Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 22:33
L'affiche primitive du film "comique" les Visiteurs 3 : la Terreur...avec en arrière fond la Révolution de...1848 !

L'affiche primitive du film "comique" les Visiteurs 3 : la Terreur...avec en arrière fond la Révolution de...1848 !

L'intrigue du prochain film "Les Visiteurs" se situera sous la Terreur, une période de l'histoire méconnue n'ayant pratiquement jamais fait l'objet de films.

Sous la Terreur, une loi démocratique d'extermination des vendéens est votée, non abrogée, elle est de fait toujours en vigueur ! (http://www.lerougeetlenoir.org/opinions/les-inquisitoriales/reynald-secher-les-lois-d-extermination-de-la-vendee-n-ont-pas-ete-abrogees). Maître Gracchus Babeuf, l'inspirateur du communisme français, propose le "système de dépopulation" (le mot génocide n'étant pas encore inventé), on enfourne des humains vivants dans les fours à pain...la Révolution française vient d'inventer les fours crématoires. Quant à la Loire, ce long fleuve tranquille, il est le théâtre de noyades appelées aussi "baptêmes républicains". Jusqu'en 2003 au Muséum des Sciences Naturelles de Nantes, on pouvait aussi "admirer" derrière une vitrine une peau humaine tannée...tout cela n'est pas du cinéma mais une réalité qui ne porte pas à rire !  

Les religieux sont pourchassés, déportés, exécutés. La Révolution française offre alors à la sainte Eglise des martyrs, des bienheureux et des saints. Pendant que Jean-Marie Poiré tourne en dérision la Terreur, le brillante auvergnate Marie-Sophie Guéring, 16 ans, filme avec émotion la vie de l'abbé Filiol, ce saint prêtre du Cantal qui avant de mourir sur l'échafaud apaise les paysans en colère en leur disant : « La France est coupable, leur lance-t-il, il faut du sang de martyr pour apaiser la colère de Dieu »  (http://barriac.cantalpassion.com/abbe_filiol.htm)

Le carton d'invitation de la conférence de Reynald SECHER du mardi 5 avril 2016 représente les 16 bienheureuses Carmélites de Compiègne condamnées à mort "pour leur fidélité à la vie religieuse et leur grande dévotion au Sacré-Coeur". Le 17 juillet 1794, en marchant vers leur martyre, elles prient et chantent le Miserere, le Salve Regina et le Te Deum. Au pied de l'échafaud, elles entonnent le Veni Creator et renouvellent les promesses de leur baptême et leurs voeux religieux. Soeur Constance de Jésus (Meunier), novice, est appelée la première. Elle demande à la Mère prieure sa bénédiction et la permission de mourir. Elle gravit ensuite les marches de l'échafaud en chantant le Laudate Dominum omnes gentes. La même scène se reproduit pour les autres Soeurs. La prieure, comme la mère héroïque des Martyrs d'Israël, est immolée la dernière. Le 27 mai 1906, elles sont béatifiées par le pape saint Pie X.  "Quel bonheur de mourir pour son Dieu !" s'était écriée l'une d'elles. "Soyons les dernières à mourir". En effet, 10 jours après ce sacrifice cessait la Terreur, qui pendant 2 ans, avait répandu sur le sol de France le sang des fils de France (Décret de Béatification).

C'était la France des Droits de l'Homme.

En 2016, la christianophobie est sous-jacente. Le mode opératoire a changé grâce au tube cathodique. On n'extermine plus, on lave juste les cerveaux en touchant l'âme. "Ecrasons l'Infâme" cette expression anti-cléricale de Voltaire est, hélas, plus que jamais d'actualité.  

Gardons l'Espérance ! Une partie de Jeanne est de retour en terre vendéenne, en terre sacrée de France.

Vive la Vérité avec un grand V comme Victoire de la Vie sur les ténèbres.

Joyeuses Pâques.

 


Nicolas CHOTARD
Président des Lys de France
contact@lys-de-france.org


 

Lys de France

BP 80 434

75327 Paris Cedex 07

Mardi 5 avril 2016 (20 h) : conférence Reynald SECHER (Hôtel Kergorlay-Langsdorff - 9, rue de l'Amiral d'Estaing - Paris XVI, métro : Iéna). PAF : 20 € (adhérent 18 €)

Samedi 9 avril 2016 (15h45) : visite guidée de l'exposition Jean-Baptiste HUET (Hôtel de Donon - Musée Cognacq-Jay). PAF : 20 € (adhérent 15 €)
 
Les Visiteurs La Terreur - Jean-Marie Poiré (sortie le 6 avril 2016)
Partager cet article
Repost0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 17:09

Terrible leçon donnée par le philosophe Michel Onfray au monde catholique sur le concile Vatican II et la période post-Vatican II qui a tout désacralisé :

Michel Onfray comprend mieux la liturgie et le rôle du sacré que nos évêques !

Michel Onfray, philosophe qui se veut antichrétien et se dit athée, comprend bien mieux la liturgie et le rôle du sacré que nos évêques en costumes gris SNCF et nos curés adeptes des réunions de secteurs. C’est à écouter ici. Et c'est un régal !

 

Le philosophe était l'invité des Rencontres du Figaro de mars 2016. En réponse à la question d'un spectateur dans la salle, il s'est livré à un véritable cours d'architecture, de théologie et de liturgie.

 

Extrait:

 

"Les religions rendent possibles les civilisations. C'est une bêtise de dire que notre civilisation n'est pas judéo-chrétienne, évidemment elle l'est, y compris quand elle cesse de l'être (judéo-chrétienne), elle l'est à partir du judéo-christianisme et elle se constitue contre. Mais se constituer contre c'est faire avec, et ses composés.

 

Et à un moment donné, on voit bien ce que la transcendance est devenue, et par exemple pour la Sagrada Familia qui ne parvient pas à être terminée, cela n'est pas étonnant quand on lit des actes de Vatican II, effectivement il n'y a plus de place pour la transcendance, c'est purement formel, on enlève toute la transcendance.

 

Moi j'étais gamin quand j'ai vu les effets de Vatican II à la messe, il y avait les garçons et les filles d'un côté, il y avait le prêtre qui tournait le dos à l'assemblée et qui officiait face au tabernacle, c'est-à-dire le soleil levant, cela faisait sens. C'est-à-dire vers le lieu de la Lumière. On attendant la Lumière parce que le Christ était Lumière. Le prêtre s'adressait à Dieu et il était l'intercesseur de ses ouailles qui étaient derrière lui, mais tout le monde dans le même sens. Et d'un seul coup on change tout et on dit ha non, on installe l'autel au milieu du choeur, on laisse le tabernacle et on fait la messe en tournant le dos à Dieu. Matériellement, on tourne le dos à Dieu, c'est-à-dire que le tabernacle est derrière. [1]

 

Et puis on parle aux gens, et on dit la musique n'a plus besoin d'être sacrée, d'où la guitare, le curé qui s'habille en jean... (l'élimination) du latin... etc., etc. C'est-à-dire que c'est l'Eglise elle-même qui tout d'un coup dit on n'a plus besoin de sacré, le sacré est dans l'immanence. On n'a plus besoin de transcendance, la transcendance est dans l'immanence. Signe que l'on avalise l'évidence de ce que la civilisation nous dit, nous avons perdu le sens du sacré judéo-chrétien. C'est ainsi et cela ne se reconstitue pas, cela ne se replâtre pas. C'est une espèce de santé perdue et une santé perdue ne se recouvre pas.

Via Pro Liturgia, Actualité du jeudi 31/03/2016

 

Notes

 

[1] Michel Onfray dit ici exactement la même chose au sujet de l'orientation de l'autel que le grand liturgiste allemand Klaus Gamber dans son ouvrage "Zum Herrn hin !", "Tournons-nous vers le Seigneur!" publié avec une préface du Cardinal Ratzinger pour la version française en 1992.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 16:51

En lavant les pieds à trois musulmans au cours de la liturgie du jeudi saint, le Pape François a désobéi à ses propres directives, comme pour bien montrer que, désormais, les textes magistériels pouvaient être interprétés selon le bon vouloir de chacun.

En effet, le décret qu’il a lui-même promulgué au début du Carême et qui concerne les modifications apportées au rite du “mandatum” précise que l’on peut laver les pieds de toute personne appartenant au “peuple de Dieu”.

La Constitution “Lumen Gentium” (chap. 9) de Vatican II et le Catéchisme de l’Eglise catholique (nn. 781-782) précisent ce qu’il faut entendre par “peuple de Dieu”.

Il apparaît très clairement, à la lecture de ces documents, que les musulmans ne font pas partie de ce peuple.

Nous avons donc un Pape qui, en s'écartant de ses propres directives, permet de présenter la désobéissance comme modèle. C’est peut-être une première dans l’histoire de l’Eglise.

Lavement des pieds de musulmans : Un pape qui s'écarte de ses propres directives
Partager cet article
Repost0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 12:20

L’abbatiale de Saint-Gilles (Gard), où se trouve le tombeau du saint du même nom, un ermite vénéré dès le XIIe siècle, fut l’un des plus importants lieux de pèlerinage de la chrétienté. Aujourd’hui, de nombreux pèlerins qui s’élancent vers Compostelle sur le chemin d’Arles font encore étape devant le buste doré du saint, dans la splendide nef médiévale classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour célébrer les 900 ans de l’abbatiale, les paroissiens ne pouvaient faire les choses à moitié. En partenariat avec la municipalité, ils ont décidé de « faire revenir saint Gilles chez lui », selon les mots de Bernard Poujol, président du Comité des orgues de Saint-Gilles.

 

 

Avec son épouse Catherine, historienne et élue municipale chargée de la restauration de l’abbatiale, Michel Durand-Roger, président de l’Association d’histoire, d’archéologie et de sauvegarde de Saint-Gilles, et son épouse Marie-Martine, ainsi que Daniel Juillard, paroissien, Bernard Poujol a entrepris de rapatrier une partie des reliques de l’ermite, conservées depuis les guerres de Religion à Toulouse, dans la basilique Saint-Sernin. Sollicité par le P. Robert Barin, curé de Saint-Gilles, son homologue de Saint-Sernin, le P. Vincent Gallois, a accueilli « avec bienveillance » l’initiative gardoise qui permettra, assure-t-il, de « replonger les Saint-Gillois dans leur propre histoire ».

 

Prêtée par la Ville de Toulouse et par le diocèse, une partie de ces reliques pourrait d’ailleurs faire l’objet d’un don, sous condition d’acceptation par la commission canonique. « Dans les années 1860, déjà, l’évêque de Nîmes avait procédé à des démarches pour les rapatrier. En vain. Ce qui avait toutefois permis de prouver leur bonne appartenance à saint Gilles », raconte Bernard Poujol.

 

Pour les Saint-Gillois, le « retour » de leur saint est un événement. Au rythme d’une procession qui ouvrira plusieurs mois de festivités, les reliques seront apportées, dimanche 3 avril, sur un bateau arpentant le canal de Saint-Gilles. Clin d’œil à l’histoire du saint arrivé par la mer, en provenance de sa Grèce natale, au VIIe siècle. Une étiquette dessinée par le couturier Christian Lacroix ornera également une cuvée spéciale. « Il y a une grande dévotion autour de ce saint, que l’on nomme d’ailleurs le “Grand saint Gilles”, raconte le P. Barin, au point que l’on me demande parfois de célébrer la messe dans la crypte où se trouve son tombeau. »

 

Au-delà du retour des reliques, le neuvième centenaire de l’abbatiale revêt, aux yeux du curé, un caractère majeur. « C’est un appel à la prière. Il doit nous rappeler l’importance de prier dans ce lieu traversé par deux pèlerinages : celui de Saint-Gilles qui se déroule le dernier samedi du mois d’août, et celui de Saint-Jacques-de-Compostelle. » L’année 2016 marquera aussi le démarrage de restaurations considérables de l’abbatiale, lancées par la municipalité, avec l’appui financier de l’État, du conseil régional et de l’agglomération de Nîmes pour un montant total de 2,5 millions d’euros.

L’abbatiale de Saint-Gilles (Gard) célèbre ses 900 ans en faisant revenir Saint Gilles chez lui

Source : À Saint-Gilles, l’abbatiale célèbre ses 900 ans, La Croix, Ysis Percq, à notre correspondante régionale, le 31/03/2016 à 8h29

Partager cet article
Repost0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 11:29

Avec le printemps Angela Merkel voit éclore les premiers bourgeons :

L'Etat islamique (EI) a mis en ligne cinq photos appelant les djihadistes à commettre en Allemagne des attentats similaires à ceux qui ont touché Bruxelles la semaine passée. 
Le groupe islamiste donne pour cibles particulières les bureaux de la chancelière Angela Merkel à Berlin ainsi que l'aéroport de Cologne-Bonn,selonle groupe de renseignement SITE, spécialisé dans la veille des activités djihadistes sur Internet.

Cinq photos, mises en ligne mercredi, portent toutes le logo de Furat Media lié à l'EI, précise SITE.

Les images et graphiques du groupe djihadiste, accompagnés par le slogan « ennemi d'Allah », ont largement été repris par la presse allemande jeudi.

La police fédérale allemande (BKA), qui surveille les détenteurs de passeports allemands rentrant d'un séjour en Syrie ou en Irak où ils ont combattu, a indiqué avoir pris connaissance des images tout en estimant que leur publication ne justifiait pas de mesures sécuritaires supplémentaires.

 

« Il est clair que l'Allemagne est une cible du terrorisme international et que des attaques peuvent se produire mais ces publications ne nécessitent pas de mesures de sécurité supplémentaires », a dit un porte-parole de la police fédérale allemande (BKA), qui surveille les détenteurs de passeports allemands rentrant d'un séjour en Syrie ou en Irak où ils ont combattu et estimant que leur publication ne justifiait pas de mesures sécuritaires supplémentaires.

 

Une des images montre un djihadiste en tenue militaire se tenant dans un champ et regardant en direction de l'aéroport de Cologne-Bonn avec cette légende : « Ce que tes frères ont réussi à faire en Belgique, tu peux le faire également ».

Une autre image montre les bâtiments de la chancellerie à Berlin en feu avec un combattant de l'EI et un char devant l'édifice. La légende est : « L'Allemagne est un champ de bataille ».

L'Etat islamique appelle à des attentats en Allemagne

Source: L'Etat islamique appelle à des attentats en Allemagne, Ouest-France, Publié le 31/03/2016 à 11:56

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 15:15

Le monde entier est en train de s'étonner de l'attitude de Paris suite aux attentats de Lahore (Pakistan) qui ont visé les chrétiens et fait 72 morts. La Mairie de Paris refuse en effet d'illuminer la Tour Eiffel pour le Pakistan comme elle l'a fait pour la Belgique avec un argument qui exclut au lieu de rassembler. Une décision qui choque nombre d'internautes.

La Mairie de Paris refuse d'illuminer la Tour Eiffel pour le Pakistan comme pour la Belgique

Le monde entier se demande pourquoi la Tour Eiffel et d'autres monuments ne s'allument pas aux couleurs du Pakistan après l'attentat de Lahore. [1]

 

Deux poids deux mesures, la Mairie de Paris n'est pas Charlie avec le Pakistan. Contactée par Europe 1, elle a annoncé aujourd'hui refuser d'illuminer la Tour Eiffel suite aux attentats de Lahore, comme elle l'avait fait mardi 22 mars pour la Belgique. Motif: la Mairie de Paris n'aurait les mêmes relations avec la Belgique qu'avec le Pakistan !

 

Une décision qui choque nombre d'internautes

 

« "Il y a des attentats régulièrement dans le monde et nous rendons hommage aux victimes de différentes manières", explique-t-on. "Les attentats de Bruxelles ont une portée très particulière car nous avons un lien exceptionnel avec Bruxelles". » [2] ... Avec les autres non !

 

Comment doit-on prendre cette fermeture aux autres ? Est-ce un racisme anti-pakistanais et anti-chrétien de la part de la Mairie de Paris ? Curieuses lumières à géométries variables, la réputation de la Ville Lumière tournée sur l'universel en prend un coup.

 

Sources

 

[1] Malgré les espoirs des Pakistanais, la Tour Eiffel ne s'allumera pas pour Lahore..., MetroNews, Mis à jour : 28-03-2016 16:04 - Créé : 28-03-2016 14:19

[2] La tour Eiffel aux couleurs du Pakistan ? C'est non et voici pourquoi, Europe1, 13h01, le 28 mars 2016, modifié à 13h16, le 28 mars 2016

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 10:42

Louis XIV avait accordé à chaque foyer qui se fonderait à Fort-Mardyck (Dunkerque) un lopin de terre d’un demi-arpent d’ordonnance (2400m2 d’aujourd’hui).

Louis XIV avait accordé à chaque foyer qui se fonderait à Fort-Mardyck un lopin de terre d’un demi-arpent d’ordonnance (2400m2 d’aujourd’hui)

RICHESSE de L’ANCIEN REGIME

 

Ecoutons la citation de Pierre de Vaissière dans « Gentilshommes campagnards de l’Ancienne France » :

 

« L’exemple des bons vieux pères et prud’hommes romains, comme Cincinnatus, Attilius Collatinus, Scipion l’Africain et autre personnage de tel calibre qui, de leur charrue appelés aux armes, des armes s’en retournoient à la charrue ».

 

A la veille de la Révolution, la Féodalité ne subsistait plus que par quelques droits. Ces droits étaient considérés comme vexatoires par la paysannerie, dont la réussite sociale était incontestable. Dans la plupart des cas, ces droits n’étaient pas ou peu perçus. Le Duc de Cossé-Brissac disait à ses régisseurs :

 

« Vous ferez beaucoup de bruits, mais vous ne ferez de contrainte que dans les cas urgents et indispensables »

 

Pierre Gaxotte cite dans son livre « La Révolution Française », de nombreux cas de non paiements durant une trentaine d’années…

 

C’était surtout des sujets de tracasseries pour certains arrivistes nobliaux, hobereaux s’ennuyant et perdant du temps dans des procédures juridiques interminables. L’ancienne France était un enchevêtrement de droits et privilèges.

 

Albert Babeau parlait de « self-government » en étudiant le monde rural :

 

« 40 000 associations naturelles délibéraient sur leurs propres intérêts et choisissaient leurs agents ».

 

Certains paysans achetaient leurs terres et les cas n’étaient pas rares. La situation de beaucoup de nobles, à la veille de la Révolution, faisait plus pitié qu’envie, car leur puissance comme leur richesse s’étaient au fil du temps, considérablement réduite face à la bourgeoisie triomphante. A chaque critique désolante sur la France de jadis, nous trouvons des textes qui contredises ces généralisations hasardeuses de notre passé. On ne peut généraliser aucun jugement dans une France si diversifiée de part ses climats, ses sols, ses coutumes, ses lois et ses habitudes de vie. Nos ancêtres n’avaient pas la tristesse d’aujourd’hui, tout était occasion à rire et à chanter, écoutons Stevens :

 

« On dansait au Carnaval, aux fêtes publiques ; on dansait à la fauchaison, aux semailles, aux vendanges. En Novembre on se groupait pour « émoiser », et on dansait encore ; dames de châteaux, demoiselles, messieurs, paysans, paysannes domestiques, tous dansaient ensemble sans distinction de rang ou de naissance. Quand on ne pouvait plus danser, on chantait ; et il en était ainsi du Nord au Midi, de l’Est à l’Ouest. Heureux peuple ».

 

Comme le dit Frantz Funck Brentano dans son magnifique livre « L’Ancien Régime », véritable bible du pays jadis, on dansait aux villanelles, aux chansons, bourrées berrichonnes et auvergnates, sauteuses du Nivernais, gavottes du Dauphiné, branles de Bourgogne, farandoles de Provence, gaillardes , laitières, sabotières, rigodons…On le voit un peu dans le film « Chouan » ou paysans et nobles s’amusent ensemble dans l’Ouest profond… Qui n’avait pas connu l’Ancien Régime, n’avait pas connu la douceur de vivre (Talleyrand).

 

Les archives révèlent des banquets de mariage durant une semaine et le fait n’est pas rare…N’oublions pas que l’impôt rural, la Taille était fixée en fonction des signes extérieures de richesse et que ses collecteurs étaient des paysans choisis à tour de rôle, d’où l’intérêt de se plaindre et l’étalage de signes de pauvreté aux regards indiscrets…Il n’est pas rare que le seigneur campagnard, soit aussi pauvre que ses paysans, avec lesquels il vivait en parfaite harmonie. Il était d’ailleurs souvent soumis aux mêmes contraintes fiscales que ses paysans. J.Schmidt dans l’introduction à « Gentilshommes Campagnards » de Pierre de Vaissière :

 

« …Les gentilshommes campagnards sont proches de leurs métayers, de leurs ouvriers agricoles, de leurs journaliers et sortent souvent de leurs manoirs et de leurs gentilhommières, très différents des châteaux princiers, pour pousser eux-mêmes la charrue, la désembourber s’il le faut, discuter de la dernière moisson ou de la prochaine vendange, sans avoir le sentiment de déroger, sans non plus sombrer dans la démagogie ou le paternalisme : ils aiment simplement, dignement la terre, ce qu’elle produit, ses fécondités, ses générosités et se sentent de plain-pied avec ceux qui, comme eux, en vivent ».

 

LA MONARCHIE et la BUREAUCRATIE

 

« On ne peut faire un pas dans ce vaste royaume, sans y trouver des lois différentes, des usages contraires, des privilèges, des exceptions, des affranchissements d’impôts, des droits et des prétentions de toute espèce » disait Calonne.

 

Il nous est difficile d’imaginer aujourd’hui, après deux cent ans de fonctionnarisme triomphant et d’assistanat complet, l’état de la France libre d’alors. L’Etat Royal très puissant dans ses attributions propres ne pouvait en aucun cas déborder ses pouvoirs sans risque de contestations au moins aussi puissantes que lui dans ses fonctions. On arrivait à ce mélange exceptionnel d’autorité et de libertés dans cette imbrication de coutumes et lois diverses. Le bureaucrate socialisé détient aujourd’hui l’autorité. Ses pouvoirs sont arbitraires et suprêmes, inimaginables pour nos ancêtres imbus de libertés publiques et très attachés à leurs droits et privilèges acquis parfois au prix du sang. Actuellement, le pouvoir fonctionnarisé détient le droit de vous prendre vos biens, vos enfants, de percevoir plus que de raison, de contraindre votre femme au travail car votre salaire est insuffisant, au lieu de reconnaitre son droit au salaire maternel !, de vous envoyer à la mort sur le terrain du carnage par les guerres d’enfer issues de la Révolution (autrefois celles-ci étaient affaire de professionnels, limités dans le temps, avec des principes et bien codés).

 

Ce pouvoir fonctionnarisé est puissant et sans limite. Il est le vainqueur de l’Ancien Régime. Ecoutons Pierre Gaxotte :

 

« Il connait nos revenus et fait l’inventaire de nos héritages. Il sait si nous possédons un piano, une automobile, un chien ou une bicyclette. Il instruit nos enfants et fixe le prix de notre pain. Il fabrique nos allumettes et nous vend notre tabac. Il est industriel, armateur, commerçant et médecin. Il a des tableaux, des forêts, des chemins de fer, des hôpitaux et le monopole des téléphones. Il accapare la charité. Si nous appartenons au sexe masculin, il nous fait comparaître devant lui, nous pèse, nous mesure et examine le fonctionnement de notre cœur, de nos poumons et de notre rate. Nous ne pouvons faire un pas ou un geste sans qu’il en soit averti et sans qu’il trouve prétexte d’intervenir » (La Révolution Française).

 

Il n’y a rien de plus étranger à l’ancienne France que cette situation là. A chaque nouvelle province acquise, le Roi garantissait les droits et coutumes existants et ainsi ne dérangeait aucune organisation, habitude de vie et de pensée. Cette conception de vie, où l’on voit un Louis XV pensionner un inventeur d’explosifs terrifiants pour qu’il ne divulgue pas son arme de mort au risque de rendre la guerre inhumaine, nous surprend par son humanisme :

 

« Un joaillier grenoblois du nom de Dupré, inventa un feu grégeois qui eut un certain succès en 1759. Le Maréchal de Belle-Isle eut, après quelques expériences de bons résultats. Louis XV, par sentiment d’humanité, trouva que : « le génie de l’homme était trop inventif pour la destruction ».Le susnommé Dupré reçut une pension de 2000 livres et le cordon de saint-michel, après destruction complète de l’invention… »

 

Rappelons aussi ce que Louis XV enseignait à son Fils de Dauphin de France, lors de la bataille de Fontenoy en 1745 :

 

« Voyez ce qu’il en coûte à un bon cœur de remporter des victoires. Le sang de nos ennemis est toujours le sang des hommes, la vraie gloire est de l’épargner ».

 

On est loin de Hiroshima et Nagazaki au nom des démocraties et des Droits de l’Homme…

 

Voici un petit extrait de « Le matin des magiciens » de Louis Pauwels et Jacques Bergier ou il est question d’une mitrailleuse présentée à Louis XVI :

 

« Plus près de nous, en 1775, un ingénieur français, Du Perron, présenta au jeune Louis XVI, un «orgue militaire » qui, actionné par une manivelle, lançait simultanément vingt-quatre balles. Un mémoire accompagnait cet instrument, embryon des mitrailleuses modernes. La machine parut si meurtrière au Roi, à ses ministres Malesherbes et Turgot, qu’elle fut refusée et son inventeur considéré comme un ennemi de l’humanité.

 

A tout vouloir émanciper, nous avons aussi émancipé la guerre. Jadis occasion de sacrifice et de salut pour quelques-uns, elle est devenue la damnation de tous. »

 

Voilà comment Louis XVI, qui fut qualifié de « Tyran » par les révolutionnaires, considèrerait notre époque : comme « ennemi de l’humanité »

 

Nous sommes habitués au contraire, armé de la religion nouvelle des droits de l’homme et broyé par l’administration qui peut décider de nous envoyer dans les guerres ou plus rien d’humain n’existe (camp de la mort, massacres de femmes et enfants, destruction de cités…).

 

Situation inimaginable dans « l’obscur moyen-âge » sous l’aval d’un roi de France si cruel soit-il. Louis XIV disait :

 

« Sa Majesté promet et jure sur les Saints Evangiles qu’elle et ses augustes successeurs les tiendront et maintiendront bien et loyalement en tous et quelconques leurs privilèges, franchises et libertés, anciennes possessions, usages, coutumes et ordonnance, et généralement qu’Elle fera tout ce qu’un Prince et Comte Palatin de Bourgogne est tenu de faire. »

 

La Monarchie issue de la Féodalité unifia au fil du temps les pays et les hommes qui constituèrent la diversité Française. Ecoutons encore Pierre Gaxotte :

 

« Elargissez cet exemple, représentez-vous les provinces, les villes, les classes, les associations, les métiers, les offices, pourvus de chartes, de droits, de statuts, d’immunités de toute nature, et vous aurez une idée, de ce qu’était la France de Louis XV et de Louis XVI et de la manière dont pouvait s’y exercer la volonté royale. »

 

Il est toujours bon de sortir la vérité des archives afin de confronter les incohérences de la pensée dominante. Inlassablement nous montrerons le caractère indéniable de l’humanisme réel d’une institution ancrée dans l’inconscient collectif de notre peuple : Le caractère social de la monarchie à Dunkerque :

 

“…les heureuses conséquences sociales, par un privilège que Louis XIV avait octroyé aux habitants de Fort-Mardyck et qui s’était perpétué. Pour peupler ce nouveau port, le Roi-Soleil avait décidé que chaque foyer qui s’y fonderait recevrait en cadeau de mariage un lopin de terre d’un demi-arpent d’ordonnance (2400m2 d’aujourd’hui), prélevé sur les dunes, et où trouverait place sa chaumière et son jardin. Si bien que la Ligue du Coin de Terre aurait dû honnêtement se mettre sous le patronage du plus absolu de nos rois ! “

 

Notre jour viendra !

 

Frédéric Winkler

Partager cet article
Repost0
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 09:58
Je suis un chrétien de Lahore

Pakistan: 72 morts dans un attentat visant les chrétiens à Lahore

 

Un kamikaze s'est fait exploser à l'entrée d'un parc où des familles chrétiennes célébraient la fête de Pâques. L'attaque a été revendiquée par une faction islamiste liée aux talibans.

 

Au moins 72 personnes ont été tuées, dont 29 enfants, et 340 blessées dans un attentat suicide, dimanche soir, à Lahore, la capitale de la province du Pendjab, située à l'est du pays. L'explosion a eu lieu à l'entrée d'un parc municipal, alors que de nombreuses familles quittaient l'endroit après y avoir pique-niqué. Un deuil de trois jours a été décrété dans toute la province.

 

«Le kamikaze a réussi à entrer dans le parc et s'est fait exploser près de l'aire de jeux pour enfants, où ils faisaient de la balançoire. C'est pour cela que la plupart des victimes sont des enfants et des femmes», a déclaré un haut responsable administratif de la ville de Lahore, Mohammad Usman. Le parc, très populaire auprès des habitants, était particulièrement bondé en ce dimanche de printemps, alors que la communauté chrétienne célébrait Pâques dans cette ville de 10 millions d'habitants.

Source: Pakistan: 72 morts dans un attentat visant les chrétiens à Lahore, Le Figaro, Par Pierre Jova Mis à jour le 28/03/2016 à 09:03 Publié le 27/03/2016 à 20:38

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 06:53
Le tombeau du Christ à Jérusalem va être restauré

Le tombeau du Christ, dans l'église du Saint Sépulcre à Jérusalem, va bientôt être restauré, a annoncé mercredi 23 mars la Custodie de Terre Sainte.

 

Ces travaux, financés par les trois principales églises de Jérusalem (Grecs-Orthodoxes, Franciscains, Arméniens) ainsi que par des contributions publiques et privées, devraient commencer en mai, après la Pâque orthodoxe, et durer huit mois. Ils ont été confiés à une équipe grecque. Le Saint Sépulcre restera accessible durant toutes les étapes de cette restauration.

 

Le tombeau, un édicule en marbre de plusieurs mètres, est soutenu par une structure métallique depuis une dizaine d'années. Sans ce dispositif, les blocs de marbre se désolidariseraient, en raison notamment de l'afflux quotidien de milliers de touristes et de pélerins. Dressé sous la coupole de l'église, l'édicule sera donc démonté puis reconstruit à l'identique. Seules les pièces brisées ou trop fragiles seront remplacées.

 

 

LA RÉSURRECTION DU CHRIST Bande annonce VF

Le monument se trouve sur le site de la grotte où fut déposé le corps de Jésus de Nazareth après sa mort. C'est aussi le lieu où le Christ est ressuscité, selon le Nouveau Testament. Le sépulcre, une cavité taillée dans le roc, avait été fermé par une grosse pierre. Quelques jours plus tard, les Saintes Femmes avaient trouvées la pierre déplacée, et le tombeau vide.

 

Source: Le tombeau du Christ à Jérusalem va être restauré, Direct Matin Mis à jour le 23 Mars 2016 à 20:12 Publié le 23 Mars 2016 à 20:08

 

. LA RÉSURRECTION DU CHRIST Bande annonce VF

Partager cet article
Repost0
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 22:36

Un anneau du XVe siècle acquis fin février à Londres par le parc de loisirs vendéen "Le Puy-du-Fou" et présenté comme avoir appartenu à Jeanne d'Arc a été présenté au public lors d'une cérémonie au "Puy-du-Fou" le 20 mars 2016.

 

Dans la cour du château du site, l'anneau, reposant sur un coussin placé dans un reliquaire en verre porté sur une arche en bois, a fait son entrée, sous une haie d'honneur, à la fin d'un cortège ouvert par une centaine de Saint-Cyriens en tenue militaire. Ces derniers, chantant un hymne miltaire, étaient suivis par quelques cavaliers ayant revêtu une armure de chevaliers, accompagnés de fantassins parés d'une cotte de mailles. Le tout sous de nombreux oriflammes et les applaudissements du public.

 

"C'est un petit bout de France qui revient, une parcelle de nos grandeurs déchues (...) l'anneau est revenu en France et il le restera", a déclaré devant la foule Philippe de Villiers, le fondateur du Puy du Fou, dans la cour du château.

 

"Cette relique ne devait pas finir derrière les vitres blindées d'un musée", a enchaîné le très médiatique historien Franck Ferrand. "On ne peut jamais avoir de certitude intégrale. Personne ne vous dira que cette anneau est à 100% celui de Jeanne, mais je crois qu'on peut, en toute bonne foi, penser qu'il s'agit de l'anneau authentique", a-t-il dit.

 

L'anneau, acquis à Londres pour la somme de 376.883 euros, sera exposé pendant toute la saison au parc d'attraction du Puy-du-Fou "dans un lieu sécurisé", ont fait savoir les responsables du parc.

 

L'anneau a été authentifié par un laboratoire d'Oxford comme étant un bijou moyenâgeux datant du XVe, en argent plaqué or, par la méthode de fluorescence de rayons X.

 

Mais l'incertitude plane toujours sur le fait qu'il ait, ou non, appartenu à Jeanne d'Arc.

Présentation au Puy du Fou d'un anneau attribué à Jeanne d'Arc

Source: Présentation au Puy du Fou d'un anneau attribué à Jeanne d'Arc, Direct matin, Par AFP Mis à jour le 20 Mars 2016 à 18:52 Publié le 20 Mars 2016 à 18:35

Add. 24/03/2016

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 15:07

Les mêmes nous disaient il y a quelques années : "Le communisme a échoué ? C'est parce qu'il n'y avait pas assez de communisme" !

 

Echec de l'intégration ("société d'apartheid" sic Valls), échec de la mixité, échec du "vivre ensemble", échec de la politique migratoire, échec culturel, échec sur toute la ligne, les immigrationnistes, mondialistes et internationalistes sansfrontiéristes de tous poils, qui, disons-le franchement, sont les vrais responsables de la situation depuis ces quarante dernières années se sabordent littéralement en proposant "le développement des écoles privées musulmanes" (Le Figaro), tout en rejetant leur responsabilité sur leurs opposants.

Attentats : quand les immigrationnistes rejettent leur responsabilité sur leurs opposants

Consécutivement à la terrible série d’attentats de l’année 2015, un groupe de travail s’est formé au Parti socialiste pour plancher sur la « cohésion républicaine ». Première incohérence : quel rapport entre des attentats terroristes islamistes et la « cohésion républicaine » ? Nous nageons une fois de plus dans les eaux troubles de la confusion mentale propre à la pensée politique des quarante dernières années. Pour répondre au mal qui a engendré la présence terroriste sur notre sol, c’est-à-dire l’immigration de masse, corollaire de l’islamisation progressive de pans entiers du territoire, les socialistes entendent accélérer le processus de défrancisation de la République. Criminel.

 

… Comment, alors, s’étonner que ces gens puissent vouloir encourager le développement des établissements scolaires musulmans, bafouant la laïcité pour se soumettre à la logique communautaire des sociétés multiculturelles ? Ils ont voulu la société multiculturelle, et celle-ci ne cadre pas avec un vrai système politique républicain. Le Parti socialiste, et avec lui les partis dits de « droite », ont détruit la « cohésion républicaine » qu’ils appellent aujourd’hui de leurs vœux. Nous ne faisons que constater que leur utopie est devenue notre cauchemar. Pourtant, ils osent nous rendre responsables de leurs torts.

 

Gabriel Robin, Les socialistes souhaitent encore accentuer la défrancisation de la République, Boulevard Voltaire, 16 mars 2016

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 12:28

La laïcité "républicaine" débouche sur la négation de notre histoire, le renversement de la culture elle-même.

Du multiculturel à l'a-culturel

Cela devient une interrogation récurrente, qu'on finit par se poser à chaque fête traditionnelle, singulièrement d'origine religieuse : mais quelle mouche a donc piqué les autoproclamés défenseurs de la laïcité ?

Un blogueur de gauche ironise sur la chasse aux oeufs de Pâques organisée par des jeunes MR, pour qui la laïcité serait donc optionnelle selon lui. Des associations antiracistes hurlent au meurtre à chaque fois que paraît Zwarte Piet, un peu trop noir au goût de ces messieurs. Nos marchés de Noël rebaptisés en douce "Plaisir d'hiver", les congés scolaires soudainement devenus de printemps, d'hiver et d'automne plutôt que de Toussaint, de Noël ou de Pâques... à se demander si on finira par renommer les jours de la semaine ou les planètes A,B,C,D... en raison de leur référence aux dieux du panthéon romain ! Et ne parlons même pas de la notation francophone des notes de musique Do-Ré-Mi, issue d'un poème à St Jean-Baptiste, quelle intolérance pour les solfégiens musulmans et juifs !

Bien sûr, tous ces exemples se disputent la palme du ridicule, et ils ne mériteraient guère plus qu'un haussement d'épaules si l'on n'en voyait pas apparaître de plus en plus chaque année. Après tout, ces gens mal lunés ne seront probablement contents que le jour où des pères Fouettard multicolores et androgynes distribueront aux enfants des petits coeurs de la paix en sucre et Saint-Nicolas aura jeté aux orties croix, crosse et mitre. Il sera épargné de justesse à Nicolas de devenir "Nicole" une année sur deux, concédant que "les esprits ne sont pas encore prêts". Et quand nos traditions auront de la sorte perdu toute saveur et tout intérêt, elles mourront à petit feu au fil des années, jusqu'à voir Nicolas désormais devenu dépressif et héroïnomane, réduit à taper le carton avec la cloche de printemps et le père d'hiver en période de soldes devant "l'univers du matelas". Triste fin pour les héros de notre enfance que d'être réduits à un amusant petit rappel culturel dont les services de relations publiques de la grande distribution ont le secret !

Le malheur veut que ces sottises prolifèrent un peu plus chaque année, revenant à chaque fête religieuse comme la vermine de mars ou le gel de décembre. C'est ainsi que nous voyons notre société devenir chaque année un peu plus fade, un peu plus politiquement correcte, un peu plus non pas " multiculturelle", mais "a-culturelle", sans plus la moindre expression d'une culture commune ou de traditions qui nous rassemblent.

 

Ce qui est étonnant de constater pourtant, c'est la motivation donnée à ces fadaises. Les dénominations traditionnelles seraient en effet "non neutres". C'est d'autant plus étonnant que leur agressivité semble se concentrer particulièrement sur les traditions catholiques. A croire que laïcité est le nom que d'aucuns donnent à leur anticléricalisme.

Etonnant aussi cette manie d'invoquer la neutralité au bénéfice d'un agenda idéologique nihiliste qui n'a en fait rien de neutre. Nous en avons d'ailleurs un autre exemple frappant sous les yeux au sujet des fameux cours de "citoyenneté", qui ne sont pas grand-chose d'autre que la généralisation du cours de morale - par ailleurs l'expression d'un "culte" reconnu et subsidié et tout à fait honorable, mais qui a maintes fois démontré que son rabisme n'a pas grand-chose à envier à celui de l'Inquisition de la grande époque. Se parant des somptueux habits de la neutralité, la laïcité "reconnue" n'hésite pas à étaler ses prétentions d'universalisme... un autre point commun avec les religions tiens ! Disons-le franchement, si telle est l'intention de nos gouvernants quand on parle d'inscrire la laïcité dans la constitution, qu'il me soit permis non seulement de n'y voir aucun intérêt, mais de nourrir même les pires appréhensions à ce sujet. Nous avons besoin d'une laïcité qui permette à chacun d'exprimer dans le respect des uns des autres, pas d'un laïcisme nihiliste qui se permet d'intimer le silence aux autres au prétexte de sa propre "neutralité" qui n'en est pas une.

 

Source: Le Vif; Belgicatho

Partager cet article
Repost0
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 11:29

Lors de son procès contre l'État qu'il accuse de vouloir le "tuer" par isolement carcéral qu'il qualifie de "torture" et sur ses conditions de détention, Anders Breivik a déclaré qu'il "luttera pour le national-socialisme "jusqu'à (sa) mort". "Je lutte pour le national-socialisme depuis 25 ans et je vais lutter pour lui jusqu'à ma mort", a déclaré l'extrémiste de 37 ans. [1] [2]

Breivik luttera pour le national-socialisme "jusqu'à (sa) mort"

La presse qui rapporte largement le propos de Breivik ce matin omet de préciser l'appartenance maçonnique du personnage qui a tué 77 personnes en Norvège en 2011. La franc-maçonnerie version "Grande Loge" est en effet présente massivement dans ces milieux dits d'"extrême droite".

 

Andres Behring Breivik était membre de la loge "Saint-Olaf aux Trois Colonnes" de la Grande Loge de Norvège à Oslo. Un communiqué  de presse du "Grand Maître" Ivar Skaar de l'Ordre norvégien des francs-maçons, en juillet 2011, confirmait que le tueur avait été immédiatement radié. Extrait :

 

24 juillet 2011 : encore détenteur jusqu’alors du titre de maître franc-maçonde la loge chrétienne et templière de rite Suédois « saint Jean Saint-Olaf aux trois colonnes », il est désormais radié de sa confrérie par Ivar A. Skar, grand maître de l’Ordre norvégien des francs-maçons qui, mis au courant des événements, assortit son évictionpublique de la déclaration suivante :

 

« L’exclusion reflète le fait que les actes qu’il est accusé d’avoir commis, ainsi que les valeurs qui semblent les avoir motivés, sont totalement incompatibles avec ce que nous défendons en tant qu’Ordre. Nous construisons notre activité sur les valeurs chrétiennes et humanistes et nous voulons que nos membres contribuent à la promotion de la charité, de la paix et de la bonté parmi les gens »

 

— Ivar A. Skar, grand maître de l’obédience maçonnique de l’Ordre norvégien des francs-maçons [3]

 

Le Monde révèle l'appartenance maçonnique du personnage en publiant une photo d'Anders Behring Breivik en habit de franc-maçon (photo du milieu) (Le Monde, 27 juillet 2014)

Le Monde révèle l'appartenance maçonnique du personnage en publiant une photo d'Anders Behring Breivik en habit de franc-maçon (photo du milieu) (Le Monde, 27 juillet 2014)

On apprenait dans un article du Monde publé dans l'édition du 27 juillet 2011, qu'Anders Breivik est un fervent admirateur de l'Etat d'Israël qu'il considère comme "poste avancé de l'Occident dans la lutte contre le djihad."

 

"Il fait sienne la théorie complotiste d'Eurabia, très en vogue dans ces milieux et qui trouve un certain écho en France du côté de Riposte laïque. Portée par la Britannique Bat Ye'or, cette théorie affirme qu'il y a une entente secrète entre les Etats européens et des pays arabes visant à soumettre l'Europe dans une nouvelle entité appelée Eurabie.

Croix-de-St-Georges---Red_St_George-s_Cross.png

Toujours dans cette mouvance, Anders Behring Breivik évoque élogieusement l'English Defence League (EDL). Formée en 2009, l'EDL a organisé plusieurs manifestations contre l'islam radical. Des slogans antimusulmans sont régulièrement scandés lors de ses rassemblements. Elle a adopté comme blason une croix rouge sur fond blanc rappelant à la fois la croix de saint George – symbole de l'Angleterre, très prisé de l'extrême droite locale – et l'ordre des Templiers. L'EDL présente la particularité d'être très liée au mouvement hooligan." [4]

 

Breivik luttera pour le national-socialisme "jusqu'à (sa) mort"

Un article de "France catholique du 24 juillet 2011 nous en apprenait un peu plus :

 

"Parmi les trois photos, semble-t-il issues du compte Facebook du « présumé » assassin, il y avait une photo d’identité, une photo avec un fusil sophistiqué et une autre... en tenue de franc-maçon avec le tablier, et tout le reste... Mais là-dessus aucun commentaire. Soit que les journalistes aient estimé qu’il s’agissait de la tenue ordinaire du « fondamentaliste chrétien » ?" [5]

 

"Cette appartenance d’Anders Behring Breivik à la franc-maçonnerie est systématiquement passée sous silence par la grande presse. Pourtant, selon les détails de son costume (voir photo), Anders Behring Breivik pourrait avoir le grade significative de “Passé Vénérable Maître”. Si ce grade se révèlait vrai, le tueur fréquenterait alors cette loge maçonnique depuis au moins une dizaine d’années," indiquait le site d'information identitaire Novopress.info 28 juillet 2011. [6]

 

Un article de l'Express de 2011 qui titre "Anders Behring Breivik est-il fou?" ne mentionne pas l'appartenance maçonnique de Breivik mais indique que celui-ci a été soumis à une "expertise psychiatrique". En commentaire, on trouve néanmoins l'information selon laquelle Breivik serait "passé du grade d'apprenti en 2008 à celui de vénérable Maître en chaire de sa loge en 2011. Autrement dit il présidait sa loge." [7]

 

Le 24 août 2012, Breivik fut jugé responsable de ses actes et condamné à la peine indéterminée, soit 21 ans de prison prolongeable, la peine maximale en Norvège. [8]

 

Breivik conclut le procès avec une provocation en présentant "ses excuses aux militants nationalistes pour ne pas avoir exécuté davantage de personnes." [9]

 

Notes

 

[1] Nazisme: Breivik luttera «jusqu'à sa mort», Par Lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 16/03/2016 à 12:21 Publié le 16/03/2016 à 11:39

[2] Breivik luttera pour le national-socialisme "jusqu'à (sa) mort", BFM-TV, 16/03/2016 à 10h07

[3] "Gadlu.info, Actualités maçonniques"

[4] L'inspiration des extrémistes post-11-Septembre, LE MONDE | 26.07.2011 à 12h36 • Mis à jour le 26.07.2011 à 18h55 | Par Abel Mestre et Caroline Monnot

[5] L'attentat d'Oslo, France catholique, 24 juillet 2011

[6] Le tueur norvégien exclu de sa loge maçonnique, Novopress.info, 28 juillet 2011

[7] Anders Behring Breivik est-il fou?, Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 01/08/2011 à 14:15 , mis à jour le 02/08/2011 à 16:40

[8] Breivik, condamné à la peine maximale, ne souffre pas de "psychose", Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 24.08.2012 à 10h15 • Mis à jour le 24.08.2012 à 19h00

[9] Norvège : Breivik condamné à 21 ans de prison, Libération, 24 août 2012 à 10:13 (mis à jour à 17:57)

Partager cet article
Repost0
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 15:04

Le pape François a signé mardi 15 mars le décret de canonisation de la fondatrice des Missionnaires de la Charité, Mère Teresa. Elle sera reconnue sainte par l’Église le dimanche 4 septembre, à Rome.

 

« Très reconnaissant et très heureux ! » C’est d’emblée par ces qualificatifs que Mgr Thomas D’Souza, archevêque de Calcutta depuis 2011, a exprimé sa joie en apprenant mardi 15 mars que la date de canonisation de Mère Teresa avait été fixée au 4 septembre par le pape François. Et ce, lors du consistoire chargé d’examiner la cause de la bienheureuse fondatrice des Missionnaires de la Charité.

 

Sa béatification, place Saint-Pierre, avait rassemblé plus de 300 000 fidèles le 19 octobre 2003. Un délai particulièrement court, puisque le procès de béatification de la religieuse indienne d’origine albanaise avait été ouvert dès 1999, sans attendre le cinquième anniversaire de sa mort, comme le droit canonique l’exige d’ordinaire. À l’époque, le pape Jean-Paul II, dont elle était très proche, avait reconnu en elle la « grande servante des pauvres » et une « icône du Bon Samaritain ».

 

Source: La Croix

 

Les dix plus belles prières de Mère Teresa

Partager cet article
Repost0
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 10:54

Attaqué par des lobbies pour une prise de position sur l'avortement dans un tweet soulignant "l'incohérence d'une politique qui nous protège contre la violence terroriste de Daech et continue d'exposer des milliers d'enfants innocents à la violence de l'avortement", l'évêque de Bayonne "demande volontiers pardon à tous ceux qui en auraient été blessés" suite à une campagne de "presse déformante et partiale", et explique la position de l'Eglise sur l'avortement, "la voix du sang des enfants non nés crie vers Dieu".

 

Mgr Aillet se réjouit "de recevoir aujourd'hui du Conseil « Famille et Société » de la Conférence des évêques de France un ensemble de fiches pédagogiques sur la question de l'avortement (intitulées : « Réfutations d'affirmations usuelles concernant l'avortement »), réalisées par Mgr Michel Aupetit avec le Pôle Santé du Service National Famille et Société. Ces fiches sont destinées à offrir aux chrétiens des éléments de réflexion et de discernement en vue d'un dialogue et d'un débat autour des questions touchant l'avortement."

Mgr Aillet : "l'IVG consiste le plus souvent" "à empoisonner ou à extraire de l'utérus" par démantèlement de ses membres "un foetus déjà formé"
Rencontre historique entre le Patriarche de Moscou et le Pape de Rome[L]'IVG consiste le plus souvent, selon les techniques en cours, à empoisonner ou à extraire de l'utérus de sa mère, moyennant un démantèlement de ses membres, un fœtus déjà formé ; ce qui faisait dire au Pape François et au Patriarche Kiril, dans la récente et historique déclaration de Cuba : « Nous appelons chacun au respect du droit inaliénable à la vie. Des millions d'enfants sont privés de la possibilité même de paraître au monde. La voix du sang des enfants non nés crie vers Dieu (cf. Gn 4, 10) » (n. 21). On aura reconnu la référence explicite au récit du meurtre d'Abel par son frère Caïn dans la Genèse.

 

...[E]n amont et en aval de ces incidents, il y a des lobbies particulièrement agressifs à l'endroit des positions de l'Eglise catholique que je défends comme évêque. Comme l'écrivent le Pape François et le Patriarche Kyril dans leur déclaration commune : « Nous sommes préoccupés par la situation de tant de pays où les chrétiens se heurtent de plus en plus souvent à une restriction de la liberté religieuse, du droit de témoigner de leurs convictions et de vivre conformément à elles [...] Nous sommes préoccupés par la limitation actuelle des droits des chrétiens, voire de leur discrimination, lorsque certaines forces politiques, guidées par l'idéologie d'un sécularisme souvent agressif, s'efforcent de les pousser aux marges de la vie publique » (n. 15).

 

... Comme nous y invitait saint Jean Paul Il dans sa lettre encyclique prophétique L’Évangile de la Vie, il s'agit non seulement d'annoncer et de célébrer mais encore de servir concrètement l’Évangile de la Vie. Ce que les prêtres font dans leur ministère pastoral quotidien, par l'accueil et l'accompagnement des personnes pour les mettre en relation avec le Christ miséricordieux, beaucoup de consacrés et de fidèles laïcs le font, et pour certains à travers leur engagement dans telle ou telle association (CLER, AFC, ALLIANCE VITA, etc.). C'est la raison pour laquelle, j'ai apporté mon soutien à l'association « Naissance et vie 64 » qui cherche à mettre en place à Bayonne une maison d'accueil maternel pour femmes enceintes en difficulté. C'est aussi pourquoi la Pastorale familiale a ouvert un « Accueil Louis et Zélie » avec une quinzaine de bénévoles formés, pour accueillir, écouter, accompagner, voire orienter des personnes souffrant de diverses blessures de l'affectivité. Nous optons ainsi résolument pour une Eglise « vue comme un hôpital de campagne », selon la belle expression du Pape François. Car si le Saint-Père affirmait : « Ce n'est pas un progrès de prétendre résoudre les problèmes en éliminant une vie humaine », il ajoutait aussitôt : « Mais il est vrai aussi que nous avons peu fait pour accompagner comme il convient les femmes qui se trouvent dans des situations très dures, où l'avortement se présente à elles comme une solution rapide à leur profonde angoisse, en particulier quand la vie qui croît en elles est la conséquence d'une violence, ou dans un contexte d'extrême pauvreté. Qui peut ne pas comprendre ces situations si douloureuses ? » (La joie de l'Evangile, n. 214). Et dans ce domaine, il y a tant à faire.

 

Lettre de Mgr Aillet aux catholiques du diocèse du 9 mars 2016

Partager cet article
Repost0
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 20:36

Il est temps d'en finir avec cette pratique barbare d'enfermerment d'animaux sauvages dans des cages.

Ce maire qui veut interdire les cirques avec animaux sauvages sur sa commune

Ce maire qui veut interdire les cirques avec animaux sauvages sur sa commune

 

Le maire de La Ciotat, Patrick Boré, a adopté cette semaine avec son conseil municipal une délibération interdisant l'installation de cirques avec animaux sauvages sur sa commune.

 

C'est une "conviction profonde" qui le pousse à faire cela. Que le dressage de ces animaux est en contradiction avec leur bien-être, et le fait qu'il soit soumis à "une obligation de contrôle" de ces bêtes, qu'il n'a pas les moyens d'assumer.

 

Du côté de la mairie de La Ciotat, on précise que le conseil municipal avait effectivement pris une délibération dans ce sens, "une décision politique" et réfléchie "depuis un an et demi-deux ans".

 

En France, une quinzaine de communes ont pris de telles décisions, qui ont de la même façon été attaquées par le CID'Europe (syndicat du cirque et des métiers forains. Ndlr.). Actuellement sept dossiers sont en attente de date de jugement, selon nos confrères de La Provence.

 

Source: Ce maire qui veut interdire les cirques avec animaux sauvages sur sa commune, Nice Matin, 13/03/2016

Partager cet article
Repost0
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 17:23

Ils nous avaient déjà fait le coup dans les années 1990 et 2000 de l'"islam des caves qui - non contrôlé - suscite la radicalisation" pour créer des mosquées à ciel ouvert afin d'empêcher cette radicalisation. Hors c'est le contraire qui s'est passé avec des attentats d'une force décuplée. Où s'arrêtera la soumission de la dite "république" "laïque" ? (Cf. "Soumission", de Michel Houellebecque)

 

La soumission a connu une acmé en février 2015, lorsque qu'un mois après les attentats de janvier 2015, un Conseil des ministres "particulier, car il est rare dans un Conseil des ministes de la république on parle d'une religion" (Manuel Valls) annonçait une "réforme de l'islam" avec "financements pour construire des mosquées, qui soient transparents et ne viennent pas de l'étranger." (sic)

 

Aujourd'hui, symbole sans doute ce que le philosophe Michel Onfray appelle la "gauche islamophile", un document publié sur le site du Parti socialiste le 1er février 2016 suscite la polémique et le malaise parmi les signataires eux-mêmes qui expliquent ne "pas avoir eu connaissance" du contenu du document. En cause cette petite ligne, à la fin des cinq pages du rapport, qui propose le développement d'écoles privées musulmanes :

 

«Il faut développer les établissements scolaires privés sous contrat» pour mieux «organiser la place de l'islam dans la République».

 

Une proposition étonnante, écrit Le Figaro, alors que la défense de l'école publique (et "laïque" Ndlr. ...) fait partie de l'ADN du PS.

 

Le groupe de travail du PS sur la "cohésion républicaine" (sic) a été créé en réaction aux attentats islamistes. Des attentats qui "ont précipité le mouvement", avait déclaré un journaliste de Rmc le matin du 26 février 2015.

 

Les attentats ont en effet rempli un rôle d'élément catalysant d'un curieux Etat, victime du syndrome de Stockholm, qui organise l'islam.

 

Est-ce à l'état d'"organiser" une religion ? Où est passée la loi dite de laïcité de 1905 et notamment son article 2 "La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte" ? Les Français ont-ils été consultés sur ce développement des écoles privées musulmanes ? Pourquoi cette mise devant le fait accompli ? Qui paiera ?

Un document du parti socialiste propose le "développement des écoles privées musulmanes" (Le Figaro)

Source: Un document de travail sur la laïcité sème le trouble au PS, Le Figaro, Par Mathilde Siraud Mis à jour le 11/03/2015 à 17:07 Publié le 11/03/2015 à 16:57

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 12:42
Michel Onfray : "La gauche islamophile se fait liberticide"

Michel Onfray déclare : "La gauche islamophile se fait liberticide"

 

Dans "Penser l'islam" (Grasset), le philosophe réplique aux attaques et remet en question le rapport entre la France et cette religion.

 

« Il y a longtemps qu'une grande partie de la presse politiquement correcte a le désir de me faire la peau. » Ainsi commence Penser l'islam. Le ton est donné.

 

Source: Michel Onfray : "La gauche islamophile se fait liberticide", Le Point, Par Catherine Golliau, Publié le 12/03/2016 à 09:11 | Le Point

En fait, c'est la gauche tout court qui est liberticide dès l'origine. C'est en effet au moment où elle déclare les "droits de l'homme et du citoyen" que la gauche les met en pratique en Vendée avec le génocide vendéen, "premier grand génocide dans l'histoire de l'Europe" (Luc Ferry) et qu'elle invente le terrible couplet génocidaire de la Marseillaise "Qu'un sang impur abreuve nos sillons"...

Partager cet article
Repost0
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 12:00
Le chanteur des Eagles of Death Metal s’excuse et cherche "un sens à cette tragédie et à cette folie"

Le chanteur des Eagles of Death Metal s’excuse [1] après ses propos sur le Bataclan laissant entendre que le Bataclan aurait été prévenu le soir des attentats.

Selon l'article de La Dépêche qui rapporte l'information,

"le leader des Eagles of Death Metal a enfin fini par mettre ses propos sur le compte de son état et a révélé : « être en proie à des cauchemars incessants et essayer, en suivant une thérapie, de trouer un sens à cette tragédie et à cette folie »."

Le chanteur avait commencé une chanson "Embrasser le diable" quand le carnage débuta au Bataclan le 13 novembre 2015.

Il y a peut-être ouverture de portes. Nous suggérons au chanteur des "Eagles of Death metal" en plus de la "thérapie", de consulter un prêtre, + faire une confession + et demander une prière de délivrance de la part du prêtre après la confession. + La confession n'est parfois pas suffisante en effet pour couper les liens et une prière de délivrance (en plus) peut être nécessaire :

"[U]ne vraie démarche de conversion accompagnée par le sacrement du pardon et l'absolution n'est pas suffisante pour une délivrance complète. D'où la nécessité d'y ajouter une ou plusieurs prières de délivrance. En l'occurence, le prêtre ne doit pas hésiter à proposer et à réciter cette prière.

... L'omission de cette prière de délivrance peut expliquer des rechutes spirituelles fréquentes : des liens maléfiques subsistants ont fait retomber la personne dans le mal. Cela souligne la nécessité d'un accompagnement spirituel suivi après une conversion." [2]

Le chanteur des Eagles of Death Metal s’excuse et cherche "un sens à cette tragédie et à cette folie"

Notes

 

[1] Le chanteur des Eagles of Death Metal s’excuse après ses propos sur le Bataclan, La Dépêche, Publié le 12/03/2016 à 11:02, Mis à jour le 12/03/2016 à 11:02

[2] Abbé Jean-Régis Fropo, 90 Questions à un exorciste, Thérapeuthique des emprises maléfiques, Editions de l'Emmanuel, Paris 2012, p. 34. Un ouvrage que nous conseillons à tous nos lecteurs.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 11:35

Six agents de sécurité qui devaient travailler au Bataclan ce soir du 13 novembre 2015 ne se se seraient pas présentés selon le chanteur du groupe qui jouait le soir des attentats le 13 novembre 2015.

Un article de La Dépêche.fr précise que "joints par RTL", "les forces de l’ordre ont" simplement "estimé que le témoignage du leader des Eagles of Death Metal n’était pas de nature à remettre en cause les conclusions de l’enquête."

Pourtant vu le nombre de morts, un tel témoignage venant de la part d'un témoin direct, devrait être en mesure de déclencher une petite enquête de plus par la Puissance publique auprès de l'employeur pour savoir, par exemple, pour quelles raisons les six agents prévus ne sont pas venus. 

Ou bien le chanteur affabule et délire, ou bien l'Etat ne fait pas son travail. Mais prendre son témoignage pour rien et dire qu'il n'est "pas de nature à remettre en cause les conclusions de l'enquête" est un peu rapide. L'Etat peut organiser une "journée d'hommage national" pour les victimes, une telle désinvolture dans cette réponse des "forces de l'ordre" est affligeante d'irrespect.

 

Le Bataclan était-il prévenu le soir des attentats ? Le leader des Eagles of Death Metal porte de très graves accusations

Attentats du 13 novembre 2015

 

Jesse Hughes, le leader du groupe Eagles of Death Metal, a sous-entendu que le Bataclan était au courant du carnage à venir le soir du 13 novembre 2015. Dans la nuit de mercredi à jeudi, il s’est confié à la chaîne américaine Fox Business sur la fusillade qui a fait 90 victimes dans la salle de spectacle.

 

Les agents de sécurité étaient-ils prévenus ?

 

Selon le chanteur, les terroristes étaient déjà dans le Bataclan avant le début du concert et les agents de sécurité auraient pu être des complices. « Quand je suis entré dans les coulisses, je suis passé devant un gars qui était censé faire la sécurité et il ne m’a même pas regardé », raconte-t-il. « Je suis directement allé voir le gestionnaire et je lui ai demandé qui était ce type ? Je lui ai dit que je voulais qu’on place un autre gars à sa place mais on m’a seulement répondu que d’autres gardes n’étaient pas encore arrivés. Ce n’est qu’après que j’ai découvert qu’il y avait six gardes, ou peut-être plus même, qui n’étaient pas venus du tout ». Allant encore plus loin, Jesse Hughues s’exclame ensuite : « Il semble assez évident qu’ils (les gardes) avaient une raison de ne pas se présenter ! »

 

Joints par RTL, les forces de l’ordre ont toutefois estimé que le témoignage du leader des Eagles of Death Metal n’était pas de nature à remettre en cause les conclusions de l’enquête.

ladepeche.fr

 

Source : Le leader des Eagles of Death Metal porte de très graves accusations contre le Bataclan, La Dépêche, Publié le 10/03/2016 à 09:20, Mis à jour le 10/03/2016 à 09:38

 

Le Point titre également un article :

 

"Bataclan: des complices dans la salle le soir des attentats ?"

 

Le chanteur d'Eagles of Death Metal a critiqué la sécurité et a laissé entendre que les terroristes auraient pu avoir des complices dans la salle.

Par Le Point.fr

Publié le 10/03/2016 à 10:50 | Le Point.fr

 

Le chanteur d'Eagles of Death Metal sort de sa réserve et de son extrême prudence quand il s'agissait de parler du Bataclan et des autorités françaises. Sur la chaîne américaine Fox Business, Jesse Hughes a donné son point de vue sur la sécurité de la salle de spectacles le soir du concert du 13 novembre : près de quatre mois après les attentats de Paris, il laisse entendre que les terroristes auraient pu avoir des complices dans la salle.

 

Il raconte notamment avoir été frappé dès son arrivée dans la salle de spectacle parisienne du comportement d'un des agents chargés de la surveillance. « Quand je suis arrivé, je suis passé devant le mec qui était censé être l'agent de sécurité surveillant les coulisses. Il ne m'a même pas regardé », affirme-t-il. Et de préciser en avoir averti le promoteur du concert. « Je lui ai dit : C'est qui ce mec ? Je veux quelqu'un d'autre. Mais il m'a répondu que certains agents n'étaient pas encore arrivés. J'ai finalement découvert que six agents et quelques ne se sont jamais pointés. » Et de conclure : « Il semble assez évident que ces hommes avaient une raison de ne pas venir. »

 

Ces insinuations ne devraient pas laisser les autorités indifférentes. Joints par RTL, les forces de l'ordre ont toutefois estimé que le témoignage du leader des Eagles of Death Metal n'était pas de nature à remettre en cause les conclusions de l'enquête.

 

Add. 12h22. Un article du Figaro en parle :

 

"Le leader des Eagles of Death Metal accuse la sécurité du Bataclan de complicité"

Le Bataclan était-il prévenu le soir des attentats ? Le leader des Eagles of Death Metal porte de très graves accusations

Add. 12 mars 2016. Le chanteur des Eagles of Death Metal s’excuse après ses propos sur le Bataclan

 

Après plusieurs jours, l’Américain a finalement décidé de s’excuser via un communiqué dans lequel il fait son mea culpa : « J'implore le pardon, humblement, du peuple français, du personnel et des agents de sécurité du Bataclan, de mes fans, de ma famille, mes amis, et de toute autre personne blessée ou offensée par les accusations absurdes que j'ai faites ». Il est même allé plus loin en rappelant que les affirmations selon lesquelles « quiconque affilié au Bataclan a joué un rôle dans les événements du 13 novembre sont non fondées et sans aucune base, et j'en assume l'entière responsabilité ».

Le leader des Eagles of Death Metal a enfin fini par mettre ses propos sur le compte de son état et a révélé : « être en proie à des cauchemars incessants et essayer, en suivant une thérapie, de trouer un sens à cette tragédie et à cette folie ».

 

Source: Le chanteur des Eagles of Death Metal s’excuse après ses propos sur le Bataclan, La Dépêche, Publié le 12/03/2016 à 11:02, Mis à jour le 12/03/2016 à 11:02

 

S'agissant des "cauchemars incessants", il y a peut-être ouverture de portes. Nous suggérons au chanteur des "Eagles of Death metal" en plus de la "thérapie", de consulter un prêtre, + faire une confession + et demander une prière de délivrance de la part du prêtre après la confession. +

Partager cet article
Repost0
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 07:12
LA RÉSURRECTION DU CHRIST Bande annonce VF

Au premier siècle, un centurion romain enquête sur la résurrection de Jésus. Découvrez l'évènement qui changea le monde.

Un film de Kevin Reynolds , le réalisateur et scénariste qui a participé à la réalisation du film Danse avec les loups.

Avec Tom Felton (Lucius), Joseph Fiennes (le centurion romain), Cliff Curtis (Jésus)

Titre original : RISEN (Etats-Unis)

Sortie en salles le 04 Mai 2016

Année de production : 2015

LA RÉSURRECTION DU CHRIST Bande annonce VF

Musique de Roque Banos

Risen - Original Motion Picture Score (2016)

Partager cet article
Repost0
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 07:09
La primauté de Pierre et de ses successeurs voulue par le Christ
  • 1. 

    La primauté de Pierre a été instituée par le Christ, selon le témoignage des Évangiles où Pierre reçoit seul et personnellement, tout ce que Jésus confie aussi aux douze apôtres collectivement, notamment : le fondement de l’Église, le don des clés, du pouvoir de lier et délier, la charge de conduire les brebis du Christ et de les confirmer dans la foi.

  • 2. 

    Dans les actes des apôtres, comme dans tous les autres écrits de l’Évangile, Pierre n’est jamais décrit autrement que comme le chef, le porte-parole et le premier des Douze.

  • 3. 

    Cette primauté de Pierre est transmise à ses successeurs, selon la tradition biblique constante, de même que les scribes et les pharisiens enseignaient dans la chaire de Moïse (Matthieu 23, 2).

  • 4. 

    La primauté ne signifie par que le pape est plus saint que les autres, mais que le Christ lui a promis une assistance spéciale pour garder le dépôt de la foi et « confirmer ses frères » (Luc 23, 2). [Ndlr. Il s'agit de Luc 22, 32 et non de Luc 23,2)

  • 5. 

    L’Église indivise du premier millénaire a toujours reconnu cette primauté du siège de Rome.

  • 6. 

    L’exercice de la primauté peut varier au cours du temps, selon les nécessités du temps, et saint Jean-Paul II a récemment proposé une discussion à ce sujet, pour aider l’unité des chrétiens.

  • 7. 

    Mais la primauté, qui est un grand cadeau du Christ à son Église, est ultimement au service de la communion dans la foi et de l’unité de l’Église et elle est indispensable à cette unité.

  • 8. 

    Bibliographie :

Partager cet article
Repost0
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 00:00
Saints Martyrs de Sébaste, soldats († 320)

Les Quarante martyrs de Sébaste étaient des soldats de la Douzième Légion Fulminata en garnison à Mélitène en Arménie romaine (Turquie actuelle). Vers 320, ils refusèrent, malgré la torture, de renier leur foi chrétienne.

 

Ce sont des saints chrétiens fêtés le 9 mars. (1)

 

Après la bataille qui, au pont Milvius, livra en 313 à Constantin l'empire d'Occident, son beau-frère Licinius, qui commandait en Orient, signa avec lui l'édit de Milan pour la paix de l'Église. Mais, païen obstiné, il ne l'avait fait que contraint et forcé. Aussi bientôt son impiété, stimulée encore par la jalousie qu'il portait à Constantin, recommença de s'exercer, sournoisement d'ordinaire, mais parfois ouvertement, contre les chrétiens. C'est particulièrement contre les soldats que Licinius donna carrière à sa cruauté. Préparant la guerre contre l'empereur d'Occident, il voulait s'assurer par l'apostasie leur fidélité à laquelle, chrétiens, ils eussent été tentés de manquer, croyait-il. On compte donc un certain nombre de martyrs dans l'armée à cette époque. Les plus célèbres sont assurément ceux qui souffrirent à Sébaste capitale de la province d'Arménie (aujourd'hui Sivas en Turquie) et qu'ont loués saint Grégoire de Nysse, saint Basile de Césarée, saint Ëphrem, saint Jean Chrysostome. (2)

 

Arrêtés en mars 320, ils furent obligés de passer la nuit, nus, sur un étang gelé, en plein hiver à Sébaste. On leur promettait des bains chauds s'ils reniaient. Mais ils se soutenaient les uns les autres pour qu'aucun ne se perde. Le seul qui se rendit mourut aussitôt dans le bain à cause du changement trop violent de température. Un des gardiens, converti devant tant de piété, alla le remplacer sur le lac, de manière à maintenir le nombre sacré de quarante. Ils étaient tous morts le lendemain matin.

 

http://www.traditioninaction.org/SOD/SODimages2/064_40Martyrs.jpg

 

La mémoire de leurs quarante noms a été conservée sous plusieurs variantes qui diffèrent assez peu les unes des autres : Acace, Aétius, Alexandre, Angias, Athanase, Candide (ou Claude), Cyrille, Dométien, Domnus, Ecdikios, Élie, Eunoïque, Eutychius, Flavius, Gaïus, Gorgonius, et un second Gorgonius, Hélien, Héraclius, Hésychius, Jean, Khoudion, (Léonce), Lysimaque, Mélèce, Méliton, Nicolas, Philoktimon, Priscus, Quirion, Sacerdon, Sévérien, Sisinius, Smaragde, Théodule, Théophile, Valens, Valère, Vivien, Xanthias, et le gardien Aglaïos.

 

Ils appartenaient à la légion XII Fulminata, cantonnée depuis longtemps dans la petite Arménie et où le nombre des chrétiens était considérable. Une ville du Sud de l'Albanie porte le nom de ces martyrs, très vénérés dans tout le monde chrétien, Sarande, du mot grec « Saranda » qui signifie « Quarante ».

 

Cette persécution avait été ordonnée par Licinius, empereur en Orient, alors qu'il était convenu avec Constantin Ier de laisser aux chrétiens leur liberté de conscience (Édit de Milan). Pour faire respecter la fin des persécutions, Constantin prit les armes contre Licinius, le vainquit et devint seul empereur romain.

 

Quand parurent les lettres impériales qui prescrivaient à toute l'armée de faire acte de culte idolâtrique, les agents de Licinius étaient prêts à toutes les sévérités. Or le groupe de quarante soldats de Sébaste se refusa énergiquement à obéir à cet ordre. Le gouverneur de la province, Agricolaùs, les cita à son tribunal. En vain essaya-t-il contre eux de la menace d'abord, puis des supplices. Déchirés par les fouets et les ongles de fer, les martyrs montrèrent une résolution supérieure à tous les tourments.

 

Agricolaùs les condamna à mort ; mais en attendant l'arrivée du commandant de la légion, Lysias, il les fit jeter en prison, liés, semble-t-il, tous d'une même chaîne. C'est là que, au nom de tous leurs compagnons, Mélétios, Aétios et Eutychios rédigèrent un admirable testament, pièce hagiographique peut-être unique en son genre, preuve du courage tranquille et de la foi profonde qui les animait.

 

Tous y règlent leurs funérailles, demandent que leurs restes soient ensemble ensevelis, recommandent à leurs parents de « s'abstenir de toute douleur et de toute inquiétude ». D'un ton grave et paisible, ils exhortent leurs frères à mépriser la gloire et la félicité humaines, « qui fleurissent pour un peu de temps et bientôt se flétrissent comme l'herbe, » et à « courir vers le Dieu bon qui donne une richesse sans fin à ceux qui s'empressent vers lui et accorde une vie éternelle à ceux qui croient en lui ». Enfin ils saluent nommément les prêtres, chefs des églises diverses du pays, et leurs amis. On se sent ému à l'adieu qu'adresse Mélétios à ses sœurs, à sa femme Domna et à son enfant, et Eutychios à sa fiancée Basilla. Mais eux, ils gardent un cœur ferme; leur plume ne tremble ni de la crainte de la mort ni de la perte des humaines tendresses.

 

Après sept jours de prison, ils furent de nouveau conduits au tribunal. Lysias y siégeait près d'Agricolaûs. L'interrogatoire reprit, astucieux, flatteur, puis brutal ; les confesseurs, frappés au visage à coups de pierre, bénissaient Dieu. Il ne restait qu'à les conduire au supplice.

 

La mort devait pour eux être particulièrement cruelle. L'hiver régnait sur la contrée, et il est très rigoureux en Arménie. Les bourreaux amenèrent les confesseurs, la corde au cou, sur un étang glacé. Tout près, un bâtiment destiné aux bains publics offrait à ceux qui seraient vaincus par le froid la tentation de ses baignoires chaudes. La nuit tombait ; on les abandonna nus sur l'eau gelée, aux morsures de la bise du nord. Peu à peu la peau, contractée par le froid, se crevassait, éclatait ; les pieds s'attachaient à la glace avec d'horribles douleurs. Et ce supplice, selon saint Grégoire de Nysse, dura trois jours entiers, pendant lesquels les héroïques confesseurs ne cessaient de louer Dieu et de s'exhorter mutuellement au courage. Ils demandaient d'être, tous les quarante, unanimes dans le supplice et unis dans la récompense.

 

Et voici qu'un garde, qui était posté près de l'étang pour donner secours à ceux qui céderaient, eut une vision. Des anges lui apparurent apportant aux confesseurs des robes magnifiques et trente-neuf couronnes d'or. « Trente-neuf, se disait-il ; ils sont quarante cependant ! » Or au moment où il pensait ainsi, un malheureux, vaincu par la souffrance, sortait de l'étang et se traînait jusqu'au bain ; mais il n'eut pas la force de se jeter dans l'eau tiède, et aussitôt il expira. Alors le gardien comprit. La défaillance de l'un, la constance des autres lui expliquèrent sa vision ; son cœur fut bouleversé, la foi l'envahit, en voyant dans la neige les vaillants à demi-morts déjà, mais sur qui planaient les éternelles récompenses, et, tout près, le cadavre déshonoré du renégat. Aussitôt il réveille les soldats : « Je suis chrétien ! » leur crie-t-il. Et, se dépouillant lui-même, il court prendre la place laissée vide.

 

Guillaume Apollinaire utilise cette référence dans le poème La Chanson du mal-aimé, paru en 1913 dans son recueil Alcools, comme une image de la constance amoureuse au milieu des souffrances :

 

J'ai hiverné dans mon passé
Revienne le soleil de Pâques
Pour chauffer un cœur plus glacé
Que les quarante de Sébaste
Moins que ma vie martyrisés

 

 

http://www.myartprints.com/kunst/anonymous/martyrs_sebaste_fragmentblack_hi.jpg

Les Quarante Martyrs de Sébaste (Fragment) Mer Noire (17e siècle),

London, Private Collection Richard and Kailas Icons (Source)

 

 

Sources:

 

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Quarante_martyrs_de_S%C3%A9baste

(2) http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20140309&id=14757&fd=0

(3) http://www.magnificat.ca/cal/fr/saints/les_quarante_martyrs_de_sebaste.html

 

 

Autres saints militaires chrétiens engagés dans l'armée romaine (non exhaustif) : saint Maurice et comp. martyrs de la Légion Thébaine (v. 286), saint Victor, saint Georges, saint Sébastien, saint Martin de Tours, saint Ferréol, saints Serge et Bacchus, saint Corneille, centurion baptisé par saint Pierre († Ier s.), saint Théodore, soldat et martyr († 304)

 

 

. 6 octobre 2013 - Commémorations du 17e centenaire de l'édit de Milan

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 23:39
Hollande aurait-il snobé le dîner du CRIF ?

Retenu à Bruxelles par la prolongation d'un sommet extraordinaire UE-Turquie sur la crise des migrants, François Hollande a exceptionnellement été absent du 31e dîner du Crif, lundi 7 mars, a annoncé l'Elysée.

En son absence, c'est le Premier ministre qui a répondu, dans un discours préparé par le chef de l'Etat et complété par ses soins, aux inquiétudes de Roger Cukierman, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France.

Presque tous les prétendants à la primaire de la droite avaient fait le déplacement: Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Nathalie Kociusko-Morizet,  Nadine Morano et Hervé Mariton. Le président des Républicains Nicolas Sarkozy, lui, est parti avant les discours.

Parmi les convives figuraient une petite dizaine de membres du gouvernement, dont Bernard Cazeneuve (Intérieur), Jean-Jacques Urvoas (Justice), Jean-Yves Le Drian (Défense), Najat Vallaud-Belkacem (Education) et Jean-Vincent Placé (Réforme de l'Etat), ainsi que les présidents des deux chambres du Parlement, Claude Bartolone et Gérard Larcher, la maire de Paris Anne Hidalgo, le procureur de la République François Molins, le préfet de police Michel Cadot.

 

«Nous vivons une vie retranchée»

«Nous vivons une vie retranchée. Nous avons le sentiment angoissant d'être devenus des citoyens de deuxième zone», avait souligné un peu plus tôt le président de la vitrine politique de la première minorité juive d'Europe, forte d'un demi-million de membres.

Pour le Premier ministre, «les Français juifs ne doivent pas douter de la France. (...) Les Juifs de France ont bâti la France. Ils doivent continuer de la bâtir !»

 

Source: https://francais.rt.com/france/16824-retenu-bruxelles-hollande-absent-diner

 

"Nous vivons une vie retranchée". C'est drôle, dans la réalité les Juifs occupent tous les plateaux médiatiques et les ministères.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 17:12

Alors que l'on célèbre partout la journée internationale des droits des femmes, il n'est pas interdit de réfléchir aujourd'hui à la situation de la femme et sa considération bien plus mauvaise que l'on ne dit.

 

Faisons d'abord quelques rappels historiques. C'est la gauche radicale et "laïque" et les francs-maçons qui se sont opposés au droit de vote des femmes, sauf l'Eglise, au motif qu'un vote des femmes risquait de "ramener au pouvoir les ennemis" de leur "république".

 

Aujourd'hui, c'est encore cette "gauche" "laïque" avec ses "féministes" qui est très mal placée pour évoquer et défendre les droits des femmes. Explications.

Source: La faute à Benoît XV et au sénat, Le Progrès, 21 avril 2014 https://twitter.com/HaussmannParis/status/461215896586162176/photo/1?ref_src=twsrc^tfw

Source: La faute à Benoît XV et au sénat, Le Progrès, 21 avril 2014 https://twitter.com/HaussmannParis/status/461215896586162176/photo/1?ref_src=twsrc^tfw

Autre source, "La faute à Benoît XV et au sénat", Bien public, Le 21/04/2014 à 05:00 mis à jour à 20:58

De 1919 à 1940, des propositions de loi en faveur du vote des femmes sont adoptées, mais refusées par le Sénat.

 

En 1923, le député du Gers Joseph Barthélemy remit à l'ordre du jour la question du vote des femmes devant le "Parlement". Il égréna les "objections fantaisistes" des bonnes consciences républicaines qui freinaient des quatre fers pour ne pas voter cette avancée égalitaire.

 

Il critiqua l'objection selon laquelle la femme était "inférieure" :

 

"La femme n'est pas inférieure, elle est seulement différente et complémentaire."

 

Il rejetta l'objection selon laquelle "la femme admise aux droits politiques émettrait des votes extrémistes ou réactionnaires. C'est là pure affirmation contredite par l'expérience", leur lança-t-il.

 

Il balaya également l'objection selon laquelle "la femme est faite pour le foyer" :

 

"ce n'est pas la participation aux comices, dit-il, qui éloignera la femme de son foyer, elle n'en sera pas plus éloignée que par sa participation à un marché ou à une foire, et puis enfin les conditions actuelles ont jeté dans la lutte pour la vie des milliers de femmes, il est juste qu'elles puissent défendre leurs intérêts tant par leurs bulletins de vote qu'au sein des assemblées politiques !"

 

Il rappela enfin qu'en 1923,

 

"les femmes votent en Suède, en Norvège, au Danemark, en Finlande, en Estonie, en Lituanie, en Lettonie, en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Autriche, en Allemagne, en Hongrie, en Belgique ; elles participent aux élections locales et un certain nombre d'entre elles aux élections législatives."

 

Et donc qu'en Europe,

 

"la France tend à devenir une exception en restant masculine..."

 

(Source : Droit de vote des femmes : le Sénat freine des quatre fer, "L'Intransigeant, paru en 1923)

La femme au "Moyen Âge" votait. L'exclusion des femmes ne date donc pas des "siècles obscurs" mais vient plus tard de la modernité.

 

Il y eut à partir de la dite "Renaissance" une résurrection du droit romain antique contre le droit chrétien. Cette évolution vit une régression lente, progressive, mais spectaculaire des droits de la femme.

 

Alors qu'au Moyen Âge, les femmes pouvaient travailler, voter, être indépendante, diriger des ordres monastiques masculins, la régression de leurs droits a culminé en 1804 avec la promulgation du code civil où la femme était quasiment réduite à une incapable et vit son droit de vote supprimé jusqu'en 1945. (Cf. Les différents ouvrages de l'historienne médiéviste Régine Pernoud.)

 

Sans compter les publicités intempestives continues mettant en scène ou montrant le corps de la femme d'une manière dégradante voire pornographique, nous vivons une époque où les gauchistes remplis de moraline et les "féministes" qui devraient s'en offusquer ne disent rien quand ces dernières ne se mettent quasiment pas nues elles-mêmes ("femen") pour promouvoir des idées aux antipodes des droits et des intérêts bien compris de la femme.

 

"Les femmes n’ont jamais été autant asservies !" La sexologue Thérèse Hargot, diplômée en philosophie et en sciences de la famille et de la sexualité, qui a publié "Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque)" chez Albin Michel, l'a expliqué dans un entretien à "Boulevard Voltaire" :

 

"Les femmes n'ont jamais été autant asservies !

 

On ne devrait pas parler de féminisme à partir où c'est tout un courant de pensée, un courant idéologique qui se positionne contre les femmes, contre le corps des femmes, avec à la base une haine du corps des femmes. Pourquoi? Parce que ce corps, je le déteste, il m'empêche de travailler comme un homme, il m'empêche d'être libre comme un homme, on veut s'en détacher, on veut s'en libérer. Et bien, ce n'est pas féministe que de penser cela. Au contraire, être féministe ce serait de dire j'accueille le corps qui est le mien, j'y trouve un sens, une force, une puissance. Et je me dis au lieu de modifier mon corps, je veux modifier les structures de notre société qui m'empêche d'être telle que je suis, moi femme, avec tout ce qui me compose, dans cette société actuellement."

 

Puisque tout peut être changé et que rien n'a réellement de valeurs, l'éternelle volonté de celles qui se prétendent faussement "féministes" de déconstruire les choses, même les plus naturelles, montre qu'en plus de ne pas aimer leurs corps, elles n'aiment pas non plus leurs propres idées.

 

En réalité, les gauchistes et les "féministes" montrent qu'ils n'aiment ni la femme ni son corps, parce qu'ils ne s'aiment pas eux-mêmes.

Partager cet article
Repost0