Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2021 6 06 /02 /février /2021 16:13
L'inventeur du vaccin contre la rubéole admet que des dizaines de bébés ont été stratégiquement avortés pour établir une lignée cellulaire appropriée pour les vaccins

L'un des aspects les plus dégoûtants et les plus dépravés de la vaccination est que de nombreux vaccins ont été développés en utilisant des organes prélevés de manière stratégique sur des bébés avortés. Le premier scientifique, qui a contribué à la mise au point de la première lignée de cellules diploïdes humaines pour le développement d'un vaccin, admet que des dizaines de bébés ont été avortés de manière stratégique pour trouver une lignée cellulaire appropriée à la réplication du virus. L'acte de multiplication des virus dans les cultures cellulaires est fondamental pour la science de la vaccination car les virus doivent être atténués (affaiblis) avant de pouvoir être cultivés et introduits par une aiguille dans le corps d'une personne.

 

L'inventeur du vaccin contre la rubéole a été le fer de lance de l'utilisation de cellules foetales avortées dans les vaccins


On attribue au Dr Stanley Plotkin l'invention du vaccin contre la rubéole dans les années 1960. À l'époque, la plupart de ses collègues étaient en désaccord avec la pratique contraire à l'éthique consistant à utiliser des fœtus avortés pour tester et fabriquer des vaccins à virus vivants atténués. À l'époque, l'une des principales voix contestataires était le développeur du vaccin oral contre la polio, Albert Sabin. 

 

Cependant, aussi solides que soient les arguments moraux de Sabin, il ne pouvait pas prouver que les lignées cellulaires fœtales étaient dangereuses à utiliser. La charge de la preuve est revenue aux dissidents ; par conséquent, la pratique contraire à l'éthique de prélever des organes de fœtus avortés a finalement été acceptée comme étant sûre pour le développement de vaccins. Les organismes de réglementation ont fini par accepter cette pratique contraire à l'éthique et ont permis aux développeurs de vaccins de tirer profit des opérations de prélèvement d'organes.

 

Dans les années 1960, les femmes ont été forcées d'avorter leur bébé par crainte de contracter la rubéole pendant leur grossesse. Au lieu de promouvoir un développement prénatal sain et de renforcer la fonction immunitaire naturelle des femmes enceintes, les établissements médicaux ont effrayé les femmes pour qu'elles avortent leur bébé si elles ne recevaient pas le vaccin contre la rubéole contaminé par l'avortement.

 

Aujourd'hui, l'histoire officielle des cellules foetales dans les vaccins est embellie pour faire paraître justifié le sacrifice de la vie humaine. Les vérificateurs de faits biaisés de Facebook et les principaux résultats du moteur de recherche Google approuvent l'utilisation de lignées cellulaires foetales avortées dans les vaccins. 

 

L'histoire officielle conclut que seuls deux bébés ont été avortés pour développer les lignées cellulaires WI-38 WI-26 et WI-44. Cela ne saurait être plus éloigné de la vérité. Si ces lignées cellulaires ont été utilisées pendant des décennies pour répliquer des virus en vue de la mise au point de vaccins, leur développement initial a nécessité la mort de dizaines de bébés.

 

Des dizaines de bébés ont été euthanasiés, leurs organes prélevés stratégiquement pour créer les vaccins d'aujourd'hui

 

Le 11 janvier 2018, le Dr Stanley Plotkin a fait une déclaration, admettant que soixante-seize bébés avaient été avortés pour établir la lignée cellulaire WI-38.

 

Le Dr Plotkin a livré sa déposition devant un avocat défendant les droits d'une mère qui a refusé de vacciner son fils en raison de préoccupations concernant les ingrédients des vaccins.

Ces bébés morts n'étaient pas le résultat de fausses couches ou d'urgences médicales.

 

Plotkin a avoué que les bébés ont été stratégiquement sélectionnés pour une interruption de grossesse après le troisième mois de gestation. Pour obtenir des organes viables, les chercheurs en vaccins ont stratégiquement prélevé des glandes pituitaires, des poumons, de la peau, des reins, de la rate, du cœur et de la langue des bébés. Des dizaines d'organes fœtaux ont été prélevés et utilisés pour étudier les meilleures lignées cellulaires pour la réplication du virus. Finalement, cette recherche macabre a servi à établir la lignée cellulaire WI-38, développée à l'Institut Wistar de Philadelphie, en Pennsylvanie. La lignée cellulaire est dérivée des parties du corps amputées d'un bébé avorté provenant d'une famille spécifique qui n'avait aucune maladie familiale dans l'histoire de l'un ou l'autre parent et aucun antécédent de cancer spécifiquement dans les familles.

 

Cette lignée cellulaire a été conservée pendant des décennies et subit continuellement une division cellulaire pour créer davantage de substrat pour le développement continu de vaccins. Actuellement, la lignée cellulaire WI-38 est utilisée dans le développement de vaccins contre la varicelle (varicelle), la rubéole (dans le vaccin ROR), l'hépatite A, le zona et la rage.

 

L'utilisation de la WI-38 par le Dr Plotkin a "inspiré" le développement d'autres lignées cellulaires fœtales, qui nécessitent également plusieurs bébés morts pour comprendre quels sont les organes fœtaux qui assurent le mieux la réplication virale. Des chercheurs britanniques ont développé la lignée cellulaire MCR-5 en 1966, et ont finalement opté pour du tissu pulmonaire sain prélevé sur un fœtus de 4 mois. Ces cellules foetales avortées sont utilisées pour fabriquer les vaccins actuels contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche (DTC), les hépatites A et B, ainsi que la polio et les adénovirus. En 1985, des chercheurs américains ont développé la lignée cellulaire PER C6, qui a été prélevée sur la rétine d'un bébé avorté soigneusement sélectionné. Il a été utilisé dans le développement des vaccins contre le virus Ebola et le VIH.

 

Source : Trikooba | Hillemanfilm | ScienceDirect | Rumble | OhioLife

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2021 6 06 /02 /février /2021 14:35

Par un article entièrement à charge contre trump le Time avoue en quelques lignes, comment "une cabale bien financée de personnes puissantes" a volé l’élection à Donald Trump "pour assurer la pérennité de la démocratie en Amérique" (sic), travaillant ensemble dans les coulisses pour influencer, changer les règles, les lois, orienter les médias et contrôler l’information.

Au moment où les preuves de la fraude sortent dans les médias conservateurs, cette volte-face d'un média américain de gauche reconnaissant la fraude montre une tentative de se déculpabiliser, comme l'explique Alexis Cossette-Trudel sur Rumble (video à partir de la 38e minute 15') une tentative "de blanchir ceux qui ont participé à la fraude en disant que c'est un effort pour sauver la démocratie contre le méchant Trump..." "C'est cela l'article du Time, un article qui essaye de prendre les devants afin de donner un spin à toute cette histoire de fraude électorale. Cela sent la panique chez les trolls, les PDG et les magazines !" 

Le "Time" avoue en quelques lignes comment une cabale de personnes puissantes a volé l’élection à Donald Trump

Source: Time.com

 

Extrait : 

 

"D'une certaine manière, Trump avait raison.

 

"Une conspiration s'est déroulée en coulisses, qui a à la fois réduit les protestations et coordonné la résistance des PDG. Ces deux surprises étaient le résultat d'une alliance informelle entre des militants de gauche et des titans du monde des affaires. Le pacte a été officialisé dans une déclaration conjointe laconique et peu remarquée de la Chambre de commerce américaine et de l'AFL-CIO, publiée le jour des élections. Les deux parties en sont venues à le considérer comme une sorte de marché implicite - inspiré par les protestations massives, parfois destructrices, de l'été en matière de justice raciale - dans lequel les forces du travail se sont unies aux forces du capital pour maintenir la paix et s'opposer à l'attaque de Trump contre la démocratie."

 

Leur travail a touché tous les aspects de l'élection. Ils ont amené les États à modifier les systèmes et les lois électorales et ont contribué à garantir des centaines de millions de dollars de financement public et privé. Ils se sont opposés à des procès pour suppression d'électeurs, ont recruté des armées de travailleurs électoraux et ont amené des millions de personnes à voter par correspondance pour la première fois. Ils ont réussi à faire pression sur les sociétés de médias sociaux pour qu'elles adoptent une ligne plus dure contre la désinformation et ont utilisé des stratégies axées sur les données pour lutter contre les frottis viraux. Ils ont mené des campagnes nationales de sensibilisation du public qui ont aidé les Américains à comprendre comment le décompte des votes se déroulerait sur plusieurs jours ou semaines, empêchant ainsi les théories de conspiration de Trump et les fausses déclarations de victoire de prendre de l'ampleur. Après le jour de l'élection, ils ont surveillé chaque point de pression pour s'assurer que Trump ne puisse pas renverser le résultat.

 

"[...] C'est pourquoi les participants veulent que l'histoire secrète de l'élection de 2020 soit racontée, même si cela ressemble à un rêve de fièvre paranoïaque - une cabale bien financée de personnes puissantes, dans tous les secteurs et toutes les idéologies, travaillant ensemble en coulisses pour influencer les perceptions, changer les règles et les lois, orienter la couverture médiatique et contrôler le flux d'informations. Ils ne truquaient pas l'élection, ils la fortifiaient. Et ils estiment que le public doit comprendre la fragilité du système pour assurer la pérennité de la démocratie en Amérique." (Fin de citation)

Le "Time" avoue en quelques lignes comment une cabale de personnes puissantes a volé l’élection à Donald Trump
Le "Time" avoue en quelques lignes comment une cabale de personnes puissantes a volé l’élection à Donald Trump
Le "Time" avoue en quelques lignes comment une cabale de personnes puissantes a volé l’élection à Donald Trump

___________

Lire aussi : "TIME Claims a Secret Cabal Manipulated the 2020 Election to Stop Trump, and People Have Questions". Le TIME prétend qu'une cabale secrète a manipulé l'élection de 2020 pour arrêter Trump, et les gens ont des questions.

___________

Selon le compte Tweeter FreeAssange, "il s'agit ni + ni moins que d1 réécriture de l'histoire par le "vainqueur" (voleur) à des fins de PSY-OP : 1 étape de normalisation essentielle du processus de PROPAGANDE."

__________

Exclusif: Fraude électorale du centre TCF - Une vidéo récemment découverte montre des livraisons tard dans la nuit de dizaines de milliers de bulletins de vote illégaux 8 heures après la date limite

Partager cet article
Repost0
6 février 2021 6 06 /02 /février /2021 13:41
L'Autriche et l'Italie interdisent le port du masque à l'école

Source: RTBF

___________

Italie : masques interdits à l’école, juge le Conseil d'État

 

 

Effet domino à venir ? Le président Frattini de la section III du Conseil d'État italien, a rendu une décision condamnant l’usage des masques à l’école chez les mineurs.

 

Dans son jugement il considère :

 

[...] que, dans l'affaire portée à l'attention de ce juge, le mineur représenté par ses parents, a documenté à plusieurs reprises par des certificats médicaux, des problèmes de manque d'oxygénation dus à l'utilisation prolongée de masques pendant toutes les heures de cours;

[...] que, dans la classe fréquentée par le mineur, il n'y a même pas de dispositif de contrôle de l'oxygénation - oxymètre, un instrument d'un coût minime et d'une utilisabilité très simple permettant à chaque enseignant d’intervenir au tout premier signe de difficulté à respirer chez les élèves très jeunes;

 

[...] Une décision importante qui sera assurément regardée par les avocats français qui ont déjà saisi le Conseil d’Etat français pour juger de cette problématique.

 

Me Manna analyse : « c’est la seconde décision du Conseil d’Etat italien qui après avoir levé l’objet sur la prescription de l’hydroxychloroquine pour la Covid-19 par les médecins, remet en cause l’obligation du port du masque pour les 6-10 ans au motif que les effets secondaires n’ont pas été suffisamment évalué et que son efficacité n’est pas prouvée ». « On ne manquera pas de faire valoir cet élément de droit comparé dans le cas de nos procédures en cours ».

 

Source: FRANCE SOIR

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 23:50

Une vidéo montre un van apportant des dizaines de milliers de bulletins de vote illégaux, dans un bureau de Detroit - Michigan, 8 heures après la clôture du scrutin :

___________

Exclusif: Fraude électorale du centre TCF - Une vidéo récemment découverte montre des livraisons tard dans la nuit de dizaines de milliers de bulletins de vote illégaux 8 heures après la date limite

The Gateway Pundit

 

Par Cassandra Fairbanks et Jim Hoft

 

Mardi 3 novembre, le président Trump devançait Joe Biden dans l'État swing du Michigan par plus de 100000 voix. Cela semblait être une autre victoire solide pour le président Trump dans le Michigan avec une marge plus grande que sa victoire en 2016. Le dépouillement du scrutin à Detroit, Michigan, le soir des élections, a eu lieu au TCF Center, anciennement appelé Cobo Hall.

 

C'est le site où les responsables de la ville de Detroit ont mis du carton sur les fenêtres pour empêcher les observateurs du GOP de voir, où les travailleurs du scrutin étaient militairement hostiles aux observateurs du GOP, et où des centaines d'observateurs électoraux assermentés affirment avoir été témoins de fraude électorale.

 

Au moins trois observateurs électoraux ont déclaré sous serment avoir vu des véhicules livrer des bulletins de vote frauduleux au Centre TCF tôt dans la matinée du 4 novembre.

 

TENDANCE: Exclusif: Fraude électorale du centre TCF - Une vidéo récemment découverte montre des livraisons tard dans la nuit de dizaines de milliers de bulletins de vote illégaux 8 heures après la date limite

 

Michigander Shane Trejo a été témoin du bulletin de vote Biden à 3h30 du matin qui a donné à Joe Biden un ascenseur exceptionnel. "Il y avait des milliers de bulletins de vote dans chaque urne", dit Trejo. "Il y avait au moins 50 urnes que j'ai vues déchargées à 3 h 30, bien après la date limite de 20 h pour l'arrivée des  bulletins de vote."

 

3h30 du matin était la première livraison de bulletins depuis 22h30, lorsque 138 000 bulletins sont apparus soudainement. Shane a témoigné plus tard qu'il avait remarqué que le bureau du greffier de la ville de Detroit et son emblème étaient inscrits sur la camionnette blanche qui s'est présentée avec les bulletins. Le nom de la greffière de la ville, Janice Winfrey, figurait sur le fourgon, ainsi qu'un numéro correspondant vraisemblablement au bureau de Janet Winfrey. Selon Trejo, les bulletins n'ont pas pu être traités à leur arrivée, si bien qu'au moment où ils ont été comptés, une nouvelle équipe de travailleurs électoraux était arrivée pour la journée.

 

Après ces bulletins de vote, Joe Biden a pris la tête du Michigan.

 

Shane Trejo a expliqué à quel point le timing était important. Le bulletin de vote Biden a eu lieu à la fin d'une équipe de travail. Les bulletins de vote n'ont pas été comptés. Donc, lorsque la nouvelle équipe est venue pour compter les bulletins de vote, elle ne savait pas d'où venaient les bulletins de vote.

 

Trejo a demandé à plusieurs reprises aux superviseurs du site ce qu'il en était de ce camion et s'est fait lapidé.

 

L'ancien sénateur de l'État du Michigan, Pat Colbeck, était également présent au TCF Center le matin du 4 novembre. Le sénateur Colbeck a également assisté au bulletin de vote de 3 h 30. Colbeck s'est entretenu avec The Gateway Pundit en novembre: "Je suis retourné là-bas et j'ai vu un camion mini-panneau si vous voulez avec un insigne du Bureau des élections de Detroit sur le côté et un numéro d'identification de véhicule dessus… Et à l'intérieur, et cela entre dans certaines discussions sur la chaîne de possession, rien n'indiquait qu'il y avait un républicain et un démocrate (présent) lors du transfert. Nous ne savons pas s'ils se sont arrêtés dans une petite rue à Coney Island et ont ramassé quelques autres bulletins de vote pendant le transfert. Nous n'avons aucun moyen de vérifier ces informations."

 

Les autorités et les médias du Michigan n'étaient absolument pas intéressés à donner suite à cette histoire choquante.

 

Jusqu'à aujourd'hui, personne n'a pris la peine de revoir les séquences vidéo du Centre TCF le soir des élections.

 

Le Gateway Pundit a demandé la vidéo du TCF en décembre!

 

Le Centre TCF a essayé de nous citer plus de 22 000 $ pour une journée de vidéo.

 

Nous avons demandé deux heures de vidéo.

 

Vendredi dernier, nous avons reçu la vidéo demandée .

 

Depuis la semaine dernière, nous avons passé en revue les centaines d'heures d'images de caméras de sécurité du centre TCF le matin du 4 novembre.

 

Et ce que nous avons trouvé est une bombe politique.

 

 

 

** À 3 h 23, le Gateway Pundit a une vidéo exclusive d'une camionnette blanche enregistrée dans la ville de Detroit entrant dans la porte du centre TCF.

** À 3 h 25, nous avons découvert une vidéo d'une deuxième caméra montrant trois personnes déchargeant plus de 50 urnes de bulletins de vote dans un couloir à l'intérieur du bâtiment TCF et juste à l'extérieur de la salle de dépouillement.

** Les bulletins de vote ont ensuite été transportés sur des chariots dans la salle de dépouillement.

** La camionnette est ensuite vue sur vidéo quittant le centre environ 25 minutes plus tard.

** Ensuite, nous avons vu la camionnette revenir une heure plus tard, entrer à nouveau dans le centre TCF et décharger d'autres urnes de bulletins de vote.

** La camionnette blanche a été escortée par une voiture de sport noire pour les deux livraisons.

** La camionnette blanche a été autorisée à traverser une porte électronique pour entrer dans le complexe TCF.

 

Ceci est la preuve vidéo de la fraude à Detroit, Michigan. C'est exactement comme les observateurs du GOP nous l'ont décrit en novembre!

 

Nous avons d'autres vidéos accablantes du TCF Center à publier dans les prochains jours.

 

Voici notre vidéo sur la fraude électorale au Detroit TCF Center le soir des élections:

 

Un merci spécial à Cassandra Fairbanks qui a fait un travail remarquable sur ce projet.

___________

Jim Hoft est le fondateur et le rédacteur en chef de The Gateway Pundit, l'un des principaux organes de presse conservateurs d'Amérique. 

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 22:49
Passeport sanitaire : Liberté uniquement pour les personnes vaccinées, la société à deux classes arrive

Liberté uniquement pour les personnes vaccinées: la société à deux classes arrive

uncut-news.ch / anti-spiegel 

5 février 2021

Les médias rapportent actuellement que le Conseil d'éthique s'est prononcé contre les droits spéciaux des personnes vaccinées. Une raison de pousser un soupir de soulagement? Non, car dans les petits caractères, le Conseil d'éthique est déjà en faveur de droits spéciaux pour les personnes vaccinées.

 

Der Spiegel titre " Pandémie Corona - Le Conseil d'éthique dénonce les droits spéciaux des personnes vaccinées " et écrit:

 

"Au moins toutes les personnes vaccinées ne peuvent-elles pas faire ce qui était normal avant le Corona? Le Conseil d'éthique s'est penché sur la question de savoir si des règles spéciales devraient s'appliquer aux personnes vaccinées et a publié une recommandation ad hoc. Dans la déclaration, le Conseil d'éthique dénonce les règles spéciales correspondantes.

 

'A l'heure actuelle, de l'avis du Conseil d'éthique, le retrait individuel des restrictions étatiques à la liberté est interdit car la possibilité que le virus se propage par des personnes vaccinées ne peut être exclue avec suffisamment de certitude', indique un communiqué."

 

Cela semble rassurant. Mais pour le Conseil d'éthique, la justification n'est pas les droits fondamentaux supposés inaliénables, mais seulement la question de savoir si une vaccination empêche effectivement la propagation de Corona. 

S'il est décidé demain que la vaccination empêche la propagation de Corona, le Conseil d'éthique devrait donc se prononcer en faveur de droits spéciaux pour les personnes vaccinées.

 

Une question générale: et si la vaccination n'arrête pas la propagation de Corona? Un verrouillage à vie s'appliquera-t-il alors en Allemagne?

 

Mais revenons au Conseil d'éthique. Si vous continuez à lire l'article de Spiegel, il dit également:

 

"Selon l'avis du Conseil d'éthique, il devrait y avoir une exception. L'évaluation critique globale des éventuelles règles spéciales ne s'applique pas aux résidents des établissements de soins, pour personnes âgées, handicapées et de soins palliatifs, selon un communiqué. Là, les interdictions de sortie et les restrictions sur les visites devraient être levées si les gens sont protégés par les vaccinations."

 

Aujourd'hui, une terrible pression des pairs s'accumule dans les établissements de soins. Si quelqu'un ne veut pas se faire vacciner, tous les autres résidents et employés vont l'attaquer, car il y a encore des restrictions de visites à cause de ce mauvais refus de vaccination.

 

Et à la fin ça devient très lourd:

 

"Contrairement aux règles étatiques, selon les éthiciens, il est également concevable que les prestataires privés, tels que les compagnies aériennes, fassent dépendre l'accès à leurs biens et services d'une vaccination. Selon le Conseil d'éthique, cela est dû à la liberté contractuelle. Selon cela, les particuliers et les entreprises privées peuvent en principe décider avec qui ils souhaitent conclure un contrat.

"Si, par exemple, des restaurants rouvrent ou des concerts ont lieu à nouveau, les organisateurs ne peuvent les proposer qu'aux personnes qui ont été vaccinées afin de se faire connaître et de protéger leurs employés", a déclaré Volker Lipp "

 

J'ai écrit à ce sujet il y a deux semaines : La vaccination obligatoire par la porte dérobée est de facto une affaire conclue. L'État se retire de l'affaire et dit qu'il n'y a pas de vaccination obligatoire, mais les prestataires privés sont maintenant presque agressivement appelés à former la société à deux classes. Le Conseil d'éthique permet ouvertement aux entreprises privées d'exclure ceux qui n'ont pas été vaccinés des événements, de ne plus leur permettre d'aller au restaurant, au cinéma, en avion, en concert, etc.

 

Et Merkel l'a également dit ouvertement il y a quelques jours, comme vous pouvez également le lire dans le Spiegel:

 

"En ce qui concerne les personnes qui ne veulent pas être vaccinées plus tard s'il y a une offre de vaccination suffisante, Merkel a ajouté:" Alors vous devrez peut-être faire de telles différences et dire: d'accord, si vous ne voulez pas cela, vous ne pouvez pas être capable de faire certaines choses. ""

 

Et comme vous venez de le lire, l'économie est dans son désespoir disposée à promouvoir cette société à deux classes, car elle n'a que le choix entre le verrouillage et la faillite ou bien accepter une société à deux classes et au moins faire un peu plus de chiffre d'affaires. Der Spiegel a rapporté hier :

 

"Le vendeur de billets bien connu CTS Eventim s'est engagé à faire en sorte que les organisateurs d'événements puissent faire en sorte que la participation aux concerts dépende d'une vaccination corona à l'avenir. Les systèmes devraient également pouvoir lire les cartes de vaccination."

 

Des cartes de vaccination? Apparemment, une base de données électronique pour les vaccinations est prévue et ces cartes de vaccination électroniques sont censées être le laissez-passer si vous voulez aller à un concert. Je me souviens des rapports d'Espagne. Le pays a déjà annoncé qu'il enregistrerait les vaccinateurs dans une base de données et transmettrait ces données aux pays de l'UE.

 

Dans mon article à ce sujet , j'ai demandé:

 

"La question se pose immédiatement de savoir pourquoi l'Espagne veut transmettre les données sur les refus de vaccination à l'UE. On soupçonne qu'un tel registre pourrait déjà être prévu dans les coulisses pour l'ensemble de l'UE. Sinon, pourquoi l'Espagne annonce-t-elle qu'elle transmettra les données aux États de l'UE si personne ne les a encore demandées?"

 

Comme nous pouvons voyager librement dans l'UE, des personnes non vaccinées pourraient avoir l'idée d'aller à un concert en France auquel elles ne sont pas autorisées à assister en Allemagne en raison de l'absence de certificat de vaccination. Ou l'inverse. Pour éviter cela, une base de données à l'échelle de l'UE et des cartes de vaccination sont inévitablement nécessaires. Je n'ai toujours rien entendu dans la presse sur la planification de quelque chose comme cela par l'UE.

 

Mais quand je regarde tous les rapports des différents États, toutes leurs populations s'accordant plus ou moins ouvertement à la société à deux classes à venir, alors je serais très surpris si les préparatifs n'étaient pas déjà faits à Bruxelles. Les gens ne sont pas encore prêts à accepter une société à deux classes, mais s'ils sont maintenus en résidence surveillée pendant quelques mois de plus et que les conseils d'éthique de ce monde recommandent des droits spéciaux pour les personnes non vaccinées à un moment donné, les gens accepteront probablement que s'ils ne les récupèrent finalement qu'en retour, ils s'envolent en vacances, sortent pour manger ou vont à des concerts.

 

Et puis - quelle coïncidence - l'UE annoncera qu'elle peut rapidement fournir une telle base de données à l'échelle de l'UE. Voulons-nous parier que cela arrivera de cette façon?

 

Addendum: Quiconque se satisfait que le Conseil de l'Europe se soit prononcé contre les droits spéciaux des personnes vaccinées, je dois les décevoir: le Conseil de l'Europe n'est pas l'UE et ses recommandations ne sont pas contraignantes.

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 21:28

Source: Dc Dirty laundry

 

( Natural News ) Les dernières données gouvernementales montrent qu'au moins 271 personnes sont décédées des vaccins contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19), tandis que 9 845 autres ont subi des événements indésirables graves.

 

Le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) montre actuellement que 94 personnes sont décédées après avoir reçu le vaccin contre le virus chinois de Moderna, tandis que 179 sont décédées après avoir reçu le vaccin contre le virus chinois Pfizer et BioNTech. Une autre personne est décédée des suites d'un vaccin contre le virus chinois d'un "fabricant inconnu".

 

Étant donné que le système VAERS ne capte qu'environ un pour cent du total des blessures causées par les vaccins, les vrais chiffres sont probablement beaucoup plus élevés. Même ceux-ci sont inquiétants, en particulier pour un virus avec un taux de survie de plus de 99,9%.

 

Le système VAERS est mis à jour chaque vendredi avec de nouvelles données sur les blessures et les décès dus au vaccin. Cependant, le système MedAlerts des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis est en panne.

 

Sur la base des informations contenues dans VAERS, nous savons que la plupart des décès causés par les vaccins à virus chinois sont survenus dans les 48 heures suivant l'injection. La plupart des décès restants surviennent 3 à 7 jours après l'injection et, dans certains cas, jusqu'à deux semaines plus tard. Cela n'inclut bien sûr pas les cas où la maladie se développe, entraînant la mort plus tard.

 

Au moment d'écrire ces lignes, quelque 25 millions d'Américains ont reçu des doses du vaccin Pfizer-BioNTech ou Moderna. Le président Donald Trump a supervisé leur approbation d'urgence au cours du dernier mois de son premier mandat.

 

Les jabs sont toujours considérés comme expérimentaux et il n'a jamais été démontré qu'ils faisaient autre chose que faire en sorte que certaines personnes se sentent "protégées" et "en sécurité". Au-delà de cela, les vaccins contre le coronavirus de Wuhan ne sont que des placebos toxiques.

 

Le CDC insiste toujours sur le fait que les vaccins contre les coronavirus sont sûrs et efficaces

Malgré le fait que les vaccins contre les coronavirus sont au moins 50 fois plus meurtriers que les vaccins contre la grippe, le CDC ne voit absolument rien de mal à leur utilisation continue. En fait, l'agence a publié une déclaration affirmant qu'il n'y avait "aucune preuve suggérant un problème de sécurité avec ces vaccins".

 

"Le CDC est au courant des rapports de décès survenus après l'administration de vaccins COVID-19", a ajouté l'agence dans un communiqué. "Ces décès font l'objet d'une enquête."

 

"D'après les données, il semble que bon nombre de ces décès surviennent parmi les résidents des maisons de soins infirmiers qui avaient des conditions sous-jacentes graves et la mort n'a pas été précipitée par la vaccination.

 

Il en va de même pour les "cas positifs" du coronavirus de Wuhan, la grande majorité de ceux qui produisent des symptômes survenant chez des personnes très âgées avec des problèmes de santé préexistants. Cependant, le gouvernement ignore complètement ce fait.

 

Pendant ce temps, une grande partie du pays reste sous des confinements permanents et des politiques de masque obligatoires, alors même que le reste du monde rouvre pour les affaires.

 

Dans une présentation du 27 janvier, le responsable du CDC, Tom Shimabukuro, qui siège au comité consultatif de l'agence sur les pratiques d'immunisation, a déclaré que tout événement indésirable ou décès survenant après la vaccination contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19) était purement fortuit.

 

La position officielle du CDC est qu'il n'y a aucun risque associé aux vaccins contre le virus chinois. Bien que le taux de mortalité soit "élevé et substantiel", Shimabukuro affirme que toutes les blessures et tous les décès causés par les coups sont des "événements coïncidents associés dans le temps".

 

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis est bien sûr partie à l'arnaque, ayant indiqué qu'il n'était pas prévu de créer une base de données pour suivre les décès post-vaccination causés par les injections de virus chinois.

 

"Il est important de se rappeler que de nombreux événements indésirables, y compris le décès, consécutifs à la vaccination sont souvent fortuits - cela signifie que si un événement indésirable peut survenir après la vaccination, le vaccin n'en est pas toujours la cause", insiste un porte-parole de l'agence.

 

"Lorsqu'ils sont combinés à d'autres mesures de protection, les vaccins sont l'un des meilleurs outils dont nous disposons pour lutter contre la pandémie."

 

Les sources de cet article incluent:

 

LifeSiteNews.com

 

NaturalNews.com

 

TheEpochTimes.com

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 21:15

 

Source: Dc Dirty Laundry

 

Dans le "monde post-COVID-19", Gates insiste sur le fait que nous devons être contrôlés par des "brigades de pompiers pandémiques" au cas où il y aurait une autre escroquerie.

 

Une autre question à laquelle il faut répondre est pourquoi diable se préparent-ils pour le monde post-COVID-19? Sont-ils prêts à libérer COVID-21?

Gates et son épouse, Melinda, ont détaillé leur nouvelle idée plandémique dans leur lettre annuelle, qui a été publiée mercredi dernier. Mais la vidéo Twitter en a peut-être fait ressortir les implications pour les observateurs d'une manière plus puissante. Elle montre Gates se déplaçant autour de petites figurines comme des pièces d'échecs sur une carte du monde.

 

Gates s'est mis à parler au grand public comme si nous étions des enfants imbéciles incapables de comprendre. Les chiffres représentent des humains de différentes races, et Gates les positionne "pour repérer les épidémies de maladies, dès qu'elles surviennent, partout dans le monde". Si le soi-disant "système d'alerte mondial" identifie un nouvel agent pathogène infectieux, des équipes de premiers intervenants, comme des "pompiers pandémiques", se précipiteront sur les lieux pour contenir l'épidémie, a déclaré Gates, en utilisant des avions jouets, des hélicoptères et des figurines de protection, en costumes jaunes pour illustrer son propos.

 

"Arrêter la prochaine pandémie nécessitera un gros investissement, mais je pense que c'est la meilleure police d'assurance que le monde puisse acheter", a déclaré Gates. Et pourtant, personne n'a aimé ce qu'il avait à dire, selon un rapport de RT. Il semble bien que le grand public en ait assez d'être des esclaves obéissants.

 

Gates a également suggéré que les plateformes des médias sociaux doivent aider à censurer toute attaque contre ses ridicules idées. Les gens ne sont pas autorisés à exprimer ouvertement leur désir de liberté. Gates veut que l'esclavage soit la seule option.

 

Gracieuseté de SHTFplan

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 20:12
L’Église catholique et la loi de 1905 : les contresens de Jean-Luc Mélenchon

Source: Aleteia

 

En voulant critiquer le projet de loi "Séparatisme", le président de La France insoumise défend la loi de 1905 en prétendant que l’Église adore aujourd’hui ce qu’elle a brûlé hier. Un contresens historique, décrypté par l’historien Martin Dumont.

 

Pour Jean-Luc Mélenchon, le fait qu’Éric de Moulins-Beaufort écrive que « la loi de 1905 est une loi de liberté » est d’autant plus important que « l’encyclique de 1906, Vehementer Nos, affirmait qu’il fallait désobéir (sic) à la loi de 1905 parce qu’elle retirait les crucifix des tribunaux, n’exemptait pas les prêtres du service militaire, etc. »

 

[...] Sur l’épiscopat français qui n’aurait pas considéré, en 1905, que la loi de Séparation était « une loi de liberté » (selon la formule d’Aristide Briand), notons [...] le fait que l’épiscopat n’était pas seul dans l’affaire, et que des laïcs catholiques, à la Chambre et ailleurs, ne la percevaient alors nullement comme telle, mais bien plutôt comme une violence contre l’Église.

 

Le joug de l’État

[C]ontrairement à ce que laisse penser Jean-Luc Mélenchon, qui s’est arrêté à la lecture de l’introduction de l’encyclique — l’exposé des faits, en quelque sorte, qui ont mené à la Séparation — Pie X condamne la Séparation parce qu’elle est une violation du droit international, rompant unilatéralement un traité (le Concordat de 1801) unissant le Saint-Siège et la France, et que le culte va être organisé sans négociations préalables avec Rome. Le Pape interdit donc d’accepter non la Séparation — qu’il déplore et condamne, mais contre laquelle il ne peut rien — mais les associations cultuelles, en cours d’élaboration, condamnation qu’il renouvellera par l’encyclique Gravissimo officii (août 1906) puis Une fois encore (janvier 1907).

 

[P]aradoxalement, si la Séparation est durement condamnée, la fin du Concordat est perçue aussi comme libératrice pour l’Église de France. Elle avait d’ailleurs été réclamée par les catholiques libéraux (mais pas seulement), considérant qu’elle libérerait l’Église du joug de l’État, toujours plus pesant.

 

[…] Considérer qu’en 2021 le président de la Conférence des évêques de France approuve la loi de 1905, telle qu’elle a été votée à l’époque, n’a aucun sens. Outre que le contexte actuel est radicalement différent de celui de 1905, Mgr Éric de Moulins-Beaufort ne fait qu’établir une observation : à ses yeux, aujourd’hui, telle qu’elle existe et est appliquée, « [p]our le dire synthétiquement, la loi de 1905 est une loi de liberté », et les changements projetés dans le cadre de la lutte contre le « séparatisme » risquent de la transformer en une « loi de contrôle, de police et de répression ». Il ne s’agit en rien de l’approbation de ce qui a eu lieu à l’époque, et cette réflexion n’est pas nouvelle, les évêques de France évoquant dès les années 1980 le « paradoxe de la Séparation » et se faisant, depuis les années 2000, les défenseurs de la loi de 1905, lors de différents projets de révision, préférant un cadre auquel ils se sont progressivement accommodés plutôt que l’inconnue.

 

Alors que la loi [de 1905] n’utilise pas le mot “laïcité”, on en est venu à la considérer comme l’expression d’un équilibre satisfaisant des relations entre l’État et les organisations religieuses ; elle a acquis par là une valeur symbolique certaine.

 

C’est ainsi qu’en 2005, l’assemblée plénière des évêques de France a publié une déclaration, en réponse à la lettre que le pape Jean Paul II avait envoyée au cardinal Ricard, pour le centenaire de la loi de 1905 : « [N]ous ne pensons pas qu’il faille changer la loi de 1905. Certes, il n’est pas dans notre intention de l’idéaliser. Mais, alors que la loi n’utilise pas le mot “laïcité”, on en est venu à la considérer comme l’expression d’un équilibre satisfaisant des relations entre l’État et les organisations religieuses ; elle a acquis par là une valeur symbolique certaine. » Cette position pouvait surprendre, mais les évêques apportaient dans le même temps cet éclairage : « Comment expliquer alors que l’Église catholique en France se satisfasse aujourd’hui d’une situation initiée par cette loi de 1905 ? Tout simplement parce que le siècle écoulé depuis la promulgation de la loi a vu se produire d’importants changements », à savoir la reprise des relations diplomatiques, un nouveau dialogue avec l’État, et une nouvelle compréhension des relations entre l’Église et l’État à la suite du concile Vatican II (constitution Gaudium et Spes et déclaration sur la liberté religieuse Dignitatis Humanae).

 

Un progressif esprit d’apaisement

De fait, ce qu’il faut bien percevoir, c’est que depuis l’après-guerre 1914-1918, il a fallu un long travail, des deux côtés, pour arriver à un « vivre ensemble » qui tienne réellement. Le Conseil d’État a aussi joué un rôle dans cet assouplissement de la loi, en rendant le plus généralement des décisions dans un sens libéral. Ainsi, « ce qui aurait pu être une loi de combat a cédé devant un esprit d’apaisement » (déclaration de l’Assemblée plénière des évêques de France, 2005).

 

De plus, la participation des catholiques aux combats durant la guerre et la jurisprudence libérale du Conseil d’État permettent un rapprochement entre l’Église et l’État, rendu manifeste par la reprise des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège en 1921. L’accord sur les « associations diocésaines », en 1923-1924, règlent par ailleurs la situation des « cultuelles » en suspens depuis 1906. À cette occasion, Pie XI ne revient nullement sur la condamnation des lois dites de laïcité, mais il laisse entrevoir la possibilité d’une interprétation ouverte de la laïcité, qui devait désormais prévaloir : « [C]e que Pie X a condamné, Nous le condamnons de même ; et toutes les fois que par “laïcité” on entend un sentiment ou une intention contraires ou étrangers à Dieu et à la religion, Nous réprouvons entièrement cette “laïcité” et Nous déclarons ouvertement qu’elle doit être réprouvée » (encyclique Maximam gravissimamque, 1924).

 

La condamnation de l’acte de la Séparation demeurait donc lors de ces accords, tout en permettant le réchauffement des relations entre l’Église et l’État. La lettre du pape Jean Paul II au cardinal Ricard en 2005 le soulignera, mais citons de nouveau la lettre de Mgr de Moulins-Beaufort à François de Rugy : « L’Église catholique et l’État républicain ont appris à vivre dans la situation nouvelle ainsi créée d’une manière qui permet aux catholiques de vivre leur foi pleinement et d’apporter sans réserve leur contribution au bien commun national et à la République d’affirmer et d’exercer sa neutralité laïque tout en bénéficiant pleinement de cet apport. »

 

Des principes toujours discutés

Ainsi, sans que le mot soit prononcé, la loi de 1905 peut devenir progressivement « loi de liberté », même si des évolutions continueront à se faire (statut des congrégations, question de l’enseignement…) au long du XXe siècle, et qu’un changement de ton sur la laïcité s’opère après la déclaration des évêques de France de novembre 1945. Il est cependant important de souligner, notamment avec Philippe Portier, que si le cadre (le régime de laïcité) est progressivement accepté, le contenu (principes philosophiques) est toujours discuté. La déclaration de l’assemblée plénière des évêques de France de 2005 le met nettement en évidence.

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 15:24

 La doyenne de la Saône et Loire âgée de 110 ans a été vaccinée le mercredi 27 janvier 2021 et était décrite comme étant "en bonne santé" par le Journal de Saône et Loire.

Quelques jours plus tard, dans la nuit du 1er au 2 février, elle décédait. Comme ça tte seule!

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 10:56
Mesures Covid: le taux de suicide chez les adolescents monte en flèche

Les jeunes peuvent être les moins touchés par le COVID, mais les effets des verrouillages et des fermetures d'écoles ont entraîné une augmentation alarmante des suicides chez les enfants et les adolescents.

 

Sourcechildrenshealthdefense.org / UncutNews 

 

By Megan Redshaw, J.D.  Beth Giuffre

 

Près d'un an après le déclenchement de la pandémie COVID-19, l'une des pires conséquences n'est peut-être pas directement causée par le virus, mais plutôt par les fermetures d'écoles, l'isolement et les verrouillages qui ont fait grimper les taux de suicide des enfants aux États-Unis et dans d'autres pays.

 

Depuis que la pandémie a commencé en mars 2020 et que les écoles ont fermé leurs portes, les rapports faisant état de pensées suicidaires, de tentatives et d'appels au secours chez les enfants ont considérablement augmenté à travers le pays, comme le montrent de nombreuses études et reportages dans les médias.

 

Le New York Times a rapporté plus tôt ce mois-ci qu'entre le 16 mars et le 31 décembre 2020, le comté de Clark, dans le Nevada, avait signalé 18 suicides - plus du double de ce que le district avait connu l'année précédente. Le district scolaire du comté de Clark a également reçu plus de 3 100 alertes via un système d'alerte précoce que le district a mis en place en juillet pour surveiller les maladies mentales des élèves.

 

"Lorsque nous avons commencé à voir l'augmentation du nombre d'enfants suicidaires, nous savions que ce n'était plus seulement les chiffres COVID que nous devions examiner", a déclaré le surintendant du comté de Clark, Jesus Jara, au Times.

 

Dans la région métropolitaine du Texas, les chercheurs ont analysé les résultats de 12 827 adolescents qui ont terminé le dépistage du risque de suicide et ont constaté que 3,5% des personnes interrogées ont signalé des pensées ou des comportements suicidaires.

 

Une enquête nationale auprès de 1000 lycéens et étudiants actuellement inscrits, menée conjointement par deux organisations - Chegg.org, un groupe national de défense des droits, de collecte de fonds et de recherche étudiante, et la Born This Way Foundation, qui se tournent vers le soutien de la santé émotionnelle et mentale de Adolescents - a constaté que 5% des élèves ont déclaré avoir tenté de se suicider pendant la pandémie.

 

Un article récent du Washington Post a souligné l'impact de la pandémie sur la tendance déjà alarmante du suicide chez les adolescents et les jeunes adultes, qui a augmenté de 56% entre 2007 et 2018.

 

Selon une enquête d'août 2020 des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) sur les effets de la pandémie sur la santé mentale et émotionnelle, les répondants les plus récents ont déclaré avoir les taux les plus élevés d'anxiété, de dépression et d'autres problèmes de santé mentale. Trois répondants sur quatre ont déclaré avoir au moins un problème de santé mentale, selon le CDC.

 

Cela coïncide avec un rapport du CDC de novembre qui analysait les visites aux urgences pour les enfants de moins de 18 ans pendant la pandémie. Les résultats ont montré que même si le nombre de visites aux urgences a globalement diminué en 2020, le nombre de visites liées à la santé mentale a augmenté. Les données analysées par le programme national de surveillance syndromique du CDC du 1er janvier au 17 octobre 2020, et comparées à la même période en 2019, ont montré une augmentation de 31% des problèmes de santé mentale chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans.

 

Un article de NPR met en lumière les conclusions du CDC. Non seulement les médecins voient plus de visites aux urgences pour des problèmes de santé mentale, mais de plus en plus d'enfants attendent dans les salles d'urgence pour un traitement hospitalier. Cela est dû au manque de services ambulatoires pendant la pandémie, au manque de psychiatres et de thérapeutes formés pour travailler avec les enfants et à la fermeture d'écoles. Même si un enfant peut être pris en charge, il se peut qu'il ne puisse pas bénéficier de soins de suivi près de chez lui, a déclaré le Dr. CJ Glawe, qui dirige le service de crise psychiatrique du Nationwide Children's Hospital de Columbus, dans l'Ohio, a déclaré à NPR.

 

Les auteurs d'une lettre à l'Elsevier Public Health Emergency Coalition résumant certaines des dernières recherches sur les effets de la pandémie sur la santé mentale suggèrent que la pandémie éloigne les élèves de la salle de classe et se trouve avec leurs amis à l'extérieur dans l'isolement et a fait l'isolement en leurs maisons. Les enfants suivent désormais des cours en ligne et passent le reste de leur temps devant la télévision ou sur Internet. Beaucoup ont dû annuler le sport, le bal de fin d'année et l'obtention du diplôme, ont perdu des êtres chers à cause de la maladie et sont confrontés à un stress excessif et à l'incertitude quant à leur avenir.

 

L'effet cumulatif de toutes ces pertes peut entraîner des problèmes psychosociaux tels que la dépendance à Internet, une baisse de l'estime de soi et un faible intérêt pour l'activité physique », affirment les auteurs, ajoutant que la cyberintimidation et l'anxiété lors de l'utilisation des plateformes de réseautage social font également des ravages. exigeait la santé mentale ».

 

Les médias en prennent note. Le New York Times a rapporté qu'un garçon de 14 ans du Maryland s'était suicidé après avoir «abandonné» lorsque son district scolaire n'a pas ouvert ses portes à l'automne. Un garçon de 11 ans s'est abattu pendant un cours de Zoom et un adolescent du Maine a succombé à l'isolement pandémique. Anthony Orr, 18 ans, a garé sa voiture dans un parking et a mis fin à ses jours en août après avoir vécu une année senior difficile.

 

Jara a déclaré au Times que la plus jeune victime du comté de Clark, qui n'avait que 9 ans, avait laissé une note disant qu'il n'avait plus rien à attendre.

 

Lorsque les écoles n'ont pas ouvert à l'automne, les parents ont commencé à s'exprimer. Brad Hunstable a déclaré au Washington Post qu'il pensait que COVID avait tué son fils en le conduisant au point où il avait commis un "acte impulsif qu'il ne pouvait pas reprendre". Son école était fermée, il ne pouvait pas faire de sport et son seul lien avec ses amis était à travers un jeu appelé Fortnite. Hunstable a exhorté les autres parents à parler ouvertement de la santé mentale avec leurs enfants et a créé une organisation à but non lucratif qui encourage les écoles à faire de même.

 

Selon le WashingtonPost, certains parents et experts sont préoccupés par le fait que les districts scolaires ne font pas assez pour atteindre les élèves, que trop peu de fonds sont investis dans la santé mentale et que le gouvernement ne prend pas cet «effet secondaire» de la pandémie au sérieux.

 

Bien que les statistiques pour 2020 ne soient pas encore disponibles, les experts soupçonnent que la hausse du taux de suicide chez les enfants est due à leur incapacité à accéder aux services de santé mentale dans les écoles, les écoles étant fermées, le désespoir, la peur et le stress augmentent et que les élèves se sentent déconnectés de leur camarades de classe.

 

D'autres pays où les fermetures d'écoles sont strictes ont connu des augmentations similaires des suicides. LaCorte News a rapporté que Ian Hickie, ancien responsable de la santé en Australie et chef du Brain and Mind Center, avait prédit que le nombre de décès par suicide par année en Australie passera de 3000 à 4500, les jeunes représentant près de la moitié de ce nombre.

 

Au Royaume-Uni, le suicide prépandémique et les blessures indéterminées ou l'empoisonnement étaient les principaux meurtriers des hommes et des femmes âgés de 20 à 34 ans, selon un rapport de l'Office for National Statistics pour 2001 à 2018.

 

«Le suicide est déjà le principal meurtrier de jeunes en Angleterre», a déclaré Ellen Townsend, professeur de psychologie à l'Université de Nottingham, à l'Express, «et nous devons maintenant donner la priorité pour éviter de nouvelles tragédies. Les décideurs doivent faire ce qui est juste pour les enfants et les ramener à la normale le plus rapidement possible ... »

 

Townsend a ajouté que la solitude causée par les verrouillages anglais est tout aussi nocive pour la santé que le tabagisme et l'obésité et est directement liée aux pensées suicidaires.

 

Elle a déclaré que Generation Lockdown souffrirait inutilement pendant les années à venir. "Il est indéniable que les jeunes subissent des dommages considérables à leur santé mentale dans cette crise."

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 08:15
Les médecins mettent maintenant en garde contre des dommages permanents et des événements cardiovasculaires après la vaccination COVID-19

De plus en plus de médecins commentent les dommages causés par les nouveaux vaccins COVID-19. Chirurgien cardiothoracique, Dr. Hooman Noorchashm, MD, Ph.D. est l'un d'eux. Dr. Noorchashm dit que les vaccins Covid-19 provoqueront presque certainement une réponse immunitaire spécifique de l'antigène; cependant, si des antigènes viraux sont présents dans les tissus du receveur au moment de la vaccination, la réponse immunitaire renforcée du vaccin retournera le système immunitaire contre ce tissu et provoquera une inflammation, qui peut conduire à des caillots sanguins. Cet effet auto-immun destructeur pourrait causer des dommages importants aux cellules endothéliales de patients âgés déjà atteints d'une maladie cardiovasculaire. Il existe déjà de nombreux rapports de décès cardiovasculaires inexpliqués après la vaccination contre le Covid-19 en Norvège, en Allemagne, en Grande-Bretagne, à Gibraltar et aux États-Unis.

 

Le vaccin provoque des lésions vasculaires auto-immunes chez les personnes récemment infectées

 

Les résultats du Dr. Noorchashm est d'accord avec les recherches effectuées par le Dr. J. Patrick Whelan, MD, Ph.D. qui partageait des préoccupations similaires avec la FDA au début de décembre 2020. Whelan a averti qu'un patient récemment infecté sous la vaccination Covid-19 est susceptible d'avoir des attaques auto-immunes le long des récepteurs ACE-2, qui sont présents dans le cœur et dans la microvascularisation du cerveau, du foie et des reins. Le risque est double car deux vaccinations sont nécessaires.

 

C'est un fait bien documentéque le SRAS-CoV-2, le coronavirus, pénètre facilement les humains via l'endothélium vasculaire. On sait que le virus pénètre dans les cellules endothéliales via le récepteur ACE-2 sur l'endothélium. En raison de ce gain unique de fonctionnalité, les patients atteints de Covid 19 peuvent, entre autres, développer des complications thromboemboliques (formation d'un caillot sanguin dans un vaisseau sanguin). Si des antigènes viraux sont présents dans la muqueuse endothéliale des vaisseaux sanguins, le vaccin provoque une réponse immunitaire spécifique de l'antigène qui attaque ce tissu précieux et provoque potentiellement des événements cardiovasculaires. La recherche prévient que le vaccin «endommage presque certainement l'endothélium vasculaire», en particulier chez les personnes âgées.

 

Dr. Noorchashm conclut: «Par conséquent, c'est ma demande respectueuse que la FDA, en collaboration avec Pfizer et Moderna, fasse des recommandations immédiates et au moins claires aux cliniciens pour qu'ils reportent la vaccination chez tous les patients récemment convalescents et chez tous les porteurs symptomatiques ou asymptomatiques connus - et Dépister activement autant de patients à haut risque cardiovasculaire que possible pour détecter la présence du SRAS-CoV-2 avant qu'ils ne soient vaccinés. "

 

La FDA et le CDC doivent agir maintenant pour prévenir les événements cardiaques causés par les vaccins Covid-19

 

En tant que défenseur de l'éthique, de la sécurité des patients et de la santé des femmes, le Dr. Noorchashm a fait part de ses préoccupations à la FDA et aux sociétés pharmaceutiques Pfizer et Moderna. Il appelle à un meilleur dépistage des personnes récemment infectées qui font la queue pour recevoir des vaccins afin de minimiser les dommages causés par les vaccins. Les personnes âgées ayant des antécédents de problèmes cardiovasculaires sont les plus exposées à cette violation potentiellement mortelle du vaccin. Le médecin demande des informations plus détaillées sur ce grave impact sanitaire. La Food and Drug Administration (FDA) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont la responsabilité éthique de convoquer des réunions d'urgence et d'établir de nouvelles directives pour l'administration des vaccins avant que d'autres personnes ne soient blessées.

 

Lyn Redwood, RN, MSN, directrice et présidente émérite de Children's Health Defence, a écrit: "Ignorer ces avertissements valides et scientifiquement fondés par des professionnels de la santé de premier plan peut entraîner des centaines de millions de personnes souffrant de blessures potentiellement mortelles ou de dommages permanents après la vaccination." Le public perd confiance en la vaccination parce que la FDA et les CDC continuent d'ignorer le rôle que jouent les vaccins dans la pathologie de plusieurs processus pathologiques.

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 08:10
Une autre maison de retraite espagnole perd 22 personnes après avoir vacciné ses résidents

Vingt-deux personnes âgées sont décédées dans une maison de soins infirmiers du sud de l'Espagne et jusqu'à présent, 79 résidents et 24 travailleurs ont été testés positifs au COVID. Les décès et les infections ont été notés quelques jours après que les résidents et le personnel ont reçu le vaccin COVID.

 

"Le centre Novo Sancti Petri avait jusqu'ici réussi à être épargné par Covid. Il a échappé aux deux premières vagues d'infection et a maintenant atteint la troisième avec la première dose de vaccin. Soudain, il est frappé par une épidémie qui a infecté 103 personnes au cours des deux dernières semaines. Parmi ceux-ci, 24 sont des travailleurs et 79 résidents et 22 décès, selon les données officielles de la délégation de la santé du gouvernement andalou", a rapporté El País.

 

La "flambée" de la résidence du sud de l'Espagne n'a pas été sans polémique après que le maire de la ville ait dénoncé que le gouvernement andalou ait "caché" les morts dans la résidence. "Nous le savions tous à Chiclana", dit-il.

 

La fille d'une des personnes âgées décédées admet avoir été surprise que l'évasion du domicile de son parent n'ait pas été signalée.

 

María Jesús Butrón ne cache pas qu'elle était "sous le choc" lorsque le centre l'a informée le 18 janvier de "l'épidémie" qui avait frappé sa mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer. "Nous ne pouvions pas y croire après tout ce temps où il n'y avait pratiquement pas d'incidents…".

 

Ce n'est que lundi que Diario de Cádiz a enregistré les 16 décès, un nombre qui est passé à 22 le lendemain.

 

Source

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 08:03
La gestion de la crise Covid est un échec. Persévérer est diabolique

Source : LaLibre.be

 

Publié le 02-02-21 à 12h56 - Mis à jour le 02-02-21 à 20h40

 

Nos politiques et leurs conseillers ont privilégié le principe de précaution ou technique dite du parapluie plutôt que des procédures basées sur le bénéfice-risque-coût et la proportionnalité des mesures. Vu son bilan (taux de mortalité des plus élevés et une situation dramatique sur les plans économique, social, éducationnel et psychologique) notre politique sanitaire anti-covid19 doit être modifiée au plus tôt.

 

Une opinion du docteur Olivier Lhoest, chef de service associé du service d'anesthésie-réanimation et membre du conseil médical du CHC Liège (Mont Légia- ND Hermalle – ND Waremme)

 

Dans mon article d’août, j’avais signalé la dangerosité des politiques visant le risque zéro. On pouvait déjà pressentir que le gouvernement s’engageait dans une voie qui allait nous mener vers une situation dont il serait difficile de s’extirper. Quand on commence à calquer son modèle de gestion d’une crise sur la Chine, une dictature qui ment perpétuellement sur ses chiffres, on est évidemment mal parti.

 

Les intensivistes, cliniciens et non bureaucrates, ayant une habitude de gestion de crise, ont complètement changé la prise en charge des patients Covid après le premier pic en les intubant le plus tard possible et en introduisant les corticoïdes (contre les recommandations de l’OMS) ce qui a permis de réduire la mortalité. Nos dirigeants, en revanche, ont décidé de ne rien apprendre du premier pic. En effet, en regardant les statistiques de Sciensano qui, à défaut de savoir les interpréter, réalise de très belles courbes, ils auraient déjà pu constater que la surmortalité ne concernait pas la population des moins de 64 ans. On connaissait également les facteurs de risque de présenter une forme grave de la maladie que sont le diabète, l’hypertension artérielle et l’obésité. Nous savions également que le virus n’était différent des virus respiratoires habituels ni par sa contagiosité, ni sa létalité, ni un problème d’immunisation mais uniquement par son évolution en 2 phases dans les formes graves. La seule raison de prendre des mesures exceptionnelles était donc la surcharge des hôpitaux.

 

Gouvernement, experts et médias

Pourtant la létalité, la contagiosité et l’impossibilité de s’immuniser sont des arguments, largement relayés par nos médias nationaux pour justifier la politique menée par notre gouvernement conseillé par leurs "experts". Ces mêmes "experts" nous ont annoncé un deuxième pic épidémique tous les jours depuis juin. Il est d’ailleurs piquant de constater que beaucoup de journalistes ont conclu depuis le deuxième pic d’octobre que les "experts" avaient raison. Pourtant, dirait-on d’un météorologue qui prédit de la pluie pour le lendemain pendant 4 mois en se trompant tous les jours qu’il a raison parce que finalement il pleut un jour ? Cette politique sanitaire non ciblée a évidemment volé en éclat dès que l’épidémie a retrouvé des conditions favorables en octobre. Pourtant malgré l’évidence de cet échec, nos politiques n’ont pas remis en question leurs mesures mais plutôt conclu que le plan était bon mais que la population l’avait mal appliqué.

 

On ne fait pas des colonoscopies à l’ensemble de la population

Non content de ne pas prendre des mesures pour les bonnes raisons, nos décideurs n’ont pas pris des mesures selon les bons principes. Baser une politique de soins commune à l’ensemble de la population n’a aucun sens en médecine qui s’est toujours évertuée à développer une politique de santé adaptée à chaque individu ou groupe d’individus. On ne fait pas des colonoscopies à l’ensemble de la population au nom d’une solidarité générationnelle mais aux personnes à partir de 50 ans et aux personnes ayant une prédisposition génétique (même si des diagnostics de cancer du côlon sont également faits sur des patients n’émergeant pas à cette population cible parce que statistiquement peu fréquents). La médecine pour mettre en place des procédures se base sur le bénéfice-risque-coût et sur la proportionnalité des mesures à prendre par rapport à la cause. Manifestement, ces notions sont totalement étrangères à nos politiques et leurs conseillers qui préfèrent le principe de précaution ou technique dite du parapluie.

 

Une stratégie imposée à tous, basée sur l’autoritarisme, la violence, la délation et la peur.

La population à risque est connue depuis juin, la prévention aurait dû se focaliser uniquement sur cette population en leur permettant d’avoir des masques de qualité professionnelle, ainsi qu’une information dédiée afin de leur expliquer comment éviter les situations dangereuses en attendant le vaccin qui ne concerne d'ailleurs que cette population à risque. Les autres auraient dû pouvoir vivre leur vie quasiment normalement. Une stratégie ciblée basée sur la bienveillance, l’empathie et la pédagogie a plus de chance de fonctionner qu’une stratégie imposée à tous, basée sur l’autoritarisme, la violence, la délation et la peur.

 

Primum non nocere (NdlR : D'abord ne pas nuire) est un principe de base de la médecine, manifestement pas de nos "experts" car si on regarde le bilan des mesures prises qui ne sont basées sur aucune évidence scientifique forte et qu’on effectue la balance bénéfice-risque, le bilan est malheureusement catastrophique : une des mortalités les plus importantes au monde et un effet sur le pic épidémique au mieux modéré versus un désastre économique, social, éducationnel et psychologique qui eux étaient bien certains. Les mesures utilisées n’ont pas empêché les plus âgés de mourir mais ils sont morts seuls et abandonnés. Ne parlons même pas de notre jeunesse accusée de tous les maux et sacrifiée sur l’autel de la "bien-pensance".

 

Notre gouvernement, à force de ne pas vouloir faire de discrimination, est tombé dans le simplisme

En conclusion, notre gouvernement a voulu des mesures simples mais est tombé dans le simplisme, il a voulu ne pas faire de discrimination, en oubliant que la définition de la discrimination en médecine n’est pas le fait de séparer un groupe humain des autres en le traitant plus mal mais l’action de discerner, de distinguer les choses les unes des autres avec précision. Utiliser la PCR seule comme moyen de discernement de l’évolution d’une épidémie est une grave erreur car cette technique ne fait pas la différence entre les personnes malades et saines, contaminantes ou non contaminantes. Cette affirmation est d’autant plus vraie quand une grande partie de la population a déjà été infectée par le virus. La seule variable incontestable à surveiller est le nombre d’hospitalisations car il faut le répéter, la seule raison pour le gouvernement d’appliquer des mesures restrictives à sa population est la surcharge des hôpitaux et non la suppression des maladies respiratoires infectieuses.

 

On peut comprendre les difficultés d’être gouvernant mais vu le bilan affiché, il serait temps de prendre un peu de recul, de constater son échec, de changer de conseillers et de modifier sa politique sanitaire afin de se rapprocher du monde réel : Errare humanum est, perseverare diabolicum (NdlR: L'erreur est humaine, persévérer [dans son erreur] est diabolique)

Partager cet article
Repost0
4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 07:55
Impacts traumatiques de la politique sanitaire actuelle sur les enfants : un constat clinique alarmant

Résumé

 

Des professionnels en psychologie, psychanalyse, pédiatrie et pédopsychiatrie dressent un constat alarmant au sujet des impacts traumatiques de la politique sanitaire actuelle sur les enfants. Décrivant leurs observations, ainsi que les symptômes relevés dans leurs consultations et analysant les témoignages de parents, enseignants et enfants, ils relèvent de graves perturbations dans le vivre-ensemble et la socialisation, la survenue de nouvelles maltraitances au sein des établissements, une condamnation de la tendresse, de l’empathie et un interdit implicite à l’altérité, une entrave au développement relationnel, psychomoteur ainsi que des régressions dans les apprentissages, une fragilisation majeure de l’autorité bienveillante/contenante et de la posture parentale, une perte de repères structurants et des discours paradoxaux. Le tableau clinique conclut à une souffrance psychique croissante chez les enfants, risquant d’entraîner une explosion de troubles psychiques graves et de passages à l’acte suicidaires.

 

Suite : FranceSoir

Partager cet article
Repost0
3 février 2021 3 03 /02 /février /2021 17:23

"Chez les moins de 65 ans, il y a eu moins de morts en 2020 qu'en 2019. Cela c'est la réalité, ce n'est pas de la fiction, ce n'est pas de l'excitation, cela n'est pas une fake news", a déclaré le Professeur Raoult. 

Partager cet article
Repost0
3 février 2021 3 03 /02 /février /2021 08:00
Covidisme : "On n’est plus dans un État démocratique" : Marc Menant dénonce le "règne de l'arbitraire"

"On n'est plus dans un État démocratique. On n'est plus dans une État de débat. Ce sont des mesures sanitaires, c'est donc une sorte de dictature. Il n'y a pas à discuter : on est sous le règne de l'arbitraire." (Marc Menant)

Partager cet article
Repost0
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 23:57

Secouer le joug d'un régime liberticide. Au texas aussi la lassitude de la population est grande. Nous avions vu en effet que le texas envisageait de faire sécession des Etats-Unis, l'information se confirme puisque le 26 janvier dernier, Kyle Biedermann a déposé le "Texas Independence Referendum Act (HB 1359)", un projet de loi visant à faire sécession des États-Unis, et permettant aux Texans de s'autodéterminer. 

Bien sûr, à ce jour, vous ne trouvez pas un mot de cette information importante datant de 8 jours... dans les médias francophones.

"TEXIT" commence! Le législateur de l'État dépose une législation pour permettre aux résidents de décider s'ils veulent quitter les États-Unis alors que les marxistes de Biden prennent le relais

 

Lorsque Donald Trump a été élu président en 2016, des militants démocrates dans des États bleus comme la Californie ont menacé de faire sécession mais n'ont jamais vraiment fait beaucoup plus que cela - proférer des menaces.

 

Mais maintenant que le régime le plus à gauche de l'histoire du pays s'est frayé un chemin vers le pouvoir, un législateur texan fait bien plus que de simples menaces inutiles.

 

Le représentant Kyle Biedermann (Républicain) fait le boulot.

 

Le représentant de l'État a déposé une législation offrant aux électeurs le choix de rester aux États-Unis ou de faire ce que la Grande-Bretagne a fait lorsque ses citoyens ont décidé la décennie dernière de quitter l'Union européenne.

 

Le projet de loi de Biedermann change le "Brexit" en "Texit".

 

"Aujourd'hui, j'ai déposé HB 1359, le Texas Independence Referendum Act. Pendant des décennies, les promesses de l'Amérique et nos libertés individuelles se sont érodées. Le moment est venu pour le peuple du Texas d'avoir le droit de décider de son propre avenir", a écrit le législateur républicain sur Twitter.

Si les électeurs disent oui, alors un comité serait formé pour étudier la question et faire des recommandations sur la meilleure façon de rompre avec le reste du pays, y compris des conseils sur la façon de modifier la Constitution de l'État pour tenir compte de la nation proposée et des recommandations sur les problèmes. cela devrait être négocié avec le gouvernement américain comme un accord de voyage commun.

 

"Cette loi permet simplement aux Texans de voter. Cette décision est trop importante pour être monopolisée uniquement par les courtiers en puissance de notre Capitole. Nous devons faire entendre la voix des Texans!" a déclaré Biedermann dans un communiqué.

 

"Les électeurs de toutes tendances politiques au Texas peuvent s'entendre sur une chose: Washington DC est et a été brisé. Notre gouvernement fédéral laisse continuellement tomber nos familles de travailleurs, nos aînés, nos contribuables, nos anciens combattants et nos propriétaires de petites entreprises. Pendant des décennies, les promesses de l'Amérique et nos libertés individuelles s'érodent. Il est maintenant temps que les habitants du Texas aient le droit de décider de leur propre avenir. Ce n'est pas une question politique de gauche ou de droite. Laissez les Texans voter!", a-t-il ajouté".

 

D'accord, mais cela pourrait-il fonctionner? La Cour suprême des États-Unis n'a-t-elle pas décidé en 1869 - une affaire d'après-guerre civile impliquant le Texas, ironiquement - que la Constitution ne prévoit pas que les États se séparent de l'union des États une fois qu'ils sont admis?

 

Oui, la Cour a rendu cette décision. Mais Biedermann dit que son projet de loi n'est pas une "sécession". Il établit un processus ordonné par lequel les Texans pourraient simplement se retirer et créer leur propre nation.

 

"Il ne s'agit pas de guerre, il ne s'agit pas de faire sécession des États-Unis", a-t-il déclaré à Newsmax TV au début du mois . "Il s'agit du début d'un processus, d'un acte, tout comme le Brexit."

 

"Le Brexit était un vote du peuple puis cinq ans d'un processus" pour se séparer progressivement, a-t-il ajouté. (En relation: L'avenir de la répression gouvernementale aux États-Unis - ce que tout Américain doit savoir.)

 

Sa législation "est le début du processus", a-t-il déclaré. "Voulons-nous avoir le droit d'être un État indépendant? Après avoir répondu "oui" à cette question, le processus commence."

 

D'autre part, le Texas était son propre pays avant de rejoindre les États-Unis, et la propre constitution de l'État donne le choix à ses citoyens.

 

"Tout pouvoir politique est inhérent au peuple, et tous les gouvernements libres sont fondés sur leur autorité et institués à leur profit. La foi du peuple du Texas est engagée à la préservation d'une forme républicaine de gouvernement, et, sous réserve de cette limitation uniquement, ils ont à tout moment le droit inaliénable de modifier, réformer ou abolir leur gouvernement de la manière qu'ils pensent opportune", dit l'article 1, section 2.

 

De plus, il est probable que le Texit fera appel à d'autres États, a déclaré Biedermann.

 

"Nous avons reçu tellement de réponses positives d'autres États, donc d'autres États voudront se joindre à ce que nous faisons", a-t-il déclaré à Newsmax TV. "La majorité des États ne sont pas satisfaits du gouvernement fédéral."

 

La semaine dernière, dans la mairie virtuelle du Mouvement nationaliste du Texas, le républicain Biedermann a déclaré : "La république telle que nous la connaissons est morte. Nous espérions tous que Trump sortirait un lapin de son chapeau. Nous savons que l'élection a été volée".

 

Source: DcDirtyLaundry / Austin American Statesman

Partager cet article
Repost0
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 08:00

Source : Fawkes News / Profession gendarme

31 janvier 2021 | Rubrique: Actualités, Tribune 1 850 vues

 

La base de données Eudravigilance permet de faire des recherches sur les effets secondaires suite aux vaccinations pour les deux vaccins actuellement autorisés en Europe. Celui de Pfizer depuis le 21 décembre 2020 et celui de Moderna depuis le 6 janvier 2021. Nous allons nous intéresser plus particulièrement au vaccin de Pfizer qui a déjà été largement utilisé sur le continent.

 

Avec un plus d’un mois de recul, on commence à avoir un aperçu des effets secondaires de ce vaccin. Au 23 janvier, 16 479 personnes ont déclaré des effets secondaires. Première chose, qui frappe lorsque l’on commence les recherches est que cela concerne principalement les 18-64 ans (+ de 80%). 1089 personnes entre 65-85 (6,6%) et 818 chez les plus de 85 ans (5%).

 

Cela concerne aussi très majoritairement les femmes (76,1%).

 

L’Italie rapporte 35% des cas, le Royaume-Uni 17% et l’Espagne 10% (la France, connue pour sa faible remontée des effets indésirables médicamenteux de façon générle ne représente que 3% des cas).

 

Les effets indésirables les plus souvent rapportés concernent des problèmes généraux (température, douleur, malaise, etc..), le système nerveux, musculo-squelettique et gastro-intestinal.

 

On trouve de nombreux effets indésirables considérés comme sérieux. Cela représente selon les cas 1/3 (système nerveux), parfois la moitié (maladies cardiaques) et jusqu’au 2/3 des réactions (système immunitaire et infections).

 

Le système cardiovasculaire semble bien mis à mal avec 911 rapports (concernant une fois encore plutôt les personnes jeunes) et ayant provoqué pas moins de 63 décès dont 22 arrêts cardiaques.

 

173 décès dus à « troubles généraux » (la liste est longue et inclue la mort subite dans 34 cas)

 

Le pire c’est que 42 personnes sont mortes des suites de maladies pulmonaires du type dyspnée, insuffisance respiratoire aiguë, œdème ou embolie pulmonaire.

 

14 Covidés et 7 pneumonie: 34 infections en tout.

 

Eudravigilance n’a pas rendu les choses simples pour connaitre le bilan des morts suite à la vaccination. J’ai du retranscrire les chiffres sur Excel un par un dans chaque catégorie pour pouvoir avoir un bilan: 438 décès en un mois.

 

6786 cas sont considérés comme non résolus et 959 comme ayant des séquelles.

 

Aux Etats-Unis, le situation ne semble guère mieux.

 

Ce témoignage d’un infirmier américain confirme que ce vaccin tue.

 

« James rapporte qu’en 2020, très peu de résidents de la maison de soins infirmiers où il travaille sont tombés malades du COVID, et aucun d’entre eux n’est décédé pendant toute l’année 2020.

 

Cependant, peu de temps après avoir administré les injections expérimentales d’ARNm de Pfizer, 14 sont décédés dans les deux semaines, et il rapporte que de nombreux autres sont sur le point de mourir.

 

Il précise très clairement qu’il s’agissait de patients qu’il connaissait et qu’il soignait (il est aussi un «pasteur laïc»), et qu’après avoir reçu une injection d’ARNm, les résidents qui avaient l’habitude de marcher seuls ne peuvent plus marcher. Les résidents qui avaient l’habitude d’avoir une conversation intelligente avec lui ne pouvaient plus parler.

 

Et maintenant, ils meurent. « Ils tombent comme des mouches ».

 

Le système VAERS du CDC qui permet d’accéder librement à la base de données des effets indésirables indique que 181 personnes sont décédées dans les jours qui suivent la vaccination dont 44 le jour même et 40 le jour suivant (29 supplémentaires au bout de 2 jours). Donc 113 personnes sont décédés dans les 48H suivant la vaccination. A noter que les décès ne concernent pas que des personnes âgées. Ce rapport rapporte le cas d’un bébé mort né. Deux jours après la vaccination, le bébé bougeait moins et au troisième jour, il était en arrêt cardiaque.

 

Contrairement au site européen, il est possible de faire des recherches précises avec des informations sur chaque décès. On constate par exemple que certaines personnes sont mortes moins de 2H après l’injection.

 

Ou que d’autres développent une détresse respiratoire (entraînant la mort) dans les 24H comme dans la base de données européenne.

 

Le vaccin n’a pas l’air de réussir aux patients testés positifs au COVID. Cette personne en a fait les frais.

 

De tels chiffres ne plaident clairement pas en faveur d’une généralisation de la vaccination contre le COVID, en particulier pour les moins de 65 ans qui semblent plus touchés par les effets secondaires.

 

Une généralisation de la complémentation en vitamine C et vitamine D en prévention et l’utilisation d’ivermectine et d’artemisia (en curatif) seraient des mesures bien plus cohérentes pour faire reculer l’épidémie et surtout celle-ci ne risquent pas de nuire aux personnes en bonne santé contrairement à ce vaccin expérimental.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 23:50

Une information du 17 janvier ... totalement passée sous silence dans les chaines d'info et grands médias : "l’Agence norvégienne des médicaments a établi un lien entre treize décès et la prise d’une dose de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19. Les effets secondaires du vaccin font des victimes". Dix jours plus tard, une résolution du Conseil européen publiée le 27 janvier 2021 demande de ne PAS rendre le vaccin obligatoire.

Un lien de causes à effet ?

 

 

https://www.20min.ch/fr/story/les-effets-secondaires-du-vaccin-font-des-victimes-919584195717

https://www.20min.ch/fr/story/les-effets-secondaires-du-vaccin-font-des-victimes-919584195717

L’Agence norvégienne des médicaments a établi un lien entre treize décès et la prise d’une dose de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19.

 

La Norvège a fait état de 29 personnes touchées par des effets secondaires du vaccin Pfizer-BioNTech, dont 13 ont perdu la vie. Tous les décès sont survenus parmi des patients placés dans des EMS et d’un âge supérieur à 80 ans, selon lemédia Norway News.

 

[...]

 

Les effets secondaires courants des vaccins à ARNm, tels que la fièvre et les nausées, ont pu entraîner la mort de certains patients fragiles.

 

(Fin de citation)

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 08:03
1500 tests PCR ont été séquencés et il a été constaté qu'il s'agissait en fait de la grippe A et B, et non du SRAS-Cov2

Source

 

Dans une interview avec le journaliste James Corbett, le Dr Dolores Cahill, professeur de biologie moléculaire et d'immunologie et présidente de la World Freedom Alliance, explique qu'elle a entrepris un projet pour vérifier empiriquement les irrégularités du test PCR qui a été utilisé comme base pour appliquer les politiques de confinement dans le monde entier, ce qui permettrait aux gens d'intenter des poursuites judiciaires contre les autorités médicales et gouvernementales.

 

Le médecin dit que 1500 tests PCR ont été effectués, enregistrés à l'origine sous le nom de Sars-Cov2, mais que lorsqu'ils ont été séquencés, ils se sont avérés être des grippes A et B, ce qui constitue une fraude et une prévarication possibles.

 

Pour que cette stratégie fonctionne à l'échelle mondiale, chaque pays doit commencer à séquencer les tests PCR, et les gens doivent être prêts à poursuivre les médecins et les autorités qui ont fait partie de cette situation.

Extrait de l'interview:

 

"Ces dernières semaines, j'ai lancé un projet de séquençage des tests PCR, car tout ce blocage est basé sur des tests PCR positifs, même si la réalité est qu'un diagnostic PCR ne devrait jamais être émis sur la base d'un résultat positif ou négatif, mais plutôt de ce que le test en fait les mesures doivent être séquencées.

 

Il y a eu 1500 tests PCR qui ont été séquencés en octobre 2020, et il s'est avéré que tous étaient de la grippe A et B. Et aucun n'était Sars-Cov2.

 

Cependant, la législation sur le confinement et la soi-disant pandémie et urgence de santé publique reposent sur l'hypothèse que "l'agent causal de Covidl19 est un coronavirus".

 

Donc, ce que je vais faire personnellement, c'est séquencer le PCR à partir du consentement éclairé des gens en Irlande et au Royaume-Uni.

 

Si ces séquences ne proviennent pas de Sars-Cov2 - ce qui serait une impossibilité biologique en janvier 2021 - alors nous les montrerons aux gouvernements. Et j'ai l'intention de prendre une injonction devant la Haute Cour d'Irlande, pour statuer que si les séquences s'avèrent être la grippe, le gouvernement ne peut pas signaler les cas comme 'Covid-19' ou 'coronavirus', mais doit les classer comme grippe.

 

De même, les médecins ne devraient pas être autorisés à mettre Covid-19 comme cause de décès, car ils sont obligés de traiter les personnes en fonction de l'agent causal, sinon ils peuvent être expulsés, et ils peuvent également être poursuivis pour négligence médicale par des personnes qui ont été enregistrés avec de faux diagnostics.

 

Je démarre également un projet pour les personnes en quarantaine. Par exemple, s'ils ne peuvent pas retourner au Canada ou s'ils sont au Canada et qu'ils utilisent ces tests et qu'ils obtiennent de faux résultats, alors les gens peuvent poursuivre les ministres et les premiers ministres, les sociétés de diagnostic et toute personne qui administre le test. Et la raison en est que les ministres et les premiers ministres dépensent l'argent des citoyens ou des citoyens en raison de l'embauche - et il existe des contrats commerciaux. Ils devraient donc s'assurer que ces tests détectent Sars-Cov2 ou autre chose, car ils dépensent de l'argent et les tests ne détectent pas l'agent causal Sars-Cov2, donc ils participent à la fraude, et c'est un mauvais comportement dans la fonction publique, qui est une infraction de 5 à 10 ans au Canada, ou en Irlande,

 

Le premier ministre peut être poursuivi personnellement, car c'est de la prévarication dans la fonction publique. Ainsi, toute compensation qu'ils auraient pu recevoir ne s'applique pas s'ils n'ont pas fait leur devoir de diligence pour vérifier que les tests étaient efficaces.

 

Donc, la façon de briser l'emprisonnement est de poursuivre individuellement et personnellement la personne qui vous oblige à passer le test, le créateur du test, l'hôpital et le médecin, les comités consultatifs, les ministres et les premiers ministres.

 

Alors allons-y… Hier, j'ai eu 3 vidéoconférences sur Zoom avec des gens d'environ 50 pays, et je leur ai dit que chaque pays devrait commencer à séquencer les tests PCR dans sa juridiction. Ce sera la pointe de la lance, et je vais évidemment en faire partie.

 

Cela arrêtera les confinements dans le monde, car toute la législation est basée sur le fait que le PCR détecte le soi-disant Sars-Cov2. Mais si ce n'est pas le produit de test, ou même si nous détectons Sars-Cov2 dans le tampon de test PCR - comme l'ont révélé les plaignants aux États-Unis - alors cela constituerait une fraude commerciale potentielle et une fraude de diagnostique. Mais les individus doivent poursuivre les médecins, et la façon de le faire est de les poursuivre individuellement ou contre leur assureur."

 

À propos du Dr Dolores Cahill

 

Le professeur Dolores Cahill a terminé ses études de premier cycle au Trinity College de Dublin et son doctorat à la Dublin City University. Elle est une experte de renommée mondiale dans le développement et l'automatisation de technologies protéomiques à haut débit, de pools de protéines à haute teneur et de leurs applications biomédicales, y compris la découverte de biomarqueurs.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2021 1 25 /01 /janvier /2021 08:17

Les Américains fuient les États de verrouillage en masse

uncut-news.ch

24 janvier 2021

Les données montrent que les Américains fuient en masse des États avec des restrictions d'entrée strictes comme la Californie et se déplacent vers des États plus ouverts comme l'Arizona.

 

Selon les chiffres publiés par North American Moving Services , les Américains déménagent plus qu'en 2019 malgré les restrictions de verrouillage, ce qui suggère que leur mobilité est probablement due à ces restrictions.

 

Comme le souligne Jeffrey A. Tucker, le schéma suggère clairement qu'il y a un exode de personnes des États libéraux qui continuent d'appliquer des mesures de verrouillage draconiennes, et qu'elles se déplacent toutes vers des zones où les autorités sont largement opposées à l'imposition de restrictions strictes.

 

"Regardez les 5 principales villes que les gens quittent: New York, New York; Anaheim, Californie; San Diego, Californie; Chicago, Illinois; et Riverside, Californie. Ces cinq villes ont des couvre-feux stricts à ce jour. Les repas à l'intérieur ne sont pas autorisés en Californie et ne seront autorisés à Chicago qu'à partir de la semaine prochaine. New York est toujours bouclée malgré l'appel d'Andrew Cuomo à la réouverture de la ville. "

 

"Et où vont les gens? Les 5 principales destinations sont: Phoenix, Arizona; Houston, Texas; Dallas, Texas; Atlanta, Géorgie; et Denver, Colorado. La Géorgie a été le premier État à rouvrir après les fermetures de panique en mars 2020. L'Arizona et le Texas ont ouvert en juillet."

 

L'Illinois, New York et le New Jersey sont les États qui perdent le plus rapidement, tandis que l'Idaho, l'Arizona, le Tennessee, la Caroline du Sud et la Caroline du Nord sont les leaders de l'immigration.

 

Un récent sondage Gallup a également révélé que près de la moitié des Américains avaient exprimé le désir de vivre dans une petite ville ou dans une zone rurale en 2020 - une augmentation de 9 points de pourcentage par rapport à 2018 lorsque la même question était posée.

 

Comme nous l'avons souligné plus tôt, la tendance générale des personnes fuyant les grandes villes a été aggravée par la réponse à la pandémie de coronavirus, mais elle est également liée aux préoccupations concernant la criminalité et les troubles sociaux.

 

Un sondage mené par le Manhattan Institute en septembre dernier a révélé que 22% des personnes interrogées considéraient l'économie anémique comme le plus gros problème affectant la ville de New York après le déclenchement de la pandémie COVID, tandis que 21% étaient préoccupés par la criminalité et la sécurité publique.

 

À la suite de l'éclosion de la pandémie de COVID-19, les entreprises de déménagement de la ville de New York ont ​​signalé que la demande avait explosé à mesure que les gens quittaient la ville pour des appartements plus grands dans des zones plus sûres.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 12:29

Les pays touchent de la Banque mondiale des centaines de millions d'€ en échange de confinements et de couvre-feu. C'est ce qu'a déclaré le président biélorusse en juillet 2020.

 

Le président de Biélorussie, Alexandre Loukachenko, dénonce l'"absurdité" des politiques occidentales visant à détruire leurs économies contre argent versé par la Banque mondiale.

"Que nous demande nos partenaires?", a demandé le président biélorusse. "La possibilité d'accorder à la Biélorussie, 940 millions de dollars - le soit-disant financement rapide -. Comment se problème est-il résolu ? - Je tiens à dire que nous ne danserons pour personne -. Il y a des exigences, vous disent-ils... Dans la lutte contre le coronavirus, agissez en Biélorussie comme en Italie ! Dieu m'en garde, je ne veux pas répéter en Biélorussie comme en Italie !

"La Banque mondiale est prête à nous financer dix fois plus que ce qu'ils ont offert, pour le fait que nous combattons 'efficacement' cette maladie. J'ai demandé l'expertise au ministère de la Santé. Et le F.M.I. exige toujours de nous, quarantaine, isolement, couvre-feu. Quelle absurdité !", s'indigne Alexandre Loukachenko.    

Source: https://www.lci.fr/international/non-la-banque-mondiale-ne-prete-pas-plus-aux-pays-qui-confinent-davantage-que-les-autres-2166437.html

Source: https://www.lci.fr/international/non-la-banque-mondiale-ne-prete-pas-plus-aux-pays-qui-confinent-davantage-que-les-autres-2166437.html

L'information a été ainsi commentée par LCI : 

 

"Loukachenko a en effet dénoncé le fait que le Fonds monétaire international aurait tenté de le forcer à décider un confinement, en échange de fonds."

 

Mais LCI indique dans le même article : 

 

"la Banque mondiale, dans un communiqué publié en mai dernier, annonçait apporter un soutien à 100 pays à travers le monde. Une série de prêts consentis dans le cadre de l'épidémie de Covid-19 et qui visent à accompagner les gouvernements dans leur lutte contre le virus. Les sommes avancées sont considérables : environ 160 milliards de dollars. (...) L'institution a-t-elle conditionné ces aides à l'application de mesures spécifiques ? En aucun cas. Sollicitée par LCI, la Banque mondiale explique que les accords de prêts sont publiés en toute transparence sur son site. (...) Il apparaît donc que la Banque mondiale a été incriminée à tort, sur la base d'affirmations tenues par le président biélorusse et contestées par le FMI. Si des prêts sont effectués à des dizaines d'Etats à travers le monde pour les aider à affronter l'épidémie de Covid-19, ces derniers ne sont pas conditionnés à l'application de mesures politiques précises. Il n'a ainsi jamais été question de réclamer de la Biélorussie qu'elle applique un confinement de sa population."

(Fin de citation).

 

Question : Pourquoi donc le président de Biélorussie mentirait-il ?

 

Préciser que consentir des prêts en échange de confinements et couvre-feu de la part d'institutions mondialistes, en vue ... d'un "Grand Reset" promu par toutes les élites mondialistes... donne subitement un éclairage immédiat.

Et toujours la vieille question : à qui profite le crime ?

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 15:58
Les vaccins ne créent pas d'immunité réelle selon l'ancienne employée de Merck, Brandy Vaughan, retrouvée "morte" le 10 Décembre

Brandy Vaughan a commence à travailler pour l'entreprise pharmaceutique Merck en 2000 en tant qu'avocate pour propulser la vente du Vioxx.

Dans une conférence (datée probablement de 2015 puisqu'elle évoque son fils alors âgée de 5 ans à ce moment-là), elle dénonce le médicament "Vioxx" produit par le laboratoire pharmaceutique Merck pour lequel elle dit avoir travaillé. "Multiplication des risques de crises cardiaques par quatre et des risques de décès alors que Merck le savait et arrêté une étude qui en parlait". Brandy Vaughan dit regretter d'avoir "vendu un médicament qui a tué des gens", et que cela la "hante". Elle a 47 ans et est en bonne santé lorsqu'elle est retrouvée "morte" chez elle en quelques heures, d'une "pathologie chronique", le 10 Décembre 2020.

Selon Wikipedia, "il a vite été avéré que le laboratoire Merck connaissait les effets secondaires potentiellement mortels avant même de lancer Vioxx en 1999, mais avait dissimulé les résultats inquiétants de ces études. (...) L’enquête fédérale aux États-Unis permet de démontrer rapidement que l'accroissement notable de la mortalité cardio-vasculaire sous Vioxx avait été repérée par les expérimenteurs de Merck dès les premières études épidémiologiques, mais que sur ordre ces résultats ont été manipulés afin de ne pas nuire à la carrière prometteuse du produit.

"(Plutôt que de divulguer ces résultats comme l'éthique médicale et la loi le demandaient, l'entreprise pharmaceutique Merck a engagé des auteurs fantômes qui ont écrit des articles trompeurs vantant l'innocuité et l'efficacité de Vioxx et qui ont ajouté leur nom comme coauteurs de l'article pour lui donner de la crédibilité dans le monde médical. (Comme aujourd'hui le Remdesivir, premier traitement anti-Covid autorisé dans l'Union européenne en juillet 2020, finalement déconseillé par l'OMS en novembre 2020 et pour lequel le professeur Didier Raoult a porté plainte pour mise en danger de la vie d'autrui pendant que le gouvernement interdisait l'hydroxychlorquine, vieil antipaludéen connu.)

"Traduit en justice, Merck plaide coupable afin d’écourter le scandale et doit verser cinq milliards de dollars en 2005-2006 pour indemniser les victimes, puis verser, en 2011, 950 millions à l'Etat américain, pour 'fausses déclarations sur la sécurité de son médicament aux fins d'augmenter ses ventes'. (...) En 2011 le groupe Merck Pharmaceuticals reconnait officiellement (selon un communiqué de presse du Département américain de la Justice) avoir eu connaissance de ces effets et avoir illégalement omis de préciser une partie des effets secondaires de l'anti-douleur. 

"Le directeur général de Merck (Raymond Gilmartin), responsable du dossier Vioxx, a néanmoins reçu un salaire de près de quarante millions de dollars lors de sa dernière année d’emploi dans le groupe.

"Le Vioxx "a été utilisé durant plusieurs années (cinq années) sans information des médecins et patients quant à ces effets...

"Merck a fait des milliards en vendant le médicament Vioxx, retiré du marché en 2004."

"Le profit avant les gens, c'est ce qui leur tient à coeur, nous ne pouvons pas compter sur ce système", dit cette video Brandy Vaughan.

"Les régulateurs américains ont estimé à au moins 60 000 personnes le nombre de morts dus à ce médicament..." (Matthew Herper, David Graham, dans "the Vioxx Verdict", dans FORBES, Aug. 19, 2005. / Wikipedia)

Et on devrait avoir confiance ?

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 09:43

"Vous reformater et robotiser nos enfants, et vous appelez cela 'l'éducation'. Vous faites des avortements à neuf mois de grossesse, et vous appelez cela la Santé ! Vous mentez et vous appelez cela la vérité. Vous dites que la cruauté, la méchanceté et la division c'est le courage, c'est l'amour. Vous fabriquez des virus, vous créez la maladie et vous manipulez le climat et vous dites que le peuple en est responsable ! Vous sponsorisez antifas, ceux qui cassent, brûlent, quand le peuple se lève pour dire NON juste pour affaiblir ceux qui ont le courage de se lever contre la dictature, afin que vos robots, vos machines, puissent les punir.

"On va jouer une petit jeu. Allez tous sur votre ordinateur, votre téléphone et tapez dans la barre d'adresse de recherche google 'antifa.com'... et vous arrivez... sur le site 'White House.gov'", le site du domaine de la Maison Blanche ! Ceci devrait interpeller plus d'un ! Ils devraient changez ceci rapidement car cela fait déjà un petit moment que cela se passe."

"Bienvenue dans le Grand éveil." (Mohammed Diallo Live

Biden et le "terrorisme intérieur" : Discours d'inauguration du 20 janvier 2021

Biden et le "terrorisme intérieur" : Discours d'inauguration du 20 janvier 2021

Les démocrates qualifient les électeurs de Trump de terroristes

 

Biden supprime un général de son poste contre le processus démocratique attendu. Un autre général compare les électeurs de Trump aux jeunes partis pour la Syrie pour se battre avec Isis, et un responsable du FBI fait de même. A quoi ça sert? Vous comprendrez cela quand les journaux parleront de rééduquer ceux qui ont voté pour le républicain et qu'Harvard envisagera de retirer les diplômes à ses partisans.

Les purges se poursuivent au-delà de la politique.

 

Source : La Nuova Bussola Quotidiana

 

Nous avons déjà évoqué les premiers mouvements du parti démocrate se frottant les mains alors que la police de Capitol Hill permettait à un groupe de manifestants d'entrer dans le bâtiment. Nous avons parlé de la façon dont les grandes entreprises, les médias, les banques, les fonds et les multinationales réduisent au silence, avec la nouvelle administration de Biden, toute divergence d'opinion. Mais maintenant que le récit de Trump sur le terrorisme intérieur a évolué grâce à l'allié médiatique, le langage de la gauche pousse au-delà des niveaux attendus.

 

Le général Stanley McChrystal, ironiquement défini par le journaliste Turker Carlson comme "le génie stratégique qui peut s'attribuer le mérite, si l'on peut appeler cela, d'avoir fait la plus longue guerre perdue de l'histoire américaine", a comparé les partisans de Trump aux terroristes irakiens. "J'ai vu - a dit le général - une dynamique similaire dans l'évolution d'Al-Qaïda en Irak, où toute une génération de jeunes arabes en colère avec des perspectives de grande pauvreté a suivi un puissant dirigeant qui leur a promis de les ramener dans le temps, en un meilleur endroit, les incitant à adopter une idéologie qui justifiait leur violence. Cela se produit maintenant en Amérique." En bref, ces pauvres conservateurs de la classe moyenne inférieure qui ont voté pour Trump auraient été trompés par le rêve anti-progression en devenant extrêmement dangereux.

 

Rappelons que le 6 janvier, des centaines de milliers de citoyens américains ont manifesté pacifiquement et légitimement pour le recomptage de chaque vote (suite aux vidéos et aux preuves de fraude électorale), tandis que certains Trumpiens tombaient dans le piège des infiltrés Antifa qui ont réussi à exciter la foule. Et rappelez-vous que pendant des mois, alors que les Black Lives Matter (Blm) ont mis le feu le pays, en détruisant des églises, des bâtiments publics, des tribunaux, des magasins, des statues de saints historiques, tirant contre le peuple tout en étant soutenus par la gauche qui les justifiaient, cinq personnes sont mortes pendant le soulèvement du Capitole, une à l’extérieur du Congrès aux mains d’un garde qui a tiré au hasard sur la foule , l’un de crise cardiaque, l’autre écrasé par la foule et deux dans les affrontements.

 

Et pourtant, McChrystal a eu le culot de garder le silence sur les BLM, tout en comparant des centaines de terroristes kamikazes et de violeurs qui ont détruit des villes entières et tué des centaines de chrétiens aux manifestants de Capitoll Hill. En effet, (en les comparant) même aux 74 millions d'électeurs (comptés) du président sortant. Andy McCabe, un ancien responsable du FBI, déjà accusé de corruption, a fait la même comparaison. Et donc même les journalistes sont allés aussi loin, comme Katie Couric qui a fait valoir que les électeurs de Trump sont si dangereux qu'ils nécessitent une reprogrammation du cerveau.

 

Mais quel est l'intérêt ? Il est clair que si ce genre de discours continue à se répéter, il sera très facile de commencer à émettre des hypothèses pour contrôler les lieux où se répand la "parole de Trumpian" et les programmes éducatifs de déradicalisation des conservateurs religieux. Un peu comme ce que nous faisons lorsque nous supposons contrôler les mosquées ou les prisons après chaque attaque islamiste en Occident, même si dans ce cas, où le terrorisme est réel, les mots ne sont jamais suivis d'actes.

 

L'hypothèse n'apparaît pas exagérée seulement si l'on regarde le point culturel que l'Amérique a atteint il y a longtemps. La nouvelle de la pétition des étudiants de Harvard demandant la révocation des diplômes obtenus par ceux qui se sont publiquement alignés pour Trump est venue ces jours-ci. Parmi eux Kayleigh McEnany, porte-parole de la Maison Blanche, et des politiciens républicains comme Ted Cruz. Alors que la semaine dernière, également à l'université, Elise Stefanik, membre du GOP, a été destituée du Comité consultatif principal de l'Institut de politique de Harvard pour avoir fait "des déclarations publiques sur la fraude électorale qui a eu lieu lors des élections présidentielles de novembre". Stefanik a voté démocratiquement avec 139 autres députés et 8 sénateurs républicains contre l'élection de Biden.

 

Jonathan Turley, intellectuel américain bien connu et professeur à l'université George Washington a expliqué que la révolte du 6 janvier était propice "à accélérer la répression de la liberté d'expression sur nos campus". Ce serait également très grave si Harvard acceptait les demandes de la pétition également parce que "cela enverrait le message que tout diplôme est soumis aux courants politiques changeants d'une université et que l'obtention d'un diplôme est simplement provisoire et sujette à révocation". Bref, la réalité n’aurait plus d’importance si l’opinion de ceux qui sont au pouvoir suffisait vraiment à éliminer un fait historique qui s’est maintenant produit.

 

Hier, la nouvelle est venue qu'après avoir parlé d'"unité" et de "guérison", Biden, contre le processus démocratique prévu par la National Security Agency (NSA), sur la base d'un article diffamatoire dans le Washington Post (plein de sources anonymes), a mis en congés administratif l'avocat général Michael J.Ellis, doté d'une vaste expérience en matière de sécurité : sous Trump, il a été conseiller juridique adjoint au Conseil national de sécurité, puis directeur principal des programmes de renseignement du Conseil national de sécurité.

 

Mais les purges commencent aussi dans le monde du sport et du divertissement: Curt Schilling, ancien champion de la Major League Baseball et star, a déclaré que la compagnie d'assurance AIG avait annulé la politique de santé de sa famille à cause de la photo qui apparaît sur son profil Twitter dans lequel il porte un maillot en faveur de Trump. Le chanteur Ariel Pink a été abandonné par la maison de disques Mexican Summer, qui a cité les "événements récents" de Capitol Hill pour justifier son choix. Pourtant, Pink n'a pas mis les pieds au Congrès, manifestant "pacifiquement" à l'extérieur, pour "montrer mon soutien au président. J'ai assisté à la manifestation sur la pelouse de la Maison Blanche, je suis rentré à l'hôtel et j'ai fait une sieste". Ce qui est désormais suffisant pour être associé au terrorisme.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 08:05

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement soutient sur C-News que la Suède revient sur sa stratégie.

Or, selon Pascal Praud (C-News) "la Presse française dit cela, mais il n'y a pas un truc qu'ils (les Suédois) ont changé : les masques ne sont pas obligatoires, les restaurants et les lieux de culture sont ouverts." Et la Suède a un tôt de mortalité moindre que le nôtre ! 

Partager cet article
Repost0