Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2022 5 30 /09 /septembre /2022 16:24
Histoire du Covid. La vérité sur la pandémie la plus manipulée de l'histoire de l'humanité

Source: Marco Tosatti 

 

https://www.marcotosatti.com/2022/09/29/covid-story-la-verita-sulla-pandemia-piu-manipolata-della-storia-umana/

 

29 septembre 2022

 

(Traduction)

 

Marco Tosatti

Chers amis et ennemis de Stilum Curiae, je pense qu'il est intéressant d'offrir à votre attention cet article écrit par Russel L. Blaylock, neurochirurgien américain, spécialisé dans la recherche en neurochirurgie, car il représente, à ma connaissance, le panorama le plus exhaustif des mécanismes qui ont été mis en place ces deux dernières années, et notamment des mensonges propagés diffusés violemment. Notez l'argumentation très riche de notes. Et pour passer des faits globaux aux exemples minimes, hier un ami de l'inspecteur PS, tridosato, m'a téléphoné en me disant qu'il avait pris l'injection Covid pour la deuxième fois cette année... Et le cirque continue parlant de quatrième et de cinquième dose ! Bonne lecture et diffusion.

 

§§§

 

La pandémie de COVID-19 est l'un des événements liés aux maladies infectieuses les plus manipulés de l'histoire, caractérisé par des mensonges officiels dans un flot incessant conduit par les bureaucraties gouvernementales, les associations médicales, les commissions médicales, les médias et les agences internationales [3,6,57]. [Nous avons été témoins d'une longue série d'intrusions sans précédent dans la pratique médicale, y compris d'attaques contre des experts médicaux, la destruction de carrières médicales parmi les médecins qui refusent de participer au meurtre de leurs patients, et une réglementation massive des soins de santé, dirigée par des individus non qualifiés disposant d'une richesse et une influence énormes.

 

Pour la première fois dans l'histoire américaine, un président, des gouverneurs, des maires, des administrateurs d'hôpitaux et des bureaucrates fédéraux déterminent les soins médicaux non pas sur la base d'informations précises, scientifiquement fondées ou même basées sur l'expérience, mais plutôt pour forcer l'acceptation de conditions spéciales de soin et de "prévention" - y compris le remdesivir, l'utilisation de respirateurs et, enfin, une série de vaccins à ARN messager essentiellement non testés. Pour la première fois dans l'histoire des soins médicaux, les protocoles ne sont pas formulés sur la base de l'expérience des médecins qui traitent avec succès le plus grand nombre de patients, mais plutôt d'individus et de bureaucraties qui n'ont jamais traité un seul patient - dont Anthony Fauci, Bill Gates, EcoHealth Alliance, CDC, OMS, les responsables de la santé publique des États et les administrateurs d'hôpitaux [23,38].

 

Les médias (TV, journaux, magazines, etc.), les sociétés médicales, les commissions médicales d'État et les propriétaires de médias sociaux se sont identifiés comme la seule source d'information sur cette soi-disant "pandémie". Des sites Web ont été supprimés, des cliniciens et des experts scientifiques hautement accrédités dans le domaine des maladies infectieuses ont été diabolisés, des carrières ont été détruites et toutes les informations dissidentes ont été qualifiées de "désinformation" et de "mensonges dangereux", même lorsqu'elles proviennent d'éminents experts en les domaines de la virologie, des maladies infectieuses, des soins intensifs pulmonaires et de l'épidémiologie. Ces obscurcissements de la vérité se produisent également lorsque ces informations sont étayées par de nombreuses citations scientifiques de certains des spécialistes médicaux les plus qualifiés au monde.

 

Incroyablement, même des personnes comme le Dr Michael Yeadon, ancien scientifique en chef et vice-président de la division scientifique de Pfizer Pharmaceutical Company au Royaume-Uni, qui a accusé la société de produire un vaccin extrêmement dangereux, sont ignorées et diabolisées. De plus, avec d'autres scientifiques hautement qualifiés, il a déclaré que personne ne devrait prendre ce vaccin.

 

Le Dr Peter McCullough, l'un des experts les plus cités dans son domaine, qui a traité avec succès plus de 2 000 patients COVID en utilisant un protocole de traitement précoce (que les soi-disant experts ont complètement ignoré), a été victime d'une agression particulièrement féroce par ceux qui bénéficient financièrement des vaccins. Il a publié ses résultats dans des revues à comité de lecture, faisant état d'une réduction de 80 % des hospitalisations et de 75 % des décès grâce au recours à un traitement précoce.[44] Malgré cela, il fait l'objet d'une série d'attaques incessantes de la part de contrôleurs de l'information, dont aucun n'a traité un seul patient.

 

Ni Anthony Fauci, ni le CDC, ni l'OMS, ni aucune institution médicale gouvernementale n'ont jamais proposé de traitement précoce autre que le Tylenol, l'hydratation et l'appel d'une ambulance en cas de difficulté respiratoire. C'est sans précédent dans toute l'histoire des soins médicaux, car le traitement précoce des infections est essentiel pour sauver des vies et prévenir de graves complications. Non seulement ces organisations médicales et leurs serviteurs fédéraux n'ont même pas proposé un traitement précoce, mais ils ont attaqué quiconque tentait d'initier un tel traitement avec toutes les armes à leur disposition : perte de licence, retrait des privilèges hospitaliers, honte, destruction de la réputation et même arrestation [2]

 

Un bon exemple de cet outrage à la liberté d'expression et à la fourniture d'informations sur le consentement éclairé est la récente suspension de la licence médicale du Dr Meryl Nass par la Maine Medical Association et l'ordre de lui faire subir une évaluation psychiatrique pour avoir prescrit de l'ivermectine et partagé son expérience dans [9,65] Je connais personnellement le Dr Nass et je peux témoigner de son intégrité, de son intelligence et de son dévouement à la vérité. Ses références scientifiques sont sans faille. Ce comportement d'une commission médicale rappelle la méthodologie du KGB soviétique à l'époque où les dissidents étaient incarcérés dans des goulags psychiatriques pour faire taire leur dissidence.

 

Une autre tactique sans précédent consiste à retirer les médecins dissidents de leurs postes de rédacteurs et de réviseurs de revues et à retirer leurs articles scientifiques des revues, même après que ces articles ont été imprimés. Jusqu'à cet événement pandémique, je n'avais jamais vu autant d'articles de magazines se rétracter, dont la plupart faisaient la promotion d'alternatives au dogme officiel, surtout s'il s'agissait d'articles remettant en cause la sécurité des vaccins. Habituellement, une étude ou un article soumis est examiné par des experts dans le domaine, ce que l'on appelle l'examen par les pairs. Ces examens peuvent être assez intensifs et minutieux dans les détails, insistant pour que toutes les erreurs dans l'article soient corrigées avant la publication. Ainsi, à moins qu'une fraude ou d'autres problèmes graves cachés ne soient découverts après la publication, l'article reste dans la littérature scientifique.

 

Aujourd'hui, nous voyons un nombre croissant d'excellents articles scientifiques, rédigés par les meilleurs experts du domaine, qui sont retirés par les principales revues médicales et scientifiques des semaines, des mois, voire des années après leur publication. Un examen attentif indique que dans de trop nombreux cas, les auteurs ont osé remettre en cause les dogmes acceptés par les contrôleurs des publications scientifiques, notamment en ce qui concerne la sécurité, les traitements alternatifs ou l'efficacité des vaccins [12,63]. Ces revues dépendent de la publicité importante faite par les entreprises pharmaceutiques pour leurs revenus. Il y a eu plusieurs cas où de puissantes sociétés pharmaceutiques ont exercé leur influence sur les propriétaires de ces revues pour retirer des articles qui remettaient en question de quelque manière que ce soit les produits de ces sociétés.[13,34,35]

 

Pire encore est la conception réelle d’articles médicaux pour la promotion de médicaments et de produits pharmaceutiques impliquant de fausses études, les soi-disant articles fantômes. [49,64] Richard Horton est cité par le Guardian comme disant que "les magazines se sont transformés en opérations de blanchiment d’informations pour l’industrie pharmaceutique". [13:63] Des articles "fantômes" frauduleux avérés, parrainés par des géants pharmaceutiques, sont régulièrement parus dans des revues cliniques de haut niveau, telles que JAMA et le New England Journal of Medicine, pour ne jamais être supprimés malgré des abus scientifiques et des manipulations de données prouvés. [49,63]

 

Les articles écrits par des fantômes impliquent le recours à des cabinets de planification dont le travail consiste à concevoir des articles contenant des données manipulées à l'appui d'un produit pharmaceutique, puis à les faire accepter par des revues cliniques à fort impact - les revues les plus susceptibles d'influencer les décisions cliniques de médecins. De plus, ils fournissent aux médecins en pratique clinique des réimpressions gratuites de ces articles manipulés.

 

 

The Guardian a trouvé 250 entreprises engagées dans cette activité d'écriture fantôme. L'étape finale de la conception de ces articles pour publication dans les revues les plus prestigieuses consiste à recruter des experts médicaux reconnus issus d'institutions prestigieuses pour ajouter leur nom à ces articles. Ces auteurs médicaux recrutés sont rémunérés lorsqu'ils acceptent d'ajouter leur nom à ces articles pré-écrits ou le font pour le prestige d'avoir leur nom dans un article d'une revue médicale prestigieuse [11].

 

L'observation par des experts dans le domaine de l'édition médicale que rien n'a été fait pour mettre fin à cet abus est d'une importance capitale. Les experts en éthique médicale se sont plaints qu'en raison de cette pratique répandue, "on ne peut faire confiance à rien". Alors que certaines revues insistent sur la divulgation d'informations, la plupart des médecins qui lisent ces articles ignorent ces informations ou les ignorent, et de nombreuses revues rendent la divulgation plus difficile en exigeant que le lecteur trouve les déclarations de divulgation ailleurs. De nombreuses revues ne vérifient pas ces affirmations, et les omissions des auteurs sont courantes et ne sont pas punies.

 

Quant aux informations mises à la disposition du public, la quasi-totalité des médias sont sous le contrôle de ces géants pharmaceutiques ou autres qui profitent de cette "pandémie". Leurs histoires sont toutes les mêmes, tant dans le contenu que dans la formulation. Chaque jour, des dissimulations orchestrées se produisent et des données massives sont cachées au public, exposant les mensonges générés par ces contrôleurs de l'information. Toutes les données qui proviennent des médias nationaux (TV, journaux et magazines), ainsi que les informations locales que vous regardez tous les jours, ne proviennent que de sources "officielles", dont la plupart sont des mensonges, des distorsions ou sont complètement fabriquées de toutes pièces en visant à tromper le public.

 

Les médias télévisés reçoivent l'essentiel du budget publicitaire des sociétés pharmaceutiques internationales : cela crée une influence irrésistible en rapportant toutes les études inventées à l'appui de leurs vaccins et autres soi-disant traitements [14]. Les sociétés pharmaceutiques ont dépensé 6,56 milliards de dollars pour ce type de publicité rien qu'en 2020. [13,14] La publicité télévisée des sociétés pharmaceutiques s'élevait à 4,58 milliards de dollars, soit 75 % de leur budget. Cela signifie avoir beaucoup d'influence et de contrôle sur les médias. Les experts de renommée mondiale dans tous les domaines des maladies infectieuses sont interdits de l'exposition médiatique et des médias sociaux s'ils devaient s'écarter de quelque manière que ce soit des mensonges et des distorsions inventés par les fabricants de ces vaccins. En outre, ces sociétés pharmaceutiques dépensent des dizaines de millions de dollars en publicité sur les médias sociaux, Pfizer étant en tête avec 55 millions de dollars en 2020[14].

 

Si ces attaques contre la liberté d'expression sont suffisamment terrifiantes, pire encore est le contrôle pratiquement universel que les administrateurs d'hôpitaux ont exercé sur les détails des soins médicaux dans les hôpitaux. Ces employés indiquent maintenant aux médecins les protocoles de traitement qu'ils doivent suivre et les traitements qu'ils ne doivent pas utiliser, sans tenir compte de la nocivité des traitements "approuvés" et des avantages des traitements "non approuvés"[33,57].

 

Jamais dans l'histoire de la médecine américaine les administrateurs d'hôpitaux n'ont dicté à leurs médecins comment pratiquer la médecine et quels médicaments utiliser. Le CDC n'a pas le pouvoir d'imposer un traitement médical aux hôpitaux ou aux médecins. Pourtant, la plupart des médecins ont obéi sans opposer la moindre résistance.

 

La Federal Care Act a encouragé cette catastrophe humaine en offrant à tous les hôpitaux américains jusqu'à 39 000 $ pour chaque patient en soins intensifs qui avait appliqué des respirateurs, même s'il était évident dès le départ que les respirateurs étaient l'une des principales causes de décès de ces patients confiants et sans méfiance. De plus, les hôpitaux ont reçu 12 000 $ pour chaque patient admis en soins intensifs - ce qui explique, à mon avis et à d'autres, pourquoi toutes les bureaucraties médicales fédérales (CDC, FDA, NIAID, NIH, etc.) ont fait tout leur possible pour empêcher le traitement qui pourrait sauver des vies.[46] Laisser les patients se détériorer au point de devoir être hospitalisés signifiait beaucoup d'argent pour tous les hôpitaux. Un nombre croissant d'hôpitaux sont menacés de faillite et beaucoup ont fermé leurs portes, avant même cette "pandémie"[50]. La plupart de ces hôpitaux appartiennent désormais à des entreprises nationales ou internationales, y compris des hôpitaux universitaires.[10]

 

Il est également intéressant de noter qu'avec l'arrivée de cette "pandémie", nous avons assisté à une augmentation des chaînes d'hôpitaux qui ont acheté un certain nombre de ces hôpitaux financièrement à risque [1,54]. Des milliards d'aides fédérales ont été constatées. Le Covid est utilisé par ces géants hospitaliers pour acquérir ces hôpitaux financièrement à risque, augmentant encore le pouvoir de la médecine d'entreprise sur l'indépendance des médecins. Les médecins expulsés de leurs hôpitaux ont du mal à trouver d'autres membres du personnel hospitalier à rejoindre, car eux aussi peuvent appartenir au même géant. En conséquence, les politiques de mandat de vaccination impliquent un nombre beaucoup plus important d'employés hospitaliers. Par exemple, la Mayo Clinic a licencié 700 employés pour avoir exercé leur droit de rejeter un vaccin expérimental dangereux et essentiellement non testé [51,57]. La Mayo Clinic a agi de la sorte malgré le fait que beaucoup de ces employés travaillaient au pire de l'épidémie et ont été licenciés alors que la variante Omicron est la souche dominante du virus, qu'elle a le pouvoir pathogène d'un simple rhume pour la plupart des gens et que les vaccins sont inefficaces pour prévenir l'infection.

 

De plus, il a été démontré qu'une personne vaccinée asymptomatique avait un titre nasopharyngé du virus aussi élevé qu'une personne infectée non vaccinée. Si le but du mandat de vaccination est de prévenir la propagation du virus entre le personnel hospitalier et les patients, alors ce sont les vaccinés qui présentent le plus grand risque de transmission, et non les non vaccinés. La différence est qu'un malade non vacciné n'irait pas travailler, alors que le vacciné asymptomatique le ferait.

 

En outre, il a été démontré qu'une personne vaccinée asymptomatique présentait un titre nasopharyngé du virus tout aussi élevé qu'une personne infectée non vaccinée. Si l'objectif du mandat de vaccination est de prévenir la propagation du virus parmi le personnel hospitalier et les patients, ce sont les vaccinés qui présentent le plus grand risque de transmission, et non les non-vaccinés. La différence est qu'une personne malade non vaccinée n'irait pas au travail, tandis que les vaccinés asymptomatiques le feraient.

 

Ce que nous savons, c'est que les principaux centres médicaux, tels que la Mayo Clinic, reçoivent chaque année des dizaines de millions de dollars en subventions du NIH et en fonds des sociétés pharmaceutiques qui fabriquent ces "vaccins" expérimentaux. À mon avis, c'est la véritable considération qui motive ces politiques. Si cela pouvait être prouvé devant un tribunal, les administrateurs qui ont imposé ces mandats devraient être poursuivis dans toute la mesure de la loi et poursuivis par toutes les parties lésées.

 

Le problème de la faillite des hôpitaux est devenu de plus en plus grave en raison des mandats de vaccination des hôpitaux et du grand nombre de membres du personnel hospitalier, en particulier des infirmières, qui en résultent, qui refusent de se faire vacciner de force [17.51] C'est sans précédent dans l'histoire des soins médicaux. Les médecins des hôpitaux sont responsables du traitement de leurs patients individuels et travaillent directement avec eux et leurs familles pour initier ces traitements. Les organisations externes, telles que le CDC, n'ont pas le pouvoir d'intervenir dans ces traitements, ce qui expose les patients à de graves erreurs de la part d'une organisation qui n'a jamais traité un seul patient atteint de COVID-19.

 

Lorsque la pandémie a commencé, le CDC a ordonné aux hôpitaux de suivre un protocole de traitement qui a entraîné la mort de centaines de milliers de patients, dont la plupart se seraient rétablis si un traitement adéquat avait été autorisé [43,44]. La plupart de ces décès auraient pu être évités si les médecins avaient pu utiliser un traitement précoce avec des produits tels que l'ivermectine, l'hydroxychloroquine et un certain nombre d'autres médicaments et composés naturels sûrs. On a estimé, sur la base des résultats obtenus par les médecins qui ont traité avec succès le plus grand nombre de patients atteints du Covid, que sur les 800 000 personnes qui, selon les rapports, sont mortes du Covid, 640 000 auraient non seulement pu être sauvées, mais dans de nombreux cas, ils auraient pu retrouver leur état de santé antérieur à l'infection si un traitement précoce obligatoire avec ces méthodes éprouvées avait été utilisé. Ne pas traiter tôt constitue un meurtre de masse. Cela signifie que 160 000 personnes mourraient en fait, bien moins que celles qui sont mortes aux mains des bureaucraties, des associations médicales et des commissions médicales qui ont refusé de défendre leurs patients. Selon des études sur le traitement précoce de milliers de patients par des médecins courageux et attentionnés, soixante-quinze à quatre-vingts pour cent des décès auraient pu être évités.[43,44]

 

Incroyablement, ces médecins expérimentés ont été empêchés de sauver ces personnes infectées par le Covid-19. Ce devrait être un embarras pour la profession médicale que tant de médecins aient suivi sans réfléchir les protocoles mortels établis par les contrôleurs de la médecine.

 

Il faut aussi garder à l'esprit que cet événement n'a jamais rempli les critères d'une pandémie. L'Organisation mondiale de la santé a changé les critères pour en faire une pandémie. Pour être qualifié de pandémie, le virus doit avoir un taux de mortalité élevé pour la grande majorité des gens, ce qui ne s'est pas produit (avec un taux de survie de 99,98%), et il ne doit avoir aucun traitement connu - quelque chose que ce virus avait en effet avec un nombre croissant de traitements très réussis. 

 

Les mesures draconiennes mises en place pour contenir cette "pandémie" inventée n'ont jamais fait leurs preuves, comme le masquage public, les fermetures et la distanciation sociale. Une série d'études minutieuses menées au cours des saisons grippales précédentes a montré que les masques, quels qu'ils soient, n'ont jamais empêché la propagation du virus au sein de la population [60].

 

Au contraire, de très bonnes études ont suggéré que les masques propageaient en fait le virus en donnant aux gens un faux sentiment de sécurité et d'autres facteurs, comme l'observation que les gens enfreignaient constamment la technique stérile en touchant le masque, en le retirant de manière inappropriée et en laissant échapper des aérosols infectieux sur les bords du masque. En outre, des masques ont été jetés dans des parkings, sur des trottoirs, posés sur des tables dans des restaurants et mis dans des poches et des sacs.

 

Quelques minutes après l'utilisation du masque, un certain nombre de bactéries pathogènes peuvent être cultivées à partir des masques, exposant les personnes immunodéprimées à un risque élevé de pneumonie bactérienne et les enfants à un risque plus élevé de méningite.[16] Une étude menée par des chercheurs de l'Université de Floride a mis en culture plus de 11 bactéries pathogènes à l'intérieur du masque porté par les écoliers.[40]

 

On savait également que les enfants ne couraient pratiquement aucun risque de contracter le virus ou de le transmettre.

 

Par ailleurs, il était également connu que le port du masque pendant plus de 4 heures (comme dans toutes les écoles) provoque une hypoxie importante (faible taux d'oxygène dans le sang) et une hypercapnie (taux élevé de CO2), qui ont de nombreux effets délétères sur la santé, y compris le développement altéré du cerveau de l'enfant.[4,72,52]

 

LireMasques : les effets toxiques sur la santé d'un excès de dioxyde de carbone

Masques : Hypoxie, anoxie et hypercapnie. Les effets néfastes pour la santé

Les masques causent des dommages au cerveau, dit une neurologue

 

Le développement du cerveau est connu pour continuer même après l'école primaire. Une étude récente a révélé que les enfants nés pendant la "pandémie" ont un QI nettement inférieur - pourtant, les conseils scolaires, les directeurs et les autres bureaucrates de l'éducation sont évidemment indifférents. [18]

 

Aller à:

 

INSTRUMENTS DU COMMERCE D'ENDOCTRINATION

 

Les planificateurs de cette pandémie ont anticipé une réaction de l'opinion publique et que des questions très embarrassantes seraient posées. Pour éviter que cela ne se produise, les contrôleurs ont fourni une série de tactiques aux médias, l'une des plus utilisées était et est toujours l'arnaque du "fact check". A chaque confrontation avec des preuves soigneusement documentées, les "vérificateurs des faits" des médias ont répondu par l'accusation de "désinformation" et par une accusation infondée de "théorie du complot" qui a été, dans leur lexique, "démystifiée". On ne nous a jamais dit qui étaient les vérificateurs ou la source de leurs informations "démystifiées" : nous n'avions qu'à croire les "vérificateurs". Une récente affaire judiciaire a établi sous serment que les vérificateurs de faits de Facebook utilisaient les opinions de leur personnel et non de vrais experts pour vérifier les "faits".[59] Lorsque les sources ont été révélées, il s'agissait invariablement du CDC corrompu, de l'OMS ou d'Anthony Fauci ou simplement de leur opinion. Voici une liste de choses qui ont été qualifiées de "mythes" et de "désinformation" et qui se sont avérées plus tard vraies :

 

- Les personnes vaccinées asymptomatiques propagent le virus de la même manière que les personnes infectées symptomatiques non vaccinées.

 

- Les vaccins ne peuvent pas protéger adéquatement contre les nouvelles variantes, telles que Delta et Omicron.

 

- L'immunité naturelle est de loin supérieure à l'immunité vaccinale et très probablement à vie.

 

- Non seulement l'immunité vaccinale s'estompe après quelques mois, mais toutes les cellules immunitaires sont compromises pendant de longues périodes, exposant les vaccinés à un risque élevé d'infections et de cancer.

 

- Les vaccins COVID peuvent provoquer une incidence significative de caillots sanguins et d'autres effets secondaires graves.

 

- Les défenseurs des vaccins appelleront à de nombreux rappels à mesure que chaque variant apparaîtra sur la scène.

 

- Fauci insistera sur le vaccin covid pour les jeunes enfants et même les nourrissons.

 

- Un passeport de vaccination sera exigé pour entrer dans une entreprise, prendre l'avion et utiliser les transports en commun.

 

- Il y aura des camps d'internement pour les non vaccinés (comme en Australie, en Autriche et au Canada).

 

- Les personnes non vaccinées se verront refuser du travail.

 

- Il existe des accords secrets entre le gouvernement, les institutions d'élite et les fabricants de vaccins.

 

- Pendant la pandémie, de nombreux hôpitaux étaient vides ou peu occupés.

 

Lire : "En 2020 seulement 2% des hospitalisations étaient liées au Covid, 5% en Réa" (ATIH - C-News - LCP) - "La peur a été instrumentalisée"

 

- La protéine de pointe du vaccin pénètre dans le noyau cellulaire, altérant la fonction de réparation de l'ADN cellulaire.

 

- Des centaines de milliers de personnes ont été tuées par les vaccins et beaucoup d'autres ont subi des dommages permanents.

 

- Un traitement rapide aurait pu sauver la vie de la plupart des 700 000 personnes décédées.

 

- La myocardite induite par le vaccin (initialement refusée) est un problème important et se résout en peu de temps.

 

- Des lots spéciaux mortels (lots) de ces vaccins sont mélangés à l'essentiel des autres vaccins Covid-19.

 

 

 

Beaucoup de ces affirmations de ceux qui s'opposent à ces vaccins apparaissent maintenant sur le site Web du CDC, la plupart d'entre elles étant encore identifiées comme des "mythes". Aujourd'hui, de nombreuses preuves ont confirmé que chacun de ces soi-disant "mythes" était en réalité vrai. Beaucoup ont également été admis par le "saint des vaccins", Anthony Fauci. Par exemple, on nous a dit, même par notre président qui avait des problèmes cognitifs, qu'une fois le vaccin sorti, toutes les personnes vaccinées pouvaient enlever leur masque. Oops! Peu de temps après, on nous a dit que les personnes vaccinées avaient des concentrations élevées (titres) du virus dans le nez et la bouche (nasopharynx) et pouvaient transmettre le virus à d'autres personnes avec lesquelles elles entrent en contact, en particulier les membres de leur famille. Il est bon de remettre les masques, en effet, il est recommandé d'utiliser un double masque.

 

Une autre tactique des défenseurs des vaccins consiste à diaboliser ceux qui refusent de se faire vacciner pour diverses raisons. Les médias qualifient ces personnes à l'esprit critique d'"anti-vaccins", de "négationnistes des vaccins", de "résistants aux vaccins", de "tueurs", d'"ennemis du bien commun" et de ceux qui prolongent la pandémie. J'ai été horrifié par les attaques féroces, souvent sans cœur, de certaines personnes sur les réseaux sociaux lorsqu'un parent ou un proche raconte l'histoire de la terrible souffrance et de la mort subies par eux ou leurs proches à cause des vaccins. Certains psychopathes tweetent qu'ils sont heureux que leur proche soit mort ou que la personne vaccinée décédée soit un ennemi du bien pour avoir raconter l'événement et qu'ils devraient être bannis. C'est difficile à conceptualiser. Ce niveau de cruauté est terrifiant et indique l'effondrement d'une société morale, décente et compatissante.

 

C'est déjà assez grave que le public soit si bas, mais les médias, les dirigeants politiques, les administrateurs d'hôpitaux, les associations médicales et les conseils médicaux se comportent d'une manière toute aussi dysfonctionnelle et cruelle.

 

LA LOGIQUE, LE RAISONNEMENT ET LES PREUVES SCIENTIFIQUES SE SONT PRODUITS DANS CET ÉVÉNEMENT

 

Les preuves scientifiques, les études minutieuses, l'expérience clinique et la logique médicale ont-elles eu un effet sur l'arrêt de ces vaccins inefficaces et dangereux ? Absolument pas! Les efforts draconiens pour vacciner tous les habitants de la planète se poursuivent (sauf l'élite, les postiers, les membres du Congrès et autres initiés).[31,62]

 

Dans le cas de tous les autres médicaments et vaccins conventionnels antérieurs en cours d'examen par la FDA, les décès autrement inexpliqués de 50 personnes ou moins entraînaient l'arrêt de la distribution du produit, comme cela s'est produit en 1976 avec le vaccin contre la grippe porcine. Avec plus de 18 000 décès signalés par le système VAERS pour la période du 14 décembre 2020 au 31 décembre 2021 et 139 126 blessés graves (y compris les décès) pour la même période, il n'y a toujours aucun intérêt à arrêter ce programme de vaccination mortelle. [61] Pire encore, il n'y a pas d'enquête sérieuse menée par une agence gouvernementale pour déterminer pourquoi ces personnes meurent et souffrent de blessures graves et permanentes à cause de ces vaccins [15, 67]. Ce que nous voyons, c'est une série continue de dissimulations et d'évasions de la part des fabricants de vaccins et de leurs promoteurs.

 

La guerre contre les médicaments et composés naturels efficaces, peu coûteux et très sûrs, qui se sont avérés sans aucun doute avoir sauvé des millions de vies dans le monde, s'est non seulement poursuivie, mais s'est intensifiée [32,34,43].

 

Les médecins sont informés qu'ils ne peuvent pas fournir ces composés vitaux à leurs patients et que, s'ils le font, ils se verront retirés de l'hôpital, leur licence médicale sera retirée ou ils seront punis de nombreuses autres manières. De nombreuses pharmacies ont refusé de remplir des ordonnances d'lvermectine ou d'hydroxychloroquine, alors même que des millions de personnes ont pris ces médicaments en toute sécurité pendant plus de 60 ans pour l'hydroxychloroquine et pendant des décennies pour l'ivermectine [33,36]. Ce sans précédent a été conçu par ceux qui veulent empêcher les méthodes alternatives de traitement, toutes basées sur la protection de l'expansion des vaccins. Plusieurs sociétés d'hydroxy-chloroquine ont accepté de vider leurs stocks de médicaments en les faisant don au Stock National Stratégique, rendant ce médicament beaucoup plus difficile à trouver.[33] Pourquoi le gouvernement aurait dû le faire alors que plus de 30 études bien menées ont montré que ce médicament a réduit les décès de 66% à 92% dans d'autres pays, comme l'Inde, l'Égypte, l'Argentine, la France, le Nigéria, l'Espagne, le Pérou, le Mexique et plus ?[23]

 

Les détracteurs de ces deux médicaments qui sauvent des vies sont souvent financés par Bill Gates et Anthony Fauci, qui gagnent des millions sur ces vaccins.[48.15]

 

 

 

Pour bloquer davantage l'utilisation de ces médicaments, l'industrie pharmaceutique et Bill Gates / Anthony Fauci ont financé de fausses recherches pour prouver que l'hydroxychloroquine était un médicament dangereux et pouvait endommager le cœur [34]. Pour prouver cette thèse frauduleuse, les chercheurs ont administré aux patients covid les plus malades une dose quasi mortelle du médicament, à une dose bien supérieure à celle utilisée sur n'importe quel patient covid par les Drs Kory, McCullough et d'autres médecins "vrais" et compatissants qui étaient traitant réellement des patients covidiens.[23]

 


Pour bloquer davantage l'utilisation de ces médicaments, l'industrie pharmaceutique et Bill Gates/Anthony Fauci ont financé de fausses recherches pour prouver que l'hydroxychloroquine était un médicament dangereux et pouvait endommager le cœur. [34] Pour prouver cette affirmation frauduleuse, les chercheurs ont administré aux patients covidiens les plus malades une dose quasi mortelle du médicament, une dose beaucoup plus élevée que celle utilisée sur n'importe quel patient covidien par les docteurs Kory, McCullough et d'autres médecins "réels" et compatissants, des médecins qui traitaient réellement les patients covidiens.[23]

 

Les médias contrôlés et les cabots, bien sûr, ont martelé le public avec des histoires sur les effets mortels de l'hydroxy-chloroquine, le tout avec un air terrifié de fausse panique. Toutes ces histoires sur les dangers de l'ivermectine se sont avérées fausses et certaines étaient incroyablement absurdes.[37,43]

 

L'attaque contre l'ivermectine a été encore plus féroce que celle contre l'hydroxychloroquine. Tout cela, et plus encore, est méticuleusement décrit dans l'excellent nouveau livre de Robert Kennedy Jr, The Real Anthony Fauci. Bill Gates, Big Pharma et la guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique.[32] Si vous êtes vraiment intéressé par la vérité et tout ce qui s'est passé depuis le début de cette atrocité, vous devez non seulement lire, mais aussi étudier attentivement ce livre. Il est entièrement référencé et couvre tous les sujets de manière très détaillée. C'est une tragédie humaine aux proportions bibliques, conçue par certains des psychopathes les plus vils et sans cœur de l'histoire.

 

Des millions de personnes ont été délibérément tuées et paralysées, non seulement par ce virus artificiel, mais aussi par le vaccin lui-même et les mesures draconiennes utilisées par ces gouvernements pour "contrôler la propagation de la pandémie". Il ne faut pas ignorer les "morts du désespoir" causées par ces mesures draconiennes, qui peuvent dépasser des centaines de milliers. Des millions de personnes sont mortes de faim dans les pays du tiers monde. Aux États-Unis seulement, sur les 800 000 décès signalés par les bureaucraties médicales, bien plus de 600 000 étaient le résultat de l'abandon intentionnel des soins précoces, du blocage de l'utilisation de médicaments hautement efficaces et sûrs, tels que l'hydroxychloroquine et l'ivermectine, et de l'utilisation forcée de traitements létaux, comme le remdesivir et l'utilisation de ventilateurs.

 

Lire : L'OMS déconseille le remdesivir dans le traitement des malades du Covid-19 hospitalisés, la commission europeenne ne veut pas faire annuler sa commande de remdesivir de 1 milliard auprès de Gilead

Remdesivir, Bamlanivilmab, Mulnipiravir, Discovery : Macron et Véran ont détourné des milliards d'euros d'argent public vers des intérêts privés

 

Comme si cela ne suffisait pas, en raison de l'obligation de vacciner tout le personnel hospitalier, des milliers d'infirmières et d'autres travailleurs hospitaliers ont démissionné ou ont été licenciés [17,30,51], ce qui a entraîné une grave pénurie de ces agents de santé essentiels et une dangereuse réduction du nombre de lits de soins intensifs dans de nombreux hôpitaux. Aussi, comme le Lewis County Healthcare System, un système hospitalier spécialisé à Lowville, New York, a fermé sa maternité suite à la démission de 30 employés hospitaliers en raison de réglementations étatiques désastreuses sur les vaccins. L'ironie de toutes ces démissions est que les dirigeants ont accepté sans hésitation ces pertes massives de personnel, malgré les délires de souffrir d'un manque de personnel pendant une "crise". C'est particulièrement déconcertant quand on apprend que les vaccins n'ont pas empêché la transmission virale et que la variante prédominante actuelle est extrêmement peu pathogène.

 

LES DANGERS DES VACCINS SONT DE PLUS EN PLUS RÉVÉLÉS PAR LA SCIENCE

 

Alors que la plupart des chercheurs, virologues, chercheurs en maladies infectieuses et épidémiologistes ont été intimidés et contraints au silence, un nombre croissant de personnes d'une grande intégrité et compétence se sont manifestées pour dire la vérité, que leurs vaccins sont mortels.

 

La plupart des nouveaux vaccins doivent subir des tests de sécurité approfondis pendant des années avant d'être approuvés. Les nouvelles technologies, telles que les vaccins à ARNm et à ADN, nécessitent un minimum de 10 ans de tests approfondis et un suivi approfondi. Ces nouveaux soi-disant vaccins ont été "testés" pendant seulement 2 mois et les résultats de ces tests de sécurité ont été et continuent d'être tenus secrets. Le témoignage de certains participants à l'étude de 2 mois devant le sénateur Ron Johnson indique que pratiquement aucun suivi des participants à l'étude préalable à la libération n'a jamais été effectué[67]. Les complications des complications ont été ignorées, et malgré les promesses de Pfizer que toutes les factures médicales causées par les "vaccins" seraient payées par Pfizer, ces personnes ont déclaré qu'elles n'étaient pas payées.

 

Comme exemple de la tromperie de Pfizer et d'autres fabricants de vaccins à base d'ARNm, on peut citer le cas de Maddie de Garay, 12 ans, qui a participé à l'étude de sécurité du vaccin Pfizer avant sa sortie. Lors de la présentation du sénateur Johnson aux familles des victimes du vaccin, la mère a raconté les crises récurrentes de l'enfant, qui est désormais confiné dans un fauteuil roulant, doit être alimenté par sonde et souffre de lésions cérébrales permanentes. Dans l'évaluation de l'innocuité de Pfizer soumise à la FDA, son seul effet secondaire est appelé "douleur à l'estomac". Chaque personne a présenté des histoires similaires et terrifiantes.

 

Les Japonais ont eu recours à un procès en vertu de la loi sur la liberté d'information (FOIA) pour forcer Pfizer à publier l'étude secrète sur la biodistribution. La raison pour laquelle Pfizer voulait que cela reste secret est qu'il a prouvé que Pfizer avait menti au public et aux agences de réglementation sur le sort du contenu du vaccin injecté (le vecteur nano-lipidique enfermé dans l'ARNm). Pfizer a déclaré que le contenu du vaccin restait au site d'injection (l'épaule), alors qu'en fait sa propre étude a révélé qu'il se propageait rapidement dans tout le corps via la circulation sanguine dans les 48 heures.

 

L'étude a également révélé que ces nano-lipides mortels s'accumulaient à des concentrations très élevées dans plusieurs organes, notamment les organes reproducteurs des mâles et des femelles, le cœur, le foie, la moelle osseuse et la rate (un organe immunitaire important). La concentration la plus élevée se trouvait dans les ovaires et la moelle osseuse. Ces nano-porteurs lipidiques se déposent également dans le cerveau.

 

Le pathologiste de l'Idaho, le Dr Ryan Cole, a signalé un pic spectaculaire de cancers très agressifs chez les personnes vaccinées (non rapporté dans les médias). Elle a trouvé une incidence effroyablement élevée de cancers très agressifs chez les personnes vaccinées, en particulier de mélanomes hautement invasifs chez les jeunes et de cancers de l'utérus chez les femmes.[26] D'autres rapports d'activation tumorale précédemment contrôlée apparaissent chez des patients cancéreux vaccinés [47]. Aucune étude n'a été menée jusqu'à présent pour confirmer ces rapports, mais il est peu probable que de telles études soient réalisées, du moins celles financées par des subventions des NIH.

 

La forte concentration de protéines de pointe trouvée dans les ovaires dans l'étude de biodistribution pourrait compromettre la fertilité des jeunes femmes, modifier le cycle menstruel et augmenter le risque de cancer de l'ovaire. La forte concentration dans la moelle osseuse pourrait également exposer les vaccinés à un risque élevé de leucémie et de lymphome. Le risque de leucémie est très préoccupant maintenant que les enfants à partir de 5 ans ont commencé à se faire vacciner. Aucun de ces fabricants de vaccins Covid-19 n'a mené d'études à long terme, notamment concernant le risque d'induction de cancers. L'inflammation chronique est intimement liée à l'induction, à la croissance et à l'invasion du cancer, et les vaccins stimulent l'inflammation.

 

On dit aux patients cancéreux qu'ils doivent se faire vacciner avec ces vaccins mortels. Ceci, à mon avis, est fou. Des études plus récentes ont montré que ce type de vaccin insère la protéine de pointe dans le noyau des cellules immunitaires (et éventuellement de nombreux types de cellules) et, une fois là-bas, inhibe deux enzymes de réparation de l'ADN très importantes, BRCA1 et 53BP1, dont la tâche est de réparer les dommages à l'ADN de la cellule [29] Les dommages à l'ADN non réparés jouent un rôle vital dans le cancer.

 

Il existe une maladie héréditaire appelée xeroderma pigmentosum dans laquelle les enzymes de réparation de l'ADN sont défectueuses. Ces malheureux développent de multiples cancers de la peau et une incidence très élevée de cancers d'organes. Ici, nous avons un vaccin qui fait la même chose, mais dans une moindre mesure.

 

L'une des enzymes de réparation défectueuses causées par ces vaccins est appelée BRCA1, qui est associée à une incidence significativement plus élevée de cancer du sein chez les femmes et de cancer de la prostate chez les hommes.

 

Il est à noter qu'aucune étude n'a jamais été menée sur plusieurs aspects critiques de ce type de vaccin.

 

- Les effets à long terme n'ont jamais été testés

 

- n'ont jamais été testés pour l'induction de l'auto-immunité

 

- Ils n'ont jamais été correctement testés pour leur sécurité à n'importe quel stade de la grossesse.

 

- Aucune étude de suivi n'a été menée chez les enfants de femmes vaccinées.

 

- Il n'existe pas d'études à long terme sur les enfants de femmes vaccinées pendant la grossesse après leur accouchement (notamment concernant les stades de développement neurologique).

 

Les effets sur une longue liste de conditions médicales n'ont jamais été testés :

 

- Diabète

 

- cardiopathie

 

- Athérosclérose

 

- Maladies neurodégénératives

 

- Effets neuropsychiatriques

 

- Induction des troubles du spectre autistique et de la schizophrénie

 

- Fonction immunitaire à long terme

 

- Transmission verticale des défauts et perturbations

 

- Cancer

 

- Troubles auto-immuns

 

 

 

 

L'expérience passée avec les vaccins contre la grippe montre clairement que les études de sécurité menées par les chercheurs et les médecins cliniciens liés aux entreprises pharmaceutiques étaient essentiellement toutes mal faites ou délibérément conçues pour démontrer faussement la sécurité et dissimuler les effets secondaires et les complications. Cela a été démontré de manière spectaculaire avec les fausses études susmentionnées conçues pour indiquer que l'hydroxychloroquine et l'ivermectine étaient inefficaces et trop dangereuses à utiliser [34,36,37]. Ces fausses études ont causé des millions de décès et des désastres sanitaires majeurs dans le monde entier. Comme nous l'avons mentionné plus haut, 80 % des décès étaient inutiles et auraient pu être évités grâce à des médicaments bon marché, sûrs et réadaptés, ayant un très long historique de sécurité chez des millions de personnes qui les ont pris pendant des décennies, voire toute leur vie[43,44].

 

Il est plus qu’ironique que ceux qui prétendent être responsables de la protection de notre santé aient approuvé une série de vaccins mal testés qui ont entraîné plus de décès en moins d’un an d’utilisation que tous les autres vaccins administrés au cours des 30 dernières années. Leur excuse, lorsqu’on leur a demandé, était : "Nous avons dû négliger certaines mesures de sécurité parce que c’était une pandémie mortelle." [28,46]

 

En 1986, le président Reagan a signé la National Childhood Vaccine Injury Act, qui offrait une protection complète aux fabricants de vaccins pharmaceutiques contre les poursuites pour blessures par les familles des personnes endommagées par le vaccin. La Cour suprême, dans un avis de 57 pages, s'est prononcée en faveur des sociétés de vaccins, permettant effectivement aux fabricants de vaccins de produire et de distribuer des vaccins dangereux et souvent inefficaces à la population sans crainte de conséquences juridiques. Le tribunal a insisté sur un régime d'indemnisation des blessures causées par les vaccins qui ne versait qu'un nombre très limité de primes à un grand nombre de personnes gravement blessées. On sait qu'il est très difficile de recevoir une telle compensation. Selon la Health Resources and Services Administration, depuis 1988, le Vaccine Injury Compensation Program (VICP) a accepté de payer 3 597 primes à 19 098 personnes blessées par le vaccin, pour un total de 3,8 milliards de dollars. C'était avant l'introduction des vaccins Covid-19, dans lesquels les décès à eux seuls l'emportent sur tous les décès associés à tous les vaccins combinés sur une période de trente ans.

 

En 2018, le président Trump a signé la loi "right-to-try" qui autorise l'utilisation de médicaments expérimentaux et de tous les traitements non conventionnels en cas de conditions médicales extrêmes. Comme nous l'avons vu avec le refus de nombreux hôpitaux et même avec le refus généralisé par les États d'autoriser l'utilisation de l'ivermectine, de l'hydroxychloroquine ou de toute autre méthode "officielle" non homologuée pour traiter même les cas terminaux de Covid-19, ces individus infâmes ont ignoré cette loi.

 

 

Curieusement, ils n'ont pas utilisé la même logique ou la même loi en ce qui concerne l'ivermectine et l'hydroxychloroquine, qui ont toutes deux subi des tests de sécurité approfondis par plus de 30 essais cliniques de haute qualité et ont donné des rapports passionnants sur l'efficacité et la sécurité dans de nombreux Villages. De plus, nous avions un dossier d'utilisation de ces médicaments par des millions de personnes dans le monde, sur une période de 60 ans, avec un excellent bilan de sécurité. Il était évident qu'un groupe de personnes très puissant, en partenariat avec des conglomérats pharmaceutiques, ne voulait pas que la pandémie se termine et voulait que les vaccins soient la seule option thérapeutique. Le livre de Kennedy illustre ce cas en utilisant de nombreuses preuves et citations [14,32].

 

Le Dr James Thorpe, expert en médecine materno-fœtale, démontre que ces vaccins Covid-19 administrés pendant la grossesse ont entraîné une incidence de fausses couches 50 fois plus élevée que celle rapportée avec tous les autres vaccins combinés[28]. En regardant son tableau des malformations fœtales, il a constaté une incidence 144 fois plus élevée de malformations fœtales avec les vaccins Covid-19 administrés pendant la grossesse qu'avec tous les autres vaccins combinés. Pourtant, l'American Academy of Obstetrics and Gynecology et l'American College of Obstetrics and Gynecology approuvent la sécurité de ces vaccins à tous les stades de la grossesse et chez les femmes qui allaitent leur bébé.

 

Il convient de noter que ces groupes de spécialités médicales ont reçu un financement important de la société pharmaceutique Pfizer. L'American College of Obstetrics and Gynecology, au cours du seul quatrième trimestre de 2010, a reçu un total de 11 000 dollars de la seule société pharmaceutique Pfizer.[70] Le financement des subventions du NIH est beaucoup plus élevé.[20] La meilleure façon de perdre ces subventions est de critiquer la source des fonds, leurs produits ou leurs programmes. Peter Duesberg, pour avoir osé remettre en question la théorie de Fauci sur le sida causé par le virus VIH, n'a reçu aucune des 30 demandes de subvention qu'il avait déposées après avoir rendu la nouvelle publique. Avant cet épisode, en tant que plus grande autorité mondiale sur les rétrovirus, il ne s'était jamais vu refuser une bourse du NIH [39]. C'est ainsi que fonctionne le système "corrompu", même si une grande partie de l'argent des bourses d'études provient de nos impôts.

DES LOTS DE VACCINS CHAUDS ET MORTELS 

 

Un chercheur de l'Université de Kingston à Londres a réalisé une analyse approfondie des données du VAER (un sous-département du CDC qui collecte des données volontaires sur les complications des vaccins), dans laquelle il a regroupé les décès signalés à la suite de vaccins en fonction des numéros de lot du fabricant vaccins eux-mêmes. Les vaccins sont produits en grandes quantités appelées lots. Le chercheur a découvert que les vaccins sont divisés en plus de 20 000 lots, et qu'un lot sur 200 est manifestement mortel pour quiconque reçoit un vaccin de ce lot, qui comprend des milliers de doses de vaccin.

 

Il a examiné tous les vaccins produits, de Fizer, Moderna, Johnson et Johnson (Janssen), etc. Il a découvert que parmi les 200 lots de vaccins de Pfizer et d'autres fabricants, un lot sur les 200 était plus de 50 fois plus mortel que les autres lots de vaccins. Les autres lots de vaccins ont également causé des décès et des incapacités, mais pas dans une mesure significative. Ces lots mortels auraient dû apparaître au hasard parmi tous les "vaccins" s'il s'agissait d'un événement involontaire. Cependant, il a révélé que 5% des vaccins étaient responsables de 90% des événements indésirables graves, y compris des décès. L'incidence des décès et des complications graves parmi ces "lots chauds" était supérieure de plus de 1000% à plusieurs milliers de points de pourcentage à celle de lots similaires plus sûrs. Si vous pensez que c'était un coup de chance, détrompez-vous. Ce n'est pas la première fois que des "lots chauds" ont été, à mon avis, délibérément produits et envoyés dans tout le pays, généralement pour des vaccins destinés aux enfants. Dans l'un de ces scandales, des "lots chauds" d'un vaccin se sont retrouvés dans un seul État et les dégâts ont été immédiatement visibles. Quelle a été la réponse du fabricant ? Ce n'était pas pour retirer les lots mortels du vaccin. Il a ordonné à son entreprise de répandre les lots chauds dans tout le pays afin que les autorités ne voient pas l'effet mortel évident.

 

Tous les lots d'un vaccin sont numérotés, par exemple, Modera les étiquette avec des codes tels que 013M20A. On a remarqué que les numéros de lot se terminaient par 20A ou 21A. Les lots se terminant par 20A étaient beaucoup plus toxiques que ceux se terminant par 21A. Les lots se terminant par 20A présentaient environ 1700 événements indésirables, contre quelques centaines et vingt ou trente pour les lots 21A. Cet exemple explique pourquoi certaines personnes ont subi peu ou pas d'effets indésirables après avoir pris le vaccin, alors que d'autres ont été tuées ou ont subi des dommages graves et permanents. Pour consulter l'explication du chercheur, rendez-vous sur https://www.bitchute.com/video/6xIYPZBkydsu/. À mon avis, ces exemples suggèrent fortement une altération intentionnelle de la production du "vaccin" pour inclure des lots mortels.

 

 

J'ai connu et travaillé avec plusieurs personnes intéressées par la sécurité des vaccins et je peux vous dire que ce ne sont pas les méchants anti-vaccins qu'ils vous disent. Ce sont des gens de grands principes, moraux et compatissants, dont beaucoup sont des chercheurs de haut niveau et des personnes qui ont étudié la question à fond. Robert Kennedy, Jr, Barbara Lou Fisher, Dr Meryl Nass, Professeur Christopher Shaw, Megan Redshaw, Dr Sherri Tenpenny, Dr Joseph Mercola, Neil Z. Miller, Dr Lucija Tomjinovic, Dr Stephanie Seneff, Dr Steve Kirsch et Dr Peter McCullough, Juste pour en nommer quelques-uns. Ces gens n'ont rien à gagner et beaucoup à perdre. Ils sont violemment attaqués par les médias, les agences gouvernementales et l'élite des milliardaires qui pensent qu'ils doivent contrôler le monde et tous ses habitants.

 

POURQUOI FAUCI N'A-T-IL PAS VOULU FAIRE DES AUTOPSIES SUR CEUX DÉCÉDÉS APRÈS LA VACCINATION ?

 

De nombreux aspects de cette "pandémie" sont sans précédent dans l'histoire de la médecine. L'un des plus surprenants est qu'au plus fort de la pandémie, il y ait eu si peu d'autopsies, surtout complètes. Un virus mystérieux se propageait rapidement dans le monde, un groupe restreint de personnes dont le système immunitaire était affaibli tombaient gravement malades et beaucoup mouraient, et la seule façon d'obtenir rapidement le maximum de connaissances sur ce virus - une autopsie - était découragée.

 

Guerriero a noté qu'à la fin avril 2020, environ 150 000 personnes étaient décédées, mais seulement 16 autopsies ont été pratiquées et rapportées dans la littérature médicale.[24] Parmi celles-ci, seules sept étaient des autopsies complètes, tandis que les 9 autres étaient partielles ou avec biopsie à l'aiguille ou biopsie incisionnelle. Ce n'est qu'après 170 000 morts du Covid-19 et quatre mois après le début de la pandémie que la première série d'autopsies a été réalisée, soit plus d'une dizaine. Et ce n'est qu'après 280 000 décès et un mois de plus que la première série d'autopsies, environ 80, a été pratiquée.[22] Sperhake, en invitant sans aucun doute à réaliser des autopsies, a noté que la première autopsie complète rapportée dans la littérature, avec des microphotographies, est parue dans une revue médico-légale chinoise en février 2020. [41, 68] Sperhake a dit qu'il était confus quant à la raison pour laquelle il était réticent à effectuer des autopsies pendant la crise, mais il savait que cela ne venait pas des pathologistes. La littérature médicale était pleine d'appels de pathologistes pour que davantage d'autopsies soient effectuées.[58] Sperhake a également noté que l'Institut Robert Koch (le système allemand de surveillance de la santé) avait au moins initialement déconseillé de pratiquer des autopsies. Il savait également qu'à l'époque, 200 instituts d'autopsie participants aux États-Unis avaient pratiqué au moins 225 autopsies dans 14 États. [58] 

 

Certains ont soutenu que cette pénurie d'autopsies était due à la peur du gouvernement d'infection chez les pathologistes, mais une étude de 225 autopsies de cas de Covid-19 n'a montré qu'un seul cas d'infection chez les pathologistes, qui s'est terminé par une infection acquise ailleurs [19]. Guerriero termine son article en demandant plus d'autopsies avec cette observation : "Au coude à coude, les médecins légistes et cliniciens ont surmonté les obstacles des études d'autopsie sur les victimes du Covid-19 et ont ainsi généré des connaissances précieuses sur la physiopathologie de l'interaction entre le SARS-CoV -2 et le corps humain, contribuant ainsi à notre compréhension de la maladie" [24].

 

 

La suspicion concernant la réticence des nations du monde entier à autoriser des études post-mortem complètes des victimes du Covid-19 peut être fondée sur l'idée qu'il s'agit là de plus qu'une coïncidence. Il y a au moins deux possibilités qui ressortent. Tout d'abord, ceux qui ont conduit la progression de cet événement "non pandémique" vers une "pandémie mortelle" mondiale perçue comme telle, cachaient un secret important que les autopsies auraient pu documenter. A savoir, combien de décès ont été réellement causés par le virus ? Pour mettre en œuvre des mesures draconiennes, telles que le port obligatoire de masques, les fermetures, la destruction d'entreprises et, enfin, la vaccination forcée obligatoire, il leur fallait un nombre très élevé de décès infectés par le Covid-19. La peur devait être le moteur de tous ces programmes destructeurs de lutte contre les pandémies.

 

Dans leur étude, Elder et al. ont classé les résultats d'autopsie en quatre groupes [22]. 

 

Mort certaine du Covid-19

Mort probable du Covid-19

Décès possible du Covid-19

Non associé au Covid-19, malgré le test positif.

Ce qui peut-être a inquiété ou même terrifié les ingénieurs de cette pandémie était le fait que les autopsies pouvaient montrer, et ont montré, qu'un certain nombre de ces soi-disant décès de Covid-19 étaient en fait morts de leurs maladies comorbides. Dans la grande majorité des études d'autopsie rapportées, les pathologistes ont noté de multiples conditions comorbides, dont la plupart, aux extrêmes de la vie, pourraient être mortelles par elles-mêmes. On savait auparavant que les virus du rhume avaient une mortalité de 8 % dans les maisons de retraite.

 

De plus, les autopsies ont permis d'obtenir des preuves précieuses pour améliorer les traitements cliniques et démontrer l'effet létal des protocoles imposés par le CDC à tous les hôpitaux, comme l'utilisation de respirateurs et le remdesivir, un médicament mortel qui détruit les reins. Les autopsies ont également montré l'accumulation d'erreurs médicales et de soins de mauvaise qualité, car protéger les médecins des unités de soins intensifs des yeux des membres de la famille conduit inévitablement à des soins de qualité inférieure, comme l'ont rapporté plusieurs infirmières travaillant dans ces domaines [53-55].

 

Alors que tout cela était négatif, la même chose a été faite dans le cas des décès dus au vaccin Covid : très peu d'autopsies complètes ont été faites pour comprendre pourquoi ces personnes sont mortes, c'est-à-dire jusqu'à récemment. Deux chercheurs hautement qualifiés, le Dr Sucharit Bhakdi, microbiologiste hautement qualifié et expert en maladies infectieuses, et le Dr Arne Burkhardt, pathologiste faisant autorité, professeur de pathologie dans plusieurs institutions prestigieuses, ont récemment pratiqué des autopsies sur 15 personnes décédées après la vaccination. Ce qu'ils ont découvert explique pourquoi tant de personnes meurent et souffrent de lésions organiques mortelles et de caillots sanguins [5].

 

Ils ont déterminé que 14 des quinze personnes sont mortes des vaccins et non d'autres causes. Le Dr Burkhardt, le pathologiste, a observé de nombreuses preuves d'une attaque immunitaire sur les organes et les tissus des individus subissant une autopsie, en particulier le cœur. Cette preuve incluait une invasion extensive de petits vaisseaux sanguins par un nombre massif de lymphocytes, qui, lorsqu'ils sont déclenchés, provoquent une destruction cellulaire importante. D'autres organes, tels que les poumons et le foie, ont également été observés avec des dommages importants. Ces résultats indiquent que les vaccins ont provoqué une attaque du corps avec des conséquences fatales. On peut facilement voir pourquoi Anthony Fauci, ainsi que les responsables de la santé publique et quiconque ayant fait la promotion de ces vaccins, ont publiquement découragé les autopsies sur les vaccinés décédés plus tard. On peut également comprendre que dans le cas de vaccins qui n'ont pas été testés avant d'être approuvés pour le grand public, au moins les agences de réglementation devraient avoir soigneusement surveillé et analysé toutes les complications graves, et certainement les décès, associés à ces vaccins. La meilleure façon de le faire est d'effectuer des autopsies complètes.

 

 

 

Bien que nous ayons appris des informations importantes grâce à ces autopsies, ce qui est vraiment nécessaire, ce sont des études tissulaires spéciales sur les personnes décédées après la vaccination pour vérifier l'infiltration de protéines de pointe dans tous les organes et tissus. Il s'agit d'une information essentielle, car une telle infiltration causerait de graves dommages à tous les tissus et organes concernés, en particulier le cœur, le cerveau et le système immunitaire. Des études animales l'ont prouvé. Chez ces individus vaccinés, la source de ces protéines de pointe serait les nanolipides injectés, qui portent l'ARNm qui produit les protéines de pointe. Il est évident que les autorités sanitaires gouvernementales et les fabricants pharmaceutiques de ces "vaccins" ne souhaitent pas que ces études critiques soient menées.

 

Aller à:

CONCLUSION

 

Nous vivons l'un des changements les plus radicaux de notre culture, de notre système économique et de notre système politique dans l'histoire de notre nation et du reste du monde. On nous a dit que nous ne reviendrons jamais à la "normalité" et qu'une grande réinitialisation a été conçue pour créer un "nouvel ordre mondial". C'est ce qu'a souligné Klaus Schwab, directeur du Forum économique mondial, dans son livre sur le "Great Reset"[66]. Ce livre fournit une mine d'informations sur la pensée des utopistes qui sont fiers de revendiquer cette "crise" pandémique comme leur moyen d'inaugurer un nouveau monde. Ce nouvel ordre mondial est dans l'esprit des manipulateurs de l'élite depuis plus d'un siècle [73,74]. Dans cet article, je me suis concentré sur les effets dévastateurs que cela a eu sur le système de soins médicaux aux États-Unis, mais aussi dans une grande partie du monde occidental. Dans de précédents articles, j'ai évoqué la lente érosion des soins médicaux traditionnels aux États-Unis et la façon dont ce système est devenu de plus en plus bureaucratique et régimenté[7,8]. Ce processus s'accélérait rapidement, mais l'apparition de cette "pandémie", que je crois artificielle, a transformé notre système de santé du jour au lendemain.

 

Comme vous l'avez vu, une série d'événements sans précédent s'est produite au sein de ce système. Les administrateurs d'hôpitaux, par exemple, ont pris la position de dictateurs médicaux, ordonnant aux médecins de suivre des protocoles provenant non pas de quelqu'un ayant une vaste expérience dans le traitement de ce virus, mais plutôt d'une bureaucratie médicale qui n'a jamais traité un seul patient COVID-19. L'utilisation obligatoire de respirateurs pour les patients des soins intensifs Covid-19, par exemple, a été appliquée dans tous les systèmes médicaux, et les médecins dissidents ont été rapidement démis de leurs fonctions de soignants, bien qu'ils aient montré qu'ils avaient considérablement amélioré les méthodes de traitement. De plus, les médecins ont été invités à utiliser le médicament remdesivir malgré sa toxicité prouvée. le manque d'efficacité et le taux élevé de complications. On leur a dit d'utiliser des médicaments qui altéraient la respiration et de masquer chaque patient, même si leur respiration était altérée. Dans tous les cas, ceux qui refusaient d'abuser de leurs patients étaient renvoyés de l'hôpital et risquaient même de perdre leur licence, ou pire.

 

Pour la première fois dans l'histoire de la médecine moderne, le traitement médical précoce de ces patients infectés a été ignoré à l'échelle nationale. Des études ont montré qu'un traitement médical précoce a sauvé 80 % du nombre le plus élevé de ces personnes infectées s'il avait été lancé par des médecins indépendants. [43,44] Un traitement précoce aurait pu sauver plus de 640 000 vies pendant cette "pandémie". Malgré la démonstration de la puissance de ces premiers traitements, les forces de contrôle des soins médicaux ont poursuivi cette politique destructrice.

 

Les familles n'étaient pas autorisées à voir leurs proches, obligeant ces personnes très malades hospitalisées à affronter seules leur mort. Comme si cela ne suffisait pas, les funérailles étaient limitées à quelques membres de la famille en deuil, qui ne pouvaient même pas s'asseoir ensemble. Alors que les grands magasins, tels que Walmart et Cosco, pourraient fonctionner avec des restrictions minimales. Même les patients des maisons de retraite ne pouvaient pas recevoir la visite des membres de leur famille, qui étaient contraints de mourir dans la solitude. Pendant ce temps, dans certains États, dont le plus transparent est l'État de New York, des personnes âgées infectées ont été délibérément déplacées des hôpitaux vers des maisons de retraite, ce qui a entraîné un taux de mortalité très élevé pour les résidents à domicile. Au début de cette "pandémie", plus de 50 % de tous les décès sont survenus dans les maisons de retraite.

 

Au cours de cette "pandémie", nous avons été nourris d'une série interminable de mensonges, de distorsions et de désinformation de la part des médias, des responsables de la santé publique, des bureaucraties médicales (CDC, FDA et OMS) et des associations médicales. Les médecins, les scientifiques et les experts en traitement infectieux qui ont formé des associations pour développer des traitements plus efficaces et plus sûrs ont été régulièrement diabolisés, harcelés, humiliés et ont subi la perte de leur licence, la perte de leurs privilèges hospitaliers et, dans au moins un cas, l'ordre de subir un examen psychiatrique.[2,65,71]

 

Anthony Fauci a reçu le contrôle essentiellement absolu de toutes les formes de soins médicaux lors de cet événement, y compris l'insistance pour que les médicaments dont il a profité soient utilisés par tous les médecins traitants. Il a ordonné l'utilisation de masques, bien qu'au début il se soit moqué de l'utilisation de masques pour filtrer un virus. Les gouverneurs, les maires et de nombreuses entreprises ont suivi ses ordres sans se poser de questions.

 

Les mesures draconiennes utilisées, le masquage, les fermetures, les tests sur les personnes non infectées, l'utilisation de tests PCR inexacts, la distanciation sociale et la recherche des contacts s'étaient avérées peu ou pas utiles lors des pandémies précédentes, mais toutes les tentatives pour rejeter ces méthodes étaient vaines. Certains États ont ignoré ces ordonnances draconiennes et ont eu le même nombre de cas ou moins, ainsi que des décès, que les États avec les mesures les plus strictes. Encore une fois, aucune preuve claire ou preuve à cet effet n'a eu d'effet sur la cessation de ces mesures socialement destructrices. Même lorsque des pays entiers, comme la Suède, qui ont évité toutes ces mesures, se sont avérés avoir des taux d'infection et d'hospitalisation égaux à ceux des pays ayant les mesures les plus sévères et les plus draconiennes, il n'y a pas eu de changement de politique de la part des institutions de contrôle. Aucune preuve n'a changé cela.

 

Lire : Après un an d'épidémie, la Suède a moins de morts que la France sans confinement et sans masque

Le taux de mortalité de Covid en Suède parmi les plus bas d'Europe, malgré le fait d'avoir évité des confinements stricts (Telegraph, 5 ma 2022)

Les experts en psychologie des événements destructeurs, tels que les effondrements économiques, les catastrophes majeures et les pandémies précédentes, ont montré que les mesures draconiennes ont un coût énorme sous la forme de "morts de désespoir" et d'une augmentation spectaculaire des affections psychologiques graves. Les effets de ces mesures pandémiques sur le développement neurologique des enfants sont catastrophiques et largement irréversibles.

 

Au fil du temps, des dizaines de milliers de personnes pourraient mourir de ces dommages. Même lorsque ces prédictions ont commencé à apparaître, les contrôleurs de cette "pandémie" ont continué à avancer à toute vitesse. L'augmentation drastique des suicides, l'augmentation de l'obésité, l'augmentation de la consommation de drogue et d'alcool, l'aggravation de nombreuses mesures sanitaires et l'augmentation terrifiante des troubles psychiatriques, notamment la dépression et l'anxiété, ont été ignorées par les responsables qui ont suivi cet événement.

 

Nous avons finalement découvert que de nombreux décès étaient dus à une négligence médicale. Les personnes souffrant de maladies chroniques, de diabète, de cancer, de maladies cardiovasculaires et neurologiques ne sont plus suivies correctement dans les cliniques et les cabinets médicaux. Les opérations non urgentes ont été suspendues. Beaucoup de ces patients ont choisi de mourir chez eux plutôt que de risquer d'aller à l'hôpital, et beaucoup considéraient les hôpitaux comme des "foyers de la mort".

 

Les registres de décès ont montré une augmentation des décès parmi les personnes âgées de 75 ans et plus, principalement expliquée par les infections au Covid-19, mais pour les personnes âgées de 65 à 74 ans, les décès ont augmenté bien avant le début de la pandémie.[69] Entre 18 et 65 ans, les dossiers montrent une augmentation choquante des décès non dus au Covid-19. Certains de ces décès ont été expliqués par des infections au Covid-19. Certains de ces décès s'expliquaient par une augmentation spectaculaire des décès liés à la drogue, soit environ 20 000 de plus qu'en 2019. Les décès liés à l'alcool ont également augmenté de manière substantielle, et les homicides ont augmenté de près de 30 % dans le groupe des 18 et 65 ans.

 

Le chef de la compagnie d'assurance OneAmerica a déclaré que ses données indiquaient que le taux de mortalité des personnes âgées de 18 à 64 ans avait augmenté de 40 % par rapport à la période pré-pandémique.[21] Scott Davidson, directeur général de la société, a déclaré que cela représentait le taux de mortalité le plus élevé de l'histoire des registres d'assurance, qui collectent chaque année des données détaillées sur les taux de mortalité. Davidson a également noté qu'un médecin de l'Indiana, le Dr Lindsay Weaver, a déclaré que les admissions à l'hôpital dans l'Indiana étaient plus élevées qu'à tout autre moment au cours des cinq dernières années. C'est crucial, car les vaccins étaient censés réduire considérablement les décès, mais c'est l'inverse qui s'est produit.

 

Un nombre dramatique de ces personnes meurent, et le pic s'est produit après l'introduction des vaccins. Les mensonges des dictateurs médicaux autoproclamés sont sans fin. D'abord, on nous a dit que l'isolement ne durerait que deux semaines, alors qu'il a duré plus d'un an. Ensuite, on nous a dit que les masques étaient inefficaces et ne devaient pas être portés. La chose s'est vite renversée. Puis on nous a dit que le masque en tissu était très efficace, maintenant il ne l'est plus et que tout le monde devrait porter un masque N95 et avant cela un double masque. On nous a dit qu'il y avait une grave pénurie de respirateurs, puis nous avons découvert qu'ils étaient inutilisés dans les entrepôts et les décharges de la ville, toujours dans leurs caisses d'emballage. On nous a dit que les hôpitaux étaient pour la plupart remplis de personnes non vaccinées, pour découvrir que c'était exactement le contraire partout dans le monde. On nous a dit que le vaccin était efficace à 95 %, seulement pour découvrir que les vaccins provoquent en fait une érosion progressive de l'immunité innée.

 

 

***

Histoire du Covid. La vérité sur la pandémie la plus manipulée de l'histoire de l'humanité

Au moment de la sortie du vaccin, les femmes ont été informées que les vaccins étaient sûrs à toutes les étapes de la grossesse, pour découvrir qu'aucune étude de sécurité de la grossesse n'avait été réalisée lors des "tests de sécurité" avant la sortie du vaccin. On nous a dit que des tests approfondis sur des volontaires avant l'approbation de l'EUA pour un usage public ont démontré l'extrême sécurité des vaccins, seulement pour constater que ces malheureux sujets n'étaient pas suivis, les complications médicales causées par les vaccins n'étaient pas payées et les médias ont couvert tout cela. Incroyablement, on nous a dit que les nouveaux vaccins à base d'ARNm de Pfizer avaient été approuvés par la FDA, ce qui était une tromperie, car un autre vaccin a été approuvé (comirnaty) et non celui utilisé, le vaccin BioNTech. Le vaccin communautaire approuvé n'était pas disponible aux États-Unis. Les médias nationaux ont déclaré au public que le vaccin Pfizer avait été approuvé et n'était plus classé comme expérimental, un mensonge flagrant. Ces mensonges mortels continuent. Il est temps d'arrêter cette folie et de traduire ces personnes en justice.

 

une augmentation aussi importante du taux de mortalité n'avait jamais été observée dans l'histoire de la collecte de données sur les décès. Les catastrophes précédentes d'une ampleur monumentale n'ont augmenté les taux de mortalité que de 10%, alors que 40% est sans précédent.

 

***

RÉFÉRENCES

1. Abelson R. Soutenues par l'aide fédérale de Covid, les grandes chaînes d'hôpitaux rachètent des concurrents. The New York Times Mat 21, 2021 (mis à jour le 22 octobre 2022) https://www.nytimes.com/2021/05/21/health/covid-bailout-hospital-merger.html.

2. Albright L. La non-conformité médicale et sa persécution. Institut Brownstone. https://brownstone.org/articles/medical-nonconformaity-and-its-persecution [Dernier accès le 06 février 2022]

3. Ausman JI, Blaylock RL. Quelle est la vérité? États-Unis : James I. et Carolyn R. Ausman Education Foundation (AEF) ; 2021. Le virus chinois. [Google Scholar]

4. Beder A, Buyukkocak U, Sabuncuoglu H, Keskil ZA, Keskil S. Rapport préliminaire sur la désoxygénation induite par un masque chirurgical lors d'une intervention chirurgicale majeure. Neurocirugie. 2008 ; 19 [ PubMed ] [Google Scholar]

5. Bhakdi S. Présentation des résultats de l'autopsie. https://www.brighteon.com/4b6cc929-f559-4577-b4f8-3b40f0cd2f77 Présentation de la pathologie sur les résultats https://pathologie-konferenz.de/en [Dernier accès le 6 février 2022]

6. Blaylock RL. Pandémie de Covid-19 : où est la vérité ? Surg Neurol Inter. 2021 ; 12 (151) [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

7. Blaylock RL. L'assurance maladie nationale (Partie 1) : le cauchemar socialiste. 19 août 2009 https://haciendapublishing.com/national-health-insurance-part-i-the-socialist-nightmare-by-russell-l-blaylock-md BalconeDernier accès le 06 février 2022]

8. Blaylock RL. Régimentation en médecine et son prix humain (partie 1 & 2) édition Hacienda. 20 mars 2015 https://haciendapublishing.com/regimentation-in-medicine-and-its-human-price-part-2-by-russell-l-blaylock-md BalconeDernier accès le 06 février 2022] [Google Scholar ]

9. Blaylock RL. Éditions Haciendia ; Quand le rejet de l'orthodoxie devient une maladie mentale. 15 août 2013 https://haciendapublishing.com/when-rejecting-orthodoxy-becomes-a-mental-illness-by-russell-l-blaylock-md BalconeDernier accès le 06 février 2022] [Google Scholar]

10. Bloche MG. Reprise en société des Hôpitaux Universitaires. Centre de droit universitaire de Georgetown. 1992. https://scholarship.law.georgetown.edu/cgi/viewcontent.cgi?referer=https://www.google.com/&httpsredir=1&article=1731&context=facpub [Dernier accès le 06 février 2022]

11. Bosh X, Ross JS. Ghostwriting : recherche d'inconduite, de plagiat ou d'or des fous. Amer J Med. 2012 ; 125 (4) : 324-6. [ PubMed ] [Google Scholar]

12. Breggin PR, Breggin GR. Breggin PR, Breggin GR. Covid-19 et les prédateurs mondiaux : nous sommes la proie. Ithaca, NY : Lake Edge Press ; 2021. Les meilleures revues médicales vendent leurs âmes ; pp. 285–292. [Google Scholar]

13. Breggin, p133 [Dernier accès le 06 février 2022]

14. Bulik BS. Les 10 meilleurs dépensiers publicitaires dans Big Pharma pour 2020. Fierce Pharma 19 avril 2021 https://www.fiercepharma.com/special-report/top-10-ad-spenders-big-pharma-for-2020 Gioca Dernier accès le 06 février 2022]

15. Les experts de Harvard de l'équipe de défense de la santé des enfants critiquent la relation confortable FDA-Pharma. Le défenseur. 28 janvier 29020.

16. Chughtai AA, Stelzer-Braid S, Rawlinson W, Pontivivi G, Wang Q, Pan Y, et al. Contamination par des virus respiratoires sur la surface extérieure du masque médical utilisé par les travailleurs de la santé hospitalière. BMC Infect Dis. 2019. Article numéro 491. [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ]

17. Les hôpitaux Coleman-Lochner LUS ont été poussés à la ruine financière alors que les infirmières ont démissionné pendant la pandémie. Bloomberg. 21 décembre 2021 https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-12-21/us-hospitals-pushed-to-financial-ruin-as-nurses-quit-en-masse [Dernier accès en 2022 06 février]

18. D'Souza K. Les effets pandémiques peuvent avoir abaissé le QI du bébé, selon une étude EdSource. https://edsource.org/2021/pandemic-may-have-lowered-baby-iq-study-says/661285. [Dernière consultation le 06 février 2022]

19. Davis GG, Williamson AK. Risque de transmission du covid-19 lors de l'autopsie. Arch Path Lab Med. 2020 ; 144 (12) : 1445a – 1445. [ PubMed ] [Google Scholar]

20. Département de la santé et des services sociaux : Partie 1. Informations générales. https://grants.nih.gov/grants/guide/rfa-files/RFA-HD-20-013.html headerDernier accès le 6 février 2022]

21. Le PDG de Durden T. Life Insurance affirme que le nombre de décès a augmenté de 40 % chez les personnes âgées de 18 à 64 ans . Rapport Tyler Durden. 2022. 3 janv.

22. Elder C, Schroder AS, Aepfelbacher M, Fitzek A, Heinemann A, Heinrich F, et al. Mourir avec une infection par le SRAS-CoV-2, une étude d'autopsie des 80 premiers cas consécutifs à Hamberg, en Allemagne. Inter J Legal Med. 2020 ; 134 : 1275–1284. [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [Google Scholar]

23. Alliance des soins intensifs Covid de première ligne. https://covid19criticalcare.com [Dernier accès le 06 février 2022]

24. Gueriero M. Restriction des autopsies pendant l'épidémie de Covid-19 en Italie. Prudence ou peur ? Pathologique. 2020 ; 112 : 172–3. [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [Google Scholar]

25. J'espère que JR. Mort subite par « sort chaud » —Dr. Michael Yeadon tire la sonnette d'alarme. La revue du désert. 2022. 24 janvier

26. Le médecin de Huff E. Idaho signale une "augmentation de 20 fois" du cancer parmi les personnes "vaccinées" pour le covid. Nouvelles naturelles. 2021. 14 septembre, https://www.naturalnews.com/2021-09-14-idaho-doctor-20times-increase-cancer-vaccinated-covid.html [Dernier accès le 06 février 2022]

27. Ioannou P, Karakonstantis S, Astrinaki E, Saplamidou S, Vitsaxaki E, Hamilos G, et al. Transmission de la variante B1.1.7 du SRAS-C0V-2 parmi les agents de santé vaccinés. Infect Dis. 2021 : 1–4. [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [Google Scholar]

28. Interview de James Thorpe par le Dr Steve Kirsch. Rumble https://rumble.com/vru732-dr.-james-thorp-on-medical-censorship.html▪Dernier accès le 06 février 2022]

29. Jiang H, Mei YF. La protéine de pointe SARS-CoV-2 altère la réparation des dommages à l'ADN et inhibe la recombinaison V (D) J in vitro. Virus. 2021 ; 13 : 2056. doi : 10.3390 / 10.3390 / v13102056. [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [CrossRef] [Google Scholar]

30. Jimenez J, Vigdor N. Covid-19 news : Plus de 150 employés d'hôpitaux du Texas sont licenciés ou démissionnent pour des mandats de vaccination. Le New York Times. 2021. 22 juin, https://www.nytimes.com/live/2021/06/22/world/covid-vaccine-coronavirus-mask [Dernier accès le 06 février 2022]

31. Katz E. Postal demande une exemption temporaire du mandat de vaccin ou de test de Biden. Exécutif du gouvernement. 2022. 22 janvier, https://www.govexec.com/workforce/2022/01/postal-service-seeks-temporary-exemption-bidens-vaccine-or-test-mandate/360376 [Dernier accès le 06 février 2022]

32. Kennedy R., Jr. Édition Skyhorse ; 2021. Le vrai Anthony Fauci. Bill Gates, Big Pharma et la guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique ; pp. 24–29. [Google Scholar]

33. Kennedy RF., Jr pp. 24-25.

34. Kennedy RF., Jr pp. 26-30.

35. Kennedy RF., Jr p. 32.

36. Kennedy RF., Jr pp. 35–56.

37. Kennedy RF., Jr pp. 47–56.

38. Kennedy RF., Jr p. 135.

39. Kennedy RF., Jr p. 217.

40. Lee M. University of Florida découvre des agents pathogènes dangereux sur le masque facial des enfants. NTD https://www.ntd.com/university-of-florida-lab-finds-dangerous-pathogens-on-childrens-face-masks_630275.html headerDernier accès le 06 février 2022]

41. Liu Q, Wang RS, Qu GQ, Wang YY, Liu P, Zhu YZ, et al. Rapport d'examen brut d'une autopsie de décès Covid-19. Fa Yi Xue Za Zhi. 2020 ; 36 : 21–23. [Google Scholar]

42. Loffredo J. Entièrement vaccinés sont les "super-épandeurs" de Covid, déclare l'inventeur de la technologie de l'ARNm. https://childrenshealthdefernce.org/defender/justin-Williams-Robert-Malone-fully-vaccinated-covid-super-spreaders BalconeDernier accès le 06 février 2022]

43. Marik PE, Kory P, Varon J, Iglesias J, Meduri GU. Protocole MATH+ pour le traitement de l'infection par le SARS-CoV-2 : le rationnel scientifique. Exp rev Ant-infectieux Ther. 2020 doi : 10.1080 / 14787210.2020.1808462. [Référence croisée] [Google Scholar]

44. McCullough P, Kelly R, Ruocco G, Lerma E, Tumlin J, Wheeland KR, et al. Base physiopathologique et justification du traitement ambulatoire précoce de l'infection par le SRAS-CoV-2 (COVID-19). Amer J Med. 2021 ; 134 : 16–22. [Google Scholar]

45. Étude de McCullough P. : Les travailleurs de la santé entièrement vaccinés portent une charge virale 251 fois supérieure et constituent une menace pour les patients non vaccinés, Collègues. Le Défenseur 23/08/21. [Google Scholar]

46. McCullough P. « Nous sommes au milieu d'une catastrophe biologique majeure » : l'expert Covid, le Dr Peter McCullough. 2021. 6 octobre, https://www.lifesitenews.com/news/were-in-the-middle-of-a-major-biological-catastrophe-top-covid-doc-mccullough/?_kx=9EtupqemhhFXJ1kgCo9W3xUNfwrkqB5nT7%V3D15f. WXNMR7 [dernière consultation le 06 février 2022]

47. McGovern C. Thousands rapporte avoir développé des tumeurs anormales à la suite de coups de Covid. Nouvelles LifeSite. 1er novembre 2021 https://www.lifesitenews.com/news/thousands-report-developing-abnormal-tumors-following-covid-shots [Dernier accès le 06 février 2022]

48. Mercola J. Bill Gates et Anthony Fauci : un partenariat « formidable et néfaste ». Mercola.com. https://childrenshealthdefense.org/defender/rfk-jr-the-real-anthony-fauci-bill-gates [Dernier accès le 06 février 2022]

49. Moffatt B, Elliott C. Ghost Marketing : sociétés pharmaceutiques et articles de journaux écrits par des fantômes. Persp Biol Med. 2007 ; 50 (1) : 18–31. [Google Scholar]

50. Mulvany C. Covid-19 aggrave la faillite des hôpitaux à risque. Association de gestion financière des soins de santé. 2020. 9 novembre

51. Je meurs D. Combien d'employés les hôpitaux ont-ils perdus à cause des mandats de vaccination ? Voici les chiffres jusqu'à présent. Santé féroce. 2022. 13 janvier, https://www.fiercehealthcare.com/hospitals/how-many-employees-have-hospitals-lost-to-vaccine-mandates-numbers-so-far [Dernier accès le 06 février 2022]

52. Nalivaeva NN, Turner AJ, Zhuravin IA. Rôle de l'hypoxie prénatale dans le développement cérébral, les fonctions cognitives et la neurodégénérescence. Neuroscience avant. 2018 doi : 10.3389 / fnins.2018.00825. [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [CrossRef] [Google Scholar]

53. Nicole Sirotek partage ce qu'elle a vu en première ligne à New York. # Meurtre. https://rumble.com/vt7tnf-registered-nurse-nicole-sirotek-shares-what-she-saw-on-the-front-lines-in-n.html headerDernier accès le 06 février 2022]

54. Noether M, Mat S. Avantages de la fusion d'hôpitaux : points de vue des dirigeants d'hôpitaux et analyse économétrique. Amer Hospital Assoc. Charles Rivers Associates. Janvier 2017 https://www.aha.org/guidesreports/2017-01-24-hospital-merger-benefits-views-hospital-leaders-and-econometric-analysis [Dernier accès le 06 février 2022]

55. Témoignage de l'infirmière Colette Martin à la Chambre des représentants de la Louisiane. https://www.youtube.com/watch?v=cBwnIRUav5I BalconeDernier accès le 06 février 2022]

56. Infirmière Dani : Ce sont les protocoles hospitaliers Covid-19 qui tuent les gens. https://rumble.com/vqs1v6-nurse-dani-its-the-covid-19-hospital-protocols-are-killing-people.html BalconeDernier accès le 06 février 2022]

57. La clinique Parpia R. Mayo licencie 700 employés pour avoir refusé de se faire vacciner contre le Covid-19. La réaction vaccinale. https://thevaccinereaction.org/2022/01/mayo-clinic-fires-700-employees-for-refusing-to-get-covid-19-vaccinations [Dernier accès le 06 février 2022]

58. Pomara C, Li Volti G, Cappello F. Morts du Covid-19 : sommes-nous sûrs qu'il s'agit d'une pneumonie ? S'il vous plaît, autopsie, autopsie, autopsie ! J Clin Med. 2020 doi : 10.3390 / jcm9051259. [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [CrossRef] [Google Scholar]

59. Poste de New York. Post Editorial Board Facebook admet la vérité : les "vérifications des faits" ne sont qu'une opinion (de gauche). 14 décembre 2021. https://nypost.com/2021/12/14/facebook-admits-the-truth-fact-checks-are-really-just-lefty-opinion [Dernier accès le 6 février 2022] [Google Scholar]

60. DG Rancourt. Le masque ne fonctionne pas. Une revue de la science pertinente à la politique sociale covid-19. https://archive.org/details/covid-censorship-at-research-gate-2 BalconeDernier accès le 06 février 2022]

61. Redshaw M. Comme des rapports de blessures après les vaccins Covid près de 1 million. CDC, FDA clear Pfizer, boosters Moderna pour tous les adultes. Le Défenseur 19/11/21.

62. Roche D. Boston Herald. 2021. 14 septembre, les membres du Congrès et leur personnel sont exemptés du mandat de vaccin de Biden, Newsweek 9/10/21 Boston Herald Editorial Staff. Éditorial : Les élites politiques exemptées des mandats vax. [Google Scholar]

63. Ross E. Comment les tactiques de relations publiques des sociétés pharmaceutiques faussent la présentation de la recherche médicale. Le gardien. https://www.theguardian.com/science/2011/may/20/drug-companies-ghost-writing-journalism [Dernier accès le 06 février 2022]

64. Saul S. Ghostwriters utilisés dans les études sur le Vioxx, selon l'article. New York Times. 15 avril 2008 https://www.fpparchive.org/media/documents/public_policy/Ghostwriters%20Used%20in%20Vioxx%20studies_Stephanie%20Saul_Apr%2015,%202008_The%20New%20Times.pdf [dernière consultation le 06 février 2022]

65. Saxena V. Doctors perd sa licence médicale. Ordonné d'avoir Psych Eval pour Ivermectin Scrits, partageant la "désinformation" de Covid BRP News. Disponible sur : https://bizpacreview.com/2022/01/16/doctor-loses-license-orderedto-have-psych-eval-for-prescribe-ivermectin-sharining-covid-falsehoods-1189313. [Dernière consultation le 06 février 2022]

66. Schwab K, Malleret T. Cologny / Genève : La pandémie de Covid-19 et le Grand Reset. Forum Publishing 2020 Forum économique mondial. [Google Scholar]

67. Le sénateur Ron Johnson sur les blessures causées par le vaccin Covid-19 aux sujets testés. https://www.youtube.com/watch?v=6mxqC9SiRh8 BalconeDernier accès le 06 février 2022]

68. Sperhake JP. Autopsies du Covid-19 décédé ? Absolument! Legal Med.2020 doi : 10.1016 / j.legalmed.2020.101769. [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [CrossRef] [Google Scholar]

69. Svab P. Pic de décès non Covid chez les Américains âgés de 18 à 49 ans. The Epoch Times. 26 janvier-1er février 2022.

70. US Medical, Scientific, Patient and Civic Organization Funding Report: Pfizer: Fourth Quarter 2010. https://cdn.pfizer.com/pfizercom/responsibility/grants_contributions/pfizer_us_grants_cc_q4_2010.pdf consulté le 6 février 2022]

71. Vivek Saxena. Les médecins perdent leur licence, ont reçu l'ordre d'avoir une évaluation psychologique pour les scrits d'ivermectine, partageant la "désinformation" de Covid BPR News. https://www.bizpacreview.com/2022/01/16/doctor-loses-license-ordered-to-have-psych-eval-for-prescribe-ivermectin-sharing-covid-falsehoods-1189313.

72. Westendorf AM, et al. L'hypoxie améliore l'immunosuppression en inhibant la fonction des lymphocytes T effecteurs CD4 + et en favorisant l'activité des Treg. Cell Physiol Biochem. 2017 ; 41 : 1271–1284. [ PubMed ] [Google Scholar]

73. Bois PM. édition cohérente ; 2018. Technocratie : la route difficile vers l'ordre mondial. [Google Scholar]

74. Bois PM. édition cohérente ; 2015. Technocratie en hausse : le cheval de Troie de la transformation mondiale. [Google Scholar]

Commentaire sélectionné

 

MARIA GIULIA

29 septembre 2022 à 09:43

Tous les éléments énumérés et décrits ci-dessus et surtout "la logique, le raisonnement et les preuves scientifiques ont disparu dans cet événement" sont la preuve que satan est derrière tout cela. Dieu est logique, il raisonne et il est la preuve scientifique que sans lui nous n'allons nulle part.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2022 5 30 /09 /septembre /2022 07:07
L'excitation à la haine contre les non-vaccinés était déjà planifiée alors que les vaccins Covid étaient encore un espoir

Source: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8531257/

 

Dans une étude approfondie menée par l'université d'élite américaine de Yale, avant même que le vaccin ne soit développé, il a été étudié quels moyens psychologiques de masse pourraient être utilisés au mieux pour amener les gens à s'exhorter à se faire vacciner. Les messages qui ont été jugés particulièrement efficaces étaient exactement ceux qui ont ensuite été utilisés au niveau international pour promouvoir l'ostracisme social et la discrimination contre ceux qui ne voulaient pas être vaccinés.

 

Dès le 3 juillet 2020, l'université d'élite américaine Yale a lancé une étude expérimentale "Messages persuasifs pour augmenter les intentions d'injection du vaccin COVID-19".

 

Note de traduction : "Persuader" peut se traduire par "persuader" ou "convaincre". Dans le contexte général, il devient clair qu'il s'agit de persuasion, d'évoquer des sentiments, et non de convaincre avec des arguments. Mais l'expression messages "persuasifs" n'existe pas en allemand.

 

Compte tenu de la conception complexe de l'étude avec plus de 4000 participants qui devaient d'abord être recrutés et des nombreux instituts universitaires impliqués (Global Health, Infectious Diseases, Social and Political Studies, American Politics

 

https://uncutnews.ch/das-schueren-von-hass-auf-ungeimpfte-wurde-schon-geplant-als-covid-impfstoffe-noch-hoffnungswerte-waren/

Partager cet article
Repost0
21 août 2022 7 21 /08 /août /2022 11:21
1 200 scientifiques et universitaires déclarent : "Il n'y a pas d'urgence climatique"

Un groupe de près de 1200 des plus grands scientifiques et universitaires du monde a signé un document déclarant qu'"il n'y a pas d'urgence climatique".

 

Le groupe, dirigé par un lauréat du prix Nobel, a signé la déclaration selon laquelle la science du climat est davantage fondée sur des croyances personnelles et des agendas politiques que sur des faits scientifiques rigoureux.

 

La Déclaration mondiale sur le climat (WCD. Ndt) avertit que la science du climat "devrait être moins politique, tandis que les politiques climatiques devraient être plus scientifiques".

 

"Les scientifiques devraient aborder ouvertement les incertitudes et les exagérations dans leurs prédictions du réchauffement climatique, tandis que les politiciens devraient compter de manière impartiale les coûts réels ainsi que les avantages imaginaires de leurs mesures politiques", peut-on lire dans la déclaration.

 

Selon un rapport de WND, la déclaration a été organisée par Climate Intelligence.

 

L'organisation est une fondation politique indépendante fondée en 2019 par le professeur émérite néerlandais de géophysique Guus Berkhout et le journaliste scientifique néerlandais Marcel Crok.

 

Le site Web britannique The Daily Skeptic a rapporté que l'un des principaux auteurs de la déclaration, le physicien de l'atmosphère Richard Lindzen, a qualifié le récit climatique actuel d'"absurde".

 

Cependant, la propagande incessante d'universitaires dépendants de subventions et de journalistes motivés par l'agenda a généré un récit largement accepté selon lequel la science est "établie".

 

"Nous devrions nous libérer de la croyance naïve en des modèles climatiques immatures", déclare la WCD.

 

"A l'avenir, la recherche sur le climat devra accorder beaucoup plus d'importance à la science empirique."

 

La semaine dernière, le président démocrate Joe Biden a signé la radicale "Inflation Reduction Act".

 

Le projet de loi dépense 368 milliards de dollars d'argent des contribuables pour l'énergie "verte" dans le but de réduire les émissions de CO2 de 40% d'ici 2030.

 

Alors que Biden était vice-président sous Barack Obama, l'administration subventionnait l'énergie "verte" avec des subventions fédérales et des allégements fiscaux.

 

En 2009, Biden lui-même a annoncé une garantie de prêt de 535 millions de dollars pour la société de panneaux solaires Solyndra pour accompagner 700 millions de dollars de financement en capital-risque.

 

Biden a déclaré que la centrale construite avec cet argent alimenterait plus d'un demi-million de foyers.

 

Mais deux ans plus tard, la société a déposé son bilan et a cessé ses activités.

 

La Déclaration mondiale sur le climat souligne que, depuis la sortie du petit âge glaciaire au milieu du XIXe siècle, le monde s'est réchauffé beaucoup moins que ce que prévoient les modèles du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations unies.

 

"Le fossé entre le monde réel et le monde modélisé nous indique que nous sommes loin de comprendre le changement climatique", déclare la WCD.

 

La déclaration soutient que le climat de la Terre a varié, avec des périodes froides et chaudes, depuis que la planète existe, et il n'est "pas surprenant que nous connaissions une période de réchauffement".

 

Les modèles climatiques "ne sont pas du tout plausibles en tant qu'outils de politique mondiale", ignorant, par exemple, les avantages du dioxyde de carbone, qui "n'est pas un polluant".

 

"Il est essentiel à toute vie sur Terre", indique la déclaration.

 

"La photosynthèse est une bénédiction. Plus de CO2 est bénéfique pour la nature, verdissant la Terre ; le CO2 supplémentaire dans l'air a favorisé la croissance de la biomasse végétale mondiale.

 

"C'est aussi bon pour l'agriculture, augmentant le rendement des cultures dans le monde entier."

 

Il n'y a aucune preuve statistique, disent les signataires, "que le réchauffement climatique intensifie les ouragans, les inondations, les sécheresses et les catastrophes naturelles similaires, ou les rend plus fréquents".

 

"Il n'y a pas d'urgence climatique.

 

"Nous nous opposons fermement à la politique nocive et irréaliste de zéro CO2 proposée pour 2050."

 

L'année dernière, Steven Koonin, sous-secrétaire d'État aux sciences de l'administration Obama, a publié un livre intitulé "Unsettled" dans lequel il affirme que "la science est insuffisante pour faire des projections utiles sur la façon dont le climat changera au cours des prochaines décennies, et encore moins sur les mesures à prendre."

 

L'idée que le changement climatique est établi rabaisse et refroidit l'entreprise scientifique, a-t-il soutenu, "retardant ainsi ses progrès dans ces questions importantes". 

 

En 2020, l'activiste vert de longue date Michael Shellenberger a écrit un livre intitulé "Apocalypse Never".

 

Dans le livre, Shellenberger déplore que la discussion sur le changement climatique soit "devenue incontrôlable".

 

SOURCE : https://slaynews.com/news/1200-scientists-scholars-declare-no-climate-emergency/

Partager cet article
Repost0
18 août 2022 4 18 /08 /août /2022 16:07

La "passion de la vérité" animant le professeur Van den Bosche, celui-ci intervient publiquement dans une vidéo (ici la deuxième partie) dans laquelle il avertit le public que le virus du Covid post Omicron, dans des formes mutantes plus virulentes va maintenant sélectionner les "vaccinés" et les infecter causant parmi eux de nombreux morts avec le Covid et du Covid (des "pertes de vie massives"), alors que le virus mutant ne s'intéressera plus aux non vaccinés,  lesquels ne devraient plus avoir de covid ou ne devraient plus développer que de légers symptômes. 

Source: https://odysee.com/@MediainfociteTV:6/Geert-Vanden-Bossche-nous-adresse-un-s%C3%A9rieux-avertissement-2e-partie:0?r=GiSq7ZWjvyHgy9z8hWL8i1QrH9M2CHbd

 

Lien pour écouter la première partie : 

https://odysee.com/@MediainfociteTV:6/GeertVandenBosschemiseengarde:3?r=GiSq7ZWjvyHgy9z8hWL8i1QrH9M2CHbd

Partager cet article
Repost0
5 août 2022 5 05 /08 /août /2022 07:25
Un médecin suédois tire la sonnette d'alarme à propos de cancers agressifs et rares après la "vaccination Covid"

Un médecin et chercheur suédois tire la sonnette d'alarme sur le lien entre les vaccins contre le coronavirus, les cancers à croissance rapide et l'inflammation des vaisseaux sanguins chez les patients décédés après avoir reçu un vaccin à ARNm.

 

Le médecin, qui travaille à l'hôpital régional de la ville suédoise de Kalmar, a déclaré dans une récente interview avec l'Association norvégienne des médecins et des travailleurs de la santé qu'elle était très préoccupée par le grand nombre de cas de cancer agressif qu'elle voit.

 

Ute Krüger a examiné 8000 autopsies et est convaincue qu'il existe un lien entre la vaccination et la mortalité. "Les vaccins contre le corona semblent provoquer des types de cancer à croissance rapide", a déclaré le médecin. Elle soupçonne que cela a à voir avec les réactions inflammatoires après la vaccination.

 

Elle a parlé à d'autres pathologistes qui découvrent de plus en plus de tumeurs dans divers organes qui étaient autrefois rares. "Personne ne m'écoute", déplore Kruger. "Mes collègues remettent même en question ma compétence."

 

Par exemple, un collègue lui a demandé de consulter un rapport d'autopsie. Elle a conclu que la personne était décédée d'une inflammation du muscle cardiaque à la suite de la vaccination corona. Le confrère a trouvé cette conclusion "beaucoup trop tirée par les cheveux".

 

Ceci malgré le fait que VAERS, la base de données américaine des effets indésirables des médicaments, compte déjà 30 000 déclarations de décès et plus de 50 000 cas de myocardite.

 

Les changements les plus probablement liés au vaccin contre le coronavirus ne représentent qu'une fraction de ce qui se passe dans le corps, a déclaré le Dr. Kruger. "J'ai étudié la médecine parce que je veux aider les gens, mais maintenant j'ai l'impression que tout ce que je peux faire, c'est les regarder se faire tuer et je ne peux pas y faire grand-chose", a-t-elle déclaré.

 

Partout où je vais, les médecins me disent: "Je vois exactement la même chose"", a déclaré Krüger, parlant d'un "schéma".

 

SOURCE : UNCUT.NEWS

Partager cet article
Repost0
4 août 2022 4 04 /08 /août /2022 08:43
Twitter censure le directeur israélien du vaccin COVID blessé par le vaccin Pfizer, probablement le scientifique médical le plus haut placé au monde

Le professeur Shmuel Shapira MD MPH, qui a été directeur de l'Institut israélien de recherche biologique de 2013 à 2021, a affirmé que l'épidémie de monkeypox était liée aux vaccins à ARNm.

 

Le professeur Shapira est également le fondateur et le directeur du Département de médecine militaire de la Faculté de médecine de l'Université hébraïque et du Corps médical de Tsahal. Il est chercheur principal à l'Institut international de lutte contre le terrorisme (ICT) de l'Université Reichman en Israël.

 

Auparavant, Shapira était directeur général adjoint de l'organisation médicale Hadassah et directeur de l'école de santé publique Hadassah de l'Université hébraïque. Il est un colonel à la retraite des Forces de défense israéliennes (FDI) et était chef du département de traumatologie de Tsahal.

 

Il a publié plus de 110 articles scientifiques évalués par des pairs et est l'éditeur de Essentials of Terror Medicine, Best Practice for Medical Management of Terror Incidents et Medical Response to Terror Threats.

 

La semaine dernière, le professeur Shapira, qui a été "blessé physiquement" après son troisième vaccin contre Pfizer, a été censuré par Twitter et contraint de supprimer un message disant : "Les cas de monkeypox sont rares depuis des années. Un seul cas a été documenté en Israël ces dernières années. Il a été prouvé que les vaccins à ARNm altèrent le système immunitaire naturel. Épidémie de monkeypox après une vaccination massive contre le Covid : "ce n'est pas un hasard"

 

La semaine dernière, le professeur Shapira, qui a été "physiquement endommagé" après son troisième vaccin Pfizer, a été censuré par Twitter et contraint de retirer un message qui disait : "Les cas de variole du singe ont été rares pendant des années. Ces dernières années, un seul cas a été documenté en Israël. Il est prouvé que les vaccins à ARNm affectent le système immunitaire naturel. Une épidémie de variole du singe après une vaccination massive contre le Covid : 'n'est pas une coïncidence'.

Le professeur Shapira, qui a lancé son compte Twitter en janvier 2022, est devenu de plus en plus critique à l'égard des vaccins à ARNm depuis qu'il a dénoncé pour la première fois le prix Genesis d'Israël, décerné au PDG de Pfizer, Albert Bourla.

 

Le 18 janvier 2022, Shapira a déclaré (traduit de l'hébreu par Google) : "Le prix israélien Genesis a été décerné au PDG de Pfizer, c'est tellement pathétique. Au lieu de le décerner à un scientifique israélien pour un vaccin médiocre à courte durée d'action qui a rapporté des milliards de profits à Pfizer, un scientifique pitoyable et banni. Bourla va maintenant être proclamé roi d'Israël.  Je vous rappelle qu'Israël vacciné est le quatrième pays au monde en termes de nombre de patients atteints de la maladie Corona. Il y a un championnat !"

 

Le 6 février 2022, Shapira demandait : "Comment évalueriez-vous un vaccin qui fait vacciner les gens trois fois et les rend malades deux fois (à partir d'aujourd'hui) ?" Sans parler des effets secondaires importants[.]”

 

Le 9 avril 2022, Shapira a déclaré : "Le PDG de la société dont les vaccins ont été utilisés pour vacciner des millions de personnes en Israël a déclaré dans une interview avec NBC qu'Israël servait de laboratoire du monde. Pour autant que je sache, c'est le premier cas dans l'histoire où des cobayes ont payé un prix exorbitant pour leur participation."

 

Le 13 mai 2022, Shapira a déclaré: "J'ai été vacciné trois fois, j'ai été gravement blessé physiquement, comme beaucoup d'autres [...] Aussi, ma confiance dans la nature des décisions et les processus par lesquels ils ont été pris a été gravement érodée. Personne n'a demandé et vérifié. Je me battrai de toutes mes forces pour que des réponses véridiques soient données sur toutes les décisions et pas seulement sur le vaccin[...]".

 

Le 8 juin 2020, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est entretenu par vidéoconférence avec le directeur général de l'Institut israélien de recherche biologique, le professeur Shmuel Shapira, le félicitant pour ses progrès dans le développement d'un vaccin contre le nouveau coronavirus.

 

Le 7 juin 2022, Shapira déclarait : "Nous parlons du cinquième vaccin en deux ans et demi. Si le vaccin est prévu pour la séquence à partir de janvier 2020 (l'arrière-grand-père de l'arrière-grand-père des variants actuels), un vaccin qui n'empêche pas l'infection ne prévient pas non plus la morbidité. Et il serait associé à des effets secondaires importants, c'est le moins qu'on puisse dire. Et pourquoi ? Quelle est la logique ? Quelle autorité l'a approuvé ? Et ne dites pas que ça prévient une maladie grave, personne ne l'a prouvé".

 

Le 8 juin 2022, Shapira a déclaré: "Je vais continuer et demander pourquoi un cinquième vaccin obsolète est administré qui ne protège pas contre la maladie et semble provoquer de nombreux effets secondaires courants importants."

 

Le 5 juillet 2022, Shapira a parlé du "fils d'un ami australien de 36 ans" qui "a développé de graves arythmies ventriculaires et est tombé en insuffisance cardiaque" juste "quelques jours après le deuxième vaccin de Pfizer".

 

"L'indemnisation se fait automatiquement par le gouvernement australien", a-t-il déclaré. "Malgré le comportement de leur gouvernement, ils admettent le lien et l'expression 'pas de lien' n'apparaît pas dans le dictionnaire".

 

Le 15 juillet 2022, Shapira a partagé un tableau des taux de COVID en Nouvelle-Galles du Sud, montrant un risque accru d'infection par COVID avec chaque nouvelle dose de vaccin à ARNm, commentant : "Les données officielles de l'Australie indiquent que la probabilité de contracter la maladie augmente avec chaque injection supplémentaire, car la quatrième injection augmente considérablement le risque. Selon cette étude, c'est censé être un anti-vaccin, du moins d'après ce qu'on m'a appris."

 

Le 18 juillet 2022, Shapira a déclaré: "Je ne suis pas contre les vaccinations, je suis contre la stupidité, contre la fausse science et contre la gestion incompétente."

 

Le 28 juillet 2022, Shapira a déclaré: "T m'a averti de supprimer le T reliant MP à C. Chaque jour, je comprends mieux où nous vivons et en quelle année.

 

En d'autres termes, Twitter l'a averti de supprimer le tweet liant le monkeypox au vaccin COVID.

 

Le 31 juillet 2022, Shapira a partagé un lien vers les rapports d'événements indésirables du vaccin OpenVaers COVID qui montraient un total de 1 357 937 rapports, dont 170 151 hospitalisations et 29 790 décès, qu'il a simplement commentés : "Sûr et efficace".

 

En résumé, le professeur Shmuel Shapira, directeur général de l'Institut israélien de recherche biologique, est peut-être le scientifique médical le plus haut gradé au monde à critiquer ouvertement les vaccins COVID.

 

L'Institut israélien de recherche biologique a été fondé en 1952 en tant qu'institut de recherche d'État par un groupe de scientifiques des Forces de défense israéliennes.

 

Depuis lors, l'IIBR a mené des recherches et des développements en biologie, en chimie et en sciences de l'environnement pour fournir à l'État d'Israël des capacités de défense chimique et biologique.

 

Dans un monde post-confinement où les gouvernements travaillent de plus en plus avec Twitter, Facebook et YouTube pour censurer les critiques des vaccins COVID, même les meilleurs scientifiques médicaux sont réduits au silence lorsqu'ils parlent de science qui contredit le récit de l'industrie pharmaceutique.

 

Il faut espérer que le professeur Shmuel Shapira - qui était auparavant le principal scientifique militaire israélien sur la recherche sur les armes chimiques et biologiques - ciblera désormais les vaccins à ARNm COVID et attirera davantage encore l'attention sur la mort et la destruction qu'ils infligent à de nombreuses personnes dans le monde.

 

Inflammation du muscle cardiaque, arythmie cardiaque mortelle, 20 % d'AVC en plus, nerf facial, zona, acouphènes (bourdonnements d'oreilles), saignements gynécologiques excessifs, monkeypox, effets secondaires cachés à long terme.

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2022 7 31 /07 /juillet /2022 00:00
Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 85.

Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 85.

Un militaire

 Saint Ignace naquit en 1491 au château de Loyola, en Espagne. Il était le dernier de douze enfants, et il donna dès son bas âge des marques d'une grande vivacité d'esprit. Sa jeunesse fut celle d'un homme nourri des maximes du monde. Il fut d'abord page du roi Ferdinand V; puis il embrassa la carrière des armes. Il ne le céda en courage à personne, mais négligea complètement de vivre en chrétien, dirigé uniquement par l'orgueil et l'amour des plaisirs. De ce chevalier mondain, Dieu allait faire l'un des premiers chevaliers chrétiens de tous les âges. 



Au siège de Pampelune, un boulet de canon brisa la jambe droite du jeune officier, qui en peu de jours fut réduit à l'extrémité et reçut les derniers sacrements. Il s'endormit ensuite et crut voir en songe saint Pierre, qui lui rendait la santé en touchant sa blessure. A son réveil, il se trouva hors de danger, quoique perclus de sa jambe.



Pour se distraire, il demanda des livres; on lui apporta la Vie du Christ de Ludolphe le Chartreux (ou "de Saxe") et La Vie des Saints, La Légende dorée de Jacques de Voragine. Il les lut d'abord sans attention, puis avec une émotion profonde. Il se livra en lui un violent combat; mais enfin la grâce l'emporta, et comme des hommes de cette valeur ne font rien à demi, il devint, dans sa résolution, un grand Saint dès ce même jour. Il commença à traiter son corps avec la plus grande rigueur; il se levait toutes les nuits pour pleurer ses péchés. Une nuit, il se consacra à Jésus-Christ par l'entremise de la Sainte Vierge, refuge des pécheurs, et Lui jura une fidélité inviolable. Une autre nuit, Marie lui apparut environnée de lumière, tenant en Ses bras l'Enfant Jésus.

Saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus

Rédacteur des "Exercices Spirituels"

Peu après, Ignace fit une confession générale et se retira à Manrèze dans une grotte écarlate, pour s'y livrer à des austérités qui n'ont guère d'exemple que dans la vie des plus célèbres anachorètes: vivant d'aumônes, jeûnant au pain et à l'eau, portant le cilice, il demeurait tous les jours six ou sept heures à genoux en oraison.

 

Le démon fit en vain des efforts étonnants pour le décourager. C'est dans cette solitude qu'il composa ses Exercices spirituels, l'un des livres les plus sublimes qui aient été écrits par la main des hommes. "Exercices, dit le sous-titre, pour amener l'homme à se vaincre, à se dégager de toute affection désordonnée, à se faire une vie chrétienne". Un tel programme est exactement celui que tout baptisé doit se proposer, et il est bien vrai que n'importe qui, pourvu qu'il soit croyant, trouve dans les Exercices de quoi alimenter sa vie religieuse, l'aider à se mieux connaître et à régir son âme. Saint François de Sales, dans son Traité de l'amour de Dieu (1616), conseillera aux évêques, aux prêtres et religieux de les utiliser.

"Ignace se place, dans le prolongement du Connais toi toi-même de l'Imitation de Jésus-Christ." (Pierre Chaunu, Église, Culture et Société, Essais sur Réforme et Contre-Réforme 1517-1620, S.E.D.E.S, Paris 1981, p. 390.)

Saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus

Fondateur de la Compagnie de Jésus (Jésuites)

Passons sous silence son pèlerinage en Terre Sainte et différents faits merveilleux de sa vie, pour rappeler celui qui en est de beaucoup le plus important, la fondation de la Compagnie de Jésus (1534), que l'on pourrait appeler la chevalerie du Christ et le boulevard de la chrétienté. Cette fondation est assurément l'une des plus grandes gloires de l'Église catholique; sciences profanes et sciences sacrées, enseignement, apostolat, rien ne devait être étranger à la Compagnie d'Ignace. Les vertus du fondateur égalaient ses grandes oeuvres; elles avaient toutes pour inspiratrice cette devise digne de lui: Ad majorem Dei gloriam! "A la plus grande gloire de Dieu!".
Il s'associa neuf compagnons, qui firent avec lui le voeu de renoncer à tout pour travailler au salut des âmes. Aucune bonne oeuvre n'étrangère à cet institut. Ses membres s'occupent aux missions, à la visite des malades et des prisonniers. Ils ont pour but principal d'instruire la jeunesse dans les sciences et dans la piété, et d'aller prêcher en quelque lieu qu'il plaira au pape de les envoyer.

 

D'une grande indulgence envers les hérétiques

"Ignace de Loyola écrit dès les années 1530, ..., dans l'avis préalable de ses Exercices Spirituels, que le chrétien doit être plutôt disposé à sauver une proposition de son prochain qu'à la condamner. Vingt ans plus tard il donne aux religieux de sa Compagnie de Jésus cette directive : 'En classe comme en chaire [...], ils ne démontreront la fausseté des principes de nos adversaires que la le simple exposé de notre croyance. Que jamais, une parole d'injure ne soit sur leurs lèvres, et qu'ils ne témoignent aucune indignation envers les hérétiques.'" [6]

 

"Cet homme que si souvent, on représentera dur, rigide, impitoyable, lorsqu'il veut résumer en trois lignes toute sa doctrine - comme c'est le cas dans une lettre aux scolastiques de Coïmbre -, il ne parle ni de discipline, ni de crainte sacrée de Dieu, mais il dit simplement : "Par-dessus tout, je voudrais exciter en vous le pur amour de Jésus-Christ, le désir de son honneur et celui du salut des âmes qui furent rachetées par lui." [7] 

 

Le saint fondateur mourut en 1556.

 

PRATIQUE. Faites toutes vos actions pour la plus grande gloire de Dieu.

 

--------------------------------------------------------------

Saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus

Extrait des Exercices spirituels : Les Deux Etendards 
 

Quatrième jour : LES DEUX ETENDARDS

Méditation de deux étendards : l'un de Jésus-Christ, notre chef souverain et notre Seigneur ; l'autre de Lucifer, ennemi mortel de la nature humaine.

136 ‹ L'oraison préparatoire est toujours la même.

137 ‹ Le premier prélude consiste à se rappeler le fait historique de la méditation. Ici c'est, d'un côté, Jésus-Christ qui appelle tous les hommes et veut les réunir sous son étendard ; de l'autre, c'est Lucifer qui les appelle sous le sien.

138 ‹ Le second prélude est la composition de lieu. Ici, on se représentera une vaste plaine près de Jérusalem, au milieu de laquelle se trouve Notre Seigneur Jésus-Christ, chef souverain de tous les hommes vertueux, et une autre plaine près de Babylone, où est Lucifer, le chef des ennemis.

139 ‹ Le troisième prélude consiste à demander ce que je veux obtenir. Dans cet exercice ce sera, premièrement, la connaissance des ruses du chef des méchants et le secours dont j'ai besoin pour m'en défendre ; secondement, la connaissance de la véritable vie, qui nous est montrée par le chef souverain et légitime, et la grâce nécessaire pour l'imiter.

Première partie :

140 ‹ Dans le premier point, je me représenterai le chef du parti ennemi dans cette vaste campagne de Babylone, assis dans une chaire élevée, toute de feu et de fumée, sous des traits horribles et d'un aspect épouvantable.

141 ‹ Dans le second point, je considérerai comment il appelle autour de lui des démons innombrables ; comme il les répand, les uns dans une ville, les autres dans une autre, et ainsi dans tout l'univers, n'oubliant aucune province, aucune condition, aucun lieu, aucune personne en particulier.

142 ‹ Dans le troisième point, j'écouterai le discours qu'il leur adresse, comme il leur ordonne avec menaces de jeter des filets et des chaînes. Ils doivent tenter les hommes, en leur inspirant d'abord le désir des richesses, comme il fait le plus souvent lui-même, afin de les conduire plus facilement à l'amour du vain honneur du monde, et de là à un orgueil sans bornes.. Suite

 

--------------------------------------------------------------

Expansion de la Compagnie de Jésus et conceptions

 

La Compagnie de Jésus témoigna en Europe et plus encore en Asie ou en Amérique d'un respect pour les peuples et leurs cultures qui n'avait d'égal nulle part ailleurs.

 

En 1541, saint François-Xavier s'embarquait pour les Indes.

 

En 1548, les jésuites débarquait au Maroc.

 

En 1549, ils s'installaient au Brésil.

 

En 1555, Jules III désignait plusieurs pères pour aller créer une hiérarchie catholique en Ethiopie. Ignace de Loyola leur conseillait de se faire éthiopiens avec les Ethiopiens.

 

Au Japon

 

En 1563, quinze ans après le départ de François-Xavier, la communauté catholique japonaise comptait 150 000 membres.

 

En Chine

 

Quand les jésuites pénètrent pour la première fois en Chine à la fin du XVIème siècle ils découvrent une civilisation en pointe dans l'observation du ciel et la conception de calendriers. 

 

Après une premier voyage de François-Xavier en Chine au milieu du XVIe siècle, en 1582, les pères Ruggieri et Ricci arrivaient en Chine à Macao. Ils gagnent Nankin puis Pékin, possèdent une vaste culture encyclopédique; ils sont à l'avant-garde de leur époque pour les connaissances mathématiques, astronomiques et cosmologiques. Ils parlent et écrivent le chinois. Ils se sont rendus compte de la valeur humaine du confucianisme, religion de l'empereur et de l'élite du pays. Ils s'efforcent d'intégrer au christianisme un certain nombre de concepts confucéens de telle sorte que la révélation chrétienne puisse devenir une réalité intellectuelle pour cette élite.

Étudier les étoiles nous rapproche un peu plus de Dieu.

Matteo Ricci

Portrait de Matteo Ricci par le frère chinois Emmanuel Pereira

Portrait de Matteo Ricci par le frère chinois Emmanuel Pereira

Demeuré seul Ricci s'avance très loin dans cette voie, particulièrement dans le domaine de la liturgie qui est par excellence celui des symboles. Ayant adopté un nom chinois, il s'habille à la manière des mandarins dont il respecte strictement les usages.

Lui et un de ses compagnons jésuites, Michele Ruggieri, s'habillent d'abord en moines bouddhistes, puisqu'ils sont religieux, mais adoptent plus tard le vêtement des lettrés, ayant appris que les bonzes étaient généralement incultes et mal considéré. (Philippe Oswald, Ce jésuite qui ouvrit les portes de la Chine, Famille chrétienne no 1686, 8-14 mai 2010) 

 

Pour les Chinois d'autrefois, le temps avait une signification particulière. Ils voulaient faire chaque chose au moment approprié. Ils pensaient que ce moment approprié était déterminé par le rythme de la nature. Pendant la dynastie Ming, pour asseoir, la légitimité impériale, l'empereur était proclamé "fils du ciel". Il représentait le peuple devant le ciel et le ciel devant le peuple. Il était donc l'intermédiaire entre le peuple et le ciel. Le pouvoir suprême de l'empereur provenait naturellement du pouvoir de la guerre, de la conquête d'un territoire ou d'un pays, mais une fois cela accompli, s'il voulait devenir un souverain légitime, il devait être investi du "mandat du ciel".

 

Matteo Ricci et son ami mandarin, Xu Guangqi

 

Le calcul du temps et du calendrier était la prérogative de l'empereur. Le soleil symbolisant l'empereur, la prévision des éclipses de soleil était essentielle. 

 

Matteo Ricci fut formé à Rome au Collège romain et eut comme professeur le mathématicien et astronome, le jésuite allemand Christophe Clavius, surnommé l'"Euclide du XVIe siècle", qui fut à l'origine du calendrier grégorien, nouveau calendrier qui corrigeait l'erreur du calendrier Julien (1582).

  

Au cours de son périple, Matteo Ricci découvre par hasard l'ancien observatoire de Nankin, avec ses étonnants instruments astronomiques. Dans son journal, il note : "J'ai découvert quelque chose qui dépassait tout ce que je pouvais imaginer." Les instruments chinois utilisaient un système de coordonnées équatoriales, alors qu'en Europe, depuis la Grèce antique jusqu'au XVIe siècle, les astronomes ont toujours utilisé le système de coordonnées écliptiques. "Observer le ciel au moyen de l'écliptique, c'est se référer à la trajectoire du soleil, mais les calculs sont moins précis alors qu'il est plus simple de se référer à l'Equateur pour déterminer la position des corps célestes. Je ne pouvais pas imaginer que la Chine avait un système astronomique si complet", écrit Matteo Ricci dans son journal.

 

Système de coordonnées écliptiques

Après 20 ans d'activité missionnaire, Matteo Ricci arrivait enfin aux portes de la capitale Pékin, aux portes de la Cité interdite (1601). Il se rendit compte que les Chinois étaient intéressés par tout ce qui concerne les sciences mathématiques et en particulier l'astronomie, qui était une activité officielle organisée par l'État. Les astronomes étaient des fonctionnaires qui faisaient partie intégrante de la bureaucratie. Il comprit vite que l'art de mesurer le temps et de prévoir les phénomènes célestes, notamment les éclipses lunaires et solaires, était aux sources de l'autorité impériale. Lorsqu'il y avait des erreurs de prévision dans le calcul d'une éclipse de soleil ou de lune, cela indiquait qu'il y avait un problème de gouvernement du pays. L'empereur devait faire son examen de conscience et revoir sa politique. 

Certains ne comprennent pas pourquoi nos missionnaires doivent parler de science et de mathématiques avec les Chinois, mais si nous voulons que les Chinois s'intéressent à nos enseignements religieux, le meilleur moyen est de leur donner de la science avec de la religion. Cela retient mieux leur attention que tout le reste, et ils voient que notre science est construite sur des preuves solides. C'est ce qui leur fait penser que notre religion doit être aussi bien fondée.

Matteo Ricci, cité dans le documentaire "Chine, l'empire du temps (1/2) Les jésuites à la conquête de la Cité interdite"

 

Quand Ricci est arrivé en Chine, depuis des années les calendriers officiels traversaient une crise et il y avait eu plusieurs tentatives de réforme infructueuses. Ricci, qui n'était pas lui-même un spécialiste, a donc adressé une lettre à Rome pour demander que soient envoyés en Chine des jésuites qui soient formés en astronomie : "Je répète avec insistance une requête que j'ai déjà formulée et qui est restée sans réponse. Il serait très bénéfique d'avoir à la cour de Pékin un père ou un frère qui soit astronome. Je connais suffisamment l'astronomie, l'horlogerie, et les astrolabes, et j'ai les ouvrages nécessaires. Mais les Chinois attachent moins d'importance à ces sciences qu'au mouvement des planètes, au calcul des éclipses, et en fait, au calendrier. J'espère que vous traiterez de cette question qui est de la plus haute importance pour la Chine avec le père général." (Lettre au Pape Paul V, 1607)

 

Mappemonde de Matteo Ricci

Ricci dessina des mappemondes qui firent connaître aux Chinois le reste du monde, traduisit en chinois des livres de philosophie, de mathématiques et d'astronomie. Sa rencontre avec les proches de l'empereur fut à l'origine de l'essor de l'horlogerie moderne en Chine. 

 

Le lettré mathématicien et astronome Xu Guangqi dont Ricci devint grand ami, se convertit au christianisme et fut baptisé en 1603 sous le nom de Paul. Il traduira en chinois de nombreux ouvrages scientifiques occidentaux, principalement en astronomie et mathématiques (notamment les Éléments d'Euclide). 

 

Les ouvrages de Ricci aidèrent à faire progresser la cartographie chinoise, participant à la popularisation de la représentation de la Terre comme étant une sphère. [Timothy Brook (trad. Odile Demange), Sous l’œil des dragons : La Chine des dynasties Yuan et Ming, Paris, Payot, 2012, p. 233-237]

La chaine Arte diffuse ces jours-ci un documentaire sur les Jésuites en Chine, intitulé "Chine : L'empire du temps". S'appuyant sur des reconstitutions historiques soignées, cet éclairant documentaire-fiction bénéficie d'un accès sans précédent à de nombreux laboratoires et installations astronomiques chinois comme le FAST, le plus grand radiotélescope du monde, mis en service en 2016. 

 

Ce documentaire est visible en rediffusion sur le site d'Arte du 28 juillet 2018 au 05 août.

 

Bande-annonce: 

Chine, l'empire du temps (1/2) Les jésuites à la conquête de la Cité interdite :

En 1610, année de la mort de Matteo Ricci, le Bureau astronomique impérial à Pékin échoue à prévoir convenablement une éclipse de très forte magnitude. Être capable de prévoir une éclipse était le test suprême d'un système astronomique en Chine, et le plus difficile était de prédire une éclipse de soleil. Après cet échec, il devint vital pour l'empereur de lancer une nouvelle réforme du calendrier

 

Les connaissances scientifiques et techniques en astronomie et en horlogerie de Matteo Ricci lui valurent les faveurs de l'empereur et une influence si grande à la cour que lorsqu'il mourut en 1610 à Pékin, on lui fit des funérailles nationales. Il fut inhumé avec une permission spéciale de l'empereur, à proximité de la Cité interdite (palais impérial à Pékin des dynasties Ming et Qing). 

 

Son travail et ses activités ont toujours eu une perspective d'évangélisation en profondeur, même s'il n'a pas cherché à baptiser en masse. On estime à 2 500 le nombre de chrétiens chinois à sa mort. Et 9 des 18 jésuites œuvrant en Chine étaient chinois.

 

Ricci est considéré comme le fondateur de l'Église chinoise. Aujourd'hui, au "Millennium Center" de Pékin, le bas-relief consacré à l'histoire de la Chine ne comporte que deux étrangers, tous deux italiens : Marco Polo à la cour de Kubilaï Khan et Matteo Ricci scrutant le ciel et habillé comme un mandarin confucéen.

 

Dans la religion populaire chinoise, Matteo Ricci est vénéré comme maître des horloges et protecteur des horlogers. Sa cause en béatification est maintenant étudiée à Rome par la Congrégation pour la Cause des Saints.

 

Les successeurs jésuites de Ricci en Chine eurent la même ligne de conduite. En 1626, le jésuite allemand Johann Adam Schall von Bell écrivit le premier traité chinois sur le télescope, le Yuanjingshuo.

 

Les idées de Johannes Kepler et de Galilée pénétrèrent lentement en Chine grâce au jésuite polonais Michał Piotr Boym (1612–1659) en 1627 et au traité d'Adam Schall von Bell en 1640. Les travaux de Boym incluront une traduction du texte se trouvant sur la stèle nestorienne découverte dans Sian (Xi'an) en 1625, qui témoigne de la présence du christianisme nestorien dans la Chine du VIIIe siècle. Cette traduction est publiée dans le China illustrata d'Athanasius Kircher.

 

La "méthode Ricci" se caractérisait par quatre principes directeurs : une politique d'ajustement ou d'adaptation à la culture chinoise; la propagation de la Foi et l'évangélisation par "le haut" : les jésuites s'adressent à l'élite instruite; la propagation indirecte de la Foi : l'exposé des sciences et techniques européennes doit attirer l'attention des chinois instruits et les persuader du degré d'avancement de la civilisation européenne; l'ouverture aux valeurs chinoises et la tolérance à leur égard : Ricci considère qu'il côtoie une société aux hautes valeurs morales, pour laquelle il éprouve une profonde admiration. Suivant la tradition humaniste, il estime que Confucius (552-479 av J.-C.) est tout à fait comparable à "un autre Sénèque". Il plaide pour un retour au confucianisme initial qu'il considère comme une philosophie fondée sur la loi naturelle et qui contient l'idée de Dieu. Enfin, il adopte une attitude de tolérance envers les rites confucéens tels que le culte des ancêtres ou la vénération de Confucius, considérés comme des "rites civils".

 

Pour calculer l'éclipse de 1629, Xu Guangqi collabore avec Johann Schreck, un jésuite astronome allemand envoyé par Rome et ami de Galilée. À la suite de cette éclipse, l'empereur Chongzhen (1627-1644) - dernier empereur de la dynastie Ming, renversé par une révolte qui amena au pouvoir la dynastie mandchoue Qing - approuva les résultats obtenus par Xu Guangqi grâce aux méthodes occidentales, et confia à Xu Guangqi la réforme du calendrier.

Sur le moment du calcul de l'éclipse, les Chinois étaient à une minute et les européens à quinze minutes, mais la magnitude calculée par les Européens était plus précise. Ce n'était pas la compétence des Chinois qui était en cause, mais leur système. Les Européens les aidèrent à le corriger. 

 

Xu Guangqi fit venir à Pékin deux missionnaires, l'allemand Johann Adam Schall von Bell (1592-1666) et le jésuite italien Giacomo Rho (1593-1638), qui commencèrent la rédaction du nouveau calendrier selon la méthode occidentale. Ce sont eux qui ont jouèrent le rôle le plus important dans la réforme du calendrier chinois. Après le renversement de la dynastie Ming en 1644, Adam Schall von Bell ne put se résoudre à voir réduit à néant le travail accompli depuis l'arrivée de Matteo Ricci. Il décida de rester à Pékin.

Chine, l'empire du temps (2/2) Le procès des jésuites :

Bien que les Mandchous aient eu une armée très puissante et qu'ils aient vaincu les Ming, culturellement ils étaient relativement en retard. Pour régner sur un grand pays comme la Chine, ils devaient assurer la continuité de certaines choses, comme le confucianisme et l'idée de "mandat du ciel".

 

Une éclipse du soleil fut annoncée pour le 1er septembre 1644; le nouveau pouvoir eut besoin d'une prévision fiable. Schall y vit l'occasion de relancer la mission des jésuites en Chine. Il écrivit à l'empereur : "Votre sujet, soumet à votre grandeur, des prédictions concernant une éclipse de soleil, qui aura lieu le premier jour du huitième mois, calculée selon la nouvelle méthode occidentale. [...] Les données ayant servi à cette prédiction sont dans la présente lettre. Votre sujet prie humblement votre grandeur de publier un décret pour que le ministère des rites examine publiquement la précision de cette prédiction de l'éclipse de soleil." Le régent Dorgon, durant la minorité du nouvel empereur, accorda la permission. Pour cette éclipse, comme pour toutes les autres éclipses, un fonctionnaire du Bureau astronomique impérial surveillait les observations. Von Bell fut déclaré vainqueur. La méthode chinoise fut moins précise. L'erreur maximale de la méthode occidentale était de 9 minutes, alors qu'elle se situait entre 21 et 30 minutes pour la méthode chinoise. L'observation prouva que la méthode occidentale était plus précise et que les méthodes chinoises lui étaient nettement inférieures. Schall von Bell se vit offrir la direction du Bureau impérial d'astronomie. Pour la première fois dans les missions jésuites, un missionnaire occupait un poste au sein du mandarinat chinois. Quelques années plus tard, pour obéir à l'ordre de l'empereur, Adam Schall introduisit le système selon le calendrier occidental.

 

Lorsque en 1650 à la mort du régent Dorgon, le jeune empereur mandchou Shunzhi, accéda au trône, il était très lié à Adam Schall depuis sa tendre enfance, et l'appelait grand-père.

 

Schall enseignait que la terre était sphérique, ce qui lui valut les pamphlets de Yang Guangxian, un chinois musulman confucéen, à la tête du Bureau de l'astronomie de 1665 à 1669. Il abandonna le calendrier occidental pour revenir au calendrier chinois : "Schall dit que la terre est sphérique. Ceux qui vivent dans l'hémisphère supérieur se tiendraient debout, donc à l'opposé de ceux qui vivent dans l'hémisphère inférieur. Comment des gens pourraient être la tête en bas ? Je n'ai entendu parler que de gens qui se tiennent debout, jamais de gens qui se tiendraient horizontalement ou la tête en bas.

 

Plus grave, Yang Guangxian soutint que Adam Schall était responsable de la mort du régent Dogon, en choisissant un jour défavorable pour l'enterrement de son fils en 1658. En avril 1665, Schall et sept de ses assistants chinois, accusés de sédition, furent reconnus coupables et condamnés à mort. Lors du procès, Verbiest, répondant pour Schall, alors malade, déclara: "Si nous étions des traîtres, nous aurions un appui militaire et un arsenal, mais où sont ces forces ? Où sont ces armes ? Nous avons toujours conseillé au peuple de vénérer l'empereur et de respecter la loi. C'est un non-sens absolu que de nous qualifier d'agitateurs."

 

Finalement, seulement cinq chinois chrétiens furent exécutés: tous les missionnaires chrétiens furent exilés à Macao, seulement quatre jésuites restant à Pékin. Adam Schall, mort en 1666, ne vécut pas assez longtemps pour voir l'interdiction levée en 1671. En 1668, Yang Guangxian fut démis de son poste et remplacé par le collaborateur de Schall von Bell, le jésuite flamand Ferdinand Verbiest, parce qu'il ne put pas produire un calendrier valide lors d'une compétition avec les astronomes jésuites.

 

Le Pere Ferdinand Verbiest.gifEn cette année 1668 en effet, Kangxi, fils de Shunzhi, devenu officiellement empereur à l'âge de quatorze ans, trouva des moyens pour renforcer son pouvoir: l'astronomie. Il demanda aux jésuites de vérifier le calendrier qui devait être publié l'année suivante. On alla donc chercher le collaborateur de Schall, Ferdinand Verbiest. Sa réponse fut que le calendrier était truffé d'erreurs et qu'il avait de solides éléments pour le prouver. L'empereur décida qu'il ne voulait plus jamais voir de chose aussi honteuse à sa cour dans un domaine qui avait autant de conséquences. En 1669, Kangxi nomma Ferdinand Verbiest à la tête du Bureau de l'astronomie pour garder le contrôle sur le calendrier. Verbiest devint le nouveau président du tribunal mathématique. C'est lui qui modernisa l'observatoire de Pékin et fit traduire en chinois saint Thomas d'Aquin.

 

Sur les instruments astronomiques fabriqués par Verbiest en 1673 - 1674 et conservés à Pékin, en dépit de leur caractère occidental, on relève des motifs de dragons et phénix, symboles du pouvoir impérial. On a donc une union entre l'astronomie avancée de l'Occident et le pouvoir de l'empereur Kangxi. Ces instruments symbolisent ces deux dimensions. Verbiest devint l'ami de Kangxi, à qui il enseigna la géométrie. Mort en 1688, Verbiest sera enterré près de ses prédécesseurs Matteo Ricci et Adam Schall.

 

L'affaire précédente contre les Jésuites fut réexaminée et toutes les conclusions furent inversées. 

 

Les jésuites brilleront également en médecine et obtiendront en 1692, après avoir guéri l'empereur Kang Hsi avec de l'écorce de quinquina ("l'écorce des jésuites"), l'autorisation de prêcher publiquement dans tout le pays.

 

Vers 1700, il y avait plus de 300 000 Chinois baptisés et l'embryon d'un clergé indigène. Cela marque un échange unique et sans précédent de connaissances scientifiques entre deux civilisations, unique parce qu'il s'est déroulé sur un pied d'égalité.

 

Le 29 septembre 2016, la Chine a inauguré le FAST, le plus grand radiotélescope du monde. À la différence d'un télescope traditionnel qui reçoit de la lumière visible, le radiotélescope reçoit des signaux radios de l'espace comme le rythme impulsé par un pulsar et en déduire les micro-variations de cet astre dans l'univers. Et si l'on traduit le pulsar en son, cela ressemble au battement du coeur, très régulier. C'est même plus stable qu'une horloge atomique. Ici, les Chinois ont installé une scène parfaite pour les scientifiques. Bientôt ils pourront y réaliser leur projet et montrer leur talent.

 

Aux Indes entre 1606 et 1656

Robert de Nobili, missionnaire jésuite parmi les brahmes d'Inde du Sud

Robert de Nobili, missionnaire jésuite parmi les brahmes d'Inde du Sud

Roberto de Nobili (1577-1656) était admis à Maduré dans la caste supérieure des brahmanes. Connaissant le sanskrit et le tamoul, il abandonna jusqu'à son nom pour se faire appeler Tatuva Podapar Suami, "le maître des 96 perfections du sage".

 

En 1609, 70 brahmanes de la province se convertirent au catholicisme sans avoir le sentiment d'être infidèles à l'enseignement des vedas ni renoncer à leurs pratiques rituelles (bains, encensement au santal, etc.)

 

A Lisbonne, le tribunal de l'Inquisition saisi de l'affaire par les adversaires de la Compagnie, donna raison à de Nobili.

Le pape Grégoire XV confirma le jugement et décida qu'il y aurait désormais plusieurs rites (c'est par impropriété de terme qu'on les a qualifiés de "rites malabars" au lieu de rites de Maduré).

 

Malheureusement, en 1780 en Chine, à la mort du père Martial Cibot, l'un des derniers jésuites qui survécurent quelques années en Chine après la destruction de leur ordre en 1773, la pénétration du christianisme avait été totalement interrompue dans les milieux lettrés du fait de l'interdiction par Rome en 1739 des rites locaux indiens malabars et chinois quelques années plus tard.

 

Il faudra attendre 1942 pour que Pie XII, se référant explicitement à l'autorisation de Paul V en 1615, permît à nouveau de célébrer la messe en langue littéraire chinoise !

 

Actuellement les contacts de la Compagnie de Jésus avec la Chine continentale restent sporadiques.

 

Au Paraguay et en Uruguay, entre 1600 et 1725

 

La confusion est complète entre les pouvoirs religieux et civil. La politique est en fait dirigée de Madrid par le Conseil des Indes. La confusion du spirituel et du temporel, grave dans son principe et dans ses effets, recèle néanmoins ici quelques avantages. Les jésuites, en effet, ont reçu de Madrid la charge d'administrer les régions que n'habitaient pas encore les Blancs. Ils y jouissaient d'une large autonomie à laquelle ils devraient bientôt renoncer si les colons espagnols s'installaient. Or l'expérience leur montra les conséquences fâcheuses du contact entre indigènes et colons. Ces derniers, par leur racisme et leur avidité au gain, donnaient le plus mauvais exemple et ne provoquaient que ressentiment. Tout poussa donc ces évangélisateurs à perpétuer un isolement si favorable à leur dessein. Ainsi fondent-ils en 1610 le tout premier village chrétien composé uniquement d'Indiens guaranis, la "réduction" de Saint-Ignace.

 

En 1700, il y aura trente réductions d'environ 3000 à 4000 habitants. Ces villages où les Européens n'étaient donc pas admis étaient tous constitués sur le même modèle: l'église et la résidence des pères était construite au centre; autour étaient installées l'école et les bâtiments sociaux, puis venait le cercle des habitations (une par famille), enfin, à la périphérie, il y avait les ateliers. Au-delà, les terres labourables étaient propriété collective. Le maire, indigène, était élu par les habitants. La justice était rendue par les jésuites, la peine la plus grave étant l'expulsion du village. Ces petites républiques guaranis formaient un véritable Etat jésuite, à la fois collectiviste et théocratique. Elles prospérèrent jusqu'au jour où un accord conclu entre l'Espagne et le Portugal fera passer treize des plus importantes réductions sous l'autorité fort peu libérale du gouvernement de Lisbonne. La rébellion indienne qui suivra l'emprise maladroite des fonctionnaires portugais sera imputée aux jésuites. Quant aux réductions demeurées sous la tutelle espagnole, elles tomberont après la dissolution de la Compagnie de Jésus en des mains peu scrupuleuses qui les exploiteront sans vergogne et l'aventure se terminera misérablement.

Les jésuites partirent en mission également en Turquie, au Moyen-Orient.

Au Canada et en Amérique du Nord de 1634 à 1760

 

C'est notamment les Saints Martyrs Canadiens, missionaires († 1642/1649), Jean de Brébeuf, Isaac Jogues, Gabriel Lalemant, Charles Garnier, Antoine Daniel, Noël Chabanel, René Goupil, Jean de la Lande, Patrons du Canada.

 

La Compagnie utilisait les cultures locales pour donner à l'Evangile et à la foi un support, une expression, un langage qui soient compris des populations. Cet effort pour intégrer au christianisme des civilisations exotiques (que reprend saint François-Xavier) avait été jadis celui de l'Eglise palestinienne à l'égard de Rome ou celui des premiers évangélisateurs de la Gaule, saint Martin, saint Hilaire qui firent construire des lieux de culte catholiques sur d'anciens sanctuaires druidiques.

 

Au XVIe siècle, la Compagnie de Jésus arrivait dans un contexte où les conceptions luthérienne et calvinienne du péché originel faisaient prévaloir l'idée que la faute initiale de l'humanité avait totalement détruit dans l'homme la faculté du libre arbitre et vicié toutes ses entreprises à la base.

 

Luther affirmait que nul homme ne pouvait être "juste" aux yeux de Dieu. Même baptisé et élu, disait-il, un chrétien conserve sa tare fondamentale de pécheur. Au contraire de cette position, les Jésuites (Jacques LainezAlfonso Salmeron) affirmaient que la faute du péché originel n'avait pas complétement détruit dans l'homme la faculté du libre arbitre et que les mérites du Christ et son amour pouvaient apporter cette "justification inhérente" qui permet d'espérer une pleine participation à la divinité du Fils. Sous l'influence directe de saint Ignace de Loyola, l'humanité recevait une promesse inouïe de divinisation par la voie même du Concile de Trente (1542-1563) qui proclama que tout homme, fût-il non baptisé, avait la possibilité d'agir sans déplaire à Dieu.

Jacques Lainez (1512-1565) - Jacques Lainez, deuxième Supérieur Général des Jésuites

Jacques Lainez (1512-1565) - Jacques Lainez, deuxième Supérieur Général des Jésuites

Pendant le Concile de Trente, de Lainez et Salmeron au belge Lessius en 1587, et aux espagnols Molina, Banez ou Escobar, cible préférée de Pascal, les jésuites s'efforcèrent d'affirmer la prééminence de la liberté humaine contre des doctrines, souvent défendues par l'ordre rival des Dominicains, qui tendaient à subordonner au bon vouloir divin l'exercice du libre arbitre humain. Ces débats nous font maintenant l'impression d'un dialogue de sourds car les interlocuteurs ne parlaient pas de la même chose. Les jésuites, bien entendu, ne mettaient pas en question la toute-puissance de Dieu comme on les en accusait, ni le "néant" de la créature réduite à elle-même. Ils se contentaient de reconnaître implicitement ce qu'admettent aujourd'hui la plupart des théologiens, à savoir que cette toute-puissance ne s'exerce que dans le sens de l'Amour infini. L'homme, certes, ne peut se sauver que par la grâce de Dieu, mais cette grâce ne lui est jamais refusée. Dans le mécanisme du salut, c'est donc la volonté de l'homme qui est "souveraine" : elle, seule, peut faire obstacle à un Dieu qui ne se refuse pas (en enfer, il n'y a que des volontaires, pourrait-on résumer).

 

La doctrine inverse (défendue par les protestants et les jansénistes), qui subordonnait au bon vouloir divin l'exercice du libre arbitre aurait pu être le rappel d'une vérité évidente dans l'ordre de l'ontologie. Mais elle n'avait de sens que si elle supposait un Dieu qui ne veut pas le salut de tous les hommes. La logique de cette doctrine conduira les jansénistes à défendre contre les jésuites la thèse de la prédestination.

 

Les conceptions jansénistes ne pouvaient être que méfiantes, voire hostile à l'égard des cultures locales et profanes alors que les conceptions jésuites sur le libre arbitre et la "justification" portaient la marque foncièrement prophétique, accueillante et optimiste de la Compagnie de Jésus. Cette porte ouverte sur l'humanité non chrétienne permit à la Compagnie d'adopter des coutumes, des symboles et même des liturgies que l'on considérait jusqu'alors comme païennes, c'est-à-dire foncièrement mauvaises.

 

Cette audace lui fit adopter (dans la liturgie) les langues et les coutumes exotiques de ces peuples et qu'elle appliqua à la confession pour l'appréciation des cas de conscience (casuistique) faillit lui coûter la vie. En 1773, le pape Clément XIV, cédant à la pression des Bourbons de France, d'Espagne et de Naples, décidera de suspendre ses activités pour des motifs qui n'avaient rien à voir avec la Foi (voir plus bas).

 

Pendant plus de deux siècles, le jansénisme a profondément marqué le catholicisme français. Son rigorisme a été repris et adopté par le clergé qui a écarté des sacrements une grande partie des croyants et arraché de leur esprit la figure du Christ miséricordieux au profit d'un Dieu vengeur. La confession a été le lieu de ce véritable drame qui a éloigné les uns de la religion et a stérilement culpabilisé les autres. La question du délai ou du refus de l'absolution a constitué l'enjeu de ce que l'on a appelé improprement la querelle du laxisme; des millions d'hommes et de femmes en ont été les victimes.

 

C'est l'assemblée du clergé dominée par Bossuet et réunie à Saint-Germain-en-Laye, qui, en 1700, orienta l'Eglise gallicane vers un rigorisme qui, sur le plan de la fréquentation des sacrements, n'avait rien à envier à celui de Port-Royal. Bossuet, tout en rejetant la doctrine janséniste, n'hésitait pas à en approuver la rigueur envers les pécheurs. Si le régime de l'absolution refusée, ou différée (quelques fois pendant plusieurs années) s'est implanté, c'est à lui et à l'assemblée de clergé gallican qu'on le doit. Sous leur influence, les évêques de France et les confesseurs refuseront l'absolution à des pécheurs repentants et "en progrès", parce que la sincérité de leur contrition n'est pas certaine. Le délai d'absolution était encore recommandé par les manuels des séminaires au milieu du XIXe siècle. On devra attendre 1832 et la publication par l'abbé Thomas Gousset (futur cardinal) d'une Justification de la Théologie morale de saint Alphonse de Liguori (fondateur de l'ordre des Rédemptoristes) pour que le clergé de France commence à en revenir à une tradition évangélique, qui se matérialisera plus tard dans la recommandation de la pratique fréquente de l'Eucharistie. C'est Thomas Gousset, alors prefesseur au séminaire de Besançon, qui s'attaquera d'une manière décisive aux doctrines rigoristes et permettra leur reflux. C'est aux pécheurs récidivistes les plus enfoncés dans leurs faiblesses qu'il faut rendre facile l'accès à la confession, un "aliment pour les faibles" dira le pape jésuite François dans son Exhortation évangélique Evangelii Gaudium, n°47 (sur le fondement de saint Ambroise, De sacramentis, IV, 6, 28 : PL 16, 464 ; SC 25, 87 : « Je dois toujours le recevoir pour que toujours il remette mes péchés. Moi qui pèche toujours, je dois avoir toujours un remède » ; IV, 5, 24 : PL 16, 463 ; SC 25, 116 : « Celui qui a mangé la manne est mort ; celui qui aura mangé ce corps obtiendra la rémission de ses péchés ». saint Cyrille d’Alexandrie, In Joh. Evang. IV, 2 : PG 73, 584-585 : « Je me suis examiné et je me suis reconnu indigne. À ceux qui parlent ainsi je dis : et quand serez-vous dignes ? Quand vous présenterez-vous alors devant le Christ ? Et si vos péchés vous empêchent de vous approcher et si vous ne cessez jamais de tomber – qui connaît ses délits ?, dit le psaume – demeurerez-vous sans prendre part à la sanctification qui vivifie pour l’éternité ?). Au XIXe siècle, le point de vue de saint Alphonse de Liguori et du cardinal Gousset était celui des jésuites au XVIIe. Il allait exactement à l'encontre de la morale janséniste et gallicane du clergé français. C'était la faculté pour le confesseur de tenir compte des situations; de ne pas décourager le repentir par une exigence qui serait conforme aux principes moraux, mais inapplicable. C'est faire confiance au discernement humain et à la miséricorde divine; en deux mots : à la raison et à la grâce. Cette voie était celle d'Ignace de Loyola et ce sera l'un des mérites des jésuites que d'avoir contribué à la rouvrir à la suite d'Alphonse de Liguori et contre l'école des moralistes religieux français du XVIIIe siècle.

 

Leurs adversaires au XVIIe siècle trouvèrent en Blaise Pascal un polémiste de génie qui sut faire descendre le débat du plan théologique où il se situait au niveau de la morale pratique, domaine dans lequel la Compagnie était beaucoup plus vulnérable pour avoir voulu donner forme écrite et systématiser ce qui ressortissait à la seule conscience du confesseur. Le succès des Lettres à un Provincial contribua à imposer dans l'esprit public une caricature du jésuite qui n'est pas encore totalement effacée.

 

Le rôle des jésuites dans l'éducation et l'enseignement

 

Le jésuite Pierre Canisius organisa la défense de l'Eglise par le livre et l'école. Chacun des grands collèges créés par lui devint un centre de résistance aux thèses luthériennes et calvinistes. Canisius n'avait à son arrivée en Allemagne en 1550 que deux compagnons pour le seconder. Près de mille deux cents jésuites y exerçaient leur activité trente ans plus tard. Et dans toute l'Europe, suivant une ligne stratégique qui traversait le nord de la France, la Belgique, l'Allemagne, la Hongrie et la Pologne, furent fondés les universités et les collèges de la Contre-Réforme.

 

"Le triomphe de la papauté, a estimé l'historien anglais Macaulay, a été dû principalement à un grand reflux de l'opinion publique... Cinquante ans après la séparation des luthériens, a-t-il écrit, le catholicisme pouvait à peine se maintenir sur les rives de la Méditerranée. Cinquante ans plus tard, le protestantisme pouvait à peine se maintenir sur les rives de la Baltique."

 

Ce résultat fut, en grande partie, l'oeuvre de la Compagnie de Jésus, de ses collèges, de ses prédicateurs, de ses théologiens.

 

Dès 1590, les jésuites consacraient plus des trois quarts de leur activité à la formation des jeunes. L'accent était mis sur les humanités gréco-latines parce qu'elles constituaient alors la culture de l'honnête homme. Diverses congrégations plus ou moins liées à la Compagnie permettaient à celle-ci d'étendre son influence au-delà de la sphère universitaire. Charles Borromée, auteur du fameux catéchisme connu sous le nom de Catéchisme du Concile de Trente (1566), fut un de leurs membres et contribua à l'installation des jésuites dans les cantons catholiques de Suisse. C'est sur son insistance que le pape Clément XIII ordonna à la Compagnie de fonder des collèges à Lucerne et à Fribourg (en Suisse).

 

Un tel développement et une telle influence devait fatalement inquiéter les pouvoirs régants et la Compagnie aura longtemps à souffrir de leur méfiance.

 

Pourtant, dès l'origine, elle tentera de se prémunir contre l'hostilité des princes en interdisant formellement à ses membres de se mêler de la politique intérieure des pays.. L'auteur de cette consigne, le père Claudio Aquaviva, cinquième général de l'ordre (1581), ira même plus loin en conseillant au pape de se soumettre aux injonctions de la République de Venise qui exigeait l'expulsion des jésuites comme condition de sa fidélité aux Saint-Siège.

 

En France, les jésuites, comme serviteurs de la papauté ne pouvaient qu'être suspects aux yeux du Parlement gallican et de la Sorbonne. Néanmoins, vers 1610, au nombre de 1400 environ, ils possédaient déjà trente-six collèges, l'un des plus célèbres étant celui de La Flèche où sera formé Descartes.

 

La défense de "l'unité du peuple français", la défense du pouvoir monarchique

 

On trouve dans l'ouvrage "Histoire du Peuple français, De la Régence aux trois Révolutions", de Pierre Lafue quelques développements instructifs sur le rôle positif des Jésuites dans la défense de "l'unité du peuple français et pour l'extension du pouvoir monarchique" contre les Gallicans et les Jansénistes au XVIIIe siècle.

 

Ainsi, "lors de la réaction des ordres privilégiés, ont-ils été l'objet de l'hostilité de nombreux prélats - particulièrement des 6 cardinaux jansénistes dont le Cardinal de Noailles, archevêque de Paris, est le chef relativement modéré. En outre, l'Université et le Parlement se sont prononcés contre les partisans de l'ultramontanisme (les jésuites NDLR.).

 

... La coalition formée contre eux va toutefois demeurer assez longtemps impuissante par suite de l'attitude du roi qui leur sait gré, non seulement de fournir des confesseurs à toute sa famille, mais encore de désavouer la coterie parlementaire dressée contre le trône qui a tenté d'imposer la loi commune en matière d'impôt." [8]

 

 

La Compagnie de Jésus, cible de la franc-maçonnerie

 

Le Principal ministre de Louis XV entre 1758 et 1770, le comte de Choiseul, "allié des magistrats, fera alors pression pour obtenir l'expulsion des Jésuites." [9]

 

Comme par hasard, Choiseul était franc-maçon, "Vénérable de la Loge Les Enfants de la Gloire" en 1761. [10]

 

Tout en se disant "l'artisan du renouveau français et de la revanche contre l'Angleterre" [11], cet esprit des Ténèbres qui s'illustrait dans la destruction méthodique de la Nouvelle-France (Amérique française), était lié aux "philosophes" [12], et il était le complice des Parlements dans leur obstruction au roi... [13]

 

Les jésuites subirent ainsi les attaques conjuguées des jansénistes, des gallicans, des parlementaires et des "philosophes" de l’"Encyclopédie".

 

Le 6 août 1761, le parlement de Paris ordonna que les écrits de 23 jésuites dont Bellarmin, Toledo et Lessius fussent bannis comme "contraires à la morale et nuisibles à la jeunesse". Interdiction leur fut faite de recevoir des novices. Dans les villes où existaient d’autres écoles, les collèges jésuites durent fermer le 1er octobre 1761, et ailleurs ils furent fermés en avril 1762. Louis XV, favorable aux jésuites, intervint plusieurs fois, temporisa et obtint quelques délais. Cela tourna au conflit politique entre le parlement et le roi. Des compromis successifs, tous à tendance gallicane (pratiquement une séparation vis-à-vis de Rome), furent proposés aux jésuites et furent rejetés comme inacceptables.

 

Défiant le roi, le parlement de Paris, le 6 août 1762, déclara que la Compagnie de Jésus "nuit à l’ordre civil, viole la loi naturelle, détruit la religion et la moralité, corrompt la jeunesse" et la bannit de France. Certains parlements régionaux (comme celui de Flandre) refusèrent d’emboiter le pas ; la plupart temporisèrent. Le roi, de nouveau, obtint un délai. Mais malgré l'intervention du pape Clément XIII, pape de 1758 à 1769 qui défendit vigoureusement la Compagnie de Jésus, il dut finalement s’incliner tout en mitigeant les mesures prises. En novembre 1764, Louis XV édicta ce qui devint la mesure pour toute la France : la Compagnie de Jésus était proscrite en France, et ses biens étaient confisqués. Les jésuites furent cependant autorisés à y demeurer comme "bons et fidèles sujets", sous l’autorité des évêques. Les jésuites anglais de Saint-Omer durent également partir : ils s’installèrent dans les Pays-Bas méridionaux (alors autrichiens).

 

Si l’exécution de l’édit royal se passa moins dramatiquement qu’au Portugal les conséquences en furent tout aussi graves. L’enseignement en France fut désorganisé, de nombreux jésuites ayant choisi de partir en exil. Outremer, les missions des jésuites français furent confiées aux pères de Missions étrangères de Paris, mais ils ne suffisaient pas à la tâche. De nombreux postes furent fermés.

 

L'alliance de circonstance entre jansénistes, gallicans et philosophes des Lumières eut raison des jésuites. En 1761, dans une lettre à Voltaire, D’Alembert écrivit : "Que la canaille janséniste nous débarrasse des polissons jésuites. Ne fais rien pour empêcher que ces araignées se dévorent les unes les autres". En 1763 il triompha : "Les jésuites étaient les troupes régulières et disciplinées luttant sous l’étendard de la Superstition […] Les jansénistes ne sont que des cosaques dont la Raison va vite se débarrasser maintenant qu’ils doivent se battre seuls."

 

L’"affaire Lavalette" (scandale financier à la suite de la banqueroute du prêtre jésuite Antoine Lavalette) contraint Louis XV à interdire la Compagnie et à la bannir de France en 1763-1764, en fermant ses deux cents collèges. Déjà chassés du Portugal en 1759 par le ministre portugais franc-maçon, le marquis de Pombal, ils le furent encore d'Espagne en 1767 et du duché de Parme et de Plaisance en 1768. Cependant le roi Stanislas, avant 1766, les accueillit dans son duché de Lorraine, resté théoriquement indépendant du royaume de France.

 

Supérieur des Missions Françaises de l'Amérique du Sud en 1754, mais avec un ordre explicite d'arrêter toute entreprise commerciale, le Père Antoine Lavalette ignora cet ordre et poursuivit sa compagnie commerciale. Quelque temps plus tard, il emprunta pour acheter des terres. Or une épidémie en 1756 décima les ouvriers qui devaient les défricher et les mettre en culture pour exploiter la canne à sucre puis plusieurs de ses navires furent saisis par les pirates anglais à leur retour en Europe. La guerre de Sept Ans interrompant le trafic de sa maison de commerce avec la métropole, cette dernière fit faillite qui s'élevait à deux millions quatre cent mille livres. Deux de ses créanciers, de gros négociants marseillais, Gouffre et Lionci, poursuivirent La Valette devant le parlement à Aix qui le condamna. Le provincial des Jésuites fit appel, l'affaire remonta au Parlement de Paris. Ce dernier sous prétexte de se prononcer sur cette simple faillite, ordonna aux Jésuites de déposer au greffe un exemplaire des Constitutions de leur ordre et prononça un arrêt le 6 août 1762 qui déclarait la Compagnie de Jésus "inadmissible par sa nature dans tout État policé". [14]

 

Fritz Hochwälder a popularisé leur tragédie dans sa pièce Sur la terre comme au Ciel, véritable drame de l'obéissance. Les jésuites étaient soupçonnés à juste titre de fidélité romaine. La soumission ne leur épargna pas le bannissement qui précédera de peu la dissolution de la Compagnie !

 

L'opposition des cours européennes fut si forte que le pape Clément XIV en vint, le 21 juillet 1773, à supprimer la Compagnie de Jésus partout dans le monde ; c'est le bref Dominus ac Redemptor, qui dit que la Compagnie a souvent été sévèrement critiquée (mais ne dit pas si ces critiques étaient justifiées ou pas).

 

Leur salut viendra de l'Est. En Russie, la tsarine orthodoxe Catherine II interdit la promulgation de la bulle papale, et en Prusse le roi protestant Frédéric II fit de même, heureux de marquer sa désapprobation au Pape, tout en profitant de l'aubaine que constituaient tous ces savants et ces professeurs pour organiser l'enseignement et la recherche dans ses États.

 

En France, les maisons d'éducation des Jésuites furent fermées, et cette victoire fut représentée audacieusement par les partisans de l'opposition à la monarchie comme une mesure 'libérale'... [15] Dans sa lutte pour la domination politique, l'oligarchie parlementaire s'appuyait sur la secte religieuse des Jansénistes, grâce à laquelle elle s'est emparée de l'opinion publique, qui sans cela n'eût sans doute pas été abusée par son faux libéralisme.

 

La calomnie joua son rôle. On réédita de prétendus statuts secrets, Monita Privata Societatis Jesu, imprimés à Cracovie en 1614. Ce document republié sous le titre Monita Secreta, voulait prouver les visées temporelles (pouvoir, domination) de la Compagnie de Jésus. Il s'agissait d'un faux dont l'auteur était un ex-jésuite polonais, Jérôme Zahorowski. [16]

 

Au XVIIIe siècle toute la magistrature était devenue janséniste. C'est cette secte religieuse, alliée de la franc-maçonnerie qui empêchera toute saine réforme de l'Etat royal et obstruera la volonté du roi d'établir l'égalité devant l'impôt et sera à l'origine de la Révolution dite française.

 

Lire : La guerre des juges contre l'Eglise et la monarchie au XVIIIe siècle (Marion Sigaut)

 

La politique de la Compagnie au-delà des mers fit éclater la crise. Les jésuites ayant toujours défendu les droits et valeurs des civilisations indigènes sur les territoires de leurs missions, leur attitude, combattue par les protestants et les jansénistes, provoqua la haine des colons, commerçants ou négriers des possessions d'Asie, d'Afrique et d'Amérique, et n'avait pas été complètement comprise par Rome.

 

Restauration de la Compagnie et nouveaux ennuis

 

Après les guerres napoléoniennes, le climat politique changea. Les monarques qui avaient expulsé les Jésuites n'étaient plus au pouvoir. Le pape Pie VII procèda à la restauration universelle de la Compagnie en promulguant le décret Sollicitudo omnium ecclesiarum (en français: la sollicitude pour toutes les Églises) du 7 août 1814.

 

Pie VII avait d'abord discrètement approuvé son existence en Russie (bref Catholicae fidei du 7 mars 1801) et dans le royaume de Naples en 1804.

 

Le 7 août 1814, le pape Pie VII célébra une messe solennelle dans l'église du Gesù à Rome où se trouve le tombeau de saint Ignace, le fondateur de la Compagnie de Jésus. Ensuite, il fit lire la bulle qui autorisait à nouveau l'existence de l'Ordre dans le monde entier. En même temps, il nomma le supérieur des jésuites de Russie, Tadeusz Brzozowski, "Supérieur général de la Compagnie de Jésus". La Bulle fut promulguée le lendemain, le 8 août.

 

En 1828 néanmoins, Charles X expulsa les jésuites. De 1835 à 1845, la Compagnie se développa jusqu'à ce que Louis-Philippe et la Deuxième république leur imposent de nouvelles épreuves. Le Second empire et les tout débuts de la Troisième république seront une période plus heureuse.

 

En 1880, lorsque Jules Ferry ordonna le 29 mars la "dissolution et l'évacuation" des collèges que la Compagnie de Jésus "occupe sur la surface du territoire de la République", ceux-ci étaient au nombre de 29.. Ils enseignaient près de 11 000 élèves et réunissaient 815 professeurs.

 

Le conservatisme des jésuites était l'objet des quolibets des polémistes et des attaques d'un Edgar Quinet ou d'un Jules Michelet qui dénonçaient le "jésuitisme" et s'en prenaient aux visées "secrètes" de la Compagnie.

 

Précisons simplement que les Constitutions de l'Ordre, dont le document définitif n'a été promulgué qu'en 1594, ont subi de nombreuses modifications car la souplesse est une marque de la Compagnie qui a toujours su rester maîtresse de sa règle fondamentale, notamment par des décrets qui vinrent périodiquement en corriger les archaïsmes. Les Constitutions ne devaient pas être considéres comme une loi figée. Chaque congrégation avait le pouvoir de modifier les Constitutions, de les compléter et même de les abroger... Cette charte est donc loin d'avoir le caractère sacré d'autres documents du même genre, par exemple les Constitutions d'Anderson, qui fondent les loges maçonniques.

 

Bien des adversaires de bonne foi ignorent encore, par exemple, que "les Constitutions n'obligent pas sous peine de péché." Autrement dit, leur violation par un jésuite n'est pas en soi une faute aux yeux de Dieu. Cette disposition relativise considérablement les règles de l'Ordre, y compris, évidemment, celles qui impliqueraient les visées "secrètes" de la Compagnie.

 

Aujourd'hui: les attaques et les calomnies contre les Jésuites persistent

 

La Compagnie de Jésus est accusée d'être à l'origine du Nouvel ordre mondial.., au prétexte qu'un ex-jésuite fonda l'ordre maçonnique des Illuminati.

 

Or, Adam Weishaupt, le fondateur des Illuminati, était né dans une famille juive le 6 février de 1748 à Ingolstadt. Converti, il devint jésuite. Il tomba dans la pratique de la sorcellerie et se sépara de l'Eglise. Professeur de droit à l'Université d'Ingolstadt en Allemagne, il fut accepté dans la franc-maçonnerie en 1778; mais il avait créé deux ans plus tôt l'ordre occulte des Illuminati, les Illuminés, ceux qui ont la lumière, ceux qui savent (Illuminisme) en copiant certains statuts des Jésuites. Il croyait être appelé à "régénérer" l'humanité.

 

L'Abbé Barruel, prêtre jésuite, dans ses Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme (1798), indique que "dans les jours où ce conspirateur conçut ses projets (+) il ne connaissait point encore l'objet de la Franc-Maçonnerie: il savait seulement que les Francs-Maçons tenaient des assemblées secrètes: il les voyait unis par un lien mystérieux, se connaissant pour frères à certains signes, à certaines paroles, de quelque nation & de quelque religion qu'ils fussent..." (Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, 1798, t. III, p. 13)

 

En 1785, après la découvertes des papiers de la secte illuminée par la police bavaroise, Adam Weishaupt fut destitué de sa chaire professorale, "proscrit de sa patrie comme traître à son Souverain & traître à l'Univers" (Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, 1798, t. III, p. 2), il s'exila lui-même; se réfugia d'abord à Regensburg, puis dans l'état du prince Ernest-Louis, duc de Saxe-Gotha, "nourri de pensions sur le Trésor public, décoré du titre de conseiller honoraire."

 

Weishaupt recruta à Weimar, le duc Charles-Auguste (Eschylus), Goethe (Abaris), Herder (Damasus pontifex), Shardt (Appollonis), von Fritsh (Werner), le duc Ernest II de Saxe-Cobourg-Gotha, le baron de Dalberg, le duc Ferdinand de Brunswick, le comte (futur prince) de Metternich.

 

De nos jours, les attaques et des diffamations faites par la franc-maçonnerie contre les jésuites continuent par tous les moyens (média, musiques).

SOURCES

 

[1] Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 212;

[2] www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20090731&id=5666&fd=0

[3] fr.wikipedia.org/wiki/Ignace_de_Loyola

[4] www.christ-roi.net/index.php/Exercices_spirituels

[5] sanctoral.com/fr/saints/saint_ignace_de_loyola.html

[6] Pachtler, Ratio studiorum (Mon. Germ. paed., Berlin 1887-1897, t. III, p. 470-474 cité in Jean DUMONT, L'Eglise au risque de l'Histoire, Préface de Pierre Chaunu de l'Institut, Editions de Paris, Ulis 2002, p. 325-326)

[7] Daniel-Rops, Histoire de l'Eglise du Christ, tome VI, La Réforme catholique, Librairie Arthème Fayard, Éditions Bernard Grasset, Paris 1965, p. 45

[8] Histoire du Peuple français, De la Régence aux trois Révolutions, Pierre LAFUE, Nouvelle Librairie de France, tome 3, Paris 1960, p. 36, 37

[9] Histoire du Peuple français, De la Régence aux trois Révolutions, Pierre LAFUE, ibid., p. 37

[10] Sur l'appartenance maçonnique de Choiseul : Grande Loge Suisse Alpina http://www.freimaurerei.ch/f/alpina/artikel/artikel-2006-4-01.php

[11] Choiseul avait "en réalité, par calcul personnel,[...] laissé la crise morale et institutionnelle se développer jusqu'à mettre le royaume en péril" : Pierre PLUCHON, Histoire de la colonisation française, tome 1er, Le Premier empire colonial, Des origines à la Restauration, Fayard, Saint-Amand-Montrond 1996, p. 294.

[12] Pierre GAXOTTE de l'Académie française, Le siècle de Louis XV, Texto, Paris 2015, p . 295.

[13] Choiseul "de coeur avec les Parlements et presque leur complice" in P. GAXOTTE, ibid., p. 343.

[14] François RIBADEAU THOMAS, Grandeur et misère des Jésuites, Dervy, 1994, p. 262

[15] Histoire du Peuple français, De la Régence aux trois RévolutionsPierre LAFUE, ibid., p. 37

[16] Alain GUICHARD, Les Jésuites, Club français du livre, Editions Grasset et Fesquelle, Ligugé 1974, p. 70

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2022 3 27 /07 /juillet /2022 08:20
Tout ça pour ça : le vaccin covid remplacé par le test à l'"efficacité supérieure"

Après avoir récité le mantra de la religion covidiste afin d'échapper à l'accusation d'être un 'complotiste' 'antivax', le sénateur rapporteur pour le Sénat, Philippe Bas, de la commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions du projet de loi mettant fin aux régimes d’exception créés pour lutter contre l’épidémie liée à la covid-19 [1], a reconnu que ''tous les jours, des personnes meurent encore en France de cette maladie, dont une grande partie est d’ailleurs vaccinée.'' Pour la première fois, l'Etat reconnaît officiellement par l'un de ses représentants que le vaccin ne protège pas des décès Covid. Donc, logiquement, des "cas graves", puisque le vaccin n'empêche pas la mort...

 

''C’est pourquoi nous avons voulu expressément abroger les régimes d’exception pour revenir à l’état du droit en vigueur avant l’épidémie de covid : il n’y aura plus de passe vaccinal, plus de passe sanitaire, plus de confinement, plus de couvre-feu, plus de possibilité d’interdire des manifestations, plus d’interdiction possible de réunions, plus de possibilité d’imposer le port du masque,'' ajoute le sénateur.

 

Ce qui ne l'empêche pas le sénateur de se contredire : ''J’ai constaté que le vaccin était de moins en moins efficace non pas pour prévenir les formes graves de la maladie, mais pour faire barrière aux contaminations."

 

Le vaccin n'empêche pas qu'une grande partie des morts Covid soit 'vaccinée', mais il préviendrait 'des formes graves de la maladie'... Chacun appréciera l'incohérence de ce propos !

 

Mais ce qui compte vient après :

 

"En France, ce sont aujourd’hui très majoritairement des personnes vaccinées qui contractent la maladie et la transmettent. Le vaccin fait barrage dans un tiers des cas.''

 

Alors que le vaccin n'empêche pas les morts covid "pour une grande partie" chez les vaccinés, il est reconnu officiellement que le vaccin n'empêche ni la contamination ni la transmission.

 

Pour l'histoire et la justice, on rappellera le propos tenu il y a un an par le Premier ministre Jean Castex le 21 juillet 2021 : "Les analyses faites sur ces personnes (les doubles vaccinés) montrent qu'elles n'ont plus de chance d'attraper la maladie" [2] Il aura fallu un an pour que l'Etat reconnaisse la fausseté de ce propos. Entretemps il y aura eu des milliers de soignants non vaccinés suspendus sans salaires, sans licenciement, sans indemnités, sans allocations, jetés à la rue comme s'ils n'avaient pas de droit. Cette injustice terrible devra être réparée !

 

Déjà à l'époque, le sénateur Alain Houpert avait alerté sur ce que dit aujourd'hui l'Etat : "Ce vaccin ne protège pas ! Il y a quelques mois on citait en exemple l'Israël, l'Angleterre maintenant, on ne les cite plus parce qu'ils sont tous vaccinés et ça flambe donc il y a un problème avec ce vaccin." [3]

 

L'Etat ne pourra donc pas dire qu'il y a un an il ne ne savait pas que le vaccin n'était pas "efficace".

 

''Le test présente donc actuellement une efficacité supérieure. C’est la raison – et la seule raison ! – pour laquelle la commission des lois du Sénat, puis le Sénat dans son ensemble ont décidé que, dans cette circonstance exceptionnelle, seul un test négatif soit exigé, plutôt qu’une preuve de vaccination à jour'', ajoute Philippe Bas.

 

Le vaccin vient de chuter de son statut de roi. De mesure étalon de la politique dite 'sanitaire' il se voit remplacé par un simple "test", dont d'ailleurs nombre de scientifique déclarent qu'il n'est pas fiable.

 

Tous ces malheurs, toutes ces familles divisées, réduites à la misère, toutes ces familles endeuillées, tous ces morts covid vaccinés..., tous ces effets indésirables du dit 'vaccin' : tout ça pour ça !

SOURCES: 

 

[1] https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/16/rapports/9/l16b0158_rapport-fond

[2] https://www.lci.fr/sante/video-regles-d-isolement-liees-au-covid-19-les-personnes-vaccinees-ne-seront-plus-cas-contact-confirme-jean-castex-sur-tf1-2191995.html

[3] https://twitter.com/SudRadio/status/1417830195382398978?s=20

Partager cet article
Repost0
18 juin 2022 6 18 /06 /juin /2022 13:15
Partager cet article
Repost0
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 07:04

Le 8 juin dernier, le Dailymail titrait : ''Des jeunes en bonne santé meurent subitement de manière inattendue d'un mystérieux syndrome - alors que les médecins cherchent des réponses via un nouveau registre national''. Le nouveau syndrome de mort subite "SADS" tue des centaines de jeunes personnes en Australie, un autre pays à la pointe de la vaccination.

 

Le Baker Heart and Diabetes Institute (BHDI) de Melbourne est en train de mettre au point le premier registre SADS d'Australie, rapporte Medicaldaily.

 

Source : https://www.medicaldaily.com/mysterious-disease-killing-hundreds-australia-465567

https://www.medicaldaily.com/mysterious-disease-killing-hundreds-australia-465567

https://www.medicaldaily.com/mysterious-disease-killing-hundreds-australia-465567

Le décès d'une femme de 31 ans l'année dernière a été attribué au syndrome de mort subite des adultes (SADS), une maladie qui pourrait être à l'origine du décès de centaines de personnes chaque année dans l'État australien de Victoria.

 

Catherine Keane, responsable de la publicité, est décédée dans son sommeil en juillet dernier alors qu'elle vivait avec deux amis à Dublin, en Irlande. Sa mère, Margherita Cummins, a depuis exhorté les autres parents à faire dépister leurs enfants pour le SADS si leur famille a des antécédents de maladie cardiaque, rapporte News.com.au.

 

Le SADS (Sudden Arrhythmic Death Syndrome), également appelé syndrome de mort subite arythmique, est un "terme générique pour décrire les décès inattendus chez les jeunes", généralement âgés de moins de 40 ans, lorsqu'une autopsie ne permet pas de trouver des causes de décès évidentes, selon le Royal Australian College of General Practitioners (RACGP).

 

Les affections SADS les plus courantes comprennent les syndromes d'arythmie génétique tels que le syndrome du QT long, la tachycardie ventriculaire polymorphe catécholaminergique et le syndrome de Brugada, a déclaré l'organisation. 

 

On ne sait pas exactement combien de décès sont attribués à cette maladie chaque année dans le monde, mais un registre du Baker Heart and Diabetes Institute (BHDI) de Melbourne suggère que le SADS tue environ 750 jeunes dans l'État de Victoria chaque année, selon un rapport de 7News.com.au a dit.

 

"Parmi ceux-ci, environ 100 jeunes par an n'auront aucune cause trouvée même après des investigations approfondies telles qu'une autopsie complète", a déclaré le Dr Elizabeth Paratz, cardiologue et chercheuse au BHDI.

 

Ces chiffres sont restés constants au fil des ans, a ajouté le médecin.

Entre-temps, environ 210 000 personnes meurent chaque année de façon soudaine et inattendue à la suite d'un arrêt cardiaque soudain aux États-Unis, selon l'American Heart Association.

 

Les personnes à risque de SADS sont celles qui ont des parents au premier degré ayant eu un décès cardiaque inexpliqué avant l'âge de 40 ans, celles qui ont souffert d'une syncope inexpliquée (évanouissement) et celles qui ont eu une syncope ou des convulsions en faisant de l'exercice ou en étant excitées.

 

Certaines personnes ne découvrent qu'elles sont atteintes du SADS qu'après avoir subi un arrêt cardiaque, selon un rapport de revue médicale cité par Healthline.

 

Bien qu'il n'existe aucun remède contre le SADS, les experts médicaux ont exhorté les personnes qui pensent être exposées à ce risque à se faire examiner.

 

"Le meilleur conseil est le suivant : si vous avez vous-même un parent au premier degré - un parent, un frère ou une sœur, un enfant - qui est décédé de façon inexpliquée, il est extrêmement recommandé de consulter un cardiologue. Pour tous les autres, (consultez un cardiologue) si vous présentez des symptômes cardiaques tels que des douleurs thoraciques, un essoufflement, ou si vous n'arrivez pas à suivre vos amis en faisant de l'exercice ou en marchant", a déclaré M. Paratz.

 

Le BHDI est en train de mettre au point le premier registre SADS d'Australie, et espère le déployer dans tout le pays.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 18:02

Des microplastiques provenant de masques ont été trouvés profondément dans les poumons des patients - quelles seront les conséquences sur la santé ?

Les chercheurs ont trouvé 39 types de microplastiques dans les échantillons pulmonaires chirurgicaux de 11 des 13 personnes. Il s'agissait de 12 espèces que l'on trouve couramment dans les bouteilles en plastique, la ficelle, les vêtements et les masques chirurgicaux.

Un spécialiste des respirateurs affirme que les masques chirurgicaux ne répondent pas à la définition légale d'un masque, mais sont plutôt des "barrières respiratoires". Il a souligné qu'ils excrètent des microplastiques suffisamment petits pour être inhalés.

Une analyse des données des cas, des hospitalisations et des décès au Kansas a révélé que les comtés avec des exigences de masque avaient un taux de mortalité plus élevé que ceux qui n'en avaient pas.

Après inhalation ou ingestion, les microplastiques peuvent pénétrer dans la circulation sanguine sous forme de particules suffisamment petites pour traverser les barrières membranaires. On le trouve également dans les premières selles d'un nourrisson, suggérant une exposition maternelle ; dans une étude animale, des particules de nanopolystyrène ont été trouvées dans le cerveau fœtal, le foie, les reins et les tissus pulmonaires 24 heures après l'exposition maternelle.

De minuscules morceaux de plastique de la taille d'une graine de sésame ou plus petits sont partout. Dans les gros titres, les sacs, bagues et bouteilles en plastique intacts sont souvent présentés comme la principale menace environnementale - et ils sont en effet nocifs pour la vie marine et plus encore - mais les microplastiques plus petits et plus insidieux sont potentiellement encore plus nocifs. Dans une étude britannique, des microplastiques ont été trouvés dans les poumons de 11 patients sur 13.

 

En 2013, 299 millions de tonnes de plastique ont été produites dans le monde, dont une grande partie s'est retrouvée dans les océans, constituant une menace pour la faune et l'environnement. Ce nombre est passé à 418 millions de tonnes d'ici 2021. En 2018, les États-Unis ont produit à eux seuls 35,7 millions de tonnes de plastique et envoyé 27 millions de tonnes en décharge, ce qui représente 18,5 % de tous les déchets solides municipaux.

 

Les produits chimiques présents dans les produits en plastique sont connus pour agir comme des perturbateurs endocriniens. Ces produits chimiques ont une structure similaire aux hormones sexuelles naturelles et interfèrent avec le fonctionnement normal de ces hormones dans votre corps. Cela pose un problème particulier pour les enfants qui grandissent et se développent encore.

 

Le prix que la société paie pour l'utilisation omniprésente et la prolifération des particules de plastique n'a pas encore été quantifié. Il est prouvé que l'exposition à long terme à des produits chimiques perturbateurs endocriniens tels que les phtalates présente un risque important pour la santé et la fertilité.

 

La quantité de plastique qui pénètre dans l'environnement augmente chaque année, car les fabricants continuent de produire des produits dans des contenants à usage unique et les consommateurs continuent d'exiger des modes de vie jetables. À une époque où des groupes de défense avertissent que le plastique tombe du ciel et est devenu une tragédie mondiale, la pandémie de COVID-19 a exacerbé le problème du plastique.

 

Une étude révèle des microplastiques dans les poumons de 11 patients sur 13

 

Des décennies de recherche ont montré que les humains respirent des microparticules provenant de la pollution de l'air et les ingèrent également par la nourriture et l'eau. Une étude d'autopsie de 2021 a trouvé des microplastiques chez 13 des 20 personnes examinées, et il y a plus de 20 ans, une étude américaine sur le cancer du poumon de 1998 a trouvé du plastique et des fibres dans 99 des 114 échantillons de poumons examinés.

 

Selon le Natural History Museum, les microplastiques mesurent moins de 5 millimètres. Vous décrivez les microplastiques comme "l'une des plus grandes catastrophes d'origine humaine de notre époque". Bien qu'il existe des utilisations industrielles des microplastiques, la plupart surviennent lorsqu'ils se détachent des produits en plastique plus gros dans l'environnement.

 

Les microplastiques primaires sont produits en petites quantités à des fins industrielles, par ex. B. dans les sableuses, les cosmétiques ou les vêtements en microfibre. Les microplastiques secondaires se forment à la suite de la décomposition de produits en plastique plus gros exposés à des facteurs de stress environnementaux.

 

Une équipe de scientifiques de la Hull York Medical School a étudié les effets de l'inhalation de microplastiques sur les tissus humains. Des fibres synthétiques ont été trouvées dans les tissus pulmonaires lors de recherches antérieures, mais les chercheurs ont écrit qu'il n'existe aucune étude solide confirmant la présence de microplastiques dans les tissus pulmonaires. Dans la présente étude, des tissus pulmonaires humains de 13 patients ayant subi une chirurgie pulmonaire ont été examinés.

 

Une contamination microplastique a été retrouvée chez 11 des 13 patients. L'équipe a trouvé 39 parties dans 11 échantillons de tissus pulmonaires. Laura Sadofsky, professeure agrégée et chercheuse principale de l'étude, a commenté l'importance des résultats :

 

Des microplastiques ont déjà été trouvés dans des échantillons d'autopsie de cadavres humains - il s'agit de la première étude solide montrant des microplastiques dans les poumons de personnes vivantes. Cela montre également qu'ils se trouvent dans les parties inférieures des poumons. Parce que les voies respiratoires dans les poumons sont très étroites, personne n'aurait pensé que les microplastiques pourraient y arriver, mais c'est clairement le cas.

 

Ces données représentent une avancée importante dans le domaine de la pollution de l'air, des microplastiques et de la santé humaine. La caractérisation des types et des quantités de microplastiques que nous avons trouvés peut désormais fournir des conditions réalistes pour les tests d'exposition en laboratoire afin de déterminer les effets sur la santé.

Les auteurs de l'étude ont découvert que les sujets transportaient 12 types de microplastiques "qui ont de nombreuses utilisations et se retrouvent couramment dans les emballages, les bouteilles, les vêtements, les cordes/ficelles et de nombreux procédés de fabrication". De plus, les patients masculins avaient des niveaux significativement plus élevés de microplastiques que les femmes."

 

Un autre résultat inattendu était qu'un plus grand nombre de microplastiques ont été trouvés dans les parties inférieures des poumons. Les types de microplastiques les plus courants étaient le polypropylène (PP) et le polyéthylène téréphtalate (PET). Ce résultat indique l'utilisation omniprésente récente des masques chirurgicaux bleus pendant la pandémie, car le PP est le composant plastique le plus couramment utilisé dans ces masques.

 

Un expert dit: le masque facial COVID n'est pas un masque

 

Une étude publiée en 2021 a examiné les risques liés au port de masques chirurgicaux bleus et à l'inhalation de microplastiques. Les chercheurs ont découvert que la réutilisation des masques pouvait augmenter le risque d'inhalation de particules microplastiques et que les respirateurs N95 avaient la plus faible quantité de microplastiques libérés par rapport à l'absence de masque.

 

Les masques chirurgicaux, les masques en coton, les masques de mode et les masques au charbon actif présentent un risque plus élevé d'inhalation de microplastiques.Cependant, selon Chris Schaefer, spécialiste des respirateurs et expert en formation, les masques utilisés par des millions de personnes dans le monde ne sont pas de vrais masques du tout.

 

Schaefer les qualifie de "barrières respiratoires" car elles "ne répondent pas à la définition légale" d'un masque. Il a insisté sur le fait que les masques chirurgicaux utilisés par les consommateurs au Canada, aux États-Unis et dans le monde émettent des microplastiques suffisamment petits pour être inhalés.

 

Un masque [approprié] a spécialement fait des trous de respiration devant la bouche et le nez qui permettent une respiration facile et sans effort. Une barrière respiratoire est fermée sur la bouche et le nez. Cela emprisonne le dioxyde de carbone que vous expirez et vous oblige à le respirer à nouveau, ce qui entraîne une réduction de l'oxygène que vous respirez et un excès de dioxyde de carbone. Il n'est donc pas sûr de les porter.

 

Il encourage les gens à en couper un et à regarder les fibres lâches qui peuvent facilement se détacher du produit.

 

La chaleur et l'humidité qu'il absorbe provoquent la dégradation et le rétrécissement des fibres. Les gens respirent définitivement [particules microplastiques]. J'ai beaucoup écrit sur les dangers de ces barrières respiratoires au cours des deux dernières années, j'ai parlé à des scientifiques [et à d'autres] personnes au cours des deux dernières années des personnes qui respirent les fibres.

 

Si vous avez l'impression d'avoir des poils de chat ou toute sorte d'irritation dans la gorge après les avoir portés. Cela signifie que vous avez inhalé les fibres.

Il a poursuivi en disant que toute personne qui entre en contact avec ces fibres au travail doit porter une protection. Au lieu de cela, les gens utilisent des produits qui augmentent le risque d'inhaler des fibres qui se décomposent en très petits morceaux, et ce que cela signifie pour la fonction pulmonaire des gens - ainsi que la surcharge toxique de leur corps - nous le saurons probablement dans quelques années .

 

Les masques faciaux augmentent également le nombre de morts du COVID-19

 

Le médecin allemand Dr. Zacharias Fögen a publié une étude dans la revue Medicine dans laquelle il a analysé les données de différents comtés du Kansas et comparé les zones avec et sans masque facial.

 

Il a constaté que le port du masque obligatoire augmentait le taux de mortalité de 85 %. Le taux de mortalité est resté 52% plus élevé dans les comtés avec masquage obligatoire, même lorsque des facteurs de confusion ont été inclus dans l'analyse. Fögen écrit qu'une analyse plus approfondie des données a montré que 95% de l'effet "n'est dû qu'au COVID-19, donc ce n'est pas du CO2, des bactéries ou des champignons sous le masque".

 

Il a surnommé cela l'effet Fögen, qui fait référence à la réinhalation de particules virales piégées dans des gouttelettes et déposées sur le masque, aggravant les résultats. Il écrit:

 

La principale conclusion de cette étude est que contrairement à la croyance populaire selon laquelle moins de personnes meurent parce que les masques réduisent le taux d'infection, ce n'était pas le cas. Les résultats de cette étude suggèrent fortement que l'exigence de masque a en fait causé environ 1,5 fois plus de décès ou environ 50 % de décès en plus par rapport à l'absence d'exigence de masque.

 

L'exigence de masque elle-même a augmenté le CFR (taux de létalité) de 1,85 / 1,58, ou de 85% / 58% dans les comtés avec une exigence de masque. Il a également constaté que presque tous ces décès supplémentaires étaient uniquement dus au COVID-19. Cette étude suggère que le port de masques faciaux peut poser un risque majeur pour les individus qui n'est pas atténué en réduisant le taux d'infection.

L'utilisation de masques faciaux pourrait donc être inappropriée, voire contre-indiquée, en tant qu'intervention épidémiologique contre le COVID-19.

 

Fögen mentionne deux autres grandes études qui sont parvenues à des conclusions similaires sur les taux de mortalité. Le premier, publié dans la revue Cureus, n'a trouvé aucune association entre le nombre de cas et l'observance du masque en Europe, mais une association positive entre les décès et l'observance du masque.

 

La deuxième étude, publiée dans la revue PLOS One, a trouvé un lien entre les résultats COVID négatifs et les exigences de masque chez 847 000 personnes dans 69 pays. Les chercheurs ont estimé que la levée de l'exigence de masque pourrait réduire le nombre de nouveaux cas sans affecter les hospitalisations et les décès.

 

Les plastiques provoquent des dommages cellulaires et la mort cellulaire

 

Des recherches antérieures ont mis en évidence l'impact des microplastiques sur l'environnement, la faune et la santé humaine. Cependant, de nombreuses études n'ont pas réussi à établir un lien entre la consommation ou l'inhalation de microplastiques et la maladie. Au lieu de cela, ils soulignent les lacunes de la recherche et recommandent une enquête plus approfondie.

 

Un article publié en avril 2022 offre des indices sur les raisons pour lesquelles ces données sont incohérentes. Les données de laboratoire ont révélé pour la première fois que les microplastiques endommagent les cellules humaines dans une mesure pertinente par rapport au nombre de particules ingérées ou inhalées par les humains.

 

L'étude était une analyse de méta-régression des effets toxicologiques sur les cellules humaines à travers 17 études comparant la quantité de microplastiques causant des dommages cellulaires. Les chercheurs ont découvert que ce sont les microplastiques de forme irrégulière qui endommagent les cellules, plutôt que les microplastiques sphériques généralement utilisés dans les expériences de laboratoire.

 

Cela suggère que les données de laboratoire antérieures utilisant des microplastiques sphériques peuvent ne pas refléter pleinement les dommages que les microplastiques causent à la santé humaine. Evangelos Danopoulos de la Hull York Medical School au Royaume-Uni, qui a dirigé l'étude, a expliqué pourquoi la recherche se développe : "Elle explose et avec raison. Nous sommes quotidiennement exposés à ces particules : nous les mangeons, nous les respirons. Et nous ne savons pas vraiment comment ils réagissent avec notre corps une fois qu'ils sont à l'intérieur.

 

Où va la pollution plastique dans votre corps ?

 

Les chercheurs ont découvert que de minuscules microplastiques ne se déposent pas seulement dans les poumons et les intestins, mais peuvent également nager dans le sang. Des chercheurs des Pays-Bas ont examiné des échantillons de 22 volontaires sains et ont trouvé des particules de plastique dans 77 % des échantillons. Ces particules avaient une taille de 700 nanomètres ou plus, une taille qui peut être absorbée à travers les membranes.

 

Certains échantillons contenaient jusqu'à trois types de plastique différents. L'auteur de l'étude a déclaré au Guardian : "Notre étude est la première preuve que nous avons des particules de polymère dans notre sang - c'est une découverte révolutionnaire. Mais il faut élargir la recherche et augmenter la taille des échantillons, le nombre de polymères étudiés, etc.

 

Les chercheurs écrivent que la localisation de ces particules de plastique dans le corps doit également être étudiée plus avant. Ils ont expliqué qu'il est "scientifiquement plausible" que les particules de plastique soient transportées vers les organes via la circulation sanguine, par exemple sur la base de données montrant que des billes de polystyrène de 50, 80 et 240 nm et du polypropylène de taille micro peuvent pénétrer dans le placenta humain.

 

Une fois que ces particules microplastiques ont traversé la barrière placentaire, elles se retrouvent dans les premières matières fécales d'un nouveau-né. Cela signifie qu'ils voyagent du sang du nourrisson vers les intestins. Une étude pilote publiée en 2021 a examiné l'étendue de l'exposition humaine aux microplastiques et a révélé que le polyéthylène téréphtalate (PET) microplastique a été trouvé dans des échantillons de méconium, les premières selles d'un bébé.

 

La quantité de PET dans les selles des nourrissons était 10 fois plus élevée que dans les échantillons d'adultes, ce qui suggère que les nourrissons ont du plastique dans leur corps qui a été ingéré par la mère. Comment cela affectera la santé humaine à l'avenir est toujours à l'étude. Une étude animale a montré que des particules de nanopolystyrène pouvaient être détectées dans le placenta et dans le cerveau, les poumons, le foie, le cœur et les reins du fœtus dès 24 heures après l'exposition maternelle par inhalation.

 

Il semble que l'inhalation ou la consommation de microplastiques permette aux microparticules de pénétrer dans la circulation sanguine et donc dans les organes vitaux. Alors que les chercheurs ont démontré que les microplastiques de forme irrégulière trouvés dans l'environnement endommagent et tuent les cellules, les effets à long terme sur la maladie ne sont pas encore connus. Cependant, vous pouvez être sûr que les dommages cellulaires et la mort cellulaire ne sont pas sans conséquences.

 

Sources:

 

1, 14 Science de l'environnement total, 2022 ; 831(2)

2, 17, 20, 21, 22, 23 Western Standard, 17 avril 2022

3 Coastal Care, novembre 2019

4 Notre monde dans les données, la pollution plastique

5 Environmental Protection Agency, Plastics: Material Specific Data, Overview

6 Endocrine Society, 5 décembre 2020

7 Rapports scientifiques, 2018 ; 8(6086)

8 Scientific American, 11 juin 2020

9 Centre pour la diversité biologique, Pollution plastique des océans

10 Journal des matières dangereuses, 2021;416(124126)

11 Épidémiologie du cancer, biomarqueurs et prévention, 1998 ; 7(5)

12 Muséum d'histoire naturelle, 21 janvier 2020

13 National Geographic, microplastiques

15, 16 École de médecine de Hull York, 6 avril 2022

18, 19 Journal des matières dangereuses, 2021 ; 411

24 Médecine, 2022;101(7)

25 Le sceptique quotidien, 2 mai 2022

26 Médecine, 2022;101(7) 4

27 Cureus, 2022;14(4)

28 PLOS|One, 2021, doi.org/10.1371/journal.pone.0252315

29 Alimentation, santé et environnement, 2018 ; 5:375

30 Journal des matières dangereuses, 2021 ; 127861

31 Le Gardien, 8 décembre 2021

32 Environnement International 2022 ; doi.org/10.1016/j.envint.2022.107199 3.2

33 Le Gardien 24 mars 2022

34 Environnement International, 2022 ; doi.org/10.1016/j.envint.2022.107199 3.3 Devenir biologique du plastique ?

35 Lettres environnementales et lettres technologiques, 2021 ; doi.org/10.1021/acs.estlett.10c00559

36 Toxicologie des particules et des fibres, 2020;17(55)

Partager cet article
Repost0
6 juin 2022 1 06 /06 /juin /2022 08:15

Source: Alex Berenson | UncutNews

 

 

Par Alex Berenson: ancien journaliste au New York Times, il est l'auteur de 13 romans, de trois essais et de la brochure Vérités non rapportées (Unreported Truths). Son dernier livre, PANDEMIA, sur le coronavirus et notre réponse à celui-ci, a été publié le 30 novembre.

 

La mortalité toutes causes confondues monte en flèche – exactement comme prévu, trois mois après le rappel d'ARNm – et en particulier chez les personnes âgées, le groupe le plus vacciné. Il devient de plus en plus difficile de considérer cela comme une coïncidence.

 

Quelques mois seulement après une hausse énorme et inexpliquée des taux de mortalité à l'automne 2021, de nombreux pays d'Europe occidentale connaissent de nouveau une augmentation.

 

L'augmentation concerne également certains décès liés au Covid, mais ne se limite pas à eux. Dans plusieurs pays, les taux de mortalité sont désormais supérieurs de plus de 15 % à la normale, ce qui est extrêmement inhabituel, d'autant plus que les démographes s'attendaient à une baisse des taux de mortalité lorsque le Covid diminuerait.

 

La poussée de l'automne dernier est survenue quelques mois après la vaccination quasi universelle contre le Covid. La poussée de ce printemps fait suite à la troisième dose d'ARNm, qui était beaucoup plus répandue en Europe qu'aux États-Unis.

 

L'augmentation de l'automne dernier est survenue quelques mois après la vaccination Covid quasi généralisée. L'augmentation de ce printemps fait suite à la troisième dose de vaccination ARNm, qui était beaucoup plus répandue en Europe qu'aux États-Unis.

 

Alors que l'augmentation de l'automne dernier a touché les adultes de tous âges, cette augmentation est particulièrement évidente chez les personnes âgées, qui ont fait l'objet d'une vaccination de rappel.

 

Les décès en trop se produisent dans des pays qui connaissent actuellement de grandes vagues de Covid, comme le Portugal, mais aussi dans des pays qui n'en ont pas, comme l'Angleterre.

 

En Angleterre et au Pays de Galles, il y a eu 45 950 décès au cours des quatre dernières semaines (jusqu'au 20 mai), contre une moyenne quinquennale de 39 716, selon l'Office for National Statistics du Royaume-Uni. Cela représente plus de 6 000 décès supplémentaires, soit une augmentation de 16 %. la source

 

Le Royaume-Uni, qui a vacciné ses citoyens de manière précoce et agressive avec des vaccins ARNm et ADN/AAV Covid, a également connu une forte augmentation des décès à la fin de l'été et à l'automne 2021. Début 2022, le nombre de décès est revenu à des niveaux normaux malgré une importante vague de Covid au Royaume-Uni. Maintenant, la vague Covid s'est calmée, mais la mortalité toutes causes confondues y augmente à nouveau.

 

Le Portugal a enregistré 10 315 décès le mois dernier, le chiffre le plus élevé pour le mois de mai depuis 40 ans et 16,3 % au-dessus de la moyenne quinquennale.

la source

 

Une partie de l'augmentation portugaise est due à une importante augmentation récente des décès par Covid ; le Portugal enregistre désormais l'équivalent d'environ 1.200 décès par Covid par jour aux États-Unis. Mais même si l'on exclut ces derniers, le nombre de décès au Portugal reste supérieur à la normale.

 

Aux Pays-Bas également, le nombre de décès en avril était d'environ 15 % supérieur à la normale. Dans ce cas, cependant, l'augmentation n'est pas due à Covid – les Pays-Bas n'ont enregistré en moyenne qu'une poignée de décès par jour à cause de Covid en avril.

 

Aux Pays-Bas, les décès sont ventilés entre les résidents des maisons de retraite et les non-résidents des maisons de retraite. Les chiffres montrent que le nombre de décès parmi les résidents des foyers de soins était d'environ 25% supérieur à la normale en avril – une augmentation considérable.

 

En Espagne, le nombre de décès en mai était supérieur de 12 % à la normale – après trois mois de relative normalité. En Allemagne, le plus grand pays d'Europe, les décès en avril et mai étaient supérieurs de 7% à la normale.

 

Les données détaillées sur les causes de décès ne sont pas encore disponibles, on ne sait donc pas encore exactement ce qui est responsable de cette augmentation. Lier les décès individuels aux vaccinations par ARNm qui ont eu lieu des mois plus tôt serait extrêmement compliqué, même si les responsables de la santé publique et les médecins étaient d'accord - et ils ne le sont pas.

 

Mais médicalement, ces pays ont été "mis au défi" avec ces vaccins à ARNm. Ils ont commencé, arrêté et recommencé à utiliser ces vaccins. Et le schéma général du taux de mortalité gonflé au cours de la dernière année ne pourrait pas être plus clair – les campagnes de vaccination de masse contre le Covid commencent et la mortalité toutes causes confondues suit des mois plus tard.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2022 6 04 /06 /juin /2022 13:39

[Source : margueriterothe.com]

 

Dans un monde (réellement) normal, l’information aurait déflagré comme une bombe atomique, et fait le tour du monde en quelques minutes. Des enquêtes auraient été ouvertes, et les labos pharmaceutiques auraient été mis sur la sellette. Et tous leurs dirigeants et complices condamnés. Dans mon article Que cache la promotion des matrices artificielles en même temps que celle de l’avortement ?, j’avais oublié « la recherche ». Cette sacro-sainte recherche, qui autorise tout. Même l’abominable. Ce monde est gravement malade.

 

15 juin 2020, Robert F. Kennedy Jr. a interviewé la fondatrice et présidente du Sound Choice Pharmaceutical Institute, le Dr Theresa Deisher, sur l’utilisation de l’ADN de fœtus avortés dans les vaccins. M. Kennedy et le Dr Deisher ont abordé un large éventail de sujets, notamment les vaccins qui contiennent de l’ADN de fœtus humain, ce que les recherches actuelles nous apprennent en termes de risques pour la santé, et les solutions de rechange qui pourraient être utilisées à la place de l’ADN humain dans les vaccins.

 

Un énième témoignage. Qui se perd dans les limbes de l’Internet, évacué par un quelconque algorithme qui va l’empêcher à tout jamais de parvenir jusqu’à la connaissance du grand public. Jusqu’à sa conscience transcendante. Car si ce n’était pas le cas, les peuples feraient un carnage ; et comme un seul homme, ils iraient chercher jusque dans les chiottes ces suppôts de Satan.

 

Alors, inlassablement, il faut relayer, même si on a l’impression que cela ne sert à rien. Il faut se battre, coûte que coûte. Pour la Vie. Pour la Beauté, pour le Bien, pour le Vrai. Refuser la barbarie de toutes ses forces.

 

Pour les non-anglophones, j’ai déniché une transcription de la vidéo en anglais que j’ai traduite en français (avec DeepL). Je vous la relaie juste après la vidéo, sous la forme d’un PDF à télécharger.

 

Marguerite Rothe

SOURCE : https://nouveau-monde.ca/entretien-de-robert-f-kennedy-jr-avec-le-dr-theresa-deisher-sur-lutilisation-de-ladn-foetal-avorte-dans-les-vaccins/

 

___________________________

Vaccins ne faisant usage de lignées de cellules foetales dans aucune des trois étapes de l'élaboration d'un vaccin (IEB)

Partager cet article
Repost0
29 mai 2022 7 29 /05 /mai /2022 18:51
https://euroweeklynews.com/2022/05/27/2200-prominent-spanish-personalties-investigated-for-false-covid-19-vaccination/

https://euroweeklynews.com/2022/05/27/2200-prominent-spanish-personalties-investigated-for-false-covid-19-vaccination/

De nombreuses interrogations subsistent sur les faux certificats de vaccination Covid-19 achetés par des stars, des personnalités sportives et des chefs d'entreprise

Par Peter McLaren-Kennedy • 27 mai 2022 • 9:28

 

SOURCE: https://euroweeklynews.com/2022/05/27/2200-prominent-spanish-personalties-investigated-for-false-covid-19-vaccination/

 

La réaction à la nouvelle selon laquelle plus de 2 200 Espagnols éminents, dont le dirigeant de l'une des plus grandes sociétés pharmaceutiques du pays, a été une réaction de résignation et d'incrédulité.

Depuis que l'histoire a éclaté le 24 mai, les gens se demandent comment cela a pu arriver. Mais ils ont aussi demandé ce qu'il en était, que la réaction à la nouvelle a été mise en sourdine, acceptant presque que cela se passe tranquillement.

 

Pour reprendre les mots d'un utilisateur de Twitter, Starfish : "Pourquoi PERSONNE ici ne parle de l'opération Jenner, découverte en Espagne, pourquoi ne vont-ils pas plus loin dans l'enquête ?"

 

La réalité est que l'enquête est toujours en cours et que davantage de preuves sont recueillies avant que beaucoup d'entre eux ne soient jugés, mais le résultat est peut-être inattendu.

 

Alors que l'Espagnol moyen faisait ce que le gouvernement demandait, obéissait aux règles et sortait et se faisait vacciner, d'autres pensaient qu'ils étaient au-dessus de la loi, qu'ils étaient en quelque sorte spéciaux.

 

Ce qui est déconcertant, c'est que beaucoup de ces personnes exercent des professions qui impliquent un niveau élevé de contact avec les autres. Essentiellement, ils se souciaient si peu de ceux qui les entouraient qu'ils ne se souciaient pas de s'assurer que ceux avec qui ils entraient en contact étaient protégés et exempts de Covid-19.

 

Mais peut-être que le plus gros problème est que le niveau de confiance est rompu, qu'un président d'entreprise impliqué dans la recherche de vaccins Covid-19 n'a pas jugé nécessaire ou important de se faire vacciner conduit beaucoup à se demander si les vaccinations étaient nécessaires ou sûres.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2022 5 27 /05 /mai /2022 11:26
Le Quotidien, 27 mai 2022, p. 2.

Le Quotidien, 27 mai 2022, p. 2.

Pour rappel, en octobre 2021 déjà..., le virologue directeur de recherche au CNRS Jean-Marc Sabatier alertait sur les potentiels effets graves de ces vaccins : Infections graves, nouveaux cancers ou récidives d’anciens cancers, stérilité et avortements, maladies auto-immunes.

 

En février 2021, des dizaines de personnes développent une maladie sanguine rare après avoir reçu des vaccins COVID: rapports. Des scientifiques mettaient alors en garde contre la "vaccination" Covid qui pourrait être "une bombe à retardement"... Mieux vaut trop tard que pas de réveil du tout de la part de nos médias.

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2022 5 27 /05 /mai /2022 08:40

Restreindre l’accès des personnes au travail, à l’éducation, au transport public et à la vie sociale en se basant sur le statut vaccinal empiète sur les droits humains, promeut la stigmatisation et la polarisation sociale, et affecte négativement la santé et le bien-être.

Dr Guillaume BARUCQ

Source: BMJ Global Health 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2022 7 15 /05 /mai /2022 16:14

En septembre 2021 le virologue Geert Vanden Bossche expliquait pourquoi les vaccinations de masse prolongeraient les épidémies et les rendraient plus meurtrières, et en décembre 2021 il alertait : la vaccination de masse favoriserait la résistance du virus, accélèrerait ses mutations et accroîtrait son infectiosité.

 

Nous le retrouvons aujourd'hui dans un entretien du 12 mai à WochenBlick où il met en garde contre une catastrophe vaccinale.

Millionen Tote: Impfexperte Geert Vanden Bossche warnt vor Impfstoffkatastrophe

SourceUncutNews

13 mai 2022

 

L'expert belge en vaccination et virologue Geert Vanden Bossche prévient dans un entretien que les personnes vaccinées seront en danger dans les mois à venir. Le coronavirus continuera de muter et, dans de nombreux cas, il sera mortel pour les personnes vaccinées, dit-il. Vanden Bossche avertit que les pays à couverture vaccinale élevée se dirigent vers la catastrophe.

 

La vaccination Corona n'offre pas une immunité stérile, c'est-à-dire qu'elle peut toujours être transmise et perturber les défenses immunitaires de l'organisme. Les anticorps neutralisants de cette "première ligne de défense du système immunitaire" sont supplantés par les anticorps générés par les vaccins. Ceux-ci forcent le virus à muter de plus en plus rapidement. Ces mutations peuvent être très dangereuses pour les personnes vaccinées, explique Vanden Bossche.

 

Selon lui, il est important que les campagnes de vaccination s'arrêtent immédiatement. La vaccination peut entraîner des supervirus hautement infectieux et hautement virulents chez les personnes vaccinées et totalement résistants à tous les vaccins corona existants et futurs à base de protéines de pointe.

 

Des pays comme la Corée du Sud, le Danemark, Israël et l'Australie voient déjà le nombre de décès augmenter à mesure que de plus en plus de personnes se font vacciner.

 

Vanden Bossche suppose que dans un avenir pas imprévisible, un certain nombre de nouveaux variants hautement virulents et hautement infectieux apparaîtront dans les pays à couverture vaccinale élevée. Il suppose également que de nombreuses personnes vaccinées infectées tomberont gravement malades et mourront.

 

De cette manière, les campagnes de vaccination pourraient entraîner indirectement des millions de décès. Si Vanden Bossche a raison, c'est un meurtre de masse. On ne peut qu'espérer qu'il se trompe cette fois, écrit le journal en ligne Wochenblick.

 

Regardez l'interview complète ci-dessous:

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2022 7 15 /05 /mai /2022 16:10

Dans de nombreux pays où la vaccination a été introduite à un rythme rapide, le nombre de "Covid" a explosé. C'est le cas au Danemark, en Corée du Sud et en Nouvelle-Zélande, mais aussi en Israël et en Australie.

 

Israël a enregistré son plus grand nombre de morts depuis le début de la pandémie. En Australie, 70 % de tous les décès coronariens sont survenus au cours des cinq derniers mois. L'année dernière, le directeur de Pfizer, Albert Bourla, a décrit Israël comme "le laboratoire du monde".

 

Le site Internet de la plateforme Euromomo, qui suit les chiffres de la mortalité, montre que la surmortalité en Israël a atteint son plus haut niveau depuis le début de la crise corona.

Source : Euromomo

Malgré la très légère variante omicron, le nombre de "décès Covid" continue d'augmenter. Et bien qu'environ 66 % de la population d'Israël soit « entièrement vaccinée », 82 % des décès ont été vaccinés.

 

Les dernières données en provenance d'Australie sont également inquiétantes. Le 7 mai, le Sydney Morning Herald titrait : "Nous vivons avec Corona mais nous sommes plus nombreux que jamais à mourir".

 

Au 31 décembre de l'année dernière, 2 253 décès dus à la maladie de Covid avaient été signalés en Australie. Depuis, il est devenu 7668. Cela signifie que 70 % de tous les « décès de Covid » sont survenus au cours des cinq derniers mois. Environ 84% des Australiens ont été vaccinés au moins deux fois.

 

Il existe désormais suffisamment de preuves que c'est la thérapie génique expérimentale qui cause tant de décès, écrit le journal en ligne Wochenblick. Dans l'État australien de Nouvelle -Galles du Sud, le nombre de décès par crise cardiaque a fortement augmenté à la semaine 15, notamment chez les personnes vaccinées. Sur les 83 décès, 40 avaient été vaccinés trois fois ou plus et 19 avaient été doublement vaccinés. Dans les autres cas, le statut vaccinal était inconnu ou la personne n'était pas vaccinée.

 

Source

Partager cet article
Repost0
13 mai 2022 5 13 /05 /mai /2022 16:15

Encore une info où les complotistes avaient raison deux ans à l'avance. Les confinements n'ont eu aucun effet sur le mortalité : la Suède qui n'a pas confiné a le taux de mortalité de Covid parmi les plus bas d'Europe, selon le Telegraph.

https://www.telegraph.co.uk/global-health/science-and-disease/swedens-death-rate-among-lowest-europe-despite-avoiding-strict/

https://www.telegraph.co.uk/global-health/science-and-disease/swedens-death-rate-among-lowest-europe-despite-avoiding-strict/

De nouveaux chiffres de l'OMS montrent que la pandémie a causé un "bilan stupéfiant" de près de 15 millions de morts, mais des restrictions sévères n'étaient pas la clé pour vaincre le virus 

 

Les experts ont déclaré que la différence démontrait que des verrouillages stricts ne déterminaient pas à eux seuls le succès dans la lutte contre Covid-19.

 

La Suède, qui a été critiquée au début de la pandémie pour avoir résisté à un verrouillage obligatoire, a enregistré moins de décès par habitant qu'une grande partie de l'Europe.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2022 1 11 /04 /avril /2022 07:05

L'image sélectionnée

L'Alabama interdit les procédures de "changement de sexe" pour les enfants et l'idéologie LGBT dans les écoles élémentaires

 

Le gouverneur de l'Alabama, Kay Ivey, a promulgué vendredi une interdiction des procédures de "transition de genre" pour les enfants et un projet de loi inspiré de la loi de Floride sur les droits parentaux dans l'éducation qui réprime l'idéologie LGBT dans les classes du primaire.

 

"Nos jeunes sont confrontés à des défis très réels, en particulier avec les pressions sociétales et la culture moderne d'aujourd'hui. Je crois très fermement que si le Bon Dieu a fait de vous un garçon, vous êtes un garçon, et s'il a fait de vous une fille, vous êtes une fille", a déclaré le gouverneur Ivey dans un communiqué .

 

La SB 184 , la Vulnerable Child Protection Act de l'Alabama, criminalise la prescription aux mineurs de moins de 19 ans de bloqueurs de puberté ou d'autres drogues "destinés à modifier le sexe de l'enfant mineur ou à retarder la puberté".

 

Le projet de loi, parrainé par le sénateur républicain Shay Shelnutt, interdit également les chirurgies de stérilisation pour les mineurs, y compris "la castration, la vasectomie, l'hystérectomie, l'ovariectomie, l'orchidectomie et la pénectomie", ainsi que les procédures qui "construisent artificiellement des tissus avec l'apparence d'organes génitaux qui diffère du sexe de l'individu."

 

Les médecins qui prescrivent des médicaments de "transition de genre" aux enfants ou effectuent sur eux des chirurgies transgenres mutilantes peuvent faire face à des accusations de crime et jusqu'à dix ans de prison en vertu de la nouvelle loi.

 

Le projet de loi empêche en outre les responsables de l'école de dissimuler la confusion de genre d'un enfant à ses parents.

 

"Nous devrions particulièrement protéger nos enfants de ces médicaments et chirurgies radicaux qui changent la vie alors qu'ils sont à un stade aussi vulnérable de leur vie", a déclaré Ivey vendredi. "Au lieu de cela, concentrons-nous tous à les aider à se développer correctement pour devenir les adultes que Dieu a voulu qu'ils soient."

 

SB 184 prend effet 30 jours après la signature du gouverneur. Plusieurs groupes d'activistes pro-LGBT, dont le Transgender Law Center et l'American Civil Liberties Union, ont déclaré qu'ils intenteraient une action en justice pour empêcher l'application de la loi.

 

L'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré jeudi que l'administration Biden avait averti l'Alabama que le SB 184 pourrait violer la loi fédérale telle que l'administration l'interprète. Le gouverneur Ivey a répondu dans une déclaration à Breitbart que "l'Alabama continuera à protéger nos enfants et à ne pas laisser les libéraux étrangers comme Jen Psaki et la Maison Blanche Biden nous dire quoi faire".

 

"Notre État est prêt à défendre nos valeurs", a-t-elle déclaré.

 

L'autre projet de loi signé par Ivey, HB 322 , oblige les élèves de la maternelle à la 12e année à utiliser les toilettes et les vestiaires en fonction de leur sexe biologique. "Ici en Alabama, les hommes utilisent les toilettes des hommes et les femmes utilisent les toilettes des femmes - c'est vraiment une évidence", a déclaré le gouverneur.

 

Les législateurs républicains ont également modifié HB 322 pour inclure une disposition interdisant les discussions en classe sur "l'orientation sexuelle ou l'identité de genre" qui ne sont "pas adaptées à l'âge ou au développement des élèves conformément aux normes de l'État".

 

Le sénateur Shelnutt a parrainé l'amendement, qui s'inspire de la législation signée par le gouverneur de Floride Ron DeSantis le mois dernier qui restreint la discussion sur les questions de sexualité et de genre dans les écoles publiques jusqu'à la troisième année.

 

"Nous ne pensons pas qu'il soit approprié de parler d'homosexualité et d'identité de genre dans les écoles, ils devraient apprendre les mathématiques", a déclaré Shelnutt, selon AL.com.

 

Comme pour la loi de Floride, les démocrates et d'autres critiques ont tenté de qualifier HB 322 de projet de loi "Ne dites pas gay" - une caractérisation qu'Ivey a qualifiée de "trompeuse".

 

"Nous parlons d'enfants de cinq ans pleurant à haute voix", a-t-elle objecté dans sa déclaration de vendredi. "Nous devons nous concentrer sur ce qui compte - l'enseignement de base comme la lecture et les mathématiques."

 

"Ce projet de loi garantira également que nos salles de classe du primaire restent exemptes de tout type de discours sexuel", a-t-elle ajouté.

 

Bilan de la "transition de genre"

 

L'Alabama rejoint une liste croissante d'États prenant des mesures contre les "transitions de genre" pédiatriques expérimentales, y compris l'Arkansas , qui a approuvé l'année dernière une interdiction générale des médicaments et des chirurgies transgenres pour les mineurs.

 

Un juge fédéral nommé par Obama a temporairement bloqué la loi de l'Arkansas en juillet, mais les législateurs républicains ont avancé des projets de loi similaires dans tout le pays ces derniers mois, notamment au Texas, en Idaho et au Mississippi.

 

Le Tennessee a également restreint les médicaments hormonaux pour les enfants prépubères, et en Arizona, le gouverneur Doug Ducey a signé la semaine dernière un projet de loi interdisant les chirurgies de "changement de sexe" chez les mineurs dans l'État du Grand Canyon. Et plus tôt cette année, le gouverneur du Texas, Greg Abbott , a ordonné aux agences d'État d'enquêter sur les parents qui "transfèrent" leurs enfants pour maltraitance d'enfants, a rapporté Life Site .

 

La vague d'actions de l'État survient au milieu d'un examen international des effets des procédures transgenres sur les enfants et les adolescents.

 

En février, la Suède a recommandé de ne pas administrer de bloqueurs de puberté et d'hormones transsexuelles aux mineurs souffrant d'un trouble du genre, invoquant des "données scientifiques incertaines" et des risques importants pour la santé. Les dangers de ces médicaments pour les personnes de moins de 18 ans "dépassent les possibles bénéfices", ont déclaré les responsables de la santé suédois. La Finlande a publié des directives similaires en 2020.

 

Faisant écho aux directives suédoises, la loi sur la protection des enfants vulnérables de l'Alabama note que les médicaments et les chirurgies de "transition de genre" sont "non prouvés" et "mal étudiés", avec "de nombreux effets nocifs pour les mineurs, ainsi que des risques d'effets tout simplement inconnus en raison de la nature nouvelle et le caractère expérimental de ces interventions."

 

La loi ajoute que les bloqueurs de la puberté et les hormones sexuelles croisées sont liés à des effets secondaires extrêmement graves, y compris la stérilisation : "Parmi les méfaits connus des bloqueurs de la puberté, il y a la diminution de la densité osseuse ; le plein effet des bloqueurs de la puberté sur le développement du cerveau et la cognition est encore inconnu, bien que la raison de l'inquiétude soit maintenant présente."

 

"L'administration d'hormones sexuelles croisées entraîne des risques accrus de maladies cardiovasculaires, d'accidents vasculaires cérébraux thromboemboliques, d'asthme, de MPOC et de cancer", poursuit-elle. Les maladies cardiovasculaires, y compris la "mort cardiaque subite", sont également associées à plusieurs types de bloqueurs de la puberté, comme Lupron et Vantas.

 

En outre, la FDA n'a approuvé aucun médicament hormonal pour les "enfants non conformes au genre", souligne la loi de l'Alabama. Ni les bloqueurs de puberté ni les hormones transsexuelles n'ont fait l'objet d'essais contrôlés randomisés ou d'études longitudinales chez les mineurs non-conformes à leur sexe.

 

Des études montrent cependant que seulement 2% des garçons et 10% des filles atteints de dysphorie de genre souffrent de la maladie après la puberté, selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l'American Psychiatric Association.

Source : LifeSite

Partager cet article
Repost0
8 avril 2022 5 08 /04 /avril /2022 17:13

Un graphique des morts Covid par million par pays (chiffres Our World in data) selon que le masque était obligatoire ou non montre que les masques n'ont eu strictement aucun effet sur la mortalité Covid : les pays ayant eu des obligations de ports de masque sont ceux qui ont le plus haut taux de morts Covid tandis que les pays n'ayant pas eu d'obligations de masques sont ceux qui ont eu le moins de morts :

Source: https://twitter.com/AnteMedicus/status/1510361209769537544/photo/1

Source: https://twitter.com/AnteMedicus/status/1510361209769537544/photo/1

Solide science contre les masques (études) :

Partager cet article
Repost0
19 mars 2022 6 19 /03 /mars /2022 11:50

Selon l'aveu même de Olivier Véran sur France Info : "L’Allemagne et l’Italie qui ont le Pass et le masque connaissent le même rebond que nous".

 

"Si vous me posiez la question entre le fait que nous ayons levé les restrictions et le rebond épidémique, je vous dirais regardez l'Allemagne, regardez l'Italie, ils connaissent un rebond épidémique alors qu'ils ont maintenu le pass sanitaire et parfois le pass vaccinal, ils ont maintenu le port du masque dans les lieux fermés, en Italie c'est même le FFP2 qui est obligatoire dans les commerces, ils ont le même rebond que nous!"

 

Le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel ont validé l’anéantissement de nos libertés au nom du mensonge d'un Pass pas plus utile que s'il n'y en avait pas. 

 

Le conseil constitutionnel valide le passe de la honte et la suspension du contrat de travail sans rémunération

 

Comment le gouvernement n'a-t-il pas su ce que nous savions sur ce blog dès le mois d'octobre 2021, à savoir lorsque nous écrivions : "Les vaccinés peuvent infecter les autres. A quoi sert le pass vaccinal ", ou lorsqu'en décembre 2021 le professeur Chabrière twittait : "Plus de 3 personnes sur 4 positives et potentiellement contaminantes sont vaccinées. Échec du "pass vaccinal" ?

 

Si bien qu'en juillet 2021 nous pouvions légitimement écrire : Masques, tests, vaccins, passe sanitaire sélectif, bienvenue en Covidiotie-Absurdie...

 

Add. 21 mars 2022André Bercoff a Olivier Véran "Vous venez de reconnaitre que pass ou pas pass le nombre de cas est le même ! Donc vous nous avez pris pour des imbéciles.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 19:58

Encore une info démontrant que les "complotistes" avaient raison sur le lien entre maladies cardiovasculaires et "vaccins" Covid à ARNm :

Dans un communiqué, les experts du Comité consultatif mondial de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la sécurité des vaccins expliquent que des cas de myocardite – une inflammation du muscle cardiaque – et de péricardite – une inflammation de la membrane enveloppant le coeur – ont été signalés dans plusieurs pays, en particulier aux États-Unis.

 

Les cas rapportés sont généralement survenus dans les jours qui ont suivi la vaccination, plus fréquemment chez les jeunes hommes et plus souvent après la deuxième dose des vaccins à ARN messager contre la COVID-19, ont-ils indiqué.

 

Après examen des informations disponibles à ce jour, les experts de l'OMS concluent que les données actuelles suggèrent un lien de causalité probable entre la myocardite et les vaccins à ARN messager.

 

Source : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1807959/oms-confirme-lien-problemes-cardiaques-vaccins-arnm

Partager cet article
Repost0
22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 21:48

Comment appelle-t-on un signal de sécurité connu qui est ignoré : négligence ou crime ?

Source: https://multipolar-magazin.de/artikel/ein-sicherheitssignal-wird-ignoriert

Source: https://multipolar-magazin.de/artikel/ein-sicherheitssignal-wird-ignoriert

Source

 

Fin janvier, le professeur de psychologie de Ratisbonne Christof Kuhbandner a publié une étude de 28 pages qui montre un lien temporel alarmant entre le nombre de vaccinations COVID administrées et le nombre de décès officiellement enregistrés en Allemagne. Une chaîne de télévision autrichienne en a parlé. La semaine dernière, Bayerischer Rundfunk et l'agence de presse dpa ont publié des vérifications des faits, selon lesquelles les calculs étaient incorrects. Pour la première fois, le professeur Kuhbandner réagit en détail aux allégations et critique pour sa part les arguments statistiques douteux des critiques ainsi que la présentation inappropriée et trompeuse des faits dans les médias. CHRISTOF KUHBANDNER , 21 février 2022, 0 Comments ,PDF

 

Note de l'éditeur : L'article suivant est exceptionnellement long. Compte tenu de l'explosivité de la thèse, il est d'une importance considérable que les arguments des deux parties soient présentés et discutés dans les détails nécessaires. Ce qui suit explique :

 

(1) quelle est exactement la découverte alarmante

(2) qu'avant la publication de son étude, le professeur Kuhbandner en a discuté en détail avec STIKO

(3) que sa découverte est un signal de sécurité selon les règles actuelles de surveillance des médicaments (les effets secondaires inconnus des médicaments ne peuvent être détectés qu'en observant une augmentation de certaines maladies ou de décès au fil du temps avec l'administration)

(4) comment les autorités compétentes ignorent néanmoins par négligence ce signal de sécurité

(5) pourquoi l'enregistrement des décès présumés liés aux vaccinations par l'Institut Paul Ehrlich est manifestement inadéquat et méthodologiquement discutable

(6) comment plusieurs médecins confirment ces lacunes au Pr Kuhbandner

(7) comment les statisticiens essaient d'écarter le signal de sécurité avec des arguments douteux et des erreurs

(8) comment divers médias croient sans contrôle ces statisticiens

(9) comment les médias dissimulent délibérément les informations dont ils disposent à ce sujet et induisent ainsi le public en erreur

(10) pourquoi il est irresponsable d'ignorer ou d'écarter le signal de sécurité actuel au lieu de le poursuivre avec une étude plus approfondie et une analyse valide

Le 18 janvier 2022, ServusTV a rendu compte de mes conclusions sur l'augmentation des décès liés aux vaccinations COVID . Ces conclusions ont maintenant été reprises par divers médias. Plusieurs statisticiens ont tenté d'écarter le signal de sécurité qui lui est associé. Une vérification des faits ("Faktenfuchs") a été publiée sur Bavarian Radio , ainsi qu'un reportage radio dans lequel je suis discrédité et diffamé en tant que scientifique.

 

CONTINUER LA LECTURE

Partager cet article
Repost0
22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 18:32

Encore une info qui a vu les "complotistes" avoir raison deux ans à l'avance ! Il est temps que les médias subventionnés et inondés d'argent public fassent leur travail à la place d'articles publiés par des sites non subventionnés et gratuits :

Soruce: https://infodujour.fr/societe/55967-covid-19-la-vaccination-nest-pas-sans-risques

Soruce: https://infodujour.fr/societe/55967-covid-19-la-vaccination-nest-pas-sans-risques

Covid-19 : les vaccins ne sont pas sans risques, voici pourquoi

 

Les vaccins que l’on administre de façon contrainte et massive aux populations ne sont ni complètement inoffensifs ni réellement efficaces. En outre, leurs effets secondaires à long terme sont inconnus. Explications avec Jean-Marc Sabatier, directeur de recherches au CNRS et docteur en Biologie Cellulaire et Microbiologie, affilié à l’Institut de Neuro Physiopathologie (INP), à l’université d’Aix-Marseille.

 

Après 18 mois de vaccination obligatoire, le ministre de la Santé, Olivier Véran, évoque « la fatigue vaccinale des Français » pour ne pas imposer une 4ᵉ dose. La vaccination Covid-19 peut-elle être dangereuse ?

 

Jean-Marc Sabatier- Pour répondre, il faut savoir comment cela se passe. Le virus SARS-CoV-2 s’attaque à notre organisme et induit des maladies Covid-19. Pour se protéger et défendre notre organisme, nous devons apprendre à notre système immunitaire à neutraliser le virus via la vaccination. Pour apprendre à notre organisme à se défendre avant d’être infecté par le virus, il faut lui présenter des constituants de ce virus, à savoir une ou plusieurs de ses protéines virales. Dans ce but, on injecte un ou plusieurs antigènes viraux, ou on fait produire par l’organisme (un ou plusieurs de) ces antigènes. Dans la majorité des vaccins actuels, on cible la production, par notre organisme, de la protéine spike du SARS-CoV-2 [c’est la protéine de surface du virus qui reconnaît le récepteur ECA2 des cellules cibles] à l’aide de vaccins à ARNm (vaccins Pfizer-BioNtech ou Moderna) ou de vaccins à vecteurs viraux exprimant cette protéine (vaccins AstraZeneca et Janssen). Le vaccin « Nuvaxovid » de Novavax à venir est directement basé sur la protéine spike recombinante. En réalité, ces protéines spike vaccinales sont légèrement modifiées par rapport à la protéine spike virale. Dans le cas des vaccins Chinois (Sinovac et Sinopharm), on injecte la totalité de la particule virale dont on a neutralisé le pouvoir infectieux par un traitement chimique préalable. Le but de ces vaccins est de stimuler la réponse immunitaire afin de reconnaître et neutraliser le SARS-CoV-2.

 

Voilà la théorie. Mais dans les faits, les vaccins remplissent-ils leur mission ?

J.-M. S.- Les vaccins utilisés doivent répondre à deux critères : ils doivent être efficaces contre le virus et inoffensifs pour notre organisme. À ce jour, il est clair que les personnes vaccinées peuvent être infectées par les variants du SARS-CoV-2, et transmettre le virus à d’autres personnes. Il y a donc un problème majeur d’efficacité.

De même, ces vaccins de première génération (basés sur la protéine spike du virus de Wuhan qui est une souche virale ne circulant plus depuis environ 18 mois) ne sont pas dépourvus d’effets secondaires -plus ou moins graves- chez les personnes vaccinées. Cela signifie que ces vaccins ne sont pas toujours inoffensifs selon les personnes, ce qui est aussi un problème majeur, car l’innocuité vaccinale qui devrait être une condition requise pour tout vaccin n’existe pas.

 

Les vaccins anti-Covid présentent donc des effets secondaires. Lesquels ?

J.-M. S.- Parmi les effets secondaires dits « immédiats » de la vaccination, on retrouve les myocardites, péricardites, thromboses, thrombocytopénies, troubles de la menstruation, et bien d’autres. Il est aussi fortement à craindre des effets indésirables plus « tardifs » (pouvant mettre des mois ou des années à apparaître), tels que maladies auto-immunes, cancers et pathologies neurologiques. Pour toutes ces raisons, je ne recommande pas la vaccination obligatoire et massive des populations (notamment des plus jeunes) contre le SARS-CoV-2 avec les pseudo-vaccins actuels.

 

Que préconiseriez-vous : un médicament ?

J.-M. S. – Pour ma part, il est clair que l’objectif poursuivi par la majorité des pays du monde est la vaccination de tous contre le SARS-CoV-2. Cette vaccination de masse est déraisonnable et se fait souvent au détriment de traitements alternatifs potentiels, tels que vitamine D, Ivermectine et autres. Personnellement, je pense que la vaccination de masse des populations ne poursuit pas un objectif purement sanitaire. Il est notable que des big-pharma proposent depuis peu des traitements anti-Covid-19, dont Pfizer avec le « Paxlovid » (combinaison d’un inhibiteur de la protéase 3CL et du ritonavir), et Merck avec le « Molnupiravir » (analogue de nucléoside).

 

Quid de l’immunité naturelle, notamment avec le variant Omicron moins dangereux que les précédents ?

J.-M. S.- Je pense que le variant Omicron et son sous-variant BA.2 sont une grande chance pour mettre un terme plus précoce à une pandémie qui dure depuis deux ans déjà. En effet, les caractéristiques de ce variant nous sont favorables, car il est extrêmement contagieux -jusqu’à plus d’un demi-million de personnes contaminées par jour en France- mais très peu méchant/virulent, avec une létalité très faible (3,2 fois inférieure à celle du variant Delta, selon une étude récente au Royaume-Uni) qui lui-même présente une létalité environ 4 fois inférieure à celle de la souche virale historique de Wuhan.

L’apparition successive des variants Delta puis Omicron suit une logique virologique, avec l’apparition de variants du SARS-CoV-2 de plus en plus infectieux, mais de moins en moins létaux. Grâce à l’immunité naturelle acquise après infection à Omicron (voire Delta), en plus de la vaccination, nous devrions passer de la pandémie (une épidémie qui s’étend au-delà des frontières des pays et qui peut se répandre sur un continent, un hémisphère ou dans le monde entier) à l’endémie (la persistance habituelle d’une maladie infectieuse et contagieuse dans une région donnée). La maladie y sévit alors en permanence ou de façon latente et touche une importante partie de la population. On parle d’endémie quand la présence de la maladie est connue, signalée, mais cela ne signifie pas que cette dernière est en progression ni qu’elle se répand.

Une propagation très rapide d’Omicron dans les divers pays du monde apparaît finalement souhaitable à ce stade, car l’apparition d’un variant du SARS-CoV-2 très infectieux et plus virulent/létal qu’Omicron ne peut être exclue, surtout avec la forte pression de sélection virale exercée par la vaccination et les rappels de masse.

 

Pourquoi dès lors, selon vous, les scientifiques des plateaux-télé et les autorités du Conseil scientifique s’acharnent-t-ils sur la vaccination obligatoire ?

J.-M. S. – Je pense que le conseil scientifique fait ce qu’il peut dans un contexte particulièrement difficile. À mon avis, ce conseil n’a pas les mains libres et doit être obligé de s’aligner sur la politique sanitaire gouvernementale (poursuivie également par de nombreux pays) qui est la vaccination à outrance et pour tous. Compte tenu des décisions parfois irrationnelles prises, je ne peux pas imaginer que les membres de ce conseil décident réellement de la politique sanitaire française.

Quant aux médecins et « spécialistes » qui parcourent les plateaux télévisés, il s’agit souvent des mêmes personnes invitées ; celles-ci sont toutes très favorables à la vaccination de masse et aux rappels multiples. Ceux qui ont un discours différent et/ou qui émettent des doutes sur le bien-fondé de la vaccination non sélective de la population ne sont généralement pas invités. Ainsi les discours dans les médias vont tous dans le même sens et sont en faveur de la vaccination, ce qui est regrettable.

Je tiens à préciser que je n’ai personnellement aucun conflit d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques ou autres lobbies. Ma parole est libre.

 

(Fin de citation)

Partager cet article
Repost0