Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:29

La junte de Kiev, soutenue par les Occidentaux, aurait transmis l'ordre au commandant de la marine ukrainienne d'utiliser les armes contre la population civile.


Le parquet de Sébastopol a interpellé le commandant de la marine ukrainienne

 

Le parquet de Sébastopol a interpellé le commandant de la marine ukrainienne

Le commandant des forces navales d'Ukraine Sergueï Gaïdouk a été interpellé par le parquet de Sébastopol. « Parce qu'il y a des questions à lui poser », a précisé le parquet à propos des raisons de l'interpellation.

 

Selon la justice municipale, l'amiral « a retransmis aux unités militaires ukrainiennes l'ordre reçu de la part de Kiev d'utiliser les armes contre la population civile ».

 

Source: http://french.ruvr.ru/2014_03_19/269867539/

 

. Crimée : Kiev autorise les soldats ukrainiens à tirer

. La poudrière ukrainienne (Olivier Berruyer)

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:27

 

La bande de Gaza tentée par le rattachement à la Russie  

 

La bande de Gaza tentée par le rattachement à la Russie

 

Sur fond de signature de l'accord sur le rattachement de la Crimée à la Russie, la version russe du site du Centre d'information palestinien a publié l'information d'après laquelle un groupe d'habitants de Gaza avait l'intention de proposer au gouvernement de cette enclave palestinienne sur le territoire d'Israël d'organiser un référendum sur l'adhésion à la Russie.

 

Le groupe réunit des citoyens de Russie résidant à Gaza. Ils sont au total près de 50 000. Ce sont essentiellement les femmes russes ayant épousé des Palestiniens et ayant gardé leur passeport russe.

 

Le site indique que les promoteurs du référendum à Gaza n'ont aucun doute dans ses résultats.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_19/La-bande-de-Gaza-tentee-par-le-rattachement-a-la-Russie-3273/

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 07:33
Le ministère ukrainien de la Défense  

 

 

Crimée : Kiev autorise les soldats ukrainiens à tirer

 

 

Le ministère ukrainien de la Défense a déclaré suite à la mort d'un soldat en Crimée que les unités militaires stationnées dans la péninsule étaient autorisées à tirer.

 

Précédemment l'agence d'information Kryminform se référant à une source au ministère de l'Intérieur de Crimée avait annoncé que mardi un membre des forces d'auto-défense avait été tué et deux autres blessés à Simféropol par un sniper. Le ministère n'exclut pas que la fusillade était une provocation planifiée.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_19/Crimee-Kiev-autorise-ses-soldats-a-tirer-1589/

 

 

Crimée: deux personnes abattues par un sniper (ministère)

 

Deux personnes ont été tuées mardi (18 mars) par un tireur d'élite dans la capitale de la Crimée, Simferopol, rapporte le ministère criméen de l'Intérieur.

 

D'après un communiqué ministériel, il s'agit d'un combattant des forces d'autodéfense de Crimée et d'un militaire ukrainien. Le ministère fait en outre état de deux blessés, également un membre de l'autodéfense et un militaire.

 

"Selon les données préliminaires, les tirs ont été effectués depuis un seul endroit dans deux directions. Un inconnu a tiré depuis la fenêtre d'un bâtiment en construction situé à proximité d'une unité militaire", lit-on dans le document.

 

Le ministère n'exclut pas qu'il s'agisse d'une provocation.

 

Peuplée en majorité de russophones, la république autonome ukrainienne de Crimée a proclamé son indépendance vis-à-vis de Kiev et la réunification avec la Fédération de Russie au terme d'un référendum populaire qualifié d'illégitime par les autorités ukrainiennes et les pays occidentaux.

 

Mardi 18 mars, la Russie et la Crimée ont signé un accord sur l'entrée de la république autonome et de la ville de Sébastopol dans la Fédération de Russie.

 

Source : http://fr.ria.ru/world/20140319/200757751.html

 

Le "ministère" pense quoi des snipers qui ont tiré à la fois sur les manifestants et les policiers à Kiev ?

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 16:43

 

Ukraine : les nationalistes et les russophobes, principaux exécutants du coup d'Etat (Poutine)  

 

Ukraine : les nationalistes et les russophobes, principaux exécutants du coup d'Etat (Poutine)

 

 

« Les principaux exécutants du coup d'Etat sont des nationalistes, des néo-nazis, des russophobes et des antisémites, ce sont eux qui continuent toujours de déterminer la vie en Ukraine », a déclaré Vladimir Poutine mardi au Kremlin.

 

Il a noté qu'il n'y avait personne en Ukraine pour mener le dialogue. « Il est clair qu'un pouvoir exécutif légitime fait défaut en Ukraine; il n'y a personne avec qui s'entretenir; de nombreux organes d'Etat sont usurpés par des imposteurs qui ne contrôlent rien dans le pays et qui, je tiens à le souligner, sont souvent sous le contrôle des radicaux. Pour être reçu par certains ministres du gouvernement en place il faut l'autorisation des combattants du Maïdan. Ce n'est pas une blague, c'est la réalité », a déclaré Vladimir Poutine.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_18/Poutine-les-principaux-executants-du-coup-dEtat-en-Ukraine-sont-des-nationalistes-et-des-russophobes-3910/

 

 

 

. Les snipers de Kiev tiraient depuis un bâtiment contrôlé par les forces Maidan de Kiev (chef de la sécurité Ex-Ukraine)

. Ukraine : le coup d'Etat fomenté par les USA et l'UE (ex-agent américain)

. Un rabbin tabassé à Kiev

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 22:15

 

G8: Poutine ne regrette pas une éventuelle exclusion de la Russie

 

20:15 16/03/2014

MOSCOU, 16 mars - RIA Novosti

 

Le président russe Vladimir Poutine ne regrette pas une éventuelle exclusion de la Russie du G8, a annoncé dans une interview au Journal Komsomolskaïa Pravda le porte-parole du dirigeant russe Dmitri Peskov.

 

A la question de savoir si le chef de l'état russe regrettait l'éventuelle sortie de son pays du Groupe des huit, M.Peskov a répondu: "Non, pas de regret".

 

La version électronique du journal allemand Der Spiegel avait plus tôt rapporté qu'en raison de divergence d'avis sur la situation politique en Ukraine, les partenaires de Moscou au sein du G8 envisageaient de se réunir l'été prochain au format G7, soit sans la Russie.

 

La détérioration des relations entre la Russie d'une part, et les Etats-Unis et l'Union européenne de l'autre, a suivi le coup d'Etat en Ukraine et la décision d'organiser unréférendum sur l'indépendance de la Crimée. Les pays occidentaux estiment que leréférendum qui se déroule ce 16 mars est illégitime et soutiennent les nouvelles autorités de Kiev.

 

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140316/200734872.html

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 21:30

Extrait de la dernière analyse de Xavier Moreau sur le site Realpolitik.tv, entre anarchie et insécurité, les gagnants et les perdants :

 

http://www.realpolitik.tv/wp-content/uploads/2014/03/maidan-604x272.jpg

 

Problème numéro 1 : l’insécurité

 

Le problème des bandes armées est de plus en plus ingérable. À Kiev, dans la nuit de mercredi à jeudi, 38 « Guerriers de Narnia » armés (une composante du « Pravy Sektor »), ont attaqué une banque. Arrêtés par la police, ils ont été relâchés après avoir expliqué qu’ils voulaient protéger la banque. Rappelons que les structures de force du gouvernement putschiste sont entre les mains de Svoboda. Le fait est que ces milices sont constituées majoritairement par des militants de l’Ouest pauvre de l’Ukraine. Elles n’ont absolument pas envie de se disperser et de retourner dans leur campagne misérable. La violence s’étend de plus en plus dans l’Est de l’Ukraine. À Donetsk, les militants anti-maidan ont violemment dispersé les milices néo-nazies, faisant un mort. À Kharkov, ce sont les milices néo-nazies qui ont ouvert le feu sur les anti-Maïdan faisant deux morts et cinq blessés, dont un policier. Après avoir pris trois otages, une trentaine de néo-nazis se sont finalement rendus à la police. Ce matin, des habitants de Kharkov montaient la garde devant le commissariat pour éviter que les miliciens soient libérés comme à Kiev.

Dans l’Ouest de l’Ukraine, les dépôts de munitions ont été pillés, des milliers de Kalachnikov, de pistolets Makarov, de grenades et de munitions sont désormais dans la nature. Selon la presse russe, des armes anti-aériennes portables de type « IGLA » auraient également disparu. Pour tenter de reprendre la main, le gouvernement putschiste a décidé de monter une garde nationale. Dans la mesure où le ministre de la défense est l’ancien « chef d’état-major » de Maïdan, il y a fort à parier que cette garde soit en fait une milice chargée de réprimer les mouvements russophones et d’organiser le nettoyage ethnique, sur le modèle de ce que les services américains avaient effectué avec succès en Krajina en 1995 et sans succès, en 2008, en Ossétie. Le gouvernement russe a clairement fait savoir qu’il ne tolérerait pas ce genre d’agressions.

 

Problèmes numéro 2 : l’économie

 

Il apparaît clairement qu’en ce qui concerne l’aide économique, le compte n’y est pas. Alors que sans le coup d’état, la Russie s’apprêtait à acheter de nouveau $3 milliards de bons ukrainiens fin février, l’UE et les États-Unis n’ont toujours pas versé le moindre centime. Lorsque l’on regarde le plan d’aide, on y voit « 3 milliards avant la fin de l’année » fournis par la BERD (Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement), des avantages commerciaux etc. Les occidentaux ne comprennent pas ou font semblant de ne pas comprendre que l’Ukraine a besoin de cash maintenant, et qu’à moins d’un accord avec la Russie, sa dette gazière va exploser à la mi-avril. Il semblerait également que l’Allemagne et la France soient désormais opposées à la signature de l’accord de coopération initialement prévu, et auraient, dans ce but, inventé un contenu politique, qui n’engage à rien et dont personne ne connait exactement le contenu.

 

Problèmes numéro 3 : la politique intérieure ukrainienne

 

République Bananière d’Ukraine, épisode 6Le gouvernement de Kiev a dû se soumettre de nouveau, dimanche dernier, à l’approbation du soviet de Maïdan. La capitale est triste mais calme. L’arbitraire y règne toujours, les députés, les fonctionnaires et leur famille, restant sous la menace des milices. C’est également le cas en province.

D’après nos dernières informations, l’Ukraine se dirigerait vers une fédéralisation plus ou moins lâche selon les régions. Une autonomie relative à Dniepropetrovsk, par exemple, et une plus grande autonomie pour Donetsk. Cette solution satisferait la Russie mais constituerait un nouvel échec des occidentaux. Les régions de l’Est seraient, elles aussi, pleinement satisfaites grâce au contrôle accru des ressources fiscales. En effet, la protestation en Ukraine de l’Est prend également une tournure fiscale avec un slogan « Khvatit kormit Kiev », « Arrêtons de nourrir Kiev ». Une des conséquences sera une paupérisation massive de l’Ukraine de l’Ouest où le niveau de vie est déjà entre deux et trois fois inférieur à celui de l’Est. Différents mouvements de populations devraient avoir lieu en Ukraine. Une partie des populations russes et russophones devraient migrer vers la Crimée. La future région russe attend, par ailleurs, sa meilleure saison touristique depuis 25 ans. Les Russes qui soutiennent à 83% la politique de Vladimir Poutine annulent massivement leurs vacances en Turquie, pour venir en Crimée. Avec les investissements russes qui vont suivre, la Crimée va devenir un îlot de richesse. Notons au passage qu’en se rattachant au régime des retraites russes, les habitants de la Crimée vont voir leurs pensions plus que doubler, tandis que le reste de l’Ukraine va voir les siennes divisées par deux. La Crimée conservera également la gratuité des soins médicaux, comme en Russie. Les Ukrainiens de l’Ouest vont s’enfoncer dans leur pauvreté structurelle. Certains migreront vers l’est de l’Ukraine et d’autres émigreront clandestinement vers la Pologne ou l’Allemagne, puisque rappelons-le, aucun changement dans le régime des visas n’est à attendre.

 

Les gagnants et les perdants

 

Le gagnant numéro est incontestablement la Russie et à titre personnel, Vladimir Poutine. Avec 72% de côte de popularité, le dirigeant russe, en rattachant la Crimée, est définitivement rentré dans l’Histoire. En tenant tête aux États-Unis, il a posé une nouvelle pierre du nouveau système des relations internationales, fondé sur la multipolarité. La Russie a renforcé son image de puissance régionale incontestée, confirmant à la Chine (qui s’est abstenu lors du vote contre la Russie, ce samedi au conseil de sécurité) et à l’Inde, sa place centrale dans l’établissement du nouveau système international. Le 16 mars marque ainsi un tournant dans l’ère des relations internationales. Ajoutons que cette cuisante défaite de l’OTAN est aussi une première victoire et une étape vers la construction d’une nouvelle Europe-puissance.

À moins d’un coup de théâtre, l’Union Européenne ne prendra pas de sanctions sérieuses contre la Russie. L’Allemagne et la France devraient s’en sortir « plutôt pas trop mal ». Cette crise a été pour les deux pays l’occasion de se rendre compte de l’interdépendance de leurs économies et de la résolution des Russes en matière de contrôle de leurs sphères d’influence. Espérons que le soutien des services secrets allemands sur Maïdan et la présence de Guido Westerwelle aura été pour les Russes une prise de conscience de la duplicité de Berlin. Aucune des deux puissances française ou allemande ne veut de sanctions sérieuses, au contraire des Polonais et des Baltes.

Ces derniers sont les grands perdants de l’opération. La Pologne voit s’éloigner pour longtemps son rêve de constituer une « république d’entre deux mers ». Elle risque même d’avoir à gérer les bandes armées, qui une fois leur échec consommé face aux Russes, se retourneront vers leurs autres ennemis, les polonais (rappelons que Stepan Bandera a commencé sa carrière en assassinant le ministre de l’intérieur polonais). Les pays baltes, quant à eux, ne peuvent constater que l’impuissance de l’OTAN face à la Russie.

Le bilan pour les États-Unis est mitigé. Certes ils ont échoué dans leur but principal qui était d’intégrer l’Ukraine dans l’OTAN. En revanche, ils ont donné une double leçon aux puissances européennes :

- Leçon numéro 1. Islamisme, fascisme et mafia sont ce qui attend les puissances européennes qui auraient des velléités d’indépendance ou de sortie de l’OTAN.

- Leçon numéro 2. C’est avec la diplomatie américaine que la Russie gère la sortie de crise. L’Allemagne et la France sont totalement neutralisées par l’Union Européenne, dont le rôle est limité à une simple chambre d’enregistrement des décisions de Washington.

Les deux autres grands perdants sont aussi l’Union Européenne et les médias français. L’Union Européenne, en soutenant les mouvements néo-nazis en Ukraine a montré qu’elle n’était pas un facteur de paix, mais de guerre en Europe, et que ses prétendues valeurs étaient à géométrie variable. Elle n’a pu maintenir l’opinion publique française que dans une ignorance relative de ses méfaits, la presse officielle ayant été débordée par de nombreux sites internet, où la bêtise et l’incompétence des journalistes français n’ont cessé d’être mises en évidence. Tandis que la presse française se discrédite chaque jour davantage, le site « realpolitik.tv » bat tous ses records de fréquentation (44 000 visites les deux premières semaines de mars), ce qui en fait le premier site spécialisé en France, très loin devant l’IRIS ou l’IFRI.

 

 

Un point sur la presse française et ses mensonges

 

- Mensonge vicieux. À Kharkov, il n’y a pas eu de « fusillade entre les pro et anti-russes », ce sont les milices néo-nazies qui ont tiré sur des manifestants et des policiers désarmés.

- Mensonge éhonté. Il n’y a jamais eu 50 000 personnes pour la « marche pour la paix » de l’opposition pro-Washington à Moscou ce samedi, mais au maximum 20 000. Ce nombre, relativement important pour une manifestation de l’opposition de rue, n’a été obtenu que par la mobilisation de l’extrême droite russe racialiste, dont certains membres ont été arrêtés pour avoir brandi des drapeaux nazis.

- Et toujours le plus gros mensonge par omission de la crise ukrainienne, le passage sous silence de la conversation entre le ministre de AE estonien et Catherine Ashton, qui confirme l’utilisation par Maïdan, des snipers contre les policiers et contre ses propres manifestants.

En revanche, et pour finir par une note optimiste, nous avons été heureux de trouver dans Libération une excellente analyse de Dominique David (qui parmi ses nombreuses qualités, possède celle d’être professeur à l’ESM de Saint-Cyr). Il revient à juste titre sur la proposition de 2010 de Dmitri Medvedev de construire une nouvelle architecture de défense européenne. On évitera par contre les idioties de Dominique Moïsi sur la même page internet.

Xavier Moreau

 

Source: http://www.realpolitik.tv/2014/03/republique-bananiere-dukraine-episode-6/ 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 09:42
Les affrontements sanglants de Donetsk jeudi 13 mars entre pro russes et pro junte de Kiev ont fait 1 mort et plusieurs blessés

 

Alors que les Occidentaux ont soutenu et validé le coup d'Etat nationaliste et néo-nazi d'autorités non élues à Kiev, les Ukrainiens pro-russes s'auto-défendent et la situation bascule dans le chaos.

 

Sans doute était-ce ce qu'escomptaient les diplomaties de l'Union européenne et des Etats-Unis, garantes de l'"ordre international" et de la "démocratie" dans le monde ! On attend les commentaires des loges maçonniques dont le slogan est "ordo ab chao" !... Quelle honte.

 

screenshot from youtube video by user 100500PerecTV

 

Dans la nuit de vendredi à samedi 15 mars à Kharkov, ville de l'est de l'Ukraine, deux personnes, un militant pro-russe et un passant ont été tués lors d'une fusillade impliquant une quarantaine de nationalistes radicaux et des militants pro-russes. Au moins quatre autres ont été blessés, selon les autorités. Selon RT, le groupe armé pro-junte de Kiev a pris en otage trois hommes, deux militants et un policier qui serait allé à l'intérieur pour négocier leur reddition.

 

Selon la dépêche Afp qui rapporte l'évènement ce matin, "les militants pro-russes ont tenté d'entrer dans un bâtiment où se trouvait un groupe de personnes qu'ils soupçonnaient d'avoir tiré vendredi soir sur des manifestants pro-russes. Ce sont les occupants du bâtiment qui ont ouvert le feu, a ajouté cette source, sans indiquer si les pro-russes avaient riposté."

 

21h37. Le Parisien. L'Ukraine accuse la Russie d'invasion militaire

 

L'Ukraine a accusé samedi la Russie d'avoir envahi militairement son territoire en déployant 80 soldats, des hélicoptères et des véhicules blindés, dans un village situé juste de l'autre côté de la frontière administrative entre la péninsule de Crimée et l'Ukraine continentale. Ce n'est pas la première position occupée par les forces russes hors de Crimée puisque le barrage de contrôle de Tchongar, contrôlé par des forces russes et des milices pro-russes, se trouve également à environ un kilomètre au nord de la «frontière» administrative entre l'Ukraine et la République autonome de Crimée.

 

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères affirme que l'armée russe a procédé à une opération héliportée près du village de Strilkove, dans la région de Kherson. Il demande le «retrait immédiat» de ces forces et menace de répondre «par tous les moyens pour stopper l'invasion militaire» russe. Ce déploiement intervient alors que les habitants de la péninsule ukrainienne sont appelés aux urnes dimanche pour déterminer si la République autonome de Crimée doit être ou non rattachée à la Fédération de Russie. Si les accusations de Kiev se confirment, «cela serait une escalade scandaleuse», a réagi l'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power.

 

Olga Kovitidi  

 

Le vice-Premier ministre de Crimée demande à l'UE de soutenir le référendum

 

La Voix de la Russie, Aujourd'hui, 22:26

Le vice-Premier ministre de Crimée Olga Kovitidi a appelé les pays de l'UE à soutenir le référendum en Crimée.

 

Mme Kovitidi a rappelé que la décision de tenir un référendum le 16 mars qui abordera la question sur l'adhésion à la Russie est le résultat des actions des autorités de Kiev. Selon Kovitidi, il y a deux présidents en Ukraine aujourd’hui, et il est difficile de savoir qui gouverne le pays réellement.

 

« Nous avons peur des autorités de Kiev, et nous ne les croyons pas », a noté le vice-Premier ministre. Il s'agit également de décisions dans le domaine de la politique linguistique, en particulier, l'interdiction de l'utilisation de la langue russe, a ajouté Kovitidi.

 

 

 

Hollande: le référendum en Crimée "n'a aucune valeur légale", l'UE ne reconnaîtra pas la «pseudo consultation» en Crimée


Par Le Figaro.fr avec Reuters Mis à jour le 15/03/2014 à 16:50 Publié le 15/03/2014 à 15:11

 

Des sanctions liées à des accords militaires bilatéraux pourraient être décidées par Paris dans le cadre d'un troisième niveau de sanctions contre la Russie suite aux événements en Ukraine, a déclaré samedi François Hollande. L'Union européenne et les États-Unis prévoient d'annoncer lundi, au lendemain du référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie, une série de sanctions, dont des gels d'avoirs financiers et des interdictions de déplacement.

 

"Quant aux sanctions autres, notamment liées à la coopération militaire, c'est le troisième niveau de la sanction, nous en sommes au premier", a déclaré samedi le président français, lors d'une conférence de presse à l'Élysée avec le nouveau chef du gouvernement italien, Matteo Renzi. La Russie a passé commande à la France en 2011 de deux bâtiments BPC (bâtiment de projection et de commandement) de type Mistral, et pris une option pour deux autres. Le ministre russe de l'Économie a estimé samedi que les sanctions envisagées ne devraient pas avoir un impact économique majeur.

 

[NdCR. Lire : "La Russie prête pour la guerre économique (Xavier Moreau)"]

 

François Hollande a répété samedi que la France comme l'Union européenne ne reconnaîtrait pas la validité de la "pseudo consultation" de dimanche en Crimée sur un rattachement de la péninsule à la Russie.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/03/15/97001-20140315FILWWW00115-hollande-le-referendum-en-crimee-n-a-aucune-valeur-legale.php

 

 

Ukraine: 18.000 personnes rassemblées à Moscou 

 

Ukraine: 18.000 personnes rassemblées à Moscou

16:28 15/03/2014

 

MOSCOU, 15 mars - RIA Novosti

 

"Près de 15.000 manifestants ont participé à une marche "Soutenir la Crimée et combattre le fascisme".

La marche "Contre le rattachement de la Crimée à la Russie" a réuni environ 3.000 personnes", a indiqué la police dans un communiqué.

La police a interpellé plusieurs participants à la marche contre le rattachement de la Crimée à la Russie, qui portaient un drapeau avec des symboles nazis du IIIe Reich.

 

Source: http://fr.ria.ru/politique/20140315/200726254.html

 

 

De son côté, dès 12h59..., la dépêche Afp avait déjà ses chiffres et titrait « Moscou: 50 000 manifestants contre l'"occupation" de la Crimée »

 

Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 15/03/2014 à 13:01 Publié le 15/03/2014 à 12:59

 

« Environ 50 000 personnes manifestaient samedi à Moscou en début d'après-midi contre l'"occupation" de la Crimée et la politique de Vladimir Poutine. »

 

Le défilé dont certains manifestants scandaient « Non au pouvoir des tchékistes » est parti de la Place Pouchkine et est arrivé avenue Sakharov, du nom de l'ancien dissident soviétique, où se tient un meeting. "Pour votre et notre liberté!", lisait-on sur une large banderole en tête du défilé d'opposition.

 

Selon la dépêche Afp, d'autres manifestants ont scandé « "Navalny!", le nom de l'opposant numéro 1 au président Vladimir Poutine, qui est poursuivi et assigné à résidence à Moscou ».

 

Dans le même temps, « plusieurs milliers de personnes - 15 000 selon la police - étaient rassemblées près de la Place de la Révolution et du Kremlin, à l'appel d'organisations nationalistes, avec des banderoles de soutien à la politique de Vladimir Poutine. »

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/03/15/97001-20140315FILWWW00083-moscou-50-000-manifestants-contre-l-occupation-de-la-crimee.php

 

21h19. Dans sa dernière analyse publiée ce jour sur le site Realpolitik.tv, Xavier Moreau parle de "mensonge vicieux"au sujet des incidents de Kharkov et de "mensonge éhonté" pour la marche de l'opposition à Moscou :

 

- Mensonge vicieux. À Kharkov, il n’y a pas eu de « fusillade entre les pro et anti-russes » [NdCR. Exemple : Le Figaro, dans l'article "L'Ukraine accuse la Russie d'«invasion militaire»", Mis à jour le 15/03/2014 à 18:48 Publié le 15/03/2014 à 18:16, parle de "fusillade impliquant nationalistes radicaux et militants pro-russes"], ce sont les milices néo-nazies qui ont tiré sur des manifestants et des policiers désarmés. 

- Mensonge éhonté. Il n’y a jamais eu 50 000 personnes pour la « marche pour la paix » de l’opposition pro-Washington à Moscou ce samedi, mais au maximum 20 000. Ce nombre, relativement important pour une manifestation de l’opposition de rue, n’a été obtenu que par la mobilisation de l’extrême droite russe racialiste, dont certains membres ont été arrêtés pour avoir brandi des drapeaux nazis."

 

Source: http://www.realpolitik.tv/2014/03/republique-bananiere-dukraine-episode-6/

 

 

Moscou s'inquiète de la situation en Ukraine

 

Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 15/03/2014 à 16:32 Publié le 15/03/2014 à 16:06

 

Le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré aujourd'hui que la Russie reçoit de "nombreux appels à l'aide" d'habitants d'Ukraine et "va les examiner".

 

Il a affirmé que des nationalistes ukrainiens voulaient s'attaquer à l'Est russophone du pays : "Des combattants continuent leurs actes de violence en Ukraine", a-t-il souligné dans un communiqué, rappelant qu'un incident armé avait fait deux morts la veille à Kharkov.

 

La diplomatie russe insiste sur le rôle du mouvement ultranationaliste ukrainien Pravy Sektor, qui aurait décrété l'ouverture d'un "front de l'est" et serait responsable de l'incident de Kharkov, une "provocation contre des manifestants pacifiques". Un militant pro-russe et un passant ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, lors d'une fusillade impliquant nationalistes radicaux et militants pro-russes.

 

Le ministre a ajouté qu'une "colonne avec des mercenaires armés de Pravy Sektor" serait partie de Kharkov en direction de Donetsk et Lougansk, deux villes de la région.


  

 

  Ukraine : Le référendum sur la Crimée « n'a aucune valeur légale », affirme Hollande

 

Ukraine : Le référendum sur la Crimée « n'a aucune valeur légale », affirme Hollande

 

François Hollande a estimé samedi que le référendum sur la Crimée qui doit avoir lieu dimanche « n'a aucune valeur légale » et que « tout doit être fait pour que nous retrouvions la voie de la négociation ».

 

Le président français s'exprimait lors d'une conférence de presse commune à l'Elysée avec le président du conseil italien Matteo Renzi.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_15/Ukraine-Le-referendum-sur-la-Crimee-na-aucune-valeur-legale-affirme-Hollande-3711/

 

 

Ukraine: la Rada suprême dissout le parlement de Crimée

 

Ukraine: la Rada suprême dissout le parlement de Crimée

 

16:09 15/03/2014

KIEV, 15 mars - RIA Novosti

 

La Rada suprême (parlement ukrainien) a adopté une résolution sur la dissolution anticipée du parlement de la république autonome de Crimée où un référendum sur le rattachement à la Russie se tiendra le 16 mars.

 

"La Rada Suprême d'Ukraine a adopté la Résolution sur la dissolution de la Rada suprême de la république autonome de Crimée", est-il indiqué dans un communiqué du parlement ukrainien.

 

Organisé sur l'initiative du parlement de Crimée hostile aux nouvelles autorités de Kiev, le référendum du 16 mars comprendra deux questions: "Souhaitez-vous le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie en qualité de sujet fédéral?" et "Etes-vous pour le rétablissement de la Constitution de la République de Crimée de 1992 et du statut de la Crimée au sein de l'Ukraine?".

 

Un changement de pouvoir s'est opéré le 22 février à Kiev. Le parlement a démis le président Viktor Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Se proclamant toujours président légitime, M. Ianoukovitch a qualifié ces événements de "coup d'Etat". Moscou a aussi mis en doute la légitimité des récentes décisions de la Rada suprême ukrainienne.

 

Peuplée principalement de russophones, la Crimée a été rattachée en 1954 à l'Ukraine qui faisait alors partie de l'Union soviétique. Il s'agissait d'une décision purement formelle, car le transfert de ce territoire a été effectué à l'intérieur du même Etat. Après la chute de l'URSS en 1991, la Crimée est restée au sein de l'Ukraine, mais a reçu le statut de république autonome. Conformément à sa première Constitution de 1992, la Crimée définissait ses relations avec l'Etat ukrainien sur la base d'accords bilatéraux. La Rada suprême (parlement ukrainien) a aboli la Constitution de 1992 en mars 1995, supprimant de facto l'autonomie de la Crimée.

 

Source : http://fr.ria.ru/world/20140315/200726098.html

 

Moscou exige Kiev une action pour neutraliser les extrémistes

 

Moscou estime que l'arrestation d'un groupe de radicaux de droite ukrainiens qui ont ouvert le feu vendredi soir (14 mars NdCR.) à Kharkov, devrait être suivie d'actions visant à punir les extrémistes en Ukraine.

 

« Personne n’a annulé les engagements internationaux de l'Ukraine pour lutter contre le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie », a écrit le délégué du ministère des Affaires étrangères pour les droits de l'Homme Konstantin Dolgov à ​​Twitter ce samedi.

 

La fin de la soirée précédente, des inconnus ont attaqué un bâtiment dans le centre de Kharkov, où sont les bureaux des organisations publiques ukrainiennes.

 

À la suite des affrontements, 2 personnes ont péri, 2 autres ont été blessées. Des hommes armés ont également pris et détenu 3 otages dans le bâtiment du siège de l'organisation radicale Secteur droite.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_15/Moscou-exige-Kiev-une-action-pour-neutraliser-les-extremistes-7554/

 

 

Two killed in gunmen attack on anti-Maidan activists in Kharkov – reports

 

Published time: March 14, 2014 21:27 Edited time: March 15, 2014 05:43

 

Source: http://rt.com/news/ukraine-kharkov-radicals-attack-982/

 

Traduction Christ-Roi

 

Deux morts dans une fusillade de militants anti-Maidan à Kharkov - Communiqués

 

Durant la nuit, deux personnes ont été tuées à Kharkov en Ukraine, où des hommes armés du mouvement radical Secteur droit ont attaqué des militants d'auto-défense et ont pris des otages. La police a finalement a arrêté les personnes armées et les otages ont été libérés.

 

Le groupe armé barricadé à l'intérieur du siège local du secteur droit, tirait et lançait des grenades flash et des cocktails Molotov sur les militants anti-Maidan de Kharkov réunis à l'extérieur.

Deux personnes ont été tuées dans la fusillade et au moins quatre autres ont été blessés, selon les autorités. Le groupe armé a pris en otage trois hommes, deux militants et un policier qui serait allé à l'intérieur pour négocier leur reddition.

Le maire Gennady Kernes a réussi à récupérer l'un des otages après avoir passé environ 10 minutes à l'intérieur du quartier général du Secteur droit barricadé.

"Il y a environ 40 radicaux à l'intérieur", a déclaré Kernes aux journalistes, cité par l'agence Itar-Tass. "Deux hommes restent otages, dont l'un est un policier qui est entré dans le bâtiment pour les négociations."

Les policiers déployés sur les lieux ont bouclé la zone et ont pris d'assaut le bâtiment
dans les premières heures de samedi. Environ 30 hommes armés y ont été arrêtés.

"Nous avons commencé à identifier ces personnes, car ils n'ont pas de passeports avec eux", a déclaré Anatoly Dmitriev, le chef de la police de la région de Kharkov. «Nous relevons les empreintes digitales des armes, qui ont été laissées à l'intérieur du bâtiment."

 

L'incident a commencé après qu'un groupe d'auto-défense Kharkov a patrouillé sur la place de la ville, a remarqué une camionnette Volkswagen suspecte et tenté de l'arrêter. C'était le même van impliqué dans une fusillade le 8 Mars, lorsque l'un des militants anti-Maidan a été blessé.

Lorsque le conducteur a refusé de s'arrêter, rapporte LIFEnews, les militants ont pourchassés le van jusqu'au bâtiment rue Rymarska, où se trouve le bureau de Secteur droit.

 La scène a commencé après que les militants aient tenté d'entrer dans le bâtiment. Des hommes armés ont lancé des grenades flash et des cocktails Molotov à partir du deuxième étage de l'immeuble, rapporte LIFEnews.

 

En attente de la police et des ambulances, les militants ont dû se replier. Pendant ce temps de nombreuses vidéos de l'incident faites par des militants et ont été téléchargées sur YouTube.

Le maire de Kharkov Gennady Kernes, également arrivé sur les lieux pour "négociations", a pu assister en direct à l'incident quand il s'est approché du bâtiment, rapporte à RT le militant local Sergey Yudaev.


Yudaev a déclaré que les autorités locales ont apparemment couvert les actions de Secteur droit et essayé de cacher le fait que le groupe a une cachette avec une cache d'armes dans ce bâtiment. Yudaev a également confirmé l'incident du 8 Mars quand un groupe de ce même van a attaqué plusieurs militants pacifiques qui revenaient d'un rassemblement anti-Maidan.

 

 


Yudaev a également déclaré qu'il a fallu près de 40 minutes à la police pour répondre à l'appel des militants, puisque le nouveau chef de la police nommé par le "junte" de Kiev couvre tous les crimes commis par Secteur droit à Kharkov.

Le local de la "junte est contrôlé" par les médias qui ont déjà modifié l'histoire et essayé de la présenter comme une attaque par mouvement Oplot sur ​​un bureau de certaines "organisation politique" qui n'ont rien à voir avec Secteur de droit,
a averti Yudaev. Mais le groupe à l'intérieur du bâtiment est tout sauf paisible, a ajouté Yudaev alors que les vidéos montrent clairement que des cocktails Molotov sont jetés sur les gens debout à l'extérieur.

Jeudi (13 mars NdCR.), des affrontements sanglants dans la ville de Donetsk entre rassemblements rivaux se sont terminés par un assassinat et plusieurs blessés. Cela prouve que ceux qui sont au pouvoir à Kiev ne contrôlent pas la situation en Ukraine, selon le ministère russe des Affaires étrangères, et Moscou a souligné qu'il se réserve le droit de protéger ses compatriotes.

 

Source: http://rt.com/news/ukraine-kharkov-radicals-attack-982/

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 18:32

Participants of an anti-war rally (L) clash with a pro-Russian supporter during their respective rallies in Donetsk March 13, 2014.(Reuters / Stringer)

 

Donetsk clashes prove situation in Ukraine out of control – Russian MFA

 

Published time: March 14, 2014 12:49

 

Source : http://rt.com/news/russia-protection-ukraine-compatriots-830/

 

Traduction Christ-Roi

 

Les affrontements de Donetsk prouvent que la situation en Ukraine est hors de contrôle (Ministre des Affaires Etrangères de Russie)

 

Les affrontements sanglants dans la ville de Donetsk (ville majoritairement russophone de l'est de l'Ukraine, NdCR.) se sont terminés par un meurtre et plusieurs blessés prouvent que Kiev ne contrôle pas la situation en Ukraine, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères, en soulignant que Moscou se réserve le droit de protéger ses compatriotes.

Le 13 Mars, un groupe d'extrémistes de droite ont attaqué une manifestation pacifique pour protester contre "la position destructrice des gens qui se disent les autorités ukrainiennes", a reconnu le ministère dans un communiqué officiel. Les radicaux armés avec des armes traumatiques (par exemple pistolets) et les battes ont commencé à arriver à Donetsk à partir d'autres régions de l'Ukraine le jour précédent, souligne le document.

 

 

 Les événements tragiques qui ont eu lieu dans le centre régional de l'Est se sont terminés dans le sang, avec au moins un homme assassiné et plusieurs dizaines de blessés.

"Nous avons déclaré à plusieurs reprises que ceux qui sont venus au pouvoir à Kiev doivent désarmer les militants, assurer la sécurité de la population et garantir le droit légitime du peuple de se rallier. Malheureusement , comme le montrent les événements en Ukraine , ce n'est pas le cas , les autorités de Kiev ne contrôlent pas la situation dans le pays", a déclaré ministère des Affaires étrangères russe.

"La Russie est consciente de sa responsabilité pour la vie de nos compatriotes et des citoyens en Ukraine et se réserve le droit de prendre ces personnes sous protection", ajoute la déclaration.

La personne tuée,
Dmitry Chernyavsky, 22 ans, est un militant du parti nationaliste de la liberté, qui serait mort dans une ambulance d'un coup de couteau.

Une procédure pénale a été lancée sur les événements tragiques à Donetsk par le bureau du procureur local.

Le président
de l'Ukraine imposé par le coup d'Etat  AlexandreTourtchinov a appelé à "mettre au clair immédiatement la situation, détenir les personnes impliquées dans l'effusion de sang et les punir pour les crimes relevant de la voie légale."

La police aurait déjà arrêté quatre instigateurs de la bagarre de masse dans le centre de
Donetsk.

 

Source : http://rt.com/news/russia-protection-ukraine-compatriots-830/

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 18:23
Le référendum en Crimée conforme au droit international (Poutine)  

 

 

Le référendum en Crimée conforme au droit international (Poutine)

 

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé que le référendum organisé dimanche (16 mars NdCR.) en Crimée était conforme au droit international et à la Charte des Nations Unies, lors d'un entretien téléphonique avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

 

MM. Poutine et Ban Ki-moon ont évoqué la question du référendum, « Vladimir Poutine a souligné que la décision de le tenir était absolument conforme aux principes du droit international et à la Charte de l'ONU », selon un communiqué du Kremlin.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_14/Le-referendum-en-Crimee-conforme-au-droit-international-Poutine-2291/

 

 

Crimée: un cas plus spécial que celui du Kosovo (Lavrov) 

 

Crimée: un cas plus spécial que celui du Kosovo (Lavrov)

 

21:01 14/03/2014

LONDRES, 14 mars - RIA Novosti

 

Le cas de la république autonome de Crimée est encore plus spécial que celui du Kosovo, a déclaré vendredi à Londres le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov au terme d'une rencontre avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

"Quand nos partenaires occidentaux disent que le cas du Kosovo est spécial, nous répondons que celui de la Crimée est alors encore plus spécial", a indiqué M.Lavrov lors d'une conférence de presse.

"On ne peut pas examiner le cas de la Crimée en oubliant son histoire. Tout le monde le comprend et je déclare que la Crimée est plus importante pour la Russie que les Comores pour la France ou les îles Malouines pour la Grande-Bretagne. J'espère que nos partenaires occidentaux comprennent qu'on ne peut pas examiner le cas de la Crimée sans contexte historique", a noté le ministre russe.

Peuplée principalement de russophones, la Crimée a été rattachée en 1954 à l'Ukraine qui faisait alors partie de l'Union soviétique. Il s'agissait d'une décision purement formelle, car le transfert de ce territoire a été effectué à l'intérieur du même Etat. Après la chute de l'URSS en 1991, la Crimée est restée au sein de l'Ukraine, mais a reçu le statut de république autonome. Conformément à la première Constitution de Crimée de 1992, la Crimée définissait ses relations avec l'Etat ukrainien sur la base d'accords bilatéraux. La Rada suprême (parlement ukrainien) a aboli la Constitution de 1992 en mars 1995, supprimant de facto l'autonomie de la Crimée.

La Crimée a décidé de tenir le 16 mars un référendum sur son futur statut politique. Le parlement criméen s'est prononcé en faveur du rattachement à la Russie.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140314/200722600.html

 

 

Statut de la Crimée: Moscou se prononcera après le référendum (Lavrov)

 

21:17 14/03/2014

LONDRES, 14 mars - RIA Novosti

 

Moscou se prononcera sur le statut de la Crimée après avoir pris connaissance des résultats du référendum prévu le 16 mars, a annoncé aujourd'hui le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov à l'issue de négociations à Londres avec son homologue américain John Kerry.


"Nous exprimerons notre attitude envers les résultats du référendum lorsque ses résultats seront connus", a déclaré M. Lavrov.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140314/200722718.html

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 14:30
Un rabbin tabassé à Kiev  

 

 

Un rabbin tabassé à Kiev

 

Le rabbin Hilel Kohen, président de Hatzalah Ukraine, a été agressé à Kiev. L'incident a eu lieu jeudi soir (13 mars NdCR.) lorsque le rabbin se dirigeait dans un hôpital pour visiter un patient.

 

Hilel Kohen a raconté que non loin de l'hôpital il a été agressé par des inconnus qui l'avaient tabassé et insulté avant de prendre fuite. Le rabbin a été blessé au bras, en plus il a subi une blessure à la jambe par un objet pointu.

 

Les attaques contre les Juifs se sont multipliées en Ukraine après l'arrivée au pouvoir de l'opposition soutenue par les nationalistes.

 

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_14/Un-rabbin-tabasse-a-Kiev-3496/

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 14:19

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/dd/Unterzeichnung_des_Koalitionsvertrages_der_18._Wahlperiode_des_Bundestages_%28Martin_Rulsch%29_079.jpg/220px-Unterzeichnung_des_Koalitionsvertrages_der_18._Wahlperiode_des_Bundestages_%28Martin_Rulsch%29_079.jpg

Ukraine: Merkel a donné sa bénédiction aux néonazis (députée allemande)

 

13:00 14/03/2014

BERLIN, 14 mars - RIA Novosti

 

La politique de Berlin à l'égard de la crise ukrainienne a subi un échec complet, estime la députée de la gauche allemande Die Linke au Bundestag Sahra Wagenknecht citée par le journal Handelsblatt.

 

"Avec la bénédiction de la chancelière Angela Merkel et du ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, un gouvernement putschiste comprenant des néonazis et des antisémites parmi ses membres est arrivé au pouvoir en Ukraine", a indiqué Mme Wagenknecht.

 

Selon elle, la politique allemande a débouché sur une détérioration des relations entre Berlin et Moscou, tandis que l'Ukraine s'est retrouvée confrontée à la menace d'une guerre civile, ce dont la diplomatie américaine "se frotte les mains".

 

Et d'ajouter que les inquiétudes de Moscou face à la formation d'un gouvernement pro-occidental en Ukraine étaient "justifiées".

 

"La Russie redoute notamment que l'Ukraine adhère au sein de l'Otan", a expliqué la députée.

 

 

Source : http://fr.ria.ru/world/20140314/200717069.html

 

. Ukraine / Crimée: Angela Merkel parle d'annexion, incompétente ou menteuse ?

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 11:08

"Faites ce que je dis, pas ce que je fais", les Etats-Unis oxymoriques, grands défenseurs de la liberté de la presse, de la liberté d'expression et de la "démocratie" interdisent les journalistes russes à la conférence de presse aujourd'hui du président américain Barack Obama et d'Arseni Iatseniouk, chef de la junte à Kiev.

Le porte-parole de la diplomatie russe, Alexandre Loukachevitch, a dénoncé l'exclusion des journalistes russes comme "inacceptable" et "discriminatoire". Il a raillé Washinton qui "aime gloser sur la liberté d'expression et sur les droits des journalistes", mais "n'est pas prêt à suivre ces principes, préférant avoir affaire à des médias fiables ne publiant que les informations qu'il faut".

 

Les journalistes russes ne seront pas admis à la conférence de presse d'Obama et d'Iatseniouk

Les journalistes russes ne seront pas admis à la conférence de presse d'Obama et d'Iatseniouk

 

Moscou a qualifié d'inacceptable et de discriminatoire l'interdiction pour les journalistes russes d'assister à la conférence de presse du président américain Barack Obama et d'Arseni Iatseniouk intervenant en qualité de chef du gouvernement ukrainien.

 

« Il paraît que Washington qui aime pérorer sur la liberté de parole et les droits des journalistes n'est pas disposé à respecter ces principes », indique une déclaration du porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

 

« Il est évident que la Maison Blanche ne souhaite pas écouter des questions acerbes qui ne s'inscrivent pas dans un scénario établi à l'avance, notamment sur les crimes perpétrés par les néo-nazis de Praviy Sektor dont est issu le « gouvernement » d'Arseni Iatseniouk », a souligné le diplomate.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_14/Les-journalistes-russes-ne-seront-pas-admis-a-la-conference-de-presse-dObama-et-dIatseniouk-0684/

 

 

 

Conférence de presse Obama-Iatseniouk: Moscou dénonce l'exclusion des journalistes russes

 

12:06 14/03/2014

MOSCOU, 14 mars - RIA Novosti

 

La Russie juge inacceptable le refus d'admettre les journalistes russes à la conférence de presse organisée à l'issue d'un entretien entre le président américain Barack Obama et le premier ministre par intérim ukrainien Arseni Iatseniouk, a déclaré vendredi le porte-parole de la diplomatie russe Alexandre Loukachevitch.

 

"Je qualifie d'inacceptable et discriminatoire le refus d'admettre les journalistes russe à la conférence de presse organisée à l'issue d'un entretien du président américain Barack Obama avec le chef du "gouvernement" ukrainien actuel Arseni Iatseniouk", a indiqué le porte-parole.

 

Selon lui, Washington qui "aime gloser sur la liberté d'expression et sur les droits des journalistes, n'est pas prêt à suivre ces principes, préférant avoir affaire à des médias +fiables+ ne publiant que les informations +qu'il faut+".

 

"La Maison Blanche ne veut pas entendre de questions ne faisant pas partie du scénario établi auparavant, par exemple, celles qui concernent les crimes perpétrés par les néonazis de Pravy Sektor, qui soutiennent le gouvernement de Iatseniouk", a souligné le diplomate russe.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140314/200716563.html

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 22:13

 

Publiée le 7 mars 2014

Ukraine objectif : Destitution de POUTINE

 

Extrait :

 

"... [L]a juiverie craint Vladimir Poutine. Dans son amour de la sainte Russie, il (Vladimir Poutine) fait revivre l'église orthodoxe, laissant la Synagogue privée de son pouvoir d'influence".

 

http://www.pch24.pl/images/min_mid_big/mid_6873.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 20:29

Kiev snipers shooting from bldg controlled by Maidan forces – Ex-Ukraine security chief

 

Published time: March 13, 2014 02:25

Edited time: March 13, 2014 12:03

 

Source: http://rt.com/news/ukraine-snipers-security-chief-438/

 

Traduction Christ-Roi

 

snipersMaidan.jpg

 

 

Les snipers de Kiev tiraient depuis un bâtiment contrôlé par les forces Maidan de Kiev (chef de la sécurité Ex-Ukraine)

 

 

L'ancien chef du service de sécurité de l'Ukraine a confirmé les allégations selon lesquelles les snipers qui, lors des troubles violents à Kiev (le 20 février NdCR.), ont tué des dizaines de personnes étaient commandés depuis un bâtiment contrôlé par l'opposition sur la place Maïdan.

Lire l'entrevue complète avec Aleksandr Yakimenko

Les coups de feu qui ont tué deux civils et des officiers de police ont été tirés depuis l'immeuble Philharmonic Hall dans la capitale de l'Ukraine, a déclaré l'ancien chef du Service de sécurité ukrainien Aleksandr Yakimenko à Russie 1 canal. Le bâtiment était sous contrôle total de l'opposition, et en particulier du soi-disant commandant de l'auto-défense Maidan Andrey Parubiy qui, après le coup d'État a été nommé secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense de l'Ukraine, a ajouté Yakimenko.

L'ancien chef de la sécurité estime en outre que Parubiy était en contact avec les forces spéciales américaines qui auraient coordonné l'attaque.

 

« Les tirs provenaient de la Philharmonie. Le commandant de Maidan, Parubiy, était responsable de cet immeuble. Les tireurs d'élite et des gens avec des armes automatiques "travaillaient" depuis ce bâtiment, le 20 Février. Ils ont appuyé l'assaut sur les forces du ministère de l'Intérieur au sol qui étaient déjà démoralisées et en fait, fuyaient », a déclaré Yakimenko dans une interview à la télévision russe.


Les policiers ont été pris en chasse par un groupe d'émeutiers armés de diverses armes et à ce moment, selon Yakimenko, les snipers ont eux-mêmes tiré sur les poursuivants.
 

 

«Quand la première vague de fusillades prit fin, beaucoup ont vu 20 personnes quitter le bâtiment », a dit l'ancien chef, notant qu'ils étaient bien équipés et portaient un sac de type militaire pour le port de fusils d'assaut et de fusils à lunettes. Non seulement les forces de l'ordre, mais les gens de 'la liberté' de l'opposition , le 'secteur Droit', 'Patrie', et le parti 'udar' de Klitschko ont vu également cela, a déclaré Yakimenko.

 

L'ancien chef de la sécurité a également déclaré que, selon ses services de renseignement, ces tireurs d'élite pourraient être des étrangers, y compris des mercenaires de l'ex-Yougoslavie ainsi que d'anciens employés des Forces spéciales du ministère de la Défense de l'Ukraine.

Yakimenko affirme que Parubiy faisait partie d'un groupe qui était hautement influencé par les personnes associées aux services secrets américains.  
« Ce sont des forces qui ont tout réalisé de ce que leurs dirigeants - les Etats-Unis - leur ordonnaient de faire » a expliqué Yakimenko, affirmant que les dirigeants de Maidan vivaient pratiquement dans l'ambassade américaine.

Selon Yakimenko, lors du massacre, des leaders de l'opposition le contactèrent et lui demandèrent de déployer une unité de force spéciale pour évider les tireurs d'élite des bâtiments dans le centre de Kiev, mais Parubiy fit en sorte que cela n'arriva pas.

 

« Le Secteur droit et le Parti de la liberté m'ont demandé d'utiliser le groupe Alpha pour nettoyer ces bâtiments, les dépouiller de snipers   », a déclaré Yakimenko. Selon lui troupes ukrainiennes étaient prêts à se déplacer et éliminer les tireurs.

 

« J'étais prêt à le faire, mais pour aller à l'intérieur de Maidan je devais obtenir la sanction de Parubiy. Sinon, la "légitime défense" pouvait m'attaquer dans le dos. Parubiy n'a pas consenti à une telle chose », a dit Yakimenko, notant que le dirigeant de Maidan avait pleine autorité sur l'accès aux armes à Maidan, et pas une seule arme à feu, y compris un fusil de sniper ne pouvait entrer ou sortir de la place.

 

Aleksandr Yakimenko soutient les allégations précédemment exprimées de tireurs isolés inconnus tirant sans discernement à la fois sur des manifestants et sur la police - sujet de la conversation téléphonique récemment divulguée entre Catherine Ashton de l'Union Européenne et le ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Paet .

Dans une conversation téléphonique-fuite qui eut lieu le 26 février, Ashton et Paet discutèrent des rumeurs selon lesquelles les tireurs d'élite avaient été embauchés par quelques-uns des chefs de l'opposition.

 

Catherine-Ashton.jpg


« On sait à présent de plus en plus que derrière les tireurs d'élite, ne se trouvait pas Ianoukovitch, mais quelqu'un de la nouvelle coalition   », a déclaré Paet lors de cette conversation. « Je pense que nous voulons étudier. Je veux dire, je n'ai pas choisi ça, c'est intéressant. Mon Dieu », répondit Ashton.

 
Le mois dernier, près de 100 personnes ont été tuées et 900 autres blessées lors de l'affrontement violent de la Place Maïdan à Kiev, qui a forcé le président Ianoukovitch à fuir en-dehors du pays et à installer un nouveau gouvernement. Les autorités autoproclamées ukrainiennes soutiennent que le tir a été permis par Ianoukovitch.

Mercredi (12 mars NdCR.), Moscou a suggéré la mise en place d'une commission d'enquête sur les crimes perpétrés par les extrémistes et les éléments armés de l'opposition au cours des trois derniers mois.  La proposition de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) vise également à examiner la légitimité de l'après-coup du gouvernement ukrainien .

 

Source: http://rt.com/news/ukraine-snipers-security-chief-438/

 

 

La video ci-dessous, a été publiée le 5 mars 2014. Elle est intitulée "UKRAINE : Qui sont les tireurs de Maidan". Elle mentionne que les snipers de Maidan tiraient depuis l'hôtel "Ukraine". Attention, images difficiles de personnes abattues. Les images et l'information contenue dans cette video ont été reprises dans une video du media officiel "euronews" le lendemain, le 6 mars.

 

 

 

 

La video euronews ci-dessus "Ukraine : une rumeur accuse l'opposition d'être les snipers de Maïdan" a été publiée le 6 mars 2014. Elle reprend les images de la video publiée le 5 ci-dessus.    

 

L'information alternative sur internet a ainsi contraint les medias officiels à rapporter l'information. "Au moins un sniper ayant tiré sur les manifestants d'Euro-Maïdan était caché dans le siège de la Banque d'Ukraine à Kiev" explique la journaliste dans cette video.


Un ou plusieurs snipers ayant tiré sur les manifestants d'Euromaïdan s'étaient installés dans le siège de la banque d'Ukraine, à Kiev. Les enquêteurs y ont découvert des douilles correspondantes aux balles retrouvées dans les corps des victimes. Ce sont par ailleurs les mêmes balles qui ont servi pour attaquer les forces anti-émeutes et les opposants.


Source: http://fr.euronews.com/2014/03/06/ukraine-une-rumeur-accuse-lopposition-detre-les-snipers-de-maidan


Dans une conversation téléphonique produite par Russia Today, un ministre estonien, Urmas Paet, a expliqué à Catherine Ashton que les snipers de la place Maidan tiraient sur les deux camps et qu’ils appartenaient à la nouvelle coalition.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 17:08

 

Poutine : La crise en Ukraine n’a pas surgi à cause de la Russie  

 

Le président russe Vladimir Poutine a tenu une réunion d’urgence avec les membres permanents du Conseil de sécurité de Russie. Les participants à la réunion ont notamment examiné l'interaction de la Russie avec les pays de l’Amérique Centrale et des Caraïbes, ainsi que la situation en Ukraine.

 

« Je tiens à souligner, que cette crise n’est pas survenue à cause de nous, mais nous sommes d’une manière ou d’une autre impliqués dans cette crise. Réfléchissons ensemble à la manière d’établir nos relations avec nos partenaires et amis en Ukraine et nos autres partenaires en Europe, aux Etats-Unis », a déclaré Poutine.

 

Source: http://french.ruvr.ru/2014_03_13/Poutine-La-crise-en-Ukraine-n-a-pas-surgi-a-cause-de-la-Russie-0799/

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 16:40

Ce que ne s'est pas permis le président ukrainien démis Viktor Ianoukovitch (envoyer l'armée contre les insurgés de la Place Maïdan), la junte de Kiev n'hésite pas à le faire contre ce qu'elle nomme "les régions du pays les plus criminogènes", c'est-à-dire les régions d'Ukraine qui n'acceptent pas le coup d'Etat. Entendra-t-on en Occident les protestations de l'oligarchie médicatico-politique devant cet emploi de l'armée contre des civils ?

 

 

Ukraine: possible envoi de troupes dans l'est et le sud (officiel)

 

Ukraine: possible envoi de troupes dans l'est et le sud (officiel)

 

17:20 13/03/2014

KIEV, 13 mars - RIA Novosti

 

La Garde nationale ukrainienne, formée jeudi (13 mars NdCR.) sur la base des troupes de l'Intérieur et de militants du Maïdan, pourrait être prochainement envoyée dans le sud et l'est de l'Ukraine, régions refusant de reconnaître le pouvoir de Kiev, a annoncé le premier vice-premier ministre du pays Vitaly Iarema.

 

"L'envoi de militaires faisant partie de la Garde nationale dans le sud et l'est du pays est possible", a-t-il indiqué dans une interview de RIA Novosti, avant d'ajouter que ces troupes seraient engagées à la frontière russo-ukrainienne. 

"Dès que les rangs des militaires seront complétés et formés, nous les enverrons dans les régions du pays les plus criminogènes", a poursuivi M.Iarema. 


Le secrétaire du Conseil de sécurité et de défense nationale, Andreï Paroubiy, avait antérieurement annoncé qu'à ce jour la Garde nationale ukrainienne comptait déjà 32.000 hommes et que 20.000 soldats supplémentaires seraient engagés au cours des deux semaines à venir. 

Un changement de pouvoir s'est opéré le 22 février à Kiev. La Rada suprême (parlement ukrainien) a démis le président Viktor Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Se proclamant toujours président légitime, M. Ianoukovitch, qui a trouvé refuge en Russie, a qualifié ces événements de "coup d'Etat".  

La république autonome de Crimée a refusé de reconnaitre le nouveau pouvoir à Kiev et a décidé de tenir le 16 mars un référendum sur son futur statut politique. Le parlement de la république autonome s'est prononcé pour le rattachement à la Russie

Cette décision, ainsi que le feu vert donné par le Conseil de la fédération (Sénat russe) en vue d'un éventuel recours à la force en Ukraine, ont provoqué une vive réaction de l'Occident. Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a prévenu la semaine dernière à l'issue d'un sommet extraordinaire de l'UE que Bruxelles pourrait introduire contre la Russie des sanctions de visas et des gels d'actifs si un dialogue entre Moscou et Kiev ne démarrait pas sous peu.  

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140313/200710068.html

 

 

. Il faut réfléchir à la réponse à l'Occident (vice-premier ministre de Russie)

. La Russie prête pour la guerre économique (Xavier Moreau)

. Crimée: le Parlement adopte l'indépendance

. Crimée: Moscou juge légitime la déclaration d'indépendance

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 09:35

 

Rogozine : il faut réfléchir à la réponse à l'Occident  

 

Rogozine : il faut réfléchir à la réponse à l'Occident

 

Le vice-premier ministre de Russie Dmitri Rogozine a décidé de réunir jeudi (13 mars NdCR.) les chefs des principaux groupes industriels pour réfléchir à des mesures de représailles à l'égard des pays occidentaux qui menacent la Russie de sanctions économiques. Le vice-premier ministre l'a écrit sur son compte Twitter.

 

« Je réunis aujourd'hui les dirigeants des principaux groupes industriels pour surmonter des sanctions éventuelles de l'Occident et concevoir une réponse », a-t-il écrit.

 

Précédemment M. Rogozine a annoncé la nécessité de procéder au réarmement de l'armée russe à la lumière des menaces des Etats-Unis et de l'OTAN.

 

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_13/Rogozine-il-faut-reflechir-a-la-reponse-a-lOccident-5595/

 

 

Sanctions: les industriels russes se concertent en vue d'une riposte

 

"Afin de surmonter d'éventuelles sanctions de l'Occident et mettre au point les mesures de riposte, je réunis aujourd'hui les chefs des principales corporations industrielles", a écrit le vice-premier ministre russe Dimitri Rogozine sur son compte Twitter.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140313/200705064.html

 

 

. La Russie prête pour la guerre économique (Xavier Moreau)

. Crimée: le Parlement adopte l'indépendance

. Crimée: Moscou juge légitime la déclaration d'indépendance

Partager cet article
Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 22:08

Nous avons vu que les sanctions occidentales contre la Russie pourraient aboutir à une catastrophe économique pour l'union européenne. La Russie brandit l'arme du non-remboursement des "banques américaines",  de créer son propre système de paiements et d'opter pour d'autres monnaies que le dollar.

 

Sur le site Realpolitik.tv, Xavier Moreau explique que "Vladimir Poutine s’apprête à affronter un occident divisé, appauvri et contesté au sein même des nations qui le composent", "la riposte russe sera totale" : "ventes des bons du trésor des pays sanctionnant ; non remboursement des prêts contractés par la Russie ou par les entreprises russes ; confiscation des actifs occidentaux ; achat de devises asiatiques en remplacement des devises occidentales ; fin du commerce avec l’occident et virage asiatique vers la Chine et la Corée du Sud qui ont déjà été contactées dans ce sens et seront les premiers bénéficiaires de cette rupture ; fin de l’utilisation du dollar dans les échanges commerciaux".

 

Silence complet dans les medias mainstream sur les retombées économiques de sanctions contre la Russie.


La Russie prête pour la guerre économique

 

http://www.realpolitik.tv/wp-content/uploads/2014/03/kremlin-604x272.jpg

 

Publié par Xavier Moreau le 10 mars 2014

 

Les différents ministères et structures économiques russes, potentiellement concernés par de lourdes sanctions économiques, ont été mobilisés pour préparer une riposte massive le cas échéant. La décision russe d’intégrer la Crimée est désormais irrévocable. Avec la quasi-totalité de la population russe et des forces politiques derrière lui, Vladimir Poutine s’apprête à affronter un occident divisé, appauvri et contesté au sein même des nations qui le composent.

 

La riposte russe sera totale en effet :

- ventes des bons du trésor des pays sanctionnant ;

- non remboursement des prêts contractés par la Russie ou par les entreprises russes ;

- confiscation des actifs occidentaux ;

- achat de devises asiatiques en remplacement des devises occidentales ;

- fin du commerce avec l’occident et virage asiatique vers la Chine et la Corée du Sud qui ont déjà été contactées dans ce sens et seront les premiers bénéficiaires de cette rupture ;

- fin de l’utilisation du dollar dans les échanges commerciaux.

 

Les conséquences de cette riposte représentent une véritable catastrophe potentielle pour les économies européennes, notamment pour l’Allemagne, la Pologne et la France. Il est évident que cette riposte aura également des conséquences dramatiques pour l’économie russe, le temps qu’elle se réoriente massivement vers l’Asie. La différence est, encore une fois, que Vladimir Poutine n’hésitera à en appeler à la solidarité nationale russe, contre le diktat occidental. Les gouvernements ouest-européens ne pourront pas, en revanche, compter sur la compréhension de leur population. En France, les médias “mainstream” ont essuyé leur première défaite face aux médias alternatifs. Décidés à passer sous silence la compromettante conversation de Catherine Ashton, ils ont été contraints au bout de cinq jours – et sous la pression des sites internet alternatifs – d’évoquer le sujet.

 

La force de Vladimir Poutine reposent aujourd’hui sur la confiance qu’il inspire à la population russe, ainsi que sur son trésor de guerre. Ces deux atouts lui permettront d’amortir les conséquences d’une guerre économique, bien mieux que ses adversaires.

 

 

Source : http://www.realpolitik.tv/2014/03/la-russie-prete-pour-la-guerre-economique/

 

 

. Les sanctions contre la Russie pourraient aboutir à une catastrophe économique pour l'union européenne

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 19:23

 

Ukraine-Crimee.2jpg.jpg

 

La Russie juge légitime la déclaration d'indépendance adoptée mardi par le parlement de la république autonome ukrainienne de Crimée, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

 

"Le ministère russe des Affaires étrangères qualifie de légitime la décision du parlement de Crimée. La Fédération de Russie respectera pleinement les résultats du référendum programmé en Crimée (pour le 16 mars) où assisteront les observateurs de l'OSCE", a indiqué le ministère dans un communiqué.

 

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140311/200693597.html

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 19:12
L’allocation des fonds par les États-Unis aux rebelles en Ukraine est illégale (MAE russe)  

 

L’allocation des fonds par les États-Unis aux rebelles en Ukraine est illégale (MAE russe)

 

Le fait d’allouer des moyens au régime politique qui a pris le pouvoir en Ukraine par force est illégal et sort du cadre du système juridique américain. Ceux qui prennent les décisions à Washington, devraient réfléchir aux conséquences de leur soutien des radicaux en Ukraine et leur financement, a indiqué mardi le ministère russe des Affaires étrangères.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_11/L-allocation-des-fonds-par-les-Etats-Unis-aux-rebelles-en-Ukraine-est-illegale-MAE-russe-8795/

 

Ukraine: le financement du régime de Kiev par les USA illégitime (Moscou)

 

Le financement du régime arrivé par la force au pouvoir en Ukraine est illégitime et dépasse le cadre du système juridique aux Etats-Unis, a indiqué mardi le ministère russe des Affaires étrangères, soulignant que Washington ferait bien de réfléchir aux conséquences de son soutien indéfectible aux radicaux ukrainiens.
 
 

"L'octroi de fonds au régime illégitime qui s'est emparé du pouvoir par la force est contraire aux normes légales et va à l'encontre du système juridique américain", lit-on dans le communiqué du ministère.
 
 

Le document souligne que les amendements apportés il y a quelques années à la Loi sur l'assistance financière de 1961 interdisent aux autorités américaines d'aider le gouvernement d'un pays dont le président légitimement élu a été déchu suite à un coup d'Etat militaire ou à une décision illégitime.
 
Moscou estime toutefois que Washington semble ne pas s'embarrasser de ces considérations juridiques. 


 
"Tout porte à croire que l'administration américaine continuera à fermer les yeux sur l'emprise exercée à Kiev par les forces ultranationalistes qui ont lancé la chasse à leurs opposants dans tout le pays, qui accentuent leur pression sur la population russophone et sur les Russes ethniques vivant en Ukraine et qui menacent d'infliger des sévices aux habitants de la Crimée pour leur aspiration à l'autodétermination. Cependant, ceux qui prennent aujourd'hui des décisions aux Etats-Unis devraient réfléchir aux conséquences de leur soutien indéfectible aux radicaux nazis en Ukraine", souligne le communiqué de la diplomatie russe.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140311/200695033.html

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 14:30

Ukraine et mer Noire : les véritables enjeux

 

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2014/03/Kozzi-house_in_balaklava-4339x2982-copie-565x250.jpg

 

Nous pouvons constater la mise à mort du droit international et l’instauration d’une véritable loi de la jungle dans les relations entre États.

 

La confrontation entre la Russie d’un côté, puissance terrestre, et l’Union européenne et les États-Unis de l’autre, puissances maritimes, dans l’affaire ukrainienne n’est pas nouvelle. Cette opposition terre/mer s’est déjà manifestée en 1853 lors de la guerre de Crimée. Le tsar Nicolas Ier voulait profiter de l’affaiblissement de l’Empire ottoman pour contrôler les détroits du Bosphore et des Dardanelles afin de pouvoir rayonner ensuite en Méditerranée. Ces ambitions ont été repoussées avec force par l’Empire britannique qui ne voulait absolument pas voir cette extension russe. En effet, cette dernière aurait menacé la route des Indes. Embarquant la France de Napoléon III dans cette affaire, Londres sut faire plier la Russie après d’âpres luttes en Crimée, entraînant la mort, côté occidental, d’environ 120.000 hommes dont presque 100.000 Français. La France avait malheureusement travaillé, non pour le roi de Prusse, mais pour les intérêts de la reine Victoria.

 

Le soutien apporté par l’Occident à la nouvelle direction politique à Kiev a conduit Vladimir Poutine à réagir rapidement. Profitant de la présence de populations russophones à l’est de l’Ukraine et en Crimée, il cherche à récupérer ces territoires – du moins à les contrôler – afin de les soustraire à l’influence de l’Ukraine, susceptible d’être assujettie à l’Union européenne et à l’OTAN. Dans cette affaire, l’enjeu stratégique et énergétique est de taille. En effet, si la Crimée bascule dans le camp russe suite au référendum du 16 mars, cela conduirait à un affaiblissement considérable de deux ordres pour Kiev et ses soutiens euro-américains.

 

Premièrement, le retour de la Crimée avec ses bases navales dans le giron russe permettrait à Moscou de disposer librement d’une force de projection en direction de la Méditerranée où se trouve un autre point d’appui : la base navale russe de Tartous en Syrie. La Crimée, largement russophone et offerte à l’Ukraine par Khrouchtchev en 1954, donne à Kiev un droit de regard sur ce territoire tout en faisant payer un bail à la Russie (théoriquement jusqu’en 2042) pour le maintien de ses bases. Un retour complet de cette péninsule à la Russie libérerait Moscou de toutes contraintes financières et politiques. [NdCR. En vertu du traité de partition russo-ukrainien déterminant le sort des bases militaires et des navires en Crimée - signé en 1997 et prolongé en 2010 - la Russie est autorisée à avoir jusqu'à 25.000 soldats, 24 systèmes d'artillerie (d'un calibre inférieur à 100 mm), 132 véhicules blindés et 22 avions militaires, sur le territoire de la péninsule. La flotte russe de la mer Noire est autorisée à rester en Crimée jusqu'en 2042. Moscou règle chaque année une dette de 97,75 à Kiev pour le droit d'utiliser les eaux ukrainiennes et les fréquences radio, et pour compenser l'impact environnemental de la flotte de la mer Noire.]

 

Deuxièmement, le contrôle de cette péninsule donnerait à la Russie une maîtrise complète de l’espace maritime en raison de la zone économique exclusive (ZEE) accordant à l’État des droits souverains en matière d’exploitation et d’usage des ressources sur près de 200 milles marins (environ 370 km). De nombreux oléoducs et gazoducs passent au large de la mer Noire et au niveau de la Crimée. Le retour de cette dernière sous l’autorité de Moscou permettrait à la Russie de contrôler l’acheminement du gaz et du pétrole en provenance de la Sibérie et du Turkménistan (via la mer Caspienne) jusqu’aux côtes bulgares (complexe de Varna) et roumaines (complexe de Constanța) ainsi qu’aux frontières ukrainiennes sous sa seule autorité.

 

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2014/03/image1-545x415.jpg

 

Quel merveilleux outil de pression pour Vladimir Poutine sur l’Union européenne qui, dans cette affaire ukrainienne, a le soutien de la Chine. N’oublions pas que ces pays, à eux deux, détiennent près de 25 % des bons du Trésor américain. Les mesures de rétorsion russo-chinoises pourraient faire mal à l’Occident.

 

Enfin, rappelons que les reproches acrimonieux de Londres, Paris et Washington accusant la Russie de violer le droit international sont d’une totale hypocrisie. L’Occident ne s’est pas privé de violer ou d’outrepasser ce droit lors de l’attaque contre la Yougoslavie de Milošević en mars 1999, contre l’Irak de Saddam Hussein en 2003 ou encore contre la Libye en 2011. L’ancien chancelier Gerhard Schröder, grand ami de Poutine et dirigeant le consortium gazier germano-russe Nord Stream, a eu au moins la franchise de reconnaître le double langage de l’Occident. Tout en reconnaissant la violation du droit international dans l’affaire de Crimée, il a su rappeler à ses interlocuteurs, lors d’un colloque à Hambourg, un exemple peu glorieux de l’action occidentale : « Nous avons envoyé nos avions en Serbie et nous avons bombardé, en liaison avec l’OTAN, un État souverain alors que le Conseil de sécurité n’avait pas donné son accord » (2).

 

Fort de ces propos, nous pouvons constater la mise à mort du droit international et l’instauration d’une véritable loi de la jungle dans les relations entre États où, malheureusement, selon la sentence de notre fabuliste Jean de la Fontaine, « la raison du plus fort est toujours la meilleure ».

 

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/pierrehillard/ukraine-mer-noire-les-veritables-enjeux,53009

 

 

. Les sanctions contre la Russie pourraient aboutir à une catastrophe économique pour l'union européenne

. Un navire de guerre américain en mer Noire au moment où la Crimée se prépare à un référendum

. Le deux poids deux mesures de Laurent Fabius sur la Syrie ou l'Ukraine

. Les sanctions contre la Russie pourraient aboutir à une catastrophe économique pour l'union européenne

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 11:41

Les députés du Parlement pro-russe de Crimée ont déclaré ce matin la Crimée indépendante de l'Ukraine.

 

Selon un communiqué du parlement ciméen, la "déclaration d'indépendance de la république autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol" a été adoptée par été adoptée par 78 des 81 députés présents.

 

Les autorités de Kiev, non-élues, criminelles, pratiquant l'assassinat (tirs de snipers sur la place Maïdan), déclarent le parlement criméen d'"illégal" et menacent de le dissoudre s'il n'annule pas d'ici demain le référendum de rattachement à la Russie prévu dimanche dans la péninsule...

 

À moins de déclencher une 3e Guerre mondiale, ces gesticulations et menaces ridicules atlanto-otaniennes, tomberont à l'eau et ne changeront rien. La Crimée est pro-russe, elle est protégée actuellement par les forces militaires russes, aucune force occidentale n'y est tolérée.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 11:23
 
Ukraine : une guerre civile est fomentée par des forces obscures (Ianoukovitch)  

  

Le peuple ukrainien s'enfonce dans l'anarchie, des forces obscures cherchant à provoquer une guerre civile dans le pays, a déclaré mardi à Rostov-sur-le-Don (sud de la Russie) le président ukrainien Viktor Ianoukovitch.

 

« Des hommes encagoulés (…) patrouillent dans les villes, l'anarchie dont le peuple ukrainien est la victime gagne du terrain. Ils limogent les officiers supérieurs de l'armée, ceux qui s'opposent à l'emploi des forces armées ukrainiennes contre les civils dans le sud-est du pays. Réfléchissez-y! Ils veulent placer l'armée sous le drapeau de Bandera (collaborateur des nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale, ndlr) et lancer une guerre civile », a indiqué M.Ianoukovitch lors d'une conférence de presse.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_11/Ukraine-guerre-civile-fomentee-par-des-forces-obscures-Ianoukovitch-7485/

 

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a annoncé qu’il était vivant et qu'il restait toujours le chef d'Etat légitime et le commandant en chef des Forces armées ukrainiennes.

 

« Je veux rappeler que je reste le seul président légitime de l'Ukraine et le commandant en chef des forces armées. Je n'ai pas quitté mes fonctions », a déclaré M. Ianoukovitch lors d'une conférence de presse tenue à Rostov-sur-le-Don.

 

Ianoukovitch a promis de retourner en Ukraine dès que possible. Selon lui, « les forces sombres » à Kiev veulent déclencher la guerre. Il a accusé les partenaires européens d’avoir « écrasé le document » garantissant la paix civile en Ukraine.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_11/Ukraine-Ianoukovitch-sestime-commandant-en-chef-de-larmee-7678/

 

 

Ukraine: la présidentielle du 25 mai illégitime (Ianoukovitch)

 

Le président Viktor Ianoukovitch a appelé mardi la communauté internationale à ne pas soutenir le coup d'Etat anticonstitutionnel perpétré fin février en Ukraine, et qualifié d'illégitime le scrutin présidentiel fixé par les nouvelles autorités au 25 mai prochain.

 

"Je déclare que l'élection présidentielle fixée au 25 mai est absolument illégitime et illégale", a déclaré le président ukrainien lors d'une conférence de presse dans la ville russe de Rostov-sur-le-Don.

 

Il s'est en outre engagé à s'adresser au Congrès et au Sénat et à saisir la Cour suprême des Etats-Unis afin d'exiger une évaluation juridique de la situation en Ukraine.

 

"A ce que je sache, la législation américaine interdit de fournir une aide financière au gouvernement de tout Etat dont le président légitime a été renversé par un coup d'Etat armé ou par toute autre acte illégal. J'envisage de m'adresser au Congrès, au Sénat et à la Cour suprême afin d'exiger une évaluation juridique des actes du gouvernement de ce pays. Selon vos propres lois, vous n'êtes pas autorisés à fournir de l'argent aux bandits", a expliqué M. Ianoukovitch.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140311/200688496.html

 

Un changement de pouvoir s'est opéré le 22 février à Kiev. La Rada suprême (parlement ukrainien) a démis le président Viktor Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Ianoukovitch a qualifié ces événements de « coup d'Etat ». Moscou conteste également la légitimité des décisions de la Rada.

 

Le 27 février, lors d'une conférence de presse à Rostov-sur-le-Don, M. Ianoukovitch a expliqué qu'il avait été contraint de quitter l'Ukraine en raison de menaces. Il a demandé aux autorités russes d'assurer sa sécurité face aux extrémistes ayant usurpé le pouvoir en Ukraine. La Russie l'a accueilli sur son sol pour des raisons humanitaires, sa vie étant en danger.


 

. Ukraine : Un député pro-russe du parti des Régions malmené, menacé, contraint de signer sa démission

. L'Anschluss était dans Mein Kampf, le contrôle de l'Ukraine est dans "Le Grand Echiquier" (R. Chamagne)

. 300 mercenaires d'une entreprise de sécurité américaine derrière le coup d'Etat à Kiev (Evgeny Fedorov, animateur du mouvement Rossya)

. Ukraine : le coup d'Etat fomenté par les USA et l'UE (ex-agent américain)

. Groupuscules antisémites et d'extrême-droite en Ukraine : Les médias occidentaux dissimulent la réalité (Lavrov)

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 10:27

L'Est de l'Ukraine sombre dans un chaos indescriptible par la faute des Occidentaux qui ont soutenu puis validé le coup d'Etat à Kiev. Des bâtiments de l'administration est-ukrainienne sont pris tour à tour par les parties opposées. Un membre pro-russe du parlement local (parti des Régions) a été malmené, menacé, et contraint de signer sa démission.

 

'I'll hang you by the balls and have you f***ed' – Ukrainian presidential hopeful abducts pro-Russian MP

 

http://cdn.rt.com/files/news/23/5f/20/00/ukraine-opposition-protesters.si.jpg

 

Source: http://rt.com/news/ukraine-mp-abducted-threatened-882/

 

Extrait :

 

Un candidat à la présidence ukrainienne et ses partisans ont enlevé un député régional, pour son opposition à la junte militaire imposée à Kiev. Une vidéo de l'action montre que le député a été malmené par un groupe d'hommes et menacé.

 

Oleg Lyashko a rapporté s'être rendu secrètement dimanche soir à la région de Lougansk (Ukraine de l'Est, NdCR.), lieu de détention d'Arsen Klinchev, un membre du parlement local du Parti des Régions :

 

"L'écume Klinchev devra répondre de ses crimes. Nous l'avons arrêté et remit à la police. Je suis sincèrement reconnaissant à tout le monde, d'avoir contribué à cette action. La vidéo est à venir prochainement. La lutte continue," a écrit Lyashko sur sa page Facebook.

 

Lyashko appelle Klinchev «racaille» à plusieurs reprises, tout en l'obligeant à faire une déclaration à la caméra, ordonnant à ses partisans de quitter le bâtiment de l'administration régionale.

Le bâtiment avait été capturé dimanche (9 mars NdCR.) par un groupe de manifestants, qui s'opposaient à Mikhail Bolotskih, le nouveau gouverneur nommé par Kiev. Les manifestants ont forcé Bolotskih à signer sa démission, mais les heures plus tard, il déclara que la démission était invalide parce qu'elle avait été signée "sous la menace."
Les manifestants ont hissé le drapeau russe en face de l'administration.

Lyashko a forcé Klinchev à appeler les manifestants à descendre le drapeau russe et libérer le bâtiment de l'administration, tandis que le député était contraint de nier toute autorité sur le peuple.

 

Klinchev, toujours menotté, fut entraîné dans un bus, où l'un des hommes qui l'avaient enlevé lui lit sa position pro-russe et promit de le pendre par "les boules" et d'"appeler une armée à vous b..." .

Après avoir conduit pendant près de 30 minutes, un téléphone sonna et une voix, (Klinchev suppose que c'était Lyashko), ordonna leur retour. Retour dans le bureau du général Guslavsky. Lyashko poursuivit son intimidation, après que lui et son groupe l'ait quitté.

Peu de temps après avoir été libéré, Klinchev fit la lumière sur le conflit et donna sa version de ce qui s'est passé.

 

...  Il n'est pas inhabituel pour les nouvelles autorités ukrainiennes de recourir aux insultes et aux menaces dans le traitement de ceux qu'elles défient.

 

Source (et video): http://rt.com/news/ukraine-mp-abducted-threatened-882/

 

 

. 300 mercenaires d'une entreprise de sécurité américaine derrière le coup d'Etat à Kiev (Evgeny Fedorov, animateur du mouvement Rossya)

. Ukraine : le coup d'Etat fomenté par les USA et l'UE (ex-agent américain)

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 23:59

 

 

 

Malgré un emploi du temps extrêmement chargé à la Douma, en raison de la crise ukrainienne, Evgeny Fedorov, animateur du mouvement Rossiya a bien voulu nous recevoir pour nous parler de la position russe. Cet ancien ingénieur militaire, conseiller d’état de la Fédération de Russie, occupe le poste stratégique à la Douma d’état, l’équivalent de l’assemblée nationale française, de « Directeur du Comité pour la politique économique et l’entreprise ». Il est surtout connu en Russie pour être le directeur du programme de Libération nationale, visant à redonner à la Fédération de Russie, sa pleine et entière souveraineté qu’il considère comme perdue, depuis l’effondrement de 1991.
Pressenti pour être le dauphin de Vladimir Poutine, il incarne une troisième voie, ni communiste, ni libérale, mais patriotique luttant contre un monde unipolaire, destructeur des identités, des cultures et des patries. Pratiquant un discours sans langue de bois, sans fard ni circonvolution, il a bien voulu répondre à toutes nos questions dans un entretien réalisé jeudi dernier.

 

Source: http://www.prorussia.tv/Evgeny-Fedorov-animateur-du-mouvement-Rossya-livre-la-position-russe-sur-l-Ukraine_v809.html

 

Evgeny Fedorov, explique notamment que :

 

 

La décision de la tenue d'un referendum en Crimée sur le rattachement à la Russie a été prise "sous la menace du pouvoir illégitime à Kiev, qui a usurpé le pouvoir par une révolte armée, de lancer ses unités paramilitaires sur la Crimée, appuyées par quelques 300 mercenaires, déjà présents à Kiev via une entreprise de sécurité privée américaine payée par un leader de la révolte de (la Place) Maïdan. Ce sont des professionnels de la subversion, du chaos, et des coups d'Etat, chargés d'encader les 20000 hommes qui s'éparpillent sur le territoire ukrainien et qui ont prété allégeance au pouvoir illégal de Kiev. C'est pour protéger la Crimée de ces bandes armées que le pouvoir légal régional a demandé à se mettre sous la protection de la Fédération de Russie.

 

... [A]près avoir interdit la langue russe (en Ukraine), on envisage maintenant de changer également l'alphabet. Sous la menace des armes, on exigera que la culture russe soit oubliée, que sa langue soit bannie et que l'on ne puisse plus écrire avec l'alphabet cyrilique. C'est une négation complète de l'identité russe qui se profile dans une région où 85% des gens sont russophones. On prépare une épuration ethnique. Cela suffirait  à expliquer la demande de la Crimée à intégrer la Fédération de Russie. Mais l'urgence, c'est cette menace armée, cette invasion qui pèse sur la Crimée. C'est un scenario à la syrienne qui se prépare, avec son lot d'actes terroristes. Comme en Libye, et dans tant d'autres pays où les USA ont voulu régler des questions géopolitiques par la force armée.

Partager cet article
Repost0