Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2020 3 29 /07 /juillet /2020 11:47

Le 27 juillet 1920, face à l'avancée de l'Armée rouge, les évêques polonais consacrent la nation au Sacré-Cœur de Jésus et, en réponse à leurs lettres, Benoît XV promeut des prières pour la Pologne, ridiculisées par les communistes. Ceci, au temps de l'Assomption, devait cependant permettre de faire face à ce qui est passé dans l'histoire comme le "Miracle de la Vistule".

100e anniversaire du "Miracle de la Vistule" : la Pologne consacrée au Sacré-Cœur arrête les communistes

Source: Wlodzimierz Redzioch

29/07/2020

La Nuova Bussola Quotidiana

Consacrée au Sacré-Cœur. Et la Pologne a arrêté les communistes

 

Le lundi 27 juillet, dans l'église des Sœurs Visitandines à Cracovie, une messe d'action de grâces a été célébrée (sur la photo, par la Curie Archiépiscopale de Cracovie) à l'occasion du centenaire de l'acte de consécration de la nation polonaise au Sacré-Cœur de Jésus.

100e anniversaire du "Miracle de la Vistule" : la Pologne consacrée au Sacré-Cœur arrête les communistes

En 1920, face à la menace bolchevique, les évêques polonais se sont réunis à Jasna Góra sous la direction du primat polonais, le cardinal Edmund Dalbor, et le 27 juillet ils ont consacré la nation et toute la patrie au Sacré-Cœur de Jésus, réitérant l'élection de Notre-Dame comme Reine de Pologne. "Au moment où des nuages ​​sombres se rassemblent sur notre patrie et notre Église, nous crions comme vos disciples surpris par une tempête en mer: Seigneur, sauve-nous, car nous mourons. Et comme autrefois, en tendant la main droite, vous avez calmé la tempête d'un seul mot, maintenant, Seigneur, enlevez le danger qui nous menace", plaidèrent les évêques.

 

L'épiscopat s'est donc engagé à répandre la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus parmi les fidèles (surtout dans les séminaires) et à encourager les familles à se consacrer à lui.

 

En 1918, un an après la révolution bolchevique, le Conseil des commissaires du peuple (le gouvernement bolchevique) a pris la décision de former au sein de l'Armée rouge la soi-disant Armée occidentale pour mener militairement la "révolution mondiale". Le 10 mars 1920, à Smolensk, a lieu une réunion des dirigeants de l'Armée rouge, du "Front occidental" et des commissaires communistes, dont Staline, qui prirent des décisions sur l'attaque de la Pologne et de l'Europe qui devait avoir lieu sur la trajectoire Varsovie-Poznan-Berlin-Paris.

 

À l'été 1920, l'Armée rouge s'avança menaçante vers la Vistuleaux portes de Varsovie. Et dans ces circonstances, les évêques polonais ont pris la décision de consacrer la nation polonaise au Sacré-Cœur de Jésus. En même temps, pour éveiller les consciences de tous, ils ont envoyé des lettres: à la nation, aux épiscopats du monde entier et au Pape, demandant à Benoît XV la bénédiction et les prières pour la Pologne menacée par les bolcheviks. Dans la courageuse lettre aux Eglises du monde, les évêques ont donné une analyse très précise de la situation, en écrivant: «La Pologne n'avait pas l'intention de se battre; elle y a été forcée. De plus, nous ne luttons pas du tout contre la nation, mais plutôt contre ceux qui ont piétiné la Russie, qui ont sucé son sang et son âme, aspirant à occuper de nouvelles terres. Comme un essaim de sauterelles qui, après avoir détruit tout signe de vie dans un lieu, se déplace ailleurs, forcé par son action destructrice de migrer; de même maintenant le bolchevisme - «empoisonné» et pillé la Russie - se tourne de manière menaçante vers la Pologne ».

 

Au cours de l'été 1920, l'Armée rouge avança de façon menaçante vers la Vistule jusqu'aux portes de Varsovie. Et dans ces circonstances, les évêques polonais prirent la décision de consacrer la nation polonaise au Sacré-Cœur de Jésus. En même temps, pour éveiller les consciences de tous, ils envoyèrent des lettres : à la nation, aux épiscopats du monde entier et au Pape, demandant à Benoît XV sa bénédiction et ses prières pour la Pologne menacée par les bolcheviks. Dans la courageuse lettre aux Églises du monde, les évêques donnèrent une analyse très précise de la situation, en écrivant : "La Pologne n'avait pas l'intention de se battre ; elle y a été contrainte. De plus, nous ne luttons pas du tout contre la nation, mais plutôt contre ceux qui ont piétiné la Russie, qui ont sucé son sang et son âme, aspirant à occuper de nouvelles terres. Comme un essaim de sauterelles qui, après avoir détruit tout signe de vie en un endroit, se déplace ailleurs, forcées par leur action destructrice à migrer ; de même maintenant, le bolchevisme - la Russie "empoisonnée" et saccagée - se tourne de façon menaçante vers la Pologne".

 

Mais les évêques voulurent tout d'abord attirer l'attention du monde sur le fait que les Polonais n'étaient pas les seuls menacés : "Pour l'ennemi qui nous combat, la Pologne n'est pas la dernière destination de sa marche, c'est plutôt une étape et une rampe de lancement vers la conquête du monde." L'expression "conquête du monde" n'était en rien trop audacieuse car "le bolchevisme enveloppait les nations loin de la Russie d'une toile subversive comme une araignée (...) Et aujourd'hui tout est prêt pour cette conquête du monde. Dans tous les pays, des rangs sont déjà organisés, n'attendant que le signal de la bataille ; les préparatifs pour des frappes continues sont fervents, qui devront paralyser la vie normale des nations. La discorde entre les différentes classes sociales se transforme en une haine exacerbée, et les influences internationales bloquent astucieusement tout jugement et toute légitime défense des nations." Alors chacun devait être conscient que dans cette situation "la Pologne est la dernière barrière placée sur la route du bolchevisme vers la conquête du monde : si elle s'effondrait, le bolchevisme se répandrait dans le monde entier, avec toute sa puissance destructrice. Et la vague, qui menace aujourd'hui d'envahir le monde, est vraiment terrible".

 

Les évêques polonais ont souligné que l'Église était en danger avec le bolchevisme : "En plus de la doctrine et de l'action, le bolchevisme porte un cœur plein de haine dans sa poitrine. Et cette haine est dirigée avant tout contre le christianisme, dont il est définitivement une négation, il se retourne contre la croix du Christ et contre son Église. (...) Le bolchevisme est précisément l'incarnation et la manifestation sur terre de l'Antéchrist". Des mots clairs et vrais que tout le monde en Occident ne voulait pas entendre.

 

Malheureusement, le monde est resté sourd aux demandes d'aide des Polonais. Il semble que tout le monde, même les chancelleries occidentales, se résignèrent à la victoire communiste. Et, paralysés, elles ne firent rien. Au lieu de cela, les prières pour la Pologne commencèrent dans les différentes Églises, sollicitées par le Pape lui-même. Le 5 août, Benoît XV adressa une lettre au Cardinal Vicaire de Rome, Basilio Pompili, exprimant toute la proximité du Pape avec le peuple polonais : "Cardinal, avec une profonde satisfaction, nous avons appris qu'elle, suivant Notre suggestion, a ordonné que de ferventes prières solennelles soient élevées au Très-Haut dans la Vénérable Église de Jésus dimanche prochain pour invoquer la miséricorde du Seigneur sur la malheureuse Pologne. Des raisons très sérieuses nous poussent à désirer que l'exemple donné par vous, Cardinal, soit suivi par tous les évêques du monde catholique. En fait, on connaît l'inquiétude maternelle avec laquelle le Saint-Siège a toujours suivi les événements heureux de la nation polonaise." Lorsque toutes les nations civilisées s'inclinèrent silencieusement devant la force dominante de la loi, le Saint-Siège était seul pour protester contre le partage inégal de la Pologne et contre l'oppression non moins injuste du peuple polonais. Mais maintenant, il y eut beaucoup plus; non seulement l'existence nationale de la Pologne était en danger, mais toute l'Europe était menacée par les horreurs de nouvelles guerres. Ce n'est donc pas seulement l'amour pour la Pologne, mais l'amour pour toute l'Europe qui nous poussa à désirer que tous les fidèles se joignent à nous pour implorer le Très-Haut afin que par l'intercession de la Très Sainte Vierge, protectrice de la Pologne, ce désastre suprême soit épargné au peuple polonais, et en même temps élimine ce nouveau fléau de l'Europe ensanglantée."

 

La campagne de prière massive de toute l'Église fut ridiculisée par les cercles socialistes et communistes en Occident. Le journal socialiste Avanti!, tourna ainsi en dérision l'initiative du Pape: "Le Pape compte sur l'intercession de la Vierge. (...) Le Pontife romain est frais s'il croit en l'efficacité de la Vierge! Trois millions de soldats portent l'uniforme russe. (...) Ces soldats et leurs canons valent bien plus que tous les chapelets du monde. Nous en aurons la preuve dans quelques jours." Mais la réalité devait réfuter les paroles méprisantes des révolutionnaires italiens.

 

La bataille finale entre l'armée polonaise dirigée par le maréchal Piłsudski et l'Armée rouge a eu lieu à l'époque de l'Assomption de 1920. La bataille de Varsovie a duré plus de 10 jours: du 13 au 25 août. Malgré la supériorité numérique des soldats bolcheviks, l'armée polonaise vainquit les communistes. Cette année, nous célébrons le 100e anniversaire de cette bataille épique qui est entrée dans l'histoire comme "le miracle de la Vistule". Mais une question se pose: qui voudra se souvenir de la victoire des Polonais qui, il y a cent ans, ont sauvé l'Europe du communisme?

Repost0
30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 19:08
La Pologne prête à interdire l'avortement eugénique

Source: Filip Mazurczak

Catholic World Report

 

Poland poised to ban eugenic abortion

L'année dernière, lors de grandes manifestations, la Pologne n'a pas réussi à faire adopter une interdiction totale de l'avortement. Aujourd'hui, le pays semble prêt à interdire l'avortement eugénique.

 

27 décembre 2017

 

L'année dernière, au milieu de grandes manifestations de rue, le gouvernement conservateur polonais a abattu une initiative citoyenne qui aurait complètement interdit l'avortement et pénalisé les femmes pour avortements. Les pro-vie polonais ont été déçus, mais ils n'ont pas jeté l'éponge. Grâce à leurs efforts, la Pologne semble désormais prête à interdire l'avortement eugénique dans un proche avenir.

L'avortement a été légalisé pour la première fois en Pologne en 1932, bien que dans des circonstances très limitées: lorsque la grossesse menaçait la santé de la femme ou résultait d'un acte illégal, tel que le viol ou l'inceste. La Pologne est devenue le premier pays européen à légaliser l'avortement dans ce dernier cas. Bien que ce fait soit sans doute embarrassant pour les avorteurs, l'avortement à la demande fut d'abord légalisé en Pologne par Adolf Hitler en 1943. Pendant l'occupation brutale de la Pologne par l'Allemagne nazie, les femmes polonaises et juives pouvaient avoir des avortements sans restrictions. Cela faisait partie de la politique raciste de l'Allemagne nazie d'exterminer complètement les Juifs de Pologne et d'Europe et d'exterminer partiellement les Polonais non juifs, dans le but de transformer la Pologne en Lebensraum, salon de la "race maître" aryenne.

Après la Seconde Guerre mondiale, la Pologne se retrouva derrière le rideau de fer qui, "s'étendait de Stettin [alors Szczecin, Pologne] dans la Baltique à Trieste dans l'Adriatique", selon les mots célèbres de Winston Churchill. L'Union Soviétique a été le premier pays à légaliser l'avortement à la demande et les régimes communistes ont favorisé l'avortement (une exception rare a été le gouvernement de Nicolae Ceauşescu en Roumanie, qui a tenté de le restreindre non pas parce qu'il était pro-vie, mais parce qu'étant nationaliste, il voulait qu'il y ait autant de Roumains que possible). En 1956, le parlement de la Pologne, qui n'était qu'une marionnette du Kremlin, a légalisé l'avortement en grande partie à la demande.

Sous le régime communiste, l'avortement était considéré comme une procédure médicale de routine chez la plupart des Polonais. Cependant, il est bien connu que l'Église catholique a joué un rôle de premier plan dans l'opposition et la chute du régime communiste polonais. Ainsi, après la restauration de la démocratie en Pologne en 1989, de fervents catholiques ont fait campagne pour rendre l'avortement illégal. En 1993, le Premier ministre Hanna Suchocka, un pieux catholique qui deviendra plus tard l'ambassadeur de Pologne auprès du Saint-Siège et membre de la Commission pontificale pour la protection des mineurs du pape François, a signé un projet de loi interdisant l'avortement à trois exceptions près: la grossesse menaçant la vie ou la santé de la mère, la grossesse résultant d'un acte illicite tel que le viol ou l'inceste, et en cas de "malformation fœtale".

Au départ, la plupart des Polonais se sont opposés à ces changements. Cependant, tout au long des années 1990, 2000 et 2010, le nombre de Polonais acceptant l'avortement sur demande a chuté. Un sondage réalisé en 2016 par CBOS, l'agence de sondage polonaise, montre que 66% des Polonais pensent que "toujours et indépendamment des circonstances, la vie humaine devrait être protégée de la conception à la mort naturelle". Cpendant lorsqu'on les interroge sur les spécificités, la plupart des polonais soutiennent la législation actuelle. La plupart s'opposent à l'avortement sur demande: 75% pensent qu'une femme ne devrait pas avoir le droit à un avortement en raison d'une situation financière difficile, tandis que 76% pensent que les femmes ne devraient pas avoir le droit de se faire avorter quand elles ne veulent pas un enfant. Cependant, 80% des Polonais soutiennent les avortements légaux lorsque la grossesse menace la vie d'une femme, 71% sont favorables quand elle menace sa santé et 73% pensent que l'avortement devrait être légal en cas d'inceste ou de viol. L'avortement légal en cas de «malformation fœtale» a le soutien le plus faible; 53% des Polonais sont en faveur. Le plus encourageant est le fait que les jeunes Polonais sont les plus pro-vie; 65% des Polonais âgés de 18 à 24 ans pensent que l'avortement devrait être interdit en toutes circonstances, le pourcentage le plus élevé parmi tous les groupes d'âge (pour les 45-54 ans, il n'est que de 42%).

 

Cet énorme changement dans les mentalités en Pologne concernant l'avortement est le fruit d'années de travail acharné de la part de l'Église et des organisations pro-vie. En 1990, l'éducation religieuse a été réintroduite dans les écoles publiques polonaises. Bien que ces cours soient optionnels, environ 90% des étudiants polonais y assistent. Dans les cours de religion, les catéchistes polonais parlent souvent d'avortement et montrent fréquemment le documentaire The Silent Scream ; l'éducation religieuse est probablement l'une des raisons pour lesquelles les jeunes Polonais sont plus susceptibles de s'opposer à l'avortement que leurs parents et leurs grands-parents. Pendant ce temps, les ONG pro-vie sont très actives dans toute la Pologne. La Fondation Pro ( Fundacja Pro ) a mis en place de nombreux panneaux d'affichage montrant des êtres humains avortés à travers la Pologne au fil des ans.

Les panneaux d'affichage sont souvent placés dans les zones stratégiques des grandes villes que beaucoup de passants voient. La Fondation Pro estime que 200 000 Polonais tous les jours les voient. Ces panneaux d'affichage ont souvent été critiqués pour leur caractère trop graphique, et les gauchistes polonais ont essayé de les faire interdire (pourraient-ils avoir peur de la vérité?), Mais avec peu de succès. En 2013, par exemple, un tribunal du district de Mokotów à Varsovie a trouvé un militant de la Fondation Pro non coupable de "scandale dans un lieu public" en accrochant un tel panneau près d'une paroisse de Varsovie.

Naturellement, les avortements illégaux et le "tourisme d'avortement" se produisent en Pologne. La gauche utilise cela comme argument pour soutenir la légalisation de l'avortement. S'il est très difficile, voire impossible, de prouver combien de femmes polonaises se rendent dans d'autres pays pour y subir un avortement ou si elles le font illégalement, les preuves suggèrent qu'il ne s'agit pas de phénomènes très répandus.

En 1997, les post-communistes polonais ont légalisé l'avortement à la demande (la Cour constitutionnelle a finalement déclaré la loi inconstitutionnelle et l'avortement a de nouveau été interdit dans la plupart des cas). Selon le ministère de la Santé, environ 3 000 avortements ont été pratiqués en Pologne en 1997, tous légaux (cette année, 412 000 bébés sont nés en Pologne, ce qui se traduit par un taux très faible de moins d'un avortement pour 100 naissances). En 2010, le tabloïde britannique The Sun affirmait que 10 000 femmes polonaises avaient des avortements au Royaume-Uni. Rapidement, cependant, les tactiques Pinocchio du Sun ont été exposées et il s'est avéré que selon le document Statistiques sur l'avortement pour l'Angleterre et le Pays de Galles en 2009, seulement une vingtaine de femmes polonaises avaient avorté en Grande-Bretagne. Étant donné l'ampleur de l'immigration polonaise dans les îles britanniques (près d'un million, les Polonais sont la plus grande minorité nationale du Royaume-Uni ) et le fait que la Grande-Bretagne a l'une des lois d'avortement les plus permissives d'Europe. Tout cela suggère que relativement peu de femmes polonaises ont des avortements, légaux ou non; cela est probablement dû au fait que de plus en plus d'entre elles voient l'avortement comme quelque chose de mauvais moralement.

À l'exception de l'Irlande, de Malte et d'Andorre, tous les pays d'Europe et d'Amérique du Nord ont des lois d'avortement beaucoup plus permissives que la Pologne, et un Américain, Canadien ou un Italien pro-vie ne peut que rêver de lois relativement favorables à la vie pour son pays. Cependant, le mouvement pro-vie en Pologne continue de se battre pour le droit à la vie. Selon le ministère polonais de la Santé, 1 098 avortements légaux ont été pratiqués dans les hôpitaux polonais l'année dernière. Il y a une variation régionale significative; La plupart des avortements (336) ont été effectués dans la Mazovie libérale, la région de la Pologne centrale où se trouve Varsovie, tandis que le moins (seulement deux) ont été pratiqués en Subcarpathie, l'une des régions les plus traditionnelles et religieuses de Pologne.

L'écrasante majorité des avortements légaux en Pologne sont eugéniques; Selon le ministère polonais de la Santé, 1 042 des 1 098 avortements légaux pratiqués en Pologne en 2016 étaient dus à une "malformation fœtale". De manière troublante, les enfants à naître atteints du syndrome de Down sont ciblés de manière disproportionnée; 35% des avortements légaux de l'année dernière concernaient de tels cas.

Pendant de nombreuses années, le mouvement pro-vie de la Pologne s'est efforcé d'interdire complètement l'avortement. Comme nous l'avons vu, la plupart des Polonais soutiennent le statu quo juridique en la matière, donc, de manière prévisible, cette stratégie s'est révélée chimérique. Selon la loi polonaise, si un comité réunit 100 000 signatures sur une initiative citoyenne, le Sejm, la chambre basse du Parlement polonais, doit voter. Au cours des dernières années, les ONG polonaises pro-vie ont systématiquement rassemblé beaucoup plus que le nombre requis de signatures sur des initiatives qui interdiraient l'avortement en toutes circonstances. L'initiative la plus aboutie fut celle de 2011, où 600 000 signatures furent recueillies.

Bien que ces chiffres soient impressionnants, les politiciens polonais les plus avertis connaissent les attitudes sociales et ont donc rejeté ces initiatives. Entre 2007 et 2015, la Pologne a été gouvernée par le Parti de la plate-forme civique, pro-UE, qui s'est prononcée en faveur du statu quo sur l'avortement. S'étant humilié par des scandales de corruption et de népotisme et des enregistrements de conversations restaurants candides montrant que ses principaux politiciens étaient complètement indifférents aux besoins de la plupart des Polonais (et tentaient de faire des choses inconstitutionnelles, comme le contrôle politique de la banque nationale). Ils furent sévèrement punis par les électeurs polonais en 2015. Ils ont été remplacés par le parti conservateur Droit et Justice.

Alors que certains médias gauchistes occidentaux présentent Droit et Justice comme des nationalistes d'extrême droite, ils sont en réalité beaucoup plus modérés; ils appartiennent à la même fraction que les conservateurs britanniques au Parlement européen. Ainsi, alors que son électorat principal est composé de catholiques conservateurs et que beaucoup de ses principaux dirigeants politiques sont eux-mêmes des catholiques pieux (par exemple, le fils de Beata Szydło, qui était Premier ministre jusqu'à début décembre) a été ordonné prêtre plus tôt cette année. et évitent des politiques trop radicales afin d'éviter de perdre le soutien des électeurs modérés.

Ce fut le cas en 2007, lors du premier gouvernement Droit et Justice, lorsque son partenaire de coalition, la Ligue catholique des familles polonaises, a tenté d'interdire complètement l'avortement. Le leadership de Droit et Justice, y compris son président Jarosław Kaczyński, a rejeté cette proposition (par conséquent, le président du Parlement, Marek Jurek, désormais membre du Parlement européen, a quitté Droit et Justice et a créé son propre parti).

Quelque chose de très similaire s'est produit l'année dernière. En 2016, l'Institut Ordo Iuris, un groupe de réflexion juridique basé à Varsovie, a produit 450 000 signatures pour un projet de loi civique qui interdirait non seulement l'avortement dans tous les cas, mais poursuivrait également les femmes qui en ont été victimes. Cette dernière clause était très controversée, car même les évêques de Pologne se sont prononcés contre l'emprisonnement des femmes pour avortement. Dans le même temps, un comité pro-avortement appelé "Save the Women" (Ratujmy Kobiety) a obtenu 215 000 signatures en faveur d'une initiative qui légaliserait l'avortement à la demande. Les députés de Droit et Justice ont voté pour déplacer le projet de loi pro-vie aux comités et pour abattre les pro-avortement.

Par la suite, de grandes manifestations ont eu lieu à travers la Pologne le 3 octobre 2016. Ils ont été ouvertement soutenus par Gazeta Wyborcza , principal journal de gauche polonais édité par le légendaire dissident Adam Michnik (1989) qui a compromis son héritage en étant trop amical avec des voyous de l'ère communiste comme Czesław Kiszczak et Wojciech Jaruzelski). Cependant, ces protestations n'étaient pas aussi spontanées que le prétendaient les médias de gauche libéraux en Pologne et à l'étranger; Selon le quotidien conservateur polonais Rzeczpospolita , les organisateurs des marches ont reçu un million de zlotys d'ONG pro-avortement américaines et occidentales.

Craignant une réaction sociale qui pourrait, paradoxalement, conduire à des demandes sociales pour la légalisation de l'avortement, Droit et Justice a invalidé le projet de loi dans les commissions parlementaires quelques jours après les manifestations. De nombreux pro-vie polonais ont été très déçus. Cependant, il y a des raisons d'être optimiste.

Les manifestations de l'année dernière ont montré aux ONG pro-vie que pour éliminer l'avortement en Pologne, il est plus efficace de poursuivre des changements graduels plutôt que révolutionnaires. Depuis les protestations de l'année dernière, les pro-vie polonais ont travaillé pour mettre fin à l'avortement eugénique. Si leurs efforts sont couronnés de succès, cela sauvera de nombreuses vies humaines car, comme nous l'avons vu, la plupart des avortements légaux pratiqués en Pologne concernent des "malformations fœtales" et ciblent en particulier les enfants atteints de trisomie 21.

Cet automne, le comité "Arrêter l'avortement" (Zatrzymaj Aborcję), formé par la Fondation "Vie et famille" (Fundacja Życie i Rodzina) et la branche polonaise de CitizenGO, a recueilli 830 000 signatures pour une initiative qui interdirait l'avortement eugénique. C'est un record absolu pour les initiatives pro-vie dans la Pologne post-communiste. Les évêques catholiques ont explicitement approuvé cette initiative.

Dans le même temps, la popularité des marches pro-avortement de l'année dernière a fait long feu. Bien qu'il soit clair que le véritable objectif de ses organisateurs était de légaliser l'avortement à la demande en Pologne, de nombreux entretiens avec des Polonais m'ont permis de déduire que de nombreux participants à ces marches étaient en faveur du statu quo sur l'avortement; ils sont allés protester contre l'interdiction des avortements lorsqu'une grossesse pouvait menacer la vie d'une femme ou d'autres cas extrêmes. Le fait que les organisateurs se soient complètement effondrés pour attirer des supporters lors des prochaines marches le montre. Cette année, le 3 octobre, des marches commémorant l'anniversaire des manifestations de l'année dernière ont eu lieu. La participation était très faible ; à Varsovie, seulement 2 000 personnes y ont assisté (contre 17 000 l'année précédente), tandis qu'à Kielce, une cinquantaine de personnes sont venues. Les rues bondées de Nowy Sacz, quant à elles, étaient gonflées de 30 pro-avorteurs en colère.

Comme les pro-vie de Pologne, les partisans pro-avortement ont également recueilli des signatures pour une nouvelle initiative. Cet effort a été organisé par Barbara Nowacka, une politicienne de gauche pro-avortement qui n'a pas reçu suffisamment de voix pour obtenir un siège au Parlement en 2017; elle a dit à l'orateur du Sejm que 371 156 Polonais ont signé l'initiative. Cependant, Mme Nowacka est soit malhonnête ou les mathématiques n'étaient pas sa meilleure matière à l'école: son comité a donné 21 823 documents, chacun avec dix signatures, au Sejm. Un procureur cherche actuellement à savoir si elle mentait. Même si elle était honnête, 371 156 signatures sont encore moins de 830 000, le nombre de signatures que l'initiative pro-vie a reçu.

Le parti au pouvoir en Pologne a exprimé son soutien aux mesures pro-vie. En octobre, le président Andrzej Duda, du parti Droit et Justice, a déclaré à Gość Niedzielny , l'hebdomadaire catholique polonais le plus vendu, qu'il signerait un projet de loi interdisant l'avortement eugénique. Jarosław Kaczyński, le chef du parti, a dit la même chose. Pendant ce temps, en novembre, un groupe de 100 députés (sur un total de 460) de Droit et Justice et plusieurs groupes d'opposition conservateurs ont présenté une requête au Tribunal constitutionnel pour voir si l'avortement eugénique était inconstitutionnel. Alors que Droit et Justice ne veut pas interdire complètement l'avortement, ils savent que s'ils ignorent totalement les groupes pro-vie, ceux-ci pourraient former un nouveau parti, comme en 2007, et leur coûter les prochaines élections.

Il semble donc extrêmement probable que dans les prochains mois, la Pologne interdira l'avortement eugénique. Cela pourrait avoir des conséquences internationales. Les Papes Jean-Paul II, Benoît XVI et François ont vu des pays comme la Pologne, la Slovaquie et la Croatie comme des bastions de la foi qui pourraient aider l'Occident de plus en plus post-chrétien à revenir à ses racines. Plus tôt cette année, des centaines de milliers de Polonais ont prié le Rosaire pour la paix, pour leur pays et pour l'Europe. Cela a inspiré des catholiques en Italie , aux États-Unis et en Irlande à accueillir des événements similaires dans leurs pays. Si la Pologne réussit à interdire l'avortement eugénique, il est probable que les pro-vie dans d'autres pays suivront l'exemple de la Pologne.

Cependant, si tout se passe bien, l'Église et le mouvement pro-vie de la Pologne ne peuvent pas se reposer sur leurs lauriers. Comme nous l'avons vu, environ la moitié des Polonais acceptent toujours l'avortement légal en cas de "malformation fœtale". Il est temps d'éduquer la société polonaise sur le droit à la vie partagé par tous les humains, même malades ou handicapés. pour combattre ce que le pape François a appelé la "culture du déchet". En particulier, les pro-vie doivent prouver à la société polonaise que l'avortement n'est pas une question confessionnelle, catholique, mais une question universelle de droits humains. Les succès précédents du mouvement pro-vie de la Pologne en réduisant considérablement le soutien populaire à l'avortement légal sur demande montrent que cela est possible.

Repost0
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 20:07

Ce pays de 40 millions d'habitants à l'économie florissante est en train de voir son organisation politique muter, suivant l'exemple de la Hongrie de Viktor Orbán, et devenant un nouveau poids lourd européen de l'illibéralisme, par opposition à l'agenda libéral-libertaire des élites de Bruxelles.

 

Si l'on s'en tient aux médias « mainstream » , la Pologne est presque une dictature et les rues sont truffées d'extremistes. Pour en avoir le coeur net, notre correspondant pour l'Europe centrale, Ferenc Almássy, s'est rendu sur place et a rencontré diverses personnalités et suivi la marche de l'Indépendance tant décriée. Retrouvez dans le zoom exclusif de TV Libertés intitulé "Pologne : brève histoire d'un renouveau patriotique »,des éléments explicatifs par delà la propagande et les préjugés, pour mieux comprendre ce grand pays catholique en pleine reconstruction.

Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 10:52
Plusieurs centaines de milliers de catholiques prient le chapelet aux frontières de la pologne

Plusieurs centaines de milliers de catholiques polonais ont prié le chapelet le long de toute la frontière du pays, suppliant Dieu et la Vierge Marie de sauver la Pologne et le monde à l’occasion d’un événement de dimension nationale que certains ont critiqué pour ses accents anti-islamiques.

La manifestation "Chapelet aux frontières" était organisé par des laïcs catholiques et était également soutenu par les autorités ecclésiastiques polonaises. Plus de 320 églises de 22 diocèses différents y ont pris part. Le premier ministre Beta Szydło a également fait la promotion de l’événement et soutenu les participants. (1)

Les prières, organisées samedi 7 octobre à 4000 endroits différents, ont commémoré le centenaire des apparitions de Fatima ainsi que la bataille historique de Lépante au XVI siècle, quand une alliance chrétienne soutenue par le Pape avait repoussé les forces ottomanes sur la mer Ionienne, "sauvant ainsi l’Europe de l’islamisation", affirment les organisateurs. Il s'agissait de réciter le chapelet "pour sauver la Pologne et le monde", à l'appel d'une fondation, Dios Solo Basta.

Même si les organisateurs ont insisté que les prières de ce samedi n’étaient dirigées contre aucun groupe en particulier, certains participants ont mentionné la peur de l’Islam parmi leurs raisons de prier aux frontières, d’autres ont affirmé venir prier pour la paix et pour la sécurité : "l’important c’est de créer un cercle de prière tout le long de la frontière, intense et passionné".

La date du 7 octobre n'a pas été choisie au hasard. C'est celle de la fête de Notre-Dame du Rosaire, qui célèbre la victoire en 1571 de la chrétienté sur les Turcs lors de la bataille navale de Lépante.

L'islam est perçu comme une menace par bon nombre de Polonais, tandis que le gouvernement conservateur, soutenu par une partie importante de l'opinion, refuse d'accueillir des migrants sur le sol national.

Au total 22 diocèses jouxtant les frontières ont participé à l'événement. Les fidèles se sont rassemblés dans quelque 200 églises pour assister d'abord à une conférence et une messe avant de se rendre à la frontière même pour y réciter leur chapelet.

L'objectif était d'avoir des points de prière aussi nombreux que possible sur les 3.511 km des frontières polonaises avec l'Allemagne, la République tchèque, la Slovaquie, l'Ukraine, le Belarus, la Lituanie, la Russie et la mer Baltique.

En mer, des marins sur des bateaux de pêche s'y sont joints. Sur des rivières, des kayaks et des voiliers étaient censés former une chaîne. Des prières furent dites aussi dans les chapelles de quelques aéroports internationaux. Des paroisses polonaises à l'étranger, jusqu'en Nouvelle-Zélande, ont annoncé leur participation à distance.

Le but était de prier pour la paix dans le monde, a dit à l'AFP le porte-parole de la Conférence épiscopale polonaise, père Pawel Rytel Andrianik.

"L'initiative a reçu bien évidemment l'approbation de l'épiscopat polonais", souligne-t-il, et il serait incorrect de l'interpréter comme une réunion de prière pour protéger le pays contre l'arrivée de réfugiés musulmans.

Pour un militant catholique nationaliste, Marcin Dybowski, "l'Autriche et la Hongrie construisent des murs avec du fil barbelé contre les réfugiés. Nous, nous édifions un barrage spirituel par la prière contre le danger du terrorisme". (2)

 

Sources: (1) Diakonos.be (2) Capital

Repost0
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 07:02
https://www.sz-online.de/nachrichten/bin-kein-monarchist-sondern-ein-demokrat-3750845.html

https://www.sz-online.de/nachrichten/bin-kein-monarchist-sondern-ein-demokrat-3750845.html

Le 23 juillet dernier, La Conférence monarchiste internationale vous révélait sur sa page Facebook (https://www.facebook.com/groups/monarchiste/ ) que le bimensuel catholique "Polonia Christiana" avait publié un long article critique sur les limites de la république polonaise et appelé publiquement à la restauration d’une monarchie catholique en Pologne. Information qui avait été reprise par Vexilla Galliae puis le blog "Royalcentral.co.uk" et désormais par la presse allemande qui s'est interrogée sur les possibilités de restauration de la monarchie en Pologne.

Dans une interview au journal "Nowy Dziennik", Adrian Nikiel leader de l’Organisation Monarchiste Polonaise (Organizacja Monarchistów Polskich), dont le mouvement a fait élire un de ses membres au parlement européen en 2014, a lui même réclamé que soit posé le choix des institutions au polonais devant l'importance de la crise politique que traverse le pays. Si Adrian Nikiel réclame l'aide de l'union européenne, lors de cette interview, il a tenu à préciser que le prochain souverain de Pologne devrait être impérativement catholique et traditionaliste.

Interrogé sur les possibilités de monter sur un trône polonais par le Sächsische Zeitung, l'arrière-arrière petit fils du dernier roi de Saxe, le prince Daniel , âgé de 42 ans, s'est toutefois montré prudent sur les réelles chances d'une restauration de la monarchie en Pologne. Se déclarant néanmoins peu "monarchiste dans l'âme mais assurément démocrate", le double hériter à la couronne de Saxe et Pologne, le prince Daniel de Saxe se considère aujourd'hui uniquement comme "un gardien de la mémoire historique de sa famille". Peu connu des médias, il est depuis 2004 conseiller municipal de la CDU à Moritzburg et Meissen Kreis.

Si la maison de Saxe a occupé 3 fois le trône de Pologne entre le XVIIème et XIXème siècle, Il existe divers prétendants au trône de Pologne dont la maison de Bourbon (la quasi majorité des mouvements monarchistes plébiscitant d'ailleurs le prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou) , les Romanov ou encore une branche des Habsbourg-Lorraine.

Frederic De Natal

Repost0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 15:28

La Conférence Episcopale Polonaise, réunie à Zakopane, a décidé à l'unanimité que sur base d'Amoris Laetitia, les divorcés-remariés qui ne vivent pas comme frère et soeur ne peuvent pas recevoir l'eucharistie.

Cette décision, la première du genre prise par une conférence épiscopale, officialise l'état de crise de l'Eglise catholique. Une crise que seule une parole claire de la seule personne habilitée - le Pape - pourrait résoudre.

Certains évêques, comme ceux du Kazakhstan, de l'Alberta ou des Territoires du Nord Ouest canadien avaient également décidé sur base d'Amoris Laetitia que l'eucharistie ne pouvait pas être donnée à ceux qui vivaient more uxorio alors que leur premier mariage était encore valide et de nombreux évêques ont suivi la même direction.

Cependant, la décision de la Conférence Episcopale Polonaise est importante à plus d'un titre. Tout d'abord parce qu'il s'agit d'une Eglise encore florissante et vivante, à la différence des autres Eglises d'Europe Occidentale (comme la Belgique et l'Allemagne) qui semblent affligées par ces mêmes germes qui ont porté à la quasi-disparition des Eglises protestantes de leurs pays. C'est-à-dire le désir de récupérer les fidèles par une campagne marketing basée sur l'esprit de la culture dominante. Mais aussi parce qu'il s'agit de l'Eglise qui a fourni le dernier saint pape de l'histoire, celui qui - avec Benoît XVI - a forgé les outils de foi et de culture nécessaires pour affronter la tempête dévastatrice de la sécularisation.

Il est difficile de ne pas voir qu'à ce stade, à plus d'un an de sa publication, Amoris Laetitia constitue une blessure ouverte dans le corps de l'Eglise à tous les niveaux: cardinaux, évêques, théologiens, experts et même simples fidèles.

 

Source: Marco Tosatti, vaticaniste à La Stampa, Diakonos.be

"Amoris laetitia" : la Pologne dit non à la communion des divorcés-remariés

Add. « Le journal allemand “Tagespost” publie une analyse de Guido Horst illustrant une situation pour le moins inhabituelle dans l’Eglise catholique : il constate en effet que les catholiques “divorcés-remariés” qui habitent à l’Est de la Neisse de Lusace, rivière au long de laquelle court la frontière germano-polonaise n’ont que quelques centaines de mètres à parcourir pour se rendre sur la rive ouest, par exemple à Görlitz, pour trouver un prêtre qui les accompagnera vers la réception du sacrement de l’Eucharistie. Il poursuit : “Tandis que les personnes divorcées-remariées à l’ouest de la Neisse peuvent accéder à la communion en allant quelques centaines de mètres plus à l’est, l’Eglise de Pologne ne le permet pas”.

D’où une situation totalement inédite dans l’Eglise catholique. Les Conférences épiscopales des deux pays, celle d’Allemagne et celle de Pologne, avaient pourtant chacune de leur côté explicité les directives officielles concernant les personnes “divorcées-remariées”.

Et Guido Horst de signaler que certains parlent à présent ouvertement d’un “schisme de fait”. Cette façon fluctuante d’interpréter le droit d’accès à la communion sacramentelle ne concerne pas seulement l’Allemagne et la Pologne : la majorité des évêques africains partage en effet la position des évêques polonais.

Ailleurs, comme en Allemagne, on entend suivre le pape François qui, dans son document post-synodal “Amoris laetitia”, aurait ouvert effectivement la possibilité d’un traitement au cas par cas de ces situations problématiques. Guido Horst conclut : “Depuis ce document post-synodal, les évêques de par le monde ne parlent plus la même langue”. »

 

Nous pourrions ajouter sans risque d'erreur que les Eglises locales n'enseignement plus toutes la même doctrine que l’Eglise catholique...

 

Source : Kathnet (Trad. MH/APL), Pro Liturgia, Actualité du 12 juin 2017

Repost0
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 12:30
Beata Szydlo : est-ce que nous voulons des responsables politiques qui prétendent que nous devons nous habituer à ces attaques ?

La Pologne résiste. Beata Szydlo, Premier ministre de Pologne, à la Diète, après l’attentat de Manchester qui a fait 22 morts en Angleterre :

La Pologne ne cédera pas à aucun chantage de la part de l’Union Européenne. Nous n’allons pas participer à la folie de l’élite de Bruxelles. Nous voulons aider les gens, pas les élites politiques. J’ai le courage de dire, j’ai le courage de demander à toutes les élites politiques européennes : où allez-vous ? Où vas-tu, Europe ? Relève-toi de tes agenouillements, sors de ta léthargie, ou bien tu pleureras tes enfants tous les jours. Si vous ne voyez pas cela, si vous ne voyez pas que le danger terroriste aujourd’hui est un fait qui peut frapper tout pays d’Europe, et si vous pensez que la Pologne ne devrait pas se défendre elle-même, vous êtes main dans la mains avec ceux qui pointent cette arme contre l’Europe, contre nous tous. Et il faut le dire clairement et sans détour : c’est une attaque contre l’Europe, contre notre culture, contre notre tradition. Pourquoi est-ce que je parle de cela ? Pourquoi est-ce que je parle de cela ? Ça c’est une bonne question. Parce que nous tous dans cet hémicycle devons répondre à cette question, mais aussi tous les gens en Europe doivent répondre à la question : est-ce que nous voulons des responsables politiques qui prétendent que nous devons nous habituer à ces attaques et qui décrivent les attaques terroristes comme des « incidents », ou est-ce que nous voulons des responsables politiques forts capables de voir le danger et de le combattre de façon efficace ?

Beata Szydlo, Premier ministre de Pologne, à la Diète, après l’attentat de Manchester

Repost0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 22:58

La Pologne, à l'occasion du 1050e anniversaire de son baptême, "a officiellement accepté la royauté de Jésus-Christ."

 

Source: L’acte d’accueil du Christ comme Roi de Pologne, Le Blog d'Yves Daoudal, samedi 19 novembre 2016

La Pologne accueille le Christ comme "Roi et Seigneur de Pologne"

Quelques jours après l’inauguration du Temple de la Divine Providence à Varsovie, les évêques de Pologne, le président de la République, le Premier ministre, les présidents de la Diète et du Sénat (etc.) et quelque 100.000 fidèles ont participé aujourd’hui à Cracovie, au Sanctuaire de la Miséricorde Divine, à l’ « Acte d’accueil du Christ comme Roi et Seigneur de Pologne ». Cet acte solennel avait été précédé d’une neuvaine.

 

*

 

O Roi immortel des âges, Seigneur Jésus-Christ, notre Dieu et Sauveur ! En cette année jubilaire du 1050e anniversaire du baptême de la Pologne, en ce jubilé extraordinaire de la Miséricorde, nous, les Polonais, nous nous tenons devant Vous, avec nos autorités, le clergé et le laïcat, pour reconnaître votre règne, nous soumettre à votre loi, vous consacrer notre patrie et tout notre peuple.

 

Nous confessons devant le ciel et la terre que nous avons besoin de votre loi. Nous reconnaissons que vous seul avez une loi sainte et pérenne pour nous. C’est pourquoi, humblement, en inclinant la tête devant vous, le Roi de l’univers, nous reconnaissons votre souveraineté sur la Pologne et tout notre peuple vivant dans la patrie et partout dans le monde.

 

Désireux d’adorer la majesté de votre puissance et de votre gloire, avec une grande foi et un grand amour, nous vous crions : Christ, régnez sur nous !

 

- Dans nos cœurs – Christ, régnez sur nous !

 

- Dans nos familles – Christ, régnez sur nous !

 

- Dans nos paroisses – Christ, régnez sur nous !

 

- Dans nos écoles et nos universités – Christ, régnez sur nous !

 

- Dans les communications sociales – Christ, régnez sur nous !

 

- dans nos bureaux, lieux de travail, de service et de repos – Christ, régnez sur nous !

 

- Dans nos villes et nos villages – Christ, régnez sur nous !

 

- Partout dans la nation et dans l’Etat polonais – Christ, régnez sur nous !

 

Nous vous bénissons et vous rendons grâce, Seigneur Jésus-Christ.

 

- Pour l’amour insondable de votre Sacré-Cœur – Christ notre Roi, nous vous remercions !

 

- Pour la grâce du baptême et l’alliance avec notre peuple au long des siècles - Christ notre Roi, nous vous remercions !

 

- Pour la présence maternelle et royale de Marie dans notre histoire – Christ notre Roi, nous vous remercions !

 

- Pour la grande Miséricorde que vous nous accordez constamment – Christ notre Roi, nous vous remercions !

 

- Pour votre fidélité malgré nos trahisons et faiblesses – Christ notre Roi, nous vous remercions !

 

Conscients de nos fautes et injures infligées à votre Cœur, nous demandons pardon de tous nos péchés, et en particulier de nous détourner de la sainte foi, de notre manque d’amour pour vous et pour notre prochain. Nous vous demandons de pardonner les péchés sociaux de notre nation, tous ses défauts, ses addictions et ses asservissements. Nous renonçons au diable et à toutes ses œuvres.

 

Nous nous soumettons humblement à votre Seigneurie et à votre loi. Nous nous engageons à ordonner toute notre vie personnelle, familiale et nationale selon votre loi :

 

- Nous nous engageons à défendre votre saint culte et à prêcher votre gloire royale – Christ notre Roi, nous nous engageons !

 

- Nous nous engageons à faire votre volonté et à protéger l’intégrité de nos consciences – Christ notre Roi, nous nous engageons !

 

- Nous nous engageons à prendre soin de la sainteté de nos familles et de l’éducation chrétienne de nos enfants – Christ notre Roi, nous nous engageons !

 

- Nous nous engageons à construire votre royaume et à le défendre dans notre nation – Christ notre Roi, nous nous engageons !

 

- Nous nous engageons à participer activement à la vie de l’Eglise et à protéger ses droits – – Christ notre Roi, nous nous engageons !

 

Vous, le seul souverain des États, des nations et de toute la création, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs! Nous vous confions l'Etat polonais et les dirigeants polonais. Faites que tous ceux qui exercent le pouvoir le fassent avec justice et gouvernent avec rectitude et conformément à vos lois.

 

Christ notre Roi, nous confions avec conviction à votre miséricorde toute la Pologne et surtout les gens qui ne suivent pas vos voies. Donnez-leur votre grâce, éclairez-les par la puissance du Saint-Esprit et conduisez-nous tous à la communion éternelle avec le Père.

 

Au nom de l'amour fraternel, nous vous confions toutes les nations du monde, en particulier celles qui ont fait porter la Croix à la Pologne. Faites-vous reconnaître à elles comme leur Seigneur et Roi légitime et faites qu’elles utilisent le temps que leur a donné le Père pour se soumettre volontairement à Votre Seigneurie.

 

Seigneur Jésus-Christ, Roi de nos cœurs, rendez nos cœurs comme votre Sacré Cœur.

 

Que votre Esprit Saint descende et renouvelle la face de la terre, cette terre. Puisse-t-il nous soutenir afin que nous accomplissions les obligations qui sont les conséquences de cet acte national, nous protéger du mal et réaliser notre sanctification.

 

Dans le Cœur Immaculé de Marie nous plaçons nos décisions et nos engagements. Nous nous confions tous au soin maternel de la Reine de Pologne et à l'intercession des saints patrons de notre Patrie.

 

Christ, régnez sur nous ! Régnez sur notre patrie et régnez dans toutes les nations pour la plus grande gloire de la Très Sainte Trinité et le salut de l'humanité. Faites de notre patrie et du monde entier votre royaume : un royaume de vérité et de vie, un royaume de sainteté et de grâce, un royaume de justice, d'amour et de paix.

 

* * *

 

Ici, la Pologne, à l'occasion du 1050e anniversaire de son baptême,

 

A officiellement accepté la royauté de Jésus-Christ.

 

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit:

Comme il était au commencement, est maintenant et sera pour toujours. Amen.

La Pologne accueille le Christ comme "Roi et Seigneur de Pologne"
Repost0
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 13:03

golgota-picnic.jpgVoici une nouvelle qui fera plaisir à Alain Escada, président de Civitas, lui qui en 2011 a tant lutté contre cette obscénité (voir ici et ) :

 

Golgota Picnic : du balai ! Lors du Festival Malta à Poznan ils voulaient refourguer à la Pologne leur spectacle abject ! Par bonheur la Pologne n’est pas encore la France... - et il est à espérer que sur certains plans elle ne le sera jamais – grâce à quoi il ne reste plus à Rodrigo Garcia qu’à aller se rhabiller : « Golgota Picnic » n’ira pas parader en Pologne. Golgota Picnic, spectacle qui insulte le Christ en Croix, a été grassement subventionné par les gouvernements français et espagnol dont on connaît pourtant les difficultés financières. 

 

Golgota-Picnic-stoppe-en-Pologne.jpg

Spektakl „Golgota Picnic” odwołany!

 

Traduction :

 

Le spectacle « Gogota Picnic » annulé !

 

Posted by Marucha le 21-06-2014 (Samedi)

 

Viva Cristo Rey ! Les Catholiques ont bloqué le spectacle blasphématoire

Une fois de plus se démontre que la lutte en vaut la peine ! Les Catholiques en Pologne ont protesté pendant plusieurs semaines contre la représentation du spectacle blasphématoire « Golgota Picnic » et ont enfin réussi ! Les administrateurs du Festival Malta à Poznan sous la pression publique ont renoncé à offenser le Christ.

 

« En raison de la menace de troubles très importants, dont la forme et l’importance pouvait entrainer des risques pour nos spectateurs, acteurs ou autres et pouvait aussi amener des destructions d’objets d’utilité publique dans la ville de Poznan , nous sommes obligés d’annuler la représentation de « Golgotha Picnic » le 27 et 28 Juin - Voici le principal de la déclaration des organisateurs du Malta Festival de Poznan.

 

Ils essaient de nous présenter comme des gens dangereux, mais aujourd’hui nous n’avons pas à nous soucier de leurs ruses de propagande. Nous, Catholiques pouvons lire plusieurs fois cette déclaration et l’acceuillir avec un large sourire. Nous avons réussi ! Nul spectacle blasphématoire n’offensera Notre Seigneur.

 

Voir le film de la manifestation de Varsovie . :

 

http://www.pch24.pl/tv,dosyc-dotacji-dla-profanacji-,23657

 

On a réussi grace aux protestations qui se sont élevées depuis plusieurs semaines contre ce spectacle dégoutant. Sur le site Protestuj.pl on pouvait signer le manifeste qui parvenait ensuite jusqu’aux organisateurs du festival, les autorités de la ville de Poznan et le ministère de la culture.

 

Ce n’est pas tout ! Contre ce spectacle une manifestation a eu lieu à Varsovie justement près du siège du Ministère de la Culture à l’origine d’un financement public du festival. C’est la « Croisade des Jeunes » qui a organisé cette protestation. Y ont participé plusieurs centaines de catholiques rassemblés dans des organisations patriotiques , résistantes ou amies de l’Institut du prêtre Piotr Skarga promoteur de l’autre manifestation de protestation : contre le festival, déjà sur place à Poznan, la « Croisade du Rosaire » a annoncé ses manifestations de protestation.

 

 

Voir le discours de Grzegorz Braun durant la manifestation de Varsovie [le 17 juin 2014, NdCR.] :

 

http://www.pch24.pl/tv,grzegorz-braun-na-pikiecie-przeciwko--golgota-picnic-,23662

 

A ce spectacle s’opposaient aussi les hommes d’église, entre autres le Président de la Conférence Episcopale de Pologne, l’evêque Stanislas Gadecki. Dans une lettre spéciale, le hiérarque a demandé aux organisateurs de renoncer à la représentation du spectacle. Il a fermement critiqué le relativisme infiltrant la culture contemporaine.

 

Pour terminer se sont aussi opposés à la représentation, des politiques, des membres d’associations et du monde de la culture. Dans nos colonnes le photographe bien connu Stanislas Markowski avec ses paroles mordantes a réglé son compte à « Golgota Picnic ». Durant la manifestation de Varsovie le caractère dégoutant de Golgota Picnic était souligné par Grzegorz Braun, Jan Popieszalski ainsi que par les représentants de l’Institut du curé Piotr Skarka. A Poznan des conseillers municipaux ont lu dans la salle du conseil municipal une déclaration adressée au directeur du festival Malta Michal Merczynski : « c’est tranquillement mais fermement que nous prions Monsieur de supprimer la représentation de ce spectacle à Poznan ». Une déclaration s’opposant au blasphème à Poznan est venu de l’Association des Jeunes de l’Archidiocèse de Poznan.

 

Les Catholiques l’ont emporté malgré la large promotion de ce spectacle. Celui était défendu par le journal de gauche « Gazeta Wyborcza » ainsi que par Jerzy Owsiak, Jan Klata et Andrzej Wajda. Peine perdu ! Les Catholiques ont gagné, ainsi que la Vérité , le Bien et le Beau.

 

Viva Cristo Rey !


Merci à Domremy.

 

Sur Medias-presse-info, nous apprenons que :

 

« selon Rodrigo Garcia, la direction du festival craignait que celui-ci perde son prestige s’il devenait la cible des catholiques polonais. Rodrigo Garcia en a profité pour déverser sa haine du christianisme auprès des journalistes qui lui accordent de l’intérêt. "La religion catholique est une maison imaginaire qui donne refuge aux désespérés (…) La Bible, un livre écrit par des fous, par des déments (…)", a-t-il déclaré ces jours-ci. »

 

Source: http://medias-presse.info/golgota-picnic-sexporte-en-pologne-la-methode-civitas-egalement/11616

 

. Quand Valls défendait la liberté d’expression… à propos de "Golgota Picnic"

. Deux poids deux mesures Manuel Valls : "La shoah est un sanctuaire"

. Spectacle de Dieudonné : sans surprise, le Conseil d'Etat entérine le diktat du Lobby qui n'existe pas, Arno Klarsfeld jubile

Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:48

Poème polonais "Ma Patrie" de Maria Konopnicka

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2f/Maria_Konopnicka001.jpg/220px-Maria_Konopnicka001.jpgMaria Konopnicka, née Wasiłowska (qui a utilisé plusieurs noms de plume, notamment Jan Sawa et Jan Waręż), née le 23 mai 1842 à Suwałki, morte le 8 octobre 1910 à Lwów, est une poète, nouvelliste et écrivain pour enfants, traductrice de littérature française, anglaise, allemande, italienne et tchèque, journaliste et critique, tout en étant militante pour les droits des femmes, des enfants et l'indépendance de la Pologne.
Maria Konopnicka est l’une des grands poètes de l’histoire polonaise qui écrivait quand la Pologne partagée entre les Empires russe , autrichiens, prussien, semblait rayée de la carte de l’histoire.

 

Si la Pologne est ressuscitée en 1920 c’est parce que des hommes et des femmes de son envergure n’ont cessé de la faire vivre dans leurs chants, leurs poèmes, leurs églises.

 

Il faudrait ne changer que quelques références historiques du poème "Ma Patrie" pour en faire un poème de France.

 

Maria Konopnicka :

 

Ma Patrie

 

Ma Patrie - c’est cette terre aimée

 

où j’ai vu le soleil et où j’ai connu Dieu

 

mon père, mes frères et ma mère très chère

 

Dans ma langue de Pologne m’apprenaient mes prières.

 

 

 

Ma Patrie – ce sont ces villages et ces villes

 

Au milieu des champs lekhites cultivés depuis les Piast

 

Ce sont les rivières, les forets, les champs en fleurs, les collines

 

Où le chant d’espoir nous vient des alouettes.

 

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fe/Boleslaus_I.jpg/220px-Boleslaus_I.jpgMa Patrie - c’est la gloire de nos pères

 

Le glaive ébréché de Boleslav le Vaillant *, et la massue de Cecora

 

C’est l’âme du chevalier, du noble, de l’homme,

 

Ce sont nos victoires et nos défaites.

 

 

 

Ma patrie –ce sont ces champs silencieux,

 

Foulée pendant des siècles par l’esclavage,

 

Ce sont ces tertres, ces mélancoliques tumulus -

 

Qui ont couvert les défenseurs de sa liberté.

 

 

 

Ma Patrie – c’est cette âme de la nation

 

Qui vit par miracle au sein de la faim et du froid,

 

C’est cet espoir qui fleurit dans les cœurs,

 

Par la grâce du travail des pères et le chant des enfants


 

* Boleslav, dit Chrobry, c'est-à-dire vaillant, ou le Grand, affranchit la Pologne de la dépendance de l'Empire. Il vainquit les Moscovites, conquit la Moravie et autres pays, protégea les sciences et les arts, et répandit l'instruction.

 

 

(Poème en Polonais :

 

 

Ojczyzna

 

Ojczyzna moja – to ta ziemia droga,

Gdziem ujrzał słońce i gdziem poznał Boga,

Gdzie ojciec, bracia i gdzie matka miła

W polskiej mnie mowie pacierza uczyła.

 

Ojczyzna moja – to wioski i miasta,

Wśród pól lechickich sadzone od Piasta;

To rzeki, lasy, kwietne niwy, łąki,

Gdzie pieśń nadziei śpiewają skowronki.

 

Ojczyzna moja – to praojców sława,

Szczerbiec Chrobrego, cecorska buława,

To duch rycerski, szlachetny a męski,

To nasze wielkie zwycięstwa i klęski.

 

Ojczyzna moja – to te ciche pola,

Które od wieków zdeptała niewola,

To te kurhany, te smętne mogiły -

Co jej swobody obrońców przykryły.

 

Ojczyzna moja – to ten duch narodu,

Co żyje cudem wśród głodu i chłodu,

To ta nadzieja, co się w sercach kwieci,

Pracą u ojców, a piosnką u dzieci!

 

 

Merci à Truth

Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 12:21
Un village polonais érige la plus grande statue du Christ au monde. La plus grande statue du Christ au monde n'est plus à Rio de Janeiro (Brésil) mais à Swiebodzin, village de 22 000 habitants dans l'ouest de la Pologne.
Świebodzin est connue pour abriter, depuis 2010, la plus haute statue du Christ au monde. Celle-ci mesure 36 mètres, et repose sur une butte de terre de 16 m. Elle est surmontée d'une couronne dorée de 3 m de hauteur.
Repost0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 13:00

La tombe du président Kaczynski et de son épouse a été préparée dans un crypte de la cathédrale du château du Wawel, à Cracovie.

AP/Petr David Josek

La tombe du président Kaczynski et de son épouse a été préparée dans un crypte de la cathédrale du château du Wawel, à Cracovie.

 

Pied de nez à la bien-pensance libérale-libertaire anticatholique en "France", la Pologne enterre, dimanche 18 avril, son ancien président Lech Kaczynski et son épouse Maria, comme un roi, dans une crypte du "Panthéon" du château du Wawel, qui abrite la cathédrale de Cracovie, dans le sud du pays, où reposent traditionnellement les anciens rois de Pologne et les héros de la nation.

Repost0
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 11:20

prévu pour le 15 Août, fête de l'Assomption... Un hasard... 

«C'est une provocation satanique", a déclaré Mr.
Walesa.

"Il s'agit d'une attaque du diable sur notre nation catholique immaculée», "Ce concert est une profanation et un blasphème". a déclaré le Père Stanislaw Malkowski, l'un des leaders de la protestation.

Timesonline via le Forum catholique

Il est curieux de constater que ces concerts sataniques sont systématiquement organisés les jours de grandes solennités catholiques. Dernier exemple en date : le "Hellfest", ou "fête de l'enfer", subventionné par vos impôts, le 19 juin 2009, solennité du Sacré-Coeur de Jésus.

Repost0