Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 21:46

Kiev-utilise-des-bombes-au-phosphore-blanc-contre-les-civil.jpg

Après l'attaque de l'aviation ukrainienne le 2 juin contre le siège de l'administration régionale de Lougansk (est de l'Ukraine), qui tua des civils, dont une jeune femme, Inna, voici un nouveau crime de guerre, une nouvelle violation flagrante du droit humanitaire international par Porochenko et la clique atantiste dans l'est de l'Ukraine. Le village de Semenovka a été bombardé hier avec des bombes incendiaires au phosphore blanc. La garde nationale d'Ukraine a pour la première fois utilisé contre la population civile du village de Semenovka, à l'est de Slaviansk, des bombes incendiaires au phosphore blanc, communiquent les miliciens. Le bombardement a provoqué plusieurs incendies. En outre, l'armée utilise des mortiers et des lance-roquettes multiples Grad.

 

 

Le phosphore blanc est une arme chimique incendiaire capable de provoquer des brûlures graves qui peuvent pénétrer jusqu'à l'os. Le phosphore blanc explose en une flamme jaune quand il est au contact de l’oxygène, produisant une mince fumée blanche. Il est utilisé comme écran de fumée ou pour des dispositifs incendiaires, mais peut aussi être déployé comme composé anti-personnel capable de causer des brûlures potentiellement mortelles.

Les brûlures au phosphore sont presque toujours au second ou troisième degré parce que les particules n’arrêtent pas de brûler au contact de la peau jusqu’à ce qu’elles aient entièrement disparu – il n’est pas rare qu’elles atteignent l’os.

Les conventions de Genève interdisent l’usage du phosphore comme arme offensive contre les civils, mais son usage comme écran de fumée n’est pas prohibé par le droit international

 

Employée pour ses capacités offensives, cette arme est interdite par le protocole III additionnel à la Convention sur certaines armes classiques de l'ONU, signé en 1980 et ratifié en 1983, qui interdit l'utilisation des armes incendiaires contre des civils ou contre des cibles militaires situées à l'intérieur de concentrations civiles.

 

L'US Army et les Marines ont utilisé le phosphore blanc lors de la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée, utilisant fréquemment des obus au phosphore blanc dans des mortiers chimiques de 4,2 pouces. Le phosphore blanc fut largement crédité par les Alliés d'avoir empêché de nombreuses attaques de l'infanterie allemande et d'avoir créé de gros dégâts dans les troupes ennemies lors de la dernière partie de la Seconde Guerre mondiale. L'impact psychologique du phosphore blanc sur l'ennemi a été noté par de nombreux chefs de troupes, et les tireurs de tels mortiers furent parfois exécutés de façon sommaire par les Allemands, en représailles. Le phosphore blanc a été communément utilisé par les Américains pendant la guerre du Viêt-Nam.

 

Israël a utilisé du phosphore blanc contre les palestiniens de Gaza entre le 27 décembre 2008 et fin janvier 2009. Israël a reconnu dans un rapport le 30 juillet 2009 avoir utilisé du phosphore blanc contre les civils de Gaza sans qu'aucune sanctions ne soient venues... L’armée israélienne avait également reconnu avoir utilisé de telles munitions contre des "objectifs militaires" au cours de son offensive contre le Hezbollah au Liban en 2006.

 

Le phosphore blanc a souvent été utilisé par les forces britanniques et US dans les guerres récentes, notamment pendant l’invasion de l’Irak en 2003.

 

. Slaviansk - Donbass : Silence on tue ! Sur ordre des USA

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 16:46

Selon la BBC sur son site, des tanks russes auraient pénétré sur le territoire ukrainien jeudi. Le ministre de l'Intérieur ukrainien, Arsen Avakov aurait confirmé l'information. Des tanks venus de la Fédération de Russie auraient pénétré sur le territoire ukrainien par les postes-frontières tombés aux mains de rebelles pro-russes dans l'est de l'Ukraine, toujours selon la BBC. M. Avakov a indiqué que les tanks seraient passés à proximité de la ville de Lougansk avant de prendre la direction de Donetsk. Les forces armées ukrainiennes auraient ouvert le feu sur les tanks russes. Les affrontements sont en cours, selon M. Avakov. Les rebelles pro-russes n'ont pas confirmé l'information.

Selon le site de la BBC, Kiev déclare que trois chars russes sont entrés dans l'est de l'Ukraine. Le ministre de l'Intérieur de l'Ukraine a déclaré que trois chars ont traversé la frontière de la Russie dans les zones rebelles de l'est et les combats sont en cours.

Les tanks sont entrés Ukraine avec d'autres blindés par un poste de contrôle contrôlé par les rebelles dans la région de Lugansk, a déclaré Arsen Avakov. Deux d'entre les forces ukrainiennes participent et les combats sont en cours, a-t-il dit. Il n'y a pas eu de confirmation de rebelles qui aient confirmé cette déclaration du gouvernement d'attaque de chars près de Lugansk.  M. Avakov a déclaré que les chars avaient traversé la frontière russe avec les transporteurs de troupes blindés dans la région de Dyakove région de Lugansk avant de passer dans la région voisine de Donetsk
(région où des civils meurent dans d'impitoyables attaques de l'armée ukrainienne Ndlr.)

 

Ukraine--Centres-des-insurges-anti-Maidan.jpg

Centres des insurgés ukrainiens anti-Maidan

 

Là, le ministre de l'Intérieur de l'Ukraine a dit, les chars se sont dirigés vers la ville de Snizhne jeudi matin. Deux ont alors passé la ville de Horlivka et ont été attaqués par des forces gouvernementales. "La lutte est en cours", a déclaré M. Avakov. "Je ne peux pas dire sur le résultat final, mais une partie de cette colonne a été détruite." Une vidéo invérifiée a été postée sur YouTube d'un char de combat roulant dans une rue, dit-on dans Snizhne. Le film a été tourné à partir d'une vue donnant sur la rue. Un second clip, également enregistré dans Snizhne, représente un tank similaire passant un rond-point. Un porte-parole des rebelles a déclaré à RIA Novosti, l'agence de nouvelles de la Russie, que les rebelles combattaient une force d'une quarantaine de chars ukrainiens au nord de la ville de Lugansk. Les tanks (ukrainiens) ont été arrêtés dans le village de Makarovo, selon le porte-parole.

 

Add. Christ-Roi 19h10. Video postée il y a 25 minutes d'un char passant le rond-point :

 

 

 

Char-ukrainien-force-un-barrage-a-Mariupol-le-9-mai.jpgLes chars ukrainiens arborent un drapeau ukrainien et forcent les barrages des habitants :

 

 

 

 

 

Les chars ukrainiens arborent un drapeau ukrainien et forcent les barrages comme ici (video ci-dessus) à Marioupol le 9 mai dernier.

 

Dans le même temps c'est la zizanie à Kiev où la foule du Maidan a donné l'assaut au QG de la police des frontières dans l'après-midi. Les manifestants dits Maidan ont pris d'assaut le QG des services de police des frontières à Kiev pour demander la démission de la tête du service, Nikolay Litvine, l'accusant de corruption et d'incapacité à protéger la frontière orientale. Comme Litvinov est venu au QG, la foule a tenté de pénétrer dans le bâtiment, mais la police a utilisé un jet d'eau pour les disperser.

 

 

 

 

 

. Slaviansk - Donbass : Silence on tue ! Sur ordre des USA

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 14:11

tsar-famille-mpi 

Le gouvernement régional de Sverdlovsk a communiqué cette semaine son intention de faire inscrire le site près d’Iekaterinbourg où ont été retrouvés les restes du tsar Nicolas II et de sa famille sur la liste du patrimoine culturel national de Russie. Le service de presse des autorités de la région a effectivement communiqué que « le lieu où les restes de la famille impériale ont été retrouvés sur la route Starayïa Koptiakovskaïa allait être inscrit dans le registre des sites du patrimoine culturel grâce à quoi il sera sauvegardé pour les générations futures ». Un dossier a été envoyé en ce sens au ministère (fédéral) de la culture.

Gloire de la russie impériale

Le tsar Nicolas II et toute sa famille ont été exécutés par les bolcheviques le 17 juillet 1918 à Iekaterinbourg, dans l’Oural, après 15 mois de captivité. Les dépouilles ont été démembrées et profanées avant d’être enterrées dans la forêt Koptiaki, le long de la route Staraïa Koptiakovskaïa. Ce n’est qu’en 1970 que les restes de l’empereur Nicolas II, de l’impératrice Alexandra Fiodorovna et de leurs filles les grandes-duchesses Tatiana, Olga et Anastasia y ont été retrouvés. Il faudra attendre encore jusqu’en 2007 pour qu’y soient détectés ceux de la grande-duchesse Maria et du tsarévitch (prince héritier) Alexis.

En juillet 1998, quelques années après l’implosion du sanglant régime communiste, les cendres de la famille impériale ont été transférés et inhumés en grande pompe dans la cathédrale Pierre et Paul de Saint-Pétersbourg, en présence du président Boris Eltsine et des descendants de la famille Romanov. En 2000, le patriarcat de Moscou a canonisé Nicolas II, son épouse, ses enfants et leur personnel exécuté en 1918 et les a inscrits au calendrier liturgique comme « saints martyrs impériaux ».


Baudouin Lefranc


Source: http://medias-presse.info/russie-la-fosse-commune-des-derniers-romanov-va-faire-son-entree-dans-le-patrimoine-culturel-national/11170

 

 

Les Romanov, la dernière famille royale de Russie

 

. Gloire de la Russie impériale

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 20:17

Olivier Berruyer présente le scandale des coupes et fausses traductions de TF1 dans l'interview donnée hier par Vladimir Poutine à TF1 (dont le "Il est préférable de ne pas débattre avec une femme"... repris en boucles par les médias français.)

Poutine-le-scandale-des-coupes-et-mauvaises-traductions-de-.jpg

Voici la transcription de l’interview de Poutine d’hier. C’est la traduction de la version intégrale issue du site du Kremlin (ou ici en russe, ou ).

En effet, pour faire tenir cette interview de 41 minutes en 24 minutes, TF1 a sabré largement dans certaines parties. Comme il a été décidé de couper des éléments essentiels sur la Crimée, l’opposition dans les médias français, et de laisser des propos sans intérêts genre sur la langue qu’il utilise avec Hollande, le mot censure me semble adapté – vu qu’il y a rétention d’informations importantes qui éclaireraient le public français. Et je reviendrais sur la faute inacceptable de traduction quand il parle d’Hillary Clinton.

Ceci étant, reconnaissons qu’il est salutaire que TF1 et Europe1 aient interviewé Vladimir Poutine…

Tout est donc traduit ici – les passages censurés sont en exergue – à vous de voir s’ils méritaient de l’être…

Voici la version TF1 :

 

 

 

Question – Bonsoir, M. le président. Merci beaucoup d’accueillir Europe 1 et TF1 dans cette résidence, dans votre résidence de Sotchi pour cet entretien exceptionnel. Jeudi soir, vous serez reçu à l’Élysée par le président François Hollande et le lendemain, le 6 juin, vous participerez aux commémorations du Débarquement. Ce sera la première fois pour vous que vous irez sur les plages de Normandie. Mais c’est aussi la première fois qu’un président russe participera et sera invité à ces cérémonies. Qu’est-ce que cela vous fait en tant que citoyen russe d’être invité à cette commémoration exceptionnelle ?  

Vladimir Poutine – C’est un événement important pour l’Europe et le monde entier. Nous allons rendre hommage à ceux qui ont empêché les nazis de réduire l’Europe en esclavage. Je pense que la participation de la Russie à cette commémoration est chargée de symboles. Je veux dire par là que la Russie et les autres pays de la coalition antihitlérienne, y compris la France, étaient alliés dans cette lutte pour la liberté. La participation de notre pays a été très importante, voire décisive pour vaincre le fascisme.

Mais nous n’oublierons jamais non plus les combattants français de la Résistance, notamment ces soldats français qui sont venus combattre à nos côtés sur le front de l’Est, le front germano-soviétique. Et il me semble que c’est quelque chose qui doit nous rappeler notre passé et, en même temps, nous servir à construire nos relations d’aujourd’hui et de demain.

Question – Justement, vous avez, avec la Russie, votre place sur les plages de la Normandie. Jusqu’à l’âge de quarante ans, vous viviez en Union soviétique. Vous avez vu son effondrement. Et vous participez, vous, activement à la renaissance de la Russie. Qu’est-ce que vous voulez ? Qu’est-ce que vous cherchez ? Votre stratégie est-elle une stratégie de dialogue ou d’expansionnisme et de conquête ? 

Vladimir Poutine – Non, bien sûr. Je suis persuadé que dans le monde contemporain une politique basée sur l’expansionnisme et les conquêtes n’a aucun avenir. Il est évident que la Russie, dans le monde d’aujourd’hui et de demain, peut être et doit être partenaire de ses alliés historiques dans le sens large du terme. C’est cela que nous voulons et nous allons continuer d’œuvrer en ce sens. C’est la seule manière dont nous pouvons concevoir nos relations avec nos voisins et tous les autres pays. 

Question – Mais vous voulez être l’avocat de la nation russe ou le symbole d’un nationalisme russe, d’un empire russe ? On se sait ce que vous avez dit quand l’Union soviétique s’est écroulée : « L’éclatement de l’empire soviétique a été la pire catastrophe géopolitique du XXe siècle. » Cela a été beaucoup interprété. Et vous avez dit : « Celui qui ne regrette pas l’Union soviétique n’a pas de cœur et celui qui veut la reconstituer n’a pas de tête. » Or, vous avez une tête. Qu’est-ce que vous proposez : le nationalisme russe ou un empire russe sur les frontières d’avant ?  

Vladimir Poutine – Nous n’envisageons ni de soutenir le nationalisme russe ni de reconstituer un empire. Quand je disais que la disparition de l’URSS était une des plus grandes catastrophes du XXe siècle, je parlais d’une catastrophe humanitaire avant tout. Je voulais dire qu’en URSS existait une population qui – quelle que soit son origine ethnique – vivait dans un pays uni. Par contre, après sa dissolution, 25 millions de Russes se sont soudain retrouvés dans des pays étrangers. Et cela a été une vraie catastrophe humanitaire. Ni politique, ni idéologique, mais un problème d’ordre humanitaire. Des familles ont été séparées, beaucoup de gens ont perdu leur emploi et se sont retrouvés sans ressource, sans moyen de communiquer. C’est là qu’était le problème.  

[Passage coupé]

Question – Et à l’avenir ? Voulez-vous reconstituer l’empire dans ses anciennes frontières ou voulez-vous continuer à développer votre pays à l’intérieur de ses propres frontières ?  

Vladimir Poutine – Nous souhaitons développer notre pays à l’intérieur de ses frontières, bien sûr. Mais – et ceci est très important – comme d’autres pays dans le monde, nous voulons utiliser des moyens modernes pour devenir plus compétitifs, notamment grâce à l’intégration économique. C’est ce que nous faisons dans l’espace de l’ex-URSS dans le cadre de l’Union douanière et de l’Union eurasiatique. 

Question – Président Poutine, alors que nous discutons ici un pays voisin qui n’est pas très lointain, l’Ukraine, est en état de guerre. Il n’y a pas d’autre mot. Les pro-russes affrontent ceux qui veulent garder les frontières actuelles de l’Ukraine. Qui va les arrêter et voulez-vous arrêter cette guerre ? 

Vladimir Poutine – Vous savez, personnellement, je ne parlerais pas de ces gens-là comme des pro-russes ou des pro-ukrainiens. Il y a des personnes qui ont des droits, politiques, humanitaires et ils ont besoin de pouvoir en jouir.   

Par exemple, en Ukraine, jusqu’à aujourd’hui les gouverneurs de toutes les régions sont encore nommés par le pouvoir central. Or, après le coup d’État inconstitutionnel qui a eu lieu à Kiev en février de cette année, la première chose que le nouveau pouvoir a tenté de faire était de supprimer le droit des minorités d’utiliser leur langue maternelle. Cela a provoqué une grande inquiétude chez une grande partie de la population en Ukraine orientale. 

Question –  Et cela vous ne l’avez pas accepté. Mais est-ce que vous dites, président Poutine, que nous sommes rentrés dans une nouvelle phase de la guerre froide, même glaciale entre l’Est et l’Ouest ? 

Vladimir Poutine – Premièrement, j’espère qu’il n’y aura pas une nouvelle phase d’une guerre froide. Deuxièmement, et j’insiste là-dessus, les gens, où qu’ils vivent, ont des droits et doivent avoir la possibilité de les défendre. Voilà ce qui est en jeu. 

[Passage coupé]

Question – Y a-t-il un risque de guerre ? Maintenant, alors que des chars font route depuis Kiev, de nombreuses personnes en France se posent cette question : « Avez-vous été tenté d’envoyer des troupes à l’Est de l’Ukraine ? » 

Vladimir Poutine – Il s’agit d’un entretien ce qui suppose des questions courtes et des réponses courtes. Mais si vous êtes patient et me donnez une minute, je vais vous dire comment nous voyons les choses. Voici notre position. Qu’est-ce qui s’est réellement passé là-bas ? Il existait un conflit et ce conflit est survenu parce que l’ancien président ukrainien a refusé de signer un accord d’association avec l’UE. La Russie a une certaine position sur cette question. Nous avons estimé qu’il était en effet déraisonnable de signer cet accord, car il aurait eu un grave impact sur l’économie, y compris l’économie russe. Nous avons 390 accords économiques avec l’Ukraine et l’Ukraine est un membre de la zone de libre-échange au sein de la CEI. Et nous ne serions pas en mesure de poursuivre cette relation économique avec l’Ukraine en tant que membre de la zone de libre-échange européenne.

Nous en avons discuté avec nos partenaires européens. Au lieu de poursuivre avec nous ce débat par des voies légitimes et diplomatiques, nos amis européens et américains ont soutenu une prise du pouvoir armée et anticonstitutionnelle. Voilà ce qui s’est passé. Nous n’avons pas provoqué cette crise. Nous aurions voulu que les choses se passent autrement, mais après le coup d’État anticonstitutionnel – avouons-le, après tout…

Question –  Mais on voit tant de tensions dans la vie politique. Pourtant, malgré cela, vous serez en Normandie pour parler de paix alors que Barack Obama continue d’exhorter l’Europe à s’armer.

Vladimir Poutine – Eh bien, il faut continuer de parler de paix, mais il faut comprendre les causes et la nature de cette crise. Le fait est que personne ne devrait être porté au pouvoir par un coup d’État anticonstitutionnel armé, plus particulièrement dans l’espace post-soviétique, où les institutions gouvernementales n’ont pas encore atteint leur pleine maturité. Quand cela s’est produit, certaines personnes ont accueilli avec joie ce régime tandis que d’autres, disons, dans l’Est et le Sud de l’Ukraine ne veulent tout simplement pas l’accepter. Il est essentiel de parler avec ces gens qui n’ont pas accepté cette prise de pouvoir au lieu de leur envoyer des chars, comme vous le dites vous-même, au lieu de tirer à partir d’avions des missiles sur des civils et de bombarder des cibles non militaires. 

Question –  Les États-Unis affirment détenir la preuve que, vous, la Russie, intervenez en Ukraine en laissant des combattants franchir la frontière et même en fournissant des armes à ce que les États-Unis appellent des sécessionnistes. Ils disent avoir des preuves. Vous croyez à ces preuves ?  

Vladimir Poutine – Preuves ? S’ils ont des preuves, ils n’ont qu’à les présenter. Nous avons vu, et tout le monde a vu, le secrétaire d’État des États-Unis agiter en 2003 au Conseil de sécurité de l’ONU les preuves de détention d’armes de destruction massive en Irak. Ils avaient montré une éprouvette avec une substance inconnue qui était peut-être simplement de la lessive en poudre. Finalement, les troupes américaines ont envahi l’Irak, ils ont fait pendre Saddam Hussein, suite à quoi nous avons appris qu’il n’y avait pas, qu’il n’y avait jamais eu en Irak d’armes de destruction massive. Il y a donc une grande différence entre faire des déclarations et avoir des preuves réelles. Je vous le répète : il n’y a pas de militaires russes en Ukraine. 

Question – Vous voulez dire que, là, ils sont en train de mentir les Américains ? 

Vladimir Poutine –  Ils mentent. Il n’y a pas de militaires, aucun instructeur russe dans le sud-est de l’Ukraine. Il n’y en a pas eu et il n’y en a pas. 

Question – Vous n’avez pas envie d’annexer l’Ukraine ? Et vous n’avez jamais tenté de déstabiliser l’Ukraine ?  

[Note OB : Poutine doit commencer à penser qu'il a affaire à des journalistes débiles...]

Vladimir Poutine – Non. Nous ne l’avons jamais fait et ne le faisons pas maintenant. Et le pouvoir qui est aujourd‘hui en place en Ukraine devrait établir le dialogue avec sa propre population. Et pas à l’aide d’armes, de chars, d’avions et d’hélicoptères, mais en lançant des négociations. 

[Passage coupé]

Question — Le nouveau président ukrainien a été élu le 25 mai par un vote démocratique. Considérez-vous M. Porochenko comme un président légitime ?

      [Note OB : Poutine ne va bientôt plus avoir de doutes pour les journalistes...]

Vladimir Poutine — Je vous ai déjà dit et le répète : nous respecterons le choix du peuple ukrainien et nous coopérerons avec les autorités ukrainiennes. 

Question – En d’autres termes, si vous le rencontrez le 6 juin sur les plages de Normandie, et si le président Hollande contribue à rendre possible cette rencontre, vous lui serrerez la main ? Lui parlerez-vous ?  

Vladimir Poutine – Vous savez, je n’ai pas l’intention d’éviter quiconque. Le président Hollande m’a gentiment invité à participer à cette commémoration en tant que représentant de la Russie, même si l’événement commémoré fut tragique. C’est avec joie que j’ai accepté son invitation et je suis reconnaissant au Président de m’avoir invité. Il y aura d’autres invités, et je n’en éviterai aucun. Je suis prêt à parler avec chacun d’eux. 

Question – Mais allez-vous rencontrer M. Porochenko ? Vous avez dit que vous ne travailleriez avec lui qu’à la condition qu’il ne soumette pas totalement à l’influence américaine.  

Vladimir Poutine — Je n’ai pas dit qu’il ne doit pas céder à l’influence américaine. Il est libre d’accepter l’influence qu’il désire. Les Ukrainiens l’ont élu et il est libre d’adopter une politique qui lui est propre. S’il choisit d’accepter la forte influence d’un pays tiers, libre à lui. Mais je ne le ferais pas…

Question – Mais vous acceptez la souveraineté de l’Ukraine et, peut-être, son indépendance entre la Russie et les Occidentaux ?  Sa neutralité, son indépendance ? Ça, on peut le dire ? 

      [Note OB : aïe, je crois que c'est mort pour la crédibilité de nos journalistes... Il arrive un moment où la bêtise devient insultante...] 

Vladimir Poutine – Bien sûr, nous reconnaissons la souveraineté de l’Ukraine ! En outre, nous aurions aimé qu’elle se sente elle-même comme un état souverain. 

Parce que la participation à un bloc militaire, quel qu’il soit, ou à une structure rigide d’intégration signifie une perte partielle de souveraineté pour ce pays. Maintenant, si l’Ukraine accepte cela et accepte cette perte, c’est son choix. Mais quand nous parlons de l’Ukraine et des blocs militaires, il est évident que cela nous inquiète. Parce que si, par exemple, l’Ukraine rejoint l’OTAN, les infrastructures militaires de cette organisation se retrouvent à côté de nos frontières, et nous ne pouvons y rester indifférents.

[Passage coupé] 

Question – Monsieur le Président, les troupes russes ont récemment annexé la Crimée. Allez-vous jamais la rendre ?

    [Note OB : crédibilité de nos journalistes, repose en paix...] 

Vladimir Poutine –  Il est faux de croire que les troupes russes ont annexé la Crimée. Les troupes russes n’ont rien fait de la sorte. Franchement… 

Question – Mais la Crimée a été ajoutée à la carte de la Russie, le genre de cartes utilisées à l’école. Elle fait partie de la Russie maintenant. De quoi s’agit-il ? D’une annexion ou d’une réunification ? Quel mot faut-il utiliser ?

Vladimir Poutine –  Si vous me permettez de terminer, je pense que vous verrez ce que je veux dire.

Les troupes russes étaient en Crimée en vertu du traité international sur le déploiement de la base militaire russe. Il est vrai que les troupes russes ont aidé la Crimée à organiser un référendum sur leur (a) l’indépendance et (b) son désir de rejoindre la Fédération de Russie. Personne ne peut empêcher ces personnes d’exercer un droit qui est prévu à l’article 1 de la Charte des Nations Unies, le droit des peuples à l’autodétermination. 

Question – En d’autres termes, vous ne rendrez pas la Crimée ? La Crimée fait partie de la Russie, c’est ça ?

Vladimir Poutine – Conformément à l’expression de la volonté des personnes qui y vivent, la Crimée fait partie de la Fédération de Russie et de son entité constitutive.

Je veux que chacun comprenne cela clairement. Nous avons mené un dialogue exclusivement diplomatique et pacifique – je veux le souligner – avec nos partenaires européens et américains. Nos tentatives d’organiser un tel dialogue et de négocier une solution acceptable n’ont eu pour toute réponse que leur soutien pour un coup d’État anticonstitutionnel en Ukraine. Nous ne savions donc pas si l’Ukraine ne deviendrait pas une partie de l’alliance militaire de l’Atlantique Nord. Dans ces circonstances, nous ne pouvions pas permettre qu’une partie historique du territoire russe avec une population majoritairement russe puisse être intégrée dans une alliance militaire internationale, en particulier parce que la Crimée voulait faire partie de la Russie. Je suis désolé, mais nous ne pouvions pas agir autrement. 

Question – François Hollande vous a invité en France, à Paris et en Normandie. Vous le connaissez très bien. Pouvons-nous aller plus loin et dire qu’il existe entre vous une relation de confiance ?

Vladimir Poutine – Oui, je le pense.

Question – Le pensez-vous ou en êtes-vous sûr ?

Vladimir Poutine – Je l’ai toujours pensé. Je n’ai pas de raison de penser le contraire. Nous avons de très bonnes relations interétatiques, mais nous avons encore beaucoup à faire pour promouvoir nos relations économiques. Mais nos relations personnelles ont toujours été fondées sur la confiance, ce qui aide également sur le plan professionnel. J’espère que cela continuera.

Question – Vous parlez de relations basées sur la confiance — à la fois pour ce qui est de la défense et de l’économie. 

Vous avez acheté (et même payé) plus d’un milliard d’euros deux porte-hélicoptères Mistral à la France et des marins russes doivent arriver à Saint-Nazaire dans quelques jours, quelques semaines. Est-ce que vous allez autoriser ces marins russes à aller en France dans quelques jours ? 

Vladimir Poutine – Oui, bien sûr. J’espère que nous vivons dans un monde civilisé et tout le monde respecte ses obligations contractuelles. J’ai beaucoup entendu parler de l’opinion qui a été exprimée selon laquelle la France ne devrait plus nous vendre ces bâtiments. Et à cela je peux vous dire qu’en Russie également il y a eu beaucoup d’opposants à ce contrat. Si la France décide d’annuler ce contrat – elle peut le faire – nous exigerons alors un dédommagement. Mais cela ne contribuera pas positivement au futur développement de nos relations dans le domaine de coopération technique et militaire. Mais en principe, nous sommes ouverts à la coopération, éventuellement à signer de nouvelles commandes si nos partenaires français souhaitent continuer la coopération.  

[Passage coupé]  [Note OB. : merci pour les habitants de St-Nazaire]

Question – En dépit des pressions externes, vous avez commandé à la France ces navires d’assaut – et si la France les livre, vous pourriez en commander d’autres, n’est-ce pas ?

Vladimir Poutine – Nous attendons de nos partenaires français qu’ils s’acquittent de leurs obligations contractuelles, et si tout se passe comme convenu, nous n’excluons pas la possibilité de nouvelles commandes, et pas nécessairement dans la construction navale, elles peuvent concerner d’autres secteurs. Dans l’ensemble, nos relations dans ce domaine se développent favorablement, et nous aimerions continuer à les renforcer, dans l’aviation, la construction navale et d’autres secteurs. Nous avons une expérience de coopération réussie dans l’exploration spatiale, au Centre spatial guyanais près de Kourou. 

Question – La France est-ce qu’elle est pour vous une puissance souveraine, indépendante qui est écoutée ? Il y a l’Allemagne. Vous parlez le russe et l’allemand avec Mme Merkel. François Hollande ne parle aucune des deux langues, est-ce que vous pouvez vous comprendre ? Est-ce que la France a ce statut ?  

      [Note OB : nos journalistes ne savent apparemment pas ce qu'est un interprète, que tous les chefs d'État ne parlent pas toutes les langues du monde... Bon, ben, c'est clair, à ce stade, Poutine a compris qu'il avait deux débiles devant lui...]

Vladimir Poutine – La langue n’est pas une barrière, le fait que je ne parle pas français ne nous empêche pas, François Hollande et moi, de dialoguer. Nous avons des interprètes si besoin et, en général, nous pouvons toujours très bien nous comprendre. 

Pour ce qui concerne la souveraineté, je répèterai : un pays qui rejoint une organisation militaire consent à céder une partie de sa souveraineté à une institution supranationale. Pour la Russie cela est inacceptable, pour les autres pays, à eux de décider, cela ne nous regarde pas. Mais cela me rappelle la France, la tradition gaulliste, de Gaulle qui était un défenseur de la souveraineté française et qui, selon moi, mérite du respect. Un autre exemple est celui de François Mitterrand qui parlait d’une Confédération européenne où, d’ailleurs, même la Russie pourrait participer. Je pense que rien n’est encore perdu en ce qui concerne le futur de l’Europe.  

Question – Je voudrais qu’on parle des États-Unis. Dans quelques jours vous serez à côté à quelques mètres de Barack Obama. Apparemment, il ne souhaite pas vraiment vous parler. Comment les choses vont-elles se passer entre deux des plus grandes puissances du monde ? Le pays le plus riche du monde, les États-Unis, et de très loin le pays le plus grand, le plus vaste du monde, le vôtre. On image mal que vous ne parliez pas l’un avec l’autre, d’autant plus qu’on a un besoin impérieux puisque la guerre n’est pas très loin à quelques centaines de kilomètres d’ici.  

Vladimir Poutine – D’abord, je pense que vous exagérez un peu en disant qu’une guerre approche. Vous êtes un peu agressif comme journaliste, pourquoi pensez-vous qu’une guerre approche ?  Pourquoi essayez-vous de faire peur à tout le monde ? 

Question – Parce que l’Ukraine n’est pas loin d’ici. 

Vladimir Poutine – Et alors ? 

Question –  C’est là qu’il y a la guerre. (pointant vers l’Ukraine) Et quand il (l’autre journaliste) mentionne la guerre, elle est là. 

Vladimir Poutine – Ce n’est pas une guerre, mais une opération de représailles que mène le pouvoir de Kiev contre cette partie de sa population. Il ne s’agit pas d’une guerre entre États, il y a là une grande différence. 

Question – Mais cela doit cesser ? Cette opération punitive pour vous, Vladimir Poutine, elle doit cesser, vite ? 

Vladimir Poutine – Je pense que M. Porochenko a une chance unique : pour l’instant ses mains ne sont pas tachées de sang, et il peut suspendre cette opération punitive et commencer un dialogue direct avec ses propres citoyens à l’Est et au Sud de son pays. 

Quant à mes relations avec M. Obama – je n’ai pas oublié votre question –, je n’ai aucune raison de penser qu’il ne souhaite plus du tout communiquer avec le président de la Russie. Mais c’est à lui de décider après tout. Je suis toujours prêt pour le dialogue, car le dialogue est le meilleur moyen de se comprendre. Jusque-là nous étions toujours en contact, nous avons régulièrement parlé au téléphone…

[Passage coupé]

Question –  La Russie et les États-Unis connaissent des difficultés. S’agit-il d’un différend entre deux puissances ou deux personnes, entre Barack Obama et Vladimir Poutine ? 

Vladimir Poutine –  Il existe toujours des tensions entre pays, plus particulièrement avec des pays aussi vastes que la Russie et les États-Unis. Des problèmes se posent toujours, mais je ne pense pas que nous devrions aller à l’extrême. En tout cas, ce ne serait pas notre choix. Je suis toujours prêt à parler à l’un de mes partenaires, y compris le président Obama. 

Question – Alors vous êtes prêt à discuter et vous regrettez ce qui se passe ? Mais ne pensez-vous pas que les États-Unis tentent d’encercler la Russie, pour vous affaiblir en tant que dirigeant et peut-être vous isoler du reste du monde ? Vous êtes très diplomatique maintenant, mais vous connaissez les faits.

     [Note OB : oh, une très bonne question ! Donc une bonne raison de la couper au montage...]

Vladimir Poutine – Les faits ? Vous l’avez dit vous-même : la Russie est le plus grand pays dans le monde. Il est très difficile de l’encercler et le monde change si vite que ce serait essentiellement impossible, même en théorie.

Bien sûr, nous pouvons voir les tentatives des États-Unis qui font pression sur leurs alliés en utilisant leur position dominante évidente dans la communauté occidentale, dans le but d’influer sur la politique de la Russie.

La politique de la Russie est fondée uniquement sur ses intérêts nationaux. Bien sûr, nous prenons les opinions de nos partenaires en compte, mais nous sommes guidés par les intérêts du peuple russe. 

Question – M. le président, il est heureux d’une certaine manière que vous ayez affaire le 6 juin à Barack Obama. Si vous aviez affaire à Hillary Clinton, les choses tourneraient peut-être mal : elle a dit, il y a quelques jours, que ce que faisait la Russie en ce moment en Europe centrale ressemblait à ce qu’Hitler faisait dans les années 30. Vous avez pris cela comme une injure suprême en tant que citoyen et président russe ? 

Vladimir Poutine – Vous savez, il vaut mieux de ne pas se chamailler avec une femme. [sourire - à 13'55] Quant à Mme Clinton, elle n’a jamais été trop subtile dans ses déclarations, mais cela ne nous a pas empêchés de la rencontrer lors de différents événements internationaux et discuter normalement. Je pense qu’ici également nous pourrions trouver un langage commun, mais quand les gens dépassent certaines limites de politesse, cela montre leur faiblesse, pas leur force. Mais peut-être que, pour une femme, la faiblesse n’est pas tellement un défaut. [sourire]  

[Note OB : TF1 traduit par "Il est préférable de ne pas débattre avec un femme", la presse à repris "préférable de ne pas discuter avec une femme". Le principe premier d'un traducteur est normalement de ne pas manipuler la pensée originale. Poutine emploie le terme “спорить” (sporit) qui a les sens différents de "discuter", "débattre", "contester", "contredire", "chicaner", "se disputer", "se chamailler". Il faut donc bien comprendre ce qu'il disait... Dans la version anglaise du Kremlin, il est retenu "argue", qui de même signifie "argumenter" et "se disputer". Il faut savoir qu'il y a un proverbe russe qui dit : "Il ne faut jamais contredire une femme, l’homme est la tête pensante, mais la femme est son cou, elle vous tournera là où elle le veut". Il fait allusion à ceci. Je rappelle qu'en France on a le dicton "ce que femme veut, Dieu le veut"

Donc Mme Clinton, ancienne chef de la Diplomatie américaine et candidate à la succession d'Obama, a la débilité crasse de comparer à Hitler le chef d'État du pays qui a battu Hitler, au prix de 25 millions de morts (ce qu'elle ne ferait pas du Premier Ministre israélien, j'imagine). Poutine aurait dû protester avec véhémence à ce stade (le terme "grosse conne" aurait été approprié à mon sens, mais il a dû hésiter...), mais il a choisi une pirouette d'humour russe.

Comme il semble assez logique (si, si, réfléchissez) de penser qu'il ne pense pas vraiment qu'il ne faut pas discuter avec les femmes (je rappelle que le Sénat Russe est présidé par une femme - Valentina Matvienko - prévoir un délai pour la France...), il est clair qu'il fait une boutade, et que "chamailler" est le bon terme... Que le traducteur se trompe sur le moment, cela se comprend, mais comme l'interview était enregistrée, cette erreur aurait du être corrigé, car il est évident que cette petite phrase ferait réagir... Ce qui n'a pas manqué, les médias s'étant jeté dessus comme la vérole sur le bas-clergé... Mission accomplie, on n'a presque pas parlé de ses propos - cf Libération ou ci-après... Notons que France Télévision emploie "se disputer", ce qui est bien plus correct...]

Question – Il faut respecter les femmes, bien sûr, et je suis certain que vous les respectez.


Suite : http://www.les-crises.fr/interview-poutine-scandale-des-coupes/

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 12:21

Ci-dessous la video en hommage d'Inna, une des civiles décédées lors de l'attaque de l'aviation ukrainienne le 2 juin contre le siège de l'administration régionale de Lougansk (est de l'Ukraine). Pour que cet appel ne reste pas inentendu et sans réponses !

 

 

 

 

Still from Anna News Live Stream

 

Lundi 2 juin, huit personnes ont été tuées lors d'une frappe aérienne de l'aviation ukrainienne contre le siège de l'administration régionale de Lougansk (est de l'Ukraine), a annoncé mardi 3 juin à RIA Novosti un porte-parole de la "République populaire de Lougansk". Cette frappe a gravement endommagé le bâtiment, provoquant un violent incendie. Les blessés furent transportés hors du bâtiment endommagé. Au moins six ambulances sont arrivées sur le lieu du drame. Ceci  constitue une violation flagrante du droit humanitaire international, a déclaré lundi à RIA Novosti Konstantin Dolgov, délégué du ministère russe des Affaires étrangères pour les droits de l'homme, la démocratie et la suprématie du droit.

 

Le dernier bilan de l'opération de "police" que réalise Kiev contre sa population s'élève selon nos calculs (chiffres a minima) à 264 morts.

 

 

Videos des civils massacrés le 2 juin par l'aviation en Ukraine: Du Jamais vu depuis 1941!

 

(attention images très dures, dont la mort d'Inna, à voir sur :

 

http://zebuzzeo.blogspot.fr/2014/06/civils-massacres-par-laviation-en.html )

 

Et pendant ce temps..., pendant que des civils meurent en Ukraine, pendant que les Etats occidentaux cautionnent et soutiennent le nouveau président Porochenko responsable de ce crime de guerre, qui dès le lendemain de son élection, le 26 mai, a envoyé des blindés, de l'artillerie et des avions de combats contre des civils..., exigeant une "guerre éclair... et que l'armée et les forces de sécurité du pays "nettoient" les régions de Donetsk et de Lougansk... avant son investiture au poste de chef de l'Etat prévue samedi 7 juin à Kiev (un vocabulaire propre aux nazis !...), les médias occidentaux nous parlent du débarquement du 6 juin 1944..., de la "lutte des Alliés contre le nazisme", de la construction de l'Europe "pour que plus jamais cela ne se produise"... Une honte.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 21:12

Le milliardaire ukrainien Piotr Porochenko, qui a remporté la présidentielle du 25 mai, a annoncé lundi son intention de mener une opération militaire éclair dans l'est de l'Ukraine.

 

Bilan :

 

« Carnage » : les civils meurent dans d'impitoyable attaques militaires le lendemain de l'élection présidentielle à Kiev.

 

Les Corps s'accumulent dans les morgues de Donetsk après que Kiev ait envoyé des avions de combat et de l'artillerie sur le sud-est du pays, quelques heures après l'élection présidentielle. Le nouveau chef élu Petro Porochenko milite pour que la répression devienne encore « plus efficace ».

Le sud-est de l'Ukraine n'a vécu qu'une brève suspension des opérations militaires de Kiev dimanche alors que la nation était aux urnes. Juste avant l'élection présidentielle, des députés ukrainiens avaient appelé immédiatement au retrait des troupes du sud-est du pays.

Après le vote, le premier candidat - milliardaire
Petro Porochenko magnat du chocolat - a déclaré qu'il ne voyait pas pourquoi l'armée devrait arrêter l'opération. « Je soutiens sa poursuite, mais demande un changement de son format - elle doit être plus courte et être plus efficace, les unités militaires doivent être mieux équipées », a-t-il déclaré, malgré des déclarations antérieures selon lesquelles il disait être prêt au dialogue avec les républiques populaire autoproclamées de Donetsk et Lugansk.

Peu de temps après que le dernier vote ait lieu, l'opération militaire de Kiev est descendue sur le sud-est avec une nouvelle énergie, par des bombardements de Slavyansk et une attaque de l'aéroport de Donetsk au mortier.

Le nombre de victimes n'est pas encore connu. Selon le Premier ministre de la République populaire autoproclamée de Donetsk, Aleksandr Boroday, 100 forces d'autodéfense et de civils sont morts à Donetsk lors de l'attaque. Les autorités de Donetsk ont indiqué que 40 personnes sont mortes et 43 autres ont été blessées.

A Slavyansk, au moins trois civils ont été tués, dont une femme.

«Nous voyons ce que cela signifie aujourd'hui - les bombardements contre des civils, des bombes qui tombent près des immeubles occupés, des avions de chasse et des hélicoptères envoyés contre une population urbaine
», a déclaré l'analyste Daniel Patrick Welch pour RT, ajoutant que les négociations n'ont jamais fait partie du plan de Porochenko.

Mardi, les rapports ont évoqué une éventuelle quatrième victime parmi les civils à Slavyansk. Une femme a également été tué près de l'église de la Mère de Dieu régnant, selon un message sur le site de la Gorlovsk et Slavyansk, éparchie de l'Eglise orthodoxe ukrainienne. Il a ajouté que la construction de l'église a été endommagée ainsi qu'un immeuble d'appartements et un dortoir d'étudiants à proximité.

«Une bombe est tombée à seulement 10 mètres de l'église. Heureusement , il n'y avait personne dans l'église à ce moment-là,» lit-on dans le message.

Mardi, des jets et des hélicoptères de combat ukrainiens se sont déchaînés sur les forces armées d'autodéfense occupant l'aéroport dans la ville de Donetsk.

 
«Nous avons perdu plus de 50 combattants d'autodéfense
», a déclaré le Premier ministre de la République autoproclamée de Donetsk, Aleksandr Boroday, cité par RIA Novosti.

 

Source: http://rt.com/news/161772-eastern-ukraine-attack-deaths/

 


Le Premier ministre de la République populaire de Donetsk, Aleksandr Boroday, a affirmé que près de 50 civils et plus de 50 membres des milices d'auto-défense ont été tués dans des affrontements avec les troupes ukrainiennes lundi.

 

Source: http://rt.com/news/161716-ukraine-donetsk-storming-alarm/

 

 

Présidentielle en Ukraine : Merkel félicite Porochenko  Dans le même temps, alors que Porochenko est coupable de crimes de guerre dans le sud-est de l'Ukraine, la chancelière allemande Angela Merkel l'a félicité aujourd'hui par téléphone pour sa victoire à l'élection présidentielle et évoqué l'avenir des relations de Kiev avec Berlin et l'Union européenne, a rapporté le service de presse de M. Porochenko !

Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 13:16

Ce dimanche 25 mai s'ouvre en Ukraine une "élection" présidentielle dans un climat de guerre civile et de génocide. Cette soit-disant "élection" soutenue par les pays occidentaux a été décidée le 22 février 2014 par les putschistes assassins de la Place Maidan qui après avoir renversé le président Ianoukovitch qui a pris la fuite afin de ne pas être assassiné, ont pris le contrôle du "parlement" croupion.

Cette "élection" est logiquement boycottée par les est-ukrainiens qui ne reconnaissant pas la légitimité du gouvernement par interim de Kiev ne reconnaissent pas non plus les "élections" qu'il organise. Ceci est logique mais n'est aucunement pris en compte par les pays occidentaux qui dès le 22 février ont refusé le "dialogue", toute "ouverture" et toute négociation... avec les opposants est-ukrainiens.

 

C'est dans ce climat criminel que le leader des Pro-Maidan de Kiev, le milliardaire euroatlantiste Petro Porochenko, arrive en tête des intentions de vote. Le "roi du chocolat", est partisan de l'intégration de l'Ukraine dans l'OTAN. Ses produits alimentaires sont interdits à la vente en Russie depuis juillet 2013 car contenant des matières premières cancérigènes. Aucun écho de ces informations-là dans les médias "français".

 

Derrière Porochenko, arrive dans les intentions de vote l'ancien premier ministre, égérie de la "révolution orange" de 2004, Ioulia Timochenko. Créditée de 10% des voix environ, elle a annoncé sa candidature jeudi 27 mars 2014. Elle avait déjà été candidate à la présidence en 2010. Elle fut battue de peu par Viktor Ianoukovitch. L'année suivante, en 2011 elle était condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir lors de la conclusion de contrats gaziers avec la Russie. Timochenko a récemment déclaré qu'elle voulait « l'anéantissement » des Russes, dans une conversation enregistrée et diffusée sur internet. Elle a menacé l'Ukraine d'une nouvelle révolution (de couleur) si elle perdait les élections. Se déchaînant contre le favori, l'oligarque Petr Porochenko, elle a menacé d'un "troisième cycle de révolution" si ce dernier était élu. Jusqu'alors, le QG de l'oligarque laissait entendre qu'en cas d'entente avec elle - ou d'abandon de ses ambitions présidentielles - elle pourrait obtenir le poste de premier ministre... "Si le pays choisit un autre président, sachant que je n'ai qu'un seul concurrent aujourd'hui, je crois que nous devrons vivre un troisième cycle de révolution", a-t-elle averti... Et ce sont ces gens-là que les pays occidentaux soutiennent en affirmant que cette élection présidentielle est "légitime" alors qu'elle a tous les caractères d'une élection frauduleuse organisée par une mafia !

 

Le nationaliste Oleg Tiagnibok et le leader du mouvement paramilitaire ultra-nationaliste Pravy Sektor, Dmytro Iaroch sont aussi en lice.


ll devrait y avoir naturellement une forte abstention dans l'Est de l'Ukraine, notamment dans les républiques récemment autodéterminées qui ne reconnaissent pas la légitimité de ce scrutin et le boycottent.

 

 

 

 

Porochenko est crédité de plus de 44% des intentions de vote et pourrait être élu dès le 1er tour. En cas de second tour, celui-ci se tiendra le 15 juin prochain.

 

Petro Porochenko, voici donc le pedigree de l’homme que l’Ukraine devrait "élire" sans surprise aujourd'hui. Il s'agit d'un des leaders du mouvement "Notre Ukraine" (notez la chutzpah...) qui porta au pouvoir Iouchtchenko (un président d'Ukraine compatible avec la doctrine Zbigniew Brzezinski d'isolement, d'encerclement et de réduction de la jeune puissance russe émergente). Porochenko a financé la Révolution orange de 2004, "révolution" soutenue par les Etats-Unis et financée par la fondation George Soros. ILS n’ont pas  investi des milliards ni fait tous ces massacres dans l’Est de l’Ukraine en 2014 pour qu'un autre que lui soit élu.

 

« Le président Poroszenko , héritier d'une dynastie d’escrocs : c’est la fin de ce qui reste de l’Ukraine » : il s'agit du titre d'un article en polonais traduit par Domremy, publié sur Novorus.info et résumé par Gajowego Maruchy : "Prezydent Poroszenko ze złodziejskiej dynastii to koniec pozostałości Ukrainy".

 

Vous pouvez trouver ci-dessous la traduction cet article (merci à Domremy).

 

"Prezydent Poroszenko ze złodziejskiej dynastii to koniec pozostałości Ukrainy".

 

Posted by Marucha le 23 05 2014

 

« Le Président Poroszenko , héritier dune dynastie d’escrocs : c’est la fin de ce qui reste de l’Ukraine »

 

Posté par Marucha le 23 mai 204

 

 

Petro-Poroshenko.jpgLe Président  Poroszenko (né Walcman), juif de Moldavie, âgé de 44 ans, né près d’Odessa dans une dynastie d’escrocs, et ayant pris le nom de sa mère – c’est la fin de l’Ukraine.

 

Les membres de cette famille n’aiment pas rappeler les années 80 du siècle dernier – et ceci n’a rien à voir avec le fait que Piotr Poroszenko, alors étudiant à la Faculté des Relations et du Droit des Affaires Internationales de l’Université d’Etat de Kiev, était un étudiant minable.

 

En 1956 Alexiej Walcman, le père de Poroszenko s’est marié avec Eugenia Siergiejewna Poroszenko et a pris son nom, ce qui en soi n’est pas un crime mais dit clairement ce dont il s’agit.

 

Ce n’est pas un secret que dans les années 80 les vols des propriétés d’état de l’URSS ont explosé. Aleksiej Walcman Poroszenko s’est fait reconnaître alors par son ingéniosité et son esprit entrepreneur ainsi que par sa capacité à parvenir au centre des véritables organes du pouvoir. Le 11 Juin 1986 , A.I. Walcman, citoyen ukrainien de l’URSS fut exclus du Parti en raison de ses escroqueries et de ses fraudes. Ce diplomé universitaire fut de Septembre 1977 au 9 décembre 1983 directeur-conseil d’une entreprise de réparation. Il fut arreté et interrogé en attendant son procès.

 

Les accusations formulées concernaient l’article 155, 123, 183 et une partie de l’article 227 et une partie du Code Pénal de la RFSSR (Fédération Socialiste Russe de la République Soviétique) et de la MSSR (République Soviétique Socialiste de Moldavie). Il s’agissait de statistiques et de rapports falsifiés, de vols de propriétés d’Etat, d’acquisitions frauduleuses de biens immobiliers ainsi que de possession d’armes illégales. Parmi les fragments de son activité il faut énoncer le trafic d’alcool illégalement acheté et dilué à la vente avec de l’eau. C’est ainsi qu’il a créé une entreprise de production de wodka.

 

La condamnation fut relativement bénigne : 5 ans dans un camp pénal, la confiscation de ses biens et l’interdiction pendant 5 ans d’ accéder à des postes- clé dans les entreprises.

 

Le fils d’Aleksiej Walcman, Piotr Poroszenko allait emprunter le meme chemin que son père mais les temps venaient de changer : c’est pourquoi il a pu s’épanouir dans la République Indépendante d’Ukraine comme les moisissures sur une miche de pain. Il volait tout ce qui lui tombait sous la main et rien ne lui était sacré. Appel des gènes.

 

Maintenant cet escroc se trouve devant un devoir nouveau : escroquer toute l’Ukraine et privatiser la fonction de son Président. Pour parvenir à ses fins il est pret à ruiner tout le peuple de ce pays. En fait il y est prêt depuis longtemps – ne serait-ce qu’en prenant exemple sur son père.

 

Siergiej Kotwicki pour Central News Agency Novorossia

 

Source: http://novorus.info/

 

Voici quelques informations complémentaires sur Porochenko que l'on trouve sur wikipedia anglais (il n'y a curieusement pas de fiche en français de Porochenko pour le moment) :

 

Petro Porochenko Oleksiyovych, né le 26 Septembre 1965) est un homme d'affaires et homme politique ukrainien, qui a annoncé le 29 Mars 2014 qu'il courait pour la présidence de l'Ukraine. Porochenko, ancien ministre des Affaires étrangères et ministre du Commerce et du Développement économique, est parfois cité comme l'une des personnes les plus influentes dans la politique ukrainienne. De Février 2007 à Mars 2012, Porochenko est la tête du Conseil de la Banque Nationale d'Ukraine.

 

Porochenko est né dans la ville de Bolhrad , Oblast d'Odessa, le 26 Septembre 1965, mais a grandi dans la ville de Vinnitsa en Ukraine centrale. En 1989, il a obtenu un diplôme en économie de la Faculté des relations internationales et droit international (Institut des relations internationales) de l'Université d'Etat de Kiev.

 

Après l'obtention du diplôme, Porochenko a commencé sa propre entreprise de vente de fèves de cacao. Dans les années 1990, il a pris le contrôle de plusieurs entreprises de confiserie. Par la suite, il a réuni ses parts dans l'industrie, dans le groupe Roshen (en référence à son nom de famille, Ndlr.), le plus grand fabricant de confiserie en Ukraine. La fortune qu'il a faite dans l'industrie du chocolat lui a valu le surnom de "roi du chocolat".

 

Il étend son empire commercial dans plusieurs usines automobiles et d'autobus, le chantier naval Leninski Kuznya, les médias comme la chaine de télévision canal 5 ainsi que d'autres entreprises.

 

En Mars 2012 Forbes l'a placé sur la liste des milliardaires de Forbes à la 1153 ème place, avec 1 milliard de dollars. Les avoirs de Roshen ont été bloqués par la Russie qui en juillet 2013 a interdit la vente en Russie de ses produits parce qu'ils contenaient des matières premières cancérigènes.

 

Membre du Parlement et Secrétaire de la CNDS

 

Porochenko a d'abord remporté un siège à la Verkhovna Rada (le Parlement ukrainien) en 1998. Initialement, il était membre du Parti social démocrate uni de l'Ukraine (PSDU) , la partie la plus fidèle au président Leonid Koutchma  (président de l'Ukraine de 1994 à 2005) à l'époque. Porochenko a quitté SDPU en 2000 pour créer une faction indépendante gauche centre-Solidarité. En 2001 Porochenko a joué un rôle dans la création du Parti des régions, aussi fidèle à Koutchma. Solidarité n'a jamais rejoint le Parti des Régions, cependant, en décembre 2001, il rompait les rangs des partisans Koutchma pour devenir chef de campagne Notre Ukraine Bloc opposition la faction de Viktor Iouchtchenko (Ndlr. président de l'Ukraine de 2005 à 2010, leader en 2004 de la Révolution orange soutenue par de nombreux gouvernements occidentaux, dont celui des États-Unis et par des financements d'organisations américaines, comme la fondation George Soros, Iouchtchenko arriva au pouvoir lors d'une seconde élection présidentiellle manipulée par les pro-Occidentaux où il finit par battre nécessairement le Premier ministre Viktor Ianoukovytch, le candidat soutenu par Vladimir Poutine, qui avait pourtant élu lors d'une première élection présidentielle du 21 novembre 2004, mais dont l'élection fut contestée par les Occidentaux qui dénoncèrent évidemment un scrutin truqué par le gouvernement de Viktor Ianoukovytch et le puissant clan de Donetsk, dont Rinat Akhmetov alors accusé d'être un "oligarque" et qui fit fortune dans l'industrie du charbon et la sidérurgie. C'est pourtant cet "oligarque" Akhmetov que le nouveau pouvoir à Kiev, ne craignant pas la contradiction, a choisi pour lui proposer de devenir... gouverneur du Donbass, région de l'est de l'Ukraine, poste que ce dernier a refusé, se faisant critique contre le nouveau pouvoir de Kiev. Akhmetov a semble-t-il fini par se rallier aux pro-Maidan Cf. « L'oligarque Akhmetov se rallie aux autorités de Kiev » Le Figaro, mercredi 21 mai 2014, page 7.)

 

Revenons à Poroszenko. Après les élections législatives en Mars 2002, dans laquelle Notre Ukraine a remporté la plus grande part du vote populaire et Porochenko a remporté un siège au Parlement, Porochenko a servi comme chef de la commission parlementaire du budget.

 

Porochenko est considéré comme un proche confident de M. Iouchtchenko, qui est le parrain de ses filles. Étant peut-être l'homme d'affaires le plus riche parmi les partisans de Iouchtchenko, Porochenko a souvent été cité comme l'un des principaux bailleurs de fonds de Notre Ukraine et de la Révolution Orange.

 

Après  Iouchtchenko ait remporté les élections présidentielles en 2004, Porochenko a été nommé secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de la défense, tandis que son principal rival après- la Révolution orange, Ioulia Timochenko, a été nommé Premier ministre. En Septembre 2005 des allégations mutuelles très médiatisés de corruption ont éclaté entre Timochenko et Porochenko ont impliqué les privatisations des entreprises publiques réalisées par Timochenko. Porochenko, par exemple, a été accusé de défendre les intérêts de Viktor Pinchuk, qui avait acquis 80 millions de dollars et les entreprises publiques, Nikopol de ferro-alliages, indépendamment d'une valeur de 1 milliard $. En réaction à ces allégations, Iouchtchenko a rejeté l'ensemble de son cabinet des ministres, y compris Porochenko et le Premier ministre Ioulia Timochenko.

 

Lors de l'élection parlementaire de mars 2006 Porochenko a été réélu au Parlement ukrainien avec le soutien de la coalition électorale Notre Ukraine, où il a présidé la commission parlementaire des finances et des banques. Selon des allégations, depuis son poste de président au parlement ukrainien, le Parti socialiste de l'Ukraine a choisi de faire partie de l'Alliance de l'unité nationale, car Porochenko a promis à son chef, Oleksandr Moro, qu'il serait élu président si la coalition était formée. Cela a laissé Notre Ukraine de Porochenko et son allié le Bloc Ioulia Timochenko au gouvernement.

 

Porochenko n'a pas participé à l'élection parlementaire de septembre 2007.

 

Depuis février 2007 Porochenko a dirigé le Conseil de la Banque nationale de l'Ukraine.

 

Il a été ministre des Affaires étrangères de 2009 à 2010.

 

Le président Iouchtchenko a nommé Porochenko comme ministre des Affaires étrangères le 7 Octobre 2009.

 

Ministre des Affaires étrangères en 2009, Porochenko a soutenu l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN et a déclaré en décembre 2009 : « Je crois qu'avec une volonté politique et un souhait public pour le faire, l'appui du public pour les politiciens en charge, et une claire et consciente politique juste, devenir un pays membre de l'OTAN pourrait être accompli d'ici un an ou deux ans ».

Cependant, l'adhésion à l'OTAN ne devrait pas être un but en soi : « Notre objectif doit être de mener des réformes, l'amélioration du niveau de vie (on voit le résultat en 2013! Voir les cartes ci-dessous. Ndlr.), je crois que là, nous devons tout faire pour améliorer la situation dans le pays plutôt que d'obtenir l'autorisation de quelqu'un pour certaines actions », a-t-il dit aux journalistes à Bruxelles jeudi 3 décembre 2009 après une réunion de la Commission Otan-Ukraine tenue à Bruxelles au sujet de la réunion de Conseil Atlantique du Nord de l'alliance.

 

Bien que Porochenko a été rejeté comme ministre des Affaires étrangères le 11 Février 2010, le président Viktor Ianoukovitch a exprimé l'espoir de poursuivre la coopération avec lui.

 

Ministre du Développement économique et du Commerce

 

À la fin de février 2012 Porochenko a été nommé comme nouveau ministre du Commerce et du Développement économique dans le gouvernement Azarov; le 9 Mars 2012 le président Ianoukovitch a déclaré qu'il voulait Porochenko travaille dans le gouvernement au poste ministériel du développement économique et du commerce ministre. Le 23 Mars 2012 Porochenko a été nommé par Ianoukovitch ministre du Développement économique et du Commerce de l'Ukraine. Le même mois, il a démissionné de son poste de chef du Conseil de la Banque nationale de l'Ukraine. Porochenko de retour à la Verkhovna Rada (parlement) après avoir remporté avec plus de 70 % des voix le poste de candidat indépendant dans des circonscriptions uninominales.

 

Sur le site les-crises.fr/ukraine/, qui donne des cartes et des chiffres, on a une idée des bienfaits de la clique Porochenko au "développement économique et du commerce" de l'Ukraine !

 

Remontant à 1991, au niveau économique, la situation est depuis très difficile. En 1997, le PIB par habitant est tombé à 50 % de celui de 1991, et il n’est remonté qu’à 80 % de ce niveau…

 

Ukraine---PIB-par-habitant-de-l-Ukraine--1990-2013.jpg

 

Du coup, le revenu par Ukrainien est toujours :

  • 8 à 10 fois inférieur à celui d’un Français ou d’un Américain ;
  • 4 fois inférieur à celui d’un Russe ;
  • 3 fois inférieur à celui d’un Roumain ;

40 % inférieur à un habitant de Namibie ou d’Irak …

 

Ukraine---Salaire-mensuel-minimal-et-moyen-en-Ukraine-et-en.jpg

 

On observe même qu’avec un salaire minimal mensuel de 100 €, le salaire d’un Ukrainien est 30 % inférieur à celui d’un Chinois !

 

Source: http://www.les-crises.fr/ukraine-le-pib/

 

Ukraine--balance-commerciale.jpg

 

Depuis 10 ans, l’Ukraine, qui importe 60 % de ce qu’elle consomme, est en fort déficit commercial – près de 7 Md€ par an.

 

Ukraine---balance-commerciale-par-region.jpg

 

On note le déficit apocalyptique au niveau de la ville de Kiev.

Par grande région, cela donne ceci :

 

Ukraine-balance-commerciale-ukraine-synthese-regions.jpg

L’Ukraine est en déficit face à ses principaux partenaires, et on a au niveau des régions :

 

l’Est, industriel, exporte beaucoup, et est en net excédent commercial ;

l’Ouest, agricole, exporte très peu et est en net déficit commercial ;

le Centre, avec la capitale, exporte modérément, mais est en énorme déficit commercial.

 

Source: http://www.les-crises.fr/ukraine-commerce-international/

 

 

2014 campagne présidentielle

 

Suite à la révolution ukrainienne 2014 et le retrait de Viktor Ianoukovitch (son renversement Ndlr....) de son poste de Président de l'Ukraine, de nouvelles élections présidentielles devaient avoir lieu le 25 mai 2014.

 

Dans les sondages pré-électoraux de mars 2014 Porochenko arrivait en tête de tous les candidats potentiels, avec un sondage réalisé par Socis lui donnant une note de plus de 40% le 29 Mars, il a déclaré qu'il courait pour être président ; Dans le même temps Vitali Klitschko a renoncé à la course à la présidence, en choisissant de soutenir la candidature de Porochenko. Le 2 Avril Porochenko dit : « Si je suis élu, je vais être honnête et vendre les parts Roshen ». "En tant que président de l'Ukraine, je vais et je veux me concentrer uniquement sur le bien-être de la nation", affirme-t-il.

Il a également dit début avril que le niveau de soutien populaire à l'idée d'adhérer à l'OTAN de l'Ukraine était trop petit pour le mettre à l'ordre du jour "sans ruiner le pays" ».

Le 14 avril 2014, Porochenko a publiquement soutenu la campagne du Parti de Jarosław Gowin, "Pologne Ensemble" de la Pologne voisine dans les élections au Parlement européen, en remerciant le collègue de Gowin, Paweł Kowal de soutenir l'Ukraine.

 

La publication internet ukrainienne de Pravda, se référant à la presse autrichienne, a indiqué que l'union de Porochenko et Klitschko avait été formée après une réunion secrète à la demande du milliardaire ukrainien Dmitri Firtash (Ukrainian pravda. 2 April 2014) qui fait face à des accusations de corruption aux États-Unis (Firtash a fait fortune en tant qu'intermédiaire pour le monopole du gaz à l'exportation russe OAO Gazprom (GAZP) et possède des stations de télévision et les usines d'engrais en Ukraine, nie les accusations des États-Unis relatifs à un projet de titane 500 millions de dollars en Inde. Firtash, est un ancien allié de Viktor Ianoukovitch, le leader déchu qui a fui en Russie au milieu des protestations sanglantes, a déclaré que les Etats-Unis cherche à annuler son influence politique avant le 25 mai élection présidentielle de l'Ukraine.) Firtash a publiquement confirmé son soutien Porochenko à l'élection présidentielle (Novostimira. 30 April 2014.)

 

 

Quoiqu'il en soit, si le pays apparaissait déjà très divisé il y a vingt ans en 1994, en 2010, suite à la Révolution orange de 2004 qui avait été soutenue et financée par Porochenko, l'Ukraine est restée très divisée avec un grand écart est-ouest impressionnant :

 


Ukraine---Election-presidentielle-1994-Un-Pays-deja-divi.jpg

 

Ukraine---Election-presidentielle-2010-Un-pays-tres-divis.jpg

 

 

 

Add. 23h10. Présidentielle en Ukraine: Porochenko en tête (sondage sortie des urnes)

 

21:03 25/05/2014

KIEV, 25 mai - RIA Novosti

 

Selon un sondage réalisé à la sortie des urnes par quatre chaînes de télévision ukrainiennes, le candidat indépendant Piotr Porochenko arrive en tête de l'élection présidentielle avec 57,31% des suffrages exprimés, devant l'ex-première ministre du pays Ioulia Timochenko (12,39%).

 

Source : http://fr.ria.ru/world/20140525/201321382.html

 

90% d'abstention : une "élection légitime" pour les Occidentaux...

 

 

Le taux de participation à la présidentielle dans la région de Donetsk (est) est inférieur à 10 pour cent, a fait savoir une source au sein de la Commission électorale centrale d'Ukraine, informe ITAR-TASS.

 

Selon le dernier bilan, il a constitué 9,11 pour cent dans la région de Donetsk. L'indice le plus élevé a été enregistré dans la région de Volyn (ouest) - 50,49 pour cent. Viennent après la région de Lvov (ouest, 46,23 pour cent) et celle de Kiev (centre, 42,79 pour cent). Le taux de participation moyen est de 38,53 pour cent soit inférieur par rapport à l'indice correspondant, enregistré au cours de la présidentielle - 2010 (plus de 45 pour cent).

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_05_25/Ukraine-taux-de-participation-a-la-presidentielle-2522/

 

 

. Les Etats-Unis ont investi dans l'Ukraine 5 milliards de dollars depuis 1991

. L'Anschluss était dans Mein Kampf, le contrôle de l'Ukraine est dans "Le Grand Echiquier" (R. Chamagne)

. Porochenko autorise la police à tirer sans avertissement (19 août 2014)

. La visite aux États-Unis de Porochenko signifie la poursuite des bombardements continus de civils

. Porochenko et les accords de paix de Minsk 1

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 15:29

Poutine-accuse-l-Occident-de-snobisme-et-de-refus-de-negoc.jpgVladimir Poutine au Forum économique de Saint-Pétersbourg a déclaré que le « modèle d'un monde unipolaire » a « échoué », après l'effondrement de l'URSS et la fin de la guerre froide.

 

« Le modèle d'un monde unipolaire a échoué. Chacun le voit bien aujourd'hui, même ceux qui tentent d'agir à la manière habituelle, de garder le monopole, de dicter leurs règles du jeu en politique, dans le commerce, les finances, d'imposer des normes culturelles et comportementales », a-t-il expliqué.

 

Il a donné l'exemple de l'Ukraine où les partenaires occidentaux ont agi comme si la Russie n'existait pas... Il accusé l'Occident de snobisme et du refus de négocier avec la Russie pendant l'élaboration d'un accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne, indique ITAR-TASS.

 

« Nous tâchions de prouver, chiffres à l'appui, que ce document causerait un grave préjudice, nous proposions de procéder de manière absolument civilisée ne fût-ce qu'à un débat sur ces questions, de trouver une solution, a-t-il déclaré vendredi devant le Forum économique international à Saint-Pétersbourg. Qu'avons-nous entendu en réponse ? Cela ne nous regarde pas. Excusez-moi, je ne veux offenser personne, mais je n'ai pas vu de tel snobisme depuis longtemps. On ne nous a tout simplement pas voulu parler, on nous a dit : cela ne vous regarde pas ! », a reconnu avec regret le président russe.

 

« On a mis l'Ukraine devant un choix pratiquement : ou vous acceptez de signer un accord d'association ou de libre-échange avec nous ou vous traitez avec la Russie. Ce n'était pas ou ou, c'était et et qu'il fallait faire » (Hélène Carrère d'Encausse à Pro Russia Tv)

Partager cet article
Repost0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 15:11

Poutine--Forum-economique-international-de-Saint-Petersbo.jpgAprès le coup d'Etat en Ukraine, le chaos s'est instauré et une vraie guerre civile a commencé, a estimé vendredi le président russe Vladimir Poutine lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

 

"Il y a eu un coup d'Etat soutenu par les partenaires américains et européens. Ensuite, le chaos s'est instauré, et maintenant nous constatons qu'une guerre civile d'envergure a débuté", a déclaré le chef de l'Etat, en caractérisant la situation actuelle en Ukraine.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_05_23/Ukraine-une-guerre-civile-a-suivi-le-coup-dEtat-Poutine-8468/

Partager cet article
Repost0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 14:23

 

 

Ukraine/est : l'armée abat 30 militaires ayant rendu les armes (militant fédéraliste)  

 

Les forces armées ukrainiennes ont abattu une trentaine de soldats ayant rendu les armes face aux combattants d'autodéfense de la « république populaire » autoproclamée de Lougansk (est), a déclaré à RIA Novosti un porte-parole des fédéralistes Ostap Tchiorni. « Près de 30 militaires ukrainiens ont déposé les armes, et les forces régulières les ont par la suite fusillés », a affirmé l'interlocuteur de l'agence.

 

L'incident se serait produit à proximité de la ville de Lissitchansk de la région de Lougansk, théâtre d'intenses combats entre militaires envoyés par Kiev et militants fédéralistes.

 

Depuis mars, les grandes villes du sud-est de l'Ukraine, dont Donetsk, Kharkov et Lougansk, connaissent une mobilisation sans précédent des partisans de la fédéralisation du pays qui refusent de reconnaître les nouvelles autorités pro-européennes. L'armée ukrainienne y mène depuis la mi-avril une vaste opération contre les combattants des forces d'autodéfense populaire, qualifiés de terroristes par Kiev.

 

Les « républiques populaires » autodéterminées de Donetsk et de Lougansk ont refusé de prendre part à l'élection présidentielle du 25 mai.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 13:19

"Le futur système de sécurité authentique et juste doit se fonder sur l'équilibre des mécanismes de la diplomatie bilatérale et multilatérale, en excluant tous les systèmes et blocs fermés et étroits", a déclaré aujourd'hui Vladimir Poutine à Shanghai en Chine. On comprend mieux pourquoi l'Oligarchie mondialiste et unilatérale le compare à Hitler !   

 

Sécurité en Asie-Pacifique: Poutine plaide pour une architecture équilibrée  

 

Sécurité en Asie-Pacifique: Poutine plaide pour une architecture équilibrée

 

La région Asie-Pacifique a besoin d'une architecture de sécurité permettant une interaction d'égal à égal et excluant les blocs fermés, a déclaré le président russe Vladimir Poutine lors de la Conférence pour l'interaction et les mesures de confiance en Asie qui se déroule à Shanghai, en Chine.

 

« La région a besoin d'une architecture de sécurité qui garantisse une interaction d'égal à égal, un véritable équilibre des forces et l'harmonie des intérêts. Nous sommes persuadés que tout ceci doit être basé sur l'indivisibilité de la sécurité. ... Le futur système de sécurité authentique et juste doit se fonder sur l'équilibre des mécanismes de la diplomatie bilatérale et multilatérale, en excluant tous les systèmes et blocs fermés et étroits. Seule une telle approche nous permettra de prévenir l'émergence de nouvelles lignes de fracture politiques ou idéologiques dans la région », a indiqué le chef de l'Etat russe.

 

Source et suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_05_21/Securite-en-Asie-Pacifique-Poutine-plaide-pour-une-architecture-equilibree-8939/

Partager cet article
Repost0
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 12:32

Dans une belle inversion accusatoire, le prince Charles, dont on connait les liens de sa famille des Hanovre avec la franc-maçonnerie depuis le XVIIIe siècle, la banque, la finance mondiale (banques centrales et privées) et le Nouvel ordre mondial impérialiste, s'est permis de comparer Poutine à Hitler. Rien n'arrête ces gens !

 

Poutine--Entretien-telephonique-sur-les-refere-copie-1.jpgEn visite au Canada, le prince Charles a comparé le président russe Vladimir Poutine à Adolf Hitler, écrit mercredi RBC se référant au quotidien Daily Mail.

 

Commentant dans une conversation privée la politique ukrainienne de la Russie et le rattachement de la Crimée au territoire de la Fédération, le prince de Galles a déclaré: "Aujourd'hui, Poutine fait pratiquement la même chose qu'Hitler.

 

Marianne Ferguson, qui a perdu des proches pendant la Seconde Guerre mondiale, accompagnait le prince Charles au Musée canadien de l'immigration à Halifax: elle a confirmé que le prince avait effectivement prononcé cette phrase.

 

"Il m'a demandé quand j'étais arrivée au Canada. J'ai répondu: en 1939. Il a dit qu'aujourd'hui Poutine se comportait comme Hitler. Je suis du même avis: regardez, il s'empare des pays comme le faisait Hitler. Le prince n'a rien dit de particulier sur la Russie en soi", a déclaré Marianne Ferguson au journaliste de la BBC.

 

Le service de presse du prince Charles a répondu aux journalistes du Daily Mail qu'il ne ferait aucun commentaire sur cette conversation privée du prince.

 

La porte-parole de la résidence des membres de la famille royale de Clarence House a tout de même précisé au quotidien Daily Telegraph: "C'était une conversation privée et profonde avec une dame qui a perdu des membres de sa famille dans l'Holocauste".

 

Daily Mail affirme qu'une rencontre est prévue en France entre le prince Charles et le président Poutine le 6 juin, jour-anniversaire du débarquement en Normandie.

 

Source : http://fr.ria.ru/presse_russe/20140521/201273296.html

 

Aux Etats-Unis, la « démocrate » Hillary Clinton, ex-chef de la diplomatie américaine et le sénateur des Etats-Unis (Arizona), candidat républicain à l'élection présidentielle 2008, John McCain, ont eux aussi comparé Poutine à Hitler. «Si vous avez l'impression d'avoir déjà vu ce qui passe en Ukraine, c'est parce que c'est ce qu'a fait Hitler dans les années 1930», a déclaré  Hillary Clinton, lors d'une collecte de fonds, à Long Beach, en Californie. «on peut comparer la délivrance de passeports russes aux Ukrainiens qui ont des liens avec la Russie aux mesures prises par l'Allemagne nazie avant qu'Hitler n'envahisse des pays voisins», a-t-elle ajouté. John McCain, a lui aussi supporté publiquement Hillary Clinton, en publiant un tweet explicite. «Sa comparaison est bonne» a-t-il posté sur son compte officiel. 

 

Source : http://www.leparisien.fr/international/ukraine-quand-hillary-clinton-compare-poutine-a-hitler-06-03-2014-3649713.php

 

Poutine comparé à Hitler... par le successeur à la Couronne britannique et par les élites oligarchiques occidentales, on devine comment cela peut finir avec une 3e guerre mondiale comme en 1940 si Poutine ne parvient pas déjouer les pièges tendus par l'Oligarchie, notamment en Ukraine.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 21:46

Les forces armées et de sécurité de l'Ukraine tuent trois civils près de Kramatorsk. Pas un mot dans les médias "français".

 

http://vestnikkavkaza.net/sites/default/files/imagecache/252/shikh.jpg

Les forces armées et de sécurité de l'Ukraine tuent trois civils près de Kramatorsk

Trois civils ont été tués et trois autres ont été blessés lorsque les forces armées et de sécurité de l'Ukraine ont ouvert le feu sur des voitures civiles près du village de Starovarvarovka près Kramatrosk
(Oblast de Donetsk, Ndlr.), a déclaré jeudi un représentant de la milice Kramatorsk à ITAR-TASS.

Une famille rentrait chez elle sur une route de campagne dans l'une des voitures quand les tirs ont commencé. Les soldats n'ont pas permis aux gens de sortir de la voiture. Une femme qui a reçu deux blessures par balles dans la tête est décédée.

Deux autres véhicules, dont un minibus et une autre voiture légère, avec les résidents locaux qui reviennent d'un voyage de pêche, a également essuyé des tirs. En conséquence, deux jeunes hommes dans les microbus ont été tués. La voiture légère a également été monté avec des balles tirées par des armes de gros calibre et des armes légères. Après l'attaque, les soldats ukrainiens ont approché le microbus et l'ont conduit loin sur le territoire de leur unité militaire.

Les blessés ont réussi à s'échapper. Les résidents locaux les cachaient dans leurs maisons. Les combattants de la Garde nationale de Kiev furent à leur recherche dans les localités peuplées à proximité pendant plusieurs heures en faisant des irruptions dans les maisons. 


Source: http://en.itar-tass.com/world/731793

 

 

. Ukraine : Bilan humain du génocide russe (actualisé)

Partager cet article
Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 20:23

 

 

http://cdn.rt.com/files/news/26/c7/00/00/heli.n.jpg

 

Alors que des videos postées sur youtube hier par Life News et aujourd'hui par RT (ici et ) prouvent que Kiev utilise des hélicoptères aux logos de l'ONU, le ministère ukrainien de la Défense a formellement démenti aujourd'hui dans un communiqué avoir des hélicoptères aux logos des Nations unies. "Les Forces armées de l'Ukraine n'ont pas d'hélicoptères aux logos de l'ONU", stipule le document. Le ministère a reconnu toutefois que "certains hélicoptères" que l'Ukraine avait engagés autrefois dans les missions de maintien de la paix de l'ONU étaient peints en blanc (couleur des Nations unies, ndlr).

 

La chaîne de télévision RT a annoncé que les militaires ukrainiens ont frauduleusement utilisé mardi (13 mai NdCR.) des hélicoptères arborant les couleurs de l'ONU pour réprimer le mouvement de protestation à Kramatorsk, région de Donetsk.

 

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a appelé mercredi à engager une enquête sur cette situation. A l'heure actuelle, l'ONU est en contact avec Kiev pour faire toute la lumière sur l'incident.

 

Selon Iouri Maleïev, de l'Institut des relations internationales de Moscou, les autorités ukrainiennes ont violé le droit humanitaire international en utilisant à Kramatorsk des hélicoptères portant des logos et insignes des Nations unies. L'expert a rappelé que le droit humanitaire international exigeait que le matériel de guerre et les soldats combattant portent leurs propres marques d'identification. Il a indiqué qu'en règle générale, une telle violation était passible de poursuites judiciaires, mais qu'il était peu probable que Kiev en réponde, les Américains et l'Union européenne se tenant derrière le régime ukrainien en place.

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 11:56

Hollande est allé en Géorgie pour accélérer la signature de l'accord d'association Géorgie-Union européenne, évoqué la question de l'adhésion complète de la Géorgie à l'UE, et a promis de soutenir son rapprochement avec l'UE. Il a néanmoins laissé entendre qu'il ne fallait pas compter sur l'adoption d'une feuille de route d'adhésion de la Géorgie à l'Otan lors du sommet de l'Alliance en septembre... On le croira tous sur parole !

 Que dirait Obama si Poutine prédisait un avenir russe au Canada ?

 

Flanby-passe-a-l-attaque.jpgHollande prédit un avenir européen à la Géorgie

 

Le président français François Hollande a passé quelques heures à Tbilissi pour clore sa tournée dans le Caucase du Sud, écrit mercredi le quotidien Kommersant.

Il a remercié le gouvernement géorgien d'avoir envoyé des casques bleus en Centrafrique, où la France est en mission aujourd'hui, et a promis de soutenir l'aspiration géorgienne à se rapprocher de l'Union européenne (UE). Il n'a pas écarté l'éventualité d'une adhésion complète de la Géorgie à cette institution. Sur les perspectives euroatlantiques de Tbilissi, par contre, Hollande a été moins enthousiaste.

A Tbilissi pour participer au forum économique franco-géorgien, le président français n'a pas parlé que de coopération économique. Le ministre géorgien de l'Economie Gueorgui Kvirikachvili a remercié Hollande pour avoir "préservé la souveraineté de la Géorgie dans le conflit d'août 2008", même si à l'époque c'est Nicolas Sarkozy qui occupait le siège présidentiel.

Gueorgui Kvirikachvili a évoqué les perspectives qui pourraient s'ouvrir à la Géorgie après la signature d'un accord d'association avec l'UE. "Les entreprises européennes s'activeront dans notre pays car il ne sera plus considéré comme un Etat postsoviétique", a déclaré le ministre.

Hollande a noté que l'accélération de la signature de cet accord entre la Géorgie et l'UE était l'un des buts de sa visite (l'autre étant de soutenir l'intégrité territoriale de la Géorgie). Le président français a qualifié la décision de Tbilissi d'envoyer 150 soldats en Centrafrique au sein du contingent français pour participer à l'opération de maintien de la paix de l'UE d'"émotionnellement importante" pour lui. De plus, le président français a réjoui ses hôtes par une déclaration inattendue: il a en effet affirmé qu'en participant à l'opération en Afrique la Géorgie avait montré à tout le monde "quelle utilité elle pourrait avoit pour l'Europe à terme, quand la question de son adhésion complète à l'UE serait à l'ordre du jour".

Dans sa conférence de presse à la sortie d'un bref entretien avec le président géorgien Gueorgui Margvelachvili, Hollande a fait une série de déclarations importantes sur le thème russo-géorgien et ukrainien. Il a déclaré que la Russie n'avait pas rempli les termes de l'accord du 12 août 2008 (accord dit Sarkozy-Medvedev) et que le territoire géorgien "restait occupé". En ce qui concerne la politique de la Russie vis-à-vis de l'Ukraine Moscou, selon Hollande, "profite des opportunités de déstabilisation dans les pays voisins pour acquérir des territoires". Il a également averti que si l'élection du 25 mai était empêchée, "de nouvelles sanctions seraient adoptées contre la Russie".

... Le président français a laissé entendre qu'il ne fallait pas compter sur l'adoption d'une feuille de route pour adhérer à l'Otan lors du sommet de l'Alliance en septembre, ajoutant que "la sécurité de la Géorgie était avant tout l'affaire de la Géorgie elle-même".

 

Source: http://fr.ria.ru/presse_russe/20140514/201207522.html

Partager cet article
Repost0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 15:12

Nous avons vu la junte de Kiev parvenue au pouvoir par la force et l'assassinat "démocratique", refuser de dialoguer, préférer la fuite en avant dans la violence et l'utilisation criminelle de la force à la négociation, l'usage de la répression à la discussion, l'emploi de la terreur au "dialogue", l'intimidation à la confiance. C'est logiquement que cela s'est terminé par un échec cuisant avec l'incapacité à empêcher le déroulement du référendum d'autodétermination des oblast de Donetsk et Lugansk

 

La nouvelle république populaire de Donetsk autodéterminée a également logiquement demandé hier soir son rattachement à la Russie et a lancé un ultimatum de 48 heures à tous les soldats de Kiev pour prêter serment à la nouvelle république, sous peine d'être assimilés à des terroristes, interdits de territoire, et d'être traqués en tant que tels, renvoyant ainsi Kiev à sa propre politique de terreur lancée le 13 avril sous le nom d'"opération antiterroriste".

 

 

http://fr.ria.ru/images/20088/66/200886639.jpg

Aujourd'hui, Moscou a critiqué le refus de dialoguer de Kiev, à l'issue d'un entretien entre le vice-ministre russe des Affaires étrangères Grigori Karassine et le chef de la délégation UE à Moscou Vygaudas Ušackas.

"Côté russe, il a été souligné que le refus des autorités actuelles de Kiev d'engager un dialogue effectif avec les représentants des régions, notamment avec le sud-est de l'Ukraine, constituait un sérieux obstacle sur la voie de la désescalade et de la réconciliation dans le pays", lit-on dans le communiqué.

"Moscou espère que, conformément aux ententes enregistrées le 17 avril dernier à Genève et à la +feuille de route+ préparée par le président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) Didier Burkhalter, les partenaires européens et américains useront de leur influence sur les autorités en place à Kiev pour que les questions de l'organisation de l'Etat  et du respect des droits des régions fassent l'objet d'une discussion dans l'immédiat, notamment avant l'élection présidentielle prévue le 25 mai", souligne le ministère russe des Affaires étrangères.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 21:59
Ukraine : la « république de Donetsk » lance une opération antiterroriste

 

On se souvient que Kiev avait lancé le 13 avril 2014 une "opération anti-terroriste" contre les anti-Maidan d'Ukraine. Ce soir, la nouvelle république autodéterminée de Donetsk a lancé un ultimatum à Kiev. Elle a donné 48 heures à tous les soldats et officiers des forces armées, des troupes de l'Intérieur, du Conseil de la sécurité nationale et de défense (SBU), de la police et d'autres unités militaires ukrainiennes, "considérés comme se trouvant illégalement dans la République populaire de Donetsk" "pour prêter serment à la République populaire de Donetsk ou quitter son territoire."


"Je lance une opération antiterroriste sur le territoire de la république populaire de Donetsk", a indiqué le commandant Strelkov. "Tous les combattants des groupes néonazis (Garde nationale, Pravy sektor (Secteur droit), Bataillon de Liachko et autres) doivent être arrêtés dans le cadre de l'opération antiterroriste", a-t-il déclaré.

 

M. Strelkov a pris le commandement de toutes les unités militaires ukrainiennes déployées dans la région, des forces de sécurité, des gardes-frontières, des douanes et du parquet locaux.

 

Dans le même temps, la nouvelle république de Donetsk a l’intention de mener des pourparlers sur la fusion avec la région de Lougansk, a indiqué le co-président du gouvernement de la république populaire de Donetsk Denis Pouchiline.

 

À son tour, le leader du mouvement « Sud-Est » a suggéré dans un discours prononcé lors d'un rassemblement à Lougansk de nommer la nouvelle entité territoriale « Novorossia » (Nouvelle Russie).

 

 

. Ukraine : Bilan humain du génocide russe (actualisé)

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 16:01

Denis Pouchiline, le coprésident du gouvernement provisoire de la nouvelle république populaire autodéterminée de Donetsk, issue du référendum de dimanche, a demandé à Moscou d'étudier la possibilité du rattachement de cet oblast sécessionniste de l'est de l'Ukraine à la Fédération de Russie.

 

Depuis Donetsk, Denis Pouchiline a déclaré : "Nous appuyant sur la volonté populaire et le rétablissement d'une justice historique, nous demandons à la Russie d'examiner la possibilité d'adhésion de la République populaire de Donetsk à la Fédération de Russie ... Le peuple de Donetsk a toujours fait partie du monde russe. Pour nous, l'histoire de la Russie est notre histoire."

 

 

Ukraine--Les-oblast--regions--d-Ukraine.jpg

Source image :  

http://www.les-crises.fr/25-cartes-et-graphiques-ukraine/

 

Sources : Le Figaro, Ria Novosti

 

 

. Ukraine : Bilan humain du génocide russe (actualisé)

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 11:02

12 mai.

 

Le bilan humain du génocide "antiterroriste" décidé par Washington-Kiev-Bruxelles le 13 avril 2014 contre les russes ou russophones de l'est de l'Ukraine, sera actualisé dans cet article au fil des jours (chiffres donnés a minima).

 

Au 10 mai, nous comptions 127 victimes civiles du "génocide" (expression de la Douma le 4 mai)

 

La liste des victimes civiles des affrontements sanglants du 2 mai à Odessa (où nous avions compté 42 morts au total) s'est allongée aujourd'hui pour atteindre 48 morts, rapporte ITAR-TASS. Sur 43 victimes identifiées, huit ont été tuées par balles, sept ont sauté dans le vide pour se sauver des flammes et des tueurs, les autres ont brûlé vives ou sont mortes intoxiquées par l'oxyde de carbone. Plus de 200 personnes ont été blessées, 48 autres manquent toujours à l'appel. A ce jour, 62 blessés demeurent dans les hôpitaux, le pronostic vital de 10 d'entre eux est engagé.

Entre-temps, le député Oleg Tsarev et d'autres politiciens ukrainiens affirment que le massacre d'Odessa a fait au moins 116 morts mais que les autorités kiéviennes cherchaient à dissimuler le bilan exact.

 

Le jour de la commémoration de la victoire patriotique russe sur le nazisme vendredi 9 mai, 30 personnes civiles désarmées ont été tuées par les amis de Fabius et BHL  à Marioupol... (vidéos filmées par les civils postées sur youtube).

Ce qui, au 12 mai, au lendemain du référendum de séparation dans l'est de l'Ukraine, porte le nombre à 163 victimes civiles.

 

Illustration cartographique des causes de la crise ukrainienne (Source cartes et graphiques : http://www.les-crises.fr/25-cartes-et-graphiques-ukraine/) :

 

Ukraine---L-Ukraine-n-a-jamais-existe-avant-1914--les-cris.jpg

 

Ukraine---Territoire-de-l-Ukraine-entre-1922-et-1954--Ukrai.jpg

 

Ukraine---pourcentage-des-provinces-au-soutien-a-l-officia.jpg

 

 

Ukraine----Carte-des-ethnies-en-Ukraine--les-crises.fr-.jpg

 

 

Ukraine---59-pour-cent-de-personnes-russes-en-Crimee-en-20.jpg

 

Le 15 mai, les forces armées et de sécurité de l'Ukraine tuent trois civils près de Kramatorsk. Ce qui porte le bilan à 166 victimes civiles.


Trois civils ont été tués et trois autres ont été blessés lorsque les forces armées et de sécurité de l'Ukraine ont ouvert le feu sur des voitures civiles près du village de Starovarvarovka près Kramatrosk (
Oblast de Donetsk, Ndlr.), a déclaré jeudi un représentant de la milice Kramatorsk à ITAR-TASS.

 

Ukraine-Oblast.gif

 

Une famille rentrait chez elle sur une route de campagne dans l'une des voitures quand les tirs ont commencé. Les soldats n'ont pas permis aux gens de sortir de la voiture. Une femme qui a reçu deux blessures par balles dans la tête est décédée.

Deux autres véhicules, dont un minibus et une autre voiture légère, avec les résidents locaux qui reviennent d'un voyage de pêche, a également essuyé des tirs. En conséquence, deux jeunes hommes dans les microbus ont été tués. La voiture légère a également été monté avec des balles tirées par des armes de gros calibre et des armes légères. Après l'attaque, les soldats ukrainiens ont approché le microbus et l'ont conduit loin sur le territoire de leur unité militaire.

Les blessés ont réussi à s'échapper. Les résidents locaux les cachaient dans leurs maisons. Les combattants de la Garde nationale de Kiev furent à leur recherche dans les localités peuplées à proximité pendant plusieurs heures en faisant des irruptions dans les maisons. 


Source: http://en.itar-tass.com/world/731793

 

23 mai 2014. Des sociétés militaires privées ont pris part aux événements en Ukraine, a déclaré vendredi le chef d'état-major général des Forces armées de Russie Valeri Guerassimov lors d'une conférence de sécurité à Moscou.

 

« Nous disposons de faits attestant la participation de sociétés militaires privées aux événements en Ukraine », a indiqué le général.

Selon lui, la dynamique des événements en Ukraine est telle qu'il est impossible de faire des pronostics.

Auparavant, différents médias internationaux ont fait état de la participation de mercenaires de Blackwater et de Greystone à l'opération spéciale menée par Kiev dans l'est de l'Ukraine. Toutefois, le ministère ukrainien des Affaires étrangères les a toujours démenties.

Jusqu'en 2009, la société Blackwater a participé à la guerre en Irak sous contrat avec le gouvernement américain, fournissant des services militaires et de protection. La compagnie a plusieurs fois été accusée de meurtres de civils. 


Source: : http://french.ruvr.ru/news/2014_05_23/Ukraine-des-societes-militaires-privees-impliquees-etat-major-russe-3293/

 

 27 mai

 

Carnage à Donetsk. C’est un véritable carnage qui s’est déroulé hier à l’aéroport de Donetsk et aux abords du site, quand les forces gouvernementales ont tenté de reprendre de force ce point stratégique détenu par la milice du Donbass. Une tragédie qui a fait des dizaines de tués, parmi les civils, mais aussi de très nombnreux blessés.

 

Les cadavres jonchaient le sol hier après-midi sur le site de l'aéroport de Donetsk.

 

Source: http://www.nationspresse.info/mondialisme/atlantisme/ukraine-donbass-carnage-a-donetsk

 

« Carnage » : les civils meurent dans d'impitoyable attaques militaires le lendemain de l'élection présidentielle à Kiev

 

Les Corps s'accumulent dans les morgues de Donetsk après que Kiev ait envoyé des avions de combat et de l'artillerie sur le sud-est du pays, quelques heures après l'élection présidentielle. Le nouveau chef élu Petro Porochenko milite pour que la répression devienne encore « plus efficace ».

Le sud-est de l'Ukraine n'a vécu qu'une brève suspension des opérations militaires de Kiev dimanche alors que la nation était aux urnes. Juste avant l'élection présidentielle, des députés ukrainiens avaient appelé immédiatement au retrait des troupes du sud-est du pays.

Après le vote, le premier candidat - milliardaire
Petro Porochenko  magnat du chocolat - a déclaré qu'il ne voyait pas pourquoi l'armée devrait arrêter l'opération. « Je soutiens sa poursuite, mais demande un changement de son format - elle doit être plus courte et être plus efficace, les unités militaires doivent être mieux équipées », a-t-il déclaré, malgré des déclarations antérieures selon lesquelles il disait être prêt au dialogue avec les républiques populaire autoproclamées de Donetsk et Lugansk.

Peu de temps après que le dernier vote ait lieu, l'opération militaire de Kiev est descendue sur le sud-est avec une nouvelle énergie, par des bombardements de Slavyansk et une attaque de l'aéroport de Donetsk au mortier.

Le nombre de victimes n'est pas encore connu. Selon le Premier ministre de la République populaire autoproclamée de Donetsk, Aleksandr Boroday, 100 forces d'autodéfense et de civils sont morts à Donetsk lors de l'attaque. Les autorités de Donetsk ont indiqué que 40 personnes sont mortes et 43 autres ont été blessées.

A Slavyansk, au moins trois civils ont été tués, dont une femme.

«Nous voyons ce que cela signifie aujourd'hui - les bombardements contre des civils, des bombes qui tombent près des immeubles occupés, des avions de chasse et des hélicoptères envoyés contre une population urbaine
», a déclaré l'analyste Daniel Patrick Welch pour RT, ajoutant que les négociations n'ont jamais fait partie du plan de Porochenko.

Mardi, les rapports ont évoqué une éventuelle quatrième victime parmi les civils à Slavyansk. Une femme a également été tué près de l'église de la Mère de Dieu régnant, selon un message sur le site de la Gorlovsk et Slavyansk, éparchie de l'Eglise orthodoxe ukrainienne. Il a ajouté que la construction de l'église a été endommagée ainsi qu'un immeuble d'appartements et un dortoir d'étudiants à proximité.

«Une bombe est tombée à seulement 10 mètres de l'église. Heureusement , il n'y avait personne dans l'église à ce moment-là,» lit-on dans le message.

Mardi, des jets et des hélicoptères de combat ukrainiens se sont déchaînés sur les forces armées d'autodéfense occupant l'aéroport dans la ville de Donetsk.

 
«Nous avons perdu plus de 50 combattants d'autodéfense
», a déclaré le Premier ministre de la République autoproclamée de Donetsk, Aleksandr Boroday, cité par RIA Novosti.

 

Source: http://rt.com/news/161772-eastern-ukraine-attack-deaths/

 

Le Premier ministre de la République populaire de Donetsk, Aleksandr Boroday, a affirmé que près de 50 civils et plus de 50 membres des milices d'auto-défense ont été tués dans des affrontements avec les troupes ukrainiennes lundi.

 



Bilan au 27 mai : 216 morts civils

Présidentielle en Ukraine : Merkel félicite PorochenkoDans le même temps, alors que Porochenko est coupable de crimes de guerre dans le sud-est de l'Ukraine, la chancelière allemande Angela Merkel l'a félicité aujourd'hui 27 mai par téléphone pour sa victoire à l'élection présidentielle et évoqué l'avenir des relations de Kiev avec Berlin et l'Union européenne, a rapporté le service de presse de M. Porochenko.

 

30 mai.

 

http://fr.ria.ru/images/20138/90/201389037.jpg35 civils ont été tués dans des tirs aux lance-roquettes contre un camion arborant un drapeau de la Croix rouge à Donetsk, en Ukraine, a annoncé vendredi à Moscou le porte-parole du Comité d'enquête de Russie Vladimir Markine.

 

"Un camion transportant des blessés et arborant un drapeau avec le logo de la Croix rouge a été la cible de tirs aux lance-roquettes près de l'aéroport de Donetsk le 26 mai. Au moins 35 blessés civils ont été tués", a indiqué M. Markine.

 

Bilan au 30 mai : 251 morts.

 

Le Comité d'enquête russe a accusé aujourd'hui les forces armées ukrainiennes de violations des Conventions de Genève de 1949 sur la protection des civils. Une enquête a été ouverte à Moscou.

 

"Selon l'enquête, des militaires des forces armées ukrainiennes, des membres de la Garde nationale et de Pravy Sektor (mouvement paramilitaire ultranationaliste) ont utilisé volontairement les armes, l'artillerie, l'aviation (...), les blindés dans le but de tuer des civils, en violation de la Convention de Genève du 12 août 1949 sur la protection de la population civile en temps de guerre", affirme le comité d'enquête dans un communiqué.

 

Bilan au 2 juin : 256 morts

 

Still from Anna News Live Stream

Au moins cinq personnes ont été tuées lundi 2 juin lors d'un raid de l'aviation ukrainienne contre le siège de l'administration régionale de Lougansk. Selon un témoin, de nombreux morts et blessés se trouvent à l'intérieur de l'édifice. Cette frappe a gravement endommagé le bâtiment, provoquant un violent incendie. Les blessés sont transportés hors du bâtiment endommagé. Au moins six ambulances sont arrivées sur le lieu du drame. Ceci  constitue une violation flagrante du droit humanitaire international, a déclaré lundi à RIA Novosti Konstantin Dolgov, délégué du ministère russe des Affaires étrangères pour les droits de l'homme, la démocratie et la suprématie du droit.

 

13 morts lundi 2 juin. Huit personnes ont été tuées lundi (2 juin) lors d'une frappe aérienne contre le siège de l'administration régionale de Lougansk (est de l'Ukraine), et cinq autres dans un affrontement avec des gardes-frontières, a annoncé mardi 3 juin à RIA Novosti un porte-parole de la "République populaire de Lougansk".


Bilan au 3 juin : 264 morts


Au 3 juin, selon un chiffre officiel des autorités de Kiev, 181 personnes ont trouvé la mort dans les affrontements entre les troupes régulières et les forces d'autodéfense dans les régions ukrainiennes de Donetsk et de Lougansk (est), a annoncé mardi à Kiev le procureur général d'Ukraine par intérim Oleg Makhnitski. "Au total, 181 personnes, dont 59 militaires, sont mortes et 293 autres ont été blessées en raisons d'activités terroristes dans les régions de Donetsk et de Lougansk", a fait savoir le procureur lors d'une conférence de presse.

 

 

Videos des civils massacrés le 2 juin par l'aviation en Ukraine: Du Jamais vu depuis 1941!

 

 

(attention images très dures, à voir sur :

 

http://zebuzzeo.blogspot.fr/2014/06/civils-massacres-par-laviation-en.html )

 

Et pendant ce temps, pendant que des civils meurent en Ukraine, les médiés occidentaux nous parlent du débarquement du 6 juin 1944 !

 

Ci-dessous une video en hommage d'Inna, une des civiles décédées lors de l'attaque de l'aviation ukrainienne :

 

 

 

 

Slaviansk---habitants-de-Slaviansk-durant-un-gros-tir-d-art.jpg

Habitants de Slaviansk (est de l'Ukraine) durant un gros tir d'artillerie sur le centre ville le 7 juin 2014

 

8 juin. Pendant que les Occidentaux célébraient le 6 juin 44 à coups de feux d'artifice, les attaques dans l'est de l'Ukraine continuaient, faisant fuir les gens de leurs maisons par milliers..., tuant des enfants... La ville de Slaviansk est privée d'eau et d'électricité depuis au moins trois jours... "Aujourd'hui 8 juin, les tirs sont particulièrement intenses. Les quartiers du centre de la ville de Slaviansk sont visés.

 

Un obus a détruit la coupole de l'église de Slaviansk et le deuxième a porté sur une maison datant du XIXe siècle, tuant une petite fille", ont indiqué les représentants du conseil municipal.

 

DONBASS---Photo-de-la-petite-fille-de-cinq-ans-tuee-par-l-.jpg

Photo de la petite fille de cinq ans tuée par l'armée ukrainienne, à Slaviansk le 8 juin 2014. Son père l'a sortie de bâtiment en flammes, après les bombardements.

 

Selon les représentants du Conseil municipal, les tirs d'artillerie faits lors de ces 24 heures, ont causé la mort de cinq personnes dont des civils et des insurgés armés. Récemment, il a été également annoncé qu'un obus avait endommagé une conduite gazière dans un quartier de la ville.

 

La ville reste privée d'électricité et d'eau, selon le conseil municipal.


Ukraine: une église au centre de Slaviansk endommagée par l'artillerie

 

10.000 personnes ont quitté leurs maisons dans l'est de l'Ukraine du fait des attaques militaires de Kiev, a annoncé dimanche 8 juin la chaîne NHK se référant à un communiqué du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés(UNHCR). "Les gens quittent les régions de Donetsk et de Lougansk dans l'est de l'Ukraine à cause des combats…", indique le communiqué.

Selon le représentant régional du Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Oldrich Andrysek, si la situation dans l'est du pays ne change pas, le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine pourrait atteindre des dizaines de milliers.


La ville  survit sans eau du robinet, d'électricité ni communications

Résidents Slavyansk disent que leur moral baisse, car la ville est complètement entourée par les forces armées de Kiev, les    fusillades et les bombardements sont constants tandis que l'évacuation des habitants est entravée.

"Slavyansk a été attaqué par des bombardements massifs durant la nuit," un résident local a déclaré RT, ajoutant que le bombardement ne s'arrête jamais.

Comme l'homme parlait à RT dans la matinée, il a vu des colonnes massives de la fumée provenant de la périphérie de la ville. Les bruits de tirs ont été entendus distinctement sur ​​le téléphone


La ville se prépare à survivre sans eau potable et en électricité.

«Les résidents vivent une troisième journée sans eau, certains ont même la cinquième ... Demi [de la population de la ville] n'a pas l'électricité», dit l'homme.

 

Bilan au 8 juin : 269 morts civils.

 

 

17 juin: deux journalistes russes tués près de Lougansk.

Une équipe de la télévision publique russe VGTRK a été touchée par un tir de mortier à proximité de Lougansk, dans l’Est de l’Ukraine, mardi 17 juin. Bilan : deux morts et un blessé.

 

« Anton Volochine, technicien du son, est mort sur le coup. Le journaliste Igor Korneliouk est décédé à l’hôpital des suites de ses blessures. Le cameraman Viktor Denisov est, lui, toujours vivant », indique le site d’information LifeNews.

Igor Korneliouk, grièvement blessé, avait été transporté à l’hôpital après des tirs de mortier sur les villages de Mirnoïe et Metallist.

Un peu plus tôt, un représentant des forces d’autodéfense populaire avait déjà confirmé la mort d’un journaliste russe, dont l’identité était jusque-là inconnue, à l’agence de presse Ria Novosti.

Un photographe italien et son traducteur russe avaient déjà été tués et un photographe français blessé, le 24 mai dernier, à proximité de Slaviansk.

Un journaliste freelance pour la chaîne russe Russia Today avait lui aussi été blessé à l’abdomen à Marioupol, au sud de Donetsk, et rapatrié à Moscou, fin mai.

 

Bilan au 17 juin : 271 morts civils.

 

Au 18 juin, l'ONU fait état de 356 morts dans l'Est de l'Ukraine depuis le début d’avril. Depuis le début d’avril, 356 personnes, dont 257 civils et 86 soldats ukrainiens, ont été tuées dans l'Est de l'Ukraine. Ce sont les dernières données de l'ONU.

 

Les combats dans l'est de l'Ukraine ont tué plus de 40 enfants, par balle ou éclat d'obus, a annoncé lundi 23 juin la directrice du comité pour la Santé de la Rada suprême (parlement ukrainien) Tatiana Bakhteïeva, citée par l'agence ukrainienne UNN.

"Actuellement, on déplore dans cette région (est de l'Ukraine) la mort de plus de 40 enfants, tués par des éclats d'obus. C'est-à-dire qu'un éclat atteint la vitre d'une fenêtre près de laquelle se trouvait un enfant. Il arrive que des balles atteignent au cœur des enfants innocents, causant leur mort instantanée", a indiqué la parlementaire.

 

La présidente de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) Anne Brasseur s'est déclarée préoccupée par la situation humanitaire "terrifiante" qui règne dans l'est de l'Ukraine, annonce lundi 23 juin un correspondant de RIA Novosti.

"La situation humanitaire dans les zones touchées par le conflit est terrifiante", a déclaré la parlementaire à l'ouverture de la session d'été de l'Assemblée.

"Nous avons des informations faisant état de milliers de réfugiés, de personnes déplacées internes, de rapts, de prises en otage d'enfants ainsi que d'observateurs de l'OSCE et de menaces pour la vie des journalistes", a indiqué Mme Brasseur, ajoutant qu'il était "absolument nécessaire de mettre un terme à la violence et de trouver une solution aux problèmes humanitaires".

 

 


 

 

250 civils tués à Lugansk en Ukraine au cours des deux derniers mois de l'OSCE -

 

RT, 19 juillet 2014 21h05

 Edité le 19 Juillet, 2014 22:19


Au moins 250 civils ont été tués et plus de 850 blessés en juin et juillet dans la (seule Ndlr.) ville de Lugansk contrôlée par l'opposition,  assiégée par l'armée ukrainienne, selon le rapport quotidien de la Mission de surveillance spéciale de l'OSCE.

... Les chiffres ne comprennent pas les civils tués à proximité immédiate de zones de combat en dehors de la ville ainsi que des causalités entre les personnes impliquées dans les combats, souligne le rapport.

Les médecins ont également indiqué que selon la mission de surveillance spéciale (SMM) que «de plus en plus de gens ont été tués par des pièges et des mines piégées."

La situation dans les régions de Donetsk et Lugansk »est restée tendue avec le cours des combats autour de la ville de Luhansk», ont déclaré les observateurs.
 

AVERTISSEMENT: vidéo graphique montre victimes du bombardement à Lugansk (A voir sur http://rt.com/news/174128-lugansk-osce-death-toll/ )
 

... Les forces gouvernementales utilisent maintenant tout son arsenal pour écraser la résistance rebelle dans les capitales régionales de Donetsk et Lugansk.

Le 10 Juillet, le ministre de la Santé adjoint de l'Ukraine a parlé de 478 civils tués  dans le conflit, avec près de 1 400 personnes blessées.

Le non-respect de la population par les troupes de Kiev a vu le nombre de réfugiés fuyant l'Ukraine à destination de la Russie atteindre 110 000 personnes, tandis que 54 400 autres ont été déplacées à l'intérieur Ukraine, selon les statistiques du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Un rapport de l'Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires indique plus de 4,5 millions de civils restent dans la zone de guerre en Ukraine.

 

Source: http://rt.com/news/174128-lugansk-osce-death-toll/

 

Bilan au 20 juillet : 478 civils tués.

 

Semaine sanglante du 21 au 27 juillet. En une semaine, le bilan humain s'alourdit de plus du double  depuis le début de l'"opération antiterroriste" lancée le 13 avril 2014 :

 

 

Ukraine: 1.129 civils tués depuis le début du conflit (Onu)

 

12:59 28/07/2014

GENEVE, 28 juillet - RIA Novosti

 

1.129 civils ont trouvé la mort et 3.442 ont été blessés depuis mi-avril, date du début de l'opération militaire dans l'est de l'Ukraine, lit-on dans le rapport spécial réalisé par le Haut-Commissariat de l'Onu aux droits de l'homme.

 

Le document souligne qu'il est à présent difficile d'établir le nombre exact des victimes civiles. Cependant, les chiffres fournis par l'Organisation mondiales de la santé (OMS) confirment la mort de 1.129 personnes.

 

En outre, le rapport précise que le conflit opposant l'armée pro-Kiev aux forces d'autodéfense populaire a fait plus de 100.000 déplacés.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140728/201958044.html

 

Washington-loue-la-retenue-exceptionnelle-de-Kiev--Marie-Ha.jpg

 

Ukraine/opération : Washington loue la "retenue exceptionnelle" de Kiev

La Voix de la Russie, 31 juillet 2014

Les Etats-Unis approuvent l'utilisation de l'artillerie par l'armée ukrainienne lors des combats dans les villes d'Ukraine de l'est, et saluent la "retenue exceptionnelle" des troupes de Kiev, a déclaré mercredi à Washington une porte-parole du département d'Etat américain, Marie Harf.

 

"Les (soldats) ukrainiens doivent protéger leurs citoyens et leur pays. Les armes évoquées dans ces informations sont généralement des pièces d'artillerie de l'ancienne armée soviétique. Nous ne pouvons pas dire aux Ukrainiens de ne pas utiliser d'armes conventionnelles", a indiqué Mme Harf.

 

"Il importe que les Ukrainiens soient plus prudents pour protéger les vies des civils", a ajouté la porte-parole. Selon elle, les forces de sécurité ukrainiennes ont fait preuve d'une "retenue exceptionnelle" durant l'opération spéciale qu'elles mènent dans l'est de l'Ukraine.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_07_31/Ukraine-operation-Washington-loue-la-retenue-exceptionnelle-de-Kiev-2065/

 

 

Ukraine: un génocide est en cours (procureur général de Russie)

 

15:59 01/08/2014

MOSCOU, 1er août - RIA Novosti

 

Les événements qui se déroulent ces derniers mois en Ukraine constituent un génocide du peuple ukrainien, a déclaré vendredi le procureur général de Russie Iouri Tchaïka.

Journaliste ukrainien: "Il faut tuer les habitants inutiles du Donbass">>

"La communauté internationale doit fournir une évaluation. Un génocide du peuple ukrainien est en cours", a indiqué M. Tchaïka lors d'une rencontre avec des étudiants et de jeunes juristes dans le cadre du forum de jeunesse de Seliger.

Selon le procureur général, la Cour pénale internationale de la Haye doit engager des poursuites sur les événements en Ukraine.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140801/202008450.html

 

Journaliste ukrainien: "Il faut tuer les habitants inutiles du Donbass"

 

13:16 01/08/2014

MOSCOU, 1er août - RIA Novosti

 

L'Ukraine n'a pas besoin des problèmes et de la population du Donbass, région dépressive, il faut donc tuer les habitants inutiles, a déclaré dans une interview à la chaîne Hromadske TV, Bogdan Boutkevitch, journaliste à l'hebdomadaire Ukraïnskaïa nedelia (La Semaine ukrainienne).

"La population de la région de Donetsk se chiffre à près de quatre millions de personnes, dont 1,5 million de trop (du point de vue économique, ndlr). Nous n'avons pas à comprendre le Donbass. Nous devons être conscients de l'intérêt national de l'Ukraine. Quant au Donbass, cette région doit servir de ressource. Je n'ai pas de solution pour résoudre le problème du Donbass, mais la principale chose à faire, c'est tout simplement de tuer une partie de sa population", a indiqué le journaliste.

Cette interview enregistrée fin avril dernier n'a été diffusée que maintenant sur la Toile.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140801/202006519.html

 

 

 

 

Financement des troupes de Kiev par les USA: "complicité de génocide" (députée russe)

 

16:53 02/08/2014

MOSCOU, 2 août – RIA Novosti

 

L'intention des Etats-Unis d'allouer 19 millions de dollars pour former la Garde nationale ukrainienne constitue une complicité directe des Etats-Unis dans le génocide des populations civiles du sud-est de l'Ukraine, estime Irina Iarovaïa, présidente de la commission de la Douma pour la sécurité et la lutte contre la corruption.

"Dans un contexte où la Garde nationale mène des opérations punitives dans le Donbass, les promesses des Etats-Unis de fournir 19 millions de dollars pour former et équiper cette structure militaire, qui comprend des combattants de l'organisation ultranationaliste Secteur droit, peuvent être considérées comme une complicité financière et organisationnelle directe des Etats-Unis dans le génocide des populations civiles du sud-est ukrainien, ainsi que dans des crimes de guerre", a déclaré samedi la députée aux journalistes.

... Le président ukrainien Piotr Porochenko a annoncé jeudi que les autorités du pays dépensaient chaque jour 70 millions de hryvnias (environ 6 millions de dollars) dans le cadre de l'opération. L'Ukraine étant proche de la banqueroute, Kiev a été contraint de demander une aide financière aux Etats-Unis et à l'UE,  d'augmenter les impôts, de mettre en place des mesures d'austérité, et de créer une taxe militaire spéciale.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140802/202016253.html

 

 

Bilan au 12 août 2014 :

 

A l'heure actuelle, selon les informations officielles, près de mille réfugiés quittent la zone de conflit armé chaque jour, sachant que le nombre de victimes civiles depuis le début des opérations dépasse 1 500 personnes.

 

Source: http://fr.ria.ru/presse_russe/20140812/202113940.html

 

 

Bilan au 13 août 2014 :


Selon l'ONU, le nombre de victimes du conflit en l'Ukraine atteint 2086 personnes à l’heure actuelle.

 

Le nombre total de morts dans ce conflit en Ukraine a presque doublé au cours de deux dernières semaines. Ainsi, pour le 26 juillet 2014, il s’agissait d’un total de 1129 personnes tuées, et pour le 10 août, le bilan des morts s’élevait à 2086 personnes.

 

En même temps, selon l'ONU, depuis mi-avril et jusqu'au 10 août 2014, environ 5000 personnes ont été blessées.


Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_08_13/Le-nombre-de-victimes-du-conflit-en-Ukraine-a-depasse-2000-personnes-9374/

 

 

At least 70 civilians die in eastern Ukraine every day — UN

At least 2,086 civilians were killed and 4,953 wounded during clashes between government forces and militias in eastern Ukraine from mid-April to August 10


Source: ITAR-TASS http://en.itar-tass.com/world/744800

 

Au moins 70 civils meurent dans l'est de l'Ukraine chaque jour - ONU

Au moins 2086 civils ont été tués et 4.953 blessés lors d'affrontements entre les forces gouvernementales et les milices dans l'est de l'Ukraine de la mi-Avril au 10 août. 

 

 

Bilan au 7 septembre 2014 : 2500 morts civils 

Au moins 3000 personnes ont été tuées dans le conflit dans l'Est de l'Ukraine. C'est ce qu'a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme Zeid Raad Al-Hussein.

 

Plus tôt, l'ONU a indiqué que depuis mi-avril au 27 août, plus de 2500 civils avaient été tués et environ 6000 blessés en Ukraine. 


Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_09_08/3000-personnes-tuees-dans-le-Donbass-depuis-le-debut-du-conflit-ONU-5064/

 

"Selon les données des Nations unies établies au 11 septembre, les hostilités ont déjà fait environ 3.200 morts et plus de 8.000 blessés parmi les civils." 

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140922/202499537.html

 

. Kiev utilise des bombes au phosphore blanc contre les civils est-ukrainiens (11 juin 2014, Semenovka, est de Slaviansk)

. Pendant le D-DAY, Slaviansk - Donbass : Silence on tue ! Sur ordre des USA

. L'appel d'Inna (2 juin 2014)

. Ukraine 10 mai 2014 : Les amis de BHL et Fabius tirent à bout portant sur des civils est-ukrainiens désarmés, 30 morts civils

. Ukraine/Marioupol 9 mai 2014 : vingt morts parmi les insurgés

. Slaviansk 5 mai 2014 : une dizaine de personnes tuées lors du bombardement d’un poste se sécurité

. En Uk

Partager cet article
Repost0
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 13:34

Article mis à jour au 12 mai.

Ukraine---Slaviansk--le-referendum-du-11-mai-2014-a-debu.jpg

À Slaviansk, le référendum de séparation du 11 mai 2014 a débuté malgré les tirs d'artillerie

 

Le référendum sur l'indépendance du sud-est de l'Ukraine des deux régions de Donetsk-Slaviansk-Marioupol, et Lougansk s'ouvre dans un climat de génocide et de guerre civile.  

 

À Slaviansk, le référendum a débuté ce matin malgré les tirs d'artillerie et une opération militaire d'envergure lancée par les autorités de Kiev contre les partisans de la fédéralisation. L'armée ukrainienne utilise des blindés, l'artillerie et l'aviation.

 

Le journal allemand Bild am Sonntag a établi que 400 soldats d'élite de la société militaire américaine Academi (connue précedemment sous le nom de Blackwater Worldwide) combattaient les partisans du fédéralisme à Slaviansk. Le renseignement allemand en a informé le gouvernement fédéral le 29 avril, cependant le 8 mai le Service de sécurité d'Ukraine a déclaré que les étrangers n'étaient pas impliqués dans l'opération punitive. Précédemment le journaliste et analyste politique américain connu Robert Perry a déclaré qu'en Ukraine, Washington utilisait la même tactique qu'en Amérique centrale, en Afghanistan et en Syrie.

 

Ukraine/référendum: une nouvelle entité administrative sera créée (élu local)Les électeurs sont invités à répondre par oui ou par non à la question: "Soutenez-vous la déclaration d'indépendance de la République populaire de Donetsk", à laquelle ils sera possible de répondre par oui ou par non. Le scrutin doit se dérouler jusqu'à 22 heures. Le vote a lieu dans les écoles et les édifices publics dans les villes passées sous le contrôle des séparatistes (région de Donetsk et de Lougansk). 

 

Les autorités de Kiev ont dépêché à Lougansk des unités de la garde nationale pour torpiller le référendum, rapporte la commission électorale du district de Krasny Loutch. Sa vice-présidente Elena Khriapina relève la présence de 2 hélicoptères, de 10 véhicules de transport de troupes et de plus de 100 membres de la garde nationale d'Ukraine. Selon elle, « le taux de participation ne diminue pas, pour arriver aux bureaux de vote les gens empruntent des terrains vagues, obligés parfois de ramper à plat ventre. D'aucuns arrivent à vélo ». Entre-temps, une quinzaine de véhicules blindés a été déployée près du village de Novoaïdar. Les forces d'auto-défense tentent de leur barrer la route de Lougansk.

 

Ukraine---La-foule-se-bouscule-au-bureau-de-vote-de-lougans.jpg

La foule se bouscule au bureau de vote de Lougansk pour le référendum de séparation du 11 mai 2014

 

Plus de cinquante pour cent des électeurs de la région de Donetsk ont déjà voté à la mi journée, selon Roman Lyagin, porte-parole de la Commission électorale centrale de la "République populaire de Donetsk" auto-proclamée. Le taux de participation du référendum dans la région de Lugansk atteignait déjà à la mi-journée 65%, selon Aleksandr Malykhin, président du comité local du référendum.

 

 

 

Le président russe Vladimir Poutine a demandé aux est-ukrainiens de reporter le référendum.

 

Le gouvernement vénézuélien cité par la chaîne de télévision Telesur ne reconnait pas les autorités de Kiev "issu d'un coup d'Etat". "Vu l'évolution tragique des événements en Ukraine, le gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela condamne les actes de violence qui ont abouti - grâce au concours des Etats-Unis et de l'Otan - au renversement du gouvernement légitime de ce pays et qui ont mis en danger la paix et l'unité du peuple ukrainien, de même que la stabilité de toute la région eurasiatique", a déclaré samedi (10 mai Ndlr.) le gouvernement vénézuélien. "Le Venezuela ne reconnaît pas et ne reconnaîtra pas la légitimité d'un gouvernement issu d'un coup d'Etat", souligne le document. Tant que des élections libres et démocratiques n'auront pas lieu en Ukraine, le Venezuela "continuera de sensibiliser les peuples du monde au danger de cette ingérence et de toute autre ingérence étrangère", et il fera tout pour "consolider le monde multipolaire" afin de garantir la paix et la souveraineté des nations, affirme le gouvernement vénézuélien. 

 

L'hypocrite Figaro, repris par les médias officiels, explique que "les participants au référendum seront vraisemblablement les sympathisants du mouvement séparatiste. Leurs adversaires ne reconnaissent pas la légalité de ce scrutin. Le résultat ne fait donc pas beaucoup de doute, et le oui devrait l'emporter massivement." Question, Le Figaro dira-t-il la même chose dimanche 25 mai lorsque les pro-Maidan, dont le gouvernement est jugé illégal par une grande partie des ukrainiens, organiseront les élections présidentielles ? Cela importera-t-il à l'Occident et à la junte de Kiev ? Non. Alors pourquoi nous bassinent-ils avec le référendum d'aujourd'hui que les pro-Maidan juge "illégal" ?

 

À son arrivée à Bakou pour une tournée dans le Caucase, François Hollande a bien entendu dénoncé devant la presse de "vraies-fausses" consultations, "nulles et non avenues" en Ukraine. "La seule élection qui vaudra" sera l'élection présidentielle le 25 mai organisée par ses amis à l'origine du renversement par la force en février du président Ianoukovitch légalement élu qui avait dit non à l'union européenne...

La déclaration de François Hollande fait suite à celle de la porte-parole du département d'Etat américain Jen Psaki qui a dénoncé samedi les référendums en Ukraine.

 

Londres juge "regrettables" les référendums en Ukraine. Le Foreign Office a qualifié dimanche de "regrettable" la tenue des référendums sur le statut politique des régions de Donetsk et de Lougansk. "Tous les Ukrainiens auront une possibilité réelle d'exprimer leur opinion par voie démocratique lors de l'élection présidentielle du 25 mai", a déclaré un porte-parole de la diplomatie britannique. "L'essentiel est aujourd'hui de faire en sorte qu'une élection libre et régulière se déroule dans une atmosphère stable et calme. Si ce processus est entravé, il y aura des conséquences dont le président Hollande et la chancelière Merkel ont parlé dans leur déclaration du 10 mai. La Grande-Bretagne adhère à la thèse selon laquelle nous devons tous œuvrer conjointement pour assurer la stabilité, la sécurité et la prospérité de cette région", a souligné le porte-parole. Lors de leur rencontre tenue samedi dans la ville allemande de Stralsund, Angela Merkel et François Hollande ont déclaré que la déstabilisation de la situation en Ukraine amènerait l'Union européenne à décréter de nouvelles sanctions contre la Russie. Cette fois, les mesures répressives toucheront un large éventail de secteurs économiques russes.

 

Gerhard-Schroder.jpgDans le journal Welt am Sonntag, dimanche, l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder estime que l'Union Européenne est la principale responsable de la crise ukrainienne, en ayant obligé Kiev à choisir entre l'avenir avec l'UE ou avec la Russie. « L'erreur fondamentale vient de la politique de l'UE en faveur du traité d'association » que Bruxelles voulait signer avec l'Ukraine, a jugé M. Schröder, cité par l'AFP. « L'UE a ignoré le fait que l'Ukraine est un pays profondément divisé culturellement. Depuis toujours, les gens du sud et de l'est du pays sont plutôt tournés vers la Russie et ceux de l'ouest plutôt vers l'UE », a-t-il rappelé. « On pouvait parler de traité d'association, mais il aurait fallu le faire avec la Russie dans le même temps. L'erreur de départ a été de dire que ce serait le traité d'association avec l'UE ou l'union douanière avec la Russie », a-t-il poursuivi. Tout en assurant par ailleurs que « des erreurs ont été commises de toutes parts » , M. Schröder ne condamne pas le rattachement de la Crimée à la Russie. « Le rattachement de la Crimée est contesté sur le plan du droit international, mais c'est maintenant une réalité. La Crimée a décidé par référendum qu'elle voulait être une région russe. Et cela a été appliqué », a-t-il relevé. M. Schröder a également relativisé l'influence de Moscou sur les séparatistes pro-russes ukrainiens. « L'idée qu'il suffirait que le président russe ou le chef du gouvernement ou qui que ce soit d'autre dise "basta" pour que tout rentre dans l'ordre n'est certainement pas réaliste », a-t-il commenté.


Le leader britannique du parti UKIP (Parti britannique de l'Indépendance), Nigel Farage, cité par les médias, a imputé hier la responsabilité de l'actuelle crise politique en Ukraine au comportement de Londres et de l'Union européenne, notamment au premier ministre David Cameron et au chef du Foreign Office Wiliam Hague qui en avaient imputé la responsabilité à Moscou.

 

Add., 12 mai. Un taux de participation supérieur à 80%. Le vote dans le cadre du référendum sur le statut de la région de Lougansk (est de l'Ukraine) s'est achevé dimanche à 20h00, heure locale, dans la plupart des bureaux de la région.

Selon les organisateurs, le taux de participation oscille entre 75 et 95% en fonction du district. Dans la région de Donetsk, le taux de participation a constitué plus de 71,42% à 20h00, a communiqué le coordinateur de la commission électorale centrale de la République populaire autoproclamée de Donetsk, Boris Litvinov. D'après les dernières données, le taux de participation à Slaviansk est de 80%. La secrétaire de la commission électorale municipale Tatiana Orlenko a noté que la participation était particulièrement massive dans les circonscriptions visées cette nuit par des tirs des militaires ukrainiens. 

 

Quelques 7 millions d'électeurs des oblast de l'est de l'Ukraine se sont rendus aux urnes ce dimanche. En dépit du refus de Kiev d'accorder au peuple du Donbass un minimum de droit d'expression, cette très forte participation des citoyens montre le grand intérêt de la population à l'organisation de ce référendum et à leur avenir d'autant que ce scrutin n'était pas obligatoire et que personne n'a forcé ces gens à aller voter.

 

 

89,7% des votants disent oui à l'indépendance. 89,7% des personnes ayant pris part au référendum sur le statut politique de la région ukrainienne de Donetsk (est) ont voté pour son indépendance par rapport à Kiev, a annoncé la commission chargée de la tenue du scrutin. 

10,19% ont voté contre. Dans la région de Lougansk, 96,2% des votants ont soutenu l'"acte d'indépendance".

Cela peut être considéré comme le résultat définitif ", a fait savoir le chef de la commission électorale Roman Liaguine. Le coprésident de la république populaire autoproclamée de Donetsk Denis Pouchiline a pour sa part indiqué que la région pourrait statuer sur son indépendance "dans les prochaines heures".

 

La junte au pouvoir a multiplié les dénis de démocratie. Préférant la fuite en avant à la négociation, l'emploi criminel de la force armée au "dialogue", l'usage de la répression à la discussion, l'intimidation à la confiance, c'est un échec cuisant pour kiev qui s'enferme dans son bunker. La clique euroatlantiste n'a ni les moyens de sa politique criminelle ni la volonté de maintenir ne serait-ce qu'un semblant d'unité nationale. L'incapacité du gouvernement "par interim" de Kiev à empêcher le déroulement de ce référendum montre que les euromondialistes kiéviens gouvernent mal et se défendent mal ! Ce référendum n'est que la réponse des citoyens à leur violence "démocratique". Demain, si le peuple du Donbass les laisse agir, les euro-Maidan de Kiev épureront ethniquement près de la moitié de la population parce que celle-ci parle russe ou est de confession orthodoxe rattachée au patriarcat de Moscou.

 

 

. Ukraine : Bilan humain du génocide russe (actualisé)

Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 15:29

  Nigel-Farage.jpgNigel Farage, leader du parti UKIP (Parti britannique de l'Indépendance, cité par les médias, a imputé aujourd'hui la responsabilité de l'actuelle crise politique en Ukraine au comportement de Londres et de l'Union européenne.

 

"En invitant pratiquement l'Ukraine au sein de l'Union européenne, ils ont provoqué et attisé le mécontentement de la population. La même chose se rapporte également à l'Otan", a déclaré l'homme politique.

 

Et d'ajouter que le rôle clé dans le déclenchement du conflit en Ukraine n'appartenait pas à la Russie, mais à deux politiques britanniques, notamment au premier ministre David Cameron et au chef du Foreign Office Wiliam Hague qui en avaient imputé la responsabilité à Moscou.

 

M. Farage a exprimé son profond regret au sujet de la crise en Ukraine.

 

Son parti intervient pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 08:22

 Après l'incendie d'Odessa où périrent brulés vifs une quarantaine de pro-russes, nouveau crime de guerre en Ukraine hier.

Les amis de BHL et Fabius du gouvernement autoproclamé de Kiev ont tiré à bout portant sur des civils est-ukrainiens désarmés, dont un meurt d'une balle dans la tête (vidéos filmées par les manifestants et mises sur youtube), hier à Marioupol, ville du sud-est de l'Ukraine dans la région de Donetsk. Qui sont les "terroristes" ? Qui sont les "démocrates" "humanistes", "amis de l'humanité", etc. ? 

 

Après cette tuerie, le peuple de Marioupol a décidé de prendre les choses en main. Lire le compte-rendu des évènements à Marioupol sur http://www.nationspresse.info/mondialisme/atlantisme/ukraine-mariupol-en-guerre-civile (Videos : enfants et personnes sensibles s'abstenir !). 

 

Nous venons de voir la video, qui a été supprimée par youtube cinq minutes après au prétexte de "contenus choquants et dégradants".

 

La même vidéo, filmée par un autre manifestant, vue sous un autre angle (pas encore censurée) :

 

 

 

Le ministre autoproclamé ukrainien avait annoncé qu'"une vingtaine de partisans de la fédéralisation de l'Ukraine et un militaire" avaient été tués à Marioupol,  lors d'une opération lancée par l'armée régulière.

 

On doit trouver la responsabilité de ce drame dans l'ordre du gouvernement kiévien autoproclamé au chef de la police de Marioupol de disperser "par tous les moyens" une manifestation pacifique de militants fédéralistes, non armés, qui commémoraient le 9 mai. Valeriy Androschuk a alors demandé à ses troupes d'exécuter cet ordre, mais devant leur refus, il a demandé de l'aide à Kiev.

La direction des opérations "antiterroristes" (sic) qui dépend du SBU (et donc de l'antenne de la CIA de Kiev) a immédiatement donné pour consigne au chef de la sécurité de Marioupol, Sergey Sklyarov, de dépêcher un détachement de la "garde nationale", du même nom que... celle de 1789 ! (un "hasard"...), composé pour l'essentiel d'activistes d'extrême-droite, renforcés par trois BMP-2 et au moins un BTR-80 de la 72e brigade de l'armée afin de se décharger de cette tâche. Autant dire qu'il donnait carte blance à une bande de fanatiques qui ne pensent qu'à réitérer les crimes de leurs aînés durant la Seconde guerre mondiale. Après avoir tiré dans la foule, ce groupe d'une soixantaine d'hommes a tenté de reprendre par la force le poste de police considéré par Kiev comme séditieux, contrairement à la version diffusée en ce moment par BFM-TV qui raconte que ce serait des pro-russes qui auraient tenté de prendre par la force ce poste de police qui se serait ensuite défendu. Les videos des manifestants mises sur youtube montrent qu'il s'agit d'une inversion mensongère.

 

Ukraine---Un-BMP-2-de-l-armee-ukrainienne-capture-par-les.jpg

Le BMP-2 n° 240 a trouvé un nouvel équipage... russe celui-là !

 

Après la tuerie, un BMP-2 de l'armée ukrainienne a été capturé et des groupes armés fédéralistes se sont mis à courser les bandéristes qui se sentaient invincibles face à des civils désarmés. Pravy Sektor (Secteur droit) a rapporté qu'un "sniper" fédéraliste aurait tué net le "commandant" du détachement du "bataillon" Dnepr-1, Serhiy Demindenko. Information invérifiable pour l'heure. Il se pourrait que les assaillants aient à déplorer la mort d'une demi-douzaine d'hommes et de nombreux blessés.

Deux camions remplis de miliciens fédéralistes du "bataillon Vostok" sont partis de Donetsk pour "rejoindre Marioupol". Le problème est que la ville est encerclée par au moins deux bataillons de l'armée (un de la 72ème brigade et un autre de la 95ème, sans compter deux ou trois compagnies de la "Garde nationale" et de paramilitaires de Pravy Sektor.

Les habitants de la ville en colère ont arrêté le chef de la police municipale de Marioupol Valeri Andrychtchouk qui avait demandé hier à ses troupes d'exécuter l'ordre de Kiev de disperser les manifestants pacifiques "par tous les moyens". Ils l’ont emmené dans une direction inconnue, selon l’agence Interfax qui cite l’Etat major des forces d’autodéfense de la ville.

« Lorsque les policiers ont refusé d’exécuter l’ordre d'empêcher la tenue du meeting consacré à la Journée de la Victoire le 9 mai dernier, le chef de la police a sorti son arme de service et a ouvert le feu sur ses collègues indisciplinés. Il a été arrêté, mais a essayé de fuir », témoigne la source de l’agence.

Un groupe d’habitants de Marioupol l’a rattrapé, l’a frappé et ensuite l’a emmené en voiture vers une destination inconnue. Selon le représentant de l’Etat major de la milice populaire « on ignore où se trouve le chef de la police de Marioupol à l’heure actuelle », a indiqué le représentant de la milice.

Les civils à Marioupol ont commémoré hier le Jour de la Victoire en montrant le même degré d'héroïsme que leurs grands-parents dans l'invasion nazie, en étant à mains nues contre les véhicules blindés envoyés par Kiev. "Vous ne passerez pas" était le message général de ces braves citoyens de Mariupol qui utilisaient leurs mains nues pour tenter d'arrêter un véhicule blindé ukrainien en formant devant lui une chaîne humaine, alors que celui-ci se dirigeait vers le centre -ville, selon un article de la chaine russe RT publié soir.

 

 


Une video postée sur YouTube montre clairement un homme arrêtant le blindé. Rejoint par d'autres personnes, les citoyens tentent d'arrêter le blindé en mouvement, pour protéger leur ville.

Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'Otan, justifie l'opération de l'armée contre les opposants aux autorités de Kiev dans le sud-est de l'Ukraine par le droit de l'Etat de défendre son territoire. "L'opération punitive contre la population civile à Marioupol, c'est, d'après Anders Fogh Rasmussen, le droit de l'Etat de défendre son territoire", a déclaré le diplomate cité sur le compte Twitter de la délégation permanente russe auprès de l'Otan. Lors d'une opération de l'armée régulière ukrainienne à Marioupol, il y a eu sept morts et 39 blessés. Des blindés ont été lancés contre cette ville de 480.000 habitants.

 

L'Ukraine va devenir le Stalingrad des Occidentaux.

Au 4 mai, le bilan humain était d'une centaine de morts civils est-ukrainiens pro-russes. Aujourd'hui il est de 127.

 

Add. 11 mai 2014. Nationspresse.info a eu l'information que le lieutenant-colonel Serhiy Demidenko, chef du bataillon de la garde nationale Dnepr-1 a été tué à Mariupol hier : "il n'a pas été la cible d'un sniper mais d'une embuscade alors qu'il circulait en voiture. Oleg Eisman, tireur à la mitrailleuse, est aussi décédé lors de l'assaut du commissariat de Mariupol. Ce sont les seules pertes reconnues pour le moment par Kiev, il y en aurait d'autres". La milice fédéraliste a été "particulièrement choquée" mais "n'a pas été éliminée. Elle s'est même renforcée et a causé des pertes aux assaillants".

 

Valeriy-Androschuk.jpgCette opération militaire punitive est un fiasco pour Kiev : les tirs meurtriers dans la foule contre des civils désarmés, et filmés, la mort de 6 à 10 policiers, dont le chef de la police routière (les chiffres varient selon les sources, ce qui monte à près de 30 personnes le nombre des tués du côté des civils). ... Elle est totalement contre-productive pour Kiev; Et le décès du chef de bataillon et de plusieurs autres miliciens, en plus des blessés (et mêmes des prisonniers) prouve que l'unité (de la " garde nationale", Ndlr.) n'est pas apte à ce genre de mission et que ceux qui lui ont donné l'ordre (Valeriy Androschuk qui a été capturé Ndlr.) sont, soit des incapables, soit des criminels, ou les deux." Valeriy Androschuk, le chef de la police de Mariupol voulait que sa police tire sur une foule désarmée, mais il a toujours refusé de se charger lui-même de cette sale besogne (et de cet ordre illégal! Ndlr.). C'est lui qui a demandé à ce qu'un escadron de la mort de Praviy Sektor intervienne... Lors de l'assaut du commissariat, il s'est enfui et aurait été rattrapé par la milice du Donbass. Depuis on n'a plus de nouvelles de lui.

 

La presse occidentale minimise de manière particulièrement insane les faits, et va même jusqu'à les travestir, sous-entendant que ces civils faisaient partie des "groupes armés séparatistes".

 

Se croyant en pays conquis, des soudards multiplient les méfaits depuis plusieurs jours, auprès d'une population apeurée. Avant-hier encore, jour du 9 mai, un petit garçon a été abattu par un sniper parce qu'il portait à la boutonnière le ruban de Saint-Georges. Kiev évoque un "terroriste" éliminé...

Partager cet article
Repost0
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 18:28

Ukraine/Marioupol: vingt morts parmi les insurgés

 

18:13 09/05/2014

MOSCOU, 9 mai - RIA Novosti

 

Une vingtaine de partisans de la fédéralisation de l'Ukraine et un militaire ont été tués vendredi à Marioupol, dans la région ukrainienne de Donetsk (est) lors d'une opération lancée par l'armée régulière, a annoncé le ministre ukrainien par intérim Arsen Avakov sur Facebook.

Selon le ministre, quatre insurgés ont été faits prisonniers. "De nombreux attaquants ont abandonné leurs armes et se sont cachés dans les quartiers résidentiels de la ville", a ajouté M.Avakov.

L'administration régionale de Donetsk a pour sa part fait état de trois morts et de 25 blessés sans préciser s'il s'agissait de militants de la fédéralisation ou de militaires.

Plusieurs habitants de Marioupol ont annoncé vendredi matin à RIA Novosti que des blindés ukrainiens étaient arrivés dans cette ville de 480.000 habitants et que des tirs avaient déjà fait des morts et des blessés.

L'armée ukrainienne mène depuis la mi-avril une vaste opération contre les partisans de la fédéralisation, impliquant des hélicoptères et des blindés.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140509/201175398.html

 

. Une centaine de morts en Ukraine depuis le 13 avril : la Douma appelle l'Europe à condamner le "génocide"

Partager cet article
Repost0
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 10:41

 

Alors que le président François Hollande était seul au monde hier sur les Champs-Elysées pour les cérémonies du 8 mai commémorant la fin de la Seconde Guerre mondiale, le président russe Vladimir Poutine, a été longuement ovationné sur la Place Rouge de Moscou ce matin lors de la désormais célèbre "Parade militaire du 9 mai", organisée chaque année. Il a rendu hommage à "tous ces héros qui, sans se préoccuper de leur propre sort, ont préservé la paix sur la planète" et ajouté : « Nous tous n'oublierons pas la victoire sacrée, nous n'admettrons pas que les héros n'ayant pas ménagé leur vie pour sauvegarder la paix tombent dans l'oubli ». Le défilé s'est déroulé avec la participation de plus de 11 000 militaires, 151 unités de matériel de guerre et 69 avions et hélicoptères.  

 Plus de 50 villes de Russie organisent aujourd'hui des marches, des manifestations solennelles et des feux d'artifice pour le 69e anniversaire commémorant la victoire de 1945 sur le régime nazi.

 

9-mai-2014-Defile-de-la-Victoire-sur-la-Place-Rouge.jpg

Défilé de la Victoire sur la place Rouge. Photos

 

La parade militaire s'est déroulée en pleine crise sur l’Ukraine, notamment après les massacres de populations civiles par les autorités autoproclamées de Kiev.

Dans son discours sur la place Rouge à Moscou, le président russe Vladimir Poutine a salué « la force triomphale du patriotisme ». Le 9 mai « est une fête où triomphe la force toute-puissante du patriotisme, pendant laquelle nous sentons d’une manière particulière ce que signifie être fidèle à la Patrie, et combien il est important de défendre ses intérêts », a-t-il dit devant les troupes et des anciens combattants de la Seconde guerre mondiale.


9-mai-2014-Defile-de-la-Victoire-sur-la-Place-Rouge-Solda.jpg

 

Vladimir Poutine a salué "la volonté de fer du peuple soviétique, son intrépidité et son endurance qui ont sauvé l'Europe de l'esclavage". "C'est notre pays qui a traqué les nazis dans leur tanière et obtenu leur destruction totale et définitive au prix de millions de victimes et de terribles souffrances", a-t-il poursuivi. "Nous serons à jamais les gardiens de cette vérité éclatante et éternelle et ne tolérerons ni la trahison ni l'effacement de tous ces héros qui, sans se préoccuper de leur propre sort, ont préservé la paix sur la planète", a encore dit Poutine.

 

 

Les officiels et les officiers portent sur leur veste le ruban de Saint-Georges. L'"Ordre de Saint-Georges" et la "croix de Saint-Georges" est une décoration militaire suprême de l'Empire russe et de la Fédération de Russie, fondée en 1769 par l'impératrice Catherine II, supprimée en 1917 par les communistes, rétablie en 2000 par le président russe Vladimir Poutine.

 

En Ukraine, les insurgés remercient Poutine, mais maintiennent le référendum

 

Les insurgés pro-russes d’Ukraine ont décidé de maintenir dimanche 11 mai leur référendum d’indépendance, ignorant un appel du président russe Vladimir Poutine à le reporter, tandis que Kiev annonçait la « poursuite » de son opération militaire dans l’Est.

 

La consultation annoncée pour dimanche dans l’Est sur une « déclaration d’indépendance » de la république autoproclamée de Donetsk aura bien lieu « le 11 mai », ont annoncé des responsables simultanément à Donetsk et Slaviansk.

 

« La date du référendum ne sera pas reportée », a insisté Denis Pouchiline, chef indépendantiste de la république autoproclamée, tout en déclarant « remercier » M. Poutine, « quelqu’un qui se préoccupe des gens du Sud-Est de l’Ukraine ». « Le désir du peuple d’organiser le référendum se renforce. Il y a eu un vote et une décision de ne pas changer la date a été prise à l’unanimité », a-t-il expliqué.

 

L’"opération antiterroriste" menée par le gouvernement autoproclamé de Kiev se poursuit

 

Le gouvernement ukrainien a de son côté répété jeudi qu’il n’avait nullement l’intention de renoncer à rétablir l’ordre dans l’Est.

 

« L’opération antiterroriste va se poursuivre, quelles que soient les décisions (sur le référendum) des groupes subversifs ou terroristes de la région de Donetsk », a déclaré le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense, Andriï Paroubiï.

 

Les autorités ukrainiennes se trouvent depuis vendredi engagées dans une opération militaire dans cette zone, qui s’est déjà soldée par des dizaines de morts.

 

Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, a annoncé hier qu’il se rendrait lundi à Kiev pour manifester le soutien de l’UE aux autorités kiéviennes autoproclamées avant l’élection  présidentielle du 25 mai, qui doit permettre l’élection du successeur du président renversé Viktor Ianoukovitch.

 

9-mai-2014-Defile-de-la-Victoire---avions-d-attaque-au-sol.jpg

Six avions d'attaque au sol Soukhoï Su-25BM survolent la place Rouge à une altitude de 300 m

 

La place Rouge a été survolée par 69 aéronefs des forces aériennes de Russie. Il s'agit des hélicoptères de combat Mi-28N Chasseur de nuit et Ka-52 Alligator; des avions lourds Antonov An-22 et An-124 et Iliouchine Il-76; des chasseurs tactiques MiG-29CMT, des intercepteurs MiG-31, des bombardiers Soukhoï Su-24M et Su-34, des bombardiers stratégiques supersoniques Toupolev Tu-160 et des bombardiers turbopropulseurs Toupoliev Tu-95.

Le défilé aérien a été achevé par les avions d'attaque au sol Soukhoï Su-25BM qui ont survolé la place Rouge à une altitude de 300 m en laissant derrière eux une traînée de fumée aux couleurs du drapeau national.

 

 

« Nous tous n'oublierons pas la victoire sacrée, nous n'admettrons pas que les héros n'ayant pas ménagé leur vie pour sauvegarder la paix tombent dans l'oubli », a dit Vladimir Poutine dans son allocution.

 

Photos du défilé de la Victoire sur la place Rouge : La Voix de la Russie.

 

Toute la journée, la chaine RT en Direct (en anglais) fait des reportages vidéos sur l'évènement. Le feu d'artifice aura lieu à Moscou le 9 mai à 22 heures locales (20 heures en France).

 

Mis à jour 17h50. Jour de la Victoire Parade, Place Rouge Moscou 2014 (vidéo complète)

 

 

 

 

 

L'image du jour :  Les Criméens regroupés en masse sur les bords du port de Sébastopol, ville fondée au XVIIIe siècle par l'impératice Catherine II,  Vladimir Poutine sur un bateau, en début d'après-midi, est venu participé aux commémorations organisées en Crimée.

C'est le premier déplacement du président russe dans cette province qui était ukrainienne il y a encore quelques semaines et qui après avoir demandé son rattachement à la Russie le 6 mars, déclaré son indépendance de l'Ukraine le 11 mars, voté par référendum son rattachement à la Russie le 16 mars, a été intégrée à la Russie le 18 mars.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 20:39

Poutine-Parade-militaire-9-mi.jpg

Le coup d'Etat atlantiste organisé et soutenu par les pays Occidentaux à Kiev est très grave. Des nouvelordremondialistes commencent à annoncer une guerre mondiale et feignent regretter que les Occidentaux se soient autant impliqués dans les affaires intérieures de l'Ukraine alors qu'ils parlent de "grave crise", de "guerre mondiale", la veulent et la préparent depuis des années.

 

Avec le repli tactique hier de Poutine qui a demandé aux Pro-Russes est-Ukrainiens de reporter le référendum d'autodétermination prévu dimanche 11 mai, tout en affirmant qu'il avait "retiré" ses forces de la frontière, se pose la question de savoir comment se terminera ce qui a tout l'air d'un piège mortel pour la paix en Europe ?

 

On pourrait trouver un début de réponse dans le discours que le président russe prononcera demain 9 mai pour la parade militaire sur la Place Rouge à Moscou, qui célèbre la victoire patriotique russe sur le nazisme en 1945.

 

Sous des devants de recul (la demande de repousser le référendum), Poutine effectue un repli tactique très habile que seul les politiciens occidentaux dont la stratégie purement médiatique se résume à l'annonce de fausses nouvelles et l'échange de récriminations factices, n'ont pas vu venir. Poutine dit au monde qu'il n'est pas derrière les évènements en Ukraine, au contraire des Occidentaux qui ont piloté le coup d'Etat depuis Washington et Bruxelles.

 

Poutine fait d'une pierre deux coups

 

(1) on ne peut plus reprocher à la Russie d'être derrière la guerre civile en Ukraine. On ne peut plus dire que les est-Ukrainiens obéissent à un pays étranger. Poutine coupe l'herbe de l'inversion accusatoire de la classe médiatico-politique occidentale.

(2) Le référendum est-ukrainien prend de la valeur devant la communauté internationale, face au "droit international"... à géométrie variable, base des autoproclamées démocraties occidentales à l'ONU.

 

Poutine montre qu'il est pour la "déescalade", le "pas dans le sens du dialogue" ... et une "solution négociée" entre les pays Occidentaux, l'Ukraine... et la Russie.

 

Comme en Syrie après sa proposition de mettre les "armes chimiques" syriennes sous contrôle international pour leur destruction, Poutine coupe l'herbe sous les pieds des belliqueux et des fomenteurs de chaos qui n'ont (pour le moment) plus d'argument.

Tandis qu'en Occident les chancelleries crient victoire et claironnent que Poutine a demandé aux Est-Ukrainiens de reporter le référendum, Poutine dit aux pro-Russes est-ukrainiens que c'est à eux de jouer et de décider pour eux mêmes de leur destinée, mais qu'il se pliera à la volonté du peuple "source ultime de toute autorité". (Cf. Discours pour l'intégration de la Crimée dans la Fédération de Russie le 18 mars 2014).

 

Les troupes russes n’étaient évidemment pas positionnées à la frontière russo-ukrainienne pour envahir l’Ukraine, mais n'y étaient que comme point de fixation pour l’adversaire, et de monnaie d’échange au fil des "négociations". Et non dans une stratégie d’attaque.

 

Nous ne sommes qu'au deux tiers de la partie dont la fin ne devrait se jouer que dans quelques semaines lorsque le Stalingrad des fascistes atlantistes à Kiev sera complet. Une nouvelle déculottée monumentale par désarmement complet des belliqueux et une nouvelle victoire russe sans combat comme en Crimée

 

Poutine met donc en attente le référendum pour focaliser l'attention sur les élections présidentielles ukrainiennes à venir le 25 mai qu'il laissera se dérouler tranquillement... et dont il a dit qu'il jugeait "absurde" de les tenir dans un tel contexte de violences. Il laisse délibérément pourrir la situation créée par les Occidentaux avec malheureusement une probable augmentation du bilan humain consécutive à l'"opération antiterroriste" décidée par Kiev-Washington-Bruxelles.

 

L’anarchie qui sortira des élections, des niveaux importants d'abstention, le lancement probable d'une nouvelle révolution de couleur si Timochenko perd les élections, l'augmentation exponentielle des victimes et des crimes de guerre finiront de donner à Poutine tous prétextes pour intervenir.

 

 

 

Publiée le 8 mai 2014

 

Des soldats de l'armée ukrainienne font la guerre au peuple ukrainien.

Partager cet article
Repost0