Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 18:09

Voilà... une petite mise au point sur ce que cachent les programmes d'éducation sexuelle "dès le plus jeune âge" qui se mettent lentement, mais sûrement, en place au niveau de l'éducation nationale. Que ceux qui sont pour ce genre d'éducation lisent attentivement cet article et les liens référencés et on en reparle ensuite, car l'heure est grave, tout comme le sujet abordé : "Dit plus simplement, une telle éducation serait une véritable « fabrique à pervers ». On passerait dès lors d'une production « artisanale » (contexte familial incestuel, spécifique et plutôt rare), à une production « industrielle » de pervers (éducation nationale généralisée, et structures socialisantes de l’État)."


Merci à Ariane Bilheran pour sa relecture attentive et ses commentaires venus enrichir cet article. (Source)

 

« L’enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres, rien n’est moins sensé que d’y vouloir substituer les nôtres. » (Jean-Jacques Rousseau, 1761, Julie ou La nouvelle Héloïse)

 

Ce titre vous choque ou vous interpelle ?

 

Avant de porter un quelconque jugement, asseyez-vous tranquillement, prenez le temps de respirer calmement et de lire cet article jusqu’au bout avec toute l’attention requise pour bien appréhender ce sujet, car l’affaire est grave et les informations dispensées ici émanent toutes d’institutions ou d’organismes officiels tel que l’ONU (UNESCO), l’OMS, l’Europe, le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de la Santé etc. ou d’associations qui ne fonctionnent que grâce aux subventions provenant de nos impôts.

 

Ceci précisé, il me faut dire un mot sur les circonstances dans lesquelles cet article a été rédigé. Cela fait maintenant près d’une dizaine d’années que j’échange avec diverses personnes sur la question d’un mouvement totalitaire qui se déploie dans notre société. Et plus particulièrement avec Ariane Bilheran qui s’est fait une spécialité d’étudier la psychologie et la pathologie du pouvoir. Bien que méconnue, ses travaux sont une référence majeure pour bien comprendre cette problématique (en particulier sur le harcèlement, l’autorité et la paranoïa). Elle vient récemment de faire paraître une somme de vingt ans de recherches sur le harcèlement que j’ai eu l’honneur de préfacer.

Donc, dans le cadre de l’analyse des idéologies qui concourent à installer un « totalitarisme soft » de façon perfide et totalement abjecte, Ariane Bilheran m’a demandé d’investiguer plusieurs textes officiels pour l’aider dans son travail de décryptage et d’étude concernant la nouvelle lubie de tous les gouvernements qui se succèdent depuis le début des années 2000, à savoir, « l’éducation à la sexualité », « dès le plus jeune âge », sur laquelle j’avais déjà écrit un billet qui aurait nécessité un traitement particulier sans être amalgamé avec un autre sujet (cf. « Affaire Dieudonné et théorie du genre, etc. : le harcèlement moral s’institutionnalise » paru le 20 février 2014 sur le site Agoravox).

 

Ces publications sur « l’éducation sexuelle » sont désormais si nombreuses, qu’il faudrait une « armée » pour toutes les décoder au regard des connaissances scientifiques actuelles dont nous disposons sur le développement psychique de l’enfant. Aussi, ne vais-je ici n’en sélectionner qu’un seul qui me paraît être paradigmatique de toute l’idéologie motivant en haut lieu les programmes d’« éducation sexuelle », « dès le plus jeune âge ». D’autant qu’il me faut être concis, tout en restant très précis, pour ne pas noyer l’essentiel dans un dédale d’informations souvent contradictoires.

 

Tout d’abord de manière à bien cadrer le propos, que devons-nous entendre par l’expression « dès le plus jeune âge » ?

 

La réponse est simple. Vous la trouvez dans un communiqué de presse de l’OMS publié sur leur site le 20 octobre 2010 : « Nouvelles recommandations européennes sur l’éducation sexuelle : selon les experts, l’éducation sexuelle devrait commencer dès la naissance » où le docteur Gunta Lazdane[1], conseillère régionale pour la santé sexuelle et génésique[2] au Bureau régional européen, qui a coordonné la rédaction des Standards pour l’éducation sexuelle en Europe, déclare : « La particularité de ces nouvelles recommandations, au-delà du thème abordé, c’est qu’elles insistent sur la nécessité de commencer l’éducation sexuelle dès la naissance. Elles expliquent également les compétences spécifiques que les enfants et les jeunes doivent acquérir, ainsi que les comportements à promouvoir à des périodes déterminées de l’existence. »

 

On ne saurait être plus clair !

Pourtant, malgré ces déclarations d’intentions, une très grande majorité de gens croient encore que cette éducation n’est qu’une « information » est qu’elle est prodiguée dans « l’intérêt supérieur des enfants ». Nous allons voir ce qu’il en est, textes de base à l’appui. La lecture de ces Standards qui donnent la direction à suivre pour tous les pays européens, est éminemment recommandée, de même que la critique qu’a déjà pu en faire Ariane Bilheran dans son livre L’imposture des droits sexuels ou la loi du pédophile au service du totalitarisme mondial, mais ce ne sont pas ces écrits qui font l’objet de notre examen.

 

Le document sélectionné et analysé ici est téléchargeable sur le site eduscol.education.fr[3] du ministère de l’Éducation nationale. Il nous a été communiqué suite à une polémique née après les alertes vidéos lancées par Ariane Bilheran le 30 mars 2017 et le 26 avril 2017, rapidement suivies par la vidéo du Pr Maurice Berger le 9 juin 2017 qui s’expriment au nom d’un collectif de professionnels spécialisés dans la petite enfance et l’adolescence. Constitué uniquement de pédopsychiatres, de psychologues cliniciens et autres professionnels exerçant un métier en rapport avec la protection de l’enfance (et non pas de gynécologue-obstétricien, cf. note1, ou autres spécialités médicales du genre qui n’ont strictement rien à voir avec le développement psychique et la protection de l’enfant), cette association a lancé une pétition en ligne accompagnée d’un préambule et d’une lettre explicative du Pr Berger qu’il est utile de lire avant de se prononcer, car cette lettre explique bien la différence entre « éducation » et « prévention ». Deux notions qui sont totalement amalgamées par les programmes d’« éducation à la sexualité ».

 

Et enfin, avant d’aborder le contenu de ce guide, il convient de dire un mot sur la façon dont la perversion s’infiltre dans nos sociétés. Ce qu’Ariane Bilheran résume dans ses travaux de façon imagée par l’expression « bonbon empoisonné » ou « les trois gouttes d’arsenic dans un litre de lait ». Dans son livre Lti, la langue du IIIe Reich[4], Victor Klemperer écrit : « Le nazisme s’insinua dans la chair et le sang du grand nombre à travers des expressions isolées, des tournures, des formes syntaxiques qui s’imposaient à des millions d’exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. […] La langue ne se contente pas de poétiser et de penser à ma place, elle dirige aussi mes sentiments, elle régit tout mon être moral d’autant plus naturellement que je m’en remets inconsciemment à elle. Et qu’arrive-t-il si cette langue cultivée est constituée d’éléments toxiques ou si l’on en a fait le vecteur de substances toxiques ? Les mots peuvent être comme de minuscules doses d’arsenic : on les avale sans y prendre garde, ils semblent ne faire aucun effet, et voilà qu’après quelque temps l’effet toxique se fait sentir. »

Les nazis avaient bien compris l’utilité et l’impact des slogans pour propager leur idéologie et Victor Klemperer a parfaitement su saisir l’importance du langage dans cette opération d’emprise et de séduction.

 

À la façon de Victor Klemperer, nous allons voir en quoi des expressions isolées, des tournures de phrases, des formes syntaxiques, qui se sont imposées dans les programmes d’« éducation sexuelle », sont adoptées de façon mécanique, automatique et inconsciente sans même qu’elles soient critiquées par la majorité des personnes concernées.

Toutefois, compte tenu de la mise en garde formulée avec l’exemple étudié par Victor Klemperer et les aphorismes d’Ariane Bilheran, nous devons bien comprendre que tous les éléments de langage subversifs relatifs à la sexualité infantile sont recouverts de propos mielleux et de principes vertueux destinés à nous faire avaler de minuscules doses d’arsenic sans que nous y prenions garde.

En effet, ce procédé rhétorique, que j’ai déjà évoqué par ailleurs, a connu un fort succès lors des dernières présidentielles françaises. Il consiste à dire tout et son contraire en jouant sur les biais cognitifs (d’attention sélective, de confirmation, de croyance, etc.[5]) de telle sorte que l’auditeur d’un tel message soit inconsciemment porté à croire aux bonnes résolutions énoncées plutôt qu’à s’inquiéter de la légitimité et de l’impact des méthodes appliquées. Et c’est très exactement là que le bât blesse : lorsque l’affaire est rondement menée, personne n’ira plus contrôler la validité des concepts et de leur origine, ni les effets des techniques éducatives employées puisqu’elles seront réputées être dispensées pour le bien des enfants, des personnes et de la société. Or, en matière d’« éducation sexuelle », « dès le plus jeune âge », les effets sont connus d’avance par les véritables spécialistes du sujet : ils se traduisent par un arrêt brutal du développement émotionnel, psychique, voire intellectuel, chez des enfants traumatisés par la rencontre du réel et de l’imaginaire. Ce qui constitue le principe même du « meurtre psychique ». Dit plus simplement, une telle éducation serait une véritable « fabrique à pervers ». On passerait dès lors d’une production « artisanale » (contexte familial incestuel, spécifique et plutôt rare), à une production « industrielle » de pervers (éducation nationale généralisée, et structures socialisantes de l’État).

 

De quoi nous parle donc ce guide du formateur à l’éducation à la sexualité au collège et au lycée ?

 

Je n’irais pas jusqu’à commenter l’ensemble de ce document puisque, comme nous l’avons vu, il énonce de grands principes vertueux en dissimulant soigneusement le poison qu’il instille sournoisement. Nous allons voir où et comment en trois exemples seulement (c’est une limite que je me suis fixée pour ne pas faire traîner en longueur cet article, mais il en existe bien d’autres encore).

 

Toute l’argumentation servant à justifier les programmes d’« éducation à la sexualité » repose, soi-disant, sur des découvertes « scientifiquement prouvées » concernant le développement dit « psychosexuel » de l’enfant. Il est donc clair que la validité et la pertinence de cette « éducation à la sexualité » passent par la connaissance de ces études « scientifiques ». Lisons donc les passages de ce guide du formateur à la sexualité infantile pour en connaître l’origine. Ils se trouvent au chapitre « Comment se structure la sexualité ? », pages 11 à 15.

Le contributeur nous informe que « c’est à partir de la sexualité infantile que nous envisageons la sexualité comme l’organisateur fondamental de l’humain », tout en ayant pris soin de nous prévenir que « par “sexualitéˮ, nous entendons “psychosexualitéˮ, c’est-à-dire ce qui caractérise en ce domaine l’humain par rapport au biologique animal, soit une sexualité réglée et socialisée dans le cadre de la différence des sexes et de la différence des générations. »

Par cette introduction, Robert Dubanchet nous informe que la « science » sur laquelle repose tout le programme d’« éducation à la sexualité » est la psychanalyse. Je ne vais pas revenir sur ma position concernant cette discipline que j’ai déjà exposée dans deux articles : je suis favorable à la psychanalyse et lui reconnais une place importante dans notre culture. Cependant, il y a psychanalyse et psychanalyse et parmi tous les courants psychanalytiques qu’il existe aujourd’hui, le freudisme est peut-être celui qui est le moins pertinent. En effet, il faut avoir dressé une anamnèse complète de cet auteur pour comprendre qu’au final, il n’a eu de cesse de recouvrir d’un voile de déni les découvertes géniales de l’explorateur de l’inconscient. Il faut donc savoir que les théories de Freud nous confrontent à trois difficultés principales : d’une part, nombre de ses concepts ont été détournés de leur sens initial, nous allons voir comment ; d’autre part, il avait des raisons toutes personnelles pour donner le primat de la sexualité sur toutes autres pulsions, or, comme l’a très bien expliqué Erich Fromm dans son essai sur Le caractère de l’homme que j’ai cité dans l’article « L’inceste, l’Œdipe et la perversion narcissique selon Paul-Claude Racamier », la pulsion sexuelle n’est pas primaire, comme l’envisageait Freud, mais plutôt tertiaire (nous y reviendrons) ; et enfin, les traductions n’ont pas toujours respecté l’esprit du texte paru en langue d’origine.

Dresser un programme d’éducation à la sexualité « dès le plus jeune âge » sur la base des « découvertes scientifiques » de la psychanalyse freudienne équivaut ni plus ni moins à construire son édifice sur des sables mouvants. Mais si on ajoute à cela les difficultés exposées ci-dessus, alors l’affaire se corse copieusement et nous pouvons comprendre le mouvement « hystérique[6] » qui s’est organisé à l’encontre de ce projet.

 

Étudions maintenant le premier exemple portant sur la corruption des écrits de Freud. C’est le cas le plus simple. Il est pourtant le plus difficile à « combattre » dans l’esprit des gens :

« Il est à noter l’aspect fondamental de la sexualité infantile et du développement psychosexuel, comme déterminant d’une future sexualité adulte. Freud nous montre l’enfant comme un être aux prises avec ses pulsions partielles, véritable “petit pervers polymorphe qui va se structurer et s’unifier progressivement au travers de sa névrose infantile. »

Ici, la supercherie de l’assertion assénée tel un slogan de propagande (71 400 résultats sur le moteur de recherche Google) par l’ensemble de la communauté psy est très simple à démontrer : Freud a-t-il oui ou non déclaré que l’enfant était un « véritable petit pervers polymorphe » ?

Si vous avez admis cela sans vérifier vos sources vous réciterez dix « Notre Père » et trente « Je vous salue Marie », car vous avez pêché et votre faute est un crime « impardonnable » au regard de l’intérêt supérieur de l’enfant que vous avez bafoué.

Qu’a donc écrit Freud sur cette question ?

Voyons cela !

La réponse se trouve dans Trois essais sur la théorie sexuelle (1905) dont une traduction française est disponible en ligne. L’occurrence « polymorphe » est réitérée cinq fois (six, en comptant le sommaire) : une fois dans un sous-titre de paragraphe, « La disposition perverse polymorphe », et les quatre autres dans deux paragraphes : trois fois pour le premier et une seule pour le second.

Freud introduit le premier paragraphe par la phrase : « Il est intéressant de constater que l’enfant, par suite d’une séduction, peut devenir un pervers polymorphe et être amené à toutes sortes de transgressions. »

Est-il besoin de clarifier ce propos pour traduire la pensée de Freud ? Avons-nous affaire à des intellectuels qui ont raté leur épreuve d’explication de texte ? Restons sérieux deux minutes : les « dispositions polymorphiquement perverses » de l’enfant, de l’avis même de Freud, sont induites par séduction. Elles ne sont donc pas endogènes, mais bien exogènes. De ce constat il en déduit : « Il y est donc prédisposé… »

« Prédisposé » signifie : « mettre (quelqu’un) dans des conditions favorables à (accomplir ou apprécier) certaines choses » ; ou, en médecine : « mettre dans une disposition défavorable rendant l’organisme vulnérable à certaines atteintes. » Freud décrit donc de façon très explicite une situation subie par l’enfant. Si l’on supprime la séduction, les dispositions perverses polymorphes de l’enfant disparaissent avec elle. C’est simple, clair, net et précis. Comment en est-on arrivé à traduire la pensée de Freud par le slogan mortifère : « l’enfant, ce petit pervers polymorphe » ?

Cette question est d’autant plus pertinente que ce paragraphe se poursuit ainsi : « … les actes pervers rencontrent des résistances, les digues psychiques [des enfants] qui s’opposeront aux excès sexuels (pudeur, dégoût, morale) n’étant pas établies ou n’étant qu’en voie de formation. L’enfant, dans la circonstance, ne se comporte pas autrement que ne le ferait, vis-à-vis du séducteur, la moyenne des femmes n’ayant pas subi l’influence de la civilisation et conservant ainsi une disposition perverse polymorphe. Une femme ainsi disposée peut sans doute, dans les circonstances ordinaires de la vie, rester sexuellement normale ; mais, sous l’empire d’un séducteur averti, elle prendra goût à toutes les perversités et en fera désormais usage dans son activité sexuelle. La prostituée use de cette disposition polymorphe et, par conséquent, infantile, dans l’intérêt de sa profession ; et si l’on considère le nombre immense de femmes prostituées et de celles auxquelles on ne saurait dénier les aptitudes à la prostitution, quoiqu’elles aient échappé au métier, on devra reconnaître que cette disposition à toutes les perversions est quelque chose de profond et de généralement humain. »

Autrement dit, Freud nous explique que les tendances perverses polymorphes sont un trait généralement humain. Sa démonstration, si elle commence par une observation faite sur les enfants, aboutie à l’ensemble du genre humain. Aux yeux de Freud, c’est donc l’humanité tout entière qui présente des dispositions perverses polymorphes qui sont à combattre par l’éducation en opposition à la séduction comme en atteste l’étymologie de ces deux termes[7]. Telle est la conclusion à laquelle Freud parvient suite à cet énoncé. Nous sommes très loin de l’interprétation couramment admise d’un enfant « véritable petit pervers polymorphe ». C’est pourtant ce que la propagande perverse et l’infiltration idéologique paranoïaque (cf. Ariane Bilheran, Psychopathologie de la paranoïa) a réussi à faire admettre à l’ensemble de la communauté psy comme en témoignent la plupart des exposés qui reprennent cette assertion tronquée à tue-tête.

À noter également ici que, selon Freud, les digues psychiques érigées par l’éducation (c’est son rôle) peuvent « sauter » sous les coups de boutoir des excès sexuels. Ceci n’est pas une bonne nouvelle, car c’est justement ce qui est progressivement en train de se mettre en place au niveau des droits sexuels et de l’« éducation à la sexualité ».

Mais poursuivons…

Freud évoque une dernière fois la perversion polymorphe de l’enfant dans cet essai. Le paragraphe complet est celui-ci : « Nous ne saurions dire quel est le degré d’activité sexuelle pendant l’enfance devant être considéré comme normal et n’entravant pas le développement ultérieur. Nous avons montré que les manifestations sexuelles infantiles présentaient surtout un caractère masturbatoire. Nous avons ensuite constaté, en nous appuyant sur l’expérience, que les influences extérieures de la séduction pouvaient produire des interruptions prématurées de la période de latence et même la supprimer, et que la pulsion sexuelle de l’enfant se révélait alors perverse polymorphe. Enfin, nous avons vu que toute activité sexuelle prématurée, produite de cette manière, rendait l’éducation de l’enfant plus difficile. »

Freud confirme bien l’origine exogène de la pulsion sexuelle perverse polymorphe de l’enfant et apporte une précision supplémentaire digne du plus grand intérêt : toute activité sexuelle prématurée produite par séduction rend l’éducation de l’enfant plus difficile[8] (voir note). Ainsi aurait-il fallu, pour respecter scrupuleusement la pensée freudienne, s’interroger plus avant sur le caractère de cette séduction. Or, Freud lui-même a été prié de « fermer les yeux » sur cette question-là et son aveuglement volontaire a « contaminé » des générations de psychanalystes et de psychologues formés à la psychanalyse.

 

Second exemple !

Il est écrit dans ce guide : « C’est spécifiquement la projection à l’extérieur du “mauvais”, à quoi se joint la colère qu’induit l’absence de l’objet anaclitique [la mère], qui fait que l’objet (extérieur) est affecté de haine. On peut dire que la haine est plus vieille que l’amour, “l’objet naît dans la haineˮ (S. Freud). »

Vision clairement pessimiste de la condition humaine qui malheureusement peut servir à justifier que l’homme soit asservi. Étudions ce qu’il en est !

La question de la haine est traitée par Freud dans son livre Métapsychologie (1915) au chapitre « Pulsions et destins des pulsions » (1916) et vous aurez toutes les peines du monde à y trouver que Freud ait pu écrire tel quel « l’objet naît dans la haine ». Une telle assertion est toxique, car elle insinue que l’enfant est un petit démon, ce qui conforte et renforce l’idée de sa perversion polymorphe. Une fois de plus, reportons-nous au texte de Freud. Rien de tel que de retrouver ces (ses) racines[9].

L’occurrence « haine » est présente vingt-cinq fois dans ce texte. En aucun moment, Freud y écrit que « l’objet naît dans la haine », pas plus qu’il en exprime l’idée si tant est que cet aphorisme puisse traduire sa pensée. On ne peut donc qu’être surpris des propos allégués à Freud par bon nombre de commentateurs de son œuvre.

 

Les phrases les plus proches de cette pensée que j’ai pu relever sont les suivantes :

 

1/. « La transformation d’un instinct en son contraire (matériel) ne s’observe que dans un seul cas, dans le retournement de l’amour en haine. Comme ces deux sentiments s’adressent souvent simultanément à un même objet, cette coexistence offre aussi l’exemple d’ambivalence le plus frappant. » L’idée exprimée est celle d’une simultanéité et d’une ambivalence. Or, s’il y a simultanéité de l’apparition des sentiments d’amour et de haine, on voit mal commun l’objet ne se construirait pas, de façon ambivalente, tout autant dans l’amour que dans la haine. C’est une logique qui semble avoir totalement échappé aux nombreux commentateurs de l’œuvre freudienne qui reprennent en cœur cette formule (390 000 résultats sur le moteur de recherche Google).

2/. « Du point de vue de la relation avec l’objet, la haine est antérieure à l’amour, elle émane du rejet initial, par le moi narcissique, du monde extérieur fauteur d’excitations. » Si le sens de cette phrase se rapproche le plus de l’aphorisme « l’objet naît dans la haine », vous noterez que Freud parle de la relation avec l’objet et non pas de l’objet en soi. Cette interprétation fait donc clairement une confusion des registres entre l’extrapsychique (l’objet), l’interpsychique (la relation) et l’intrapsychique (le sujet) que Freud distingue pourtant implicitement dans cet extrait.

3/. « Lorsque le lien amoureux avec un objet déterminé se trouve rompu, il n’est pas rare que la haine surgisse à sa place, ce qui provoque en nous l’impression d’un retournement de l’amour en haine. » Ce passage pourrait être interprété à l’inverse de celui communément retenu et critiqué ici : l’objet naît dans l’amour.

Pour résumer ce second exemple et compte tenu du caractère simultané et ambivalent des sentiments d’amour et de haine exposé par Freud, nous ne pouvons affirmer ou infirmer aucune de ces deux propositions. C’est pourtant bien le slogan funeste « l’objet naît dans la haine », qui s’est imposé au fil des ans. Pour autant, si nous voulions résumer l’idée que Freud exprime dans son énoncé, elle devrait plutôt être formulée ainsi : « la haine est construite par l’objet » ou « De l’objet naît la haine » et non pas « l’objet nait de la haine ». Ce qui est foncièrement différent.

 

Le troisième exemple extrait de ce guide du formateur à l’éducation sexuelle présente le complexe d’Œdipe tel que Freud l’avait initialement envisagé : « C’est entre quatre et sept ans que va s’organiser et se structurer la génitalité, référencée au mythe grec d’Œdipe. Le complexe d’Œdipe est le point nodal qui structure le groupe familial et la société humaine tout entière (prohibition de l’inceste), c’est le moment fondateur de la vie psychique assurant le primat de la zone génitale, le dépassement de l’autoérotisme et l’orientation vers des objets extérieurs. Comme dans la légende de Sophocle, le complexe d’Œdipe dans sa forme positive correspond à une attirance pour le parent de l’autre sexe et à des sentiments de haine ou de rivalité pour le parent de même sexe. Le complexe d’Œdipe inversé correspond à une situation contraire et le plus souvent on assiste à une oscillation de l’enfant entre ces deux attitudes. »

Le problème est ici que l’interprétation vulgarisée du mythe d’Œdipe est totalement dépassée, voire n’a aucune justification dans la réalité clinique d’aujourd’hui comme a si bien su le démontrer Paul-Claude Racamier et sa troisième topique psychanalytique. Ce point nodal de la théorie freudienne a été exposé lors de mon précédent article (cf. « L’inceste, l’Œdipe et la perversion narcissique selon Paul-Claude Racamier »). Freud lui-même a évolué sur cette question qui a subi une lente maturation dans sa pensée. Pourquoi n’en retenir que sa première interprétation, la plus « banale » qui plus est ?

 

Je vous pourrais encore poursuivre sur des pages entières l’analyse des éléments toxiques qui « infiltrent » et compromettent les bonnes intentions affichées par ce guide du formateur à l’éducation sexuelle dans les écoles, les collèges et les lycées, mais les quelques exemples présentés dans cet exposé me semblent suffisants pour vous avoir démontré la dangerosité de cette éducation que dénonce le collectif de professionnel contre l’Éducation sexuelle et les droits sexuels. Dangerosité qui se traduira inévitablement par de prévisibles effets pervers sur lesquels Freud lui-même a particulièrement insisté.

Par ailleurs, lorsqu’on lit les CV des personnes qui ont rédigé ce texte, aucun pédopsychiatre ou autre spécialiste du développement de l’enfant n’a été sollicité, aucun psychotraumatologue non plus. Sur cette partie très importante de ce document, seuls un psychanalyste pour adultes et un sexologue formé à la psychanalyse ont contribué à sa rédaction. Ces deux professions ignorent totalement l’impact traumatique des violences sexuelles et de la « sidération » qu’elles peuvent provoquer lorsque ces questions sont abordées trop prématurément.

 

Malgré cette « hérésie », je dois toutefois modérer mon propos. En effet, il ne fait aucun doute que bon nombre d’auteurs ayant contribué à ce document de référence agissent avec les meilleures intentions du monde dans l’intérêt supérieur des enfants. Certains, comme Patrick Pelège, docteur en sociologie, directeur d’un centre de prévention du SIDA, précise bien et à plusieurs reprises, pour ne rester que dans le seul cadre psychanalytique, qu’« il est important de pouvoir, en tant qu’intervenant dans le champ de la sexualité, se situer sur le plan symbolique, car c’est le plan symbolique et non pas réel qui donne du sens à l’existence. Or, le sens se trouve, il s’acquiert, il n’est pas donné par les textes, mais par l’esprit des textes, il est donné par le contexte relationnel où vit le jeune. » Et c’est là où, justement, le bât blesse dans cette « éducation sexuelle », « dès le plus jeune âge », on expose très tôt les enfants au réel des relations sexuelles. Le symbole est « occulté » comme en attestent les nombreux témoignages reçus par le collectif professionnels contre l’Éducation sexuelle et les droits sexuels que l’on peut lire sur leur site, ainsi le tableau récapitulatif figurant page 37 à 51 des Standards pour l’éducation sexuelle en Europe, qui prévoient d’informer l’enfant de 0-4 ans, sur « la masturbation infantile précoce », et au titre des compétences à acquérir, d’« exprimer ses propres besoins, désirs et limites, par exemple en “jouant au docteur” ». En attestent également de nombreux ouvrages parrainés par le ministère de l’Éducation nationale à destination d’un très jeune public, etc. Il faut donc en conclure que l’alerte lancée par les pro-contre-educsex est raisonnablement fondée. Pour rappel : toute effraction du réel dans l’imaginaire de l’enfant n’aura que pour conséquence de le traumatiser et de le rendre inéducable (cf. note8). C’est Freud lui-même qui nous en informe. Celui-là même que l’on invoque en France pour justifier l’« éducation à la sexualité dès le plus jeune âge. Encore ne faudrait-il pas l’oublier.

 

Pour terminer, je dois encore dire un mot sur le fait que Freud ait surestimé l’importance de la pulsion sexuelle comme organisateur de la psyché humaine. Nous l’avons vu, Erich Fromm n’était absolument pas d’accord avec lui (cf. supra), mais il était très loin d’être le seul. De très nombreux travaux postfreudiens ont contesté cette hypothèse de façon bien plus clairvoyante que ce qu’il a pu nous la rapporter. Je ne citerais qu’à titre d’exemple, Sandor Ferenczi et Alfred Adler, contemporains et élèves de Freud, John Bowlby concepteur de la théorie de l’attachement, Serge Tchakhotine et Henri Laborit, deux biologistes de renommée internationale, Paul-Claude Racamier, psychiatre-psychanalyste et ses successeurs dont il faut impérativement lire le livre pour réellement comprendre la psychanalyse freudienne et ce en quoi la psychanalyse moderne d’inspiration groupale s’en distingue et la dépasse[10], Antonio Damasio et Francisco Varela, tous deux neurologues, le premier ayant développé une théorie des marqueurs somatiques remarquable et le second un concept d’inscription corporelle de l’esprit qui l’est tout autant, etc. Il en existe tant et plus que l’on ne comprend pas trop comment une théorie dépassée, ne répondant plus au contexte dans lequel elle a été développée (celui de la bourgeoisie viennoise à l’époque victorienne) peut encore s’imposer comme idéologie dominante permettant de justifier l’éducation sexuelle des enfants, à laquelle Freud était totalement opposée, puisque la pulsion sexuelle selon lui doit être impérativement réprimée et refoulée dans l’éducation, pour conduire à la sublimation, c’est-à-dire à la transformation de cette pulsion en une énergie de vie (libido) capable de réaliser des œuvres de civilisation.

Laissons à Stefan Sweig, l’ami intime de Freud, le mot de la fin au sujet de la théorie sexuelle infantile (« infantile » au double sens du terme) de la psychanalyse freudienne : « […] Freud n’a jamais présenté le principe de jouissance comme la seule force psychique motrice du monde. Il sait bien que toute tension, tout mouvement – et la vie est-elle autre chose ? – ne découle que du polemos, du conflit. C’est pourquoi, dès le début, il a théoriquement opposé à la libido, à l’instinct centrifuge tendant à dépasser le Moi et cherchant à se fixer, un autre instinct, qu’il appelle d’abord instinct du Moi, ensuite instinct agressif, puis finalement instinct de la mort et qui pousse à l’extinction au lieu de la reproduction, à la destruction au lieu de la création, au Néant au lieu de la vie. Mais – et sous ce rapport seul ses adversaires n’ont pas complètement tort – Freud n’a pas réussi à représenter cet instinct contraire aussi nettement et avec une force aussi persuasive que l’instinct sexuel : le royaume des instincts du Moi, dans son tableau philosophique de l’univers, est resté assez vague, car là où Freud ne perçoit pas avec une netteté absolue, c’est-à-dire dans tout le domaine purement spéculatif, il lui manque la plasticité magnifique de son don de délimitation. Une certaine surestimation du sexuel domine donc peut-être son œuvre et sa thérapeutique, mais cette insistance particulière de Freud était historiquement la conséquence de la sous-estimation et de la dissimulation systématiques de la sexualité par les autres pendant des dizaines d’années. On avait besoin d’exagération pour que la pensée pût conquérir l’époque ; en brisant la digue du silence, Freud a surtout ouvert la discussion[11]. »

Or, qu’arrive-t-il aujourd’hui ?

Cette discussion s’est refermée par le passage en force, sous couvert d’arguments d’autorité, et sans faire appel à de véritables spécialistes du développement psychique de l’enfant, d’une idéologie dont j’ai pu démontrer en quelques exemples qu’elle transgressait l’idée même que Freud se faisait de la sexualité infantile tout en se revendiquant de lui. À savoir pourquoi et dans quel but ?

 

Philippe Vergnes

Rappel :

Pour la psychanalyse : le terme « sexualité infantile » renvoie aux activités et aux fantasmes sexuels que Freud considérait comme un phénomène habituel aux quatre ou cinq premières années de la vie de l’enfant. […] La sexualité infantile elle-même possède une base instinctuelle que l’enfant apporte avec lui dans sa constitution héréditaire : son déroulement est une sorte de maturation automatique et, dans cette mesure, suit un cours préétabli. L’erreur courante consistant à penser que les sensations et les activités sexuelles sont identiques et limitées au fonctionnement génital ne résiste pas à un examen critique, même chez l’adulte le plus « normal » ; chez l’enfant, naturellement, une telle mise en équation du « sexuel » avec le « génital » est manifestement absurde. (W.-H. Gillespie, La perversion, les chemins de traverse, sous la direction de Bela Grunberger, p. 219)

C’est pourtant bien ce que la mise en place progressive des programmes d’« éducation à la sexualité », « dès le plus jeune âge », est en train de mettre en place. Cette « inversion des valeurs », comme j’ai déjà pu l’écrire et l’expliquer en long en large en travers dans de nombreux billets, est typique de la perversion et d’une organisation perverse de la société.

[1] La doctoresse Gunta Lazdane est gynécologue-obstétricienne. Depuis 2003, elle travaille au Bureau régional de l’OMS pour l’Europe en tant que responsable du programme, santé sexuelle et reproduction, y compris la santé maternelle et néonatale dans la Division des maladies non transmissibles et la promotion de la santé. Elle aide 53 États membres de l’OMS dans la Région européenne à améliorer la santé sexuelle et reproductive de la population. En tant que gynécologue-obstétricienne, elle n’a donc aucune compétence spéciale dans le développement psychique de l’enfant.

[2] Les termes mêmes de « santé sexuelle » et « génésique » employés dans les publications de l’OMS sont questionnant. Ils dévoilent en partie l’intention sous-jacente de l’« éducation à la sexualité ».

[3] Sur la page du site « éducation à la sexualité » ouvrir l’onglet Ressources thématiques sur l’éducation à la sexualité et télécharger le guide du formateur qui se présente comme « un document d’appui et de réflexion pour les personnels responsables de la formation et de la mise en œuvre des actions dans les établissements scolaires. Outre des repères d’ordre pédagogique et éthique destinés à restituer l’éducation à la sexualité dans un processus éducatif global, ce document propose également, à travers différents points de vue, une approche de la sexualité dans ses dimensions culturelle, sociale, psychoaffective, participant à la construction et à l’intégration de chacun dans la société. » (Sic !)

[4] Klemperer, Victor (2003), Lti, la langue du IIIe Reich, Paris : Pocket, coll. Agora, seconde édition, 375 p. (p. 40).

[5] Sur ce thème Ô combien important de nos jours, le lecteur soucieux d’en connaître davantage trouvera de plus amples renseignements dans mon article intitulé « Peut-on faire confiance à notre jugement ? La fiabilité des experts en cause » du 5 juin 2013 présentant les travaux de Daniel Kahneman, seul psychologue ayant à ce jour obtenu un prix Nobel pour l’ensemble de ses travaux sur les erreurs de décision et les heuristiques de jugement.

[6] « L’axiome formulé par Freud dans les Trois essais, “la névrose est pour ainsi dire le négatif de la perversion” (1905) (p. 54), a été précédé par des formulations où c’est l’hystérie qui est désignée plus précisément comme négatif de la perversion. Dans la lettre 52 à Fliess du 2 décembre 1896 (in Naissance de la psychanalyse, 1950), Freud écrit : “L’hystérie ne consiste pas en un rejet de la sexualité, mais en un rejet de la perversion”. » In Chasseguet-Smirgel, Janine (1984), Éthique et esthétique de la perversion, Paris : Champ-Valon, 317 p. (p. 36).

[7] L’étymologie, que l’on pourrait qualifier par la « science de la recherche du vrai », des mots « éducation » et « séduction » nous indique qu’ils proviennent de la même racine latine duco, « mener, conduire » : educo, duco et le préfixe e- « hors de » dans le sens de « éduquer, instruire, former, élever » ; seduco, duco associé au préfixe se- « pour moi, pour ma part », signifie « détourner du droit chemin », « tirer à part ». Ainsi, il s’agit ici de « faire sortir », « élever » l’enfant hors de son état de nature par la culture. Or, qu’elle doit être la place, dans les programmes d’éducation nationale, d’un enseignement qui, au lieu de « sublimer » les pulsions, les libère ?

[8] Précédemment dans le texte, au chapitre 2.1.1.3, « Interruption de la période de latence », Freud écrit que « la transformation de la sexualité infantile, telle que nous l’avons décrite plus haut, représente un des buts de l’éducation » et il rajoute : « Les éducateurs, pour autant qu’ils accordent quelque attention à la sexualité infantile, se comportent tout comme s’ils partageaient nos vues sur la formation, aux dépens de la sexualité, des forces morales défensives, et comme s’ils savaient par ailleurs que l’activité sexuelle rend l’enfant inéducable. »

[9] « Sans racines, la psychose guette » disait Paul-Claude Racamier.

[10] Deux articles ont déjà été consacrés à ce sujet, et d’autres viendront encore les compléter : « Le mystère Freud : Freud Vs Racamier ou l’énigme de la perversion narcissique » et « L’inceste, l’Œdipe et la perversion narcissique selon Paul-Claude Racamier ».

[11] Zweig, Stefan (2010), Sigmund Freud. La guérison par l’esprit, Paris : Le livre de Poche, 160 p. (pp. 121-122).

Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 11:47

Une bonne nouvelle pour les employés, un arrêt de la Cour de Justice de l'Union européenne d'hier jeudi 10 septembre, a jugé que les trajets aller et retour des employés "qui «n'ont pas de lieu de travail fixe ou habituel»" pour se rendre sur leur lieu de travail devaient bien être comptés comme du temps de travail. Les spécialistes avancent que la décision de cet arrêt, qui s'inscrit dans une évolution très favorable aux salariés, devrait pouvoir être étendue aux employés "sédentaires" parce que le "préjudice de fatigue est le même" et que dans le cas contraire il y aurait une discrimination.

 

La Cour de Justice de l'Union européenne veille à l'application du droit de l'Union et à l'uniformité de son interprétation sur le territoire de l'Union.

 

Le trajet «domicile-bureau» bientôt considéré comme du temps de travail ?

Les déplacements en début et fin de journée d'un employé itinérant constituent du temps de travail, a tranché la Cour européenne de justice. Une décision qui pourrait chambouler très concrètement le droit du travail français.

L'arrêt est inédit. La Cour de justice de l'Union européenne a jugé ce jeudi que les déplacements des employés itinérants depuis et vers leur domicile devaient bien être comptés comme du temps de travail. Quelles conséquences pour les salariés français?

 

Le droit européen prévaut sur le droit français

 

Si une décision de l'Union européenne peut avoir un impact sur la législation française, c'est parce que le droit européen se substitue à la loi française. Dès lors qu'elle est plus favorable que la loi nationale, elle va être invoquée devant les tribunaux dans l'intérêt des personnes, tant pour les itinérants que pour les travailleurs sédentaires. «Ça prendra des années avant que cette décision puisse réellement être appliquée, nuance Géraldine Boitieux, avocate à Rouen. Les conseils des prud'hommes ne sont pas des juges professionnels et donc peu sensibilisés aux décisions prises par la justice européenne. Il faudra ensuite passer par la cour d'appel puis par la Cassation, seule cour habilitée à trancher les questions juridiques, avant de se référer au droit européen», assure-t-elle. À moins que les législateurs ne décident de se pencher sur la question d'ici-là. La loi française doit de toute façon se mettre en conformité avec le droit européen, tel que le dicte la Cour européenne.

 

Que dit le droit français?

 

C'est une «avancée importante pour les employés», estime un juriste. En effet, «la loi française ne prévoit pas de disposition particulière pour les employés dits ‘itinérants'. Elle prévoit des dispositions pour les travailleurs sédentaires et considère que le trajet domicile-lieu de travail n'est pas du temps de travail effectif», rappelle Éric Rocheblave, spécialiste du droit du travail. Toutefois, lorsqu'un employé part directement de son domicile sur un lieu de mission dont la distance est plus importante que le trajet habituel, il doit bénéficier de contreparties financières ou du temps de repos, selon l'article 3121-4 du code du travail. Les conventions collectives fixent le montant de ces contreparties, qui ne sont pas forcément équivalentes au salaire horaire.

«Ça va faire grincer des dents un grand nombre d'employeurs»

Géraldine Boitieux, avocate

«Difficile pour un employeur de maîtriser le temps que prend un employé pour rejoindre son lieu de travail», ajoute l'avocate au barreau de Rouen. «En plus de la contrepartie financière qui doit être équivalente au salaire, se pose la question de la comptabilisation du temps de travail effectif qui ne peut excéder onze heures par jour et 35 heures par semaine», lance-t-elle. Une décision juridique qu'Éric Rocheblave considère comme «une avancée très favorable aux salariés et très préjudiciable économiquement aux entreprises pour qui ça va coûter une fortune». «Ça va faire grincer des dents un grand nombre d'employeurs, notamment dans le BTP ainsi que pour les commerciaux», prévient Géraldine Boitieux.

Une décision de justice de 2006, concernant un formateur appelé à se rendre sur différents lieux, fait office de jurisprudence pour les employés sans lieu de travail fixe. «Il appartient aux juges d'apprécier si leur temps de trajet pour se rendre de leur domicile à leurs différents lieux de travail dépasse le temps normal de trajet d'un travailleur pour se rendre de son domicile à son lieu habituel de travail», note l'avocat au barreau de Montpellier.

 

La création d'une discrimination dans le code du travail

 

Difficile de définir précisément ce qu'est un employé itinérant. «On appelle communément ‘itinérant' toute personne qui ne passe pas chaque jour par le site de son entreprise», affirme Éric Rocheblave. Dans les textes, rien ne distingue des salariés selon qu'ils aient ou non un lieu habituel de travail. À partir de quelle fréquence de déplacements «exceptionnels», un employé peut-il être considéré comme itinérant? C'est la question qui risque de se poser très rapidement. «Il faut attendre de voir comment les juridictions françaises vont appliquer cette évolution, si elles vont la restreindre à certaines catégories d'employés ou à tous», tempère Géraldine Boitieux.

Cette décision de justice crée une discrimination, assurent des spécialistes. «Pourquoi est-ce qu'un employé itinérant va, par principe, être payé 100% de son salaire - que son trajet depuis son domicile fasse dix minutes ou dix heures - alors qu'il n'en est rien pour un employé sédentaire? Le préjudice de fatigue est le même», lance Me Rocheblave. Dès lors, n'importe quel employé pourrait se rendre devant les tribunaux pour demander que son temps de trajet lui soit dû comme du temps de travail effectif en se basant sur cette décision qui ôte toute distinction entre ce qui est habituel et ce qui ne l'est pas. L'arrêt considèrant que tout trajet depuis ou vers le domicile de l'employé itinérant est de facto du temps de traval. Ce qui est actuellement... l'inverse de notre droit national.

 

Pourquoi cette décision?

 

La Cour européenne de justice était amenée à se prononcer ce jeudi sur le cas de salariés de la société espagnole Tyco. Ses techniciens chargés de l'installation de dispositifs de sécurité n'ont plus de lieu de travail fixe depuis que l'entreprise a fermé ses bureaux en régions en 2011. De ce fait, les employés, désormais rattachés au seul bureau de Madrid, n'ont d'autre choix que de passer leur journée sur la route. La société Tyco estimait jusque là que leurs premiers et derniers déplacement pour rejoindre leur domicile était du temps de repos. Des trajets qui peuvent parfois pourtant excéder les 100 kilomètres et durer jusqu'à trois heures. Un fait aberrant pour les salariés. Ils avaient saisi la justice de leur pays mais l'entreprise a sollicité la Cour européenne. La justice de l'UE a finalement conclu que pour les travailleurs qui «n'ont pas de lieu de travail fixe ou habituel, le temps de déplacements que ces travailleurs consacrent aux déplacements quotidiens entre leur domicile et les sites du premier et du dernier client désignés par leur employeur constitue du temps de travail».

Le temps de travail est défini, au sein de l'Union européenne, comme toute période durant laquelle l'employé est au travail, à la disposition de l'employeur et dans l'exercice de ses fonctions.

 

Source: Le trajet «domicile-bureau» bientôt considéré comme du temps de travail ?, Le Figaro, Home ECONOMIE Vie de bureau, Par Loïc Besson Mis à jour le 11/09/2015 à 09:37 Publié le 10/09/2015 à 19:58

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 17:54

Abeilles-inquietante-mortalite-qui-touche-les-abeilles.jpg 

Une étude conclut à l'accélération du déclin de toutes les espèces d'insectes depuis les années 1990. Abeilles, bourdons, papillons ou vers de terre sont les plus touché.

Un déclin rapide et inquiétant touche toutes les catégories d'insectes "bénéfiques" du monde. Et c'est bien plus grave qu'on ne le pensait. Les cas d'hyper-mortalité chez les abeilles ne seraient que des signes avant-coureurs.


C'est la conclusion de l'étude présentée ce mardi par une cinquantaine de scientifiques de 15 nationalités, universitaires ou chercheurs au sein d'organismes publics, membres du "Groupe de travail sur les pesticides systémiques" (Task Force on Systemic Pesticides).

 

Les chercheurs tirent le signal d'alarme et pointent la nocivité de pesticides très répandus et très utilisés : les néonicotinoïdes, qui ont un impact bien plus important que prévu par leurs concepteurs, les géants de l'industrie phytosanitaire. 

Cette étude (disponible en intégralité et en anglais ici) est parue dans la revue "Environmental Science and Pollution Research".

 

insectes-benefiques--inquietantes-mortalite.jpg

 

L'un des principaux enseignements de cette étude qui a duré 5 ans est l'accélération du déclin de toutes les espèces d'insectes depuis les années 1990. Principales victimes : les abeilles, bourdons, coccinelles, papillons ou vers de terre, des espèces dites "bénéfiques" pour l'homme, du fait de leur action de pollinisation ou sur la santé des sols. La productivité agricole pourrait rapidement en pâtir, selon les chercheurs.

 

Cité par Le Monde qui consacre un long article au sujet, Jean-Marc Bonmatin du Centre de biophysique moléculaire du CNRS, membre du TFSP résume : "Les preuves sont très claires. Nous assistons à une menace pour la productivité de notre environnement agricole et naturel. Loin de sécuriser la production alimentaire, l'utilisation des néonicotinoïdes met en péril les pollinisateurs qui la rendent possible."

Dans la vidéo ci-dessous (en anglais) des chercheurs du Groupe de travail sur les pesticides systémiques exposent leurs conclusions et font part de leurs inquiétudes

 

 

 

 

Source: http://www.sudouest.fr/2014/06/24/inquietante-mortalite-des-insectes-benefiques-c-est-plus-grave-que-prevu-1595345-706.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 08:41

Lourdes.jpgUn tremblement de terre d'une magnitude de 4,7 a eu lieu ce matin à Lourdes (Hautes-Pyrénées) à 9h03.

 

Deux secousses sismiques ont été ressenties ce mardi matin dans le secteur de Lourdes et d’Argelès-Gazost. La première, à 9h03, d’une magnitude de 4,7 sur l’échelle de Richter,

Le séisme a été été suivi d’une réplique à 9h07, plus faible d’intensité, mais qui quand même affiché une magnitude de 4,4. Argelès-Gazost et le secteur allant vers le Val d’Azun ont été privés d’électricité. 

Argelès-Gazost et le secteur allant vers le Val d’Azun ont été privés d’électricité. La secousse a été ressentie jusqu’à Toulouse ce matin.

 

Au cours des 15 dernières années, 12 tremblements de terre de magnitude supérieure à 4 sur l'échelle de Richter ont été dénombrés dans les Hautes-Pyrénées.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 23:13

 

VIDEO. La pollution de l'air a tué 7 millions de personnes en 2012

 

Le Parisien, Publié le 25.03.2014, 07h12 | Mise à jour : 11h54

 

 

Un décès sur huit a pour cause la pollution de l'air. Une étude publiée ce mardi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dresse ce constat et révèle que 7 millions de personnes sont mortes en 2012 à cause de cette pollution. Ces chiffres prennent en compte la pollution de l'air à l'extérieur, mais aussi à l'intérieur.

 

En 2012, 3,7 millions de personnes sont décédées en raison d'effets liés à la pollution extérieure et 4,3 millions en raison de la pollution de l'air domestique, c'est-à-dire les fumées et les émanations liées aux appareils de cuisson, chauffés au bois ou au charbon, ou les instruments de chauffage. De nombreuses personnes sont exposées à ces deux types de pollution. Dans ces conditions, les chiffres de 4,3 millions et de 3,7 millions ne peuvent pas s'additionner simplement. Le total de 7 millions de morts est donc une estimation, explique l'OMS dans son rapport.

 

L'Asie et le Pacifique les plus touchés

 

«La pollution de l'air est désormais le facteur environnemental le plus important affectant la santé. Tout le monde est touché, que ce soit dans les pays riches ou dans les pays pauvres», explique l'OMS. «Réduire la pollution de l'air pourrait sauver des millions de vies dans le monde», selon l'organisation internationale, qui est une agence de l'ONU. «Les régions de l'Asie et du Pacifique sont les plus touchées», avec 5,9 millions de décès.

 

VIDEO. La pollution de l'air responsable d'un décès sur huit dans le monde en 2012

 

 

 

 

Ces chiffres sont en forte progression par rapport à la précédente étude qui datait de 2008, également en raison d'un changement de méthodologie. Ils sont cependant «choquants et plutôt inquiétants», selon les mots du Dr Maria Neira, directrice du département de la santé publique à l'OMS. En 2008, lors de la précédente étude, l'OMS avait dénombré 3,2 millions de morts au total dus à la pollution de l'air en zone urbaine. L'étude de 2012 porte sur les zones urbaines et rurales.

 

Cancer du poumon, AVC et maladies cardiovasculaires

 

Les maladies les plus fréquentes développées par la pollution de l'air sont les maladies pulmonaires comme le cancer, les maladies cardiovasculaires et les AVC (accidents vasculaires cérébraux). «Un air plus propre permet de prévenir des maladies non transmissibles et de réduire les risques chez les femmes et les groupes vulnérables, y compris les enfants et les personnes âgées», a déclaré le Dr Flavia Bustreo, sous-directeur général de l'OMS chargé de la santé de la famille, de la femme et de l'enfant. «Les femmes et les enfants pauvres paient un lourd tribut à la pollution de l'air intérieur, car ils passent plus de temps à la maison à respirer les fumées et la suie que dégagent les fourneaux à bois ou à charbon mal ventilés», a-t-elle ajouté. 2,9 milliards de personnes dans le monde vivent dans des foyers où l'on utilise le bois, le charbon ou la biomasse comme principaux combustibles pour la cuisson.

 

Le diesel est également dénoncé par l'OMS. «Le diesel est très mauvais, car il est cancérigène», a déclaré le Dr Carlos Dora, coordonnateur de l'OMS pour la santé publique. Les récentes décisions d'instaurer la circulation alternée à Paris, où la pollution atmosphérique avait atteint des sommets, sont une «bonne mesure», selon le Dr Dora. «Instaurer la gratuité des vélolib et des transports publics» seraient des mesures également souhaitables, a-t-il ajouté. Selon lui, «une pollution atmosphérique excessive est souvent la conséquence des politiques non durables menées dans des secteurs tels que les transports, l'énergie, la gestion des déchets et l'industrie».

 

 

Source: http://www.leparisien.fr/environnement/la-pollution-de-l-air-a-tue-7-millions-de-personnes-en-2012-25-03-2014-3707219.php

 

 

Un prochain "palmarès" par villes

 

En ce qui concerne la pollution de l'air domestique, 34% des décès sont dus à des attaques cérébrales, 26% à des maladies cardiaques, 22% à des maladies pulmonaires, 12% à des infections respiratoires touchant les enfants et 6% par des cancers du poumon.

 

L'OMS a basé son étude sur de nouvelles méthodes, à partir de données satellitaires sur l'émission des pollutions.

 

"Les risques liés à la pollution de l'air sont à présent bien plus élevés que ce que nous pensions, en particulier pour les maladies cardiaques et les attaques cérébrales", selon le Dr Neira, qui a annoncé la publication avant la fin de l'année d'un tableau de 1.600 villes dans le monde, classées selon leur niveau de pollution atmosphérique.

 

Source: http://www.challenges.fr/economie/20140325.CHA1919/la-pollution-responsable-de-7-millions-de-deces-en-2012.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 09:19

Manuel Vals Quand Même veut interdire les spectacles de l'humoriste Dieudonné, interdira-t-il les incendies et agressions physiques de fin d'années ? Rien n'est moins sûr...

 

 

FranceUn chauffeur agressé, son bus incendié

 

Un bus de la RATP, ligne 208, a été incendié hier soir dimanche 29 décembre, vers 20 h, à Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne). Le chauffeur a été molesté, légèrement brûlé aux jambes dans l'incendie du bus. Les agresseurs ont pris la fuite.

 

Les quelques occupants du bus sont sortis du véhicule sans être blessés, selon la source préfectorale.

 

Le préfet du Val-de-Marne s'est rendu sur place.

 

Sources: http://www.20min.ch/ro/news/faits_divers/story/Un-chauffeur-agresse--son-bus-incendie-24260077

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/12/30/97001-20131230FILWWW00199-val-de-marne-un-chauffeur-de-bus-moleste.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 09:27

 

DrapeauUne Cour fédérale d'appel, saisie par l'Attorney General du Texas , le républicain Greg Abbott, a rétabli certaines restrictions à l'avortement. Le texte de loi adopté en juillet dans cet État qui restreignait fortement l'exercice de l'avortement va pouvoir entrer en vigueur

 

La cour fédérale d'appel a rétabli certaines restrictions au droit d'interruption volontaire de grossesse qui avaient été bloquées par un juge de première instance cette semaine.

L'arrêt implique que les médecins qui pratiqueront des IVG devront disposer d'un "privilège d'admission" auprès des hôpitaux, en vertu duquel le médecin a un droit d'admettre un patient dans un hôpital ou un centre médical afin d'y délivrer un diagnostic ou un traitement.

 

Les pro-mort arguent que la loi va se traduire par une fermeture immédiate d'un tiers des cliniques de l'Etat car celles-ci n'ont pas réussi à obtenir ce "privilège d'admission" pour leurs médecins. Ce serait au total près de 22.000 femmes qui seraient privées d'un accès à ces établissements. Pour combien de vie sauvées ? L'article partial du Figaro ne le dit pas..

 

À la veille de l'entrée en vigueur de la loi, mardi 29 octobre, un juge de première instance avait estimé le 28, que les dispositions traitant du privilège d'admission étaient  "anticonstitutionnelles". L'Attorney General Greg Abbott, qui brigue le poste de gouverneur du Texas, a demandé à la cour d'appel d'annuler ce jugement de première instance qui bloquait l'application de la loi. Une audience plénière sur cette question est prévue pour le mois de janvier.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 13:40

 

La résolution du Conseil de l'Europe du 2 octobre 2013 définissant la circoncision des garçons pour motifs religieux, pratiquée dans le judaïsme et l'islam, comme une «violation de l'intégrité physique» a été condamnée aujourd'hui par Israël qui «appelle le Conseil à revenir immédiatement sur cette résolution».

 

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a adopté mardi (par 78 voix pour, 13, contre, 15 absentions) une résolution invitant les Etats membres à prendre des mesures contre les «violations de l'intégrité physique des enfants». Elle appelle à «condamner publiquement les pratiques les plus préjudiciables, comme les mutilations génitales féminines (excision, NDLR) et adopter la législation les interdisant».

 

Le ministère israélien des Affaires étrangères accuse cette résolution d'alimenter «les tendances racistes et haineuses en Europe».

 

La résolution européenne préconise d'«adopter des dispositions juridiques spécifiques pour que certaines interventions et pratiques ne soient pas réalisées avant qu'un enfant soit en âge d'être consulté». Chez les juifs et les musulmans, la circoncision est ordinairement pratiquée dans la semaine qui suit la naissance.


 

. Allemagne: La circoncision pour des raisons religieuses est désormais interdite

. Autriche : des hôpitaux suspendent les circoncisions

. Le pape François défend les pratiques religieuses "bien établies" de la circoncision et l'abattage casher

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 20:00

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/cd/Alba-European-Wolf.jpg/800px-Alba-European-Wolf.jpgDepuis les années 90, quelques 250 loups étaient timidement revenus dans le sud-est de la France :  le «plan loup» 2013-2017, entré en vigueur au printemps, prévoit d'en tuer 24 durant la première année...


Deux carnassiers ont été mis à mort en moins d'une journée dans le sud-est de la France. Ils sont les premières victimes d'un arrêté autorisant les sociétés de chasse à tuer cet animal dans cette région.

 

Samedi, une femelle d'environ trois ans avait été tuée par un chasseur à Saint-Etienne-de-Tinée, dans les Alpes-Maritimes. Dimanche, c'est un mâle qui a trouvé la mort sur la commune de Beuil, aux portes du parc national du Mercantour, lors d'une battue au sanglier, a-t-on appris auprès de la préfecture.

 

Il s'agit des deux premiers «prélèvements» depuis l'arrêté préfectoral du 20 septembre autorisant les sociétés de chasse à tuer l'animal dans ce département.

 

«Détresse» des éleveurs

 

Les autorités souhaitaient ainsi répondre à «la détresse exprimée par des éleveurs des Alpes du Sud» récemment.

 

Les tirs de prélèvement étaient jusque-là effectués sous la responsabilité de l'Office national de la chasse. L'arrêté préfectoral du 20 septembre ouvre cette possibilité aux sociétés de chasse, ce qui accroît le nombre de chasseurs pouvant participer à ces traques.

 

«Plan loup»

 

Avant les deux loups tués samedi et dimanche par des chasseurs, deux autres loups ont été mis à mort depuis le début de l'année 2013. Ces deux animaux ont péri sous les balles de lieutenants de louveterie, qui assistent bénévolement les fonctionnaires de l'Office de la chasse.

 

Des bergers du Sud-Est avaient réclamé début septembre, dans une lettre ouverte au président François Hollande que soient rapidement tués les 24 loups autorisés pour la période 2013-2014 par le «plan loup», après une attaque contre des chiens gardiens de troupeau.

 

Au niveau national, le «plan loup» 2013-2017, entré en vigueur au printemps, prévoit en effet que 24 loups peuvent être tués durant la première année au sein d'une population estimée par les autorités à 250 animaux.

 

Revenu naturellement au début des années 1990 dans les Alpes, le loup - espèce protégée - est en croissance constante en France. D'où une multiplication des attaques sur les troupeaux (5848 animaux tuées en 2012, contre 4920 en 2011 et 2680 en 2008), notamment dans les Alpes-Maritimes.

 

 

Source: http://www.20min.ch/ro/news/faits_divers/story/Deux-loups-tues-par-des-chasseurs-en-moins-de-24h-17274941

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 07:36

Par La Voix de la Russie | Les spécialistes de l’informatique polonais ont transporté des données personnelles avec 38 millions de ses citoyens dans un nouvel emplacement. Cette opération a été menée « dans le plus grand secret ».

Le déménagement a pris 72 heures, et 150 personnes ont participé à l’opération. Les spécialistes ont préparé six copies des toutes les données en cas de pannes ou problèmes divers.

La sécurité de l'information a été garantie par les renforts des équipes du Bureau de sécurité du gouvernement.

Le nouvel emplacement des serveurs est gardé en secret.

 

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2013_08_23/La-Pologne-a-fait-demenager-les-serveurs-avec-les-donnees-privees-de-ses-citoyens-9714/

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 13:37

Des fruits et des légumes au « juste prix ». C’est le but d’une action des agriculteurs du Lot-et-Garonne qui dénoncent les « marges excessives de la grande distribution« .

 

Le syndicat Modef a décidé de vendre 50 tonnes de fruits et légumes à Paris et en proche banlieue jeudi 22 août. Tomates, melons, prunes, poires, salades, nectarines et pommes de terre seront vendues « en direct » à partir de 8h sur la Place de la Bastille et dans 25 villes de banlieue dont Ivry, Villejuif, Montreuil et La Courneuve par exemple. (Voir la liste complète des villes un peu plus bas).

« Les tomates qui sont ainsi vendues 3 euros le kilo en grande surface sera au juste prix par circuit court de 1,70 euros« , a expliqué Raymond Girardi, secrétaire général du Modef. Le kilo de nectarine à 2,20 euros, au lieu de 4 euros environ.

Les producteurs devraient de cette façon bénéficier d’une « marge normale« . Raymond Girardi dénonce les marges « excessives que rien ne justifie » de la grande distribution, malgré les mauvaises conditions climatiques du printemps, et qui « freinent la consommation » de fruits et légumes en France.

Selon une étude de Familles Rurales publiée cette semaine, les prix des fruits et légumes auraient atteint des sommets, sous l’effet du mauvais printemps de cette année. Cet été, Le prix moyen des fruits a flambé de 14% et celui des légumes de 17% par rapport à l’an dernier, avec des pointes à plus de 30% pour certains produits.

 


Source et suite : http://www.cercledesvolontaires.fr/2013/08/22/paris-des-agriculteurs-vont-vendre-50-tonnes-de-fruits-et-legumes-au-juste-prix/

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 16:57

 

Photo : PAS-DE-CALAIS | La ville d'#Avion est le théâtre d'#émeutes urbaines depuis quatre jours et quatre nuits. Tout a démarré mardi, après un grave accident de scooter. A écouter et à lire ici ►►► http://bit.ly/FInfo_avionémeutes

La ville d'Avion, dans le Pas-de-Calais, est le théâtre de rébellions urbaines depuis quatre jours et quatre nuits. Tout a démarré mardi, après un grave accident de scooter. Les habitants du quartier République commencent à s'inquiéter des affrontements incessants entre policiers et jeunes.

 

 

Après Amiens, en 2012, qui s'était embrasé pendant plusieurs jours, c'est au tour d'Avion, en 2013. Comme l'année dernière, le mois d'août a été propice aux affrontements entre jeunes et policiers.

 

Dans cette ville du Nord de la France "réputée tranquille", tout a démarré après le grave accident de scooter d'un jeune qui a percuté une voiture stationnée. Ce jour-là, l'arrivée des policiers a provoqué des heurts avec les jeunes. La vie du jeune homme, habitant du quartier, n'est pas en danger et son état semble s'améliorer.

 

Depuis, trois nuits se sont succédées avec leur lot d'évènements. Huit interpellations ont été effectuées par les policiers depuis le début. L'enquête de la police judiciaire se poursuit afin de retrouver les auteurs des différents incendies des trois dernières nuits, qui ont notamment détruit une friterie, la réserve d'un supermarché, plusieurs voitures et des containers.

 

Le maire d'Avion a tenté de calmer la situation. "Toute la journée, je suis passé dans le quartier en demandant aux gens de tous âges de rester à la maison cette nuit, notamment aux parents de ne pas sortir avec les enfants", a-t-il expliqué à La Voix du Nord

Certains habitants sont très inquiets de la tournure que prennent les événements. "On ne sait pas jusqu'à quand ça va durer, jusqu'où ça va aller. Tout le monde ici commence à avoir un peu peur. J'ai même entendu que certains voulaient partir", explique un Avionnais. "Je mets ma voiture en sécurité, je ferme les volets, j'ai un peu peur", raconte une femme.

 

"Nous maintiendrons notre dispositif policier jusqu'à ce que le calme revienne", a expliqué Simone Mielle, la sous-préfette.

 

Source: http://www.franceinfo.fr/faits-divers/avion-tout-le-monde-ici-commence-a-avoir-un-peu-peur-1108785-2013-08-16 via https://www.facebook.com/photo.php?fbid=582839458426548&set=a.439428389434323.99386.439425526101276&type=1

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 11:03

Après une vague de violences, qui a touché la cité phocéenne dans la nuit de lundi à mardi 30 juillet, Eugène Caselli, président socialiste de la communauté urbaine, a écrit aujourd'hui à Manuel Valls pour dénoncer des «éxactions intolérables» et demander le classement de la totalité de la cité phocéenne en zone de sécurité prioritaire (ZSP). Lettre : http://www.e-caselli.fr/2013/07/je-demande-a-manuel-valls-de-classer-tout-marseille-en-zone-de-securite-prioritaire/

 

 

  • «Je suis inquiet et en colère. La situation a pris une telle ampleur que la réponse ne peut être qu'à la hauteur de ces dérives», écrit l'élu socialiste, également candidat à la primaire socialiste pour les municipales de Marseille en 2014.

 

C'est une vague de violences, dans la nuit de lundi à mardi, qui a décidé Eugène Caselli. Peu avant minuit, un corps avait été retrouvé en partie calciné dans une commune limitrophe de Marseille, aux Pennes-Mirabeau. Le jeune homme de 22 ans a été tué d'une balle dans la tête. Deux hommes, âgés d'une trentaine d'années, ont, eux, été blessés par balles dans une zone artisanale excentrée du quartier Saint-Pierre. Enfin, un chauffeur de benne à ordures a été victime de plusieurs tirs de pistolet à billes, alors qu'il circulait au niveau de la traverse de la Jarre, non loin d'une cité qui se trouve elle en ZSP.

 

En septembre 2012, le sénateur-maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin avait également fait la demande auprès de Manuel Valls du classement de l'ensemble de Marseille en zone de sécurité prioritaire. Quelques jours plus tôt, la sénatrice socialiste Samia Ghali avait requis l'intervention des militaires. La création d'une seconde zone de sécurité prioritaire avait alors été décidée. Une première zone couvrait déjà les quartiers nord, dans les 3e, 13e, 14e, 15e et 16e arrondissements. Depuis novembre, les 9e, 10e et 11e arrondissements, au sud de la ville, sont également concernés.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/31/01016-20130731ARTFIG00264-marseille-un-tenor-local-du-ps-veut-classer-la-ville-en-zsp.php

 

Add. 17:27. Pour Valls, «classer tout Marseille en ZSP n'aurait aucun sens. Valls refuse de placer toute la ville de Marseille en ZSP

 

 

Pour le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, accéder à la demande du président socialiste de la communauté urbaine de Marseille Eugène Caselli de placer l'ensemble de la Cité phocéenne en zone de sécurité prioritaire n'aurait aucun sens.

 

Un dispositif qui «ne serait pas efficace et n'aurait aucun sens» pour Manuel Valls.

 

Sur France Info, Manuel Valls a rejeté cette mesure radicale:

 

  • «Nous ne mettrons pas tout Marseille en zone de sécurité prioritaire. Les ZSP sont des dispositifs ciblés». À Marseille, «il n'y a que l'hypercentre qui n'est pas en zone de sécurité prioritaire. Les quartiers Nord et les quartiers Sud sont déjà en zone de sécurité prioritaire et, dans l'hypercentre, nous avons créé des unités dédiées (...) qui patrouillent activement», a-t-il rappelé.

 

De nouvelles violences, dans la nuit de lundi à mardi 30 juillet ont éclaté à Marseille. Peu avant minuit, un corps avait été retrouvé en partie calciné dans une commune limitrophe de Marseille, aux Pennes-Mirabeau. Le jeune homme de 22 ans a été tué d'une balle dans la tête. Deux hommes, âgés d'une trentaine d'années, ont, eux, été blessés par balles dans une zone artisanale excentrée du quartier Saint-Pierre. Enfin, un chauffeur de benne à ordures a été victime de plusieurs tirs de pistolet à billes, alors qu'il circulait au niveau de la traverse de la Jarre, non loin d'une cité qui se trouve elle en ZSP.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/31/01016-20130731ARTFIG00264-marseille-un-tenor-local-du-ps-veut-classer-la-ville-en-zsp.php

 

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 16:23

http://static.yabiladi.com:443/files/articles/d7b88727626edffa681497e410fde936_646.jpgMardi 24 juillet, la police et les militaires marocains ont raflés des centaines d’hommes et de femmes subsahariens dans les villes du nord du pays pour les expulser. Hommes, femmes enceintes, enfants et blessés ont été indifféremment embarqués dans des bus à destination d’Oujda. Un Congolais de 40 ans, grièvement blessé est peut être mort après avoir été propulsé hors d'un bus lancé à pleine vitesse.


« Ce genre de chose est monnaie courante, mais hier c’était vraiment exceptionnel : ils ont cassé toutes les maisons des Africains », raconte Mohamadou*.

 

Source et suite: http://www.yabiladi.com/articles/details/18671/immigration-plusieurs-centaines-subsahariens-rafles.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 22:59

La contamination de l'eau par les pesticides "quasi généralisée" en France

 

Les cours d'eau des grandes régions agricoles du Sud-Ouest, du Nord et du Bassin parisien sont les plus touchés

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/11/Cours_d%27eau_Gott%C3%A9ron.jpg/800px-Cours_d%27eau_Gott%C3%A9ron.jpg

 

"La contamination des cours d'eau est quasi-généralisée en France, essentiellement par les herbicides en métropole et des insecticides en Outre-mer", écrit le Commissariat général au Développement durable dans une note "indicateurs et indices" datée du 22 juillet.

 

Les zones les plus touchées sont les grandes régions céréalières, maraîchères ou viticoles que sont le Sud-Ouest de la France, mais aussi le nord, le Bassin parisien, l'amont du Rhône et la Martinique.

 

"Seuls 7% des points en sont exempts. Ils sont majoritairement situés dans des régions peu agricoles ou à agriculture peu intensives", soit le quart sud-est de la France et l'Auvergne, écrit le Commissariat.

 

En 2011, sur les 176 secteurs hydrographiques (découpage géographique par bassins versants des rivières) surveillés en France métropolitaine, 63 présentaient une concentration moyenne annuelle supérieure à 0,5 microgramme par litre, soit le seuil au-delà duquel l'eau est jugée "impropre à la consommation humaine".

 

En Outre-mer, sept secteurs sur 12 dépassaient ce seuil.

 

Dans les zones de grandes cultures comme le Bassin parisien, le Sud-Ouest et le Nord de la France, certains secteurs dépassent les 5 microgrammes par litre, seuil au-delà duquel l'eau est "impropre à la fabrication d'eau potable".

Plus de 20 pesticides différents ont été décelés sur 18% des points de mesure, précise le Commissariat.

 

Les nappes souterraines semblent, elles, moins contaminées que les cours d'eau, et en 2011, quatre de l'ensemble des 176 aquifères surveillés présentaient une concentration totale supérieure à 0,5 microgrammes, notamment la nappe de Beauce (région parisienne) ou dans le Vaucluse.

 

En dehors des nappes sous couverture argileuse ou de montagne qui sont les plus préservées, "le reste du territoire montre une contamination généralisée des nappes, même si elle reste majoritairement faible avec des concentrations inférieures à 0,1 microgramme par litre", écrit le Commissariat général au Développement durable.

 

La situation est bien moins bonne en Outre-mer et notamment en Martinique où 70% des nappes dépassaient le seuil de 0,5 microgramme.

 

Source: http://www.sudouest.fr/2013/07/24/la-contamination-de-l-eau-par-les-pesticides-quasi-generalisee-en-france-1123553-706.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 08:24

 

69 voitures brûlées dans l’agglomération lyonnaise ce week-end du 14 juillet

 

 

Ce chiffre est dévoilé par « le Progrès » ce matin...

 

Depuis la fin de la semaine dernière, plusieurs incidents ont émaillé l'agglomération lyonnaise. Les forces de l'ordre ont été la cible notamment de tirs de mortiers ou de feux d'artifice et quelques bus TCL de jets de pierres. Une quinzaine de personne ont été interpellée. Les communes les plus touchées ont été Vénissieux, Saint-Priest, Saint-Fons ou Villeurbanne en particulier dans le quartier du Tonkin.

 

Source: http://www.lyonmag.com/article/55794/69-voitures-brulees-dans-l-agglomeration-lyonnaise-ce-week-end-du-14-juillet

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 00:20

 

À Paris, ils pèsent un tiers du «noyau dur» des mis en cause par la police. L'ONDRP détaille même leur proportion par nationalités et par types de délits.

 

 

L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) s'attaque à un sujet délicat: la part des étrangers dans les «multimises en cause pour crimes et délits». En clair: ce qu'ils pèsent dans le «noyau dur» de la délinquance constatée par les forces de police. Cette étude scientifique, qui puise dans le fichier des antécédents judiciaires (STIC) du ministère de l'Intérieur, passe au crible un large échantillon d'environ 1500 personnes mises en cause pour cinq infractions ou plus ayant eu lieu en 2009 et 2010 à Paris ou dans sa proche couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne). Elle a déjà révélé, d'une manière générale la part prépondérante des mineurs (53,4%) dans les infractions commises par les délinquants suractifs,.

 

Mais, concernant plus spécifiquement les étrangers, les résultats sont tout aussi instructifs. On y découvre qu'ils pèsent un tiers des multimis en cause dans l'agglomération parisienne. Et encore ces chiffres ne sont-ils pas rapportés à ce que représente dans la population globale du Grand Paris chaque communauté, Français, d'un côté, forcément les plus nombreux, et étrangers, de l'autre. Ce qui aurait abouti à des écarts encore plus importants. Bien entendu, l'étude ne concerne pas les Français d'origine étrangère.

 

Premier enseignement donc: «Les étrangers multimis en cause présentent une part d'atteintes aux biens supérieure à celle des Français (76,4%, à comparer à 58,6%)», écrit l'auteur principal de ce travail de fourmi, Étienne Perron-Bailly, chargé d'études à l'ONDRP. En clair: si l'on s'en tient aux arrestations réalisées par la police et la gendarmerie, les étrangers sont davantage impliqués dans les vols ou les cambriolages notamment. En revanche, dans l'hexagone, Français et étrangers multimis en cause sont au coude-à-coude en ma­tière d'escroqueries et d'infractions financières. Les Français sont plus représentés dans toutes les violences qui n'ont pas pour objet l'acquisition d'un bien ou d'une somme d'argent.

 

 

Deuxième enseignement: les Français sont davantage mis en cause pour les infractions révélées par l'action des services, comme les affaires de drogue, de recel, de port d'armes prohibées. Ce qui contribue à relativiser les accusations récurrentes de «chasse au faciès» de la part des forces de l'ordre.

 

Mais surtout, l'étude de l'ONDRP s'intéresse au profil des mis en cause par nationalités (voir notre infographie). Et le portrait se précise. Chez les étrangers mis en cause au moins cinq fois par les agents (450), ceux de nationalité roumaine représentent plus de la moitié de l'effectif (231). Parmi ces derniers, 89,6% sont mineurs: 37,7% de garçons et 51,9% de filles.

 

C'est dire si certaines catégories donnent du fil à retordre à la police. «Les femmes mineures multimises en cause (131 au total) sont essentiellement originaires de Roumanie ou d'Europe balkanique (120 femmes mineures). Les autres nationalités présentent des nombres de filles mineures très faibles», euphémisent les statisticiens de l'observatoire dirigé par le criminologue Christophe Soullez. Et pour cause: dans leurs tableaux, on trouve un seul cas d'une étrangère mineure d'une autre nationalité.

 

Quel que soit l'âge des étrangers plusieurs fois mis en cause, sur les 450 cas isolés par les statisticiens comme représentatifs, selon eux, après les Roumains et les ressortissants des Balkans viennent les étrangers du Maghreb (105 cas), d'Afrique (63 cas) et de Chine (12 cas). Les autres nationalités représentent 39 cas.

 

Les experts de l'ONDRP précisent: «Les multimis en cause de Roumanie ou d'Europe balkanique présentent un profil très porté sur les atteintes aux biens (92,7% des multimis en cause)». Parmi cette catégorie, les hommes majeurs ont été mis en cause en moyenne plus de onze fois. Ce qui laisse à penser qu'ils influent fortement sur la statistique de la multirécidive (plusieurs fois le même délit) ou de la multiréitération (des délits successifs de natures différentes) dans l'agglomération parisienne.

 

Pour les autres nationalités, l'ONDRP révèle que «la quasi-totalité des multimis en cause du Maghreb sont des hommes (24,8% de mineurs et 73,3% de majeurs)» et que «le nombre moyen d'infractions principales par mis en cause» les concernant est de huit environ.

 

Par ailleurs, «les multimis en cause d'Afrique hors Maghreb sont en grande partie des hommes, principalement majeurs (65,1%)», décryptent les scientifiques.

 

À les lire, «les hommes mineurs d'Afrique hors Maghreb sont assez souvent mis en cause pour atteintes volontaires à l'intégrité physique», c'est-à-dire de faits de violence.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/06/27/01016-20130627ARTFIG00609-delinquance-une-etude-revele-la-part-des-etrangers.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 17:45

Yannick Noah, résident suisse entre 1992 et 1994, actuellement en contentieux fiscal avec l'administration dans une procédure qui est toujours en cours devant le Conseil d'Etat, a été débouté aujourd'hui des poursuites en diffamation qu'il avait intentées contre la présidente du FN, Marine Le Pen, qui l'avait qualifié d'"exilé fiscal" et accusé d'avoir "planqué" son argent à l'étranger.

 

Le 9 mars 2012, sur le plateau du "Grand journal" sur Canal+, interrogée sur les personnalités préférées des Français, Yannick Noah, Zinedine Zidane et Omar Sy, au journaliste qui lui demandait si l'immigration était une chance pour la France, Marine Le Pen, alors candidate FN à la présidentielle, avait répondu "deux exilés fiscaux sur trois, c'est pas mal", avant de répondre au sujet de Yannick Noah : "cela veut dire qu'au lieu de payer ses impôts en France, eh bien ce monsieur se permet de donner des leçons de morale", "de donner des leçons de charité et de partage alors que lui, il ne partage rien, que son argent il est planqué et qu'il n'en fait pas profiter les malheureux Français".

 

Contrairement à ce que soutient le joueur de tennis, les juges de la 1e e chambre du tribunal correctionnel ont estimé que "les propos incriminés ne lui imputent nullement (à Yannick Noah, NdCR.) de commettre des faits pénalement sanctionnés de fraude fiscale". Les juges ont donc relaxé Marine Le Pen et débouté Yannick Noah, qui demandait 50.000 euros de dommages et intérêts et quatre publications judiciaires.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/06/25/97001-20130625FILWWW00511-noah-deboute-face-a-marine-le-pen.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 16:42

Intéressant de lire que Saint Raymond de Penyafort que nous fêtions hier n'hésitait pas à reprendre et corriger les rois sur leurs moeurs, comme tous les saints de l'histoire le firent eux-même d'ailleurs. Un exemple fameux est celui d'Innocent III excommuniant Philippe Auguste qui avait répudié sa première épouse, Isambour (ou Ingeborge ou encore Ingeburge de Danemark) et fut contraint de la reprendre.

Il y a quelques années, le Vatican lui-même exigeait encore le mariage de l'acteur Robert Powell et de sa concubine, avant qu'il endosse le rôle de Jésus de Nazareth dans la série éponyme de 1976. 
C'est bien loin tout ça...

Aujourd'hui un François Hollande peut s'afficher impunément au bras de sa maîtresse (et non sa simple  "petite amie" comme disent les médias tout pleins d'un euphémisme révérencieux), et envoyer valser au vu et au su de tout le monde une femme et ses enfants sans que personne dans les medias ne s'en offusquent ! "Mais François Hollande et Ségolène Royal n'étaient pas mariés" nous objectera-t-on. Soit, mais ils avaient fondé un foyer, étaient unis depuis plus de 30 ans, avaient eu des enfants ensemble.
On peut détester Ségolène Royal et tout ce qu'elle représente : son engagement dans un parti traditionnellement attaché à la destruction de la famille en prônant la liberation des moeurs et le divorce (loi franc-maçonnique Vidal-Naquet de 1884)... alors qu'elle est issue d'une famille catholique (Cf. Ses idées sur l'encadrement des délinquants par l'armée, ses positions contre le string des adolescentes au collège avaient été "expliquées" par les médias comme un effet des valeurs catholiques dans lesquelles elle avait malgré tout été élevée.) On peut détester justement la mise sous le boisseau de ses valeurs catholiques tant dans son couple, que dans son acquiescement aux anti-valeurs franc-maçonniques qu'elle ne pouvait pas ignorer. Non mariée, Ségolène n'est pas considérée comme une épouse à part entière. On ne peut donc pas parler d'un adultère en ce qui concerne François Hollande, à tout le moins d'un "concubinage" entre lui et Valérie Trierweiler, réprouvé (en principe) par l'Eglise... Et on peut souhaiter à la femme bafouée que ses récents échecs tant personnels que politiques lui apportent la réflexion qui lui fit défaut à ce sujet.

 

Reste que Valérie Trierweiler pose un problème de société et de morale : s'afficher avec un "presque-époux" et un père de famille ne lui suffisait pas, il lui fallait tout mettre en oeuvre pour faire capoter la carrière politique de la "légitime" ! Là encore, on objectera que ces guerres de femmes se sont vues à toutes les époques, et dans toute notre histoire. Soit. Et puis, on a déjà  vu de grands rois se pavaner avec leurs favorites, et par la suite des nobles et des riches bourgeois se ruiner avec des demi-mondaines, ce qui avait plutôt l'heur d'amuser les foules.
Mais que ce couple illégitime et adultérin parle d'assister au mariage d'un couple d'amis de même sexe alors que lui-même n'est pas marié, n'y pense apparemment pas, (on espère que ce "mariage" d'homos lui en donnera l'idée...) mais surtout ose faire la leçon au peuple non-décadent, voilà qui ne s'est jamais vu ! Nous avons atteint une décadence que ne nous envieraient pas les derniers Romains.

Que dame Trierweiler soit invitée dans les cérémonies officielles et reçue comme une première "dame" de France (encore que la faute en revienne à Ségolène, qui ayant voulu jouer les femmes libres, se voit aujourd'hui refuser la protection du mariage) sans qu'aucun évêque ne s'indigne de ce péché public de fait et de droit et n'en fasse la remarque aux intéressés, voilà qui nous montre que l'Eglise de France est tombée bien en-dessous du niveau de la mer ! A moins que ce problème de concubinage public ne soit pour elle qu'un problème secondaire tant la liberté des moeurs s'est développée et tant la défense des enfants (petites victimes innocentes présentes et à venir du "mariage" homosexuel, adoption, PMA et GPA) est devenue le souci prioritaire de l'Eglise.

 

Tribune libre de d. du Berry

-----------------------------------------

- La femme au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime : l'exclusion des femmes ne date pas des "siècles obscurs" mais vient plus tard, de la modernité

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 23:52

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2013-01/2013-01-03/article_chat.jpgDepuis la mort de son maître, le chat Toldo apporte des offrandes sur sa tombe chaque jour...

 

Depuis la mort de son maître il y a un an, le chat Toldo se rend chaque jour sur sa tombe pour lui déposer des offrandes, raconte le Corriere Fiorentino le 28 décembre dernier.

 

Toldo a été adopté par un vieux monsieur, Renzo Iozzelli, il y a trois ans. Il avait été récupéré au bord d’une route alors qu’il n’était qu’un chaton de trois mois.

Toldo a suivi l’enterrement de son maître

 

Lorsque Renzo Iozzelli est mort en septembre 2011, Toldo a suivi le cortège de l’enterrement et s’est rendu au cimetière avec les membres de la famille.

Le lendemain, le chat montait la garde sur la tombe de son maître. Chaque jour depuis, il apporte un nouveau cadeau: rameau d’acacia, mouchoir en papier, gobelet en plastique… Grâce à sa fidélité sans faille, Toldo est devenu la coqueluche du village et des médias locaux.

 

Source: http://www.20minutes.fr/insolite/1073175-chat-rend-tous-jours-tombe-maitre-italie

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 11:27

 

Merci à Laurent pour la video.

 

On pourrait garder le Père Noël à condition de le re-"saint-Nicolaïser" (crosse, croix, long manteau rouge). Car le père Noël, c'est saint Nicolas qui a été paganisé par les protestants anglo-saxons. Il s'agit de re-christianiser des symboles païens. L'Eglise a toujours procédé ainsi. 

 

Exemple: Discours "Au Dieu inconnu" de saint Paul aux Grecs d'Athènes dans l'Aréopage (Actes des Apôtres 17,15-18,1), dont voici un extrait : « Citoyens d'Athènes, je constate que vous êtes, en toutes choses, des hommes particulièrement religieux. En effet, en parcourant la ville, et en observant vos monuments sacrés, j'y ai trouvé, en particulier, un autel portant cette inscription : 'Au dieu inconnu'. Or, ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer ».


Une des premières œuvres de saint Nicolas (+324) fut de sauver l'honneur de trois filles exposées à la perte de leur vertu ; il les dota toutes, l'une après l'autre, et il le fit si discrètement, que c'est à la fin seulement que le père, touché d'admiration, surprit la main du bienfaiteur.  

 

L'habitude qu'il avait de pourvoir anonymement à la dot des jeunes filles pauvres, en introduisant discrètement des cadeaux dans leurs maisons est à l'origine de la légende du père Noël, version profane ou « laïcisée » de l'histoire du saint évêque.

 

En Turquie, et particulièrement à Demre (nom actuel de Myre), les deux personnages sont confondus et le souvenir de saint Nicolas est maintenu.

 

http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/photo/art/default/2558989-3608960.jpg?v=1292735626


Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 10:45

Le chef de l'Eglise catholique française, Mgr André Vingt-Trois, a redit dimanche son opposition au mariage homosexuel en précisant qu'il ne participerait pas à la manifestation du 13 janvier organisée par les opposants au projet du gouvernement.
Le pape Benoît XVI s'est montré combatif vendredi en appelant les catholiques à "lutter" contre le mariage homosexuel, dans le contexte d'une mobilisation accrue de l'Eglise dans les grands débats de société.
Invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, Mgr André Vingt-Trois a souligné qu'il n'avait pas appelé les catholiques à manifester le 13 janvier mais "à se manifester" de la façon qui leur semblerait la plus appropriée. "A chacun de choisir les moyens de se manifester", a-t-il expliqué.
Le cardinal-archevêque de Paris a précisé qu'il n'excluait pas de saluer des manifestants, mais qu'il ne défilerait pas. "Je ne ferai pas la manifestation. Quand j'ai besoin de faire savoir quelque chose, je n'ai pas besoin de défiler."
André Vingt-Trois a ajouté qu'il n'était pas "l'organisateur de cette manifestation apolitique et aconfessionnelle".
Début novembre, le cardinal-archevêque de Paris avait ouvert l'assemblée des évêques de France par une charge contre le mariage homosexuel taxé de "supercherie".

 

Source: http://www.20minutes.fr/ledirect/1069343/mgr-vingt-trois-ira-manifester-contre-mariage-tous

via http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=655362

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 15:17

Depuis l’année 1852, la ville de Lyon - fière de l’antiquité de sa dévotion envers la Très Sainte Mère de Dieu, dont elle fêtait déjà la conception immaculée au XIIe siècle – , s’illumine tous les 8 décembre à la tombée de la nuit pour magnifier Marie.
Dans leurs petits verres de diverses couleurs disposés sur les appuis de fenêtres, les flammes tremblantes d’une multitude de lumignons et de bougies, chantent une silencieuse hymne d’action de grâces et d’amour pour celle qui – pleine de grâce, κεχαριτωμένη - a été choisie pour faire entrer dans le monde la Lumière du Salut (un historique plus détaillé peut être lu ici > www)

dsc07381copie.vignette dans Chronique de Lully

La tradition lyonnaise ne s’est pas cantonnée à la seule ville de Lyon, elle s’est progressivement étendue aux villes et villages du diocèse, a débordé sur certaines provinces avoisinantes, a été adoptée dans un certain nombre de paroisses ou d’établissements religieux à travers toute la France.
On ne peut que s’en réjouir!

A Lyon même, l’archevêché et les paroisses, les différents mouvements et communautés religieuses, sont largement mobilisés pour faire du 8 décembre une journée particulière de ferveur et d’hommage clairement affirmé envers la Protectrice séculaire de la cité, Notre-Dame de Fourvière.
C’est aussi, pour les autorités religieuses, une occasion particulièrement propice à un témoignage de foi : de là une dynamique missionnaire et des initiatives « pour que ce bonheur de la foi que vous avez vous aussi reçu soit partagé avec tous ceux qui viendront nous rencontrer! » (Mgr Jean-Pierre Batut, évêque auxiliaire de Lyon – lire l’intégralité de son message ici > www).
De cela aussi on ne peut que se réjouir.

dsc07381copie.vignette

Le site officiel de l’archidiocèse de Lyon donne un assez bon résumé des querelles et des luttes – luttes physiques parfois – auxquelles la fête du 8 décembre donna lieu dans les agitations des années 1879 à 1914, marquées par la montée de l’anticléricalisme et d’un laïcisme volontiers hargneux (lire ici > www).
On trouve dans ce même aperçu historique la mention de l’ « affadissement de la fête du 8 décembre dans le contexte de crise qui suivit le concile Vatican II, marqué par une certaine contestation de la part d’une partie du clergé, et le refus de pratiques jugées archaïques » (sic). 

Le site diocésain continue :
« Le vrai changement se produisit dans les années 1990 : la Ville s’appropria la fête en l’intégrant au Plan Lumière et à la volonté de développer le tourisme à Lyon. L’aspect commercial prit alors le dessus. L’Église parut à l’écart de ce mouvement, au point qu’il n’y avait guère de concertation entre le diocèse et les services de la municipalité pour le choix des illuminations des façades des églises. En 2002, le spectacle lumineux montrait un défilé de délicieux petits canards sur la façade de la cathédrale, c’était charmant mais peu respectueux du caractère sacré du lieu. Pourtant, peu à peu, à partir de 2000 surtout, on put assister à une revitalisation de la fête religieuse sous l’impulsion de la fête profane, en prenant appui sur l’afflux des Lyonnais et des touristes : l’opportunité missionnaire était évidente (…). Une collaboration se mit en place entre l’Archevêché et la Ville pour mieux adapter les spectacles lumineux au caractère particulier des édifices de culte (…). Des affiches rappelant l’importance de la dimension religieuse de la fête sont visibles en ville, et des dépliants sont largement distribués, avec une forte mobilisation notamment des services de la Pastorale du Tourisme et de la Pastorale des Jeunes. »

fourviere-vierge-doree-du-clocher

Au sommet du clocher de Fourvière, la Vierge dorée tournée vers la ville
 son inauguration est à l’origine des illuminations du 8 décembre

Ceci en effet ne peut nous laisser ignorer les tentatives récurrentes pour laïciser la fête du 8 décembre et pour ensevelir la tradition religieuse et la ferveur catholique sous une accumulation d’aspects profanes…
Si l’on n’assiste plus aux affrontements verbaux et physiques de la fin du XIXe siècle, on peut toutefois entendre régulièrement des interventions provenant des sphères de la « libre pensée » s’indigner et critiquer avec virulence les manifestations publiques de foi et de piété mariale dont le 8 décembre est l’occasion.
Le Grand Orient de France promeut la « Journée de la laïcité » à la date du 9 décembre (cf. > www) parce que le 9 décembre est le jour anniversaire de l’adoption de la loi dite de séparation des Eglises et de l’Etat, en 1905. 

Dans la terminologie utilisée, les illuminations du 8 décembre sont devenues d’abord « la fête de la lumière », puis aujourd’hui « la fête des lumières », cette dernière étant célébrée du 6 au 9 décembre… le 9 décembre justement!!!
De quelles « lumières » s’agit-il alors? Celles de la « philosophie des lumières », celles du « siècle des lumières »? Ces « lumières » qui provoquèrent l’une des plus violentes persécutions religieuses que la France a jamais connue, ces « lumières » qui déclenchèrent un tel déferlement de vandalisme et de sacrilèges?…

dsc07381copie.vignette

Selon un aphorisme attribué à Lao-Tseu que feu Monsieur Yves Gire (de l’association Una Voce > www) aimait souvent citer, je suis convaincu qu’ « il vaut mieux allumer une bougie plutôt que maudire les ténèbres ».
Voilà pourquoi, ainsi que je le disais en commençant, je voudrais lancer un appel : appel à tous ceux qui aiment Notre-Dame et qui souhaitent le triomphe de son coeur douloureux et immaculé sur toutes les forces du mal, pour que, partout où ils se trouvent, le 8 décembre à la tombée de la nuit, ils allument eux aussi au moins une bougie à leur fenêtre, ou mieux – s’ils le peuvent – qu’ils suivent l’exemple des catholiques lyonnais et illuminent leurs appuis de fenêtres avec des lumignons symboles de leur foi, de leur espérance et de leur charité…

 


 

lanterne-gif


Source et suite : http://leblogdumesnil.unblog.fr/2012/11/27/2012-85-le-8-decembre-illuminons-nos-fenetres-en-lhonneur-de-notre-dame/

via http://royaume-de-france.clicforum.com/t1114-le-8-d-cembre-illuminons-nos-fen-tres-pour-Notre-Dame.htm#p9922

 

--------------------------

- Le Véritable 8 Décembre Lyonnais

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 23:59

USA: S'afficher tradi ça rapporte, Chick-Fil-a bénéfices records !

 

Posted by Marucha LE 01-11-2012

 

 

Tradycyjne wartości popłacają, Chick-fil-A z rekordowymi wynikami

 

TRADUCTION

 

Suite à la déclaration du directeur de la chaîne de fast food "Chick–fil-a", affirmant que sa chaîne appuyait les valeurs traditionnelles, celle–ci s’est trouvée sous le feu de la critique.

 

On a reproché à la chaine une soit-disant discrimination des homosexuels, et elle s’est vu blamée par de nombreux politiciens autant que par de nombreux commentateurs de la vie publique américaine. Mais lle a reçu aussi le soutien de ses clients habituels autant que des Américains s’opposant aux poursuites engagés contre ceux qui expriment publiquement leur soutien au mariage chrétien traditionnel .

 

L’affaire a commencé le jour où le Directeur de Chick-fil-A ,Dany Cathy a affirmé lors du « The Ken Coleman Show » que les personnes qui veulent la légalisation du « mariage » homosexuel et promeuvent ce type de lien subiront « le « Jugement de Dieu ». En un clin d’œil la foudre s’est déchaînée sur Cathy et l’on a vu quelques maires libéraux ( parmi lesquels Rahm Emanuel , ami d’Obama +N.du.Trad. : un des sionistes les plus enragés de l’establishment US ) déclarer que pour la chaîne de Cathy il n’y aurait pas de restaurants dans leurs villes. Le maire de Boston ,Thomas Menino a clairement reproché à cette industrie de faire de la discrimination à l’égard des milieux homosexuels. Les mêmes types de reproches absurdes, venant des manifestants homosexuels, se sont déversés sur la chaine. De plus, leur exaspération s’est accrue à la nouvelle que la chaîne soutenait les organisations défendant le mariage.

 

Le maire de Washington a déclaré sur Twitter qu’il ne soutenait pas « les poulets haineux »

 

Selon USA Today, depuis le début de l’affaire, la renommée de la chaîne Chik-fil-A s’est accrue tout autant que la fréquentation de ses restaurants et l’identification de sa publicité. Sandelman and Associates a mené une enquête parmi les 30 000 sujets présent sur le marché des fast-food. Comparé au troisième trimestre de l’année 2011 la part de ce fast-food a augmenté O,6% par rapport à tout le marché des fast-food. Selon Jeff Davis, de Sandelman and Associates cette chaîne de restaurants a renforcé sa position de 80% de plus par rapport aux autres chaînes examinées.

 

Il semblerait que l’accroissement des ventes ainsi que la renommée de la chaîne a commencé le 1° Aout quand les sympathisants de la chaine ont programmé un « Chick-fi-lA Appreciation Day ». Le but en était de soutenir la liberté de parole et de défendre le mariage traditionnel attaqué par la gauche. - Ce qui fut dit alors semblait devoir nuire à Chick–fil-A, hors en réalité c’est le contraire qui s’est produit pour cette marque : elle en a été favorisée.

 

Source : lifesitenews.com

Transmis par

http://www.pch24.pl

-------------------------------

Merci à Truth

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 08:59

 

Un homme sans domicile fixe, a été découvert mort sur un trottoir , probablement de froid, hier matin dans la rue Jacques Kellner du XVIIème arrondissement au nord de Paris. Son corps a été découvert vers 08H20 après une nuit où la température a été inhabituellement basse pour la saison: 2,3 degrés contre 7 degrés habituellement. L'homme était un "familier" de ce quartier du nord de Paris.

 

Source: http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/un-sdf-decouvert-mort-a-paris-probablement-de-froid-7612770.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article