Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 07:02

Il répond aux rumeurs de la presse

ROME, Vendredi 28 Août 2009 (ZENIT.org) - Le plus proche collaborateur de Benoît XVI a démenti les rumeurs lancées par les journaux qui affirment l'intention du pape de faire « marche arrière » dans la manière d'appliquer le Concile Vatican II.

Le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d'Etat, répond dans une interview accordée à L'Osservatore Romano, à certaines questions sur l'existence, démentie par le Saint-Siège, de documents interprétés comme un retour en arrière de la part du pape, surtout en matière liturgique.

« Pour comprendre les intentions et l'action du gouvernement de Benoît XVI, il faut se référer à son histoire personnelle - une expérience variée qui lui a permis de traverser l'Eglise conciliaire comme un vrai protagoniste - et, une fois élu pape, du discours d'inauguration du pontificat, à celui à la Curie romaine le 22 décembre 2005 et aux événements précis qu'il a voulus et signés (et patiemment expliqués) », observe le cardinal.

« Les autres élucubrations et les rumeurs sur des documents présumés » impliquant un « retour en arrière sont une pure invention, selon un cliché standardisé et reproposé de manière obstinée », dit-il.

« Je ne voudrais citer que quelques instances du Concile Vatican II constamment encouragé par le pape avec une intelligence et une profondeur de pensée - a-t-il poursuivi : une relation de compréhension instaurée avec les Eglises orthodoxes et orientales, le dialogue avec les juifs et celui avec l'islam, avec une attraction réciproque, qui ont suscité des réponses et des approfondissements jamais vérifiés auparavant, purifiant la mémoire et s'ouvrant aux richesses de l'autre ».

« Par ailleurs, j'ai plaisir à souligner la relation directe et fraternelle, plus que paternelle, avec tous les membres du collège épiscopal durant les visites ad limina et dans les nombreux contacts » avec le pape, a-t-il ajouté.

« Que l'on se rappelle la pratique qu'il a lancée en intervenant librement aux assemblées du Synode des évêques, avec des réponses et des réflexions précises », a expliqué le cardinal, en invitant à ne pas oublier non plus « le contact direct instauré avec les supérieurs des dicastères de la Curie romaine avec lesquels il a remis en place les rencontres périodiques au cours d'audience ».

« Quant à la réforme de l'Eglise - qui est surtout une question d'intériorité et de sainteté - Benoît XVI nous a ramenés à la source de la Parole de Dieu, à la loi évangélique et au cœur de la vie de l'Eglise : Jésus, le Seigneur connu, aimé, adoré et imité car ‘Dieu s'est plu à faire habiter en lui toute plénitude', selon l'expression de la Lettre aux Colossiens », a poursuivi le cardinal Bertone.

En ce qui concerne les interventions du pape sur la Curie romaine, le cardinal a expliqué que depuis le début du pontificat, Benoît XVI a effectué « plus de 70 nominations de supérieurs de dicastères, sans compter celles de nouveaux nonces apostoliques et des nouveaux évêques dans le monde entier ».

Le cardinal Bertone a précisé que « certaines nominations importantes sont imminentes et que les surprises ne manqueront pas, surtout en ce qui concerne la représentation des nouvelles Eglises : l'Afrique a déjà offert et offrira d'excellents candidats ».

Le cardinal Bertone met aussi en garde contre l'erreur d'attribuer au pape tous les problèmes auxquels l'Eglise fait face dans le monde et toutes les déclarations de ses représentants.

« Il est juste, pour une information correcte, d'attribuer à chacun (unicuique suum) la propre responsabilité de ses gestes et paroles, surtout quand ceux-ci contredisent totalement les enseignements et les exemples du pape », a-t-il déclaré.

 


© Innovative Media, Inc.

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 07:01
Réforme de la réforme : une préface du Cardinal Ratzinger (1992)

Dans le livre de Mgr Klaus Gamber "Tournés vers le Seigneur", le cardinal Ratzinger faisait une préface "pour l'édition française". La voici :

"Après nous avoir donné une édition française de Die Reform der Römischen Liturgie (Ndrl. la réforme de la liturgie romaine), les moines du Barroux publient aujourd'hui en français un second ouvrage du grand liturgiste allemand Klaus Gamber, Zum Herrn hin !, sur l'orientation de l'église et de l'autel. Les arguments historiques avancés par l'auteur sont fondés sur une étude approfondie des sources, qu'il a faites lui-même; ils concordent avec les résultats de grands savants tels que F.-J. Dölger, J. Braun, J.-A. Jungmann, Erik Peterson, Cyrille Vogle, le R.P. Bouyer, pour ne citer ici que quelques noms éminents.

Mais ce qui fait l'importance de ce livre, c'est surtout le substrat théologique mis à jour par ces savantes recherches. L'orientation de la prière commune aux prêtres et aux fidèles - dont la forme symbolique était généralement en direction de l'est, c'est-à-dire du soleil levant - était conçue comme un regard tourné vers le Seigneur, vers le soleil véritable. Il y a dans la liturgie une anticipation de son retour; prêtre et fidèles vont à sa rencontre. Cette orientation de la prière exprime le caractère théocentrique de la liturgie; elle obéit à la monition :
Tournons-nous vers le Seigneur !

Cet appel s'adresse à nous tous, et montre, au-delà même de son aspect liturgique, comment il faut que toute l'église vive et agisse pour correspondre à la mission du Seigneur.

Rome, le 18 novembre 1992

Joseph Cardinal Ratzinger

A lire en fichier Pdf la préface du Cardinal Ratzinger

Partager cet article
Repost0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 19:06

Mgr Gänswein, secrétaire particulier du Pape, célèbre dos au peuple et accrochez-vous, en latin. De ce fait des livrets avec double-traduction furent distribués, sinon la cata. Lors de l'homélie de son jubilé sacerdotal il a fait quelques allusions aux tempêtes (passées?). Mais le capitaine garde le cap. Un reportage télé de dimanche dernier est consacré à ce grand moment en présence du cardinal de Madrid Rouco Valera. Commentaires des images (Kristin Haub):
"Mgr Georg Gänswein vient peu souvent dans son pays en Forêt-Noire. Aussi il doit cette fois-ci faire quelques autographes. Le secrétaire privé du pape Benoït XVI voulait fêter son 25ème jubilé de sacerdoce, non pas au Vatican, mais ici dans le Bad du Sud à Riedern am Wald. "Ici, ce sont mes origines, mes racines sont là, j'y suis né, j'y ai grandi, j'ai été baptisé, j'ai reçu la Sainte Communion, je suis allé à l'école, j'ai célébré ma première messe. Cela signifie qu'ici je suis "chez moi", et que c'est "chez moi" que je devais fêter cela". La Sainte Messe fut retransmise sur écran projecteur car l'église du village était trop petite pour les presque mille hôtes. Parmi eux, la princesse Gloria Tour et Taxis, une amie du secrétaire du Pape fit l'honneur. Georg Gänswein veut encore passer quelques jours dans son pays, puis il retournera au Vatican pour servir le Pape".
Le reportage en allemand. (video)
via Le Forum catholique

Sur le même sujet :

-
Réforme de la réforme, démenti de Zénit et du Salon Beige : mise au point de Benoit-et-moi
- Congrégation pour le culte divin : stop à l'hostie dans la main

Partager cet article
Repost0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 14:35

Devant l'effondrement de son modèle totalitaire et des grandes idéologies issues de la matrice révolutionnaire au XXe siècle (contrat social, nationalisme, socialisme, libéralisme, vivre ensemble etc.), la franc-maçonnerie prend peur devant le mouvement pour la vérité qui se lève et éprouve le besoin de justifier son bilan. C'est le signe que les observateurs rationnels avaient raison.

www.lemonde.fr/opinions/article/2009/08/26/la-franc-maconnerie-ses-valeurs-et-la-crise_1232116_3232.html

www.lemonde.fr/opinions/article/2009/08/26/la-franc-maconnerie-ses-valeurs-et-la-crise_1232116_3232.html

Point de vue
La franc-maçonnerie, ses valeurs et la crise

LE MONDE | 26.08.09 | 14h52 • Mis à jour le 26.08.09 | 14h52

Le
Grand Orient de France d'une volonté singulière : allier la démarche initiatique qui est une quête d'émancipation individuelle et de sagesse laïque et l'engagement citoyen en faveur d'une société "plus juste et plus éclairée". Nous sommes attachés à un Grand Orient fier de cette histoire, de son histoire. Etroitement associé aux conquêtes de la République indivisible, laïque, démocratique et sociale, fort de ses valeurs communes, au premier rang desquelles la liberté absolue de conscience, il est riche de la diversité de ses loges, de la pluralité de ses rites, de ses pratiques démocratiques, de l'engagement civique de ses membres.
Nous défendons un Grand Orient engagé par l'action de ses Frères comme par l'affirmation de ses engagements collectifs décidés par les convents successifs.

Nous souhaitons un Grand Orient plus uni et plus dynamique, conscience de la République, préparant l'avenir afin que les nouvelles conquêtes de la science (nouvelles technologies, énergies ou thérapies) et la maîtrise du vivant, dans le respect de l'environnement, soient mises au service de toutes les femmes et de tous les hommes et non d'intérêts particuliers. A cette fin, nous attendons du Grand Orient qu'en amont de la politique et dans le respect de la liberté d'opinion de chacun de ses membres, il contribue aux grands débats de société par l'élaboration de propositions concrètes visant à promouvoir la liberté et l'égalité des droits entre tous les citoyens.

La crise économique et sociale qui creuse dangereusement les inégalités à l'échelle de la planète ; les effets désastreux d'un système qui considère l'homme comme un moyen et non comme une fin détériore les liens civiques et aiguise les égoïsmes ; le retour des peurs, des obscurantismes, des haines xénophobes, antisémites, racistes, sexistes, la montée des menaces sur la paix internationale : tout fait devoir aux francs-maçons de réaffirmer l'éthique républicaine, de défendre et d'étendre la démocratie.

L'effondrement des modèles, l'échec le plus souvent dramatique des grandes utopies politiques du XXe siècle donnent à certains le sentiment du vide, de dilution des repères, de perte de sens, de "désenchantement du monde".

L'Europe de la citoyenneté et des droits sociaux que nous appelions de nos voeux se révèle principalement un espace de libre-échange pour les marchands. La République, pour qui toutes les femmes et tous les hommes, quelles que soient leurs origines, leur sexe, leur couleur, leurs convictions religieuses, philosophiques, politiques, naissent et demeurent libres et égaux en droit, se fragilise en doutant de son identité, de ses valeurs, de son indivisibilité. La laïcité est partout attaquée et l'Organisation des Nations unies est devenue le champ clos d'offensives visant à contester les libertés garanties par la Déclaration universelle des droits de l'homme, à nier la liberté de croire ou de ne pas croire et de critiquer une religion, à censurer la liberté pour tout être humain, en particulier les femmes, à disposer de soi-même.

Partout, la société se crispe et laisse place, comme hier, à l'émergence de populismes et d'extrémismes. L'histoire nous enseigne que sur ce terreau prennent racine les pouvoirs autoritaires et parfois totalitaires. Cette situation ne peut nous laisser indifférents : le risque est mortel pour les valeurs que nous défendons.

Nous avons parfois été en désaccord, adversaires d'un moment ou d'un mandat, mais nous avons toujours placé le Grand Orient et ses principes au-dessus de nos divergences.

Anciens grands maîtres, nous ne tirons aucune vanité particulière de l'exercice de nos fonctions, mais n'avons aucune honte à assumer les responsabilités de nos bilans, largement validés par les votes des délégués à nos convents. Notre devoir est de rester à la disposition de notre obédience, de ses membres, de ses loges, de ses institutions et de ses élus au service de notre idéal commun.

Pour cela nous souhaitons un Grand Orient fédération de loges libres, fidèle à son éthique humaniste et laïque, à sa tradition initiatique, capable d'évoluer avec le monde. Une obédience qui gère démocratiquement l'ensemble de ses questions internes, les réformes nécessaires de son fonctionnement mais aussi les questions de la mixité (alors que les loges ont ouvert leurs portes aux soeurs depuis si longtemps) avec l'exigence de sauvegarder la liberté des loges et l'unité de l'obédience. Une obédience fière de sa recherche d'ouverture aux autres obédiences : tels sont les principaux objectifs que les signataires ont en commun.

C'est dans les périodes de crise et de doute que la franc-maçonnerie trouve tout son sens, sa raison d'être. Refusant la résignation, le Grand Orient doit contribuer à l'intérieur comme à l'extérieur à l'indispensable nouveau souffle des
Lumières. S'il ne veut pas trahir son rôle séculaire, il doit donc s'opposer fermement à toute transformation préjudiciable des acquis sociaux qui n'auraient pas pour but une préservation de leur existence, mais au contraire un retour à des conceptions idéologiques révolues et rétrogrades.

Pour nous, ce n'est pas négociable. L'histoire sociale, comme celle du progrès des idées, est une marche en avant ; elles ne peuvent être une régression. Nous demeurerons indéfectiblement attachés à la défense de la liberté de conscience individuelle et de la laïcité sociale dont nous avons été souvent les promoteurs ; elles ont assuré la paix religieuse depuis plus d'un siècle dans notre pays.

Nous sommes disposés à participer à toute discussion, voire à toute collaboration, qui va dans le sens d'une meilleure société. Mais, fidèles à notre histoire et à la philosophie qui est la nôtre depuis trois siècles, nous ne pourrions que nous opposer à toute entorse aux droits de l'homme et à tout recul du progrès de la société républicaine et démocratique.



Gilbert Abergel, Alain Bauer, Bernard Brandmeyer, Paul Gourdot (mort le 24 juin), Philippe Guglielmi, Patrick Kessel, Jacques Lafouge, Jean-Robert Ragache,anciens grands maîtres du Grand Orient de France.

Article paru dans l'édition du 27.08.09
 
 
(Fin de citation)

_________________

Nos commentaires 


On ne voit pas bien en quoi une société où les écarts de richesses et où les égalités n'ont fait que croître serait une société "plus juste et plus éclairée" ?
 
Les francs-maçons disent être "attachés à un Grand Orient fier de cette histoire, de son histoire", quid de l'histoire de la France avant 1789 ?

Les soit-disant "conquêtes de la République indivisible, laïque" auxquelles sont associés les francs-maçons ne sont qu'un accaparement oligarchique du pouvoir par une petite minorité mafieuse et corrompue par le serment de secret et d'entraide, la franc-maçonnerie se définissant elle-même comme "l'Eglise de la république". 

La soit-disant "liberté absolue de conscience" dans la république est la liberté de penser comme la franc-maçonnerie l'exige ou la prison; elle est un prétexte mensonger totalitaire qui permet d'écraser tout ce qui lui serait opposé "au nom de la liberté", condamnations judiciaires à la clé.

La franc-maçonnerie est riche de la diversité de ses loges ouvertes à tout le monde, de la pluralité de ses rites dont
la très pluraliste et ouverte loge B'Naï B'rithbien connue pour ses pratiques démocratiques. Le serment du secret prononcé au moment de l'"initiation" et l'échange de la promesse d'entraide sont d'éminents signes d'une telle société préoccupée d'ouverture et de démocratie.
 L'engagement "civique" de ses membres via le népotisme et le clientélisme sont des "acquis sociaux".

La vision de l'"homme" amputé de sa part spirituelle et de son âme, réduit à sa part matérielle animale, supprime la liberté de l'homme, son libre arbitre, et supprime en particulier toute chance de développement humain intégral, social et économique. Ainsi, la crise économique et sociale mondiale, le "retour des peurs", la détérioriation des liens civiques, l'accroissement des égoïsmes sont les conséquences directes de cette vision amputée de l'homme.

Les francs-maçons sont des apprentis sorciers pyromanes qui après avoir mis le feu crient au feu. 
Les haines xénophobes, antisémites, racistes, sexistes, la montée des menaces sur la paix internationale sont des conséquences d'une telle société franc-maçonnique artificielle créée de toute force multi-raciale et multi-culturelle et imposée au(x) peuple(s). 

L'effondrement des modèles, l'échec le plus souvent dramatique des grandes utopies politiques du XXe siècle donnent à certains le sentiment du vide, de dilution des repères, de perte de sens, de "désenchantement du monde". Mais à qui la faute ? Qui n'a cessé de mettre en garde contre la vision d'un monde coupé de Dieu ? Qui n'a cessé de critiquer la vision de l'homme amputé de sa part spirituelle ?

L'Europe de la citoyenneté et des droits sociaux que les francs-maçons appelaient de leurs voeux se révèle "un espace de libre-échange pour les marchands". A qui la faute ?

Si "la République, pour qui toutes les femmes et tous les hommes, quelles que soient leurs origines, leur sexe, leur couleur, leurs convictions religieuses, philosophiques, politiques, naissent et demeurent libres et égaux en droit, se fragilise en doutant de son identité, de ses valeurs, de son indivisibilité" (sic), n'est-ce pas en raison d'une lacune au fondement même d'une prétendue "société" bâtie sur le vide relativiste et le sable ? L'idéologie maçonnique et son irréalisme ?

Si "la laïcité est partout attaquée", c'est que cette soit-disant laïcité n'en est pas une, mais une théocratie de droit occulte qui mérite toutes les critiques et toutes les attaques. Quant à la censure de la liberté en particulier pour les femmes "à disposer de soi-même", cette censure c'est celle de la civilisation qui dit "tu ne tueras point."

Si la société se crispe et laisse place à l'émergence de "populismes" et d'"extrémismes", l'histoire nous enseigne que sur le terreau de tels extrémismes est l'idéologie déshumanisante qui a prétendu éliminer Dieu de la société. "Dans la mentalité des Lumières,... le grand drame de l'histoire du Salut avait disparu. L'homme était resté seul: seul comme créateur de sa propre histoire et de sa propre civilisation; seul comme celui qui décide de ce qui est bon et de ce qui est mauvais... Si l'homme peut décider par lui-même, sans Dieu, de ce qui est bon et de ce qui est mauvais, il peut aussi disposer qu'un groupe d'hommes soit anéanti... Des décisions analogues furent prises sous le IIIe Reich,... par le parti communiste de l'union Soviétique et des pays soumis à l'idéologie marxiste" (Jean-Paul II,
Mémoire et identité, Le testament politique et spirituel du pape, Flammarion, Mayenne 2005, p. 23-24).

Il est toujours bon de rappeler ces quelques vérités aux frères tri-ponctés totalitaires franc-maçonniques.

 
Partager cet article
Repost0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 08:26

L'église du Sacré-Coeur, à Maubeuge (située sur la route de Mons), a été la cible de dégradations lundi 24 aout en fin d'après-midi, aux heures d'ouverture de l'édifice religieux.

C'est un paroissien qui a involontairement mis fin aux dégradations en entrant dans l'église vers 18h30, mettant en fuite trois jeunes hommes d'une vingtaine d'années. Ce n'est qu'un instant plus tard qu'il en a compris le motif en constatant les dégâts commis.

Des carreaux d'un vitrail ont été brisés de l'intérieur à l'aide d'un vase utilisé comme projectile, un aigle en orfèvrerie a été désolidarisé d'un porte-livre et dérobé, et surtout, une croix surmontant le tabernacle, où sont conservées les hosties, a été arrachée et jetée à terre.

"Le préjudice n'est pas très important financièrement mais c'est toujours malheureux ce type d'agression même si c'est très rare", se désolé le père André-Benoît Drappier, curé de la paroisse Sainte Aldegonde, dont fait partie l'église du Sacré-Coeur.

Une inscription "Allah on t'aime" a été retrouvée sur un cahier de prières conservé au fond de l'église, mais le père Drappier, qui se veut prudent, estime qu'il peut s'agir "d'une façon de détourner l'attention".

"Ce qui est dommage c'est qu'on cherche à garder l'église ouverte le plus possible, pour rester ouvert sur le quartier, sur la ville, il ne faudrait pas que ce genre d'agression nous amène à vouloir nous protéger", indique le père Drappier. La police de Maubeuge a pu constater les dégradations, et une plainte a été déposée. L'enquête permettra sans doute d'identifier les responsables et, peut-être, de leur apprendre qu'en France, les religions ont droit à la paix et la sécurité ! (définition de la laïcité)

nordeclair
La Voix du nord via Indignations

Nous attendons les réactions outrées et les déclarations indignées du Sinistre de l'Intérieur...

Partager cet article
Repost0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 07:01
Nous avons vu hier que Notre Seigneur Jésus-Christ traitait les pharisiens d'hypocrites (Matt. 23,27-32), la lecture du jour nous explique en quoi peut consister concrètement cette hypocrisie :

"Jésus parlait à ses disciples de sa venue: "
Veillez, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra.
Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n'aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra.
Quel est donc le serviteur fidèle et sensé à qui le maître de maison a confié la charge de son personnel pour lui donner la nourriture en temps voulu ?
Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail !
Amen, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens.
Mais si ce mauvais serviteur se dit : 'Mon maître s'attarde',
et s'il se met à frapper ses compagnons, s'il mange et boit avec les ivrognes,
son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue :
il se séparera de lui et le mettra parmi les
hypocrites ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents
."



Partager cet article
Repost0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 20:26

Démenti sur Zenit, repris par un blog catholique très lu. Mais que dément-on?

D'abord, les faits

Il s'agit évidemment de l'article publié par Andrea Tornielli, et que j'ai traduit ici: La réforme de la réforme de Benoît XVI L'article a été ensuite commenté par le Père Scalese (La réforme de la réforme (suite) ).
Rappelons qu'il présentait comme un scoop une lettre du Cardinal Ratzinger, datant de 2003, et adressée à un représentant du mouvement traditionaliste allemand:
Ce que doit être la liturgie .

Il faut croire que tout cela gênait certains, car les réactions ne se sont pas fait attendre...

Lu sur le Salon Beige, hier

Modifications liturgiques : halte aux rumeurs!
http://lesalonbeige.blogs.com/...
Le message vient du Vatican après que plusieurs sites (??)et forums ont affirmé ou sous-entendu l'inverse:

"Le Père Ciro Benedettini, passioniste, vice-directeur de la salle de presse du Saint-Siège, a apporté ce matin un démenti à ces rumeurs de changements dans le domaine liturgique, dans une déclaration reprise par Radio Vatican.

« Pour le moment, a déclaré le Père Benedettini, il n'y a pas de proposition institutionnelle concernant une modification des livres liturgiques actuellement en vigueur »".

Et si la précision d'horlogier de cette dernière phrase peut être interprétée a contrario, ne comptez pas sur nous pour en faire l'éxegèse : nous préférons laisser l'Eglise travailler calmement sur ces dossiers aussi complexes et nous pencher sur ce qu'elle publie... officiellement!

L'article de Zenit en français

http://www.zenit.org/article-21790?l=french
Pas de modification liturgique en vue : démenti du Vatican

Pas de modification des livres liturgiques
ROME, Lundi 24 août 2009 (ZENIT.org). - Aucune modification des livres liturgiques catholique n'est actuellement envisagé : le Vatican dément les rumeurs publiées sur des sites Internet ou dans des organes de presse.
Le Père Ciro Benedettini, passioniste, vice-directeur de la salle de presse du Saint-Siège, a apporté ce matin un démenti à ces rumeurs de changements dans le domaine liturgique, dans une déclaration reprise par Radio Vatican.
« Pour le moment, a déclaré le Père Benedettini, il n'y a pas de proposition institutionnelle concernant une modification des livres liturgiques actuellement en vigueur ».

Radio Vatican

D'abord sur le site de Radio Vatican en français:

Aucune réforme liturgique prévue par le Saint-Siège
Aucune nouvelle réforme liturgique n’est en vue tout au moins dans l’immédiat. Le bureau de presse du Saint-Siège a apporté un démenti aux allégations parues ces jours derniers dans un quotidien italien.
"Il Giornale" avait fait état il y a quelques jours de recommandations adressées au pape par la Congrégation pour le Culte Divin en vue de renforcer la place du latin dans la liturgie et la communion dans la bouche. Selon ces informations, le prêtre devrait également à nouveau célébrer la messe dos au public. Après avoir consulté la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, le bureau de presse a fait savoir qu’il n’y avait à l’heure actuelle aucune proposition institutionnelle concernant une modification des livres liturgiques en usage.
------------------

Curieusement, le communiqué sur
le site de Radio Vatican en italien est à la fois plus discret et plus précis.
"Il Giornale" n'est pas cité... Mais le prélat interrogé est nommé.

La Sala Stampa Vaticana su presunte voci di riforma liturgica: non esistono attualmente proposte istituzionali di modifica dei libri in uso
Il vicedirettore della Sala Stampa Vaticana, padre Ciro Benedettini, è intervenuto questa mattina in merito alle notizie circolate di recente su alcuni siti e organi di stampa circa possibili cambiamenti in campo liturgico. “Al momento - ha affermato padre Benedettini - non esistono proposte istituzionali riguardanti una modifica dei libri liturgici attualmente in uso”.

Les précisions de Tornielli sur son blog

http://blog.ilgiornale.it/tornielli/...
[Le seul point litigieux est selon moi d'affirmer qu'il s'agit de propositions approuvées par le Pape. Cela demande confirmation]

Sur Il Giornale d'aujourd'hui je publie un
article consacré aux « propositions » votées en Mars dernier par l'assemblée plénière de la Congrégation du Culte Divin, et présentées à Benoît XVI par le cardinal Antonio Cañizares Llovera le 4 avril dernier.
Elles contiennent une première ébauche de cette « réforme de la réforme » liturgique que Ratzinger voudrait réaliser, soulignant l'importance de l'adoration, posant un frein à la créativité et aux abus, en donnant plus d'espace à la langue latine y compris dans le nouveau rite, en publiant des missels bilingues (avec le texte latin à côté), en reconsidérant la question de l'orientation « versus Orientem » au moins à l'instant de la consécration, en réaffirmant que l'usage de distribuer la communion dans la main représente un indult, un fait extraordinaire, mais que la coutume selon les règles doit rester celle de recevoir l'hostie dans la bouche.
Tout cela, cependant, sera élaboré et présenté selon le style Ratzinger : aucun document à brève échéance, aucune imposition destinée ensuite à rester lettre morte. Plutôt, un long et patient travail à partir de la base, qui implique les épiscopats. Le point de départ et au fond aussi d'arrivée est la constitution conciliaire sur la liturgie Sacrosanctum Concilium.

Mes commentaires

Tout cela appelle quelques commentaires.
---------------
1. D'abord, Andrea Tornielli, dont je traduis de nombreux articles depuis 3 ans est un vaticaniste bienveillant, à la fois pour le Saint-Père et le mouvement "tradi", honnête, très bien informé et que je dirais même au-dessus de tout soupçon. Il est entre autre l'auteur d'une biographie de Pie XII que Benoît XVI en personne a cité dans son homélie lors de la messe célébrée l'année dernière pour commémorer le 50ème anniversaire de la mort de ce Pape.
Il peut lui arriver de tomber de temps en temps dans ce piège très humain de la vanité professionnelle, qui s'appelle la chasse au scoop. Mais je suis formelle à 99,9%, s'il lance une information, elle est fondée.
Or, qu'a t'il dit ici? Simplement que le cardinal espagnol Antonio Cañizares Llovera, Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin avait remis entre les mains du Saint-Père "un document, portant le résultat d'un vote confidentiel du 12 Mars, au cours de la réunion « plénière » du ministère qui s'occupe de liturgie, [qui] représente le premier pas concret vers cette « réforme de la réforme » plusieurs fois souhaitée par Papa Ratzinger".

Rien de plus. C'est (très probablement) l'exacte vérité. Si certains l'ont interprété comme un acte magistériel, libre à eux, mais ils n'ont rien compris.

Suite
Partager cet article
Repost0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 06:50
Jésus disait: "Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des tombeaux blanchis à la chaux: à l'extérieur, ils ont une belle apparence, mais l'intérieur est rempli d'ossements et de toutes sortes de choses impures.
C'est ainsi que vous, à l'extérieur, pour les gens, vous avez l'apparence d'hommes justes, mais à l'intérieur vous êtes pleins d'hypocrisie et de mal.
Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, vous décorez les sépulcres des justes,
et vous dites : 'Si nous avions vécu à l'époque de nos pères, nous n'aurions pas été leurs complices pour verser le sang des prophètes. '
Ainsi vous témoignez contre vous-mêmes : vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes.
Eh bien, vous, achevez donc ce que vos pères ont commencé !
"

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23,27-32.


L'Evangile au quotidien

-Le Christ sur les Pharisiens : "n'agissez pas d'après leurs actes, car ils disent et ne font pas"
Partager cet article
Repost0
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 20:56

Honneur du christianisme, le Supérieur du district de France de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, l'Abbé Régis de Cacqueray, en ce 25 août, fête de la Saint-Louis, fait un communiqué remarquable contre le "programme totalitaire" de latin à l'épreuve du baccalauréat de 2010, une oeuvre érotique d'Ovide qui "réduit la femme à l’état de proie". 

J'invite tous les blogs et sites amis à relayer ce communiqué qui est comme un peu de fraîcheur contre un déferlement quotidien d'un amas d''immondices et d'iniquités polluant systématiquement tous nos sens ad nauseam (selon le programme défini dans une certaine "
Lettre de Vindice à Nubius...") Faites entendre votre protestation auprès du Ministre de l'Education Nationale et du médiateur de l'Education nationale.

-------------------

Communiqué du District de France

Programme de latin à l’épreuve du baccalauréat de 2010

Abbé Régis de Cacqueray, Supérieur du District de France


Suresnes, le 25 août 2009

« De nos jours plus que jamais, la force principale des mauvais, c’est la lâcheté et la faiblesse des bons, et tout le nerf du règne de Satan réside dans la mollesse des chrétiens. »

Saint Pie X s’adressant à l’évêque d’Orléans après la béatification de Jeanne d’Arc, le 13 décembre 1908.

 

Le Bulletin officiel n°15 du 9 avril 2009 de l’Education Nationale a fait connaître la liste des œuvres obligatoires inscrites au programme de langues et cultures de l’Antiquité de la classe terminale des séries générales et technologiques. Pour le latin, l’œuvre unique est « L’art d’aimer » d’Ovide. Cette oeuvre se trouvera encore au programme de l’année 2011.

« L’art d’aimer » est une œuvre érotique du poète Ovide uniquement consacrée à exposer aux hommes d’abord, aux femmes ensuite, touts les conseils pour séduire. L’amour est ravalé à un exposé complaisant des moyens les plus dégradés et les plus cyniques pour parvenir à sa fin. L’auteur promeut la multiplication des partenaires et réduit la femme à l’état de proie.

Voilà la littérature sur laquelle les élèves de terminale des deux années à venir devraient se plonger pendant des mois !

Nous protestons et nous invitons tous les Catholiques et tous les hommes à qui il reste un sens moral à protester contre ce programme totalitaire qui constitue une véritable incitation publique à l’immoralité et à la débauche.

Nous vous recommandons de faire entendre votre protestation auprès :

- du Ministre de l‘Education Nationale

110, rue de Grenelle
75007 Paris

- du médiateur de l‘Education nationale

Bernard Thomas,
61-65 rue Dutot
75732 Paris Cedex 15
mediateur@education.gouv.fr

Nous invitons tout spécialement tous les parents, les professeurs et les Directeurs d’établissement scolaire à se mobiliser et à faire connaître leur opposition à un tel programme.

Abbé Régis de Cacqueray ,
Supérieur du District de France.
Suresnes, le 25 août 2009 

-------------------

Source :
La Porte Latine 

Partager cet article
Repost0
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 07:00


Musique:
_ chanson pour le dauphin (choeur Montjoie Saint Denis)
_ l'appel de Roland (choeur Montjoie Saint Denis)

conquête normande Normandie fleur de lis lys Clovis Chalemagne Louis XIV Louis XVI Egypte Assyrie monarchie française monarque roi de France légitimiste orléaniste conversion Francs baptême Vouillé Tolbiac 507 1066 1789 compaagnons sacre Reims Paris Buckingham Palace reine d'Angleterre Elisabeth II couronne de France ordre de la jarretière Victoria cross Honi soit qui mal y pense Dieu et mon droit écu Empire romain d'Orient d'Occident byzantin 1453 Constantinople Istambul Gaulle église limes romain Clothilde symbole trinité fiefs Alençon Albret Anjou Armagnac Astarac Aumale Auvergne Auxonne Béarn beaujeu Bigorre Blois Bourbon Bourgogne Cerdagne Champagne Comminges Dauphiné Evreux Flandres Forez Guise Maine la marche Montfort Nevers Orléans Perche Rochechouart Touulouse Valois Véxin Bretagne Dreux Ponthieu
Partager cet article
Repost0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 19:00

Le quotidien italien Il Giornale a publié ce samedi 22 août, sous le titre "Ratzinger réforme la messe: stop avec l'hostie [reçue] dans la main", un article consacré aux "propositions" votées durant l'assemblée plénière de la Congrégation pour le Culte divin en mars dernier et présentées au Saint-Père le 4 avril par le Cardinal Antonio Cañizares Llovera.
Ces "propositions" sont comme une première esquisse de la "réforme de la réforme liturgique" que Benoît XVI tient à mettre en oeuvre. Il s'agira
- de souligner l'importance du culte,
- de mettre un terme à la créativité et aux abus,
- de donner plus d'espace à la langue latine dans la forme ordinaire du rite romain,
- d'envisager l'édition de missels bilingues latin-langue courante,
- de réintroduire la célébration versus orientem, (face à Dieu et non "dos au peuple"...) au moins pour la prière eucharistique,
- de réaffirmer que la réception de la communion dans la main n'est qu'une autorisation, une possibilité "extraordinaire", mais que la pratique qui doit demeurer est celle de la réception de l'hostie dans la bouche.
Tout cela, cependant, sera préparé et présenté dans le "style Ratzinger": à court terme, aucun document ne sera publié. Ceci pour éviter qu'un texte supplémentaire ne demeure à son tour lettre morte. Pas de précipitation donc, mais un long et patient travail qui incombera aux évêques.
Les points de départ et d'aboutissement de ces améliorations qui s'imposent demeurent la fidélité à la Constitution conciliaire sur la Liturgie Sacrosanctum Concilium.

Source: Andrea Tornielli. via Pro Liturgia 

Ratzinger réforme la messe
Stop à l'hostie dans la main
Andrea Tornielli
(Souce: Il Giornale, 22/8/2009)
-----------------
Le document a été remis entre les mains de Benoît XVI le matin du 4 avril dernier par le cardinal espagnol Antonio Cañizares Llovera, Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin.
C'est le résultat d'un vote confidentiel du 12 Mars, au cours de la réunion « plénière » du ministère qui s'occupe de liturgie, et cela représente le premier pas concret vers cette « réforme de la réforme » plusieurs fois souhaitée par Papa Ratzinger.
Presque à l'unanimité les cardinaux et les évêques membres de la Congrégation ont voté en faveur d'une plus grande sacralité du rite, d'une récupération du sens de l'adoration eucharistique, d'une récupération de la langue latine dans la célébration et d'une refonte des parties introductives du missel pour mettre un frein aux abus, expérimentations sauvages et autres créativités déplacées.
Ils se sont aussi déclarés favorables à réaffirmer que la façon usuelle de recevoir la communion selon les règles n'est pas sur la main, mais dans la bouche.
Il y a, c'est vrai, un indult qui permet, à la requête des épiscopats, de distribuer l'hostie également sur la paume de la main, mais cela doit rester un fait extraordinaire.
Le « ministre de la liturgie » de Papa Ratzinger, Cañizares, a aussi fait étudier la possibilité de retrouver l'orientation du célébrant vers l'Orient (vers Dieu), au moins à l'instant de la consécration eucharistique, comme cela arrivait en pratique avant la réforme, lorsque tant les fidèles que le prêtre regardaient vers la Croix et le prêtre tournait donc le dos à l'assemblée.
Ceux qui connaissent le cardinal Cañizares, surnommé « le petit Ratzinger » avant son transfert à Rome, sait qu'il a l'intention de défendre ce projet avec décision, à partir de ce qui est établi par le Concile Vatican II dans la constitution liturgique Sacrosanctum Concilium, qui a été en réalité dépassée par la réforme post-conciliaire entrée en vigueur à la fin des années Soixante. Le porporato, interviewé récemment par le mensuel
30 Giorni , avait dit à ce propos : « Parfois on a changé pour le simple goût de changer par rapport à un passé perçu comme en tous points négatif et dépassé. Parfois on a conçu la réforme comme une rupture et non comme un développement organique de la Tradition ».
C'est pourquoi les « propositions » votées par les cardinaux et les évêques à la session plénière de Mars dernier prévoient un retour au sens du sacré et à l'adoration, mais aussi une récupération des célébrations en latin dans les diocèses, au moins lors des principales solennités, ainsi que la publication de missels bilingues - une demande qui avait été faite en son temps par Paul VI - avec le texte latin en regard.
Les propositions de la Congrégation qui Cañizares a présentées au Pape, en obtenant son approbation, sont parfaitement en ligne avec l'idée plusieurs fois exprimée par Jopseph Ratzinger lorsqu'il était encore cardinal, comme en attestent les passages inédits sur la liturgie qui seront publiés dans le livre "Davanti al Protagonista" (ed. Cantagalli), présenté en avant-première au Meeting de Rimini (ndt: Communion et Libération). Avec une remarque très significative: pour la réalisation de la « réforme de la réforme » il faudra beaucoup d'années. Le Pape est convaincu qu'il ne sert à rien de pas faire des pas précipités, ni de lancer simplement des directives d'en haut, avec le risque qu'ensuite elles restent lettre morte. Le style Ratzinger est celui du débat et surtout de l'exemple. Comme le montre le fait que, depuis plus d'un an, ceux qui reçoivent la communion du Pape, doivent s'agenouiller sur un prie-Dieu expressément installé par les cérémoniaires.


Sources :
Il Giornale.it Traduction via le Forum catholique

Partager cet article
Repost0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 08:00


 
Partager cet article
Repost0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 19:56
L’Evangelical Lutheran Church of America (ELCA) a tenu, du lundi 17 août à aujourd’hui, dimanche 23, son « assemblée pan ecclésiale » (Churchwide Assembly) à Minneapolis (Minnesotta) au Convention Center de cette ville.
1 045 délégués représentaient les quelque 4,7 millions de fidèles répartis en une dizaine de milliers de lieux de culte aux États-Unis : c’est la plus grande “dénomination” luthérienne du pays.
Parmi tous les sujets de discussion devant donner lieu à un vote, une proposition visant à permettre aux membres homosexuels actifs de cette communauté chrétienne de devenir pasteurs – à l’heure où j’écris ces lignes, samedi 22 à 15 h, j’ignore si la proposition a été votée, mais elle a, je pense, toute chance de l’être.
Autre sujet de discussion, un document de 34 pages dont on suppose qu’il développe quelques arguties théologiques destinées « à une autre approche de l’homosexualité ». Pas vraiment nécessaire d’avoir lu ce document ou de participer à sa discussion pour imaginer quelles en seront les conclusions !
Or, ce document commença à être discuté – j’ai sous les yeux le programme officiel de cette assemblée – le mercredi 19 août à 14 h, sitôt le déjeuner. C’est à cette heure précise que s’est abattu sur Minneapolis ce que certains ont d’abord cru être un gros orage, mais qui fut en fait une tornade (photo ci-dessous n° 1) dévastatrice arrachant notamment la tente édifiée devant le Convention Center pour permettre aux délégués de se rafraîchir, et, de manière plus troublante, renversant la croix (photo ci-dessous n° 2) qui somme le clocher de la Central Lutheran Church située de l’autre côté de la rue… La tornade eut pour effet d’interrompre temporairement les travaux de l’assemblée, ses délégués étant priés – sait-on jamais… – de ne pas sortir du bâtiment. La tornade passée, il y eut, comme il fallait s’en douter, quelques plaisanteries des délégués sur « la colère de Dieu » qui en fit s’esclaffer plus d’un… Marrez-vous les mecs ! comme aurait dit Coluche
Un blogue catholique local The Orate Fratres (ici) et celui de l’American Papist (
ici) traitent eux de cette “coïncidence” avec le sérieux de ceux qui savent lire les « signes des temps »…

Americatho




Partager cet article
Repost0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:15
Catholicisme : le retour des intégristes ? (première partie)

Le mythomane Henri Tincq n'en est pas à son coup d'essai. Inlassablement, il ânonne ses certitudes tel un cheval de course avec ses oeillères, incapable de voir au-delà de son pauvre champ visuel. Journaliste à l'immonde, auto-proclamé "spécialiste du fait religieux", il explique que Vatican II a abandonné la soutane et le latin. Nulle part le Concile Vatican II fait une telle proposition, au contraire Vatican II a recommandé de conserver l'usage du latin. Je cite : "36. Langue liturgique

§ 1. L'usage de la langue latine, sauf droit particulier, sera conservé dans les rites latins." (Sacrosanctum Concilium, Constitution sur la Sainte Liturgie, n° 36, 4 décembre 1963). Mais cela n'empêche pas Henri Tincq, en bon disciple du siècle des Chimères, d'assener ses mensonges. "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose" disait Voltaire...

Le premier. Sur "la messe selon saint Pie V" (messe traditionnelle, en latin, face à Dieu et non "dos au peuple"...) Henri Tincq oublie le
Motu proprio de Benoît XVI du 07/07/2007 qui dit que cette messe n'a jamais été abrogée. Il oublie que  le "rite extraordinaire" est la même messe que la messe moderne (dit "rite ordinaire"). Et que cette messe traditionnelle fait partie des trésors de l'Eglise. Je cite : "Le Missel romain promulgué par S. Pie V et réédité par le B. Jean XXIII doit être considéré comme l’expression extraordinaire de la même « lex orandi » de l’Église et être honoré en raison de son usage vénérable et antique." (article 1).

La "liberté religieuse", défendue par Mgr Lefebvre, le "spécialiste des religions" ne précise pas de quelle liberté il s'agit. Profitant de la complexité de cette notion (que les prochaines discussions doctrinales ouvertes par Benoît XVI avec la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X fondée par Mgr Lefebvre devraient éclaircir), il confond allègrement la liberté religieuse de l'Eglise qui est une notion traditionnelle de l'Eglise avec la liberté de croyance (libre arbitre).

La "doctrine sociale de l'Eglise" qui selon Henri Tincq serait un développement du courant moderniste que les papes auraient condamnée ! Or c'est l'exact inverse puisque la doctrine sociale de l'Eglise est un développement magistériel des papes anti-modernistes notamment de la fin du XIXe siècle, de condamnation du modernisme libéral issu de 1789 qui après avoir détruit les corporations causa chez les ouvriers une misère sociale jamais vue...


Dans cette partie II, Henri Tincq revient sur le rite extraordinaire de la messe, il parle de "missel de Saint Pie X", missel qui n'existe pas, il confond sans doute avec la messe dite "de Saint Pie V" (messe traditionnelle). Ceci pour mépriser la prière pour les Juifs traditionnellement récitée par l'Eglise le Vendredi saint dans le rite extraordinaire. Henri Tincq feint d'ignorer que cette "prière pour les Juifs" est priée également dans le rite ordinaire de la messe (messe moderne) le Vendredi saint.

Sur le même sujet, lire :

-
Le rite extraordinaire en latin n’est pas en opposition avec le Concile, selon Benoît XVI
- Haine, mépris, mensonges et affolement : l'article de Tincq "Le pape Benoît XVI et ses intégristes"
où il accuse Mgr Lefebvre d'être un "insoumis, esprit borné" et la Tradition de l'Eglise d'être un "folklore désuet promis aux poubelles de l'histoire" (sic) et termine son article par un "la réintégration des schismatiques risquent de se faire au prix d'un grignotage des acquis de quarante ans". (les fameux acquis...)
-
Le complot traditionaliste : "On est cernés!" 
Partager cet article
Repost0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:14
Spem in alium THOMAS TALLIS

Musique : Thomas Tallis, séquence Spem in Alium, motet pour 40 voix.

Thomas Tallis (1505-1585) était un compositeur et organiste anglais qui demeura un catholique
convaincu toute son existence. Son œuvre prolifique compte notamment de nombreuses messes et motets. Son œuvre la plus réputée est probablement Spem In Alium, un splendide motet pour quarante voix indépendantes (8 chœurs à 5 voix). Ce tour de force contrapuntique est pratiquement unique dans la littérature musicale (pas de quintes parallèles) — un motet à quarante voix du compositeur florentin Alessandro Striggio, datant approximativement de la même époque, peut avoir inspiré Tallis.

Spem in alium nunquam habui praeter in te,

Deus Israel,

Qui irasceris, Et propitus eris,
 
Et omnia peccata hominum in tribulatione dimittis.

Domine Deus,
 
Creator coeli et terrae,
 
Respice humilitatem nostram.

Je n’ai jamais placé mon espérance en aucun autre que Toi,

Ô roi d'Israël,

Toi dont la colère fait place à la miséricodre,

Toi qui absous tous les péchés de l’humanité souffrante.

Ô Seigneur Dieu,

Créateur de la terre et du ciel,

Considère notre humilité.

Partager cet article
Repost0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 12:45

Un journal suédois accuse l'armée israélienne de "trafic d'organe". Le lobby qui n'existe pas veut bien évidemment le faire taire. Mais la liberté d'expression au service du Lobby tombe sur un résistant récalcitrant. Le ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt, ne se laisse pas faire et indique vendredi 21 août qu'il souhaitait respecter la liberté d'expression après les appels d'Israël à une condamnation officielle d'un article d'un tabloïde suédois accusant l'armée israélienne de trafic d'organes

Les soldats israéliens enlèveraient des enfants palestiniens pour utiliser leurs organes à des fins commerciales.
Telle est la thèse défendue par un article de Daniel Boström paru lundi dernier 17 août dans les pages culturelles du quotidien suédois à sensations, «Aftonbladet», plus grand tirage du pays. L'article est basé sur des témoignages recueillis notamment à Gaza. Cet article a provoqué une crise diplomatique.

Dans l'article, intitulé "Les organes de nos fils pillés", le principal quotidien de Suède laisse entendre que des
soldats israéliens tuent des Palestiniens pour faire commerce de leurs organes. A Tel Aviv, on dénonce un retour aux clichés antisémites d'un autre âge. L'article est illustré par une photographie, prise apparemment après une autopsie, d'un Palestinien mort, porteur d'une cicatrice sur toute la longueur de son torse.

Le papier est accompagné de clichés de jeunes Palestiniens lançant des pierres et fait le lien avec Levy Izhak Rosenbaum, un juif américain de New York
arrêté le mois dernier par le FBI et accusé d'avoir voulu acheter un rein à un ressortissant israélien pour le vendre 160.000 dollars (112.000 euros) à un patient américain.

"En tant que membre du gouvernement suédois et en vertu de la Constitution suédoise, je dois respecter la liberté d'expression, quel que soit l'avis personnel que je porte sur ce qui est publié çà et là dans les médias suédois", a déclaré Carl Bildt, au cours d'une conférence de presse à Reykjavik.

L'article
a fait grand bruit en Israël, où certains commentateurs l'ont comparé aux croyances médiévales qui voulaient que les juifs tuent les enfants chrétiens pour leur sang. Daniel Seaman, chef du service de presse du gouvernement, a ainsi jugé qu'il jouait "sur d'abominables thèmes antisémites".

Le journaliste se base exclusivement sur les témoignages de Palestiniens de Gaza et de Judée-Samarie, témoins dont le journaliste ne dévoile que les prénoms.  

Le rédacteur en chef de l'"Aftonbladet", Jan Helin, a, lui,
défendu sa publication. "L'article pose une question: pourquoi ce corps a-t-il été autopsié alors que la cause de la mort est évidente?", a-t-il déclaré. "Je pense que les autorités israéliennes nous doivent une réponse sur ce point", a-t-il ajouté, dénonçant "une campagne haineuse orchestrée par le biais de courriers électroniques adressés à moi et à la rédaction, ainsi que par les médias israéliens".

A Stockholm, en tout cas, le quotidien rival "Sydsvenskan" s'est fendu d'un éditorial très critique, estimant que l'article reprenait "le modèle habituel d'une théorie du complot". Conjuration et complot. L’accusation de tuer des enfants pour vendre leurs organes
est la sombre et triste survivance de l’accusation de tuer des enfants pour consommer leur sang.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, avait reproché jeudi soir à M. Bildt son silence après la publication par le tabloïde suédois Aftonbladet d'un article accusant l'armée israélienne de se livrer à un trafic d'organes prélevés sur des Palestiniens tués. "Il est honteux que le ministère suédois des Affaires étrangères refuse d'intervenir contre un cas d'appel au meurtre visant des juifs", a affirmé M. Lieberman. Or, l'article d'Aftonbladet ne comprend aucun appel au meurtre.

L'ambassadrice suédoise en Israël avait critiqué l'article, mais son ministère s'était abstenu de le condamner.

Le vice-ministre israélien des Affaires étrangère, Dany Ayalon,
exige des excuses officielles, et affirme ne plus s’étonner des dernières déclarations suédoises…

Les mots de la réaction israélienne sont "forts", a observé M. Bildt vendredi, "mais je pense qu'Aftonbladet devra y répondre par lui-même".

"Je ne suis pas son rédacteur en chef et je ne cherche pas à l'être", a-t-il dit, tout en jugeant "compréhensibles" certaines réactions.

(...) Les relations entre Israël et la Suède ont été souvent marquées par des polémiques ces dernières années, Israël reprochant à Stockholm un parti pris pro-palestinien, tandis que la Suède accuse régulièrement l'Etat hébreu de se livrer à des violations des droits de l'Homme...

- Lire:
 Des Rabbins inculpés pour Trafic d'organes

Partager cet article
Repost0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 12:25
Partager cet article
Repost0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 12:24

Illustration de la phrase de Brigitte Bardot sur Rtl le 13 août, "on retourne vers une barbarie que je trouve atroce".

Pyrénées-Orientales : Un jeune barbare met le feu à un chien errant
Mambo a été aspergé d’essence et brûlé vif. Les auteurs de ce crime seront jugés en décembre.
Aspergé d’essence à deux reprises puis enflammé c’est le cruel scénario qui s’est noué la semaine dernière sur la place du village d’Espira-de-L’Agly prés de Perpignan (Pyrénées-Orientales). La victime ? Un petit chien abandonné, errant qui cherchait la compagnie des hommes au mauvais moment, au mauvais endroit, en pleine nuit de désœuvrement d’une bande de jeunes.
Après avoir siphonné le réservoir d’une mobylette, à deux reprises, un jeune de 17 ans est passé à l’action au briquet. Une fille d’une vingtaine d’années est allée récupérer le chien et lui a livré. Le chien s’est enfui, en torche vivante dans la nuit étouffante du village. Brûlé au troisième degré sur plus de 50 % du corps, les chairs à vif. Le chien a été recueilli au petit matin prés de la mairie, puis soigné au dispensaire de la SPA de Perpignan (Pyrénées-Orientales). Au village le caractère sauvage, barbare de cet acte et l’indignation des amis des animaux ont fini par faire craquer les témoins de ce « cruel amusement ». Et les langues ont fini par désigner le coupable, un jeune défavorablement connu des gendarmes pour différents petits larcins. Les habitants et les militants de la SPA ont manifesté leur indignation lundi matin en brandissant des photos insoutenables de ce chien brûlé par la bêtise humaine.
« Ce sont des esprits criminels qui ont fait cela. C’était un chien gentil, pas agressif du tout. Il allait vers les gens. Il cherchait de l’affection » se désole une habitante écœurée. « C’est un acte de salopards. Il doit être très sévèrement puni. La commune paie les frais médicaux pour soigner le chien. Mais nous présenterons la facture à la famille. Ici les chiens font partie de notre vie quotidienne » explique Gérard Bile le maire outré qui a déposé plainte dans la foulée de la procédure initiée par la SPA. Pendant ce temps, Mambo, c’est le nom qu’on lui a donné, survit difficilement au dispensaire SPA sous perfusion de morphine, avec les pansements sous anesthésie. Les vétérinaires et les bénévoles se relaient à son chevet, lui apportent soins et affection.Et Banny Goyzé, une habitante d’Espira s’est portée volontaire pour adopter Mambo, chien martyr.

Suite
La Dépêche.fr

Partager cet article
Repost0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 11:39
DSK reste le candidat PS préféré des Français pour 2012

S.L. (
lefigaro.fr) avec AFP
22/08/2009 | Mise à jour : 10:08


... A "gauche", un banquier juif sioniste de Washington, voleur et violeur, candidat du "parti socialiste", à "droite" un autre sioniste. Pauvre France.

Un sondage Ifop pour Ouest-France
indique que Dominique Strauss-Kahn échappe à la baisse de popularité des leaders socialistes. Tandis que "l'image du PS dans l'opinion est au plus bas", bien évidemment, le sondage indique samedi que le juif Dominique Strauss-Kahn "reste le candidat socialiste préféré des Français pour la prochaine présidentielle." (sic) Et voilà comment les media orientent et manipulent à volonté l'opinion et préparent subrepticement, après le quart Nicolas Sarkozy, un nouveau président 100% israélite cette fois-ci.
Partager cet article
Repost0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 07:01
« Les scribes et les pharisiens (...)
Pratiquez donc et observez tout ce qu'ils peuvent vous dire. Mais
n'agissez pas d'après leurs actes, car ils disent et ne font pas.
Ils lient de pesants fardeaux et en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt.
Ils agissent toujours pour être remarqués des hommes : ils portent sur eux des phylactères très larges et des franges très longues ;
ils aiment les places d'honneur dans les repas, les premiers rangs dans les synagogues,
les salutations sur les places publiques, ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi.
Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n'avez qu'un seul enseignant, et vous êtes tous frères.
Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n'avez qu'un seul Père, celui qui est aux cieux.
Ne vous faites pas non plus appeler maîtres, car vous n'avez qu'un seul maître, le Christ.
Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.
Qui s'élèvera sera abaissé, qui s'abaissera sera élevé.
Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23,1-12

L'Evangile au quotidien


Remarque : Dans ce passage de l'Evangile, le Seigneur indique que l'on ne doit pas se donner le nom de père car nous n'avons qu'un seul Père. Les protestants ont souvent interprété ce passage d'une manière littérale fondamentaliste. La tradition la plus antique est pourtant formelle. Lorsque le prêtre donne les sacrements instaurés par Notre Seigneur Jésus-Christ (baptême, confirmation eucharistie, pénitence, mariage, extrême-onction ou sacrement des malades) il agit in Persona Christi (dans la personne du Christ). C'est à ce moment particulier que nous pouvons nous adresser à lui comme au Père. En dehors, de ces conditions, le prêtre peut être appelé "monsieur l'abbé", ou "monsieur le curé" s'il détient une cure.
Partager cet article
Repost0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 19:09


Ben Bernanke, président de l'institution qui ne sait pas où sont passés les 9000 milliards de $ égarés par la Réserve Fédérale (FED) explique que la "reprise est proche". 

A Panizzo (lefigaro.fr)
21/08/2009 | Mise à jour : 17:10

Le président de la Réserve fédérale américaine (FED) voit des signes d'expansion économique à court terme. Le marché de l'emploi continuera cependant à souffrir pendant encore quelques temps

Ben Bernanke, président de la FED, a prononcé un discours optimiste au cours d'une conférence organisée par l'institution qu'il dirige. Il estime ainsi que les perspectives de reprise à court terme de l'économie sont «bonnes», et que l'Amérique est parvenue à «éviter le pire» grâce à l'action volontariste du gouvernement. «L'activité économique apparaît en train de se stabiliser, à la fois aux Etats-Unis et à l'étranger, et les perspectives d'un retour de la croissance à court terme semblent bonnes», a indiqué le timonier de la FED.

Malgré tout, cette reprise risque d'être «lente au début», en raison notamment de certains facteurs, dont la consommation des ménages américains, qui reste fragile. Par ailleurs, le marché du travail restera asphyxié par la crise encore un certain temps et le chômage ne commencera à décroître progressivement qu'à partir de 2010.

Partager cet article
Repost0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 18:51
Dans la rubrique casse du siècle...

9000 milliards de $ égarés par la Réserve Fédérale (FED)

Le 5 Mai 2009, Alain Grayson questionne l'Inspecteur Général, Elisabeth Coleman,de la FED sur les 9,7 trillions de dollars qui ont disparu et sur ceux ou ceux qui ont bénéficié de cet argent... L'Inspecteur Général de la Réserve Fédérale (FED) dans la vidéo ci-dessus, reconnaît que des trillions de dollars ne peuvent pas être retrouvés. Où est passé cet argent ? La "plus grande démocratie" du monde ne sait pas. Belle 'transparence' n'est-ce pas.. Cela me rappelle une certaine fin d'une autre Union des républiques socialistes soviétiques... A quand la "Glasnost" aux Etats-Unis ?
Partager cet article
Repost0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 12:27
Partager cet article
Repost0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 08:45
Partager cet article
Repost0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 08:39

Les producteurs de fruits manifestent leur «désespoir»

Le Figaro
21/08/2009 | Mise à jour : 07:32

Les pertes pour la seule production de pêches et de nectarines s'élèvent à 60 millions d'euros. Crédit : AFP/ROIG Crédits photo : AFP

Après l'installation d'un barrage filtrant jeudi sur l'A9, les producteurs ont annoncé une multiplication des manifestations afin de sensibiliser les autorités à la crise qu'ils traversent.

Quelque 150 producteurs de fruits ont installé, jeudi matin (20 août), un barrage filtrant sur l'autoroute A9 près de la frontière espagnole pour empêcher l'entrée en France de camions de fruits venant d'outre-Pyrénées. Confrontés à une crise due à la baisse des prix, les professionnels de la filière ont annoncé une multiplication de manifestations en Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Alsace pour sensibiliser les consommateurs à leur situation. La Fédération natio­nale des producteurs de fruits, branche du syndicat FNSEA, réclame des «signes forts du commerce et des pouvoirs publics» pour «que ces actions ne prennent pas une autre ampleur», menace-t-elle.

Les producteurs, soumis à la concurrence de l'Espagne qui jouit de prix de main-d'œuvre deux fois moins élevés, entendent ainsi crier «leur désespoir» face à une «année cauchemardesque».

Les pertes pour la seule production de pêches et de nectarines s'élèvent à 60 millions d'euros, selon l'Association d'organisation de producteurs (AOP) de la filière. Malgré une belle récolte, ces fruits se vendent à perte depuis le début de la saison, avec un prix à la grande distribution de 1,05 euro pour un coût de revient de 1,35 euro le kilo, selon la gérante d'une exploitation dans le Gard. Le plan d'urgence de 15 millions d'euros annoncé début août par le ministre de l'Agriculture, Bruno le Maire, pour l'ensemble du secteur est jugé «insignifiant» par le président de l'AOP, Pierre Giovanelli.

Partager cet article
Repost0