Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 23:58

Une jolie video des volontaires français pour le Donbass libre.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 17:57

La banque centrale "russe" prépare un Maidan "russe" pour le printemps.

L’impuissance de Poutine face à la Banque Centrale russe (sous contrôle de la FED)

Evgeny Fedorov, député russe, explique le rapport de force crucial opposant le président Poutine à la Banque Centrale russe, sous contrôle extérieur du dollar, de la FED et de ses dérivés mondiaux.

Le contrôle de la monnaie russe, via les banques de prêt étrangères et la législation financière (dépossédant la Russie de toute autonomie monétaire), permettent d’empêcher l’économie russe de se développer réellement.

Plus: sa dévastation est en vue: sous le motif des sanctions occidentales, la FED dépossédera la Russie de tout prêt de n’importe quelle banque du monde, même russe.

L’objectif en vue est de susciter depuis l’extérieur des révoltes sociales anti-Poutine en Russie et organiser un nouveau Maidan en 2015.

 

. "Money Masters", les maîtres de la monnaie (1/2)

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 17:25

 

Poutine, conférence de presse annuelle 18-12-2014

 

Au cours de sa conférence de presse annuelle, le président Vladimir Poutine a dénoncé aujourd'hui "l'opération punitive" lancée selon lui par Kiev contre les rebelles prorusses dans l'Est de l'Ukraine.

 

"Après le coup d'Etat mené à Kiev par la force armée", les nouvelles autorités ukrainiennes n'ont pas souhaité entamer un dialogue avec l'Est prorusse mais "ont envoyé la police, puis l'armée quand cela n'a pas suffi et maintenant ont instauré un blocus économique", a poursuivi le président russe. (1)

 

Il a accusé les Occidentaux de créer un nouveau "mur" en Europe et de se comporter en "empire" qui veut "faire marcher au pas ses vassaux", lors de sa conférence de presse annuelle.

"Il s'agit d'un mur virtuel, mais il commence déjà à être construit. ... Le bouclier antimissile près de nos frontières, ce n'est pas un mur ? Nos partenaires ont décidé qu'ils étaient les vainqueurs, qu'ils étaient désormais un empire et que les autres étaient des vassaux qu'il faut faire marcher au pas". (2)

 

Vladimir Poutine a précisé que les sanctions de l'Occident contre la Russie ne visaient pas à faire payer la Russie pour la réunification avec la Crimée, mais pour la volonté du pays de se maintenir en tant que nation et civilisation.

 

"Non, ce n'est pas le prix à payer pour la Crimée, c'est le prix de notre volonté naturelle de rester une nation, une civilisation, un Etat", a répondu le chef de l'Etat à la question de savoir si la situation actuelle de l'économie russe était le "prix à payer pour la Crimée". (3)

 

S’exprimant aujourd'hui devant le Bundestag, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que les sanctions contre la Russie étaient inévitables, parce que Moscou ne respecte pas la souveraineté de l'Ukraine. La Russie entre-temps a déclaré à maintes reprises qu'elle n’était pas impliquée dans les événements dans l'Est de l'Ukraine. (4)

 

 

Sources:

 

(1) Lefigaro.fr avec AFP, Mis à jour le 18/12/2014 à 11:14, Publié le 18/12/2014 à 11:09 http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/18/97001-20141218FILWWW00122-poutine-denonce-l-operation-punitive-de-l-ukraine.php

(2) Lefigaro.fr avec AFP, Mis à jour le 18/12/2014 à 12:17, Publié le 18/12/2014 à 11:14 http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/18/97001-20141218FILWWW00123-poutine-l-occident-se-comporte-en-empire.php

(3) http://french.ruvr.ru/news/2014_12_18/Sanctions-le-prix-a-payer-pour-survivre-en-tant-que-nation-Poutine-5183/

(4) http://french.ruvr.ru/news/2014_12_18/Les-sanctions-contre-la-Russie-sont-inevitables-Merkel-7748/

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 15:59

 

Sapin-de-Noel-russe-offert-a-la-cathedrale-Notre-Dame-de.jpg

Cathédrale Notre-Dame: le sapin de Noël offert par la Russie

 

20:33 21/11/2014

PARIS, 21 novembre - RIA Novosti

 

Moscou offrira à Paris un symbole de Noël – le sapin qui ornera le parvis de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, sur l'île de la Cité, sera installé aux frais du gouvernement de Moscou, a annoncé vendredi à RIA Novosti une source au sein de l'ambassade russe en France.

 

Il s'agit d'une première. Le sapin géant de Noël du parvis de Notre-Dame a toujours été installé aux frais de la paroisse locale. Toutefois, des difficultés ayant été rencontrées cette année lors de la collecte des fonds, la partie russe a décidé de prêter main forte.

 

Samedi, les feux du sapin seront illuminés par l'ambassadeur de Russie en France Alexandre Orlov et le recteur de Notre-Dame de Paris Monseigneur Jacquin.

 

Selon la tradition, tous les ans, pendant le Temps liturgique de Noël, la Cathédrale Notre-Dame de Paris offre sur le parvis un sapin de plus de vingt mètres de haut. "Cet arbre est une invitation à accueillir le don de la joie, de la paix et de l'amour du Christ", indique le site internet de la Cathédrale Notre-Dame.

 

Source : http://fr.ria.ru/world/20141121/203046061.html

 

Notre-Dame-de-Paris---Fete-d-ouverture-de-l-Avent-samedi-2.jpg

Fête d'ouverture de l'Avent 2014 sur le Parvis de Notre-Dame de Paris le 22 novembre 2014 à 16h.

Source image et information: http://www.avent2014.paris-fete-noel.fr/

Un de nos lecteurs nous informe qu'il est navrant que les autorités ecclésiastiques de la Cathédrale Notre Dame qui offre tous les ans pendant le temps liturgique de Noël sur le parvis un sapin de plus de vingt mètres de haut, ne pouvant pas assurer cette année ce sapin, faute de finances, ne se fendent pas d'une annonce, ni d'un remerciement à l'égard de nos amis russes pour ce cadeau dont on verra l'inauguration ce samedi 22 novembre à partir de 16 heures.

 

Que nos amis russes soient donc vivement remerciés pour ce magnifique sapin qui viendra illuminer le temps de l'Avent des Parisiens.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 08:01

Un site d’enseignement du Latin montre comment les admirateurs russes de Poutine aiment à le figurer : tout simplement en Hercule s’affrontant aux monstres de l’époque actuelle . (Plutôt bien vu non ?)

 

Poutine---Hercule-saisissant-l-hydre-a-multi-tetes.png

 

Pour son anniversaire (62 ans aujourd’hui), Vladimir Poutine a eu le droit à un cadeau très particulier de la part de ses fans : une exposition très temporaire (une journée) qui le met en scène tel un Hercule moderne, dans 12 travaux contre les monstres de l’époque actuelle (terrorisme, sanctions de l’Europe…).

Derrière l’initiative, des admirateurs du président russe, avec à leur tête Mikhail Antonov (le jeune homme barbu de la video infra), qui gère une page facebook de soutien au « héros » où ce message explicatif a été posté « On peut faire un rapprochement intéressant entre les légendes antiques du héros mythologique Hercule et ce qui se passe de nos jours. Le chien à trois têtes Cerbère peut faire penser aux Etats-Unis, la neutralisation des oiseaux du la Stymphale à l’arrête des raids aériens en Syrie, le nettoyage des écuries d’Augias à la guerre contre la corruption…”

L’intéressé est quant-à lui en visite en Sibérie et ne profitera donc probablement pas de cet événement artistique auquel ont surtout été conviés des journalistes et des étudiants convaincus… qui n’ont pas dû retenir de la légende que la partie glorieuse…

De nombreuses photos des œuvres : http://www.bbc.com/news/world-europe-29513589?ocid=socialflow_twitter 

et là aussi : http://nymag.com/daily/intelligencer/2014/10/putin-birthday-present-hercules-art-show.html

 

Source: http://www.arretetonchar.fr/poutine-en-hercule-ou-les-12-travaux-revisites-pour-mettre-en-gloire-vladimir-poutine/

 

Merci à Domremy

 

. "Cher Vladimir" : Hollande tutoie Poutine, désinformation de France Info

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 13:11

 

Hollande-tutoie-Poutine--cher-Vladimir---Sommet-du-G-20-Bri.jpg

 Photo de la poignée de marin de F. Hollande et V. Poutine lors du sommet du G 20 à Brisbane (Australie), le 15 novembre 2014.

Source: http://fr.ria.ru/world/20141115/202988123.html

L'agence de presse russe Ria Novosti rapportent que Vladimir Poutine et François Hollande se sont rencontré ce matin à Brisbane (Australie), en marge du sommet du G 20 (rencontre des chefs d'Etat de l'Union européenne).

 

La rencontre a duré près de deux heures.


Les présidents russe et français, Vladimir Poutine et François Hollande ont estimé que les sanctions contre Moscou portaient préjudice à toutes les parties, a annoncé samedi le porte-parole du président russe Dmitri Peskov.

 

"M. Poutine a eu un long entretien avec le président français. Le dossier ukrainien a été au centre de la rencontre. Les interlocuteurs ont souligné que la situation dans le sud-est de l'Ukraine et le maintien des sanctions contre la Russie portent préjudice à toutes les parties", a indiqué M. Peskov devant les journalistes.

 

 


M. Hollande a tutoyé M. Poutine, l'appelant "cher Vladimir" (1) devant les journalistes.


Les deux présidents ont noté l'importance des relations russo-françaises et estimé que la crise dans le sud-est de l'Ukraine ne devait pas assombrir les rapports entre Moscou et Paris.

 

Désinformation de France Info qui titre : "G 20 : rencontre sans chaleur entre Hollande et Poutine" et écrit : "les présidents français et russe se sont rencontré publiquement, sous l'oeil des médias internationaux et ont échangé une poignée de main qui ne restera pas dans les annales de l'histoire des poignées de mains amicales, si elles existent." (2)

 

Qui croire ? Les media "français" vassaux des Etats-Unis, on se doute qui ment et qui désinforme. La photo de la poignée de main entre Hollande et Poutine ne montre pas "une poignée de main qui ne restera pas dans les annales de l'histoire des poignées de mains amicales."

 

Notes

 

(1) http://fr.ria.ru/world/20141115/202988123.html

(2) http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/g-20-rencontre-sans-chaleur-entre-hollande-et-poutine-602011

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 10:44

L'année dernière Vladimir Poutine lors du forum Valdaï avait dénoncé le modèle euro-atlantique comme un modèle qui rejetant "les identités" et mettant "sur un pied d'égalité les familles traditionnelles avec beaucoup d'enfants et les familles de même sexe" mettait sa foi en Satan".

 Cette année, le président russe a critiqué en filigrane le "monde unipolaire" conçu par les Etats-Unis et ses vassaux comme "un moyen de justifier la dictature sur les individus et les nations". On comprend mieux pourquoi les media occidentaux s'acharnent contre  lui ! On ne peut servir deux maîtres !

 

 

Poutine---Forum-Valdai-2014.jpg

Extrait du discours de Vladimir Poutine au Club International de Discussion Valdaï, le 24 octobre, 2014 sur le thème : L’ordre mondial, de nouvelles règles ou un jeu sans règles ?

[...] Nous sommes entrés dans une période de différentes interprétations et de silences délibérés dans la politique mondiale. Le droit international a maintes fois été forcé de battre en retraite, encore et encore, par l’assaut impitoyable du nihilisme légal. L’objectivité et la justice ont été sacrifiées sur l’autel de l’opportunisme politique. Des interprétations arbitraires et des évaluations biaisées ont remplacé les normes juridiques. Dans le même temps, l’emprise complète sur les médias de masse mondiaux ont rendu possible, quand on le désirait, de présenter le blanc comme noir et le noir comme blanc.

Dans une situation où vous aviez la domination d’un pays et de ses alliés, ou plutôt de ses satellites, la recherche de solutions globales s’est souvent transformée en une tentative d’imposer ses propres recettes universelles. Les ambitions de ce groupe sont devenues si grandes qu’ils ont commencé à présenter les politiques qu’ils concoctaient dans leurs corridors du pouvoir comme le point de vue de l’ensemble de la communauté internationale. Mais ce n’est pas le cas.

La notion même de « souveraineté nationale » est devenue une valeur relative pour la plupart des pays. En essence, ce qui était proposé était cette formule : plus la loyauté de tel ou tel régime en place envers le seul centre de pouvoir dans le monde est grande, plus grande sera sa légitimité.

[...] Les mesures prises contre ceux qui refusent de se soumettre sont bien connues et ont été essayées et testées de nombreuses fois. Elles comprennent l’usage de la force, la pression économique et la propagande, l’ingérence dans les affaires intérieures, et les appels à une sorte de légitimité « supra-légale » lorsqu’ils ont besoin de justifier une intervention illégale dans tel ou tel conflit ou de renverser des régimes qui dérangent. Dernièrement, nous avons de plus en plus de preuves que le chantage pur et simple a également été utilisé en ce qui concerne un certain nombre de dirigeants. Ce n’est pas pour rien que « Big Brother » dépense des milliards de dollars pour tenir sous surveillance le monde entier, y compris ses propres alliés les plus proches.

 

 

Demandons-nous à quel point nous sommes à l’aise avec tout cela, à quel point nous sommes en sécurité, combien nous sommes heureux de vivre dans ce monde, à quel degré de justice et de rationalité il est parvenu. Peut-être n’avons-nous pas de véritables raisons de nous inquiéter, de discuter et de poser des questions embarrassantes ? Peut-être que la position exceptionnelle des États-Unis et la façon dont ils mènent leur leadership est vraiment une bénédiction pour nous tous, et que leur ingérence dans les événements du monde entier apporte la paix, la prospérité, le progrès, la croissance et la démocratie, et nous devrions peut-être seulement nous détendre et profiter de tout cela ?

 

Permettez-moi de dire que ce n’est pas le cas, absolument pas le cas.

 

Un diktat unilatéral et le fait d’imposer ses propres modèles aux autres produisent le résultat inverse. Au lieu de régler les conflits, cela conduit à leur escalade ; à la place d’États souverains et stables, nous voyons la propagation croissante du chaos ; et à la place de la démocratie, il y a un soutien pour un public très douteux allant de néo-fascistes avoués à des islamistes radicaux.

 

Pourquoi soutiennent-ils de tels individus ? Ils le font parce qu’ils décident de les utiliser comme instruments dans la voie de la réalisation de leurs objectifs, mais ensuite, ils se brûlent les doigts et font marche arrière. Je ne cesse jamais d’être étonné par la façon dont nos partenaires ne cessent de marcher sur le même râteau, comme on dit ici en Russie, c’est-à-dire de faire les mêmes erreurs encore et encore.

[...] Ils ont jadis parrainé des mouvements islamistes extrémistes pour combattre l’Union soviétique. Ces groupes se sont formés au combat et aguerris en Afghanistan, et ont plus tard donné naissance aux Talibans et à Al-Qaïda. L’Occident les a sinon soutenus, du moins a fermé les yeux sur cela, et, je dirais, a fourni des informations et un soutien politique et financier à l’invasion de la Russie et des pays de la région d’Asie centrale par les terroristes internationaux (nous ne l’avons pas oublié). C’est seulement après que des attaques terroristes horribles aient été commises sur le sol américain lui-même que les États-Unis ont pris conscience de la menace collective du terrorisme. Permettez-moi de vous rappeler que nous avons été le premier pays à soutenir le peuple américain à l’époque, le premier à réagir comme des amis et partenaires après la terrible tragédie du 11 Septembre.

Au cours de mes conversations avec les dirigeants américains et européens, je parlais toujours de la nécessité de lutter ensemble contre le terrorisme, de le considérer comme un défi à l’échelle mondiale. Nous ne pouvons pas nous résigner et accepter cette menace, nous ne pouvons pas la couper en morceaux séparés à l’aide du deux poids deux mesures. Nos partenaires ont exprimé leur accord, mais après quelques temps, nous nous sommes retrouvés au point de départ. Ce fut d’abord l’opération militaire en Irak, puis en Libye, qui a été poussée au bord du gouffre. Pourquoi la Libye a-t-elle été réduite à cette situation ? Aujourd’hui, c’est un pays en danger de démantèlement et qui est devenu un terrain d’entraînement pour les terroristes.

Seule la détermination et la sagesse de la direction égyptienne actuelle a sauvé ce pays arabe clé du chaos et de l’emprise des terroristes. En Syrie, comme par le passé, les États-Unis et leurs alliés ont commencé à financer et armer directement les rebelles et leur ont permis de remplir leurs rangs de mercenaires provenant de divers pays. Permettez-moi de vous demander où ces rebelles obtiennent leur argent, leurs armes et leurs spécialistes militaires ? D’où tout cela vient-il ? Comment l’Etat Islamique notoire a-t-il réussi à devenir un groupe aussi puissant, de fait une véritable force armée ?

Quant aux sources de financement, aujourd’hui, l’argent ne vient plus seulement de la drogue, dont la production a augmenté non pas de quelques points de pourcentage mais dans des proportions considérables depuis que les forces de la coalition internationale sont intervenues en Afghanistan. Vous êtes au courant de cela. Les terroristes obtiennent également de l’argent en vendant du pétrole. Le pétrole est produit dans le territoire contrôlé par les terroristes, qui le vendent à des prix de dumping, le produisent et le transportent. Mais d’autres achètent ce pétrole, le revendent, et font du profit, sans penser au fait qu’ils financent ainsi les terroristes qui pourraient venir tôt ou tard sur leur propre sol et semer la destruction dans leur propre pays.

Où trouvent-ils les nouvelles recrues ? En Irak, après que Saddam Hussein ait été renversé, les institutions de l’État, y compris l’armée, ont été laissés en ruines. Nous avons dit, à l’époque, soyez très, très prudents. Vous mettez les gens à la rue, et que vont-ils y faire ? N’oubliez pas que légitimement ou non, ils faisaient partie de la direction d’une grande puissance régionale, et en quoi est-ce que vous les transformez maintenant ?

Quel fut le résultat ? Des dizaines de milliers de soldats, d’officiers et d’anciens militants du parti Baas se sont retrouvé à la rue et ont aujourd’hui rejoint les rangs des rebelles. Peut-être cela explique-t-il pourquoi l’Etat islamique s’est avéré si efficace. En termes militaires, il agit très efficacement et il a certains cadres très compétents. La Russie a mis en garde à plusieurs reprises sur les dangers des actions militaires unilatérales, des interventions dans les affaires des Etats souverains, et des flirts avec les extrémistes et les radicaux. Nous avons insisté pour que les groupes luttant contre le gouvernement syrien central, surtout l’Etat islamique, soient inscrits sur les listes des organisations terroristes. Mais avons-nous vu le moindre résultat ? Nous avons lancé des appels en vain.

Nous avons parfois l’impression que nos collègues et amis sont constamment aux prises avec les conséquences de leurs propres politiques, et qu’ils dépensent tous leurs efforts dans le traitement des risques qu’ils ont eux-mêmes créés, en payant un prix de plus en plus élevé.

 

Chers collègues,

 

Cette période de domination unipolaire a démontré de manière convaincante que le fait d’avoir un seul centre de pouvoir ne rend pas les processus mondiaux plus faciles à gérer. Au contraire, ce type de construction instable a montré son incapacité à lutter contre les menaces réelles telles que les conflits régionaux, le terrorisme, le trafic de drogue, le fanatisme religieux, le chauvinisme et le néo-nazisme. Dans le même temps, il a ouvert une large voie aux fiertés nationales exacerbées, à la manipulation de l’opinion publique et à la brutalisation et à l’oppression des faibles par les forts.

 

Essentiellement, le monde unipolaire est tout simplement un moyen de justifier la dictature sur les individus et les nations.

 

[...] Nous voyons ce qui se passe quand la politique commence imprudemment à s’ingérer dans l’économie et que la logique des décisions rationnelles cède la place à la logique de confrontation, qui ne fait que nuire aux propres positions et intérêts économiques des pays en question, y compris les intérêts des entreprises nationales.

 

[…] Les sanctions sapent déjà les fondements du commerce mondial, les règles de l’OMC et le principe de l’inviolabilité de la propriété privée. Ils portent un coup dangereux au modèle libéral de la mondialisation fondé sur les marchés, la liberté et la concurrence, qui, permettez-moi de le souligner, est précisément un modèle qui a avant tout bénéficié aux pays occidentaux. Et maintenant, ils risquent de perdre la confiance en tant que gouvernants de la mondialisation. Nous devons nous demander, pourquoi était-ce nécessaire ? Après tout, la prospérité des États-Unis repose en grande partie sur la confiance des investisseurs et des détenteurs étrangers de dollars et de valeurs mobilières étasuniennes. Cette confiance est clairement mise à mal et des signes de désillusion quant aux fruits de la mondialisation sont maintenant visibles dans de nombreux pays.

 

[…] Nous voyons déjà que de plus en plus de pays cherchent des moyens de devenir moins dépendants du dollar et mettent en place des systèmes financiers, de paiement et des monnaies de réserve alternatifs. Je pense que nos amis américains sont tout simplement en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis. On ne peut pas mélanger la politique et l’économie, mais c’est ce qui se passe maintenant. J’ai toujours pensé et je pense encore aujourd’hui que les sanctions pour des motifs politiques sont une erreur qui nuira à tous, mais je suis sûr que nous reviendrons sur ce point.

 

Nous savons comment ces décisions ont été prises et qui exerçait les pressions. Mais permettez-moi de souligner que la Russie ne va pas perdre son calme, s’offenser ou venir mendier à la porte de quiconque. La Russie est un pays auto-suffisant. Nous allons travailler au sein de l’environnement économique international qui a pris forme, développer la production et la technologie nationales et agir de façon plus décisive pour mener à bien notre transformation. Les pressions de l’extérieur, comme cela a été le cas à plusieurs reprises par le passé, ne feront que consolider notre société, nous maintenir en éveil et nous amener à nous concentrer sur nos principaux objectifs de développement. […] Mais permettez-moi de rappeler encore une fois que le monde est un endroit très différent aujourd’hui. Nous n’avons pas l’intention de nous isoler de quiconque ou de choisir une sorte de voie de développement fermée, en essayant de vivre en autarcie. Nous sommes toujours ouverts au dialogue, y compris au sujet de la normalisation de nos relations économiques et politiques. Nous comptons ici sur l’approche et la position pragmatiques des milieux d’affaires dans les principaux pays.

 

Certains disent aujourd’hui que la Russie tournerait le dos à l’Europe – de tels propos ont probablement été tenus ici aussi lors des discussions – et rechercherait de nouveaux partenaires commerciaux, surtout en Asie. Permettez-moi de dire que ce n’est absolument pas le cas. Notre politique active dans la région Asie-Pacifique n’a pas commencé d’hier, et non en réponse aux sanctions, mais c’est une politique que nous suivons depuis maintenant un bon nombre d’années. Comme beaucoup d’autres pays, y compris les pays occidentaux, nous avons vu que l’Asie joue un rôle de plus en plus important dans le monde, dans l’économie et dans la politique, et nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre d’ignorer ces développements.

 

[…] Aujourd’hui, nous voyons déjà une forte augmentation de la probabilité de tout un ensemble de conflits violents avec la participation directe ou indirecte des plus grandes puissances mondiales. Et les facteurs de risque comprennent non seulement les conflits multinationaux traditionnels, mais aussi l’instabilité interne dans différents États, surtout quand on parle de nations situées aux intersections des intérêts géopolitiques des grandes puissances, ou à la frontière de continents civilisationnels, culturels, historiques et économiques.

 

L’Ukraine, qui j’en suis sûr a été longuement évoquée et dont nous parlerons encore, est l’un des exemples de ces sortes de conflits qui affectent l’équilibre international des puissances, et je pense que ce ne sera certainement pas le dernier. De là émane la prochaine menace réelle de détruire le système actuel d’accords de contrôle des armements. Et ce processus dangereux a été initié par les Etats-Unis d’Amérique quand ils se sont unilatéralement retirés du Traité sur les missiles anti-balistiques (ABM) en 2002, puis se sont lancés dans la création de leur système global de défense antimissile et poursuivent aujourd’hui activement ce processus.

 

[…] La prochaine menace évidente est l’escalade plus avant de conflits ethniques, religieux et sociaux. De tels conflits sont dangereux non seulement en tant que tels, mais aussi parce qu’ils créent des zones d’anarchie, d’absence total de lois et de chaos autour d’eux, des lieux qui sont commodes pour les terroristes et les criminels, et où la piraterie, le trafic d’êtres humains et le trafic de drogue sont florissants.

 

D’ailleurs, nos collègues ont alors essayé de contrôler plus ou moins ces processus, d’exploiter les conflits régionaux et de concevoir des « révolutions colorées » en fonction de leurs intérêts, mais le génie s’est échappé de la lampe. Il semble que les pères de la théorie du chaos contrôlé eux-mêmes ne sachent plus quoi en faire ; il y a confusion dans leurs rangs.

 

Nous suivons de près les discussions à la fois au sein de l’élite dirigeante et de la communauté des experts. Il suffit de regarder les gros titres de la presse occidentale de l’année dernière. Les mêmes personnes sont appelées des combattants pour la démocratie, puis des islamistes ; d’abord, ils parlent de révolutions puis ils parlent d’émeutes et de soulèvements. Le résultat est évident : la propagation du chaos mondial.

 

[…] J’ajouterais que les relations internationales doivent être basées sur le droit international, qui lui-même doit reposer sur des principes moraux tels que la justice, l’égalité et la vérité. Peut-être le plus important est-il le respect de ses partenaires et de leurs intérêts. C’est une formule évidente, mais le fait de la respecter, tout simplement, pourrait changer radicalement la situation mondiale.

 

Je suis certain qu’avec une volonté réelle, nous pouvons restaurer l’efficacité du système international et des institutions régionales. Nous n’avons même pas besoin de reconstruire quelque chose de nouveau, à partir de zéro ; ce n’est pas une « terre vierge », d’autant plus que les institutions créées après la Seconde Guerre mondiale sont relativement universelles et peuvent être dotées d’un contenu moderne et adéquat pour gérer la situation actuelle.

 

Cela est vrai quant à l’amélioration du travail de l’ONU, dont le rôle central est irremplaçable, ainsi que celui de l’OSCE, qui, durant 40 ans, a démontré qu’elle était un mécanisme nécessaire pour assurer la sécurité et la coopération dans la région euro-atlantique. Je dois dire que même aujourd’hui, en essayant de résoudre la crise dans le sud-est de l’Ukraine, l’OSCE joue un rôle très positif.

 

[…] Chers collègues,

 

La Russie a fait son choix. Nos priorités sont d’améliorer encore nos institutions démocratiques et notre économie ouverte, d’accélérer notre développement interne, en tenant compte de toutes les tendances modernes positives observées dans le monde, et en consolidant notre société sur la base des valeurs traditionnelles et du patriotisme.

 

Nous avons un agenda pacifique et positif, tourné vers l’intégration. Nous travaillons activement avec nos collègues de l’Union économique eurasienne, de l’Organisation de coopération de Shanghai, du BRICS et avec d’autres partenaires. Ce programme vise à renforcer les liens entre les gouvernements, pas à les fragiliser. Nous ne prévoyons pas de façonner des blocs ou de participer à un échange de coups.

 

Les allégations et déclarations selon lesquelles la Russie essaie d’établir une sorte d’empire, empiétant sur la souveraineté de ses voisins, n’ont aucun fondement. La Russie n’a pas besoin d’un quelconque rôle spécial ou exclusif dans le monde – je tiens à le souligner. Tout en respectant les intérêts des autres, nous voulons simplement que nos propres intérêts soient pris en compte et que notre position soit respectée.

 

 

Source : http://sayed7asan.blogspot.fr/2014/10/vladimir-poutine-sur-le-nouvel-ordre.html


via http://www.agenceinfolibre.fr/choc-civilisations-selon-vladimir-poutine/

 

. Forum Valdaï 2013 : Poutine oppose "la foi en Dieu ou en Satan"

. Haut diplomate américain : la Russie a trahi le "Nouvel Ordre Mondial" (avril 2014)



Partager cet article
Repost0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 13:34

 

. Jüri Lina: Dans l'Ombre d'Hermès. Les Secrets du Communisme" (VOSTFR, "In the shadow of Hermes. The Secrets of Communism")

Poutine---L-evolution-preferable-aux-revolutions.jpg

Russie: l'évolution préférable aux révolutions (Poutine)

 

21:29 24/10/2014

SOTCHI, 24 octobre - RIA Novosti

 

Les rassemblements et manifestations de masse sont un moyen légitime de lutter pour ses intérêts, mais ils doivent se dérouler dans le cadre de la loi, la Russie ayant trop souffert des révolutions du XXe siècle, a indiqué vendredi à Sotchi le président russe Vladimir Poutine.

 

"Des rassemblements et des manifestations de masse, c'est un moyen tout à fait légitime d'expression et de lutte pour les intérêts. Pourtant, tout doit se faire dans le cadre de la loi. Une révolution, c'est mauvais. Nous en avons eu assez au XXe siècle. L'évolution, voilà ce qu'il nous faut", a déclaré le chef de l'Etat lors de la séance plénière finale de la 11e réunion du Club de discussion international Valdaï.

 

Vladimir Poutine a souligné qu'il n'était pas opposé à des rassemblements et meetings, mais aux violations de la loi lors de telles manifestations.

 

Source : http://fr.ria.ru/politique/20141024/202811962.html

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 22:04

Alors qu'Obama a cité le 24 septembre la politique de la Russie parmi les principales menaces pesant sur le monde, Poutine lui a intelligemment répondu aujourd'hui que les Etats-Unis ne constituaient pas une menace pour la Russie :

 

Poutine---Les-USA-ne-constituent-pas-une-menace-pour-la-Rus.jpg

Les USA ne constituent pas une menace pour la Russie (Poutine)

 

Dossier: 11e réunion du club de discussion Valdaï

 

19:51 24/10/2014

 

MOSCOU, 24 octobre - RIA Novosti

 

Lors d'une rencontre avec les membres du club de discussion Valdaï, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que les Etats-Unis ne constituaient pas une menace pour la Russie.

 

"Vous avez dit que le président Obama considérait la Russie comme une menace. Je ne pense pas que les Etats-Unis constituent une menace pour nous", a répondu M. Poutine à une question concernant sa vision des Etats-Unis.

 

"Je pense que la politique des milieux dirigeants américains est, pardonnez-moi ce cliché, erronée. Je suis persuadé qu'elle va à l'encontre de nos intérêts mutuels, sape la confiance envers les Etats-Unis et cause donc un certain préjudice à ce pays également", a déclaré le chef de l'Etat russe.

 

Lors de son intervention à l'Onu le 24 septembre, Barack Obama a cité la politique de la Russie parmi les principales menaces pesant sur le monde, au même titre que la fièvre Ebola et le terrorisme islamiste.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20141024/202810731.html

 

. Obama a plus peur de la Russie que de l’Etat islamique (Lavrov)

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 20:50

Moscou ne laissera pas impunis les crimes de guerre en Ukraine

 

La Voix de la Russie

14 octobre 2014, 20:02

 

La Russie propose de convoquer un forum mondial des droits de l'homme consacré à la situation autour de l'Ukraine, a annoncé le 14 octobre Mikhaïl Fedotov, président du conseil russe des droits de l'homme près le président de Russie.

 

Le 14 octobre une réunion du conseil a eu lieu à Moscou avec la participation du président Vladimir Poutine. L’attention a été consacrée à la situation catastrophique de la population du Sud-est de l'Ukraine.

 

Il a été déjà déclaré que Moscou ne laisserait pas sous silence ou oublier les crimes perpétrés par les militaires ukrainiens et la garde nationale dans le Sud-est de l'Ukraine, et qu'il œuvrerait pour obtenir que les organisations internationales procèdent à une enquête intégrale sur les crimes dans le Donbass et à Lougansk.

 

« Les événements en Ukraine ont mis en évidence une crise profonde du droit international, des normes fondamentales de la Déclaration universelle des droits de l'homme et de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide », a dit Vladimir Poutine.

 

« Nous sommes en présence d'un deux poids, deux mesures lors de l'évaluation des crimes contre la population civile dans le Sud-est de l'Ukraine, des violations des droits fondamentaux de l'homme à la vie et à l'intégrité personnelle. Les gens y sont soumis à des tortures, à des punitions cruelles et humiliantes, à la discrimination et à des peines sans jugement ni enquête. Malheureusement, de nombreuses organisations internationales de défense des droits de l'homme ferment tout simplement les yeux sur ces événements ».

 

Source: http://french.ruvr.ru/2014_10_14/Moscou-ne-laissera-pas-passer-sous-silence-les-crimes-de-guerre-en-Ukraine-4276/

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 18:45

Un magnifique reportage sur le monastère orthodoxe de Valaam, en Russie, près du lac Ladoga.

On y apprend l’importance de la liturgie et du chant qui lui est associé. Inchangée depuis des siècles, c’est elle qui a permis au monastère de renaître après la douloureuse parenthèse communiste.

On voit aussi en quoi consiste la véritable « participation des fidèles » : se laisser simplement toucher par les rites sacrés qui célèbrent la Majesté divine.

Quant à la spiritualité monastique, les mots manquent pour en qualifier la profondeur et le rayonnement...

... loin du tumulte de la majorité de nos messes paroissiales.

 

monastere-de-Valaam-en-Russie.jpg
Monastère de Valaam en Russie
Vladimir-Poutine--Journee-spirituelle-au-monastere-Valaam.jpg

Vladimir Poutine au monastère Valaam en Russie (avril 2013) où vit son directeur spirituel.

Valaam, archipel d'une cinquantaine d'îles, figées six mois par an dans les glaces de l'immense lac Ladoga, abrite le plus ancien monastère de Russie. Fondé selon la tradition au 11e siècle, la prière du monastère de Valaam s'est interrompue pendant près de 50 ans, lorsque le régime communiste expulsa les moines de l'île dans les années 1940. Mais en 1989, six moines accostent à Valaam, pour restaurer une vie monastique dont le fil a été brisé. 23 ans plus tard, ils sont près de 150, et la plupart des églises dévastées ont été rebâties. Ce documentaire propose de découvrir la vie quotidienne des moines de Valaam, dans le grand monastère principal, et dans les ermitages perdus dans les bois des îles alentour. Travail manuel, peinture des icônes, grandes liturgies dans la nuit: une vie de combat permanent avec soi-même, ancrée dans l'obéissance et la prière perpétuelles. Portrait d'une foi en pleine renaissance, qui fait de ce lieu hors du commun, le symbole de l'impressionnant réveil spirituel de toute la Russie.

Un film écrit et réalisé par François Lespès. Une coproduction Grand Angle Productions et KTO - 2012.

Emission du 26/11/2012

 

 

via Pro Liturgia ACTUALITE (13/10/2014) http://www.proliturgia.org/

 

 

. Dmitri Medvedev qualifie de miracle la renaissance de l'Eglise orthodoxe (novembre 2011)

. La renaissance de l'Eglise orthodoxe russe

. Les Russes chassent Robespierre de Saint-Pétersbourg

. La Russie reconstruit ses monuments sacrés

. La Russie est devenue une grande puissance grâce à la religion chrétienne (Poutine, le 25 juillet 2013)

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 19:03

Les francs-maçons atlantistes ne veulent plus entendre parler de leurs "frères" communistes du début du XXe siècle... Une autre statue du franc-maçon terroriste Lénine a été démantelée en Ukraine à Kharkov aujourd'hui avec l'autorisation des autorités de Kiev, autorités pourtant mises en place par l'Otan...

A Kharkov, les victimes du communisme étaient scalpées... (Cf. Jüri Lina: 2-2 Dans l'Ombre d'Hermès. Les Secrets du Communisme" (VOSTFR, "In the shadow of Hermes. The Secrets of Communism"):

 

Une statue de Lénine démantelée à Kharkov (vidéo)

 

La Voix de la Russie

 

29/09/2014, 11:11

 

Des nationalistes ukrainiens ont déboulonné une statue de Lénine à Kharkov. La statue haute de 9 mètres, la plus imposante d'Ukraine, a été démantelée.

 

L'enquête pénale ouverte pour hooliganisme a été aussitôt clôturée car le gouverneur Igor Balouta désigné par Kiev avait signé rétroactivement l'ordre de démanteler le mounument.

 

La police n'est pas intervenue non sans avoir au préalable dispersé un meeting anti-guerre. Plus tôt une autre statue de Lénine a été déboulonnée dans le chef-lieu du district de Dergatchi dans la région de Kharkov.

 

Source: Video La Voix de la Russie http://french.ruvr.ru/news/2014_09_29/Une-statue-de-Lenine-demolie-a-Kharkov-0808/

 

 

Lenine-statue-lenine-oulan-bator-retiree-14-octobre-2012.jpg
 Statue de Lenine d'Oulan Bator (Mongolie) retirée le 14 octobre 2012

Il ne reste plus qu'à déboulonner les autres statues de "la liberté" et de "l'Egalité" dans le monde... et autres impostures responsables des génocides communistes..., des guerres..., et de la plupart des "révolutions" financées par la banque anglo-saxonne...


Les symboles du totalitarisme des "Lumières" et de 1789 tombent les uns après les autres...

 

. Jüri Lina: Dans l'Ombre d'Hermès. Les Secrets du Communisme" (VOSTFR, "In the shadow of Hermes. The Secrets of Communism")

. La Russie lance une procédure pénale pour génocide des russophones en Ukraine

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 18:51

Ukraine-genocide.jpg

 

Ukraine: la Russie lance une procédure pénale pour génocide

 

21:17 29/09/2014

MOSCOU, 29 septembre - RIA Novosti


Le Comité d'enquête de Russie a ouvert une enquête pénale pour génocide des russophones dans les républiques autoproclamées ukrainiennes de Donetsk et de Lougansk, a annoncé lundi à Moscou le porte-parole du comité, Vladimir Markine.

"Le département d'instruction principal du Comité d'enquête de Russie a lancé une procédure pénale pour génocide des populations russophones vivant sur le territoire des républiques populaire de Lougansk et de Donetsk en vertu de l'article 357 du Code pénal russe", a indiqué M. Markine.

"Des personnes non identifiées au sein de l'administration politique et militaire ukrainienne, des Forces armées ukrainiennes, de la Garde nationale et du 'Secteur droit' (formation ultranationaliste ukrainienne) ont donné des ordres destinés à la destruction totale des citoyens russophones résidant dans les républiques de Donetsk et de Lougansk", a précisé M. Markine.

Des meurtres de russophones ont été effectués au moyen de lance-roquettes multiples Grad et Ouragan, de missiles air-sol non guidés, de missiles tactiques Totchka-U et d'autres armes lourdes non sélectives. Ces actions ont provoqué la mort d'au moins 2.000 personnes, d'après le responsable.

"300.000 personnes ont été obligées de quitter leurs foyers et de se réfugier sur le territoire russe", a annoncé M. Markine.

 

        Source: RIA NOVOSTI http://fr.ria.ru/world/20140929/202561387.html

 

. Ukraine : Bilan humain du génocide russe (actualisé)

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 12:09

Rusvesna

25.09.2014 - 13:47

 

Le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine peut atteindre 900 mille personnes - Rapporteur spécial des Nations Unies

 

Chaloka-Beyani.jpgLe nombre de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine peut atteindre 900 mille personnes. C'est ce qu'a annoncé aujourd'hui le Rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'homme au sujet des personnes déplacées, a déclaré Chaloka Beyani (un professeur zambien de droit international à London School of Economics, Ndt. ) à l'issue d'une visite de 10 jours en Ukraine.

 

Source: Число внутренне перемещенных лиц на Украине может достигать 900 тысяч человек — спецдокладчик ООН http://rusvesna.su/short_news/1411638450

via Translate Google

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 05:42

 

Projet de limitation de la participation financière étrangère dans les médias russes

 

 

Tirant les conséquences de la guerre d'information qui se livre aujourd'hui, ouvertement, entre la Russie et les Etats Unis, les députés russes ont décidé de reprendre doucement la main sur les médias nationaux. Ainsi, la participation au capital des personnes physiques et morales étrangères sera limitée à 20% du capital. Ce qui a provoqué la montée au filet des médias dits "libéraux", autrement dit des médias largement financés de l'étranger. Et pour cause, en fait, une grande partie d'entre eux sont off-shore et veulent le rester.
La Douma examine un projet de loi déposé par des députés communistes et LDPR visant à limiter la participation et le pouvoir de direction des personnes physiques et morales étrangères dans les médias russes, de tous types.
 
La limitation concerne les Etats étrangers, les organisations internationales, ainsi que les personnes morales sous leur contrôle, les personnes morales étrangères, les personnes morales russes avec participation étrangère d'au moins 20% au capital, les citoyens étrangers, les apatrides, les citoyens russes ayant également une nationalité étrangère.
 
Ces personnes ne peuvent fonder un média ou en contrôler plus de 20% du capital. Les voix détenues par les actionnaires ne peuvent être décomptées lors de la réunion des actionnaires en ce qui concerne la politique du média.
 
La loi doit entrer en vigueur le 1er janvier 2016. Les médias ont jusqu'au 1er février 2017 pour se mettre en conformité avec la loi et doivent déclarer la nouvelle liste des actionnaires et fondateurs avant le 15 février 2017.
 
Le bruit fait par ce projet de loi est comparable à celui qui a entouré la règlementation du financement des ONG en Russie. Et pour cause, dans les deux cas, la présence étrangère est très forte et ces deux branches exercent une influence non négligeable sur la formation de l'opinion publique nationale.
 
Ainsi, cette réforme pourrait concerner les éditions Kommersant, PBK, Rambler & Co., STS Media et presque toutes les chaînes cablées. Par exemple, les éditions Kommersant regroupent 6 compagnies dont 3 sont enregistrées dans les Iles Vierges. Le Holding RBK est détenu à plus de 50% par une entreprise localisée à Chypre. Quant aux éditions en Russie des journaux Elle, Marie Claire, Psychologies et Maxim elles sont à 100% entre les mains d'une entreprise elle aussi située à Chypre.
 
Soyons réaliste, plus que dans la logique d'une "nationalisation" des ONG pour qu'elles défendent réellement les intérêts de la population, ce projet de loi, au-delà de la dimension idéologique ici incontestable, fait également beaucoup penser à la lutte contre l'off-shorisation de l'économie. Lutte lancée par V. Poutine lors de son retour à la présidence et lutte qui dérange beaucoup.

Source: http://russiepolitics.blogspot.fr/2014/09/projet-de-limitation-de-la.html

 

Exemple de controverse en "France" suscitée par le projet de loi russe : 

 

 

Le pouvoir russe accroît son emprise sur les médias

 

Le Figaro

Publié le 22/09/2014 à 19:34

 

Considéré par Vladimir Poutine (ici auTadjikistan, le 12 septembre) comme un «projet spécial de la CIA», Internet suscite notamment toute l'attention du Kremlin.

 

Pour «renforcer la souveraineté» du pays, une loi veut réserver les groupes d'informations aux oligarques du pays.

 

Dans un énième tour de vis sur les médias, la Douma russe devrait examiner, mardi, en première lecture, un projet de loi visant à réduire l'influence étrangère dans le domaine de l'information. Selon ce texte, aucun investisseur étranger ne pourra détenir plus de 20 % du capital d'un média national, la même restriction devant s'appliquer à tout entrepreneur russe possédant une double nationalité. Déjà en 2011, le montant maximal des participations «non russes» avait été abaissé à 49 %.

 

«Il s'agit d'un moyen important pour renforcer la souveraineté de la Russie dans la mesure où, dans une société de l'information, les médias influent sur les préférences des citoyens et façonnent l'opinion publique», a déclaré le vice-président du Parlement, Sergueï Jelezniak, qui feint, à cette occasion, de découvrir une vérité première. Dans la vision des concepteurs de la loi, aucun média ne devrait échapper à la surveillance renforcée des pouvoirs publics. «La presse glamour qui, dans une large mesure, imprime des photos et des publicités, glisse également vers la politique au risque de saper les fondements de la Fédération russe», s'inquiète le député nationaliste Vadim Dienguine.

 

De décisions anecdotiques en projets législatifs, le pouvoir russe ne laisse rien au hasard. Au lendemain même de la signature d'un accord de cessez-le-feu en Ukraine, soutenu conjointement par Kiev et Moscou, les télévisions publiques ont ainsi totalement banni de leur vocabulaire l'expression «junte», qui avait servi jusque-là à désigner le pouvoir ukrainien. Plus récemment, le holding public NMG, qui détient notamment 25 % de Pervyi Kanal, première chaîne du pays, et contrôle le quotidien pro-Kremlin Izvestia, a annoncé la nomination, à la tête du conseil d'administration, de la députée Alina Kabayeva. Cette parlementaire de Russie unie est d'abord connue comme une ancienne championne de gymnastique artistique, à qui la rumeur moscovite prête une liaison avec Vladimir Poutine.

 

«Une fois leur participation limitée à 20 %, la valeur des actifs détenues par les investisseurs étrangers va diminuer, et ces derniers seront alors rachetés par des oligarques russes proches du pouvoir»


Anton Nossik, spécialiste des médias

 

La nouvelle loi sur les participations relève autant du souci, manifesté par le Kremlin, de verrouiller le discours public que du Meccano industriel. «Il s'agit d'un mélange de paranoïa politique et d'intérêts économiques», explique Anton Nossik, un spécialiste des médias. «Une fois leur participation limitée à 20 %, la valeur des actifs détenues par les investisseurs étrangers va diminuer, et ces derniers seront alors rachetés par des oligarques russes proches du pouvoir», pronostique cet expert. Déjà, en 2011, plutôt que de devoir perdre le contrôle de ses radios russes, très profitables, le groupe Lagardère avait préféré vendre ses actifs à un spécialiste des machines-outils, Vladimir Gridine. Aujourd'hui, plusieurs médias sont possédés par Youri Kovaltchouk, un homme d'affaires très proche de Vladimir Poutine, visé par les sanctions occidentales, ainsi que par Gazprom Medias, la branche communication du géant gazier.

 

Longtemps limitée au contrôle des médias classiques, l'offensive touche également l'Internet. Le réseau social VKontakte, qui avait joué un rôle important dans les manifestations anti-pouvoir de l'hiver 2011, vient d'être repris en main par Boris Dobrodeïev, le fils du patron d'un autre holding de médias publics, VGTRK. Pour sa part, le fondateur de ce «Facebook russe», Pavel Dourov, s'est exilé à l'étranger. Considéré par Vladimir Poutine comme un «projet spécial de la CIA», Internet suscite toute l'attention du Kremlin. Après les lois destinées à renforcer le contrôle sur les blogs et à lutter contre la diffusion de messages «extrémistes», le pouvoir russe se dit aujourd'hui déterminé à «protéger» l'Internet domestique contre «l'imprévisibilité» des Occidentaux. Une formulation très vague qui sonne comme une menace aux oreilles des pionniers d'Internet.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/international/2014/09/22/01003-20140922ARTFIG00328-le-pouvoir-russe-accroit-son-emprise-sur-les-medias.php

 

Il est vrai qu'en "France" l'Oligarchie n'a aucun pouvoir sur les médias officiels... L'Assemblée dite "nationale"  a voté jeudi 18 septembre un projet de loi de "lutte contre le terrorisme", dont l'article 9 prévoit le blocage des sites internet par l'exécutif sans décision préalable du pouvoir judiciaire. Mais ce projet de loi-là inquiète moins l'oligarchie "française" que le projet de loi russe de limitation de la participation financière étrangère dans les médias russes...

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 13:26

Vladimir-Rogov---La-visite-aux-Etats-Unis-Poroshenko-signi.jpg

 

«Визит Потрошенко в США означает продолжение обстрелов мирных людей» (видео-включение)

 


RusVesna,

 

Le co- chef des gardes slaves, du Front populaire de "Nouvelle Russie", Vladimir Rogov, a parlé de la façon dont les choses ont évolué, et de la situation militaire dans le Donbass.

Selon Vladimir Rogov, se produit maintenant en Nouvelle-Russie ce qui a été prédit. Une fois Poroshenko a pris langue avec ses maitres aux États-Unis, l'intensité de l'incendie punitive s'intensifie.

[...] Les Ukrainiens normaux ne veulent pas se battre, cela crée un énorme problème pour la junte. En outre, de nombreux militaires ukrainiens ne veulent pas être libérés de captivité. Ils sont littéralement en larmes demandant des volontaires de les laisser sur le territoire de la Nouvelle Russie, parce qu'ils craignent des représailles des néo-nazis.

Aujourd'hui (20 septembre Ndlr.) les punisseurs ont tiré des missiles "Tochka-U" sur Donetsk. Hier "Donbass Arena" a été bombardé. Par conséquent, comme cessez-le-feu, le soi-disant plan de "paix" de Poroshenko est discutable. Il est évident qu'il est tout le contraire. L'usurpateur de Kiev fait tout son possible pour nettoyer le Donbass sur les ordres de Washington.

 

 

 

Source : ANNA News http://anna-news.info/node/22144 via Russvesna http://rusvesna.su/news/1411219788

 

À Washington jeudi 18 septembre, Petro Porochenko a réclamé des armes et obtient plus de soutien des États-Unis

 

En visite officielle à Washington, Petro Porochenko a exhorté, jeudi, les pays occidentaux à ne pas "laisser l’Ukraine seule" face à la Russie. Washington a annoncé le déblocage de 53 millions de dollars d’aide supplémentaire.

 

[...] "Nous avons besoin de vous, de l'aide de l'Amérique", a-t-il lancé, lors d'un discours longuement ovationné.

 

[...] l’ex-homme d’affaires a notamment affirmé que son armée avait besoin d'"équipements militaires létaux et non-létaux".

 

"J'incite fortement les États-Unis à accorder à l'Ukraine un statut spécial de sécurité et de défense au plus haut niveau d'interaction avec des alliés non membres de l'Otan", a-t-il dit. "On ne gagne pas une guerre avec des couvertures".

 

[...] [Dans une belle inversion accusatoire, Ndlr.] le chef de l'État ukrainien a ajouté que "l'agression" russe contre l'Ukraine était "une menace contre la sécurité mondiale".

 

[...] Des systèmes de détection radar de tirs d'artillerie seront pour la première fois livrés à Kiev. [...] Ces équipements permettent notamment de localiser l'origine des tirs.

 

Washington fournira aussi des véhicules de transport de troupes, des petites embarcations ainsi que des équipements de surveillance, de détection d'explosifs et de déminage. En revanche, il n'est pas prévu de livrer des armes de guerre.

 

Le président Barack Obama a également salué le courage de son homologue ukrainien. À l'issue d'une rencontre dans le Bureau ovale, le président américain a loué le leadership de Petro Porochenko, "à un moment très important dans l'histoire de l'Ukraine". Il a félicité son "ami" pour avoir pris une décision difficile en acceptant d'accorder plus d'autonomie et une amnistie aux séparatistes de l'Est.

 

Petro Porochenko, qui a accepté au début du mois un cessez-le-feu (5 septembre, "paix de minsk", Ndlr.) avec les séparatistes pro-russes de l'Est, a également dit espérer que les États-Unis n'hésiteraient pas à imposer d'autres sanctions à la Russie.

 

Source: FRANCE 24 http://www.france24.com/fr/20140919-ukraine-etats-unis-petro-porochenko-soutien-senat-americain-obama-russie-poutine-separatistes/

 

Porochenko-demande-a-l-OTAN-de-sauver-la-pauvre-armee-ukr.jpg

Porochenko demande à l'OTAN de sauver la pauvre armée ukrainienne du peuple du Donbass...

 

9 jours après la "paix" de Minsk, l'Otan commençait à livrer des armes à l'Ukraine, selon une déclaration du ministre ukrainien de la Défense Valeri Gueleteï.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 13:27

Nous dénonçions   l'inversion accusatoire de l'UE accusant la Russie le 23 mars de "violer les obligations de l'OMC"  et le fait que c'était "comme la 'violation du droit international'" : alors que les Occidentaux violaient le droit international constamment et déstabilisaient le monde économiquement et politiquement, ne cessant de marcher sur leurs propres principes, ils accusaient les autres (de le faire...)

Le 7 août dernier nous étions "étonnés, de voir que la Russie, devenue membre de l'OMC en 2011, n'attaque pas les sanctions occidentales devant cette institution plutôt que de simplement répondre aux sanctions par d'autres sanctions".

Et bien c'est chose faite !

 

Vladimir-Poutine-declare-que-l-Occident-viole-les-normes-d.jpg

Les pays occidentaux ont violé les normes fondamentales de l'Organisation mondiale du commerce en décrétant des sanctions économiques contre Moscou, a déclaré jeudi le président russe Vladimir Poutine.

 

"Les restrictions introduites à l'encontre de notre pays témoignent du fait que certains de nos partenaires refusent de respecter les principes de base de l'OMC. On viole le principe d'égalité d'accès aux marchés des marchandises et des services, on ignore la clause de la nation la plus favorisée et le principe de concurrence libre et non faussée", a annoncé le chef du Kremlin lors d'une réunion du Conseil d'Etat russe (organe consultatif auprès du président).

 

Suite au rattachement de l'ex-république ukrainienne de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie le 18 mars dernier, dénoncé comme une annexion par les autorités de Kiev, les Etats-Unis et l'UE ont imposé des sanctions visant des compagnies, des banques et des secteurs entiers de l'économie russe. Le dernier train de sanctions a été adopté le 12 septembre.

 

Plus tôt dans la semaine, le ministre russe du Développement économique Alexeï Oulioukaïev a fait savoir que Moscou envisageait de saisir l'OMC suite aux nouvelles sanctions décrétées par l'UE et les Etats-Unis.

 

Source: RIA NOVOSTI, Sanctions: l'Occident viole les normes de l'OMC (Poutine), MOSCOU, 18 septembre

http://fr.ria.ru/world/20140918/202464963.html

 

. Inversion accusatoire : L’UE accuse la Russie de violer les obligations de l'OMC (23 mars 2014)

. La Russie répond aux sanctions économiques des Occidentaux, les Occidentaux reprochent à la Russie de répondre (7 août 2014)

. Après Obama la semaine dernière... l'Union européenne approuve de nouvelles sanctions contre la Russie (8 septembre 2014)

. Ces 1200 sociétés françaises qui pâtiront des sanctions économiques occidentales contre la Russie (12 septembre 2014)

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 11:30

 

Igor-Strelkov.-Briefing-du-11.09.2014.-2-ere-partie.jpg

Strelkov nageait avec des piranhas, maintenant il nage avec de grands requins blancs

 

La conférence de presse de Strelkov, hier [Ndt : 11 septembre], est, je crois, un moment historique car elle marque le passage de Strelkov de la lutte armée novorossienne à une lutte de bien plus grande ampleur, et beaucoup plus dangereuse : la lutte pour l’avenir politique de la Russie. En soi, cela n’est pas nécessairement inattendu, mais la façon dont il l’a fait a créé une surprise, en tout cas pour moi. Avant de revenir sur la situation d’ensemble, il me semble utile d’essayer de résumer ici les points clés de sa présentation. Voici comment je résumerais ce qui m’a semblé être les éléments clés de sa présentation :

 

[...] Son point de vue sur l’accord de cessez-le-feu :

 

Ce cessez-le-feu a désormais créé une situation militaire pire que ce qu’elle était au printemps.

Ce n’est pas tant le cessez-le-feu en lui-même qui est une honte, mais bien plutôt « les conditions actuellement en cours de discussion à Minsk ».

Il existe un plan visant à faire retomber sur Poutine l’accusation d’avoir trahi la Novorossia.

De puissants intérêts veulent une guerre sans fin, afin de faire de l’Ukraine un ulcère hémorragique pour la Russie.

 

Comment il décrit la 5ème colonne :

 

Les racines de cette 5ème colonne remontent aux années Eltsine.

La libération de la Crimée a pris la 5ème colonne par surprise.

La 5ème colonne se trouve dans l’entourage du président.

Il y a une 5ème colonne locale au Donbass, qui a déjà négocié et continue à négocier avec les oligarques ukies.

La 5ème colonne est composée de « libéraux ».

Pour eux, Poutine représente une menace morale, parce qu’il bénéficie d’un soutien populaire massif.

Ils veulent renverser Poutine.

Ils veulent démembrer la Russie.

Ce sera une guerre longue contre la Russie.

Nous sommes à nouveau confrontés à une situation similaire à celles de 1905 et de 1917.

En sauvant la Novorossia, la Russie peut se sauver elle-même.

les sanctions occidentales vont nuire à la Russie, et elles seront utilisées pour discréditer Poutine.

 

Les plans de Strelkov :

 

Strelkov entend se battre en Russie pour appuyer Poutine (c’est la seule option).

Son objectif principal est la dénonciation des véritables traîtres en Russie.

 

[...] RETOUR A LA CONFERENCE DE PRESSE DE STRELKOV

 

Rappelons-nous d’où Strelkov est venu. Si l’on sait sur lui assez peu de choses de façon certaine, il semble qu’il soit un ex-colonel du FSB (anti-terrorisme) qui a combattu en tant que volontaire en Yougoslavie, en Transnistrie et en Tchétchénie. C’est également un historien, quelqu’un qui écrit des articles, et il aime prendre part à des reconstitutions militaires. C’est un monarchiste, un chrétien orthodoxe et un admirateur de la lutte des Blancs pendant la guerre civile. En Novorossia, cependant, il est tout à coup passé, d’un bond gigantesque et particulièrement réussi, à un niveau totalement différent : le colonel de l’anti-terrorisme est devenu ce que l’on pourrait plus ou moins décrire comme un commandant de division ou même de corps d’armée, qui a changé une milice de volontaires en une armée plus ou moins régulière. C’est là un exploit énorme : alors qu’il n’était quasiment personne, il est devenu le héros et le commandant n°1 de l’ensemble de la résistance novorossienne. Et cependant, la Novorossia est minuscule par rapport à la Russie, et la politique novorossienne de haut niveau est chose tout à fait minime en comparaison de la politique russe de haut niveau. Et voilà pourtant qu’avec sa conférence de presse d’hier, Strelkov a fait encore un autre bond de géant : il a sauté des questions militaires novorossiennes directement dans le combat le plus complexe et dangereux qui soit : la lutte secrète pour le pouvoir qui se déroule derrière les coulisses du Kremlin. Il est beaucoup trop tôt pour dire si cette initiative sera couronnée d’autant de succès que la précédente : Strelkov cette fois ne nage plus avec des piranhas mais avec des grands requins blancs. Je suis malgré tout prudemment optimiste. Voici pourquoi :

 

Le potentiel de Strelkov dans la lutte pour le pouvoir russe

Poutine est parfaitement conscient du fait que la base de son pouvoir officiel (l’appareil d’Etat) est rempli à craquer de membres de la 5ème colonne. La meilleure preuve en est qu’il a fait deux choses très intéressantes :

a) Il a créé un front du peuple de toute la Russie (le Front populaire panrusse, FPP) qui, contrairement au parti officiel au pouvoir, Russie unie, n’est pas né avec une forte composante Medvedev ou intégrationniste atlantique, mais a été créé par Poutine seul. Officiellement, le FPP n’est pas un parti mais un « mouvement politico-social » censé rassembler une grande partie des organisations et des individus favorables au Kremlin en général, et fournir aux gens ordinaires un moyen de faire passer leurs préoccupations à Vladimir Poutine. En réalité, cependant, c’est également un « parti politique en attente », très grand, très bien connecté et que Poutine peut « mettre en route » à tout moment, notamment en cas de contestation à l’intérieur de Russie unie.

b) les services de sécurité de Poutine ont contribué à la création d’une pléthore d’« entités proches du Kremlin » (околокремлевские круги, cercles connectés au Kremlin) qui n’ont officiellement aucun lien de subordination envers le Kremlin, mais qui permettent d’obtenir beaucoup de choses sans que le gouvernement ait à intervenir ni même à être informé. Ces entités proches du Kremlin comprennent certains organes de presse, certaines structures commerciales, un certain nombre de clubs, des organisations de jeunesse, des agences de presse, etc. Il n’y a pas de liste officielle, aucune procédure d’admission, pas de leader. Mais d’une façon ou d’une autre, il y a toujours, à proximité ou à l’intérieur de ces cercles, des gens en contact avec les agences de sécurité.

C’est là ce dans quoi s’inscrit Strelkov.

Strelkov entend représenter d’abord et avant les intérêts de la population de Novorossia, mais puisqu’il a correctement identifié la 5ème colonne russe comme constituant la principale menace pesant sur la Novorossia, il devient également un allié objectif de Poutine dans une lutte commune contre les intégrationnistes atlantistes. Maintenant, soyons clairs : Strelkov et Poutine ne seront pas d’accord sur un certain nombre de questions. Strelkov l’a clairement indiqué quand il a dit :

« Peu importe à quel point je peux être critique à l’endroit de certaines décisions de politique intérieure ou extérieure du président, dans l’état de guerre où nous sommes, puisque la guerre a commencé contre nous, je considère qu’il est nécessaire de le soutenir comme le seul commandant suprême légitime, le principal garant de la liberté et de l’indépendance de l’Etat ».

Le fait qu’il ait conclu qu’il fallait soutenir Poutine n’empêche pas qu’il a clairement indiqué être très réservé quant à certaines décisions de celui-ci. Ma conjecture est que les sujets évidents de désaccord auxquels il pense sont les suivants :

a) le cessez-le-feu et les négociations ultérieures ;
b) le fait que Poutine s’accommode de certains oligarques russes ;
c) que Poutine veuille une Ukraine unie.

Ces désaccords sont normaux et ne doivent pas être interprétées comme le signe d’une certaine forme d’opposition. Encore une fois, la Novorossia et la Russie ont simplement des intérêts différents.

En revanche, là où Strelkov et Poutine sont en plein accord, c’est sur la nécessité d’écraser la 5ème colonne. Poutine a été le premier à parler d’une « 5e colonne russe » (quand il s’est adressé à l’Assemblée fédérale) et Strelkov a repris l’expression qu’il avait utilisée. Cette 5ème colonne de souverainistes atlantistes constitue un danger mortel aussi bien pour Poutine que pour Strelkov et, comme ce dernier le souligne à juste titre, Poutine constitue un danger mortel pour eux. Lorsque Strelkov parle d’une « révolution Poutine » et d’un « printemps russe », il se réfère à la même lutte que j’ai dans le passé décrite comme une lutte entre les intégrationnistes atlantistes et les souverainistes eurasiens. Les dénominations qu’il choisit sont différentes, mais le processus qu’il décrit est le même.

Dans ce contexte, Strelkov pourrait devenir un allié très puissant pour Poutine. En prenant la parole pour la Novorossia, Strelkov promeut lui aussi très clairement la même idéologie, la même vision du monde que Poutine.

 

[...] Poutine, Zakharchenko et Strelkov réalisent tous les trois pleinement que ce qui se passe n’est rien de moins qu’une guerre contre la Russie, mais menée, en tout cas pour le moment, avec des moyens non-militaires. Tous les trois savent que la plus grande menace qui pèse sur la Russie est une menace interne. Tous les trois sont en position de proclamer qu’aucun des deux autres ne parle pour lui. Après tout, l’un est le président de la Russie, le second est le plus haut représentant de Donetsk et de la Novorossia, tandis que le troisième n’est, techniquement parlant, qu’un officier en retraite et un simple particulier. Et pourtant, à eux trois, ils encerclent politiquement la 5ème colonne russe à l’intérieur d’un « chaudron politique », chaudron dans lequel chacun se trouve en situation d’avoir à soutenir Poutine ou de passer pour un traître. Une technique potentiellement très efficace.

 

Le second rôle que joue Strelkov, c’est de dénoncer et de discréditer les détracteurs de Poutine, ceux qui passent leur temps à rabâcher que « Poutine poignarde la Novorossia dans le dos, ou qu’il la trahit ». Je prédis que dans un proche avenir, les mêmes cercles qui jusqu’à présent avaient fait le choix de proclamer que si Poutine est le méchant, Strelkov, lui, est le héros, se mettront à déclarer que Strelkov est lui aussi un méchant et un traître. Certains de ces gars-là sont manipulés par des spécialistes PSYOP de l’occident, d’autres sont tout simplement payés par les occidentaux, mais leur but en tout cas est de convaincre le monde de ce que Poutine est l’affreux jojo, et de ce qu’il faut absolument qu’un « vrai » patriote le remplace. En d’autres termes, de ce que la Russie ne peut être sauvée que si elle permet au rêve anglo-sioniste d’un changement de régime dans le pays de devenir réalité. Ce sont là les mêmes personnes qui disaient vouloir sauver la Novorossia en réalisant l’autre rêve anglo-sioniste, celui d’amener les Russes à intervenir militairement de façon ouverte dans le Donbass. Mon conseil est simple en ce qui concerne ces « patriotes du chagrin », ainsi qu’on les appelle en Russie : méfiez-vous de ceux qui prétendent sauver la Russie en permettant aux rêves anglo-sionistes de se réaliser. En gardant cela à l’esprit, vous ne devriez pas avoir trop de mal à repérer les ennemis de la Russie.

 

 

CONCLUSION

 

J’ai été stupéfié et fantastiquement encouragé par la manière extrêmement sophistiquée dont Strelkov a présenté hier sa position. Bien qu’il soit sans doute trop tôt pour tirer une quelconque conclusion, et même si je pourrais à ce sujet faire preuve d’un optimisme inhabituel, je crois que Strelkov a réellement le potentiel pour devenir ce leader de la Novorossia que j’espérais voir émerger un jour. Si cela advient, alors c’est avec joie que je plaiderai coupable de l’avoir sous-estimé. Je dois pourtant vous avouer aussi que je suis très inquiet pour lui. Le fait qu’apparemment, les médias de Russie n’aient accordé à sa petite conférence de presse que peu voire pas d’attention du tout, combiné avec le bruit qui a couru au sujet de son suicide, c’est là un message fort que lui envoie la 5ème colonne pour bien lui montrer à quel point elle reste puissante. Et j’interprète en particulier cette rumeur de suicide comme une menace de mort particulièrement grave. Pire encore, mais peut-être sont-ce mes inclinations paranoïaques qui s’expriment ici, il y a beaucoup de gens des deux côtés pour qui la mort de Strelkov serait la bienvenue. Les intégrationnistes atlantistes et leur 5ème colonne aimeraient le voir mort parce qu’il ose les dénoncer aussi ouvertement, mais ne vous méprenez pas, il se pourrait également qu’il y ait des souverainistes eurasiens pour vouloir sa mort, afin qu’il leur serve de martyr et de symbole de l’héroïsme russe. Est-ce cynique et moche ? Oui. Il en est ainsi de la lutte pour le pouvoir en Russie. A quel point cette lutte peut être impitoyable, la plupart des gens de l’Ouest n’en ont aucune idée. Contrairement à Poutine, Strelkov n’est pas protégé par un dispositif de sécurité de l’Etat extrêmement puissant. Alors si l’on considère qu’un coup pourrait lui venir de n’importe lequel des deux camps, il vaudrait mieux pour lui qu’il se montre très *très* prudent.

 

Ne serait-ce que pour avoir accepté de jouer le rôle qu’il joue maintenant (et lui, étant un ex-colonel du FSB, connaît parfaitement les risques), je le considère comme un héros ; il a mon admiration sincère. « Ils » vont essayer de l’utiliser, de le menacer, de le manipuler, de le discréditer et d’utiliser tous les coups tordus possibles pour le contrôler ou pour l’écraser. En vérité, son sort est déjà un sort tragique, et son courage est remarquable. La lutte contre les nazis ukies, les wahhabites tchétchènes ou les oustachis croates, c’était comme des vacances relaxantes par rapport au genre de « guerre » qui a cours dans la lutte pour le contrôle de la Russie. Et comme la Russie est le leader de facto à la fois des BRICS et de l’OCS, la lutte pour la Russie est véritablement une lutte pour l’avenir de la planète. Je crois que Strelkov le comprend.

 

Le Saker

Source: http://www.vineyardsaker.fr/2014/09/13/strelkov-nageait-piranhas-maintenant-il-nage-grands-requins-blancs/

 

. Igor Strelkov. Conférence de presse du 11.09.2014. 2-ère partie - Questions/réponses. Sous-titres français

. Discours d'Igor Strelkov du 11 septembre 2014 (1ère partie). Sous-titres français

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 18:10

 

En attendant le lancement du nouveau site d’analyse politico-stratégique www.stratpol.com, Xavier Moreau publie sur Médias Presse Info, sa dernière analyse sur la situation en Ukraine.

République bananière d’Ukraine. Saison 2. Episode 5.


Tout ça pour ça.

Vendredi 12 septembre 2014, le gouvernement de Kiev a annoncé que l’accord d’association avec l’Union Européenne, bien que signé, ne serait mis en œuvre qu’à la fin 2015 – début 2016. Les 15 mois à venir devraient être mis à profit, pour se mettre d’accord avec la partie russe. C’est exactement ce que Vladimir Poutine avait proposé en décembre 2013. C’est également ce que proposait le Président Ianoukovitch à l’époque. Il a fallu 10 mois de conflit, de guerre civile, que Slaviansk soit rasée, Lougansk et Donetsk bombardées, 800 000 réfugiés en Russie, 10 000 morts en Ukraine, pour que les occidentaux finissent par adopter la solution d’une négociation tripartite. Par son refus initial, José-Manuel Barroso peut donc être considérés comme un des plus grands criminels de ce début du XXI siècle. Cela dit, la mission de l’ancien maoïste, devenu néoconservateur bushiste et de l’Union Européenne, est un succès pour ses commanditaires américains et allemands. Des slaves et des chrétiens s’entretuent, l’économie ukrainienne est détruite, son complexe militaro-industriel va disparaître, l’OTAN peut faire croire à son utilité. Il reste, que le renoncement à cet accord stupide, est la deuxième étape du fragile plan de paix, conçu par les Présidents russe et ukrainien.

La paix des Présidents.

Nos lecteurs n’ont pas été surpris par la contre-offensive des rebelles, qui était déjà annoncée depuis deux mois. L’IFRI et à la FRS se sont de nouveau ridiculisés, en manquant un événement parfaitement prévisible (A ne pas manquer, le débat « à la française » sur Arte avec Alexandra Goujon et Camille Grand, dans le rôle de Barbie et de Ken). Si le gouvernement français était aussi bien informé que nos lecteurs, nous n’en serions sans doute pas là. L’autre élément que nous avions annoncé et qui s’amplifie, est l’implosion politico-économique de l’Ukraine.

Nous avons évoqué la pénurie de gaz, de charbon et d’électricité, les unes étant liées aux autres. La ville de Kharkov est désormais touchée, ayant presque épuisé ses réserves de charbon. A Lvov, les plaques d’égouts disparaissent les unes après les autres, volées et revendues au prix du métal. Le Président Porochenko semble avoir pris conscience du mensonge dans lequel ses conseillers l’entretenaient. Nous sommes en général très critiques vis-à-vis du Président ukrainien, mais on ne peut ici qu’admirer son courage. En mettant en œuvre un plan de paix avec Vladimir Poutine, il se trouve face à un bloc regroupant Washington, Bruxelles, Berlin, Yulia Timochenko, Igor Kolomoïski et l’ensemble des groupes paramilitaires néonazis. Ces derniers attendent désormais un nouveau Maïdan avec impatience.

En menaçant Marioupol, les FAN (forces armées de Nouvelle Russie) sont arrivés dans le cœur industriel de l’Ukraine. La trêve est arrivée, au moment où les troupes de Kiev sont au bord de la débâcle et où les FAN doivent se remettre en condition, pour lancer une nouvelle offensive le cas échéant. Marioupol était en outre, un objectif de pillage essentiel, pour les organisateurs de Maïdan. Là se trouvent nombre d’actifs industriels, dont Kolomoïski et le clan Timochenko rêvent de s’emparer. L’importance de Marioupol est encore accrue car l’Ukraine, désormais importatrice de charbon, en a commandé en Afrique du Sud, et le port du Donbass est l’un des deux points de livraison sur la côte ukrainienne. On observe que les FAN ne bombardent pas Marioupol, au contraire des forces kiéviennes qui ont rasé Slaviansk et soumis les villes et villages de Nouvelle Russie à des bombardements aveugles. Malgré la propagande ridicule de la télévision ukrainienne, la population de Marioupol est largement acquise à la Nouvelle Russie et attend sa libération des milices néonazies, notamment le bataillon Aïdar, dont même Amnistie Internationale n’a pu passer les crimes sous silence.

Pour l’instant, les deux Présidents ainsi que l’OSCE jugent la trêve globalement respectée. Il est vrai que les bombardements ont largement diminué sur l’ensemble du front. Quelques obus ukrainiens tombent encore aveuglément sur les zones habitées. Les bombardements de civils s’éloignent ainsi, accompagnant l’armée ukrainienne dans sa retraite, et mettant en évidence les mensonges de la presse française, qui se refusait à les attribuer à Kiev, malgré les déclarations de l’OSCE. Répétons-le, Kiev a mené une guerre à l’américaine, visant délibérément les civils et les infrastructures, que les autorités de Nouvelle Russie remettent en état peu à peu. Les tirs sporadiques sur les objectifs civils à Donetsk ou à Lougansk, n’ont désormais plus aucun intérêt militaire, l’armée ukrainienne n’ayant pas d’espoir de les exploiter. Il s’agit d’actes de vengeance purs et simples.

L’administration américaine est d’ailleurs furieuse contre le Président Porochenko et lui a intimé l’ordre, dès le 8 septembre, de reprendre immédiatement les combats. Pour le Président ukrainien, la situation est très délicate, car ce sont les conseillers militaires américains qui dirigent de fait l’état-major des opérations de représailles et les groupes paramilitaires néonazis. Le Président Porochenko peut espérer compter sur la loyauté de son armée, dont une bonne partie serait ravie de liquider ces mêmes groupes. Selon les rebelles, Washington prépareraient une offensive au nord de Donetsk. L’objectif pourrait consister à dégager les troupes ukrainiennes enfermées dans l’aéroport, où seraient présents de très nombreux mercenaires polonais. Le commandant du bataillon paramilitaire néonazi « Donbas », Semen Sementchenko, s’est d’ailleurs rendu à Washington pour y recevoir de nouvelles instructions.

Quelques mensonges de la presse française, de l’IFRI et de la FRS.

Camille Grand, le directeur de la Fondation pour la Recherche Stratégique, a décidé de se mettre au travail et a reconnu s’être trompé dans une interview publiée dans le monde. Ne crions pas victoire trop vite, la suite de l’analyse de notre Ken national, prouve qu’il n’a toujours rien compris au conflit ukrainien. Sur Arte également, il fait sien le mensonge de la chaîne d’état, en parlant du souhait de Vladimir Poutine, de « créer » un état de Nouvelle Russie. VoiciexactementcequaditlePrésidentrusse : « Нужно приступить к переговорам о политической организации общества и государственности на юго-востоке Украины ». Ce qui signifie : « Il faut entamer des négociations sur l’organisation politique de la société et de l’Etat dans le sud-est de l’Ukraine. »

Sur la présence de Soldats russes. La presse française semble découvrir avec surprise la contributions des volontaires russes et entretient, à dessein, la confusion entre volontaires et soldats réguliers. Dès les combats de Slaviansk, les chefs de la rébellion en ont appelé aux brigades internationales. Des milliers de Russes, mais aussi de Serbes, de Roumains, et mêmes quelques Français et Espagnols ont rejoint les FAN. Comme à l’époque des guerres de Yougoslavie, de nombreux militaires russes ont donné leur démission, pour aller combattre pour une cause à laquelle ils croyaient. L’OTAN n’a pu fournir aucune preuve crédible de la présence de troupes russes et c’est ce qu’a reconnu d’ailleurs l’OSCE. Répétons-le pour Barbie et Ken, les matériels utilisés dans les deux camps sont les mêmes, et ce sont de vieux modèles qui datent de l’époque soviétique. En outre, que les services secrets russes aident les FAN est aussi normal que de voir la CIA soutenir le gouvernement de Kiev. Il est évident que l’apport des volontaires russes est essentiel, car leur maîtrise technique est excellente. En outre, les vétérans russes ont acquis une grande expérience ces 20 dernières années, dans les différentes guerres, au contraire de l’armée américaine dont le savoir-faire se limite essentiellement, à des bombardements massifs à haute altitude et à des opérations de police et de représailles, qui n’ont d’ailleurs donné aucun résultat probants, malgré l’emploi systématique de la torture et des enlèvements. Concernant, les 8 soldats russes qui ont été capturés lors d’une patrouille, il s’agit évidemment d’un cas isolé. Si la Russie voulait aider les rebelles, elle ne le ferait pas en envoyant dix hommes seuls. Ajoutons à ce sujet qu’il n’y a pas eu échange de prisonniers entre l’Ukraine et la Russie, car les soldats ukrainiens qui ont trouvé refuge en Russie n’ont jamais été considérés comme prisonniers. Ils ont été soignés, nourris et logés. C’est en revenant en Ukraine qu’ils sont devenus des prisonniers pour désertion. Pour en finir sur l’intervention de la brigade fantôme russe à Novoazovsk, rions un peu devant le désespoir de la journaliste de CNN.

Le laborieux et verbeux, Thomas Gomart, a encore récidivé sur France Culture, en nous expliquant que la Russie pourrait attaquer les pays européens (23’). Nous restons une fois de plus émerveillés par la patience d’Isabelle Facon, à qui les médias français imposent des débats avec d’aussi médiocres spécialistes.

Le système politique en Ukraine est un mélange de répression policière, où le ministre de l’intérieur, Arsen Avakov menace de mort un député d’opposition, et de la toute-puissance oligarchique, qui exécute qui bon lui semble. Valentina Semeniouk a ainsi été assassiné le 27 août 2014. Elle était l’ancienne responsable du fond de la propriété d’état de Viktor Youchenko, de 2005 à 2008, avant d’en être chassée par Yulia Timochenko, pour son manque de coopération. Valentina Semeniouk a eu le malheur de donner, le 2 août dernier, une interview à la télévision russe, où elle expliquait comment Igor Kolomoïski avait entrepris de s’emparer des actifs industriels ukrainiens. La sanction n’a pas tardé, et a pris la forme, le 27 août, d’une décharge de fusil de chasse en plein visage. Nous tenons à rassurer nos lecteurs, Cécile Vaissié et Alexandra Goujon ont surmonté leur chagrin. Pour les russisants qui veulent comprendre quelque chose aux privatisations ukrainiennes, nous recommandons ce lien.

La réalité est que pour la première fois depuis 25 ans les oligarques ukrainiens ont peur devant un mouvement authentiquement populaire, contre lequel leur argent ne peut rien. Bien que jusque-là tout puissant, Igor Kolomoiski, semble désemparer par la tournure des événements. Après avoir décidé de prendre sous son aile la « défense » de Zaporojie, ce valeureux patriote a finalement décidé de partir en croisière en méditerranée sur son Yacht. Il tente dans le même temps de revenir en grâce auprès du gouvernement israélien, lassé de le voir financer les bataillons néonazis ukrainiens. En signe de bonne volonté, Pravy Sektor avait organisé, fin juillet, une manifestation de soutien à Israël à Dniepropetrovsk. Le chef local, Andrei Denissenko, également représentant du parti Svoboda, avait souligné la proximité du combat de Pravy Sektor contre la Nouvelle Russie, à celle de Tsahal contre le HAMAS. Avec des soutiens comme ça, Israël n’a plus besoin d’ennemis.

Pravy Sektor a de nouveau reçu le soutien des Femens qui ont souillé la Laure de Petchersv à Kiev, haut lieu de l’orthodoxie du patriarcat de Moscou. Cela arrive comme en écho à l’acquittement de celles qui ont souillé Notre Dame de Paris. Les néonazis ukrainiens ont toujours bénéficié du soutien des mouvements sociétaux, qu’ils soient LGBT ou Femen, notamment lors du massacre d’Odessa. Le Kremlin a apporté son soutien aux catholiques de France, qui affrontent la même coalition faite de païens, de gauchistes et de LGBT. Ce combat commun entre catholiques et orthodoxes, contre les totalitarismes issus des Lumières, se trouve renforcépar la désignation récentes des bolchéviques, comme « traîtres à la Russie », par Vladimir Poutine. Pas de nostalgie chez le Président russe, qui voit l’avenir de sa nation dans le renouveau du christianisme.

Quand l’Ukraine ne s’enfonce pas dans le totalitarisme et la dictature, elle fait les frais de l’explosion de la corruption, à l’image de cette descente de police dans une bijouterie de Kiev, où les policiers procèdent, sous les caméras de surveillance, à un véritable pillage. A voir ici, pour les nostalgiques des années 90.

La France sortie de l’Histoire.

Adepte de l’Union Sacrée contre toute forme d’envahisseurs, nous avons salué jusque-là la résistance du gouvernement français contre les pressions américaines et allemandes sur le Mistral. Même si la déclaration ambigüe de l’Elysée n’a pour l’instant aucune conséquence pratique, le BPC devant être livré fin octobre, et même si ce dernier était livré comme prévu, ce qui devrait être le cas étant donné le montant des amendes, le gouvernement français a abandonné le peu de souveraineté qui lui restait. La honte dans laquelle notre Président a plongé la France rejaillie sur nous qui vivons en Russie, où l’on nous regarde désormais comme les ressortissants d’un pays occupé, qui n’est plus maître de son destin. Pris en étaux entre ses difficultés intérieures et les invraisemblables pressions extérieures, le Président Hollande aurait dû faire appel justement à l’union nationale pour préserver notre industrie nationale. S’il s’était adressé aux Français, en leur expliquant la situation réelle en Ukraine, les menaces que nos diplomates et nos militaires subissent chaque jour de la part de Washington et de Berlin, les Français auraient à coup sûr soutenu un Président devenu ainsi digne de la cinquième République. Nicolas Dupont Aignan a parfaitement décrit le problème lors de son débat sur Arte (un vrai cette fois), où il a pulvérisé la pauvre Cécile Vaissié, sans doute plus douée en littérature qu’en analyse politico-stratégique : le problème fondamental de la décision de notre Président est qu’il l’a prise sous la contrainte, tout en sachant qu’elle irait contre les intérêts de la France.

Conclusion :

 

La trêve en Ukraine durera aussi longtemps que Piotr Porochenko et Vladimir Poutine pourront fermer les yeux sur les provocations des troupes qui refusent d’obéir au Président ukrainien. Ce dernier peut compter sur le soutien de sa population qui souhaite la paix, mais doit faire face à la puissante coalition américano-oligarcho-nazie. Les prochaines élections législatives ne garantiront guère plus de stabilité. Le parti des régions refuse d’y participer, sachant qu’il ne pourra pas faire campagne. Le Premier Ministre Iatsenouk a décidé, quant à lui, de se présenter contre le bloc présidentiel. L’Ukraine s’enfonce de plus en plus dans une crise totale, qui va rendre la Russie de plus en plus attrayante pour toutes les régions du territoire historique de la Nouvelle Russie.


Source: http://medias-presse.info/republique-bananiere-dukraine-saison-2-episode-5/15278
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 11:42

Suite de la 1ère partie :

 

Igor-Strelkov.-Briefing-du-11.09.2014.-2-ere-partie.jpg

La suite tant attendue de la conférence de presse d'Igor Strelkov où il a répondu aux questions des journalistes.

Il a dit qui selon lui aurait abattu le Boeing Malaisien, a parlé des ses projets immédiats et a mis en garde contre un Maïdan à Moscou que la "5e colonne" pourrait tenter d'organiser. Il a ensuite promis de continuer à oeuvrer pour le bien de la Russie et de la Novorossia et que ses ennemis ne l'auront pas de si tôt.

 

 

 

Source: http://fr.novorossia.today/au-coeur-de-l-actualit/strelkov-briefing-du-11-09-2014-2-re-par.html

 

 

. Discours d'Igor Strelkov du 11 septembre 2014 (1ère partie). Sous-titres français

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 16:46

 

Second-convoi-humanitaire-russe-contre-les-forces-du-mal-le.jpg

Les représentants de la République auto-proclamée populaire de Lougansk (RPL) ont indiqué qu'ils ont reçu la notification officielle de la Fédération de Russie : le second convoi humanitaire russe partira le 13 septembre. Il traversera le point de contrôle d’Izvarino. La cargaison de 2000 tonnes n’était pas envoyée précédemment en raison de l'absence de décision de l'Ukraine qui devrait reconnaître sa nature humanitaire. Des vivres, des médicaments et des stations électriques portables sont destinés à la population du Sud-est de l'Ukraine. (1)

Le convoi comprenant 200 camions attend le feu vert politique des autorités pour partir en Ukraine.

200 camions transportant 1.880 tonnes d'aide - conserves, sucre, farine de blé, groupes électrogènes diesel et autres produits humanitaires - sont alignés le long d'une route régionale non loin de la frontière ukrainienne.
Le premier convoi humanitaire russe composé de 280 camions a acheminé le 22 août dernier des denrées alimentaires, dont 400 t de céréales, 100 t de sucre, 54 t d'équipements médicaux et de médicaments, 12.000 sacs de couchage et 69 groupes électrogènes de différentes puissances à Lougansk. (2)

 

Camions-humanitaires-russes-le-21-aout-2014-se-preparant-.jpg
Camions humanitaires russes le 21 août se préparant à entrer en Ukraine le 22 septembre.

Le premier camion humanitaire pénétré en Ukraine vendredi 22 août, la junte de Kiev, l'Otan et les médias occidentaux parlèrent d'"invasion russe" (3) (4) (5)

 

Notes

 

(1) http://french.ruvr.ru/news/2014_09_12/Le-convoi-humanitaire-russe-se-dirigera-vers-Lougansk-5459/

(2) http://fr.ria.ru/world/20140912/202417087.html

(3) Libération, Le Conseil de sécurité se réunit après l'incursion russe en Ukraine, AFP 22 août 2014 à 10:34, Mis à jour : 22 août 2014 à 23:17

(4) LaTribune, Entrée du "convoi humanitaire" russe en Ukraine: "claire invasion" pour l'UE, 22/08/2014, 17:29

(5)  L'Express, L'Otan condamne l'entrée des camions humanitaires russes en Ukraine, publié le 22/08/2014 à 10:50, mis à jour à 17:58 

 

 

. Video du départ des camions humanitaires russes du premier convoi contre les forces du mal

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 08:49

Pour la première fois depuis qu'il a dû quitter son poste de ministre de la Défense de Novorossia (Nouvelle-Russie) de la République Populaire de Donetsk et de commandant de l'armée populaire, il y a "un mois jour pour jour", le colonel Igor Strelkov a parlé devant les journalistes, hier 11 septembre.

 

Dans un discours très important qui récapitule les manoeuvres des oligarques contre les peuples de Russie (les mêmes que nous rencontrons chez nous en Occident Ndlr.), il a déclaré ne pas détailler "les circonstances" qui l'ont poussé à la démission, mais que "la décision prise s'est avérée juste". "Le principal front de la lutte pour la Russie se tient ici. Si on y remporte une victoire, on préserve la Russie. Si on perd, on perdra ce qui nous reste de notre Patrie", avertit-t-il. Il espère que "c'est précisément en Russie" qu'il sera "plus utile".

 

Il annonce que les ennemis de la Russie n'ont "pas d'autres choix qu'une émeute (pour l'instant cachée, mais seulement pour l'instant)" et la fabrication d'"un Maïdan à Moscou".

  

Il a qualifié d'"infâmes" les accords de Minsk, a mis en garde que l'Ukraine prépare une offensive et une grande guerre contre la Russie, déclaré sa fidélité au président Poutine et a appelé de s'abstenir de toute activité d'opposition destructive".

 

 

Source video via http://fr.novorossia.today/au-coeur-de-l-actualit/strelkov-briefing-du-11-09-2014-1-re-par.html

 

Extrait du discours d'Igor Strelkov :

 

Igor-Strelkov-Discours-du-11-septembre-2014.jpg

Igor Strelkov, Discours aux journalistes le 11 septembre 2014

« Il n'existe pas de bassesse que ces forces (ennemies) ne soient pas prêtes à commettre, comme elles l'ont déjà démontré à plusieurs reprises au cours de l'histoire moderne de notre Patrie et d'une façon des plus sinistres.

 

Ce sont précisément eux, qui, dirigés de l'étranger avaient joué un rôle crucial dans la destruction de l'Union soviétique en 1991. Puis pendant toutes les années 1990 bafouaient ouvertement tous les peuples de la Russie en organisant une orgie de pillage sans précédent du patrimoine économique et culturel de l'Union soviétique.

 

Sur les ruines de notre Patrie ils menaient des expérimentations "libérales" aux conséquences monstrueuses, sans aucunement se soucier des conséquences pour "NOTRE" pays qu'ils appelaient (et continuent encore à appeler) avec une épithète méprisante "CE" (pays). La bacchanale de destruction était accompagnée de guerres sanglantes provoquées par les mêmes forces... par la criminalité sauvage endémique, l'immoralité, le déclin moral, la propagande de tous les maux les plus vils qu'on puisse imaginer..., la destruction de l'indépendance économique et de la souveraineté de la politique étrangère.

 

Même après avoir échoué dans la tentative d'achever définitivement la Russie au début des années 2000, ces forces n'ont pas disparu et avaient secrètement poursuivi leur travail de destruction... dans l'espoir que leur heure viendrait de nouveau, et que la tâche commencée serait accomplie le temps voulu.

 

Toutefois, lorsque l'aube du "Printemps russe" se leva à l'horizon et que notre pays à genoux commença à peine, non pas en paroles mais en réalité, à se relever, en essayant de repenser les résultats de la reddition de Gorbatchev et de récupérer les droits et les territoires qui lui avaient appartenus depuis la nuit des temps, accéder à une réelle indépendance, la "5ème colonne" a immédiatement mobilisé toutes les forces disponibles.

 

Le retour de la Crimée à la Russie lui a non seulement causé un choc, tandis que la révolte de Novorossia provoqua une véritable panique, mais lui a fait montrer à nouveau son vrai visage. Tous ses nombreux agents, depuis de nombreuses années déguisés en "patriotes" et "hommes d'état", qui sous ce couvert avaient pénétré dans les plus hautes sphères du pouvoir et même dans l'entourage proche du président de la Russie, furent "alertés" et se jetèrent dans la bataille.

 

Agissant en réalité contre les intérêts du pays et du peuple, ces traîtres, cependant continuent d'affirmer hardiment qu'ils sont des "amis" du Président, en présentant leurs activités ouvertement subversives et nuisibles... comme étant les seules vraies mesures capables de renforcer l'état russe.

 

D'où vient une telle arrogance et la confiance dans leur propre invulnérabilité ? - demanderez-vous. L'explication est extrêmement simple : tout ce qui a de la valeur pour les représentants de la "5ème colonne", c'est-à-dire l'argent et les autres ressources matérielles, ainsi que les familles et les enfants, se trouvent depuis longtemps à l'étranger et leur préservation est entièrement à la merci des maitres étrangers.

 

Au cours des cinq mois de combats le peuple russe de Novorossia ressentir pleinement les fruits de ce genre d'activités subversives. Au moment où l'aide militaire russe était vitale pour la milice pratiquement sans armes, quand elle pouvait presque sans effusion de sang contribuer à la libération de toutes les régions russophones, les agents d'influence hurlaient à l'unisson à l'impossibilité d'aide directe militaire aux insurgés.

 

Les "punisseurs" brûlaient les gens à Odessa, bombardaient Slaviansk (voir ici et Ndlr.) à l'artillerie lourde et formaient en urgence l'armée effective, tandis que leurs acolytes infiltrés au niveau de la hiérarchie de la politique étrangère de la Russie, non seulement sabotaient toute assistance militaire et politique aux insurgés, mais aussi, en accord total avec Porochenko, Tourtchinov, Akhmetov, Tarouta et autres représentants de l'oligarchie ukrainienne oeuvraient à la division dans les rangs des milices populaires, empêchant la création d'un commandement centralisé. 

 

Ils essayèrent en unifiant tous leurs efforts de pousser le Président de la Russie dans leurs pièges. Ils ont immédiatement tendu la main aux troupes punitives au bord d'une déconfiture écrasante, en mettant en place une trêve, et en essayant au cours des négociations de livrer tous les acquis des insurgés au bon vouloir de la junte de Kiev.

 

On pourrait difficilement inventer des accords plus infâmes que ceux qui sont en train de se négocier à Minsk. En attendant la fin de l'affaire, Kiev réapprovisionne, réarme et entraîne son armée pour se mettre en condition de poursuive le génocide des russes de la Novorossia.

 

Il en résulte exactement la même situation qu'au tout début de notre mouvement, mais avec une position de départ bien plus difficile. Si en avril, Kiev ne disposait pas d'une armée en condition de combat, ni de soutien de la population, aujourd'hui les Escadrons de la Mort sont mobilisés, armés jusqu'aux dents, tandis que la population de l'Ukraine matraquée par la propagande, utilisant les méthodes de la programmation neurolinguistique, est intoxiquée dans sa majorité et incapable de distinguer la vérité du mensonge, le blanc du noir.

 

Au cours de ces derniers mois plusieurs paquets de sanctions économiques contre la Russie ont été adoptés. Tandis que les hauts fonctionnaires occidentaux se remettent à sortir les griefs oubliés aux sujets de l'Abkhazie et de l'Ossétie du sud, et quelques islamistes-rebelles contrôlés par les US font entendre leurs menaces non-dissimulées, on se prépare à une guerre longue et sérieuse contre la Russie.

 

L'Occident et la "5ème colonne" ne dissimulent pratiquement plus leurs intentions de renverser le Président Poutine et par la suite de démonter complètement la Russie, tandis que leurs "agents d'influence" s'efforcent à vouloir persuader les dirigeants du pays qu'une trêve est non seulement possible mais indispensable.

 

Le fait que les ennemis de la Russie ne se satisferont que d'une capitulation totale est soigneusement dissimulé à l'opinion publique et, je suppose, au Président même.

 

Ainsi, toutes les occasions favorables dont la Russie disposait au printemps n'ont pas été réalisées, bien au contraire, nous nous trouvons face à une menace de guerre qui ne fait que croître constamment. Le mérite de la "5ème colonne" y est incontestable.

 

Pourquoi nos libéraux ont-ils osé faire front contre le Président et sa politique de manière aussi intransigeante voire suicidaire ? Pourquoi osent-ils le défier, lui et sa politique ?

 

De mon point de vue, deux facteurs essentiels sont en cause, dont le premier est que la "5ème colonne" n'a pas d'autres choix qu'une émeute (pour l'instant cachée, mais seulement pour l'instant). "La Révolution par le haut" commencée par Poutine ne leur laisse aucune chance de survie politique, alors que leurs maitres étrangers ne les autorisent pas à s'expatrier dans leurs demeures étrangères "gagnées au prix d'un travail démesuré". Le deuxième facteur est encore plus évident: étant bien placés au sein du pouvoir et disposant de ressources financières considérables, les traîtres comptent sérieusement s'emparer eux-mêmes du pouvoir pour continuer à délabrer éperdument les restes du pays jadis grand et à "recycler" les peuples qui y habitent.

 

Mais pour mettre en oeuvre ce projet, ils doivent au préalable réaliser un certain nombre d'actions. Et avant tout priver le Président Poutine de ce large soutien du peuple qu'il a largement mérité par ses actions internes et externes de ces dernières années. Et qu'est-ce qui serait le plus intéressant en la matière si ce n'est de trahir les Russes de la Novorossia en le mettant sur le dos du président ? Puisque les chacals de la "5ème colonne" font tout pour rester dans l'ombre et éviter toute publicité.

 

La voie tracée par les ennemis nous est parfaitement claire. Faire perdurer la guerre qui s'accompagnerait de pertes et de privations pour la population russe des deux côtés de la frontière, tel est leur but. Ne pas permettre aux forces de la résistance de remporter la victoire, constituer aux frontières de la Russie un ulcère saignant dans lequel elle sera obligée d'injecter des ressources et où, compte tenu de la politique "un pas en avant, deux pas en arrière", un succès décisif ne sera jamais atteint. En parallèle, mettre sur le dos de la Fédération de Russie le fardeau des centaines de milliers de réfugiés au début et des millions par la suite, tandis que les sanctions de l'Occident mineront la santé financière et économique du pays, d'autant plus que les oligarques bien de chez nous tâcheront de faire de sorte que leurs frais soient supportés par l'ensemble de la population

 

Ainsi les traîtres comptent mener la situation à la conclusion d'une paix la plus honteuse et humiliante..., et à une trahison de toute la population russe de l'Ukraine pour provoquer une vague supplémentaire de mécontentement en Russie même.

 

Ensuite, en accord avec les techniques bien rodées au tout début du XXe siècle aura lieu un "Maidan" a Moscou où dans une révolte juste s'uniront la gauche avec la droite, les patriotes avec les libéraux.

 

Le scénario mis au point dans les années 1905 (en Russie Ndlr.) et 1917 selon le schéma "défaite honteuse - crise économique - révolte populaire - coup d'Etat" est de nouveau en marche.

 

Compte tenu de la situation, la défense de la Novorossia et le soutien de son peuple sont essentiels à la survie de la Grande Russie, et au capotale des projets de la "5ème colonne". Si on y remporte une victoire, on préserve la Russie. Si on perd, on perdra ce qui nous reste de notre Patrie. Il ne peut pas y avoir de compromis dans cette lutte, et celui qui essaiera de nous persuader du contraire, sciemment ou inconsciemment, apporte l'eau au moulin de l'ennemi.

 

C'est à prendre ou à laisser. Soit la Russie rétablit pleinement sa véritable souveraineté, soit elle sera démolie par la coalition des clans des oligarques internes et externes.

 

En évaluant mon propre rôle dans la lutte contre les projets des forces subversives, je tiens à dire que j'ai fait mon choix.

 

Le principal front de la lutte pour la Russie se tient ici. J'espère que c'est précisément en Russie que je serais plus utile.

 

Je souligne une fois de plus que ceux qui espéraient ou espèrent m'utiliser, moi-même ou mon nom, à des fins destructrices, vont être fortement déçus.

 

Quelque soit la critique que j'éprouvais dans le passé par rapport aux nombreuses décisions du Président concernant la politique intérieure, je considère que compte tenu de la guerre menée contre nous, il est de mon devoir d'intervenir en faveur de celui-ci, comme du seul Commandant en chef, garant légitime de la liberté et de l'indépendance du pays.

 

A mon avis, pour pouvoir réellement protéger la Novorossie du génocide nazi, il est nécessaire en premier lieu, de dénoncer et d'écarter du pouvoir ceux de ses "sympathisants" qui nous ont amenés au bord de la défaite militaire.

 

Je déclare à ceux, qui dans les médias ont entrepris avec assiduité de façonner l'image médiatique du "colonel Strelkov - leader de la contestation populaire", qu'ils ne réussiront pas à m'acheter à coup de fausses louanges et promesses. L'essence même du devoir d'un officier est de servir son pays et son peuple. Echanger ce service, certes souvent ingrat mais fidèle, contre la fausse gloire et la popularité pour plaire aux ennemis de la patrie serait pour moi le summum de la honte.

 

Qu'ils comprennent enfin; qu'il y a encore des gens en Russie (et je ne parle pas que de moi) qui mettent le Devoir et la décence au-dessus de leur propre intérêt et de la vanité. Et des gens comme cela, comme le démontrent les évènements de Novorossie, sont encore nombreux ! Et nous ne permettrons pas de démembrer et de ruiner la Russie une nouvelle fois comme cela était le cas avec l'Empire russe en 1917 et en 1991, l'Urss. »

 

 

. Le manifeste du Front populaire de Libération de l'Ukraine prévoit une démocratie directe et interdit l'usure bancaire

. La Nouvelle-Russie est "l'idée d'une défense de la foi et de la Patrie" (Igor Strelkov)

. Hymne de Novoross (Nouvelle Russie)

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 22:12

Ria Novosti 19:20 10/09/2014

Moscou-songe-a-creer-un-systeme-de-frappe-planetaire-ra.jpgLa Russie pourrait à terme être contrainte de se doter d'un système de frappe planétaire rapide, a déclaré mercredi à Moscou le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov.

"La Russie pourra et sera obligée de le faire, mais nous créerons des systèmes de défense contre ces nouvelles armes, parce que la doctrine principale de notre pays est défensive et nous n'allons pas la modifier", a indiqué M.Borissov au terme d'une réunion consacrée au programme d'armement russe pour 2016-2025.

Selon M.Borissov, les décisions des dirigeants russes ne visent pas à entraîner une course aux armements ou à augmenter le budget militaire russe. "Cela ne fait pas partie de nos projets et j'espère que cela n'arrivera jamais", a-t-il ajouté.

"Nous ne souhaitons pas faire gonfler le budget, mais garantir la sécurité de l'Etat et protéger la population contre d'éventuelles attaques", a noté le vice-ministre de la Défense.

Les Etats-Unis ont lancé un programme de création d'un système de frappe planétaire conventionnelle rapide (Conventional Prompt Global Strike, CPGS) en 2001, sous la présidence de George Bush. Ce programme n'a pas été remis en cause par l'administration de Barack Obama.

 

Source: http://fr.ria.ru/defense/20140910/202394552.html
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 16:47

 

Obama-menace-la-Russie-de-nouvelles-sanctions.jpg

03.09.2014 - 19:29

Обама угрожает России новыми санкциями

 

Le président Barack Obama a déclaré qu'il était confiant dans la nécessité de sanctions plus sévères contre la Russie parce que Moscou n'a pas fait suffisamment d'efforts pour résoudre le conflit en Ukraine.

"Les restrictions que nous avons introduites contre la Russie, étaient vraiment efficace. Je crois que nous devons continuer à de nouvelles sanctions contre la Russie, tant qu'elle viole les normes fondamentales du droit international - a dit Obama. - Nous voulons voir une Russie forte, compétitive et coopérative".

Une déclaration sur l'efficacité de sanctions suffisamment controversées, comme de nombreux experts déclarent que la Russie dispose des ressources nécessaires pour appuyer les industries et les entreprises visées par les sanctions.

Bien sûr, il y a un effet négatif, mais la Russie est devenue beaucoup plus active dans l'Est, tandis que les partenaires occidentaux traditionnels perdent le marché russe, et y retourner sera difficile. Même les entreprises américaines sont peu probables à dire "merci" à Obama pour les sanctions, pour ne pas mentionner les agriculteurs européens.

Par ailleurs, les pays de l'UE ne sont pas pressés de renforcer les sanctions trop, car ils craignent la fin de l'approvisionnement en gaz et l'impact négatif des restrictions sur leurs propres économies.

Néanmoins, la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne sont prêts à l'action, même si les politiciens reconnaissent le danger. Avec une probabilité élevée contre les secteurs financiers et de défense russes de l'UE apportera de nouvelles sanctions à la fin de cette semaine.

 

Source: RUSVESNA, article original http://rusvesna.su/economy/1409758183

 

. Sanctions économiques : le dollar bientôt détrôné?

. La Russie répond aux sanctions économiques des Occidentaux, les Occidentaux reprochent à la Russie de répondre

. Sanctions contre la Russie : la France a beaucoup à perdre (Nicolas Doze)

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 11:45

Ukraine-Au-moins-70-civils-meurent-dans-l-est-de-l-copie-1.jpg

Selon une déclaration du Haut-commissariat aux réfugiés des Nations unies à Genève aujourd'hui, Adrian Edwards, le conflit en Ukraine a forcé plus d'un demi-million de personnes à fuir leurs foyers. Au moins 260.000 ont été déplacés à l'intérieur de l'Ukraine et le même nombre est des réfugiés en Russie.

 

Outre les 260.000 déplacés en Ukraine, 260.000 personnes ont demandé l'asile ou un statut de réfugié en Russie, selon les autorités russes, a déclaré le porte-parole du HCR. (1)

 

Une précédente estimation du HCR le 20 août faisait état de 190.000 personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine.

 

Les Ukrainiens se réfugient en Russie parce qu'ils perçoivent la Russie comme la mère patrie protectrice...

 

Notes

 

(1) Lefigaro.fr avec l'AFP et Reuters Mis à jour le 02/09/2014 à 12:06 Publié le 02/09/2014 à 11:57

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/09/02/97001-20140902FILWWW00128-conflit-en-ukraine-un-demi-million-de-deplaces.php

 

 

. Ukraine - Crimes, torture et enlèvements : média-mensonge et inversion accusatoire atlantiste

. Ukraine : Bilan humain du génocide russe (actualisé)

Partager cet article
Repost0