Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2020 1 23 /11 /novembre /2020 08:20

Le 18 novembre, Worldometer (ici) affichait au compteur 46.273 décès covid pour la France, en ajoutant les 9.000 décès à domicile nous avons au total 55.273 décès covid en France, soient 825 décès par millions d’habitants

 

Au même moment, en Suède, le compteur est de 6.225, soient 616 décès par millions d’habitants

 

LA MORTALITÉ PAR MILLION D’HABITANTS EST DONC 34% PLUS ÉLEVEÉ DANS NOTRE PAYS PAR RAPPORT À LA SUÈDE QUI N’A PAS CONFINÈ, NI FERMÉ, NI DÈCONFINÉ, NI RECONFINÉ !

 

Contrairement aux affirmations péremptoires du Ministre Véran, le nez dans le guidon, c’est la France qui derrière la Belgique et l’Espagne détient la pire mortalité en Europe. Mais aussi, voir le tableau ci-dessus, un bilan pire que celui, du Brésil, des Etats-Unis…

 

Quant à la Suède, n’en déplaise au Ministre, sa mortalité est très inférieure à celle de la France, de l’Italie, de l’Espagne, du Royaume Uni, de la Belgique, du Brésil, des USA

Ces chiffres évoluent rapidement dans les pays qui comme la France ont confiné au printemps, et qui tous, subissent en ce moment une deuxième vague (le terme d’ailleurs est impropre. En réalité, il s’agit d’une reprise épidémique de la première vague dans les territoires et les populations qui n’avaient pas été touchés au printemps notamment à cause du confinement et surtout des limitations drastiques de nos déplacements)

 

Il y a fort à parier que l’écart entre la Suède et les pays aux dirigeants interventionnistes qui se croient plus malins que les virus respiratoires, va se creuser, si les courbes s’éternisent après le pic de mortalité de 2ème vague et égrainent lentement mais sûrement de nombreux décès comme lors de la 1ère vague…

La suprématie de la stratégie suédoise de lutte contre le nouveau coronavirus, ne fera que crever les yeux et s’affirmera comme le nez au milieu du visage

 

L’évidence d’un bilan sanitaire bien plus favorable en Suède, s’accompagne également d’une bien moindre récession économique, comme le montrent parfaitement les prévisions de décroissance du PIB en 2020 dans l’Union Européenne ; -

 

M. Véran aura-t-il la décence de dire qu’il s’est trompé ?

 

Nous suivrons bien évidemment l’évolution de ces chiffres dans les semaines, mois, à venir…

Auteur(s): François Pesty pour FranceSoir

Source: Chronique N°39 – « L’éclatante victoire de la Suède s’affirme jour après jour, sur toutes les nations qui ont confiné, fermé, masqué, déconfiné, reconfiné…

 http://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/chronique-ndeg39-leclatante-victoire-de-la-suede-saffirme-jour-apres-jour-sur

Repost0
2 octobre 2020 5 02 /10 /octobre /2020 20:39

Dimanche 27 septembre, Olivier Véran, ministre de la Santé, invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, a évoqué le confinement de la Suède :

 

[...] A la question faut-il redouter un nouveau confinement, Olivier Véran a répondu : "Nous ne voulons pas confiner le pays, même si la Suède, Cardiff ou l’Espagne le font. Nous ne voulons pas arrêter totalement la vie économique, sociale, culturelle des Français". (Source: Midi Libre / Rtl )

Nouvelle fake-news du gouvernement : Olivier Véran évoque le confinement de la Suède : on ne trouve nulle trace de telles informations dans la presse de Suède !

Or, la Suède n'a ni confiné ni imposé les masques. C'est "un pays qui a dit non, en mars, au confinement, et qui refuse toujours le port du masque obligatoire, en intérieur comme en extérieur. Dans cette pandémie du Covid-19, la Suède fait cavalier seul. […] la Suède se retrouve dans le peloton de tête des pays européens les plus touchés relativement à sa population : près de 57 morts pour 100.000 habitants, contre 45 en France ou 11 au Danemark. Mais on est loin de l’hécatombe promise par certains médecins répétant que la stratégie de l’immunité collective était mortifère. […] Par ailleurs, ils n’ont aujourd’hui aucune augmentation du nombre de cas, alors que la France en comptabilise plus de 25.000 cas en sept jours. Et que l’Espagne et l’Allemagne vivent également une nouvelle hausse de l’épidémie." (Source : 20 Minutes 12 septembre 2020 Coronavirus : Ni confinement, ni masque… Pourquoi la Suède fait-elle cavalier seul face à la pandémie ?)

 

La Suède est un pays qui bien que n'ayant ni confiné ni imposé les masques enregistre, depuis un mois, peu de nouvelles contaminations. Le nombre de cas y a même sensiblement diminué (Reuters / le Jdd). Depuis le mois de juillet, les chiffres baissent. Le nombre de cas y est désormais plus faible que dans les pays voisins. (RMC / BFMTV) Et c'est un pays qui n'a pas mis son pays à l'arrêt économique, contrairement à la France.

 

COVID-19 : en Suède, pas de masque obligatoire, ni de bars fermés. [...] à Bruxelles en Belgique, le port du masque obligatoire va être levé à compter du 1er octobre. Dans le paysage européen, la Suède fait figure d’exception. On y a fait le choix depuis le début de n’imposer ni masque, ni confinement. (Public Sénat 26 septembre 2020)

 

Selon un article de Libération le 30 septembre, l'information du revirement de la stratégie suédoise (et donc la déclaration d'Olivier Véran) fait écho à des articles de presse publiés par plusieurs médias britanniques le 23 septembre, qui annoncent que «la Suède change sa stratégie de non-confinement» pour The Telegraph, ou que le pays «s’oriente vers des mesures de confinement» selon le Daily Mail, qui ajoute que «le scientifique en chef déclare qu’il envisage maintenant de mettre en place des restrictions locales de courte durée, dans un contexte de forte augmentation du nombre de cas à Stockholm». Cette affirmation a été brandie par plusieurs internautes pour faire valoir le fait que la Suède reconnaissait l’échec de sa stratégie sans confinement strict et sans masque. Sur les réseaux sociaux, des Suédois ont fait part de leur surprise face à ces articles anglo-saxons, en indiquant que ce revirement ne leur avait pas été communiqué. En effet, on ne trouve pas de telles informations dans la presse du royaume et pour l’instant, l’agence de santé suédoise n’a rien annoncé de tel sur son site. (Libération)

Repost0
27 septembre 2020 7 27 /09 /septembre /2020 18:10
https://www.cnews.fr/france/2020-09-27/coronavirus-72-des-francais-se-disent-prets-respecter-un-reconfinement-de-15-jours

https://www.cnews.fr/france/2020-09-27/coronavirus-72-des-francais-se-disent-prets-respecter-un-reconfinement-de-15-jours

Selon un article en ligne de  CNEWS, rapportant un sondage publié ce dimanche par le JDD, "coronavirus : 72% des français se disent prêts à respecter un reconfinement de 15 jours." Puis l'article précise : "de façon plus surprenante, 72 % des Français plébiscitent un reconfinement, pour une durée de quinze jours minimum. Cette mesure reste toutefois clivante, étant plutôt rejetée par les catégories modestes, les non-diplômés, les artisans et commerçants, ainsi que par les partisans du RN, de LFI et de l'UDI." (Fin de citation)

 

"Les catégories modestes, les non-diplômés, les artisans et commerçants", "les partisans du RN, de LFI et de l'UDI" représentent la grande majorité de ce pays : comment donc le sondage obtient-il 72% de Français plébiscitant un reconfinement ? Cela n'a pas de sens. 

Repost0
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 14:17

Source : Alessandra Nucci

La Nuova Bussola Quotidiana

Cachés et liquidés par le courant dominant en tant que théoriciens du complot, terriens plats et fascistes, les rangs des manifestants grossissent en fait.  Samedi, des manifestations ont eu lieu dans au moins quatre capitales européennes - Berlin, Londres, Zurich, Vienne - contre ce que beaucoup appellent la «dictature de la santé». Le discours de Kennedy à Berlin est exemplaire, mais aussi en Italie quelque chose commence à bouger ...

Si la vague de positifs est directement proportionnelle au nombre de tests effectués pour vérifier leur présence, la contestation de ceux qui s'opposent aux restrictions aux droits des citoyens mises en place pour les réduire se multiplie malgré les efforts pour contenir des informations à ce sujet.

Depuis avril dernier, des manifestations populaires ont lieu contre ce que beaucoup appellent la «dictature de la santé» dans les capitales européennes, de Varsovie à Dublin, de Berlin à Madrid. Considérés par le courant dominant comme des théoriciens du complot quand ils ne sont pas des terriens plats et des fascistes, les rangs des manifestants se gonflent en parallèle et ne contrastent pas avec l'alarme croissante lancée par le courant dominant pour le nombre de tests positifs.

Samedi, des manifestations ont eu lieu dans au moins quatre capitales européennes, des plus petites et plus locales de Zurich et de Vienne au méga événement avec des enchevêtrements internationaux qui a eu lieu à Berlin et à celui complètement indépendant et interne du pays qui s'est tenu à Londres.

D'une teneur très similaire en raison de l'extraordinaire similitude entre les mesures contre lesquelles des dizaines et des centaines de milliers de citoyens de différents pays se sont déplacés, les manifestations ont été épinglées contre l'obligation de porter des masques ("les gens sans masques" La Stampa les a définis) et la distanciation sociale obligatoire, obligations qui ont justement servi à motiver les interventions de la police contre trois cents manifestants arrêtés, selon Reuters, à Berlin.

La taille de la manifestation de Berlin aurait dû en faire un événement de première page, mais le grand public a gardé les nouvelles basses en convenant qu'il n'y avait que 38 000 participants. Le regard sur les masses, qui pour au moins la troisième fois cet été affluaient sous la porte de Brandebourg, a donné plus de raison aux organisateurs qui, également basés sur les voitures qui avaient obstrué les autoroutes allemandes la veille, attendaient des arrivées dans l'ordre. des millions.  

Pour étayer cette dimension inquiétante de la contestation, il y a eu la décision tardive du Sénat d'annuler le permis qui aurait dû durer encore deux semaines. Dans une vidéo par la suite retirée de sa page Facebook, le référent italien pour les manifestations parallèles prévues à Rome en septembre, Max Massimi, avait communiqué que malgré le fait que la place avait également été accordée grâce à une sentence de la Cour, à laquelle les organisateurs avaient rendu appel après le refus initial des autorités, la décision soudaine du Sénat a fait descendre la police sur la place et tout démonter.    

Que les informations sur ces événements soient fragmentées et difficiles n'est pas l'opinion des organisateurs paranoïaques mais un fait facilement déductible des nombreuses vidéos supprimées de Facebook et Youtube avec une seule ligne d'explications standard (généralement pour violation des conditions de service du fournisseur ou les règles de la «communauté»). Il en a été ainsi pour la vidéo de présentation de la manifestation berlinoise tournée en anglais par le journaliste et écrivain Oliver Janich et disparue en peu de temps, et pour le discours du commentateur, écrivain et éminent théoricien de la conspiration mondialiste en cours, David Icke, prononcé devant à la foule écrasante de Trafalgar Square.  

Après tout, le communiqué de presse de l' Organisation mondiale de la santé en date du 25 août, qui annonçait son intention de «vacciner» la population contre la désinformation, contrôlant les communications sociales de millions d'individus. "Nous ne combattons pas seulement le virus", a déclaré le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. "Nous luttons également contre les trolls et les théoriciens du complot qui répandent la désinformation et sapent l'action contre les épidémies."

Les certitudes ne peuvent donc venir qu'avec le temps. Disponible pour les lecteurs est le discours prononcé par Robert F. Kennedy Jr, présent à la manifestation de Berlin samedi et dimanche également pour se souvenir du célèbre discours prononcé par son oncle John F. Kennedy,  Ich bin ein Berliner.  «À cette époque, Berlin était la ligne de front contre le totalitarisme. Aujourd'hui, c'est encore comme ça: Berlin est le front contre le totalitarisme mondial », a déclaré Kennedy.

«Les gouvernements adorent les pandémies - et ils les aiment pour les mêmes raisons qu’ils aiment la guerre, car ils leur permettent de mettre en place des mécanismes de contrôle de la population que nous n’accepterions jamais autrement. Ce sont des mécanismes qui exigent notre soumission "par la peur. Le parallèle établi n'est pas seulement avec le communisme du mur mais aussi avec le nazisme:" A Nuremberg, ils ont demandé à Hermann Göhring comment les nazis pouvaient être suivis par le peuple - a noté RFK Jr - auquel il a répondu: «c'est très simple, c'est la nature humaine. Pour être suivi par des gens, il suffit de leur faire peur. '"

Même le discours du centre de Londres, celui de David Icke, a ciblé des manipulations psychologiques de masse, illustrées par le Tavistock Institute, qui «étudie comment modifier la population en commençant par nos petits garçons. Le plus grand jeu mental est qu'ils veulent nous faire croire que l'autorité a le pouvoir. L'autorité n'a aucun pouvoir. Le pouvoir des autorités du monde entier est simplement le pouvoir que nous leur accordons. Le poète Shelley l'a compris en 1819 lorsqu'il a écrit: «Soulevez les lions, secouez vos chaînes. Vous êtes nombreux, ils sont peu nombreux! "

Et en Italie toujours rien? Non: des manifestations sont prévues pour tout le mois de septembre à partir du samedi 5, avec le Peuple des mères et grands-mères, opposés à l'imposition de masques et à la distanciation sociale déjà décidée pour les enfants à l'école, que beaucoup à l'étranger n'hésitent pas à définir torture. L'archevêque Carlo Maria Viganò a répondu à une lettre de ces mères par une longue lettre d'encouragement à défendre la famille et les enfants.

Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 13:54

Robert Kennedy Jr à Berlin samedi 29 août 2020 : "ils utilisent la peur comme les nazis ! [...] pour obtenir l'obéissance des populations."

Les gouvernements aiment les pandémies pour la même raison qu'ils aiment la guerre. Parce que cela leur donne la possibilité d'imposer un contrôle sur la population qu'elle n'accepterait jamais autrement.

SourceStilum Curiae - Marco Tossati

Marco Tosatti

Chers Stilumcuriali, hier à Berlin (et de même qu'à Londres et à Zurich), il y a eu des manifestations contre l'utilisation politique et dictatoriale que de nombreux gouvernements font de la crise du coronavirus; quelque chose dont nous avons l'expérience directe en Italie, où le gouvernement, les télévisions contrôlées par la gauche et les journaux soumis aux intérêts économiques et politiques depuis des mois poursuivent un programme similaire.

L'un des orateurs à Berlin était Robert Kennedy, petit-fils de John Fitzgerald Kennedy [erreur, il s'agit en fait de son neveu. Ndlr]. Vous trouverez ici la vidéo, sous-titrée en italien [pour les anglophones, dans les paramètres cocher Anglais (généré automatiquement). Et un peu plus bas la version sous-titrée en français. Ndlr.], ainsi que quelques photographies, captures d'écran de la vidéo et des photographies prises de ce qui, selon la police allemande, était une manifestation de 18 000 (dix-huit mille personnes). Maintenant, en cinquante ans de cette profession, j'ai participé à un certain nombre de manifestations, et s'il n'y en avait que 18 000 Mattarella est le meilleur président de la République, Jorge Mario Bergoglio le meilleur pape de l'histoire, et je suis Marilyn Monroe. Bonne écoute. 

§§§




 

***

 

Robert Kennedy Jr à Berlin à la manif COVID 29/08/20 Sous titres français

Traduction du discours de Robert Kennedy Jr à Berlin :

 

"Chez moi dans les Etats-Unis, les journaux affirment que je suis venu ici pour parler à environ 5000 nazis. Demain, ils vont rapporter que j'étais en effet ici, et que j'ai peut-être parlé à entre 3000 et 5000 nazis. Mais je regarde cette foule et je vois le contraire de nazis. Je vois des gens qui aiment la démocratie, des gens qui désirent un gouvernement ouvert, des gens qui veulent des dirigeants qui ne vont pas leur mentir, des dirigeants qui ne vont pas inventer des règles et des réglementations arbitraires pour orchestrer l'obéissance de la population. Nous voulons des responsables de la santé qui n'ont pas de conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique, qui travaillent pour nous et non pas pour Big Pharma. On veut des responsables qui se soucient de la santé de nos enfants et non pas du profit pharmaceutique ou du contrôle gouvernemental.

 

"Je regarde cette foule; je vois tous les drapeaux d'Europe; je vois des humains de toutes couleurs; je vois des personnes de différentes nations, différentes religions, qui se soucient tous de la dignité humaine, de la santé des enfants, de la liberté politique. C'est le contraire du nazisme.

 

"Les gouvernements aiment les pandémies pour la même raison qu'ils aiment la guerre. Parce que cela leur donne la possibilité d'imposer un contrôle sur la population qu'elle n'accepterait jamais autrement.

 

"Les grandes institutions et mécanismes de contrôle sont en train d'orchestrer et d'imposer notre obéissance.

 

"Je vais vous dire quelque chose: c'est un mystère pour moi, comment toutes ces grandes personnes importantes, comme Bill Gates, Anthony Fauci, ont pu planifié et penser cette pandémie pendant des décennies pour pouvoir tous nous sauver le jour où cette pandémie arriverait..., et malgré cela, maintenant qu'elle est là, ces personnes n'ont pas l'air de savoir de quoi elles parlent.

 

"C'est comme si elles avançaient constamment de nouveaux éléments en avançant, elles inventent les nombres, elles ne peuvent pas vous dire quel est le taux de létalité du Covid, elles ne peuvent même pas nous donner un test PCR qui fonctionne.

 

"Ils sont constamment obligés de changer la définition du Covid sur les certificats de décès pour que ce virus ait l'air de plus en plus dangereux. Une chose qu'ils maîtrisent est faire monter la peur.

 

"Il y a 75 ans, Hermann Göring a témoigné pendant les procès de Nuremberg et on lui a demandé : Comment avez-vous réussi à embarquer le peuple allemand dans tout ça ? Et il a dit: c'est facile, cela n'a rien à voir avec le nazisme. Cela correspond à la nature humaine. Vous pouvez faire cela dans un régime nazi, dans un régime socialiste, dans un régime communiste, dans une monarchie et une démocratie. La seule chose dont un gouvernement a besoin pour transformer le peuple en esclave est la peur. Et si vous pouvez trouver quelque chose pour les effrayer, vous leur faites faire tout ce que vous voulez.

 

"Il y a 50 ans, mon oncle, John F. Kennedy est venu dans cette ville; il est venu ici à Berlin, parce que Berlin représentait la dernière ligne avant le totalitarisme mondial, et encore une fois aujourd'hui, Berlin fait front contre le totalitarisme mondial.

 

"Mon oncle est venu ici, et il a dit fièrement au peuple berlinois: Ich bin ein Berliner. Et nous tous qui sommes ici aujourd'hui, nous pouvons une fois de plus dire fièrement : ich bien ein Berliner!

 

"Et vous êtes le front contre le totalitarisme.

 

"Je voudrais dire une dernière chose : ils n'ont pas fait un bon travail pour protéger la santé publique mais ils ont fait du très bon travail en utilisant le confinement pour installer la 5G dans toutes nos communes. Et ils ont commencé le processus pour nous faire adopter la monnaie numérique, ce qui est le début de l'esclavage parce qu'ils contrôlent votre compte en banque, ils contrôlent votre comportement.

 

"Et nous voyons toutes ces pubs à la télé  qui nous disent la 5G va être installée dans votre commune, cela va être un truc super pour vous tous. Cela va changer votre vie, cela va nettement améliorer la vie de tout le monde. Et c'est vraiment convaincant, je dois le reconnaître, parce que je regarde ces pubs, et je me dis, c'est chouette, je suis impatient d'avoir cela chez nous. Parce que je vais être capable de télécharger un jeu video en 6 secondes au lieu de 16 secondes. Est-ce pour cela qu'ils dépensent 5 billions de dollars pour la 5G. Non, la vraie raison c'est pour la surveillance et la collecte de données. Ce n'est pas pour vous et moi. C'est pour Bill Gates, pour Zuckerberg... et tous les autres. Bill Gates dit que sa flotte de satellites pourra observer n'importe quel centimètre carré de la planète 24 heures sur 24.

 

"Et c'est seulement le début. Il va être capable aussi de vous suivre sur tous vos appareils intelligents à travers la reconnaissance faciale biométrique, à travers votre Gps. Vous pensez que Alexa travaille pour vous? Elle ne travaille pas pour vous, elle travaille pour Bill Gates qui vous espionne.

 

"Cette pandémie est une crise confortable pour les élites qui dictent cette politique. Cela leur donne la possibilité d'éliminer la classe moyenne, de détruire les institutions démocratiques, de transférer les richesses de nous tous vers une poignée de milliardaires qui s'enrichissent en appauvrissant le reste de la société.

 

"Et la seule chose qui se dresse entre eux et nos enfants est cette foule venue à Berlin. Et nous leur disons aujourd'hui: Vous n'allez pas voler notre liberté, vous n'allez pas empoisonner nos enfants, nous allons réclamer notre démocratie. Merci beaucoup à vous tous de vous battre !"

Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 13:15
Dressage en cours : la MUSELIERE et l'INFANTICIDE - Curé Enragé #62

On nous dresse ! Port de la muselière obligatoire, même si l'épidémie est terminée... Infanticide autorisé par nos députés jusqu'à la veille de l'accouchement normal, pour raisons "psycho sociales", c'est-à-dire pour n'importe quelles raisons...

Circulez, il n'y a plus rien à voir ! Le règne du mensonge nous dresse !

Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 10:17
Les masques consacrent une paranoïa collective

La paranoïa est un trouble du fonctionnement mental qui se manifeste par une méfiance exagérée des autres, une sensation de menace permanente ( https://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa_1005_delire_paranoiaque_paranoia.htm )

 

Or, selon Sciences et avenir, le port du masque, avec l'étrangeté qui s'en dégage, risque d'accentuer les délires des personnes souffrant de schizophrénie, notamment ceux liés à des symptômes de paranoïa ( https://www.sciencesetavenir.fr/sante/port-du-masque-comment-gerer-les-effets-indesirables_144282 )

 

A l’époque de Jésus, « Juifs et Samaritains se haïssent cordialement : la « distanciation sociale » est absolue, l’autre est par nature un étranger voire un ennemi ; or, nous retrouvons quelque chose de cela aujourd’hui dans la psychose où l’on nous entretient sous prétexte de risque sanitaire. Notre situation est même bien plus grave car la peur du virus va jusqu’à ébranler les familles, les paroisses, les Etats : privation de contacts, absence de chaleur humaine, défiance de l’autre supposé nous donner la mort, culpabilisation des générations moins exposées etc. Et derrière cette orchestration de la peur, des fins mercantiles, politiciennes et criminelles désormais évidentes ». ( https://leglaivedelacolombe.fr/2020/08/25/ne-privez-pas-le-monde-de-votre-sourire/ )

 

Il y a dans le masque imposé par la puissance publique cette pensée irrationnelle que celui qui ne le porte pas est une menace pour soi et les autres. Or, techniquement à ce jour, l'épidémie est terminée, la mortalité a chuté de façon spectaculaire.

 

On est tous porteurs sains de différentes bactéries et virus qui interagissent avec notre organisme. Instaurer une peur collective autour des dits "porteurs sains" n'a aucun sens.

 

Comme l'explique le professeur Toussaint, l'irrationalité a investi tous les champs de la décision politique : "Entretenir la peur n’est plus légitime pour pouvoir réagir de façon adaptée, avec des précautions qui doivent être fondées sur des éléments scientifiquement démontrés. Or, nous n'en avons absolument aucun sur l'utilité par exemple des masques en milieu extérieur en fin de phase pandémique. […] Le danger n'est plus présent et on continue à instaurer une peur irraisonnée." (Jean-François Toussaint, professeur de physiologie à Université de Paris, dans le "Grand Oral des GG" du lundi 10 août 2020, RMC.)

 

La question qui se pose dès lors est : peut-on bâtir une société pérenne sur l'irrationalité et la peur de l'autre ? Cette paranoïa collective n'est-elle pas la source de la violence qui se fait jour dans la société depuis la fin du confinement ?

 

Une autre question se pose pour le clergé : l'amour du prochain peut-il se conjuguer avec le soupçon de l'autre ? Lorsque les évêques demandent la distanciation, n'imposent-ils pas une restriction qui rend impossible l'expérience de la communion fraternelle entre croyants commandée par Romains 16:16, 1 Corinthiens 16:20, 2 Corinthiens 13:12 et 1 Thessaloniciens 5: 26 ?

 

La paranoïa, en langage psychiatrique est décrite comme un trouble de la personnalité. Les psychanalystes, eux, parlent de psychose. Les gens qui se regardent en chien de faïence dans la rue en se croisant parce que l'un porte le masque et l'autre non, dans des villes où la maladie est mineure et le nombre de mort de zéro, les dénonciations à la police (pour des messes pendant le confinement ou des restaurant avec terrasse qui ne respecteraient pas le port obligatoire du masque), cette psychose collective, cette anxiété générale, l'air que nous respirons n'est pas sain..., n'est pas chrétien, et n'augure rien de bon.

Repost0
29 août 2020 6 29 /08 /août /2020 20:51
David Pujadas démontre en une minute l'escroquerie de la "carte des 21 départements classés en zone rouge"

Extrait tiré de l'émission "24H Pujadas", diffusée sur LCI le 27 Août 2020 :

 

"Quand on regarde la carte qui nous a été présentée aujourd'hui ce matin lors du point presse, on nous présente une carte et on nous dit qu'il y a désormais '21 départements en alerte (zone rouge)'. Sauf que on a oublié de nous dire que les indicateurs n'étaient plus du tout les mêmes. Et c'est là que l'on peut s'interroger sur la démarche. 

 

"À gauche, la carte qui nous est présentée ce matin c'est le nombre de contaminations, à droite qui est la carte qu'on nous présentait tous les jours il y a trois mois, ce n'était pas du tout le nombre de contaminations, c'était trois indicateurs dont on nous disait qu'ils étaient essentiels et qui avaient trait I - Aux entrées dans l'hôpital, II – Aux entrées en réanimation, III – à la capacité de tests.

 

"Donc aujourd'hui sans rien dire on nous indique que 21 départements sont passés dans le rouge, sauf que l'échelle a complétement changé. Si on reprend nos deux cartes et si on reprend les mêmes indicateurs on aurait exaxtement la même carte. Mais non, on nous a présenté une autre carte.

 

"Voilà. C'est un petit exemple. Mais est-ce qu'il n'y a pas là une petite confusion qui nourrit l'anxiété ?", demande justement David Pujadas.

Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 07:31

Source : Stefano Fontana 

La Nuova Bussola Quotidiana

13/08/2020

(Traduction) 

Le pouvoir politique peut être questionné: dans quelle mesure êtes-vous prêt à reconnaître le droit à la liberté de religion? Si le pouvoir ne sait pas comment y répondre, c'est un gros problème car soit le pouvoir lui-même décidera à chaque fois de manière arbitraire (et donc totalitaire), soit il acceptera tout, même les religions sataniques pour le seul fait qu'elles existent. L'autorité légitime ne parvient à utiliser la raison politique à cette fin que si elle reste en contact avec la vraie religion , mais ce faisant, elle sape le principe de la liberté de religion, car elle donne la préférence à une religion sur les autres. Voilà la situation dans laquelle on tombe à vouloir placer la liberté de religion et aussi ses limites.

Ainsi, le temple satanique dit que les lois pro-vie violent le principe de la liberté religieuse parce que l'avortement est un rite pour eux. La chose, qui pourrait être déclassifiée comme l'une des nombreuses bizarreries passagères du moment, a plutôt la capacité d'exposer les difficultés et les incertitudes philosophiques et théologiques du concept de liberté de religion. On se réfère ici à la vision sérieuse de ce droit et non aux nombreuses versions relativistes et libertaires qui ne sont pas justifiées car, au fond, elles réclament une liberté sans règles. Je fais plutôt référence à la vision de la liberté religieuse en tant que droit naturel de la personne humaine lié à sa dignité. Oui, cela pose aussi des problèmes, et les satanistes nous obligent à en prendre note.

Ceux qui considèrent sérieusement la liberté de religion reconnaissent qu'elle ne peut être sans limites. Le pouvoir politique qui l'envisage peut se demander: jusqu'où êtes-vous prêt à reconnaître le droit à la liberté de religion? Si le pouvoir ne sait pas comment y répondre, c'est un gros problème car soit le pouvoir lui-même décidera à chaque fois de manière arbitraire (et donc totalitaire), soit il acceptera tout, même les religions sataniques pour le simple fait qu'elles existent.

La potestas publique : elle doit répondre et jusqu'à hier elle a toujours répondu ainsi: la liberté de religion ne doit pas contredire "l'ordre public juste" qui est le bien commun, les principes naturels de la coexistence humaine. Par exemple, une religion qui envisage la mutilation du corps humain ou qui ne reconnaît pas une dignité égale aux hommes et aux femmes ne peut être politiquement reconnue, du moins dans les dispositions spécifiques. Il est évident qu'en limitant un droit, on ne peut pas simplement recourir à une décision politique, mais il faut se référer aux principes d'un ordre objectif. "Vous ne pouvez pas le faire parce que je le dis" ne s'applique pas dans ces cas, car il n'est pas légal de refuser l'exercice d'un droit de manière arbitraire. Il ne suffit même pas de limiter un droit "parce que la Constitution le dit" parce qu'après tout la Constitution est aussi là parce que "quelqu'un l'a dit" , même s'il s'agit de quelqu'un d'une assemblée savante de gens éclairés ou de la majorité d'un peuple. La légitimité ultime de la Constitution réside dans sa capacité à protéger juridiquement et politiquement le bien de l'homme et de la communauté politique indépendamment de la  Constitution qui l'établit.

Si demain les satanistes demandent à participer aux huit pour mille sur quelle base alors leur dites-vous non? Vous leur dites sur la base d'un ordre du bien humain inscrit dans sa nature et qui était autrefois appelé loi naturelle. Cela semble une conclusion claire et que tout va bien, et c'est exactement là que vient le plaisir.

La raison humaine est grande mais aussi faible. Elle sait peut-être beaucoup de choses mais elle se perd souvent en ayant confiance en elle au point de penser qu'elle est incapable de connaître cette loi non écrite présente dans la nature humaine. Avortement, euthanasie, suicide, embryons, procréation, sexes… beaucoup disent aujourd'hui: "ça dépend…!" . Même les parlementaires disent aujourd'hui "ça dépend ...!" et approuvent toutes les demandes en se limitant à réglementer les circonstances. Une église sataniste? "Ça dépend …!" Une raison tellement affaiblie au point de n'être capable que de mesurer quantitativement les choses, comme le disait Benoît XVI, mais non plus de les évaluer. 

Mais pourquoi la raison, y compris la raison politique , n'est-elle plus capable de connaître un ordre naturel objectif des choses? Parce qu'elle a perdu sa relation avec la religion chrétienne. A propos de cela, Benoît XVI nous a raconté une avalanche de choses fondamentales. Le relativisme est le dogme d'une raison qui n'est plus soutenue par la foi: sans croire au Créateur, la nature finit aussi par n'être qu'un tas de pierres et l'homme juste un tas de cellules. En l'absence de Dieu, tous les dieux sont admis car la raison (pas la foi) n'a plus d'arguments pour les réfuter.

Nous sommes ici confrontés au nœud le plus important de la question de la liberté de religion qui - à mon humble avis - n’a pas encore été résolue, ni par le Concile ni par l’après-Concile. Les limites de la liberté religieuse sont fixées par une autorité légitime pour la défense du bien commun, c'est-à-dire de l'ordre public juste - comme le dit aussi la Dignitatis humanae - mais l'autorité légitime ne peut utiliser la raison politique à cette fin que si elle reste en contact avec religio vera, mais ce faisant, elle sape le principe de la liberté de religion, car elle donne la préférence à une religion par rapport aux autres. Voilà la situation dans lequel on tombe à vouloir placer la liberté de religion et aussi ses limites. Tant que ce cercle ne sera pas défini, il n'y aura aucune raison valable pour dire non même aux religions les plus irréligieuses.

Repost0
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 07:01
https://www.catholicnewsagency.com/news/i-cannot-remain-silent-madison-catholic-bishop-condemns-destruction-of-religious-statues-77800

https://www.catholicnewsagency.com/news/i-cannot-remain-silent-madison-catholic-bishop-condemns-destruction-of-religious-statues-77800

Catholic News Agency

 

Par Jonah McKeown

 

Denver Newsroom, 24 juin 2020 / 16h08 MT ( CNA ). - Alors que des émeutiers à travers les États-Unis ciblent des statues représentant des personnages historiques, l'évêque de Madison, Wisconsin a dénoncé mardi cette destruction, ainsi que des appels à détruire certaines représentations de Jésus-Christ et de la Bienheureuse Vierge Marie.

 

"Certaines statues devraient-elles être placées dans des musées ou des entrepôts? Peut-être. Devrions-nous laisser un groupe de vandales prendre ces décisions pour nous? Non", a déclaré Mgr Donald Hying de Madison, dans une lettre du 23 juin.

 

"Si nous permettons à l'histoire commémorative et visuelle de notre nation d'être détruite par des groupes aléatoires dans le moment actuel de colère, comment pourrons-nous jamais apprendre de cette histoire? Le renversement et le vandalisme d'une statue de George Washington parce qu'il possédait des esclaves, servent-ils vraiment notre pays et notre mémoire collective?"

 

Hying a également répondu à un récent tweet viral de l'animateur de podcasts et activiste Shaun King, qui a déclaré le 22 juin que "les statues de l'Européen blanc qu'ils prétendent être Jésus" sont une forme de "suprématie blanche" et devraient être démolies, avec "toutes les peintures murales et les vitraux de Jésus blanc, de sa mère européenne et de leurs amis blancs."

 

Hying a noté que chaque culture, pays, origine ethnique et race "a revendiqué Jésus et la Bienheureuse Vierge Marie", les représentant avec la couleur de peau de leur culture et vêtus de leur costume.

 

Le Catéchisme déclare au paragraphe 1149 , que "la liturgie de l'Église suppose, intègre et sanctifie des éléments de la création et de la culture humaine, leur conférant la dignité de signes de grâce, de la nouvelle création en Jésus-Christ".

 

Par exemple, l'évêque a mentionné que Notre-Dame de Guadalupe est apparue comme de race "métissée" ou "mixte"; L'art africain représente Jésus en noir et Marie en costume culturel africain; et il existe également de nombreuses représentations asiatiques de Marie.

 

Alors qu'à certains moments de l'histoire de l'Église, certains ont confondu à tort "la plénitude du catholicisme avec la culture européenne", les catholiques devraient plutôt s'efforcer de "l'unité dans ce qui est essentiel et la diversité dans ce qui ne l'est pas", a déclaré Hying.

 

"Dans ce contexte, les représentations blanches du Christ et de sa mère sont-elles intrinsèquement des signes de suprématie blanche? Je crois que non. Parce que le Fils de Dieu s'est incarné dans notre chair humaine, toute l'humanité - chaque race, tribu et langue - n'a-t-elle pas la capacité spirituelle de Le représenter à travers la lentille particulière de sa propre culture?", demanda l'évêque.

 

Les représentations de Jésus sont saintes pour les chrétiens, a-t-il dit - elles sont des manifestations physiques de l'amour de Dieu et nous rappellent la "proximité du divin".

 

"L'iconoclasme laïque du moment actuel n'apportera pas la réconciliation, la paix et la guérison. Une telle violence ne fera que perpétuer les préjugés et la haine qu'elle vise ostensiblement à mettre fin... Seul l'amour du Christ peut guérir un cœur blessé, pas un morceau de métal vandalisé", a conclu Hying.

 

Mardi, à Madison, des émeutiers ont abattu une statue de Hans Christian Heg - un abolitionniste qui s'est battu contre les confédérés et les esclavagistes - et l'ont jetée dans le lac Monona de Madison. Bien que la statue de Heg ait été récupérée, elle a depuis subi de graves dommages et il lui manque la tête et une jambe.

 

Une statue connue sous le nom de "Lady Forward" - une réplique d'une célèbre statue créée par une femme et illustrant le progrès - a également été démolie et traînée au moins un pâté de maisons par des émeutiers au centre de Madison.

 

À travers le pays, les manifestants ont renversé ces derniers jours les statuts des dirigeants confédérés et des personnalités liées à l'esclavage, mais ont également, à certains endroits, abattu des statues de saints catholiques, d'abolitionnistes et d'autres personnalités.

 

La violence à Madison a atteint son paroxysme mardi soir lorsque des manifestants ont attaqué et blessé le sénateur de l'État Tim Carpenter (D-Milwaukee) près de la capitale de l'État du Wisconsin, apparemment parce que Carpenter filmait les manifestations avec son téléphone.

 

S'adressant à CNA mardi, Hying a souligné que bon nombre des manifestations les plus réussies de l'ère des droits civiques étaient fondées sur des idées chrétiennes de non-violence et une compréhension biblique de la personne humaine.

 

Les principes de l'enseignement social catholique - la dignité de la personne humaine; la valeur de la solidarité, "nous sommes tous dans le même bateau"; une option préférentielle pour les pauvres - doit être présente dans la réponse de tout catholique à l'injustice", a-t-il dit.

 

"Si ce n'est pas fondé là-dessus, alors cela finit vraiment par le pouvoir - que je dois affirmer mon pouvoir, dans des situations où je me sens impuissant", a-t-il expliqué.

 

"Cela devient une lutte pour le pouvoir, plutôt qu'une relation transformationnelle dans la façon dont Dieu veut que nous vivions comme frères et sœurs."

 

Certaines personnalités catholiques sur les réseaux sociaux ont appelé les évêques à assister aux rassemblements dans leurs villes et à empêcher physiquement les émeutiers de démolir des statues.

 

Hying a déclaré que tout ce qu'un évêque fait en public doit être enraciné dans une "réponse spirituelle priante" et non dans une motivation politique.

 

Tout mouvement politique qui ne reconnaît pas la dignité de chaque personne est sujet à la "politique de pouvoir" et à la violence, a déclaré Hying.

 

"Je pense que notre présence doit toujours être liée à une présence de prière. Si nous voulons être quelque part en public, je ne pense pas que ce soit dans un contexte de rassemblement, je ne pense pas que ce soit dans un contexte politique ... il doit être un contexte de prière. Sinon, je pense qu'il peut être coopté par la politique du moment."

 

De nombreux catholiques et même certains évêques ont assisté et prié à des rassemblements pacifiques à travers le pays.

 

Hying a dit qu'il était clair pour lui que la violence et les mauvais traitements contre les Amérindiens et l'oppression des Afro-Américains par l'esclavage sont deux des plus grands défauts moraux du pays.

 

La situation exige, écrit-il dans sa lettre, une meilleure connaissance de l'histoire et des discussions respectueuses sur les statues, les bâtiments et les monuments commémoratifs.

 

"Nous devons étudier et connaître cette histoire afin de la transcender, d'en tirer des enseignements et de nous engager pour la justice, l'égalité et la solidarité à cause d'elle", a déclaré Hying.

 

"En même temps, même les pires aspects de l'histoire doivent être mémorisés et gardés sous nos yeux. Auschwitz reste ouvert à la fois en tant que mémorial et musée, afin que l'humanité n'oublie jamais l'horreur de la Shoah."

 

Les manifestants du Golden Gate Park de San Francisco ont détruit une statue de Saint Junipero Serra le 20 juin, ainsi que des statues de Francis Scott Key et Ulysses S. Grant. À Los Angeles, le même jour, des émeutiers ont abattu une statue de Serra dans le centre-ville.

 

Alors que de nombreux militants associent aujourd'hui Serra aux abus dont les Amérindiens ont été victimes, les biographies et les documents historiques suggèrent en fait que Serra a plaidé au nom des autochtones contre l'armée espagnole et contre l'empiétement des colonies européennes.

 

L'archevêque Salvatore Cordileone de San Francisco a dénoncé la "règle de la mafia" qui a conduit à la destruction de la statue de Serra dans sa ville. L'évêque Thomas Daly de Spokane, Washington, originaire de Californie, a également condamné la destruction des statues.

 

"L'Église, en aucun cas, ne souhaite que l'injustice reste sans réponse, mais deux torts ne font pas un droit. Si nous ne pouvons pas reconnaître le bien d'un saint tel que Junipero Serra, nous risquons de préférer l'idéologie à la vérité", a déclaré Daly le 22 juin.

Repost0
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 13:19

Une "initiative citoyenne" internationale, qui vient d'Allemagne, montre des experts de la Santé s'exprimer sur le site "ACU", au sujet de la gestion sanitaire et politique de l'épidémie de Covid-19, en des termes qui ne sont pas exactement ceux que l'on entend dans les médias. 

 

Source: Außerparlamentarischer Corona Untersuchungsausschuss, "Commission d'enquête extra-parlementaire sur le Coronavirus" https://acu2020.org/version-francaise/ 

Repost0
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 20:07
Des manifestants ont mis le feu et brûlé un drapeau américain lors d'une manifestation près de la Maison Blanche le 31 mai 2020 à Washington, DC. https://www.lifesitenews.com/blogs/the-cancel-culture-is-losing-its-mind

Des manifestants ont mis le feu et brûlé un drapeau américain lors d'une manifestation près de la Maison Blanche le 31 mai 2020 à Washington, DC. https://www.lifesitenews.com/blogs/the-cancel-culture-is-losing-its-mind

Source: Life Site News

 

(Traduction)

 

Il n'y a pas de terrain d'entente avec ce mouvement irrationnel et destructeur. Plus vite nous nous en rendons compte, mieux c'est.

 

20 juillet 2020 ( LifeSiteNews ) - Maintenant que la boîte de Pandore a été ouverte et que la "culture de l'annulation" a été relâchée, il n'y a plus moyen de cacher sa portée. Elle est effrénée et implacable. Si vous osez la franchir, même le moins du monde, vous serez la prochaine cible - même violemment. La culture de l'annulation est hors de contrôle.

 

Vous ne pouvez pas la raisonner ni y faire appel. La logique, la vérité et les faits importent peu. La seule façon de l'arrêter est de l'affronter et de l'exposer, ouvertement, clairement, hardiment et sans honte.

 

Si vous faites un compromis sur un problème, vous serez obligé de capituler sur tous les problèmes. Il n'y a pas de terrain d'entente avec ce mouvement irrationnel et destructeur. Plus vite nous nous en rendons compte, mieux c'est.

 

Considérez ces exemples récents:

 

Selon Breitbart, "Miss Swimsuit UK a été déchue de son titre après avoir publié le message «TOUTES les vies comptent » sur sa page Facebook."

 

Elle avait écrit: "Oui, ce qui est arrivé à George Floyd était faux et impardonnable, mais il en est de même pour de nombreuses autres personnes de races différentes dans des situations similaires. Pourtant, ils ne peuvent pas protester, piller, s'emparer des médias sociaux, créer une journée pour leur course ou même collecter 10,3 millions de dollars au profit de la personne qui est décédée. La majorité des crimes et des décès concernant les Noirs sont causés par des crimes noirs contre noirs qui se produisent en Amérique."

 

Un tel discours est verboten. Elle, au loin ! Off sa couronne!

 

Selon Policemag.com, après que deux policiers aient été pris dans une embuscade et tués de sang-froid, Savannah Chavez, la fille de 16 ans de l'un de ces policiers (qui n'avait que 39 ans), a tweeté: "Les mots ne peuvent pas décrire la douleur J'y suis, mais je suis content que mon père soit en paix. Elle a poursuivi: "Vous étiez un homme formidable et quiconque est déjà tombé sur vous le savait." Et puis ceci: "Tu vas tellement me manquer. vous êtes mort en faisant ce que vous aimiez le plus, vous êtes mort en héros. Je t'aime papa, à bientôt. #bluelivesmatter".

 

Quel fiel! Comment osait-elle prétendre que l'exécution de sang-froid de son père pouvait être comparée à la mort de quelqu'un aux mains d'un policier? Et comment osait-elle coopter un slogan, puisque son père, de naissance, n'était pas bleu.

 

Cette adolescente en deuil a reçu tellement d'opposition qu'elle a fini par supprimer le tweet.

 

Que diable arrive-t-il à notre société?

 

ZeroHedge.com rapporte que Facebook a déplatformé un ancien employé qui remettait en question le récit standard BLM / diversité. Patrick Shyu, qui a également travaillé pour Google dans le passé, avait affirmé dans une vidéo que "les politiques de «diversité» créaient plus de problèmes que de solutions."

 

En conséquence, il a été banni de Facebook et banni de l'ombre de YouTube. Comme il l'a expliqué, "… juste parce que vous n'aimiez pas quelque chose que j'ai dit ... pendant 10 ans, j'ai dit toutes les bonnes choses, puis une fois, je dis quelque chose que vous n'aimez pas nécessairement, vous désactivez tout mon compte et je perds l'accès à toutes les informations des 10 dernières années ... et il n'y a pas d'explication, pas de service client et pas beaucoup de processus d'appel."

 

 

C'est la culture de l'annulation en un mot. Si vous osez vous écarter du script standard, même pour un instant, vous êtes banni à vie. Plus de vous! Vous pouvez passer d'allié à ennemi en un clin d'œil.

 

Pour reprendre les mots de John Gray, professeur émérite à la London School of Economics, donnant une perspective du Royaume-Uni, "Aujourd'hui, nous ne vivons plus dans une société libre. Au lieu de cela, nous sommes dirigés par ceux qui essaient de faire respecter leurs opinions extrêmes en humiliant et en ruinant ceux qui pensent différemment.

 

"Il n'est pas exagéré de comparer les méthodes de ce «mouvement éveillé» à celles des gardes rouges du président Mao, qui ont terrorisé le peuple chinois il y a un demi-siècle.

 

Quant aux exemples spécifiques, a-t-il écrit, "la «théorie critique de la race»- une idéologie sous-marxiste dans laquelle le «privilège blanc» est invoqué pour expliquer toutes sortes d'injustice - est de plus en plus enseignée dans le cadre de la «décolonisation du programme»."

 

"En effet, aucun sujet n'est à l'abri de cette campagne de rééducation dans nos écoles et universités."

 

"Des universitaires de la Birmingham City University ont proposé que Mozart soit éliminé de l'enseignement de la musique et remplacé par le rappeur Stormzy. Eton College a annoncé qu'il changerait l'enseignement de l'histoire, de la géographie, de la religion, de la politique et de l'anglais, ainsi que les assemblées et sociétés scolaires, afin de garantir que la «décolonisation» soit appliquée à tous les niveaux."

 

Et en Australie, comme le rapporte le Daily Mail, il y a une «nouvelle poussée pour RENOMMER des parties du corps comme la pomme d'Adam et le tendon d'Achille parce qu'elles sont «hors de propos et misogynes»."

 

Où cela s'arrête-t-il? Ce n'est pas le cas - jusqu'à ce qu'il se dévore complètement.

 

Le plus triste est que pratiquement tous les jours, je pourrais écrire un autre article comme celui-ci, en ajoutant des exemples plus flagrants à l'heure.

 

Ce qui est effrayant, c'est que la foule de la culture d'annulation n'a aucun mal à recourir à la violence, qu'il s'agisse d'incendier des bâtiments d'église, de vandaliser des statues considérées comme sacrées ou d'attaquer une réunion de soutien à la police.

 

Alors, encore une fois, je vous exhorte à vous réveiller, à vous lever et à parler - tant que vous le pouvez.

Repost0
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 20:27
https://www.lanuovabq.it/it/cattolici-in-piazza-conta-la-verita-da-difendere

https://www.lanuovabq.it/it/cattolici-in-piazza-conta-la-verita-da-difendere

(traduction)

 

Pour s'opposer au projet de loi Zan, il faut du courage, comme pour les manifestations Restons Libres. Le catholique qui veut descendre dans la rue aujourd'hui contre les lois inhumaines qui sont proposées doit savoir qu'il le fait contre l'Église officielle. Le problème est que l'Église n'éduque plus à la vérité et change sa théologie morale. La morale qui mène à la rue est celle d'avant Amoris laetitia.

 

Lorsqu'il s'agit de descendre dans la rue, pour les catholiques, les problèmes commencent. Certaines personnes ont le courage, comme dans le cas des prochaines manifestations de Restiamo Liberi (Restons Libres) samedi 11 juillet dans de nombreuses villes italiennes. Mais les nombreux incidents qui se sont produits en cours de route, les tentatives de dissuasion, les boycotts en coulisses, le manque de soutien de l'épiscopat en général et les silences de nombreux évêques en particulier, montrent qu'aujourd'hui les catholiques descendent dans la rue à leurs risques et périls et avec beaucoup de difficultés, même si la raison, à savoir l'opposition populaire au très dangereux projet de loi Zan contre la soi-disant homophobie, est plus que justifiée. Pourquoi est-il aujourd'hui si difficile pour les catholiques de descendre dans la rue ?  

 

Le catholique qui veut descendre dans la rue aujourd'hui contre l'une ou l'autre des lois inhumaines qui sont proposées doit savoir qu'il le fait contre l'Église officielle. Il s'agit d'une première donnée de prise de conscience requise par la situation. Et c'est aussi une donnée qui explique les difficultés à organiser une présence d'un peuple sur la place publique. Beaucoup de fidèles n'ont pas envie de s'écarter de la ligne pastorale de l'Église, des évêques italiens, de leur évêque diocésain... Rassembler les troupes est devenu une entreprise. Les associations laïques qui gravitent directement ou indirectement dans l'ombre de la CEI (Conférence des évêques d'Italie. Ndlr.) ne participent pas ni ne boycottent. Les mouvements sont ignorés. Jusqu'à ce qu'un prélat contacte l'homme politique ou l'autre qui promet un report de la loi en question et le front restant est divisé.

 

Aujourd'hui, seul le catholique ou l'association qui a pris cette décision adhère à une mobilisation de rue : en matières de principes non négociables pour la foi et la juste raison, j'agis non seulement sans le soutien du clergé mais aussi contre la ligne ecclésiastique officielle, même au prix de mettre en évidence l'existence d'une fracture dans l'Église. Le courage catholique est nécessaire pour descendre dans la rue aujourd'hui.

 

En outre, notre peuple catholique ne sait rien de ces choses. La messe catholique n'informe pas de la mobilisation prévue le 11 juillet. L'entretien de Zan, le premier signataire de la loi, à Avvenire, qui se dit ouvert à différentes contributions, puis interroge Lupi, qui adoucit le problème comme il l'a fait à l'époque de Cirinnà, les hebdomadaires diocésains n'en parlent pas ou publient une intervention ecclésialement correcte de Agensir, l'agence de presse de la CEI. Les paroisses sont silencieuses, pas de réunion d'information sur le sujet le soir, pas même un mot de l'ambon pendant les homélies, pas d'affiches de Restiamo Liberi sur les tableaux d'affichage de l'église. L'Église n'éduque plus, elle dit simplement que Dieu nous aime, que Dieu nous aime, que Dieu nous aime. Bien sûr, il y a une contre-information catholique de qualité et croissante qui - grâce à Dieu - maintient le sujet en vie, mais c'est précisément une contre-information et, comme toute contre-information, ce n'est pas un régime et donc même pas une majorité. Le fait de descendre dans la rue se heurte donc à une information institutionnelle contraire de l'Église.

 

L'Église change rapidement sa théologie morale. Aujourd'hui, il y a trois mœurs catholiques: celle d'avant Amoris laetitia, celle d'Amoris laetitia, et celle d'après Amoris laetitia. La morale catholique qui mène à la rue est celle d'avant Amoris laetitia, les deux autres ne sont plus capables de le faire, en effet elles considèrent que c'est une erreur morale et pastorale que de le faire (mais morale et pastorale pour la nouvelle théologie morale sont identiques). Ce qui était autrefois considéré comme une obligation est maintenant considéré comme un péché. L'Église - dit-on - ne parle pas à l'extérieur, mais aux consciences; elle n'enseigne pas les règles abstraites à appliquer mais forme les consciences capables d'évaluer librement une situation; elle n'enseigne pas le bien et le mal du haut de sa présomption mais les fait découvrir en dialogue avec les autres; il n'y a pas de lois à rejeter, mais seulement des lois à examiner et éventuellement à améliorer; le bien ne précède pas les lois, mais les traverse de l'intérieur; Le christianisme est une interprétation continue de l'intérieur de l'histoire, etc. À partir de ces croyances, aucun carré n'existe. Pour ce faire, il faudrait croire qu'il y a une vérité à annoncer et à défendre même sur la place publique, une vérité que seule l'Église peut annoncer et défendre, et que si elle ne le fait pas, personne d'autre ne le fera jamais.

 

Je ne pense pas qu'il existe actuellement d'autres voies : tous ceux - laïcs et associations - qui sont disposés à faire le choix que j'ai indiqué ci-dessus doivent se connecter les uns aux autres, multiplier les informations pour les catholiques en dehors des canaux institutionnels, augmenter, plutôt que réduire la présence dans la rue et créer une véritable culture catholique. En assumant aussi le risque d'être accusé de diviser et en gardant à l'esprit que de nombreux catholiques, y compris des prêtres et des évêques, qui aujourd'hui par peur se taisent, soutiennent secrètement  ces gestes du fond du cœur, même si ce n'est pas de mise, applaudissent, attendant de pouvoir revenir pour le faire, même dans la rue.

Repost0
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 17:12
Le général de l'Obamagate parle de guerre eschatologique

Source: 

Benedetta Frigerio 

La Nuova Bussola Quotidiana

 

(Traduction)

03/07/2020

Exonéré après les actes qui ont ouvert l'enquête sur Obama, Biden et le FBI, le général Michael Flynn parle d'une guerre épique à mener par des actions et des prières. Derrière la lutte contre le racisme se cache une attaque électorale visant "à établir le socialisme" et dernièrement "à chasser Dieu de nos familles, de nos écoles et de nos tribunaux... même de nos églises". "Nous sommes découragés mais il y a une issue."

 

Le général Michael Flynn n'est pas seulement le visage clé de l'"Obamagate", le scandale qui éclata à la suite de la récente déclassification de documents montrant que le conseiller à la sécurité nationale de Trump était alors surveillé par le chef du FBI James Comey (à la demande d'Obama et avec la complicité de Biden et d'autres démocrates) et déclaré coupable de collusion avec la Russie. Flynn est en fait l'un des généraux les plus renommés et charismatiques de l'armée américaine, à tel point qu'il réussit à déterminer la politique étrangère des présidents qu'il servit, s'écartant des conceptions de politique étrangère de l’administration Obama-Clinton : ses paroles sur l'avènement de l'Etat islamique en Syrie lui coûtèrent sa destitution en 2014 du poste de directeur de la Dia (Defense Intelligence Agency). Interviewé par Al Jazeera Flynn, il déclara avoir informé Obama de la montée du terrorisme syrien, mais "l'administration ignora délibérément nos informations en continuant à faire ce qu'elle faisait", c'est-à-dire en favorisant l'Etat islamique.

 

Flynn est également parmi les premiers qui ont déjà commencé en 2016 à parler de l'existence d'un "État profond" corrompu, à tel point que via Twitter, il a dénoncé comme véridique le scandale "PizzaGate", dans lequel Clinton et certains de ses employés de campagne auraient été impliqués dans d'énormes séries de pédophilie et de blanchiment d'argent. Il a également accusé Comey et d'autres agents du FBI d'avoir commis plusieurs erreurs lors d'enquêtes au cours desquelles des courriels ont fuité prouvant la corruption à la Maison Blanche. La confirmation des scandales par un général bien connu, qui servit le pays en première ligne pendant 33 ans, a également élevé la suspiscion de ceux qui avaient initialement pensé que "Pizzagate" était une attaque électorale d'un complotiste de droite. Quelques mois plus tard, Trump gagna et plaça Flynn à un endroit clé de son administration, mais en quelques mois, il fut condamné par les mêmes qu'il avait sévèrement accusés.

 

Il est maintenant disculpé et réhabilité, après qu'une conversation à son sujet ait été publiée dans les actes d'Obamagate faite par deux agents du FBI qui se demandaient "Quel est notre objectif ? Vérité/Admission ou le pousser à mentir, afin qu'il puisse faire l'objet d'une enquête ou être mis à la porte"; Flynn a écrit deux articles expliquant comment mener un combat plus crucial que celui des élections précédentes, se souvenant qu'il ne peut pas être gagné si vous ne le regardez pas d'abord d'un point de vue eschatologique.

 

Tout comme le père Livio a parlé du monde et de Viganò dans la lettre envoyée au président Trump, Flynn a précisé dans le Western Journal qu '"il y a un petit groupe de gens acharnés qui travaillent dur pour détruire notre mode de vie américain". Ce serait 2% qui voudraient prendre possession de la population indifférente restante. Le général indique clairement que bien que la majorité du peuple américain soit bonne, la "majorité silencieuse", telle que définie par Trump, doit agir sachant qu'il s'agit d'un affrontement entre "deux forces opposées: l'une des" enfants de la lumière "et l'autre des" enfants des ténèbres".

 

"Comme une policière de Virginie me l'a dit - a-t-il poursuivi -" les gens ne se sentent pas en sécurité chez eux et nos forces de police sont tellement démoralisées que nous ne pouvons pas fonctionner comme nous le devrions. Au cours de mes 23 années dans mon département, je n'ai jamais vu un moral si bas". Le Général décrit la guérilla urbaine comme une attaque contre la démocratie, pour laquelle "il faut soutenir la police" mais aussi "défier chaque politicien à tous les niveaux": cette attaque contre l'ordre et les symboles de l'histoire américaine vise "à établir le socialisme". Et à la fin "il s'agit de chasser Dieu de nos familles, de nos écoles et de nos tribunaux... même de nos églises, dans l'espoir essentiellement de retirer Dieu de notre vie quotidienne".

 

Selon Flynn, "dans la guerre, comme dans la vie, la plupart des échecs dérivent de l'inertie", mais grâce à l'action décrite ci-dessus, il assure, "nous pouvons l'emporter", car "rappelez-vous qu'il est inévitable que même nos ennemis (la force noire) ont des difficultés que nous ignorons". Et même si "pour la majorité des Américains, ces forces semblent être fortes", selon le stratège "seule une petite poussée de notre part est nécessaire, c'est tout ce qu'il nous faut pour vaincre ces forces". Flynn rappelle que cette poussée est faite d'action mais aussi de prière.

 

En fait, comme le général l'avait déjà écrit dans un article précédent, "bien que nous sentions que nous sommes descendus dans un état infernal d'existence, nous ne devons jamais oublier que l'enfer n'est pas invincible", à travers la prière, la conscience de Dieu, la "Capacité de sacrifice" et celle de vivre selon les "idéaux (du bien et du mal, ndlr) que nous avons reçus de Dieu, qui sont la base de notre république constitutionnelle".

 

Le scénario pour les enfants de la lumière fait maintenant peur, mais il ne faut pas craindre "l'incertitude qui dérive de l'inconnu, l'accepter à la place et lutter contre ce sentiment de peur". Même l'optimisme, qui ne doit pas se terminer par l'exaltation qui se transforme en désespoir à la première difficulté, est nécessaire en temps de guerre. En fait, a-t-il conclu, "nous devons nous souvenir: le pouvoir de l'enfer, bien que fort, est limité. Dieu est le dernier juge et décideur. Sa providence sacrée est notre pays, les États-Unis d'Amérique. Tant que nous accepterons Dieu comme moteur de notre nation, nous serons en sécurité. "Sinon, nous allons vraiment "rencontrer une existence infernale".

Repost0
28 juin 2020 7 28 /06 /juin /2020 12:46
Candace Owens démonte brillamment l'arnaque #GeorgeFloyd

La commentatrice politique américaine Candace Owens réagit aux manifestations de soutien à George Floyd, qui ont dégénéré en manifestations violentes, attaques de commerce et destructions de statues aux Etats-Unis :

Extrait

 

"J'ai décidé de faire cette video, cela a pesé lourdement sur mon cœur et sur mon esprit. Il y avait beaucoup de choses que je voulais dire plus tôt mais il y avait tellement d'émotions et énormément de pression sur moi pour soutenir des opinions populaires au sujet de qui était George Floyd.

"Parfois cela peut être difficile de dire ce que vous pensez quand il y a autant de pressions extérieures, et c'est un exemple de ce qui m'a amené à penser que mon silence serait meilleur au début, mais plus j'y pensais et plus je réalisais que beaucoup de mensonges nous sont racontés au détriment de la communauté noire, au détriment de la communauté blanche, et enfin au détriment de l'Amérique toute entière. Je veux donc sortir de l'ombre et dire que je ne soutiens pas George Floyd et sa description comme étant un martyr des noirs-américains. Je vais vous expliquer pourquoi et j'espère que certains d'entre vous comprendront les raisons.

"J'ai passé un temps considérable à lire des auteurs noirs, qui je pense, sont les plus brillants noirs-américains, Walter WilliamsShelby Steele, Thomas Sowell, et je suis récemment passée à travers une idée implantée dans ma tête par Shelby Steele, et c'est quelque chose que je ne peux pas oublier, et cela restera jusqu'à la fin de ma vie, et c'est une idée dont j'espère que les Noirs américains qui regardent (cette video) garderont en tête pour le reste de leur vie. Shelby Steele disait que la communauté noire est unique comparée aux autres communautés. Notre culture est différente des autres communautés parce que nous sommes la seule communauté qui s'occupe du plus petit dénominateur de notre société, laissez-moi vous en expliquer le sens. Cela veut dire que tous les Noirs américains ne sont pas des criminels, ils ne commettent pas tous des délits, mais nous sommes les seuls qui nous battons, crions, et demandons du soutien et la justice pour les gens de notre communauté qui agissent mal. Vous vous mettriez à l'épreuve par exemple en cherchant une personne juive ayant fait cinq séjours en prison, qui a commis un crime, ou est morte en le commettant, et pour laquelle le peuple juif la défendrait et demanderait justice. Il serait difficile d'en trouver chez les Blancs américains, il serait même difficile d'en trouver chez les Latinos américains. Si une personne est allée plusieurs fois en prison vous ne verrez pas une file de de latinos demander justice pour elle. Même si, et je veux être très claire, ce que je dis ne se veut aucunement une défense de Derek Chauvin, et j'espère que Derek Chauvin sera jugé comme il le mérite, ainsi que la famille de George Floyd mérite justice pour la façon dont il est mort. Mais je ne vais pas non plus accepter la narration qui dit que cela est le meilleur de ce que la communauté noire a à offrir.

"Qu'importe les raisons pour lesquelles il est à la mode depuis cinq ou six ans de transformer nos criminels en héros en une nuit. C'est une chose que je trouve méprisable, et je refuse de la soutenir plus longtemps. Je ne veux pas jouer de rôle là-dedans. peu importe les pressions des Noirs libéraux ou conservateurs, comme un gage de personnes qui veulent que vous croyez que la seule façon dont vous pouvez être noir c'est de dire que cela était injuste et que cette personne était merveilleuse : je ne ferai pas cela. George Floyd n'était pas une personne merveilleuse. [...] Lors de son arrestation George Floyd était drogué au fentanyl et à la méthamphétamine, comme cela est apparu sur les deux rapports d'autopsie. [...] Il a essayé d'utilise un billet qui était un faux billet pour l'achat de quelque chose, et est ensuite sorti en agissant bizarrement. Quand la police a été appelée et est intervenue elle a dit qu'il devait certainement être sous l'emprise de drogues. Quand ils lui ont mis les menottes et l'ont poussé contre le mur, une petite poche de ce qui semblerait être de la cocaïne, une petite poche blanche tombe sur le sol. Vous pouvez le voir sur les images si vous regardez les séquences. Les médias refusent de le faire circuler mais vous pouvez la trouver sur Twitter en cherchant 'George Floyd baggie'.

"[...] En 1998, George Floyd a passé 10 mois en prison pour vol avec arme à feu. C'est le première peine de prison que j'ai trouvée à son sujet. En 2002, il a passé huit mois en prison pour une affaire de cocaïne. En 2004, juste deux ans plus tard, il passe encore dix mois en prison pour une autre affaire de cocaïne. En 2005, encore dix mois de prison pour possession de moins d'un gramme de cocaïne. En 2007, cela a été la plus grosse peine que j'ai trouvée, et c'est là que j'ai réalisé que c'était une horrible personne, je ne voulais plus prétendre que c'était quelqu'un de bien. En 2007, ce fut une attaque en groupe sur une femme enceinte avec une arme à feu appuyée contre son ventre, cherchant de l'argent ou de la drogue chez elle qu'ils n'ont pas trouvé. [...] Le voisin heureusement releva la plaque d'immatriculation quand ils arrivèrent et appela la police qui put identifier la voiture comme celle de George Floyd, qui en était le conducteur. Et deux ans plus tard il a été condamné (pour cette affaire) à cinq ans de prison. Il a été libéré en 2014. Il n'a pas eu de problème pendant cinq ans avant que la police ne retombe sur lui. Vous défiez le bon sens si vous pensez que cette personne est soudainement devenue exemplaire en étant droguée au fentanyl et à la méthamphétamine en essayant d'utiliser un faux billet !

"Alors, mon opinion est que George Floyd était un criminel. [...] Et cela signifie que je ne jouerai pas un rôle dans le jeu de la culture noire brisée qui veut toujours transformer les criminels en martyrs, qui veut prétendre qu'ils étaient des personnes honnêtes, qui veulent aider la société, qui veulent accéder à un rang plus élevé dans la société. Je veux dire qu'il avait un long casier judiciaire, qu'il était dangereux, et qu'il a été l'exemple du criminel toute sa vie, jusqu'à la fin.

"Alors, pourquoi devons-nous prétendre que ce criminel doit être respecté en tant que citoyen, en tant que martyr chez les Noirs américains ? Un martyr résultant d'une fausse histoire au passage. La violence policière motivée par le racisme est un mythe. [...] Donc, voici les chiffres pour vous qui croyez toujours que la violence policière motivée par le racisme est réelle.

"Premièrement, et avant tout, vous avez 25% de chance en plus en tant que criminel violent blanc de mourir d'un policier que si vous êtes noir. L'année dernière un total de 9 hommes noirs désarmés ont été tués contre 19 hommes blancs. [...] Ce n'est pas important quel pourcentage de la population vous représentez, ce qui est important c'est quel pourcentage de la communauté criminelle vous représentez. Malheureusement, la communauté noire commet un nombre disproportionné de crimes comparé aux Blancs. Laissez-moi vous dire que 6% de la population noire, des hommes noirs, comptent pour 44% des meurtres de ce pays d'après les statistiques de 2018. C'est ce que vous appelez un 'gap', un écart. Et pourtant les Blancs représentent 60% de la population, nous en représentons 13, les hommes noirs sont 6%, mais commettent 50% des meurtres. Cela n'a pas de sens, une minorité de 6% qui représente une minorité extrême qui comment 50% des violences et nous ne représentons que 13% de la population! Ok?

"Vous voulez parler des vraies statistiques ? Les policiers ont beaucoup plus à craindre des minorités noires que l'inverse. En moyenne, un policier a 18 fois plus de chance de se faire tuer par une personne noire que l'inverse.

"Donc, toutes ces histoires ne sont que des rideaux de fumée, tout est truqué, c'est juste de la séduction d'électorat, les Noirs contre les Blancs, parce que c'est une année à élections. Et non parce que les Noirs américains souffrent plus que les Blancs américains sous les coups de la police.

"[...] Vous voulez connaître la meilleure façon de ne pas être brutalisé par un policier? C'est de limiter vos chances de les rencontrer, surtout quand cela retourne de crimes violents.

"Je ne vais pas continuer à soutenir une narrative qui prétend que nous martyriserions des personnes qui ont 5, 6, voire 7 séjours en prison, tout en prétendant qu'ils étaient de grands héros. Ce sont des conneries !  Excusez mon langage, mais ce sont des conneries et je suis fatiguée de les entendre.

"Si vous voulez continuer à mettre des posters de criminels sur vos murs, et de les traiter en martyr, faites-le, [...] vous pouvez garder une photo de George Floyd et prétendre qu'il était une bonne personne qui a juste pointé une arme sur le ventre d'une femme enceinte. Vous pouvez imaginer cette femme maintenant ? Cette femme noire d'ailleurs... , et regarder tout le monde prétendre que cet homme était honnête, qui a l'âge de 42 ans, après 5 séjours en prison allait miraculeusement devenir un saint ? C'est embarrassant, nous sommes embarrassant. Nous avons une culture toxique parce que personne ne veut dire la vérité sur l'Amérique noire. C'est tellement facile d'être une éternelle victime. C'est tellement facile de demander aux Blancs de s'agenouiller et de demander pardon, et toutes ces choses, c'est nul, c'est un mensonge, c'est une farce. Notre plus gros problème c'est nous, c'est pour ça que nous n'en parlons pas quand des crimes faits par des Noirs arrivent. [...] Cela impliquerait des responsabilités personnelles et nous ne faisons pas cela dans notre communauté, nous ne le faisons simplement pas. Nous blâmons les personnes blanches, nous ne faisons que pointer la caméra sur les Blancs quand ils font quelque chose, même si nous le faisons aussi et de manière beaucoup plus fréquente. On célèbre nos dealers. Nous sommes la seule communauté qui créerait des hashtags pour libérer les gens de prison parce qu'ils ont commis un crime. Est-ce vraiment si difficile de ne pas aller en prison plusieurs fois ? Est-ce trop compliqué pour nous ? Je veux dire est-ce vraiment une si grande montagne à grimper que de faire des choses positives et d'être honnête ? C'est l'appel à l'action que je lance aux Noirs américains. Pourquoi continuons-nous à nourrir ces histoires ? Comment pensez-vous que les gens nous perçoivent ? Vous lisez les commentaires et allez voir ce que les gens disent ? 'Oh, juste des Noirs agissant en Noirs', 'oh, les Noirs font des émeutes, ils doivent se comporter comme des Noirs, vous savez comment ils sont'. [...] Ils pensent que nous n'apprendront jamais des erreurs que nous faisons, que nous ne sommes pas capables de nous éduquer...

"[...] Nous devons aller de l'avant, nous devons faire mieux, nous devons éduquer nos enfants,  ou nous n'avancerons jamais."

Le facebook de Candace Owens : https://fr-fr.facebook.com/realCandac... La chaîne youtube de Candace Owens : https://www.youtube.com/channel/UCL0u...

Source: YouTube / GloriaTv

Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 20:28
https://www.marcotosatti.com/2020/06/25/nobile-i-blm-sanno-che-in-africa-gli-schiavisti-sono-i-neri/

https://www.marcotosatti.com/2020/06/25/nobile-i-blm-sanno-che-in-africa-gli-schiavisti-sono-i-neri/

Marco Tosatti

Chers amis et ennemis de Stilum Curiae, Agostino Nobile revient pour s'occuper des nouvelles les plus proches, et en particulier de ce phénomène si propulsé par les médias de Black Lives Matter, qui conduit à des comportements qui seraient ridicules s'ils n'étaient pas tragiques pour nous même. Bonne lecture.

 

§§§

Mais "Black Lives Matter" ignore-t-il qu'en Afrique les Noirs asservissent les Noirs ?

 

Nous en sommes toujours là : l'ignorance fait plus de mal que les guerres, et cela grâce à des mensonges officiels considérés comme des vérités.

Dans mon article publié par Stilum Curiae en août 2019 https://www.marcotosatti.com/2019/08/11/nobile-lo-schiavismo-islamico-oscurato-dalla-massoneria/ Je décris très brièvement la traite négrière pratiquée durant des siècles par les musulmans, obscurcie par les informations et à travers l'école. Ces dernières semaines, en voyant les manifestations antiracistes aux États-Unis et dans le reste du monde (promues et soutenues par des partis progressistes), je me suis souvenu des Noirs africains. De vrais tortionnaires qui ne respectent même pas leurs frères et sœurs de race. La faute de la victime dans ce cas est l'appartenance à une tribu.

Les athées et les francs-maçons occidentaux qui ont amené des millions d'esclaves dans le Nouveau Monde ont acheté des esclaves aux Arabes et aux marchands d'esclaves noirs. Les Occidentaux qui accostaient leurs navires sur la côte ouest de l'Afrique n'étaient autorisés à descendre à terre que pour vérifier les "marchandises" capturées.

Aujourd'hui encore, selon l'UNICEF, la traite des êtres humains reste un problème dans tous les pays africains. Un rapport de 2004, couvrant 53 pays africains, note que les enfants sont les principales victimes, réduits en esclavage, recrutés comme enfants soldats ou vendus à des clans de prostitution. En Afrique, les enfants sont deux fois plus susceptibles d'être victimes de la traite que les femmes.

Imogen Foulkes, correspondant de la BBC à Genève depuis 2004, dit que 89% des pays africains ont du trafic à destination et en provenance des pays voisins, mais 34% ont également un commerce d'êtres humains vers l'Europe (merci à Bergy et aux progressistes).

Le Nigéria, par exemple, a accueilli des victimes de la traite de 12 pays africains, mais des trafiquants nigérians ont également été trouvés dans une douzaine de pays. Pour l'UNICEF, il est impossible de connaître le nombre de victimes, mais il est probable, disent-ils, qu'il s'agit de millions de personnes.

Mais voyons ce qui se passe dans les pays où les autorités locales et européennes ont eu l'occasion de faire quelques évaluations.

Au Tchad, les membres des clans arabisés achètent des enfants à des familles pauvres. Contraints de se convertir à l'islam et de changer de nom, ils sont gardés en esclavage ou vendus à d'autres clans africains arabisés.

En Mauritanie, nous avons les riches bidanes (blancs, pas européens mais arabes) et les harratins pauvres en canne. Actuellement, environ 90 000 harratins sont totalement réduits en esclavage tandis que tous les autres harratins, environ 600 000, sont partiellement soumis. Au Niger, bien que l'esclavage ait été déclaré illégal en 2003, sur une population de plus de 24 millions d'habitants, environ 8 % sont des esclaves.

Au Soudan, où la charia est imposée, le nombre d'esclaves augmente constamment.

Selon les organisations humanitaires, les enfants enlevés ou achetés peuvent coûter de 20 à 70 USD. Les plus chanceux sont utilisés comme domestiques, bien que les propriétaires ne les abusent pas souvent sexuellement. Les moins fortunés se retrouvent dans les mines, où ils peuvent mourir de misère, et sur les marchés de l'exploitation sexuelle. Dans les deux cas, le prix peut aller jusqu'à 3 500 $.

Historiquement parlant, aux États-Unis, ce ne sont pas les fascistes ou la droite qui ont soutenu l'esclavage, mais les progressistes démocrates. La même couleur politique qui, entre le 12 avril 1861 et le 23 juin 1885, a combattu les républicains du Nord dirigés par Abraham Lincoln, celui qui a aboli l'esclavage dans tous les territoires des USA. Ce que les États démocratiques du sud considéraient comme une violation de leurs droits constitutionnels.

Sur les réseaux sociaux, des dizaines de Noirs américains (en particulier des personnes éveillées et informées) et quelques réseaux de télévision non soumis aux Démocrates ont souligné à plusieurs reprises la réalité historique, mais Black Lives Matter continue de condamner le fascisme et la droite.

Les progressistes, qui promeuvent les aberrations éthiques et sociales qui dévastent littéralement l'Occident, ont une ferme fixation: l'annulation du christianisme. Nous avons des centaines d'exemples qui le confirment, le dernier à San Francisco, la ville la plus gay-friendly de la planète, où ils ont abattu la statue de San Junipero Serra, l'évangélisateur franciscain de Californie 

https://www.youtube.com/watch?v=RvSLf2O2Lts

Étant donné que l'immigration, le canular sur le suprématisme blanc et les manifestations anti-occidentales conduisent au suicide culturel le plus imbécile de l'histoire, les magistrats qui respectent leur pays devraient essayer de punir ceux qui ont répandu et continuent de répandre les mensonges historiques qui créent des sentiments de culpabilité pour les Occidentaux. S'ils ne le font pas, à moins d'une guerre civile, leurs enfants comme le reste de la population subiront probablement la même "liberté" imposée aux chrétiens en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie dans quelques années.

 

Agostino Nobile

Repost0
26 janvier 2020 7 26 /01 /janvier /2020 20:22

Professeur Didier Raoult, une épidémie de coronavirus fait l'actualité en Chine. Doit-on craindre quelque chose ?

Interrogé par Yanis Roussel, étudiant en thèse de science à l'IHU Méditerranée Infection, le Professeur Didier Raoult, Directeur de l'IHU Méditerranée Infection, répond ainsi à la question :

 

"Vous savez, c'est un monde de fous. Moi ce qui se passe, le fait que des gens soient morts de coronavirus en Chine, je ne me sens pas tellement concerné. Pour vous dire la vérité, on estime qu'il y a entre six et sept morts par les coronavirus qui circulent en Europe par an, à Marseille. Comme on soigne à peu près 1% de la population, cela veut dire qu'il y en a environ probablement 600 par an qui sont morts en France. Personne n'en parle ! 

 

"Là, on vient d'avoir une réunion sur le virus respiratoire syncytial, qui tue en moyenne depuis quelques années 19 personnes par an. Ce qui veut dire qu'il y a vraisemblablement 1900 personnes qui en meurent par an en France, et dont personne ne parlent. Et donc le monde est devenu complètement fou. C'est-à-dire qu'il se passe un truc où il y a trois morts, cela fait une affaire mondiale, l'OMS s'en mêle, cela passe à la radio, à la télévision. S'il y a un bus qui tombe au Pérou, on va dire que les accidents de la route tuent de plus en plus. Tout cela est fou. Il n'y a plus aucune lucidité. Et alors, en particulier pour les maladies infectieuses, parce que les maladies infectieuses sont des maladies d'écosystème, vous n'avez pas les mêmes  maladies dans les zones inter-tropicales humides, s'il y a des moustiques ou s'il n'y en a pas. Ainsi, pendant l'hiver il n'y a pas de moustiques et les maladies transmises par les moustiques sont des maladies d'importation qui peuvent donner quelques cas secondaires mais qui ne s'implantent pas. Si vous ne touchez pas le sang de gens morts d'Ebola, la chance que vous attrapiez Ebola est proche de zéro. Or, l'on ressort Ebola tous les quatre cinq ans... Et donc si à chaque fois qu'il y a une maladie dans le monde on se demande si en France on va avoir la même chose, cela devient complètement délirant. On ne peut pas s'occuper des maladies qui existent et on regarde ce qui se passe en Chine ! 

 

"Ce qui se passe actuellement en Chine, c'est tellement dérisoire que cela en est hallucinant ! Il n'y a plus aucune connexion entre l'information et la réalité du risque. C'est totalement délirant.

 

"[...] Les débuts de la grande dérive de l'OMS cela a été quand une chinoise spécialiste de la grippe aviaire qui est arrivée à la tête de l'OMS et qui essayé de persuader le monde entier que la grippe aviaire, pour lesquels il y avait eu des cas chinois attrapés auprès des oiseaux, était devenue une maladie inter-humaine, qui allait décimer la population, et qui a été amplifié. Tout le monde était devenu fous, les gens en Europe disaient qu'on allait mourir par millions. 

 

"C'est juste du délire. Les gens n'ont pas de quoi s'occuper et vont alors chercher en Chine de quoi avoir peur parce qu'ils n'arrivent pas à regarder ce dont ils pourraient avoir peur en restant en France. Voilà. Ce n'est pas sérieux."

 

(Fin de citation)

 

Merci beaucoup au professeur Raoult pour ces précisions.

Repost0
19 août 2019 1 19 /08 /août /2019 15:29

QAnon, Trump et l'affaire Epstein sur Radio-Québec : 

Sujets abordés : Epstein a-t-il été assassiné parce qu'il en savait trop sur Trump? Jusqu'où s'étend le pouvoir de l'État profond sur l'administration Trump? Les patriotes américains sont-ils sous contrôle? 

Repost0
27 juin 2019 4 27 /06 /juin /2019 07:11

Il est interdit de montrer des photos du Bataclan, celles des victimes des islamistes par respect pour la dignité des victimes (Marine Le Pen est poursuivie pour avoir tweeté des photos de victimes d'islamistes. Ndlr.), mais il est autorisé de montrer les photos du "petit Aylan", qui est pourtant aussi une victime qui mérite tout autant le respect de sa dignité, ou celle des "Noyés du Rio Grande contre Trump", un père et sa fille de deux ans venus du Salvador retrouvés noyés côte à côte alors qu'ils tentaient de passer aux Etats-Unis en passant le Rio Grande. Deux victimes qui méritent tout autant le respect de leur dignité. Deux poids deux mesures.

"Petit Aylan", "Noyés du Rio Grande" et photos du Bataclan : le deux poids deux mesures avec les photos des victimes

La journaliste Charlotte D'Ornellas a dénoncé cette instrumentalisation des Noyés du RioGrande contre Trump sur CNEWS, le 26 juin 2019.

Charlotte d'Ornellas : "Moi ce qui me choque terriblement dans cette photo - elle est monstrueuse évidemment, elle est abominable, etc. - mais c'est précisément votre question initiale qui était 'est-ce que cela fait bouger les lignes ?', mais c'est précisément parce que cela fait bouger les lignes que ces photos-là on peut les voir et que les photos du Bataclan, par exemple, c'est interdit. Pourquoi est-ce que là personne ne dit 'c'est abominable pour la dignité de ces personnes-là de voir cette photo-là ?' C'était exactement la même question qui se posait au moment du 'petit Aylan', c'est-à-dire qu'il y a des choses que l'on supportent parce qu'elles vont dans un sens et d'autres que l'on ne supportent pas parce qu'elles vont dans un autre sens."

 

Lire :  Respect pour tous, pour le petit Aylan aussi

 

Et là, la photo, évidement que le but est de faire bouger les lignes. Et le but est là de contester à l'aide d'une photo d'un cas particulier atroce une politique à l'échelle d'un pays. Mais la politique ne peut pas se prendre sur des cas particuliers, à moins de renoncer effectivement à la politique d'un pays."

 

Cette séquence "Noyés du Rio Grande" / victimes du Bataclan montre combien nos médias sont unanimes lorsqu'il s'agit de décrire, ou pas, des scènes qui servent, ou pas, la propagande mondialiste immigrationniste.

Repost0
25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 18:38
Natacha Polony : "On interdit les propos quand on ne peut plus lutter contre le fait que la société est en train de se désagréger"

On interdit les propos quand on ne peut plus lutter contre le fait que la société est en train de se désagréger.

Et on va continuer à perpétuer un système profondément destructeur qui petit à petit ruine la rationalité comme unique moyen de s'entendre et de poser les bases d'un dialogue, grâce à une censure confiée à des multinationales toutes puissantes qui seront donc seules juges de ce qui est bien et de ce qui est mal.

Natacha Polony

Après le creusement des inégalités, une des conséquences funestes parmi tant d'autres de l'impasse des droits de l'homme est la censure et l'interdiction des propos, une réforme que souhaite le gourou de la "république en marche", pas en reste question discours haineux pendant sa campagne électorale ou plus tard sur les Gaulois récalcitrants et les Gilets jaunes "racistes".

Repost0
8 juin 2019 6 08 /06 /juin /2019 06:48

En avez-vous entendu parlé pendant les deux jours de commémoration du débarquement du 6 juin 1944 ? Les historiens estiment à 3500 les viols commis en France par les soldats américains entre le Débarquement de Normandie le 6 juin 1944 et la fin de la Seconde Guerre mondiale. Drôle de "Libération" quand on sait que de l'autre côté, aucun viol n'a été recensé durant l'Occupation par les Allemands, qui d'une manière générale respectaient les populations civiles (hormis Oradour-sur-Glane).

Libération - 6 juin 1944 - D-Day : les GI’s violeurs

D-Day, l’autre histoire : tous les GI’s n’ont pas été des héros

 

Les historiens estiment à 3500 les viols commis en France par les soldats américains entre le Débarquement de Normandie et la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

Par Laurent Sailly.

 

L’information sur les viols commis en France par les GI’s a longtemps été cantonnée aux cercles familiaux des témoins et des victimes. Il y a eu des viols et des crimes partout où les GI étaient stationnés, à Reims, Cherbourg, Brest, Le Havre, Caen… À la fin de l’été 1944, peu après l’invasion de la Normandie, des femmes commencent à se plaindre de viols commis par des soldats américains. Des centaines de cas sont rapportés. Mais difficile d’écorner l’image des libérateurs qui consentirent au sacrifice ultime. Il existe une abondante littérature et une tout aussi imposante cinématographie qui perpétuent contre toute évidence le mythe de la « bonne guerre » (Le Jour le plus long). Journalistes, réalisateurs de cinéma et historiens populaires ont sanctifié le GI pour en faire l’incarnation de « la plus grande des générations produite jusqu’à ce jour par n’importe quelle société », comme l’affirme très sérieusement l’auteur du best-seller The Greatest Generation. Il en va par contre très différemment des anciens combattants de la guerre du Vietnam qui furent longtemps présumés coupables de tous les crimes.

 

DE LA GUERRE ET DES HOMMES

Dans Des GI’s et des femmes, l’historienne américaine Mary Louise Roberts rapporte :

 

« La nuit, des soldats ivres errent dans les rues en quête d’aventures sexuelles et les femmes ‘respectables’ ne peuvent plus sortir seules. Les GI ont grandi avec les récits des aventures de leurs pères, qui ont combattu en France en 1917-1918. Ces récits, qui font la part belle aux aventures sexuelles, ont amené toute une génération d’hommes à voir la France comme le pays du vin, des femmes et des chansons. »

 

D’ailleurs, l’encadrement militaire américain n’a rien fait pour casser les stéréotypes des « petites Françaises » peu farouches. Un GI assure : « Nous avions aussi entendu dire que ce que nous considérions comme de la perversion sexuelle était normal pour eux. » Joe Weston, un journaliste de Life, en 1945 : « La France est un gigantesque bordel habité par 40 millions d’hédonistes qui passent leur temps à manger, boire et faire l’amour. » Les Françaises ont la réputation d’être sans préjugés raciaux et sexuellement libérées. À la lecture de la presse militaire, en particulier le magazine Stars and Stripes, on réalise que toute l’expédition américaine en Normandie a été vendue aux soldats comme une formidable opportunité sexuelle. Ailleurs, sur le front du Pacifique, il est facile de motiver les troupes, car après tout les Japonais avaient attaqué l’Oncle Sam. Le Guide pratique à l’usage des GI’s en France, en 1944, est à cet égard un chef-d’œuvre de duplicité alléchante : « On dit que les Françaises sont faciles. Mais en fait, pas du tout ! » On ne manque pas de le mentionner tout de même… Et les soldats qui rampent sous le feu allemand le 6 juin 1944 portent tous un lot de cinq préservatifs distribué avec leurs munitions…

 

DES HÉROS VENUS D’OUTRE-ATLANTIQUE DANS UNE FRANCE SAIGNÉE

Sur les photos de l’après-débarquement qui inondent bientôt la presse outre-Atlantique, les Françaises embrassant les soldats deviennent à leur corps défendant des éléments de propagande uniforme, mise en œuvre par le Signal Corps (le département de la communication de l’armée). Les recrues se trouvent alors alimentées en clichés, dans tous les sens du terme. L’historienne écrit : « La Française est le symbole d’une nation abandonnée par ses hommes », dont deux millions ont été faits prisonniers en 1940, auxquels il convient d’ajouter ceux, aussi nombreux, envoyés en Allemagne dans le cadre du service du travail obligatoire. Ce n’est pas propre à la France, bien sûr. Tous les théâtres de guerre étaient érotisés. C’était l’époque des photos de pin-up accrochées dans les dortoirs, de Rita Hayworth… Mais une image revient avec constance dans le journal de l’armée : les GI’s embrassés par des Françaises. Sur l’une, on voit un groupe de femmes, visiblement réjouies. Et la légende dit : « Voilà ce pour quoi nous nous battons. »

 

Ainsi, l’opération « Overlord » (« Suzerain » en anglais) d’une « conquête territoriale [devient] une conquête érotique. Le mythe […] rassure les GI’s sur leur masculinité en leur offrant une fille à la fin de leur journée de combat ». Il s’en est suivi un tsunami de libido masculine, qui va se traduire par une vague de viols en Normandie, en août et septembre 1944. Selon l’historien américain Robert Lilly1, il y aurait eu 3500 viols commis par des soldats américains en France entre juin 1944 et la fin de la guerre. Leur nombre est difficile à établir car de nombreuses victimes n’ont jamais rapporté les faits auprès de la police. Les troupes américaines engagées ont commis 208 viols et une trentaine de meurtres dans le département de la Manche. Pour le seul mois de juin 1944, en Normandie, 175 soldats américains sont accusés de viol.

 

Il y a de bonnes raisons de penser que les viols ici rapportés ne représentent qu’une fraction du nombre réel de ceux qui furent commis à la Libération par les troupes américaines. D’une part, les documents ne contiennent que les cas les plus brutaux. D’autre part, il est probable que de nombreuses victimes ne rapportèrent jamais les faits auprès de la police. Étudiant ce phénomène en Angleterre, Sir Leon Radinowicz estime que durant les années de guerre, 5 % seulement des victimes de viol portèrent plainte. Les contraintes sociales et culturelles de l’époque, et surtout la peur du scandale, n’encourageaient guère les femmes violées à parler, et il arrivait aussi que pour les mêmes raisons des membres de leur famille les en dissuadent. Il est impossible d’estimer le nombre exact de viols que commirent les troupes américaines en France à la Libération.

 

Oui, il faut fêter les 75 ans du D-DAY, ses héros et ses victimes… toutes ses victimes !

 

Robert Lilly, La face cachée des GI’s. Les viols commis par des soldats américains en France, en Angleterre et en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, Payot, 2008.

 

Source: ContrePoints

Repost0
3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 10:55

"Des gens ont attaqué un hôpital, les forces de l'ordre sont intervenues pour sauver le service de réanimation. Des infirmières ont dû préserver le service de réanimation", a affirmé le ministre de l'Intérieur Castaner lors de la manifestation du mercredi 1er mai. Or, 

la situation désormais à 24 heures de l'évènement est désormais connue, et elle a été fact-checkée par nombre de nos confrères. Check-new de Libération, Le Monde, qui parle d'un "repli chaotique" et en aucun cas d'une "attaque" et même les deux journalistes du Figaro qui étaient sur place. On sait pour quelles raisons les manifestants ont défoncé cette grille pour échapper à un air irrespirable avec des personnes prises en tenailles par des policiers leurs distribuant des coups de matraques. Et ce qui est sûr, c'est qu'on voit les coups de matraques.

(Dans la version de l'attaque livrée par Castaner) on est au-delà de l'exagération. On est dans la contre-vérité. Encore une fois les faits sont établis. Christophe Castaner dit "on a attaqué un hôpital". C'est faux. Ce sont des personnes qui se sont réfugiées. Rien n'a été attaqué. Il dit "les forces de l'ordre sont intervenues pour sauver le service de réanimation". C'est faux. Il a dit "on a agressé le personnel soignant". C'est faux. Tous les témoignages des personnels soignants justement disent qu'ils ne se sont jamais sentis menacés.

Conclusion: on est de l'ordre de ce qu'il faut bien appeler un mensonge officiel. [...] Castaner cherche à jeter le discrédit sur un mouvement social en utilisant des faits dont on sait maintenant qu'ils ne sont pas établis.

Ce gouvernement semble avoir un rapport à la vérité assez curieux. Jeudi dernier, Emmanuel Macron, pour justifier l'allongement de la durée de cotisation nous expliquait que "la France travaille beaucoup moins que ses voisins". Cela été amplement vérifié et là aussi tout le monde sait que c'est un argument erroné. Donc Emmanuel Macron, Christophe Castaner utilisent des arguments qui sont des mensonges pour tenter de justifier leur politique et pour tenter de jeter le discrédit sur un mouvement social. Ce rapport perverti à la vérité me semble extrêmement grave.

Clément Viktorovitch sur C-News

Pour une fois que les médias font leur travail :

 

- Le Monde: un "repli chaotique" plus qu'une "attaque délibérée"

- "Tous les éléments, notamment vidéo, recueillis par Le Monde plaident en faveur d’une autre thèse : celle de nombreux manifestants s’étant réfugiés dans l’enceinte hospitalière pour s’abriter des gaz lacrymogènes. Un air devenu irrespirable. ... des dizaines de manifestants cherchaient des endroits de repli."

(Source : La Pitié-Salpêtrière : la thèse de l’« attaque » s’effondre, les gardes à vue levées)

- "Hôpital attaqué" : la version de Castaner démentie par des témoignages et des vidéos

Non, la Pitié-Salpêtrière n’a pas été “attaquée” le 1er-Mai (Le Monde)

Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : la thèse de "l’attaque" s’effondre, Castaner vivement critiqué 

Source: https://francais.rt.com/france/61719-quand-executif-ment-fake-news-marquantes-macronie

Source: https://francais.rt.com/france/61719-quand-executif-ment-fake-news-marquantes-macronie

Quand l'exécutif ment : ces «fake news» marquantes de la Macronie (RT)

 

Emmanuel Macron a fait de la guerre contre les fausses informations un véritable cheval de bataille.

Comble de l'ironie, le gouvernement a même fait voter en décembre 2018 une loi relative à la manipulation de l’information. Or, depuis sa prise de fonction, le président de la République et ses ministres les ont accumulées. Recension non-exhaustive des grosses fake news véhiculées par le pouvoir exécutif : 

 

Geneviève Legay poussée par un policier

Lors d'un rassemblement de Gilets jaunes à Nice, le 23 mars, Geneviève Legay, porte-parole d'Attac, est blessée.

Au cours d'une conférence de presse tenue le 25 mars, le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, annonce que la militante «n'a pas été touchée par des policiers», cette dernière s'étant «cognée contre un pylône fixe». De son côté, Emmanuel Macron, dans un entretien à Nice Matin, publié le 25 mars, déclare que Geneviève Legay «n'a pas été en contact avec les forces de l'ordre».  Néanmoins, dans un procès-verbal daté du 23 mars, auquel Mediapart a eu accès, un policier explique que la victime, âgée de 73 ans, a été heurtée par «un homme portant un bouclier».  Jean-Michel Prêtre revient sur ses propos le 29 mars lors d'une conférence de presse. «Hier soir, des éléments ont établi que contrairement à ce qui pouvait être interprété des premières images, il y a eu un contact direct entre un membre des forces de l'ordre et Mme Legay [...] C'est bien le geste d'un policier qui est à l'origine de la chute de Mme Legay», explique ainsi le procureur de la République.

 

La vidéo truquée de l'affaire Benalla

Selon des révélation du Monde du 29 mars, Ismaël Emelien a récupéré illégalement auprès de la préfecture des images des incidents du 1er mai 2018 place de la Contrescarpe à Paris. Celles-ci montrent notamment un jeune couple lancer des projectiles sur les policiers, quelques instants avant l'intervention d'Alexandre Benalla. Un montage vidéo, avec des images d'une autre scène, montrant cette fois-ci un autre homme poursuivant un policier avec une chaise, a été réalisé, dans le but possible de justifier l'usage de la violence par Alexandre Benalla.   D'après Le Monde, Ismaël Emelien a ensuite transféré la vidéo à Pierre Le Texier, responsable du pôle e-influence d'En Marche, pour faire diffuser et propager ce montage... qui présente bien des caractéristiques d'une fausse nouvelle : montage trompeur et propagation sur les réseaux sociaux.  Un comble puisque le 6 avril, sur le plateau d'On n'est pas couché sur France 2, l'ancien conseiller d'Emmanuel Macron s'était dit très inquiet de la manipulation de l'information. «Les fake news, c'est un problème monstrueux [...] Il y a beaucoup de gens sur les réseaux sociaux qui n'arrivent plus à faire la part des choses entre ce qui est vrai et ce qui n'est pas vrai», avait-il déclaré.

 

L'hommage aux maréchaux de la Grande Guerre

A l'occasion du centenaire de l'armistice de 1918, une cérémonie était prévue afin de rendre hommage «aux huit maréchaux qui ont dirigé les combats pendant la Première Guerre mondiale, œuvré pour la victoire finale tout au long de la guerre, et dont cinq sont inhumés aux Invalides», d'après le site internet de la Mission du Centenaire comme celui de l'Education nationale.  Florence Parly, ministre de la Défense, conteste cette affirmation le 30 novembre sur BFMTV : «Si ce que vous voulez me faire dire, c'est qu'il y avait une intention d'honorer la mémoire du maréchal Pétain, il n'en a jamais été question. Jamais», s'était-elle indignée.

Or, le président de la République avait lui même qualifié, au début du mois de novembre, le maréchal Pétain de «grand soldat» pendant la Première Guerre mondiale ayant commis des «choix funestes» pendant la Deuxième Guerre mondiale.

"La France qui travaille moins que ses voisins" :

Temps de travail et "revalorisation" du travail : la fake new de Macron débunkée

 

La récession en 2019 provoquée par les "Gilets jaunes"

Récession 2019 : la faute aux "Gilets jaunes" ou la faute à Macron ?

Repost0
2 mai 2019 4 02 /05 /mai /2019 22:25
Source: https://francais.rt.com/economie/61716-sapir-temps-travail-france-bonnet-dane

Source: https://francais.rt.com/economie/61716-sapir-temps-travail-france-bonnet-dane

Lors de sa conférence de presse du 25 avril, Emmanuel Macron a estimé que les Français travaillaient moins que leurs voisins européens. Le 2 mai, pour RT France, l'économiste Jacques Sapir fait le point.


 

Pour sa chronique du 2 mai sur RT France, l'économiste Jacques Sapir revient sur l'intervention du 25 avril d'Emmanuel Macron au cours de laquelle le président a affirmé que les Français travaillaient moins que leurs voisins européens. La France est-elle réellement le bonnet d’âne européen ? Jacques Sapir apporte son décryptage sur cette thématique :

 

"La France se situe à peu de choses près dans la moyenne européenne. [...] Par contre on travaille moins qu'au Japon, en Italie ou aux Etats-Unis.

"Le temps de travail est fixé à 35 heures par semaine, légalement, mais en réalité les Français travaillent 38,7 h par semaine. Ce qui fait une différence de quasiment 10%. Et ces heures supplémentaires sont payées en heures supplémentaires. De même, le nombre de jours fériés légaux n'est pas en France si extraordinaire que cela : il y a toute une série de pays européens où il y en a plus qu'en France.

"(Le discours politique qui dit qu'il faut que nous les Français on travaille plus) remonte à Nicolas Sarkozy. Or, si on augmente la durée légale de travail, cela veut dire que l'on va faire disparaître les heures supplémentaires avec pour résultat que les gens auront moins d'argent sur leur feuille de paye. Si on augmente l'âge de départ à la retraite, ou si l'on pousse par un système de points les gens à travailler plus longtemps, il n'est pas du tout sûr qu'ils puissent travailler plus longtemps puisqu'on sait que de plus en plus les entreprises licencient dès que les gens atteignent 50 - 55 ans. Résultat : les retraites seront nettement plus basses.

 

"Donc globalement, tout ce discours qui est tenu au nom du 'il faut revaloriser le travail contribue en réalité à dévaloriser le travail.

 

"Le problème est que l'on est dans un système induit par toute une série de structures économiques (l'euro, mais aussi l'Union européenne), il y a une concurrence acharnée provoquée par cela sur le marché du travail. Cela aboutit toujours à donner moins aux gens qui travaillent et à pousser les gens à rester en activité mais comme ils ne peuvent pas rester en activité, c'est essentiellement les retraites qui vont baisser. Et là on le voit, c'est très lié au système économique dans lequel nous sommes."

Source: RT

Repost0
16 avril 2019 2 16 /04 /avril /2019 00:10

Mise à jour permanente

Jour de deuil. Ce lundi 15 avril, après le dimanche des Rameaux, en ce premier jour de la Semaine sainte qui doit conduire le Christ à la Croix Vendredi saint, à la vigile pascale Samedi Saint, et à la résurrection du Seigneur dimanche de Pâques, la cathédrale Notre-Dame de Paris, premier monument touristique d'Europe et un des premiers au monde avec Notre-Dame de Guadalupe (Mexique), a été incendiée :

L'incendie soulève des questions. RIC, impôts, ISF, retraites : Emmanuel Macron s'apprêtait à faire une allocution considérée comme centrale dans son mandat présidentiel, à 20h en direct, pour annoncer les mesures décidées à la fin du "grand débat". Il devait y avoir l'avant et l'après cette allocution. C'est à ce moment qu'un feu a pris dans la charpente à 18h50 dans la flèche de la cathédrale. 

On a donné à la charpente de Notre-Dame de Paris un nom qui évoque bien la quantité de poutres nécessaires à sa construction : la forêt. Cette charpente possède des dimensions exceptionnelles : elle mesure 100 m de long sur 13 m de large dans la nef, 40 m dans le transept, avec une hauteur de 10 m. Au total, 21 hectares de chêne (un matériau réputé difficilement inflammable) ont été nécessaires pour construire cette charpente. Certaines poutres, provenant d'arbres abattus vers 1160-1170, font toujours partie de l'édifice. (Source)

 

Source: https://www.notredamedeparis.fr/la-cathedrale/architecture/la-charpente/

 

La "forêt " était composé de poutres en chêne de mille ans (on estime que certains bois pouvaient avoir 300 à 400 ans, ce qui nous amène au VIIIe ou IXe siècle). Cette première charpente a disparu, mais des bois ont été réutilisés dans la seconde charpente mise en place en 1220 (Source).

 

 

Le chêne des poutres était comme vitrifié, proche de la minéralisation. Des poutres d'une telle dimension se consument et ne brûlent pas (pas de flammes) sans un carburant ou une substance étalée sur ces mêmes poutres. Quand le chêne se consume, il ne fait pas de flammes jaunes, mais avec un produit pétrochimique, oui. Or les photos montrent un feu avec flammes et fumées jaunes.

 

Source: http://www.rfi.fr/france/20190416-diaporama-notre-dame-paris-ravagee-flammes

 

 

Les poutres elles-mêmes, du temps des anciens bâtisseurs étaient traitées contre l'incendie. Les bâtisseurs de cathédrales, conscients du danger que représentait le feu en cas d'incendie (fléau qu'ils craignaient le plus) sélectionnaient les chênes, et les vidaient de leur sève sur pieds pendant un an (extraction de la sève) en leur retirant une bande d’écorce avant de les abattre. Puis ces chênes sélectionnés passaient ensuite des années, jusqu’à 20 ans, trempés dans un bain, pour donner aux poutres une qualité quasi imputrescibles et quasi impossibles à brûler en cas d’incendies. Faites vous-mêmes l'essai. Achetez des poutres en chênes anciennes, débitez-les à la tronçonneuse, le bois est dur comme la pierre. Essayez d'y mettre le feu : il vous faudra beaucoup de bois en flammes tout autour (y compris avec du pin réputé très combustible avec flammes), pour réussir simplement à entamer le morceau de chêne qui ne brûle pas.

 

Les chaînes d'info ont montré un feu avec flammes qui au fil des minutes se propageait très vite de poutres en poutres comme s’il y avait eu une substance pour accélérer le feu. 

Une première alarme incendie (détecteurs de fumée) s'est déclenchée au PC Sécurité incendie de la cathédrale à 18h24, le rondier n'a rien relevé de particulier. Une deuxième alarme a sonné à 18h50 et le rondier a découvert un départ de feu. La thèse du feu "couvant" dans les combles n'a pas été retenue : aucune autre alarme incendie (détecteurs de fumée) n'a sonné au PCS, auparavant. La rapidité de propagation du feu avec des flammes jaunes énormes en une demi/heure interroge les experts :

 

 

 

Autre question : sur les images diffusées en direct sur les chaînes d'info, on ne voit aucun pompier avant de longues minutes. À 19h29 le feu se propage à la toiture, qui cède au bout d'une demi heure. Sachant que les pompiers de Paris interviennent dans les 5 minutes, 10 minutes en comptant large, une heure se passe avant qu'ils mettent en place deux nacelles et des canons à eau ridicules qui apparaissent à l'écran au bout d'une heure. Où sont les moyens mis en oeuvre, pourquoi une attente si longue ?

 

D’après le chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris « deux foyers d’incendie auraient été repérés ». Un incendie qui trouverait son origine dans « les combles de la cathédrale » précise Alain Finot, le porte-parole de Notre-Dame. (Vl-media)

 

Deux foyers d'incendie. Source: https://vl-media.fr/notre-dame-de-paris-est-ravagee-par-les-flammes-un-incendie-historique/

 

Selon LCI, deux foyers d'incendie auraient été repérés. Le feu, dont la gravité restait encore à déterminer, a pris dans les combles de la cathédrale, monument historique le plus visité d'Europe, ont indiqué les pompiers. Selon le porte-parole de Notre-Dame, l'incendie se serait déclaré aux alentours de 18H50. (JeanMarcMorandini.com

Deux foyers d'incendie. Source: https://www.jeanmarcmorandini.com/article-392648-en-direct-notre-dame-de-paris-le-procureur-de-la-republique-de-paris-annonce-que-la-piste-accidentelle-est-privilegiee.html

Deux foyers d'incendie. Source: https://www.jeanmarcmorandini.com/article-392648-en-direct-notre-dame-de-paris-le-procureur-de-la-republique-de-paris-annonce-que-la-piste-accidentelle-est-privilegiee.html

Deux départs d'incendie : si c'est avéré, cela va être difficile pour l'incident accidentel.

L’ancien ingénieur chef de Notre-Dame sur la thèse de l'accident à 18h24, invité de David Pujadas sur Lci :

« Du vieux chêne, il faut beaucoup de petit bois pour le faire brûler … Là je sais pas s'il y en avait ... Cela a été vite... En 2010, on a remis à plat toute l'installation électrique de Notre-Dame, donc il n'y a pas de possibilité de court-circuit. On a remis à plat et aux normes contemporaines même en allant très loin toute la détection et la protection incendie de la cathédrale, avec des éléments de témoins de mesures, d'aspiration, etc., qui permettaient de détecter un départ de feu. ... Je suis stupéfait. »

Notre Dame incendiée : premières questions

Sur Youtube", "un forgeron démontre que le chêne ne brûle pas comme ça". 

"Je fais cette petite video pour vous prouver que ce qui s'est passé à Notre-Dame de Paris n'est pas accidentel. Nombre d'artisans que je connais autour de moi, de charpentiers, de maçons, sont du même avis que moi. Il faut savoir une chose, c'est que nous les forgerons nous travaillons avec le feu tous les jours" :

"Ce n'est pas possible de faire prendre du chêne vieux de 800 ans, de 400 de diamètre en un quart d'heure. Une 'Forêt' entière. Ce n'est pas possible. Il n'y a pas besoin de sortir de Saint-Cyr ou d'être chef de pompiers pour dire ça. Et la fumée jaune qui s'est dégagée, il y a un combustible derrière, c'est-à-dire de l'essence." 

Notre Dame incendiée : premières questions

Le forgeron démontre dans cette expérience filmée qu'un petit bout de chêne de 2 cm passé au chalumeau pendant 80 secondes ne brûle pas, et alors que le chalumeau est éteint le petit bois de chêne ressort juste noirci "en surface". 

Notre Dame incendiée : premières questions

Une autre video montre une expérience prouvant qu'il est impossible que les poutres aient pris feu suite à des "travaux", thèse de l'"accident de chantier". Même avec un démarreur chimique, du petit bois, une étincelle, un chiffon imbibé d'essence, rien n'entame une poutre de chêne vieille d'une trentaine d'années : 

Qu'on donc bien pu utiliser les malfaiteurs pour que la charpente longue de 100 mètres prenne feu en moins d'une heure ?

Le fait que l'expérience soit produite en extérieur avec du vent n'est pas en soi un motif qui permettrait de révoquer en doute l'expérience : les pompiers redoutent particulièrement le vent lors d'incendies.

La charpente de Notre-Dame était ventilée comme toute charpente ancienne, c'est-à-dire qu'il y avait des courants d'air sous la toiture, ce n'est pas un espace clos (plusieurs centaines de milliers de m3 d'espace largement ventilé, principe de toute charpente des cathédrales). 

Enfin, si une poutre de section 300x300 ne s'enflamme pas aussi facilement, plusieurs poutres de même section, par définition distantes de plusieurs décimètres et mètres (sauf à leur jonction) ne vont pas s'enflammer facilement non plus.

 

Les enquêteurs semblent éviter un peu trop vite la cause intentionnelle. Deux jours après l'incendie de Notre-Dame, un individu a été arrêté dans une cathédrale à New York avec de l'essence et des briquets. La cathédrale Saint Patrick de New York, en 2003. (Reuters 18/04/2019) Un homme de 37 ans a été arrêté mercredi soir après s'être introduit à l'intérieur de la cathédrale St. Patrick, à New York, avec deux jerrycans d'essence et des briquets, a rapporté la police. L'individu a pénétré dans la cathédrale peu avant 20h00 locales. Il a été placé en détention provisoire et interrogé. Prié de dire si un acte "terroriste" avait pu être évité, John Miller, un responsable de la police new-yorkaise, a estimé qu'il était "prématuré d'affirmer cela", mais il a fait remarquer que cette arrestation était survenue deux jours après l'incendie de Notre-Dame de Paris. L'individu interpellé, connu des services de police, a expliqué qu'il avait traversé la cathédrale afin de couper et de se rendre plus rapidement de la 5e Avenue à Madison Avenue où son véhicule était tombé en panne d'essence, a dit Miller. Lorsque la police a inspecté le véhicule en question, elle a constaté qu'il n'était pas du tout en panne d'essence. Trois églises, fréquentées surtout par des Noirs, ont été incendiées du 26 mars au 4 avril en Louisiane. (L'Orient le Jour)

Accès interdit aux enquêteurs

 

« L’enquête sur l’incendie de Notre-Dame va être un véritable casse-tête. Une cinquantaine de policiers ont été saisis mais l’accès aux entrailles calcinées de Notre-Dame leur est interdit. Saisie par le parquet de Paris, la Direction de la police judiciaire de Paris a mobilisé cinquante enquêteurs et confié à la brigade criminelle le soin de mener de délicates investigations. Deux groupes d’enquête de droit commun, spécialisés pour dénouer les dossiers les plus sensibles, s’emploient à élucider les causes de cet incendie. Fidèles à leur théorie du «rouleau compresseur», les limiers explorent un épais faisceau d’indices pour établir une éventuelle erreur humaine ou une faille technique », explique Le FIGAROOn ne voit pas bien pourquoi à ce stade, la thèse criminelle serait d'emblée écartée au profit de la thèse accidentelle.

 

« Pour l’instant, les policiers de la brigade criminelle n’ont pas accès au monument, poursuit Le Figaro, car il n’est pas encore sécurisé, en raison des «vulnérabilités» évoquées par le secrétaire d’État Laurent Nuñez au niveau de la voûte et du pignon du transept nord. «Tant que les architectes et les pompiers n’auront pas donné leur feu vert, il n’y a aura pas de constatations ni de prélèvements sur place.» «L’objectif est double: essayer de déterminer l’origine de l’incendie et comprendre son mode de développement», a confié Christophe Pezron, directeur du laboratoire central de la Préfecture de police. » Comment déterminer l'origine de l'incendie et comprendre son mode de développement si l'enquête humaine sur place est interdite ? 

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/l-enquete-va-etre-un-veritable-casse-tete-20190416

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/l-enquete-va-etre-un-veritable-casse-tete-20190416

En mettant de côté les premières questions sur les raisons des flammes sur des poutres vieilles de mille ans, comment un tel "accident" a-t-il pu se produire quand on sait le sérieux et la rigueur des mesures de protection prises dans n'importe quel établissement accueillant du public pour la réalisation de travaux ? (Une ronde toutes les heures minimum. Source: règlementation sécurité incendie des établissements accueillant du public. Et encore il ne s'agit là que de la réglementation pour des bâtiments lambdas). Il y a décidément beaucoup d'éléments qui clochent.

 

Le feu s'est propagé très vite et d'une manière anormale. "On aurait pu éviter ça" s'indigne Didier Rykner, le rédacteur en chef du magazine la Tribune de l'art, mardi sur franceinfo. Selon lui, les normes de sécurité sur les chantiers de rénovation des monuments historiques sont notoirement insuffisantes. "C'est l'incendie de trop ! (...) Il y a déjà eu une série d'incendies de ce type. Les prescriptions pour les travaux sur monuments historiques étaient insuffisantes. J'avais demandé une loi et on n'a rien fait. Si la piste se précise, il va falloir que les responsables soient désignés. Un architecte du patrimoine m'a dit qu'on aurait pu éviter ça avec certaines mesures" explique le journaliste. La flèche de Notre-Dame était en cours de rénovation. Sur ce type de chantier de rénovation, il existe des "points chauds", explique Didier Rykner. "On fait du soudage, on fait des travaux et c'est une fois que les ouvriers sont partis que le feu peut prendre. Il y a des moyens de détection immédiate qui permettent d'agir très vite. Manifestement, le feu s'est propagé très vite et d'une manière anormale. Il y a un problème. J'ai étudié cela et la plupart des spécialistes disent que ce qu'il s'est passé n'est pas normal".

Source: https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/incendie-de-notre-dame-de-paris/notre-dame-c-et-l-incendie-de-trop-pourquoi-les-historiens-de-l-art-et-specialistes-du-patrimoine-sont-en-colere_3400595.html

Source: https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/incendie-de-notre-dame-de-paris/notre-dame-c-et-l-incendie-de-trop-pourquoi-les-historiens-de-l-art-et-specialistes-du-patrimoine-sont-en-colere_3400595.html

Cet article n'a pas pour objet de dire qu'il s'agit d'un "complot" contre Notre-Dame, il s'agit simplement de réfléchir, de douter - le fameux doute cartésien, signe de bonne santé mentale et non l'inverse... - et de se poser des questions.

 

S'il s'agit réellement d'un accident, il n'y a pas de hasard dans le calendrier, tout indique un signe surnaturel majeur de mise en garde pour les innombrables atteintes aux Commandements divins dont se rend coupable notre pays avec de multiples "lois" allant directement contre la Loi naturelle (divorces, avortements, mariage "gay", éducation sexuelle et genre à l'école).

 

Un des premiers à s'interroger sur l'origine criminelle de l'incendie, Christophe Cros Houplon vient de réaliser une video "Notre Dame et la chrétienté dans la mire des élites". Pour lui : 

 

"Cet incendie est tout à fait programmé et volontaire après six mois exactement de travaux de rénovation du toit. [...] La flèche est tombée. [...] Cette flèche a une signification tout à fait particulière, elle est une protection sur Paris et sur la France, des Douze Apôtres qui l'entourent. Elle n'est momentanément plus là" :

Seize statues de Notre-Dame décapitées pour restauration. Source: https://fr.aleteia.org/2019/04/11/decrochage-impressionnant-des-statues-de-notre-dame-de-paris/

Seize statues de Notre-Dame décapitées pour restauration. Source: https://fr.aleteia.org/2019/04/11/decrochage-impressionnant-des-statues-de-notre-dame-de-paris/

Jeudi 11 avril dernier, seize statues de Notre-Dame de Paris avaient déjà été décrochées avant restauration, celles des 12 Apôtres et des quatre évangélistes. (Bfm-tv) Ces statues ont dû être décapitées avant d’être descendues. (Aleteia)

 

En février, plusieurs églises ont été profanées en quelques jours. Depuis fin janvier, plusieurs lieux de cultes catholiques ont été la cible de dégradations. Pas moins de six églises ont été visées entre le 28 janvier et le 10 février. (Bfmtv)

 

Il y a trois semaines, l'église Saint-Sulpice (VIe arrondissement) en proie aux flammes, le 17 mars 2019. L’incendie à l’église Saint-Sulpice n’était pas accidentel (Le Parisien, 18 mars 2019).

 

Ne comptez pas sur le gouvernement ni sur les médias pour vous expliquer l'origine du feu. Les indices d'un incendie criminel :

 

Notre-Dame: des intrusions régulières ont eu lieu sur le chantier. Mais pas de force "Sentinelle" pour protéger la cathédrale :

Source: https://www.bfmtv.com/societe/notre-dame-des-intrusions-regulieres-ont-eu-lieu-sur-le-chantier-1675811.html

Source: https://www.bfmtv.com/societe/notre-dame-des-intrusions-regulieres-ont-eu-lieu-sur-le-chantier-1675811.html

Depuis le début des travaux il y a plus d'un an, des explorateurs urbains, amateurs de sensations fortes, avaient grimpé à plusieurs reprises dans les échafaudages de la cathédrale Notre-Dame. Les intrusions étaient même un "fléau", selon une des personnes qui travaillaient sur ce chantier.

A l'automne 2018, un groupe baptisé "Les Cheminaux" avait publié une vidéo de son ascension de la cathédrale sur Youtube. Passés en partie par l'échafaudage, deux garçons avaient réussi à grimper tout en haut de la flèche pour se filmer. Quelques jours plus tôt, un autre youtubeur, Simon Nogueira, avait également publié une vidéo sur les toits de Paris avant d'être arrêté par les policiers, comme on peut le voir à la fin de sa vidéo.

Une intrusion la veille de l'incendie

Ces vidéastes ne sont pas les seuls à avoir tenté l'expérience de s'introduire sur le chantier de la cathédrale. Selon nos informations, la veille de l'incendie qui a ravagé la toiture et détruit la flèche de l'édifice, un homme avait réussi à se hisser sur l'échafaudage, avant d'être délogé puis interpellé.

Pour faire face aux multiples tentatives d'intrusion, des mesures avaient pourtant été prises: des barbelés et une alarme de détection avaient été installés.

Cependant, ces intrusions sur le chantier et la cathédrale ne sont pas un axe prioritaire pour les enquêteurs, d'après nos informations, car l'alarme ne s'est pas déclenchée lundi soir. S'ajoute à cet élément l'horaire inhabituel: ces explorateurs tentent plutôt leur chance tard dans la nuit, voire au petit matin, comme on peut le voir sur certaines vidéos. Or, lundi soir, le feu s'est déclenché en début de soirée, vers 18h50, après le départ des ouvriers. (Bfmtv)

 

NdCR. Normalement dans un crime "fait divers", les enquêteurs ne négligent aucune piste et avec une info comme celle-ci ils seraient déjà sur les dents. Mais là non, on évacue car ce n'est pas la bonne heure ! Rien n'empêche pourtant des criminels de faire une préparation à l'avance, comme si les enquêteurs ne le savaient pas...

 

Curieuse coïncidence, la mosquée al-Aqsa à Jérusalem a brûlé en même temps que Notre-Dame de Paris (vidéo). (Sputnik) Un incendie, beaucoup moins important, s’est déclaré dans la mosquée al-Aqsa à Jérusalem, l’un des principaux lieux de culte des musulmans. L'incident s'est produit à peu près au même moment que lorsqu'à Paris les pompiers se battaient pour sauver Notre-Dame des flammes. Selon les autorités, le feu est parti de la cour de la mosquée, mais a été rapidement éteint et le site est resté ouvert. 

Source: https://fr.sputniknews.com/france/201904171040786914-notre-dame-paris-chantier-commentaire/

Source: https://fr.sputniknews.com/france/201904171040786914-notre-dame-paris-chantier-commentaire/

Pas de soudure ni de point chaud: l'entreprise qui restaurait Notre-Dame livre sa version

 

Aucun travail sur la charpente n'avait commencé au moment où l’incendie s’est déclaré à la cathédrale Notre-Dame, endommageant grièvement l’édifice, a déclaré dans un commentaire à l’AFP un représentant de l’entreprise en charge non seulement de l'échafaudage, mais aussi de la rénovation de la charpente en bois de la flèche et de sa couverture.

 

L'entreprise Le Bras Frères, qui montait l'échafaudage autour de la flèche de Notre-Dame de Paris, a «exclu» mercredi «toute responsabilité» dans l'incendie qui a ravagé l'édifice.

 

«Ils excluent de fait toute responsabilité», cite l’AFP un porte-parole de l'entreprise, assurant qu'après «le premier choc», elle envisageait la situation avec «sérénité» puisque «les procédures ont été respectées».

 

Selon lui, les douze salariés présents sur le site lundi, jour de l'incendie, ont été entendus par la police judiciaire à Paris et «collaborent parfaitement» avec les enquêteurs.

 

«Ils ont confirmé qu'il n'y avait pas de point chaud sur l'échafaudage» et n'avoir effectué «aucun travail de soudure», a-t-il poursuivi.

 

«Quand on quitte un chantier on doit couper toute l'électricité, le disjoncteur du chantier, fermer la porte à clef et remettre les clefs à la sacristie de la cathédrale, ce qui a été fait et dûment noté dans les cahiers», a assuré ce porte-parole.

 

«Le dernier a quitté les lieux à 17h50 (soit une heure avant le déclenchement de l'incendie, NDLR) et le premier à 17h20», descendant «par les deux ascenseurs qui desservaient l'échafaudage», a-t-il détaillé.

 

L'échafaudage, a-t-il précisé, était en cours de construction, devant «être livré à la mi-juillet» et «aucun travail sur la charpente n'avait encore commencé».  L'entreprise Le Bras Frères, installée à Jarny (Meurthe-et-Moselle), avait remporté un appel d'offres portant sur trois lots, l'échafaudage mais aussi la rénovation de la charpente en bois de la flèche et sa couverture extérieure. Ces deux dernières opérations n'avaient pas encore été engagées, rappelle l'agence. (Sputnik)

 

La grande question qui reste : pourquoi au bout d'une heure, tous les médias parlent-ils d'"accident de chantier" suite aux "travaux", alors que l'enquête n'a pas démarré ? C'est totalement incohérent et montre que l'on cherche à nous cacher quelque chose, en écartant d'emblée la cause intentionnelle.

Un signe surnaturel divin ?

 

La flèche de la cathédrale a été détruite et est tombée dans la cathédrale. Miracle, l'autel, la Croix et la statue de la Vierge Marie, ont été retrouvées intacts.

Notre Dame incendiée : premières questions
Source: https://gloria.tv/article/QAAwJcrp8adM1UoumgScjf8aW

Source: https://gloria.tv/article/QAAwJcrp8adM1UoumgScjf8aW

L’autel (maître-autel) de la cathédrale, sur lequel la messe en latin a été célébrée pendant 800 ans, a survécu, tandis que la table de nouveau rite a été détruite et a fini sous le toit effondré (photo).  En août 2017, le plafond de l'église de Rabat, à Maltes'est effondré en brisant la nouvelle table du rite et en laissant l'autel intact. (GloriaTv)

Cathédrale Notre-Dame de Paris, maître-autel. (Wikimédia Commons)

Cathédrale Notre-Dame de Paris, maître-autel. (Wikimédia Commons)

Notre Dame incendiée : premières questions
Table moderne détruite

Table moderne détruite

Notre Dame incendiée : premières questions

Pour l'évêque du du Kazakhstan, Mgr Schneider, l'incendie de Notre-Dame est le "signe d'une conflagration spirituelle dans l'Église".

Notre Dame incendiée : premières questions

Mgr Schneider n'exclut pas l'existence d'un complot visant à détruire Notre Dame. "Cette tragédie est survenue après une série de centaines d'attaques d'incendies systématiques visant divers objets sacrés appartenant à l'Église catholique en France au cours de l'année écoulée."

L'évêque du Kazakhstan, Athanasius Schneider, dans LifeSiteNews.com (17 avril) ... n'exclut pas l'existence d'un "complot visant à détruire la cathédrale". Admettant qu'il n'existe aucune preuve à ce sujet, il ajoute : "Pourtant, il reste un sentiment nauséeux."

Schneider remarque que la politique et les médias français sont tous deux étroitement contrôlés par des puissances "antichrétiennes" et "franc-maçonnes".

Le feu est pour Schneider un avertissement divin pour les évêques et un symbole de ce qui s’est passé dans la vie de l’Église au cours des 50 dernières années, à savoir une "conflagration" de la foi, de la liturgie et de mœurs catholiques.

Expliquant le message "émouvant" de la tragédie, il identifie comme "incendiaires spirituels" dans l'Église les membres de l'établissement "libéral" de théologiens hétérodoxes et de membres du clergé qui ont contribué à la crise dans l'Église ou qui refusent de s'attaquer à ses causes profondes. Mgr Schneider insiste sur le fait que l'incendie de Notre-Dame est un "cri de cœur pour une conversion authentique", en particulier chez les "Bergers de l'Église". C'est aussi un appel à l’ensemble de l’Église de faire pénitence pour la conflagration spirituelle qui a déchiré l’Église au cours des cinquante dernières années. "Il faut faire pénitence et réparation, en particulier pour avoir trahi le commandement de Dieu le Père selon lequel toute l'humanité devrait croire en son Fils divin, le seul Sauveur de l'humanité. Car Dieu ne veut positivement que la seule et unique religion qui croit que son fils incarné est Dieu et le seul Sauveur", écrit-il, en se référant clairement à la déclaration controversée d'Abou Dhabi selon laquelle Dieu "veut" une "diversité de religions".

"La pénitence et la réparation doivent également être faites pour la trahison du commandement explicite du Christ d'évangéliser toutes les nations sans exception", y compris les peuples "juif" et "musulman", ajoute-t-il.

"La pénitence et la réparation doivent être faites, en particulier pour avoir trahi le commandement de Dieu le Père selon lequel toute l'humanité devrait croire en son Fils divin, le seul Sauveur de l'humanité. Car Dieu ne veut positivement que l'unique et unique religion qui croit que son Fils incarné est Dieu et le seul Sauveur de l'humanité. Il faut aussi faire pénitence et réparation pour avoir trahi le commandement explicite du Christ d'évangéliser toutes les nations sans exception, au premier rang desquelles le peuple juif."

En raison de ces trahisons, la hiérarchie catholique doit "se repentir ou périr" (Lc 13), ajoute Schneider.

"Si les bergers de l'Église ne reconnaissent pas dans la conflagration de Notre-Dame un avertissement divin, ils se comporteront comme les gens de l'Histoire du Salut qui ne reconnaissaient pas les avertissements que Dieu leur avait souvent donnés à travers les paroles inconfortables et irréprochables des prophètes, à travers catastrophes naturelles et événements divers." 

Et l'évêque avertit : "Si les bergers de l'Église refusent de faire pénitence pour la conflagration spirituelle des cinquante dernières années et pour la trahison du commandement universel du Christ d'évangéliser, nous ne devrions pas craindre que Dieu n'envoie un autre et un signe plus choquant, comme une conflagration dévastatrice. ou un tremblement de terre qui détruirait la basilique Saint-Pierre à Rome? Tant de bergers de l'Église de notre époque ne se moqueront indéfiniment et sans vergogne de Dieu, par leur trahison de la Foi, leur service sycophantique du monde et leur culte néo-païen des réalités temporelles et terrestres."

Il conclut en évoquant ce qu’il considère comme "l’un des signes les plus touchants et les plus puissants sur le plan spirituel" au milieu de cette tragédie: des jeunes et même des enfants chantant l’Ave Maria, leur cathédrale bien-aimée, dédiée à Notre-Dame, ont été brûlés sous leurs yeux. Il conclut que cette prière est le fondement de la reconstruction "des ruines spirituelles dans la vie de l'Église de nos jours". (GloriaTv / Article en anglais Life Site News).

 

Que symbolisait la flèche de la cathédrale ?

 

La flèche représentait l'aspiration du peuple au Ciel. Elle avait été édifiée seulement au XIXe siècle, en 1859, sous Napoléon III, par Viollet-le-duc (1814-1879), architecte de Notre-Dame. Napoléon III est l'empereur qui se vit répliquer par le Cardinal Pie : " Le moment n'est pas venu pour Jésus-Christ de régner ? ... le moment n'est pas venu pour les gouvernements de durer".

 

L'édification de la flèche avait déjà soulevé de nombreuses controverses à l’époque. La première, édifiée au XIIIe siècle, avait été démontée à la fin du XVIIIe siècle. La flèche initiale avait été édifiée vers 1250 sous Saint Louis, au dessus de la croisée du transept. Jusqu'au XVIIe siècle, elle comportait cinq cloches mais elle fut démontée entre 1786 et 1792. (Aleteia

 

Il suffit de mentionner le nom de Viollet-le-Duc pour que viennent à l’esprit les images du Mont Saint-Michel, de la cité de Carcassonne ou encore du château de Pierrefonds. Architecte le plus célèbre du XIXe siècle, Viollet-le-Duc a toujours été un personnage clivant, adoré ou détesté, ces restaurations de monuments historiques n’ayant pas toujours fait l’unanimité. Parmi ses réalisations les plus célèbres, Notre-Dame de Paris reste l’une des plus controversées.

 

Grâce à la redécouverte du gothique au XIXe siècle, impulsée par les romantiques (Victor Hugo), Napoléon III lança la restauration de grands monuments gothiques dont l’entretien n’était, jusqu’alors, pas une priorité. Eugène Viollet-le-Duc, architecte réputé et passionné par le médiéval, fut à la tête de ce programme. À Paris, il œuvra à la restauration de la cathédrale. La façade ouest fut reprise, les arcs-boutants furent rénovés et les chimères des tours furent changées. Notre-Dame de Paris aurait pu s’arrêter là mais, dans une désir de rendre à la cathédrale sa flèche initiale, l’architecte décida de se lancer dans sa reconstruction. Car depuis 1792, les Parisiens avaient pris l’habitude d’admirer Notre-Dame sans sa flèche. Construite au XIIIe siècle, elle avait l’allure d’un véritable clocher et comportait, à la fin du XVIIIe siècle, cinq cloches. Très dégradée, elle fut démontée entre 1786 et 1792. Aujourd’hui son souvenir reste gravé dans des enluminures célèbres, notamment dans les Très Riches Heures du duc de Berry sur la planche illustrant La rencontre des rois mages. (Aleteia)

S’éloignant fondamentalement de la flèche du XIIIe, Viollet-le-Duc décida de la réaliser dans un style néo-gothique mais sans cloches. Il s’inspira de celle de la cathédrale d’Orléans construite au début XIXe siècle. À Paris, la polémique enfla et on reprocha à l’architecte de n’en faire qu’à sa tête. On l’accusa de trahir le travail de ses prédécesseurs en imposant son propre style. "Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné", écrivait-il dans son Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868. Les travaux de la flèche furent considérables. Culminant à 93 mètres de hauteur, la structure était double : la première, faite de bois, était recouverte d’un manteau de plomb de plusieurs centaines de tonnes afin d’éviter que celle-ci ne soit abîmée par la pluie. Les gargouilles chargées d’évacuer l’eau de pluie étaient également habillées de plomb. Ces gargouilles grimaçantes et les foudres métalliques qui les enserraient provoquaient une étrange impression. Ces êtres de cauchemar semblaient venir du ciel. M. Maurice Duvanel explique que pour les anciens ces foudres métalliques agissaient comme des leurres à l'égard des vrais foudres célestes qui, se croyant déja tombées là, iront tomber ailleurs. Ces leurres figuraient sur d'autres cathédrales, soit sous formes de foudres métalliques, soit sous forme de serpents ondulants, descendants du sommet de la flèche, comme au sommet de la grande flèche de la cathédrale d'Amiens. Les gargouilles et chimères dans les églises ont aussi la signification du diable qui tente de démolir l'Église, qui cherche à nous attaquer soit de l'intérieur soit de l'extérieur. Tout autour, des statues monumentales des douze apôtres accompagnées du tétramorphe étaient disposées en quatre rangées. En cuivre, elles furent l’œuvre du sculpteur Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume qui a également réalisé la sculpture du Beau-Dieu au trumeau du grand portail du Jugement Dernier. Elles ont été déposées au sol quatre jours avant l’incendie en vue d’être restaurées. Ces statues sont aujourd’hui les seuls éléments subsistants de la flèche. Parmi les apôtres, Viollet-le-Duc s'est représenté en saint Thomas, patron des architectes. Il est le seul à se tourner vers la flèche; il contemple son oeuvre. Sur sa règle, Viollet-le-Duc a inscrit : "Non amplivs dvbito", c'est-à-dire "Je (ne) doute pas (de pouvoir faire) plus ample" (Hermetism.free Viollet-le-Duc architecte). Il sous-entend qu'il ne doute pas de pouvoir faire plus grand. Or, dans la tradition de l'Église, ceux qui sont enorgueillis de monter jusqu'au ciel en construisant la Tour de Babel, leur tour a été détruite (Genèse 11).

Notre Dame incendiée : premières questions
Notre Dame incendiée : premières questions
Notre Dame incendiée : premières questions
Notre Dame incendiée : premières questions

En résumé, tout ce qui était maçonnique dans la flèche de Viollet-le-Duc a été détruit, tout ce qui était catholique (l'autel de l'ancien rite, la Croix, le statue de la Vierge Marie, le coq avec ses reliques) a été retrouvé intacts ! Le diable porte Pierre.

 

Mais alors pourquoi le toit lui-même de la cathédrale a-t-il brûlé ? Notre manque de foi ne soutient plus la toiture. La "forêt" détruite (les poutres) peut symboliser la colère du Ciel pour la déchristianisation du peuple français. On ne peut pas s'empêcher de penser à Jean-Paul II qui lors de sa visite en France avait dit : "France, Fille aînée de l'Église, qu'as-tu fait de ton baptême?" 

Notre Dame incendiée : premières questions
Source: https://www.bfmtv.com/politique/emmanuel-macron-emporte-le-second-tour-avec-6606percent-des-voix-1159358.html

Source: https://www.bfmtv.com/politique/emmanuel-macron-emporte-le-second-tour-avec-6606percent-des-voix-1159358.html

Macron élu à 66,06%, cela ne s'invente pas !

Notre Dame incendiée : premières questions
Notre Dame incendiée : premières questions

Oui, la Fille aînée de l'Église est entre les mains des tenants de Lucifer, de ce symbole qui trône à l'Élysée lors des voeux de Emmanuel Macron à la nation, à l'arrière-plan du bureau présidentiel. C'est cet oeil, l'oeil qui surveille Macron et qui fait que la France est dévolue aux forces du mal au lieu de l'être aux forces du bien. 

Notre Dame incendiée : premières questions

Conclusion :

 

La charpente de la cathédrale a traversé 9 siècles, une guerre de religions, plusieurs révolutions antichrétiennes, deux guerres mondiales, mais n'a pas résisté à la "République", Ve du nom. 

Tout indique que le feu n'était pas "normal" :

1) Les travaux n'avaient pas encore commencé, les ouvriers en étaient aux préparations et aucun point chaud n'est envisageable.

2) Aucun court circuit relatif au travaux n'est possible. Le circuit était coupé, la boite fermée, la clé remise au responsable de la sécu.

3) Aucun court circuit relatif aux installation permanente (systeme anti incendie) n'est possible non plus, aucun raccord électrique dans les combles.

4) De plus même un court circuit n'aurait certainement pas suffit à mettre le feu.

5) L’accès au toit n’était pas très difficile; intrusions régulières

6) L'accès aux enquêteurs est interdit.

7) D'emblée les médias parlent d'accident au bout d'une heure "suite aux travaux". De même la justice ouvre d'emblée une enquête pour incendie involontaire ce qui revient a tirer une conclusion avant d'avoir commencé l'enquête. Pourquoi ?

Feu "qui s'est propagé très vite et de manière anormale", ou signe surnaturel d'avertissement, quoiqu'il en soit, à l'heure actuelle, il n'y a plus ni la flèche, ni la toiture, ni les quatre évangélistes, ni les Douze Apôtres : il n'y a plus de protection sur la France.

Prions pour que ce drame fasse réfléchir de nombreux Français.

Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 19:28
Source: https://www.coulisses-tv.fr/index.php/divertissements/item/11670-“laissez-vous-guider-au-cœur-de-la-révolution“-avec-stéphane-bern-lorànt-deutsch-le-2-mai-sur-france-2

Source: https://www.coulisses-tv.fr/index.php/divertissements/item/11670-“laissez-vous-guider-au-cœur-de-la-révolution“-avec-stéphane-bern-lorànt-deutsch-le-2-mai-sur-france-2

Certains, se targuant de leur situation d’enseignants fonctionnaires, s’inquiètent de ce que les deux compères insistent trop lourdement sur les massacres de cette époque. Je les comprends tout à fait. Car ce n’est pas seulement le sang versé qui a servi à cimenter l’édification de notre régime, c’est plutôt un mélange de sang et de mensonge.

 

On serait tenté de relever au passage que « menteur » et « homicide » sont les deux caractéristiques que Jésus attribue à Satan (Jean 8), mais restons-en à la science historique.

 

Ceux qui s’alarment devraient, au contraire, se réjouir devant la perspective d’être libérés du grand mensonge.

 

Souvenons-nous, par exemple, de M. Mélenchon, avec toute sa fougue d’orateur, citant pompeusement à la tribune de l’Assemblée le prétendu « carnet intime » de Louis XVI, tout simplement parce qu’il ignore encore que ce « carnet » n’a jamais existé, que c’est une forgerie du régime.

 

Il est toujours souhaitable qu’en politique comme en d’autres matières, chacun se détermine librement, et pour ce faire, il convient que les opinions ne soient pas sournoisement orientées par la propagande subie dans les centres d’éducation nationale. Cela permettrait, par exemple, à beaucoup de gilets jaunes de cesser de brandir, comme signe d’émancipation, les symboles mêmes de ce qui les opprime.

 

Source: Boulevard Voltaire, Yves-Marie Adeline

Repost0