Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 19:34
https://lanuovabq.it/it/comunione-in-bocca-nessun-rischio-per-la-salute

https://lanuovabq.it/it/comunione-in-bocca-nessun-rischio-per-la-salute

COVID infecte les cellules des muqueuses des voies respiratoires principalement en voyageant à travers des gouttelettes ou dans une forme hydro-gazeuse d'aérosol. Ainsi, tant que la salive ne passe pas de l'état liquide, comme elle est normalement dans la bouche, à l'état de gouttelettes ou d'aérosols, elle est potentiellement inoffensive. C'est pourquoi la communion dans la bouche ne peut pas être contre-indiquée. Un médecin l'explique.

 

 

Cher directeur,

Je travaille dans un hôpital avec des patients COVID, ce qui m'a amené à approfondir et à discuter du sujet également avec d'autres collègues. Selon la littérature scientifique, nous sommes parvenus aux conclusions suivantes: contrairement aux autres virus, le coronavirus attaque directement les muqueuses des voies respiratoires supérieures (nez, pharynx et larynx) et inférieures (bronches et bronches), directement sur ses récepteurs et sans passer par voies lymphatiques et sanguines comme le font d'autres virus.

 

COVID infecte les cellules des muqueuses des voies respiratoires principalement en voyageant à travers des gouttelettes ou dans une forme hydro-gazeuse d'aérosol. Par conséquent, bien que cela ait été supposé, la transmission par contact n'a jamais été démontrée jusqu'à présent.

 

Les paumes des mains et du bout des doigts, comme la salive, sont les principaux vecteurs du Coronavirus, mais il est difficile qu'elles puissent provoquer une infection en ne contenant pas de virus sous forme de gouttelettes ou d'aérosols: en effet le Coronavirus doit "prendre son envol" pour infecter.

 

Tant que la salive ne passe pas de l'état liquide, comme elle est normalement dans la bouche, à l'état de gouttelettes ou d'aérosols, elle est potentiellement inoffensive. La salive devient dangereuse lors de la nébulisation de gouttelettes avec éternuements ou toux ou en parlant fort à courte distance.

 

Sans masque ou avec masque abaissé sous le nez, les gouttelettes de salive après un éternuement atteignent jusqu'à 6 mètres, (donc 1 mètre ne suffirait pas), après avoir toussé jusqu'à 2 mètres.

 

Les paumes des mains et du bout des doigts peuvent être des dépôts de virus, mais elles peuvent difficilement être la cause d'une infection directe, donc certaines solutions suggérées, telles que la désinfection des mains à l'église avant de recevoir l'hostie, ou le port de gants sont, à mon avis, discutables. Et je ne dis pas inutile, mais ces manoeuvres ne nous protégeront certainement pas principalement contre les infections.

 

Et même la salive, même si elle contient des virus, ne peut pas infecter tant qu'elle reste liquide dans la bouche et ne passe pas dans un état d'air (même si la vieille femme classique gratte les doigts du prêtre, ce qui devrait en tout cas être évité en prenant l'hostie avec les lèvres).

 

De plus, la salive contient du lysozyme qui est un désinfectant naturel, qui agit également contre les virus: le lysozyme même est désormais également utilisé comme médicament contre le coronavirus.

 

En conclusion, les méthodes de réception de l'hostie sont à mon avis indifférentes et potentiellement à la fois inoffensives en ce qui concerne le risque de coronavirus.

 

Il faudra plutôt accorder beaucoup plus d'attention aux autres gestes barrières, c'est-à-dire aux masques, en évitant les éternuements ou la toux dans l'église et surtout au moment de la communion devant le prêtre quand il faut nécessairement retirer le masque pendant quelques secondes pour recevoir l'hostie.... d'une manière ou d'une autre..

 

Nous avons souvent été attaqués sur l'affaire Galilée, quand, le Père jésuite Grassi a voulu imposer une fausse idée scientifique (d’une durée de 2 siècles !) juste pour défendre ses convictions, pas même théologiques, mais cléricales : je voudrais empêcher que des choses similaires ne se répètent, autant que j'aime l'Église.

 

Alors que la terre et le soleil continuaient de tourner à leur manière, quelles que fussent les idées des jésuites, le coronavirus fait de même et n'infecte que par l'air, peu importe qui est pour ou contre la communion dans la bouche ou les mains.

 

On pourrait dire avec une expression efficace que COVID ne se déplace que par voie aérienne, mais qu'il ne navigue pas par la salive tant qu'il reste sous forme liquide dans la bouche. Pour confirmer ce qui précède, lors de l'épidémie de COVID, les chirurgiens ont réduit les interventions faites en laparoscopie précisément pour éviter qu'en soufflant du gaz dans l'abdomen ne s'échappent aux valves des gouttelettes aéroformes contenant le Coronavirus.

 

En résumé, cela devrait être une bonne nouvelle pour tout le monde: savoir qu'aucune des 2 façons de recevoir l'hostie ne représente réellement un risque sérieux d'infection. Par cela, je ne veux pas du tout diminuer l'importance des précautions d'hygiène suggérées jusqu'à présent.

 

Cordialement

 

Dr Fabio Sansonna

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Religion Liturgie Sciences