Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 11:21

En octobre 2016, la reine du Danemark Margrethe II prenait position contre le multiculturalisme dans son livre  "De Dybeste Rödder" (Les racines les plus profondes), où elle déclarait : "on ne devient pas danois en vivant au Danemark".  Comme le Brexit en Angleterre, sans doute dû à la présence d'une reine incarnant la continuité historique, le Danemark doit-il lui aussi cette inflexion à la présence d'une monarchie à la tête de l'Etat.

 

Le vote danois est historique car pour la première fois depuis 1789 en Europe, un parlement national distingue nettement la nation-contrat de la nation-héritage et définit très clairement ce qu'est être danois : la détention même de papiers d’identité danois ne fait pas l’identité danoise. Le contrat et la volonté ne peuvent pas tout faire.

Etre ou ne pas être : le parlement danois définit l’identité du Danemark

Qu’est-ce qu’être danois ? Le Danemark est le premier pays d’Europe à trancher la question de l’identité par un vote du parlement, en réponse au souci croissant de la population de souche devant l’immigration galopante. Une décision de portée historique.

 

C’est le Parti du peuple danois (DF) qui a introduit cette motion capitale devant le parlement. Elle stipule que « le parlement note avec inquiétude qu’il y a aujourd’hui des endroits au Danemark où le nombre des immigrants non-occidentaux et de leurs descendants dépasse cinquante pour cent. L’opinion du parlement est que les Danois ne doivent pas être en minorité dans une zone habitée du Danemark ».

 

Le parlement définit ce que c’est de ne pas être danois

 

 

La motion a été votée de justesse, par cinquante-cinq voix contre cinquante-quatre, par la coalition gouvernementale dite libérale, qui comprend, outre le parti du peuple danois, la gauche libérale Venstre, l’alliance libérale et les conservateurs.

 

Elle signifie très clairement que le fait d’habiter le Danemark ne fait pas le Danois, et que la détention même de papiers d’identité danois ne fait pas l’identité danoise, puisque parmi les migrants « non occidentaux » et leur descendance on trouve des individus qui détiennent de tels papiers d’identité.

 

Le Danois, aux termes de la motion votée par le parlement danois, ne se définit donc ni par sa résidence ni par sa nationalité administrative. Et le parlement ajoute un élément qui définit négativement l’identité danoise : faire partie des « migrants non occidentaux » ne vous qualifie pas, au contraire, pour être danois.

 

D’après Peyrefitte, De Gaulle n’hésitait pas comme Hamlet

 

 

Hamlet était prince de Danemark, et c’est au château d’Elseneur que Shakespeare lui prête la question de l’être qui hante l’humanité depuis toujours : « Etre ou ne pas être ». Il semble que le parlement y ait donné un début de réponse qui va tout à fait dans le sens que choisissait le général De Gaulle pour la France quand il se confiait à Alain Peyrefitte pour justifier le retrait de la France d’Algérie : « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne ».

 

La reine dit ce que n’est pas l’identité du Danemark

 

On comprend que l’alliance rouge vert (enhendlisten) ait du mal à avaler la chose. Elle flétrit cette « extrême discrimination entre eux et nous ». Et les sociaux libéraux déplorent qu’en posant « à l’avance que votre origine ethnique vous interdit d’être considéré comme danois » on empêche toute « bonne intégration ». Le tollé est tel que Venstre commence à se diviser et à faire marche arrière. Le porte-parole du parti, Jan Jörgsen a déclaré que la motion ne veut pas dire ce qu’elle semble dire et que la rédaction en est « folle ».

 

Décidément, la question de l’identité qui est tranchée par la majorité du peuple danois et par le vote du parlement ne l’est pas tout à fait parmi les princes qui gouvernent le Danemark. Ca n’a rien d’étonnant : Hamlet était hésitant. Mais, à propos de têtes couronnées, la reine Margrete a donné son avis. A l’hebdomadaire allemand Spiegel. Pour elle, le « Danemark n’est pas un pays multiculturel ». A suivre.

 

Pauline Mille

Source: Etre ou ne pas être : le parlement danois définit l’identité du Danemark, Reinformation.tv15 février 2017 16 h 30 min·

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Danemark
commenter cet article
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 13:27
Reine du Danemark: "Vivre au Danemark ne fait pas de vous un danois"

Hier, c’était dans un entretien, aujourd’hui c’est dans un livre que la Reine Margrethe II du Danemark livre ses réflexions sur l’immigration. Son nouvel ouvrage « De Dybeste Rödder » (« Les racines les plus profondes ») est, certes, consacré à la longue histoire du pays ainsi qu’à son règne. Elle ne manque pourtant pas d’y évoquer les enjeux d’une immigration croissante et les questions qu’elle suscite, à travers un pays qui est « passé de la curiosité amicale au scepticisme »…

 

Ce n’est pas son premier coup d’essai. Mais selon Lars Hovbakke Sørensen, un professeur d’histoire expert sur la famille royale danoise, elle « devient de plus en plus tranchante dans ses commentaires ». Et les sourcils, danois et autres, commencent sérieusement à se froncer…

 

La Reine Margrethe II contre le multiculturalisme

 

 

« Nous pensions que les choses se feraient d’elles-mêmes. Que si vous marchiez dans les rues de Copenhague, buviez de l’eau municipale et montiez dans le bus municipal, vous seriez bientôt devenu un Danois. C’était si évident pour nous que nous avons pensé que cela devait l’être aussi pour ceux qui se sont installés et ont vécu ici. Il n’en a pas été ainsi ».

 

C’était évident il y a un siècle. Cela ne l’est plus.

 

Il y a comme une légère amertume dans les mots de la Reine, de celle qui dans les années 80, fustigeait certains de ses sujets pour leur frilosité à l’égard des immigrés. Et pour se rattraper, elle enfonce le clou : « Ce n’est pas une loi de la nature, on ne devient pas danois en vivant au Danemark. Ce n’est pas systématique ».

 

« Celui qui s’installe au Danemark doit se conformer aux normes et aux valeurs danoises ».

 

 

Bien sûr, est intéressant le fait qu’elle pointe très visiblement certains immigrants et réfugiés, pour leur difficulté d’intégration : « Ceux qui sont venus de l’Asie du Sud-Est ont généralement prospéré. D’autres ont eu plus de difficulté à s’adapter ». Dans une interview accordée à la presse, l’année dernière, pour son 75e anniversaire, elle avait même dit : « Ils peuvent se rendre dans les mosquées s’ils le veulent, mais s’ils font des choses incompatibles avec le modèle de la société danoise, ils doivent reconnaître que cela n’ira pas. »

 

Mais surtout, elle pose la question de ces normes et de ces valeurs auxquelles ces gens doivent s’adapter. « Nous pouvons les accueillir, mais nous devons aussi leur dire ce que nous attendons. Car il s’agit de notre société, dans laquelle ils se rendent. Ils doivent comprendre dans quel monde ils sont venus (…) et ne peuvent pas attendre pouvoir perpétuer leur modèle de société chez nous. (…) Si vous ne pouvez pas formuler ce que vous représentez, il est difficile de parler aux autres à ce sujet. »

 

...

 

Immigration-échec

 

La reine Margrethe, elle, ne semble pas vouloir d’un multiculturalisme à tout crin qui ruine l’identité de son pays. Elle l’a d’ailleurs dit au journal allemand « Der Spiegel », il y a quelques semaines : elle refuse de considérer le Danemark « comme un pays multiculturel », bien qu’elle assure être la représentante de tous ses habitants…

 

Certains l’ont fustigée pour cela, en disant qu’elle se faisait influencer par le parti anti-immigration, qu’elle courait le risque de diviser le pays, en se mêlant de politique… comme l’imam Fatih Alev, du Centre islamique danois ou le sociologue communisant Johannes Andersen. Mais comme l’a souligné le journal de droite « Berlingske », elle est le pouls même du peuple danois, qui s’inquiète – trop tard ?

 

Source:TheLocal.dk - Reinformation.Tv

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Danemark
commenter cet article
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 20:05
Danemark : la promesse d'autres mesures anti-immigration

Le Danemark va continuer de dérouler son programme d'austérité migratoire, a averti le parti anti-immigration Dansk Folkeparti (DF).

Le Parti populaire et le gouvernement minoritaire du libéral Lars Løkke Rasmussen sont convenus de réduire rétroactivement les prestations allouées aux réfugiés ayant obtenu l'asile sous la précédente coalition de centre gauche, a rappelé un de ses cadres, Martin Henriksen. En voie d'adoption, un aménagement du Code pénal facilitant l'expulsion des réfugiés condamnés a également été porté et « vendu » par DF au gouvernement, selon lui.

 

« Notre influence sur le gouvernement s'exerce dans plusieurs domaines, nous considérons que c'est notre job », a expliqué le porte-parole du parti pour les questions d'immigration. « Ce n'est pas la première fois que le Parti populaire danois est à la manoeuvre pour obtenir des mesures restrictives au Parlement » sur les questions d'immigration, a-t-il relevé.

Les conditions de séjour des demandeurs d'asile resserrées

 

Le Parlement danois a voté à une écrasante majorité mardi un projet de loi resserrant considérablement les conditions de séjour des demandeurs d'asile. L'objectif affiché est de dissuader les candidats à l'exil de chercher refuge dans le pays.

 

Source: Danemark : la promesse d'autres mesures anti-immigration, Le Point, Publié le 27/01/2016 à 15:52 - Modifié le 27/01/2016 à 16:47 | Le Point.fr

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Danemark
commenter cet article
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 19:32
Le Danemark durcit son droit d'asile

Accusé de contrevenir au droit international, le gouvernement danois passe outre, espérant dissuader les candidats à l'asile par une politique très restrictive, qui prévoit la confiscation des biens des migrants et l'allongement des délais du regroupement familial.

Arme de dissuasion massive. Le Danemark entérine mardi sa réforme controversée du droit des étrangers qui vise à décourager les candidats à l'asile de tenter leur chance dans le pays scandinave, au prix d'entorses aux conventions internationales. Le Premier ministre libéral Lars Løkke Rasmussen, dont le gouvernement minoritaire est soutenu par les anti-immigrations du Parti populaire danois, assume pleinement la paternité de ce qu'il qualifie de «projet de loi le plus mal compris de l'histoire du Danemark».

Tancé par les Nations unies, l'Union européenne, l'OSCE et les organisations humanitaires, il maintient le cap, fort du soutien de son opinion publique: selon les sondages, l'immigration est la préoccupation n°1 de 70 % des Danois. «Beaucoup de réfugiés affluent à nos frontières, nous sommes soumis à une pression énorme», a plaidé lundi la ministre en charge de l'Immigration, de l'Intégration et du Logement, Inger Støjberg, entendue à Bruxelles par la Commission des libertés civiles du Parlement européen. Accusé par le Haut-commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) de nourrir «la peur et la xénophobie», le projet de loi prévoit de confisquer les effets de valeur des migrants, de diminuer leurs droits sociaux, et d'allonger les délais de regroupement familial et d'octroi du permis de séjour permanent.

Le Danemark bénéfice de clause d'exemption l'exonérant de s'aligner sur la politique d'asile européenne mais il n'en est pas moins tenu aux traités internationaux qu'il a signés et que le Premier ministre danois suggère de modifier à la lumière de la crise migratoire sans précédent que traverse l'Europe.Si les migrants continuent d'affluer vers l'Europe, «on arrivera à un moment où il faudra discuter (…) pour ajuster les règles du jeu», avait-il expliqué en décembre. Dès son élection en juin, M. Rasmussen avait promis un «ralentissement immédiat» du flux de réfugiés vers le Danemark qui a enregistré un total de 21.000 demandes d'asile en 2015. Pour dissuader les candidats à l'asile, il avait réduit les allocations allouées aux réfugiés.

Le pays scandinave souhaite éviter de faire face au même afflux que son voisin suédois qui a rétabli en novembre les contrôles à ses frontières alors qu'il accueillait 10.000 nouveaux arrivants par semaine et ne pouvait plus leur assurer de logement.

Le vote de mardi au Parlement ne devait être qu'une formalité car pour s'assurer du soutien des sociaux-démocrates, premier parti d'opposition, et de deux petites formations de droite, le gouvernement a consenti des amendements. Après le vote prévu dans la journée, la réforme sera soumise à la signature de la reine Margrethe II, pour une entrée en vigueur début février.

 

Source: Le Danemark durcit son droit d'asile, malgré les critiques, Par AFP, AP, Reuters Agences Publié le 26/01/2016 à 11:12

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Danemark
commenter cet article
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 13:48
L'immigrationnisme "une chance", l'une des grandes utopies des moralistes droits de l'hommistes de ces 50 dernières années est en train de tomber dans tous les pays européens les uns après les autres devant le choc de l'afflux massif de migrants.
Alors que la Suède a décidé, à partir de ce lundi, de restaurer les contrôles d'identité à sa frontière avec le Danemark, c'est en effet au tour du royaume de Danemark ce matin, membre de l'UE depuis 1973, de prendre des mesures pour lutter contre l'arrivée de migrants.

Le Premier ministre danois Lars Løkke Rasmussen, qui avait évoqué le sujet il y a quelques jours, vient ainsi d'annoncer que son pays allait instaurer des contrôles aux frontières avec l'Allemagne.

La décision suédoise fait en effet craindre aux Danois une hausse des demandes d'asile dans le pays, qui n'a reçu que 18 000 demandes l'année passée. Mais l'impossibilité pour de nombreux demandeurs d'asile de rejoindre la Suède pourrait bloquer certains migrants présent en Allemagne au Danemark.

«Cela peut avoir de grandes conséquences pour le Danemark que d'autres pays nordiques mettent le holà à leurs frontières. Cela peut provoquer plus de demandes d'asile», a déclaré lors d'une conférence de presse à Copenhague le chef de gouvernement libéral, Lars Løkke Rasmussen, à la tête d'un gouvernement qui cherche à limiter les arrivées sur son territoire.

 

Le Danemark instaure des contrôles aux frontières avec l'Allemagne annonce le Premier ministre
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Danemark
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 09:35
Alors que dans les pays scandinaves situés plus au Nord, les vastes espaces naturels dominent, la terre danoise paraît, de prime abord, essentiellement agricole. Ce pays, l'une des plus anciennes monarchies du monde, est parsemé de 600 châteaux et manoirs. Son patrimoine artistique et culturel contribue tout autant que ses immenses plages de sable à attirer plus de deux millions de touristes par an. La nature sauvage a-t-elle encore sa place dans ce paysage si fortement façonné par l'homme ? C'est ce que nous allons découvrir ensemble.
 
Scandinavie sauvage - Le Danemark, Documentaire, Arte
 
 
 
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Danemark
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 11:20
La famille royale est plus populaire que jamais au Danemark, où près de huit Danois sur dix sont favorables à la monarchie, selon un sondage publié mercredi.storybild

La reine Margrethe II fêtera ses 40 ans de règne le 14 janvier.

 

Le Danemark a la monarchie «la plus populaire d'Europe», a indiqué le maître de conférences à l'université de Copenhague, Lars Hovbakke Soerensen. Seuls 16% des Danois préfèreraient vivre dans une république. 77% de la population estime que le pays doit être une monarchie, selon l'étude réalisée par l'institut Megafon pour le quotidien danois Politiken, à quelques jours du 40e anniversaire de règne de la reine Margrethe II le 14 janvier.

 

Lire la suite : http://www.lessentiel.lu/fr/news/monde/story/25578570

via http://www.democratie-royale.org/article-la-monarchie-danoise-est-la-plus-populaire-96130120.html

 
Le Danemark qui avait voté non au traité de Maastricht (1992) avant d’obtenir quatre dérogations dont l’une sur la monnaie unique, a refusé l’euro par référendum en septembre 2000.
 
En juillet 2011, le Danemark a décidé de réintroduire les contrôle douaniers à ses frontières. Copenhage va-t-il torpiller Schengen, l'espace sans frontière créé au sein de l'Union européenne en 1996? Le Danemark a pris la mesure sous la pression de l'"extrême droite" alliée du gouvernement et opposée à l'immigration, le Parti du peuple danois (PPD).
 
"Au cours des dernières années, nous avons vu une augmentation du crime transfrontalier (...). Nous allons construire de nouvelles installations à la frontière germano-danoise, avec de nouveaux équipements électroniques et des identifiants de plaques minéralogiques", a expliqué Hjort Frederiksen, le ministre des Finances danois dans une interview accordée à la chaîne TV2.
 
En réponse, la Commission européenne a mis Copenhague sous surveillance. Le Danemark est membre de Schengen. Il est, à ce titre, soumis à l'interdiction de rétablir des frontières internes, sauf ponctuellement et pour des motifs liés à l'ordre public. Les contrôles douaniers sont permis, mais à l'intérieur d'une zone frontalière de 20 km et de manière aléatoire. Des contrôles permanents sont interdits. 
La réintroduction des contrôles douaniers permanents au Danemark doit se dérouler en trois phases, la première ayant commencé mardi 5 juillet 2011. Le 1er janvier 2012, 48 agents supplémentaires des douanes devaient être déployés, et le chantier d'installations permanentes débutera, la phase finale devant commencer en 2014, où les installations définitives et permanentes des contrôles douaniers danois seront en place. "Jusqu'à cette date, ce sera un groupe d'officiers mobiles", a dit M. Serup, un porte-parole des Douanes.
 
 
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Danemark
commenter cet article