Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 09:35
Alors que dans les pays scandinaves situés plus au Nord, les vastes espaces naturels dominent, la terre danoise paraît, de prime abord, essentiellement agricole. Ce pays, l'une des plus anciennes monarchies du monde, est parsemé de 600 châteaux et manoirs. Son patrimoine artistique et culturel contribue tout autant que ses immenses plages de sable à attirer plus de deux millions de touristes par an. La nature sauvage a-t-elle encore sa place dans ce paysage si fortement façonné par l'homme ? C'est ce que nous allons découvrir ensemble.
 
Scandinavie sauvage - Le Danemark, Documentaire, Arte
 
 
 
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 00:00

A l'occasion du sixentième anniversaire de la naissance de Sainte Jeanne d'Arc, née dans la nuit du 5 au 6 janvier 1412 à Domrémy (Lorraine), rappelons-nous cette leçon que la Patronne secondaire de la France, nous donna en libérant Orléans, le 8 mai 1429 :

Vive le Christ, qui est le Roi des Francs !

Sainte Jeanne d'Arc

La première mission de Jeanne fut de sacrer le dauphin légitime "Roi de France" à Reims. 

À 13 ans, Jeanne entendit les voix de sainte Catherine d'Alexandrie, sainte Marguerite d'Antioche et de l'archange saint-Michel lui demandant d'être pieuse, de libérer le Royaume de France de l'envahisseur, et de conduire le dauphin sur le trône.

 

  Jeanne entend les voix de saint Michel et sainte Catherine, par Hermann Anton Stilke (1803-1860)

 

Jeanne d'Arc : sa vocation, sa mission et sa mort d'après la légende

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 23:59

Libérée par Jeanne d'Arc en 1429, Orléans s'apprête à célébrer avec faste vendredi 6 janvier 2012 le 600e anniversaire de la naissance de la Pucelle, lors d'une cérémonie haute en couleur qui donnera le coup d'envoi d'une année de festivités dans toute la ville.

 

Vendredi 6 janvier 2012, à partir de 21h00, quelque 2.000 invités – citoyens, militaires, politiques, représentants du clergé – assisteront en la cathédrale Saint-Croix d’Orléans à la traditionnelle cérémonie dite « de remise de l’épée ».

Anniversaire exceptionnel - Cette manifestation, au cours de laquelle une jeune fille choisie chaque année pour incarner la « Pucelle d’Orléans » remet son épée à celle qui lui succède, se déroule habituellement fin avril dans une collégiale de la ville lors des « fêtes de Jeanne d’Arc ». La date a été exceptionnellement avancée, et un lieu plus prestigieux a été choisi, pour cause d’anniversaire exceptionnel.

Une cérémonie créée en 1968

 A 21h00, la « Jeanne d’Arc 2011″ sillonnera les rues de la ville à cheval, escortée par 200 figurants en costumes médiévaux. Vingt minutes plus tard, le cortège rejoindra le parvis de la cathédrale, où il sera accueilli par les officiels et le public. Après la cérémonie, la Jeanne d’Arc 2012, Pauline Finet, une lycéenne de 17 ans, sortira de la cathédrale sur un cheval blanc. Elle emmènera un cortège qui rejoindra la place du Martroi, au centre-ville, où trône une statue équestre de la « Pucelle d’Orléans ». Cette année, une quarantaine d’anciennes « Jeanne d’Arc » assisteront à cette cérémonie de remise de l’épée, créée en 1968 et très prisée des Orléanais.

Cet événement est le premier d’une longue série de dates éclectiques qui jalonneront 2012 à Orléans : fête médiévale et traditionnelle chevauchée le 1er mai, set électro le 12 mai, défilés le 13, concours de portraits d’art contemporain….

Budget revu à la baisse - Crise oblige, la mairie d’Orléans a été obligée de revoir à la baisse son budget pour les 600 ans de la Pucelle : initialement prévu à 1,4 million d’euro, il devrait finalement être réduit d’environ 500.000 euros.

 

Domrémy, village natal de Jeanne d'Arc, veut faire redécouvrir la Pucelle

 

Domrémy-la-Pucelle espère que les célébrations du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc, qui s’ouvrent vendredi pour un an, apporteront un regain d’intérêt touristique sur le village vosgien où est née cette figure emblématique de l’histoire de France. Mal connue, la petite commune d’à peine 200 âmes a déjà entamé des travaux de revalorisation des alentours de la maison sur les bords de la Meuse où est née la Pucelle en 1412. 40.000 à 60.000 visiteurs la visite chaque année.

« Il était important que les choses soient faites ici: même si nous ne pouvons pas rivaliser avec Orléans ou Rouen, c’est bien l’anniversaire de sa naissance à Domrémy que nous célébrons », souligne Damien Parmentier, directeur général au conseil général des Vosges. « Nous voulons protéger l’image de Jeanne, y compris face aux tentatives de récupérations politiques », ajoute-t-il, rappelant que Jean-Marie Le Pen, Bruno Mégret et Bruno Gollnisch sont les seules personnalités politiques à s’être rendues à Domrémy ces dernières années.

A Domrémy, un couple de passionnés depuis 40 ans tient un musée de 1.400 pièces à sa gloire, des bas-reliefs aux boîtes de camembert. Véritable panorama de l’imagerie populaire autour de la sainte, le musée connaîtra sa consécration cette année : la collection, rachetée par le conseil général des Vosges, déménagera à une centaine de mètres, au Centre johannique de Domrémy.

 

Source: http://www.lagazettedescommunes.com/93920/orleans-prepare-une-annee-festive-pour-sa-liberatrice-jeanne-darc/

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 19:18

L'intérieur de l'église Sainte-Thérèse de Coudekerque-Branche, au sud-est de Dunkerque (Nord), a été ravagé par un incendie dans la nuit de lundi à mardi.

 

Une plainte a été déposée par l'association des amis de l'église Sainte-Thérèse. Quatre portes ont été fracturées à l'arrière de l'édifice. 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 18:21

Quand on demande à Eva Joly de qualifier la présidence de Nicolas Sarkozy, la candidate d’Europe Écologie-Les Verts répond : "C’est un très mauvais président. J’ai détesté sa présidence. Il a accentué les défauts de la démocratie française. Sarkozy? C’est l’africanisation de la France", assène l’ancienne magistrate qui fait de la lutte contre la corruption l’un des thèmes phares de sa campagne.

 

Que n'eut-on entendu sur toutes les chaînes et tous les medias en même temps et à la fois si Marine Le Pen, par exemple, avait prononcé la même phrase ? Aucun media n'a parlé de la phrase d'Eva Joly, aucune belle âme n'a déchiré sa tunique, ne s'est indignée, pas une seule protestation en vue. Il semble que certains pontes de l'oligarchie pourtant ouvertement "antiraciste", sansfrontieriste et cosmopolite... soit libres de se lâcher et dire ce qui mériterait à d'autres un lynchage médiatique immédiat, et la mort politique.

 

Un fil ouvert sur le forum d'RMC.fr en parle : "RMC et les verts racistes?" : http://www.rmc.fr/forum/rmc/politique/eva-joly-et-les-verts-racistes--3608/messages-1.html

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 18:04
La ministre de l'apprentissage et de la formation professionnelle, Nadine Morano, hystérique ce jeudi matin, 5 janvier sur RMC-info, s'est fait reprendre à plusieurs reprises par le journaliste Jean-Jacques Bourdin dont elle était l'invitée, notamment sur le taux de la TVA.
 
Alors qu'elle défendait le projet de TVA sociale souhaité par le gouvernement, la ministre s'est vue demander quel était le taux de la TVA en Allemagne : "La TVA en Allemagne est plus élevée que la nôtre, elle est de trois points supérieure à la nôtre", a-t-elle répondu. Elle a été aussitôt reprise par le journaliste, qui lui a reproché de "ne pas maîtriser le sujet".
 
"Elle est de 19 points en Allemagne, la nôtre est à 19,6, vous dites des bêtises Nadine Morano. Vous ne maîtrisez pas le sujet", a dit M. Bourdin.
 
C'est en effet le taux normal de la TVA allemande. La ministre a tenté de justifié son erreur, expliquant qu'elle voulait dire que l'Allemagne avait augmenté son taux de TVA de trois points. Quelques secondes plus tôt, M. Bourdin avait corrigée Mme Morano sur une liaison grammaticale erronée.
 
 
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 11:20
La famille royale est plus populaire que jamais au Danemark, où près de huit Danois sur dix sont favorables à la monarchie, selon un sondage publié mercredi.storybild

La reine Margrethe II fêtera ses 40 ans de règne le 14 janvier.

 

Le Danemark a la monarchie «la plus populaire d'Europe», a indiqué le maître de conférences à l'université de Copenhague, Lars Hovbakke Soerensen. Seuls 16% des Danois préfèreraient vivre dans une république. 77% de la population estime que le pays doit être une monarchie, selon l'étude réalisée par l'institut Megafon pour le quotidien danois Politiken, à quelques jours du 40e anniversaire de règne de la reine Margrethe II le 14 janvier.

 

Lire la suite : http://www.lessentiel.lu/fr/news/monde/story/25578570

via http://www.democratie-royale.org/article-la-monarchie-danoise-est-la-plus-populaire-96130120.html

 
Le Danemark qui avait voté non au traité de Maastricht (1992) avant d’obtenir quatre dérogations dont l’une sur la monnaie unique, a refusé l’euro par référendum en septembre 2000.
 
En juillet 2011, le Danemark a décidé de réintroduire les contrôle douaniers à ses frontières. Copenhage va-t-il torpiller Schengen, l'espace sans frontière créé au sein de l'Union européenne en 1996? Le Danemark a pris la mesure sous la pression de l'"extrême droite" alliée du gouvernement et opposée à l'immigration, le Parti du peuple danois (PPD).
 
"Au cours des dernières années, nous avons vu une augmentation du crime transfrontalier (...). Nous allons construire de nouvelles installations à la frontière germano-danoise, avec de nouveaux équipements électroniques et des identifiants de plaques minéralogiques", a expliqué Hjort Frederiksen, le ministre des Finances danois dans une interview accordée à la chaîne TV2.
 
En réponse, la Commission européenne a mis Copenhague sous surveillance. Le Danemark est membre de Schengen. Il est, à ce titre, soumis à l'interdiction de rétablir des frontières internes, sauf ponctuellement et pour des motifs liés à l'ordre public. Les contrôles douaniers sont permis, mais à l'intérieur d'une zone frontalière de 20 km et de manière aléatoire. Des contrôles permanents sont interdits. 
La réintroduction des contrôles douaniers permanents au Danemark doit se dérouler en trois phases, la première ayant commencé mardi 5 juillet 2011. Le 1er janvier 2012, 48 agents supplémentaires des douanes devaient être déployés, et le chantier d'installations permanentes débutera, la phase finale devant commencer en 2014, où les installations définitives et permanentes des contrôles douaniers danois seront en place. "Jusqu'à cette date, ce sera un groupe d'officiers mobiles", a dit M. Serup, un porte-parole des Douanes.
 
 
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 10:53

Nicolas Sarkozy est probablement le politique qui s’est le plus moqué de moi. Je l’ai rencontré à deux reprises, lorsqu’il était ministre de l’Intérieur puis lorsqu’il a accédé à la présidence. Chaque fois il m’a fait la promesse d’imposer l’étourdissement des animaux avant leur saignée sans exception lors d’un abattage rituel… Il a fait exactement le contraire et ses ministres de l’Agriculture et de l’Intérieur ont sabordé les projets européens allant vers une meilleure information des consommateurs. J’ai soutenu Nicolas Sarkozy car j’avais confiance en lui, maintenant que je connais mieux le personnage, je n’ai plus du tout confiance en lui et en sa politique.

 

Brigitte Bardot, Entretien de Brigitte Bardot à Novopress.info via http://www.democratie-royale.org/article-brigitte-bardot-nicolas-sarkozy-est-le-politique-qui-s-est-le-plus-moque-de-moi-96129727.html

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 08:39

Il est des lieux qui tirent l'âme de la léthargie... le Palais du Louvre restera à jamais le témoin de la civilisation française, un haut-lieu du pouvoir et de la grandeur de la France.

Les élites apatrides et universalistes qui nous gouvernent en sont bien conscients...après la destruction des Tuileries par les communards, après avoir installé entre les pavillons Denon et Richelieu une pyramide de verre en 1981, pied de nez franc-maçon à ce symbole de l'Ancien Régime, ils projettent à nouveau de défigurer le plus grand palais européen en installant un "toit volant", sorte de tapis volant, flottant au-dessus de la cour Visconti du musée du Louvre. Sous cette résille de verre et de métal, sera bientôt installé le 8e département de l'institution, dédié aux Arts de l'Islam.

 

L'écrin abritera sur deux niveaux, quelque 3000 pièces couvrant un vaste champ chronologique, du VIIe au XIXe siècle. Ces ivoires, céramiques, tapisseries, panneaux sculptés... proposeront un fabuleux voyage, de l'Espagne à l'Inde, au coeur de la civilisation islamique.  

 

Signée des architectes Rudy Ricciotti et Mario Bellini, cette spectaculaire charpente, récemment posée, marque la dernière étape du chantier, avant l'ouverture au public en septembre 2012.


Jacques Chirac, alors président de la République, avait été séduit. En 2008, son successeur Nicolas Sarkozy posait la première pierre. On ne sait qui à la rentrée mènera l'inauguration. (Source: Un toit flottant au-dessus du Louvre pour les Arts de l'Islam par Annick Colonna-Césari (LEXPRESS.fr), publié le 04/01/2012 http://www.lexpress.fr/culture/art/un-toit-flottant-au-dessus-du-louvre-pour-les-arts-de-l-islam_1068073.html)

 

Les collabos anti-France installent délibérément l'islam au cœur temporel de la France... Avec l'argent public ?  

 

D'un coût global de près de 100 millions d'euros, ce vaste projet a été financé à hauteur de 30 % par le Louvre et l'État français. Au rang des autres donateurs, l'Arabie saoudite (17 millions d'euros) côtoie le Maroc, le Koweït, l'Azerbaïdjan et le Sultanat d'Oman. Mais, en dépit du mécénat d'autres fondations (Bouygues Construction, Lafarge, Orange, Total), il manque à ce jour 10 millions d'euros pour boucler l'opération. (Source: http://www.lepoint.fr/arts/islam-le-louvre-leve-le-voile-04-01-2012-1415416_36.php)

  
-----------------------------------------------------------------------

Merci à Jean-Raymond

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 23:59

Société générale supprime 880 emplois en France, le titre va-t-il s'envoler ?

 

Les salariés doivent sans doute faire grise mine. La Société générale ne distribuera pas de dividende pour l'année 2011 et va supprimer à partir de début avril 880 emplois dans sa banque de financement et d'investissement (BFI) en France. La Société générale va également supprimer 700 emplois à l'étranger.

 

Contrairement à ce que dit l'article du Figaro, les actionnaires ne vont pas faire grise mine... mais vont plutôt se frotter les mains dès demain matin.

 

A l'annonce par la Société générale, mardi 8 novembre 2011, de son renoncement à verser des dividendes, le titre de la Société générale s'était envolé le matin même de plus de 6% en Bourse.

 

La banque suit le même chemin que ses concurrents, Crédit agricole et BNP Paribas qui ont planifié la suppression de respectivement 850 postes et 373 en France. Les banques justifient ces plans par la crise économique et financière qui frappent des pays auxquels elles sont très exposés comme la Grèce.

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 14:54

L'Iowa a donné le coup d'envoi de la primaire républicaine hier soir, 3 janvier 2012. Un processus qui s'étalera jusqu'à la Convention républicaine qui aura lieu à Tampa, en Floride du 27 au 30 août et pendant laquelle sera désigné le candidat qui affrontera Barack Obama à l'élection présidentielle.

 

Avec 15 % des intentions de vote dans l'Iowa, le catholique Rick Santorum, fils d'un immigré italien, est apparu brusquement samedi 31 décembre comme la nouvelle surprise de la primaire républicaine pour l'élection présidentielle américaine de 2012.

Dans de récents sondages Rick Santorum s'approchait du mormon Mitt Romney et devançait les autres candidats cherchant à rassembler l'électorat chrétien fondamentaliste protestant, Michele Bachmann, évangélique luthérienne, et Rick Perry, gouverneur du Texas, anciens favoris des sondages, dont les campagnes se sont effondrées ces derniers mois. Les chrétiens conservateurs des multiples églises protestantes américaines (luthérienne, méthodiste, baptiste et mennonite), ainsi que les catholiques, comme M. Santorum, représentaient une des clés du scrutin dans l'Iowa. En rassemblant cet électorat sous son nom, M. Santorum espèrait s'imposer comme un concurrent viable à l'échelle nationale.

Pari réussi puisque Rick Santorum qui selon un sondage publié samedi 31 décembre par le Des Moines Register, se plaçait en troisième position derrière M. Romney (24 %) et Ron Paul (22 %), enregistrant "la plus forte hausse d'intentions de vote", est arrivé en deuxième position aux primaires républicaines d'hier soir à seulement huit voix de Mitt Romney.

La victoire du favori Mitt Romney , pro-IVG (depuis 2005), lui confère une position confortable pour le prochain scrutin, le 10 janvier dans le New Hampshire. Le vainqueur et son dauphin ont chacun réuni 25 % des suffrages. Ron Paul, libertarien isolationniste violemment opposé à toute emprise de l'État fédéral sur la société et l'économie, qui remonte aux origines de la Constitution américaine, termine à la troisième place, avec 21 % des voix. Newt Gingrich, ancien président de la chambre des représentants, a attiré 13 % des bulletins, devant le Texan Rick Perry (10 %) et Michele Bachmann (5 %).

Le 7 février 2088, devant la Conservative Political Action Conference, Mitt Romney avait déclaré craindre un destin européen pour l'Amérique : « L'Europe affronte un désastre démographique qui est le produit d'une foi affaiblie dans le Créateur, de familles en faillite, d'une absence de respect pour la sainteté de la vie et d'une morale érodée (...). Si nous ne changeons pas de politique, nous deviendrons la France du XXIe siècle. Encore un grand pays, mais pas le leader mondial, la superpuissance » (« Mitt Romney laisse la voie libre à John McCain chez les républicains », Le Monde, 8 février 2008.)

 

Sans moyens, longtemps resté cantonné dans la queue de «la classe» des candidats en lice, Santorum a gagné sa place dans ce doublé de tête en sillonnant l'Iowa à l'ancienne, se rendant patiemment et systématiquement dans ses 99 comtés pour y défendre sa vision d'une Amérique renouant avec ses valeurs traditionnelles chrétiennes.

L'effondrement progressif des autres candidats chrétiens conservateurs a fini par jeter sous les feux de la rampe ce père de sept enfants, passionné, plutôt bon orateur, qui parle «de reconstruire l'Amérique du bas vers le haut». Santorum affiche des positions très  va-t-en-guerre sur l'Iran, pour éliminer son potentiel nucléaire. Il nie  le réchauffement climatique et défend la pratique du waterboarding,  la torture de la baignoire, utilisée par la CIA à Guantanamo.

Si Rick Santorum est connu pour être un fervent opposant à l'avortement (même en cas de viol), à la contraception et au "mariage" homosexuel, il s'est récemment distingué en déclarant être prêt à frapper les installations nucléaires iraniennes s'il était élu président. Sa haine de l'Iran s'inscrit dans une ligne sioniste pro-israélienne parfaitement néo-mondialiste compatible.

Un blog en langue anglaise nous donne un indice, et indique qu'il y a six ans, malgré que Rick Santorum soit contre l'avortement, il a soutenu un sénateur juif, franc-maçon 33e degré, pro-avortement, Arlen Specter, contre Pat Toomey, candidat anti-avortement (!) : ce soutien est "inexplicable". Specter est connu pour son hostilité à toute tentative de revenir sur la décision judiciaire Roe vs. Wade ayant abouti à la légalisation de l'avortement. Pat Toomey aurait participé à des évènements dans des localités maçonniques. 

   

53 ans, ancien jeune loup du camp républicain, trois fois élu à la Chambre des représentants puis au Sénat, Rick Santorum a disparu de la scène nationale depuis la perte de son mandat de sénateur de Pennsylvanie, en 2006. Il a survécu politiquement comme éditorialiste sur la chaîne ultra-conservatrice Fox News.

Les Américains redécouvrent aujourd'hui ce père de famille, au look rétro dans ses inamovibles pulls sans manche. Ils s'amusent de le voir représenté sur Google (en deuxième et troisième résultat de recherche pour le mot-clé "Santorum") par une blague de mauvais goût, par laquelle des activistes avaient cherché à le ridiculiser en 2003, après qu'il eût comparé l'homosexualité à la polygamie et à l'inceste.

Si la rapidité du retour en gloire de M. Santorum fait ainsi apparaître quelques vieilles casseroles, elle l'a également protégé, en Iowa, des attaques de ses adversaires. Rick Santorum a été épargné par le flot de spots publicitaires hostiles, financés par les supporteurs "indépendants" des candidats, qui déferle actuellement sur les chaînes locales de l'Iowa, et dont son rival Newt Gingrich a fait les frais.

«Les conservateurs sont à la recherche d'un candidat anti-Romney, ils ne veulent pas répéter l'expérience de 2008 quand ils avaient dû se ranger derrière le modéré John McCain. Ils sont persuadés que c'est ce qui les a fait perdre face à Obama, explique le politologue Dennis Goldford. Avec Santorum, ils ont peut-être trouvé leur homme.»

L'une des questions est de savoir si les autres prétendants conservateurs, comme Newt Gingrich (13%), Rick Perry (10%) ou Michelle Bachmann (5%), accepteront de jeter l'éponge pour se rallier rapidement à Santorum.

La quasi-égalité de Santorum avec Romney est-elle un simple feu de paille, comme cela avait été le cas pour l'ancien gouverneur social conservateur de l'Arkansas Mike Huckabee, sorti vainqueur dans l'Iowa en 2008, mais très vite marginalisé par la suite? C'est ce que va plaider le candidat Mitt Romney pour en tirer un maximum de profit pour les primaires à venir, et notamment celle toute proche du New Hampshire, le 9 janvier. 

 

Sources: 

- http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2012/01/02/rick-santorum-nouvelle-surprise-des-primaires-republicaines_1624715_829254.html#ens_id=1550858

- http://www.lemonde.fr/elections-americaines/live/2012/01/04/elections-americaines-le-caucus-de-l-iowa_1625332_829254.html  

- http://www.lefigaro.fr/international/2012/01/04/01003-20120104ARTFIG00253-rick-santorum-cree-la-surprise-au-caucus-de-l-iowa.php

- http://en.wikipedia.org/wiki/Rick_Santorum

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 14:26

La Hongrie sous le feu de Bruxelles et des médias

 

 

Est-ce parce qu’on ne pardonne pas à Viktor Orban d’avoir courageusement, à 26 ans, tenu tête au pouvoir communiste qui écrasait son pays que « sa » Hongrie est aujourd’hui sous le coup d’une mobilisation politico-médiatique d’une ampleur ahurissante ? Parce que le Premier ministre hongrois est pro-vie ? Parce que sa Constitution musclée et centrée sur l’identité chrétienne rompt avec le relativisme ambiant ? Un peu de tout cela, sans doute… Mais à l’heure d’écrire il est difficile de trouver ne serait-ce qu’un seul papier dans les gros médias, francophones ou non, qui ne le présente comme un dictateur, un tyran, meneur d’un parti – le Fidesz – qui impose sa loi sur un peuple privé de toute liberté, un irresponsable qui mérite de voir son pays mis en coupe réglée par l’Union européenne. « L’Europe pourrait laisser la Hongrie faire faillite » titrait mardi Le Figaro – un peu vite au regard du contenu de l’interview qui suivait, mais enfin c’est l’idée qui reste. On ne tient pas tête impunément à Bruxelles.

 

Le différend principal, s’il porte bien aussi sur les points évoqués plus haut, est en effet financier et bancaire. En modifiant les règles de composition de la Banque centrale hongroise, où le gouvernement hongrois obtient un plus important droit de regard aux termes d’une loi constitutionnelle adoptée fin décembre, et dont le président peut être placé dans un rapport hiérarchique le soumettant au pouvoir politique, la Hongrie a violé les principes qui ont cours à Bruxelles et irrité le Fonds monétaire international. Là est le nœud de la question. C’est la raison de l’unanimité des voix politiques et médiatiques pour hurler ensemble et focaliser l’attention sur l’opposition au « régime » de Viktor Orban et la nouvelle Constitution entrée en vigueur le 1er janvier. Le ton est hystérique. On était très, très loin d’en faire autant lorsque la Hongrie était communiste…

A croire que les 70 000 ou 100 000 manifestants de l’opposition qui se massaient lundi soir dans les rues de Budapest à l’appel de la gauche et des écologistes ont en réalité été mobilisés pour cela, pour défendre « l’indépendance » de la Banque centrale dont probablement ils se contre-fichent… Kornelia Magyar, de l’Institut progressiste hongrois, a reconnu naïvement que si l’on votait aujourd’hui, le mouvement d’opposition à Orban n’emporterait pas les élections. Ce serait étonnant en effet, puisque le Fidesz a réuni plus de 54 % de suffrages aux dernières législatives en avril 2010 (Jobbik, plus à droite, totalisait quelque 18 %), et une écrasante majorité de sièges au parlement.

Voilà une démocratie non démocratique, un populisme suspect, une originalité qui ne sera pas tolérée. Il n’est pas question de laisser un Etat de l’UE, fût-il à l’écart de la zone euro, reprendre du pouvoir souverain sur sa politique monétaire et sur le rôle de sa Banque centrale. Je ne sais jusqu’où va en réalité la volonté du gouvernement hongrois de rompre avec ce qui est, après tout, un choix idéologique : l’indépendance des Banques centrales est un parti pris d’économistes qui a la faveur de l’Europe et de la grande finance (tout comme l’existence d’une Banque centrale est une exigence du Manifeste de Karl Marx…), avec les résultats que l’on sait et l’objectif mondialiste qui devient de plus en plus apparent. L’école autrichienne – avec Friedrich von Hayek par exemple – estime que la mainmise des Banques centrales sur la monnaie, par le jeu de l’imposition de taux directeurs trop bas, crée des bulles économiques par l’excès de crédit avant de provoquer des rétrécissements dramatiques où les mauvaises créances deviennent visibles (nous y serions en plein à en croire ces économistes).

Et pourtant, le chômage baisse…

En tout cas, la Commission européenne et le FMI ont décidé de cesser toute discussion portant sur une aide financière à la Hongrie pour tenter de stopper la réforme de la Banque centrale et ils n’ont « pas encore décidé » s’ils vont retourner à Budapest pour augmenter la pression maintenant qu’elle a été adoptée.

La Hongrie, nous dit-on, est dans une crise sans précédent à cause d’Orban et de sa politique. Mais elle est avant tout dans des difficultés terribles en raison de la dévaluation de sa monnaie nationale, le forint, de plus de 20 % face à l’euro depuis octobre. Cela a mécaniquement fait exploser sa « dette de Maastricht » aujourd’hui évaluée à 82, 6 % du PIB contre 76,7 % fin juin. Ce chiffre, tout le monde le brandit… sans rappeler que la dette française est à 85,3 % du PIB selon l’INSEE au troisième trimestre 2100, contre 78,1 % à fin 2009.

Un chiffre qu’on n’entend guère, c’est celui du chômage en Hongrie. Selon Eurostat, son taux plafonnait à 11,4 % de la population active en janvier dernier : en octobre 2011, il s’établissait à 9,8 % sur une pente bien descendante.

Avec sa monnaie dévaluée (comme le serait la monnaie française si elle était en accord avec la situation française) et ses intérêts poussés à la hausse par une évaluation négative des agences de notation, il n’est pas sûr que la Hongrie puisse conserver sa courbe d’amélioration de l’emploi. Il n’est pas sûr qu’Orban puisse sortir son pays de son endettement – mais quelle est l’alternative : une situation à la grecque ? Il n’est même pas sûr qu’Orban soit autre chose qu’un conservateur un peu plus nationaliste que les autres – mais déjà assez pour déclencher les foudres mondialistes…

Comme celles d’Alain Juppé, qui dénonce un « problème aujourd’hui » en Hongrie (NdCR. Alain Juppé, le 3.01.2012) et proclame : « Il appartient à la Commission européenne de vérifier que ces nouveaux textes constitutionnels respectent ce qui fait le bien commun de tous les pays de l’Union européenne, c’est-à-dire l’Etat de droit et le respect des grandes valeurs démocratiques. » Et puis quoi : déclarer la guerre ? La chancellerie hongroise a réagi avec irritation.

Parmi ces « valeurs » dont la survie serait menacée : le droit à l’avortement, le statut des unions homosexuelles, la laïcité… On reproche à Orban une politique de priorité pour la famille, la volonté de favoriser la natalité, le refus d’inscrire l’orientation sexuelle au nombre des catégories protégées contre la discrimination, son exaltation de l’histoire hongroise.

Et si l’on y pense bien, ce sont ces choix, plutôt que les manœuvres bancaires, qui sont seuls en mesure de sortir la Hongrie de la situation désastreuse où elle se trouve en effet. Avec un taux de fécondité voisin de 1,3, le pays est en plein suicide démographique. A côté de cela, tout le reste est littérature.

JEANNE SMITS

 

Article extrait du n° 7511

du jeudi 5 janvier 2012 

 

via http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=620881

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 17:25

03/01/2012 14:24:09: La quête de sens peut conduire le pèlerin bien loin… jusqu’aux Indes.
Le père Joseph-Marie Verlinde nous donne son témoignage.
Initié aux pratiques ascétiques orientales (yoga, MT), il poursuit, dans les ashrams des Hauts-Himalayas, l’approfondissement de la philosophie religieuse hindouiste et bouddhiste.

Mais l’expérience de l’anéantissement du « je » personnel dans un Soi impersonnel suscite en lui des questions fondamentales : que signifie un bonheur qui se vit seul et qui ne s’ouvre pas sur l’Autre ? Que reste-t-il de l’amour lorsque l’amant et l’aimé se sont confondus dans une vacuité sans visage et sans nom ?

L’aventure ne s’arrête pas là ! Revenu au Christ Jésus, ce jeune converti va s’intéresser au courant de l’ésotérisme ! Paradoxalement, ce sont des amis se disant chrétiens qui vont l’entraîner dans cet univers fascinant…

 

2e et 3e parties: http://www.gloria.tv/?media=235639

--------------------------

- Les philosophies hindouiste et bouddhiste : une "pensée ésotérique", par le père Verlinde

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 14:15

Une famille a été sauvée par quatre personnes après la chute de leur véhicule dans un ravin de l'Isère. Un avis de recherche est lancé pour retrouver les quatre «anges gardiens» qui ont disparu.

Jeudi dernier, 29 décembre 2011,  la famille Masmoudi, originaire de Caluire dans la région lyonnaise, se lance à l'assaut des lacets du collet d'Allevard, dans l'Isère. Le père, ses deux filles de 11 et 13 ans et le fils d'un ami frôlent la mort : au détour d'un virage du col du Barioz en Isère, leur véhicule glisse sur une plaque de neige. Devenu incontrôlable, il bascule dans un ravin. Fait incroyable: la voiture ne chute pas au fond du précipice. Trois souches d'arbres la retiennent in extremis trois mètres plus bas, en équilibre au-dessus du vide.

 

Alors que dans l'habitacle, l'angoisse et la terreur s'installent, -la famille se voit basculer et mourir-, quatre personnes surgissent de nulle part et prennent les choses en main. Presque mieux que des secouristes habituels. Sandra, 11 ans la petite dernière de la famille jointe par Le Figaro raconte: «Ils avaient un grand professionnalisme, ils étaient très calmes, gentils. Ils nous ont aidés dans le plus grand silence. Ils nous ont sortis un par un du véhicule», raconte-t-elle toujours éblouie. Les Masmoudi sont donc sains et saufs. Même leur voiture n'est guère endommagée!

Après avoir recouvré ses esprits, la famille découvre que ses sauveteurs se sont immédiatement évaporés dans la nature. «En cinq minutes, ils nous ont sortis, on ne voit ça que dans les films, je vous assure! On s'est remis de nos émotions, on s'est regardés, on s'est retournés et il n'y avait plus personne. La seule chose qu'il me reste de ces personnes, c'est un sourire et puis, ils sont partis comme ils étaient venus», se souvient avec reconnaissance, le père de famille.

«C'est un peu comme s'ils étaient venus du ciel. Ils étaient quatre et nous, dans la voiture, nous étions quatre aussi. Comme si c'était un ange pour chacun. C'est miraculeux!», ajoute Sandra qui n'en finit pas de ressasser ce conte de Noël devenu légende familiale.

Mais qui sont ces bienfaiteurs? Le père de famille reconnait se remettre le plus difficilement de l'accident. «J'ai du mal à oublier, à passer à autre chose. Je suis victime à posteriori d'une forte réaction au stress, je vais d'ailleurs retourner dès aujourd'hui aux urgences, je ne me sens pas bien», confie-t-il au Figaro. Avant d'ajouter: «Je veux aussi lancer un appel pour que les quatre hommes providentiels se manifestent. Je veux leur dire merci parce que peu de gens auraient fait ce qu'ils ont fait. Ça a été fantastique, presque irréel!», insiste encore Monsieur Masmoudi. Seul indice: les quatre hommes avaient entre 35 et 40 ans et circulaient à bord d'une Peugeot 306 vert foncé. Un début de piste...

 

Source

---------------------------------------------------

  Note de Christroi. Les faits et cas d'intervention des anges gardiens dans nos vies, soit pour nous inspirer de bonnes pensées, nous protéger ou nous sauver de dangers imminents, sont nombreux. Nous recommandons à nos lecteurs la lecture édifiante de "La dévotion aux saints anges" d'Henri-Marie Boudon, aux éditions Clovis (Fin XVIIe siècle, rééd. Clovis, Collection Itinéraire spirituel, 2003).

Dans l'Ancien Testament, dans l'Evangile, dans l'Apocalypse, les anges sont partout: messagers de Dieu, guides des hommes, adversaires des démons. Auteur spirituel du XVIIe siècle, Boudon nous offre un exposé très complet et plein d'amour des merveilles angéliques. Invisibles à nos yeux et pourtant bien réels, les anges sont nos fidèles amis et puissants protecteurs. Motifs de la dévotion (ce que les anges font pour nous, etc.) - Pratiques de la dévotion (neuf choeurs, prières, vertus, etc.).

 

Extrait:

"Ô Hommes! Aimez les anges: ce sont les amis fidèles par excellence, des avocats, des protecteurs très puissants, des maîtres trèss ages, des pères, des frères tout remplis d'amour pour nous. Ils sont les patrons, les protecteurs, les avocats de toutes sortes de personnes, d'états et de conditions. Aimez les anges, hommes apostoliques; ce sont les divins missionnaires du paradis. Aimez les anges, prédicateurs, docteurs; ce sont les savants de la science du Ciel et de la belle éloquence de l'éternité. Aimez les anges, vous qui êtes les prêtres du Seigneur ; c'est par leurs mains que le sacrifice est offert à la majesté de Dieu. Aimez les anges, vous qui êtes retirés dans les cloîtres ou qui vivez dans la solitude; ces esprits admirables sont toujours retirés en Dieu et n'en perdent jamais la vue. Aimez les anges, vous qui paraissez en public, qui vivez parmi le monde; ces pures intelligences y demeurent avec vous. Aimez les anges, personnes mariées; l'exemple du saint archance Rapahaël qui conduisait Tobie, fait voir d'une manière admirable les soins qu'ils prennent de votre état. Aimez les anges, ô vierges; ô vierges, encore une fois, aimez avec ferveur les anges, ce sont les grands amis de la virginité; ils en sont même les admirateurs, voyant dans des vaisseaux fragiles un trésor si précieux, et des créatures faibles vivre en la terre comme ils vivent au Ciel. Aimez les anges, personnes justes; ce sont les guides de la sainteté. Aimez les anges, pécheurs; ils sont pour vous un asile assuré. Aimez les anges, personnes affligées, pauvres, misérables; ils sont la consolation et le refuge de tous les malheureux. Aimez les anges, riches, puissants, grands du monde; ce sont ces divines clartés qui vous feront voir que tout ce qui passe est méprisable, et qu'il ne faut soupirer qu'après la bienheureuse éternité. Mais aimez, ô hommes, les séraphins; ce sont les princes du pur amour. Aimez les chérubins, ce sont les grands docteurs de la science des saints. Aimez les trônes, ce sont les patrons du véritable repos de l'âme, et de la tranquille paix du coeur. Aimez les dominations; ils vous apprendont à devenir les maîtres de vous-mêmes et de toutes choses, vous élevant au-dessus de tout l'être créé par une union intime au Créateur. Aimez les vertus, ce sont les maîtres des voies de la sainte perfection. Aimez les puissances, ils sont vos défenseurs contre la malice, la rage et le pouvoir des démons. Aimez les principautés, ce sont eux qui prennent des soins si grands du bien des monarchies, des Etats, et de ceux qui gouvernent. Aimez les archanges, ce sont les zélateurs du bien commun, et l'on en reçoit mille et mille bénédictions dans les provinces, dans les villes, dans les villages et dans toutes sortes de pays. Aimez, enfin, les anges du dernier choeur, ce sont des astres dont nous ressentons plus souvent les célestes influences, étant plus proches de nous, et veillant sur le bien de tous les hommes en particulier, avec un amour et des soins inexplicables. N'ayons plus que des amours de feu pour ces pures flammes de l'empyrée, et ne cessons jamais d'aimer ceux qui ne se lassent jamais de nous bien faire et de nous combler de toutes sortes de grâces". (Henri-Marie Boudon, La dévotion aux saints anges, ibid., p. 47-50).



Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 13:49

Basta cristianofobia! les Italiens contre l'art comptant-pour-rien, subventionné et christianophobe


Pour une fois que les français n'exportent pas des théories démoncratiques...

La campagne des catholiques français contre l'art comptant-pour-rien, subventionné et christianophobe fait des émules...en Italie.
Civitas a reçu l'avis d'un nouveau comité italien contre Castellucci (cf article sur le blog http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2012/01/03/campagne-contre-la-christianophobie-civitas-inspire-les-cath.html).
http://bastacristianofobia.blogspot.com/


Forts de l'expérience française, les catholiques italiens défendront l'honneur du Christ. (Leur spot reprend les images des manifestations de rue et dans les théâtres)...

--------------------------------------------------------

Merci à Jean-Raymond

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 13:08

La nouvelle constitution hongroise ne plaît pas aux tenants du Nouvel Ordre Mondial. Adoptée en avril grâce à la majorité des deux-tiers dont jouit au Parlement le parti Fidesz de Viktor Orban et entrée en vigueur au 1er janvier 2012, la nouvelle constitution a supprimé l'appellation "République de Hongrie" pour "la Hongrie"... Blasphème impardonnable pour les ZOGcidentaux. 

 

La nouvelle constitution indique: « Dieu bénisse les Hongrois », son préambule rattache le pays à ses racines et à son identité chrétienne, un cri de fierté : « Nous sommes fiers de ce que notre roi saint Etienne ait établi l’Etat hongrois sur des fondations fermes il y a mille ans, et qu’il ait fait de notre pays une partie de l’Europe chrétienne. » Elle affirme solennellement l’humanité de l’embryon dès la conception et réserve le mariage à « un homme et une femme ». Elle protège la famille, la propriété, l’héritage, soutient la natalité. Elle impute la responsabilité des crimes du communisme jusqu’en 1989… aux dirigeants communistes tels qu’ils se sont ressuscités dans le « parti socialiste ». La Banque centrale hongroise est mise sous tutelle du gouvernement (France culture, "l’Invité des matins", 3.01.2012). 

 

Orban est bien évidemment accusé par les Nouvel ordre mondialistes d’« isoler » son pays au sein de l’Union, face aux Etats-Unis et au FMI dont il a pourtant eu grand besoin dans des passes économiques très difficiles. Hilary Clinton s’est inquiétée de « l’état de la démocratie » en Hongrie. Bruxelles a naturellement mis en garde la Hongrie contre l’ensemble de sa Constitution que la Commission entend « évaluer », particulièrement irritée à cause du chapitre sur les crimes communistes et de l'adoption d'une nouvelle loi qui réduit de 300 à 14 les communautés bénéficiant de subventions publiques au profit de religions historiques, comme le catholicisme.

 

La nouvelle constitution a donc immédiatement suscité les foudres de l'Union européenne, du chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, du Fonds monétaire international et de nombreuses organisations non-gouvernementales... Voilà les démocrates ! Des "dizaines de milliers de citoyens" sans aucun doute soutenus et financés par les banksters, Georges Soros et consorts, se seraient mobilisés lundi soir à Budapest "pour protester contre la nouvelle constitution, jugée liberticide, élaborée par le premier ministre conservateur." (1)

 

Comme l'a souligné Jeanne Smits pour Présent du 3 janvier 2012, voilà la Hongrie "sous surveillance, et susceptible d'être sanctionnée".

---------------------------------------------

(1) http://www.lefigaro.fr/international/2012/01/03/01003-20120103ARTFIG00300-les-hongrois-manifestent-en-masse-contre-viktor-orban.php

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 08:21

Dimanche 8 janvier 2012 RDV à 16h Parvis de Notre-Dame. 8e marche aux flambeaux, marche de la Fierté parisienne en hommage à Sainte Geneviève.

 

  Communiqué de l’association Paris Fierté 

C’est désormais une tradition bien ancrée dans la capitale : comme chaque année, le 8 janvier prochain, les Parisiens vont descendre dans la rue, plus nombreux qu’à l’édition précédente, pour rendre hommage à leur sainte patronne et proclamer la fierté de leur histoire et de leur identité.

Car cette marche pour Sainte Geneviève est bien autre chose qu’une simple commémoration symbolique, c’est également un intense moment de communion et d’espoir pour l’avenir. 

Un avenir qui ne se construira pas sans puiser des forces dans notre mémoire et notre identité commune, afin de redevenir fiers de ce que nous sommes, de défendre ce que nous avons construit et de corriger les erreurs que nous avons commises. 

C’est pourquoi, en ces temps de crise économique et sociale, en ces temps d’inquiétudes quant à l’avenir, en ces temps de périls et de chaos, la marche Sainte Geneviève 2012 revêt une importance toute particulière car elle est l’occasion de montrer à tous les Parisiens abattus ou parfois résignés un exemple de mobilisation, d’union et de solidarité au service de la Cité.

Face au désespoir, insurrection de la mémoire! Rejoignez la grande marche aux flambeaux pour Sainte Geneviève, la marche du peuple de Paris qui refuse de subir et de disparaître!

 Rendez-vous le dimanche 8 janvier 2012, à 16 heures sur le parvis de Notre Dame.

Source

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 23:59

Ne l’appelez plus « République de Hongrie » : sa nouvelle Constitution est entrée en vigueur dimanche et elle est devenue, tout simplement la Hongrie. Une patrie, cela existe indépendamment de sa forme politique.

La Hongrie, donc, est devenue par la volonté des deux tiers de son Parlement un Etat qui fait référence explicite à Dieu dans sa Constitution. « Dieu bénisse les Hongrois » dit-elle – et ce n’est rien à côté de son long préambule qui rattache le pays à ses racines et à son identité chrétienne, un cri de fierté (traduit intégralement sur mon blog le 19 avril dernier).

 

« Nous sommes fiers de ce que notre roi saint Etienne ait établi l’Etat hongrois sur des fondations fermes il y a mille ans, et qu’il ait fait de notre pays une partie de l’Europe chrétienne. »

 

La nouvelle Constitution affirme solennellement l’humanité de l’embryon dès la conception :

 

« La dignité humaine est inviolable. Chacun a droit à la vie et à la vie humaine, la vie du fœtus sera protégée depuis la conception. Les pratiques eugénistes visant la sélection des personnes, transformant le corps humain et ses parties en source de profit, et le clonage reproductif des êtres humains sont interdits. »

 

Mais elle réserve également le mariage à « un homme et une femme », elle protège la famille, la propriété, l’héritage, soutient la natalité. Et tout en affirmant l’indépendance des Eglises, elle précise : « L’Etat coopérera avec les Eglises dans la poursuite d’objectifs au bénéfice de la communauté. »

 

Et, non moins important, elle impute la responsabilité des crimes du communisme jusqu’en 1989… aux dirigeants communistes tels qu’ils se sont ressuscités dans le « parti socialiste ».

 

On parle beaucoup d’objectifs « personnels » du Premier ministre Viktor Orban, qui verrouille le pouvoir de son parti, met les médias au pas et concrétise ses vues sur des territoires perdus au début du XXe siècle. Mais quoi qu’il en soit c’est une Constitution qui s’inscrit clairement dans la reconnaissance de la loi naturelle.

 

Preuve que même au sein de l’Union européenne, on peut affirmer avec indépendance et souveraineté des vérités à contre-courant…

 

Oui, mais cela n’ira pas sans difficultés. Orban est accusé d’« isoler » son pays au sein de l’Union, face aux Etats-Unis et au FMI dont il a pourtant eu grand besoin dans des passes économiques très difficiles. C’est pourquoi Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge et président des Libéraux au Parlement européen, considère la nouvelle Constitution comme le « cheval de Troie d’un système politique plus autoritaire fondé sur la perpétuation du pouvoir d’un seul parti ».

 

Comme si l’Union européenne, union soviétoïde d’un genre nouveau, n’était pas en train de confisquer les droits des peuples d’une manière à la fois plus radicale et plus insidieuse ! Comme si un pays qui a vécu pendant des décennies sous la botte communiste n’avait pas le droit de choisir de rompre aussi définitivement que possible avec cette tyrannie effrayante ! Hilary Clinton s’est inquiétée de « l’état de la démocratie » en Hongrie, parce que face à l’idéologie, la volonté de la majorité n’a strictement aucune importance.

 

 

Viktor Orban continue de l’affirmer, cette souveraineté, en refusant de se soumettre à Bruxelles sur la question de la banque centrale : celle-ci se doit d’être « indépendante », selon les exigences de la Commission. Vendredi dernier, la réforme de la Banque centrale adoptée a fait passer de deux à trois le nombre d’adjoints du président et retire à celui-ci la prérogative de les choisir, au profit du chef du gouvernement. Le conseil monétaire de la Banque centrale passera de sept à neuf personnes, ses deux membres extérieurs supplémentaires étant, comme quatre autres, nommés par le Parlement, donc par le Fidesz.  

Bien entendu, Bruxelles a mis en garde la Hongrie contre l’ensemble de sa Constitution que la Commission entend « évaluer », particulièrement irritée à cause du chapitre sur les crimes communistes, de l’adoption d’une nouvelle loi qui réduit d’environ 300 à 14 les communautés bénéficiant de subventions publiques au profit de religions historiques comme le catholicisme, les nouvelles devant se faire agréer par le Parlement, et de l’exigence d’une majorité des deux tiers au Parlement pour instituer de nouvelles taxes.

 

Voilà donc la Hongrie sous surveillance, et susceptible d’être sanctionnée.

 

En attendant, elle fait preuve d’une belle vigueur.





JEANNE SMITS

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 23:59

Le candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de 2012, Rick Santorum, s'est déclaré prêt à frapper les installations nucléaires iraniennes s'il est élu président, rapportent lundi les médias occidentaux.

M. Santorum pourrait proposer aux autorités iraniennes un choix: soit ils ouvrent leurs sites nucléaires aux observateurs internationaux et commencent à les démanteler, soit les Etats-Unis lancent une opération militaire contre le pays.

L'ancien sénateur de l'Etat de Pennsylvanie a également accusé l'actuel président américain Barack Obama de ne pas avoir déployé assez d'efforts pour empêcher le développement de l'arme nucléaire par l'Iran.

Plusieurs pays occidentaux, les Etats-Unis en tête, soupçonnent l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert d'un programme mené, selon Téhéran, à des fins civiles. Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté plusieurs résolutions sanctionnant l'Iran pour son refus d'établir un moratoire sur l'enrichissement de l'uranium.

 

Source

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 18:30

"La neutralité de l'école fut toujours un mensonge. Nous n'avons jamais eu d'autre dessein que de faire une université antireligieuse d'une façon active, militante, belliqueuse." (René Viviani, cité in Jean Sévillia, Quand les catholiques étaient hors la loi, Perrin, 2005, p. 237-238.) 

 

René Viviani fut cofondateur du journal "L'Humanité" avec Jean Jaurès, ancien ministre du Travail, président du Conseil, au moment de la déclaration de la guerre 1914-1918, chargé de mission aux États-Unis puis représentant de la France à la Société des Nations en 1920-1921.

 

27 février 1880, loi d'exclusion des membres du clergé de l'Instruction publique.

 

29 mars 1880, deux décrets de dissolution des établissements de la Compagnie de Jésus: les Jésuites ont trois mois pour se disperser. Le second décret prévoit l'expulsion des congrégations n'ayant pas déposé de demande d'autorisation. C'est la violence et la persécution officiellement promulguées : c'est aussi la violation de la liberté religieuse, la violation de la loi protégeant l'inviolabilité de la propriété privée et du domicile.

 

30 juin 1880, expulsion des jésuites.

 

Le 30 juin 1880, le cardinal-archevêque de Paris intervient auprès du président de la république afin d'obtenir la levée provisoire des scellés apposés sur la chapelle de la rue de Sèvres: le Saint-Sacrement y était resté exposé. Dieu sous scellé ! Le transfert vers l'églises Saint-Sulpice s'effectuera au milieu d'une foule estimée à 10000 personnes (Jean Sévillia, ibid., Perrin, 2005, p. 64).

 

6000 religieux sont expulsés de leurs couvents. Dissolution de la compagnie de Jésus. Expulsions forcées de 265 congrégations religieuses non autorisées.

 

Loi Camille Sée créant un enseignement secondaire de jeunes filles (1880).

L'année suivante en 1881 sera crée l'École normale de Sèvres destinée à former les maîtresses des Lycées. L'objectif est de briser le monopole de fait exercé par l'Église dans ce domaine : "Celui qui tient la femme tient tout explique Jules Ferry. C'est pour cela que l'Église veut retenir la femme, et c'est aussi pour cela qu'il faut que la démocratie la lui enlève. Il faut que la femme appartienne à la science ou qu'elle appartienne à l'Église". Camille Sée traduit cela d'une formule triviale: "il faut donner des compagnes républicaines aux hommes républicains" (Jean Sévillia, ibid., Perrin, 2005, p. 69).

 

Ecole primaire gratuite (1880), laïque et obligatoire (1882) : interdiction de l’éducation religieuse dans les écoles publiques. [Notons que Mgr Freppel, alors évêque d'Angers, ne manqua pas de déclarer qu'il fallait aller plus loin encore et voter la gratuité de l'entretien complet des élèves, pension comprise, mais Ferry coupa court à toutes ces déductions indiscrètes et s'empressa de rassurer les contribuables...]

 

16 octobre 1880 Dissolution des congrégations masculines "non autorisées".

 

Le 31 août 1880, les scellés sont mis sur tous les collèges jésuites.

 

16 juin 1881 Promulgation de la loi Ferry instaurant la gratuité de l'enseignement primaire.

 

28 mars 1882 Loi d’interdiction de tout enseignement religieux dans les écoles publiques. La loi rendant l'enseignement primaire obligatoire pour les enfants des deux sexes entre 6 et 13 ans est promulguée. L'instruction religieuse est supprimée dans les établissements primaires d'État où les ministres des cultes n'ont plus le droit d'entrer : désormais, Dieu n'a plus sa place dans les écoles publiques.

 

La loi promulguée, Paul Bert révèle le fond de sa pensée: "Les écoles congréganistes, par la gratuité, perdront beaucoup de leur prestige".

______________________________

Communisme et occultisme

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 08:44

C'est bon signe, la pétition lancée ici même le 13 décembre dernier sème le trouble dans les rangs de nos adversaires, comme on peut le lire sur le blog du Pôle de Renaissance communiste en France (P.R.C.F.). Leur appel à signer une pétition en faveur d'un musée Robespierre à Arras doit nous mobiliser à notre tour pour leur opposer le nombre au mensonge.

PCRFNotre pétition contre la création d'un musée Robespierre à Arras atteint à ce jour 420 signatures. Mais il y en a en réalité bien plus puisque beaucoup n'ont pas validé leur signature, soit qu'ils l'ont oubliée dans leur boîte mail, soit qu'il ont rédigé une adresse mail erronée.

Si vous n'avez pas reçu de mail de validation pour cette pétition, c'est que votre signature n'a pas pu être comptabilisée. Dans ce cas n'hésitez pas à recommencer en cliquant sur le lien vers la pétition.

 

Source Vendéens & Chouans : http://guerredevendee.canalblog.com/archives/2011/12/29/23068640.html

via http://www.democratie-royale.org/article-la-petition-contre-le-musee-robespierre-a-arras-irrite-les-communistes-95400465.html

----------------------------------------------------
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 23:59

Un article publié sur agoravox par Philippe Vassé, intitulé "Franc-maçonnerie française : une crise ravageuse spécifique ?", vise selon un commentaire de l'auteur à "séparer les principes humanistes de la franc-maçonnerie originelle des gens qui, du fait de dérives acceptées et soutenues par des silences complices, sont uniquement des gens d’affaires qui se cachent sous des apparences spirituelles fausses", pour critiquer la dérive affairiste de la franc-maçonnerie "française" comme un élément contraire aux principes initiaux de la franc-maçonnerie historique, une "plaie béante, écrit-il, qui infecte toute la franc-maçonnerie mondiale". Sans doute l'auteur n'est-il pas au fait que toutes les soit-disant "révolutions" dans le monde ont été financées par la banque internationaliste liée à la franc-maçonnerie, et que la connexion des milieux d'affaires avec la franc-maçonnerie est une donnée historique notoire ?

 

Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes. Bossuet

 

---------------------------------------------------------------

Franc-maçonnerie française : une crise ravageuse spécifique ?

 

Il est rare que les obédiences franc-maçonniques fassent parler d'elles en tant que telles, mais cette année 2011 qui se termine, aura été pour les franc-maçons français une année horrible.

Souvent décriées et critiquées pour des dérives liées à l'affairisme, à des scandales politico-financiers, parfois accusées de pratiquer des immixtions obscures, mais illicites dans les institutions de la République (police, justice notamment), la franc-maçonnerie française a été présentée souvent, à tort ou à raison, comme source de bien des maux et dossiers ténébreux au sein de la République depuis des décennies, ce qui n'est pas le cas dans d'autres pays.

De là, il est intéressant de se pencher sur cette « spécificité française » par qui une immense crise s'abat sur la franc-maçonnerie mondiale, en lui portant un tort considérable appelé à croître.

 

D'une crise apparente de gouvernance à la crise publique ouverte : la question de la nature et de la place de la franc-maçonnerie dans la société française

La crise de la GLNF (Grande Loge Nationale de France), en 2009, a démarré bien simplement. Son point de départ est le refus de certains membres de cette association de loi 1901 des dérives, dénoncées avec force en tout cas par les opposants au Grand Maître François Stifani, un proche de Nicolas Sarkozy.

Le Grand Maître en question est accusé d'avoir voulu inféoder la GLNF aux ambitions personnelles et politiques du Président de la République et de son parti, l'UMP, entre autres dérives d'autres natures en instance d'être soumises à la Justice par les rebelles en nombre croissant.

Ce lien permet de constater que cette accusation première n'est pas dénuée de tout fondement, si on lit ici les courriers échangés entre le locataire de l'Elysée et François Stifani :

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2010/11/30/le-soutien-resolu-de-francois-stifani-grand-maitre-de-la-glnf-a-nicolas-sarkozy/

Cette crise s'est donc aiguisée à un point tel qu'elle est aujourd'hui en voie de toucher toutes les obédiences françaises. Elle tend aussi à remettre en cause certaines pratiques anciennes de ces obédiences, pratiques qui sont en effet de plus en plus évidemment contradictoires avec leurs buts associatifs déclarés à la République.

Cette crise soulève et illumine certains faits troublants.

Ainsi, certains dossiers judiciaires concernant la GLNF comme telle mettent un curieux temps très long à être jugés ou les jugements sont curieusement reportés sans cesse dans le temps, ce que notent aussi les médias surpris :

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2011/09/08/glnf-et-scandale-judiciaire-la-cour-dappel-de-paris-renvoi-sa-decision-en-novembre/

Pendant ce temps, d'autres actes de la Justice dans ces affaires de la GLNF soulèvent des conflits rares dans certains milieux professionnels français :

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2011/10/10/glnf-la-replique-cinglante-de-claude-seiler-au-soutien-de-patrice-kurz-a-me-monique-legrand/

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2011/12/19/glnf-seiler-demande-au-garde-des-sceaux-des-poursuites-disciplinaires-contre-me-legrand/

Cette crise de la GLNF aura aussi appris au grand public que d'anciens dirigeants de grands services de l'Etat, notamment dans les services secrets et de police, sont ou étaient membres de cette obédience.

http://www.arnaudpelletier.com/tag/alain-juillet/

Ce même Alain Juillet est durant des années membre de la GLNF avant de devenir un opposant à François Stifani :

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2011/11/09/alain-juillet-la-glnf-de-francois-stifani-devient-un-systeme-dictatorial/

Pierre Marion, haut gradé du renseignements, décédé, ancien membre de la GLNF, a aussi laissé un livre-témoignage intéressant sur la GLNF :

http://www.amazon.fr/Mes-bien-aim%C3%A9s-fr%C3%A8res-Histoire-Franc-Ma%C3%A7onnerie/dp/208068020X

La crise de ma GLNF aura aussi levé le voile pudique sur des connexions « franco-africaines » qui passaient, au moins en apparence, par la GLNF :

http://le-myosotis-rouvray.over-blog.com/article-glnf-et-afrique-les-bonnes-feuilles-de-pierre-pean-84785851.html

Sans oublier le franc-maçon Ali Bongo dont le sens de la démocratie et de la probité, comme son éloignement des valeurs matérielles, sont sujets à de fortes contestations dans le monde entier :

http://blogs.mediapart.fr/blog/paul-okili-boyer/010611/gabon-ali-devenu-grand-maitre-de-la-glng?onglet=

Sur ce lien, la GLNF est décrite de l'intérieur par un de ses anciens membres, Christophe Bourseiller, qui en serait sorti écœuré à l'extrême :

http://humanisme.canalblog.com/archives/2010/04/22/17656708.html

 

Si on reprend pour se donner une image générale tout ce qui ressort des informations fournies par ces liens, la GLNF apparaît comme une association qui jouxterait les services secrets français, compterait des gens pas très fréquentables, s'occuperait beaucoup des liens des milieux d'affaires avec les dirigeants des dictatures africaines, toutes choses qui peuvent ne pas être prévues par les statuts de l'association à visée spirituelle de loi 1901.

Quand on lit tout ce qui est écrit sur la GLNF, on peut ensuite se demander si les objectifs de cette association sont bien d'ordre spirituel comme elle le prétend, ou bien, plus matériels, sonnants et trébuchants.....

Face à ces faits qui sont connus, car relevant du domaine public, il est autorisé de s'interroger sur le silence OFFICIEL des autres obédiences maçonniques françaises (GODF, DGLDF, DH, GLADU, GLFF) qui semblent avoir ici perdu la voix.

Toutes ces dérives énoncées dans tous les médias n'ont pas, à ce jour, soulevé une once d'indignation OFFICIELLE exprimée par les dirigeants de ces obédiences.

Par contre, force est de reconnaître que des franc-maçons, à titre personnel, tels Alain Bauer et quelques-uns de ses proches du GODF, ont élevé la voix pour exiger que ce scandale de la GLNF se termine avec des sanctions appropriées car il menace, selon eux, la franc-maçonnerie toute entière :

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2011/11/29/bauer-dachez-barat-a-la-glua-vous-devez-faire-cesser-le-scandale-glnf/

Mais, de la direction du GODF comme telle (Alain Bauer est membre de cette obédience), on entend sur ces dérives largement dénoncées au sein de la GLNF qu'un silence assourdissant ! Comme si ce grand déballage aux odeurs nauséabondes ne touchait pas toute la franc-maçonnerie française.....

 

De la crise française à la crise internationale ou la GLNF, matrice du plus grand scandale de l'histoire de la franc-maçonnerie ?

La lettre citée plus haut a donc libéré quelque peu la parole publiques de certains franc-maçons en France, mais sans générer une prise de position ou des actions claires de la part des dirigeants des autres Grandes Loges françaises.

Cependant, la crise de la GLNF est devenue une plaie béante qui infecte toute la franc-maçonnerie mondiale. Et ce n'est pas nous qui le disons, mais des organisations maçonnes célèbres comme nous allons le constater.

Le premier événement qui a démontré cet état de fait, encore nié par certains hauts responsables maçons, fut cette double et spectaculaire manifestation lors d'une Assemblée des cadres de la GLNF (Grande Tenue en langage maçonnique) à Levallois le 3 décembre 2011, où les opposants manifestaient par centaines à l'extérieur du lieu de la réunion tandis qu'à l'intérieur, d'autres s'exprimaient tout aussi nettement à haute voix très audible :

Ce lien pour l'extérieur :

http://www.leparisien.fr/levallois-perret-92300/levallois-manifestation-inedite-des-francs-macons-de-la-glnf-03-12-2011-1751213.php

Ce lien vers un vidéo pour l'intérieur :

http://www.youtube.com/watch?v=eTX1PZ5C3Vs

Alors que les Grandes Loges françaises se taisent, tel n'est pas le cas des Grandes Loges étrangères qui ont commencé à « lâcher » la direction actuelle de la GLNF :

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2011/12/20/la-glnf-bannie-par-lallemagne-lautriche-la-belgique-le-luxembourg-et-la-suisse/

Le texte de la lettre commune de ces Grandes Loges nationales étrangères est clair et précis.

Le contenu du message de non-reconnaissance mutuelle tranche avec le silence lourd, pesant et peu courageux, des Grandes Loges françaises, dont un des arguments avancés pour justifier leur position tout aussi commune est, pour résumer, « nous n'avons pas à nous mêler des affaires internes de la GLNF » !!!

Comme s'ils ne voyaient pas que les dérives dénoncées sont aussi des virus existant en leur sein. Tant d'aveuglement ou d'inconscience souligne que la situation va continuer à dégénérer, tant à la GLNF que dans les autres obédiences, surtout les plus importantes et influentes.

 

Conclusion en forme de quelques enseignements

Ainsi, les « méfaits de la mondialisation » se font aussi sentir dans les obédiences maçonniques françaises du fait des confusions évidentes, publiques et connues de tous, de rôles et des croisements peu spirituels d'intérêts particuliers très matériels.

Il est plus que probable que la prochaine obédience à souffrir des mêmes maux, produits par des causes similaires, soit le GODF dont, aussi, dans le passé et jusqu'au présent récent, des membres ont été impliqués dans des « affaires » de corruption (contrats de ventes d'armes à plusieurs pays, dont les fameux Bravo et Tango), de proxénétisme (affaire du Carlton), etc.....

Or, la mondialisation peut aussi se concevoir comme une concurrence acharnée pour la conquête de marchés, nouveaux ou déjà existants.

En clair, les intérêts des sociétés engagés dans le marché mondial sont totalement antagoniques et les moyens de gagner des parts de marchés ne sont pas toujours légaux, voire pacifiques, comme les événements récents en Afrique le démontrent.

Si et quand des structures associatives, officiellement dédiées à des activités spirituelles, jouent un rôle actif dans les affaires commerciales mondiales, il ne faudrait pas ensuite s'étonner que les pires contradictions, et les plus destructrices, s'y accumulent.

Comme le notait finement un observateur étranger que nous avons interrogé :

« En France, le rôle de la franc-maçonnerie, depuis le début de la première guerre mondiale, a évolué d'une intervention politique générale extérieure à partir de principes éthiques identifiés vers une activité toujours plus grande d'implications directes dans les affaires publiques, privées et aux confins des deux univers. L'éthique spirituelle a été remplacée progressivement par l'affairisme et ses déboires inévitables.

Plus ces dérives ont infecté le corps de la franc-maçonnerie française, plus elles ont coupé ses membres actuels, qu'ils en aient conscience ou non, de leurs racines spirituelles historiques.

L'affairisme, tolérée au début comme une maladie que certains croyaient pouvoir contrôler, est devenu un mal général qui a ALTERE la nature même de la franc-maçonnerie française, laquelle se mêle maintenant ouvertement de la politique du pays au plus haut niveau de l'Etat comme le souligne la correspondance publiée entre François Stifani et l'Elysée.

Ce que la crise de la GLNF manifeste publiquement, avec sa violence, ses haines, ses procès, ses déchirements, n'est que le prologue d'une crise plus profonde et globale de la franc-maçonnerie française, infectée par des maux anciens que ses dirigeants se refusent à regarder en face avec courage et lucidité.

Spiritualité et affairisme sont incompatibles : le second finit toujours par détruire la première ».

Un autre interlocuteur, spécialiste des « affaires » au plan international, note pour cet article :

« Les réseaux franc-maçons- ou se déclarant tels- affairistes français ne peuvent intervenir dorénavant que dans un contexte global de déclin de la France en poids économique, militaire et politique. De plus, ces réseaux constitués vivent sur le lien tissé par la francophonie comme élément commun structurant. Aujourd'hui, la tendance, pour la France, est à la perte de marchés en Afrique, tout en perdant lentement pied en Asie et en Amérique du Sud.

Cette situation exacerbe les tensions internes et externes. De fait, l'affairisme se trouve de plus en plus réduit à la France et à ses marchés, notamment publics. Cette situation générera de nouveaux conflits entre réseaux au service d'intérêts opposés, donc de nouvelles explosions de scandales dans les obédiences qui abritent, de gré ou de force, ses réseaux en perte de vitesse .

Sans compter que, tant en Afrique qu'en Russie, Amérique du Sud ou Asie, ces réseaux se mettent souvent en conflit avec des réseaux locaux nationaux, y compris de nature mafieuse et/ou étatique, aux moyens radicaux d'élimination de la concurrence. Les dossiers des sous-marins vendus au Pakistan, du contrat Tango avec Taïwan ou de matériel militaire fourni à l'Indonésie pourraient illustrer ces processus nouveaux de suppression des anciens réseaux, souvent camouflés, pour son plus grand malheur, sous le nom de la franc-maçonnerie française ».

 

Source: http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/franc-maconnerie-francaise-une-107030

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 23:58

La realpolitik c’est d’abord le rejet de cette politique des « Droits de l’Homme » qui au prétexte de libérer les peuples d’eux-mêmes, n’a cessé de les assassiner et de les livrer à des forces étrangères. La realpolitik c’est ensuite la première protection de l’idée de liberté, valeur essentielle de la civilisation européenne, qui, associée à l’exercice de la raison, est sans conteste le premier facteur du succès historique de l’Occident.

Les « Droits de l’Homme » sont en train de détruire ce que la liberté et la raison ont construit durant des siècles en Occident. Ils détruisent la puissance des Européens, annihilent leur capacité à établir le diagnostic lucide de leur véritable situation (soumission au mondialisme américain et invasion migratoire), et attisent le ressentiment des vieux peuples qui reviennent dans l’Histoire (Russes, Chinois, Indiens, Iraniens, Turcs…).

Je ne suis pas en train de contester la loi votée sur le génocide arménien au motif d’intérêts purement économiques qui seraient menacés et en m’asseyant sur mes principes. Je conteste cette mauvaise idée, parce qu’elle est, une fois de plus, le produit de l’aveuglement provoqué par la fiction des « Droits de l’Homme ».

Et plus cette fiction s’impose dans notre pays, au détriment de la realpolitik, plus la liberté recule.

 Cela fait des années que la liberté d’investigation dans le champ de l’Histoire est fragilisée en France, qu’une politique de Terreur mémorielle règne sur notre pays, et que le débat est écarté au profit de la loi, surtout quand les vérités dominantes commencent à être menacées par des arguments « trop convaincants ».

Il n’est plus permis d’affirmer librement les conclusions de travaux scientifiques portant sur certaines périodes de l’Histoire (Deuxième Guerre mondiale et époque coloniale surtout) ; il n’est plus possible d’énoncer des faits et des chiffres qui établiraient un lien entre immigration et criminalité. Et, à la différence du monde-anglo-saxon, il n’est plus possible de travailler sur les différences génétiques et biologiques entre groupes ethniques et raciaux.

Ce n’est plus la science (sciences humaines et sciences exactes), ou du moins la résultante de ses libres débats, qui, chez nous, tend à énoncer la vérité, ce sont des dogmes idéologiques. Et quand ces dogmes faiblissent face à l’exercice de la raison, des lois viennent immédiatement à leur renfort pour empêcher la raison de progresser. Il existe un exemple consternant de cet effacement de la vérité scientifique, au profit de l’idéologie, un exemple qui normalement devrait réveiller les Français, ceci tout simplement parce qu’il frappe directement leurs enfants : la théorie du genre (la gender theory) qui postule que la différenciation sexuelle est le produit d’une détermination sociologique et non d’une détermination biologique, et qui est imposée à nos écoliers contre la vérité scientifique, et pas seulement contre les morales juive, chrétienne et musulmane, ou les sagesses asiatiques. Certes, les manuels d’histoire souffrent depuis bien longtemps d’une vision déformée de l’Histoire. Des médiévistes comme Régine Pernoud ou Jacques Heers se sont battus, à juste titre, contre l’image noire que l’enseignement républicain a donnée du Moyen-âge, un Moyen-âge version « Nom de la Rose », ramené aux dents pourries et à la peste, caricaturé à l’extrême pour mieux souligner la césure de la Renaissance, et surtout un Moyen-âge privé de sa dimension fondamentale : « l’enchantement » et la spiritualité. Ce qu’il y a d’essentiel dans le Moyen-âge – la puissance de la foi et l’enchantement du réel- est complètement passé à côté de nos écoliers. Comme la philosophie médiévale d’ailleurs, puisque notre enseignement de la philosophie saute allègrement de Platon à Helvétius.

Au-delà du seul Moyen-âge, et pour renforcer sa légitimité, la République n’a cessé d’inculquer à ses petits écoliers une vision manichéenne de l’Ancien Régime. Cette vision grossière et contraire à la vérité s’est étendue ensuite à l’époque coloniale, durant les trois dernières décennies, avant d’englober toute l’histoire de la civilisation européenne. Dans les derniers manuels d’histoire, ce qui a été grand est dominateur (Louis XIV, Napoléon) y est volontairement effacé au profit d’empires africains incertains. Mais ce qui est nouveau, c’est que les manuels de Sciences et vie sont maintenant également rattrapés par les dogmes de l’idéologie dominante. Le fait d’être un homme ou une femme est désormais aussi une construction sociologique, et par voie conséquence il devient légitime de pouvoir changer de sexe et de sexualité. Pour donner une légitimité au résultat de la démonstration, on a tordu les prémisses. Le contraire même de la démarche scientifique. Le sexe n’est plus un fait naturel qui s’impose à nous dès notre naissance. Il y a eu d’abord la négation des races, puis celle des nations ; il y a maintenant la négation des sexes. Et la loi est désormais chargée de nous faire entrer dans le crâne cette nouvelle religion mondialiste et ses dogmes si le conformisme n’y parvient naturellement.

La nouvelle religion a sa nouvelle histoire, laquelle est ponctuée de catastrophes incontournables, l’Holocauste des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, dans une moindre mesure celui des Arméniens, puis le « petit Holocauste » du 11 septembre. Certains holocaustes, mais pas tous quand même ! On n’imagine guère en effet nos députés votant une loi pénalisant la négation du génocide des Indiens d’Amérique lequel est au fondement pourtant de la création des… États-Unis d’Amérique, ou une loi visant à pénaliser la négation de la dispersion palestinienne en 1948 et 67. Il faut dire qu’il y a peu d’Indiens qui voteront à la prochaine élection présidentielle française. Peu de Palestiniens non plus, même s’il y a pourtant beaucoup d’Arabes. Le jour où la proportion de Français rendue à l’évidence deviendra trop importante, on peut s’attendre aussi à une loi pénalisant la contestation de la version officielle du 11 septembre.

Aujourd’hui en France, un universitaire est emprisonné (après avoir été détruit socialement) non parce qu’il a attaqué une banque, mais parce qu’il a osé contester des vérités historiques établies. À l’inverse, ceux qui martyrisent de façon quotidienne les Français (Français de souche ou nouveaux Français qui ont fait l’effort de le devenir), ceux qui les volent, les insultent, bousculent leurs Anciens, giflent leurs ados maigrichons et terrorisent leurs filles, ceux-là n’intéressent pas la représentation nationale. Non, pour nos députés, ce qui est essentiel, c’est de protéger la mémoire arménienne, comme ils ont cru protéger hier la mémoire juive. Manifestement, ils pensent avoir été élus pour ployer le genoux devant les minorités, plutôt que de s’occuper d’une masse de braves Français qui, inexplicablement, renouvelle leur mandat depuis plus trois décennies.

Je reviens à cette mauvaise idée de loi sur le génocide arménien.

  1. Ce débat doit rester celui des historiens. Les Parlementaires, dont l’immense majorité est ignare et n’a jamais lu un seul livre sur le sujet, n’ont pas à s’en mêler. Ils n’ont pas plus à légiférer sur la question arménienne, qu’ils n’avaient hier à légiférer sur les drames concentrationnaires de la Deuxième Guerre mondiale.
  2. Cette question appartient aux Arméniens et aux Turcs. Elle regarde la Turquie et non la France. Il ne faut pas venir se plaindre si les Turcs rétorquent en se penchant sur notre passé colonial. C’était tellement prévisible. Parler de l’Algérie pour les Turcs c’est à la fois semer la discorde chez nous, mais c’est aussi rehausser un peu plus le prestige de la Turquie dans le Maghreb.
  3. Puisqu’ils se déchaînent maintenant sur notre Histoire, j’avoue que les Turcs m’amuseraient davantage s’ils s’occupaient de légiférer sur la contestation du génocide des Vendéens. S’ils ne les connaissent pas encore, qu’ils se précipitent sur les ouvrages de l’historien français Reynald Secher, spécialiste des guerres de Vendée. Ils y trouveront les textes de la Convention qui donnèrent l’ordre explicite d’éradiquer une population toute entière, hommes, femmes et enfants, parce qu’elle était, « ethniquement contre-révolutionnaire ». Ils y découvriront des massacres de grande ampleur qui ne furent pas le résultat de débordements de la part des exécutants, mais bien d’une politique criminelle planifiée au plus haut niveau, utilisant des méthodes préindustrielles (noyades de Carrier à Nantes) et la Terreur (tannage des peaux humaines, cannibalisme, nourrissons cuits dans des fours à pain) comme stratégie militaire.

J’imagine même combien il serait intéressant pour une élite turco-musulmane anti-kémaliste de découvrir combien leurs adversaires « jacobins » kémalistes doivent à cette Révolution française, qui fut aussi la matrice des grands totalitarismes du XXe siècle (bolchévisme et nazisme) et des grandes idéologies modernistes du monde musulman auxquels s’opposent islamistes turcs et Frères musulmans arabes !

Si nos gouvernants ont décidé de nous faire détester par des pays émergents qui comptent de plus en plus, comme le Mexique (avec l’affaire Cassez) ou la Turquie, qu’ils nous le disent clairement. De ce point de vue, les résultats engrangés durant l’année 2011 sont exceptionnels !

Le Maroc a interdit ce 24 décembre un numéro de L’Express figurant Mahomet. Début de scandale dans notre presse bienpensante. Et alors ? Nouvelle leçon de Droits de l’Homme à attendre ? Il ne suffit pas de la Tunisie, du Mexique, de la Turquie, il nous faut maintenant nous fâcher avec le Maroc ? Nous ne sommes pas en train de parler d’un titre de presse français sur le territoire français mais d’un titre français sur le territoire marocain. Les Marocains n’ont-ils pas le droit de faire ce qu’ils veulent chez eux ? Ils seraient donc obligés de distribuer L’Express ? Ils n’auraient pas le droit d’estimer que ce numéro peut constituer un trouble à l’ordre public ? Le PJD (parti islamiste) n’est-il pas encore assez fort (il gouverne) à nos yeux qu’il faudrait lui donner encore un coup de main ? Il y a un très bon historien du Maroc (je ne peux que recommander son excellente et tout récente Histoire du Maroc), Bernard Lugan qui ne doit pas en revenir en ce moment ! Il y a quelques jours, l’émission qu’il enregistrait pour I-Télévision avec Robert Ménard, afin de présenter un décapant essai « Décolonisez l’Afrique ! » (paru aux éditions Ellipses début décembre) a été purement et simplement censurée, c’est-à-dire enregistrée mais jamais diffusée. Nos amis marocains devraient poser la question à la France : si vous interdisez de parole votre plus grand historien de l’Afrique, pourquoi alors ne pourrions-nous pas (de temps en temps mais c’est tellement rare !) bloquer la distribution de l’un de vos titres de presse sur notre territoire ?

À la vitesse à laquelle la France multiplie les querelles, il faut maintenant se poser une question. La bêtise suffit-elle à tout expliquer ? Ou bien y-a-t-il une force plus profonde qui pousse dans cette direction ?

Aymeric Chauprade

 

 

Source :  http://www.realpolitik.tv/2011/12/joyeux-noel-par-aymeric-chauprade/

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 14:17

Le communisme était-il une prolongation (parmi d’autres ?) des projets occultes et crypto-mondialistes des Illuminés de Bavière de Weishaupt, alias Spartacus ?

 

Le communisme a souvent été présenté comme une idéologie purement politique s’opposant au capitalisme occidental et étasunien tout particulièrement.

Cependant, si l’opposition au capitalisme fanatique est évidente, elle demeure insuffisante à caractériser l’ensemble du spectre couvert par le communisme, une idéologie largement anti-religieuse qui s’est illustrée en Russie par des désastres historiques, au point de disparaitre – ou presque – de nos jours.

Certains analystes avancent alors d’autres origines au communisme, et tout particulièrement des sources occultistes et ésotériques, des connexions entre le monde de l'occulte, les Rothschild et le système totalitaire soviétique.

 

 

Source: http://911nwo.info/2011/12/29/communisme-et-occulisme-des-liens-possibles/

--------------------------------------

- Les racines occultistes du socialisme

- Illuminés de Bavière : l'illuminisme au XVIIIe siècle

- L'action occulte des Illuminati aux Etats-Unis et en Urss au XIXe et XXe siècles

- 17 juillet 1918 : l'assassinat de Nicolas II et de la famille impériale russe

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 14:16

Le Patriarche Cyrille de Moscou et de toutes les Russies a adressé son message traditionnel de vœux aux chefs des Eglises chrétiennes célébrant Noël le 25 décembre, notamment au pape Benoit XVI et au catholicos de tous les Arméniens Gargéuine II. 

"La naissance du Sauveur insuffle dans les cœurs un ferme espoir dans la victoire ultime de la bonté et de la lumière sur les forces du mal et des ténèbres", lit-on dans son message.

"Je vous félicite à l'occasion de la fête de la nativité de notre Seigneur Jésus Christ. Je souhaite à vous et à vos ouailles la joie, la prospérité et la paix", a poursuivi le Patriarche Cyrille.

Noël est célébré en Russie le 7 janvier selon le calendrier julien toujours en vigueur dans l'Eglise orthodoxe russe. Cette différence d'avec l'Eglise catholique remonte à 1582, quand le pape Grégoire XIII a institué le calendrier grégorien plus synchronisé avec le Soleil que le calendrier julien établi par Jules César en 46 avant J.-C.

Partager cet article
Repost0