Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2021 3 05 /05 /mai /2021 14:24

Exactement les mêmes lieux interdits avec le pass sanitaire...aux non vaccinés. C'est effarant de constater que l'histoire se répète et que la plupart des gens acceptent :

Le passeport sanitaire et le Memorial de la Shoah
Partager cet article
Repost0
5 mai 2021 3 05 /05 /mai /2021 11:35
Les médias écrivent que Bill Gates divorce après 27 ans, mais c'est beaucoup plus important

Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, et sa femme Melinda sont en train de divorcer. Dans une déclaration, le couple a écrit qu'après beaucoup de réflexion et de travail sur leur relation, ils ont décidé de mettre fin au mariage. Le milliardaire a fondé la Fondation Bill & Melinda Gates avec sa femme en 1999, où ils continuent à travailler ensemble.

 

L'activiste et écrivain Melissa Tate souligne qu'il y a d'autres informations importantes sur Gates et sa fondation que les médias grand public n'ont pas couvertes. Il s'agit des déclarations faites par la députée italienne Sara Cunial en mai dernier. Cunial l'a qualifié de "criminel" et a demandé à Conte, le premier ministre de l'époque, de le traîner devant la Cour pénale internationale.

 

Bill et Melinda Gates sont en train de divorcer, mais la plus grande nouvelle est ce dont leur "fondation" est accusée dans le monde entier. Les médias américains n'en font pas état, mais le Parlement italien s'en est récemment occupé.

 

Nous savons tous que Bill Gates a prédit une pandémie en 2018 et en a simulé une en octobre 2019 lors de "l'événement 201". "L'Italie contribue 140 millions d'euros à GAVI Alliance, l'organisation à but non lucratif de la Fondation Gates. Aucun argent n'est consacré à la sérothérapie, un traitement très bon marché. Pas d'argent pour la prévention, comme le mode de vie, la nutrition et notre relation avec la nature."

 

Le politicien a également souligné que les virologues, qui gagnent beaucoup d'argent pour leurs apparitions à la télévision, sont de bons amis avec des sociétés pharmaceutiques comme Sanofi et GlaxoSmithKline, qui "endoctrinent" les médecins. Elle a parlé d'un "état profond à la sauce italienne".

 

Le but ultime, a déclaré Cunial, est un état de surveillance. Elle a exigé que Conte traîne le "criminel" Bill Gates devant la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité en Inde et en Afrique.

Source : Uncut News

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 08:43
Professeur Didier Raoult: "Le vaccin Pfizer provoque 70% d'effets secondaires, on n'a jamais vu ça avec un vaccin!"

4 mai 2021

 

Le professeur Didier Raoult, directeur de l'IHU Méditerranée Infection, analyse les dernières études sur la vaccination contre Covid. Selon lui, le vaccin est loin d'avoir prouvé son efficacité pour empêcher la propagation du virus.

 

Quelles sont les dernières données de vaccination?

 

Nous commençons à obtenir des données. Il existe une étude très intéressante qui a été publiée qui analyse de manière très honnête l'efficacité du vaccin AstraZeneca en Angleterre contre le mutant anglais qui est celui qui circule le plus et qui représente ici 85 à 90% des cas. Cette étude montre que le vaccin d'AstraZeneca ne fonctionne pas aussi bien qu'on pourrait s'y attendre.

 

Ce n'est pas surprenant: si vous ne prenez qu'une seule protéine du virus qui était là en mars / avril 2020 pour fabriquer un vaccin avec cette protéine au lieu du virus entier, il y a de fortes chances que vous ayez une mutation dans cette protéine résistante au virus. le vaccin est assez élevé.

 

Si vous prenez tout le virus, cela peut être moins directif, peut-être que la concentration est plus faible, mais il y a une chance qu'il y ait encore une certaine immunité. Mais avec le choix fait, l'immunité est très fragile car elle repose sur très peu d'acides aminés.

 

Il semble que pour les formes symptomatiques et documentées, le niveau de protection se situe au mieux autour de 70%, et si l'on parle de personnes porteuses ou qui n'ont pas de symptômes expliqués, alors le niveau de protection est extrêmement bas.

 

Cela fonctionne extrêmement mal avec les variants sud-africain et brésilien. La question se pose maintenant: que faisons-nous avec elle dans la pratique pour conseiller les gens?

 

[...] Si on vous dit qu'il n'y a pas de risque, ce n'est pas vrai. Les risques de ce vaccin se font progressivement connaître, il existe des risques allergiques vraiment dangereux dus au composé utilisé, le polyéthylène glycol, avec des personnes subissant un choc anaphylactique qui peut être mortel et des personnes souffrant de thrombose.

 

 

[...] Et si dans la grande époque de terreur dans laquelle nous vivons, se faire vacciner rassurera les gens, alors ils devraient se faire vacciner. Mais il y a plus d'inconvénients qu'on ne nous le dit . Il y a une étude qui vient d'être publiée dans Nature qui montre qu'il y a 70% d'effets secondaires avec le vaccin Pfizer. Il n'y a pas d'autre vaccin: c'est deux à trois fois plus que le vaccin contre la grippe. Il y a aussi des effets mortels. Est-ce que ça en vaut la peine? Certes, lorsque vous êtes dans une population à haut risque, mais lorsque vous êtes dans une population sans risque, vous pouvez vous poser la question.

 

[...] Encore une fois, le vaccin n'est pas la baguette magique que nous espérions pour empêcher ce virus et ses variants de se propager.

 

Source: Uncut-news.ch

Partager cet article
Repost0
2 mai 2021 7 02 /05 /mai /2021 20:30
Une école privée annonce l'interdiction des membres du personnel qui prennent des vaccins contre le coronavirus, car ils pourraient menacer la santé des étudiants

 Ethan Huff  1er mai 2021

Source : DcDirtyLaundry

 

( Natural News ) La Centner Academy de Miami a envoyé un e-mail à son personnel la semaine dernière les avertissant de ne pas prendre d'injections de coronavirus de Wuhan (Covid-19) en raison des graves risques encourus.

 

Les administrateurs de l'école privée ont expliqué qu'il est tout simplement trop risqué pour des "individus non vaccinés" d'avoir des personnes injectées qui se promènent sur le campus. Tout membre du personnel qui se fait vacciner ne sera pas autorisé à rester employé.

 

"Jusqu'à nouvel ordre, nous demandons à tout employé qui n'a pas encore pris la vaccination expérimentale COVID-19, d'attendre la fin de l'année scolaire", lit-on dans l'e-mail.

 

"Nous avons également recommandé à tous les professeurs et membres du personnel de suspendre la vaccination jusqu'à ce que d'autres recherches soient disponibles pour déterminer si ce médicament expérimental a un impact sur les personnes non vaccinées."

 

Jusqu'à ce que de plus amples informations soient connues sur ces injections expérimentales et leur impact sur les autres, Centner s'est donné pour politique de ne pas employer de personnes qui en ont reçu une.

 

"Des dizaines de milliers de femmes à travers le monde ont récemment signalé des problèmes de reproduction indésirables en raison de leur proximité avec celles qui ont reçu l'une des vaccinations de COVID-19", poursuit le courrier électronique.

 

"Personne ne sait exactement ce qui peut être à l'origine de ces irrégularités, mais il semble que ceux qui ont reçu les vaccinations peuvent transmettre quelque chose de leur corps à ceux avec qui ils entrent en contact."

 

 

Les fascistes médicaux s'effondrent après avoir entendu parler de la politique de Centner

Comme on pouvait s'y attendre, la foule pro-injection est furieuse que quiconque oserait "discriminer" à leur encontre, même après un an de discrimination à l'encontre de ceux qui choisissent de ne pas porter de masque facial.

 

L'école tient bon, cependant. Une déclaration de l'un de ses co-fondateurs explique que la priorité absolue de l'institution est d'assurer la sécurité de tous les étudiants et du personnel, ce qui comprend leur protection contre les injections expérimentales de thérapie génique qui ont des effets secondaires à long terme encore inconnus.

 

"Nous ne sommes pas sûrs à 100% que les vaccinations Covid soient sûres et il y a trop de variables inconnues pour que nous nous sentions à l'aise en ce moment", explique la déclaration.

 

Centner mérite d'être félicité pour avoir adopté cette approche proactive dans l'intérêt de la sécurité publique. Les personnes vaccinées constituent une menace pour tout le monde autour d'elles, en particulier les non-vaccinés, et doivent donc être évitées à tout prix.

 

Les personnes vaccinées n'ont pas le droit de se plaindre de tout cela, d'ailleurs. Au cours de l'année écoulée, ce sont eux qui ont insisté sur le fait que les entreprises privées sur des propriétés privées ont le droit de refuser le service à quiconque ne porte pas de masque. Aujourd'hui, une école privée traite les personnes vaccinées de la même manière - et elle a parfaitement le droit de le faire.

 

"Une école privée qui fait preuve de bon sens? J'imagine que leur inscription aura une longue liste d'attente cette année", a écrit un commentateur d'Infowars à propos du pic d'intérêt que Centner est presque certain de recevoir.

 

Un autre a souligné que le moment était venu de retourner le scenario contre les vaccinés, qui pendant trop longtemps ont ostracisé et abusé les démasqués pour avoir soi-disant mis tout le monde en danger en refusant de se couvrir le visage avec des museaux chinois.

 

"Ne les touchez pas. Ne résidez pas avec eux. Et ne les embrassez pas et ne coulez certainement pas avec eux. Ce sont des morts-vivants", a écrit un autre commentateur à propos de la peste ambulante que sont les personnes qui ont été vaccinées.

 

"Honnêtement, je ne veux pas être avec quelqu'un qui en a pris ou respirer leur air", a déclaré un autre à propos de ne pas vouloir être à proximité du vacciné. "Ce sont maintenant des expériences et ce ne sont pas les mêmes créatures organiques que Dieu a créées."

 

Vous trouverez plus d'informations sur les effets néfastes des vaccinations de coronavirus de Wuhan (Covid-19) sur ChemicalViolence.com .

 

Les sources de cet article incluent:

 

Infowars.com

 

NaturalNews

Partager cet article
Repost0
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 07:03
Et surgit une hécatombe post vaccinale !

Source: Nouveau monde

 

30/04/2021 (2021-04-30)

 

Par Gérard Delépine

L’hécatombe mondiale post vaccin anti Covid19 va progressivement mettre fin au mythe vaccinal

Alors qu’une propagande sans pareil (et incompréhensible si le médicament était à l’évidence efficace et sans danger) et des mesures liberticides veulent nous imposer une prétendue « vaccination » par des médicaments nouveaux mal évalués, les résultats des premiers mois des campagnes citées partout en exemple comme succès sont marqués par une augmentation paradoxale des contaminations et de la mortalité dans tous les pays qui ont beaucoup vacciné.

Les faits avérés

Sont illustrés par les courbes de l’OMS publiées sur son site WHO Covid19 Dashboard additionnées de nos commentaires en rouge.

En Israël, la vaccination a commencé le 19 décembre 2020. Les mois de janvier et février 2021 ont établi les records mensuels de contaminations et de mortalité attribuées au Covid-19 depuis le début de l’épidémie

Contrastant avec l’optimisme dithyrambique du gouvernement israélien actuel, le Comité populaire israélien (IPC), un organisme civil composé d’experts israéliens de la santé, a publié son rapport d’avril sur les effets secondaires du vaccin Pfizer.[1]

« Les conclusions sont catastrophiques à tous les niveaux possibles. “Il n’y a jamais eu de vaccin qui ait nui à autant de personnes… Selon les données du Bureau central des statistiques, en janvier-février 2021, au plus fort de la campagne israélienne de vaccination de masse, on a constaté une augmentation de 22% de la mortalité globale en Israël par rapport à l’année précédente. En fait, janvier-février 2021 ont été les mois les plus meurtriers de la dernière décennie, avec les taux de mortalité globale les plus élevés par rapport aux mois correspondants des dix dernières années.”

En Grande-Bretagne, la campagne de vaccination a commencé le 8 décembre 2020. Le mois de janvier 2021 a lui aussi établi le record de mortalité mensuelle et totalise près du quart de la mortalité globale.

Au Chili, les contaminations et la mortalité ont augmenté depuis la vaccination

Aux Emirats Arabes Unis, champion arabe de la vaccination, des fortes hausses des contaminations (+150%) et de la mortalité (+140%) globales ont aussi été observées

Au Bahreïn

Mais aussi au Koweït : les quatre mois post vaccination comptabilisent presque autant de contaminations que les dix mois précédents et 40% des décès survenus depuis le début de l’épidémie.

Mais aussi en Mongolie

Mais aussi à Monaco qui comptait seulement 3 décès avant la vaccination et plus de 30 aujourd’hui

 

Et à Gibraltar

Que peut -on déduire de ces faits avérés ?

Que les essais de ces vaccins ont été insuffisants. Aucun n’est terminé et il eut été judicieux d’attendre les résultats de ces essais (prévus à partir de janvier 2023)

Aucun d’entre eux ne signalait la possibilité d’une possible augmentation des contaminations et de la mortalité qui heureusement paraissent transitoires.

Des études transparentes sont indispensables pour comprendre le mécanisme de ces aggravations transitoires de l’épidémie après vaccination et en déduire d’éventuelles mesures préventives si une nouvelle poussée survenait.

La situation s’est heureusement stabilisée en Israël et en Grande Bretagne en même temps que dans des pays peu vaccinés comme la Suède et les Pays Bas qui ont traversé cette période sans exacerbation brutale post vaccinale.

La comparaison montre une amplification nette de la mortalité en GB très vaccinée par rapport aux Pays-Bas peu vaccinés. Depuis la campagne de vaccination britannique, la mortalité moyenne par million d’habitants en GB (934/M) dépasse le double de celle des PB (411/M).

Hypothèses qui pourraient expliquer cette surmortalité

Les vaccins ne sont pas assez efficaces : ils n’empêchent pas d’être malade ni n’évitent la transmission virale à l’entourage, comme l’a précisé le ministre de la Santé français le 31 mars 2021. La trop faible concentration d’anticorps favorise l’aggravation de la maladie par le phénomène des anticorps facilitants et facilite l’apparition de variants résistants.

Certains variants seraient susceptibles de s’accompagner d’une augmentation considérable de l’incidence de la maladie et de sa mortalité pendant les 6 à 8 semaines qui suivent les premières injections.

Les vaccins actuels n’empêchent pas d’attraper le Covid19

Que l’on soit président du Pérou (M Vizcarra), ancienne ministre de la santé (R Bachelot), chirurgienne (Joëlle Huth) ou pensionnaires d ‘Ehpad en France[2] [3] (comme dans de nombreux autres pays comme les USA[4], l’Allemagne, l’Espagne), les vaccins actuels n’empêchent donc pas d’attraper la maladie.

Le risque serait plus élevé après la première injection, mais une vaccination complète ne protège pas non plus ainsi que vient cruellement de le rappeler la déconvenue récente de deux retraités marseillais[5] vaccinés au Pfizer.

On ne doit pas croire qu’en se vaccinant on se protège du Covid19 et les propagandes pros vaccinales visant à retrouver une vie normale via un passeport sanitaire ne sont que de la manipulation politique sans fondement scientifique.

Les vaccins actuels n’évitent pas de mourir de Covid19

L’ARS de Guyane vient d’annoncer la mort de covid19 de deux retraités malgré une vaccination complète.[6]

Plusieurs pensionnaires des Ehpad précédemment cités et des nonnes du couvent de Kentucky sont morts de Covid alors qu’ils avaient été totalement vaccinés et vivaient dans un grand isolement depuis un an et même après la vaccination.

L’affirmation partout répétée que la vaccination protège des formes graves n’est donc pas vraie ainsi que l’a reconnu récemment notre ministre de la santé O. Veran :

« les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant. »

[7]

Les vaccins actuels ne préviennent pas la transmission de la maladie

C’est ce que rappelle le Conseil d‘Etat suivant en cela les affirmations du ministère[8] dans un mémoire de réponse :

« les personnes vaccinées peuvent cependant demeurer porteuses du virus et ainsi contribuer à la diffusion de l’épidémie ».

La vaccination peut favoriser l’apparition de variants

De nombreux chercheurs ont remarqué que la plupart des variants connus sont apparus dans les pays ou avaient été testés des médicaments (Remdesevir) ou des vaccins insuffisamment efficaces.

Cette hypothèse avait été soulevée par l’Académie de Médecine en janvier.[9]

« Sur le plan collectif, l’obtention d’une couverture vaccinale élargie, mais fragilisée par un faible niveau d’immunité, constituera un terrain favorable pour sélectionner l’émergence d’un ou de plusieurs variants échappant à l’immunité induite par la vaccination. »

Et confirmée par JF Delfraissy et d’autres membres du conseil scientifique[10]:

« des études suggèrent que l’émergence et la propagation des variants du SRAS-CoV-2 sont corrélées à l’absence de protection immunitaire robuste après une première exposition à des virus (de type sauvage) antérieurs, voire à un vaccin ».

L’échappement immunitaire par apparition des variants rend illusoire l’espoir de résoudre cette crise par les vaccins :

« ce changement du comportement virologique a de nombreuses conséquences, non seulement pour les vaccins et les traitements, mais aussi pour les stratégies de prévention et de contrôle. La fin tant attendue de cette crise sanitaire mondiale pourrait être continuellement reportée, à mesure que de nouveaux variants émergent et que l’évasion immunitaire réduit l’efficacité de la vaccination à court et moyen terme. Par conséquent, il est temps d’abandonner les approches fondées sur la peur et fondées sur un confinement généralisé apparemment aléatoire et stop-start ».

Cette incapacité à éradiquer l’épidémie par les vaccins rend encore plus indispensables les traitements précoces

Boris Johnson qui prétend avoir protégé son pays par les vaccins ne doit pas en être aussi certain, puisqu’il vient de promettre aux anglais qu’ils bénéficieront avant la fin de l’année de médicaments contre le Covid19 à prendre à domicile dès les premiers signes de la maladie.

Et pour confirmer sa promesse, il a alloué des sommes importantes au fond de recherche créé pour cet objectif.

Le Pr Éric Caumes, en février dernier a reconnu[11]« cela a été une erreur stratégique de tout miser sur le vaccin. Je pense qu’on a complètement négligé le traitement. » Cette erreur est d’autant plus tragique que plusieurs traitements préventifs et curatifs ont démontré une très grande efficacité.

Même Olivier Véran a dû faire une “concession” au traitement précoce en admettant que les médecins généralistes pouvaient prescrire aux patients atteints de Covid-19 un antibiotique pour « éviter la pneumonie ». Il a de plus annoncé, le financement de 45 nouveaux projets de recherche appliquée[12] sur le Coronavirus COVID-19 pour près de 22 millions d’euros et encourage les Français à participer aux études. Espérons seulement qu’il ne s’agit pas d’essais conçus et réalisés uniquement pour discréditer les traitements bon marché comme les fameux essais Discovery et Hycovid dont on attend toujours les résultats définitifs.

L’échec annoncé des vaccins impose de revoir complètement la stratégie sanitaire du gouvernement et devrait calmer l’arrogante campagne de publicité actuelle sur toutes les chaines TV recrutant comme agents de pub des personnalités aussi compétentes que A. Roumanoff. Misère.

Que chacun puisse juger librement et peser son propre bénéfice -risque mais sans culpabiliser ou traiter de débiles ceux qui n’ont aucune envie de jouer à la roulette russe ou au cobaye.


  1. [1] http://www.nakim.org/israel-forums/viewtopic.php?p=276314[↩]
  2. [2] OBS Des résidents de maisons de retraite contaminés par des variants alors qu’ils étaient vaccinés contre le Covid 23/4/2021[↩]
  3. [3] S AURENCHE RTL Les infos de 18h – Coronavirus : 47 résidents d ‘Ehpad contaminés malgré la vaccination 22/2/2021[↩]
  4. [4] États-Unis : un variant du Covid se propage dans une maison de retraite malgré la vaccination Le Figaro avec AFP le 24/4[↩]
  5. [5] CLAIRE DOMENECH Pourtant vacciné avec Pfizer, un couple marseillais contracte le Covid-19 Capital 23/4/2021[↩]
  6. [6] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/guyane-deux-personnes-vaccinees-decedent-du-covid-19-7239925[↩]
  7. [7] Les propos hallucinants d’Olivier Véran « Les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin… le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers » | Europe Israël news (europe-israel.org) [↩]
  8. [8] https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/les-restrictions-de-deplacement-des-personnes-vaccinees-sont-justifiees[↩]
  9. [9] le 11 janvier 2021 Communiqué de l’Académie : Élargir le délai entre les deux injections de vaccin contre la Covid-19 : quels risques pour quels avantages ?[↩]
  10. [10] L Atlani, D Bruno Lina, Franc, Chauvin-F Delfraissy, D Malvy L’évasion immunitaire signifie que nous avons besoin d’un nouveau contrat social COVID-19 the Lancet public health 18 février 2021 DOI 6,4[↩]
  11. [11] https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/lincorrect/covid-19-est-on-passe-a-cote-de-traitements-miracles/[↩]
  12. [12] https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/financement-de-45-nouveaux-projets-de-recherche-appliquee-sur-le-coronaviru
Partager cet article
Repost0
30 avril 2021 5 30 /04 /avril /2021 12:30
Les villageois indiens chassent des équipes de vaccination à coups de pierres après avoir compris la corrélation entre l'augmentation des vaccinés et l'augmentation des décès

Les villageois chassent les équipes de vaccination à coups de pierres après avoir compris la corrélation entre l'augmentation des vaccinés et l'augmentation des décès, et parce que ceux qui meurent maintenant sont ceux qui ont été vaccinés.

 

Source (video)INFO News | Le Réveil d'Atlas Tweeter

Partager cet article
Repost0
25 avril 2021 7 25 /04 /avril /2021 14:09
Elsa Mittmannsgruber, rédactrice en chef du magazine autrichien Wochenblick : Ayez le courage d‘être un complotiste !

Incroyable censure: Youtube ne veut pas que vous voyiez cette vidéo

 

Dans sa dernière vidéo, la rédactrice en chef du magazine autrichien Wochenblick, Elsa Mittmannsgruber, révèle les effets psychologiques dont les élites mondiales font usage. Elle révèle pourquoi les gens ne veulent pas entendre la vérité et pourquoi ils ferment les yeux sur des faits désagréables. Apparemment, Mittmannsgruber a touché un nerf, immédiatement leur vidéo a été supprimée de Youtube!

 

>>> Contre la censure: Abonnez-vous au Mag. Elsa Mittmannsgruber sur Telegram: https://t.me/elsamittmannsgruber <<<

 

 

La vidéo enfreindrait le "règlement de la communauté", a dit vaguement la plateforme. Quelle bombe Mittmannsgruber a-t-elle déjà fait éclaté à nouveau? Le rédacteur en chef et sociologue de Wochenblick explique que les théoriciens du complot ne sont souvent que des "personnes réalistes qui s'en tiennent aux faits et qui osent regarder en face les connexions évidentes que d'autres refusent de voir". Elles osent souligner les connexions évidentes que les autres ignorent tout simplement. Mais la vérité exige un prix élevé, à savoir la force et le courage, "et la grande majorité n'est pas prête à payer ce prix", dit Mittmannsgruber. "Ils préfèrent étouffer sous leur masque, rester isolé et confiné, s'exposer aux dangers inconnus que représentent la vaccination, et regarder sans broncher comment les enfants et les personnes âgées souffrent. Tout leur semble préférable plutôt que prendre conscience de faits très dérangeants." Dans sa vidéo, elle explique pourquoi la majorité n'est pas prête à payer le prix fort pour établir la vérité.

 

Mittmannsgruber révèle l'arnaque derrière la stigmatisation des théoriciens du complot:

Lien de la video désormais visible sur Odysee : https://odysee.com/@AgoraTVNEWS:5/ayez-le-courage-d%E2%80%98%C3%AAtre-un-complotiste:b?r=6Xjj2KEfEoRVXKFUZGB72NKcBbPJGHcX

 

Vous êtes théoricien du complot ? Soyez fiers de vous!
Dans sa vidéo, Mittmannsgruber donne également la parole à l’ancien président allemand de l'office fédéral de la protection de la Constitution, Hans-Georg Maaßen. Celui-ci dit dans une récente interview à Epoch Times, que les actions des responsables du gouvernement ne relèvent plus de l'incompétence ou de l'ignorance mais clairement de la préméditation.

 

Mittmannsgruber : "Les dommages massifs causés aux personnes et à l’économie se font délibérément, car les gouvernants auraient déjà eu suffisamment de temps pour examiner scientifiquement les proportionnalités ainsi que les effets secondaires et consécutifs de leurs mesures et les présenter de manière transparente. Mais ils ne le veulent pas parce qu’ils ont simplement d’autres projets. Et c’est un scandale qui se produit ouvertement sous nos yeux à tous !" Selon la rédactrice en chef de Wochenblick, les "théoriciens du complot" devraient être fiers de leur courage de dire la vérité.

 

Traités comme des enfants

Beaucoup auraient peur de se confronter à l’idée menaçante que les gouvernements n’avaient pas de bonnes intentions à notre sujet. C’est un fait: "Semblable à l’expérience traumatisante d’un enfant qui se rend compte qu’il n’aime pas ses parents", a déclaré Mag. Elsa Mittmannsgruber. Mais la probabilité que tout le monde dans le monde fasse les mêmes "erreurs" indépendamment les uns des autres, ou que la Chine qui profite de la crise fasse tout ce qu’elle veut, est relativement faible. Mittmannsgruber estime que vous ne pouvez pas éviter une "conspiration" mondiale dès que vous remettez en question la politique corona. Les gouvernements agissent comme "des parents bienveillants et protecteurs, commandants, louant et réprimandant, mais le tout, bien entendu, sous le couvert de ne vouloir que notre bien et de se présenter comme les garants de notre sécurité", analyse le sociologue. "C’est ainsi que la majorité se retrouve dans un rôle passif, presque enfantin, dans lequel la pensée analytique autonome est bloquée." Mais si Mittmannsgruber dit que nous ne devrions plus supporter cela. 

 

Appel: "Plus de courage pour la théorie du complot"
Quiconque ne veut pas devenir complice doit "agir, rechercher, lutter contre l'injustice". Cela peut demander des efforts, mais il vaut mieux ne pas toujours emprunter le chemin le plus facile. Mittmannsgruber appelle à sortir de sa position défensive: "Soyez juste fier d'être considéré comme un fou ou un théoricien du complot. Comme je l'ai dit: ce ne sont que d'autres mots pour les auto-penseurs. Donc: plus de courage pour la théorie du complot!"

Partager cet article
Repost0
25 avril 2021 7 25 /04 /avril /2021 10:46
Une lettre ouverte des dirigeants chrétiens concernant les pass de vaccination

Cher Premier Ministre,

 

En tant que dirigeants chrétiens de diverses dénominations, nous continuons à prier en ce moment pour votre gouvernement "et tous à des postes élevés, afin que nous puissions mener une vie tranquille et pacifique en toute piété et dignité" (1 Timothée 2: 2).

 

Cependant, nous vous écrivons concernant un domaine de préoccupation le plus grave, à savoir l'introduction potentielle dans notre société de soi-disant "passeports vaccinaux" qui ont également été appelés "certificats de statut COVID" et "laissez-passer de liberté". Nous sommes totalement opposés à cette suggestion et souhaitons faire trois remarques sur la possibilité d'examiner tout projet de ce type.

 

Premièrement, faire de la vaccination la base de savoir si quelqu'un est autorisé à entrer dans un lieu ou à participer à une activité n'a pas de sens logique en termes de protection des autres. Si les vaccins sont très efficaces pour prévenir une maladie grave, comme cela semble être le cas des résultats des essais à ce jour, alors ceux qui ont été vaccinés ont déjà reçu une protection; il n'y a aucun avantage pour eux à ce que d'autres personnes soient vaccinées.

 

 

 

De plus, étant donné que les vaccins n'empêchent pas l'infection en soi, même une personne vaccinée pourrait en théorie porter et potentiellement transmettre le virus, il est donc faux de décider du statut de "non-propagateur sûr" d'une personne sur la base de la preuve de son immunité contre la maladie.

 

Lire : Absurdie : Selon Olivier Véran, "les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin. Le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. L’impact de la vaccination sur la propagation du virus n’est pas encore connu."

 

Deuxièmement, l'introduction de passeports vaccinaux constituerait une forme contraire à l'éthique de coercition et de violation du principe du consentement éclairé. Les gens peuvent avoir diverses raisons de ne pas pouvoir ou de ne pas vouloir recevoir les vaccins actuellement disponibles, y compris, pour certains chrétiens, de graves problèmes de conscience liés à l'éthique de la fabrication ou du test des vaccins.

 

Lire : L'évêque Schneider explique pourquoi les chrétiens ne doivent jamais prendre le vaccin COVID contaminé par l'avortement

 

Nous risquons de créer une société à deux vitesses, un apartheid médical dans lequel une sous-classe de personnes qui refusent la vaccination est exclue de domaines importants de la vie publique.

 

Lire : Bienvenue dans la "nouvelle normalité" : le pass vaccinal et la société à deux classes arrivent en été

Passeport sanitaire : Liberté uniquement pour les personnes vaccinées, la société à deux classes arrive

 

Il y a aussi une crainte légitime que ce programme ne soit la mince extrémité du coin menant à un état de choses permanent dans lequel le statut vaccinal COVID pourrait être étendu pour englober d'autres formes de traitement médical et peut-être même d'autres critères au-delà de cela. Ce système a le potentiel de provoquer la fin de la démocratie libérale telle que nous la connaissons et de créer un état de surveillance dans lequel le gouvernement utilise la technologie pour contrôler certains aspects de la vie des citoyens. En tant que tel, cela constitue l'une des propositions politiques les plus dangereuses jamais faites dans l'histoire de la politique britannique.

 

Enfin, en tant que dirigeants chrétiens, nous souhaitons déclarer que nous n'envisageons aucune circonstance dans laquelle nous pourrions fermer nos portes à ceux qui n'ont pas de passeport vaccinal, de certificat de test négatif ou de toute autre "preuve de santé". Pour l'Église de Jésus-Christ, exclure ceux que l'État considère comme des indésirables sociaux serait pour nous un anathème et un déni de la vérité de l'Évangile. Le message que nous prêchons est donné par Dieu à tous les hommes et ne consiste en rien d'autre que le don gratuit de la grâce offerte en Jésus-Christ, avec l'appel universel à la repentance et à la foi en lui. Refuser aux gens d'entrer pour entendre ce message vivifiant et recevoir ce ministère vivifiant serait une trahison fondamentale du Christ et de l'Évangile. Les églises et organisations chrétiennes sincères ne pouvaient pas faire cela,

 

Nous attirons votre attention sur le récent contrôle judiciaire annulant l'interdiction du culte public par le gouvernement écossais, qui démontre qu'une telle prévention disproportionnée du droit au culte est une violation manifeste de l'article 9 de la Convention européenne des droits de l'homme. Nous ne pouvons pas voir comment toute tentative d'empêcher les gens de se rassembler pour le culte sur la base de tests ou de non-vaccination ne serait pas considérée comme une violation. Nous sommes d’accord avec les députés qui ont déjà exprimé leur opposition à cette proposition: il serait diviseur, discriminatoire et destructeur d’introduire une telle certification sanitaire obligatoire dans la société britannique. Nous demandons au gouvernement d'affirmer fermement et clairement qu'il n'envisagera pas ce plan illibéral et dangereux, ni maintenant ni jamais.

 

Cordialement,

 

Rév Dr Jamie Franklin, curé, St George in the Meadows, Nottingham, Angleterre

Rév David Johnston, Ministre émérite, Église presbytérienne d'Irlande, Irlande

Rev Dr William JU Philip, Ministre, The Tron Church Glasgow, Ecosse

Rev A Paul Levy, Ministre, Ealing International Presbyterian Church, Londres, Angleterre

Le révérend Mez McConnell, ministre principal, Niddrie Community Church, directeur de 20schemes, directeur de A29 Church in Hard Places, Scotland

M. Terence McCutcheon , directeur exécutif, Hope For Glasgow, Addiction Recovery Centre, Écosse

 

Consultez la liste complète des 1260 signataires ici

 

ÉCRIT PAR

Rev Dr Jamie Franklin et al

Partager cet article
Repost0
20 avril 2021 2 20 /04 /avril /2021 07:11
&quot;La mise en danger de la vie d'autrui ne s'applique pas aux mesures sanitaires&quot;. Thibault Mercier, Avocat

Restaurants clandestins et soirées à plusieurs, messes de Pâques sans "gestes barrière", les menaces de "mise en danger de la vie d'autrui" sont désormais brandies quasi-quotidiennement par le gouvernement face au ras-le-bol d'une grande partie de la population qui aspire à retrouver une vie normale. Mais au-delà de la communication, cette incrimination reste difficilement applicable dans le cadre de la crise sanitaire, comme l'indique à Bas les Masques l'avocat Thibault Mercier.

 

SourceBas les MasquesNicole Delepine Twitter

Partager cet article
Repost0
19 avril 2021 1 19 /04 /avril /2021 15:58
https://uncutnews.ch/weltberuehmter-schauspieler-schockiert-publikum-sie-entnehmen-adrenochrom-aus-kleinen-kindern/

https://uncutnews.ch/weltberuehmter-schauspieler-schockiert-publikum-sie-entnehmen-adrenochrom-aus-kleinen-kindern/

Source: UNCUTNEWS.CH

Un événement a eu lieu aux États-Unis avec très peu de publicité. Pourtant, des milliers de personnes ont assisté à la Conférence sur la santé et la liberté, présidée par le général Michael Flynn et le procureur Sidney Powell.

«Nous nous réunissons ici pour partager la vérité», a déclaré l'organisateur Clay Clark devant la caméra de One America News avant la conférence. «Que les modèles qui prédisaient la mort de 2,2 millions de personnes sont faux. Que les tests PCR utilisés pour justifier les interdictions sont erronés. Et que Corona peut être traité à 100% avec de l'ivermectine et de l'hydroxychloroquine."

 

Video : Rumble

[...] L'occurrence la plus notable de l'événement a peut-être été l'apparition de l'acteur de renommée mondiale Jim Caviezel, mieux connu pour son rôle dans la série Person of Interest. Il a également joué Jésus dans le film La Passion du Christ. L'acteur s'est concentré sur la traite des enfants et plus particulièrement sur l'extraction de l'adrénochrome.

 

Voir le Tweet d'Eric Hananoki

 

Caviezel joue le rôle de l'écrivain Tim Ballard dans un nouveau film sur la traite des enfants ("le meilleur film" qu'il "ait jamais fait dans sa vie". Ndlr.) L'acteur a expliqué pourquoi Ballard ne pouvait pas y assister: "Il est là-bas pour sauver des enfants en ce moment. Ils font sortir les enfants des grottes les plus profondes de l'enfer et de toutes sortes d'autres endroits." Il parlait de bases militaires souterraines profondes.

Selon Caviezel, l'adrénochrome est extrait des enfants. Il l'a expliqué de cette façon: lorsque vous avez peur, vous produisez de l'adrénaline. Lorsqu'un enfant sait qu'il va mourir, une sorte d'adrénaline est libérée, pour laquelle il existe des termes différents. "C'est la chose la plus terrifiante que j'aie jamais vue", a déclaré l'acteur d'une voix tremblante.

"Il n'y aura aucune pitié pour les gens qui font cela", a déclaré Caviezel, après quoi le public a commencé à applaudir.

Environ 460 000 enfants sont portés disparus aux États-Unis chaque année.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 17:27
Prince Philip: le prince qui voulait devenir un virus mortel ! Un aspect important de la vie du Prince Philip qui a été largement passé sous silence

De Patricia Gooding-Williams sur le site "Daily Compass" (version anglaise de la Nuova Bussola Quotidiana) :

 

Le prince qui voulait devenir un virus mortel

 

17-04-2021

 

Il a fondé le WWF et, pour sauver l'environnement, aurait volontiers sacrifié une partie de l'humanité, déclarant même qu'il voulait se réincarner en virus mortel. Imprégné de l'idéologie néo-malthusienne, il a hérité et promu la culture eugénique. C'est la facette moins connue du mari de la reine Elizabeth, le prince Philip d'Édimbourg, dont les funérailles ont lieu aujourd'hui.

 

"Dans l'éventualité où je me réincarnerais, j'aimerais revenir sous la forme d'un virus mortel, afin de contribuer à la résolution de la surpopulation." Cette phrase du prince Philip, dont les funérailles sont célébrées aujourd'hui au château de Windsor, dans le sud de l'Angleterre, met en lumière un aspect important de sa vie qui a été largement négligé par ceux qui commémorent son long héritage après sa mort, le 9 avril 2021.

 

Contrairement à certaines de ses gaffes, il ne s'agissait pas d'un de ces commentaires improvisés qui ont assailli sa réputation. Au contraire, elle exprimait une conviction profonde qui a déterminé ses engagements durant sa vie active. La citation tirée d'une interview de 1988 confiée à la Deutsche Press-Agentur se retrouve dans de nombreuses autres interviews et conférences qu'il a données sur le thème de la conservation. La sauvegarde de l'environnement était un rôle qu'il assumait avec dévouement et qu'il appelait toutes les personnes en position de pouvoir à assumer également, car par défaut, elles ont un impact direct sur le comportement de ceux qui leur sont inférieurs.

 

Mais dans le cas hypothétique de sa réincarnation, le fait que le duc d'Édimbourg veuille revenir sous la forme d'un virus mortel pour "guérir" le monde de sa maladie présumée, la surpopulation, en tuant des millions de personnes, a laissé tout le monde pantois. Qui plus est, il a omis de dire si les immenses souffrances qu'il infligerait à ceux qu'il infecterait le préoccupaient un tant soit peu.

 

Pourtant, le contrôle de la population, comme le suggère son commentaire, n'était pas l'objectif principal du prince Philip, il était le moyen d'atteindre une fin. La préservation d'un environnement durable est sa préoccupation et, à son avis, la croissance démographique incontrôlée est le cancer qui, s'il n'est pas traité, conduira à sa disparition. Il voyait la question de la croissance démographique incontrôlée de la même manière non sentimentale qu'il voyait la nécessité d'abattre les animaux afin de maintenir l'équilibre délicat de la durabilité naturelle. Le Prince Philip a très bien expliqué son point de vue en utilisant l'exemple du succès d'un projet des Nations Unies dans les années 1940 qui a éradiqué la malaria au Sri Lanka. "Ce que les gens ne réalisaient pas, c'est que la malaria contrôlait en fait la croissance de la population. La conséquence a été que la population a doublé en 20 ans environ. Maintenant, il faut trouver quelque chose à faire pour tous ces gens et un moyen de les nourrir."

 

Le prince Philip n'avait pas de façade, il disait toujours ce qu'il pensait et une fois qu'il avait pris une décision, il s'y tenait comme à la colle. Sa position de consort de la reine du Royaume-Uni a évidemment multiplié les occasions de toucher de nombreux publics, et le message conservationniste qu'il a transmis au monde était gravé dans le marbre. Fred Hauptfuhrer l'a interviewé pour PEOPLE en 1981, pour un article intitulé Vanishing Breeds Worry Prince Philip, but not as much as overpopulation.

 

À la question "Quelle est, selon vous, la principale menace pour l'environnement ?", le prince Philip répondait : "La croissance de la population humaine est probablement la plus grave menace à long terme pour la survie. Nous nous dirigeons vers une catastrophe majeure si elle n'est pas freinée, non seulement pour le monde naturel, mais aussi pour le monde humain. Plus il y a de gens, plus ils consomment de ressources, plus ils créent de pollution, plus ils se battent. Nous n'avons pas le choix. Si elle n'est pas contrôlée volontairement, elle le sera involontairement par une augmentation des maladies, de la famine et des guerres".

 

A la question "Le contrôle des naissances fait-il partie de la solution ?", le duc répond : "Oui, mais vous ne pouvez pas éliminer ces problèmes par la loi. Il faut faire comprendre aux gens qu'ils en ont besoin : les gens les plus importants, ceux qui ont des responsabilités et qui peuvent réellement faire quelque chose pour résoudre le problème. Ceux qui n'ont pas de responsabilités doivent le faire parce qu'ils sont les victimes. Ils doivent accepter les mesures".

 

Dès le début, le prince Philip a voulu laisser une trace. Il a fondé le Fonds mondial pour la nature (WWF) en 1961 et en a été le président britannique de 1961 à 1982, le président international à partir de 1981 et le président émérite à partir de 1996. Il a contribué à la création de l'Australian Conservation Foundation en 1963, a également été président de la Zoological Society of London pendant deux décennies et a été nommé membre honoraire en 1977. Pourtant, les défenseurs du bien-être des animaux ont trouvé en lui un allié improbable et ont souvent eu du mal à faire face à ce qu'ils considéraient comme ses messages contradictoires, voire son hypocrisie.

 

Ils ne comprenaient pas comment il pouvait justifier à la fois le droit de chasser et la lutte contre l'extinction. Le prince Philip, à son tour, s'est plaint qu'ils n'avaient rien compris : "Lorsque j'étais président du WWF, je recevais plus de lettres de personnes s'inquiétant de la façon dont les animaux étaient traités dans les zoos que de toute préoccupation pour la survie d'une espèce. Les gens n'arrivent pas à se faire à l'idée qu'une espèce puisse survivre, vous savez, ils sont plus préoccupés par la façon dont on traite un âne en Sicile ou autre." ... "Je pense qu'il y a une différence entre se préoccuper de la conservation de la nature et être un câlineur de lapins", a-t-il déclaré à Fiona Bruce de la BBC en 2011.

 

Dans son esprit, la conservation de la nature et la croissance stable de la population étaient la reconnaissance responsable que les deux avaient besoin l'un de l'autre si la vie devait survivre sur la terre. Le discours qu'il a prononcé en 1990 à l'occasion de la conférence Rafael M.S. Salas "People and Nature" aux Nations unies à New York a servi à illustrer ce point. "...Il y a plus de 25 ans, j'ai commencé à réaliser que, si l'espèce humaine fait honneur aux scientifiques et aux technologues, l'explosion démographique humaine qui en résulte est devenue la cause première de la dégradation de l'environnement naturel et responsable de l'extinction d'espèces sauvages de plantes et d'animaux. ....Il doit être évident maintenant que la poursuite de la croissance démographique dans n'importe quel pays n'est pas souhaitable. ... Ce qui compte, c'est la taille de la population en proportion de l'espace disponible... notre planète Terre est une boule de taille fixe. ... La mèche de la bombe démographique est déjà allumée et les conséquences de l'explosion pour le monde futur seront beaucoup plus dévastatrices que n'importe quel holocauste nucléaire."

 

Vient ensuite la question de savoir qui doit désamorcer cette bombe et prendre les décisions exécutives pour garantir la survie de l'espèce. Voici sa réponse : "Je ne doute pas que le Fonds des Nations unies pour les activités en matière de population (FNUAP) se préoccupe de la conservation de la nature et que le WWF encourage la planification familiale dans ses projets de conservation intégrée. ... J'espère avoir fait comprendre que le contrôle de la population humaine et la conservation de la nature sont tous deux concernés, à leur manière, par la santé et le bien-être futurs de la planète Terre et de tous ses habitants vivants. ... Les leaders de la pensée, de la politique et de l'administration, [devraient] commencer à faire face aux faits et à faire de sérieux efforts pour trouver des moyens de résoudre la crise."

 

L'étrange citation du prince Philip, qui est revenue sur le devant de la scène après l'annonce de sa mort par le palais de Buckingham la semaine dernière, a provoqué des exclamations d'étonnement et ses propos ont été liés aux décès provoqués par la pandémie de COVID-19. Mais ce que beaucoup ne remarquent pas, c'est que les politiques de contrôle de la population qu'il préconisait et qui sont pratiquées par les agences des Nations unies trouvent leurs racines dans le mouvement eugéniste britannique, qui est devenu une force au moment de la naissance du prince Philip en 1921. Espérons qu'un jour, après que le récit politiquement correct de son héritage se sera calmé, quelqu'un reconstruira les vérités oubliées qu'il révèle. En attendant, les adeptes du contrôle de la population croisent probablement les doigts dans l'espoir que le prince Philip revienne sous la forme d'un affreux virus et les aide à finir le travail !

 

Mais s'il devait les décevoir, le fils du duc, Charles, et son petit-fils, William, futur héritier du trône, ont pris le relais et lui font déjà honneur.

Belgicatho.be

Partager cet article
Repost0
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 11:57

Par Rodolphe Bacquet

(…)Presque un an après – le premier pays européen à l’avoir imposé est l’Autriche, le 6 avril 2020 – nous disposons enfin d’un recul sur l’effet réel de cette mesure.(…)

Des courbes accablantes

Voici ce que montrent les graphiques qui associent l’évolution du nombre d’infections au Covid et l’introduction de l’obligation du port du masque1.

Ces graphiques existent pour la plupart des pays d’Europe.

Ici je vais m’en tenir à la France et à ses voisins.

Les données viennent du très sérieux Our world in data et sont consultables librement. Vous trouverez, en source de ma lettre sur mon site, l’entrée pour « France » – mais vous pouvez effectuer la même opération pour n’importe quel autre pays2.

En France, le masque est devenu obligatoire en mai 2020. Après une accalmie des infections en été, celles-ci sont reparties à la hausse dès la mi-août, avec la flambée que l’on connaît en septembre-octobre.

 

En Espagne, le masque est devenu obligatoire peu de temps après, au plus bas des infections. L’accalmie a été plus courte, et la flambée plus rapide.

La Belgique et la Grande-Bretagne ont imposé la mesure à peu près au même moment, durant la seconde quinzaine de juillet. Leurs courbes se ressemblent :

On voit, dans les deux cas, que la mesure n’a pas empêché une nette reprise des infections dès la fin de l’été.

L’Italie a été, concernant le port du masque, bonne dernière. Voici le résultat :

Le port du masque a été décrété en octobre, en pleine reprise de l’épidémie, et ne l’a en aucune manière ralentie.

Toutes les courbes se ressemblent, sauf…

J’ai encore deux graphiques à vous montrer.

Le premier, c’est celui de l’Allemagne :

L’Allemagne a été l’un des premiers pays européens à imposer le port du masque. Sur ce graphique, on pourrait croire que la mesure a d’abord été efficace : on observe une diminution des infections… entamée un mois avant.

Mais comparez ce graphique aux précédents, et vous comprendrez immédiatement que cette introduction très tôt n’a pas « sauvé » l’Allemagne du destin de ses voisins : la courbe est rigoureusement la même d’un pays à l’autre… quelle que soit le moment où le port du masque a été rendu obligatoire.

On pourrait tenter objecter ceci à ce stade : « mais enfin, sans le masque obligatoire, sans doute la hausse des contaminations aurait été bien pire ».

Eh bien non.

Ce dernier tableau le prouve :

Ce graphique compare les courbes des infections dans les pays européens : les courbes noires représentent les pays ayant imposé le masque, les rouges celles ne l’ayant pas fait (la Suède, la Norvège et le Danemark).

On constate un peu plus d’infections durant la grande accalmie de l’été 2020 dans l’un des pays n’ayant pas imposé le masque.

Mais par la suite… ces pays n’ont pas connu la même flambée spectaculaire d’infections des pays « masqués ».

Le port du masque obligatoire semble bel et bien avoir été non seulement inutile, mais contre-productif.

Et pourtant, nous savions

L’été dernier, je dénonçais dans l’une de mes lettres le miroir aux alouettes que constituait le port du masque obligatoire3.

Et vous vous souvenez des communications du gouvernement au sujet du masque, déclarant d’abord qu’il était parfaitement inutile avant de le décréter obligatoire… sans qu’aucune étude scientifique sérieuse n’ait entretemps changé la donne.

En réalité les études sérieuses ne trouvent aucun « intérêt » au port du masque face au SARS-CoV-2.

Comme d’ailleurs face aux autres virus du même type.

La plus « célèbre » de ces études est l’étude randomisée danoise menée sur 6000 personnes, et publiée en novembre 2020 dans Annals of Internal Medecine : les chercheurs avaient découvert que le risque d’être infecté était le même…

…que l’on porte un masque ou non4.

Je rappelle, à toutes fins utiles, que les particules du SARS-CoV-2 mesurent environ 0,12 microns – c’est-à-dire 0,12 millième de millimètre.

C’est 10 000 fois plus fin que l’épaisseur d’un cheveu.

Or n’importe quel masque en tissu laissent passer des particules jusqu’à 0,3 microns d’épaisseur.

Autrement dit : les mailles sont deux à trois fois plus grandes que les particules du virus.

Pour mémoire les particules des virus de la grippe (Influenza A et B) font à peu près la même taille et de nombreuses études ont, depuis longtemps, conclu à l’inefficacité des masques pour s’en protéger, comme l’a montré la vaste méta-analyse effectuée par des chercheurs de l’université de Hong Kong, publiée en mai 20205.

Une autre étude randomisée, encore plus récente et menée sur 8000 personnes, a été publiée dans la prestigieuse revue Plos One et livre une conclusion sans ambiguïté : « L’étude a échoué à apporter une preuve définitive de l’efficacité du port du masque » contre les infections virales respiratoires6.

Est-ce nouveau ?

Non.

Une étude de grande ampleur du British Medical Journal publiée en 2015, alertait déjà sur les « faibles pouvoirs filtrants » de ces masques… mais aussi de leurs dangers, concluant que leur usage répété augmentait le risque d’infection8.

Ce masque est même déconseillé par l’ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control).

Dans ce même document, agence émanant de l’Union Européenne, il est écrit noir sur blanc que « la preuve de l’efficacité des masques dans la prévention du Covid-19 est limitée ».

Cette phrase ahurissante n’est pas cachée dans les profondeurs du rapport. Elle figure en première page et vous pouvez la consulter en source9.

Alors… pourquoi diable l’obligation de porter un masque persiste-t-elle ??

La réponse a été donnée par des responsables de l’OMS à une journaliste médicale britannique, Deborah Cohen (BBC). Ils ont admis que, en l’absence de preuve scientifique, le port du masque n’est rien d’autre que… du « lobbying politique »10.

Mais oui. Un gouvernement, c’est fait pour agir.

Et même si son action est inutile, au moins… il a agi.

Obliger les gens à porter un masque fait partie de ces actions absurdes, effectuées pour « donner le change » et donner à la population l’illusion, fausse, qu’elle se protège.

La troisième vague qui bat son plein en est une illustration supplémentaire.

Portez-vous bien,

Notes

 

  1. Weiss, Y. 27.10.2020. https://twitter.com/yinonw/status/1321177359601393664
  2. https://ourworldindata.org/coronavirus/country/france
  3. Bacquet, R. 19.08.2020. L’été masqué. https://alternatif-bien-etre.com/coronavirus/lete-masque/
  4. Bundgaard, H., Bundgaard, J. S., et al. (2021). Effectiveness of Adding a Mask Recommendation to Other Public Health Measures to Prevent SARS-CoV-2 Infection in Danish Mask Wearers. Annals of Internal Medicine. DOI:
    https://doi.org/10.7326/M20-6817
  5. Xiao, J., Shiu, E. Y. C., Gao, H. et al. (2020). Nonpharmaceutical Measures for Pandemic Influenza in Nonhealthcare Settings—Personal Protective and Environmental Measures. Emerging Infectious Disease 26(5) 967-975. DOI :
    https://dx.doi.org/10.3201/eid2605.190994
  6. Alfelali, M., Haworth, E. A., Barasheed, O. et al. (2020). Facemask against viral respiratory infections among Hajj pilgrims : A challenging cluster-randomized trial. Plos One. DOI : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0240287
  7.  
  8. MacIntyre, C. R., Seale, H., Dung, T. C., et al. (2015). A cluster randomised trial of cloth masks compared with medical masks in healthcare workers. BMJ Open 5:e006577. doi: 10.1136/bmjopen-2014-006577.
    https://bmjopen.bmj.com/content/5/4/e006577[/efn_note !

     

    Le masque, un « lobbying politique »

    Pour être « modérément efficace », il faudrait changer tout le temps de masque, le plaquer au-dessus du nez, etc. Peu de gens le font, et l’emploi répété de masques jetables est d’ores et déjà un désastre écologique.

    Les masques FFP2 sont réputés plus efficaces que les masques classiques.

    Et cela reste vrai.

    Il y a quelques jours, une enquête suisse, basée sur des tests, le montrait encore, précisant toutefois qu’il « est moins confortable, moins respirable et plus difficile à porter correctement »7Rtsinfo. 23.03.2021. Les masques en tissu sont trop peu efficaces, montre un nouveau test.
    https://www.rts.ch/info/sciences-tech/12066642-les-masques-en-tissu-sont-trop-peu-efficaces-montre-un-nouveau-test.html

  9. European Centre for Disease Prevention and Control, Stockhlom. (2021). Using face masks in the community : first update. Effectiveness in reducing transmission of COVID-19.
    https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/covid-19-face-masks-community-first-update.pdf
  10. Cohen, D. 12.07.2020.
    https://twitter.com/deb_cohen/status/1282244773030633473
Partager cet article
Repost0
10 avril 2021 6 10 /04 /avril /2021 18:42
Vaccin : lettre-réponse à adresser à votre médecin qui, hypnotisé par le coronacircus vous incite à la vaccination

Voici un exemple de lettre-réponse à adresser à votre médecin qui, hypnotisé par le coronacircus vous incite à la vaccination sans s’embarasser de la notion de consentement libre et éclairé.

 

Madame, Monsieur,

 

J’ai bien reçu l’invitation à recevoir un vaccin ARNm contre le SRAS-CoV-2 et vous en remercie.

 

Avant de prendre une quelconque décision y étant relative, j’aimerais que vous m’informiez1 en me répondant par écrit sur les points suivants qui me semblent fondamentaux :

 

1. Me donner la liste complète des ingrédients des vaccins mis en circulation actuellement dans notre pays ;

 

2. Me certifier que le vaccin que vous projetez de m’injecter ne contient pas de MRC5 (des cellules de fœtus avortés ou traces d’ADN humains), ce qui irait à l’encontre de mes convictions religieuses ;

 

3. Me certifier qu’il n’y a aucun risque de réactions iatrogènes ;

 

4. M’informer de toutes les contre-indications et de tous les effets secondaires potentiels, réparables ou irréparables, à court, moyen et long terme ;

 

5. Me certifier de façon sans équivoque et de bonne foi, dans le respect de l’article 13 de la Convention d’Oviedo, que cette technologie n’a pas le potentiel de modifier l’ADN humain grâce à ce que l’on appelle la transcriptase inverse, qui permet explicitement le transfert d’informations de l’ARNm à l’ADN ;

 

6. Me certifier que ce vaccin ne contient pas d’inserts du virus VIH ;

 

7. Me certifier que le vaccin ne contient pas de puce d’Identification par Radiofréquence (Rfid) ou de nanotechnologie se présentant sous une forme quelconque ;

 

8. Me certifier que tous les paramètres médicaux concernant les essais et les études requis ont été satisfaits ;

 

9. Me préciser quels sont les autres traitements possibles pour lutter contre le SRAS-CoV-2, en détaillant les avantages et les inconvénients de chaque traitement, au sens de l’article 2 du Code de Nuremberg.

 

De plus, je vous prie de bien vouloir me répondre simplement, par oui ou par non, aux questions suivantes :

 

1. Si je me fais vacciner, puis-je arrêter de porter un masque ?

 

2. Si je me fais vacciner, puis-je arrêter la distanciation sociale ?

 

3. Si je me fais vacciner, dois-je encore respecter le couvre-feu ?

 

4. Si mes parents, mes grands-parents et moi-même sommes tous vaccinés, pouvons-nous nous étreindre à nouveau ?

 

5. Si je me fais vacciner, serai-je résistant à la Covid et à ses nombreux variants et pour combien de temps ?

 

6. Si je me fais vacciner, est-ce que j’éviterai les formes graves avec hospitalisation, ainsi que la mort ?

 

7. Si je me fais vacciner, serai-je contagieux pour les autres ?

 

8. Si j’éprouve une réaction indésirable grave, des effets à long terme (encore inconnus) entraînant même la mort, serai-je (moi ou ma famille) indemnisé ? Et par qui ?

 

D’autre part, outre vos réponses, je compte m’informer de façon contradictoire par les indications données par les laboratoires et les experts officiels du gouvernement, mais également par des scientifiques indépendants et des témoignages de personnes ayant déjà été vaccinées : ce n’est que lorsque j’aurai recueilli toutes ces informations que je serai à même de vous remettre mon consentement libre et éclairé, après avoir évalué objectivement la balance bénéfices/risques.

 

Le cas échéant, je reviendrai vers vous, en ayant éventuellement sélectionné le vaccin qui me conviendrait le mieux. Je suis en parfaite santé et n’ai nullement l’intention de voyager, ce qui me permet de prendre un peu de recul afin de prendre une décision réfléchie et responsable, ayant toujours en mémoire le serment d’Hippocrate qui reste la pierre fondatrice de notre médecine : « primum non nocere ».

 

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

 

Source

Partager cet article
Repost0
10 avril 2021 6 10 /04 /avril /2021 18:16
Suède : taux de mortalité inférieur à celui de la plupart des pays d’Europe en 2020, malgré l’absence de confinement

De nouvelles données européennes suggèrent que le choix du laisser-faire de la Suède à l’égard de la pandémie était loin d’être catastrophique.

 

Peu de personnes en 2020 ont passé autant de temps sous les feux de la rampe que Anders Tegnell, le meilleur épidémiologiste de Suède

 

Mais l’homme qui a forgé l’approche du laisser-faire de la Suède face au Covid-19, dès le début de la pandémie, affirme que de nouvelles données internationales révèlent une dure vérité au sujet des confinements décidés par les gouvernements.

 

« Je pense que les gens penseront probablement très soigneusement à ces fermetures totales, à quel point elles étaient vraiment efficaces », a déclaré Tegnell à Reuters dans une interview récente. « Elles ont peut-être eu un effet à court terme, mais lorsqu’on examine la situation tout au long de la pandémie, on devient de plus en plus suspicieux. »

 

Tegnell faisait référence aux données publiées par Reuters qui montrent que la Suède, qui a évité les confinements adoptés par la plupart des pays du monde, a connu une augmentation plus faible de son taux de mortalité que la plupart des pays européens en 2020.

 

Les données préliminaires de l’office de statistique de l’Union européenne Eurostat, compilées par Reuters, montrent que la Suède a enregistré 7,7 % de décès de plus en 2020 que sa moyenne des quatre années précédentes. Les pays qui ont opté pour plusieurs périodes de confinement strict, comme l’Espagne et la Belgique, ont respectivement connu une surmortalité de 18,1 % et 16,2 %.

 

Vingt et un des trente pays disposant de statistiques disponibles ont enregistré une surmortalité plus élevée que la Suède. Cependant, la Suède a fait moins bien que ses voisins nordiques, le Danemark enregistrant seulement 1,5 % de surmortalité et la Finlande 1,0 %. La Norvège n’a enregistré aucune surmortalité en 2020.

Toujours (plus) de justifications

Pendant près d’un an, la Suède a été au premier plan du débat sur la façon dont les gouvernements devraient réagir au coronavirus.

 

Des rapports publiés en avril dernier ont montré que, malgré les nombreuses critiques contre la décision de ne pas confiner totalement, le Covid-19 avait atteint ce que Tegnell a décrit comme un « plateau » en Suède.

 

« Si la classification de Tegnell se révèle exacte, ce sera une confirmation définitive de la bonne stratégie suédoise, qui a été largement dénoncée pour avoir résisté à la tendance mondiale d’imposer des décrets de confinements draconiens qui ont paralysé l’économie mondiale et créé des millions de chômeurs », selon l’agence Bloomberg.

 

Des mois plus tard, les données ont montré que la Suède avait réussi à « aplanir la courbe » contrairement à de nombreux points sensibles par le monde.

 

De nombreuses critiques sont remontées, comparant le taux de mortalité de la Suède à ses homologues nordiques, la Norvège et la Finlande, qui affichaient les taux de mortalité les plus faibles d’Europe. Toutefois, la Norvège et la Finlande ont adopté des politiques encore moins restrictives que la Suède la plupart du temps.

 

Les experts de la santé publique en Suède affirment que les données les plus récentes sont une preuve supplémentaire que la Suède a été l’un des rares pays à maîtriser le virus. « Certains croyaient qu’il était possible d’éliminer la transmission des maladies en mettant fin à la vie en société », a déclaré Johan Carlson, directeur de l’Agence de la santé publique de Suède. « Nous n’y croyions pas et nous avons eu raison. »

 

Les pandémies sont terribles et le Covid-19 est un virus violent. (Je l’ai moi-même eu récemment, et ce n’était pas une partie de plaisir. J’ai été gravement malade pendant des jours.) Mais les législateurs du monde entier ont fait deux erreurs de calcul graves lorsqu’ils ont décidé de limiter les libertés fondamentales et d’accepter un confinement.

 

D’abord, ils ont conclu qu’ils pouvaient contenir un virus grâce à une planification centrale. Ils ont échoué, comme le montrent de nombreuses études universitaires.

 

Deuxièmement, les décideurs ont oublié la réalité fondamentale des compromis, ce que l’économiste et politologue James Harrigan a reconnu au début de la pandémie.

 

En période de crise, les gens veulent que quelqu’un fasse quelque chose et ne veulent pas entendre parler de compromis. C’est le terrain fertile pour de grandes politiques dictées par le dicton « quoi qu’il en coûte, si cela sauve une seule vie ». Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a invoqué le fameux dicton pour défendre sa stratégie de fermeture. Cette façon de penser a fait écho dans tout le pays, des conseils de comté aux maires, en passant par les conseils scolaires, la police et le clergé pour justifier fermetures, couvre-feux et distanciation sociale.

 

Les gens rationnels comprennent que ce n’est pas ainsi que le monde fonctionne. Peu importe que nous les admettions ou pas, des compromis existent.

 

Ce que Harrigan et Davies voulaient dire, c’est que les politiques sanitaires ne fonctionnent pas toujours comme prévu. Elles engendrent souvent une foule de conséquences imprévues, qui peuvent être néfastes ou même destructrices.

 

« Chaque action humaine a des conséquences à la fois voulues et imprévues », ont expliqué Antony Davies et James Harrigan. « Les êtres humains réagissent à toutes les règles, à tous les règlements et à tous les ordres que les gouvernements imposent, et leurs réactions donnent des résultats qui peuvent être très différents de ceux que les législateurs ont prévus. »

 

L’une des raisons pour lesquelles la Suède a enregistré un taux de mortalité inférieur à celui de la plupart de ses homologues européens est que ses dirigeants l’ont anticipé. En conséquence, la Suède a évité une grande partie des dommages collatéraux associés aux confinements, ce qui inclue la détresse économique, l’augmentation des suicides, la dépression causée par l’isolement social, l’abus de drogues et d’alcool et d’autres conséquences néfastes pour la santé publique.

 

Les États-Unis ne l’ont pas fait. Aux États-Unis, par exemple, la santé mentale a atteint l’an dernier son plus bas niveau depuis 20 ans. Le CDC signale une forte hausse des dépressions chez les jeunes. Il y a eu des pics de suicide, des overdoses de drogue

 

À l’échelle mondiale, nous avons observé des tendances semblables. Le suicide chez les enfants augmente partout dans le monde, ont récemment déclaré des médecins à l’Associated Press.

 

« Il s’agit d’une épidémie internationale, mais pas seulement d’un point de vue viral », a déclaré le Dr David Greenhorn, qui travaille à l’unité d’urgence de l’infirmerie royale de Bradford, en Angleterre. « Dans la vie d’un enfant de huit ans, un an, c’est vraiment, vraiment, très long. Ils en ont assez. Ils ne voient pas la fin. »

 

Ça me fend le cœur. C’est d’autant plus exaspérant que la haute direction de la santé publique des États-Unis a reconnu dès le début de la pandémie que des confinements prolongés pourraient causer « des dommages irréparables ».

 

« Nous ne pouvons pas rester enfermés pendant aussi longtemps sans provoquer des dommages irréparables et en subir des conséquences imprévues, y compris celles sur la santé », a déclaré l’an dernier à CNBC le Dr Anthony Fauci, le plus grand spécialiste des maladies infectieuses du pays.

 

Fauci avait raison. Malheureusement, contrairement à Tegnell, il n’avait pas le courage de ses convictions. Et les Américains en ont payé le prix.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 20:14
Selon des chiffres LCI, la vaccination rapporte gros : à ce prix là ils peuvent être pro-vaccins !

Tarif de la demi-journée de 4 heures (Ministère de la Santé - LCI)

 

Médecin = 420 euros

Chirurgien dentiste = 280 euros

Infirmier = 220 euros

Vétérinaire = 160 euros

 

Salaire 2 piquouzes une le matin / une l'après midi pendant 20 jours 

 

Médecin 420 euros x 20 x 2 = 16800€ 

Chirurgien dentiste 280 euros x 20 x 2 = 11200€ 

Infirmier 220 euros x 20 x 2 = 8800€ 

Vétérinaire 160 euros x 20 x 2 = 6400€

 

A ce prix là ils peuvent être pro-vaccins !

"Croire à l'histoire officielle, c'est croire à des criminels sur parole" (Simone WEIL 1909-1943)

 

Source

En centres de vaccination les médecins peuvent se faire 2000 euros en 4 heures : seringue d'or ! 

 

"'A raison de 20 consultations par heure en semaine, certains stakhanovistes peuvent se faire 2000 euros en 4 heures. Quasiment cinq fois plus qu'une vaccination au forfait et près de huit fois plus si c'est le week-end', s'ébahit un pro de la seringue.

 

"[...] Certes tout le monde ne turbine pas à 20 patients par heure, mais, en centres de vaccination, en ne descend pas au-dessous de 15. Aux demandes de précisions du 'Canard', l'Assurance Maladie a opposé un silence clinique. Le secret médical s'étendrait-il jusque-là ?" 

 

(Le Canard, 31 mars 2021)

Selon des chiffres LCI, la vaccination rapporte gros : à ce prix là ils peuvent être pro-vaccins !
Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 00:52
Absurdie : Selon Olivier Véran, &quot;les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin. Le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. L’impact de la vaccination sur la propagation du virus n’est pas encore connu.&quot;

[S]elon Olivier Véran, "les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant", explique-t-il encore.

 

Enfin, selon lui, "le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. L’impact de la vaccination sur la propagation du virus n’est pas encore connu".

 

Les personnes vaccinées sont quand même soumises aux restrictions de déplacements.

Absurdie : Selon Olivier Véran, &quot;les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin. Le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. L’impact de la vaccination sur la propagation du virus n’est pas encore connu.&quot;

Source: 1, 2, 3

Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 09:05
Hôpitaux occupés : Une différence d'un à deux entre les chiffres publiés par Santé publique France et ceux de la réalité selon Nice-Matin

Concernant les personnes hospitalisées avec Covid-19, le graphique ci-dessus montre deux courbes différentes. La courbe en rouge est celle des personnes hospitalisées avec Covid-19 selon les chiffres donnés par Santé Publique France et la courbe en bleu est celle des personnes hospitalisées avec Covid-19 selon les chiffres issus directement des données hospitalières. 

 

“À titre d’exemple, le 3 janvier dernier, Santé publique France comptabilisait 564 personnes hospitalisées avec un diagnostic Covid-19 dans le département des Alpes-Maritimes (dont 69 en réanimation), quand dans la réalité “seulement” 233 patients au total (dont 55 en service de réanimation) étaient ce jour-là hospitalisés dans l’un ou l’autre des établissements (privés ou publics).”

 

Soit une “différence d’un facteur 2,5 entre ces deux sources”. Si cet article article de Nice-Matin se penche en premier lieu sur le département des Alpes-Maritimes, le quotidien affirme par ailleurs que la “problématique serait probablement nationale”.

 

“C’est un biais terrible, alors que toute la communication est en effet basée sur les chiffres de Santé Publique France. Et la problématique est certainement nationale, nous confie l’un d’entre eux sous couvert d’anonymat (chacun partage la même crainte d’être accusé de nourrir la théorie du complot).

 

En pleine décroissance des hospitalisations, les journaux titraient: l’épidémie repart! Et lorsque le couvre-feu à 18 heures a été instauré, on a aussi dit: ça explose à Nice! La réalité, c’est que ça n’évoluait pas plus qu’ailleurs.”

 

 

Source: Nice Matin | Covidinfos.net

Partager cet article
Repost0
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 08:00
Hôpitaux fermés pour économiser 8 milliards et donner 200 milliards en échange d'aides aux entreprises

Le gouv, ils sont juste des marionnettes piloté par la finance mondiale.

Le gouv fait ce qu'il a été ordonné par la E.U.

 

Bin Money & Big Pharma rule's the World !

 

Aussi simple que ça

Source image :

Tom Sav67 Tweeter

 

 

 

Contacté par LCI, l'organisme public confirme que, "la baisse de 69.000 lits d’hospitalisation complète entre 2003 et 2017 est établie". […] Cette baisse d’ensemble, poursuit la Drees [...] concerne en effet surtout "les hospitalisations de 'court séjour' (-30 000 lits) et de 'long séjour' (-48 000 lits).

 

Porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI), Thierry Amouroux se montre lui assez critique. La baisse du nombre de lits, il l'impute directement aux baisses de budgets de l'hôpital public : "On nous coupe les vivres", lance-t-il, "la baisse est de 10% sur 10 ans, 8,4 milliards d'euros !" (Source)

 

Fermeture de 3 400 lits en 2019 dans l'hôpital public

Le PLFSS 2021 fixe l'augmentation de l'Ondam à 3,5 %, soit 4 milliards d'euros d'économie demandées. Cette politique de maîtrise des dépenses, qui est à l’origine de l’incapacité de notre système de santé à faire face à la crise tout au long des mois de mars et avril, continue et va se poursuivre dans les mois et les années suivantes. Les services du ministère de la Santé ont confirmé la fermeture de 3 400 lits en 2019 et ces dernières semaines. La presse s’est fait l’écho de fermetures de services dans de nombreux hôpitaux, faute de personnels.

 

Le PLFSS 2021 entérine les principales mesures du Ségur de la santé, soit 8,2 milliards d’euros. (Source)

 

Les hôpitaux ont subi près de 12 milliards d'euros de coupes budgétaires dans la dernière décennie, planifiées par les différents gouvernements d'année en année. Des moyens qui font aujourd'hui défaut pour faire face à l'épidémie de coronavirus.

 

11,7 milliards d'économies en 10 ans : comment l'Etat a dépouillé l'hôpital (Source)

 

« Nous créons un fonds de garantie pour mobiliser 200 milliards d'euros contre le coronavirus »

Le fonds de garantie de la BEI, validé au dernier Eurogroupe par les ministres des Finances, va permettre de mobiliser 200 milliards d'euros de garanties pour les prêts des entreprises touchées par la crise liée au coronavirus, les PME au premier chef. Grâce à l'effet de levier, il va mobiliser des ressources très importantes pour garantir des opérations faites par les banques publiques ou privées ou par les fonds, relais de financement important des PME. Il pourrait aussi nous permettre de financer directement certaines PME innovantes. Au total, ces nouvelles ressources représentent à peu près sept fois nos financements annuels des PME à qui l'on prête chaque année une trentaine de milliards d'euros. Le fonds sera opérationnel d'ici quelques semaines. (Source)

 

La corona arnaque, peu importe le montant de la dette, ce qui compte c'est le principe de la dette financée par les banques; son remboursement à vie est l'assurance vie des banques privées, notre esclavage.

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 15:38

Guerre à l'intérieur contre les Français... une "guerre d'usure" selon un article lucide de La Dépêche du Midi :

 

Le projet élyséen à moyen terme n’est pas un bien grand secret : créer un système de QR-codes à scanner avant l’entrée dans les lieux publics pour identifier et suivre la personne. Le calcul politique est simple : les quelques récalcitrants, estimés à 20 % par la présidence, devront capituler de lassitude dans la guerre d’usure, sous peine d’être privés de restaurants, de vie culturelle, de vie sociale tout court. Par une auto-rééducation à la Skinner, ils seront alors sur une trajectoire positive qui ne manquera pas de s’exprimer en 2022.

 

Intellectuellement, le raisonnement se tient. Il repose toutefois sur une grave erreur de prémisse, due à la nature endogame des décideurs : les mesures étant prises dans un entre-soi parisien de hauts fonctionnaires plus ou moins pantouflés, dont le point commun tient précisément en des revenus élevés et garantis, l’évidence même leur a échappé : une partie conséquente de la population française réelle, virus ou pas, ne va jamais ou quasiment jamais dans un restaurant officiel, jamais ou quasiment jamais dans des lieux dits culturels, et bien plus de gens qu’on ne le croit ne partent pas en vacances – ou alors chez un membre de leur famille dans un département proche. Problèmes financiers, et je pense notamment à la pauvreté rurale discrète dont on ne parle guère, ainsi que tout bonnement absence de lieux dits culturels dignes de ce nom. Quant aux salles de sport, comment réagir sinon par un rire jaune face à ces soucis parisiens.
 

Pour ces personnes oubliées, rien ne changera, pourrait-on croire. Erreur. Alors qu’avant les QR-codes traçants ces Français étaient simplement négligés, désormais ils seront officiellement mis à l’écart par l’État français, par un geste symbolique fort.
 

Outre le sentiment légitime de rejet, d’autres conséquences sont à prévoir. À commencer par l’accélération de l’édification d’une contre-société, déjà fortement présente dans nombre de lieux, urbains mais surtout ruraux. Restaurants non-officiels, clubs discrets souvent liés à l’extrême gauche ou droite, activités culturelles et sportives non-déclarées, lieux de culte informels, c’est tout un monde qui se structure, dans le meilleur des cas indifférent à l’État parisien, mais le plus souvent hostile. Le projet de QR-code était le coup d’accélérateur décisif qui faisait défaut, l’officialisation de la rupture. Avec une inversion prévisible du stigmate : les personnes vaccinées et munies d’un QR-code pourraient être à leur tour exclues – hors des grandes villes, tout le monde se connaît, et tous sauront de quel camp est l’autre.
 

Le plus saisissant est pourtant bien la seconde erreur de Macron, plus profonde encore que la première : celle de croire que l’inclusion dans le "mainstream" soit un besoin irrépressible, le summum de ce que l’existence humaine peut atteindre. Il n’en est rien. Que l’on songe seulement quel déplorable spectacle se donnera dans les salles culturelles officielles, entre la multiplication des mesures sécuritaires et sanitaires, le corset de plus en plus étouffant des limitations de la liberté d’expression des artistes sous peine d’élimination, sans même évoquer l’emprise des pouvoirs publics locaux et centraux, sans lesquels depuis 2020 plus rien n’est possible et dont la créativité est bien connue.
 

À l’heure où le boycott des réseaux dits sociaux dominants s’accélère, la contre-société en voie d’édification pourrait bien devenir autrement plus épanouissante et humainement bien plus riche. Notre QR-code pourrait bien nous en couper pour de bon.

La Dépêche du midi

Partager cet article
Repost0
6 mars 2021 6 06 /03 /mars /2021 19:09
The Lancet publie une étude qui admet l'inutilité des PCR pour la détection de Sars-Cov-2

Le Lancet a publié un article à la fin de février intitulé « Clarifier les preuves sur les tests rapides de l'antigène du SRAS-CoV-2 dans les réponses de santé publique au COVID-19 ». Le document rend un verdict accablant sur la procédure de détection COVID qui a conduit à des arrêts, des verrouillages et des restrictions pratiquement partout dans le monde: la PCR.

Les problèmes de PCR, qui ont été rejetés comme des «théories du complot» jusqu'à il y a quelques semaines à peine, ont maintenant été confirmés après avoir été publiés dans la revue médicale la plus reconnue au monde, The Lancet. Le document dit ce qui suit:

«Le test Sars-Cov-2 est essentiel pour la gestion du COVID-19 et est basé sur la technologie de réaction en chaîne par polymérase de transcriptase inverse (PCR). La PCR recherche le code génétique du virus dans des prélèvements nasaux ou pharyngés et l'amplifie en 30 à 40 cycles, doublant chaque cycle afin de détecter des copies minuscules et potentiellement isolées. Les fragments d'ARN peuvent persister pendant des semaines après la purification du virus infectieux. Souvent chez les personnes sans symptômes ou avec des expositions connues. ''

Il mentionne également à quel point il a été et est dévastateur pour le «bien-être social» et l'économie d'utiliser ce test comme méthode de détection du COVID.

«Cependant, l'action de santé publique nécessite une approche différente. Les tests pour ralentir la propagation de Sars-Cov-2 ne demandent pas si quelqu'un a de l'ARN dans le nez d'une infection antérieure, mais plutôt s'il est actuellement infectieux. Il y a une perte nette pour la santé, le bien-être social et économique des communautés lorsque des personnes post-infectieuses sont testées positives et sont isolées pendant 10 jours. "

«À notre avis, les tests PCR actuels ne sont pas l'étalon-or approprié pour évaluer un test de santé publique Sars-Cov-2».

Entre autres, la question de la valeur des cycles est également abordée dans le document.

Ces résultats contrastent fortement avec l'opinion de nombreux «experts» qui ont «rempli leur bouche», et peut-être aussi leurs poches, défendant ces tests comme étant efficaces avec l'aide des médias. Par exemple, le scientifique allemand respecté Karl Lauterbach, professeur d'épidémiologie et d'économie de la santé à l'Université de Cologne, qui a déclaré avec confiance en octobre dernier que les tests étaient pratiquement précis à 100%:

"Si le test PCR est positif, alors la probabilité qu'il soit vraiment en bonne santé est ... J'irais jusqu'à dire zéro."

Cependant, bien que cette étude ait été publiée il y a près de deux semaines, nous continuons de voir comment les gouvernements continuent à effectuer des tests PCR dans le monde. On a vu la même chose en décembre, lorsqu'à la fin du mois de novembre une autre étude a été publiée où des scientifiques ont exigé le retrait officiel de l'étude qui constitue la base des tests PCR car elle contient jusqu'à «9 erreurs scientifiques graves». De même, les tests PCR se sont poursuivis et des restrictions strictes ont été imposées dans de nombreux pays pendant l'hiver sur la base des résultats de ces tests.

Les autorités ne devraient pas être surpris si de plus en plus de personnes soupçonnent et spéculent qu'elles sont induites en erreur. 

Source:TheLancet | Trikooba

Partager cet article
Repost0
6 mars 2021 6 06 /03 /mars /2021 18:42

Par Nicole Delépine *

 

06/03/2021

 

Il paraît que des gens font la queue pour se faire vacciner après avoir fait la queue pour pratiquer un test PCR (non fiable et poursuivi en justice) [1] [2] [3], comme, paraît-il, les personnes juives firent la queue pour récupérer l’étoile jaune et se faire lister. Pourquoi l’homme se précipite-t-il au-devant des catastrophes ? Quel est cet instinct grégaire que nous évoquions récemment[4] pour tenter de comprendre, au-delà de la perversion sadique du pouvoir, qui amène un grand nombre d’entre nous à obéir, voire à aller au-devant du danger.

Le passeport sanitaire, une menace peu crédible pour l’instant

La menace du passeport sanitaire semble précipiter de nombreux réticents vers l’acceptation du vaccin pour pouvoir « voyager », etc. Mais nous n’en sommes pas là, le pouvoir teste nos réactions. Et de toute façon, il n’a pas résolu les problèmes d’approvisionnement, d’efficacité et sera bien obligé, à plus ou moins moyen terme, de stopper ces vaccins géniques et autres dont le nombre de décès et d’ accidents précoces dépasse toutes les craintes. Et c’est sans compter sur les décès possibles à moyen terme dans quelques mois qu’annoncent des généticiens spécialistes des virus ARN.[5]

Dans l’immédiat, le problème du passeport vaccinal ne se pose qu’en théorie. Mais soulignons l’importance de ne pas céder à la panique, à la pression des amis, des généralistes, de la pub à la télévision ou sur les panneaux publicitaires (illégaux pour ce médicament remboursé). Ne pas aller vous jeter dans la gueule du loup et en croyant sauver votre peau et en vous exposant aux effets secondaires et parfois la mort surtout chez les plus âgés fragiles et en particulier les centenaires. D’autant que tant qu’on sera officiellement en démocratie, il sera bien difficile au pouvoir d’imposer une obligation pour un médicament en essai thérapeutique. Ils menaceront, mais avant d’avouer ressembler à Mengele et aux autres médecins nazis, il y a une petite marge pour que nous tous réagissions [6] [7]

Attention à nos aînés, ne les précipitons pas vers le tombeau

Chacun, même un petit enfant peut sentir que son arrière – arrière-grand-mère est fragile, même si elle va bien. Quelle idée de vacciner tous les doyens de département malgré l’alerte internationale lancée par l’agence sanitaire norvégienne ! Une course à la mort qui a déjà éliminé les doyens de nombreux départements comme Camille Lehoux, doyen des Bretons[8], Marie-Claudine Fourrier doyenne de Saône-et-Loire[9]?

Essai phase 3 des vaccins utilisés en France [10]

Cette thérapie génique et les autres vaccins mis sur le marché sur AMM conditionnelle (c’est-à-dire sans résultats des essais thérapeutiques habituellement exigés) sont donc en cours d’essai de phase 3 ; ils entraînent des effets secondaires précoces qui devraient dissuader les plus demandeurs. S’ils ne le savent pas. Informez-les.

En France, tout va bien dans le meilleur des mondes. En 1938, on croyait trouver un arrangement avec Hitler. Le 6 mai 1986, un communiqué du ministère de l’Agriculture affirmait : « le territoire français », en raison de son éloignement, a été totalement épargné par les retombées de radionucléides consécutives à l’accident de Tchernobyl ». D’après l’agence du médicament, le Vioxx qui a fait plus de 30000 morts aux USA n’aurait tué personne chez nous. Ainsi va la France de déni en négation et en chute libre. (Une des seules choses qui reste libre aujourd’hui.)

En France, il est difficile d’avoir une idée exacte des complications des médicaments et encore plus des vaccins, car l’ANSM agence du médicament tarde à retenir comme liés aux vaccins beaucoup d’incidents. Restent les articles de journaux [11] [12] [13] qui informent sur tel ou tel hôpital qui stoppe ou étale la vaccination de son personnel, car les services sont désorganisés quand 25 à 50 % du personnel vacciné est au tapis, en arrêt de travail. Informations confirmées par l’agence du médicament qui a recommandé de vacciner « de façon échelonnée le personnel d’un même service ». Certes, le gouvernement clame qu’il ne s’agit que de troubles transitoires et pas graves, mais avouez que ce phénomène en soi est déjà très inhabituel et dissuasif.

Des témoignages sur les réseaux sociaux de telle aide-soignante en EHPAD, établissement que le covid avait épargné et qui a perdu 4 résidents dans les cinq jours suivant le vaccin. Pas de chance, ils étaient vieux et fragiles, ce qui est vrai, mais ils étaient vivants et en forme. Elle se dit anéantie comme de nombreuses autres sur tweeter ou FB.

Hasard ou nécessité ? Pour qui ?

Informations de l’Agence européenne Eudravigilance.

Statistiques officielles vérifiables par tous

Réveillez-vous : le ministre a osé interdire l’usage de la chloroquine utilisé depuis 70 ans sans prescription, et fait traîner l’accord pour l’ivermectine antiparasitaire complètement anodin, mais accepte de poursuivre une campagne de vaccination expérimentale, alors que l’UE aux dires même de son agence avoue déjà 2500 morts reconnus en lien avec le vaccin.

L’hystérie collective si bien créée et entretenue par le gouvernement et la censure dans les médias des opposants à sa politique depuis un an peut seule expliquer la sidération ambiante qui empêche d’hurler tout un chacun pour que stoppe cette expérimentation à grande échelle, manifestement un échec.

Presque 2500 morts officiels et le silence médiatique et politique. Pas d’infos dans les conférences de presse du Premier ministre ou d’O. Véran…

En tous cas, prudence !

Si vous souhaitez vraiment vous faire vacciner, assurez-vous ne pas être malade, de ne pas avoir eu le covid récemment et restez en quarantaine avant la deuxième injection.

La vaccination est un acte médical qui suppose de nombreuses précautions, interrogatoire, examen clinique qui passent en pertes et profits quand on rend cet acte banal et en n’avertissant pas des personnes mises en danger. La vaccination par des non-médecins prônée pour ce week-end de mars par le gouvernement montre que ce qu’est l’acte médical dont la vaccination est un exemple oublié par les dirigeants, mais aussi par ceux qui vont accepter la piqûre sans examen clinique ni entretien. La médecine en agonie.

Le modèle américain de la santé a failli, avant la crise du covid l’espérance de vie (77,8 ans) y est inférieure à celle de Cuba (79.92 ans), et comparable à celle de l’Algérie (77,2) …

La toute-puissance de Big Pharma, la disparition des médecins qui soignent, les études randomisées à la place de traitements connus actifs à trois sous, tout cela se paiera en millions d’années de vie perdues.

Risquer de modifier l’ADN des générations futures

ne pose apparemment pas de problème éthique ni moral aux militants du climat … Comment peuvent-ils être plus intéressés par la santé de la planète que par celle de l’espèce humaine ? Personne ne sait ce que pourraient être les modifications génétiques transgénérationnelles et on ose nous faire la leçon sur le pétrole tout en consommant le lithium extrait par des enfants pour nos voitures électriques.

Il faut espérer que la folie vaccinale cesse avant qu’une trop grande partie de la population ait reçu cette thérapie, pour que l’impact générationnel reste limité. Informons un maximum. C’est là notre seule arme contre ce désastre annoncé.

Les décès liés au vaccin, mais aussi les effets secondaires

Pour beaucoup, les effets secondaires seraient comparables à la maladie, nommés covid vaccinal.
L’agence européenne centralise les effets secondaires jugés suffisamment graves pour être remontés. À ce jour nous sommes à près de 2500 décès et 100 000 évènements pour toute l’UE. http://www.adrreports.eu/fr/index.html

Le plus dangereux, mais également le plus utilisé, serait le vaccin de Pfizer–BioNTech (Tozinaméran nom de code BNT162b2, vendu sous la marque Comirnaty) avec 78000 évènements et 2000 décès au 27/2/2021.

Astra Zeneca (CHADOX1 NCOV-19) fait une arrivée tonitruante avec 13983 évènements et plus de 200 décès et va être imposé (si le personnel est soumis) aux soignants de l’Est alors que refusé par l’Afrique du Sud …

Moderna (CX-024414) fait son entrée dans la liste avec 3,266 évènements graves au 27/02/2021.

Rappelons à tous les futurs vaccinés qu’ils sont libres d’être cobayes, mais que ces vaccins sont en phase d’essai thérapeutique et que l’obligation est un leurre qui ne pourra résister aux nombreux avocats qui se penchent en France et à l’étranger sur cette thérapie génique expérimentale. Nous ne sommes pas encore au temps de Mengele et des médecins nazis. Faisons le nécessaire tous ensemble pour ne pas en arriver là.


[*] Pédiatre, cancérologue, ancienne chef de service de cancérologie pédiatrique à l’hôpital R Poincaré Garches APHP France

  1. [1] COVID-19 : RT-PCR ou comment enfumer toute l’humanité. | Mondialisation — Centre de Recherche sur la Mondialisation[↩]
  2. [2] « Le test PCR va au tribunal » : au Portugal, mais aussi en Allemagne et dans de nombreux pays (francesoir.fr) [↩]
  3. [3] Procédures internationales en cours sur le TEST PCR contre fabricants et politiques (nicoledelepine.fr) [↩]
  4. [4] Sortir de l’instinct grégaire, N delepine, Nouveau-monde.ca[↩]
  5. [5] Faire un #COVID vaccinal n’est pas une bonne chose ! 100 000 évènements dont 2500 décès en Europe | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE (pgibertie.com) [↩]
  6. [6] https://docteur.nicoledelepine.fr/vaccins-obligatoires-et-ethique-medicale-quest-devenue-la-reference-au-code-de-nuremberg-dans-la-loi-soumise-au-parlement-en-novembre-2017/[↩]
  7. [7] https://michelledastier.com/opposer-le-code-de-nuremberg-a-lobligation-vaccinale/[↩]
  8. [8] https://www.breizh-info.com/2021/02/04/158476/necrologie-le-doyen-de-la-bretagne-sest-eteint-4-jours-apres-setre-fait-vacciner-contre-le-covid-19/[↩]
  9. [9] https://www.lejsl.com/societe/2021/02/03/a-110-ans-la-doyenne-de-la-saone-et-loire-nous-a-quittes#[↩]
  10. [10] https://www.mondialisation.ca/insuffisances-methodologiques-des-essais-des-vaccins-anti-covid-19/5653363[↩]
  11. [11] La presse de la Manche Covid-19. Dans la Manche, des soignants malades après l’injection du vaccin Astra Zeneca 11 février 2021[↩]
  12. [12] La dépêche Covid-19 : des soignants bretons victimes de nombreux effets secondaires après le vaccin Astra Zeneca 12 février 2021[↩]
  13. [13] BFM Covid-19 : face aux effets secondaires, le vaccin Astra Zeneca très critiqué par les soignants 17/2/2021[↩]

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2021 6 06 /03 /mars /2021 18:03
Effets nocifs des masques

« L’utilisation prolongée du N95 et des masques chirurgicaux par les professionnels de la santé pendant le COVID-19 a provoqué des effets indésirables tels que des maux de tête, des éruptions cutanées, de l’acné, des lésions cutanées et une altération de la cognition chez la majorité des personnes interrogées. »

Source: 2020–Rosner : Elisheva Rosner E (2020)
https://clinmedjournals.org/articles/jide/journal-of-infectious-diseases-and-epidemiolo…

 

« Il a été démontré que le port de masques faciaux avait des effets physiologiques et psychologiques négatifs importants. Ceux-ci incluent l’hypoxie, l’hypercapnie, l’essoufflement, l’augmentation de l’acidité et de la toxicité, l’activation de la peur et de la réponse au stress, l’augmentation des hormones de stress, l’immunosuppression, la fatigue, les maux de tête, la baisse des performances cognitives, la prédisposition aux maladies virales et infectieuses, le stress chronique, l’anxiété et dépression. Les conséquences à long terme du port d’un masque facial peuvent entraîner une détérioration de la santé, le développement et la progression de maladies chroniques et la mort prématurée. »

Source: 2021–Vainshelboim : Vainshelboim B
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7680614/

 

« Le port du masque peut provoquer des tensions de céphalée musculaire [soit des tensions au niveau du crâne]. Avec le masque sur le visage, on force sur les muscles faciaux sans forcément s’en rendre compte, et on crée une tension à l’origine du mal de tête. Pour celles et ceux déjà sujets aux migraines, ces tensions peuvent provoquer des crises plus régulières. »

Source: Dominique Valade, neurologue
https://madame.lefigaro.fr/bien-etre/masque-boutons-demangeaisons-respiration-migraines…

 

« Le fait d’avoir une barrière collée près de la bouche et du nez permet aux bactéries inoffensives qui se trouvent dans notre organisme de proliférer à l’aide du niveau d’humidité, leur permettant de devenir dans certains cas des pathogènes menant à des infections sérieuses ou des maladies chroniques. »

Source: Antoine Khoury, microbiologiste et président-directeur général de l’entreprise Vacci-Vet à Saint-Hyacinthe
https://www.lecourrier.qc.ca/une-mesure-dangereuse-selon-un-microbiologiste/

 

« Les revues de la littérature ont confirmé que le port d’un masque pendant la chirurgie n’a aucun impact sur les taux d’infection des plaies pendant une chirurgie propre. Un rapport récent de 2014 déclare catégoriquement qu’aucun essai clinique n’a jamais montré que le port d’un masque prévient la contamination des sites chirurgicaux. »

Source: Why Face Masks Don’t Work: A Revealing Review. John Hardie, BDS, MSc, PhD, FRCDC
http://archive.is/My2jr
Initialement publié sur Oral Health Group.

 

« C’est une véritable pandémie de problèmes de peau liés au port du masque! Lorsqu’on porte le masque, une sorte de microclimat chaud se développe dans la zone couverte, avec une prolifération de microbes et de bactéries, ce qui peut provoquer des symptômes, des rougeurs ou des éruptions cutanées. Quand la peau n’est pas bien oxygénée, il y a un excès de production de sébum, ce qui mène à l’obstruction des pores de peau et des boutons. »

Source: Joseph Doumit, dermatologue à la clinique Union MD de Montréal
https://www.lapresse.ca/societe/sante/2020-08-28/que-faire-pour-eviter-le-mascne.php

 

« Nous savons que le port d’un masque à l’extérieur des établissements de santé offre peu de protection, voire aucune, contre les infections. »

Source: M Klompas, C Morris, et al. Universal masking in hospitals in the Covid-19 era. N Eng J Med. 2020
https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMp2006372

 

« On a constaté que les chirurgiens avaient une saturation en oxygène plus faible après des chirurgies, même aussi courtes que 30 minutes. »

Source: A Beder, U Buyukkocak, et al. Preliminary report on surgical mask induced deoxygena on during major surgery.
http://scielo.isciii.es/pdf/neuro/v19n2/3.pdf
La citation provient de la revue systématique Borovoy et al.
(https://pdmj.org/papers/masks_are_neither_effective_nor_safe/index.html)

 

« Les masques chirurgicaux se sont également avérés être un réservoir de contamination bactérienne. Il a été déterminé que la source de la bactérie était la surface corporelle des chirurgiens, plutôt que l’environnement de la salle d’opération. »

Source: L Zhiqing, C Yongyun, et al. J Orthop Translat. 2018 Jun 27; 14:57- 62
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30035033/
La citation provient de la revue systématique Borovoy et al.
(https://pdmj.org/papers/masks_are_neither_effective_nor_safe/index.html)

 

« Divers agents pathogènes respiratoires ont été trouvés sur la surface extérieure des masques médicaux usagés, ce qui pourrait entraîner une auto-contamination. Le risque s’est avéré plus élevé avec une durée d’utilisation plus longue du masque. »

Source: A Chughtai, S Stelzer-Braid, et al. Contamination by respiratory viruses on our surface of medical masks used by hospital healthcare workers.
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31159777/
La citation provient de la revue systématique Borovoy et al.
(https://pdmj.org/papers/masks_are_neither_effective_nor_safe/index.html)

 

« Les chercheurs s’inquiètent du fardeau possible des masques faciaux pendant l’activité physique sur les systèmes pulmonaire, circulatoire et immunitaire, en raison de la réduction de l’oxygène et du piégeage de l’air réduisant les échanges substantiels de dioxyde de carbone. En raison de l’hypercapnie, il peut y avoir une surcharge cardiaque, une surcharge rénale et un passage à une acidose métabolique »

Source: B Chandrasekaran, S Fernandes. Exercise with facemask; are we handling a devil’s sword – a physiological hypothesis
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32590322/
La citation provient de la revue systématique Borovoy et al.
(https://pdmj.org/papers/masks_are_neither_effective_nor_safe/index.html)

 

« Les masques faciaux bloquent la signalisation émotionnelle entre les enseignants et les élèves »

Source: 2020–Spitzer : Spitzer M
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7417296/

 

« Les déficiences causées par le port du masque ont été rapportées par 68% des parents. Celles-ci comprenaient l’irritabilité (60%), les maux de tête (53%), la difficulté à se concentrer (50%), moins de bonheur (49%), la réticence à aller à l’école / à la maternelle (44%), le malaise (42%), les troubles d’apprentissage (38%) et somnolence ou fatigue (37%) »

Source: 2021–Shwarz
https://www.researchsquare.com/article/rs-124394/v2

Source: Nouveau Monde

Partager cet article
Repost0
6 mars 2021 6 06 /03 /mars /2021 09:51
Un dîner dans un restaurant clandestin entre journalistes et “experts” médicaux qui démontre qu’ils ne croient pas au coronacircus

Pas un jour ne passe sans que, matin, midi et soir, les télévisions du système ne répètent les mots d’ordre officiels concernant le Covid : portez votre masque, restez chez vous sauf pour aller au supermarché, isolez-vous des autres, attendez avec impatience votre tour pour être vacciné, préparez-vous au passeport vaccinal pour pouvoir faire ce qui vous plaît hors de chez vous, ne réfléchissez pas car c’est signe de complotisme,…

 

Mais voilà que le Canard enchaîné signale ... que le 24 février, la police fait une descente dans un restaurant ouvert clandestinement. Il est bientôt minuit et les policiers découvrent une intéressante brochette de convives : des journalistes de BFMTV, mais aussi “des cadors de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris et un gradé de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, tous consultants santé de la chaîne !“.

 

Le Canard, 3 mars page 4 :

 

"Pas vu sur BFM TV : le 24 février peu avant minuit un resto clandé a été investi par une escouade de poulets à deux pas du siège parisien de la chaîne d'information continue. Le problème, c'est que les confrères faisaient la bamboche dans cet établissement à la mode qui se vante d'être au carrefour des grands médias. Attablés avec eux, des cadors de l'AP-HP et un gradé de la brigade des sapeurs pompiers de Paris, tous consultants santé de la chaîne.

 

"La vingtaine de convives a été verbalisée, le gérant du restaurant placé en garde à vue pour mise en danger de la vie d'autrui".

 

L'établissement qui se veut "à la mode" et "au carrefour des grands médias" n'aurait en réalité jamais fermé ses portes indique Capital dans l'article titré "Restaurant clandestin à BFM : une vingtaine de journalistes et des médecins surpris en plein repas."

 

Le directeur de BFMTV Marc-Olivier Fogiel dément sur Twitter : “contrairement aux rumeurs de ces 24 dernières heures, je tiens à préciser qu’aucun journaliste ni consultant de BFMTV n’a été arrêté dans un restaurant clandestin à Paris fin février.”

 

Sources: Le Canard Enchaîné | Midi Libre | CapitalMediasPresseInfo | Le Forum catholique

Partager cet article
Repost0
4 mars 2021 4 04 /03 /mars /2021 21:15

Les conséquences de la politique désastreuse infligée au pays depuis un an sont bien plus délétères que l’épidémie elle-même.

 

Par Patrick de Casanove

 

La véritable inquiétude de l’État est que les Français réalisent enfin qu’il leur a menti et les a effrayés pour les manipuler. Ils ont été enfermés, ruinés, mal soignés, poussés au suicide, dressés les uns contre les autres pour une maladie contrôlable et peu mortelle, pourvu que l’État cesse de se mêler de tout et laisse les médecins faire leur travail.

 

Il leur a été interdit d’accompagner leurs proches dans leurs derniers instants et de leur donner de dignes funérailles.

 

Les conséquences de la politique désastreuse infligée au pays depuis un an sont bien plus délétères que l’épidémie elle-même.

 

La justice est détournée de sa mission qui est de « rendre à chacun le sien »

 

Les forces de l’ordre sont détournés de leur mission qui est de protéger les biens et les personnes. Lors de la répression pour non-respect des mesures de coercition sociale, elles font parfois preuve d’un zèle mal venu et inhumain.

 

C’était vrai lors du premier confinement. C’est encore, hélas, vrai aujourd’hui. Lors des obsèques d’un maraîcher qui s’est suicidé par désespoir, ou lors de la distribution de repas aux personnes dans la détresse.

 

La loi est pervertie, elle sert à détruire les droits naturels au lieu de les protéger ; l’emploi des forces de l’ordre, de la justice, est perverti. Cela participe à la grande déstabilisation des populations.

 

Le lien social s’effrite. L’autre est un contaminateur potentiel donc un danger, peut être mortel. Ainsi une personne qui n’est pas malade est traitée comme une pestiférée. Cette peur de l’autre engendre le retour de la délation.

 

La Covid est une infection virale n’ayant aucun pouvoir d’oppression des individus. Ce pouvoir est politique. Le seul responsable du désastre est le politique. En France on connaît précisément la date et l’heure du forfait.

 

Si cette prise de conscience avait lieu l’État perdrait son pouvoir d’imposer la grande réinitialisation et il devrait rendre des comptes.

 

CRISE SANITAIRE : L’OCCASION FAIT LE LARRON

Il est peu probable que cette affaire de crise Covid soit pilotée depuis le départ et préméditée. Le gouvernement en a plutôt saisi l’opportunité.

 

Dans cette épidémie, ce n’est pas la science qui domine, c’est la pensée magique et l’émotionnel. Le gouvernement fait peur et culpabilise les gens. Grâce à quoi il contrôle la gestion de la crise sanitaire.

 

Celle-ci est un outil de pouvoir. L’État s’en est emparé, a étendu son contrôle des populations et n’a pas l’intention de relâcher son étreinte. La Covid ne doit pas disparaître, ou pas avant d’avoir rempli sa mission.

 

EN TEMPS DE CRISE, BÂTIR L’HOMME NOUVEAU DANS UN MONDE NOUVEAU

La gestion de la Covid a été faite en dépit du bon sens. Elle n’a jamais eu aucune rationalité médicale, humaine, économique, sociale, aucune rationalité au sens de vouloir résoudre véritablement le problème.

 

Persister à ce point dans l’erreur ne peut être que délibéré. La prise en charge a été et reste tellement incohérente que bien des gens sont perdus. Quand tout le monde est perdu, y compris les professionnels de santé, l’irrationnel fait partie du quotidien au point de devenir la norme. Grâce à quoi l’État commande et oriente sans difficulté.

 

Même si leur gestion est irrationnelle, il est évident que nos gouvernants ne sont pas eux irrationnels. Mais ils peuvent être pervers et manipulateurs. Ils poursuivent rationnellement leur objectif.

 

Grâce à la Covid les politiciens font passer des réformes qui n’avaient aucune chance de passer : état d’urgence dit sanitaire, flicage numérique, mais surtout l’écologisme appuyé par un plan de relance :

 

« Un plan de relance exceptionnel de 100 milliards d’euros […] Ce plan de relance, […] représente la feuille de route pour la refondation économique, sociale et écologique du pays. »

 

Plan qui fait écho à :

 

« La solution pour résoudre les grands problèmes environnementaux et sociaux existe, selon le Forum de Davos, et elle se résume en une phrase : transformer l’économie. Pour y parvenir, l’organisation propose d’orienter l’économie vers des résultats plus équitables, canaliser les investissements pour construire mieux, développer des infrastructures et techniques de construction qui ne dégradent pas l’environnement et se servir de la quatrième révolution industrielle pour notre bien. Cette quatrième révolution industrielle est celle de l’automatisation des machines par l’intelligence artificielle et la généralisation des énergies vertes. C’est elle qui, en grande partie, mènerait à un monde plus vert, plus juste et plus prospère. »

 

Il y a une rationalité étatique à faire durer le problème. Tant que la Covid persiste, ou simplement sa peur, cela permet à l’État non seulement de survivre, mais de s’épanouir. Il étend son autorité au détriment de la vie privée et de la liberté de chacun. Il instaure le totalitarisme, construit une société nouvelle, pour un monde nouveau, avec un Homme nouveau… et il ne rend pas de comptes.

 

RENDRE DES COMPTES

Ça commence à sentir le roussi !

 

Jean-François Delfraissy et quatre autres membres du Conseil dit scientifique signent une tribune dans The Lancet.

 

Ils écrivent :

 

« Par conséquent, il est temps d’abandonner les approches fondées sur la peur, fondées sur un confinement généralisé apparemment aléatoire, stop-start, comme principale réponse à la pandémie […] Nous, scientifiques qui travaillons contre le Covid-19, devons avoir le courage de nous adresser à ceux qui sont au pouvoir, qui portent la responsabilité ultime des politiques choisies et de leurs conséquences. Si cette responsabilité est esquivée ou retardée, le jour inévitable où il faudra rendre des comptes pourrait être terrible. »

 

Reniant sans honte aucune ce qu’ils ont préconisé depuis un an, ils ont l’admirable courage de se défausser sur les politiciens.

 

La demande de comptes a déjà commencé. Des dépôts de plaintes ont eu lieu au début de l’épidémie.

 

D’autres procédures ont lieu aujourd’hui au niveau national :

 

pour obtenir réparation des pertes liées au confinement ou de ses préjudices au sens plus large :

Des initiatives semblables ont lieu dans d’autres pays.

 

Pour l’instant, elles ont peu d’écho. Il pourrait en être différemment si la crise covid était terminée. Mais la faire durer évite à l’État de rendre des comptes, lui donne des arguments pour l’heure des comptes.

 

Si la crise dure c’est que cette épidémie est sévère. Si elle dure très longtemps c’est qu’elle est très sévère. Si elle est très sévère, la gestion étatique coercitive s’en trouve justifiée, ses détracteurs relégués au rang de complotistes, à qui l’on peut contester toute liberté d’expression.

 

Les conséquences dramatiques des décisions étatiques s’estompent avec la peur et le temps. L’État est sanctifié dans son rôle de sauveur. Il a gagné la partie. Il survit et en sort renforcé.

 

IL FAUT REVENIR À LA RAISON

Il est difficile d’empêcher les gens d’avoir peur ou d’être inquiets. Mais il faut garder son sang-froid, rester raisonnable et faire face.

 

99,5 % voire 99,9 % des personnes infectées survivent, et parfois davantage :

 

Une bonne prise en charge de l’épidémie consisterait à donner :

 

sa place à la médecine, en particulier de ville,

la responsabilité de leur vie et de leurs libertés aux Français,

l’attention aux personnes à risques.

Si la prise en charge devient médicale, sans état d’urgence sanitaire qui n’est pas médical mais politique, les individus retrouveront la responsabilité de leur existence et la liberté d’accomplir leur projet de vie. L’État sera minimal. Mais il ne le veut pas.

 

La grande escroquerie consiste à faire croire aux Français que si l’État ne prend pas de mesures coercitives et n’insiste pas pour parvenir à une vaccination de masse on ne fait rien. C’est faux. On fait quelque chose : de la médecine et pas de la politique.

 

FAIRE FACE À LA CRISE SANITAIRE

La médecine a toujours fait face aux épidémies, même avec peu ou pas de moyens. Aujourd’hui, alors que l’humanité n’a jamais eu autant d’outils pour lutter contre les infections, en Occident les politiciens mettent la médecine sur la touche et prennent en charge le problème de manière politique.

 

Il faut être bien conscient que cette pathologie est une pathologie de médecin généraliste. L’implication de la médecine de ville ne se limite pas à l’hospitalisation à domicile ou à la télésanté.

 

L’implication de la médecine c’est plus que ça.

 

C’est la responsabilité individuelle et la liberté pour chacun de mener sa vie comme il l’entend sans nuire à autrui. Cela implique de choisir et gérer ses risques. Cela implique le respect des gestes barrière à bon escient ; de vacciner à bon escient ; de respecter les indications vaccinales et la balance bénéfice/risque ; de laisser les gens sans risques vivre leur vie et de faire très attention aux personnes à risques ; de travailler l’immunité naturelle.

 

C’est la confiance en la médecine générale. Le gouvernement doit arrêter de faire peur aux médecins, et délivrer des autorisations temporaires d’utilisation pour des traitements précoces, (hydroxychloroquine, ivermectine) qui certes ne sont pas recommandés ni validés officiellement, mais qui sont efficaces dans la vraie vie, qui sauvent des vies, évitent des cas graves, des hospitalisations et des décès.

Il doit, en résumé, les laisser prescrire, le tout basé sur le colloque singulier unissant le patient et son médecin.

 

C’est le soin précoce prodigué aux personnes malades. C’est, entre autres, pour avoir saboté cette étape de la prise en charge dès février/mars 2020, que la France a connu une crise sanitaire bien plus dramatique qu’elle aurait dû être.

 

C’est le bon diagnostic. Le traitement précoce et le diagnostic rigoureux sont les grands absents de cette prise en charge étatique.

 

Il est possible de prendre en charge une maladie de manière probabiliste.

 

Il n’empêche que le diagnostic rigoureux permet de traiter, isoler, spécifiquement les personnes contagieuses et les malades. Il ne repose pas uniquement sur la multiplication des tests RT-PCR, qui ne sont pas des tests diagnostic. Il est utile de tester massivement, mais pas n’importe comment, pour rompre la chaîne de contamination, protéger les personnes à risques, traiter précocement. Il permet de protéger correctement les personnes à risques, de ne pas transformer quelqu’un de sain en malade, voire en assassin potentiel.

 

Cette robuste médecine de première ligne s’adosse à une médecine de seconde ligne solide avec des hôpitaux performants, des lits en nombre suffisant, des services de réanimation étoffés et une réserve dépendant du service de santé des armées.

 

En finir avec la crise ne repose pas sur la disparition de l’épidémie, encore moins du virus. Elle ne dépend que d’une décision politique : celle, pour l’État, de libérer les Français pour ce qui est de la vie économique, sociale, culturelle, privée, et de passer la main aux professionnels de terrain pour ce qui est de l’infection.

 

Elle peut être prise demain, si le bon sens revient en France.

Partager cet article
Repost0
27 février 2021 6 27 /02 /février /2021 22:57

Voici un extrait de Tactique du diable de C. S. LEWIS , un roman écrit en 1942 qui décrit notre exacte réalité d'aujourd'hui : 

Covid - C.S. Lewis : Tactique du diable (1942) : prophétique

Partager cet article
Repost0