent une admiration universelle.

 

Voyant qu'il lui était impossible de mener dans sa patrie une vie retirée, il résolut de la quitter pour fuir le danger qui accompagne les applaudissements des hommes. Il vint vivre en ermite en Provence; il sera chaleureusement accueilli à Arles, puis au bord du Gardon par saint Vérédème, évêque à Avignon. Puis il se retirera en ermite dans la Vallée Flavienne, domaine du roi goth Flavius, dans l'embouchure du Rhône.

 

Son éducation fut brillante, comme elle devait être pour un jeune homme de race royale. On lui a attribué de remarquables ouvrages de médecine et de poésie; mais sa science était surtout celle des Saints.


Un jour qu'il se rendait à l'église, il rencontra un pauvre mendiant malade, presque nu, qui lui demanda l'aumône. Ému de compassion, Gilles se dépouilla de sa riche tunique et la lui donna : à peine le malheureux en fut-il revêtu, qu'il se trouva en parfaite santé. Le jeune homme comprit, à ce miracle, combien l'aumône était agréable à Dieu. Peu de temps après, à la mort de ses parents, il distribua tous ses biens aux pauvres et se voua lui-même à la pauvreté, à la souffrance et à l'humilité. Mais Jésus-Christ ne Se laissa pas vaincre en générosité, et les miracles se multiplièrent tellement sous les pas du saint jeune homme, qu'il en fut lui-même effrayé et se résolut à quitter son pays et à faire voile pour l'Occident. Pendant la traversée, il calma une effroyable tempête par ses prières et débarqua bientôt à Marseille, où il guérit la fille de son hôtesse.

 

Mais il lui fallait la solitude; il la trouva dans une grotte sauvage, où, dégagé de toute préoccupation terrestre, il ne vécut que pour Dieu. Ses jours, ses nuits presque entières s'écoulaient dans une prière continuelle, dans l'adoration et la contemplation. Il jeûnait tous les jours; le lait d'une biche de la forêt, que Dieu lui envoyait, suffisait à son entretien.

Saint Gilles (ou Egide), Abbé, Ermite (640-720)

Depuis trois ans, Gilles habitait ce lieu solitaire, quand un jour Wamba, roi des Visigoths d'Espagne, vint chasser jusque dans les forêts voisines avec une suite nombreuse. La biche qui nourrissait le saint ermite, poursuivie par les chiens allait succomber; enfin, exténuée de fatigue, elle vint se jeter aux pieds de son maître. Gilles, ému jusqu'aux larmes, pria le Seigneur de protéger la vie de l'innocent animal. Une flèche, lancée par un chasseur, vint frapper la main de l'homme de Dieu et lui fit une blessure qui ne devait jamais guérir. La biche était sauvée, car le roi, plein d'admiration pour cet homme qui lui apparaissait avec l'auréole de la sainteté sur le front, donna ordre de cesser la poursuite. Wamba fit même bâtir là, à la demande de Gilles, un monastère, qui devint l'abbatiale Saint-Gilles, dans le Gard. Mentionnée dès 814, l’abbaye doit sa grande renommée au pèlerinage du tombeau de son fondateur légendaire, invoqué pour la libération des prisonniers et la guérison des infirmités et les maladies. Elle est aujourd'hui classée au titre des monuments historiques, et inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.


Devenu abbé, Saint Gilles conseilla les plus grands, pape et rois.

On raconte qu'un grand personnage (Charles Martel ou Charlemagne ?) lui avait demandé l'absolution pour un très grand péché (inceste). Alors que Saint Gilles célébrait la Messe, un ange plaça sur l'autel un parchemin où était consignée la faute. Au fur et à mesure du déroulement de l'office, les traces écrites du péché s'effacèrent sur le parchemin.

Après avoir dirigé quelques temps ce monastère, Gilles chercha de nouveau la solitude, et revint enfin terminer ses jours parmi ses chers religieux. 

Saint Gilles est représenté avec une biche, poursuivie par des chasseurs, ou tantôt en abbé bénédictin, avec la crosse. On le représente aussi en Italie avec une fleur de lys (giglio signifiant "lys" en italien). 


Sur son tombeau fut construite l'abbaye de Saint-Gilles-du-Gard
, alors port de mer, étape de pèlerinage sur le chemin de Rome et de Compostelle. Gilles a toujours son tombeau dans la crypte de l'abbatiale.

Saint Gilles (ou Egide), Abbé, Ermite (640-720)

Au "Moyen-Âge", le culte de Saint Gilles était très important, non seulement en Provence et dans le Languedoc mais dans la plupart des pays de la chrétienté. Il était surtout vénéré comme saint auquel on se confessait le plus volontiers, puisqu'il assurait l'absolution. 

 

Son culte se répandit rapidement, de nombreux pèlerins venus des pays les plus lointains (Flandres, Danemark, Hongrie, Norvège, Pologne…) s'acheminèrent vers son tombeau, invoquant saint Gilles contre la peur et le feu, pour la guérison des maladies nerveuses et pour la protection des enfants.

 

La ville de Saint-Gilles, aussi appelée Saint-Gilles-du-Gard, doit son nom au célèbre abbé Gilles l'Ermite dont elle garde le tombeau; elle fut au XIIe siècle un des plus importants lieux de pèlerinage de la chrétienté. La ville connut alors un développement sans précédent. Aujourd’hui, même si le culte de Gilles est moins pratiqué, Saint-Gilles-du-Gard demeure une étape pèlerine sur le chemin de Saint-Jacques.

 

Des villes et des villages en France et à l'étranger portent son nom et plus de 2000 églises le désignèrent comme patron.

Saint Gilles (ou Egide), Abbé, Ermite (640-720)

Patron des estropiés, on invoque saint Gilles contre le cancer, la folie, la stérilité des femmes et la protection des enfants.

 

Selon le livre V du Codex Calixtinus (une oeuvre collective due aux maîtres et étudiants de la cathédrale compostellane et dont des chapitres copiés sont attribués au pape Calixte II), probablement rédigé vers 1120-1130:

 

"Le digne corps de Saint Gilles, très pieux confesseur et abbé, doit aussi être visité avec le plus grand soin et vigilance : car le très saint Gilles, célèbre dans tous les climats de la terre, doit être aimé et invoqué par tous, et l'objet des supplications de tous. Après les prophètes et les Apôtres, personne parmi tous les autres saints n'est plus digne, personne n'est plus saint, personne n'est plus glorieux, personne ne vient plus vite au secours. C'est lui en effet, avant les autres saints, qui a l'habitude d'être le plus prompt à aider les nécessiteux, les affligés et les angoissés qui font appel à lui. Ô que la visite de son tombeau est œuvre belle et précieuse ! Le jour même, celui qui l'aura prié de tout son cœur sera sans aucun doute heureusement secouru.

 

"Cela même que je dis, je l'ai expérimenté : j'ai vu autrefois un homme qui, le jour où il l'invoqua échappa grâce à l'aide du saint confesseur de la maison d'un certain Peirot, cordonnier, dont la très vieille demeure s'effondra entièrement. Qui donc verra davantage son tombeau ? Qui adorera Dieu dans sa très sainte Basilique ? Qui embrassera le plus son sarcophage ? Qui baisera son vénérable autel ou qui racontera sa très pieuse vie ? Un malade revêt sa tunique et est en effet guéri; grâce à sa vertu indéfectible, un homme mordu par un serpent, est guéri; un autre, ravi par le démon, est libéré. Une tempête en mer s'arrête; la fille de Théocrite lui est rendue par une guérison longuement souhaitée; un malade de tout le corps, privé de santé, retrouve le bon étant si longtemps désiré; une biche qui était sauvage, domestiquée par ses pouvoirs devient familière; l'ordre monastique sous le patronage de cet abbé s'étend; un énergumène est délivré du démon; le péché de Charlemagne qui lui fut révélé par un ange est remise au roi; un défunt est rendu à la vie; un paralysé retrouve sa santé antérieure; mieux encore, deux portes en cyprès portant des représentations sculptées de princes des apôtres de la ville de Rome jusqu'aux portes du Rhône, parviennent sur les ondes marines, sans aucun gouvernail, par la seule puissance de son pouvoir. Mourir me dégoûte parce que je ne peux narrer toutes ces œuvres vénérables tant elles sont nombreuses et grandes." (Adeline RUCQOI, Le Voyage à Compostelle, du Xe au XXe siècle, Robert Laffont, Lonrai 2018, p. 30, 44-45.)

Sources

 

- Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 244
- La Bible et les Saints, Encyclopédie Tout l'Art, Flammarion, Gaston Duchet-Suchaux, Michel Pastoureau, 1994 – ISBN : 2-09-012256-8

- Les saints qui guérissent en Normandie, Hippolyte Gancel, Éditions Ouest France, 2006 – ISBN : 2-7373-3565-5

- La Légende Dorée

Les saints du jour; wikipedia ; la légende de Saint-Gilles détaillée (légende dorée) abbaye-saint-benoit.ch

Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 74-75

https://tourisme.saint-gilles.fr/fr/visiter/patrimoine/la-ville/un-peu-d-histoire

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 21:19
https://www.lifesitenews.com/news/interview-with-bishop-schneider/

https://www.lifesitenews.com/news/interview-with-bishop-schneider/

En tant qu'ancien citoyen d'un pays communiste, l'évêque est très opposé à la "dictature sanitaire" qui se met en place dans tant de pays sous prétexte de lutter contre le COVID-19.

 

Life Site News

 

Mar 31 août 2021 - 10 h 30 HAE

Paris, FRANCE ( LifeSiteNews) - L'évêque Athanasius Schneider est certainement l'évêque le plus franc sur le sujet des vaccins contaminés par l'avortement, mais en tant qu'ancien citoyen d'un pays communiste - ayant vécu enfant dans un État membre de l'Union soviétique - il est également très opposé à la "dictature sanitaire" qui se met en place dans tant de pays sous prétexte de lutter contre le COVID-19. Alors que la France glisse dans un système de plus en plus totalitaire où la "vaccination" au COVID sera obligatoire à partir du 15 septembre, et où le public et les employés sont obligés de présenter un "passe sanitaire" pour de nombreux actes ordinaires de la vie, Mgr Schneider a répondu à LifeSite's questions sur la dimension eschatologique de ces exigences inédites.

 

"Je ne dis pas que c'est le signe direct de Bête, pour être clair, mais cela pourrait être déjà en partie une préfiguration de ce signe", a-t-il répondu, répétant à plusieurs reprises que les mesures imposées font en quelque sorte de l'État le "propriétaire" de votre corps.

 

"Si le gouvernement a le pouvoir absolu de vous forcer et de dire comment votre corps devrait être, alors vous avez perdu votre dernière vie privée parce que votre corps vous appartient", a-t-il déclaré.

 

Mgr Schneider a clairement indiqué que nous avons une double obligation de résister à ces développements : l'objection de conscience contre l'utilisation de vaccins contaminés par l'avortement doit aller de pair avec une résistance pratique, par exemple en créant des réseaux qui permettent aux gens d'acheter et de vendre, et aussi de voyager, sans avoir besoin d'obtenir un laissez-passer sanitaire.

 

"Nous devons déjà chercher toutes les possibilités pratiques pour éviter cette nouvelle dictature forcée sur notre corps et notre liberté. Si nous ne le faisons pas, il y aura un totalitarisme qui sera complet, et ce sera la fin de toute société humaine", a-t-il déclaré, utilisant plus d'une fois le mot "esclavage" pour décrire les conséquences des mesures imposées. sur les citoyens français.

 

Mais le message de Mgr Schneider est tout sauf pessimiste. Vue sous l'angle de l'éternité, la situation présente sera "au bénéfice du bien des âmes", a-t-il souligné, rappelant que tout ce que Dieu permet contribue en définitive à sa plus grande gloire.

 

Mgr Schneider ne croit pas non plus que le transhumanisme pourra prospérer jusqu'au point où un nouveau genre d'homme serait créé par les pouvoirs de la science : "Dieu ne le permettra pas".

 

Enfin, il a encouragé tous les fidèles à se placer sous la protection de la Vierge Marie, qui a tous pouvoirs d'intercession en notre faveur.

 

Voici ci-dessous la transcription complète de l'interview vidéo enregistrée de Mgr Schneider avec LifeSite.

 

LifeSiteNews : Le gouvernement français a instauré la vaccination obligatoire pour les professions de santé et tous ceux qui travaillent avec des personnes malades ou âgées. Cela va des pompiers aux aides à domicile. Il y a une très forte mobilisation contre ce mandat "vaccin". Pour les autres, le gouvernement a mis en place un passeport sanitaire ; les personnes non vaccinées peuvent en obtenir un qui n'est valable que 72 heures après un test négatif pour COVID-19. Celui-ci est en effet destiné à les empêcher de mener une vie normale, car sans ce test, qui devrait être répété tous les trois jours, ils ne peuvent accéder aux grands centres commerciaux, cafés, restaurants, à un grand nombre d'hôtels, concerts, cinémas, etc. Heureusement, les églises sont exclues de ce dispositif, mais la visite d'une personne hospitalisée est interdite, de même que l'accès à l'hôpital pour des soins non urgents. Avec cette exigence de code QR, la personne non vaccinée est effectivement réduite à un paria, menacée de très lourdes amendes pour toute infraction à la loi. Que pensez-vous de ce type de schéma ?

 

Mgr Athanasius Schneider : Je pense que cela va fondamentalement à l'encontre des droits de l'homme et de la dignité humaine car, comme vous l'avez mentionné, deux classes de personnes seront établies dans la société, et ceux qui ne sont pas vaccinés deviennent en fait des personne qui n'ont pratiquement pas de droits égaux par rapport aux autres. Cela signifie qu'ils deviennent en quelque sorte des esclaves parce qu'ils n'ont aucun droit : substantiellement, ils n'ont aucune liberté. Je considère que c'est très dangereux – cette mise en place d'une société à deux vitesses. Comme je l'ai dit, c'est fondamentalement contraire aux droits de l'homme et à la dignité humaine : nous retournons à des sociétés de totalitarisme. Nous avons connu des systèmes totalitaires où un genre particulier de personnes pour des raisons diverses, ou pour des raisons raciales, était marquée par un signe extérieur, et n'avait pas les mêmes droits civiques que les autres.

 

C'est donc un phénomène vraiment dangereux. Nous l'abordons maintenant sous prétexte, bien sûr, de mesures sanitaires et de soins de santé. Ce n'est qu'un prétexte car il n'y a pas de preuve certaine que la vaccination est vraiment efficace pour prévenir la contamination au COVID. Il existe même des cas avérés – ce n'est pas une théorie du complot – de personnes dont les noms sont connus, qui ont contracté le virus même après avoir été vaccinées contre la COVID ; ils ont été testés positifs et dans certains cas, l'état de santé des gens s'est même aggravé. Parce que nous avons déjà ces cas, cela devrait être un signe que cette vaccination ne peut pas être une demande absolue ; par conséquent, nous devons protester contre ces violations évidentes des droits fondamentaux et même contre ces violations de preuves qui existent.

 

Lire : Martin Kulldorff, épidémiologiste de Harvard : le cas des passeports pour les vaccins COVID vient d'être démoli

 

Lorsque notre société se transforme en un lieu où les preuves sont simplement niées, c'est un signe que nous sommes dans une dictature car seul un système politique dictatorial nie les faits évidents afin de promouvoir son programme. Il est clair qu'il existe un programme pour vacciner tout le monde afin d'atteindre un objectif politique, social ou idéologique concret.

 

LSN : La Cour constitutionnelle espagnole a récemment décidé qu'un vaccin théorique, même en cas d'épidémie majeure, ne peut être considéré comme constitutionnel.

 

Ev. Schn. : C'est au moins une bonne nouvelle : personne ne peut être contraint par un gouvernement à se faire vacciner. Une décision similaire a été prise par le Conseil européen. C'est déjà bon signe car si le gouvernement a le pouvoir absolu de vous forcer, et de dire comment doit être votre corps, alors vous avez perdu votre dernière intimité car votre corps vous appartient. Avec cette vaccination forcée, le gouvernement déclare , non pas en théorie mais de facto, que c'est le gouvernement qui deviendra propriétaire de votre corps. Pour moi, c'est l'expression ultime du communisme extrême parce que le communisme vise à dire que tout appartient à l'État, comme les moyens de production et ainsi de suite – l'éducation, la famille, tout est commun. Mais maintenant, même le corps, votre propre corps, devient la propriété de l'État.

 

Les communistes commençaient déjà à [confisquer] les propres enfants des parents, afin de les emmener dans des camps d'éducation, lorsque les parents n'obéissaient pas à l'idéologie de l'État. Ces parents ont été privés de leurs enfants ! Aujourd'hui, certains pays d'Europe occidentale font de même, en retirant les enfants de la famille lorsqu'ils s'opposent à l'enseignement de l'idéologie du genre dans les écoles. Maintenant, nous assistons à quelque chose de similaire avec la de facto vaccination forcée. Quand il faut avoir ces pass verts en se faisant tester tous les trois jours ; il s'agit d'une violation pratique, très rusée et cynique visant à forcer les gens à se faire vacciner. Je me demande : maintenant que le Conseil européen et le tribunal espagnol ont rendu cette décision disant que l'État n'a pas le droit de forcer quelqu'un à se faire vacciner, les gouvernements appliqueront-ils ces décisions ? Qui aura le pouvoir de nous donner la garantie que ces décisions seront appliquées ? Mais au moins c'est un début et un bon pas.

 

LSN : En France, il existe déjà 11 vaccinations obligatoires pour les enfants de moins de 2 ans dont le vaccin Rubéole qui est souvent entaché d'avortement. Cependant, ceux-ci ne sont pas associés à un pass ou à un QR code. Pensez-vous qu'avec l'imposition d'un code QR, nous entrons dans quelque chose de différent ?

 

Ev. Schn. : Bien sûr, parce que vous êtes complètement contrôlé. Vous n'avez plus de liberté, même en ce qui concerne l'intimité de votre corps. Les informations sur votre corps sont dans ce code donc, oui, c'est une différence substantielle, et donc nous devons protester contre ce code qui affectera la vie privée du corps.

 

LSN : Vous vous êtes fermement prononcé contre l'utilisation de cellules fœtales obtenues par avortement pour le développement, la production et les tests de vaccins COVID. Comme nous le savons tous, de nombreux experts en théologie morale ont expliqué que pour l'individu qui utiliserait ces vaccins, il s'agirait d'une simple coopération à distance avec le mal, et que, compte tenu des enjeux, nous pouvons accepter cette injection. Vous avez déjà abordé ces questions en substance à maintes reprises ; vous avez expliqué vos pensées et opinions. Je voudrais vous demander aujourd'hui si vous ne pensez pas que ces dirigeants privent les catholiques du soutien de l'Église en ce qui concerne leur droit – pour ne pas dire leur devoir – d'objection de conscience, qui peut aller jusqu'au refus ?

 

Ev. Schn. : C'est évident parce que… l'autorité de l'église dit d'accord, vous pouvez prendre cette vaccination parce qu'il existe une théorie morale qui dit qu'il s'agit d'une coopération matérielle à distance. Ils tranquillisent et apaisent les consciences avec cela ; par là, ils affaiblissent substantiellement toute résistance à laquelle nous devons nous opposer.

 

Nous devons résister et protester contre l'horrible phénomène de notre société qu'est la soi-disant "industrie fœtale". Il faut distinguer deux industries différentes qui sont bien sûr intimement liées : l'industrie de l'avortement elle-même qui est horrible, et l'autre : l'industrie dite fœtale, l'utilisation de tissus de bébés avortés et la commercialisation des parties du corps des bébés avortés. Ici, ils sont utilisés pour la recherche ou pour la production de plusieurs médicaments, dont des vaccins. Ainsi, les vaccins qui ont été produits en utilisant ces lignées cellulaires, ou testés sur elles, sont de facto partie de la soi-disant industrie fœtale. Cette industrie fœtale doit être distinguée de l'industrie de l'avortement même si elles sont connectées ; mais l'industrie fœtale est plus proche de nous, donc lorsque vous utilisez le produit, le vaccin est un produit direct de l'industrie fœtale. Nous ne sommes donc plus éloignés de cette industrie fœtale, et c'est une très grave immoralité de participer en toute connaissance de cause et en toute liberté à cet horrible phénomène de notre société. Pour un catholique, l'industrie fœtale est immorale et très grave car nous collaborons de facto avec elle, et surtout commettons un grand péché d'omission, en ne protestant pas clairement et fermement, au moins contre l'utilisation de lignées cellulaires dans l'industrie fœtale en vaccination.

 

C'est donc une grande irresponsabilité de l'Église, même du Vatican et des théologiens qui tranquillisent et apaisent la conscience du peuple, et qui ainsi paralysent la résistance. C'est sérieux.

 

Je dois ajouter un autre phénomène. J'ai récemment parlé avec une femme qui s'est profondément convertie à Dieu. Dans sa vie passée, elle a pratiqué des avortements et, après s'être convertie à Dieu, elle a reconnu toutes les horreurs de l'avortement. Je lui ai parlé des vaccinations entachées d'avortement, et elle m'a dit qu'elle pouvait mieux comprendre cette horrible situation des produits et médicaments abortifs que moi, ou que n'importe quelle femme qui n'a jamais subi d'avortement. Elle m'a dit : "Je peux dire que tout ce qui est lié à l'avortement dans les médicaments et dans leur production est tellement horrible pour moi parce que j'ai été si profondément blessée par le fait de l'avortement. Elle m'a dit qu'elle ne peut jamais accepter aucun médicament, produit ou vaccin qui soit lié d'une manière ou d'une autre à l'assassinat d'un enfant."

 

LSN : Je rencontre beaucoup de gens maintenant qui, pour diverses raisons, sont absolument opposés au vaccin, mais qui risquent de perdre leur emploi, les moyens de subsistance de leur famille, s'ils ne le prennent pas. Ils disent : mes devoirs d'État sont d'assurer la survie de ma famille, et je ne peux faire autrement que de recevoir ce vaccin, même si je m'y oppose totalement. A cela s'ajoute le fait que de nombreux médicaments et autres vaccins que tout le monde en France a reçus sont déjà concernés par cela. Que leur diriez-vous ?

 

Ev. Schn. : Pour les autres vaccins et médicaments contaminés par l'avortement, il faut avoir la preuve : les laboratoires pharmaceutiques doivent apporter la preuve que ce médicament a été contaminé ou testé. Quant aux vaccins anti-COVID actuellement célèbres tels que Pfizer, Moderna, AstraZeneca, Johnson & Johnson, [et] Sputnik, l'industrie pharmaceutique l'a reconnu.

 

Lire : Vaccins ne faisant usage de lignées de cellules foetales dans aucune des trois étapes de l'élaboration d'un vaccin (IEB)

 

Pour les autres médicaments, nous n'avons pas encore de reconnaissance publique, nous pouvons donc les utiliser car nous n'avons pas de preuves. Mais nous devrions poser cette question à propos de chaque médicament. A partir du moment où je reçois de l'entreprise pharmaceutique la preuve qu'un médicament est entaché d'avortement, j'ai l'obligation de ne pas l'utiliser et d'utiliser un autre médicament. Nous devons choisir de bonnes entreprises et des médecins qui peuvent nous fournir une médecine alternative qui ne soit pas entachée d'avortement,

 

Le deuxième point est plus difficile, impliquant des personnes qui savent qu'elles vont perdre leur emploi – en particulier des parents qui doivent subvenir aux besoins de leur famille. C'est, bien sûr, une question très difficile. Mais au moins, ils devraient faire tout leur possible pour éviter de recevoir un tel vaccin. Ils peuvent faire une objection de conscience ; peut-être qu'ils peuvent même obtenir un document de leur médecin qui dira que pour une raison médicale cette personne ne peut pas se faire vacciner – parce qu'il y a une allergie, par exemple. Dans un tel cas, ils doivent essayer de trouver tous les moyens possibles pour éviter cela, voire changer d'emploi, quitte à s'appauvrir. Ils doivent choisir cela et non un vaccin à cause de ce soutien étroit de l'industrie fœtale - pas des avorteurs mais de l'industrie fœtale.

 

Je pense que Dieu récompensera ces personnes avec de nombreux dons spirituels s'ils choisissent de vivre une vie plus pauvre plutôt que de coopérer avec l'industrie fœtale. Ils ne mourront sûrement pas de faim, Dieu ne le permettra jamais ! C'était notre expérience à l'époque communiste. Mes parents n'ont pas collaboré avec le Parti communiste, par exemple ; par conséquent, mes parents ne pouvaient pas exercer de profession, cela n'était pas autorisé. Et donc c'étaient de simples travailleurs, ils avaient un bas salaire, et nous vivions d'une manière vraiment simple. Mais Dieu ne nous a pas abandonnés ; nous étions heureux dans notre foi et cela nous a donné des richesses pour toute notre vie – même lorsque les autres qui avaient accepté les conditions du Parti communiste avaient de meilleures conditions de vie que nous, et que d'autres personnes, les chrétiens, par exemple. Et donc je pense que nous devons redonner la primauté à la vie éternelle que nous avons si largement oubliée au cours des dernières décennies. Même dans l'Église, même les bons catholiques, nous étions envahis par une sorte de matérialisme parce que nous étions tellement attachés à la vie matérielle et lui donnions la primauté sur l'éternel et le spirituel.

 

C'est donc un principe : je dirais changer de travail, et même si je dois faire un travail simple comme nettoyer les rues, j'aurai quand même quelques moyens pour subvenir aux besoins de ma famille, mais de façon plus pauvre. C'est une décision de conscience, je pense, mais Dieu récompensera ces gens, bien sûr, et ce sera un signe de protestation, et un témoignage que nous ne collaborons pas avec l'horrible industrie fœtale.

 

LSN : Quelle est votre réponse à ceux qui disent que de telles mesures, le passeport sanitaire par exemple, et la vaccination généralisée, sont absolument indispensables pour que nous puissions tous ensemble retrouver les libertés publiques, et que les refuser, c'est faire preuve d'égoïsme ? Nous entendons beaucoup cela : les gens qui ne veulent pas du vaccin sont traités d'égoïstes.

 

Ev. Schn. : Non, ce n'est pas de l'égoïsme. Si vous vous faites vacciner, vous ne retrouverez qu'une liberté apparente car ce soi-disant laissez-passer sanitaire vous transforme en esclave, car avec ce laissez-passer votre corps appartiendra à l'état et non plus à vous, en quelque sorte, avec ces codes et ainsi de suite, et c'est ainsi que vous perdez votre liberté. Comment peut-on appeler cela de l'égoïsme quand il n'est pas prouvé que le vaccin protège de la contamination du virus ? Il n'est pas prouvé que lorsque vous avez reçu le vaccin, vous ne pouvez pas développer ou transmettre le COVID. Nous conservons plus de liberté quand nous ne la recevons pas.

 

LSN : Ce QR code est-il une tentative d'imposer la marque de la bête dont parle l'Apocalypse, ou une sorte de préfiguration de celle-ci, dans la mesure où les non vaccinés risquent de se retrouver victimes d'une sorte d'enfermement, qui pour beaucoup rendre impossible de gagner sa vie ou de poursuivre ses études ?

 

Ev. Schn. : On peut dire que c'est peut-être déjà une sorte de préfiguration de la marque de la Bête. Peut-être que je ne me dirais pas, directement, que c'est déjà la marque de la Bête. Je n'ai pas encore tous les éléments pour le dire, mais au moins on peut dire que c'est une sorte de préfiguration car l'Apocalypse dit qu'on ne peut ni acheter ni vendre si on n'a pas la marque dans la main, sur le corps. C'est très proche quand des personnes qui ne sont pas marquées dans leur corps par le vaccin - c'est une marque - ne peuvent pas entrer dans certains magasins ou supermarchés : elles ne peuvent pas entrer, elles ne peuvent pas y acheter ou y vendre, et c'est littéralement déjà en train de se faire.

 

Je pense que nous devons être prêts à être exclus. Peut-être des systèmes alternatifs peuvent-ils être mis en place : par exemple, ceux qui sont contre la vaccination peuvent peut-être faire une nouvelle chaîne d'échange, l'échange privé de produits de manière plus restreinte, avec des petits commerces qui ne sont pas soumis au laissez-passer, ou en plein air , ou des chaînes privées d'échange de produits. Je pense qu'il est possible de l'établir. En France, il y a de grandes protestations contre la vaccination forcée : je pense que ces protestations pourraient conduire à de nouveaux systèmes mutuels d'achat et de vente de produits dont les gens ont besoin parce que tant de personnes sont impliquées. Espérons que dans d'autres endroits et dans d'autres pays, de tels systèmes de vente de produits puissent être créés.

 

Nous devons trouver des alternatives ; il est très important même pour l'achat et la vente de produits. Lorsque nous sommes exclus des transports publics, comme les trains, les bus, etc., nous pouvons créer un système pour voyager avec des voitures privées. Nous devons déjà chercher toutes les possibilités pratiques pour éviter cette nouvelle dictature forcée sur notre corps et notre liberté. Si nous ne le faisons pas, il y aura un totalitarisme qui sera complet, et ce sera la fin de toute société humaine.

 

J'en appelle même aux non-croyants, à toutes les personnes de bonne volonté : s'il vous plaît commencez déjà à planifier des systèmes alternatifs, dans les transports, dans l'achat et la vente de produits, peut-être pour étudier aussi, en ayant des centres d'études privés. Nous devons les développer au moins théoriquement et ensuite pratiquement, avec toutes ces bonnes personnes qui démontrent : comment survivre. Nous devons faire une alliance mondiale de protestation et d'alternatives ; si nous ne le faisons pas, nous aurons un système totalitaire complet. Et cela, nous devons l'éviter.

 

LSN : Le QR code utilisé pour prouver le statut vaccinal peut-il déjà être considéré en soi comme une forme de la marque de la Bête ?

 

Ev. Schn. : Oui. Ce code contiendra toutes vos informations privées sur votre santé qui sont déjà sous le contrôle de l'État. Ce code est lié, si je comprends bien, au vaccin. La vaccination contient au moins quelques "empreintes" de l'avortement, même si elles sont très loin de l'horrible assassinat d'enfants qui est déjà en soi un acte satanique. L'utilisation de leur corps, de leurs tissus, est aussi en satanique car c'est une révolte contre Dieu, le Donneur de vie. Dans ce cas, les vaccins contaminés par l'avortement ont des empreintes sataniques de la Bête, même si elles sont éloignées. Ainsi le vaccin, avec son numéro de code correspondant, est une préfiguration du signe de la Bête. Je ne dis pas que c'est le signe direct de la Bête, pour être clair, mais cela pourrait être déjà en partie une préfiguration de ce signe et nous devons donc l'éviter également. Ce code est en quelque sorte immoral car, je le répète, le gouvernement prend complètement possession de votre corps.

 

LSN : Selon vous, est-il en théorie permis de trouver des moyens de contourner la loi pour échapper à sa rigueur, par exemple au moyen d'un faux certificat ? Je n'encouragerais pas les gens à le faire à cause des lourdes amendes encourues.

 

Ev. Schn. : Le vaccin obligatoire de facto est un abus de pouvoir de la part du gouvernement ; c'est en soi immoral. Par cela, je le répète, le gouvernement devient propriétaire de votre corps et de votre vie privée, et cela va à l'encontre des droits fondamentaux. Dieu a ordonné la structure de la société que le gouvernement n'a pas le pouvoir de faire. La loi intrinsèquement mauvaise de la vaccination forcée qui est d'une manière ou d'une autre liée ou entachée de l'avortement et de l'industrie fœtale est immorale. Parce que c'est un acte forcé, je pense que vous pouvez de cette façon présenter même un faux document.

 

Je comparerais cette situation avec les lois immorales lorsque certains gouvernements totalitaires ont émis des ordres immoraux contre les Juifs. Nous savons que lorsque les Juifs ont été persécutés par les nazis, le pape Pie XII et les évêques ont autorisé l'utilisation de faux documents pour protéger les Juifs. Cela a été autorisé parce que les lois contre les Juifs étaient intrinsèquement immorales.

 

Ce serait une sorte de légitime défense : vous vous défendez votre corps et votre intimité d'un agresseur qui vous [opprime]. De la même manière, vous pouvez défendre votre enfant ou votre famille contre un agresseur qui tuerait vos enfants ou les emmènerait en esclavage. Par exemple, quand tu es une mère et que tu as des enfants dans ta maison et que des gens méchants arrivent qui veulent voler tes enfants pour les mettre en esclavage : s'ils te demandent si tes enfants sont là, sûrement en tant que mère tu diras " non ”, car il faut les protéger. Leur dire : "Oui, ils sont là, je vais ouvrir la porte et vous montrer où ils sont" serait fou si vous étiez une mère. Vous dites : "Non, ils ne sont pas ici." Vous direz un mensonge, mais parce qu'il est intrinsèquement mauvais de réduire vos enfants en esclavage. Quand il n'y a pas d'autres moyens,

 

LSN : Quelle serait la responsabilité précise d'un élu qui voterait pour de telles mesures ? En France, ils obtinrent un vote positif de l'Assemblée et du Sénat ; à chaque fois, une grande partie des parlementaires manquait, ils étaient absents. La loi a été adoptée avec très peu d'électeurs. À votre avis, quelle est la responsabilité de ces élus qui ont voté pour ces lois ou qui n'étaient pas là pour voter contre elles ; ou la responsabilité du policier ou du gendarme qui est chargé de l'application de ces lois ?

 

Ev. Schn. : Les parlementaires ont l'entière responsabilité, je pense, car ils représentent et sont élus pour le bien commun des citoyens. Lorsqu'ils s'abstiennent ou votent en faveur de ces lois dictatoriales et totalitaires pour vous contrôler complètement, vous renier vous ou votre propre corps avec cette vaccination obligatoire, ils commettent le mal parce qu'ils collaborent à faire de vous des esclaves de l'État, à faire de votre corps devenir propriété de l'État. Il est immoral de collaborer à l'élaboration de telles lois, et aussi de s'abstenir. Quant au policier qui met en œuvre cela, il a une responsabilité moindre car il ne fait qu'exécuter les ordres de l'État. Peut-être qu'il n'est même pas personnellement convaincu, mais il sera forcé, donc ce n'est pas tant sa propre responsabilité que le fait qu'il exécute une loi injuste. Dans certains cas, je pense que la police, en tant que citoyens responsables, peuvent trouver un moyen de vous protéger, peut-être de ne pas être sévère, par exemple, dans les contrôles et ainsi de suite tout en obéissant formellement à la loi. Dans toutes les dictatures, même dans les camps nazis, il y a des policiers qui trouvent un moyen de protéger le peuple.

 

LSN : Quel est votre conseil spirituel pour les catholiques inquiets ? J'en vois beaucoup qui ont très peur maintenant de la situation qui se présente. Que leur diriez-vous de faire ?

 

Ev. Schn. : Premièrement, je leur donnerais la parole de Notre Seigneur Jésus-Christ dans l'Évangile. Il dit : Ne craignez pas ceux qui tuent votre corps, mais craignez plutôt ceux qui prendront votre âme ou endommageront votre âme. Nous ne devons pas craindre le gouvernement ; nous devons donner la primauté à notre âme, à notre vie spirituelle, à la vie de prière avec les sacrements, et ainsi nous devons être profondément enracinés dans notre prière quotidienne. Nous devons être enracinés dans notre foi, dans notre conviction que notre vie est finalement entre les mains de Dieu et non entre les mains du gouvernement, même dans une dictature, même dans un système totalitaire ! Notre vie est finalement entre les mains de Dieu qui est notre Père céleste. Il est notre Père même lorsque nous sommes, à certaines périodes, en détresse et persécutés et humiliés comme avec cette vaccination forcée. C'est un temps relativement court, nous devons donc regarder plus loin et plus loin parce que Dieu ne permet cela en fin de compte que pour le bien de notre âme. Saint Paul dit que tout concourra au plus grand bien de ceux qui aiment Dieu, tout concourra au profit d'un plus grand bien pour ceux qui aiment Dieu. Si nous sommes enracinés dans notre foi, dans la confiance de la Providence de notre Père céleste, sachant que notre vie est entre ses mains, cela devrait nous donner confiance. On connaît la dictature sanitaire actuelle du COVID, ce totalitarisme est court, il est relativement court, ce n'est pas l'éternité ! L'histoire a toujours montré que les dictatures n'ont pas duré si longtemps, et Dieu montrera même à ces nouveaux "dictateurs sanitaires" que leur pouvoir est limité. Nous devons croire que Dieu interviendra dans l'histoire. 

 

Nous devons aussi nous concentrer profondément sur le fait que c'est peut-être un appel de Dieu pour que nous approfondissions notre vie de prière. Nous devons approfondir notre vie sacramentelle avec une confession plus régulière, une communion plus régulière et des prières. Peut-être devrions-nous être plus unis avec tous ceux qui s'opposent à cette dictature, pour faire une chaîne. Peut-être que ces moments difficiles sont l'occasion de confesser Dieu, d'être fidèle à Lui. Mais Dieu est si bon qu'il donne toujours les grâces nécessaires, et il nous récompense dans les moments difficiles et nous donne ses consolations. C'est mon avis et mon avis.

 

LSN : Il nous apparaît qu'il y a une volonté de s'approprier le corps humain, un projet transhumaniste qui se met en place, voire se réalise. Est-il concevable que Dieu permette à l'humanité de tomber - pour la plupart des gens à contrecœur - dans quelque chose de si contraire à sa volonté pour l'humanité ?

 

Ev. Schn. : Je ne pense pas parce que Dieu se réserve Ses pouvoirs divins de création, et donc il n’y aura pas un être humain substantiellement nouveau comme les transhumanistes veulent le créer. Ils ne réussiront pas : Dieu ne le permettra pas. Il est le Seigneur ; nous devons le croire. Ils produiront peut-être des choses, mais ce ne sera pas un être humain, jamais, car Dieu crée l'âme qui est la partie essentielle de l'être humain. Je le répète : je ne crois pas que Dieu permette cela. Ses pouvoirs sont ceux du Créateur, et ils lui sont réservés. S'ils continuent avec ces choses horribles qui blasphèment Dieu, viendra la fin des temps comme nous le lisons dans l'Apocalypse et le Jugement. Et pour nous Jésus a dit : Quand ce temps viendra, levez la tête car votre salut est proche, levez la tête avec confiance, votre salut est proche ! Encore une fois, nous devons saisir cette situation comme une occasion d’approfondir notre foi, notre prière, et d’être plus enracinés dans la vision de la vie éternelle, d’être plus surnaturellement orientés vers notre vie éternelle parce que nous vivons ici dans la vallée des larmes, comme nous le chantons dans le Salve Regina : hac lacrimarum valle. C’est notre situation, mais il y a aussi la joie profonde d’avoir une Mère. Elle ne nous abandonne jamais, et elle est toujours proche de nous. C’est mon conseil, qu’elle ne nous abandonnera jamais, elle est l'intercesseur omnipotens, l'omnipotence de l'intercession pour nous. Elle prendra soin de nous ; toujours, nous devons fuir sous son manteau. Surtout en ces temps, nous devons prier : Sub tuum praesidium confugimus, Sancta Dei Genitrix : nous fuirons sous sa protection.

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 11:40
Martin Kulldorff, épidémiologiste de Harvard : le cas des passeports pour les vaccins COVID vient d'être démoli

"De nouvelles recherches ont révélé que l'immunité naturelle offre une protection exponentiellement plus élevée que les vaccins COVID-19." 

Une étude médicale récemment publiée a révélé que l'infection par COVID-19 confère une protection considérablement plus durable et plus forte contre la variante Delta du virus que les vaccins.

 

(NdCR. Autre source : "Le fait d'avoir contracté le SRAS-CoV-2 une fois confère une immunité bien plus grande que le vaccin." https://www.sciencemag.org/news/2021/08/having-sars-cov-2-once-confers-much-greater-immunity-vaccine-vaccination-remains-vital )

 

"La protection immunitaire naturelle qui se développe après une infection par le SRAS-CoV-2 offre considérablement plus de bouclier contre la variante Delta du coronavirus pandémique que deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech, selon une grande étude israélienne que certains scientifiques aurait souhaitée publiée avec une mention 'N'essayez pas ça à la maison'", a rapporté jeudi le Scientific American. "Les données récemment publiées montrent que les personnes qui ont déjà eu une infection par le SRAS-CoV-2 étaient beaucoup moins susceptibles que les personnes vaccinées de contracter Delta, d’en développer des symptômes ou d’être hospitalisées avec un COVID-19 grave."

 

En d'autres termes, les personnes vaccinées étaient 27 fois plus susceptibles de contracter une infection symptomatique au COVID que celles qui étaient naturellement immunisées contre le COVID.

Un coup fatal pour les passeports anti-vaccins ?

Ces conclusions interviennent alors que de nombreux gouvernements dans le monde exigent que les citoyens acquièrent des "passeports vaccinaux" pour voyager. La ville de New York, la France et les provinces canadiennes du Québec et de la Colombie-Britannique figurent parmi ceux qui ont récemment adopté les passeports vaccinaux.

 

Entre-temps, l'Australie a émis l'idée de faire des taux de vaccination plus élevés une condition de la levée de son embargo sur les juridictions, tandis que le président Joe Biden envisage de rendre illégaux les voyages entre États pour les personnes qui n'ont pas été vaccinées contre le COVID-19.

 

Les passeports vaccinaux sont moralement douteux pour de nombreuses raisons, dont la moindre n'est pas que la liberté de mouvement est un droit humain fondamental. Les passeports vaccinaux deviennent encore plus insensés à la lumière des nouvelles découvertes d'Israël et des révélations du CDC, selon certains.

 

Martin Kulldorff, professeur à la faculté de médecine de Harvard, a déclaré que les recherches montrant que l’immunité naturelle offre une protection exponentielle plus grande que les vaccins signifient que les passeports vaccinaux sont à la fois non scientifiques et discriminatoires, car ils affectent de façon disproportionnée les travailleurs.

 

"La maladie antérieure COVID (beaucoup de la classe ouvrière) offre une meilleure immunité que les vaccins (beaucoup de professionnels), donc les mandats de vaccination ne sont pas seulement un non-sens scientifique, ils sont aussi discriminatoires et non éthiques", a observé Kulldorff, un biostatisticien et épidémiologiste, sur Twitter.

 

"La COVID-19 antérieure (de nombreux travailleurs) offre une meilleure immunité que les vaccins (de nombreux professionnels), de sorte que les mandats de vaccination ne sont pas seulement des absurdités scientifiques, ils sont également discriminatoires et contraires à l’éthique", a observé Kulldorff, biostatisticien et épidémiologiste, sur Twitter.

L’étude en provenance d’Israël n’est pas non plus ponctuelle. Selon les médias, pas moins de 15 études universitaires ont révélé que l’immunité naturelle offre une meilleure protection contre la COVID-19 que le virus.

De plus, les recherches des CDC montrent que les personnes vaccinées sont toujours infectées par la COVID-19 et transportent autant de virus dans leur gorge et leur passage nasal que les personnes non vaccinées.

"Des charges virales élevées suggèrent un risque accru de transmission et soulèvent la crainte que, contrairement à d’autres variantes, les personnes vaccinées infectées par Delta puissent transmettre le virus." Le directeur du CDC à Rochelle, Walensky, a fait remarquer qu’à la suite d’une éclosion de morue du Cap qui incluait surtout des individus vaccinés.

Ces données suggèrent que les personnes vaccinées propagent encore le virus tout comme les personnes non vaccinées.

La ligne de fond


Les passeports vaccinaux seraient immoraux et un gouvernement massif irait trop loin même en l’absence de ces résultats. Il n’y a tout simplement pas de parallèle historique pour les gouvernements qui tentent de restreindre de cette façon les déplacements de personnes en bonne santé à cause d’un virus respiratoire.

Pourtant, la justification des passeports vaccinaux devient non seulement erronée, mais absurde à la lumière de ces nouvelles révélations.

Les personnes qui ont eu la COVID-19 sont déjà beaucoup plus protégées contre le virus que les personnes qui ont été vaccinées. Entre-temps, les personnes qui n’ont pas eu la COVID-19 et qui choisissent de ne pas se faire vacciner peuvent ou non prendre une décision imprudente. Mais s’ils le font, ils ne mettent principalement qu’eux-mêmes en danger.

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 11:31

Le président Poutine a interdit de forcer les Russes à se faire vacciner et de les licencier s'ils refusent de se faire vacciner.

"Personne ne devrait être obligé de se faire vacciner. La pression, qui peut entraîner la perte de l’emploi, n’est PAS acceptable", a déclaré M. Poutine lors d’un récent discours.

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 00:00
Saint Aristide, laïc (2e siècle)

Philosophe grec d'Athènes, converti, réputé pour son Apologie du christianisme qu'il présenta à l'empereur Hadrien vers 125 ap.J.-C., probablement lors de son passage à Athènes. Ce texte, qui demeura longtemps égaré, a été retrouvé écrit en syrien, en arménien et en grec.

C'est probablement Aristide qui présenta un texte complétant son Apologie, intitulé Epître à Diognète. Cette élégante et vibrante fabrication littéraire tentait de convaincre un païen honnête de la sottise des racontars répandus au sujet des chrétiens, ces gens qui vivaient absolument comme tout le monde, mais simplement mieux que tout le monde :
 


"Ils [les chrétiens] habitent les villes des Grecs et des barbares; ils se conforment, en matière d'habillement, de nourriture et de tout le quotidien, aux usages du pays, et pourtant, ils présentent je sais quoi de remarquable et d'extraordinaire. Ils jouissent de tous les droits des citoyens et sont traités partout comme des étrangers. Ils se marient, ils ont des enfants, mais ils n'exposent pas leurs nouveau-nés [Ndlr. allusion à l'usage romain autorisant un père de famille à abandonner l'un de ses enfants parce qu'il doute de sa légitimité, n'a pas de quoi le nourrir, ne veut pas d'une fille de plus ou d'un infirme. Constantin Ier (310-337) interdira cette pratique contre laquelle les chrétiens n'avaient cessé de s'élever et contre laquelle ils luttaient en recueillant ces enfants. Ce qui leur épargnait le sort habituel de ces malheureux petits : mourir sur place, parfois dévorés par les chiens ou les porcs, être ramassés par des mendiants qui les estropiaient ou des proxénètes qui les prostituaient, ou, pour les plus chanceux, être vendus comme esclaves].

 

"... Ils [les chrétiens] mangent en commun mais ne se livrent pas à la débauche. Ils mènent dans la chair une vie non charnelle, vivant sur la terre mais le coeur au ciel. Ils obéissent aux lois établies, mais ils les surpassent par leur propre morale. Ils aiment l'humanité entière alors que tous les hommes les persécutent. Ils sont condamnés par ceux qui ne les connaissent pas; ils sont mis à mort et, par là, acquièrent l'immortalité..." (Epître à Diognète, V)

 

Malgré toutes les explications de Quadratus et d'Aristide, l'empereur Hadrien (117 - 138) ne distinguait toujours pas nettement les chrétiens des Juifs. (...) Et ceux de Jérusalem qui restaient attachés à une bonne part des anciens rites hébraïques, prêtaient spécialement à cette confusion. On expulsa donc les chrétiens hiérosalémytes (habitants de Jérusalem) de la ville, comme les Juifs; une mesure que Titus en son temps (empereur de  79 à 81) mieux informé, n'avait pas voulu prendre.

 

À Athènes, vers 150, saint Aristide, philosophe très célèbre par sa foi et sa sagesse, qui présenta à l’empereur Adrien un livre sur la vérité de la religion chrétienne.

 

Martyrologe romain

 


Sources :  (1), (2), (3) Anne BernetLes chrétiens dans l'empire romain, des persécutions à la conversion Ier – IVe s., Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 2003, p. 116, 119.

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 19:08
Source : https://www.lifesitenews.com/blogs/a-mandatory-covid-vaccine-would-be-the-beginning-of-the-apocalypse-bishop-schneider/

Source : https://www.lifesitenews.com/blogs/a-mandatory-covid-vaccine-would-be-the-beginning-of-the-apocalypse-bishop-schneider/

L'évêque Schneider a déclaré à LifeSite que si une obligation vaccinale mondiale contre le coronavirus dérivée de lignées cellulaires provenant de bébés avortés était mise en place, "nous entrerions alors dans le temps de l'Apocalypse".

 

ven août 27, 2021

 

 

(LifeSiteNews) - Dans une interview accordée à LifeSiteNews en octobre 2020, l'évêque Athanasius Schneider a exposé un scénario "apocalyptique" concernant les vaccins mondiaux forcés dérivés de bébés avortés. Aujourd'hui, alors que les gouvernements du monde entier, y compris la France, l'Italie, l'Australie, le Canada et les États-Unis, pour n'en citer que quelques-uns, commencent à imposer ou ont déjà imposé la piqûre du COVID contaminé par l'avortement, les paroles de Son Excellence n'auraient pas pu être plus prophétiques.

 

L'évêque Schneider a déclaré à LifeSite que si un vaccin mondial obligatoire contre le coronavirus dérivé de lignées cellulaires de bébés avortés était mis en place, "nous entrerions alors dans le temps de l'Apocalypse".

 

Il l'a expliqué de la façon suivante. Il a déclaré:

 

Je me trompe peut-être, mais je soupçonne qu'en partie cette situation du COVID a été créée non seulement pour mettre en place une nouvelle dictature et contrôler la population, mais aussi, d'une certaine manière, pour légaliser l'avortement au niveau mondial - le meurtre des bébés à naître - de sorte que la planète entière collaborera au processus de meurtre des bébés grâce au vaccin qui utilisera des parties de bébés avortés. Le vaccin sera imposé et obligatoire - de sorte que vous ne pourrez pas travailler, voyager, aller à l'école sans lui, obligeant toute la population à recevoir le vaccin, mais le seul vaccin efficace sera celui fabriqué avec des cellules de bébés avortés. Peut-être n'accepteront-ils pas d'autres vaccins, et ils mentiront, en disant que ceux-ci ne sont pas efficaces, que le seul vaccin efficace proviendra de bébés avortés. Je n'affirme pas maintenant que cela va se produire, mais c'est mon soupçon : il me semble réaliste que cela puisse arriver. C'est pour moi la dernière étape du satanisme : que Satan et le gouvernement mondial - en fin de compte le gouvernement mondial maçonnique - obligent tout le monde, même l'Église, à accepter l'avortement de cette manière. Et donc nous devons résister très fortement contre cela, si cela vient. Nous devons même accepter d'être des martyrs.

 

"Et donc nous devons résister très fortement à cela, si cela arrive. Nous devons même accepter d'être des martyrs." Oh. Sommes-nous prêts pour cela ? La seule préparation peut être de s'assurer que nous sommes en état de grâce par la prière fervente et la pénitence.

 

Mais c'est après avoir dit cela que Mgr Schneider en vient à la partie la plus grave. Il dit que "Malheureusement, certains évêques, même de bons évêques et prêtres, présentent déjà ce qui est pour moi un sophisme en justifiant que vous pouvez accepter ce vaccin provenant de bébés avortés selon des principes moraux."

 

Un sophisme est "un argument habile mais faux, en particulier un argument utilisé délibérément pour tromper."

 

Mgr Schneider dit donc que certains évêques, même bons, "expliquent énormément, pour moi de manière sophistique, le principe de la seule coopération morale, sans votre volonté, sans votre consentement. Mais il s'agit pour moi d'un sophisme qui ne peut être appliqué à ce cas concret, car il est évident pour le simple bon sens que lorsque vous savez cela - que ce vaccin provient de bébés avortés - alors vous ne pouvez pas appliquer ce principe moral, ou cette théorie, à ce cas concret. Nous devons donc faire très attention à ne pas nous laisser induire en erreur par cet argument sophistique, même s'il provient de bons prêtres traditionnels. Tel est le danger, et nous devons y résister".

 

Et c'est vraiment le cas. Aujourd'hui, dans le monde entier, la grande majorité des évêques font pression en faveur d'un vaccin, qu'il soit ou non issu de lignées cellulaires de bébés avortés. Comme l'a rapporté LifeSite, l'ensemble de la conférence des évêques d'Angleterre et du Pays de Galles a déclaré que les catholiques ont "un devoir prima facie d'être vaccinés", faisant référence à un vaccin contre le coronavirus. "L'Église catholique soutient fermement la vaccination et considère que les catholiques ont un devoir prima facie de se faire vacciner, non seulement pour leur propre santé mais aussi par solidarité avec les autres, en particulier les plus vulnérables", peut-on lire dans la lettre publiée jeudi 30 juillet. "Nous pensons qu'il existe une obligation morale de garantir la couverture vaccinale nécessaire à la sécurité d'autrui. Ceci est particulièrement important pour la découverte d'un vaccin contre le COVID-19", poursuivent les évêques.

 

L'Académie pontificale pour la vie, organisme corrompu du Vatican, a publié en 2017 un document qui affirme qu'il existe une "obligation morale de garantir la couverture vaccinale nécessaire à la sécurité des autres", et ajoute que "tous les vaccins recommandés cliniquement peuvent être utilisés en toute conscience et l'utilisation de ces vaccins ne signifie pas une quelconque coopération avec l'avortement volontaire."

 

D'autre part, dans une lettre ouverte publiée en mai, plusieurs cardinaux et évêques catholiques menés par l'ancien nonce apostolique Mgr Carlo Maria Viganò et les cardinaux Gerhard Ludwig Mueller, Joseph Zen et Janis Pujats ont déclaré que "pour les catholiques, il est moralement inacceptable de développer ou d'utiliser des vaccins dérivés de matériel provenant de fœtus avortés."

 

En outre, lors du Forum sur la vie organisé à Rome en mai 2020, le cardinal Raymond Burke a déclaré : "Il doit être clair qu'il n'est jamais justifié moralement de développer un vaccin en utilisant les lignées cellulaires de fœtus avortés." Il a ajouté que les vaccins forcés violent "l'intégrité des citoyens".

 

Dans le sillage de la déclaration des évêques britanniques, l'évêque Joseph Strickland de Tyler, au Texas, a réitéré son opposition aux vaccins créés à partir de lignées cellulaires de bébés avortés. "Je renouvelle mon appel à rejeter tout vaccin développé à partir d'enfants avortés", a tweeté M. Strickland.

 

"Même s'il a été créé il y a des dizaines d'années, cela signifie toujours que la vie d'un enfant a été interrompue avant sa naissance & que son corps a ensuite été utilisé comme pièces détachées. Nous ne mettrons jamais fin à l'avortement si nous ne mettons pas FIN A CE MAL !"

 

Plus de 870 000 personnes ont signé la pétition de LifeSiteNews demandant aux gouvernements du monde entier de ne pas rendre obligatoires les vaccins contre le coronavirus.

 

Nous avons maintenant le scénario de cardinaux contre des cardinaux et d'évêques contre des évêques prédit dans la vision approuvée de Notre Dame à Sr Agnès Sasagawa à Akita au Japon. Le 13 octobre 1973, la Vierge a dit à Sr Sasagawa : "L'œuvre du diable s'infiltrera même dans l'Église de telle sorte que l'on verra des cardinaux s'opposer à des cardinaux, des évêques à des évêques. Les prêtres qui me vénèrent seront méprisés et opposés par leurs confrères... des églises et des autels saccagés ; l'Église sera pleine de ceux qui acceptent les compromis et le démon poussera de nombreux prêtres et âmes consacrées à quitter le service du Seigneur."

 

Mais la corruption dans la hiérarchie a été prédite dès le début de l'Église. Dans les Actes des Apôtres, saint Luc écrit : "Je sais qu'après mon départ, des loups ravisseurs entreront parmi vous, sans épargner le troupeau. Et de vous-mêmes surgiront des hommes qui diront des choses perverses, pour entraîner les disciples après eux." Actes 20:29-30

 

L'évêque Schneider espère que son scénario d'un vaccin mondial forcé utilisant des cellules de bébés avortés dans sa fabrication ne se réalisera pas. Il a déclaré : "Mais j'espère que cela ne se produira pas au niveau mondial. Lorsque cela se produira, nous entrerons dans le temps de l'Apocalypse. Dans un temps d'Apocalypse, dont nous avons déjà maintenant quelques signes, nous devons invoquer encore et toujours les anges, Saint Michel Archange, et le message de Notre Dame de Fatima qui devient toujours plus opportun et nécessaire".

 

Dans ces moments-là, les fidèles laïcs se demandent souvent ce qu'ils peuvent faire face à la folie des évêques, des cardinaux et même du pape. Mais une réponse nous a été donnée. Cette réponse est venue en réponse au journaliste de LifeSite Stephen Kokx qui demandait à l'archevêque Viganò ce que les fidèles pouvaient faire dans une lettre ouverte publiée sur Catholic Family News. Je vais vous lire une partie de la réponse de Mgr Viganò.

 

L'un de mes privilèges les plus chers, depuis près d'un quart de siècle que je travaille pour LifeSite, a été de donner la parole à Mgr Viganò, ce courageux soldat du Christ qui, à part prier le chapelet avec nous récemment, n'a jamais parlé en public et ne nous donne ses conseils que dans des lettres.

 

Je conclurai par ses mots :

 

"Nous ne pouvons pas faire de procès d'intention à nos pasteurs, ni supposer qu'ils sont tous corrompus dans la foi et les mœurs ; au contraire, nous pouvons espérer que beaucoup d'entre eux, jusqu'ici intimidés et silencieux, comprendront, à mesure que la confusion et l'apostasie continueront à se répandre, la tromperie dont ils ont été l'objet et sortiront enfin de leur sommeil. Les laïcs qui élèvent la voix sont nombreux ; d'autres suivront nécessairement, ainsi que les bons prêtres, certainement présents dans chaque diocèse. Ce réveil de l'Église militante - j'oserais dire presque une résurrection - est nécessaire, urgent et inévitable : aucun fils ne tolère que sa mère soit outragée par les domestiques, ni que son père soit tyrannisé par les administrateurs de ses biens. Le Seigneur nous offre, dans ces situations douloureuses, la possibilité d'être ses alliés pour mener cette sainte bataille sous sa bannière : le Roi vainqueur de l'erreur et de la mort nous permet de partager l'honneur de la victoire triomphale et la récompense éternelle qui en découle, après avoir enduré et souffert avec lui.

 

"Mais pour mériter la gloire immortelle du Ciel, nous sommes appelés à redécouvrir - dans une époque émasculée dépourvue de valeurs telles que l'honneur, la fidélité à la parole donnée et l'héroïsme - un aspect fondamental de la foi de tout baptisé : la vie chrétienne est une milice et, avec le sacrement de la confirmation, nous sommes appelés à être des soldats du Christ, sous les insignes desquels nous devons combattre. Bien sûr, dans la plupart des cas, il s'agit essentiellement d'un combat spirituel, mais au cours de l'histoire, nous avons vu que, souvent, face à la violation des droits souverains de Dieu et de la liberté de l'Église, il était également nécessaire de prendre les armes : la résistance acharnée pour repousser les invasions islamiques à Lépante et dans les faubourgs de Vienne, la persécution des Cristeros au Mexique, des catholiques en Espagne, et aujourd'hui encore la guerre cruelle contre les chrétiens dans le monde entier nous l'enseignent. Jamais comme aujourd'hui nous ne pouvons comprendre la haine théologique venant des ennemis de Dieu, inspirée par Satan. L'attaque contre tout ce qui rappelle la Croix du Christ - sur la Vertu, sur le Bien et le Beau, sur la pureté - doit nous pousser à nous lever, dans un sursaut d'orgueil, pour revendiquer notre droit non seulement à ne pas être persécutés par nos ennemis extérieurs, mais aussi et surtout à avoir des pasteurs forts et courageux, saints et craignant Dieu, qui feront exactement ce que leurs prédécesseurs ont fait pendant des siècles : prêcher l'Évangile du Christ, convertir les individus et les nations, et étendre le Royaume du Dieu vivant et vrai dans le monde entier.

 

"Les fidèles laïcs ont aujourd'hui une tâche sacrée : réconforter les bons prêtres et les bons évêques, qui se rassemblent comme des moutons autour de leurs bergers. Donnez-leur l'hospitalité, aidez-les, consolez-les dans leurs épreuves. Créez une communauté dans laquelle ne prédominent pas les murmures et les divisions, mais plutôt la charité fraternelle dans le lien de la Foi. Et comme, dans l'ordre établi par Dieu, les sujets doivent obéissance à l'autorité et ne peuvent faire autrement que de lui résister quand elle abuse de son pouvoir, aucune faute ne leur sera imputée pour l'infidélité de leurs chefs, sur lesquels repose la très grave responsabilité de la manière dont ils exercent le pouvoir vicaire qui leur a été donné. Il ne faut pas se rebeller, mais s'opposer ; il ne faut pas se réjouir des erreurs de nos pasteurs, mais prier pour eux et les admonester respectueusement ; il ne faut pas mettre en cause leur autorité, mais la manière dont ils en usent.

 

"Je suis certain, avec une certitude qui me vient de la Foi, que le Seigneur ne manquera pas de récompenser notre fidélité, après nous avoir punis pour les fautes des hommes d'Église, en nous accordant de saints prêtres, de saints évêques, de saints cardinaux, et surtout un saint Pape. Mais ces saints naîtront de nos familles, de nos communautés, de nos églises : des familles, des communautés et des églises dans lesquelles la grâce de Dieu doit être cultivée par la prière constante, par la fréquentation de la Sainte Messe et des Sacrements, par l'offrande de sacrifices et de pénitences que la Communion des Saints nous permet d'offrir à la Divine Majesté pour expier nos péchés et ceux de nos frères, y compris ceux qui exercent l'autorité. Les laïcs ont un rôle fondamental à jouer à cet égard, en gardant la Foi au sein de leur famille, de telle sorte que nos jeunes, éduqués dans l'amour et dans la crainte de Dieu, soient un jour des pères et des mères responsables, mais aussi de dignes ministres du Seigneur, ses hérauts dans les ordres religieux masculins et féminins, et ses apôtres dans la société civile.

 

"Le remède à la rébellion est l'obéissance. Le remède à l'hérésie est la fidélité à l'enseignement de la Tradition. Le remède au schisme est la dévotion filiale pour les Pasteurs sacrés. Le remède à l'apostasie est l'amour de Dieu et de sa Très Sainte Mère. Le remède au vice est l'humble pratique de la vertu. Le remède à la corruption des mœurs est de vivre constamment en présence de Dieu. Mais l'obéissance ne peut pas être pervertie en une servilité impassible ; le respect de l’autorité ne peut être perverti en une obéissance de cour. Et n’oublions pas que si c’est le devoir des laïcs d’obéir à leurs pasteurs, c’est un devoir encore plus grave des pasteurs d’obéir à Dieu."

Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 00:00

Saint Fiacre (statue du XVe siècle, église St Taurin d'Évreux)

 

Saint Fiacre, fils d'un roi d'Écosse, vivait au VIè siècle ; il fut élevé dans la science et la piété par des maîtres habiles. Jeune encore, il sentit son âme enflammée par l'amour de la solitude et le désir de ne vivre que pour Dieu. Il s'embarqua pour la France, à l'insu de son père, et se choisit, près de Meaux en Brie, un lieu retiré, dans une forêt, où l'évêque lui concéda une portion de terre, et où il bâtit un couvent (monastère du Breuil) qu'il consacra à la Sainte Vierge, à laquelle il avait voué dès son enfance, une dévotion singulière.

Vénéré en Brie depuis le haut Moyen Âge, patron des jardiniers, mais aussi saint guérisseur spécialiste du fic (hémorroïdes), des chancres et des cancers, Fiacre fut un des saints les plus populaires de France. De nombreuses églises et chapelles, non seulement en France, mais aussi en Belgique et en Rhénanie, possèdent encore une statue plus ou moins rustique de ce moine à scapulaire et capuchon, l'air grave et parfois extatique, tenant une bêche dans sa main droite et un livre dans la gauche. Une iconographie foisonnante - miniatures, gravures, images de dévotion, enseignes, médailles et méreaux…- a soutenu son culte pendant des siècles. Ce personnage pieux et secourable, proche des fidèles et qui, dans sa représentation, allie les symboles du travail et de l'oraison a manifestement séduit. Depuis le Xe siècle au moins, on célébrait traditionnellement sa fête le 30 août.

Sa sainteté ne manqua pas d'attirer en foule vers lui les pauvres et les pèlerins. 

Fiacre mangeait peu et employait presque tout le produit du travail de ses mains à la subsistance de ses pieux visiteurs. On lui amenait des possédés et des malades, et il les délivrait ou les guérissait en grand nombre. Cependant le petit terrain qu'il occupait étant devenu insuffisant pour subvenir à tant d'aumônes et à une si généreuse hospitalité, Fiacre fut obligé d'implorer de l'évêque une nouvelle concession de terre, et le prélat lui permit de prendre et d'utiliser tout ce qu'il pourrait entourer d'un fossé dans l'espace d'une journée. Chose merveilleuse, Dieu vint au secours du travailleur : la terre se fendait d'elle-même comme par enchantement, et un seul jour suffit au Saint pour entourer une étendue considérable. 

C'est sans doute à cause des travaux de jardinage dont il occupait les loisirs que lui laissaient la prière et le service de Dieu, que saint Fiacre est regardé comme le patron des jardiniers.

Tandis qu'il jouissait tranquillement des délices de la solitude, des envoyés écossais vinrent lui offrir la couronne royale, dont son frère s'était rendu indigne. Fiacre avait eu révélation de leur approche et obtint de Dieu, à force de larmes et de prière, de ne pas permettre qu'il sortît de sa chère solitude pour être exposé aux dangers des honneurs du monde. Il devint aussitôt semblable à un lépreux. Quand les ambassadeurs furent arrivés près de lui, ils ne purent voir sans horreur ce visage défiguré, et ils n'eurent plus aucun désir de le faire monter sur le trône de ses pères. Fiacre mourut dans son ermitage ; il opéra de grands miracles après sa mort.

 

Il n'y a pas lieu de mettre en doute l'existence de Fiacre. Il fallait bien quelqu'un pour fonder le monastère du Breuil et pour occuper le tombeau de son église. Par ailleurs, le nom typiquement irlandais de Fiacre est, en dehors de lui, inconnu sur le continent.

 

Fiacre, patron des jardiniers, est un saint qui a joui d’une popularité exceptionnelle en France. On compte 522 statues de ce saint, généralement représenté avec une bêche, dont 229 antérieures au XVIIe siècle (Régine Pernoud, Les Saints au Moyen Âge - La sainteté d’hier est-elle pour aujourd’hui ?, Plon, Paris, 1984, p. 367). Dans la Somme, à Esclainvillers, le patron est Saint Fiacre. L'église possède sa satue et une relique : le bras de St Fiacre, mais il n'est plus visible au village. A Nevers (Nièvre), les jardiniers du bassin maraîcher de la Baratte, ont commémoré, en 2008, le tricentenaire de leur confrérie de Saint-Fiacre Local (la plus ancienne confrérie de la ville). C'est l'association Saint-Fiacre Loire-Baratte qui perpétue la tradition locale.

 

 

Sources : 1, 2

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 00:00
Polyptyque de sainte Sabine - Antonio Vivarini - Giovanni d'Alemagna  - 1443 Venise

Polyptyque de sainte Sabine - Antonio Vivarini - Giovanni d'Alemagna - 1443 Venise

Chrétienne, Sabine est martyrisée le 29 août 126 à Vindena en Ombrie (Italie) sous le règne de l'empereur Hadrien. En son honneur, trois siècles après son martyre, une riche Romaine fit élever sur ses terres, en 425, une basilique qui existe encore de nos jours.

Dame romaine, épouse de Valentin, homme de qualité, Sabine fut instruite de la foi chrétienne par une pieuse vierge, Séraphie. Après le martyre de celle-ci, elle en recueillit les reliques pour les ensevelir avec honneur.

On l'arrêta pour ce fait, et on la fit comparaître devant le juge Elpidius.

"Êtes-vous, lui dit le juge, cette Sabine de race noble et d'illustre alliance ?

'Oui, c'est moi, répondit-elle, et je rends grâces à mon Seigneur Jésus-Christ d'avoir été délivrée de la servitude des démons, par l'intercession de Séraphie, sa servante.'"

Le préfet essaya de diverses manières de la faire changer de sentiment ; mais voyant qu'il ne pouvait l'ébranler dans sa foi, il prononça la sentence à la peine capitale pour avoir méprisé les dieux. Les chrétiens ensevelirent son corps dans le tombeau où elle-même avait enseveli Séraphie, sa maîtresse dans la foi.

Sources: (1), (2)

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 00:00

Saint Jean-Baptiste est le dernier et le "plus grand des prophètes". C'est lui qui annonce aux Peuples la venue de Jésus. Il naît d'une mère stérile et âgée, Elisabeth, cousine de Marie. Il baptisa le Christ, dans les eaux du Jourdain et annonça un baptême non seulement par l'eau mais aussi de l'Esprit-Saint. On lui donne le nom de Saint Précurseur. L’Église fête sa nativité, aussi bien en Orient qu'en Occident le 24 juin, au moment du solstice d'été. Parmi les nombreux rites qui sont associés à cette fête, certains semblent venir directement des anciennes grandes fêtes celtes du solstice d'été, lorsque cette nuit était réputée surnaturelle, et les feux cérémoniels ("Il faut que lui - le Christ - grandisse et que moi je décroisse". Jn III, 30). La pratique des feux de la Saint-Jean reste très vivace dans de nombreuses villes et villages du monde occidental. Sa mort est célébrée le 29 août aussi bien en Orient qu'en Occident : c'est sa Décollation (ou décapitation).




 

Inspiré par l'Esprit de Dieu, Jean Baptiste se retira au désert pour mieux conserver son innocence et cultiver les dons extraordinaires dont il avait été favorisé. Il y vécut, depuis son enfance jusqu'à trente ans, dans la pénitence, la prière et la contemplation. Sa trentième année, il parut dans le monde pour y prêcher la pénitence et donner le baptême, qui en était le signe, d'où lui est venu le nom de Baptiste ou Baptiseur.

Déjà le Sauveur Lui-même avait reçu le baptême des mains de Jean-Baptiste, et celui-ci avait rendu à l'Agneau de Dieu les plus glorieux témoignages. La vie du Saint Précurseur touchait à son terme ; il ne lui restait plus qu'à sceller de son sang la divinité de sa mission. Hérode, gouverneur de la Galilée, menait une vie irrégulière avec Hérodiade, sa belle-soeur; saint Jean, à différentes reprises, blâma avec force un pareil scandale; aussi Hérodiade cherchait-elle l'occasion de se venger.

Depuis trois mois déjà, le courageux défenseur de la vertu était en prison; mais cette vengeance ne suffisait pas à une femme voluptueuse et cruelle. Un jour qu'Hérode, pour célébrer l'anniversaire de sa naissance, donnait un festin à tous les grands de sa cour, Salomé, fille d'Hérodiade, dansa devant le prince avec tant de grâce, qu'Hérode s'engagea par serment à lui donner tout ce qu'elle demanderait, fût-ce la moitié de son royaume. La jeune fille sortit et courut raconter à sa mère la promesse dont elle venait d'être l'objet: "Que dois-je demander? dit-elle à Hérodiade. – Demande la tête de Jean-Baptiste," répond la haineuse femme. Salomé vint aussitôt annoncer à Hérode le choix qu'elle avait fait. Hérode était plus corrompu que cruel; il regretta sa promesse, il fut attristé de la demande; mais il mit un fatal point d'honneur à ne pas manquer à sa parole devant toute l'assistance, et il envoya un garde trancher la tête de Jean-Baptiste; celui-ci vint présenter à la princesse, dans un bassin, la tête du martyr, qu'elle alla aussitôt montrer à sa mère. Quand cette nouvelle fut annoncée à Jésus, qui la connaissait déjà par Sa science divine, Il manifesta une profonde douleur.

Le crime ne resta pas impuni, car Hérode, vaincu par ses ennemis, perdit sa couronne et périt misérablement. La fin d'Hérodiade et de sa fille ne fut pas plus heureuse. Il est à remarquer que la plupart de ceux qui ont joué un rôle odieux, dans l'Évangile, ont subi dès cette vie le châtiment de leur impiété et de leurs crimes.

Décollation du Baptiste, Seconde moitié du XVe siècle, Stefano de Fedeli, Monza, cathédrale, dans Rosa Giorgi, Le Petit Livre des Saints, Larousse, Tolède 2006, p. 510-511.

Décollation du Baptiste, Seconde moitié du XVe siècle, Stefano de Fedeli, Monza, cathédrale, dans Rosa Giorgi, Le Petit Livre des Saints, Larousse, Tolède 2006, p. 510-511.


Sources: Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950. L'Evangile au quotidien; wapedia
 

Partager cet article
Repost0
28 août 2021 6 28 /08 /août /2021 15:31

Depuis le lancement de la troisième injection du venin de Pfizer, les décès par "Covid" explosent en Israël.

 

Le graphique ci-dessous compare la situation en Israël, un des pays les plus vaccinés, les plus confinés et les plus masqués au monde, et la Suède qui n'a pas confiné, ni masqué ni vacciné sa population : 

Israël : La Troisième injection provoque l'hécatombe

Source : https://www.businessbourse.com/2021/08/26/nombre-de-nouveaux-deces-quotidiens-en-israel-et-en-suede-de-covid-19-par-million-dhabitants-un-graphique-qui-vaut-mille-mots/ 

Partager cet article
Repost0
28 août 2021 6 28 /08 /août /2021 00:00

Si vous cherchez quelque lieu élevé, quelque endroit consacré,

Offrez à Dieu un temple dans votre intérieur,

Car le temps de Dieu est saint

et c'est vous qui êtes ce temple.

Vous voulez prier dans un temple, priez en vous-même.

Mais commence par devenir le temple de Dieu,

parce qu'il exaucera celui qui le prie dans son temple.

Saint Augustin, cité in Jean-Paul Bourré, Méditations chrétiennes, Presses du Châtelet, Paris 2004, p. 72.

Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 27.

Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 27.

Saint Augustin naît à Tagaste en Afrique du nord en l'an 354, dans la province romaine de Numidie (aujourd’hui Souk-Arhas en Algérie), d’une mère chrétienne (Ste Monique) et d’un père païen. Son éducation est entièrement tournée vers l’étude et la foi chrétienne. À 16 ans, il part à Carthage pour y parfaire son éducation. Là, il étudia la rhétorique et la philosophie et s'éloigna du christianisme pour suivre les principes du manichéisme. Il n’a pas 20 ans lorsqu’il prend une concubine avec laquelle il a un fils. Il enseigna la grammaire, la rhétorique et la philosophie à Tagaste, Carthage, Rome et Milan. Il eut alors l'opportunité d'entendre prêcher l'évêque Ambroise, ce qui l'amena à se convertir, et à recevoir le baptême en l'an 386.

Il est avant saint Thomas d'Aquin, le plus grand penseur chrétien. Il fut le marteau de toutes les hérésies de son temps, dont le manichéisme, le donatisme, le pélagianisme et à la fin de sa vie, l'arianisme. Ses innombrables ouvrages sont un des plus splendides monuments de l'intelligence humaine éclairée par la foi.

 

Le manichéisme

 

Mani (ou Manès), avait vécu au IIIe siècle. Il était né en Perse (sans doute vers 215). Son père, semble-t-il, appartenait à la secte judéo-chrétienne des Helchassaïtes, appelés encore Alexéites, qui professaient une sorte de dualisme où le feu était le symbole de la damnation et l'eau celui du salut.

La doctrine de Mani était constituée comme un syncrétisme, infiniment plus large et plus subtil que ceux dont le monde gréco-romain avait fait les essais. On y pouvait repérer des éléments chrétiens, pour la plupart hérétiques, issus du judéo-christianisme de sa jeunesse et des influences marcionites qui s'exerçaient en Mésopotamie; une forte dose de gnosticisme syro-chrétien de Satornil (Saturnin) et de Cerdon, au bouddhisme ou plutôt à la tradition panindienne, à laquelle il avait emprunté la doctrine de la transmigration des âmes et un sens de la nature qui paraît ses théories d'une poésie souvent exquise, le tout prenant pour soubassement l'antique dogme dualiste iranien, tel que Zoroastre l'avait mis au net mille ans plus tôt, le dogme de l'opposition entre deux dieux également forts, et également premiers, le dieu du Bien et le dieu du Mal, entre Ormuzd et Ahriman.

Recherchant constamment la vérité, Augustin lit en 373 l'Hortensius de Cicéron (traité aujourd'hui perdu), qui réveille en lui l'amour du savoir. Il lit aussi la Bible mais est rebuté par une traduction médiocre et des récits pleins d'immoralité. Il se tourne vers le manichéisme, religion soit-disant rationnelle, dans laquelle il demeure neuf ans, de 374 à 383.

En 375, enseignant la rhétorique et l’éloquence à Carthage, où il est logé chez un ami richissime, il est un rhéteur véhément qui milite en faveur de l'hérésie manichéenne et s'enivre des prestiges du luxe et des admirations faciles. Tiraillé par l'ambition et le dégoût, plus incertain qu'il ne veut paraître, il décide d'emmener sa famille à Rome en 383. N’y trouvant pas l’emploi qu’il avait espéré, il accepte d’aller enseigner à Milan.

En fait, l'état d'âme d'Augustin arrivant à Milan était celui d'un homme profondément troublé et qui souffrait d'un désaccord essentiel. Il a passé trente ans. Le manichéisme, système où il avait espéré trouvé la solution des grands problèmes, l'a déçu; et depuis une pitoyable rencontre avec le héraut de la secte, l'évêque Fauste de Milève, il en est déjà secrètement détaché (premiers doutes sur la solidité des conceptions manichéennes). En surface il est heureux; professeur écouté, personnage quasi officiel, locataire d'une agréable demeure, d'un beau jardin. Au fond de lui, il sait trop qu'il piétine et patauge.

Au sujet de la cause du mal, S. Augustin, dans ses Confessions nous dit que les manichéens "cherchaient le principe et l'origine du mal avec une malice si noire et si aveugle qu'ils aimaient mieux soutenir que votre substance divine était susceptible du mal, que d'avouer que la leur, faible et misérable, était capable de la commettre. [...] Mais je disais ensuite : 'Qui m'a créé? N'est-ce pas le Seigneur mon Dieu, qui non seulement est bon, mais la bonté même?'" (Livre VII, 3)

Dans le manichéisme, la création tout entière était le lieu de ce combat, elle était un mélange inextricable de bien et de mal. L'homme lui-même était divin, lumineux par l'âme, mais par le corps, opaque et porté vers le mal. Avec Mani, tout était simple. Il fallait aider le Bien contre le Mal, c'est-à-dire écarter de soi tout ce qui était matériel et diabolique.

Le manichéisme apparaissait comme une sorte d'anarchisme spirituel propre à désagréger tous les principes les plus solides de l'éthique et de la vie. Dans son expansion, il rencontra partout de terribles obstacles; partout il fut récusé comme hérésie et persécuté. L'Inde après quelques mois d'essais de pénétration s'en débarrassa. Il fut également chassé de Chine. En Turquie, les Kirghiz, ces stricts musulmans éliminèrent le dualisme manichéen. (DANIEL-ROPS, Histoire de l'Eglise du Christ, tome II Les Apôtres et les Martyrs, Librairie Arthème Fayard, Paris 1965, p. 402-404.)

"Saint Augustin rapporte qu'ils (les manichéens) enseignaient que 'le péché n'est pas notre fait, mais l'œuvre en nous de je ne sais qu'elle substance étrangère.' Si bien que l'individu peut tout se permettre, tout en se trouvant "hors de faute". Il n'est pas responsable puisqu'il est agi par une force qui le domine. Situation infiniment confortable, quand on a fait quelque chose de mal", que de ne pas avoir à se dire qu'on en est l'auteur. (S. Augustin, Les Confessions, V.)" (Jean-Louis Harouel, Les Droits de l'Homme contre le peuple, Desclée de Brouwer, Paris 2016, p. 52.)

De même, alors que les païens grecs ou romains ordinaires s'abandonnaient volontiers au destin et au fatalisme, Saint Augustin prêchait le libre arbitre. (Cicéron avait déjà exprimé des vues quelque peu semblables à celles de saint Augustin). Jésus enseignait en effet que chaque individu devait répondre de ses erreurs morales précisément parce qu'elles étaient de mauvais choix. D'emblée le christianisme a enseigné que le péché est une affaire personnelle, qu'il n'est pas inhérent au groupe, mais que chaque individu doit avoir le souci de son propre salut. Les humains ont reçu la capacité, et par conséquent la responsabilité, de déterminer leurs propres actions.

À la différence des grecs et des Romains, dont les dieux manquaient cruellement de vertu et ne se souciaient pas des défaillances humaines, le Dieu chrétien est un juge qui récompense la 'vertu' et punit le 'péché'. Cette conception de Dieu est incompatible avec le fatalisme.

"Que toutes choses procèdent du destin, nous le le disons pas; nous affirmons au contraire que rien ne procède du destin." (La Cité de Dieu, livre V, ch. 9 in Rodney STARK, Le Triomphe de la Raison, Pourquoi la réussite du modèle occidental est le fruit du christianisme, Éditions Presses de la Renaissance, Paris 2007, p. 47-50.)

Pour lui, le savoir est un moyen de rencontrer Dieu. L’étude de l’univers ne peut que conduire à une appréciation plus haute de la sagesse de Dieu. Mais il place la foi au-dessus : elle prime la connaissance. L’homme a le libre choix entre le bien et le mal, mais pour faire le juste choix, il a besoin de l’aide divine et d’une foi forte.

Saint Augustin figuré dans ses vêtements épiscopaux, tenant à la main soit un livre (il est Père de l'Eglise et Docteur), soit un coeur enflammé, éventuellement percé de flèches, symbole de sa recherche de Dieu brûlante d'amour

Saint Augustin figuré dans ses vêtements épiscopaux, tenant à la main soit un livre (il est Père de l'Eglise et Docteur), soit un coeur enflammé, éventuellement percé de flèches, symbole de sa recherche de Dieu brûlante d'amour

J'aimais aimer.

Dieu s'est fait homme pour que l'homme devienne Dieu.

Sermon 128 (P. L. 39, col. 1997)

À l'automne 384, appuyé par ses amis manichéens, Augustin est nommé professeur de rhétorique à Milan. Il y admire la prédication de l'évêque S. Ambroise. C’est le début de sa conversion, mais il prend vite une nouvelle femme.

Poussé sans cesse par son bienheureux appétit de l'intelligence, Augustin lit Platon, Plotin, les traités néo-platoniciens qu'un ami lui prête dans les traductions latines de son compatriote, le rhéteur Victorin.

Les manichéens affirmaient que la matière avait été créée par un autre dieu, "un esprit qui n'a point été créé" par Dieu, "d'une autre nature" que celle de Dieu, et qui lui était "opposé". Cet esprit aurait "formé et produit toutes ces choses dans les plus basses parties du monde" (Confessions, Livre XXX). La matière était tenue pour vile. La rencontre d'Augustin avec le néoplatonisme lui fit d'abord connaître le paradigme de la lumière, qui descend d’en-haut pour éclairer les choses, et qui est ainsi un symbole de Dieu. C'est en lui une illumination. Il découvre la bonté fondamentale de tout être : l'Esprit existe en dehors de toute représentation ou matière (transcendance divine). Ce qui achève de balayer en lui les dernières traces manichéennes : en découvrant que toutes les choses ont en soi une transparence, elles peuvent pour ainsi dire, réfléchir la bonté de Dieu (le Bien), Augustin s’est "libéré du manichéisme dans lequel il vivait auparavant et qui le disposait à penser que le mal et le bien s’opposaient continuellement, en se confondant et en se mélangeant, sans avoir de contours précis. Comprendre que Dieu est lumière lui donna une nouvelle orientation dans l’existence, la capacité de reconnaître le mal dont il était coupable et de s’orienter vers le bien." (Cf. Lumen fidei, § 33)

Dans le cheminement de conversion d'Augustin, le platonisme lui fit découvrir le monde intelligible, ce qui lui permit de s'approcher du Verbe, et il s'exalte à la vision métaphysique d'un univers ordonné par lui et le manifestant :

 

"Je m'étonnais de t'aimer, mon Dieu, devait-il écrire à propos de cette période de sa vie. Toi et non plus un vain fantôme. Si je n'étais pas encore capable de jouir de Toi, j'étais emporté vers Toi, par ta beauté."

 

Par-dessus tout, dans cette jeune âme en quête, la promesse de Dieu était l'amour. Il y a dans des pages émouvantes, que le saint écrira plus tard de ses expériences juvéniles, un mot dont on ne peut exagérer la richesse et qui résume toute sa conversion : "J'aimais aimer..." Celui qui, méritera d'être dit le Docteur de l'Amour, celui dont la postérité résumera le message dans la célèbre formule: "Aime, et fais ce que tu veux!" Si l'amour de Dieu et du prochain pouvait être parfait en notre coeur, chacune de nos actions seraient d'une perfection infaillible.

 

Augustin découvre vite les limites de la métaphysique platonicienne. Du Dieu des idéalistes, il "n'est pas capable de jouir." Le mystère de l'Incarnation n'est pas loin...

 

Au printemps 385, sa mère Ste Monique le rejoint à Milan. Il commence à découvrir les beautés de la Bible. Début 386, il réfléchit sur le mystère du mal. En mai-juin, il découvre les "livres des platoniciens". Il lit les Lettres de S. Paul, consulte le théologien Simplicien, reçoit la visite de Ponticianus, qui lui fait connaître la Vie d'Antoine.

 

Il est soudainement frappé par la grâce le 15 août 386 dans le jardin de sa maison de Milan, alors qu’il explique à un de ses élèves la lutte intérieure qui le déchire. Il entend une voix d'enfant lui dire: "Tolle! Lege!" (Prends! Lis!) Il tombe sur le chapitre 13 de l'Épître aux Romains: "Ni ivresse, ni débauche, ni luxure... Revêtez au contraire le Seigneur Jésus Christ." Augustin raconte le moment de cette expérience concrète dans ses Confessions. Ce moment où se révèle le Dieu personnel de la Bible, capable de parler à l’homme, de descendre pour vivre avec lui et d’accompagner sa marche dans l’histoire, en se manifestant dans le temps de l’écoute et de la réponse. Trois ou quatre semaines plus tard, Augustin abandonne alors le monde. Il résigne ses fonctions et se retire dans un monastère à Cassiciacum, près de Milan, où il rédige ses premiers Dialogues et les Soliloques.

Je ne sais rien, si ce n'est qu'il faut mépriser les choses fragiles et périssables, pour chercher les choses certaines et éternelles. C'est ce que je fais, puisque là se réduit toute ma science.

Augustin, Soliloques

Augustin reçoit le baptême des mains de Saint Ambroise, à 33 ans, le jour de Pâques 387 (24 ou 25 avril), avec son fils de 14 ans, Adéodat et son ami Alypius.

Son premier soin est de dénoncer la fausse morale manichéenne et ses suspectes facilités dans le De Moribus. Puis ce furent à partir des livres de la Genèse, ses efforts pour expliciter les fondements de l'autorité. A l'automne 387, il a l'extase d'Ostie, puis c'est la mort de Monique.

En 388, il retourne en Afrique du Nord, où menant une vie monastique à Thagaste, il devient le défenseur de l’orthodoxie chrétienne, écrivant d’innombrables lettres et sermons contre les hérétiques de son temps et de nombreux traités de philosophie et de métaphysique.

En 391, Augustin est ordonné prêtre à Hippone (près de l'actuelle Annaba, sur la côte algérienne).

En 395, il est consacré évêque d’Hippone, où il passera le reste de sa vie, un règlement ecclésiastique interdisant le transfert des évêques. Il installe dans sa propre maison une petite communauté fraternelle dont l’exemple est à l’origine de la plupart des règles monastiques. 118 traités, 218 lettres, plus de 500 sermons, cette production mêlera Augustin aux grandes controverses de son temps. Rares sont les traités qui, comme l'ouvrage De la Trinité, demeurent en marge de ces débats.

Saint Augustin, 1464 environ, Pierro della Francesca, Lisbonne, musée national d'Art ancien, dans Rosa Giorgi, Le Petit Livre des Saints, Larousse, Tolède 2006, p. 508-509.

Saint Augustin, 1464 environ, Pierro della Francesca, Lisbonne, musée national d'Art ancien, dans Rosa Giorgi, Le Petit Livre des Saints, Larousse, Tolède 2006, p. 508-509.

Devenu évêque, il offre aux zélateurs de Mani des rencontres publiques où chacun des deux camps apportera ses arguments.

En 392, c'est la longue conférence - 48 heures de joute ! - où il écrase Fortunat sur le problème du mal; douze ans plus tard c'est celle où le savant manichéen Félix s'avoue vaincu et, sur-le-champ, se convertit.

 

En même temps, dans une suite de textes polémiques, Augustin réfute les grands ouvrages de la secte, les thèses d'Adimantus, les Fondements de Mani lui-même, le grand oeuvre que Faust de Milève vient de publier contre l'Écriture sainte et que l'évêque d'Hippone combat en rien de moins que trente-trois livres.

Parallèlement, pour opposer la vérité à l'erreur, ce sont les grands traités sur le Libre arbitre, la Nature du bien qu'Augustin dresse comme des bastions contre les entreprises de la "peste de l'Orient".

De cette bataille sévère, le manichéisme sortit épuisé. À la mort d'Augustin dans Hippone assiégée, le 28 Août 430 à l’âge de 76 ans, la fin de l'hérésie était proche. Au bénéfice du christianisme, l'oeuvre du saint aboutit à poser des bases définitives: situant exactement les rapports entre raison et autorité, définissant le mal - dans la grande perspective paulinienne - comme ce qu'il est, un déficit, une imperfection, une carence, mais non une réalité, affirmant que tout ce qui a été créé par Dieu est bon dans son essence. Du point de vue de la civilisation, il avait contribué à écarter la menace d'une doctrine qui ruinait les fondements de la vie collective, la morale, la famille, les échanges sociaux, la discipline.

Tombe de saint-Augustin à la basilique San Pietro in Ciel d'Oro à Pavie.

Tombe de saint-Augustin à la basilique San Pietro in Ciel d'Oro à Pavie.

Le donatisme

 

Dans la lutte contre ce qu'il appelait "le parti de Donat", il s'y lança avec une véhémence et une ténacité qui devait faire de lui, depuis les années 400 jusqu'à sa mort, le véritable chef de la lutte antidonatiste. Et quand le schisme hérétique, en fin de compte, s'effondra, son véritable vainqueur.

Né au début du IV siècle au lendemain de la persécution de Dioclétien sous prétexte que certains évêques avaient été "traditeurs" (c'est-à-dire avaient capitulé devant les agents impériaux et devaient être tenus pour indignes d'administrer les sacrements), le rigorisme donatiste avait tourné au schisme et à l'hérésie. Au schisme, car il avait aboutit à créer une contre-Église séparée de Rome; à l'hérésie, car les théologiens de la secte avaient soutenu que seuls les saints (ceux qui n'avaient pas apostasié) font partie de l'Église, les pécheurs en étant complètement proscrits. Le donatisme avait trouvé maintes complicités en Afrique.

Dégradée par une minorité de violents, l'Église qui s'intitulait "des saints", s'était, depuis 80 ans, acoquinée à des bandits violents, des malfaiteurs de toute sorte qui livraient aux catholiques une guerre sans merci. Vers 400, l'Église schismatique avait peut-être plus d'adeptes en Afrique que la véritable Église ! Pour persuader les chefs de la faction ennemie de leurs erreurs, Augustin leur proposa, comme il le fit pour les manichéens, des discussions publiques; moins intellectuels, la plupart se dérobent. Alors, c'est par écrit qu'il les combat, multipliant livres et traités où il expose leurs assertions, puis les démonte et les pulvérise.

La grande conférence de Carthage, où 286 évêques catholiques affrontent 279 donatistes, voit le penseur d'Hippone en venir à bout.

Quand finalement le gouvernement impérial ordonnera la suppression légale du donatisme et commencera à poursuivre ses adeptes, Augustin essaiera encore de rallier les schismatiques  désemparés pour les ramener à l'Église. Si dès lors, le parti de Donat s'effondre, pour disparaître tout à fait avant l'an 500, la plus grande part du mérite en revient à Augustin.

Le schisme donatiste était sectaire; orgueilleux, il prétendait à une sainteté exclusive. Augustin lui opposait l'image authentique de l'Église: elle est miséricordieuse à tous, même aux pécheurs, et ses membres les plus chers sont les humbles de coeur. Cette apologétique, née de la bataille, a gardé jusqu'à nous son prestige inentamé.

C'est dans une série de lettres, dont l'une des plus riches est la lettre 93 à Vincentius, que S. Augustin a rassemblé les arguments susceptibles de légitimer contre le schisme et l'hérésie l'appel au bras séculier. Certes, la foi et l'amour de Dieu sont des actes essentiellement libres; et l'on ne peut expressément n'y contraindre personne, mais l'État peut et doit punir les atteintes à l'épanouissement, à l'unité de l'Église chrétienne.

 

Le pélagianisme

 

La lutte donatiste était à son paroxysme quand une nouvelle hérésie surgit à la quelle Augustin eut encore à faire front. Le moine breton Pélage, à Rome, sous le pontificat d'Anastase (399-401) s'était mis à dénoncer les demi-convertis qui entouraient le sanctuaire, les chrétiens nominaux que le baptême ne changeait en rien.

Établi à Rome vers 400, Pélage développait l'idée que la transgression d'Adam n'avait affecté que lui, que tout homme naissait innocent et n'avait aucun besoin de la grâce divine pour s'établir durablement dans le bien. L'homme pouvait se sauver par ses propres forces. Attaquée violemment par Augustin, cette hérésie fut condamnée au concile oecuménique d'Ephèse (431).

Le moralisme dur, intransigeant et ascétique de Pélage, connut un vif succès, d'autant qu'il prêchait d'exemple, en des milieux profondément croyants. Le moine breton fut tenu pour une sorte de prophète. Sa doctrine se résumait dans une négation de la nécessité du baptême : Pélage proclamait la toute-puissance non pas de Dieu, mais de l'homme..., qui même quand il ne veut pas le bien et ne le fait pas, peut le faire par sa seule volonté, par ses propres forces naturelles. La grâce sanctifiante qui venait de Dieu n'était plus nécessaire. Par conséquent, la Rédemption perdait son sens de régénération de la mort à la vie. Un tel système ramenait la religion à un pur moralisme, niait l'utilité du sacrifice du Christ, rendait inutile toute prière... Si, seul, je puis me sauver, pourquoi prier ?

Cette déviation ne fut pas facile à discerner, car, par bien des traits, Pélage et les siens se présentaient en chrétiens remarquables. Dès qu'il eut été mis au courant, Augustin lui ne s'y trompa point.

 

"Avant même que je connusse les thèses de Pélage, mes livres les réfutaient", a-t-il écrit.

 

En 411, Augustin attaqua le pélagianisme et le fit d'abord condamner au concile de Carthage, le réfutant dans des traités qui deviendront célèbres sur les Mérites des pécheurs et le Baptême des enfants. Il lui oppose la vérité catholique dans ses grands ouvrages sur l'Esprit et la Lettre, la Nature et la Grâce.

 

Des longues luttes pélagiennes, l'Église sortit victorieuse, doctrinalement mieux armée.

 

L'idée centrale qu'Augustin développa fut l'apostrophe de saint Paul :

 

"Qu'avez-vous que vous n'ayez reçu?"

 

Grâce, bonnes oeuvres, foi même, tout n'existe que par le secours divin. Ce que nous faisons de bien, c'est Dieu qui le fait en nous. Ce sera la doctrine de S. François d'Assise.

Telle est la doctrine augustinienne de la Grâce, qui, bien comprise, ne porte nullement atteinte à la liberté humaine, car cette liberté est d'autant plus autonome que, se détournant des illusions de la terre, elle est plus abandonnée à la miséricorde et à la Grâce.

 

Le titre que souvent on donne à Augustin est celui de Docteur de la Grâce, un titre plus qu'amplement justifié !

 

L'arianisme

 

Dans les derniers temps de sa vie, S. Augustin a encore à faire face à l'hérésie arienne, qu'il a peu connue jusqu'alors en Afrique mais qui, lors de l'invasion vandale, s'identifie pour lui au péril barbare.

Augustin meurt le 28 août 430 dans Hippone assiégé par les Vandales.

Ses idées


Sa pensée est très marquée par le néo-platonisme, il ne voit aucune contradiction entre le christianisme et la philosophie de Platon. Il réconcilie le concept platonicien des "idées éternelles" avec le christianisme en considérant celles-ci comme partie intégrante du Dieu éternel. Il s’oppose cependant à la théorie cyclique de Platon. Pour Augustin, l’histoire est en mouvement, depuis un commencement vers une fin.
 

Deux formules résument sa pensée : « Crois pour comprendre. [...] Et [...] comprends donc pour croire. » (Sermon 43 in Les Plus Beaux Sermons de saint Augustin, réunis et traduits par Georges Humeau, t. I, p. 181-189. EA, 1986.)

Crois pour comprendre. [...] Tu disais : « J’ai besoin de comprendre pour croire » ; et moi : « Crois d’abord pour comprendre. » La discussion est engagée ; allons au juge ; que le prophète prononce ou plutôt que Dieu prononce par son prophète. Gardons tous deux le silence. Il a entendu nos opinions contradictoires ; « Je veux comprendre, dis-tu, pour croire » ; « Crois, ai-je dit, pour comprendre », et le prophète répond : « Si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » (Is 7, 9)

[…] [E]n un sens, cet homme a dit vrai quand il a dit : « Je veux comprendre pour croire » ; et moi également je suis dans le vrai quand j’affirme avec le prophète : « Crois d’abord pour comprendre. » Nous disons vrai tous les deux : donnons-nous donc la main ; comprends donc pour croire et crois pour comprendre ; voici en peu de mots comment nous pouvons accepter l’une et l’autre ces deux maximes : comprends ma parole pour arriver à croire, et crois à la parole de Dieu pour arriver à la comprendre.

Sermon 43 in Les Plus Beaux Sermons de saint Augustin, réunis et traduits par Georges Humeau, t. I, p. 181-189. EA, 1986.

Philosophie et théologie doivent être distinguées mais elles sont associées. Toute la culture occidentale en dépend.

Tous les maîtres spirituels de l'Occident sont ses disciples et reconnaissent leur dette envers lui : Scot Erigène, Abélard, S. Anselme de Canterbury, S. Bernard, les Victorins, Maître Eckart et S. Thomas, son seul pair.

"Saint Augustin a pleinement anticipé le célèbre 'Je pense, donc je suis' de Descartes dans bien des passages de son œuvre, y compris celui-ci : 'Mais, sans aucune représentation illusoire d'images ou de fantasmes, je suis tout à fait certain que je suis, que je le sais et que je m'en réjouis. En raison de ces vérités, je ne crains nullement les arguments des platoniciens, qui disent : 'Et si vous vous trompez?', parce que si je me trompe, je suis. Car celui qui n'est pas ne peut pas se tromper; et si je me trompe, de ce fait même je suis. ... Et par conséquent, je me trompe pas non plus en sachant que je sais. Car, puisque je sais que je suis, je sais également ceci, que je suis." (Rodney STARK, Le Triomphe de la Raison, Pourquoi la réussite du modèle occidental est le fruit du christianisme, Éditions Presses de la Renaissance, Paris 2007, p. 49.)

 

Avant lui il y avait eu des essais, des tâtonnements souvent remarquables, tels ceux d'un S. Irénée, d'un Justin, la grande oeuvre d'Origène dont l'Église d'Orient s'était nourrie. Saint Augustin est le véritable initiateur de l'esprit théologique en Occident. La théologie qu'il conçoit a pour but de "produire, nourrir, défendre et affirmer la loi salutaire qui mène au vrai bonheur." Même si, formellement, la théologie date du Moyen Âge, elle n'eût jamais existé sans ses pénétrantes intuitions. Toutes les grandes idées politiques aussi bien sur l'unité de l'Europe (la Chrétienté), les droits et les devoirs des gouvernants, la guerre et sa légitimité (défense contre l'agresseur, mais cette guerre même entre dans les conséquences du péché car "la paix n'appartient-elle pas au seul bonheur éternel?"), les rapports de l'Église et de l'État, les bases de la distinction des pouvoirs temporel et spirituel, toutes les conceptions sociales sur l'esclavage, l'argent, la condamnation de l'usure, le travail et bien d'autres sujets, sont présentes dans leurs principes, dans la Cité de Dieu.

 

L'accord nécessaire entre l'Église et l'État induit aide et protection de l'Église par l'État. L'Église a droit à cette protection, alors que les faux cultes ne peuvent réclamer semblable faveur.

Saint Augustin, proclame avec force qu'il n'y a pas de res publica quand la vraie justice, la justice du Christ, est absente : « Ubi justitia non est, non est republica » (Cité de Dieu, XIX,21 in Jacques Chevalier, De saint Augustin à saint Thomas d'Aquin: Histoire de la pensée, Préface de Serge-Thomas Bonino, Collection Philosophie européenne dirigée par Henri Hude, Editions Universitaires, vol. 3, 1992, p. 70.)

 

 

La tolérance pratique d'un culte non catholique est bonne car pour l'extension du règne du Christ, S. Augustin compte plus sur le pouvoir de la vérité que sur l'appui de César. La question se posa quand face aux violences donatistes, l'État impérial fut amené à sévir. La tolérance a des limites si la paix sociale est troublée (aujourd'hui on dit "s'il y a trouble à l'ordre public", notion tout droit héritée de cette idée augustinienne), si la loi est insultée, des rigueurs peuvent s'imposer : concrètement, S. Augustin approuvera les mesures contre les donatistes (Giovanni Papini a fait remarquer que le donatisme annonçait par certains aspects le luthéranisme) mais jamais il ne demandera que l'on convertisse personne de force. Et cette intervention du pouvoir a des limites: S. Augustin dit formellement qu'elle ne doit jamais aller jusqu'à la peine de mort, au moins entre chrétiens, et qu'elle doit être précédée d'une recherche charitable des terrains d'entente. "La liberté de l'erreur est la pire mort de l'âme", mais la violence n'est pas bonne aux yeux de Dieu. Les bûchers du Moyen Âge se réclameront de la doctrine augustinienne du "bras séculier", mais lui ne les a jamais justifiés, même par avance.



Augustin a posé les fondements de la culture chrétienne.  Il "a formé l'intelligence de l'Europe chrétienne", écrira le Bx cardinal Newman.

Saint Augustin n'a pas fondé d'ordre mais a écrit une Règle dont s'inspirent de nombreux religieux, qualifiés d'"Augustins", comme les chanoines réguliers de Saint-Augustin, l'Ordre de Saint Augustin, les Grands Augustins, les Récollets, les Assomptionnistes, et des congrégations féminines (comme les Visitandines), très nombreuses.

Oeuvres principales

Son oeuvre est immense, il écrivait sans relâche, lettres, traités et sermons pour défendre sa conception du christianisme.

- Les Confessions racontent sa jeunesse et sa conversion. Composées vers 397-400, elles ont connu en Occident un succès immédiat, et inouï. Certes, divers penseurs avaient déjà eu l'idée de raconter par quel itinéraire ils s'étaient approchés de la vérité (S. Justin au IIe siècle; S. Hilaire dans la préface de son traité De la Trinité, au milieu du IVe siècle), mais cette trame de la quête du vrai n'avait jamais permis le surgissement d'un ouvrage d'une ampleur et d'un éclat comparable à ceux des Confessions. Saint Augustin, alors âgé de près de 45 ans, avait reçu le baptême une dizaine d'années plus tôt.

- Contre Fauste le manichéen, composé entre 398 et 404.

-De la Trinité (399-422), est avec la Somme de S. Thomas d'Aquin, un des deux môles de la spéculation chrétienne où S. Augustin appelle toutes les connaissances à l'aide, et la métaphysique et la psychologie, et l'acquis de Platon et d'Aristote, et toute l'érudition scripturaire, pour placer l'intelligence humaine en face du mystère qui passe toute intelligence.

- La Cité de Dieu (De Doctrina christiana) (13-427), une réflexion théologique sur l'histoire, est le texte fondamental de S. Augustin, qui définit pour longtemps les exigences et les limites d’une culture chrétienne, en justifiant le christianisme dans l’histoire et par l’histoire. La Cité de Dieu est la communauté universelle des vertueux, où séjournent Dieu, ses anges et tous les saints, ainsi que tous les hommes intègres sur terre. Saint Augustin oppose la Cité de Dieu à la Cité terrestre, décrit sa vision "des commencements et des fins" de ces deux cités, "les deux cours contraires suivis par la race humaine depuis ses origines, celui des fils de la chair et celui des fils de la promesse". Tout s’achève par la perfection, la glorification et l’apothéose de la cité de Dieu, qui n’est pas de ce monde.

Dans cet ouvrage, Augustin fait l'éloge de Théodose Ier (V 26, 1) en utilisant des sources écrites et des récits de témoins oculaires (Yves-Marie DUVAL, L'éloge de Théodose dans la Cité de Dieu. Sa place, son sens et ses sources, Recherches augustiniennes, IV 1966, p. 135-179)

-  De la nature et de la Grâce (415)

- De la Grâce du Christ et du péché originel

- Du Mariage et de la concupiscence (418)

- Contre Julien (théologien pélagien), Enchiridion (421-422)

- De la grâce et du libre arbitre (425)

- Du don de la persévérance (429)

- 113 traités sur tous les domaines (Sur la musique, par exemple).

- Quelque 218 lettres (correspondances avec des évêques, laïcs, ministres, empereurs).

- Près de 500 sermons et petits traités de théologie morale Sur le mensonge, Sur le jeûne, Sur le culte des morts, etc.

- Innombrables commentaires des Écritures (on a retrouvé des traces de commentaires de 42 816 versets).

- Dialogues sur la philosophie de Platon.

- Essais sur la religion romaine antique.


Citations

 

  • Par nature, l’homme n’a pas de pouvoir sur l’homme.
  • Notre coeur est inquiet tant qu’il ne trouve pas le repos en Dieu.
  • Crois pour comprendre. Et comprends pour croire.
  • [Douter], c’est croire implicitement à l’existence de la vérité et en désirer la connaissance.
  • La bonne volonté est l’oeuvre de Dieu, la mauvaise volonté est de s’éloigner de l’oeuvre de Dieu.
  •  

PROTECTEUR: des imprimeurs et des théologiens.

NOM: dérivé du latin, il signifie "vénérable", "auguré".

Sources : (1) ; (2); (3) Oeuvres complètes de saint Augustin; (4) Daniel-Rops, Histoire de l'Eglise du Christ, tome III L'Eglise des temps barbares, Librairie Arthème Fayard, Editions Bernard Grasset, Paris 1965, p. 18, 20, 29, 35-39, 41, 45, 51. (5) L'Etat chrétien comme dépassement, in Michel VILLEY, La Formation de la pensée juridique moderne, Texte établi, révisé et présenté par Stéphane RIALS, Quadrige PUF, Mercuès 2006, p. 130 ; (6) Rosa Giorgi, Le Petit Livre des Saints, Larousse, Tolède 2006, p. 508-509.

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
27 août 2021 5 27 /08 /août /2021 19:23
https://uncutnews.ch/zusammenstoss-zwischen-den-menschen-und-dem-tiefen-staat-in-italien/

https://uncutnews.ch/zusammenstoss-zwischen-den-menschen-und-dem-tiefen-staat-in-italien/

Il y a quelques années, l'Italie a été choisie par les puissances mondiales comme laboratoire social où la Grande Réinitialisation devrait être testée et affinée avant qu'elle ne soit complètement lancée dans le monde.

 

Selon les mots de Monseigneur Carlo Maria Viganò : "L' Italie est un terrain d'expérimentation pour les expériences d'ingénierie sociale que l'agenda mondialiste vise à étendre à tous les gouvernements au cours des dix prochaines années."

 

Le 30 août, le régime de la dictature sanitaire italienne a l'intention d'imposer ce qu'il pense être son échec et mat, le passeport de vaccination COVID-19, le soi-disant Passeport Vert, à l'ensemble de la population italienne.

Ce "passeport vert" discriminatoire et obligatoire viole sans aucun doute à la fois le droit international et les lois de la plupart des systèmes juridiques nationaux. Cela crée un monde dans lequel la majorité des gens sont incités ou forcés à recevoir une série de vaccinations expérimentales modifiant les gènes, ou des vaccins qui sont encore en test clinique. Il crée un monde dans lequel une minorité rebelle est marginalisée et se voit refuser l'accès aux équipements sociaux et aux activités de loisirs sociaux.

 

Un mouvement qui a commencé le Vendredi Saint 2020 lorsque seulement une douzaine de personnes ont tenté de briser les barrières et d'aller à la messe dans l'église de Santa Maria Maggiore à Rome, a progressivement grandi et s'est étendu jusqu'au point de juillet 2021 où vingt mille Romains agacés et révoltés se sont rassemblés sur la Piazza del Popolo pour créer et continuer à construire un défi vraiment lourd contre la dictature de la santé et la Grande Réinitialisation.

 

Il y a trois objectifs principaux :

 

Unir les gens au-delà des vieilles étiquettes stériles, usées et séparatrices de gauche et de droite.

Réunissant les différents groupements et associations d'ouvriers non qualifiés, artisans, restaurateurs et hôteliers ainsi que des professionnels médicaux et scientifiques.

Restez unis et agir ensemble jusqu'à ce que le passeport vert soit vaincu. Le mouvement s'est rapidement développé dans toute l'Italie, réunissant plus d'un million de personnes dans une mobilisation de ville à ville.

Une grande manifestation est prévue à Rome le 28 août, deux jours avant le lancement du Green Pass, ainsi que d'autres grandes manifestations dans les villes du pays.

 

Le régime se prépare depuis longtemps à contrer les manifestations de rue croissantes, parfois très violemment, mais quelque chose de différent, d'inattendu et de dangereux pour la dictature sanitaire. Un avocat, Avv. Nicola Trisciuoglio, au nom de 52 de ses collègues avocats, a déposé des accusations criminelles contre le Premier ministre italien Draghi et d'autres personnalités publiques, les accusant de crimes graves tels que complot, meurtre et homicide involontaire. Les plaintes pénales ont été déposées auprès des 140 procureurs de toutes les grandes villes italiennes.

 

De cette façon, il sera très difficile, voire impossible, pour le régime d'obtenir des faveurs ou d'intimider tous les procureurs pour qu'ils clôturent l'enquête pénale. En fait, près de 100 procureurs ont déjà ouvert des enquêtes pénales sur la base des plaintes.

 

On s'attend à ce qu'au moins un des procureurs demande à la Cour constitutionnelle d'examiner la légalité du passeport vert".

 

Au cours des dernières heures, la Procureure di Avellino a décidé d'envoyer le passeport vert à la Cour constitutionnelle pour décider s'il est ou non compatible avec le droit italien et européen.

 

Dans le cadre de cette enquête judiciaire, il a également été demandé aux procureurs de la République de saisir des échantillons desdits vaccins afin qu'ils puissent être analysés de manière indépendante dans des laboratoires neutres et que les "ingrédients " exacts puissent être déterminés. L'action complexe contre le régime tyrannique, les actes criminels commis et la lutte contre le passeport vert donnent enfin des résultats. 

 

QUE VOUS SOYEZ AMÉRICAIN, BRITANNIQUE, CANADIEN OU TOUTE AUTRE PARTIE DU MONDE, VEUILLEZ SOUTENIR L'ITALIE ET ​​LES ITALIENS DANS CE COMBAT QUI AFFECTERA DES VIE DANS LE MONDE ENTIER.

Source : Lewrockwell | UncutNews 

Partager cet article
Repost0
27 août 2021 5 27 /08 /août /2021 00:00
Sainte Monique, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p. 146

Sainte Monique, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p. 146

A l'heure où sont trop oubliés les devoirs de la jeune fille, de l'épouse et de la mère chrétiennes, il est utile de rappeler les vertus de cette admirable femme. Ce que nous en savons nous vient de la meilleure des sources, son fils Augustin.

Monique naquit à Tagaste, en Afrique, l'an 332. Grâce aux soins de parents chrétiens, elle eut une enfance pure et pieuse, sous la surveillance sévère d'une vieille et dévouée servante. Encore toute petite, elle aimait aller à l'église pour y prier, elle cherchait la solitude et le recueillement; parfois elle se levait même la nuit et récitait des prières. Son coeur s'ouvrait à l'amour des pauvres et des malades, elle les visitait, les soignait et leur portait les restes de la table de famille; elle lavait les pieds aux pauvres et aux voyageurs. Toute sa personne reflétait la modestie, la douceur et la paix. A toutes ces grâces et à toutes ces vertus, on aurait pu prévoir que Dieu la réservait à de grandes choses.

Dieu, qui a ses vues mystérieuses, permit cependant qu'elle fût donnée en mariage, à l'âge de vingt-deux ans, à un jeune homme de noble famille, mais païen, violent, brutal et libertin, presque deux fois plus âgé qu'elle, et dont elle eut beaucoup à souffrir, ainsi que de sa belle-mère.

Dans cette situation difficile, Monique fut un modèle de patience et de douceur; sans se plaindre jamais, elle versait en secret les larmes amères où se trempait sa vertu. C'est par ces beaux exemples qu'elle conquit le coeur de Patrice, son époux, et lui obtint une mort chrétienne, c'est ainsi qu'elle mérita aussi de devenir la mère du grand saint Augustin.

Monique, restée veuve, prit un nouvel essor vers Dieu. Vingt ans elle pria sur les débordements d'Augustin, sans perdre courage et espoir. Un évêque d'Afrique, témoin de sa douleur, lui avait dit: "Courage, il est impossible que le fils de tant de larmes périsse!" Dieu, en effet, la récompensa même au-delà de ses désirs, en faisant d'Augustin, par un miracle de grâce, l'une des plus grandes lumières de l'Église et l'un de ses plus grands Saints.

Monique, après avoir suivi Augustin en Italie, tomba malade à Ostie, au moment de s'embarquer pour l'Afrique, et mourut à l'âge de cinquante-six ans. Augustin pleura longtemps cette mère de son corps et de son âme. Le corps de sainte Monique a été transporté à Rome dans l'église de Saint-Augustin, en 1430. Cette femme illustre a été choisie comme patronne des mères chrétiennes. 
Elle est invoquée pour favoriser le bon déroulement d'un accouchement et est la protectrice des mères et des veuves.

Les fouilles du XIXe siècle à Ostie ont retrouvé la plaque de marbre commémorative de Monique.

 

Sources: (1); (2); (3) Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p. 146.

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 20:31

Un article de préimpression révolutionnaire du prestigieux groupe de recherche clinique de l'Université d'Oxford, publié le 10 août dans The Lancet, comprend des résultats alarmants dévastateurs pour le déploiement du vaccin COVID.

Source : https://dailyexpose.co.uk/2021/08/24/oxford-university-study-finds-fully-vaccinated-healthcare-workers-carry-251-times-viral-load-compared-to-the-unvaccinated/

Source : https://dailyexpose.co.uk/2021/08/24/oxford-university-study-finds-fully-vaccinated-healthcare-workers-carry-251-times-viral-load-compared-to-the-unvaccinated/

Les travailleurs de la santé entièrement vaccinés ont une charge virale 251 fois plus élevée que ceux qui ne sont pas vaccinés, ce qui prouve que la vaccination contre le Covid-19 aggrave la santé

 

Une pré-publication révolutionnaire du prestigieux groupe de recherche clinique de l'Université d'Oxford, publiée le 10 août dans The Lancet, contient des résultats alarmants qui sont dévastateurs pour l'adoption du vaccin COVID.

 

L'étude a révélé que les personnes vaccinées avaient des niveaux 251 fois plus élevés de virus COVID-19 dans leurs narines que celles qui n'étaient pas vaccinées.

 

Bien que la vaccination atténue les symptômes de l'infection, elle permet aux personnes vaccinées de porter une charge virale inhabituellement élevée sans d'abord tomber malades, ce qui en fait potentiellement des super-propagateurs présymptomatiques.

 

Ce phénomène pourrait être la cause de l'augmentation choquante post-vaccination des populations fortement vaccinées dans le monde.

 

Les auteurs de l'étude, Chau et al., ont démontré un échec et une transmission généralisés du vaccin dans des conditions étroitement contrôlées dans un hôpital fermé à Ho Chi Minh-Ville, au Vietnam.

 

Les scientifiques ont examiné les travailleurs de la santé qui n'ont pas été autorisés à quitter l'hôpital pendant deux semaines. Les données ont montré que les employés entièrement vaccinés - environ deux mois après l'injection du vaccin Oxford / AstraZeneca COVID-19 (AZD1222) - ont acquis, porté et vraisemblablement transmis la variante Delta à leurs homologues vaccinés.

 

Ils ont presque certainement transmis l'infection Delta à des individus sensibles non vaccinés, y compris leurs patients. Le séquençage des souches a confirmé que les travailleurs se sont mutuellement infectés par le SRAS-CoV-2.

 

Cela est conforme aux observations faites par Farinholt et ses collègues aux États-Unis, et conforme à ce que le directeur des Centers for Disease Control and Prevention a admis que les vaccins COVID-19 ne peuvent pas empêcher la transmission du SRAS-CoV-2. (...)

 

Avec cela, nous avons une pièce importante du puzzle qui explique pourquoi l'épidémie de Delta est si massive : les individus entièrement vaccinés participent en tant que patients COVID-19 et agissent comme de puissants super-propagateurs de l'infection ressemblant à la typhoïde.

 

Les personnes vaccinées provoquent des explosions virales concentrées dans leurs communautés, alimentant de nouvelles poussées de COVID. Les agents de santé vaccinés sont presque certains d'infecter leurs collègues et leurs patients, causant d'horribles dommages collatéraux.

 

La poursuite de la vaccination ne fera qu'aggraver ce problème, en particulier avec les médecins et les infirmières qui s'occupent des patients à risque.

 

Les systèmes de santé devraient immédiatement abandonner les exigences de vaccination, dresser un inventaire des employés vaccinés contre le COVID-19 qui sont immunisés contre Delta et considérer l'impact des employés actuellement vaccinés comme une menace potentielle pour les patients et les employés à haut risque."

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 11:47

"Pourquoi nos politiciens et les responsables de la santé sont-ils lancés sur cette rhétorique ? Les vaccinations sont-elles le moyen de sortir de ces blocages induits par le "Delta", alors que les preuves du contraire s'accumulent ?

 

A la lumière de ce qui se passe en Israël, la question posée par The Spectator pour l'Australie vaut pour la France et tous les pays occidentaux :

Source : https://spectator.com.au/2021/08/most-covid-patients-at-israeli-hospital-fully-vaccinated-what-does-this-mean-for-australia/

Source : https://spectator.com.au/2021/08/most-covid-patients-at-israeli-hospital-fully-vaccinated-what-does-this-mean-for-australia/

Israël a été considéré comme le "standard or" sur la manière de mener le déploiement du vaccin contre le coronavirus. Il a vu environ 70% de sa population recevoir l'injection. Les Israéliens se sont principalement appuyés sur le vaccin Pfizer. Cependant, récemment, le Premier ministre du pays, Naftali Bennett, a déclaré que le vaccin Pfizer est "considérablement moins" efficace contre la variante dite Delta . Cela fait suite à une déclaration en juin dernier de Ran Balicer, qui dirige un groupe consultatif d'experts pour le gouvernement israélien,  annonçant  que le pays pourrait se retrouver à nouveau bloqué. Balicer et d'autres responsables ont déclaré que 90% des nouveaux cas étaient causés par la variante Delta.

 

Maintenant, un médecin israélien a révélé une bombe lors d'une interview télévisée. Dans l'interview du 5 août avec la chaîne israélienne Chanel 13, le Dr Kobi Haviv, directeur médical de l'hôpital Herzog à Jérusalem, a déclaré que la majorité des patients atteints de coronavirus dans un hôpital israélien sont entièrement vaccinés, y compris ceux atteints d'une maladie grave.

 

 

Le Dr Haviv a en outre précisé que : "95 % des patients sévères sont vaccinés", ajoutant que "85 à 90 % des hospitalisations concernent des personnes entièrement vaccinées", et que l'hôpital "ouvre de plus en plus des services COVID". Cela l'a amené à conclure que "l'efficacité du vaccin se dissipe sous nos yeux".

 

Sur les 72 patients COVID-19 hospitalisés, 25 patients étaient dans un "état critique", 38 étaient dans un état "modéré" et 9 étaient dans un état "léger". Deux décès ont été signalés au moment de l'entretien.

 

Les données du  ministre israélien de la Santé publiées le 22 juillet ont déclaré que l'efficacité du vaccin Pfizer-BioNTech pour prévenir le COVID-19 est tombée de 90 % à seulement 39 %, coïncidant avec la propagation de la variante Delta dans le pays. 

 

Tout cela soulève une question importante en ce qui concerne l'Australie. Après le Cabinet national le 30 juillet, le Premier ministre Scott Morrison a annoncé qu'il y aurait des "règles spéciales" pour les personnes vaccinées car elles présentent « un risque moindre pour la santé publique ». Cependant, à la lumière de ce qui précède, pourquoi nos politiciens et les responsables de la santé sont-ils lancés sur cette rhétorique, les vaccinations sont-elles le moyen de sortir de ces blocages induits par le "Delta", alors que les preuves du contraire s'accumulent ?

Source : The Spectator

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 11:03
Source : https://dailyexpose.co.uk/2021/08/21/official-data-shows-many-more-people-have-died-due-to-the-covid-19-vaccines-in-8-months-than-people-who-have-died-of-covid-19-in-18-months/

Source : https://dailyexpose.co.uk/2021/08/21/official-data-shows-many-more-people-have-died-due-to-the-covid-19-vaccines-in-8-months-than-people-who-have-died-of-covid-19-in-18-months/

Grâce à une série de données officielles de la santé publique et du gouvernement disponibles confirmant que davantage de personnes sont décédées à cause du vaccin Covid-19 en 8 mois que les personnes décédées du Covid-19 en 18 mois, il ne fait plus aucun doute que les injections de Covid-19 sont plus mortelles que le prétendu virus Covid-19 lui-même.

 

Les données du NHS pour l'Angleterre montrent que depuis mars 2020 jusqu'au 12 août 2021, un total de 3 743 personnes seraient décédées de Covid-19 qui n'avaient aucune autre affection préexistante, notamment la démence, l'insuffisance rénale chronique, la maladie pulmonaire chronique, la maladie neurologique chronique , et les maladies cardiaques.

 

[...]

 

Cependant, les données publiées par Public Health Scotland montrent qu'entre le 8 décembre 2020 et le 11 juin 2021, un total de 5 522 personnes sont décédées dans les 28 jours suivant une injection de Covid-19, 1 827 décès étant dus à l'injection Pfizer, 3 643 décès étant dus à l'injection AstraZeneca, et 2 décès étant dus à l'injection Moderna.

 

Cela signifie qu'en seulement 6 mois, près de 8 fois plus de personnes sont décédées dans les 28 jours suivant le vaccin contre le Covid-19 que de personnes décédées de Covid-19 (704 décès) en 18 mois en Écosse. Alors que 1,5 fois plus de personnes sont décédées dans les 28 jours suivant le vaccin contre le Covid-19 en Écosse que le nombre de personnes décédées du Covid-19 (3 ​​743 décès) en 18 mois en Angleterre.

 

Même en ajoutant le nombre de personnes décédées de Covid-19 en Angleterre et en Écosse ensemble ; ce qui représente 4 447 décès en 18 mois, il y a encore eu 1 075 décès supplémentaires dans les 28 jours suivant le vaccin contre le Covid-19 en Écosse.

 

Public Health England a jusqu'à présent refusé de publier le nombre de décès dans les 28 jours suivant la vaccination contre le Covid-19 en Angleterre, affirmant qu'ils ne détenaient pas les données malgré le fait que leurs homologues écossais soient en mesure de les fournir.

 

Mais sur la base du nombre de décès observés en Écosse et de l'ajustement à la population de l'Angleterre, nous estimons que le nombre aurait pu atteindre 57 470 en Angleterre au 11 juin 2021.

 

Il y a bien sûr ceux qui diront que l'utilisation du nombre de décès dans les 28 jours suivant le vaccin Covid-19 ne signifie pas que la personne est décédée à cause du vaccin Covid-19. Ils ont bien sûr raison, mais ce seront les mêmes personnes qui pensent qu'un décès survenu dans les 28 jours suivant un test Covid-19 positif est définitivement un décès Covid-19.

 

C'est pourquoi nous aimerions diriger ces personnes vers les données fournies par le système de carte jaune MHRA , qui montre que plus de personnes sont décédées à cause des vaccins Covid-19 en 8 mois que le nombre de personnes décédées de Covid-19 dans toute l'Ecosse en 18 mois.

Source: Daily Expose

Partager cet article
Repost0