Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 08:02

"Je suis le fondateur du programme Vite ma dose. On me demande souvent si mon programme Vite ma dose marche vraiment. Mais oui ! Ca marche vraiment..."

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 00:00
Sainte Yvette (ou Jutte) Recluse (1158-1228)

Née à Huy près de Liège, elle fut mariée à 13 ans et eut 3 enfants.

 

Veuve à 18 ans, elle se dévoua alors aux lépreux puis, une fois ses enfants élevés, elle fut recluse dans une cellule accolée à l'église de Huy en Belgique. [1]

 

On lui attribue des dons mystiques : elle lit dans les consciences, dit-on.

 

Les disciples augmentent et les aumônes affluent. Elle fait construire un hôpital, avec grande église, pour ses lépreux. De sa recluserie elle en dirige la construction.

 

Vers 1191 son père qui jusqu’alors a tout fait pour la détourner de cette voie extraordinaire, est touché par la grâce et se convertit. Il est veuf et se fait cistercien à l’abbaye de Villers-en-Brabant. On se souvient de lui comme du bienheureux Otton de Villers. [2]

 

Yvette meurt dans sa cellule le 13 janvier 1228 ; elle a 70 ans. Immédiatement une grande vénération entoure son corps et un culte se développe.

 

Hugues de Floreffe, un témoin contemporain, nous en a laissé un récit d’où vient tout ce que nous savons de sa vie.

 

Elle est emblématique d'un mouvement mystique féminin florissant au Moyen Âge qui comptait déjà Marie d'Oignies, Hildegarde de Bingen ou encore Ida de Nivelles. Après elle, au XIIIe siècle, viendront Marguerite Porete, Sybille de Gages et tant d'autres moins connues. [3]

 

À Huy près de Liège, en 1228, la bienheureuse Jutte, veuve, qui se consacra à soigner les lépreux et finit sa vie près d’eux, en recluse.

Martyrologe romain [4]

Sources: (1) L'Evangile au quotidien; (2) Lumière de Dieu; (3) Wikipedia; (4) Nominis.cef

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 21:17

Espagne : "Le colonel Martínez-Vara* demande la suspension immédiate de la vaccination des forces armées et de la population"

*Chef des hautes études de ESFAS et du CESEDEN

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 21:06

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 20:59

Avis aux amateurs de contrôle social, d’apartheid et de guerre civile. Macron s'est expliqué sur ses propos polémiques sur "emmerder" les non-vaccinés : "Je conserve ma mentalité de paysan (sic), il faut planter en hiver pour récolter au printemps (...) je garde une détermination tranquille", relate le Canard Enchaîné. Macron paysan, on aura tout lu.

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 20:58

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 20:40

Mise à jour le 13 janvier 2022.

L'Agence Européenne du Médicament déclare : "Si nous donnons des rappels, nous finirons potentiellement par avoir des problèmes de réponse immunitaire"

Sources : Midi Libre 

https://www.midilibre.fr/2022/01/12/4e-dose-de-vaccin-anti-covid-nous-ne-pouvons-pas-donner-des-doses-tous-les-trois-mois-lema-defavorable-10041091.php

Le Parisien 

https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-omicron-devrait-faire-sortir-le-monde-de-la-phase-pandemique-estime-lema-11-01-2022-NSAMYOES2NED5AHBYQ74IGXW5Y.php

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 19:52

Tout n'est pas tolérable. Il n'est pas question de tolérer l'intolérable. La miséricorde ce n'est pas la tolérance.

Le Christ ne tolère pas, il pardonne.

Le Christ est amour et vérité.

Il n'y a pas d'amour sans vérité. Le Christ ne discute pas avec Satan, il le combat.

Il n'y a pas de vérité sans amour et il n'y a pas d'amour sans vérité. Cela marche dans les deux sens.

Fabrice Di Vizio

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 16:04
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 11:35

https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/virginie-araujo-recchia-plainte-parlementaires

ENTRETIEN - Maître de Araujo-Recchia, en partenariat avec son confrère Jean-Pierre Joseph, et deux autres juristes, ont déposé une plainte devant le doyen des juges d’instruction pour le compte des associations BonSens.org, l’AIMSIB et le Collectif des Maires Résistants à l'encontre des parlementaires ayant validé la loi du 5 août relative à la gestion de crise sanitaire. Ce texte de loi visait à contraindre des millions de professionnels à se soumettre à une thérapie génique expérimentale sous peine de perdre leur emploi. Les associations plaignantes ont été informées que les parlementaires de la Commission Mixte Paritaire (CMP) ont conclu un accord en hors du cadre de la CMP au profit d’intérêts privés en contrepartie de leur vote pour un projet de loi qui viole la Constitution française, le droit international et les règlements des deux Chambres que les Parlementaires sont tenus de respecter. Maître de Araujo-Recchia nous a accordé un entretien en vue de nous expliquer les tenants et les aboutissants de cette action en justice :

Maître DE ARAUJO-RECCHIA, vous êtes avocat à la Cour de Paris et vous déposez actuellement une plainte pénale pour le compte des associations contre des parlementaires, quels sont les faits qui ont conduit à déposer cette plainte ?

Il s’agit tout d’abord d’une plainte pénale rédigée en comité avec mon confrère Jean-Pierre Joseph, et deux autres juristes, déposée pour le compte des associations BonSens.org, l’AIMSIB et le Collectif des Maires Résistants.

Cette plainte concerne des agissements susceptibles de revêtir une qualification criminelle car ils violent le droit international contraignant, la Constitution et les règlements des deux Chambres que les parlementaires se doivent de respecter. Par conséquent le dossier est déposé directement devant le doyen des juges d’instruction.

En effet, les associations plaignantes ont été averties du fait que des membres de la Commission mixte paritaire (CMP) du Parlement chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion du projet de loi rétablissant et complétant l’état d’urgence sanitaire, qui s’est réunie le 25 juillet 2021, ont négocié et conclu un accord occulte en dehors de la CMP en vue de satisfaire des intérêts privés en échange de leur vote en faveur dudit projet de loi.

Pour rappel, il s’agissait notamment de reconduire le passe sanitaire (obligation vaccinale déguisée) et de décider de l’obligation vaccinale de nombreux professionnels (professionnels de santé, pompiers, militaires entre autres).

Par ce biais, les parlementaires mis en cause ont donc condamné des millions de Français à choisir entre leur emploi/leur vie sociale et leur santé. En effet, il ne s’agit pas de se soumettre à une vaccination obligatoire avec un produit sûr pour lequel il y a dix ans de recul et qui est destiné à protéger d’une maladie mortelle sans aucun traitement disponible.

Il s’agit en réalité de contraindre des millions de Français à se soumettre à un essai clinique de médicaments biologiques (i.e. les thérapies géniques faisant partie de la catégorie des médicaments biologiques conformément au droit de l’U.E.), qui présentaient avant même leur mise sur le marché une liste impressionnante d’effets indésirables.

Le rapport de la Federal Drug Administration, (FDA - Agence du médicament des Etats-Unis) d’octobre 2020 le démontre fort bien: il était déjà question de myocardites, de syndrome Guillain-Barré, de maladie de Creutzfeldt Jacob etc.

Ces produits pharmaceutiques font l’objet de millions de déclarations d’effets indésirables :
- 2 880 653 enregistrements déclarés sur la base VigiAcces de l’OMS,
- 19 387 décès au 18 décembre 2021 et 1 275 634 effets indésirables dont 363 774 graves sur le site de pharmacovigilance européen EudraVigilance,

Ces données sont extrêmement alarmantes comparées aux données de toutes les campagnes de vaccination classique réunies, sachant que dans le domaine de la pharmacovigilance, les déclarations concernent en réalité 1 à 10% des effets réels d’après des études internes des Health Human Services et de Harvard).

Or, les associations BonSens.org et l’AIMSIB n’ont cessé d’alerter les parlementaires par tous les moyens (lettres ouvertes, lettres recommandées, articles, interviews en vidéo des plus grands experts mondiaux, intervention au sein du Comité scientifique indépendant, proposition de financement des réunions et enquêtes nécessaires).

Malgré toutes ces alertes et les décès qui se comptent par milliers, les parlementaires mis en cause semblent avoir privilégié la négociation de faveurs d’ordre privé plutôt que de protéger les intérêts de la Nation et la santé des Français, en violation non seulement des règlements propres aux deux chambres du Parlement mais également du droit international contraignant.

Nous rappelons le point 5 du code de Nuremberg:
« 5. L'expérience ne doit pas être tentée lorsqu'il y a une raison a priori de croire qu'elle entraînera la mort ou l'invalidité du sujet. »

Il s’agit d’une règle communément reconnue en matière d’éthique médicale, comme l’a rappelé le docteur Mc Cullough, cardiologue à l’Institut de Baylor, Etats-Unis, en mai 2021. En principe, les premiers décès entraînent l’arrêt immédiat des essais cliniques:

"La limite pour arrêter un programme de vaccin est 25 à 50 morts. Grippe porcine, 1976, 25 décès, ils ont arrêté. On a 200 rapports de décès en moyenne par an aux US tous vaccins confondus. Nous avons plus de 4.000 rapports de morts aux Etats-Unis! C’est de loin l’agent biologique le plus mortel, le plus toxique jamais injecté dans un corps humain.

Or, force est de constater que cette règle majeure en matière d’éthique médicale n’a absolument pas été suivie.

Pour ceux qui viendraient à m’opposer que le code de Nuremberg n’est pas opposable, je rappellerai que le code de Nuremberg fait partie du droit international coutumier (opinio juris site necessitatis).

A ce propos, nous citerons Mary HOLLAND, professeur de droit à l’université de New-York, qui a interpellé les membres des Nations-unies en mai 2016 sur les politiques vaccinales qui violent le code de Nuremberg.

«Les Nations-unies, ainsi que la communauté internationale ont l’obligation de respecter les droits humains liés à la vaccination ».

« Le code de Nuremberg stipule que « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques a repris cette interdiction contre toute expérimentation involontaire, dans son texte de 1966 qui stipule : nul ne peut être soumis sans son libre consentement à une expérience médicale ou scientifique. » Cette interdiction est maintenant si universellement reconnue que certains tribunaux et chercheurs ont considéré ce droit au consentement éclairé comme une question de droit international coutumier. (….). »

Je rappelle également que la France est signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ainsi que de la Convention D’OVIEDO et que ces textes ont force contraignante.

Sur la base de ces éléments, les associations ont donc souhaité remettre en cause l’immunité des parlementaires mis en cause, qui ne peut être applicable de manière absolue.

L’immunité parlementaire peut-elle être remise en cause dans ce cas précis ?

Après étude de la jurisprudence, des normes constitutionnelles et du droit international contraignant, nous estimons que l’immunité parlementaire n’est pas absolue, notamment lorsque les agissements constatés sont d’une particulière gravité et qualifiables de crimes et délits.

Des parlementaires ont d’ores et déjà été condamnés par la justice, notamment dans des cas où l’influence de laboratoires pharmaceutiques a pu être démontrée.

Or, en l’occurence, les plaignants estiment que les agissements des parlementaires mis en cause les ont rendu complices d’empoisonnement et de crime contre l’humanité.

Puis, le droit international général prévoit l'absence d'immunité pour les chefs d'État et leurs administrations en matière de crimes contre l'humanité et plus généralement tout violation grave au droit international.

En effet, le droit international contraignant interdit aux dirigeants et leurs administrations de contraindre leurs citoyens à participer à un essai clinique, ce qui est considéré comme étant un crime contre l’humanité lorsque l’expérience entraîne la mort ou l’invalidité de milliers de personnes.

Enfin, nous rappelons que dans l’affaire PAPON, le Conseil d’Etat a considéré que les fautes de cet agent public ont été commises dans le cadre de son service, qu’elles ne sont pas dépourvues de tout lien avec ce dernier.

Toutefois, en raison de leur « particulière gravité », elles ont le caractère d’une faute personnelle inexcusable, ce qui les rend détachables des fonctions exercées.

Par conséquent, Monsieur Maurice Papon est déclaré coupable de complicité de crime contre l’humanité.

L’engagement de la responsabilité pénale du complice de crimes contre l’humanité ne nécessite, au plan moral, que la preuve de l’intention de commettre les crimes de droit commun qui servent d’appui aux crimes contre l’humanité.

Cette jurisprudence pourrait être utilisée en l’espèce.

L’immunité parlementaire pourrait-elle être remise en cause en ce qui concerne les parlementaires qui viendraient à voter en faveur du projet de loi instaurant le passe vaccinal ?

En votant en faveur de la mise en place du passe vaccinal, les parlementaires entérinerons le principe de discrimination au sein de la population entre « vaccinés X doses covid » et les « non-vaccinés » covid.

Ceci équivaut à sanctionner des personnes qui n'ont enfreint aucune loi puisqu’aucune loi à ce jour n’oblige à la vaccination covid.

Conformément à l’article 5 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 :

« La Loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas. » 

Conformément à l’article 8 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 :

« La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée. »  (en latin, Nullum crimen, nulla poena sine lege).

Or, il n’existe aucune loi d’obligation vaccinale anti-covid.

D’ailleurs et pour répondre à une tribune dernièrement parue dans la presse grand public, des études et des rapports issus des données hospitalières démontrent que les personnes qui se sont faites inoculer une substance génique expérimentale anti-covid transmettent la maladie, développent la maladie, sont probablement à l'origine des nouveaux variants et sont plus nombreuses à l’hôpital (Omicron étant très contagieux mais non dangereux).

Donc, les personnes qui ne se sont pas fait inoculer ces produits ne peuvent absolument pas être tenues responsables de la contamination d'autres personnes.

Pour en revenir à la responsabilité pénale des parlementaires, il est évident que le passe sanitaire (sachant que les tests ne sont pas fiables, M. Fauci, le directeur de l'Institut national des allergies et maladies infectieuses (NIAID), un centre de recherche du département américain de la Santé, vient de le reconnaître: https://www.youtube.com/watch?v=bAICMQ1D5F8 à 6’27’’) et le passe vaccinal sont inconstitutionnels et contraires aux conventions internationales, d’une part, parce qu’ils créent une discrimination donc une sanction à l’égard de personnes qui n’ont pas enfreint la loi et que d’autre part, ces passes sont de nature à contraindre la population à participer à un essai clinique de produits pharmaceutiques expérimentaux de nature à porter atteinte à leur vie.

Nous avons constaté lors de la première lecture du projet de loi devant l’Assemblée nationale, que Monsieur Eric Coquerel, député, avait soumis un amendement n°390 afin de rappeler aux parlementaires que la suspension des soignants sans salaire était contraire aux normes du bloc constitutionnel et aux conventions internationales. Pour autant, cet amendement a été rejeté, ce qui démontre bien que les parlementaires sont parfaitement informés du fait qu’ils violent les normes suprêmes en adoptant ce texte et qu’ils se rendent sciemment complices de crime contre l’humanité.

A partir de ce constat, leur responsabilité pénale peut être mise en jeu étant donné que l’élément intentionnel peut être démontré par ce biais et que les parlementaires savent pertinemment qu’ils sont en train de satisfaire des intérêts privés, que ce soit des laboratoires pharmaceutiques ou plus largement l’oligarchie mondialiste, qui n’ont que faire de la santé des citoyens.

Pensez-vous que l’immunité du président de la République pourrait être remise en cause de la même manière ?

En principe, conformément à l’article 68 de la Constitution:

« Le président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour. »

Conformément également à l’article 67 de la Constitution:

« Le président de la République n'est pas responsable des actes accomplis en cette qualité, sous réserve des dispositions des articles 53-2 et 68.
Il ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative française, être requis de témoigner non plus que faire l'objet d'une action, d'un acte d'information, d'instruction ou de poursuite. Tout délai de prescription ou de forclusion est suspendu.
Les instances et procédures auxquelles il est ainsi fait obstacle peuvent être reprises ou engagées contre lui à l'expiration d'un délai d'un mois suivant la cessation des fonctions. »

Néanmoins, étant donné que le président de la République actuel a proclamé à plusieurs reprises, que des citoyens ont des devoirs avant les droits, il est indispensable de rappeler qu’en droit français, les citoyens ont en réalité avant tout des droits et que les pouvoirs exécutif, législatif, judiciaire et médiatique sont à leur service.

Conformément à l’article 2 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 :

« Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. »

Je suis navrée d’avoir à citer des textes pourtant connus de tous, mais à la lecture de certains articles parus dans la presse subventionnée, je considère qu’en tant qu’avocat, il est de mon devoir de les rappeler.

Conformément au Préambule de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789

Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

Les citoyens sont détenteurs de droits, ils font société, paient des impôts et des charges sociales et respectent les lois.

Si nous n’avons que des devoirs et que les libertés sont supprimées, il s’agit alors d’esclavage moderne et de totalitarisme.

Par ailleurs, d’après l’article 16 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 :

« Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution. »

Or, cela fait deux ans que le président de la République fait appel de manière permanente au Conseil de défense et de sécurité nationale (aux compétences élargies depuis 2009 par décret simple, sans qu’aucune loi organique ne soit venue modifier la Constitution), au mépris du principe délibératif, s’arrogeant ainsi les pleins pouvoirs, sans que le Parlement ne daigne remplir son rôle de gardien de l’Etat de droit, le Conseil d’Etat et le Conseil constitutionnel ne jouant plus leur rôle ni a priori ni a posteriori.

Pourtant, conformément à l’article 3 de la Constitution :

« La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum.
Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s'en attribuer l’exercice. »

Quelles pourraient être les conséquences de ce constat ? S’il n’y a point de Constitution, qu’en est-il de l’immunité du président de la République ? Est-il justiciable devant les tribunaux de droit commun étant donné ses agissements d’une particulière gravité détachable de sa fonction, conformément au droit international ?

En effet, pourquoi devrait-on accepter de maintenir l’immunité du président de la République issu de la Constitution, alors que la séparation des pouvoirs n’est plus et que le président de la République est à l’origine d’atteintes sans précédent à l’égard de notre Etat de droit, aux intérêts fondamentaux de la Nation et par dessus tout qu’il porte atteinte à l’intégrité psychique et physique des Français ?

L’article 5 de la Constitution est très clair :

« Le président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'Etat.
Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités. »

En outre, s’il n’y a plus de Constitution et que le président de la République est justiciable devant les juridictions de droit commun, les conséquences des mesures prises depuis mars 2020, dans l’unique intérêt d’entités privées étrangères, sont-elles d’une « particulière gravité », revêtant de ce fait le caractère d’une faute personnelle inexcusable, ce qui les rend détachables des fonctions exercées ?

Les magistrats devront probablement tôt ou tard se pencher sur cette question étant donné que les parlementaires n’envisagent pas de procédure de destitution après deux ans d’absence d’éthique, de violation grave des normes suprêmes et de la destruction de la Nation.

Retrouvez l'intégralité de la plainte en PDF ici.

 

SOURCE : FRANCE SOIR

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 22:51

Nous le disions en août 2020 :

 

"les masques consacrent une paranoïa collective, la paranoïa est un trouble du fonctionnement mental qui se manifeste par une méfiance exagérée des autres, une sensation de menace permanente...  La question qui se pose dès lors est : peut-on bâtir une société pérenne sur l'irrationalité et la peur de l'autre ? Cette paranoïa collective n'est-elle pas la source de la violence qui se fait jour dans la société ?... Une autre question se pose pour le clergé : l'amour du prochain peut-il se conjuguer avec le soupçon de l'autre ?".

- Les masques cachent l'expression de nos visages. Les masques cachent l'expression de nos visages Le visage est l'expression de la personne. Des instituteurs et professeurs s'interrogent en ce moment de savoir s'ils peuvent rester toute une journée avec un masque devant des enfants, le masque cachant les expressions de leurs visages, et les enfants ne pouvant voir le visage de leurs professeurs.

 

C'est aujourd'hui le même grave constat que fait Marc Menant sur CNews :  

"(Aux enfants à l'école) On leur instille quoi ? La peur, la peur, la peur de l'autre. Ca c'est le premier point.

"Le deuxième point, les psychologues vous disent que 70% de notre échange lorsque nous nous exprimons viennent de l'expression du visage. Il n'y a plus d'expression. Et 25% des jeunes aujourd'hui sont considérés en dépression."

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 22:27

Nous l'écrivions il y a quelques jours : "C'est dans les pays où il y a le plus de vaccinés qu’il y a le plus de cas !" La chose est confirmée aujourd'hui par le docteur Raoult qui déclare : 

 

"Si vous regardez sur John Hopkins, vous verrez que dans tous les pays sur-vaccinés, c'est les pays qui ont eu le plus de vaccins qui ont le plus de cas actuellement. Il y a une vraie question qui est celle des anticorps facilitants qui n'est plus de savoir si cela contrôle l'épidémie - on sait bien que cela ne contrôle pas l'épidémie, il y a de plus en plus de cas -, la question est de savoir comment se fait-il que dans les pays où l'on a le plus vacciné, il y a le plus de cas ? Et donc cela est une question scientifique extrêmement intéressante sur laquelle on travaille."

La video de ce jour de l'IHU Méditerranée Infection évoque le sujet : 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 22:10

La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent.

Albert Einstein

Alain Houpert, sénateur de la Côte d'Or déclare au sénat :

 

"Les chiffres, c'est comme les lampadaires pour les alcooliques, ça sert plus à soutenir qu'à éclairer. Sur les chiffres, cela fait deux ans que j'entends des mensonges. On nous a dit que le vaccin marchait, que le vaccin empêchait la contamination, que le vaccin empêchait la transmission. En France, nous sommes le pays le plus vacciné et cela ne marche pas !" 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 12:33

Source : https://twitter.com/BernardSudan/status/1480813884416090113?s=20

Autre source : https://fr.sputniknews.com/20220111/le-president-du-parlement-europeen-david-sassoli-est-mort-1054366701.html

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 11:48

uncut-news.ch

10 janvier 2022
 

L'avocat germano-américain Reiner Füllmich a déclaré à Maria Zeee que le procès pénal international tant attendu, que beaucoup appellent également "Nuremberg 2.0", commencera dans quelques semaines.

Selon toute vraisemblance, une commission d'enquête se penchera sur l'affaire. Des accusations doivent être portées contre quatre personnalités: Bill Gates, Christian Drosten, Anthony Fauci et le chef de l'OMS Tedros, a déclaré Füllmich. « Vous paierez un prix très élevé. Vous irez en prison."

Toutes sortes d'experts témoigneront de ce qui se passe réellement, de l'agenda qui a été développé pour détourner notre attention de la réduction de la population d'une part et du contrôle de la population de l'autre, a déclaré l'avocat.

Il a ajouté qu'un nouveau système judiciaire est en cours d'élaboration car le système "est tellement corrompu que nous ne pouvons plus nous y fier". "Nous devons mettre en place notre propre système", a-t-il déclaré.

Une partie importante de l'affaire est une enquête sur les « fabricants de vaccins » menée par Mike Yeadon, un ancien vice-président de Pfizer. Cette enquête a révélé que certains lots de vaccins ne causaient aucun problème, tandis que d'autres étaient très dangereux, causant des milliers de morts.

"Ils essaient de découvrir comment tuer le plus de personnes possible sans que la sonnette d'alarme ne sonne", a souligné Füllmich. « C'est diabolique. Comment les gens peuvent-ils être aussi en colère ?"

L'avocat a poursuivi en disant que toute cette opération, qui prend des décennies, est réalisée par quelques centaines, tout au plus quelques milliers de personnes. Ils essaient d'avoir autant de médecins et de politiciens de leur côté que possible par la corruption et le chantage. Par exemple, pensez à la maltraitance rituelle des enfants, a-t-il dit.

"N'abandonne pas. Continuez à vous battre."

Source : https://uncutnews.ch/reiner-fuellmich-informiert-ueber-nuernberg-2-0-internationaler-strafprozess-soll-in-wenigen-wochen-beginnen/

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 08:21

Le T. R. P Jean-Jacques Marziac, fondateur des Coopérateurs du Christ-Roi, a été rappelé au Ciel dimanche 9 janvier en la Solennité de l'Épiphanie de Notre Seigneur Jésus Christ (dans l'Ordo liturgique selon les rubriques de 1962).

 

Quelques citations du T.R.P Marziac : 

 

"Accordez-moi la grâce Seigneur Jésus-Christ de toujours prier." (Une recommandation de Saint-Alphonse)

 

"Ô Saint-Esprit, je vous implore humblement.

Soyez avec moi toujours, afin que je n'agisse en toutes choses que par vos saintes inspirations. (Pour le discernement des esprits : quand c'est mauvais on repousse.")

 

"On ne met pas en discussion le bien et le mal."

 

"Mon Dieu, donnez-moi, Seigneur Jésus, la grâce de connaître mes péchés et donnez-moi Jésus la grâce de me connaître, de bien me connaître."

 

"Donnez-moi la grâce Seigneur d'avoir une bonne contrition de mes péchés, une douleur intense de mes fautes."

 

"Le bien ne fait pas de bruit et le bruit ne fait pas de bien."

 

"La voix de Dieu ne s'entend jamais mieux que dans le silence."

 

Rip.

En la solennité de l'Epiphanie, le T. R. P Jean-Jacques Marziac, fondateur des Coopérateurs du Christ-Roi, a été rappelé au Ciel
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 08:00

La pétition Non au pass vaccinal a été signée par plus d'un million 200 000 personnes.   

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 20:35

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 20:32

Le fait-il au détriment des libertés publiques ?

Le fait-il grâce au tracking numérique ?

Le fait-il grâce à la vaccination seule ?

 

La réponse est non.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 12:50

Dans l’émission Apolline Matin (vidéo ci-dessous) du 6 janvier 2022, l’invité du jour était la psychologue Marie-Estelle Dupont. Le sujet était évidemment les propos du président Macron qui a insulté des millions de Français

 

Pour Marie-Estelle Dupont, il n’y pas de doute à avoir quant aux intentions du président de la République :

« C’est évidemment le phénomène du bouc émissaire. Quand il y a une crise et qu’une population est épuisée, qu’elle n’en peut plus et qu’elle cherche une raison à ses difficultés, on désigne, pour dévier la cible de l’agressivité — au moment de la loi du passe vaccinal —, une minorité. On désigne une minorité, sans voir le tour de passe-passe, car en réalité tous les Français [NDLR : sont des boucs émissaires] puisque le vaccin nécessite le rappel. Donc moi-même je ne suis plus vaccinée dès lors que je n’ai pas fait mon rappel. La citoyenneté selon Emmanuel Macron c’est trois mois et une dose. On a de nouveau un problème juridique. »

 

« Soit on est cohérent et il y a une obligation vaccinale [NDLR. par la loi] soit il n'y en a pas et ils (les non-vaccinés) n'ont pas enfreint la loi, donc de quel droit allons-nous les stigmatiser ? On fait le lit de violences terribles. »

 

Marie-Estelle Dupont relève un fait très surprenant concernant la citoyenneté renouvelable : « Le vaccin est soumis à des rappels. Donc si la citoyenneté pour Emmanuel Macron est d’une durée de trois mois et une dose. On a mis à terre la Constitution. On a redéfini la citoyenneté. » Dans le monde de Macron, pour être un citoyen, les Français doivent souscrire à un abonnement chez Pfizer.

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 12:45
Ariane Bilheran : "Une grande partie de la population va devoir vivre dans sa chair des choses douloureuses pour ouvrir les yeux, un peu comme dans une secte"

Ariane Bilheran, Docteur en psychopathologie :

 

"Je veux dire aux gens qui nous écoutent ne pensez pas que cela va s'améliorer.

"À partir du moment où l'idéologie est partie dans le train à toute vitesse, la seule chose qui va l'arrêter c'est l'expérience douloureuse de la souffrance dans le réel. Et qui va faire qu'une grande partie de la population qui est prise dans le délire, par les manipulations qu'elle subit, va devoir vivre dans sa chair des choses douloureuses pour ouvrir les yeux, un peu comme dans une secte."

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 09:24
https://www.lifesitenews.com/news/fssp-priest-advises-laity-to-avoid-covid-shots-warns-one-world-government-is-in-the-works/

https://www.lifesitenews.com/news/fssp-priest-advises-laity-to-avoid-covid-shots-warns-one-world-government-is-in-the-works/

Traduction d'un article de Life Site News :

 

Un prêtre de la FSSP conseille aux laïcs d'éviter les ''vaccins Covid'', et avertit qu'un "gouvernement mondial" est en préparation

 

L'abbé Daniel Nolan a abordé les mensonges et les faussetés que les politiciens et les responsables de la santé publique ont raconté à la société à propos du Covid.

 

03 janvier 2022

 

''Un prêtre catholique traditionnel de la FSSP a prononcé une puissante homélie le 19 décembre 2021 sur les mensonges et les faussetés dont la société s'est nourrie à propos du Covid.

 

L'abbé Daniel Nolan, prêtre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre à l'église Our Lady of Mt. Carmel, a déclaré que le Christ est la "source de la réalité" et que quiconque s'en écarte finira dans "l'illusion".

 

C'est ce qui s'est passé avec la réponse politique au Covid, qui inclut des confinements massifs, des masquages ​​forcés et des mandats de vaccination, a déclaré l'abbé Nolan.

 

«Nous allons examiner ce qui s’est passé au cours des deux dernières années, et nous allons remarquer ce que nous voyons? Que soupçonnons-nous? Parce que par leurs fruits, vous pouvez les reconnaître», a déclaré l'abbé Nolan.

 

«Si le Christ est derrière quelque chose, vous allez le voir. Mais Satan étant le Prince des Ténèbres et le Père du Mensonge, vous allez aussi le remarquer. Si vous commencez à voir un tas de mensonges, vous pouvez probablement être certain que Satan est derrière cela», a déclaré le prêtre de la FSSP.

 

Il a déclaré que le Covid-19 est une maladie grave et doit être considérée comme telle, mais la réponse politique a été "complètement abusive et injustifiée par le niveau de danger que représente ce virus".

 

Il a déclaré que certains des "signes de Satan" dans la réponse incluaient la réponse initiale de la Maison Blanche (du président Donald Trump) et d'Anthony Fauci selon laquelle quelques semaines de fermetures seulement étaient nécessaires pour "aplatir la courbe" afin que les infrastructures de santé puissent être renforcées pour s'adapter.

 

Ensuite, l'abbé Nolan a noté qu'il y avait eu des allers-retours sur les masques, avec Fauci et le chirurgien général Jerome Adams disant que les masques n'étaient pas nécessaires, avant que les dirigeants de la santé publique n'admettent qu'ils ne voulaient pas que le personnel non médical achète des masques dont les infirmières et les médecins avaient besoin.

 

«Si vous savez qu'ils vous mentiront pour votre propre bien, alors sur quoi nous mentent-ils maintenant, n'est-ce pas? C'est ce que nous devrions nous demander», a déclaré le prêtre.

 

D'autres mensonges ou faussetés incluent le fait de compter les personnes décédées avec le Covid comme étant décédées du Covid, au moins partiellement en raison des paiements supplémentaires reçus par les hôpitaux pour traiter les personnes atteintes du Covid, le manque de fiabilité des tests Covid et la façon dont le gouvernement s’est servi de la soi-disant létalité du Covid-19 pour imposer des vaccins.

 

Il a également discuté du Forum économique mondial (World Economic Forum) et de la grande réinitialisation (Great Reset) et de la façon dont ce qui était autrefois ridiculisé comme une théorie du complot est maintenant discuté ouvertement.

 

"Vous ne posséderez rien à l'avenir parce que nous posséderons tout, mais nous vous le donnerons de manière juste et équitable et ce sera formidable", a-t-il dit en référence à une vidéo du Forum économique mondial.

 

"Ce n'est pas une théorie du complot, ils nous disent qu'ils ont des forums et disent que c'est là que le monde va. Et devinez ce qu'ils disent? Le Covid-19 est un excellent point de départ. Nous allons profiter de ce qui se passe et amener le monde à ce gouvernement mondial», a averti l'abbé Nolan. "C'est ce qu'ils essaient de faire."

 

"Je vous encourage en fait à ne pas vous faire vacciner", a déclaré l'abbé Nolan après avoir commenté le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS). ''Mais ne ressentez pas de pression. C'est la chose importante, ne soyez pas intimidé, forcé ou culpabilisé dans quelque chose que vous pensez vraiment que ce n'est pas vrai.''

 

« Ne vivez pas dans un monde délirant », a-t-il dit.''

 

Source | Le Forum catholique

 

PS: En 2020, l'abbé Daniel Nolan, FSSP, avait également eu une prise de position courageuse concernant le port du masque.

 

____________

"Le totalitarisme fonctionne à l'idéologie, c'est-à-dire à la création d'un récit ou d'une croyance fausse qui se substitut à la réalité et auquel l'on est prié d'adhérer. 

L'idéologie n'est ni plus ni moins qu'un délire, parce que le récit ne correspond pas à la réalité de l'expérience. Un délire en psychopathologie est la création d'un nouvelle réalité dans un récit pour remplacer la réalité existante. Et nous sommes donc dans un délire collectif." 

Ariane Bilheran et Reiner Fuellmich sur la mise en place du totalitarisme

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 19:08
Source : Covid-19: quel est le poids des non-vaccinés dans l'épidémie et à l'hôpital? https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-quel-est-le-poids-des-non-vaccines-dans-l-epidemie-et-a-l-hopital-20220106

Source : Covid-19: quel est le poids des non-vaccinés dans l'épidémie et à l'hôpital? https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-quel-est-le-poids-des-non-vaccines-dans-l-epidemie-et-a-l-hopital-20220106

«Ce qui est certain, c'est qu'au vu du nombre de cas, on ne peut pas imputer aux seuls non-vaccinés la circulation du virus », explique Mircea Sofonea, maître de conférences en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses à l'université de Montpellier. Selon les derniers éléments publiés par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), les vaccinés comptent même pour 75 % des cas entre le 22 novembre et le 19 décembre 2021 ! Et il est fort probable que cette tendance se soit encore accentuée. De nombreuses études…

 

Add. 20H10. Selon le gvt, les vaccins ARN évite les "formes graves".

Or, le COVID ne tue que dans les pays ayant imposé les traitements ARN. Voir Asie (virus désactivé + traitement) et Afrique (traitements)...

 

A vous de juger...

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 12:42

L'actuel n°1 mondial et n° 1 mondial à sept reprises, considéré comme l'un des meilleurs joueurs de tennis de tous les temps, Novak Djokovicest retenu dans un centre de rétention en Australie ... interdit d'entrée sur le territoire australien pour infraction aux "obligations en matière de vaccination contre le Covid-19" :

Source: https://www.midilibre.fr/2022/01/08/open-daustralie-novak-djokovic-ne-renonce-pas-et-estime-pouvoir-etre-dispense-de-vaccination-10034065.php#xtor=[[mdl-Midilibre]]

Source: https://www.midilibre.fr/2022/01/08/open-daustralie-novak-djokovic-ne-renonce-pas-et-estime-pouvoir-etre-dispense-de-vaccination-10034065.php#xtor=[[mdl-Midilibre]]

Novak Djokovic estime pouvoir être dispensé de vaccination car il a contracté le Covid-19 en décembre, et a demandé samedi à pouvoir quitter le centre de rétention de Melbourne afin d'être en mesure de s'entraîner.

 

"La date du premier test Covid PCR positif a été enregistrée le 16 décembre 2021", ce qui ferait bénéficier le N.1 mondial serbe d'une exemption de la vaccination imposée par l'Australie, ont déclaré les avocats du N.1 mondial, 34 ans, dans un document déposé auprès du tribunal fédéral. Son recours doit être examiné lundi.

 

Le temps presse à un peu plus d'une semaine de l'Open d'Australie que Djokovic.

Ses avocats ont demandé à ce qu'il puisse quitter le centre de rétention de Melbourne pour pouvoir s'entraîner.

 

Mais à son arrivée dans la nuit de mercredi à jeudi, les autorités lui avaient refusé l'entrée, estimant que ses motifs d'exemption ne remplissaient pas les strictes conditions d'entrée sur le territoire imposées dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

 

Ses avocats ont dénoncé le fait que le joueur avait alors été retenu huit heures, sans pouvoir communiquer.

 

La fédération sur le grill

Dans une vidéo qui a fuité vendredi dans la presse locale, le patron de la Fédération australienne Craig Tiley, sous le feu des critiques pour sa gestion du dossier, a défendu le "travail incroyable" de ses équipes.

 

Dans une note aux joueurs publiée par plusieurs médias australiens, l'organisation assurait qu'une personne ayant récemment contracté le Covid-19 pouvait bénéficier d'une exemption à l'obligation d'être entièrement vaccinée. Novak Djokovic a toujours refusé de communiquer sur son statut vaccinal, tout en ne dissimulant pas son hostilité à la vaccination.

 

Dans une vidéo qui a fuité vendredi dans la presse locale, le patron de la Fédération australienne Craig Tiley, sous le feu des critiques pour sa gestion du dossier, a défendu le "travail incroyable" de ses équipes.

 

La Fédération a été accusée d'avoir induit les joueurs en erreur à propos des obligations en matière de vaccination contre le Covid-19 pour entrer dans le pays.

 

Dans une note aux joueurs publiée par plusieurs médias australiens, l'organisation assurait qu'une personne ayant récemment contracté le Covid-19 pouvait bénéficier d'une exemption à l'obligation d'être entièrement vaccinée. 

 

Le gouvernement australien a assuré avoir prévenu Tennis Australia dès novembre que cette disposition n'était valable que pour les résidents australiens, non pour les citoyens étrangers voulant entrer dans le pays.

 

Une autre joueuse, la Tchèque Renata Voracova, a été placée dans le même centre de rétention que Novak Djokovic après avoir elle aussi vu son visa annulé.

 

"Ils m'apportent de la nourriture et il y a un gardien dans le couloir. Tout est rationné. Je me sens un peu comme en prison", a raconté à la presse tchèque cette spécialiste du double, âgée de 38 ans.

 

(Fin de citation)

 

Source: https://www.midilibre.fr/2022/01/08/open-daustralie-novak-djokovic-ne-renonce-pas-et-estime-pouvoir-etre-dispense-de-vaccination-10034065.php

________________________________

Add. Lundi 10 janvier 2022:

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 12:16
Source: https://www.lactucitoyenne.fr/actualites/sante/forcer-a-l-obeissance-en-pleine-audition-au-senat-ce-professeur-vide-son-sac-

Source: https://www.lactucitoyenne.fr/actualites/sante/forcer-a-l-obeissance-en-pleine-audition-au-senat-ce-professeur-vide-son-sac-

Le professeur Michaël Peyromaure intervenait lors de "l'Audition commune de médecins" diffusée ce mardi 4 janvier 2022 sur Public Sénat. 

 

Voici le verbatim de l'audition de ce professeur au Sénat : 

"On est arrivé à un stade où, nous ne sommes non seulement plus considérés par notre hiérarchie administrative, mais même plus écoutés. C'est-à-dire que les directives tombent, parfois par un simple mail, parfois par un courrier, de temps à autres à l'occasion d'une réunion collective, et on n'a pas forcément été prévenus. Et lorsque l'on tente d'opposer une résistance à ce que l'on considère comme étant un projet néfaste pour les patients, l'administration sait comment s'y prendre parce que elle s'entoure très souvent de collègues malheureusement. Et là je voudrais mettre le doigt aussi sur une faille du système que l'on a créé, de collègues qui, hélas, prennent le parti de l'administration pour vous acculer et vous forcer à l'obéissance.

 

"Notre système est totalement déshumanisé, il est caporalisé, il est soviétisé. Et je dirais même que la fuite de personnels que l'on a aujourd'hui, la démission des médecins est liée davantage encore à ce problème qualitatif de perte de sens qu'au problème quantitatif de perte de moyens. Nous avons l'habitude de travailler avec peu de moyens, mais en revanche nous ne pouvons plus supporter d'être traités de cette manière." (Fin de citation)

Partager cet article
Repost0