Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 22:59

Arrivé à Fatima dans l'après-midi du 12 mai, le Pape Benoît XVI a récité une prière à la chapelle des apparitions aux pieds de la statue de Notre-Dame.

Extrait de la cérémonie à voir en entier sur la page
http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/a_la_une/voyage-du-pape-arrivee-a-la-chapelle-des-apparitions/00050418

 

Prière du Pape à Notre Dame de Fatima

Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 20:12

Le site internet "Les Intransigeants", en ligne depuis 2008 et connu pour sa lutte "antisioniste" a publié un article élogieux sur Christian Bouchet "un des très bons penseurs du courant national révolutionnaire" (sic).

 

Qui est Christian Bouchet ?

 

Dans l’Événement de Jeudi du 4 novembre 1993, le journaliste Serge Faubert titre son article : Derrière la magie et l’irrationnel… l’extrême droite et l’affairisme. Enquête sur le mystérieux Groupe de Thèbes On y apprend que :

 

(1) Un des piliers du Groupe de Thèbes est… Christian Bouchet, chantre du nationalisme révolutionnaire, co-fondateur du groupuscule nazi Unité Radicale, « Exégète de Crowley, Bouchet est également son disciple. Il est membre de l’Ordo Templo Orientis (OTO), l’obédience fondée par le magicien anglais ».

 

(2) Le Groupe de Thèbes entretient de bonnes relations avec le Grand Orient de France : lors d’une première réunion tenue également dans des locaux du GOF, il (Christian Bouchet) s’était manifesté par une brillante communication sur… la magie sexuelle ».

 

(3) Un autre pilier du Groupe de Thèbes est Jean­-Pierre Giudicelli : « Giudicelli fait autorité dans les cercles ésotériques… Il dirige la section française de la Myriam, une obédience luciférienne dont l’enseignement fait appel aux pulsions sexuelles des adeptes… Ce Corse à la quarantaine bien sonnée, sympathisant des indépendantistes du FLNC, est aussi un facho de toujours : ancien d’Ordre nouveau il a fait partie du groupe néofasciste Troisième Voie jusqu’à la fin des années 80. »

 

(4) Le Groupe de Thèbes entretient de bonnes relations avec la Loge Memphis Misraïm « une obédience maçonnique qui revendique 7000 membres, dont 1000 en France ».

 

Source : Les racines occultistes du socialisme (note 3) http://www.viveleroy.fr/Les-racines-occultistes-du,5#outil_sommaire_1

On comprend de mieux en mieux les affinités satanistes et maçonniques des "Intransigeants" à travers la lecture du présent texte des Intransigeants, ainsi que “Faut-il interdire le catholicisme” où le webmestre El Cristero prône l'application de la "tolérance religieuse à toutes les religions non catholiques" (sic), en France. Autant s’inscrire tout de suite au Grand Orient !

Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 17:34

Dans son tout récent livre, Retour sur un itinéraire Du Code Napoléon au siècle des Lumières, le professeur émérite des Universités et historien du droit Xavier Martin a donné un important témoignage, longuement mûri, sur la génèse de son travail de recherches, né d'études sur le Code Napoléon puis centré sur les Lumières et la Révolution.

 

Sous le titre Trente années d'étonnement, une nouvelle publication, destinée à un public élargi, propose la partie narrative, vive et pleine d'anecdotes, de ce témoignage d'une rare envergure.

 

A ceux qui ne connaissent pas les ouvrages de Xavier Martin, ce récit donnera le goût de les découvrir. Les autres seront surpris d'apprendre comment ils sont nés.

 

De Nature humaine et Révolution française à Voltaire méconnu, en passant par Régénérer l'espèce humaine et quelques autres titres, l'oeuvre de Xavier Martin a sans tapage gagné un public sensible à la richesse documentaire des analyses, au rajeunissement des perspectives, et à la clarté de l'exposition.

 

Cette oeuvre singulière, centrée sur les Lumières et la Révolution, n'est pas née du hasard. Elle a une histoire, mêlée au parcours universitaire de l'intéressé; une histoire étonnante, et d'abord étonnée, c'est-à-dire jalonnée d'étonnements : ils en constituent, depuis l'origine, l'énergie motrice. Xavier Martin retrace ici cette "randonnée intellectuelle" inopinée, riche en imprévus et rebondissements. Son récit alerte et plein d'anecdotes pourra surprendre ceux qui déjà connaissent l'oeuvre, et poussera les autres à la découvrir.

 

Merci à Xavier Martin pour son livre "Trente années d'étonnement".

A commander aux Editions Dominique Martin Morin.

 

Christ-Roi

 

----------------------------------------------

- Identité des fins entre le judéo-martinisme et la doctrine politique totalitaire de l'Umps  

- "Changer le monde" avec les jeunes de l'Ump (LipDub ump changer le monde.wmv) (Une idéologie maçonnique archétype du totalitarisme)

- Le rêve égalitaire et libéral, racines du mal totalitaire détruisant le réel : les princes des nuées ou l'"art royal"

Jean-Paul II a condamné l'illuminisme

Partager cet article
Repost0
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 21:43

Je conseille à tous d'aller écouter le dernier sermon de Mgr Tississier de Mallerais,

http://www.laportelatine.org/communication/audiotheque/audiotheque2010.php

hier dimanche 23  mai 2010 au pèlerinage de Pentecôte... Mgr Tissier de Mallerais parle de l'islam et pas dans le sens qu'il faille le tolérer sur nos terres. Ou bien nos terres deviendront musulmanes par le droit musulman.

 

Je cite Mgr Tissier de Mallerais :

 

"Quand nous voyons nos patries devenir athées, la perte de la foi, la menace de l'islam. Vous savez que l'évêque de Clermont-Ferrand est allée dans une mosquée pour s'excuser auprès des musulmans de la peur des catholiques qui craignent que l'islam n'installent ses lieux de culte sur une terre qu'ils considèrent comme leur. Mais oui bien sûr, cette terre de France est chrétienne elle a été baptisée par le baptême de Reims, elle a été confirmée par la donation de sainte Jeanne d'Arc et elle a été consacrée à la Sainte Vierge par le voeu de Louis XIII. Mais oui cette terre est chrétienne et vous savez que quand on construit une mosquée, cette terre est une terre d'islam. Voilà ce que nous pouvons répondre à cet évêque [et aux tenants de la "tolérance religieuse" envers l'islam...]. Donc notre combat est pour une France chrétienne, pour des patries chrétiennes et catholiques."

Partager cet article
Repost0
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 17:35

80 % des collabos venaient de la gauche !

Eh oui, ça fait mal, la vérité dérange.

Il est temps que l’on lève le voile posé par les historiens des années 70 et 80 qui se sont largement employés à revisiter l’histoire pour sauver leurs meubles !

Simon Epstein est économiste et historien, auteur de plusieurs ouvrages sur le racisme et l’antisémitisme, vit à Jérusalem depuis 1974. Il a publié en 2001 un ouvrage remarquable sur Les Dreyfusards sous l’Occupation.

 

Source : N.P.I.

 

derniermot-zemmour.mp4 

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 07:39

Un individu a souillé la chapelle du Saint-Sacrement de l'Eglise Saint-André de Salindres, près d'Alès dans le Gard (30), en urinant dans ce sanctuaire où se situe le tabernacle qui contient le corps du Crist sous la forme de l'hostie consacrée.

Les paroissiens affligés ont réagi dans un communiqué diffusé dans le Midi-Libre.

« Un mot pour dire la honte qu'ont ressenti le curé et les paroissiens de Salindres, face au courage merveilleux de ceux qui se sont permis d'uriner dans la chapelle du Saint-Sacrement, dans l'Eglise de Salindres. Chacun est libre de croire ou de ne pas croire, mais de là à souiller des lieux saints par des gestes pareils, il y a un espace qu'il ne faut pas franchir. Il n'y a plus de respect du sacré, comme des lieux sacrés, et nous avons à nous poser question. L'Eglise Saint-André devra-t-elle rester fermée, et priver ceux qui y viennent trouver le silence, le recueillement, ou écouter l'orgue.
Le respect du bien de chacun est déjà le premier pas vers la vie communautaire. »

Midi Libre

via Indignations.org

 

Curieusement aucun echo de cette ignominie dans les media...

Partager cet article
Repost0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 15:16

Les propos du Saint-Père dans l'avion vers le Portugal ont fait couler beaucoup d'encre, et la grande majorité des journalistes n'en ont voulu retenir qu'un "mea culpa" de l'Eglise pour les crimes de pédophilie. Dans un réflexe d'auto-absolution, ils se sont empressés de se défausser de toute responsabilité dans l'exagération des scandales, et même de se féliciter de l'excellence de leur "travail" d'enquête, qui a permis à la vérité d'éclater enfin - tout en démolissant l'Eglise et sa hiérarchie, uniques coupables.
Beaucoup de catholiques, surtout progressistes, se sont à leur tour hâtés de répéter (ce que le Saint-Père a vraiment dit!) que les souffrances de l'Eglise étaient en son sein, pour affirmer ensuite que ceux qui avaient vu un complot contre l'Eglise dans les attaques croisées contre elle et la personne du Pape étaient au mieux des ignorants, au pire de dangereux extrêmistes. La recherche d'arguments (comme par exemple ceux de Massimo Introvigne, et sa "panique morale") était même devenue aussi déplacée que suspecte.

Une autre analyse, issue de milieux mieux informés, a tourné autour des "secrets" de Fatima, en particulier le troisième, voire un hypothétique quatrième.
Il s'en est suivi une mini-polémique, spécialement italienne, entre "fatimistes", allant jusqu'à impliquer Messori, et même le Cardinal Bertone, sur le thème: les révélations de 2000 n'étaient pas exactes... et donc le préfet de la CDF d'alors avait menti.
Selon eux, le fameux "secret", contrairement à ce qui avait été affirmé (et là, on retrouve comme par hasard le cardinal Sodano, co-responsable en 2000 avec le cardinal Ratzinger de la présentation du troisième secret!) ne concernait pas des éléments du passé, mais bel et bien du futur.

Commençons par souligner, et c'est très important, que les "secrets" de Fatima ne consistent pas en révélations au sens sensationnaliste du terme, mais en interprétations d'un langage qui reste en partie à décoder, et donc qu'"aucun grand mystère n'est révélé; le voile de l'avenir n'est pas déchiré" (selon le commentaire théologique du cardinal Ratzinger, en 2000)

Relisant attentivement ce même commentaire théologique, on lit:
---------------
Nous devons affirmer avec le Cardinal Sodano: «Les situations auxquelles fait référence la troisième partie du "secret" de Fatima semblent désormais appartenir au passé». Dans la mesure où des événements particuliers sont représentés, ils appartiennent désormais au passé.
Ceux qui attendaient des révélations apocalyptiques excitantes sur la fin du monde et sur le cours futur de l'histoire seront déçus. Fatima n'offre pas de telles satisfactions à notre curiosité, comme du reste en général la foi chrétienne ne veut pas et ne peut pas être une pâture pour notre curiosité

------------------
Comme il est exclu que le cardinal Ratzinger ait menti, et qu'il est par ailleurs évident que sa tournure d'esprit est éminemment rationnelle, qu'il me soit donc permis d'émettre simplement l'hypothèse (pour moi certitude) que le Saint-Père a très naturellement évolué dans son interprétation des révélations. Il a en effet dit aux journalistes qu'"elles indiquent des réalités du futur de l'Eglise qui se développent et se révèlent peu à peu. Autrement dit, il est vrai qu'au-delà du temps indiqué dans la vision, on évoque, on voit, la nécessité d'une passion de l'Eglise, qui naturellement se reflète dans la personne du Pape, mais le Pape est dans l'église et donc ce sont des souffrances de l'Eglise qui sont annoncées".

Il y a eu quelques articles très intéressants dans la presse italienne (nous en reparlerons peut-être) que je n'ai pas traduits, car ils me paraissaient un peu trop polémiques sur le moment.

Voici un texte qui me paraît une bonne synthèse, et qui ne cède pas trop à la "diétrologie" (je ne trouve pas en français de mot satisfaisant pour traduire le très éloquent terme italien dietrologia).
Le troisième "secret" concernerait l'apostasie dans l'Eglise.
La prise de conscience progressive par notre Pape de cette lecture permettrait alors de jeter un oeil différent sur la fameuse méditation de la Via Crucis de 2005, puis la ligne de ce Pontificat dans son ensemble. Par exemple, pourquoi une année sacerdotale. Et on peut trouver troublant que la tempête se soit déchaînée justement durant cette année. Et aussi, la
bouleversante prière prononcée devant la Vierge de Fatima, de consécration des prêtres au Coeur Immaculé de Marie:

L'auteur, Francesco Agnoli, écrit dans Il Foglio, il contribue à un blog catholique "Libertà e personna" qui me paraît, en première lecture contenir beaucoup de textes dignes d'intérêt, et, pourquoi pas, de traduction.

Fatima est un endroit qui m'est cher: un lieu de prière où l'on respire un air particulier et où l'on peut ressentir la présence du mystère. Ici, en 1917, la Vierge est apparue à trois pastoureaux alors que le pays était sous un gouvernement farouchement ennemi du Christ. Quelques mois plus tard, en Russie, allait éclater la révolution bolchévique.
Parmi les choses que la Vierge prédit aux trois voyants il y avait aussi cela: la Russie répandra ses erreurs à travers le monde. Pour Lucie, la Russie était une dame qu'il fallait convertir; pour le monde, un pays sans intérêt, marginal, dans lequel tout semblait s'écouler lentement depuis des siècles, sans rien de nouveau. Mais la Vierge ne s'était pas trompée ...
En plus de parler de la Russie, du rosaire, de l'enfer, elle délivra un troisième secret, écrit par Lucie en 1944 et confié en 1957 au Saint-Office. Pie XII ne le lut pas. Le premier pape à le faire fut Jean XXIII, mais il refusa de le révéler, tout comme Paul VI, qui le lut en 1965. Depuis lors, beaucoup se sont demandés:
pourquoi ce que Vierge a révélé, la hiérarchie l'a-t-elle caché?
D'où une hypothèse dominante: que le secret concernait une crise imminente dans l'Eglise, l'apostasie prédite par saint Paul. Comme on le sait, le secret aurait dû être révélé après 1960, car alors, il aurait été plus clair. Le Cardinal Silvio Oddi, qui avait été secrétaire de Jean XXIII, lui dit un jour: «Très Saint Père, il y a une chose que je ne peux pas vous pardonner". "Quoi?" répondit le pape. "D'avoir tenu le monde en attente depuis tant d'années et de n'avoir pas révélé en 1960, le secret que tout le monde attendait". Le pape répondit à deux reprises: "Ne m'en parlez pas".

Pourquoi? L'idée que se faisait alors Oddi, comme beaucoup d'autres importants dirigeants de la Curie, dont le cardinal Ottaviani, c'était que le secret concernait justement une grande crise dans l'Église.
Je pense, dit Oddi, que le secret «prédisait quelque chose de grave que l'Eglise avait faite ... Peut-être le secret dit-il que dans les années soixante, malgré les meilleures intentions, l'Eglise ferait quelque chose dont les conséquences seraient très douloureuses ...". Mais "s'il en était vraiment ainsi - conclut-il, ce secret est déjà connu, parce que la crise de l'Eglise est sous les yeux de tous" (30 jours, n ° 4, 1991).

À ce stade, nous pouvons faire quelques hypothèses: le pape Jean XXIII était le Pape de l'optimisme. Il ne voulait pas entendre parler les "prophètes de malheur" et il avait imaginé à plusieurs reprises que la modernité verrait un «nouveau printemps» de l'Église grâce au Concile. On peut comprendre que le troisième secret, si c'est celui prévu par Oddi, n'était pas pour lui faire plaisir. La même chose peut être dite de Paul VI, qui déclara toutefois en 1969: «L'Eglise se trouve dans une heure d'angoisse et d'auto-critique; on pourrait même dire d'auto-destruction ...".

Pie X, dans l'encyclique
Pascendi Dominici Gregis , dix ans avant Fatima, n'avait-il pas dit que les ennemis de l'Eglise "se cachent dans le sein même de l'Eglise"? Et Pie XII n'avait-il pas dit craindre les «novateurs» qui voulaient démolire la liturgie et la théologie bimillénaire de l'Eglise?

A la mort de Paul VI, Albino Luciani est devenu pape, sous le nom de Jean Paul 1er.
Le patriarche de Venise avait eu une conversation avec Lucie, à la demande expresse de cette dernière, le 11 Juillet 1977. Après cette rencontre, comme nous le savons par de nombreux témoignages, Luciani est sorti bouleversé, changé. Le Pape du catéchisme aux enfants et d'une éventuelle réforme de l'IOR (Istituto per le Opere Religiose, la "banque du Vatican", ndt) de Marcinkus puis de De Bonis, décéda après 33 jours de pontificat, dans des circonstances pas tout à fait claires.

Cela nous amène à 2000, quand le troisième secret est «révélé». Le Cardinal Sodano explique qu'il se réfèrerait à des événements ayant déjà eu lieu, conclus, passés. Jean-Paul II affirme que la prophétie de la Vierge concernerait son attentat de 1981.
Pourtant, quelque chose ne colle pas: le texte publié par le Vatican parle d'un pape tué, pas blessé. Et puis, quel rapport y aurait-il entre le requête de la Vierge de ne révéler le secret qu'après 1960, et les événements de 1981? Quelle résonance a eu dans l'histoire de l'Eglise, ce fait isolé? Et pourquoi attendre, après 1981, 19 autres années?

Enfin est arrivée la révélation de Benoît XVI au Portugal: le Pape a lié le secret de Fatima à l'actuelle "passion de l'Eglise", insistant sur le fait que les pires ennemis de l'Eglise sont "en son intérieur". Il a fait ensuite allusion à la pédophilie, mais quel que soit le secret, on ne peut que reconnaître que celle-ci n'est pas une cause mais un effet: de la perte de la foi, de la dévotion et du sens de la liturgie, qui infestent l'Église des années soixante. Les années du Concile et de l'après-Concile.

Martin Mosebach, auteur d'un texte magnifique, L’eresia dell’informe (ed. Cantagalli) pour défendre la liturgie de toujours, a déclaré: "Nous devons nous demander comment, dans des collèges catholiques, ont pu survenir des crimes sexuels commis par des prêtres dans les années suivant immédiatement le Concile Vatican II. On ne peut alors qu'en arriver à la conclusion amère que l'expérience de l'"aggiornamento", l'adaptation de l'Eglise au monde a massivement échoué. Après ce Concile, la plupart des prêtres se sont débarassés de leur tenue, ont cessé de célébrer la messe quotidienne et de lire leur bréviaire. La théologie post-conciliaire a tout fait pour oublier l'image du prêtre transmise par la tradition".

La voie, alors, n'est pas un Vatican III, comme le voudraient les ennemis de l'intérieur de l'Eglise, toujours "sponsorisés" par des ennemis extérieurs (voir des prêtres comme Kung, Mancuso, Gallo, ou des cardinaux comme Martini, omniprésents dans les médias), mais un Trente II. Pas un aggiornamento, mais un retour aux racines.

Il Foglio, le 20 mai 2010

 

Source : http://benoit-et-moi.fr/2010-II/0455009d6b0fa2a05/0455009d800bfe101.html

 

Sur ce sujet

 

-------------------------------------------------------

Pour illustrer l'apostasie :

- Mgr Jacques Noyer : l'évêque qui ne croyait pas en la Résurrection du Christ

- Le Cardinal Vingt-Trois milite pour une herméneutique de la rupture

- L’épiscopat français et la franc-maçonnerie

- Le Cardinal Barbarin chez les franc-maçons

Partager cet article
Repost0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 14:29

Jean-Louis Masson a déposé au sénat le 3 mai 2010 une proposition de loi (site du sénat) liberticide qui obligerait les blogueurs à donner leur identité afin de (soit-disant) "faciliter l'exercice concret du droit de réponse".

 

Concrètement, ce texte aurait pour conséquence d'aligner les blogueurs non professionnels sur les éditeurs de sites professionnels.

 

 

Source  : AFP

 

Sachant que l'anonymat n'existe pas sur internet (l'hébergeur lève l'anonymat à la moindre plainte de la justice), cette proposition de loi vise à empêcher les contenus non conformes à la pensée politiquement correcte.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 12:33

"L'Eglise-qui-est-en-France n'est plus la même que l'Eglise catholique romaine" (Denis Crouan - Association Pro Liturgia)

 

Voici un exemple de messes sacrilèges : la Croix au-dessus de l'autel, ou derrière, est remplacée par le drapeau arc-en-ciel d'organisations para-maçonniques. On se demande pourquoi. Des petites assiettes en terre cuites remplacent le ciboire. De la vaisselle est posée sur l'autel. Un homme boit sa canette tranquillement derrière l'autel pendant la messe, des enfants présentent le "Corps du Christ", etc.

 

... si c'est un clergé déglingué qui organise des célébrations débiles ou si c'est le contraire.

 

  

 

Une chose paraît de plus en plus claire : l'Eglise-qui-est-en-France n'est plus la même que l'Eglise catholique romaine. Quoi que nous disent nos évêques.

 

 

 

 

 La terre des regions : le geste de chaque région ... Mettre sa terre dans le petit pot...

 

 

 

 

(Voir ici le reste des photos...)

 

 

Le virus qui tue la liturgie sur le continent est en train d'atteindre la Corse.


Sur l'Île de Beauté, Mgr Brunin (qui veut imiter le pape sans en avoir ni la distinction ni l'intelligence) a organisé
une "méga teuf" durant laquelle, ce qui importe, c'est de se montrer, de s'autocélébrer. C'est hyper-sympa-cool-grave! (On entend le vent qui souffle dans les micros... mais ce n'est pas celui de l'Esprit-Saint). Un homme boit sa canette derrière l'autel (à 0:49) pendant une "consécration"... réalisée par des enfants !

 

Ce qui est le plus curieux, c'est que les prêtres - et l'évêque en tête - ne se sentent pas ridicules dans ce genre de momerie que l'on devine ouvertement dirigée contre l'Eglise catholique.

 

Source : http://pagesperso-orange.fr/proliturgia/Informations.htm

 

- Fossoyeurs de la foi : Denis Crouan parle de programmation de la chute des vocations et de la pratique religieuse

Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 08:47

Mardi 18 mai dernier à Lyon, environ 400 manifestants homosexuels, soutenus par l’extrême gauche, comptaient procéder à un « kiss-in » devant la cathédrale Saint-Jean (Lyon 5e), c’est-à-dire s’y embrasser publiquement. C’était sans compter avec les 200 catholiques, patriotes et citoyens courageux qui n’entendaient pas tolérer cet acte « cathophobe » et provocateur devant un haut lieu du christianisme. A partir de 19h00, ils ont donc occupé le parvis de la cathédrale empêchant ainsi les homosexuels et « gauchos » d’y accéder pour passer à l’acte. Cet acte courageux s’est terminé vers 21h30 par une charge violente et brutale des CRS, de la gendarmerie mobile et de la BAC contre les catholiques à genoux en train de prier. L’un des CRS, Philippe d’une section3A, a même délibérément cassé la croix en bois et le chapelet de l’un des catholiques avant de lui porter violemment plusieurs coups en procédant à son arrestation. La victime, Martin, raconte à Nations Presse Info point par point les évènements.

CRS Philippe profil” NPI : Pourquoi étiez-vous mardi soir devant la cathédrale Saint-Jean à Lyon ?

Martin : Nous avons voulu exprimer notre désaccord par rapport au « kiss-in » prévu par les associations homosexuelles devant un symbole du christianisme. Dès 19h00, nous avons donc occupé le parvis afin d’empêcher les homosexuels et les « gauchos » d’y accéder. Avec succès. Leur opération « kiss-in » a pitoyablement échouée.

” NPI : Mais la manifestation des associations homosexuelles avait été autorisée par la Préfecture, pas la votre !?

M. : C’est vrai et c’est scandaleux. Celle des homosexuels d’abord prévue pour samedi soir 15 mai, a d’abord été interdite par le Préfet, certes. Mais elle a ensuite été reportée au mardi 18 mai et autorisée cette fois.

En ce qui nous concerne, notre objectif était tout à fait noble, même si notre action n’a pas été autorisée par le système. Lorsque le droit devient un non droit, la résistance devient un devoir ! En effet, il ne suffit pas d’avoir de bonnes idées, mais il faut aussi avoir le courage de les appliquer. Ou pour le dire comme le pape Saint Pie X : « La force des méchants est notre lâcheté ». D’où notre présence pour rappeler aux Français le bon sens de l’ordre social et naturel, et le rejet de la « cathophobie » ambiante de plus en plus présente et cautionnée par l’Etat. La cathédrale Saint-Jean est aux catholiques et aux Français fiers de l’être, non aux manifestants homosexuels et « gauchos » qui voudraient la salir !

 ” NPI : Que s’est-il donc passé exactement ?

M. : À partir de 19h00, nous nous tenions sur le parvis devant la cathédrale. En face, et séparés par un cordon de CRS, de gendarmes et de personnels de la BAC en civil, se tenaient les homosexuels et les « gauchos » dont certains avaient le visage cagoulé ou masqué. Alors que ces derniers pratiquaient des gestes obscènes et proféraient des insultes contre nous, nous avons répliqué soit en priant, soit en scandant nos slogans en faveur de l’Eglise et de l’ordre naturel. Le face à face a duré 2 heures environ.

Vers 21h30, les forces de l’ordre ont commencé à disperser la manifestation homosexuelle. Trois minutes plus tard, ils se sont subitement attaqués à nous. Ils ont commencé à nous gazer et à nous matraquer alors que la plupart d’entre nous étions en train de prier à genoux ou paisiblement assis. La brutalité pratiquée par les CRS et gendarmes mobiles contre nous a été inouïe. Ils s’en sont même pris à une bonne sœur présente sur les lieux.

Etant donné que la manifestation des homosexuels avait été dissoute, il n’y aurait plus eu aucune raison pour nous de rester sur place et tout aurait pu se terminer paisiblement. Mais au lieu de nous laisser partir ensuite, ils ont déployé de la brutalité gratuite contre nous.

” NPI : Que vous est-il arrivé alors ?

CRS Philippe face

Malgré le gaz lacrymogène, je suis d’abord resté assis par terre tenant au bout d’un de mes bras tendu une croix. Un CRS s’est ensuite arrêté devant moi en m’aspergeant de gaz jusqu’à ce que je ne puisse plus respirer, au point d’être asphyxié et brûlé au visage par le gaz. Je me suis malgré tout levé pour me diriger vers le bord du parvis afin de récupérer assis sur la chaise d’un bar. Deux minutes plus tard, arrivant à nouveau à respirer un peu, je me suis remis debout brandissant à nouveau ma croix. A ce moment-là, les forces de l’ordre avaient déjà repoussés une partie de nos manifestants dans une rue adjacente à 10 mètres devant moi, de telle sorte que je me suis retrouvé seul dans le dos du cordon des CRS.

Subitement, un CRS d’une section 3A et qui répond au prénom de Philippe m’a attaqué par derrière. Il m’a poussé par terre et a d’abord cassé violemment avec sa matraque ma croix, puis il m’a blessé moi-même avec cette même matraque. Il m’a ensuite bloqué les mains avec ses bottes. Paradoxalement, il m’a demandé simultanément plusieurs fois de mettre les mains dans le dos alors qu’il les bloquait avec ses pieds. De plus, à ma grande surprise, il m’a donné des ordres non seulement en français mais également en allemand !? D’où savait-il que j’étais Allemand ? Etonnant, non ? Reste à ajouter qu’il a également cassé le chapelet que je portais autour du cou.

Pour terminer, il m’a ligoté et emmené à l’un de ses collègues qui m’a conduit 200 mètres plus loin vers les camionnettes des CRS stationnées au bord de la Saône. Là bas, on m’a fait asseoir par terre en attendant que les CRS enregistrent mes données personnelles. Alors que je me trouvais ainsi assis par terre en attendant, Philippe le CRS est venu nous rejoindre. Me voyant encore là, il m’a à nouveau insulté en criant à la fois en allemand et en français : « j’ai bien envie de te casser la gueule. Tais-toi, compris ? » Je lui ai fait comprendre que j’avais bien compris. Puis, j’ai été finalement rendu à la police nationale et conduit dans un commissariat du 8e arrondissement de Lyon.

” NPI : Que s’est-il passé ensuite ?

Au commissariat, un policier a enregistré la version des faits que je lui dictais. Mais comme j’y mentionnais l’intervention du CRS avec son prénom (Philippe) et sa section (3A), le procès-verbal a été détruit au moment où il aurait dû être imprimé pour la signature. Pour établir un nouveau procès-verbal, on m’a demandé de répondre uniquement aux questions que l’on me poserait. Le but était clair : empêcher que ne soit décrite nommément l’intervention violente du CRS Philippe dans le procès-verbal. Ma demande qu’il soit mentionné dans le nouveau procès verbal a d’ailleurs été refusée.

Vers minuit, j’ai été relâché avec en mains une convocation pour le lendemain dans un autre commissariat lyonnais. Ma femme m’a alors conduit dans le service d’urgence d’un hôpital pour que je puisse faire établir un certificat médical constatant que j’ai été blessé à plusieurs endroits. J’ai quitté les urgences le matin vers 6h30.

” NPI : De quoi vous a-t-on accusé ?

Au commissariat, on ma dit : « si vous n’aviez rien fait, on ne vous aurait pas arrêté ». Néanmoins, aucun policier n’a déposé de plainte contre moi ou n’a déclaré m’avoir vu frapper quelqu’un ! La vidéo surveillance du parvis de la cathédrale saint Jean n’a rien donné non plus. De plus, mon casier judiciaire est vierge. Au commissariat du 5e arrondissement de Lyon où je me suis rendu le lendemain, on m’a d’ailleurs expliqué en 2 minutes que mon affaire serait classée sans suites. Pour la police, l’affaire est donc classée. Pour moi, par contre, c’est loin d’être le cas.

” NPI : Que comptez-vous faire ?

Par chance, les violences contre moi et mon arrestation ont été filmées et photographiées par plusieurs journalistes. On voit clairement dans ces enregistrements non seulement que je n’ai effectivement frappé personne, mais également toute la violence que j’ai subie de la part du CRS Philippe, probablement parce que je brandissais une croix dans la main droite. Les vidéos permettent aussi de prouver que ce CRS a délibérément détruit cette dernière. Avec ces preuves, j’ai donc l’intention de déposer une plainte auprès du Procureur de la République contre le CRS Philippe d’une section 3A. Je compte lui demander des dommages et intérêts pour les préjudices physique (blessures), matériel (croix, chapelet) et moral subis. De plus, je demanderai qu’il soit mis en examen pour avoir porté atteinte à la neutralité policière en matière philosophique, politique et religieuse.

Je trouve qu’un homme tellement brutal et vulgaire n’a rien à faire dans la police. La seule qualité que je puis lui trouver, c’est qu’il parle bien allemand (rires). A mon avis, il serait beaucoup plus utile comme interprète que comme policier.

Enfin, ma plainte permettra plus globalement de désigner les coupables de cette action brutale et insensée contre les catholiques à genoux ou assis devant la cathédrale Saint-Jean.

Affaire à suivre…

Interview exclusive réalisée par Nations Presse Info. Reproduction autorisée uniquement avec mention de la source

------------------------------------

 

Videos via Les Intransigeants, où l'on voit très bien des catholiques assis ou à genoux en train de prier être gazés comme s'il s'agissait d'insectes, un catholique portant à la main une grosse croix en bois, être arrêté, bastonné, et son chapelet et sa croix brisés. 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 22:22
Soyez des catholiques idéalistes !
Merci à The Chouan
Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 14:02
Bridal Chorus-Wagner (Here Comes the Bride) & Fanfare
Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 14:01

Dans le dernier numéro du Bulletin de Pro Liturgia (n°256, mai 2010), la question des "équipe d'animation pastorale paroissiale" (EAPP) qui fleurissent un peu partout dans les diocèses de France, est abordée en soulignant que ces équipes n'avaient aucun pouvoir décisionnel.
L'article nous a valu plusieurs réactions très positives, dont celle d'un prêtre spécialiste de la question.
Que nous dit ce prêtre? Que nous avons eu parfaitement raison de dire tout ce que nous disions au sujet des EAPP, mais que malheureusement... nous n'en disons pas assez. Il ajoutait que le sujet est très délicat et sensible, mais que néanmoins il convenait de l'aborder tant la situation est gravissime, en ce sens que les évêques sont en train de favoriser l'émergence d'une Eglise qui ne sera plus catholique mais luthérienne: le prêtre n'aura plus qu'un rôle de "caisse de résonance"; il n'aura plus qu'à entériner les décisions prises par un groupe censé être représentatif de la communauté locale.
Le texte officiel (de 1997) cité par Pro Liturgia dit qu'en aucun cas les laïcs ne doivent "diriger, coordonner, modérer, gouverner la paroisse". Or dans la pratique, c'est exactement à cela que s'engagent les fidèles qui font partie des EAPP créées par les évêques diocésains: ils veulent "gouverner", le curé de la paroisse ne pouvant plus qu'avaliser leurs choix et leurs orientations.
Or quand on voit que ce fonctionnement des paroisses se conjugue avec une perte du sens de l'Eucharistie et de la vie sacramentelle, on comprend pourquoi il y a lieu de s'inquiéter: on est insidieusement en train d'établir le protestantisme dans le coeur et l'esprit des fidèles.
Le même prêtre qui nous a contacté nous signale que dans son diocèse - et dans l'ensemble des diocèses de France - il n'y a pas que "quelques" paroisses qui sont atteintes par le syndrome de l'EAPP: ce sont toutes les paroisses qui en sont victimes et avec un caractère d'obligation stricte... sous peine d'être viré, qu'on soit curé, organiste, maître de choeur. Au demeurant, on connaît au moins un diocèse où l'évêque dit ouvertement à tout prêtre qui s'oppose aux décisions de l'EAPP d' "aller voir ailleurs". Et ce ne sont pas des mots en l'air! Ce même évêque ne nomme aux postes-clés de son diocèse que des prêtres acquis à la cause des EAPP. Certes, les prêtres les plus jeunes ne veulent pas entrer dans un tel système; mais ils savent aussi qu'ils n'ont aucune chance d'échapper à la situation. Et lorsqu'on apprend que ces jeunes prêtres se sont adressés à Rome pour dénoncer les faits, ils sont ipso facto éjectés.
Enfin, le prêtre qui nous a contacté précise que les EAPP ont été condamnées par le Saint-Siège, mais que les évêques de France annoncent sans vergogne (lorsqu'ils sont au milieu de gens gagnés à leurs idées) qu'il n'ont aucune intention de tenir compte du document magistériel.
D'ailleurs, de quels documents tiennent-ils compte?

 

Source : http://pagesperso-orange.fr/proliturgia/Informations.htm

Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 14:00

Le président de la République a annoncé une batterie de mesures pour faire passer le déficit de 8% cette année à 6% en 2011.

 

Le président de la République a confirmé un objectif de déficit public à 6% du PIB en 2011, après 8% en 2010. Le déficit devrait être de 4,6% en 2012.

 

Le déficit du régime général de la Sécurité sociale s'est établi à 20,2 milliards d'euros en 2009. Pour cette année, le budget de la Sécurité sociale prévoit un nouveau déficit record à plus de 30 milliards d'euros.

 

Source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/05/20/04016-20100520ARTFIG00576-deficit-sarkozy-promet-d-atteindre-6-du-pib-en-2011.php

Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 13:59
♫ 1590 - Royal Anthem - Long Live Henry IV ♪
Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 13:59

La situation sociale des personnes les plus vulnérables s’est « dégradée », selon le 6e rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale.

Le taux de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté (soit moins de 60 % du revenu médian, soit 908 € par mois) n’a guère évolué. Il est passé de 13,6 % à 13,4 % de la population entre 1998 et 2007, ce qui représente plus de huit millions de personnes en 2007 (plus d’une personne sur huit).

« Parmi les personnes pauvres, la situation des plus pauvres s’est donc sensiblement dégradée », s’alarme l’ONPES. « La dégradation du marché du travail, en touchant les personnes qui étaient déjà les plus vulnérables, engendre un risque d’irréversibilité du chômage et de la pauvreté », s’est inquiétée Agnès de Fleurieu, présidente de l’ONPES. Un million de chômeurs vont se retrouver en fin de droits en 2010, a-t-elle rappelé, en présentant le rapport aux côtés du secrétaire d’État chargé du Logement Benoist Apparu et du Haut commissaire aux Solidarités actives Martin Hirsch.

Si les statistiques disponibles sur la pauvreté ne donnent pas encore de données précises sur les effets de la crise, l’ONPES note que les associations sont « particulièrement préoccupées par l’augmentation des demandes d’aide alimentaire et financière enregistrée depuis l’automne 2008 ». Un « système de veille sociale » mis en place en 2009 fait apparaître un recours plus important des jeunes et des personnes âgées aux aides sociales.

Phénomène déjà souligné il y a deux ans, la pauvreté touche également les personnes employées. Les travailleurs pauvres étaient 1,9 million en 2007, soit 6,7 % des salariés. En 2005, ils étaient déjà 1,7 million (7 % des travailleurs).

Source via N.P.I.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 13:58
Chouans en avant
Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 04:39

« Une rencontre entre le chef de l'Eglise catholique et le Patriarche orthodoxe russe est, je pense, possible aujourd'hui », a affirmé le Métropolite Hilarion, mercredi 19 mai, lors d'une conférence de presse organisée par le Conseil pontifical de la culture, dans le cadre des « Journées de culture et spiritualité russe au Vatican », rapporte Radio Vatican.

Mgr Hilarion est le chef de la diplomatie de l'Eglise orthodoxe russe, chargé des relations extérieures du Patriarcat de Moscou. Il a souhaité que cette rencontre se fasse entre l'actuel Pape Benoît XVI et l'actuel chef de l'Eglise orthodoxe russe Kirill 1er. Il a reconnu cependant que certaines questions restent à résoudre, comme la situation de l'Eglise catholique de rite oriental en Ukraine, mais il a assuré que le dialogue progressait, à l'image des personnes et des époques qui ont changé.

Le métropolite Ilarion a affirmé que le concert, donné le 20 mai pour l'anniversaire des 83 ans et des cinq ans de pontificat du pape Benoît XVI offert au Vatican par le patriarcat orthodoxe de Moscou, était "un événement de grande importance dans l'histoire des échanges culturels" entre les Eglises catholiques et orthodoxes. 

Benoît XVI a affirmé que "les racines chrétiennes de l'Europe" devaient "inspirer un nouvel humanisme. ... pour répondre efficacement aux défis nombreux et parfois cruciaux que nos communautés chrétiennes et nos sociétés ont à affronter."

"La culture contemporaine, et particulièrement celle de l'Europe, court le risque de l'amnésie, de l'oubli et donc de l'abandon de l'extraordinaire patrimoine suscité et inspiré par la foi chrétienne, qui constitue l'ossature essentielle de la culture européenne", a déclaré le pape.

 

Continuons chaque jour nos chapelets pour la consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie !

 

Sources : 1, 2

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 04:54

De 700 à 800 personnes, selon les organisateurs, ont manifesté calmement samedi à Saint-Jean-de-Luz à l'appel du comité de défense des prisonniers basques Askatasuna contre le "harcèlement" dont seraient "victimes" les jeunes Basques.

Dans le cortège, une banderole en basque affirmait que "la répression n'est pas la bonne voie" et l'autre demandait la libération de deux jeunes militants basques interpellés fin mars dans le cadre d'une enquête sur des attentats perpétrés en France par des autonomistes basques contre des cibles touristiques ou immobilières.

 

"Ces derniers mois, ce n'est plus une exception d'être convoqué, arrêté et placé en garde à vue", a expliqué Aurore, une manifestante qui dénonce "ces arrestations à tout vent".

 

Askatasuna, qui "exige" la remise en liberté immédiate de Mattin Olzomendi et Peio Irigoyen, deux jeunes militants incarcérés il y a quelques jours, dénonce "les rafles qui se multiplient et tentent de stopper tout projet politique, social et culturel au Pays basque".

 

Sources : 1, 2   

 

Toutes les autres minorités, Juifs, Africains, homosexuels ont le droit de se développer et bénéficient de larges subventions pour ce faire sauf toutes les cultures locales enracinées depuis des centaines d'années dans ce pays, qui elles sont brimées, leurs représentants emprisonnés... Deux poids deux mesures, un hasard sûrement...

 

Notons toutefois que l'organisation armée basque indépendantiste Askatasuna (Euskadi Ta Askatasuna, sigle ETA pour « Pays basque et liberté » en basque, prononcé [ˈɛːta]) est mal placée pour parler au nom des Basques vu son inspiration socialo-marxiste... Tout ce qu'il y a de plus conforme au système idéologique "libéral" issu des idées de 1789. Dans ces conditions, j'ai envie de leur dire : faut pas vous étonner ! ...

 

Rappelons qu'en 1789, après un accueil favorable des députés basques pour la dite "Assemblée nationale", ceux-ci en déchanté aussitôt, ainsi que l'opinion publique basque favorable jusque-là au processus "révolutionnaire". Celle-ci "vécut l'imposition du nouveau découpage départemental comme une grave atteinte à ses inspirations profondes. Plus d'un témoignages d'archives locales, dans la mesure où elles ont été conservées, abondent dans ce sens." Les Basques n'obtinrent pas en effet un découpage départemental à l'échelle de leur pays.

 

L'automne 1790 vit s'évanouir les derniers espoirs des aspirations des Basques en matière de géographie administratives. Le sentiment général fut celui de la désillusion face à "l'attitude d'incompréhension et de surdité adoptée par l'"Assemblée nationale"... En effet, à partir de l'été 1790, beaucoup de registres de délibérations locales "ne contiennent plus que l'enregistrement ou la copie des décrets de l'Assemblée nationale. Ainsi à Saint-Jean-de-Luz, la dernière mention de réunion du corps municipal date du 14 décembre 1790. Ensuite, le registre ne contient que les décrets de l'Assemblée nationale jusqu'au 9 octobre 1793. Les communautés locales s'étaient transformées en organe d'enregistrement et de transcription des décrets de l'Assemblée nationale."

 

(Source : Manex, GOYHENETCHE, Histoire générale du Pays Basque, La révolution de 1789, tome IV, Elkar, Donoastia 2002, p. 203, 206, 217).

 

- U.E., répétition de 1789 : la démocratie européenne sans les peuples et contre les peuples

- PAYS BASQUE - Les Plus Beaux Villages du Labourd

- 1789 Une aristocratie en chasse une autre, naissance de la bourgeoisie d'affaires et de l'Argent-Roi, la ploutocratie

- Compostelle / passa calle St jean pied de Port aout 2007

- Les acquis de 1789

- Saint Antoine de Padoue le saint que l'on invoque pour retrouver les objets perdus

- Le mensonge de la "Liberté" : la corruption et la destruction même de la liberté par les libéraux

- La ville de San Sebastian, Pays Basque espagnol

- La collusion de la gauche et de la (fausse) droite

Partager cet article
Repost0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 12:19

Plus de 60% des lecteurs du Sud-Ouest se sont prononcés pour l’interdiction de l’avortement dans un sondage proposé sur le site internet du quotidien. A la question, l’IVG est elle encore aujourd’hui un combat, 25% ont répondu « Oui, la libération de la femme n'est jamais gagnée », 14% « Non, l'IVG est un droit acquis qui ne sera pas remis en question » et enfin, 60% « Il faut interdire l'IVG ».
Si il est difficile de tirer un enseignement d’un tel sondage, il faut cependant reconnaître que cette question de l’avortement et de la Vie en règle générale, fait beaucoup plus débat que l’on ne le pense.

 

Avortement

Source : http://www.infos-bordeaux.fr/article-60-des-lecteurs-du-sud-ouest-veulent-interdire-l-avortement-50692987.html

Partager cet article
Repost0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 11:04

Washington rallie la Chine et la Russie contre l'Iran

 

 

La secrétaire d'État américaine, ­Hillary Clinton, a annoncé mardi un accord avec la Chine et la Russie sur un quatrième volet de sanctions, en négociation depuis plusieurs mois à l'ONU entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (États-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France), plus l'Allemagne. «Nous sommes parvenus à un accord sur un projet fort, avec la coopération de la Chine et de la Russie», a déclaré la chef de la diplomatie américaine. Selon elle, une «résolution forte sur des sanctions adressera un message sans équivoque sur ce que l'on attend de l'Iran».

 

Téhéran est soupçonné de développer clandestinement un programme nucléaire militaire, bien qu'il soit signataire du traité de non-prolifération.

 

Le détail des mesures coercitives reste cependant à préciser. Tout au long des négociations, la Chine et la Russie ont protégé leurs intérêts stratégiques et commerciaux en Iran. Pékin, par exemple, en importe 12 % de ses besoins en pétrole.

 

Source : Le Figaro, 19/05/2010 | Mise à jour : 11:42  

http://www.lefigaro.fr/international/2010/05/18/01003-20100518ARTFIG00630-washington-rallie-la-chine-et-la-russie-contre-l-iran.php

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 11:01

Chartres-Paris 2010 : arrivée le lundi 24 mai à 16 H 30 place Vauban

Chers amis pèlerins,

 

Vous l'avez su, n'ayant pu avoir Montmartre pour le pèlerinage cette année encore, nous avions demandé de pouvoir célébrer notre messe solennelle du lundi de Pentecôte sur le Parvis de Notre-Dame de Paris.

Notre-Dame, Elle-même, et son divin Fils nous demandent en sacrifice, cette année encore, de ne pas pouvoir bénéficier d'un haut lieu de la Chrétienté française pour le dernier office divin de ce pèlerinage de Pentecôte reliant Chartres à Paris.

La messe solennelle de cloture du Pèlerinage de Pentecôte 2010
aura  donc lieu le lundi 24 mai à 16 H 30 place Vauban

Alors puisque l'Histoire ne s'écrit que par ceux qui la font, faisons en sorte que les Invalides, cathédrale des Armées, deviennent ce nouveau haut lieu de chrétienté cette année pour les combattants de la Foi que nous sommes.

Et soyons encore plus nombreux que l'an passé pour entrer dans Paris en procession depuis Longchamps (ligne 10/Boulogne Jean Jaurès), la Place de la Porte de Passy ou la place de la Muette (ligne 9/La Muette ou RER C) vers la place Vauban (ligne 13/St François-Xavier).

Que pour l'année du combat de la Foi cette procession soit comme le défilé d'une grande armée rangée en ordre de bataille et manoeuvrant pour que Jésus-Christ règne en nos âmes et sur notre pays.

François-Xavier RENAULD,
Directeur de la Coordination

Source : http://www.laportelatine.org/archives/communic/2010/vauban2010/vauban.php

Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 21:07

Un prêtre est nommé curé dans une importante paroisse où il doit prendre la suite d'un curé ultra-progressiste. Pour le nouvel arrivé, la situation n'est pas facile: il faut jouer serré avec une armada de laïcs qui se prennent chacun pour le nombril de la liturgie.
Le nouveau curé veut mettre de l'ordre. La réaction ne se fait pas attendre: les laïcs cléricalisés traitent leur curé de rétrograde (on est toujours "rétrograde" quand on veut faire simplement ce que l'Eglise demande de faire!), lui cherchent des poux dans la tête et... bien sûr écrivent à l'Evêque qui, comme on pouvait s'y attendre, donne raison aux laïcs contre le prêtre.
A peine le nouveau curé a-t-il été nommé que son Evêque lui demande de partir... Pas de vagues! Dans l'Eglise new look que les évêques de France mettent partout en place par "équipes d'animation pastorale paroissiales" interposées, les curés n'ont qu'un droit - surtout s'ils sont réputés catholiques romains -: celui d'obéir aux laïcs.
Seulement voilà: le nouveau curé n'entend pas se laisser faire. Il s'adresse à son évêque: "Si vous avez des choses à me reprocher, mettez-les par écrit; je n'ai fait que commencer à mettre de l'ordre dans la paroisse, par exemple en interdisant à des dames d'aller farfouiller dans le tabernacle. Si vous n'avez pas de motif à me donner et que vous persistez, j'écris à Rome."

Conclusion: il faudra bien que les évêques se rendent compte (et le plus tôt sera le mieux) que le temps est venu où les fidèles, qu'ils soient laïcs ou prêtres, n'entendent plus être empéchés de suivre les orientations pastorales qui viennent du Siège apostolique.

 

Source

 

- Fossoyeurs de la foi : Denis Crouan parle de programmation de la chute des vocations et de la pratique religieuse

Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 18:08

Depuis plusieurs mois, les signes d'un rapprochement entre le saint-siège et le patriarcat de Moscou se font plus fréquents et plus explicites. Dernier en date: la librairie vaticane vient de co-éditer avec une association russe (Sofia) un recueil de discours du patriarche de Moscou, Cyrille Ier : "Liberté et responsabilité : à la recherche de l'harmonie. Dignité de l'homme et droits de la personne".

Cette publication suit une première publication de textes de Benoît XVI par le patriarcat de Moscou.

On notera que le livre du patriarche Cyrille porte précisément sur ce qui rend le discours chrétien désagréable aux oreilles modernes : notre conception de la dignité humaine. 

 « Nous avons avec le pape une vision commune sur la protection de la dignité de l'homme en Europe », écrit le patriarche Kirill pour qui « l'Eglise catholique et l'Eglise orthodoxe sont aujourd'hui les seules à être naturellement liées dans le dur combat » contre « le libéralisme et le sécularisme ».

C'est une idéologie, écrit le patriarche russe, qui comme le communisme en URSS à l'époque, voudrait condamner le christianisme à l'insignifiance sociale et publique : « En Occident, on veut, de manière encore pire que le fit le régime soviétique de notre pays, relayer la foi au domaine de la vie privée ».

« C'est une analyse dure mais pleine d'espérance », souligne le prof. Pierluca Azzaro, professeur d'Intégration européenne à l'Université catholique de Milan qui a dirigé la publication du livre. « Le pape Benoît XVI et le patriarche Kirill exhortent les chrétiens d'Orient et l'Occident à ne pas se conformer à la mentalité de ce siècle. Ils nous exhortent tous à professer notre Credo dans l'Eglise fondée par le Christ sauveur, à défendre la liberté comme une valeur indiscutable et limitée : par nature, la liberté est et restera toujours liée à la vérité ».

Mgr Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture, qui signe l'introduction du volume souligne : « Kirill met en garde de manière très incisive et passionnée contre une ‘nouvelle génération de droits' qui propose une dégénération de la dignité personnelle authentique ».

 

Source : Zenit via Osservatore Vaticano

 

- Entretien de Mgr Bernard Fellay à la revue américaine The Remnant, 11 mai 2010 RUSSIA

- RUSSIA

- Moscou (ou la renaissance de l'orthodoxie) 

- Renouveau religieux en Russie 

- Svetlana Medvedeva communie des mains du patriarche Cyrille (1er février 2009)

- Medvedev: "La Russie ne doit pas être une république parlementaire. Ce serait fatal"  (19 novembre 2008)

Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 17:30

Une icône du Christ Sauveur et une icône de saint Nicolas de Myre

 

Des icônes emmurées par les bolcheviks vont de nouveau orner deux tours de la muraille du Kremlin de Moscou, indique le Service Orthodoxe de Presse et « Europaica » (N° 180, du 18 mai 2010).

Des icônes emmurées par les bolcheviks vont de nouveau orner deux tours de la muraille du Kremlin de Moscou, ont annoncé les médias russes, le 12 mai dernier, citant les services de l'administration présidentielle et des musées qui gèrent le site historique du Kremlin, ancienne résidence des tsars et des patriarches de Russie.

Les deux icônes vieilles de six siècles ont été redécouvertes sur deux tours de la forteresse, fin avril sous une couche de plâtre apposé par les bolcheviks. Les deux icônes ornaient les portes des deux principales tours de la muraille du Kremlin donnant sur la Place rouge.

"Les travaux ont commencé pour enlever la couche épaisse de plâtre qui recouvrait les icônes depuis 1937", a déclaré à la presse Jeanne Bélochapkine, porte-parole du Département des Musées du Kremlin. " Les deux icônes ont été visiblement peintes à l'huile par-dessus des fresques et les travaux de restauration sont destinés à vérifier cette hypothèse ", a de son côté déclaré André Batalov, adjoint du directeur général des Musées du Kremlin.

La première icône représente le Christ-Sauveur sur un fond doré, avec deux saints moines russes à ses pieds, saint Serge de Radonège et saint Barlaam de Khoutyne (Novgorod). Elle trône au-dessus l'entrée de la porte " Spasskaïa " (" du Sauveur "), la porte d'entrée solennelle sous la principale tour du Kremlin, juste en face de l'église Saint-Basile-le-Bienheureux, sur la place Rouge.

La deuxième icône, ornant la tour " Nikolskaïa " (" de Nicolas "), plus au nord, toujours sur la place Rouge, représente saint Nicolas de Myre (4e siècle), particulièrement vénéré par les croyants orthodoxes russes.

Selon le témoignage des historiens, les icônes étaient encore visibles dans les premiers mois de l'année 1918. Ensuite elles avaient été dissimulées sous un épais treillis métallique, puis, en 1937, alors qu'une nouvelle vague de campagnes antireligieuses battait son plein, elles avaient été complètement couvertes de plâtre. Ce n'est qu'à la fin du mois d'avril dernier qu'elles ont été redécouvertes.

Les premières analyses permettent aux spécialistes d'affirmer que l'icône de saint Nicolas remonte aux 15e-début du 16e siècle, ce qui confirme les témoignages des restaurateurs qui étaient intervenus sur cette icône en 1918. L'icône de saint Nicolas avait été fortement endommagée par des éclats de tirs d'armes lors de la prise d'assaut du Kremlin par les bolcheviks, en novembre 1917.

 

Source : http://www.zenit.org/article-24483?l=french

Partager cet article
Repost0