Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 11:20

Le Déco-décodex est un outil pour vous aider à vérifier les informations qui circulent dans les grands médias !

 

Après sa piètre prestation au premier débat télévisé entre les grands candidats à la présidentielle lundi 20 mars, les médias officiels français ont rattrapé Macron par la culotte.

 

"Qui a été le plus convaincant?" Sondage Elabe Bfm-Tv, publié quelques minutes après la fin du débat télévisé du lundi 20 mars 2017 et donnant Macron à 29%, loin devant ses deux principaux concurrents, François Fillon et Marine Le Pen, également donnés à 19%.

"Qui a été le plus convaincant?" Sondage Elabe Bfm-Tv, publié quelques minutes après la fin du débat télévisé du lundi 20 mars 2017 et donnant Macron à 29%, loin devant ses deux principaux concurrents, François Fillon et Marine Le Pen, également donnés à 19%.

Extrait du Journal de Tv-Libertés du mercredi 22 mars 2017 :

 

"Sauver le soldat Macron. Voilà le défi que se sont fixé les grand médias du système.

 

Après une prestation médiocre lors du premier débat de la présidentielle, les journalistes viennent à la rescousse du produit marketing.

 

Coller des rustines sur la bulle Macron, c'est la nouvelle tache sur laquelle planchent les journalistes français. Après le débat entre les cinq principaux candidats où l'ancien ministre de l'économie a plus briller par son autodérision que par sa connaissance des dossiers et des propositions, il faut à tout prix sauver les meubles !

Porté aux cieux depuis le début de la campagne, le produit Macron a du pour la première fois affronter d'autres candidats... L’exercice est plus ardu que le meeting d’En Marche. Pour l’homme aux deux alliances, pas de chauffeurs de salle, pas de t-shirt, pas de texte écrit à grand coup d’algorithme, le débat n’était pas une sinécure. Après l’effort – passablement raté -, le réconfort : retour dans le giron des alliés : la presse !

Figure de proue du sauvetage de Macron, le groupe "Next Radio", c’est à dire RMC et BFM TV (renommé pour l’occasion Broadcast for Macron) a pris le dossier en main.

Dès l’aube, le lendemain du débat, le fiasco rhétorique du banquier était en opération camouflage ! Le meilleur outil pour cela… les sondages ! L’institut Elabe aurait interrogé les téléspectateurs pour prendre la température après la joute oratoire et là, miracle ! (http://www.bfmtv.com/politique/debat-presidentiel-macron-juge-le-plus-convaincant-devant-melenchon-1126198.html)  Macron est le plus convaincant ! 30 % des sondés pensent que son projet est le meilleur pour la France… Et là, la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu… Information à prendre content ! Si vous vous demandez comment les Français peuvent préférer le projet d’un candidat qui précisément, n’a pas de projet, et bien… arrêtez le mauvais esprit et faites preuve d’imagination ! Comme à l’accoutumée, les autres médias de Panurge ont suivi. Ainsi, "franceinfo", jamais en reste, reprend la même information et en rajoute une louche… Après tout, on ne fait jamais assez allégeance… Et hop, un sondage "Opinion Way" (bonjour les anglicismes !) consacre encore Macron :

http://www.francetvinfo.fr/politique/melenchon/presidentielle-emmanuel-macron-juge-le-plus-convaincant-apres-le-debat-selon-les-sondages_2107466.html . Cette fois, un peu de retenue, le jeune loup de la finance rafle la mise, mais avec 25 %…

La presse régionale toujours soucieuse de suivre les tendances parisiennes, ne se démarque pas. Ainsi Ouest France (http://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/sondage-apres-le-debat-macron-se-detache-melenchon-depasse-hamon-4873813) chante également la gloire de Macron.

 

Pourtant, tout est parti du sondage Elabe… un sondage auquel ont répondu 1 157 personnes… pas grand monde ! Pourtant, avec un panel aussi réduit, on arrive à une vague macronienne dans tous les medias !
Il faut alors rappeler que le sondage d’Elabe a été commandé par BFM. Cette chaîne info appartenant à Patrick Drahi, lequel, après avoir racheté SFR en 2014, a racheté le groupe "NEXT Radio" (BFM et RMC donc) … pour le faire fusionner avec Altice Media et ce, quand Emmanuel Macron était Ministre de l’économie, ce qui lui a permis de donner son feu vert. La transaction finale a alors été ficelée par un certain Bernard Mourad, banquier d’affaires, ancien de chez Morgan Stanley… Actuellement, Bernard Mourad est un des proches d’Emmanuel Macron… La boucle commence donc à se boucler !

Le stratagème est encore plus visible si l’on s’intéresse à la presse étrangère. En effet, au lendemain du débat, le Financial Times titrait, "Macron misses his moment", Macron loupe le coche dans le débat…

L’article du Financial Times (copie d'écran ci-dessous) développe que le jeune banquier de 39 ans n’est pas parvenu à s’imposer face à l’attrait de Marine Le Pen et au sérieux de François Fillon… Pour le journaliste, cet échec est surtout l’échec du mondialisme incarné par Emmanuel Macron, face au patriotisme…"

"Macron misses his moment", Macron a raté sa prestation. Financiel Times (21 mars 2017). "Résultats de l'élection américaine 2016: Le New York Times et le Washington Post s'excusent après la victoire de Donald Trump."Source : http://www.huffingtonpost.fr/2016/11/09/resultats-de-lelection-americaine-2016-le-new-york-times-et-le/ . Aux Etats-Unis, les grands médias sans doute échaudés devant l'élection de Donald Trump alors qu'ils avaient tout fait pour faire élire Hillary Clinton, deviennent plus neutres dans leur traitement de l'information.... On attend la même chose bientôt en France !

"Macron misses his moment", Macron a raté sa prestation. Financiel Times (21 mars 2017). "Résultats de l'élection américaine 2016: Le New York Times et le Washington Post s'excusent après la victoire de Donald Trump."Source : http://www.huffingtonpost.fr/2016/11/09/resultats-de-lelection-americaine-2016-le-new-york-times-et-le/ . Aux Etats-Unis, les grands médias sans doute échaudés devant l'élection de Donald Trump alors qu'ils avaient tout fait pour faire élire Hillary Clinton, deviennent plus neutres dans leur traitement de l'information.... On attend la même chose bientôt en France !

Repost 0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 13:02

Après mai 68, il fallait ne plus sanctionner les élèves, mais penser de"nouvelles méthodes d'éducation", des méthodes "scientifiques", qui devaient bientôt produire leurs fruits, prendre en compte le "sens de l'histoire" et le "progrès" (sic)... Il était "interdit d'interdire". Les progressistes nous promettaient un avenir radieux, des élèves transformés en petits anges... Et un monde meilleur.

Quel est le résultat en 2017 ? Voici une scène inimaginable il y a cinquante ans, et même encore dans les années 70-80, c'est-à-dire avant que l'idéologie démocratique appliquée à l'école ne produise complètement ses effets destructeurs :

"Bagarre générale dans un lycée. La coupe d'Afrique des nations de football en serait l'origine. L'incident aurait eu lieu dans le lycée Le Corbusier de Poissy dans les Yvelines. Plusieurs chaises ont été lancées à travers la classe. Un des élèves a même filmé la scène".

 

Source: Tv-Libertés, Journal du vendredi 27 janvier 2017

 

Le "sens de l'histoire"... sans doute !

Repost 0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 16:08
Michel Collon : "Le monde ne parle que de cela : Trump est un monstre pour l'Establishment et les medias"

Extrait :

 

Michel Collon : "Quand on regarde Libération, on nous dit : 'Obama, un bilan largement positif'. Mais comment est-il possible de dire cela ? Il y a 50 millions de gens aux Etats-Unis, dans 'le pays le plus riche du monde', qui vivent sous le seuil de pauvreté; et pendant ce temps-là les fortunes explosent; huit personnes, dont cinq américain, possèdent autant que la moitié de l'humanité; le bilan d'Obama, c'est aussi sept guerres qu'il a menées un peu partout, et des coups d'Etat dont on ne parle presque pas; il avait fait un magnifique discours aux Arabes palestiniens, et on n'a rien vu venir. Donc, comment dire pour un media comme Libé que le bilan d'Obama est positif ?"

 

Et pour faire contraste, on a Libé qui titre un article : "Cauchemar avec Trump".

 

Alors c'est clair, Trump est 'un milliardaire', mais c'est clair aussi que les gens ont voté Trump à cause des années qui ont enrichi les riches et les autres ont de plus en plus de mal à terminer leur fin de mois.

 

L'Obamacare est un échec, le crédit est absolument catastrophique, les gens sont endettés. Mais c'est la même politique, menée par Obama, que les Etats européens veulent copier maintenant : on n'arrête pas de nous dire que c'est 'le modèle' (à suivre), qu'il faut la compétitivité, c'est-à-dire qu'il faut augmenter les profits des riches et que cela va faire du bien aux autres. Donc, les media ne mettent absolument pas en avant les véritables causes pour lesquelles Trump a été élu.

 

[...] Trump est venu dire que, au fond, on aurait pas dû faire la guerre contre l'Irak, ni contre l'Afghanistan, ni contre la Libye, ni contre la Yougoslavie, nui contre la Syrie. Alors, cela, je me réjouis au moins pour moi, c'est que cela ouvre au moins le débat ! Il se base sur Wikileaks, sur Julien Assange, et il dit que ce n'était pas des guerres justes. Pourquoi est-ce qu'il y a zéro débat dans les media sur cette choses-là?

 

Alors, on a aussi la critique dans Le Monde: Trump serait "imprévisible".

 

Portrait de Noam Chomsky Evidemment, une campagne électorale, - ca, on le sait maintenant - c'est des promesses et ils ne comptent pas les tenir. Ils le font tous. Je voudrais rappeler que tous les présidents des Etats-Unis, dans leurs campagnes, ont promis la paix, et tous ont commis tellement de guerres illégales et tellement de crimes que selon Noam Chomsky, si l'on appliquait les principes de la justice internationale de Nuremberg, ils seraient tous en prison !

 

Je dois rappeler que George Bush avait fait sa campagne électorale en disant que Clinton, le président précédent, avait fait trop de guerres et qu'il fallait que les Etats-Unis soient beaucoup plus calmes.

 

Obama avait reçu, avant même de commencer, le prix Nobel de la paix, avait promis 'on va se retirer d'Irak', 'on va se retirer d'Afghanistan', 'on va fermer Guantanamo' : il n'en est rien venu. Et, à la place, ils se sont appuyés sur Al-Qaïda, sur Al-Nostra, ils ont utilisé Daesh officiellement (c'est des documents US officiels qui le disent) dans le monde arabe pour garder leurs positions dominantes. Donc, à parler de promesses, ok, qu'on nous parle de Trump, mais aussi de tous les autres !

 

Qui était Hillary Clinton ?

 

Hillary Clinton, je le dis, allait provoquer la IIIe Guerre mondiale, à force de provoquer la Russie, de les encercler, d'essayer de tout faire exploser au Moyen-Orient, (en Ukraine aussi, NdCR.), de menacer la Chine, on était parti pour un très grand danger de conflit mondial. Alors, cela n'est jamais mis en question. Hillary Clinton était la belle candidate. Moi, je dis qu'en réalité il n'y avait aucun bon candidat. Le système des Etats-Unis n'est pas démocratique, et vous aviez le choix entre un milliardaire et une millionnaire, mais qui avait tout l'argent des banques et de Goldman Sachs derrière elle. Donc on ne peut pas faire Trump, le mauvais et Hillary Clinton, la bonne.

 

Alors que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

 

Et bien, en fait, l'élite est divisée. Ils sont en déclin économique, en déclin politique, et donc, il y a différentes options et ils ne savent pas comment faire pour rester le n° 1 mondial et empêcher l'apparition d'un monde multipolaire plus équilibré. Je vais donner un exemple: en Syrie, on a eu des groupes terroristes soutenus par le Pentagone qui tiraient sur des groupes terroristes soutenus par la CIA. Ce qui montre qu'ils ne savent plus quoi faire. Mais une super-puissance aux abois comme cela devient très dangereuse. Et je crois que c'est là-dessus qu'on devrait réfléchir. Et on ne trouve rien dans les media sur le fait qu'ils sont divisés."

Repost 0
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 20:05
La jungle de Calais à feu et à sang

La jungle de Calais à feu et à sang alors que le gouvernement est affairé avec un mouvement de contestation et la pénurie d'essence, les clandestins de Calais se livrent à une véritable guerre ethnique. Info Tv-Libertés du 27 mai 2016.

Tirs de fusils en l'air sans viser, hachettes brandies, feux de tentes et batailles rangées se sont déroulées jeudi dans la "Jungle de Calais". A l'origine des heurts, l'incendie dans le camp d'une mosquée soudanaise par des ressortissants irakiens.

 

L'altercation a opposé plus de 200 clandestins à mains nues, à l'arme blanche ou avec des barres de fer.

 

Des cabanes ont été brûlées, 70 pompiers mobilisés pour éteindre l'incendie. Cinq bénévoles, deux Crs et une soixantaine de clandestins ont été blessés. Aucune interpellation n'a eu lieu.

 

Les bénévoles décrivent des affrontements ethniques quotidiens entre clandestins syriens, afghans et soudanais dans une jungle qui compterait 5000 clandestins selon les associations sur place.

Repost 0
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 11:53

Dans un entretien au Figaro (1), l'essayiste Pascal Bruckner évoque la "Réac pride" comme une attitude qui "prend en compte la complexité des choses" et "se refuse à réduire le réel à une seule idée, un seul slogan." Ce que fait la gauche en anathématisant les déviants, les traitant de "réactionnaires".

 

La réduction du réel à "une seule idée, un seul slogan" (l'analyse des problèmes qu'à travers le prisme de l'économie. Ndlr.), l"alliance" de la gauche avec l'islamisme, et l'anathématisation des "déviants" sont les raisons profondes qui font que la jeune génération se détourne de l'ancien magistère "moral" de la gauche.

 

S'agissant du mouvement "Nuit debout", l'écrivain y voit "une coproduction médiatico-élyséenne", celle d'un président qui s'est félicité qu'une "jeunesse qui se rassemble, discute" et réécrit la Constitution pendant que lui-même écrit la loi Travail El Khomri. (voir ici et ).

 

Le magistère moral de la gauche est cette "toise idéologique" qui "a remplacé l'Église et les autorités morales" pour devenir l'islamo-gauchisme. L'islamo-gauchisme est une '"alliance" "théorisée par le Socialist Workers Party (des trotskistes) en Angleterre: sous certaines conditions, l'alliance avec les musulmans même rétrogrades est nécessaire pour ébranler la forteresse capitaliste." Le "seul mode de penser" de cette gauche islamisée n'est plus que l'anathème des "déviants", dont le philosophe Alain Finkielkraut a récemment fait les frais lors d'une "Nuit debout".

 

Ceux récemment qui se sont justement opposés à ce qu'un rappeur ayant tenu des propos insultants envers la France, les Français, les Juifs et les homosexuels tienne un concert lors de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, ont été ostracisés par cette gauche "morale" comme un "ordre moral nauséabond". Le président François Hollande, instrumentalisant et orchestrant le diviser pour régner, a dit sa volonté de "sécuriser" le concert. "Pourquoi pas une rave party à Hiroshima ou une «teuf» à Dachau ?", rétorque Pascal Bruckner. En signe de réconciliation en effet, pourquoi pas un concert d'un groupe néo-nazi à Auschwitz ? On voit là, immédiatement, toutes les limites de la dite "pensée" socialiste.

 

L'auteur explique enfin pourquoi la gauche "est en train de perdre le magistère de la pensée", et c'est là l'essentiel qu'il s'agit de retenir à nos yeux : le projet de la gauche pour la France n'est pas un projet d'avenir, c'est un projet très simpliste fait de diviser pour régner, d'exclusion et de bannissement des hérétiques, le "bourgeois", le "flic", le "capitaliste", etc., qu'il s'agit d'éliminer pour atteindre la société socialiste parfaite. Là réside la raison profonde de l'échec de la dynamique gauchiste qui, d'outrances en surenchère dans la désignation des hérétiques à bannir, conduit la société à son auto-destruction, c'est-à-dire à la mort.

 

Ce que l'auteur nomme la "réac pride", en sens contraire, est une attitude qui "prend en compte la complexité des choses", et "se refuse à réduire le réel à une seule idée, un seul slogan". Cette attitude offre au monde incontestablement une promesse d'avenir bien meilleure et bien plus sûre que l'auto-satisfaction permanente et l'auto-destruction socialiste. Ainsi, pourrait-on dire en poursuivant la réflexion de l'auteur, la "Réac pride", c'est la vie, l'islamo-gauchisme, c'est la mort.

La Réac Pride

En cette solennité de la Sainte Trinité, la "Reac Pride", bien plus qu'une bonne compréhension du réel et qu'une simple promesse d'avenir, les saints étant des dieux (les saints participent de la divinité du Christ qui leur est communiquée et les élève par la grâce sanctifiante), est l'attitude qui pour chacun consiste à mettre sa fierté dans l'espérance de prendre part à la gloire de Dieu.

La Réac Pride

Notes

 

(1) Pascal Bruckner : «Réactionnaire! Cette injure doit devenir un titre de fierté», Le Figaro, Par Vincent Tremolet de Villers Mis à jour le 20/05/2016 à 17:59 Publié le 20/05/2016 à 17:33

 

Repost 0
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 16:08
L'histoire de France racontée à tous, Les Origines. Frantz Funck-Brentano

L'histoire de France racontée à tous, Les Origines. Frantz Funck-Brentano

Jean-Christophe Plot  a publié sur "France Tv Info" un article où il se définit comme un ""amateur d'histoire" et qui se voulait être une réponse à un texte d'un député (LR) du Loiret, Serge Grouard sur l'islam et qui reproche à ce dernier d'avoir écrit que notre pays avait "deux mille" ans d'histoire.

 

Sans rentrer dans la défense de certaines positions laïcistes du député du Loiret, nous souhaitions faire ici une réponse à la réponse de Jean-Christophe Plot, véritable kapo de la pensée unique et du terrorisme intellectuel.

 

Si l'auteur ne fait pas naître la France en 1789, pour lui, elle ne remonte pas bien haut, mais démarre avec la Guerre de Cent Ans, il y a six cents ans. Cet "amateur d'histoire" doit donc bien peu aimer l'histoire de son pays pour ne pas savoir qu'il remonte aux origines gauloises et mérovingiennes. (Cf. L'ouvrage remarquable de Frantz Funck-Brentano sur les origines plus proprement gauloises de la France.)

 

Nous relèverons donc ici quelqu'unes de ses affirmations péremptoires (en bleu marine et italique) et y apporterons notre réponse :

 

"revenons 2000 ans en arrière donc, soit en 16 après Jésus-Christ. Et cherchons donc cette France mythologique, cette France originelle, cette France d’avant la France, si chère au député Grouard.

La « France » en 16 : des tas de Gaules

 

En 16 de notre ère, le territoire qui correspond aujourd’hui aux frontières françaises est entièrement placé sous l’autorité de Tibère, deuxième chef d’un Empire romain fondé par son prédécesseur Auguste.

 

Le nom même de France n’existe pas. Elle n’est pas un pays, ni une ambition politique, pas même une pensée et encore moins un État indépendant.

 

Ce que nous avons en 16, c’est une série de provinces de statuts différents :

 

La Narbonnaise, province romaine déjà ancienne, menée par un proconsul de Rome ;

Les provinces alpestres, qui appartiennent personnellement à Tibère, lequel les fait gérer par un procurateur ;

La Gallia Comata, ou Gaule chevelue, dirigée par un légat basé à Lyon. Elle englobe elle-même trois provinces – la Gaule Lyonnaise, la Gaule Aquitaine et la Gaule Belgique, elles-mêmes divisés en 60 cités qui correspondent peu ou prou aux territoires des anciennes tribus gauloises conquises par César."

 

Pour illustrer cette réponse grossière qui se voulait ironique, le journaliste "historien" reproduit la carte suivante avec la légende "Notons la remarquable absence de France sur cette carte des provinces romaines en 14 de notre ère."

Un "historien" pour qui la France a 600 ans

Notons à notre tour au passage que certaines de nos provinces géographiques actuelles existaient déjà, comme l'Aquitaine. Et que la Gaule existait bien déjà, mention sur la carte, comme l'Aquitaine. Et que la Gaule de César avait déjà les mêmes frontières que notre France d'aujourd'hui.

 

On pourrait ironiser en plus en disant de l'Italie et des Italiens qu'ils n'existaient pas avant l'unification italienne au XIXe siècle (ce qui ne dérange pas l'auteur vu la mention en gros en noir sous fond jaune "Italie" en plein empire romain ! Du coup là l'Italie existe il y a deux mille ans et les Italiens avec !) ou que l'Allemagne qui étaient divisée en centaines de principautés jusqu'à l'unification au XIXe siècle n'existait pas non plus ni les Allemands sous le prétexte que l'entité politique n'existait pas.

 

Si au premier siècle, sous l'empereur Tibère le terme "France" (Francia), effectivement, n'existait pas, il n'en demeure pas moins que le terme existera trois siècles plus tard dans les cartes romaines :

 

Table de Peutinger, avec la mention "FRANCIA". Source : http://www.paris.culture.fr/fr/ville_he_pont.htm

Table de Peutinger, avec la mention "FRANCIA". Source : http://www.paris.culture.fr/fr/ville_he_pont.htm

 

La "Francia" (nom latin de la France), plus tard également nommé l'empire franc (imperium francorum), royaume des francs (regnum francorum), royaume franc ou occasionnellement terre franque, était le territoire habité et gouverné par les Francs du IIIe au Xe siècle.

 

Entre 253 et 260, en effet, des Francs et des Alamans firent des incursions en Gaule romaine. Les Francs participèrent à un raid qui les conduisit jusqu'en Espagne et en Afrique. Après avoir été refoulés et cantonnés dans un territoire par Aurélien (qui sera empereur de 270 à 275), Francs et Alamans franchirent une seconde fois, massivement, le Rhin et ravagèrent la Gaule de fond en comble.

 

Incapables de les vaincre, Rome en fit ses alliés. Les Francs reçurent des territoires à administrer, des ressources à exploiter, essentiellement des terres et devinrent des alliés de Rome, au point que lorsque des rois barbares frappèrent monnaie, ce ne fut pas leur propre effigie qu'ils mirent sur leur monnaie mais celle de l'empreur romain.

La Table de Peutinger dessinée dans la réédition de Bergier en 1728. Source : http://www.reims-histoire-archeologie.com/notice38-voies-antiques.html

La Table de Peutinger dessinée dans la réédition de Bergier en 1728. Source : http://www.reims-histoire-archeologie.com/notice38-voies-antiques.html

 

L'auteur poursuit :

 

"Décembre 496, qui marque le baptême du roi franc, c’est LA date fondatrice pour les tenants d’une France qui serait à leurs yeux indissociables du christianisme."

 

C'est pourtant le cas ! Le christianisme en France, c'est deux mille ans d'histoire.

 

C'est sainte Madeleine abordant au Ier siècle aux Saintes-Maries-de-la-Mer (en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, NdCR.) avec sa soeur  Marthe, son frère Lazare et sa servante Sarah, et se fixant la première à la Sainte-Baume, la seconde à Tarascon, Lazare le ressuscité à Marseille, tandis que sainte Sarah demeurait au rivage où l'avait portée la barque miraculeuse.

 

 

[Sous le vocable de saintes Maries  ou Trois Maries, la tradition catholique désigne trois femmes disciples de Jésus : Marie-Madeleine, Marie Salomé et Marie Jacobé, qui serait les trois femmes au pied de la croix dans les évangiles synoptiques. Elles étaient accompagnées de Marthe, son frère Lazare le ressuscité, Maximin, l'un des soixante-douze disciples de Jésus, Sidoine l'aveugle qui deviendra saint Restitut et Joseph d'Arimathie, porteur du Saint Graal : chassés de Palestine et placés dans une barque sans voile ni rame, la Providence les poussa par les courants vers le delta du Rhône où ils échouèrent.]

 

Ce serait saint Martial , l'un des disciples fixé à Limoges, Zachée, celui que sa taille trop exiguë empêchait de voir passer le Christ et qui pour l'apercevoir grimpa sur un sycomore, qui aurait évangélisé Rocamadour (en région Midi-Pyrénées) et, fixée à Soulac, sainte Véronique qui essuya la face du Christ.

 

En Gaule, ce sont ces mêmes centres officiels dans lequels étaient entretenu le culte païen de l'Etat qui voient se propager les premiers la religion nouvelle : Lyon en particulier, Autun, Bordeaux, etc....

 

Souvent les nouvelles églises s'élèvent dans des lieux où se trouvaient des sources ou des arbres sacrés; or l'on sait que le culte des sources et des arbres était essentiellement celtique. Du vivant même de saint Martin (IVe siècle), certains arbres reçurent des autels, et, de nos jours encore, on a signalé de nombreuses sources auprès des sanctuaires et dans quelques cas comme à Nohanent, dans l'église elle-même.

 

Ainsi la nouvelle religion s'insérait dans les coutumes ancestrales du peuple celte qui continuait à revenir aux endroits jadis honorés, mais pour un culte purifé et d'une tout autre essence.

 

Dans la suite des temps, l'histoire du christianisme en Gaule se confond avec l'histoire même du peuple français. Quelques îlots du paganisme subsistaient aux Ve et VIe siècles, mais on peut considérer que toute trace en avait disparu définitivement à la fin du VIIe siècle. (Régine Pernoud, Histoire du peuple français, Des origines au Moyen Âge, Nouvelle Librairie de France, Paris 1951.)

 

"Lorsque en 371 ap. J.-C., l'abbé Martin est élu au siège de Tours, le christianisme a pénétré depuis deux siècles dans les Gaules; on y trouve, dès le IIIe siècle, de nombreux diocèses." (Ivan Gobry, Saint Martin, Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 1996, p. 9). Il n'y a que ceux qui n'aiment pas la France pour nier ce fait et ne pas vouloir faire remonter notre pays au baptême de Clovis ou même avant !

 

Pour tout peuple, toute civilisation, d'ailleurs, la religion est d'abord un élément de la civilisation, y compris pour la république soit-disant "laïque" qui prône sa "religion" laïque... (Cf. Voir Claude Bartolone (PS) veut imposer "la religion de la république"; Franc-maçonnerie "religion de la république" : Vincent Peillon jette le masque)

 

L'aspiration à la transcendance des Francs, peuple païen ayant une forte religiosité se conjuguait à merveilles avec celle que l'on rencontrait chez les Gaulois, ayant lui-même à sa tête un clergé de druides qui se convertirent naturellement au IIe et IIIe siècle à la religion trinitaire catholique (Anne Bernet: "Toutatis, Hésus et Taranis, la triade celtique, une ébauche de conception trinitaire"). Cette conjugaison a donné naissance à la nation française, dite "Fille aînée de l'Eglise", issue du baptême du roi des Francs Clovis. 

 

Le sanctuaire de Saint Martin de Tours, l'Apôtre des gaules au IVe siècle, devient après 460 le principal relai du christianisme dans la Gaule du Nord (Basilique Saint Martin de Tours), avant donc même la conversion et la baptême de Clovis. L'Eglise parle au peuple, elle nourrit les pauvres et pousse au respect de la personne humaine que l'Antiquité ignorait. 

 

On situe traditionnellement la date du baptême de Clovis à Reims avec 3000 guerriers par Saint Rémi, évêque de Reims, le 25 décembre 496 ou 498, voire 506" (Pierre Chaunu, Éric Mension-Rigau, Baptême de Clovis, baptême de la France, De la religion d'État à la laïcité d'État, Éditions Balland, Mayenne 1996, p. 23). L'estimation la plus prudente situe l'évènement entre 496 et 498. (Régine Pernoud, La femme au temps des cathédrales, Stock, Évreux 1980, p. 16).

 

Par la sainte Ampoule qui aurait servi au baptême de Clovis se trouve symbolisée la doctrine chrétienne, selon laquelle tous les hommes étant égaux, aucun d'eux ne peut exercer l'autorité sur ses semblables si ce n'est par une délégation de Dieu, à qui il devra des comptes. D'ailleurs, l'expression, par la grâce de Dieu roi de France, telle qu'on l'employait aux temps féodaux, n'est pas autre chose qu'une forme d'humilité. (Georges et Régine Pernoud, Le tour de France médiévale, Stock, Évreux 1982, p. 63).

 

Clovis placera sa conversion sous le patronage de St Martin et publia un décret imposant à son armée la même dévotion. "Comment espérer la victoire si nous offensons saint Martin?", commentait-il. Après la victoire de Vouillé (contre les Wisigoths en 507), il combla de présents la basilique de Tours. Puis, après avoir pris Bordeaux, il fonda à Auch l'abbaye Saint-Martin. (Ivan Gobry, Saint Martin, Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 1996, p. 10-11)

 

"D’un point de vue plus politique, sa conversion est surtout pour Clovis une manière de s’assurer le précieux soutien de l’Église"

 

Cet argument constamment répété par la propagande du Régime tendant à laisser entendre que la conversion de Clovis relevait du calcul politique est faux. Au contraire, du point de vue politique, le choix de Clovis du catholicisme associé à l'Empire romain faible et lointain, plutôt que celui de l'arianisme (peuplades barbares voisines) n'était pas logique, le plus facile ni le plus sûr pour son royaume. A ce moment-là, à la fin du Ve s., l'Eglise et les fidèles sont opprimés de tous côtés par des princes hérétiques (Burgondie, Espagne, Allemagne, Italie). L'empereur Anastase, en Orient, est livré aux Eutychiens; Theodorick, roi d'Italie, Alarik, roi des Wisigoths en Espagne et en Aquitaine, Gondebald, roi des Burgondes, Trasamond, roi des Vandales en Afrique, professent les erreurs d'Arius. Il restait encore à Clovis à convertir ses 3000 guerriers, dont la majorité étaient païens ! Clovis devait s'assurer que son armée et les peuples barbares environnants ne bougeraient pas. Par son baptême, il se mettait tout ce monde à dos. Tous les peuples vaincus de l'Empire romain étaient catholiques, mais toutes les nations barbares et victorieuses étaient ariennes (Gaule, Espagne, Italie, Afrique.) Il lui fallait donc se séparer de tous ses peuples amis, issus de la même origine germanique, pour adopter la religion de peuples vaincus de race étrangère et ennemie ! L'argument du calclul politique ne tient pas.

 

"et de ce qui reste des élites gallo-romaines,"

 

 

En 496, les élites gallo-romaines étaient effectivement déjà chrétiennes depuis plus d'un siècle...

 

"Ajoutons que baptisé ou non, Clovis n’est pas de roi de France mais rex francorum, roi des Francs."

 

Si Clovis n'a pas le titre de "roi de France", la "France" (Francia) déjà connue sous ce nom dans les cartes romaines est une réalité géopolitique incontournable.

 

"843 : c’est l’année du traité de Verdun, qui résout le problème posé par la mort de Charlemagne – un empereur dont les Allemands revendiquent autant l’héritage que les Français."

 

Oui, quel est le rapport avec l'ancienneté de notre "France" ?

 

"La partie occidentale, qui couvre les deux-tiers environ de l’Hexagone actuel, désignée comme Francia occidentalis, est dirigée par Charles le Chauve."

 

Et alors ?

 

"987 : la dynastie capétienne s’installe sur le trône pour les 8 siècles qui suivent. Mais pendant belle lurette encore, les Capétiens successifs ne règnent en réalité que sur leurs propres terres."

 

Tout historien sait que l'autorité du roi ne s'étendait pas simplement à son domaine propre, tel un simple prince féodal, mais à l'ensemble du Regnum francorum, conquis depuis Clovis, dont les frontières étaient déjà grosso modo celles que l'on connaît aujourd'hui. De Clovis à Charlemagne, ces frontières ne cesseront pas de s'étendre. Les Capétiens recentreront leur royaume sur le pré-carré national. (Cf. Les fortifications de Vauban)

Francie et domaine royal sous Hugues Capet en 987

Francie et domaine royal sous Hugues Capet en 987

Si sous Hugues Capet, les domaines du roi (ensemble des terres et droits sur lesquels il exerce son pouvoir directement) se limitent à l'Île de France, son autorité s'étend sur le Regnum francorum. On n'a pas perdu la mémoire de l'unité franque mérovingienne et carolingienne.

 

Comme chef féodal et duc de France, Hugues Capet, par exemple, avait pour vassaux directs les comtes de Blois, Anjou, Maine, et les comtes bretons du Mans et de Rennes pour arrière-vassaux. Huit grands fiefs relevant nominalement de la Couronne, indépendants en fait se partageaient le reste du territoire : Flandre, Normandie, Bourgogne, Guyenne, Gascogne, Toulouse, Gothie (Narbonne et Nîmes) et Barcelone : la suzeraineté capétienne sur ces duchés et ces marches venait de l’héritage de Charlemagne.

 

On sait également  que c'est dès le dernier quart du IVe siècle que s'ébauche sans conteste de 350 à 450 la frontière linguisitique majeure de l'Europe entre les parlers germaniques et romans, sur des frontières voisines de celles que nous connaissons encore aujourd'hui..

 

"Certains de leurs vassaux sont plus puissants qu’eux, à commencer par les Plantagenêts."

 

Oui, et alors ? Quel rapport avec la suzeraineté du roi sur ses vassaux ? L'Angleterre des Plantagenêt est un territoire qui adoptera petit à petit les traditions gallo-romaines mâtinées de culture franque. "Aucune nation, aucune démocratie ne peut écrire sa propre histoire sans reconnaître à la France une dette ou une influence directe", explique Théodore Zeldin dans son Histoire des passions françaises, 1848-1945 (tome 5, Points Histoire, Paris-Mesnil 1981, p. 446.)

 

"1124 : Louis VI le Gros en appelle avec succès à ses vassaux contre les troupes de l’empereur germanique Henri V, qui entre en Champagne. C’est souvent à cette mobilisation qu’on associe la naissance d’un sentiment national commun chez les grands seigneurs féodaux, à nouveau sensible à Bouvines en 1214 quand Philippe Auguste colle une tatouille aux troupes d’Othon IV."

 

La résistance gauloise à l'envahisseur romain est aussi une preuve d'un premier sentiment national chez nous, bien avant 1124. Les Gaulois connaissaient eux-mêmes la monarchie depuis mille ans lorsque César est arrivé en Gaule. On pourrait aussi citer la bataille de Tolbiac contre les Alamans en 496 où Clovis s'est converti.

 

"1190 : le même Philippe Auguste est le premier à faire graver sur son sceau la mention Rex Franciae (roi de France) au lieu de Rex Francorum (roi des Francs). A partir de Louis IX (Saint Louis), l’expression est définitivement retenue."

 

Redisons ici que la "France" est une réalité géopolitique depuis le IIIe dans les cartes militaires romaines...

 

"La guerre de Cent Ans : la stratégie de pillage des armées anglaises fait beaucoup pour entretenir la haine des populations des campagnes, bien plus prononcée que dans les villes. c’est sans doute là, au cœur de ce conflit qui s’étend de 1337 à 1453, que se cristallise ce fameux sentiment national – entre le XIVe et le XVe siècle donc. Contre les Anglais qu’il s’agit de « bouter » donc mais aussi contre leurs alliés… Bourguignons."

 

L'auteur focalise sur la Guerre de Cent Ans et oublie les chansons de geste carolingiennes qui chantaient déjà la "dulce France" (Chanson de Roland).

 

"Alors, avant la guerre de Cent Ans, il y a bien une France, mais y a-t-il des Français ?"

 

S'il y avait une "Francia" au IIIe siècle pour les Romains c'est qu'il y avait des Français. S'il y avait une "dulce France" pour les Carolingiens, c'est qu'il y avait des Français !

 

"Les sujets du roi savent depuis longtemps qu’ils vivent dans le royaume de France mais il n’existe pas encore de conscience nationale, de patrie commune avant le début du conflit."

 

Non biensûr, il n'y avait pas de conscience nationale à Bouvines (1214), pas non plus en 1124 devant l'invasion de l'empereur germanique contenue par Louis VI le Gros. Encore moins sous Charles Martel contre les Musulmans à Poitiers ou lors des invasions vikings ! Tout le monde sait très bien qu'il n'y avait pas de français à cette époque-là et que les gens qui résistèrent n'existaient pas non plus !

 

Eudes, Comte de Paris, Fils de Robert le Fort, sauve Paris des Vikings en 885Pourtant, les Arabes furent bien repoussés par les Francs aux VIII et IXe siècles, les invasions vikings connurent la résistance de tout le pays, y compris Paris qui n'a pas été prise grâce à la résistance de l'ancêtre d'Hugues Capet, Eudes, Compte de Paris en 885.

 

Lorsque les Vikings arrivèrent sur nos côtes, ils s'enfoncènt dans les cours d'eau, les fleuves, les rivières, ils détruisirent les abbayes, ruinèrent le commerce, tuèrent, violèrent, et semèrent la panique. S'érigèrent alors des forteresses de bois et de terres un peu partout. Les responsables de ces initiatives locales prirent le nom de seigneur. Ce fut l'amorce de la mise en place du système féodal. Les hommes resserèrent les liens de proche en proche par des serments de fidélité. Aucune résistance n'eut été envisageable sans sentiment national, sans Français pour résister.

 

Si àl a fin du Xe siècle, la centralisation carolingienne a disparu, le Regnum francorum, éclaté en principautés ne sera jamais morcelé, il gardera toujours ses frontières et un unique souverain jusqu'en 1848... 

 

"Une chose est certaine : on peut bien tordre les mots dans tous les sens pour le plaisir d’un discours électoral de circonstance,"

 

Non, c'est sûr, par contre on peut nier et tordre l'histoire de France dans tous les sens pour la faire rentrer dans sa propre vision politique.

 

"la France n’a pas deux millénaires, député Grouard."

 

Non elle en a trois !

Repost 0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 17:12

Alors que l'on célèbre partout la journée internationale des droits des femmes, il n'est pas interdit de réfléchir aujourd'hui à la situation de la femme et sa considération bien plus mauvaise que l'on ne dit.

 

Faisons d'abord quelques rappels historiques. C'est la gauche radicale et "laïque" et les francs-maçons qui se sont opposés au droit de vote des femmes, sauf l'Eglise, au motif qu'un vote des femmes risquait de "ramener au pouvoir les ennemis" de leur "république".

 

Aujourd'hui, c'est encore cette "gauche" "laïque" avec ses "féministes" qui est très mal placée pour évoquer et défendre les droits des femmes. Explications.

Source: La faute à Benoît XV et au sénat, Le Progrès, 21 avril 2014 https://twitter.com/HaussmannParis/status/461215896586162176/photo/1?ref_src=twsrc^tfw

Source: La faute à Benoît XV et au sénat, Le Progrès, 21 avril 2014 https://twitter.com/HaussmannParis/status/461215896586162176/photo/1?ref_src=twsrc^tfw

Autre source, "La faute à Benoît XV et au sénat", Bien public, Le 21/04/2014 à 05:00 mis à jour à 20:58

De 1919 à 1940, des propositions de loi en faveur du vote des femmes sont adoptées, mais refusées par le Sénat.

 

En 1923, le député du Gers Joseph Barthélemy remit à l'ordre du jour la question du vote des femmes devant le "Parlement". Il égréna les "objections fantaisistes" des bonnes consciences républicaines qui freinaient des quatre fers pour ne pas voter cette avancée égalitaire.

 

Il critiqua l'objection selon laquelle la femme était "inférieure" :

 

"La femme n'est pas inférieure, elle est seulement différente et complémentaire."

 

Il rejetta l'objection selon laquelle "la femme admise aux droits politiques émettrait des votes extrémistes ou réactionnaires. C'est là pure affirmation contredite par l'expérience", leur lança-t-il.

 

Il balaya également l'objection selon laquelle "la femme est faite pour le foyer" :

 

"ce n'est pas la participation aux comices, dit-il, qui éloignera la femme de son foyer, elle n'en sera pas plus éloignée que par sa participation à un marché ou à une foire, et puis enfin les conditions actuelles ont jeté dans la lutte pour la vie des milliers de femmes, il est juste qu'elles puissent défendre leurs intérêts tant par leurs bulletins de vote qu'au sein des assemblées politiques !"

 

Il rappela enfin qu'en 1923,

 

"les femmes votent en Suède, en Norvège, au Danemark, en Finlande, en Estonie, en Lituanie, en Lettonie, en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Autriche, en Allemagne, en Hongrie, en Belgique ; elles participent aux élections locales et un certain nombre d'entre elles aux élections législatives."

 

Et donc qu'en Europe,

 

"la France tend à devenir une exception en restant masculine..."

 

(Source : Droit de vote des femmes : le Sénat freine des quatre fer, "L'Intransigeant, paru en 1923)

La femme au "Moyen Âge" votait. L'exclusion des femmes ne date donc pas des "siècles obscurs" mais vient plus tard de la modernité.

 

Il y eut à partir de la dite "Renaissance" une résurrection du droit romain antique contre le droit chrétien. Cette évolution vit une régression lente, progressive, mais spectaculaire des droits de la femme.

 

Alors qu'au Moyen Âge, les femmes pouvaient travailler, voter, être indépendante, diriger des ordres monastiques masculins, la régression de leurs droits a culminé en 1804 avec la promulgation du code civil où la femme était quasiment réduite à une incapable et vit son droit de vote supprimé jusqu'en 1945. (Cf. Les différents ouvrages de l'historienne médiéviste Régine Pernoud.)

 

Sans compter les publicités intempestives continues mettant en scène ou montrant le corps de la femme d'une manière dégradante voire pornographique, nous vivons une époque où les gauchistes remplis de moraline et les "féministes" qui devraient s'en offusquer ne disent rien quand ces dernières ne se mettent quasiment pas nues elles-mêmes ("femen") pour promouvoir des idées aux antipodes des droits et des intérêts bien compris de la femme.

 

"Les femmes n’ont jamais été autant asservies !" La sexologue Thérèse Hargot, diplômée en philosophie et en sciences de la famille et de la sexualité, qui a publié "Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque)" chez Albin Michel, l'a expliqué dans un entretien à "Boulevard Voltaire" :

 

"Les femmes n'ont jamais été autant asservies !

 

On ne devrait pas parler de féminisme à partir où c'est tout un courant de pensée, un courant idéologique qui se positionne contre les femmes, contre le corps des femmes, avec à la base une haine du corps des femmes. Pourquoi? Parce que ce corps, je le déteste, il m'empêche de travailler comme un homme, il m'empêche d'être libre comme un homme, on veut s'en détacher, on veut s'en libérer. Et bien, ce n'est pas féministe que de penser cela. Au contraire, être féministe ce serait de dire j'accueille le corps qui est le mien, j'y trouve un sens, une force, une puissance. Et je me dis au lieu de modifier mon corps, je veux modifier les structures de notre société qui m'empêche d'être telle que je suis, moi femme, avec tout ce qui me compose, dans cette société actuellement."

 

Puisque tout peut être changé et que rien n'a réellement de valeurs, l'éternelle volonté de celles qui se prétendent faussement "féministes" de déconstruire les choses, même les plus naturelles, montre qu'en plus de ne pas aimer leurs corps, elles n'aiment pas non plus leurs propres idées.

 

En réalité, les gauchistes et les "féministes" montrent qu'ils n'aiment ni la femme ni son corps, parce qu'ils ne s'aiment pas eux-mêmes.

Repost 0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 11:27
Hélène Carrère d'Encausse : l'Académie française, pas à l'origine de la réforme de l'orthographe

C'est une mise au point. Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel, s'étonne que l'on exhume une réforme de l'orthographe élaborée il y a un quart de siècle, et affirme fortement que l'Académie française, «greffier de la langue», n'est pas à l'origine de ce texte.

 

Dans le Figaro, à la question "avez-vous compris la violence des attaques que l'Académie française a subies après l'annonce de la réforme de l'orthographe?", la secrétaire perpétuelle de l'Académie répond:
 

 

"Je n'ai pas compris les raisons qui expliquent l'exhumation d'une réforme de l'orthographe élaborée il y a un quart de siècle et où l'Académie française n'a eu aucune part, à l'inverse de ce que l'on a voulu faire croire. Je rappelle qu'à l'époque on réfléchissait à l'idée de simplifier l'apprentissage de l'orthographe par les élèves. Mais en 2016, nous sommes devant une situation radicalement différente: notre système éducatif s'est écroulé." [1]

L'Académie française se dit "opposée" à la réforme de l'orthographe.

 

La secrétaire perpétuelle de l'Académie assure, samedi, au "Figaro", qu'elle "n'a eu aucune part" dans la réforme de 1990 qui fait polémique. Pas touche aux circonflexes. L'Académie française est opposée à la réforme de l'orthographe qui doit être prochainement généralisée dans les manuels scolaires, assure Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuelle de l'Académie, samedi 13 février, sur le site du Figaro.

 

Largement méconnue, la réforme adoptée en 1990 prévoit la simplification de l'orthographe de certains mots et allège l'usage des traits d'union et des accents circonflexes. Sa généralisation prochaine dans les manuels scolaires du primaire suscite une vive polémique.

"La position de l'Académie n'a jamais varié sur ce point : une opposition à toute réforme de l'orthographe mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l'épreuve du temps", souligne Hélène Carrère d'Encausse, qui rappelle que la langue "est une part essentielle de notre identité".

 

"Revoir totalement notre système éducatif"

 

L'historienne précise qu'en ce qui concerne la réforme de 1990, l'Académie s'était prononcée sur des "principes généraux - un nombre limité de rectifications d'incohérences ou d'anomalies graphiques - mais non sur le projet lui-même, dont le texte était en cours d'élaboration". L'Académie a par la suite "marqué son désaccord" avec le texte.

"Le problème n'est donc plus d'offrir des facilités aux élèves, de conserver ou non l'accent circonflexe, mais de revoir totalement notre système éducatif", estime-t-elle. [2]

 

Sources:

 

[1] Hélène Carrère d'Encausse: «L'Académie s'oppose à toute réforme de l'orthographe», Le Figaro, Par Mohammed Aissaoui , Bruno Corty Mis à jour le 12/02/2016 à 23:26 Publié le 12/02/2016 à 17:11

[2] L'Académie française se dit "opposée" à la réforme de l'orthographe, France Tv Info 

Repost 0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 21:17

Avortement : ce que l’on ne vous dit pas. Des femmes témoignent

Un document exceptionnel – Une exclusivité Réinformation TV

Elle a avorté, un jour. C’était il y a 3 ans. Elle en a aujourd’hui 25. Lorsqu’elle s’est retrouvée enceinte, qu’elle l’a annoncé à son petit ami, Margaux ne s’attendait pas à une telle descente aux enfers. Très rapidement, son ami lui a demandé de ne pas garder l’enfant issu de leur union. Très rapidement, il la quittée. Elle s’est retrouvée totalement seule.

Pressions, abandon, solitude : des femmes témoignent

Subissant la pression de son entourage, qui lui indiquait que financièrement elle ne pourrait subvenir à ses besoins, Margaux a fini par avorter. C’est alors pour elle une longue traversée du désert. Sommeil troublé, crises de larmes à répétition. Mais elle a surtout des envies de suicide. « Je ne dormais plus, je mangeais plus, j’ai perdu 10 kilos. Ma mère qui avait fait pression sur moi pour que je ne garde pas mon enfant a reconnu plus tard qu’elle avait été égoïste… ».

Il y a Margaux, il y a aussi Anne-Laure. Cette jeune femme de 28 ans a subi un avortement par aspiration il y a un an et demi. Le témoignage déchirant de cette jeune femme ouvre le voile sur un tabou : la solitude, la souffrance, la très grande détresse de nombre de femmes qui, sous la pression, l’angoisse, l’inquiétude, privées des conseils dont elles auraient besoin, des soutiens financiers qui leurs seraient nécessaires, avortent, pour leur plus grand désespoir.

Souffre et tais-toi : des femmes brisent le silence autour de l’avortement

Les conséquences psychologiques sont immenses, les dégâts collatéraux souvent incalculables et la société se tait. Les femmes doivent souffrir en silence, sans se plaindre. Le sujet est tabou, mais pas sur internet. Partout sur le web, on trouve des témoignages de ce type. Certaines vont même jusqu’à poster leurs vidéos-témoignages sur YouTube. Elles ont besoin d’en parler, car personne ne veut les entendre. La souffrance post-avortement est pourtant un fait avéré. Des spécialistes commencent à l’évoquer enfin. Une étude sur 173.000 femmes californiennes à partir des remboursements de leur mutuelle médicale a révélé que le risque d'avoir recours à un traitement psychiatrique est 63% plus élevé pour les femmes ayant avorté.

Un reportage exceptionnel d’Armel Joubert des Ouches

 

Source: Reinformation.Tv

Repost 0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 16:02

En France, la déchéance de la nationalité française est prévue par la loi au Code Civil, Chapitre IV, Section III, Articles 25 à 25-1 (Loi nº 98-170 du 16 mars 1998 art. 23 Journal Officiel du 17 mars 1998 en vigueur le 1er septembre 1998) : "l'individu qui a acquis la qualité de français peut, par décret pris après avis conforme du Conseil d'Etat, être déchu de la nationalité française, sauf si la déchéance a pour résultat de le rendre apatride : 1º S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ou pour un crime ou un délit constituant un acte de terrorisme."

Déchéance de la nationalité : Le retour de l'histoire et du tragique, l'écroulement final de 1789

Suite aux attentats islamistes en France en 2015, François Hollande veut renforcer la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux, y compris nés en France, en constitutionnalisant le principe. Il cherche à couper l'herbe sous le pied de la "droite". Il va aussi dans le sens de l'opinion dans la perspective de la présidentielle de 2017. [1] Tout se passe comme si les attentats terroristes islamistes avaient agi comme le petit grain de sable dans la machine, comme si l'évènement inattendu venait mettre à bas tout un édifice construit depuis le mythe révolutionnaire de 1789.

Si l'on regarde ce qui se passe ailleurs, "la déchéance de nationalité s’étend en Europe et dans le monde." [2] Là aussi, le mythe révolutionnaire tend à disparaître partout. Dans plusieurs pays en Europe et dans le monde, la déchéance de nationalité pour les binationaux existe. Elle est prévue dans 15 pays de l’Union européenne (Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Estonie, France, Grèce, Irlande, Lettonie, Lituanie, Malte, Pays-Bas, Roumanie, Slovénie, Royaume-Uni) mais s’applique souvent aux personnes naturalisées. Avec l’augmentation de la menace terroriste, elle s’est étendue aux binationaux sous la pression des gouvernements conservateurs, au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas ou au Canada.

C'est la vision révolutionnaire universaliste de l'Etat découplée d'une nation ou d'une communauté historique qui est en crise. Cette évolution que l'on peut constater à l'échelle mondiale et qui est en quelque sorte rassurante par rapport  à la tentative anglo-saxonne d'une construction d'un Nouvel Ordre mondial sous direction atlantiste, a été expliquée par Boris Le Lay dans une video intitulée "Déchéance de la nationalité : Le retour du tragique et l'écroulement final de 1789."

Boris Le Lay dans cette video du 21 décembre 2015 explique le retour du réel, la "résurgence de l'histoire" qui force les tenants de l'idéologie universaliste de 1789 à reconnaître leur échec. "Nous sommes entrés dans un cycle politique qui pose la question 'qu'est-ce que la France ?'". Et pour les autres pays en Europe ou dans le monde, "qu'est-ce que notre pays, notre Etat, notre nation ?"

 

"Plusieurs réponses sont possibles, explique Boris Le Lay.

Et jusqu'à présent, depuis deux siècles, c'était la conception révolutionnaire de la nationalité. Un autre réponse est possible. C'est une réponse culturelle. Et vous avez remarqué que cette polémique autour de la déchéance de la nationalité, qui pose la question du droit du sol, se produit au moment de la question de la Corse. La Corse qui elle-même qui pose la question 'qu'est-ce qu'une nationalité', et y répond en disant 'la communauté politique est assise sur la communauté culturelle.' Ce n'est pas du tout un hasard.

"La France, depuis 1789, poursuit B. Le Lay, a une conception idéologique de la nationalité. Il n'y a pas de distinction entre la nationalité et la citoyenneté. La citoyenneté, c'est l'allégeance à un Etat. La nationalité, c'est une appartenance ethnique et culturelle.

Il y a des Etats qui sont multinationaux.

Exemple : le Royaume-Uni est un Etat unique, avec plusieurs nationalités reconnues en tant que telles. L'Ecosse est reconnue comme une nation, le Pays de Galles est reconnu comme une nation, de la même façon pour la Cornouailles et l'Irlande du Nord. Ensemble, ils sont unis dans un seul et même Etat. Donc il y a bien une distinction entre les deux.

Depuis 1789, la nationalité (en France) est amalgamée avec la citoyenneté et n'est pas culturelle. Donc, en fait, la nationalité française - telle qu'elle est conçue actuellement - n'est pas culturelle, n'est pas ethnique, et en quelque sorte est anationale. Et c'est une contradiction : la "nationnalité" française n'est pas une nationalité. La nationalité française est une citoyenneté. C'est une allégeance à un corpus idéologique, porté par un régime politique qui est le régime républicain. C'est le corpus révolutionnaire, égalitaire, universaliste.

La définition traditionnelle de la nationalité dans le monde européen - et qui a cours dans beaucoup d'autres pays non-européens - n'est pas celle de la France, qui est une conception pratiquement proto-marxiste, pré-marxiste.

Cette définition traditionnelle qui a toujours cours notamment en Europe de l'Est et centrale était posée du temps de la Grèce antique. La démocratie athénienne était une démocratie ethnique ou raciale. Il y avait une distinction en grec qui était opérée, la notion de genos (communauté d'origine des Grecs), la notion d'ethnos (communauté culturelle ethnique), le demos (qui était la communauté politique) et le laos (qui était la notion de foule). Il ne pouvait pas y avoir dans l'esprit athénien de demos, de communauté politique sans ethnos. Les citoyens athéniens, pour avoir des droits politiques devaient être d'origine grecque ethniquement parlant. C'est pour cela que les métèques (les étrangers) n'avaient pas de droits politiques à Athènes. La démocratie est conditionnée par l'appartenance d'origine.

Après la Révolution française, il y a eu un dévoiement. On passe d'une appartenance d'état fondée sur l'héritage à une adhésion volontaire (c'est le Contrat social de Rousseau). Et depuis on en a pas changé. C'est l'adhésion idéologique qui fonde la nation  française actuelle, moderne."

 

Boris Le Lay explique alors ce qui se passe en ce moment :

 

"Les tenants de cette conception égalitaire, universaliste de la citoyenneté, des gens qui pensent que la France n'est pas vraiment la France, qu'elle est une république, un Etat révolutionnaire, avec une conception universaliste, perçoivent que cette conception est en train de s'écrouler sous le coup de la résurgence de l'histoire, la résurgence de la guerre. La guerre qui est définie par la notion très simple de l'ennemi et de l'ami.

Ils tiennent la culture comme une somme de choses héritées, mais absolument secondaire. Or, la culture revient dans le champ politique, à la faveur notamment des attentats.

Il y a des gens qui se revendiquent de l'Etat islamique qui tuent des Français, alors qu'eux-mêmes sur le papier sont français.

Donc c'est le retour du tragique. C'est la fin de l'utopisme. C'est la fin de l'eschatologie (révolutionnaire), de cette (prétendue) progression linéaire vers un monde sans frontière, unifié et pacifié. C'est la fin du pacifisme. C'est le retour de la violence, c'est le retour de la guerre et des frontières, des identités, etc. Bref, c'est le retour de l'histoire (le retour du Réel. NdCR.).

Or, ces gens-là prétendaient pouvoir abolir l'histoire. C'était la fin de l'histoire. Le retour de l'histoire terrorise tous ces gens-là, puisque toutes leurs catégories philosophiques sont en train de s'écrouler. 1789 est en train de s'écrouler. Le mythe égalitaire est en train de s'écrouler.

Donc - on les comprend - ils sont terrorisés. Et la gauche radicale (mais pas seulement) est paniquée.

 

Boris Le Lay répond alors à la question pourquoi Hollande fait-il cela ? [3] 

 

"Pour Hollande, c'est de la politique politicienne. Il se dit que l'opinion penche à droite et qu'il va donner des gages à droite. [4]

"Dans le vocable des élites, il est souvent question de république plus que de France. La France réelle ne les intéresse pas. La France des clochers, la France catholique, la France gauloise ne les intéresse pas. Eux, ils parlent de république, ils parlent de l'idéologie dominante et de l'Etat qui la soutient. Et ils comprennent que le retour de la France dans ses limites, qui abandonne le mythe messianique révolutionnaire et qui dit que la France n'est que la France, et n'a à s'occuper que de l'intérêt de la France, qu'il s'agit d'abandonner l'aspiration à porter constamment le mythe des droits de l'homme à l'étranger, marque la fin de leur vision du monde.

Ce mouvement est très profond et va clore un cycle politique et idéologique.

Tous ces gens (des communistes aux "Républicains") se coalisent pour défendre le système, y compris des sarkozistes comme Guaino, qui est un pur produit de cette idéologie révolutionnaire.

La gauche résiste à ce retour du périmètre culturel comme fondateur de la nationalité et de l'appartenance politique, et à l'implémentation de nouvelles lois qui actent de cette nouvelle réalité conflictuelle.

Par exemple, un député, président de la Commission des lois, Jean-Jacques Urvoas, député de Quimper, pur produit de l'idéologie révolutionnaire et de la république des "Lumières" maçonnes, a dit :

'On ne peut pas accepter de faire entrer dans la Constitution le principe de la déchéance de nationalité parce que cela voudrait dire que l'on reconnaîtrait notre échec et l'échec de la république à intégrer les étrangers.'

La réponse de Urvoas est donc qu'il ne faut surtout pas faire cela parce qu'on va admettre notre échec culturel. Et plus encore, on va accepter le retour de la dialectique amis - ennemis, et le retour de l'histoire. Urvoas a bien intégré cette dimenson-là et compris ... qu'en désignant des gens de nationalité française à la naissance comme étant en réalité des ennemis n'appartenant pas à la communauté nationale, on fait entrer dans le champ politique une conception culturelle de la nationalité. Donc, il y a un eux, il y a un nous. Il y a un ennemi, il y a des amis.

La guerre revient par la fenêtre alors qu'on pensait l'avoir évacuée par la porte au nom de l'utopie pacifique, de l'égalité et de l'universalisme.

Bref, c'est un échec complet pour le régime républicain. Nous revenons à la notion de tragique dans l'histoire. L'utopie révolutionnaire est close. On revient au cycle classique que connaissaient nos ancêtres, à la notion de limites, à la conception organique de l'état. Il ne peut pas y avoir une conception inorganique ou abstraite de l'Etat qui soit découplée d'une nation ou d'une communauté historique."

(Fin de citation)

 

A droite, un Patrick Devedjian, membre des "Républicains", ancien ministre, a pu lui aussi ostraciser la déchéance de nationalité des terroristes bi-nationaux et son institution par une réforme constitutionnelle voulue par Hollande, en se disant "hostile pour plusieurs raisons" :

 

1° C’est une mesure totalement inefficace, car elle n’est pas propre à retenir un kamikaze décidé à se faire sauter avec une ceinture d’explosif.

2° Elle est à la limite contre-productive quand il s’agit d’obtenir l’extradition d’un terroriste français réfugié à l’étranger.

3° La mesure ne viserait que les bi-nationaux. Elle ne touche donc pas seulement les naturalisés mais les bi-nationaux à la naissance. De ce point de vue, contrairement à la déclaration des droits de l’Homme*, les hommes ne naîtraient plus « libres et égaux en droit » puisque les bi-nationaux peuvent subir une sanction à laquelle les autres échappent !

4° On observera en outre, qu’est désignée par la mesure une population française d’origine étrangère et soupçonnée de ne pas être intégrée. La connotation est pour le moins malheureuse et correspond bien au discours du Front national auquel on apporte ainsi une sorte de caution.

5° Sur le plan politique, le projet fait apparaitre une alliance objective entre le Gouvernement et le Front National : la droite a tout intérêt à la faire apparaitre dans toute sa lumière en ne la cautionnant pas.

 

Source: http://www.patrickdevedjian.fr/propos-de-la-d%C3%A9ch%C3%A9ance-de-la-nationalit%C3%A9/804

Source: http://www.patrickdevedjian.fr/propos-de-la-d%C3%A9ch%C3%A9ance-de-la-nationalit%C3%A9/804

Notes

 

[1] Déchéance de la nationalité : le "coup" politique de François Hollande, La Tribune.fr, Par Jean-Christophe Chanut | 29/12/2015, 10:40

[2] La déchéance de nationalité s’étend en Europe et dans le monde, Le Monde.fr | 30.12.2015 à 10h05 • Mis à jour le 30.12.2015 à 10h55

[3]  Rappelons l'opposition de façade (bien que non communiquée jusqu'à présent) de la franc-maçonnerie à la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux voulue par Hollande. (En septembre 2010, sous Nicolas Sarkozy, un communiqué du "Grand Orient de France" avait déjà indiqué que "tout lien entre immigration et insécurité" était "contraire à la volonté intégratrice de la République pour qui il n’existe que des Français à égalité de droits et de devoirs".) Une opposition factice, de pure façade, car une telle réforme n'a aucune chance de passer, encore moins d'être constitutionnalisée si les "frères" ne s'entendent pas dessus préalablement ou en reçoivent l'accord en loge.

[4] La politique à droite toute de F. Hollande en fin de mandat constitue à n'en pas douter une tactique visant à diviser la droite "Les Républicains" pour se donner plus de chances de parvenir au second tour de l'élection présidentielle 2017.

On peut ajouter que dans l'immédiat ce qui compte c'est reprendre les idées traditionnelles du Front national pour l'empêcher d'arriver au pouvoir, en rassurant les électeurs et en leur montrant que le pouvoir a entendu son mécontentement.

 

 

Repost 0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 06:45

Le Libre Journal de Serge de Beketch (12 décembre 2001)

Repost 0
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 20:26

La reconnaissance publique que des terroristes ont pu "utiliser le cheminement des réfugiés" pour proposer un renforcement du "contrôle de nos frontières extérieures", les retournements de veste récents de Manuel Valls sur ce sujet, et le lendemain, de François Hollande, indique que "l'employé Hollande", face à la force des évènements, tente une sortie désespérée qui ne lui sera pas pardonnée par son employeur de l'ombre, écrivais-je il y a 4 jours. Quand la créature se retourne contre son créateur, en quelque sorte... C'est l'analyse précise de Boris Lay qui évoque la tentative du gouvernement de s'extraire du "pacte faustien avec des intérêts puissants et dangereux" liés au développement de l'Etat islamique :

 

Extrait:

 

"Hollande est en train d'essayer de se dégager d'une alliance, d'un pacte faustien avec des intérêts puissants et dangereux. Ils ont libéré le diable qui est le djihadisme politique, instrumenté par des intérêts aux Etats-Unis et en Angleterre et ailleurs.

 

Et maintenant, ils ne savent plus comment s'en débarrasser et ils vont être dévorés par leur propre créature.

 

Nous, nous l'avions dit, mais ces gens-là, ces politiciens, ces socialistes, et avant eux les sarkozistes sont des imbéciles et des ignorants, toujours victimes de leurs appétits pour le pouvoir et l'argent, sans aucune espèce de culture historique, et sans vision à long terme.

 

Maintenant nous sommes entrés dans une phase de guerre. Car ce qu'il s'est pasé en Turquie avec la destruction de l'appareil russe, c'est le début de l'extension de ce conflit, car la Russie va détruire définitivement la Turquie, avec des conséquences apocalyptiques."

Repost 0
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 13:01
L'alliance euro-russe contre l'islam radical

Le point de vue de plus en plus pertinent de Boris Le Lay :

Extrait:

 

"Il faut complètement repenser notre approche du combat, parce que l'armée française, aujourd'hui, n'est pas équipée pour faire face à ce genre de guerre (rappelons qu'il s'agit d'une guerre spirituelle. Ndlr.).

 

... On ne comprend pas d'abord, que l'ennemi est chez nous, que c'est une guerre de type révolutionnaire, et qu'elle est globale. Et qu'il faudra donc la mener sur tous les fronts en même temps."

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 15:08
Respect pour tous, pour le petit Aylan aussi

Christiane Taubira est une idéologue, un ministre au service d’une doctrine et il n’y a pas de jour de relâche. Dimanche matin circulait sur les réseaux sociaux une photo du massacre du Bataclan prise par un pompier. Des lambeaux de jeunesse au milieu d’une mer de sang. Le spectre d’une réalité que personne n’a envie de regarder en face. Mais à ne pas affronter cette réalité, on perd d’avance son combat devant l’ennemi.

Madame Taubira en a appelé au respect et à la dignité sur Twitter : « J’ai appris la diffusion d’images de corps. J’appelle au respect de la dignité des personnes décédées, de leurs familles. » C’est louable, mais partial. On se souvient de son tweet poétique comme une réclame de grande surface, visant à culpabiliser les esprits face à l’invasion migratoire lors de la diffusion de la photo du petit Aylan : « Son prénom avait des ailes, son petit cœur a dû battre si fort que les étoiles de mer l’ont emporté sur les rivages de nos consciences. »

 

Source: La photo du massacre du Bataclan heurte Mme Taubira. Celle du jeune Aylan servait ses intérêts, Boulevard Voltaire, 16 novembre 2015

Nous comprenons le souci du ministre de la justice de respecter l'image des corps des défunts. Seulement Christiane Taubira, ministre de la "Justice", a pu instrumentalisé l'image d'un corps d'un enfant mort sur une plage à des fins politiques d'accueil des migrants et des réfugiés, et interdire de montrer des images des corps morts au Bataclan le 13 novembre lorsque ces images contredisaient sa politique. Donc il y a à nouveau, un deux poids deux mesures de Christiane Taubira dans l'indignation face à des "images de corps". Le même "respect" ne devrait-il pas être le même pour tous ?

 

Au nom du respect pour tous, demandons donc au ministre de la justice de supprimer son tweet poétique sur le petit Aylan, l'image qui l'accompagne, ainsi que toute la campagne politico-médiatique qui s'est appuyée sur cette image.

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 09:11
Source image : Soutien à la république populaire du Donbass https://www.facebook.com/republikpopulairedudonbass/photos/a.1433578590227561.1073741829.1433484033570350/1646906582228093/?type=3

Source image : Soutien à la république populaire du Donbass https://www.facebook.com/republikpopulairedudonbass/photos/a.1433578590227561.1073741829.1433484033570350/1646906582228093/?type=3

"Les Turcs soutiennent Al-Nosra et Daech et ils vous envoient des migrants par millions... La France ne pourra pas lutter contre le terrorisme tant qu'elle sera alliée au Qatar ou à l'Arabie saoudite..."

Bachar el-Assad, "Exclusif. Bachar el-Assad: "La France ne pourra pas lutter contre le terrorisme tant qu'elle sera alliée au Qatar ou l'Arabie saoudite"", Entretien à Valeurs actuelles, Dimanche 15 Novembre 2015 à 10:00

Bachar el-Assad: "La France ne pourra pas lutter contre le terrorisme tant qu'elle sera alliée au Qatar ou l'Arabie saoudite"

Le directeur de la rédaction de Valeurs actuelles, Yves de Kerdrel est actuellement à Damas (Syrie), où il a pu rencontrer Bachar el-Assad, qui lui a accordé une interview exclusive, après les attentats qui ont frappé la France. Entretien.

 

Yves de Kerdrel : Comment réagissez-vous aux attaques terroristes qui ont frappé la France cette nuit?

 

Bachar el-Assad: Ce qui se passe est terrible. La France ne pourra pas lutter contre le terrorisme tant qu'elle sera alliée au Qatar ou à l'Arabie saoudite.

 

Yves de Kerdrel : La question de votre départ, demandée par certains, est-elle encore d'actualité?

 

Bachar el-Assad: La question de mon départ n’a pas à être posée dans des conférences internationales. La question de mon départ dépend uniquement de la volonté du peuple et du parlement syrien. Ceux qui veulent détruire la Syrie veulent surtout détruire le dernier état laïc de la région. La laïcité c’est notre identité. Elle est essentielle pour le Proche Orient.

 

Yves de Kerdrel : La Turquie joue un rôle trouble dans la guerre que vous menez contre le terrorisme...

 

Bachar el-Assad: C'est surtout l’Occident qui est aveugle sur ce qui se passe en Turquie. Les Turcs soutiennent Al-Nosra et Daech et ils vous envoient des migrants par millions. Vous devriez vous interroger davatange sur les arrières pensées de M. Erdogan. Quand je regarde l’état du monde je comprends que Vladimir Poutine est le seul défenseur de la civilisation chrétienne, sur lequel on peut s’appuyer.

 

...La suite de l'interview dans les prochaines heures...

Source: Exclusif. Bachar el-Assad: "La France ne pourra pas lutter contre le terrorisme tant qu'elle sera alliée au Qatar ou l'Arabie saoudite", Par Yves de Kerdrel, André Bercoff, Dimanche 15 Novembre 2015 à 10:00 (mis à jour le 15/11/2015 à 09:29)

"Valeurs actuelles" n'est pas subventionné par la république dite "française".

Repost 0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 00:18

Peter Sutherland, conseiller spécial des migrations de l’ONU (ex-Goldman Sachs, Bilderberg) : “L’Allemagne doit recevoir 1 million de migrants par an pendant 30 ans”

 

Pour plus d'information sur le rôle de Goldman Sachs dans l'invasion migratoire : http://breizatao.com/2015/11/03/peter...

 

. Manuel Valls veut initier une «politique de peuplement»

Repost 0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 14:26
Débunkage du passage de Michel Onfray sur ONPC par MetaTv

Des positions ahurissantes d'un Yann Moix affirmant que le peuple français est introuvable (1ère partie à partir de la 32e minute) aux questions non moins étonnantes de Léa Salamé demandant à Michel Onfray ce qu'est un français (2e partie), le passage de l'écrivain de gauche dans l'émission "On n'est pas couché", a été analysé et décrypté par MetaTv qui évoque justement le passage dans un "tribunal". Il est perpétuellement sous le feu des questions des chroniqueurs qui s'efforcent de le faire passer pour un réactionnaire extrémiste.

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 12:59
Scandale alimentaire : des animaux encore conscients au moment de leur mise à mort

Voyage en enfer entre souffrances animales et danger sanitaire, aux abattoirs d'Alès. A peine étourdis, certains animaux sont encore conscients au moment de leur mise à mort, se débattant dans leur sang. 

Des chevaux sont découpés vivant, des porcs égorgés en pleine conscience, des vaches suspendues par une patte, d'autres égorgées en pleine conscience, des cochons gazés au CO2 qui reprennent conscience quand ils sont saignés, des moutons, animaux grégaires qui vivent en groupe, égorgés dans une pièce devant les carcasses de leurs congénères, voilà ce que révèlent des videos prises dans l'abattoir d'Alès dans le Gard par une association de protection animale.

 

(A partir de 11:10) "Scandale alimentaire. Tourné par L214, une association de protection animale, une video montrant les coulisses des abattoirs d'Alès, dans le Gard, a fait l'effet d'une bombe. Les images difficilement soutenables montrent des moutons, des cochons, des boeufs et des chevaux être abattus en pleine conscience, dans des conditions épouvantables. L'actrice Hélène de Fougerolles a prêté son image pour défendre cette cause.
 Les images sont très dures et peuvent choquer.

Les problèmes sanitaires sont patents. Sales et couverts de matière fécale, les animaux sont de véritables nids à bactéries. Le processus de mise à mort par égorgement d'animaux au sol, comporte d'importants risques de contamination de la viande.

Dans le cadre de l'abattage hallal, les animaux ne sont pas étourdis du tout, le coran stipulant que l'animal doit être parfaitement conscient de sa mort. La plaie jugulaire, très large, souille de fait les chairs de l'animal avec les déjections oesophagiennes.

Le docteur Alain de Peretti, Président de l'Association Vigilance Hallal, joint par téléphone par Tv-Libertés, a tenu à se faire entendre dans ce scandale dévoilant des fautes graves et des entorses aux règlements qu'il n'a de cesse de dénoncer à travers son association :

 

"Il y a des lois, il y a des règlements, des normes, qui sont applicables à tous, en tout temps et en tous lieux. Et les services publics sont là pour faire respecter ces lois et ces règlements. Or, nous sommes là en présence de plusieurs infractions graves et répétées, semble-t-il concernant l'étourdissement et la saignée des animaux qui sont extrêmement codifiés. Rien n'a été respecté, sous les yeux de l'administration. Puisque, je rappelle qu'un abattoir c'est une installation classée, qu'il y a des agents des services vétérinaires (qu'on appelle maintenant du nom pompeux de 'Direction Départementale de Protection des Populations'), qui sont donc là pour nous protéger, et qui finalement n'ont rien fait. Il y a donc une carence des services publics", a expliqué Alain de Peretti.

 

"L'abattoir d'Alès est un abattoir qui pratique l'abattage hallal sur une grande échelle. Donc on ne peut pas en vouloir au personnel de cet abattoir de s'être accoutumé, de s'être adapté à cette souffrance animale qu'entraîne le hallal", a ajouté Alain de Peretti.

 

Et alors que la filière viande subit déjà une très grave crise, ce type de contre-publicité ne va pas arranger la situation. Après la diffusion de ces images choc, le maire d'Alès Max Roustan a aussitôt ordonné la fermeture provisoire de l'abattoir et une enquête administrative sur d'éventuels manquements aux directives européennes. Le maire a ajouté que si des fautes sont reconnues, la fermeture définitive pourrait être prononcée. La question reste toutefois de savoir si l'abattoir d'Alès est un cas exceptionnel ou si l'entorse faite aux normes tant au niveau du respect de l'animal qu'au niveau sanitaire est pratiquée dans d'autres établissements.

 

La sénatrice Sylvie Goy-Chavent a diffusé auprès des sénateurs,  jeudi après-midi, une proposition de résolution concernant le manque de transparence et de contrôle des abattoirs. La proposition, soutenue par la Fondation Brigitte-Bardot, «tend à la création d'une commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français». La sénatrice UDI de l'Ain, également rapporteure de la «mission commune d'information sur la filière viande en France et en Europe» rédigée en 2013 au lendemain du scandale de la viande de cheval, prône «l'instauration d'un étiquetage obligatoire du mode d'abattage, selon des modalités non stigmatisantes» qui serait appliqué à toutes les viandes, brute et transformée.

 

Brigitte Bardot réclame pour sa part qu'une «surveillance sévère» soit exigée dans tous les abattoirs de France et que «toutes les exactions (soient) sévèrement punies». Sylvie Goy-Chavent se positionne également en faveur d'un plus grand contrôle des abattoirs et de la présence de davantage de vétérinaires indépendants dans ces établissements pour veiller à un meilleur respect des règles en vigueur. Déjà en 2013, le rapport qu'elle a dirigé préconisait «d'imposer des contrôles physiques des vétérinaires au poste d'abattage, pour toutes les espèces et suivre les incidents d'étourdissement ou d'égorgement». Mais le ministre de l'Agriculture [Stéphane le Foll, Ndlr.] n'avait donné aucune suite à ce rapport. (Source)

 

Selon Sud-Ouest du 15 octobre, l'abattoir d'Alès avait déjà été déjà été épinglé par les services vétérinaires :

 

"L'établissement avait déjà été déjà été épinglé par les services vétérinaires à l'automne, soit après le moment où ces images ont été tournées, mais les "manquements" alors constatés étaient d'un niveau moindre que celui constaté dans la vidéo, a annoncé en début de soirée la préfecture. La visite de "re-contrôle" programmée aura lieu dès la réouverture du site, ont conclu les services de l'Etat." (Source)

 

A n'en pas douter, l'abattage hallal étant mis en question, les fonctionnaires du dit "service public" se défausseront de leur responsabilité et accuseront le personnel et les dirigeants de l'abattoir d'Alès d'être les seuls responsables...

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 19:35
Frappes US en Syrie: pourquoi bombarder une centrale électrique?

La coalition internationale menée par les Etats-Unis continue ses frappes aériennes à Alep, en Syrie, ayant tué récemment 52 civils et aucun terroriste de l'EI, a indiqué un groupe de défense des droits de l’homme. Le président russe s'interroge sur les objectifs de ces frappes et sur les cibles visées.

 

"Dimanche, l'aviation américaine a bombardé une centrale électrique et un transformateur à Alep. Pourquoi ont-ils fait cela? Qui ont-ils puni? Qu'est-ce que cela signifie? Personne ne comprend", a remarqué le président russe Vladimir Poutine lors d'une réunion avec les membres du gouvernement.

 

Dans ce contexte, M. Poutine a souligné que ces objectifs seraient plus clairs et qu'il y aurait moins de fautes grâce à un contact direct et constructif, notamment dans le domaine financier.

 

Depuis septembre dernier la Russie effectue des frappes aériennes ciblées contre l'EI en Syrie à la demande du président du pays, Bachar el-Assad. Les forces aériennes russes ont déjà porté des centaines de frappes, détruisant des postes de commandement, des camps d'entraînement, des dépôts de munitions et de combustible appartenant à l'EI, et tuant un grand nombre de terroristes.

Moscou a précisé que son opération aérienne sert d'appui à l'offensive des troupes syriennes au sol et qu'il n'envisage pas de lancer une opération terrestre en Syrie.

 

 

Source: Frappes US: pourquoi bombarder une centrale électrique?, Sputnik,

Repost 0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 22:55
Syrie : le leader chrétien de Syrie appelle l’Occident à arrêter d’armer les terroristes qui tuent les gens

Le primat de l'Église syriaque orthodoxe Ignace Ephrem II Karim a demandé solennellement à l’Occident d’«arrêter d’armer et soutenir les groupes terroristes qui détruisent le pays et massacrent le peuple syrien».

 

Si l’Occident veut régler la crise actuelle, le plus efficace serait de soutenir les gouvernements locaux, qui ont besoin de leur armée pour maintenir la sécurité et défendre la population contre les attaques.

 

«Les institutions d’Etat doivent être renforcées et stabilisées. Au lieu de cela, nous constatons leur démembrement forcé, ourdi depuis l’extérieur», a fait savoir Ignace.

 

Récemment, le primat, accompagné de l’évêque de son Eglise, s’est entretenu avec le président syrien Assad, qui à son tour les a appelé à faire tout leur possible pour que les Chrétiens ne quittent pas la Syrie, puisque leur présence sera nécessaire quand le temps viendra de reconstruire le pays dévasté.

 

«Je sais que vous souffrez, mais s’il vous plaît ne partez pas, la Syria a été votre foyer pendant des siècles, bien avant l’arrivée de l’islam», a confié Bashar el-Assad au primat.
Le patriarche syriaque a également fait savoir que la plupart des citoyens syriens soutenaient le président syrien Assad et l’avaient toujours fait. «Nous reconnaissons les leaders légitimes et prions pour eux comme le Nouveau Testament nous l’a appris.»

 

«Nous constatons aussi que de l’autre côté il n’y a pas d’opposition démocratique mais seulement des groupes extrémistes», a expliqué Ignace. Il a ajouté qu’au cours des dernières années, ces groupes ont basé leurs activités sur l’idéologie, qui a été apportée dans le pays, d’après le patriarche, «de l’extérieur, par les prédicateurs de haine soutenus par l’Arabie saoudite, le Qatar et l’Egypte».

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:33

Hollande annonce un texte faisant du racisme ou de l'antisémitisme une circonstance aggravante pour une infraction (attendons-nous à une augmentation des emprisonnements pour déviationnisme politique):

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/08/97001-20151008FILWWW00143-hollande-la-republique-ne-connait-pas-de-races-ni-de-couleurs-de-peau.php

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/08/97001-20151008FILWWW00143-hollande-la-republique-ne-connait-pas-de-races-ni-de-couleurs-de-peau.php

Hollande annonce un texte faisant du racisme ou de l'antisémitisme une circonstance aggravante pour une infraction

Le texte mentionnera-t-il le racisme anti-blanc, la haine antifrançaise ? Rien n'est moins sûr. Pourquoi ?

Hollande annonce un texte faisant du racisme ou de l'antisémitisme une circonstance aggravante pour une infraction

Voici une video critique du métissage obligatoire, du multiculturalisme et de l'"antiracisme" officiel, tels qu'ils nous sont présentés et imposés par le système depuis de nombreuses années par les partisans du Nouvel Ordre mondial, tel Nicolas Sarkozy, lors d'un discours à Polytechnique (Palaiseau) en 2008. [1]

Source: Gloria Tv

Nous ne sommes pas tout à fait d'accord avec la thèse "social, tribal, communautaire" présentée dans la video comme une vérité naturelle universelle pour tous les peuples. La France est plus qu'une simple tribu et ne se réduit pas à un pur communautarisme racial ou ethnique. En revanche ce n'est pas le cas d'autres pays. Ainsi, Israël, aujourd'hui, se définit comme l'état du peuple juif. Le judaïsme est communautariste, mais la France elle-même n'a jamais été mono ethnique et le catholicisme n'est pas communautariste. Si l'homme est par nature social, tribal, communautaire, le principe d'égalité entre les hommes quelles que soient leurs origines et leur race est une révolution qui a été permise par le christianisme ["Il n'y a plus ni juif ni grec, ni esclave ni homme libre (en Christ). Epître de Saint-Paul aux Galates, III, 28.]. Un exemple d'universalisme français et catholique peut être trouvé dans la politique de Richelieu au XVIIe siècle qui avait écrit dans la Charte de la Compagnie des Cent Associés (Nouvelle-France, le 29 avril 1627: "Les descendants des Français qui s'habitueront au dit pays (le Canada), ensemble les sauvages qui seront amenés à la connaissance de la foi, et en feront à leur mieux profession, seront censés et réputés naturels Français. S'ils viennent en France, ils jouiront des mêmes privilèges que ceux qui y sont nés." Il s'agissait là de paroles extraordinaires si l'on songe aux massacres épouvantables d'indigènes qui se perpétraient à la même époque dans les colonies espagnoles et anglaises d'Amérique"... (Source: Charles-Xavier Durand, La Nouvelle Guerre contre l'Intelligence III, Un nouveau programme pour la conscience, éd. François-Xavier de Guibert, 2003.) Toutefois, si la France a porté les valeurs de cet authentique universalisme (sans illusion), c'est en vertu de son catholicisme, cependant que l'antiracisme officiel actuel, largement sécularisé, produit un universalisme idéologique dévoyé, inversé et obligatoire, qui repose précisément sur la négation de la France catholique historique, et porte logiquement en lui les germes de la division et de l'affrontement.

 

Néanmoins, cette video a l'avantage de présenter quelques deux poids deux mesures de l'antiracisme officiel qui finissent par nous convaincre de l'existence d'une incohérence majeure au coeur de l'"antiracisme" officiel. Cet antiracisme porté par François Hollande n'autorise finalement partout qu'un seul racisme, et même, l'encourage : le racisme antifrançais. C'est le seul racisme dont le système ne parlera jamais... Ce que d'aucuns nomment l'antijaphétisme, qui fait idéologie d'Etat et système.

Hollande annonce un texte faisant du racisme ou de l'antisémitisme une circonstance aggravante pour une infraction

Le racisme anti-blanc est le seul racisme dont le système ne parlera jamais

 

Premier deux poids deux mesures :

 

"Il est totalement impossible d'être à la fois antiraciste (Manuel Valls: "le racisme augmente de manière insupportable dans notre pays") et communautariste (le même Manuel Valls: "Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communaité juive et à Israël, quand même"). Car c'est impossible d'affirmer une chose et son contraire. Manuel Valls affirme se battre contre le racisme tout en défendant une communauté spécifique à laquelle il appartient.

 

Deuxième deux poids deux mesures :

 

Le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) affirme vouloir combatte le racisme, l'idée que les races humaines existent et se différencient entre elles. Cependant le Cran représente et défend les intérêts des individus noirs (le Cran réclame à la France des compensations financières pour la traite négrière).

Cran, Parité et diversité, Maires & adjoint.e.s, février 2014

Cran, Parité et diversité, Maires & adjoint.e.s, février 2014

Dans la brochure du Cran, "Parité & diversité au sein des exécutifs municipaux, Maires & adjoint.e.s" (février 2014), cette association utilise la photographie, le nom et le lieu de naissance des conseillers municipaux pour leur assigner une race (européen, maghrébin, noir, asiatique) :

CRAN: Association antiraciste classant les conseilleurs municipaux en 4 races, européenne, maghrébine, noire, asiatique

CRAN: Association antiraciste classant les conseilleurs municipaux en 4 races, européenne, maghrébine, noire, asiatique

Cela illustre l'imposture grotesque de l'antiracisme "les races n'existent pas, mais sont égales entre elles". Cette première contradiction s'accompagne d'une seconde: "je défends les intérêts de ma communauté, mais je lutte contre le communautarisme".

 

Notons au passage qu'il est permis au Cran de faire des statistiques ethniques au sujet des conseillers municipaux, laissant entendre que les Blancs sont trop représentés dans la vie politique locale.

Hollande annonce un texte faisant du racisme ou de l'antisémitisme une circonstance aggravante pour une infraction

Pourquoi est-il permis de faire des statistiques ethniques au sujet des conseillers municipaux, mais n'est-il pas permis de faire des statistiques ethniques au sujet des crimes commis sur le territoire français, comme par exemples les meurtres ou les viols ?

 

 

Le documentaire video conclut :

 

"Posons-nous les bonnes questions. Diversité et frontières.

 

La diversité des ethnies participe à la diversité et à la beauté du monde. Quelle est la meilleure façon de préserver et de protéger l'incroyable diversité des cultures et des peuples que forme l'humanité ? Est-ce de les mélanger sans limite ou de les protéger, donc de les préserver grâce à des frontières ?

 

la diversité des ethnies participe à la diversité et à la beauté du monde. Le multiculturalisme propose de détruire cette diversité en métissant les hommes. La solution est simple et universelle : je protège mon identité, je préserve la diversité.

La frontière n'est pas du tout la fermeture angoissante. La frontière est une marque de modestie: je ne suis pas partout chez moi. Il y a une ligne au-delà de laquelle il y a d'autres personnes que je reconnais comme autres.

Régis Debray

Ce que l'on appelle le Grand remplacement est le phénomène de substitution de la population authochtone européenne par une population venue du Tiers-Monde. Le grand remplacement n'est pas un fantasme d'extrémistes ou de paranoïaques.

Carte de la drepanocytose (maladie héréditaire dépistée chez les extra-européens à la naissance). La drépanocytose, également appelée hémoglobinose S, sicklémie ou anémie à cellules falciformes, est la première maladie génétique en France et probablement dans le monde.

Carte de la drepanocytose (maladie héréditaire dépistée chez les extra-européens à la naissance). La drépanocytose, également appelée hémoglobinose S, sicklémie ou anémie à cellules falciformes, est la première maladie génétique en France et probablement dans le monde.

C'est une politique que préconise de mener l'Organisation des Nations Unies.

Hollande annonce un texte faisant du racisme ou de l'antisémitisme une circonstance aggravante pour une infraction

Est-il juste de laisser ce génocide par substitution s'opérer au risque de voir disparaître les autochtones européens sur leur propre sol ?

 

Censure et libertés. Le fonctionnement totalitaire et liberticide du conditionnement antiraciste et le politiquement correct sont-ils souhaitables ? Participent-ils à créer une société paisible, durable, harmonieuse, et non communautariste où il fait bon vivre ? C'est à chacun de trouver les réponses à ces questions.

Hollande annonce un texte faisant du racisme ou de l'antisémitisme une circonstance aggravante pour une infraction

Notes

 

[1] "Quel est l'objectif - cela va faire parler - mais l'objectif c'est de relever le défi du métissage. Défi du métissage que nous adresse le XXIe siècle. Ce n'est pas un choix, c'est une obligation. C'est un impératif: on ne peut pas faire autrement au risque de nous retrouver confrontés à des problèmes considérables. Nous devons changer, alors nous allons changer. On va changer partout en même temps: dans l'entreprise, dans les administrations, à l'éducation, dans les partis politiques. Et on va se mettre des obligations de résultat. Si ce volontarisme républicain ne fonctionnait pas, il faudra alors que la république passe à des méthodes plus contraignantes encore", a déclaré Nicolas Sarkozy lors d'un discours à l'Ecole Polytechnique (Palaiseau), sur le thème "Egalité des chances et diversité", le 17 décembre 2008.

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 17:31

Sukhoi-34


Rastan, anciennement appelée Aréthuse, est une ville importante de la province de Homs, en Syrie :





Il y a une dizaine de jours, les médias nous rapportaient des faits horribles commis par "l'Etat Islamique" ou "Daech" (ISIS pour les anglo-saxons) :

L'EI exécute 10 homosexuels présumés

Le groupe extrémiste Etat islamique (EI) a exécuté neuf hommes et un garçon qu'il accusait d'être homosexuels dans le centre et le nord de la Syrie, a rapporté lundi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Sept hommes ont été exécutés à Rastan, une ville de la province centrale de Homs, "après avoir été accusés d'homosexualité", a indiqué Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH, une ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources sur le terrain dans ce pays en proie à une guerre sanglante depuis quatre ans et demi.

Frappes russes sur Daech (EI): la preuve des mensonges occidentaux

Source : Le Figaro (le 21.09.2015)

Info disponible également sur de multiples autres sources
 

Or, voila qu'après les premières frappes russes sur cette ville effectuées le 1er octobre, on nous apprends que Rastan serait "très loin de Daech"...

Frappes russes sur Daech (EI): la preuve des mensonges occidentaux

La Syrie devient le théâtre d’une «miniguerre mondiale»

Moyen-Orient Moscou frappe les rebelles combattant les troupes d’Assad et ses alliés chiites. Au grand dam de la coalition américaine contre Daech. Cette fois-ci, c’est clair: la Russie est entrée en guerre en Syrie essentiellement pour défendre Bachar el-Assad et non pas pour combattre en priorité le groupe Etat islamique (Daech). En deux jours de frappes aériennes, mercredi et jeudi, des cibles «terroristes» ont été touchées dans les provinces d’Idleb, Hama et Homs, selon le Ministère de la défense à Moscou et la télévision syrienne. Mais ces premiers raids se sont concentrés sur deux zones tenues par les forces rebelles: l’enclave de Rastan, près de Homs, et les zones du nord-ouest représentant potentiellement une menace pour la région de Lattaquié, sur la côte alaouite, où la Russie vient d’installer sa base aérienne. Très loin, donc, de Daech.

Source : 24H, 01.10.2015, 22h05


Rastan serait, au contraire de ce qu'on nous disait il y a 10 jours, un bastion de l'Armée syrienne libre modérée et d'autres rebelles soutenus par l'Occident ... Autrement dit, en 10 jours (entre l'article du 21 septembre du Figaro et l'article de 24H du 1er octobre), de zone tenue par l'EI (DAECH) où les 10 homosexuels ont été exécutés, Rastan devient une zone tenue par les forces rebelles.

 

The dominant factions in Talbiseh and the nearby town of Al-Rastan are tied to the Free Syrian Army, the Western-backed rebel umbrella group that includes many Syrian army defectors.

Source : Bloomberg


On peut remarquer que les deux "infos" contradictoires émanent de la même source, référence constante et quasiment unique de toute la presse occidentale, le célèbre "Office Syrien des Droits de l'Homme" (OSDH)

 

While Russia says its raids on Wednesday targeted the Islamic State group, locals in the opposition-held area say the jihadist group has no presence in the region -- echoing the assessment of a US official and the Britain-based Syrian Observatory for Human Rights.

Source : BW online

Les soi-disant "rebelles modérés" après une frappe russe:

Les terroristes de Daesh fuient leur fief de Raqqa après les frappes russes, rapporte l'Etat-major général des Forces armées russes.

Plus de 600 mercenaires combattant dans les rangs des djihadistes ont quitté leurs positions suite aux frappes aériennes russes, a annoncé le général-colonel Andreï Kartapolov. Sputnik

Source: un article de Le Blog Noir de Brocéliande légèrement retouché

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 16:11
Surprise: "Bombardements de civils par la Russie" : Des accusations mensongères émanant d’une ONG liée à ... l’oligarque juif George Soros

Il n’aura pas fallu longtemps pour que la guerre de propagande soit entreprise par l’Otan contre la campagne de libération de la Syrie menée par l’armée russe. Sitôt celle-ci entamée, des accusations de “bombardements” ciblant des civils étaient lancées, puis reprises par les gouvernements occidentaux.

Accusations mensongères

En réalité, ces mensonges émanent d’une ONG liée à l’oligarque juif George Soros, déjà connu pour son implication en Ukraine au profit de la CIA (lire ici).

Cette ONG, opérant aux côtés des rebelles islamistes, s’appelle “White Helmets” (casques blancs) et prétend apporter les premiers secours sur les lieux des combats.

Suite au début de l’opération russe, son compte Twitter affirmait, photographie à l’appui, qu’une de ces frappes avait fait “33 morts” dont “3 enfants” :

Surprise: "Bombardements de civils par la Russie" : Des accusations mensongères émanant d’une ONG liée à ... l’oligarque juif George Soros
Surprise: "Bombardements de civils par la Russie" : Des accusations mensongères émanant d’une ONG liée à ... l’oligarque juif George Soros

Problème, la photographie utilisée l’avait déjà été par un autre compte Twitter 5 jours auparavant.

 

Une ONG liée à George Soros

Les “Casques Blancs” sont le nom de remplacement de la “Défense Passive Syrienne” qui, malgré son nom, est une création des services de renseignements occidentaux. Le programme a été mis en oeuvre sur le terrain par un ancien soldat britannique, James Le Mesurier (source et source).

L’entreprise de relations publiques américaine Purpose Inc. est à l’origine de la création de la “Campagne de Syrie” qui a elle-même organisé la création des “Casques Blancs” (White Helmets).

Purpose Inc. a pour directeur général Jeremy Heimans, par ailleurs vice-président d’Avaaz, un site d’agit-prop en ligne. Son président est le juif Kevin Steinberg, ancien président du Forum Economique Mondial pour les USA (source).

Purpose Inc. est particulièrement soutenu par le journal financier britannique The Economist et son équivalent américain Forbes. L’entreprise offre ses services aux plus puissants groupes américains dont Google, la Fondation Bill Gates (Microsoft) ou encore pour Audi. En 2012, Purpose inc. a reçu 3 millions de dollars d’investisseurs dont la Fondation Ford ou Rockefeller (source).

Avaaz pour sa part est financée depuis l’origine par le spéculateur et milliardaire juif George Soros (source). Il est à noter que Avaaz.org milita très activement pour créer une zone d’exclusion aérienne au dessus de la Libye.

Le rôle des “White Helmets” consiste à donner des éléments de propagande pour légitimer, sous l’égide de l’oligarchie atlantique et du gouvernement US, une intervention militaire de l’Otan.

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 14:16
Syrie / Isolation de la France : les deux seuls pays qui ont tenu ce langage à l'ONU sont la France et l'Arabie Saoudite (Frédéric Pichon)

Le spécialiste de la Syrie, Frédéric Pichon, analyse pour RT l'ouverture de cette enquête préliminaire pour crime contre l'Humanité visant le président el-Assad. Il décrit un baroud d'honneur d'une France isolée et incapable d'apporter une solution.

 

RT France: Selon vous cette enquête ouverte en France pour crime contre l'Humanité visant Bachar el-Assad doit-elle beaucoup hasard ?

 

Frédéric Pichon: Evidemment non. La coïncidence qui fait que la justice française se saisit de ce dossier pendant la 70ème Assemblée générale de l'ONU a vraiment de quoi troubler. Mais Pour moi, c'est un baroud d'honneur. La France n'a pas su apporter de solution depuis le début du conflit syrien, et par conséquent elle s'isole en s'appuyant une fois de plus sur le registre de la morale et de l'émotion, des sentiments qui ne font pas une politique étrangère selon moi.

 

Au passage, notez tout de même que la France qui s'enorgueillit d'avoir porté les lumières et les principes de la démocratie dans le monde entier sait les violer lorsque cela s'arrange ! Car nous avons ici l'exemple même d'une collusion entre l'exécutif et le judiciaire qui sont censés être séparés, selon Montesquieu...

 

Pour moi, il s'agit juste de donner des gages à notre allié saoudien qui s'inquiète vraiment du lâchage des Etats-Unis.

 

RT France: Comment expliquer le revirement de François Hollande devant l'AGNU, sa fermeté soudaine vis-à-vis de Bachar el-Assad ?

 

Frédéric Pichon: Je crois qu'en réalité il ne faut pas accorder trop d'importance à la prestation de François Hollande devant l'ONU. En fait, au sein même de son gouvernement certains penchent, et au sein des services de renseignement, pour une solution pragmatique qui laisse la question du président syrien de côté. Aussi cette posture française [ndlr: le durcissement du ton de la France à New-York] a surtout été une manière de donner le change à nos alliés saoudiens. C'est quand même incroyable de voir que les deux seuls pays qui ont tenu ce langage à l'ONU sont la France et l'Arabie Saoudite. L'Arabie Saoudite dès le lendemain a dit «il faut que Assad parte, si ce n'est pas par la négociation, ce sera militairement, etc...». Pour moi, il s'agit juste de donner des gages à notre allié saoudien qui s'inquiète vraiment du lâchage des Etats-Unis.

 

--------------------------------------

Frédéric Pichon est diplômé d’arabe et de sciences-politiques. Docteur en histoire contemporaine,  spécialiste de la Syrie et des minorités, il est chercheur associé au sein de l'équipe EMAM de l'Université François Rabelais (Tours).
 

Source: Pour Frédéric Pichon, cette enquête visant Assad est «le baroud d'honneur» d'une France isolée, RT en français, 30 sept. 2015

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 09:07
Syrie : Bachar el Assad dénonce le "principe européen du deux poids deux mesures" et accuse l'Europe d'avoir "une part de responsabilité" pour avoir "soutenu le terrorisme"

Aux prises avec une situation extrêmement compliquée en Syrie, qui affecte tout le Moyen-Orient jusqu’en Europe, le dirigeant du pays a livré son opinion au média russe RT dans un entretien video postée le 16 septembre dernier, sur la lutte contre le terrorisme et les origines de la crise des réfugiés.

 

Bachar el Assad nous fait légitimement la leçon quant au "principe européen du deux poids deux mesures", que je ne cesse de dénoncer sur ce blog. Il accuse l'Europe d'avoir "sa part de responsabilité pour avoir soutenu le terrorisme".

 

Chapeau les artistes !

A partir de 32:30:

Cette immigration est pour nous une grande perte.

Vous m'avez poser une question sur les élections. Les élections présidentielles ont eu lieu l'année dernière, alors qu'il y avait déjà de nombreux réfugiés dans de nombreux pays, surtout au Liban. D'après la propagande occidentale, tous ces réfugiés ont fui le gouvernement syrien qui les aurait chassés et tués. Et ils ont été considérés comme des opposants. Quelle n'a pas été la surprise des Occidentaux quand la majorité de ces réfugiés se sont rendus dans les bureaux de vote pour donner leurs voix au président. Ce fut un coup dur pour les instigateurs de cette propagande. Nous avions mis en place une organisation spéciale pour ce vote. Il devait y avoir des bureaux de vote dans chacune de nos ambassades. Et le gouvernement syrien contrôlait ce processus. Mais cela dépend des relations entre les Etats. Plusieurs pays ont rompu leurs relations avec la Syrie et fermé les ambassades syriennes. Par conséquent, les citoyens syriens n'ont pas pu voter dans ces pays. Ainsi, ils ont dû aller là où des bureaux de vote avaient été installés. C'est ce qui s'est passé l'année dernière.

Quant à l'Europe, il est sûr qu'elle est responsable (des vagues migratoires. Ndlr.) Aujourd'hui, elle essaie de présenter la situation comme si sa faute se limitait au fait qu'elle n'a pas donné assez d'argent ou su organiser l'immigration illégale en Europe, à cause de quoi, plusieurs réfugiés venus via la Mer Méditerranée ont péri noyés lors de leur voyage. Nous déplorons chaque victime innocente. Mais, est-ce que la vie d'un noyé en mer est plus précieuse que celle d'une personne décédée en Syrie ? Pourquoi aurait-elle plus de valeur que celle d'un innocent décapité par les terroristes ? Comment peut-on s'affliger de la mort d'un enfant en mer et ignorer les milliers d'enfants, de vieillards, de femmes et d'hommes qui sont devenues les victimes des terroristes ? Ce principe européen du deux poids deux mesures n'est plus acceptable. Cela ne fait aucun sens. Comment peut-on être attristé par la mort de certains et être indifférent au sort d'autres victimes ?

Ainsi, l'Europe a sa part de responsabilité pour avoir soutenu le terrorisme, sa meilleure couverture. Ce qu'elle continue de faire. Elle qualifie les terroristes de modérés. Elle les divise en groupes, tandis qu'ils sont tous des extrémistes.

Bachar el Assad explique les origines de la crise actuelle en Syrie:

Cela peut vous sembler étonnant si je vous dis que le moment clé en Syrie est, à la surprise de nombreuses personnes, la guerre en Irak de 2003. C'est quand les Etats-Unis ont envahi l'Irak: nous étions fortement opposés à cette invasion car nous savions que tout cela allait aboutir à la division de la société et à l'apparition de troubles. Or, nous sommes voisins de l'Irak. A cette époque, on comprenait que cette guerre allait faire de l'Irak un foyer de conflits sectaires. A l'Ouest de la Syrie, il y a un autre pays dans cette situation, le Liban. Et nous, nous sommes au milieu. Nous savions très bien que nous allions en subir les conséquences. C'est pourquoi, le début de la crise syrienne, et tout ce qui s'est passé alors est le résultat naturel de la guerre et du conflit confessionnel en Irak, parce qu'une partie de ses habitants sont arrivés en Syrie. Pour eux, c'était facile d'inciter certains groupes (terroristes Ndlr.) syriens à les rejoindre.

Il explique enfin la source des "conditions d'un soulèvement avec le soutien occidental et l'argent des Pays du Golfe" :

Le deuxième point qui peut être moins critique est le laisser-faire américain vis-à-vis des terroristes afghans dans les années 80, qu'ils appelaient alors combattants pour la liberté. Puis enfin, la création de DAECH en 2006, à l'aide de financements américains, et sans aucune opposition de leur part. Tous ces éléments rassemblés ont créé les conditions d'un soulèvement avec le soutien occidental et l'argent des pays du Golfe, en particulier du Qatar et de l'Arabie Saoudite, ainsi qu'avec l'aide logistique de la Turquie. En effet, Erdogan appartient de part sa façon de penser aux Frères musulmans. Par conséquent, il croit qu'un changement en Syrie, en Egypte et en Irak, donnera naissance à un nouveau sultanat. Pas le sultanat ottoman cette fois, mais celui des Frères musulmans, qui couvrirait des territoires allant de l'Océan atlantique jusqu'à la Méditerranée et qui serait dirigés par Erdogan.

Toutes ces choses mises ensemble nous ont conduit à la situation à laquelle nous sommes en ce moment.

Une fois de plus, je dis qu'il y a eu des erreurs, que ces erreurs donnent lieu à des failles et des points faibles. Mais cela n'est pas suffisant et ne justifie pas ce qui se passe actuellement. Et si ce genre d'erreurs est vraiment à l'origine de ces évènements, pourquoi les mêmes erreurs n'ont-elles pas mené à des révolutions dans les Pays du Golfe, surtout en Arabie saoudite qui ignorent complètement la démocratie ? Je pense que la réponse est évidente.

Repost 0