Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 20:35

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 20:32

Le fait-il au détriment des libertés publiques ?

Le fait-il grâce au tracking numérique ?

Le fait-il grâce à la vaccination seule ?

 

La réponse est non.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 12:50

Dans l’émission Apolline Matin (vidéo ci-dessous) du 6 janvier 2022, l’invité du jour était la psychologue Marie-Estelle Dupont. Le sujet était évidemment les propos du président Macron qui a insulté des millions de Français

 

Pour Marie-Estelle Dupont, il n’y pas de doute à avoir quant aux intentions du président de la République :

« C’est évidemment le phénomène du bouc émissaire. Quand il y a une crise et qu’une population est épuisée, qu’elle n’en peut plus et qu’elle cherche une raison à ses difficultés, on désigne, pour dévier la cible de l’agressivité — au moment de la loi du passe vaccinal —, une minorité. On désigne une minorité, sans voir le tour de passe-passe, car en réalité tous les Français [NDLR : sont des boucs émissaires] puisque le vaccin nécessite le rappel. Donc moi-même je ne suis plus vaccinée dès lors que je n’ai pas fait mon rappel. La citoyenneté selon Emmanuel Macron c’est trois mois et une dose. On a de nouveau un problème juridique. »

 

« Soit on est cohérent et il y a une obligation vaccinale [NDLR. par la loi] soit il n'y en a pas et ils (les non-vaccinés) n'ont pas enfreint la loi, donc de quel droit allons-nous les stigmatiser ? On fait le lit de violences terribles. »

 

Marie-Estelle Dupont relève un fait très surprenant concernant la citoyenneté renouvelable : « Le vaccin est soumis à des rappels. Donc si la citoyenneté pour Emmanuel Macron est d’une durée de trois mois et une dose. On a mis à terre la Constitution. On a redéfini la citoyenneté. » Dans le monde de Macron, pour être un citoyen, les Français doivent souscrire à un abonnement chez Pfizer.

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 12:45
Ariane Bilheran : "Une grande partie de la population va devoir vivre dans sa chair des choses douloureuses pour ouvrir les yeux, un peu comme dans une secte"

Ariane Bilheran, Docteur en psychopathologie :

 

"Je veux dire aux gens qui nous écoutent ne pensez pas que cela va s'améliorer.

"À partir du moment où l'idéologie est partie dans le train à toute vitesse, la seule chose qui va l'arrêter c'est l'expérience douloureuse de la souffrance dans le réel. Et qui va faire qu'une grande partie de la population qui est prise dans le délire, par les manipulations qu'elle subit, va devoir vivre dans sa chair des choses douloureuses pour ouvrir les yeux, un peu comme dans une secte."

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 09:24
https://www.lifesitenews.com/news/fssp-priest-advises-laity-to-avoid-covid-shots-warns-one-world-government-is-in-the-works/

https://www.lifesitenews.com/news/fssp-priest-advises-laity-to-avoid-covid-shots-warns-one-world-government-is-in-the-works/

Traduction d'un article de Life Site News :

 

Un prêtre de la FSSP conseille aux laïcs d'éviter les ''vaccins Covid'', et avertit qu'un "gouvernement mondial" est en préparation

 

L'abbé Daniel Nolan a abordé les mensonges et les faussetés que les politiciens et les responsables de la santé publique ont raconté à la société à propos du Covid.

 

03 janvier 2022

 

''Un prêtre catholique traditionnel de la FSSP a prononcé une puissante homélie le 19 décembre 2021 sur les mensonges et les faussetés dont la société s'est nourrie à propos du Covid.

 

L'abbé Daniel Nolan, prêtre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre à l'église Our Lady of Mt. Carmel, a déclaré que le Christ est la "source de la réalité" et que quiconque s'en écarte finira dans "l'illusion".

 

C'est ce qui s'est passé avec la réponse politique au Covid, qui inclut des confinements massifs, des masquages ​​forcés et des mandats de vaccination, a déclaré l'abbé Nolan.

 

«Nous allons examiner ce qui s’est passé au cours des deux dernières années, et nous allons remarquer ce que nous voyons? Que soupçonnons-nous? Parce que par leurs fruits, vous pouvez les reconnaître», a déclaré l'abbé Nolan.

 

«Si le Christ est derrière quelque chose, vous allez le voir. Mais Satan étant le Prince des Ténèbres et le Père du Mensonge, vous allez aussi le remarquer. Si vous commencez à voir un tas de mensonges, vous pouvez probablement être certain que Satan est derrière cela», a déclaré le prêtre de la FSSP.

 

Il a déclaré que le Covid-19 est une maladie grave et doit être considérée comme telle, mais la réponse politique a été "complètement abusive et injustifiée par le niveau de danger que représente ce virus".

 

Il a déclaré que certains des "signes de Satan" dans la réponse incluaient la réponse initiale de la Maison Blanche (du président Donald Trump) et d'Anthony Fauci selon laquelle quelques semaines de fermetures seulement étaient nécessaires pour "aplatir la courbe" afin que les infrastructures de santé puissent être renforcées pour s'adapter.

 

Ensuite, l'abbé Nolan a noté qu'il y avait eu des allers-retours sur les masques, avec Fauci et le chirurgien général Jerome Adams disant que les masques n'étaient pas nécessaires, avant que les dirigeants de la santé publique n'admettent qu'ils ne voulaient pas que le personnel non médical achète des masques dont les infirmières et les médecins avaient besoin.

 

«Si vous savez qu'ils vous mentiront pour votre propre bien, alors sur quoi nous mentent-ils maintenant, n'est-ce pas? C'est ce que nous devrions nous demander», a déclaré le prêtre.

 

D'autres mensonges ou faussetés incluent le fait de compter les personnes décédées avec le Covid comme étant décédées du Covid, au moins partiellement en raison des paiements supplémentaires reçus par les hôpitaux pour traiter les personnes atteintes du Covid, le manque de fiabilité des tests Covid et la façon dont le gouvernement s’est servi de la soi-disant létalité du Covid-19 pour imposer des vaccins.

 

Il a également discuté du Forum économique mondial (World Economic Forum) et de la grande réinitialisation (Great Reset) et de la façon dont ce qui était autrefois ridiculisé comme une théorie du complot est maintenant discuté ouvertement.

 

"Vous ne posséderez rien à l'avenir parce que nous posséderons tout, mais nous vous le donnerons de manière juste et équitable et ce sera formidable", a-t-il dit en référence à une vidéo du Forum économique mondial.

 

"Ce n'est pas une théorie du complot, ils nous disent qu'ils ont des forums et disent que c'est là que le monde va. Et devinez ce qu'ils disent? Le Covid-19 est un excellent point de départ. Nous allons profiter de ce qui se passe et amener le monde à ce gouvernement mondial», a averti l'abbé Nolan. "C'est ce qu'ils essaient de faire."

 

"Je vous encourage en fait à ne pas vous faire vacciner", a déclaré l'abbé Nolan après avoir commenté le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS). ''Mais ne ressentez pas de pression. C'est la chose importante, ne soyez pas intimidé, forcé ou culpabilisé dans quelque chose que vous pensez vraiment que ce n'est pas vrai.''

 

« Ne vivez pas dans un monde délirant », a-t-il dit.''

 

Source | Le Forum catholique

 

PS: En 2020, l'abbé Daniel Nolan, FSSP, avait également eu une prise de position courageuse concernant le port du masque.

 

____________

"Le totalitarisme fonctionne à l'idéologie, c'est-à-dire à la création d'un récit ou d'une croyance fausse qui se substitut à la réalité et auquel l'on est prié d'adhérer. 

L'idéologie n'est ni plus ni moins qu'un délire, parce que le récit ne correspond pas à la réalité de l'expérience. Un délire en psychopathologie est la création d'un nouvelle réalité dans un récit pour remplacer la réalité existante. Et nous sommes donc dans un délire collectif." 

Ariane Bilheran et Reiner Fuellmich sur la mise en place du totalitarisme

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 00:00

Le baptême est le "sacrement qui efface le péché originel, et qui nous fait chrétiens, enfants de Dieu et de l'Église." (Encyclopedie Nicolas Bergier, Abbé Migne Éditeur, tome 33e, Paris, 1875, p. 483.)

C’est un rite de passage. Configurés au Christ, nous devenons fils d’un même Père et frères de Jésus-Christ, par l’Esprit-Saint. Le baptême est le sacrement de la naissance à la vie chrétienne : marqué du signe de la croix, plongé dans l’eau, le nouveau baptisé renaît à une vie nouvelle. Devenu chrétien, le nouveau baptisé peut vivre selon l’Esprit de Dieu. (Conférence des évêques de France.)

Baptême du Seigneur

Avec la fête du Baptême de Jésus, que nous célébrons aujourd'hui, s'achève le temps liturgique de Noël. L'Enfant que les Mages étaient venus adorer de l'Orient, à Bethléem, en offrant leurs dons symboliques, nous le retrouvons maintenant adulte, au moment où, arrivant de Galilée, il se fait baptiser dans le fleuve du Jourdain par le grand prophète Jean (cf. Mt 3, 13).

 

L'Évangile fait remarquer que lorsque Jésus sortit de l'eau après avoir reçu le baptême, les cieux s'ouvrirent et l'Esprit Saint descendit sur lui comme une colombe (cf. Mt 3, 16). On entendit alors une voix venue du ciel qui disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé; en lui j'ai mis tout mon amour » (Mt 3, 17). Ce fut sa première manifestation publique après environ trente ans de vie cachée à Nazareth en Galilée.

 

Outre Jean Baptiste, ses disciples furent également des témoins oculaires de cet événement singulier. Certains d'entre eux (André, Pierre) commencèrent à le suivre à partir de ce moment (Jn 1, 35-40). Ce fut dans le même temps une christophanie et une théophanie: tout d'abord Jésus se manifesta en tant que Christ, terme grec traduisant le mot hébreu Messia, qui signifie "oint". Il ne fut pas oint avec de l'huile à la manière des rois et des grands prêtres d'Israël, mais avec l'Esprit-Saint. Dans le même temps, aux côtés du Fils de Dieu apparurent les signes de l'Esprit-Saint et du Père céleste.[1]

 

« Il (Jean-Baptiste) préparait un peuple en annonçant d'avance à ses compagnons de servitude la venue du Seigneur et en leur prêchant la pénitence, afin que, lorsque le Seigneur serait présent, ils fussent en état de recevoir son pardon, pour être revenus à Celui auquel ils s'étaient rendus étrangers par leurs péchés et leurs transgressions, selon ce que dit David : "Les pécheurs se sont rendus étrangers dès le sein maternel, ils se sont égarés dès leur conception." C'est pourquoi, en les ramenant à leur Seigneur, il préparait au Seigneur un peuple bien disposé, dans l'Esprit et la puissance d'Elie. » (Psaume 57:4) (S. Irénée, Contre les hérésies, Livre 3.)

 

Au moment où Jésus s’assimile lui-même aux pécheurs, où il se veut un homme comme les autres, il est manifesté comme Fils de Dieu.[2]

Baptême du Christ (Le Pérugin, Vatican)

Baptême du Christ (Le Pérugin, Vatican)

La présence de théophanie étant extrêmement rare dans la Bible, donne une importance plus particulière au baptême de Jésus. (Mt 3, 17)

L’Église catholique, dans le rite romain, fête le Baptême du Seigneur le dimanche qui suit l'Épiphanie.

Dans sa forme extraordinaire, le Baptême du Seigneur est fêté le 13 janvier.[3]

Une fête du Baptême du Christ était célébrée dans les liturgies françaises au XVIIIe siècle, et dans les régions où fut instaurée une octave de la Nativité. La célébration du Baptême du Christ a été inscrite au calendrier romain en 1960, et fixée à la date actuelle en 1969.[4]

Le Baptême du Christ par Verrocchio

Le Baptême du Christ par Verrocchio

03 Ne le savez-vous pas ? Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême.

04 Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts.

05 Car, si nous avons été unis à lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne.

Romains, VI, 3-5

Où l'épisode du baptême a-t-il eu lieu ?

 

Le Jourdain s'étend à travers la vallée du rift et se jette dans la mer Morte, mais les théologiens peinent à déterminer de quel côté de la rive le baptême est censé avoir lieu. Les Évangiles de Matthieu et Marc décrivent tous deux Jésus venant de Galilée au Jourdain, près du désert (Mt 3,13; Mc 1,9), mais l'Évangile selon Jean se réfère à Béthanie en Pérée, sur la rive orientale du Jourdain, près de Jéricho (Jn 1,28). Comme le site d'Al-Maghtas (qui signifie "baptême", ou "immersion" en arabe) situé sur la rive est en Jordanie (à neuf kilomètres au nord de la Mer morte et à 10 km au sud-est de Jéricho), est le plus ancien lieu historiquement observé et qu'il comprend les vestiges d'un ancien monastère, d'églises et d'étangs de baptême, il est considéré comme le lieu officiel du baptême de Jésus. Le pape Jean-Paul II a contemplé le Jourdain, où le baptême de Jésus aurait eu lieu, en mars 2020. (Source : Les grandes figures de L'Histoire, Jésus, Hors-série, n° 20, Oracom Éditions, Paru le 26/11/2021, p. 68.) Tout comme Benoît XVI en mai 2009 et François en mai 2014.   

Le site d'Al-Maghtas est une destination de pèlerinage. C'est également, selon la tradition juive, le lieu par lequel Josué aurait fait passer les Hébreux lors de leur entrée en Palestine. (Pierre Maraval, Lieux saints et pèlerinages d'Orient : histoire et géographie des origines à la conquête arabe, Cerf, 1985, p. 57.)

L’Unesco a inscrit ce lieu du Baptême de Jésus au patrimoine de l’humanité. (Voir également Wikipedia)

 

Le baptême est un sacrement de l'Église fondé sur la parole du Seigneur "Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé; celui qui refusera de croire sera condamné." (Mc 16:16)

 

« La liturgie romaine prie pour la coupure des liens et entraves des péchés

 

La liturgie ne s'y trompe pas. Déjà, sur le bébé qui va être baptisé, "la captivité" (le Concile de Trente parle ainsi du péché originel) constituée par le péché originel est tel que l'Église prie ainsi : "Seigneur [....] Brisez tous les liens par lesquels Satan le tenait attaché." (Extrait du Rituel Romain du baptême des enfants, 1962.)

 

« À la suite de S. Paul, l'Église a toujours enseigné que l'immense misère qui opprime les hommes et leur inclinaison au mal et à la mort ne sont pas compréhensibles sans lien avec le péché d'Adam et le fait qu'il nous a transmis un péché dont nous naissons tous affectés et qui est la "mort de l'âme". En raison de cette certitude de foi, l'Église donne le baptême pour la rémission des péchés même aux petits enfants qui n'ont pas commis de péché personnel. » (Concile de Trente: DS 1514 dans Catéchisme de l'Église catholique, # 403.)

 

«  Les personnes non-baptisées ont [...] une perméabilité aux influences diaboliques qui les rend plus vulnérables à ces attaques. » (Père Jean-Baptiste Golfier, Tactiques du diable et délivrances, Dieu fait-il concourir les démons au salut des hommes ?, éd. Artège-Lethielleux, 2018, p. 355, 467.)

 

« Le baptême conféré soit aux enfants, soit aux adultes, applique les mérites de Jésus-Christ, donne la grâce, remet le péché originel et, tout ce qui participe de la nature du péché (Concil. Trid., sess. 5, can. 3 et 5). Il est de foi que le baptême est le moyen communément et ordinairement requis pour obtenir le salut. (Jn 3:5). Le martyre et la charité parfaite peuvent cependant suppléer le baptême lorsqu'il n'est pas possible de le recevoir.

 

« L'eau véritable et naturelle est de nécessité de sacrement pour la validité du baptême (Concil. trid., sess. 7, can. 7).

Pour conférer validement le baptême, il faut absolument invoquer les trois personnes de la Trinité. (Mt 28:19). L'intention doit être de "faire ce que fait l'Eglise". 

On baptisait "au nom de Jésus" au temps des premiers disciples. De nombreux Pères de l’Église ont considéré valide le baptême "au nom de Jésus" (saint Basile, saint Ambroise, saint Jean Chrysostome, etc.) si réalisé dans des dispositions trinitaires. Le Concile de Trente affirme même que "si l'on est obligé d'avouer qu'à un moment donné les Apôtres baptisaient seulement au Nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous devons tenir pour certain qu'ils ne l'ont fait que par inspiration du Saint-Esprit. Dans ces commencements de l'Eglise, ils voulaient donner plus d'éclat à leur prédication par le Nom de Jésus-Christ, et faire connaître davantage sa puissance divine et sans bornes. ...

"...Des ministres du baptême. ...[T]ous les humains, hommes ou femmes, même les derniers du peuple et de quelque religion qu’ils soient. ... Juifs, infidèles, hérétiques, quand la nécessité l’exige, tous peuvent baptiser, pourvu qu’ils aient l’intention de faire ce que fait l’Eglise, en administrant ce Sacrement." (Concile de Trente, Deuxième Partie Des sacrements, Chapitre quinzième Du sacrement du baptême.)

 

Le sacrement du baptême, Pietro Antonio Novelli, 1779

 

Jésus avait déjà été consacré au Seigneur après sa naissance, quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, lors de la présentation de Jésus au Temple de Jérusalem, et de la purification de Marie. (Luc 2, 22)

Et « l'usage a été, dès le commencement du christianisme, de baptiser les enfants, comme le témoignent S. Irénée, (Adv. Haer., II, 22, 4), Origène, Saint Cyprien ( vers les années 200 à 250), et les pères postérieurs.

« [...] On peut même le prouver par une lettre de l'hérésiarque Manès (S. Augustin, Op. Imperf., I, 3, n. 187.)

« Les Sociniens ne le nient point; mais ils prétendent que c'est un des abus qui s'introduisirent dans l'Église, incontinent après la mort des apôtres.

« [...] Dans S. Matthieu 19:14, Jésus-Christ dit : "Laissez approcher de moi les enfants, tels sont les héritiers du royaume des cieux." Or, il dit ailleurs que l'on ne peut pas entrer dans le royaume de Dieu si l'on n'est pas régénéré par l'eau et par le Saint-Esprit. Donc les enfants sont capables de cette régénération. Il est dit que quelques-uns des premiers fidèles ont été baptisés avec toute leur maison (I Corinthiens 1:16). Les enfants ne sont pas exceptés. » (Encyclopédie théologique Nicolas Bergier, Abbé Migne Éditeur, tome 33e, Paris, 1875, p. 483; et 490.) On suppose que dans une famille il y a des enfants. Dans le livre des Actes des Apôtres, Paul nous raconte comment, dans la ville de Philippes, il avait baptisé une dame appelée Lydie "avec toute sa famille" (Ac 16:15). Et parlant de son geôlier à Philippe, dit : "il se fit baptiser avec tous les siens" (Ac 16:33).

La pratique du baptême des enfants dès les premiers temps de l'Église amène Origène (185-253), le grand théologien de l'école d'Alexandrie, à se poser la question : de quels péchés peuvent-ils bien être lavés ? Dans son Commentaire sur l'Épître aux Romains, il répond en disant : "Tout homme avait en lui, du fait de sa naissance, la souillure du péché que devaient laver l'eau et l'Esprit". (Pierre MARAVAL, Simon Claude MIMOUNI, Le Christianisme, des Origines à Constantin, Nouvelle Clio, l'Histoire et ses problèmes, PUF, Clamecy 2018, p. 471.)

 

Dans Contre les hérésies, saint Irénée mentionne en 180 ap. J.-C., des hérétiques qui rejetaient le baptême catholique : « Que cette sorte de gens ait été envoyée en sous-main par Satan pour la négation du baptême de la régénération en Dieu et pour le rejet de toute la foi, nous le montrerons à l'endroit voulu, quand nous les réfuterons. » (I, 21, 2) 

« Il (le Seigneur) n'a ni rejeté ni dépassé l'humaine condition et n'a pas aboli en sa personne la loi du genre humain, mais il a sanctifié en tous les âges par la ressemblance que nous avons avec lui. C'est en effet, tous les hommes qu'il est venu sauver lui-même - , tous les hommes dis-je, qui par lui renaissent en Dieu : nouveaux-nés, enfants, adolescents, jeunes hommes, hommes d'âge. » (II ,22,4)

 

Saint Hippolyte, mort martyr à Rome en 235, qui (avec S. Irénée) a posé le principe de la "tradition apostolique", dit : « On baptisera d'abord les enfants. Tous ceux qui peuvent parler par eux-mêmes parleront. Quant à ceux qui ne le peuvent pas, leurs parents parleront pour eux, ou quelqu'un de leur famille ; on baptisera ensuite les hommes et enfin les femmes. » (S. Hippolyte de Rome, La Tradition apostolique.)

 

Saint Augustin (354-430) dit : « Aux petits enfants, la Mère-Église prête les pieds des autres pour qu'ils viennent, le cœur des autres pour qu'ils croient, la langue des autres pour qu'ils affirment leur foi. »  

 

La Didachè, ou Doctrine des douze apôtres, livre contemporain du Nouveau Testament, écrit à la fin du premier siècle, mentionne cette recommandation à l'attention des parents :  « Tu ne retireras pas la main de dessus ton fils ou ta fille, mais dès leur enfance tu leur apprendras la crainte de Dieu.» (Didachè IV,9 cité dans Les Écrits des Pères apostoliques, Sagesses chrétiennes, Les Éditions du Cerf, Paris 2012, p. 50).

 

L'action de Dieu précède notre action et notre foi

Nous ne devons pas penser que Dieu commence à nous aimer seulement lorsque nous avons manifesté consciemment notre amour et notre foi en Lui. L'amour de Dieu précède notre initiative d'aimer : "Avant même de te former dans le ventre de ta mère, je t'ai connu ; avant que tu sois sorti de son sein je t'avais consacré" (Jr 1, 4-5 ; Is 49, 1). "Voilà comment est l'amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés d'abord" (1 Jn 4:10).

 

Lorsque l'Église baptise les petits enfants en s'appuyant sur la foi de leurs parents chrétiens, elle veut exprimer sa conviction qu’être chrétien signifie, avant tout, un don gratuit de Dieu. Dieu nous aime avant que nous n’ayons fait quelque chose pour Lui. Si l'on comprend ainsi les choses, le baptême des enfants est authentiquement biblique et met en relief la gratuité de l'amour de Dieu, qui entoure toute notre vie. Ce serait limiter le pouvoir de Dieu que de penser qu'il se communique à l'homme seulement par le biais de la foi consciente de celui-ci.

 

Certaines personnes disent que ce n'est pas juste d’imposer aux enfants une religion : l'enfant ne peut pas raisonner... on doit attendre qu'il devienne adulte pour qu'il puisse opter librement pour le baptême. II est vrai qu'un nouveau-né ne peut pas raisonner. Mais attendre que l'enfant puisse raisonner pour choisir librement une religion, n'est-ce pas une illusion ?

 

Nous croyons que ce serait une grave erreur que de laisser l’enfant sans religion ; ce serait la même chose que de le laisser sans orientation dans la vie. Cela ne signifie pas imposer une religion. Chaque enfant naît et grandit avec l’ambiance où il est né. Il grandit au sein d'une famille qui, sans que l’enfant le demande, lui communique les grandes valeurs de la vie. Attendre qu'il devienne adulte pour pouvoir choisir ces valeurs par lui-même équivaudrait à le laisser grandir dans la désorientation totale. Il y a tellement de choses que la vie donne aux enfants sans qu'ils les aient demandées... Ils ne peuvent pas choisir leurs parents, ni leur ambiance, ni leur langue, ni leur culture. Mais tout cela ne constitue pas une limite ; c'est quelque chose de très naturel. Dans une vie normale, ce sont d'abord les parents qui doivent faire pour leurs enfants les options nécessaires à leur développement intégral. Les bons parents désirent toujours communiquer à leurs enfants les grandes valeurs de la vie. Or, la foi chrétienne d'une famille est sans doute le plus grand don divin. [5] Qui refuserait à un bébé d’avoir tous les dons de l’existence comme celui dont parle Jésus à la Samaritaine : "Si tu savais le don de Dieu" et elle de lui répondre : "Seigneur, donne-la-moi, cette eau" (Jn 4, 10…15) ? [6]

Baptême du Christ, par Andrea della Robbia (Santa Fiora, Italie)

Baptême du Christ, par Andrea della Robbia (Santa Fiora, Italie)

Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.

Jean 3:8

"Saint Grégoire de Naziance (329- † 390) (Docteur de l'Église) nous rapporte que les chrétiens de son temps renouvelaient la profession de foi et les engagements de leur baptême le jour où l'on célébrait le Baptême du Seigneur. Imitons-les."(Saint François de Sales, Introduction à la Vie dévote mise en français contemporain, Les Éditions du Cerf, Spiritualité Lexio, Paris 2019, p. 458.)

 

Le Baptême du Christ de Károly Markó (après 1840), Galerie nationale hongroise

Le Baptême du Christ de Károly Markó (après 1840), Galerie nationale hongroise

____________

Sources : 1 Benoît XVI, Angelus - Place Saint-Pierre, 2, 34, 56

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 00:00
Bienheureuse Alix Le Clerc († 1622)

À Nancy, en 1622, la bienheureuse Alix Le Clerc (Marie-Thérèse de Jésus), vierge, qui fonda, avec saint Pierre Fourier, la Congrégation des Chanoinesses régulières de Notre-Dame, sous la Règle de S. Augustin, pour l’éducation des jeunes filles.

Martyrologe romain

 

Alix, en religion Marie-Thérèse de Jésus,naît le 2 fevrier 1576 à Remiremont, ville des Vosges dans le duché de Lorraine, alors indépendant de la France. Son père, Jean Le Clerc, seigneur de Roville-aux-Chênes, avait épousé Anne Sagay, descendante d'une ancienne famille d'Épinal, et Alix sera leur seule enfant. C'était une belle jeune fille, elle était riche et passait sa jeunesse dans la joie et l'insouciance, aimant danser et se divertir : « J’avais tant de compagnie de vanité et de jeunesse… J’aimais fort à danser. »

 

Vers ses 18 ans, elle quitte sa ville natale avec ses parents pour un petit village d'Hymont dépendant de la cure de Mattaincourt. Toujours insatisfaite, mais déterminée, elle se confie au jeune nouveau curé arrivé, le 1er juin 1597. C’était St Pierre Fourier. « Il me tombait toujours en l’esprit qu’il faudrait faire une nouvelle maison de filles pour y pratiquer tout le bien que l’on pourrait. » Elle entraîne avec elle quatre amies. Elles désirent donner leur vie à Dieu : elles vont s’essayer à vivre ensemble, prier et faire l’école aux petites filles dont, en ce temps, personne ne s’occupe.

 

Le Concile de Trente s’était clos en 1563. De la volonté de rénovation pastorale et sociale de Pierre et de l’intuition créatrice d’Alix, la Congrégation Notre-Dame naît à Noël 1597, à Mattaincourt.

 

Durant vingt-cinq ans, avec Pierre Fourier, Alix connaît les difficultés des premières fondations, lutte pour maintenir l’esprit du projet d’origine, participe à l’élaboration des constitutions de la congrégation, vivant elle-même une intense expérience spirituelle, séjournant dans les maisons qui s’ouvrent, proche de ses sœurs, leur souhaitant en fin de lettre : « Que Dieu soit votre amour entier. »

 

De nombreuses écoles furent fondées : à Pont-à-Mousson en 1604, Saint-Nicolas-de-Port en 1605, Verdun en 1608, Châlons-sur-Marne en 1613, Bar-le-Duc en 1618, Mirecourt en 1619. 

Extrait d'une gravure représentant Alix Le Clerc à genoux devant la Vierge et l'Enfant Jésus

Extrait d'une gravure représentant Alix Le Clerc à genoux devant la Vierge et l'Enfant Jésus

Alix Le Clerc meurt le jour de l'Epiphanie 1622, le 9 janvier 1622 au monastère de Nancy, récemment fondé. Trois jours avant sa mort, elle réunit sa communauté et leur dit :

 

« Je me souviendrai de vous toutes devant Dieu. Pour votre compte, conservez-vous toujours dans la plus entière union, usant de charité les uns envers les autres, car la charité et l'union sont les seuls moyens de maintenir votre Ordre. »

 

D'autres fondations eurent lieu après le décès d'Alix. À la veille de la Révolution, l'œuvre comportait 84 monastères et 4000 religieuses.

 

Après sa mort, des miracles furent attestés sur sa tombe, des guérisons qui déroutaient les praticiens, tous consignés par la maison ducale, et publiés en 1666 sous le titre de Vie de la Mère Alix Le Clerc.

 

Une fois la Révolution passée, qui vit la disparition de toutes les congrégations, la cause en béatification de Mère Alix Le Clerc fut reprise suite aux écrits de A. Gandelet en 1870-80, par les évêques de Saint Dié et de Nancy. Le 21 février 1899 le Pape Léon XIII proclamait Alix Le Clerc Vénérable.

 

Quand Pierre Fourier est canonisé, en 1897, on dénombre 31 monastères-écoles de Notre-Dame en Europe.

Puis ce sont les fondations au Brésil, au Vietnam, en RD Congo, à Hong Kong, au Mexique.

 

Marie-Thérèse de Jésus a été béatifiée le 4 mai 1947 par le vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958).

Les reliques de la Bienheureuse Alix Le Clerc ont été solennellement transférées en octobre 2007 en la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation de Nancy.

 

Ce n'est qu'en 1950 qu'on retrouva fortuitement le cercueil contenant les reliques d'Alix Le Clerc au 9 rue Maurice Barrès à Nancy, son tombeau ayant disparu à la Révolution. Longtemps conservées par le lycée Notre-Dame Saint-Sigisbert, ses reliques ont été transférées à la cathédrale de Nancy le 14 octobre 2007. Son cercueil est conservé et visible dans la partie basse de l'Église Abbatiale Saint-Pierre de Remiremont, sa ville Natale.

 

Une chapelle lui est dédiée, sur la gauche du chœur de la Basilique Saint-Pierre-Fourier de Mattaincourt. Une autre chapelle, à l'Institution Notre-Dame d'Épinal lui est aussi dédiée depuis 1961.

 

Plusieurs monastères portent son nom, en Belgique, au Brésil et aux Pays-Bas. C'est dans ce dernier qu'est conservée la seule statue existante de la bienheureuse, une statuette en bois sculpté du XVIIIe.

Bienheureuse Alix Le Clerc († 1622)

Sources: 123

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 19:08
Source : Covid-19: quel est le poids des non-vaccinés dans l'épidémie et à l'hôpital? https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-quel-est-le-poids-des-non-vaccines-dans-l-epidemie-et-a-l-hopital-20220106

Source : Covid-19: quel est le poids des non-vaccinés dans l'épidémie et à l'hôpital? https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-quel-est-le-poids-des-non-vaccines-dans-l-epidemie-et-a-l-hopital-20220106

«Ce qui est certain, c'est qu'au vu du nombre de cas, on ne peut pas imputer aux seuls non-vaccinés la circulation du virus », explique Mircea Sofonea, maître de conférences en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses à l'université de Montpellier. Selon les derniers éléments publiés par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), les vaccinés comptent même pour 75 % des cas entre le 22 novembre et le 19 décembre 2021 ! Et il est fort probable que cette tendance se soit encore accentuée. De nombreuses études…

 

Add. 20H10. Selon le gvt, les vaccins ARN évite les "formes graves".

Or, le COVID ne tue que dans les pays ayant imposé les traitements ARN. Voir Asie (virus désactivé + traitement) et Afrique (traitements)...

 

A vous de juger...

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 12:42

L'actuel n°1 mondial et n° 1 mondial à sept reprises, considéré comme l'un des meilleurs joueurs de tennis de tous les temps, Novak Djokovicest retenu dans un centre de rétention en Australie ... interdit d'entrée sur le territoire australien pour infraction aux "obligations en matière de vaccination contre le Covid-19" :

Source: https://www.midilibre.fr/2022/01/08/open-daustralie-novak-djokovic-ne-renonce-pas-et-estime-pouvoir-etre-dispense-de-vaccination-10034065.php#xtor=[[mdl-Midilibre]]

Source: https://www.midilibre.fr/2022/01/08/open-daustralie-novak-djokovic-ne-renonce-pas-et-estime-pouvoir-etre-dispense-de-vaccination-10034065.php#xtor=[[mdl-Midilibre]]

Novak Djokovic estime pouvoir être dispensé de vaccination car il a contracté le Covid-19 en décembre, et a demandé samedi à pouvoir quitter le centre de rétention de Melbourne afin d'être en mesure de s'entraîner.

 

"La date du premier test Covid PCR positif a été enregistrée le 16 décembre 2021", ce qui ferait bénéficier le N.1 mondial serbe d'une exemption de la vaccination imposée par l'Australie, ont déclaré les avocats du N.1 mondial, 34 ans, dans un document déposé auprès du tribunal fédéral. Son recours doit être examiné lundi.

 

Le temps presse à un peu plus d'une semaine de l'Open d'Australie que Djokovic.

Ses avocats ont demandé à ce qu'il puisse quitter le centre de rétention de Melbourne pour pouvoir s'entraîner.

 

Mais à son arrivée dans la nuit de mercredi à jeudi, les autorités lui avaient refusé l'entrée, estimant que ses motifs d'exemption ne remplissaient pas les strictes conditions d'entrée sur le territoire imposées dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

 

Ses avocats ont dénoncé le fait que le joueur avait alors été retenu huit heures, sans pouvoir communiquer.

 

La fédération sur le grill

Dans une vidéo qui a fuité vendredi dans la presse locale, le patron de la Fédération australienne Craig Tiley, sous le feu des critiques pour sa gestion du dossier, a défendu le "travail incroyable" de ses équipes.

 

Dans une note aux joueurs publiée par plusieurs médias australiens, l'organisation assurait qu'une personne ayant récemment contracté le Covid-19 pouvait bénéficier d'une exemption à l'obligation d'être entièrement vaccinée. Novak Djokovic a toujours refusé de communiquer sur son statut vaccinal, tout en ne dissimulant pas son hostilité à la vaccination.

 

Dans une vidéo qui a fuité vendredi dans la presse locale, le patron de la Fédération australienne Craig Tiley, sous le feu des critiques pour sa gestion du dossier, a défendu le "travail incroyable" de ses équipes.

 

La Fédération a été accusée d'avoir induit les joueurs en erreur à propos des obligations en matière de vaccination contre le Covid-19 pour entrer dans le pays.

 

Dans une note aux joueurs publiée par plusieurs médias australiens, l'organisation assurait qu'une personne ayant récemment contracté le Covid-19 pouvait bénéficier d'une exemption à l'obligation d'être entièrement vaccinée. 

 

Le gouvernement australien a assuré avoir prévenu Tennis Australia dès novembre que cette disposition n'était valable que pour les résidents australiens, non pour les citoyens étrangers voulant entrer dans le pays.

 

Une autre joueuse, la Tchèque Renata Voracova, a été placée dans le même centre de rétention que Novak Djokovic après avoir elle aussi vu son visa annulé.

 

"Ils m'apportent de la nourriture et il y a un gardien dans le couloir. Tout est rationné. Je me sens un peu comme en prison", a raconté à la presse tchèque cette spécialiste du double, âgée de 38 ans.

 

(Fin de citation)

 

Source: https://www.midilibre.fr/2022/01/08/open-daustralie-novak-djokovic-ne-renonce-pas-et-estime-pouvoir-etre-dispense-de-vaccination-10034065.php

________________________________

Add. Lundi 10 janvier 2022:

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 12:16
Source: https://www.lactucitoyenne.fr/actualites/sante/forcer-a-l-obeissance-en-pleine-audition-au-senat-ce-professeur-vide-son-sac-

Source: https://www.lactucitoyenne.fr/actualites/sante/forcer-a-l-obeissance-en-pleine-audition-au-senat-ce-professeur-vide-son-sac-

Le professeur Michaël Peyromaure intervenait lors de "l'Audition commune de médecins" diffusée ce mardi 4 janvier 2022 sur Public Sénat. 

 

Voici le verbatim de l'audition de ce professeur au Sénat : 

"On est arrivé à un stade où, nous ne sommes non seulement plus considérés par notre hiérarchie administrative, mais même plus écoutés. C'est-à-dire que les directives tombent, parfois par un simple mail, parfois par un courrier, de temps à autres à l'occasion d'une réunion collective, et on n'a pas forcément été prévenus. Et lorsque l'on tente d'opposer une résistance à ce que l'on considère comme étant un projet néfaste pour les patients, l'administration sait comment s'y prendre parce que elle s'entoure très souvent de collègues malheureusement. Et là je voudrais mettre le doigt aussi sur une faille du système que l'on a créé, de collègues qui, hélas, prennent le parti de l'administration pour vous acculer et vous forcer à l'obéissance.

 

"Notre système est totalement déshumanisé, il est caporalisé, il est soviétisé. Et je dirais même que la fuite de personnels que l'on a aujourd'hui, la démission des médecins est liée davantage encore à ce problème qualitatif de perte de sens qu'au problème quantitatif de perte de moyens. Nous avons l'habitude de travailler avec peu de moyens, mais en revanche nous ne pouvons plus supporter d'être traités de cette manière." (Fin de citation)

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 11:54
Source: https://www.newstarget.com/2022-01-06-british-pm-admits-90-percent-icu-patients-vaccinated.html

Source: https://www.newstarget.com/2022-01-06-british-pm-admits-90-percent-icu-patients-vaccinated.html

Les puissances mondialistes en place sont à court d'excuses pour poursuivre les mesures draconiennes, y compris le masquage, les confinements et les obligations de vaccination alors que la pandémie de COVID-19 continue de se propager par vagues successives, elles sont donc maintenant entrées dans le domaine de l'absurde, comme l'a démontré le Premier britannique Boris Johnson la semaine dernière.

 

La majeure partie de son pays est complètement vaccinée contre le virus, plus de la moitié ayant déjà reçu un rappel de vax. Mais malgré cela, il s'accroche à toutes les anciennes mesures pour "lutter contre la propagation du virus", tout en admettant qu'elles ne fonctionnent pas.

 

D'après 100% Marre :

 

… Johnson a signalé que l'écrasante majorité des personnes qui sont en soins intensifs avec COVID sont déjà double-vaxxées. Johnson essayait d'utiliser cette statistique comme un plaidoyer public pour ceux qui n'avaient pas encore reçu leur vaccin de rappel, mais tout ce qu'il a accompli a été de montrer davantage l'inefficacité du vaccin.

 

"Selon certaines des enquêtes que j'ai vues, 90 pour cent des personnes en soins intensifs sont des personnes qui ne sont pas stimulées", a déclaré Johnson. Il a également déclaré qu'il "ne peut pas assez souligner à quel point il est vital" de recevoir une injection de rappel.

 

Mais ils sont vaccinés ; juste pas boostés. C'est donc la nouvelle norme pour cette semaine, alors que la variante omicron - qui est beaucoup moins létale et virulente - se propage. Comment les pouvoirs en place définiront-ils la norme vaccinale le mois prochain ? L'année prochaine?

 

"D'abord, c'était le vaccin qui vous protégerait, puis le rappel, et maintenant il semble qu'un 4e vaccin sera ajouté au mélange", a rapporté le média. "Tout cela confirme pour le public à quel point ces gens connaissent peu le vaccin qu'ils imposent à tout le monde.

 

"Ceux qui occupent le pouvoir continueront à faire pression pour le vaccin le plus récent, accusant les personnes qui contractent le virus de ne pas avoir le dernier vaccin, plutôt que de prendre du recul et de considérer le fait que les vaccins ne sont peut-être pas vraiment efficaces contre COVID après tout ", a poursuivi 100 % Marre.

 

Heureusement, des personnes intelligentes qui savent ce qui se passe s'expriment de plus en plus, et cela inclut le Dr Robert Malone, l'inventeur de la technologie d'ARNm (ARN messager) qui est utilisée pour les vaccins COVID-19.

 

Dans une récente interview, il a déclaré qu'en ce qui concerne le nouveau coronavirus , il a été "multidimensionnellement pris en rouge", une référence à la franchise de films "The Matrix", dans laquelle une pilule rouge représente le désir d'une personne d'apprendre la vérité tandis qu'une pilule bleue représente un désir de continuer à vivre un mensonge dans le noir.

 

M. Malone a déclaré à l'animatrice Kristi Leigh que certaines choses concernant COVID et le système dans lequel nous vivons,qu'il considérait autrefois comme absurdes, se sont révélées vraies et, très probablement, inversement.

 

"Ce fut une série d'épiphanies qui m'ont fait réaliser qu'il n'y a aucun avantage à être juste circonspect et à essayer d'être un gars sympa dans cet environnement", a déclaré Malone. "Il s'agit d'une guerre médiatique complète, d'une guerre de l'information, d'une guerre politique, du 21e siècle comme nous n'en avons jamais vu auparavant, et coordonnée à l'échelle mondiale."

 

Il a notamment cité le Forum économique mondial, une création mondialiste mettant en vedette les personnalités politiques, commerciales et médiatiques les plus influentes du monde qui sont toutes instruites sur certains récits autoritaires et sur la façon de les pousser dans leurs positions respectives.

 

"Ce fut un voyage personnel pour accepter ce que le Forum économique mondial représente vraiment, et j'y ai vraiment résisté", a déclaré Malone. "Tout est documenté, puis vous voyez que cela s'est déployé."

 

Il est également au courant des faux médias maintenant.

 

"Je n'étais pas au courant auparavant du contrôle de l'information qui est coordonné à l'échelle mondiale", déclare Malone. "L'initiative 'Trusted News' est devenue le ministère de la Vérité à part entière."

 

"Je n'avais pas conscience auparavant du contrôle de l'information qui est coordonné au niveau mondial", dit Malone. L'initiative 'Trusted News' est devenue le ministère de la Vérité, à part entière."

 

Voir d'autres articles comme celui-ci sur Pandemic.news.

 

Les sources comprennent :

 

Vaccins.actualités

 

100PercentFedUp.com

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 11:48

Source : Bild

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 09:16
C'est dans les pays où il y a le plus de vaccinés qu’il y a le plus de cas !

Add. 11 janvier 2022. Le docteur Raoult déclare : 

 

"Si vous regardez sur John Hopkins, vous verrez que dans tous les pays sur-vaccinés, c'est les pays qui ont eu le plus de vaccins qui ont le plus de cas actuellement. Il y a une vraie question qui est celle des anticorps facilitants qui n'est plus de savoir si cela contrôle l'épidémie - on sait bien que cela ne contrôle pas l'épidémie, il y a de plus en plus de cas -, la question est de savoir comment se fait-il que dans les pays où l'on a le plus vacciné, il y a le plus de cas ? Et donc cela est une question scientifique extrêmement intéressante sur laquelle on travaille."

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 08:16

Sur les "irresponsables" "plus citoyens", plutôt que de condamner les paroles indignes d’un président, les médias choisissent en majorité de reprendre ce vocabulaire qui porte en germe la stigmatisation et donc la haine d’une minorité innocente. Tweet d'Alexis Poulin :

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 00:00
Saint Lucien, martyr

On pense qu'il fut l'un des prêtres romains qui vinrent évangéliser la Gaule au début du troisième siècle et qui donnèrent leur vie pour le Christ.

Saint Lucien évangélisa la région de Beauvais avec saint Denis et saint Rieul.

Si grande fut son action qu'elle permit à la légende de la rendre plus vivante.

"Saint Lucien est honoré comme apôtre du Beauvaisis. Après qu'il eut appelé à la foi et au baptême de nombreux habitants de cette région, une persécution s'ensuivit; il fut arrêté et décapité. Sa Passion lui adjoint deux disciples, Maxien (Maximien) et Julien, martyrisés avec lui sur la colline de Montmille (fin du IIIe siècle)."

(source: diocèse de Beauvais)

 

À Beauvais, vers 290, les saints Lucien, Maximien et Julien, martyrs. Martyrologe romain 


Sa devise:

"Je crois de coeur et je confesse de bouche, que Jésus-Christ est le fils de Dieu." [1]

 

Vers 290, l’empereur Dioclétien opposé au christianisme envoie Latinus, Jarius et Antor afin de tuer Lucien qui, averti du danger se réfugie avec ses deux compagnons Maxien et Julien à Montmille. Retrouvés par les Romains, ses compagnons sont décapités, Lucien est battu de verges puis enfin décapité. Le lieu probable du martyre s’appelle la Rosière. [2]

 

Ses vertus, ses actions de chair et les miracles qu’il aurait accomplis dans la région auraient contribué à la conversion de près de 30 000 homme. 

 

Saint Lucien. Cathédrale de Beauvais

Sources : (1), (2

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 14:03
Source : https://worldcouncilforhealth.org/campaign/covid-19-vaccine-cease-and-desist/

Source : https://worldcouncilforhealth.org/campaign/covid-19-vaccine-cease-and-desist/

Nous déclarons que les vaccins Covid-19 sont dangereux et peu sûrs pour l'homme. La fabrication, la distribution, l'administration et la promotion de ces injections violent les principes fondamentaux du droit.

 

Lire la déclaration

Traduction blog ChristRoi. 

 

Le Conseil mondial pour la santé (World Council for Health) appelle à un arrêt immédiat des "vaccins" expérimentaux contre le Covid-19

 

Nous déclarons que les vaccinations contre le Covid-19 sont dangereuses et peu sûres pour l'homme. La fabrication, la distribution, l'administration et la promotion de ces injections violent les principes fondamentaux du droit.

 

A. CONSENSUS DES PLUS GRANDS EXPERTS DU MONDE

Des experts de renommée mondiale, dont le Dr Paul Alexander, le Dr Byram Bridle, le Dr Geert Vanden Bossche, le Prof. Dolores Cahill et les Drs. Sucharit Bhakdi, Ryan Cole, Richard Fleming, Robert W. Malone, Peter McCullough, Mark Trozzi, Michael Yeadon, Wolfgang Wodarg et Vladimir Zelenko, entre autres, mettent constamment en garde le monde contre les effets indésirables résultant des injections expérimentales de Covid-19 ; ils mettent également en garde contre leurs effets à long terme, qui ne peuvent être connus pour le moment, car la plupart des essais cliniques ne seront achevés qu'en 2023, et certains qu'en 2025.

 

En juin 2021, le Dr Tess Lawrie, co-fondatrice du Conseil mondial pour la santé et membre du comité directeur du Conseil, a courageusement décrit la crise mondiale et a appelé à une action urgente : "Il y a maintenant plus qu'assez de preuves sur le Système [du Royaume-Uni] de carte jaune pour déclarer les vaccins COVID-19 dangereux pour l'homme. Des préparatifs doivent être faits pour intensifier les efforts humanitaires pour aider les personnes touchées par les vaccins COVID-19 et pour anticiper et atténuer les effets à moyen et long terme."

 

B. DÉCLARATION

Le Conseil mondial de la santé déclare qu'il est temps de mettre un terme à cette crise humanitaire. En outre, le Conseil déclare également que toute implication directe ou indirecte dans la fabrication, la distribution, l'administration et la promotion de ces injections viole les principes fondamentaux du droit, du droit constitutionnel et de la justice naturelle, ainsi que le Code de Nuremberg, la Déclaration d'Helsinki et d'autres traités internationaux.

 

C. FAITS NON CENSURÉS

Nous savons maintenant que les enfants sont plus de cent fois plus susceptibles de mourir de ces injections expérimentales que de Covid-19. Les athlètes injectés, dans le monde, s'effondrent sous nos yeux. Malgré le fait que les systèmes de notification soient limités et passifs, des millions d'effets indésirables ont été enregistrés, notamment la mort, la paralysie, les caillots sanguins, les accidents vasculaires cérébraux, la myocardite, la péricardite, les crises cardiaques, les fausses couches spontanées, la fatigue chronique et la dépression extrême.

 

Voir : coronavirus-yellowcard.mhra.gov.uk

Voir : vaers.hhs.gov

Voir : ema.europa.eu/en/human-regulatory/researchdevelopment/pharmacovigilance/eudravigilance

Voir : vigiaccess.org (recherche vaccin covid-19)

 

D. TÉMOIGNAGES DES VICTIMES

Le Conseil mondial de la santé reconnaît et respecte les expériences et les témoignages des victimes de cette expérience médicale mondiale. Nous déclarons et confirmons également que des traitements sûrs, efficaces et abordables pour Covid-19 existent et devraient être mis à la disposition de tous ceux qui en ont besoin.

 

Voir : wewanttobeheard.com

Voir : nomoresilence.world

Voir : vaxtestimonies.org/en

 

E. PAS SÛR, PAS EFFICACE

Des études récentes confirment les risques associés aux injections expérimentales de Covid-19. De nouvelles recherches établissent que les injections ne sont ni sûres ni efficaces et, en fait, sont toxiques. Bien que certains des ingrédients connus des injections causent des dommages biologiques, il est encore plus préoccupant que les ingrédients inconnus et non divulgués puissent présenter une menace encore plus grande pour la santé humaine.

 

F. CESSER ET S'ABSTENIR

Le Conseil mondial de la santé est éthiquement et légalement tenu de publier cette déclaration, exigeant que les gouvernements et les entreprises cessent et s'abstiennent de participer directement ou indirectement à la fabrication, la distribution, l'administration ou la promotion des injections expérimentales de Covid-19.

 

Le Conseil déclare que chaque homme et femme vivant a le devoir moral et juridique de prendre des mesures immédiates et décisives pour mettre fin à cette expérience médicale sans précédent, qui continue de causer des dommages inutiles et incommensurables.

 

G. AVIS DE RESPONSABILITÉ

Le droit à l'intégrité corporelle et le droit au consentement éclairé sont des droits humains inaliénables et universels, qui ont été piétinés par les mandats gouvernementaux et les  impératifs des entreprises. Ainsi, le Conseil mondial de la santé déclare que toute personne ou organisation participant directement ou indirectement à la fabrication, la distribution, l'administration ou la promotion de produits biologiques expérimentaux Covid-19 sera tenue pour responsable de la violation des principes de justice fondés sur le droit civil, pénal, constitutionnel et le droit naturel, ainsi que sur les traités internationaux.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 10:26

Le pass vaccinal n'est pas efficace parce que les gens sont vaccinés. 

45 passagers d'une croisière en navire en partance de Marseille, tous positifs avec schéma vaccinal complet, pass "sanitaire", gestes barrières et masques. 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 10:10

"La corrélation entre la 'vaccination' et le contrôle de l'épidémie, je ne l'ai vue nulle part", déclare le Docteur Raoult : "on est à 10 milliards de doses injectées et il y a toujours autant de cas et toujours autant de morts." 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 08:38

Le pass "vaccinal", nouvelle loi des Suspects 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 00:00
Saint Raymond de Penyafort, prêtre (+ 1275), o.p.

Saint Raymond de Penyafort, prêtre (+ 1275), o.p. (Ordre des Frères Prêcheurs, Dominicains)

Saint Raymond vint au monde l'an 1175, au château de Penyafort (Peñafort) en Catalogne (Espagne), d'une famille alliée aux rois d'Aragon. Ce Catalan est professeur de philosophie à l'Université de Barcelone et décide de se rendre à l'Université de Bologne, la plus grande Université de Droit de son temps, pour y étudier puis enseigner le droit civil et canonique.[1]

Le Pape Grégoire IX qui savait détecter les gens intelligents, lui confie la rédaction d'une "Somme des cas pénitentiaux", puis celle des "Décrétales" qui serviront de Code de Droit canonique à l'Eglise Catholique romaine jusqu'en 1917. Il rencontre alors saint Dominique de passage à Bologne et, dès son retour à Barcelone, le Vendredi saint 1222 il quitte le clergé séculier et entre dans l'Ordre des Dominicains à 47 ans. Il en deviendra le Maître Général et encourage l'apostolat de ses frères auprès des hérétiques, des Juifs et des Musulmans qui sont en Espagne.

http://saints.sqpn.com/wp-content/gallery/pictorial-lives-of-the-saints/saint-raymund-of-pennafort.jpg Préoccupé par l'Islam, il encourage saint Thomas d'Aquin à écrire "la Somme contre les Gentils" et fonde simultanément l'Ordre de Notre-Dame de la Merci pour la libération et le rachat des chrétiens captifs des Sarrasins.

Appelé à la cour pontificale par Grégoire IX qui en fit son confesseur, Raymond est nommé pénitencier (1230) et fait instaurer l'Inquisition en Aragon. Il révise les décrétales et en fait établir la nouvelle collection promulguée par la bulle "Rex pacificus" (5 septembre 1234). Raymond de Penyafort quitte Rome en avril 1236 pour rentrer en Espagne où il arrive par mer au début de l’été.[2]


Lorsque Raymond de Penyafort débarque au port catalan de Zossa, on le conduit près d’un malade appelé Barcelon du Fare ; le pauvre homme qui est à toute extrémité, a perdu l’usage de ses sens, et ses parents se morfondent qu’il ne puisse se confesser avant de mourir. Raymond de Penyafort prie longtemps près de l’agonisant puis lui demander s’il veut se confesser, mais il n’obtient aucune réponse. Il fait alors mettre en prière tous ceux qui se trouvent là. Au bout d’une longue prière collective, Raymond de Penyafort repose la question ; cette fois, le malade paraît sortir d’un profond sommeil et dit : "Mais oui, je veux me confesser et j’en ai un vif désir." Raymond de Penyafort fait sortir les assistants, entend le malade qui, l’absolution dite, rend paisiblement l’âme.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/73/Dolabella_St._Raymond_of_Penyafort.jpg

Raymond a pour Jacques Ier d’Aragon une très forte affection mais il est parfaitement lucide sur les faiblesses du Roi qu’il n’excuse pas. Vers la fin du règne de Jacques I, Raymond de Penyafort accompagne le roi dans l'île de Majorque. Or, débarqué, Raymond de Penyafort s’aperçoit que le roi entretient des relations coupables avec une dame de la cour ; comme, malgré ses objurgations, Jacques I ne se décide pas à rompre, le dominicain résout de retourner à Barcelone, ce que veut empêcher le roi qui fait défense à tout vaisseau de l’embarquer. Aucun marin n’osant désobéir au roi, Raymond de Penyafort s'avance sur les rochers que baigne la mer, et dit au frère qui l’accompagne :

  • "Puisque les hommes n’ont point de bateau à nous offrir, tu vas voir comment Dieu va nous en fabriquer un."

 

ce disant, il étend sur l'eau son manteau, et en redresse un coin avec son bâton pour en faire une voile ; il monte sur le manteau qui surnage et s'avance rapide sous les yeux stupéfaits du compagnon qui, demeuré timidement sur le bord, le voit disparaître à l'horizon. C'est assez pour que Jacques I cesse ses désordres.

 

Prétextant son grand âge, Raymond demande à être relevé de la charge de Maître de l'Ordre, ce qui ne l'empêchera pas de mourir centenaire. Il emploie les trente-cinq dernières années de sa vie à se préparer plus spécialement à la mort.

 

Entouré des rois d'Aragon et de Castille, Raymond meurt à Barcelone le 6 janvier 1275, jour de l’Epiphanie, sur les dix heures du matin.

 

En 1279, le concile de Tarragone demanda au pape Nicolas IV la canonisation de Raymond pour sa "sainteté au service de la justice", mais il ne fut béatifié que par Paul III, en 1542, et canonisé par Clément VIII, le 29 avril 1601.[3]

 

Outre la "Summa de pænitentia", Raymond de Penyafort a laissé une œuvre écrite considérable dont la plupart des ouvrages servirent longtemps de référence chez les Dominicains et à l’Université de Paris.

 

PRATIQUE. Dans nos occupations, imitons nos saints anges gardiens, qui ne perdent jamais Dieu de vue. [4]

 

http://www.holycrossoshawa.ca/wp-content/gallery/church-windows/st-raymond-of-penafort.jpg

Sources:

 

(1); (2); (3);(4) Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 23.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 00:00
Fête de l'Épiphanie. Jésus nommé ou... manifesté

[Épiphanie, du grec "manifestation".] C'est-à-dire la manifestation de Dieu.

 

Le livre des Nombres annonçait l'astre issu de Jacob, sceptre levé, issu d'Israël: 

Ce héros, je le vois – mais pas pour maintenant – je l’aperçois – mais pas de près : Un astre se lève, issu de Jacob, un sceptre se dresse, issu d’Israël. Il brise les flancs de Moab, il décime tous les fils de Seth(Nb 24:17)

 

Le Psaume 71, 1-11 annonçait ce Fils de roi dont le règne devait gouverner avec justice, faire droit aux malheureux, et durer sous le soleil et la lune de génération en génération: 

Dieu, donne au roi tes pouvoirs, à ce fils de roi ta justice. Qu'il gouverne ton peuple avec justice, qu'il fasse droit aux malheureux ! Montagnes, portez au peuple la paix, collines, portez-lui la justice ! Qu'il fasse droit aux malheureux de son peuple, qu'il sauve les pauvres gens, qu'il écrase l'oppresseur ! Qu'il dure sous le soleil et la lune de génération en génération !

[...] Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront. Il délivrera le pauvre qui appelle et le malheureux sans recours. Il aura souci du faible et du pauvre, du pauvre dont il sauve la vie.

 

Le livre de Michée 5,1 annonçait que de Bethléem, "le plus petit des clans de Juda", devait sortir celui qui devait gouverner Israël, et dont les origines remontent à l'antiquité, aux jours d'autrefois.

 

Le livre d'Isaïe 60, 1-6 annonçait que la lumière et la gloire du Seigneur devait se lever sur Jérusalem et que tous les gens de Saba devaient y venir, apporter l'or et l'encens et annoncer les exploits du Seigneur.

 

Isaïe 63, 9 annonçait que ce ne devait être "ni un messager ni un ange", mais la "face" du Seigneur qui les sauverait. 

 

Le livre d'Isaïe 7, 14, encore, annonçait qu'"une Vierge", "enceinte", enfanterait "un Fils", qu'elle devait appeler Emmanuel (c'est-à-dire Dieu-avec-nous).

 

Isaïe 35, 4 précise  qu'il viendra "lui-même" pour nous "sauver".

 

L'Évangile selon S. Matthieu, 2, 1-15 raconte la la visite des rois mages à l'Enfant-Jésus, Sauveur promis au monde, guidés par une étoile (l'astre de Nb 24:17) vers le lieu de naissance prophétisée du Christ (Bethléem selon Mi 5, 1) en passant par Jérusalem où ils annoncèrent à Hérode la naissance du "roi des Juifs" (Mt 2:1-2 et 8-10.)

 

L'Apôtre Matthieu, rapportant les événements dans son évangile éponyme, ne qualifie pas les mages de "rois", mais les Éritures hébraïques, elles, prédisaient l'hommage des rois (Psaume 71 (72),10 "Les rois de Tarsis et des Iles apporteront des présents. Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande."; Isaïe 60,3-6 "Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore. Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi, vers toi viendront les richesses des nations. En grand nombre, des chameaux t’envahiront, de jeunes chameaux de Madiane et d’Épha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens ; ils annonceront les exploits du Seigneur.") 

 

Tout l'Évangile selon Saint Matthieu présente Jésus comme un nouveau Moïse qui conduirait son peuple hors de sa condition vers une nouvelle liberté.

 

Cette fête commémore donc cet évènement historique qui vit Dieu venir lui-même sauver son peuple.

 

Le pape S. Grégoire le Grand (pape 590-604), dans son Homélie sur l'Epiphanie, prononcée le jour de l'Épiphanie 6 janvier 591 devant le peuple, dans la Basilique de saint Pierre explique que:

 

"Les mages offrent de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

"L’or convenait bien à un roi ; l’encens était présenté à Dieu en sacrifice ; et c’est avec la myrrhe qu’on embaume les corps des défunts.

"Les mages proclament donc, par leurs présents symboliques, qui est celui qu’ils adorent. Voici l’or : c’est un roi ; voici l’encens : c’est un Dieu ; voici la myrrhe : c’est un mortel.

"Il y a des hérétiques qui croient en sa divinité sans croire que son règne s’étende partout. Ils lui offrent bien l’encens, mais ne veulent pas lui offrir également l’or. Il en est d’autres qui reconnaissent sa royauté, mais nient sa divinité. Ceux-ci lui offrent l’or, mais refusent de lui offrir l’encens. D’autres enfin confessent à la fois sa divinité et sa royauté, mais nient qu’Il ait assumé une chair mortelle. Ceux-là lui offrent l’or et l’encens, mais ne veulent pas lui offrir la myrrhe, symbole de la condition mortelle qu’Il a assumée." 

 

Toutes les nations se prosterneront devant le Seigneur (Ps 71). Pense-t-on à cela en partageant la galette des rois ?

Fête de l'Épiphanie. Jésus nommé ou... manifesté

"L'étoile vient de s'arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l'Enfant. C'est pourquoi les mages, quand ils virent l'étoile, éprouvèrent une très grande joie. (Mt 2, 9-10)

 

"Accueillons nous aussi cette grande joie dans nos cœurs. Car c'est de la joie que les anges annoncent aux bergers. Adorons avec les mages, rendons gloire avec les bergers, dansons avec les anges ! Il nous est donné aujourd'hui un Sauveur, qui est le Messie, le Seigneur (Lc 2,11). C'est Dieu, le Seigneur qui nous illumine (Ps 117,27), non pas sous la forme de Dieu, pour ne pas épouvanter nos faiblesses, mais sous la forme du serviteur, afin de donner la liberté à ceux qui étaient réduits en servitude.

 

"Qui donc a un cœur assez endormi, qui donc est assez ingrat pour ne pas se réjouir, exulter et rayonner devant un tel événement ?" (S. Basile le Grand, Homélie sur Noël, 2, dans Les Pères de l'Église commentent l'Évangile, Abbaye de Clervaux, Brepols, 1991, p. 29.)

 

"Dans tout l’univers, le Seigneur a fait connaître son salut
 

La miséricordieuse providence de Dieu a voulu, sur la fin des temps, venir au secours du monde en détresse. Elle décida que le salut de toutes les nations se ferait dans le Christ.

C’est à propos de ces nations que le saint patriarche Abraham, autrefois, reçut la promesse d’une descendance innombrable, engendrée non par la chair, mais par la foi; aussi est-elle comparée à la multitude des étoiles, car on doit attendre du père de toutes les nations une postérité non pas terrestre, mais céleste.

Que l’universalité des nations entre donc dans la famille des patriarches; que les fils de la promesse reçoivent la bénédiction en appartenant à la race d’Abraham, ce qui les fait renoncer à leur filiation charnelle. En la personne des trois mages, que tous les peuples adorent le Créateur de l’univers; et que Dieu ne soit plus connu seulement en Judée, mais sur la terre entière afin que partout, comme en Israël, son nom soit grand (Ps 75, 2).

Mes bien-aimés, instruits par les mystères de la grâce divine, célébrons dans la joie de l’Esprit le jour de nos débuts et le premier appel des nations. Rendons grâce au Dieu de miséricorde qui, selon saint Paul, nous a rendus capables d’avoir part, dans la lumière, à l’héritage du peuple saint; qui nous a arrachés au pouvoir des ténèbres, et nous a fait entrer dans le royaume de son Fils bien-aimé (Col 1, 12-13).

Ainsi que l’annonça le prophète Isaïe: Le peuple des nations, qui vivait dans les ténèbres, a vu se lever une grande lumière, et sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi (Is 9, 1).

Le même prophète a dit à ce sujet: Les nations qui ne te connaissaient pas t’invoqueront; et les peuples qui t’ignoraient accourront vers toi (Is 55, 5). Ce jour-là, Abraham l’a vu, et il s’est réjoui (Jn 8, 56) lorsqu’il découvrit que les fils de sa foi seraient bénis dans sa descendance, c’est-à-dire dans le Christ; lorsqu’il aperçut dans la foi qu’il serait le père de toutes les nations; il rendait gloire à Dieu, car il était pleinement convaincu que Dieu a la puissance d’accomplir ce qu’il a promis (Rm 4, 20-21).

Ce jour-là, David le chantait dans les psaumes:

Toutes les nations, toutes celles que tu as faites, viendront t’adorer, Seigneur, et rendre gloire à ton nom (Ps 85, 9).



Et encore:

Le Seigneur a fait connaître son salut, aux yeux des païens et a révélé sa justice (Ps 97, 2).

 

Nous savons bien que tout cela s’est réalisé quand une étoile guida les trois mages, appelés de leur lointain pays, pour leur faire connaître et adorer le Roi du ciel et de la terre. Cette étoile nous invite toujours à suivre cet exemple d’obéissance et à nous soumettre, autant que nous le pouvons, à cette grâce qui attire tous les hommes vers le Christ.

Dans cette recherche, mes bien-aimés, vous devez tous vous entraider afin de parvenir au royaume de Dieu par la foi droite et les bonnes actions, et d’y resplendir comme des fils de lumière; par Jésus Christ notre Seigneur, qui vit et règne avec le Père et le Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen."

(S. Léon, pape, Sermon 14 [Migne: 33], 3° pour l’Épiphanie 1.3-5 ; cf. SC 22bis, 226-237.)

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2022 3 05 /01 /janvier /2022 20:56

Unis, nous sommes, en paix, nous marchons.

Un pionnier de l'ARNm annonce une protestation majeure contre les mandats de vaccin COVID à Washington
Dr. Robert Malone

Un pionnier de l'ARNm annonce une protestation majeure contre les obligations vaccinales COVID à Washington

 

"Nous croyons à la puissance de l'immunité naturelle ; nous croyons et insistons sur le consentement éclairé", explique le Dr. Robert Malone.

 

Le 23 janvier, les Américains mécontents de l'obligation vaccinale COVID-19 viendront à Washington DC pour protester contre l'exigence de vaccination COVID et la stigmatisation attachée à ceux qui s'opposent aux nouvelles vaccinations controversées.

 

Le Dr Robert Malone, pionnier de la technologie ARNm qui a récemment été banni de Twitter pour avoir critiqué le vaccin contre la COVID de Pfizer, a annoncé le rassemblement "Vaincre les obligations" dans une interview avec l’animateur de podcast Joe Rogan.

 

"Il ne s'agit pas d'être contre les vaccins, mais d'être contre les obligations et notre espoir est de rassembler les gens", a déclaré Malone. "Des gens de tous les horizons, de tous les partis, de toutes les religions, de toutes les origines ethniques... Ce sur quoi nous pouvons nous mettre d'accord, c'est la liberté personnelle et le droit des gens de prendre leurs propres décisions."

 

"Cela fera donc partie d'un rassemblement mondial pour la liberté qui se tiendra dans le monde le même jour", a-t-il ajouté. Cela signifie "pas de passeport vaccinal ; pas de vaccination pour les enfants en bonne santé ; Non à la censure... nous croyons au pouvoir de l'immunité naturelle ; nous croyons et insistons sur le consentement éclairé."

 

Le site Web de l'événement indique que l'événement, parrainé par les groupes Unity Project, Children's Health Defence et Global Covid Summit, débutera à 11 h 30 au Washington Monument, d'où les participants seront à environ 1,6 km du Lincoln Memorial, où ils entendront ensuite une liste non encore dévoilée d'"artistes du disque, d'éminents médecins, journalistes, athlètes professionnels, et d'acteurs et leaders d'opinion de premier plan"

 

"Non à la vaccination obligatoire", indique-t-il sur le site Internet. "Non aux certificats de vaccination. Non à la vaccination des enfants en bonne santé. Non à la censure. Non aux limitations d'un débat rationnel."

 

"Oui, nous croyons à la puissance de l'immunité naturelle", poursuit-il. "Oui, nous insistons sur le consentement éclairé. Oui à la liberté de choix des médecins et des patients sans ingérence".

 

Veuillez visiter DefeatTheMandatesDC.com pour plus de détails, y compris comment vous inscrire pour participer, l'hébergement à l'hôtel et comment vous inscrire aux mises à jour.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2022 3 05 /01 /janvier /2022 08:08
Nous avons malheureusement au sommet de l'État le premier délinquant

"Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie", clame le chef de l'Etat dans un entretien au Parisien. (1) "Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen", a-t-il ajouté.

 

En France on ne déchoit pas de sa citoyenneté un terroriste, mais un non-vacciné, oui.

 

Au sommet de l'Etat, nous avons, par ces propos, le premier délinquant. Et Emmanuel Macron, ou son gouvernement, n'en sont pas à leurs premiers coups d'essai en termes d'insultes. "Ca va être ... vie de merde pour les non vaccinés", avait confié le conseiller d’un ministre en juillet 2021. (Valeurs Actuelles) “On les aura, ces connards” : quand Macron manifeste son soutien à Véran. (Valeurs Actuelles)

 

Ces propos montrent une immaturité chez le président qui semble ne pas avoir reçue une éducation. Emmanuel Macron, indéniablement par ces propos indignes de sa fonction, a un problème dans son rapport à l'autre. 

 

Comment pouvons-nous réagir face à une telle violence verbale à répétition ? 

 

Pourquoi de tels propos sont-ils graves ?  

 

Autrefois, dans notre pays, nous avions un édit royal écrit en 1315 qui fondait une liberté inconditionnelle : "selon le droit de nature, chacun doit naître franc." (Edit du 3 juillet 1315 de Louis X le Hutin) (2) Aujourd'hui notre liberté est conditionnée à une injection ! 

Cette déchéance de citoyenneté est une sanction absolument inédite. Il s'agit d'une perte de citoyenneté puisque on conditionne l'accès à la citoyenneté au droit civique à la prise d'un traitement... On n’a jamais vu ça, c’est à dire que dans nos sociétés à nous, les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit (DDH 1789 qui ne fait que reprendre une tradition millénaire dans notre pays). Ceux qui ne sont pas vaccinés payent les cotisations, payent tous les impôts, mais n'auraient désormais plus le droit aux contreparties ? On le voit, l'aboutissement d'un tel raisonnement revient à briser le pacte social puisque si on a le droit de payer les impôts mais que l'on n'a plus le droit aux contreparties de protection sociale, qu'est-ce qui empêche dès lors les citoyens déchus de créer une société parallèle à celle qui les aura déchus ? Rien. L'unité de la nation et l'indivisibilité de la dite "république" sont rompues, de facto, par la déclaration d'Emmanuel Macron. La boîte de Pandore est ouverte.

 

Ces propos sont graves car ils engagent le maintien et la sauvegarde de ce qui fait notre contrat social, la paix civile, le maintien de l'ordre public.

 

Macron pourrait avec profit lire les Instructions au dauphin rédigées par Louis XIV. 

 

L'exemple vient d'en-haut, disait Louis XIV dans ses Instructions ou Mémoires rédigés pour la formation du Dauphin. "Ces textes contenaient selon lui 'les secrets de la Royauté et les leçons éternelles de ce qu'il faut éviter ou suivre.' (Mémoires, éd. Longnon, Paris 1978, in-8°, cité dans François BLUCHE, Louis XIV, Fayard, Paris 2002, p. 178.) Si ces Instructions ou Mémoire "n'égalent pas les réflexions d'un Marc-Aurèle ou d'un Frédéric II, ils renferment, en excellent style, l'essentiel du message politique du Roi. "Plus que tous les autres hommes, les souverains doivent 'instruire leurs enfants par l'exemple et par le conseil.' Au style près, un François Ier, un Henri II, un Henri IV auraient pu dire ou écrire pareilles choses. Et aussi, le bonheur des peuples se trouve en toutes lettres dans l'Instruction de Louis XIV. Le bonheur, c'est-à-dire le bien général, et le bien-être des Français : 'Favoriser et élever le mérite, faire du bien en un mot, ne devait pas seulement être la plus grande occupation, mais le plus grand plaisir d'un prince.' Faire du bien : pas d'"emmerder" ! Louis XIV écrit encore, plus nettement : "Nous devons considérer le bien de nos sujets, bien plus que le nôtre propre.' (in F. BLUCHE, ibid., p. 180-181.) 

Voilà la différence entre nos anciens rois et ceux qui aujourd'hui prétendent représenter les Français. Voilà toute la déchéance de nos principes et de nos valeurs.

 

Si nos premiers magistrats, par la tenue de leurs propos, ne montrent pas l'exemple, comment parler ensuite de politique d'éduction nationale dans nos écoles, vis-à-vis de nos jeunes ? Comment les enseignants pourront-ils tenir leur classe si le président parle lui-même ainsi ? Comment exiger l'exemplarité, comment faire appel à la responsabilité quand on tient de tels propos irresponsables ?

 

"En cas de manquement [du chef de l'État] à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat", la procédure de destitution de l'article 68 issu de la révision constitutionnelle de 2007 peut être déclenchée.

Selon Didier Maus, professeur de droit, il peut s'agir d'un blocage du "fonctionnement régulier des pouvoirs publics" (refus de signer des lois votées par le Parlement, blocage de la Constitution, etc.) ou bien d'un "comportement personnel incompatible avec la dignité de la fonction" (crime, propos publics inacceptables, etc.). (3)

Il s'agit là d'une procédure politique car elle vise au politique par excellence, et non au pénal qui pourra venir ensuite. En tenant de tels propos, en voulant "emmerder" une partie des Français, le président de la république établit une ségrégation d'une partie de la population en fonction de l'état de santé. 

 

Or, selon l'article 225-1 du Code Pénal, toute "distinction" opérée entre les personnes sur le fondement "de leur état de santé" constitue une "discrimination".

Et toute pression pour obliger quelqu'un à participer à des essais cliniques contre son gré relève du Code Pénal (art 223-8)

 

Les premières réactions arrivent. Des internautes demandent la destitution d'Emmanuel Macron. Il n'y a pas de destitution d'un président de la république par plaisir, ou pour satisfaire un électorat. Il y a simplement une mesure qui constate la déchéance, c'est-à-dire la perte d'un pouvoir suite à "un manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat." La gravité du manquement n'est pas même mentionnée. Il suffit de constater le simple manquement (comme des "propos publics inacceptables") qui suffit à déchoir de son mandat le président qui aurait ainsi failli à son devoir. Et ce devoir premier, le but de sa fonction, c'est de protéger les Français.

 

 

"Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable", déclare Emmanuel Macron. 

Protège-t-on les Français quand on crée des citoyens déchus de leur citoyenneté au nom d'un virus bénin, qui touche en majorité des personnes complètement vaccinées ? C'est toute la question dont devront maintenant se saisir la communauté scientifique, ainsi que nos représentants. 

Il est connu que le variant Omicron n'est pas delta ni même les autres variants qui n'ont pas rempli les hôpitaux en 2020 comme le gouvernement l'avait prétendu (Voir le rapport public de l'ATIH : en 2020 seulement 2% des hospitalisations étaient liées au Covid, 5% en Réa", "la peur a été instrumentalisée").

Une majorité des personnes infectées aujourd'hui sont des personnes complètement vaccinées.

Le 30 décembre 2021, le ministre de la santé énonçait des menaces envers les non-vaccinés : "il y a vraiment peut de chances que vous passiez entre les gouttes". Emmanuel Macron et son gouvernement devraient ouvrir leur parapluie : le variant Omicron atteint en priorité les personnes vaccinées, selon les dernières données de l'Institut Robert Koch en Allemagne. "L’information qui peut désormais être déduite de ces chiffres est que 78,56 % des cas d’infection par omicron pour lequel le statut vaccinal était connu concernaient des vaccinés, et un peu moins de 22 % des non-vaccinés", selon Libération. (4)

De ce fait, les mesures discriminatoires à l’encontre des non ou des incomplètement vaccinés doivent être abolies d’urgence, ainsi que de surcroît toute politique visant à la déchéance de citoyenneté des non-vaccinés.

"Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas." (article 5 de la DDH de 1789)

Il n'y a pas d'obligation vaccinale Covid légale. Quand bien même les dits "vaccins" seraient efficaces à contrôler l'épidémie, rien n'autorise donc le président de la république à déchoir ainsi de leur citoyenneté les non-vaccinés. 

Add. 17h20. Covid : "déçu" par la faible "efficacité" des vaccins, le Pr Caumes se dit opposé au pass vaccinal, "régression sanitaire". 

 

L'infectiologue voit un paradoxe à imposer le pass vaccinal alors que les vaccins sont peu efficaces contre les contaminations, à son grand regret.

 

"On est déçu car en principe on ne vaccine pas pour six mois mais pour dix ans. Et on est déçu par son efficacité. Le virus circule intensément malgré la vaccination d’une grande partie de la population", regrette ce mercredi matin le professeur Eric Caumes. Selon lui, la faible efficacité des vaccins développés contre le Covid notamment contre la contamination est une grande déception. (5)

 

Dans un article publié en milieu de journée, le consultant et analyste au Figaro Mathieu Slama réagit avec force : "Cette manière de désigner comme ennemis de la nation des millions de citoyens français est sans précédent dans l'histoire de la Ve République. Une rupture incroyable avec le principe de l'indivisibilité de la République et de la citoyenneté. Macron ... a commis une faute morale impardonnable – et irréparable."

Extrait de cet article de Mathieu Slama pour le Figaro : 

 

"« J'ai très envie d'emmerder » : il y a dans cette formule familière quelque chose de très dérangeant, une forme d'agressivité joviale et cruelle qui contredit totalement la mission même d'un président de la République. Aucun de ses prédécesseurs, même les plus décomplexés, ne s'était permis un tel dérapage. Le « jusqu'au bout » qui conclut la séquence a également quelque chose de glaçant : jusqu'au bout de quoi ? Comment imaginer qu'un président de la République menace de cette manière ses propres concitoyens, son propre peuple ?

Mais la phrase essentielle est ailleurs. « Un irresponsable n'est plus un citoyen ». Par cette phrase, Emmanuel Macron trahit l'intégralité de notre héritage républicain en affirmant, au mépris de tout sens de l'État et de l'intérêt général, que les non-vaccinés ne sont plus des citoyens. Cette manière de désigner comme ennemis de la nation des millions de citoyens français est sans précédent dans l'histoire de la Ve République.

"À mesure qu'il s'installait dans la vie publique, l'idée même de passe s'est banalisée, normalisée. Or elle porte en germes la déchéance de citoyenneté induite par les propos du chef de l'État, car elle implique une chose absolument gravissime et sans précédent : que l'accès à la pleine citoyenneté est désormais conditionné à un vaccin. Le passe sanitaire ou vaccinal n'est pas un « passe », mais un permis de citoyenneté. Si vous n'avez pas votre passe (ou s'il n'est pas « à jour »), vous êtes déchu de votre pleine citoyenneté et ne pouvez plus accéder aux lieux et événements de la vie sociale, jusqu'aux lieux de culture et aux hôpitaux. Une rupture incroyable avec le principe de l'indivisibilité de la République et de la citoyenneté, principe qu'avait brillamment et courageusement rappelé l'ex-défenseur des droits Jacques Toubon à l'occasion des débats autour de la déchéance de nationalité en 2016 : « Ce projet revient à graver dans le marbre de notre norme supérieure une division fondamentale des Français en deux catégories, à l'encontre de l'esprit et de la lettre de la Constitution. La citoyenneté est aussi indivisible que la République. Son principe fondamental est que les citoyens sont égaux et qu'il n'y a pas de citoyens moins citoyens que d'autres. » Et si la République est une et indivisible, alors le président de la République est le Président de tous les Français, quelles que soient leurs opinions, leurs origines, leurs convictions, leurs choix de vie. En se présentant comme le Président d'une partie des Français contre d'autres Français, Macron rompt avec un principe républicain fondamental. Et il a commis une faute morale impardonnable – et irréparable.

"Depuis deux ans, sans que beaucoup ne s'en émeuvent, nous changeons de modèle politique et quittons les rives de la République, avec ses normes constitutionnelles, ses droits inaliénables, sa séparation des pouvoirs, sa conception de la citoyenneté, son principe de liberté, pour entrer dans un nouveau régime où, pour paraphraser le chef de l'Etat lui-même, les citoyens ont des devoirs avant d'avoir des droits, où la liberté individuelle s'efface au profit de l'intérêt collectif, où l'état d'exception devient la nouvelle norme de gouvernementalité. L'idée même de liberté est devenue relative, transformée en une « permission » accordée par le gouvernement selon notre bonne conduite. Or la liberté ne se « permet » pas : elle est inaliénable et consubstantielle à la citoyenneté. « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit » : telle est la formule fondamentale de notre édifice républicain qui est en train de s'écrouler dans l'indifférence générale. Est libre tout citoyen français. Quel qu'il soit. Où qu'il se trouve. Quoi qu'il fasse. Et si par malheur il contrevient à la loi, alors c'est à la justice, indépendante du pouvoir, de décider s'il doit être puni ou non. Nous vivons une révolution politique majeure qui devrait inquiéter tous les démocrates et républicains attachés à l'Etat de droit. Pourtant les voix qui s'élèvent contre ce nouvel ordre politique sont bien rares, et encore plus chez les modérés. Quelle immense défaite !»" (Fin de citation) (6)

Sources

 

(1) https://www.leparisien.fr/politique/europe-vaccination-presidentielle-emmanuel-macron-se-livre-a-nos-lecteurs-04-01-2022-2KVQ3ESNSREABMTDWR25OMGWEA.php

(2) Dimitri CASALI, Le Grand Procès de l'Histoire de France, Saint-Louis, Colbert, Napoléon, Jules Ferry..., tous victimes du politiquement correct, Robert Laffont, Paris 2019, p. 111.

(3) https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/10/22/comment-un-president-de-la-republique-peut-il-etre-destitue_4510625_4355770.html

(4) https://www.liberation.fr/checknews/9558-de-vaccines-parmi-les-cas-domicron-en-allemagne-linstitut-robert-koch-reconnait-une-erreur-de-chiffres-20220103_7324EYINBRGWHKOH2YZFFU224E/

(5) https://www.lindependant.fr/2022/01/05/covid-decu-par-la-faible-efficacite-des-vaccins-le-pr-caumes-se-dit-oppose-au-pass-vaccinal-regression-sanitaire-10028118.php

(6) https://www.lefigaro.fr/vox/politique/en-faisant-des-non-vaccines-des-ennemis-de-la-nation-le-president-se-pose-en-diviseur-des-francais-20220105

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2022 2 04 /01 /janvier /2022 18:24

Merci à Véronique Lévy d'élever la voix pour défendre Notre-Dame de Lourdes où les piscines sont fermées, la communion dans la bouche interdite, les bénitiers vidés, les gels hydroalcoliques placés à l'intérieur des bénitiers à la place de l'eau bénite (!), les masques imposés, tout ceci comme si Dieu, comme si Notre-Dame pouvait nous rendre malades dans son sanctuaire, et particulièrement celui de Lourdes. Ce faisant Véronique Lévy est la voix des petits, des sans voix dans l'Eglise qui crient au ciel, le retour de l'honneur dû à Dieu. 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2022 2 04 /01 /janvier /2022 08:51
Sans précédent : Le nombre de décès dans l'Indiana chez les 18-64 ans a augmenté de 40 %, est-ce à cause de la vaccination Covid ?

Traduction blog ChristRoi.over-blog.com.

 

C'est énorme. Quelque chose tue des gens en bonne santé à un niveau sans précédent. Ce n'est pas le COVID. Serait-ce le vaccin COVID "sûr et efficace" ? Je le pense. Pour la raison suivante.

 

Commencez par lire cette histoire : "Le PDG de l'Indiana Life Insurance déclare que les décès parmi les 18-64 ans ont augmenté de 40 %". Lisez l'histoire complète ici .

 

Remarque : Dans le cas où cette histoire "disparaît", j'ai fait une copie de sauvegarde. Vous ne pouvez pas être trop prudent de nos jours

 

Ceci est une grosse affaire. Vraiment grosse. Et je ne suis pas le seul à le penser.

 

Points clés :

 

1. Les décès chez les 18-64 ans (qui ne meurent généralement pas) ont augmenté de 40 % en 2021 par rapport aux niveaux d'avant la pandémie.

2. C'est énorme. GIGANTESQUE. Ils n'ont jamais rien vécu de tel dans leur histoire. Habituellement, les taux de mortalité ne changent pas du tout. Ils sont très stables. Il faudrait quelque chose de VRAIMENT GROS pour avoir un effet aussi grand. 

3. D'autres dans l'industrie le voient aussi.

4. Ce n'est pas le COVID. Les décès dus au COVID ont diminué cette année.

5. Quelle que soit la cause, c'est plus gros et plus mortel que le COVID, et cela affecte presque tout le monde.

6. Le CDC a tout sous contrôle... ok, je plaisante... le CDC n'a aucune idée comme d'habitude.

 

Tout ceci signifie que "quelque chose" est à l'origine d'un nombre MASSIF de décès en 2021.

 

Je me demande de quoi meurent tous ces gens ?

 

Voici les indices dont nous disposons. Nous avons donc besoin de quelqu'un de très intelligent pour résoudre ce mystère :

 

1. Ces décès ne se sont produits qu'après la mise sur le marché des vaccins.

2. Les décès sont "principalement des personnes en âge de travailler de 18 à 64 ans" qui sont employées par des sociétés qui ont souscrit une assurance-vie collective via OneAmerica. Mais cela ne veut pas dire que les 65 ans et plus ne sont pas également touchés. Ce qui est crucial est d'observer des effets chez les jeunes.

3. Il y a plus de décès en excès qu'à tout autre moment de l'histoire, ces décès sont donc probablement causés par une une nouvelle menace sans précédent dans l'histoire telle que : Par exemple, un nouveau vaccin qui n'a jamais été utilisé auparavant, ou quelque chose de similaire auquel un grand nombre de personnes seraient exposées (par exemple, un État qui promeut la vaccination).

4. Pas à cause du COVID (les décès dus au COVID sont en forte baisse).

5. Ils meurent de diverses causes, pas d'une seule. Cela exclut donc les agents pathogènes des aliments ou de l'air. Je note que la variété des causes de décès coïncide avec le large éventail d'événements indésirables causés par les vaccins COVID, par exemple.

6. Cela doit toucher un grand nombre de personnes pour avoir un tel impact. C'est donc quelque chose de nouveau qui touche au moins la moitié de la population, comme un nouveau vaccin obligatoire par exemple.

7. Il y a une énorme pression du gouverneur de l'Indiana en faveur de la vaccination, il souhaite que tout le monde soit vacciné. Intéressant. "Le gouverneur de l'Indiana Eric Holcomb a redoublé d'efforts pour faire vacciner tout le monde dans l'État." 

8. Fait utile: les adultes de 65 ans et plus représentent 16 % de la population américaine, mais 80 % des décès dus au COVID-19 aux États-Unis, ce qui est légèrement supérieur à leur part des décès toutes causes confondues (75 %) au cours de la même période. Nous utiliserons ce 75% plus tard.

9. Ce n'est pas seulement la seule compagnie d'assurance-vie, il y a aussi d'autres compagnies d'assurance qui ont vu cette énorme augmentation. C'est donc quelque chose d'énorme et d'ampleur nationale, comme la vaccination obligatoire à travers les États-Unis ou quelque chose comme ça.

10. "Juste pour vous donner une idée de la gravité de la situation, une catastrophe de trois sigmas ou une catastrophe qui ne se produit qu'une fois tous les 200 ans, signifierait une augmentation de 10 % par rapport à la période pré-pandémique", a-t-il déclaré. "Donc, 40 % c'est du jamais vu." Cela suggère que ce doit être quelque chose (par exemple, un nouveau vaccin). Ce doit être quelque chose qui n'a pas été lancé avant 2021, comme un nouveau vaccin COVID.

11. L'entreprise constate une "augmentation" des réclamations pour invalidité, affirmant qu'il s'agissait initialement de réclamations pour invalidité à court terme et que maintenant l'augmentation concerne les réclamations pour invalidité à long terme. Donc quelque chose tue des gens, et ceux qui ne meurent pas sont handicapés. Vous savez déjà ce que les vaccins COVID ont fait (comme je crois le VAERS).

12. Brian Tabor, président de l'Indiana Hospital Association, a déclaré que les hôpitaux de tout l'État étaient inondés de patients "atteints de nombreuses maladies différente" et que "malheureusement, la santé moyenne s'est détériorée pendant la pandémie". Lors d'un appel de suivi, il a déclaré qu'il n'avait aucune idée des raisons pour lesquelles tant de personnes étaient hospitalisées dans l'État – pour quelles conditions ou affections. Cependant, il a déclaré que le taux de mortalité exceptionnellement élevé cité par Davison est conforme aux chiffres observés dans les hôpitaux de l'État. Tout cela pourrait donc être dû aux vaccins COVID.

13. Le nombre d'hospitalisations dans l'État est maintenant plus élevé qu'il ne l'était avant l'introduction du vaccin COVID-19 il y a un an et est en fait plus élevé qu'il ne l'a été qu'au cours des cinq dernières années, a déclaré le Dr. Lindsay Weaver, médecin-chef de l'Indiana, lors d'une conférence de presse avec le gouverneur Eric Holcomb mercredi. Encore une fois, tout ce qui tue des gens est pire que le COVID. Cela ne peut pas être le COVID parce que nous avons vacciné tellement de personnes avec notre vaccin sûr et efficace qui prévient les décès dus au COVID.

14. Le PDG de la compagnie d'assurance ne croit pas que les vaccins soient la cause des décès et des invalidités. Découvrez ce tweet : Il demande à ses employés de se faire vacciner ! Donc ça ne peut pas être le vaccin, même si tous les faits sont exacts ! Zut ! Le PDG sait que les vaccins sont sûrs et efficaces. Il n'a aucune preuve pour étayer cette affirmation, mais nous devrions le croire puisqu'il est une figure d'autorité (vous savez, comme le CDC). On peut toujours faire confiance aux personnes en autorité, surtout quand elles n'ont aucune preuve. Qui a besoin de preuves ? La science a été supplantée en 2021.

Alors je dois dire que je suis perplexe. J'avais pensé que c'était le vaccin COVID car tous les indices étaient corrects sauf le dernier élément. J'étais si près ...

Voici le taux de mortalité par âge du CDC ci-dessous. Voyez-vous à quel point il est stable d'une année à l'autre? Étonnamment stable ! Alors quand vous voyez un bond de 40%, c'est incroyable. C'est un feu à 4 feux.

 

 

Extrapoler cela au reste du pays

 

Nous savons qu'environ 3 millions de personnes meurent chaque année aux États-Unis. 75% d'entre eux ont plus de 65 ans, ce qui nous laisse 750 000 décès par an pour les moins de 65 ans.

 

Si ce nombre a bondi de 40 % par rapport aux niveaux d'avant la pandémie aux troisième et quatrième trimestres, nous devrions alors supposer que le deuxième trimestre était la phase de démarrage (nous supposons une augmentation linéaire au deuxième trimestre).

 

Cela fait donc 75 000 décès par trimestre pour les troisième et quatrième trimestres et la moitié de cela, 37 000 décès au deuxième trimestre.

 

Cela signifie que dans le groupe d'âge des 18-64 ans, il y aura probablement 187 000 décès supplémentaires dus à une nouvelle cause.

 

Comparer au nombre prédit par le VAERS pour le même groupe d'âge aux États-Unis

 

Voyons si cela coïncide avec le nombre de décès dus aux vaccins aux États-Unis pour le même groupe d'âge. J'ai utilisé 65 dans la requête car cela signifie "moins de 65 ans":

 

 

(2156 décès en VAERS - 40 décès de fond) * 41 (l'URF) et nous obtenons 87K décès.

 

Cela signifie soit :

 

1. Il existe un autre effet qui tue plus de personnes âgées de 18 à 64 ans que le vaccin (peu probable mais possible).

2. Mon URF de 41 sous-estime les décès d'un facteur 2,15

Je suis d'accord avec la déclaration n°2. J'ai toujours dit que 41 est un URF conservateur pour la mort. Le 41 est calculé à l'aide des taux d'anaphylaxie, qui sont les événements les plus susceptibles d'être signalés au VAERS. Cela ne me surprendrait pas du tout que les décès soient sous-déclarés par un ratio beaucoup plus important.

C'est énorme. Mes plus proches amis ont également remarqué cet article et ont écrit à ce sujet.

 

Je n'ai découvert ces articles qu'après avoir écrit le mien hier soir. Je voulais dormir dessus avant de le poster.

Trois des personnes à qui je parle le plus souvent des problèmes liés aux vaccins sont Jessica Rose, Mathew Crawford et Robert Malone.

 

Que savez-vous : ils ont tous trois publié leurs topos sur ce sujet avant que j'appuie sur le bouton "Publier". Donc je suis en retard pour le match.

 

Mes amis sont d'accord avec ma réaction quant à l'importance de cet article.

 

Par exemple, Malone a écrit :

 

Prenez un moment pour lire l'intégralité de l'article. À présent.

 

comme je l'ai écrit (indépendamment). Nous l'avons probablement écrit en même temps.

 

Voici les liens vers les articles :

 

L'article de Robert Malone

Et si la plus grande expérience sur les êtres humains de l'histoire était un échec ?

Extrait:

 

Il commence à me sembler que la plus grande expérience sur les êtres humains dans l'histoire enregistrée a échoué. Et, si ce rapport plutôt sec d'un cadre supérieur de l'assurance-vie de l'Indiana est vrai, alors la pression de Reiner Fuellmich sur les "Crimes contre l'humanité" pour la convocation de nouveaux procès à Nuremberg commence à sembler beaucoup moins chimérique et beaucoup plus prophétique.

 

 

AU MINIMUM, sur la base de ma lecture, on doit conclure que si ce rapport tient et est confirmé par d'autres dans le monde aride des actuaires d'assurance-vie, nous avons à la fois une énorme tragédie humaine et un échec profond des politiques publiques du gouvernement américain et Système américain HHS pour servir et protéger les citoyens qui paient pour ce "service".

 

SI cela est vrai, alors les vaccins génétiques promus de manière si agressive ont échoué, et la campagne fédérale claire pour empêcher un traitement précoce avec des médicaments vitaux a contribué à une perte de vie massive et évitable.

 

AU PIRE, ce rapport implique que les mandats fédéraux sur les vaccins sur les lieux de travail ont conduit à ce qui semble être un véritable crime contre l'humanité. Des pertes de vie massives chez (vraisemblablement) des travailleurs qui ont été forcés d'accepter un vaccin toxique à une fréquence plus élevée par rapport à la population générale de l'Indiana.

 

L'article de Jessica Rose

Les compagnies d'assurances - tout comme les banques, plus si ennuyeuses !

Extrait:

 

Alors qu'est-ce que cela nous dit? Cela nous dit que nous sommes potentiellement dans un énorme tas de merde fumante. Pour être franc. Les indications de notre ami de la compagnie d'assurances ne sont que des indications. Si ce que nous voyons dans le VAERS, et les autres systèmes de notification des événements indésirables, est le simple reflet de ce qui se passe réellement en ce qui concerne les blessures, ce que je suppose, alors nous n'avons encore rien vu. Et si ce qui est rapporté concernant les déficiences immunitaires associées à ces injections n'est pas simplement anecdotique ou représentatif d'une petite sous-cohorte d'individus, nous pourrions être en présence d'un désastre sanitaire complet imposé par le gouvernement. Il va falloir s'unir pour s'en sortir, comme je le dis toujours.

 

Pour terminer cet article, comme l'a dit Robert, j'espère me tromper. Mais je crains que non.

 

L'article de Mathew Crawford

Pourquoi les décès non liés au COVID ont-ils atteint des sommets historiques dans l'Indiana ?

Extrait:

 

Davidson a décrit une augmentation de 10 % de la mortalité comme un événement à 3 sigma ( écart type ), ce qui fait de 40 % un événement à 12 sigma. Ce sont les statistiques qui indiquent à quel point sont éloignés de l'ordinaire ces événements inhabituels. Pour plus de clarté, un événement trois sigma devrait se produire environ une fois tous les 300 ans environ et un événement six sigma devrait se produire une fois tous les 300 000 ans environ. Nous parlons de la proportion de la surface sous une courbe normale qui est ombrée par rapport à la surface totale. Il faudrait vraiment zoomer dessus pour le détecter à l'œil nu. 

 

 

Il ne s'agit pas seulement de COVID-19, mais pas une seule personne lors de la conférence de presse ne vient discuter des décès ou des blessures liés au vaccin, pas même pour apaiser la peur. Ils ne veulent pas en discuter.

 

Ce n'est pas un incident isolé

Les sinistres décès en assurance-vie augmentent de 41 %, soit 3,5 fois plus en 2021

 

À Phoenix, le taux de mortalité des employés de la ville (14 000 employés) en 2021 a doublé par rapport à la moyenne sur 10 ans. Ce n'est pas une augmentation de 40 %. C'est le DOUBLE. Il se passe clairement quelque chose…

 

Les chiffres de surmortalité en Europe et au Royaume-Uni semblent montrer que les jeunes meurent plus vite que les personnes âgées, et que les 0-14 ans meurent plus vite au second semestre 2021 par rapport au premier. D'autres preuves montrent que les vaccins tuent les enfants.

 

La réaction de la presse grand public était prévisible : ils l'ont ignorée

Les médias grand public n'en ont pas du tout parlé. Il est 7 h 00 HNP le 3 janvier et je viens de faire cette requête Google et j'ai découvert que la SEULE histoire était l'histoire originale. Rien d'autre. Personne d'autre ne pensait que c'était important. Juste moi et mes amis.

 

 

Y a-t-il une autre explication à tout cela ?

Existe-t-il une meilleure explication qui correspond au nombre de décès et aux causes de décès ? Je ne voudrais pas sauter aux conclusions.

 

Il pourrait y avoir quelque chose auquel nous n'avons pas pensé. Par exemple, saviez-vous que Twitter a déterminé que l'énorme augmentation du nombre de décès d'athlètes depuis le lancement des injections était due à "la déshydratation, la surchauffe et des problèmes cardiaques non diagnostiqués". Le fait que ces décès se produisaient en hiver était sans importance. Et le fait qu'ils n'aient cité aucune preuve pour étayer leur hypothèse était attendu. Et ils n'ont pas expliqué pourquoi cela ne s'est pas produit l'année dernière ou une autre année. Un exercice pour le lecteur je suppose.

 

Il n'y a pas de condition d'arrêt pour le vaccin

Il est important de souligner que contrairement à tous les autres essais cliniques qui seraient approuvés par un comité d'examen interne (IRB), celui-ci n'a pas de condition d'arrêt prédéfinie.

 

Le CDC et la FDA ne peuvent pas débrancher le vaccin car aucune condition d'arrêt n'a été prédéfinie.

 

Et personne au Congrès n'imposera de condition d'arrêt (nous avons demandé aux membres du Congrès "Combien d'enfants doivent mourir avant que vous ne mettiez fin aux vaccins ?" et ils ont tous refusé de répondre).

 

Que pouvez-vous faire à ce sujet

Je rassemble des statistiques similaires auprès d'autres compagnies d'assurance pour confirmer cette observation. Si vous travaillez dans une compagnie d'assurance, rejoignez dès maintenant ce sous-pack dédié et lisez cet article où vous pouvez saisir des données. Si vous connaissez quelqu'un qui travaille dans une compagnie d'assurance, veuillez lui transmettre cet article.

 

Merci!

Partager cet article
Repost0

Articles Récents