Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 12:29
Repost 0
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 11:32

Cortège traditionnel Jeanne d'Arc 2007
Mai 2008, Patriotes venez honorer la Sainte d'Orléans
Repost 0
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 13:31
Autour du thème de l'instrumentalistation de l'islam par certains groupes en Occident, Cristiano Magdi Allam, l'ex-musulman converti à Pâques par le pape, s'est ainsi exprimé :

"
C"Comme journaliste, Allam a marqué les esprits avec deux articles publiés en 2003. Dans le premier, il a repris le sermon prononcé le vendredi 6 juin de cette même année dans la Grande Mosquée de Rome par l’imam égyptien Abdel-Samie Mahmoud Ibrahim Moussa. Dans le second article, il a traduit de l’arabe les sermons des imams de six autres mosquées d’Italie. Presque tous exaltaient le terrorisme par le suicide et incitaient à la haine envers l’Occident et Israël. Suite au premier article, le gouvernement égyptien a rappelé l’imam qui avait prononcé le sermon. Allam s’est aussi distingué par ses commentaires sur le discours de Benoît XVI à Ratisbonne, qui étaient en total accord avec les thèses du pape. Ses critiques ne visent pas seulement l’islamisme. En diverses occasions [notamment en 2004, suite à l'assassinat de Théo Van Gogh, NDMJ], Allam a dénoncé “la reddition morale, l’obnubilation intellectuelle, la collusion idéologique et la collaboration dans les faits de l’Occident avec les extrémismes islamistes." (Cristiano Magdi Allam, cité in Sandro Magister, via Le Salon Beige)

"A cause de ces positions, Allam a fait l’objet d’attaques en règle de la part de musulmans mais aussi d’intellectuels italiens et européens"...
Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 13:56

Cet article inséré dans la rubrique "résistance, communauté de la pérennité française" est un article de réflexions qui ne prétend pas être exhaustif. Il est amené à recevoir des modifications et des améliorations au fur et à mesure de nos réflexions et des solutions à apporter à la disparition du peuple français et de la France. Toute contribution est la bienvenue.

 

Tout d'abord le constat.

La France du pays légal (à ne pas confondre avec le pays réel) est devenue le lieu d'essai à grande échelle de la belle "civilisation", des idéologies modernes du "contrat social", des "philosophies" cosmopolites-marchandes du XVIIIe s., des balivernes de la "citoyenneté", du "vivre ensemble" de nos actuels socio-libéraux, bref, la "France d'après", celle "des valeurs républicaines"… La foire au grand marché mondialisé et "libéré".  Est-ce là ce "progrès" et ce pas en avant de l'humanité que les "philosophes" nous avaient promis? Le "libre marché" comme horizon indépassable et fin dernière de l'homme et de la société "modernes" ?

 

Les structures étatiques (institutions fondées sur l'élection et le vote) sont toutes entières au service de ce programme aliénant, et "la nation" elle-même, est instrumentalisée au nom des idéologies, socialiste, communiste, nationaliste, libérale, etc.

La "nation" mise au service de ce qui nous opprime, n'est-ce pas un comble! Sous couvert de "démocratie", de développement économique, ou simplement de résistance…, toujours au final, le régime appelle le peuple à aller voter… C'est curieux, vous ne trouvez pas ? A la fin, nous nous retrouvons avec le même type de société, consumériste, matérialiste et "laïc".

 

Liberté et égalité disent-ils, vous aurez l'esclavage et la guerre économique mondialisés, le matérialisme, la productivité, la rentabilité comme seuls horizons et la marchandisation à tous les étages ! Pendant que derrière, dans les coulisses, une toute petite minorité inféodée au dieu mondialiste s'engraissera avec cet insupportable marché et l'entretiendra, les peuples "libres" et  "libérés" seront appelés à aller voter…

 

Qui ne voit donc pas l'imposture de cette société de mensonges !

Les solutions.

D'où mon appel à rejeter la "nation" et le "nationalisme" comme instruments de l'exploitation, comme j'appelle aussi à rejeter le "socialisme", ou le "libéralisme", autant de fausses doctrines conduisant les sociétés à l'anéantissement et les peuples à l'exploitation matérialiste. Qui ne voit pas qu'en ce moment est enjeu deux types de société différents, avec deux soubassements différents, l'un fondé sur les valeurs chrétiennes (culture de vie), l'autre, purement matérialiste et relativiste, qui consiste en la satisfaction immédiate de son ego (culture de mort, consommation, avortements et euthanasie).

 

Il faut non pas s'emparer du pouvoir, mais le remplacer. Via le communautarisme français et l'abstention, les structures de l'exploitation étatique devraient tomber d'elles-mêmes, sans violence, sans qu'il soit besoin de recourir aux armes de nos adversaires (violences, bains de sang, révolutions). Même s'il se peut qu'il arrive un moment où le régime décide d'employer lui-même la force contre nous (comme avec les Tibétains) pour nous circonvenir. Il faut le savoir.

Via
fdesouche,
le commentaire d'Aquinus est éclairant : "le schéma mental nationaliste nous tue et nous paralyse. A vouloir sauver la France nous allons disparaître. Ce qu’il faut c’est s’organiser au sein de la France et contre son Etat et ses principes, pour nous sauver nous-mêmes. Pour redessiner de nouvelles frontières intérieures (et je ne parle pas nécessairement de frontières physiques, mais culturelles, éducatives, syndicales, sociales). Il nous faut organiser, et défendre, notre différence."

Ce qui est enjeu c'est la survie de la nation française en dehors des structures étatiques nationales-républicaines qui tuent notre nation, vassalisent la France et font des Français des serfs au service de la super-classe mondiale. Dans cette féodalisation des relations trans-nationales et l'asservissement des nations, devant le morcellement même de la justice dans nos pays (justice à double vitesse, "discrimination positive", etc.), il ne faut pas prendre de retard pour organiser nos duchés.

Il faut s’organiser au sein de "la France" en jouant exactement comme le font les autres minorités, la carte du "droit à la différence", la carte du "droit à la diversité" (pour nous aussi !)..., tout en rejetant systématiquement toute participation à la farce des "élections" dites "républicaines"-nationales, en mettant en avant notre droit le plus haut à défendre notre identité de peuple libre, souverain et indépendant.

Pourquoi ne pas élire des ducs au niveau régional ? Pourquoi même ne pas élire au niveau national un gouvernement libre ? Pourquoi ne pas rappeler le roi comme garant et protecteur de ces institutions libres retrouvées et de ce gouvernement libre ? Plusieurs solutions sont envisageables, on le voit, elles devraient trouver un aboutissement dans une réflexion de fond sur l'origine de la France. Les Tibétains reçoivent un avis favorable dans la tête des faiseurs d'opinion, pourquoi les Français qui suivraient cet exemple devraient-ils être eux, ostracisés ? La nation et le peuple français vaudraient-ils moins que la nation et le peuple tibétain ? On verrait aussitôt l'imposture des slogans médiatiques.

 

De Maistre avait dit que la Contre-révolution ne serait point une révolution contraire, mais "le contraire de la Révolution", c'est-à-dire qu'elle nous ferait entrer dans des voies opposées à celles qui nous ont conduit où nous sommes.

 

Réfléchissons deux minutes, autant la Révolution, par le bain de sang (génocide vendéen) et les massacres révolutionnaires qui l'ont fondée, nous a fait entrés dans une ère de violences, de mensonges et d'impostures (culture de mort), autant la Contre-révolution devra nous faire entrer dans des voies opposées, de paix chrétienne, de vérité et d'amour (culture de vie). Au triptyque révolutionnaire "liberté, égalité et fraternité"…, opposons l'adage chrétien, "foi, espérance et charité". Et nous rebâtirons la France sur ses authentiques fondements.

 

S'il y a un vote qui pourrait remettre en question le régime, n'est-ce pas le vote Alliance Royale ? 

 

Parti politique certes, l'Alliance Royale est néanmoins un parti qui entend changer de régime pour revenir à la monarchie française, dont le soubassement est chrétien (la monarchie en France est catholique).

Une réforme des institutions est à la clé, et une modification de la représentation des Français (aujourd'hui inexistante), via la "représentation sincère" est au programme. Cette réforme en reléguant notamment le "débat idéologique" au Sénat, devrait permettre d'annihiler la puissance de nuisance des partis politiques.

 

A côté de cette solution politique (tous les moyens doivent être envisagés), il reste comme expliqué plus haut, la défense de la "Communauté de la pérennité française" (Jean Raspail in "la patrie trahie par la république"), communautarisme à opposer à tous ceux que le régime dresse contre nous en jouant les minorités contre la majorité pour asseoir son pouvoir sous couvert de "démocratie"... Jouons le jeu !

Pour le reste, votons Alliance Royale, défendons le communautarisme français et en dehors de ces deux voies, abstenons-nous !

Repost 0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 18:17
Une inquiétude de plus pour l’anti-terrorisme français. Un homme, qui revendique huit attentats et deux tentatives contre des radars automatiques en Ile-de-France, réclame 4 millions d'euros à l'Etat. Il aurait envoyé une lettre au journal «Paris Match», en milieu de semaine dernière, affirme mercredi RTL.

Selon la radio, qui a eu connaissance du document, la missive est estampillée d'un logo «constitué d'une kalachnikov, d'une étoile blanche et d'un cercle rouge sur fond noir». Son auteur se réclame de la
Fraction nationaliste armée révolutionnaire (Fnar) et assume le qualificatif de «terroriste».
 
>> Notre dossier sur la Fnar
 
Selon lui, les «4 millions d'euros de rançon» réclamés à l'Etat sont «une exigence qui n'a rien de mercantile». Et le responsable de ce groupuscule de souhaiter, en vrac, «l'expulsion de tous les clandestins, une relance de la natalité, une baisse de la répression et de la fiscalité». «Le gouvernement ne nous a pas pris au sérieux, nous allons être contraints de choisir des cibles plus dangereuses pour les personnes et d'utiliser des appareils plus puissants», poursuit la Fnar, citée par RTL. 

20Minutes.fr, éditions du 19/03/2008 - 13h01
Repost 0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 12:12
 Jean-Marie Le Pen a une nouvelle fois trouvé le mot juste pour définir la nomination au poste de secrétaire d'Etat à la famille de Nadine Morano.

"On aimerait se réjouir de voir la famille faire enfin son apparition dans l'organigramme gouvernemental. Mais confier le poste à Nadine Morano relève de la provocation", a-t-il ajouté. 

"Cette personne, qui vient d'être sévèrement rejetée par les électeurs de Toul, n'est pas connue pour défendre la famille, mais pour militer en faveur du mariage homosexuel, de l'adoption par les couples homosexuels, de la procréation assistée pour les homosexuels, et de l'euthanasie", a-t-il affirmé.

"Sans doute échappe-t-on à une nouvelle ouverture à la gauche socialiste. Mais c'est une piètre consolation", a conclu M. Le Pen. (AFP)
Repost 0
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 08:50
Réjouissons-nous. Le système a enregistré hier soir une nouvelle défaite grâce à une abstention record (35%). 

"Selon une estimation Ispos-Dell à 20h, le dimanche 16 mars, la participation au niveau national au deuxième tour des élections municipales était de 65,5 %. Le taux d'absention s'éleverait donc à 34,5%. Ce qui constitue un niveau historique pour de telles élections sous la Vème République. Le précédent "record" d'absention à un deuxième tour d'élections municipales date de 2001, avec 34 % d'absention."

"À l’heure où nous écrivons ces quelques lignes (dimanche 16 mars à 23h45), le taux d’abstention annoncé est de 35%." (
site rénovation-démocratique... pleurant une "défaite pour la démocratie").

A noter, dans une déclaration faite à Matignon, la petite
phrase du Premier ministre François Fillon hier soir à 20h20, révélatrice du malaise de la classe politique : "Le fort taux d'abstention nous interpelle tous".
Repost 0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 18:09
Yves Daoudal contredit la version des médias :

"Hier, en début de soirée, on nous annonçait, pour les municipales, une participation comprise entre 68 et 70%, donc en hausse par rapport à 2001. Il ne s’agissait pas de sondages, mais d’estimations réalisées alors que la grande majorité des bureaux de vote étaient déjà fermés. C’est pourquoi aux informations de 20 h on continuait à nous dire que la participation était en hausse.

Or elle était en baisse. Elle s’est finalement établie à 61%. En 2001, elle avait été de 67%. Et c’était le plus faible taux depuis 30 ans. Le taux de 61% est donc un taux historiquement bas, et c’est de très loin le premier enseignement du scrutin."

Michel Janva, Le Salon Beige

Enseignement à tirer : l'abstention, premier parti de France en termes de population, continue d'augmenter régulièrement malgré les appels au vote... et la désinformation.

Sur le thème de l'abstention, lire :

Le taux d'abstention s'établirait entre 37% et 40%, plus fort niveau pour un premier tour de législatives sous la Vème République 

2e tour, l'abstention un geste tactiquement plus fécond pour l'avenir 

 

Repost 0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 15:47
Dans un précédent article publié sur son blog en février, le président de l'Alliance Royale Yves-Marie Adeline, qui se présentait à l’élection municipale de Paris dans le 7ème arrondissement, indiquait que s'il devait obtenir un résultat de l'ordre de 0,50% il arrêterait tout. À 0,96% (résultat définitif), va-t-il tout arrêté?

Je me pose la question parce que je ne suis pas certain de l'opportunité du combat pour la liberté et l'indépendance de la France avec les armes de la Révolution. On l'a vu en 2002 et en 2007 pour le front national, parti d'ailleurs dorénavant condamné à disparaître en dessous des 5%, l'infiltration marxiste et égalitariste en son sein (mouvement "Egalité et Réconciliation" d'Alain Soral) ayant fini de repousser son électorat traditionnel. 

Je ne suis pas certain que nous parvenions à instaurer la Monarchie par le vote ni même à un quelconque résultat tangible d'amélioration des droits et des libertés. Ce point a été bien vu par Dominique Decherf, docteur en droit, ambassadeur et écrivain, dans le
Le Livre noir de la Révolution française (Cerf, Paris 2008, p. 697) : "il ne faut pas lutter contre la révolution avec les moyens de la révolution : la contre-révolution emprunte trop à la révolution pour pouvoir la concurrencer. Elle aggrave la révolution." 

L'"arme démocratique", tenue par les adeptes de la religion républicaine, ne peut fonctionner que dans le cadre des partis d'établissement qui ont prouvé leurs inféodation : tous les autres partis, ou mouvements sont soit diabolisés, soit ignorés, soit même marginalisés, dicrédités d'avance aux yeux d'une masse gavée par une propagande quotidienne dès le plus jeune âge.

Dans ces conditions, ce qui fait notre dangerosité, notre opposition et notre résistance frontale à la nouvelle religion démocratique et républicaine, c'est notre positionnement sur la liberté (au sens de la philosophie classique et chrétienne qui fut le soubassement de la construction européenne jusqu'au XVIIIe siècle) et la vérité qui sont toujours chrétiennes. Et certainement pas l'appartenance à un parti prétendument anti-système, révolutionnaire ou "subversif"... Ni le vote d'ailleurs ! Le vote n'est qu'un organe d'un tout au service de notre asservissement au grand marché mondial et à la société cosmopolite sans frontières chère à nos "philosophes" du XVIIIe siècle, l'entretien actif et permanent du système destructeur et négateur de nos libertés. Le vote, c'est non seulement une absurdité, un mensonge et une imposture (lire Jacques Heers, Un homme un vote, Editions du Rocher, 2007), mais c'est aussi l'institution de l'orgueil humain, la prétention au pouvoir et à la souveraineté de l'homme. Le vote est dans tous les cas contre-productif. Anti-civique, il est une dispersion de nos forces en vains combats et conduit paradoxalement à la négation de la société. Aujourd'hui rempir son devoir civique, c'est s'abstenir. Il faut le dire et le répéter autour de soi. Car pendant que les gens vont voter, le système nous remplace gentiment, oeuvre de la Révolution oblige...

D'où l'urgence d'une "révolution de la liberté" (G. Bernanos), l'urgence d'un appel pour sauver la liberté, un appel pour sauver le peuple français et la France. Quand un gouvernement cesse d'être légitime, l'obéissance cesse d'être légitime. Quand un gouvernement commence-t-il à devenir illégitime? Un gouvernement qui nie le droit naturel, impose une morale "laïque" contre l'ordre naturel, ce gouvernement cesse d'être contraignant. C'était le mot de Chirac "Pas de loi morale au-dessus de la loi civile". Cette absolutisation de la loi civile, loi de la "volonté générale", devient une forme de tyrannie, une absolutisation de la démocratie. 

"Aucune barrière, ni droit naturel ni règle constitutionnelle" ne devait s'opposer, selon Mirabeau, à une majorité législative (en l'occurence issue d'une minorité activiste dans le pays). Ce régime n'est qu'une forme de la tyrannie. Sous l'angle de l'Etat de droit, elle marque une régression par rapport à la pratique, au XVIIIe siècle, de l'Ancien Régime. C'est ce que Hayek appelle une "démocratie illimitée", et ce que Benjamin Constant avait stigmatisé comme une "souveraineté illimitée"" (Le Livre noir de la Révolution française, Cerf, Paris 2008, p. 14).

"Les dons de Dieu étant sans repentance, il n'appartient à personne, depuis l'onction de Clovis, de faire que la France ne soit pas ou plus un royaume. Cela, Péguy le savait, tout comme sa Jeanne d'Arc : en l'absence temporaire de l'héritier ou du lieutenant, le Christ demeure mystérieusement "le vrai roi de France" (Rémi Soulié,
Le Livre noir de la Révolution française, Cerf, Paris 2008, p. 712).
 
De même que la Révolution a inauguré un système politique fondé sur la violence et le sang (génocide vendéen) et construit sur le mensonge (Liberté & Egalité), de même la contre-révolution sera-t-elle chrétienne et évangélique. De Maistre avait dit que la Contre-Révolution ne serait point une révolution contraire, mais "le contraire de la Révolution", c'est-à-dire qu'elle nous ferait entrer dans des voies opposées à celles qui nous ont conduit où nous sommes. (Donc "foi espérance et charité" plutôt que le triptyque moderne "liberté égalité fraternité").

Et
Bonald "eut le courage de dire en 1830 : "Ce n'est pas une Restauration qu'il faudrait, mais une RENOVATION. Et renovabis faciem terrae, une rénovation religieuse du monde entier." (Mgr Delassus, Le Problème de l'Heure présente, Antagonisme de deux civilisations, tome II, La Révovation et ses conditions, Editions Saint-Rémi, p. 30-31).

Lire aussi : "Les enseignements de l'élection présidentielle 2007"
Repost 0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 09:05
"[L]e totalitarisme est fils aîné de la Révolution française. C'est un régime neuf qui ne se classe pas dans la typographie aristotélicienne. Rien de commun avec la tyrannie : son ressort le plus notoire est même de lutter contre cette dernière. La tyrannie suppose le pouvoir d'un seul qui ramène tout à son bien particulier, c'est-à-dire à son arbitraire. ... Le totalitarisme, au contraire, c'est l'idéologie au pouvoir. Nul tyran ne lui est nécessaire. Il prétend s'appuyer sur des bases scientifiques. Il déclare n'avoir pour fin que le bonheur des masses. Vérité et bonté absolues sont avec lui, cette vérité fût-elle celle du relativisme, et sa bonté, celle de la tolérance. Aussi celui qui le contrarie jette sur soi l'arrêt de mort.

La terreur totalitaire ... procède de la planification d'un paradis terrestre [négation de la Chute]. Ce qui la motive, c'est cette pitié qui pousse à en finir pour toujours avec le mal [mythe rousseausite, Contrat social de Rousseau]. Ce qui la rend féroce, c'est de rendre effectif le pathétique "Plus jamais ça !". ... Le totalitarisme ne se présente jamais qu'en agitant l'épouvantail du totalitarisme d'hier ou d'en face. Son mal essentiel est de prétendre produire le bien total. Son problème majeur est de vouloir donner la solution : "Toute tentative pour résoudre la question sociale par des voies politiques mène à la terreur" (
Hannah Arendt, Essai sur la Révolution, 1963, trad. Michel Chrestien, Paris, Gallimard, coll. Tel, p. 161).

Ce qui est emblématiquement vrai pour la "question juive". L'émancipation fut le prélude de l'extermination. Son effet, constate Arendt, fut seulement de rendre le juif plus "voyant" et de redoubler son statut de paria : pas entièrement assimilé à la nation française, et désormais étranger à ses propres traditions, il se trouve dans cette posture contradictoire d'avoir à "être et ne pas être un juif" (H. Arendt, La tradition cachée, VIII, Paris, Christian Bourgeois, 1993, p. 129). Comment ne deviendrait-il pas la figure de l'hypocrisie ? ... L'avenir a prouvé la mortelle ambiguïté du mot lancé par Clermont-Tonnerre en 1789 : "rien aux Juifs en tant que nation, tout aux Juifs en tant qu'individus". Cette émancipation fonde l'antisémitisme moderne, révolutionnaire et peut-être républicain : le juif en tant que juif, c'est-à-dire son appartenance à un peuple incompréhensible [Le même raisonnement est fait pour les musulmans qui doivent s'assimiler, mais aussi pour les Français eux-mêmes...] doit disparaître
. Il faut qu'il s'assimile. Et s'il n'y parvient pas (les circonstance s'arrangent toujours pour l'en empêcher), s'il persiste dans l'irrationalisme d'une surnaturelle élection, il se met lui-même hors jeu. Il devient le parasite de l'universel et l'adversaire de l'égalité." (Fabrice Hadjadj, La terreur par la pitié : Hannah Arendt et la Révolution, in Le Livre noir de la Révolution française, Cerf, Paris 2008, p. 743-744).

"L'essence profondément tragique d'une approche individualiste du judaïsme, explique le philosophe Michaël Bar Zvi, est à l'origine de tous les malentendus modernes sur la 'question juive'. 

Projeter les Juifs dans cet universalisme moderne en le coupant de ses fondements nationaux [processus également à l'oeuvre contre les Français] allait s'avérer la source tragique du renouveau d'une haine antique à l'égard des fils d'Israël, ou bientôt des Israélites.

L'émancipation des Juifs à partir de la Révolution s'accompagne de deux fléaux jusqu'alors inconnus... : l'assimilation et l'antisémitisme moderne. L'acquisition de droits et de devoirs implique des changements de comportement et d'aspect. Désormais le judaïsme va se décliner sur les modes de l'identité et de la communauté et non plus sur ceux de la nation et de l'appartenance. ... L'esprit des Lumières revendique une société humaine universelle fondée sur l'égalité et sur ce que l'on appelle une 'fraternelle alliance', venant se substituer à l'ancienne alliance, ... établir la fraternité entre tous les peuples. ... La régénération du juif est sa dissolution dans une totalité abstraite [Le même discours est à l'oeuvre à l'encontre des Français sommés d'accepter la "discrimination positive", la "France plurielle", le métissage, le "vivre ensemble", la société multiculturelle, la "France d'après", etc.]. 


... L'attitude de l'empereur est pour le moins ambiguë, car à côté de la fameuse proclamation de 1799 où il s'érige en précurseur du sionisme politique, il ne cesse de manifester une grande suspiscion à l'égard de la communauté juive et de ses dirigeants... [I]l rassemble, en 1807, le "Grand Sanhédrin", du nom de l'aéropage de rabbins qui statuait à l'époque du Talmud sur l'application de la loi. Le but de cette réunion est de soumettre toutes les lois religieuses à l'autorité de l'Etat [dès lors, où est la "liberté religieuse" ?] ... Seuls certains juifs allemands, déjà préparés par le mouvement intellectuel des Lumières, la Haskala, acceptèrent l'émancipation avec enthousiasme. 

Les milieux juifs orthodoxes rejetaient l'émancipation annonciatrice pour eux de la déjudaïsation, car elle s'inscrivait dans une vaste entreprise de sécularisation inhérente à la modernité. 

... S'assimiler sur le plan politique prend la forme d'une adhésion à une conception du monde rejetant la tradition au profit de l'esprit de réforme. Le processus d'assimilation accompagne en politique l'idée du progrès, qui sera le moteur des théories universalistes du XIXe siècle."
 
... Le phénomène de l'antisémitisme moderne... si l'on s'interroge sur ses fondements, on ne peut pas faire l'économie du lien avec la philosophie des Lumières. Arthur Hertzberg, dans son livre The French Enlightenment and the Jews montre que l'antisémitisme moderne n'est pas une réaction à la Révolution mais en est une partie intégrante et qu'il doit plus à la doctrine de Voltaire, d'Holbach ou Marat qu'à la théologie chrétienne..." (Michaël Bar Zvi, Les Juifs et la Révolution française, in Le Livre noir de la Révolution française, Cerf, Paris 2008, p. 403-407).

À noter que le processus de fabrication de l'antisémitisme dans l'Etat moderne est semblable au processus d'isolation puis de discrimination des français de souche eux-mêmes qui doivent s'assimiler. Ce n'est plus les étrangers que l'on assimile, ce sont les Français qui sont sommés de s'assimiler. Si l'on veut donc s'éviter un nouvel holocauste (celui des Français ), il faudrait repenser l'assimilationisme comme solution républicaine, repenser l'idéologie égalitaire républicaine. Dans une France laïcisée, déchristianisée, le communautarisme des Français devient notre seul recours. C'est aussi le constat de Jean Raspail dans son éditorial La Patrie trahie par la république, au Figaro n° 18619, le 17 juin 2004, dans la série "Qu'est-ce qu'être français aujourd'hui?" 
Repost 0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 07:54
A un moment où l'on parle de "pouvoir d'achat" à cause de la flambée des prix, je voudrais rappeler que le capitalisme que le système met en place n'est pas un capitalisme national enraciné dans les réalités des sociétés et inspiré par la doctrine sociale de l'Eglise, mais un capitalisme cosmopolite , vagabond, marchand et d'inspiration "libérale" protestante

Le blog conservateur explique la différence entre le capitalisme protestant et le capitalisme catholique. Contrairement à ce que la doxa prétend dans toutes les écoles de la "république", le capitalisme n'est pas "une invention du protestantisme" (Max Weber) et le catholicisme n'a pas une sainte "horreur de l'argent". "Les outils du capitalisme sont nés pour la plupart dans des pays catholiques, la comptabilité à Venise, les techniques de la banque moderne à Florence ou Pise, la première société par action en France (Moulins de la Daurade de Toulouse au XIII ème siècle). ... La première révolution industrielle, celle du Moyen-Age, se caractérise par le développement de la machine outil permettant le gain de productivité. ... La France de Louis XVI était engagée dans la course de la révolution industrielle déjà perceptible en cette fin de XVIII ème siècle. La ruine entraînée par la révolution et son avatar, l'Empire, renversa durablement la donne." ... 

"[L]a thèse de Weber est très exagérée, et occulte de nombreuses données fortuites (évoquées ci-dessus) qui ont donné presque par hasard l'avantage aux protestants. Peut être peut-on synthétiser en parlant d'une prédisposition protestante à une certaine forme de capitalisme un peu datée (Si l'esprit d'enrichissement à existé de tout temps, l'accumulation austère du triste protestant apparaît bien datée. Cela fait tellement XIX ème siècle !)
Le protestantisme n'aurait pas donné naissance au capitalisme mais à un des visages du capitalisme.

Il est à la mode d'entendre des cathos repentants évoquer ce vieux bagage papiste que serait le mépris de l'argent
. C'est une idée à combattre, ... Elle casse notre confiance, et participe à nous distancier de notre religion. Cela n'est pas juste ! Jetons aux orties ces vieux discours ringards et bâtissons un capitalisme plus efficient et plus humain." (Le blog conservateur)
Repost 0
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 18:25

"La démocratie moderne est la forme historique de la décadence de l'Etat" (Friedrich Nietzsche, Humain, trop humain, I, § 472).

Friedrich Nietzsche, en 1882. 

 

[L]es phénomènes de massacre de masse liés à la concentration de tous les pouvoirs dans les mains d'une seule caste proclamant l'égalité par principe, sont exactement contemporains du triomphe des lumineuses idées des "Lumières" et de l'avènement de l'instinct démocratique dont les destinées sont, Nietzsche l'a bien montré, soit le nivellement esclavagiste de l'abrutissement maximal, soit le totalitarisme socialiste (ibid., § 473). 

Hormis ce double destin catastrophique de la victoire démocratique en Europe (le totalitarisme d'un côté, l'avachissement général de l'autre), destin que Nietzsche prédit en des termes très clairs, la mise au pinacle de l'égalité moderne n'a pas pour seule conséquence de provoquer l'importante injustice qui met la grandeur hors la loi et impose le nivellement en faisant de la médiocrité une règle... et de la beauté une agression..., elle fait également perdre le sens de ce qui pour Nietzsche demeure le fondement de toute pensée, de tout art, de toute culture : le rang. "Il est un mot qui résonne désagréablement dans une époque de 'droits égaux pour tous' : c'est la hiérarchie" (La Volonté de puissance, III, § 701).

L'instinct démocratique déclare la guerre au rang, à la hiérarchie, les faibles veulent détruire ce qu'ils ne peuvent saisir, ce qui les humilie. ... Terrible conséquence de l''égalité' : finalement chacun se croit le droit de toucher à tous les problèmes. Tout sens du rang a disparu" (ibid., § 238). ... [A] la fin de cet instinct, est la médiocrité. ... Et précisément, la médiocrité, c'est la ruine. ... L'instinct démocratique produit un ordre où la ruine règne soit à l'état de grégarisation générale, dans l'attentat permanent qui est commis contre la grandeur, soit à l'état de totalitarisme, car la démocratie établit une relativisme théorique, dont l'ampleur devient telle que ce qu'elle disait tenter de fuir, la loi du plus fort, s'instaure en elle : ... un désordre au sein duquel le besoin d'autorité se fait sentir, et c'est alors que le plus fort parmi les faibles grégarisés, c'est-à-dire par définition le plus infâme, devient susceptible de l'emporter sur les autres et d'établir son propre règne. ... C'est pourquoi selon Nietzsche, les enjeux sont clairs : "Il faut que les hommes supérieurs déclarent la guerre à la masse. Partout les médiocres se rassemblent pour devenir les maîtres. Tout ce qui amollit, tout ce qui adoucit, tout ce qui favorise le 'peuple' ou les valeurs 'féminines' agit en faveur du suffrage universel, c'est-à-dire de la domination de l'homme vil" (ibid., § 693).

Nietzsche refuse cette attitude de déni qui est celle de l'esprit de la Révolution pour lequel il faut faire immédiatement table rase au passé. "Nous n'avons pas le droit d'anéantir [le passé] par décret ni d'en supprimer un seul morceau" (ibid., § 278). Ainsi Nietzsche n'hésite-t-il pas, à l'encontre des images que ses lecteurs superficiels transmettent de sa pensée, à réhabiliter l'individualité jésuite contre celle de l'homme des Lumières : "On parle de la malice de l'art infâme des Jésuites, sans considérer quelle violence contre soi-même s'impose individuellement chaque jésuite..., instruments aussi admirables de victoire sur soi-même, d'infatigabilité, de dévouement" (ibid., § 55. Contrairement à l'instinct démocratique, le christianisme, en proclamant l'égalité des hommes devant Dieu, ne nie pas leur singularité et chaque homme est voulu en cette singularité et ce qu'il a de meilleur, par Dieu même. ... En cela le christianisme fait naître chaque homme au sens de la hiérarchie et des supériorités, il engage à aller quérir l'égalité véritable par-delà toute forme de nivellement, en se dépassant soi-même vers une forme infiniment supérieure. Le christianisme apparaît ainsi comme une forme de vie ascendante).

Le penseur déplore qu'advienne avec le règne démocratique la fin des forces contenues dans le sentiment religieux et dans l'exercice de l'intelligence. La théorie nietzschéenne est transparente : dans la perspective révolutionnaire qui est celle de 1789... pratiquant la politique de la table rase..., le retour au passé est inévitable, mais ce retour au passé l'est à la faveur de zone sombre de l'être humain, ... à la faveur de ce qui gît au coeur de l'humanité livrée à sa bassesse et que tentent de masquer les déclarations de droits qui mettent en avant la prétendue bonté de la race humaine - à la faveur de la sauvagerie et de la barbarie des époques primitives. ... [O]n finit comme les révolutionnaires de 1789 par retrouver dans leur cas le passé le plus noir et le plus opaque, celui qui, de viols d'innocentes (Ex: la princesse de Lamballes) en cannibalisme (Georges-François de Montmollin dont le coeur fut dévoré par des fédérés), d'ambulantes expositions de bustes sanguinolents en brandissements de gonades, exprime au nom des "droits de l'homme" les instincts les plus immondes. 

L'esprit de la table rase après avoir créé le totalitarisme en répandant terreur et
barbarie, se perd dans un autre totalitarisme, cette médiocrité insatiable et infatuée en quoi s'adule, se déroule et se consume l'instinct démocratique qui ne produit plus rien de grand ni de mémorable.

L'athée grégaire se situe aux antipodes de la pensée nietzschéenne : l'athée grégaire, c'est celui qui périt, démocratique et laïc, de ne pas avoir de Dieu, celui qui par faiblesse ne peut avoir de Dieu, celui qui ne sait pas avoir la force de déposer sa propre bassesse et d'obéir à ce qui est supérieur, celui qui ne sait plus vénérer. Cet homme, Nietzsche l'appelle "l'être humain le plus laid", celui qui prétend punir Dieu d'être le suprême témoin de sa faiblesse, cette faiblesse dont il est entendu que cet homme ne veut en aucun cas se débarrasser, lui qui établit le règne démocratique et laïc, ennemi de la religion, pour conserver précisément toutes ses laideurs. ... L'existence de Dieu est insupportable et intolérable au médiocre qui invente l'athéisme et la
laïcité, soit l'indifférence individuelle et l'athéisme d'Etat, pour s'épargner comme il peut la confrontation, pourtant inévitable, avec la grandeur qui le dépasse. 

Le but principal de l'art de la politique devrait être la durée, qui l'emporte sur tout autre qualité. Ce n'est que dans une grande durée sûrement fondée et assurée qu'une constante évolution et une inoculation ennoblissante sont en somme possibles" (Humain, trop humain, I, § 224). ... Et à la question : "Quel est le meilleur gouvernement?", Nietzsche répondait avec Goethe : "celui qui nous apprend à nous gouverner nous-mêmes" (Goethe, Maximes et réflexions, 99). Malheureusement, l'instinct démocratique propre à la Révolution française pervertit intégralement cette vérité dictée par la raison et la sagesse. 

Nietzsche réclame avec ironie, au nom du droit idiosyncrasique qui s'installe, un droit à la liberté pour le grand homme : s'il est vrai en effet que chacun a le droit à la liberté, alors, que certains, les individus authentiques, les individus de force belle et de noble puissance, aient logiquement droit de conserver et de vivre en la vraie liberté des aristocrates de l'esprit, de l'art et de la pensée. L'homme supérieur a le droit de s'extraire du tissu démocratique. Le droit d'extraction est même désormais pour Nietzsche un devoir en toutes circonstances.

Si le droit d'extraction est malaisément reconnu à l'homme supérieur, comme lorsqu'on culpabilise un homme de pas aller voter et que le système devient à ce point tyrannique qu'il montre bien qu'il n'y a pas démocratie mais plus fondamentalement démocratisme idéologique, ... les idéaux prétendument désintéressés proclamés par les républicains et démocrates lorsqu'ils prononcent leurs éloges convenus sur la "liberté", le "droit", l'"égalité", etc., sont en réalité le masque d'un instinct caché qui, depuis le départ, tente de triompher d'un ennemi dont le surgissement l'irrite. 

L'instinct démocratique qui impose le démocratisme n'est pas un idéal désintéressé, bien au contraire; il est commandé par le bas intérêt que les médiocres ont au nivellement. L'instinct démocratique étant depuis toujours celui du grégaire dirigé contre la grandeur et la
noblesse de l'esprit libre à la créativité conquérante, ne supporte pas le spectacle de ce qui lui résiste.

Le solitaire nietzschéen vit la liberté hors du règne démocratique. Il y a exigence à ne pas se commettre avec ce règne pour que le mot "liberté" garde encore un sens. Si l'aristocrate, l'esprit libre, se commet avec le monde, c'est pour en extraire les moyens de sa subsistance et mieux s'extraire ainsi de toute dépendance à son égard... "Les hommes d'esprit libre par exemple se déclareront volontiers satisfaits d'un petit emploi ou d'une fortune qui suffit juste à leur existence, car ils s'arrangeront pour vivre de manière qu'un grand changement dans la fortune publique, et même une révolution de l'ordre politique, ne soit pas en même temps la ruine de leur vie" (Humain, trop humain, § 291).

D'obéir aussi à soi-même, c'est-à-dire à la supériorité d'un noble et puissant instinct directeur autour duquel s'ordonne le chaos que l'on porte en soi, cette capacité d'obéir est la marque d'une esprit supérieur qu'on ne trouve guère, pour Nietzsche, dans la populace, à qui "il manque la noble attitude dans l'obéissance qui est un legs des conditions féodales et qui dans le climat de notre civilisation ne veut plus s'accroître" (Humain, trop humain, § 440).

A cette obéissance, signe de la force, la démocratie moderne substitue l'abrutissement, l'hypnose, celle du "dernier homme". ... Le but de l'Etat démocratique moderne est de réaliser ce que veut l'instinct démocratique ... et ce que veut l'instinct démocratique, c'est le triomphe de la faiblesse contre la force créatrice, c'est-à-dire l'établissement d'un règne d'avachissement sur les pulsions les plus basses à partir de la base théorique et pratique constituée par le nivellement égalitaire. 

La description nietzschéenne de la psychologie de l'homme d'Etat est saisissante : là où le souverain d'Ancien Régime était contraint par la hauteur du but spirituel supérieur en qui la volonté de puissance et celle de son peuple entier s'accroissaient, le
potentat contemporain est esclave de ses instincts populaciers en qui une force de faiblesse est à l'oeuvre, et sans l'intensité pathologique desquels il ne serait pas parvenu aux fins de ses ambitions; il impose ainsi la tyrannie de son propre esclavage à un peuple d'esclaves livrés à la servilité d'une volonté décadente en qui la vie créatrice et la volonté de se dépasser vers les hauteurs sont éteintes. La revendication démocratique coupe l'humanité de sa vocation à l'accroissement et au dépassement de soi, c'est-à-dire, pour Nietzsche, de sa liberté [liberté-effort, liberté-conquête, NdCR.].

L'Etat démocratie mène à la désagrégation de la société, une désagrégation par extinction des individualités et par effondrement de ces dernières en des figures de personnalité tellement appauvries que le désir n'habite plus en elles et que le nihilisme passif, une sorte de bouddhisme anhistorique à l'occidentale, se charge de les domestiquer sans qu'aucune intervention ait à avoir lieu parmi cette planétaire tribu d'esclaves sans relief, sans révoltes, sans créativité, sans ressources et sans âme que sont les "derniers hommes". 

On appelle cela le règne de la "liberté". Mais comme le rappelle Goethe, "personne n'est plus esclave que celui qui se croit libre sans l'être" (Goethe, Maximes et Réflexions, 1116), et elle n'est certes pas libre cette humanité incapable de se dépasser elle-même et à si peu de frais satisfaite d'être ainsi mécaniquement livrée à ses propres tares.

On fait croire à la possibilité d'un choix individuel quand il n'y a que concours obligatoire à un ordre qui s'établit avec ou sans vous, et que l'instinct démocratique a désormais dressé. Nietzsche prédit déjà : "Les hommes et les partis varieront trop vite, se précipiteront trop férocement les uns les autres jusqu'au bas de la montagne, à peine parvenus à son sommet. À toutes les mesures qui seront prises par un tel gouvernement fera défaut toute garantie de durée; on reculera devant les entreprises qui devraient avoir, durant des dizaines, des centaines d'années, une croissance paisible pour avoir le temps de mûrir leurs fruits. Personne ne ressentira plus à l'égard d'une loi d'autre devoir que de s'incliner momentanément devant la force qui a porté cette loi : mais aussitôt on entreprendra de la saper par une force nouvelle, une nouvelle majorité à former" (Humain, trop humain, § 472). De ce jeu stérile et ridicule où rien ne naît que vides et luttes à courte haleine, il ne peut rien sortir de grand, puisque c'est précisément la petitesse qui est à la source de cet ordre niveleur autocentré...

L'aristocrate véritable dérange au sens suprême, et non par de faciles provocations; il dérange par essence : son détachement intégral et sa marginalité authentique, ... lorsqu'elle laisse deviner son invisibilité et l'exercice plénier de la liberté de son esprit politique et de sa caste, sont intolérables à l'instinct démocratico-niveleur qui s'en obsède: "Ils pensent beaucoup à toi en leur âme étroite - tu leur es toujours un motif de suspiscion" (Ainsi parlait Zarathoustra, p. 69).
 
Malgré l'indifférence aristocratique et la mansuétude de l'esprit libre, ce dernier demeure un ennemi pour l'instinct démocratique. ... leur âme étroite pense : "Tout ce qui existe de grand est coupable. Même si tu leur es indulgent, ils se sentent encore méprisés par toi; et ils te rendent les bienfaits par des méfaits cachés. Ta fierté muette n'est jamais à leur goût" (ibid., p. 70-71). En quoi apparaissent de manière toujours plus crue la crispation dogmatique de l'instinct démocratique et son origine autocratique fondamentale.

Mais que la volonté de puissance soit appauvrie chez certains au point de produire des formes aussi dégénérées de civilisation que celles que nous ont léguées les médiocres idéologues de la Révolution française auxquels il est urgent d'opposer l'aristocratisme d'un esprit vraiment libre, que l'instinct du troupeau l'emporte sur la grandeur, c'est en cela pour Nietzsche que la situation mondiale devient dramatique, à tel point qu'il parvient à se demander si "la décadence prochaine de la civilisation terrestre dans son ensemble pourrait amener un enlaidissement bien plus grand et enfin un abêtissement de l'homme jusqu'à la nature simiesque" (Humain, trop humain, I, § 247).

(Paul-Augustin d'Orcan in Le Livre noir de la Révolution française, Cerf, Paris 2008, p. 631-656).

 

Repost 0
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 09:47

Et nous en avons assez d’être pris pour des « poires »… Nous portons tous au fond de nous une parcelle du royaume de France… Le royaume est dormant ? Nous entendons bien le réveiller ! Chaque jour, la République tombe un peu plus bas… Mais un bel arrêt de la Cour de Cassation, 1ère chambre civile, à déguster, sans modération… (Les Manants du Roi)

A la demande du procureur de la République, le tribunal de grande instance puis la cour d’appel de Pau (arrêt du 23 janvier 2006) avaient dissout une association au prétexte qu’elle affirmait à travers ses statuts, que la France est toujours une royauté, avec une apparente vacance du trône, et que, par cette seule affirmation, elle portait atteinte à la forme républicaine du Gouvernement. La 1ère chambre civile de la Cour de cassation a annulé cet arrêt le 2 octobre 2007 (n° de pourvoi 06-13732) estimant qu'en statuant ainsi, par des motifs qui n'établissent pas que l'association litigieuse se donnait pour but de renverser la République, la cour d'appel a violé l’article 3 de la loi du 1er juillet 1901.

« Tout a commencé le 27 janvier 2001, lors d'un colloque organisé à Biarritz », raconte-t-il. « D'éminents juristes y firent observer que l'article premier, alinéa 1, du Code civil, indiquait toujours que les lois sont exécutoires après promulgation par le Roi. Le texte, modifié en 2004 seulement, était resté inchangé depuis la Restauration. Il en résulte que tous les textes législatifs et constitutionnels qui ont été votés depuis lors, mais n'ont pas été promulgués par un Roi, sont juridiquement invalides - y compris la Constitution de 1958. Juridiquement, la France est donc toujours une royauté et, malgré l'apparente vacation du trône, tous les gouvernements qui se sont succédé depuis 1848 sont des gouvernements de fait ! »
En vertu de quoi, le 18 octobre 2001 à 18 heures précises, Me Fortabat-Labatut et son épouse créent, en direct sur les ondes de Radio Ici et Maintenant, le Gouvernement Provisoire de la Monarchie Française (GPMF). Le but de l'association « est le respect des lois en vigueur, françaises et internationales », à commencer par le Code civil « dans sa dernière édition en vigueur à la date de la création de la présente association ».
Les fondateurs du GMPF font valoir qu'ils ne peuvent être poursuivis pour usurpation de fonction, puisque: « Ou la France est une république et dans ce cas ils ne s'attribuent aucune fonction de gouvernement de la république, puisque l'association s'appelle Gouvernement provisoire de la monarchie française. Ou la France est juridiquement une monarchie, et alors il convient que les autorités légales de la monarchie se signalent au GPMF, qui s'enlèvera aussitôt son nom dès que sera reconnue officiellement la forme monarchique de la France. »
Cette imparable logique a malheureusement échappé aux magistrats de la République. Le 15 mai 2002, le procureur de la République de Bayonne, Claude Bosc, saisit le tribunal de grande instance. Et le 17 mars 2003, cette juridiction ordonne la dissolution de l'association, assortie de la fermeture de ses locaux et de l'interdiction de réunion de ses membres.
Les époux Fortabat-Labatut font appel de cette décision, changent le nom de leur association en Groseille Pomme Mandarine Framboise (GPMF) et font notamment valoir: que l'association n'existe pas juridiquement, les services de la sous-préfecture de Bayonne s'étant opposés à la publication au Journal officiel; que l'interdiction faite à ses deux seuls membres de se réunir viole l'article 215 du Code civil, qui oblige les époux à une communauté de vie; et que la loi de 1901, sur laquelle le tribunal de Bayonne s'est fondé pour les condamner, n'est pas applicable... faute d'avoir été promulguée par le Roi!
Hélas! La pertinence de ces arguments n'entame pas l'impavidité des juges de la cours d'appel de Pau, qui, le 23 janvier 2006, confirment le jugement de première instance au motif que l'association Groseille Pomme etc. « porte atteinte à la forme républicaine de gouvernement ». Marianne n'aime pas la salade de fruits!
Et maintenant? Les sourcilleuses autorités de la République mettront-elles leurs pandores en faction devant la porte de la chambre conjugale pour vérifier que Me Fortabat-Labatut ne partage plus le lit de sa moitié? Et s'il se conforme à la décision des juges de Pau, ne sera-t-il pas susceptible d'être poursuivi pour abandon de famille?
« Ce sont de bonnes  questions, que je me pose aussi », répond l'intéressé, qui fait remarquer que si d'aventure la présidente de Groseille Pomme etc. attendait un cinquième enfant, cette naissance lui serait imputée en vertu de l'adage « Pater id est quae nuptiae  demonstrant »: « Comment échapperais-je  alors  à l'accusation d'avoir enfreint l'interdiction de réunion des membres du mouvement? »

N'en déplaise aux magistrats palois, Philippe Fortabat-Labatut et son épouse ne renoncent pas à la vie de famille. ...
De son côté, le gouvernement de la République a modifié, en 2004, l'article premier du Code Civil. Sait-on jamais?...

Cour de Cassation
Chambre civile 1
Audience publique du 2 octobre 2007            Cassation sans renvoi
N° de pourvoi : 06-13732
Publié au bulletin
Président : M. BARGUE
REPUBLIQUE FRANCAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS,
LA COUR DE CASSATION, PREMIERE CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le moyen unique :

Vu l'article 3 de la loi du 1er juillet 1901 ;

Attendu que pour prononcer, à la demande du procureur de la République de Bayonne, la dissolution de l'association déclarée "Groseille pomme mandarine framboise" (GPMF), l'arrêt retient que, anciennement dénommée "Groupement provisoire de la monarchie française", elle considère, à travers ses statuts, que la France est toujours une royauté, avec une apparente vacance du trône, et que, par cette seule affirmation, elle porte atteinte à la forme républicaine du Gouvernement ;

Qu'en statuant ainsi, par des motifs qui n'établissent pas que l'association litigieuse se donnait pour but de renverser la République, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;

Et attendu qu'il y a lieu, conformément à l'article 627 alinéa 2 du code de procédure civile, de mettre fin au litige en appliquant la règle de droit appropriée ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 23 janvier 2006, entre les parties, par la cour d'appel de Pau ;

DIT n'y avoir lieu à renvoi ;

Rejette la demande du procureur de la République près le tribunal de grande instance de Bayonne ;

Laisse les dépens afférents aux instances devant les juges du fond ainsi que ceux afférents à la présente instance à la charge du Trésor public ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, première chambre civile, et prononcé par le président en son audience publique du deux octobre deux mille sept.

Décision attaquée : cour d'appel de Pau (1re chambre) 2006-01-23

Repost 0
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 12:02
L’Alliance royale s’associe à la Marche pour la vie organisée comme chaque année par le collectif 30 ans ça suffit. Elle invite ses adhérents et sympathisants à y participer, dimanche 20 janvier 2008. Départ à 14H30 de la place de la République à Paris.
Repost 0
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 10:48

Marine Le Pen a tenu une conférence de presse sur le thème :"SARKOZY – ATTALI : une déclaration de guerre à la France".

Lire "La relance de la croissance par l'immigration" (Commission Attila...)

Repost 0
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 00:40
Rmc.info via Dailymotion

Zemmour: "Je pense que à la place de la mythologie nationale français on a mis une mythologie anti-raciste, internationaliste. Deux causes: 1- les trotskystes qui essaient de trouver un biais révolutionnaire. 2- Des progressistes qui pensaient qu'ils avaient échoué – puisque le communisme avait échoué - à changer l'Homme avec un grand H, et qui inconsciemment se sont dit he bien "on va changer les hommes", c'est-à-dire on va changer la population" … On passera sur l'habileté tactique de Mitterrand qui organise le débat autour de "l'anti-racisme".
 
Quelle claque il leur met. Bravo monsieur Zemmour et merci.
 
Savoir que la substitution de population qu'évoque Zemmour est un des projets de la franc-maçonnerie pour la France et que Zemmour préfère appuyer là où ca fait mal plutôt que de partir dans des explications qui lui seraient aussitôt opposées comme hérétiques par les zélateurs de la répoubelle.
Repost 0
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 12:06
Alterinfo

Par Mike Whitney, le 5 décembre 2006


Dimanche, Russie Unie, le parti de Poutine à remporté la victoire des élections législatives du pays avec 63 pour cent des voix. Russie Unie contrôle maintenant 306 des 450 sièges de la Douma, une majorité écrasante. Le scrutin était un référendum sur le leadership de Poutine et il s'est transformé en raz-de-marée. Maintenant, il est certain que, même si Poutine démissionne de la présidence l'année prochaine, comme prévu, il sera l'acteur dominant de la politique russe dans un avenir prévisible.


On peut dire que Vladimir Poutine est le plus populaire leader de l'histoire russe, même si vous ne le saurez jamais en lisant les médias occidentaux. Selon une récente enquête réalisée par le Wall Street Journal, en novembre 2007 la cote de popularité personnelle de Poutine atteignait 85 pour cent, ce qui faisait de lui le plus populaire chef d'État du monde aujourd'hui. La popularité de Poutine découle de nombreux facteurs. Il est personnellement habile et charismatique. Il est farouchement nationaliste et a travaillé sans relâche à améliorer la vie des Russes et à rétablir l'ancienne grandeur du pays. Il a tiré de la misère plus de 20 millions de Russes, amélioré l'éducation, les soins de santé et le système de pension (partiellement), nationalisé les industries, abaissé le chômage, augmenté la fabrication et les exportations, revigoré les marchés russes, renforcé le rouble, élevé le niveau de vie, réduit la corruption gouvernementale, emprisonnés ou exilés les oligarques vénaux, et accumulé 450 milliards de dollars de réserves.


La Russie n'est plus à prendre comme après la chute de l'Union Soviétique. Poutine a mis fin à tout cela. Il a reconsidéré le contrôle sur les vastes ressources du pays, et il les a utiliser pour améliorer la vie de son propre peuple. C'est un vrai changement depuis les années 90, quand l'alcoolique Eltsine dirigeait la Russie dans le désastre économique en suivant les édits néolibéraux de Washington et en vendant les bijoux de la couronne de Russie au oligarques rapaces. Poutine a remis la maison de Russie en ordre ; stabilisé le rouble, renforcé les alliances économique et militaires dans la région, et a éliminé la corporation des gangsters qui ont volé les biens nationaux de Russie pour quelques sous. Les oligarques sont tous maintenant soit en prison soit enfuis du pays. La Russie n'est plus à vendre.


La Russie est, une fois encore, une grande puissance mondiale et une source vitale d'hydrocarbures. C'est une étoile qui monte régulièrement tout comme les États-Unis ont commencé à décliner. Cela peut expliquer pourquoi Poutine est détesté par l'Occident. Freud pourrait appeler ça l'envie du pétrole, mais c'est plus profond. Poutine a dessiné un plan de changement social en conflit avec les principes fondamentaux du néolibéralisme, principes qui régissent la politique étrangère des États-Unis. Il n'est pas membre de la fraternité de la corporation bancaires, qui croit que les richesses du monde devraient être divisées entre eux sans se soucier de la souffrance ni de la destruction qu'ils peuvent provoquer. Poutine est focalisé sur la primauté de la Russie ; le bien-être de la Russie, la souveraineté de la Russie et la place de la Russie dans le monde. Il n'est pas mondialiste.


C'est pourquoi l'administration Bush a encerclé la Russie avec des bases militaires, renversé les régimes voisins avec ses révolutions de couleurs codées (organisées par des ONG et des services de renseignement des États-Unis), est intervenue dans les élections de Russie et a menacé de déployer un système d'armes nucléaires (prétendument défensif) en Europe de l'Est. La Russie est perçue comme un rival potentiel aux ambitions impériales des États-Unis et elle doit être contenue ou renversée.


Dans les premières années de sa présidence, on pensait que Poutine se conformerait aux demandes de l'Occident et accepterait un rôle subalterne dans le système central US-UE-Israël. Mais ce n'est pas arrivé. Poutine a obstinément défendu l'indépendance de la Russie et résisté à l'intégration dans le système dominant.


Le triomphalisme qui a déferlé sur Washington après la chute du Mur de Berlin a été remplacé par la crainte palpable du pouvoir grandissant de la Russie avec le prix du pétrole qui continuera à monter. La tectonique des plaques du pouvoir géopolitiques se déplace progressivement vers l'est. C'est pourquoi les États-Unis prennent part au Grand Jeu et tente de s'enraciner en Eurasie. Pourtant, il est facile d'imaginer un scénario dans lequel l'accès des États-Unis aux dernières grandes réserves de pétrole et de gaz naturel de la planète, les trois billions de barils de pétrole et de gaz naturel localisés dans le Bassin Caspien, soit complètement bloqué par la résurgence de la superpuissance russe.


Le plus puissant des groupes de réflexion de Washington, le Council on Foreign Relations (conseil sur les relations étrangères ou CFR), a reconnu ce problème et décidé dès le début l'entier remaniement de la politique étasunienne vis-à-vis de la Russie.


* * * * * *


John Edwards et Jack Kemp ont été nommés pour diriger un groupe de travail du CFR qui concocte des prétextes d'attaques tout azimut contre Poutine. C'est là qu'a été inaugurée l'idée d'un Poutine faisant « reculer la démocratie. » Dans leur article Russia's Wrong Direction (Mauvaise direction de la Russie), Edwards et Kemp déclarent que le « partenariat stratégique » avec la Russie n'est plus possible. Ils affirment que le gouvernement est devenu de plus en plus autoritaire et que la société est de moins en moins « ouverte et pluraliste. »


Kemp et Edwards ont fourni les fondements idéologiques sur lesquels a été entièrement construite campagne de relations publiques contre Poutine. Et c'est vraiment une campagne impressionnante. La recherche sur Google News montre environ 1.400 articles de divers services d'information sur Poutine. Pratiquement tous contiennent exactement la même rhétorique, les mêmes slogans, les mêmes fausses affirmations, les mêmes calomnies. Sur 1.400 articles, il est même impossible d'en trouver un qui diverge un tant soit peu des thèmes originaires du Conseil sur les Relations Étrangères.


Il est intéressant de voir jusqu'à quel point les médias sont devenus le porte-voix de la propagande de la sécurité nationale. La cote de popularité personnelle de Poutine confirme son énorme renommée, et pourtant les médias continuent à le traiter comme si c'était un tyran. C'est absolument incongru.


Dans la plupart des articles, Poutine est traité d'« anti-démocrate, » une accusation qui n'est jamais dirigée contre la famille royale saoudienne, même si les femmes n'ont pas le droit de conduire, doivent être entièrement couvertes tout le temps, et peuvent être lapidées à mort si elles sont jugées infidèles. De même, en Arabie Saoudite, la décapitation est toujours la peine privilégiée pour les crimes capitaux.


Quand Abdullah le Roi saoudien visites les États-Unis, il n'est pas accablé de mépris pour les traitement répressifs de son régime sur son peuple. Il est plutôt récompensé par des photos flatteuses de lui et George Bush, flânant bras dessus bras dessous à travers la sauge de Crawford.


Pourquoi calomnie-t-on Poutine en disant qu'il fait « reculer la démocratie » quand le client étasunien, Mikhail Saakashvili, déclare arbitrairement la loi martiale et déploie ses Robot-cops brandissant leur matraque pour battre les manifestants avant de les traîner inanimés dans le goulag de Géorgie ? Les images de la sanglante répression de Saakashvili sont parues dans la presse étrangère, mais pas aux États-Unis. Les médias ont plutôt tous focalisé leurs caméras sur Garry Kasparov (auteur contribuant au Wall Street Journal et de la droite timbrée), alors qu'il était emmené menotté en taule à Moscou pour avoir manifesté sans autorisation.


* * * * * *


Le vrai crime de Poutine c'est qu'il sert les intérêts nationaux de la Russie plutôt que les intérêts du Capitaux mondial. Il rejette aussi le modèle mondial « unipolaire » de Washington. Comme il l'a dit à Munich :


Le monde unipolaire se réfère à un monde dans lequel il y a un maître, un souverain, un centre d'autorité, un centre de force, un centre de prise de décision. Au bout du compte c'est pernicieux non seulement pour tous ceux qui sont dans le système, mais aussi pour le souverain lui-même parce que ça se détruit de l'intérieur.


Ce qui est même encore plus important, c'est que le modèle lui-même est défectueux parce que par principe il n'y a et il ne peut y avoir de base morale pour la civilisation moderne.

Il a ajouté :


Nous constatons de plus en plus de mépris pour les principes fondamentaux du droit international... Nous assistons à un presque incontrôlable usage excessif de la force, de la force militaire, dans les relations internationales, force qui plonge le monde dans un abîme de conflits permanents. Je suis convaincu que nous avons atteint le moment décisif où il faut sérieusement réfléchir à l'architecture de la sécurité mondiale.

Bien dit, Vladimir.


Poutine n'est pas un saint, mais il ne mérite pas la raclée qu'il obtient des médias occidentaux.

Suite "Et un dernier mot sur Garry Kasparov"

Repost 0
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 10:41
Il est curieux de constater une certaine proximité entre la situation de l'Europe du XXIe siècle où grondent les différentes revendications d'indépendance (Kosovo, Pays Basque, Corse, Ecosse, etc., voir l'article du Salon Beige) et celle du haut Moyen-Âge qui vit une période de troubles et de décomposition totale

Or, "la seule source d'unité, la seule force demeurée vive, a été précisément le noyau familial, à partir duquel s'est peu à peu constitué l'unité française. La famille, et sa base domaniale, ont été ainsi, en raison des circonstances, le point de départ de notre nation." (Régine Pernoud, Lumière du Moyen Âge, Grasset, Paris 1981, p. 13). 

Le parallèle entre ces deux situations peut être pour nous comme un élément d'espoir, une nouvelle perspective pour entrevoir la renaissance de la vraie France autour de ses éléments identitaires traditionnels, paralysée et empêchée par l'appareil maçonnique libéral républicain euromondialiste. 

Puisque aujourd'hui, les Etats sont tous au service de la mondialisation libérale, il faut se méfier de l'opinion suivant laquelle la poussée régionaliste à laquelle nous assistons serait "liée selon Jean-Yves Camus aux "modalités de la construction européenne et de la mondialisation libérale" (cité in
Le Salon Beige). 

M'est avis que les revendications nationales-régionalistes seraient plutôt un vrai danger pour les mondialistes. Des entitées nationales autonomes, qu'est-ce?  C'est la multiplication d'entités locales autonomes, indépendantes, un "retour au Moyen Âge" (!), phrase que l'on a entendu combien de fois? Une "nouvelle féodalité"? (!), en tous les cas, autant de freins au processus du N.O.M. ... C'est aussi la reconnaissance réelle du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes au service des peuples (!) et non plus au service de la Secte comme en 1918 où il s'agissait de démanteler les derniers empires chrétiens. Dans tout ce qu'on lit ou entend, il faut donc se méfier, être très méfiant et prendre ses distances. Parfois opérer l'exact contraire pour se rapprocher de la vérité qu'on veut nous cacher. 

Je prends l'exemple de la Belgique. Vouloir à toute force son unité, pensez-y, c'est aussi vouloir la continuité d'un Etat lié de toutes ses fibres à la construction de la démocrature européenne et à la mondialisation libérale. En 1830, la catholique et libérale Belgique acclama un roi protestant et franc-maçon.

Régine Pernoud rappelle qu'au Moyen Âge, la société ne reposait plus comme dans l'antiquité romaine sur la conception étatiste mais sur "ce fait d'ordre biologique et moral à la fois, que tous les indivus qui composent une même famille sont unis par la chair et par le sang, que leurs intérêts sont solidaires, et que rien n'est plus respectable que l'affection qui naturellement les anime les uns envers les autres. 

Dès le Xe siècle, la société...  présente pour trait essentiel la notion de solidarité familiale, issue des coutumes barbares, germaniques ou nordiques. ... L'histoire de la féodalité n'est autre que celles des principales lignées. Et qu'est-ce, somme toute, que l'histoire du pouvoir royal du Xe au XIVe siècle? Celle d'un lignage, qui s'établit grâce à sa renommée de courage, à la valeur dont ses ancêtres avaient fait la preuve: beaucoup plus qu'un homme, c'est une famille que les barons placèrent à leur tête... en la personne d'Huges Capet. ..." (ibid., p. 11-14). 

La constructions de super-Etats tous inféodés au N.O.M. n'est pas pour moi un avenir. Je préfère mille fois l'éclatement des vieux Etats-nations, tous issus de la "
Renaissance", de la Réforme et de la Révolution... que la préservation à toute force de leurs chimérique unité dans un intérêt qui n'est pas le mien. Finalement, le processus mondialiste peut être une chance pour nous, mais pas dans le sens où l'entendent nos ennemis.
Repost 0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 12:34
Je voudrais démystifier un article come4news qui s'il énonce quelques vérités politiquement incorrectes car "antisémites" et donc blasphématoires... justiciables des "tribunaux", n'en énonce pas moins une conclusion confondante de naïveté.

Je cite: "[S]ur 100 personnes passant à la TV Française, 50 sont des Juifs sionistes, 30 des néosionistes non Juifs, et 20 d'origine diverse. C'est grave pour la démocratie ! Il faut exiger l'égalité républicaine...au nom de l'équité, tout simplement ! 

La France n’est plus un pays libre ; c’est un état totalitaire... [U]n groupe a fait main basse sur la télévision, et sur de nombreux médias, les accaparant au détriment de la pluralité républicaine. En clair, cela signifie que les Français ne peuvent plus se faire leur opinion librement sur une question donnée. A leur insu, la réponse leur est imposée, à sens unique. Ce scandale, il faut le dénoncer, j’appelle les internautes à faire circuler cet article, ou mieux, à le reproduire dans leur blog ou sur leur site. Il y va de la liberté, de la démocratie. L’enjeu, finalement, n’est pas seulement national, il est mondial. Internautes, mobilisons-nous pour sauver la liberté d’information et donc la démocratie" [
Suite come4news]

Si le fond est vrai, indéniable, la conclusion est plutôt confondante de naïveté. 

En effet, le "libéralisme", la "liberté" & la "démocratie" sont les facettes d'une même idéologie sectaire que la même communauté cherche par tous moyens et toute force à imposer au monde depuis deux siècles.  "La devise 'Liberté, égalité, fraternité'. La secte la fait retentir partout, elle a obtenu de la faire inscrire sur les édifices publics, sur les monnaies, sur tous les actes de l'autorité législative et civile. Cette formule dit le franc-maçon Malapert dans un de ses discours aux loges (Chaîne d'Union, 1874, p. 85), fut précisée vers le milieu du siècle dernier (XVIIIe) par Saint-Martin [fondateur juif de l'illuminisme français]. Tous les ateliers l'ont acceptée, et les grands hommes de la Révolution en ont fait la devise de la République française. 'Liberté, égalité, fraternité, ces trois mots disposés dans cet ordre, dit le F-M Malapert, indiquent ce que doit être une société bien réglée', ce qu'elle sera, lorsque le contrat social sera arrivé à ses dernières conséquences, aura porté ses derniers fruits.
Weishaupt (juif allemand fondateur de l'Illuminisme) et les siens ont dit ouvertement ce qu'ils prétendent tirer de cette formule (Liberté, Egalité) : d'abord l'abolition de la religion et de toute autorité civile, puis l'abolition de toute hiérarchie sociale et de toute propriété" (Henri Delassus, La Conjuration antichrétienne, Le Temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise catholique, 1910, rééd. Expéditions Pamphiliennes 1999, p. 256).

L'appel de l'article ci-dessus à se mobiliser pour sauver "la liberté" d’information et donc "la démocratie" doit être relayé, mais nuancé et expliqué avec l'historique des notions de "libéralisme", "liberté" et de "démocratie". Par contre, il est certain que la même Secte, la même Communauté, après s'être servi de la presse et de la "liberté de penser" (entre guillemets!) pour exciter furieusement les passions utiles à ses desseins, avait prévu de longue date de la noyauter et de la museller définitivement.

Au final, je reformulerai l'appel ainsi : "Internautes, mobilisons-nous pour sauver les libertés (au pluriel), le Roi vite!"

Lire aussi:

- Weishaupt et les sites anti-conspirationnistes
-
L'imposture de la devise "Liberté Egalité Fraternité" 
-
La franc-maçonnerie et le projet de domination mondiale du Pouvoir occulte
-
Liberté, Egalité, Fraternité... ou la mort!
-
Le mensonge de la "Liberté" : la corruption de la liberté par les libéraux 
-
L'imposture démocratique
-
Le pouvoir de l'argent dans nos démocraties  
-
1789 Une aristocratie en chasse une autre, naissance de la bourgeoisie d'affaires et de l'Argent-Roi, la ploutocratie
- Une "liberté de penser" à sens unique au service de la Secte
- La monarchie française d’Ancien Régime était bien plus 'parlementaire' que ne l’est notre régime néo-présidentiel actuel
Repost 0
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 12:01
Il aura fallu attendre une tragédie, le viol et le meutre horrible d'une femme d'un officier de marine pour que le gouvernement Prodi réagisse enfin et décrète l'expulsion immédiate des immigrés délinquants. Âmes sensibles s'abstenir de la lecture de cet article du Figaro. Les collabos vont payer cher leurs trahisons le jour de la libération. Les Italiens, eux, perdent patience.

"Le Conseil des ministres a promulgué un décret d'application immédiate donnant pleins pouvoirs aux préfets pour organiser le rapatriement des sujets violents.
 
DES CENTAINES de Roumains devraient bientôt être expulsés pour motif d'ordre public. Les préfets sont chargés d'exécuter les mesures d'éloignement, qui devraient commencer dans les tout prochains jours. Elles concernent les ressortissants immigrés posant un problème de sécurité.  

Tout est parti d'un fait divers brutal qui a suscité une profonde horreur en Italie. Mardi, vers 20 h 45, Giovanna Reggiani (47 ans), épouse d'un capitaine de vaisseau occupant de hautes fonctions à l'amirauté, était agressée à sa descente de train au retour de Rome. Les abords de la gare de banlieue où a eu lieu l'agression, à Tor di Quinto, en font un lieu sordide, mal éclairé, avec une méchante route défoncée qui longe un campement de Tsiganes. L'un d'eux, Nicolae Romulus Mailat (24 ans), venu en Italie après avoir purgé trois ans de prison dans son pays, l'a sauvagement attaquée, dévalisée, rouée de coups et emmenée dans sa baraque pour la violer avant de jeter son corps dénudé dans un ravin proche. C'est une femme tsigane témoin de la scène qui a alerté un conducteur d'autobus. Les policiers ont retrouvé le sac et les effets personnels de Giovanna dans la baraque. Nicolae avait le visage couvert du sang et des griffures d'ongles de sa victime. Giovanna est morte jeudi soir après deux jours de coma.
 
Le premier à réagir a été Walter Veltroni. Prenant de court le gouvernement, le leader du Parti démocratique a convoqué à la hâte, mercredi en début d'après-midi, une conférence de presse pour réclamer le rapatriement forcé des éléments violents : « Je le répète depuis des mois. Avec la législation en vigueur, ni la police ni les maires ne peuvent faire face à l'urgence. »
  
« Il faut des mesures d'urgence, sous peine de rester impuissants », a lancé Walter Veltroni. Mercredi, le Conseil des ministres a promulgué un décret d'application immédiate donnant pleins pouvoirs aux préfets pour organiser les expulsions des sujets violents. Dans la foulée, le chef de l'État, Giorgio Napolitano, a ratifié le décret promulgué hier au Journal officiel. Pour le chef de la police, Antonio Manganelli, des milliers de Roumains et de Roms sont passibles d'expulsion. Les premières mesures de rapatriement forcé devraient en concernaient 1 500." (Le Figaro, Rome veut expulser les immigrés délinquants, 03 novembre 2007).

Dans le même temps, en réplique au viol, Bafweb indique: "
Viol: Les Romains se jettent sur les Roumains": "Sans doute fatigués de l’impuissance de la gausce en matière d’immigration une dizaine d’Italiens cagoulés ont agressé des ressortissants roumains avec des bâtons. -> 

"Voilà ce qui arrive à coup sûr quand on en prend aucune mesure préventive. Et la première mesure à prendre c’est l’arrêt de l’immigration de peuplement et le droit d’expulser séance tenante les criminels étrangers".

Add. Dépêche AFP - Italie: crainte d'une vendetta anti-Roumains après une agression mortelle, 03/11/2007 13:40
"Trois Roumains - âgés de 29, 34 et 47 ans - ont été attaqués à coups de bâtons, de couteaux et de barres de fer par un groupe de huit à dix hommes, encagoulés et casqués, vendredi soir dans le parking d'un supermarché du sud-est de la ville où des étrangers ont l'habitude de bivouaquer.
Les blessés, dont l'un grièvement, sont au nombre de trois … Les agresseurs, qui ont réussi à s'enfuir, sont italiens, selon les témoignages recueillis par les carabiniers. Tous les médias font le lien entre cette attaque et l'agression mortelle dont a été victime une femme de 47 ans ans mardi à Rome. ... La presse évoque une "expédition punitive".
"Nous devons empêcher que ce tigre terrible, qu'est la haine xénophobe, la bête raciste, sorte de sa cage", a déclaré le ministre de l'Intérieur dans l'interview à La Repubblica, pour justifier l'adoption en urgence mercredi d'un décret facilitant l'expulsion d'étrangers". 

Questions: qui a permis que sorte cette "bête raciste" en créant l'immigration-invasion? Qui a créé ce "racisme"?... Et à qui profite le crime?... 
Repost 0
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 08:23
« RÉAFFIRMONS la primauté du caractère français et catholique du Québec. » « J'ai peur qu'on ne protège pas assez ma langue, ma culture et mes droits. » « Si l'on avait une identité forte, on n'aurait pas peur d'accueillir des étrangers. » Trois phrases de trois intervenants différents, dans un débat de deux heures, ... lors de la "la commission de consultation sur les pratiques d'accommodement liées aux différences culturelles".

La petite ville d'Hérouxville, au centre du Québec, a adopté un

"le 27 janvier dernier à Hérouxville, La municipalité de ce village de 1 300 habitants a adopté un « code de conduite » à l'intention des immigrants, interdisant le port de la burqa et l'excision, mais aussi la lapidation et l'immolation par le feu. 

... Paradoxalement, les « accommodements » en faveur des minorités religieuses ont ranimé la flamme catholique des Québécois au moment où ils l'avaient consignée à la sphère privée. Des parents déplorent la « déchristianisation » des écoles.
 
"Pourquoi tolérer le port du voile dans les espaces publics où l'on fait disparaître les crucifix et les sapins de Noël ? Du coup, quatre décennies après la « révolution tranquille », c'est la place de la religion dans la société qui revient au coeur du débat. C'est ainsi que l'on redécouvre l'un des deux piliers du sentiment identitaire québécois. « La langue française et le catholicisme font partie de notre patrimoine, dont nous devrions être fiers, et le meilleur moyen d'intégrer les immigrants, c'est de leur enseigner notre histoire », estime Onil Perrier, fondateur de la Maison nationale des patriotes à Saint-Denis.
  
"Multiculturalisme à l'anglo-saxonne ou laïcité à la française ? Coincé entre deux modèles culturels, le Québec cherche une troisième voie. ... l'État provincial se demande jusqu'où aller dans la tolérance du recours aux « accommodements raisonnables », c'est-à-dire aux dérogations, sans « contrainte excessive » pour la communauté, à une règle dont l'application lèse un citoyen dans l'exercice de ses libertés individuelles, religieuses et autres." (Le Figaro, Le Québec a peur de perdre son âme, 03 novembre 2007).

J'ai toujours dit que la laïcité un jour se retournera contre elle. C'est ce qui est en train de se passer au Quebec. Evidemment, il y aura toujours les collabos pour nous poignarder dans le dos: "200 Québécois "de souche" ... ont signé et mis en ligne ... une lettre ouverte "contre l'intolérance", tandis que le premier ministre s'inquiète "pour la réputation internationale" de la province francophone canadienne... Rien que ça! " Questions: un peuple a-t-il le droit de rester lui-même? Un peuple doit-il accepter sans rien dire d'être colonisé et envahi??... En un temps les gauchistes répondaient "Décolonisation!"; "Les peuples ont le droit de conserver leur culture, leur particularisme, leur autonomie, leur indépendance"... Aujourd'hui, les mêmes, pour le Quebec, répondent: "Non! Le Quebec doit accepter d'être envahi, c'est ça la tolérance!" ... Bref, il semble que leurs opinions varient selon le peuple en question et que leurs "humanisme" , "tolérance", etc., soit sélectifs. 
Repost 0
31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 17:14
L'"islamisation" de la France est un phénomène récent qui a connu avant lui, un autre phénomène: la décatholicisation, conséquence de la Révolution dite "française" qui, de l'identité monarchique et chrétienne de la France, a voulu faire table rase... 

Personne d'autre qu'elle-même ne sauvera la France, elle ne se sauvera pas sans elle et c'est en elle que la France trouvera les ressources nécessaires pour se sauver

La république "laïque" porte en elle les germes du cosmopolitisme qui tue notre patrie. Le meilleur garant aujourd'hui d'une France indépendante n'est-il pas la renaissance de cette France souveraine, catholique et, idéalement, monarchique?

Il serait temps aujourd'hui que ceux de tous bords, qui prétendent lutter contre le mondialisme et la Pax americana, regardent finalement ce qu'ils se sont toujours refuser à regarder, afin de ne pas passer pour un vilain "réactionnaire", "facho", "rétrograde", etc., et en tirent les conclusions.

Il serait temps aujourd'hui que ceux de tous bords, qui prétendent lutter contre le mondialisme et la Pax americana, reconnaissent que personne d'autre qu'elle-même viendra sauver la France, qu'elle ne sauvera pas sans elle, et que la France donc devra trouver en elle les ressources pour se sauver. 

Quel pourrait être ce socle commun, ce plus petit commun dénominateur qui pourrait nous unir? La laïcité? Mais n'est-ce pas cette "laïcité" qui nous conduit dans cette aporie républicaine amenant aux affrontements de novembre 2005? Comment donner envie de s'intégrer à du vide? Notre plus petit commun dénominateur ne serait-il pas cette monarchie traditionnelle française, ce trésor de notre identité que la "république" s'acharne à nier, cette monarchie vouée aux enfers par tous les républicains? Les rois ont fait la France, la république la détruit, qu'attendons-nous ?
Repost 0
31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 09:58

Marina Lapenkova écrit pour l'Agence France-Presse Moscou (via Cyberpresse.ca) que le «Livre pour l'enseignant sur l'histoire contemporaine de la Russie (1945-2006)», tiré à 10 000 exemplaires, a mis le feu aux poudres. Cet ouvrage ... hérisse les enseignants qui l'accusent de «justifier les répressions staliniennes» et de porter aux nues l'ère Poutine.

«Les chercheurs contemporains ont tendance à expliquer les purges (staliniennes) par la volonté (de Staline) de mobiliser la société pour la pousser à accomplir des taches irréalisables», écrit le manuel [Les purges n'avaient-elles pas pour but de créer le socialisme, la société sans classes?].

L'ouvrage, qui présente Staline comme «un des dirigeants les plus efficaces de l'URSS», explique également qu'«à la suite des purges une nouvelle couche administrative s'est formée [création d'une nouvelle aristocratie soviétique: les apparatchiks], adaptée aux objectifs de modernisation» du pays.

«Autrement dit, les répressions étaient indispensables ?», s'interroge l'enseignant Leonid Katsva, lui-même auteur d'un manuel d'histoire, qui ne voit dans tout cela qu'une «réhabilitation du stalinisme».

... Le scandale provoqué par le livre a poussé le président Vladimir Poutine à recevoir en juin un groupe d'historiens et d'enseignants et à leur expliquer son point de vue.

Après les manuels des années 1990 qui imposaient aux Russes «un sentiment de culpabilité», les nouveaux manuels doivent inculquer aux élèves «un sentiment de fierté», avait-il déjà dit en 2003.

Au lendemain de la chute de l'URSS, «plusieurs auteurs de manuels ont touché des bourses étrangères. On les paie et ils dansent une polka ou ce qu'on leur commande», a-t-il assuré en juin.

L'historien Anatoli Outkine, auteur du chapitre sur la politique étrangère de l'URSS dans le livre contesté, raconte avoir été lui-même boursier du Fonds du milliardaire américain Georges Soros, peu après l'éclatement de l'URSS. «La Russie comptait un million de lycéens et tous les manuels étaient démodés», se souvient-il. «Nous avons traduit des manuels occidentaux, souvent brillants mais anti-russes, ou écrit nos propres livres d'histoire en nous référant à l'Occident», dit-il. Pour lui, «il est temps de refaire ces manuels qui présentent l'histoire soviétique comme une succession de défaites et de répressions».

... Le livre incrimimé préfère souligner que «l'URSS est sortie de la Seconde guerre mondiale comme une vraie super-puissance».

Ce n'est pas faux à condition de préciser que :
1- L'abandon de l'utopie socialiste internationaliste n'a pas amené immédiatement l'abandon de la politique de répression à l'intérieur de l'Urss.
2- Dans une démarche similaire à celle d'un Franco construisant le mémorial de Los Caïdos en hommage aux victimes des deux camps, Poutine semble vouloir, dans un but de réconciliation nationale, rassembler tous les Russes, anciens communistes comme anti-communistes, pour pouvoir aller de l'avant. (Voir les
commémorations des victimes des répressions politiques en URSS, hier mardi 30 octobre 2007)
3- L'avènement d'une Urss "super-puissance en 1945" ne fut rendu possible que suite à la faillite doctrinale des Soviets, l'échec pratique du socialisme internationaliste et la transformation du socialisme soviétique en un socialisme national d'Etat.

Dans son livre "La France ne sera pas un pays d'esclaves" écrit en 1936, Jacques Doriot l'explique : "au moment même où l'Union soviétique a commencé de s'écarter du socialisme, elle s'est également écartée de l'internationalisme - et elle s'en est écartée aussi vite que du socialisme. Elle tend à devenir, elle est devenue un Etat national. Par là même l'Internationale Communiste tend à devenir un moyen de propager la politique extérieure de l'Etat national-soviétique qui vient de se constituer" (Jacques Doriot, La France ne sera pas un pays d'esclaves, Les Œuvres Françaises, Paris 1936, p. 101-102). 

Les causes de l'échec de l'expérience socialiste internationaliste? Jacques Doriot les répertorie parfaitement. Il s'agit d'une erreur du marxisme sur la nature de l'homme et l'intérêt motivant son action. Même en Urss, un ouvrier voyant un
apparatchik avec une belle mercedes allemande voulait avoir la même...

 "Le parti bolchevik a eu toutes les possibilités de réaliser le programme socialiste. ... il a été le maître absolu de toutes ses décisions; il a exercé sur la Russie, sur l'Union Soviétique, la dictature la plus absolue. Aucun parti de l'a gêné; personne ne lui a disputé le pouvoir. Il a tenu tous les leviers de commande; il a eu la direction complète de l'économie. Or, à l'époque où il marque des succès économiques incontestables, il s'éloigne de son point de départ et de son programme fondamental. Mieux, pour réaliser ces progrès économiques, il est obligé de créer de nouvelles inégalités économiques, ces inégalités qu'il se proposait de détruite en arrivant au pouvoir. ... Dès 1928, Staline a replongé le pays dans la disette et dans la douleur, pour arriver au développement du plan quinquennal dans l'industriel et l'agriculture. Les plans quinquennaux ... devaient aboutir ... à la liquidation des classes; ils devaient créer non seulement les bases du socialisme, mais le socialisme lui-même. ... Nous constatons que c'est au moment où l'on devait atteindre la réalisation complète du socialisme que, comme poussée par une force surnaturelle, la Révolution russe guidée par un champion du socialisme depuis quarante ans, évolue avec rapidité vers la reconstitution des classes sociales. Et tout ce que nous savons sur la Russie montre que, loin de s'atténuer, ce phénomène ira en s'accentuant. ... On n'a pas en Urss réalisé le socialisme, mais la faillite complète de l'expérience socialiste" (Jacques Doriot, ibid., p. 91-93).

"Lénine avait été obligé de faire une retraite: la
NEP. Staline a été obligé d'en faire une autre. Peut-on jeter l'anathème à ces hommes et dire qu'ils se sont trompés, qu'ils ne comprennent rien à rien? Faut-il les louer d'avoir fait un effort méritoire en partant d'une doctrine qui est belle, et dans sa formation et dans son idéal, et puis, n'ayant pas pu réussir, d'avoir battu en retraite et d'avoir cherché à éviter à un peuple de nouvelles souffrances, en se contentant d'un à peu près sur la route du socialisme, au lieu de sa totale réalisation? [Autrement dit, pour l'information des communistes d'aujourd'hui tenant que "le communisme de Staline n'était pas le vrai communisme"..., la poursuite de la marche vers le socialisme eut entraîné en Urss encore plus de morts que n'en ont fait les seules "purges staliniennes" si Staline n'avait pas décidé d'arrêter l'expérience du socialisme internationaliste. Bref, socialisme national d'Etat sous Staline comme socialisme internationaliste lors des premières années de l'Urss, égale morts par milliers quelque soit la solution choisie...]

"Pour ma part, je ne leur jetterai ni le blâme ni l'anathème. je veux simplement essayer de dégager le fruit de l'expérience de beaucoup d'entre nous: c'est-à-dire la découverte de l'erreur qui est contenue dans la doctrine de Marx et d'Engels, cette erreur que Jaurès avait déjà pressentie et que le résultat de l'expérience soviétique confirme. ... Ces doctrines ... oublient le facteur humain, ... elles ne tiennent aucun compte de la nature de l'homme, ... elles ne tiennent aucun compte des inégalités profondes entre les facultés des humains. L'erreur fondamentale du marxisme est de croire que le milieu économique forme complètement le milieu social, que l'homme est le produit exclusif de son milieu économique. Or, cette affirmation n'est que partiellement vraie. Car il faut tenir compte qu'en dehors de l'impulsion qu'il reçoit en milieu économique, l'homme obéit à un certain nombre de lois naturelles, qui se reproduisent depuis toujours, et notamment à celle de l'intérêt qui le fait à son tour réagir sur le milieu économique et social. C'est pour avoir méconnu cette vérité profonde que les bolcheviks, après Marx, après Lénine, ont, pendant les premières années de la révolution, tout écrasé dans leur pays. Mais le programme socialiste a été écrasé à son tour par la vie plus forte que la puissance dictatoriale de la plus puissante dictature du monde" (
Jacques Doriot, La France ne sera pas un pays d'esclaves, Les Œuvres Françaises, Paris 1936, p. 94-95).

Personnellement, j'essaie d'analyser l'évolution de notre monde. 

D'une part, je note qu'aujourd'hui, le marxisme n'est pas mort lorsque pour expliquer les émeutes de novembre 2005, les socialistes avancent que c'est uniquement le "milieu économique", la pauvreté, le milieu où ils vivent ("les quartiers") qui ont provoqué les émeutes... Ce n'est que partiellement vrai. Car il me semble qu'il faille tenir compte d'autres paramètres comme le politique, sorte de "grand jeu anarchisant", de "lutte, contre l'état contre les structures, contre l'ordre" (
formule de Le Pen), ou même le paramètre ethnico-religieux, celui d'une "révolte à caractère ethnique et religieux" (selon la formule d'Alain Finkielkraut). Zyed et Bouna, "les deux jeunes étaient morts électrocutés dans un transformateur, il y a deux ans. Le fait-divers avait été l’élément déclencheur des émeutes du mois de novembre" (NOUVELOBS.COM | 27.10.2007).
Ne retenir par idéologie marxiste que la dimension économique, c'est se limiter à ne regarder les tensions dans une société que sous l'angle purement matérialiste en occultant les autres raisons.

D'autre part, il me semble que si le socialisme a échoué en Urss, il revient sous une forme hybride sournoise dans l'Eurocratie de Bruxelles, nouvelle Urss, ainsi que par le biais de la "mondialisation".  Il bat en retraite sur la destruction des "classes sociales", il adopte le libre-échange mondial qui est un fait depuis toujours, mais cherche à présent à détruire les différences entre les nations et les Etats souverains en faisant adopter son modèle de société relativiste, égoïste, matérialiste et athée. 

Bref le socialisme internationaliste a muté, mais il est toujours le même au fond: ennemi de Dieu et ennemi de l'homme, il n'a pas varié sur ces deux points.

Le nouveau socialisme internationaliste n'a plus pour objectif de détruire les "classes sociales", il a pour objectif de détruire la diversité, détruire les différences entre les nations. Les indépendance nationales, les frontières, sont pour lui autant de lignes de démarcation à abattre, autant d'obstacle sur la route du socialisme. Les nations doivent disparaître si on veut parvenir au socialisme internationaliste nouvelle mouture... 

On l'aura compris, le "libéralisme" mondialiste n'est que le succédané du socialisme internationaliste soviétique, la face occulte du même
projet illuminé de soumission de la planète.

Aujourd'hui, tout ce qui peut enrayer ce néo-social-libéralisme totalitaire dans sa marche de soumission de la planète à ses faux dogmes, doit être nôtre. 

J'ai envie de dire: royalistes, nationalistes, souverainistes, patriotes de tous les pays, unissez-vous!

Repost 0
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 22:04

Alors que se développe au Canada le "Peace Village", "un quartier de Toronto où toutes les rues mènent à la mosquée", la première enclave musulmane (video via bafweb), comment allons-nous nous organiser ici en "France"? 

Face au rouleau compresseur mondialiste, broyeur des peuples, et aux persécutions que le peuple français lui-même subit (immigration-invasion, substitution démographique, déplacements géographiques, discrimination "positive"), certains nationalistes français imaginent résister au  nom de "la nation, dernier rempart contre le nouvel ordre mondial" (néo-jacobins, front national, etc.). Seulement, cette vue folklorique d'une nation n'existe plus dans un peuple qui n'existe bientôt plus lui-même qu'à l'état minoritaire... Devant la mondialisation de "la France", qui est devenu maintenant un fait, le 
Tradiland, le communautarisme catholique et français devient une solution de plus en plus pertinente et rationnelle. Henri de Fersan l'explique sur son blog "Parti Français Chrétiens": "le 21e siècle ne sera pas seulement le siècle du spirituel, il sera surtout le siècle du communautarisme". Resterons-nous à la traîne ? Comment nous organiserons-nous? Pour quelle(s) raison(s) ce que les mondialistes louent et encouragent chez les musulmans au Canada (leur organisation communautaire et séparatiste sur les bases du coran autour du "Peace Village") "au nom de la démocratie, de la tolérance et des droits de l'homme", deviendrait-il soudainement un projet subversif et réactionnaire quand des résistants français voudraient le faire chez eux en "France"? Les mondialistes droits de l'hommistes devraient s'enthousiasmer et nous louer de vouloir nous organiser entre nous puisqu'ils louent les musulmans qui font cela au Canada. Ou bien ont-ils les idées sélectives?

"[Q]uelle joie de voir réaliser par autrui ce que j’avais toujours prôné. La société Magellys (site internet :
http://www.magellys.com/) propose une gamme de vêtements pour hommes, femmes, garçons, filles et bébés, à des prix fort compétitifs, une sorte de Cyrillus en plus tradi et surtout en discount. Jupes plissées, tenues scoutes, barboteuses, chemisettes unies pour homme (elles deviennent de plus en plus difficiles à trouver…), il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Pour environ 150 euros, nous avons fait provision de robes pour madame et mesdemoiselles. Nous allons rapidement investir dans les jupes plissées pour grandes adolescentes, (ça grandit vite à la maison), jupons et, puisqu’on y est, de pantalons pour les garçons (on pourrait en trouver dans le commerce, mais autant faire travailler notre peuple).
Magellys est une facette supplémentaire des facultés tradilandaises d’adaptation et de l’existence réelle de la spécificité de ce peuple, comme si à chaque manifestation de l’apartheid mesquin du régime, nous trouvions une parade. Ils ne voulaient pas de nous dans leurs églises, nous avons construit les nôtres. Ils ne voulaient pas de nous dans leurs écoles, nous avons créé notre tissu scolaire. Ils ne voulaient ni de notre culture, ni de notre mémoire, nous nous sommes dotés d’un dynamique réseau culturel, étant probablement la communauté en France qui lit le plus… Ils ne veulent pas aider nos familles dans le besoin ? Nous avons créé nos propres structures d’aides sociales. Nous n’avons pas le choix pour habiller nos enfants, les nourrir et les instruire ? Une fois encore nous faisons face en créant nos propres entreprises de vêtements et même, dans certaines provinces, nous avons le vin tradi, le miel tradi, la viande tradie (non, les entreprises ne s’appellent pas Tradivin, Tradimiel et Tradiviande, la novlangue a ses limites…). Bien évidemment, la tentation est grande de rassembler le tout en véritable trust communautaire à la KTO (Konzern Tradilandais Omniproduits, prononcer comme il se doit « Catho ») réminiscence du COP de Robocop, mais généralement, les grosses entreprises ont la faculté d’adaptation du dinosaure et finissent comme lui. A l’ère de la leaderless resistance et de la Tupper-war, éloignons-nous des structures pesantes pour plébisciter l’organisation en nébuleuse. Rome ne s’est pas faite en un jour, ni même Akron (Ohio). Tranchons un par un les liens qui nous entravent avec un pays qui, j’espère que mes éditoriaux l’ont prouvé, ne veut plus de nous. Eglises libres, écoles libres, culture libre, recherche historique libre, commerce libre pour commencer. Ensuite, la fonction créant l’organe, nous pourrons passer à l’étape suivante : notre justice, notre administration, notre police, notre armée… l’indépendance ! L’heure est venue d’affiner la prophétie de Malraux : le 21e siècle ne sera pas seulement le siècle du spirituel, il sera surtout le siècle du communautarisme. Et pour la première fois depuis longtemps, les gens de notre bord ont une longueur d’avance dans ce domaine…" (
Blog Parti Français Chrétiens)

Repost 0
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 11:01
Quand j’entends ce matin Alexandre Alder fustiger la “complaisance” ou la “complicité” de l’Eglise à l’égard du régime franquiste, j’ai l’impression de voir une poule incapable de lever son bec du sol. Car il est trop facile de présenter les choses en les privant de leur histoire: c’est un procédé totalitaire que George Orwell avait bien compris dans son roman 1984, où l’on voit le pouvoir gommer la mémoire collective à mesure que le temps passe, pour mieux se rendre maître des esprits.
Lorsqu’une partie de l’armée espagnole se soulève en 1936, cela fait des mois que l’extrême-gauche, que la récente République ne parvient pas à canaliser, a déjà assassiné des centaines de prêtres dont 18 évêques, incendié des milliers d’églises, dévasté les couvents, violé des centaines de religieuses, déterré des cadavres de saints pour les exhiber aux quolibets de la populace. Dans cette affaire, la question ne s’est pas posée de savoir si l’Eglise devait être complaisante ou pas: le soulèvement a mis fin à ces atrocités. Quant à la guerre civile qui a suivi, elle fut épouvantable, c’est vrai, mais jamais il n’est jamais venu à l’idée de quiconque de prétendre qu’un camp y fut plus compatisssant que l’autre: ce fut un déchaînement de haine dont chaque camp prit sa part.
Cela dit, connaissant le fanatisme non pas occasionnel mais consubstantiel au communisme, je doute fort que, si les Rouges avaient gagné, ils auraient eu l’élégance de construire le mémorial de Los Caïdos en hommage aux victimes des deux camps, comme a fait Franco. (
Adeline2007.fr)
Repost 0