Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 10:43

L'opinion de Joseph Savès sur Herodote.net :

L'absurdité de la commémoration des attentats contre Charlie Hebdo

Charlie : une commémoration malvenue

La débauche actuelle de commémorations est hors de saison alors que le pays vit sous l'état d'urgence et que chacun se demande avec angoisse où aura lieu le prochain attentat. Joseph Savès y voit un symptôme de la sénilité de notre classe politique !...

Pendant la première décade de janvier 2016, la France officielle et médiatique n'a eu d'yeux que pour l'attentat contre Charlie Hebdo, un an plus tôt, le 7 janvier 2015. Le président de la République a dévoilé différentes plaques commémoratives et même octroyé la Légion d'Honneur à une vingtaine de victimes.

Le plus curieux est que personne ne se soit interrogé sur la pertinence de ces manifestations alors que le pays vit sous l'état d'urgence et que chacun se demande quand et où aura lieu le prochain attentat !

 

Commémorer le passé pour ne pas affronter le présent

Il est sans précédent à notre connaissance qu'un État commémore une attaque contre lui-même avant d'avoir vaincu ses agresseurs. En l'occurrence, nous en sommes loin, pour preuve l'attentat à la ceinture d'explosifs contre un commissariat parisien évité de justesse le jour même de l'anniversaire de celui contre l'hebdomadaire satirique.

Imagine-t-on Churchill en juin 1941 dévoilant une plaque à la mémoire des victimes de l'évacuation de Dunkerque, un an plus tôt, alors que son pays doit plus que jamais se mobiliser contre l'agresseur allemand ?...

L'autre caractère étrange de ces journées est la confusion entre victimes et héros.

Ainsi la Légion d'Honneur a-t-elle récompensé de malheureux quidams qui ont eu la malchance de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment et, plus fort encore, de joyeux anarchistes - les dessinateurs de Charlie - qui ont fait profession de pourfendre les institutions qui, aujourd'hui, les honorent à titre posthume. Les voilà hissés au même niveau que des soldats, des policiers ou des pompiers « morts pour la France » ou « Morts au service de la France » ! Qu'y comprendre ?

Sans doute les historiens du futur verront-ils dans cette folle décade un symptôme de la sénilité des classes dirigeantes de ce pays. Sans repères, sans vision, sans énergie, elles se jettent dans la politique commémorative et compassionnelle pour éviter d'avoir à réévaluer leurs choix passés à l'aulne du présent.

Le retour de flamme risque d'être très brutal si la France devait dans les prochains mois subir de nouvelles attaques terroristes. Le président et la classe politique dans son ensemble se verraient alors accusés de n'avoir pas préparé les citoyens à affronter le danger et de les avoir moralement désarmés en figeant le souvenir des premières attaques dans le marbre des plaques commémoratives.

Ayant laissé croire que les difficultés étaient derrière nous, ils n'auront plus l'autorité indispensable pour contenir les accès de colère, comme en Corse dans les jours qui ont suivi l'accession des nationalistes au pouvoir.

 

La machine à assimiler en panne

Citoyens lambda, nous attendons de nos dirigeants qu'ils analysent la situation avec franchise et agissent en conséquence, en-dehors de tout calcul politicien ou électoral.

Que voyons-nous ? Des jeunes gens pour la plupart nés en France (ou en Belgique) rejettent notre société avec ses valeurs (générosité et quasi-absence de préjugé racial ou religieux, que démontre le nombre plus élevé que partout ailleurs de mariages mixtes) et ses exigences (promotion par l'école et le travail).

Ils se consolent de leurs échecs personnels en suivant une doctrine haineuse qui est déjà en passe de détruire le monde musulman arabo-sunnite.

Leurs entreprises assassines sont le fruit amer d'une politique qui cumule depuis trois décennies l'abandon de la France périphérique, ouvrière et populaire, et les lâches accommodements à l'égard des communautarismes issus de l'immigration.

En 1984 très exactement, la gauche au pouvoir lâchait son électorat ouvrier et populaire en s'alignant sur la doctrine économique de la droite libérale. Dans le même temps, elle tentait de se rallier les nouveaux électeurs issus de l'immigration avec la fondation de SOS Racisme.

Depuis lors, elle impose dans la sphère médiatique et jusque dans les rangs de la droite un discours insensé qui stigmatise la France, sa culture et son Histoire, et d'autre part prête aux Français « de race blanche » des pensées racistes et des comportements discriminatoires dont ils sont à dire vrai plus éloignés qu'aucun autre groupe humain !

Si notre analyse est validée, l'issue s'impose d'elle-même : nous réapproprier notre Histoire et notre culture, valoriser la citoyenneté française plutôt que la brader, nous dissocier des désordres moyen-orientaux et notamment de la rivalité ethnique entre Arabes, Perses, Kurdes et Turcs, qui ne nous concerne en rien et à laquelle nous ne pouvons rien. Un programme à l'exact opposé de celui dans lequel nous sommes aujourd'hui engagés.

 
Joseph Savès
 
Source: Herodote.net
L'absurdité de la commémoration des attentats contre Charlie Hebdo
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 10:25
Les deux raisons de la méfiance occidentale à l'égard de la Russie

Ancien énarque, homme politique et essayiste français, Ivan Blot se rend régulièrement en Russie puisqu’il participe aux réunions du groupe de Valdaï, un forum international rassemblant des experts dans le but de discuter de la Russie et de son rôle dans le monde. Avec La Russie de Poutine, il signe un lire de philosophie politique pratique édifiant, un livre qui prend le contre-pied des préjugés répandus sur la Russie. Il a répondu à des questions pour Aleteia où il explique notamment les raisons de la méfiance occidentale à l'égard du président russe Vladimir Poutine.

La Fédération de Russie est un État laïque. Mais il y a un renouveau religieux important. La laïcité à la russe n’interdit pas la coopération avec les religions mais selon le principe de la proportionnalité (c’est un peu la laïcité « positive » que Sarkozy avait défendue). L’État aide en fonction de la proportion de citoyens ayant telle ou telle confession : 80% à l’orthodoxie, 10% à l’islam et le reste aux confessions bouddhiste et juive. Ce sont les religions historiquement traditionnelles et admises comme telles. Les musulmans russes dans leur grande majorité sont aussi des patriotes russes. Le grand muphti a demandé aux musulmans de prier pour l’âme de saint serge de Radonège (XIVe siècle) parce qu’il était aussi un grand patriote !

On construit actuellement dans l’agglomération de Moscou plus de 200 églises ! On est dans un monde fort différent de la France actuelle.

La politique familiale est une des grandes réussites de Poutine. La natalité s’est redressée et la population augmente depuis quatre ans. La politique familiale a un volet financier et un volet moral. Par exemple, dès la deuxième naissance, une famille touche 7 000 euros de prime. On l’aide aussi à rembourser les prêts du logement. Les bébés nés le jour de la fête nationale sont qualifiés de « bébés patriotes » et certaines régions offrent une voiture aux parents !

Par ailleurs, le statut moral de la famille est revalorisé. Pas question de « mariage pour tous » et la propagande homosexuelle envers les enfants est interdite. L’État a créé la fête de l’amour du mariage et de la fidélité et décore les couples méritants. Des publicités dans le métro de Moscou vantent les mères qui ont trois enfants.

 

[...] La méfiance est due à deux raisons, géopolitique et culturelle, voire spirituelle.

Tout d’abord, l’Europe est soumise politiquement aux États-Unis, or ceux-ci ont dévoilé leur politique de domination mondiale dans un livre Le grand échiquier. L’auteur Zbigniew Brzesinski explique que les USA dominent le monde et le civilisent en même temps (sic). Un français appréciera de savoir qu’il doit la civilisation aux Américains ! Mais les USA sont situés sur un continent marginal, l’Amérique alors que le continent eurasiatique rassemble les Européens, les Russes, les Chinois et les Indiens entre autre. Si l’Eurasie s’unifie, elle sera plus puissante que l’Amérique. Le conseiller des présidents américains note que l’Europe reste soumise, qu’il faut surveiller la Chine mais surtout qu’il faut démembrer l’empire russe qui concurrence les USA ; il propose d’abord de séparer la Russie et l’Ukraine d’où le coup d’État qui eut lieu à Kiev et la guerre de Kiev contre ses propres citoyens autonomistes de l’est (Donbass). Ensuite, il propose de diviser entre trois Etats ce qui reste de la Russie : tout cela est exposé sans la moindre gêne. L’ennemi est russe. Aujourd’hui, un autre ennemi est apparu, Daesh, et cela gêne bien les élites américaines.

La deuxième cause de la propagande anti-russe est le côté conservateur traditionaliste et patriote de la Russie. Les élites occidentales ont renié le christianisme et défendent un égalitarisme et un matérialisme agressifs. Les peuples européens et aussi américain commencent à se rebeller contre ces élites qui nient l’héritage de notre civilisation. Poutine a dit que l’Occident était devenu relativiste et mettait sur le même plan les valeurs de Dieu et de Satan. Première conséquence selon lui : l’effondrement démographique. La baisse de la natalité et l’immigration menacent de faire disparaitre l’Occident (voir son « discours de Valdai » de 2013).

Les élites gauchisantes et coupées du peuple (oligarchies) ne supportent pas ce discours de la nouvelle Russie. On voit donc que le malaise est profond mais on doit conserver l’espoir. Les milieux économiques européens sont très hostiles aux sanctions antirusses et veulent coopérer avec la Russie même si cela déplait à l’Amérique. Par ailleurs, les peuples se révoltent peu à peu contre cette nouvelle classe oligarchique qui les dominent et qui n’a que mépris pour les angoisses des simples citoyens face à la criminalité croissante, l’invasion migratoire et l’abandon des valeurs traditionnelles, famille, propriété et patrie. Je pense qu’à l’avenir, l’Europe et la Russie se rapprocheront car l’Histoire, la géographie et nos racines chrétiennes communes nous mèneront à un tel résultat."

Propos recueillis par Jean Muller

La Russie de Poutine d’Yvan Blot. B. Giovanangeli, janvier 2016, 15 euros.


Source: Aleteia

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 06:30

Louis XVI était « profondément charitable. Il lui arrivait, de bon matin, de se rendre à pied chez les familles les plus pauvres de Versailles.

"Parbleu, Messieurs, dit-il un jour en riant à l'adresse des gardes qui venaient de le retrouver, il est cruel que je ne puisse aller en bonne fortune sans que vous le sachiez !"

Un roi visitant les chaumières, cela ne s'était pas vu, depuis Henri IV !

Un jour, le directeur des Bâtiments, La Billarderie d'Angiviller, se vit tancer pour avoir dépensé en son absence 30.000 livres afin de restaurer une pièce des petits appartements :

"J'aurais rendu trente familles heureuses !' clamait-il avec indignation dans tout le château.

Sur sa cassette personnelle qu'on appelait le Comptant du roi, il entretenait quantité de familles nobles ou d'officiers sans fortune, des femmes ou des filles de militaires, réglait les dégâts et accidents de chasse, alimentait les bonnes œuvres du curé de Versailles.

En avril 1781, il visita incognito l'Hôtel-Dieu où s'entassaient à trois ou quatre par lit des centaines de malades et de malheureux, dans des chambres qui ressemblaient à des cloaques. Il en ressortit en pleurs, décidant de prendre à sa charge la création de lits individuels et de dortoirs spécialisés pour chaque type d'infection. »

 

Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Perrin Editions, Lonrai 2012, p. 245-246.

Louis Auguste, dauphin, décrivait à l'âge de treize ans dans ses Réflexions sur mes entretiens avec M. le duc de la Vauguyon [1] « une monarchie patriarcale :

"Le roi, le berger, le père ne sont qu'une même chose." Il n'y a pas de différence entre gouverner une famille et gouverner un Etat ! (Dixième entretien)

Le bon roi est au services de ses peuples dont il doit faire le bonheur, sans rechercher sa propre gloire:

"Je me garderai bien de toujours parler aux peuples de mes besoins et presque jamais des leurs; je veux qu'ils sachent que mon premier désir et mon soin principal seront toujours de les soulager, de les décharger et de les encourager..." (Septième entretien) »

 

Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Perrin Editions, Lonrai 2012, p. 47-48.

Avant d'être exécuté, Louis XVI pardonne encore et prie pour ses ennemis :

21 janvier 2016 : 223e anniversaire de la mort du Roi Louis XVI

Je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France.

Louis XVI, cité in Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Paris, Perrin, 2005

En mémoire du saint roi Louis XVI, mort en martyr catholique "en haine de la Foi" (Pie VI) le 21 janvier 1793 à 10 h 22 place de la Révolution (actuelle "Place de la Concorde", Paris),

jeudi 21 Janvier 2016, rendez-vous de tous les royalistes, place de la concorde à Paris, pour la commémoration de la mort du roi Louis XVI.

Source: UCLF

 

A l'occasion du 223e anniversaire de la mort du Roi Louis XVI, dimanche 24 janvier, l’Institut de la Maison de Bourbon vous prie de bien vouloir assister à la messe qui sera célébrée pour la France et la Famille Royale, en présence de Monseigneur le duc d’Anjou, Chef de la Maison de Bourbon, en la Chapelle Expiatoire à 10h 30. Square Louis XVI 62, rue d’Anjou 75008 Paris.

Source: UCLF

 

Liste des messes : http://www.messes-louisxvi.com/

Saint Louis XVI, Roi de France, priez pour nous !

Notes

 

[1] Les Réflexions sur mes entretiens avec M. le duc de la Vauguyon, est un ouvrage du Dauphin qui contenait trente-trois de ses réflexions, dont une copie postérieure faite par le comte de Provence fut découverte en 1836 et publiée en 1851 par le Comte de Falloux. L'ouvrage a été réédité en 2000 par Culture et Tradition, Paris, avec une préface de Jean Meyer. Il a fait l'objet d'une analyse fouillée par Ran Halévi (Le Savoir des Princes, du Moyen Âge aux Lumières, Fayard, Paris 2002.)

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 13:20
35 idées pour vivre la Miséricorde au quotidien

1. Résistez au sarcasme, l’opposé de la miséricorde.

 

2. Partagez vos biens avec les plus nécessiteux.

 

3. Appelez une personne seule, surtout si vous connaissez la raison de sa solitude.

 

4. Écrivez et envoyez une lettre de pardon à une personne.

 

5. Planifiez un mini-pèlerinage.

 

6. Adoptez un comportement responsable sur Internet.

 

7. Soyez assez généreux pour permettre à quelqu’un de vous aider. Les gens ont besoin de se sentir utiles.

 

8. Proposez vos services de garde d’enfants ou de cuisine à une maman surchargée afin qu’elle puisse se consacrer à elle pendant quelques heures.

 

9. Tenez votre langue.

 

10. Proposez de faire les courses d’une personne qui ne peut pas sortir de chez elle.

 

11. S’il vous est difficile de vous asseoir à côté d’un sans-abri, envoyez au moins un don à une association.

 

12. Si vous partagez votre nourriture, prenez la plus petite part.

 

13. Proposez d’emmener en voiture une personne âgée à la messe.

 

14. Coupez votre téléphone et essayez de prêter une véritable oreille attentive à ceux qui vous entourent.

 

15. Profitez des soldes pour acheter de petites choses utiles, des articles de toilette par exemple, et les offrir autour de vous.

 

16. Lisez l’encyclique Dives in Misericordia écrite par Jean Paul II.

 

17. Organise un petit rituel en fin de la journée pour demander pardon aux personnes avec qui tu vis.

 

18. Rédigez une liste de vos « ennemis » et priez chaque jour pour eux.

 

19. Décidez de sourire, de dire bonjour, de converser avec des gens qui ne font pas partie de votre cercle de fréquentations quotidiennes.

 

20. Offrez quelque chose qui vous plaît vraiment à quelqu’un à qui vous savez que cela lui fera plaisir.

 

21. Répondez à la provocation avec le respect que vous souhaiteriez que l’on vous témoigne.

 

22. Consacrez quelques minutes de votre semaine pour vous rendre à l’église, vous y recueillir ou être simplement avec le Christ Miséricordieux.

 

23. Lorsque la conversation tourne aux ragots, essayez de changer de sujet.

 

24. Vous jouez d’un instrument de musique ? Vous récitez de la poésie ? Offrez des « concerts » gratuits aux oubliés des maisons de retraite.

 

25. Allez vous recueillir sur la tombe de l’un de vos proches et pendant que vous marchez, récitez un chapelet pour tous les autres défunts inhumés en ce lieu.

 

26. Faites une retraite. Si cela vous est impossible, tentez au moins de consacrer une journée, ou une soirée, au recueillement.

 

27. Reconnaissez votre jalousie, avouez-la à vous-même et à votre confesseur.

 

28. Proposez-vous de prier avec l’autre, et pourquoi pas une personne que vous rencontrez dans la rue et qui semble en éprouver le besoin.

 

29. Gardez vos images pieuses ou vos médailles bénies à portée de main et offre-les aux personnes que vous rencontrez, en signe de bénédiction.

 

30. Offrez votre hospitalité à des personnes que vous n’inviteriez pas chez vous spontanément.

 

31. Organisez une fête avec d’autres paroissiens et invitez-y tous ceux qui sont à la « croisée des chemins ».

 

32. Si l’une de vos connaissances semble ne pas avoir la foi, partagez un peu de la vôtre, dis-lui à quel point le Christ a changé votre vie.

 

33. Payez le parking ou le péage de celui qui est derrière vous.

 

34. Lisez le pape Benoît XVI, il vous surprendra.

 

35. Priez chaque jour pour les âmes du Purgatoire. Priez pour tes défunts.

 

Source

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 07:11

Les faits se seraient déroulés vers la mi-décembre. Des dizaines de tombes du cimetière d'un monastère chrétien à l'ouest de Jérusalem vandalisées. "Les croix en béton et en bois de plusieurs tombes ont été brisées et jetées à terre". Le monastère de Beit Jamal appartient à la congrégation des Salésiens, et est situé non loin de la ville israélienne de Beit Shemesh.

 

Contrairement aux profanations ou tentatives d'incendie de lieux saints chrétiens ces dernières années, attribuées à des extrémistes juifs, aucun slogan antichrétien n'a été retrouvé près des tombes, a indiqué Wadi Abounassar, un porte-parole des églises catholiques en Terre Sainte interrogé par l'AFP.

 

Une désacralisation similaire avait eu lieu dans le même cimetière en 1981, a rappelé le patriarcat, soulignant que les auteurs n'avaient pas été arrêtés. "Nous demandons que ce genre d'actes soient traités par les autorités israéliennes avec plus de sérieux", a ajouté le porte-parole.

Israël: Des dizaines de tombes du cimetière du monastère chrétien "Beit Jamal" (ouest de Jérusalem) vandalisées

Source: Israël: des tombes chrétiennes vandalisées, Par Le Figaro.fr avec AFP, Mis à jour le 09/01/2016 à 18:35 Publié le 09/01/2016 à 18:33

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 06:45
Couronnement de la Vierge (Cathédrale de Poitiers)

Couronnement de la Vierge (Cathédrale de Poitiers)

Sous des badigeons du XVIIIe siècle, un trésor gothique a été mis à jour dans la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers.

 

C’est un ensemble sans équivalent en France qui a été découvert dans la cathédrale de Poitiers : plus de 750 m2 de peinture médiévale étaient cachés sous un enduit postérieur. Le chantier de restauration encore en cours sera révélé aux yeux du public en mai 2016. 

Une découverte inédite… ou presque 

Tout a commencé lors des travaux initiés en janvier 2012 sur la voûte du transept sud de la cathédrale à la suite d’infiltrations d’eau. Les sondages réalisés avec l’ouverture de « 55 fenêtres » ont révélé la présence de peintures murales médiévales sous le badigeon XVIIIe. En janvier 2015, les travaux de dégagement de l’enduit sont lancés et coordonnés par un architecte en chef des monuments historiques. Or, ces travaux n’avancent pas aussi rapidement que prévu : le dégagement progresse d’un mètre carré par semaine et par personne ! Il s’agit en effet de retirer le badigeon avec un scalpel mais aussi de recoller la peinture ancienne au fur et à mesure à l’aide d’une seringue. La tâche est rendue difficile par le brossage et le grattage effectués au XVIIIe siècle afin que le nouvel enduit apposé à l’époque adhère le mieux possible à la pierre.

Il ne s’agit pas non plus d’une surprise totale puisque la présence d’un décor peint médiéval était mentionnée dans des sources écrites comme l’explique Anne Embs, conservatrice des monuments historiques de la région Poitou-Charentes, et que le décor avait déjà bénéficié de quelques sondages fragmentaires en 1990.

Des décors très bien conservés 

Les peintures murales (et non fresques comme cela est mentionné à tort dans de nombreux articles, et oui la technique diffère !) illustrent quatre grandes scènes :

  • Le Sein d’Abraham, soit la demeure des Justes après la mort et jusqu’à la résurrection
  • Le Couronnement de la Vierge, avec des éléments d’architecture de style gothique rayonnant visibles en dessous
  • Le Christ Juge entouré de la Vierge et de saint Jean
  • Un cortège d’anges tenant des couronnes 

 

Ces scènes sont entourées d’une pluie d’étoiles exécutée à l’aide de feuilles d’étain superposées avec une feuille d’or et d’argent. Les figures sont monumentales (environ 3 m de haut) et leur dessin raffiné est de grande qualité. On ne peut qu’admirer la fraîcheur des couleurs et la variété de la palette aux rares nuances de rose, vert, mauve et orange. D’après les analyses scientifiques, des pigments précieux ont été utilisés tels que le bleu azurite, le rouge de cinabre, et des feuilles d’or et d’argent.

Du point de vue stylistique, ces représentations sont à rapprocher du « style de saint Louis » (présent de 1250 au XIVe siècle), ce qui permet de dater les peintures du dernier tiers du XIIIe siècle, soit en pleine période du gothique rayonnant. Ce style est caractérisé par l’allongement des figures, de petites têtes, un véritable raffinement, et un trait linéaire et graphique. Cet ensemble peint est donc en parfaite corrélation avec les vitraux quasi contemporains.

L’opération de restauration de ce témoignage exceptionnel est chiffrée à 800 000 euros et financée par l’État. Le public doit encore attendre fin mai 2016 pour pouvoir découvrir ces peintures sans les échafaudages au sein de la cathédrale. Il semble cependant que l’édifice n’ait pas encore livré tous ses secrets. D’après de nouveaux sondages, d’autres peintures seraient présentes sur les voûtes du transept central…

 

Source: Découverte exceptionnelle de peintures murales médiévales dans la cathédrale de Poitiers, Aleteia, Marie Fournier, 9 janvier 2016

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 15:19

"Notre Père, 2000 ans après, Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font." Des chrétiens évangéliques, le 6 janvier dernier, ont parodié la Une de Charlie Hebdo "Un an après. L'assassin court toujours". "Nous, chrétiens, ne répondons pas aux attaques par la moquerie, l'offense et l'incitation à la querelle mais par le pardon", peut-on lire dans le petit texte accompagnant en ligne cette une.

Source image : Claude Truong-Ngoc https://twitter.com/Ctruongngoc/status/684848903125102592/photo/1?ref_src=twsrc^tfw

Source image : Claude Truong-Ngoc https://twitter.com/Ctruongngoc/status/684848903125102592/photo/1?ref_src=twsrc^tfw

Des protestants évangéliques ont décidé de parodier la une du numéro spécial de "Charlie Hebdo", paru un an après l'attentat djihadiste contre le journal.

 

Sous le titre "Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font", des protestants évangéliques ont décidé de répondre par la parodie à la caricature parue ce mercredi à la une du numéro spécial de Charlie Hebdo, un an après l'attentat qui a visé le journal. Sur cette fausse une de magazine publiée par le site InfoChretienne.com, le titre "Charlie Hebdo" est remplacé par un "Notre Père" dans la même police de caractère. Et à la place du titre "Un an après. L'assassin court toujours", cette mention renvoyant aux paroles de Jésus sur la Croix rapportées par les Évangiles : "2 000 ans après. Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font".

 

Enfin le dieu barbu, armé d'une kalachnikov et à l'habit ensanglanté sous l'oeil "omniscient" dans son triangle laisse place à un grand crayon gommant "les usages abusifs" de la liberté d'expression, "cette liberté si précieuse", explique Guillaume Anjou, directeur de la publication. "Nous, chrétiens, ne répondons pas aux attaques par la moquerie, l'offense et l'incitation à la querelle mais par le pardon", peut-on lire dans le petit texte accompagnant en ligne cette une.

 

Un silence religieux

 

Les représentants des cultes ont globalement assez peu réagi, du moins officiellement, à la caricature publiée mercredi par Charlie. Certes le quotidien officiel du Vatican, L'Osservatore Romano , a estimé qu'"utiliser Dieu pour justifier la haine est un véritable blasphème, comme l'a dit à plusieurs reprises le pape François". Mais à Paris, où le délit de blasphème n'existe pas en droit, la Conférence des évêques de France (CEF) s'est contentée de tweeter : "La CEF ne commente pas ce qui ne cherche qu'à provoquer", ajoutant toutefois : "Est-ce de ce genre de polémique que la France a besoin ?"

"Charlie Hebdo" parodié par des protestants évangéliques

La une de "Charlie Hebdo" parodiée par des protestants évangéliques, AFP Le Point Publié le 06/01/2016 à 19:55 - Modifié le 07/01/2016 à 16:42 | Le Point.fr

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 15:16
Lettre ouverte du père Jean Régis Fropo

Dans une "lettre ouverte" aux dirigeants français, filmée et publiée le 10 février 2014, le Père Jean-Régis Fropo, exorciste du diocède de Fréjus-Toulon, auteur du livre "90 questions à un exorciste. Thérapeutique des emprises maléfiques", s'adressait plus particulièrement à ses "frères dans la foi" et à "tout homme de bonne volonté" :

 

A tous ceux qui exercent un pouvoir quelconque au sein de la France

Vous aurez à en répondre devant Dieu !

Ceci est une lettre ouverte à mes frères dans la foi et à tout homme de bonne volonté.

Dans l’église nous avons célébré récemment la présentation du Seigneur au temple, et comme nous l’avons prié dans l’oraison, Jésus est la véritable lumière, source et foyer de la lumière éternelle, qui fait resplendir au cœur des fidèles, la lumière qui jamais ne s’éteindra.

L’apôtre Saint-Jean le disciple bien aimé, annonce dans le prologue de son évangile, que le verbe, la parole, est la vraie lumière qui brille dans les ténèbres, et les ténèbres n’ont pu l’arrêter.

Nous vivons en France un temps de ténèbres, ou le mal est appelé bien et le bien est appelé malIsaïe V »), avec toute les conséquences désastreuses sur les âmes.

Il faut annoncer la bonne nouvelle de l’Evangile, mais il faut aussi dénoncer, tous ceux qui s’y opposent, c’est ce qu’on fait les Saints, les pères et docteurs de l’église catholique au long des siècles. Nous ne sommes pas dispensés de le faire et nous aurons à rendre compte à Dieu de nos paroles, mais aussi de nos silences.

Alors je vais essayer de vous parler haut et fort.

Honte et déshonneur à vous monsieur le président de la République, qui avait énoncé dans notre pays des législations contraires à la loi naturelle et au bien des citoyens.

Oui malheur au législateur de législation impie dit le prophète Isaïe.

Honte et déshonneur à vous Monsieur François HOLLANDE, qui avez apostasié publiquement votre baptême catholique et qui avez l’audace, de vous présenter au Pape François. Pensez vous que ce soit un naïf, que vous allez tromper par vos mensonges ? Honte à vous, homme trop lâche, pour s’engager officiellement avec une femme, mais assez dévoyé pour changer de partenaire au gré de vos pulsions, vous êtes devenu le sujet de dérision du mon entier et vous donnez une image déplorable de la France, vous en rendrez compte au Dieu vivant et vrai.

Honte et déshonneur à vous Monsieur le Premier ministre (Jean-Marc Ayrault, NdCR.) et à tous vos complices, ministre de vos convertements, prévaricateurs, que vous avez couvert de votre autorité lors de l’adoption de loi impie.

Honte et déshonneur à vous Monsieur le Ministre de l’intérieur (Manuel Valls. NdCR.), votre police et vos CRS, s’acharnent sur des manifestants pacifiques et vous les mêlez à la foule des provocateurs, camouflés en civils.

Le 30 janvier, vous avez souhaité vos bons vœux à 50 personnalités de la Franc-Maçonnerie les félicitant de leur rôle positif dans la construction de la République. Votre collusion avec la Franc maçonnerie, est évidente et intolérable.

Dans le journal du dimanche 2 février, vous traitez les 500.000 manifestants pacifiques de « la manif pour tous » d’antisémite, raciste, homophobe, antirépublicain. Quand c’est un ministre de la République en question, qui se laisse aller à de tels dérapages, on se pose des questions, sur sa légitimité, Monsieur Vals vous devriez relire les histoires de « Robespierre ». Honte et déshonneur à vous Monsieur le ministre de l’éducation nationale (Vincent Peillon, NdCR.), qui avez osé proclamer « il faut être capable d’arracher les enfants à tous les déterminismes familiaux, ethnique, social, intellectuel et religieux » [1], fin citation. Quitte à en faire des orphelins sans père ni mère de futurs anarchistes, sans Dieu ni maitre. Vous avez tenu ces propos particulièrement sectaires, qu’« on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique, ... il faut inventer une religion républicaine. » [2]

C’est un mensonge, car ces quinze siècles de français catholiques qui ont édifié la France ; Vous portez ainsi atteinte à la mémoire de tous les citoyens Français catholiques, qui ont payé de leur vie et de leur sang, lors de deux guerres mondiales, le droit pour leurs descendants de vivre dans un pays libre et démocratique.

De plus vous avez le projet de faire des écoliers déboussolés, de les pervertir dès l’enfance par la théorie subversive et absurde du gender, et une soit-disant éducation sexuelle dont la responsabilité appartient aux seuls parents et non à l’État.

C’est une société totalitaire de la pire espèce que vous voulez nous imposer. Votre haine de la famille et de la religion catholique est évidente.

Honte à vous Madame la ministre (Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Education nationale depuis 2014. NdCR.) qui avez déclaré à France info le dimanche 2 février à 18h20 que la théorie d’une gender n’existait pas, alors que le programme ABCD de l'Egalité du gouvernement est déjà proposé dans dix académies de France. Vous avez menti.

Honte et déshonneur à vous, Madame la ministre des droits des femmes, qui avez osé prononcé à l’Assemblée nationale ces paroles mensongères : « le droit à l’avortement, nous l’avons construit ensemble et il fait partie de notre patrimoine commun. Toute tentative de remise en cause de ce droit fondamental se heurterait à la poigne de l’état de droit. » Fin citation du 19 janvier 2014.

C’est un mensonge, car ce soit disant droit ne fait en aucune manière partie de notre patrimoine qui depuis quinze siècles, est un patrimoine chrétien, édifiant des lois justes au service du bien des personnes, et du Bien commun de la nation.

Par ailleurs vous bafouez le droit français qui affirme à l’article 16 du code civil, je cite « la loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci, et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie ». Vous en rendrez compte au Dieu vivant et vrai.

« Droit à l’avortement », affirmation monstrueuse qui donnerait le droit à une mère de supprimer froidement l'enfant qu’elle porte en son sein. Vous et vos complices du planning familial et autres officines de mort, vous continuez la guerre contre l’enfant à naître, et vous nous menacez avec vos lois impies, mais nous ne craignons pas, les menaces des impies, comme fétu de paille ils seront dispersés

Honte et déshonneur à vous, députés socialistes, vous les nouveaux Hérode, qui avaient voté le massacre des innocents et institué une police de la pensée interdisant aux associations « pro vie » d’aider les mères en détresse (19 Janvier 2014).

La loi Veil, fait deux cent vingt mille victimes par an, soit huit millions de petits français non nés depuis 1975 et vous estimez sans doute que ce n’est pas suffisant.

Honte et déshonneur à vous, hommes politiques de tous bords - sauf exception -, qui avaient été plus ou moins complices de ces infamies par votre inertie et votre silence et qui prenez vos ordres au « Grand orient de France » et autres loges maçonniques. Regardez vos mains, elles sont couvertes de sang.

Honte et déshonneur à vous, journalistes des média pour la plupart - sauf exception - inféodés au gouvernement, incapables d’une parole de vérité, et qui mentez par omission.

Le barbare, détruit ce qu’il ne comprend pas, dit le sage. Les uns et les autres, votre intelligence, obscurcie par le péché, vous rend incapable de comprendre la beauté de la famille et de la procréation confiée dès l’origine avec amour, par le Créateur, au couple humain, homme et femme. Alors, vous voulez les détruire. Vous vous croyez civilisés alors que vous méritez très exactement le nom de barbare.

Honte et déshonneur à vous, évêques, prêtres, et pasteurs, qui - sauf exception en petit nombre -, n’avez défendu que mollement par la parole et les actes, le petit enfant dans le sein de sa mère. «J’étais le plus faible, le plus vulnérable, et le plus innocent, et vous ne m’avez pas défendu », vous dira le juste juge. Vous en rendrez compte, au Dieu vivant et vrai.

Miséricorde et paix à vous mères, qui avez vécu le terrible traumatisme de l'avortement, car l’avortement fait plusieurs victimes, l’enfant et sa mère, mais aussi toute la famille autour. Femmes ignorant la gravité de ce geste banalisé par la loi, femme trompée par une propagande mensongère et une loi inique, à qui on ose dire vous êtes maitresse de votre corps, ce que vous portez n’est qu’un amas de cellules comparable à un kyste, un œuf, qu’il convient d’éliminer si il vous gène. Mensonge, la science actuelle nous apprend que le patrimoine génétique de cet être nouveau est entièrement donné dès la conception; le cœur de cet embryon commence à battre dès la quatrième semaine, et son circuit sanguin est absolument distinct de celui de sa mère : ce sont des preuves scientifiques irrécusables.

A vous mères blessées, le Pape Jean Paul II s’adresse en disant : « l’église sait combien de conditionnement on pu peser sur votre décision et elle ne doute pas que dans bien des cas cette décision a été douloureuse et même dramatique. En réalité ce qui c’est produit a été et demeure profondément injuste; mais ne vous laissez pas aller au découragement, ne renoncez pas à l’espérance, le père de toute miséricorde vous attend pour vous offrir son pardon et sa paix. C’est à ce même père et à sa miséricorde qu’avec espérance vous pourrez confier votre enfant. » Fin de citation

La bienheureuse mère Thérésa de Calcutta, disait : « l’élément le plus destructeur de la paix est l’avortement. Parce que si une mère peut tuer son enfant, ne serait-t-il pas justifié pour moi de vous tuer, et pour vous de me tuer ? Vous combattez la guerre chez les autres nations, mais vous, vous tuez vos enfants, n’est ce pas de l’hypocrisie ? »

Vous vous croyez tout permis, hommes du gouvernement actuel de la France parce que vous exercez un pouvoir de plus en plus totalitaire et exclusif, tant dans les médias que dans les institutions concernant la famille et la santé publique. N’oubliez pas cependant que si vous échappez à la justice des hommes, vous n’échapperez pas à la justice de Dieu, devant laquelle tout homme croyant ou non, athée ou mal croyant, se trouvera au jour de sa mort.

Il est écrit le sort de l’homme est de mourir une seule fois et après vient le jugement (Hébreux IX)

De toute parole mensongère que les hommes auront prononcée, ils en rendront compte au jour du jugement. (Matthieu XII)

Et le livre de l’Apocalypse au chapitre XXI nous avertit: les lâches, les impies, les dépravés, les assassins, les idolâtres, leur sort se trouve dans l'étang brûlant de feu et de souffre, c’est la seconde mort elle est éternelle.

Jésus dans l’Évangile nous a averti et nous avertit encore : si vous ne vous convertissez pas vous périrez tous. Et sur la Croix, une de ses dernières paroles sera : Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.

 

Frères et sœurs dans la foi, hommes et femmes de bonne volonté, prions pour la conversion de ceux qui nous gouvernent.

Prions pour tous les pasteurs de l’Eglise.

Prions pour tous ceux qui ont des responsabilités importantes dans notre pays;

Prions pour la France, et prions pour notre propre conversion à Jésus Christ Seigneur et unique sauveur.

Je suis le Père Régis, je suis prêtre catholique, ingénieur centralien, fils et petit-fils d’officier de la légion d’honneur à titre militaire.

Merci de votre attention et priez pour moi.

 

Aurtre source de la "Lettre ouverte" du Père Jean-Régis Fropo : Paroisse Sainte Agathe La Réunion

Notes

 

[1] Peillon : "Je veux qu'on enseigne la morale laïque", JDD, 1 septembre 2012 | Mise à jour le 4 septembre 2012.

[2] Vincent Peillon a tenu ces propos (sans que jamais aucun journaliste ne lui demande de s'excuser) dans entretien video aux Editions du Seuil publié le 08 octobre 2008 pour la publication de son livre "La Révolution française n'est pas terminée". Dans cet entretien il dit : "On a laissé le moral et le spirituel à l'Eglise catholique. Donc il faut remplacer ça. [...] On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique. Comme on ne peut pas non plus acclimater le protestantisme en France comme on l'a fait dans d'autres démocraties, il faut inventer une religion républicaine. Cette religion républicaine, qui doit accompagner la révolution matérielle, mais qui est la révolution spirituelle, c'est la laïcité. Et c'est pour ça d'ailleurs qu'au début du XXe siècle, on a pu parler de foi laïque, de religion laïque, et que la laïcité voulait être la création d'un esprit public, d'une morale laïque, et donc l'adhésion à un certain nombre de valeurs."

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 12:18

Il faut certes annoncer la Bonne parole de l'Evangile, mais il faut aussi dénoncer tout ce qui s'y oppose.

Que penser dans ces conditions des mots d'accueil des réfugiés émanant des autorités de l'Eglise, mots qui annoncent systématiquement le devoir d'accueil de l'étranger (un devoir que le Christ demande de réaliser à titre individuel...) mais ne rappelent jamais la capacité que le Christ donne aux autorités politiques "en vue du bien commun" (à titre collectif) de "subordonner l'exercice du droit d'immigration", l’immigré étant "tenu de respecter avec reconnaissance le patrimoine matériel et spirituel de son pays d’accueil" (n°2241 du "Catéchisme de l'Eglise catholique") ?

 

Des devoirs des migrants et de la capacité des autorités politiques à limiter l'exercice du droit d'immigration

2241 Les nations mieux pourvues sont tenues d’accueillir autant que faire se peut l’étranger en quête de la sécurité et des ressources vitales qu’il ne peut trouver dans son pays d’origine. Les pouvoirs publics veilleront au respect du droit naturel qui place l’hôte sous la protection de ceux qui le reçoivent.

Les autorités politiques peuvent en vue du bien commun dont ils ont la charge subordonner l’exercice du droit d’immigration à diverses conditions juridiques, notamment au respect des devoirs des migrants à l’égard du pays d’adoption. L’immigré est tenu de respecter avec reconnaissance le patrimoine matériel et spirituel de son pays d’accueil, d’obéir à ses lois et de contribuer à ses charges.

Catéchisme de l'Église Catholique

Migrants : des islamistes infiltrés. Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2015/05/20/Migrants-des-islamistes-infiltres-2334580

Migrants : des islamistes infiltrés. Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2015/05/20/Migrants-des-islamistes-infiltres-2334580

Notes

 

[1] Migrants : des islamistes infiltrés ? , La Nouvelle République.fr, 20/05/2015 05:35

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 13:36

Le scandale s'ajoute au scandale quand des motifs économiques justifient l'innommable.

Scandale des viols en Allemagne : Quand des motifs économiques justifient l'innommable

Le scandale des viols de Cologne durant la nuit du 31 décembre 2015 s'amplifie, la police et les media avouent avoir caché la vérité. (JT TV Libertés du 7 janvier 2015)

 

Une semaine après les faits, on en sait davantage sur ce qu'il s'est passé dans plusieurs grandes villes d'Outre-Rhin. Les media allemands viennent en effet de révéler d'autres cas d'agressions sexuelles à Bielefeld, Düsseldorf, Francfort, Stuttgart, ou encore Hambourg.

Les témoignages des victimes se succèdent et laissent place à des propos terrifiants.

Des exactions jusqu'à présent passées sous silence par l'ensemble des rédactions allemandes, par déni, mais surtout pour ne pas créer de dérapage prétendument discriminatoire. Une attitude soutenue par le ministre de la justice allemand Heiko Maas, qui a mis en garde contre toute "instrumentalisation" de ces agressions.

Scandale des viols en Allemagne : Quand des motifs économiques justifient l'innommable

Suite à ces agressions, Angela Merkel persiste dans sa volonté d'ouvrir les frontières :

 

"Il faut maintenir la liberté de circulation au sein de l'UE, qui peut être un moteur économique, et personne ne sait cela mieux que l'Allemagne", a déclaré la chancelière fédérale allemande.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 16:43
Migrants : la ville de Cologne transformée en un innommable coupe-gorge en l’espace d’une nuit

"Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice." George Orwell

5 jours exactement ont passé entre la réalisation des faits et une rapide dépêche Afp Le Figaro et un article, le 5 janvier. Le silence médiatique sur les agressions sexuelles commises sur des allemandes par des migrants durant la nuit de la Saint-Sylvestre 2015 commence à susciter des réactions. A "droite" comme à gauche", l'indignation est la même, l'appel à la résistance, de plus en plus pressant.

Migrants : la ville de Cologne transformée en un innommable coupe-gorge en l’espace d’une nuit

Sur "Boulevard Voltaire" :

Nuit d’horreur à Cologne, Hambourg et Stuttgart. Plus ancienne des grandes villes allemandes, Cologne a été particulièrement touchée par cette incroyable violence et s’est transformée en un innommable coupe-gorge en l’espace d’une nuit. Le soir du 31 décembre, des centaines de femmes ont été agressées physiquement, et parfois violées, par de jeunes hommes entre 18 et 35 ans « apparemment d’origine arabe et nord-africaine » selon la police locale. Les fameux « migrants » se sont coordonnés pour terrifier des jeunes femmes, laissant libre cours à leurs penchants libidineux d’un autre âge. Pas moins de 90 plaintes (sur plusieurs centaines d’agressions sexuelles) ont été déposées pour la seule ville de Cologne et la seule nuit du 31 décembre 2015.

 

L’information a mis du temps à filtrer dans les grands médias français, probablement tétanisés par l’ampleur de l’affaire. [...]. Nous assistons, pour la première fois de notre histoire moderne, à des agressions sexuelles de masse commises par des hommes étrangers déterminés. Dans les guerres primitives, le viol était utilisé comme une arme par les armées d’invasion pour soumettre les peuples conquis et les terroriser.

 

N’ayons pas peur des mots : les centaines de milliers de « migrants » accueillis par Angela Merkel se comportent en colons menaçant la sécurité, les valeurs et le mode de vie du peuple allemand. Ils y sont encouragés par l’inconscience de la chancelière, laquelle, en un geste de pure soumission, s’est adressée à eux directement en sous-titrant son allocution du Nouvel An en arabe. L’Allemagne est désormais engagée dans le même processus que la France : la méthodique destruction de sa culture millénaire par l’immigration et le multiculturalisme.

 

Le summum de l’horreur a été atteint par madame le maire de Cologne, Henriette Reker. Consciente du gouffre qui sépare les mœurs préhistoriques des désormais fameux « migrants » et celles des Allemands, cette dernière a accusé les femmes d’avoir adopté un comportement inadapté. Pas un mot de madame le maire pour condamner cette barbarie inouïe. Eh oui, il ne faudrait pas provoquer messieurs les « migrants ». Les pauvres vivent dans une telle misère sexuelle… Une femme trop jolie, ou trop courtement vêtue, serait susceptible de les charmer. C’est un discours que j’ai déjà lu dans certaines publications pro-migrants. En poussant le raisonnement, il faudra bientôt que les femmes européennes portent la burqa pour éviter d’être violées, ou bien qu’elles évitent de faire la fête en ville. Quelle funeste régression. Henriette Reker, aveuglée par son amour de l’« autre » le plus lointain, trahit son peuple et son genre en conscience.

 

J’avais révélé, avec le collectif Culture, libertés, création, l’existence d’une fresque raciste subventionnée par la mairie de Paris sur laquelle on pouvait lire un appel au viol : « Les Françaises aux Africains » (http://cultureetlibertes.fr/2015/06/16/fresque-raciste-et-pro-immigration-clandestine-en-plein-paris/). Cette idéologie d’ouverture inconsidérée au tiers monde entraîne les pires exactions. Dans le même temps, Facebook censure la statue de la Petite Sirène de Copenhague pour « nudité inappropriée ». Nous marchons sur la tête et courons tout droit vers notre destruction.

 

Il est temps de se révolter, de dire que nous ne voulons plus de cette immigration imposée par les instances nationales et européennes. Ils sont les Munichois, nous sommes la résistance en marche. Une résistance désormais étendue au continent tout entier. De Rome à Cologne, en passant par Paris, Varsovie ou Budapest, les Européens veulent préserver leur mode de vie.

 

Gabriel Robin

 

Source: Les femmes allemandes devraient-elles porter la burqa ?, Gabriel Robin, Boulevard Voltaire, 06.01.2016

Sur le site "Zebuzzeo", sur une ligne plutôt de "gauche" :

 

"LA FOLIE DE COLOGNE, DE STUTTGART, DE HAMBOURG, DURANT LA NUIT DE LA SAINT SYLVESTRE..."

 

Des agressions sexuelles sur des jeunes filles allemandes à la gare de Cologne et à Hambourg la nuit de la Saint Sylvestre, par des gangs de migrants d’Afrique du Nord, sont certainement dues "à cause de leur tenue vestimentaire". La maire de Cologne, Henriette Reker,appelle désormais à la prudence et demande aux jeunes filles de faire des efforts pour ne pas tenter le diable et « adopter des règles de comportement pour éviter les agressions. » Où comment détourner la réalité des faits.

 

Pourtant, à moins 5°, un 31 décembre, on a du mal à envisager des jeunes filles en mini-jupe se rendant à pied à la gare pour prendre un train ? Et pourquoi justifier le viol par une tenue vestimentaire, qui plus est, des viols en réunion ?

 

« Il y a eu des viols», raconte le policier appelé initialement suite au signalement d’une bagarre entre des centaines d’étrangers autour de la gare. En fait, il y avait près de 2.000 personnes sur place dans un chaos indescriptible. Des fusées interdites explosaient à différents endroits. Des femmes fuyaient en larmes, les vêtements déchirés[1]”

 

Il ne s’agit pas ici d’un problème de comportement, ni de règles à imposer à notre jeunesse, ces jeunes femmes ne se font pas violer à cause de leur tenue vestimentaire, mais parce que des sauvages ont des désirs libidineux non assouvis d’une part, et qu’il est un devoir pour un musulman religieux de répandre sa religion à travers tous les moyens, dont le viol, qui n’est pas considéré comme un crime par l’islam et d’autant plus, un viol commis sur des femmes chrétiennes, juives...

 

Cette volonté de remplacement ethnique par le viol est une nécessité pour imposer une modification de population afin de faire de l’islam la première religion d’occident. D’après Mona Walter, ancienne musulmane convertie au christianisme et sonneur d’alerte, cela fait 1300 ans que cette pratique se perpétue, c’est inscrit dans le Coran et dans les Hadiths.

 

Mona Walter vit actuellement en Suède, où les autorités sont désormais dépassées par l’ampleur et la violence du problème religieux musulman, dont l’intolérance et le refus d’intégration dans la société suédoise, provoque des troubles sans précédent.

 

En France toute forme de racisme envers la communauté musulmane est considérée comme un délit, et de nombreux petits criminels se réfugient désormais derrière cette excuse pour justifier le pire, et la société pour ne pas paraître complice du racisme préfère masquer la vérité et tout autoriser. En Allemagne, en Suède, en Norvège on parvient même à pardonner à un réfugié subsaharien qui viole une enfant de dix ans pour toutes ces raisons, (ce n'est pas une opinion, mais un fait) bien entendu, un citoyen lambda ne bénéficierait pas du même régime de faveur ce qui fait hurler de rage les victimes, les familles des victimes, et une grande majorité de citoyens.

 

Les excuses de repli concernant ces actes de barbarie, fournies par les élites, sont à la fois mensongère et loin de toute réalité sociologique.

 

Ce qui est arrivé à la gare de Cologne la nuit de la Saint Sylvestre est sans nul doute, le préambule à des actions qui vont se développer inévitablement sur tout le territoire européen, et les forces de l’ordre ne sont, ni assez nombreuses, ni préparées à de telles violences, comme l’explique le policier Allemand qui est parvenu à secourir quelques jeunes filles à Cologne :

 

- « En fait, il y avait près de 2.000 personnes sur place dans un chaos indescriptible. Des fusées interdites explosaient à différents endroits. Des femmes fuyaient en larmes, les vêtements déchirés[2]»

 

À Hambourg et à Stuttgart, « … des victimes parlent de groupes d'hommes partant chasser des jeunes femmes «comme du gibier» dans la Reeperbahn, la rue chaude de Hambourg. Le profil des agresseurs est proche de celui de Cologne[3].»

 

Déjà la police allemande est dépassée, au point d’obéir au ministère de la Justice qui conseille de ne plus prendre les plaintes pour viol, commis par des migrants pour éviter tout sentiment anti-migrant au cœur de la population. On peut comprendre que tous les migrants ne sont pas nécessairement des criminels, mais un crime est un crime commis par un migrant ou pas.

 

Cette attaque de la Saint Sylvestre, est une agression avec séquestration qui peut s’assimiler à un enlèvement, plus un viol en réunion, les charges sont lourdes, mais ne font visiblement pas peur aux coupables, parce que la mission "divine" est plus importante que tout, nous avons affaire à des soldats de dieu et ces mêmes actes de barbarie, nous les retrouvons partout en Europe et de plus en plus ; sur 2 000 personnes présentes à Cologne, seules 8 ont été interpellée, c’est dire l’efficacité des forces de l’ordre.

 

« … les médias parlent de meutes d'hommes s'en prenant à des femmes, parfois très jeunes. Ces dernières ont également fait l'objet de vols de téléphones portables ou de porte-monnaie. De nombreux cas ont été répertoriés autour de la gare principale de Cologne[4].»

 

Que dire, que penser d’une telle barbarie à présent sans limite ? Nous nous trouvons dans la même situation que dans la fin de l’Empire romain, où une civilisation barbare en chasse une autre, plus évoluée et qui ploie sous la force brute d’une armée de fanatiques assoiffés de conquêtes, de pillages, de viol et de sang. Mais le drame de cette fin de civilisation, c’est que nos élites sont complices de cette destruction, avec une volonté déterminée de réduire le système de réflexion et les intellectuels, pour ne conserver que des êtres décérébrés faciles à manipuler et à contrôler.

 

Les sauvages qui commettent ces viols et ces violences, sont les outils de ces dirigeants laxistes pour les criminels, et injustes avec les honnêtes gens, provoquant une pression sans précédent sur le peuple qui doit craindre les migrants d’une part, et le pouvoir d’autres parts, quelle réussite, il suffit pour cela d’écouter les Calaisiens aujourd’hui.

 

Et comment gérer pour des citoyens 2 000 hommes jeunes et excités dans une gare, dans un quartier, dans une ville, comment les autorités peuvent-elles gérer ce flux de violence spontané ?

 

Elles ne le peuvent pas, c’est pourquoi elles ont créé des lois pour contenir les manifestations et organiser une résistance policière officielle, mais dans le cas présent, des foyers de violence spontanés peuvent naitre n’importe où et à tout moment, c’est ce que nous raconte ces événements.

 

Dans les foyers d’accueil où la misère est grande, la révolte gronde également, et les violences se développent inévitablement. C’est normal, chaque homme a droit à la dignité, et il la revendique dans une Europe au bord de la banqueroute, une Europe qui s’appauvrit de jour en jour, mais, ça, les passeurs l’ont bien caché aux migrants qui vivent cette déconvenue comme une trahison.

 

Au Danemark près de 90% des migrants sont au chômage et manifestent leur colère dans les rues et se retranchant derrière la religion comme ultime recours à leurs malheurs et à leur détestation de l’occident. Lorsqu’en France le journaliste de TFI, Harry Roselmack pose une question à un musulman radical :

 

- Êtes-vous fier d’avoir la nationalité française ?

 

- Ce que je peux dire, c’est que je suis fier d’être musulman.

Tout est dit et comme l’affirmait en résumé le « philosophe » T. Ramadan, être musulman est plus important que d’être français, car être français c’est une situation géographique, être musulman c’est une entité profonde, ce qui explique d’ailleurs pourquoi les musulmans refusent la démocratie par principe.

 

Pourtant, les migrants ne sont pas le problème, ce sont certains d’entre eux qui le sont, les terroristes, les extrémistes religieux, les faux migrants subsahariens et provenant du Maghreb, qui ont profité de cet exode pour se glisser parmi les malheureux pour profiter des largesses de l’occident. La preuve en est, le nombre d’hommes seuls et jeunes qui appartiennent à ce flux migratoire et qui ont pour intention de bouleverser la structure ethnique et religieuse de l’Europe, et comme le disait un ex-parlementaire du bloc de l’Est :

 

- Nous assistons ici à une véritable invasion.

 

Mais les vrais coupables, ce ne sont pas les malheureux que les Grecs attaquent en mer pour les pousser à se noyer, oui, les vrais coupables ce sont nos gouvernants au service des États-Unis qui font la guerre et qui détruisent les pays en poussant ces ressortissants meurtris à trouver refuge là où ils peuvent.

 

Ah, on peut le dire, Obama, nous a bien eu.

Nous vivons une époque formidiable…

 

1. http://www.medias-presse.info/des-femmes-fuyaient-en-larmes…
2. 
http://www.medias-presse.info/des-femmes-fuyaient-en-…/46809
3. http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/18465042
4. http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/18465042

 

Source: http://zebuzzeo.blogspot.fr/2016/01/la-folie-de-cologne-de-stuttgart-de.html

 

Migrants : la ville de Cologne transformée en un innommable coupe-gorge en l’espace d’une nuit

Sur le site "Medias-presse.info", plutôt de "droite" :

 

Vidéo du chaos organisé par les migrants avant les agressions sexuelles massives à Cologne le 31 décembre au soir

 

Voici des images filmées par la télévision allemande et confirmant notre article au sujet des agressions sexuelles massives organisées par près d’un millier de migrants le 31 décembre à Cologne.

chasse aux femmes Hambourg

La presse allemande lève un coin de voile sur la gravité de la situation qui dépasse l’imagination. Il est maintenant établi que le soir du réveillon de Nouvel An, les agressions sexuelles massives commises par des hordes d’immigrés n’ont pas concerné que la ville de Cologne mais ont été constatées dans bien d’autres localités allemandes.

 

Agressions sexuelles massives de Cologne : les témoignages terrifiants des victimes

 

Ces agressions sexuelles massives commises par des immigrés dans plusieurs villes d’Allemagne démontrent d’un seul coup le prix de la folie masochiste des dirigeants européens qui ont ouvert les portes de l’Europe à une invasion barbare.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 15:10

Mise à jour permanente

Attaque à la Goutte d'Or (Paris) : l'assaillant abattu portait une ceinture d'explosifs factice

Même mode opératoire qu'à Joué-lès-Tours le 20 décembre 2014 où un homme converti à l'islam, entré dans un commissariat de Joué-lès-Tours (Centre) en criant «Allah Akbar» et ayant blessé à l'arme blanche trois policiers, avait été abattu par les policiers qu'il agressait.

Ce matin entre 11h50 et 11h55, un homme armé d'un couteau a tenté de pénétrer dans un commissariat du XVIIIe arrondissement de la capitale. L'assaillant abattu alors qu'il criait «Allah akbar» et qu'il tentait d'agresser deux policiers postés à l'entrée du commissariat, portait une ceinture d'explosifs factice. Les rues de Chartres, de la Goutte-d'Or, de la Charbonnière et Boris Vian ont été bouclées par les forces de l'ordre.

Sur une photo montrant le cadavre de l'assaillant devant le commissariat, on aperçoit la présence d'un couteau abandonné, contre le bord du trottoir. 

Les CRS vont être envoyées en faction devant toutes les écoles de Paris, indique une source policière. Le dispositif est actuellement en cours de déploiement.

Interrogé sur France Info, le porte-parole du ministère de l'Intérieur a déclaré en milieu de journée qu'il était «beaucoup trop tôt pour parler d'un acte terroriste». Pour l'instant l'enquête n'a pas été confiée à la section antiterroriste.

Selon une source policière, plusieurs témoins l'ont entendu crier «Allah akbar» alors qu'il tentait d'agresser deux policiers postés à l'entrée du commissariatil. Son identité reste à confirmer.

Dans l'après-midi, ce que l'on sait à 16h30 après analyse, un papier avec un drapeau du groupe État islamique DAECH et une revendication manuscrite «non équivoque» en langue arabe ont été trouvés sur le corps de l'homme. [1]

Attaque à la Goutte d'Or (Paris) : l'assaillant abattu portait une ceinture d'explosifs factice

Commise un an jour pour jour après la tuerie de Charlie et alors que le président s'adressait aux forces de l'ordre, l'attaque de la Goutte-d'Or est la troisième en un an visant des commissariats. A la mi-décembre dernier, une nouvelle équipée sanglante, visant cette fois le commissariat d'Orléans ou une brigade de gendarmerie voisine, avait été déjouée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Deux Français de 24 et 25 ans avaient été interpellés dans le Loiret alors qu'ils projetaient de viser les forces de l'ordre. Ils avaient déjà récupéré près de 4 000 euros envoyés selon toute vraisemblance par mandat depuis la Syrie et cherchaient activement à se procurer des armes, a priori des fusils d'assaut de type Kalachnikov, pour passer à l'acte. [2]

Notes

 

[1] En direct - Attaque à Paris : l'assaillant abattu portait une ceinture d'explosifs factice, Le Figaro, Par William Plummer , Caroline Piquet Mis à jour le 07/01/2016 à 14:55 Publié le 07/01/2016 à 12:54

[2] D'autres commissariats ont déjà été pris pour cibles, Le Figaro, Par Christophe Cornevin Publié le 07/01/2016 à 15:13

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 20:34
Nationalité. Manuel Valls s'oppose à la déchéance pour tous

Le Premier ministre Manuel Valls a indiqué qu'il refusait l'extension de la déchéance de nationalité aux Français ayant une seule nationalité.

 

Interrogé par Ruth Elkrief mercredi soir sur BFMTV, Manuel Valls a affirmé qu'il refusait l'extension de la déchéance de nationalité aux Français ayant une seule nationalité. « La France ne peut pas créer des Apatrides », a indiqué le Premier ministre. Cette idée a germé chez certains parlementaires socialistes pour éviter de stigmatiser les binationaux, que le projet de loi constitutionnelle cible.

 

« Pas conforme à l'image, ni aux valeurs »

 

« Il y a une condition qui doit être très claire: la France ne peut pas créer des apatrides, c'est-à-dire des personnes sans nationalité », a-t-il déclaré, lors d'un entretien à Matignon.

 

« Cela n'est pas possible. Cela ne serait pas conforme à l'image, ni aux valeurs, ni surtout aux engagements internationaux de la France. C'est pour ça que nous n'avions pas retenu l'idée de pouvoir déchoir tous les Français de leur nationalité. Je veux être là-dessus extrêmement clair », a-t-il poursuivi.

 

Source: Nationalité. Manuel Valls s'oppose à la déchéance pour tous, Ouest-France, France - Modifié le 06/01/2016 à 20:24 | Publié le 06/01/2016 à 19:59

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 09:05

Comme je le sentais venir jusqu'ici, le débat autour de la "déchéance nationale" évolue dans un sens bien précis - qui n'a rien à voir au hasard - vers une déchéance nationale pour tous, y compris les nationaux nés français et mono-nationaux, qui en quelque sorte ne pourraient plus se révolter sans être déchus de leur nationalité. De quoi est-il question ? Qu'est-ce que les media ne diront pas ?

Députés et sénateurs se prononceront, début 2016, sur une réforme de la Constitution qui pourrait permettre d’étendre la possibilité de déchoir un Français de sa nationalité. L’examen du texte doit débuter à l’Assemblée nationale le 3 février. Suite aux attentats islamistes de 2015, la montée du chômage et des impôts, les totalitaires sentent gronder la terrible colère des Français. Craignant leur réaction, on apprend ce matin sur RMC info que l'Exécutif étudie la possibilité d'une "déchéance de nationalité pour tous"... Ce qui dans les faits revient à interdire le droit naturel à l'insurrection constitutionnalisé en 1789. La "résistance à l'oppression" (la tyrannie) est pourtant l'un des quatre "droits naturels et imprescriptibles de l’homme" avec la liberté, la propriété et la sûreté. "Le but de toute association politique" est même "la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme." "Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression." (article 2 de la DDH de 1789)

Frédéric Mitterrand, invité de RMC ce matin, s'est dit favorable à la déchéance de nationalité pour tous et a cité un article en ce sens d'Olivier Duhamel dans Le Monde.

Selon un article du 30 décembre 2015 de "Libération", "si Hollande et Valls tiennent absolument à la déchéance de nationalité, qu’ils l’appliquent à tous les terroristes, y compris à ceux qui ne sont que français. C’est ce que suggèrent NKM, Jean-Pierre Mignard, par ailleurs président de la haute autorité éthique du Parti socialiste, ou encore le constitutionnaliste et ex-eurodéputé PS Olivier Duhamel." [1]

Historiquement, la république qui gouverne mal mais se défend bien a déjà adopté la déchéance contre ses opposants du jour, pour cas de trahison ou terrorisme. Rappelons tout d'abord qu'à partir de la Révolution dite "française", les règles concernant la "nationalité" ont été définies et inscrites par les Constitutions successives (Patrick Weil, Qu'est-ce qu'un Français ?, chapitre 1, pp. 17-23)même si celles-ci ne parlent explicitement que de la "citoyenneté". Ainsi, le décret du 2 mai 1790 sur les naturalisations indique que les étrangers "seront réputés Français et admis, en prêtant le serment civique, à l’exercice des droits de citoyen actif après cinq ans de domicile continu dans le royaume, s’ils ont, en outre, ou acquis des immeubles ou épousé une Française, ou formé un établissement de commerce ou reçu dans quelque ville des lettres de bourgeoisie". Ce décret implique une naturalisation automatique des personnes remplissant les conditions ; le serment civique ne concerne que l'accès à la citoyenneté active (Weil, p. 23 et note 47, p. 281 : en 1819, la Cour de cassation se fonde sur le décret de 1790 pour statuer qu'une personne d'origine étrangère était devenue française en 1790.)

Désormais en raison de la Volonté générale qui peut tout modifier, les règles concernant la "nationalité" pourront varier au gré des majorités changeantes. A mesure que la république assouplira les conditions de naturalisation, elle s'autorisera à élargir la procédure de déchéance de nationalité, procédure qui n'existait pas sous l'Ancien Régime où l'on était "français" du fait que l'on résidait sur le sol de la France (combinaison de droit du sol et de droit du sang qui caractérise le droit moderne français de la nationalité ou droit régnicole au XVIe siècle). Point. Les naturalisations en fait furent très peu nombreuses. La procédure de naturalisation (reconnaissance de "naturalité") se faisait sous forme de lettres patentes (publiques), prérogative royale, comme tout ce qui touche au changement de la condition des personnes. Entre 1660 et 1789, une étude fait état de seulement 6000 lettres patentes accordées.

Le Code civil introduit une nouveauté radicale en ce qui concerne le fondement de la nationalité (qui après 1803 ne relève plus de la Constitution). En 1804, c'est avec l'unification du droit civil dans le code civil des Français qu'on peut parler d'une "nationalité française". Après les lois de naturalisation automatique de 1790 pour tous les étrangers ayant au moins 5 années de résidence en France, le code Napoléon impose la notion moderne de nationalité à la France, mais également au reste de l'Europe.

La procédure de déchéance de nationalité est apparue avec l'abolition définitive de l'esclavage, en 1848, sous la Seconde République. Le décret d'abolition de 1848 déclare que tout Français qui continue à pratiquer la traite ou qui achète de nouveaux esclaves sera déchu de la nationalité française. C'est au départ une procédure destinée à punir le crime exceptionnel, qualifié de "lèse humanité", qu'est l'esclavage. Puis la procédure est élargie au moment de la Première Guerre mondiale. Le parlement vote une législation spéciale pour temps de guerre, qui permet notamment de déchoir des Français originaires des pays ennemis (Allemagne, Autriche, Hongrie, Turquie), pour des actes de trahison ou d'insoumission. Comme prévu en 1917, cette législation prend fin dans la cinquième année suivant la fin de la guerre, soit en 1924.

En 1927, la déchéance de la nationalité devient une mesure permanente paradoxalement dans un contexte d'assouplissement des conditions de naturalisation. Face à la puissance démographique de l'Allemagne qui fait peur, la république veut procéder à 100.000 naturalisations par an. Pour voter le texte, la droite demande une clause de "sauvegarde". On prévoit que pourront être déchus les Français d'origine étrangère qui se seront livré à des actes contraires à la sécurité intérieure, à des actes incompatibles avec la qualité de Français au profit d'un État étranger, ou qui se seront soustraits aux obligations du service militaire. On est toujours dans le domaine de la trahison à l'égard de l'État.

En 1938, la déchéance est élargie aux Français qui, dans les dix années suivant leur naturalisation, ont commis en France ou à l'étranger un crime ou un délit ayant entraîné une condamnation d'au moins un an d'emprisonnement. On reste alors dans un contexte de naturalisations massives. La dénaturalisation a un but dissuasif. Entre 1927 et 1940, on ne dénombre que 16 cas. [2]

Une loi du Maréchal Pétain du 23 juillet 1940 établit une déchéance de nationalité pour les Français ayant quitté la France entre le 20/5/1940 et le 30/6/1940. Puis une loi rétroactive, l'ordonnance du général de Gaulle du 26 août 1944 établit une "nécessité d’une purification de la patrie" (JO, 28 août 1944, p. 767) contre des Français qui avaient collaboré à Vichy. L'ordonnance établissait le crime d'"indignité nationale" et la "dégradation nationale" en était la peine. Elle privait les condamnés de leurs droits civiques, civils et politiques. Cela impliquait notamment le retrait du droit de vote, l'inéligibilité, l'interdiction d'exercer un emploi dans certains types d'entreprises et de posséder une arme. Cette disposition a été supprimée par une loi d'amnistie de 1951. Le maréchal Philippe Pétain fut condamné avec 100 000 autres personnes durant cette période dite d'"épuration" entre 1944 et 1951. La mise en accusation pour indignité nationale a été réactivée au moment de la guerre d'Algérie. Certains porteurs de valise, comme Jean-Jacques Brochier, ont été condamnés pour indignité nationale bien après 1951, pour des faits ne relevant pas d'"une aide directe ou indirecte à l'Allemagne ou à ses alliés", mais pour avoir "porté atteinte à l'unité de la nation ou à la liberté des Français, ou à l'égalité entre ceux-ci." Ce qui, vu le flou des termes, revient à dégrader de ses droits n'importe qui pour tout et n'importe quoi.

Après les attentats de janvier 2015 en France, la "droite" a ouvert le feu en souhaitant que les terroristes possédant une double-nationalité soient déchus de leur nationalité française. L'indignité nationale figurait parmi les douze propositions avancées mercredi 14 janvier 2015 par l'UMP pour lutter contre le terrorisme.

Dans le cas des terroristes n'étant que français (sans double nationalité), une telle mesure est rendue impossible par la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, qui empêche de créer des apatrides [3] (article 15 qui affirme que "tout individu a droit à une nationalité").

La France a en outre signé deux autres textes qui interdisent de faire des apatrides, mais ne les a pas ratifiés : la Convention de l'Organisation des Nations Unies de 1961 et la Convention du Conseil de l'Europe de 1997. La Convention de l'ONU de 1961 "sur la réduction des cas d'apatridie" affirmait que "les Etats contractants ne priveront de leur nationalité aucun individu si cette privation doit le rendre apatride." Si ces deux textes ne sont donc pas contraignants, il reste la "Déclaration universelle des droits de l'homme" de 1948 qui s'applique.

En 2015, dans le débat (qui ne portait encore que sur la déchéance pour les binationaux), du côté du Front national, Marine Le Pen s'était positionnée contre la proposition de déchéance de nationalité. Interrogée sur le sujet, la présidente du parti d'extrême-droite avait fustigé une "mesure gadget".

Mais le vice-président du Front National Florian Philippot sur i-télé à la fin de l'année 2015 s'est félicité d'une telle mesure en ces termes :

"Nous avons défendu au Front national, depuis des années, la déchéance de nationalité. Et je me réjouis que cette mesure ait été reprise par le président de la République. Peut-être que c'est la seule chose qu'il laissera d'ailleurs de son quinquennat. Il sera le président de la République qui a réhabilité la déchéance de nationalité." François Hollande aurait été "touché par la grâce". "François Hollande est le président de la 5e République qui a réhabilité la déchéance de nationalité, qui a donc écouté les 6,8 millions d'électeurs du Front national. Au moins, pour une fois, ils ont été écoutés sur un point." 

Pour Florian Philippot, "c'est bien la présidente du FN qui a inspiré le chef de l'État lorsqu'elle l'a rencontré, à l'Élysée, après les attentats du 13 novembre. C'est en tout cas ce qu'assure le n°2 du FN." [4]

Ces derniers jours, une autre étape a été franchie. L’idée d’élargir la déchéance de la nationalité à tous les Français coupables de "terrorisme" fait jour à "droite" comme à "gauche".

Cette évolution par étapes (méthode de la franc-maçonnerie pour faire adopter son agenda) a probablement été calculée et programmée dès le début avec des poissons-pilotes et des politiciens chargés d'annoncer les idées les uns après les autres. Si tel n'est pas le cas, la réalité et le tragique de l'histoire revenant en pleine face aux utopistes républicains, ceux-ci, pour ne pas être en contradiction avec leur dogme égalitaire (ne pas avoir cette différence de traitement entre les Français mono-nationaux et les autres) et être taxés de racisme, appliquent cette déchéance aux Français mono-nationaux. Que cela ait été programmé ou pas, le tour est joué. Les droits de l'homme gênent nos totalitaires ? Il n'y a plus de droits naturels et imprescriptibles de l'homme ! On déchoit des Français pour tout et n'importe quoi. Précisons ici que la déchéance ou la perte de droits n'est pas une solution et n'est jamais une solution, il y a toute une législation qui prévoit des peines d'emprisonnement de 20 ans qu'il suffit d'appliquer. Sans compter que pour des terroristes, la perte des droits civils se rapporte pour eux à un titre gloire et à la délivrance d'une médaille.

Il s’agit, a lancé lundi 4 janvier Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, d’un "élément dans le débat" :

"Nous sommes devant un débat juridique, un débat de relations internationales un peu compliqué, qui fait qu’il y a une législation qui interdit théoriquement de créer des apatrides. Donc nous allons voir, effectivement, comment les choses sont possibles ou pas et comment le débat, à la fois juridique, mais aussi politique, va être mené à l’Assemblée nationale." [5]

Jean-Vincent Placé, sénateur écologiste de l’Essonne, proposait la mesure dans un twitt le 30 décembre 2015 : "Je souhaite que l'on réfléchisse à étendre la déchéance de nat. aux Français uniquement Français" :

 

Déchéance nationale pour tous : la France a-t-elle une Constitution ?

Et Xavier Bertrand, franc-maçon du "Grand Orient de France", président "Les Républicains" de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, lui a répondu en proposant lui aussi la mesure hier 4 janvier sur Europe 1 :

 

Déchéance nationale pour tous : la France a-t-elle une Constitution ?

Sans surprise aucune, le "frère" maçon premier ministre, Manuel Valls, ce lundi 4 janvier, a annoncé que l’idée d’élargir cette possibilité de déchéance à tous les Français est évoquée par la majorité :

Déchéance nationale pour tous : la France a-t-elle une Constitution ?

La Volonté générale pouvant tout modifier, même la "nationalité", au gré des majorités changeantes et de la "vie politique", il n'est guère étonnant de voir nos "républicains" débattre de la déchéance de nationalité. C'est même dans la logique des institutions républicaines. La déchéance de nationalité est inscrite dans les gènes de la République. Cette instabilité entourant le droit de la nationalité est de même nature que celle que l'on constate dans les quinze constitutions successives depuis 1789 et qui fait que l'on puisse se demander si la Ve république se terminera par un coup d'Etat ?

Serge Slama, maître de conférences en droit public à l’université Paris-Ouest-Nanterre, a mis en garde contre une "erreur majeure", car si aujourd’hui, le gouvernement assure limiter la déchéance aux binationaux condamnés pour des faits de terrorisme, "qui nous dit ce que feront les prochains ?".

Outre le fait de "créer deux catégories de Français", inscrire la déchéance de nationalité dans la Constitution, c’est permettre de l’aggraver ensuite par une loi. Et "mettre une arme redoutable dans les mains des gouvernements futurs", explique Serge Slama. [6]

De la même manière que le "Conseil constitutionnel" s'est couché devant la loi dite du "mariage" pour tous, a entériné le piétinement de l'"intérêt supérieur de l'enfant" (article 18 de la Convention relative aux droits de l'enfant de 1989) et des droits de l'enfant à avoir un père et une mère [7], y a-t-il une chance pour que le dit "Conseil constitutionnel" censure une telle mesure faisant des apatrides et piétinant le droit naturel à l'insurrection défini à l'article 2 DDH de 1789 ?

Rappelons que "toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a pas de Constitution..." (article 16 de la DDH de 1789)

Notes

 

[1] Indigestion nationale sur la déchéance, Libération, Par Alain Auffray , Rachid Laïreche et Laure Bretton — 30 décembre 2015 à 20:11 (mis à jour à 21:34)

[2] «La déchéance de nationalité est une mesure d'exception», Le Figaro, Par Thomas Vampouille Mis à jour le 03/08/2010 à 13:32 Publié le 02/08/2010 à 13:31

[3] L'«indignité nationale», une piste envisagée par l'Élysée, Le Figaro, Par Blandine Le Cain Mis à jour le 20/01/2015 à 09:40 Publié le 20/01/2015 à 09:21

[4] François Hollande le président qui a écouté les électeurs du FN, Lelab.europe1, Publié à 09h02, le 28 décembre 2015 , Modifié à 10h03, le 28 décembre 2015

[5] La déchéance de nationalité élargie à tous les Français, nouvel « élément dans le débat », Le Monde.fr avec AFP | 04.01.2016 à 10h32 • Mis à jour le 04.01.2016 à 18h15

[6] Déchéance de nationalité : qui serait concerné par le projet de loi constitutionnelle ?, Le Monde.fr | 04.01.2016 à 16h02 • Mis à jour le 05.01.2016 à 07h53 | Par Lucie Soullier

[7] Les mots "père" et mère" sont inscrits à l'article 21: "l'adoption peut avoir lieu eu égard à la situation de l'enfant par rapport à ses père et mère".

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 13:48
L'immigrationnisme "une chance", l'une des grandes utopies des moralistes droits de l'hommistes de ces 50 dernières années est en train de tomber dans tous les pays européens les uns après les autres devant le choc de l'afflux massif de migrants.
Alors que la Suède a décidé, à partir de ce lundi, de restaurer les contrôles d'identité à sa frontière avec le Danemark, c'est en effet au tour du royaume de Danemark ce matin, membre de l'UE depuis 1973, de prendre des mesures pour lutter contre l'arrivée de migrants.

Le Premier ministre danois Lars Løkke Rasmussen, qui avait évoqué le sujet il y a quelques jours, vient ainsi d'annoncer que son pays allait instaurer des contrôles aux frontières avec l'Allemagne.

La décision suédoise fait en effet craindre aux Danois une hausse des demandes d'asile dans le pays, qui n'a reçu que 18 000 demandes l'année passée. Mais l'impossibilité pour de nombreux demandeurs d'asile de rejoindre la Suède pourrait bloquer certains migrants présent en Allemagne au Danemark.

«Cela peut avoir de grandes conséquences pour le Danemark que d'autres pays nordiques mettent le holà à leurs frontières. Cela peut provoquer plus de demandes d'asile», a déclaré lors d'une conférence de presse à Copenhague le chef de gouvernement libéral, Lars Løkke Rasmussen, à la tête d'un gouvernement qui cherche à limiter les arrivées sur son territoire.

 

Le Danemark instaure des contrôles aux frontières avec l'Allemagne annonce le Premier ministre
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 12:28
DAESH contre JÉSUS : "La nuit de leur mort, la Sainte Vierge est venue nous rendre visite"

Au début de l’année 2015, le petit village égyptien d’Al-Our a été attaqué par Daesh et plusieurs de ses habitants ont été tués pour la seule raison qu’ils étaient chrétiens. On appelle désormais le village d'Al Hour "le Village des Martyrs". "La nuit de leur mort, la Sainte Vierge est venue nous rendre visite", a témoigné la mère d'un des martyrs. Reportage d'Aliona Simikina pour Russia Today en français.

Extrait:

La nuit de leur mort, la Sainte Vierge est venue nous rendre visite. Tout le monde l'acclamait et moi j'ai dit qu'elle était venue nous consoler.

DAESH contre JÉSUS : "La nuit de leur mort, la Sainte Vierge est venue nous rendre visite"
DAESH contre JÉSUS : "La nuit de leur mort, la Sainte Vierge est venue nous rendre visite"
DAESH contre JÉSUS : "La nuit de leur mort, la Sainte Vierge est venue nous rendre visite"
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 10:45

File:Greater coat of arms of Sweden (without ermine mantling, compartment and supporters).svgUne première depuis 50 ans en Suède, c'est la fin de l'utopisme en Suède aussi.

Dépassée par l'afflux de migrants (160 000 en 2015), le royaume de Suède a en effet décidé de fermer ses frontières aux migrants sans papiers, d'ériger une clôture de deux mètres de haut de plusieurs centaines de mètres de long au pont de l'Öresund (le dispositif est entré en vigueur à minuit) et de rétablir les contrôles d'identité. 

L'immigration n'est plus "une chance" en Suède.

Le but est de forcer les migrants sans papiers à déposer des demandes d’asile dans les pays voisins, comme le Danemark, qui cette année "n'a reçu que 18 000 demandes d'asile". Sauve qui peut...

 

L'article de RT en français:

La Suède ferme le pont de l'Öresund aux migrants sans papiers et rétablit des contrôles d'identité

Dépassé par l'arrivée de demandeurs d'asile, la Suède a pris la décision de rétablir les contrôles d'identité de tous les passagers voulant emprunter le pont de l'Öresund, entre le royaume et le Danemark.

 

C’est une première depuis les années 50. En vigueur depuis minuit dans la gare danoise de Kastrup, dans l'aéroport de Copenhague, d'où partent les trains traversant le pont de l'Öresund vers la Suède, la mesure est de la responsabilité des transporteurs, qui risque une importante amende s’ils n’appliquent pas la mesure.

 

Derrière ce rétablissement des contrôles d’identité, la volonté de la Suède de prévenir l’immigration clandestine. La Suède, qui compte plus de 20% de résidents d'origine étrangère, [fait partie de l'Union européenne depuis 1995, mais pas de la zone euro.Ndlr.] avait jusqu'ici ouvert grand sa porte aux réfugiés en accueillant 160 000 personnes cette année et 170 000 l'an prochain.

 

Mais l'Office des migrations, chargé de l’accueil des réfugiés, s'est retrouvé dépassé et a demandé au gouvernement d'intervenir. «Cela me fait de la peine, mais nous ne sommes plus capables de recevoir un tel nombre de demandeurs d’asile», avait déploré le Premier ministre Stefan Löfven. «Nous ne pouvons simplement pas faire plus…»

 

«Je crois que ces contrôles d'identité seront efficaces. Un plus grand nombre de migrants devront demander l'asile dans d'autres pays», a assuré le ministre de l'Immigration, Morgan Johansson, lors de l'annonce de ces contrôles, le 17 décembre dernier. Déjà, le 12 novembre dernier, la Suède avait rétabli des contrôles à la frontière, mais ces derniers restaient très aléatoires.

 

 

 

Avec ce renforcement des contrôles, et le refoulement systématique des migrants sans papiers d’identité, la Suède espère surtout forcer ces derniers à déposer des demandes d’asile dans les pays voisins. D’ailleurs, depuis la mise en place des contrôles en novembre, le nombre quotidien de demandes d’asile est tombé de 1 500 à environ 1 200. De quoi irriter le voisin danois, qui a peur d’hériter de la majorité de ces demandeurs d’asile qui ne peuvent plus accéder à la Suède. Le Danemark, qui n'a reçu cette année que 18 000 demandes d'asile craint que les migrants refoulés par la Suède ne restent sur son sol.

 

De même, les relations quotidiennes entre les deux pays risquent d’être perturbées par ce rétablissement des contrôles d’identité. Les trains seront ainsi moins nombreux et des retards de 10 à 50 minutes sont prévus par rapport aux horaires habituels. Le tout alors que 8600 personnes font la navette tous les jours entre Copenhague et la troisième ville suédoise, Malmö, située de l’autre côté du pont de l’Öresund.

 

Une clôture de deux mètres de haut et plusieurs centaines de mètres de long a par ailleurs été érigée en gare de Kastrup pour empêcher les migrants refoulés de se précipiter vers les trains en partance pour la Suède.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 20:30
Mgr Paprocki demande à Mgr Cupich de ne pas ajuster les enseignements de l'Evangile à une fausse notion de conscience personnelle

Mgr Paprocki, Evêque de Springfield (Illinois, USA) s’est adressé à Mgr Cupich, Archevêque de Chicago pour lui demander expressément de ne pas ajuster les enseignements de l’Evangile à une fausse notion de conscience personnelle.

Mgr Cupich, en effet, s’est appuyé sur les récentes déclarations du Pape François pour enseigner que chaque fidèle avait le droit de recevoir la communion si sa conscience le lui permettait.

Mgr Paprocki demande à Mgr Cupich de ne pas ajuster les enseignements de l'Evangile à une fausse notion de conscience personnelle
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 19:48
https://www.lifesitenews.com/news/exclusive-interview-with-rome-chief-exorcist-fr.-gabriele-amorth

https://www.lifesitenews.com/news/exclusive-interview-with-rome-chief-exorcist-fr.-gabriele-amorth

par Chicoutimi

[Ma traduction française d'un article en anglais de LifeSiteNews]

 

Le 30 décembre 2015

 

"Nous sommes à un an et demi du centenaire des apparitions de la Vierge à Fatima. Notre-Dame y avait mentionné explicitement les maux qui viendraient de la Russie si elle n'était pas consacrée à son Cœur immaculé. Depuis lors, peut-être avec un certain retard, des consécrations diverses ont été réellement effectuées - de la Russie et du monde - plusieurs fois et par différents papes. L'une des plus solennelles, celle du 25 mars 1984, dirigée par Jean-Paul II, avec tous les évêques du monde.

 

Mais le Père Gabriele Amorth, 90 ans, connu comme le doyen des exorcistes, et aussi comme un auteur prolifique, ne croit pas que ce qui a été demandé par la Sainte Vierge ait été accompli. Il affirme en effet que :

 

 

"La consécration n'a pas encore été faite. J'étais là le 25 mars à la place Saint-Pierre, j'étais au premier rang, pratiquement à une distance du toucher du Saint-Père. Jean Paul II a voulu consacrer la Russie, mais son entourage n'a pas voulu, craignant que les orthodoxes puissent être heurtés, et ils l'ont contrecarré. Par conséquent, lorsque Sa Sainteté a consacré le monde à genoux, il a ajouté une phrase non incluse dans la version distribuée qui dit au lieu de consacrer « en particulier, ces nations dont vous nous avez demandé de leur consécration. » Donc, indirectement, cela inclut la Russie. Toutefois, une consécration spécifique n'a pas encore été effectuée. Vous pouvez donc toujours la faire. D'ailleurs, ce sera certainement fait... ".

 

 

LifeSite : Notre-Dame avait prédit à Fatima le sang des martyrs si l'on ne faisait pas pénitence. Le sang des martyrs a commencé à couler abondamment : combien de temps faudra-t-il encore avant que Dieu envoie son châtiment ?

 

Le père Amorth: « Regardez, aujourd'hui il y a plus de martyrs que durant les premiers siècles du christianisme. Il suffit de penser au Moyen-Orient, où tant de chrétiens sont tués tout simplement parce qu'ils sont chrétiens. Il y a une énorme quantité de martyrs ! Mais n'oublions pas que Notre-Dame a dit: "À la fin mon Coeur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et au monde sera accordé une période de paix "... Nous aurons bientôt de grands événements.»

 

LifeSite : quand ?

 

Le père Amorth: "Il est difficile de décrire en détail ce que vous ne vivez pas. Je ne suis pas un prophète. En son temps, Israël fut loin de Dieu pour embrasser l'idolâtrie. Les prophètes ont été maltraités. Enfin, Dieu a puni. Aujourd'hui le monde ne se tourne pas vers Dieu car il est idolâtre ; plutôt, il poursuit un athéisme pur, afin de mettre la science sur l'autel. Mais la science ne crée pas ; elle découvre seulement ce que Dieu a fait. En se détournant du Seigneur, ses percées servent à un usage désastreux. Sans le Seigneur, on abuse du progrès. Nous le voyons dans les lois qui sont totalement contre nature comme : le divorce, l'avortement, le "mariage" gay... nous avons oublié de Dieu ! Par conséquent, Dieu viendra bientôt admonester l'humanité d'une manière très puissante; il sait nous rappeler sa présence. »

 

LifeSite : Il y a des rumeurs que vous auriez récemment indiqué un délai de huit mois, peut-être moins... Mais, si je comprends bien, il n'y a pas une heure précise...

 

Le père Amorth: "Je pense que c'est pour bientôt. Je pense que nous sommes proches. De plus en plus. Le Seigneur va se faire entendre, et le monde va répondre. Je regarde tout cela avec optimisme, parce que Dieu a toujours agi pour nous afin d'obtenir un plus grand bien que les peines infligées, lesquelles visent à ouvrir les yeux de l'humanité qui l'a oublié et l'a abandonné. Je me souviens toujours de la rime de Metastasio: « partout où je regarde, / Dieu immense, je vois : /en vos oeuvres, je vous admire, / je vous reconnais en moi. » Nous devrions toujours rechercher le Seigneur; nous ne pouvons pas oublier qu'il est l'origine, la Cause première, comme c'est malheureusement le cas aujourd'hui... J'étais avec Padre Pio depuis 26 ans et n'oublierai pas comment il était furieux concernant l'invention de la télévision: « Vous verrez ce qu'elle fera! », disait-il. Elle a permis aussi de bonnes choses. Mais je vis au milieu des gens et j'ai vu combien de personnes ont été ruinées par la télévision et l'Internet. "

 

LifeSite : Vous avez parlé de législation contre la nature, du divorce, des unions gays... Tels sont les thèmes des deux synodes sur la famille (l'extraordinaire, qui s'est tenue l'an dernier, et celui qui a suivi, l'ordinaire). Croyez-vous que ces questions ont été abordées de manière adéquate, ou doivent-elles être adressées sous un autre angle lors de la prochaine réunion en octobre ?

 

Le père Amorth: « Certainement il me plaît que le Pape ait convoqué le synode sur la famille. Mais il faut viser à ce que la famille soit unie. Le divorce a été un désastre ; l'avortement a été un désastre. Chaque année, 50 millions d'enfants sont assassinés par un avortement. Et l'euthanasie, la famille brisée, la cohabitation... C'est la destruction de tout ! Le Seigneur nous a donné la fonction sexuelle à une fin, et il a aussi déclaré: « Que l'homme ne sépare pas ce que Dieu a uni.» Une chose est le plaisir sexuel ; une autre est l'amour. Aujourd'hui, il est beaucoup question d'amour, mais il n'est pas vrai ! Précisément, à Fatima, Notre-Dame a dit à la jeune Jacinthe, sept ans : « le péché qui apporte le plus d'âmes en enfer est le péché d'impureté,» le péché de la chair. Elle l'a dit à une jeune fille qui ne savait même pas ce que c'était ! Nous devons écouter ce que dit Notre-Dame.»

 

Dans tous les cas, ces mots indiquent une attitude raisonnable : conversion, pénitence, prière."

 

Source : LifeSiteNews, Le Forum catholique

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 16:02

En France, la déchéance de la nationalité française est prévue par la loi au Code Civil, Chapitre IV, Section III, Articles 25 à 25-1 (Loi nº 98-170 du 16 mars 1998 art. 23 Journal Officiel du 17 mars 1998 en vigueur le 1er septembre 1998) : "l'individu qui a acquis la qualité de français peut, par décret pris après avis conforme du Conseil d'Etat, être déchu de la nationalité française, sauf si la déchéance a pour résultat de le rendre apatride : 1º S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ou pour un crime ou un délit constituant un acte de terrorisme."

Déchéance de la nationalité : Le retour de l'histoire et du tragique, l'écroulement final de 1789

Suite aux attentats islamistes en France en 2015, François Hollande veut renforcer la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux, y compris nés en France, en constitutionnalisant le principe. Il cherche à couper l'herbe sous le pied de la "droite". Il va aussi dans le sens de l'opinion dans la perspective de la présidentielle de 2017. [1] Tout se passe comme si les attentats terroristes islamistes avaient agi comme le petit grain de sable dans la machine, comme si l'évènement inattendu venait mettre à bas tout un édifice construit depuis le mythe révolutionnaire de 1789.

Si l'on regarde ce qui se passe ailleurs, "la déchéance de nationalité s’étend en Europe et dans le monde." [2] Là aussi, le mythe révolutionnaire tend à disparaître partout. Dans plusieurs pays en Europe et dans le monde, la déchéance de nationalité pour les binationaux existe. Elle est prévue dans 15 pays de l’Union européenne (Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Estonie, France, Grèce, Irlande, Lettonie, Lituanie, Malte, Pays-Bas, Roumanie, Slovénie, Royaume-Uni) mais s’applique souvent aux personnes naturalisées. Avec l’augmentation de la menace terroriste, elle s’est étendue aux binationaux sous la pression des gouvernements conservateurs, au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas ou au Canada.

C'est la vision révolutionnaire universaliste de l'Etat découplée d'une nation ou d'une communauté historique qui est en crise. Cette évolution que l'on peut constater à l'échelle mondiale et qui est en quelque sorte rassurante par rapport  à la tentative anglo-saxonne d'une construction d'un Nouvel Ordre mondial sous direction atlantiste, a été expliquée par Boris Le Lay dans une video intitulée "Déchéance de la nationalité : Le retour du tragique et l'écroulement final de 1789."

Boris Le Lay dans cette video du 21 décembre 2015 explique le retour du réel, la "résurgence de l'histoire" qui force les tenants de l'idéologie universaliste de 1789 à reconnaître leur échec. "Nous sommes entrés dans un cycle politique qui pose la question 'qu'est-ce que la France ?'". Et pour les autres pays en Europe ou dans le monde, "qu'est-ce que notre pays, notre Etat, notre nation ?"

 

"Plusieurs réponses sont possibles, explique Boris Le Lay.

Et jusqu'à présent, depuis deux siècles, c'était la conception révolutionnaire de la nationalité. Un autre réponse est possible. C'est une réponse culturelle. Et vous avez remarqué que cette polémique autour de la déchéance de la nationalité, qui pose la question du droit du sol, se produit au moment de la question de la Corse. La Corse qui elle-même qui pose la question 'qu'est-ce qu'une nationalité', et y répond en disant 'la communauté politique est assise sur la communauté culturelle.' Ce n'est pas du tout un hasard.

"La France, depuis 1789, poursuit B. Le Lay, a une conception idéologique de la nationalité. Il n'y a pas de distinction entre la nationalité et la citoyenneté. La citoyenneté, c'est l'allégeance à un Etat. La nationalité, c'est une appartenance ethnique et culturelle.

Il y a des Etats qui sont multinationaux.

Exemple : le Royaume-Uni est un Etat unique, avec plusieurs nationalités reconnues en tant que telles. L'Ecosse est reconnue comme une nation, le Pays de Galles est reconnu comme une nation, de la même façon pour la Cornouailles et l'Irlande du Nord. Ensemble, ils sont unis dans un seul et même Etat. Donc il y a bien une distinction entre les deux.

Depuis 1789, la nationalité (en France) est amalgamée avec la citoyenneté et n'est pas culturelle. Donc, en fait, la nationalité française - telle qu'elle est conçue actuellement - n'est pas culturelle, n'est pas ethnique, et en quelque sorte est anationale. Et c'est une contradiction : la "nationnalité" française n'est pas une nationalité. La nationalité française est une citoyenneté. C'est une allégeance à un corpus idéologique, porté par un régime politique qui est le régime républicain. C'est le corpus révolutionnaire, égalitaire, universaliste.

La définition traditionnelle de la nationalité dans le monde européen - et qui a cours dans beaucoup d'autres pays non-européens - n'est pas celle de la France, qui est une conception pratiquement proto-marxiste, pré-marxiste.

Cette définition traditionnelle qui a toujours cours notamment en Europe de l'Est et centrale était posée du temps de la Grèce antique. La démocratie athénienne était une démocratie ethnique ou raciale. Il y avait une distinction en grec qui était opérée, la notion de genos (communauté d'origine des Grecs), la notion d'ethnos (communauté culturelle ethnique), le demos (qui était la communauté politique) et le laos (qui était la notion de foule). Il ne pouvait pas y avoir dans l'esprit athénien de demos, de communauté politique sans ethnos. Les citoyens athéniens, pour avoir des droits politiques devaient être d'origine grecque ethniquement parlant. C'est pour cela que les métèques (les étrangers) n'avaient pas de droits politiques à Athènes. La démocratie est conditionnée par l'appartenance d'origine.

Après la Révolution française, il y a eu un dévoiement. On passe d'une appartenance d'état fondée sur l'héritage à une adhésion volontaire (c'est le Contrat social de Rousseau). Et depuis on en a pas changé. C'est l'adhésion idéologique qui fonde la nation  française actuelle, moderne."

 

Boris Le Lay explique alors ce qui se passe en ce moment :

 

"Les tenants de cette conception égalitaire, universaliste de la citoyenneté, des gens qui pensent que la France n'est pas vraiment la France, qu'elle est une république, un Etat révolutionnaire, avec une conception universaliste, perçoivent que cette conception est en train de s'écrouler sous le coup de la résurgence de l'histoire, la résurgence de la guerre. La guerre qui est définie par la notion très simple de l'ennemi et de l'ami.

Ils tiennent la culture comme une somme de choses héritées, mais absolument secondaire. Or, la culture revient dans le champ politique, à la faveur notamment des attentats.

Il y a des gens qui se revendiquent de l'Etat islamique qui tuent des Français, alors qu'eux-mêmes sur le papier sont français.

Donc c'est le retour du tragique. C'est la fin de l'utopisme. C'est la fin de l'eschatologie (révolutionnaire), de cette (prétendue) progression linéaire vers un monde sans frontière, unifié et pacifié. C'est la fin du pacifisme. C'est le retour de la violence, c'est le retour de la guerre et des frontières, des identités, etc. Bref, c'est le retour de l'histoire (le retour du Réel. NdCR.).

Or, ces gens-là prétendaient pouvoir abolir l'histoire. C'était la fin de l'histoire. Le retour de l'histoire terrorise tous ces gens-là, puisque toutes leurs catégories philosophiques sont en train de s'écrouler. 1789 est en train de s'écrouler. Le mythe égalitaire est en train de s'écrouler.

Donc - on les comprend - ils sont terrorisés. Et la gauche radicale (mais pas seulement) est paniquée.

 

Boris Le Lay répond alors à la question pourquoi Hollande fait-il cela ? [3] 

 

"Pour Hollande, c'est de la politique politicienne. Il se dit que l'opinion penche à droite et qu'il va donner des gages à droite. [4]

"Dans le vocable des élites, il est souvent question de république plus que de France. La France réelle ne les intéresse pas. La France des clochers, la France catholique, la France gauloise ne les intéresse pas. Eux, ils parlent de république, ils parlent de l'idéologie dominante et de l'Etat qui la soutient. Et ils comprennent que le retour de la France dans ses limites, qui abandonne le mythe messianique révolutionnaire et qui dit que la France n'est que la France, et n'a à s'occuper que de l'intérêt de la France, qu'il s'agit d'abandonner l'aspiration à porter constamment le mythe des droits de l'homme à l'étranger, marque la fin de leur vision du monde.

Ce mouvement est très profond et va clore un cycle politique et idéologique.

Tous ces gens (des communistes aux "Républicains") se coalisent pour défendre le système, y compris des sarkozistes comme Guaino, qui est un pur produit de cette idéologie révolutionnaire.

La gauche résiste à ce retour du périmètre culturel comme fondateur de la nationalité et de l'appartenance politique, et à l'implémentation de nouvelles lois qui actent de cette nouvelle réalité conflictuelle.

Par exemple, un député, président de la Commission des lois, Jean-Jacques Urvoas, député de Quimper, pur produit de l'idéologie révolutionnaire et de la république des "Lumières" maçonnes, a dit :

'On ne peut pas accepter de faire entrer dans la Constitution le principe de la déchéance de nationalité parce que cela voudrait dire que l'on reconnaîtrait notre échec et l'échec de la république à intégrer les étrangers.'

La réponse de Urvoas est donc qu'il ne faut surtout pas faire cela parce qu'on va admettre notre échec culturel. Et plus encore, on va accepter le retour de la dialectique amis - ennemis, et le retour de l'histoire. Urvoas a bien intégré cette dimenson-là et compris ... qu'en désignant des gens de nationalité française à la naissance comme étant en réalité des ennemis n'appartenant pas à la communauté nationale, on fait entrer dans le champ politique une conception culturelle de la nationalité. Donc, il y a un eux, il y a un nous. Il y a un ennemi, il y a des amis.

La guerre revient par la fenêtre alors qu'on pensait l'avoir évacuée par la porte au nom de l'utopie pacifique, de l'égalité et de l'universalisme.

Bref, c'est un échec complet pour le régime républicain. Nous revenons à la notion de tragique dans l'histoire. L'utopie révolutionnaire est close. On revient au cycle classique que connaissaient nos ancêtres, à la notion de limites, à la conception organique de l'état. Il ne peut pas y avoir une conception inorganique ou abstraite de l'Etat qui soit découplée d'une nation ou d'une communauté historique."

(Fin de citation)

 

A droite, un Patrick Devedjian, membre des "Républicains", ancien ministre, a pu lui aussi ostraciser la déchéance de nationalité des terroristes bi-nationaux et son institution par une réforme constitutionnelle voulue par Hollande, en se disant "hostile pour plusieurs raisons" :

 

1° C’est une mesure totalement inefficace, car elle n’est pas propre à retenir un kamikaze décidé à se faire sauter avec une ceinture d’explosif.

2° Elle est à la limite contre-productive quand il s’agit d’obtenir l’extradition d’un terroriste français réfugié à l’étranger.

3° La mesure ne viserait que les bi-nationaux. Elle ne touche donc pas seulement les naturalisés mais les bi-nationaux à la naissance. De ce point de vue, contrairement à la déclaration des droits de l’Homme*, les hommes ne naîtraient plus « libres et égaux en droit » puisque les bi-nationaux peuvent subir une sanction à laquelle les autres échappent !

4° On observera en outre, qu’est désignée par la mesure une population française d’origine étrangère et soupçonnée de ne pas être intégrée. La connotation est pour le moins malheureuse et correspond bien au discours du Front national auquel on apporte ainsi une sorte de caution.

5° Sur le plan politique, le projet fait apparaitre une alliance objective entre le Gouvernement et le Front National : la droite a tout intérêt à la faire apparaitre dans toute sa lumière en ne la cautionnant pas.

 

Source: http://www.patrickdevedjian.fr/propos-de-la-d%C3%A9ch%C3%A9ance-de-la-nationalit%C3%A9/804

Source: http://www.patrickdevedjian.fr/propos-de-la-d%C3%A9ch%C3%A9ance-de-la-nationalit%C3%A9/804

Notes

 

[1] Déchéance de la nationalité : le "coup" politique de François Hollande, La Tribune.fr, Par Jean-Christophe Chanut | 29/12/2015, 10:40

[2] La déchéance de nationalité s’étend en Europe et dans le monde, Le Monde.fr | 30.12.2015 à 10h05 • Mis à jour le 30.12.2015 à 10h55

[3]  Rappelons l'opposition de façade (bien que non communiquée jusqu'à présent) de la franc-maçonnerie à la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux voulue par Hollande. (En septembre 2010, sous Nicolas Sarkozy, un communiqué du "Grand Orient de France" avait déjà indiqué que "tout lien entre immigration et insécurité" était "contraire à la volonté intégratrice de la République pour qui il n’existe que des Français à égalité de droits et de devoirs".) Une opposition factice, de pure façade, car une telle réforme n'a aucune chance de passer, encore moins d'être constitutionnalisée si les "frères" ne s'entendent pas dessus préalablement ou en reçoivent l'accord en loge.

[4] La politique à droite toute de F. Hollande en fin de mandat constitue à n'en pas douter une tactique visant à diviser la droite "Les Républicains" pour se donner plus de chances de parvenir au second tour de l'élection présidentielle 2017.

On peut ajouter que dans l'immédiat ce qui compte c'est reprendre les idées traditionnelles du Front national pour l'empêcher d'arriver au pouvoir, en rassurant les électeurs et en leur montrant que le pouvoir a entendu son mécontentement.

 

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 14:29

Véronique Lévy invitée par Claire de Castellane dans Signature Musicale sur Radio Notre Dame le 28 décembre 2015.

Crucifixus, extrait de la Messe en Si de Jean-Sébastien Bach

"L'Incarnation c'est la promesse de notre rédemption. De la crèche à la Croix...la Croix fait peur et pourtant c'est la promesse de notre rédemption, c'est la Résurrection. C'est l'Amour et la Vie qui mettent à mort la mort... qui triomphent de la mort.

Il n'y a pas de Résurrection sans Passion. Donc j'ai choisi ce morceau parce que je le trouve magnifique. La basse continue est basée sur une descente chromatique qui tient tout au long de la pièce, on la retrouve treize fois et la treizième fois c'est une modulation en majeur, sans doute pour marquer l'accomplissement: 'Tout est achevé' (Jn 19,30) ...et donc cette victoire de l'Amour, cette victoire de la Vie: 'mort où est ton dard, mort où est ton aiguillon' comme dit Saint Paul."

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 08:07

L'éducation moderne, une éducation fasciste totalitaire qui relativise la vérité (même mathématique), détruit le réel, et élimine toute opinion contraire :

Le court-métrage de l’humoriste Neel Kolhatkar intitulé Modern Educayshun dénonce tout ce qui ne va pas avec l’éducation moderne, le militantisme et les mouvements de "justice" sociale en Occident.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 09:40

Invité de RMC ce matin, le cardinal archevêque de Paris, Mgr. André Vingt-Trois a épinglé le paradoxe et l'erreur fondamentale de notre régime politique actuel.

Mgr Vingt-Trois : "Ces murs viennent de ce que la législation (et la conception de la société), c'est la conception d'un consortium qui est fait pour satisfaire les désirs de chacun"

Mgr. André Vingt-Trois a expliqué que les politiciens peuvent bien à la suite d'évènements graves (types guerres, attentats terroriste) parler de "rassemblement" et dire que "le grand danger c'est les murs qui s'établissent entre les gens" (allusion au discours de François Hollande hier à l'Elysée), cela ne sert à rien si (dans le même temps) "la législation et la conception de la société" est fondée sur "un régime paradoxal" qui établit la "suprématie des désirs individuels" et organise un "consortium qui est fait pour satisfaire les désirs de chacun !"

 

A la question de la journaliste Appoline de Malherbe, « radicalisation et division de la société. Hier c'était le président de la république lui-meme qui faisait un constat de division de la société en quelque sorte, puisqu'il disait depuis l'Elysée, je le cite : "Ce qui menace notre société, ce sont les murs, les murs entre les individus, les murs entre les territoires, les murs entre les catégories sociales, entre les croyances, entre les convictions." [1] Comment fait-on pour les abattre ? », Mgr. André Vingt-Trois a ainsi répondu :

 

« C'est très difficile parce qu'on est dans une société qui vit sur un régime paradoxal, c'est-à-dire qu'elle aspire – et on l'a vu depuis les attentats et les propos du président de la république (hier à l'Elysée, lors d'une remise de prix récompensant des projets d'innovation sociale. NdCR.) exprime cette aspiration – à une plus grande cohésion, à un sentiment de communauté..., et en même temps elle est régie par la suprématie des désirs individuels.

Et donc, le président de la république peut dire que le grand danger c'est les murs qui s'établissent entre les gens, mais ces murs viennent aussi de ce que la législation (et la conception de la société), c'est la conception d'un consortium qui est fait pour satisfaire les désirs de chacun.

Le désir de chacun est devenu le principe et la règle du comportement. Et donc, dans ce système, il n'y a pas de Bien commun perceptible. Cela veut dire que si l'on veut faire exister une véritable cohésion nationale, cela suppose qu'il y ait des expériences de communautés locales particulières qui permettent à chacun d'accepter de renoncer à un certain nombre de choses qui lui plaisent pour que les autres puissent vivre. » [2]

 

En disant cela, Mgr. André Vingt-Trois soulève le problème de la république absolue qui, fondée sur l'individualisme depuis son origine est incapable réellement de rassembler les citoyens en dehors de guerres (1792-1793, 1914) ou de troubles graves (attentats de Paris) qui ont un effet légitimiste tendant à ressouder les Français derrière leur chef d'Etat et institutions.

 

Or, en dehors de ces circonstances exceptionnelles, le vote individualiste par tête en 1791 (nombre) à la place du vote par corps (poids), ne peut pas "rassembler" du fait de principes clivants et diviseurs (individualisme).

 

Ainsi, la victoire de François Hollande le 6 mai 2012 dans les urnes s'analyse comme une victoire de l'individualisme. Ce "régime paradoxal" que dénonce le cardinal archevêque, avec pour la république, une incapacité chronique à rassembler est la "république absolue" ou la division haineuse des citoyens en classes, catégories et groupements d'hommes. Une république individualisante et non rassembleuse.

 

On a pu avoir une manifestation emblématique de cette division dans l'expression de la "race blanche" d'un président de l'Assemblée nationale PS, Claude Bartolone en fin de campagne électorale des Régionales 2015. Par ce moyen, les socialistes instrumentalisaient le vote communautariste, ethnique et racial en Île-de-France, sans s'excuser pour autant dans les media, et sans que ces media ne leur demande la moindre excuse.

Cette posture d'opposition contre un groupe d'hommes n'a pas réussi à Claude Bartolone. Valérie Pécresse, davantage dans une dynamique positive de rassemblement et non dans l'opposition des communautés, a finalement remporté l'élection, avec un report de voix FN sur sa candidature au deuxième tour.

Si bien qu'en dehors de l'analyse de l'individualisme et des institutions politiques, on peut dire que les autentiques rassembleurs, ceux qui du moins tentent de travailler pour le Bien commun tout en étant minés par ce "régime paradoxal" dénoncé par Mgr. Vingt-Trois, se trouvent à "droite" et non à "gauche".

 

Ceci est d'ailleurs vrai depuis l'origine même de la république qui, dès 1791-1792, a vu une minorité de politiciens de "gauche" (à l'opposé donc de tout "rassemblement"), imposer leurs visions politiques par la force (guerre à l'extérieur qui justifie une guerre à l'intérieur...) et non par le consensus. Voyez : l'énorme mensonge de la guerre, à l'égard de l'étranger, qui a permis de justifier la Terreur à l'intérieur.

 

La "république" (révolutionnaire) est le règne de la violence, et non du "rassemblement", encore moins du consensus sur les formes politiques, essence même de la royauté traditionnelle française pendant mille ans.

 

La vraie république (chose de tous) est la royauté.

 

Lire : La Ve république se terminera-t-elle par un coup d'Etat ?

 

Notes

 

[1] Hollande appelle à "la fraternité" et à "l'optimisme" après l'année 2015, BFM-tV, 22/12/2015 à 14h31

[2] RMC Podcast

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 16:33

Le "bail in", ce système de renflouement "interne" des banques qui devait permettre leur sauvetage directement à partir des dépôts bancaires était connu il y a deux ans.

Les soit-disant "représentants" européens (Parlement européen, Conseil qui représente les Etats, et Commission européenne) avaient passé un "accord" entre eux, sans consultation aucune des citoyens européens, le 11 décembre 2013. "Accord" confirmé aujourd'hui selon lequel les comptes bancaires pourront être prélevés discrétionnairement pour renflouer les banques.

Les pro UE pourront voir concrètement le résultat de leur politique : un hold-up organisé en bande et légalisé par la "loi", svp ! Le tout ur une idée de Christine Lagarde en 2013, qui avait suggéré l'idée d'une supertaxe de 10% sur le capital.

 

Il y a un article 14 dans la Déclaration des "droits de l'homme" de 1789 qui stipule "Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée". Les dits "représentants" consentent-ils à ce qui s'apparente littéralement à un vol légalisé en bande ?

 

N'y a-t-il pas un droit médiéval qui remonte à la Grande Charte de 1215 en Angleterre qui définissait le droit des peuples au consentement à l'impôt, droit qui avait soit-disant inauguré le passage d'un état absolu à un état de droit, marqué la "naissance du régime parlementaire en Angleterre", etc. ? C'est curieux, on dirait que rien n'a changé, hormis quelques précautions oratoires cosmétiques.

Hold-up par la "loi" : les banques en faillite pourront désormais ponctionner les comptes des déposants

Seuls les comptes ayant plus de 100.000 euros de dépôts sont concernés, selon une directive européenne transposée en France qui s'appliquera au 1er janvier. Les déposants ne seront toutefois sollicités qu'en troisième recours.

 

L'information est passée en toute discrétion. À partir du 1er janvier 2016, les comptes clients dotés de plus de 100.000 euros de dépôts pourront être prélevés pour contribuer au sauvetage de leur banque, selon une directive européenne transposée en France cet été. Que dit réellement cette directive? Que doivent faire les déposants? Le Figaro fait le point.

 

• Qu'est-ce que cette directive?

 

La directive relative au redressement des banques et à la résolution de leurs défaillances (BRRD) a été transposée par ordonnance à la France le 21 août dernier. Elle met en place une procédure de «bail-in», ou «renflouement interne», en opposition au «bail-out», ou «renflouement externe», par l'Etat. «Elle a notamment pour objet de régir, en application des textes européens, les problèmes de liquidation judiciaire des banques», explique Pierre Descheemaeker, avocat en droit bancaire du cabinet August&Debouzy. La BRRD est une pièce maîtresse de l'union bancaire. «L'objectif est de pouvoir restructurer les banques au bord de la faillite sans que le contribuable doive mettre la main à la poche pour préserver la stabilité financière», expliquait dans un communiqué la Commission européenne.

 

• Qu'implique-t-elle?

 

Jusqu'ici, les établissements bancaires en faillite se tournaient vers les actionnaires puis les créanciers. Désormais, ils auront une troisième possibilité: les déposants, sollicités en troisième recours. «On va utiliser les ressources internes d'abord, précise Pierre Descheemaeker. Le capital et les obligations de la banque peuvent être immédiatement utilisés pour couvrir le déficit de la banque. Et en dernier lieu, les dépôts bancaires de plus de 100.000 euros.»

 

• Les déposants doivent-ils s'inquiéter?

 

«Il n'y a pas trop de craintes à avoir, estime Pierre Descheemaeker. On essaie de mettre en place un système qui va permettre à la banque de survivre, dans l'intérêt de ses clients, explique-t-il. Les banques sont plus solides, le système de garantie des dépôts plus opérationnel, et il vaut mieux, en cas de faillite, perdre 10-15% de ses dépôts que la totalité, comme avant.»

 

Par ailleurs, les dépôts bancaires jusqu'à 100.000 euros par déposant et par établissement sont garantis. Reste à savoir si les déposants seraient prêts à ouvrir plusieurs comptes, dans différents établissements, pour ne jamais dépasser ce montant de dépôt de 100.000 euros. «Cela est parfaitement possible, note l'avocat. Mais en pratique, cela reste très difficile. Dès que vous êtes un déposant avec une somme importante, il serait compliqué d'ouvrir une dizaine de comptes.»

 

• Y a-t-il eu des précédents?

 

En 2013, la Banque centrale de Chypre crée un précédent. Dans le cadre d'un plan de sauvetage européen du secteur financier de l'île, elle accepte des ponctions de 47,5% sur les dépôts de plus de 100.000 euros à la Banque of Cyprus, première banque de l'île. Une décision qui avait provoqué la colère des chypriotes, nombreux à se précipiter pour retirer leur argent aux distributeurs automatiques de leurs banques.

 

Source: Les banques en faillite pourront désormais ponctionner les comptes des déposants, Le Figaro, Par Victoria Masson, Mis à jour le 22/12/2015 à 16:05, Publié le 22/12/2015 à 06:00

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 14:02

Un de nos lecteurs nous informe (merci à Domremy) :

Une crèche de Cracovie à Notre-Dame de Paris

La crèche de Noël cette année à Notre-Dame de Paris est une crèche traditionnelle de Cracovie qui, depuis un siècle (depuis que le papier alu existe), fait l’objet d’un concours national : c’est à qui fera la plus belle.

La crèche de Cracovie a été installée dans la nef septentrionale du choeur de Notre-Dame le 29 novembre et bénie par Mgr Vingt-Trois.

Voyez sur ce site comment elles se présentent, alors courrez la voir.

 

https://www.google.fr/search?q=notre+dame+de+Paris+creche+de+Cracovie&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwjo4LvPu-_JAhVGCBoKHZKOARgQsAQIHA&biw=1918&bih=856

 

De plus, ce soir à Notre Dame "Les Rossignols de Poznan" donnent un concert où les chants de Noël polonais, les “kolendy“ chantées depuis des temps immémoriaux durant Noël seront offerts : et donc courrez les entendre :

Une crèche de Cracovie à Notre-Dame de Paris

http://www.musique-sacree-notredamedeparis.fr/#!mardi-22-dcembre-2015--20h30/c5bh

 

Stefan Stuligrosz (arr.) • Lulajże Jezuniu Dors mon petit Jesus

Georges Aubanel (1896-1978) (arr.) • Allons pastoureaux

Stefan Stuligrosz (arr.) • Zaśnij Jezuniu Dors mon doux Jesus

Jan Maklakiewicz (1899-1954) • W szopie, we żłóbeczku : Dans la cabane , dans la crèche

Jan Maklakiewicz • Święta Panienka Sainte vierge

Stefan Stuligrosz / Mirosław Gałęski (arr.) • Przy onej gòrze

Stefan Stuligrosz / M. Gałęski (arr.) • Le sommeil de l’enfant Jésus

Jan Maklakiewicz (arr.) • Wśród nocnej ciszy Dans le silence de la Nuit

Partager cet article
Repost0