Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2022 4 15 /09 /septembre /2022 19:40
Cardinal Müller : "l'établissement d'un nouvel ordre mondial, est issu d'une pensée diabolique et destructrice"

Source : KATH.NET

 

(Traduction)

 

Le "Nouvel Ordre Mondial" - une théorie du complot ou une vision politique ?

 

Cardinal Gerhard Müller : "Le déclin de l'Église en Allemagne et en Europe n'est pas causé par la sécularisation, la lutte des Églises... mais le manque de foi, l'amour froid des catholiques..." Interview kath.net par Lothar C. Rilinger

 

 

Vatican (kath.net) Le terme "Nouvel Ordre Mondial" est interprété comme une métaphore d'une théorie du complot. Ce faisant, il ne fait que décrire une ébauche de société qui – comme toute autre – doit faire face au discours intellectuel. La chute du communisme en 1989/90 marque la fin d'un processus historique que le sociologue américain Francis Fukuyama a appelé la fin de l'histoire. Selon lui, le communisme a fait son temps comme l'antithèse de la démocratie, de sorte qu'une nouvelle base sociale doit être pensée. Cela a ouvert une nouvelle compétition : il s'agit de l'avenir du développement social au-delà du marxisme. La lutte des classes de type marxiste aurait dû faire son temps - ce que les marxistes ne veulent pas accepter - mais dans la lutte pour la suprématie dans le discours sur la société et l'État, le modèle démocratique n'est plus considéré non plus comme un idéal. Le principe d'un homme, une voix est associé à l'ère des Lumières. Il faut donc le dépasser pour pouvoir attribuer l'attribut "progrès" au développement social. Celle-ci repose sur un principe selon lequel l'homme – détaché de Dieu, qui n'est plus supposé exister – est autorisé à faire tout ce qu'il peut. L'autolimitation fait obstacle au progrès. afin de pouvoir attribuer l'attribut "progrès" au développement social. Celle-ci repose sur un principe selon lequel l'homme – détaché de Dieu, qui n'est plus supposé exister – est autorisé à faire tout ce qu'il peut. 

 

Puisque Dieu est rejeté comme la dernière instance de l'action humaine dans la croyance au progrès, une société devrait être construite dans le Nouvel Ordre Mondial qui ne connaît pas de frontières et dans laquelle tout devrait être permis pour que les gens puissent se développer et penser ; rien ne doit s'opposer au progrès ou l'entraver dans son développement. La métaphysique est bannie du discours social comme pré-moderne, et avec elle la croyance au salut humain dans l'éternité. Seul ce qui peut être falsifié ou vérifié doit être valable, afin que le salut de l'homme ait lieu sur la terre, dans la vie terrestre. Ce que Karl Marx appelait le paradis sur terre doit être atteint d'une manière différente grâce au progrès qui façonne le Nouvel Ordre Mondial. Puisque cet ordre mondial nie le recours à Dieu et, comme Feuerbach, le déclare inexistant, il n'est pas surprenant que l'ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Ludwig Müller, se sente appelé à l'action et condamne la Nouvelle Ordre mondial. Nous lui en avons parlé.

 

Rilinger : Depuis quelques décennies maintenant, l'exigence que l'ordre mondial existant soit remplacé par un autre qui ne recoure plus à Dieu, mais seulement au progrès inconditionnel, hante à nouveau le discours politique. La demande de cet ordre mondial, surnommé le "nouvel ordre mondial", est soulevée presque parallèlement au discours politique et public. Que faut-il entendre par Nouvel Ordre Mondial ?

 

Cardinal Gerhard Ludwig Müller : Selon le credo juif et chrétien, c'est Dieu lui-même qui, dans sa bonté souveraine, a créé le monde à partir de rien et l'a ordonné dans sa parole éternelle (logos, raison) et son esprit (pouvoir, sagesse). La raison humaine est finie et en principe - en raison du péché originel - sensible aux pulsions égoïstes telles que le désir désordonné de pouvoir, d'argent, de plaisir personnel/luxure. L'homme est donc intellectuellement et moralement faillible.

 

Ce n'est que lorsque la Parole de Dieu nous parle et que nous nous laissons éclairer, guider et fortifier par Son Saint-Esprit que nous pouvons reconnaître la vérité et choisir librement le bien comme but de nos actions. L'expérience historique nous enseigne que toute tentative de mettre de l'ordre dans le monde par la raison humaine et par le pouvoir humain se terminait invariablement par un désastre. Nous n'avons pas besoin de remonter très loin pour cela. Le colonialisme et l'impérialisme du XIXe siècle, les régimes totalitaires du national-socialisme, la pensée des grandes puissances japonaises et le communisme léniniste-stalinien ainsi que toutes les dictatures des petits États d'Amérique du Sud, d'Asie et d'Afrique prouvent que l'emprise du pouvoir mondial, c'est-à-dire l'établissement d'un nouvel ordre mondial, est issue d'une pensée diabolique et destructrice et non d'une pensée théo-logique.

 

Le programme d'un nouvel ordre mondial présupposant une économisation totale de l'homme, dans lequel les élites financières et politiques autoproclamées restent le sujet pensant et contrôlant, a pour conséquence le prix de la dépersonnalisation des masses. L'être humain n'est que le produit biologique brut qui est transformé en ordinateur dans un réseau total d'informations. Il n'y a alors plus de personne, plus d'immortalité de l'âme, plus d'être vivant avec un cœur et une raison, un esprit et un libre arbitre. Il reste une construction sans patrie et sans espoir.

 

Cela inclut la réduction de 99 % de la population mondiale à une biomasse fragmentée, à du matériel humain ou à un groupe de consommateurs, à des robots. Les humains n'ont autant de "valeur" ("valeur" signifie ici économiquement, pas moralement) qu'autant qu'ils contribuent au maintien de ce système de domination et d'exploitation et qu'ils fonctionnent en son sein. Le pouvoir totalitaire se réalise dans une bureaucratie absolue lorsque l'homme en tant qu'homme est aboli. "L'action s'avérerait superflue dans la coexistence humaine si tous les êtres humains devenaient un seul être humain, tous les individus devenaient des spécimens de l'espèce, toutes les actions devenaient des concepts d'accélération dans l'appareil de mouvement légal de l'histoire ou de la nature, et tous les actes devenaient des exécutions du peines de mort que... l'histoire et la nature ont imposées de toute façon", c'est ce qu'écrivait Hannah Arendt en 1951 (Hannah Arendt, elements and origins of total ruleship, Munich 2021) 959), tandis que le fondateur et opérateur du Forum économique mondial de Davos signalait récemment au monde ses utopies transhumanistes : "Les dispositifs externes d'aujourd'hui [ …] sera presque certainement implantable dans nos corps et nos cerveaux. […] Ces technologies peuvent envahir l'espace auparavant privé de nos esprits, lire dans nos pensées et influencer notre comportement." (Klaus Schwab/Nicholas Davis, Shaping the Future of the Forth Industrial Revolution, New York 2018 39 ; 28 ; idem. , La quatrième révolution industrielle, Munich 2016).

 

Le totalitarisme est toujours haine de la vie, préférant le mécaniquement réductible au vivant et au sacré. Le groupe de contrôle décide qui est autorisé à vivre ou qui doit mourir. Dans la guerre d'agression contre l'Ukraine, Poutine demande à ses troupes d'emporter avec elles des crématoires mobiles, afin de ne pas mettre en danger son pouvoir intérieur à travers les images de cercueils rentrant chez eux.

 

Le totalitarisme, c'est toujours la haine de la vie, la préférence donnée à ce qui est mécaniquement réductible plutôt qu'à ce qui est vivant et sacré. C'est le groupe de contrôle qui décide qui peut vivre ou qui doit mourir. Dans la guerre d'agression contre l'Ukraine, Poutine demande à ses troupes d'emporter avec elles des crématoires mobiles, afin de ne pas mettre en danger son pouvoir intérieur à travers les images de cercueils rentrant chez eux.

 

Biden annonce des bus d'avortement mobiles, y compris l'incinération de cadavres d'enfants, aux États-Unis pour saper la décision de la Cour suprême. Il s'agit de la démonstration d'un pouvoir moralement libéré et du droit de tuer des enfants jusqu'à peu de temps avant leur naissance. C'est d'autant plus grave pour avoir témoigné de la vérité naturelle et révélée de Dieu que Poutine et Biden se font passer pour des chrétiens. Mais avant que le jugement de Dieu ne s'applique : "Les malfaiteurs n'hériteront pas le royaume de Dieu" (cf. 1Co 6, 10).

 

En Russie, quiconque qualifie l'attaque brutale contre l'Ukraine de guerre au lieu d'une "opération militaire spéciale" sera puni. En Occident, on traîne devant les tribunaux celui qui appelle l'infanticide dans le ventre de la mère un meurtre ou qui manifeste contre lui devant les cliniques d'homicide. En Chine, le trafic d'organes est pratiqué avec un mépris cruel pour l'autodétermination des personnes sur lesquelles les organes sont prélevés. Avec le sort des femmes dans les pays pauvres, les agences "occidentales" dans les pays riches font le sale boulot de la maternité de substitution. Ce ne sont pas des cauchemars qui se dissolvent dans la réalité au réveil, mais une réalité qui est devenue un cauchemar.

 

Rilinger : Le bannissement de Dieu de la vie des citoyens est une exigence des Lumières qui a connu sa plus haute expression dans le nihilisme, que Nietzsche ne se lassait pas de prêcher. L'histoire a-t-elle apporté la preuve qu'un État ou une société peut réussir sans Dieu ?

 

Cardinal Müller: Nul autre que l'importante philosophe et analyste éveillée du totalitarisme moderne, Hannah Arendt, a résumé le "credo nihiliste du 19ème siècle" avec la phrase de Dostoïevski : "Tout est permis", à savoir quand l'homme ne croit pas en Dieu comme son Créateur et Juge. (Hannah Arendt, Que signifie la responsabilité personnelle dans une dictature ? Munich 2020. 43 ; conférence tenue pour la première fois en 1964/65). Depuis le premier éclaireur Pierre Bayle (1647-1706), il y a eu pas mal de tentatives pour développer une éthique athée ou évolutionniste-matérialiste à développer, dans le but de détacher l'éthique individuelle et sociale de son fondement transcendantal. Mais ces initiatives grandiosement propagées ont dû échouer, car la morale n'existe que lorsque l'homme ne fait pas face au monde conditionné,

 

Le bien ou le mal absolu à éviter ne peut pas être simplement une partie de ce monde ou une fonction dans celui-ci.

 

Seule la relation personnelle du moi avec son juge divin, à qui il dit "tu" (Abba, Notre Père) et qui le rencontre face à face, permet à la morale de ne pas être une référence à des valeurs objectives, mais une relation personnelle avec l'auteur et l'incarnation du vrai et du bien.

 

En tant que chrétiens, nous disons aussi que les exigences de l'impératif moral ne nous sont pas apparues pour la première fois dans le Décalogue révélé. Car Dieu l'a déjà inscrit dans l'esprit et le cœur de chaque être humain. La conséquence en est que même le "gentil", c'est-à-dire l'être humain avant la rencontre avec Dieu dans l'histoire du salut, saisit dans sa conscience la validité inconditionnelle des commandements en tant que loi divine : Tu ne voleras pas, tu ne commettras pas d'adultère, tu n'adoreras pas la créature à la place du Créateur. (cf. Rm 2, 14-24).

 

Rilinger : Si, dans le Nouvel Ordre Mondial, le pouvoir découle de l'économie et que le monde est pensé comme un marché unique, la question se pose de savoir comment le pouvoir – comme le demandait Romano Guardini – peut être apprivoisé. Le pouvoir mondial qui vient de la richesse peut-il être contenu, et si oui, par qui ?

 

Cardinal Müller : Le pouvoir et la richesse sont interdépendants. Mais il dépend des gens s'ils apprivoisent le pouvoir sur les forces de la nature, le chaos des instincts et des intérêts, et s'ils mettent les biens qu'ils ont légitimement acquis par le travail, la diligence et l'intelligence au service du grand public. Jésus a souligné les tentations des potentats d'abuser de leur pouvoir sur le peuple et les difficultés pour les riches d'entrer dans le royaume de Dieu s'ils fixent leur cœur sur les richesses et ferment les yeux sur les pauvres.

 

Le mondialisme résulte des possibilités de la communication moderne, des moyens de transport qui réduisent les distances, de la technologie qui rend possible une immense augmentation de la production de biens de consommation et donc une augmentation du niveau de vie de milliards de personnes. Mais à tout moment, la concentration du pouvoir politique, des finances et des communications dans l'esprit et les mains de quelques-uns - que ce soit en tant que parti, groupe financier ou magnat des médias - a été un malheur pour le reste de l'humanité. Les centres mondiaux du pouvoir et de la finance qui se font passer pour des gouvernements mondiaux mondialisent également leurs inconvénients. Ils ne fonctionnent que dialectiquement avec leur contraire. Les surhumains ont besoin de leurs sous-humains, les super-riches de leur clientèle dépendante, qui sont soutenues par eux à un bas niveau. Les dirigeants absolus ont besoin de leurs sujets consentants et craignent les citoyens libres et sûrs d'eux comme le diable craint l'eau bénite. Pierre et le Pape comme son successeur ont constamment contré le Haut Conseil du pouvoir terrestre absolu : "Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes" (Ac 5, 29).

 

L'"Occident" sécularisé et officiellement antichrétien n'admet le christianisme que comme religion civile. Les célébrités qui ont décidément renoncé à l'église, cependant, aiment utiliser une église historiquement précieuse comme toile de fond pour leur mariage, bien qu'elles ne veuillent pas voir le mariage comme une institution divine et comme une promesse de sa grâce.

 

En Chine, l'État parti athée persécute les chrétiens et utilise leurs réunions comme une occasion d'endoctrinement contre la croyance en Christ, le véritable Sauveur du monde. Qui s'en remet encore aux ruses diplomatiques et aux compromis politiques avec le diable, le "souverain de ce monde" (Jn 12, 31 2 Co 4,4) pour pouvoir tirer quelque chose de bon du christianisme ?

 

La différence essentielle est que le Christ a donné sa vie pour que nous puissions vivre, tandis que les dirigeants de ce monde consomment la vie de leurs sujets pour vivre quelques instants de plus et plus somptueusement, pour finir en enfer qu'ils ont préparé pour les autres sur terre, là "où leur ver (de conscience) ne meurt pas, et le feu (de l'amour non allumé) ne s'éteint pas." (Marc 9:48) Par cette métaphore, Jésus-Christ signifie que la conscience, comme un ver, en eux. ronge. Les fauteurs de guerre en Ukraine, qui tuent des dizaines de milliers de personnes, n'ont aucune conscience, ce qui ne peut servir d'excuse devant le tribunal de Dieu.

 

Rilinger : Auguste Comte a parié sur le progrès sans Dieu. Ce faisant, il a déclaré obsolète l'autorité ultime à laquelle les gens doivent répondre. Alors, y a-t-il une possibilité que la limite fixée par Dieu mais supprimée par l'homme puisse être remplacée par une autre inventée par l'homme ?

 

Cardinal Müller : Où pourrait se situer cette limite ? Si la frontière entre l'intérieur et l'eau de mer qui entoure la coque d'un navire est supprimée en perforant le flanc du navire, même le meilleur capitaine et l'équipage bien rodé ne peuvent plus sauver le navire du naufrage et lui-même de la ruine. Tous les espoirs d'une humanité heureuse à travers les révolutions politiques et techniques ne se sont pas réalisés. Les utopistes sont comme Sisyphe, la figure symbolique tragique qui échoue toujours peu de temps avant le succès de la rédemption. Les rêves du meilleur des mondes sont aussi infructueux que l'homme chauve qui essaie de se sortir du marais par ses cheveux perdus au lieu de saisir la main tendue de son sauveur.

 

Rilinger : Le Nouvel Ordre Mondial, basé sur le pouvoir du marché, est-il démocratiquement légitimé ?

 

Cardinal Müller :Le problème est que les super-milliardaires, par leurs fondations "caritatives" et leur influence dans les organisations internationales, rendent dépendants d'eux les gouvernements nationaux, qui – dans au moins un tiers des États – sont démocratiquement élus. Ils sont reçus comme de grands hommes d'État ou des célébrités et des VIP et flattés par les autorités locales dans le vain espoir d'obtenir un peu de leur éclat et de leur glamour. Un entrepreneur qui réussit économiquement, même s'il s'est enrichi tout à fait légalement et moralement sans objection, n'est en aucun cas un philosophe et certainement pas le messie. Et si oui ! Les rois philosophes de Platon n'étaient pas non plus les sauveurs du monde. Seul le Fils de Dieu, qui a assumé notre humanité, a pu transformer le monde pour de bon une fois pour toutes parce qu'il a péché, il a vaincu la mort et le diable et nous a apporté la connaissance et le salut de Dieu. Mais chacun, s'il a réussi dans son travail et ses affaires, peut contribuer à une amélioration relative de notre existence dans le monde.

 

Nous, chrétiens, avons la responsabilité d'aider à construire un monde philanthropique avec notre compétence professionnelle et notre expérience dans les branches les plus diverses de l'artisanat et des métiers créateurs de culture, sans, bien sûr, nous permettre d'être mis en avant ou célébrés comme leurs sauveurs et rédempteurs.

 

Il doit rester vrai que dans une démocratie, chaque citoyen adulte dispose d'une voix, avec laquelle il élit librement les membres du parlement et ceux du gouvernement. Le vote libre est quelque chose de complètement différent de poser des questions sur les humeurs qui changent quotidiennement. L'un vient de la responsabilité du citoyen pour le bien commun, l'humeur ne reflète qu'un sentiment momentané.

 

Rilinger : Depuis quelques années maintenant, le soupçon a surgi que non seulement la liberté de discours académique, mais aussi la liberté d'expression dans son ensemble, est restreinte en étant immédiatement accusée de promouvoir une théorie du complot si l'on argumente en dehors du courant dominant. Peut-on accepter que la liberté d'expression soit ainsi restreinte ?

 

Cardinal Müller : Staline et Hitler craignaient constamment les conspirations, soit par calcul pour intimider et éliminer l'opposition, soit par paranoïa qui alimentait leur tyrannie. Au 18e siècle, les jésuites à la cour des Bourbons, au 19e siècle dans les cercles anticléricaux libéraux du Vatican et au 20e siècle les Juifs - selon les faux "Protocoles des Sages de Sion" - étaient considérés comme porteurs d'un complot mondial. Ou l'église et les capitalistes étaient considérés comme les ennemis du progrès vers le paradis des travailleurs, qui ne pouvait être arrêté que par la révolution communiste mondiale. Quand j'étais jeune, on parlait de théories du complot chez des contemporains excentriques qui voyaient des ovnis partout ou qui faisaient des explications invérifiables du monde basées sur les événements de l'époque.

 

Aujourd'hui, le mot "théoricien du complot" est un terme de combat idéologique utilisé par des antifascistes démunis mentalement, qui mènent leur "combat contre la droite" avec des méthodes nazies, c'est-à-dire en intimidant les médias, en menaçant de recourir à la violence, comme par ex. contre les juges de la Cour suprême qui ont nié le droit humain à l'avortement, ou contre une enseignante de l'université Humboldt - autrefois l'incarnation du standard scientifique allemand - qui voulait expliquer le fait biologiquement évident de la bisexualité de la nature humaine, sans laquelle il n'y aurait pas d'être humain individuel, ni même ceux qui s'insurgent contre cela.

 

Rilinger : Critiquer le Nouvel Ordre Mondial est généralement décrit comme une conspiration pour étouffer la discussion dans l'œuf. Pouvez-vous expliquer les raisons de cette interdiction de discussion ?

 

Cardinal Müller : L'idéologue ne connaît que l'ami qui se soumet à lui comme un crétin avec hourra ou l'ennemi qu'il faut détruire - idéalement physiquement si le système le permet, ou un peu plus civilisé par la mort sociale comme Shitstorm, ostracisme public, renvoi ou disparition dans la spirale du silence.

 

Quand quelqu'un qui est physiquement et psycho-terroristement persécuté se suicide en désespoir de cause, ses bourreaux se voient perversement justifiés d'éliminer la vermine, comme c'était exactement la façon de parler dans l'Allemagne nazie et la Russie soviétique. L'impiété et la misanthropie vont de pair.

 

Rilinger : Une autre forme d'interdiction de discussion est la déclaration selon laquelle sa propre opinion est considérée comme n'ayant pas d'alternative. La définition de l'absence d'alternatives n'est-elle pas l'exigence que sa propre opinion soit considérée comme absolue ?

 

Cardinal Müller : Dans les choses finies, il y a toujours plusieurs aspects et perspectives à considérer. Seule la distinction du vrai et du faux et du bien et du mal est sans alternative, car elle ressort de l'évidence de ses principes. Certes, il y a aussi des vérités qui n'ont pas d'alternative en matière pratique, comme par exemple qu'une maison s'effondrera si elle n'est pas placée sur des fondations solides. Mais ce sont des principes généraux physiques, mathématiques ou philosophiques. Une maison peut être construite même dans une zone sablonneuse si l'on est par ailleurs capable de poser de bonnes fondations. Par conséquent, l'opinion selon laquelle on ne pouvait pas construire de villes dans les sables de Brandebourg n'était en aucun cas sans alternatives. Il ne faut donc pas utiliser ce mot pour supprimer les discussions et controverses justifiées et s'épargner commodément les meilleurs arguments.

 

Rilinger : Le discours philosophique/politique sur le Nouvel Ordre Mondial est-il un discours nécessaire pour montrer où le pouvoir économique débridé des individus peut conduire les sociétés et les États ?

 

Cardinal Müller : La domination moralement sauvage des idéologues, des politiciens et des économistes sur les peuples d'un seul monde doit nécessairement conduire à l'asservissement, à l'oppression et à l'extermination d'opposants indésirables ou de personnes inutiles pour le système.

 

La culture de la mort souffle sur le monde entier avec le délire idéologique du droit à l'avortement, du droit à l'automutilation (dans le changement irréversible de sexe), de l'euthanasie, de la prétendue mort par pitié pour les personnes las de la vie, les malades incurables et les personnes âgées qui végètent soi-disant inutilement et dont le meurtre serait un acte de compassion.

 

Rilinger : L'élément chrétien doit être de plus en plus banni du discours politique. Cela ne détruit-il pas également les fondations sur lesquelles le monde occidental est construit ?

 

Cardinal Müller : Sans le christianisme - avec ses racines dans l'histoire de la révélation de Dieu en Israël, dans laquelle le meilleur héritage de la culture grecque et romaine est également intégré, lié à l'héritage de toute l'humanité - l'Europe et l'Amérique ne seraient que des territoires vides, sur lesquels seuls les marchés règnent et qui sont habités par des habitants sans nom dont on admet qu'ils existent en tant que robots.

 

Rilinger : Dans le discours, vous avez dit que des gens très riches comme Bill Gates ou l'investisseur George Soros veulent mettre en place le Nouvel Ordre Mondial. Qu'est-ce que ces deux personnes ont l'intention de faire et quelles options ont-elles pour mettre en œuvre leurs idées ?

 

Cardinal Müller : Selon leurs propres déclarations, ces deux-là représentent le Nouvel Ordre Mondial, qu'ils veulent établir à leur image et à leur ressemblance. Personne d'autre que Dieu ne peut juger de leurs motivations personnelles. Mais leur programme et leurs actions sont accessibles à tous, si bien qu'on peut aussi les juger sur leurs effets positifs ou négatifs. Le contenu intellectuel de leurs contributions est plutôt modeste par rapport à l'histoire intellectuelle et culturelle de l'humanité et est facilement accessible à tout étudiant normal des premiers semestres - dans n'importe quelle matière.

 

En réaction à ma remarque critique, certains porte-parole en Allemagne se sont bruyamment et spirituellement abaissés à trouver des schémas antisémites dans la relativisation des propos de M. Soros, simplement parce qu'il est né juif. Au regard de l'"antisémitisme" politique et raciste des XIXe et XXe siècles, teinté d'antichristianisme et défendu par Heinrich Treitschke, Bernhard Förster, le mari de la sœur de Nietzsche, Richard Wagner, Houston Chamberlain, Alfred Rosenberg et Adolf Hitler, la seule chose que l'on puisse dire en tant que chrétien, c'est que Jésus est également né juif, en qui nous, chrétiens de quelque nation que ce soit, mettons tout notre espoir dans la vie et la mort. En Allemagne, le paysage intellectuel n'est pas seulement contaminé idéologiquement, mais il soupire également sous l'incompétence intellectuelle et morale de ses hurleurs totalitaires les plus bruyants.

 

Rilinger : La construction du Nouvel Ordre Mondial est-elle considérée comme absolue et sacro-sainte, de sorte que toute critique est interdite ?

 

Cardinal Müller : C'est un signe indéniable de régime totalitaire lorsque la critique est criminalisée. Cela ne peut guère être mieux que ce qu'Hannah Arendt a décrit en relation avec le Troisième Reich et de manière similaire avec le stalinisme, comme elle l'a fait en 1951 dans le livre "Elements and Origins of Total Rulership". antisémitisme, impérialisme, domination totale'' (Munich 2021).

 

Rilinger : Même si un nouvel ordre mondial doit être créé sans Dieu - Francis Fukuyama, dans son livre "Der große Aufbruch. Comment notre société invente un nouvel ordre", a indiqué qu'un renouveau religieux allait avoir lieu. Toutefois, non parce que les personnes sont convaincues de la vérité de la révélation, mais parce qu'elles "ressentent un besoin de rituels ancestraux et de traditions culturelles face au manque de communauté et à la dissolution des liens sociaux dans le monde séculier". Partagez-vous cette vision du retour de la religion et imaginez-vous un recours plus large et plus fort au christianisme ?

 

Cardinal Müller : La religion ne revient pas comme un phénomène naturel qui en appelle un autre. La religion, en tant que disposition et attitude spirituelle et morale visant à ramener l'ensemble du monde à la puissance supérieure du divin et à ressentir un respect pour le caractère sacré de la vie, n'est pas détachable de la nature humaine. Il en va autrement de la foi surnaturelle qui nous est insufflée par le Saint-Esprit et qui nous rend capables d'approuver pleinement Dieu dans la parole qu'il nous adresse, avec notre intelligence et notre volonté. Dans la parabole du juge inique qui prive une pauvre veuve de son droit, Jésus dit à ses disciples : "Dieu ne ferait-il pas droit à ses élus qui crient vers lui jour et nuit, mais hésiterait-il à leur égard ? Je vous le dis : il leur rendra justice sans délai. Mais le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?" (Lc 18, 6 ss).

 

Le déclin de l'Église en Allemagne et en Europe n'est pas causé par la sécularisation, la lutte ecclésiale des régimes totalitaires et le Kulturkampf de Bismarck à la Société Giordano-Bruno, mais par le manque de foi, la faiblesse de l'espérance et l'amour grandissant des catholiques baptisés et confirmés qui préfèrent se laisser influencer par les sirènes du monde plutôt que d'écouter et de suivre la voix de leur Bon Pasteur.

 

Rilinger : Éminence, merci beaucoup.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2022 7 11 /09 /septembre /2022 07:40
Source; https://www.lifesitenews.com/opinion/king-charles-co-hosted-original-great-reset-meeting-with-klaus-schwab-we-have-no-alternative

Source; https://www.lifesitenews.com/opinion/king-charles-co-hosted-original-great-reset-meeting-with-klaus-schwab-we-have-no-alternative

Le roi Charles III, anciennement prince Charles, a donné le plus fort soutien possible aux politiques radicales de la Grande Réinitialisation, en prononçant un discours pour marquer le lancement du projet.

 

( LifeSiteNews ) – Le fils de la reine Elizabeth II, Charles, qui est monté sur le trône britannique à la suite de sa mort jeudi, a co-organisé la réunion initiale pour le Great Reset, une initiative totalitaire du Forum économique mondial, avec le président du WEF, Klaus Schwab.

 

Dans une vidéo publiée pour marquer le lancement de la Grande réinitialisation, le prince Charles de l'époque a averti que le plan de la Grande réinitialisation, qui comprend des politiques ''vertes'' qui étoufferaient les entreprises et les libertés individuelles dans le monde entier, est une question d'urgence.

 

"Nous n'avons pas d'alternative, car sinon, à moins que nous ne prenions les mesures nécessaires et que nous reconstruisions de manière plus verte, plus durable et plus inclusive, nous finirons par avoir [plus] de pandémies et [plus] de catastrophes accélérant le réchauffement climatique et le climat changer », a déclaré Charles, reprenant le refrain du WEF selon lequel des interventions mondiales majeures dans les pratiques commerciales et les habitudes de consommation sont nécessaires pour éviter une « catastrophe imminente ».

 

Charles a proposé que le monde "saisisse" l'opportunité présentée par la "crise" du COVID-19 - également un appel du WEF - pour créer "une bioéconomie plus circulaire qui rend à la nature autant que nous en prenons".

 

Il a noté que cela impliquerait des émissions nettes de carbone nulles et l'utilisation de la tarification du carbone pour atteindre cet objectif, un système dans lequel les "coûts externes" des émissions de gaz à effet de serre sont liés à leurs sources à un prix, généralement sur le dioxyde de carbone émis. Ces coûts peuvent être considérés comme la prise en compte des conséquences alléguées du changement climatique qui sont très éloignées des émissions elles-mêmes telles que les dommages aux cultures et la perte de biens dus aux inondations.

 

En 2019, le Royaume-Uni est devenu la première grande économie à fixer un objectif d'émissions nettes nulles de dioxyde de carbone pour 2050, le même que celui proposé par le WEF dans un défi lancé à ses participants commerciaux mondiaux avant leur réunion annuelle de 2020.

 

Afin d'atteindre cet objectif, le conseiller scientifique en chef du gouvernement britannique a encouragé le public britannique à réduire sa consommation de viande et à voler moins souvent pour réduire la production nationale de carbone. Dans une étape supplémentaire, le Comité britannique sur le changement climatique est allé jusqu'à critiquer le gouvernement pour avoir omis les demandes de restrictions alimentaires et de voyage dans le cadre de sa stratégie 2030 sur le changement climatique.

 

Le comité a proposé que les individus réduisent leur consommation de viande d'environ 20 % avant 2030 et de 15 % supplémentaires au cours des 20 années suivantes afin de convertir les terres utilisées pour la production de viande et de produits laitiers en espaces pour les arbres.

 

Même en l'absence d'un tel mandat gouvernemental, une autre proposition majeure du WEF approuvée par le roi Charles III - la tarification du carbone - nuirait finalement aux classes moyennes et inférieures en augmentant le coût des affaires et en répercutant ainsi les dépenses sur les consommateurs, qui porteraient le fardeau de de telles politiques « vertes » si les entreprises elles-mêmes ne sont pas obligées de fermer d'abord par manque de profit.

 

Pendant ce temps, plus de 1 100 scientifiques et professionnels ont signé une Déclaration mondiale sur le climat (CMB) déclarant qu'"il n'y a pas d'urgence climatique", arguant que le dioxyde de carbone n'est pas un polluant, que des facteurs naturels et anthropiques provoquent le réchauffement climatique, que le réchauffement est beaucoup plus lent que prévu, et qu'un tel réchauffement n'a pas augmenté les catastrophes naturelles.

 

La grande réinitialisation a été décrite par les conservateurs comme une menace non seulement pour le bien-être économique, mais aussi pour la famille. Comme l'a rapporté LifeSite , l' un des thèmes clés de la réinitialisation est "l'inclusion LGBTI". Depuis juin 2020, le Forum économique mondial a publié des articles tels que « Great Reset : Why LGBT+ inclusion is the secret to cities' post-pandemic success » et « Why being an LGBT+ ally can transform lives – yourinclus ». Avec Microsoft et Pepsi, ils ont déployé un programme appelé "Hour of Pride" pour propager "l'inclusion LGBTQI+ pendant la crise du COVID-19".

 

Le WEF finirait par coopter les nations et leur souveraineté avec l'aide de dirigeants politiques, tels que les jeunes leaders mondiaux du WEF Justin Trudeau et Emmanuel Macron qui partagent les objectifs de la Grande Réinitialisation, sinon par le biais de pressions et d'influences extérieures, y compris l'emprise de riches méga-corporations alliées au WEF.

 

"À quoi ressemble la Grande Réinitialisation ? Voici à quoi cela ressemble : Les responsables font ce qu'ils veulent parce qu'ils sont responsables. Aucun principe n'est universel. Aucune norme n'est appliquée de manière uniforme », a déclaré Tucker Carlson en 2020.

 

La monarchie britannique s'est longtemps abstenue d'ingérence dans les décisions du Parlement et, en fait, au cours des derniers siècles, une telle ingérence a été très rare dans les autres monarchies du monde. Cependant, les lois britanniques nécessitent toujours la sanction royale pour entrer en vigueur, qui viendra désormais du roi Charles III.

 

Le roi Charles III ainsi que son père, le prince Philip, ont tous deux assisté aux réunions de Bilderberg, un forum annuel très secret utilisé par les élites mondiales depuis 1954 pour faire avancer leur vision du monde.

 

Abordant l'affirmation selon laquelle les réunions sont utilisées pour parvenir à un gouvernement mondial, Denis Healey, fondateur du groupe Bilderberg et membre du comité directeur pendant 30 ans, a déclaré en 2001 : « Dire que nous aspirons à un gouvernement mondial est exagéré, mais pas tout à fait injuste.

______________________

Le Grand Reset n'est pas un délire de complotiste mais une proposition faites à Davos au Forum économique mondial pour reconstruire l'économie après le Covid 19.

La guerre en #Ukraine est un prétexte pour l'accélérer.

la mondialisation s'accélère au profit des grands groupes.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2022 5 03 /06 /juin /2022 09:28

Voici un entretien de l'avocat américain Tom Rentz pour New American :

Barack Obama, Macron, Merkel, Schwab, Gates, Zuckerberg, tous ces gens font l'éloge de Yuval Noah Harari.

 

En 2020, voici ce que disait Yuval Noah Harari, conseiller principal de Klaus Schwab, auteur de "Covid-19, le Grand Reset" :

 

"Dans le passé, de nombreux tyrans et gouvernements ont voulu le faire, mais personne ne comprenait assez bien la biologie, et personne n'avait assez de puissance de calcul et de données pour pirater des millions de personnes. Ni la Gestapo ni le KGB n'ont pu le faire. Mais bientôt, au moins certaines sociétés et certains gouvernements seront en mesure de pirater systématiquement tout le monde. Nous, les humains, devrions nous habituer à l'idée que nous ne sommes plus des âmes mystérieuses. Nous sommes maintenant des animaux piratables."

 

"Aujourd'hui, nous avons la technologie pour pirater les êtres humains à grande échelle. Je veux dire, tout est numérisé. Tout est surveillé. En cette période de crise, il faut suivre la science. On dit souvent qu'il ne faut jamais laisser passer une bonne crise parce qu'une crise c'est l'occasion de faire aussi de bonnes réformes, qu'en temps normal les gens n'accepteraient jamais, mais en temps de crise, vous voyez on a une chance, alors allons-y. Le vaccin nous aidera bien sûr, il rendra les choses, vous savez, plus gérables.

 

"Les gens pourraient regarder en arrière dans 100 ans et identifier l'épidémie de coronavirus comme le moment où un nouveau régime de surveillance a pris le dessus, en particulier la surveillance sous la peau, qui, je pense, est peut-être le développement le plus important du 21e siècle. Cette capacité à pirater les êtres humains pour aller sous la peau, collecter des données biométriques, les analyser et comprendre les gens mieux qu'ils ne se comprennent eux-mêmes. Je crois que c'est peut-être l'événement le plus important du 21e siècle."

 

Source: Gloria Tv

Partager cet article
Repost0
18 avril 2022 1 18 /04 /avril /2022 08:38
Source : https://uncutnews.ch/warum-russland-gegen-die-neue-weltordnung-kaempfen-muss/

Source : https://uncutnews.ch/warum-russland-gegen-die-neue-weltordnung-kaempfen-muss/

Ainsi, la guerre en Ukraine ne sert pas seulement à protéger les frontières physiques de la Russie contre l'agression de l'OTAN, écrit Robert Bridge.

 

Depuis de nombreuses décennies, les États-Unis discutent de manière obsessionnelle de l'expression "nouvel ordre mondial", mais peu de gens savent d'où vient le concept et où les défenseurs de cette grande vision veulent mener l'humanité. Une chose est sûre cependant : la Russie n'est pas enthousiaste à ce sujet.

 

Cette semaine, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que l'un des objectifs de l'opération militaire de Moscou en Ukraine était de mettre fin à l'ordre mondial dominé par les États-Unis, qui contredit catégoriquement le souhait de la Russie et de ses alliés d'un système mondial multipolaire.

 

"Notre opération militaire spéciale vise à mettre un terme à l'expansion insolente [des forces de l'OTAN] et à la ... quête de domination totale des Etats-Unis et de leurs sujets occidentaux sur la scène mondiale", a déclaré Lavrov à la chaîne d'information Rossiya 24.

 

"Cette domination repose sur des violations flagrantes du droit international et sur certaines règles qu'ils vantent tant maintenant et qu'ils inventent au cas par cas", a ajouté le haut diplomate russe.

 

Outre la question de savoir si l'OTAN, dirigée par les États-Unis, tiendra compte des avertissements de Moscou et arrêtera son avancée militaire à la frontière russe, une autre question tout aussi critique se pose : qu'est-ce exactement que le Nouvel ordre mondial, et pourquoi ce terme suscite-t-il tant de peur et de dégoût ?

 

Lire : Illuminés de Bavière : l'illuminisme au XVIIIe siècle

 

Un appel au contrôle global

 

Dans une lettre datée du 15 août 1871, le général confédéré et auteur éminent Albert Pike a écrit une lettre à l'homme politique italien et agitateur révolutionnaire Giuseppe Mazzinni, dans laquelle il proposait la création d'un "ordre mondial unique" dans lequel toutes les nations se soumettraient au diktat d'une seule autorité. Depuis lors, plusieurs présidents américains se sont prononcés du bout des lèvres en faveur de cette superstructure mondiale encore à réaliser, à la tête de laquelle se trouveraient prétendument les États-Unis.

 

"L'ordre mondial auquel nous aspirons", a déclaré Franklin D. Roosevelt en 1941 dans son discours sur l'état de l'Union, "c'est la coopération de pays libres travaillant ensemble dans une société amicale et civilisée".

 

Plus tard, le président américain Harry S. Truman, qui a largué non pas une, mais deux bombes atomiques sur le Japon presque vaincu dans les dernières heures de la Seconde Guerre mondiale, a également exprimé sa fascination pour l'"ordre mondial".

 

"Aujourd'hui, la grande aspiration de l'humanité est de créer un ordre mondial capable de maintenir la paix dans le monde", a déclaré Truman à un auditoire de l'ancien ordre arabe des nobles du sanctuaire mystique, dont Truman était un fier membre. "Le type d'organisation mondiale auquel cette nation et d'autres nations démocratiques aspirent est une organisation mondiale basée sur l'accord volontaire d'États indépendants", a-t-il ajouté.

 

En ces temps quasi-démocratiques, on ne peut qu'imaginer le type de contrainte qui serait nécessaire pour amener les nations à donner leur "consentement volontaire" à un tel pouvoir unipolaire.

 

Jusqu'à présent, la plupart des dirigeants américains ont hésité à utiliser le terme chargé de "Nouvel Ordre Mondial", ce qui semble étrange étant donné que "Novus Ordo Seclorum" ("Nouvel Ordre des Âges") a été gravé au dos du Grand Sceau des États-Unis depuis 1782, lorsque Charles Thomson, l'un des pères fondateurs, a présenté son dessin au Congrès continental.

Ce sceau a suscité des spéculations enfiévrées de la part des "théoriciens du complot" qui voient dans le sceau - représentant une pyramide égyptienne surmontée d'un œil qui voit tout - la preuve que les États-Unis sont gouvernés par une cabale secrète vouée à la domination mondiale. En fait, le terme "Novus Ordo Seclorum" aurait été emprunté au poète latin Virgile, qui écrivit dans son Quatrième Eclogue : "Le grand ordre des âges est né de nouveau... maintenant la justice et le retour de la domination du règne de Saturne". Dans l'ensemble, il semble étrange qu'une nation chrétienne orne sa monnaie la plus visible de motifs égyptiens et de références à d'anciens cultes païens.

 

Il n'est toutefois pas nécessaire d'aller trop loin dans la réflexion pour se méfier de tout politicien ou gouvernement qui promeut l'idée d'un système de gouvernement "mondial".  C'était en effet la morale derrière la tour de Babel, où Dieu, irrité par les efforts des hommes pour construire une ville et une tour suffisamment hautes pour atteindre le ciel, a fait parler les ouvriers dans des langues diverses et les a exilés aux quatre coins de la terre. Rarement, cependant, les allégories bibliques ont amené des hommes ambitieux à reconsidérer leurs plans égarés.

 

Le 11 septembre 1990, George HW Bush, enthousiasmé par la guerre américaine dans le golfe Persique, a prononcé la phrase redoutée non pas une fois, mais deux fois.

 

"De ces temps troublés", a-t-il déclaré au Congrès en référence à un paradis au-delà de l'horizon, "peut émerger un nouvel ordre mondial... Une ère dans laquelle les nations du monde, l'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud, pourront prospérer et vivre en harmonie".

 

Cela semble très tentant, n'est-ce pas ? Tout ce qu'il faut pour jouir de la paix mondiale semble être que les nations soumettent leur liberté et leur souveraineté à un seul dirigeant.

 

Et plus tard dans son discours, il dit : "Une fois de plus, les Américains... servent aux côtés des Arabes, des Européens, des Asiatiques et des Africains pour défendre les principes et le rêve d'un Nouvel Ordre Mondial." Je soupçonne que dans ce paradis politique, les lions aussi se couchent avec les agneaux.

 

La partie critique du passage de Bush est sa remarque : "Out of these troubled times". La clé de la création du "nouvel ordre mondial" auquel ces gens aspirent si désespérément est tout simplement le chaos. Le rêve tordu de réunir toutes les nations sous un même toit ne peut être réalisé que par un événement catastrophique, une tragédie si grande que les pays se soumettront avec empressement à l'hégémon. C'est bien sûr la dialectique hégélienne de base, où une crise terrible survient, les gens réagissent et l'État tout-puissant entre en scène pour trouver une solution, ce qui, bizarrement, conduit à une perte fondamentale de liberté.

 

Récemment, le président américain Joe Biden a mentionné le tristement célèbre slogan, qui a d'ailleurs peut-être aussi amené Lavrov à répéter sa condamnation du "nouvel ordre mondial".

 

"C'est maintenant un moment où les choses changent", a déclaré Biden lors d'une réunion de l'organisation de lobbying Business Roundtable le mois dernier. "Nous allons -- il y aura un nouvel ordre mondial, et nous devons le diriger." Tant pis pour ce qui est un effort de groupe ; Biden a révélé ce qui est tenu pour acquis parmi l'élite de Washington : il y aura un nouvel ordre mondial, et les États-Unis le "dirigeront".

Il faut souligner encore et encore que ces individus obsédés par le pouvoir ont besoin d'une crise pour mettre en œuvre leurs plans. Cela est devenu clair au début de la pandémie de Covid-19, lorsque Klaus Schwab, président du Forum économique mondial et auteur de The Great Reset, a déclaré que "la pandémie représente une occasion rare mais étroite de réfléchir à notre monde, de le repenser et de le reconstruire". Chaque fois qu'une personne puissante et très influente, en particulier une personne qui n'est pas tenue de rendre des comptes par un processus démocratique, commence à parler d'une crise comme d'une "opportunité", la sonnette d'alarme devrait être tirée.

 

Considérez que c'est le même patron du WEF (Forum économique mondial) qui, en collaboration avec l'Université Johns Hopkins et la Fondation Bill et Melinda Gates, a organisé ce que l'on appelle l'événement 201, lequel a prédit de manière presque détaillée comment la pandémie réelle se déroulerait quelques mois plus tard. Cela ne veut pas dire que Schwab savait ce qui allait arriver, mais que lui et ses collègues se préparaient à un tel moment pour provoquer la "Grande Réinitialisation".

 

Ensuite, il y a eu le Project for a New American Century (PNAC), un groupe de réflexion néoconservateur aujourd'hui disparu fondé en 1997 par William Kristol et Robert Kagan qui a joué un rôle majeur dans la promotion de l'invasion de l'Irak en 2003. Dans l'une de leurs publications les plus influentes, intitulée Rebuilding America's Defenses (2000), les auteurs, dont beaucoup ont occupé des postes politiques importants au sein de l'administration Bush, déploraient que "le processus de transformation, même s'il implique des changements révolutionnaires, serait probablement long, à moins qu'un événement catastrophique et déclencheur ne se produise - comme un nouveau Pearl Harbor".

 

Et voilà que le 11 septembre 2001, presque exactement un an plus tard, le PNAC a eu son "événement catastrophique et catalytique" avec les attaques terroristes sur Manhattan. Cet événement annonçait une "guerre contre le terrorisme" d'une décennie dans laquelle les États-Unis devaient chercher à rattraper la Russie et la Chine, qui étendaient tranquillement leurs capacités offensives et défensives tandis que l'armée américaine s'épuisait dans des conflits longs et inutiles à l'étranger.

 

À quelles autres crises l'humanité devrait-elle se préparer et qui pourraient inaugurer ce "nouvel ordre mondial" ? Tout, d'un effondrement économique à une invasion extraterrestre en passant par une pandémie virale, suffirait à résoudre le problème. Mais la question plus importante est de savoir quel type de "nouvel ordre mondial" les États-Unis imposeraient à la planète s'ils en avaient la moindre chance.

 

Un coup d'œil rapide sur l'évolution sociale, culturelle et politique aux États-Unis, où d'étranges expériences progressistes (par exemple, l'enseignement de l'idéologie transgenre, de la théorie critique de la race et des modes de vie sexuels alternatifs au niveau de l'école primaire par des extrémistes de la Cancel Culture) devaient provoquer un grand émoi. La logique et le comportement décent ont été bouleversés, et cela fait comprendre à des pays conservateurs comme la Russie que ce n'est pas le genre de "nouvel ordre mondial" - même s'ils étaient théoriquement prêts à soutenir un projet aussi grandiose - auquel ils veulent participer.

 

Ainsi, la guerre en Ukraine ne sert donc pas seulement à protéger les frontières physiques de la Russie contre une agression de l'OTAN.  La guerre en Ukraine vise à préserver la Russie d'un naufrage spirituel qui serait le résultat final d'un "nouvel ordre mondial" dicté par un Occident moralement en faillite. A cet égard, la Russie est engagée dans une lutte existentielle pour sa propre âme.

Pourquoi la Russie doit lutter contre le "Nouvel Ordre Mondial"

Source : Strategic-culture | UncutNews

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2022 6 02 /04 /avril /2022 07:00
Rencontre Mohammad Al Gergawi et Klaus Schwab durant le Sommet du Gouvernement mondial

Rencontre Mohammad Al Gergawi et Klaus Schwab durant le Sommet du Gouvernement mondial

Alors que les médias et le gouvernement prétendent que le Nouvel Ordre Mondial est une "théorie du complot", les dirigeants politiques et les magnats des affaires tiennent des réunions où ils en discutent ouvertement.

 

Les 29 et 30 mars, par exemple, le Sommet mondial des gouvernements 2022 a eu lieu à Dubaï. Dans la capitale des Emirats Arabes Unis, ils ont discuté de la manière dont le Nouvel Ordre Mondial pourrait être introduit.

 

La présentatrice de CNN, Becky Anderson, a ouvert la réunion en demandant : "Sommes-nous prêts pour un nouvel ordre mondial ?"

Jour 1 du Sommet mondial des gouvernements 2022. Cela a pris moins de 30 secondes … "Le titre de cette session : Sommes-nous prêts pour un nouvel ordre mondial ?"

 

L'objectif de la réunion est de "façonner l'avenir des gouvernements" et de "créer un avenir meilleur pour l'humanité".

 

Parmi les participants figuraient Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial, directeur général du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et le chef de l'OMS Tedros.

 

Schwab a déclaré lors du Sommet mondial des gouvernements de 2022 que "nous savons que les systèmes énergétiques, les systèmes alimentaires et les chaînes d'approvisionnement mondiaux seront gravement touchés".

Biden annonce un nouvel ordre mondial

 

Des responsables gouvernementaux et même des présidents de pays tels que les États-Unis, l'Égypte, l'Arabie saoudite, Israël, la Suède, la Jordanie, le Japon, la Corée du Sud, le Rwanda, le Maroc et l'Ouganda étaient également présents.

 

Plus tôt, le président américain Joe Biden a annoncé l'arrivée du Nouvel Ordre Mondial. Il a déclaré que les États-Unis devraient prendre les devants.

 

Et quelles sont les bases du nouvel ordre mondial ?

 

Source : https://uncutnews.ch/keine-verschwoerungstheorie-mehr-internationaler-gipfel-sind-wir-bereit-fuer-eine-neue-weltordnung/

Partager cet article
Repost0
13 mars 2022 7 13 /03 /mars /2022 13:30
https://bigleaguepolitics.com/archbishop-carlo-vigano-russia-ukraine-war-is-a-globalist-plot-to-establishment-the-tyranny-of-the-new-world-order/

https://bigleaguepolitics.com/archbishop-carlo-vigano-russia-ukraine-war-is-a-globalist-plot-to-establishment-the-tyranny-of-the-new-world-order/

L'archevêque Carlo Maria Viganò a publié un long éditorial pour LifeSiteNews dans lequel il explique son opinion selon laquelle le conflit Russie/Ukraine est un complot mondialiste visant à "établir la tyrannie du nouvel ordre mondial".

 

"Si nous regardons ce qui se passe en Ukraine, sans être induits en erreur par les grossières falsifications des grands médias, nous réalisons que le respect des droits de chacun a été complètement ignoré ; en effet, on a l'impression que l'administration Biden, l'OTAN et l'Union européenne veulent délibérément entretenir une situation de déséquilibre manifeste, précisément pour rendre impossible toute tentative de résolution pacifique de la crise ukrainienne, provoquant la Fédération de Russie à déclencher un conflit. C'est là que réside la gravité du problème. C'est le piège tendu à la fois à la Russie et à l'Ukraine, qui les utilise toutes les deux pour permettre à l'élite mondialiste de mener à bien son plan criminel", a écrit Vigano.

 

Il a appelé les tentacules de l'oligarchie, qui comprennent "l'ONU, l'OTAN, le Forum économique mondial, l'Union européenne", ainsi que des organisations "philanthropiques" comme "George Soros' Open Society et la Fondation Bill & Melinda Gates". Vigano a déclaré que la représentation de l'Ukraine par les faux médias comme héroïque, et de la Russie comme barbare, est une fausse représentation des faits.

 

"Il est consternant de voir avec quelle hypocrisie l'Union européenne et les États-Unis – Bruxelles et Washington – apportent leur soutien inconditionnel au président Zelensky, dont le gouvernement depuis huit ans continue de persécuter en toute impunité les Ukrainiens russophones, pour lesquels il est même interdit de s'exprimer dans sa propre langue, dans une nation qui comprend de nombreuses ethnies, dont celles qui parlent russe représentent 17,2 %. Et il est scandaleux qu'ils se taisent sur l'utilisation de civils comme boucliers humains par l'armée ukrainienne, qui place des positions anti-aériennes dans les centres de population, les hôpitaux, les écoles et les jardins d'enfants précisément pour que leur destruction puisse causer des morts parmi la population", a déclaré Vigano. a écrit.

 

Il a également évoqué le coup d'État de la révolution des couleurs qui a été exécuté en 2014 pour préparer le terrain pour ce conflit alors que les mondialistes lancent leur dialectique problème-réaction-solution.

 

"La révolution de couleur d'Euromaidan, ainsi que la mise en place d'un gouvernement pro-OTAN composé d'homines novi formés par le Forum économique mondial et George Soros, visaient à créer les conditions de la subordination de l'Ukraine au bloc de l'OTAN, en la soustrayant de l'influence de la Fédération de Russie. À cette fin, l'action subversive des ONG du philanthrope hongrois, soutenue par la propagande médiatique, a gardé le silence sur les crimes des organisations paramilitaires néonazies, financées par les mêmes personnes qui parrainent Zelensky", a écrit Vigano.

 

"Mais si le lavage de cerveau pratiqué par les médias grand public dans les pays occidentaux a réussi à véhiculer un récit complètement déformé de la réalité, on ne peut pas en dire autant de l'Ukraine, où la population est également bien consciente de la corruption de la classe politique au pouvoir, de son éloignement des vrais problèmes de la nation ukrainienne. Nous, Occidentaux, croyons que les 'oligarques' ne sont qu'en Russie, alors que la réalité est qu'ils sont surtout présents dans toute la galaxie des nations qui composaient autrefois l'Union soviétique, où ils peuvent accumuler richesse et pouvoir simplement en se plaçant à la disposition des 'philanthropes' étrangers et des multinationales", a-t-il poursuivi.

 

"Le peuple ukrainien, quel que soit le groupe ethnique auquel il appartient, n'est que les derniers otages involontaires du régime totalitaire supranational qui a mis à genoux les économies nationales du monde entier à travers la tromperie du COVID, après avoir publiquement théorisé la nécessité de décimer la population mondiale et transformer les survivants en malades chroniques qui ont irrémédiablement compromis leur système immunitaire", a ajouté Vigano.

 

Vigano est clairement très cultivé et connaît bien les idéologies de l'élite dirigeante mondiale. Il est un héros pour chaque croyant catholique ainsi que pour chaque chrétien qui a l'intention de résister au gouvernement mondial satanique qui se forme en ce moment. L'intégralité de son éditorial peut être consultée ici.

 

Source

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 19:02
https://francais.rt.com/international/93672-covid-cardinal-accuse-soros-gates-vouloir-instaurer-controle-total-population

https://francais.rt.com/international/93672-covid-cardinal-accuse-soros-gates-vouloir-instaurer-controle-total-population

Le cardinal allemand Gerhard Ludwig Mueller a accusé «l'élite financière» – citant Soros, Gates et Schwab – d'instrumentaliser la crise du Covid-19 pour instaurer un «contrôle total» des populations. La presse allemande dénonce son «complotisme». L'ancien évêque de Ratisbonne – aujourd'hui prince de l'Eglise catholique – Gerhard Ludwig Mueller a tiré à boulets rouges sur une certaine «élite financière», qui profite selon lui de la crise du Covid-19 pour «faire avancer son agenda». «Les gens qui sont assis sur le trône de leur richesse», voient une «opportunité de faire avancer leur programme», a accusé l'homme d'église dans un extrait d'entretien (non encore diffusé en intégralité) publié sur les réseaux sociaux le 6 décembre par l'Institut Saint-Boniface, un site traditionnaliste autrichien.

Le septuagénaire a estimé que le Covid-19 a semé le «chaos» et des «troubles» non seulement en raison du «manque de connaissances» sur la transmissibilité et la dangerosité du virus lui-même, mais aussi de la volonté des super-riches de «saisir une opportunité de mettre les gens au pas». Les élites financières mondiales instrumentaliseraient selon lui désormais la pandémie et les mesures restrictives adoptées par les gouvernements afin de lutter contre la propagation du virus pour soumettre les gens à un «contrôle total» et mettre en place un «Etat de surveillance» mondial, a-t-il ajouté. Parmi les personnes prétendument à l'origine de ce projet, les milliardaires Bill Gates et George Soros ainsi que le président du Forum économique de Davos, Klaus Schwab, ont été cités par le cardinal. «Cela n'a rien à voir avec la démocratie», s'est encore insurgé le prélat, pour qui les élites financières voudraient créer un «homme nouveau», qui serait à leur «image et à leur ressemblance». La presse allemande dénonce des propos «complotistes» D'abord passés relativement inaperçus dans le monde germanophone, les propos du cardinal ont été depuis relayés par la presse, et taxés de «complotisme». Interrogé par l'agence DPA, le politologue allemand Jan Rathje a estimé que ces propos relevaient non seulement de la théorie du complot, mais aussi éventuellement de l'antisémitisme, George Soros étant de confession juive.

 

L'agence de presse précise que contacté par ses soins, le Vatican n'a pour l'instant pas fait de commentaire. Pas plus que la Conférence épiscopale allemande, qui a simplement réitéré son appel à la vaccination. Contacté par DPA, le cardinal a pour sa part confirmé ses propos et affirmé qu'il rejetait la logique consistant à classer «automatiquement du mauvais côté» ceux qui critiquent l'«élite financière». Il en a profité pour tancer une nouvelle fois «l'influence illégitime des élites super-riches dans divers pays». Gerhard Ludwig Mueller a été entre 2012 et 2017 préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, un organe essentiel de la curie romaine qui a pour mission de «faire connaître et garder la foi», avant d'être démis de ses fonctions par le pape François.

Source : RT | Nouveau Monde

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2021 6 13 /11 /novembre /2021 14:15
Templiers : un sottisier bien garni. Par Alain DEMURGER (Les énigmes de l'histoire de France, Sous la direction de Jean-Christian Petitfils, Tempus, Lonrai 2021)

« En langage journalistique le sujet Templier est un "marronnier", c'est-à-dire un sujet que l'on ressert périodiquement sans même avoir besoin de le renouveler (J.-V. BACQUART). Énigmes, mystères, secrets lui sont généralement associés, car il est naturellement un aliment de choix pour toutes les théories ésotériques ou complotistes que l'on peut imaginer.

« [C]e "sottisier templier". Celui-ci est bien là et il est en lui-même un objet historique, même si son contenu ne tient pas la route. Aussi je ne parlerai pas de la prétendue charte de Larménius et des listes de grands maîtres ayant succédé à Jacques de Molay jusqu'à nos jours, tout cela reposant sur des faux tellement grossiers qu'on se demande comment on peut encore raisonner dessus. [...] Je proposerai seulement quelques thèmes pour montrer comment légendes et affabulations se sont formées à partir de quelques faits réels et de beaucoup d'autres qui ne le sont pas.

« [...] Laissons aux amateurs de la fantasy history le récit qui fait des premiers Templiers un commando secret chargé dès 1099 (et l'on ose se référer au grand historien du royaume latin de Jérusalem, l'archevêque Guillaume de Tyr, qui n'a jamais situé la création du Temple à cette date!) de faire des fouilles dans le prétendu Temple de Salomon pour mettre la main sur l'Arche d'Alliance; ils l'auraient ensuite rapportée en France et cachée dans la cathédrale de Chartes (dont ils auraient été naturellement les constructeurs!...) [Ndlr. La construction de la cathédrale de Chartes a commencé un siècle plus tard... en 1194 : l'architecte reprend en compte les innovations de ses prédécesseurs pour édifier un monument classique avec une élévation à trois niveaux par suppression des tribunes - dont la fonction est remplacée par des arcs-boutants. Source: La France médiévale, Sous la Direc. de Jean Favier, Fayard, Vitry-sur-Seine 1983, p. 418.]

« [...] Lorsque au début du XVIIIe siècle, en Angleterre, en France, en Allemagne, la franc-maçonnerie prend son essor, il n'est pas question de l'ordre du Temple. Les maçons se réfèrent à la chevalerie qui connaît alors un vif "revival"; la chevalerie, ses valeurs, ses rites, son organisation. En France, le chevalier Ramsey (franc-maçon. Ndlr.) fait le lien avec la croisade; et de fil en aiguille, on en vient aux chevaliers du temple, qui firent du Temple de Salomon (ou ce que l'on croit être le Temple de Salomon) à Jérusalem leur "maison chêvetaine".

« [...] Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, certains maçons allemands rejetant le rationalisme et l'égalitarisme un peu trop prégnants dans la maçonnerie, vont introduire dans leurs loges des grades hiérarchiques et des rites ésotériques qu'ils pensent avoir été ceux des Templiers. Ainsi se développa ce que Le Forestier a plaisamment appelé le "bobard templier", ouvrant la voie au templarisme ou néo-templarisme du XIXe siècle...

« Karl Gottfried von Hund fonda ainsi la "Stricte observance templière" instituant au sommet de sa pyramide des grades celui des "supérieurs inconnus".

« Un autre auteur, Friedrich Nicolai, présente en 1782 une des premières moutures du templarisme en ce sens qu'il fait des Templiers les sectateurs d'une doctrine non catholique connue des seuls initiés. Il distingue trois grades : les simples frères qui ne connaissent que la règle ordinaire, celle du concile de Troyes; les frères du grade de la grande profession à qui on a demandé de renier le Christ et de cracher sur la croix; et enfin les frères de l'ordre intérieur, les seuls initiés, les seuls à connaître la signification du 'Baphomet'. Voilà donc introduit le fameux 'Baphomet' sur lequel je vais revenir.

« Avec Nicolai, la règle historique s'articule sur la règle ésotérique. En quelque sorte, la règle de 1129 serait la vitrine légale du véritable ordre du Temple, société secrète diffusant une doctrine différente de celle de l'Église et fondée sur un savoir caché que l'in peut définir comme manichéo-gnostique (et les règles ou doctrines secrètes de Merzdorf et Loiseleur près d'un siècle plus tard en sont l'écho) et dont le Baphomet est le cœur.

« Nicolai et quasiment au même moment un autre auteur, Starck, ont inventé le Baphomet templariste en même temps qu'ils développaient l'idée d'une filiation entre les Templiers et les gnostiques et manichéens de l'Antiquité, toutes sectes et doctrines que les docteurs du christianisme de l'Antiquité ont combattues en écartant, pour mieux fixer la doctrine chrétienne, de nombreux textes dits "apocryphes"; parmi eux une série d'"évangiles" fortement entachés de gnosticisme pour qui la connaissance entière, supérieure et secrète de Dieu ne pouvait être atteinte que par un cercle restreint d'initiés; pour le christianisme au contraire Dieu devait être accessible à tous, par la foi. 

« Dans la construction de Friedrich Nicolai, le Baphomet n'était pas une idole mais le symbole de l'"immersion" gnostique, une sorte de baptême, degré ultime de la connaissance et de la sagese. Nicolai distingue bien en effet l'idole qui se présente comme un buste avec une tête barbue censée représenter le père de toutes choses, et le symbole qui seul a le nom de Baphomet et qui est une inscription en forme de hiéroglyphe. À ce symbole sont liés de mystérieux objets "baphométiques" que Nicolai a reproduits dans son ouvrage.

« Le terme de Baphomet n'est pas une invention de Nicolai et de ceux qui l'ont suivi. Les accusateurs des Templiers, en 1307, leur ont reproché de renier le Christ et d'adorer une idole en forme de tête à une ou plusieurs faces, parfois barbue, parfois avec des pieds (bref, on n'est pas très fixé !), susceptible disait-on d'apporter richesse et puissance aux Templiers : les articles 46 à 60 de la liste des 127 articles qui ont servi de base à l'accusation dans le procès sont consacrés à l'idole et à l'idolâtrie. Pourtant dans les confessions des Templiers, telles que les rapportent les procès-verbaux, l'idole n'est que rarement évoquée et les enquêteurs ne s'y sont pas attardés, sauf dans certains interrogatoires du Midi de la France. Cette idole n'est pas nommée, sauf dans la déposition de deux Templiers interrogés à Carcassonne : l'un dit avoir adoré une idole "en forme de Baphomet" (in figuram Baffometi), l'autre une figure baphométique dont il dut baiser les pieds en disant "yalla, qui est le mot des sarrasins". Dans le procès de Florence, il est dit que lors d'un chapitre, il fut ordonné aux Templiers d'adorer une tête, "votre dieu, votre Baphomet (ou Mahomet)".

« Car dans les pays de langue d'oc, Baphomet n'a d'autre sens que Mahomet. Parlant de l'offensive des Mamelouks contre les chrétiens en orient, le troubadour Olivier écrit : "Et Bahomet agit de tout son pouvoir..." C'est donc en rapport avec l'islam qu'il faut analyser la présence de ce terme dans le procès des Templiers, un islam que les Occidentaux connaissent mal et assimilent au paganisme et à l'idolâtrie. Seuls les clercs instruits ou un peu curieux, ou tout simplement soucieux de combattre efficacement l'islam, ont fait l'effort de s'informer sur cette religion que le prophète Mahomet a prêchée au contraire contre les idolâtres de La Mecque et de l'Arabie. Il n'y a pas d'idoles, pas de saints, pas d'images, pas de statue de Mahomet à vénérer dans l'islam. Les accusateurs des Templiers ne l'ignoraient pas, mais il fallait le faire croire au bon peuple que l'on voulait convaincre de l'abominable hérésie des Templiers.

« [...] Le Baphomet est né à la fin du XVIIIe siècle. »

 

(Fin de citation)

 

BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE

 

Jean-Vincent BACQUART, Mystérieux Templiers. Idées reçues sur l'Ordre du Temple, Le Cavalier Bleu 2013.

Laurent DAILLIEZ, Les Templiers, ces inconnus, Tallandier, 1972, rééd. Perrin, coll. Tempus 2003

Alain DEMURGER, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Le Seuil, 2005, rééd., Points 2014

Jean FAVIER, Philippe le Bel et le Trésor des Templiers, L'Histoire n° 198, avril 1996

René LE FORESTIER, La Franc-maçonnerie templière et occultiste au XVIIIe et XIXe siècles, A. Faivre (éd.), Editions Montaigne, 1970

 

SOURCE

Templiers : un sottisier bien garni. Par Alain DEMURGER (Les énigmes de l'histoire de France, Sous la direction de Jean-Christian Petitfils, Tempus, Lonrai 2021)

Les énigmes de l'histoire de France, Sous la direction de Jean-Christian Petitfils, Perrin, coll. Tempus, Lonrai 2021, p. 37-48

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 07:11

Source video: Gloria.Tv

 

Extrait :

 

"La cérémonie du 30e degré du chevalier Kadosh fait référence à trois crânes sur lesquels sont posés trois couronnes, la couronne royale, une couronne de laurier, et la tiare papale.

 

"Le candidat au 30e degré, celui qui va devenir chevalier Kadosh fait le geste de poignarder deux de ces couronnes, il s'agit de la couronne royale et de la tiare papale. Et on vous dira 'mais c'est symbolique'... Sauf que je produis dans mon livre les preuves selon lesquelles ces couronnes représentent la puissance temporelle (éventuellement la monarchie, le pouvoir temporel), et la puissance de l'Église. C'est dit en toutes lettres par une phrase que je tire d'un ouvrage extrêmement sérieux rédigé par une personne qui fait partie de la franc-maçonnerie dans les plus hauts grades. 

 

 

"Alors évidemment, si vous ne cherchez pas, vous ne trouvez pas !

 

"Et la couronne du milieu, c'est celle portée, prétendument, par Jacques de Molay (le fameux chef des Templiers), qui est une couronne de laurier, mais que l'on trouve au 4e degré sans qu'il soit fait référence aux Templiers et à cet instant de la progression initiatique. Et on vous dit dans le rituel (à l'aide de phrases toutes faites) que 'vous portez cette couronne de laurier parce que vous avez conscience de votre devoir.' Alors quel est-il ce devoir ? Je l'explique, avec une foule de références, et une analyse qui m'est personnelle mais qui est confirmée par ces références : la franc-maçonnerie combat l'Église." (Serge Abad-Gallardo, Secret maçonnique ou vérité catholique, Ce que j'ai découvert dans les loges, Artège)

 

_______________________

"Selon Charles Webster Leadbeater, il existerait une maçonnerie noire qui se consacre à l'étude du mal entre le 19e degré et le 30e degré du rite écossais, le 30e degré étant connu sous le nom de chevalier Kadosh.

 

Dans son livre intitulé The Ancien Mystic Rites, Leadbeater définit ainsi cette maçonnerie noire :

 

"Rares sont les frères égyptiens qui semblent avoir dépassé le degré de la Rose-Croix. Ce sont ceux qui ont besoin de connaître davantage que la splendide révélation de l'amour de Dieu qu'ils ont reçu dans ce que l'on appelle le 18e degré. Mais pour ceux qui ressentent qu'il y a encore beaucoup plus à apprendre de la nature de Dieu et qui souhaitent ardemment comprendre le sens du mal et de la souffrance, ainsi que sa relation avec le plan divin, le prototype d'une maçonnerie noire existe. L'enseignement est compris entre le 19e et le 30 degré. Cette section des mystères s'est particulièrement intéressée au travail sur le karma sous ses différents aspects. Ainsi, la première étape de l'instruction plus élevée, celle de la Rose-Croix ou de la maçonnerie rouge se consacre à la connaissance du bien tandis que la seconde étape, celle du Kadosh, celle de la maçonnerie noire, se consacre à la connaissance du mal."

 

Certes, tout cela reste hermétique pour un profane mais laisse tout de même interrogatif.

 

Dans son livre La Conjuration antichrétienne, Mgr Henri Delassus déclare que certaines sections des chevaliers Kadosh rendent un culte à Ibliss, qui en orient est le nom du démon, le Sheitan.

 

Dans son Encyclopedia of freemasonery, Albert Mackey explique que la doctrine Kadosh représente les persécutions qu'ont subi les chevaliers Templiers. Il écrit : 'Les chevaliers Kadosh modernes sont les anciens chevaliers Templiers et que le constructeur du temple de Salomon est aujourd'hui remplacé par Jacques de Molay, le grand maître templier martyr.

 

Il est à noter que l'ordre des Templiers auquel se réfère cette maçonnerie noire, avec la doctrine Kadosh, pratiquait des rituels sataniques.

 

Eliphas Levi a écrit dans son livre Histoire de la magie :

"Les Templiers avaient deux doctrines, une cachée et réservée aux maîtres, c'était celle du johanisme ; l'autre publique, c'était celle de la doctrine catholique romaine".

 

Ils trompaient ainsi les adversaires qu'ils s'appliquaient à supplanter. Le johanisme des adeptes étaient la cabale des gnostiques, dégénérée bientôt en un panthéisme mystique poussé jusqu'à l'idolâtrie de la nature et la haine de tout dogme révélé. Ils en vinrent ainsi jusqu'à reconnaitre le symbolisme panthéistique des grands maîtres en magie noire. Et, pour mieux se détacher de l'obéissance à la religion qui d'avance les condamnait, ils rendirent les honneurs divins à l'idole monstrueuse du Baphomet, comme jadis les tribus dissidentes avaient adoré les veaux d'or de Dan et de Bethel (Ier Livre des Rois).

 

La maçonnerie noire nourrit donc une vengeance contre les persécuteurs des chevaliers Templiers, c'est-à-dire l'Église catholique.

 

"Dans son livre The Ancient Mystic Rites, Leadbeater écrit que :

 

'La tradition de la vengeance contre le roi exécrable, le pape et le traître, s'est transmise à travers les âges et est intimement liée à la tradition égyptienne, correspondant à notre maçonnerie noire qui aboutit à ce que nous appelons aujourd'hui le 30e degré.'

 

La maçonnerie noire, avec les chevaliers Kadosh, les templiers modernes a donc travaillé ardemment à la destruction du Royaume de France et de son Église.

 

La lutte occulte de la franc-maçonnerie contre le roi et contre l'Église catholique est expliquée en détail dans l'excellent ouvrage de Mgr Henri Delassus, intitulé La Conjuration antichrétienne. Le franc-maçon fait chevalier Kadosh est donc fermement anticatholique, et la vengeance est un point central dans ce grade initiatique maçonnique.

 

Lorsque le chevalier Kadosh a prononcé son serment, on lui met le poignard en main et l'on dépose à ses pieds un crucifix. Puis le Très-Grand lui dit 'foule aux pieds cette image de la superstition. Brise-la. S'il ne le fait pas afin de ne rien faire deviner, on applaudit et le Très-Grand lui adresse un discours sur sa piété. On le reçoit alors sans lui révéler les grands secrets. Mais s'il écrase le crucifix, alors on le fait approcher de l'autel où sont trois représentations, trois cadavres si l'on peut s'en procurer, des vessies pleines de sang sont à l'endroit où on lui crie de frapper; il exécute l'ordre et le sang rejaillit sur lui, et en prenant par les cheveux les têtes coupées, il s'écrie Nékom, la vengeance est faite.' Alors le Très-Grand lui parle ainsi : 'Par votre constance et par votre fidélité vous avez mérité d'apprendre les secret des vrais maçons. Ces trois hommes que vous venez de frapper sont la superstition, le roi et le pape. Ces trois idoles des peuples ne sont que des tyrans aux yeux des sages.'

 

Une chose importante à préciser est que les hautes loges maçonniques internationales, qu'elles soient noires, ou dites pures, ou dites authentiques, s'entendent et parlent toutes le même langage quand il s'agit de détruire l'Église catholique. Il s'agit donc d'une force occulte antichristique."

 

_______________________

Note du Blog Christroi. Dans ses Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme (1798), l'Abbé Barruel écrit ceci sur le chevalier Kadosch :

 

"Il faut encore ici renouveler l'épreuve du grade où l'initié se change en assassin; mais le maître des frères à venger n'est plus Hiram; c'est Molay, le grand maître des Templiers; et celui qu'il faut tuer, c'est un roi, c'est Philippe le Bel, sous qui l'ordre des chevaliers du Temple fut détruit. Au moment où l'adepte sort de l'antre, portant la tête de ce roi, il s'écrie Nékom, je l'ai tué. Après l'atroce épreuve, on l'admet au serment." (Abbé Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, Editions de Chiré, Chiré-en-Montreuil 2005, tome I, p. 408.)

 

Dans le second volume de ses Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, l'abbé Barruel précise en note quant à l'initiation du chevalier Kadosch :

 

"C'est en second lieu, que dans la loge du Chevalier Kadosch, après tous les serments, toutes les épreuves et cérémonies plus ou moins fortes, coupables et impies, le dénouement de la scène est de présenter au Récipiendaire trois mannequins représentant Clément V, Philippe le Bel et le Grand Maître de Malte. Leurs têtes sont couvertes des attributs de leurs dignités. Il faut que le malheureux fanatique jure haine et mort à ces trois têtes proscrites, parlant à leurs successeurs, à leur défaut. On lui fait abattre ces trois têtes qui, comme dans le grade d'Élu, sont ou véritables, si on a pu s'en procurer, ou pleines de sang, si ce n'est qu'une simple représentation; et cela en criant, vengeance ! vengeance ! etc. On voit ici qu'en effet j'avais adouci le grade, car je n'y annonçais qu'une tête à couper. Je ne nommerai point les auteurs de ces deux lettres : mais deux autres témoins que je puis nommer, sont MM. les comtes de Gilliers et d'Orfeuil. Celui-là ayant beaucoup vécu avec de grands francs-maçons, tout en se moquant d'eux, leur avait arraché leur secret, au point d'être admis sans épreuves dans leurs loges. Il ne fait point de difficulté de dire qu'il a vu chez eux les trois quarts de ce que j'en ai dit. Celui-ci me permet aussi de dire que très longtemps Maître des Loges, il n'a vu que de très petites différences entre les grades de Rose-Croix tels que je les dépeins, et ceux qu'il a donnés et vu donner. J'ai en effet en ce moment vingt grades maçonniques originaux. J'en ai quatre de Rose-Croix, dont deux manuscrits, deux imprimés. [...] La rédaction dont je me suis servi dans mon second volume est celle des grades publiés par M. l'abbé Le Franc, dans dans son Voile levé et sa Conjuration découverte. Je savais de nos francs-maçons français combien cette rédaction était conforme à ce qui se passait dans leurs loges; je sais aujourd'hui d'où lui étaient venus tous ces grades maçonniques, dont il décrit si exactement les cérémonies; et voici comment je l'ai appris : Un de ces respectables ecclésiastiques, à qui les bontés de la nation anglaise ont offert un asile, un de ces hommes qui joignent à une grande simplicité les mœurs la science et la pratique de leurs devoirs, M. de La Haye, curé de Fié, diocèse du Mans, apprenant que j'avais travaillé sur les francs-maçons, mais avant d'avoir lu ce que j'en disais, voulut bien me confier un ouvrage dont il s'était occupé lui-même sur le même objet. Lorsqu'il revint me demander mon opinion : Au style près, lui dis-je, votre ouvrage est imprimé depuis longtemps; et les Jacobins en ont récompensé l'auteur en le massacrant aux Carmes, le fameux Deux Septembre. Je lui montrai alors l'ouvrage de M. Le Franc, qui n'avait en effet ajouté au sien que bien peu de chose.

L'assassinat du R. P. Le Franc, supérieur des Eudistes, auteur de deux ouvrages contre la franc-maçonnerie (2 septembre 1792) vu par Pierre Méjanel

L'assassinat du R. P. Le Franc, supérieur des Eudistes, auteur de deux ouvrages contre la franc-maçonnerie (2 septembre 1792) vu par Pierre Méjanel

"[...] J'ignorais, me dit alors ce digne ecclésiastique, l'ouvrage de M. Le Franc : mais je peux vous expliquer aisément pourquoi il ressemble si fort au mien. J'avais dans ma paroisse divers francs-maçons ; j'avais surtout dans mon voisinage ce malheureux Fessier, fameux frère de la loge d'Alençon, devenu si terrible Jacobin et intrus de Sées. Plusieurs de ces francs-maçons reconnurent leur erreur ; et en preuve de leur total renoncement aux loges, ils me livrèrent leurs papiers et grades maçonniques. J'avais fait sur ces grades sur ces grades le recueil de mes idées ; M. Le Franc, alors dans notre Diocèse, me pressa de l'imprimer. La crainte des Maçons m'en empêcha ; j'aimais mieux donner à M. Le Franc une copie du tout, en le priant d'en faire l'usage qu'il croirait utile. M. Le Franc partit pour Paris ; la Révolution arriva ; et sans doute il crut alors utile de publier ce qu'il tenait de moi. Si cela a dû faire quelque bien, je lui en sais bon gré ; mais je suis bien fâché que cela ait été la cause de sa mort. Ce dernier sentiment et l'attention de justifier M. Le Franc de tout abus de confiance, me parurent occuper ce digne curé, bien plus que le soin de revendiquer son ouvrage. Je ne lui cachai point que je louais beaucoup M. Le Franc d'avoir eu plus de courage, et d'avoir donné d'ailleurs à son ouvrage le style et la tournure d'un homme de lettres. Mais dans toute cette anecdote, ce qui m'intéressa spécialement, ce fut d'y voir une nouvelle preuve de l'authenticité des grades publiés par M. Le Franc, que j'avais déjà cités moi-même avec tant de confiance. Le témoignage des Maçons convertis vaut bien celui des frères dupes ou persistant dans leur erreur. — J'adresse cette note à ceux qui auraient encore quelque doute sur l'authenticité de ces grades maçonniques, tels que je les ai publiés." (Abbé Augustin BarruelMémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, Editions de Chiré, Chiré-en-Montreuil 2005, tome II, p. 309-311)

Enfin, l'abbé Augustin Barruel ajoute ces informations dans son second volume : 

 

Grand-Orient de Paris

 

"[L]e Grand-Orient, était moins une loge que la réunion de toutes les loges régulières du royaume, représentées par leurs députés. C'était en quelque sorte le grand parlement maçonnique, ayant ses quatre chambres, dont la réunion formait la grande loge du Conseil, où tout ce qui avait rapport aux intérêts de l'Ordre se décidait en dernier ressort. [...] [L]e premier de ces grands officiers était le très sérénissime frère duc d'Orléans, premier prince du Sang. [...] Ainsi Philippe d'Orléans et son Grand-Orient assuraient à la secte presque autant de conquêtes qu'elle en avait déjà fait en Allemagne sous Knigge et sous Weishaupt. [...]

 

Loge des Amis Réunis

 

"[...] Sous ce Grand-Orient, une loge plus spécialement chargée de la correspondance étrangère était, à Paris, la loge appelée des Amis-Réunis. Dans celle-ci se distinguait surtout le fameux révolutionnaire Savalette de Lange [...] [I]l avait fait de sa loge le mélange de tous les systèmes sophistiques, martinistes et maçonniques. Mais, pour en imposer davantage au public, il en avait fait en quelque sorte aussi la loge des plaisirs et dy luxe de l'aristocratie. Une musique mélodieuse, les concerts et les bals y appelaient les frères du haut parage : ils y accouraient en pompeux équipages. Les alentours étaient munis de gardes. [...] La loge était brillante, les Crésus de la Maçonnerie fournissaient aux dépenses de l'orchestre des flambeaux, des rafraîchissements, et de tous les plaisirs qu'ils croyaient être le seul objet de leur réunion; mais, tandis que ces frères [...] dansaient ou chantaient [...] ils ignoraient qu'au-dessus d'eux était un comité secret, où tout se préparait.

 

"C'était réellement au-dessus de la loge commune qu'était deux hommes également fameux dans les mystères soit à Lyon, soit à Paris, l'un le grand W* [Jean-Baptiste Willermoz], et l'autre Chappe de la Henrière. [...] Là étaient les archives de la correspondance secrète.

 

"[...] [P]our être admis à ces conseils, il ne suffisait pas d'avoir été initié à tous les anciens grades ; il fallait être aussi ce que les frères appelaient Maître de tous les grades philosophiques ; c'est-à-dire, avoir juré avec les Chevaliers du Soleil, haine à tout christianisme, et avec les chevaliers Kadosch, haine à tout culte et à tout roi. (a)

 

[...]

 

"(a) J'ai su d'un de ces frères mêmes, qui longtemps fut le simple porteur de cette correspondance, que tenté de se faire initier à ces grades, pour avoir lui-même entrée au comité, il en fut détourné par la promesse qu'on exigeait d'un engagement pour la vie et d'une rétribution annuelle de six cents livres tournois. J'ai su encore de lui que la rétribution ordinaire de chaque frère, montait annuellement à la même somme. [...] C'est encore une ressource à joindre à toutes les celles des arrières-adeptes pour les frais de complot. Eh ! qui peut dire combien ces ressources s'augmentaient entre les mains d'un homme chargé de la garde du Trésor royal ! Les conjurés savent choisir les hommes et les places.

 

[...] C'est au  comité des Amis-Réunis [...] que Mirabeau adressa ses frères arrivés d'Allemagne. Savalette et Bonneville avaient fait de ce comité, le point central des adeptes les plus ardents pour la Révolution et les plus avancés dans les mystères. Là se rendaient [...], tous ceux que la secte appelait dans ses derniers conseils. C'étaient tout à la fois les élus Philalètes, et les élus Kadosch ou Rose-Croix; c'étaient ceux de la Sourdrière, des Neuf Soeurs, et de la Candeur, et des comités même les plus secrets du Grand-Orient. [...] Les frères arrivés d'Allemagne avec les nouveaux mystères, ne pouvaient pas trouver dans Paris un centre plus favorable à leur mission. C'est là qu'ils exposèrent l'objet et l'importance de leur commission. Le code de Weishaupt fut mis sur le bureau. [...] Les francs-maçons eux-mêmes [...] fixent l'arrivée de ces députés à la première convocation des notables, dont l'assemblée s'ouvrit le 22 février 1787. C'est en effet dès cette année que se manifeste parmi les francs-maçons français toute l'influence du code de Weishaupt.

 

(Abbé Augustin BarruelMémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, Editions de Chiré, Chiré-en-Montreuil 2005, tome II, p. 428-430; 441-443)

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 17:55
Source: https://twitter.com/alain_mondino/status/1443655044306460678/photo/1

Source: https://twitter.com/alain_mondino/status/1443655044306460678/photo/1

Xavier Bertrand, ministre de la Santé (2005-2007) décida, contre l'avis de la Haute Autorité de santé, de maintenir le remboursement par la Sécurité sociale du Mediator ; Le Canard enchaîné révéla ultérieurement que plusieurs de ses conseillers au ministère étaient rémunérés par les laboratoires Servier, fabricant du Mediator. ("Deux anciens conseillers de Xavier Bertrand étaient payés par le laboratoire Servier", France 24,‎ 12 janvier 2011)

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Bertrand#Ministre_de_la_Sant%C3%A9_puis_du_Travail

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Bertrand#Ministre_de_la_Sant%C3%A9_puis_du_Travail

Le procès pénal s'ouvre le 23 septembre 2019. Selon l’ordonnance de renvoi, la prise de Mediator a entraîné "entre 3 100 et 4 200 hospitalisations pour insuffisance valvulaire", "entre 1 700 et 2 350 chirurgies de remplacement valvulaire" et, finalement, "entre 1 520 et 2 100 décès" (Éric Favereau, "Laboratoires Servier, anatomie d’un système", Libération, 20 septembre 2019)

 

Le 29 mars 2021, les laboratoires Servier sont condamnés à 2,7 millions d'euros d'amende pour "tromperie aggravée" et "homicides et blessures involontaires", l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), jugée pour avoir tardé à suspendre la commercialisation du Mediator, est condamnée à une amende de 303 000 euros (Le Figaro, 29 mars 2021).

 

Néanmoins, Servier est relaxé du chef d'escroquerie pour cause de prescription... ("Procès du Mediator : "Les victimes savent aujourd'hui que ce qu'on leur a fait est illégal, que c'est un crime", explique la pneumologue Irène Frachon", Francetvinfo, 29 mars 2021). 

 

... Et l'homme du remboursement du Mediator se présente aujourd'hui tranquillement à la présidentielle 2022.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 10:46
Un des membres de la commission sur le "complotisme" est un franc-maçon qui minimisa l'affaire du Mediator

La commission sur le "complotisme" présidée par le sociologue Gérald Bronner, compte, entre autres, des chercheurs, et notamment le professeur et urologue Guy Vallancien, franc-maçon, qui avait "minimisé l'affaire du Mediator qui avait grandement ébranlé la confiance des Français envers les laboratoires pharmaceutiques et les autorités sanitaires." (Nouvel Obs)

Les familles des victimes du Mediator apprécieront  sans doute de savoir que la véracité et l’intégrité scientifiques sont confiées à celui qui considérait que 2000 morts n’étaient « qu’un différend mineur ».

MACRON CONFIE LA POLICE DE LA VERITE SCIENTIFIQUE A UN BIEN ETRANGE PERSONNAGE

 

Source: PGIBERTIE

 

Soucieux de contrôler toute forme d’expression Macron a mis en place une commission et désigné Guy Vallancien pour la partie scientifique . La presse a beaucoup parlé de lui lors de l’affaire du charnier du don des corps

 

Pourfendeur de Raoult et des médecins qui soignent Vallancien dispose d’une tribune au Point

 

https://www.lepoint.fr/debats/vallancien-covid-19-la-medecine-triomphe-les-medecins-plongent-09-02-2021-2413265_

 

Vallancien est un inconditionnel de Macron :

 

Que je sache, nul n’a le droit de conduire sans permis, pourquoi n’accepterais-je pas de circuler librement au prix d’une vaccination

 

Nos libertés individuelles sont allées trop loin, désertant le champ du commun et l’obligation du devoir. Dérive qui en dit long sur l’état de désagrégation de notre démocratie. Emmanuel Macron en optant pour le maintien en l’état de la situation d’urgence sanitaire dans laquelle nous sommes plongés a fait un vrai choix politique au plus noble sens du terme en pesant les divers avis et conseils reçus. Le président de la République l’a fait avec courage.

 

Les péroraisons d’un Raoult, d’un Péronne, d’un Douste Blazy ou d’un Muselier n’ont fait qu’aggraver la confusion. Personne n’y a gagné, surtout pas le citoyen déprimé qui ne peut se référer à aucun discours structuré.

 

Il s’en est pris à Irene Frachon lors du Médiator

 

En lutte ouverte, permanente et finalement lassante, car outrancière contre une industrie qui fait son boulot en participant à sauver des millions de vies humaines. Servier qui a indemnisé les malades atteints d’hypertension artérielle et de valvuloplasties a récemment discuté la nécessité de certaines heures de tierce personne à dix malades. L’Oniam a supporté ce défaut d’indemnisation quitte à se retourner ultérieurement contre le laboratoire. Fallait-il tout ce barnum médiatique pour un différend mineur qui sera de toutes les façons réglé? Non, et c’est pourquoi je refuse de signer la pétition, précisant que je n’ai aucun rapport intellectuel, ni financier avec Servier.

 

La réaction de MME FRACHON

 

La santé publique est au cœur de ces inquiétudes. A ce titre, le choix des personnalités médicales susceptibles d’éclairer cette question est particulièrement sensible. On ne peut qu’être surpris de la cooptation d’un professeur de médecine « médiatique » et impliqué publiquement dans plusieurs polémiques sensibles, notamment à propos du scandale du Mediator, la plus grave affaire de santé publique survenue en France au XXIe siècle et « marqueur » significatif de cette défiance.

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/09/30/irene-frachon-la-composition-de-la-commission-bronner-sur-le-complotisme-laisse-perplexe_6096624_3232.html

 

Il y a aussi ça : https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/politique-de-sante/certificat-mensonger-le-pr-vallancien-ecope-dun-blame-ordinal-apres-une-plainte-du-dr-dupagne

 

Guy Vallancien est connu pour avoir dirigé le Centre du don des corps de l’université Descartes, de 2004 à 2014. Une structure pointée du doigt pour son insalubrité et décrit comme un véritable charnier par les observateurs. Début juillet, le président de l’établissement d’enseignement, Frédéric Dardel, avait d’ailleurs été mis en examen pour « atteinte à l’intégrité d’un cadavre » dans cette affaire.

Suite

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 07:13

Mme Lagarde propose de vacciner la population mondiale en mettant Klaus Schwab en copie, vous savez celui qui souhaite la « Grande Réinitialisation ». Ils ne prennent même plus la peine de se cacher ! 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2021 4 09 /09 /septembre /2021 11:31

De la science la vaccination mondiale ou un projet plus sordide ?

Source : https://uncutnews.ch/der-australische-gesundheitschef-das-covid-contact-tracing-ist-ein-teil-der-neuen-weltordnung/

Source : https://uncutnews.ch/der-australische-gesundheitschef-das-covid-contact-tracing-ist-ein-teil-der-neuen-weltordnung/

Twitter tente désespérément de dissimuler la remarque inquiétante du Dr Kerry Chant. Lors d'une conférence de presse, le chef de la santé australienne, le Dr Kerry Chant, a déclaré : "Nous allons examiner à quoi ressemblera la recherche des contacts dans le nouvel ordre mondial."

 

Oui, en effet.

Il a été demandé à Mme Chant si les "sites d'exposition" comme les bars seront toujours soumis à la recherche des contacts et fermés si une personne qui s'y rend est testée positive au COVID-19, si et quand l'Australie lève son embargo brutal.

"Nous examinerons comment la recherche des contacts se présentera dans le nouvel ordre mondial... oui, cela affectera les bars et les clubs et d'autres choses si nous avons un cas positif dans ce domaine", a déclaré Chant, qui est le responsable de la santé pour la Nouvelle-Galles du Sud.

"Classez ça dans la section Alex Jones avait raison", a commenté un utilisateur de Twitter.

L'expression "Nouvel ordre mondial" a ensuite commencé à circuler sur Twitter, le géant des médias sociaux tentant désespérément de prétendre que tout cela n'était qu'une "théorie du complot sans fondement".

"Les vérificateurs de faits ont régulièrement démystifié les affirmations liées à la théorie du complot", indique la déclaration. "L'expression est régulièrement utilisée dans les périodes de changement ou de transformation culturelle."

En réalité, ce terme est utilisé depuis longtemps par les chefs d'État et de gouvernement et d'autres responsables publics pour signaler qu'ils soutiennent pleinement le consensus visant à créer un "Nouvel ordre mondial" - ce qui, en termes simples, signifie une centralisation agressive du pouvoir au détriment de la réduction des libertés pour les populations.

Sans surprise, ce commentaire est venu du Dr Chant, la bureaucrate sévère qui est devenue célèbre pour ses déclarations autoritaires.

Comme nous l'avons souligné plus tôt cette semaine, Chant a déclaré que le COVID sera avec nous "pour toujours" et que les gens devront "s'habituer" à faire d'interminables piqûres de rappel.

En juillet, elle a demandé aux Australiens de ne pas se parler, même s'ils portaient un masque.

"Bien qu'il soit dans la nature humaine de parler aux autres, d'être amical, malheureusement, ce n'est pas le moment", a déclaré Chant, ajoutant : "Donc, même si vous rencontrez votre voisin au centre commercial... n'engagez pas la conversation."

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 18:37

Avant même que l’OMS ne parle de pandémie, en date seulement du 11 Mars 2020, nous avons découvert des documents dont la plupart ont déjà été publiés, mais visiblement oubliés, ou passés en catimini.

 

Le pass sanitaire décidé pour l’Europe le 12 septembre 2019

Lors d’un sommet avec les chefs d’États et l’OMS, il est sorti un rapport sous PDF, une feuille de route, dans lequel il est indiqué le désir de l’union européenne d’instaurer une « carte de vaccination européenne », et pour 2022, ils l’appellent carrément « passeport sanitaire ».

 

Lien du rapport: https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/vaccination/docs/2019-2022_roadmap_en.pdf

 

Et l’AFP et LCI se contredisent totalement pendant ce temps, quant à ce PDF de la commission européenne qui a été assez partagé à l’époque mais oublié depuis. Ils ne s’attendaient tellement pas à cette réaction des peuples, pas si dupes, qu’ils tentent de le justifier par plusieurs moyens en se prenant les pieds dans le tapis.

 

C’est assez drôle de les voir se perdre dans leurs mensonges et manquer de coordination.

 

 

Source: https://www.lci.fr/sante/oui-la-commission-europeenne-reflechit-a-un-passeport-vaccinal-et-cela-fait-plusieurs-annees-2175528.html

 

Mais attendez, vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Le journal « Le Monde », en Décembre 2019 officialisait déjà l’instauration d’un passeport sanitaire en phase de test, en Afrique, subventionné par Bill Gates, comme par hasard.

 

Source: https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/19/le-kenya-et-le-malawi-zones-test-pour-un-carnet-de-vaccination-injecte-sous-la-peau_6023461_3212.html

 

Et si cela ne vous suffisait pas, la firme ModernaTX, qui comme Pfizer a développé un vaccin à ARNm toujours en phase de test dont l’efficacité n’est pas prouvée tout comme la balance bénéfices/risques, et les effets secondaires très présents, a publié un document passé inaperçu concernant le développement d’un vaccin à ARN messager contre le coronavirus, 4 mois avant la déclaration de pandémie par l’OMS:

 

Page 105 https://s3.documentcloud.org/documents/6935295/NIH-Moderna-Confidential-Agreements.pdf

Regardez la dernière phrase. « Vaccin à ARNm coronavirus développé par le NIAID et Moderna », page 105

 

 

Source: Daté du 12 Décembre 2019 comme marqué ci dessus, page 107

La manipulation est de plus en plus avérée dans la tête des gens, le réveil est en marche et ils ne pourrons plus berner les peuples aussi longtemps qu’ils le désirent. Ils pensaient instaurer le pass sanitaire dans une suite logique de leur plan dictatorial, mais les européens en ont décidé autrement.

 

Tout est résumé dans cette interview de Philippe de Villiers, à partir de la 31è minute. Il développe tout ce que l’on vient de démontrer, en allant plus loin, expliquant que la prochaine étape est le crédit social si on laisse faire.

[NdCR. Extrait de la video. Philippe de Villiers :

 

"Je me méfie d'un vaccin qui a été fabriqué en si peu de temps. [...] Le Pass sanitaire est liberticide, il est discriminatoire. Mais cela va beaucoup plus loin : [...] il a été décidé le 12 septembre 2019 à l'initiative de la Commission de Bruxelles et du Conseil des chefs d'Etat à l'Europe lors d'un sommet avec l'OMS, un passeport vaccinal obligatoire, et ils avaient déjà tout prévu, même la désinformation, les fake news. Après cela, il y a eut le fameux exercice à New York le 18 octobre 2019, où Big Pharma, Big Data, Big Finances simulent une pandémie de coronavirus (hasard...) - donc visiblement ils anticipent -. Pour cette simulation (de pandémie) il y a Johnson et Johnson, le Forum de Davos, Bill Gates, l'Université John Hopkins. Cela a été filmé, c'est l'Event 201. C'est-à-dire qu'ils se sont réunis et ils ont simulé une pandémie de coronavirus... Et avec leurs exercice il y avait 65 millions de morts... Alors je ne suis pas en train de vous dire qu'ils ont inventé le coronavirus, je suis en train de vous dire que ces gens-là qui ont fait la mondialisation sans frontières et sans cloisons, savaient qu'il y aurait un coronavirus, et ils l'ont fait quand même parce qu'ils savaient le profit qu'ils en tireraient (Cf. Le livre de Klaus Schwab, 'Covid 19, la Grande réinitialisation' : 'la pandémie nous donne une chance, elle représente une fenêtre d'opportunité' (sic). Une fenêtre d'opportunité pour quoi ? Pour une réinitialisation du monde, c'est-à-dire la digitalisation du monde. 

 

[...] Et l'idée du Pass sanitaire c'est d'appliquer la feuille de route, qui est l'identité numérique pour tous, soit par reconnaissance biométrique, soit faciale (l'iris), de nous géolocaliser et de nous contrôler. C'est le traçage humain, le traquage et le flicage intime. Avec l'identité numérique qui remplacera toutes nos identités, les géants du numérique d'une part et la classe dirigeante d'autre part, pourront nous contrôler et avoir accès à avoir accès à nos données les plus intimes. Et bien cela, Orwell ne l'avait même pas imaginé. Et donc moi je dis, je ne veux pas du passeport sanitaire parce que c'est l'engrenage vers l'identification numérique. Et l'identification numérique c'est un monde sans liberté. C'est-à-dire une monde dans lequel au nom du sanitaire on a sacrifié la jeunesse; un monde dans lequel au nom du tout numérique on a sacrifié la société de voisinage, et un monde dans lequel au nom du post-humanisme on dénature l'espèce humaine. Et il y a des gens dans le monde qui savent tout cela et qui disent 'non, pas le pass sanitaire'. [...] Ils sont en train de nous voler notre liberté." (Fin de citation) ]

 

Source et suite de l'article

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 13:38

Nous en proposions l'idée pour l'organisation des présidentielles 2017, également en 2015, et 2014, le Portugal en approuve une proposition de loi :

Source : https://observador.pt/2021/07/14/aprovada-proposta-para-que-politicos-declarem-pertenca-a-associacoes-como-a-maconaria-e-a-opus-dei/

Source : https://observador.pt/2021/07/14/aprovada-proposta-para-que-politicos-declarem-pertenca-a-associacoes-como-a-maconaria-e-a-opus-dei/

La Commission de la transparence et du statut des députés a approuvé l'initiative qui oblige les titulaires politiques à déclarer leur appartenance à des associations telles que la franc-maçonnerie et l'Opus Dei. Seul le PS a voté contre. 

 

La commission de la transparence et du statut des députés a approuvé ce mercredi une initiative du PSD qui établit que les titulaires de postes politiques et de hautes fonctions publiques doivent déclarer appartenir à des associations, tant que cela n'implique pas de révéler des "données protégées par la constitution".

 

Le texte de remplacement, présenté par le PSD, amendant un projet de loi PAN qui était en discussion en commission, prévoit que les titulaires de mandats politiques et de hautes fonctions publiques doivent déclarer leur "affiliation, participation ou exercice de toutes fonctions dans toutes entités d'un groupement associatif", exercés au cours des trois dernières années ou à exercer cumulativement avec le mandat.

 

Mais "à condition que cette mention ne soit pas susceptible de révéler des données protégées par la Constitution, telles que celles relatives à la santé, à l'orientation sexuelle, à l'appartenance syndicale ou aux convictions religieuses ou politiques, auquel cas une telle mention n'est que facultative".

 

Cette proposition a été approuvée avec les votes favorables du PSD, BE, PCP, CDS-PP et PAN et les votes défavorables du PS.

 

L'initiative du PSD vise également à modifier l'article du régime d'exercice des fonctions des titulaires de mandats politiques et de hautes fonctions publiques en matière d'accès et de publicité, établissant que la consultation de ces éléments ne peut avoir lieu que sur demande motivée, comme c'est le cas des informations sur les revenus et le patrimoine.

 

Lors de la réunion de mercredi, les députés de la Commission de la transparence et du statut des députés ont rejeté une proposition de modification du PCP afin que l'accès aux informations sur l'appartenance à des associations soit "réservé aux situations dans lesquelles ces informations sont pertinentes aux fins de détermination d'infractions pénales, responsabilité civile ou disciplinaire ou pour l'application des règles prévues par le statut des députés et par le régime d'exercice des fonctions par les titulaires de charges politiques et de hautes fonctions publiques". Cette initiative a eu un vote en faveur du PCP, une abstention du PAN et un vote contre les autres.

 

Cette discussion est née à la suite d'un projet de loi PAN (entré en décembre 2019) qui prévoyait que la déclaration, qui s'applique déjà aux revenus, avoirs, intérêts, incompatibilités et empêchements, inclue "un champ facultatif à remplir" pour indiquer l'appartenance à des organisations "discrètes" telles que la franc-maçonnerie et l'Opus Dei.

 

Le PAN a renoncé à son projet de loi au détriment de la proposition alternative approuvée aujourd'hui dans la spécialité, n'ayant été votée et approuvé que la règle transitoire du parti qui établit que ces changements "s'appliquent aux titulaires de postes politiques et de hautes fonctions publiques, et équivalent en vertu de aux termes de l'alinéa 5 de l'article 13 de la loi n° 52/2019" qui "commence, renouvelle ou met fin aux fonctions dès l'entrée en vigueur", qui intervient cinq jours après la publication du diplôme.

 

Avant le vote, le député social-démocrate André Coelho Lima a expliqué que la magistrature a remplacé son initiative suite aux contributions des entités entendues par la commission dans ce domaine et a souligné qu'il ne voulait pas que le projet soit "considéré comme une persécution".

 

A son tour, la députée Isabel Moreira (PS) a mis en garde contre des problèmes de constitutionnalité des propositions et a fait valoir que le président de la République "fera bien" en envoyant le diplôme à la Cour constitutionnelle.

 

Dans le débat, le leader parlementaire de BE, Pedro Filipe Soares, a estimé qu'"il y a un atout précieux à défendre, c'est la transparence". João Oliveira, chef du caucus communiste, a déclaré que la nouvelle proposition du PSD "finit par correspondre" à des préoccupations de constitutionnalité.

 

Pour le CDS-PP, le député João Almeida a noté qu'avec l'approbation de cette proposition, l'objectif du PAN de "mettre fin au secret de certaines organisations et au secret de la connexion de certaines personnes à certaines organisations n'existe tout simplement pas".

 

Le texte approuvé ce mercredi en spécialité, devra encore être voté en plénière.

 

____________

La franc-maçonnerie portugaise a déjà déclaré son rejet de cette loi parle le biais de son Grand Maître de la Grande Loge Légale du Portugal – Grande Loge Régulière du Portugal (GLLP/GLRP) qui considère qu'"ils ont perdu leur bon sens et leur respect des droits et libertés individuels des députés." (Source)

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2021 4 22 /07 /juillet /2021 06:32
Source: https://uncutnews.ch/hochrangiger-freimaurer-will-mittels-big-reset-zur-weltdiktatur/

Source: https://uncutnews.ch/hochrangiger-freimaurer-will-mittels-big-reset-zur-weltdiktatur/

Le même mois où Klaus Schwab publiait son livre sur la "Grande Réinitialisation", le philosophe et franc-maçon italien (33e degré) Giuliano Di Bernardo présentait son livre aux idées totalitaires. De 1990 à 1993, il a été Grand Maître de la Grande Oriente d'Italia et a ensuite fondé la Gran loggia regolare d'Italia - la Grande Loge régulière d'Italie. Aujourd'hui, il dirige sa propre loge : l'Accademia degli Illuminati, qui aurait son siège à Vienne.

 

Elle présente son projet dans son livre « Il futuro di Homo sapiens », paru l'année dernière. Le franc-maçon prône la création d'un « homme nouveau » par une restructuration radicale du monde.

 

Il écrit également que les pandémies seront "normales" à l'avenir. Ils seront alors la règle plutôt que l'exception, estime Di Bernardo. La question n'est donc pas de savoir comment l'empêcher, mais comment le contrôler, dit-il.

 

La seule solution, a déclaré le franc-maçon, est la dictature, et il cite la Chine en exemple. Selon lui, ce pays montre qu'il sait maîtriser les pandémies. Les citoyens ont peur de la pandémie mais ne sont pas encore prêts à accepter le contrôle social qui existe en Chine. Mais, selon Di Bernardo, c'est le seul moyen de contrôler une pandémie.

 

Le franc-maçon n'est pas un défenseur de la démocratie et prône un gouvernement mondial composé d'une petite élite. Une dictature mondiale. Tout indique que les choses vont dans ce sens. Un récent rapport de l'ONU a appelé à la création d'un "système de surveillance mondial", apparemment pour lutter contre les pandémies. En outre, le chef de l'OMS, Tedros, a mis en garde contre une nouvelle pandémie qui serait "encore plus meurtrière".

 

Vers la fin de son livre, Di Bernardo écrit remarquablement que les "Illuminati" doivent être impliqués dans les plans d'un gouvernement mondial dictatorial. Schwab et Di Bernardo puisent-ils aux mêmes sources ? Ont-ils les mêmes objectifs ? Vraisemblablement.

 

SOURCE: WOCHENBLICK

Source: https://www.wochenblick.at/bedrohlich-freimaurer-chef-will-per-great-reset-zur-welt-diktatur/

Source: https://www.wochenblick.at/bedrohlich-freimaurer-chef-will-per-great-reset-zur-welt-diktatur/

Partager cet article
Repost0
13 juin 2021 7 13 /06 /juin /2021 13:08
Partager cet article
Repost0
25 mai 2021 2 25 /05 /mai /2021 07:11

Le "complot qui n'existe pas" voit tous les projets décrits il y a déjà plus de deux siècles se réaliser... Tiens donc !

 

Comme le veulent le Forum économique de Davos et Klaus Schwab... il n'y aura plus de maison individuelle, plus de voiture, plus de CDI, des CDD à vie, la fin de la propriété, la retraite à 70 ans. Le Premier ministre espagnol adopte un plan visant à "faire de l’Espagne en 30 ans un des pays les plus modernes et prospères de l’Union européenne" (sic) !

 

Source: Se Réveiller - C'est S'informer Twitter | SputnikNews

Complot : plus de maison individuelle, plus de voiture, plus de CDI, CDD à vie, fin de la propriété, retraite à 70 ans : le Premier ministre espagnol adopte un plan visant à "faire de l’Espagne en 30 ans un des pays les plus modernes et prospères de l’Union européenne"

Jeudi 20 mai, le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a présenté un plan de 675 pages intitulé Espagne 2050, fondements et propositions pour une stratégie nationale à long terme invitant à entamer une réflexion collective sur les défis du pays après la pandémie pour savoir quel type de pays «nous voulons être dans 30 ans».

 

«La vision de l’avenir doit être celle de l’État et non du gouvernement. Le présent nous occupe, mais nous devons également nous soucier de l'avenir», a lancé le Premier ministre.

Des réformes incendiaires

Le journal El Mundo déduit que conformément au plan de Sanchez en 2050, les Espagnols n’auront ni voiture ni maison personnelles et devront partager un appartement. Ils seront obligés de renoncer aux avions pour des voyages de courte distance en utilisant le train. En matière d’emploi, ils auront un statut autonome ou en CDD et pourraient avoir à travailler jusqu'à 70 ans avant de partir à la retraite. Ils devront manger moins de viande et payer plus d'impôts pour boire ou fumer.

 

Le document, développé avec la contribution de plus de 100 experts de divers domaines et origines idéologiques, est désormais ouvert aux amendements des partis politiques, des autorités locales et régionales, des syndicats et des groupes d'employeurs, des organisations à but non lucratif et des universités.

___________

Note du Blog Christ-Roi : Pas de referendum pour savoir si le peuple est d'accord avec ce projet communiste digne de l'URSS de Lénine et Staline, promesse de lendemains radieux de prospérité  économiques... Les Banksters et autres oligarques ont de beaux jours devant eux.

___________

Illuminés de Bavière : l'illuminisme au XVIIIe siècle

Partager cet article
Repost0
17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 17:27
Prince Philip: le prince qui voulait devenir un virus mortel ! Un aspect important de la vie du Prince Philip qui a été largement passé sous silence

De Patricia Gooding-Williams sur le site "Daily Compass" (version anglaise de la Nuova Bussola Quotidiana) :

 

Le prince qui voulait devenir un virus mortel

 

17-04-2021

 

Il a fondé le WWF et, pour sauver l'environnement, aurait volontiers sacrifié une partie de l'humanité, déclarant même qu'il voulait se réincarner en virus mortel. Imprégné de l'idéologie néo-malthusienne, il a hérité et promu la culture eugénique. C'est la facette moins connue du mari de la reine Elizabeth, le prince Philip d'Édimbourg, dont les funérailles ont lieu aujourd'hui.

 

"Dans l'éventualité où je me réincarnerais, j'aimerais revenir sous la forme d'un virus mortel, afin de contribuer à la résolution de la surpopulation." Cette phrase du prince Philip, dont les funérailles sont célébrées aujourd'hui au château de Windsor, dans le sud de l'Angleterre, met en lumière un aspect important de sa vie qui a été largement négligé par ceux qui commémorent son long héritage après sa mort, le 9 avril 2021.

 

Contrairement à certaines de ses gaffes, il ne s'agissait pas d'un de ces commentaires improvisés qui ont assailli sa réputation. Au contraire, elle exprimait une conviction profonde qui a déterminé ses engagements durant sa vie active. La citation tirée d'une interview de 1988 confiée à la Deutsche Press-Agentur se retrouve dans de nombreuses autres interviews et conférences qu'il a données sur le thème de la conservation. La sauvegarde de l'environnement était un rôle qu'il assumait avec dévouement et qu'il appelait toutes les personnes en position de pouvoir à assumer également, car par défaut, elles ont un impact direct sur le comportement de ceux qui leur sont inférieurs.

 

Mais dans le cas hypothétique de sa réincarnation, le fait que le duc d'Édimbourg veuille revenir sous la forme d'un virus mortel pour "guérir" le monde de sa maladie présumée, la surpopulation, en tuant des millions de personnes, a laissé tout le monde pantois. Qui plus est, il a omis de dire si les immenses souffrances qu'il infligerait à ceux qu'il infecterait le préoccupaient un tant soit peu.

 

Pourtant, le contrôle de la population, comme le suggère son commentaire, n'était pas l'objectif principal du prince Philip, il était le moyen d'atteindre une fin. La préservation d'un environnement durable est sa préoccupation et, à son avis, la croissance démographique incontrôlée est le cancer qui, s'il n'est pas traité, conduira à sa disparition. Il voyait la question de la croissance démographique incontrôlée de la même manière non sentimentale qu'il voyait la nécessité d'abattre les animaux afin de maintenir l'équilibre délicat de la durabilité naturelle. Le Prince Philip a très bien expliqué son point de vue en utilisant l'exemple du succès d'un projet des Nations Unies dans les années 1940 qui a éradiqué la malaria au Sri Lanka. "Ce que les gens ne réalisaient pas, c'est que la malaria contrôlait en fait la croissance de la population. La conséquence a été que la population a doublé en 20 ans environ. Maintenant, il faut trouver quelque chose à faire pour tous ces gens et un moyen de les nourrir."

 

Le prince Philip n'avait pas de façade, il disait toujours ce qu'il pensait et une fois qu'il avait pris une décision, il s'y tenait comme à la colle. Sa position de consort de la reine du Royaume-Uni a évidemment multiplié les occasions de toucher de nombreux publics, et le message conservationniste qu'il a transmis au monde était gravé dans le marbre. Fred Hauptfuhrer l'a interviewé pour PEOPLE en 1981, pour un article intitulé Vanishing Breeds Worry Prince Philip, but not as much as overpopulation.

 

À la question "Quelle est, selon vous, la principale menace pour l'environnement ?", le prince Philip répondait : "La croissance de la population humaine est probablement la plus grave menace à long terme pour la survie. Nous nous dirigeons vers une catastrophe majeure si elle n'est pas freinée, non seulement pour le monde naturel, mais aussi pour le monde humain. Plus il y a de gens, plus ils consomment de ressources, plus ils créent de pollution, plus ils se battent. Nous n'avons pas le choix. Si elle n'est pas contrôlée volontairement, elle le sera involontairement par une augmentation des maladies, de la famine et des guerres".

 

A la question "Le contrôle des naissances fait-il partie de la solution ?", le duc répond : "Oui, mais vous ne pouvez pas éliminer ces problèmes par la loi. Il faut faire comprendre aux gens qu'ils en ont besoin : les gens les plus importants, ceux qui ont des responsabilités et qui peuvent réellement faire quelque chose pour résoudre le problème. Ceux qui n'ont pas de responsabilités doivent le faire parce qu'ils sont les victimes. Ils doivent accepter les mesures".

 

Dès le début, le prince Philip a voulu laisser une trace. Il a fondé le Fonds mondial pour la nature (WWF) en 1961 et en a été le président britannique de 1961 à 1982, le président international à partir de 1981 et le président émérite à partir de 1996. Il a contribué à la création de l'Australian Conservation Foundation en 1963, a également été président de la Zoological Society of London pendant deux décennies et a été nommé membre honoraire en 1977. Pourtant, les défenseurs du bien-être des animaux ont trouvé en lui un allié improbable et ont souvent eu du mal à faire face à ce qu'ils considéraient comme ses messages contradictoires, voire son hypocrisie.

 

Ils ne comprenaient pas comment il pouvait justifier à la fois le droit de chasser et la lutte contre l'extinction. Le prince Philip, à son tour, s'est plaint qu'ils n'avaient rien compris : "Lorsque j'étais président du WWF, je recevais plus de lettres de personnes s'inquiétant de la façon dont les animaux étaient traités dans les zoos que de toute préoccupation pour la survie d'une espèce. Les gens n'arrivent pas à se faire à l'idée qu'une espèce puisse survivre, vous savez, ils sont plus préoccupés par la façon dont on traite un âne en Sicile ou autre." ... "Je pense qu'il y a une différence entre se préoccuper de la conservation de la nature et être un câlineur de lapins", a-t-il déclaré à Fiona Bruce de la BBC en 2011.

 

Dans son esprit, la conservation de la nature et la croissance stable de la population étaient la reconnaissance responsable que les deux avaient besoin l'un de l'autre si la vie devait survivre sur la terre. Le discours qu'il a prononcé en 1990 à l'occasion de la conférence Rafael M.S. Salas "People and Nature" aux Nations unies à New York a servi à illustrer ce point. "...Il y a plus de 25 ans, j'ai commencé à réaliser que, si l'espèce humaine fait honneur aux scientifiques et aux technologues, l'explosion démographique humaine qui en résulte est devenue la cause première de la dégradation de l'environnement naturel et responsable de l'extinction d'espèces sauvages de plantes et d'animaux. ....Il doit être évident maintenant que la poursuite de la croissance démographique dans n'importe quel pays n'est pas souhaitable. ... Ce qui compte, c'est la taille de la population en proportion de l'espace disponible... notre planète Terre est une boule de taille fixe. ... La mèche de la bombe démographique est déjà allumée et les conséquences de l'explosion pour le monde futur seront beaucoup plus dévastatrices que n'importe quel holocauste nucléaire."

 

Vient ensuite la question de savoir qui doit désamorcer cette bombe et prendre les décisions exécutives pour garantir la survie de l'espèce. Voici sa réponse : "Je ne doute pas que le Fonds des Nations unies pour les activités en matière de population (FNUAP) se préoccupe de la conservation de la nature et que le WWF encourage la planification familiale dans ses projets de conservation intégrée. ... J'espère avoir fait comprendre que le contrôle de la population humaine et la conservation de la nature sont tous deux concernés, à leur manière, par la santé et le bien-être futurs de la planète Terre et de tous ses habitants vivants. ... Les leaders de la pensée, de la politique et de l'administration, [devraient] commencer à faire face aux faits et à faire de sérieux efforts pour trouver des moyens de résoudre la crise."

 

L'étrange citation du prince Philip, qui est revenue sur le devant de la scène après l'annonce de sa mort par le palais de Buckingham la semaine dernière, a provoqué des exclamations d'étonnement et ses propos ont été liés aux décès provoqués par la pandémie de COVID-19. Mais ce que beaucoup ne remarquent pas, c'est que les politiques de contrôle de la population qu'il préconisait et qui sont pratiquées par les agences des Nations unies trouvent leurs racines dans le mouvement eugéniste britannique, qui est devenu une force au moment de la naissance du prince Philip en 1921. Espérons qu'un jour, après que le récit politiquement correct de son héritage se sera calmé, quelqu'un reconstruira les vérités oubliées qu'il révèle. En attendant, les adeptes du contrôle de la population croisent probablement les doigts dans l'espoir que le prince Philip revienne sous la forme d'un affreux virus et les aide à finir le travail !

 

Mais s'il devait les décevoir, le fils du duc, Charles, et son petit-fils, William, futur héritier du trône, ont pris le relais et lui font déjà honneur.

Belgicatho.be

Partager cet article
Repost0
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 17:44
Vaccination en Israël : “c’est une deuxième Shoah”

Source : Olivier Demeulenaere 

Avant d’appeler le GIGN, les forces spéciales, les commandos de la Dilcrah et de me foutre au trou pour le restant de mes jours… cette expression “deuxième Shoah” est utilisée par Haim Yativ et le docteur Seligmann, un ingénieur et un biologiste de nationalité israélienne (franco-israélien et israélo-luxembourgeois respectivement) pour qualifier la campagne de vaccination massive couillonavirale menée en Israël, depuis le 19 décembre 2020.

Dans leur interview, à la 48ème minute, verbatim :

C’est de l’expérimentation sur le peuple israélien, sur le peuple juif.
C’est une deuxième shoah. Et je pèse mes mots.

Leur étude est renversante. Voici leurs conclusions :

 Nous déclarons que les vaccinations ont causé plus de décès que le coronavirus n’en aurait pendant la même période.

Nous concluons que les vaccins Pfizer, pour les personnes âgées, ont tué au cours de la période de vaccination de 5 semaines environ 40 fois plus de personnes que la maladie elle-même en aurait tué, et environ 260 fois plus de personnes que la maladie parmi les plus jeunes.

 

Ils démontrent au passage le bidonnage… des données officielles (un grand classique depuis 1 an, dans tous les pays).

Rappelons qu’Israël et la société Pfizer ont signé un deal… faustien : mes doses de vaccin contre tes données (ta population entière… les cobayes).

France Soir a publié un article et a donc mené une interview de 1 heure.

Nous avons déjà eu des débats enflammés ici au sujet de cette campagne en Israël et je déplorais l’absence de réaction.

Cela fait du bien de voir que des Israéliens réagissent enfin et s’opposent bille en tête à la folie totalitaire des autorités.

Bravo !

Les élections fin mars seront cruciales.

Covidémence.com, le 19 février 2021

Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 08:14

Dans l'émission Quotidien sur TMC le 26 janvier 2021, Jacques Attali a déclaré : "Je ne prône pas un gouvernement mondial, cela n'a aucun sens. Peut-être dans deux siècles..."

 

Et dans l'émission Tous Complotistes ?, animée par Martin Weill, diffusée sur TMC le 26 janvier 2021, il évoquait le fait qu'il y a toujours eu des épidémies, ce qui a pu l'amener à réfléchir sur une nouvelle pandémie qui frapperait l'humanité.   

 

Dans un billet sur son site du 10 février 2021, "Manger, c’est parler", Attali critique l’incohérence de la politique sanitaire de Macron. Il va jusqu’à assimiler les restaurants à des lieux de "coalition anticapitaliste", à stigmatiser l’isolement du télétravail et des Ehpad… Il faut, selon lui, "rétablir au plus vite le repas, dans sa splendeur, non pas seulement pour manger bon et sain, mais aussi pour converser, libres et joyeux ; pour construire l’économie de la vie et pour transmettre, précieusement, ce qui fait l’essentiel de chacune de nos civilisations". 

 

"Les restaurants ne sont pas uniquement un lieu de consommation alimentaire. Ils sont, avec le repas familial, les lieux principaux de la conversation, et de la transmission. Or, les pouvoirs, dans toutes les sociétés, n’aiment pas que les gens bavardent en mangeant : ils y échangent des informations ; ils y discutent de sujets politiques ; ils y organisent des coalitions ; tout cela hors du contrôle du pouvoir, qui ne sait rien de ce qui s’y dit ; très dangereux pour lui." Source

En 2009, Attali décrivait le plan des mondialistes : "avancer par peur", utiliser une pandémie pour créer un gouvernement mondial à partir de la peur. (Source: L'Express   Par Jacques Attali,   publié le 06/05/2009 )

Salim Laïbi "le Libre Penseur" a publié hier une video recensant toutes les fois où (dans ses livres ou à la télévision) Jacques Attali a dit souhaiter un gouvernement mondial :

Extraits :

 

"Dans 'La Crise et après ?' (Fayard, 2008, p. 16), Jacques Attali évoque : 'un salaire mondial minimal, un Etat de droit mondial, prélude, à terme, à un gouvernement mondial.'

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans 'Vivement après-demain, 15 ans pour sortir de l'impasse' (Fayard 2016, p. 202), il écrit : 'Tout ce qui précède démontre aussi qu'un tel programme doit être fondé sur la mise en place d'un pouvoir planétaire.'  

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans "Dictionnaire du XXIe siècle" (Fayard, p. 117), Attali évoquait le confinement ("cantonnement") comme réponse aux épidémies, ainsi que la prise de mesures planétaires non démocratiques et une police mondiale qui ferait naître "un pouvoir planétaire" (sic) :

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Sur le plateau du 20h de France 2, animé par Laurent Delahousse, le 10 octobre 2008, Attali déclarait : "Le problème c'est qu'il n'y a pas de loi. Nous avons accepté une globalisation du marché sans état de droit. Or, un marché sans état de droit c'est de la piraterie, c'est du n'importe quoi et c'est cela que l'on a à l'échelle mondiale. Et tout le problème aujourd'hui, c'est soit on va retourner à des marchés fermés où on aura un état de droit national, très difficile à appliquer, ou on va être capable de mettre en place un état de droit mondial qui va permettre de faire respecter les règles." (sic)

Dans l'article de La Croix, 12 novembre 2010, intitulé "L'opinion publique a besoin de phares" (sic), Attali déclare : "Aujourd'hui, on est à l'aube de savoir si le monde va tourner au chaos ou s'il s'oriente vers un gouvernement mondial."

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Attali "convie le lecteur à imaginer ce que pourrait être un gouvernement mondial à partir de ce qui existe déjà" dans La Tribune du 15 avril 2011, p. 30.

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans Les Echos le 16 septembre 2015, Jacques Attali et Edouard Philippe publient un article intitulé : "Un nouvel état de droit pour un monde positif." "La clef de l'avenir est là : pourra-t-on installer un Etat de droit planétaire, si nécessaire, en respectant la démocratie et en tenant compte de l'intérêt des générations suivantes ? C'est possible.  Pas plus utopique que ne le furent en leur temps la SDN, l'ONU ou l'Union européenne. Espérons seulement que, cette fois-ci, on n'attendra pas qu'une guerre épouvantable nous force à agir pour reconstruire ce que notre folie aura laissé disparaître."

 

Commentaire utile de Salim Laïbi : "Vous avez compris ? Toujours pareil l'Ordo ab chao, je terrorise les gens, je leur explique qu'ils vont tous mourir dans d'horribles souffrances parce que c'est la guerre mondiale. Et pour vous éviter ce carnage mondial on va mettre en place ce gouvernement mondial !" 

Jacques Attali et son étonnante volte-face

En gros, le gouvernement mondial ou la guerre, la même méthode que les francs-maçons de 1789 qui avaient pour slogan "la liberté ou la mort."

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans L'Expansions, mars 2012, p. 42, "l'essayiste propose de FUSIONNER LE G20 avec le Conseil de sécurité des Nations Unies pour former un CONSEIL DE GOUVERNEMENT', assisté d'un administrateur général délégué élu au suffrage universel planétaire." 

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans Le Monde, "La Démocratie à l'épreuve du futur", 8 janvier 2007, Attali explique qu'"il ne faudrait pas que nous attendions la troisième (guerre mondiale) pour mettre en place UN GOUVERNEMENT MONDIAL. Le projet est assez simple – fusionner le Conseil de sécurité et le G8."

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans Le Monde, Les Débats du Monde, Décryptage 19, 27 mars 2009, Attali dit : "je pense ensuite qu'il faut réfléchir à un gouvernement mondial."

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans L'Express, du 24 octobre 2018, Attali dit : "Nous avons besoin d'un Etat de droit planétaire."

Jacques Attali et son étonnante volte-face
Jacques Attali et son étonnante volte-face

"On court vers une guerre mondiale en 2035", Paris Match, 17 septembre 2015

 

"Votre prévision planétaire donc ?

"Je confirme les cinq étapes que j’avais décrites dans «Brève Histoire d’ avenir» : déclin de l’empire américain, tentative ratée des autres gouvernements de s’unir pour gouverner le monde, gouvernement du monde par les marchés, guerre mondiale et enfin état de droit mondial. Nous sommes à la fin de la deuxième étape. A ce stade on court droit vers une guerre mondiale en 2035. Mais on peut toujours l’éviter."

 

Traduction : toujours pareil, si on ne va pas vers un gouvernement mondial on va droit vers une guerre mondiale ... en 2035.

 

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Et sur Public Sénat, émission "Conversation d'avenir", Jacques Attali propose une capitale mondiale pour son gouvernement mondial ... "Jérusalem, devenant capitale de la planète, et qui sera un jour unifiée autour d'un gouvernement mondial."

 

Lire : La reconstruction du troisième temple de Jérusalem a débuté

Partager cet article
Repost0
6 février 2021 6 06 /02 /février /2021 10:50
"Depuis que l'on porte des masques, tous les masques sont tombés !" Le rabbin Dinovitz remballe Gog et Magog et vire full complotiste !

Le rabbin Dinovitz remballe Gog et Magog et vire full complotiste !

 

Des propos éveillés que nous partageons depuis toujours ici, depuis la création de ce blog : 

Selon les dires de Dinovitz : 

 

"Je pense que les gouvernants et les médias font tout pour nous jeter dans un flou inimaginable.

 

"Je vous signale qu'en ce moment en Israël on nous met en quarantaine pour au minimum quinze jours et ils commencent déjà à nous dire que cela sera peut-être plus que quinze jours.

 

"On vit quelque chose de catastrophique en Israël depuis le début du corona, l'effondrement de toute l'économie, des classes moyennes, etc., les gens n'ont plus de travail, beaucoup n'ont plus à manger, et tout le monde, les êtres humains véritables ressentent qu'il y a une conspiration derrière toutes ces horreurs inimaginables.

 

"Et malheureusement, il nous aura fallu des années et des années pour se rendre compte, à nous aussi, peuple juif en Israël, que le gouvernement en Israël était à la solde de tous les gouvernements mondiaux occidentaux et faisait partie d'un groupe de conspiration qui n'était pas différent ici (en Israël) de ce qu'il est ici en France, ou de qu'il est ailleurs. Malheureusement il nous aura fallu des décennies pour arriver à ouvrir les yeux. Et c'est toujours ce que je dis : depuis que l'on porte des masques, tous les masques sont tombés !

 

"Et donc, nous sommes des centaines de milliers à ne plus avoir confiance du tout, du tout, dans nos politiciens ici en Israël, parce qu'ils font partie du monde occidental et de la démocratie qui n'est qu'une vitrine pour arriver à dominer le monde entier ! Et le projet avance à une rapidité qu'on ne peut même pas imaginer."

 

(Fin de citation)

___________

 

Source video"Après les bonnets rouges, les gilets jaunes, les masqués , voici les chapeaux noirs !" Gloria.tv

 

L'éveil de tous est en train de se réaliser. Nous vivons un moment unique. Mais continuons de prier chaque jour notre chapelet.

 

Prions les Saintes Plaies du Seigneur, que Dieu vienne en aide à tous les peuples de la planète. Qu'Il anéantisse la Plandémie, et convertisse les personnes derrière le Grand reset et le nouvel ordre mondial.

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 08:02
Onze membres du gouvernement font partie du club du "Siècle" anciennement présidé par Olivier Duhamel

Un cercle très fermé où tous ses membres ont une règle : ne rien répéter de ce qui se dit dans leurs dîners.

Il est un club élitiste qui a vu le jour en pleine Seconde Guerre mondiale, fondé par d'anciens résistants. Le Siècle est un endroit très fermé où ses membres, dirigeants politiques, économiques ou culturels français, se regroupent une fois par mois lors d'un dîner au Cercle de l'Union interalliée, au 33 rue du Faubourg-Saint-Honoré (Paris). Ils ont un mot d'ordre : ne rien répéter de ce qui se dit entre eux. Mais la liste de ses membres est d'ordinaire secrète. Or, nos confrères de l'Obs ont pu se procurer son annuaire, pourtant estampillé "confidentiel" en lettres capitales rouges. Et il se trouve que parmi ces membres, jugés pourtant "vieillissants", se trouvent onze membres du gouvernement ainsi que d'anciennes figures ayant servi sous Emmanuel Macron.

 

La liste dévoilée par l'Obs comprend donc : Edouard Philippe (l'ancien Premier ministre), Muriel Pénicaud (ex-ministre du Travail), Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Éducation), Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur), Florence Parly (ministre des Armées), Élisabeth Borne (ministre du Travail), Sébastien Lecornu (ministre des Outre-mer), Emmanuelle Wargon (ministre déléguée au Logement), Amélie de Montchalin (ministre de la Fonction publique), Agnès Pannier-Runacher (ministre de l'Industrie), Jean-Baptiste Djebbari (ministre des Transports), Franck Riester (ministre du Commerce extérieur), Clément Beaune (secrétaire d’État aux Affaires européennes) et Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée.

 

Le spectre d'Olivier Duhamel

Comme le souligne Libération, le Siècle a été présidé durant une année par Olivier Duhamel. Mais, il a été contraint de démissionner après les accusations d'inceste formulées par sa belle-fille Camille Kouchner. Dans le livre "La Familia Grande", Olivier Duhamel est accusé d'avoir abusé sexuellement de son frère jumeau. Une plainte a été déposée le 26 janvier dernier. Deux proches d'Olivier Duhamel ont dû quitter l'organisation face à la polémique : Jean Veil et Marc Guillaume, le préfet d'Ile-de-France. Fait rare, le conseil d'administration du Siècle, qui s'est réuni le 7 janvier, a pris position en dénonçant, dans un communiqué, des faits "d'une extrême gravité".

 

[...] En 2017, les Echos évoquait un annuaire comptant plus de 600 noms. Parmi les personnalités politiques y figurant à l'époque, on trouvait aussi Nicolas Sarkozy, François Fillon, Rachida Dati, François Baroin ou Nathalie Kosciusko-Morizet. [1]

 

L’Affaire Duhamel met l’Exécutif très mal à l’aise et il y a de quoi. En effet, le 26 janvier dernier, Lecourrier-du-soir.com, en se basant sur une information du journal Le Monde, avait révélé la grosse inquiétude qui règne au cœur de l’Elysée suite à l’affaire Olivier Duhamel accusé d’inceste et de pédophilie.

 

D’après Le Monde, Edouard Philippe et des personnalités très proches de Macron ayant des liens très étroits avec Olivier Duhamel tentent d’étouffer le scandale à tout prix. Depuis bientôt un mois, l’Affaire, qui a reçu un retentissement mondial, secoue la classe politique française.

 

[...] Et l’affaire n’en est pas à sa fin car une nouvelle révélation qui vient de surgir risque de ternir sérieusement l’image de l’Exécutif. La révélation met en relief les liens très étroits entre Olivier Duhamel, qui a rejoint Emmanuel Macron peu avant le second tour de la présidentielle 2017 et l’entourage du président de la République.[2]

 

Olivier Duhamel était à la Rotonde avec Emmanuel Macron le soir de sa victoire. 

 

[...] En 2017, [...] il avait apporté son soutien à Emmanuel Macron, alors candidat dans la course à l'Élysée. Le soir du 23 avril, la même année, [...] le politologue avait rejoint les macronistes à La Rotonde, brasserie récemment ravagée par un incendie, afin de célébrer la victoire du mari de Brigitte Macron au premier tour du scrutin présidentiel. [3]

 

 

Sources

 

[1] Capital

[2] Le Courrier du Soir

[3] News Yahoo

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 16:33

Quand le fascisme viendra, il portera un masque

uncut-news.ch

26 janvier 2021

Ron Paul

 

Presque immédiatement après son entrée en fonction, le président Joe Biden a commencé à créer de nouveaux dictats gouvernementaux par le biais de décrets. Beaucoup de ces décrets concernent le coronavirus, remplissant la promesse de Biden de faire d'une attaque contre la liberté inspirée par le coronavirus un objectif de ses 100 premiers jours.

 

L'un des décrets exécutifs de Biden oblige tous ceux qui se trouvent dans un bâtiment fédéral ou dans l'État à porter un masque et à prendre des distances sociales. Les ordonnances s'appliquent également aux employés fédéraux s'ils sont "de service" quelque part. Les militaires sont inclus dans la définition des employés fédéraux. Les citoyens d'Afghanistan, d'Irak et d'autres pays où les troupes américaines "répandent la démocratie" seront-ils heureux d'apprendre que les troupes qui font exploser leurs villes portent des masques et pratiquent la distanciation sociale?

 

Un autre règlement exécutif de Biden oblige les passagers des avions, des trains et d'autres transports publics à porter des masques.

 

Les règles du masque de Biden contredisent sa promesse de suivre la science. Les études n'ont pas prouvé que les masques sont efficaces pour prévenir la propagation du coronavirus. Cependant, porter régulièrement un masque peut entraîner des problèmes de santé.

 

Les règlements sur les masques de Biden sont également une présomption inconstitutionnelle de pouvoir. Certains disent que ces règlements sont un exercice du pouvoir constitutionnel du gouvernement fédéral de réglementer le commerce entre les États. Cependant, la Constitution donne au Congrès, et non au Président, le pouvoir de réglementer le commerce entre les États. Le président n'a pas le pouvoir d'émettre des ordonnances pour réglementer le commerce international à moins d'y être autorisé par une loi valide adoptée par le Congrès. Les Pères constitutionnels ont donné au Congrès le pouvoir législatif exclusif, et ils seraient consternés par la pratique moderne des présidents de légiférer d'un trait de plume.

 

Il est tout aussi important que la clause sur le commerce n'ait pas pour but de donner au gouvernement fédéral un pouvoir réglementaire étendu. Loin de donner au gouvernement américain des pouvoirs tels que Par exemple, le pouvoir d'exiger que les gens portent des masques, la clause sur le commerce était simplement conçue pour garantir que le Congrès puisse protéger le libre-échange entre les États.

 

Biden a également signé un édit soutenant l'utilisation de la loi sur la production de défense pour augmenter les fournitures de vaccins, de matériel de test et d'autres articles jugés nécessaires pour répondre au coronavirus. La loi sur la production de défense est une relique de l'époque de la guerre froide qui donne au président le droit de demander aux entreprises privées de modifier leurs plans de production et de violer les contrats existants avec des clients privés pour produire des biens pour le gouvernement.

 

La réglementation sur le port des masques et l'observation de la distanciation sociale, le contrôle gouvernemental de l'entreprise privée et certaines autres actions de l'exécutif de Biden, telles que la création d'un nouveau "Public Health Jobs Corps" dont les tâches consistent notamment à rechercher les contacts des citoyens américains, sont le genre d'actions que l'on attendrait d'un gouvernement fasciste, et non d'une république constitutionnelle.

 

Présenté par beaucoup de ses partisans comme le sauveur de la démocratie du fasciste Trump, Joe Biden ne pouvait même pas attendre un jour avant de commencer à mettre en œuvre des mesures fascistes qui sont totalement inutiles pour protéger la santé publique. Biden utilisera sans aucun doute d'autres crises provoquées, y compris le "changement climatique" et le "terrorisme intérieur", pour étendre le pouvoir du gouvernement et restreindre davantage notre liberté. Sous Biden, le fascisme ne portera pas seulement un drapeau américain. Il portera également un masque.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 16:26
État policier : Sur le chemin de la tyrannie

Sur le chemin de la tyrannie

De Paul Craig Roberts: Il est un économiste et publiciste américain. Il a été secrétaire adjoint du Trésor pendant l'administration Reagan et est surtout connu comme co-fondateur du programme de politique économique de l'administration Reagan.

uncut-news.ch

26 janvier 2021

 

Les histoires de propagande des prostituées de la presse sur un soulèvement de la suprématie blanche le jour de l'inauguration ont abouti à l'envoi de 26000 gardes nationaux d'autres États à Washington pour réprimer l'émeute de Trump. Bien sûr, il n'y a pas eu d'émeute. Ce n'était qu'une autre fraude médiatique et les gardes nationaux n'ont subi aucun incident de sécurité.

 

Mais maintenant que le spectacle de propagande est terminé, les gardes ne sont pas autorisés à rentrer chez eux. Ils, ou beaucoup d'entre eux, seront détenus dans les rues de DC jusqu'à la mi-mars. Et pourquoi?

 

La réponse est peut-être qu'une ville militarisée fournit une bonne toile de fond pour faire appliquer une loi nationale sur le terrorisme qui criminalise l'utilisation du premier amendement. Une ville inondée de soldats crée une image de menace et une atmosphère propice à l'adoption d'une loi de lutte contre le terrorisme intérieur. L'établissement veut cette loi.

 

Le seul terrorisme intérieur est celui d'Antifa et BLM, les milices démocrates déchaînées dans les quartiers d'affaires de Seattle, Portland, Minneapolis, Chicago, Atlanta et d'autres villes. Ce ne sont pas ces milices affiliées aux démocrates qui sont la cible de la loi sur le terrorisme interne de Biden. La cible est les quelque 90 millions d'Américains qui ont réélu Trump à la présidence. Ils doivent être réduits au silence et empêchés de s'organiser en un parti politique pour remplacer les républicains qui, bien qu'inutiles pour le peuple, sont très utiles à l'establishment. McConnell est aussi précieux pour l'établissement que Pelosi, Biden ou Hillary.

 

Mettre fin aux récits alternatifs au récit de l'establishment est le but du projet de loi nationale sur le terrorisme. La Garde nationale, tenue à l'écart de sa famille et de son travail, est chargée de protéger Washington contre la violence inventée par les électeurs de Trump jusqu'à ce que les démocrates et leurs prostitués dans les médias puissent imposer la destruction du premier amendement. Ceci est suivi par la destruction du deuxième amendement.

 

Se rappeler. Vous souvenez-vous de la première guerre contre le terrorisme? Cette guerre aurait été dirigée contre des "extrémistes musulmans" qui nous auraient amené le 11 septembre et avaient plus la terreur intérieure à l'esprit. Mais la guerre contre le terrorisme n’était pas dirigée contre les terroristes musulmans. C'était une guerre contre la protection constitutionnelle du peuple américain. C'est la Constitution américaine et notre liberté civile qui ont pris le coup. La loi PATRIOT s'applique aux Américains, pas à Oussama Ben Laden et à Al-Qaïda. C'est le président George W. Bush qui a déclaré son droit de détenir indéfiniment des Américains sans procédure régulière. C'est le président Obama qui a déclaré son droit d'exécuter les Américains uniquement en cas de suspicion sans procédure régulière.

 

Maintenant que l'establishment et ses prostitués médiatiques ont transformé la guerre contre les terroristes musulmans en guerre contre les électeurs de Trump, ils utiliseront la loi sur le terrorisme intérieur pour élargir leur arsenal pour arrêter des dissidents.

 

Après avoir accepté tacitement une élection volée, les Américains sont maintenant conduits à la tyrannie.

Partager cet article
Repost0