Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 17:44
Vaccination en Israël : “c’est une deuxième Shoah”

Source : Olivier Demeulenaere 

Avant d’appeler le GIGN, les forces spéciales, les commandos de la Dilcrah et de me foutre au trou pour le restant de mes jours… cette expression “deuxième Shoah” est utilisée par Haim Yativ et le docteur Seligmann, un ingénieur et un biologiste de nationalité israélienne (franco-israélien et israélo-luxembourgeois respectivement) pour qualifier la campagne de vaccination massive couillonavirale menée en Israël, depuis le 19 décembre 2020.

Dans leur interview, à la 48ème minute, verbatim :

C’est de l’expérimentation sur le peuple israélien, sur le peuple juif.
C’est une deuxième shoah. Et je pèse mes mots.

Leur étude est renversante. Voici leurs conclusions :

 Nous déclarons que les vaccinations ont causé plus de décès que le coronavirus n’en aurait pendant la même période.

Nous concluons que les vaccins Pfizer, pour les personnes âgées, ont tué au cours de la période de vaccination de 5 semaines environ 40 fois plus de personnes que la maladie elle-même en aurait tué, et environ 260 fois plus de personnes que la maladie parmi les plus jeunes.

 

Ils démontrent au passage le bidonnage… des données officielles (un grand classique depuis 1 an, dans tous les pays).

Rappelons qu’Israël et la société Pfizer ont signé un deal… faustien : mes doses de vaccin contre tes données (ta population entière… les cobayes).

France Soir a publié un article et a donc mené une interview de 1 heure.

Nous avons déjà eu des débats enflammés ici au sujet de cette campagne en Israël et je déplorais l’absence de réaction.

Cela fait du bien de voir que des Israéliens réagissent enfin et s’opposent bille en tête à la folie totalitaire des autorités.

Bravo !

Les élections fin mars seront cruciales.

Covidémence.com, le 19 février 2021

Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 08:14

Dans l'émission Quotidien sur TMC le 26 janvier 2021, Jacques Attali a déclaré : "Je ne prône pas un gouvernement mondial, cela n'a aucun sens. Peut-être dans deux siècles..."

 

Et dans l'émission Tous Complotistes ?, animée par Martin Weill, diffusée sur TMC le 26 janvier 2021, il évoquait le fait qu'il y a toujours eu des épidémies, ce qui a pu l'amener à réfléchir sur une nouvelle pandémie qui frapperait l'humanité.   

 

Dans un billet sur son site du 10 février 2021, "Manger, c’est parler", Attali critique l’incohérence de la politique sanitaire de Macron. Il va jusqu’à assimiler les restaurants à des lieux de "coalition anticapitaliste", à stigmatiser l’isolement du télétravail et des Ehpad… Il faut, selon lui, "rétablir au plus vite le repas, dans sa splendeur, non pas seulement pour manger bon et sain, mais aussi pour converser, libres et joyeux ; pour construire l’économie de la vie et pour transmettre, précieusement, ce qui fait l’essentiel de chacune de nos civilisations". 

 

"Les restaurants ne sont pas uniquement un lieu de consommation alimentaire. Ils sont, avec le repas familial, les lieux principaux de la conversation, et de la transmission. Or, les pouvoirs, dans toutes les sociétés, n’aiment pas que les gens bavardent en mangeant : ils y échangent des informations ; ils y discutent de sujets politiques ; ils y organisent des coalitions ; tout cela hors du contrôle du pouvoir, qui ne sait rien de ce qui s’y dit ; très dangereux pour lui." Source

En 2009, Attali décrivait le plan des mondialistes : "avancer par peur", utiliser une pandémie pour créer un gouvernement mondial à partir de la peur. (Source: L'Express   Par Jacques Attali,   publié le 06/05/2009 )

Salim Laïbi "le Libre Penseur" a publié hier une video recensant toutes les fois où (dans ses livres ou à la télévision) Jacques Attali a dit souhaiter un gouvernement mondial :

Extraits :

 

"Dans 'La Crise et après ?' (Fayard, 2008, p. 16), Jacques Attali évoque : 'un salaire mondial minimal, un Etat de droit mondial, prélude, à terme, à un gouvernement mondial.'

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans 'Vivement après-demain, 15 ans pour sortir de l'impasse' (Fayard 2016, p. 202), il écrit : 'Tout ce qui précède démontre aussi qu'un tel programme doit être fondé sur la mise en place d'un pouvoir planétaire.'  

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans "Dictionnaire du XXIe siècle" (Fayard, p. 117), Attali évoquait le confinement ("cantonnement") comme réponse aux épidémies, ainsi que la prise de mesures planétaires non démocratiques et une police mondiale qui ferait naître "un pouvoir planétaire" (sic) :

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Sur le plateau du 20h de France 2, animé par Laurent Delahousse, le 10 octobre 2008, Attali déclarait : "Le problème c'est qu'il n'y a pas de loi. Nous avons accepté une globalisation du marché sans état de droit. Or, un marché sans état de droit c'est de la piraterie, c'est du n'importe quoi et c'est cela que l'on a à l'échelle mondiale. Et tout le problème aujourd'hui, c'est soit on va retourner à des marchés fermés où on aura un état de droit national, très difficile à appliquer, ou on va être capable de mettre en place un état de droit mondial qui va permettre de faire respecter les règles." (sic)

Dans l'article de La Croix, 12 novembre 2010, intitulé "L'opinion publique a besoin de phares" (sic), Attali déclare : "Aujourd'hui, on est à l'aube de savoir si le monde va tourner au chaos ou s'il s'oriente vers un gouvernement mondial."

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Attali "convie le lecteur à imaginer ce que pourrait être un gouvernement mondial à partir de ce qui existe déjà" dans La Tribune du 15 avril 2011, p. 30.

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans Les Echos le 16 septembre 2015, Jacques Attali et Edouard Philippe publient un article intitulé : "Un nouvel état de droit pour un monde positif." "La clef de l'avenir est là : pourra-t-on installer un Etat de droit planétaire, si nécessaire, en respectant la démocratie et en tenant compte de l'intérêt des générations suivantes ? C'est possible.  Pas plus utopique que ne le furent en leur temps la SDN, l'ONU ou l'Union européenne. Espérons seulement que, cette fois-ci, on n'attendra pas qu'une guerre épouvantable nous force à agir pour reconstruire ce que notre folie aura laissé disparaître."

 

Commentaire utile de Salim Laïbi : "Vous avez compris ? Toujours pareil l'Ordo ab chao, je terrorise les gens, je leur explique qu'ils vont tous mourir dans d'horribles souffrances parce que c'est la guerre mondiale. Et pour vous éviter ce carnage mondial on va mettre en place ce gouvernement mondial !" 

Jacques Attali et son étonnante volte-face

En gros, le gouvernement mondial ou la guerre, la même méthode que les francs-maçons de 1789 qui avaient pour slogan "la liberté ou la mort."

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans L'Expansions, mars 2012, p. 42, "l'essayiste propose de FUSIONNER LE G20 avec le Conseil de sécurité des Nations Unies pour former un CONSEIL DE GOUVERNEMENT', assisté d'un administrateur général délégué élu au suffrage universel planétaire." 

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans Le Monde, "La Démocratie à l'épreuve du futur", 8 janvier 2007, Attali explique qu'"il ne faudrait pas que nous attendions la troisième (guerre mondiale) pour mettre en place UN GOUVERNEMENT MONDIAL. Le projet est assez simple – fusionner le Conseil de sécurité et le G8."

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans Le Monde, Les Débats du Monde, Décryptage 19, 27 mars 2009, Attali dit : "je pense ensuite qu'il faut réfléchir à un gouvernement mondial."

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Dans L'Express, du 24 octobre 2018, Attali dit : "Nous avons besoin d'un Etat de droit planétaire."

Jacques Attali et son étonnante volte-face
Jacques Attali et son étonnante volte-face

"On court vers une guerre mondiale en 2035", Paris Match, 17 septembre 2015

 

"Votre prévision planétaire donc ?

"Je confirme les cinq étapes que j’avais décrites dans «Brève Histoire d’ avenir» : déclin de l’empire américain, tentative ratée des autres gouvernements de s’unir pour gouverner le monde, gouvernement du monde par les marchés, guerre mondiale et enfin état de droit mondial. Nous sommes à la fin de la deuxième étape. A ce stade on court droit vers une guerre mondiale en 2035. Mais on peut toujours l’éviter."

 

Traduction : toujours pareil, si on ne va pas vers un gouvernement mondial on va droit vers une guerre mondiale ... en 2035.

 

Jacques Attali et son étonnante volte-face

Et sur Public Sénat, émission "Conversation d'avenir", Jacques Attali propose une capitale mondiale pour son gouvernement mondial ... "Jérusalem, devenant capitale de la planète, et qui sera un jour unifiée autour d'un gouvernement mondial."

 

Lire : La reconstruction du troisième temple de Jérusalem a débuté

Partager cet article
Repost0
6 février 2021 6 06 /02 /février /2021 10:50
"Depuis que l'on porte des masques, tous les masques sont tombés !" Le rabbin Dinovitz remballe Gog et Magog et vire full complotiste !

Le rabbin Dinovitz remballe Gog et Magog et vire full complotiste !

 

Des propos éveillés que nous partageons depuis toujours ici, depuis la création de ce blog : 

Selon les dires de Dinovitz : 

 

"Je pense que les gouvernants et les médias font tout pour nous jeter dans un flou inimaginable.

 

"Je vous signale qu'en ce moment en Israël on nous met en quarantaine pour au minimum quinze jours et ils commencent déjà à nous dire que cela sera peut-être plus que quinze jours.

 

"On vit quelque chose de catastrophique en Israël depuis le début du corona, l'effondrement de toute l'économie, des classes moyennes, etc., les gens n'ont plus de travail, beaucoup n'ont plus à manger, et tout le monde, les êtres humains véritables ressentent qu'il y a une conspiration derrière toutes ces horreurs inimaginables.

 

"Et malheureusement, il nous aura fallu des années et des années pour se rendre compte, à nous aussi, peuple juif en Israël, que le gouvernement en Israël était à la solde de tous les gouvernements mondiaux occidentaux et faisait partie d'un groupe de conspiration qui n'était pas différent ici (en Israël) de ce qu'il est ici en France, ou de qu'il est ailleurs. Malheureusement il nous aura fallu des décennies pour arriver à ouvrir les yeux. Et c'est toujours ce que je dis : depuis que l'on porte des masques, tous les masques sont tombés !

 

"Et donc, nous sommes des centaines de milliers à ne plus avoir confiance du tout, du tout, dans nos politiciens ici en Israël, parce qu'ils font partie du monde occidental et de la démocratie qui n'est qu'une vitrine pour arriver à dominer le monde entier ! Et le projet avance à une rapidité qu'on ne peut même pas imaginer."

 

(Fin de citation)

___________

 

Source video"Après les bonnets rouges, les gilets jaunes, les masqués , voici les chapeaux noirs !" Gloria.tv

 

L'éveil de tous est en train de se réaliser. Nous vivons un moment unique. Mais continuons de prier chaque jour notre chapelet.

 

Prions les Saintes Plaies du Seigneur, que Dieu vienne en aide à tous les peuples de la planète. Qu'Il anéantisse la Plandémie, et convertisse les personnes derrière le Grand reset et le nouvel ordre mondial.

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 08:02
Onze membres du gouvernement font partie du club du "Siècle" anciennement présidé par Olivier Duhamel

Un cercle très fermé où tous ses membres ont une règle : ne rien répéter de ce qui se dit dans leurs dîners.

Il est un club élitiste qui a vu le jour en pleine Seconde Guerre mondiale, fondé par d'anciens résistants. Le Siècle est un endroit très fermé où ses membres, dirigeants politiques, économiques ou culturels français, se regroupent une fois par mois lors d'un dîner au Cercle de l'Union interalliée, au 33 rue du Faubourg-Saint-Honoré (Paris). Ils ont un mot d'ordre : ne rien répéter de ce qui se dit entre eux. Mais la liste de ses membres est d'ordinaire secrète. Or, nos confrères de l'Obs ont pu se procurer son annuaire, pourtant estampillé "confidentiel" en lettres capitales rouges. Et il se trouve que parmi ces membres, jugés pourtant "vieillissants", se trouvent onze membres du gouvernement ainsi que d'anciennes figures ayant servi sous Emmanuel Macron.

 

La liste dévoilée par l'Obs comprend donc : Edouard Philippe (l'ancien Premier ministre), Muriel Pénicaud (ex-ministre du Travail), Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Éducation), Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur), Florence Parly (ministre des Armées), Élisabeth Borne (ministre du Travail), Sébastien Lecornu (ministre des Outre-mer), Emmanuelle Wargon (ministre déléguée au Logement), Amélie de Montchalin (ministre de la Fonction publique), Agnès Pannier-Runacher (ministre de l'Industrie), Jean-Baptiste Djebbari (ministre des Transports), Franck Riester (ministre du Commerce extérieur), Clément Beaune (secrétaire d’État aux Affaires européennes) et Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée.

 

Le spectre d'Olivier Duhamel

Comme le souligne Libération, le Siècle a été présidé durant une année par Olivier Duhamel. Mais, il a été contraint de démissionner après les accusations d'inceste formulées par sa belle-fille Camille Kouchner. Dans le livre "La Familia Grande", Olivier Duhamel est accusé d'avoir abusé sexuellement de son frère jumeau. Une plainte a été déposée le 26 janvier dernier. Deux proches d'Olivier Duhamel ont dû quitter l'organisation face à la polémique : Jean Veil et Marc Guillaume, le préfet d'Ile-de-France. Fait rare, le conseil d'administration du Siècle, qui s'est réuni le 7 janvier, a pris position en dénonçant, dans un communiqué, des faits "d'une extrême gravité".

 

[...] En 2017, les Echos évoquait un annuaire comptant plus de 600 noms. Parmi les personnalités politiques y figurant à l'époque, on trouvait aussi Nicolas Sarkozy, François Fillon, Rachida Dati, François Baroin ou Nathalie Kosciusko-Morizet. [1]

 

L’Affaire Duhamel met l’Exécutif très mal à l’aise et il y a de quoi. En effet, le 26 janvier dernier, Lecourrier-du-soir.com, en se basant sur une information du journal Le Monde, avait révélé la grosse inquiétude qui règne au cœur de l’Elysée suite à l’affaire Olivier Duhamel accusé d’inceste et de pédophilie.

 

D’après Le Monde, Edouard Philippe et des personnalités très proches de Macron ayant des liens très étroits avec Olivier Duhamel tentent d’étouffer le scandale à tout prix. Depuis bientôt un mois, l’Affaire, qui a reçu un retentissement mondial, secoue la classe politique française.

 

[...] Et l’affaire n’en est pas à sa fin car une nouvelle révélation qui vient de surgir risque de ternir sérieusement l’image de l’Exécutif. La révélation met en relief les liens très étroits entre Olivier Duhamel, qui a rejoint Emmanuel Macron peu avant le second tour de la présidentielle 2017 et l’entourage du président de la République.[2]

 

Olivier Duhamel était à la Rotonde avec Emmanuel Macron le soir de sa victoire. 

 

[...] En 2017, [...] il avait apporté son soutien à Emmanuel Macron, alors candidat dans la course à l'Élysée. Le soir du 23 avril, la même année, [...] le politologue avait rejoint les macronistes à La Rotonde, brasserie récemment ravagée par un incendie, afin de célébrer la victoire du mari de Brigitte Macron au premier tour du scrutin présidentiel. [3]

 

 

Sources

 

[1] Capital

[2] Le Courrier du Soir

[3] News Yahoo

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 16:33

Quand le fascisme viendra, il portera un masque

uncut-news.ch

26 janvier 2021

Ron Paul

 

Presque immédiatement après son entrée en fonction, le président Joe Biden a commencé à créer de nouveaux dictats gouvernementaux par le biais de décrets. Beaucoup de ces décrets concernent le coronavirus, remplissant la promesse de Biden de faire d'une attaque contre la liberté inspirée par le coronavirus un objectif de ses 100 premiers jours.

 

L'un des décrets exécutifs de Biden oblige tous ceux qui se trouvent dans un bâtiment fédéral ou dans l'État à porter un masque et à prendre des distances sociales. Les ordonnances s'appliquent également aux employés fédéraux s'ils sont "de service" quelque part. Les militaires sont inclus dans la définition des employés fédéraux. Les citoyens d'Afghanistan, d'Irak et d'autres pays où les troupes américaines "répandent la démocratie" seront-ils heureux d'apprendre que les troupes qui font exploser leurs villes portent des masques et pratiquent la distanciation sociale?

 

Un autre règlement exécutif de Biden oblige les passagers des avions, des trains et d'autres transports publics à porter des masques.

 

Les règles du masque de Biden contredisent sa promesse de suivre la science. Les études n'ont pas prouvé que les masques sont efficaces pour prévenir la propagation du coronavirus. Cependant, porter régulièrement un masque peut entraîner des problèmes de santé.

 

Les règlements sur les masques de Biden sont également une présomption inconstitutionnelle de pouvoir. Certains disent que ces règlements sont un exercice du pouvoir constitutionnel du gouvernement fédéral de réglementer le commerce entre les États. Cependant, la Constitution donne au Congrès, et non au Président, le pouvoir de réglementer le commerce entre les États. Le président n'a pas le pouvoir d'émettre des ordonnances pour réglementer le commerce international à moins d'y être autorisé par une loi valide adoptée par le Congrès. Les Pères constitutionnels ont donné au Congrès le pouvoir législatif exclusif, et ils seraient consternés par la pratique moderne des présidents de légiférer d'un trait de plume.

 

Il est tout aussi important que la clause sur le commerce n'ait pas pour but de donner au gouvernement fédéral un pouvoir réglementaire étendu. Loin de donner au gouvernement américain des pouvoirs tels que Par exemple, le pouvoir d'exiger que les gens portent des masques, la clause sur le commerce était simplement conçue pour garantir que le Congrès puisse protéger le libre-échange entre les États.

 

Biden a également signé un édit soutenant l'utilisation de la loi sur la production de défense pour augmenter les fournitures de vaccins, de matériel de test et d'autres articles jugés nécessaires pour répondre au coronavirus. La loi sur la production de défense est une relique de l'époque de la guerre froide qui donne au président le droit de demander aux entreprises privées de modifier leurs plans de production et de violer les contrats existants avec des clients privés pour produire des biens pour le gouvernement.

 

La réglementation sur le port des masques et l'observation de la distanciation sociale, le contrôle gouvernemental de l'entreprise privée et certaines autres actions de l'exécutif de Biden, telles que la création d'un nouveau "Public Health Jobs Corps" dont les tâches consistent notamment à rechercher les contacts des citoyens américains, sont le genre d'actions que l'on attendrait d'un gouvernement fasciste, et non d'une république constitutionnelle.

 

Présenté par beaucoup de ses partisans comme le sauveur de la démocratie du fasciste Trump, Joe Biden ne pouvait même pas attendre un jour avant de commencer à mettre en œuvre des mesures fascistes qui sont totalement inutiles pour protéger la santé publique. Biden utilisera sans aucun doute d'autres crises provoquées, y compris le "changement climatique" et le "terrorisme intérieur", pour étendre le pouvoir du gouvernement et restreindre davantage notre liberté. Sous Biden, le fascisme ne portera pas seulement un drapeau américain. Il portera également un masque.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 16:26
État policier : Sur le chemin de la tyrannie

Sur le chemin de la tyrannie

De Paul Craig Roberts: Il est un économiste et publiciste américain. Il a été secrétaire adjoint du Trésor pendant l'administration Reagan et est surtout connu comme co-fondateur du programme de politique économique de l'administration Reagan.

uncut-news.ch

26 janvier 2021

 

Les histoires de propagande des prostituées de la presse sur un soulèvement de la suprématie blanche le jour de l'inauguration ont abouti à l'envoi de 26000 gardes nationaux d'autres États à Washington pour réprimer l'émeute de Trump. Bien sûr, il n'y a pas eu d'émeute. Ce n'était qu'une autre fraude médiatique et les gardes nationaux n'ont subi aucun incident de sécurité.

 

Mais maintenant que le spectacle de propagande est terminé, les gardes ne sont pas autorisés à rentrer chez eux. Ils, ou beaucoup d'entre eux, seront détenus dans les rues de DC jusqu'à la mi-mars. Et pourquoi?

 

La réponse est peut-être qu'une ville militarisée fournit une bonne toile de fond pour faire appliquer une loi nationale sur le terrorisme qui criminalise l'utilisation du premier amendement. Une ville inondée de soldats crée une image de menace et une atmosphère propice à l'adoption d'une loi de lutte contre le terrorisme intérieur. L'établissement veut cette loi.

 

Le seul terrorisme intérieur est celui d'Antifa et BLM, les milices démocrates déchaînées dans les quartiers d'affaires de Seattle, Portland, Minneapolis, Chicago, Atlanta et d'autres villes. Ce ne sont pas ces milices affiliées aux démocrates qui sont la cible de la loi sur le terrorisme interne de Biden. La cible est les quelque 90 millions d'Américains qui ont réélu Trump à la présidence. Ils doivent être réduits au silence et empêchés de s'organiser en un parti politique pour remplacer les républicains qui, bien qu'inutiles pour le peuple, sont très utiles à l'establishment. McConnell est aussi précieux pour l'établissement que Pelosi, Biden ou Hillary.

 

Mettre fin aux récits alternatifs au récit de l'establishment est le but du projet de loi nationale sur le terrorisme. La Garde nationale, tenue à l'écart de sa famille et de son travail, est chargée de protéger Washington contre la violence inventée par les électeurs de Trump jusqu'à ce que les démocrates et leurs prostitués dans les médias puissent imposer la destruction du premier amendement. Ceci est suivi par la destruction du deuxième amendement.

 

Se rappeler. Vous souvenez-vous de la première guerre contre le terrorisme? Cette guerre aurait été dirigée contre des "extrémistes musulmans" qui nous auraient amené le 11 septembre et avaient plus la terreur intérieure à l'esprit. Mais la guerre contre le terrorisme n’était pas dirigée contre les terroristes musulmans. C'était une guerre contre la protection constitutionnelle du peuple américain. C'est la Constitution américaine et notre liberté civile qui ont pris le coup. La loi PATRIOT s'applique aux Américains, pas à Oussama Ben Laden et à Al-Qaïda. C'est le président George W. Bush qui a déclaré son droit de détenir indéfiniment des Américains sans procédure régulière. C'est le président Obama qui a déclaré son droit d'exécuter les Américains uniquement en cas de suspicion sans procédure régulière.

 

Maintenant que l'establishment et ses prostitués médiatiques ont transformé la guerre contre les terroristes musulmans en guerre contre les électeurs de Trump, ils utiliseront la loi sur le terrorisme intérieur pour élargir leur arsenal pour arrêter des dissidents.

 

Après avoir accepté tacitement une élection volée, les Américains sont maintenant conduits à la tyrannie.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 16:03

uncut-news.ch

26 janvier 2021

F. William Engdahl

 

Avec la présidence américaine sous Biden, Washington a réintégré le programme de réchauffement climatique de l'accord de Paris. Alors que la Chine promet bruyamment de respecter des normes strictes d'émissions de CO2 d'ici 2060, le Forum économique mondial est sur le point de dévoiler ce qui changera notre façon de vivre, et ce que le patron du World Economic Forum (WEF - Forum économique mondial), Klaus Schwab, appelle la grande réinitialisation. Ne vous trompez pas. Tout cela s'inscrit dans un programme planifié depuis des décennies par de vieilles familles aisées comme les Rockefeller et les Rothschild. Brzezinski avait appelé cela la fin de l'État-nation souverain. David Rockefeller l'a appelé "un gouvernement mondial". En 1990, George HW Bush l'a appelé le "Nouvel Ordre Mondial". Maintenant, nous pouvons mieux voir ce qu'ils envisagent d'imposer si nous le permettons.

 

La grande réinitialisation du Forum économique mondial est un déploiement au 21e siècle d'une nouvelle forme de contrôle total mondial. "Nous n'avons qu'une seule planète et nous savons que le changement climatique pourrait être la prochaine catastrophe mondiale avec des conséquences encore plus dramatiques pour l'humanité. Nous devons décarboniser l'économie dans la courte fenêtre qui nous reste et ramener notre réflexion et notre comportement en harmonie avec la nature", a déclaré le fondateur du WEF, Schwab, à l'agenda de janvier 2021. La dernière fois que les acteurs ont fait quelque chose de similaire L'ordre de grandeur était en 1939, juste avant la Seconde Guerre mondiale.

 

Études sur la guerre et la paix

 

À l'époque, la Fondation Rockefeller finançait un groupe stratégique top secret qui travaillait au sein du New York Council on Foreign Relations. Il était connu sous le nom de "War and Peace Studies" et était dirigé par "America's Haushofer", le géographe Isaiah Bowman de l'Université Johns Hopkins. Avant même l'arrivée des chars allemands en Pologne, ils planifiaient un monde d'après-guerre dont les États-Unis émergeraient comme le seul vainqueur et remplaceraient les Britanniques en tant que puissance hégémonique mondiale.

 

La formulation d'une Organisation des Nations Unies dominée par les États-Unis et d'un ordre de change Bretton Woods basé sur le dollar faisait partie de leur projet. En 1941, lorsque l'Amérique est officiellement entrée en guerre, le groupe CFR a envoyé une note au département d'État américain: "Si des objectifs de guerre sont formulés qui semblent ne concerner que l'impérialisme anglo-américain, ils offriront peu au reste du monde. Les intérêts des autres peuples doivent être soulignés. Cela aurait un meilleur effet de propagande."

 

Ce projet réussi a préparé le terrain pour ce qu'Henry Luce a appelé le "siècle américain" en 1941 et a duré jusqu'à récemment.

 

Les mêmes familles qui incluent la Fondation Rockefeller et les Rothschild en la personne du "Conseil sur le capitalisme inclusif avec le Vatican" de Lynn de Rothschild s'efforcent maintenant de créer la prochaine génération pour leur poursuite de la domination mondiale. Cela s'appelle la grande réinitialisation. Cela nécessite un gouvernement mondial, un plan qui est fortement soutenu par le pape jésuite François. Son responsable des relations publiques, Klaus Schwab, est un protégé connu de Henry Kissinger, un initié de Rockefeller, de son temps à Harvard il y a 50 ans.

 

«Reconstruire mieux »

 

En mai 2020, alors que le coronavirus avait provoqué un alarmisme mondial bien au-delà de l'épidémie initiale à Wuhan, le prince héritier britannique Charles et le fondateur du Forum économique mondial, Klaus Schwab, ont annoncé ce qu'ils ont appelé en plaisantant la "grande réinitialisation". Les principaux politiciens et représentants d'entreprises du monde utilisent de plus en plus des termes tels que "la grande réinitialisation" ou "la quatrième révolution industrielle" et l'appel à "reconstruire mieux", ce que préfère l'administration Biden. Ils sont tous basés sur les mêmes changements globaux dramatiques. Le "Green New Deal" américain et le "Green Deal" de l'UE en font tous partie.

 

Ce qui est le plus frappant dans le programme de la Grande Réinitialisation, c'est qu'il est conduit par les mêmes familles ploutocratiques giga-riches qui sont responsables des défauts du modèle économique mondial actuel. Eux, pas nous, ont causé la ruine des champs organiques et de la nature avec leur glyphosate Roundup et leurs pesticides toxiques. Ils ont ruiné la qualité de l'air dans nos villes par les modèles de transport qu'ils nous imposent. Ils ont créé le modèle de mondialisation de "marché libre" qui a ruiné la base industrielle des États-Unis et des nations industrielles de l'UE. Maintenant qu'ils nous blâment pour une empreinte carbone supposée catastrophique, nous sommes conditionnés à accepter la culpabilité et à être punis afin de "sauver la prochaine génération" pour Greta et ses amis.

 

La 4e révolution industrielle

 

Derrière la rhétorique séduisante des puissants pour créer un monde "durable" se cache un agenda d'eugénisme brut, de dépeuplement à une échelle sans précédent. Ce n'est pas humain, en fait, certains l'appellent "transhumanisme".

 

En 2016, le patron du WEF, Schwab, a écrit un livre intitulé "Façonner l'avenir de la quatrième révolution industrielle". Il y décrit les changements technologiques qui accompagneront la quatrième révolution industrielle: les smartphones 5G, l'Internet des objets et l'intelligence artificielle qui connectent tout avec tout afin de prendre les décisions les plus banales pour nous, comme acheter plus de lait ou tourner dans le poêle. Dans le même temps, les données sont centralisées dans des sociétés privées comme Google ou Facebook afin de surveiller chacune de nos respirations.

 

Schwab décrit comment les technologies de nouvelle génération déjà mises sur le marché par Google, Huawei, Facebook et d'innombrables autres permettront aux gouvernements "d'envahir l'espace autrefois privé de nos pensées, de lire dans nos pensées et de se comporter pour influencer ... les technologies de la quatrième révolution industrielle. ne cesseront pas de faire partie du monde physique qui nous entoure - ils feront partie de nous", a déclaré Schwab. "Les appareils externes d'aujourd'hui - des ordinateurs portables aux casques de réalité virtuelle - deviendront presque certainement implantables dans notre corps et notre cerveau."

 

Schwab ajoute: "Ce que la quatrième révolution industrielle entraînera, c'est une fusion de notre identité physique, numérique et biologique." Ces technologies de fusion comprennent "des micropuces implantables actives qui traversent la barrière cutanée de notre corps", explique Schwab. Ces "dispositifs implantables aideront probablement aussi à communiquer des pensées qui sont normalement exprimées verbalement, via un smartphone" intégré", et éventuellement des pensées ou des humeurs non dites en lisant des ondes cérébrales et d'autres signaux. Je n'aime pas l'état ou Google lisant mes ondes cérébrales.

 

Contrôle de notre alimentation

 

Ce qui est déroutant pour beaucoup, c'est la pléthore de groupes de façade, d'ONG et de programmes menant tous au même objectif: un contrôle drastique sur chaque membre de la société au nom de la durabilité - le Programme des Nations Unies à l'horizon 2030. Nulle part n'est plus menaçant que dans leurs plans pour eux l'avenir de notre alimentation. Après avoir créé le système actuel d'agriculture industrielle mondialisée, l'agro-industrie, un projet initié par la Fondation Rockefeller dans les années 1950, ces mêmes cercles prônent désormais une agriculture "durable", ce qui signifie une transition vers des aliments génétiquement modifiés et contrefaits, de la viande synthétique de laboratoire, et similaires, même avec l'inclusion de vers et de mauvaises herbes en tant que nouvelles sources de nourriture.

 

Le WEF de Schwab s'est associé à quelque chose appelé le EAT Forum, qui se décrit comme "Davos for Food" et prévoit de "définir l'agenda politique". EAT a été fondée en Suède en 2016 avec le soutien du Wellcome Trust du Royaume-Uni (avec des fonds de GlaxoSmithKline ) et l'Institut allemand de recherche sur l'impact climatique de Potsdam. La viande synthétique modifiée de gène cultivée en laboratoire est soutenue par Bill Gates, entre autres, qui est également derrière Moderna et d'autres vaccins génétiquement modifiés. EAT travaille avec Impossible Foods et d'autres sociétés de biotechnologie, entre autres. Impossible Foods était à l'origine cofinancé par Google, Jeff Bezos et Bill Gates. Des résultats de laboratoire récents ont montré que l'imitation de viande d'entreprise contenait des niveaux toxiques de glyphosate.

 

En 2017, EAT FReSH (Réforme alimentaire pour la durabilité et la santé) a commencé avec le soutien de Bayer AG, l'un des producteurs de pesticides et d'OGM les plus toxiques au monde, maintenant détenu par Monsanto; Géants chinois des OGM et des pesticides Syngenta, Cargill, Unilever, DuPont et même Google. C'est l'avenir alimentaire prévu dans le cadre de la grande réinitialisation. Oubliez les agriculteurs familiaux traditionnels.

 

Dans son livre de 2020 "The Great Reset", Schwab soutient que la biotechnologie et les aliments génétiquement modifiés devraient devenir un pilier central des problèmes de pénuries alimentaires mondiales, problèmes exacerbés par COVID. Il pousse les OGM et en particulier l'édition de gènes controversée. Il écrit: "La sécurité alimentaire mondiale ne sera atteinte que si les réglementations sur les aliments génétiquement modifiés sont ajustées pour refléter le fait que l'édition génique fournit un moyen précis, efficace et sûr d'améliorer les cultures." Gates, un partenaire du projet depuis des années, von Schwab soutient de la même manière.

 

EAT a développé le soi-disant "régime de santé planétaire", que le WEF promeut comme "la solution nutritionnelle durable du futur". Mais selon Federic Leroy, professeur de sciences alimentaires et de biotechnologie à l'Université de Bruxelles, "le régime vise à réduire la consommation de viande et de lait de la population mondiale dans certains cas jusqu'à 90% et grâce à des aliments de laboratoire, des céréales et remplacer l'huile."

 

Comme tout le reste de la Great Reset, nous n'aurons pas de vrais choix en matière de régime. EAT déclare qu'ils nous sont imposés par "des politiques dures qui incluent des lois, des mesures fiscales, des subventions et des sanctions, une réorganisation commerciale et d'autres mesures économiques et structurelles." Nous serons tous obligés de suivre le même régime synthétique pour manger ou mourir de faim.

 

Ce n'est qu'un avant-goût de ce qui se prépare sous le couvert des confinements et de l'effondrement économique du COVID-19, et 2021 sera une année charnière pour cet agenda misanthrope. L'avènement de l'IA, des robots et d'autres technologies numériques permettra aux puissances de l'éternité de se débarrasser de centaines de millions d'emplois. Contrairement à leur propagande, les nouveaux emplois ne suffiront pas. Nous deviendrons de plus en plus "superflus". Tout cela semble trop surréaliste jusqu'à ce que vous lisiez leurs propres descriptions. Le fait que la cabale des sociétés et milliardaires les plus influents du monde siège au conseil d'administration du WEF, avec l'étudiant de Kissinger Klaus Schwab, avec le chef de l'ONU et du FMI, avec les PDG des plus grands géants financiers du monde, y compris Blackrock, BlackStone, Christine Lagarde de la Banque centrale européenne, David Rubenstein du groupe Carlyle, Jack Ma, le milliardaire le plus riche de Chine, sont la preuve suffisante que cette grande réinitialisation ne se fait pas avec nos vrais intérêts à cœur, malgré leurs paroles soyeuses. Ce programme dystopique est sous stéroïdes en 1984. La COVID-19 n'en est que le prélude.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2021 3 20 /01 /janvier /2021 13:23

En 1792 les "républicains" parlaient d'un "complot" des gens de Vendée contre la république, mais l'inverse ne pouvait être qu'une fake news !

Source: GloriaTv

Assassinat de Louis XVI : prémédité par la Franc-Maçonnerie en 1785. D’après « La Franc-Maçonnerie et la Révolution française » de Maurice Talmeyr, paru en 1904)

 

Quel a été, en 1789, en 1792 et en 1793, le rôle exact de la Franc-Maçonnerie dans la Révolution française ? s’interroge en 1904 l’historien et essayiste Maurice Talmeyr. Rapportant que la Franc-Maçonnerie consiste, dans un premier en temps et en apparence, surtout en bals, en banquets et en démonstrations de bienfaisance, il explique qu’il s’agit d’une simple façade, les philosophes des Lumières, et en tête Voltaire, s’appliquant méthodiquement à « maçonniser » les hautes classes de la société afin de préparer la Révolution et le renversement du régime monarchique, tandis qu’en 1785, un congrès de la Franc-Maçonnerie prémédite l’assassinat du roi Louis XVI...

Les documents authentiques, émanant de la Maçonnerie elle-même, ne peuvent pas, on le comprend, ne pas être rares sur le rôle exact de la Franc-Maçonnerie dans la Révolution française, écrit Maurice Talmeyr. Une société secrète ne serait pas une société secrète, si elle ne prenait pas le plus grand soin de cacher tout ce qui peut renseigner sur elle, et les témoignages positifs, là où par principe on les supprime, ne peuvent nécessairement pas abonder.

Néanmoins, si le véritable témoignage nous fait souvent ainsi défaut, il n’en est pas de même de certains faits, singulièrement saisissants, et qui en arrivent, rapprochés les uns des autres, à produire une lumière presque aussi probante que la lumière même des documents. Or ces faits-là sont innombrables, et la démonstration qui en résulte, c’est qu’il n’est peut-être pas une seule des grandes journées de la Révolution qui n’ait pas été, plus ou moins longtemps à l’avance, machinée et répétée dans les Loges, comme on répète et comme on machine une pièce dans un théâtre...

 

Suivez donc avec un peu d’attention les faits qui vont vous être exposés, et vous verrez, comme de vos yeux, tout un grand pays violemment transformé, par la plus évidente des conspirations, en une immense et véritable Loge. Vous le verrez jeté par force dans toute une succession d’épreuves maçonniques graduées, dont les premières dissimulaient soigneusement le secret final, mais dont la dernière, dès le début, avait toujours dû être le meurtre du roi, pour aboutir au but suprême et caché, c’est-à-dire à la destruction de la nationalité elle-même !

 

Avant d’en arriver aux faits particuliers, nous constaterons d’abord un grand fait général, c’est que l’histoire de la Révolution a toujours joui, jusqu’ici, du privilège singulier d’être acceptée comme histoire, sans que personne, au fond, l’ait jamais expliquée. D’après les documents les moins niables, et contrairement à une légende audacieusement fabriquée, la nation française, comme masse populaire, en dehors d’une certaine noblesse, d’un certain clergé et d’une certaine bourgeoisie, était alors profondément catholique et royaliste.

 

Au moment même où on massacrait les prêtres, où l’on détruisait avec le plus de rage tout ce qui était de la Religion traditionnelle, on avait dû renoncer à interdire les processions dans Paris, où le peuple, comme l’établissent aujourd’hui les témoignages les plus précis, obligeait, en pleine Terreur, les patrouilles de sectionnaires à rendre dans la rue les honneurs au saint Sacrement.

 

Taine, dans La conquête jacobine, explique qu’alors, si un prêtre portant le viatique passe dans la rue, on voit la multitude « accourir de toutes parts pour se jeter à genoux, tous, hommes, femmes, jeunes et vieux, se précipitant en adoration ». Le jour où la châsse de Saint-Leu est portée en procession rue Saint-Martin, « tout le monde se prosterne : je n’ai pas vu, dit un spectateur attentif, un seul homme qui n’ait ôté son chapeau. Au corps de garde de la section Mauconseil, toute la force armée s’est mise sous les armes. » En même temps, « les citoyennes des Halles se concertaient pour savoir s’il n’y aurait pas moyen de tapisser. Dans la semaine qui suit, elles obligent le comité révolutionnaire de Saint-Eustache à autoriser une autre procession, et, cette fois encore, chacun s’agenouille ».

 

Quant au culte envers le prince, poursuit Talmeyr, il se prouve par les manifestations mêmes dirigées contre sa personne. Pendant deux ans, la Révolution se fait au cri de Vive le Roi ! Ensuite, la plupart même des hommes et des femmes d’émeute, soldés pour outrager le souverain, sont tout à coup ressaisis, en face de lui, de l’insurmontable amour de leur race, pour le descendant de ses monarques. Toute leur exaltation, en sa présence, tourne, comme en octobre 1789, en respect et en tendresse.

 

Que voit-on, au retour de Varennes, pendant que la famille royale prend son repas ? On voit le député révolutionnaire Barnave se tenant respectueusement debout derrière le roi, et le servant comme un valet de chambre ! Et ce sentiment catholique et royaliste, presque général à cette époque, se confirme, de façon certaine, par les chiffres mêmes des élections. Dès 1790, les ennemis de la Religion et de la Monarchie ne sont plus élus partout que par le dixième, puis par le quinzième, puis par le vingtième des électeurs. Taine constate, à Paris, aux assemblées primaires de 1791, un an déjà avant le 10 août, plus de soixante-quatorze mille abstenants sur quatre-vingt-un mille deux cents inscrits !

 

N’est-il pas rigoureusement vrai, en conséquence, que la Révolution, considérée comme mouvement national, ne peut pas s’expliquer ? On comprend une nation comme l’Amérique, chez qui la domination anglaise est impopulaire, et qui s’en débarrasse. On ne comprend pas une nation qui a la Religion et la Monarchie dans le sang, qui les veut, qui ne veut qu’elles, et qui les renverse avec fureur. Et cette Révolution-là est tellement inexplicable que tous les historiens, quels qu’ils soient, renoncent, en réalité, à l’expliquer, car les explications par la « fatalité », la « Providence », la « force des choses », le châtiment divin, ou l’ « anarchie spontanée », les seules qu’on nous ait encore données, ne sont pas des explications.

 

Plus loin, notre essayiste s’interroge : où en était, au dix-huitième siècle, la Franc-Maçonnerie en France ? Elle y daterait, exactement, d’après ses propres annuaires, de soixante-quatre ans avant la Révolution, de 1725, et ses deux premiers grands maîtres auraient été deux Anglais, lord Derwentwater, et lord Harnouester. Elle est ensuite présidée par un grand seigneur français, le duc d’Antin, puis par un prince du sang, Louis de Bourbon, comte de Clermont, puis, de 1771 à 1793, par le duc de Chartres, plus tard duc d’Orléans, et, plus tard encore, Philippe-Égalité (père de Louis-Philippe, roi des Français de 1830 à 1848).

 

Comme en témoigne la liste de ses grands maîtres, la Franc-Maçonnerie, dans la période immédiatement antérieure à la Révolution, ne cesse pas de suivre, malgré ses crises, une marche ascendante rapide. Elle devient à la mode, finit par faire fureur et le Grand Orient en arrive à créer ces fameuses Loges d’adoption où les femmes étaient admises. Les récipiendaires femmes, nous apprend M. d’Alméras, auteur d’une histoire de Cagliostro, et qui ne semble l’ennemi ni de Cagliostro, ni des Loges, sont des « actrices, des danseuses, des bourgeoises ou des grandes dames sans préjugés ».

 

Alors, en résumé, la Franc-Maçonnerie, au moins en apparence, consiste surtout en bals, en banquets, en démonstrations de bienfaisance. En 1775, la duchesse de Bourbon recevait le titre de grande maîtresse de toutes les Loges d’adoption de France, le duc de Chartres l’installait lui-même dans ce pontificat féminin, au milieu de fêtes magnifiques, et on faisait une quête, à la fin du banquet, en faveur « des pères et mères retenus en prison pour n’avoir pas payé les mois de nourrice de leurs enfants ».

 

Telle est, pendant toute cette période, la façade de la Franc-Maçonnerie. Elle est à la fois somptueuse et amusante, avec la promesse d’un mystère, probablement inoffensif, et peut-être même agréable, à l’intérieur de la maison. Sous prétexte de philanthropie, on s’y divertit énormément. On s’y mêle entre gens de la bonne société et de la moins bonne, dans l’illusion d’une égalité sociale qui ne manque pas toujours de piment. On se donne la sensation d’une vie en double où l’on s’appelle de noms de guerre, en échangeant des mots de passe. On se procure le petit frisson d’attendre quelque chose de secret qui sera peut-être défendu.

 

On joue en grand, en un mot, à ces jeux innocents qui ne le sont pas toujours, et un prodigieux enjouement jette toute la société dans ce jeu-là. Les plus honnêtes gens s’en mettent, et Marie-Antoinette écrit, à cette époque, à Mme de Lamballe : « J’ai lu avec grand intérêt ce qui s’est fait dans les loges franc-maçonniques que vous avez présidées, et dont vous m’avez tant amusée. Je vois qu’on n’y fait pas que de jolies chansons, et qu’on y fait aussi du bien. »

 

N’existait-il donc, cependant, aucun motif de se méfier ? Si, et certains Etats, dès le milieu du dix-huitième siècle, chassaient assez rudement ces francs-maçons qui s’attachaient en France, avec une si extraordinaire activité, à amuser les Français, à les faire danser, à chatouiller leur frivolité. Le pape Clément XII, en outre, avait lancé contre eux une bulle assez suggestive, dans laquelle il les comparait « aux voleurs qui percent la maison ». On pouvait donc, dès ce moment-là, ne pas déjà voir dans les Loges de simples lieux d’amusements, comme la malheureuse Marie-Antoinette.

 

Une société « maçonnisée », c’est donc bien celle qui précède immédiatement la Révolution. Elle s’est « maçonnisée » pour s’amuser, mais elle s’est « maçonnisée ». C’est l’atmosphère en dehors de laquelle il ne faut pas même essayer de voir cette époque, sous peine de n’en rien voir de vrai. Et Talmeyr d’expliquer que le « maçonnisme », dès trente ou quarante ans avant 1789, est si bien déjà devenu l’ambiance générale, que les philosophes, en réalité, ne répandent pas simplement leur philosophie par leurs écrits, mais se conjurent maçonniquement pour la répandre, et dans le sens rigoureux du mot...

 

Ecoutez Voltaire dans sa correspondance : « Il faut, écrit-il, agir en conjurés, et non pas en zélés... Que les philosophes véritables fassent une confrérie comme les Francs-Maçons... Que les mystères de Mithra ne soient pas divulgués... Frappez, et cachez votre main... »

 

En 1789, entre les atrocités de la prise de la Bastille et celles des massacres d’octobre, un certain Leroy, lieutenant des chasses royales, s’écriait avec des sanglots, lors d’un dîner qui avait lieu chez d’Angevilliers, intendant des Bâtiments du Roi : « J’étais le secrétaire du Comité à qui vous devez cette Révolution et j’en mourrai de douleur et de remords !... Ce Comité se tenait chez le baron d’Holbach... Nos principaux membres étaient d’Alembert, Turgot, Condorcet, Diderot, La Harpe, et ce Lamoignon qui s’est tué dans son parc !... La plupart de ces livres que vous avez vus paraître depuis longtemps contre la religion, les mœurs et le gouvernement étaient notre ouvrage, et nous les envoyions à des colporteurs qui les recevaient pour rien, ou presque rien, et les vendaient aux plus bas prix... Voilà ce qui a changé ce peuple, et l’a conduit au point où vous le voyez aujourd’hui... Oui, j’en mourrai de douleur et de remords... »

 

Les lettres de Voltaire en date de mars 1763 confirment ces faits : « Pourquoi les adorateurs de la raison, écrivait-il alors à Helvetius, restent-ils dans le silence et dans la crainte ? Qui les empêcherait d’avoir chez eux une petite imprimerie et de donner des ouvrages utiles et courts dont leurs amis seraient les seuls dépositaires ? C’est ainsi qu’en ont usé ceux qui ont imprimé les dernières volontés de ce bon et honnête curé Meslier... » Et il ajoute : « On oppose ainsi, au Pédagogue chrétien et au Pensez-y bien, de petits livres philosophiques qu’on a soin de répandre partout adroitement. On ne les vend point, on les donne à des personnes affidées qui les distribuent à des jeunes gens et à des femmes... »

 

 

En réalité, poursuit Maurice Talmeyr, la conjuration philosophique n’avait que très peu perverti le peuple, et par une excellente raison, c’est que le peuple ne savait pas lire. Elle avait surtout empoisonné les hautes classes. Mais cette philosophie qui est une conjuration, et qui machine, dans le mystère, avec des masques et des trahisons, l’application de ses préceptes, n’est-elle pas, pour une époque, toute une caractéristique ?

 

Notre essayiste rapporte la tenue à Wilhelmsbad (Allemagne), en 1781, d’un grand congrès de la Franc-Maçonnerie universelle, où les délégations arrivaient en masse, de France, de Belgique, de Suède, d’Italie, d’Angleterre, d’Espagne, d’Amérique, de tous les points du globe ! Est-il exact, comme on l’a dit, qu’on ait arrêté, dix ans d’avance, dans cette tenue de Wilhemsbad, la mise à mort de Louis XVI et presque toute la Terreur ? On peut affirmer, dans tous les cas, que, trois ans plus tard, la mort du roi de Suède et celle de Louis XVI étaient décidées dans une tenue de Francfort, en 1785, comme l’atteste une lettre du cardinal Mathieu, archevêque de Besançon :

 

« Il y a dans mon pays, écrit le cardinal Mathieu, un détail que je puis vous donner comme certain. Il y eut à Francfort, en 1785, une assemblée de Francs-Maçons où furent convoqués deux hommes considérables de Besançon, qui faisaient partie de la Société, M. de Reymond, inspecteur des postes, et M. Maire de Bouligney, président du Parlement. Dans cette réunion le meurtre du roi de Suède et celui de Louis XVI furent résolus. MM. de Reymond et de Bouligney revinrent consternés, en se promettant de ne jamais remettre les pieds dans une Loge, et de se garder le secret. Le dernier survivant l’a dit à M. Bourgon... Vous avez pu en entendre parler ici, car il a laissé une grande réputation de probité, de droiture et de fermeté parmi nous. Je l’ai beaucoup connu, et pendant bien longtemps, car je suis à Besançon depuis quarante-deux ans. »

 

Ce qu’on sait aussi, et avec certitude, c’est que la réunion de Wilhemsbad avait un épilogue dans le genre des révélations désespérées du malheureux M. Leroy. Le comte de Virieu, sur qui les Illuministes avaient cru pouvoir compter, et qui avait fait partie de la délégation française, revenait terrifié du Congrès, déclarait quitter la secte, et disait au baron de Gilliers : « Je ne vous révélerai pas ce qui s’est passé ; ce que je puis seulement vous dire, c’est que tout ceci est autrement sérieux que vous ne pensez. La conspiration qui se trame est si bien ourdie qu’il sera pour ainsi dire impossible à la Monarchie et à l’Église d’y échapper. »

 

Enfin, c’est également encore à cette époque que l’écrivain Cazotte, qui avait appartenu aux Illuministes français (alliés à la Franc-Maçonnerie), faisait un soir, dans un dîner, cette soi-disant prophétie dont la réalisation devait, évidemment, comporter une part de coïncidence, mais qui était aussi, avant tout, comme celles de Cagliostro, et sans aucun doute possible, de l’information anticipée. Il disait aux convives qui s’en amusaient beaucoup, trois ou quatre ans avant 1789 :

 

« Vous, Monsieur Bailly, et vous, Monsieur de Malesherbes, vous mourrez sur l’échafaud... Vous, Madame, on vous conduira en charrette, les mains liées derrière le dos, à la place des exécutions. — Mais, Monsieur le prophète, lui répondait en riant la duchesse de Grammont, ne me laisserez-vous pas au moins un confesseur ? — Non, Madame, non, lui répondait Cazotte énigmatique, non, vous n’en aurez pas, et le dernier supplicié qui en aura un, ce sera le roi !... », rapporte Louis Blanc dans son Histoire de la Révolution française.

 

Source: La France pittoresque

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 18:35
Les mensonges honteux des médias sur le 6 janvier. Un témoin raconte.

Source : Stilum Curiae, Marco Tosatti

Publié le 10 janvier 2021 par Marco Tosatti

Marco Tosatti


Chers amis et ennemis du Stilum Curiae, les attaques contre la liberté d'information et l'effort de diffusion de mensonges par les médias liés à des groupes de pouvoir progressistes aux États-Unis et en Italie vont maintenant dans un crescendo effrayant. C'est pourquoi il nous semble important de partager avec vous une interview vidéo que Riccardo Cascioli, rédacteur en chef de La Nuova Bussola Quotidiana, a réalisée avec un professeur de l'Université de Saint John, John Rao, qui était présent dans la foule le 6 janvier à Washington. Nous avons retranscrit plusieurs parties de son interview, que nous vous recommandons d'écouter dans son intégralité.

§§§

"Je n'ai jamais été dans une foule aussi grande que ce jour-là, composée pour la plupart de familles entières, de gens normaux, de nombreux Américains d'origine chinoise, terrifiés par ce qui s'est passé en Chine et ne voulant pas voir l'influence chinoise s'accroître aux États-Unis. Des catholiques, des protestants, des juifs orthodoxes. Rudy Giuliani et Trump ont pris la parole, et le discours de Trump était pour l'essentiel une liste de toutes les fraudes qui ont été commises. À la fin, il a dit d'aller au Capitole pour montrer aux membres du Congrès qu'il y a beaucoup d'Américains qui n'ont plus foi en leurs institutions : il n'a jamais parlé d'entrer [au Capitole], seulement d'y aller et d'être présent.

"Après une explosion de gaz lacrymogène, j'ai vu la police ouvrir la barricade pour laisser entrer les gens. Une foule a continué à monter là-haut. À partir de ce moment, je ne peux pas dire exactement ce qui s'est passé, je n'ai jamais entendu les téléphones des gens autour de moi, et j'ai vu une vidéo de nos amis qui essayaient de faire descendre des fenêtres les membres d'Antifa qui étaient mélangés à la foule. Des personnes ont mis des vidéos de ce genre sur le web.

"Antifa : des gens ont découvert et placé sur Internet des tracts envoyés pour expliquer ce qu'il faut faire pour pénétrer dans la foule et l'exploiter à leurs fins".

§§§

Il y a au moins deux éléments à souligner dans cette histoire. Premièrement, comme l'affirme le professeur Rao, l'infiltration de provocateurs professionnels comme Antifa est évidente, (ces antifas) qui se sont révoltés dans les villes américaines ces derniers mois, qui sont liés aux progressistes américains et étrangers et protégés par eux. Les photos publiées ci-dessus en sont un exemple. D'autre part, ceux qui ont l'expérience, comme cet écrivain, des manifestations publiques des années 60 et 70, savent très bien que le risque d'infiltration violente était toujours présent. Il y avait toujours un groupe particulièrement "dur" qui cherchait à prendre la tête de la marche et à provoquer un affrontement. Et ce n'est pas un hasard si, dans les manifestations les plus organisées, c'est la police qui avait pour tâche d'expulser les provocateurs et les infiltrés et de les garder sous contrôle. Antifa et ses marionnettistes ont bien appris leur leçon.

 

Le deuxième élément est la manière honteuse dont les médias traditionnels, tant aux États-Unis qu'ici [en Italie], qui sont manifestement aux mains des puissances progressistes-globalistes-Nouvel ordre mondial (et ce n'est pas nouveau), ont complètement avalé l'histoire de Trump en tant que "leader du coup d'État" et nous l'ont renvoyée sans même l'édulcorer un tant soit peu, en rejetant la responsabilité de l'agression contre lui. Et ils utilisent ce mensonge plutôt infâme comme prétexte pour le réduire au silence sur les médias sociaux.

 

Nous avons cette nouvelle de Thegatewaypundit :

 

"Google a retiré Parler de son app store après la nouvelle que le président Donald Trump avait créé un compte sur sa plateforme.

D'abord, ils ont interdit le président Trump de Twitter, puis ils ont interdit la plateforme sur laquelle il essayait de se transférer.

Selon Google Play, plus de cinq millions de personnes avaient déjà installé l'application Parler sur Android.

Soyons clairs, Facebook, Twitter, Tik Tok et Instagram ont tous été utilisés pour traquer et perpétrer les attentats terroristes faits par Black Lives Matter dans des villes américaines l'année dernière. Aucun d'entre eux n'a jamais été sanctionné.

Les politiciens démocrates ont également soutenu, excusé et alimenté les troubles, sans aucune censure de la part de ces plateformes.

Apple a également menacé d'interdire l'application s'ils ne se conformaient pas aux règles de modération dans les 24 heures.

Big Tech est officiellement en guerre contre le président des États-Unis et ses partisans".

 

***

Mais les tentatives d'infiltration ne se limitent pas à des manifestations. Lisez ce message du président de Gab, une excellente plateforme gratuite, principalement en anglais, à laquelle nous vous recommandons de vous abonner, surtout si vous regardez vers l'avenir :

 

"Au cours des dernières semaines, j'ai ouvertement averti la communauté de Gab d'être à l'affût de fedposters et de menaces ou d'encouragements à la violence sur Gab. Cette campagne PSYOP a commencé début décembre, avec de nouveaux comptes qui surgissent de nulle part et qui font des menaces de violence. Nous avons une tolérance zéro pour ce comportement, et il ne s'agit absolument pas de liberté d'expression.

Cela a toujours été notre politique. Nous avons des milliers de bénévoles, de clients et de membres de la communauté qui nous ont aidés à éradiquer cette campagne PSYOP au cours des dernières semaines et à lui arracher son masque. Après la semaine dernière, le motif de cette campagne PSYOP est maintenant clair : démanteler les plateformes technologiques alternatives en les faisant passer pour les manifestations du 6 janvier qui se sont terminées par le meurtre d'une femme non armée par la police.

Presque immédiatement après que la police ait autorisé les manifestants à entrer au Capitole, le New York Times a commencé à rapporter sans aucun fondement que cette manifestation avait été organisée sur des sites alt-tech, et en particulier sur Gab, sans offrir aucune preuve, ni capture d'écran, ni nom d'utilisateur, ni aucun élément de preuve à l'appui de ces affirmations infondées. J'ai enregistré une vidéo montrant comment tout cela s'est déroulé. J'espère que vous prendrez un peu de temps pour la regarder et découvrir comment fonctionne le complexe Mockingbird Media de la CIA. La façon dont nous nous battons est avec la vérité et en disant la vérité à leur pouvoir, qui est en train de disparaître rapidement.

Que Dieu vous bénisse et que Dieu bénisse l'Amérique

Andrea Torba
PDG, Gab.com

 

Il n'y a rien d'extraordinaire dans le fait qu'un journal comme le New York Times, qui a toujours été l'expression des élites financières progressistes, maçonniques et autres, participe à une campagne de mensonges et de diffamation ; la même chose se passe en Italie avec les grands journaux. Nous avons lu dans l'un d'entre eux que l'interdiction de Trump dans les médias sociaux est la plus haute expression de la démocratie ! Même à l'époque de Staline et de Pol Pot, on ne pouvait pas lire de telles bêtises sans rire. Mais cela nous donne la mesure des temps qui nous attendent, qui ne seront ni simples ni faciles.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 17:27
Big brother : L'"état d'urgence sanitaire", prétexte au fichage des citoyens sur la base de leurs "opinions politiques", leurs "convictions religieuses" ou leur "appartenance syndicale"

Une épidémie qui a du bon pour un gouvernement qui souhaite contrôler les opinions de ses citoyens voit le 4 janvier, le Conseil d'Etat valider trois décrets du gouvernement qui "élargissent les possibilité de fichage" par la police et la gendarmerie, selon une information Le Parisien.

C'est un autre effet collatéral du covid. Le gouvernement pourra désormais ficher les gens "selon leurs opinions politiques", "leurs convictions philosophiques et religieuses", leur "appartenance syndicale", et les "données de santé", "alors que les précédents textes se limitaient à recenser des activités", et non les opinions politiques. 

"Identifiants, photos et commentaires postés sur les réseaux sociaux y seront aussi listés."

Le Conseil d'Etat "a considéré que les trois décrets ne portaient pas une atteinte disproportionnée à la liberté d'opinion, de conscience et de religion ou à la liberté syndicale." 

"Le ministre de l'Intérieur a réfuté à plusieurs reprises toute volonté de « créer un délit d'opinion » ou une surveillance de masse."

"L'attaque des décrets devant le Conseil d'Etat est intervenue dans un contexte d'accusations répétées de dérive autoritaire du gouvernement - notamment avec les restrictions imposées dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire."

"Le Conseil d'Etat avait été saisi en référé (procédure d'urgence) par plusieurs centrales syndicales dont la CGT, FO ou la FSU, mais aussi par le Syndicat de la magistrature et le Syndicat des avocats de France (SM et SAF, classés à gauche), qui dénonçaient le « spectre du Big brother en 2021 »."

Traçage, contrôle généralisé, font partie du grand reset.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 19:17

Un précieux moment de télévision, grâce à « la magie du direct » !

 

L’ignoble Michel Fourniret, arrêté en 2003, est un violeur et tueur en série condamné pour le meurtre de sept jeunes filles et jeunes femmes.

En plus de ces crimes, il en a avoué trois supplémentaires, dont l’un pour lequel l’enquête se poursuit. Il est en outre soupçonné d’en avoir commis plusieurs autres.

Il s’est lui-même déclaré « pire que Dutroux ».

 

Son fils, prénommé Selim, vient de faire une déclaration fracassante dans une émission télévisée.

 

Il est interrogé par Christine Kelly. Il est gêné pour répondre (« Que ça vienne de vous, c’est un peu… »), car il s’apprête à parler de franc-maçonnerie. Or, Christine Kelly est franc-maçonne (ce qui a bien sûr aidé sa carrière au CSA et ce qui n’est pas étonnant, la Secte étant très présente dans les Antilles) et il le sait.

Mais elle l’autorise à continuer (peut-elle à ce moment faire autrement?), et il révèle alors que Michel Fourniret est franc-maçon (il « en parlait souvent à la maison »), et qu’il était au moment de ses crimes en rapport étroit avec son maître (le « vénérable maître » – c’est-à-dire le chef de sa loge), et que ce dernier aurait même commandité les assassinats.

 

Tiens. Un lien entre réseaux pédo-criminels et franc-maçonnerie ? Nous n’osons le croire…

 

L’avocat du fils de Fourniret, qui l’accompagne sur le plateau, explique que, selon le témoignage du fils, le tueur n’était « absolument pas un loup solitaire ». Ils le soupçonnent d’agir de concert avec son maître en maçonnerie (et même de traiter ses « commandes »).

Il faut noter que, comme l’explique l’avocat, en dépit de ces explications du fils faites auprès de la police, en dépit de lettres montrant ce lien étroit et évoquant d’obscures commandes, ce « vénérable maître » maçon n’a jamais été ne serait-ce qu’entendu par la police.

Et la police n’a pas enquêté du côté de la loge.

 

Il y a probablement là un grave scandale. Un tel traitement pourrait donner à penser à une protection de la part des enquêteurs. Or, il est notoire qu’une bonne majorité des commissaires sont affiliés eux-mêmes à la franc-maçonnerie. Sans parler de la magistrature.

 

Qu’y a-t-il vraiment derrière l ‘affaire Fourniret ?

Il semble hélas ne pas falloir compter sur les institutions officielles pour y faire la lumière.

 

Source : Centre d’Etude sur la franc-maçonnerie / Contre-Information

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 18:30
Les complotistes jettent l’éponge (*): « ils » ne se gênent même plus!

Michelle Bachelet, ex-présidente du Chili, actuelle Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme (une sinécure très lucrative accordée comme récompense pour sa fidélité à ses amitiés maçonniques) s’exprimait devant la Grande Loge Chilienne. Elle a déclaré sans ambages que la pandémie doit constituer un grand « reset« , à partir duquel repartir de zéro sur la bases des « valeurs » maçonniques.

 

Non sans auto-dérision, Maurizio Blondet commente: « Je jette l’éponge comme complotiste. Le métier est devenu impossible. Ils disent tout eux-mêmes«

Niveau, compas, reset: le monde selon Bachelet

Gianfranco Amato

La NBQ

14 décembre 2020

Ma traduction Benoit-et-moi.fr

 

Dans son discours à la Grande Loge maçonnique du Chili, Michelle Bachelet, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a déclaré que la pandémie doit ouvrir « une nouvelle ère basée sur un nouveau contrat social ». Elle doit constituer un « reset », comme la Seconde Guerre mondiale, à partir duquel reconstruire à partir de zéro. Et sur la base des valeurs maçonniques de « fraternité universelle ». L’Église est-elle d’accord?

 

Michelle Bachelet, ex-présidente de la République chilienne, à proximité de l’expiration de son dernier mandat, et avant de céder la place au libéral conservateur Augusto Piñera, fit approuver, à la dernière minute et les uns après les autres, tous les sujets chers à l’agenda mondialiste : avortement, « mariage » homosexuel, idéologie du genre, etc. Elle a été récompensée pour ce résultat par le prestigieux poste de Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, qu’elle occupe actuellement. À ce titre, elle s’est même permise de réprimander l’Italie sur la question des migrants lorsque Matteo Salvini était ministre de l’intérieur.

 

 

Il est nécessaire de faire cette prémisse, sachant que Bachelet a participé officiellement, en tant que Haut Commissaire des Nations Unies, à une initiative organisée le 1er décembre 2020 par la Grande Loge maçonnique du Chili, dans le cadre de l’anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Après les salutations protocolaires du Grand Maître de la Grande Loge du Chili, Sebastián Jans Pérez et du Grand Maître de la Grande Loge des Femmes du Chili, Adriana Aninat, Michelle Bachelet a prononcé son discours en commençant par la nécessité pour tous les hommes de se reconnaître comme frères et membres d’une même communauté. Les mots exacts étaient : « Nous avons besoin de principes maçonniques, tels que la solidarité et la fraternité, pour nous unir en une seule humanité, car c’est ce que nous sommes ».

 

Il est intéressant de noter que le discours de Bachelet fait également référence à l’urgence sanitaire mondiale actuelle. La Haut Commissaire a en effet référé avoir parlé personnellement avec le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Gutierrez, et a convenu que Covid était destiné à ouvrir une « nouvelle ère basée sur un nouveau contrat social ». Plus intéressante encore, la révélation officielle, de la part de Bachelet elle-même, que ce nouveau contrat social sera fondé « sur les principes maçonniques de solidarité et de fraternité ». Paroles textuelles. Toujours dans son discours adressé à la Grande Loge, Bachelet a également déclaré que pour les dirigeants des Nations unies, la pandémie de Covid-19 devrait avoir « les mêmes effets que la Seconde Guerre mondiale », à savoir celui d’un grand reset à partir duquel lancer un nouveau pacte mondial. Cette « occasion à ne pas manquer » devra nécessairement aborder des questions fondamentales telles que le « changement climatique », la « migration » et une nouvelle vision économique qui « surmonte les inégalités généralisées ». Tout cela, bien sûr, dans la perspective maçonnique « de solidarité et de fraternité universelle ».

 

Bachelet, en réalité, n’a jamais caché sa sympathie pour l’équerre et le compas, et sa très grande proximité avec les loges. Une circonstance qui l’a certainement beaucoup aidée dans sa carrière fulgurante jusqu’aux Nations Unies.

 

Lorsqu’elle était présidente de la République chilienne, elle ne dédaignait pas de fréquenter les associations maçonniques. Et même, pour la première fois dans l’histoire de ce pays, un Président de la République a visité la Grande Loge maçonnique du Chili à titre officiel. En entrant dans le Grand Temple, Bachelet a été applaudie par plus de 650 maçons présents à la rencontre. C’était le 18 avril 2014, et à cette occasion l’actuelle Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a fièrement prononcé ces mots : « La culture maçonnique, comme vous le savez, est quelque chose que je connais, et ses valeurs ont été décisives dans ma formation ». Elle a même ajouté, avec une image évocatrice, que « les ciseaux, niveaux, boussoles et équerres maçonniques » seraient « essentiels pour façonner et orienter l’avenir du Chili. Maintenant qu’elle occupe un poste important au niveau mondial, elle sera certainement en mesure d’utiliser ces outils à grande échelle. Pour Michelle Bachelet, l’apport de la franc-maçonnerie a donc été décisif pour la réalisation d’une authentique laïcité et d’une effective « séparation entre Église et État ».

 

Le fait est qu’aujourd’hui, il semble que l’Église catholique se soucie peu de cette séparation, car elle aime utiliser le langage même de cette « culture et de ces valeurs » qui ont formé l’ex-présidente du Chili. Une Église qui insiste pour parler de « fraternité universelle », de « solidarité », de « changement climatique », de « migration », de « nouvelle économie » et de « great reset » est une Église qui n’a pas besoin de se séparer de l’État. Ni de la Grande Loge maçonnique. Les problèmes ne peuvent surgir que lorsque l’Église catholique remet le Christ au centre de son action pastorale et pour proclamer la Vérité de l’Évangile, en expliquant que la « fraternité universelle », la « solidarité », le « changement climatique », les « migrations » et la « nouvelle économie » ne pourront jamais sauver les âmes.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 16:45

Non, le grand reset n’est pas une théorie du complot mais un accord ratifié entre les multinationales et les États aux Nations Unis en Juin 2019.

 

Si nous sommes conscients et d’accord pour changer le modèle capitaliste actuel et mettre fin au poids de la dette infinie et injustifiée des États, les solutions proposées ne sont pas les bonnes : elles sont anti démocratique et le remède serait bien pire que le mal en imposant une gouvernance mondiale privatisée administrée par les milliardaires coupables du désastre.

 

Ils veulent la suppression de la démocratie, de toutes les libertés fondamentales, la fin de la propriété sauf aux ultra riches, l’esclavage et le contrôle permanent de la population par le versement d’un revenu de base misérable et la fin de la monnaie réelle pour ne pouvoir échapper au système.

 

Source: AgoraTvNews

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 20:10

SourceFrance Soir, Publié le 13/11/2020 à 18:52 - Mise à jour à 19:08

Depuis la première vague du tsunami thanatophobe qui n'en finit pas de submerger nos vies, voilà une nouvelle vague qui déferle à présent depuis la sortie du film Hold-Up : celle des complotophobes qui se déchaînent en meute depuis la sortie du documentaire le 11/11à 11h.

 

En France comme en Belgique, les chaînes de propagande sortent leurs arsenaux et leurs contre-mesures à coups de ré-informations et de "debunkings". Chacun y va de sa plume acérée, style infantilisant et scolaire proverbial en Belgique avec ses copistes promus au rang de covid-commissaires toujours friands de métaphores stupides à deux balles promulguant leurs conseils aux pauvres âmes égarées avec des modes d'emploi et des notices "boîte anti complotistes" prêts à être utilisés en famille autour du sapin virtuel, dans le sillage de la lettre adressée par deux ministres (Santé et Intérieur) à Saint-Nicolas, sans oublier le déjà très célèbre virologue Van Laethem qui nous a gratifié d'un sketch viral hallucinant que ne renieraient pas les Inconnus.

 

En France, le style a toujours plus de panache et France Culture nous a gratifiés de deux minutes d'entretien dans lequel l'universitaire Tristan Mendès France essaye de discréditer le film à coups d'accusations parsemées du mot "complotiste", comme autant de perles enfilées pour former un chapelet en guise d'antidote.

 

Vade retro satanas, les cohortes de prêtres guerriers sanitaires sont lâchées dans une croisade anti-complotiste, chassant sur les terres des mécréants et des apostats qui refusent obstinément de rentrer dans le rang, qui résistent de toute leur raison et de toutes leurs facultés de juger, refusent d'abdiquer leur sens critique, leur bon sens et leur intelligence, et rejettent avec obstination l'abjuration qui leur est réclamée avant l'excommunication et la mort sociale et professionnelle définitive.

 

On se croirait vraiment entre Star Wars et Le Seigneur des anneaux, en se demandant si le sénateur Palpatine et le Jedi Skywalker ne vont pas croiser bientôt Gandalf et Gollum en sortant de la pellicule numérique dans un combat entre le Bien et le Mal où la lumière affronte les ténèbres.

 

Complotiste.

 

Ils n'ont que ça à la bouche depuis la sortie du film, ils, les détenteurs de la vérité du récit, les chiens de garde du narratif officiel du Covid, et Ils ont peur, et leur peur les pousse à sortir du bois jusqu'à en perdre leur sang-froid pour certains, comme Mme Ilana Cicurel, eurodéputée et porte-parole de LaREM qui décompensait hier en mode hystérique sur le plateau de CNews face à la journaliste Sonia Mabrouk qui l'a fermement recadrée.

 

Mais de quoi ont-ils peur au juste et pourquoi tant de réactions épidermiques, exacerbées, oui pourquoi tant de haine même, comme s'il y avait réellement le feu au lac, ou péril en la demeure?

 

De quoi donc cette peur est-elle constituée et de quoi nous parlent les croisés enragés de la foi du Covid qui tiennent tant à défendre leur dogme incontestable, ne supportant aucune contradiction ni aucune remise en question ?

 

C'est là qu'il est utile de convoquer l'inconscient, car quoi qu'on puisse en penser, nous sommes encore tous et toujours gouvernés par ce continent immergé décrit par le père Freud il y a un siècle.

 

Ce qui est frappant, ces dernières 24h, c'est l'embrasement des réactions des complotophobes et leur acharnement parfois violent contre les protagonistes du film.

 

On a vraiment le sentiment que ce documentaire les a atteints au "bon" endroit, au lieu-même de leurs conflits névrotiques, au centre de leur QG stratégique, au cœur du réacteur nucléaire de leurs émotions contradictoires inconscientes, inavouables, indicibles, refoulées.

 

Comme si leur discours et leurs convictions avaient été frappés de plein fouet par un missile conceptuel dangereux, cet autre narratif du Covid qui aurait atteint sa cible, touchée coulée, comme si leur logiciel avait été infecté par un virus dangereux mettant en péril l'édifice conceptuel officiel, pulvérisant leurs croyances en générant un sentiment d'insécurité allant même jusqu'à la panique et la crise d'angoisse.

 

Comme si ce "Hold-Up" avait réveillé les dormeurs et les endormis, agissant comme un catalyseur ou un révélateur, à l'instar d'un cauchemar qui réveille le dormeur pour l'empêcher de continuer son rêve dérangeant trop intense, comme si ce qui est exposé dans le film pouvait tout d'un coup être plausible, envisageable, chose inacceptable et insoutenable pour une conscience formatée et docile.

 

Car si cette version, qui n'est qu'une hypothèse de travail dans le film puisqu'elle est proposée comme telle dans le but de faire réfléchir autrement, si ce narratif alternatif tient la route ne fusse qu'une seule seconde, alors elle devient crédible. Mais elle fait peur et elle effraye tellement qu'elle provoque chez de nombreuses personnes un rejet violent qui n'est en fait rien d'autre qu'un mécanisme de défense du moi sous forme de déni de réalité, le fameux "je n'en veux rien savoir", trop dangereux à envisager.

 

Car enfin, restons logiques et sérieux un moment : si ce film n'est qu'un ramassis de délires conspirationnistes complotistes débités par des personnes non crédibles tenant des propos ridicules et mensongers non sourcés, où est alors le souci ? Il eût suffi de laisser pisser le mouton et de l'ignorer.

 

En réalité, en y regardant bien, il y a un rapport "inversement" proportionnel entre les deux narratifs, plus l'officiel est contesté de manière appuyée, logique et efficace plus les réactions sont "virulentes" et virales, normal en régime covidien, et plus les "complotistes" semblent entendus et suivis, semant la peur et la panique chez les adhérents et les ayatollahs du régime covidien qui se sentent menacés dans leur certitudes et qui n'attendent que le vaccin en étant persuadés de pouvoir revivre comme "avant", ce qui n'est qu'un mensonge et une illusion pour toute personne un peu intelligente et avertie car il n'y aura plus JAMAIS de retour en arrière à une vie "normale telle que nous l'avons connue", c'est un fait avéré et vérifiable, nous avons changé de norme sociale et politique pour une longue durée indéterminée.

 

Quand on pense que cette presse officielle fabrique et propage la peur et l'angoisse tous les jours en ré-écrivant le cours de cette épidémie, en biaisant les données biostatistiques pour consolider leur narratif effrayant de manière servile, on est en droit de leur demander qui fait réellement peur et qui est vraiment dangereux, eux ou les "complotistes" ? Qui fait du mal à qui ?

 

N'est pas complotiste qui veut.

 

Ainsi, dans un subtil retour du boomerang, les complotophobes qui produisent tant d'efforts quotidiens pour construire et alimenter le narratif officiel apocalyptique du covid et qui sont les alliés de ce régime biopolitique-techno-sanitaire autoritaire inique, récoltent ce qu'ils ont semé et reçoivent en pleine figure ce qu'ils ont envoyé depuis plus de six mois.

 

Qui sème le vent récolte la tempête. Le vent s'est levé et la tempête ne fait que commencer, soulevant une houle et des vagues de raison sur l'océan du Covid-(19(84).

 

Attention, ça va tanguer.

 

 

 

Michel Rosenzweig

 

Philosophe et psychanalyste.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 07:45
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2020 7 01 /11 /novembre /2020 20:48

Le sujet de Mgr Vigano dans cette video est de savoir "comment la Révolution Vatican II sert le Nouvel Ordre mondial ?"

"L'abandon de la dimension surnaturelle. L'abandon par une partie de la hiérarchie ecclésiastique, même au sommet, de la dimension surnaturelle de l'Eglise et de son rôle eschatologique. Avec le concile, les innovateurs ont effacé l'origine divine de l'Eglise de leur horizon théologique, pour créer une entité d'origine humaine, semblable à une organisation philanthropique. La conséquence de cette subversion ontologique, a été le déni nécessaire du fait que l'épouse du Christ n'est pas et ne peut pas être sujette à changement par ceux qui font exercice de l'autorité par procuration au nom du Seigneur. [Un exercice qui ne s'entend plus comme un service des autres mais comme une autorisation à inventer et à changer le Magistère bi-millénaire de l'Eglise. Alors que "celui qui veut être parmi vous le premier sera votre esclave" (Mt 20,27). Ndlr.] Elle n'est ni la propriété du Pape ni des évêques ou des théologiens; et à ce titre, toute tentative d'aggiornamento (selon le terme employé lors du concile Vatican II. Ndlr.) l'abaisse au niveau d'une entreprise, dans le but d'engranger des bénéfices, en renouvelant sa propre offre commerciale, vendant ses restes de stock et en suivant la mode du moment.    

"L'Eglise est une réalité surnaturelle et divine. Elle adapte sa façon de prêcher l'Evangile aux nations mais elle ne peut jamais changer le contenu d'un iota (Mt 5,18 Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise), ni nier sa transcendance en s'abaissant elle-même à un simple service social.

"À l'opposé, l'anti-Eglise revendique fièrement un droit d'exécuter un paradigme, (un droit de) changer non seulement la façon dont la doctrine est exposée mais la doctrine elle-même.

"Insister sur ce que le Magistère enseigne est inutile. Les innovateurs prétendent effrontément avoir le droit de changer la foi, suivant une approche obstinément moderniste.

"La première erreur du concile consiste principalement dans le manque de perspective de transcendance. Le résultat d'une crise spirituelle - qui était déjà latente - et la tentative d'établir le Paradis sur terre (millénarisme. Nldr.), avec un horizon humain stérile.  

"Dans la ligne de cette approche (le dernier document de François) Fratelli Tutti (Tous Frères), voit l'accomplissement  d'une utopie terrestre, la rédemption sociale dans la fraternité humaine, dans la pax oecumenica entre les religions et dans l'accueil des migrants".

Mgr Viganò appelle à la prière.

Si les temps sont troublés et les hommes impuissants, la solution ne viendra que de Celui qui peut tout. Notre salut n'a toujours été qu'en Lui.

Maintenant, est-ce par des hommes ou par Dieu que je veux me faire approuver ? Est-ce donc à des hommes que je cherche à plaire ? Si j’en étais encore à plaire à des hommes, je ne serais pas serviteur du Christ.

Ga 1,10

Source video : The Remnant -  Youtube

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2020 1 19 /10 /octobre /2020 13:22

"Pleins feux" est un site d'info chrétien protestant qui a publié cette alerte : le Canada devient tyrannique.

Le 14 octobre 2020

J’ai reçu cela d’un membre élu du gouvernement canadien qui est consterné par les projets du Cabinet du premier ministre (PMO) pour nos voisins du Nord.  C’est un cauchemar qui se déroule!

« Je veux vous fournir des informations très importantes.  Je suis membre du comité du Parti libéral du Canada.  Je siège dans plusieurs groupes de comités, mais les informations que je fournis proviennent du comité de planification stratégique (qui est dirigé par le cabinet du premier ministre). »

« Je dois commencer par dire que je ne suis pas content de faire ça, mais je le dois.  En tant que Canadien et surtout en tant que parent qui souhaite un avenir meilleur non seulement pour mes enfants, mais aussi, pour les autres enfants. »

« L’autre raison pour laquelle je fais cela, c’est parce qu’environ 30% des membres du comité ne sont pas satisfaits de la direction que cela prendra au Canada, mais nos opinions ont été ignorées et ils prévoient d’aller de l’avant vers leurs objectifs. »

Ils ont également indiqué très clairement que rien n’arrêtera les résultats prévus.

La feuille de route et l’objectif ont été définis par le PMO et sont les suivants :

  • Mettre progressivement en place les restrictions d’un second verrouillage sur une base continue, en commençant par les grandes régions métropolitaines d’abord et en s’étendant vers l’extérieur. Prévu d’ici novembre 2020.
  • Accélérer l’acquisition (ou la construction) d’installations d’isolement dans chaque province et territoire. Prévu d’ici décembre 2020.
  • Les nouveaux cas quotidiens de COVID-19 augmenteront au-delà de la capacité de test, y compris une augmentation des décès liés au COVID en suivant les mêmes courbes de croissance. Attendu d’ici fin novembre 2020.
  • Second verrouillage complet et total (beaucoup plus strict que les restrictions du premier verrouillage et la deuxième phase de roulement)Prévu fin décembre 2020 – début janvier 2021.
  • Réforme et extension du programme de chômage en vue de sa transition vers le programme de revenu de base universel. Prévu d’ici le premier trimestre 2021.
  • Mutation projetée du COVID-19 et/ou co-infection avec un virus secondaire (appelé COVID-21) conduisant à une troisième vague avec un taux de mortalité beaucoup plus élevé et un taux d’infection plus élevé. Prévu d’ici février 2021.
  • Les nouveaux cas quotidiens d’hospitalisations au COVID-21 et de décès liés au COVID-19 et au COVID-21 dépasseront la capacité des établissements de soins médicaux. Prévu T1-T2 2021.
  • Des restrictions de verrouillage améliorées (appelées troisième verrouillage) seront mises en œuvre. Des restrictions de voyage complètes seront imposées (y compris entre les provinces et les villes).  Prévu T2 2021.
  • Transition des individus dans le programme de revenu de base universel. Prévu mi-T2 2021.
  • Ruptures projetées de la chaîne d’approvisionnement, pénuries de stocks, grande instabilité économique. Prévu fin-T2 2021.
  • Déploiement de personnel militaire dans les principales zones métropolitaines ainsi que sur toutes les routes principales pour établir des points de contrôle des déplacements. Limitez les déplacements.  Fournir un soutien logistique à la région.  Attendu pour le troisième trimestre 2021.

Parallèlement à cette feuille de route fournie, le comité de planification stratégique a été invité à concevoir un moyen efficace de faire passer les Canadiens en transition pour faire face à une entreprise économique sans précédent.  Une solution qui changerait le visage du Canada et changerait à jamais la vie des Canadiens.

Ce qu’on nous a dit, c’est que pour compenser ce qui était essentiellement un effondrement économique à l’échelle internationale, le gouvernement fédéral allait offrir aux Canadiens un allègement total de la dette.

Voici comment cela fonctionne : Le gouvernement fédéral proposera d’éliminer toutes les dettes personnelles (hypothèques, prêts, cartes de crédit, etc.) dont tout le financement sera fourni au Canada par le FMI dans le cadre de ce qui deviendra le programme mondial de réinitialisation de la dette.

En échange de l’acceptation de cette remise totale de la dette, l’individu perdrait à jamais la propriété de tous les biens et actifs.

L’individu devrait également accepter de participer au calendrier de vaccination COVID-19 et COVID-21, ce qui lui permettrait de voyager sans restriction et de vivre sans restriction même sous un verrouillage complet (grâce à l’utilisation d’une pièce d’identité avec photo appelée passe-santé du Canada).

Les membres du comité ont demandé qui deviendrait le propriétaire des biens et des actifs confisqués dans ce scénario et ce qui arriverait aux prêteurs ou aux institutions financières ; On nous a simplement dit que « le programme de réinitialisation de la dette mondiale se chargera de tous les détails ».

Plusieurs membres du comité se sont également demandé ce qui arriverait aux individus s’ils refusaient de participer au programme World Debt Reset, ou au HealthPass, ou au calendrier de vaccination, et la réponse que nous avons obtenue était très troublante.  Essentiellement, on nous a dit qu’il était de notre devoir de nous assurer que nous élaborions un plan pour que cela ne se produise jamais.  On nous a dit qu’il était dans l’intérêt des individus de participer.

Lorsque plusieurs membres du comité ont insisté sans relâche pour obtenir une réponse, on nous a dit que ceux qui refusaient vivraient d’abord indéfiniment sous les restrictions de verrouillage.

Et que sur une courte période de temps, alors que de plus en plus de Canadiens passeraient au programme d’annulation de la dette, ceux qui refusaient de participer seraient considérés comme un risque pour la sécurité publique et seraient transférés dans des établissements d’isolement.  Une fois dans ces établissements, ils auraient deux options, participeraient au programme d’annulation de la dette et seraient libérés, ou resteraient indéfiniment dans l’établissement d’isolement sous la classification d’un risque grave pour la santé publique et verraient tous leurs biens saisis.

Donc, comme vous pouvez l’imaginer après avoir entendu tout cela, cela s’est transformé en une discussion passionnée et s’est intensifiée au-delà de tout ce que je n’ai jamais vu auparavant.

En fin de compte, le PMO a laissé entendre que l’ensemble de l’ordre du jour ira de l’avant, peu importe qui est d’accord ou non.

Que ce ne sera pas seulement le Canada, mais que toutes les nations auront en fait des feuilles de route et des programmes similaires.  Que nous devons profiter des situations qui nous attendent pour promouvoir un changement à plus grande échelle pour le mieux-être de tous.  Les membres qui s’y opposaient et ceux qui soulevaient des questions clés qui découleraient d’une telle chose ont été complètement ignorés.  Nos opinions et préoccupations ont été ignorées.  On nous a simplement dit de le faire.

« Tout ce que je sais, c’est que je n’aime pas ça et je pense que ça va placer les Canadiens dans un avenir sombre ».

CAMPS D’INTERNEMENT ?

La communication par courriel que m’a adressée un député vérifié du Parlement canadien correspond tout à fait à quelque chose qui a été diffusé le 8 octobre dans le cadre de débats télévisés au Parlement.  Ici, un député demande si « la population de l’Ontario devrait se préparer aux camps d’internement ? »  On lui a dit « oui » mais de manière vague et ambiguë :

En fait, le gouvernement canadien a lancé des demandes de propositions à l’industrie, sur la construction de camps dans chaque province et territoire du pays !

Remarque de Hal Turner : C’est une tyrannie pure et simple.  Les Canadiens feraient bien de s’armer et de se préparer à repousser tout tyran qui tente cela. Concentrez-vous d’abord sur les tyrans locaux.  Une fois que votre liberté est partie, elle est partie pour toujours.

Source:  Hal Turner Radio Show 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

https://pleinsfeux.org/le-canada-devient-tyrannique/

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 13:32

Pendant des mois, nous avons vu notre mode de vie changer radicalement. On nous a répété à maintes reprises que les choses ne seront plus jamais les mêmes et que nous devons accepter la nouvelle normalité.

Aujourd’hui, les ingénieurs sociaux ont révélé leur jeu et lancé officiellement leur solution à cette crise. La solution proposée est la Grande Remise à Zéro.

Dans ce rapport, nous examinons ce qu’est exactement la Grande Remise à Zéro et qui est impliqué. Nous examinons également ce que la Grande Remise à Zéro signifie pour l’humanité qui doit faire face à des temps sans précédent.

 

Extraits :

"Un scenario de guerre joué dans des documents comme le 'Rapport 2010 de Rockefeller (p. 18) : 'Etape de blocage' et 'Event201', l'exercice de simulation d'une pandémie mondiale de coronavirus. Ceci a été parrainé par le Forum économique mondial, John-Hopkins et la Fondation Bill et Melinda Gates qui s'est tenu en octobre dernier (2019. Ndlr.)

"De cette crise découle une réponse souhaitée : une démolition contrôlée de l'économie mondiale, écrasant la classe moyenne et créant plus de dépendance envers le gouvernement sous formes de fonds de relance et de renflouements, ce qui touche essentiellement à la propriété.

"Nous avons subi le confinement autoritaire, qui était la conclusion du document de Rockefeller 'Etape de blocage' sur la manière d'atténuer cette crise.

"Nous sommes aussi témoins de troubles civils massifs sous couverts de recherche de la justice sociale et d'en finir avec les 'inégalités' et un 'racisme systémique', comme ils le qualifient; alors qu'en réalité ces émeutes ne sont rien de plus que des opérations organisées de déstabilisations internes, comme celles que les Etats-Unis et la CIA ont mené dans d'innombrables pays, avant de renverser leurs gouvernements et d'installer des régimes fantoches. Ceci est une opération planifiée.

"Donc voici la stratégie : problème - réaction - solution.

"Nous avons le problème : la COVID-19.

"Nous avons la réaction : troubles civils et écroulement économique.

"Il est désormais temps pour la solution ! Une solution qui a été prédéterminée, préemballée et prête à être déployée !  

"La solution vient d'être annoncée par le Forum économique mondial, le même Forum économique mondial qui a demandé à John Hopkins d'héberger 'Event201'.

"Leur solution est ce qu'ils appellent eux-mêmes le 'Great Reset', ou grande remise à zéro. Une initiative qui a été officiellement dévoilée cette semaine. La 'Grande remise à zéro' n'est pas une idée nouvelle qu'ils ont inventée durant le week-end. Il s'agit d'un plan de gouvernance mondiale de longue date lié à l'Agenda 2030 de l'ONU pour le développement durable, qui cherche à réguler, contrôler et redéfinir tous les aspects de la vie telle que nous la connaissons. Et en juin de l'année dernière (2019), l'ONU et le Forum économique mondial (FEM) ont formé un partenariat stratégique pour accélérer la mise en place de l'agenda 2030 de l'ONU.

"Voici une citation du FEM au sujet de la 'Grande remise à zéro', directement de leur site web : 'En fait, un des aspects positifs de la pandémie est qu'elle a montré à quelle vitesse nous pouvons apporter des changements radicaux à nos modes de vie. Presque instantanément, la crise a forcé entreprises et particuliers à abandonner des pratiques longtemps vues comme essentielles; des voyages aériens fréquents du travail au bureau.

Le plan de la Grande remise à zéro ("Grand Reset") révélé : comment la COVID-19 ouvre la voie au Nouvel Ordre Mondial

"En janvier 2020, il a été demandé au président et fondateur du FEM, Klaus Schwab : 'A quoi pouvons-nous nous attendre comme sujet central de Davos 2020?' Et il a fait référence à son livre de 1970 traitant d'un nouveau modèle économique appelé 'capitalisme des acteurs'.

"Quand nous regardons sur le site Web du FEM, nous voyons que le 'capitalisme d'acteurs' est un des principaux objectifs de cette 'Grande remise à zéro'. Au moment de l'interview, en janvier 2020, le marché boursier atteint des sommets inégalés. Et le sentiment d'urgence pour un nouveau modèle économique n'était pas vraiment là.

"Les conditions économiques sont donc comparables à celles de la Grande dépression et résultent du confinement du coronavirus. Et voilà que les justifications pour la 'Grande remise à zéro' et le plan de 50 ans pour le nouveau système économique sont réunies.

"Il y a seulement trois jours le FEM a accueilli un sommet virtuel pour la 'Grande remise à zéro'. Les participants incluent : Klaus Schwab, le fondateur du FEM, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, le Prince Charles, la Directrice du FMI, Kristalina Georgieva, et un haut représentant de Master Card parmi beaucoup d'autres. Le consensus général a été que nous ne pouvons rater cette occasion de mettre en œuvre la 'Grande remise à zéro' parce que la Covid-19 a montré que que nos systèmes actuels sont en panne

"'La crise du Covid-19 nous a montré que nos anciens systèmes ne sont plus adaptés au XXIe siècle; elle a mis en évidence un manque fondamental de cohésion sociale, d'équité, d'inclusion et d'égalité. Maintenant est non seulement un moment historique pour combattre un virus mais aussi de modeler le système, pour la nécessité, pour l'ère post-corona'", déclara Klaus Schwab.

"Nous vivons une époque sans précédent où chaque personne sur la planète a été touchée par la pandémie du coronavirus. Notre monde s'est immobilisé et il est apparu clairement que nous n'avions pas la réponse, tous les mécanismes permettant de faire face à une menace mondiale sans précédent. [...] Nous avons une occasion en or de tirer quelque chose de bon de cette crise. Ces ondes de choc sans précédent pourraient bien rendre les gens plus réceptifs aux grandes visions de changement. Les crises mondiales comme les pandémies et le changement climatique ne connaissent pas de frontières et soulignent à quel point nous sommes interdépendants en tant que peuple partageant une seule planète", a déclaré le Prince Charles.

"L'histoire considérerait cette crise comme la grande opportunité de Remise à zéro", a déclaré Kristalina Georgieva. "Du point de vue du FMI, ce que nous voyons est inévitablement une injection très massive de stimulus fiscaux pour aider les pays à faire face à cette crise et à passer à la vitesse supérieure pour que la croissance revienne. Mais il est primordial que cette croissance conduise à un monde plus vert, plus intelligent et plus juste à l'avenir", a-t-elle ajouté.

[...]

 

"En ce moment même nous assistons à la démolition intentionnelle et contrôlée du système actuel de contrôle afin d'inaugurer [...] ce nouveau système de gouvernance mondiale, ce nouveau système de contrôle numérisé où nous serons incapables de distinguer la vie organique de l'artificielle. [...] Pensez-vous que les banques centrales prendraient la responsabilité de l'effondrement du système actuel ? Ou que les gouvernements en prendraient la responsabilité ? Non, le virus est là pour prendre la responsabilité. Le virus sera l'excuse pour brûler ce vieux système, comme nous le voyons actuellement. Et de ses cendres, le nouveau système sortira.

 

"Pensez-vous à une coïncidence si les banques centrales ont, comme par hasard, leurs nouvelles monnaies numérisées prêtes à l'emploi ? Elles ont déjà reconstruit l'infrastructure mondiale depuis des années pour faciliter ce nouveau système financier numérique.

 

"En même temps, ils mettent en place les passeports d'immunité numériques et le plan d'identité numérique de l'ONU est en cours de déploiement et de mise en œuvre, financé et mis en œuvre par Bill gates.

 

"La gouvernance mondiale est à nos portes, elle est mise en place au prétexte de la crise du COVID 1984. Mais en fin de compte, nous les peuples, n'avons pas notre mot à dire sur notre avenir, selon eux. Nous n'avons même pas droit à un vote, selon eux. Ces technocrates décident de l'avenir de l'humanité pour nous, en ce moment même.

 

"Et devinez quoi ? L'avenir de l'humanité n'est pas du tout humain." 

Sources: Aube digitale 17 juin 2020 - GLORIA.TV

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 21:17

Aucun appel à la conversion; rien sur le Christ, le nom de Jésus n'est pas prononcé. L'école républicaine maçonnique "laïque" ne parle pas de Jésus, mais l'école de François non plus !

 

Depuis l'Aula Magna de l'Université pontificale du Latran à Rome, François a lancé "un projet éducatif lançant des processus éducatifs et transformant en collaboration avec la société civile" (sic) :

 

Vidéo de 1'11" (juste un petit extrait !... très résumé !...) :
https://www.youtube.com/watch?v=-NoIw75pR34

 

Depuis l'Aula Magna de l'Université pontificale du Latran à Rome, rencontre promue et organisée par la Congrégation pour l'Éducation catholique : "Pacte mondial sur l'éducation. Ensemble pour regarder au-delà", inaugurée par un message vidéo du Pape François


Vidéo de 1h 36' (juste pour ceux qui voudraient voir des extraits, et sa conclusion à 22'40' 

 

https://www.youtube.com/watch?v=hnDCbeQwq0s

 

"La vocation à la fraternité" : rien sur la vocation à devenir fils de Dieu, et sur la vie éternelle ?

"regarder au-delà" : non, il ne s'agit pas de L'Au-delà !

 

SourceSacerdos simplex - Le Forum catholique

Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Jean

Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain.

Psaume 126

24 Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc.

25 La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc.

26 Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable.

27 La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. »

Matthieu 7,24-27

___________

Add. LifeSiteNews 16 octobre 2020. Le pape François appelle à un pacte mondial pour l'éducation avec l'humanité en son centre. Bien qu'il ait fait référence à la doctrine sociale inspirée par «la Parole de Dieu et l'humanisme chrétien», le pontife n'a pas mentionné Jésus-Christ. La «fraternité», cependant, a été mentionnée à plusieurs reprises.

 

Featured Image

 

Le pape François souhaite un «processus d'éducation» qui amène les générations futures à prêter attention aux «graves injustices sociales, aux violations des droits, aux terribles formes de pauvreté et au gaspillage de vies humaines». Il souhaite que le «processus intégral» prenne en considération les problèmes qui assaillent les jeunes aujourd'hui, tels que «la dépression, la dépendance, l'agressivité, la haine verbale et l'intimidation». Ce processus devrait également prêter attention au «fléau de la violence, de la maltraitance des mineurs, du phénomène du mariage des enfants et des enfants soldats [et] de la tragédie des enfants vendus en esclavage» ainsi qu'aux «souffrances» endurées par notre planète. »

 

Le pape n'a inclus ni l'avortement ni l'idéologie de genre parmi les injustices envers les enfants qu'il a énumérées.

___________

Tous frères : "une fonctionnalité horizontale", "un monde sans le Christ"

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 08:11

Au Forum de Davos 2014, Christine Lagarde, directrice du FMI à l'époque, avait fait un discours sibyllin sur le reset à venir, une prochaine crise financière qui remettrait "l'économie à zéro".   

Plus récemment, l’annonce de cette "grande réinitialisation" a été faite par le prince Charles et Klaus Schwab le 3 juin 2020. Pour sa première édition post-pandémie prévue en janvier prochain, le Forum de Davos, rendez-vous annuel de l'élite politique et économique mondiale, ne pouvait rester dans « le monde d'avant ». Avec l'art de la formule qui le caractérise, son fondateur et toujours président, l'économiste allemand Klaus Schwab propose une «grande réinitialisation », en anglais, « The Great Reset ». [...] «Afin d'assurer notre avenir et de prospérer, nous devons faire évoluer notre modèle économique et placer les humains et la planète au cœur d'une création de valeur mondiale, a déclaré le Prince de Galles. [...] « Le Covid-19 a accéléré notre transition vers l'ère de la quatrième révolution industrielle, a ajouté le chef d'orchestre de Davos qui revendique la paternité de cette expression. [...] Nous ne devons pas rater cette fenêtre d'opportunité », insiste-t-il, soutenu dans ce sens par le secrétaire général de l'ONU et la patronne du FMI. Pour passer de l'incantation à l'action, « nous devons mobiliser tous les leaders », a exhorté le Prince Charles.  À cet effet, Klaus Schwab a annoncé que le Forum de Davos de janvier 2021, la 51ème édition de l'événement, continuerait d'accueillir les grands de ce monde dans la station alpine mais serait en partie virtuel. (Le Figaro

Analyse religieuse du Grand Reset ou grande réinitialisation :

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/la-grande-reinitialisation-nbsp-le-forum-de-davos-lance-le-monde-d-apres-20200603

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/la-grande-reinitialisation-nbsp-le-forum-de-davos-lance-le-monde-d-apres-20200603

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 07:13

Nous proposons cette video "La Religion Mondiale Unique est à nos portes", de soeur Fabienne Maria, directrice mondiale de Miséricorde Divine International Association et co-fondatrice oblate d'une communauté religieuse, avec la réserve qui est que "nul ne sait ni le jour ni l'heure" (Matthieu 24, 36). Mais l'atmosphère générale est effectivement ce qui est décrit, à savoir la création d'un gouvernement mondial et d'une religion mondiale (antichrist de l'Apocalypse) selon des plans franc-maçonniques qui avaient déjà été exposés au début du XXe siècle par Mgr Delassus dans La Conjuration antichrétienne (1910).

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 07:31

L'État profond s'emploie maintenant avec l'Église profonde à transformer l'Église catholique en "bras spirituel" du nouvel ordre mondial, a déclaré l'archevêque.

L'image sélectionnée

Par l'archevêque Carlo Maria Viganò

 

LifeSiteNews (Traduction Christ-Roi overblog)

"Corruptio optimi pessima." (La corruption du meilleur donne le pire. Ndlr.) : Saint Grégoire le Grand

 

25 septembre 2020 ( LifeSiteNews ) - Chercher à trouver une cohérence de l'action récente de la Compagnie de Jésus avec les intentions originelles de Saint Ignace de Loyola est une tâche ardue, voire impossible, au point qu'avec le recul l'on considère l'Ordre en 1814 après sa suppression par Clément XIV en 1773 pour avoir été mal avisé. Il n'est pas étonnant que, dans le processus de dissolution et d'autodémolition auquel tout le corps ecclésial est soumis, la contribution des jésuites ait été - et reste toujours - décisive. Ce n'est pas un hasard si depuis 2013, le plus haut trône même est occupé par un jésuite, Jorge Mario Bergoglio, même si cela est en violation avec la règle ignatienne qui interdit aux membres de la Compagnie de Jésus de prendre des positions dans la hiérarchie.

 

Dans le contexte géopolitique international, le rôle de l'Italie peut paraître à certains égards marginal, mais en réalité, l'Italie est un ballon d'essai pour les expériences d'ingénierie sociale que l'agenda mondialiste entend étendre à tous les gouvernements au cours des dix prochaines années, tant dans la sphère économique et politique que dans la sphère religieuse. On peut donc comprendre pourquoi La Civiltà Cattolica et son omniprésent directeur, le P. Antonio Spadaro, SJ, se sont dépensés dans des soutiens issus de la gauche italienne et mondiale, y compris pour le Parti démocrate en Amérique et le Parti communiste en Chine. D'autre part, la proximité idéologique de la Compagnie de Jésus avec les mouvements révolutionnaires de gauche remonte aux premiers symptômes de 1968, dont Vatican II a posé les fondements idéologiques et qui ont trouvé leur plus grande expression dans la théologie de la libération, après avoir supprimé la condamnation du communisme des documents préparatoires du Concile. Il est significatif que nombre des protagonistes de cette malheureuse saison en Amérique latine, après l'indulgence et les sanctions modérées imposées par le Saint-Siège au cours des dernières décennies, aient été réhabilités et promus par un jésuite argentin.

 

Voir Prodi et Gentiloni [deux anciens premiers ministres italiens] avec le père Spadaro pour la présentation de l'essai "Nell'anima della Cina" [Dans l'âme de la Chine] [ici] ne devrait surprendre personne : ils sont l'expression de ce déplorable "catholicisme adulte" qui ignore la nécessaire cohérence des catholiques en politique voulue par Jean-Paul II et Benoît XVI, mais qui maintient ensemble le bestiaire hétérogène du progressisme au nom de l'environnementalisme malthusien, de l'accueil aveugle des immigrés, de la théorie du genre et de l'indifférence religieuse sanctionnée par la Déclaration d'Abou Dhabi. La Conférence d'Assise - Économie de François - et la prochaine encyclique Fratelli Tutti confirment l'empreinte anthropocentrique et le virage vert de l'Église bergolienne qui, au lieu de la courageuse et "politiquement incorrecte" proclamation de l'Évangile à toutes les nations, a préféré les revendications environnementalistes et immigrationnistes les plus faciles du programme mondialiste, qui sont dramatiquement risquées pour notre civilisation occidentale. Et le président Trump ne l'a que trop bien compris.

 

Prodi et Gentiloni en Italie - et nous ajouterions également le Premier ministre Conte, compte tenu de son origine et de son éducation - ont leurs homologues du côté américain dans des personnalités dites catholiques comme Joe Biden, Nancy Pelosi et Andrew Cuomo: tous soutiennent fièrement l'avortement et l'endoctrinement du genre, et tous sont fièrement en faveur des mouvements Antifa et Black Lives Matter qui mettent le feu à des villes américaines entières. Une analyse équitable et honnête des sponsors internationaux de ces partis, de ces mouvements "spontanés" et du progressisme catholique révèle un fil conducteur inquiétant qui traverse tous ces soi-disant philanthropes qui manipulent les fortunes politiques et économiques de la planète avec d'énormes financements. Ces derniers jours, il a été rapporté dans les nouvelles que les jésuites d'Amérique ont reçu des subventions de près de deux millions de dollars (sur quatre ans) de George Soros, et il semble que le même accord entre le Saint-Siège et le régime communiste chinois ait été financé par d'importants dons annuels de Pékin aux coffres du Vatican qui sont dans un état désastreux. Le fait que l'Église soit tombée prostrée avant le confinement, suspendant les célébrations liturgiques et fermant des églises dans le monde entier, a entraîné des dommages économiques collatéraux considérables, pour lesquels les dons chinois et l'activité lucrative d'accueillir des immigrants représentent une compensation évidente.

 

Les États-Unis sont témoins des plus hauts niveaux et centres d'influence culturelle de l'Église catholique américaine qui se rangent sans vergogne en faveur du candidat démocrate et plus généralement en faveur de l'ensemble de l'appareil qui s'est consolidé ces dernières décennies au sein de l'administration publique. L'État profond, l'ennemi juré de Trump, est rejoint par une Église profonde qui n'épargne aucune critique ni accusation contre le président sortant tout en faisant des clins d'œil indécents à Biden et BLM, suivant servilement la narration imposée par le courant dominant. Peu importe que Trump soit ouvertement pro-vie et défende les principes non négociables auxquels les démocrates ont renoncé - l'important est de transformer l'Église catholique en bras spirituel du Nouvel Ordre Mondial, afin d'avoir un imprimatur de la plus haute autorité morale du monde, ce qui était impossible avec Benoît XVI.

 

Le secrétaire d'État (américain. Ndlr.) Pompeo a bien fait de censurer le renouvellement de l'accord secret signé entre Bergoglio et Xi Jinping! Sa dénonciation lucide met en lumière l'attitude aberrante du Vatican, la trahison de la mission de l'Église, l'abandon de la communauté catholique chinoise par calcul politique sinistre et la façon dont elle est en accord avec une pensée alignée. La réaction piquée des jésuites et du progressisme catholique n'est pas non plus surprenante, à commencer par Avvenire [le quotidien de la Conférence épiscopale italienne]. Si Bergoglio peut affirmer en toute impunité que "Trump n'est pas chrétien", évoquant les fantômes du nazisme et du populisme, pourquoi le secrétaire d'État américain n'aurait-il pas le droit d'exprimer son opinion - avec l'objectif plus que légitime de la sécurité internationale - sur la connivence du Saint-Siège avec la dictature communiste plus féroce mais aussi plus puissante et influente que jamais? Pourquoi le Vatican, qui reste silencieux face au soutien du parti démocrate à l'avortement et à la violation des droits de l'homme les plus fondamentaux en Chine, considère-t-il que l'administration Trump n'a pas le droit d'interférer dans un accord qui a des répercussions évidentes sur le plan international et l'équilibre politique? Cela provoque tout autant d'étonnement de voir que la parrhésie dans la confrontation politique qui est réclamée par les mots est en fait contredite par ceux qui voient leurs méchants plans mis au jour. Et on ne sait pas pourquoi un accord présenté comme absolument transparent et dépourvu de points obscurs a été gardé secret et ne peut pas être lu même par le cardinal chinois bien mérité, Joseph Zen. D'autre part, si l'on considère que parmi les personnes qui ont traité de la rédaction de l'Accord entre le Saint-Siège et le Parti communiste chinois, il y avait alors le cardinal McCarrick, envoyé par Bergoglio en son nom (voir ici), nous comprendrons aussi la raison pour laquelle les actes du processus canonique qui ont conduit à la réduction du puissant prélat à l'état laïc restent enveloppés de secret: dans les deux cas une opération de transparence et de vérité est urgente et nécessaire, car l'honneur et l'autorité morale de l'Église catholique aux yeux du monde entier est en jeu.

 

Note de l'éditeur: Le texte ci-dessus a été rédigé par l'archevêque Carlo Maria Viganò le 22 septembre 2020.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2020 4 24 /09 /septembre /2020 17:31

Selon France 24, au premier jour de l'assemblée nationale de l'ONU, les chefs d'Etat ont pris la parole en visioconference "en raison de la crise sanitaire du COVID-19". Macron a fustigé "la rivalité" entre les États-Unis et la Chine, en évoquant la nécessité de "rebâtir un nouvel ordre" (mondial). "La crise, l'effondrement de nos cadres de coopération, les fragilités que je viens d'évoquer nous impose de rebâtir un nouvel ordre". 

 

"Un nouvel ordre mondial. Emmanuel Macron souhaite en jeter les bases le 12 novembre prochain lors du Forum de Paris pour la Paix", indique cette vidéo publiée le 23 septembre par la chaîne YouTube de France 24.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 18:42

Le prétexte ordinaire de ceux qui font le malheur des autres est qu'ils veulent faire leur bien.

VAUVENARGUES

Une junte bientôt en Angleterre ? Le Premier Ministre britannique a exhorté à expliquer les plans du gouvernement pour que l'armée soutienne la police alors que de nouvelles restrictions sont annoncées dans la gestion du coronavirus :

Source: News.Sky

https://news.sky.com/story/coronavirus-pm-urged-to-explain-plans-for-military-to-support-police-as-new-restrictions-announced-12079084

https://news.sky.com/story/coronavirus-pm-urged-to-explain-plans-for-military-to-support-police-as-new-restrictions-announced-12079084

L'armée pourrait aider en "remplissant" les fonctions de la police telles que la surveillance des sites protégés, a déclaré le porte-parole du Premier ministre.

Par Jon Craig, correspondant politique en chef, et Alan McGuinness, journaliste politique

 

Mercredi 23 septembre 2020 08h37, UK

 

Boris Johnson fait face à des demandes du Parti travailliste pour expliquer sa proposition d'utiliser l'armée pour aider à soutenir la police dans le cadre des nouvelles règles de confinement du coronavirus.

 

Il affronte Sir Keir Starmer lors de l'émission "Prime Minister's Questions", quelques heures à peine après son émission télévisée dans laquelle il mettait en garde contre une répression sévère si les gens continuaient à enfreindre les règles.

 

Et avant les Questions au PM, le ministre de l'intérieur fantôme du parti travailliste, Nick Thomas-Symonds, a écrit au ministre de l'intérieur Priti Patel en exigeant des réponses sur l'annonce de M. Johnson concernant l'utilisation de l'armée.

 

Les nouvelles règles du coronavirus en Angleterre:

 

• Les employés de bureau devraient travailler à nouveau à domicile s'ils le peuvent

 

• À partir du jeudi, tous les pubs, bars et restaurants ne doivent proposer que le service à table et ferment à 22h00

 

Tous les employés de la vente au détail, les personnes utilisant les taxis et toutes les personnes utilisant les services d'accueil doivent porter un masque facial - avec des amendes d'au moins 200 £ en cas de non-conformité

 

• Les mariages ne peuvent inclure que 15 personnes, tandis que les funérailles peuvent en accueillir jusqu'à 30

 

• La "règle de six" a été étendue aux équipes de sports en salle

 

Dans son discours télévisé dramatique à la nation, le Premier ministre a déclaré: "Nous allons mettre plus de policiers dans les rues et utiliser l'armée pour la remplacer si nécessaire."

 

Et plus tôt, dans sa déclaration à la Chambre des communes, il a dit aux députés qu'il y aurait une plus grande présence policière dans nos rues "et la possibilité de faire appel au soutien militaire le cas échéant pour libérer la police".

 

Le porte-parole officiel du Premier ministre a déclaré plus tard: "Cela impliquerait que l'armée remplisse certaines fonctions, telles que les rôles de bureau et la garde des sites protégés, afin que les policiers puissent être en train d'appliquer la réponse au virus.

 

"Il ne s'agit pas de donner des pouvoirs supplémentaires aux militaires, ou de les remplacer par la police dans des rôles d'application de la loi, et ils ne distribueront pas d'amendes. Il s'agit de libérer davantage de policiers."

 

Le secrétaire fantôme de l'Intérieur et allié de Starmer, M. Thomas-Symonds, a écrit à Mme Patel pour lui demander des explications sur les tâches que l'armée exercera, si elle fera face au public et combien coûtera son rôle.

 

"Le fait que l'armée puisse être nécessaire pour soutenir les fonctions de police montre la pression extraordinaire que la police a subie, en raison des milliers d'officiers perdus sous ce gouvernement", a-t-il écrit.

 

"Ces dernières séries de mesures COVID n'auraient pas dû être une surprise, il est donc vital que des assurances soient données qu'une bonne planification a été entreprise.

 

"Lors de mes discussions avec des personnalités du maintien de l'ordre, j'ai été préoccupé d'apprendre qu'il n'y avait pas eu de consultation insuffisante sur cette annonce importante.

 

Le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, a critiqué le parti travailliste, accusant le parti d'"alarmisme".

 

S'adressant à Kay Burley, il a réitéré que les troupes "rempliraient" certains rôles et ne seraient pas dans la rue.

 

Concernant la possibilité d'un deuxième confinement national, M. Raab a déclaré que "nous ne pouvons pas l'exclure", mais a souligné que "ce que nous voulons faire, c'est faire tous les efforts possibles pour éviter cela".

 

"Nous avons toujours dit que nous avions une sorte de référentiel de mesures dans l'arsenal à prendre. Je ne pense pas que nous pourrions spéculer sur ce qui pourrait être fait de plus", a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

 

"Mais la réalité est qu'ils seront plus intrusifs ou nous pourrions nous retrouver dans un confinement national. C'est ce que nous voulons éviter."

 

Cela vient après que M. Johnson ait prononcé un discours télévisé animé et parfois passionné appelant le public à obéir aux règles ou à faire face à des règles de confinement beaucoup plus strictes.

 

"Jamais dans notre histoire notre destin collectif et notre santé collective n'ont dépendu aussi complètement de notre comportement individuel", a-t-il déclaré.

 

"Le moment est venu pour nous tous de faire appel à la discipline, à la détermination et à l'esprit de solidarité qui nous porteront.

 

"Je suis profondément, spirituellement réticent à imposer l'une de ces impositions ou à porter atteinte à la liberté de qui que ce soit, mais à moins que nous ne prenions des mesures, le risque est que nous devrons prendre des mesures plus sévères plus tard, alors que les décès se sont déjà accrus et que nous aurons une charge de travail énorme. d'infection comme nous en avons eu au printemps. "

 

Mais en Écosse, la Première ministre Nicola Sturgeon a déclaré aux téléspectateurs dans son émission télévisée que son gouvernement à Holyrood allait déjà plus loin que le gouvernement de M. Johnson à Westminster.

 

"A partir de demain, on nous demande tous de ne pas nous rendre visite les uns les autres parce que nous savons que c'est souvent ainsi que le virus se propage le plus facilement d'un foyer à l'autre", a-t-elle déclaré.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 07:14
La prophétie de la pandémie complotiste auto-réalisée de Jacques Attali

Jacques Attali décrit en 2009 le plan des mondialistes : utiliser une pandémie pour créer un gouvernement mondial à partir de la peur.

Nous citions Jacques Attali en 2009 :

 

 

Le complot d'"une pandémie" qui structurerait un "gouvernement mondial" par la peur trouve un écho étrange ces derniers mois suite au confinement généralisé partout dans le monde, la gestion de la "pandémie Covid-19" (dont on a vu que les taux de létalité sont ceux d'une grippe : Sud-Ouest : "Le Covid-19 est une maladie qui tue moins qu’on ne le pensait au départ de la pandémie. ... Le taux de létalité du Covid-19 est inférieur à 1 %") par l'Oms, ainsi que dans le discours de Robert Kennedy à Berlin samedi 29 août dernier :  ""Ils utilisent la peur comme les nazis!".

Quand le complot devient réalité :

Avancer par peur

L'Express 

Par Jacques Attali, 

publié le 06/05/2009 à 10:23

 

Une pandémie majeure ferait surgir la prise de conscience de la nécessité d'un altruisme, au moins intéressé.

L'Histoire nous apprend que l'humanité n'évolue significativement que lorsqu'elle a vraiment peur : elle met alors d'abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaire tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, elle transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle et les inscrire dans une politique de santé démocratique.  

La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes. 

 

Si elle n'est pas plus grave que les deux précédentes frayeurs de ces quinze dernières années liées à un risque de pandémie (la crise de la vache folle en Grande-Bretagne et celle de la grippe aviaire en Chine), elle aura d'abord des conséquences économiques significatives (chute de l'activité des transports aériens, baisse du tourisme et du prix du pétrole) ; elle coûtera environ 2 millions de dollars par personne contaminée et fera baisser les marchés boursiers d'environ 15 % ; son impact sera très bref (lors de l'épisode de la grippe aviaire, le taux de croissance chinois n'a baissé que pendant le deuxième trimestre de 2003, pour exploser à la hausse au troisième) ; elle aura aussi des conséquences en matière d'organisation (toujours en 2003, des mesures policières très rigoureuses ont été prises dans toute l'Asie ; l'Organisation mondiale de la santé a mis en place des procédures d'alerte à l'échelle planétaire ; et certains pays, en particulier la France et le Japon, ont constitué des réserves considérables de médicaments et de masques).  
Si l'épidémie est un peu plus grave, ce qui est possible, puisqu'elle est transmissible par l'homme, elle aura des conséquences véritablement planétaires : économiques (les modèles laissent à penser que cela pourrait entraîner une perte de 3 trillions de dollars, soit une baisse de 5 % du PIB mondial) et politiques (en raison des risques de contagion, les pays du Nord auront intérêt à ce que ceux du Sud ne soient pas malades, et ils devront faire en sorte que les plus pauvres aient accès aux médicaments aujourd'hui stockés pour les seuls plus riches) ; une pandémie majeure fera alors surgir, mieux qu'aucun discours humanitaire ou écologique, la prise de conscience de la nécessité d'un altruisme, au moins intéressé.

 

Et, même si, comme il faut évidemment l'espérer, cette crise n'est pas très grave, il ne faudra pas oublier, comme pour la crise économique, d'en tirer les leçons, afin qu'avant la prochaine - inévitable - on mette en place des mécanismes de prévention et de contrôle, ainsi que des processus logistiques de distribution équitable des médicaments et de vaccins. On devra, pour cela, mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l'aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d'un véritable gouvernement mondial. C'est d'ailleurs par l'hôpital qu'a commencé en France, au xviie siècle, la mise en place d'un véritable Etat.  

En attendant, on pourrait au moins espérer la mise en oeuvre d'une véritable politique européenne sur le sujet. Mais, là encore, comme sur tant d'autres sujets, Bruxelles est muet.

 

(Fin de citation)

La prophétie de la pandémie complotiste auto-réalisée de Jacques Attali
La prophétie de la pandémie complotiste auto-réalisée de Jacques Attali

***

En 2016, Jacques Attali disait encore : "Il y aura une révolution dans ce pays avant 2022" (C politique - 17/04/2016.)

Partager cet article
Repost0