Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 20:10

SourceFrance Soir, Publié le 13/11/2020 à 18:52 - Mise à jour à 19:08

Depuis la première vague du tsunami thanatophobe qui n'en finit pas de submerger nos vies, voilà une nouvelle vague qui déferle à présent depuis la sortie du film Hold-Up : celle des complotophobes qui se déchaînent en meute depuis la sortie du documentaire le 11/11à 11h.

 

En France comme en Belgique, les chaînes de propagande sortent leurs arsenaux et leurs contre-mesures à coups de ré-informations et de "debunkings". Chacun y va de sa plume acérée, style infantilisant et scolaire proverbial en Belgique avec ses copistes promus au rang de covid-commissaires toujours friands de métaphores stupides à deux balles promulguant leurs conseils aux pauvres âmes égarées avec des modes d'emploi et des notices "boîte anti complotistes" prêts à être utilisés en famille autour du sapin virtuel, dans le sillage de la lettre adressée par deux ministres (Santé et Intérieur) à Saint-Nicolas, sans oublier le déjà très célèbre virologue Van Laethem qui nous a gratifié d'un sketch viral hallucinant que ne renieraient pas les Inconnus.

 

En France, le style a toujours plus de panache et France Culture nous a gratifiés de deux minutes d'entretien dans lequel l'universitaire Tristan Mendès France essaye de discréditer le film à coups d'accusations parsemées du mot "complotiste", comme autant de perles enfilées pour former un chapelet en guise d'antidote.

 

Vade retro satanas, les cohortes de prêtres guerriers sanitaires sont lâchées dans une croisade anti-complotiste, chassant sur les terres des mécréants et des apostats qui refusent obstinément de rentrer dans le rang, qui résistent de toute leur raison et de toutes leurs facultés de juger, refusent d'abdiquer leur sens critique, leur bon sens et leur intelligence, et rejettent avec obstination l'abjuration qui leur est réclamée avant l'excommunication et la mort sociale et professionnelle définitive.

 

On se croirait vraiment entre Star Wars et Le Seigneur des anneaux, en se demandant si le sénateur Palpatine et le Jedi Skywalker ne vont pas croiser bientôt Gandalf et Gollum en sortant de la pellicule numérique dans un combat entre le Bien et le Mal où la lumière affronte les ténèbres.

 

Complotiste.

 

Ils n'ont que ça à la bouche depuis la sortie du film, ils, les détenteurs de la vérité du récit, les chiens de garde du narratif officiel du Covid, et Ils ont peur, et leur peur les pousse à sortir du bois jusqu'à en perdre leur sang-froid pour certains, comme Mme Ilana Cicurel, eurodéputée et porte-parole de LaREM qui décompensait hier en mode hystérique sur le plateau de CNews face à la journaliste Sonia Mabrouk qui l'a fermement recadrée.

 

Mais de quoi ont-ils peur au juste et pourquoi tant de réactions épidermiques, exacerbées, oui pourquoi tant de haine même, comme s'il y avait réellement le feu au lac, ou péril en la demeure?

 

De quoi donc cette peur est-elle constituée et de quoi nous parlent les croisés enragés de la foi du Covid qui tiennent tant à défendre leur dogme incontestable, ne supportant aucune contradiction ni aucune remise en question ?

 

C'est là qu'il est utile de convoquer l'inconscient, car quoi qu'on puisse en penser, nous sommes encore tous et toujours gouvernés par ce continent immergé décrit par le père Freud il y a un siècle.

 

Ce qui est frappant, ces dernières 24h, c'est l'embrasement des réactions des complotophobes et leur acharnement parfois violent contre les protagonistes du film.

 

On a vraiment le sentiment que ce documentaire les a atteints au "bon" endroit, au lieu-même de leurs conflits névrotiques, au centre de leur QG stratégique, au cœur du réacteur nucléaire de leurs émotions contradictoires inconscientes, inavouables, indicibles, refoulées.

 

Comme si leur discours et leurs convictions avaient été frappés de plein fouet par un missile conceptuel dangereux, cet autre narratif du Covid qui aurait atteint sa cible, touchée coulée, comme si leur logiciel avait été infecté par un virus dangereux mettant en péril l'édifice conceptuel officiel, pulvérisant leurs croyances en générant un sentiment d'insécurité allant même jusqu'à la panique et la crise d'angoisse.

 

Comme si ce "Hold-Up" avait réveillé les dormeurs et les endormis, agissant comme un catalyseur ou un révélateur, à l'instar d'un cauchemar qui réveille le dormeur pour l'empêcher de continuer son rêve dérangeant trop intense, comme si ce qui est exposé dans le film pouvait tout d'un coup être plausible, envisageable, chose inacceptable et insoutenable pour une conscience formatée et docile.

 

Car si cette version, qui n'est qu'une hypothèse de travail dans le film puisqu'elle est proposée comme telle dans le but de faire réfléchir autrement, si ce narratif alternatif tient la route ne fusse qu'une seule seconde, alors elle devient crédible. Mais elle fait peur et elle effraye tellement qu'elle provoque chez de nombreuses personnes un rejet violent qui n'est en fait rien d'autre qu'un mécanisme de défense du moi sous forme de déni de réalité, le fameux "je n'en veux rien savoir", trop dangereux à envisager.

 

Car enfin, restons logiques et sérieux un moment : si ce film n'est qu'un ramassis de délires conspirationnistes complotistes débités par des personnes non crédibles tenant des propos ridicules et mensongers non sourcés, où est alors le souci ? Il eût suffi de laisser pisser le mouton et de l'ignorer.

 

En réalité, en y regardant bien, il y a un rapport "inversement" proportionnel entre les deux narratifs, plus l'officiel est contesté de manière appuyée, logique et efficace plus les réactions sont "virulentes" et virales, normal en régime covidien, et plus les "complotistes" semblent entendus et suivis, semant la peur et la panique chez les adhérents et les ayatollahs du régime covidien qui se sentent menacés dans leur certitudes et qui n'attendent que le vaccin en étant persuadés de pouvoir revivre comme "avant", ce qui n'est qu'un mensonge et une illusion pour toute personne un peu intelligente et avertie car il n'y aura plus JAMAIS de retour en arrière à une vie "normale telle que nous l'avons connue", c'est un fait avéré et vérifiable, nous avons changé de norme sociale et politique pour une longue durée indéterminée.

 

Quand on pense que cette presse officielle fabrique et propage la peur et l'angoisse tous les jours en ré-écrivant le cours de cette épidémie, en biaisant les données biostatistiques pour consolider leur narratif effrayant de manière servile, on est en droit de leur demander qui fait réellement peur et qui est vraiment dangereux, eux ou les "complotistes" ? Qui fait du mal à qui ?

 

N'est pas complotiste qui veut.

 

Ainsi, dans un subtil retour du boomerang, les complotophobes qui produisent tant d'efforts quotidiens pour construire et alimenter le narratif officiel apocalyptique du covid et qui sont les alliés de ce régime biopolitique-techno-sanitaire autoritaire inique, récoltent ce qu'ils ont semé et reçoivent en pleine figure ce qu'ils ont envoyé depuis plus de six mois.

 

Qui sème le vent récolte la tempête. Le vent s'est levé et la tempête ne fait que commencer, soulevant une houle et des vagues de raison sur l'océan du Covid-(19(84).

 

Attention, ça va tanguer.

 

 

 

Michel Rosenzweig

 

Philosophe et psychanalyste.

___________

___________

NdCR. Le film Hold-Up censuré, réalisé par le journaliste Pierre Barnérias, est visible sur Odysee

Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 07:45
Repost0
1 novembre 2020 7 01 /11 /novembre /2020 20:48

Le sujet de Mgr Vigano dans cette video est de savoir "comment la Révolution Vatican II sert le Nouvel Ordre mondial ?"

"L'abandon de la dimension surnaturelle. L'abandon par une partie de la hiérarchie ecclésiastique, même au sommet, de la dimension surnaturelle de l'Eglise et de son rôle eschatologique. Avec le concile, les innovateurs ont effacé l'origine divine de l'Eglise de leur horizon théologique, pour créer une entité d'origine humaine, semblable à une organisation philanthropique. La conséquence de cette subversion ontologique, a été le déni nécessaire du fait que l'épouse du Christ n'est pas et ne peut pas être sujette à changement par ceux qui font exercice de l'autorité par procuration au nom du Seigneur. [Un exercice qui ne s'entend plus comme un service des autres mais comme une autorisation à inventer et à changer le Magistère bi-millénaire de l'Eglise. Alors que "celui qui veut être parmi vous le premier sera votre esclave" (Mt 20,27). Ndlr.] Elle n'est ni la propriété du Pape ni des évêques ou des théologiens; et à ce titre, toute tentative d'aggiornamento (selon le terme employé lors du concile Vatican II. Ndlr.) l'abaisse au niveau d'une entreprise, dans le but d'engranger des bénéfices, en renouvelant sa propre offre commerciale, vendant ses restes de stock et en suivant la mode du moment.    

"L'Eglise est une réalité surnaturelle et divine. Elle adapte sa façon de prêcher l'Evangile aux nations mais elle ne peut jamais changer le contenu d'un iota (Mt 5,18 Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise), ni nier sa transcendance en s'abaissant elle-même à un simple service social.

"À l'opposé, l'anti-Eglise revendique fièrement un droit d'exécuter un paradigme, (un droit de) changer non seulement la façon dont la doctrine est exposée mais la doctrine elle-même.

"Insister sur ce que le Magistère enseigne est inutile. Les innovateurs prétendent effrontément avoir le droit de changer la foi, suivant une approche obstinément moderniste.

"La première erreur du concile consiste principalement dans le manque de perspective de transcendance. Le résultat d'une crise spirituelle - qui était déjà latente - et la tentative d'établir le Paradis sur terre (millénarisme. Nldr.), avec un horizon humain stérile.  

"Dans la ligne de cette approche (le dernier document de François) Fratelli Tutti (Tous Frères), voit l'accomplissement  d'une utopie terrestre, la rédemption sociale dans la fraternité humaine, dans la pax oecumenica entre les religions et dans l'accueil des migrants".

Mgr Viganò appelle à la prière.

Si les temps sont troublés et les hommes impuissants, la solution ne viendra que de Celui qui peut tout. Notre salut n'a toujours été qu'en Lui.

Maintenant, est-ce par des hommes ou par Dieu que je veux me faire approuver ? Est-ce donc à des hommes que je cherche à plaire ? Si j’en étais encore à plaire à des hommes, je ne serais pas serviteur du Christ.

Ga 1,10

Source video : The Remnant -  Youtube

Repost0
19 octobre 2020 1 19 /10 /octobre /2020 13:22

"Pleins feux" est un site d'info chrétien protestant qui a publié cette alerte : le Canada devient tyrannique.

Le 14 octobre 2020

J’ai reçu cela d’un membre élu du gouvernement canadien qui est consterné par les projets du Cabinet du premier ministre (PMO) pour nos voisins du Nord.  C’est un cauchemar qui se déroule!

« Je veux vous fournir des informations très importantes.  Je suis membre du comité du Parti libéral du Canada.  Je siège dans plusieurs groupes de comités, mais les informations que je fournis proviennent du comité de planification stratégique (qui est dirigé par le cabinet du premier ministre). »

« Je dois commencer par dire que je ne suis pas content de faire ça, mais je le dois.  En tant que Canadien et surtout en tant que parent qui souhaite un avenir meilleur non seulement pour mes enfants, mais aussi, pour les autres enfants. »

« L’autre raison pour laquelle je fais cela, c’est parce qu’environ 30% des membres du comité ne sont pas satisfaits de la direction que cela prendra au Canada, mais nos opinions ont été ignorées et ils prévoient d’aller de l’avant vers leurs objectifs. »

Ils ont également indiqué très clairement que rien n’arrêtera les résultats prévus.

La feuille de route et l’objectif ont été définis par le PMO et sont les suivants :

  • Mettre progressivement en place les restrictions d’un second verrouillage sur une base continue, en commençant par les grandes régions métropolitaines d’abord et en s’étendant vers l’extérieur. Prévu d’ici novembre 2020.
  • Accélérer l’acquisition (ou la construction) d’installations d’isolement dans chaque province et territoire. Prévu d’ici décembre 2020.
  • Les nouveaux cas quotidiens de COVID-19 augmenteront au-delà de la capacité de test, y compris une augmentation des décès liés au COVID en suivant les mêmes courbes de croissance. Attendu d’ici fin novembre 2020.
  • Second verrouillage complet et total (beaucoup plus strict que les restrictions du premier verrouillage et la deuxième phase de roulement)Prévu fin décembre 2020 – début janvier 2021.
  • Réforme et extension du programme de chômage en vue de sa transition vers le programme de revenu de base universel. Prévu d’ici le premier trimestre 2021.
  • Mutation projetée du COVID-19 et/ou co-infection avec un virus secondaire (appelé COVID-21) conduisant à une troisième vague avec un taux de mortalité beaucoup plus élevé et un taux d’infection plus élevé. Prévu d’ici février 2021.
  • Les nouveaux cas quotidiens d’hospitalisations au COVID-21 et de décès liés au COVID-19 et au COVID-21 dépasseront la capacité des établissements de soins médicaux. Prévu T1-T2 2021.
  • Des restrictions de verrouillage améliorées (appelées troisième verrouillage) seront mises en œuvre. Des restrictions de voyage complètes seront imposées (y compris entre les provinces et les villes).  Prévu T2 2021.
  • Transition des individus dans le programme de revenu de base universel. Prévu mi-T2 2021.
  • Ruptures projetées de la chaîne d’approvisionnement, pénuries de stocks, grande instabilité économique. Prévu fin-T2 2021.
  • Déploiement de personnel militaire dans les principales zones métropolitaines ainsi que sur toutes les routes principales pour établir des points de contrôle des déplacements. Limitez les déplacements.  Fournir un soutien logistique à la région.  Attendu pour le troisième trimestre 2021.

Parallèlement à cette feuille de route fournie, le comité de planification stratégique a été invité à concevoir un moyen efficace de faire passer les Canadiens en transition pour faire face à une entreprise économique sans précédent.  Une solution qui changerait le visage du Canada et changerait à jamais la vie des Canadiens.

Ce qu’on nous a dit, c’est que pour compenser ce qui était essentiellement un effondrement économique à l’échelle internationale, le gouvernement fédéral allait offrir aux Canadiens un allègement total de la dette.

Voici comment cela fonctionne : Le gouvernement fédéral proposera d’éliminer toutes les dettes personnelles (hypothèques, prêts, cartes de crédit, etc.) dont tout le financement sera fourni au Canada par le FMI dans le cadre de ce qui deviendra le programme mondial de réinitialisation de la dette.

En échange de l’acceptation de cette remise totale de la dette, l’individu perdrait à jamais la propriété de tous les biens et actifs.

L’individu devrait également accepter de participer au calendrier de vaccination COVID-19 et COVID-21, ce qui lui permettrait de voyager sans restriction et de vivre sans restriction même sous un verrouillage complet (grâce à l’utilisation d’une pièce d’identité avec photo appelée passe-santé du Canada).

Les membres du comité ont demandé qui deviendrait le propriétaire des biens et des actifs confisqués dans ce scénario et ce qui arriverait aux prêteurs ou aux institutions financières ; On nous a simplement dit que « le programme de réinitialisation de la dette mondiale se chargera de tous les détails ».

Plusieurs membres du comité se sont également demandé ce qui arriverait aux individus s’ils refusaient de participer au programme World Debt Reset, ou au HealthPass, ou au calendrier de vaccination, et la réponse que nous avons obtenue était très troublante.  Essentiellement, on nous a dit qu’il était de notre devoir de nous assurer que nous élaborions un plan pour que cela ne se produise jamais.  On nous a dit qu’il était dans l’intérêt des individus de participer.

Lorsque plusieurs membres du comité ont insisté sans relâche pour obtenir une réponse, on nous a dit que ceux qui refusaient vivraient d’abord indéfiniment sous les restrictions de verrouillage.

Et que sur une courte période de temps, alors que de plus en plus de Canadiens passeraient au programme d’annulation de la dette, ceux qui refusaient de participer seraient considérés comme un risque pour la sécurité publique et seraient transférés dans des établissements d’isolement.  Une fois dans ces établissements, ils auraient deux options, participeraient au programme d’annulation de la dette et seraient libérés, ou resteraient indéfiniment dans l’établissement d’isolement sous la classification d’un risque grave pour la santé publique et verraient tous leurs biens saisis.

Donc, comme vous pouvez l’imaginer après avoir entendu tout cela, cela s’est transformé en une discussion passionnée et s’est intensifiée au-delà de tout ce que je n’ai jamais vu auparavant.

En fin de compte, le PMO a laissé entendre que l’ensemble de l’ordre du jour ira de l’avant, peu importe qui est d’accord ou non.

Que ce ne sera pas seulement le Canada, mais que toutes les nations auront en fait des feuilles de route et des programmes similaires.  Que nous devons profiter des situations qui nous attendent pour promouvoir un changement à plus grande échelle pour le mieux-être de tous.  Les membres qui s’y opposaient et ceux qui soulevaient des questions clés qui découleraient d’une telle chose ont été complètement ignorés.  Nos opinions et préoccupations ont été ignorées.  On nous a simplement dit de le faire.

« Tout ce que je sais, c’est que je n’aime pas ça et je pense que ça va placer les Canadiens dans un avenir sombre ».

CAMPS D’INTERNEMENT ?

La communication par courriel que m’a adressée un député vérifié du Parlement canadien correspond tout à fait à quelque chose qui a été diffusé le 8 octobre dans le cadre de débats télévisés au Parlement.  Ici, un député demande si « la population de l’Ontario devrait se préparer aux camps d’internement ? »  On lui a dit « oui » mais de manière vague et ambiguë :

En fait, le gouvernement canadien a lancé des demandes de propositions à l’industrie, sur la construction de camps dans chaque province et territoire du pays !

Remarque de Hal Turner : C’est une tyrannie pure et simple.  Les Canadiens feraient bien de s’armer et de se préparer à repousser tout tyran qui tente cela. Concentrez-vous d’abord sur les tyrans locaux.  Une fois que votre liberté est partie, elle est partie pour toujours.

Source:  Hal Turner Radio Show 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

https://pleinsfeux.org/le-canada-devient-tyrannique/

Repost0
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 13:32

Pendant des mois, nous avons vu notre mode de vie changer radicalement. On nous a répété à maintes reprises que les choses ne seront plus jamais les mêmes et que nous devons accepter la nouvelle normalité.

Aujourd’hui, les ingénieurs sociaux ont révélé leur jeu et lancé officiellement leur solution à cette crise. La solution proposée est la Grande Remise à Zéro.

Dans ce rapport, nous examinons ce qu’est exactement la Grande Remise à Zéro et qui est impliqué. Nous examinons également ce que la Grande Remise à Zéro signifie pour l’humanité qui doit faire face à des temps sans précédent.

 

Extraits :

"Un scenario de guerre joué dans des documents comme le 'Rapport 2010 de Rockefeller (p. 18) : 'Etape de blocage' et 'Event201', l'exercice de simulation d'une pandémie mondiale de coronavirus. Ceci a été parrainé par le Forum économique mondial, John-Hopkins et la Fondation Bill et Melinda Gates qui s'est tenu en octobre dernier (2019. Ndlr.)

"De cette crise découle une réponse souhaitée : une démolition contrôlée de l'économie mondiale, écrasant la classe moyenne et créant plus de dépendance envers le gouvernement sous formes de fonds de relance et de renflouements, ce qui touche essentiellement à la propriété.

"Nous avons subi le confinement autoritaire, qui était la conclusion du document de Rockefeller 'Etape de blocage' sur la manière d'atténuer cette crise.

"Nous sommes aussi témoins de troubles civils massifs sous couverts de recherche de la justice sociale et d'en finir avec les 'inégalités' et un 'racisme systémique', comme ils le qualifient; alors qu'en réalité ces émeutes ne sont rien de plus que des opérations organisées de déstabilisations internes, comme celles que les Etats-Unis et la CIA ont mené dans d'innombrables pays, avant de renverser leurs gouvernements et d'installer des régimes fantoches. Ceci est une opération planifiée.

"Donc voici la stratégie : problème - réaction - solution.

"Nous avons le problème : la COVID-19.

"Nous avons la réaction : troubles civils et écroulement économique.

"Il est désormais temps pour la solution ! Une solution qui a été prédéterminée, préemballée et prête à être déployée !  

"La solution vient d'être annoncée par le Forum économique mondial, le même Forum économique mondial qui a demandé à John Hopkins d'héberger 'Event201'.

"Leur solution est ce qu'ils appellent eux-mêmes le 'Great Reset', ou grande remise à zéro. Une initiative qui a été officiellement dévoilée cette semaine. La 'Grande remise à zéro' n'est pas une idée nouvelle qu'ils ont inventée durant le week-end. Il s'agit d'un plan de gouvernance mondiale de longue date lié à l'Agenda 2030 de l'ONU pour le développement durable, qui cherche à réguler, contrôler et redéfinir tous les aspects de la vie telle que nous la connaissons. Et en juin de l'année dernière (2019), l'ONU et le Forum économique mondial (FEM) ont formé un partenariat stratégique pour accélérer la mise en place de l'agenda 2030 de l'ONU.

"Voici une citation du FEM au sujet de la 'Grande remise à zéro', directement de leur site web : 'En fait, un des aspects positifs de la pandémie est qu'elle a montré à quelle vitesse nous pouvons apporter des changements radicaux à nos modes de vie. Presque instantanément, la crise a forcé entreprises et particuliers à abandonner des pratiques longtemps vues comme essentielles; des voyages aériens fréquents du travail au bureau.

Le plan de la Grande remise à zéro ("Grand Reset") révélé : comment la COVID-19 ouvre la voie au Nouvel Ordre Mondial

"En janvier 2020, il a été demandé au président et fondateur du FEM, Klaus Schwab : 'A quoi pouvons-nous nous attendre comme sujet central de Davos 2020?' Et il a fait référence à son livre de 1970 traitant d'un nouveau modèle économique appelé 'capitalisme des acteurs'.

"Quand nous regardons sur le site Web du FEM, nous voyons que le 'capitalisme d'acteurs' est un des principaux objectifs de cette 'Grande remise à zéro'. Au moment de l'interview, en janvier 2020, le marché boursier atteint des sommets inégalés. Et le sentiment d'urgence pour un nouveau modèle économique n'était pas vraiment là.

"Les conditions économiques sont donc comparables à celles de la Grande dépression et résultent du confinement du coronavirus. Et voilà que les justifications pour la 'Grande remise à zéro' et le plan de 50 ans pour le nouveau système économique sont réunies.

"Il y a seulement trois jours le FEM a accueilli un sommet virtuel pour la 'Grande remise à zéro'. Les participants incluent : Klaus Schwab, le fondateur du FEM, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, le Prince Charles, la Directrice du FMI, Kristalina Georgieva, et un haut représentant de Master Card parmi beaucoup d'autres. Le consensus général a été que nous ne pouvons rater cette occasion de mettre en œuvre la 'Grande remise à zéro' parce que la Covid-19 a montré que que nos systèmes actuels sont en panne

"'La crise du Covid-19 nous a montré que nos anciens systèmes ne sont plus adaptés au XXIe siècle; elle a mis en évidence un manque fondamental de cohésion sociale, d'équité, d'inclusion et d'égalité. Maintenant est non seulement un moment historique pour combattre un virus mais aussi de modeler le système, pour la nécessité, pour l'ère post-corona'", déclara Klaus Schwab.

"Nous vivons une époque sans précédent où chaque personne sur la planète a été touchée par la pandémie du coronavirus. Notre monde s'est immobilisé et il est apparu clairement que nous n'avions pas la réponse, tous les mécanismes permettant de faire face à une menace mondiale sans précédent. [...] Nous avons une occasion en or de tirer quelque chose de bon de cette crise. Ces ondes de choc sans précédent pourraient bien rendre les gens plus réceptifs aux grandes visions de changement. Les crises mondiales comme les pandémies et le changement climatique ne connaissent pas de frontières et soulignent à quel point nous sommes interdépendants en tant que peuple partageant une seule planète", a déclaré le Prince Charles.

"L'histoire considérerait cette crise comme la grande opportunité de Remise à zéro", a déclaré Kristalina Georgieva. "Du point de vue du FMI, ce que nous voyons est inévitablement une injection très massive de stimulus fiscaux pour aider les pays à faire face à cette crise et à passer à la vitesse supérieure pour que la croissance revienne. Mais il est primordial que cette croissance conduise à un monde plus vert, plus intelligent et plus juste à l'avenir", a-t-elle ajouté.

[...]

 

"En ce moment même nous assistons à la démolition intentionnelle et contrôlée du système actuel de contrôle afin d'inaugurer [...] ce nouveau système de gouvernance mondiale, ce nouveau système de contrôle numérisé où nous serons incapables de distinguer la vie organique de l'artificielle. [...] Pensez-vous que les banques centrales prendraient la responsabilité de l'effondrement du système actuel ? Ou que les gouvernements en prendraient la responsabilité ? Non, le virus est là pour prendre la responsabilité. Le virus sera l'excuse pour brûler ce vieux système, comme nous le voyons actuellement. Et de ses cendres, le nouveau système sortira.

 

"Pensez-vous à une coïncidence si les banques centrales ont, comme par hasard, leurs nouvelles monnaies numérisées prêtes à l'emploi ? Elles ont déjà reconstruit l'infrastructure mondiale depuis des années pour faciliter ce nouveau système financier numérique.

 

"En même temps, ils mettent en place les passeports d'immunité numériques et le plan d'identité numérique de l'ONU est en cours de déploiement et de mise en œuvre, financé et mis en œuvre par Bill gates.

 

"La gouvernance mondiale est à nos portes, elle est mise en place au prétexte de la crise du COVID 1984. Mais en fin de compte, nous les peuples, n'avons pas notre mot à dire sur notre avenir, selon eux. Nous n'avons même pas droit à un vote, selon eux. Ces technocrates décident de l'avenir de l'humanité pour nous, en ce moment même.

 

"Et devinez quoi ? L'avenir de l'humanité n'est pas du tout humain." 

Sources: Aube digitale 17 juin 2020 - GLORIA.TV

Repost0
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 21:17

Aucun appel à la conversion; rien sur le Christ, le nom de Jésus n'est pas prononcé. L'école républicaine maçonnique "laïque" ne parle pas de Jésus, mais l'école de François non plus !

 

Depuis l'Aula Magna de l'Université pontificale du Latran à Rome, François a lancé "un projet éducatif lançant des processus éducatifs et transformant en collaboration avec la société civile" (sic) :

 

Vidéo de 1'11" (juste un petit extrait !... très résumé !...) :
https://www.youtube.com/watch?v=-NoIw75pR34

 

Depuis l'Aula Magna de l'Université pontificale du Latran à Rome, rencontre promue et organisée par la Congrégation pour l'Éducation catholique : "Pacte mondial sur l'éducation. Ensemble pour regarder au-delà", inaugurée par un message vidéo du Pape François


Vidéo de 1h 36' (juste pour ceux qui voudraient voir des extraits, et sa conclusion à 22'40' 

 

https://www.youtube.com/watch?v=hnDCbeQwq0s

 

"La vocation à la fraternité" : rien sur la vocation à devenir fils de Dieu, et sur la vie éternelle ?

"regarder au-delà" : non, il ne s'agit pas de L'Au-delà !

 

SourceSacerdos simplex - Le Forum catholique

Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Jean

Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain.

Psaume 126

24 Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc.

25 La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc.

26 Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable.

27 La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. »

Matthieu 7,24-27

___________

Add. LifeSiteNews 16 octobre 2020. Le pape François appelle à un pacte mondial pour l'éducation avec l'humanité en son centre. Bien qu'il ait fait référence à la doctrine sociale inspirée par «la Parole de Dieu et l'humanisme chrétien», le pontife n'a pas mentionné Jésus-Christ. La «fraternité», cependant, a été mentionnée à plusieurs reprises.

 

Featured Image

 

Le pape François souhaite un «processus d'éducation» qui amène les générations futures à prêter attention aux «graves injustices sociales, aux violations des droits, aux terribles formes de pauvreté et au gaspillage de vies humaines». Il souhaite que le «processus intégral» prenne en considération les problèmes qui assaillent les jeunes aujourd'hui, tels que «la dépression, la dépendance, l'agressivité, la haine verbale et l'intimidation». Ce processus devrait également prêter attention au «fléau de la violence, de la maltraitance des mineurs, du phénomène du mariage des enfants et des enfants soldats [et] de la tragédie des enfants vendus en esclavage» ainsi qu'aux «souffrances» endurées par notre planète. »

 

Le pape n'a inclus ni l'avortement ni l'idéologie de genre parmi les injustices envers les enfants qu'il a énumérées.

___________

Tous frères : "une fonctionnalité horizontale", "un monde sans le Christ"

Repost0
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 08:11

Au Forum de Davos 2014, Christine Lagarde, directrice du FMI à l'époque, avait fait un discours sibyllin sur le reset à venir, une prochaine crise financière qui remettrait "l'économie à zéro".   

Plus récemment, l’annonce de cette "grande réinitialisation" a été faite par le prince Charles et Klaus Schwab le 3 juin 2020. Pour sa première édition post-pandémie prévue en janvier prochain, le Forum de Davos, rendez-vous annuel de l'élite politique et économique mondiale, ne pouvait rester dans « le monde d'avant ». Avec l'art de la formule qui le caractérise, son fondateur et toujours président, l'économiste allemand Klaus Schwab propose une «grande réinitialisation », en anglais, « The Great Reset ». [...] «Afin d'assurer notre avenir et de prospérer, nous devons faire évoluer notre modèle économique et placer les humains et la planète au cœur d'une création de valeur mondiale, a déclaré le Prince de Galles. [...] « Le Covid-19 a accéléré notre transition vers l'ère de la quatrième révolution industrielle, a ajouté le chef d'orchestre de Davos qui revendique la paternité de cette expression. [...] Nous ne devons pas rater cette fenêtre d'opportunité », insiste-t-il, soutenu dans ce sens par le secrétaire général de l'ONU et la patronne du FMI. Pour passer de l'incantation à l'action, « nous devons mobiliser tous les leaders », a exhorté le Prince Charles.  À cet effet, Klaus Schwab a annoncé que le Forum de Davos de janvier 2021, la 51ème édition de l'événement, continuerait d'accueillir les grands de ce monde dans la station alpine mais serait en partie virtuel. (Le Figaro

Analyse religieuse du Grand Reset ou grande réinitialisation :

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/la-grande-reinitialisation-nbsp-le-forum-de-davos-lance-le-monde-d-apres-20200603

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/la-grande-reinitialisation-nbsp-le-forum-de-davos-lance-le-monde-d-apres-20200603

Repost0
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 07:13

Nous proposons cette video "La Religion Mondiale Unique est à nos portes", de soeur Fabienne Maria, directrice mondiale de Miséricorde Divine International Association et co-fondatrice oblate d'une communauté religieuse, avec la réserve qui est que "nul ne sait ni le jour ni l'heure" (Matthieu 24, 36). Mais l'atmosphère générale est effectivement ce qui est décrit, à savoir la création d'un gouvernement mondial et d'une religion mondiale (antichrist de l'Apocalypse) selon des plans franc-maçonniques qui avaient déjà été exposés au début du XXe siècle par Mgr Delassus dans La Conjuration antichrétienne (1910).

Repost0
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 07:31

L'État profond s'emploie maintenant avec l'Église profonde à transformer l'Église catholique en "bras spirituel" du nouvel ordre mondial, a déclaré l'archevêque.

L'image sélectionnée

Par l'archevêque Carlo Maria Viganò

 

LifeSiteNews (Traduction Christ-Roi overblog)

"Corruptio optimi pessima." (La corruption du meilleur donne le pire. Ndlr.) : Saint Grégoire le Grand

 

25 septembre 2020 ( LifeSiteNews ) - Chercher à trouver une cohérence de l'action récente de la Compagnie de Jésus avec les intentions originelles de Saint Ignace de Loyola est une tâche ardue, voire impossible, au point qu'avec le recul l'on considère l'Ordre en 1814 après sa suppression par Clément XIV en 1773 pour avoir été mal avisé. Il n'est pas étonnant que, dans le processus de dissolution et d'autodémolition auquel tout le corps ecclésial est soumis, la contribution des jésuites ait été - et reste toujours - décisive. Ce n'est pas un hasard si depuis 2013, le plus haut trône même est occupé par un jésuite, Jorge Mario Bergoglio, même si cela est en violation avec la règle ignatienne qui interdit aux membres de la Compagnie de Jésus de prendre des positions dans la hiérarchie.

 

Dans le contexte géopolitique international, le rôle de l'Italie peut paraître à certains égards marginal, mais en réalité, l'Italie est un ballon d'essai pour les expériences d'ingénierie sociale que l'agenda mondialiste entend étendre à tous les gouvernements au cours des dix prochaines années, tant dans la sphère économique et politique que dans la sphère religieuse. On peut donc comprendre pourquoi La Civiltà Cattolica et son omniprésent directeur, le P. Antonio Spadaro, SJ, se sont dépensés dans des soutiens issus de la gauche italienne et mondiale, y compris pour le Parti démocrate en Amérique et le Parti communiste en Chine. D'autre part, la proximité idéologique de la Compagnie de Jésus avec les mouvements révolutionnaires de gauche remonte aux premiers symptômes de 1968, dont Vatican II a posé les fondements idéologiques et qui ont trouvé leur plus grande expression dans la théologie de la libération, après avoir supprimé la condamnation du communisme des documents préparatoires du Concile. Il est significatif que nombre des protagonistes de cette malheureuse saison en Amérique latine, après l'indulgence et les sanctions modérées imposées par le Saint-Siège au cours des dernières décennies, aient été réhabilités et promus par un jésuite argentin.

 

Voir Prodi et Gentiloni [deux anciens premiers ministres italiens] avec le père Spadaro pour la présentation de l'essai "Nell'anima della Cina" [Dans l'âme de la Chine] [ici] ne devrait surprendre personne : ils sont l'expression de ce déplorable "catholicisme adulte" qui ignore la nécessaire cohérence des catholiques en politique voulue par Jean-Paul II et Benoît XVI, mais qui maintient ensemble le bestiaire hétérogène du progressisme au nom de l'environnementalisme malthusien, de l'accueil aveugle des immigrés, de la théorie du genre et de l'indifférence religieuse sanctionnée par la Déclaration d'Abou Dhabi. La Conférence d'Assise - Économie de François - et la prochaine encyclique Fratelli Tutti confirment l'empreinte anthropocentrique et le virage vert de l'Église bergolienne qui, au lieu de la courageuse et "politiquement incorrecte" proclamation de l'Évangile à toutes les nations, a préféré les revendications environnementalistes et immigrationnistes les plus faciles du programme mondialiste, qui sont dramatiquement risquées pour notre civilisation occidentale. Et le président Trump ne l'a que trop bien compris.

 

Prodi et Gentiloni en Italie - et nous ajouterions également le Premier ministre Conte, compte tenu de son origine et de son éducation - ont leurs homologues du côté américain dans des personnalités dites catholiques comme Joe Biden, Nancy Pelosi et Andrew Cuomo: tous soutiennent fièrement l'avortement et l'endoctrinement du genre, et tous sont fièrement en faveur des mouvements Antifa et Black Lives Matter qui mettent le feu à des villes américaines entières. Une analyse équitable et honnête des sponsors internationaux de ces partis, de ces mouvements "spontanés" et du progressisme catholique révèle un fil conducteur inquiétant qui traverse tous ces soi-disant philanthropes qui manipulent les fortunes politiques et économiques de la planète avec d'énormes financements. Ces derniers jours, il a été rapporté dans les nouvelles que les jésuites d'Amérique ont reçu des subventions de près de deux millions de dollars (sur quatre ans) de George Soros, et il semble que le même accord entre le Saint-Siège et le régime communiste chinois ait été financé par d'importants dons annuels de Pékin aux coffres du Vatican qui sont dans un état désastreux. Le fait que l'Église soit tombée prostrée avant le confinement, suspendant les célébrations liturgiques et fermant des églises dans le monde entier, a entraîné des dommages économiques collatéraux considérables, pour lesquels les dons chinois et l'activité lucrative d'accueillir des immigrants représentent une compensation évidente.

 

Les États-Unis sont témoins des plus hauts niveaux et centres d'influence culturelle de l'Église catholique américaine qui se rangent sans vergogne en faveur du candidat démocrate et plus généralement en faveur de l'ensemble de l'appareil qui s'est consolidé ces dernières décennies au sein de l'administration publique. L'État profond, l'ennemi juré de Trump, est rejoint par une Église profonde qui n'épargne aucune critique ni accusation contre le président sortant tout en faisant des clins d'œil indécents à Biden et BLM, suivant servilement la narration imposée par le courant dominant. Peu importe que Trump soit ouvertement pro-vie et défende les principes non négociables auxquels les démocrates ont renoncé - l'important est de transformer l'Église catholique en bras spirituel du Nouvel Ordre Mondial, afin d'avoir un imprimatur de la plus haute autorité morale du monde, ce qui était impossible avec Benoît XVI.

 

Le secrétaire d'État (américain. Ndlr.) Pompeo a bien fait de censurer le renouvellement de l'accord secret signé entre Bergoglio et Xi Jinping! Sa dénonciation lucide met en lumière l'attitude aberrante du Vatican, la trahison de la mission de l'Église, l'abandon de la communauté catholique chinoise par calcul politique sinistre et la façon dont elle est en accord avec une pensée alignée. La réaction piquée des jésuites et du progressisme catholique n'est pas non plus surprenante, à commencer par Avvenire [le quotidien de la Conférence épiscopale italienne]. Si Bergoglio peut affirmer en toute impunité que "Trump n'est pas chrétien", évoquant les fantômes du nazisme et du populisme, pourquoi le secrétaire d'État américain n'aurait-il pas le droit d'exprimer son opinion - avec l'objectif plus que légitime de la sécurité internationale - sur la connivence du Saint-Siège avec la dictature communiste plus féroce mais aussi plus puissante et influente que jamais? Pourquoi le Vatican, qui reste silencieux face au soutien du parti démocrate à l'avortement et à la violation des droits de l'homme les plus fondamentaux en Chine, considère-t-il que l'administration Trump n'a pas le droit d'interférer dans un accord qui a des répercussions évidentes sur le plan international et l'équilibre politique? Cela provoque tout autant d'étonnement de voir que la parrhésie dans la confrontation politique qui est réclamée par les mots est en fait contredite par ceux qui voient leurs méchants plans mis au jour. Et on ne sait pas pourquoi un accord présenté comme absolument transparent et dépourvu de points obscurs a été gardé secret et ne peut pas être lu même par le cardinal chinois bien mérité, Joseph Zen. D'autre part, si l'on considère que parmi les personnes qui ont traité de la rédaction de l'Accord entre le Saint-Siège et le Parti communiste chinois, il y avait alors le cardinal McCarrick, envoyé par Bergoglio en son nom (voir ici), nous comprendrons aussi la raison pour laquelle les actes du processus canonique qui ont conduit à la réduction du puissant prélat à l'état laïc restent enveloppés de secret: dans les deux cas une opération de transparence et de vérité est urgente et nécessaire, car l'honneur et l'autorité morale de l'Église catholique aux yeux du monde entier est en jeu.

 

Note de l'éditeur: Le texte ci-dessus a été rédigé par l'archevêque Carlo Maria Viganò le 22 septembre 2020.

Repost0
24 septembre 2020 4 24 /09 /septembre /2020 17:31

Selon France 24, au premier jour de l'assemblée nationale de l'ONU, les chefs d'Etat ont pris la parole en visioconference "en raison de la crise sanitaire du COVID-19". Macron a fustigé "la rivalité" entre les États-Unis et la Chine, en évoquant la nécessité de "rebâtir un nouvel ordre" (mondial). "La crise, l'effondrement de nos cadres de coopération, les fragilités que je viens d'évoquer nous impose de rebâtir un nouvel ordre". 

 

"Un nouvel ordre mondial. Emmanuel Macron souhaite en jeter les bases le 12 novembre prochain lors du Forum de Paris pour la Paix", indique cette vidéo publiée le 23 septembre par la chaîne YouTube de France 24.

Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 18:42

Le prétexte ordinaire de ceux qui font le malheur des autres est qu'ils veulent faire leur bien.

VAUVENARGUES

Une junte bientôt en Angleterre ? Le Premier Ministre britannique a exhorté à expliquer les plans du gouvernement pour que l'armée soutienne la police alors que de nouvelles restrictions sont annoncées dans la gestion du coronavirus :

Source: News.Sky

https://news.sky.com/story/coronavirus-pm-urged-to-explain-plans-for-military-to-support-police-as-new-restrictions-announced-12079084

https://news.sky.com/story/coronavirus-pm-urged-to-explain-plans-for-military-to-support-police-as-new-restrictions-announced-12079084

L'armée pourrait aider en "remplissant" les fonctions de la police telles que la surveillance des sites protégés, a déclaré le porte-parole du Premier ministre.

Par Jon Craig, correspondant politique en chef, et Alan McGuinness, journaliste politique

 

Mercredi 23 septembre 2020 08h37, UK

 

Boris Johnson fait face à des demandes du Parti travailliste pour expliquer sa proposition d'utiliser l'armée pour aider à soutenir la police dans le cadre des nouvelles règles de confinement du coronavirus.

 

Il affronte Sir Keir Starmer lors de l'émission "Prime Minister's Questions", quelques heures à peine après son émission télévisée dans laquelle il mettait en garde contre une répression sévère si les gens continuaient à enfreindre les règles.

 

Et avant les Questions au PM, le ministre de l'intérieur fantôme du parti travailliste, Nick Thomas-Symonds, a écrit au ministre de l'intérieur Priti Patel en exigeant des réponses sur l'annonce de M. Johnson concernant l'utilisation de l'armée.

 

Les nouvelles règles du coronavirus en Angleterre:

 

• Les employés de bureau devraient travailler à nouveau à domicile s'ils le peuvent

 

• À partir du jeudi, tous les pubs, bars et restaurants ne doivent proposer que le service à table et ferment à 22h00

 

Tous les employés de la vente au détail, les personnes utilisant les taxis et toutes les personnes utilisant les services d'accueil doivent porter un masque facial - avec des amendes d'au moins 200 £ en cas de non-conformité

 

• Les mariages ne peuvent inclure que 15 personnes, tandis que les funérailles peuvent en accueillir jusqu'à 30

 

• La "règle de six" a été étendue aux équipes de sports en salle

 

Dans son discours télévisé dramatique à la nation, le Premier ministre a déclaré: "Nous allons mettre plus de policiers dans les rues et utiliser l'armée pour la remplacer si nécessaire."

 

Et plus tôt, dans sa déclaration à la Chambre des communes, il a dit aux députés qu'il y aurait une plus grande présence policière dans nos rues "et la possibilité de faire appel au soutien militaire le cas échéant pour libérer la police".

 

Le porte-parole officiel du Premier ministre a déclaré plus tard: "Cela impliquerait que l'armée remplisse certaines fonctions, telles que les rôles de bureau et la garde des sites protégés, afin que les policiers puissent être en train d'appliquer la réponse au virus.

 

"Il ne s'agit pas de donner des pouvoirs supplémentaires aux militaires, ou de les remplacer par la police dans des rôles d'application de la loi, et ils ne distribueront pas d'amendes. Il s'agit de libérer davantage de policiers."

 

Le secrétaire fantôme de l'Intérieur et allié de Starmer, M. Thomas-Symonds, a écrit à Mme Patel pour lui demander des explications sur les tâches que l'armée exercera, si elle fera face au public et combien coûtera son rôle.

 

"Le fait que l'armée puisse être nécessaire pour soutenir les fonctions de police montre la pression extraordinaire que la police a subie, en raison des milliers d'officiers perdus sous ce gouvernement", a-t-il écrit.

 

"Ces dernières séries de mesures COVID n'auraient pas dû être une surprise, il est donc vital que des assurances soient données qu'une bonne planification a été entreprise.

 

"Lors de mes discussions avec des personnalités du maintien de l'ordre, j'ai été préoccupé d'apprendre qu'il n'y avait pas eu de consultation insuffisante sur cette annonce importante.

 

Le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, a critiqué le parti travailliste, accusant le parti d'"alarmisme".

 

S'adressant à Kay Burley, il a réitéré que les troupes "rempliraient" certains rôles et ne seraient pas dans la rue.

 

Concernant la possibilité d'un deuxième confinement national, M. Raab a déclaré que "nous ne pouvons pas l'exclure", mais a souligné que "ce que nous voulons faire, c'est faire tous les efforts possibles pour éviter cela".

 

"Nous avons toujours dit que nous avions une sorte de référentiel de mesures dans l'arsenal à prendre. Je ne pense pas que nous pourrions spéculer sur ce qui pourrait être fait de plus", a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

 

"Mais la réalité est qu'ils seront plus intrusifs ou nous pourrions nous retrouver dans un confinement national. C'est ce que nous voulons éviter."

 

Cela vient après que M. Johnson ait prononcé un discours télévisé animé et parfois passionné appelant le public à obéir aux règles ou à faire face à des règles de confinement beaucoup plus strictes.

 

"Jamais dans notre histoire notre destin collectif et notre santé collective n'ont dépendu aussi complètement de notre comportement individuel", a-t-il déclaré.

 

"Le moment est venu pour nous tous de faire appel à la discipline, à la détermination et à l'esprit de solidarité qui nous porteront.

 

"Je suis profondément, spirituellement réticent à imposer l'une de ces impositions ou à porter atteinte à la liberté de qui que ce soit, mais à moins que nous ne prenions des mesures, le risque est que nous devrons prendre des mesures plus sévères plus tard, alors que les décès se sont déjà accrus et que nous aurons une charge de travail énorme. d'infection comme nous en avons eu au printemps. "

 

Mais en Écosse, la Première ministre Nicola Sturgeon a déclaré aux téléspectateurs dans son émission télévisée que son gouvernement à Holyrood allait déjà plus loin que le gouvernement de M. Johnson à Westminster.

 

"A partir de demain, on nous demande tous de ne pas nous rendre visite les uns les autres parce que nous savons que c'est souvent ainsi que le virus se propage le plus facilement d'un foyer à l'autre", a-t-elle déclaré.

Repost0
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 07:14
La prophétie de la pandémie complotiste auto-réalisée de Jacques Attali

Jacques Attali décrit en 2009 le plan des mondialistes : utiliser une pandémie pour créer un gouvernement mondial à partir de la peur.

Nous citions Jacques Attali en 2009 :

 

 

Le complot d'"une pandémie" qui structurerait un "gouvernement mondial" par la peur trouve un écho étrange ces derniers mois suite au confinement généralisé partout dans le monde, la gestion de la "pandémie Covid-19" (dont on a vu que les taux de létalité sont ceux d'une grippe : Sud-Ouest : "Le Covid-19 est une maladie qui tue moins qu’on ne le pensait au départ de la pandémie. ... Le taux de létalité du Covid-19 est inférieur à 1 %") par l'Oms, ainsi que dans le discours de Robert Kennedy à Berlin samedi 29 août dernier :  ""Ils utilisent la peur comme les nazis!".

Quand le complot devient réalité :

Avancer par peur

L'Express 

Par Jacques Attali, 

publié le 06/05/2009 à 10:23

 

Une pandémie majeure ferait surgir la prise de conscience de la nécessité d'un altruisme, au moins intéressé.

L'Histoire nous apprend que l'humanité n'évolue significativement que lorsqu'elle a vraiment peur : elle met alors d'abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaire tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, elle transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle et les inscrire dans une politique de santé démocratique.  

La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes. 

 

Si elle n'est pas plus grave que les deux précédentes frayeurs de ces quinze dernières années liées à un risque de pandémie (la crise de la vache folle en Grande-Bretagne et celle de la grippe aviaire en Chine), elle aura d'abord des conséquences économiques significatives (chute de l'activité des transports aériens, baisse du tourisme et du prix du pétrole) ; elle coûtera environ 2 millions de dollars par personne contaminée et fera baisser les marchés boursiers d'environ 15 % ; son impact sera très bref (lors de l'épisode de la grippe aviaire, le taux de croissance chinois n'a baissé que pendant le deuxième trimestre de 2003, pour exploser à la hausse au troisième) ; elle aura aussi des conséquences en matière d'organisation (toujours en 2003, des mesures policières très rigoureuses ont été prises dans toute l'Asie ; l'Organisation mondiale de la santé a mis en place des procédures d'alerte à l'échelle planétaire ; et certains pays, en particulier la France et le Japon, ont constitué des réserves considérables de médicaments et de masques).  
Si l'épidémie est un peu plus grave, ce qui est possible, puisqu'elle est transmissible par l'homme, elle aura des conséquences véritablement planétaires : économiques (les modèles laissent à penser que cela pourrait entraîner une perte de 3 trillions de dollars, soit une baisse de 5 % du PIB mondial) et politiques (en raison des risques de contagion, les pays du Nord auront intérêt à ce que ceux du Sud ne soient pas malades, et ils devront faire en sorte que les plus pauvres aient accès aux médicaments aujourd'hui stockés pour les seuls plus riches) ; une pandémie majeure fera alors surgir, mieux qu'aucun discours humanitaire ou écologique, la prise de conscience de la nécessité d'un altruisme, au moins intéressé.

 

Et, même si, comme il faut évidemment l'espérer, cette crise n'est pas très grave, il ne faudra pas oublier, comme pour la crise économique, d'en tirer les leçons, afin qu'avant la prochaine - inévitable - on mette en place des mécanismes de prévention et de contrôle, ainsi que des processus logistiques de distribution équitable des médicaments et de vaccins. On devra, pour cela, mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l'aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d'un véritable gouvernement mondial. C'est d'ailleurs par l'hôpital qu'a commencé en France, au xviie siècle, la mise en place d'un véritable Etat.  

En attendant, on pourrait au moins espérer la mise en oeuvre d'une véritable politique européenne sur le sujet. Mais, là encore, comme sur tant d'autres sujets, Bruxelles est muet.

 

(Fin de citation)

***

En 2016, Jacques Attali disait encore : "Il y aura une révolution dans ce pays avant 2022" (C politique - 17/04/2016.)

Repost0
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 09:27

Source: Stilum curiae

 

 

Marco Tosatti

Chers amis et ennemis de Stilum Curiae, Agostino Nobile nous a envoyé une réflexion mordante sur la situation actuelle et sur la tromperie (auto-tromperie) que les idéologies de gauche, à commencer par le marxisme, ont réussi et parviennent encore à répandre. Bonne lecture. 

§§§

     La gauche? Elle est meilleure que Jésus-Christ

Pendant trop d’années, la gauche italienne et le monde ont défendu l’humanité et les plus faibles, la paix et la justice. Mais qu'ont-ils fait pour revendiquer ce droit? Peut-être que leurs partis sont constitués d'anciens missionnaires qui ont passé et partagé leur vie parmi les plus pauvres? Peut-être se nourrir de manioc tous les jours et dormir dans des huttes délabrées ou dans des huttes improbables? Peut-être ont-ils donné une partie de leurs revenus chaque année aux pauvres du tiers et du second monde? Ou peut-être ont-ils parrainé des enfants pour leur donner la possibilité de manger, de s'habiller et d'aller à l'école?

Nous connaissons les réponses. La gauche s'est qualifiée de sauveuse de la société, car ses ancêtres marxistes en quelques décennies ont fait plus de victimes que toutes les guerres des deux mille dernières annéesAucune culture ni race n'a été sauvée de la doctrine ennemie de la raison et de la vie. Le marxisme se présentait évangéliquement comme la seule philosophie capable de racheter les prolétaires. En fait, depuis 1917, les pauvres de toutes les cultures du monde n'avaient que les miettes, tandis que les dictateurs et leurs acolytes buvaient du champagnePour les gens sensés, cela semblera un peu bizarre, mais les sinistres sont convaincus que personne n'est meilleur qu'eux, pas même Jésus-Christ, à tel point qu'ils essaient toujours de l'effacer de l'histoire. Le vrai messie est Marx, même si plus de cent millions de morts sont tués par sa doctrine,

Les gauchistes intelligents formés dans des écoles intelligentes sont convaincus que le communisme soviétique est né d'une révolte populaire contre le tsar Nicolas II. Dommage que le tsar démissionne en mars 1917. En effet, en octobre de la même année, les bolcheviks ont renversé le gouvernement de transition dirigé par le premier ministre de la République russe Aleksandr Kerensky. Les bolcheviks étaient-ils soutenus par le peuple? Seulement une petite faction. Alors, comment ont-ils obtenu le pouvoir? Avec l'argent qui venait de l'Ouest. Des banquiers et des milliardaires qui visaient à accomplir ce qu'ils essaient de faire aujourd'hui. Autrement dit, une réorganisation universelle de la vie économique et politique avec un gouvernement mondial unique gouverné par un seul centreEt pour y parvenir, il était nécessaire d'éliminer le christianisme. Ils ont raté,

La gauche pourrait être représentée comme le loup du Petit Chaperon rouge déguisé en bonne mamie. Malgré la leçon historique inhumaine offerte par le communisme, ses électeurs sont convaincus que sous le mouchoir rouge se trouve la grand-mère. Leurs esprits sont si pleins d'ordures anhistoriques que même sous la torture, ils n'admettraient pas avoir déclenché le fiasco. Fondamentalement, ils doivent être compris. Un esprit orwellien plagié risque de tomber dans une dépression insupportable. D'où leur prétention irritante et embarrassante.

La haute finance, comme nous l'avons dit, avec le soutien de la gauche tente de répéter le programme de leurs maîtres marxistes du XXe siècle, se présentant cette fois comme des défenseurs des races (blancs exclus), des marginalisés et des faibles. Cependant, il faut dire qu'ils sont plus bons que leurs ancêtres. Ils ne vous tueront pas si vous n'envoyez pas votre fils en cours d'homosexualité. Comme ils sont bons, ils vous enlèvent votre travail ou, comme ils l'ont fait en Allemagne, ils vous envoient en prison https://www.tempi.it/germania-scandalo-genitori-incarcerati-figli-corsi-gender-scuola/

En Norvège, où ils sont encore meilleurs, mais vraiment bons, ils éloignent les enfants de familles trop chrétiennes http://www.iltimone.org/news-timone/la-norvegia-figli-strappati-ai-genitori/

La gauche repose donc sur les mêmes piliers du communisme du siècle dernier. Nous connaissons les financiers actuels, maintenant ils ne se cachent pas. Ils distribuent des millions de dollars pour corrompre ceux qui devraient nous défendre, principalement les gouvernements auxquels nous avons fait confiance, les magistrats, les journalistes, les enseignants et les célébrités du star systemInutile de dire que les invités les plus bienvenus au banquet relativiste et antichristique de Moloch sont les Bergogliens.

Le meilleur aspect du communisme / gauche a été confirmé par une dame que j'ai rencontrée dans les années 90 à Saint-Pétersbourg, qui a vécu toute sa vie sous le communisme soviétique. Tenant le crucifix autour de son cou entre ses doigts, elle m'a dit: "Sais-tu pourquoi tu vois tous ces visages tristes autour? Parce qu'ils ont également emporté notre espoir".

L'Antifa, Blm et tous les sigles acronymes, consciemment ou non, n'ont qu'un seul but: ouvrir la voie au totalitarisme orwellien. Les milliardaires mondialistes, en plus de subjuguer notre pensée et de nous priver de l'âme, veulent supprimer toute référence à l'identité d'appartenance masculine, féminine et culturelleIl sera beaucoup plus facile dans un proche avenir d'éliminer les humains qui ne distinguent même pas leur identité sexuelle, qui jettent leur vie dans le néant parce qu'ils manquent de dignité et d'espoir.

Agostino Nobile

§§§

Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 13:54

Robert Kennedy Jr à Berlin samedi 29 août 2020 : "ils utilisent la peur comme les nazis ! [...] pour obtenir l'obéissance des populations."

Les gouvernements aiment les pandémies pour la même raison qu'ils aiment la guerre. Parce que cela leur donne la possibilité d'imposer un contrôle sur la population qu'elle n'accepterait jamais autrement.

SourceStilum Curiae - Marco Tossati

Marco Tosatti

Chers Stilumcuriali, hier à Berlin (et de même qu'à Londres et à Zurich), il y a eu des manifestations contre l'utilisation politique et dictatoriale que de nombreux gouvernements font de la crise du coronavirus; quelque chose dont nous avons l'expérience directe en Italie, où le gouvernement, les télévisions contrôlées par la gauche et les journaux soumis aux intérêts économiques et politiques depuis des mois poursuivent un programme similaire.

L'un des orateurs à Berlin était Robert Kennedy, petit-fils de John Fitzgerald Kennedy [erreur, il s'agit en fait de son neveu. Ndlr]. Vous trouverez ici la vidéo, sous-titrée en italien [pour les anglophones, dans les paramètres cocher Anglais (généré automatiquement). Et un peu plus bas la version sous-titrée en français. Ndlr.], ainsi que quelques photographies, captures d'écran de la vidéo et des photographies prises de ce qui, selon la police allemande, était une manifestation de 18 000 (dix-huit mille personnes). Maintenant, en cinquante ans de cette profession, j'ai participé à un certain nombre de manifestations, et s'il n'y en avait que 18 000 Mattarella est le meilleur président de la République, Jorge Mario Bergoglio le meilleur pape de l'histoire, et je suis Marilyn Monroe. Bonne écoute. 

§§§




 

***

 

Robert Kennedy Jr à Berlin à la manif COVID 29/08/20 Sous titres français

Traduction du discours de Robert Kennedy Jr à Berlin :

 

"Chez moi dans les Etats-Unis, les journaux affirment que je suis venu ici pour parler à environ 5000 nazis. Demain, ils vont rapporter que j'étais en effet ici, et que j'ai peut-être parlé à entre 3000 et 5000 nazis. Mais je regarde cette foule et je vois le contraire de nazis. Je vois des gens qui aiment la démocratie, des gens qui désirent un gouvernement ouvert, des gens qui veulent des dirigeants qui ne vont pas leur mentir, des dirigeants qui ne vont pas inventer des règles et des réglementations arbitraires pour orchestrer l'obéissance de la population. Nous voulons des responsables de la santé qui n'ont pas de conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique, qui travaillent pour nous et non pas pour Big Pharma. On veut des responsables qui se soucient de la santé de nos enfants et non pas du profit pharmaceutique ou du contrôle gouvernemental.

 

"Je regarde cette foule; je vois tous les drapeaux d'Europe; je vois des humains de toutes couleurs; je vois des personnes de différentes nations, différentes religions, qui se soucient tous de la dignité humaine, de la santé des enfants, de la liberté politique. C'est le contraire du nazisme.

 

"Les gouvernements aiment les pandémies pour la même raison qu'ils aiment la guerre. Parce que cela leur donne la possibilité d'imposer un contrôle sur la population qu'elle n'accepterait jamais autrement.

 

"Les grandes institutions et mécanismes de contrôle sont en train d'orchestrer et d'imposer notre obéissance.

 

"Je vais vous dire quelque chose: c'est un mystère pour moi, comment toutes ces grandes personnes importantes, comme Bill Gates, Anthony Fauci, ont pu planifié et penser cette pandémie pendant des décennies pour pouvoir tous nous sauver le jour où cette pandémie arriverait..., et malgré cela, maintenant qu'elle est là, ces personnes n'ont pas l'air de savoir de quoi elles parlent.

 

"C'est comme si elles avançaient constamment de nouveaux éléments en avançant, elles inventent les nombres, elles ne peuvent pas vous dire quel est le taux de létalité du Covid, elles ne peuvent même pas nous donner un test PCR qui fonctionne.

 

"Ils sont constamment obligés de changer la définition du Covid sur les certificats de décès pour que ce virus ait l'air de plus en plus dangereux. Une chose qu'ils maîtrisent est faire monter la peur.

 

"Il y a 75 ans, Hermann Göring a témoigné pendant les procès de Nuremberg et on lui a demandé : Comment avez-vous réussi à embarquer le peuple allemand dans tout ça ? Et il a dit: c'est facile, cela n'a rien à voir avec le nazisme. Cela correspond à la nature humaine. Vous pouvez faire cela dans un régime nazi, dans un régime socialiste, dans un régime communiste, dans une monarchie et une démocratie. La seule chose dont un gouvernement a besoin pour transformer le peuple en esclave est la peur. Et si vous pouvez trouver quelque chose pour les effrayer, vous leur faites faire tout ce que vous voulez.

 

"Il y a 50 ans, mon oncle, John F. Kennedy est venu dans cette ville; il est venu ici à Berlin, parce que Berlin représentait la dernière ligne avant le totalitarisme mondial, et encore une fois aujourd'hui, Berlin fait front contre le totalitarisme mondial.

 

"Mon oncle est venu ici, et il a dit fièrement au peuple berlinois: Ich bin ein Berliner. Et nous tous qui sommes ici aujourd'hui, nous pouvons une fois de plus dire fièrement : ich bien ein Berliner!

 

"Et vous êtes le front contre le totalitarisme.

 

"Je voudrais dire une dernière chose : ils n'ont pas fait un bon travail pour protéger la santé publique mais ils ont fait du très bon travail en utilisant le confinement pour installer la 5G dans toutes nos communes. Et ils ont commencé le processus pour nous faire adopter la monnaie numérique, ce qui est le début de l'esclavage parce qu'ils contrôlent votre compte en banque, ils contrôlent votre comportement.

 

"Et nous voyons toutes ces pubs à la télé  qui nous disent la 5G va être installée dans votre commune, cela va être un truc super pour vous tous. Cela va changer votre vie, cela va nettement améliorer la vie de tout le monde. Et c'est vraiment convaincant, je dois le reconnaître, parce que je regarde ces pubs, et je me dis, c'est chouette, je suis impatient d'avoir cela chez nous. Parce que je vais être capable de télécharger un jeu video en 6 secondes au lieu de 16 secondes. Est-ce pour cela qu'ils dépensent 5 billions de dollars pour la 5G. Non, la vraie raison c'est pour la surveillance et la collecte de données. Ce n'est pas pour vous et moi. C'est pour Bill Gates, pour Zuckerberg... et tous les autres. Bill Gates dit que sa flotte de satellites pourra observer n'importe quel centimètre carré de la planète 24 heures sur 24.

 

"Et c'est seulement le début. Il va être capable aussi de vous suivre sur tous vos appareils intelligents à travers la reconnaissance faciale biométrique, à travers votre Gps. Vous pensez que Alexa travaille pour vous? Elle ne travaille pas pour vous, elle travaille pour Bill Gates qui vous espionne.

 

"Cette pandémie est une crise confortable pour les élites qui dictent cette politique. Cela leur donne la possibilité d'éliminer la classe moyenne, de détruire les institutions démocratiques, de transférer les richesses de nous tous vers une poignée de milliardaires qui s'enrichissent en appauvrissant le reste de la société.

 

"Et la seule chose qui se dresse entre eux et nos enfants est cette foule venue à Berlin. Et nous leur disons aujourd'hui: Vous n'allez pas voler notre liberté, vous n'allez pas empoisonner nos enfants, nous allons réclamer notre démocratie. Merci beaucoup à vous tous de vous battre !"

Repost0
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 13:01
https://www.lifesitenews.com/opinion/witches-and-satanists-have-teamed-up-with-leftists-to-destroy-america

https://www.lifesitenews.com/opinion/witches-and-satanists-have-teamed-up-with-leftists-to-destroy-america

Source: LifeSiteNews

 

Les satanistes et les sorcières invoquaient des pouvoirs maléfiques pour aider ceux qui participent à la violence qui sévit actuellement dans les villes américaines.

Mar 16 juin 2020 - 20 h 34 HNE

 

Par John Horvat

 

16 juin 2020 ( LifeSiteNews ) - Les récentes manifestations étaient censées être des rassemblements d'Américains inquiets qui avaient été horrifiés par la mort de George Floyd. Cependant, de nombreuses manifestations ont dégénéré en émeutes qui ont détruit des parties de villes américaines. Malheureusement, beaucoup ont profité des événements pour présenter d'autres ordres du jour. Les gens qui n'ont absolument rien à voir avec la question de la police communautaire espèrent détourner le débat.

 

Ainsi, la gauche a profité de l'occasion pour rassembler des écologistes, des socialistes, des féministes, des militantes LGBT, des défenseurs de l'avortement et d'autres pour pousser leurs faux récits de lutte de classe dans le public américain. Moins connue, cependant, est l'implication de forces plus sombres. Les satanistes et les sorcières invoquaient des pouvoirs maléfiques pour aider ceux qui participaient à la violence.

 

Lancer des sorts 

 

Les sorcières ne cachent pas leur implication dans les violentes manifestations. Mashable rapporte que les clans des sorcières sont activement impliqués dans la malédiction de la police, qu'ils accusent de brutalité. Elles ciblent particulièrement ceux qui risquent leur vie pour arrêter les émeutes. Les sorcières ont également lancé des sorts demandant la protection des manifestants confrontés à la police. Les activistes sorcières ont utilisé leurs arts sombres comme armes de pointe pour ceux qui veulent s'engager dans une guerre de classe plus spirituelle.

 

Le hashtag #witchesforblm sert de lieu de rencontre pour les sorcières pratiquantes qui veulent apprendre à lancer des sorts de protection, à dessiner des symboles occultes et viser des policiers. Cinq jours après le lancement du hashtag, il a recueilli 10 millions de vues sur l'application TikTok.

 

Les publications incluent souvent des vidéos de sorcières lançant des sorts ou même mettant en scène ce qu'elles pensent qu'il arrivera à la police qu'elles ciblent. Le sortilège peut devenir très personnel alors que les sorcières apprennent aux autres à écrire les noms des policiers individuels sur des papiers, qui sont ensuite brûlés avec des bougies noires. Les sorts visent à apporter le malheur aux officiers déjà en danger tout en défendant la ville du désordre.

 

Les sorcières font partie d'un mouvement grandissant mêlant politique et occulte. De nombreux livres de sorts ont été publiés depuis les élections de 2016 pour conseiller aux militants occultistes comment invoquer les pouvoirs des ténèbres pour des raisons politiques. Les sorcières et les satanistes apparaissent plus souvent en public pour pousser leur agenda et montrer leur mépris pour Dieu et sa loi.

 

Un tel activisme occulte semble en contradiction avec les politiques de gauche passées. La gauche suivait une vision laïque qui ne reconnaissait aucun pouvoir spirituel. Elle a toujours essayé de séparer la politique et le christianisme en qualifiant l'action chrétienne de superstitieuse. Cependant, la gauche accueille désormais des sorcières et des occultistes avec leurs arts sombres sur la place publique. Leur implication dans les récentes manifestations ne devrait surprendre personne.

 

Les médias laïques ont tendance à faire la lumière sur ces actions, les considérant comme presque des curiosités. Ils ne croient pas que les sorcières ont de vrais pouvoirs et les considèrent comme des mécontentes contre le christianisme. Cependant, la gauche laïque n'a également aucun problème à les accepter dans ses rangs malgré l'incrédulité des gauchistes laïques dans le surnaturel. L'histoire occulte du diable opprimé par un Dieu Tout-Puissant s'inscrit dans leur récit fatigué de lutte de classe et nourrit leur dédain pour Dieu.

 

La lutte entre le bien et le mal

 

Les religieux américains n'ont aucun problème à comprendre la présence de l'occulte dans ce combat. Si les prières chrétiennes adressées à Dieu peuvent affecter les événements, les invocations au diable peuvent avoir également des conséquences majeures. En effet, les chrétiens ont longtemps défini l'histoire comme la lutte entre les forces du bien et du mal. Partout où le chaos, la haine et l'agitation existent, l'occulte peut avoir son rôle. C'est l'action salvatrice du Christ qui a vaincu le diable et le péché et préparé le terrain pour la civilisation chrétienne.

 

C'est pourquoi l'implication des sorcières dans les manifestations est si troublante pour les chrétiens qui comprennent toutes les implications de la magie noire. Leur action implique des forces réelles dangereuses et sinistres. L'Encyclopédie catholique définit la magie occultiste comme "l'art d'accomplir des actions au-delà du pouvoir de l'homme à l'aide de pouvoirs autres que le Divin". Pris au sérieux, ses pratiquants attendent et obtiennent l'interférence des démons ou des âmes perdues à des fins mauvaises. L'Église admet que des esprits autres que Dieu peuvent interférer dans les événements, mais jamais sans la permission de Dieu. Les prières d'exorcisme visent à limiter l'action du diable sur les individus et les situations.

 

Dans la crise actuelle, la dernière chose nécessaire est une implication occulte comme les sorts et incantations de la sorcière. Cela ne fera qu'augmenter le chaos et le conflit. Satan est l'esprit de division et de haine. L'Amérique doit maintenant se tourner vers Dieu pour vaincre les actions de Satan, qui rôde, cherchant la ruine des âmes et de sociétés entières.

 

John Horvat est un universitaire, chercheur, éducateur, conférencier international et auteur du livre Return to Order, ainsi que l'auteur de centaines d'articles publiés. Il vit à Spring Grove, en Pennsylvanie, où il est vice-président de l'American Society for the Defence of Tradition, Family and Property.

Add. Dimanche 21 juin 2021. Sur son compte Twitter, Mgr Alexander Sample, archevêque de Portland, en Oregon, fait cette demande () :

 

''Je suis triste de devoir répondre à cela, mais les Disciples de Lucifer de Salem, en Oregon, prévoient une «Marche luciférienne pour un gouvernement mondial» demain (dimanche) au Capitole de l'Oregon à 14h00. Je demande à tous les catholiques de l'Oregon de prier un rosaire à cette heure.'' 

 

Source via Le Forum catholique

Repost0
7 juin 2020 7 07 /06 /juin /2020 14:48
https://www.marcotosatti.com/2020/06/06/nobile-comment-ils-vont-nous-convaincre-dimplanter-la-bio-puce/

https://www.marcotosatti.com/2020/06/06/nobile-comment-ils-vont-nous-convaincre-dimplanter-la-bio-puce/

Marco Tosatti

 

Chers amis de Stilum Curiae, Agostino Nobile nous a envoyé une réflexion sur la situation que nous vivons et sur ses perspectives, même à la lumière de ce qui ressort de la discussion mondiale sur la biopuce. Bonne lecture.

 

Nous remercions Forum France pour cette traduction : http://www.youtube.com/c/FORUMFRANCETV.

 

§§§

La biopuce

 

En citant la deuxième partie de l’article paru en 2010, je tiens à préciser qu’avant de l’insérer dans l’ouvrage “Ce que les catholiques doivent savoir – au moins pour éviter une fin ridicule”, composé d’une quarantaine d’articles, j’ai ajouté les actualités liées aux biopuces sur les bébés.

”Tactique probable pour implanter la biopuce. Des organisations mondiales telles que l’ONU et les lobbies financiers se focaliseront sur la diffusion d’événements particuliers dans le but d’alarmer l’opinion publique et de susciter l’inquiétude, sinon la peur. Les médias montreront – ils le font déjà – le désespoir et l’injustice du monde sans cesse. Les biopuces, nous diront-ils, sont le seul outil qui puisse libérer les citoyens des mauvais jeux financiers qui mettent les pays du monde à genoux. L’ONU proposera une obligation d’implanter la biopuce à tous. Certains politiciens s’y opposeront en raison du droit à la vie privée. Ainsi, elle sera initialement implantée par libre choix. Plus tard, les médias – comme ils l’ont toujours fait depuis la légalisation de l’avortement – bombarderont nos esprits jusqu’à ce qu’ils nous disent les phrases gagnantes habituelles : “quiconque n’accepte pas d’implanter la biopuce est un rétrograde, non civilisé, obscurantiste, un égoïste qui ne se soucie pas du sort d’une société désormais entre les mains de la finance criminelle et des politiciens corrompus. Seuls les stupides et les mal intentionnés peuvent le rejeter.”

Parmi ces hypothèses, il ne faut pas non plus sous-estimer la possibilité d’implantation de biopuces à des nouveau-nés à l’insu des parents (enseigner l’idéologie du genre dans les jardins d’enfants sans en informer les parents n’est que le dernier exemple).

Conspiration ? Début 2014, le chef de la division cardiologie de l’Université de Californie du Sud, Leslie Saxon, a annoncé via les médias officiels que d’ici dix ans il sera possible d’installer une puce électronique sur les bébés, une sorte de tatouage qui surveillera tous les paramètres vitaux. Des pouvoirs puissants contrôlent les médias les plus populaires de la planète et poursuivent un seul objectif : créer un gouvernement mondial qui gère l’économie, l’éthique et la nouvelle religion. La finance est de plus en plus soumise aux intérêts de quelques personnes qui, par l’intermédiaire de leurs banques, contrôlent le marché mondial. Leur puissance économique est estimée en chiffre qui peuvent conduire à l’effondrement de l’économie de la planète. Et étant donné que la monnaie électronique pénètre méthodiquement sur le marché, le système obligatoire de la biopuce semble inévitable.

Oui, l’argent pourrait bientôt devenir un souvenir romantique. Dans les grandes villes suédoises, les bus n’acceptent pas les espèces, les billets sont prépayés ou payés à l’aide d’un téléphone portable enregistré dans votre banque. Tout bien ? Mais non. Priver le citoyen honnête de l’utilisation de l’argent rend la machine coercitive fiscale encore plus efficace et mortelle. La politique sera encore plus insignifiante que maintenant, car le pouvoir sera à 100% entre les mains de multimilliardaires.

Ainsi, à ce rythme, comme cela se produit déjà dans tous les supermarchés et magasins avec des produits marqués d’un code-barres, personne ne pourra plus faire ses achats sans la biopuce. Avec une légère anesthésie locale, le corps étranger électronique sera implanté en quelques secondes. Dans la tête, pour vérifier – comme c’est déjà le cas avec d’autres instruments électroniques – la santé et les émotions. Un autre sera implanté dans la main, pour l’utiliser comme carte d’identité, carte de crédit, etc. Mais peut-être que nous n’aurons qu’un seul tatouage qui résoudra tout à moindre coût. Dérangeant, direz-vous, mais l’avortement dérangeait aussi, et pourtant nous nous y sommes habitués. Et si aujourd’hui quelqu’un osait s’opposer à la pratique de l’avortement, il risquait au moins l’ostracisme.

Entre autres choses, il semble que le code de ce système soit le même que le code à barres utilisé pour tous les produits que nous achetons quotidiennement : le 666. Je ne comprends pas grand-chose à l’électronique, on pourrait penser que ces trois chiffres ont été conçus pour ridiculiser l’Apocalypse de Saint-Jean, mais en fait rien ne change. Il y a environ deux mille ans, l’apôtre – qui évidemment ne connaissait rien à l’électronique et aux biopuces – l’avait prévu : “À tous, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, elle fait mettre une marque sur la main droite ou sur le front, afin que personne ne puisse acheter ou vendre, s’il ne porte cette marque-là : le nom de la Bête ou le chiffre de son nom.

C’est ici qu’on reconnaît la sagesse. Celui qui a l’intelligence, qu’il se mette à calculer le chiffre de la Bête, car c’est un chiffre d’homme, et ce chiffre est six cent soixante-six. (Apocalypse 1 3-16.18). […].”

Ne pouvons-nous rien y faire ? Pas exactement. Je pense qu’il y a un moyen. Nous le verrons dans le prochain article. (À suivre)

 

Agostino Nobile

Repost0
7 juin 2020 7 07 /06 /juin /2020 11:48

Tout comme il y a un État profond, il y a aussi une église profonde qui trahit ses devoirs et renonce à ses engagements appropriés devant Dieu.

Archevêque Viganò, Lettre à Trump, dimanche 7 juin 2020

Source: Marco Tossati

https://www.marcotosatti.com/2020/06/06/vigano-to-trump-people-know-mass-media-are-lying-i-pray-for-you/

https://www.marcotosatti.com/2020/06/06/vigano-to-trump-people-know-mass-media-are-lying-i-pray-for-you/

(traduction)

 

7 juin 2020

 

Dimanche de la Sainte Trinité

 

Monsieur le Président,

Ces derniers mois, nous avons assisté à la formation de deux côtés opposés que j'appellerais bibliques : les enfants de la lumière et les enfants des ténèbres. Les enfants de la lumière constituent la partie la plus visible de l'humanité, tandis que les enfants des ténèbres représentent une minorité absolue. Et pourtant les premiers font l'objet d'une sorte de discrimination qui les place dans une situation d'infériorité morale vis-à-vis de leurs adversaires, qui occupent souvent des positions stratégiques dans le gouvernement, en politique, dans l'économie et dans les médias. D'une manière apparemment inexplicable, les bons sont pris en otage par les méchants et par ceux qui les aident par intérêt personnel ou par la peur.

Ces deux côtés, qui ont un caractère biblique , suivent la séparation claire entre la progéniture de la femme et la progéniture du serpent. D'une part, il y a ceux qui, bien qu'ils aient mille défauts et faiblesses, sont motivés par le désir de faire le bien, être honnête, élever une famille, travailler, donner la prospérité à leur patrie, aider les nécessiteux et, par obéissance à la Loi de Dieu, mériter le Royaume des Cieux. D'un autre côté, il y a ceux qui se servent eux-mêmes, qui n'ont aucun principe moral, qui veulent démolir la famille et la nation, exploiter les travailleurs pour se rendre indûment riches, fomenter des divisions et des guerres internes, et accumuler du pouvoir et de l'argent: pour eux l'illusion fallacieuse du bien-être temporel cédera un jour - s'ils ne se repentent pas - au terrible sort qui les attend, loin de Dieu, dans la damnation éternelle.

Dans la société, Monsieur le Président, ces deux réalités opposées coexistent en tant qu'ennemis éternels, tout comme Dieu et Satan sont des ennemis éternels. Et il semble que les enfants des ténèbres - que nous pouvons facilement identifier avec l'État profond auquel vous vous opposez sagement et qui vous font férocement la guerre ces jours-ci - ont décidé de montrer leurs cartes, pour ainsi dire, en révélant maintenant leurs plans. Ils semblent si sûrs d'avoir déjà tout sous contrôle qu'ils ont mis de côté cette circonspection qui, jusqu'à présent, avait au moins partiellement caché leurs véritables intentions. Les enquêtes déjà en cours révéleront la véritable responsabilité de ceux qui ont géré l'urgence de Covid non seulement dans le domaine des soins de santé mais aussi dans la politique, l'économie et les médias. Nous trouverons probablement que dans cette opération colossale d'ingénierie sociale, il y a des gens qui ont décidé du sort de l'humanité, s'arrogeant le droit d'agir contre la volonté des citoyens et de leurs représentants dans les gouvernements des nations.

Nous découvrirons également que les émeutes de ces jours ont été provoquées par ceux qui, voyant que le virus s'estompe inévitablement et que l'alarme sociale de la pandémie est en train de décliner, ont dû forcément provoquer des troubles civils, car elles seraient suivies d'une répression qui , bien que légitime, pourrait être condamnée comme une agression injustifiée contre la population. La même chose se produit également en Europe, en parfaite synchronisation. Il est tout à fait clair que le recours aux manifestations de rue est déterminant pour les objectifs de ceux qui souhaitent voir quelqu'un élu aux prochaines élections présidentielles incarner les objectifs de l'État profond et qui expriment ces objectifs fidèlement et avec conviction. Il ne sera pas surprenant que, dans quelques mois, nous apprenions une fois de plus que derrière ces actes de vandalisme et de violence se cachent ceux qui espèrent profiter de la dissolution de l'ordre social pour construire un monde sans liberté: Solve et Coagula, comme l'enseigne l'adage maçonnique.

Bien que cela puisse sembler déconcertant, les alignements opposés que j'ai décrits se retrouvent également dans les milieux religieux. Il y a des bergers fidèles qui s'occupent du troupeau du Christ, mais il y a aussi des infidèles mercenaires qui cherchent à disperser le troupeau et à remettre les brebis pour être dévorées par des loups voraces. Il n'est pas surprenant que ces mercenaires soient des alliés des enfants des ténèbres et détestent les enfants de la lumière: tout comme il y a un État profond, il y a aussi une église profonde qui trahit ses devoirs et renonce à ses engagements appropriés devant Dieu. Ainsi, l'ennemi invisible, contre lequel les bons dirigeants luttent dans les affaires publiques, est également combattu par les bons bergers dans la sphère ecclésiastique. C'est une bataille spirituelle dont j'ai parlé dans mon récent appel publié le 8 mai.

Pour la première fois, les États-Unis ont en vous un président qui défend courageusement le droit à la vie, qui n'a pas honte de dénoncer la persécution des chrétiens du monde entier, qui parle de Jésus-Christ et du droit des citoyens à la liberté de culte. Votre participation à la Marche pour la vie, et plus récemment votre proclamation du mois d'avril comme Mois national de la prévention de la maltraitance des enfants, sont des actions qui confirment de quel côté vous souhaitez vous battre. Et j'ose croire que nous sommes tous les deux du même côté dans cette bataille, bien qu'avec des armes différentes.

Pour cette raison, je crois que l'attaque à laquelle vous avez été soumis après votre visite au Sanctuaire national de Saint-Jean-Paul II fait partie du récit médiatique orchestré qui ne cherche pas à combattre le racisme et à ramener l'ordre social, mais à aggraver les dissensions; non pas pour rendre justice, mais pour légitimer la violence et le crime; non pas pour servir la vérité, mais pour favoriser une faction politique. Et il est déconcertant qu'il y ait des évêques - comme ceux que j'ai récemment dénoncés - qui, par leurs paroles, prouvent qu'ils sont alignés du côté opposé. Ils sont soumis à l'État profond, au globalisme, à la pensée alignée, au Nouvel Ordre Mondial qu'ils invoquent de plus en plus au nom d'une fraternité universelle qui n'a rien de chrétien, mais qui évoque les idéaux maçonniques de ceux qui veulent dominer le monde en chassant Dieu des tribunaux, des écoles, des familles et peut-être même des églises.

Le peuple américain est mature et a maintenant compris à quel point les médias grand public ne veulent pas répandre la vérité mais cherchent à la faire taire et à la déformer, répandant le mensonge qui est utile aux fins de leurs maîtres. Cependant, il est important que les bons - qui sont la majorité - se réveillent de leur lenteur et n'acceptent pas d'être trompés par une minorité de personnes malhonnêtes à des fins inévitables . Il faut que les bons, les enfants de la lumière, se réunissent et fassent entendre leur voix. Quelle manière plus efficace de le faire, Monsieur le Président, que la prière, en demandant au Seigneur de vous protéger, vous, les États-Unis, et toute l'humanité contre cette énorme attaque de l'ennemi? Avant le pouvoir de la prière, les tromperies des enfants des ténèbres s'effondreront, leurs complots seront révélés, leur trahison sera montrée, leur pouvoir effrayant ne finira en rien, mis en lumière et exposé pour ce qu'il est: une tromperie infernale.

Monsieur le Président, ma prière est constamment tournée vers la nation américaine bien-aimée, où j'ai eu le privilège et l'honneur d'être envoyé par le Pape Benoît XVI comme Nonce apostolique. En cette heure dramatique et décisive pour toute l'humanité, je prie pour vous et aussi pour tous ceux qui sont à vos côtés au sein du gouvernement des États-Unis. J'espère que le peuple américain est uni avec moi et vous dans la prière au Dieu Tout-Puissant.

Unis contre l'ennemi invisible de toute l'humanité, je vous bénis ainsi que la Première Dame, la nation américaine bien-aimée, et tous les hommes et femmes de bonne volonté.

 

+ Carlo Maria Viganò

 

Archevêque titulaire d'Ulpiana

 

Ancien annonce apostolique aux États-Unis d'Amérique

Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 09:37
Comment George Soros a infiltré la Cour européenne des droits de l'homme

Source: Valeurs Actuelles - n°4343 du 20 au 26 février 2020, pp. 26-35.

 

Un rapport accablant démontre la mainmise du réseau d'ONG du milliardaire sur la CEDH, qui impose à l'Europe son idéologie de la "société ouverte". Révélations exclusives.

 

L'Autriche, la Grèce et l'Italie sont forcées de légaliser les unions homosexuelles; la Pologne est sommée de favoriser le droit à l'avortement; la France est obligée d'autoriser le changement de sexe "sur le papier"; la Hongrie est contrainte d'abolir la prison à vie; la Russie est sanctionnée pour avoir condamné les activistes féministes punks des Pussy Riot; l'Autriche doit légaliser l'adoption par les couples homosexuels; l'application de la Charia en Grèce est validée. Des affaires sans lien entre elles? Au contraire. Chaque fois, c'est la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) qui dicte sa loi à un pays européen. Chaque fois, une ONG liée au réseau de l'Open Society Foundations (OSF) est impliquée dans l'affaire. Chaque fois, l'un des magistrats qui prononcent le jugement est un ancien collaborateur de l'OSF ou de ses affiliées. Chaque fois, la sentence porte la marque de Gorge Soros.

 

GRANDES ENQUÊTES

 

George Soros. Le milliardaire dépense en Europe 90 millions de dollars par an, soit 20 millions de plus que le budget de la CEDH.

 

Chapitre 1 - Aux sources d'une nequête dans les arcanes du Palais des droits de l'homme

 

Il est "celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom". En mai 2018, Valeurs actuelles consacrait un dossier au milliardaire américain d'origine hongroise, qui, écrivions-nous, "est passé maître dans l'art de désordonner le monde sous couvert d'altruisme".  En dévoilant "la machination Soros", notre journal recevait, comme tous ceux qui voient en lui autre chose qu'une philanthrope désintéressé, l'infamant label "complotiste". Critiquer ses desseins, son idéologie et ses méthodes, c'est la certitude d'être rangé dans la case "fachosphère", populiste ou antisémite - ce qui prête à sourir quand on sait que Benyamin Nétanyahou, le Premier ministre israélien, est un virulent anti-Soros. Si le front d'opposition au milliardaire est aussi large, de Viktor Orban à Donald Trump en passant par Vladmirir Poutine, c'est que l'idéologie qu'il diffuse à travers son Open Society Foundations et sa myriade d'ONG a pour but de mettre fin aux nations et d'imposer à l'Occident son idéal de "société ouverte" et sans frontières, chère au philosophe Karl Popper dont il fut le disciple. Deux ans après la publication de cette enquête, un rapport accablant, que Valeurs actuelles révèle en exclusivité, vient éclairer la manière dont George Soros a infiltré la Coeur européenne des droits de l'homme.

 

Tout commence à Strasbourg dans les arcanes du Palais des droits de l'homme, emblématique siège de la CEDH conçu par l'architecte britannique lord Richard Rogers. Parmi les nombreuses ONG évoluant ici, le European Center For Law and Justice (ECLJ) participe depuis plus de vingt ans au jeu d'influence et de lobbying qui se noue auprès des magistrats. Son directeur, Grégor Puppinck, intervient à la Cour dans de nombreuses affaires et entretient de bonnes relations avec la plupart de ses membres. Un jour il entend l'un d'entre eux évoquer l'existence à la Cour de "juges Soros" : on lui indique le cas du hongrois Andras Sajo. L'universitaire est l'un des fondateurs de l'Université d'Europe centrale de George Soros, dont il est par ailleurs un ami de longue date. Lié à l'OSF depuis 1988, il a siégé notamment au Conseil d'administration de l'Open Society Justice Initiative de New York, de 2001 à 2007. C'est au cours de ces années qu'il joue un rôle déterminant dans l'"affaire des crucifix".

 

Flash back. Jeudi 27 juillet 2006 : Soile Lautsi, une mère de famille italienne, saisit la CEDH pour contester la présence de crucifix dans les écoles publiques de la péninsule. Trois ans plus tard, Sajo siège dans la chambre qui condamne l'Italie, considérant que "l'exposition obligatoire d'un symbole d'une confession donnée dans l'exercice de la fonction publique [...] restreint le droit des parents d'éduquer leurs enfants selon leurs convictions." Les crucifix doivent disparaître.

 

Lire : Affaire du crucifix : le pluralisme religieux, un "argument pour imposer le sécularisme" (Grégor Puppinck)

 

Le gouvernement italien confie alors à ... Grégor Puppinck la direction de la stratégie pour obtenir le renvoi en grande chambre. Cette dernière, où Andras Sajo ne siège pas, renverse en 2011 le jugement et donne raison à l'Italie contre la plaignante. Après cette victoire, le juriste est fait cavaliere della Republica par le gouvernement, l'équivalent italien de la Légion d'honneur.

 

Puppinck est aux premières loges, mais il ne soupçonne pas à l'époque l'existence d'une phénomène plus global.

 

[...]

 

Son attention est toutefois attirée, au fil des années, par la recrudescence de jurisprudences plus idéologiques qu'auparavant. La Cour, qui avait l'habitude de rendre des jugements sur le terrain de la justice, se prononce désormais de plus en plus souvent sur ceux de "la tolérance et l'esprit d'ouverture, sans lesquels il n'est pas de 'société démocratique'", et se fait un devoir de "garantir les conditions du 'vivre ensemble' en tant qu'élément de la "protection des droits et libertés d'autrui". Dans les domaines de la liberté d'expression et de la liberté religieuse, ses décisions appuient systématiquement l'idée que "la diversité et le multiculturalisme sont - et doivent rester - des valeurs européennes essentielles."  L'idéologie de l'Open Society Foundations est de plus en plus visible. Dans l'esprit de Puppinck, il devient clair que les affaires 'sociétales' "font l'objet d'un traitement spécial, toujours progressiste". En 2018, il entreprend d'analyser l'histoire et la jurisprudence de la Cour sur ce terrain, pour en exposer les ressorts idéologiques - cela donne naissance au livre Les Droits de l'homme dénaturé (Les Éditions du Cerf). Mais c'est un épisode récent qui qui achève de le convaincre de la nécessité de se pencher cette fois-ci sur le fonctionnement interne de la Cour. Alors que la France vit l'épilogue de l'affaire Vincent Lambert, l'ECLJ travaille encore aux recours internationaux déposés au nom des parents du patient en état pauci-relationnel. Les Nations unies acceptent ce recours, de même que la cour d'appel de Paris. Mais la CEDH les rejette tous, "d'un revers de la main, sans examen sur le fond", se souvient Puppinck. Manifestement c'est jugé d'avance.

 

Soros aime à se présenter comme "un chef d'État sans État". Il n'a en effet nul besoin d'Etat pour mener à bien son projet... Les 47 pays signataires de la Convention européenne des droits de l'homme sont dans l'obligation de mettre leurs législations nationales en conformité avec la jurisprudence établie par la Cour. Pourquoi donc tenter d'influencer 47 Etats différents quand on peu directement leur dicter ce qu'ils doivent faire par l'intermédiaire d'une juridiction supranationale ? L'affaire des crucifix trotte dans la tête de Grégor Puppinck, qui a assisté, depuis, à plusieurs situations dans lesquelles les liens d'un juge avec une organisation pouvaient affecter un jugement. Le docteur en droit entreprend alors un premier travail de fourmi : passer au crible les curriculum vitae des 100 juges ayant siégé depuis 2009 pour identifier leurs liens avec les ONG actives auprès de la CEDH. Il épluche méticuleusement toutes les données publiques mises à disposition par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Cette recension le mène beaucoup plus loin que ce à quoi il s'attendait. Six mois de recherche méthodique plus tard, il en tire une enquête fouillée appuyée par près de 200 pages d'annexes. Son travail dévoile un système qui a permis au réseau d'ONG de George Soros d'étendre son influence sur la Cour européenne des droits de l'homme et de la convertir progressivement à son idéologie.

 

Chapitre 2 - ONG, juges et rideau de fer.. les raisons d'une accointance

 

[...]

 

À l'époque du rideau de fer, la Cour fut pensée en opposition au pouvoir des États : chaque citoyen victime d'une oppression dans son pays peut présenter son cas à l'institution et espérer qu'elle lui donne raison contre son pays d'origine. Les ONG jouent un rôle central dans ce dispositif, car elles sont censées être indépendantes des gouvernements. Bien souvent, les requêtes sont déposées au nom d'un particulier par une ONG. Celle-ci peut également intervenir au cours de procès dans lesquels elle n'est pas requérante, par l'intermédiaire de la "tierce-intervention", procédé qui permet de soumettre aux juges des éléments d'appréciation dans une affaire.

 

Dans certains pays, notamment les petits pays d'Europe de l'Est, il peut s'avérer très utile de "piocher" dans les ONG des juristes à la fois expérimentés en matière de droits de l'homme et indépendants à l'égard du gouvernement, ce qui n'est pas forcément le cas des hauts magistrats. "Avoir des juges issus d'ONG n'est pas gênant en soi, explique Puppinck, à condition que certaines ONG ne soient pas surreprésentées." C'est là tout le problème : les dix années passées au microcosme par Puppinck montrent qu'il existe un très net déséquilibre en faveur de candidats issus de l'Open Society et de son réseau.

 

 

Chapitre 3 - Quand les "juges Soros" investissent la Cour des droits de l'homme

 

Soros, combien de divisions ? Entre 2009 et 2019, sept ONG - toutes liées à l'Open Society - ont 'envoyé' certains de leurs collaborateurs à la Cour pour qu'ils y deviennent juge permanent. Parmi les 100 juges ayant siégé au cours de cette période, 22 ont un lien direct avec l'une de ces ONG, "que ce soit comme dirigeant, bénéficiaire de leurs financements ou comme participant notable et régulier à leurs activités", précise le compte rendu du rapport. Pour des raisons méthodologiques, Puppinck ne prend en compte dans son analyse que les juges dont le lien avec l'une de ces sept ONG est direct, mais si l'on prend en compte des liens plus indirects (l'OSF finance des centaines d'organisation et d'institutions), le nombre monte bien au-delà... [...] toutes sont financées parfois très largement par l'organisation dans laquelle George Soros a investi 32 milliards de dollars depuis 1984. Comment imaginer par exemple que Human Rights Watch puisse ne pas rendre de comptes à l'OSF, qui lui a versé 100 milliards de dollars américains depuis 2010 ? Ou les comités Helsinki, dont 40% du budget en 2017 était issu des ressources du milliardaire et de sa fondation ? La même année, la Commission internationale des juristes recevait 650 000 dollars, Amnesty International 300 000 dollars en 2016. Pour se convaincre de la convergence des intérêts de ces différentes organisations, il  suffit de citer l'Open Society, qui revendique sur son son site Internet le fait que le lien établi avec ses bénéficiaires ne soit pas seulement financier mais vise à mettre en place de véritables "alliances pour atteindre des objectifs stratégiques du programme de l'open society". L'OSF et les ONG qu'elle finance partagent donc, selon la première citée, les mêmes visées.

 

[...]

 

Dans les discours, ce soft power exercé par l'OSF prend la forme de la défense des droits de l'homme, des libertés individuelles, de la démocratie ou de la lutte contre le réchauffement climatique; dans les faits, elle se concrétise par l'action en faveur de la disparition des frontières, l'apologie de l'immigration, la promotion de l'euthanasie et de l'avortement ou la dépénalisation de la drogue et de la prostitution.

 

Chapitre 4 - Où se dessine le portrait d'un milliardaire militant... et intéressé

 

[...]

 

Dans ce contexte, "l'influence de la tournure d'esprit du juge, de ses idées et de sa formation, est considérable, explique Puppinck. Les droits de l'homme sont une discipline par nature fortement idéologique : on peut faire dire à la Convention une chose et son contraire. Si un juge estime que la légalisation de la GPA s'impose au nom de la liberté, ou si, au contraire, il la condamne au nom de la dignité, il pourra faire dire les deux au même texte."

 

[...]

 

Ce constat est d'autant plus dommageable que les juges européens sont sélectionnés selon des critères principalement politiques - l'instance chargée de les élire, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, est elle-même éminemment politique. Il suffit pour s'en convaincre de constater qu'il est de bon ton à la CEDH d'arborer autour du cou un cordon de badge aux couleurs de l'arc-en-ciel - fourni par le Conseil de l'Europe -, ou de voir que les juges ont renoncé depuis plus de dix ans à l'emploi des expressions "Madame" et "Monsieur", trop 'genrées' selon eux. Aux États-Unis, personne ne prétend que les membres de la Cour suprême n'ont pas d'opinion politique; ils sont choisis selon ces critères. Mais en Europe, l'illusion de la neutralité politique des juges persiste et ce fantasme ne fait que renforcer le poids de leurs décisions.

 

[...]

 

Chapitre 8 - Le dilemmne moral d'un lanceur d'alerte face à l'implacable machine Soros

 

[...] 

 

Si son ONG, le European Center for law and Justice participe à ce système, c'est qu'il (Puppinck) estime utile et nécessaire l'existence d'une telle institution. Mais continuer à y œuvrer en ayant connaissance de la situation serait selon lui hypocrite : "Pourquoi jouer un jeu dont on sait que les règles sont faussées ? Si on n'arrête pas ce phénomène, la CEDH va perdre son indépendance. Or, celle-ci doit être préservée à l'égard non seulement des États, mais aussi des ONG, en particulier l'Open Society."

 

[...]

 

En septembre 2018, l'OSF de Hongrie et le Comité Helsinki du même pays déposaient des requêtes à la Cour européenne des droits de l'homme contre la loi hongroise "Stop Soros", dont l'objectif consiste à limiter l'influence du "philanthrope" dans le pays, notamment en matière d'immigration. Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe et la Commission de Venise ont déjà donné leur avis: selon eux, la nouvelle disposition de la loi hongroise qui introduit l'infraction de "facilitation de l'immigration irrégulière" est illégale et devrait être abrogée. Quelle sera l'attitude des juges liés à l'Open Society dans cette affaire ? La Hongrie a-t-elle une chance d'obtenir justice alors que l'attaque provient de la main même qui nourrit certains magistrats européens ? Ceux qui croient dans le projet européen et tiennent à l'idée même d'une Cour des droits de l'homme ne peuvent plus détourner le regard.

Repost0
30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 14:01

RADIO-Québec, édition du 29 mai 2020. 

 

"On va parler aujourd'hui de l'échec avéré du plan mondialiste avec la Covid19. Ils vont finalement lancer la serviette.

 

"C'est le thème du WEB-Journal. On dit alors que les complotistes ont presque toujours raison. Et là, les journalistes commencent à se réveiller. Ils commencent à sortir des trucs que nous on dit depuis... un mois et demi, deux mois.

 

"C'est pas la première fois que les journalistes sont à la remorque de ce qui se passe sur le Web, en fait, ils le sont tout le temps.

 

"Première grosse nouvelle. 

 

"Finalement, une représentante de l'O.N.U., de l'Organisation mondiale de la Santé, dit que 'finalement on est en train d'écarter de plus en plus la possibilité d'une deuxième vague. Il n'y aura pas de deuxième vague de coronavirus.' (Une information du 26 mai. Sources: 1, 2)

 

"Cela fait un mois qu'on le dit. Didier Raoult le disait : 'Il n'y aura pas de deuxième vague.' Ce genre d'épidémie-là  ne fonctionne pas comme à dos de chameau et après cela disparaît.

 

"Il y a aussi ce mathématicien israélien dont on parlait et qui disait que le coronavirus disparaît après quarante jours. Il y a un pic et après quarante jours il disparaît de lu-même, qu'il y ait confinement ou non.'

 

"C'est exactement tout ce qui est en train de se passer.

 

"Leur plan a échoué pour différentes raisons, notamment parce que leur discours a manqué de cohérence.

 

"L'opération, le plan C qu'ils ont lancé mondialement était une entreprise tellement grosse qu'elle a été pratiquement impossible à gérer.

 

"L'opération Covid a été impossible à gérer planétairement. Cela prenait une cohésion dui discours et un contrôle de l'information qu'ils n'ont jamais été capables d'obtenir.

 

"De sorte que à cause d'internet, à cause des interventions sur You-Tube de Didier Raoult, de plusieurs médecins qui ont pris la parole, de tous les citoyens journalistes qui ont parlé, de ceux qui ont publié des videos montrant par exemple une personne disant : 'J'ai un gars qui s'est suicidé et finalement ils lui ont mis COVID sur le certificat de décès.' Leur discours s'est lézardé et la cohésion interne du discours mondialiste s'est effondré comme un château de cartes. Ils n'ont pas été capables de contrôler l'information. C'était pourtant l'objectif de l'"Evènement 201' (Event 201) piloté par Bill gates qui disait que 'les gouvernements et le secteur privé devraient signer une très grande priorité à développer des méthodes destinées à combattre la désinformation à la prochaine grande pandémie.'

 

En fait avec l'évènement 201 ils ont testé et fait une simulation d'un événement d'une pandémie de coronavirus qui tue 65 millions de personnes. Cela, c'était le virus qu'ils attendaient, une vraie pandémie avec 3,5 de taux de létalité.

 

"Ils n'ont pas eu cela (mais entre 0,5 et 0,8 soit le niveau d'une grippe.)

 

"Le point 7 de cet évènement 201 c'était le contrôle des médias qui n'a pas eu lieu et qui a fait que le narratif mondialiste s'est effondré.

 

Lire : Le Covid-19 est une maladie qui tue moins qu’on ne le pensait au départ de la pandémie

 

"Et ils viennent, selon moi, de jeter la serviette avec le fait de renoncer à cette idée de deuxième vague. Parce que la deuxième vague était censée nous amener au second tour à l'élection américaine en faisant peur aux gens, en les gardant à la maison, gardant la distanciation sociale et le promouvoir le vote par la poste, avec la possibilité énorme de fraude par le vote à la poste.

 

"La seconde vague devait servir à amener les Etats-Unis au second tour. 

 

"Partout (au Danemark, en Australie), cette idée de seconde vague est en train de s'éteindre et il n'y aura pas de vaccin obligatoire. Ce sont de très bonnes nouvelles. 

 

"Mais ce n'est pas simplement que leur narratif s'est effondré. Il y a aussi autre chose, c'est que leur événement a réveillé tellement de personnes ! On a les chiffres maintenant au Québec, c'est 50% des personnes qui croient aux thèses 'conspirationnistes'.

 

"On a donc vu là les masques tomber. On a vu les journalistes mentir, pousser la peur. Et là on a vu les mondialistes dire que cela coûte trop cher, l'idée de poursuivre (leur plan) coûtait trop cher aux mondialistes. Et ils ont dit on va laisser tomber la seconde vague. On va laisser tomber l'événement. On va essayer de garder nos structures et de faire un mea culpa.

 

"Mais il est trop tard. Et on voit partout au Québec des articles qui finalement reprennent ceux de Dutrizac et ceux de Politiquement incorrect de Richard Martineau, et ceux de Gaël Campan, sur le taux de mortalité de la Covid revu à la baisse. ("Taux de mortalité 10 fois moindre". "On a surestimé le nombre de morts du Covid", "le coronavirus pourrait être dix fois moins létale qu'initialement estimé par l'O.M.S.). Nous avions, nous, des chiffres bien avant les autres et là ils commencent à lâcher du lest parce que les gens se retournent contre eux. Ils sont submergés d'informations venant de la part des guerriers du net." (Fin de citation)

Repost0
13 mai 2020 3 13 /05 /mai /2020 18:55
https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vrai-ou-fake-la-planification-dune-pandemie-pour-installer-une-dictature-mondiale_3962307.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vrai-ou-fake-la-planification-dune-pandemie-pour-installer-une-dictature-mondiale_3962307.html

FranceTvInfo publie un article évoquant "un rapport en 2010" de "la fondation américaine Rockefeller" "qui prévoyait une pandémie et une réponse autoritaire. Certains internautes crient au complot."

La première phrase de l'article mentionne : "La fondation américaine Rockefeller a publié un rapport en 2010 qui prévoyait une pandémie et une réponse autoritaire." (Sic)

La traduction d'une phrase du rapport dans la video de l'article mentionne : "Une fois la pandémie passée, ce contrôle plus autoritariste et cette surveillance des citoyens et de leurs activités ont persisté et se sont même intensifiés." Tout rapport avec la suppression de nos libertés depuis deux mois est un pur hasard...

L'article de FranceTv Info poursuit :

"En 2010 (la fondation Rockefeller), elle a établi avec un partenaire quatre scénarios pour le futur de la technologie et du développement international.

[...]

"L’un d’entre eux prévoit une pandémie et ses conséquences. Une souche de grippe provenant de l’oie sauvage se propage à travers le monde. Elle tue huit millions en sept mois. 20% de la population est infectée. La plupart des décès sont des jeunes adultes en bonne santé. La fondation prévoyait la possibilité d’une réponse autoritaire des gouvernements. La fondation n’est pas la seule à avoir imaginé ou alerté sur les risques d’une pandémie. Elle a bien publié en 2010 une étude qui prévoit l’émergence d’une pandémie mais il s’agissait d’étudier des scénarios de réaction à une crise sanitaire et non pas d’un plan pour instaurer une dictature mondiale. Le rapport alertait même sur les risques que pouvaient faire peser une telle crise sur nos démocraties". (sic)

Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 18:37
https://www.lanuovabq.it/it/benedetto-papato-spirituale-vs-dittatura-anticristica

https://www.lanuovabq.it/it/benedetto-papato-spirituale-vs-dittatura-anticristica

( traduction rapide )

 

Les réponses de Ratzinger dans le livre de Seewald, "Benedikt XVI: Ein Leben", en disent beaucoup plus que ce qui s'est produit jusqu'à aujourd'hui. Le pouvoir de l'Antéchrist ne se révèle pas seulement avec la légitimité de l'avortement et des unions homosexuelles, mais s'incarne dans une "dictature mondiale d'idéologies apparemment humanistes" qui exclut les chrétiens fidèles du consensus social. Ceci est lié à la renonciation et au titre de "Pape émérite", avec lequel Benoît XVI entendait renforcer le pouvoir spirituel de l'Église. Qui est basé sur la prière.

 

Les paroles de Benoît XVI, divulguées dans le livre fraîchement imprimé de Peter Seewald, Benedikt XVI : Ein Leben, ne sont pas passées inaperçues. L'avortement et les unions homosexuelles, sont des signes de l'Antichrist: voilà l'essentiel de ce qui s'est produit passé jusqu'à aujourd'hui, dans lequel l'anti-modernité de Ratzinger a été immédiatement dénoncée, qui pour la blâmer et qui pour la féliciter.

 

Mais dans les réponses de Benoît XVI, rapportées dans la dernière section du livre, il y a beaucoup plus de contenu : il y a une lecture approfondie du moment où nous vivons, une clarification (définitive?) Du sens de sa "démission" et du rôle du Pape émérite, manifestation de la réalité profonde de l'Église. Allons par ordre.

 

Ce sont 20 questions que Seewald a posées au pape émérite à l'automne 2018. Ratzinger lui avait répondu poliment, mais, dans une lettre du 12 novembre, il avait également précisé que "ce que vous me demandez, va certainement dans la situation actuelle de l'Église" et que la réponse à ces questions "serait inévitablement une ingérence dans le l'action du pape actuel. Tout ce qui va dans ce sens, je le devais et je veux l'éviter".

 

Il est important de garder ce contexte à l’esprit: les déclarations inédites de Benoît XVI sont donc des indications qui vont très loin dans la compréhension de ce que vit l’Église à cette heure de son histoire et qu’à un certain moment, il a été décidé de publier, malgré le risque qu'elles puissent être comprises comme une invasion de terrain. De plus, précisément dans ces réponses, Ratzinger souligne que "l'affirmation selon laquelle je participe régulièrement au débat public est une distorsion malveillante de la réalité".

 

Le Pape émérite résume notre époque comme une "crise de l'existence chrétienne" qui découle directement d'une "crise de la foi". C'est dans la dimension de l'apostasie en cours - qui menace la présence chrétienne dans le monde - que nous devons nous interroger.

 

La vraie bataille n'est pas au niveau des problématiques internes de la Curie romaine ; ce ne sont pas les Vatileaks qui menacent la papauté ("je dois dire que l'éventail des choses qu'un Pape peut craindre est considéré comme trop limité"), mais dans la manifestation de l'Antichrist dans une dictature mondiale, qui conduira les chrétiens fidèles à être exclus de la vie sociale : "La véritable menace de l'Église et donc du ministère pétrinien [réside] dans la dictature mondiale d'idéologies apparemment humanistes, dont la contradiction conduit à l'exclusion du consensus fondamental de la société". C'est dans ce contexte plus large que le Pape émérite fait référence à l'avortement, aux mariages homosexuels et à la production d'êtres humains en laboratoire, comme signes de cette dictature humaniste. Et il insiste: "La société moderne est en train de formuler une croyance antichrétienne, opposée à laquelle nous sommes punis d'une excommunication sociale. La peur face à ce pouvoir spirituel de l'Antichrist est alors naturelle et l'aide de la prière de tout un diocèse et de l'Église mondiale est vraiment nécessaire pour y résister".

 

Ces paroles providentielles éclairent la situation que nous vivons : la suspension des messes avec le peuple, la soumission de la vie de l'Église aux conditions pseudo-sanitaires dictées par les experts en service, est déjà un indice très éloquent de ce qui est et sera le lieu d'exercice de l'Église dans le monde du nouvel humanisme tant proclamé.

 

Notre époque est donc clairement anti-chrétienne et nous devons lutter "contre les Principautés et les Puissances, contre les dirigeants de ce monde obscur, contre les esprits du mal qui vivent dans les régions célestes" (Ep 6, 12), une bataille qui se mène essentiellement par la prière.

 

Et c'est devant l'Antichrist que le pape Benoît s'est aperçu qu'il se trouvait, pendant son pontificat, et même maintenant, en tant que pape émérite. Si l'on entre dans cette perspective, on peut alors mieux comprendre les raisons profondes de son choix et "l'obstination" à garder le titre de Pape émérite, thème qui occupe la plupart des questions posées par Seewald.

 

Ce n'était pas la corruption de la Curie, ce n'était pas une menace qui lui avait fait franchir le pas en 2013, chose qu'il avait définitivement décidée dans son cœur depuis août 2012, alors qu'il était à Castel Gandolfo pour renforcer un peu ses forces.

 

Seewald tente alors de comprendre pleinement le sens de sa démission, proposant au pape émérite l'analyse du philosophe Giorgio Agamben : avec sa renonciation, Benoît XVI voulait renforcer le pouvoir spirituel de l'Église et anticipait en quelque sorte la séparation entre Jérusalem et Babylone, qui coexistent dans l'Église et dans le monde. Et ici, Ratzinger "s'est confessé et n'a pas nié et s'est confessé" (cf. Jn 1, 20) ; il s'accroche à son bien-aimé saint Augustin pour se rappeler que les uns ne sont dans l'Église qu'en apparence et que d'autres, sans le savoir lui appartiennent et que "jusqu'à la fin des temps, l'Église évolue comme un pèlerin parmi les persécutions du monde et les consolations de Dieu" (De Civitate Dei XVIII, 51, 2). Puis le commentaire des paroles du grand évêque d'Hippone : "Il y a des moments où la victoire de Dieu sur les puissances du mal se manifeste par la consolation et d'autres où la puissance du mal obscurcit tout.

 

Il semble que nous nous trouvions dans la seconde situation, qui ne doit cependant pas nous faire oublier que toujours "dans l'Église on peut reconnaître, au milieu des tribulations de l'humanité et de la puissance qui génère la confusion, la puissance silencieuse de la bonté de Dieu". Et c'est à cause de cette épaisse obscurité, à cause de cette montée de l'Antéchrist, qu'il faut comprendre le choix de laisser le leadership "actif" et, en même temps, de conserver le titre de Pape émérite.

 

Ratzinger revient sur le débat qui, à l'époque de Vatican II, avait conduit à la définition juridique de "l'évêque émérite", solution trouvée par l'évêque de Passau, Mgr. Simon Konrad Landersdorfer: "Émérite signifie qu'il n'était plus le détenteur actif du siège épiscopal, même s'il était dans la relation particulière d'un évêque avec son ex-siège. Par conséquent, d'une part, il était essentiel de prendre en compte la nécessité de définir sa fonction par rapport à un véritable diocèse, sans toutefois en faire le deuxième évêque du diocèse. Le mot "émérite" signifiait qu'il avait entièrement renoncé à ses fonctions, mais son lien spirituel avec le siège qu'il occupait jusqu'à présent était désormais également reconnu comme une qualité juridique". Le lien spirituel, du point de vue de la foi, n'est pas quelque chose d'accessoire, un contenu pour vous faire sentir encore utile; au contraire, l'essence de la tâche spirituelle "est de servir son diocèse de l'intérieur, du côté du Seigneur, en priant avec et pour".

 

Mais est-il possible d'affirmer la même chose pour le Pape? Réponse: "On ne voit pas pourquoi cette figure juridique ne devrait pas s'appliquer à l'évêque de Rome. Dans cette formule, nous avons les deux choses: pas de pleine puissance juridique concrète, mais une affectation spirituelle qui, même si elle est invisible, reste", car cette "union spirituelle ne peut en aucun cas être supprimée". C'est cette "révolution" voulue par Ratzinger avec son choix : que la force spirituelle soit considérée comme quelque chose d'essentiel pour l'Église, comme la réalité la plus profonde. Et en tant que telle, elle est également reconnue juridiquement.

 

Face à des tentatives continues, inutiles et préjudiciables de vouloir réformer l'Église en modifiant la structure de la Curie, en inventant de "nouveaux" plans pastoraux, etc., Benoît XVI a en quelque sorte imposé la primauté de la dimension spirituelle, à travers la reconnaissance juridique du Pape émérite. C'était un acte radical pour pousser les chrétiens à comprendre que la prière est une substance, que la dimension spirituelle est prioritaire et plus concrète que toute action matérielle, car cela signifie agir "de l'intérieur, du côté du Seigneur".

 

On était là sur la bonne voie. C'est principalement à ce niveau qu'il faudra mener la grande bataille de notre temps.

 

Article avec la collaboration de Katharina Stolz

Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 07:55

Mgr Schneider a prononcé ce discours à l'occasion du 300e anniversaire de la fondation de la franc-maçonnerie en 1717 en Angleterre et a aimablement accordé à LifeSiteNews la permission de le publier.

https://www.lifesitenews.com/blogs/bishop-schneider-explains-true-face-of-freemasonry

https://www.lifesitenews.com/blogs/bishop-schneider-explains-true-face-of-freemasonry

8 mai 2020 ( LifeSiteNews ) - Dans un discours qu'il a prononcé en 2017 à la Fondation pontificale Kirche in Not (Aide à l'Église en détresse) en Allemagne, Mgr Athanasius Schneider a présenté l'histoire et les principales caractéristiques de la franc-maçonnerie. Dans sa présentation, il précise que la maçonnerie forme une "anti-Eglise" et a, dans ses degrés supérieurs, une orientation satanique.

 

Mgr Schneider a prononcé ce discours à l'occasion du 300e anniversaire de la fondation de la franc-maçonnerie en 1717 en Angleterre. Il a aimablement fourni à LifeSiteNews une traduction anglaise de son manuscrit et nous a donné la permission de le publier.

 

Dans sa présentation, le prélat a clairement indiqué que la franc-maçonnerie travaille contre l'Église catholique et que ses degrés supérieurs se sont engagés à adorer Satan. Il écrit:

 

"Dans les premiers degrés de la franc-maçonnerie est vénéré une divinité incertaine et nébuleuse en tant que 'Grand Architecte de l'Univers' qui, dans les grades supérieurs puis dans les grades supérieurs, devient de plus en plus concret; dans les grades supérieurs, cette divinité incertaine est identifiée comme Lucifer, comme Satan, comme le bon dieu, l'adversaire de Dieu; et le vrai Dieu est ici le 'mauvais Dieu'."

 

La franc-maçonnerie, poursuit Schneider, est une 'religion naturaliste', un mélange de panthéisme, de gnose et de 'salut par soi-même'»; cependant, cette 'religion' n'est qu'apparemment tolérante. Mais en réalité, la franc-maçonnerie est une religion 'extrêmement exigeante et intolérante'. Cette intolérance découle enfin des traits sataniques de la franc-maçonnerie supérieure, comme l'explique l'évêque Schneider.

 

Le prélat allemand a en outre cité le pape Pie VIII qui, en 1829, a dit à propos de la franc-maçonnerie: "C'est une secte satanique, qui a son démon pour dieu". L'essence de la religion maçonnique "consiste en la perversion, c'est-à-dire la subversion de l'ordre divin de création et de la transgression des lois données par Dieu".

 

Mgr Schneider montre que la franc-maçonnerie est satanique et travaille contre l'Église catholique et la société chrétienne. Il le fait à l'aide de plusieurs exemples historiques, où les francs-maçons étaient des figures de proue, par exemple lors de la Révolution russe (Alexander Kerensky).

 

À la lumière des paroles de Schneider, il convient de mentionner ici qu'en 2017, l'historien allemand Dr Michael Hesemann a découvert un document historique - une lettre de 1918 du cardinal Felix von Hartmann au nonce apostolique en Allemagne, l'archevêque Eugenio Pacelli - qui met en garde Rome contre le plan maçonnique derrière la révolution qui avait lieu en Allemagne et en Russie, entre autres, et qui visait la lutte contre les monarchies et l'Église catholique.

 

Von Hartmann a écrit le 8 novembre 1918:

 

"Sa Majesté l'Empereur [l'empereur allemand Guillaume II] vient de me le faire savoir", selon les nouvelles qui lui sont parvenues hier, le Grand Orient vient de décider d'abord de déposer tous les souverains - tout d'abord lui, l'empereur - puis de détruire (?) L'Église catholique, d'emprisonner le pape, etc. et, enfin, d'établir sur les ruines de l'ancienne société bourgeoise une république mondiale sous la direction de la grande capitale américaine. Les francs-maçons allemands sont censés être fidèles à l'empereur [allemand] (ce qui est douteux!) Et ils l'ont informé de cela. L'Angleterre veut également préserver l'ordre bourgeois actuel. La France et l'Amérique, cependant, seraient sous la pleine influence du Grand Orient [Loge maçonnique]. Le bolchevisme serait l'outil extérieur pour établir les conditions souhaitées. Face à un si grand danger qui menace en plus de la monarchie, aussi l'Église catholique; il est donc important que l'épiscopat allemand soit informé et que le pape soit également averti.

 

Jusqu'ici le message de Sa Majesté. Je me suis cru obligé de le transmettre à Votre Excellence, et je dois laisser à Votre jugement le soin de transmettre ce message à Rome. La demande orageuse des sociaux-démocrates [allemands] que l'Empereur abdique donne une certaine confirmation à ce message. Que Dieu nous protège, nous et sa Sainte Église, dans cette terrible tourmente!"

 

Ce document historique, que le Dr Hesemann a trouvé dans les Archives secrètes du Vatican, peut soutenir de manière unique les arguments de Mgr Schneider tels qu'ils ont été exposés dans son discours de 2017.

 

Plus en relation avec les événements actuels, Mgr Schneider est en mesure de prouver que les francs-maçons ont joué un rôle de premier plan dans la révolution sexuelle des années 1960 en France et que les francs-maçons eux-mêmes ont déclaré publiquement qu'ils étaient en faveur de l'octroi par la France du "mariage" du même sexe, de l'euthanasie et de l'avortement. Mgr Schneider a déclaré:

 

"En 2012, le journal paroissial Le Figaro a publié un dossier complet sur la franc-maçonnerie, et Le Figaro a laissé les meilleurs membres de la franc-maçonnerie parler dans son forum de presse. L'un de ces responsables maçonniques a déclaré ouvertement que les lois légalisant l'avortement, le soi-disant 'mariage de même sexe' ou 'mariage pour tous' et l'euthanasie ont été préparées dans les 'laboratoires' maçonniques idéalistes, puis, avec l'aide du lobbying et par le biais de leurs membres au Parlement et au gouvernement, elles ont été adoptées dans la législation.' [Supplément LE FIGARO, 20-21 juillet 2012). Ndlr. ]

 

Enfin, Mgr Schneider a rappelé à son auditoire que, malgré la puissance écrasante de ces forces, le Christ lui-même est le Victorieux et le Seigneur de l'histoire. Il a également exhorté tous à prier pour les francs-maçons qui sont pris au piège dans ce réseau maléfique car il met leur âme en danger. Schneider nous a également rappelé que l'Église catholique, dans une déclaration de 1983, a clairement exprimé sa condamnation claire de la franc-maçonnerie lorsqu'elle a déclaré:

 

"Le jugement négatif de l'Église en ce qui concerne l'association maçonnique reste inchangé car leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l'Église et, par conséquent, leur appartenance reste interdite. Les fidèles qui s'inscrivent dans des associations maçonniques sont dans un état de grave péché et peuvent ne pas recevoir la sainte communion."

 

Cet important et savant discours de Mgr Schneider peut nous aider à comprendre peut-être aussi les événements actuels dans l'Église et dans la société. Le pape Benoît XVI, alors qu'il était encore cardinal, a déclaré au Dr Robert Moynihan qu'il considérait la franc-maçonnerie comme la plus grande menace pour l'Église catholique.

 

De plus, dans une interview de 2018 avec Peter Seewald - qui est incluse dans une nouvelle biographie qui vient d'être publiée en Allemagne - le pape Benoît XVI a également souligné l'agression pro-avortement et l'agenda pro-homosexuel d'aujourd'hui et a parlé ici de "dictature" et de la "puissance spirituelle de l'Antichrist."

 

"Aujourd'hui, on est excommunié par la société si on s'y oppose [à cet agenda]", a ajouté le pape à la retraite. "La société moderne est en train de formuler un credo antichrétien, et si l'on s'y oppose, on est puni par la société d'excommunication", a-t-il poursuivi.

 

Ici, le Pape à la retraite a prononcé les mots perçants sur l'Antichrist: "La peur de cette puissance spirituelle de l'Antichrist n'est alors que plus que naturelle, et elle a vraiment besoin de l'aide de prières de la part d'un diocèse entier et de l'Église universelle pour y résister."

 

Ci-dessous le texte intégral de Mgr Schneider:

Le vrai visage de la franc-maçonnerie

En 2017, la franc-maçonnerie a célébré son 300e anniversaire de sa fondation le 24 juin 1717. Selon les rapports officiels, elle était le résultat d'une réunion de quatre "loges" ou sociétés secrètes, qui formaient alors la Grande-Loge de Londres. Un membre du clergé protestant, James Anderson, a écrit les premiers statuts maçonniques.

 

L'Église catholique a condamné cette association de fond pseudo-religieux déjà 20 ans après son début avec la punition ecclésiale la plus élevée, l'excommunication. Pourquoi? Parce que la franc-maçonnerie est une "religion naturaliste, un mélange de panthéisme, de gnose et de "salut de soi. Cette "religion" n'est qu'apparemment tolérante. En fait, c'est [une] religion [extrêmement] extrêmement exigeante et intolérante. Les francs-maçons disent d'eux-mêmes qu'ils seraient les "initiés", les "parfaits" et les "illuminés". Et l'humanité restante est pour eux profane, imparfaite et plongée dans l'obscurité.

 

La religion maçonnique entend l'indépendance du vrai Dieu, afin que l'être humain se tienne dans la position de Dieu, prenne la place de Dieu et décide du bien et du mal.

 

Dans les premiers degrés de la franc-maçonnerie est vénéré une divinité incertaine et nébuleuse en tant que 'grand architecte de l'univers', qui devient de plus en plus concret aux niveaux supérieurs puis supérieurs. Dans les grades supérieurs, cette divinité incertaine est identifiée comme Lucifer, comme Satan, comme le bon dieu, l'adversaire de Dieu; et le vrai Dieu est ici le "mauvais Dieu".

 

L'Église reconnaît que la franc-maçonnerie est une société secrète et toujours plus puissante avec un contenu pseudo-religieux, qui s'est répandue très rapidement dans d'innombrables organisations affiliées et souvent sous des noms différents, qui a pénétré les niveaux les plus puissants de la société, de la politique et du monde de la finance.

 

C'est le pape Pie VIII qui, en 1829, a donné l'une des définitions les plus justes et les plus précises de la franc-maçonnerie: "C'est une secte satanique, qui a son démon pour dieu" (cf. Encyclique Traditi humilitati nostrae). L'essence de la religion maçonnique consiste en la perversion, c'est-à-dire la subversion de l'ordre divin de création et de la transgression des lois données par Dieu; les membres de la franc-maçonnerie à ses degrés supérieurs voient dans cette perversion le "vrai progrès" de l'humanité, la construction mentale du temple de l'humanité. Au lieu de la révélation de Dieu, il y a le secret maçonnique et l'être humain se fait finalement dieu (cf. X. Dor, Le Crime contre Dieu, Chiré-en-Montreuil, 2016, 162). En fait, la franc-maçonnerie est l'anti-église parfaite, où tous les fondements théologiques et moraux de l'Église catholique sont transformés en leur contraire! Un franc-maçon a dit une fois à sa sœur ce qui suit dans un entretien privé: "Savez-vous ce que nous, les francs-maçons, sommes en fait? Nous sommes l' anti-Eglise."

Les historiens ont reconnu dans la franc-maçonnerie la graine du totalitarisme politique (par exemple A. Cobban, Historia de las Civilizaciones, cité dans: A. Bárcena, Iglesia y Masonería, Madrid 2016, 71). La confusion et la tromperie de celui-ci consiste dans le fait que la franc-maçonnerie se vante de noms et de définitions attrayants, comme "philanthropie", "humanisme", "intellectualité", "tolérance" et, en même temps, la franc-maçonnerie se masque avec ces noms.

 

Avec le refus de la révélation divine surnaturelle, la franc-maçonnerie rejette également la loi naturelle. C'est exactement le point qui mène à tous les systèmes totalitaires. Déjà le franc-maçon Jean-Jacques Rousseau de Genève écrivait: "La vie d'un être humain n'est pas seulement un don de la nature, mais un don conditionné de l'État" (Le contrat social II, 5).

 

L'anarchisme politique et social est un phénomène qui incarne principalement l'esprit de la franc-maçonnerie, car l'un de leurs principes clés est "ordo ab chao" ["l'ordre hors du chaos"]. Cela signifie que l'on doit d'abord créer un chaos, puis construire un nouvel ordre différent, un ordre créé par les hommes. Dans le rituel de l'ancien rite écossais accepté de l'année 1892, le candidat du 32e, avant-dernier degré, de la franc-maçonnerie, reçoit l'instruction suivante: "1. Le premier 'rugissement des armes à feu' est venu quand (Martin) Luther a pensé à la rébellion de la raison. 2. Le deuxième 'rugissement des armes à feu' est venu quand il a été annoncé en Amérique que chaque gouvernement humain reçoit son autorité du peuple et seulement du peuple. 3. Le troisième 'rugissement des armes à feu' a eu lieu quand en France, les 'droits de l'homme' dans la formulation de 'liberté, égalité et fraternité' ont été proclamés" (M. Tirado Rojas, La Masoneria en Espana, 1892, I, 163).

 

Le candidat du 33e degré reçoit cette instruction - et ce qui suit est une citation de ce même rituel écossais: "Ni la loi ni la propriété ni la religion ne peuvent régner sur les hommes, et, puisqu'ils anéantissent les hommes en privant les hommes de leurs plus précieux droits, nous avons juré de faire une vengeance terrible. Ils (la loi, la propriété et la religion) sont des ennemis contre lesquels nous avons juré une guerre implacable à tout prix. De ces trois infâmes ennemis, la religion doit être l'objet permanent de nos assauts meurtriers. Lorsque nous aurons détruit la religion, nous aurons la loi et les biens à notre disposition et nous pourrons régénérer la société en construisant la religion maçonnique et la loi maçonnique et les biens maçonniques sur les cadavres de ces assassins" (ibid., 169-170). Selon le rituel maçonnique, le mot "religion" se réfère au chrétien, plus concrètement à la religion catholique.

 

On sait que la franc-maçonnerie européenne, et en particulier Alexander Kerensky, le grand maître du "Grand Orient" de Russie, a soutenu logistiquement et politiquement la révolution d'octobre 1917, l'année du 200e anniversaire de la fondation de la franc-maçonnerie. Lénine et les nouveaux dirigeants communistes n'ont toléré aucune rivalité. Par conséquent, ils ont interdit la franc-maçonnerie traditionnelle en Union soviétique. Lors du troisième congrès de l'Internationale communiste [parti] en 1921, la franc-maçonnerie traditionnelle a reçu l'évaluation significative suivante: 'La franc-maçonnerie nous rappelle, à travers ses rites, les coutumes religieuses. Cependant, nous savons que chaque religion réprime les gens. La franc-maçonnerie représente un pouvoir social et en raison du caractère secret de ses réunions et du secret absolu de ses membres, c'est un 'État dans l'État'."

 

Le 11 avril 2001, sur RAI2 (Télévision italienne), Giuliano Di Bernando, qui était le Grand Maître de la loge maçonnique GLRI (Gran Loggia Regolare d'Italia) dans les années 1990-1993, a prononcé les mots significatifs suivants caractère religieux de la franc-maçonnerie: "On devient franc-maçon par l'initiation. L'initiation est un acte constitutif par lequel l'être humain reçoit une dimension qu'il n'avait pas auparavant. Une analogie que nous trouvons dans le baptême. On ne naît pas chrétien, on devient chrétien par le baptême. De la même manière, on devient franc-maçon par l'initiation. Cela signifie que l'on reste franc-maçon pour toute la vie; même si quelqu'un rejette plus tard la franc-maçonnerie, il reste néanmoins franc-maçon. Même si l'on dort, si on est ennemi de la franc-maçonnerie, on reste franc-maçon, car on a reçu l'initiation. Et l'initiation est un acte sacré."

 

La franc-maçonnerie a également soutenu la soi-disant "révolution sexuelle" de 1968. Les deux grands maîtres des deux plus grandes organisations maçonniques de France, Frédéric Zeller et Pierre Simon, étaient activement engagés avec certains de leurs membres dans les révoltes étudiantes parisiennes de mai 1968. Ledit grand maître Pierre Simon est devenu alors assesseur de la ministre Simone Veil, qui a légalisé l'avortement en France.

 

En 2012, le journal parisien Le Figaro a publié un dossier complet sur la franc-maçonnerie, et Le Figaro a laissé les meilleurs membres de la franc-maçonnerie s'exprimer sur son forum de presse. L'un de ces responsables maçonniques a déclaré ouvertement que les lois légalisant l'avortement, le soi-disant "mariage homosexuel" ou "mariage pour tous", et l'euthanasie ont été préparées dans les "laboratoires" maçonniques idéalistes, puis, avec l'aide du lobbying et par le biais de leurs membres au Parlement et au gouvernement, ils les ont fait adopter à travers la législation. Ceci peut être lu dans le journal Le Figaro de l'année 2012 (supplément LE FIGARO , 20-21 juillet 2012).

 

En raison de sa précision, l'analyse suivante donnée en 1894 par le pape Léon XIII sur l'essence, les principes et les actions de la franc-maçonnerie, peut difficilement être dépassée et elle reste pleinement valable:

 

"Il existe également un grand danger menaçant l'unité de la part de cette association qui porte le nom de francs-maçons, dont l'influence fatale a longtemps opprimé les nations catholiques en particulier. Favorisée par les agitations de l'époque, et insolente par sa puissance, ses ressources et son succès, elle sollicite tous les nerfs pour consolider son emprise et élargir sa sphère. Elle s'est déjà éloignée de ses cachettes, où elle a fait éclore ses complots, dans la foule des villes, et comme pour défier le Tout-Puissant, a installé son trône dans cette même ville de Rome, la capitale du monde catholique. Mais ce qui est le plus désastreux, c'est que, partout où elle a mis le pied, elle pénètre dans tous les rangs et départements du Commonwealth, dans l'espoir d'obtenir enfin un contrôle suprême. C'est, en effet, une grande calamité: car ses principes dépravés et ses desseins iniques sont bien connus. Sous prétexte de défendre les droits de l'homme et de reconstituer la société, elle attaque le christianisme; elle rejette la Doctrine révélée, dénonce les pratiques de Piété, les Sacrements Divins et toute chose sacrée comme superstition; elle s'efforce d'éliminer le caractère chrétien du mariage et de la famille et de l'éducation des jeunes, et de toute forme d'enseignement, public ou privé, et de déraciner de l'esprit des hommes tout respect pour l'autorité, qu'elle soit humaine ou divine. Pour sa part, elle prêche le culte de la nature et soutient que, selon les principes de la nature, la vérité et la probité et la justice doivent être mesurées et réglementées. De cette façon, comme cela est bien évident, l'homme est poussé à adopter des coutumes et des habitudes de vie semblables à celles des nations, mais plus corrompues à mesure que les incitations au péché sont plus nombreuses" (Lettre apostolique Praeclara gratulationis).

 

L'une des manières les plus astucieuses et donc sataniques de la lutte de la franc-maçonnerie contre son ennemi juré, c'est-à-dire contre l'Église catholique, consiste en l'infiltration dans l'Église. L'extrait suivant, reconnu par de nombreux historiens comme authentique et cité par Mgr Rudolf Graber (dans son livre Athanase et l'église de notre temps), des "Instructions" de la soi-disant "Haute Vente", une sorte de gouvernement central de La franc-maçonnerie européenne du XIXe siècle illustre cette vérité. Voici une citation de l'"Instruction permanente de l'Alta Vendita" :

 

"Le pape, quel qu'il soit, ne viendra jamais dans les sociétés secrètes; c'est aux sociétés secrètes de faire le premier pas vers l'Église, dans le but de les conquérir toutes les deux. La tâche que nous allons entreprendre n'est pas le travail d'un jour, d'un mois ou d'une année; elle peut durer plusieurs années, peut-être un siècle, mais dans nos rangs le soldat meurt et la lutte continue. Nous n'avons pas l'intention de gagner les papes à notre cause, d'en faire des néophytes de nos principes, des propagateurs de nos idées. Ce serait un rêve ridicule; et si les événements se révèlent d'une manière ou d'une autre, si les cardinaux ou les prélats, par exemple, de leur plein gré ou par surprise, entrent dans une partie de nos secrets, ce n'est pas du tout une incitation à désirer leur élévation au Siège de Pierre. Cette élévation nous ruinerait. L'ambition seule les aurait conduits à l'apostasie, les exigences du pouvoir les obligeraient à nous sacrifier. Ce que nous devons demander, ce que nous devons rechercher et attendre, comme les Juifs attendent le Messie, c'est un Pape selon nos besoins... Maintenant, pour nous assurer un Pape aux dimensions requises, c'est une question d'abord de le façonner... pour ce Pape, une génération digne du règne dont nous rêvons. Laisser de côté les personnes âgées et celles d'âge mûr; aller aux jeunes, et si c'est possible, même aux enfants. Vous vous inventerez, à peu de frais, une réputation de bons catholiques et de purs patriotes. Cette réputation mettra l'accès à nos doctrines au milieu du jeune clergé, mais aussi profondément dans les monastères. Dans quelques années, par la force des choses, ce jeune clergé aura dépassé - toutes les fonctions; ils formeront le conseil du souverain, ils seront appelés à choisir un Pontife qui régnera. Et ce Pontife, comme la plupart de ses contemporains, sera nécessairement plus ou moins imprégné des principes italiens et humanitaires que nous allons commencer à mettre en circulation. Laissez le clergé marcher sous votre étendard, croyant toujours qu'il marche sous la bannière des clés apostoliques. Vous avez l'intention de faire disparaître le dernier vestige des tyrans et des oppresseurs; posez vos filets comme Simon Bar-Jona; déposez-les dans les sacristies, les séminaires et les monastères plutôt qu'au fond de la mer: et si vous ne vous dépêchez pas, nous vous promettons une prise plus miraculeuse que la sienne. Vous amènerez des amis autour de la Chaire apostolique. Vous aurez prêché une révolution en tiare et en chape, marchant avec la croix et la bannière, une révolution qui ne devra être que peu pressée pour mettre le feu aux quatre coins du monde" (à l'origine dans Mgr Delassus, La Conjuration antichrétienne, Paris 1910, Tome III, pp. 1040-1046. Le texte intégral de "L'Instruction permanente de l'Alta Vendita" est également publié dans: Mgr Dillon, Grand Orient Freemasonry Unmasked, Dublin 1885, pp. 51 -56).

 

Que cette déclaration ne soit pas inventée peut être prouvée par la citation suivante d'un célèbre moderniste italien, qui en 1905 écrivait dans son livre: "Nous voulons organiser notre action [pour être] plus orientée vers les objectifs: une franc-maçonnerie catholique? Oui, exactement, une franc-maçonnerie des catacombes. Il faut tendre vers le but, réformer le catholicisme romain par un sens théosophique progressiste, à travers un pape, qui se laissera convaincre par ces idées" (A. Fogazzaro, Il Santo, Milano, 1905, p. 44 e 22) . Les faits montrent suffisamment que la franc-maçonnerie est le plus grand contraste imaginable avec la religion catholique. Par conséquent, en 1983, l'Église a fait la déclaration suivante, et toujours valable, à savoir par l'intermédiaire de la Congrégation de la Doctrine de la Foi:

 

"Le jugement négatif de l'Église en ce qui concerne l'association maçonnique reste inchangé car leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l'Église et, par conséquent, leur appartenance reste interdite. Les fidèles qui s'inscrivent dans des associations maçonniques sont dans un état de grave péché et peuvent ne pas recevoir la sainte communion."

 

Le pouvoir de l'idéologie maçonnique dans la politique et la société a atteint aujourd'hui son apogée, où la franc-maçonnerie répand dans toute la société humaine une idéologie de destruction de la vie à l'aide de l'avortement et de l'euthanasie. Le concept et la réalité de la famille subissent un processus de destruction par le lavage de cerveau avec l'idéologie de genre, promulguée par l'État. Toute personne qui pense encore par elle-même, et en général chaque chrétien, doit - autant que possible - résister et défendre le bon sens et la loi divine, même au prix de la souffrance et des inconvénients.

 

En tant que chrétiens, nous devons savoir que le Christ est vainqueur de tout mal dans ce monde, que Dieu, et non la franc-maçonnerie, est le Seigneur de l'histoire. Nous appartenons à la communauté des vainqueurs, même si les ennemis du Christ, la franc-maçonnerie, nous regardent comme les vaincus. Notre foi catholique est plus forte que tous les produits pervers de la fantaisie et des intrigues de la religion maçonnique. Nous ne craignons que Dieu!

 

Cependant, en même temps, nous aurons, du fond du cœur, une véritable compassion pour les membres de la franc-maçonnerie, car ils ont été victimes d'une immense tromperie. Un franc-maçon est en fin de compte l'être humain le plus indigne, dont le salut éternel de son âme est le plus menacé. Que, à l'intérieur de l'Église, un mouvement se développe pour sauver les âmes des francs-maçons, qui sont nos semblables. Cela doit être fait avant tout par la prière du Rosaire et la vénération du Cœur Immaculé de Marie. Son Cœur Immaculé triomphera, comme elle nous l'a dit à Fatima; il triomphera également de la franc-maçonnerie et du communisme. Et par Marie, Dieu donnera à l'humanité et à son Église un temps de paix.

Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 11:45
https://medias-catholique.info/privation-de-lassistance-a-la-messe-labbe-dejean-denonce-la-republique-maconnique/36183

https://medias-catholique.info/privation-de-lassistance-a-la-messe-labbe-dejean-denonce-la-republique-maconnique/36183

Un prêtre de la FSSP courageux et qui pense tout haut ce qu’il ne faut pas dire sous peine d’être réprouvé.

 

C’était dimanche 3 mai à la messe en direct sur Youtube célébrée par l’abbé Dejean (FSSP Nantes).

 

Sermon en vidéo et audio de 6 minutes censurée par les autorités de la FSSP. Sermon en video sur Gloria.Tv, ci-dessous.

 

Il a osé pointer du doigt la racine du mal de notre société : la franc-maçonnerie responsable de la Révolution française et des pires maux de notre société, dénoncée avec vigueur et constance par de nombreux papes précédant ceux de Vatican II. Il accuse la république d’interdire le culte pendant qu'elle aggrave l'avortement et l'euthanasie.

Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 11:31
https://www.lifesitenews.com/blogs/when-he-was-a-cardinal-pope-benedict-said-freemasonry-is-the-greatest-danger-to-the-church

https://www.lifesitenews.com/blogs/when-he-was-a-cardinal-pope-benedict-said-freemasonry-is-the-greatest-danger-to-the-church

4 mai 2020 ( LifeSiteNews ) - Le Dr Robert Moynihan, rédacteur en chef de la revue catholique Inside the Vatican, a révélé le 23 avril qu'il avait eu une conversation avec le cardinal Joseph Ratzinger (qui deviendra plus tard le pape Benoît XVI) sur le "plus grand danger pour l'Église", et il raconte que Ratzinger a déclaré: "C'est la franc-maçonnerie." Ces mots ont une importance particulière à la lumière des récents mots du pape Benoît XVI sur la "dictature mondiale d'idéologies apparemment humanistes" qui suscitent une "crainte du pouvoir spirituel de l'Antichrist".

 

Examinons d'abord ici le rapport complet de Moynihan sur cette conversation mémorable.

"Je me souviens d'une conversation que j'ai eue avec le cardinal Ratzinger quelques années avant qu'il ne devienne pape", écrit Moynihan sur son site Internet. "Nous étions dans son appartement, non loin de la porte Sainte-Anne. Nous discutions de son conflit avec le cardinal Walter Kasper à propos de la question de l'Église universelle et de l'Église particulière qui était très médiatisée à l'époque. J'ai demandé au Cardinal où se situe le plus grand danger pour la foi catholique authentique. "Est-ce en nous-mêmes, nos propres péchés et faiblesses. Est-ce là le plus grand danger pour l'Église ou est-ce autre chose, un ennemi extérieur?"

Moynihan poursuit: "Il m'a regardé directement dans les yeux puis après un moment de pause, comme s'il réfléchissait, il a dit: "C'est de la franc-maçonnerie."

"Je n'ai jamais oublié cette conversation car c'était [un] point fixe qui a mis un terme à une longue série de questions qui m'avaient préoccupé jusqu'à cette réunion et m'ont inquiété depuis."

Ce rapport nous arrive parce que le Dr Moynihan a reçu une lettre d'un de ses lecteurs préoccupé par le fait que ces derniers temps, les francs-maçons tentent de saper l'interdiction de la franc-maçonnerie de l'Église catholique.

Cette révélation de la part du Dr Moynihan est particulièrement importante à la lumière du fait que le pape Benoît XVI, dans des commentaires récents à son biographe Peter Seewald, a parlé du "pouvoir spirituel de l'Antichrist" dont beaucoup ont peur, en particulier en s'opposant à l'agenda moderne de l'avortement, de l'homosexualité et de la fécondation in vitro. Il a parlé d'une "dictature mondiale d'idéologies apparemment humanistes".

"Aujourd'hui, on est excommunié par la société si on s'y oppose [à cette "dictature"]", a déclaré Benoît à Seewald pour son nouveau livre Benedict XVI: a Life (publié d'abord en allemand par Droemer Verlag).

"La société moderne est en train de formuler un credo anti-chrétien, et si l'on s'y oppose, on est puni par la société d'excommunication", a-t-il poursuivi. "La crainte de cette puissance spirituelle de l'Antichrist n'est alors que plus que naturelle, et elle a vraiment besoin de l'aide de prières de la part d'un diocèse tout entier et de l'Église universelle pour y résister."

Afin de comprendre d'où viennent certains éléments de cette "dictature mondiale", nous pouvons nous tourner vers Mgr Athanasius Schneider, qui a fait, en 2017, une conférence sur l'histoire de la franc-maçonnerie vieille de 300 ans. Il a prononcé cette allocution pour l'organisation Kirche in Not, une fondation pontificale. Mgr Schneider a aimablement fourni à LifeSiteNews un manuscrit anglais de cette conférence.

Dans cet exposé, Mgr Schneider a décrit les caractéristiques de la franc-maçonnerie sur la base de multiples sources savantes. Après les avoir décrites en détail, il a conclu: "En fait, la franc-maçonnerie est l'anti-Eglise parfaite, où tous les fondements théologiques et moraux de l'Eglise catholique sont transformés en leur contraire! Un franc-maçon a déclaré à sa sœur lors d'une conversation privée: 'Savez-vous ce que nous, les francs-maçons, sommes en fait? Nous sommes l'anti-Eglise.'"

Selon l'évêque Schneider, la franc-maçonnerie a également promu "la soi-disant 'révolution sexuelle' de 1968." Il explique: "Les deux grands maîtres des deux plus grandes organisations franc-maçonniques de France, Frédéric Zeller et Pierre Simon, étaient avec certains de leurs membres activement engagés dans les révoltes étudiantes de Paris en mai 1968. Ledit grand maître Pierre Simon devint alors assesseur du ministre Simone Weil, qui a légalisé l'avortement en France."

Plus loin sur ce sujet, Mgr Schneider déclare que les francs-maçons ont joué un rôle crucial dans la promotion de l'avortement, du "mariage" homosexuel et de l'euthanasie en France.

Ici, Schneider souligne qu'"en 2012, le journal Paroissial Le Figaro a publié un dossier complet sur la franc-maçonnerie et Le Figaro a laissé les meilleurs membres de la franc-maçonnerie s'exprimer sur son forum de presse. Un de ces responsables franc-maçonniques a déclaré ouvertement que les lois sur la légalisation de l'avortement, du soi-disant "mariage de même sexe" ou du "mariage pour tous" et de l'euthanasie ont été préparées dans les "laboratoires" idéalistes de la franc-maçonnerie et qu'avec l'aide du lobbying et de leurs membres au parlement et au gouvernement, elles ont été alors poussé à travers la législation."

Mgr Schneider donne également la référence exacte à ce numéro du journal français, affirmant que "ceci peut être lu dans le journal Le Figaro de l'année 2012 (supplément LE FIGARO, 20-21 juillet 2012)".

Le cardinal Ratzinger était déjà dans les années 1980 si préoccupé par la nature et le travail de la franc-maçonnerie qu'il élabora une déclaration pour la Congrégation pour la doctrine de la foi, dont il était alors le préfet, qui répétait l'interdiction de longue date de l'Église sur la franc-maçonnerie. Autrement dit, il réaffirma que les catholiques ne peuvent pas être membres de la franc-maçonnerie. Le 26 novembre 1983, Ratzinger signa un document qui déclare: "Par conséquent, le jugement négatif de l'Église en ce qui concerne l'association maçonnique reste inchangé puisque leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l'Église et, par conséquent, l'appartenance à eux reste interdite. Les fidèles qui s'inscrivent à des associations maçonniques sont dans un état de grave péché et peuvent ne pas recevoir la sainte communion."

Ce document a vu le jour parce que le nouveau Code de droit canonique promulgué cette année-là sous le pape Jean-Paul II manquait étonnamment d'interdiction explicite de la franc-maçonnerie. Il ne mentionne pas le nom de la franc-maçonnerie lorsqu'il dit : "Quiconque adhère à une association qui complote contre l'Église doit être puni d'une peine juste; celui qui fait la promotion ou prend ses fonctions dans une telle association doit être puni d'un interdit."

Le Dr Ingo Dollinger a joué un rôle important pour rétablir clairement l'interdiction de la franc-maçonnerie de 1983. Il était un prêtre allemand d'Augsbourg qui avait dirigé les discussions entre la Conférence épiscopale allemande et les loges franc-maçonniques entre 1974 et 1980, à la fin desquelles se trouvait la déclaration des évêques allemands selon laquelle l'appartenance à une loge franc-maçonnique est "incompatible" avec la La foi catholique (voir ce rapport pour une description plus détaillée du père Dollinger). Selon son secrétaire particulier, Dollinger, après avoir vu l'ambiguïté du Code de droit canonique de 1983, approcha ensuite le cardinal Ratzinger, qui mit en place une commission afin d'émettre la clarification susmentionnée, avec l'approbation du pape Jean-Paul II.

Ainsi, cette déclaration de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi de 1983 insistant sur le fait que la franc-maçonnerie est incompatible avec la foi catholique est une preuve supplémentaire que le cardinal Ratzinger, en effet, était au courant du travail de la franc-maçonnerie. Il est donc important de savoir qu'il pensait, à un moment de sa vie, que la franc-maçonnerie était le plus grand danger pour l'Église.

Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 10:50

Benoît XVI établit un lien entre la domination du "mariage homosexuel", "l'avortement" et "le pouvoir spirituel de l'Antichrist".  

https://www.catholicnewsagency.com/news/in-new-biography-benedict-xvi-laments-modern-anti-christian-creed-83240

https://www.catholicnewsagency.com/news/in-new-biography-benedict-xvi-laments-modern-anti-christian-creed-83240

CNA, le 4 mai 2020/11 h 45 MT.- La société moderne formule une "croyance anti-chrétienne" et punit ceux qui lui résistent avec "l'excommunication sociale", a déclaré Benoît XVI dans une nouvelle biographie, publié en Allemagne le 4 mai.

 

Dans une large interview à la fin du livre de 1 184 pages, écrit par l'auteur allemand Peter Seewald, le pape émérite a déclaré que la plus grande menace pesant sur l'Église était une "dictature mondiale d'idéologies apparemment humanistes".

 

Benoît XVI, qui a démissionné de son poste de pape en 2013, a fait le commentaire en réponse à une question sur ce qu'il avait voulu dire lors de son inauguration en 2005, quand il exhorta les catholiques à prier pour lui "afin que je ne puisse pas fuir par peur des loups".

 

Il a dit à Seewald qu'il ne faisait pas référence à des affaires internes de l'Église, telles que le scandale "Vatileaks", qui a conduit à la condamnation de son majordome personnel, Paolo Gabriele, pour avoir volé des documents confidentiels du Vatican.

 

Dans une copie avancée de "Benedikt XVI - Ein Leben" (Une vie), vue par CNA, le pape émérite a déclaré: "Bien sûr, des questions telles que" Vatileaks" sont exaspérantes et, surtout, incompréhensibles et très dérangeantes pour les le monde dans son ensemble."

 

"Mais la véritable menace pour l'Église et donc pour le ministère de Saint-Pierre ne réside pas dans ces choses, mais dans la dictature mondiale d'idéologies apparemment humanistes, et les contredire constitue une exclusion du consensus social de base."

 

Il a poursuivi: "Il y a cent ans, tout le monde aurait pensé qu'il était absurde de parler de mariage homosexuel. Aujourd'hui, quiconque s'y oppose est socialement excommunié. Il en va de même pour l'avortement et la production d'êtres humains en laboratoire."

 

"La société moderne est en train de formuler un 'credo antichrétien' et y résister est puni d'excommunication sociale. La crainte de ce pouvoir spirituel de l'Antichrist n'est donc que trop naturelle et il faut vraiment que les prières de tout un diocèse et de l'Église universelle lui résistent."

 

La biographie, publiée par l'éditeur munichois Droemer Knaur, n'est disponible qu'en allemand. Une traduction en anglais, "Benoît XVI, The Biography: Volume One", sera publiée aux États-Unis le 17 novembre.

 

Dans l'interview, l'ancien pape de 93 ans a confirmé qu'il avait écrit un testament spirituel, qui pourrait être publié après sa mort, tout comme le pape Saint-Jean-Paul II.

 

Benoît dit qu'il a accéléré la cause de Jean-Paul II en raison du "désir évident des fidèles" ainsi que de l'exemple du pape polonais, avec qui il a travaillé en étroite collaboration pendant plus de deux décennies à Rome.

 

Il a insisté sur le fait que sa démission n'avait "absolument rien" à voir avec l'épisode impliquant Paolo Gabriele, et a expliqué que sa visite de 2010 au tombeau de Célestin V, le dernier pape à démissionner avant Benoît XVI, était "plutôt une coïncidence". Il a également défendu le titre "émérite" pour un pape à la retraite.

 

Benoît XVI a déploré la réaction à ses divers commentaires publics depuis sa démission, citant les critiques de son hommage lues lors des funérailles du cardinal Joachim Meisner en 2017, dans lesquelles il a déclaré que Dieu empêcherait le navire de l'Église de chavirer. Il a expliqué que ses paroles étaient "tirées presque littéralement des sermons de saint Grégoire le Grand".

 

Seewald a demandé au pape émérite de commenter les "dubia" soumis par quatre cardinaux, dont le cardinal Meisner, au pape François en 2016 concernant l'interprétation de son exhortation apostolique Amoris laetitia.

 

Benoît a déclaré qu'il ne voulait pas commenter directement, mais a fait référence à sa dernière audience générale, le 27 février 2013.

 

Résumant son message ce jour-là, il a dit: "Dans l'Église, au milieu de tous les labeurs de l'humanité et de la puissance confuse de l'esprit mauvais, on sera toujours en mesure de discerner la puissance subtile de la bonté de Dieu."

 

"Mais l'obscurité des périodes historiques successives ne permettra jamais la joie sans faille d'être chrétien ... Il y a toujours des moments dans l'Église et dans la vie du chrétien individuel où l'on sent profondément que le Seigneur nous aime, et cet amour c'est la joie, c'est le "bonheur".

 

Benoît a dit qu'il chérissait le souvenir de sa première rencontre avec le pape François nouvellement élu à Castel Gandolfo et que son amitié personnelle avec son successeur n'a cessé de grandir.

 

L'auteur Peter Seewald a réalisé quatre entretiens avec Benoît XVI. Le premier, "Sel de la Terre", a été publié en 1997, lorsque le futur pape était préfet de la Congrégation du Vatican pour la Doctrine de la Foi. Il a été suivi de "Dieu et le monde" en 2002 et "Lumière du monde" en 2010.

 

En 2016, Seewald a publié "Dernier Testament", dans lequel Benoît XVI a réfléchi à sa décision de démissionner en tant que pape.

 

L'éditeur Droemer Knaur a déclaré que Seewald avait passé de nombreuses heures à parler à Benoît sur le nouveau livre, ainsi qu'à son frère, Mgr. Georg Ratzinger et son secrétaire personnel, l'archevêque Georg Gänswein.

 

Dans une interview accordée à Die Tagespost le 30 avril, Seewald a déclaré qu'il avait montré au pape émérite quelques chapitres du livre avant sa publication. Benoît XVI, a-t-il ajouté, a salué le chapitre sur l'encyclique Mit Brennender Sorge de 1937 du pape Pie XI.

Sources

CatholicNewsAgency

CatholicWorldReport Dans une nouvelle biographie Benoît XVI déplore la croyance anti-chrétienne

LifeSiteNews Le pape Benoît XVI établit un lien entre la domination du "mariage homosexuel… l'avortement" et le pouvoir spirituel de "l'Antichrist". Le pape émérite Benoît XVI a déclaré que la prière est nécessaire pour "résister".  

https://www.lifesitenews.com/news/pope-benedict-links-dominance-of-homosexual-marriage...abortion-to-spiritual-power-of-anti-christ

https://www.lifesitenews.com/news/pope-benedict-links-dominance-of-homosexual-marriage...abortion-to-spiritual-power-of-anti-christ

Repost0