Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 11:59

Près de quatre mois après sa nomination lors d'une réunion à Istanbul..., le pseudo "rebelle" syrien Ghassan Hitto (soutenu par le Qatar, Istambul, Paris, Londres et Washington...) a annoncé lundi 8 juillet sa démission, sans avoir pu former de gouvernement d'opposition.

  • Le Premier ministre rebelle syrien Ghassan Hitto a annoncé lundi sa démission, sans avoir pu former de gouvernement d'opposition, près de quatre mois après sa nomination lors d'une réunion à Istanbul.
  • "J'annonce que je ne continue pas dans ma tâche de Premier ministre chargé de former un gouvernement intérimaire. Je vais continuer à travailler dans l'intérêt de la révolution pour qu'elle mène à bien tous ses objectifs par tous les moyens possibles", a-t-il indiqué.

    Sa démission intervient deux jours après la nomination de l'opposant de longue date Ahmad Assi Jarba à la tête de la Coalition nationale de l'opposition syrienne, principale formation de l'opposition.

    M. Jarba est considéré comme proche de l'Arabie saoudite, qui s'était opposée à la candidature de M. Hitto lors des laborieux débats précédant sa nomination en mars.
  • ... M. Hitto, proche de la mouvance islamiste au sein de l'opposition, et dont la candidature était soutenue par le Qatar, n'a pas pu mener à bien sa mission en raison des divisions minant la Coalition de l'opposition.

  • M. Hitto devait mettre sur pied un gouvernement visant à administrer les territoires sous contrôle rebelle en Syrie.
  • .
  • Source: http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1665629/2013/07/08/Le-Premier-ministre-rebelle-syrien-jette-l-eponge.dhtml

.

- Un prêtre catholique syrien décapité par des rebelles islamistes syriens

- Syrie: « Les rebelles se servent des catholiques comme boucliers humains » (Patriarche Gregoire III Laham) (juin 2012)

- Syrie: Les services secrets américains, allemands et anglais aident les "rebelles" depuis juin 2012

- La France avoue qu'elle aide l'opposition syrienne (22 août 2012)

- Israël prend position en faveur des "insurgés" syriens

- Syrie: « Les rebelles se servent des catholiques comme boucliers humains » (Patriarche Gregoire III Laham)

- La vérité sur le nombre de morts en Syrie et le mensonge de nos médias

- Le Vatican estime que le gouvernement syrien n'a rien à voir avec les massacres (juillet 2012)

- Syrie : l’intervention militaire occidentale à la conquête du gaz ?

- La vérité sur le nombre de morts en Syrie et le mensonge de nos médias (par Monseigneur Tournyol du Clos Archimandrite Grec-Catholique Melkite, 14 juin 2012)

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 10:33

 

Deux poids deux mesures dans la défense de la liberté d'expression : asile de la femen Inna Shevchenko mais refus d'asile pour Edward Snowden.

 

 

- Edward Snowden charge les démocraties occidentales (7 juillet 2013)

- Les "démocraties" peu pressées de défendre les libertés fondamentales (2 juillet 2013)

- La France a aussi un dispositif de surveillance généralisée des communications des particuliers (4 juillet 2013)

- PRISM: la France refuse d'octroyer un asile à Snowden (Ria Novosti) (4 juillet 2013)

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 10:19

 

Alors que les rentrées fiscales étaient déjà en baise au mois de juin 2013, on apprend aujourd'hui que le nombre d'heures déclarées en emplois à domicile a fortement reculé au premier trimestre 2013, au profit du travail au noir.

 

 

Si la théorie enseigne que les ménages modifient leur comportement lorsque leurs charges augmentent, le secteur des services à la personne en fournit un exemple. Au premier trimestre, le volume d'heures déclarées en emploi à domicile a baissé de 3,8 % comparé au dernier trimestre 2012 et de près de 8 % en un an, d'après les dernières statistiques de l'Acoss. ... Bref tous les voyants sont au rouge dans ce secteur clé qui emploie 2,2 millions de personnes. Pis, jamais le recul des heures déclarées, amorcé depuis deux ans, n'avait été aussi prononcé.

 

Impossible de ne pas faire le lien avec la disparition, votée fin 2012 et effective au 1er janvier 2013, du régime avantageux de la déclaration au forfait. Ce système permettait aux ménages de payer des charges calculées au niveau du smic même lorsque le salarié était rémunéré au-delà du salaire minimum. Ce régime s'opposait à celui «au réel» où les charges sont assises sur le niveau réel de salaires. Cette bascule a concerné 30 % des deux millions de particuliers.

 

Pour atténuer le choc de la fin du forfait, le Parlement a instauré un allégement de charges de 75 centimes par heure travaillée. Mais cette mesure ne compense pas le surcoût de la fin du forfait lorsque l'employé est payé plus de 8,20 euros de l'heure. Or nombre de nounous et de gardes à domicile - et aussi des professeurs particuliers - sont dans ce cas dans les grandes villes. «Confronté à un renchérissement de leur facture, les ménages ont renoncé à employer quelqu'un officiellement, ou ont réduit le volume d'heures déclarées, quitte à faire exécuter le complément au noir», juge Marie-Béatrice Levaux, la présidente de la Fepem (Fédération des particuliers employeurs de France).

 

La crise pèse aussi sur les comportements. «Les ménages, qui ont perdu en pouvoir d'achat, ont arbitré dans leurs dépenses au détriment de l'aide à domicile. C'est encore plus vrai si un des conjoints est au chômage», ajoute Marie-Béatrice Levaux. Les services «de confort», comme les prestations de ménage, ont davantage souffert que la garde d'enfants à domicile: les heures déclarées ont baissé de 8,4 % sur un an dans le premier cas et de 4 % dans le second.


Perte de pouvoir d'achat

 

«Le secteur ne supporterait pas un nouveau choc, alerte Marie-Béatrice Levaux. Il ne faut surtout pas toucher à la réduction d'impôt et l'exonération de charges pour les employeurs de plus de 70 ans». Et ce d'autant plus que certains services sont passés depuis le 1er juillet à une TVA à 19,6 %, contre 7 % auparavant

 

Le gouvernement commence à prendre conscience du problème. ... Certains ministres estiment que les pouvoirs publics sont allés trop loin et militent pour des mesures correctrices afin de stopper l'hémorragie sur le seul secteur créateur d'emploi en plein cœur de la crise.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/emploi/2013/07/09/09005-20130709ARTFIG00217-l-emploi-a-domicile-devisse-apres-les-hausses-de-charges.php

 

- Rentrées fiscales en baisse : La Résistance passive commence à porter ses fruits (10 juin 2013)

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 09:58

Le Printemps français approuve !

 

Delphine Batho estime que son éviction est le fruit de la volonté de "soumettre une résistance" : bienvenue !

  • Sinon, celle qui a pu éprouver les limites du dialogue avec le gouvernement Hollande en tire les conclusions immédiates : elle regrette le caractère disproportionné de la sanction, elle regrette l'absence de débat et de concertation, dénonce une politique qui n'avoue pas ses principes et l'action des lobbies (obscures "puissances économiques" et "forces financières") et surtout entend bien ne pas renoncer.
  • Bref, une validation constante de la ligne du Printemps Français, jusque dans sa conclusion qui lui vaut d'être la personnalité printemps français de la semaine, puisqu'en vraie lanceuse d'alerte elle invoque le "droit de [sa] génération à avoir des espoirs et à agir".

  • Delphine Batho: les mots de sa contre-attaque
  • www.lexpress.fr
  •  
  • Source:https://www.facebook.com/PrintempsFrancaispourTous/posts/327527137380583

 

- Delphine Batho pointe du doigt des "forces économiques" qui "voulaient sa tête"

- Le président des grands débats met fin aux fonctions de Delphine Batho

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 21:58
c5f743c5d0dbb5dcf0dd987bdbd8c1e4.jpg

La plupart des chercheurs s'accordent pour dire que ce sont les grecs qui ont ‘inventé’ le concept de liberté, eleutheria. Cette liberté, est exaltée comme valeur essentielle de l'humanité dès les plus anciens textes de la littérature grecque antique au 5ème siècle av. J.C. avec Hérodote et Thucydide.

 

Source: http://biblique.blogspirit.com/archive/2008/01/19/eleutheria-liberte.html


***

 

Michel De Jaeghere aux veilleurs

 

Réflexions sur la loi


Je suis très heureux de me trouver parmi vous, très honoré que vous me donniez la parole. Je voudrais réfléchir quelques instants avec vous, ce soir, sur la loi.
Sur la loi instituant le pseudo Mariage pour tous, bien sûr, mais d’abord sur ce que c’est qu’une loi, en général, et sur la position que nous devons prendre vis-à-vis d’une loi de l’État.
Quelle autorité devons-nous lui reconnaître ? Quelle légitimité avons-nous en en contester les principes, à en demander l’abrogation ?

Vous êtes rassemblés ici pour dire votre refus d’une loi, alors même que cette loi n’est plus aujourd’hui en débat, et cela suscite parfois l’étonnement, l’incompréhension.
À quoi bon s’obstiner à une protestation qui n’a plus, à court terme, la moindre chance d’aboutir ? N’est ce pas présomptueux de votre part. N’est ce pas absurde ? N’est ce pas illégitime ?

« S’y opposer était un droit, s’y soumettre est un devoir. » Tel a été, au lendemain de l’adoption de la loi Taubira, le mot d’ordre lancé par quelques-uns de ses anciens opposants.
La loi a été démocratiquement adoptée, nous dit-on, il serait donc antidémocratique d’en demander l’abrogation.
« S’y opposer était un droit, s’y soumettre est un devoir » : cette opinion n’est pas la vôtre, puisque vous êtes ici ce soir, mais je voudrais tenter de vous aider à la réfuter auprès de ceux qui, autour de vous, la partagent.

Je précise que mon propos ne vise pas ici ceux qui se trouveraient contraints, malgré eux, à céder à la nécessité ; à faire appliquer cette loi sous la menace de sanctions pénales : la résistance est toujours affaire de conscience, d’appréciation individuelle des risques et des conséquences. Ceux qui ne sont pas exposés à ces risques n’ont pas qualité pour donner des conseils à ceux qui sont en première ligne.

Ceux que je voudrais contredire, et pourquoi pas, convaincre, vous en connaissez certainement ; ce sont tous ceux qui contestent désormais le principe même de votre résistance, sous prétexte que la loi a été adoptée par le Parlement, et qu’elle l’a été, somme toute, démocratiquement.
Je vais essayer de le faire en faisant un grand détour : un détour par l’Histoire. Je voudrais en effet essayer avec vous de remonter aux sources. Aux sources de la loi.

Qu’est ce qu’une loi ?
Peut-on lui opposer sa conscience, quand on a contre soi la légalité de son adoption, le consentement, dit-on, de la majorité de la population. Peut-on, doit-on, résister à ce que François Mitterrand a appelé autrefois « la force injuste de la loi » ?

J’essaierai de répondre en évoquant la naissance de la loi, là où elle est apparue, en Grèce, en m’aidant, notamment, des travaux de Jacqueline de Romilly.
Parce qu’il me semble que c’est en prenant les choses à leur commencement que nous avons quelque chance de les surprendre dans leur pureté, leur logique.

La loi occupe une place centrale dans la pensée grecque.

Elle l’occupe depuis près de 3000 ans. Après l’effondrement des royautés mycéniennes (celles des rois qui participèrent à la guerre de Troie au XIIe siècle avant J.-C., et dont Homère nous a transmis la mémoire sous les noms d’Agamemnon, de Ménélas, de Nestor ou d’Ulysse) l’écriture avait disparu pendant ce qu’on avait appelé les siècles obscurs.

Quand elle réapparut au VIIIe siècle, il n’y avait pas de lois écrites puisqu’il n’y avait plus eu, pendant de longs siècles d’écriture. Les familles aristocratiques se considéraient comme gardiennes des traditions ancestrales au nom desquelles elles rendaient la justice au mieux de leurs intérêts. Un peu partout en Grèce, les luttes sociales dégénérèrent en guerres civiles.
Les cités en sortirent, le plus souvent, en s’en remettant à un arbitre, un législateur, à qui fut confié le soin de recueillir les lois, et de les mettre par écrit afin qu’elles soient connues, intangibles, qu’elles soient les mêmes pour tous. Ce fut Lycurgue à Sparte, Solon à Athènes.

Pour les Grecs, dès lors, la liberté s’identifia au règne de la loi, la tyrannie, à tout pouvoir qui se considérait comme « au-dessus des lois ».
Cette liberté devint, aux yeux des grecs leur spécificité, leur marque propre.

Comme le proclamera Eschyle, ce qui différenciait les Grecs des peuples barbares c’est qu’ils n’étaient « esclaves ni sujets de personne ». Qu’ils étaient des hommes libres. Être un homme libre, à leurs yeux, c’était n’être soumis qu’à une seule souveraineté : la souveraineté de la loi.

Cette différence entre grecs et barbares allait être cristallisée, au Ve siècle avant J.-C. par l’expérience des guerres médiques, ces guerres qui allaient voir les troupes innombrables de l’empire perse déferler sur la Grèce, et finalement échouer à Marathon, aux Thermopyles, à Salamine et à Platées.

(Pour ceux qui sont un peu perdus dans leurs souvenirs scolaires, on est passé de l’univers du Troie de Brad Pitt à celui des guerriers bodybuildés de 300).

L’invasion perse est en effet ressentie comme l’agression d’un empire tout-puissant contre des cités minuscules, le déferlement de l’Asie sur l’Europe, le choc entre un monarque et une coalition de républiques. Dans la conscience des Grecs, elle va devenir le symbole de l’opposition entre la civilisation hellénique et la barbarie. Après leur victoire, elle sera celui de la supériorité de la civilisation sur la force brute.

Description de cette image, également commentée ci-après« Ils ne sont esclaves ni sujets de personne. » Cette opposition est le sujet même du livre que compose alors, pour raconter ces guerres médiques, celui qui est considéré comme le père de l’Histoire : Hérodote. Hérodote y met en scène un étrange dialogue entre Xerxès, le roi des Perses, et un roi de Sparte exilé à sa cour, Démarate. Dialogue au cours duquel le spartiate aurait prévenu le conquérant, à la veille de l’expédition, que son entreprise était vouée à l’échec parce que les troupes perses étaient formées d’esclaves qui marchaient sous le fouet et qu’elles allaient trouver devant elles des hommes libres, éduqués dans l’obéissance aux lois.

Dialogue imaginaire, et sans doute inspiré a posteriori par l’attitude des Spartiates à la bataille des Thermopyles. Texte fondamental parce qu’il illustre la ligne de partage que tracent désormais les Grecs entre civilisation et barbarie. Ici, des hommes soumis à la crainte d’un maître. Là des hommes laissés libres d’agir, mais qui se révèlent supérieurs parce que leur liberté s’accomplit dans l’obéissance aux lois.

« Ils ne sont esclaves ni sujets de personne. » Xerxès n’incarne pas le despotisme parce qu’il est un monarque (la royauté subsiste en Grèce, notamment en Macédoine), mais parce qu’il prend des décisions selon son caprice, parce qu’il n’a pas d’autre loi que ses désirs.
Les Grecs ne représentent pas la liberté parce qu’ils vivent sous des régimes démocratiques (beaucoup de leurs cités ne le sont pas, à commencer par Sparte) mais parce qu’ils obéissent aux lois.

Dans une scène saisissante, Hérodote montre le roi des Perses étouffé de colère, parce qu’une tempête a détruit le pont de bateaux qu’il a fait construire sur l’Hellespont, notre détroit des Dardanelles. Il prend alors une décision inouïe : il fait fouetter la mer qui s’est ainsi rebellée contre lui. Le despote, le tyran, pour le Grec, c’est celui qui gouverne contre la raison, le Logos. L’homme libre, c’est celui qui n’est pas soumis à l’arbitraire, au caprice, parce qu’il connaît ses devoirs et ses droits, parce que ceux-ci sont fixés par la loi. Le gouvernement légitime, c’est celui qui s’exerce conformément aux lois.

Cette souveraineté de la loi allait être magnifiée, au IVe siècle par Socrate, comme le raconte Platon dans l’un de ses dialogues, le Criton. Il met en scène, en effet, Socrate en prison, condamné à mort, après son procès. On lui propose de s’évader pour échapper à une sentence inique. Il refuse. Parce qu’enfreindre la loi en échappant, par fraude, à ses juges, reviendrait, à ses yeux, à frapper sa patrie en sapant les fondements de l’État.
Même injustement appliquée, la loi reste, à ses yeux, la loi : elle doit être souveraine. Rien ne justifie qu’on se rebelle contre la souveraineté de la loi. Telle est la leçon de Socrate. Elle pourrait paraître désavouer notre résistance.
Elle la légitime au contraire.
De cette souveraineté de la loi, considérée ainsi comme la condition même de la liberté politique, il ne faut pas déduire en effet la souveraineté de n’importe quelle disposition, de n’importe quel texte dans la mesure où il aurait reçu la sanction du corps électoral, l’aval des électeurs, l’approbation d’une assemblée.

J’ai parlé il y a un instant de la revendication des peuples en faveur de lois écrites. Mais les Grecs reconnaissaient, en réalité, l’autorité de deux sortes de lois : d’une part celles qui ressortissaient du comportement, de la morale et qui étaient restées non écrites ; d’autre part celles qui réglaient le fonctionnement des institutions, la propriété, la justice, et dont ils avaient exigé l’écriture pour échapper à l’arbitraire des grands.

Antigone prise sur le fait et arrêtée par les gardes.Les lois non-écrites, ce sont celles qu’invoque Antigone, l’héroïne de Sophocle, lorsque Créon prétend lui interdire d’ensevelir son frère. La légalité du pouvoir de Créon n’est pas mise en cause. Il est le roi légitime de Thèbes. Son décret n’en a pas plus de valeur pour autant parce qu’il n’est pas conforme aux lois non-écrites que les dieux ont inscrites dans le cœur de l’homme. Antigone n’est pas une anarchiste. Elle obéit à un ordre supérieur, elle obéit à d’autres lois : « Aux lois non-écrites, inébranlables, des dieux, dit-elle. Elles ne datent, celles-là, ni d’aujourd’hui, ni d’hier, et nul ne sait le jour où elles ont paru. Ces lois-là, pouvais-je donc, par crainte de qui que ce fut, m’exposer à leur vengeance chez les dieux. »

http://ekladata.com/Ys646B1p_aSZPhGXX_sKnrMT6e4@250x366.jpgCes lois non-écrites, ce sont toutes celles qui commandent la vie morale de l’homme. Elles ressemblent étrangement, nous dit Jacqueline de Romilly, au Décalogue. Elles obligent à la loyauté, à la reconnaissance, à la fidélité en amitié. Elles commandent le respect des dieux, la sépulture des morts, la piété filiale, l’inviolabilité des hôtes. Elles interdissent de trahir sa patrie, de déserter au combat, de s’emparer d’un criminel réfugié dans un temple, de s’en prendre à un ambassadeur, de violer un serment, d’agir contrairement à un traité, de tuer un combattant qui se rend. Elles interdisent évidemment de former une famille autrement qu’avec un homme et une femme.
Elles n’ont jamais la forme d’un droit. Elles imposent des devoirs au nom de la piété que l’on doit envers les dieux. Car elles tirent leur origine non de la volonté des hommes, mais de celle des dieux : « Les lois qui [nous] commandent, lit-on dans Oedipe-roi de Sophocle, siègent dans les hauteurs. Elles sont nées dans le céleste éther, et l’Olympe est leur seul père ; aucun être mortel ne leur donna le jour ; jamais l’oubli ne les endormira. Un dieu puissant est en elles, un dieu qui ne vieillit pas. »

Divines, ces lois sont, par-là même, éternelles et universelles. Elles s’imposent aux individus comme aux institutions. Elles sont sanctionnées par une réprobation, une honte universelle, par les châtiments que ne manquent pas d’infliger les dieux à ceux qui y contreviennent.
En même temps, comme le note un auteur anonyme du IVe siècle, elles sont liées à la nature humaine. L’incapacité de l’homme à vivre seul dans l’état de nature, explique-t-il, sa condition d’animal social, l’a contraint à rechercher un ordre juste, sans lequel la vie sociale serait impossible. Lois divines par leur origine, les lois non-écrites sont ainsi également l’expression de la loi naturelle, celle qui découle des caractères propres à la nature humaine.

À côté, en dessous des lois non écrites, se trouvent les lois écrites. Ce sont les règles qui fixent les droits et les devoirs de chacun, déterminent le fonctionnement des institutions. Elles ont commencé, elles aussi par être non-écrites (tout simplement parce que l’écriture avait disparu). On a vu que leur transcription avait été une revendication du peuple contre les aristocrates et les rois, pour échapper à leur arbitraire. Qu’elles furent l’œuvre des législateurs comme Lycurgue ou Solon. Mais la façon même de procéder de ces législateurs est éclairante. Pour rédiger les lois, ils ne recueillent pas, en effet, le sentiment de l’opinion. Ils ne demandent pas ce qu’elle veut à la population. Ils ne font pas de sondages. Ils s’entourent de juristes, de savants, dont le rôle est de recueillir la tradition des ancêtres et d’en faire la retranscription.
Ils n’inventent pas les lois, ils se contentent de mettre en forme celles que leur a léguées une tradition immémoriale.
Description de cette image, également commentée ci-aprèsDerrière les usages, les coutumes, les habitudes séculaires, les Grecs croient en effet pouvoir discerner un nomos divin : un ordre naturel du monde dont tout l’effort du législateur sera de tenter de reproduire les contours.
Les hommes, écrit Hésiode, ont reçu des dieux le sens de la justice. Il leur appartient donc de mettre la société dans l’ordre, la règle qui leur permettra de s’y conformer.

Vous voyez qu’on est là aux antipodes de l’idée que la loi soit l’expression d’une volonté humaine, serait-elle « la volonté générale » chère à Jean-Jacques Rousseau et à notre déclaration des droits de l’Homme (article 3 de la DDH de 1789 : "Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation", NdCR.) Qu’elle doive refléter l’évolution des mœurs ou l’état de l’opinion. Ériger « en loi ses caprices », c’est, au contraire, aux yeux des anciens grecs la marque même de la tyrannie.

Être Grec, dit le vieux Tyndare dans l’Oreste d’Euripide, c’est « ne pas vouloir être au-dessus des lois ». Car « toutes les lois humaines, écrit Héraclite, tirent leur force de lois divines ». Les lois non-écrites sont celles qu’ont édictées les dieux. Mais les lois écrites doivent en être elles-mêmes les imitations, les reflets.

Cette conception de la loi se retrouve dans le fonctionnement concret de la démocratie athénienne, cette démocratie dont nos institutions se prétendent les héritières.
Car le pouvoir législatif de l’Assemblée du peuple, ce pouvoir qui paraît sans limite (nous soulignons volontairement ce mot en italique pour faire référence à la république absolue sans limites, l'absolutisme parlementaire ou démocratie illimitée que nous dénonçons sur ce blog, NdCR.), est entièrement circonscrit par le fait qu’il est interdit de mettre en délibération tout projet, toute proposition qui serait en contradiction avec l’une de ces lois immémoriales.

Tout citoyen peut se porter au secours de ces lois en poursuivant l’auteur d’une proposition illégale et même le président de séance qui aurait accepté de la mettre aux voix. Cette accusation a pour effet de suspendre la discussion du texte. La sanction peut être une amende, ou même la peine de mort pour celui qui a fait la proposition illégale. Vous imaginez à quel sort serait promis le malheureux Erwan Binet à Athènes.



Description de cette image, également commentée ci-aprèsdétail de L'École d'Athènes, par Raphaël

 

Lorsque l’on dit que pour les Grecs, la liberté se confondait avec la souveraineté de la loi, vous voyez donc ce que cela représente. Pour les Athéniens, c’était la soumission de la volonté générale, de la majorité des citoyens, à des lois considérées comme d’origine divine, parce qu’elles étaient le reflet même de la nature humaine, ou qu’elles avaient été transmises par la tradition, ou qu’elles étaient l’expression de la Raison.

« Ils ne sont esclaves ni sujets de personne. » Nous voila loin, direz-vous du mariage homosexuel ? Nous sommes au contraire au cœur de ce qui justifie votre protestation, de ce qui légitime la poursuite de votre mouvement.
Qu’est-ce qu’une loi ? Une loi est certes un commandement de l’autorité légitime, mais elle n’est pas seulement cela.
C’est un commandement qui vise au bien commun sans heurter les lois non-écrites qui sont inscrites dans le cœur de l’homme, non plus que l’ordre naturel du monde, tel qu’il est connaissable par l’exercice de la Raison. Tel est l’enseignement de la Grèce antique, dont notre civilisation est le prolongement.

La loi qu’on vous oppose n’apparaît, à cette lumière, que comme un simulacre. Elle a pu être régulièrement adoptée par les institutions compétentes. Elle ne mérite pourtant pas le nom de loi :
- parce qu’elle n’est pas conforme aux lois non écrites qui sont dans le cœur de l’homme,
- parce qu’elle est étrangère à nos traditions ancestrales,
- parce qu’elle n’est pas conforme à la nature humaine, à l’ordre naturel du monde, à la raison.

Dans le texte même du Criton, ce dialogue où il défendait le principe de la soumission inconditionnelle aux lois, même injustement appliquées, Platon indiquait que le respect du droit naturel de la famille était le fondement du lien de sujétion qui nous rattache aux Etats dans lesquels nous vivons. Donnant un instant la parole aux lois, dans une prosopopée célèbre, il imaginait ce dialogue entre ces lois personnifiées et Socrate : « Qu’as-tu à nous reprocher, à nous et à l’État ? lui demandaient-elles. N’est-ce pas à nous que tu dois la vie, et n’est-ce pas sous nos auspices que ton père a épousé ta mère et t’a engendré ? Parle donc ! As-tu quelque chose à redire à celles d’entre nous qui règlent les mariages ? Les trouves-tu mauvaises ? »
C’est parce que les lois avaient permis aux citoyens de naître dans une famille naturelle et de recevoir leur éducation de leurs parents, proclamait-il, que ces citoyens devaient aux lois de l’Etat une complète soumission. C’était admettre, a contrario que des lois bafouant le caractère naturel du mariage et le droit des enfants à recevoir leur éducation de leurs parents ne mériteraient, en revanche, aucune obéissance.

Héritière de la pensée classique, l’Église s’est inscrite dans ce sillage. Elle l’a proclamé par la bouche de saint Thomas d’Aquin : « Toute loi portée par les hommes n’a raison de loi que dans la mesure où elle découle de la loi naturelle. Si elle dévie en quelque point de la loi naturelle, ce n’est plus alors une loi, mais une corruption de la loi. »
Jean-Paul II renchérit en parlant, sur le même sujet d’une « tragique apparence de loi » à laquelle toute conscience éclairée se doit de faire objection.

S’opposer à la loi Taubira était un devoir. Exiger son abrogation en est un autre. L’une et l’autre attitude relèvent en effet de la véritable obéissance aux lois : aux lois non écrites qui sont inscrites dans le cœur de l’homme, à la loi naturelle et à l’ordre du monde, tels qu’ils sont connaissables par la droite raison. C’est en restant fidèle à ces lois, comme vous le faites ici ce soir, que vous continuerez à n’être esclaves ni sujets de personne, que vous continuerez d’être libres.

 

Michel De Jaeghere

 

 

Source: http://www.renaissancecatholique.org/spip.php?page=courrier&id_courrier=103

 

 

 

- Forum civique : "la famille traditionnelle base de la souveraineté d’une nation", fondement de la légitimité politique nouvelle ?

- Bases philosophiques du Printemps français

- La "loi" Taubira n'est pas une loi

- La loi Taubira: une loi déjà périmée

- Considérations sur la violence suscitée par la loi Taubira : une guerre de religions ?

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 18:49

Nous disions le 2 juillet que les démocraties étaient peu empressées d'accueillir Snowden et de défendre les libertés fondamentales (la protection de la vie privée est la condition de la liberté d'expression). Or, nous apprenons aujourd'hui qu'alors que les pays occidentaux ont fait semblant de s'indigner de la surveillance généralisée des populations..., le lanceur d'alertes a affirmé dans un entretien à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, que ces mêmes pays occidentaux coopèrent depuis longtemps avec l'Agence nationale de Sécurité américaine (NSA).

 

Dans cet entretien réalisé avant ses révélations fracassantes et effectué par un expert en cryptographie américain, Jacob Appelbaum, et la réalisatrice de documentaires Laura Poitras, l'ex-consultant du renseignement américain explique que les espions de la NSA "travaillent main dans la main avec les Allemands et la plupart des autres Etats occidentaux".

 

Par exemple, concernant la coopération entre la NSA et les services de renseignements allemands, Snowden indique que la NSA fournissait aux Allemands "des outils d'analyse" pour les informations passant par l'Allemagne en provenance de régions comme le Proche et Moyen-Orient.

Snowden a expliqué que le partenariat est conçu de façon à "protéger leurs dirigeants politiques de l'indignation publique", si "la façon dont ils violent largement la vie privée dans le monde" est rendue publique.

 

Depuis deux semaines, Edward Snowden est bloqué dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou. Il a demandé l'asile à 21 pays, dont la France qui a refusé. Trois pays latino-américains, le Venezuela, le Nicaragua et la Bolivie, sont prêts à l'accueillir.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/07/07/97001-20130707FILWWW00054-snowden-charge-les-pays-occidentaux.php

 

Rappelons que le 1er juillet,toute la classe politico-médiatique feint de s'indigner du scandale Prism.
 

La ministre délégué en charge des PME et de l'Économie numérique, Fleur Pellerin déclara :

 

François Hollande, le même jour, en marge d'un déplacement à Lorient feint de s'indigner en demandant des explications aux Etats-Unis :

 

  • «Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés... Nous demandons que cela cesse immédiatement. ... Les éléments sont déjà suffisamment réunis pour que nous demandions des explications».

 


Ce à quoi nous pouvons à présent rétorquer à bon droit que c'est à nous maintenant de demander des explications à la république dite "française" et à son gouvernement pour son système de surveillance généralisée des Français, système révélé trois jours après par deux articles successifs du Monde et du Figaro en date du 4 juillet.

 

Add. 8 juillet 00:25. La presse nicaraguayenne a publié dans la nuit de samedi à dimanche (7 juillet, NdCR.) une lettre de l'ancien agent de la CIA Edward Snowden dans laquelle il demande l'asile au Nicaragua

  • "Moi, Edward Snowden, citoyen des Etats-Unis, m'adresse à vous pour demander l'asile à la république du Nicaragua étant donné le risque que je cours d'être poursuivi par le gouvernement américain et ses agents", dit la missive datant du 30 juin et dont une copie a été publiée sur le site internet de la Radio Ya. 
  • "Il est improbable que j'aie un procès juste ou que je sois traité de façon convenable avant son début, et je risque la prison à vie ou même la peine capitale", poursuit Edward Snowden dans sa lettre.
  • Source: http://fr.rian.ru/world/20130707/198713926.html


 

- Snowden: le Venezuela et le Nicaragua prêts à accueillir le lanceur d'alerte

- La France a aussi un dispositif de surveillance généralisée des communications des particuliers

- Edward Snowden renonce à l'asile russe : les "démocraties" peu pressées de défendre les libertés fondamentales

-Prism : « La protection de la vie privée, c’est aussi le corollaire de la liberté de l’expression » (Ch. Deloire)

- Prism : Record d'hypocrisie maçonnique pour Mélenchon et les Verts

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 20:09

Des hommes armés ont tué un prêtre copte cet après-midi dans la ville égyptienne d'El Arich, dans le nord de la péninsule du Sinaï.(1) Selon Le Figaro, hier, au cours de plusieurs attaques dans cette même ville d'El Arich, cinq policiers ont été tués par balles sans qu'on sache si ces opérations étaient directement liées à la destitution par l'armée du président "islamiste" Mohamed Morsi, soutenu par les Frères Musulmans

 

égypte parti islamisteLe guide suprême des Frères musulmans d’Egypte, Mohamed Badii, a appelé à la mobilisation permanente dans toutes les places du pays jusqu’au retour au pouvoir de Mohamed Morsi, destitué mercredi 3 juillet par l’Armée. « Morsi reviendra à la Présidence sur nos épaules », a clamé M. Badii hier soir au milieu des militants qui manifestaient Place Rabia Al-Adaouiya, au Caire, en exigeant le retour du président déchu dans sa fonction. Il scandait le slogan « Ö révolutionnaires libres, nous parachèverons le processus », répété par les masses de manifestants enflammés.

 

Le guide suprême de la confrérie des Frères musulmans a aussi critiqué le soutien apporté à l’évincement de Morsi par l’imam de la mosquée Al-Azhar, plus haute autorité de l’Islam sunnite en Egypte, et le patriarche de l’église copte. Pour lui, les deux hommes ne représentent pas la totalité des musulmans et des coptes... Il a offert de dialoguer avec l’Armée si elle ramenait M. Morsi dans sa fonction. Par ailleurs, les autorités égyptiennes ont fait arrêter hier Khayratt Achater, premier adjoint du guide suprême des Frères musulmans. (2)


Les Frères musulmans, promus grands vainqueurs des "printemps arabes" du fait de leurs victoires électorales à répétition, en Tunisie et en Egypte, encaissent là un revers historique, qui aura des contrecoups dans l'ensemble du monde arabe. (3

Tout avait commencé pour Mohamed Morsi par un sobriquet dégradant : la "roue de secours". C'est ainsi que l'opposition égyptienne désignait M. Morsi,  « un apparatchik de la confrérie, propulsé candidat en remplacement de Khairat Al-Chater, son grand ordonnateur, disqualifié pour cause de casier judiciaire. Né en 1951 dans une famille de paysans du delta du Nil, titulaire d'un doctorat en ingénierie décroché aux Etats-Unis, l'homme n'est pas un inconnu. Après avoir grimpé un à un les échelons de la confrérie, ce militant modèle a dirigé le groupe parlementaire des Frères dans les années 2000, l'époque où le régime Moubarak tolérait qu'ils se présentent aux élections sous l'étiquette "indépendants".  » 

 

C'est l'occasion pour nous de tenter d'y voir un peu plus clair dans ce fourmillement d'infos contradictoires que les medias nous racontent au sujet des "Frères Musulmans", la plupart du temps présentés en France comme "mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir politique Islamiste Totalitaire, la Charia"... (Source: "islamineurope.unblog.fr", un site d'observation de la "progression de l'islam en France", sous-titré: "dans l'antre des mosquées", avec en liens toute une série de sites pro-sionistes comme "Fdesouche", "Dreuz", "Coranix", "Alexandre del Valle", "Europe-Israël", "Riposte laîque", "Révoltes en Europe", etc.). Mouvement auquel appartenait le président Mohamed Morsi, destitué.

 

Qu'en est-il réellement ? Qui sont les "Frères musulmans" ?

 

Bien loin d'être des théocrates, les "frères musulmans" seraient en fait des modernistes, progressistes, démocrates, et franc-maçons.

 

Voyez ce qu'en dit ce site musulman (malgré une erreur que nous relevons sur les protestants Luther et Calvin n'étaient pas francs-maçons: la Secte a été créée au XVIIIe siècle, en 1721, avec les "constitutions d'Anderson" par deux protestants, il est vrai, Désaguliers et Anderson) :

  http://www.salafidefrance.com/index.php/danger-sectaire/les-freres-musulmans/512-les-freres-musulmans-et-leur-lien-avec-la-franc-maconnerie. (4)

 

  • Une franc-maçonnerie dont un des objectifs est, selon ce site, de  « se débarrasser du conservatisme de l’orthodoxie des religions révélées, considérées comme des fables et des superstitions allant à l’encontre de la raison humaine, afin disent-ils "de libérer les individus d’une mentalité arriérée et de les mener vers un progrès humain". »

 

On reconnaît là en effet un vocabulaire bien connu... avec chez nous l'obscurantisme du "Moyen Âge"... et autres balivernes, autant de clichés définitivement démentis par l'historiographie contemporaine (Cf. Régine Pernoud).

 

Rappelons qu'en France, le père jésuite Augustin Barruel, qui dénonça la Révolution dite "française" comme une fabrication de la Secte dans son ouvrage Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme (1798), dit exactement la même chose : l'objectif de la franc-maçonnerie était et est toujours de combattre les grandes religions dogmatiques, pour ne laisser à la place que leurs dogmes à eux et leur "République universelle"

 

Selon  le Figaro, des groupes djihadistes liés à Al Qaïda ainsi que des réseaux de contrebande avec la bande de Gaza voisine, opèrent dans le Sinaï, une zone en proie à une instabilité récurrente où le pouvoir égyptien a dû mal à y établir son autorité depuis le renversement de Moubarak en février 2011.

 


Or,

 

  • « l’Égypte est certainement l’un des premiers pays (d'Afrique, NdCR.) à subir la présence notable de contingents maçonniques européens avec l’expédition de l’Empereur français Napoléon Bonaparte », franc-maçon.

 

  • « Vers le milieu du XIXe siècle, la révolution française ... s’exporte et l’épopée napoléonienne s’accompagnent, en Orient, de la création de quelques loges… L’initiation continuera avec l’équipe de Ferdinand de Lesseps et ses successeurs puis avec la présence des Anglais. Ce n’est qu’en 1876 que La Grande Loge Egyptienne a été fondée et ce pendant le protectorat britannique.

  • La Compagnie universelle du canal maritime de Suez a été créée en 1858 par Ferdinand de Lesseps pour percer et exploiter le canal de Suez en Égypte. Cet ingénieur français dirigeait un groupe d’hommes d’obédience maçonnique et saint-simonienne. Antoine Sfeir :
  • « …le groupe de Ferdinand de Lesseps qui compte surtout des maçons constructeurs »
  • L’équerre et le croissant, enquête sur la franc-maçonnerie en terre d’Islam, Cahier de l’Orient, p.2.

  • Dans la revue "World In Review" John Coleman précise que l'organisation des frères musulmans serait un ordre créé en secret par la franc-maçonnerie britannique avec l'aide de Thomas Edward Lawrence (Laurence d’Arabie), Bertrand Russell, St. John Philby, E.G. Browne (en) et Arnold Toynbee, afin de maintenir le Moyen-orient sous-développé pour que ses ressources, en particulier son pétrole, puissent continuer à être pillées par la Grande-Bretagne. Coleman critiqua le Club de Rome, la Giorgio Cini Foundation, Forbes Global 2000, le Interreligious Peace Colloquium, le Tavistock Institute, ainsi que d'autres organisations qui se rapprochent de la thématique du nouvel ordre mondial.
  •  
  • Au fur et à mesure que l’initiation progresse dans la société arabe et en particulier en Égypte, les francs-maçons préparent la déconstruction de l’orthodoxie musulmane.
  • 220px-Hassan_al-Banna.jpgLes "frères maçons" créerons les "Ikhwan al-mouslimine" avec à leur tête un certain Al-Hassan al-Banna (grand-père de Tariq Ramadan et Hani Ramadan, NdCR.) né le14 octobre 1906 - mort le 12 février 1949.  
  • D’après certaines archives, Hassan al-Banna reçoit de l’argent (500 livres) de la toute puissante "Compagnie du Canal". Il reçoit aussi un permis pour construire une mosquée.
  • Al-Banna se justifie d’abord en déclarant cet argent appartenant de droit au peuple égyptien comme tous les biens de la Compagnie.
  • Plus tard, il niera avoir touché cette aide financière. Il reconnaît avoir été très influencé par ces prédécesseurs Jamal ad-Dîn al-Afghânî et Muhammad Abdu mufti d’al-Azhar connus tous les deux pour avoir été de grands initiés des loges maçonniques françaises et anglaises et qui ont profondément marqués la pensée égyptienne de l’époque.
  •  
  • Ikhwân al-mouslimine signifie « frères musulmans ».
  • Il semble que le mot frères « ikhwân », au pluriel, soit l’idée des francs-maçons, membres de la compagnie de Suez car c’est également le nom par lequel ils se désignent (frères franc-maçons ou frères de lumière).

  • Dans son article intitulé « Islamisme, réformisme et violence politique : comment interpréter l'histoire des Frères musulmans » Malika ZEGHAL cite Tarek Ramadan en disant : « il replace le fondateur [al-Hassan al-Banna] de la Confrérie [des frères musulmans] dans une lignée qui remonte aux premiers réformateurs de la fin du XIXe siècle (al-Afghânî et Abdû) (francs-maçons, suivre la discussion sur le forum Mejliss : http://forum.mejliss.com/freres-musulmans-franc-maconnerie, NdCR.).
  •  
  • [A]ujourd’hui, les Frères musulmans continuent de prêcher un islam dit "moderne et progressiste" (tout en étant armés par la France et l'Angleterre... ils assassinent tous leurs opposants en Egypte comme en Syrie, NdCR) qui s’oppose avec l’islam traditionaliste représenté majoritairement par le salafisme. C’est un peu la confrontation entre les protestants et les Catholiques, les orthodoxes, et tous les traditionalistes chrétiens.
    Les frères musulmans se retrouvent, aujourd’hui, désemparés face à un problème inextricable. D’un côté, ils doivent montrer, aux successeurs de leurs initiateurs (francs-maçons), qu’ils maintiennent, tant bien que mal, leur aspiration au progrès par une réforme de la religion islamique et de l’autre côté, ils tentent de faire face aux orthodoxes qui les accusent d’égarement et parfois même d’hérésies. Désemparé, ce mouvement rationaliste et réformateur de la religion islamique se retrouve dans une position assez inconfortable.

  • Mohamed Morsi
    محمد مرسي
  • Mohamed Morsi, le 8 mai 2013.
    Mohamed Morsi, le 8 mai 2013.

  • La plupart des membres de la confrérie ont fait un important travail au niveau de leur apparence vestimentaire et physique. Habillé en costume à l'occidentale, ils sont soit complètement rasés, soit portent une barbe finement taillée. Ils sont pour beaucoup issus des hautes écoles, parlent tous plusieurs langues étrangères et se présentent désormais en démocrates. D'après l’une des membres de la confrérie, Makram al-Deiri, tous les candidats aux élections législatives du mouvement ont bénéficié d'une formation intensive aux techniques de communication, aux stratégies de persuasion et à l'art des négociations. Officiellement, le mouvement a abandonné tout projet d'État théocratique.
  •  
  • Notons que les loges maçonniques sont aussi présentes dans le reste des pays arabes (Afrique du nord : Algérie, Tunisie, Maroc et au moyen Orient : Liban, Jordanie, Syrie, Irak, etc.).» (Fin de citation)

 

  • (Références bibliographiques

  • 1. Cahiers de l’Orient, article intitulé « L’équerre et le croissant, enquête sur la franc-maçonnerie en terre d’Islam » Antoine Sfeir,
    2. Une France en Méditerranée : Ecoles, langue et culture françaises, XIXe-XXe ... de Patrick Cabanel
    3. Qam’ ul-Mu’ānid Wa Zajr ul-Hāqid il-Hāsid, Chaykh Mouqbil
    4. Risâlat al-wâridât, Muhammad Abdu
    5. Histoire de l’islam, Le réformisme salafiste. C. Naudin
    6. « World In Review » John Coleman
    7. Hassan el-Banna, Après les Frères musulmans, Le Caire, Maison de la pensée islamique, 1996
    8. « Islamisme, réformisme et violence politique : comment interpréter l'histoire des Frères musulmans » Malika Zeghal
    9. Comment les Etats-Unis ont contribué à renforcer l’islam fondamentaliste », Henriette Hanke Güttinger
    10. L’expédition d’Égypte, une entreprise des lumières (1798-1801), Patrice Bret, publié par l’académie des sciences, 1999.

 

Selon un autre article de décembre 2012, de Thierry Meyssan, « Les Frères musulmans sont l’équivalent de la franc-maçonnerie européenne dans le monde musulman» : http://www.algeriepatriotique.com/article/thierry-meyssan-les-freres-musulmans-sont-l-equivalent-de-la-franc-maconnerie

 

Thierry Meyssan dit à cette date (décembre 2012) que "la propagande a des limites et, avec le temps, les gens voient qu’on les a bernés. Ainsi, les Egyptiens commencent à se retourner contre les Frères musulmans qu’ils acclamaient il y a peu".

 

Ce commentaire vient de se révéler exact avec, le 3 juillet, le renversement par l'armée égyptienne du président islamiste Mohamed Morsi soutenu par les Frères Musulmans.

 

Dans cet article, Meyssan explique :

 

  • "Le plan de déstabilisation de la Syrie a définitivement échoué, au motif notamment que les ASL, soutenus par l’Otan, ne sont pas parvenus à diviser l’armée régulière.
  • La stratégie de l’Otan et du CCG, a évolué avec le temps. Au départ, il s’agissait de provoquer un cycle d’attentats et de répression pour justifier une intervention internationale, sur le mode de ce qui a été fait au Kosovo. Cela n’a pas fonctionné parce que le président Bachar Al-Assad a longtemps fait preuve de retenue, et puisque la Chine et la Russie ont opposé leurs vetos au projet occidental. A défaut de pouvoir attaquer ouvertement, l’Otan et le CCG ont choisi dans un second temps de déstabiliser le pays en espérant provoquer son effondrement interne. Ils ont à la fois organisé des sanctions unilatérales pour détruire l’économie, utilisé l’ASL pour épuiser la capacité de résistance des Syriens, pris des contacts pour corrompre des dirigeants et mettre en scène leur défection, et surtout recherché des officiers supérieurs pour mener un coup d’Etat militaire. On s’est alors trouvé dans une situation paradoxale lorsque Mme Clinton, à plusieurs reprises, a appelé à un coup d’Etat militaire pour imposer la démocratie. A l’issue de presque deux ans de combats, le régime est toujours solide et les avancées de l’ASL très instables. Il est clair qu’il n’y aura pas de solution militaire à cette situation. L’Otan et le CCG qui espéraient isoler la Syrie l’ont au contraire jetée dans les bras de l’Iran, de la Russie et de la Chine.
     La Russie ambitionne de retrouver la position qui était celle de l’URSS. Elle a fait de la Syrie le point de rééquilibrage des relations internationales. Elle a utilisé par trois fois son veto et ne peut plus faire marche arrière, sauf à renoncer à ses rêves. La stratégie globale de Vladimir Poutine est basée sur l’idée que la source d’énergie principale du siècle qui commence sera le gaz. Le XIXe siècle fut celui du charbon, dominé par les Anglais, le XXe siècle celui du pétrole dominé par les USA, et le XXIe serait celui du gaz contrôlé par la Russie. Vladimir Poutine a fait de Gazprom le premier producteur mondial de gaz. Il ne veut pas que les riches réserves de gaz de la Méditerranée et de Syrie passent sous contrôle occidental, et il ne veut pas non plus que l’Iran perturbe le marché. Par conséquent, il a fait alliance avec Damas et Téhéran et ne favorise les exportations iraniennes que si celles-ci passent par des couloirs qu’il puisse contrôler. Notez bien que l’acharnement de l’Otan et du CCG a exactement la même raison. Les Occidentaux ont placé à la tête de la commission économique du Conseil national syrien Ossama Al-Kadi, un cadre de British Gas. Puis, ils ont nommé à la présidence de la Coalition nationale cheikh Moaz Al-Khatib, un cadre de la Royal Deutch Shell. De son côté, la Turquie ne peut espérer relancer le projet de gazoduc Nabucco que si le régime syrien est renversé, et le Qatar doit absolument empêcher l’émergence d’un compétiteur dans son voisinage.
    L’expression «printemps arabe» est un fourre-tout. Il n’y a rien de similaire entre les émeutes en Tunisie qui ont débouché sur la fuite de Ben Ali, la révolution colorée en Egypte contre Moubarak voulue de longue date par Washington, l’expédition coloniale en Libye pour appuyer la sécession de la Cyrénaïque et renverser au passage Kadhafi, la guerre secrète en Syrie, la révolution réprimée par le CCG au Bahreïn. Bien sûr, tout cela survient au même moment dans des pays qui parlent la même langue. Mais c’est tout. Cela dit, ces événements ont en commun d’avoir réveillé les masses populaires et personne ne sait ce qu’il en résultera. Les chaînes satellitaires ont facilement intoxiqué les gens dans les premiers mois, parce qu’elles avaient une bonne image. Mais la propagande a des limites et, avec le temps, les gens voient qu’on les a bernés. Ainsi, les Egyptiens commencent à se retourner contre les Frères musulmans qu’ils acclamaient il y a peu. En quelques mois, cette confrérie a réussi le tour de force de s’emparer du pouvoir au Maroc, en Tunisie, en Libye, en Egypte et à Ghaza. Or, il n’y a rien de plus opaque que cette organisation. C’est au fond l’équivalent de la franc-maçonnerie européenne dans le monde musulman. Elle comprend parfois des gens sincères, mais sa structure secrète permet à des ambitieux sans scrupules de se livrer aux pires manœuvres. Elle a fait alliance avec Washington comme on vend son âme au diable. Désormais, elle se porte garant de la «sécurité d’Israël» et de l’ouverture capitaliste des marchés. Je ne crois pas que l’Algérie soit immunisée contre de nouveaux troubles. Certes, on ne pourra pas rejouer de la même manière la carte terroriste, mais beaucoup d’autres manipulations sont possibles. L’Algérie n’est pas un Etat secondaire, mais la pièce maîtresse au Maghreb, elle attise beaucoup de convoitises et devra donc affronter de nouveaux dangers. Elle dispose heureusement d’un atout fort : c’est le seul pays de la région où la population a développé une culture politique, un sens critique. (5)

 

Selon le Monde, à propos de Mohamed Morsi, deux théories s'affrontent parmi les analystes cairotes.

 

  • Selon la première, M. Morsi est une créature de Khaïrat Al-Shater, le numéro deux des Frères musulmans et véritable homme fort de l'organisation. Dans la seconde, il est présenté comme un homme cherchant à affirmer son indépendance. 
  • il faut rappelerque M. Al-Shater était le premier choix de la confrérie lorsqu'elle a décidé, au printemps, de présenter un candidat à la présidentielle. Empêché de concourir à cause d'une ancienne condamnation, Khaïrat Al-Shater aurait choisi lui-même Mohamed Morsi : un homme effacé et discipliné, qui ne pouvait pas lui faire de l'ombre et dont la loyauté à l'organisation a toujours été sans faille.
  • Autre argument, le cabinet du président est constitué de poulains de M. Al-Shater. Il s'agit d'Ayman Ali, d'Ahmed Abdel Aty, de Khaled Al-Qazzaz (secrétaire particulier), de Mahi Hamed, d'Assad Cheikha (chargé de la sécurité), et de Mohamed Rifaa Al-Tahtawi (secrétaire général de la présidence). Tous ces hommes sont proches du bureau de la guidance de la confrérie, contrôlé par Khaïrat Al-Shater depuis les élections internes de 2009. Cet homme d'affaires prospère intervient publiquement à intervalles réguliers, tel un président bis. Lorsqu'une importante délégation d'hommes d'affaires américains vient au Caire, c'est lui qui se charge de les rassurer sur la compatibilité entre islamisme et démocratie
  • M. Morsi ne serait qu'un pion, exécutant des ordres pris par d'autres, comme s'en sont plaints plusieurs conseillers de second rang de la présidence. Le président lui-même serait à peine tenu au courant par ceux qui prennent les décisions dans son ombre. C'était, semble-t-il, le cas lorsque la confrérie a décidé d'envoyer sa milice, le 5 décembre (2012, NdCR.), nettoyer les abords de la présidence occupés par un sit-in d'opposants, provoquant la mort de huit personnes et des dizaines de blessés.
  • Dans la seconde théorie, Mohamed Morsi chercherait à s'émanciper de la tutelle pesante de Khaïrat Al-Shater. Ce qui expliquerait les annonces contradictoires et les revirements incompréhensibles de ces dernières semaines (de décembre 2012, NdCR.).
  • Ainsi, le 9 décembre, le porte-parole de la présidence confirmait la signature d'un décret portant sur la hausse des impôts et une augmentation des taxes sur 70 produits de consommation courante, suscitant une réaction immédiate du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), la branche politique des Frères musulmans, qui la jugeait "inopportune" à une semaine d'un référendum à haut risque sur le projet de Constitution. M. Morsi a été contraint de faire machine arrière la nuit même, en annonçant une suspension de l'application du décret sur son compte Facebook
  • Pour Moustafa Kamel Al-Sayed, professeur de sciences politiques à l'Université du Caire, la présidence Morsi pose un problème institutionnel inédit, en raison de son appartenance aux Frères musulmans : "Nous sommes aujourd'hui dans la situation de l'URSS, où il y avait un parti dominant et des institutions étatiques. Mais, chez nous, rien ne régit les relations entre la confrérie et les institutions, et le chef de l'Etat n'est que numéro cinq ou six du parti."(6)

 

Add. 23:25. Le Figaro : Égypte : ElBaradei nommé premier ministre, crainte de nouveaux affrontements.

  • La crise politique ouverte par la déposition du Président Morsi continue. Aujourd'hui, Mohamed ElBaradei a été chargé de former un gouvernement de transition. L'ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et farouche opposant à Mohammed Morsi devait prêter serment dans la soirée. Mais les Frères Musulmans, abasourdis pendant les premiers jours qui ont suivi la déposition de leur président, se sont ressaisis. Leur Guide Suprême Mohammed Badie les a ralliés vendredi (5 juillet, NdCR.) par un discours enflammé. Ils ont promis de ramener Morsi au pouvoir «sur leurs épaules». 
  • Pendant la soirée de vendredi et durant toute la nuit, ils ont tenté de prendre la place Tahrir. Arrivant armés de boucliers de tôle et de matraques, mais aussi certains d'armes à feu, ils ont fait irruption par le pont du 6 Octobre, qui traverse le Nil, et arrive sur Tahrir entre le Musée Égyptien et l'Hotel Ramsès. À l'endroit même où avait eu lieu la «Bataille des chameaux» en janvier 2011, entre les partisans de Moubarak et les Révolutionnaires, ils se sont heurtés aux rebelles de Tamaroud, qui les ont repoussés par des volées de pierres, et des feux d'artifices tirés à l'horizontale.
  • La bataille rangée a fait rage toute la nuit, indécise, les uns refluants, les autres avançant, puis l'inverse. Plusieurs dizaines de manifestants des deux bords ont été blessés, certains grièvement, et selon les sources, plus d'une dizaines ont été tués. Certains l'auraient même été par balles. La bataille a duré jusqu'à ce que l'armée intervienne avec des engins blindés et repoussent les "Légitimistes" (pro-Morsi...) de l'autre côté du Pont du 6 octobre. Dans tout le pays, Trente-sept personnes ont péri ces dernières 24 heures, dans des affrontements entre partisans et opposants au président Morsi.

  • [L]'armée égyptienne, qui depuis la Révolution de 2011 a toujours montré une certaine retenue face aux manifestants, ne donne pas l'impression de vouloir ou de pouvoir empêcher que ces affrontements reprennent. Les militaires savent aussi que les troupes sont un instrument délicat à manier pour faire du maintien de l'ordre. Les soldats peuvent ne pas tirer, auquel cas ils ne servent à rien. Ou bien tirer, et c'est le bain de sang. Le seul endroit du centre-ville que l'armée semble décidée à défendre est le gros immeuble rond de la radio-télévision égyptienne, connu sous le nom de Maspero. Le bâtiment, stratégique puisqu'il contrôle la télévision d'état, est entouré de barbelés et de blindés M-113, mitrailleuses approvisionnées à balles réelles.
  •  
  • Source : http://www.lefigaro.fr/international/2013/07/06/01003-20130706ARTFIG00314-egypte-au-caire-crainte-de-nouveaux-affrontements.php

 

  Mohamed El Baradei, qui avait d'abord été pressenti pour succéder à Moubarak puis s'était désisté le 4 février 2011, est un agent américain, de George Soros et de l'O.N.U., ancien patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à l'O.N.U., le groupe de régulation des armes nucléaires, entraîné par la CIA. En réalité, en 2011 déjà les Egyptiens ne voulaient pas du parachuté de Washington. A croire que deux ans après, ce personnage qualifié par Le Monde de "figure de proue de la mouvance laïque et libérale" n'intervient que pour jeter un peu plus d'huile sur le feu.  

 

Le nom d'ElBaradei circulait avec insistance au Caire depuis le renversement de Morsi.

  • Dès cette annonce, des membres des Frères musulmans ont, sans surprise, rejeté cette nomination, estimant qu'il s'agissait d'un "choix de Washington".
  • Le groupe salafiste Al Nour a lui aussi annoncé qu'il s'opposait à ce choix de Premier ministre.

  • La puissante confrérie des Frères musulmans, cible d'une campagne de répression des nouvelles autorités, a demandé à ses partisans de se mobiliser "par millions" jusqu'au rétablissement dans ses fonctions de Morsi, et pour dénoncer "l'Etat policier" instauré après le "coup d'Etat militaire".

     

  • .
  • Source: http://www.france24.com/fr/20130706-mohammed-elbaradei-nomme-premier-ministre-interim-egypte-morsi-violences

 

  • Le mouvement Tamarrod (rébellion), à l'origine des manifestations monstres du 30 juin contre Mohamed Morsi, ayant abouti à destitution, a pour sa part appelé à une nouvelle mobilisation dans les rues dimanche à travers le pays pour contrer les Frères musulmans, dont le numéro deux, Khairat al-Chater, a été arrêté dans la nuit.

  • Le président civil intérimaire, Adly Mansour, nommé par l'armée, a dissous vendredi la Chambre haute dominée par les "islamistes", qui assure l'intégralité du pouvoir législatif, et nommé un nouveau chef des renseignements. Une feuille de route annoncée par l'armée doit aboutir à la formation d'un nouveau gouvernement, ainsi que des élections législatives et présidentielle, mais aucune date n'a encore été avancée.
  •  
  • Le procureur général a annoncé que des poursuites seraient engagées contre neuf dirigeants du mouvement islamiste - dont M. Badie - dans le cadre d'une enquête pour "incitation au meurtre" de manifestants. Selon une source judiciaire, des interrogatoires doivent débuter lundi, y compris pour Morsi, toujours détenu par l'armée, pour "insultes au système judiciaire". Reflétant l'embarras international face à ce coup militaire qui a le soutien d'une importante partie de la population, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a mis en garde contre une politique de "représailles". Les États-Unis ont condamné vendredi les affrontements meurtriers et lancé un appel au calme, tandis que l'Union africaine a suspendu l'Égypte.  
  • Depuis novembre, les opposants à Morsi lui reprochaient une volonté d'accaparer le pouvoir pour lui-même et les Frères musulmans, tandis que ses partisans évoquaient la nécessité de se débarrasser d'une bureaucratie hostile héritée de l'ère Moubarak.

 

 

Add. 8 juillet 13:47. Le parti salafiste égyptien al-Nour, rival politique des Frères musulmans, se retire du processus politique en Egypte en signe de protestation contre les tirs sur des manifestants près du siège de la Garde républicaine au Caire, a annoncé lundi le porte-parole du parti, Nader Bakkar.

 

  • "Nous n'allons pas nous taire au sujet du massacre perpétré aujourd'hui par la Garde républicaine. Nous voulions empêcher le sang de couler et voici que nous avons un fleuve de sang. Nous déclarons notre sortie de toute négociations (avec les nouvelles autorités, ndlr) en tant que première réaction à ce qui se passe", lit-on dans la déclaration du porte-parole des salafistes, M. Bakkar, sur Facebook.
  • Le parti salafiste qui au départ a apporté son soutien à la feuille de route présentée par l'armée pour conduire la transition politique, se retire à présent de la coalition qui a directement ou indirectement approuvé la destitution du président islamiste Mohamed Morsi.
  • Un groupe d'hommes armés (issus probablement des Frères musulmans, NdCR.) a essayé de prendre d'assaut le siège de la Garde républicaine au Caire dans la nuit de dimanche à lundi 8 juillet.(1)
  • .

De son côté, le porte-parole des Frères musulmans Murad Ali a accusé l'armée égyptienne d'avoir ouvert le feu dans la nuit de dimanche à lundi 8 juillet sur des manifestants pro-Morsi au Caire, faisant 34 morts, annoncent les agences occidentales.

 

  • Selon Murad Ali, des partisans du président évincé faisaient un sit-in devant les bâtiments de l'armée où est détenu M. Morsi afin de lui témoigner leur soutien. (2)
  • .
  • Sources:
  • .
  • (1) http://fr.rian.ru/world/20130708/198720009.html
  • (2) http://fr.rian.ru/world/20130708/198718471.html

 

Selon Voix de la Russie du 8 juillet 2013, ce qui tendrait à confirmer la théorie selon laquelle Mohamed Morsi aurait cherché à s'émanciper de la tutelle pesante de Khaïrat Al-Shater, numéro deux des Frères musulmans (voir ci-dessus), c'est qu'il aurait tenté un rapprochement avec l'Iran et la Russie, ce qui est inacceptable pour les Etats-Unis :

  • « (sous Mohamed Morsi) les Frères musulmans ont tenté une politique étrangère de rapprochement avec l'Iran, mais en soutenant la rébellion syrienne, et sans remettre en cause le traité de paix avec Israël.
  • En novembre 2012, un projet constitutionnel de législation par décret soulève une partie de la population. Adoptée après referendum, cette ébauche de constitution, ne semblait cependant pas satisfaire les militaires, soucieux de maintenir leurs privilèges et de ne pas compromettre la relation privilégiée qu'ils entretiennent avec les Etats-Unis, leur principal bailleur de fonds qui leur allouent annuellement 1,3 milliards de dollars d'aide en vertu des accords de 1979 entre l'Egypte et Israël.

 

 

  • Malgré une présentation complaisante des mass-medias occidentaux, les manifestations qui ont servi de prétexte à l'intervention de l'armée ne sont pas le fruit de doléance démocratique mais masquent une réalité malheureusement plus matérielle. Mohame Morsi et les frères musulmans furent en leur temps, les principaux artisans du printemps égyptien en se fondant sur des revendications sociales et économiques de la population. Malheureusement, le président Morsi a cristallisé les mécontentements et s'est montré incapable de respecter ses promesses ou de relancer l'industrie du tourisme qui reste l'une des principales source de devise du pays.
  • Les éventuels prêts du FMI qui auraient permis d'offrir une bouffée d'oxygène à l'économie égyptienne, étaient toujours soumis à des réformes qui furent sans cesse reportés faute de moyens. La bouclé était bouclée.
  • Image illustrative de l'article Académie militaire de West PointC'est pourtant un énième revers pour le Qatar qui a soutenu massivement la révolution égyptienne, en tant que bailleur de fonds, et en mettant à disposition des Frères musulmans la chaîne Al Jazira. Comme le changement de direction à la tête de la pétro-monarchie, le coup d'Etat égyptien a eu lieu dans des conditions apparemment transparentes. Il est vrai que cette fois encore le général à la tête du putsch a étudié dans les académies militaires anglaise de Sandhurst et américaine de West Point ; de même que l'émir d'Arabie Saoudite fut un des premiers à féliciter le nouveau président par interim Adly Mansour, le monde occidental, parangon de démocratie oblige, ne peut officiellement cautionner le coup d'Etat militaire et donc adresser de félicitations directes. Mais il a annoncé sa volonté de doter la nouvelle direction égyptienne de son plein et entier soutien. On n'en doute guère, si on analyse les causes fondamentales de la crise égyptienne. L'Egypte demeure une pièce importante dans le dispositif géo-stratégique des Etats-Unis dont les intérêts sont clairement définis. Tout d'abord le contrôle stratégique du canal de Suez, d'autre part la coopération militaro-technique, et enfin, la conformité aux accords de Camp David concernant la sécurité d'Israël. En échange, l'armée égyptienne est ainsi devenue un immense empire financier qui contrôle selon diverses estimations de 30 à 40% de l'économie du pays avec des actifs dans l'immobilier ou des chaînes d'hypermarché dont tout le personnel est militaire.
  • La politique du président Morsi et des Frères musulmans a au moins eu le mérite, de révéler le vrai pouvoir régnant en Egypte, en faisant voler en éclat la mince couche de loyauté sous prétexte de protéger la sécurité du peuple égyptien.
  • Ce qui semble échapper à nombres d'observateurs c'est que depuis l'époque de Nasser, l'Egypte a essayé de conserver un délicat équilibre de stabilité économique et sociale en cherchant à assurer une sécurité alimentaire pour sa nombreuse population. Sous l'ère de Sadate, l'Egypte s'est modernisée sous les conseils de l'agence américaine pour le développement international et les prescriptions du FMI qui visaient à limiter les interventions de l'Etat. La main invisible du marché devant divinement équilibrer besoins et ressources pour le plus grand bonheur de la population. Le résultat ne s'est pas fait attendre et le concept de sécurité alimentaire et de stabilité sociale a volé en éclat, laissant place au développement d'industries présentant un avantage concurrentiel sur le marché mondial comme le tourisme et tout ce qui lui est associé. Revers de la médaille de son accès à la mondialisation, les prix de la nourriture n'ont cessé d'augmenter en Egypte pour aboutir en 2008 aux premières vagues d'émeutes de la faim et au renversement de Moubarak. 
  • A leur tour, et c'est ce qui explique en partie leurs échec, les Frères musulmans n'ont pu offrir un programme économique cohérent et surtout alternatif à celui imposé par l'Occident à l'Egypte. Auraient-ils seulement pu ?
  • Pour tenter de libérer l'Egypte de l'influence occidentale, l'ex-président et son équipe tentèrent une feinte géopolitique et géoéconomique en offrant à la Russie une relation spéciale.
  • Lors de son séjour à Sotchi le 19 avril dernier, le président Morsi a affirmé que la Russie était et demeurait un partenaire économique traditionnel et éprouvé de l'Egypte. Plus encore, il déclara que, remise de la crise libérale des années 90, la Russie pourrait redevenir un partenaire stratégique de l'Egypte et du monde arabe en opposition à une influence indue des Américains dans la région.
  • Ce qui scella son destin fut certainement ce qu'il déclara ensuite : « Nous avons besoin de la puissance de la Russie au Moyen-Orient et dans le renforcement de l'alliance entre le monde arabe et Moscou, afin d'équilibrer le partenariat stratégique entre Washington et Tel-Aviv ». (Fin de citation)
  • Autrement dit, en échange d'un partenariat stratégique, l'Egypte aurait pu modifier sa position sur la Syrie, une position évidemment inacceptable pour Washington et Ryad qui avec ce coup d'Etat militaire des plus opportuns reprennent la main sur la région en installant un gouvernement résolument tourné vers les intérêts occidentaux et les pétro-monarchies.
  • En raison de la libéralisation quasi-obligée de son économie, le dollar va donc continuer de peser en Egypte et de nouvelles émeutes de la faim sont à craindre dans les années et même les mois à venir. L'armée se rangera-t-elle encore aux côtés de la population ? La suite à la prochaine révolution.

 

Add. 10 juillet 2013 10:51. Mohammed Badie, le n°1 des Frères sous mandat d'arrêt. 

 

  • L'agence de presse officielle Mena a rapporté que le parquet égyptien a ordonné aujourd'hui l'arrestation de Mohammed Badie, chef de file des Frères musulmans, pour incitation à la violence lors des affrontements de lundi (8 juillet, NdCR.).
  • Le 8 juillet, une fusillade devant la caserne de la Garde républicaine au Caire où serait détenu le président Mohammed Morsi, a fait 55 morts.
  • Selon Mena, d'autres responsables de la "confrérie" font l'objet de mandats d'arrêt, dont l'adjoint de Badie, Mahmoud Ezzat, et les responsables de l'aile politique du mouvement Essam el Erian et Mohamed el Beltagi.
  • Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/07/10/97001-20130710FILWWW00376-egypte-le-n1-des-freres-sous-un-mandat-d-arret.php

 

Add. 12 juillet 2013 15:30. "Washington octroie annuellement à l'armée égyptienne une subvention de 1,3 milliards de dollars." Source: http://fr.rian.ru/presse_russe/20130712/198758485.html

 

Add. 26 juillet 2013 10:17. La réalité de la confrérie maçonnique des frères musulmans.   

Video : Secret de l'allégeance secrète au sein des Frères Musulmans. Exposé à partir de la lettre d'éducation que Hassan El Banna a écrite aux "Frères musulmans" en 1939.

Source via http://www.lelibrepenseur.org/2013/07/25/la-realite-de-la-confrerie-maconnique-des-freres-musulmans/


 

 

Add. 27 juillet 2013 13:20. 75 morts dans des affrontements samedi 27 juillet au matin en Egypte entre forces de l'ordre et islamistes. Un médecin des Frères musulmans fait état de 75 morts parmi les fidèles du président déchu et un millier de blessés. L'agence officielle Mena, qui cite des sources au sein du même hôpital, fait également état de 75 morts et un millier de blessés.


Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130727.OBS1233/egypte-23-pro-morsi-tues-dans-des-heurts-selon-les-islamistes.html

 

La confrérie accuse les autorités d'avoir tiré à balles réelles sur la foule, ce que le ministère de l'Intérieur dément.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/international/2013/07/27/01003-20130727ARTFIG00209-assaut-sanglant-contre-les-pro-morsi-au-caire.php

 

 

La police a violemment dispersé à l'aube des partisans de Mohammed Morsi qui tentaient de bloquer un pont routier. La foule des protestataires aurait essuyé des tirs à balles réelles.

 

Source:

http://www.lefigaro.fr/international/2013/07/27/01003-20130727ARTFIG00223-nuit-sanglante-au-caire.php

 

 

Add. 30 juillet 16:15. La France appelle à la libération de Morsi...

 


Lors d'un point presse à Paris, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a appelé à la libération de Morsi.

 

"Nous, la France, nous appelons au refus de la violence et à la libération des prisonniers politiques y compris celle de l'ancien président Morsi. ... Il faut revenir vers un cheminement démocratique et refuser la violence", a-t-il dit.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/07/30/97001-20130730FILWWW00302-la-france-appelle-a-la-liberation-de-morsi.php#xtor=AL-155

 

Add. 1er août 2013 21:53. Morsi déposé pour la démocratie (John Kerry)

Une déclaration aujourd'hui du secrétaire d'Etat américain John Kerry en visite au Pakistan tend à accréditer la thèse selon laquelle Mohamed Morsi aurait été renversé par l'armée égyptienne à la solde des Etats-Unis parce qu'il aurait cherché à s'émanciper de la tutelle du numéro deux des Frères musulmans Khaïrat Al-Shater et donc de l'agenda nouvel-ordre-mondialiste.

 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, interrogé par la télévision privée pakistanaise Geo, a en effet jugé aujourd'hui que l'armée égyptienne avait déposé le président Mohammed Morsi début juillet dans le but de rétablir la démocratie :

 

  • "Des millions et des millions de gens ont demandé à l'armée d'intervenir. Tous avaient peur d'une descente dans le chaos et la violence", a déclaré John Kerry. Les militaires "rétablissaient la démocratie", a-t-il ajouté.

 

Les Etats-Unis n'ont pas qualifié la mise à l'écart du président Morsi de "coup d'Etat". Cela les aurait obligés à interrompre l'aide militaire et économique conséquente qu'ils versent à l'Egypte...

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/08/01/97001-20130801FILWWW00502-morsi-depose-pour-la-democratie-kerry.php

 

Add. 14 août 2013 23:50. Alors que le 1er août John Kerry avait déclaré que Morsi avait été "déposé pour la démocratie", aujourd'hui l'armée a tiré sur la foule, faisant un bain de sang :

 

Il semble pourtant qu'il ne faille pas se laisser tromper par ce type de protestations et qu'il faille au contraire voir derrière le renversement de Morsi, la main du FMI : Mohammed Morsi était réticent à appliquer les réformes exigées par le FMI et initiées lundi 7 janvier 2013 pour lui accorder 4,8 milliards de dollars d'aide, notamment des réductions de subvention et des hausses d'impôts en échange du prêt nécessaire à la solvabilité du pays.

 

Add. 20 août 2013 08:30. Le guide suprême des Frères musulmans Mohammed Badie arrêté au Caire. Mohammed Badie, un des derniers dirigeants de la confrérie encore en liberté, a été interpellé dans la nuit au Caire. Il est poursuivi pour incitation au meurtre de manifestants.

Il était l'un des derniers dirigeants des Frères musulmans encore en liberté, il a été arrêté aujourd'hui à l'aube en Égypte. Il a été capturé dans un appartement tout près de la place Rabaa al-Adawiya, dans le quartier de Nasr City au Caire. C'est à cet endroit que plus de 280 partisans de Mohammed Morsi ont été tués mercredi alors que la police et l'armée tentaient de déloger les manifestants islamistes.

Mohammed Badie, 70 ans, est le huitième guide suprême des Frères musulmans. Il a été élu en janvier 2010 à la tête de la confrérie. Deux autres dirigeants du mouvement ont été arrêtés avec lui. La chaîne de télévision privée ONTV, qui soutient le coup de force des militaires, a diffusé des images de son interpellation, et le ministère de l'Intérieur a publié une photo sur Facebook. L'homme, assis dans un bureau, y apparaît prostré dans une jalabiya blanche - la longue tunique égyptienne traditionnelle.

Il n'était plus apparu en public depuis le 5 juillet, alors qu'il haranguait la foule sur la place Rabaa al-Adawiya. À cette occasion, il avait appelé à se mobiliser «par millions» et dénonçait un «coup d'État militaire». La justice ordonnait son arrestation cinq jours plus tard. Il est accusé, avec les cadres les plus importants de la confrérie, d'«incitation au meurtre» après la mort de huit manifestants, qui tentaient fin juin d'attaquer le siège de la confrérie. Leur procès est d'ores et déjà programmé au 25 août.

 

 

Source : http://www.lefigaro.fr/international/2013/08/20/01003-20130820ARTFIG00179-le-guide-supreme-des-freres-musulmans-arrete-au-caire.php

 

 

 

Add. 20 août 2013 22:55. Le chef du gouvernement turc islamiste Recep Tayyip Erdogan a accusé aujourd'hui Israël d'avoir manigancé le renversement par l'armée du président égyptien Mohammed Morsi.

 

 Le Premier ministre islamiste turc avait vivement critiqué la destitution le 3 juillet de Mohammed Morsi, issu des Frères musulmans, et déclaré redouter que les "régimes autocratiques" ne prennent racine si l'Occident ne respectait pas les résultats des urnes en Egypte.

 

Devant des responsables provinciaux de son parti islamo-conservateur, l'AKP, Recep Tayyip Erdogan a déclaré: "Que disent-ils en Egypte ? Que la démocratie n'est pas dans les urnes. Qui est derrière tout ça ? Israël. Nous avons des documents en notre possession".

 

Le porte-parole du ministère, Yigal Palmor du ministère des Affaires étrangères israélien n'a pas souhaité répondre aux allégations de Recep Tayyip Erdogan. "Il s'agit de déclarations qui ne méritent pas d'être commentées", s'est-il contenté de déclaré.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/08/20/97001-20130820FILWWW00328-egypte-erdogan-turquie-accuse-israel.php

 

 

Lefigaro.fr 23/09/2013 Les Frères musulmans interdits en Egypte

 

En Egypte, un tribunal a interdit aujourd'hui les "activités" de la « confrérie » et ordonné la confiscation de ses biens.

 

Le jugement du tribunal réuni d'urgence s'applique

d'abord à la confrérie « qui n'a aucune existence légale » ainsi qu'à l'Association des Frères musulmans, ONG créée sous Morsi, et « toute organisation qui en émane ou est financée » par la « confrérie ».

 

Le « parti de la Liberté et de la Justice », parti politique des « Frères musulmans », pourrait tomber sous le coup de ce jugement.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/09/23/97001-20130923FILWWW00425-bettencourt-prevost-desprez-renvoyee-en-correctionnel.php

 

***

 

Sources:

 

(1) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/07/06/97001-20130706FILWWW00318-egypte-un-pretre-copte-tue.php

(2) Le guide suprême des Frères musulmans appelle à la mobilisation jusqu’au retour de Mohamed Morsi au pouvoir

http://xibaaru.com/le-guide-supreme-des-freres-musulmans-appelle-a-la-mobilisation-jusquau-retour-de-mohamed-morsi-au-pouvoir/

(3) http://www.lemonde.fr/international/article/2013/07/04/comment-mohamed-morsi-a-perdu-l-egypte_3441951_3210.html

(4) http://www.salafidefrance.com/index.php/danger-sectaire/les-freres-musulmans/512-les-freres-musulmans-et-leur-lien-avec-la-franc-maconnerie

(5) http://www.algeriepatriotique.com/article/thierry-meyssan-les-freres-musulmans-sont-l-equivalent-de-la-franc-maconnerie

(6) http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/12/26/en-egypte-le-pouvoir-de-mohamed-morsi-dans-l-ombre-des-freres-musulmans_1810354_3212.html

 

 

- Egypte: les "Frères musulmans" ne veulent pas d'une révolution "islamique" (6 février 2011)

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 16:04

 Les présidents vénézuélien et nicaraguayen, Nicolas Maduro et Daniel Ortega, se sont déclarés prêts à accueillir l'ex-consultant des services secrets américains Edward Snowden recherché par Washington pour avoir divulgué des renseignements confidentiels sur l'espionnage électronique pratiqué par les Etats-Unis à travers le monde, a annoncé l'agence AVN.

 

"Le président de la République Nicolas Maduro a proposé l'asile à Edward Snowden", lit-on dans une dépêche de l'agence.

 

Le président nicaraguayen a également accepté d'accorder l'asile politique à l'informaticien.

 

Après avoir confirmé qu'il avait reçu une demande de M. Snowden, Daniel Ortega a déclaré qu'il y donnerait suite "avec plaisir si les circonstances le permettent".

 

Le site WikiLeaks a auparavant publié la liste de 21 pays auxquels M. Snowden avait demandé l'asile politique. Il s'agit notamment de l'Allemagne, de l'Autriche, de la Bolivie, du Brésil, de la Chine, de Cuba, de l'Espagne, de l'Equateur, de la Finlande, de la France, de l'Inde, de l'Irlande, de l'Islande, de l'Italie, du Nicaragua, de la Norvège, des Pays-Bas, de la Pologne, de la Russie, de la Suisse et du Venezuela. Un grand nombre des pays sollicités ont déjà refusé d'accorder au lanceur d'alerte le statut de réfugié politique.

 

WikiLeaks a également fait savoir vendredi que M. Snowden a présenté des demandes d'asile à six autres pays. Leurs noms n'ont pas été cités "afin de ne pas les exposer à un risque d'ingérence de la part des Etats-Unis".

 

 

Source : http://fr.rian.ru/world/20130706/198708944.html

 

 

- Les "démocraties" peu pressées de défendre les libertés fondamentales

- PRISM: la France refuse d'octroyer un asile à Snowden (Ria Novosti)

- La France a aussi un dispositif de surveillance généralisée des communications des particuliers

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 22:58

Bernard Lugan, les guerres d'Afrique

 

Bernard Lugan, les guerres d'Afrique (seconde partie) from AF prod 

 

Source: http://vimeo.com/69647206

 

Les indépendances (en Afrique)  vont se produire dans un contexte démcoratique. Et la démocratie, c'est la mathématique, c'est l'addition, les plus nombreux ont gagné : l'addition des suffrages.


Or, dans le monde sahélien, nous avons deux ensembles de populations qui ont deux philosophies politiques totalement différentes, les Nordistes qui sont minoritaires et les Sudistes qui sont majoritaires. La démocratie en Afrique va semer l'anarchie complète, parce que ceux qui seront au pouvoir ne seront pas forcément les plus compétents. Ce ne seront pas forcément ceux qui avaient le passé historique le plus important, c'est ceux dont les femmes auront eu le ventre le plus fécond. Donc, c'est, comme l'a dit le président Moubarak d'Egypte, la prime à la lapinade.

 

Tant que la présence coloniale s'exerçait le pouvoir des plus nombreux n'était pas évident parce que l'administration coloniale respectait les diverses entités. Mais à partir du moment où l'administration coloniale se retire, et que des Etats officiels apparaissent et que ces Etats voient les plus nombreux du Sud être au pouvoir, partout éclatent des guerres civiles. La première qui éclate est la guerre du Mali dès 1963, puis la guerre du Tchad en 1965 qui voit finalement un équilibre trouvé avec une population représentant 4% être au pouvoir. Nous sommes au Tchad dans la négation de l'évolution historique démocratique. Au Mali même phénomène avec des guerres, mais qui vont tourner au désavantage des Touaregs.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 20:02

Les retraités seront mis à contribution pour la première fois.

 

 

Épargnés de toutes les réformes précédentes, les retraités sont dorénavant dans le collimateur et n'échapperont pas à l'effort à venir. Le gouvernement pouvant s'appuyer sur le rapport Moreau.

Publicité

 

Xavier Bertrand, ex-ministre du Travail, avait annoncé la couleur bien avant l'élection présidentielle. «Que ce soit Nicolas Sarkozy ou François Hollande qui gagne, les ­retraités seront les grands perdants de la présidentielle car ils seront, plus que les autres, mis à contribution pour redresser les comptes, notamment sociaux», prévenait-il. Sa prédiction est sur le point de se ­réaliser.

 

Les retraités, épargnés de toutes les réformes précédentes, sont dorénavant dans le collimateur et n'échapperont pas à l'effort à venir. Et ce, après que les plus aisés ont déjà été ponctionnés en avril, à hauteur de 0,3 % sur le montant de leur pension mensuelle, pour financer le déficit de la Sécu en 2013 et la dépendance à partir de 2014. Et aussi après que les partenaires sociaux ont décidé de désindexer les retraites complémentaires pour ramener les caisses de l'Agirc et l'Arcco à l'équilibre.


Une question «d'équité»

 

Jean-Marc Ayrault peut s'appuyer sur le rapport Moreau, qui donne trois pistes. Primo, aligner le taux de CSG des retraités aisés sur celui des actifs. Soit le faire passer de 6,6 % à 7,5 %. Cette mesure, qui «permettrait de rétablir davantage d'équité entre actifs et retraités», pénaliserait 9,5 millions de personnes âgées mais rapporterait 2,1 milliards d'euros par an.

 

Secundo, la commission Moreau propose au gouvernement de fiscaliser les majorations familiales auxquelles certains retraités ont droit. Les personnes qui ont eu ou élevé trois enfants bénéficient en effet de majorations de pension de 10 % (et d'un bonus supplémentaire de 5 % à partir du quatrième enfant pour les fonctionnaires), exonérées d'impôt et «antiredistributives car étant proportionnelles au niveau de pension». La fiscalisation de cet avantage permettrait de ramener 900 millions d'euros par an dans les caisses de retraite.

Tertio, les dix membres de la commission Moreau jugent envisageable de corriger l'abattement fiscal de 10 % pour frais professionnels dont bénéficient les retraités ­imposables. Leur idée? Abaisser de 30 % ou 60 % le plafond de cet avantage fiscal (actuellement fixé à 3660 euros) ou faire passer le taux d'abattement à 7 %, 5 % ou 3 %. ­Selon le critère retenu, les gains ­attendus d'une telle disposition ­seraient compris entre 500 millions et 2,7 milliards par an.

Quelle que soit la solution retenue, elle fera mal aux retraités. Et ce, sans compter l'impact que pourraient avoir d'autres mesures (comme l'allongement annoncé de la durée de cotisation) sur le niveau des pensions des futurs retraités, voire même une désindexation par rapport à l'inflation des pensions du régime de base.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/retraite/2013/07/04/05004-20130704ARTFIG00496-les-retraites-seront-mis-a-contribution-pour-la-premiere-fois.php

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 19:31

La république absolue tourne à plein régime ! Après le "mariage" pour tous, Hollande nous prépare l’euthanasie pour tous !

 

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/04/hollande2.jpgRéuni lundi (1er juillet, NdCR.) à la demande de François Hollande, le Comité consultatif national d’éthique s’est penché sur la question de la « fin de vie », et notamment du « suicide assisté ». À la majorité de ses membres, il a exprimé des « réserves majeures » et recommande « de ne pas modifier la loi actuelle » en matière de suicide assisté, « considérant que le maintien de l’interdiction faite aux médecins de provoquer délibérément la mort protège la personne en fin de vie ». Ce même jour, François Hollande en visite dans un hôpital du Morbihan a annoncé un nouveau projet de loi sur « la fin de vie » avant la fin de l’année, afin de « compléter et améliorer » la loi Leonetti.

« Compléter et améliorer »… On voit ça d’ici. La vérité est qu’en dépit de l’avis circonspect du CCNE et autres éminences grises courtoisement sollicitées — un avis purement « consultatif » —, la machine est déjà en branle. Les propositions de campagne « tenables » par le gouvernement sont trop rares pour qu’il puisse s’offrir le luxe de les laisser de côté. Voici donc venir à pas feutrés l’euthanasie pour tous.

 

Source et suite: http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/hollande-nous-prepare-leuthanasie-pour-tous,28891

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 18:14

Après le scandale de la surveillance généralisée des populations du monde sur Internet par les Etats-Unis et la révélation de la même pratique en France réalisée dans le secret et en dehors de toute légalité, un scandale d'épandages massifs d'agents chimiques réalisés en Europe en toute clandestinité ?

 

La question des chemtrails et de la géo-ingénierie a été évoquée au parlement européen le 9 avril 2013 par une député espagnole Josefina Fraile.

 

Les chemtrails sont des pulvérisations aériennes clandestines d'agents chimiques, la géo-ingénierie, la lutte contre le "réchauffement planétaire" et le "changement climatique".

 

 

 

Source video : http://www.youtube.com/watch?v=k0hsiXdipjY#at=147

 

(1) L'Europe pratique des épandages massifs de plus d'une décennie de manière clandestine, des programmes de géo-ingénierie connexes soit-disant destinés à atténuer le réchauffement climatique.

(2) Ces actions se font en dehors de tout cadre légal, national et international (comme le vaste programme de surveillance généralisé des communications des populations, NdCR.), à l'insu ou l'autorisation des citoyens, et ignorent le principe de précaution le plus élémentaire.

(3) Les conséquences de ces actions sur la santé des gens et la vie sur la planète sont inestimables

(4) Les gouvernements nationaux qui autorisent l'utilisation de l'espace aérien à ces fins nient ce qui se passe

(5) Déni institionnel des faits évidents qui violent les droits fondamentaux des citoyens (droit à la santé, à la sécurité et l'intégrité physique et mentale), laisse aux citoyens un sentiment absolu d'impuissance.

 

On va enfin pouvoir parler sérieusement de Géoingénierie et tout ce qui concerne les épandages quotidien d'agents chimiques !


Liens :
http://europeecologie.eu/-Francois-Al...
http://www.guardacielos.org/?lang=EN
HAARP parlement européen dossier cité dans la vidéo :
http://www.europarl.europa.eu/sides/g...
Complément sur la conférence:
http://www.agoravox.fr/actualites/int...
Article Médiapart:
http://blogs.mediapart.fr/blog/will-s...
Owning the Weather 2025:
http://csat.au.af.mil/2025/volume3/vo...
Asso en France:
http://www.cielvoile.fr/
http://acseipica.blogspot.fr/
Site sérieux:
http://actu-chemtrails.over-blog.com/
Dossiers :
http://chemtrailsplanet.files.wordpre...
http://www.uni-leipzig.de/~meteo/en/f...
Nuke the Artic :
http://laboratoryplanet.org/pdf/labor...

 

Add. 19:50.

  LES CHEMTRAILS SONT REELS! Un météorologiste le prouve..

 

Video publiée le 17 juil. 2012. Sous la video cette mention :

  •  

    « 

    paysage du Sud ouest de la france "chemtraillisé"... Histoire de repenser, faisant court, pour les incrédules, à l'ensemble du problème chemtrails-contrails. Essayer pour le moins, de ne pas trouver si "jolies" les arabesques de l'aviation moderne qui commencent a devenir un peu trop spectaculaire. Si vous ne connaissez pas la maladie du Morgellons encore, voir sur mon canal: http://www.youtube.com/watch?v=dWy2zG...
    Les personnes isolées qui pensent être atteinte de cette maladie peuvent m'envoyer un message privé, je les mettrai en contact avec d'autres malades. Ceci dans le but d'évaluer aussi la réelle étendue de la maladie, en attendant une information plus étendue par les médias.»
  •  
  • Source: http://www.youtube.com/watch?v=kQCvBVj6s8E

 

Add. 21:53 Quand Hubert Reeves parle de chemtrails

 


Conférence d'Hubert Reeves à l'INSA de Toulouse, le mercredi 8 décembre 2010 à 19h30 avec les Mardi de l'INSA.
Conférence organisée par la Commission Culture de l'INSA de Toulouse.

 

 

- Face à la disparition massive de nos abeilles

- Chemtrails - Météo france et futura science complices, entre autres - Chemtrails : Reponse France Info

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 17:39

 

 

Moins d'un mois après avoir présenté ses condoléances "au peuple chinois" lors d'un voyage au Japon, François Hollande a commis un nouveau lapsus hier. En déplacement à Tunis, le président français était interrogé sur la situation en Egypte et a dit "prendre acte de la situation en Tunisie". 

 

 

 

Source: http://www.lejdd.fr/International/Maghreb/Videos/Hollande-confond-Egypte-et-Tunisie-617455 via https://www.facebook.com/photo.php?fbid=562954707081690&set=a.439428389434323.99386.439425526101276&type=1

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 17:33

Comme si la dette de la France n'était pas suffisante, Hollande offre 500 millions d'euros à Tunis...

La dette tunisienne à l'égard de la France s'élève à environ un milliard d'euros.

 

Source: http://fr.news.yahoo.com/hollande-annonce-une-aide-500-millions-deuros-%C3%A0-114629281.html via https://www.facebook.com/Hollandouille1er/posts/562990593744768

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 16:06
  • Notre action n’a aucune chance d’aboutir si elle repose sur la persuasion. Aujourd’hui les discours sont vains, la lutte est idéologique, et donc déconnectée du réel, irrationnelle. Seule l’attitude, l’exemple, nos actes, vont avoir un impact sur l’opinion publique en tant que « confrontation au réel ».
  • Les grands médias nous sont hostiles, mais nous avons avec nous des moyens de communication extraordinaires, qui dépassent nos frontières pour atteindre le monde entier.
  • La sensibilisation de l’opinion publique, pour les Veilleurs, passe par le témoignage.
  • Notre présence dans des lieux clés, dans le cadre d’une désobéissance civile, peut certes susciter l’adhésion.
  • Mais elle suscitera surtout la répression de la part des pouvoirs publics (puisque nous désobéissons), et de la part de nos opposants, puisque nous existons.
  • La NV est donc une méthode dont l’objectif est de pousser la répression a un point inadmissible, insoutenable, pour l’opinion publique.
  •  
  • Pour cela, la cause que nous devons défendre et les moyens que nous mettons en place doivent être inattaquables. Si notre attitude est irréprochable, la répression en sera d’autant plus choquante.
  • La seule désobéissance civile pourra être acceptée par le public car elle ne se situera pas dans la violence et l’agressivité mais dans la force d’une attitude bienveillante. 
  • je vous encourage à filmer tout affrontement. Parce que ce seront ces images, mises sur Youtube, Dailymotion, sur les réseaux sociaux, montrant la répression d’êtres pacifistes, qui feront le tour du monde.
  • Comme la photo de la femme en rouge pour la Turquie en ce moment, en plein gazage. Les hommes debout devant les Chars à Tien Anmen.
  •  
  • Source: Extrait d'un texte publié sur "Le Journal des Veilleurs" : http://www.lejdv.fr/index.php/2013/07/01/non-violence-texte-veilleejordane/
Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 20:03

 

20:39 04/07/2013

PARIS, 4 juillet - RIA Novosti

 

La France a rejeté une demande d'asile de l'ex-employé de la CIA Edward Snowden, annoncent jeudi les médias locaux se référant au ministère de l'Intérieur.

"La France a reçu, comme beaucoup d'autres pays, par l'intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d'asile de M. Edward Snowden. Compte tenu des éléments d'analyse juridique et de la situation de l'intéressé, il n'y sera pas donné suite", indique le ministère dans un communiqué cité par les médias.

 

Source: http://fr.rian.ru/world/20130704/198696471.html

 

 

"La France refuse d'octroyer un asile à Snowden". Et pour cause ! La France a aussi un dispositif de surveillance généralisée des communications des particuliers !

 

Add. 21:22. Ce matin, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls interrogé sur RMC (video) avait déclaré "La France n'a pas reçu de demande d'asile" de Snowden et indiqué ne pas être favorable à l’asile politique d’Edward Snowden, car "les Etats-Unis sont nos amis".

 

Source: http://lejournaldusiecle.com/2013/07/04/valls-contre-lasile-politique-dedward-snowden-en-france/

 

Or, selon le Journal du Siècle, confirmant la dépêche de l'agence Ria Novosti, "le ministère de l’Intérieur Manuel Valls annonce, jeudi 4 juillet, qu’il rejette la demande d’asile d’Edward Snowden."

 

 

 

Add. 23:46. Le ministère de l'Intérieur a indiqué par un communiqué laconique que la demande d'asile d'Edward Snowden était rejetée. (BFMTV) Le 04/07/2013 à 18:01
Mis à jour le 04/07/2013 à 18:38

 

 

Une réaction dans la soirée, celle de Marine Le Pen qui a déclaré regretter le rejet de la demande d'asile pour "un authentique bienfaiteur de l'humanité" :

 

 

- Edward Snowden renonce à l'asile russe : les "démocraties" peu pressées de défendre les libertés fondamentales


Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 19:25

Après le record d'hypocrisie de Mélenchon et des Verts, le record d'hypocrisie du gouvernement et de François Hollande ! La France s'est également doté d'un dispositif de surveillance généralisée des communications des particuliers, en dehors de tout cadre légal.

 

Lundi 1er juillet, le ministre délégué en charge des PME et de l'Économie numérique, Fleur Pellerin déclara, suite au scandale "Prism", révélé par le lanceur d'alertes Edward Snowden traqué par les Etats-Unis pour avoir révéler un immense système d'écoute et de surveillance généralisé des peuples du monde entier par les Etats-Unis : «Même si c'est un acte qui n'est pas forcément amical de la part d'une puissance amie, ce n'est pas une nouveauté. ... le dispositif de surveillance généralisée (…) des populations» est «beaucoup plus grave», «particulièrement choquant».


Quant à François Hollande, le même jour, 1er juillet, en marge d'un déplacement à Lorient, il se fendit d'une protestation :   

 

 


«Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés... Nous demandons que cela cesse immédiatement. ... Les éléments sont déjà suffisamment réunis pour que nous demandions des explications». François Hollande, le 1er juillet 2013.
 
Source:  Le Figaro : Ecoutes américaines de l'UE : Hollande tape du poing sur la table, Mis à jour le 01/07/2013 à 15:28 Publié le 01/07/2013 à 10:10 

 

Or, deux articles du Figaro et du Monde aujourd'hui informent les citoyens que "La France espionne aussi les réseaux sociaux"... Cela tombe mal pour le gouvernement ! Alors de deux choses l'une, soit les Fleur Pellerin, ministre de l'Economie numérique et François Hollande n'étaient au courant de rien et ils sont donc particulièrement incompétents... soit ils savaient tout et ont délibérément menti en faisant ces déclarations !

S'il est temps pour François Hollande de demander des comptes aux Etats-Unis... il est temps pour nous aussi de lui demander des explications !



"La France espionne aussi les réseaux sociaux" (Le Figaro)

 

Le Monde révèle que les services de renseignements français disposent du même dispositif de surveillance généralisée d'Internet que les États-Unis, épinglés par le scandale Prism. (1)

 

La surveillance généralisée des télécommunications est aussi une réalité en France. Le Monde a publié aujourd'hui une enquête sous le tite "Révélations sur le Big Brother français" démontrant que les services de renseignements français interceptent toutes les communications téléphoniques en France, mais aussi celles opérées sur Internet, et stockent le tout dans de gigantesques serveurs situés dans les sous-sols du siège de la DGSE, boulevard Mortier, dans le XXe arrondissement de Paris.

  • "Si les révélations sur le programme d'espionnage américain Prism ont provoqué un concert d'indignation en Europe, la France, elle, n'a que faiblement protesté. Pour deux excellentes raisons : Paris était déjà au courant. Et fait la même chose.
  • Si cette immense base de données n'était utilisée que par la DGSE qui n'officie que hors des frontières françaises, l'affaire serait déjà illégale. Mais les six autres services de renseignement, dont la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), les douanes ou Tracfin, le service de lutte contre le blanchiment, y puisent quotidiennement les données qui les intéressent. En toute discrétion, en marge de la légalité et hors de tout contrôle sérieux. Les politiques le savent parfaitement, mais le secret est la règle." (2)

 

L'objet de cette surveillance n'est pas d'écouter ou de lire des échanges privés, mais de déterminer qui parle à qui, quand, combien de temps, et où. La DGSE a ainsi accès aux intitulés des courriers électroniques envoyés de France, aux requêtes Google, aux interactions sur Facebook… L'accumulation de ces données, au fil des années, permet de dresser la carte des interactions sociales de chaque citoyen. Si un individu est soupçonné, par exemple, de faire partie d'un groupe terroriste, les renseignements français pourront facilement retrouver avec qui cette personne a communiqué au cours des dernières années, et retrouver d'éventuels complices. À charge ensuite aux enquêteurs de lancer de véritables écoutes, qui requièrent l'autorisation des autorités.

Le Monde révèle que cette gigantesque base de données est accessible à la DGSE (sécurité extérieure), mais aussi à la sécurité intérieure (DCRI), à la Direction du renseignement militaire (DRM), à la Direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD), à la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), et même à Tracfin (lutte contre les circuits financiers clandestins) ou à la police judiciaire. L'existence de cette mutualisation des renseignements est niée par les autorités. 

 

Un système révélé en 2010 par la DGSE

 

Cette surveillance généralisée d'Internet avait été révélée par la DGSE elle-même en 2010, lors du Symposium sur la sécurité des technologies de l'information et des communications. Bernard Barbier, le directeur technique de la DGSE, y expliquait le fonctionnement de ce système, comme l'avait alors relaté le blogueur Jean-Marc Manach. «Toutes ces métadonnées, on les stocke, sur des années et des années. Quand on s'intéresse à une adresse IP ou à un numéro de téléphone, on va chercher dans nos bases de données. On retrouve la liste des correspondants (du suspect) pendant des années. On arrive à reconstituer tout son réseau», expliquait Bernard Barbier. Pourquoi s'intéresser à Internet et aux services grand public comme les messageries ou Facebook? «Parce que les réseaux grand public sont utilisés par les terroristes», qui, noyés dans la masse des échanges Internet classiques, espèrent ne pas être détectés.

Ces annonces étaient passées totalement inaperçues à l'époque. Mais l'éclatement du scandale Prism aux États-Unis, qui repose sur la même méthode, risque de changer les choses. Seule différence, de taille, avec les États-Unis (disposant du Patriot Act de 2001, NdCR.): la surveillance française ne repose sur aucun cadre légal. La loi française ne prévoit en effet rien quant à la légalité du stockage massif de données de connexion. Un vide juridique dans lequel se sont engouffrées les agences de renseignements.

 

 

Sources:

 

(1) http://www.lefigaro.fr/hightech/2013/07/04/01007-20130704ARTFIG00415-la-france-surveille-elle-aussi-internet.php

(2) http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/07/04/revelations-sur-le-big-brother-francais_3441631_3224.html

 

 

- Prism : Record d'hypocrisie maçonnique pour Mélenchon et les Verts

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 19:12

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières a déclaré ce matin sur RMC : « La protection de la vie privée, c’est aussi le corollaire de la liberté de l’expression, les mots sont d’un rapporteur de l’ONU. Il faudrait que les Etats-Unis soient un meilleur exemple ».


  •  « Il ne s’agit pas de mettre sur le même rang la Chine, l’Iran ou les Etats-Unis, mais cette virulence sur les donneurs d’alerte est une tâche sur le 1er amendement de la constitution américaine. Il y a une offensive d’Obama très inquiétante ».

 

 

- La France a aussi un dispositif de surveillance généralisée des communications des particuliers

- Les "démocraties" peu pressées de défendre les libertés fondamentales

- Prism : Record d'hypocrisie maçonnique pour Mélenchon et les Verts

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 17:06

najat_belkacem Parti socialiste

Après la saine contestation du peuple français provoquée par la castration du mariage avec Christiane Taubira au bistouri, la vasectomie du code civil prend des allures plus sournoises : Selon un article du Huffingtonpost, la commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) a rendu ce jeudi 27 juin 2013, un avis dans lequel elle recommande au gouvernement d’introduire « l’identité de genre » dans le droit français.


Il ne s’agit donc pas encore de castrer totalement notre code civil en supprimant « l’identité sexuelle », mais les idéologues du gender, Najat Vallaud-Belkacem, Vincent Peillon et Christiane Taubira en tête, soutenues par les sénatrices Maryvonne Blondin et Michelle Meunier préparent le terrain : ce petit monde entend bien procéder à la substitution des identités par la méthode soft et non moins subversive prophétisée par Georges Orwell dans son incroyable roman prémonitoire « 1984″ : « la destruction des mots ». « Quelle œuvre magnifique que la destruction des mots ! » s’écrie un de ses personnages endoctriné, car réduire le nombre de mots limite l’étendue de la pensée. N’est-ce pas déjà cela qu’a entrepris Christiane Taubira en éliminant les mots sexués « père » et « mère » pour les fondre dans le mot asexué « parent » de notre code civil ?

Déjà, Christiane Taubira nous avait habitué à notre ami Georges Orwell en instituant « la double pensée » comme méthode d’écriture des lois : « nous conserverons les mots « père » et « mère », mais il faudra lire « parent » comme le législateur l’indiquera à la fin du texte », avait clamé la ministre pour duper son monde. Finalement, les mots « père » et « mère » ont bien été détruits, confirmant son incroyable capacité à mentir en temps réel, associée à sa grande maîtrise des forfaitures procédurales. La garde des sceaux a pu le faire en s’appuyant sur la relative confiance que le peuple accordait encore à sa moralité politique. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Son capital confiance a bien été dilapidé dans sa course folle au vote d’une loi injuste envers le plus faible : l’enfant, dont les droits fondamentaux ont été niés en bloc par le groupe socialiste : la honte absolue !

Voilà donc Najat Vallaud-Belkacem, interrogée sur les liens entre « identité de genre », qu’elle prétend intégrer dans notre arsenal juridique, et « perspective de genre », idéologie totalitaire promue par les universités américaines et infiltrée dans les organismes internationaux comme l’ONU, l’UNESCO et le conseil de l’Europe. Sans surprise, la porte-parole du gouvernement nous sert les mêmes mensonges que Christiane Taubira : « Il n’y a pas de lien entre identité de genre et les théories américaines ». Oh qu’il est pas beau ce mensonge ! La voilà elle aussi qui, comme Pinocchio, commence à enchaîner mensonge sur mensonge, ne pouvant justifier la folie délirante de la perspective du genre, dont elle est la taupe installée au sein du gouvernement socialiste.

Comme on pouvait s’y attendre, Najat Vallaud-Belkacem nous vend ses bonnes et pieuses intentions : « La CNCDH reconnaît dans son avis la nécessité d’introduire en droit français la notion d’identité de genre, pour mieux protéger les personnes transgenres ou transsexuelles ». Comme dans l’histoire du petit chaperon rouge, le loup installé dans le lit du gouvernement s’écrie : « C’est pour mieux détruire ton ‘identité sexuelle mon enfant ! »

Comment cette histoire se terminera t-elle ? La perspective de George Orwell est pessimiste, mais la nôtre est optimiste, parce que La Manif Pour Tous est un signe d’espérance, et seulement l’embryon du premier soulèvement contre la dictature rampante que « la perspective du genre » veut installer en commençant par la « destruction des mots » de notre système juridique.

La France libre se lève et dit « NON ! Nous reconstruirons tous les mots que vous aurez détruits. »

 

Source: http://24heuresactu.com/2013/07/03/najat-vallaud-belkacem-veut-circoncire-le-code-napoleon/

 

- Subversion du langage : Un poème d'Armand Robin qui explique le programme des deux derniers siècles

- Attention, subversion du langage, novlangue

- Etat des lieux de l'avancement de l'idéologie du genre en France (juin 2013)

- Le documentaire qui a détruit la théorie du genre en Norvège !

- Le GENDER, un nouveau totalitarisme menant à la persécution (un communiqué de l'ACIM datant du 28 décembre 2009 !)

- Un avertissement du père Schooyans en mai 2009... : de la "société mondiale" au Léviathan, citant le "Millenium Development Goals, huit objectifs de "développements internationaux" qui ont été officiellement établis après le Sommet du Millénaire des Nations unies en 2000, dont le n° 3 qui  prévoit "Promote gender equality and empower women" (promouvoir l'égalité de genre)

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 16:13

L'ex ministre de l'Ecologie Delphine Batho, renvoyée avant-hier sans sommation par, comme nous le disions, le "président des grands débats" François Hollande, (faisant montre une fois n'est pas coutume d'autorité dans une sorte de coup de com raté qui lui a été conseillé par son entourage pour renverser son image de président flamby...), a donné cette après-midi une conférence de presse, depuis l'Assemblée nationale, pour expliquer les conditions de son limogeage après ses critiques sur le budget 2014.

 

Le visage tendu, elle a souhaité faire une déclaration en revenant sur son parcours, de ses débuts de militante de SOS racisme à son rôle de porte-parole de François Hollande, puis députée et ministre.

 

 


L'ex-ministre, qui était plutôt sérieuse (en comparaison avec les déclarations à l'emporte-pièce d'un Arnaud Montebourg pourtant, lui, jamais inquiété : ce personnage donne une caution "de gauche" au gouvernement) dit avoir "évoqué en des termes francs, mais mesurés et responsables, ouvert un débat politique nécessaire".

 

Elle a évoqué les raisons profondes de son renvoi : le gouvernement a cédé à "certaines forces économiques" qui ... "voulaient sa tête".

  • "Certaines puissances économiques n'acceptaient pas le niveau d'ambition que je fixais pour la transition énergétique", notamment sur la question du gaz de schiste et la réduction de la part du nucléaire en France, a-t-elle déclaré.
  • "Ces forces ne se sont pas cachées de vouloir ma tête, mais si le gouvernement avait été solidaire, elles n'y seraient pas parvenues", a-t-elle ajouté.

 

Delphine Batho s'en est pris nommément au patron de l'entreprise de tubes en acier Vallourec, Philippe Crouzet, époux de Sylvie Hubac, directrice de cabinet du président François Hollande.

  • "Est-il normal que le patron de l'entreprise Vallourec directement intéressé par l'exploitation des gaz de schiste ait pu annoncer ma marginalisation des semaines à l'avance devant des responsables de son entreprise aux Etats-Unis?" a-t-elle demandé.

 

 

 

Delphine Batho a également affirmé : "c'est sur l'écologie aujourd'hui en partie que se concentre l'affrontement avec le monde de la finance et avec la politique d'austérité".

 

A seulement 40 ans, elle a prévenu: "je n'ai pas de projet précis mais je suis une militante. Je continue le combat".

 

Source: http://www.bfmtv.com/politique/delphine-batho-naccepte-pas-tournant-rigueur-552646.html

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 13:37

Bravo au Printemps français qui élargit son combat et s'attaque à Monsanto.

 

  •  Description de l'image Logo monsanto.svg.« Le gouvernement américain veut imposer Monsanto et ses semences OGM au monde entier : une autre façon de coloniser en empêchant à terme toute culture naturelle sous prétexte de santé publique, d'efficacité productive et de rentabilité du capital.

  • Notre combat ne se limite pas à la seule loi Taubira ! »

 

 

Comment les Etats-Unis ont manipulé le Prix de l'alimentation 2013 pour promouvoir les OGM (Mediapart)

 

 

  • Le prix mondial de l'alimentation décerné à Monsanto ne cacherait-il pas une opération de propagande plus vaste destinée à séduire les pays du Sud, à commencer par l'Afrique à l'heure où le président Obama visite le continent ?
  • « Lorsqu'on parle d'agriculture, le Prix mondial de l'alimentation est l'équivalent des oscars », c'est par ces mots que le New York Times annonçait les lauréats 2013 récompensant trois pionniers des biotechnologies. En tête, Robert T. Fraley, vice-président de Monsanto, Mary-Dell Chilton fondatrice du centre de recherche de biotechnologie de Syngenta en 1984 et Marc Van Montagu, chercheur belge, fondateur de Plant Genetic Systems Inc en 1982 et actuel président du lobby de la Fédération européenne des biotechnologies (Europa BIO).
  • Depuis 1987, ce prix récompense les scientifiques qui contribuent à « améliorer la qualité, la quantité et la disponibilité » de nourriture dans le monde et s'inscrit dans l'héritage de son fondateur, Norman E. Borlaug, père de la « Révolution verte » et prix Nobel de la paix en 1970 pour ses recherches agronomiques. Voici pour la version officielle.
  • Depuis l'annonce des lauréats le 20 juin, ce prix fait couler beaucoup d'encre. Remis par le Secrétaire d'Etat John Kerry pour lui donner un ultime lustre officiel, ce prix n'a pourtant rien de la respectabilité d'un Nobel avec lequel il essaye vainement de se confondre. Ce prix américain est en réalité lié à la fondation du même nom implantée dans l'Etat agricole et conservateur de l'Iowa, et qui compte parmi ses conseillers d'honneurs les anciens présidents Georges Bush père et Jimmy Carter ou encore A.S. Clausi, vice-président de General Foods Corp (Kraft), leader mondial de l'industrie alimentaire.
  • Plus édifiant encore est la liste des « sponsors » de cette fondation privée, où se côtoient les fondations Rockfeller et celle de Bill & Melinda Gates deux ardents promoteurs de la « Révolution verte », le géant du matériel agricole John Deere mais aussi Archer Daniels Midland Company et Cargill, les deux leaders mondiaux du commerce de céréales et d'OGM. Pour couronner le tout, dans le top des donateurs se trouvent ni plus ni moins que les deux lauréats de 2013, Syngenta et Monsanto, qui donnait 5 millions de dollars à la fondationen 2008.
  • Face à l'annonce du prix de l'alimentation 2013, plus de 80 personnalités engagées, anciens récipiendaires du Right Livelihood Award (« Prix Nobel alternatif ») et World Future Council, une fondation caritative internationale, ont fait part de leur « choc », qualifiant la décision de véritable « outrage ». Pour ces leaders altermondialistes, « le choix du World food prize 2013 est un affront fait au consensus international grandissant sur les pratiques agricoles saines et écologiques dont la science à prouver la réelle contribution à l'amélioration de la nutrition et de la soutenabilité de l'agriculture. »
  • Imposer une Révolution verte en Afrique
  • Les masques tombés, cette promotion des biotechnologies apparaît dès lors comme une vaste opération de propagande pour imposer dans le monde des OGM pourtant incapable de tenir leurs promesses agronomiques aux Etats-Unis où la technologie s’essouffle. Cependant, ce prix provocateur n'a sans doute pas pour cible les populations hostiles de l'Europe, mais bien plus les populations et décideurs du Sud, en particulier de l'Afrique qui est devenue une priorité dans la politique d’expansion du modèle agricole américain.
  • Dès septembre 2006, les fondations Rockefeller et Bill & Melinda Gates levaient quelques 150 millions de dollars pour la création de l'Association pour une Révolution Verte en Afrique (Agra) afin de promouvoir l'utilisation d'intrants chimiques, de semences brevetées et d'OGM sur le continent noir. Depuis, les Gates ont investi plus de 400 millions de dollars dans cet organisme de promotion des « agro-dealers » en Afrique (voir l'infographie), mais c'est désormais le gouvernement américain qui prend le relais.
  • En mai 2012, lors du sommet du G8 à Camp David aux Etats-Unis, le président Obama annonçait le lancement de la New Alliance for Food Security and Nutrition (Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition) financée par une levée de fonds publics-privés à destination du secteur agricole africain, dans le cadre du programme global Feed the future. Un an plus tard, ce sont 3,75 milliards de dollars de promesses d'investissement qui ont été faites à plusieurs gouvernements africains contre l'engagement de « réformes politiques favorisant un environnement propice aux investissements ».
  • Lors de sa visite au Sénégal ce 28 juin 2013, le président Obama annonçait aux côtés des dirigeants de l'AGRA, le lancement d'un programme commun avec USAID intitulé Scaling Seeds and Technologies Partnership (partenariat pour l'accroissement des semences et des technologies) portant sur la distribution de semences « améliorées » et l'accès aux intrants chimiques. Dans ce cadre, l'USAID fait un don de 47 millions de dollars pour les trois ans à venir, tandis que son partenaire, l'AGRA, metra à disposition des paysans de quatre pays africains quelques 50 000 tonnes de semences pour favoriser la création de nouvelles structures de diffusion de ces « technologies capables de changer la donne » selon le communiqué de l'USAID.
  • Pour les Amis de la Terre international, si l' « on pourrait se réjouir à l'écoute de cette annonce », ce n'est pas la cas car « cette nouvelle alliance ouvre aux multinationales un accès sans précédent aux ressources africaines. Pour obtenir les aides financières, les gouvernements africains doivent engager des changements radicaux pour libéraliser leurs politiques agricoles, semencières et foncières » comme le rapportait le Guardian. L'opération de séduction pourrait donc rapidement tourner à la razzia sur les richesses africaines et la philanthropie affichée du Président Obama pour « son continent » pourrait elle se transformer en une nouvelle mascarade dont l'Histoire porte les secrets.
  • Source : http://blogs.mediapart.fr/blog/benjamin-sourice/010713/comment-les-etats-unis-ont-manipule-le-prix-de-lalimentation-2013-pour-promouvoir-les-ogm via http://www.printempsfrancais.fr/

 

 

- Hervé Juvin explique Monsanto et le traité transatlantique (entretien à Pro Russia, juin 2013). « Un "hold-up sur les vivants", industrie des semences, industrie des péages, le hold-up sur les vivants pratiqués par les semenciers et chimistes est en train de détruire la diversité animale et végétale et de nous interdire de replanter les graines de nos plantes et légumes, parce que rien ne doit être soustrait à l'industrie des semences, industrie des péages que les Américains sont en train de mettre en place... Un modèle où l'imposition mondiale du contrat et des brevets va permettre à nombre de sociétés américaines de vivre des péages qu'elles feront payer à tous, partout dans le monde.  »

 

 


Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 13:27

L'argent dette, les secrets de la finance mondiale (2009)Compteur. Chaque seconde les intérêts de la dette publique de la France coûte 2490 €, soit plus de 43 milliards payés chaque année sur une dette publique totale de 1 788 800 000 000 environ en septembre 2011 soit une dette de 25 830 euros par Français..

  • Cette charge de la dette est agravée par un déficit de près de 174 milliards € en 2010.

 

Selon les derniers chiffres publiés par l'INSEE, en juin 2013, la dette publique atteint 1 870,3 milliards soit 91,7% du PIB (dernier record), 1,8 trillions d'euros.

 

La dette augmente de 360.000.000 euros en 24 heures !

 


Pendant ce temps Peillon relance la pompe (A lire sur NDF).

  • Tout plein de postes vont être créés pour enfin réduire les tensions criantes de l’Éducation Nationale, les manques de moyen et de personnel et le mal-être de toute une profession. Parallèlement, l’économie semble montrer des signes clairs de ce redressement qu’attendait Hollande... 

  • On va juste embaucher 60.000 personnes en plus rapidement parce qu’il n’y pas assez de profs, c’est une évidence, et on va créer « 10.000 postes spécifiquement pour le secondaire et pour faire qu’il y ait plus de sérénité, de sécurité, d’adultes dans nos établissements. ». Rassurez-vous, tout est budgétisé, tout est prévu, tout va bien rentrer dans les budgets qui sont carrés ! ... juste au moment où on découvre que 200.000 professeurs sont sous ou pas employés.
  •  
  • http://www.ndf.fr/files/2013/07/ayrault-diminue-les-d%C3%A9penses.jpgEt Jean-Marc Ayrault déclare sur le perron de Matignon :
  • « Pour la première fois depuis 1958, les dépenses de l’État vont diminuer. Elles seront en diminution de 1,5 milliard d’euros. »

  • Fouyaya, fouyaya, c’est du violent, ça mes petits amis ! 1500 millions d’euros tout d’un coup, ça en fait un paquet de jolis euros qui ne seront pas dépensés l’année prochaine (notez bien : l’année prochaine, pas cette année). Bon, rapporté au 1800 milliards de dette courante, ça nous fait presque 1‰. Attention, malheureux, pas 1% ! J’ai bien écrit 1‰, « un pour mille » (un peu moins en fait).
  •  
  • Source: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/04-07-2013/pendant-ce-temps-peillon-relance-la-pompe

 

- Le serpent qui se mort la queue

- Juin 2013 (chiffres INSEE): la dette publique atteint 1.870,3 milliards soit 91,7% du PIB, un nouveau record

- Septembre 2012 : "Changement c'est maintenant": La dette atteint 91 % du Produit intérieur brut (PIB), le gouvernement prétend qu'elle refluera après l'an prochain 

- Décembre 2011: la dette publique atteint 1 700 milliards d'euros (soit 1,7 trillions d'Euros)

- "Financer nos déficits par des avances de la banque de France comme le font les Japonais, les Anglais, les Américains" (Eric Zemmour) ?

- Vers une dette publique de 100% du P.I.B. en 2014 (estimation FMI en juillet 2009)

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 12:21

Ils ont supprimé Dieu de la société pour distribuer des seringues à la place et ouvrir des "salles de shoot" ! Après on fait semblant de s'étonner de l'augmentation des suicides...

 

Salle de shoot à Paris : une association porte plainte

 


Face à l'ouverture à l'automne d'une salle de shoot dans le Xe arrondissement de Paris, une association a décidé de monter au créneau sur le terrain juridique. Parents contre la drogue va ainsi déposer des recours devant le Conseil d'État et le juge judiciaire. «Il existe une loi qui interdit l'usage de stupéfiants en France. Au nom de quoi le permet-on dans le Xe arrondissement? s'insurge Serge ­Lebigot, président de cette association de protection contre la toxicomanie. On va attirer les dealers, créer une zone de non-droit et au final légaliser la drogue!» L'association, créée en 2003, critique aussi la méthode employée pour la mise en œuvre de cette nouvelle structure. «Il n'y a eu aucun débat au Parlement sur ce sujet! Quand aux débats publics, ils ont toujours été menés par et avec des associations favorables à cette expérimentation.»

Une plainte contre X, pouvant être notamment le premier ministre Jean-Marc Ayrault et la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, va être déposée aujourd'hui au tribunal de grande instance de Paris. La même plainte sera déposée auprès de la Cour de justice de la République.

Motif principal: avec ce projet, ses promoteurs auraient «facilité, tenté de faciliter ou (se seraient) rendu complice de facilitation de l'usage de stupéfiants». Dans sa plainte, l'association argumente également que «la volonté politique d'ouverture d'une salle de shoot s'appuie sur des travaux d'un groupe dont l'impartialité semble faire défaut et sur une interprétation fallacieuse du rapport de l'Inserm».

 

Par ailleurs, l'association va présenter au Conseil d'État une requête en annulation pour excès de pouvoir contre le premier ministre. Argument: la décision annoncée le 5 février par Jean-Marc Ayrault «suppose ni plus ni moins d'enfreindre directement ou indirectement les lois qui prohibent de la manière la plus absolue l'usage de stupéfiants». Et d'avancer une «décision manifestement illégale, procédant du fait accompli et du passage en force». Reste à savoir les résultats de ces trois plaintes.


Du côté des riverains, la grogne persiste. Président du collectif Vivre gares du Nord et Est, Pierre Coulogner estime pour le moment n'avoir rien de concret pour attaquer en justice. En revanche, il dit étudier toute possibilité pour un recours. La bataille judiciaire autour de la salle de shoot ne fait donc que commencer. (1)

 

Au-dessus du théâtre des Bouffes du Nord en pleine rénovation, une gigantesque banderole camoufle la façade latérale du premier étage. «Ici 32 enfants: une salle de shoot», accompagné des mots «Non! Non! Non!» collés sur les vitres. Car depuis l'annonce de l'ouverture d'une salle d'injections à proximité (39 boulebard de la Chapelle, NdCR.) les riverains ne décolèrent pas.(2)
Lors d'une votation populaire qui s'était tenue mi-avril en face de la gare du Nord, 93% des 300 votants s'étaient prononcés contre cette installation.

 

C'est autour de la gare du Nord que se concentrent consommateurs et distributeurs de seringues: à Paris, quelque 300.000 seringues ont été distribuées en 2012, dont la moitié par les distributeurs de la gare du Nord. Quant aux seringues abandonnées sur le bitume parisien ou dans les Sanisette (soit 92.000 en 2011), la moitié concentrée dans ce même quartier. (3) 

 

 

Sources:

 

(1) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/03/01016-20130703ARTFIG00661-salle-de-shoot-a-paris-une-association-porte-plainte.php

(2) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/03/01016-20130703ARTFIG00547-paris-l-inquietude-des-habitants-et-des-commercants-voisins-de-la-future-salle-de-shoot.php

(3) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/05/29/01016-20130529ARTFIG00633-paris-la-salle-de-shoot-ouvrira-boulevard-de-la-chapelle.php

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 22:56

Plus d'une semaine après sa fuite de Hongkong, le résistant anti N.O.M. Edward Snowden, est toujours traqué par les Etats-Unis. La porte-parole du Département d'Etat américain à Washington, Jen Psaki, a indiqué "nous avons fait une demande générale que Snowden soit extradé de n'importe quel pays où il se trouve, atterrisse ou circule".


Les Etats-Unis ont demandé à la Bolivie l'extradition d'Edward Snowden, s'il entre dans le pays, a déclaré aujourd'hui le ministre des Affaires étrangères bolivien David Choquehuanca. (1)

Le ministre, interrogé par la chaîne de télévision Telesur, a déclaré: "Les Etats-Unis nous ont fait parvenir une note dans laquelle ils demandent l'extradition au cas où Edward Snowden se trouverait sur le territoire bolivien". Toutefois, il n'a pu préciser quand lui était parvenue cette note. (2) Officiellement Snowden se trouve encore à l'aéroport de Moscou.

Alors que "l'ambassade de France a été caillassée et le drapeau brûlé, suite à la fermeture de l'espace aérien français pour l'avion transportant le président bolivien (sur la rumeur que Snowden était à l'intérieur...),  le chef de la diplomatie bolivienne a déclaré: "les Etats-Unis ont pensé que Snowden était dans l'avion (du président Evo Morales) et les pays (européens) ont agi en conséquence".

 

La France a refusé d'expliquer pourquoi elle a interdit durant plusieurs heures le survol du pays.

La Bolivie et les pays d'Amérique latine, furieux, ont déposé plainte à l'ONU.

Le parlement bolivien a déclaré qu'il allait demander l'expulsion du pays des ambassadeurs de France, du Portugal et de l'Italie.

 

Sources:

 

(1) http://www.lefigaro.fr/international/2013/07/03/01003-20130703ARTFIG00376-l-affaire-snowden-provoque-un-imbriglio-diplomatique-avec-la-bolivie.php

(2) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/07/03/97001-20130703FILWWW00683-snowdenbolivie-extradition-demandee.php

 

 

- Edward Snowden renonce à l'asile russe : les "démocraties" peu pressées de défendre les libertés fondamentales

- Prism : Record d'hypocrisie maçonnique pour Mélenchon et les Verts

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 22:54

Exil fiscal : l'ex-cadre de la banque suisse Reyl a transmis une liste de personnalités à la justice (LeParisien.fr)


C'est la liste dont tout le monde parle depuis des semaines. L'ex-cadre de l'établissement financier suisse Reyl et Cie et témoin majeur dans l'enquête sur l'affaire Cahuzac, Pierre Condamin-Gerbier, a déclaré aujourd'hui avoir transmis hier à la justice française une liste de personnalités ayant détenu un compte en Suisse.

 

  • «La liste et les éléments d'informations dont j'ai fait état dans les médias depuis quelques semaines a été transmise hier, dans sa grande majorité, à la justice française», a dit cet après-midi Pierre Condamin-Gerbier devant la commissions d'enquête sur l'affaire Cahuzac. 

 

Devant les députés, Pierre Condamin-Gerbier a refusé de dévoiler le nom des personnes pouvant figurer sur cette liste, estimant qu'elle était désormais du seul ressort de la justice, et que des «gens sont juges et parties à l'intérieur du Parlement».

L'ancien cadre de la banque Reyl a affirmé en juin devant des sénateurs disposer d'une liste «d'une quinzaine» de noms d'ex-ministres ou d'actuels ministres détenteurs d'un compte en Suisse, estimant que Jérôme Cahuzac n'était qu'un «fusible».

  • «Il s'agit de dossiers techniques et vu la sensibilité de certains des noms inclus, les praticiens ont fait preuve d'une volonté d'obscurité importante et donc l'écheveau pour les enquêteurs est très complexe. Il a donc fallu faire un travail qui continue de mise en relation, de consolidation, de liens de ces informations pour qu'elles soient exploitables par la justice», a expliqué Pierre Condamin-Gerbier, assurant qu'il aimait peu le terme de listes. 


Concernant l'affaire Cahuzac, le financier a estimé que la demande d'entraide du fisc français à la Suisse avait été mal formulée. La Suisse avait répondu fin janvier au fisc français que Jérôme Cahuzac n'avait pas détenu d'avoirs chez UBS en Suisse entre 2006 et 2010. L'hypothèse principale est que le compte de l'ancien ministre du Budget a été ouvert en 1992 dans l'agence UBS de Genève, puis les fonds auraient été transférés à la fin des années 1990 chez Reyl avant d'être déplacés en 2009 à Singapour, par Reyl, chez Julius Baer.

  • «Du fait du déménagement du compte de Suisse à Singapour, et comme semblait-il la France ne s'intéressait à l'époque qu'à l'élément suisse de ce dossier, et que ce compte était bien parti avant le 31 décembre 2009, je pense que M. Cahuzac a eu une certitude intellectuelle sur le fait qu'on ne trouverait rien», a ajouté Pierre Condamin-Gerbier.

 

  • Concernant l'attitude du fisc français, «il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir», a estimé le financier.


Une information judiciaire a été ouverte fin mai pour «blanchiment de fraude fiscale» visant l'établissement Reyl, à la suite des déclarations de Pierre Condamin-Gerbier, entendu comme témoin dans l'enquête Cahuzac, faisant état de contribuables français ayant des avoirs chez Reyl. Elle a été confiée aux juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, qui conduisent déjà l'enquête Cahuzac.

La semaine dernière, Jérôme Cahuzac avait été auditionné par cette même commission. Il avait dédouané le président de la République François Hollande et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, comme ses collègues du gouvernement, assurant n'avoir dit «la vérité à personne».

 

 

Source: http://www.leparisien.fr/faits-divers/exil-fiscal-l-ex-cadre-de-reyl-a-transmis-une-liste-de-personnalites-a-la-justice-03-07-2013-2950901.php

 

 

- Un document de la banque Reyl prouve que Cahuzac n'est pas le seul politique à posséder un compte en Suisse (14 juin 2013)

Partager cet article
Repost0