Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 06:30

A l'occasion de l'exposition Saint-Louis à Moscou organisée par le ministre russe de la culture, Mgr le prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, Aîné des Capétiens, invité durant deux jours de ces festivités qui coïncidaient avec sa date anniversaire, le 25 avril, a donné un entretien à Stratpol, Centre d'analyses politico-stratégique. 

Lors de ce premier voyage au pays des tsars pour le duc et la duchesse d'Anjou qui ont visité le palais du Kremlin et quelques monastères, le prince Louis de Bourbon, descendant direct d'Anne de Kiev, s'est félicité que les russes aient su préserver leurs valeurs morales et religieuses. "Un modèle" "du point de vue des questions de valeurs", dont devrait s’inspirer la France selon le chef de la maison capétienne. 

Le prince Louis de Bourbon s'est dit impressionné par la Russie et espère revenir rapidement dans ce qui fut une fois, une monarchie puissante qui entretenait des liens privilégiés avec le royaume de France dont il est actuellement le représentant légitime.

 

Vexilla-Galliae

Extrait :

 

"Je pense que la Chrétienté a deux faces, l'une c'est le catholicisme qui est plutôt vers l'Ouest de l'Europe et l'autre, qui est l'orthodoxie qui est dans l'Est de l'Europe. Deux religions très proches l'une de l'autre à part quelques petites nuances, mais c'est très important pour que la Chrétienté puisse continuer et faire force", a déclaré Mgr le prince Louis de Bourbon.

 

[...] Saint Louis défendait déjà les chrétiens d'Orient et la Terre sainte. Et je pense que de nos jours la Russie porte plutôt ce flambeau de cette défense des chrétiens d'Orient. Je pense qu'il faut prier pour eux et les aider autant que possible", a-t-il ajouté.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Royalisme Russie
commenter cet article
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 16:00
Conférence de Versailles : une revanche de la culture et de l'art français et une déclaration agressive inutile d'Emmanuel Macron

A l'occasion des 300 ans de la naissance des relations diplomatiques franco-russe, le président de la Russie Vladimir Poutine était invité aujourd'hui par Emmanuel Macron au Château de Versailles. Le président français a parlé de relancer les relations "stratégiques et économiques".

 

Il y a 300 ans, en 1717, deux ans après la mort de Louis XIV, alors que la Russie était menacée par la montée en puissance de la Suède et de la Prusse, le tsar Pierre le Grand vint à Paris, et passa plusieurs jours au château de Versailles, résidence des rois. Il rencontra le jeune roi Louis XV, âgé de 7 ans, qu'il prit dans ses bras. Cette visite du tsar en France fut organisée afin de sceller l'alliance franco-russe, mais aussi parce que Paris représentait à cette époque la Patrie de la culture et de l'art. C'est ainsi la revanche de cette "culture" française qui n'existe pas pour l'actuel président de la république et de cet art français qu'il disait n'avoir "jamais vu" !

 

Colbert, le "véritable artisan du Grand Siècle", supervisa la construction du  château de Versailles. Cette oeuvre d'art déclencha dans toute l'Europe une véritable course à la construction de répliques dans des parcs remplis de fontaines. En Russie, Pierre le Grand fit construire dans les faubourgs de Saint-Pétersbourg, ville natale de Vladimir Poutine, un ensemble de bâtiments, le complexe de Peterhof, entouré de jardins et de parcs.

 

Philippe Erlanger, haut-fonctionnaire et écrivain, calcula qu’en comptant les deux Trianon, sur un demi-siècle, Versailles n’a pas coûté plus cher qu’un porte-avion moderne : il a coûté le prix du déficit de l’exposition universelle de Léon Blum en 1936 ou encore le prix d'une campagne électorale d’un Président de la République (P. Erlanger, Louis XIV, La Table ronde 1960). Sans compter ce que continue de rapporter à la république dite française le Château de Versailles aujourd'hui, Louis XIV a enrichi la France bien plus qu'il ne l'a endettée. "On s'accordera à penser que Louis XIV, en nous donnant Versailles, a enrichi la France...  Les dépenses du Grand Roi ont valu à l'univers un château que personne n'oserait ne pas admirer." (Pierre VERLET, Le Château de Versailles, Paris 1985).

 

La question des sanctions de l'UE contre la Russie n'a pas été abordée. La Russie, accusée depuis 2014 par Obama d'avoir envahi l'Ukraine et de défendre le "dictateur" Bachar al Assad, a été lourdement pénalisée par les sanctions économiques. Elle a été contrainte à apprendre à développer une agriculture auto-suffisante. Les premiers sanctionnés sont les agriculteurs français et l'industrie automobile française.

 

Peu avant la fin de la conférence commune, et alors que l'invité Vladimir Poutine s'est abstenu de toute déclaration à connotation négative, Emmanuel Macron a qualifié les agences de presse russes "Sputnik" et "Russia today" d'"organes d'influence et de propagande mensongère", répandant "des contrevérités infamantes". Il a fait cette déclaration sans accuser directement le Kremlin d'avoir interféré dans l'élection présidentielle comme le font les grands medias français à la remorque des médias états-uniens. Ne peut-on pas dire la même chose à propos des agences de presse françaises dont la russophobie n'est plus à démontrer ? Sur le plan de l'image, ce qu'il y a de certain c'est que cette déclaration agressive ne sera d'aucune utilité pour faire grandir la position française déjà bien entamée dans l'opinion russe et ne change rien à la situation antérieure.

Add. Réponse de Russia Today à 17h49 :

"Des accusations sans preuves du camp Macron depuis le mois de mars

 

Début mars, l'équipe d'Emmanuel Macron avait déjà accusé RT France de véhiculer des «fake news» sur sa personne. «Nous accusons Russia Today et Sputnik d'être la première source de fausses informations véhiculées sur notre candidat et de travailler en symbiose avec des organisations fascistes ou d'extrême droite», avait déclaré Mounir Mahjoubi, conseiller du candidat d'En Marche! à la chaîne britannique Sky News. Il n'avait pas pour autant présenté les preuves permettant d'étayer ses accusations.

 

Le 27 avril, le mouvement En Marche! avait ensuite déclaré à l’agence Reuters que RT France et Sputnik ne seraient pas autorisés à couvrir la soirée électorale d’Emmanuel Macron, accusant les deux médias d’être «des agences de propagande de l'Etat russe» et de véhiculer de «fausses informations». La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait qualifié de «discrimination ciblée» ce refus d’accréditer des médias russes...

Nous conseillons à Vladimir Poutine d'appliquer la symétrique réciproque lors des prochaines élections présidentielles en Russie et interdire à son tour l'accréditation à son quartier général des médias français pour diffusion de contre-vérités et de fake news sur sa personne en Ukraine, Syrie, etc.. Les médias français auront alors l'occasion de dire leur indignation !

Repost 0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 13:42
Les Témoins de Jéhovah bientôt bannis de Russie pour «extrémisme»

Le ministère russe de la Justice exige de qualifier d’«extrémiste» l’activité des Témoins de Jéhovah et d’interdire son activité sur le territoire russe.

 

La Cour suprême de la Russie a entamé ce mercredi l'examen des poursuites lancées contre l'organisation Témoins de Jéhovah pour activité extrémiste.

 

Les Témoins de Jéhovah ont à plusieurs reprises violé la législation russe. Près d'une centaine d'ouvrages diffusés par l'organisation ainsi que l'activité de huit de ses représentations en Russie ont récemment été jugés «extrémistes» par le ministère russe de la Justice, suite à quoi une enquête a été ouverte.

Les Témoins de Jéhovah bientôt bannis de Russie pour «extrémisme»

L'agence de presse russe "Sputnik"  qui rapporte l'information précise que :

 

Les Témoins de Jéhovah est une organisation dangereuse, dont les membres frappent d'une porte à l'autre « pour parler de Dieu », se livrant tout bonnement au prosélytisme, a déclaré à Sputnik le président de l'ONG « Urgence Jeunesse » Anton Androssov, dont la connaissance de cette secte remonte à 2010.

 

Et d'expliquer qu'il s'agissait d'une organisation dangereuse pour l'État car les Témoins de Jéhovah diffusaient de la littérature extrémiste, refusaient le service militaire, ne votaient pas et ne respectaient pas le drapeau.

 

« Mais imaginez si un jour 51 % du pays passe aux Témoins de Jéhovah ? Cela veut dire qu'on sera obligé d'abandonner l'armée et d'abandonner l'idée de construction étatique. Qu'est-ce que notre pays deviendra ? », s'est indigné Anton.

 

Il a rappelé par ailleurs que les Témoins de Jéhovah refusaient la transfusion de sang non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour leurs enfants même si la transfusion était le seul moyen de survie.

 

« Ils choisissent la mort pour leur enfant qui veut vivre ! […] Ils font du prosélytisme en permanence et recrutent de nouveaux adeptes, et c'est ainsi qu'ils voient leur salut, mais ce n'est pas ça "la vie selon la Bible" », a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

 

Selon lui, les raisons ne manquent pas pour bannir les Témoins de Jéhovah de la Russie, cette secte américaine faisant tout pour diviser la population du pays et compromettre ses confessions traditionnelles.

Note de Christroi. Parmi les raisons de l'interdiction des "Témoins de Jéhovah" en Russie, l'abandon de toute construction étatique, la vie en-dehors ou à côté de la nation, l'abandon du sens civique (le manichéisme n'est pas loin), le refus du service militaire sont un danger pour la vie en société, et fait des Témoins de Jéhovah des sortes de théoriciens asociaux extrémistes. Cette base permet à l'Etat russe, d'interdire la dite association comme illicite ou contraire aux bonnes moeurs. Cette base existe aussi en droit français, où le Ministère public qui assure la défense de l'intérêt général peut exercer une action en dissolution sur cette base. C'est la dissolution "judiciaire" a posteriori de l'association. Il peut aussi y avoir une dissolution "administrative" a priori sur la base de la loi, "en vertu de dispositions législatives expresses". Héritier de l'Urss, l'Etat russe qui est l'héritier d'un Etat fort peut parfaitement établir des cas de dissolution administrative sur la base de la loi, exactement comme en France, où la loi du 10 janvier 1936 permet la dissolution par décret en Conseil des ministres des groupes de combat et milices privées provoquant des manifestations armées dans la rue, ou ayant pour but de porter atteinte à l'intégrité du territoire, ou d'attenter par la force à la forme républicaine du gouvernement. Cette loi visait à l'origine les associations d'"extrême droite", puis elle a été étendue aux cas d'associations racistes (loi du 1er juillet 1972 complétant la loi de 1936) qui prévoit la dissolution par décret en Conseil des Ministres, des groupes qui, soit provoqueraient à la haine, la discrimination ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leurs origines ou leurs non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion, soit propageraient des idées ou théories tendant à justifier ou encourager cette haine, cette discrimination ou cette violence. La loi du 9 septembre 1986, enfin, prévoit la dissolution par décret en Conseil des Ministres, des groupements qui se livrent ou provoquent des actes de terrorisme.

En Russie, l'interdiction des Témoins de Jéhovah peut donc également s'établir sur la base d'une infraction par exemple à une loi sur "l'unité de la nation".

 

Remarquons ici que les Témoins de Jéhovah se démarquent des premiers chrétiens aux premiers siècles dans l'Empire romain, qui ne se distinguaient pas des autres citoyens romains et ne vivaient pas en-dehors de la société ni des institutions romaines, et dont certains même s'étaient illustrés comme officiers dans l'armée romaine. Les premiers chrétiens respectaient l'Etat et les institutions dans lesquelles ils vivaient ("rendez à César ce qui appartient à César"), mais ils se refusaient seulement à rendre un culte à l'empereur comme à un dieu. Exemples (non exhaustif) de chrétiens ayant servi dans l'armée romain : S. Corneille, centurion baptisé par saint Pierre († Ier s.), S. Martinien (Ier. s.), S. Victor (IIIe s.), S. Sébastien (IIIe s.), S. Ferréol, tribun militaire (IIIe s.), Sts Serge et Bacchus, commandants de la Schola Gentilium (IIIe s.), S. Maurice et ses compagnons (IIIe s.), S. Théodore, soldat et martyr † 304), S. Martin de Tours (IVe s.)S. Georges (IVe s.).

 

L'Etat russe est donc fondé à légiférer et à bannir, interdire l'association dite des "Témoins de Jéhovah" sur la base d'arguments de droit qui existent aussi en Occident, et qui sont ceux de tout Etat moderne librement constitué.

En revanche, rien n'interdit non plus, ou en prime (?), l'interdiction de la dite association, non plus simplement sur la base d'arguments étatistes modernes, mais aussi sur la base d'argument religieux classiques. De sorte que la Russie qui recouvre largement la religion chrétienne orthodoxe serait légitime à bannir de Russie la dite association des "Témoins de Jéhovah", comme association illicite d'un point de vue temporel et hérétique d'un point de vue religieux. Mais cela sera-t-il peut-être pour une prochaine évolution en Russie ?

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 06:09

Ca nous rappelle certaines méthodes utilisées chez nous...

Des adolescents payés pour participer à la manifestation à Moscou

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a estimé que les organisateurs ont «induit en erreur» certains participants de la manifestation non-autorisée organisée à Moscou en affirmant que celle-ci aurait été légale et en promettant à certains manifestants une contrepartie.

Au lendemain d'une marche anticorruption non-autorisée qui a eu lieu dans le centre de Moscou, le Kremlin a accusé les organisateurs de la manifestation d'avoir promis de l'argent aux adolescents en cas d'interpellation.

« Selon certaines informations, des mineurs participant à la manifestation à Moscou se sont vu promettre des récompenses financières en cas d'interpellation par les forces de l'ordre. Il existe des preuves qui le confirment », a indiqué M. Peskov. Il a ajouté que ces preuves seraient présentées si « les forces de l'ordre le jugent nécessaire ».

Soulignant que le Kremlin « respectait la position civique » des citoyens et leur droit de l'exprimer, le porte-parole de Vladimir Poutine a toutefois indiqué que cette position devait être exprimée « de la manière prévue par la législation » et dans les lieux autorisés.

[...] Près de 8 000 personnes sont sorties ce dimanche dans les rues de Moscou pour rejoindre une manifestation anti-corruption qui s'est déroulée dans le centre-ville, malgré l'interdiction imposée par les autorités de battre le pavé dans la rue Tverskaïa.Suite à des troubles, selon différentes sources, les forces de l'ordre ont interpellé entre 500 et 600 personnes dont l'un des organisateurs de l'action, Alexeï Navalny.

Alexeï Navalny a écopé d'une amende de 20 000 roubles (environ 325 euros) pour avoir organisé une manifestation non-autorisée et à 15 jours de détention pour refus d'obtempérer aux policiers lors de son arrestation, selon la décision du tribunal Tverskoï de Moscou.

Source: Kremlin: des adolescents payés pour participer à la manifestation à Moscou, Sputnik, 14:50 27.03.2017(mis à jour 16:29 27.03.2017)

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 11:34
Le prince impérial Andreï Andreïevitch Romanov, l’actuel successeur du trône de Russie

Le prince impérial Andreï Andreïevitch Romanov, l’actuel successeur du trône de Russie

Quand il signa « the boy who would be tsar » (le garçon qui serait tsar), le vieil artiste Andreï Andreïevitch Romanov (aussi connu comme Andrew Andreyevich Romanoff) était, aussi surprenant soit-il, troisième sur la dernièrement chaotique ligne de succession de Russie, bien que plus jeune il n’aurait jamais deviné que ses cousins Nicolas et Dimitri, de la même génération, resteraient sans enfants. Celui qui fut le chef de la maison Romanov pendant vingt ans, Nicolas, mourut en septembre 2014, suivi par son frère Dimitri ce 31 décembre 2016. De fait Dimitri n’a été chef de la maison impériale que le temps de recevoir l’invitation d’Etat à rentrer en Russie, et mourut exactement la veille de cette cruciale année 2017.

 

L’invitation officielle lancée en juin 2015, pour le millénaire de la mort de Saint-Vladimir le baptiseur de la Russie, fut aussi envoyée à Maria Vladimirovna, la soi-disant « grande duchesse » (un titre exclusivement réservé aux enfants et petits-enfants d’un empereur régnant) qui clame la tsarité de Cyrille, le « tsar » autoproclamé en 1924 jamais reconnu par le Zemski Sobor (sorte d’Etats Généraux), ni par la maison impériale (et qui n’a jamais régné). Comme on le comprend aisément, le gouvernement actuel ne peut pas se mêler des disputes dynastiques, mais doit ramener et donner à la Russie ce dont le pays orphelin a besoin. Puisque, selon les vieilles et imparfaites règles de succession de Paul 1er (que seul un empereur en fonction peut amender), personne n’est formellement éligible, la première (prochaine) personne à représenter l’héritage impérial au sein de l’État ne peut être installée que par exception. La Providence règlera alors l’affaire et scellera la transition. Mais il est impossible de faire incarner quoi que ce soit en un fantôme, ou un aspirant in absentia (à l’étranger). La Russie a besoin d’un Romanov en Russie.

 

Parmi les avantages les plus évidents de tout système de succession héréditaire figure le fait que, puisque personne ne choisit l’élu (qui dans l’idéal ne peut pas refuser son devoir), il est totalement indépendant de tout pouvoir de pression. Mais la fortune fait parfois très bien les choses. L’intronisation d’un vieux Nicolas ou Dimitri sans enfants n’aurait pas empêché l’apparition d’une contestation successorale, de la part de la branche de Cyrille, à la mort de Dimitri. L’intronisation d’Andreï Andreïevitch [Photo ci-dessus] signifie la succession automatique de son fils Alexis Andreïevitch, né en 1953, apportant par là une espérance de stabilité (d’après les trois précédents) d’une trentaine d’années, largement suffisante pour assurer et normaliser la fonction avant la question de sa propre succession. La Providence a pourvu. Maintenant les hommes (Andreï et Alexis) doivent répondre à l’appel de leur devoir. Ils y seront nourris.

 

En juin 2015, lorsque la Région de Léningrad a proposé d’héberger officiellement les rapatriés dans une résidence impériale de Saint-Pétersbourg, Vladimir Petrov proposa aussi le palais Livadia en Crimée, s’exprimant donc manifestement au nom de la présidence de la Fédération. La fonction protocolaire serait de représenter et personnifier la dynastie et la nation, et fut alors comparée à la fonction du roi ou de la reine au Royaume-Uni et aux Pays-Bas d’aujourd’hui. Bien sûr le gouvernement ne pourrait passer que l’autorité dont il dispose, constitutionnelle. Du point de vue du droit constitutionnel, et comme pour un empereur, une personnification institutionnellement reconnue de l’histoire impériale (qui est la fonction actuellement proposée par le gouvernement russe) ne peut pas être élevée plus haut par un corps de hiérarchie subalterne, aussi pour aller plus loin la Russie devra recourir aux seuls corps sociaux qui ont une plus grande légitimité historique et sociale que l’Etat constitutionnel actuel, en l’occurrence l’Eglise et la société civile. Cela viendrait plus tard, les peuples russes réalisant de nouveau qu’un grand pays ne peut pas dépendre de la bonne volonté de volontaires intérimaires élus à titre temporaire, mais a au contraire besoin d’une institution stable offrant une direction à long terme quels que soient les mérites, les compétences et la longévité des individus.

 

Pour l’heure, le gouvernement russe est prêt à donner, au sein de l’État, un statut institutionnel permanent à la famille impériale avant les commémorations de la révolution et des assassinats. La Russie doit d’urgence attribuer la présidence honoraire des célébrations réconciliatoires de 2017. Les développements ultérieurs appartiennent à l’Histoire.

 

Puisse Dimitri reposer en paix. Puissent Andreï et Alexis répondre maintenant. (Source Stratdiplo)

 

L’initiative officielle est venue du député Vladimir Petrov du parti présidentiel, « Russie unie », qui a préparé un texte de loi qui devrait entrer en vigueur à l’occasion du centenaire de la chute du Tsar Nicolas II, en 1917. Rappelons que 2017 sera l’année de l’élection présidentielle russe. Vladimir Petrov entend « donner aux membres de la famille impériale un statut spécial » et « accélérer leur retour en Russie ».

 

Alexander Zakharov, directeur de la Maison Impériale des Romanov en Russie, a indiqué que plusieurs représentants de la dynastie étaient prêts à retourner en Russie.

 

Pourquoi maintenant ?

 

Une telle initiative de la part d’un parlementaire du parti présidentiel n’est pas anodine. Le président russe sait que les USA préparent une révolution de palais en Russie et que, à tout moment, une insuffisance gouvernementale peut aboutir à un coup d’état de la part d’oligarques liés à la finance anglaise et américaine. Sur le modèle de ce que firent les Bolcheviques en 1917-1918.

 

Avec en outre des menaces directes émanant des USA quant à leur volonté de démanteler la Russie en une multitude de républiques aisément manipulables, le chef de l’Etat Russe peut voir dans l’option monarchiste un moyen souple et efficace d’unifier le pays sur la base des principes plus que des partis ou des élections.

 

En outre, elle incarnerait le retour à la tradition déjà largement amorcé dans la Fédération de Russie. (source)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 12:10
Poutine : Une société qui n'a aucune possibilité de protéger ses enfants aujourd'hui n'a pas d'avenir

Discutant des aspects multiethniques de la politique intérieure de la Russie, le président russe Vladimir Poutine a appelé à ne pas suivre l’expérience européenne dans ce domaine qui, selon lui, laisse à désirer.

 

Le président russe Vladimir Poutine est convaincu que sa politique migratoire menace l'avenir de l'Europe. Le numéro un russe a fait ce constat lors d'une réunion du Conseil pour les relations interethniques dans la ville russe d'Astrakhan, le 31 octobre.

 

Pour justifier sa déclaration, M. Poutine a noté les crimes graves commis par des migrants arrivés en Europe du Proche-Orient et de l'Afrique. En particulier, il a rappelé le cas de viol d'un petit garçon en Autriche par l'un des migrants dont la condamnation a été finalement annulée.

 

« Une société qui n'a aucune possibilité de protéger ses enfants aujourd'hui n'a pas d'avenir », a déclaré M. Poutine.

 

En outre, le chef de l'État a suggéré que ce qui se passe maintenant dans l'Union Européenne est le résultat de la « culpabilité devant ces migrants » et de l'« érosion des valeurs traditionnelles nationales ». « Il est même difficile d'imaginer ce qu'ils font là-bas » a souligné le président russe.

 

En avril, un réfugié irakien, qui a été accusé d'avoir violé un garçon de 10 ans à Vienne, a plaidé coupable. Toutefois, le verdict a été partiellement annulé à cause d'informations incomplètes sur l'incident.

 

« Le tribunal l'a acquitté pour deux raisons: il ne parle pas la langue du pays et n'a pas compris que le garçon ne voulait pas (d'être violé, ndlr) », a rappelé Vladimir Poutine.

Source: Vladimir Poutine critique la politique migratoire européenne, Sergei Guneev International 22:36 31.10.2016(mis à jour 23:33 31.10.2016

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 16:11
Manifestation massive pour le 98ème anniversaire de la mort de Nicolas II et de sa famille

Massive manifestation pour le 98ème anniversaire de la mort de Nicolas II (le dernier tsar de Russie assassiné par les barbares révolutionnaires) et de sa famille :

 

Une information passée totalement inaperçue dans les médias français: des dizaines de milliers de monarchistes russes ont défilé sur 20 kilomètres, dans la nuit du 16 au 17 juillet 2016, en direction de Iekaterinbourg afin de commémorer le 98ème anniversaire de l'exécution de la famille impériale :

Manifestation massive pour le 98ème anniversaire de la mort de Nicolas II et de sa famille

La manifestation a été d'une telle ampleur que diverses chaînes de télévisions russes (http://www.ntv.ru/video/1297022/) ont couvert l'événement.

 

Un tiers des russes souhaiterait la restauration de la monarchie selon un sondage daté de 2013. Le gouvernement russe a ouvert des négociations, il y'a peu, avec les membres de la famille impériale et les deux prétendants au trône ( la Grande-duchesse Maria Romanov et le Grand-Duc Dimitri VI Romanov), afin de convenir avec eux d'un statut officiel dans le pays.

 

D'autres photos de cette manifestation sont disponibles sur la Conférence monarchiste internationale en suivant ce lien : https://www.facebook.com/groups/monarchiste/

 

(Source: Frederic De Natal, Vexilla Galliae facebook)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 14:44
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 11:44
Vladimir Poutine à Cameron sur la Syrie : "Est-ce le genre de gens que vous voulez soutenir et armer ?"

Vladimir Poutine à David Cameron, le Premier ministre britannique sur la Syrie, à Londres le 16 juin 2013 :

 

"Je pense que vous n'allez pas nier que l'on ne devrait pas soutenir ceux qui, non seulement tuent leurs ennemis, mais qui les dépècent, mangent leurs entrailles en public et devant les caméras. (1) Est-ce ces gens-là que vous voulez soutenir? Est-ce ceux-là que vous voulez armer? Si c'est le cas, alors cela n'a guère de rapports avec les valeurs humanitaires qui sont prêchées en Europe depuis des siècles."

Notes

 

(1 ) Un rebelle syrien mange le coeur d'un soldat, images d'une barbarie qui se systématise, RFI, Par Romain Mielcarek Publié le 14-05-2013 Modifié le 15-05-2013 à 12:18

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 19:56

La diplomatie russe a annoncé dans un communiqué que la Russie va convoquer vendredi soir une session du Conseil de sécurité des Nations unies au sujet des déclarations du gouvernement turc favorable à une intervention militaire terrestre en Syrie.

 

"La Russie a l'intention de convoquer aujourd'hui une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU pour discuter cette question et soumettre un projet de résolution appelant à mettre fin à toutes les actions qui sapent la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Syrie", a fait savoir la porte-parole du ministère Maria Zakharova. [1]

 

Le Kremlin va "soumettre un projet de résolution appelant à mettre fin à toutes les actions qui sapent la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Syrie", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

 

Depuis plusieurs jours, la Turquie évoque l'éventualité d'une opération terrestre avec l'Arabie saoudite afin de venir en aide aux groupes rebelles soutenus par les deux pays. Ceux-ci sont en difficulté depuis l'intervention militaire directe de la Russie l'automne dernier: Moscou a accentué ses frappes, ces dernières semaines, principalement contre les zones aux mains des rebelles dits "modérés". ... [L]a Russie tient désormais de fait tout l'espace aérien du nord de la Syrie, après le déploiement de missiles sol-air S400 et de Tupolev 214R. [2]

 

La demande de Moscou intervient après que la Turquie a plaidé mardi (16 février Ndlr.) pour une intervention militaire terrestre de la coalition internationale en Syrie. "Nous voulons une opération terrestre avec nos alliés internationaux", avait déclaré à la presse un général turc qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat. Et d'ajouter toutefois qu'il "n'y aurait pas d'opération militaire unilatérale de la Turquie". [3]

 

Samedi 13 février, la Turquie avec l'Arabie Saoudite avait déjà déclaré qu'elle pourrait mener une intervention terrestre contre l'EI en Syrie.

Syrie: la Russie convoque le Conseil de sécurité

Sources

 

[1] Syrie: la Russie convoque le Conseil de sécurité, Par LeFigaro.fr, avec AFP et Reuters Mis à jour le 19/02/2016 à 16:45 Publié le 19/02/2016 à 16:40

[2] Intervention turque en Syrie? Moscou convoque le Conseil de sécurité, Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le , mis à jour à

Réunion d’urgence du Conseil de sécurité sur la Syrie à la demande de la Russie, France24, Dernière modification : 19/02/2016

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 10:06

Xavier Moreau, auteur de "Ukraine, Pourquoi la France s'est trompée" analyse pour "Stratpol.com", le 31 janvier 2016, les prises de position anti-bolchéviques du président russe Vladimir Poutine.

 

Extrait:

 

Nous avions déjà abordé la question des prises de position de Vladimir Poutine, en particulier, et des élites russes en général, pour dénoncer la période bolchévique de destruction de la Russie qui fait suite à la Révolution de 1917. Le cas le plus éclatant avait été lors de l'Université d'été de la jeunesse du parti Russie Unie, à l'été 2014, lorsque Vladimir Poutine avait comparé les libéraux pro-américains aux bolchéviques financés par l'Allemagne en 1917.

 

"Nous avons une opposition tournée vers l'intérêt national. Nous avons aussi une opposition dite hors du système. Ce n'est pas non plus un bloc unique, il y a des gens différents. Il y a des patriotes et il y a aussi des gens, et je ne voudrais pas choquer les gens de gauche, qui se trouvent peut-être au sein de cet auditoire. Mais durant la Première Guerre mondiale les bolchéviques souhaitaient la défaite de leur patrie. Et quand les héroïques soldats et officiers russes versaient leur sang sur le front de la Première Guerre mondiale, certains secouaient la Russie de l'intérieur et la déstabilisèrent si bien que l'Etat russe s'écroula, et se déclara vaincu vis-à-vis du pays vaincu ! C'est absurde, mais cela s'est produit. C'est une trahison totale de l'intérêt national.

 

De tels personnages, nous en avons aujourd'hui, mais que faire ? Aucune société n'est épargnée par ce genre de chose...

 

Quoiqu'il en soit, je pense que les bases fondamentales de la viabilité de notre Etat ne permettront jamais à de telles personnes d'arriver à la tête de l'Etat."

 

Vladimir Poutine a réitéré ses accusations contre Lénine à deux occasions lors de forums et de rencontres avec la population russe. Il a notamment comparé l'action de Lénine en URSS à celle de quelqu'un qui aurait déposé une bomba atomique sous la Russie et qui a fini par exploser :

 

"A cette époque il y avait beaucoup d'idées comme celles-là, autonomisation et ainsi de suite. Ils ont posé une bomba atomique sous cette maison qu'on appelait Russie. Et elle a explosé."

 

Effectivement ce sont les bolchéviques (Vladimir Lénine, Joseph Staline, Lazare Kaganovitch, Grigori Petrovski) qui non seulement ont créé l'Ukraine de toute pièce, mais qui en plus ont laissé la possibilité à ces régions qui avaient toujours été russes de pouvoir quitter l'URSS. Donc c'est en ce sens-là que Vladimir Poutine parle de la "bombe atomique" qui a été glissée sous la Maison Russie par Lénine.

 

Mais tout en reconnaissant les très beaux idéaux de partage et de générosité des communistes, a critiqué très fortement les massacres qui ont été accomplis par les Bolchéviques. [1]

 

"Certains accusaient le régime tsariste de répression. Mais par quoi a commencé le régime soviétique ? Par une répression massive. Et les prêtres qu'ils ont massacrés ? Rien qu'en 1918, ils ont massacré 3000 prêtres. Et en 10 ans, 10 000 prêtres. Et dans le Don, ils nes noyaient sous la glace.

 

Quand tu commences à réfléchir là-dessus, quand de nouvelles informations apparaissent, tu évalues les choses d'une autre manière. Vladimir Ilitch Lénine, dans une de ses lettres adressées à Molotov - je crois, je ne me souviens plus exactement de la citation, mais il écrivait:

 

"Plus on tue de représentants de la bourgeoisie réactionnaire et de prêtres, mieux c'est..."

 

Notamment celui de la famille impériale, celui du médecin de la famille impériale, les 10 000 prêtres orthodoxes qui ont été massacrés par les bolchéviques. Rappelons que les massacres des chrétiens par les Bolchéviques ont fait plus de martyrs que toutes les persécutions de l'Empire romain. Et de toute l'histoire, même celle de la 'Révolution française', c'est bien les persécutions antichrétiennes bolchéviques qui ont été les plus radicales.

 

Et donc ce qui est intéressant, c'est qu'en Russie comme en France, la crise ukrainienne est l'occasion de revoir l'histoire telle qu'elle a vraiment été de la création de l'URSS et de la création de l'Ukraine. Dans ce cadre-là je voudrais recommander la lecture d'un livre du seul théoricien du nationalisme ukrainien sérieux que l'on peut avoir en France, qui est M. Lebedynsky, qui vient de sortir un livre intitulé "Les Etats ukrainiens, La première indépendance et son héritage" (Harmattan). ... Un livre qui montre à quel point l'Ukraine est une création factice qui comme elle n'a jamais réellement existé avant que les Bolchéviques n'ukrainisent la région de force, n'a jamais obtenu l'adhésion des populations locales."

Notes

 

[1] La violence faisait partie intégrante du génome communiste. "La conclusion du Manifeste du Parti communiste est fort claire : 'Les communistes déclarent ouvertement qu'ils ne peuvent atteindre leurs objectifs qu'en détruisant par la violence l'ancien ordre social'." (Stéphane Courtois, Communisme et totalitarisme, Tempus, Paris 2009, p. 76.) Dès 1914-1915, Lénine s'empare de cette conclusion de Marx, dans le Manifeste de 1848, "pour inaugurer un slogan appelé à un grand retentissement : 'tranformer la guerre impérialiste en guerre civile'" (S. courtois, ibid., p. 77.)

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 11:19

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a estimé ce samedi que les relations russo-occidentales étaient entrées dans une "nouvelle guerre froide".

"On peut dire les choses plus clairement : nous avons glissé dans une période de nouvelle guerre froide", a-t-il déclaré à la Conférence de sécurité de Munich.

"Ce qui reste c'est une politique inamicale et fermée, selon nous, de l'Otan vis-à-vis de la Russie", a-t-il jugé.

"Les politiques européens ont cru que créer une soi-disant ceinture d'amis aux frontières de l'UE serait une garantie de sécurité. Quel est le résultat? Pas une ceinture d'amis, mais une ceinture d'exclusion", a-t-il dit.

"Créer la confiance c'est difficile (...) mais nous devons commencer. Nos positions diffèrent mais elles ne diffèrent pas autant qu'il y a 40 ans quand en Europe il y avait un mur", a souligné le premier ministre russe.

L'Otan est l'alliance militaire pilotée par les Etats-Unis depuis 1949. A l'origine conçue pour défendre l'Europe occidentale contre une invasion soviétique, l'Otan a maintenu son existence après la dissolution du bloc de l'Est. 

En 2004, l'Otan s'est étendu aux frontières de la Russie, en ajoutant l'Estonie, la Lettonie et la Lithuanie. La Bulgarie, la Roumanie, la Slovénie et la Slovaquie ont ensuite été admises. L'Otan travaille à intégrer la Géorgie et l'Ukraine, deux anciennes républiques soviétiques, suscitant les craintes de Moscou, qui accuse les Etats-Unis de vouloir encercler la Russie. 

"Ceinture d'exclusion" : Dmitri Medvedev dénonce une "nouvelle guerre froide"

Source: Medvedev: "nous sommes dans une nouvelle guerre froide", Par LeFigaro.fr, avec AFPMis à jour le 13/02/2016 à 10:57 Publié le 13/02/2016 à 10:33

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 19:29
Risque de «guerre mondiale» en cas d'offensive terrestre étrangère en Syrie, selon Medvedev

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a estimé qu'une offensive terrestre étrangère en Syrie présenterait le risque de déclencher «une nouvelle guerre mondiale», dans un entretien au quotidien économique allemand Handelsblatt à paraître vendredi.

 

«Les offensives terrestres conduisent généralement à ce qu'une guerre devienne permanente», a averti le premier ministre, ajoutant à ce propos: «toutes les parties doivent être contraintes de s'asseoir à la table de négociations plutôt que de déclencher une nouvelle guerre mondiale».

 

Source : Risque de «guerre mondiale» en cas d'offensive terrestre étrangère en Syrie, selon Medvedev, La Presse.ca, Publié le 11 février 2016 à 13h21 | Mis à jour à 13h21

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 20:30
Syrie : en trois jours, l'aviation russe cible 875 "cibles terroristes"

L'aviation russe a annoncé jeudi avoir bombardé 875 "cibles terroristes" en Syrie au cours des "trois derniers jours", notamment dans la région d'Alep.

 

"Au cours des derniers trois jours, du 1er au 3 février, les avions des forces aériennes russes ont réalisé 237 sorties aériennes visant 875 cibles terroristes", dans les régions d'Alep (nord-ouest), Lattaquié (nord-ouest), Homs (centre), Hama (centre) et Deir Ezzor (est)", a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense.

 

Source: Syrie: l'aviation russe a bombardé 875 "cibles terroristes" depuis le 1er février, L'Express, Par AFP , publié le 04/02/2016 à 15:27 , mis à jour à 15:27

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 10:25
Les deux raisons de la méfiance occidentale à l'égard de la Russie

Ancien énarque, homme politique et essayiste français, Ivan Blot se rend régulièrement en Russie puisqu’il participe aux réunions du groupe de Valdaï, un forum international rassemblant des experts dans le but de discuter de la Russie et de son rôle dans le monde. Avec La Russie de Poutine, il signe un lire de philosophie politique pratique édifiant, un livre qui prend le contre-pied des préjugés répandus sur la Russie. Il a répondu à des questions pour Aleteia où il explique notamment les raisons de la méfiance occidentale à l'égard du président russe Vladimir Poutine.

La Fédération de Russie est un État laïque. Mais il y a un renouveau religieux important. La laïcité à la russe n’interdit pas la coopération avec les religions mais selon le principe de la proportionnalité (c’est un peu la laïcité « positive » que Sarkozy avait défendue). L’État aide en fonction de la proportion de citoyens ayant telle ou telle confession : 80% à l’orthodoxie, 10% à l’islam et le reste aux confessions bouddhiste et juive. Ce sont les religions historiquement traditionnelles et admises comme telles. Les musulmans russes dans leur grande majorité sont aussi des patriotes russes. Le grand muphti a demandé aux musulmans de prier pour l’âme de saint serge de Radonège (XIVe siècle) parce qu’il était aussi un grand patriote !

On construit actuellement dans l’agglomération de Moscou plus de 200 églises ! On est dans un monde fort différent de la France actuelle.

La politique familiale est une des grandes réussites de Poutine. La natalité s’est redressée et la population augmente depuis quatre ans. La politique familiale a un volet financier et un volet moral. Par exemple, dès la deuxième naissance, une famille touche 7 000 euros de prime. On l’aide aussi à rembourser les prêts du logement. Les bébés nés le jour de la fête nationale sont qualifiés de « bébés patriotes » et certaines régions offrent une voiture aux parents !

Par ailleurs, le statut moral de la famille est revalorisé. Pas question de « mariage pour tous » et la propagande homosexuelle envers les enfants est interdite. L’État a créé la fête de l’amour du mariage et de la fidélité et décore les couples méritants. Des publicités dans le métro de Moscou vantent les mères qui ont trois enfants.

 

[...] La méfiance est due à deux raisons, géopolitique et culturelle, voire spirituelle.

Tout d’abord, l’Europe est soumise politiquement aux États-Unis, or ceux-ci ont dévoilé leur politique de domination mondiale dans un livre Le grand échiquier. L’auteur Zbigniew Brzesinski explique que les USA dominent le monde et le civilisent en même temps (sic). Un français appréciera de savoir qu’il doit la civilisation aux Américains ! Mais les USA sont situés sur un continent marginal, l’Amérique alors que le continent eurasiatique rassemble les Européens, les Russes, les Chinois et les Indiens entre autre. Si l’Eurasie s’unifie, elle sera plus puissante que l’Amérique. Le conseiller des présidents américains note que l’Europe reste soumise, qu’il faut surveiller la Chine mais surtout qu’il faut démembrer l’empire russe qui concurrence les USA ; il propose d’abord de séparer la Russie et l’Ukraine d’où le coup d’État qui eut lieu à Kiev et la guerre de Kiev contre ses propres citoyens autonomistes de l’est (Donbass). Ensuite, il propose de diviser entre trois Etats ce qui reste de la Russie : tout cela est exposé sans la moindre gêne. L’ennemi est russe. Aujourd’hui, un autre ennemi est apparu, Daesh, et cela gêne bien les élites américaines.

La deuxième cause de la propagande anti-russe est le côté conservateur traditionaliste et patriote de la Russie. Les élites occidentales ont renié le christianisme et défendent un égalitarisme et un matérialisme agressifs. Les peuples européens et aussi américain commencent à se rebeller contre ces élites qui nient l’héritage de notre civilisation. Poutine a dit que l’Occident était devenu relativiste et mettait sur le même plan les valeurs de Dieu et de Satan. Première conséquence selon lui : l’effondrement démographique. La baisse de la natalité et l’immigration menacent de faire disparaitre l’Occident (voir son « discours de Valdai » de 2013).

Les élites gauchisantes et coupées du peuple (oligarchies) ne supportent pas ce discours de la nouvelle Russie. On voit donc que le malaise est profond mais on doit conserver l’espoir. Les milieux économiques européens sont très hostiles aux sanctions antirusses et veulent coopérer avec la Russie même si cela déplait à l’Amérique. Par ailleurs, les peuples se révoltent peu à peu contre cette nouvelle classe oligarchique qui les dominent et qui n’a que mépris pour les angoisses des simples citoyens face à la criminalité croissante, l’invasion migratoire et l’abandon des valeurs traditionnelles, famille, propriété et patrie. Je pense qu’à l’avenir, l’Europe et la Russie se rapprocheront car l’Histoire, la géographie et nos racines chrétiennes communes nous mèneront à un tel résultat."

Propos recueillis par Jean Muller

La Russie de Poutine d’Yvan Blot. B. Giovanangeli, janvier 2016, 15 euros.


Source: Aleteia

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 18:53

C'est dans un rapport de confiance remarquable où François Hollande tutoie le président russe Vladimir Poutine, qu'il témoigne à ce dernier et au peuple russe sa peine après les attentats terroristes qui ont également frappé la Russie. (video RT en français).

 

Extrait du discours de Hollande à partir de 2:50:

 

"Monsieur le Président, cher Vladimir, nous avons été frappé en France par un acte terroriste. La Russie, également, a été frappée par un attentat contre un de ses avions. Le terrorisme est donc notre ennemi. Et, nous le connaissons, il a un nom, c'est Daech, l'Etat islamique. Il a un territoire, il a une armée, des ressources, et donc nous devons faire cette large coalition pour frapper ce terrorisme.

 

Vendredi dernier, le Conseil de Sécurité a adopté une résolution à l'unanimité pour que l'ensemble des pays agisse contre le terrorisme, et notamment contre Daech. Et nous, nous devons être à l'initiative pour qu'il puisse y avoir des actions qui doivent être intensifiées contre ce terrorisme-là.

 

C'est pourquoi je suis ici à Moscou avec toi, pour déterminer comment nous pouvons, les uns et les autres, agir et nous coordonner pour que nous puissions à la fois, atteindre ce groupe terroriste, et en même temps chercher une solution politique pour la Syrie.

 

J'étais mardi à Washington, j'ai reçu la chancelière hier, j'avais vu David Cameron. J'ai également rencontré Matteo Renzi, je suis avec toi. Et bien, maintenant nous devons prendre nos responsabilités.

 

Et je te remercie, ainsi que tout le peuple russe pour toutes les marques d'amitié qui nous ont été adressées à la suite des attaques meurtrières du vendredi 13 novembre.

 

Et moi aussi, je m'associe à la peine du peuple russe, après les actes terroristes qui ont été commis. C'est parce que nous pensons aux victimes que nous devons agir", a déclaré François Hollande.

Hollande à Moscou : "le terrorisme est notre ennemi. Nous le connaissons, il a un nom, c'est Daech, l'Etat islamique"

Le président français François Hollande est arrivé jeudi à Moscou pour s'entretenir avec son homologue russe Vladimir Poutine d'une coalition élargie pour combattre le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

 

"Nous devons prendre maintenant nos responsabilité pour atteindre l'Etat islamique et chercher une solution politique pour la Syrie", a déclaré François Hollande à Vladimir Poutine.

 

"Les attentats poussent nos pays à conjuguer les efforts, et la Russie est prête à combattre le terrorisme ensemble avec la France", a indiqué le président russe.

Российско-французские переговоры в узком составе

 

Source: Hollande à Moscou pour coordonner l'action de la Russie et de la France face au terrorisme, Sputnik News, 17:58 26.11.2015(mis à jour 18:34 26.11.2015)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 22:49

Où l'on va voir si les Occidentaux sont réellement sincères dans leurs promesses de lutte contre "Daech" (l'Etat islamique) :

La Russie propose un état-major commun contre Daech

L'ambassadeur de Russie à Paris a affirmé que son pays était prêt à constituer un « état-major » commun contre l'Etat Islamique. Avec les USA, la France, et même la Turquie.

 

La Russie serait « prête » à « constituer un état-major commun » contre le groupe Etat islamique (EI), incluant la France, les Etats-Unis et même la Turquie en dépit de la poussée de tension entre Ankara et Moscou, a affirmé mercredi l'ambassadeur russe à Paris.

 

« Nous sommes prêts à (...) planifier ensemble des frappes sur les positions de Daech (ndlr, acronyme arabe de l'EI) et constituer pour cela un état-major commun avec la France, avec l'Amérique, avec tous les pays qui veulent bien aller dans cette coalition », a déclaré le diplomate, Alexandre Orlov, sur la radio française Europe 1.

 

« Les Turcs s'ils veulent aussi, ils sont les bienvenus », a-t-il ajouté.

Source: La Russie propose un état-major commun contre Daech, Ouest-France, International - 25/11/2015, 09h20

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 18:18

En suivant les succès récents des troupes de l'Armée arabe syrienne sur le terrain, les principaux médias mainstream étaient obligés de reconnaitre les avancées notables de l'armée syrienne depuis le début de la participation directe de la Russie dans la lutte anti-terroriste dans ce pays. Dernier exemple en date: l'annonce faite par l'AFP le 11 novembre et relayée (sans joie) par tous les grands médias occidentaux, anglophones comme francophones, de CNN à BBC, de France 24 au Figaro. "Syrie: l'armée brise le siège de l'EI autour d'un aéroport clé près d'Alep", titrait le site de France 24

 

Avec les indications plus bas: "KWEIRES (SYRIE) (AFP) —
L'armée syrienne a brisé mardi le siège imposé depuis plus de deux ans par le groupe Etat islamique (EI) à l'aéroport de Kweires, près d'Alep, selon un photographe de l'AFP sur place, une information confirmée par la télévision d'Etat. Les troupes du régime sont entrées mardi en fin d'après-midi dans l'aéroport et des soldats tiraient en l'air en signe de célébration, a indiqué le photographe". Fin de la citation.

Les victoires syriennes font changer l’opinion publique mondiale

Source : L'armée syrienne brise le siège de l'EI sur un aéroport stratégique près d'Alep, France 24, Dernière modification : 11/11/2015

On notera bien que cette victoire importante de l'armée syrienne met fin à un siège de plus de deux ans. Et l'autre point essentiel qu'on y lit: l'Etat islamique… N'est-ce pas les mêmes médias qui relayaient massivement "l'information" selon laquelle la Russie et la Syrie combattent principalement d'autres groupes "rebelles" (les terroristes "modérés" en d'autres termes) et non pas l'EI? Heureusement une fois encore que le ridicule ne tue pas. Passons.

Pendant ce temps, les chaines gouvernementales syriennes ont montré de leur côté (avec bien évidemment plus de joie que ceux qui ne sont que forcés de reconnaitre les faits devenus évidents), les soldats syriens célébrant une nouvelle importante bataille remportée dans la reconquête de leur pays, martyrisé depuis plusieurs années maintenant par le terrorisme international et l'arrogance des élites occidentales. Les militaires syriens n'ont pas manqué de saluer leur président Bachar al-Assad, ainsi que de remercier la Russie pour son aide cruciale dans ce combat.

 

Donc on progresse. Et ce seulement à peine un peu plus d'un mois depuis le début de l'intervention russe. Vous imaginez bien que si c'était la coalition étasunienne qui était arrivée à des résultats ne seraient-ce que semblables, et même en ayant l'avantage évident du timing (plus d'un an de "participation"), tous les médias du mainstream seraient en train de célébrer le rôle "exceptionnel" de la politique US. D'autre part, et cela est tout aussi important de le noter, ces mêmes médias commencent à reconnaitre que côté russo-syrien, c'est bien Daech qui est combattu, au même titre que toutes les autres sectes terroristes salafistes opérant en Syrie, notamment liées à Al-Qaida.

 

Dernier point. En lisant les commentaires sur pratiquement tous les médias occidentaux ayant repris l'annonce faite par l'AFP, on voit clairement de quel côté se penche l'opinion publique internationale. Que ce soit au niveau des lecteurs du Figaro, de France 24 ou des médias US, l'avancée des troupes syriennes, soutenue par l'aviation russe, est accueillie positivement. Ce qui ne fait que confirmer une fois de plus que l'opinion publique occidentale est de plus en plus hostile à la propagande russophobe, relayée depuis plusieurs années et plus particulièrement ces derniers temps par leurs principaux médias. Tout en rappelant aussi, que ce n'est qu'une partie de l'opinion publique globale, dans laquelle les sentiments favorables à la Russie sont encore plus importants.


 
Les victoires syriennes font changer l’opinion publique mondiale

Source: Les victoires syriennes font changer l’opinion publique, Sputnik, 14:17 12.11.2015(mis à jour 14:28 12.11.2015)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 11:19
Syrie : la CIA livre des armes aux terroristes que la Russie combat

En réponse à l'intervention militaire russe, la CIA et les monarchies du Golfe ont livré de nombreux missiles antichars TOW aux rebelles syriens. Avec ces nouvelles armes, ces derniers ont détruit des dizaines de blindés.

 

La rébellion syrienne a infligé de lourdes pertes à l'armée de Bachar el-Assad grâce aux missiles antichars américains TOW qu'elle a reçus en grand nombre ces dernières semaines. L'offensive terrestre de l'armée syrienne au nord de Hama, lancée début octobre avec le soutien aérien de la Russie, a été ralentie par la destruction de plusieurs dizaines de blindés par ces missiles sophistiqués, livrés massivement aux rebelles via la Turquie par l'Arabie saoudite et le Qatar, principaux soutiens du soulèvement armé contre Bachar el-Assad, ou par la CIA.

SourceLa rivalité russo-américaine s'intensifie en Syrie, Le Figaro, Par Adrien Jaulmes Mis à jour le 20/10/2015 à 21:06 Publié le 20/10/2015 à 20:35

Hier soir, le président syrien Bachar el-Assad a effectué une "visite de travail" à Moscou au cours de laquelle il a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine.

Syrie : la CIA livre des armes aux terroristes que la Russie combat

Source: VIDÉO - Bachar el-Assad a rencontré Vladimir Poutine à Moscou, Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 21/10/2015 à 10:33 Publié le 21/10/2015 à 08:36

 

Syrie : la CIA livre des armes aux terroristes que la Russie combat
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 18:08

Invitée de Ruth Elkrief sur BFMTV, Hélène Carrère d'Encausse, spécialiste de la Russie, auteur de "Six années qui ont changé le monde. 1985-1991" (Fayard), a expliqué le "retour de la Russie sur la scène internationale".

 

"incontestablement, il y a un retour de la Russie puisqu'il n'y avait plus de Russie depuis 1917, il y avait l'empire russe avant.

 

S'agissant de l'actuel chef de l'Etat russe, elle a affirmé :

 

"Il faut reconnaitre à Vladimir Poutine que c'est lui qui a remi la Russie en selle. Poutine est un Homme d'Etat. Il regarde l'état du Moyen-Orient où nous avons décomposé des Etats (en Irak, en Libye). Il faut bien regardé les choses en face.

 

Pour lui, Assad c'est le type qui tient l'Etat en Syrie. [...] Si Bachar el Assad s'en va, le pays se décompose.

 

(En Irak), on s'est débarrassé de Sadam Hussein sur la base du mensonge d'Etat de George Bush."

 

Sur les sanctions occidentales, elle a expliqué que "Poutine n'est pas dans une situation agréable" :

 

"Incontestablement les sanctions étranglent la Russie. En Ukraine, à propos de la perspective des élections, ce qu'on lui demande c'est de ne pas soutenir les séparatistes ukrainiens."

 

Sur l'islam, l'Académicienne a expliqué :

 

"Poutine a sur le dos le problème islamiste en Russie. dans le Caucase, tout le territoire de la Volga, je dirais que le centre de la Russie est encerclé."

 

Interrogée sur la "Poutine mania" en France sur la scène politique en France, et la "Poutine phobie", l'historienne a répondu qu'il y avait les deux.

 

La journaliste de BFMTV a évoqué le "coup de maître" de Poutine avec un retour de la Russie sur la scène internationale.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 14:06
Pour l'Eglise orthodoxe russe, la Russie mène une "guerre sainte" en Syrie

L’engagement militaire russe en Syrie s’inscrit dans le cadre d’une «guerre sainte» contre le terrorisme, a estimé mercredi l’Eglise orthodoxe russe alors que Moscou a confirmé les premières frappes de son aviation en Syrie.

«Le combat contre le terrorisme est une guerre sainte et aujourd’hui, notre pays est peut-être celui qui le combat le plus activement», a déclaré le porte-parole de l’Eglise orthodoxe russe, Vsevolod Tchapline, cité par l’agence Interfax.

«Cette décision est conforme au droit international, à la mentalité de notre peuple et au rôle particulier que notre pays a toujours joué au Moyen-Orient», a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, le patriarche orthodoxe Kirill a lui aussi apporté son soutien aux frappes russes en Syrie.

«La Russie a pris une décision responsable en utilisant ses forces armées pour défendre le peuple syrien frappé par le malheur», a-t-il déclaré.

Le grand mufti de Russie, Talgat Tadjouddine, a lui aussi apporté son soutien à l’engagement militaire russe en Syrie.

Moscou a confirmé mercredi ses premières frappes aériennes en Syrie, quelques heures après l’obtention par le président Vladimir Poutine du feu vert du Sénat pour ces frappes, demandées par le président syrien Bachar al-Assad.

Source: Pour l'Eglise orthodoxe, la Russie va mener une "guerre sainte" en Syrie, Afp, Publié le Mercredi 30 Septembre 2015 à 18h02

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 13:08

M@J permanente

L'Armée de l'air russe a réalisé le 30 septembre ses premières frappes sur les positions de l'Etat islamique en Syrie. Video à voir sur le site Sputnik

Premières frappes aériennes russes sur l'EI

Huit cibles ont été supprimées, un état-major et un centre de coordination des djihadistes ont été anéantis. [1]

 

L'Armée de l'air russe a entamé mercredi une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.


La question du maintien du président syrien au pouvoir est une pomme de discorde entre l’Occident et la Russie. Les Etats-Unis et leurs alliés ont longtemps insisté sur le départ d’Assad comme préalable à un processus de paix. De son côté, la Russie rappelle que l’armée syrienne est une des seules forces à combattre au sol les djihadistes, et indique qu'en cas d'effondrement de la structure étatique du pays, l'avancée de l'Etat islamique deviendra incontrôlable. [2]

 

Le ministère russe de la Défense a déclaré mercredi que l'Armée de l'air russe n'effectuait pas de frappes sur les infrastructures civiles syriennes et qu'elle n'avait engagé que des opérations militaires contre l'EI en Syrie. Plus tôt, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a commenté les déclarations de plusieurs médias occidentaux qui affirmaient que l'opération militaire lancée par Moscou faisait des morts parmi les civils syriens, en précisant qu'il s'agit d'une attaque médiatique. Selon Mme Zakharova, la Russie fait l'objet d’une guerre de l’information car il n'y a eu aucune confirmation officielle de cette information. [3]
 

Selon Vladimir Poutine, "la mort de civils" a été "annoncée avant le lancement des frappes russes en Syrie". [4]

Premières frappes aériennes russes sur l'EI

Les données sur les victimes présumées parmi les civils syriens causées par les raids aériens russes en Syrie sont apparues dans les médias avant même le début de leur première mission de combat, a déclaré le président russe Vladimir Poutine. [5]

 

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a accusé hier Moscou de ne pas avoir ciblé les positions de l'Etat islamique lors de son opération aérienne:

 

"Les forces russes ont frappé en Syrie, c'est désormais public, et curieusement elles n'ont pas frappé Daesh", a dit Jean-Yves Le Drian lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. [6]

 

Aucun civil n'a été tué suite aux frappes aériennes russes contre l'EI, assure le Dr Taleb Ibrahim, directeur adjoint de l'Institut des études stratégiques de Damas.

 

"Les reportages des médias occidentaux sur des prétendus morts civils sont du pure mensonge. Aucun civil n'a été tué suite aux frappes aériennes russes (contre les positions de l'Etat islamique en Syrie, ndlr). J'ai visité les territoires visés il y a quelques mois, il n'y restait déjà aucun civil, que des commandos et des bandes. Il n'y a pas de population civile là-bas. L'Occident cherche à désinformer la population. Ils ne parlent pas des civils du Yémen, d'Irak et d'Afghanistan tués tous les jours. Ils ne parlent pas de leurs erreurs qui consistent à entraîner les combattants +modérés+ de l'opposition. Tout ceci est une propagande grossière", a indiqué le Dr Taleb Ibrahim, directeur adjoint de l'Institut des études stratégiques de Damas. [7]

 

Notes

 

[1] Syrie: frappes aériennes russes contre les positions de l'EI, Sputnik,

Frappes russes en Syrie: la France pose trois conditions, Sputnik, (mis à jour 07:49 01.10.2015

[3] Frappes russes en Syrie: l’Onu avoue s’être trompée, Sputnik, 22:02 30.09.2015

[4] Poutine: la mort de civils annoncée avant le lancement des frappes russes en Syrie, Sputnik,

Poutine : l’information sur des victimes en Syrie est apparue avant le décollage des avions russes, RT en français, 1 oct. 2015, 14:26

[6] Sergueï Lavrov juge "infondées" les accusations selon lesquelles la Russie n'aurait pas visé l'EI, RT en français, 1 oct. 2015, 00:42

[7] Civils "tués" par les Russes en Syrie: du mensonge selon un expert syrien, Sputnik, 16:54 01.10.2015(mis à jour 17:26 01.10.2015)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 15:36
Le Parlement russe autorise Poutine à engager les forces armées en Syrie

La chambre haute du Parlement russe a voté à l'unanimité l'autorisation formelle accordée au président russe d’engager les forces armées en Syrie, pour lutter contre le terrorisme, a-t-on annoncé au Kremlin.

 

La requête de Vladimir Poutine a été faite après que son homologue syrien, Bachar el-Assad, s’est adressé à lui pour qu’il lui accorde une aide militaire. D’après le service de presse du président syrien, c’est dans une lettre que Bachar el-Assad a sollicité le président russe.

 

La Russie ainsi devient le seul pays qui effectuera cette opération sur une base légitime, c'est-à-dire, à la demande des autorités syriennes, a fait savoir le porte-parole du président russe Dmitri Peskov. L'autre cas permettant des opérations militaires relève d'une décision du Conseil de sécurité de l’ONU.

 

La Russie n’envisage pas d’opérations terrestres en Syrie et utilisera ses avions pour frapper les cibles terroristes à la demande du gouvernement syrien. «Le but militaire de l’opération est strictement de fournir un soutien aérien aux forces du gouvernement syrien dans sa lutte contre Daesh», a mis en relief Sergueï Ivanov, le chef de l'administration du président russe.

 

Entre autres raisons, la demande d'engager les forces armées a été soumise à cause du grand nombre supposé de citoyens de la Fédération qui ont rejoint les groupes terroristes en Syrie. Il y en a des milliers et la sécurité nationale sera menacée s’ils reviennent en Russie.

 

[...] La campagne de bombardement est limitée dans le temps, mais le délai n'est pas précisé. Il n’est pas autorisé à divulguer les détails de l’opération comme sa durée ou le nombre d’avions de combats engagés. Selon Sergueï Ivanov, tous les partenaires seront informés de la décision à travers les chaînes militaires spécialisées. Les frappes aériennes seront coordonnées depuis le centre conjoint de communications militaires basé en Irak et crée par Moscou, Damas, Bagdad et Téhéran.

 

Quelques jours avant que l’engagement des forces armées russes ne soit acté, le président Poutine a appelé la communauté internationale devant l’Assemblée générale de l’ONU à associer ses efforts pour lutter contre les terroristes en Syrie, cette coalition devant comprendre le gouvernement d’Assad. Les nations occidentales cherchent à déposer Assad depuis 2011, mais plusieurs nations clés comme l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont confirmé ne pas être opposés à la présence d’Assad pendant la période de transition durant laquelle Daesh continuera à être combattu.

 

Source: Le Parlement russe autorise Poutine à engager les forces armées en Syrie, RT en français, 30 sept. 2015, 09:27

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 17:51
93% des Français pour une coalition avec la Russie contre l'Etat Islamique

Ce sondage intervient le lendemain du discours historique du président russe Vladimir Poutine à l'Assemblée générale de l'ONU. Le leader russe a exhorté ses collègues internationaux à conjuguer les efforts pour combattre le groupe terroriste Etat islamique.

Source: Lutte contre l’EI: 93% des Français pour une coalition avec la Russie?,


 
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 17:24
Poutine : "les rebelles modérés (en Syrie) formés par l'Occident rejoignent eux aussi les rangs de l'Etat islamique"

Le président russe Vladimir Poutine est intervenu à la tribune de l'Assemblée générale de l'‪Onu dans le cadre de la 70e session de l'Assemblée générale de l'‪Onu, a débuté à 18h02, heure de Paris. Il a expliqué notamment que dans le monde,

 

"l'exportation des révolutions, dites démocratiques, se poursuit. En Afrique du nord, les gens voulaient du changement (...) Au lieu des réformes, leur mode de vie a été détruit. Au lieu de la démocratie et du progrès - la violence, la pauvreté, une catastrophe sociale.

 

En Syrie,

"les rebelles modérés formés par l'Occident rejoignent eux aussi les rangs de l'Etat islamique. Dans les rangs de l'Ei combattent des membres de la soi-disant opposition modérée soutenue par l'Occident." 

 

A propos de la lutte contre l'Etat islamique, il a proposé de "créer une large coalition antiterroriste internationale".

 

D'une durée de 22 minutes, le discours s'est terminé à 18h24. Il était suivi en direct par Sputnik :

 
  • 18:26

    La Russie croit dans les principes de l'Onu, qui contribueront à éviter une confrontation globale.

  • 18:25

    Nous proposons de créer sous l'égide de l'Onu un forum spécial pour évoquer les problèmes environnementaux.

  • 18:24

    La Russie réduira les émissions de 70-75% par rapport au niveau de 1990.

    Il faut promouvoir de nouveaux projets, des technologies proches de la nature qui permettront de réparer l'équilibre détruit entre la biosphère et la technosphère.

  • 18:23

    La Russie propose une harmonisation des projets économiques régionaux.

  • 18:23

    Une série de pays se sont lancés dans la création d'unions économiques fermées.

    Les négociations à ce sujet se déroulent en couloir, à l'écart de leurs propres citoyens, a indiqué M. Poutine en faisant allusion au traité transatlantique.

  • 18:21

    Les pays d'Europe (orientale) ont été placés devant un faux choix: rester soit avec l'ouest, soit avec l''est.

  • 18:20

    Un coup d'Etat armé a été provoqué depuis l'étranger en Ukraine

    L'intégrité de l'Ukraine ne sera pas maintenue par les menaces et la force des armes.

    Il faut mettre en oeuvre de façon honnête les ententes de Minsk.

  • 18:19

    La logique de blocs du temps de la guerre froide domine encore chez certains de nos collègues.

  • 18:17

    Les migrations sont un nouveau grand déplacement de peuples, c'est un phénomène amer.

  • 18:17

    Il faut une stratégie inclusive de recontruction du Proche-Orient. Et alors les flux de réfugiés tariront.

  • 18:15

    Il faut créer une large coalition antiterroriste internationale

    Poutine aux leaders musulmans: votre action est cruciale, notamment contre ceux qui recrutent les terroristes.

  • 18:15

    Syrie: Notre approche honnête et directe est utilisée pour accuser la Russie de vouloir satisfaire ses ambitions

    On ne peut résoudre cardinalement le problème qu'en recréant la structure étatique là où elle a été détruite.

    Il faut fournir une aide tous azimuts au gouvernement syrien légal.

  • 18:14

    "A part les troupes de Bachar el-Assad et les troupes kurdes, personne ne se bat vraiment contre l'Etat islamique"

  • 18:12

    Moyen-Orient: Les rebelles modérés formés par l'Occident rejoignent eux aussi les rangs de l'Etat islamique.

    Dans les rangs de l'Ei combattent des membres de la soi-disant opposition modérée soutenue par l'Occident

    Toutes les tentatives de jouer avec les terroristes, et surtout de les armer, sont extrêmement risquées.

  • 18:09

    Sans l'Onu, "au final, il y aura dans le monde une multitude de protectorats, dirigés depuis l'étranger".

    "L'exportation des révolutions, dites démocratiques, se poursuit."
    "En Afrique du nord, les gens voulaient du changement (...) Au lieu des réformes, leur mode de vie a été détruit"
    Au lieu de la démocratie et du progrès - la violence, la pauvreté, une catastrophe sociale.

  • 18:08

    Conseil de sécurité : personne ne songeait en le créant qu’y règnerait l’entente

  • 18:07

    Les tentatives de déstabiliser la légitimité et la stabilité de l’Onu sont extrêmement dangereuses.

  • 18:06

    « Les Etats qui agissent en contournant la charte de l’Onu violent le droit international »

  • 18:05

    L'Onu fait récemment l'objet de nombreuses critiques, notamment en liaison avec l'usage du droit de véto.

    L'Onu est le siège de nombreuses divergences, notamment au Conseil de sécurité de l'oNU, ce qui est tout à fait naturel.

  • 18:02

    Début de l'allocution du président russe Vladimir Poutine

    70 ans de l’Onu : une occasion de revenir sur l’histoire et de se tourner vers notre avenir

    La décision de créer l'Onu a été prise par notre pays lors de la rencontre de Yalta par les représentants de la coalition antihitlérienne.

 
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article