Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2022 7 15 /05 /mai /2022 16:14

En septembre 2021 le virologue Geert Vanden Bossche expliquait pourquoi les vaccinations de masse prolongeraient les épidémies et les rendraient plus meurtrières, et en décembre 2021 il alertait : la vaccination de masse favoriserait la résistance du virus, accélèrerait ses mutations et accroîtrait son infectiosité.

 

Nous le retrouvons aujourd'hui dans un entretien du 12 mai à WochenBlick où il met en garde contre une catastrophe vaccinale.

Millionen Tote: Impfexperte Geert Vanden Bossche warnt vor Impfstoffkatastrophe

SourceUncutNews

13 mai 2022

 

L'expert belge en vaccination et virologue Geert Vanden Bossche prévient dans un entretien que les personnes vaccinées seront en danger dans les mois à venir. Le coronavirus continuera de muter et, dans de nombreux cas, il sera mortel pour les personnes vaccinées, dit-il. Vanden Bossche avertit que les pays à couverture vaccinale élevée se dirigent vers la catastrophe.

 

La vaccination Corona n'offre pas une immunité stérile, c'est-à-dire qu'elle peut toujours être transmise et perturber les défenses immunitaires de l'organisme. Les anticorps neutralisants de cette "première ligne de défense du système immunitaire" sont supplantés par les anticorps générés par les vaccins. Ceux-ci forcent le virus à muter de plus en plus rapidement. Ces mutations peuvent être très dangereuses pour les personnes vaccinées, explique Vanden Bossche.

 

Selon lui, il est important que les campagnes de vaccination s'arrêtent immédiatement. La vaccination peut entraîner des supervirus hautement infectieux et hautement virulents chez les personnes vaccinées et totalement résistants à tous les vaccins corona existants et futurs à base de protéines de pointe.

 

Des pays comme la Corée du Sud, le Danemark, Israël et l'Australie voient déjà le nombre de décès augmenter à mesure que de plus en plus de personnes se font vacciner.

 

Vanden Bossche suppose que dans un avenir pas imprévisible, un certain nombre de nouveaux variants hautement virulents et hautement infectieux apparaîtront dans les pays à couverture vaccinale élevée. Il suppose également que de nombreuses personnes vaccinées infectées tomberont gravement malades et mourront.

 

De cette manière, les campagnes de vaccination pourraient entraîner indirectement des millions de décès. Si Vanden Bossche a raison, c'est un meurtre de masse. On ne peut qu'espérer qu'il se trompe cette fois, écrit le journal en ligne Wochenblick.

 

Regardez l'interview complète ci-dessous:

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2022 7 15 /05 /mai /2022 16:10

Dans de nombreux pays où la vaccination a été introduite à un rythme rapide, le nombre de "Covid" a explosé. C'est le cas au Danemark, en Corée du Sud et en Nouvelle-Zélande, mais aussi en Israël et en Australie.

 

Israël a enregistré son plus grand nombre de morts depuis le début de la pandémie. En Australie, 70 % de tous les décès coronariens sont survenus au cours des cinq derniers mois. L'année dernière, le directeur de Pfizer, Albert Bourla, a décrit Israël comme "le laboratoire du monde".

 

Le site Internet de la plateforme Euromomo, qui suit les chiffres de la mortalité, montre que la surmortalité en Israël a atteint son plus haut niveau depuis le début de la crise corona.

Source : Euromomo

Malgré la très légère variante omicron, le nombre de "décès Covid" continue d'augmenter. Et bien qu'environ 66 % de la population d'Israël soit « entièrement vaccinée », 82 % des décès ont été vaccinés.

 

Les dernières données en provenance d'Australie sont également inquiétantes. Le 7 mai, le Sydney Morning Herald titrait : "Nous vivons avec Corona mais nous sommes plus nombreux que jamais à mourir".

 

Au 31 décembre de l'année dernière, 2 253 décès dus à la maladie de Covid avaient été signalés en Australie. Depuis, il est devenu 7668. Cela signifie que 70 % de tous les « décès de Covid » sont survenus au cours des cinq derniers mois. Environ 84% des Australiens ont été vaccinés au moins deux fois.

 

Il existe désormais suffisamment de preuves que c'est la thérapie génique expérimentale qui cause tant de décès, écrit le journal en ligne Wochenblick. Dans l'État australien de Nouvelle -Galles du Sud, le nombre de décès par crise cardiaque a fortement augmenté à la semaine 15, notamment chez les personnes vaccinées. Sur les 83 décès, 40 avaient été vaccinés trois fois ou plus et 19 avaient été doublement vaccinés. Dans les autres cas, le statut vaccinal était inconnu ou la personne n'était pas vaccinée.

 

Source

Partager cet article
Repost0
13 mai 2022 5 13 /05 /mai /2022 16:15

Encore une info où les complotistes avaient raison deux ans à l'avance. Les confinements n'ont eu aucun effet sur le mortalité : la Suède qui n'a pas confiné a le taux de mortalité de Covid parmi les plus bas d'Europe, selon le Telegraph.

https://www.telegraph.co.uk/global-health/science-and-disease/swedens-death-rate-among-lowest-europe-despite-avoiding-strict/

https://www.telegraph.co.uk/global-health/science-and-disease/swedens-death-rate-among-lowest-europe-despite-avoiding-strict/

De nouveaux chiffres de l'OMS montrent que la pandémie a causé un "bilan stupéfiant" de près de 15 millions de morts, mais des restrictions sévères n'étaient pas la clé pour vaincre le virus 

 

Les experts ont déclaré que la différence démontrait que des verrouillages stricts ne déterminaient pas à eux seuls le succès dans la lutte contre Covid-19.

 

La Suède, qui a été critiquée au début de la pandémie pour avoir résisté à un verrouillage obligatoire, a enregistré moins de décès par habitant qu'une grande partie de l'Europe.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2022 1 11 /04 /avril /2022 07:05

L'image sélectionnée

L'Alabama interdit les procédures de "changement de sexe" pour les enfants et l'idéologie LGBT dans les écoles élémentaires

 

Le gouverneur de l'Alabama, Kay Ivey, a promulgué vendredi une interdiction des procédures de "transition de genre" pour les enfants et un projet de loi inspiré de la loi de Floride sur les droits parentaux dans l'éducation qui réprime l'idéologie LGBT dans les classes du primaire.

 

"Nos jeunes sont confrontés à des défis très réels, en particulier avec les pressions sociétales et la culture moderne d'aujourd'hui. Je crois très fermement que si le Bon Dieu a fait de vous un garçon, vous êtes un garçon, et s'il a fait de vous une fille, vous êtes une fille", a déclaré le gouverneur Ivey dans un communiqué .

 

La SB 184 , la Vulnerable Child Protection Act de l'Alabama, criminalise la prescription aux mineurs de moins de 19 ans de bloqueurs de puberté ou d'autres drogues "destinés à modifier le sexe de l'enfant mineur ou à retarder la puberté".

 

Le projet de loi, parrainé par le sénateur républicain Shay Shelnutt, interdit également les chirurgies de stérilisation pour les mineurs, y compris "la castration, la vasectomie, l'hystérectomie, l'ovariectomie, l'orchidectomie et la pénectomie", ainsi que les procédures qui "construisent artificiellement des tissus avec l'apparence d'organes génitaux qui diffère du sexe de l'individu."

 

Les médecins qui prescrivent des médicaments de "transition de genre" aux enfants ou effectuent sur eux des chirurgies transgenres mutilantes peuvent faire face à des accusations de crime et jusqu'à dix ans de prison en vertu de la nouvelle loi.

 

Le projet de loi empêche en outre les responsables de l'école de dissimuler la confusion de genre d'un enfant à ses parents.

 

"Nous devrions particulièrement protéger nos enfants de ces médicaments et chirurgies radicaux qui changent la vie alors qu'ils sont à un stade aussi vulnérable de leur vie", a déclaré Ivey vendredi. "Au lieu de cela, concentrons-nous tous à les aider à se développer correctement pour devenir les adultes que Dieu a voulu qu'ils soient."

 

SB 184 prend effet 30 jours après la signature du gouverneur. Plusieurs groupes d'activistes pro-LGBT, dont le Transgender Law Center et l'American Civil Liberties Union, ont déclaré qu'ils intenteraient une action en justice pour empêcher l'application de la loi.

 

L'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré jeudi que l'administration Biden avait averti l'Alabama que le SB 184 pourrait violer la loi fédérale telle que l'administration l'interprète. Le gouverneur Ivey a répondu dans une déclaration à Breitbart que "l'Alabama continuera à protéger nos enfants et à ne pas laisser les libéraux étrangers comme Jen Psaki et la Maison Blanche Biden nous dire quoi faire".

 

"Notre État est prêt à défendre nos valeurs", a-t-elle déclaré.

 

L'autre projet de loi signé par Ivey, HB 322 , oblige les élèves de la maternelle à la 12e année à utiliser les toilettes et les vestiaires en fonction de leur sexe biologique. "Ici en Alabama, les hommes utilisent les toilettes des hommes et les femmes utilisent les toilettes des femmes - c'est vraiment une évidence", a déclaré le gouverneur.

 

Les législateurs républicains ont également modifié HB 322 pour inclure une disposition interdisant les discussions en classe sur "l'orientation sexuelle ou l'identité de genre" qui ne sont "pas adaptées à l'âge ou au développement des élèves conformément aux normes de l'État".

 

Le sénateur Shelnutt a parrainé l'amendement, qui s'inspire de la législation signée par le gouverneur de Floride Ron DeSantis le mois dernier qui restreint la discussion sur les questions de sexualité et de genre dans les écoles publiques jusqu'à la troisième année.

 

"Nous ne pensons pas qu'il soit approprié de parler d'homosexualité et d'identité de genre dans les écoles, ils devraient apprendre les mathématiques", a déclaré Shelnutt, selon AL.com.

 

Comme pour la loi de Floride, les démocrates et d'autres critiques ont tenté de qualifier HB 322 de projet de loi "Ne dites pas gay" - une caractérisation qu'Ivey a qualifiée de "trompeuse".

 

"Nous parlons d'enfants de cinq ans pleurant à haute voix", a-t-elle objecté dans sa déclaration de vendredi. "Nous devons nous concentrer sur ce qui compte - l'enseignement de base comme la lecture et les mathématiques."

 

"Ce projet de loi garantira également que nos salles de classe du primaire restent exemptes de tout type de discours sexuel", a-t-elle ajouté.

 

Bilan de la "transition de genre"

 

L'Alabama rejoint une liste croissante d'États prenant des mesures contre les "transitions de genre" pédiatriques expérimentales, y compris l'Arkansas , qui a approuvé l'année dernière une interdiction générale des médicaments et des chirurgies transgenres pour les mineurs.

 

Un juge fédéral nommé par Obama a temporairement bloqué la loi de l'Arkansas en juillet, mais les législateurs républicains ont avancé des projets de loi similaires dans tout le pays ces derniers mois, notamment au Texas, en Idaho et au Mississippi.

 

Le Tennessee a également restreint les médicaments hormonaux pour les enfants prépubères, et en Arizona, le gouverneur Doug Ducey a signé la semaine dernière un projet de loi interdisant les chirurgies de "changement de sexe" chez les mineurs dans l'État du Grand Canyon. Et plus tôt cette année, le gouverneur du Texas, Greg Abbott , a ordonné aux agences d'État d'enquêter sur les parents qui "transfèrent" leurs enfants pour maltraitance d'enfants, a rapporté Life Site .

 

La vague d'actions de l'État survient au milieu d'un examen international des effets des procédures transgenres sur les enfants et les adolescents.

 

En février, la Suède a recommandé de ne pas administrer de bloqueurs de puberté et d'hormones transsexuelles aux mineurs souffrant d'un trouble du genre, invoquant des "données scientifiques incertaines" et des risques importants pour la santé. Les dangers de ces médicaments pour les personnes de moins de 18 ans "dépassent les possibles bénéfices", ont déclaré les responsables de la santé suédois. La Finlande a publié des directives similaires en 2020.

 

Faisant écho aux directives suédoises, la loi sur la protection des enfants vulnérables de l'Alabama note que les médicaments et les chirurgies de "transition de genre" sont "non prouvés" et "mal étudiés", avec "de nombreux effets nocifs pour les mineurs, ainsi que des risques d'effets tout simplement inconnus en raison de la nature nouvelle et le caractère expérimental de ces interventions."

 

La loi ajoute que les bloqueurs de la puberté et les hormones sexuelles croisées sont liés à des effets secondaires extrêmement graves, y compris la stérilisation : "Parmi les méfaits connus des bloqueurs de la puberté, il y a la diminution de la densité osseuse ; le plein effet des bloqueurs de la puberté sur le développement du cerveau et la cognition est encore inconnu, bien que la raison de l'inquiétude soit maintenant présente."

 

"L'administration d'hormones sexuelles croisées entraîne des risques accrus de maladies cardiovasculaires, d'accidents vasculaires cérébraux thromboemboliques, d'asthme, de MPOC et de cancer", poursuit-elle. Les maladies cardiovasculaires, y compris la "mort cardiaque subite", sont également associées à plusieurs types de bloqueurs de la puberté, comme Lupron et Vantas.

 

En outre, la FDA n'a approuvé aucun médicament hormonal pour les "enfants non conformes au genre", souligne la loi de l'Alabama. Ni les bloqueurs de puberté ni les hormones transsexuelles n'ont fait l'objet d'essais contrôlés randomisés ou d'études longitudinales chez les mineurs non-conformes à leur sexe.

 

Des études montrent cependant que seulement 2% des garçons et 10% des filles atteints de dysphorie de genre souffrent de la maladie après la puberté, selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l'American Psychiatric Association.

Source : LifeSite

Partager cet article
Repost0
8 avril 2022 5 08 /04 /avril /2022 17:13

Un graphique des morts Covid par million par pays (chiffres Our World in data) selon que le masque était obligatoire ou non montre que les masques n'ont eu strictement aucun effet sur la mortalité Covid : les pays ayant eu des obligations de ports de masque sont ceux qui ont le plus haut taux de morts Covid tandis que les pays n'ayant pas eu d'obligations de masques sont ceux qui ont eu le moins de morts :

Source: https://twitter.com/AnteMedicus/status/1510361209769537544/photo/1

Source: https://twitter.com/AnteMedicus/status/1510361209769537544/photo/1

Solide science contre les masques (études) :

Partager cet article
Repost0
19 mars 2022 6 19 /03 /mars /2022 11:50

Selon l'aveu même de Olivier Véran sur France Info : "L’Allemagne et l’Italie qui ont le Pass et le masque connaissent le même rebond que nous".

 

"Si vous me posiez la question entre le fait que nous ayons levé les restrictions et le rebond épidémique, je vous dirais regardez l'Allemagne, regardez l'Italie, ils connaissent un rebond épidémique alors qu'ils ont maintenu le pass sanitaire et parfois le pass vaccinal, ils ont maintenu le port du masque dans les lieux fermés, en Italie c'est même le FFP2 qui est obligatoire dans les commerces, ils ont le même rebond que nous!"

 

Le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel ont validé l’anéantissement de nos libertés au nom du mensonge d'un Pass pas plus utile que s'il n'y en avait pas. 

 

Le conseil constitutionnel valide le passe de la honte et la suspension du contrat de travail sans rémunération

 

Comment le gouvernement n'a-t-il pas su ce que nous savions sur ce blog dès le mois d'octobre 2021, à savoir lorsque nous écrivions : "Les vaccinés peuvent infecter les autres. A quoi sert le pass vaccinal ", ou lorsqu'en décembre 2021 le professeur Chabrière twittait : "Plus de 3 personnes sur 4 positives et potentiellement contaminantes sont vaccinées. Échec du "pass vaccinal" ?

 

Si bien qu'en juillet 2021 nous pouvions légitimement écrire : Masques, tests, vaccins, passe sanitaire sélectif, bienvenue en Covidiotie-Absurdie...

 

Add. 21 mars 2022André Bercoff a Olivier Véran "Vous venez de reconnaitre que pass ou pas pass le nombre de cas est le même ! Donc vous nous avez pris pour des imbéciles.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 19:58

Encore une info démontrant que les "complotistes" avaient raison sur le lien entre maladies cardiovasculaires et "vaccins" Covid à ARNm :

Dans un communiqué, les experts du Comité consultatif mondial de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la sécurité des vaccins expliquent que des cas de myocardite – une inflammation du muscle cardiaque – et de péricardite – une inflammation de la membrane enveloppant le coeur – ont été signalés dans plusieurs pays, en particulier aux États-Unis.

 

Les cas rapportés sont généralement survenus dans les jours qui ont suivi la vaccination, plus fréquemment chez les jeunes hommes et plus souvent après la deuxième dose des vaccins à ARN messager contre la COVID-19, ont-ils indiqué.

 

Après examen des informations disponibles à ce jour, les experts de l'OMS concluent que les données actuelles suggèrent un lien de causalité probable entre la myocardite et les vaccins à ARN messager.

 

Source : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1807959/oms-confirme-lien-problemes-cardiaques-vaccins-arnm

Partager cet article
Repost0
22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 21:48

Comment appelle-t-on un signal de sécurité connu qui est ignoré : négligence ou crime ?

Source: https://multipolar-magazin.de/artikel/ein-sicherheitssignal-wird-ignoriert

Source: https://multipolar-magazin.de/artikel/ein-sicherheitssignal-wird-ignoriert

Source

 

Fin janvier, le professeur de psychologie de Ratisbonne Christof Kuhbandner a publié une étude de 28 pages qui montre un lien temporel alarmant entre le nombre de vaccinations COVID administrées et le nombre de décès officiellement enregistrés en Allemagne. Une chaîne de télévision autrichienne en a parlé. La semaine dernière, Bayerischer Rundfunk et l'agence de presse dpa ont publié des vérifications des faits, selon lesquelles les calculs étaient incorrects. Pour la première fois, le professeur Kuhbandner réagit en détail aux allégations et critique pour sa part les arguments statistiques douteux des critiques ainsi que la présentation inappropriée et trompeuse des faits dans les médias. CHRISTOF KUHBANDNER , 21 février 2022, 0 Comments ,PDF

 

Note de l'éditeur : L'article suivant est exceptionnellement long. Compte tenu de l'explosivité de la thèse, il est d'une importance considérable que les arguments des deux parties soient présentés et discutés dans les détails nécessaires. Ce qui suit explique :

 

(1) quelle est exactement la découverte alarmante

(2) qu'avant la publication de son étude, le professeur Kuhbandner en a discuté en détail avec STIKO

(3) que sa découverte est un signal de sécurité selon les règles actuelles de surveillance des médicaments (les effets secondaires inconnus des médicaments ne peuvent être détectés qu'en observant une augmentation de certaines maladies ou de décès au fil du temps avec l'administration)

(4) comment les autorités compétentes ignorent néanmoins par négligence ce signal de sécurité

(5) pourquoi l'enregistrement des décès présumés liés aux vaccinations par l'Institut Paul Ehrlich est manifestement inadéquat et méthodologiquement discutable

(6) comment plusieurs médecins confirment ces lacunes au Pr Kuhbandner

(7) comment les statisticiens essaient d'écarter le signal de sécurité avec des arguments douteux et des erreurs

(8) comment divers médias croient sans contrôle ces statisticiens

(9) comment les médias dissimulent délibérément les informations dont ils disposent à ce sujet et induisent ainsi le public en erreur

(10) pourquoi il est irresponsable d'ignorer ou d'écarter le signal de sécurité actuel au lieu de le poursuivre avec une étude plus approfondie et une analyse valide

Le 18 janvier 2022, ServusTV a rendu compte de mes conclusions sur l'augmentation des décès liés aux vaccinations COVID . Ces conclusions ont maintenant été reprises par divers médias. Plusieurs statisticiens ont tenté d'écarter le signal de sécurité qui lui est associé. Une vérification des faits ("Faktenfuchs") a été publiée sur Bavarian Radio , ainsi qu'un reportage radio dans lequel je suis discrédité et diffamé en tant que scientifique.

 

CONTINUER LA LECTURE

Partager cet article
Repost0
22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 18:32

Encore une info qui a vu les "complotistes" avoir raison deux ans à l'avance ! Il est temps que les médias subventionnés et inondés d'argent public fassent leur travail à la place d'articles publiés par des sites non subventionnés et gratuits :

Soruce: https://infodujour.fr/societe/55967-covid-19-la-vaccination-nest-pas-sans-risques

Soruce: https://infodujour.fr/societe/55967-covid-19-la-vaccination-nest-pas-sans-risques

Covid-19 : les vaccins ne sont pas sans risques, voici pourquoi

 

Les vaccins que l’on administre de façon contrainte et massive aux populations ne sont ni complètement inoffensifs ni réellement efficaces. En outre, leurs effets secondaires à long terme sont inconnus. Explications avec Jean-Marc Sabatier, directeur de recherches au CNRS et docteur en Biologie Cellulaire et Microbiologie, affilié à l’Institut de Neuro Physiopathologie (INP), à l’université d’Aix-Marseille.

 

Après 18 mois de vaccination obligatoire, le ministre de la Santé, Olivier Véran, évoque « la fatigue vaccinale des Français » pour ne pas imposer une 4ᵉ dose. La vaccination Covid-19 peut-elle être dangereuse ?

 

Jean-Marc Sabatier- Pour répondre, il faut savoir comment cela se passe. Le virus SARS-CoV-2 s’attaque à notre organisme et induit des maladies Covid-19. Pour se protéger et défendre notre organisme, nous devons apprendre à notre système immunitaire à neutraliser le virus via la vaccination. Pour apprendre à notre organisme à se défendre avant d’être infecté par le virus, il faut lui présenter des constituants de ce virus, à savoir une ou plusieurs de ses protéines virales. Dans ce but, on injecte un ou plusieurs antigènes viraux, ou on fait produire par l’organisme (un ou plusieurs de) ces antigènes. Dans la majorité des vaccins actuels, on cible la production, par notre organisme, de la protéine spike du SARS-CoV-2 [c’est la protéine de surface du virus qui reconnaît le récepteur ECA2 des cellules cibles] à l’aide de vaccins à ARNm (vaccins Pfizer-BioNtech ou Moderna) ou de vaccins à vecteurs viraux exprimant cette protéine (vaccins AstraZeneca et Janssen). Le vaccin « Nuvaxovid » de Novavax à venir est directement basé sur la protéine spike recombinante. En réalité, ces protéines spike vaccinales sont légèrement modifiées par rapport à la protéine spike virale. Dans le cas des vaccins Chinois (Sinovac et Sinopharm), on injecte la totalité de la particule virale dont on a neutralisé le pouvoir infectieux par un traitement chimique préalable. Le but de ces vaccins est de stimuler la réponse immunitaire afin de reconnaître et neutraliser le SARS-CoV-2.

 

Voilà la théorie. Mais dans les faits, les vaccins remplissent-ils leur mission ?

J.-M. S.- Les vaccins utilisés doivent répondre à deux critères : ils doivent être efficaces contre le virus et inoffensifs pour notre organisme. À ce jour, il est clair que les personnes vaccinées peuvent être infectées par les variants du SARS-CoV-2, et transmettre le virus à d’autres personnes. Il y a donc un problème majeur d’efficacité.

De même, ces vaccins de première génération (basés sur la protéine spike du virus de Wuhan qui est une souche virale ne circulant plus depuis environ 18 mois) ne sont pas dépourvus d’effets secondaires -plus ou moins graves- chez les personnes vaccinées. Cela signifie que ces vaccins ne sont pas toujours inoffensifs selon les personnes, ce qui est aussi un problème majeur, car l’innocuité vaccinale qui devrait être une condition requise pour tout vaccin n’existe pas.

 

Les vaccins anti-Covid présentent donc des effets secondaires. Lesquels ?

J.-M. S.- Parmi les effets secondaires dits « immédiats » de la vaccination, on retrouve les myocardites, péricardites, thromboses, thrombocytopénies, troubles de la menstruation, et bien d’autres. Il est aussi fortement à craindre des effets indésirables plus « tardifs » (pouvant mettre des mois ou des années à apparaître), tels que maladies auto-immunes, cancers et pathologies neurologiques. Pour toutes ces raisons, je ne recommande pas la vaccination obligatoire et massive des populations (notamment des plus jeunes) contre le SARS-CoV-2 avec les pseudo-vaccins actuels.

 

Que préconiseriez-vous : un médicament ?

J.-M. S. – Pour ma part, il est clair que l’objectif poursuivi par la majorité des pays du monde est la vaccination de tous contre le SARS-CoV-2. Cette vaccination de masse est déraisonnable et se fait souvent au détriment de traitements alternatifs potentiels, tels que vitamine D, Ivermectine et autres. Personnellement, je pense que la vaccination de masse des populations ne poursuit pas un objectif purement sanitaire. Il est notable que des big-pharma proposent depuis peu des traitements anti-Covid-19, dont Pfizer avec le « Paxlovid » (combinaison d’un inhibiteur de la protéase 3CL et du ritonavir), et Merck avec le « Molnupiravir » (analogue de nucléoside).

 

Quid de l’immunité naturelle, notamment avec le variant Omicron moins dangereux que les précédents ?

J.-M. S.- Je pense que le variant Omicron et son sous-variant BA.2 sont une grande chance pour mettre un terme plus précoce à une pandémie qui dure depuis deux ans déjà. En effet, les caractéristiques de ce variant nous sont favorables, car il est extrêmement contagieux -jusqu’à plus d’un demi-million de personnes contaminées par jour en France- mais très peu méchant/virulent, avec une létalité très faible (3,2 fois inférieure à celle du variant Delta, selon une étude récente au Royaume-Uni) qui lui-même présente une létalité environ 4 fois inférieure à celle de la souche virale historique de Wuhan.

L’apparition successive des variants Delta puis Omicron suit une logique virologique, avec l’apparition de variants du SARS-CoV-2 de plus en plus infectieux, mais de moins en moins létaux. Grâce à l’immunité naturelle acquise après infection à Omicron (voire Delta), en plus de la vaccination, nous devrions passer de la pandémie (une épidémie qui s’étend au-delà des frontières des pays et qui peut se répandre sur un continent, un hémisphère ou dans le monde entier) à l’endémie (la persistance habituelle d’une maladie infectieuse et contagieuse dans une région donnée). La maladie y sévit alors en permanence ou de façon latente et touche une importante partie de la population. On parle d’endémie quand la présence de la maladie est connue, signalée, mais cela ne signifie pas que cette dernière est en progression ni qu’elle se répand.

Une propagation très rapide d’Omicron dans les divers pays du monde apparaît finalement souhaitable à ce stade, car l’apparition d’un variant du SARS-CoV-2 très infectieux et plus virulent/létal qu’Omicron ne peut être exclue, surtout avec la forte pression de sélection virale exercée par la vaccination et les rappels de masse.

 

Pourquoi dès lors, selon vous, les scientifiques des plateaux-télé et les autorités du Conseil scientifique s’acharnent-t-ils sur la vaccination obligatoire ?

J.-M. S. – Je pense que le conseil scientifique fait ce qu’il peut dans un contexte particulièrement difficile. À mon avis, ce conseil n’a pas les mains libres et doit être obligé de s’aligner sur la politique sanitaire gouvernementale (poursuivie également par de nombreux pays) qui est la vaccination à outrance et pour tous. Compte tenu des décisions parfois irrationnelles prises, je ne peux pas imaginer que les membres de ce conseil décident réellement de la politique sanitaire française.

Quant aux médecins et « spécialistes » qui parcourent les plateaux télévisés, il s’agit souvent des mêmes personnes invitées ; celles-ci sont toutes très favorables à la vaccination de masse et aux rappels multiples. Ceux qui ont un discours différent et/ou qui émettent des doutes sur le bien-fondé de la vaccination non sélective de la population ne sont généralement pas invités. Ainsi les discours dans les médias vont tous dans le même sens et sont en faveur de la vaccination, ce qui est regrettable.

Je tiens à préciser que je n’ai personnellement aucun conflit d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques ou autres lobbies. Ma parole est libre.

 

(Fin de citation)

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 23:10
https://www.rubikon.news/artikel/der-letzte-tanz-der-tyrannen

https://www.rubikon.news/artikel/der-letzte-tanz-der-tyrannen

Traduction Christ Roi

 

La dernière danse des tyrans

 

Pour la première fois dans l’histoire de l’après-guerre, des personnes pourraient aller en prison ce printemps non pas pour ce qu'elles ont fait, mais pour ce qu’elles sont. Les personnes non vaccinées pourraient bientôt être dépouillées par leur gouvernement et, à défaut, être emprisonnées pour un statut personnel comme en 2019 ou 2020. Alors qu'une minorité de citoyens sont restés eux-mêmes au cours des deux dernières années, le monde qui les entoure a sombré dans une fureur morale croissante : il ne suffit plus d'avoir extorqué le consentement de 60, 70 ou 80 % des citoyens pour la vaccination, tout le monde doit "le faire".

 

Et comment réagissent la plupart des citoyens ? Ils dirigent leur agression vers ceux qui pointent du doigt l'oppression, plutôt que vers ceux qui les oppriment. Kai Strittmatter décrit très bien la mentalité des sujets dans son livre sur la Chine :

 

« Un stade particulier de la surdité est celui où le sujet hait tout ce qui est bon et juste. Tout idéaliste est pour lui un hypocrite, tout partisan de la justice est un opportuniste éhonté qui n'agit en réalité que pour lui-même.

 

Pourquoi donc?

 

"L'impression d'infériorité morale éveille partout des réflexes de défense chez les gens. En Occident aussi, des études ont montré que ceux qui sont les seuls dans un groupe à agir moralement ne s'attirent pas l'admiration, mais la haine. Ils montrent aux autres leurs propres défauts et leur rappellent qu'il est possible d'agir autrement après tout.

 

[...]

 

La peur de la vérité


La situation actuelle est assez absurde. La pression de la vaccination semble s'intensifier au fur et à mesure que l'inefficacité de la dite injection pour une protection réellement efficace est démontrée. Plus le récit dominant s'effrite - en particulier celui de l'effet prétendument efficace de l'injection -, plus ses défenseurs semblent se montrer sûrs d'eux et intolérants. Nous ne pouvons qu'espérer, comme le suggère le psychiatre viennois Raphael Bonelli, qu'il s'agisse de la dernière d'une série de phases de "défense" - un terme psychologique désignant la résistance à une vérité qui se révèle au cours du processus thérapeutique et qui est ressentie comme insupportable par le patient.

 

Des personnes meurent en raison d'une vaccination. Mais le constater n'est que la première étape. La deuxième consisterait à laisser ce fait venir à soi, y croire et en tirer les conclusions nécessaires - par exemple se méfier de la campagne de vaccination massive actuelle ou reconsidérer sa propre intention de se faire vacciner. Pourquoi tant de nos contemporains ne voient-ils pas l'évidence et soutiennent-ils - même à gauche ! - de rester fidèles au gouvernement dans le cadre de la pire attaque contre la liberté depuis 76 ans ? Selon Bonelli, cela a beaucoup à voir avec la dynamique de refoulement bien connue des psychiatres.

 

Les personnes vaccinées vulnérables


Regardons en arrière : au début de l'automne 2021, 60 à 70% des personnes étaient déjà doublement vaccinées. Au lieu de faire baisser le niveau de la maladie Covid à la suite de cette injection soi-disant bénéfique, des "cas" en forte hausse ont été signalés. Il s'en est suivi une vague de discrimination sans précédent dans l'histoire de l'après-guerre à l'encontre d'une certaine partie de la population.

 

Mais une fois de plus, tout cela ne semblait servir à rien, alors que l'incidence augmentait à nouveau. Et on lisait partout des informations sur des unités de soins intensifs débordées - principalement parce qu'il y avait eu une diminution du personnel soignant pendant l'épidémie, et non parce que l'objet physique "lit" était devenu rare. Il s'en est suivi une chasse aux sorcières moderne de la pire espèce : les personnes non vaccinées "squattent" soi-disant les rares places d'hôpital réservées aux personnes honnêtes.

 

Pourtant les chiffres officiels concernant la proportion de personnes vaccinées et non vaccinées dans les unités de soins intensifs peuvent être remis en question sans hésitation - souvent, on ne dispose même pas de chiffres utilisables. Quoi qu'il en soit, l’effet de l'injection n’est pas si impressionnant que l’on ne puisse pas également respecter le renoncement à celle-ci comme une décision rationnelle et humainement compréhensible.

 

Des chiffres récents de l'Institut Robert Koch suggèrent même désormais qu'il existe une plus grande probabilité de contracter la variante omicron pour les personnes vaccinées que pour les personnes non vaccinées, comme le rapporte notamment Gunnar Kaiser dans une vidéo. "Sur 5.116 cas d'omicron dont le statut vaccinal était connu, 4.020 personnes étaient complètement vaccinées". Parmi les personnes complètement vaccinées, les "boostés" étaient beaucoup mieux loties. En résumé, on peut dire qu’une personne sur cinq n’a pas été vaccinée, une autre a été boostée, les trois autres "seulement" vaccinées deux fois.

 

Il semble donc que les personnes doublement vaccinées constituent actuellement un groupe particulièrement vulnérable par rapport à l'omicron - et ce après qu'on ait voulu nous vendre ce statut pendant un an comme le nec plus ultra. Les personnes ainsi menacées ne peuvent plus que chercher leur salut dans le prochain "boost", puisqu'il n'est pas possible de revenir à l'état de non vacciné. Entre-temps, même les partisans passionnés de la vaccination semblent avoir compris que la protection vaccinale a une date d'expiration assez proche - après deux à trois mois, l'immunité diminue rapidement.

 

Et bien que toutes ces informations auraient dû réfuter de manière impressionnante la fixation sur la vaccination comme soi-disant seule solution, la réponse des partisans est : plus de vaccinations. Peut-être aussi d’autres vaccins "mis à jour". Le "sabotage de la vaccination", qui n'était jusqu'à présent qu'un tableau dressé par d'incorrigibles théoriciens de la conspiration, semble désormais s'approcher sérieusement de l'humanité.

 

En route vers un abonnement vaccinal


Il va de soi que les responsables politiques et médiatiques, qui ont jusqu'à présent soutenu cette campagne de vaccination d'une insistance sans précédent, auront du mal à vendre un marathon de vaccination sans fin à des personnes qui ont été jusqu'ici si patientes. Tôt ou tard, des millions de personnes passeront du statut de suiveurs de la discrimination des non vaccinés à celui de discriminés. À un moment donné, presque tout le monde ne sera plus en mesure de suivre.

 

Les pouvoirs publics devraient donc soit promouvoir ouvertement la vaccination à vie, soit admettre que toute la logique qu'ils ont promue pendant deux ans était extrêmement fragile. Il faudrait que ce soit clair: étant donné que les vaccins n’apportent majoritairement aucun avantage pour les sujets de recherche, mais – en dehors d’éventuels dommages causés par le vaccin – , mais qu'ils augmentent même la probabilité d'une infection (!) au moins dans le cas d'Omikron, l’obligation de vaccination devrait être mise de côté en comme une idée historique démente.

 

Mais les acteurs jouent encore la montre. Du point de vue des lobbyistes pharmaceutiques et de "leurs" politiciens, cette tactique est tout à fait logique. Même si tout le château de cartes s'effondre au milieu de l'année 2022 ou 2023, des millions de doses de vaccin pourront encore être injectées d'ici là. Ces messieurs et dames jouent au poker.

 

Ils essaient de donner l'impression, par un rayonnement sûr de soi complètement déconnecté de la réalité, que cela peut durer éternellement et que céder à l'appel de la vaccination est pour des années la dernière chance pour tous de mener une vie à peu près sans danger. Être citoyen de cet État - cela signifie devoir acheter sa liberté face au harcèlement de l'État à intervalles réguliers, en offrant son corps aux vaccins avec résignation, en espérant que cela se passe encore bien et qu'il n'y ait pas d'atteintes plus graves à la santé.

 

Il semble déjà que les "non-boostés" seront les nouveaux ennemis de 2022, aux côtés des non-vaccinés qui ne sont de toute façon pas satisfaits. Nous sommes face à une boucle sans fin de soulagement saisonnier, de nouvelle vague, de nouvelle panique, de nouvel échec de la vaccination, de nouveau booster et ainsi de suite. Même avec l'augmentation du "taux de vaccination" extorqué par l'Etat, on continuera à rendre les 20, 10, 5 ou 2 pour cent de non vaccinés restants responsables de la misère.

 

Cependant, un rythme annuel – comme pour la vaccination volontaire contre la grippe – ne semble pas suffisant. Si vous pensez à cette logique jusqu’au bout, les jeunes de 20 ans d’aujourd’hui pourraient devoir être vaccinés 120 ou même 240 fois au cours de leur vie restante. Et même si les dommages actuels causés par les vaccins sont encore considérés comme relativement mineurs – ce qui reviendrait à se moquer des personnes touchées – un tel fardeau permanent de substances douteuses et mal testées restera-t-il ce "peu" d’incidents ? La charge ne s’additionnera-t-elle pas à chaque nouveau boost ?

 

[...]

 

Il existe également des prévisions plus optimistes, à savoir qu'Omicron, en tant que variante contagieuse avec des évolutions relativement légères, pourrait signifier la fin de la crise Corona. L'orchestre de panique politique hésitera à pouvoir se séparer de son cher semblant de répression, mais d'autres dossiers pourraient suivre ses pas : l'éco-totalitarisme, une nouvelle vague de réfugiés, les pénuries d'approvisionnement, la crise financière, la crise énergétique, la tension avec La Russie ... Une population aussi molle peut faire cela encore plus tordue et réduite en forme de ver à volonté par une élite au pouvoir déterminée.

 

L'orchestre de panique politique hésitera certes à se séparer de son cher prétexte de répression, mais d'autres thèmes pourraient suivre ses traces : le Totalitarisme écologique, une nouvelle vague de réfugiés, des difficultés d'approvisionnement, une crise financière, une crise énergétique, des tension avec la Russie... Une population aussi molle peut ainsi continuer à être maltraitée à volonté par une élite au pouvoir déterminée et être ainsi réduite à l'état de ver de terre.

 

[...]

 

Il ne faut pas se laisser aller à une résignation paralysante maintenant, car quelque chose est en train de s'ouvrir. Je recommande à tous de participer à de tels événements au niveau régional. Mon éloge de cette forme "silencieuse" de contestation ne signifie pas que j'oppose aux autres manifestations des discours analytiques et combatifs. Mais ce dont nous avons besoin maintenant, c'est de prudence, de détermination et de persévérance contagieuse.

 

Transformons l'espoir naissant en la certitude d'une réalité meilleure. Déjà maintenant — déjà en 2022 !

Source : RubikonNews

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 10:12
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 09:55
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2022 3 26 /01 /janvier /2022 09:27

Les comploteurs nous disaient que les vaccins protégeaient des "cas graves"... Encore un média-mensonge... et une fake news... des gouvernements... que la vérité finit par rattraper... en Israël : 

Source : https://www.haaretz.com/israel-news/covid-related-deaths-in-israel-rise-to-40-a-day-serious-cases-jump-eightfold-1.10564925

Source : https://www.haaretz.com/israel-news/covid-related-deaths-in-israel-rise-to-40-a-day-serious-cases-jump-eightfold-1.10564925

https://www.haaretz.com/israel-news/covid-related-deaths-in-israel-rise-to-40-a-day-serious-cases-jump-eightfold-1.10564925

https://www.haaretz.com/israel-news/covid-related-deaths-in-israel-rise-to-40-a-day-serious-cases-jump-eightfold-1.10564925

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2022 3 26 /01 /janvier /2022 08:28

Les "complotistes" avaient encore raison un an à l'avance sur les médias en disant que les "vaccins" covid n'étaient pas des vaccins. C'est enfin reconnu officiellement un an après, une fois qu'une grande partie de la population a pris la soupe chimique. 

 

Mardi 25 janvier, Jean-François Delfraissy a qualifié le vaccin contre le Covid-19 de "vaccin-médicament"... Une formule étayée par "l'action limitée" du sérum "dans le temps et sur la transmission" ! "Tous vaccinés, tous protégés" fut encore un slogan mensonger du gouvernement.  

Source : https://www.tf1info.fr/sante/covid-19-omicron-pandemie-le-vaccin-est-une-forme-de-medicament-reconnait-jean-francois-delfraissy-president-du-conseil-scientifique-2208136.html

Source : https://www.tf1info.fr/sante/covid-19-omicron-pandemie-le-vaccin-est-une-forme-de-medicament-reconnait-jean-francois-delfraissy-president-du-conseil-scientifique-2208136.html

"Le vaccin est un peu un médicament" dit JF Delfraissy... Une première dans l'histoire médicale ! Nous vendre un vaccin come un traitement à prendre 3 ou 4 fois par an.... Inefficace de surcroît pour les moins de 65 ans... Et pour vivre normalement !" (Véronique Jacquier Twitter)

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2022 3 26 /01 /janvier /2022 08:04
Source : https://twitter.com/felicittina/status/1486012041274007553/photo/1

Source : https://twitter.com/felicittina/status/1486012041274007553/photo/1

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 13:00

En France, malgré les données de le DREES, certains propagandistes platistes continuent de le nier.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 22:37

Israël, pionnier de la 4ème dose et du médicament miracle Pfizer, va bientôt battre son record d'admission en soins critiques depuis le début de la pandémie. 

Dose après dose, les infections augmentent, et aussi les cas graves. Mais pourquoi s’arrêter en aussi bon chemin?

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 13:03

Il existe maintenant un site Web intéressant où vous pouvez rechercher les données du système américain de notification des événements indésirables des vaccins (VAERS) par votre numéro de lot pour voir si vous avez reçu l'un des lots les plus dangereux. Le tableau de bord est disponible ici

 

Une vidéo explique comment utiliser le tableau de bord.

 

Source

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 18:51

Dr. Peter McCullough: Offizielles COVID-Narrativ bröckelt

Docteur Peter McCullough – un cardiologue renommé et scientifique médical très médiatisé dont la vision de la politique gouvernementale COVID-19 a recueilli plus de 40 millions de vues sur le podcast de Joe Rogan – a déclaré à WND dans une interview vidéo jeudi soir (13-01-2022 Ndlr.) que le récit officiel de la pandémie, qui a été tenu avec ténacité par les médias de l'establishment et les censeurs des médias sociaux est "complètement en ruine".

 

Ce récit, a-t-il dit, comprend "des déclarations erronées sur la propagation asymptomatique, le recours aux verrouillages et aux masques - qui n'ont évidemment pas fonctionné - la suppression des traitements précoces, la promotion de masse des vaccins qui ont échoué".

 

"Et maintenant, nous sommes presque à la chute libre", a déclaré McCullough, citant le nombre record de cas de COVID-19 alors que les autorités admettent que les vaccins n'empêchent pas l'infection ou la transmission. McCullough a souligné qu'en Californie, où prédomine désormais la variante omicron plus contagieuse mais beaucoup plus douce, les travailleurs de la santé qui ont été testés positifs pour COVID-19 et qui présentaient des symptômes ont reçu l'ordre de retourner au travail.

 

Je pense que c'est tout. Je pense que c'est la fin. Le récit s'est effondré. Les gens ne veulent pas de ces vaccins, a déclaré McCullough. "Les vaccins doivent être retirés du marché. Ils ne sont clairement pas une solution au problème. L'accent devrait être mis sur le traitement des patients à haut risque qui développent des symptômes", avec certains des premiers traitements que lui et d'autres médecins du monde entier ont trouvés efficaces, notamment l'ivermectine et le nouveau médicament Paxlovid, approuvé par la FDA pour l'urgence. McCullough a cité une étude du Danemark et des données de la UK Health Authority montrant que les vaccins n'avaient aucun effet contre l'omicron.

 

"Ce n'est pas de la désinformation", a-t-il dit. "Je ne fais que citer les données. Tout cela peut être consulté. Les vérificateurs de faits peuvent le vérifier. Je sais que je n'aurai jamais de problèmes avec les accusations de désinformation parce que je ne fais que citer les données.

 

Le président Biden avait clairement à l'esprit McCullough lorsqu'il a exhorté jeudi les sociétés de médias sociaux et les médias à "traiter la désinformation et la désinformation dans vos émissions. Cela doit cesser."

 

McCullough a noté que les tribunaux à travers le pays s'appuient sur son travail, y compris la Cour suprême des États-Unis, et qu'il a témoigné devant le Sénat américain et comparaîtra à nouveau plus tard ce mois-ci. "Je pense que l'Amérique sait qui leur dit la vérité.

 

Dans l' interview vidéo d'une demi-heure avec WND, McCullough a également parlé : de la punition des médecins qui contredisent le récit officiel de COVID et utilisent des médicaments cliniquement indiqués et approuvés par la FDA, tels que l'ivermectine, pour traiter les patients atteints de COVID-19, y compris une collègue du Maine qui a dû subir une évaluation psychologique après que sa licence ait été révoquée ; Sa participation à un rassemblement à Washington, D.C., le 23 janvier pour protester contre les réglementations en matière de vaccination ; Les décisions de la Cour suprême de jeudi sur les exigences en matière de vaccination ; la possibilité qu'Omicron puisse sonner le glas de la pandémie car il sert de "booster universel" ; Les données montrant que la vaccination s'est retournée contre elle, en aggravant la pandémie dans les pays fortement vaccinés ; la létalité des vaccins à ARNm ; son opinion sur le programme de tests de masse de Biden ; Son point de vue sur les nouveaux traitements approuvés par la FDA et son protocole simple, peu coûteux et en vente libre pour traiter l'omicron

https://rumble.com/vsktru-dr.-peter-mccullough-official-covid-narrative-has-crumbled.html ; la réticence de tant de médecins à "franchir la ligne" et à traiter les patients atteints de COVID-19 ; la "crise des compétences" parmi les hauts responsables de la santé ; où trouver des ressources et du soutien pour les médecins et les patients, ainsi que pour les employés qui doivent faire face à la réglementation. 

 

"Je pense que les Américains comprendront qu'en fin de compte, c'est leur choix individuel qui compte", a déclaré McCullough à WND en conclusion. "Si les Américains décident qu'ils ne veulent pas prendre de rappels ou plus de vaccins, peu importe le nombre de mandats ou de décisions de justice. Le programme de vaccination va s'effondrer. Je pense qu'il suffit de dire non."

 

Il a souligné que les vaccins sont encore de la "recherche". "Personne ne peut y être contraint", a-t-il déclaré à propos de la vaccination. "Et il n'a pas été démontré qu'ils sont sûrs ou efficaces. Donc, si tout le monde tient bon et rejette les vaccins, je pense que c'est le moyen le plus rapide de s'en sortir."

 

SOURCE : DR PETER MCCULLOUGH: "LE RÉCIT OFFICIEL DE COVID S'EST EFFONDRÉ"

UncutNews

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 18:27

falling apart (quietly) | Enlightened Conflict

J'ai l'impression que le mouvement s'accélère… Voici quatre nouveaux développements importants dont il faut être conscient.

 

Les régulateurs de l'UEE et l'OMS appellent à la fin des rappels COVID, citant des preuves de l'échec de la stratégie : Les experts admettent que les rappels fréquents ne sont pas durables.

Les vaccins augmentent le risque de contracter le COVID : cela devrait en fait améliorer la situation, mais nous avons besoin d'un vaccin qui augmente le risque d'infection. C'est complètement fou, mais c'est exactement ce que nous faisons. Consultez les graphiques ici. Pas de biais d'âge cette fois : les données du gouvernement britannique montrent que les vaccins Covid-19 doublent les chances de contracter Covid-19.

Les vaccins ne sont pas sûrs : j'entends beaucoup maintenant d'anciens médecins éminents pro-vaccins qu'ils sont opposés au vaccin. Ce sont de bonnes nouvelles. Personne n'est encore rendu public, mais ils sont tous énervés et savent qu'ils ont été trompés. Ça ne va pas être sympa. C'est bien sûr une bonne nouvelle.

Les masques en tissu ne fonctionnent pas : Le CDC admet enfin que les masques en tissu qu'ils prétendent fonctionner et que tout le monde porte (y compris Rochelle Walensky) ne fonctionnent pas réellement. Les autres types de masques ne fonctionneront pas non plus, mais il leur faudra plus de temps pour voir l'évidence. Les respirateurs P100 fonctionnent, mais seul un petit pourcentage de personnes le savent.J'ai hâte de voir Rochelle Walensky porter un respirateur P100 ; après tout, il devrait illustrer les meilleures pratiques.

Les enfants ne devraient pas recevoir de rappels : Un scientifique de premier plan de l'OMS admet enfin que les enfants ne devraient pas recevoir de rappels !!!! Mais les collèges et universités américains ne reculeront pas. Quelqu'un a fait une grosse erreur ici, et pour une fois ce n'est pas l'OMS.

Le principal scientifique de l'OMS, le Dr. Le docteur soumya

dit qu'il n'y a aucune preuve que des enfants et des jeunes en bonne santé aient besoin de rappels COVID19.

Voici quelques vérités plus anciennes qui auraient dû être reconnues il y a longtemps, mais qui sont toujours d'actualité :

 

Le remdesivir tue les patients au lieu de les sauver : le RDV est une procédure standard aux États-Unis, mais tous ceux à qui je parle disent que cela ne fonctionne pas et tue les patients plutôt que de les sauver. Les médecins sont obligés par la politique de l'hôpital de l'administrer.

La distanciation sociale ne fonctionne pas : L'étude du MIT a été publiée en avril 2021 et a montré que la distanciation sociale ne fait aucune différence. 2 mètres ou 20 mètres ne faisaient aucune différence. Les gens ne comprennent toujours pas cela.

Source: https://stevekirsch.substack.com/p/the-narrative-is-falling-apart-piece | UncutNews

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 22:50

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 22:29
Source : https://twitter.com/GuillaumeRozier/status/1482633113494859777/photo/1

Source : https://twitter.com/GuillaumeRozier/status/1482633113494859777/photo/1

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 14:09
https://uncutnews.ch/hulk-hogan-schlaegt-das-covid-narrativ-nieder-und-behauptet-die-geimpften-wuerden-wie-die-fliegen-umfallen/

https://uncutnews.ch/hulk-hogan-schlaegt-das-covid-narrativ-nieder-und-behauptet-die-geimpften-wuerden-wie-die-fliegen-umfallen/

Le Hulkimaniac s'est prononcé contre l'injection expérimentale de COVID, affirmant que ceux qui ont été vaccinés "tombent comme des mouches", faisant référence à des célébrités récemment décédées.

 

Ce n'est pas la première fois que Hulkimania pousse l'engouement pour le COVID à l'extrême. En 2020, Hogan a publié une longue réponse aux verrouillages gouvernementaux inspirés par COVID en invoquant le nom de Jésus-Christ.

 

"Peut-être que nous n'avons pas besoin d'un vaccin", écrit Hogan. "Peut-être devons-nous profiter de cette période d'isolement des distractions du monde et vivre un éveil personnel où nous nous concentrons sur la SEULE chose au monde qui compte vraiment. Jésus."

 

Il écrit sur Instagram :

 

"En trois petits mois, tout comme les plaies d'Égypte, Dieu a emporté tout ce que nous adorons. Dieu a dit : Vous voulez vénérer les athlètes, je fermerai les stades. Vous voulez vénérer les musiciens, je fermerai les centres-villes. Vous voulez vénérer des acteurs, je fermerai les théâtres. Vous voulez tous vénérer l'argent, je vais fermer l'économie et faire s'effondrer la bourse. Tu ne veux pas aller à l'église et m'adorer, alors je m'assurerai que tu ne puisses pas aller à l'église.

"Quand mon peuple, qui est appelé par mon nom, s'humiliera et priera et cherchera ma face et se détournera de ses mauvaises voies, alors j'exaucerai du ciel et pardonnerai son péché et guérirai sa terre."

 

Hulk Hogan est depuis devenu la cible des médias libéraux et des animateurs de talk-shows, qui se sont tous prononcés contre ses opinions sur le vaccin. Bien sûr, cela n'a pas impressionné le quintuple champion du monde de lutte, car son amour inébranlable pour Dieu maintient le Hulkamaniac de bonne humeur.

 

Hulk Hogan est une source d'inspiration et un modèle pour tout le monde, et un modèle américain. Le géant brutal a un cœur plus gros que n'importe quel politicien de la Maison Blanche, et il ne laissera pas un vaccin l'arrêter.

 

À tous mes Hulkamaniacs, dites vos prières, prenez vos vitamines, vous ne pouvez jamais vous tromper avec ça.

Hulk Hogan dénonce le récit de COVID, affirme que les vaccinés "tombent comme des mouches"

Source: UncutNews

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 13:49

Alors que nous apprenons que le n°1 mondial de tennis Novak Djokovic, qui a refusé de prendre la potion magique pour pouvoir participer à l'Open d'Australie dont il est le tenant du titre, est expulsé d'Australie aujourd'hui, trois joueurs quittent l'Open d'Australie pour des problèmes de poitrine...  Et plusieurs joueurs de tennis entièrement vaccinés et participant aux rondes de qualification de l'Open d'Australie se sont plaints de fatigue et de problèmes respiratoires...

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 13:43
https://dailyexpose.uk/2022/01/15/new-study-shows-an-increase-in-deaths-in-145-countries-after-covid-vaccines-were-introduced%E2%80%8B/comment-page-1/

https://dailyexpose.uk/2022/01/15/new-study-shows-an-increase-in-deaths-in-145-countries-after-covid-vaccines-were-introduced%E2%80%8B/comment-page-1/

Partager cet article
Repost0