Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2021 6 20 /11 /novembre /2021 16:37
https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1027511/Vaccine-surveillance-report-week-42.pdf

https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1027511/Vaccine-surveillance-report-week-42.pdf

On peut discuter de tout sauf des chiffres. 

 

Selon les données anglaises (Uk Health Security Agency), le taux de contamination des vaccinés devient supérieur à celui des non vaccinés sur toutes les tranches de la population sauf les moins de 29 ans. Cela se développe au cours du temps (les moins de 29 ans ont été vaccinés plus tard).

 

L'efficacité du vaccin baisse avec le temps. Il est donc inévitable d'avoir plus de vaccinés à l'hôpital que de non vaccinés.

 

L'étude israélienne indique que l'efficacité réelle de la 3e dose est probablement plus proche de 60%, au mieux, au début. On peut s'attendre ensuite à une chute.

 

L'efficacité du vaccin contre les contaminations devient donc négative au cours du temps.

 

C'est cohérent avec une large étude suédoise sur 1 million 600 mille personne et avec une étude sur les tests réalisée en Israël.

 

L'utilisation de la 3em dose redonne de l'efficacité, mais ne fait certainement que repousser le problème à plus tard, tout en affaiblissant l'immunité.

 

Cela peut signifier que les vaccinés entretiennent la circulation et empêchent l'épidémie de se résoudre.

 

Les vaccinés aux urgence sont là non pas à cause du covid mais à cause du vaccin.

 

Essayer de déjouer le virus avec des injections de rappel censées traiter le prochain variant sur la base d'un vaccin conçu à partir du Covid-19 précédent pourrait créer une vague infinie de nouveaux variants et empêcher l'extinction naturelle de l'épidémie, et un marché sans fin pour les vendeurs de "vaccins". 

 

Début mars 2021, le Dr Geert Vanden Bossche (un vaccinologue qui a travaillé avec GSK Biologicals, Novartis Vaccines, Solvay Biologicals, l'équipe Global Health Discovery de la Fondation Bill & Melinda Gates à Seattle et Global Alliance for Vaccines and Immunization à Genève), avait lancé un appel à l’Organisation mondiale de la santé, appuyé par un document de 12 pages traitant du "monstre incontrôlable" que la vaccination de masse mondiale allait créer.

 

Lire : Les scientifiques alertent sur un cercle vicieux : revacciner chaque année entraîne le développement de virus variants

 

En Grande-Bretagne, déjà lors de la 3e vague, 60 à 70% des victimes étaient des patients… vaccinés (Telegraph) 

 

Pour certains, comme le labo Merck, il est plus efficace d'être infecté par le virus et de guérir.

 

Voici les références pour ceux que cela intéresse :

 

https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1027511/Vaccine-surveillance-report-week-42.pdf

https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3963606

https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3949410

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2021 6 20 /11 /novembre /2021 12:09

Données OMS vérifiables sur Vigiaccess.org

http://www.vigiaccess.org/

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2021 2 16 /11 /novembre /2021 21:10

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2021 6 13 /11 /novembre /2021 20:56
Covid-19 : le v4xxin comporte plus de risques chez les jeunes que la maladie contre laquelle il est censé protéger

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2021 6 13 /11 /novembre /2021 08:54
la construction souterraine témoigne des combats qui ont opposé l’armée italienne à l’Autriche-Hongrie sur le mont Scoluzzo de 1915 à 1918.https://www.cnews.fr/culture/2021-11-12/un-bunker-de-la-premiere-guerre-mondiale-decouvert-intact-grace-la-fonte-des

la construction souterraine témoigne des combats qui ont opposé l’armée italienne à l’Autriche-Hongrie sur le mont Scoluzzo de 1915 à 1918.https://www.cnews.fr/culture/2021-11-12/un-bunker-de-la-premiere-guerre-mondiale-decouvert-intact-grace-la-fonte-des

C’est un bout de l’Histoire qui refait surface, dans le parc national du Stelvio en Italie, à 2900 mètres d’altitude. C’est à cet endroit, alors qu’ils traversaient des tranchées, que le journaliste Nick Squires et l’historien Giovanni Cadioli ont découvert cet authentique bunker de la Première Guerre mondiale.

 

Dissimulé pendant plus de 100 ans sous la neige des Alpes italiennes, le bunker libéré par la fonte des glaces livre un témoignage éblouissant sur la vie des soldats de 14-18.

 

[...] la construction souterraine témoigne des combats qui ont opposé l’armée italienne à l’Autriche-Hongrie sur le mont Scoluzzo de 1915 à 1918."

 

(Fin de citation)

 

Source: C-News

"La construction souterraine témoigne des combats qui ont opposé l’armée italienne à l’Autriche-Hongrie sur le mont Scoluzzo de 1915 à 1918."

 

Il n'y avait donc pas de glace à cet endroit en 14-18.

 

On suppose effectivement, qu'été comme hiver, les combats opposaient les Italiens aux Austro-Hongrois à un endroit où il n'y avait pas de "glacier". 

 

Si le "bunker" a été "libéré par la fonte des glaces", comme l'indique l'article de C-News, les "glaces" ont fondu alors qu'il faisait plus chaud à l'époque qu'aujourd'hui...

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2021 5 12 /11 /novembre /2021 18:26
https://icelandmonitor.mbl.is/news/news/2021/11/05/record_number_of_new_covid_19_cases_in_iceland/

https://icelandmonitor.mbl.is/news/news/2021/11/05/record_number_of_new_covid_19_cases_in_iceland/

L'Islande, pays vacciné à 83%, les adultes à 100%, une grande partie des fragiles ayant reçu une 3eme dose, connaît son record de contamination depuis le début de l'épidémie...

Source: Icelandmonitor

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2021 5 12 /11 /novembre /2021 09:02

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2021 4 11 /11 /novembre /2021 18:58

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2021 4 11 /11 /novembre /2021 18:53

Une étude portant sur 780 000 anciens combattants montre un déclin spectaculaire de l'efficacité des trois vaccins COVID-19 utilisés aux États-Unis. 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2021 4 11 /11 /novembre /2021 17:40
"En 2020 seulement 2% des hospitalisations étaient liées au Covid, 5% en Réa" (ATIH - C-News - LCP) - "La peur a été instrumentalisée"

L'Agence Technique de l'Information sur l'Hospitalisation (ATIH) a publié "L'Analyse de l'activité hospitalière 2020". Il ressort que la narrative gouvernementale annonçant des urgences d'hôpitaux débordés de cas Covid en réanimation était une Fake News officielle. 

 

"En 2020 seulement 2% des hospitalisations étaient liées au Covid, 5% en Réa. On a donné l'impression que les services étaient pleins à craquer de patients covid et en fait ce n'était pas le cas. [...] La peur a été disproportionnée", déclare Marie-Estelle Dupont sur C-News.

 

La source du Rapport officiel dont fait état la psychologue Marie-Estelle Dupont sur C-News, et que chacun devrait lire pour dissiper les enfumages et "débunker" les Fake News officielles est ici: atih.sante.fr/sites/default/ 

Martin Blachier sur LCP le 09 novembre :

 

"L'ATIH, c'est l'agence qui gère tout le système d'information des hôpitaux, donc elle est au courant de toutes les hospitalisations qui ont lieu sur le territoire français et de la raison de ces hospitalisations. Et quand vous lisez ce rapport qu'elle a publié sur le Covid en 2020, dans les toutes premières lignes vous lisez : 'Ainsi au cours de l'année 2020 les patients Covid représentent 5% de l'ensemble des patients pris en charge en service de soins critiques.' Vous continuez un petit peut la lecture et vous lisez : 'Les patients Covid représentaient 2% de l'ensemble des patients hospitalisés au cours de l'année 2020, tous champs hospitaliers confondus.'

"Donc c'est vrai quand vous lisez ce rapport de l'ATIH vous êtes un petit surpris, vous levez les yeux et vous vous dites mais on parle bien de cette année 2020 où effectivement il y a eu deux confinements, qui viennent d'être justifiés ce soir (par Emmanuel Macron dans une allocution télévisée le 09 novembre. Ndlr.), qui ont coûté 200 milliards à la France, 35% des jeunes ont déclaré avoir des pensées suicidaires du fait de ces confinements et je ne parle même pas - et cela a été confirmé par une étude récente de l'INSERM - des retards d'apprentissage, des phobies scolaires. Donc on est un peu stupéfait. ... Sur la totalité de l'année 2020 c'est 2% des hospitalisations. Ce qui est très loin de l'image qu'on en a où pendant toute l'année 2020 les services hospitaliers étaient pleins à rabord de patients Covid, ce qui fait que les autres patients ne pouvaient plus (soit-disant. Ndlr.) rentrer à l'hôpital !

"[...] Ces données de ce rapport de l'ATIH nous indiquent deux choses. D'abord que le phénomène Covid a été particulièrement impactant, parce qu'il a été brutal et essentiellement méconnu et inédit. Mais aussi cette idée que les patients Covid ont rempli les hôpitaux pendant ces deux années est une idée qui est fausse ! C'est entre 2 à 5% Et cela reste les autres pathologies qui ont envoyé les gens à l'hôpital pour la très très grande majorité. On a donc eu un prisme, une vision décalée par rapport à la réalité hospitalière." 

Le mythe des urgences encombrées s'effondre : Restrictions & discours moralisateurs ont été décrétés sur 2% des hospitalisations réellement liées au Covid dont 5% en Réa.

 

Donc : pass & vaccination sont imposés aux français sur la base d'une supercherie.

Add. 14-11-2021

___________

Add. Mise à jour le 15 novembre 2021. 

___________

Add. Mise à jour le 19 novembre 2021. 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 18:09
Source: https://childrenshealthdefense.org/defender/peter-doshi-restev-levi-covid-vaccines-trial-data/

Source: https://childrenshealthdefense.org/defender/peter-doshi-restev-levi-covid-vaccines-trial-data/

Peter Doshi, rédacteur en chef au BMJ (le journal qui a révélé le scandale du Pfizergate minimisé par les medias. Ndlr.), et Restev Levi, professeur au Massachusetts Institute of Technology, ont déclaré à un panel d'experts que les données des essais des vaccins COVID ne corroborent pas le récit selon lequel les vaccins sont sûrs et efficaces.

 

Par Jérémy Loffredo

 

Le sénateur américain Ron Johnson (R-Wis.) a tenu mardi une table ronde sur les mandats fédéraux des vaccins COVID avec un panel de personnes blessées par les vaccins COVID et des scientifiques de certaines des organisations de recherche les plus prestigieuses au monde, dont le BMJ et le Massachusetts Institute de la technologie (MIT).

 

Peter Doshi, rédacteur en chef au BMJ et professeur agrégé de recherche sur les services de santé pharmaceutique à la faculté de pharmacie de l'Université du Maryland, et Restev Levi, professeur de système de santé et d'analyse au MIT, ont exprimé leurs doutes sur l'efficacité du vaccin COVID et les échecs de la communauté scientifique.

 

"Je suis attristé que nous soyons actuellement sursaturés en tant que société dans l'attitude du "tout le monde sait", ce qui a mis fin à la curiosité intellectuelle et conduit à l'autocensure", a déclaré Doshi.

 

Doshi a déclaré que nous ne sommes pas dans une "pandémie des non vaccinés". Si les hospitalisations et les décès surviennent presque exclusivement chez les non vaccinés, "pourquoi des injections de rappel seraient-elles nécessaires ?" demanda Doshi.

"Et pourquoi les statistiques seraient-elles si différentes au Royaume-Uni, où la plupart des hospitalisations et des décès liés au COVID figurent parmi les personnes entièrement vaccinées ?"

 

"Il y a une déconnexion là-bas, et quelque chose dont il faut être curieux", a déclaré Doshi. "Il y a quelque chose qui ne colle pas.

 

Doshi a fait valoir qu'on avait menti au public au début de 2021, lorsque des responsables de la santé, dont le Dr Anthony Fauci, ont affirmé que les données des essais sur le vaccin COVID prouvaient que le vaccin avait sauvé des vies.

 

Après avoir présenté les données d'essai pour les vaccins autorisés pour une utilisation aux États-Unis, Doshi a souligné "qu'il y avait des nombres similaires dans les groupes vaccin et placebo". Il a fait valoir que ceux "qui prétendaient que l'essai avait montré que le vaccin était très efficace pour sauver des vies avaient tort" et que "les essais ne l'avaient pas démontré".

 

Doshi a parlé des anti-vaccins et a critiqué la définition officielle du terme. Il a présenté au panel la définition officielle Merriam-Webster de l'anti-vaccination : "Une personne qui s'oppose à l'utilisation de vaccins ou de réglementations imposant la vaccination".

 

"La deuxième partie [de la définition] m'a abasourdi", a déclaré Doshi.

 

"Il y a des pays entiers, du Royaume-Uni au Japon, qui n'imposent pas de vaccins pour les enfants", a-t-il déclaré. "Il n'y a pas de mandats, et je parierais que peut-être une majorité de la population mondiale répond à cette définition d'un anti-vax."

 

Doshi a déclaré au panel que "vaccin" est une autre définition "à vérifier".

 

"Je soutiens que ces produits que tout le monde appelle vaccins à ARNm sont qualitativement différents des vaccins standard", a déclaré Doshi. "J'ai donc trouvé fascinant d'apprendre que Merriam Webster a changé la définition du vaccin au début de cette année."

 

"Les produits d'ARNm ne répondaient pas à la définition du vaccin qui est en place depuis plus de 15 ans, mais la définition a été élargie de telle sorte que les produits d'ARNm sont désormais des vaccins", a déclaré Doshi.

 

Il a ensuite fait valoir que ce n'est pas parce que nous appelons le vaccin COVID un "vaccin" que «ces nouveaux produits sont comme tous les autres vaccins pour enfants qui sont obligatoires".

 

"Chaque produit est un produit différent, et si les gens sont d'accord pour imposer quelque chose simplement parce que c'est un vaccin, je pense qu'il est temps d'insuffler une pensée critique dans la conversation", a déclaré Doshi.

 

Il a également critiqué le fait que la société vaccine et rende obligatoire le vaccin pour une grande partie du public malgré les données brutes sur l'innocuité et l'efficacité des vaccins qui ne sont pas encore disponibles.

 

"Donc, alors qu'on nous dit de continuer à suivre la science, ce que nous suivons n'est pas un processus scientifique basé sur des données ouvertes, nous suivons un processus où les données sont secrètes, et à mon avis, il y a quelque chose de parfaitement non scientifique à ce sujet" dit Doshi.

 

Levi a déclaré au panel que "les scientifiques des revues les plus prestigieuses affirment que le vaccin est sûr, omettant de signaler les effets secondaires graves tels que les décès".

 

Il a expliqué que les appels des services d'urgence nationaux en Israël pour un arrêt cardiaque chez les jeunes de moins de 40 ans ont connu une augmentation spectaculaire - plus de 25% - parallèlement à la campagne de vaccination contre le COVID.

 

"Nous avons écrit un article universitaire soulevant des inquiétudes concernant ces statistiques et appelé les autorités à vérifier cela… inutile de dire qu’elles ne nous ont jamais répondu."

 

Levi a affirmé que le gouvernement avait tenté de censurer la recherche en remettant en question sa crédibilité. "Ils ont qualifié la recherche de fausse", a déclaré Levi.

 

Levi a averti le panel :

 

"Ces vaccins ont des effets secondaires graves et inconnus, et nous devons les utiliser avec prudence."

 

Regardez ici (l'intervention de Doshi commence à 1:18:40 et celle de Levi à 1:49:07):

 

Source: The Defender

Add. 08 novembre 2021. Le médecin-chef de l'hôpital de Gand (Belgique) Kristiaan Deckers déclare : "Depuis quelques semaines, les personnes hospitalisées et admises en ICU sont toutes vaccinées"

Nous ne sommes pas dans une "pandémie de non vaccinés", explique Peter Doshi lors d'une réunion COVID
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 17:34

Le sénateur Ron Johnson a tenu une réunion le 2 novembre à Washington DC concernant l'imposition de vaccins obligatoires contre le COVID-19. La réunion a réuni certains des plus grands scientifiques et médecins du monde, ainsi que plusieurs personnes blessées par le vaccin COVID-19. Bien que plusieurs membres de la FDA, du CDC et du NIH aient également été invités, ainsi que des sociétés pharmaceutiques, aucun d'entre eux n'a participé.

 

Bien sûr, ce sont des porte-parole contrôlés par Big Pharma qui n'apparaissent en public qu'avec les médias d'entreprise pharmaceutiques, où ils savent à l'avance quelles seront les questions et le scénario pour y répondre.

 

Les médias institutionnels ne se sont pas non plus présentés pour couvrir cet événement véritablement historique à Washington DC. La discussion de la table ronde a été enregistrée et dure plus de 3,5 heures, et vous pouvez regarder l'intégralité de l'événement sur la chaîne Rumble du sénateur Ron Johnson.

 

Nous avons séparé plusieurs des témoignages de cet événement en segments plus courts qui peuvent être consultés ci-dessous.

 

Le sénateur Johnson a ouvert la session en déclarant que ceux qui osent dire publiquement la vérité sur les injections de COVID-19 paient un prix élevé pour le faire.

 

Le sénateur Ron Johnson : Il n'y a pas besoin de mandats de vaccination contre la COVID-19. Si le vaccin fonctionnait et arrêtait la transmission, les vaccinés n'auraient pas peur des non vaccinés. Si le vaccin COVID-19 n'arrête pas la transmission, alors l'exiger n'a pas de sens.

Source et suite

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 10:00
https://gript.ie/highest-covid-numbers-in-hospital-since-march-despite-91-jabbed/

https://gript.ie/highest-covid-numbers-in-hospital-since-march-despite-91-jabbed/

L'Irlande compte désormais le plus grand nombre de patients hospitalisés atteints de Covid-19 depuis mars, malgré le fait que plus de 91% de la population de plus de 12 ans soit vaccinée – le taux de vaccination le plus élevé de l'UE.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 18:02

Le "vaccin" n'a aucune incidence sur la courbe de la létalité. La létalité est peu ou prou la même qu'au printemps, alors qu'il n'y avait que 8% de vaccinés :

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 17:51

Extrait : "10 days after my 2nd jab, I went to see a cardiologist and he told me it’s a commun side effect of Pfizer vaccin".

 

10 jours après ma deuxième dose, j'ai consulté un cardiologue et il m'a dit que c'était un effet secondaire courant du vaccin Pfizer."

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 13:56
Graphique des nouveaux cas au Vermont, Etat américain le plus vacciné des Etats-Unis : un petit mot complémentaire ou c’est suffisamment parlant ?

Le 14 juin dernier, Forbes annonçait fièrement : "Le Vermont devient le premier État à vacciner 80 % de la population éligible. Le gouverneur du Vermont, Phil Scott, a annoncé lundi que 80% des résidents âgés de 12 ans et plus ont désormais reçu au moins une dose du vaccin Covid-19 – le premier État à atteindre ce seuil – dépassant de loin l'objectif du président Joe Biden d'avoir 70% des États-Unis."

 

Mais les faits et la vérité finissent toujours par triompher de la propagande politico-médiatique. Dans cet article du 30 octobre 2021, le Boston Globe vire "complotiste" :

https://www.bostonglobe.com/2021/10/30/metro/vermont-most-vaccinated-state-nation-has-been-weathering-spike-covid-cases-why/

https://www.bostonglobe.com/2021/10/30/metro/vermont-most-vaccinated-state-nation-has-been-weathering-spike-covid-cases-why/

"Le Vermont, l'État le plus vacciné du pays, a subi un pic de cas de COVID. Mais pourquoi?  

 

"Tout au long de la pandémie, le Vermont a été un phare pour le pays, avec son taux de vaccination COVID-19 le plus élevé du pays et souvent l'un des taux d'infection les plus bas. Pendant plusieurs jours l'été dernier, l'État a signalé près de zéro nouveau cas de COVID.

 

"Mais depuis août, le Vermont est aux prises avec un pic alarmant, dépassant souvent 200 nouveaux cas par jour. Le tournant inattendu a déclenché un vif débat – du moins selon les normes polies du Vermont – sur la façon de réagir. La flambée s'est stabilisée ces derniers jours, mais le nombre de cas reste élevé, à égalité avec le Maine pour le plus grand nombre par habitant en Nouvelle-Angleterre."

De même, le site Boston.com le 31 octobre : 

 

Bien qu'il s'agisse de l'État le plus vacciné du pays, le Vermont connaît un pic de COVID.

 

"Il se pourrait que notre succès dans les vaccinations ait sapé notre investissement dans d'autres mesures..." 

 

https://www.boston.com/news/coronavirus/2021/10/31/vermont-covid-spike-despite-high-vaccinations/

https://www.boston.com/news/coronavirus/2021/10/31/vermont-covid-spike-despite-high-vaccinations/

Au vu de ce fait exemplaire de l'Etat américain le plus vacciné des Etats-Unis qui connaît actuellement un pic de nouveaux cas, ce qui anéantit totalement la narrative des gouvernements, doit-on continuer avec la politique mondiale du tout "vaccin" ? Stop ou encore ?

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 10:33

Suite au #Pfizergate, nos organes de propagande, minimisent le scandale, alors que les 3% des essais de cette fraude, sont les seules remontées des essais dont seul Pfizer a connaissance

Ils affirment que la réalité valide l'efficacité des vaccins. 

On aimerait avoir connaissance des autres essais...

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2021 4 04 /11 /novembre /2021 11:19

Add. Mise à jour 06 novembre 2021. 

 

Pourquoi cette hécatombe et ces malaises dans le monde du sport ?

 

Un internaute s’est donné la peine de rassembler tous les incidents de santé survenus dans les stades et chez les sportifs, qu’ils soient simples amateurs ou professionnels…..

 

Il affirme que depuis l’âge de 12 ans, cela fait donc près de 44 ans qu’il s’intéresse et gravite dans le monde du football et il certifie : qu’il n’y a jamais, mais jamais eu autant de malaises cardiaques que ce qu’il se passe depuis 7 semaines » corrélé à la campagne massive des injections… il dit également que des scientifiques ont alerté sur ces risques….

 

20-08-2021 : https://www.femmeactuelle.fr/sante/news-sante/vaccin-covid-19-des-medecins-deconseillent-le-sport-intensif-apres-linjection-2118359?fbclid=IwAR3c6DCAU6eavvpetQ2zltj-hgFsp9KtVgykrFAxD4Z9sSLSP4JwOlKKGow

 

Il souligne que si on lit les articles séparément, cette pluie de problèmes cardiaques sur des sujets jeunes et en forme ne saute pas immédiatement aux yeux, mais quand on les rassemble en en seul document, on ne peut que réaliser le nombre important de tous ces sportifs atteints de problèmes cardiaques. Voici donc la liste incomplète de rapports des 7 dernières semaines :

 

Source et suite : Aulnaycap

Mise à jour le 16 novembre 2021 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 14:45
Les essais cliniques falsifiés de Pfizer publiés dans le mainstream BMJ font l'effet d'une bombe

Un dénonciateur impliqué dans l'essai pivot de phase III du vaccin Covid-19 de Pfizer a divulgué à une prestigieuse revue médicale des preuves que les mauvaises pratiques de la société de recherche sous contrat pour laquelle elle travaillait soulevaient des problèmes d'intégrité des données et de réglementation.

Brook Jackson, une directrice régionale maintenant démise de ses fonctions du Ventavia Research Group, a révélé au BMJ que les essais de vaccins dans plusieurs endroits du Texas avaient rencontré des problèmes importants au cours de l'année écoulée – notamment des données falsifiées, des violations des règles de base et un signalement « lent » des effets indésirables.

Lorsqu'elle a informé ses supérieurs des problèmes qu'elle a découverts, elle a été licenciée.

Une directrice régionale qui travaillait pour Ventavia Research Group a déclaré au BMJ que la société falsifiait des données, qu'elle n'avait pas mis les patients à l'aveugle, qu'elle employait des vaccinateurs sous-formés et qu'elle avait tardé à donner suite aux effets indésirables signalés dans l'essai pivot de phase III de Pfizer. Le personnel chargé des contrôles de qualité a été submergé par le volume des problèmes constatés. Après avoir alerté à plusieurs reprises Ventavia sur ces problèmes, le directeur régional, Brook Jackson, a déposé une plainte auprès de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis. Ventavia l'a libérée le même jour. Jackson a fourni des dizaines de documents internes, de photos, d'enregistrements sonores et d'e-mails au BMJ.

 

Jackson, une vérificatrice d'essais cliniques formée avec plus de 15 ans d'expérience, dit qu'elle a mis en garde à plusieurs reprises ses superviseurs contre la mauvaise gestion du laboratoire, les problèmes de sécurité des patients et les problèmes d'intégrité des données. Après avoir été ignorée, elle a commencé à documenter les problèmes avec l'appareil photo de son téléphone portable.

Une photo mise à la disposition du BMJ montrait des aiguilles jetées dans un sac en plastique à risque biologique au lieu d'un conteneur d'objets tranchants. 

Jackson a enregistré une réunion avec deux directeurs de Ventavia en septembre 2020, au cours de laquelle un cadre supérieur a déclaré que la société ne pouvait pas quantifier le type et le nombre d'erreurs dans ses tests.

Selon le rapport, Ventavia n'a pas non plus respecté la saisie des données, comme le montre un e-mail du partenaire de Pfizer ICON en septembre 2020. 

 

D'autres documents mis à la disposition du BMJ indiquent que les responsables de Ventavia étaient préoccupés par trois employés. Dans un e-mail de début août 2020, un cadre supérieur a nommé trois employés du site avec lesquels il a dû « discuter de problèmes d'agenda électronique / falsification de données, etc.

 

D'autres employés confirment les plaintes de Jackson

Deux anciens employés de Ventavia ont parlé anonymement au BMJ et ont confirmé "une grande partie" du témoignage de Jackson.

Add. 04 / 11 2021.

Mise à jour le 05-11-2021

Sources :  The BMJ Twitter https://mobile.twitter.com/bmj_latest/status/1455531359536128014

https://www.francesoir.fr/societe-sante/pfizer-gate-ventavia

"Gefälschte Daten: Whistleblower berichtet, dass die Impfstoff-Studie von Pfizer erhebliche Mängel aufwies – uncut-news.ch" https://uncutnews.ch/gefaelschte-daten-whistleblower-berichtet-dass-die-impfstoff-studie-von-pfizer-erhebliche-maengel-aufwies/

"Covid-19: Researcher blows the whistle on data integrity issues in Pfizer’s vaccine trial | The BMJ" https://www.bmj.com/content/375/bmj.n2635

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2021 2 02 /11 /novembre /2021 17:42

L'année dernière, en décembre 2020, nous évoquions ce scandale des victimes du vaccin H1n1 toujours en attente d'indemnisation... 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2021 2 02 /11 /novembre /2021 09:35
Ce que je viens de dire au New York Times sur l'échec total et la catastrophe du vaccin Covid-19

Wayne Allyn Root | 31 octobre 2021

 

Plus tôt cette semaine, j'ai reçu cet e-mail du New York Times :

 

"Bonjour M. Root,

 

Je suis journaliste médiatique pour le New York Times. Mon collègue et moi travaillons sur une histoire de désinformation fausse ou trompeuse sur le vaccin dans l'audio... Vous avez dit sur Facebook que le vaccin "ne fonctionne pas" et est "un échec complet". Avez-vous un commentaire à ce sujet ?"

 

Je veux partager ma réponse au New York Times :

 

Bien sûr, j'ai un commentaire. Chaque mot que je dis est basé sur la science et des faits.

 

Le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) est la seule méthode scientifique actuelle qui mesure les décès et les blessures dus aux vaccins, y compris le vaccin COVID-19. Ce n'est pas mon système. Il n'est pas basé sur la politique. Cela n'a rien à voir avec des opinions conservatrices ou libérales.

 

Il s'agit d'un système de rapport médical basé sur la science fourni par le gouvernement et les Centers for Disease Control and Prevention.

 

C'est le seul moyen de suivre les décès, les blessures invalidantes et les effets indésirables des vaccins. Il est utilisé depuis de nombreuses décennies.

 

Personne dans la communauté médicale ou dans les médias n'a encore jamais ignoré ou dénigré le VAERS dans l'histoire - jusqu'à présent.

 

Voici les chiffres du VAERS : Plus de 17 000 Américains sont morts à cause de ce vaccin, principalement des suites d'accidents vasculaires cérébraux, de crises cardiaques et de caillots sanguins. Plus de 800 000 sont blessés, beaucoup d'entre eux à l'hôpital (plus de 83 000), beaucoup atteints de maladies mortelles (plus de 18 000) et de nombreux autres handicapés de façon permanente (plus de 26 000).

 

Ces informations sont toutes accessibles au public et sont fournies par le CDC. Cela ne peut être qualifié de "trompeur" par qui que ce soit dans les médias. La vraie définition de "trompeur" serait de dénigrer ou d'ignorer VAERS et de ne pas le signaler à vos lecteurs quotidiennement.

 

Le nombre de décès et de blessures graves signalés au VAERS est maintenant considérablement plus élevé qu'au cours des 30 dernières années combinées. Cela a été fait en seulement 10 mois.

 

C'est un fait. Les faits ne peuvent pas être "trompeurs".

 

Dans l'histoire récente de l'Amérique, la profession médicale a suspendu ou annulé un programme de vaccination à plusieurs reprises en raison d'un faible nombre de décès. La première règle de la médecine est : "Le médecin ne doit pas faire de mal". À tout signe de danger, un vaccin doit et doit être remis en cause et/ou suspendu.

 

Nous n'avons jamais imaginé qu'un vaccin puisse être lié à plus de 17 000 décès et à plus de 800 000 effets secondaires.

 

Pourtant, les chiffres officiels du VAERS ont été occultés par les médias grand public et sociaux, y compris votre New York Times. Chaque fois que quelque chose n'est pas discuté ou débattu et est dénigré comme « trompeur » parce qu'il diffère du compte rendu officiel du gouvernement, je l'appellerais la définition de « l'intolérance » au mieux et de la tyrannie au pire.

 

Encore plus de faits et de SCIENCE...

 

Il existe des études de nombreux pays, en particulier du Royaume-Uni et d'Israël, montrant que :

 

N°1: Le vaccin échoue lamentablement - une grande majorité des cas récents, des hospitalisations et des décès concernent des individus doublement vaccinés. FAIT.

 

N°2 : Le nombre de cas est légèrement plus élevé dans les pays à taux de vaccination plus élevés et légèrement inférieur dans les pays à taux de vaccination plus faibles.

 

Il s'agit d'études factuelles, crédibles et scientifiques de plusieurs pays.

 

Alors oui, je remets en question ce vaccin, et oui, je suis sérieusement préoccupé par les décès et blessures documentés directement attribuables à ce vaccin à court terme (comme indiqué par le système de déclaration VAERS) et je suis particulièrement préoccupé par les effets à long terme de ce vaccin.

 

Si le New York Times pense que ce que j'ai dit est "trompeur", alors évidemment vous ne comprenez pas la définition de "science". Je ne cite que des études gouvernementales, CDC et universitaires de plusieurs pays.

 

Plus important encore, la définition même de la "science" est de poser des questions et de débattre.

 

Ceux qui ne posent pas de questions, d'autant plus qu'il y a tant d'Américains atteints de COVID-19 qui ont été doublement vaccinés et tant de morts ou de blessés directement à cause du vaccin, comme le rapporte le VAERS, sont soit naïfs, crédules, aveugles, sourds ou très stupide.

 

Je suis fier que mon séjour à l'Université Columbia m'ait appris à penser de manière critique, à poser des questions, à ne jamais accepter comme fait ce que dit une agence gouvernementale ou une autorité, et à toujours être un débatteur intrépide.

 

D'ailleurs, j'exhorte le New York Times à tenir un débat sur le sujet. J'aimerais discuter de ce vaccin COVID-19 particulier et des faits rapportés par le VAERS et des études dans le monde avec n'importe quel "expert". Faisons cela.

 

GUERRE

 

PS. Après avoir soumis cette réponse, il a été signalé que 77,7% des décès dus au COVID-19 dans l'Illinois la semaine dernière concernaient des personnes vaccinées. Il a également été signalé qu'il y a une épidémie massive de COVID-19 en Irlande malgré une vaccination à 91% dans le pays. Et au Royaume-Uni, une étude complète d'un an a été publiée, montrant que les personnes vaccinées sont tout aussi susceptibles de propager le COVID-19 que celles qui ne le sont pas.

 

Le débat est clos. Le vaccin est un échec. Le mandat de vaccination doit maintenant être résilié.

 

Wayne Allyn Root est connu comme "le guerrier conservateur". Le nouveau livre à succès de Wayne, The Great Patriot Protest & Boycott Book, est sorti. Wayne anime l'émission nationale "Wayne Allyn Root: Raw & Unfiltered" sur le USA Radio Network tous les jours de 18h00 à 21h00 HNE et le podcast "WAR RAW".

 

 

Source : TownHall | UncutNews "Ce que je viens de dire au New York Times sur l'échec total et la catastrophe du vaccin COVID-19"

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2021 1 01 /11 /novembre /2021 10:38
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 14:07

Selon une étude, qui s'est déroulée de septembre 2020 à septembre 2021 et a inclus 440 ménages à Londres et Bolton effectuant des tests PCR Covid :

Source : https://www.bbc.com/news/health-59077036

Source : https://www.bbc.com/news/health-59077036

"Les personnes à double injection attrapent le Covid et le transmettent à ceux avec qui elles vivent, avertissent les experts qui ont étudié les cas des ménages britanniques.

 

Les personnes qui ont reçu deux doses de vaccin peuvent être tout aussi contagieuses que celles qui n'ont pas été injectées.

 

[...] Et au fil du temps, la protection offerte par les vaccins diminue et doit être renforcée avec de nouvelles doses."

 

A quoi sert le pass dit "sanitaire" ?

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2021 1 25 /10 /octobre /2021 13:25
Cellules fœtales avortées et vaccins - un scandale bien plus grand que le lanceur d'alerte de Pfizer ne pourrait jamais imaginer

Une révélation troublante, mais pas surprenante, a émergé sur la façon dont Pfizer a prélevé des organes et d'autres parties du corps sur des nourrissons vivants pour fabriquer des "vaccins" contre le coronavirus (Covid-19).

 

La dénonciatrice Melissa Strickler, qui travaille en tant qu'auditeur qualité chez Pfizer, a récemment publié des courriels internes de l'entreprise exposant les pratiques cruelles utilisées par Pfizer pour faire des injections qui sont administrées au corps dans l'intérêt de la "santé publique" administrée aux humains.

 

Dans l'un des e-mails, Vanessa Gelman, directrice principale de la recherche mondiale chez Pfizer, a demandé aux autres membres de l'entreprise d'empêcher que ce que vous êtes sur le point de lire ne soit jamais rendu public.

 

"Du point de vue de l'entreprise", a écrit Gelman, "nous voulons éviter d'exposer les informations sur les cellules fœtales au public."

 

"Le risque de partager cela l'emporte désormais sur tout avantage potentiel que nous pourrions voir, en particulier pour le grand public qui pourrait utiliser ces informations d'une manière que nous ne voulons pas."

 

Alors que l'on savait depuis un certain temps que tous les vaccins Covid actuellement disponibles étaient fabriqués à partir de l'opération Warp Speed ​​​​en utilisant des cellules fœtales avortées, on ne savait pas nécessairement que les bébés dont des parties du corps avaient été prélevées étaient encore en vie lorsque les procédures ont été effectuées.

"Pour obtenir un rein embryonnaire viable... des enfants suffisamment sains, assez vieux pour avoir des reins suffisamment développés, doivent être retirés vivants de l'utérus, généralement par césarienne, puis leurs reins doivent être excisés", indique-t-il dans un document de Pfizer.

 

Cela doit être fait sans anesthésie pour l'enfant car cela affecterait la viabilité des organes.

 

La vaccination contre le Covid, c'est comme sacrifier un enfant

 

L'une des lignées cellulaires connues sous le nom de HEK 293 qui a été utilisée pour l'injection de Covid par Pfizer a nécessité le meurtre « atrocement » d'une petite fille innocente. Leurs organes ont ensuite été utilisés pour des "recherches" sur le vaccin obtenu.

 

"Le prélèvement de ses organes a été la cause immédiate de sa mort, avant laquelle elle était un enfant vivant hors de l'utérus", poursuivent les documents.

 

Cela signifie que toute personne qui reçoit un vaccin Pfizer Covid participera à un rituel de sacrifice d'enfant. Les destinataires de ces injections sont littéralement injectés directement dans leur corps avec des produits chimiques mystérieux obtenus à partir de bébés assassinés, soi-disant pour les protéger du virus Covid.

 

"Les vaccins ont été fabriqués par la destruction la plus brutale de la vie, et l'utilisation de ces vaccins nuit à beaucoup de ceux qui les ont reçus, même si les dommages peuvent ne pas être reconnus comme tels", rapporte America's Frontline Doctors (AFLDS) .

 

C'est malsain, et il est important de rappeler à nos lecteurs que tout cela a été sanctionné et même partiellement financé sous la présidence de Donald Trump, qui se vante encore aujourd'hui d'avoir mis ces seringues sur le marché en seulement quelques mois contrairement aux nombreuses années qu'il faut normalement pour développer un nouveau "vaccin".

 

Trump et le somnolent Joe Biden se disputent pour savoir à qui revient le mérite de ces monstruosités. Entre-temps, ni l'un ni l'autre n'a même mentionné les vies de nouveau-nés innocents brutalement mises à mort pour que les vaccinations deviennent une réalité.

 

"Nous pouvons être à peu près certains que les cellules de fœtus avortés seront utilisées dans le développement de nombreux vaccins pour enfants et du vaccin COVID-19, et qu'elles seront également utilisées dans la production du prochain vaccin contre le virus de Marburg qui sera utilisé pour la prochaine pandémie de ce virus", prévient l'AFLDS à propos de ce qu'elle considère comme la prochaine pandémie qui nous attend.

 

SOURCE : CELLULES FŒTALES AVORTÉES ET VACCINS - UN SCANDALE BIEN PLUS GRAND QUE LE LANCEUR D'ALERTE DE PFIZER N'AURAIT JAMAIS IMAGINÉ

Source : Uncut News

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2021 6 16 /10 /octobre /2021 20:28
Dr. Peter McCullough: les vaccins COVID-19 causent beaucoup plus de décès en seulement 10 mois que tout autre vaccin combiné au cours des 30 dernières années

Les données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) montrent que les vaccins contre le coronavirus (COVID-19) ont été liés au décès de 16 310 personnes depuis décembre de l'année dernière. Avant cela, seulement 6 214 personnes sont décédées des vaccins approuvés par la Food and Drug Administration.

 

De plus, il y a eu plus d'invalidités permanentes, de réactions mettant la vie en danger et d'hospitalisations dues aux vaccins COVID-19 qu'à tout autre vaccin obligatoire au cours des 30 dernières années. La base de données a également enregistré 2 102 décès fœtaux après la vaccination COVID-19 chez les femmes enceintes.

 

Pourtant, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) continuent de dire au peuple américain et aux femmes enceintes que la vaccination COVID-19 est sûre.

 

Nombre record de personnes ayant des effets indésirables

 

Le CDC admet que le vaccin COVID-19 comporte un risque de thrombose et de maladie cardiaque, en particulier chez les hommes plus jeunes. Cependant, elle qualifie ces effets secondaires connus de "rares" et continue d'exhorter les gens à se faire vacciner malgré les risques.

 

La base de données VAERS est ouverte au public pour la vérification de leurs réclamations. Au 1er octobre, la base de données du VAERS avait enregistré 12 553 cas de thrombose ayant entraîné 589 décès, 869 incapacités permanentes et 2 543 événements mettant la vie en danger chez les personnes vaccinées contre le COVID-19 au cours des dix premiers mois suivant le lancement. En utilisant les mêmes données pour tous les vaccins au cours des 30 dernières années, il y a eu 487 cas de thrombose entraînant 18 décès, 65 incapacités permanentes et 110 événements mettant la vie en danger.

 

Depuis l'introduction des vaccins COVID-19, il y a eu 26 fois plus de cas de caillots sanguins et 33 fois plus de décès par caillots sanguins que de cas et de décès par caillots sanguins après tout autre type de vaccination au cours des 30 dernières années.

 

76% des décès enregistrés après la vaccination COVID-19 concernaient des personnes âgées de plus de 65 ans, ce qui correspond à 12 396 décès. Avant la vaccination COVID-19, seulement 1 068 personnes de plus de 65 ans étaient décédées de l'un des vaccins précédents au cours des 30 dernières années.

 

Les personnes âgées sont parmi les plus durement touchées par la pandémie de coronavirus. Près de 80% de tous les décès dus au COVID-19 (au 29 septembre) concernaient des personnes de plus de 65 ans. Dans le même temps, ces personnes âgées sont parmi les premières à recevoir le vaccin et ont les taux de vaccination les plus élevés de tous les groupes d'âge à 83,3 pour cent.

 

Malgré ces chiffres, le CDC et la FDA ont continué à approuver les vaccinations de rappel pour ce groupe d'âge.

 

Les cas de COVID-19 et les séjours à l'hôpital augmentent parmi les personnes vaccinées

 

Les infections au COVID-19 et les hospitalisations sont en augmentation en Pennsylvanie. Officiellement, la majorité des habitants de la région seraient vaccinés, mais il est probable que la protection ait déjà diminué.

 

Les données du ministère de la Santé sur les infections révolutionnaires montrent que les personnes vaccinées représentaient environ un quart des infections et près de 5 000 admissions à l'hôpital à travers l'État entre le 5 septembre et le 4 octobre. Plus les gens sont vaccinés, plus les personnes vaccinées sont infectées par le virus et finissent à l'hôpital.

 

La situation en Pennsylvanie reflète l'impact national du virus. En juin et juillet, 14% des admissions à l'hôpital et 16% des décès aux États-Unis étaient dus à des cas de COVID-19 - environ deux fois plus qu'au début de l'année.

 

SOURCE : DR. PETER MCCULLOUGH | UNCUTNEWS

Partager cet article
Repost0