Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

5 avril 2022 2 05 /04 /avril /2022 00:00
Sainte Irène, martyre († 304)

Pendant les persécutions de Dioclétien (empereur 284-311), jeune fille grecque, Irène s'enfuit dans les montagnes avec ses compagnons. Se reprochant sa lâcheté, elle revint dans son village et y fut arrêtée. Ayant refusée de dénoncer ses compagnons et de sacrifier aux dieux, elle fut brûlée vive.

 

Irène meurt avec ses deux sœurs, trois compagnes et un compagnon. (1)

 

Agapi et Chiona furent livrées à la mort les premières, brûlées vives dans un brasier. Elles eurent comme compagnes Eutychie, Philippa et Casie, et comme compagnon Agathon. Peu de temps après, Irène subit le même sort que ses sœurs. (2)

 

À Thessalonique en Macédoine, l'an 304, sainte Irène, vierge et martyre. Parce qu'elle avait caché les livres saints, malgré l'édit de Dioclétien, et qu'elle refusait de sacrifier aux dieux, le préfet Dulcétius, qui avait déjà fait mourir ses deux soeurs, Agapè et Chionia, donna l'ordre de l'exposer nue au lupanar, puis la fit jeter dans un brasier. Martyrologe romain (3)

Sainte Irène, martyre († 304)

Sources: 1 ; 2 ; 3

Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 00:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/Isidor_von_Sevilla.jpeg/503px-Isidor_von_Sevilla.jpeg

Isidore de Séville par Murillo

 

En Espagne, saint Isidore contribua largement à convertir les Wisigoths, majoritairement ariens, au christianisme trinitaire catholique, le christianisme ancien issu du premier Concile de Nicée (325).

 

À la mort de son frère Léandre (601) qui était l'évêque de Séville, Isidore lui succéda et il continua avec éclat l'organisation de l'Église d'Espagne dans le royaume wisigothique, que son frère avait entreprise. En 589, Léandre avait tenu à Tolède un important concile ; Isidore prolongea son action en de nombreux synodes et spécialement dans le célèbre IVème Concile de Tolède (633). (1)

 

Par sa formule "rex, gens, patria" (un roi, un peuple, une patrie), Isidore rassembla les Hispano-Romains et Wisigoths dans une seule et même nation, référence de la future ReconquistaLa monarchie wisigothique se caractérise par une étroite alliance entre le roi et l’Église catholique : "un roi, une foi, une loi" est déjà une devise espagnole.

 

Il définit la qualité royale par des vertus, essentiellement par la iustitia et la pietas (bonté, miséricorde). Les rois, avant de "rendre des comptes à Dieu pour l'Église que le Christ a remis à leur défense", doivent rendre des comptes aux évêques, qui peuvent les déclarer incapables. Les mauvais rois sont des tyrans qui peuvent être renversés, et les évêques peuvent excommunier ceux qui ont enfreint les lois, y compris les lois civiles : "Reges a recte agendo vocati sunt, ideoque recte faciendo regis nomen tenetur, peccando amittitur".

 

La conversion de l'Espagne wisigothique, la "Renaissance isidorienne" et l'éclosion de l'unité nationale espagnole

 

Du temps des rois wisigoths ariens, ceux-ci faisaient lourdement peser leur joug sur les catholiques, tandis qu'ils laissaient les Juifs en possession de leurs droits civils et politiques, les admettaient aux fonctions publiques et leur permettaient de circoncire leurs esclaves païens et chrétiens. 

 

Le frère d'Isidore, Léandre, instruisit le roi wisigoth Récarède Ier, le convertit au catholicisme et présida avec lui le III concile de Tolède, le 8 mai 589. Ce concile consacrait le triomphe de l'Église catholique dans la péninsule. Avec l’abjuration de l’arianisme par Récarède au Concile de Tolède s’ouvre une nouvelle période pour l’Espagne wisigothique, c’est ce qu’on a appelé la "renaissance isidorienne". 

 

Concrètement, Isidore n’admit plus aucune célébration de fête juive, et refusa le shabbat ; toutes ces cérémonies devaient être remplacées par les fêtes chrétiennes (Noël, Pâques) et la messe dominicale. 

 

Par sa pastorale intransigeante et charitable, poursuivant l'action engagée par son frère Léandre et celle du roi Récarède, Isidore permit l'éclosion du sentiment national espagnol. 

 

Havre de paix dans l'Occident de cette fin du VIe siècle, l'Espagne devint le conservatoire de la culture antique ; la bibliothèque sévillane en était alors le centre le plus brillant.

 

Tout en accordant une priorité aux grands écrivains chrétiens du IVe au VIe siècle, tels Augustin, Cassiodore, Grégoire le Grand — ce dernier fut l’ami personnel de son frère Léandre —, Isidore tenta d’assumer cet immense héritage dans toute sa diversité.

 

C’est pourquoi il est souvent associé aux Pères de l'Église les plus anciens : Tertullien, Cyprien de Carthage, Hilaire de Poitiers, Ambroise.

 

Isidore mourut à Séville en 636. Il est canonisé en 1598 et déclaré docteur de l'Église en 1722. (2)

 

Œuvres

 

La production littéraire d'Isidore est une sorte d'inventaire de l'ensemble des connaissances humaines, auquel l'auteur fournit un apport original.

 

Son œuvre majeure est Étymologies (Etymologiæ) constituée de vingt livres, qui propose une analyse étymologique des mots divisée en 448 chapitres. Par cette œuvre, Isidore essaie de rendre compte de l'ensemble du savoir antique et de transmettre à ses lecteurs une culture classique en voie de disparition.

 

Parmi ses autres travaux, citons dans le domaine de l'histoire : sa Chronique (une histoire universelle, qui reprend la Chronique de S. Jérôme), et son Histoire des Goths (De origine Getarum…). Il est également l'auteur de traités théologiques et d'une règle monacale (Regula monachorum).

 

Beaucoup d'autres traités pourraient venir compléter cette liste ; les plus importants sont le De natura rerum, traité d'astronomie, de météorologie et de géographie, dédié à Sisebut, roi des wisigoths (612-621) et le Liber numerorum (théorie des nombres, inspirée principalement de S. Augustin).

 

 

Statue en marbre blanc d'Isidore de Séville, sur les marches de la bibliothèque nationale d'Espagne, à Madrid

 

Sources: (1) (2)

Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 11:06

La chaine YouTube de Stratpol de Xavier Moreau est censurée, GloriaTv publie sa dernière video : 

Bulletin N°76 de Xavier Moreau : Censure YouTube, programme nucléaire ukrainien, laboratoires d'armes bactériologiques, bataille du Donbass, nouvel ordre économique mondial - 02/04/2022

Extrait du Bulletin N°76 : Censure YouTube, bataille du Donbass, nouvel ordre économique mondial - 02/04/2022

 

"Maintenant tout le monde a compris le sens de ce que faisait Vladimir Poutine. Il y a même un côté eschatologique dans cette guerre avec les révélations qui ont été faites non seulement sur le programme nucléaire ukrainien, mais le pire c'est cette trentaine de laboratoires financés non seulement par Washington mais également - on vient de l'apprendre - par Berlin, où est impliqué le fils de Joe Biden, Hunter Biden, et qui visait au développement de différentes armes bactériologiques qui auraient dû selon la dernière présentation du Ministère de la Défense russe être envoyées en Russie. Quelque chose d'effrayant. Et les Russes et moi-même avons véritablement l'impression que c'est un combat contre le diable qui est en train de se passer, ce qui n'était pas du tout le sentiment que j'avais au début. Car, encore une fois, je pense que plus on creusera sur ce programme d'armes bactériologiques, plus on découvrira la monstruosité de ce qu'était l'Etat kiévien soutenu par Washington."

Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 00:00
Saint Richard, évêque (1197-1253)

Saint Richard naquit en Angleterre. Ses parents occupaient alors un rang élevé et jouissaient d'une belle fortune ; mais ils tombèrent dans une misère si profonde, qu'après leur mort, leur fils aîné fut longtemps retenu en prison pour dettes. Richard, son frère, travailla généreusement à sa délivrance ; mais il s'appauvrit lui-même au point d'être obligé de gagner sa vie comme valet de ferme. 

Bientôt il put aller à Paris continuer les bonnes études qu'il avait déjà faites dans sa jeunesse. Il se lia d'amitié avec deux amis aussi pauvres que lui ; ils n'avaient qu'un manteau à tous les trois et se voyaient obligés de n'aller prendre leurs leçons que l'un après l'autre. Leur nourriture était plus que frugale, un peu de pain et de vin leur suffisait, et ils ne mangeaient de chair ou de poisson que le dimanche. Cependant Richard assura depuis que ce fut là pour lui le beau temps, tant il était absorbé par la passion de l'étude. Ses succès furent prompts et remarquables, si bien qu'à son retour en Angleterre il professa fort brillamment à l'Université d'Oxford. 

Quelques années plus tard, sa modestie, sa chasteté, sa douceur et sa dévotion lui attirèrent le respect et l'amour de tout le monde ; il fut élu chancelier de l'Université. Nommé ensuite évêque de Chichester, il eut à subir quelques temps les vexations du roi Henri III, en guerre avec Rome, mais il rétablit la paix par ses prières et ses procédés de conciliation. 

Devenu désormais libre dans l'exercice de son ministère, il se fit remarquer par sa grande condescendance pour les petits et par sa miséricorde pour les pauvres. Comme on lui disait que ses dépenses excédaient ses revenus : "Il vaut mieux, dit-il, vendre son cheval et sa vaisselle d'argent que de laisser souffrir les pauvres, membres de Jésus-Christ." 

Un jour, distribuant du pain, il en eut assez pour contenter trois mille pauvres, et il lui en resta pour cent autres qui survinrent après. Ces multiplications merveilleuses se renouvelèrent plusieurs fois. Il honorait les religieux et les embrassait souvent : "Qu'il est bon, disait-il, de baiser les lèvres qui exhalent l'encens des saintes prières offertes au Seigneur !

Il mourut en baisant le Crucifix et en invoquant Marie contre les ennemis du salut.

Gravure murale représentant saint Richard

Gravure murale représentant saint Richard

Sources: (1) ; (2)

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
2 avril 2022 6 02 /04 /avril /2022 07:00
Rencontre Mohammad Al Gergawi et Klaus Schwab durant le Sommet du Gouvernement mondial

Rencontre Mohammad Al Gergawi et Klaus Schwab durant le Sommet du Gouvernement mondial

Alors que les médias et le gouvernement prétendent que le Nouvel Ordre Mondial est une "théorie du complot", les dirigeants politiques et les magnats des affaires tiennent des réunions où ils en discutent ouvertement.

 

Les 29 et 30 mars, par exemple, le Sommet mondial des gouvernements 2022 a eu lieu à Dubaï. Dans la capitale des Emirats Arabes Unis, ils ont discuté de la manière dont le Nouvel Ordre Mondial pourrait être introduit.

 

La présentatrice de CNN, Becky Anderson, a ouvert la réunion en demandant : "Sommes-nous prêts pour un nouvel ordre mondial ?"

Jour 1 du Sommet mondial des gouvernements 2022. Cela a pris moins de 30 secondes … "Le titre de cette session : Sommes-nous prêts pour un nouvel ordre mondial ?"

 

L'objectif de la réunion est de "façonner l'avenir des gouvernements" et de "créer un avenir meilleur pour l'humanité".

 

Parmi les participants figuraient Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial, directeur général du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et le chef de l'OMS Tedros.

 

Schwab a déclaré lors du Sommet mondial des gouvernements de 2022 que "nous savons que les systèmes énergétiques, les systèmes alimentaires et les chaînes d'approvisionnement mondiaux seront gravement touchés".

Biden annonce un nouvel ordre mondial

 

Des responsables gouvernementaux et même des présidents de pays tels que les États-Unis, l'Égypte, l'Arabie saoudite, Israël, la Suède, la Jordanie, le Japon, la Corée du Sud, le Rwanda, le Maroc et l'Ouganda étaient également présents.

 

Plus tôt, le président américain Joe Biden a annoncé l'arrivée du Nouvel Ordre Mondial. Il a déclaré que les États-Unis devraient prendre les devants.

 

Et quelles sont les bases du nouvel ordre mondial ?

 

Source : https://uncutnews.ch/keine-verschwoerungstheorie-mehr-internationaler-gipfel-sind-wir-bereit-fuer-eine-neue-weltordnung/

Partager cet article
Repost0
1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 00:00

Chanoine de l'église cathédrale de Valence, Hugues est élu contre son gré à 27 ans au siège épiscopal de Grenoble, en 1078. 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/06/Grenoble_-_Saint-Hugues_-_vitrail.JPG/380px-Grenoble_-_Saint-Hugues_-_vitrail.JPG

Vitrail de la Cathédrale Notre-Dame de Grenoble représentant S.Hugues et S. Bruno

 

Saint Hugues naquit à Châteauneuf sur Isère, près de Valence, en Dauphiné. Pendant que sa mère le portait dans son sein, elle eut un songe où il lui semblait mettre au monde un bel enfant que S. Pierre, accompagné d'autres saints, emportait dans le Ciel et présentait devant le trône de Dieu. Cette vision fut pour ses parents un présage de hautes et saintes destinées; aussi soignèrent-ils son éducation et n'hésitèrent-ils pas à favoriser sa vocation ecclésiastique. Choisi, jeune encore, par l'évêque de Valence, pour être chanoine de sa cathédrale, il se vit, à vingt-sept ans, obligé d'accepter le siège épiscopal de Grenoble, devenu vacant. Il voulut recevoir l'onction épiscopale des mains du Pape Grégoire VII, qui, connaissant à l'avance son mérite et ses vertus, lui dévoila toute son âme et lui inspira un zèle ardent pour la liberté de l'Église et pour la sanctification du clergé.

 

Hugues trouva son évêché dans le plus lamentable état; tous les abus de l'époque y régnaient en maîtres(1) Pendant deux ans il lutte contre la simonie (achat ou vente des réalités spirituelles. CEC 2121), d'un sacrement, la grâce, par ex., ou d'un office, fonction ecclésiastique (2) (3), et les mauvais comportements de son clergé.

 

Le nouveau Pontife fit d'incroyables efforts pour raviver la foi et relever les moeurs; ses efforts étant infructueux, il résolut de quitter sa charge et se réfugia au monastère de la Chaise-Dieu. Mais bientôt le Pape, instruit de ce qui se passait, lui ordonna de retourner à son évêché et de préférer le salut des âmes à son repos personnel.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b5/Charteuse_vue_cot%C3%A9_nord.JPG

Charteuse vue coté nord

 

Trois ans plus tard, Hugues fait un songe, où il voit Dieu apparaître au milieu des montagnes de Chartreuse, et y construire un temple magnifique couronnée de sept étoiles.

 

Saint Bruno

Quelques jours plus tard, saint Bruno (1035-1101) et six de ses amis viennent le rencontrer et implorer sa protection; Hugues les conduit alors dans la montagne, et c'est le début de la fondation de ce qui sera la Grande Chartreuse. L'évêque va souvent se reposer auprès des moines et profite des saints conseils de Bruno qui lui répète : "Allez à votre troupeau; il a besoin de vous; donnez-lui ce que vous lui devez". Hugues assume donc sa mission. 

 

Saint Hugues prit une part importante au concile de Vienne (1077) où fut condamné l'empereur Henri IV, l'habile simulateur de Canossa devant le pape Grégoire VII.

 

Par la puissance de sa sainteté, il opérait un grand bien dans les âmes; ses prédications véhémentes remuaient les foules et touchaient les coeurs; au confessionnal, il pleurait souvent avec ses pénitents et les excitait à une plus grande contrition. Après quelques années d'épiscopat, son diocèse avait changé de face.

 

Parmi ses hautes vertus, on remarqua particulièrement sa modestie et sa charité. Dur pour lui-même, il se montrait prodigue pour les pauvres et alla jusqu'à vendre pour eux son anneau et son calice. Toujours il se montra d'une énergie indomptable pour la défense des intérêts de l'Église; il restera toujours comme l'un des beaux modèles de noble indépendance et de fier courage. Son exemple apprend aussi que si le salut des âmes est une chose inestimable, il ne s'opère souvent qu'au prix d'une longue persévérance et d'une grande abnégation.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b0/La_Grande_Chartreuse.JPG/800px-La_Grande_Chartreuse.JPG

Monastère de la Grande Chartreuse

 

Hugues meurt à la tâche en 1132, vendredi avant les Rameaux, après avoir supporté de cruelles infirmités.

 

Il est canonisé en 1134 par Innocent II, et fêté le 1er avril. (4) 

 

Pendant les guerres de religion, son corps fut brûlé sur la place publique par les protestants du baron des Adrets. (5)

 

Il est représenté en habits épiscopaux par-dessus sa cuculle blanche (vêtement, capuchon de moine en usage dans certains ordres religieux).

 

Hugues de Grenoble peut être aussi représenté en habit de chartreux recevant Bruno (parfois avec des étoiles, emblème des chartreux). Il lui arrive aussi de bénir des oies qui se transforment en tortues (Une légende raconte que Hugues de Grenoble surprit des moines attablés devant des oies rôties, ce qui était interdit par la Règle.) 

 

À Grenoble, en 1132, saint Hugues, évêque, qui travailla à réformer les moeurs du clergé et du peuple et, au cours de son épiscopat, ardemment désireux de solitude, conduisit saint Bruno et ses compagnons dans le désert de la Chartreuse, et dirigea avec soin son Église en lui donnant l'exemple, pendant près de cinquante ans. Martyrologe romain (6)

 

Saint Hugues, Évêque de Grenoble (1053-1132)

Sources : (1) ; (2) Missel du Dimanche 2019, Nouvelle traduction liturgique, Année C, Artège Bayard, Lonrai 2018, p. 291-292 ; (3) SIMONIE dans Dominique Le Tourneau, Les Mots du christianisme, Catholicisme, Orthodoxie, Protestantisme, Bibliothèque de Culture religieuse, Fayard, La Flèche 2005, p. 587 ; (4) Wikipedia ; (5) Réflexion chrétienne ; (6) Nominis.

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
31 mars 2022 4 31 /03 /mars /2022 00:00

http://nominis.cef.fr/images/gallerie/benjamindeperse.jpg

 

Diacre et martyr en Perse. À la suite d'une provocation de l'évêque de Ctésiphon en Perse qui avait perdu la raison et qui détruisit un temple païen, le roi Yezdigerd (ou Yazdgard) déclencha une cruelle persécution de trois années. Benjamin fut arrêté parce que sa prédication convertissait beaucoup de mages adeptes du dieu Soleil. Il fut soumis à la torture et condamné à mort pour avoir préféré adorer le Christ plutôt que le soleil. (1)

 

Martyrologe Romain : À Argol en Perse, vers 422, saint Benjamin, diacre. Comme il ne cessait de prêcher la parole de Dieu, sous le roi Bahron V (Vahram ou Bahram, fils de Yezdigerd, est un roi sassanide de Perse ayant régné de 420 à 438/439, NdCR.), on lui enfonça des roseaux aigus sous les ongles et il acheva son martyre. (2)

 

Sources: (1) ; (2)

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 22:21

L'Italie, un pays encore plus totalitaire que le nôtre quant à la liberté de culte réduite à presque rien depuis deux ans d'escroquerie covid :

https://lanuovabq.it/it/comunione-proposte-per-il-ritorno-alla-normalita

https://lanuovabq.it/it/comunione-proposte-per-il-ritorno-alla-normalita

ÉGLISE 30-03-2022

 

Enfin, la CEI (Conférence des Evêques d'Italie) s'ouvre à une reprise prudente également dans l'Église et à la communion sur la langue, mais Milan a déjà déclaré qu'elle continuerait à l'interdire. Mais la note des évêques signifie que les droits des fidèles doivent être respectés. Et pour ceux qui n'ont pas confiance ? Deux propositions : une file d'attente ad hoc pour ceux qui communient dans la bouche ou créer deux moments distincts (de distribution de la communion). Mais d'un point de vue médical, il n'y a jamais eu de risque.

 

 

Nous sommes enfin arrivés avec le 31 mars à la fin de l'état d'urgence pour l'épidémie de Covid-19. En conséquence, la Conférence épiscopale italienne a également décidé de s'adapter et, après un échange, le gouvernement italien a formellement communiqué "l'abrogation du Protocole du 7 mai 2020 pour les célébrations avec le peuple".

 

C'est ce que nous lisons dans une lettre de la Présidence de la CEI dans laquelle il est souligné que la situation "offre la possibilité d'une reprise prudente", après presque deux ans de mesures qui ont marqué la vie liturgique de l'Église italienne, à chaque niveau. Par "reprise prudente", on entend que l'Église italienne a décidé, indépendamment des indications du gouvernement, de maintenir certaines règles pour les fonctions liturgiques, sous la définition de "conseils et suggestions".

 

Seront-ils contraignants ? Les "services de sécurité" les feront-ils respecter avec une rigueur fanatique ? Cela reste à voir. La CEI souligne que le décret-loi 24/2022 prolonge l'obligation de porter des masques à l'intérieur jusqu'au 30 avril. Par conséquent, dans les lieux de culte intérieurs, vous devrez toujours accéder avec un masque pendant au moins un mois. On verra. La distance interpersonnelle d'un mètre n'est plus obligatoire. On devrait donc voir des bancs ne plus couverts pour éviter de s'asseoir les uns à côté des autres. Les bénitiers doivent continuer à être maintenus vides, contre toute preuve scientifique. Et enfin, la CEI touche au point sensible : la distribution de l'Eucharistie, qui doit avoir lieu "de préférence dans la main". Mais Milan a déjà mis carte sur table : un décret émis par le vicaire reconnaît la note de la CEI, mais maintient la communion strictement dans la main, signe qu'il y a un risque réel que chaque diocèse suive sa propre voie.

 

Le terme utilisé par la CEI, cependant, "de préférence", ouvre une lueur d'espoir pour les nombreux fidèles contraints au cours des deux dernières années à subir l'obligation de communion sur la main, que Paul VI lui-même a condamnée depuis les années 1960 comme non appropriée. La situation sanitaire épidémique avait offert une occasion incontournable aux innovateurs qui veulent se débarrasser définitivement de la Communion sur la langue, qui est d'ailleurs canoniquement un droit des fidèles, reconnu par le Redemptionis Sacramentum qui dit clairement : "Tout fidèle toujours a le droit de recevoir, selon son choix, la Sainte Communion dans la bouche". Ce "selon son choix" coïncide parfaitement avec l'expression désormais utilisée par la CEI : "de préférence" Ne signifie pas "exclusivement", et donc le croyant qui a l'intention de recevoir la communion sur la langue en a pleinement le droit.

 

Il n'est cependant pas difficile d'imaginer les scénarios qui pourraient survenir dans les églises au moment de la Communion : les fidèles qui, au cours de ces deux années, ont été lourdement endoctrinés par les médias, peuvent craindre que leurs frères qui ont l'intention de recevoir la Communion dans la bouche pourraient devenir des "facilitateurs" de virus pour toute l'assemblée liturgique. De ce point de vue, il serait important pour la CEI d'informer et d'éduquer à la santé en soulignant qu'au vu des connaissances scientifiques il n'y a pas de risque.

 

Au contraire : la modalité d'offrir la communion sur les mains n'a aucune valeur en termes de prévention et de protection de la santé des fidèles. Au contraire, les mains représentent l'un des véhicules les plus courants de transmission du virus. Le professeur Filippo Maria Boscia, président national des médecins catholiques, a déjà déclaré il y a deux ans que la communion sur la main présente un plus grand risque de contagion que celle sur la langue. L'OMS elle-même a souligné à plusieurs reprises le rôle des mains dans la transmission de l'infection.

 

Après deux ans d'études sur le Covid, il n'y a aucune preuve scientifique qui documente que recevoir la Communion sur la langue puisse être un moyen de transmettre le virus. Il faut désormais le considérer comme un véritable fake, et l'on sait à quel point l'Église se soucie d'une information scientifique correcte et d'une distanciation claire vis-à-vis de la diffusion de fausses nouvelles pseudoscientifiques.

 

Il sera donc opportun de faire savoir aux fidèles , même par des communications publiques appropriées, qu'il n'y a aucun risque de contagion par la Communion distribuée selon les normes canoniques de l'Église.

 

Cependant, des solutions pratiques pourraient également être recherchées pour éviter les polémiques et les "frictions" entre les fidèles eux-mêmes. Par exemple, la Communion pourrait se faire en deux temps : d'abord pour les fidèles qui veulent la recevoir sur la main, puis pour ceux qui la reçoivent sur la langue, afin de rassurer les plus craintifs qu'il n'y aura pas de "contamination". [Ce qui se pratique déjà en France dans les paroisses où les prêtres n'ont pas le cerveau lavé par les médias et les annonces publicitaires gouvernementales Covid. Ndlr.]

 

Ou les fidèles pourraient  recevoir l'Eucharistie en suivant deux files : une pour ceux qui la reçoivent sur la main, et une pour ceux qui la reçoivent dans la bouche. Une solution de compromis, nous en sommes parfaitement conscients, mais qui en ce moment est nécessaire pour garantir avant tout les droits de ceux qui demandent l'Eucharistie sur leurs lèvres, et qui risquent de se voir refuser, et d'être discriminés au sein même de la Communauté .Ecclésial.

 

De plus, cette solution serait également intéressante d'un point de vue médical, car les effets de ces comportements pourraient être détectés sur deux groupes différents. Et cela donnerait une confirmation scientifique supplémentaire de l'innocuité absolue de la Communion traditionnelle.

 

 

SourceLa Nuova Bussola Quotidiana 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 17:24
Source : https://www.lifesitenews.com/news/vatican-inst/

Source : https://www.lifesitenews.com/news/vatican-inst/

(Traduction)

 

Le Père Massimo Pampaloni, SJ a été transféré au Brésil pour avoir refusé les injections de COVID entachées d'avortement, selon Church Militant.

 

mar 29 mars 2022 - 22 h 46 

ROME ( LifeSiteNews ) – L'Institut pontifical oriental (POI) aurait pénalisé un doyen et éminent érudit jésuite pour avoir refusé les injections de COVID-19.

 

Church Militant a rapporté que le doyen de la faculté des sciences ecclésiastiques orientales de la POI, le P. Massimo Pampaloni, SJ, a récemment été envoyé au Brésil en raison de ses objections de conscience aux injections.

 

Le Père Pampaloni, un consulteur de la Congrégation pour les Eglises Orientales et un éminent spécialiste de la christologie syriaque, a rejeté les injections obligatoires malgré la pression des autorités et de ses supérieurs, a déclaré à Church Militant un spécialiste des études orientales basé à Rome.

 

Plus tôt cette année, l'Italie a rendu les injections COVID obligatoires pour les résidents de plus de 50 ans. Le mandat expire le 15 juin. Le Vatican a également émis un mandat direct pour tous les employés en décembre. Le Vatican a également émis une obligation d'injection  pour tous les employés en décembre.

 

"Qu'un doyen et un érudit de premier plan de la plus prestigieuse école pontificale d'études orientales au monde soit démis de ses fonctions et renvoyé vers un autre continent par sa propre communauté jésuite alors que le Vatican déclare que la vaccination est volontaire est sans précédent", a déclaré une source de Church Militant. Pr. Pampaloni a précédemment occupé le poste de vice-recteur au POI entre 2010 et 2016.

 

Pratiquement tous les autres jésuites de Rome ont pris les injections entachées d'avortement, a ajouté la source.

 

"Pour des raisons de protection de la vie privée, nous ne donnons aucune information à ce sujet ", a déclaré à Church Militant le bureau du recteur de la POI, le Père David Nazar, S.J., à propos du cas du Père Pampaloni.

 

Pr. Pampaloni est maintenant professeur invité à l'École jésuite de philosophie et de théologie, un collège jésuite de Belo Horizonte, au Brésil. Le site Web du POI l'inclut toujours sur sa page de faculté.

 

''L'Institut pontifical oriental ne peut pas se permettre de perdre trop longtemps un universitaire aussi remarquable. Actuellement, ils ne peuvent tout simplement pas lui trouver un remplaçant – c'est pourquoi ils jouent le jeu en le bannissant et lui permettront ensuite de revenir d'exil après avoir fait de lui un exemple'', a déclaré le spécialiste des études orientales.

 

À un certain stade du développement, tous les vaccins COVID-19 disponibles reposaient sur des lignées cellulaires dérivées de bébés avortés qui étaient très probablement encore en vie lorsque leurs tissus ont été extraits. Les injections ont également été associées à des effets secondaires graves, notamment la maladie immunitaire, le syndrome de Guillain Barré et des problèmes cardiaques potentiellement mortels, comme la myocardite.

 

La Congrégation pour la doctrine de la foi du Vatican a souligné l'année dernière dans une note que "la vaccination n'est pas, en règle générale, une obligation morale et que, par conséquent, elle doit être volontaire".

 

L'ordre jésuite a néanmoins poursuivi de sévères obligations vaccinales COVID pour les prêtres, ainsi que pour les étudiants et les employés des écoles dirigées par des jésuites à travers les États-Unis.

 

La Boston College High School (BCHS), un établissement jésuite de préparation aux études supérieures, a essuyé une vague de critiques pour avoir séparé les élèves non vaccinés derrière des cloisons en plexiglas lors du déjeuner. Un autre lycée géré par des jésuites, le Brophy College Preparatory de Phoenix, a exigé l'an dernier que les élèves fassent les injections pour les activités extrascolaires.

 

Plusieurs collèges et universités jésuites, dont l'Université de Georgetown, l'Université Fordham et le Boston College, ont rendu obligatoires les injections de COVID pour les étudiants, les professeurs et le personnel. La province jésuite de l'Ouest aux États-Unis a également ordonné aux prêtres jésuites de se faire piquer, a rapporté Church Militant .

 

L'action de la POI contre le père Pampaloni survient après que le pape François a renvoyé ce mois-ci l'évêque Daniel Fernández Torres du diocèse d'Arecibo, à Porto Rico, après que l'évêque ait publiquement défendu les objections de conscience aux injections de COVID-19 et refusé de séparer les paroissiens en fonction de leur statut d'injection.

 

La mère générale Marilla, mère supérieure du couvent Tyburn de Londres, a également été récemment dénoncée au Vatican pour son opposition aux injections. Et la semaine dernière, la Mère Supérieure d'un monastère bénédictin à Pérouse, en Italie, a déclaré que son couvent risquait d'être fermé par la Congrégation du Vatican pour les Instituts de Vie Consacrée parce que les religieuses restent sans injection.

 

Source

Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 23:00
Bienheureux Amédée de Savoie (1435-1472)

Duc de Savoieprince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne, le bienheureux Amédée de Savoie (1435-1472), né à Thonon de Louis Ier et d'Anne de Lusignan. Il fut fiancé dès sa naissance à la sœur du roi Louis XI (1461-1483), Yolande de France qu'il épousa à 17 ans.

 

Armoiries SavoieModèle de piété et de bienfaisance, il régna sur le Piémont et la Savoie les 7 dernières années de sa vie sous le nom d'Amédée IX. Atteint de catalepsie, sa femme l'aida dans toutes ses tâches de dirigeant. Ensemble, ils évitèrent les guerres et essayèrent d'être toujours au plus juste avec leurs sujets.

 

Amédée est le père de 7 enfants, dont Louise qui deviendra "bienheureuse".

 

D'une extrême bonté, Amédée, aidé de sa femme Yolande, gouvernait saintement, mettant au premier rang de ses préoccupations le soin des pauvres et des malades. Il construisit des hôpitaux mais aussi des monastères pour faire progresser l'Évangélisation et maintint la paix avec ses voisins.

 

Épileptique, Amédée accepte cette humiliation avec une grande résignation. Il meurt à 37 ans, miné par la maladie, après avoir recommandé à ses enfants et à ses seigneurs de pratiquer la justice et d'aimer les pauvres.

 

Dans son royaume, on disait : "il fait meilleur être pauvre que riche".

 

A travers lui, sont honorés tous les pères de familles.

 

En 1612, le futur S. François de Sales écrivit une supplique au pape Paul V (1605-1621), en vue de sa béatification, ce qui fut fait en 1677.

 

Amédée IX de Savoie, église Saint-Dominique, Turin

 

Sources: (1) ; (2) ; (3) ; (4)

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 08:47
Rembrandt : Les Trois Arbres (Rijksmuseum, Amsterdam)

Rembrandt : Les Trois Arbres (Rijksmuseum, Amsterdam)

Il était une fois sur une montagne, trois petits arbres qui discutaient de ce qu’ils feraient lorsqu’ils seraient grands.

 

Le premier petit arbre, émerveillé par les étoiles brillant au firmament des nuits, disait :

« Moi, quand je serai grand, je voudrais qu’on me transforme en un coffre à trésor splendidement orné, et qu’on me remplisse de pièces d’or et de toutes les plus belles pierreries du monde ».

Le deuxième petit arbre qui aimait à regarder scintiller sous la lune les eaux claires de la rivière dévalant les pentes, et dont on lui avait rapporté qu’elle allait au loin se jeter dans les vagues d’écume de la mer, déclarait :

« Je voudrais qu’on me transforme en un magnifique vaisseau ! Alors, commandé par un vaillant capitaine, je serai invincible pour affronter tous les océans du monde ».

Le troisième petit arbre, qui se plaisait à regarder les sommets aux alentours qui semblaient toucher le ciel, et les villages qu’on apercevait dans les vallées et desquels montaient jusqu’à eux les échos de la vie des hommes avec ses inquiétudes et ses joies, ses peines et ses espérances, ses bonheurs et ses deuils… , rêvait :

« Moi, quand je serai grand, je voudrais être encore plus grand que grand, et tellement grand que, chaque fois que l’on me regardera, on soit obligé de lever très haut les yeux et, de la sorte, obligé de penser à Dieu ».

 

Le temps s’écoula longtemps au grand sablier de la montagne, au murmure des sources, au clapotis des ruisseaux.

Les printemps succédèrent aux hivers, puis laissèrent la place aux étés.

Les trois petits arbres avaient changé, pris de la force, de la stature, des troncs vigoureux, des branches et des branchages.

 

Un matin d’automne des voix résonnèrent sur le sentier. Les oiseaux firent silence.

Les arbres se mirent à trembler de toutes leurs feuilles.

Trois bûcherons s’approchèrent des arbres.

Le premier bûcheron, regardant le premier arbre, le déclara parfait et, à grands coups de hache, le fit tomber sur le sentier.

Le deuxième bûcheron, voyant le deuxième arbre, le trouva vigoureux et, à grands coups de hache, le coucha sur le sol boueux.

Le troisième bûcheron se chargea du troisième arbre et, à grands coups de hache, il le fit culbuter dans la clairière dévastée.

 

Les trois arbres abattus furent ensuite trainés sur le flanc de la montagne.

Chacun sous son écorce imaginait la suite de son destin.

 

Le premier arbre allait enfin pouvoir vivre le rêve de sa vie : il se retrouverait bientôt dans la bonne odeur de colle et de copeaux de bois de l’atelier d’un ébéniste de renom…

Mais il fut emmené à l’humble menuiserie d’un village où personne ne commandait de coffre orné auquel confier de riche trésor, mais seulement des mangeoires pour les animaux.

 

Après deux jours et deux nuits de voyage, le deuxième arbre pensa qu’allait enfin se retrouver sur les galets gris du chantier naval. Les cris aigus des mouettes lui tournaient déjà la tête.

Il ne pouvait pas encore se douter de la mauvaise surprise qui l’attendait : pas un seul armateur n’avait passé commande pour un grand vaisseau ; seul un pêcheur avait commandé une modeste barque de pêche.

 

Quand au troisième arbre qui n’était plus que désespoir, on le débita en grosses poutres mal équarries qu’on mit à sécher le long d’un mur chez un charpentier.

 

Beaucoup de mois, beaucoup d’années passèrent sur les rêves détruits des trois arbres.

Beaucoup d’insectes dans leur bois, beaucoup d’araignées, beaucoup de poussières, beaucoup de désespérance…

Les arbres avaient fini par oublier leurs rêves.

Ils avaient cicatrisé.

Ils s’étaient installés dans les torpeurs de l’habitude.

Ils n’attendaient plus rien…

 

Le premier arbre devenu mangeoire ne sentait même plus la caresse des animaux tirant sur le foin.

Mais une nuit d’hiver la douce lumière d’une étoile plus éclatante que les autres se posa sur lui.

Un homme jeune au maintien doux et modeste et une toute jeune femme vinrent s’abriter dans l’étable.

Au milieu de la nuit, la jeune femme mit au monde un bébé que l’homme emmaillota et coucha dans la mangeoire.

Alors le premier arbre comprit que son rêve se réalisait.

 

Encore bien des coups de vent, des jours de pluie, des hivers glacés passèrent sur les rives du lac où le deuxième arbre, devenu petite barque de pêcheur, vieillissait lentement dans une mauvaise odeur de poisson.

Jusqu’à ce soir d’été où un groupe d’hommes voulut traverser le lac : ils embarquèrent.

Soudain, alors qu’ils se trouvaient au milieu du lac, une tempête se leva telle qu’on n’en avait jamais vu.

L’homme qui dormait à l’avant et vers lequel tous les autres crièrent affolés, se leva dans la barque, étendit les bras et calma la tempête.

Ainsi le second arbre comprit que son rêve se réalisait.

 

Peu de temps après cet événement, la ville se mit à résonner d’une étrange rumeur : les gens étaient énervés, on entendait des cris étouffés de femmes inquiètes et des cris de haine, des martèlements de chaussures de soldats…

L’air était rempli de violence, de mauvaise vengeance, d’injustice.

Des hommes vinrent près du hangar pour y tirer de sa torpeur le troisième arbre transformé en poutres.

Ils assemblèrent ces poutres en forme de croix, et, sur cette croix, ils clouèrent le Fils de l’Homme.

Le troisième arbre sut alors que son rêve se réalisait, puisque désormais chaque fois qu’on le regarderait, on penserait à Dieu.

Conte traditionnel russe : les trois arbres

Source : http://leblogdumesnil.unblog.fr/2022/03/28/2022-42-conte-traditionnel-russe-les-trois-arbres/

Partager cet article
Repost0
28 mars 2022 1 28 /03 /mars /2022 23:00
Illustration: sainte Gwladus, vitrail de l'église saint-Martin de Caerphilly (1)

Illustration: sainte Gwladus, vitrail de l'église saint-Martin de Caerphilly (1)

Gladys était princesse du Pays de Galles. Elle et son mari Woolos, aussi connu sous le nom de Gwynllyw ap Glywys (Gondèle en français ou Gondlée) étaient devenus des saints, non sans peine. 

 

Réputé violent et impie, Gondlée, chef de clan, avait enlevé sa future épouse, Gladys (fille aînée de Brychan, roi chrétien et gallois de Brycheiniog en Pays de Galles), dont la fidélité conjugale fut loin d'être exemplaire. Pendant longtemps, le nouveau couple mène une vie plutôt dissolue (violences, rapines, brigandages). Or le fils de tels parents, Cadoc, se manifeste très vite, au contraire, comme un saint authentique. Il a assez d'influence pour amener ses parents à quitter leur existence brutale. Woolos renonce à son pouvoir et se retire en ermite dans la région de Newport. Gladys fait de même en quittant et se retirant du monde. Selon la tradition, l'ancienne épouse pécheresse vécut la fin de sa vie dans la prière et l'austérité, au bord de la rivière Ebbwé, dans l'Ouest de l'Angleterre. Elle termina sa vie dans la paix de la conversion du cœur. (2) (3)

 

Quant à son fils, devenu moine, il fonda un monastère dans la région de Cardiff, puis se réfugia avec ses moines en Armorique (notre Bretagne) lors de l'invasion des tribus saxonnes. Ayant rencontré S. Gildas, lors des invasions saxonnes, Cadoc portera l'Évangile dans la région de Vannes en Armorique (notre Bretagne). Ainsi, le fils et la mère se sont retrouvés par la miséricorde du Seigneur qui "écrit droit avec les lignes courbes de nos vies".

 

De retour en Angleterre, Cadoc prend soin de ses compatriotes, les Celtes des comtés orientaux combattant les conquérants saxons, qui le livrent au martyre à Weedon. Il mena jusqu'au bout le beau combat de la foi. Le prénom Cadoc, ou encore Kadeg, a d'ailleurs le sens, en celtique, de "combattant valeureux". C'est dans son abbaye qu'ont été formés de nombreux saints celtiques dont saint Brandan et saint Malo.

 

Sources:  (1) Nominis ; (2) Dictionnaire hagiographique Dix mille saints, rédigé par les bénédictins de Ramsgate en Angleterre (Éditions Brépols), L'Evangile au quotidien ; (3) Wikipedia.  

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2022 7 27 /03 /mars /2022 23:00
Saint Gontran de Bourgogne, roi († 592)

Petit-fils de Clovis et de Sainte Clotilde, Gontran est, à 16 ans, roi d'Orléans, de Bourgogne, du Berry et de la Savoie. Il grandit dans une époque troublée par de nombreuses querelles familiales. La reine Frédégonde fit assassiner sa sœur, son beau-frère, son mari et l'évêque Prétextat. Clotaire II fit périr Brunehaut, reine d'Austrasie, en l'attachant à un cheval au galop. Gontran est cruel lui aussi, n'hésitant pas à tuer pour dominer, à tromper sa femme, et à la répudier. Et puis, il se convertit, pleura ses péchés pendant le reste de sa vie, racheta ses fautes par ses grandes libéralités envers les pauvres, qui le surnommèrent "le bon roi Gontran". Il partageait ses repas avec eux, et quand il entrait en ville, le peuple criait : "Noël, Noël! Vive le Roi!". Il donna tout ce qu'il possédait aux abbayes et ne chercha plus que la paix.

Il essaya toujours de réconcilier ses frères et fit fonder de nombreux monastères. 

Vers la fin de sa vie, il entra au monastère Saint Marcel de Chalon-sur-Saône pour continuer d'implorer la miséricorde de Dieu. Grégoire de Tours lui attribue des guérisons miraculeuses. 

Peu après sa mort, en 592, canonisé par la vox populi, il fut proclamé saint par son peuple.

Saint Gontran est invoqué pour apaiser les querelles familiales.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6d/Entretien_entre_saint_Gontran_et_Childebert_II.jpg

 

Entretien entre saint Gontran et Childebert II (par Jean Fouquet, vers 1455)

Sources: (1); (2); (3) Calendrier perpétuel, Les saints en 365 jours, Chêne; (4) Missel du Dimanche 2018, Nouvelle Traduction liturgique, Année B, Bayard Éditions, Lonrai 2017, p. 297

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
27 mars 2022 7 27 /03 /mars /2022 17:54

Le 20 juillet 1926, Lucie fut envoyée au noviciat de Tuy, non loin de la frontière portugaise, pour compléter son postulat. Le 2 octobre 1926, elle y reçut le voile, y passa ses deux années de Noviciat et fit profession le 3 octobre 1928. Le 13 juin 1929, dans ce même couvent, Notre Dame vint lui demander la Consécration de la Russie à son Cœur Immaculé. Laissons Sœur Lucie nous décrire cette nouvelle et splendide vision [1]:

 

« J’avais demandé et obtenu la permission de mes Supérieures et de mon confesseur de faire une Heure Sainte, de onze heures à minuit, dans la nuit du jeudi au vendredi. Me trouvant ainsi seule, une nuit… la seule lumière était celle de la lampe (du Très Saint Sacrement). Soudain, toute la chapelle s’illumina d’une lumière surnaturelle et, sur l’autel, apparut une croix de lumière, qui s’élevait jusqu’au plafond. Dans une lumière plus claire, on voyait, sur la partie supérieure de la croix, la figure d’un homme, dont on voyait le corps jusqu’à la ceinture, sur sa poitrine une colombe, également lumineuse et, cloué à la croix, le corps d’un autre homme. Un peu au-dessous de la ceinture (de celui-ci), suspendus en l’air, on voyait un calice et une grande hostie, sur laquelle tombaient quelques gouttes de sang, qui coulaient sur les joues du crucifié et d’une blessure à la poitrine. Coulant sur l’hostie, ces gouttes tombaient dans le calice.

De grandes grâces sont attachées à cette consécration, a révélé Notre-Dame à sœur Lucie. A-t-elle été réalisée jusqu’ici ?

Sous le bras droit de la croix, se trouvait Notre Dame ; c’était Notre Dame de Fatima, avec son Cœur Immaculé dans la main gauche, sans épée, ni roses, mais avec une couronne d’épines et des flammes.

Sous le bras gauche de la croix, de grandes lettres, comme d’une eau cristalline qui aurait coulé au-dessus de l’autel, formaient ces mots : “Grâce et Miséricorde”. Je compris que m’était montré le mystère de la Très Sainte Trinité, et je reçus sur ce mystère des lumières qu’il ne m’est pas permis de révéler.

 

Ensuite, Notre Dame me dit : “Le moment est venu où Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les évêques du monde, la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé. Il promet de la sauver par ce moyen.

 

Il y a tant d’âmes que la justice de Dieu condamne pour des péchés commis contre moi, que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie. »

 

Les conditions de cette Consécration de la Russie sont claires : que le pape consacre la Russie en particulier et non le monde en général et en union, au moins morale, avec les évêques du monde entier.

 

A plusieurs reprises [2], Sœur Lucie rappellera ces conditions sine qua non.

 

Lors d’un entretien avec le P. Jongen, à Tuy, le 3 février 1946 : « La Sainte Vierge demande la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, par le pape, en union avec tous les évêques du monde ». « N’a-t-elle pas parlé de la consécration du monde ? » « Non ».

Le P. Mac Glynn, en février 1947, entendit Sœur Lucie répéter avec force cette demande précise : « Non ! Non ! Pas le monde ! La Russie, la Russie » !

Après l’acte d’offrande effectué le 13 mai 1982 par Jean-Paul II, la voyante fit remarquer que la Russie n’avait pas été l’objet de la consécration. Or, Dieu voulait « la consécration de la Russie et de la seule Russie, sans aucune adjonction ».

Dans une lettre adressée au P. Umberto Pasquale, datée du 13 avril 1980, elle écrit : « Notre Dame à Fatima, dans sa demande, se réfère seulement à la consécration de la Russie » : « só se referece a consagração da Russia », comme nous pouvons le lire ci-dessous :

Dans les deux lettres qu’elle écrivit au P. Gonçalves, en mai 1930, Sœur Lucie précise : « Le Bon Dieu promet de mettre fin à la persécution en Russie, si le Saint-Père daigne faire, et ordonne [3] aux évêques du monde catholique de faire également, un acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie ».

 

J’entends encore le cher et infatigable [4] abbé Caillon me dire avec émotion dans les années 1980 : « Non, non la Russie n’est toujours pas consacrée au Cœur Immaculé de Marie » ! Reconnaissons tout de même que la réalisation de ces deux conditions : consécration de la seule Russie et l’union morale du Pape avec les évêques, ne dépasse pas les forces humaines ! Pourtant, la demande de Notre Dame n’est toujours pas accomplie, comme en témoigne ce petit tableau :

Pape Année Consécration Russie Solennellement Avec les
évêques
Pie XI
Pie XII 1942 Oui Monde Oui Non
Pie XII 1952 Oui Oui Non Non
Jean XXIII
Paul VI 1964 Oui  Monde Oui Non
Jean-Paul Ier
Jean-Paul II 1982 Offrande Monde Oui Non
Jean-Paul II 1984 Oui Monde… Oui Non
Benoît XVI 2010 Oui Les prêtres Oui Non
François 2013 Oui Monde Oui Non

 

Il faut admettre, avec le Frère François de Marie des Anges [5], que la consécration faite par Pie XII en 1942 n’a pas été sans fruits : « Il est remarquable que les mois qui suivirent cet acte solennel marquèrent le véritable tournant de la guerre qui s’achemina vers sa fin ». Mais en même temps, le communisme de Staline gagnait en puissance et en 1945 plusieurs nations en seront les victimes.

 

En août 1931, à Rianjo, Notre-Seigneur adressera à Sœur Lucie ces paroles terribles : « Fais savoir à mes ministres, étant donné qu’ils suivent l’exemple du roi de France [6] en retardant l’exécution de ma demande, qu’ils le suivront dans le malheur. Le Saint-Père consacrera la Russie, mais ce sera tard ».

 

Une objection vous vient peut-être à l’esprit, cher lecteur : la Russie n’est-elle pas désormais sauvée du communisme ? Le mur de Berlin n’a-t-il pas été détruit ? La pratique religieuse russe n’est-elle pas sortie de la clandestinité ? Le président Poutine, dit-on, suit une retraite annuelle dans un monastère orthodoxe ! Nous ne sommes plus au temps de Lénine ou de Staline !

 

Certes, mais la Russie est-elle catholique ? L’effondrement du mur de Berlin n’a-t-il pas aussi permis à la décadence occidentale et aux sectes protestantes de pénétrer en Russie ?

 

Une espérance est néanmoins de mise, car est apparu de nos jours en Russie un pouvoir fort, cohérent et respecté, sinon craint des autres nations, ce qui ne pourra que favoriser les merveilleux fruits de la consécration de la Russie au Cœur Immaculé telle que Notre Dame de Fatima l’a demandé ! La Russie se convertira alors officiellement à la religion catholique et deviendra un modèle de nation chrétienne.

 

Lorsque le P. Alonso questionna sœur Lucie sur la parole de Notre-Seigneur le Pape consacrera la Russie mais ce sera tard, la voyante lui indiqua que « la consécration de la Russie et aussi le triomphe final du Cœur Immaculé de Marie qui lui fera suite sont absolument certains et se réaliseront en dépit de tous les obstacles ».

Source : Fatima, le message pour notre temps, éditions de Chiré. | La Porte Latine

 

Notes de bas de page

 

(1) Mémoires, Appendice n° 2.

(2) Frère François de Marie des Anges : Fatima, joie intime, événement mondial – Edition CRC, 2e édition revue et corrigée en décembre 1993. Cité par l’abbé Fabrice Delestre sur le site de La Porte Latine.

(3) Ce qui peut signifier que le Ciel accueillerait favorablement cette consécration même si l’autorité papale était très amoindrie.

(4) Le lecteur consultera avec profit l’ouvrage du Frère François de Marie des Anges, op. cit., qui rapporte avec quelle persévérance l’abbé Caillon a œuvré pour cette consécration, jusqu’à entrer plusieurs fois en contact avec le pape.

(5) Op. cit. p. 250.

(6) Le 17 juin 1689, Louis XIV refusa de consacrer son royaume au Sacré-Cœur de Jésus comme le lui avait demandé sainte Marguerite-Marie de la part de Notre-Seigneur. Comme le fait observer le Frère François de Marie des Anges (op. cit. p. 217), le 17 juin 1789, exactement un siècle après, le tiers état insurgé se proclamait Assemblée constituante, renversant ainsi la Monarchie. Ce fut le début de la Révolution française avec sa doctrine des Droits de l’homme sans Dieu et ses atrocités contre l’Église …

 

Abbé Bertrand Labouche

FSSPX

Partager cet article
Repost0
26 mars 2022 6 26 /03 /mars /2022 09:58

Mise à jour le 24-04-2022.

L'affaire McKinsey : une "affaire d'Etat" démontrant le putsch d'intérêts privés au sein de la république

Au moment où le président Macron mène sa guerre contre la Russie en Ukraine, l'affaire McKinsey tourne à l'"affaire d'Etat" suite à la plainte en justice du Sénat pour ''suspicion de faux témoignage'' visant Karim Tadjeddine, un dirigeant de la filiale française de McKinsey, un cabinet de conseil américain.

 

La commission d’enquête du Sénat a rendu public que depuis 10 ans que l’État recourt aux services du cabinet de conseil McKinsey, celui-ci  n'a n’a jamais payé ses impôts en France contrairement à ses allégations.

 

Face à ces révélations à ce qui semble être un mensonge sous serment, le sénateur Arnaud Bazin, président de la commission d’enquête, a indiqué que le Sénat allait saisir le procureur de la justice pour une "suspicion de faux témoignage". Les preuves semblent accablantes.

 

L’expression "affaire d’Etat" aurait commencé à faire son apparition avec cet article du Nouvel Obs du 25 mars :

Source : https://www.nouvelobs.com/politique/20220325.OBS56202/le-scandale-mckinsey-va-t-il-tourner-a-l-affaire-d-etat.html

Source : https://www.nouvelobs.com/politique/20220325.OBS56202/le-scandale-mckinsey-va-t-il-tourner-a-l-affaire-d-etat.html

Le Sénat a déclaré saisir la justice vendredi 25 mars pour ''suspicion de faux témoignage'' visant un dirigeant de la filiale française de McKinsey, qui le 18 janvier avait déclaré sous serment devant une commission d’enquête sénatoriale que le cabinet de conseils payait bien l’impôt sur les sociétés en France : ''Je le dis très nettement, nous payons l'impôt sur les sociétés en France.'' (1) 

 

Un article de Rtl évoquait mercredi "les entités françaises du cabinet de conseil McKinsey" "accusées par la commission d'enquête du Sénat de ne pas avoir versé d'impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020." (2)

 

https://www.rtl.fr/actu/politique/mckinsey-accuse-d-optimisation-fiscale-emmanuel-macron-se-dit-choque-7900137284

 

 

Tout a commencé quand la commission d'enquête sénatoriale s'est intéressé aux montants des missions versés par le gouvernement aux cabinets de conseil en stratégie, dont McKinsey.

 

Les sénateurs s'alarment alors que le recours à ces acteurs privés ait explosé en 2021 : près de 900 millions d'euros de dépenses, contre moins de 400 millions en 2018. (3)

 

McKinsey a dicté la politique sanitaire du gouvernement pendant le Covid 

 

Le cabinet américain qui a conseillé le gouvernement français dans sa campagne vaccinale, a versé 573 millions de dollars aux États-Unis pour éviter des poursuites dans le cadre du scandale des opioïdes ou opiacés qui a fait des centaines de milliers de morts aux USA. Vendus sur ordonnance ou illégalement, ces antidouleurs hautement addictifs, mais peu contrôlés par les pouvoirs publics, ont tué des centaines de milliers de personnes. L'État fédéral a proposé un accord pour solder les comptes, accepté par le cabinet.

 

Avec plus de deux millions de personnes dépendantes comptabilisées en 2018 et 400.000 décès enregistrés en moins de vingt ans, la crise des opiacés fait des ravages aux États-Unis. Ces médicaments supposés calmer les douleurs étaient réservés aux maladies graves. Mais les surprescriptions des médecins au fil des ans ont rapidement conduit à des dérives addictives. L'un des principaux responsables pointé du doigt ce jeudi : le cabinet de conseil McKinsey, qui a conseillé le gouvernement français dans sa campagne vaccinale.

 

Les autorités du pays lui reprochent d'avoir contribué à la crise dévastatrice des opiacés aux États-Unis en donnant des conseils marchands aux géants pharmaceutiques au détriment de la santé des citoyens. McKinsey a notamment conseillé Purdue Pharma pour l'aider à doper ses ventes. Dans ce dossier judiciaire, le fabricant de l'opiacé OxyContin a plaidé coupable l'an dernier, selon des documents déposés devant un tribunal du Massachussetts.

 

https://www.tf1info.fr/international/le-cabinet-mckinsey-doit-verser-573-millions-de-dollars-aux-etats-unis-pour-avoir-participe-a-la-crise-meurtriere-des-opiaces-2177453.html

 

C'est donc au tour du cabinet de payer la lourde addition de cette crise. McKinsey vient de conclure un accord prévoyant le versement de 573 millions de dollars, soit 476 millions d'euros, aux pouvoirs publics américains pour réparer les dommages causés auprès de la population. Cet arrangement financier a été conclu avec les avocats généraux de 47 États, du District de Columbia et de 5 territoires, selon le New York Times et le Wall Street JournalCet accord économique permettra à McKinsey d'échapper à des poursuites au civil. Le cabinet de conseil n'a toutefois pas souhaité répondre aux sollicitations de l'AFP pour commenter cette information. (4)

 

Un rôle important dans la campagne de vaccination

Le 12 janvier, quelques jours après les révélations du Canard enchaîné et de Politico sur la sous-traitance de la logistique du plan de vaccination à McKinsey, Olivier Véran a été auditionné en commission à l'Assemblée pour justement détailler la stratégie vaccinale française. Et il a évidemment été interrogé sur le cabinet de conseil américain. Réponse laconique du ministre : "Il est tout à fait classique et cohérent de s'appuyer sur l'expertise du secteur privé." Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, avait été plus loquace en conférence de presse une semaine plus tôt, comme le note Politico.

 

L'embauche de consultants externes fournit "un soutien du secteur privé en plus de l'expertise de nos fonctionnaires, a-t-il expliqué. C'est dans ce contexte que nous avons utilisé (McKinsey). Comme vous le savez, la logistique est au cœur de la campagne de vaccination." Gabriel Attal a ajouté que "les cabinets de conseil sont utilisés depuis plusieurs années par plusieurs gouvernements lorsqu'ils élaborent et mettent en œuvre de grands projets nécessitant un soutien et des conseils stratégiques ou logistiques". (5)

 

Ursula von der Leyen, présidente non-élue de la Commission Européenne orchestrant la grande opération vaccinale, a un fils travaillant pour le cabinet McKinsey. (6) La campagne de vaccination elle-même... a été en partie sous-traitée à McKinsey pour la somme de 12 millions d’euros. (7) L’influence grandissante des cabinets de conseil pose de nombreux problèmes. D’abord, quelle est leur légitimé démocratique ? La question se pose d’autant plus que les consultants ont été en première ligne tout le long du quinquennat d’Emmanuel Macron.

 

Selon le rapport de la commission d’enquête, "les cabinets de conseil sont intervenus sur la plupart des grandes réformes du quinquennat, renforçant ainsi leur place dans la décision publique". Certains ministres minimisent leur influence et parle du caractère ponctuel, notamment pendant la crise sanitaire. Pourtant, "le recours du gouvernement aux cabinets de conseil a été massif tout au long du mandat d’Emmanuel Macron, et ce bien avant la pandémie". Ainsi, 1 600 missions auraient été réalisées par différents cabinets de conseil, comme McKinsey, Citwell et Accenture.

 

Eliane Assassi, sénatrice de Seine Saint-Denis, rapporteur du rapport de la Commission Cabinets de conseil, met ainsi en cause leur légitimité : "Des pans entiers des politiques publiques sont délégués à des consultants, qui n’ont toutefois aucune légitimité démocratique. Il s’agit d’une intrusion en profondeur du secteur privé dans la sphère publique." La sénatrice déplore un recours aux cabinets de conseil qui est devenu "un réflexe de la part de celles et ceux qui nous gouvernent, et peu importe l’argent qu’on y met."

Mathieu Aron et Caroline Michel-Aguirre, auteurs du livre-enquête Les infiltrés, n’hésitent pas à parler de "putsch progressif" au sein de l’Etat. 

 

Macron s'est dit alors "choqué" de l’optimisation fiscale pratiquée par le cabinet McKinsey, et le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal a appelé l’administration à recourir au conseil "avec parcimonie".

 

Le président candidat a répété son ambition d’une imposition des multinationales dans les pays où elles sont en activité. 

 

"Cela me choque comme tout un chacun", avait de son côté réagi Emmanuel Macron, mercredi soir sur M6, à propos du fait que McKinsey n’aurait pas payé d’impôt sur les sociétés pendant dix ans, selon les révélations du rapport des sénateurs sur le cabinet. Il disait toutefois n’être pas scandalisé à l’idée "que le gouvernement, que les collectivités aient recours à des cabinets d’experts". "Le critère, pour moi, c’est qu’il ne faut pas que cela vienne remplacer des choses que l’on sait faire nous-mêmes et que ce soit fait de manière transparente et contrôlable", a encore dit le président candidat. "Je veux que toute multinationale paie des impôts là où elle travaille", a plaidé Emmanuel Macron.

 

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, de son côté, a reconnu sur Franceinfo hier, "une augmentation de cabinet d’experts auxquels l’Etat a eu recours pendant la crise sanitaire pour accompagner le déploiement de la campagne de vaccination, notamment".  

 

"Un milliard, c’est encore de la parcimonie ?", lui a demandé le journaliste Marc Fauvelle. "Non. Ce que je suis justement en train de dire, c’est qu’il y a eu une situation exceptionnelle pendant la crise sanitaire à un moment où, l’objectif, c’était d’être le plus rapide possible et donc de mobiliser des forces, des experts, des compétences en dehors de l’Etat pour venir accompagner l’effort", a répondu Gabriel Attal. (8)

 

McKinsey ''a coûté l’an dernier (en 2021) 1 milliard d’euros pour des missions bien floues, continuera à se gaver d’argent public, à ne pas payer d’impôts et à se permettre de mentir devant le Sénat !'' a déclaré Marine Le Pen. (9) 

 

Autre couac, l'un des salariés directeurs de McKinsey qui gère la vaccination en France est Victor Fabius, le fils de Laurent Fabius, président du Conseil Constitutionnel qui a validé le "Pass vaccinal", au mépris de nos droits fondamentaux. (10)

 

Le site Liberté politique rapportait le 11 janvier 2021 que "pour superviser leur stratégie de vaccinations anti-Covid,... les gougnafiers qui ont pris en otage le peuple français, viennent de conclure un juteux marché, ... pour le 'cabinet de conseil privé McKinsey', sollicité pour gérer la gestion de la campagne vaccinale en France, pour la modique somme de… deux millions d’euros par mois, prélevés directement sur nos impôts ! (11)

 

Lundi 16 mars dernier, le Sénat a publié un rapport concernant "l'influence croissante des cabinets de conseil sur les politiques publiques"

 

La Dépêche du Midi a livré cinq exemples marquants d'évasion fiscale exposés par les sénateurs dans leurs investigations (12) :

 

Impôts impayés depuis 10 ans

C'est la grosse accusation engendrée par l'enquête du Sénat : le cabinet de conseil McKinsey n'aurait pas payé d'impôts sur ses filiales françaises depuis 10 ans. D'après le rapport, les versements "s'établissent à zéro euro depuis au moins 10 ans".

 

Au total, selon le Sénat, McKinsey affiche un "chiffre d'affaires sur le territoire national de 329 millions d'euros en 2020, dont environ 5% dans le secteur public, et y emploie environ 600 salariés".

 

...Le directeur associé de McKinsey France, Karim Tadjeddine, a démenti toute accusation de fraude fiscale.

 

La mission avortée de la réforme des retraites

Le 21 novembre 2019, la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse commande au cabinet McKinsey une prestation de conseil. Objectif : apporter un éclairage sur la transformation future de la CNAV en vue d'une réforme des retraites menée par le gouvernement. Cette mission se déroule deux mois avant le dépôt d'une proposition de loi en conseil des ministres. Durant cinq mois, McKinsey travaille à définir le programme de transformation et à établir 31 chantiers, pivots de l'impulsion du programme. Résultat : un guide d'une cinquantaine de pages destinés aux responsables du chantier.

 

Cependant, à aucun moment le logo McKinsey n'apparaît sur les livrables. Il est remplacé par celui de l'assurance retraite. La CNAV se dit alors satisfaite de la prestation. Problème : la mission de McKinsey ne donnera pas de suite manifeste puisque le projet de réforme du système universel est abandonné en novembre 2021 par Emmanuel Macron, notamment à cause de la crise sanitaire du coronavirus. Une mission qui a coûté près d'un million d'euros soit plus de 2 700 euros par jour de consultant, sans résultats concrets. En effet, selon ce tweet de Public Sénat :

En 2019, McKinsey a obtenu une prestation pour la Caisse nationale d’assurance vieillesse, d’appui à la préparation à une potentielle réforme des retraites, pour un montant de 920 000 euros. Quel était le rôle de McKinsey ? » demande Eliane Assassi".

2700 euros par jour de consultant McKinsey pour une réforme des retraites avortée alors qu'un haut fonctionnaire de catégorie A + coûte 362 euros par jour à l'Etat. 

 

Un rapport McKinsey publié en avril 2020 intitulé Artificial Intelligence, Critical Industrial applications (L'Intelligence artificielle, applications industrielles critiques) a coûté la modique somme de un million d'euros pour 34 pages. Soit 30 000 euros la page ! Dont "une page de couverture 30 000 euros; une page avec le numéro de la Commission 30 000 euros; la page blanche 30 000 euros; le sommaire 30 000 euros..." (13)

 

Un flop à 500 000 euros sur le métier d'enseignant

Parmi les dépenses discutées par le Sénat, il y a cette étude menée sur le métier d'enseignant pour la DTIP (la direction interministérielle de la transformation publique). Pour un budget de 496 800 euros, McKinsey livre alors une compilation de travaux scientifiques et de graphiques fondés sur des données publiques de l'OCDE (organisation de coopération et de développement économiques). Un résultat qui satisfait la DTIP qui émet tout de même des réserves quant aux "nombreuses itérations pour arriver à répondre aux attendus du ministère de l'Eductaion nationale".

 

Et encore une fois, aucun résultat ne ressort de cet investissement financier de près d'un demi-million d'euros. En cause, l'annulation du colloque de l'UNESCO prévu en mars 2020 à cause de la crise sanitaire mais aussi et surtout la maigre utilisation du rapport trop incomplet. Selon le ministère de l'Education nationale, "il n'est pas possible de déterminer les conséquences directes" de l'étude produite par McKinsey.

 

Leur rapport sur le métier d'enseignant a été facturé 496000 euros pour une note de 200 pages, ça fait 2480 euros la page... (14)

 

4 millions d'euros et 2 ans de retard pour la réforme des APL

La réforme des APL constitue l'un des plus gros budgets alloués au cabinet McKinsey. Un montant de près de 4 millions d'euros qui n'était en fait pas prévu... En effet, la mission de McKinsey ne devait durer que trois semaines mais la réforme, qui devait initialement s'appliquer à partir du 1er janvier 2019, ne s'appliquera finalement que deux ans plus tard.

 

En cause, de nombreux retards provoqués par des difficultés liées à des carences informatiques du système et des problèmes de sécurisation. À trois reprises, le cabinet McKinsey se voit attribuer des sommes allant de 400 000 à 2 millions d'euros.

 

McKinsey, arbitre administratif ?

C'est un point controversé montré par le rapport du Sénat : l'implication et l'influence des cabinets de conseil sur les prises de décisions. McKinsey n'y échappe pas. En 2019, le gouvernement décide de pénaliser les recours excessifs aux CDD en instaurant un "bonus/malus", c’est-à-dire une modulation du taux des cotisations sociales des entreprises. Les principales structures concernées sont la Mutualité sociale agricole (MSA), Pôle emploi et l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS).

 

Alors que la discussion s'avère difficile, McKinsey est appelé aux côtés de la DTIP pour apporter "un regard neutre et indépendant sur les relations parfois complexes des acteurs en présence". Le cabinet organise des réunions, donne son avis mais ne parvient pas à trouver une solution aux problèmes de communications internes. Le bilan est sans appel pour la DTIP qui déplore une "difficulté à mener de la coconstruction avec l'équipe McKinsey et à avancer main dans la main avec le cabinet". Pas de quoi remettre en cause pour autant la juteuse rémunération du cabinet de conseil américain qui empochera 327 060 euros.

 

Derrière l'affaire McKinsey se trouve l’affaire du financement de la campagne d’Emmanuel Macron, comme le révèle site 24HeuresActu :

"la commission d’enquête du Sénat a en effet révélé que l’exécutif avait versé près de 1 milliards d’euros au cabinet américain McKinsey... Mais le rôle d’Emmanuel Macron restait à élucider. C’est désormais chose faite et le scandale devient politico-judiciaire. En recoupant les emails disponibles dans les Macronleaks et les révélations du journaliste d’information Matthieu Aron (auteur de Les infiltrés, Comment les cabinets de conseil ont pris le contrôle de l’État), il apparait que le principal bénéficiaire, chez McKinsey, de ces juteux contrats n’est autre que Karim Tadjeddine, un ami personnel d’Emmanuel Macron, mais surtout un participant important à sa première campagne et aux levées de fonds d’En Marche.

 

Autrement dit, la personne responsable de contracter les marchés avec l’administration française au sein du cabinet McKinsey et présentant des factures très onéreuses puisqu’il s’avère que les dépenses de consulting ont plus que doublé ces cinq dernières années, pour dépasser le milliard d’euros en 2021, aurait appartenu au staff de campagne d’Emmanuel Macron en 2017... (15)

 

Ironie de l’histoire ou cynisme selon les points de vue, il s’avère que c’est le cabinet McKinsey qui a notamment été missionné par l’Élysée sur la question des APL (Aides personnalisées au logement) pour finalement conduire à une baisse de cinq euros de ces dernières… en ayant été rémunéré à hauteur de 4 millions d’euros d’argent public pour cela. (16)

 

L’hebdomadaire Marianne nous apprend d’ailleurs que Karim Tadjeddine est un proche d’Emmanuel Macron, avec lequel il a sympathisé lors de la Commission Attali, durant laquelle ils siégeaient ensemble. Emmanuel Macron a même préfacé en 2016 un ouvrage de Tadjeddine, l’Etat en mode start-up, au titre prémonitoire.

 

Dans une enquête de François Krug, Le Monde relevait dès 2021 : "Commission Attali, rédaction du programme présidentiel, élaboration de la stratégie vaccinale contre le Covid-19… Comment le puissant cabinet de conseil américain accompagne le chef de l’Etat et intervient dans de nombreux dossiers sensibles, et notait qu’en macronie "c’est étonnant comme les gens n’aiment pas parler de McKinsey. On a vite renoncé à dénombrer les messages sans réponse, les refus catégoriques, les excuses embarrassées, les 'bon courage' compatissants. Ceux qui acceptent de l’évoquer exigent en quasi-totalité l’anonymat. Ce n’est pas pour rien que le cabinet américain est surnommé 'la Firme' dans le secteur... Le député PS des Landes, Boris Vallaud n’avait pas manqué de s’interroger lui aussi : "Pourquoi vous a-t-il fallu recourir à McKinsey?" Son collègue  (La France insoumise) du Nord Adrien Quatennens a ironisé : "Ne dispose-t-on pas, au sein de l’appareil d’Etat, d’un Haut-Commissariat au plan ni de logisticiens compétents ?" (17)

 

Tadjeddine et les macronleaks : une cheville ouvrière de la campagne de 2017

 

En fait, on retrouve Tadjeddine dans les Macronleaks, avec son email professionnel, s’occuper de la création d’un site internet banal, qui n’appelle usuellement pas ce type de profil (un directeur associé chez McKinsey gagne en général un salaire de l’ordre du demi-million d’euros…), et donner des coups de mains à droite et à gauche, faisant bénéficier le candidat de son entregent et de son réseau. Si Karim Tadjeddine s’est depuis excusé d’avoir utilisé son email McKinsey, il n’a jamais nié son implication dans la campagne En Marche.

 

Depuis, il s’est trouvé incapable de répondre aux sénateurs de la commission d’enquête sur le réel contenu des étude vendues à l’État, par exemple d’une note facturée 500 00 euros pour "réformer l’éducation"… Une note dont le contenu particulièrement faible laisse un sentiment étrange.

 

Karim Tadjeddinne avait déclaré en janvier devant la Commission d’enquête du Sénat que McKinsey payait ses impôts en France : "Nous payons l'impôt sur les sociétés en France et l'ensemble des salaires sont dans une société de droit français qui paie ses impôts en France." Ce qui s’est avéré faux et a déclenché un signalement au procureur. Côté Sénat : "Ses versements [de l'impôt sur les sociétés] s'établissent à zéro euro depuis au moins 10 ans, alors que son chiffre d'affaires sur le territoire national atteint 329 millions d'euros en 2020, ... et qu'il (le cabinet) y emploie environ 600 salariés", peut-on lire dans le rapport de la commission d'enquête publié le 17 mars. Pour s'en assurer, les sénateurs étaient allés contrôler sur pièces auprès de l'administration fiscale, à Bercy.

 

Interrogé par Les Echos, le cabinet réitère avoir "respecté l'ensemble des règles fiscales et sociales françaises".

 

En cause : le recours à l'optimisation fiscale, qualifié ici d'"exemple caricatural" par les sénateurs. Ils détaillent : les entités françaises de McKinsey - qui sont des "établissements stables" au sens fiscal - versent des "prix de transfert" à la société mère basée au Delaware, pour compenser des dépenses mutualisées au sein du groupe, à savoir les frais d'administration générale, l'usage de la marque, l'assistance interne au sein du réseau, la mise à disposition de personnels, etc.

 

Pour mémoire, les prix de transfert sont des transactions réalisées entre différentes entités d'un groupe, dont certaines sont potentiellement situées dans des juridictions où la fiscalité est faible. Cette mécanique peut donc permettre de réduire la base imposable dans le pays où les impôts sont élevés, là où se trouve en général l'activité, le personnel, etc.

 

"En l'espèce, les prix de transfert que les entités françaises de McKinsey versent à la société américaine sont d'un montant tel qu'ils participent à rendre le résultat fiscal en France nul ou négatif, depuis au moins 10 ans", fustige le rapport de la commission sénatoriale.

 

Comme le rappellent les sénateurs, s'ils ne sont pas en eux-mêmes illégaux, les prix de transfert doivent respecter le principe de pleine concurrence. Cela signifie que le prix pratiqué entre des entreprises dépendantes (en l'espèce, les entités de McKinsey installées en France et la maison mère basée au Delaware) "doit être le même que celui qui aurait été pratiqué sur le marché entre deux entreprises indépendantes". Des prix de transfert surévalués représentent donc une irrégularité fiscale.

 

L'administration fiscale doit donc effectivement vérifier que les schémas respectent les règles. Elle vérifie que "les entreprises implantées sur leur territoire et qui commercent avec d'autres entreprises liées et implantées à l'étranger sont correctement rémunérées pour les opérations réalisées et déclarent la juste part du résultat devant leur revenir eu égard aux activités déployées", est-il écrit dans le bulletin officiel du fisc.

 

Entité au Delaware

Il avait précisé que "le cabinet emploie ses salariés en contrat de travail de droit français, est immatriculé au registre du commerce et des sociétés (RCS) et respecte l'ensemble des règles fiscales et sociales françaises applicables aux sociétés - c'est d'ailleurs un préalable pour répondre aux appels d'offres publics".

 

Le directeur associé avait ajouté que l'entreprise était organisée en "succursale rapportant à l'entité mère basée au Delaware mais l'ensemble de nos activités, dans les secteurs publics et privés, et l'ensemble des contrats de travail sont portés par cette société de droit français".

 

Le cabinet assure aux Echos "respecter l'ensemble des règles fiscales et sociales françaises applicables". Il fait savoir qu'entre 2011 et 2020, McKinsey France a payé de l'ordre de 422 millions d'euros d'impôts et de charges sociales. Il ne parle pas précisément de l'impôt sur les sociétés. (18)

 

Seulement voilà, le doute plane : dans le cas de McKinsey, "les prix de transfert que les entités françaises de McKinsey versent à la société américaine sont d'un montant tel qu'ils participent à rendre le résultat fiscal en France nul ou négatif, depuis au moins 10 ans", selon le rapport de la commission sénatoriale. Si pas de bénéfice, pas d'impôt sur les sociétés.

 

Outre cet enjeu fiscal lié à la firme américaine, le rapport de la commission d'enquête sénatoriale a surtout pointé la forte hausse des dépenses de conseil des ministères, ce qui était précisément l'objet de sa mission. Les dépenses ont atteint près de 900 millions d'euros en 2021, contre moins de 400 millions en 2018. 

 

Étrangement, Bruno Lemaire est monté au créneau pour défendre le cabinet anglo-saxon, utilisant le futur pour dire que "toutes les procédures sont déjà engagées par la direction générale des Finances publiques, McKinsey paiera". Autrement dit : ce n’est pas le cas, McKinsey n'a pas payé l'impôt sur les sociétés en France.

 

Or, pour pouvoir candidater à un appel d’offre public, l’entreprise doit déposer un certificat, remis par les Impôts, assurant qu’ils sont en règle du point de vue fiscal. Cette étape a-t-elle été négligée ? Un tel satisfecit a-t-il été remis de manière mensongère ? Par qui ? En rétribution de quoi ? ou alors McKinsey a-t-il été dispensé de ce formalisme ? Par qui et pourquoi ? Les zones d’ombres sont nombreuses…

 

Comme l’explique Matthieu Aron dans une interview à Marianne, le problème est évidemment politique, et les liens étroits entre la Macronie et McKinsey questionnent.

 

...Vers une saisie du PNF pour trafic d’influence ?

 

Dans l’affaire Woerth, la Justice s’était saisie d’un possible trafic d’influence actif, pour la seule raison que M. Woerth avait fait remettre une Légion d’honneur à quelqu’un lui ayant rendu un service. Nous savons des Macronleaks que M. Tadjeddine a rendu un grand service pour aider et financer la première campagne d’Emmanuel Macron. Le milliard d’euro d’honoraires pour des études particulièrement "maigres" perçu par Tajeddine et McKinsey était-il un remerciement pour service rendu ? M. Tadjeddine a-t-il perçu des bonus à titre personnel sur ces contrats ? Faisait-il partie des grands donateurs d’Emmanuel Macron en 2017 ? (19) 

 

Enfin, il n’y a pas que dans le domaine de la santé que l’exécutif a eu recours aux services de McKinsey. Ahurissant paradoxe, le même cabinet n’ayant pas payé d’impôts en France depuis une décennie est également intervenu auprès du ministère de l'Économie de Bruno Lemaire en 2021 afin d’aider Bercy à identifier les coupes budgétaires de l’État... Des conseils pour réduire les dépenses qui auront tout de même coûté plus de 18 millions d’euros aux contribuables… 

 

Conclusion

 

Les Français payent deux fois le même travail au public et au privé. Cette double facture, véritable double peine, pose la question de la légitimité de services publics détournés de leur finalité qui est le service de la chose publique.

 

Défaillant, incompétent et/ou corrompu, ou les trois à la fois, le gouvernement ne remplit plus son rôle, mais continue d'être rétribué pour un travail qu'il ne fait plus et sous-traite sans contrôle, de manière opaque, à des intérêts privés.

 

Un énième putsch dans l'histoire de la res publica depuis qu'elle est "république".

 

Add. 17h30

Source: Steiner Twitter https://twitter.com/Steiner61421320/status/1507653433544908806?s=20&t=o06McO0ycQz9SMP2A9dTiA

Source: Steiner Twitter https://twitter.com/Steiner61421320/status/1507653433544908806?s=20&t=o06McO0ycQz9SMP2A9dTiA

Source : https://twitter.com/dobsky33/status/1506358270180659204/photo/1

Source : https://twitter.com/dobsky33/status/1506358270180659204/photo/1

_________________

Mise à jour du 30-03-2022.

 

Le Canard Enchaîné révèle que la stratégie vaccinale Française pilotée par Olivier Véran, et par l'état, obéit aux ordres et aux désirs de Maël de Calan (liens financiers avec Pfizer), consultant du cabinet Américain McKinsey. (20)

_________________

Sources

 

(1) https://www.nouvelobs.com/politique/20220325.OBS56202/le-scandale-mckinsey-va-t-il-tourner-a-l-affaire-d-etat.html

(2)  https://www.rtl.fr/actu/politique/mckinsey-accuse-d-optimisation-fiscale-emmanuel-macron-se-dit-choque-7900137284 

(3) https://start.lesechos.fr/societe/economie/affaire-mckinsey-tout-comprendre-sur-la-tempete-fiscale-qui-sabat-sur-le-cabinet-1395150

(4) https://www.tf1info.fr/international/le-cabinet-mckinsey-doit-verser-573-millions-de-dollars-aux-etats-unis-pour-avoir-participe-a-la-crise-meurtriere-des-opiaces-2177453.html

(5) https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-on-vous-resume-la-polemique-autour-de-mckinsey-le-cabinet-qui-conseille-le-gouvernement-sur-la-strategie-vaccinale_4291131.html

(6) https://www.breizh-info.com/2021/12/14/176100/covid-19-une-nouvelle-religion-vaccinale-est-nee-en-occident/

(7) https://linsoumission.fr/2022/03/21/mckinsey-macron-fraude-fisc/

(8) Le Monde, 25 mars 2022 https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/03/25/emmanuel-macron-se-dit-choque-de-l-optimisation-fiscale-pratiquee-par-le-cabinet-mckinsey-gabriel-attal-appelle-l-administration-a-recourir-au-conseil-avec-parcimonie_6119138_823448.html

(9) RN Aude Twitter

(10) Le VRAI scandale des cabinets de conseil, Rodolphe Bacquet, La Lettre Alternatif Bien-être, 26-03-2022

(11) C’est un fils Fabius qui gère la vaccination en France : tous aux abris ! Liberté politique.com, 11 janvier 2021 https://libertepolitique.com/Actualite/Coup-de-projecteur/C-est-un-fils-Fabius-qui-gere-la-vaccination-en-France-tous-aux-abris

(12) Affaire McKinsey : impôts impayés, missions avortées, budgets envolés... 5 exemples marquants révélés par le Sénat, 19 mars 2022 https://www.ladepeche.fr/2022/03/18/affaire-mckinsey-impots-impayes-missions-avortees-budgets-envoles-5-exemples-marquants-reveles-par-le-senat-10178601.php

(13) Virginie Joron Député français au Parlement européen - Twitter

(14) https://www.franceinter.fr/emissions/tanguy-pastureau-maltraite-l-info/tanguy-pastureau-maltraite-l-info-du-mardi-22-mars-2022

(15) https://www.breizh-info.com/2021/12/14/176100/covid-19-une-nouvelle-religion-vaccinale-est-nee-en-occident/

(16) https://www.breizh-info.com/2022/03/23/182141/scandale-mckinsey-macron-presidentielle/

(17) Le Monde, McKinsey, un cabinet dans les pas d’Emmanuel Macron, 5 février 2021, https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/02/05/de-la-creation-d-en-marche-a-la-campagne-de-vaccination-mckinsey-un-cabinet-dans-les-pas-de-macron_6068833_4500055.html

(18) https://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/impots-le-cabinet-de-conseil-mckinsey-au-coeur-dune-nouvelle-polemique-1394337 

(19) https://24heuresactu.com/2022/03/22/derriere-laffaire-mckinsey-laffaire-du-financement-de-la-campagne-demmanuel-macron/

(20) https://planetes360.fr/enorme-le-canard-enchaine-revele-que-la-strategie-vaccinale-francaise-pilotee-par-olivier-veran-et-par-letat-obeit-aux-ordres-et-aux-desirs-de-mael-de-calan-liens-financiers-avec-pfizer-consu/

Partager cet article
Repost0
26 mars 2022 6 26 /03 /mars /2022 00:00
Sainte Larissa († 375)

Sainte Larissa, martyre grecque du IVe siècle, brûlée vive vers 375 dans son église avec 26 autres chrétiens, en plein culte, par un roi goth, Athanaric, encore païen, au temps de l'empereurs Valentinien. Ils avaient eu le tort de refuser d'adorer une idole placée sur un char.

Jungerich (Winguric) apporta une idole et enjoignit au groupe de chrétiens de venir l'adorer. Certains acceptèrent et furent épargnés, mais Larissa et d'autres refusèrent. Ils périrent brulés vifs. Plus tard, la veuve d'un autre goth, Gaatha, rassembla les reliques des martyrs et les emporta en Syrie avant d'être martyrisée à son tour.

On connaît 21 des martyrs par leur nom :  Larissa, Anna, Alla, Monco, Mamica, Uirko, Gaatha, Duklida, pour les femmes, et pour les hommes : Bathuse, Hiscoes, Souerilas.

Larissa ne figure plus au martyrologe romain mais reste vénérée par les chrétiens grecs et russes. (1) (2) (3)

Nous n’avons nul besoin de voyager pour trouver le Royaume de Dieu, ni de traverser les mers pour rencontrer le Seigneur. L’un et l’autre sont en nous.

Saint Antoine, ermite.

Sources: (1) ; (2) ; (3

Partager cet article
Repost0
25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 00:00
L'Annonciation, par Federico Barocci (XVIe s.)

L'Annonciation, par Federico Barocci (XVIe s.)

La fête de l'Annonciation se situe dans le calendrirer exactement neuf mois avant Noël. Elle rappelle la visite de l'ange Gabriel à Marie et célèbre la conception de Jésus des oeuvres du Saint-Esprit.

Le mode de représentation le plus répandu en Occident montre la Vierge en prière devant un lutrin et accueillant l'annonce de l'ange, qui parle soit à genoux, soit debout, soit en vol; celui-ci porte souvent comme attribut un lis en fleur. La colombe, symbole du Saint-Esprit, descend du ciel.

 

L'archange Gabriel annonce à Marie son nouveau statut de mère du Fils de Dieu, le moment où le divin s'incarne en homme, et lui explique qu'elle portera un enfant en son sein tout en restant vierge. C'est l'origine de la croyance en une conception virginale qu'il ne faut pas confondre avec le dogme de l'Immaculée conception qui est propre au catholicisme.

 

Autrement dit, comme l'ont expliqué les théologiens, une femme juive vivant sous la loi de Moïse accepte d'introduire dans le monde celui qui mourra pour les péchés des hommes, c’est-à-dire que la loi, tout en restant valide, cesse d'être le principe théologique essentiel, et laisse la place au salut.

 

Le message céleste est confié à l'Archange Gabriel. Où trouvera-t-il celle qui, d'après les plans divins, doit donner naissance au Sauveur du monde ? Sera-ce dans un grand empire ? Non, mais dans la petite province de Galilée, perdue au milieu de l'immense empire romain. Ne convient-il du moins de prendre sur un trône celle qui doit devenir la Mère de son Dieu ? Non : il y a dans la petite ville de Nazareth une humble et pauvre maison où habite une jeune vierge inconnue ; son nom est Marie ; elle est promise en mariage à un ouvrier, Joseph, homme juste.

En ce moment, elle prie à genoux, et soupire peut-être après la venue du Messie promis. L'Ange soudain paraît devant elle :

 

« Je te salue, pleine de grâce, dit-il, le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre toutes les femmes ! » (Lc 1,28-30)

 

Marie se trouble, à ces étonnantes paroles.

L'ange ranime aussitôt la confiance de la Vierge :

 

« Ne crains rien, Marie, ajoute-t-il, tu as trouvé grâce devant Dieu ; tu concevras et tu enfanteras un Fils, à qui tu donneras le nom de Jésus ; Il sera grand, et on l'appellera le Fils du Très-Haut, et son règne n'aura pas de fin. » (Lc 1,30-33)

 

Quelle promesse, quel honneur et quel bonheur ! Mais comment s'opérera cette merveille en celle qui a voué à Dieu sa virginité ? La réponse est facile à l'envoyé du Ciel :

 

« L'Esprit-Saint descendra en toi, et la vertu du Très-Haut te couvrira de Son ombre. » Marie n'a plus qu'à prononcer le Fiat qui va faire tressaillir la terre d'espérance : « Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole. » (Lc 1,35-38)

 

À cet instant béni, le mystère s'accomplit. Le Verbe se fait chair, et Marie pourra entonner bientôt le cantique de la reconnaissance :

 

« Mon âme glorifie le Seigneur, et mon cœur exulte en Dieu mon Sauveur ! À cause des grandes choses que Dieu a opérées en moi, toutes les nations m'appelleront bienheureuse ! » (Lc 1,46-48)

 

L'Annonciation est célébrée le 25 mars, soit exactement neuf mois avant Noël, qui commémore la naissance du Christ.

 

La date est fixe, chaque année elle a lieu le 25 mars, sauf lorsque la fête coïncide avec les jours importants de Pâques, auquel cas la fête est décalée au lundi suivant la semaine consécutive à Pâques, celle-ci faisant partie intégrante de Pâques. (3)

 

Annonciation, Fra Angelico, 1433-1434, Musée diocésain (4)

 

Source: http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_commissions/archeo/francese/documents/rc_com_archeo_doc_20011010_cataccrist_fr.html

Source: http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_commissions/archeo/francese/documents/rc_com_archeo_doc_20011010_cataccrist_fr.html

C'est dans les catacombes romaines qu'est conservée l'image la plus ancienne de la Vierge, représentée en peinture dans le cimetière de Priscille, sur la Via Salaria. La fresque, datable à la première moitié du IIIème siècle, représente la Vierge avec l'Enfant Jésus sur ses genoux, face à un prophète (Balaam, ou bien Isaïe) qui indique une étoile – allusion à la prophétie messianique. On trouve représentés dans les catacombes d'autres épisodes avec la Vierge, comme l'adoration des Rois Mages et les scènes de crèche. (5)

 

Une peinture de la catacombe de Priscille à Rome (IIIe siècle) représenterait l'Annonciation (Cubiculum dit de l'Annonciation). (6) 

L'Annonciation et deux Saints, Simone Martini (1284-1344)

L'Annonciation et deux Saints, Simone Martini (1284-1344)

Le mode de représentation le plus répandu en Occident montre la Vierge en prière devant un lutrin et accueillant l'annonce de l'ange, qui parle soit à genoux, soit debout, soit en vol; celui-ci porte souvent comme attribut un lis en fleur. La colombe, symbole du Saint-Esprit descend du ciel. (7)

Annonciation, Antonello da Messina, v. 1430-1476

Annonciation, Antonello da Messina, v. 1430-1476

Annonciation de Pedro Berruguet, v. 1490

Annonciation de Pedro Berruguet, v. 1490

Annonciation, G. Vasari (1511-1574)

Annonciation, G. Vasari (1511-1574)

Annonciation - Le Greco, 1576

Annonciation - Le Greco, 1576

Annonciation, Philippe de Champaigne, 1645

Annonciation, Philippe de Champaigne, 1645

L'Annonciation de Francisco de Zurbarán - Philadelphia Museum of Art

L'Annonciation de Francisco de Zurbarán - Philadelphia Museum of Art

Annonciation
Annonciation, Philippe de Champaigne, 1644

Annonciation, Philippe de Champaigne, 1644

Annonciation, G. Morozov

Annonciation, G. Morozov

Sources : (1) ; (2) ; (3) ; (4) Rosa Giorgi, Le Petit Livre des Saints, Larousse, Tolède 2006, p. 184-185 ; (5) Vatican.va(6) Les peintures de la catacombe de Priscille ; deux scènes relatives à la vie intellectuelle, P.-A. Février, Mélanges de l'école française de Rome Année 1959 / 71 / pp. 301-319 (7) Rosa Giorgi, Le Petit Livre des Saints, Larousse, Tolède 2006, p. 184-185 ; (8) Icononographie: Dominique Le Tourneau, Les Mots du christianisme, Catholicisme, Orthodoxie, Protestantisme, Bibliothèque de Culture religieuse, Fayard, La Flèche 2005, p. 50.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2022 4 24 /03 /mars /2022 08:04

Partager cet article
Repost0
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 20:53

François a annoncé consacrer publiquement la Russie au Cœur immaculé de Marie lors d'une célébration pénitentielle publique, vendredi 25 mars, avec tous les évêques du monde en communion avec le Saint Père à 17h, dans un acte de réparation, selon le vœu de la Vierge Marie à Fatima en 1917.

 

Dans la video ci-dessus l'abbé Frédéric Martin précise que "l'actuel conflit à l'Est de l'Europe  va certainement, aux yeux du grand public, être la raison principale de cette consécration de la Russie au Cœur immaculé de Marie; mais attention, le conteste de l'apparition du 13 juillet 1917 est bien celui d'une vision de l'enfer, donc des péchés qui conduisent dans cette voie de perdition. Et il vous aura peut-être échapper que quelques jours avant le conflit à l'Est de l'Europe, en France, le délai d'avortement a été prolongé de deux semaines, passant de douze à quatorze semaines. 

 

Le site Aleteia donne le texte de l’acte de consécration que tous les prêtres et évêques du monde sont appelés à réciter en union avec lui.

 

Ô Marie, Mère de Dieu et notre Mère, en cette heure de tribulation nous avons recours à toi. Tu es Mère, tu nous aimes et tu nous connais : rien de tout ce à quoi nous tenons ne t’est caché. Mère de miséricorde, nous avons tant de fois fait l’expérience de ta tendresse providentielle, de ta présence qui ramène la paix, car tu nous guides toujours vers Jésus, Prince de la paix.

 

Mais nous avons perdu le chemin de la paix. Nous avons oublié la leçon des tragédies du siècle passé, le sacrifice de millions de morts des guerres mondiales. Nous avons enfreint les engagements pris en tant que Communauté des Nations et nous sommes en train de trahir les rêves de paix des peuples, et les espérances des jeunes. Nous sommes tombés malades d’avidité, nous nous sommes enfermés dans des intérêts nationalistes, nous nous sommes laissés dessécher par l’indifférence et paralyser par l’égoïsme. Nous avons préféré ignorer Dieu, vivre avec nos faussetés, nourrir l’agressivité, supprimer des vies et accumuler des armes, en oubliant que nous sommes les gardiens de notre prochain et de la maison commune. Nous avons mutilé par la guerre le jardin de la Terre, nous avons blessé par le péché le cœur de notre Père qui nous veut frères et sœurs. Nous sommes devenus indifférents à tous et à tout, sauf à nous-mêmes. Et avec honte nous disons : pardonne-nous, Seigneur !

 

Dans la misère du péché, dans nos fatigues et nos fragilités, dans le mystère d’iniquité du mal et de la guerre, toi, Mère sainte, tu nous rappelles que Dieu ne nous abandonne pas et qu’il continue à nous regarder avec amour, désireux de nous pardonner et de nous relever. C’est Lui qui t’a donnée à nous et qui a fait de ton Cœur immaculé un refuge pour l’Église et pour l’humanité. Par bonté divine, tu es avec nous, et tu nous conduis avec tendresse, même dans les tournants les plus resserrés de l’histoire.

 

Nous recourons donc à toi, nous frappons à la porte de ton Cœur, nous, tes chers enfants qu’en tout temps tu ne te lasses pas de visiter et d’inviter à la conversion. En cette heure sombre, viens nous secourir et nous consoler. Répète à chacun d’entre nous : “Ne suis-je pas ici, moi qui suis ta Mère?” Tu sais comment défaire les nœuds de notre cœur et de notre temps. Nous mettons notre confiance en toi. Nous sommes certains que tu ne méprises pas nos supplications et que tu viens à notre aide, en particulier au moment de l’épreuve.

 

C’est ce que tu as fait à Cana de Galilée, quand tu as hâté l’heure de l’intervention de Jésus et as introduit son premier signe dans le monde. Quand la fête était devenue triste, tu lui as dit : « Ils n’ont pas de vin » (Jn 2, 3). Répète-le encore à Dieu, ô Mère, car aujourd’hui nous avons épuisé le vin de l’espérance, la joie s’est dissipée, la fraternité s’est édulcorée. Nous avons perdu l’humanité, nous avons gâché la paix. Nous sommes devenus capables de toute violence et de toute destruction. Nous avons un besoin urgent de ton intervention maternelle.

 

Reçois donc, ô Mère, notre supplique.

 

Toi, étoile de la mer, ne nous laisse pas sombrer dans la tempête de la guerre.

 

Toi, arche de la nouvelle alliance, inspire des projets et des voies de réconciliation.

 

Toi, “terre du Ciel”, ramène la concorde de Dieu dans le monde.

 

Éteins la haine, apaise la vengeance, enseigne-nous le pardon.

 

Libère-nous de la guerre, préserve le monde de la menace nucléaire.

 

Reine du Rosaire, réveille en nous le besoin de prier et d’aimer.

 

Reine de la famille humaine, montre aux peuples la voie de la fraternité.

 

Reine de la paix, obtiens la paix pour le monde.

 

Que tes pleurs, ô Mère, émeuvent nos cœurs endurcis. Que les larmes que tu as versées pour nous fassent refleurir cette vallée que notre haine a asséchée. Et, alors que ne se tait le bruit des armes, que ta prière nous dispose à la paix. Que tes mains maternelles caressent ceux qui souffrent et qui fuient sous le poids des bombes. Que ton étreinte maternelle console ceux qui sont contraints de quitter leurs maisons et leur pays. Que ton Coeur affligé nous entraîne à la compassion et nous pousse à ouvrir les portes et à prendre soin de l’humanité blessée et rejetée.

 

Sainte Mère de Dieu, lorsque tu étais sous la croix, Jésus, en voyant le disciple à tes côtés, t’a dit : « Voici ton fils » (Jn 19, 26). Il t’a ainsi confié chacun d’entre nous. Puis au disciple, à chacun de nous, il a dit : « Voici ta mère » (v. 27). Mère, nous désirons t’accueillir maintenant dans notre vie et dans notre histoire. En cette heure, l’humanité, épuisée et bouleversée, est sous la croix avec toi. Et elle a besoin de se confier à toi, de se consacrer au Christ à travers toi. Le peuple ukrainien et le peuple russe, qui te vénèrent avec amour, recourent à toi, tandis que ton Cœur bat pour eux et pour tous les peuples fauchés par la guerre, la faim, l’injustice et la misère.

 

Mère de Dieu et notre Mère, nous confions et consacrons solennellement à ton Cœur immaculé nous-mêmes, l’Église et l’humanité tout entière, en particulier la Russie et l’Ukraine. Accueille cet acte que nous accomplissons avec confiance et amour, fais que cesse la guerre, assure au monde la paix. Le “oui” qui a jailli de ton Cœur a ouvert les portes de l’histoire au Prince de la paix ; nous espérons que la paix viendra encore par ton Cœur. Nous te consacrons l’avenir de toute la famille humaine, les nécessités et les attentes des peuples, les angoisses et les espérances du monde.

 

Qu’à travers toi, la Miséricorde divine se déverse sur la terre et que la douce palpitation de la paix recommence à rythmer nos journées. Femme du “oui”, sur qui l’Esprit Saint est descendu, ramène parmi nous l’harmonie de Dieu. Désaltère l’aridité de nos cœurs, toi qui es “source vive d’espérance”. Tu as tissé l’humanité de Jésus, fais de nous des artisans de communion. Tu as marché sur nos routes, guide-nous sur les chemins de la paix. Amen.

 

Source : https://fr.aleteia.org/2022/03/23/document-le-texte-de-consecration-de-lukraine-et-de-la-russie-au-coeur-immacule-de-marie/

Des commentateurs n'ont pas manqué de noter que François a annoncé consacrer la Russie et l'Ukraine. Or dans le vœu de la Vierge Marie à Fatima en 1917, il n'est pas question de l'"Ukraine", mais uniquement de la Russie.

 

En fait, en 1917, l'Ukraine faisait encore partie de la Russie.

 

Ce sont les socialistes d'Ukraine qui en avril 1917 ont déclaré l'autonomie territoriale nationale de l’Ukraine dans le cadre d’une république russe fédérative et qui ont proclamé l'indépendance de la république populaire ukrainienne, le 9 janvier 1918, avant que les Bolchéviques ne formassent en 1922 la "république soviétique socialiste ukrainienne"

Consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie 25-03-2022

Le fait que le pape François consacre la Russie et l'Ukraine ne fait donc que confirmer que ce territoire ou sa plus grande partie (Est), était un territoire russe en 1917.

Carte tirée de Christian GRATALOUP, Introduction de Patrick BOUCHERON, Atlas Historique mondial, Les Arènes - L'Histoire, Paris 2019, p. 471

Carte tirée de Christian GRATALOUP, Introduction de Patrick BOUCHERON, Atlas Historique mondial, Les Arènes - L'Histoire, Paris 2019, p. 471

Partager cet article
Repost0
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 00:00

Saints Victorien et Frumence, martyrs à Carthage (Tunisie) en 484, sous le roi arien des Vandales d'Afrique, Hunéric.

 

Image

 Saint Victorien de Carthage. Vitrail de l'église Saint-Joseph. Jatibonico y Arroyo Blanco. Île de Cuba. XIXe.

 

 

Victorien, natif d'Adrumète, en Afrique, était proconsul de Carthage (Tunisie). 

On célèbre ce jour le martyre de plusieurs chrétiens victimes de Hunéric, roi arien des Vandales d'Afrique du nord, et leur admirable constance.

Hunéric employa tous ses efforts pour détourner Victorien de la religion et lui fit les plus magnifiques promesses. Victorien, proconsul de Carthage, refusa de se plier à l'hérésie arienne du roi vandale et mourut dans d'atroces supplices.

Hunéric demanda à Victorien d'emprisonner les chrétiens qui n'embrassaient pas l'arianisme, à commencer par Victorien lui-même. Il refusa. La réponse de Hunéric fut de le mettre à mort, ainsi que 4 riches commerçants : deux frères de la ville d’Aquarège et deux autres marchands nommés tous deux Frumence (1), ainsi que douze enfants fouettés et battus à mort. (2) Ils souffrirent les plus cruelles tortures pour avoir confessé avec constance la foi catholique et reçurent la couronne de la gloire.

 

On commença par suspendre les deux frères avec de gros poids attachés à leurs pieds. Au bout d'un jour passé dans cette douloureuse situation, l'un d'eux, succombant à la douleur, demanda quelque répit. Son frère, craignant qu'il n'eût la faiblesse de renoncer à sa foi, lui cria du haut de sa potence:


"Gardez-vous bien de faiblir, mon frère; est-ce là ce que nous avons promis ensemble à Jésus-Christ? Si vous trahissez votre foi et votre serment, je serai moi-même votre accusateur au tribunal de Dieu."


Le pauvre martyr chancelant reprit alors courage et s'écria d'une voix forte: "Ajoutez les supplices aux supplices, je suis prêt à souffrir tout ce que souffrira mon frère."

Les bourreaux emploient alors contre ces deux héroïques martyrs les lames de fer rougies au feu, les ongles de fer et d'autres tortures non moins affreuses. Chose étonnante, on ne voyait sur eux aucune meurtrissure ni aucune trace des tourments qu'on leur faisait endurer.

À la fin, voyant que le courage des martyrs et les merveilles que Dieu opérait en leur faveur semblaient fortifier dans la foi ou convertir ceux qui en étaient les témoins, les bourreaux se hâtèrent d'achever leurs victimes, et les deux frères allèrent recevoir, avec Victorien, la palme due aux généreux soldats du Christ.

 

"Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux." Mt. 10, 32

 

Saint Victorien est devenu le Patron des commerçants. 

 

Dicton du jour: "S'il pleut à la Saint Victorien, tu peux sûrement compter sur du bon foin."

 

Commémoraison des saints martyrs Victorien, proconsul de Carthage, et deux frères de la ville d’Aquarège; de plus, deux autres marchands nommés Frumence. Ces saints, à l’époque de la persécution des Vandales, sous le roi arien Hunnéric, en 484, souffrirent les plus cruelles tortures pour avoir confessé avec constance la foi catholique et reçurent la couronne de gloire.  Martyrologe romain

Saints Victorien et Frumence, martyrs († 484)

Sa réputation de piété chrétienne était considérable. Hunéric, roi des Vandales (envahisseurs de l'Afrique du Nord) voulut le réduire, moyennant de superbes récompenses, à embrasser, semble-t-il, l'hérésie arienne en abjurant la religion catholique que ce Carthaginois avait professée jusqu'alors. Selon les historiens bénédictins, la réponse de Victorien fut négative quoique nuancée : « J'ai confiance dans le Christ, dit-il. Qu'on emploie les flammes, qu'on excite les bêtes contre moi, qu'on use contre mon corps des supplices les plus variés, jamais je ne consentirai à renier l'église chrétienne en laquelle je fus baptisé. » Et voici le passage important : « N'y aurait-il que la vie présente, et plus précisément encore si je n'espérais pas une vie éternelle, si je ne croyais pas dans l'existence de celle-ci [mais bien entendu, ici Victorien prend ses précautions, cette vie éternelle existe], même en ce cas, je ne consentirais pas à une gloire purement terrestre pour obtenir les bienfaits que me fait miroiter Hunéric en récompense de ma trahison ; je ne consentirais pas à me montrer ingrat envers le Christ qui m'a confié le précieux dépôt de la foi. » Victorien fut massacré en 484 sur ordre d'Hunéric par cruelles tortures...

 

Un commentateur du XIXe siècle remarque à juste titre que Victorien émettait ainsi l'hypothèse, à laquelle il ne se ralliait pas nécessairement, de l'inexistence du paradis et de l'enfer, en tant que récompense ou punition éternelle après la mort.


 

Méditons à notre tour sur cette brève incursion philosophique d'un « Tunisien » aujourd'hui méconnu. Elle revient à poser, quand on la développe, qu'il y a possiblement deux sortes de chrétiens : ceux qui adhèrent sans trop de complexes, à tous les dogmes essentiels de l'Église catholique, y compris aux thèses concernant la vie éternelle post mortem ; et ceux qui, éventuellement, sont parfois tentés par le scepticisme vis-à-vis de l'existence d'une survie bienheureuse ou malheureuse après la mort ; du coup, ils se rabattent sur ce qui leur paraît essentiel dans l'enseignement du Christ : les Évangiles, le sermon des Béatitudes, l'éminente dignité des pauvres, le mépris pour les biens de ce monde (même si l'autre monde en fait n'a pas lieu d'être), enfin la charité et l'amour du prochain. Ces chrétiens, en somme « périphériques », préfèrent les plus simples prières, où effectivement il n'est pas question de vie éternelle, le Pater noster, l'Ave Maria, par exemple, tout en s'intéressant à un moindre degré aux étonnantes constructions dogmatiques et symboliques du Credo, splendide architecture, mais parfois difficile à admettre en sa totalité. Disons à ce propos que le temps n'est plus des exclusions. Il y aurait donc, si l'on développe jusqu'à ses conséquences ultimes la pensée « victorienne », un centre et une périphérie dans l'Église. Avec tolérance réciproque, et nécessaire, de part et d'autre ; le centre pour les chrétiens dogmatiquement convaincus ; la périphérie pour ceux qui ne disposent pas de toutes les certitudes, mais demeurent fidèles à la prédication évangélique, celle qui parle au cœur et à la sensibilité de Tel ou Tel qu'on peut quand même appeler un bon catholique. N'est-ce pas en effet une description assez exacte de la situation dans l'Église actuelle ? Un noyau dur, une étoile ardente ; et des enveloppes planétaires ou coronaires, dont les adhérents sont séduits simplement par la fidélité aux pédagogies évangéliques les plus accessibles. Quoi qu'il en soit de telles options, qui ne sont pas crucifiantes, n'oublions pas d'allumer un cierge, le 23 mars prochain, en l'honneur de la fête annuelle du malheureux Victorien. Il méritait sans doute le Paradis, à défaut d'y croire en toute assurance.


 

LE ROY LADURIE, EMMANUEL - Le Monde des Religions n°21, Publié le 1 janvier 2007 (3)

Saints Victorien et Frumence, martyrs († 484)

Sources: (1) ; (2) Calendrier perpétuel, Les saints en 365 jours, Chêne ; (3).

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
22 mars 2022 2 22 /03 /mars /2022 00:00
Sainte Léa, veuve romaine († v. 383)

Léa faisait partie de ces nobles dames admiratrices de S. JérômeÀ la mort de son mari, elle distribua ses biens aux pauvres et se retira dans un monastère romain. 


Devenue, par la suite, mère supérieure de son couvent, elle passait ses nuits en oraisons et tous l'admiraient pour sa foi et son humilité.

Léa instruisait ses moniales davantage par l'exemple que par les discours.
 

Saint Jérôme lui consacra une lettre dithyrambique. (Lettre de saint Jérôme à Marcella - vie de sainte Léa, veuve)

Sources : 1; 2; 3

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 13:16

"Le moteur profond de nos institutions, c'est la corruption. Et c'est ce que les gens ne veulent pas comprendre. Et cela ne date pas ni de Macron ni de la création des institutions européennes, c'est le moteur fondamental de nos institutions depuis qu'elles sont fondées (en 1792) sur le parlementarisme (dit) 'représentatif', une banque centrale (1800) et une fausse séparation des pouvoirs.

 

"Parce que cette séparation des pouvoirs est faussée par deux choses. D'une part, le fait que tout le système repose sur la domination de partis politiques qui gagnant aux élections législatives envoient leurs représentants au pouvoir exécutif; donc il n'y a pas de séparation entre l'Exécutif et le législatif; d'autre part, quant au pouvoir judiciaire, qu'il vaudrait mieux appeler pouvoir juridictionnel, c'est pareil, il est représenté au sein du pouvoir exécutif. Donc la séparation des pouvoirs est une imposture. Et elle est d'autant plus une imposture qu'elle omet le principe monétaire; Or le principe monétaire est le moyen d'affirmer une réalité politique. Si ce principe monétaire est dans des mains qui ne sont pas des mains politiques mais des mains d'intérêts privés, on ne peut pas parler de 'séparation des pouvoirs'. Donc en fait, tout notre régime politique est une imposture ! Et, la cerise sur le gâteau est que l'on appelé cela 'république' ! Donc en fait on a des mauvais termes sur une réalité opposée. On a appelé 'république' un régime dont la force publique est la corruption au service d'intérêts privés. Donc la chose publique n'a rien à voir dans nos institutions. Rine, strictement rien.

 

"Donc, d'impostures en impostures on arrive dans une réalité, virtuelle, si vous voulez, que l'on ne peut plus dénoncer parce que l'on n'a plus les armes de discernement qui nous permettraient de dénoncer où est l'imposture.

 

"C'est une imposture tellement générale qu'elle fait que tout notre système est fondé sur la corruption. Et cette corruption est systémique, elle n'est pas accidentelle.

 

"La réalité politique dans laquelle croient vivre les gens n'existe pas. Et la réalité des rapports de force est à l'opposé de ce que les gens croyaient connaître.

 

"Le covid a amplifié (la corruption); il a été un décupleur, un accélérateur de particules si je puis dire de corruption !"

"La France a été du point de vue du contrôle monétaire, un des premiers pays soumis. Parce qu'il y a d'abord eu la création de la Banque d'Angleterre, et ensuite en 1800 la création de la banque centrale française. Toutes les banques centrales ont été créées à l'initiative des banquiers. La Banque centrale de France était sous le contrôle de Napoléon. Et lui, il pensait très malin d'utiliser les armes de l'adversaire (l'Angleterre), en pensant qu'il pourrait avoir le dernier mot sur eux; sauf que aujourd'hui Napoléon est enterré depuis longtemps et la Banque centrale française, elle, est toujours là. Donc en réalité, cela a été un des liens de notre asservissement et un lien très efficace. Parce que cette Banque centrale - peu importe son statut juridique (banque privée ou banque publique) - est toujours restée gérée par les puissances économiques dominantes, qui sont les véritables gouvernement français.

 

"C'est un élément important, tout à fait indiscutable et indispensable à comprendre. Parce qu'à partir du moment où vous concentrez l'émission et la circulation monétaire dans des mains privées, ma monnaie ne peut plus remplir son rôle d'agent public, de service public, de service qui bénéficie au groupe. C'est un service qui devient accaparé par une caste particulière. Et ceux qui détiennent l'argent vont décider de son affectation. C'est comme cela que ces gens-là ont décidé que certains agents économiques bénéficieraient de leurs largesses et que d'autres n'en bénéficieraient pas. C'est comme cela que les multinationales, les gros conglomérats économiques ont été créés, bien évidemment sous l'anonymat qui permet de décorréler le pouvoir de la responsabilité. Et donc dès lors que vous ne pouvez plus attraire personne en responsabilité, les choses deviennent plus faciles pour les accapareurs.

 

"Grosso modo, depuis 1815, la France n'est plus au service d'un pouvoir politique, elle est au service d'un pouvoir économique et financier. Et aujourd'hui, on est au bout de notre effondrement. On a perdu la plupart de notre souveraineté; la souveraineté monétaire depuis longtemps, mais à présent on a perdu notre souveraineté industrielle, énergétique avec l'ignomineuse vente d'Alstom, et quantité d'autres fleurons de l'industrie française passée à l'étranger. Et aujourd'hui, aux dernières nouvelles, on est le pays le plus endetté d'Europe, devant la Grèce. Donc, notre avenir n'est pas rose. Le FMI a déclaré qu'à partir de 2023 il va falloir commencer à penser à resserrer des boulons, c'est-à-dire resserrer la distribution d'argent public; cela veut dire la disparition de tous le services publics qui restent. On est aussi un des pays les plus attaqué par son gouvernement parce qu'un des pays les plus imposés au monde. Et cette étape du Covid a permis d'accélérer la liquidation de ce qui restait de souveraineté économique en France, pour justifier une réévaluation de la monnaie (l'euro) à l'aune de notre passif et de notre actif. Or le passif s'étant considérablement aggravé depuis deux ans, c'est un des moyens pour liquider ce qui reste de France. Et ce qui explique aussi que depuis le Covid politique, nos institutions politiques aient été mises entre parenthèses, par des gens qui n'en avaient rien à en redouter.

 

"On est donc dans une situation intermédiaire, où tout évolue en même temps, le niveau économique, le niveau monétaire, et le niveau institutionnel, pour permettre la bascule dans autre chose. Et cette autre chose sera l'intégration européenne. C'est-à-dire la disparition du pays France." Valérie Bugault

Partager cet article
Repost0
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 00:00
Bienheureuse Clémence († 1176)

Clémence de Hohenberg naquit en Rhénanie au début du XIIe siècle. Elle épousa le comte de Spanheim (Allemagne), et devenue veuve elle distribua tous ses biens aux pauvres et se retira comme simple moniale à l'abbaye d'Horrès à Trèves, où elle vécut dans l'exercice constant de la plus fervente prière et de la plus profonde charité, jusqu'à sa mort, le 21 mars 1176.

Sources: 1; 2

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
20 mars 2022 7 20 /03 /mars /2022 12:00

Alors qu'il est sur le point de mourir dans une cellule à -20°C Josyp Terelya va ressentir une chaleur qui lui permettra de survivre à cette terrible épreuve.

Cet homme a survécu à 22 ans d’emprisonnement et de tortures dans des prisons soviétiques pour avoir refusé de renoncer à sa foi.

 

Dans son livre « Witness, To Apparitions and Persecution in the USSR », publié en 1991,il parle de ses visions.

« J'ai vu la terre trembler, j'avais peur, Ce n'était pas seulement la frayeur mais quelque chose de pire ».

La Vierge a dit :« N'ayez pas peur, vous voyez l'antéchrist en 3 personnes mais il ne peut rien contre vous. Il vous laissera en paix. »

« Vous avez vu l'est et l'Ouest sans Dieu. La différence c'est qu'a l'ouest le rejet de Dieu n'est pas officiellement reconnu. Mais les buts de l'impiété sont les mêmes tant à l'Est qu'a l'ouest. Pour sauver la Russie et le monde entier de l'enfer impie, vous devez convertir la Russie au Christ le Roi. La conversion de la Russie va sauver la culture chrétienne de l'Ouest et fera progresser la chrétienté à travers le monde. Mais le Royaume du Christ, le Roi va s'établir par le règne de la Mère du Christ. »

 

Josyp Terelya (Josip Terelja)

27/10/1943 - 16/03/2009

Partager cet article
Repost0
20 mars 2022 7 20 /03 /mars /2022 00:00
Saint Herbert (Erbert), Ermite au milieu d'un lac en Angleterre († 687)

Ami de Saint Cuthbert qui fut d'abord évêque de Lindisfarne en Angleterre et établit le rite de la liturgie romaine dans son diocèse. Cuthbert préféra reprendre la vie monastique au monastère de Melrose, de tradition irlandaise, et s'en fut solitaire dans la paix de Dieu. Et c'est là que saint Herbert, son meilleur ami, venait le rejoindre chaque année pendant plusieurs jours pour parler des choses de Dieu. (1) Ils connurent la grâce de mourir le même jour, le 20 mars 687 et à la même heure. (2) (3)

Tous les ans, la paroisse de Notre-Dame des Lacs et de Saint Charles célèbre une messe à la mémoire de l'ermite saint Herbert sur l'île du lac de Derwentwater.

Le lac Derwentwater. L'île Saint-Herbert est le petit îlot boisé à droite.

Le lac Derwentwater. L'île Saint-Herbert est le petit îlot boisé à droite.

Sources: (1); (2); (3) Bède le Vénérable (trad. Philippe Delaveau), Histoire ecclésiastique du peuple anglais, Gallimard, coll. L'Aube des peuples, 1995, livre IV, chapitre 29, p. 296-297.

Partager cet article
Repost0