Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 00:00

Source Video : Gloria.tv

 

Avec la solennité du Christ Roi, l'Église célèbre la souveraineté du Christ sur toute la création; c'est pourquoi cette solennité est fêtée le dernier dimanche de l'année liturgique, afin de montrer que le Christ est le "commencement et la fin", le Maître du temps et de l'Histoire.

 

La fête du Christ Roi a été instituée il y a moins de 100 ans par le Pape Pie XI, avec l'encyclique "Quas Primas". Le Pape déclara qu'avec cette fête "c'est désormais à notre tour de pourvoir aux nécessités des temps présents, d'apporter un remède efficace à la peste qui a corrompu la société humaine, le laïcisme."

 

Durant ces années au Mexique les "Cristeros" persécutés par le gouvernement franc-maçon se battaient pour la liberté religieuse et mouraient en criant "Viva Cristo Rey" ("Vive le Christ Roi").

 

Solennité du Christ Roi

Mgr Louis-Édouard Pie (1815-1880), évêque de Poitiers, cardinal et prélat antilibéral du XIXe siècle, a expliqué la doctrine intégrale de la Royauté de Jésus-Christ. La parole du Christ "Mon Royaume n'est pas de ce monde" est souvent interprétée d'une manière erronée par les libéraux. Cette parole de Jésus à Pilate indique simplement que la royauté du Christ vient d'en haut, et non de ce monde. Son pouvoir s'origine du Ciel et non d'ici-bas. Il s'agit d'un royaume spirituel, et non matériel. "Le Royaume de Jésus est avant tout un royaume spirituel qui s'établit par la puissance divine et non par la force des armes. [Ainsi, lorsque Jésus est livré par Judas et arrêté à la demande du grand prêtre Caïphe, "l’un de ceux qui étaient avec Jésus, portant la main à son épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre, et lui trancha l’oreille. Alors Jésus lui dit : 'Rentre ton épée, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée. Crois-tu que je ne puisse pas faire appel à mon Père ? Il mettrait aussitôt à ma disposition plus de douze légions d’anges'" (Mt 26: 51-53)]. Mais il ne résulte aucunement de ces paroles, que Jésus ne veuille pas régner socialement, c'est-à-dire imposer ses lois aux souverains et aux nations." (La Royauté sociale de N.S. Jésus-Christ, d'après le Cardinal Pie, P. Théotime de Saint-Just, O.M.C., Lecteur émérite en théologie, Editions Saint-Rémi, p. 30). Une prophétie tirée du livre du prophète Isaïe dans l'Ancien Testament, précise, par exemple : "Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur lui mon esprit ; aux nations, il proclamera le droit." La prophétie d'Isaïe poursuit : "Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton, il ne fera pas entendre sa voix au-dehors. Il ne brisera pas le roseau qui fléchit, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, il proclamera le droit en vérité. Il ne faiblira pas, il ne fléchira pas, jusqu’à ce qu’il établisse le droit sur la terre, et que les îles lointaines aspirent à recevoir ses lois. Ainsi parle Dieu, le Seigneur, qui crée les cieux et les déploie, qui affermit la terre et ce qu’elle produit ; il donne le souffle au peuple qui l’habite, et l’esprit à ceux qui la parcourent." (Is 42, 1-5.) Cela signifie simplement que le Seigneur est doux et humble de coeur, et que Son règne social ne s'impose pas par la force, mais par "l'esprit". En effet, "qui vit par l'épée périra par l'épée" (Mt 26: 52). Au XVIe siècle, contre ceux qui avait imposé la religion protestante par la force à Genève en 1535-1536, et en avait chassé l'évêque catholique, saint François de Sales dont la devise était, "Rien par force, tout par amour", dit en 1594 : "C'est par la charité qu'il faut ébranler les murs de Genève, par la charité qu'il faut la recouvrer... il faut [les] renverser par des prières ardentes et livrer l'assaut par la charité fraternelle". 

 

"Ne voyons surtout pas dans le règne social du Christ une confusion du temporel et du spirituel. Le monde antique, païen ou juif, opère cette confusion, et l'empereur Constantin conservera une vision païenne du pouvoir où le Prince Souverain Pontife intervient dans les affaires religieuses (césarisme). C'est le Christ qui distingue le temporel du spirituel : 'Rendez à César ce qui appartient à César' (Mc 12:17; Mt 22:21, Lc 20:25). Mais si Jésus affirme sa royauté spirituelle, le monde, lui, n'a pas droit à l'indifférence religieuse : "Je suis la lumière du monde" (Jn 8:12) (Gérard BEDEL, Le Cardinal Pie, Un défenseur des droits de Dieu, Clovis Diffusion, Suresnes 2015, p. 61). En Lituanie, en 2009, la laïcité n'empêche pas la Royauté sociale du Christ

La thèse libérale moderne prétend fonder un contrat social indépendant de toute société extérieure à l'État. Dans ce système, tout vient de l'État et tout revient à l'État. Mais cette thèse qui prétend que l'État doit être purement laïque est une exagération de la parole du Christ et aboutit à rendre tout à César. "C'est-à-dire encore que, sous prétexte d'échapper à la théocratie imaginaire de l'Église, il faut acclamer une autre théocratie aussi absolue qu'elle est illégitime, la théocratie de César, chef et arbitre de la religion, oracle suprême de la doctrine et du droit..." (Cardinal Pie, Homélie sur le Panégyrique de saint Emilien, Nantes, 8 novembre 1859, III, p. 511-518 cité in Gérard Bedel, Le Cardinal Pie, ibid., p. 65-66.) Le pape Pie IX (1846-1878), a ainsi pu légitimement dénoncé un défaut majeur de l'État moderne, en ce qu'il se proclame "origine et source de tout droit", qui prétend jouir "d'un droit qui n'est circonscrit par aucune limite." (Yves BRULEY, Histoire du Catholicisme, Que Sais-je, 4e édition, Paris 2018, p. 91.) 

 

L'Évangile (Mt 21,1 - 9, Mc 11,1 - 10, Lc 19, 28 - 40) raconte qu'à proximité de la fête de la Pâque juive, Jésus décida de faire une entrée solennelle à Jérusalem (Rameaux). Il organisa son entrée en envoyant deux disciples chercher un ânon. Il entra à Jérusalem sur une monture pour se manifester publiquement comme le Messie que les juifs attendaient. C'est une monture modeste comme l'avait annoncé le prophète pour montrer le caractère humble et pacifique de son règne.

 

"Il est le Roi des cœurs, à cause de son inconcevable charité qui surpasse toute compréhension humaine (Eph 3:19) et à cause de sa douceur et de sa bonté qui attirent à lui tous les cœurs: car dans tout le genre humain il n'y a jamais eu et il n'y aura jamais personne pour être aimé comme le Christ Jésus." (Quas Primas 4) 

 

"Il est venu tout réconcilier, faisant la paix par le sang de sa croix (Col. 1:20); C’est lui, le Christ, qui est notre paix ; par sa chair crucifiée, il a détruit ce qui séparait, le mur de la haine ; il a supprimé les prescriptions juridiques de la loi de Moïse. Ainsi, à partir des deux, le Juif et le païen, il a voulu créer en lui un seul Homme nouveau en faisant la paix, et réconcilier avec Dieu les uns et les autres par le moyen de la croix; en sa personne il a tué la haine (Ephésiens 2,14-16); il n'est pas venu pour être servi, mais pour servir (Mt 20:28); maître de toutes créatures, il a donné lui-même l'exemple de l'humilité et a fait de l'humilité, jointe au précepte de la charité, sa loi principale; il a dit encore: Mon joug est doux à porter et le poids de mon autorité léger (Mt 11:30)" (Quas Primas 15). Il n'existe de salut en aucun autre; aucun autre nom ici-bas n'a été donné aux hommes qu'il leur faille invoquer pour être sauvés (Ac 4:12). 

 

Prétendre que le Christ ne doit pas régner sur les sociétés revient à dire que le Christ serait mort en vain sur la Croix et que ses lois n'auraient pas à être suivies par les souverains et les nations. "Dire que Jésus-Christ est le Dieu des individus et des familles, et n'est pas le Dieu des peuples et des sociétés, c'est dire qu'il n'est pas Dieu. Dire que le christianisme est la loi de l'homme individuel et n'est pas la loi de l'homme collectif, c'est dire que le christianisme n'est pas divin. [...] C'est le droit de Dieu de commander aux états comme aux individus. Ce n'est pas pour autre chose que N.-S. est venu sur la terre." (La Royauté sociale de N.S. Jésus-Christ, d'après le Cardinal Pie, P. Théotime de Saint-Just, ibid., p. 43-44; 73).

 

Devant Pilate lui demandant s'il était roi, Jésus répondit : "Tu l'as dit, je suis roi. Si je suis né et si je suis venu dans le monde, c'est pour rendre témoignage à la vérité; quiconque est de la vérité, écoute ma voix." (Jn, 18:37).

 

Le titulus crucis, titre de la Croix que Pilate fit placer au-dessus de la tête du Christ lors de sa crucifixion est "Iesvs Nazarenvs, Rex Ivdæorvm" (INRI), "Jésus de Nazareth, Roi des Juifs" (Jn 19, 19). L'inscription était en trois langues, en hébreu, en grec et en latin (Jn 19:20).

 

Le grand moyen de promouvoir ce règne, c'est la prière qui vivifie l'action et obtient du Ciel le succès que nos seuls efforts ne sauraient procurer. (La Royauté sociale de N.S. Jésus-Christ, d'après le Cardinal Pie, P. Théotime de Saint-Just, ibid., p. 86.)

 

Se manifestant aux Onze pendant qu'ils étaient à table, Jésus ressuscité leur dit : "Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création." (Mc 16,15). En montant au Ciel, lors de son Ascension, Jésus adressa encore ces paroles explicites à ses disciples : "Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre", leur commandant : "Allez donc: de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à garder tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps." (Mt 28:18-19). "Garder" ce qu'Il a prescrit, "tout pouvoir" lui ayant été donné, "au ciel et sur la terre", sont les termes qu'emploie Jésus. Il y a un devoir d'évangéliser les nations sur la terre, c'est-à-dire d'apprendre aux nations, et à leurs souverains, à "garder" les enseignements du Christ. 

A Lui seul soit le gouvernement

 

La louange et la joie

 

Jusqu'à l'accomplissement des temps. Amen !

 

Les jours meilleurs arrivent !

 

Les bons temps arrivent !

 

Par le rachat du Sang du Christ !

 

Maintien dans la joie

 

Félicitations !

 

Et bonne fortune !

 

La Paix du Christ vient

 

Le Règne du Chrits arrive

 

Rendons grâce à Dieu. Amen.

 

La Grande guerre prouve la vanité de l'optimisme des "Lumières". Cherchant à rétablir la distinction des deux pouvoirs temporel et spirituel, opposant une "laïcité saine" à la "laïcité anticléricale", et constatant l'échec du système libéral moderne, cet athéisme public où tout vient de César et revient à César, et où une modernité crée des rapports sociaux injustes, méprise l'autorité spirituelle et conduit au "suicide de l'Europe civilisée" via des idées politiques autoritaires ou totalitaires, suite au conflit mondial de 1914, le pape Pie XI (1922-1939) instaure en 1925 la fête et la théologie du Christ-Roi comme remède. 

21. Les Etats, à leur tour, apprendront par la célébration annuelle de cette fête que les gouvernants et les magistrats ont l'obligation, aussi bien que les particuliers, de rendre au Christ un culte public et d'obéir à ses lois. Les chefs de la société civile se rappelleront, de leur côté, le dernier jugement, où le Christ accusera ceux qui l'ont expulsé de la vie publique, mais aussi ceux qui l'ont dédaigneusement mis de côté ou ignoré, et punira de pareils outrages par les châtiments les plus terribles."

(
Pie XI, Lettre encyclique Quas Primas instituant la fête du Christ-Roi, § 21., 1925)


La Royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ (Cardinal Pie)
 
P. THEOTIME DE SAINT JUST O.M.C.
LECTEUR EMERITE EN THEOLOGIE
LA ROYAUTÉ SOCIALE DE N. S. JESUS-CHRIST D’APRÈS LE CARDINAL PIE

 

Image du Christ, Roi des Nations; extrait de la magnifique tenture de l'Apocalyspe exposée au chateau d'Angers, rescapée des destructions de la Révolution dite française.(Merci aux divers responsables qui ont permis la mise en valeur de ce trésor)
Image du Christ, Roi des Nations; extrait de la magnifique tenture de l'Apocalyspe exposée au chateau d'Angers, rescapée des destructions de la Révolution dite française.(Merci aux divers responsables qui ont permis la mise en valeur de ce trésor)

 

{Editions de Chiré BP 1 86190 Chiré en Montreuil 05 49 51 83 04 /
Editions Sainte jeanne d'Arc les Guillots 18260 Villegenon 02 48 73 74 22 }


«JESUS-CHRIST EST LA PIERRE ANGULAIRE DE TOUT L'EDIFICE SOCIAL. LUI DE MOINS, TOUT S'EBRANLE, TOUT SE DIVISE, TOUT PERIT...»

«METTEZ DONC AU CŒUR DE NOS CONTEMPORAINS, AU COEUR DE NOS HOMMES PUBLICS, CETTE CONVICTION PROFONDE QU'ILS NE POURRONT RIEN POUR LE RAFFERMISSEMENT DE LA PATRIE ET DE SES LIBERTES, TANT QU'ILS NE LUI DONNERONT PAS POUR BASE LA PIERRE QUI A ETE POSEE PAR LA MAIN DIVINE : PETRA AUTEM ERAT CHRISTUS ».

«JESUS-CHRIST, C'EST LA PIERRE ANGULAIRE DE NOTRE PAYS, LA RECAPITULATION DE NOTRE PAYS, LE SOMMAIRE DE NOTRE HISTOIRE, JESUS-CHRIST, C'EST TOUT NOTRE AVENIR... » (CARDINAL PIE : ŒUVRES , V, 333 ; VIII, 54 ; X, 493).

On a pu reprocher les empiétements de l'Église sur le pouvoir temporel des rois. Ceux-ci ont une explication historique simple : des empereurs de la Rome tardive ont prétendu intervenir dans la vie de la jeune Église chrétienne en nommant les évêques, en imposant des papes, en convoquant des conciles, en légiférant en matière de discipline ecclésiastique, en intervenant dans les débats doctrinaux

Les rois capétiens, les rois d'Angleterre, les empereurs du Saint empire romain germanique furent ainsi nombreux à intervenir dans la vie de l'Église, en désignant des évêques, légiférant en matière de discipline ecclésiastique. (Source: Dictionnaire du Moyen-Âge, sous la direction de Claude Gauvard, Alain de Libera, Michel Zink, Quadrige, Puf, 2002, p. 242).

Or, l'Église est seule maîtresse de sa morale et de son dogme (Cf. Saint Athanase, Saint Ambroise, Saint Jean Chrysostome, Saint Augustin). 

« Les siècles de la féodalité, longtemps définis comme des siècles de fer', correspondent en réalité au moment du "décollage" européen ». (Jean-Louis BIGET, Préface dans Florian MAZEL, 888-1180 Féodalités, Histoire de France, sous la direction de Joël Cornette, Folio, Gallimard, Trebaseleghe, Italie 2019, p. 10.) 

 

Voici donc comment l'Église s'est dégagée de l'ingérence et de l'influence des empereurs et des rois, ce qui a permis le développement inédit dans l'histoire d'une civilisation originale, distinguant le temporel du spirituel, le laïque du religieux, la civilisation occidentale :

 

Dans les sociétés païennes antiques, "ignorant des raisons de sa présence en ce monde, l'homme subissait totalement un destin qui lui était imposé par la volonté divine. Cette volonté s'exprimant au travers des prêtres (païens) qui étaient chargés de la servir, le pouvoir clérical (païen) était sans limite et pesait considérablement sur la direction de la cité jusqu'à se confondre avec elle. Pharaon, roi, dictateur ou tyran, les dirigeants antiques portaient en eux une partie de la vie divine. Ils étaient moitié fils de dieux ou de déesses, divinisés de leur vivant, tant on était convaincu que le pouvoir, même politique, échappait à la volonté de l'homme qui n'avait aucune prise sur sa destinée. L'Etat était une communauté religieuse, le roi un pontife, le magistrat un prêtre, la loi une formule sainte." (Fustel de Coulanges, La cité antique, Hachette 1967, p. 457).

 

Cette confusion totale du politique et du religieux, l'Empire romain, par l'intermédiaire d'Octave Auguste, le premier empereur, la portera à son sommet, en réalisant la fusion du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel en sa personne. "César, à cette époque, était le grand pontife, le chef et le principal organe de la religion romaine; il était le gardien et l'interprète des croyances, il tenait dans ses mains le culte et le dogme. Sa personne même était sacrée et divine" (Fustel de Coulanges, Ibid., p. 461.).

 

Or, "le christianisme n'est pas intégré au système étatique. Au contraire, il introduit une distinction inédite entre religion et politique. L'évêque Ossius de Cordoue (257-359) est de ceux qui veulent tenir l'État à distance dans les questions doctrinales  : 'Ne vous mêlez pas des affaires religieuses et ne donnez pas d'ordres à ce sujet : [...] Dieu a mis la royauté dans vos mains et nous a chargés des affaires de son Église.' [...] Les pouvoirs politiques et religieux doivent donc collaborer, bien qu'ils soient distincts." (Yves BRULEY, Histoire du Catholicisme, Que Sais-je ?, 4e édition, Paris 2018, p. 22.)

 

Distinction (les "deux cités" de Saint Augustin) et coordination (des deux pouvoirs) est la double vérité sur laquelle s'appuie l'Église depuis Saint Augustin (Cf. Jacques CHEVALIER, De saint Augustin à saint Thomas d'Aquin: Histoire de la pensée, Préface de Serge-Thomas Bonino, Collection Philosophie européenne dirigée par Henri Hude, Editions Universitaires, vol. 3, 1992, p. 70.)

"Augustin conçut son ouvrage La Cité de Dieu, achevé vers 426, comme une démonstration de la compatibilité entre l'Empire et la foi. Il n'y a qu'une seule cité de Dieu, mais elle offre deux faces, l'une est terrestre, l'autre céleste, la seconde se révélant au fur et à mesure que la première s'efface. La cité de Dieu est à la fois l'Église réalisée, le ciel à venir et la communauté terrestre avec sa législation, gouvernée par le Christ. Mais cette conception mystique de l'Église laissait une liberté d'intervention concrète au profit des pouvoirs séculiers. [...] Le pape cherchait à préserver la liberté de l'Église romaine face aux empiétements impériaux, tout en reconnaissant la légitimité de l'autorité temporelle." (L'Église en procès, La Réponse des historiens, sous la direction de Jean Sévillia, Tallandier, Le Figaro, Paris 2019, p. 73.)

 

De très bonne heure, c'est l'Occident qui admit la dualité des pouvoirs temporel (séculier) et spirituel (religieux). "Duo quippe sunt potestates", en effet il y a deux pouvoirs, écrivit le pape Gélase Ier à l'empereur Anastase au Ve siècle en 494, pour le réprimander, lui précisant par là une idée vieille de deux siècles (qui avait commencé à germer dans l'Église à partir du moment où Constantin avait commencé à convoquer lui-même les conciles d'évêques), idée selon laquelle les empereurs ne peuvent pas faire le dogme ni décider pour l'Église.

Une tradition impériale de convocation des conciles d'évêques initiée par Constantin à Nicée en 325, Théodose Ier à Constantinople en 381, Théodose II à Constantinople en 449, poursuivie en Occident par certains rois de France, comme Clovis le 10 juillet 511 à Orléans, Clotaire II à Paris en 614, Pépin le Bref à Compiègne en 757, Charlemagne à Tours et Mayence en 813, Philippe le Bel en 1312 au concile de Vienne..., en Orient par les empereurs byzantins, comme Justinien II en 692 au concile in Trullo, le IIe concile de Nicée en 787, et les empereurs germaniques, comme Frédéric Barberousse au concile de Pavie en 1160, et Sigismond au concile de Constance en 1414), voyait les conciles de l'Église convoqués par les rois

 

Grégoire VII, Pape

Mille ans après sa fondation par le Seigneur à la Pentecôte, où saint Pierre prit la parole, la papauté est devenue presque malgré elle, de manière accidentelle, un pouvoir impliqué dans les querelles de ce monde (Les disciples du Christ ne sont pas DU monde, mais ils sont DANS le monde. Jn 17,14-18). Outre, le choix des évêques ou la convocation des conciles, "l'empereur germanique passait par-dessus le peuple romain et les notables pour nommer directement les papes

 

Le pape Saint Grégoire VII, l'un des plus grands Papes, fut au XIe siècle l'homme providentiel qui combattit tous les grands abus de cette époque. Sa "réforme grégorienne" régla les empiétements des empereurs d'Allemagne, c'est-à-dire un pouvoir politique trop envahissant, la vente des dignités ecclésiastiques (simonie), la contagion des mauvaises moeurs du clergé et dans le peuple. 

En 1122, le compromis du concordat de Worms, le premier de l'histoire, régla le problème: désormais, l'évêque serait élu librement par le clergé en présence de l'empereur ou de son représentant. En France, des procédures analogues furent mises en place pour l'élection des évêques.

L'Église n'a jamais enseigné la confusion des deux pouvoirs, ni l'absorption du temporel par le spirituel (théocratie), ni l'absorption du spirituel par le temporel (césarisme, gallicanisme, églises nationales), parce que ce sont des erreurs régulièrement condamnées par le Saint-Siège.

On adressait déjà cet absurde reproche (d'absorption du temporel) au pape Boniface VIII, qui, dans sa Bulle Unam, sanctam, définit contre les légistes courtisans de Philippe le Bel, déjà gallicans, la subordination (qui n'est pas absorption) de la puissance temporelle à la puissance spirituelle. "Il enseigne, disait-on, que le pape peut disposer des couronnes selon son bon plaisir..." - "Il y a quarante ans que j'étudie le doit, répondait le saint Pontife dans le Consistoire de 1303, et je sais apparemment qu'il y a deux puissances... Comment peut-on croire qu'une telle folie me soit venue à l'esprit?" (Boniface VIII, cité dans Mgr Gaume, Le dogme de l'infaillibilité.)

 

En réaction aux empiétements des pouvoirs temporels, la papauté au "Moyen-Âge" a cherché à affirmer "sa liberté tout en ouvrant la porte à une autonomie du politique, de la société, qui se serait développée grâce à cette séparation." (Thomas TANASE, Histoire de la papauté d'Occident, Gallimard, Folio Inédit Histoire 2019, p. 17.)

"La réforme grégorienne va [...] en fait bien au-delà de la simple 'liberté' ou de la volonté de dégager les Églises des jeux politiques et de la corruption. La papauté grégorienne, veut rompre avec l'association organique des empereurs avec leurs évêques. Ce faisant, la réforme grégorienne commence à poser en des termes nouveaux la question des rapports entre pouvoir laïc et pouvoir religieux. Elle amorce à terme une forme de séparation avec les pouvoirs politiques et une laïcisation de ces derniers." (Thomas TANASE, Histoire de la papauté d'Occident, Gallimard, Folio Inédit Histoire 2019, p. 135, 146-150.) "La réforme grégorienne fut une révolution qui agita l'Église durant un siècle et remit totalement en causes ses rapports avec le système politique. [...] Ainsi, bien avant la séparation de 1905, le principe de l'autonomie des pouvoirs séculier et spirituel était acquis, et ce en raison de l'insistance de la papauté." (L'Église en procès, La Réponse des historiens, sous la direction de Jean SÉVILLIA, Tallandier, Le Figaro, Paris 2019, p. 80.)

 

Les ordres monastiques de Cluny (Xe siècle) puis de Citeaux (Cisterciens) diffusent les principes de la réforme du clergé et d'obéissance à l'Église romaine. (Yves BRULEY, Histoire du Catholicisme, Que Sais-je, 4e édition, Paris 2018, p. 48.)

 

"Pour l'essentiel, c'est aux moines que l'on doit la transmission de l'héritage antique. [...] Le monachisme s'est répandu en Occident dès le IVe siècle, après que saint Martin a fondé le premier monastère d'Occident à Ligugé." (Yves BRULEY, Histoire du Catholicisme, ibid., p. 37.)

 

Ainsi, l'Europe a dominé le monde dès l'époque dite 'obscure' du "Moyen-Âge". L'explication première réside dans la foi des Européens en la raison, dans l'engagement manifeste de l'Église sur la voie d'une théologie rationnelle (scolastique XIe-XIVe siècle) qui a rendu possibles les progrès.

Au IIe siècle à Alexandrie, Clément enseigne de 190 à 202 dans le Didascalé (école philosophique chrétienne, sur le modèle des écoles d'Athènes) que Dieu donne à l'esprit humain les moyens de parvenir à la vérité. Élève de Clément, Origène († 254) assume dans le christianisme l'héritage de la rhétorique et de la philosophie antiques, en intégrant la philosophie platonicienne dans la théologie chrétienne.  (Yves BRULEY, Histoire du Catholicisme, ibid., p. 23-24.)

Entre le Ve siècle et le IXe siècle, Boèce (480-524), philosophe romain chrétien contemporain de Clovis, répand les oeuvres d'Aristote en Occident. Son travail a été la source antique principale de la philosophie médiévale avant le XIIIe siècle. Son traité Logica vetus (logique ancienne) comprend entre autres ses traductions latines de l'Organon (Analytiques I et II), des Catégories, des Topiques, et De l'Interprétation d'Aristote, qu'il a transmis en Occident avant que soient connus les commentaires d'Averroès, philosophe andalou (1126-1198) au XIIIe siècle.

"La période n'est pas celle de 'l'infélicité des Goths', le long tunnel d'ignorance déploré par Rabelais et les humanistes. La convergence culturelle des élites 'barbares' et des élites gallo-romaines a permis leur fusion rapide. Au Ve et VIe siècles, aucune régression ne se discerne dans la culture des laïcs ni dans l'usage de l'écrit. [...] Monastères et églises jouent un rôle positif dans la conservation des oeuvres antiques. [...] La période du Ve au IXe siècle ne correspond donc nullement au degré zéro de la culture. Tout au contraire, elle assume un rôle primordial dans la transmission d'une grande part de la littérature latine à l'Occident des temps futurs. [...] À bien y regarder, on est donc amené à reconsidérer l'idée d'un déclin de cette noblesse sénatoriale dans la Gaule du Ve siècle en raison de l'hégémonie des chefs barbares. En vérité, la plupart des grandes familles ont maintenu leur position, entretenu un style de vie antique et participé à la transmission de la culture écrite." (Geneviève BÜHRER-THIERRY, Charles MERIAUX, La France avant la France 481-888, Histoire de France, Sous la direction de Joël Cornette, Folio Histoire, 2019, p. 19 et 40.)

 

La scolastique primitive, du début du XIe siècle à la fin du XIIe siècle débute avec la figure d'Anselme de Cantorbéry, et l'école de Chartres. Les œuvres d'Aristote marquées par l'influence de Platon sont copiées par Jacques de Venise († 1147) et traduites du grec au latin par Albert le Grand (1193-1206), maître dominicain de Thomas d'Aquin, qui les introduit dans les universités, en même temps que les traités scientifiques grecs. Thomas d'Aquin formule l'aristotélisme chrétien en appliquant à la théologie les méthodes et les exigences du raisonnement philosophique. Alexandre de Hales (1180-1245) surnommé le "Docteur irréfragable", Robert Grossetête (1175-1253) à Lincoln, un des représentants de la Première Renaissance, et Roger Bacon (1214-1294) à Oxford (Angleterre), surnommés le "Docteur admirable", davantage portés vers l'expérience que vers la spéculation pure, identifient quelques erreurs commises par Aristote à propos des phénomènes naturels, ce qui ne les empêche nullement de reconnaître l'importance de la philosophie d'Aristote. La scolastique tardive du XIVe siècle est représentée par la figure de Jean Duns Scot (1266-1308), à Oxford, Paris et Cologne, le "docteur subtil" qui donne une priorité à la volonté (d'où l'étiquette de "volontarisme") devant les autres facultés comme l'intelligence intellectualiste ou la charité.

 

"Le christianisme irrigue toutes les constructions sociales, il est le modèle d’explication des sociétés, des cultures et du système de pensée occidental dans ses structures conceptuelles. Il se présente comme la constituante essentielle de l’histoire des civilisations et des hommes. Cette assertion, indéniable aujourd’hui et scientifiquement acquise..." (Bénédicte Sère, Histoire générale du christianisme. Volume I : Des origines au xve siècle, dir. Jean-Robert Armogathe, Pascal Montaubin, Michel-Yves Perrin, Revue de l’histoire des religions [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 04 avril 2012. URL : http://journals.openedition.org/rhr/7840 )

 

"Aucune nation, aucune démocratie ne peut écrire sa propre histoire sans reconnaître à la France une dette ou une influence directe." (Théodore ZELDIN, Histoire des passions françaises, 1848-1945, tome 5, Points Histoire, Paris-Mesnil 1981, p. 446.)

Le self-government rural ou la "démocratie" et des élections à la pluralité des voix dans chaque village était un usage courant sous l'"Ancien Régime". (Frantz FUNCK-BRENTANO, La Société sous l'Ancien Régime, Flammarion, Lagny 1934, p. 33-35.)

"Les rois du vieux temps laissaient se gouverner leurs sujets à l'abri de leur autorité souveraine. [...] Dallington va jusqu'à définir la France sous le gouvernement de ses princes, 'une vaste démocratie'." (Frantz FUNCK-BRENTANO, L'Ancien Régime, Les Grandes études Historiques, Librairie Arthème Fayard, Paris 1926, p. 525-526.)

Le parlement local était élu par la population locale. Chaque grande ville élisait ses dirigeants, désignés parfois sous le terme d'échevin. (Pierre GAXOTTE, La Révolution française, Nouvelle édition établie par Jean Tulard, Éditions Complexe, Bruxelles 1988, p. 9-10.) Mais, "dans certaines provinces, les sujets du roi pouvait naître, vivre et mourir sans avoir directement affaire à l’Etat." (Michel ANTOINE, Louis XV, Fayard, 1989).

Sous "l'Ancien Régime", "le principe des libertés nationales était posé dans cette maxime fondamentale de l'Etat français : Lex fit consensu populi et constitutione regis. "Consentement de la nation et décret du prince", voilà l'antique formule du pouvoir législatif en France, depuis l'établissement de la monarchie." (Mgr FREPPEL, La Révolution française, Autour du centenaire de 1789, Paris: A. Roger et F. Chernoviz, 1889, p. 33.)

"L'enseignement était obligatoire et gratuit. [...] Au cours de son livre L'École sous la Révolution, V. Pierre constate qu'il y avait en 1789 des écoles dans chaque paroisse 'et presque dans chaque hameau'." (Frantz-FUNCK-BRENTANO, La Société sous l'Ancien Régime, Flammarion, Lagny 1934, pp. 50-51.)

  

La liberté et l'égalité sont des principes monarchiques français qui ont été dévoyés par l'oligarchie républicaine.  

"Dans le régime démocratique, [...] (e)n théorie, le nouveau citoyen se voit reconnaître un pouvoir de contribuer à la formation des décisions. [...] Mais en réalité, il a moins de prise sur la décision qu'il n'en a jamais eu (Voir Patrice Gueniffey, Le Nombre et la raison, La Révolution française et les élections, éd. de l'EHESS, Paris 1993, p. 208-213). En effet, la participation démocratique [...], constitue une double fiction dont l'effet est de transférer le pouvoir théoriquement possédé par les individus à une oligarchie composée de professionnels de la politique. Cette oligarchie trie les problèmes et définit les termes dans lesquels ils peuvent être résolus, médiation indispensable pour transmuer la poussière des volontés individuelles en 'volonté collective'." (Patrice Gueniffey, La Politique de la Terreur, Essai sur la violence révolutionnaireFayard 2000, réed. Tel Gallimard, Mesnil-sur-l'Estrée 2003, p. 206-210.)

"L'État de nos jours est plus directif que sous l'Ancien Régime. [...] La plus libérale des démocraties actuelles est bien plus absolue que la monarchie dite 'absolue'... En effet, l’autorité étatique y est beaucoup plus à même d’imposer sa volonté." (Jean-Louis HARROUEL, L’esprit des institutions d’Ancien Régime, Le miracle capétien, Perrin, 1987).

 

Rappelons les progrès scientifiques et moraux dus au christianisme. Le christianisme est directement responsable des percées intellectuelles, politiques, scientifiques et économiques les plus significatives du dernier millénaire; la théologie chrétienne en est la source même. "Les autres grandes religions ont mis l'accent sur le mystère, l'obéissance et l'introspection. Seul le christianisme s'est ouvert à la logique et à la pensée déductive comme moyens d'accès aux lumières, à la liberté et au progrès. Au Ve siècle déjà, saint Augustin célébrait le progrès théologique et "l'invention exubérante". Les valeurs qui nous sont les plus chères aujourd'hui - le progrès scientifique, le règne de la démocratie, la liberté des échanges et de la circulation des hommes et des idées - doivent largement leur universalité au christianisme vu comme une tradition grandiose dont nous sommes tous les héritiers", écrit Rodney STARK dans son ouvrage "Le triomphe de la raison : pourquoi la réussite du modèle occidental est le fruit du christianisme, traduction de Gérard Hocmard, Paris, Presses de la Renaissance, 2007.)

 

Au VIIe siècle, les sacrifices humains en Europe étaient encore pratiqués dans certaines régions païennes comme la Frise où les enfants étaient "noyés dans la mer par la marée montante afin d'apaiser la colère des dieux" (Geneviève BÜHRER-THIERRY, Charles MERIAUX, La France avant la France 471-888, Histoire de France, Sous la direction de Joël Cornette, Folio Histoire, 2019, p. 276); en Suède où les habitants de l'île de Gotland sacrifiaient leurs enfants, en Norvège où on jetait les enfants sur des lances, en Islande où des êtres humains étaient jetés dans des fosses sacrificielles (blotgrafar, des puits à offrandes); en Suède encore à Uppsala où tous les neuf ans, des hommes étaient sacrifiés pendus dans un bois près du temple, ou noyés dans une source (Stéphane COVIAUX, La fin du Monde Viking, Passés Composés, Paris 2019, p. 158); au Danemark au Xe siècle, où l'archéologie témoigne de l'existence de sites dédiés aux sacrifices rituels, y compris humains, à Tisso, près de la grande halle, ou à Trelleborg. 

Ces sacrifices humains réalisés dans l'espoir de se concilier les dieux Odin, Thor et Freya, parce que leur sang avait davantage de prix, avaient disparu au XIIIe siècle dans la "Chrétienté", et au XVIe siècle dans le monde, en Amérique latine. "Ils ne cesseront définitivement qu'une fois le christianisme bien implanté." (Jean RENAUD, Les vikings, vérités et légendes, Perrin, 2019, p. 294-302.)

 

L'infanticide et l'exposition des enfants. L'anthropologue Laila Williamson note que "l'infanticide a été pratiqué sur tous les continents et par des gens de tous niveaux de complexité culturelle, des chasseurs-cueilleurs aux grandes civilisations, y compris nos propres ancêtres. Plutôt que d'être une exception, il a donc été la règle. (Laila Williamson, Infanticide: an anthropological analysis, in Kohl, Marvin (ed.). Infanticide and the Value of Life, NY: Prometheus Books, 1978, pp. 61–75.)

Une méthode d'infanticide fréquente dans l'Europe et l'Asie anciennes consistait simplement à abandonner le nourrisson , le laissant mourir par exposition (c'est-à-dire par Hypothermie, faim, soif ou attaque animale). [John Eastburn Boswell, "Exposition et oblation: l'abandon des enfants et la famille antique et médiévale". Revue historique américaine, 1984.]

Les Grecs historiques considéraient la pratique du sacrifice des adultes et des enfants comme barbare [26], cependant, l'exposition des nouveau-nés était largement pratiquée dans la Grèce antique , elle était même préconisée par Aristote dans le cas de la déformation congénitale - "Quant à l'exposition des enfants, qu'il y ait une loi interdisant à un enfant déformé de vivre. » [PM Dunn, "Aristotle (384–322 bc): philosopher and scientist of ancient Greece, 2006] En Grèce, la décision d'exposer un enfant appartenait généralement au père, bien qu'à Sparte, la décision ait été prise par un groupe d'anciens.

Cette pratique était également répandue dans la Rome antique. Selon la mythologie, Romulus et Remus , deux fils jumeaux du dieu de la guerre Mars, ont survécu au quasi-infanticide après avoir été jetés dans le Tibre. Selon le mythe, ils ont été élevés par des loups et ont ensuite fondé la ville de Rome.

Philon a été le premier philosophe à se prononcer contre. [The Special Laws. Cambridge: Harvard University Press. III, XX.117, Volume VII, pp. 118, 551, 549.] Une lettre d'un citoyen romain à sa sœur ou à une femme enceinte de son mari [Greg Woolf (2007). Ancient civilizations: the illustrated guide to belief, mythology, and art. Barnes & Noble. p. 386.], datant du 1er av. J.-C., montre la nature décontractée avec laquelle l'infanticide était souvent considéré.

Dans certaines périodes de l'histoire romaine, il était traditionnel qu'un nouveau-né soit amené au pater familias , le patriarche de la famille, qui déciderait alors si l'enfant devait être gardé et élevé, ou laissé mourir par exposition. [John Crossan, The Essential Jesus: Original Sayings and Earliest Images, p. 151, Castle, 1994, 1998] Les Douze Tables de droit romain l'ont obligé à mettre à mort un enfant visiblement déformé. Les pratiques concurrentes d' esclavage et d'infanticide ont contribué au «bruit de fond» des crises de la République.

L'infanticide est devenu une infraction capitale en droit romain en 374 après JC , mais les contrevenants étaient rarement, sinon jamais, poursuivis. [Samuel X. Radbill, 1974, "A history of child abuse and infanticide", in Steinmetz, Suzanne K. and Murray A. Straus (ed.). Violence in the Family. NY: Dodd, Mead & Co, pp. 173–179.]

La première maison d'enfant trouvé en Europe a été établie à Milan en 787 en raison du nombre élevé d'infanticides et de naissances hors mariage. L' hôpital du Saint-Esprit à Rome a été fondé par le pape Innocent III parce que les femmes jetaient leurs enfants dans le Tibre. [Richard Trexler, (1973). "Infanticide in Florence: new sources and first results". History of Childhood Quarterly. 1: 99.]

Contrairement à d'autres régions européennes, au Moyen Âge, la mère allemande avait le droit d'exposer le nouveau-né. [C.W. Westrup (1944). Introduction to Roman Law. London: Oxford University Press. p. 249.]

Au Haut Moyen Âge, l'abandon d'enfants non désirés a finalement éclipsé l'infanticide. Les enfants non désirés étaient laissés à la porte de l'église ou de l'abbaye, et le clergé était supposé prendre soin de leur éducation. Cette pratique a donné naissance aux premiers orphelinats. (Josiah Cox Russell, 1958, Late Ancient and Medieval Population, pp. 13-17.]

Le judaïsme interdisait l'infanticide. Tacite a enregistré que les Juifs "considèrent comme un crime de tuer tout enfant né tard". [Tacitus (1931). The Histories. London: William Heinemann. Volume II, 183.] Josephus , dont les travaux donnent un aperçu important du judaïsme du 1er siècle, a écrit que Dieu "interdit aux femmes de provoquer l'avortement de ce qui est engendré, ou de le détruire par la suite". [Josephus (1976). The Works of Flavius Josephus, "Against Apion". Cambridge: Harvard University Press. pp. II.25, p. 597.]

Dans les tribus païennes germaniques, John Boswell écrit que les enfants indésirables étaient exposés, généralement dans la forêt. "C'était la coutume des païens [teutoniques], que s'ils voulaient tuer un fils ou une fille, ils seraient tués avant d'avoir reçu de la nourriture." [Boswell, John (1988). The Kindness of Strangers. NY: Vintage Books.] Habituellement, les enfants nés hors mariage étaient disposés de cette façon.

Dans son Temps préhistoriques très influent, John Lubbock a décrit des os brûlés indiquant la pratique du sacrifice d'enfants dans la Grande-Bretagne païenne. [John Lubbock (1865). Pre-historic Times, as Illustrated by Ancient Remains, and the Manners and Customs of Modern Savages. London: Williams and Norgate. p. 176.]

Le dernier canto, Marjatan poika (Fils de Marjatta) de l'épopée nationale finlandaise Kalevala décrit un infanticide supposé. Väinämöinen ordonne que l'enfant bâtard de Marjatta se noie dans le marais.

Le Íslendingabók , une source principale pour la première histoire de l'Islande , raconte que lors de la conversion de l'Islande au christianisme en 1000, il a été prévu - afin de rendre la transition plus agréable pour les païens - que "les anciennes lois autorisant l'exposition des nouveau-nés resterait en vigueur". Cependant, cette disposition - comme d'autres concessions faites à l'époque aux païens - fut abolie quelques années plus tard.

Ce sont les principes chrétiens sur lesquels la civilisation occidentale a été fondée qui ont d'abord interdit, puis empêché pendant si longtemps et pendant tant de siècles le meurtre d'enfants. 

 

"Le christianisme a libéré les femmes." (Jacques Le Goff).

 

Le consentement dans le mariage est une révolution introduite avec l'institution du mariage chrétien qui revenait sur la pratique du mariage forcé hérité du droit romain où la femme romaine est une mineure, sous la coupe du pater familias, père de famille, puis du mari. Voici quelques lignes de Jacques Le Goff sur ce sujet :

 

À l'instar des nombreuses saintes qui furent persécuter et martyres pour avoir exercé leur liberté de consentement, comme sainte Thècle au Ier siècle, sainte Agathe au IIIe siècle, ou encore sainte Agnès au début du IVe siècle, "voyez [...] la réflexion qu'a menée l'Église sur [...] le mariage, afin d'aboutir à cette institution typiquement chrétienne formalisée par le IVe siècle concile de Latran en 1215, [...] un acte qui ne peut avoir lieu qu'avec l'accord plein et entier des deux adultes concernés (consentement). [...] Le mariage est impossible sans l'accord [...] de l'épouse : la femme ne peut pas être mariée contre son gré, elle doit avoir dit oui. (Michel SOT, La Genèse du mariage chrétien, L'Histoire n°63, pp. 60-65).

 

"[...] C'est une de mes idées favorites, confortée par le progrès des études historiques : le Moyen-Âge, [...] a été aussi et surtout un moment décisif dans la modernisation de l'Occident." (Jacques LE GOFF, L'histoire n° 245, cité dans La Véritable Histoire des Femmes, De l'Antiquité à nos Jours, Présenté par Yannick RIPA, L'Histoire, Nouveau Monde Éditions, Paris 2019, pp. 67-82.)

 

"À l'ère moderne, les découvertes scientifiques, l'essor du commerce [...] auraient achevé d'installer en Occident un mouvement de liberté et de progrès, à opposer à la stagnation des autres mondes, islamique, chinois, indien." (Thomas TANASE, Histoire de la papauté d'Occident, Gallimard, Folio Inédit Histoire 2019, p. 15.)

 

Le christianisme a permis le "décollage européen" au "Moyen-Âge", le progrès économique, le progrès scientifique, technologique et matériel, et le progrès moral, dans la mesure où la papauté a travaillé à l'autonomie des pouvoirs temporel et spirituel ("réforme grégorienne" au XIe siècle), ce qui n'existe dans aucune autre ère de civilisation. (CfJean-Louis HAROUEL, Le Vrai génie du christianisme, Laïcité, Liberté, Développement, éditions Jean-Cyrille Godefroy, Clamecy 2012 ; Rodney STARK, Faux témoignages, Pour en finir avec les préjugés anticatholiques, Salvator, Paris 2019.)

 

"L'une des incantations républicaines consiste à faire croire que la République a apporté l'égalité entre les citoyens. ... [J]e ne suis pas certain que les inégalités aient été plus criantes sous Louis XVI que sous notre république. Précisément parce que l'institution de la noblesse, cet ordre prestigieux auquel toute famille désireuse de se hisser dans la société rêvait d'accéder, empêchait par là même qu'elles continuent à s'enrichir interminablement (il était interdit à la noblesse de s'enrichir; l'honneur interdisait à la noblesse de sortir du rôle qui lui était dévolu, la noblesse pouvait se perdre par déchéance à la suite d'une condamnation infamante, ou par dérogeance, lorsqu'un noble était convaincu d'avoir exercé un métier roturier ou un trafic quelconque). Un Bill Gates était inimaginable à l'époque, ces fortunes qui dépassent la richesse de nombreuses nations n'existaient pas. [...] Rien de plus politique que d'arrêter, par un moyen aussi puissant que volontaire, par le motif de l'honneur, l'accroissement immodéré des richesses dans les mêmes mains. Ainsi l'institution de la noblesse empêchait-elle la constitution de fortunes insensées, aberrantes, outrancières, et ce n'est pas le moindre paradoxe que de voir dans l'ancienne monarchie un monde mieux armé pour prévenir ces aberrations. [...] Malgré l'évidence..., on continue de nous représenter la société sous l'Ancien Régime comme monde inégalitaire. Il l'était, sans aucun doute. Comme toute société. Il n'existe pas de société égalitaire. La société communiste, qui s'est imposée au prix d'une terreur jamais vue dans l'histoire, n'a pas réussi le pari de l'égalité, au contraire: elle a connu un éventail des revenus plus large que nos sociétés d'Europe occidentale. Il est d'ailleurs amusant de constater que la gauche, et plus généralement la république, aggrave, toujours les inégalités plutôt qu'elles ne les réduit. Par exemple, sous le septennat de Valery Giscard d'Estaing, l'éventail des revenus était moins large que sous son successeur François Mittérand. ... Aujourd'hui, ... [l]a moitié du patrimoine national (50%) est détenue par 10% des ménages. Et 40% des Français n'ont aucun patrimoine. 40% des Français sans patrimoine: ce chiffre était le même en 1800, au lendemain de la Révolution." (Yves-Marie ADELINE, Le Royalisme en question (1792-2002), Perspectives pour le XXIe siècle, Préface de Vladimir Volkoff, Postface de Jean Raspail, L'Âge d'Homme - Editions de Paris, Libres Mobiles, 2e édition corrigée, Paris 2002, p. 96-97). 

Au Ve siècle, avec nos premiers rois de France, la tradition royale était, sur les conseils de saint Rémi, qui baptisa Clovis, de soulager les habitants du pays, de réconforter les affligés, de veiller sur les veuves, de nourrir les orphelins (M.C. ISAÏA, Rémi de Reims, Mémoire d'un saint, histoire d'une église, Cerf, Paris 2010, p. 777), et pour ceux que la Providence avait particulièrement dotés de donner le plus largement possible aux pauvres. À l'instar de l'amour du prochain, la charité publique, commandée par la foi, et librement consentie, n'était pas (encore...) imposée par l'État. "Protège les Pauvres, ils te protégeront", tel était l'enseignement de Philippe Auguste à Saint-Louis.

 

La charité publique. C'est surtout sous la direction des évêques, protecteurs des faibles et des malheureux, que se développa le mouvement charitable; ils créèrent les Hôtels-Dieu que l'on retrouve à l'ombre de toutes les cathédrales. Dans la plupart des pays d'Europe, les maladreries étaient sous la juridiction directe des évêques. La dîme servait à alimenter la charité paroissiale, pendant plus de 1200 ans, le budget de l'Église fut en même temps celui de l'assistance et de la charité publiques. (Jean GUIRAUD, Histoire partiale histoire vraie, tome III, L'Ancien Régime, 5° édition, Gabriel Beauchesne & Cie Editeurs, Paris 1914, p. 210.)  

 

"Les principes consolants et la morale bienfaisante du christianisme, ses doctrines démocratiques et libérales, devaient concilier aux prêtres qui les enseignaient le respect et l’amour des peuples ; l’organisation de l’Église, sa hiérarchie, sa discipline, la tenue de ses conciles généraux et particuliers, la richesse de ses revenus et de ses aumônes, lui assuraient un ascendant considérable dans la société." Ainsi s’exprime l’historien Benjamin GUÉRARD, dans sa préface du Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, publié en 1850. Guérard était loin d’être un "clérical" ; mais ses recherches et sa science approfondie du Moyen Age, étudié par lui aux sources, l’ont amené à tracer du rôle de l’Église dans la civilisation française et dans la conquête des droits et des libertés des citoyens un tableau d’une grande largeur de vues d’un grand intérêt. Le clergé n’eut une si grande influence sur les masses comme sur les individus que parce qu’il se montra d’abord et resta populaire dans la meilleure et la plus sympathique acception de ce mot, tant profané depuis, écrit Charles BARTHÉLEMY dans Erreurs et mensonges historiques ; c’est dans l’Église et par les actes du clergé, non moins que par sa voix, que furent promulgués et mis en pratique les grands principes de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

 

Croix et Calvaire du Cher

L’asile, d’après la loi de l’empereur Théodose le Jeune (23 mars 431), comprenait non seulement l’intérieur du temple, mais encore toute l’enceinte du lieu sacré, dans laquelle étaient situés les maisons, les galeries, les bains, les jardins et les cours qui en dépendaient.

 

Le droit d’asile dans les églises fut confirmé par les rois des Francs et par les conciles.

 

Ceux qui se réfugiaient dans les asiles étaient placés sous la protection de l’évêque, devenu pour ainsi dire responsable des violences qui leur seraient faites. Les voleurs, les adultères, les homicides même n’en pouvaient être extraits, et ne devaient être remis aux personnes qui les poursuivaient qu’après que celles-ci avaient juré sur l’Évangile qu’elles ne leur feraient subir ni la mort, ni aucune mutilation. L’esclave réfugié n’était rendu à son maître qu’autant que celui-ci faisait serment de lui pardonner.

 

Les revenus ecclésiastiques étaient divisés en quatre parts. La première seule appartenait à l’évêque, la seconde était pour son clergé, la troisième pour les pauvres de l’Église, et la quatrième pour l’entretien des édifices consacrés au culte.

 

"Partout la part du pauvre était réservée dans les revenus ecclésiastiques, et lorsqu’elle ne suffisait pas, elle devait être accrue des autres fonds dont le clergé avait la disposition. Nourrir tous les indigents et secourir tous les malheureux, telle était la mission de l’Église, qui, pour la remplir, dut quelquefois se dépouiller de ses biens et mettre en gage jusqu’aux objets les plus précieux du culte", explique Guérard. Une des plus belles œuvres, à cette époque ; une des plus méritoires et qui atteste le mieux de sa charité, c’est celle du rachat des captifs. Les sommes que le clergé y consacrait, d’après l’injonction expresse des conciles, étaient souvent très considérables ; il lui était même permis, pour satisfaire à cette obligation, de mettre en gage jusqu’aux vases sacrés des églises.

Aussi, dans ces siècles de fer, où les populations étaient emmenées captives comme des troupeaux à la suite des armées et partagées comme un butin entre les soldats, on voit les évêques épuiser leurs trésors pour les délivrer des liens de l’esclavage.

Saint Épiphane, évêque de Pavie, délivre, en 494, dans les Gaules, par ses instances auprès du roi Gondebaud ou à prix d’argent, plus de six mille Italiens que les Bourguignons retenaient en captivité.

Le prêtre saint Eptade, originaire d’Autun, rachète plusieurs milliers d’Italiens et de Gaulois emmenés pareillement en esclavage par les Bourguignons, et ensuite une foule de captifs que les Francs de l’armée de Clovis avaient faits dans leur guerre contre les Visigoths.

En 510, saint Césaire, évêque d’Arles, distribue des vêtements et des vivres à une immense multitude de prisonniers francs et gaulois tombés au pouvoir des Goths, et les rachète ensuite avec le trésor de son église, que son prédécesseur Éonius avait amassé. Puis, ayant reçu de Théodoric, roi des Ostrogoths, trois cents sous d’or avec un plat d’argent du poids d’environ soixante livres, il vend le plat, achète la liberté des captifs dispersés dans l’Italie, et leur procure des chevaux ou des chars pour les ramener dans leurs foyers.

Dans le siècle suivant, saint Éloi rachetait les prisonniers saxons et les affranchissait devant le roi.

 

La fin de l'esclavage. Lors de la chute de Rome (476), l'esclavage était répandu partout en Europe; à la "Renaissance", il avait disparu partout en Europe. Le règne du Christ, le premier, a permis l'abolition de l'esclavage, bien avant que les États modernes ne portent de nouvelles législations d'abolition.

 

Benjamin Guérard nous révèle encore que "[...] l’Église, [...] en prenant à sa charge et pour ainsi dire chez elle les veuves, les orphelins et généralement tous les malheureux, ne pouvait manquer de les avoir dans sa dépendance ; mais ce qui devait surtout lui gagner le cœur de ses nombreux sujets, c’est qu’au lieu d’être humiliée ou embarrassée de leur cortège, elle s’en faisait honneur et proclamait que les pauvres étaient ses trésors. D'où l'expression médiévale "Nos Seigneurs les pauvres".

 

"Elle (l’Église) couvrait aussi de sa protection les affranchis, et frappait d’excommunication le seigneur et le magistrat qui opprimaient l’homme faible ou sans défense. Lorsque des veuves ou des orphelins étaient appelés en justice, l’évêque ou son délégué les assistait à la cour du comte et empêchait qu’on ne leur fît aucun tort. L’archidiacre ou le prévôt des églises devait visiter tous les dimanches les prisonniers et subvenir à leurs besoins avec le trésor de la maison épiscopale. Aux trois grandes fêtes de l’année, savoir : à Noël, à Pâques et à la Pentecôte, les évêques faisaient ouvrir les prisons aux malheureux qu’elles renfermaient.

 

"Ne perdons pas de vue que les institutions qui, dans les temps modernes, et principalement de nos jours, ont agité les peuples, les touchaient alors fort médiocrement et leur étaient non seulement indifférentes, mais encore incommodes, onéreuses, antipathiques. On préférait de beaucoup l’assemblée des fidèles à celle des scabins (échevins, magistrats) ou des hommes d’armes ; on fuyait les plaids et les champs de mars ou de mai pour accourir aux temples ; on était bien plus puni d’être privé dans l’église de son rang, de la participation aux offrandes, aux eulogies, à la communion, que du droit de porter les armes et de juger ; en un mot, on tenait bien plus à l’exercice de ses droits religieux qu’à celui de ses droits politiques, parce que l’État religieux était bien supérieur à l’état politique, et que, hors de l’Église, tous les devoirs et tous les droits de l’homme étaient à peu près méconnus", écrit l’historien Guérard.

 

Reprenant en 1877 ces propos de Guérard, Charles Barthélemy estime : "[...] où M. Guérard nous semble avoir le mieux compris et proclamé le grand rôle de l’Église dans la revendication des droits de l’homme, c’est dans cette page que lui a été dictée le spectacle des utopies dangereuses de 1848 :

 

"Ce qu’aucun gouvernement ne ferait aujourd’hui qu’en courant le risque de bouleverser la société, l’Église le faisait tous les jours dans le Moyen Age, sans la compromettre, et même en la rendant plus tranquille et plus stable. Quelle monarchie, quelle république pourrait, par exemple, proclamer impunément ce dangereux droit au travail qui paraît menacer notre civilisation ? Eh bien, l’Église osait plus encore. Des deux grandes classes dans lesquelles la population fut de tout temps divisée, savoir, les riches et les pauvres, l’Église ne craignait pas de se charger de la dernière. Elle mettait dans son lot tous ceux qui n’avaient rien, et s’inquiétant peu pour elle de leur nombre ni de leur exigence, elle leur disait que ses biens étaient à eux ; elle les installait chez elle ; elle s’obligeait à les nourrir et réglait leur part, sans craindre qu’ils n’en fussent bientôt plus contents et qu’ils ne voulussent à la fin tout avoir. Effectivement, malgré le danger de tels principes, le clergé sut rester riche au milieu de ces misérables et faire respecter par eux ses richesses et son autorité... Ce qui favorisait le plus le respect de l’Église, ce qui constituait véritablement sa force, c’était la foi de ses peuples ; et cet article de sa constitution : Beati qui lugent [Heureux ceux qui pleurent], ne les consolait pas moins que sa charité."

 

De son côté, l’historien et géographe Théophile-Sébastien LAVALLÉE (1804-1867) écrit dans son Histoire des Français : "La monarchie de l’Église fut le commencement de la liberté ; elle n’avait rien d’étroit et de personnel ; elle fut le plus beau triomphe de l’intelligence sur la matière, et eut la plus grande influence sur la révolution plébéienne qui enfanta les communes et les républiques du Moyen Age."

 

Puis (Barthélemy ) de citer un autre souverain, le roi saint Louis prodiguant quelques recommandations à son fils appelé à régner : "Cher fils, s’il advient que tu viennes à régner, pourvois que tu sois juste ; et si quelque querelle, mue entre riche et pauvre, vient devant toi, soutiens plus le pauvre que le riche, et quand tu entendras la vérité, ce fais-leur droit. Surtout, garde les bonnes villes et les coutumes de ton royaume dans l’état et la franchise où tes devanciers les ont gardées, et tiens-les en faveur et amour. »

 

Charles Barthélemy, regrettant d’avoir dû brossé trop rapidement un tableau des 'droits de l’homme au Moyen Age' (dans Erreurs et mensonges historiques, tome 8) conclut en citant le "publiciste et peu clérical" mais éminent historien, journaliste et homme politique Louis Blanc, député sous la IIIe République, s’exprimant ainsi au sujet des corporations d’ouvriers au Moyen Age : "La fraternité fut l’origine des communautés de marchands et d’artisans. Une passion qui n’est plus aujourd'hui dans les mœurs et dans les choses publiques rapprochait alors les conditions et les hommes : c’est la charité. L’Église était le centre de tout ; et quand la cloche de Notre-Dame sonnait l’Angelus, les métiers cessaient de battre. Le législateur chrétien avait défendu aux taverniers de jamais hausser le prix des gros vins, comme une boisson du menu peuple ; et les marchands n’avaient qu’après tous les autres habitants la permission d’acheter des vivres sur le marché, afin que le pauvre pût avoir sa part à meilleur prix. C’est ainsi que l’esprit de charité avait pénétré au fond de cette société naïve qui voyait saint Louis venir s’asseoir à côté d’Etienne Boileau, quand le prévôt des marchands rendait la justice." (Source: Droits de l’homme au Moyen Age, ou de l’action sociale du clergé. France pittoresque)

Aujourd'hui, selon un article du Figaro du 21/01/2014, "près de la moitié des richesses mondiales est détenue par 1% de la population". En 1789, la liberté & l'égalité ont été proclamées ensemble. "La démocratie fondée sur la conviction que le corps politique est le produit des volontés de chacun, et portant jusqu'à l'incandescence l'idée d'une création de l'homme par lui-même, est vouée à étendre sans cesse les droits des individus. Elle contraint les hommes à vivre dans un monde d'individus inégaux, alors même qu'elle a posé en principe leur égalité. Elle se condamne donc à rendre sans cesse moins tolérable l'écart entre les promesses [...], les espérances qu'elle suscite et les accomplissements qu'elle offre." (Préface de Mona OZOUF dans François Furet, La Révolution française, Quarto Gallimard, Malesherbes 2007, p. XXI.) Dans ce système, dit de "progrès", l'égalité des uns présuppose l'inégalité économique et sociale des autres; la charité publique et l'amour du prochain sont imposés par l'État. Une belle réussite du marché, mais une impasse totale pour les principes de 1789.

 

Le dualisme créé par la papauté depuis le Ve siècle (lettre de 494 de Gélase Ier à l'empereur Anastase) et amélioré par Grégoire VII (réforme grégorienne) ne sera fondamentalement remis en question que treize siècles plus tard, sous les "Lumières" et le "despotisme éclairé" de souverains comme l'impératrice Marie-Thérèse (1740-1780) et l'empereur Joseph II (1780-1790) - "joséphisme" - où les évêques seront désormais nommés sans contrôle du pape, la carte des diocèses et des paroisses modifiée par décret, les séminaristes placés sous tutelle de l'État (Yves BRULEY, Histoire du Catholicisme, Que Sais-je, 4e édition, Paris 2018, p. 85), et par les révolutionnaires français imposeront la "constitution civile du clergé" du 12 juillet 1790 sans aucune concertation avec la papauté. "Les religieux deviendront des fonctionnaires de l'État" et "les évêques seront consacrés sans intervention du pape." (Thomas TANASE, Histoire de la papauté d'Occident, Gallimard, Folio Inédit Histoire 2019, p. 337-338.) La "nation" déclarée souveraine s'arroge le droit d'intervenir seule dans l'organisation du culte. 

 

En 1905, la loi dite de "séparation de l'Église et de l'État", mise en oeuvre par l'obédience maçonnique du "Grand Orient" dit "de France", consacrera non le règne de la laïcité, mais le règne de César en réactualisant le monisme antique de confusion des deux pouvoirs, le temporel (républicain) et le religieux (franc-maçonnique). Et bien vite après César, le règne du marché. 

"Après sa naissance en Angleterre en 1717, la franc-maçonnerie a essaimé très rapidement, dans les trente ou quarante années, dans toute l'Europe; en France, on trouve une première Loge anglo-saxonne 'Amitié et Fraternité' à Dunkerque. La première 'Grande Loge française' est créée en 1738." (Serge ABAD-GALLARDO, conférence L'incompatibilité d'être franc-maçon et catholique, du 18 septembre 2018.) 

Les pouvoirs laïcs ont leur autonomie, de la même manière que le corps a son autonomie par rapport à l'âme; mais c'est quand même l'âme qui doit fournir ses règles de comportement au corps et le contrôler. En ce sens, le règne du Christ ne propose pas une théocratie : ni le pape ni l'Église ne prétend se substituer aux pouvoirs laïcs.

À ce titre, après un siècle de laïcisme où un même personnel politique temporel et spirituel dicte la loi d'une manière opaque, une nouvelle loi de séparation de la franc-maçonnerie et de l'État est urgente, qui consacrerait la "saine et légitime laïcité" définie par Pie XII (le terme a été expliqué par Jean-Paul II, dans Mémoire et identité, Le testament politique et spirituel du pape, Flammarion, Mayenne 2005, p. 145-146.)  

 

 

Paradoxalement au XXe siècle, c'est la papauté elle-même qui reviendra sur mille ans de maturité de la réforme grégorienne, avec "un concile très occidental, dont le tempo sera donné par un épiscopat nord-européen, pour ne pas dire carolingien", qui "voit arriver à maturité [...] la nouvelle théologie très critique envers l'incapacité du monde curial romain à se rendre compte des défis posés par l'areligiosité du monde contemporain". Ce concile "adopte le 21 novembre 1964 la constitution Lumen gentium, qui pose les principes fondamentaux de ce que sera le nouvel enseignement. Après la Révolution française, face à des institutions qui avaient découronné le Christ, l'Église avait cherché à conserver une légitime autonomie, particulièrement sous les pontificats de Léon XII (1823-1829), Pie VIII (1829-1830), Grégoire XVI (1831-1846) et Pie IX (1846-1878). Mais à  partir du pontificat de Léon XIII (1878-1903), elle a commencé à demander aux catholiques de s'engager dans les institutions modernes et à voter pour peser de tout leur poids dans les institutions afin de faire modifier les lois de laïcisation (encyclique Au milieu des sollicitudes, 1892, doctrine qualifiée à l'époque de "ralliement" à la république.) Le concile Vatican II, cherchant à s'ouvrir au monde, consacre l'engagement des laïcs dans la vie politique et les institutions modernes. Mais l'engagement des laïcs doit, aussi, se réaliser dans la vie de l'Église elle-même, "[c]omme tous ses fidèles ont été régénérés par le Saint-Esprit, ils sont tous appelés à un 'sacerdoce commun'. En d'autres termes, "cette constitution [Lumen gentium] cherche à revenir sur la séparation entre clercs et laïcs progressivement montée en puissance depuis la réforme grégorienne, pour affirmer au contraire la participation de tous dans un rapport d'égalité à la vie de l'Église." [En conséquence, n'importe quel laïc aux idées subversives sur les sujets moraux comme la famille, le mariage, le divorce, la contraception, l'avortement, et d'autres sujets, peut entrer dans une paroisse et la démolir de l'intérieur, à la demande même de l'Église.] Dans l'encyclique Pacem in terris le 11 avril 1963, Jean XXIII avait explicitement dit que les États étaient "dépassés et incapables d'assurer le bien commun", et appelé "à la constitution d'une autorité publique de compétence universelle", dont les rapports avec les États, "les citoyens, les familles et les corps intermédiaires doivent être régis par le principe de subsidiarité", un avenir préfiguré par les Nations-Unies et la Déclaration universelle des droits de l'homme. Tous les catholiques étaient appelés à s'engager pour cette tâche. La constitution Gaudium et spes [du concile Vatican II] [...] reprend les principes de Pacem in terris. "L'encyclique Populorum progressio de 1967 complétera Gaudium et spes", avec un "un idéal ecclésial fait désormais d'engagements, de mobilisations et de participation de tous." (Thomas TANASE, Histoire de la papauté, ibid., p. 422- 431.)

 

L'engagement politique n'est pas la panacée, ni ce qu'on demande en priorité à l'Église. Et une question demeure. En confondant clercs et laïcs ("la participation des laïcs au sacerdoce commun et au culte" de LG 34) en associant étroitement au temporel tous les croyants à la vie politique (LG 36), en liant désormais plus étroitement le sort des chrétiens à celui des empires, en demandant que les laïcs s'engagent résolument pour un modèle global et universel qui sert de base au nouvel ordre international, cette nouvelle orientation de l'Église revient sur mille ans de distinction nuancée des clercs et des laïcs.

 

Benoît XVI "a rappelé qu'une "saine laïcité de l'État, en vertu de laquelle les réalités temporelles sont régies selon leurs règles propres", ne doit cependant pas oublier "les références éthiques qui trouvent leurs fondements ultimes dans la religion".

Quand la communauté civile écoute le message de l'Église, elle est "plus responsable", plus "attentive à l'exigence du bien commun". Son livre, L'Europe de Benoît dans la crise des cultures, fut présenté en grande pompe le 21 juin 2005 à Rome. C'est un recueil de trois conférences en italien – déjà publiées par ailleurs – données de 1992 à 2005. On peut y lire que le futur pape estime que la crise de l'Europe est due au développement d'une culture 'qui, de façon inconnue jusqu'ici, exclut Dieu de la conscience publique.'"(Source: Le Vatican : Hervé Yannou, Le Figaro, Benoît XVI veut réconcilier l'Europe autour des valeurs chrétiennes, 25 juin 2005).

Repost0
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 20:10

SourceFrance Soir, Publié le 13/11/2020 à 18:52 - Mise à jour à 19:08

Depuis la première vague du tsunami thanatophobe qui n'en finit pas de submerger nos vies, voilà une nouvelle vague qui déferle à présent depuis la sortie du film Hold-Up : celle des complotophobes qui se déchaînent en meute depuis la sortie du documentaire le 11/11à 11h.

 

En France comme en Belgique, les chaînes de propagande sortent leurs arsenaux et leurs contre-mesures à coups de ré-informations et de "debunkings". Chacun y va de sa plume acérée, style infantilisant et scolaire proverbial en Belgique avec ses copistes promus au rang de covid-commissaires toujours friands de métaphores stupides à deux balles promulguant leurs conseils aux pauvres âmes égarées avec des modes d'emploi et des notices "boîte anti complotistes" prêts à être utilisés en famille autour du sapin virtuel, dans le sillage de la lettre adressée par deux ministres (Santé et Intérieur) à Saint-Nicolas, sans oublier le déjà très célèbre virologue Van Laethem qui nous a gratifié d'un sketch viral hallucinant que ne renieraient pas les Inconnus.

 

En France, le style a toujours plus de panache et France Culture nous a gratifiés de deux minutes d'entretien dans lequel l'universitaire Tristan Mendès France essaye de discréditer le film à coups d'accusations parsemées du mot "complotiste", comme autant de perles enfilées pour former un chapelet en guise d'antidote.

 

Vade retro satanas, les cohortes de prêtres guerriers sanitaires sont lâchées dans une croisade anti-complotiste, chassant sur les terres des mécréants et des apostats qui refusent obstinément de rentrer dans le rang, qui résistent de toute leur raison et de toutes leurs facultés de juger, refusent d'abdiquer leur sens critique, leur bon sens et leur intelligence, et rejettent avec obstination l'abjuration qui leur est réclamée avant l'excommunication et la mort sociale et professionnelle définitive.

 

On se croirait vraiment entre Star Wars et Le Seigneur des anneaux, en se demandant si le sénateur Palpatine et le Jedi Skywalker ne vont pas croiser bientôt Gandalf et Gollum en sortant de la pellicule numérique dans un combat entre le Bien et le Mal où la lumière affronte les ténèbres.

 

Complotiste.

 

Ils n'ont que ça à la bouche depuis la sortie du film, ils, les détenteurs de la vérité du récit, les chiens de garde du narratif officiel du Covid, et Ils ont peur, et leur peur les pousse à sortir du bois jusqu'à en perdre leur sang-froid pour certains, comme Mme Ilana Cicurel, eurodéputée et porte-parole de LaREM qui décompensait hier en mode hystérique sur le plateau de CNews face à la journaliste Sonia Mabrouk qui l'a fermement recadrée.

 

Mais de quoi ont-ils peur au juste et pourquoi tant de réactions épidermiques, exacerbées, oui pourquoi tant de haine même, comme s'il y avait réellement le feu au lac, ou péril en la demeure?

 

De quoi donc cette peur est-elle constituée et de quoi nous parlent les croisés enragés de la foi du Covid qui tiennent tant à défendre leur dogme incontestable, ne supportant aucune contradiction ni aucune remise en question ?

 

C'est là qu'il est utile de convoquer l'inconscient, car quoi qu'on puisse en penser, nous sommes encore tous et toujours gouvernés par ce continent immergé décrit par le père Freud il y a un siècle.

 

Ce qui est frappant, ces dernières 24h, c'est l'embrasement des réactions des complotophobes et leur acharnement parfois violent contre les protagonistes du film.

 

On a vraiment le sentiment que ce documentaire les a atteints au "bon" endroit, au lieu-même de leurs conflits névrotiques, au centre de leur QG stratégique, au cœur du réacteur nucléaire de leurs émotions contradictoires inconscientes, inavouables, indicibles, refoulées.

 

Comme si leur discours et leurs convictions avaient été frappés de plein fouet par un missile conceptuel dangereux, cet autre narratif du Covid qui aurait atteint sa cible, touchée coulée, comme si leur logiciel avait été infecté par un virus dangereux mettant en péril l'édifice conceptuel officiel, pulvérisant leurs croyances en générant un sentiment d'insécurité allant même jusqu'à la panique et la crise d'angoisse.

 

Comme si ce "Hold-Up" avait réveillé les dormeurs et les endormis, agissant comme un catalyseur ou un révélateur, à l'instar d'un cauchemar qui réveille le dormeur pour l'empêcher de continuer son rêve dérangeant trop intense, comme si ce qui est exposé dans le film pouvait tout d'un coup être plausible, envisageable, chose inacceptable et insoutenable pour une conscience formatée et docile.

 

Car si cette version, qui n'est qu'une hypothèse de travail dans le film puisqu'elle est proposée comme telle dans le but de faire réfléchir autrement, si ce narratif alternatif tient la route ne fusse qu'une seule seconde, alors elle devient crédible. Mais elle fait peur et elle effraye tellement qu'elle provoque chez de nombreuses personnes un rejet violent qui n'est en fait rien d'autre qu'un mécanisme de défense du moi sous forme de déni de réalité, le fameux "je n'en veux rien savoir", trop dangereux à envisager.

 

Car enfin, restons logiques et sérieux un moment : si ce film n'est qu'un ramassis de délires conspirationnistes complotistes débités par des personnes non crédibles tenant des propos ridicules et mensongers non sourcés, où est alors le souci ? Il eût suffi de laisser pisser le mouton et de l'ignorer.

 

En réalité, en y regardant bien, il y a un rapport "inversement" proportionnel entre les deux narratifs, plus l'officiel est contesté de manière appuyée, logique et efficace plus les réactions sont "virulentes" et virales, normal en régime covidien, et plus les "complotistes" semblent entendus et suivis, semant la peur et la panique chez les adhérents et les ayatollahs du régime covidien qui se sentent menacés dans leur certitudes et qui n'attendent que le vaccin en étant persuadés de pouvoir revivre comme "avant", ce qui n'est qu'un mensonge et une illusion pour toute personne un peu intelligente et avertie car il n'y aura plus JAMAIS de retour en arrière à une vie "normale telle que nous l'avons connue", c'est un fait avéré et vérifiable, nous avons changé de norme sociale et politique pour une longue durée indéterminée.

 

Quand on pense que cette presse officielle fabrique et propage la peur et l'angoisse tous les jours en ré-écrivant le cours de cette épidémie, en biaisant les données biostatistiques pour consolider leur narratif effrayant de manière servile, on est en droit de leur demander qui fait réellement peur et qui est vraiment dangereux, eux ou les "complotistes" ? Qui fait du mal à qui ?

 

N'est pas complotiste qui veut.

 

Ainsi, dans un subtil retour du boomerang, les complotophobes qui produisent tant d'efforts quotidiens pour construire et alimenter le narratif officiel apocalyptique du covid et qui sont les alliés de ce régime biopolitique-techno-sanitaire autoritaire inique, récoltent ce qu'ils ont semé et reçoivent en pleine figure ce qu'ils ont envoyé depuis plus de six mois.

 

Qui sème le vent récolte la tempête. Le vent s'est levé et la tempête ne fait que commencer, soulevant une houle et des vagues de raison sur l'océan du Covid-(19(84).

 

Attention, ça va tanguer.

 

 

 

Michel Rosenzweig

 

Philosophe et psychanalyste.

___________

___________

NdCR. Le film Hold-Up censuré, réalisé par le journaliste Pierre Barnérias, est visible sur Odysee

Repost0
12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 21:39
Cultes publics : État-Providence et despotisme sanitaire

La confirmation par le Conseil d’État de l’interdiction des cultes publics a suscité un émoi légitime chez les croyants, principalement chez les catholiques. Les oppositions au gouvernement (LFI, LR et RN) ont, lors d’un débat à l’Assemblée nationale, souligné le caractère disproportionné et donc injuste d’une telle mesure. Il convient que la forte mobilisation en cours perdure et se développe. Il convient également de réfléchir aux conditions, prochaines et lointaines, qui ont rendu possible une telle interdiction.

L'Incorrect.org

Par Thibaud Collin

Publié le 12 novembre 2020

 

L’État moderne trouve grâce à Thomas Hobbes (1588-1679) sa justification dans l’impérieux désir des individus de se soustraire à la peur de la mort violente, inhérente à l’état de nature pré-social (« la guerre de tous contre tous »). Ils sacrifient leur liberté naturelle à l’État souverain afin qu’en retour celui-ci garantisse leur sécurité. Hobbes fonde ainsi la science politique moderne sur une condition nécessaire et égale pour tous : la fuite du mal absolu qu’est la mort. Tel est, considère-t-il, le seul moyen de sortir des divisions sociales engendrées par la poursuite du bien ultime. L’unité de la société politique ne tient plus à une quête illusoire du bien commun mais à la peur, bien réelle, d’un mal commun mettant ainsi « tout le monde d’accord ». La mort devient la nouvelle figure de l’absolu disqualifiant la question surnaturelle du salut et de la damnation. L’État est cet artifice par lequel les hommes s’assurent une société paisible, jouissant dans leur vie privée des libertés individuelles que celui-ci, ce « dieu mortel », leur garantit.

 

Ce dispositif va se compléter progressivement au XXème siècle par ce que l’on a nommé « l’État-providence » qui devient également garant de la santé. Celle-ci étant redéfinie en 1946 par l’OMS comme « un état de complet bien être physique, mental et social », l’État contemporain devient de facto responsable du bonheur des citoyens.

 

LireLa société de l'injonction au bonheur ou du bonheur obligatoire 

 

 

De même que la sécurité ne peut être obtenue que par le sacrifice des libertés naturelles, de même la santé exigera parfois d’abandonner la jouissance de certaines libertés individuelles, y compris celles que le Conseil d’État nomme « fondamentales ». Nous y sommes !

 

Lire aussi : Marc Billig : « Si l’on ampute l’homme de sa dimension verticale, on en tue une partie »

 

Ainsi le culte public rendu à Dieu, identifié à l’exercice d’une liberté individuelle régie par le droit commun, est logiquement supprimé au nom d’un impératif de santé publique. La pandémie est l’occasion que se révèle, par une telle décision politique et judiciaire, l’esprit animant notre société. Les catholiques sont donc au pied du mur (les protestants, les juifs et les musulmans ont un rapport au culte et au politique fort différent, manifesté aujourd’hui par leur acceptation) ; car il y a bien, dans cette affaire, une singularité catholique.

 

De deux choses l’une, soit ils acceptent une telle décision et par là ils valident la primauté de la santé sur le devoir de rendre un culte à Dieu, ce qui est une contradiction pratique et un contre témoignage révélateur de l’altération de la foi catholique. Soit ils contestent une telle interdiction comme symptôme d’un despotisme sanitaire et ils font preuve d’une liberté radicale et créative s’incarnant dans de nombreuses initiatives.

 

L’Eucharistie n’est pas, en effet, une simple réunion d’individus ; elle est ce par quoi vit cette cité nommée l’Église

 

Cette suppression sanitaire des cultes publics est aussi l’occasion pour nombre de fidèles de réaliser à quel point le catholicisme contemporain a fini par intérioriser le laïcisme républicain pour lequel les cultes sont réductibles à des convictions individuelles et à ce titre ne peuvent rivaliser avec la loi politique les transcendant. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire que le pouvoir politique, pour diverses raisons, conteste le droit fondamental des hommes à honorer Dieu. Le cardinal Ratzinger rappelle dans L’Esprit de la liturgie (2000) que l’une des deux raisons de la sortie du peuple hébreu d’Égypte est de rendre un culte à Dieu dans le désert. « Ce bras de fer prolongé entre Pharaon et Moïse, dit-il, fait apparaître que la manière dont le culte doit être rendu n’est pas matière à compromis : la liturgie tire sa mesure et son ordonnance de Dieu même et de sa révélation » (p. 15). L’Eucharistie n’est pas, en effet, une simple réunion d’individus ; elle est ce par quoi vit cette cité nommée l’Église (ecclesia, terme désignant l’assemblée des citoyens dans la Grèce antique). Impossible donc d’identifier la participation à la messe dominicale à une activité au sein d’un club sportif ou d’une quelconque association de droit privé.

 

L’interdiction de l’assistance à la messe dominicale est une expérience cruciale pour les catholiques. La méditation de l’histoire de l’Église doit les soutenir dans leur détermination. Saint Jean-Paul II dans sa lettre apostolique Dies Domini (1998) rappelle « l’héroïsme authentique avec lequel prêtres et fidèles ont obéi à cette obligation dans de nombreuses situations de dangers et de restrictions à la liberté religieuse, comme on peut le constater depuis les premiers siècles de l’Église jusqu’à notre époque ». Et le pape polonais de citer le témoignage des premiers chrétiens, prêts à tout pour être fidèles à la messe dominicale :

« Au cours de la persécution de Dioclétien, lorsque leurs assemblées furent interdites avec la plus grande sévérité, les chrétiens courageux furent nombreux à défier l’édit impérial et ils acceptèrent la mort plutôt que de manquer l’Eucharistie dominicale. C’est le cas des martyrs d’Abithina, en Afrique proconsulaire (actuelle Tunisie. Ndlr.), qui répondirent à leurs accusateurs: ‘’C’est sans crainte aucune que nous avons célébré la Cène du Seigneur, parce qu’on ne peut y renoncer; c’est notre loi’’; (Sine dominico non possumus) ‘’Nous ne pouvons pas vivre sans la Cène du Seigneur’’ » (n°46).

 

La participation à la messe dominicale est un devoir des fidèles envers Dieu, c’est donc un droit imprescriptible dont l’État ne peut suspendre l’exercice. Certes le « sanitarisme » maternant se présente et se présentera toujours « pour notre bien ». Refusons avec résolution et calme ce « despotisme doux » que Tocqueville entrevoyait comme un devenir possible des sociétés modernes. Les catholiques seront alors, une nouvelle fois, les hérauts de la liberté de l’esprit, pour le plus grand bénéfice de tous leurs concitoyens.

 

Thibaud Collin

Repost0
26 octobre 2020 1 26 /10 /octobre /2020 22:51

La vérité historique sur le "Moyen Âge" gagne l'Italie avec cet article de Giovanni Fighera pour La Nuova Bussola Quotidiana qui évoque l'historienne française Régine Pernoud à l'origine de la révolution historiographique sur cette période. Un âge jusque-là qualifié de "sombre" (dark ages) ou d'"obscurantiste" revu à l'aune des dernières connaissances  :

 

Dissipons la légende noire du Moyen Âge

Dissipons la légende noire du Moyen Âge : la vérité historique sur le "Moyen Âge" gagne l'Italie

Giovanni Fighera

L'historiographie la plus récente, dirigée par Régine Pernoud (1909-1998), a dissipé le mythe négatif - résultat du préjugé des Lumières - sur le Moyen Âge. Dans ses Lumières du Moyen Âge, Pernoud souligne l'épanouissement culturel, social, artistique et même juridique de cette époque, en s'appuyant sur des sources archivistiques souvent peu lues et étudiées.

 

En cinématographie, dans les livres d'histoire, en langage courant, quand on entend parler du Moyen Âge, le banal invétéré émerge, en fait souvent considéré comme presque dogmatique, d'un âge obscurantiste et sombre. C'est un préjugé créé par l'historiographie du XVIIIe siècle et répandu dans la production littéraire, pamphlique, journalistique et non romanesque du siècle, qui a hanté les siècles suivants, nous atteignant avec ses germes de dénonciation sarcastique de la décadence de l'ère chrétienne par excellence.

 

L'âge de la raison ou, si vous préférez, l'âge des Lumières regardait les époques précédentes, en particulier le Moyen Âge et le XVIIe siècle baroque, avec une présomption hautaine et une supériorité culturelle. Un illuministe comme Voltaire a écrit qu'une époque de «barbarie, de superstition, d'ignorance couvrait la face de la Terre». Les opinions de ce genre étaient si fréquentes et unanimes que, jusqu'à récemment, même les dictionnaires et les encyclopédies présentaient l'âge des ténèbres comme un fait historique.

L'historiographie la plus récente, menée par celle de Régine Pernoud (1909-1998) que l'on a qualifiée de «Dame du Moyen Âge», a dissipé ce mythe négatif et de nombreuses publications ont commencé à rendre hommage à une ère d'épanouissement économique, technologique, scientifique, artistique et littéraire.

 

«La culture académique [...] sait désormais que le Moyen Âge n'est pas une époque de sous-développement, d'obscurantisme, d'ignorance et encore moins de tyrannie. Cependant, cela n'est pas toujours transmis à ceux qui fréquentent l'université: […] les étudiants ont la possibilité d'acquérir un sens littéraire décent, mais souvent pas un vrai sens historique » (R. Pernoud).

 

Dans la culture commune, l'image des «âges sombres» est loin de s'éteindre. La vision dominante est, en fait, celle que l'écrivain Umberto Eco a transmise dans Le Nom de la Rose : superstition, incendies, sorcières, ignorance, Église corrompue et hérésies sont les ingrédients dominants d'un monde d'intrigues qui semble plus répondre aux besoins constructifs de un thriller qui à une hypothèse de reconstruction historique véridique. Ainsi, même à l'école, presque tous les élèves connaissent ce Moyen Âge depuis Le Nom de la rose.

 

Il vaut donc la peine de lire l'essai Lumières du Moyen Âge de Régine Pernoud qui souligne l'épanouissement culturel, social, artistique et même juridique de cette époque, en reconstruisant une opinion sur ces années à travers des sources d'archives souvent peu lues et étudiées. Prenons le domaine littéraire comme exemple. Savons-nous que l'essentiel de la production littéraire n'est pas connu?

 

«Il reste toujours à l'état manuscrit, enterré dans nos bibliothèques, tandis que les mêmes ouvrages sont continuellement réédités. […] La faute en est plutôt à nos méthodes d'histoire littéraire qui, appliquées à la littérature du Moyen Âge, nous ont beaucoup gênés. Nous avons cherché les sources des œuvres médiévales, […] comme s'il s'agissait de tragédies classiques. […] De cette manière, un temps précieux a été perdu. […] Cela ne veut pas dire que le Moyen Âge a ignoré l'Antiquité » (R. Pernoud).

 

Si de nos jours la poésie est l'apanage d'une élite, au Moyen Âge « les joies de l'esprit n'étaient pas réservées aux privilégiés ou aux lettrés et il était possible, sans connaître le grec ou le latin, et même sans connaître l'abc, d'accéder au plus grands délices de la poésie. » (Pernoud).

Dans le domaine artistique, le Moyen Âge a donné naissance à des bijoux disséminés dans toute l'Italie et l'Europe. Est-il crédible qu'un âge sombre ait pu engendrer des cathédrales et assister à l'épanouissement de l'art roman? L'expression « art roman » a été inventée au XIXe siècle pour faire allusion au fait que le renouveau de l'art s'est réalisé grâce à la réunification, après des siècles de retard culturel, avec la grande expérience architecturale romaine. Selon cette interprétation, les nouvelles œuvres artistiques dérivent donc d'une imitation de celles du passé et, de plus, souvent d'une mauvaise imitation.

Le Moyen Âge a, en réalité, une conception organique, synthétique, unitaire de la culture qui se transfuse dans les créations artistiques qui communiquent le lien profond du particulier avec le Tout, avec l'idéal, avec le mystère.

 

«Des créations, des scènes, des personnages, des monuments semblent avoir surgi tout d'un coup, tant ils tremblent de vie et expriment fortement le sentiment ou l'action qu'ils sont appelés à représenter. Chaque œuvre, à cette époque, est à sa manière une Somme, une unité puissante, dans laquelle, cependant, sous l'apparente fantaisie, de nombreux éléments entrent en jeu, sagement subordonnés les uns aux autres » (R. Pernoud).

 

Il suffit d'aller à Pérouse pour admirer l'étonnante fontaine créée par Nicola et Giovanni Pisano entre 1274 et 1278, regarder les statues dédiées aux symboles, aux vertus théologales, aux signes du zodiaque pour se rendre compte que l'œuvre d'art médiévale en est affectée effort didactique et éducatif visant à subsumer les connaissances fondamentales et à introduire le sens de la réalité.

L'homme médiéval est également très pragmatique et concret. L'œuvre d'art tire sa beauté de ce besoin utilitaire et pratique. Régine Pernoud écrit:

 

«Contrairement à ce que pourrait nous faire croire l'imagination qui semble présider à ses idées ingénieuses, l'artiste est loin d'être libre; il obéit à des prescriptions d'ordre extérieur et technique, qui règlent point par point les étapes de son travail. Le Moyen Âge ignorait l'art pour l'art, et à cette époque l'utilité détermine toutes les créations. Or, c'est précisément de cette utilité que les œuvres tirent leur principale beauté, consistant en une parfaite harmonie entre l'objet et le but pour lequel il a été conçu. En ce sens, les objets les plus courants de cette époque nous semblent désormais revêtus d'une vraie beauté: une cruche, un chaudron, une coupe, auxquels l'honneur des musées est désormais réservé, n'ont souvent d'autre mérite que cette parfaite adaptation. aux besoins auxquels ils répondent ».

 

Toute culture médiévale est fortement symbolique, car elle renvoie au sens global, à l'ensemble, à l'horizon ultime, à Dieu le créateur. On pourrait définir «symbolique» ce qui unit le particulier à l'universel, au tout. La certitude de la positivité de la réalité vient à l'homme médiéval de la conscience du lien inséparable entre vérité et beauté. Également présente dans la culture classique, cette connexion trouve sa formule dans l'art chrétien et médiéval dans la définition éclairante de la beauté comme splendeur de la vérité.

Chaque époque a certainement ses symboles. Cependant, toutes les époques ne sont pas également riches en symboles. Il existe des cultures plus symboliques et d'autres moins symboliques. Notre époque, qui a privilégié une approche matérialiste pour expliquer la vie et les relations humaines, a largement perdu la dimension symbolique et ne possède pas pleinement la symbolique médiévale. Pensons, par exemple, à la richesse des images présentes dans les cathédrales:

 

«Nous n'avons pas encore pleinement compris le« pourquoi »des détails architecturaux et ornementaux qui les composent; nous savons seulement que tous ces détails avaient un sens. Pas une seule de ces figures qui prient, font des grimaces ou gesticulent n'y a été placée arbitrairement: elles ont toutes leur propre sens et constituent un symbole, un signe » (R. Pernoud).

 

L'analyse de la chercheuse couvre tous les domaines, de l'organisation sociale aux liens féodaux, de la vie rurale à la vie urbaine, des relations internationales à l'Église, de l'éducation à la vie quotidienne, de la science à la technologie. C'est une ère plus technique que scientifique. Mais il est faux de dire que la science était absente.

 

«La vérité est qu'il existe encore des centaines de manuscrits importants, de nature très scientifique, qui n'ont été ni publiés ni étudiés. […] De plus, avant que toute une série de manuscrits techniques ne soient étudiés et publiés, beaucoup pensaient que le Moyen Âge n'était pas particulièrement développé, même du point de vue technique. Aujourd'hui, les manuscrits ont été publiés et l'opinion a été renversée. Lorsque les manuscrits scientifiques seront étudiés en profondeur, il est probable que beaucoup de choses seront découvertes que nous ignorons aujourd'hui ou à peine soupçonnons […]. Il existe de nombreuses découvertes pertinentes pour l'histoire des sciences au Moyen Âge qui attendent encore d'être faites. » (R. Pernoud).

 

C'est avec ces mots que l'historienne Pernoud s'est exprimée dans une interview de 1985. À quel point en sont les études sur la science médiévale aujourd'hui? Il serait intéressant d'ouvrir un débat sur cette question après trente-cinq ans.

Repost0
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 09:35

"Diviser pour conquérir, cela signifie le mot 'diable'. Aujourd'hui, nous devons penser à l'unité, et pour cela nous devons rechercher la réconciliation.

"J'invite également le gouvernement national à présenter des excuses pour les événements plus récents, à s'excuser pour les lois, la 17 Constitution et la loi Calles qui ont violé la liberté religieuse de 90% de sa population, de ses propres citoyens; qui a forcé les chrétiens à vivre cachés. Qu'il s'excuse pour tous ceux qui ont été sommairement assassinés par les autorités". Telle est la réponse l'évêque du diocèse de La Paz Baja California Sur, Mgr Miguel Ángel Alba Díaz, suite à la lettre du président mexicain López Obrador adressée au pape François demandant que l'Église s'excuse auprès des Mexicains pour les "Atrocités commises lors de la conquête" : 

 

 

Quiconque sème des divisions ... est du diable!"

 

En direct de la cathédrale Notre-Dame de la Paix , l'évêque du diocèse de La Paz Baja California Sur, Mgr Miguel Ángel Alba Díaz , à la fin de la messe du 10 octobre, surpris par un message ferme et fort, dont la dédicace a été adressée à Andrés M. López Obrador , président du Mexique.

 

Le message a été répliqué et s'est rapidement répandu sur les réseaux sociaux en raison de sa force à affirmer que "quiconque sème les divisions, riches et pauvres, fifís et chairos, est du diable!"

 

Dans le même message lent, avec emphase, serein et ferme, il a évoqué l'épouse du président, qui a annoncé qu'elle avait remis une lettre au Pape François dans laquelle López Obrador insiste sur le fait que «l'Église doit s'excuser auprès des Mexicains pour le "Atrocités commises lors de la conquête"; Ceci selon la légende noire dans laquelle le président a formé ses critères et l'a répété dans la matinée.

 

La réponse du prélat, avec laquelle il a renversé le gouvernement de la république, est extrêmement dure et énergique:

 

«J'invite également le gouvernement national à présenter des excuses pour les événements plus récents, à s'excuser pour les lois, la 17 Constitution et la loi Calles qui ont violé la liberté religieuse de 90% de sa population, de ses propres citoyens; qui a forcé les chrétiens à vivre cachés. Qu'il s'excuse pour tous ceux qui ont été sommairement assassinés par les autorités pendant le christianisme.

 

Il est clair que ce président de la République n'a épargné aucun effort de polarisation sociale, de division des Mexicains et de colère contre les institutions, les communicateurs, les scientifiques, les enfants qui meurent du cancer, les experts de la santé et avec tout. quiconque se met en travers de son chemin.

 

Voici le texte intégral:

 

À la fin du texte de la lettre aux Galates que nous avons entendu aujourd'hui, Saint Paul insiste une fois de plus sur la nécessité d'une Église unie, non d'une Église de juifs et d'une Église de non-juifs; une Église où il n'y a plus de juifs et de non-juifs, une Église où les femmes ne sont pas discriminées, une Église où les pauvres ne sont pas discriminés, une Église où l'esclave n'est pas discriminée, une Église où les riches ne sont pas discriminés, une Église où la peau claire n'est pas discriminée, une Église où l'homme n'est pas discriminée. Une Église qui ne propose pas de divisions et qui polarise.

 

Quiconque sème des divisions, riche et pauvre, beau et droit, est du diable!

 

C'est lui qui aime diviser, c'est lui qui suit le principe de diviser pour conquérir. Cela signifie le mot «diable»: celui qui divise, celui qui crée les conflits, celui qui retourne les femmes contre les hommes, la lutte féministe; les pauvres contre les riches, la lutte marxiste.

 

Aujourd'hui, nous devons penser à l'unité et pour cela nous devons rechercher la réconciliation, non pas vers le passé, mais vers l'avenir.

 

Aujourd'hui, l'épouse du président López Obrador a remis une lettre au Saint-Père dans laquelle elle insiste une fois encore sur la nécessité pour l'Église de s'excuser pour les atrocités commises lors de la conquête.

 

J'invite également le gouvernement national à présenter des excuses pour les événements plus récents, à s'excuser pour les lois, pour la Constitution de 17 et la loi sur les rues qui ont violé la liberté religieuse de 90% de sa population, de ses propres citoyens; qui a forcé les chrétiens à vivre cachés. Puisse-t-il s'excuser pour tous ceux qui ont été sommairement assassinés par les autorités pendant le christianisme. Je m'excuse parce que de nombreux Mexicains rebelles contre cette loi injuste ont pris les armes et ont provoqué une guerre qui a laissé beaucoup de sang et beaucoup de pauvreté.

 

Ne retournons pas à 1500, cela s'est passé en 1900. Il faut demander pardon! Prions.

Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 07:58

En France il est interdit d'invoquer Dieu dans un discours politique public (par exemple dire vive le Christ Roi, ou Jésus premier servi), aux Etats-Unis, non. C'est ce qui fait toute la différence entre la démocratie américaine et la république dite française :

Détail de la "pièce de César" (1612-14) de Peter Paul Rubens [WikiArt.org]

SourceCatholic World Report

 

12 octobre 2020 Fr. Charles Fox

 

La relation entre l'Église et l'État est chargée de complexité et de périls. L'Évangile de ce dimanche (Matthieu 22, 15-21) présente l'un des textes scripturaires sur cette relation. Jésus dit: "Rendez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu."

 

Il y a plusieurs années, il y eu un reportage sur un sénateur d'État du Nebraska qui avait intenté une action en justice contre Dieu, "cherchant une injonction permanente pour empêcher Dieu de commettre des actes de violence tels que des tremblements de terre et des tornades". Un juge du tribunal de district a sagement rejeté l'affaire hors du tribunal, invoquant l'impossibilité de signifier une assignation à Dieu.

 

Toutes les personnes sensées peuvent s'accorder sur l'absurdité de poursuivre Dieu. Mais cette histoire nous montre un exemple dramatique des conséquences de voir une division absolue entre Dieu et la politique, entre l'Église et l'État. L'Église et l'État peuvent devenir imprudemment enchevêtrés, parfois avec un effet désastreux. Mais il peut aussi y avoir une séparation trop nette, qui met l'État en but au libre exercice de la croyance religieuse. Et quand cela arrive, les gens peuvent être très près de dire qu'il y a une partie de la vie humaine sur laquelle Dieu n'est pas Seigneur.

 

Ensuite, ils ne sont plus qu'à un pas de faire de Dieu un défendeur, celui qui est soumis à nos lois, notre politique, nos idées.

 

Dieu rétablit les faits dans la première lecture de dimanche (Ésaïe 45: 1, 4-6), en disant: "(À cause de mon serviteur Jacob, d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai donné un titre, alors que tu ne me connaissais pas. Ndt.) Je suis le Seigneur, il n’en est pas d’autre : hors moi, pas de Dieu." Dieu est le Seigneur de toutes choses, même de la politique et du gouvernement.

 

La vérité de la souveraineté de Dieu trouve un écho dans la plupart des documents fondateurs de notre pays (des Etats-Unis. Ndt.), ainsi que dans la longue tradition de discours présidentiels, l'existence d'aumôneries gouvernementales, le serment d'allégeance et d'innombrables autres façons dont la règle providentielle de Dieu a été honorée en notre société.

 

Prenons la Déclaration d'indépendance, qui dit que les gens sont "dotés par leur Créateur de droits inaliénables". Ou considérez le deuxième discours inaugural d'Abraham Lincoln, l'un des discours présidentiels les plus appréciés jamais prononcés. C'est un exemple classique d'efforts pour honorer le règne de Dieu sur les affaires de la société humaine et pour démontrer que nous sommes responsables devant Dieu des péchés de notre société, tels que le fléau de l'esclavage :

 

"Tous deux lisent la même Bible et prient le même Dieu, et chacun invoque son aide contre l'autre. Il peut sembler étrange que des hommes osent demander de l'aide à Dieu simplement pour arracher leur pain à la sueur du front des autres hommes, mais ne jugeons pas, afin de ne pas être jugés. Les prières des uns et des autres n'ont pas pu être exaucées. Celle des uns et des autres n'ont pas été pleinement exaucées. Le Tout-Puissant a ses propres desseins. "Malheur au monde à cause des offenses ; car il faut que les offenses viennent, mais malheur à l'homme par qui l'offense vient." Si nous supposons que l'esclavage américain est l'une de ces offenses qui, par la providence de Dieu, doivent venir, mais que, ayant continué pendant le temps qu'Il a fixé, Il veut maintenant le supprimer, et qu'Il donne au Nord et au Sud cette terrible guerre comme malheur dû à ceux par qui l'offense est venue, y discernerons-nous un quelconque écart par rapport à ces attributs divins que les croyants en un Dieu vivant Lui attribuent toujours ? Nous espérons vivement, nous prions avec ferveur, que ce puissant fléau de la guerre disparaîtra rapidement. Cependant, si Dieu veut qu'il se poursuive jusqu'à ce que toutes les richesses accumulées par les deux cent cinquante années de labeur sans merci de l'esclave soient englouties, et jusqu'à ce que chaque goutte de sang tirée du fouet soit payée par une autre tirée de l'épée, comme on l'a dit il y a trois mille ans, il faut encore dire que "les jugements du Seigneur sont toujours vrais et justes.

 

"Avec malice envers personne, avec charité envers tous, avec fermeté dans le droit comme Dieu nous donne de voir le droit, efforçons-nous d'achever l'oeuvre dans laquelle nous sommes engagés, de panser les blessures de la nation, de prendre soin de celui qui aura porté le combat et de sa veuve et de son orphelin, de faire tout ce qui peut réaliser et chérir une paix juste et durable entre nous et avec toutes les nations."

 

Jésus se garde contre l'ingérence excessive des autorités religieuses dans les affaires de l'État lorsqu'il dit: "Rendez à César ce qui appartient à César". Mais Jésus est aussi Celui qui répond protège contre l'hyper-séparation de l'Église et de l'État. ["Rendez à Dieu": Jésus est celui qui répond aux tentatives de l'Etat de dominer Dieu à travers l'histoire. Ndt.]

 

Jésus est le Fils de Dieu, et Il est la Source des droits de l'homme, de la loi naturelle et de l'autorité légitime de "César", c'est-à-dire de ceux qui gouvernent. Et ainsi, Il a le "droit" de parler, à travers les Écritures et à travers les enseignements de Son Église, de la façon dont nous gouvernons, comment nous votons et comment nous vivons en bons citoyens, défendons la vie humaine, la dignité humaine, la paix et la justice dans le monde.

 

Encore une fois, l'Église ne cherche pas à diriger le monde au moyen du pouvoir politique. Son seul pouvoir est le pouvoir de la croix, le pouvoir de la mort et de la résurrection de Jésus. Le Christ Roi règne du lieu de son exécution. Son trône est la Croix, l'instrument par lequel les puissances de ce monde ont cherché à tuer Dieu. La première loyauté de tous doit toujours être avec Lui. Et tous ceux qui ont une allégeance au Christ sont appelés à se sacrifier pour le bien des autres.

 

Mais si l'Église ne cherche pas à diriger le monde au moyen du pouvoir politique, elle doit s'engager activement dans la recherche du bien des autres, des individus et de nos communautés. Les fidèles ont besoin de servir les autres dans la charité chrétienne et d'être la voix de Dieu sur la place publique. Il y a des choses qui appartiennent proprement à César, certainement, et ces affirmations méritent le respect, mais il ne faut jamais oublier que César lui-même appartient à Dieu.

Repost0
11 octobre 2020 7 11 /10 /octobre /2020 12:27
La volonté de Macron d'interdire l'école à la maison sous prétexte de "séparatisme" islamiste est un faux prétexte trompeur

Quod omnes tangit ab omnibus tractari et approbari debet (QOT). "Que ce qui touche à tout le monde soit discuté et approuvé par tout le monde !" est une maxime médiévale qui signifie que tout pouvoir nécessite le consentement de ceux sur qui il s'exerce, sinon il s'agit d'une tyrannie.

 

 

Pour Anne Coffinier, présidente de Créer son école et d’Educ’France, la décision d’Emmanuel Macron d’interdire l’école à la maison, sauf raison médicale, loin d’endiguer l’islamisme, laisse prospérer le problème en stigmatisant les bons élèves de la liberté scolaire :

 

"Le séparatisme islamiste, lui, ne se développe qu’anecdotiquement dans l’enseignement à domicile, ou dans le hors-contrat déclarés et soumis à contrôles réguliers. Il se déploie plutôt dans des structures informelles. Or les dispositions citées par le président ne visent pas cet enseignement clandestin. Le président ne parle non plus des enfants régulièrement exclus de l’école, qui se trouvent à la rue la moitié de l’année et fréquentent des réseaux délinquants ou islamistes. Certains de ces jeunes se retrouvent régulièrement impliqués dans des réseaux de drogue comme guetteurs tombent dans la petite délinquance, font un peu de prison et en sortent radicalisés. Il n’aborde pas non plus le séparatisme à l’intérieur même de l’école publique, alors même que ce phénomène est largement documenté par Jean-Pierre Obin, ancien inspecteur général de l’Éducation nationale, qui vient de publier Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école, ou encore par le député LR Eric Diard ou le député de gauche François Pupponi, tous deux auteurs de rapports et livres sur la radicalisation au cœur de service public.

 

"Emmanuel Macron ne mesure pas la force des réactions que sa proposition suscite. La mesure est perçue comme totalement choquante, alors que tant d’enfants sont aujourd’hui en souffrance dans le système scolaire. L’interdiction de l’instruction en famille est la dernière chance pour beaucoup d’enfants pour qui le système scolaire français n’est pas adapté. Alors que l’Éducation nationale peine à accueillir les enfants à besoin spécifique et à endiguer des phénomènes comme le harcèlement scolaire, interdire l’école à la maison revient à tirer sur l’ambulance. Une question prioritaire de constitutionnalité sera très vraisemblablement déposée par les parlementaires. Même si la décision du Conseil constitutionnel de 1977 n’aborde pas la question de l’école à la maison, il est clair que, « le principe de liberté de l’enseignement constitue l'un des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République ». La question constitutionnelle reste ouverte. Tout dépendra de la rédaction exacte du projet de loi. Ensuite, il est évident que les amendements seront très nombreux pour obtenir des dérogations pour tous les cas ayant besoin de pouvoir continuer à faire l’école à la maison. Psychologiquement, on passerait du droit à choisir le mode d’enseignement de son enfant à l’interdiction, sauf dérogation, de poser un tel choix. C’est une infantilisation du peuple français qui ne va pas dans le sens nécessaire de la responsabilisation toujours plus forte des parents et des enfants en matière d’éducation. L’urgence est d’obtenir une implication accrue des familles dans l’éducation, pas de les démobiliser, en leur expliquant, à l’instar de Danton, que l’État sait mieux qu’elles-mêmes ce qui est bon pour leurs enfants. Ce serait une régression de l’État de droit d’avoir désormais à se justifier pour exercer une liberté fondamentale." (Source : Pourquoi l’interdiction de l’instruction à la maison fait le jeu de l’islamisme ? Anne Coffinier, dans Famille Chrétienne, 08/10/2020 / Le Forum catholique)

 

Ce faux prétexte de Macron passe sous silence le fait que les premiers à avoir fait sécession d'avec le peuple ce sont les élites. C'est la thèse de l'historien et sociologue américain Christopher Lasch en 1995 (La Révolte des élites et la trahison de la démocratie), thèse reprise et développée par le géographe Christophe Guilluy (La France périphérique, 2014, et No Society. La fin de la classe moyenne occidentale, 2018.)

 

C'est une atteinte à loi naturelle (la liberté des parents d'éduquer leurs enfants), et une nouvelle atteinte à une liberté fondamentale.

Voici quelques citations de grandes consciences républicaines sur l'éducation :

 

"Il faut pourtant gagner à notre Ordre le commun du peuple : le grand moyen pour cela est l'influence sur les écoles (...) C'est à la jeunesse qu'il faut aller, c'est elle qu'il faut séduire, elle qu'il faut entrainer, sans qu'elle s'en doute... Allez à la jeunesse, et si c'est possible jusqu'à l'enfance." (Adam Weishaupt, 1748-1830)

 

"Les enfants appartiennent à la république avant d'appartenir à leurs parents: l'égoïsme des pères pourrait être dangereux pour la République. Voilà pourquoi la liberté que nous leur laissons ne va pas jusqu'à élever leurs enfants autrement qu'à notre gré." (Georges-Jacques Danton, 1759-1794)

 

"Il existe un père de famille qui les comprend tous: c'est l'Etat." (Jules Ferry, 1832-1893)

 

"Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents." (Laurence Rossignol, Secrétaire d'Etat à la famille, en fonction depuis le 9 avril 2014)

 

"Il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire son choix. (...) Et donc, l'école a un rôle fondamental puisque l'école doit dépouiller l'enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l'élever jusqu'à devenir citoyen." (Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale)

 

"Vous devez sans cesse former de nouveaux plans, afin de voir comment on peut dans vos provinces s'emparer de l'éducation publique, du gouvernement ecclésiastique, des chaires d'enseignement et de prédication." (Adam Weishaupt, Code des Illuminés de Bavière, 1777. Cf. Barruel, Opus. cit., t. II, p, 243, édition de 1819, cité in Jean Ousset, Pour qu'Il règne, Editions DMM, Niort 1998, p. 260.)

 

Il faut "saisir les enfants à l'époque où ils reçoivent des impressions décisives, pour préparer des hommes dignes de la République" (Robespierre, 13 août 1793, Archives parlementaires, 1/72/126/1, cité in Xavier MARTIN, Nature humaine et Révolution française, Du siècle des Lumières au Code Napoléon, Dominique Martin Morin, Mayenne 2002, p. 112.)

 

"La patrie seule a le droit d'élever ses enfants " (Robespierre, 18 floréal an II, Arch. parlem., 1/82/138/2, cité in Xavier MARTIN, ibid., p. 112.)

 

"Il y a cette idée qu'en dépaysant les personnes et en agissant sur l'éducation on peut améliorer les races." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, ibid., p. 138-139.)

 

"(La famille) est un fédéralisme domestique qui rétrécit les âmes en les isolant" (Robespierre, 18 floréal an II, 7 mai 1794, Archives parlementaires, 1/82/138/2., cité in Xavier MARTIN, ibid., p. 113.)

 

"Tout se rétrécit dans l'éducation domestique" (Danton, 13 août 1793, Arch. parlem., 1/72/126/2., cité in Xavier MARTIN, ibid., p. 113.)

 

"Mon fils ne m'appartient pas, il est à la république" (Danton, 13 août 1793, Arch. parlem., 1/72/126/2., cité in Xavier MARTIN, ibid., p. 112.)

 

"Les enfants appartiennent à la République avant d'appartenir à leurs parents." (Danton, 22 frimaire an II, 12 décembre 1793: Moniteur n° 84, 24 frimaire, 14 décembre, p. 339/2., cité in Xavier MARTIN, ibid., p. 112.)

 

"Il serait heureux pour l'espèce humaine que tous les enfants ne connussent point leur père" (Lequinio, Les Péjugés détruits, Paris 1792, p. 144, cité in Xavier Martin, ibid., p. 111.) Lequinio était un député à l'"Assemblée législative" où le signalaient des propositions d'avant-garde... puis conventionnel régicide et représentant en mission particulièrement pugnace...

 

"Toute sa doctrine (à l'éducation par l'État) consiste donc à s'emparer de l'homme dès le berceau, et même avant sa naissance; car l'enfant qui n'est pas né, appartient déjà à la patrie." (Rabaut Saint-Etienne, Arch. parlem., 1/55/346/2., cité in Xavier MARTIN, ibid., p. 113.)

 

"Elle (l'éducation nationale) s'empare de tout l'homme sans le quitter jamais en sorte que l'éducation nationale n'est pas une institution pour l'enfance, mais pour la vie tout entière" (Rabaut Saint-Etienne, 21 décembre 1792, Arch. parlem., 1/55/346/2, cité in Xavier MARTIN, ibid., p. 115.)

 

"Pour rendre le peuple heureux, il faut le renouveller, changer ses idées, changer ses lois, changer ses moeurs, changer les hommes, changer les choses, tout détruire, oui, tout détruire puisque tout est à recréer." (Rabaut-Saint-Etienne cité in Henri Delassus, La Conjuration antichrétienne, Le Temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise catholique, 1910, rééd. Expéditions pamphiliennes 2007, p. 280.)

 

Quel était le point commun de tous ces personnages ? Ils étaient tous francs-maçons..., rosicruciens et autres "illuminés"...

 

À aucun moment le peuple n'a été consulté sur ce programme républicain d'"éducation" des enfants pour les "élever jusqu'à devenir citoyen" (V. Peillon), "pour préparer des hommes dignes de la République" (Robespierre)... À aucun moment la théorie du genre, introduite en douce et sans débat à l'école, n'a été médiatisée, présentée au peuple, discutée ou même approuvée. À aucun moment le peuple non plus n'a été consulté sur l'interdiction de l'école à la maison. La république en marche...

Repost0
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 12:32

Soyez donc rusés comme les serpents et candides comme les colombes.

Matthieu 10,16

La vérité nous mènera sur le chemin de la liberté car les mensonges ne pourront plus gouverner. 

 

La colère devant l'énormité des mensonges gouvernementaux ne doit pas déborder en violence. La violence ne sert à rien car c'est l'oligarchie qui a les armes et les hommes qui les manipulent. La réaction violente est ce que l'oligarchie recherche afin de décrédibiliser la résistance aux yeux de l'"opinion". La guerre civile et l'insurrection, c'est leur plan. Ne les attaquons donc pas sur le terrain qu'ils ont choisi, mais choisissons plutôt le terrain.

 

Ils ont imposé le masque pour aller à l'école, au travail, à l'épicerie, aux magasins. Remplacez le mot masque par "vaccin" et vous comprendrez le précipice qui s'ouvre sous nos pas. Il faut être plus rusés qu'eux par la désobéissance, le boycott; Il s'agit de vivre et de s'organiser en dehors de leurs prérogatives et circuits. Cela a fonctionné pour les Russes lors de l'effondrement de l'URSS en 1991, effondrée de l'intérieur comme une coquille vide : la réalité de la vie sociale des Russes s'était organisée ailleurs que dans les institutions pourries de la vieille oligarchie.

 

N'allons donc pas où ils veulent nous mener, mais surprenons le monde. Plutôt que notre psychose collective (peur du virus), et notre instinct primaire de survie qui voudrait qu'on les attaquent frontalement, donnons-leur notre intelligence collective. Et leur mirage disparaîtra aussitôt. 

 

Inventons et créons la vie, soyons pour nous comme pour les autres nos propres acteurs; soyons ce que nous voulons pour nous et nos enfants. La colère est bonne si elle est bien gérée.

Repost0
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 14:10
Valeurs Actuelles du 3 septembre 2020, n° 4371

Valeurs Actuelles du 3 septembre 2020, n° 4371

1793-1794 est un épisode terroriste et génocidaire

 

Quand la France reconnaîtra le génocide vendéen, elle sera réconciliée avec son histoire. C'est le but que poursuit l'historien Jacques Villemain, qui apporte dans Génocide en Vendée les preuves irréfutables de son déroulement.

 

Entretien

 

Propos recueillis par Solange Bied-Charreton

 

La première question qui s'impose, en commençant votre ouvrage, est celle qui l'ouvre : pourquoi parler d'un génocide, pour les actes commis en Vendée en 1793-1794 par l'armée républicaine ?

 

La meilleure raison, sinon la seule pour en parler, est que les faits constatés en particulier lors de l'épisode des "colonnes infernales" (janvier - mai 1794) s'encadrent parfaitement dans la définition juridique du crime de génocide, telle que posée par la convention de l'ONU en 1948 et précisée ensuite par la jurisprudence des tribunaux pénaux internationaux institués par cette organisation pour juger les coupables des atrocités commises au Rwanda (1994). Cette définition, qui reprend et approfondit les acquis des tribunaux militaires internationaux de Nuremberg et de Tokyo, a ét encore reprose, voire précisée, dans le Statut de Rome (1968) qui crée la Cour pénale internationale, et par sa jurisprudence subséquente. C'est le référentiel juridique auquel je confronte les faits de la guerre de Vendée sur la période qui va de mars 1793 à la fin de 1794. Dans une spirale de violence croissante, on est passé des "crimes de guerre" (mars-août 1793), à une phase de crimes contre l'humanité d'août 1793 au début de 1794, puis, à partir de janvier 1794 jusqu'à la mi-mai, l'expédition des "colonnes infernales" constitue un véritable génocide.

 

En quoi les crimes commis en Vendée sont-ils comparables à ceux de la Seconde guerre mondiale ?

 

Les deux choses ne sont pas entièrement comparables mais il y a des points de contact entre les deux histoires. Le nazisme est, en tant qu'idéologie raciste, intrinsèquement criminel et on ne peut pas être surpris des crimes qu'il a fait concevoir et commettre. Au contraire, la Révolution française porte des idéaux universalistes de liberté et d'égalité: comment, à partir de la poursuite de tels idéaux (1789), en arrive-t-on en cinq ans (1794) à commettre un génocide ? La réponse se trouve dans la grande question que se posent les révolutionnaires parisiens : "Comment toute la population d'une région peut-elle se soulever aussi massivement, unanimement, contre une Révolution faite en principe à son bénéfice, ce qu'on ne voit nulle part ailleurs en France ?" Ce mystère de l'"inexplicable Vendée" (Barère) va recevoir une explication bien dans l'esprit du XVIIIe siècle. Les Vendéens sont alors stigmatisés comme une population "dégénérée", une "race maudite", "race exécrable", "à exterminer jusqu'au dernier", abrutie par des siècles de domination nobiliaire et cléricale, définitivement impropre au progrès politique et social que représente la Révolution : il faut donc les faire disparaître en totalité. C'est un peu comme les nazis qui estimaient que les Juifs étaient une population inférieure et dégénérée, et constituaient une pollution de l'espèce humaine, mais un peu aussi comme Staline pour qui les koulaks, notamment en Ukraine, étaient un obstacle à l'avènement d'une économie socialisée, il fallait les "liquider en tant que classe", autrement dit pour ce qu'ils étaient, ce qui caractérise l'intention génocidaire. 

 

[...] Et puis il y a les rapports des représentants en mission, des membres de la Convention mandatés pour aiguillonner les généraux. Garnier de Saintes écrit ainsi au Comité de salut public, qui encore une fois s'abstient de réfréner son action : "Tout est exécrable dans ce malheureux pays et cette race doit être anéantie jusqu'au dernier." Les représentants Hentz et Francastel écrivent le 9 mars 1794 au Comité de salut public (qui encore une fois se garde bien de protester) : "La bonne preuve que la Vendée ne sera jamais redoutable, c'est qu'elle ne contient plus d'habitants, qu'une quinzaine ou une vingtaine de mille habitants de l'ancienne population, qui devait être de plus de 160 000 habitants." Si c'était vrai, cela voudrait dire qu'on a déjà massacré environ 90% de la population. Il se trouve que c'est faux, les chiffres cités sont fantaisistes, mais cela montre bien que l'extermination complète était le but poursuivi. 

 

Les historiens pensent aujourd'hui que c'est plutôt 170 000 personnes, soit environ 20 et 25% de la population de la "Vendée militaire", qui ont été tuées au cours de la guerre : à peu près la même proportion que celle de la population cambodgienne massacrée par les Khmers rouges. Les quelques généraux qui protestent contre cette politique de massacres ou ne la mènent pas avec assez d'énergie sont dénoncés par Turreau et les représentants en mission, et sanctionnés par les autorités parisiennes."

 

(Fin de citation)

Pourquoi évoquer un génocide en parlant du groupe des "Vendéens" ?

 

Voici, ci-dessous, quelques citations (non-exhaustives) de révolutionnaires, conventionnels, membres en mission, réduisant le groupe des Vendéens à des "brigands", des "sangs impurs", "une race rebelle", "des monstres", "le vieux sang", "une race infâme à purger", "à détruire", "à épuiser", "à anéantir", "détruire totalement", "la race maudite des fanatiques et des traîtres", etc.

 

"Détruisez la Vendée!" (Barère)

 

"Cette guerre ne finira que par la mort du dernier Vendéen, et tous auront mérité leur sort." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, Editions du Cerf, Paris 2020, p. 125.)

 

"Dans le discours révolutionnaire, surtout à partir du mois d'août 1793, les Vendéens sont stigmatisés comme une 'race" ou comme une 'engeance' nuisible. C'est ainsi que Barère et Billaud-Varenne, membres du comité de salut public, parlent à propos des Vendéens d'une 'race impure'; les représentants en mission Hentz, Garrau, Francastel parlent d'une 'race mauvaise', 'race infernale' ou 'race abominable', 'race impure' et finalement 'race 'qui doit être anéantie jusqu'au dernier.' Carrier parle encore des Vendéens comme d'une 'race ennemie', et donc à exterminer entièrement." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, ibid., p. 125.) 

 

"Il y a bien une 'race vendéenne', dès lors que les Révolutionnaires parisiens étaient persuadés qu'elle existait, qu'elle était mauvaise, et qu'on ne pourrait pas résoudre le problème qu'elle posait à la 'République' d'alors autrement que par une extermination 'comme telle'." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, ibid., p. 139.)

 

"Si cette racialisation en vue de justifier l'extermination est utilisée en haut de la hiérarchie, elle circule dans les troupes révolutionnaires avec une telle intensité qu'on la retrouve tout en bas. On la retrouve sous la plume de celui qui deviendra le grand scientifique et 'saint laïc' républicain : François Broussais. [...] Sa correspondance avec ses parents exsude sa haine à l'égard de ceux-ci. Il leur écrit ainsi le 17 septembre 1793 : "Nous ne rentrerons qu'après en avoir définitivement exterminé toute la race." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, ibid., p. 126.)

 

"Il faut ici entendre 'racial' au sens qu'avait au XVIIIe siècle le terme de 'race', qu'il faut interpréter d'une manière non génétique. Le concept de 'race' vendéenne a été un critère de ciblage d'une population dont on a considéré que l'arriération mentale (et religieuse) était indissolublement liée au 'terroir' vendéen et au mode de vie qui en résultait. [...] Le racisme du XVIIIe siècle, [...] résulte à la fois de la théorie des climats et de la théorie 'sensualiste' de la connaissance. Il y a cette idée qu'en dépaysant les personnes et en agissant sur l'éducation on peut améliorer les races." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, ibid., p. 138-139.)

 

"L'animalisation des Vendéens, [...] est aussi une des constantes du discours 'bleu'." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, ibid., p. 127.)

 

Camille Desmoulins affirme que les Vendéens sont des 'animaux à face humaine', et qu'il 'leur courir sus non pas comme dans une guerre, mais comme dans une chasse.'" (C. DESMOULINS dans son Histoire des Brissotins, cité par A. GERARD, Vendée, Les Archives de l'extermination, 2013, La Roche-sur-Yon, CVRH, 2013, p. 289,  in Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, ibid., p. 127.)

 

Ils sont "une gangrène", une "peste", une "rage" et diverses métaphores animales, soit d'animaux féroces ("lions", "tigres" ou "loups") quand ils sont vainqueurs soit d'animaux de chasse ou de boucherie ("lièvres", "cochons", etc.) quand ils sont en déroute. La réalité rejoint ici la métaphore, car c'est précisément dans un contexte où ils sont systématiquement massacrés ou à massacrer que ces métaphores sont utilisées. (Mme A. ROLLAND-BOULLESTREAU, Les Colonnes infernales - violences et guerre civile en Vendée militaire 1794-1795, Fayard, Paris 2015, p. 49-71.)

 

"Dans le vocabulaire des acteurs et témoins de l'époque le terme 'exterminer' et son substantif 'extermination' sont clairement les plus utilisés." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, Editions du Cerf, Paris 2020, p. 77) "D'une manière générale, 'exterminer' et 'extermination' sont spécialement récurrents dans le lexique révolutionnaire et dans celui de Robespierre." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, ibid., p. 83.) 

 

"Cette volonté de 'purge', de 'saignement', d''anéantissement' constitue le fond de la logique génocidaire de 1793-1794 en Vendée." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, ibid.., p. 89.)

 

"Il n’y a plus que deux partis en France, le Peuple et ses ennemis. Il faut exterminer tous ces êtres vils et scélérats, qui conspireront éternellement contre les droits de l'homme et contre le bonheur de tous le peuple, celui qui a des culottes dorées est l'ennemi né de tous les sans-culottes. Il n'existe que deux partis, celui des hommes corrompus et celui des hommes vertueux." (Robespierre, Discours aux Jacobins, séance du 8 mai 1793).

 

"Les 'êtres vils et scélérats' à exterminer, dans ce discours de Robespierre, sont précisément les Vendéens. [...] La nature de la politique selon Robespierre, c'est la guerre de la Vertu contre le Vice poursuivie par d'autres moyens." (Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, Editions du Cerf, Paris 2020, p. 230-232.)

 

Le professeur Xavier Martin, dans son ouvrage "Régénérer l'espèce humaine. Utopie médicale des Lumières (1750-1850) (Dominique Martin Morin édition, Mayenne 2008, recense d'autres citations :
 

"Je ne juge pas, je tue. Une nation ne se régénère que sur des monceaux de cadavres." (Saint Just)

"Ce que j’ai fait dans le midi, dit Baudot, je le ferai dans le sud. Je les rendrai patriotes, ou ils mourront ou je mourrai." (Marc-Antoine Baudot (1765-1837). Député envoyé en mission dans le sud-ouest et près de l’armée des Pyrénées d’avril 1793 à mars 1794. H. TAINE, Les Origines de la France contemporaine, p. 53.)

"Le Comité de Salut Public a préparé des mesures qui tendent à exterminer cette race rebelle (Vendéens), à faire disparaître ses repères, à incendier ses forêts, à couper ses récoltes. Le vaisseau de la Révolution ne pourra arriver au port que sur une mer de sang." (Bertrand Barrère)

 

"Nous sommes à la Vendée pour exterminer tous ces gens de brigans où ils se sont rassemblé" (Lettre du soldat Bénard du 2 septembre 1793 à sa famille, cité in Jacques VILLEMAIN, Génocide en Vendée, 1793-1794, ibid., p. 78.)



"Il n'y a plus de Vendée. Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l'enterrer dans les marais et dans les bois de Savenay, suivants les ordres que vous m'avez donnés. J'ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux, massacré des femmes, qui au moins pour celles-là n'enfanteront plus de brigands. Je n'ai pas un prisonnier à me reprocher. J'ai tout exterminé... Les routes sont semées de cadavres. Il y en a tant dans plusieurs endroits qu'ils font pyramides." (Général François-Joseph Westermann, cité in Jean-François CHIAPPE, La Vendée en Armes 1793, tome 1, Librairie Académique Perrin, Paris 1982, p. 455.)

"Nous ferons de la France un cimetière, plutôt que de ne pas la régénérer à notre manière et de manquer le but que nous nous sommes proposé." (Jean-Baptiste Carrier, in G.-A. TRONSON-DUCOUDRAY, La Loire vengée ou recueil historique des crimes de Carrier et du comité révolutionnaire de Nantes, Paris, an III de la République (coll. « Hervé de Bélizal »), p. 232.)

"Vous avez à délivrer le pays d'un chancre qui le dévore. Le poison est plus sûr que toute votre artillerie. Ne craignez donc pas de le mettre en jeu. Faites empoisonner les sources d’eau. Empoisonnez du pain que vous abandonnerez à la voracité de cette misérable armée de brigands, et laissez faire l’effet. Vous avez des espions parmi ces soldats qu’un enfant conduit. Lâchez-les avec ce cadeau et la partie sera sauvée." (Jean-Baptiste Carrier, le 9 novembre 1793, qui préconise d'empoisonner les puits et les sources d'eau...)

"La défaite des brigands est si complète qu'ils arrivent à nos avant-postes par centaines. Je prends le parti de les faire fusiller... C'est par principe d'humanité que je purge la terre de la liberté de ces monstres... J'invite mon collègue Francastel à ne pas s'écarter de cette salutaire et expéditive méthode." (Lettre de Carrier à la Convention nationale, 30 frimaire an II, 20 décembre 1793, lue à l'assemblée le 6 nivôse, 26 décembre; Moniteur, n° 98, 8 nivôse, 28 décembre ("à la une") p. 393, col. 1.)
"Il paraît qu'on a fusillé plus de deux mille brigands. On appelle cela : envoyer à l'ambulance.' (Benaben, commissaire, cité dans Jean-François CHIAPPE, La Vendée en Armes 1793, tome 1, Librairie Académique Perrin, Paris 1982, p. 455.)
"Oui, nous devons l'avouer, nous faisons répandre beaucoup de sang impur, mais c'est par humanité, par devoir." (Lettre de Fouché à la Convention, 27 décembre 1793, cité d'après A. GERARD, Par Principe d'humanité..., La Terreur et la Vendée, Paris 1999, p.
25.)

Il faut "régénérer l'espèce humaine en épuisant le vieux sang" (Le Batteux à Carrier, 21 nivôse an II, 10 janvier 1794: cité dans J. CRETINEAU-JOLY, Histoire de la Vendée militaire (1840-1842), 4 vol., Paris 1979, t. 2, p. 78.)

"La guerre de Vendée est enfin terminée sur la rive droite de la Loire. Un petit séjour dans ses cantons fera disparaître les fantassins qui auraient pu s'évader à la faveur des bois... C'en sera fini de l'engeance fuyarde, de la race maudite, des fanatiques et des traîtres." (Général Marceau, cité in Jean-François CHIAPPE, La Vendée en Armes 1793, tome 1, Librairie Académique Perrin, Paris 1982, p. 455.)

"Ce qui constitue une République, c'est la destruction totale de ce qui lui est opposée." (Saint-Just)

"Si nous nous purgeons, dit sous peu son collègue Garnier de Saintes, c'est pour avoir le droit de purger la France. Nous ne laisserons aucun corps hétérogène dans la République." (Garnier de Saintes aux Jacobins, 16 germinal an II, 5 avril 1794 : Aulard, La Société des Jacobins, Recueil de Documents..., t. 6, Paris, 1897, p. 47.)
Couthon bientôt, membre au surplus du Comité de salut public, ne dit guère moins lorsqu'il préconise, pour l'accomplissement du régime nouveau, "la résolution d'exterminer tous ceux qui ne veulent pas de la République." (Couthon aux Jacobins, 6 messidor an II, 24 juin 1794 : ibidem., p. 188.)

D'autres orateurs à la Convention ou aux Jacobins : ce dont "il s'agit", c'est "de faire éprouver au corps politique la sueur immonde de l'aristocratie ; […] aristocratie qualifie ici un état d'esprit. Ou bien ceci : "Le virus aristocratique et sacerdotal circule encore dans les veines de bien des hommes" ; ce sont des "contagieux qu'il faut séparer de la foule, de peur que [leur] mal ne devienne épidémique." Le génocide en raison de la religion (emploi du terme de "sacerdotal").

Le texte de la "Marseillaise" qui est devenu l'hymne de la république indique que le sang impur qui doit abreuver "nos sillons" est celui de cette horde d'esclaves, de "traîtres" (les nobles) et de "rois conjurés" (couplet 2).

"Il ne doit entrer dans sa composition (de la République) que des éléments purs. Dans ses premiers moments de fermentation elle a déjà vomi […] le clergé et la noblesse, il lui reste encore à se purger des égoïstes, des lâches, des traîtres et des ripons." [Fouché aux habitants de la Nièvre, 10 octobre 1793 : Arch. Parlem., 1ère série, t. 76, p. 686, col. 1.]

"La Convention nationale est sublime dans ce moment ; elle vomit de son sein tout qui s'y trouve d'impur." [Couthon, Propos du 29 messidor an II, 17 juillet 1794 : cité de seconde main d'après M. Braconnier, notice « Couthon », dans A. Soboul, dir., Dictionnaire de la Révolution française, Paris, p. 310.]

"Purgeons, purgeons à jamais le pays de cette race infâme (…). Purgeons, mes amis, saignons jusqu'à blanc." [Francastel, représentant en mission, Lettre des 22 et 20 décembre 1793 : cf. notre livre Sur les Droits de l'Homme et la Vendée, éd. DMM, Bouère, 1995, p. 60.] Ce ne sont pas la vaillance, ni les bonnes intentions, qui font défaut à ce philanthrope dévoré de zèle pour le bien public.

[…] Simple parenthèse : un médecin d'Auschwitz, confronté au souvenir du serment d'Hippocrate (par une détenue médecin elle-même), expliquait ceci : "Par respect pour la vie humaine, je pratique l'ablation des appendices purulents." [E. Klee, [Auschwitz. Die NS-Medizin une ihre Opfer, Francfort, 1997], La Médecine nazie et ses victimes (trad. O. Mannoni), s.l. (Actes Sud), 1999, p. 293 ; suite : "Les
Juifs sont un appendice purulent sur le corps de l'Europe » (p. 293-294) (p. 424 : déposition d'Ella Lingens, 19 septembre 1960). - Napoléon, quant à lui, s'estimait fondé à appliquer aux Juifs la qualification de "masse de sang vicié" : cf. infra., p, 229.]
C'est par principe d'humanité que Carrier "purge" la France des asociaux (donc sous-humains) du Bas-Poitou : il l'annonce en précisant fièrement qu'il fait massacrer les naïfs qui se rendent. [Lettre de Carrier à la Convention, 30 frimaire an II, 20 décembre 1793, lue à l'assemblée le 6 nivôse, 26 décembre ; Moniteur, n° 98, 8 nivôse, 28 décembre, ("à la une") p. 393, col. 1 : "C'est par principe d'humanité que je purge la terre de la liberté de ces monstres." "J'invite mon collègue Francastel à ne pas s'écarter de cette salutaire et expéditive méthode". … - Sur la logique intellectuelle qui peut conduire la répression républicaine à méconnaître effectivement les qualités d'hommes et de citoyen chez les insurgés, ou à tendre à le faire, voir notre ouvrage Sur les Droits de l'Homme et la Vendée, Bouère, 1995 ; il s'articule intégralement sur cette problématique. - Sur tout cela voir également A. Gérard , "Par principe d'humanité...", La Terreur et la Vendée, Paris, 1999.]

Fouché, de Lyon, en dit autant : "Oui, nous devons l'avouer, nous faisons répandre beaucoup de sang impur, mais c'est par humanité, par devoir" [Lettre de Fouché à la Convention, 27 décembre 1793 : cité de seconde main d'après A. Gérard, op. cit., p, 25.] Fouché dit "par humanité" ; Carrier dit "par principe d'humanité" ; le médecin du camp (nazi) exprime-t-il autre chose lorsque disant éradiquer "un appendice purulent", il déclare agir "par respect pour la vie humaine" ?

Source de ces citations : Xavier MARTIN, "Régénérer l'espèce humaine. Utopie médicale des Lumières (1750-1850) (Dominique Martin Morin édition, Mayenne 2008.)

Repost0
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 09:23

En s'appuyant sur l'histoire féodale médiévale qui a vu la destruction de la res publica, Aram Mardirossian, professeur agrégé des facultés de droit à l'Ecole de droit de la Sorbonne et directeur d'études à l'Ecole pratique des hautes études, établit dans Valeurs Actuelles du 27 août 2020, n° 4370, pp. 82-85, un lien entre ce qui s'est produit à l'époque des seigneurs du Moyen-Âge et les caïds d'aujourd'hui. Mais ce qui se produit aujourd'hui est "pire encore" :

"Pour la première fois, le système de la personnalité des lois et le processus de décomposition de la puissance frappent en même temps le pays."

Quand la république détruit la France

Quand la république détruit la France

 

Source: Valeurs Actuelles, n° 4370 du 27 août 2020, pp. 82-85

 

Aujourd'hui la République et plus encore les "valeurs républicaines" - resucée novlanguienne du droit-de-l'hommisme - sont devenues un véritable credo qu'égrènent tous ceux qui, avant d'être français, se considèrent comme "républicains". 

 

République versus res publica. Le choc des mots ou l'ironie de l'histoire. À Rome, la res publica constitue une entité supérieure à la personne de ses dirigeants, à la prospérité de laquelle tous doivent œuvrer. Elle exige la primauté de l'utilité commune sur les intérêts privés des gouvernants, mais aussi de la distantiation entre le principe d'autorité perpétuel et la personne qui exerce temporairement celle-ci. Si la res publica désigne classiquement l'État, sa traduction en "république" a fini par endosser une acception réductrice qui vise un type de régime politique. Or, depuis un demi-siècle, cette République et ses "valeurs" démolissent pan après pan la res publica, l'édifice millénaire que représente l'État, et in fine, détruisent la France.

 

[...] Dès la fin du IXe siècle, la généralisation du système féodal sanctionne la dislocation de la puissance publique carolingienne. [...] Les Capétiens vont, au prix d'un intense labeur d'un demi millénaire, forger l'État. [...] [L]a res publica, dès l'époque médiévale, la chose (appelée notamment corona, "couronne") existe avant le mot, qui, se généralise au XVIe siècle. Ainsi, l'État n'a pas fait la France à lui seul, mais il y a fortement contribué. Bientôt le royaume de Louis XIV devient la première puissance mondiale.

 

Et puis, les révolutionnaires, de façon sanglante, et Napoléon, de manière brutale, ont repris l'État capétien en l'arrachant à sa matrice chrétienne. La France ne se remettra jamais réellement de cette rupture paradigmatique. Et puis, les deux guerres mondiales ont fracassé l'Europe, et puis, le poison de la (dé)construction européenne a été insidieusement distillé, et puis des bouleversements démographiques ravageurs se sont enclenchés, et puis, la res publica a muté en "valeurs républicaines".  Le cycle millénaire qui avait débuté avec le relèvement capétien se clôt aujourd'hui dans une atmosphère de guerre civile. Ainsi, la situation de la France "républicaine" de 2020 paraît pire encore que celle de la Francie féodale. Pour la première fois, le système de la personnalité des lois et le processus de décomposition de la puissance frappent en même temps le pays. 

 

Il existe actuellement non pas plusieurs centaines de zones de non-droit, mais plutôt de territoires où s'appliquent d'autres normes que celles de la res publica française, en l'occurence, un mélange de loi islamique et de règles coutumières ethnico-culturelles et criminelles. Ce droit est imposé par des potentats locaux qui se considèrent comme l'unique autorité dans leur district et appréhendent l'État, et ses représentants comme une puissance étrangère hostile. Le recul de la res publica encourage ces groupes séparatistes à sortir de leurs quartiers pour braver son autorité jusqu'au coeur de sa capitale. Alors que le décret du 31 mai 2020 interdisait tout rassemblement de plus de dix personnes dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, le 2 juin, une manifestation réunissait plusieurs dizaines de milliers de personnes pour "réclamer justice" après le décès d'Adama Traoré lors de son interpellation par les forces de l'ordre en 2016. Les manifestants prétendaient artificiellement lier leur cause à la mort de George Floyd tué lors d'une arrestation de la police aux États-Unis en mai 2020. Ces prétextes fallacieux dissimulent mal une démonstration de force orchestrée par des groupes sécessionnistes promoteurs d'un islam intégral mâtiné de racisme anti-français. Leur silence sur les meurtres récents d'un jeune homme à Sarcelles, ainsi que d'une gendarme et d'un chauffeur de bus dans le sud de la France - d'aucuns parlent d'"incivilités" - tient-il au fait que les trois victimes étaient blanches contrairement à leurs tueurs respectifs ? Ces séparatistes bénéficient d'un soutien inconditionnel du ban et de l'arrière-ban de l'extrême-gauche qui pense trouver là un nouveau prolétariat à encenser. Ces islamo-gauchistes et écologistes-pastèques ne saisissent pas que leurs "protégés" les manipulent, en usant au besoin de la taqiya, et, qu'en réalité, ils les exècrent en raison de leur athéisme.

 

En face [...] [p]ar la bouche de l'ancien ministre de l'Intérieur [Christophe Castaner. Ndlr.], il justifie ce renoncement de façon inconsidérée et suicidaire : "L'émotion mondiale [...] dépasse au fond les règles juridiques qui s'appliquent." Nul besoin d'être agrégé des facultés de droit pour comprendre qu'ici, le cher "État de droit" de tous les hérauts des "valeurs républicaines", cédera sa place, dans le sang, à la loi du plus fort. Inventif, il a également lancé un improbable "ovni" juridique en clamant qu'une suspension devait être systématiquement envisagée à l'encontre de tout policier ou gendarme sur lequel pèserait un soupçon avéré d'actes ou de propos racistes. Pour couronner le tout, ce même ex-ministre, a précisé qu'il était prêt à "s'agenouiller" pour "vaincre le racisme". Un peu comme le vassal qui, dans le cadre de l'hommage féodal, prête allégeance à son seigneur, sauf qu'en l'occurrence, ce dernier ne le relèvera pas pour lui donner l'osculum - le baiser sur la bouche - avant de se jurer loyauté mutuelle. Ici, il s'agirait plutôt de l'humiliation du dhimmi qui se soumet à son maître.

 

Un adage résume le comportement de l'État gangréné par les "valeurs républicaines" : "faible avec les forts, fort avec les faibles". Ainsi, les "gilets jaunes" authentiques - qui disparurent rapidement après leur récupération par les mouvements islamo-gauchistes - avaient été violemment réprimés par les forces de l'ordre qui, en même temps, laissaient les casseurs et autres racailles commettre librement leurs exactions. Les rares voyous interpellés bénéficiaient de l'indulgence infinie d'une justice largement contaminée, en ce domaine, par une idéologie laxiste mortifère. Puis, durant la véritable claustration médiévale que le pouvoir politique a brutalement imposée à la population - pour tenter de camoufler son incurie et ses mensonges face à la pandémie qui a frappé le pays - , les policiers ou les gendarmes, chapitrés par leur hiérarchie, se sont montrés impitoyables avec la population inoffensive. Malheur à celui qui avait oublié ou mal rempli son attestation de sortie : il était aussitôt frappé d'une amende de 135 euros. Pire, une minorité d'agents bornés n'ont pas hésité à verbaliser de façon imbécile, qui une dame de 79 ans simplement postée quelques minutes près de la fenêtre de l'hospice où dépérissait son mari de 93 ans; qui un homme muni d'une attestation dérogatoire de déplacement se rendant au chevet de son père mourant qu'il ne reverra jamais vivant ayant été contraint de rebrousser chemin. Mieux, sur dénonciation d'un voisin, des policiers armés pénétraient dans une église parisienne pour interrompre une messe non publique qui réunissait 7 personnes non sans verbaliser grossièrement le prêtre officiant. Au même moment, un préfet de police reconnaissait implicitement que les fidèles musulmans pouvaient se réunir entre voisins le soir pour la rupture du jeûne durant le mois de ramadan, tandis qu'un directeur départemental de la sécurité publique demandait aux forces de l'ordre de se tenir en retrait des "quartiers à forte concentration de population suivant le ramadan."

 

L'effondrement de l'État qui s'accélère autorise les nouveaux sombres sires et leurs sbires à s'affronter ouvertement. Le chaos qui a récemment frappé Dijon est archétypique. À la suite de l'agression de l'un des siens, la "communauté" tchétchène a entrepris de le venger, c'est-à-dire, tout simplement, d'appliquer son droit coutumier ethnico-religieux. Les agresseurs qui appartiennent à la "communauté" maghrébine sont originaires d'un des quartiers de la ville qu'ils tiennent en coupe réglée pour organiser leurs activités criminelles. Face à l'offensive tchétchène, les "seigneurs" locaux ont "naturellement" pris en charge la défense de leur territoire. Pendant plusieurs jours les deux "communautés" se sont affrontées, tandis que la puissance publique impuissante a laissé faire. La population dijonnaise, à commencer par celle qui vit dans le quartier disputé, a été totalement laissée à la merci des deux groupes lourdement armés. Puis le sreligieux ont pris les choses en mains et les "communautés" en guerre ont conclu un "armistice" à la mosquée ! De bien pires violences seraient survenues si l'un des deux camps n'avait été pas musulman, car là, il aurait fallu en sus donner une leçon aux infidèles. Cet épisode illustre parfaitement le fait, qu'aujourd'hui, plusieurs centaines de territoires codirigés par des caïds et des religieux se considèrent comme autonomes par rapport à la puissance publique, comme jadis les sires et châtelains. Mais le parallèle s'arrête là.

 

Cette fois, il n'y aura pas un Capétien pour restaurer - au besoin en utilisant la force de manière implacable, tel un Philippe le Bel - la res publica au nom du Christ. La Révolution a expulsé Dieu pour mettre l'homme à sa place, et depuis, la France déchristianisée n'en finit pas de se déliter. Désormais, à la tête du pouvoir séculier, se trouve un président de la République élu par le peuple. Et afin que les électeurs votent "correctement", la lessiveuse médiatrice essore intensément leur cerveau. Tout est fait pour promouvoir les "valeurs républicaines" destructrices de la res publica, et conséquemment, de la société française. Ici triomphe une vision suicidaire des droits de l'homme couplée à une idéologie mondialiste et européiste, l'ensemble étant promu par une oligarchie déracinée dont l'objectif est de faire de l'Europe une immense zone commerciale peuplée de consommateurs invertébrés, sans identité. Dès lors, le terrorisme des minorités s'exerce et il est aisé pour les groupes séparatistes de déboulonner les statues de Colbert et d'autres grands personnages du passé. L'objectif de ces conventicules "antiracistes", qui constituent en réalité le racisme incarné, est de détruire de fond en comble la France, ses symboles et son histoire, qu'ils haïssent.

 

Cette fois, il n'y aura ni Paix ni Trêve de Dieu. Les évêques actuels ne paraissent guère de la même trempe que leurs devanciers des temps féodaux. Il est vrai que les seigneurs médiévaux étant tous chrétiens, la plupart d'entre eux respectaient, bon gré mal gré, l'autorité morale de l'Église. On ne peut pas exactement dire la même chose s'agissant des sécessionnistes d'aujourd'hui.

 

Cette fois, la plupart des séparatistes ne cherchent pas seulement à s'octroyer pouvoir et richesse. Ils prétendent également agir au nom d'une religion qui veut prendre sa revanche pour, enfin, conquérir la France et l'Europe, après avoir essayé sans succès pendant près d'une millénaire, entre le VIIIe et le XVIIe siècle.

 

Cette fois, en raison de la démission ou de l'incapacité des bellatores et des oratores, ce qu'il reste de laboratores lucides ne semble pas avoir d'autres choix que de prendre les choses en main pour enrayer la balkanisation mortelle de la France. Une telle perspective paraît aussi effrayante qu'inexorable.

 

(Fin de l'article)

Note du blog Christ-Roi.

 

La res publica n'a pas attendu la république de 1792 ni celle de 1870 et encore moins celle de 1958 pour exister. En plein XVIe siècle, Jean Bodin a pu écrire ses Six Livres de la République (1576), en pleine monarchie de droit divin. 

La démocratie fondée sur la conviction que le corps politique est le produit des volontés de chacun, et portant jusqu'à l'incandescence l'idée d'une création de l'homme par lui-même, est vouée à étendre sans cesse les droits des individus. Elle contraint les hommes à vivre dans un monde d'individus inégaux, alors même qu'elle a posé en principe leur égalité. Elle se condamne donc à rendre sans cesse moins tolérable l'écart entre les promesses [...], les espérances qu'elle suscite et les accomplissements qu'elle offre...

Préface de Mona Ozouf dans François Furet, La Révolution française, Quarto Gallimard, Malesherbes 2007, p. XXI.

Dans le système hérité des principes contradictoires de 1789, il y a deux erreurs fatales qui conduisent à leur annulation dans la réalité de nos vies quotidiennes. 

 

La première erreur fatale, bien perçue par Mono Ozouf, consiste à organiser un système (la "démocratie") "sur la conviction que le corps politique est le produit des volontés de chacun, et portant jusqu'à l'incandescence l'idée d'une création de l'homme par lui-même" [Article 3 de la DDHC de 1789. Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Et Art. 6. La Loi est l'expression de la volonté générale.] Cette première erreur conduit à la conséquence seconde qui est d'"étendre sans cesse les droits des individus", de contraindre "les hommes à vivre dans un monde d'individus inégaux, alors même qu'elle a posé en principe leur égalité." La démocratie ainsi organisée "se condamne [...] à rendre sans cesse moins tolérable l'écart entre les promesses [...], les espérances qu'elle suscite et les accomplissements qu'elle offre..." L'égalité des uns présuppose comme condition préalable l'inégalité économique et sociale des autres : c'est une belle réussite du marché, mais une impasse totale pour les principes de 1789.

 

Conclusion. Le principe de toute souveraineté ne réside pas essentiellement dans la Nation. Il y a effectivement des réalités spirituelles, physiques, naturelles..., en dehors de "la Nation", qui s'imposent à elle, et dont la nation doit tenir compte sous peine d'être totalitaire (exemple: les droits "inaliénables", "imprescriptibles" et "naturels" de l'article 2 de la DDHC de 1789 comme la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression : il serait faux de prétendre que la Nation leur serait supérieure en Souveraineté...) Un enfant de cinq ans s'en rendrait compte mais nos dirigeants, dont on se demande pour qui ils travaillent, non.

Repost0
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 09:27

Source: Stilum curiae

 

 

Marco Tosatti

Chers amis et ennemis de Stilum Curiae, Agostino Nobile nous a envoyé une réflexion mordante sur la situation actuelle et sur la tromperie (auto-tromperie) que les idéologies de gauche, à commencer par le marxisme, ont réussi et parviennent encore à répandre. Bonne lecture. 

§§§

     La gauche? Elle est meilleure que Jésus-Christ

Pendant trop d’années, la gauche italienne et le monde ont défendu l’humanité et les plus faibles, la paix et la justice. Mais qu'ont-ils fait pour revendiquer ce droit? Peut-être que leurs partis sont constitués d'anciens missionnaires qui ont passé et partagé leur vie parmi les plus pauvres? Peut-être se nourrir de manioc tous les jours et dormir dans des huttes délabrées ou dans des huttes improbables? Peut-être ont-ils donné une partie de leurs revenus chaque année aux pauvres du tiers et du second monde? Ou peut-être ont-ils parrainé des enfants pour leur donner la possibilité de manger, de s'habiller et d'aller à l'école?

Nous connaissons les réponses. La gauche s'est qualifiée de sauveuse de la société, car ses ancêtres marxistes en quelques décennies ont fait plus de victimes que toutes les guerres des deux mille dernières annéesAucune culture ni race n'a été sauvée de la doctrine ennemie de la raison et de la vie. Le marxisme se présentait évangéliquement comme la seule philosophie capable de racheter les prolétaires. En fait, depuis 1917, les pauvres de toutes les cultures du monde n'avaient que les miettes, tandis que les dictateurs et leurs acolytes buvaient du champagnePour les gens sensés, cela semblera un peu bizarre, mais les sinistres sont convaincus que personne n'est meilleur qu'eux, pas même Jésus-Christ, à tel point qu'ils essaient toujours de l'effacer de l'histoire. Le vrai messie est Marx, même si plus de cent millions de morts sont tués par sa doctrine,

Les gauchistes intelligents formés dans des écoles intelligentes sont convaincus que le communisme soviétique est né d'une révolte populaire contre le tsar Nicolas II. Dommage que le tsar démissionne en mars 1917. En effet, en octobre de la même année, les bolcheviks ont renversé le gouvernement de transition dirigé par le premier ministre de la République russe Aleksandr Kerensky. Les bolcheviks étaient-ils soutenus par le peuple? Seulement une petite faction. Alors, comment ont-ils obtenu le pouvoir? Avec l'argent qui venait de l'Ouest. Des banquiers et des milliardaires qui visaient à accomplir ce qu'ils essaient de faire aujourd'hui. Autrement dit, une réorganisation universelle de la vie économique et politique avec un gouvernement mondial unique gouverné par un seul centreEt pour y parvenir, il était nécessaire d'éliminer le christianisme. Ils ont raté,

La gauche pourrait être représentée comme le loup du Petit Chaperon rouge déguisé en bonne mamie. Malgré la leçon historique inhumaine offerte par le communisme, ses électeurs sont convaincus que sous le mouchoir rouge se trouve la grand-mère. Leurs esprits sont si pleins d'ordures anhistoriques que même sous la torture, ils n'admettraient pas avoir déclenché le fiasco. Fondamentalement, ils doivent être compris. Un esprit orwellien plagié risque de tomber dans une dépression insupportable. D'où leur prétention irritante et embarrassante.

La haute finance, comme nous l'avons dit, avec le soutien de la gauche tente de répéter le programme de leurs maîtres marxistes du XXe siècle, se présentant cette fois comme des défenseurs des races (blancs exclus), des marginalisés et des faibles. Cependant, il faut dire qu'ils sont plus bons que leurs ancêtres. Ils ne vous tueront pas si vous n'envoyez pas votre fils en cours d'homosexualité. Comme ils sont bons, ils vous enlèvent votre travail ou, comme ils l'ont fait en Allemagne, ils vous envoient en prison https://www.tempi.it/germania-scandalo-genitori-incarcerati-figli-corsi-gender-scuola/

En Norvège, où ils sont encore meilleurs, mais vraiment bons, ils éloignent les enfants de familles trop chrétiennes http://www.iltimone.org/news-timone/la-norvegia-figli-strappati-ai-genitori/

La gauche repose donc sur les mêmes piliers du communisme du siècle dernier. Nous connaissons les financiers actuels, maintenant ils ne se cachent pas. Ils distribuent des millions de dollars pour corrompre ceux qui devraient nous défendre, principalement les gouvernements auxquels nous avons fait confiance, les magistrats, les journalistes, les enseignants et les célébrités du star systemInutile de dire que les invités les plus bienvenus au banquet relativiste et antichristique de Moloch sont les Bergogliens.

Le meilleur aspect du communisme / gauche a été confirmé par une dame que j'ai rencontrée dans les années 90 à Saint-Pétersbourg, qui a vécu toute sa vie sous le communisme soviétique. Tenant le crucifix autour de son cou entre ses doigts, elle m'a dit: "Sais-tu pourquoi tu vois tous ces visages tristes autour? Parce qu'ils ont également emporté notre espoir".

L'Antifa, Blm et tous les sigles acronymes, consciemment ou non, n'ont qu'un seul but: ouvrir la voie au totalitarisme orwellien. Les milliardaires mondialistes, en plus de subjuguer notre pensée et de nous priver de l'âme, veulent supprimer toute référence à l'identité d'appartenance masculine, féminine et culturelleIl sera beaucoup plus facile dans un proche avenir d'éliminer les humains qui ne distinguent même pas leur identité sexuelle, qui jettent leur vie dans le néant parce qu'ils manquent de dignité et d'espoir.

Agostino Nobile

§§§

Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 13:54

Robert Kennedy Jr à Berlin samedi 29 août 2020 : "ils utilisent la peur comme les nazis ! [...] pour obtenir l'obéissance des populations."

Les gouvernements aiment les pandémies pour la même raison qu'ils aiment la guerre. Parce que cela leur donne la possibilité d'imposer un contrôle sur la population qu'elle n'accepterait jamais autrement.

SourceStilum Curiae - Marco Tossati

Marco Tosatti

Chers Stilumcuriali, hier à Berlin (et de même qu'à Londres et à Zurich), il y a eu des manifestations contre l'utilisation politique et dictatoriale que de nombreux gouvernements font de la crise du coronavirus; quelque chose dont nous avons l'expérience directe en Italie, où le gouvernement, les télévisions contrôlées par la gauche et les journaux soumis aux intérêts économiques et politiques depuis des mois poursuivent un programme similaire.

L'un des orateurs à Berlin était Robert Kennedy, petit-fils de John Fitzgerald Kennedy [erreur, il s'agit en fait de son neveu. Ndlr]. Vous trouverez ici la vidéo, sous-titrée en italien [pour les anglophones, dans les paramètres cocher Anglais (généré automatiquement). Et un peu plus bas la version sous-titrée en français. Ndlr.], ainsi que quelques photographies, captures d'écran de la vidéo et des photographies prises de ce qui, selon la police allemande, était une manifestation de 18 000 (dix-huit mille personnes). Maintenant, en cinquante ans de cette profession, j'ai participé à un certain nombre de manifestations, et s'il n'y en avait que 18 000 Mattarella est le meilleur président de la République, Jorge Mario Bergoglio le meilleur pape de l'histoire, et je suis Marilyn Monroe. Bonne écoute. 

§§§




 

***

 

Robert Kennedy Jr à Berlin à la manif COVID 29/08/20 Sous titres français

Traduction du discours de Robert Kennedy Jr à Berlin :

 

"Chez moi dans les Etats-Unis, les journaux affirment que je suis venu ici pour parler à environ 5000 nazis. Demain, ils vont rapporter que j'étais en effet ici, et que j'ai peut-être parlé à entre 3000 et 5000 nazis. Mais je regarde cette foule et je vois le contraire de nazis. Je vois des gens qui aiment la démocratie, des gens qui désirent un gouvernement ouvert, des gens qui veulent des dirigeants qui ne vont pas leur mentir, des dirigeants qui ne vont pas inventer des règles et des réglementations arbitraires pour orchestrer l'obéissance de la population. Nous voulons des responsables de la santé qui n'ont pas de conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique, qui travaillent pour nous et non pas pour Big Pharma. On veut des responsables qui se soucient de la santé de nos enfants et non pas du profit pharmaceutique ou du contrôle gouvernemental.

 

"Je regarde cette foule; je vois tous les drapeaux d'Europe; je vois des humains de toutes couleurs; je vois des personnes de différentes nations, différentes religions, qui se soucient tous de la dignité humaine, de la santé des enfants, de la liberté politique. C'est le contraire du nazisme.

 

"Les gouvernements aiment les pandémies pour la même raison qu'ils aiment la guerre. Parce que cela leur donne la possibilité d'imposer un contrôle sur la population qu'elle n'accepterait jamais autrement.

 

"Les grandes institutions et mécanismes de contrôle sont en train d'orchestrer et d'imposer notre obéissance.

 

"Je vais vous dire quelque chose: c'est un mystère pour moi, comment toutes ces grandes personnes importantes, comme Bill Gates, Anthony Fauci, ont pu planifié et penser cette pandémie pendant des décennies pour pouvoir tous nous sauver le jour où cette pandémie arriverait..., et malgré cela, maintenant qu'elle est là, ces personnes n'ont pas l'air de savoir de quoi elles parlent.

 

"C'est comme si elles avançaient constamment de nouveaux éléments en avançant, elles inventent les nombres, elles ne peuvent pas vous dire quel est le taux de létalité du Covid, elles ne peuvent même pas nous donner un test PCR qui fonctionne.

 

"Ils sont constamment obligés de changer la définition du Covid sur les certificats de décès pour que ce virus ait l'air de plus en plus dangereux. Une chose qu'ils maîtrisent est faire monter la peur.

 

"Il y a 75 ans, Hermann Göring a témoigné pendant les procès de Nuremberg et on lui a demandé : Comment avez-vous réussi à embarquer le peuple allemand dans tout ça ? Et il a dit: c'est facile, cela n'a rien à voir avec le nazisme. Cela correspond à la nature humaine. Vous pouvez faire cela dans un régime nazi, dans un régime socialiste, dans un régime communiste, dans une monarchie et une démocratie. La seule chose dont un gouvernement a besoin pour transformer le peuple en esclave est la peur. Et si vous pouvez trouver quelque chose pour les effrayer, vous leur faites faire tout ce que vous voulez.

 

"Il y a 50 ans, mon oncle, John F. Kennedy est venu dans cette ville; il est venu ici à Berlin, parce que Berlin représentait la dernière ligne avant le totalitarisme mondial, et encore une fois aujourd'hui, Berlin fait front contre le totalitarisme mondial.

 

"Mon oncle est venu ici, et il a dit fièrement au peuple berlinois: Ich bin ein Berliner. Et nous tous qui sommes ici aujourd'hui, nous pouvons une fois de plus dire fièrement : ich bien ein Berliner!

 

"Et vous êtes le front contre le totalitarisme.

 

"Je voudrais dire une dernière chose : ils n'ont pas fait un bon travail pour protéger la santé publique mais ils ont fait du très bon travail en utilisant le confinement pour installer la 5G dans toutes nos communes. Et ils ont commencé le processus pour nous faire adopter la monnaie numérique, ce qui est le début de l'esclavage parce qu'ils contrôlent votre compte en banque, ils contrôlent votre comportement.

 

"Et nous voyons toutes ces pubs à la télé  qui nous disent la 5G va être installée dans votre commune, cela va être un truc super pour vous tous. Cela va changer votre vie, cela va nettement améliorer la vie de tout le monde. Et c'est vraiment convaincant, je dois le reconnaître, parce que je regarde ces pubs, et je me dis, c'est chouette, je suis impatient d'avoir cela chez nous. Parce que je vais être capable de télécharger un jeu video en 6 secondes au lieu de 16 secondes. Est-ce pour cela qu'ils dépensent 5 billions de dollars pour la 5G. Non, la vraie raison c'est pour la surveillance et la collecte de données. Ce n'est pas pour vous et moi. C'est pour Bill Gates, pour Zuckerberg... et tous les autres. Bill Gates dit que sa flotte de satellites pourra observer n'importe quel centimètre carré de la planète 24 heures sur 24.

 

"Et c'est seulement le début. Il va être capable aussi de vous suivre sur tous vos appareils intelligents à travers la reconnaissance faciale biométrique, à travers votre Gps. Vous pensez que Alexa travaille pour vous? Elle ne travaille pas pour vous, elle travaille pour Bill Gates qui vous espionne.

 

"Cette pandémie est une crise confortable pour les élites qui dictent cette politique. Cela leur donne la possibilité d'éliminer la classe moyenne, de détruire les institutions démocratiques, de transférer les richesses de nous tous vers une poignée de milliardaires qui s'enrichissent en appauvrissant le reste de la société.

 

"Et la seule chose qui se dresse entre eux et nos enfants est cette foule venue à Berlin. Et nous leur disons aujourd'hui: Vous n'allez pas voler notre liberté, vous n'allez pas empoisonner nos enfants, nous allons réclamer notre démocratie. Merci beaucoup à vous tous de vous battre !"

Repost0
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 13:58

Dieu a exalté sur Terre un roi chrétien qui a utilisé son autorité pour promouvoir la foi, notre plus grand bien ici-bas, et pour prendre soin de son peuple, y compris les pauvres et les emprisonnés.

LifeSiteNews Mar 25 août 2020 - 6 h 00 HNE
 
(Traduction rapide
L'image sélectionnée
STLJB / SHUTTERSTOCK.COM

25 août 2020 ( LifeSiteNews ) - Aujourd'hui, 25 août, est la fête de l'un des dirigeants les meilleurs et les plus sacrés que la race humaine ait jamais connus: Louis IX, roi de France (25 avril 1214 - 25 août 1270).

Br. André Marie écrit :

Alors que l'Occident autrefois chrétien s'enfonce encore plus dans la tyrannie du libéralisme, il est bon pour l'âme de considérer que le peuple de la France de Louis était plus libre que nous ne le sommes aujourd'hui. Ils étaient libres de toute ingérence gouvernementale dans leur vie et leur portefeuille. Et ils étaient libres de la manière la plus importante, car saint Louis croyait en un ordre chrétien dans lequel l'État n'était ni hostile ni neutre à l'Église, mais aidait l'Église à assurer le bonheur, temporel et éternel, de ses sujets. Notre «liberté» moderne, en revanche, est la servitude.

 

Malheureusement, il semble que les dirigeants de l'Église catholique aient été embarrassés par l'exemple de ce grand roi. Dans son article «Les principes théologiques qui ont guidé la rédaction du missel romain (1970)» dans The Thomist 67 (2003), la grande érudit liturgique Lauren Pristas a écrit, entre autres , sur les modifications qui ont été apportées dans la réforme liturgique aux siècles. ancienne collecte ou prière d'ouverture de sa messe.

La vieille prière se lisait (et, où la messe latine traditionnelle est célébrée, se lit encore):

Deus, qui beatum Ludovicum confessorem tuum de terreno regno ad caelestis regni gloriam transtulisti: eius, quaesumus, meritis et intercessione, Regis regum Iesu Christi Filii tui facias nos esse consortes. Qui tecum vivit et regnat ...

Ô Dieu, qui a enlevé le bienheureux Louis, ton confesseur, d'un royaume terrestre à la gloire du royaume céleste, accorde, nous te supplions, par ses mérites et son intercession, que nous soyons les époux de Jésus-Christ, ton Fils, le roi des rois, qui avec toi vit et règne ...

La nouvelle prière, rédigée à la fin des années soixante, se lit comme suit:

Deus, qui beatum Ludovicum, e terreni regiminis cura ad caelestis regni gloriam transtulisti, eius, quaesumus, intercessione concede, ut, per munera temporalia quae gerimus, regnum tuum quaeramus aeternum.

Ô Dieu, qui a amené Saint Louis des soucis de la domination terrestre à la gloire d'un royaume céleste, accorde, nous prions, par son intercession, qu'en accomplissant nos devoirs sur la terre, nous puissions rechercher votre Royaume éternel.

Les changements ici sont importants. Commentaires de Pristas (mentionnant également l'empereur Henri, dont les collections ont été modifiées de la même manière):

La collection originale pour Louis ne mentionne pas explicitement son règne en tant que roi. Ceci est fourni dans la révision - mais, encore une fois, en des termes plus reflétant nos circonstances historiques que les siennes. La révision peut avoir été conçue pour s'adapter à une mentalité moderne. Son effet, cependant, est d'obscurcir la vérité selon laquelle la sainteté se trouve chez les personnes de tous âges et de tous rangs sociaux. Henry et Louis n'étaient pas simplement chargés du soin du gouvernement terrestre; c'étaient des dirigeants chrétiens qui devinrent saints en gouvernant à cause de la manière chrétienne dont ils gouvernaient.

Elle continue:

Le changement dans la pétition de la collecte révisée pour Louis est frappant et partage des caractéristiques communes avec le nouveau discours pour Henry. La prière de 1962 pour Louis demande que nous puissions avoir un partenariat avec le Christ qui est le roi des rois - ici, en particulier, le roi du roi Louis - alors que le texte révisé demande que nous puissions chercher, mais ne précise pas que nous trouvons aussi, " votre royaume éternel. La pétition du texte révisé est donc étonnamment effacée par rapport à celle de la collection originale qui ne cherche rien de moins qu'une incorporation complète dans le Christ. De même, l'ancien rassemblement pour Henry prie Dieu de nous faire atteindre, ou atteindre ( pervenire ), lui-même, alors que la nouvelle version demande seulement que nous nous hâtions ( festinimus ) vers lui. Le verbe pervenirestipule l'arrivée, mais pas le tarif . Une deuxième caractéristique commune aux deux collections révisées [c.-à-d., Louis et Henry] est un nouvel accent sur les choses de ce monde qui, en plus, sont présentées sous un jour entièrement positif.

Pristas note enfin que la Collecte originale demande que nous puissions atteindre le Roi des rois du ciel par les mérites  et l'intercession de Saint-Louis; dans le nouveau Collect, les mérites ont étrangement disparu.

Le secret et la postcommunion de la messe traditionnelle pour Saint-Louis sont également éloquents. Le secret se lit comme suit:

 

 

Praesta, quæsumus, omnípotens Deus: ut, sicut beátus Ludovícus Conféssor tuus, spretis mundi oblectaméntis, soli Regi Christo placére stúduit; ita ejus orátio nos tibi reddat accéptos. Per eúmdem Dominum nostrum Jesum Christum Filium tuum, qui vivit et regnat ...

Accorde, nous te supplions, ô Dieu tout-puissant, qu'en tant que bienheureux Louis, ton confesseur, méprisant les délices du monde, ne se soit efforcé que de plaire au Christ, son Roi, afin que sa prière nous rende agréables à toi. Par le même Seigneur Jésus-Christ, ton Fils, qui vit et règne ...

«Rejeter les délices du monde» était le genre de langage «négatif» qui (comme Pristas le démontre dans le même article) a été systématiquement retiré du missel Novus Ordo. «S'efforcer uniquement de plaire au Christ Roi» n'est pas moins gênant pour une mentalité qui ne voit plus l'Incarnation comme le centre de la vie de l'Église, de l'histoire humaine et du cosmos tout entier. Inévitablement, cette prière devait disparaître; il ne sera pas trouvé - même sous forme bowdlerized - dans le nouveau missel. La Postcommunion frappe une note militante:

Deus, qui beátum Confessórem tuum Ludovícum mirificásti in terris, et gloriósum in cœlis fecísti: eúmdem, quæsumus, Ecclésiæ tuæ constítue defensórem. Per Dominum nostrum Jesum Christum Filium tuum, qui vivit et regnat ...

Ô Dieu, qui a rendu ton bienheureux confesseur, Louis, merveilleux sur terre et glorieux dans le ciel, constitue-le, nous t'en supplions, le défenseur de ton Église. Par notre Seigneur Jésus-Christ, ton Fils, qui vit et règne ...

Dieu a exalté sur Terre un roi chrétien qui a utilisé son autorité pour promouvoir la foi, notre plus grand bien ici-bas, et pour prendre soin de son peuple, y compris les pauvres et les emprisonnés. De cette manière, Louis s'oppose absolument à la perspective démocratique moderne qui privatise et relativise la religion, tout en favorisant une «prise en charge» humaniste des défavorisés qui ne respecte pas leur dignité ou leur destin surnaturel. La prière demande également à Dieu de faire de Louis un défenseur céleste de l'Église. La défense est réservée à ceux qui ont des ennemis belligérants. Sans surprise, cette prière a également été coupée du nouveau missel.

Il convient également de souligner, en passant, que la coutume s'était développée d'honorer la Sainte Trinité à la fin des trois oraisons (Collecte, Secret et Postcommunion) avec une doxologie complète. Avec un antiquarisme réducteur typique, les réformateurs liturgiques ont coupé les doxologies de la prière sur les offrandes et de la prière après la communion. De cette manière a été obscurcie non seulement la reconnaissance de la nature trinitaire de toute prière chrétienne, mais la seigneurie du Christ: «qui vit et règne. » La doxologie complète, qui se multiplie dans la liturgie tridentine (elle apparaît dans les prières au pied de l'autel, les oraisons, les prières de l'offertoire, les prières avant la communion - tout cela aboli dans le nouveau rite de la messe), sert ainsi comme un rappel constant que le Christ, en tant que Dieu et homme, est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs - une leçon que nous devons entendre aujourd'hui plus que jamais.

Un prêtre de 35 ans, le P. Dylan Schrader, n'est pas gêné par la gloire royale de Saint-Louis ou la royauté du Christ. Fr. Schrader a collaboré fréquemment avec le P. Samuel Weber, OSB dans l'écriture d'hymnes qui peuvent être chantés sur des mélodies de chant traditionnelles. Voici les paroles composées par Fr. Schrader pour la fête d'aujourd'hui (par courrier électronique du P. Samuel):

Très chrétien roi et homme de Dieu,
Saint Louis, amoureux des pauvres,
Tu as servi les humbles de Christ sur la terre
Et tu régnes avec lui pour toujours.

Lève-toi, ô prince et champion,
fais à nouveau campagne pour le Christ Seigneur,
dont la croix, les clous et la couronne épineuse
Vaincre la tyrannie du péché.

Défendez cette Église, qui porte votre nom,
son berger, et votre ville aussi;
Offrez l'amour du Christ que nos coeurs poussent,
Notre soif de justice se renouvelle.

Sois notre foi notre bouclier et espère notre barre,
Sois charité notre cuirasse, Seigneur,
ta vérité une lumière à nos pieds
Et plus tranchante qu'une épée à deux tranchants.

O Père, Fils et Saint-Esprit,
Un seul Dieu que nous adorons;
Par la grâce, guidez les pèlerins chez vous
Pour demeurer dans la gloire à jamais.

Amen. Roi Saint Louis IX, priez pour nous.

 

Repost0
19 août 2020 3 19 /08 /août /2020 18:15

Napoléon créa le "Code civil" en 1804. Article 1er du Code civil "Les lois sont exécutoires dans tout le territoire français, en vertu de la promulgation qui est faite par le Premier Consul."

 

Lorsque la royauté en 1815, se réinstalla, les termes "Premier Consul" furent remplacés par le Roi. 

 

"La dénomination du Roi a remplacé celle de l'Empereur du fait de l'ordonnance royale du 17 juillet 1816" (Bull. CI, n° 914). (Legifrance)

 

Sous la II République du 25 février 1848, l'on conserva sans changement la formule "Le Roi". Faute de le faire, les lois républicaines de la Seconde république perdaient ipso facto leur base légale. (Source)

 

Or, jusqu’à l’ordonnance n° 2004-164 du 20 février 2004, soit 156 ans plus tard, la formule de l'article 1 du Code civil est restée inchangée jusqu'à ce qu'un Premier ministre de Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Raffarin, ne la modifie en ces termes :

 

Sont abrogés :

- la loi du 12 vendémiaire an IV qui détermine un mode pour l'envoi et la publication des lois ;

- l'ordonnance royale du 27 novembre 1816 concernant la promulgation des lois et ordonnances ;

- l'ordonnance royale du 18 janvier 1817 additionnelle à celle du 27 novembre 1816 concernant la publication des lois et ordonnances ;

- le décret du 5 novembre 1870 relatif à la publication des lois et des décrets ;

- la loi du 19 avril 1930 substituant l'insertion au Journal officiel à l'insertion au Bulletin des lois dans tous les cas où elle est prévue par les textes législatifs et réglementaires et supprimant le Bulletin des lois. (Source : ordonnance de 2004)

 

Aujourd'hui l’article 1 du Code civil, tel qu'affiché sur Legifrance, est remplacé par les dispositions suivantes :

 

"Les lois sont exécutoires dans tout le territoire français, en vertu de la promulgation qui en est faite par le Roi (le Président de la République)." (Legifrance)

 

Toutefois lorsque l'on recherche l'ordonnance de Jean-Pierre Raffarin qui modifia l'article 1 du Code civil, Legifrance mentionne ceci, sans plus de précisions :

 

"L'article 1er du code civil est remplacé par les dispositions suivantes : « Art. 1er. - Les lois et, lorsqu'ils sont publiés au Journal officiel de la République française, les actes administratifs entrent en vigueur à la date qu'ils fixent ou, à défaut, le lendemain de leur publication." (Ordonnance n° 2004-164 du 20 février 2004 relative aux modalités et effets de la publication des lois et de certains actes administratifs.)

 

Jean-Pierre Raffarin avait-il la capacité juridique pour changer le texte vu qu'il n'était pas le roi qui promulgue la loi ? 

 

Or, puisque nous n'avons plus de Roi depuis 1848, toutes les lois passées après cette date sont inapplicables sur tout le territoire français. Sans base légale, toutes ces lois sont nulles et non avenues. Nous n'avons pas de constitution. De sorte que "c'est un cataclysme juridique. De loin en loin, le cataclysme affecte tout l'édifice juridique."

 

Telle est l'argumentation que tient depuis des années Maître Fortabat-Labatut, Docteur en droit - Avocat pénaliste - droit des affaires - droits des sociétés. Une argumentation jusqu'ici encore jamais contredite.

 

"Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation", dit l'article 3 de la DDHC de 1789.

 

La loi appartient au peuple, et le roi promulgue la loi !...

Repost0
16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 09:20
Michelade à Nîmes le 29 et 30 septembre 1567  La Michelade est le nom donné au massacre de quatre-vingts à quatre-vingt-dix catholiques (moines, clercs) par des émeutiers protestants le 29 septembre 1567 à Nîmes.

Michelade à Nîmes le 29 et 30 septembre 1567 La Michelade est le nom donné au massacre de quatre-vingts à quatre-vingt-dix catholiques (moines, clercs) par des émeutiers protestants le 29 septembre 1567 à Nîmes.

Aujourd'hui encore, si l'on écoute la narrative officielle, les catholiques du XVIe siècle auraient naturellement dû se laisser égorger sans se défendre : ils auraient dû laisser les œuvres d'art, les églises et leurs lieux de culte se faire saccager, incendier et détruire, ils auraient dû laisser les religieux et religieuses se faire assassiner dans leurs églises..., sans broncher.

 

Le massacre dit de la Saint-Barthélémy (24 août 1572) est encore de nos jours une date de repentance collective obligatoire que chaque français est tenu de commémorer en se frappant la poitrine. Ce moment de commémoration occulte cependant les meurtres de catholiques commis par des protestants avant cette date, et avant même le début officiel des "guerres de religion" suite au massacre de Wassy, en 1562, lequel, dans la narrative anticatholique, devait entraîner les représailles des "réformés".

 

De même, parmi les préjugés qui courent le monde, il en est un autre, assez courant, non-seulement dans les rangs du protestantisme, mais aussi chez certains catholiques. Ce préjugé est le suivant : "Si la Réforme a fait du mal et démoralisé des pays entiers, du moins a-t-elle apporté au monde un bien inappréciable: la tolérance religieuse." Or, il n'y a rien de plus faux et de moins fondé que ce préjugé historique. Partout où il est le maître, le protestantisme a été intolérant et persécuteur. Sans doute, il ne l'a pas été partout au même degré; mais d'où cela vient-il? De ce qu'il n'a pas partout le même degré de puissance. Pour persécuter, il ne suffit pas de vouloir, il faut pouvoir. Le protestantisme, heureusement, ne put pas toujours ce qu'il voulait; mais toujours, qu'on lui rende cette justice, en fait d'intolérance, il fit ce qu'il put.

 

Partout où la Réforme s'est introduite, elle l'a fait violemment, et ses premiers fruits en Allemagne, en Angleterre, à Genève, en Suède, ont été invariablement la guerre civile, les proscriptions et les meurtres. C'est tout simple: la Réforme est une révolution, et toute révolution est tyrannique de sa nature.

 

Une fois établi, le protestantisme s'est maintenu par les mêmes violences. Chacun sait ce qu'est le protestantisme anglais vis-à-vis des catholiques, quelles sanglantes lois il a portées et exécutées, et avec quel despotisme féroce il a écrasé la fidèle et malheureuse Irlande.

 

Car rien n'est ou tout noir ou tout blanc, cet article se propose de mentionner simplement quelques faits historiques soigneusement occultés par la narrative officielle, dont il s'agirait enfin de parler pour avoir une vision impartiale de notre histoire, et pour donner à nouveau aux Français le goût et la fierté de leur histoire. La repentance éternelle, boulets aux pieds et sac sur la tête, ne sont pas des lectures constructives de notre histoire. La responsabilité collective, d'ailleurs, n'est ni catholique, ni française.   

 

Le premier état protestant au monde fut établi, hors du Saint-Empire, en Prusse, dès 1525

 

C'est le grand maître de l'ordre teutonique, Albert de Brandebourg, qui, poussé par Luther, a facilement sécularisé ce territoire qu'il s'appropria avant de se marier et de chercher à fonder une dynastie. Le passage à la Réformation rencontra d'abord peu de résistances. Dans le nord des pays germaniques ainsi qu'en Scandinavie, le prince régnant ou le magistrat dans les villes d'Empire ou helvétiques adoptèrent telle ou telle modalité de réforme de l'Eglise et l'appuyèrent de leur autorité, organisant des églises d'Etat. [...] En 1534-1535, les anabaptistes établirent leur dictature sur la ville épiscopale de Münster, transformée en "Nouvelle Jérusalem". [...] Plus tard, un juriste germanique allait énoncer la règle qui permettait d'imposer aux sujets la religion du roi : "Cujus regio, ejus religio."

 

 

Par suite des bûchers et des échafauds, la population catholique de l'Angleterre fut décimée en moins de six ans.

 

En Angleterre, le roi Henri VIII établit en 1534 une église nationale dont il était le chef suprême dès 1531. Il se saisir des biens des monastères entre 1536 et 1539. Des aristocrates du nord du royaume prirent les armes en 1538 mais furent vaincus.

 

Un célèbre historien anglais protestant, William Cobbet, a été forcé par sa conscience de rendre contre son Église nationale (l'anglicanisme. Ndlr.), cet écrasant témoignage :

 

"Cette Église, dit-il, la plus intolérante qui ait existé, se montra au monde armée de couteaux, de haches et d'instruments de supplice; ses premiers pas furent marqués du sang de ses innombrables victimes, tandis que ses bras ployaient sous le poids de leurs dépouilles."

 

Il a rapporté des actes officiels du Parlement britannique, constatant que, par suite des bûchers et des échafauds dressés contre les catholiques, la population de l'Angleterre fut décimée en moins de six ans.

La peine de mort était prononcée et impitoyablement exécutée contre tout prêtre catholique qui entrait dans le royaume d'Angleterre, ou qui était convaincu d'avoir célébré la Messe. PEINE DE MORT contre quiconque refusait de reconnaître que la reine Élisabeth I (1558-1603) était le chef de l'Église de JÉSUS-CHRIST. Une forte amende était prononcée contre tout citoyen qui n'assistait pas aux offices protestants, et "la liste des personnes mises à mort pour le seul crime de catholicisme, pendant le règne d'Élisabeth, formerait, ajoute l'historien protestant, une liste dix fois plus longue que celle de notre armée et de notre marine réunies.

 

"L'Eglise d'Angleterre n'a point changé; elle a gardé le même caractère depuis le jour de son établissement jusqu'à présent; en Irlande, ses atrocités ont surpassé celles de Mahomet, et il faudrait un volume pour rapporter ses actes d'intolérance." (Lettre de sir William Cobbet à Lord Tenderden, chef de la justice d'Angleterre, qui avait, en plein Parlement, vanté la tolérance du protestantisme anglais, in Mgr de Ségur, Causeries sur le protestantisme d'aujourd'hui, Libraie Saint-Joseph, Tolra libraire-éditeur, Rennes 1894, rééd. Editions Saint-Rémi, p. 172-174.)

 

Un exemple de tolérance protestante fut la décapitation le 7 juillet 1535 de Thomas More (1478-1535), un catholique humaniste resté fidèle à Rome, décapité parce qu'il refusa de cautionner le divorce d'Henri VIII auto-établi comme l’unique chef de l'Église par l'Acte de suprématie de 1534.

 

L’Acte de suprématie et l’Acte d’uniformité de 1559 par lequel Elisabeth rétablit l'anglicanisme abrogeaient la législation religieuse de la reine Marie et imposaient de nouveau le Book of Common Prayer. Ces deux lois faisaient du protestantisme la seule forme légale de religion autorisée en Angleterre et au Pays de Galles. Tout clerc qui refusait de faire usage du nouveau Prayer Book, ou qui se servait de tout rite, cérémonie, ordre, forme ou manière de célébrer la sainte cène, que ce fût en public ou en privé, ou de Matins (prière du matin), d’Evensong (prière du soir), de rite pour l’administration des sacrements ou de toute prière publique autres que ceux qui étaient prévus dans ce livre, ou qui parlait avec dédain du livre lui-même, était privé d’une année de revenus et emprisonné pendant six mois. Ceux qui récidivaient faisaient un an de prison et perdaient ipso facto tous leurs bénéfices. À la troisième infraction, le châtiment était la prison à vie.

 

D’autres peines étaient prévues pour empêcher les laïcs de critiquer les changements liturgiques. Quiconque parlait en mal de ce qui était contenu dans le livre, que ce fût de vive voix ou par écrit, ou agissait de manière à amener un clerc à faire usage d’une autre forme de service que ce que contenait le livre, ou interrompait ou gênait le déroulement d’un service, était passible, la première fois, d’une lourde amende de quarante-quatre marcs ; la seconde fois, de la même amende multipliée par quatre ; la troisième fois, de la perte de tous ses biens, y compris des biens mobiliers, et d’emprisonnement à perpétuité. En outre, l’absence à l’office dominical en l’église paroissiale constituait une faute. Ce qui s’était passé au moment de l’imposition de la liturgie de Cranmer de 1549 à 1553 avait montré que, lorsque la liturgie en latin n’était plus célébrée, les fidèles cessaient d’assister à l’office : sous le règne d’Élisabeth, tous les Anglais furent donc obligés d’être présents à l’église paroissiale chaque dimanche et jour de fête, sous peine d’une amende de douze pence pour chaque absence. De lourdes peines étaient aussi prévues pour quiconque serait jugé coupable d’avoir assisté à la messe latine proscrite : six mois de prison la première fois ; douze mois la seconde ; la troisième fois, l’emprisonnement à vie. C’est par la privation prolongée de nourriture spirituelle que fut accomplie l’éradication du catholicisme.

 

L’arrestation des évêques, au début du règne d’Elisabeth, en privant les catholiques de leurs chefs spirituels, eut pour conséquence inéluctable une absence complète de direction et de conseils. Leur emprisonnement s’ajoutant à l’imposition renouvelée de l’ordinal de Cranmer signifia qu’il n’y aurait plus en Angleterre de prêtres validement ordonnés, et qu’à la mort des derniers prêtres ordonnés pendant le règne de Marie Tudor, le peuple anglais serait privé de la messe, même occasion-nelle et célébrée en secret. Le gouvernement espérait bien qu’à la longue cette situation finirait par produire le résultat escompté. C’est au cours des années 1560-1570 que le protestantisme en Angleterre s’établit sur des bases solides ; et pourtant, pendant cette décennie, la situation religieuse établie par l’Acte d’uniformité était si précaire, le pouvoir était si faible et, dans l’ensemble du pays, la résistance des catholiques était si forte qu’une action résolue de la part du Saint-Siège et des puissance catholiques aurait fort bien pu faire pencher la balance en faveur du catholicisme, et entraîner peut-être la déposition d’Élisabeth ; mais, faute d’une telle action, le combat fut perdu dès le départ. Ce n’est qu’en 1574 que les premiers prêtres missionnaires arrivèrent dans le royaume ; à cette date, l’immense majorité des catholiques avait déjà succombé à l’habitude du compromis ; cette habitude devait être irréversible. Voici ce que dit à ce sujet l’historien allemand A. O. Meyer : « Dans leur immense majorité, les catholiques furent entièrement laissés à eux-mêmes, sans aucun lien avec leur Église. Certes, au cours de leur longue histoire de souffrances, les catholiques anglais ont connu des périodes d’oppression bien plus aiguës que ne le furent les douze premières années du règne d’Élisabeth ; mais jamais ils ne se sentirent si totalement abandonnés par l’Église, si radicalement coupés de toute communication avec Rome que pendant les sept années qui vont de la conclusion du concile de Trente à l’excommunication de la reine. Ni pape, ni concile, ni empereur ni roi d’Espagne ne firent rien pour eux ; aucun prêtre ne leur fut dépêché. Qui aurait pu croire que, jusqu’à cette date (1570), la cour de Rome aurait fait si peu pour reconquérir cette île qui avait toujours été si fidèle ?... Ce n’est donc pas de propos délibéré et tout d’un coup que la grande apostasie conduisit la masse du peuple anglais à s’éloigner de l’Église ; cet éloignement fut la conséquence de compromis délibérés dans l’intime des consciences.» [1]

 

En 1541 ce fut la naissance de la première église calviniste à Genève. La théocratie genevoise

 

Berne, en Suisse, qui s'était déclaré pour la Réforme en 1528, dépêcha plusieurs "évangélistes" à Genève en 1530 (tels que Ami Perrin, Malbuisson, Clauder Roger et surtout Farel). La religieuse Jeanne de Jussie, du couvent de Sainte-Claire, relata les troubles qui secouèrent Genève à partir de l'arrivée des troupes et des "évangélistes" bernois :

 

"Et le jour de Monsieur Saint François (d'Assise), un mardi [1530], à dix heures du matin, arrivèrent à Morges les fourriers des Suisses pour prendre logis pour l'armée. Le mercredi, jeudi et vendredi, arrivèrent les troupes des deux cantons de Berne et Fribourg, audit Morges, et firent de grands maux... ils commencèrent à piller, dérober, à fourrager les pauvres gens, et ne laissèrent blé, vin, chair ni meubles par les maisons et châteaux des nobles, et puis brûlèrent tout, qui ne fut pas petite perte... Non contents encore, ces hérétiques rompirent la sacristie et toutes les armoires... et prirent tous les ornements qu'ils trouvèrent et emportèrent tout avec l'horloge du couvent, toutes les couvertures et linges des frères, tellement qu'il ne resta chose aucune... Et tous les prêtres [catholiques] qu'ils trouvaient portant longue robe la leur ôtaient, les dépouillaient et battaient, à toutes les images qu'ils trouvaient tant en plate peinture (fresque) qu'en tableaux, ils leurs crevaient les yeux avec la pointe de leurs piques et épées, et crachaient contre... ils brûlèrent tous les livres, tant de la chanterie qu'autres..."

 

"Le lundi, environ midi [1530], l'armée entra dedans Genève; ils menaient dix-neuf grosses pièces d'artillerie... Les luthériens se firent ouvrir l'église cathédrale Saint-Pierre. Le prédicateur Guillaume Farel se mit en chaire et prêchait en langue allemande. Ses auditeurs sautaient par-dessus les autels comme chèvres et bêtes brutes... Ces chiens abattirent l'autel de l'Oratoire et mirent en pièces la verrière où était en peinture l'image de monsieur Saint Antoine... Ils rompirent aussi une belle croix de pierre... et au couvent des Augustins rompirent plusieurs belles images, et au couvent des Jacobins rompirent de belles croix de pierre..."

 

Au mois d'août 1532, les hérétiques firent descendre les cloches du prieuré de Saint-Victor, et puis abattre jusqu'au fondement tout le monastère. En ce même mois, le jour de la Décollation de Saint Jean Baptiste, ils abattirent une petite et fort jolie église de Saint Laurent, et fut aussi abattue l'église de Madame Sainte Marguerite... 

 

L'an 1534,... la veille de Pentecôte, à dix heures de nuit, les hérétiques [luthériens] coupèrent les têtes à six images [statues] devant la porte des Cordeliers, puis les jetèrent dans les puits de Sainte-Claire. Le jour de la Saint-Denis fut découverte [le toit démonté] l'église paroissiale de Saint-Léger hors la ville, et puis entièrement rasée et abattue, et tous les autels rompus et mis en pièces. [2]

 

(En 1535) Expulsion des soeurs de Sainte-Claire. Le dimanche dans les octaves de la Visitation vinrent les syndics [réformés]... Le syndic ordonna à la mère abbesse d'ouvrir les portes (les Soeurs de Ste Claire ou Clarisses appartenaient à un ordre cloîtré). [L]es soeurs s'étant assemblées, Farel les harangua, ... vantant le mariage, la liberté. La mère abbesse l'arrêta mais fut expulsée. Le jour de monsieur saint Barthélémy, vinrent grandes compagnies tous en armes et bien embâtonnées [bien armés] et de toutes sortes d'armes.... ils vinrent heurter à la grande porte du couvent Sainte-Claire. La porte une fois ouverte, le chef de la troupe ordonna aux soeurs 'de par messieurs de la ville que plus ne dites aucun office, haut ni lus, et de ne plus ouïr la messe'. Il fut convenu entre la mère abbesse et le syndic que les soeurs quitteraient le couvent sans rien emporter... Le syndic promit de les conduire à la porte de la ville, sous bonne garde. La sortie se fit alors tant bien que mal, car plusieurs des soeurs étaient âgées et malades. ... Parties de Genève à cinq heures du matin, elles arrivèrent à Saint-Julien en fin de journée, où elles purent prendre du repos, avant de rejoindre Annecy, où le duc de Savoie leur avait fait préparer un couvent.

 

Le 5 août [1535], il (Farel) prêcha à Saint-Dominique et le 8 à Saint-Pierre. Après chacun de ses prêches, la foule de ses partisans abattit les statues et les croix, renversa les autels et les tabernacles, brûla les reliques et jeta les cendres au vent. [3]

 

Pierre de la Baume, le dernier évêque résidant avait quitté Genève le 1er octobre 1535, après que les syndics eurent publié un décret (le 27 août) par lequel ils ordonnaient 'que tous les citoyens et habitants eussent à embrasser la religion protestante, abolissant entièrement et absolument celle de la catholique'".

 

"Le 3 avril 1536, il fut donné un mois aux prêtres catholiques pour qu'ils se convertissent et, en attendant, il leur fut interdit de 'se mêler de dire la messe, de baptiser, confesser, épouser [marier]'. Le 5 avril, pareille défense fut faite aux chanoines. Enfin, le 21 mai 1536, 'le peuple réuni en Conseil général, adhérait unanimement à la Réforme religieuse'. En juin 1536, le Conseil abolit la célébration des fêtes, à l'exception du dimanche. Genève était une ville protestante".[4] La ville, dont l'évêque a été chassé, est devenue une république.

 

Le 2 novembre 1536, le bailli de Lausanne, jugeant que les réformés l'avaient emporté, se mit à la tête d'une troupe d'archers et fit le tour des paroisses du lausannois, 'parcourant les campagnes, rasant les chapelles, renversant les autels et abattant les croix... aux cris de 'À bas les papistes'". [5]

 

Appelé à Genève en 1536, Calvin en fut banni deux ans après, mais il y fut rappelé en 1540. Il exercera alors l'influence la plus absolue, faisant reconnaître comme loi d'État un formulaire réglant les principaux articles de foi. "De lourdes amendes punirent les catholiques qui restaient chez eux au lieu d'aller au prêche; harassés, traqués, les fidèles se lassèrent, beaucoup se soumirent pour avoir la paix. La Réforme, assez vite, régna en maître dans le Chablais." [6]

 

Fondateur de la théocratie genevoise, Calvin forge toute la future démocratie européenne. Du fer antique : l'Ancien Testament - la Loi, il forge une nouvelle Jérusalem terrestre... Calvin confond simplement la nouvelle Sion avec l'ancien Sinaï. Il ne voit pas ou ne veut pas voir la loi nouvelle de l'Évangile par rapport à l'Ancien Testament, à la Loi. "La fin de la loi est le Christ", dit l'apôtre Paul (Rom 10:4); "La fin du Christ, c'est la Loi", aurait pu dire Calvin.

"Composé de pasteurs et de laïcs (les "Anciens"), un consistoire est notamment chargé de la surveillance de la vie privée des citoyens. Jeux, spectacles, bals, chansons et tavernes sont interdits, toute infraction morale (adultère, violence, impiété) étant considérée comme un crime." [7]

 

"La profession de foi de 1536 doit être jurée par les habitants. [...] Pour Luther, la volonté humaine ne pouvait que faire le mal, pour Calvin, elle ne veut que le mal et sa responsabilité est entière.

 

[...] Dieu prédestine au salut (Traité de la prédestination, 1552).

 

Calvin fait exiler ses contradicteurs, l'humaniste Castellion, en 1544, le pasteur Bolsec, qui rejetait la prédestination, en 1551." [8]

 

Le 12 novembre 1537, le Conseil ordonne à tous ceux qui avaient refusé de jurer la Réformation [accepter le formulaire] de quitter la ville.

 

"Calvin inféode l'Église à l'État" : "Les seigneurs sont des dieux. Le peuple est Satan".

Il "fait de l'État le serviteur et l'instrument de l'Église.

À Genève il proscrit les jeux et le théâtre, impose l'assistance aux sermons, détermine les prénoms permis, règle la coupe des habits.

[...] Les huguenots (de l'allemand eidgenosse, lié par serment), les huguenots de religion se transforment en huguenots d'État.

[...] [L]'Église calviniste devient une coalition d'idées et d'intérêts, un parti et une armée." [9]

 

"Tous doivent prêter serment au nouveau Credo; ceux qui y manqueraient seront chassés de la ville; car, [...] l'Église, 'Cité de Dieu', et l'État, 'Cité des hommes', dans l'action, ne font qu'un, aux yeux de Calvin. Être ou ne pas être dans l'Église signifie être ou ne pas être dans l'État. Les dizenniers, ou hommes du guet, font irruption dans les maisons et traînent le peuple, par groupe de dix, à la prestation de serment.

 

"Plusieurs Eidgnots firent remarquer, en se gaussant, que Farel et Calvin 'qui étaient venus pour faire triompher le libre examen [la liberté de conscience] l'étouffaient à la première manifestation de dissidence'. Quelques-uns d'entre eux allèrent jusqu'à se moquer des 'deux papes qui étaient apparus pour ressusciter la lettre et qui l'emprisonnaient après la lutte de Lausanne.' Très vite ces propos se répandirent dans Genève, et firent rire, le peuple ne tarda pas à appeler leurs auteurs des libertins (car ils défendaient la liberté de penser), et le surnom leur resta ; injure qui devait bientôt se propager et dont on allait flétrir tout individu qui jouerait aux dés, qui n'aurait point éteint sa lumière après le signal du couvre-feu, qui boirait pendant les offices, danserait le dimanche, critiquerait les actes du syndic, ou garderait une image [pieuse] au logis.' (J.M. Aulin)." [10]

 

Après la théocratie de l'Ancien Testament, ici, à Genève, se manifeste à nouveau non pas un homme sacré, mais un peuple sacré; le but de l'État et de l'Église devient non plus la sainteté individuelle, mais la sainteté commune. 'Vous êtes un genre élu, une sainteté royale, un peuple saint.' (I P 2:9), dit Calvin aux Genevois. La ville grouille de limiers, dénommés 'Gardiens', dont l'oeil, tel 'l'oeil qui voit tout', pénètre partout (Ordonnances Ecclésiastiques de 1541). On ne juge pas seulement les actes, mais aussi les pensées et les sentiments. Toute tentative, même la plus secrète, de s'élever contre le 'Règne de Dieu', est soumise, en tant que 'trahison envers l'État', aux plus féroces châtiments de la loi: au fer et au feu. Tout le peuple genevois deviendra une sorte de Prisonnier de Chillon, et la Théocratie de Calvin - une ténébreuse prison souterraine dans l'azurée lumière du Léman." [11]

 

Calvin va plus loin que Luther : le salut est offert aux uns, refusé aux autres (Traité sur la Prédestination, 1552). En outre, la volonté humaine est totalement corrompue et l'homme ne peut sortir de cette corruption par aucune oeuvre. Seule la foi peut le sauver. "Ainsi, ... du plus profond pessimisme, le calvinisme débouche sur un certain orgueil, celui d'appartenir à une élite, d'être une sorte de nouveau peuple élu, donc d'être investi d'une mission de régénération du monde.

 

[...] La marque calviniste, même si elle déborde le milieu protestant, est présente dans la manie moderne de tout remettre en question, dans l'interventionnisme moralisateur à propos de tout, [...] dans ce besoin de décerner des bons et des mauvais points aux quatre coins du monde, dans ces discours politiques qui prennent souvent le ton du prêche. [...] Les conformismes qui pullulent aujourd'hui, dont celui du 'politiquement correct', voire du 'sexuellement correct', ne sont pas étrangers à l'influence protestante dans les milieux de la politique ou de l'édition", résume A. Richardt. [12] 

 

De 1541 à 1546 seulement, 76 citoyens sont bannis, et 58 genevois sont envoyés au bûcher par Calvin. [13] Ce qui fait quasiment une personne de la ville envoyée au bûcher tous les mois en cinq ans.

 

Les prisons étaient pleines de délinquants. Aimé Richardt, donne des "exemples de la tyrannie mesquine qu'exerçaient les ministres protestants" à Genève. "C'est ainsi que, en date du 20 mai 1537, nous trouvons : 'Une épouse étant sortie dimanche dernier avec les cheveux plus abattus [plus tombant sur les épaules] qu'il ne se doit faire, ce qui est un mauvais exemple et contraire à ce qu'on évangélise, on fait mettre en prison la maîtresse, les dames qui l'ont menée et celle qui l'a coiffée.'

 

Un autre jour, on saisit à un pauvre diable un jeu de cartes. 'Que va-t-on faire du coupable? Le mettre en prison?' La peine eût été trop douce aux yeux de Calvin. On le condamna donc à être exposé au pilori, son jeu de cartes autour du cou."

 

[...] Les rieurs ne manquèrent pas de protester... L'un demandait 'où le Saint-Esprit avait marqué dans l'Écriture la forme des coiffures des femmes?'. ... Un autre voulait savoir si la barbe de bouc que portait Farel ressemblait à celle d'Aaron !" [14]

 

Dmitri Mèrejkovski donne d'autres exemples de cette tyrannie

- un marchand fort connu, fut condamné à mort pour fornication; il monta sur l'échafaud en remerciant Dieu de ce qu'il allait être exécuté "suivant les lois sévères, mais impartiales de sa patrie";

- Le libertin athée Jacques Gruet fut le premier à être décapité le 26 juillet 1547, après avoir été torturé matin et soir, pendant un long mois, du 28 juin au 25 juillet. Sa tête fut clouée au pilori sur le Champel pendant de longs jours. La flamme des bûchers s'éleva.

Lors de la peste de 1543 à Genève, on brûla quinze sorcières; les sorciers, on les châtiait avec 'une plus grande sévérité' : après des tortures inouïes, on les écartelait ! Plusieurs s'étranglaient dans leur cachot pour échapper à la question.

On brûla également le médecin et ses deux aides de l'hôpital des pestiférés. Le 'Règne de Dieu' à Genève équivalut au règne du diable à Munster.

[...] En novembre 1545, les pasteurs de Genève faisant jeter au feu une de leurs fournées de sorcières, Calvin requit les Conseils de la ville, de 'commander aux officiers de la dicte terre de faire légitime inquisition contre telles hérégies, afin de extyrper telle rasse de la dicte terre.'" [15]

 

En 1555. Deux bateliers, les frères Comparet furent soumis à la question et condamnés à mort. "Je suis certainement persuadé que ce n'est pas sans un spécial jugement de Dieu qu'ils ont tous deux subi, en dehors du verdict des juges, un long tourment sous la main du bourreau" (le fer ayant glissé sur leurs vertèbres). Après l'exécution, les corps des deux frères, suivant la sentence, furent écartelés et l'une des quatre parties de chaque corps, fut clouée au pilori, devant la porte Cornavin, afin que quiconque pénétrait dans la ville sût ce qu'il en coûtait de ne pas se soumettre à la parole de Dieu ou à celle de Calvin.

 

Le 15 septembre 1555, sur le Champel, fut mis à mort ce même Berthelier qui, trois ans auparavant, presque à la veille de l'affaire Servet, avait causé un soulèvement des plus dangereux pour Calvin. Debout au pied de la chaire où prêchait Calvin, des indicateurs observaient la manière dont les gens l'écoutaient.

 

Deux personnes furent arrêtées parce qu'elles sourirent quand quelqu'un tomba, endormi, de son banc; deux autres, parce qu'elles avaient prisé.

 

On jeta en prison celui qui avait dit : "Il ne faut pas croire que l'Église soient pendue à la ceinture de maître Calvin!" On faillit brûler une vieille femme comme sorcière parce qu'elle avait regardé Calvin trop fixement.

 

Calvin est le maître à penser de la cité. "Je vous défends d'obéir au pape, répète-t-il, mais je veux que vous obéissiez à Calvin."

 

Une jeune femme fut condamnée à l'exil perpétuel parce qu'elle avait prononcé en sortant de l'Église : "Il nous suffit bien ce que Jésus-Christ a prêché !" 

 

Deux enfants, qui avaient mangé pour deux florins de gâteaux sur le parvis de l'église, furent fouettés des verges. On était jeté en prison pour la lecture de Amadis; pour le port de chaussures à la mode et de manches à gigots; pour trop bien tresser la chevelure, ce dont Dieu se trouvait 'grandement offensé'; pour un coup d'oeil de travers; pour avoir dansé ou avoir simplement regardé d'autres le faire. Plusieurs personnes qui avaient ri pendant un de ses prêches (de Calvin) furent jetées en prison.." [16] 

 

Le 3 juin 1555. "Ami Perrin fut condamné (ainsi que ceux des libertins qui s'étaient enfuis avec lui, Philibert Berthelier, Michalet, Vernat) par contumace, à avoir 'le poing du bras droit duquel il a intenté aux bâtons syndicaux coupé.' Il sera ensuite décapité puis 'la tête et le dit poing seront cloués au gibet et les corps mis en quatre quartiers (Annales Calviniani, O.C., 21, p. 608)."

 

"Les deux Comparet [...] qui, après avoir eu les têtes décapitées, furent mis en quartiers et les quartiers pendus chacun à une potence, aux quatre coins des franchises de la ville, et la tête d'un chacun d'eux avec l'un des quartiers. [...] L'on ne fit que couper les têtes à (François-Daniel) Berthelier et au Bastard [Claude Genève] sans les écarteler; la tête de Berthelier et son corps demeurèrent au gibet, aussi fut le corps du Bastard, mais sa tête fut clouée à un chevron sur la muraille du Mollard." [17]

 

L'épisode le plus connu de ces dérèglements meurtriers est celui de Michel Servet. Ce médecin aragonais professait publiquement que Dieu n'était pas trinitaire. Ignorant le ressort intime du régime de la ville-église, il eut l'audace d'en discuter avec le maître qui l'envoya brûler en 1555.

 

À Genève, les protestants, jaloux des progrès du catholicisme, ont formé, d'un commun accord, une ligue ou association dans laquelle ils prennent l'engagement:

 

de ne rien acheter des catholiques;

de ne les employer à aucun travail, et de chercher ainsi à les réduire à la plus complète indigence;

de faire en sorte que les protestants obtiennent seuls les charges et les emplois.

 

Le calvinisme en France et en Europe: un siècle de révoltes, de séditions et de pillages commis par les Huguenots

 

Le massacre de Vassy en 1562, selon la narrative protestante, déclencha les "guerres de religion".

 

Mais de 1559 à 1562, de nombreux catholiques furent massacrés par les Huguenots, et cela, la narrative de la repentance n'en parle pas.

 

Or, "c'est de la même manière [qu'en Angleterre] que le calvinisme a tenté de s'introduire en France.

Pendant plus d'un siècle, l'histoire de notre patrie ne retentit que de révoltes, de séditions et de pillages commis par les huguenots, partout où pénétraient leurs prédicants. Toute cette période n'est qu'un tissu de désordres, de perfidies, de cruautés! Et il n'y a point lieu de s'en étonner, puisque Calvin prêchait hautement qu'il fallait jeter à bas les rois et les princes qui ne voulaient pas embrasser le protestantisme, et leur cracher au visage plutôt que de leur obéir.

 

En 1560, la conspiration ou "Conjuration d'Amboise" vit les calvinistes révolutionnaires sous les ordres de Coligny, et selon le plan de La Renaudie, former le projet d'enlever dans son palais le roi de France encore enfant, François II selon le plan de La Renaudie, et de convoquer les états généraux et proclamer les Bourbons. Ayant manqué leur coup (la conjuration fut éventée par le Cardinal de Lorraine), ils s'emparèrent d'Orléans, dévastèrent les bords de la Loire, la Normandie, l'Île de France, et particulièrement le Languedoc, où ils commirent cruautés et profanations plus odieuses les unes que les autres. 

Le duc de Guise devança La Renaudie qui fut tué au moment où il rassemblait ses bandes. Par cette aventure, le parti protestant qui s’était mis en tort grave, fut sévèrement réprimé par le duc de Guise. Le prince de Condé fut condamné à mort (il ne sera sauvé que par la mort de François II, et l’avènement de son frère Charles IX.) Ce fut alors que Catherine de Médicis confia la charge de Chancelier de France (garde des sceaux et Premier ministre) au sage Michel de l'Hospital, qui prévint l'introduction de l'Inquisition en France et tenta aux états généraux d'Orléans, en décembre 1560, de rapprocher les partis (Édit de Janvier ou édit de tolérance de Saint-Germain 1562.

 

En France, le 7 janvier 1562 l'édit de tolérance de Saint Germain (ou Edit de janvier) donnait liberté de culte aux réformés.

 

Les protestants obtinrent le droit de pratiquer publiquement leur culte : droit de se réunir à l'extérieur des villes fortifiées.

 

La paix dite de Saint–Germain consacrait l’influence de Coligny et provoqua en fait le début des guerres de religion de 1562 à 1598, et à 1629 - Paix d’Allès (en d’autres pays elles ne cesseront qu’en 1648). C'est que paradoxalement, l’édit de tolérance de 1562 attisa la haine entre les deux communautés. Le Parlement de Paris refusa de ratifier l'Édit de Janvier. Protestants et catholiques se tinrent sur le qui-vive, prêts à en découdre. On estime que plus d'un tiers de la noblesse française est à ce moment acquise au protestantisme. Les tensions entre les deux communautés ont été avivées par la rivalité entre la famille catholique des Guise et celle, protestante, des Condé.

 

Les protestants qui criaient à la persécution, prirent les armes en mars 1562 : la véritable guerre civile commençait, et c'est un manifeste du prince de Condé qui l’ouvrit.

 

François de Guise (catholique) avait pour lui Paris qui restera jusqu’au bout catholique, et la résistance passionnée de la capitale annonçait l’échec de la nouvelle religion, car déjà la France ne pouvait plus être qu’à l’image de Paris.

 

C'est le début des "guerres de religion". Elles dureront plus de trente ans. 

 

Des villes - Orléans, Poitiers, La Rochelle, Caen, Le Havre, Dieppe, Rouen... - tombèrent, puis furent reprises. La reine Elisabeth d'Angleterre subventionna les protestants "français", et convint d'un secours de six mille hommes envoyé sur le continent, moyennant la livraison du Havre et la restitution de Calais... [18]

Les informations suivantes sont tirées du livre de Jean Guiraud, Histoire partiale histoire vraie, tome II, Moyen Age – Renaissance – Réforme, 4° édition, Gabriel Beauchesne & Cie Editeurs, Paris 1911, p. 345 :

 

"L'intolérance protestante s'est attaquée aux monuments religieux, aux statues et en général aux œuvres d'art, […] la mutilation des églises, martelages au point de bas reliefs, destruction des trésors avec leurs collections artistiques ou archéologiques, statues mutilées ou décapitées, disparition ou destruction de richesses d'orfèvrerie accumulées dans les sacrisities, destruction des boiseries, stalles de chœur, salle capitulaire 'ouvréees et maniérées' (Aubeterre, mai 1562), magnifiques vitraux du XIIIe siècle, cassés et brisés à coups de bâtons, destruction d'un des plus bels orgue du royaume (Cathédrale St Germain d'Auxerre en 1567), manuscrits, parchemins précieux, riches miniatures et livres saints brûlés, destruction d'un grand nombre de châsses et reliquaires, profanations des sépulcres et des corps (cathédrale d'Angoulême en mai 1564 où les corps de messire Jean et Charles, comtes d'Angoulême, aïeul et bisaïeul du roi, furent mis à l'air et découverts, et celui dudit comte Jean, trouvé entier, ils lui avaient coupé la tête et massacré son corps en plusieurs endroits à coups de dague…), dispersion des reliques des saints Ausone, Aptone, Cybard, Groux, Fredebert, etc. (FOURGEAUD, Origine et introduction du protestantisme à Angoumois, p. 115-117.), reliques jetées au vent ou confondues avec les ossements des animaux, sépultures violées (Lyon, avril 1562, tombe au pouvoir des protestants. C 'est le sac d'une ville prise d'assaut)

 

"[…] C'est par fanatisme religieux plutôt que par de légitimes représailles que les réformés de toute confession ont multiplié les actes de vandalisme. La vraie raison de ces mutilations d'églises,[…] c'est que, au XVIe et au XVIIe siècle, tout protestant se doublait d'un iconoclaste.

 

[…] Trente ans avant les guerres de religion, les premiers huguenots français brisaient dans les rues de Paris les images vénérées de la Vierge. Leurs maîtres, les prédicateurs de la Réforme, leur en faisaient un devoir.

 

[…] Thédore de Bèze, le plus fidèle élève de Calvin, s'élevait surtout contre les crucifix qu'il avait en abomination et dont il eût voulu que les autorités chrétiennes ordonassent la destruction. Zwingle demandait encore la démolition des églises pour mieux anéantir le catholicisme. "Quand on détruit leurs nids, disait-il, les cigognes ne reviennent plus !"

 

Un grand nombre des profanations, actes de vandalisme et meurtres que nous signalons ont été commis avant le massacre de Vassy (1er mars 1562), au cours duquel une cinquantaine de protestants furent tués, qui aurait attiré aux catholiques les naturelles représailles des "réformés" et déclenché les "guerres de religion" :

 

Paris. Le 31 mai 1528, nuit de la Pentecôte, les huguenots abattirent la tête d'une figure de la Vierge, dans le mur de la rue des Rosiers qui faisait coin de la rue des Juifs; ils rompirent aussi la tête de l'enfant qu'elle tenait, les jetèrent toutes les deux derrière des pierres, donnèrent quelques coups de poignard dans la robe de la statue et plongèrent son couvre-chef dans la boue…. Elle fut remplacée par une image d'argent à l'issue d'une cérémonie de réparation. Celle-ci fut dérobée en 1545; on en mit une en bois, qui fut brisée en 1551; on en mit une quatrième de marbre (DOM LOBINEAU, Histoire de Paris, II, p. 983-985.)

Près de la rue Saint-Martin, une image de la Vierge et deux autres de Saint Fiacre et de Saint Roch furent défigurées dans la nuit du samedi 21 mai 1529; les protestants leur crevèrent les yeux…. (ibid., p. 988.)

La nuit du 8 au 9 septembre 1554, une image de la Sainte Vierge qui était devant l'hôtel de Châlons fut mise en pièces; une autre de Notre-Dame de Pitié, qui était auprès, fut lacérée de coups de poignard (ibid., p. 988.)

En 1562, les huguenots profanent l'église Saint-Médard (LEBOEUF, Histoire de la ville et du diocèse de Paris, ed. 1883, I, p. 257.)

Dans la nuit du 17 au 18 octobre 1534, ils affichèrent à Paris et en Province des placards violentes contre les catholiques. Ils y traitaient de menteurs et blasphémateurs "le pape et toute sa vermine de cardinaux, d'évêques et de prêtres, de moines et autres cafards,…" et annonçaient "que leur règne serait détruit à jamais" (LAVISSE, Histoire de France, V, partie I, p. 380.) Les pamphlétaires huguenots prêchaient la destruction du catholicisme et demandaient à François Ier de la proclamer ! à l'exemple des princes luthériens de l'Allemagne, ses alliés.

 

Les actes de vandalisme avant le "Massacre de Vassy" en 1562, n'étaient pas particulier à la France. Partout où "la Réforme" avait eu des succès, elle les avait multipliés : Allemagne, Pays-Bas, Flandre, Suisse, Autriche, Angleterre, etc.

 

Augsbourg. En 1528, Michel Cellarius fait briser les images. En janvier et février 1537, le Conseil abolit le catholicisme, s'empare de force de la cathédrale, des églises, des couvents; il ordonne la destruction des autels et des tableaux…; tous les autels et statues de pierre furent enlevés. Le chapitre écrivait à Charles-Quint que "les tableaux qu'il eût fallu respecter, rien que par égard pour leur antiquité et pour l'amour de l'art," avaient été en grande partie détruits, les épitaphes et les mausolées brisés et dispersés. (JANSSEN, L'Allemagne et la Réforme, Plon, tome III, Paris 1889-1905, in 8°, p. 107, 370.)

 

Strasbourg (1528). A l'instigation du disciple de Luther, Bucer, la cathédrale est saccagée… On y brise 50 autels, des tableaux, des croix… On fait servir aux travaux de fortification les pierres tombales enelvées aux églises… JANSSEN, L'Allemagne et la Réforme, Plon, tome III, Paris 1889-1905, in 8°, p. 105.)

 

Paris (1534). Dans la nuit du 17 au 18 octobre 1534, des placards, sortis des presses de Neuchâtel en Suisse furent affichés à Paris, dans certaines grandes villes et jusque sur la porte de la chambre du roi à Amboise. Paris se réveille avec des statues de la Vierge brisées, et un placard contre la messe cloué jusqu'à la porte de la chambre royale (affiches apposées contre le culte des Saints, contre l’Eglise et contre le pape). L'auteur des textes, le pasteur Antoine Marcourt, n'y allait pas de main morte. Il qualifiait de diabolique la doctrine eucharistique de la transsubstantiation, selon laquelle, sous les espèces matérielles du pain et du vin, le corps et le sang de Jésus étaient réellement présents (Présence réelle). Avec ce "Dieu de pâte", dénonçait-il, le clergé romain exploite la crédulité du "pauvre peuple". Il raillait la messe papale, parodie odieuse de la "sainte Cène de Jésus-Christ". Or, l'eucharistie est le cœur même de la vie de l'Église, bâtie autour de ce mystère depuis les temps apostoliques. Le roi avait jusque-là fait preuve d'une grande ouverture d'esprit, n'hésitant pas à s'allier avec les protestants d'Allemagne. La répression fut violente avec 40 luthériens brûlés vifs tandis que s’enfuyait Jean Calvin. En représailles de cette "affaire des placards", le roi François Ier ordonna la chasse aux hérétiques. Une grande procession expiatoire fut décidée de Saint-Germain-des-Près à Notre-Dame: tête nue, vêtu de noir, un cierge à la main, le roi suivit les reliques de la Sainte-Chapelle, dont la couronne d'épines et le morceau de la Vraie Croix. Toute la catholicité du royaume fut convoquée, la reine, ses filles, les cardinaux, les archevêques et évêques, les ordres mendiants, le clergé local avec ses bannières, l'Université, les chanoines, les chantres... Après quelques années de répit, l'intolérance religieuse reprit le dessus.

 

Le calvinisme. Un autre courant réformateur allait prendre en France plus d'ampleur que le luthéranisme. Ses idées connurent en France un grand succès, suivi de violences abominables, dignes des temps barbares. Pendant ce temps, Genève, sous l'influence des prêches incandescents de Guillaume Farel, avait basculé dans le protestantisme et interdit le culte catholique sur son territoire. En 1541, la république y était proclamée sous le nom de seigneurie de Genève. Calvin s'y installa en maître incontesté et transforma les institutions en une dictature théocratique (interdictions des jeux de cartes, de l'ivrognerie ou de l'adultère, suivies de pendaisons, décapitations et bûchers pour les dissidents.).

 

Bergerac. Le 16 janvier 1544, les huguenots entrent aux couvents des Carmes, et des Cordeliers, dont ils emportent les croix, calices, encensoirs. Le 10 juillet, ils brisent la statue de Notre-Dame du Pont particulièrement vénérée par les matelots. Plus tard, ils détruisent l'église du prieuré de Sainte-Catherine de Mercadil (NEYRAC, Les geurres de religion dans nos contrées, p. 25.)

 

Lubéron. En 1545, les Vaudois du Lubéron, qui avaient adhéré à la réforme calviniste, prirent les armes, sous la direction d'un chef fanatique, Eustache Marron. En réponse aux attaques et aux pillages, le baron d'Oppède, Jean Maynier, premier président du parlement d'Aix, déclencha la répression: vingt-trois villages furent rasés, des centaines de personnes de toutes conditions furent égorgées.

 

Toulouse. En 1547, les huguenots troublaient les cérémonies du culte catholique; la veille de Noël 1547, ils faisaient irruption dans l'église Saint-Pierre en tenant un lièvre embroché et en criant à tue-tête : Christus natus est ! Le 29 mars suivant, ils empêchaient une procession et un sermon. Cinq ans plus tard, en 1553, les Etats du Languedoc signalaient la destruction d'un grand nombre de croix dans toute la province; et deux après, des statues de saints étaient mutilées à Toulouse (1555.) Après la mort d'Henri II (1559), l'audace des huguenots augmente en Languedoc et ils s'emparent par la force de beaucoup d'églises catholiques pour en faire des prêches protestants. (Jean Guiraud, Histoire partiale histoire vraie, tome II, Moyen Age – Renaissance – Réforme, 4° édition, Gabriel Beauchesne & Cie Editeurs, Paris 1911, p. 391.)

 

Nîmes. En 1548, les protestants brûlaient, dans la cathédrale de Nîmes, un tableau représentant la sainte Vierge (BOREL, Histoire de la réforme à Nîmes.)

 

Le 29 septembre 1560, le prédicant huguenot Guillaume Maugé, à la tête des huguenots, s'empare de l'église paroissiale Saint-Jacques du Capitole, brise les images, renverse les autels et en fait un temple (Histoire du Languedoc, XI, p. 330.) Le dimanche 21 décembre 1561, les huguenots au nombre de deux mille, envahissent la cathédrale pendant l'office pontifical, renversent les autels, pillent les vases sacrés, brisent les images. Ils en font autant chez les Carmes, les Jacobins, les religieuses de Saint-Sauveur et de Sainte-Claire. L'après-midi, ils allument un grand feu devant la cathérale et brûlèrent les archives, les tableaux, les reliques, les ornements, les saintes hosties. On fait de même dans toutes les églises des environs (Histoire du Languedoc, XI, p. 371.) Du 2 au 12 février 1562, le pastreur Viret préside un synode protestant de 70 ministres; ils décident qu'on démolira toutes les églises de la ville et du diocèse. Le 25, à la suite d'une nouvelle assemblée du synode, au signal de la cloche de l'Hôtel-de-Ville, on pille toutes les églises de Nîmes et on détruit les tableaux qui restent. La cathédrale était un grand monument à trois nerfs, rebâti sous Urbain II (XIe siècle). Il n'en resta que la façace (Histoire du Languedoc, XI, p. 374-375.) L'église Sainte-Eugnénie fut transformée en un magasin de poudres (Histoire du Languedoc, XI, p. 686.)

 

Bretagne. En 1558, quatre ans avant l'échauffourée de Vassy, "les catholiques bretons étaient chassés de leurs propres églises et la messe était transformée de force en prêche protestant !" (Jean Guiraud, Histoire partiale histoire vraie, tome II, Moyen Age – Renaissance – Réforme, 4° édition, Gabriel Beauchesne & Cie Editeurs, Paris 1911, p. 390.)

 

Dauphiné. En 1559, les huguenots de Valence s'emparèrent par la force de l'église des Cordeliers. "Tous ceux de leur parti s'y rendirent en foule; la plupart étaient armés…, si on leur en voulait faire, comme ils disaient (31 mars). Les seigneurs des environs, Claude de Miribel et Jean de Quintel, leur prêtèrent main forte. On opéra de la même manière à Romans et à Montélimar. Dans cette dernière ville, l'église des Cordeliers fut transformée en un prêche protestant, grâce à l'intervention armée des seigneurs de Montbrun, de Saint-Auban, de Vesc, de Compset et de Candorce. Ces nobles "avaient tellement abattu le courage des catholiques, par leur autorité et par leur nombre, que ceux-ci n'osaient même prendre la liberté de se plaindre ni de parler pour leur religion…. Ils commencèrent à exhorter leurs sujets de changer de religion comme eux, et leurs paroles n'ayant pas un assez prompt effet, ils les contraignirent de le faire par les mauvais traitements et par les menaces. Mais Montbrun fut le plus violent de tous: il avait appelé de la ville de Genève des ministres qui prêchaient dans son château et forçait ses sujets à coups de bâton de les venir ouïr" (Nicolas Chorier, Histoire générale de Dauphiné, 1672, p. 542-545.)

 

Bearn (Noël 1560) Jeanne d'Albret, reine de Navarre, se déclare protestante, elle fait dresser l'inventaire de tous les biens ecclésiastiques de la Navarre et du Béarn, puis les confisquent ! les églises devinrent des temples, le culte protestant est le seul permis, le culte catholique est interdit.

 

Languedoc. 1560. Le 15 décembre à Carcassonne, les calvinistes renversent et traînent dans la boue, à travers les rues de la ville, une statue de la sainte Vierge, "la corde au col"; une procession expiatoire ayant été faite à cette occasion par les catholiques, une émeute a lieu mettant aux prises les deux partis. Bientôt, des bandes protestantes armées parcourent tout le Languedoc, pillant sur leur passage les sanctuaires et les maisons des catholiques; le 13 juillet 1560, six cents huguenots de Montauban marchent sur Saint-Antonin dont ils brûlent les églises. Après une violente émeute qui éclate le 19 octobre 1561, […] le culte catholique est aboli dans toute la ville et un prêche est établi dans le palais épiscopal. Des émeutes du même genre font tomber aux mains des calvinistes les villes de Montauban, Nîmes, Lunel, Gignac, Sommières, Négrepelisse, Alais, Castres, Rabastiens, Annonay, etc. et partout ils interdisent l'exercice du culte catholique; à Castres, ils conduisent de force les religieuses clarisses aux prêches des ministres (tous ces faits sont empruntés à l'Histoire du Languedoc, note de J. Roman, tome XII, p. 71-89.)

 

Orange. En septembre 1561, avec la complicité du prince, les huguenots convertissent en temples la grande église Notre-Dame et l'église des Jacobins, après avoir renversé les autels, brûlé les crucifix et les images de la Sainte Vierge qui étaient au coin des rues, ravi les croix, les calices, les châsses d'argent des corps des saints Eutrope et Florent, évêques de la ville (BOUCHE, Histoire de Provence, II, 633.)

 

Montauban. En Juillet 1561, les huguenots s'emparent des églises des Cordeliers et de Saint-Louis; en octobre, ils ravagent toutes les autres églises excepté la cathédrale qui était bien défendue (Histoire du Languedoc, XI, p. 372.)

 

Montpellier. Le 24 septembre 1561 (six mois avant Vassy), les protestants prennent les armes, s'emparent de Notre-Dame des Tables, l'église devient le temple de "La Loge"…

 

Le 19 octobre suivant, ils assiègent les catholiques réfugiés dans la cathédrale Saint-Pierre. Les catholiques ayant capitulé, la cathédrale est pillée avec une fureur extrême, les autels sont renversés, les retables, tableaux, images, statues sont mis en pièces. Cette église que son fondateur, Urbain V, avait merveilleusement ornée au XIVe siècle, fut entièrement saccagée en sept heures.

 

"Dans ses rapports au roi, M. de Joyeuse, lieutenant général du Languedoc, décrivait la terreur que les bandes protestantes faisaient régner dans toute la province. […] Le 24 octobre (1561), il écrivait:

 

"A Montpellier, deux mille hommes armés sont entrés par la force dans l'église Saint-Pierre, et après l'avoir pillée, ont tuée vingt-cinq à trente personnes dans ladite église et, entre autres, quelques chanoines et deux prêcheurs qui prêchaient tous les jours, et ayant fait cela, ils sont allés piller tous les couvents, jusqu'à tirer hors de la religion les religieuses réformées…."

(Jean Guiraud, Histoire partiale histoire vraie, tome II, Moyen Age – Renaissance – Réforme, 4° édition, Gabriel Beauchesne & Cie Editeurs, Paris 1911, p. 358 et 393 sur les morts.)

"Ce n'était pas seulement en Languedoc que les huguenots essayaient de détruire par la force le catholicisme; leurs émeutes, leurs pillages, leurs profanations se répétaient, de la même manière, dans toutes les provinces du royaume." (ibid., p. 393.)

 

Toutes les églises, chapelles, de Montpellier, au nombre de soixante, furent pillées. Le 26 octobre, on recommença et on pilla les églises des Carmes, des Augustins, des Cordeliers et des Jacobins qui étaient hors la ville. "En moins de huit jours, les messes furent abolies, les prêtres chassés, les ornements, les livres d'église et les reliques brûlés, déchirés, dissipés, les images et les croix brisées." On agit de même peu de temps après,… à Lunel, Gignac, Sommières et dans plusieurs autres villes de la province (Histoire du Languedoc, XI, p. 363-364.)

 

En novembre (1561), les protestants, maîtres absolus de Montpellier mirent en pièces tous les anciens tombeaux qui étaient dans les églises, en déterrèrent les corps et les ossements qu'ils abandonnèrent à la merci des chiens (Histoire du Languedoc, XI, p. 365.)

 

Agen. A la fin de 1561, les huguenots pillent les couvents des Augustins, des Carmes et des Cordeliers, détruisent les autels dont les débris furent brûlés de la main du bourreau. Les jours suivants, on en fit de même aux couvents de femmes (GAULLIEUR (protestant), Histoire de la Réformation à Bordeaux, I, 337.)

 

Bourges. L'émeute le dimanche 17 août 1561 entre quatre et cinq heures du soir… En un instant, il y a plus de deux mille combattants sur les remparts, "tous armés de garrots, de pistollets, de pierres et autres ferremens." […] Forcés de battre en retraite, les catholiques se replient sur la ville. Toute la lutte se concentre autour du portail de Bourbonnoux. L'on se bat avec une telle fureur sous la voûte "qu'il s'en fût ensuivi une telle effusion de sang" si le poste n'eût réussi à fermer les portes pour séparer les combattants (De Brimont, Les XVIe siècle et les guerres de religion en Berry, t. I, chap. 3.) (p. 396.)

 

Bazas. A la fin de 1561, les protestants mettent en pièces les statues de toutes les églises, les orgues, les vases sacrés, les ornement sacerdotaux (GAULLIEUR, (protestant), Histoire de la réformation à Bordeaux, I, p. 115-117.)

 

Castres. Le 31 décembre 1561 et le 1er janvier 1562, les protestants détruisent les images et les autels de la cathédrale Saint-Benoît et de toutes les autres églises de la ville; le 2 février, on brûle tous les ornements sacerdotaux de l'église des Mathurins (Histoire du Languedoc, XI, p. 373.)

 

Saint-Paul-Trois-Châteaux. Les huguenots, en 1561, pillent l'église, prennent les croix, calices et ornements et brûlent les reliques de saint Restitut (BOUCHE, Histoire de Provence, II, 633.)

 

Vienne. En mars 1561, quarante huguenots armés brisent, la nuit, les statues du portail de la cathédrale. Ils en font autant à Saint-Pierre, Saint-Martin et Saint-André-le-Haut (NICOLAS CHORIER, Histoire du Dauphiné, I, 553.)

 

Valence. En 1562, les protestants mettent le feu aux églises, brûlent les images et battent les autels (BOUCHE, Histoire de Provence, II, p. 638.)

 

Toulouse. En mai 1562, les huguenots essaient de prendre Toulouse, ils réussissent à en occuper une grande partie. Ils s'emparent de l'église Saint-Paul qu'ils mettent au pillage, tentent d'en faire autant de la cathédrale Saint-Etienne et de la Daurade. Le 14 mai, ils visent à coups de canon les clochers des Augustins, des Cordeliers, des Jacobins, de Saint-Sernin; […] Ils prennent d'assaut les couvents de Saint-Orens, des Cordeliers, de la Merci, de Saint-Antoine, des Béguines, des Augustines, l'église paroissiale de Notre-Dame du Taur, les églises de Saint-Pantaléon et de Saint-Quentin. Ils enlèvent les objets précieux de ces églises. Le 15 mai, ils échouent devant Saint-Sernin, mais prennent et saccagent l'églises des Chanoinesses de Saint-Sernin (Histoire du Languedoc, XI, p. 387 et suiv.)

 

Vendôme. En mai 1562, Jeanne d'Albret…, reine protestante de Navarre, s'empara de vendôme et laissa ses soldats piller la collégiale de Saint-Georges, profaner les tombeaux, briser les statues et les autels… L'orgue, qui avait été construit en 1487, fut détruit et ses tuyaux d'argent enlevés. La reine fit briser les tombeaux des Bourbons, aïeux de son mari (Antoine) et même celui de son beau-père… (METAIS, Jeanne d'Albret et la spoliation de l'église Saint-Georges de Vendôme.)

En même temps, Jeanne d'Albret fit piller un grand nombre d'églises du Vendômois, celles de Saint-Sauveur, de l'Etoile, de Notre-Dame de Villethion.

 

Poitiers. En 1562, les huguenots pillent l'église et l'abbaye de Saint-Hilaire. Ils saccagent la "fameuse bibliothèque et librairie dudit lieu qui était munie de si grand nombre de bons et anciens livres, tant grecs, hébreux que latins, et où de toutes parts, les gens doctes accouraient pour en tirer quelque chose".

 

Le Puy. En 1562, le baron des Adrets avec une troupe de protestants, pille le faubourg de l'Aiguille et les autres faubourgs du puy, saccage les églises des Carmes, des Cordeliers, des Jacobins (Histoire du Languedoc, XI, p. 413.)

 

"La raison de ces troubles est facile à comprendre. Tant que François Ier avait subi l'influence de leur protectrice, Marguerite de Valois, sa sœur, les protestants avaient espéré gagner le gouvernement royal à leurs doctrines et, par le bras séculier, devenu huguenot, les imposer de force à la France. Mais, dans les dernières années de son règne, soit qu'il cédât au Parlement, gardien des traditions catholiques et gallicanes du pays, soit qu'il redoutât lui-même le triomphe du protestantisme, François Ier se montra fidèle catholique; son fils, Henri II (1547-1559), accentua encore ce zèle en faveur de la religion nationale et il le prouva en sanctionnant les mesures de rigueur prises par le Parlement contre les protestants. Ceux-ci changèrent alors de tactique ! Et, le coup de force contre les catholiques qu'ils avaient tout d'abord espéré de l'Etat, ils essayèrent de l'accomplir eux-mêmes : au lieu de la loi générale qui aurait aboli la messe (comme en Angleterre ou en Suisse), confisqué les biens du clergé, forcé les prêtres et les fidèles à l'apostasie, comme cela s'était produit en Allemagne, en Angleterre, en Suisse, en Suède, en Norvège et Danemark, ils essayèrent de supprimer en détail le culte catholique, profitant de toutes les occasions qui paraissaient s'offrir à leur fanatisme" (Jean Guiraud, Histoire partiale histoire vraie, tome II, Moyen Age – Renaissance – Réforme, 4° édition, Gabriel Beauchesne & Cie Editeurs, Paris 1911, p. 388-389.)

 

1er mars 1562 : le Massacre de Vassy en Champagne, (23 morts et plus de cent blessé : LAVISSE, Histoire de France, t. IV, p. I, p. 58-59, in Jean Guiraud, Histoire partiale histoire vraie, tome II, Moyen Age – Renaissance – Réforme, 4° édition, Gabriel Beauchesne & Cie Editeurs, Paris 1911, p. 402) par des soldats du duc de Guise, contre 200 Huguenots qui célèbrent leur culte dans une grange.

 

"Or, il (le massacre de Vassy) fut précédé de massacres de catholiques et d'excès de toutes sortes commis sur plusieurs points du territoires par les huguenots. Excitées par "les appels sauvages" de leurs pamphlétaires, les passions protestantes 'faisaient rage dès 1560.'

 

Dans les provinces du Midi surtout, il y avait des prêches en armes, des pillages, saccagements d'églises, des courses, des combats entre les bandes huguenotes et les troupes royales. […] En 1561, les huguenots avaient saccagé l'église saint-Médard et plusieurs autres.

 

Dans un certain nombre de villes du Languedoc, ils s'étaient emparés à main armée de plusieurs églises : à Montauban, Béziers, Castres, Nîmes, ils avaient interdit tout culte catholique, arraché les religieuses de leurs couvents et forcé ces innocentes victimes à assister aux prêches; à Montauban, il y avaient poussé le peuple à coups de fouet et de nerfs de bœufs.

 

Ceux qui avaient essayé de résister avaient été mis en prison et fouettés jusqu'au sang; plusieurs mêmes avaient expiré sous les coups.

 

Il n'y eut pas à Vassy un "massacre" de protestants; mais […] une bagarre sanglante, une échauffourrée où il y eut des morts des deux côtés, Guise lui-même étant blessé par les protestants" (ibid. p. 403.)

 

"[…] Les guerres de religion étaient déjà commencées avant le massacre de Vassy. […] On vit des bandes ou plus exactement de vraies armées protestantes organisées, dès 1559, 1560, 1561, c'est-à-dire un an, deux ans, trois ans auparavant, dans toute l'étendue du territoire, occupant de force les églises, saccageant les villes, promenant la dévastation dans les campagnes. […] Qu'étaient-ce donc que ces émeutes suscitées délibérément par les protestants, ces rixes et ces batailles sinon des guerres de religion ? […] Et le tableau que Ronsard (Discours des misères de ce temps adressé à la reine régente Catherine de Médicis) et Mézeray nous ont tracé de la France en 1562, nous montre qu'elle était livrée depuis longtemps aux luttes à main armées des factions politiques et religieuses." (p. 404.)

 

Après 1562, à Montauban, à Castres, à Béziers, à Nîmes (la "Michelade" en 1567), à Montpellier, dans le Béarn, les grands prôneurs de la "tolérance" interdirent, sous les peines les plus rigoureuses, tout exercice du culte catholique.[19]

 

La Michelade est le nom donné au massacre le jour de la Saint-Michel, le 29 septembre 1567, à Nîmes, de quatre-vingts à quatre-vingt-dix catholiques (moines, clercs) par des émeutiers protestants.

 

Tel est à peu près le traitement que les protestants firent subir à toutes les villes qui tombèrent en leur pouvoir: églises profanées, vol de vases sacrés, prêtres ou religieux chassés ou tués, atrocités les plus barbares jointes aux sacrilèges les plus abominables. [20]

 

Les persécutions et les dévastations dont les prétendus "réformés" se rendirent coupables à partir de 1560 anticipèrent sur ceux commis pendant la Révolution dite "française". Le prince de Condé avait appelé à son secours 18 000 reîtres du prince - protestant - Casimir d'Allemagne. Ils restèrent dix-huit jours dans la région de Vichy.

 

Une tentative monarchique d'éliminer quelques chefs huguenots dont l'amiral de Coligny, à Saint-Barthélémy (24 août 1572) tourna à une succession de massacres à Paris d'abord puis en province.

 

Au total, il y eut peut-être 3000 victimes à Paris et 7 ou 8000 dans le reste de la France. Nombre de familles huguenotes partirent se réfugier à Genève. [21]

 

Le royaume n'allait pas devenir protestant, mais le protestantisme disposait désormais de solides assises territoriales, de la Saintonge au Dauphiné en passant par le Languedoc.

 

En 1576, ils ruinèrent le village d'Escolles.

La plupart des maisons avec leurs dépendances furent livrées aux flammes.

La tour sainte et le château d'Escolles furent anéantis

Dix hommes furent massacrés

Une femme indignement mise à mort

Tous les biens et les animaux furent pillés

 

Le chroniqueur qui nous décrit ce désastre signale que seules cinq maisons furent épargnées. C'était au début de l'an 1576 (Abbé Alain Delagneau, Douze siècles de tradition catholique au Pointet, Fideliter Novembre-décembre 2001, n° 144, p. 16.)

 

A la fin du siècle, tandis qu'Elisabeth avait établi l'Eglise d'Angleterre et marginalisé un catholicisme criminalisé, les "réformés" français n'avaient pas réussi à faire de la France un royaume protestant mais bénéficiait grâce à l'édit de Nantes (1598) d'un statut privilégié.

 

L'affrontement se poursuivit aux Pays-Bas de 1566 à 1648, puis, dans le Saint-Empire, la guerre de Trente Ans de 1618 à 1648.

Les atrocités commises par les protestants aux Pays-Bas

 

On ne saurait lire, sans frissoner d'horreur, les atrocités commises par les Hollandais pour étendre le protestantisme dans les Pays-Bas, et particulièrement les tortures et les supplices auxquels eut recours le zèle religieux des envoyés du prince d'Orange, Lamark et Sonoi... Ce dernier était passé maître dans l'art de tourmenter les corps pour perdre les âmes. Voici la description qu'une plume protestante et hollandaise nous a laissée des moyens employés par ce tigre pour martyriser les catholiques fidèles à leur religion:

 

"Les procédés ordinaires de la torture la plus cruelle, écrit Kerroux, ne furent que les moindres tourments qu'on fit endurer à ces innocents. Leurs membres disloqués, leurs corps mis en lambeaux par les coups de verges, étaient ensuite enveloppés dans des linges trempés d'eau-de-vie auxquels on mettait le feu, et on les laissait dans cet état jusqu'à ce que leur chair noircie et ridée laissât voir à nu les nerfs sur toutes les parties du corps.

 

"Souvent on employait jusqu'à une demi-livre de soufre pour leur brûler les aisselles et les plantes des pieds. Ainsi martyrisés, on les laissait plusieurs nuits de suite étendus sur la terre sans couverture, et à force de coups, on chassait loin d'eux le sommeil. Pour toute nourriture, on leur donnait des harengs et d'autres aliments de cette espèce propres à allumer dans leurs entrailles une soif dévorante, sans leur accorder seulement un verre d'eau, quelque supplice qu'on leur fit endurer. On appliquait des frelons sur leur nombril. Il n'était pas rare que Sonoi envoyât au service de cet épouvantable tribunal un certain nombre de rats qu'on plaçait sur la poitrine et sur le ventre de ces infortunés, sous un instrument de pierre ou de bois façonné pour cet usage et recouvert de combustibles. On mettait ensuite le feu à ces combustibles, et on forçait ainsi ces animaux à ronger les chairs de la victime et à se faire un passage jusqu'au coeur et aux entrailles. Puis on cautérisait ces plaies avec des charbons allumés, ou bien on faisait couler du lard fondu sur ces membres ensanglantés...

 

"D'autres horreurs plus dégoûtantes encore furent inventées et mises à exécution avec un sang-froid dont on pourrait à peine trouver des exemples parmi les cannibales; mais la décence nous interdit de continuer." (M. Kerroux, Abrégé de l'histoire de Hollande, t. II, p. 319, cité in Mgr de Ségur, Causeries sur le protestantisme d'aujourd'hui, Libraie Saint-Joseph, Tolra libraire-éditeur, Rennes 1894, rééd. Editions Saint-Rémi, p. 175-176.)

 

Partout où il domine, le protestantisme se montre l'ennemi acharné et l'aveugle destructeur des catholiques

 

"Ce que la tolérance protestante a fait en Angleterre, ce qu'elle a voulu faire en France et en Hollande, elle le fait encore en 1894 en Suède. Là aussi, la "Réforme" s'est établie par la violence et par le sang, et les lois religieuses de ce pays ont conservé toute la barbarie que comporte l'esprit de notre siècle. En cette année, plusieurs familles viennent d'être condamnées à l'exil et dépouillées de tous leurs biens uniquement pour avoir embrassé la foi catholique. En Norvège, en Danemark, en Prusse, à Genève, partout où il domine, le protestantisme se montre l'ennemi acharnée et l'aveugle destructeur des catholiques. Ayant là ses coudées franches, il dédaigne tous ces ménagements hypocrites qui lui donnent si souvent chez nous l'apparence de la modération; il dit hautement ce qu'il veut et ce qu'il espère.

 

Poursuite des exécutions de sorcières en Suisse protestante jusqu'en 1782 

 

Au Synode protestant de Brême (Allemagne), un pasteur d'Elberfeld, M. Sangler, s'écriait, en parlant du Pape et des Religieux de la Compagnie de Jésus:

 

"Des autorités protestantes ne doivent pas souffrir qu'ils existent, encore moins doivent-elles supporter qu'ils soient libres." (Mgr de Ségur, Causeries sur le protestantisme d'aujourd'hui, Libraie Saint-Joseph, Tolra libraire-éditeur, Rennes 1894, rééd. Editions Saint-Rémi, p. 176-177.)

 

Alors même que les princes-évêques de Bamberg et Wurtzbourg, de par leur double fonction seigneuriale, étaient évidemment impliqués dans les persécutions, l'historien allemand Rainer Decker, directeur d'études et spécialiste des sorcières, dans son étude remarquable Les Papes et les Sorcières (2003), en arrive au résultat étonnant, mais bien prouvé, que dans les régions luthériennes d'Allemagne, la part des femmes poursuivies pour hérésie était plus grande que dans les régions catholiques... La douceur bientôt proverbiale de l'Inquisition finit par se traduire par des demandes de transfert à Rome de plus en plus fréquentes de la part des accusées, car elles savaient que là-bas, la procédure la plus équitable et une sentence plus clémente les attendaient. Nonobstant cela, les bûchers continuaient comme avant de crépiter au nord des Alpes... Ainsi le nonce apostolique à Lucerne déplora-t-il en 1654 que "les autorités séculières des communes" entendaient condamner à mort quinze jeunes garçons et jeunes filles entre 8 et 12 ans pour sorcellerie présumée... Les instructions de la lointaine Rome restaient lettre morte en Allemagne... La pratique se perpétua encore 125 ans jusqu'à l'extinction du dernier bûcher en 1756, avec l'exécution des dernières sorcières dans l'Empire. En 1775, le dernier procès allemand en sorcellerie se tint à Kempten dans les Alpes d'Allgäu. La sentence ne fut pas exécutée. En revanche, la Suisse réformée exécuta la dernière sorcière présumée Anna Göldin en 1782 ! [22]

Sources 

 

[1] M. DAVIES, La Réforme liturgique anglicane

[2] Aimé RICHARDT, Saint François de Sales et la Contre-Réforme, François-Xavier de Guibert, Paris 2013, p. 18-21 ; 

[3] Aimé RICHARDT, Calvin, François-Xavier de Guibert, Clamecy 2009, p. 76-78 ; 

[4]  Aimé RICHARDT, Saint François de Sales et la Contre-Réformeibid., p. 15 et 21 ; 

[5] RUCHAT, t. VI, p. 334 ; 

[6] Aimé RICHARDT, Saint François de Sales et la Contre-Réformeibid., p. 76 ; 

[7] Jean SÉVILLIA, Historiquement correct, Pour en finir avec le passé unique, Perrin, Saint-Amand-Montrond 2003, p. 104 ; 

[8] Bartolomé BENNASSAR, Jean JACQUART, Le XVIe siècle, Armand Colin Poche, Paris 2013, p. 154-158 ; 

[9] Pierre GAXOTTE, de l'Académie française, Histoire des Français, Flammarion, Saint-Amand, 1972, p. 374; 377 ;[10] Aimé RICHARDT, Calvin, ibid., p. 91 ; 

[11] Dimitri MEREJKOVSKI, Calvin, Traduit du russe par Constantin Andronikoff, Nrf, Gallimard, Paris 1942, p. 19; 91-92; 113; 117- 118; 124-125 ;

[12] Aimé RICHARDT, Calvin, ibid., p. 8; 223-234 ;

[13] Yves-Marie ADELINE, Histoire mondial edes idées politiques, Ellipses, Paris 2007, p. 254 ; 

[14] Aimé RICHARDT, Calvin, ibid., p. 102-103 ; 

[15] Jean DUMONT, L'Église au risque de l'histoire, préface de Pierre CHAUNU de l'Institut, Éditions de Paris, 2002, p. 579 ; 

[16) Dimitri MEREJKOVSKI, Calvin, ibid, p.  118;157-158; 167; 176 ; 

[17] Aimé RICHARDT, Calvin, ibid., p. 180-181 ;

[18] Jean-Christian PETITFILS, Histoire de la France, Le Vrai Roman national, Fayard, Lonrai 2018, pp. 246-259

[19] Jean GUIRAUD, Histoire partiale histoire vraie, tome I Des origines à Jeanne d'Arc, neuvième édition, Gabriel Beauchesne & Cie Editeurs, Paris 1911, p. 70-71

[20] Mgr de Ségur, Causeries sur le protestantisme d'aujourd'hui, Librairie Saint-Joseph, Tolra libraire-éditeur, Rennes 1894, rééd. Editions Saint-Rémi

[21] Jean-Christian PETITFILS, Histoire de la France, Le Vrai Roman national, Fayard, Lonrai 2018, p. 263

[22] Michael HESEMANN, Les Points Noirs de l'Histoire de l'Église, Pour en finir avec vingt siècles de polémiques, Artège, Paris 2017, pp. 277-292

Repost0
14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 17:16
L'existence de Dieu prouvée par l'existence du mal

Extrait de Robert AUGÉ, Osb, Dieu veut-il la souffrance des hommes ?, Du mystère à la contemplation, Artège, Lethielleux, Sed Contra, Paris 2020, pp. 53-54 et 84-85 : 

 

Le mal est une privation

On distingue deux formes de négativité, l'une absolue, l'autre relative. la première est une négativité du néant, la seconde est une négativité de privation.

[...] Le mal est donc l'absence d'une perfection indispensable à l'intégrité d'un être, à sa structure interne ou à son dynamisme vital. Ainsi, Thomas définit le mal comme une privation, dans la continuité de l'enseignement d'Augustin (Confessions, liv. III, chap. 7, n°12) et de Denys (Pseudo-Denys l'Aréopagite, Les Noms divins, chap. 4, n° 18-35). C'est précisément cette privation qui fait que le mal est un scandale : il s'agit d'une réalité qui devrait être et qui n'est pas.

On comprend alors que le mal ne peut être appréhendé qu'à partir du bien auquel il s'oppose. Celui-ci a deux caractéristiques essentielles : d'une part, c'est un bien que le sujet est apte à posséder et devrait avoir (ce qui distingue le mal d'une simple absence); d'autre part, c'est un bien qui n'est que particulier (De malo, q. 1, a 1 c.) (ce en quoi le mal diffère du néant). Voilà qui manifeste la relativité des maux : certains nous touchent superficiellement, d'autres nous atteignent au plus profond de notre être et contrarient nos légitimes aspirations.)

 

[...]

 

Le mal, preuve de l'existence de Dieu

L'argument de la présence du mal dans le monde apparaît à beaucoup de nos contemporains comme l'objection majeure à l'existence de Dieu. Reconnaissons qu'un tel raisonnement cache une noble aspiration de l'esprit créé : le refus d'un Dieu pervers qui se plairait à créer un univers de mal et de souffrance. Étrange paradoxe: cet argument de l'existence du mal constitue au contraire pour saint Thomas une preuve supplémentaire de la réalité de l'être divin et de son action. Voilà qui ne nous étonnera guère si nous avons à l'esprit les considérations précédentes sur la nature du mal comme privation, impliquant nécessairement l'existence d'un bien comme cause ou comme sujet. Au terme d'une longue énumération des raisons pour lesquelles la divine providence n'exclut pas totalement les maux (défectuosités des causes secondes, hiérarchies des êtres, perfection de l'univers, etc.), Thomas conclut :

 

Par là se trouve exclue l'erreur de certains qui, à la vue des maux survenus dans le monde, disaient que Dieu n'existe pas : ainsi Boèce, dans la Consolation de la Philosophie, I [prose 4], introduit un certain philosophe qui demande: "Si Dieu existe, d'où vient le mal ?" Il faudrait au contraire raisonner ainsi : Si le mal existe, Dieu existe. Il n'y aurait pas de mal, en effet, si l'on enlevait l'ordre du bien, dont la privation est le mal. Or cet ordre ne serait pas, si Dieu n'était pas. ( III Summa Contra Gentiles, cap. 71, § 10.)

 

Ce n'est donc pas par le problème du mal qu'il faut engager la réflexion, mais par la question de l'existence du bien, dont le mal est une privation. Puisque ce bien ne peut exister sans Dieu, la question du mal, à son tour, ne peut être abordée que sur le fondement de l'existence de Dieu. 

 

Ajoutons à l'argumentation objective de saint Thomas cette considération plus subjective d'Étienne Gilson, L'Athéisme difficile, Paris, Vrin, 2014, p. 89 : "[...] S'il est absurde qu'il y ait du mal dans un univers créé par Dieu, l'expérience universelle, constante, inéluctable de la douleur, du mal et de la mort, devrait rendre impossible la formation naturelle de la notion de Dieu. Le monde est trop mauvais, semble-t-il, pour être l'oeuvre d'un créateur divin. Or non seulement les hommes pensent à Dieu malgré l'existence du mal, mais à cause d'elle. Ils pensent particulièrement à lui lorsqu'ils souffrent, lorsqu'ils ont peur et particulièrement lors la peur de la mort les inquiète."

Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 07:31

Source : Stefano Fontana 

La Nuova Bussola Quotidiana

13/08/2020

(Traduction) 

Le pouvoir politique peut être questionné: dans quelle mesure êtes-vous prêt à reconnaître le droit à la liberté de religion? Si le pouvoir ne sait pas comment y répondre, c'est un gros problème car soit le pouvoir lui-même décidera à chaque fois de manière arbitraire (et donc totalitaire), soit il acceptera tout, même les religions sataniques pour le seul fait qu'elles existent. L'autorité légitime ne parvient à utiliser la raison politique à cette fin que si elle reste en contact avec la vraie religion , mais ce faisant, elle sape le principe de la liberté de religion, car elle donne la préférence à une religion sur les autres. Voilà la situation dans laquelle on tombe à vouloir placer la liberté de religion et aussi ses limites.

Ainsi, le temple satanique dit que les lois pro-vie violent le principe de la liberté religieuse parce que l'avortement est un rite pour eux. La chose, qui pourrait être déclassifiée comme l'une des nombreuses bizarreries passagères du moment, a plutôt la capacité d'exposer les difficultés et les incertitudes philosophiques et théologiques du concept de liberté de religion. On se réfère ici à la vision sérieuse de ce droit et non aux nombreuses versions relativistes et libertaires qui ne sont pas justifiées car, au fond, elles réclament une liberté sans règles. Je fais plutôt référence à la vision de la liberté religieuse en tant que droit naturel de la personne humaine lié à sa dignité. Oui, cela pose aussi des problèmes, et les satanistes nous obligent à en prendre note.

Ceux qui considèrent sérieusement la liberté de religion reconnaissent qu'elle ne peut être sans limites. Le pouvoir politique qui l'envisage peut se demander: jusqu'où êtes-vous prêt à reconnaître le droit à la liberté de religion? Si le pouvoir ne sait pas comment y répondre, c'est un gros problème car soit le pouvoir lui-même décidera à chaque fois de manière arbitraire (et donc totalitaire), soit il acceptera tout, même les religions sataniques pour le simple fait qu'elles existent.

La potestas publique : elle doit répondre et jusqu'à hier elle a toujours répondu ainsi: la liberté de religion ne doit pas contredire "l'ordre public juste" qui est le bien commun, les principes naturels de la coexistence humaine. Par exemple, une religion qui envisage la mutilation du corps humain ou qui ne reconnaît pas une dignité égale aux hommes et aux femmes ne peut être politiquement reconnue, du moins dans les dispositions spécifiques. Il est évident qu'en limitant un droit, on ne peut pas simplement recourir à une décision politique, mais il faut se référer aux principes d'un ordre objectif. "Vous ne pouvez pas le faire parce que je le dis" ne s'applique pas dans ces cas, car il n'est pas légal de refuser l'exercice d'un droit de manière arbitraire. Il ne suffit même pas de limiter un droit "parce que la Constitution le dit" parce qu'après tout la Constitution est aussi là parce que "quelqu'un l'a dit" , même s'il s'agit de quelqu'un d'une assemblée savante de gens éclairés ou de la majorité d'un peuple. La légitimité ultime de la Constitution réside dans sa capacité à protéger juridiquement et politiquement le bien de l'homme et de la communauté politique indépendamment de la  Constitution qui l'établit.

Si demain les satanistes demandent à participer aux huit pour mille sur quelle base alors leur dites-vous non? Vous leur dites sur la base d'un ordre du bien humain inscrit dans sa nature et qui était autrefois appelé loi naturelle. Cela semble une conclusion claire et que tout va bien, et c'est exactement là que vient le plaisir.

La raison humaine est grande mais aussi faible. Elle sait peut-être beaucoup de choses mais elle se perd souvent en ayant confiance en elle au point de penser qu'elle est incapable de connaître cette loi non écrite présente dans la nature humaine. Avortement, euthanasie, suicide, embryons, procréation, sexes… beaucoup disent aujourd'hui: "ça dépend…!" . Même les parlementaires disent aujourd'hui "ça dépend ...!" et approuvent toutes les demandes en se limitant à réglementer les circonstances. Une église sataniste? "Ça dépend …!" Une raison tellement affaiblie au point de n'être capable que de mesurer quantitativement les choses, comme le disait Benoît XVI, mais non plus de les évaluer. 

Mais pourquoi la raison, y compris la raison politique , n'est-elle plus capable de connaître un ordre naturel objectif des choses? Parce qu'elle a perdu sa relation avec la religion chrétienne. A propos de cela, Benoît XVI nous a raconté une avalanche de choses fondamentales. Le relativisme est le dogme d'une raison qui n'est plus soutenue par la foi: sans croire au Créateur, la nature finit aussi par n'être qu'un tas de pierres et l'homme juste un tas de cellules. En l'absence de Dieu, tous les dieux sont admis car la raison (pas la foi) n'a plus d'arguments pour les réfuter.

Nous sommes ici confrontés au nœud le plus important de la question de la liberté de religion qui - à mon humble avis - n’a pas encore été résolue, ni par le Concile ni par l’après-Concile. Les limites de la liberté religieuse sont fixées par une autorité légitime pour la défense du bien commun, c'est-à-dire de l'ordre public juste - comme le dit aussi la Dignitatis humanae - mais l'autorité légitime ne peut utiliser la raison politique à cette fin que si elle reste en contact avec religio vera, mais ce faisant, elle sape le principe de la liberté de religion, car elle donne la préférence à une religion par rapport aux autres. Voilà la situation dans lequel on tombe à vouloir placer la liberté de religion et aussi ses limites. Tant que ce cercle ne sera pas défini, il n'y aura aucune raison valable pour dire non même aux religions les plus irréligieuses.

Repost0
8 août 2020 6 08 /08 /août /2020 18:47

La souffrance expérimentée dans nos vies ne trouve aucune explication dans les différentes religions. Seule la religion catholique lui donne un sens et l'intègre dans l'économie de la Rédemption comme une opportunité de progresser dans l'amour.

La souffrance, chemin vers la perfection de la charité

Amour et souffrance sont en interaction: d'un côté, la souffrance pousse l'âme à produire des actes de confiance amoureuse en Dieu et la dispose à recevoir un accroissement de charité; d'un autre côté, celui qui aime accepte d'endurer des souffrances toujours plus grandes pour réparer ses fautes, prouver son amour, être configuré au Christ souffrant et s'unir au sacrifice rédempteur.

Par ailleurs, la charité est un don infus: il ne saurait être question de l'acquérir par nos forces naturelles. Néanmoins, l'homme, sous l'effet de grâces actuelles, peut et doit se disposer à recevoir et à faire fructifier ce don. Comment ? Dans ses Sermons sur les Dix commandements, Thomas retient deux moyens pour se préparer à obtenir la charité, à savoir l'écoute de la Parole de Dieu et la méditation des choses saintes, et deux moyens pour se disposer à son accroissement, à savoir l'éloignement du cœur des choses terrestres et une ferme patience dans les adversités. Nous avons déjà cité le passage relatif à la patience. Arrêtons-nous au détachement nécessaire à l'éclosion de la contemplation et de l'amour de Dieu : 

 

Le cœur ne peut pas se porter parfaitement vers des choses diverses. Pour cette raison, nul ne peut Dieu et le monde. Et c'est pourquoi plus notre esprit est éloigné de l'amour des choses terrestres, plus il est affermi dans l'amour de Dieu. [...] Quiconque veut donc nourrir la charité s'efforce de diminuer les cupidités. Or, la cupidité consiste à aimer atteindre ou obtenir les biens temporels. Le commencement de sa diminution est de craindre Dieu, qui seul ne peut être craint sans amour. C'est pour cette raison qu'ont été institués les ordres religieux, dans lesquels et par lesquels l'esprit est retiré des choses mondaines et corruptibles, et élevé vers les divines. (In decem  prec. serm. IV, éd, J.P. Torell).

 

Cet arrachement ne va pas sans souffrances, spécialement pour les religieux, ici mentionnés. Ceux-ci doivent en effet renoncer aux biens terrestres (vœu de pauvreté), aux affections humaines et à l'amour conjugal (vœu de chasteté), à leur volonté propre et à leur liberté d'action (vœu d'obéissance). mais vivre selon l'esprit des conseils évangéliques n'est pas moins exigeant et crucifiant pour ceux qui sont immergés dans les affaires du monde, dans la mesure où ils sont confrontés à des tentations plus pressantes et dépourvues des secours que procure la vie religieuse.

Si les souffrances occasionnées par le détachement et par les adversités disposent l'âme à recevoir un accroissement de charité en stimulant sa générosité et sa patience, en retour, l'âme veut prouver son amour pour Dieu et pour le prochain en se portant à des actions toujours plus ardues, en supportant des épreuves toujours plus pénibles, imitant en cela le Christ :

 

Nous devons donc l'imiter dans la dilection. Et il dit (Ep 5,2) : Marchez, c'est-à-dire progressez sans cesse [...] Et cela dans la dilection, parce que cette dilection est ce bien dans lequel l'homme doit toujours progresser et cette dette qu'il doit toujours payer. Rm 13,5 "Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer mutuellement". [...] Et parce que, selon Grégoire "la preuve de l'amour se manifeste dans les œuvres" (Grégoire le Grand, Homélies sur l'Évangile, hom. 30, n°1), l'Apôtre ajoute : et s'est livré lui-même pour nous. [...] Ainsi, devons-nous nous sacrififer à Dieu spirituellement : "Le sacrifice [digne] de Dieu, c'est un esprit brisé" (Ps 51 [50], 19).

 

Dans son traité  La Perfection de la vie spirituelle, saint Thomas détaille trois étapes vers l'amour parfait du prochain, étapes qui correspondent à un renoncement de plus en plus important, car "plus intensément on aime une chose, plus facilement on méprise les autres choses à cause d'elle". Le premier degré de l'amour du prochain veut que l'on soit prêt à sacrififer ses biens extérieurs pour subvenir aux besoins des autres (Cf. 1 Jn 4,17). Le second consiste à exposer son corps à de rudes travaux (cf. 2 Th 3,8) ou encore à supporter tribulations et persécutions pour l'amour du prochain (cf. 2 Co 3,16). Le troisième, enfin, est de donner sa vie pour ses frères (cf. 1 Jn 3,16; Jn 15,13). L'âme parvient alors, moyennant la souffrance et le renoncement, à l'ultime perfection de l'amour, qui consiste à aimer comme le Christ lui-même nous a aimés (cf. Jn 13, 34), c'est-à-dire, précise le maître dominicain, d'un amour gratuit (prévenant), efficace (en bonnes actions) et droit (pour l'amour de Dieu, et non pour notre utilité ou notre plaisir).

 

Jean de la Croix (1542-1591)

Ainsi, l'amour véritable se traduit par des œuvres, ce qui implique nécessairement de notre part, compte tenu de notre nature humaine blessée par le péché, des efforts et des souffrances. Dans l'économie de la Rédemption, on ne peut parvenir à la perfection de la charité sans passer par la souffrance. Sur ce point Jean de la Croix est catégorique ; "Pour entrer dans les trésors de la sagesse, il faut passer par la porte: cette porte est la croix, et elle est étroite. Il en est peu qui désirent passer par cette porte, tandis qu'aspirer aux délices dont elle est la source est le propre du grand nombre." (Le Cantique spirituel B, str. 36, n°13, œuvres complètes, cit. p. 1412. Cf. aussi ID, La Vive Flamme d'amour A, str. 2, n° 21-26, p.. 1122-1125).

 

Telle est la voie que Jésus nous a tracée : il n'en est pas d'autre pour parvenir à la sainteté et à la béatitude du ciel. La souffrance n'est certes pas recherchée pour elle-même, mais elle est librement embrassée en tant qu'elle accompagne une oeuvre bonne ou qu'elle offre une opportunité de progresser dans l'amour. Ceux qui sont parvenus au sommet de la charité, les saints, nous en offrent un témoignage éloquent : leurs souffrances comme celles des autres deviennent des occasions privilégiées d'aimer toujours davantage.  (Teresa de Calcutta, J'ai pris Jésus au mot, Messages recueillis et commentés par José Luis Gonzales-Balado, Maranatha 28, Paris, Mediaspaul, Montréal, éd. Paulines, 1992, p. 144 : "La sainteté n'est pas un luxe réservé à quelques-uns; nous sommes tous appelés à être saints. Je crois que la sainteté seule est capable de dominer le péché, les tristesses et les souffrances des hommes, à commencer par les nôtres. Nous aussi, nous devons souffrir, mais la souffrance est un cadeau de Dieu si nous savons nous en servir correctement. La croix est inséparable de nos vies; sachons donc en remercier Dieu.")

 

Nous avons examiné jusqu'ici le rapport de la charité à la souffrance que l'on éprouve personnellement. Il nous faut désormais aborder l'attitude qu'inspire la charité vis-à-vis de la souffrance des autres.

Source: Père Robert AUGÉ, Osb, Dieu veut-il la souffrance des hommes ?, Du mystère à la contemplation, Artège, Lethielleux, Sed Contra, Paris 2020, pp. 772-775.

Repost0
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 21:52

Dans son ouvrage "Héros oubliés", Eric Vieux de Morzadec se penche sur les généraux français qui ont fait honneur à leur Partie en servant dans l'armée confédérée lors de la guerre de Sécession. A l'image du général Beauregard, ils voyaient l'esclavagisme comme une abomination et voulaient la "libération des noirs pour bâtir avec eux un sud fraternel et chrétien".  Un projet bien loin de la tyrannie de l'argent du nord yankee, transformant les citoyens en consommateurs et en esclaves... Le général Beauregard disait : "Nous sommes les Vendéens, ils sont les Jacobins..." Un éclairage nouveau pour rétablir la vérité sur un épisode de l'histoire encore prégnant.

"Gettysburg" est un excellent film, réalisé en 1993, sur le thème de la la bataille de Gettysburg (1863). L'extrait suivant, intitulé "la Charge de Pickett", montre bien le courage des Confédérés menés par des hommes d'élite, fervents catholiques, prêts au sacrifice de leur personne pour la cause :

Repost0
6 août 2020 4 06 /08 /août /2020 21:15
Une société laïque?

Source: James Kalb pour CatholicWorldReport

 

Les progressistes trouvent vraiment que tout ce qui évoque le passé américain ou occidental constitue une menace intolérable nécessitant une suppression immédiate.

 

Les gouvernements occidentaux modernes affirment qu'ils laissent des questions de signification ultime à l'individu. C'est le point de l'affirmation de la Cour suprême (américaine. Ndlr.) selon laquelle notre ordre public est fondé sur "le droit de définir sa propre conception de l'existence, du sens, de l'univers et du mystère de la vie humaine". Il forme également une interprétation commune de Dignitatis Humanae, qui dit que ce gouvernement ne devrait pas favoriser une religion par rapport à une autre. 

Cette affirmation convient aux gouvernements, car cela signifie qu'ils n'ont pas à expliquer et à défendre leurs objectifs ultimes. Mais cela ne peut pas être vrai. Des questions fondamentales surgissent inévitablement partout, de sorte que la neutralité du gouvernement est impossible.

Par exemple, le gouvernement exige l'obéissance, la loyauté et le sacrifice. Il revendique le droit d'employer une force meurtrière pour appuyer ses décisions. Comment peut-il faire ces choses sans revendiquer un lien spécial avec ce qui donne un sens à la vie?

Aujourd'hui, c'est plus vrai que jamais. Dans une société industrielle et démocratique, les liens sociaux traditionnels s'affaiblissent, les politiciens obtiennent des votes en offrant des avantages et une protection aux gens, et tous ceux qui comptent sont convaincus que le moyen le plus efficace de faire quoi que ce soit est de l'organiser globalement à la manière d'un processus industriel.

Le résultat est que le gouvernement trouve de plus en plus de choses à faire. Il nous élève jeune, nous éduque, prend soin de notre santé et de notre bien-être général, prend soin de nous dans les moments difficiles, régule nos attitudes les uns envers les autres et nous dit de plus en plus ce qu'il faut croire. Il ne pourrait pas faire ces choses sans une vision générale de l'homme, de sa place dans le monde et de la façon dont il devrait vivre sa vie.

Cela crée des problèmes pour les gouvernements laïques, car il n'y a rien dans leur éventail de préoccupations qui mérite d'être traité de cette façon. Donc, par nécessité, ils ont élaboré des normes ultimes qu'ils considèrent comme transcendant les considérations ordinaires. Celles-ci fonctionnent comme une religion et finissent par évincer la religion de la position sociale qu'elle occupait autrefois.

Au fur et à mesure que le gouvernement libéral laïc a évolué, ces normes sont devenues plus abstraites, complètes et absolues. Au début, la norme en Amérique était une combinaison de liberté et de prospérité dans un contexte d'égalité devant la loi. Ces derniers temps, l'égalité est devenue plus militante et plus importante, et l'accent est passé de l'égalité devant la loi à divers aspects de l'égalité sociale.

Aujourd'hui, la norme libérale est mieux décrite comme la "dignité", c'est-à-dire la liberté personnelle, le bien-être matériel assuré et le traitement respectueux par les autres, où "respectueux" comprend l'acceptation et le soutien de sa compréhension de qui on est.

Cette norme valorise l’égalité à certains égards: l’élimination de la pauvreté et l’abolition des distinctions sociales qui ne sont pas pertinentes pour le fonctionnement des marchés mondiaux et des bureaucraties transnationales. Nous devons tous être assurés de toutes les manières possibles, et il ne doit y avoir aucune distinction entre homme et femme, Français, Japonais et Anglais. Mais l'égalité politique et économique ne fait pas partie du mélange. La sécurité économique universelle est importante, et il est nécessaire que tout le monde ait le droit de vote, mais il est admis que George Soros et Bill Gates devraient garder leur argent et que leurs opinions politiques devraient avoir beaucoup de poids. Après tout, ne savent-ils pas comment gérer les choses?

Il est également admis que les experts et les journalistes qui déterminent la version officielle de la réalité devraient guider le vote des gens. Si les gens ignorent ce qu'on leur dit et suivent leur propre chemin, le résultat est considéré comme illégitime. C'est peut-être pour cette raison qu'il est admis que les juges et les bureaucrates devraient exercer ou du moins avoir un droit de veto sur les décisions importantes.

Le résultat de tout cela est un système dans lequel des autorités non élues élaborent et appliquent une idée globale de ce à quoi devrait ressembler la vie, même si officiellement le système est démocratique et laisse ces questions à l'individu.

Le système est basé sur des principes simples tels que l'égalité, le désir humain et les besoins des institutions commerciales et bureaucratiques qui sont considérés comme particulièrement adaptés pour maximiser le bien-être général. Le résultat est considéré comme étant uniquement rationnel, compréhensible et réalisable. S'y opposer est jugé irrationnel et en fait une preuve de sectarisme.

Mais le système est moins rationnel et digne de choix que ne le pensent ses partisans. Soi-disant, nous avons une liberté sans précédent: nous pouvons être ce que nous voulons! Mais l’exercice de cette liberté ne peut porter atteinte à la liberté d’autrui, qui est également illimitée.

Cela signifie bien sûr un conflit. Mon désir d'organiser une fête bruyante à 3 heures du matin entre en conflit avec votre désir de passer une bonne nuit de sommeil. Le désir de Bob d'accepter son identité de femme récemment adoptée entre en conflit avec le désir de Mary d'un vestiaire pour femmes exempt d'hommes nus.

Qu'est-ce qu'une notion de dignité fondée sur le respect du choix arbitraire exige dans de tels cas? Les règles ne permettent pas de les résoudre en se référant aux réalités humaines selon lesquelles l'homme est diurne plutôt que nocturne, et a deux sexes qui diffèrent profondément. Après tout, Bob et moi rejetons évidemment de telles réalités revendiquées, et nous avons un droit égal de définir ce qu'est la réalité. Ainsi, les différends ne peuvent être résolus qu'en lançant une pièce de monnaie ou en faisant référence à l'efficacité, à la stabilité et à la cohérence du système.

Ce dernier, au fond, signifie les intérêts des puissants, et c'est la norme choisie. Le résultat est que les libertés personnelles qui nous sont accordées se réduisent à celles qui s'intègrent parfaitement dans le système: mode de vie, consommation et choix de carrière, le tout dans le menu de choix jugés inoffensifs ou bénéfiques pour nos dirigeants.

Puisqu'il est dans l'intérêt de ceux qui dirigent les choses d'avoir des ouvriers bien reposés, les ordonnances sur le bruit sont généralement bonnes même si certaines personnes sont des noctambules. Et les normes et identités sexuelles traditionnelles soutiennent les loyautés et les modes de vie que nos dirigeants ne contrôlent pas, donc les violer est autorisé et même applaudi. Le résultat est que je ne peux pas organiser ma fête, mais si Bob dit qu'il est une femme, il peut traîner nu dans les vestiaires pendant que l'équipe de natation des filles du collège l'utilise.

Pour aggraver les choses, les opinions actuelles submergent l'homme dans le monde. Tout est construit par choix, convention sociale ou décision des puissants, et il n'y a pas de réalité au-delà de cela. Cela signifie qu'il n'y a rien qui limite le pouvoir du système de définir la réalité et l'ordre social de manière à supprimer les relations humaines naturelles et à écraser l'esprit humain.

Si l'année prochaine les exigences en constante évolution de la "dignité" exigent la suppression du mariage entre l'homme et la femme, parce que l'institution exprime l'hétéronormativité patriarcale chrétienne blanche, il est difficile de voir quelle raison il y a, dans les modes de pensée actuels, pour ne pas faire respecter l'exigence. Pour un catholique, objecter reviendrait à militariser une revendication abusive de "liberté religieuse" dans l'intérêt de la fragilité blanche.

Même aujourd'hui, cet exemple peut sembler fou pour certains, mais le bon sens n'est plus applicable. Les préoccupations actuelles concernant la "sécurité" montrent la logique derrière les demandes. Les progressistes trouvent vraiment que tout ce qui évoque le passé américain ou occidental constitue une menace intolérable nécessitant une suppression immédiate.

Notre classe éduquée est tombée dans une engrenage de pureté insensée avec des conséquences sociales horribles. Mais quelle est la solution?

La folie s'épuise, donc la folie actuelle ne durera pas éternellement. Elle est susceptible de faire d'énormes destructions tant que cela dure, cependant, et en attendant, le mieux que nous puissions faire est de souligner que l'empereur n'a pas de vêtements et présente une meilleure compréhension de la vie humaine, des relations sociales et du monde que celle-là qui conduit la folie. L'Église a certainement les ressources, et à un moment donné, les gens seront prêts à écouter.

Mais pour combler le besoin, l'Église devra être claire et directe sur ce qu'elle croit. Pour cette raison, l'âge de la subordination ecclésiastique aux tendances séculaires et aux modes de pensée doit prendre fin. Aujourd'hui, ce n'est pas le moment de la médiocrité, de l'opportunisme ou des tentatives de gagner les faveurs du monde. Plus que jamais, l'heure est à la vérité.

 

 

À propos de James Kalb 
James Kalb est un avocat, un universitaire indépendant et un converti catholique qui vit à Brooklyn, New York. Il est l'auteur de The Tyranny of Liberalism (ISI Books, 2008) et, plus récemment, Against Inclusiveness: How the Diversity Regime is Flattening America and the West and What to Do About It (Angelico Press, 2013).
 
Repost0
29 juillet 2020 3 29 /07 /juillet /2020 11:47

Le 27 juillet 1920, face à l'avancée de l'Armée rouge, les évêques polonais consacrent la nation au Sacré-Cœur de Jésus et, en réponse à leurs lettres, Benoît XV promeut des prières pour la Pologne, ridiculisées par les communistes. Ceci, au temps de l'Assomption, devait cependant permettre de faire face à ce qui est passé dans l'histoire comme le "Miracle de la Vistule".

100e anniversaire du "Miracle de la Vistule" : la Pologne consacrée au Sacré-Cœur arrête les communistes

Source: Wlodzimierz Redzioch

29/07/2020

La Nuova Bussola Quotidiana

Consacrée au Sacré-Cœur. Et la Pologne a arrêté les communistes

 

Le lundi 27 juillet, dans l'église des Sœurs Visitandines à Cracovie, une messe d'action de grâces a été célébrée (sur la photo, par la Curie Archiépiscopale de Cracovie) à l'occasion du centenaire de l'acte de consécration de la nation polonaise au Sacré-Cœur de Jésus.

100e anniversaire du "Miracle de la Vistule" : la Pologne consacrée au Sacré-Cœur arrête les communistes

En 1920, face à la menace bolchevique, les évêques polonais se sont réunis à Jasna Góra sous la direction du primat polonais, le cardinal Edmund Dalbor, et le 27 juillet ils ont consacré la nation et toute la patrie au Sacré-Cœur de Jésus, réitérant l'élection de Notre-Dame comme Reine de Pologne. "Au moment où des nuages ​​sombres se rassemblent sur notre patrie et notre Église, nous crions comme vos disciples surpris par une tempête en mer: Seigneur, sauve-nous, car nous mourons. Et comme autrefois, en tendant la main droite, vous avez calmé la tempête d'un seul mot, maintenant, Seigneur, enlevez le danger qui nous menace", plaidèrent les évêques.

 

L'épiscopat s'est donc engagé à répandre la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus parmi les fidèles (surtout dans les séminaires) et à encourager les familles à se consacrer à lui.

 

En 1918, un an après la révolution bolchevique, le Conseil des commissaires du peuple (le gouvernement bolchevique) a pris la décision de former au sein de l'Armée rouge la soi-disant Armée occidentale pour mener militairement la "révolution mondiale". Le 10 mars 1920, à Smolensk, a lieu une réunion des dirigeants de l'Armée rouge, du "Front occidental" et des commissaires communistes, dont Staline, qui prirent des décisions sur l'attaque de la Pologne et de l'Europe qui devait avoir lieu sur la trajectoire Varsovie-Poznan-Berlin-Paris.

 

À l'été 1920, l'Armée rouge s'avança menaçante vers la Vistuleaux portes de Varsovie. Et dans ces circonstances, les évêques polonais ont pris la décision de consacrer la nation polonaise au Sacré-Cœur de Jésus. En même temps, pour éveiller les consciences de tous, ils ont envoyé des lettres: à la nation, aux épiscopats du monde entier et au Pape, demandant à Benoît XV la bénédiction et les prières pour la Pologne menacée par les bolcheviks. Dans la courageuse lettre aux Eglises du monde, les évêques ont donné une analyse très précise de la situation, en écrivant: «La Pologne n'avait pas l'intention de se battre; elle y a été forcée. De plus, nous ne luttons pas du tout contre la nation, mais plutôt contre ceux qui ont piétiné la Russie, qui ont sucé son sang et son âme, aspirant à occuper de nouvelles terres. Comme un essaim de sauterelles qui, après avoir détruit tout signe de vie dans un lieu, se déplace ailleurs, forcé par son action destructrice de migrer; de même maintenant le bolchevisme - «empoisonné» et pillé la Russie - se tourne de manière menaçante vers la Pologne ».

 

Au cours de l'été 1920, l'Armée rouge avança de façon menaçante vers la Vistule jusqu'aux portes de Varsovie. Et dans ces circonstances, les évêques polonais prirent la décision de consacrer la nation polonaise au Sacré-Cœur de Jésus. En même temps, pour éveiller les consciences de tous, ils envoyèrent des lettres : à la nation, aux épiscopats du monde entier et au Pape, demandant à Benoît XV sa bénédiction et ses prières pour la Pologne menacée par les bolcheviks. Dans la courageuse lettre aux Églises du monde, les évêques donnèrent une analyse très précise de la situation, en écrivant : "La Pologne n'avait pas l'intention de se battre ; elle y a été contrainte. De plus, nous ne luttons pas du tout contre la nation, mais plutôt contre ceux qui ont piétiné la Russie, qui ont sucé son sang et son âme, aspirant à occuper de nouvelles terres. Comme un essaim de sauterelles qui, après avoir détruit tout signe de vie en un endroit, se déplace ailleurs, forcées par leur action destructrice à migrer ; de même maintenant, le bolchevisme - la Russie "empoisonnée" et saccagée - se tourne de façon menaçante vers la Pologne".

 

Mais les évêques voulurent tout d'abord attirer l'attention du monde sur le fait que les Polonais n'étaient pas les seuls menacés : "Pour l'ennemi qui nous combat, la Pologne n'est pas la dernière destination de sa marche, c'est plutôt une étape et une rampe de lancement vers la conquête du monde." L'expression "conquête du monde" n'était en rien trop audacieuse car "le bolchevisme enveloppait les nations loin de la Russie d'une toile subversive comme une araignée (...) Et aujourd'hui tout est prêt pour cette conquête du monde. Dans tous les pays, des rangs sont déjà organisés, n'attendant que le signal de la bataille ; les préparatifs pour des frappes continues sont fervents, qui devront paralyser la vie normale des nations. La discorde entre les différentes classes sociales se transforme en une haine exacerbée, et les influences internationales bloquent astucieusement tout jugement et toute légitime défense des nations." Alors chacun devait être conscient que dans cette situation "la Pologne est la dernière barrière placée sur la route du bolchevisme vers la conquête du monde : si elle s'effondrait, le bolchevisme se répandrait dans le monde entier, avec toute sa puissance destructrice. Et la vague, qui menace aujourd'hui d'envahir le monde, est vraiment terrible".

 

Les évêques polonais ont souligné que l'Église était en danger avec le bolchevisme : "En plus de la doctrine et de l'action, le bolchevisme porte un cœur plein de haine dans sa poitrine. Et cette haine est dirigée avant tout contre le christianisme, dont il est définitivement une négation, il se retourne contre la croix du Christ et contre son Église. (...) Le bolchevisme est précisément l'incarnation et la manifestation sur terre de l'Antéchrist". Des mots clairs et vrais que tout le monde en Occident ne voulait pas entendre.

 

Malheureusement, le monde est resté sourd aux demandes d'aide des Polonais. Il semble que tout le monde, même les chancelleries occidentales, se résignèrent à la victoire communiste. Et, paralysés, elles ne firent rien. Au lieu de cela, les prières pour la Pologne commencèrent dans les différentes Églises, sollicitées par le Pape lui-même. Le 5 août, Benoît XV adressa une lettre au Cardinal Vicaire de Rome, Basilio Pompili, exprimant toute la proximité du Pape avec le peuple polonais : "Cardinal, avec une profonde satisfaction, nous avons appris qu'elle, suivant Notre suggestion, a ordonné que de ferventes prières solennelles soient élevées au Très-Haut dans la Vénérable Église de Jésus dimanche prochain pour invoquer la miséricorde du Seigneur sur la malheureuse Pologne. Des raisons très sérieuses nous poussent à désirer que l'exemple donné par vous, Cardinal, soit suivi par tous les évêques du monde catholique. En fait, on connaît l'inquiétude maternelle avec laquelle le Saint-Siège a toujours suivi les événements heureux de la nation polonaise." Lorsque toutes les nations civilisées s'inclinèrent silencieusement devant la force dominante de la loi, le Saint-Siège était seul pour protester contre le partage inégal de la Pologne et contre l'oppression non moins injuste du peuple polonais. Mais maintenant, il y eut beaucoup plus; non seulement l'existence nationale de la Pologne était en danger, mais toute l'Europe était menacée par les horreurs de nouvelles guerres. Ce n'est donc pas seulement l'amour pour la Pologne, mais l'amour pour toute l'Europe qui nous poussa à désirer que tous les fidèles se joignent à nous pour implorer le Très-Haut afin que par l'intercession de la Très Sainte Vierge, protectrice de la Pologne, ce désastre suprême soit épargné au peuple polonais, et en même temps élimine ce nouveau fléau de l'Europe ensanglantée."

 

La campagne de prière massive de toute l'Église fut ridiculisée par les cercles socialistes et communistes en Occident. Le journal socialiste Avanti!, tourna ainsi en dérision l'initiative du Pape: "Le Pape compte sur l'intercession de la Vierge. (...) Le Pontife romain est frais s'il croit en l'efficacité de la Vierge! Trois millions de soldats portent l'uniforme russe. (...) Ces soldats et leurs canons valent bien plus que tous les chapelets du monde. Nous en aurons la preuve dans quelques jours." Mais la réalité devait réfuter les paroles méprisantes des révolutionnaires italiens.

 

La bataille finale entre l'armée polonaise dirigée par le maréchal Piłsudski et l'Armée rouge a eu lieu à l'époque de l'Assomption de 1920. La bataille de Varsovie a duré plus de 10 jours: du 13 au 25 août. Malgré la supériorité numérique des soldats bolcheviks, l'armée polonaise vainquit les communistes. Cette année, nous célébrons le 100e anniversaire de cette bataille épique qui est entrée dans l'histoire comme "le miracle de la Vistule". Mais une question se pose: qui voudra se souvenir de la victoire des Polonais qui, il y a cent ans, ont sauvé l'Europe du communisme?

Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 20:28
https://www.marcotosatti.com/2020/06/25/nobile-i-blm-sanno-che-in-africa-gli-schiavisti-sono-i-neri/

https://www.marcotosatti.com/2020/06/25/nobile-i-blm-sanno-che-in-africa-gli-schiavisti-sono-i-neri/

Marco Tosatti

Chers amis et ennemis de Stilum Curiae, Agostino Nobile revient pour s'occuper des nouvelles les plus proches, et en particulier de ce phénomène si propulsé par les médias de Black Lives Matter, qui conduit à des comportements qui seraient ridicules s'ils n'étaient pas tragiques pour nous même. Bonne lecture.

 

§§§

Mais "Black Lives Matter" ignore-t-il qu'en Afrique les Noirs asservissent les Noirs ?

 

Nous en sommes toujours là : l'ignorance fait plus de mal que les guerres, et cela grâce à des mensonges officiels considérés comme des vérités.

Dans mon article publié par Stilum Curiae en août 2019 https://www.marcotosatti.com/2019/08/11/nobile-lo-schiavismo-islamico-oscurato-dalla-massoneria/ Je décris très brièvement la traite négrière pratiquée durant des siècles par les musulmans, obscurcie par les informations et à travers l'école. Ces dernières semaines, en voyant les manifestations antiracistes aux États-Unis et dans le reste du monde (promues et soutenues par des partis progressistes), je me suis souvenu des Noirs africains. De vrais tortionnaires qui ne respectent même pas leurs frères et sœurs de race. La faute de la victime dans ce cas est l'appartenance à une tribu.

Les athées et les francs-maçons occidentaux qui ont amené des millions d'esclaves dans le Nouveau Monde ont acheté des esclaves aux Arabes et aux marchands d'esclaves noirs. Les Occidentaux qui accostaient leurs navires sur la côte ouest de l'Afrique n'étaient autorisés à descendre à terre que pour vérifier les "marchandises" capturées.

Aujourd'hui encore, selon l'UNICEF, la traite des êtres humains reste un problème dans tous les pays africains. Un rapport de 2004, couvrant 53 pays africains, note que les enfants sont les principales victimes, réduits en esclavage, recrutés comme enfants soldats ou vendus à des clans de prostitution. En Afrique, les enfants sont deux fois plus susceptibles d'être victimes de la traite que les femmes.

Imogen Foulkes, correspondant de la BBC à Genève depuis 2004, dit que 89% des pays africains ont du trafic à destination et en provenance des pays voisins, mais 34% ont également un commerce d'êtres humains vers l'Europe (merci à Bergy et aux progressistes).

Le Nigéria, par exemple, a accueilli des victimes de la traite de 12 pays africains, mais des trafiquants nigérians ont également été trouvés dans une douzaine de pays. Pour l'UNICEF, il est impossible de connaître le nombre de victimes, mais il est probable, disent-ils, qu'il s'agit de millions de personnes.

Mais voyons ce qui se passe dans les pays où les autorités locales et européennes ont eu l'occasion de faire quelques évaluations.

Au Tchad, les membres des clans arabisés achètent des enfants à des familles pauvres. Contraints de se convertir à l'islam et de changer de nom, ils sont gardés en esclavage ou vendus à d'autres clans africains arabisés.

En Mauritanie, nous avons les riches bidanes (blancs, pas européens mais arabes) et les harratins pauvres en canne. Actuellement, environ 90 000 harratins sont totalement réduits en esclavage tandis que tous les autres harratins, environ 600 000, sont partiellement soumis. Au Niger, bien que l'esclavage ait été déclaré illégal en 2003, sur une population de plus de 24 millions d'habitants, environ 8 % sont des esclaves.

Au Soudan, où la charia est imposée, le nombre d'esclaves augmente constamment.

Selon les organisations humanitaires, les enfants enlevés ou achetés peuvent coûter de 20 à 70 USD. Les plus chanceux sont utilisés comme domestiques, bien que les propriétaires ne les abusent pas souvent sexuellement. Les moins fortunés se retrouvent dans les mines, où ils peuvent mourir de misère, et sur les marchés de l'exploitation sexuelle. Dans les deux cas, le prix peut aller jusqu'à 3 500 $.

Historiquement parlant, aux États-Unis, ce ne sont pas les fascistes ou la droite qui ont soutenu l'esclavage, mais les progressistes démocrates. La même couleur politique qui, entre le 12 avril 1861 et le 23 juin 1885, a combattu les républicains du Nord dirigés par Abraham Lincoln, celui qui a aboli l'esclavage dans tous les territoires des USA. Ce que les États démocratiques du sud considéraient comme une violation de leurs droits constitutionnels.

Sur les réseaux sociaux, des dizaines de Noirs américains (en particulier des personnes éveillées et informées) et quelques réseaux de télévision non soumis aux Démocrates ont souligné à plusieurs reprises la réalité historique, mais Black Lives Matter continue de condamner le fascisme et la droite.

Les progressistes, qui promeuvent les aberrations éthiques et sociales qui dévastent littéralement l'Occident, ont une ferme fixation: l'annulation du christianisme. Nous avons des centaines d'exemples qui le confirment, le dernier à San Francisco, la ville la plus gay-friendly de la planète, où ils ont abattu la statue de San Junipero Serra, l'évangélisateur franciscain de Californie 

https://www.youtube.com/watch?v=RvSLf2O2Lts

Étant donné que l'immigration, le canular sur le suprématisme blanc et les manifestations anti-occidentales conduisent au suicide culturel le plus imbécile de l'histoire, les magistrats qui respectent leur pays devraient essayer de punir ceux qui ont répandu et continuent de répandre les mensonges historiques qui créent des sentiments de culpabilité pour les Occidentaux. S'ils ne le font pas, à moins d'une guerre civile, leurs enfants comme le reste de la population subiront probablement la même "liberté" imposée aux chrétiens en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie dans quelques années.

 

Agostino Nobile

Repost0
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 09:03
https://www.corrispondenzaromana.it/galla-placidia-una-donna-che-ha-lasciato-un-segno-nella-storia/

https://www.corrispondenzaromana.it/galla-placidia-una-donna-che-ha-lasciato-un-segno-nella-storia/

Source: Corrispondenza Romana

 

(Cristina Siccardi) Malgré les lieux communs, il y a des figures de femmes de haut calibre dans l'histoire, qui n'ont posé aucun problème de rivaliser avec les hommes, mais ont, hommes et femmes, collaboré pour atteindre des objectifs importants dans la défense des principes et des valeurs éternelles au profit du vrai bien commun. Parmi elles, l'impératrice Galla Placidia (388 / 392-450), dont 1570 ans se sont écoulés depuis sa mort cette année.

 

Le signe que Galla Placidia a laissé dans la civilisation européenne n'est rien d'extraordinaire, mais il n'est pas mentionné dans les manuels scolaires, ayant été, ainsi que de nombreuses autres femmes - saintes et autres, y compris Matilde de Canossa (1046-1115) et Adélaïde de Turin (1016-1091) - courageuse et déterminée à défendre la foi chrétienne et la Sainte Église romaine. Une riche construction et activité artistique sont liées à son nom, et c'est à elle et à son royaume que la construction de nombreuses églises à Ravenne, Milan et Rome est attribuée.

 

Le signe que Galla Placidia a laissé dans la civilisation européenne est pour le moins extraordinaire, mais il n'est pas mentionné dans les livres scolaires, (Galla Placidia) ayant été, comme beaucoup d'autres femmes - saintes ou non, dont Matilde di Canossa (1046-1115) et Adélaïde de Turin (1016-1091) - courageuse et déterminée à défendre la foi chrétienne et la Sainte Eglise romaine. Son nom est lié à une riche activité architecturale et artistique, et c'est à elle et à son royaume que sont attribués les bâtiments de nombreuses églises de Ravenne, de Milan et de Rome.

 

Petite-fille de trois empereurs, fille de l'empereur Théodose Ier (347-395), soeur de deux empereurs, épouse d'un roi et d'un empereur, mère d'un empereur et tante d'un autre, la très noble, comme on l'appelait, Galla Placidia fut d'abord l'otage des Wisigoths, puis leur reine, épousant Ataulfo des Balti (374-415). Veuve, elle épouse le co-empereur Constance III (370-421), un excellent général et collaborateur de son frère, l'empereur Honorius (384-423), mais la mort de son compagnon est suivie d'une rapide détérioration des relations avec ce dernier et Galla doit se réfugier à Constantinople, à la cour de son neveu, l'empereur romain Théodose II (401-450). Après la mort d'Honorius, un usurpateur monta sur le trône à l'Ouest ; avec l'aide de l'armée de l'Est, Galla retourna en Europe, déposa le souverain illégitime et plaça sur le trône son jeune fils Valentinien III (419-455), dont il était le régent. Pendant les douze années où il a régné sur l'Empire romain d'Occident, Galla a géré avec beaucoup d'habileté et de sagesse l'affrontement entre trois généraux romains puissants et influents, Constantius Felix (?-430), Boniface (?-432) et Flavius Ezio (390 ca.-454). Ce dernier, sorti vainqueur du conflit avec les deux autres généraux, a été entravé, dans son intention d'influencer son fils Valentinien, par Galla Placidia elle-même. Si, d'une part, elle était capable de gérer le pouvoir et de gouverner avec prévoyance, d'autre part, elle était une femme très croyante, ainsi que ferme et rigoureuse dans l'opposition aux hérésies. En fait, elle a été un protagoniste de la lutte théologique et politique de son temps entre orthodoxie et monophysisme en Orient, où Théodose II s'est rangé du côté de l'hérésiarque byzantin Eutichès (378-454), fondateur de la théorie du monophysisme, selon laquelle dans la seule personne incarnée de Jésus-Christ il n'y a qu'une seule nature, la divine. Le pape Léon le Grand (390 env. -461) s'oppose à Théodose et demande l'intercession de la cour de Ravenne.

 

Le 8 août 449, Théodose II a convoqué un concile général à Éphèse, dans lequel il refusa l'autorité théologique, morale et hiérarchique de Léon. Le Pontife assembla ensuite à Rome un synode des évêques italiens pour condamner les actes d'Éphèse. Les décisions furent immédiatement communiquées à Constantinople à l'empereur, à sa sœur Pulchérie (399-453), au patriarche de Constantinople Saint-Flavien (? -449), au clergé et à tous ceux qui étaient restés orthodoxes en Orient. Le pape s'est également adressé directement aux souverains de Ravenne, qu'il reçoit à Rome le 22 février 450 à l'occasion de la fête de la cathédrale de Pétrie ; après l'audience privée, Galla Placidia, Valentinien et son épouse Eudossia (vers 422-493) avaient déjà écrit depuis Rome quatre lettres aux parents de Constantinople, les invitant à intervenir rapidement pour éviter le schisme. Les lettres, rassemblées dans les épîtres de Léon Ier (55, 56, 57, 58) étaient adressées à Théodose II et à Pulchérie : Galla Placidia a écrit aux deux et le contenu des lettres indique l'exhortation à revoir la question dans l'intérêt de l'union de l'Église et à respecter les principes de la doctrine apostolique romaine. Les lettres de Galla exposent le thème de la primauté de la ville de Rome à la fois comme siège antique de l'Empire et comme siège de Saint Pierre, le tout en accord avec le pape Léon. Bien que Théodose n'ait donné aucun signe de rétablissement, sa mort soudaine (28 juillet 450) et la montée sur le trône de Pulchérie et de son époux Marcien (392 vers 457) ont marqué la fin des théories d'Eutichès.

 

Il existe de nombreuses preuves de la cohérence de la foi de Galla Placidia non seulement sur le plan historique, mais aussi dans sa commande artistique, qui a donné au mausolée de Ravenne qui porte son nom le sommet de sa croyance et de son éternel sens de la beauté divine. Selon la tradition, elle a fait construire ce mausolée impérial pour son mari Constance III, son frère Honorius et pour elle-même. Cependant, en 450, elle mourut à Rome et fut enterrée dans le mausolée honoraire, érigé près de l'ancienne basilique Saint-Pierre au Vatican pour abriter les restes de l'empereur Honorius et de sa famille.

 

La tradition orale du mausolée de Galla Placidia est relatée par Agnello Ravennate, prêtre et historien, dans son Liber pontificalis ecclesiae ravennatis. Selon des études réalisées sur le mausolée, le bâtiment a été annexé à l'église de Sainte Croix, accessible via le narthex aujourd'hui détruit. En entrant dans ce lieu, on est frappé et enchanté par les compositions sublimes et la vivacité des couleurs de la magnifique structure en mosaïque, faite de pâte de verre, probablement le travail de travailleurs d'origines différentes, depuis le volume réaliste des figures de San Lorenzo , dans la lunette arrière, et du Bon Pasteur, au-dessus de l'entrée du sacellum, ramènent à un style plus romano-occidental qu'aux figures hiératiques et volumes imaginaires du style byzantin-oriental. Le dôme est dominé par la croix dans une voûte d'étoiles de taille décroissante vers le haut, qui forment un tourbillon sur fond bleu, selon un schéma qui se poursuivra tout au long du Moyen Âge et au-delà. La représentation du ciel nocturne se poursuit sans interruption vers les quatre panaches, où le tétramorphe est représenté: les symboles représentés ici se trouvent dans le Livre d'Ézéchiel (1, 10; 1, 26) et dans l' Apocalypse de Jean (chap.4). ). Les lunettes du dôme présentent des paires d'apôtres, les bras levés en adoration vers le centre idéal du bâtiment, la croix. Parmi les apôtres, saint Pierre et saint Paul se distinguent. Les colombes, sur la pelouse des apôtres, symbolisent les âmes devant la source de la grâce divine. Au centre il y a des fenêtres, couvertes de plaques translucides d'albâtre, et la lumière, comme dans tout l'art de Ravenne, joue le rôle symbolique de la présence de Dieu. Dans la lunette au-dessus de l'entrée il y a une représentation du Bon Pasteur et du ses doux moutons; c'est l'un des premiers témoignages de cette figure dans un décor monumental, puisqu'elle n'était très présente que dans les catacombes. Dans la lunette opposée, cependant, il y a l'image de San Lorenzo; mais il y a une autre hypothèse, qui considère la possibilité que Saint-Laurent soit, en réalité, le Christ lui-même, peigné dans le style syrien, qui indique les quatre évangiles comme symbole de la vérité, tandis que les livres hérétiques brûlent sur le gril, un danger pour le salut des âmes et pour l'intégrité des enseignements de l'Église. Galla Placida savait que l'existence même de l'Église peut être compromise par des idées et des mensonges déformés; son œuvre d'une clarté sage demeure pour les femmes et les hommes de notre temps si confus et plongés dans des mensonges à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église, phare de la raison et de la foi.

 

La tradition orale sur le mausolée de Galla Placidia est rapportée par Agnello Ravennate, prêtre et historien, dans son Liber pontificalis ecclesiae ravennatis. Selon les études réalisées sur le mausolée, le bâtiment a été annexé à l'église de la Sainte Croix, accessible par le narthex maintenant détruit. En pénétrant dans ce lieu, on est frappé et enchanté par les compositions sublimes et les couleurs vives des magnifiques mosaïques, réalisées en pâte de verre, probablement l'œuvre d'ouvriers de différentes origines, puisque les volumes réalistes des figures de Saint Laurent, dans la lunette du fond, et du Bon Pasteur, sur l'entrée de la Chapelle, renvoient à un style plus romain-occidental que les figures hiératiques et les volumes imaginaires du style byzantin-oriental. Le dôme est dominé par la Croix dans une voûte d'étoiles de taille décroissante vers le haut, qui forment un tourbillon sur un fond bleu, selon un modèle qui se poursuivra tout au long du Moyen Âge et au-delà. La représentation du ciel nocturne se poursuit de manière fluide vers les quatre pendentifs, où le tétramorphe est représenté : les symboles représentés ici se trouvent dans le livre d'Ézéchiel (1, 10 ; 1, 26) et dans l'Apocalypse de Jean (ch. 4). Les lunettes du dôme représentent des paires d'apôtres, les bras levés en adoration vers le centre idéal de l'édifice, la Croix. Saint Pierre et Saint Paul se distinguent parmi les Apôtres. Les colombes, sur la pelouse chez les Apôtres, symbolisent les âmes devant la source de la grâce divine. Au centre se trouvent les fenêtres, recouvertes de plaques d'albâtre translucide, et la lumière, comme dans tout art à Ravenne, joue le rôle symbolique de la présence de Dieu. Dans la lunette au-dessus de l'entrée, il y a une représentation du Bon Pasteur et de ses doux moutons ; c'est l'un des premiers témoignages de cette figure dans le site monumental, puisqu'elle n'était très présente que dans les catacombes. Dans la lunette opposée, en revanche, on trouverait l'image de Saint Laurent ; mais il existe une autre hypothèse, qui envisage la possibilité que Saint Laurent soit, en réalité, le Christ lui-même, coiffé à la syrienne, qui indique les quatre Évangiles comme symbole de la Vérité, tandis que les livres hérétiques brûlent sur le gril, un danger pour le salut des âmes et pour l'intégrité des enseignements de l'Église. Galla Placida savait que l'existence même de l'Église peut être minée par des idées déformées et des mensonges; son œuvre d'une sage clarté reste pour les femmes et les hommes d'aujourd'hui si confus et plongés dans des mensonges à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église, comme un phare de la raison et de la foi.

Le Bon Pasteur, Mausolée de Galla Placidia, Ravenne, Italie

Le Bon Pasteur, Mausolée de Galla Placidia, Ravenne, Italie

Le Martyre de Saint-Laurent, Mausolée de Galla Placidia, Ravenne, Italie

Le Martyre de Saint-Laurent, Mausolée de Galla Placidia, Ravenne, Italie

 Colombes s'abreuvant, symbole du baptême, Mausolée de Galla Placidia, Ravenne, Italie

Colombes s'abreuvant, symbole du baptême, Mausolée de Galla Placidia, Ravenne, Italie

Mausolée de Galla Placidia, Coupole centrale, Mausolée de Galla Placidia, Ravenne, Italie

Mausolée de Galla Placidia, Coupole centrale, Mausolée de Galla Placidia, Ravenne, Italie

Repost0
30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 18:46
https://fr.aleteia.org/2020/05/30/jeanne-darc-nous-montre-comment-reprendre-notre-destin-en-main/

https://fr.aleteia.org/2020/05/30/jeanne-darc-nous-montre-comment-reprendre-notre-destin-en-main/

[...]

 

Née en 1412 dans une famille de paysans aisés du Barrois mouvant, elle est fille des frontières et de la guerre. Depuis que Charles VI a été atteint de folie, les grands féodaux n’ont cessé de se déchirer. Les Anglais en ont profité pour envahir le royaume et se sont entendus avec le duc de Bourgogne pour déshériter le dauphin de ses droits à la couronne. Réfugié à Bourges, Charles VII n’est pas le roi « paresseux et endormi au sein de la belle Agnès » que dépeindront les historiographes des Bourbons, mais quoi qu’il entreprenne, il va de défaite en défaite. Il commence même à douter de sa légitimité. Les Anglais font en effet courir le bruit que sa mère, Isabeau de Bavière, étant une débauchée, il ne serait pas le fils de son père. En octobre 1428, Orléans est assiégée. Si les Anglais prennent la ville, rien ne les empêchera plus de franchir la Loire et lui qu’on n’appelle déjà plus que « le roi de Bourges » devra se réfugier en Écosse ou en Espagne. C’est alors que Jeanne surgit comme un météore.

 

À l’âge de 13 ans, elle a entendu une voix dans le jardin de son père : Dieu l’a choisie pour sauver le royaume. Il faut qu’elle lève une armée et se porte au secours du roi. Après avoir attendu quatre ans – cette mission lui semblait tellement inouïe -, elle part à Vaucouleurs puis à Chinon pour convaincre Charles VII :

 

Je te dis de la part de Messire que tu es vrai héritier de France et fils de roi, et il m’a envoyée à toi pour te conduire à Reims pour que tu reçoives ton couronnement et ta consécration si tu le veux.

 

Jeanne d’Arc incarne l’union maximale du ciel et de la terre, tant au niveau personnel que collectif. Rien n’est plus naturel en elle que le surnaturel, ni de plus enraciné que sa foi. Chacun de ses actes semble ramener le monde à quelque chose de l’unité de ses origines, et sa mission de libérer sa patrie et de faire sacrer son roi répond au même impératif d’unité. La patrie est à ses yeux le chemin le plus naturel pour rejoindre Dieu par la société de ses pères et la médiation de son roi.

 

Par-delà la levée du siège d’Orléans et le sacre de Reims, sa mission était de faire advenir le Royaume. Le Royaume céleste dans le Royaume terrestre, l’un dans l’autre et l’un par l’autre. Sachant que le Royaume de Dieu ne sera jamais totalement de ce monde, sa mort sur le bûcher, comme celle du Christ en croix, étant là pour nous le rappeler.

 

Jeanne nous montre comment reprendre notre destin en main. En remettant Dieu au cœur de nos vies. Pour elle, Dieu seul rend libre, et défendre les droits de Dieu sur terre est le meilleur moyen de défendre les droits de l’homme. C’est parce qu’elle avait Dieu pour seul maître qu’elle a pu démasquer les idéologies de son temps et défier tous les puissants pour libérer son pays. Parce qu’elle n’avait accordé sa foi qu’à Dieu qu’elle a pu justifier son droit de s’échapper de prison. Et parce qu’il devait être « premier servi » qu’elle a trouvé la force de préférer la liberté dans la mort plutôt que la soumission.

 

 

Jeanne d’Arc, sur la terre comme au ciel, Pauline de Préval, presses de la Renaissance, mars 2020.

 

Source: Aleteia

*****

Edit. du dimanche 31 mai 2020. Une lectrice me fait observer non sans raison : "Quel contresens de vouloir lier la mission de Jehanne à La Défense des droits de l'homme ! C'est un anachronisme grossier et un contre sens. La religion de Jehanne est catholique et non droitdelhommiste".

 

Compte tenu de l'impasse philosophique et spirituelle de la déclaration des droits de l'homme de 1789, pour contrebalancer la vision étroite de cet article simplement rattaché aux droits de l'homme, on peut lire "Les saints de sainte Jehanne d’Arc" par le Révérend Père Joseph – Capucin de Morgon (69) 16 mai 2020, et surtout répéter les mots de saint Pie X lors de la béatification de sainte Jeanne d'Arc, le 13 décembre 1908 : 

"Vous direz aux Français qu’ils fassent leur trésor des testaments de saint Rémi, de Charlemagne et de saint Louis, qui se résument en ces mots si souvent répétés par l’héroïne d’Orléans : Vive le Christ qui est roi de France. A ce titre seulement, la France sera grande parmi les nations. A cette clause, Dieu la protégera et la fera libre et glorieuse."

Repost0
28 mai 2020 4 28 /05 /mai /2020 09:53

L'épisode récent de maintien par les gouvernements de l’interdiction du culte public après la fin du confinement - ce qu'en France le Conseil d’État vient de juger illégal - a montré que la laïcité entendue comme la distinction des pouvoirs temporel et spirituel a été méprisée par des gouvernements occidentaux tentés par un monisme du pouvoir, que l'on n'avait pas vu depuis le fascisme italien. "De ce point de vue, la menace totalitaire est autant devant nous que derrière nous."

Une occasion pour l'Eglise de jouer son rôle et de "regagner, en servant ainsi le vrai bien commun, le crédit qu’elle semble avoir perdu auprès des peuples d’Occident" :

https://www.lefigaro.fr/vox/religion/benoit-schmitz-l-eclipse-du-pouvoir-spirituel-et-le-sort-des-libertes-publiques-20200519

https://www.lefigaro.fr/vox/religion/benoit-schmitz-l-eclipse-du-pouvoir-spirituel-et-le-sort-des-libertes-publiques-20200519

De Benoît Schmitz, historien, sur le Figaro Vox :

 

L'éclipse du pouvoir spirituel et le sort des libertés publiques

 

19 mai 2020

 

FIGAROVOX/TRIBUNE - L’historien replace la question de l’autorisation du culte public dans la longue histoire des relations entre l’Église et l’État dans les pays occidentaux. Benoît Schmitz est normalien, agrégé d’histoire et ancien membre de l’École française de Rome. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2013, porte sur «Le Pouvoir des clefs au XVIe siècle. La suprématie pontificale et son exercice face aux contestations religieuses et politiques». Dans ses recherches, il s’est intéressé au rôle joué par la papauté dans l’Europe du XVIe siècle en examinant l’usage qu’elle fit du pouvoir d’excommunier et de déposer les princes.

 

Le maintien par le gouvernement de l’interdiction du culte public après la fin du confinement, que le Conseil d’État vient de juger illégal, a suscité de nombreuses protestations de la part des autorités ecclésiastiques et des fidèles catholiques. Mais, même s’il y eut quelques exceptions - certains évêques relevant, en substance, que l’Église n’est pas soumise à l’État dans les choses spirituelles, qu’«il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes» (Actes des Apôtres 5, 29) et que le gouvernement s’inspire, dans ses autorisations et prohibitions, d’une anthropologie pour le moins réductionniste -, la ligne dominante, exprimée par la Conférence des évêques de France et son président, ne s’en est pas moins cristallisée très rapidement en un appel à l’apaisement et à l’obéissance au pouvoir civil. Certes, beaucoup de bonnes raisons justifiaient la plus grande prudence: la nocivité d’un virus encore mal connu, l’incurie des autorités publiques, la fragilité d’une société d’autant plus exposée au mal qu’elle se croyait devenue invulnérable aux épidémies, une opinion publique tenaillée par la peur et acquise au sacrifice de certaines libertés pourvu que l’État protégeât les citoyens de la mort, tout invitait sans doute à poursuivre loyalement l’effort national pour endiguer la propagation de la maladie.

 

Les arguments qui ont été avancés mais aussi ceux qui ont été passés sous silence ne laissent toutefois pas de surprendre l’historien qui étudie, dans la longue durée, les relations entre l’Église et l’État. En premier lieu, la communication officielle des instances ecclésiales a mis l’accent sur la blessure que le mépris du gouvernement aurait infligée aux croyants. Selon une pente propre au catholicisme contemporain, enclin au sentimentalisme, les décisions du pouvoir n’ont pas été considérées politiquement et juridiquement, mais affectivement, comme si l’Église devait, comme d’autres groupes et minorités, voir d’abord en l’État une sorte de mère dont il faudrait rechercher désespérément la reconnaissance et l’approbation. De surcroît, une bonne part des réactions épiscopales semble avoir été dictée par le refus de tout conflit avec le pouvoir civil. Aucune condamnation formelle de l’atteinte portée à la liberté de l’Église n’a été prononcée, ce qui pouvait se faire même sans appeler les fidèles à la désobéissance civile. Les voies de recours qu’autorise le droit positif et que viennent de suivre avec succès certaines associations de prêtres ou de citoyens, ainsi qu’un parti politique, n’ont pas même été tentées par les évêques. Enfin, si on a rappelé, à juste titre, la tradition chrétienne de soumission aux pouvoirs publics, on a mis sous le boisseau la doctrine tout aussi chrétienne qui fixe de justes limites au pouvoir de l’État et distingue le pouvoir spirituel du pouvoir temporel.

 

La chose est encore plus saisissante en Italie car ce dualisme y est incorporé à l’ordre constitutionnel, l’article 7 de la Constitution de 1947, élaborée sur les décombres du totalitarisme fasciste, précisant que «l’État et l’Église catholique sont, chacun dans son ordre propre, indépendants et souverains». Le principe a été réaffirmé par l’article 1 du concordat de 1984 entre le Saint-Siège et la République italienne. Sa portée est nettement indiquée par l’article 2: «est garantie à l’Église la liberté […] d’exercice public du culte». Le gouvernement italien n’en a pas moins suspendu par décret-loi les cérémonies religieuses. Le déconfinement venu, le pouvoir civil a décidé de maintenir l’interdiction, ce qui a conduit la Conférence épiscopale italienne, jusque-là très conciliante avec le président du Conseil, Giuseppe Conte, à émettre une vive protestation, le 26 avril 2020. Deux jours plus tard, lors de sa messe, le pape François a formulé une intention de prière demandant «la grâce de la prudence et de l’obéissance aux dispositions», qui a sonné comme un désaveu et un appel à se soumettre au pouvoir civil, y compris dans les matières spirituelles.

 

La crise sanitaire agit ici à la manière d’un révélateur de mutations déjà advenues mais restées inaperçues, soit qu’on vive encore sur des catégories devenues inopérantes, soit qu’on ne conçoive même plus l’ancien dualisme qui organisait la répartition des pouvoirs entre l’Église et l’État. Cet effacement du rapport dialectique entre la puissance temporelle et la puissance religieuse - ou de ce qu’on appelle parfois la question théologico-politique - s’explique d’abord par la suspicion dans laquelle le catholicisme contemporain tient la notion même de pouvoir spirituel. Dans un article de 1993, Pierre Manent en avait déjà fait le constat: l’Église «cesse de se présenter comme le gouvernement le plus nécessaire et le plus salutaire […] ; elle se fait simplement le critique de tous les gouvernements, y compris de ce que fut au long des siècles le gouvernement de l’Église ; elle se fait “belle âme” collective, se présentant aux hommes comme “porteuse d’idéaux et de valeurs”». La promotion d’un christianisme évidé de toute prétention au pouvoir se nourrit du contre-modèle que serait «l’ère constantinienne», durant laquelle l’Église se serait compromise avec les puissances de cette terre, au point d’être, selon les moments, ou toute-puissante, ou captive. Or ce récit méconnaît le dédoublement du pouvoir qui fut le grand apport du christianisme et la principale cible de la philosophie politique moderne: de Machiavel à Rousseau, en passant par Spinoza et Hobbes, l’Église fut accusée d’avoir semé le désordre en brisant la nécessaire unité du pouvoir et d’avoir plongé les hommes dans les affres d’une double allégeance. L’histoire de l’Occident est d’abord celle de la lutte opposant l’Église et l’État pour le monopole du pouvoir et de son heureux effet, les deux pouvoirs se bornant l’un l’autre et mettant, par leur conflit même, la liberté des hommes à l’abri de la tentation de la toute-puissance, qu’elle soit temporelle ou spirituelle. Fénelon a résumé la chose d’une formule tranchante: «l’Église peut excommunier le prince, et le prince peut faire mourir le pasteur».

 

[...] 

 

Dans un ultime article, paru de manière posthume en 2017, le grand historien italien Paolo Prodi (1932-2016) a rappelé avec force ce que l’Occident doit à la distinction et à la dialectique des pouvoirs spirituel et temporel et s’est inquiété du vide laissé par l’écroulement des piliers soutenant l’édifice occidental. Avec le dualisme chrétien s’estompe ce qui avait longtemps évité à l’Europe la pétrification du pouvoir et posé, à chaque conscience, le problème de la légitimité du commandement et de l’obéissance. Se raccrocher au rationalisme des Lumières et à l’État de droit conçu selon les canons du constitutionnalisme moderne est, aux yeux de Prodi, une réponse illusoire. Il y a en effet beaucoup de naïveté à croire que la raison peut s’instituer ellemême et qu’elle peut se passer d’une référence extérieure. Comme l’a montré Alain Supiot, à la suite de Pierre Legendre, les sociétés humaines et leurs ordres juridiques ont des fondements dogmatiques. L’autonomie des hommes ne se déploie que sur le fond d’une hétéronomie fondatrice. Refuser par principe toute transcendance, toute possibilité d’un pouvoir spirituel référé à une instance tierce, garante de ce qui fait en l’homme l’humain, c’est ouvrir la voie à un système autoréférentiel où le bien commun disparaît au profit d’idéologies scientistes faisant du pouvoir et du droit de simples instruments de domination.

 

De ce point de vue, la menace totalitaire est autant devant nous que derrière nous. Avec une grande lucidité et un réel courage civique par ces temps de psychose, des esprits aussi divers que Pierre Manent, Joshua Mitchell, Maxime Tandonnet, Jean-Philippe Vincent, Renaud Girard, Giorgio Agamben, François Sureau, Jean Quatremer et bien d’autres encore ont relevé les abus de pouvoir auxquels s’est livré l’État en imposant «le confinement général sous surveillance policière»* (Pierre Manent). Face à une pandémie comme face à d’autres menaces pressantes, il peut être légitime d’instituer une forme de dictature (provisoire et limitée), restreignant l’exercice des libertés: l’état d’exception reste alors dans le cadre de l’État de droit. Mais la tentation est grande de basculer dans une tyrannie (permanente et illimitée), qui, au nom de la protection contre la mort et de la préservation de la «vie nue» (Giorgio Agamben), s’arroge le droit de suspendre les libertés publiques, de définir, pour chacune de nos existences et au nom d’un matérialisme d’État, le nécessaire et le superflu (c’est bien ce qui est en cause dans l’interdiction des cultes), et qui finit par ne plus viser qu’un seul bien (une santé physique elle-même conçue, de manière atrophiée, comme la simple survie à la Covid19, et évaluée à la seule aune du nombre, en baisse ou en hausse, des morts de cette maladie) au détriment de tous les autres biens qui entrent dans la composition de la vie bonne et du bien commun. Nul besoin d’imputer un noir dessein au gouvernement, ou de divaguer sur les complots que fomenteraient des forces occultes: l’État ne fait que céder au courant dominant d’une société tétanisée par le spectre de la mort et prête à échanger ses libertés fondamentales contre son soulagement.

 

Tocqueville nous avait mis en garde (De la démocratie en Amérique, 2e t., 1840): «Nos contemporains sont incessamment travaillés par deux passions ennemies: ils sentent le besoin d’être conduits et l’envie de rester libres. Ne pouvant détruire ni l’un ni l’autre de ces instincts contraires, ils s’efforcent de les satisfaire à la fois tous les deux. Ils imaginent un pouvoir unique, tutélaire, tout puissant, mais élu par les citoyens. Ils combinent la centralisation et la souveraineté du peuple. Cela leur donne quelque relâche. Ils se consolent d’être en tutelle, en songeant qu’ils ont eux-mêmes choisi leurs tuteurs». «Plus étendu et plus doux» que les anciennes tyrannies, le despotisme des temps démocratiques dégrade «les hommes sans les tourmenter»: «le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse». Réduits en cette servitude émolliente, les citoyens «perdent peu à peu la faculté de penser, de sentir et d’agir par eux mêmes» et «tombent ainsi graduellement au-dessous du niveau de l’humanité». Le conformisme se répand par «une sorte de pression immense de l’esprit de tous sur l’intelligence de chacun».

 

Les régimes démocratiques laissent certes une part à la liberté ; dans les régimes totalitaires, les tendances despotiques ont libre cours. Mais, là encore, celles-ci ont leur siège dans les désirs et le consentement du peuple. «Si le totalitarisme consistait en la persécution d’une nation innocente par une poignée de tyrans, écrit le sinologue Simon Leys, qui fut parmi les premiers à dénoncer l’imposture de la Révolution culturelle, il devrait être relativement facile d’en venir à bout. En réalité, l’exceptionnelle force de résistance que possède le système résulte précisément de ce qu’il a réussi à associer les victimes elles-mêmes à l’organisation et à la gestion de la terreur ; il les a fait participer à ses crimes, il en a fait des collaborateurs et des complices actifs des bourreaux. En conséquence, les victimes finissent par avoir ellesmêmes intérêt à préserver le régime qui les torture et les écrase». En février 1974, à la veille d’être banni de l’Union soviétique, Soljénitsyne écrivait: «Ce n’est pas de leur faute à eux, c’est de la nôtre, de la nôtre SEULEMENT!». «Nous sommes si irrémédiablement déshumanisés que, pour toucher notre modeste ration de nourriture aujourd’hui, nous sommes prêts à sacrifier tous nos principes, notre âme, tous les efforts de nos ancêtres, toutes les espérances de nos descendants, tout, pourvu qu’on ne touche pas à notre chétive existence». «Et c’est là justement que se trouve, négligée par nous, mais si simple, si accessible, la clef de notre libération: LE REFUS DE PARTICIPER PERSONNELLEMENT AU MENSONGE!».

 

Face aux formes contemporaines de tyrannie, il serait périlleux de ne compter, pour sauvegarder les libertés publiques, que sur les garanties constitutionnelles et les décisions du Conseil constitutionnel et du Conseil d’État, même s’il est heureux pour notre République que ces juridictions aient rendu, en ce temps de déconfinement, plusieurs décisions au rebours des mesures abusives du gouvernement. La résistance aux velléités totalitaires de l’État et de la société dépend d’abord du courage civique et de l’intelligence politique de chaque citoyen.

 

C’est là que nous retrouvons le pouvoir spirituel et ce qu’il peut représenter pour chacun de nous, croyant ou non. Le dualisme propre à la tradition occidentale établit que le pouvoir temporel n’est pas le seul pouvoir. La faculté de dire non, de refuser son consentement et sa participation, à un État dévoyé peut trouver un puissant renfort dans le pouvoir de l’Église. En 1978, le futur Benoît XVI avait exposé l’alternative fondamentale: «ou bien […] on attribue à l’État le pouvoir séculier unique et tout-puissant, ou bien, selon la solution romaine, on érige la papauté en vis-à-vis, à la fois impuissant et puissant, du pouvoir séculier». Dans la seconde hypothèse, le pouvoir pontifical est un signe de contradiction, «une opposition explicite au pouvoir du monde comme pouvoir unique».

 

Sans doute vivons-nous un moment d’éclipse du pouvoir spirituel. Mais le propre d’une éclipse est de ne pas durer. Déjà, des pasteurs se sont élevés pour défendre la liberté de culte et, avec elle, les autres libertés publiques. Monseigneur Bernard Ginoux, évêque de Montauban, a par exemple publié le 11 mai 2020 une lettre pastorale où il dénonce «l’atteinte aux droits des fidèles catholiques de participer librement à la messe», rappelle que la loi civile injuste n’oblige pas, s’inquiète «d’une atteinte aux droits humains fondamentaux qui pourrait entraîner d’autres dérives» et invite ses diocésains à «vivre librement [leur] foi». Encouragés par l’ordonnance du Conseil d’État, d’autres suivront. Et, qui sait? Peut-être l’Église pourrait-elle regagner, en servant ainsi le vrai bien commun, le crédit qu’elle semble avoir perdu auprès des peuples d’Occident.

 

 

Source: Le Figaro / Belgicatho

Repost0