Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 11:39

Parce que les citoyens ne croient plus au mythe révolutionnaire de l'efficacité politique (volontarisme, constructivisme...), parce que les citoyens "ne font plus confiance" aux politiciens, parce que "les citoyens se sentent ignorés et méprisés par une classe politique qui se considère comme une élite alors qu'elle devrait se comporter comme un serviteur du peuple", "notre système démocratique démontre son inefficacité", déclare le député belge Laurent LOUIS.

"Malgré les élections, ce sont toujours les mêmes élus qui siègent dans cette assemblée. Certains sont ici depuis plus de trente ans...", explique-t-il aux parlementaires belges. Leur rappelant que "le pouvoir ne nous appartient pas" après avoir eu le micro coupé... le député Herman De Croo, siégeant dans l'Assemblée depuis 45 ans, ne prenant pas la peine d'examiner la proposition et balayant celle-ci d'un revers de la main, lui répond : "Tout ce qui est excessif est insignifiant..."


Se basant sur les travaux d'Etienne Chouard (voir une video ici), Laurent Louis propose un changement de système: remplacer les élections par le tirage au sort de citoyens volontaires. Découvrez le texte complet de la proposition de Laurent LOUIS: http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/53/2860/53K2860001.pdf

 

 

 

Note de Christ-Roi. Le tirage au sort chez les Grecs s'en remettant au jugement des dieux se rapproche toujours davantage du droit divin que de la seule "Volonté populaire" exprimée au travers d'un bulletin de vote pour tel ou tel candidat qui aura été choisi d'abord non par le peuple mais par une instance oligarchique sur des critères et des intérêts qui ne sont pas ceux du peuple...

 

Ce tirage au sort peut donc être un moyen efficace pour courcircuiter la dérive oligarchique de la démocratie.

 

Lorsque l'échelon inférieur ne peut faire quelque chose, il peut s'en remettre à l'échelon supérieur pour qu'il le fasse pour lui (principe de subsidiarité) et pourquoi pas, notamment à un échelon tiré au sort directement parmi des représentants du  peuple issus de toutes ses composantes, au travers de ces corps intermédiaires naturels que la Révolution de 1789 a voulu détruire... 

 

Maus il reste un risque dans le tirage au sort, celui de la compétence des tirés au sort qui devront émaner des corps intermédiaires réels de la Société (familles, corps de métiers, salariés, patrons, retraités, chômeurs, etc.)

 

Enfin, en Belgique, le chef d'Etat est un monarque (dont le seul principe a pu garantir l'unité de l'Etat belge).

En France il s'agira de réflechir à nouveau sur les avantages de la Monarchie en termes de mémoire, d'unité, de durée, de représentation, de compétence, de responsabilité, de continuité, et surtout d'indépendance et de souveraineté nationale par rapport aux lobbies bancaires et d'argent, par rapport à tous les micro-lobbies (comme le lobby gay LGBT)..., de légitimité, de libertés et d'égalités (devant l'impôt, devant les factures énergétiques, etc.)

 

 

- La vraie raison de la loi du 4 août 1789 dite de "suppression des privilèges"

Repost 0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 09:37

Les outils de la Résistance sont en place.

Alors toi aussi RÉSISTE face au MENSONGE et BATS-TOI pour la VÉRITÉ !

ONLR

 

 

 

/!\ ATTENTION /!\ Cette vidéo est fortement déconseillé dans les cas suivant :

- Amoureux de la démocratie et de la liberté d'expression
- Défenseur des droits de l'enfant
- Admirateur du président actuel, et de son gouvernement
- Vous préférez vivre dans l'illusion douce et rose plutôt que de regarder la réalité en face.

 

 

Les images montrées dans cette video sont exclusivement issues d'internet.

Mariage pour tous : mensonge pour tous !

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=cGmWM7BrdsQ via http://www.printempsfrancais.fr

 

 

. L'appel à la résistance ! Ce message qui se lève

. Béatrice Bourges : « J'ai vu de mes propres yeux des policiers en civil enlever leur brassard orange pour se confronter à d'autres policiers »

. Six mensonges du "gouvernement socialiste qui n'en finit plus de mentir" (25 mai 2013)

. "Commissaire aspergé" ? Manuel Valls en flagrant délit de mensonge… pour détourner notre attention ? (19 mai 2013)

. Le gouvernement perd la bataille de l'image (18 avril 2013)

. La provocation de trop (13 avril 2013)

. "Arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel" (Vincent Peillon au JDD du 2 septembre 2012)

. Le plus grand mensonge de la République "française" (23 décembre 2011)

. La république a menti

Repost 0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 18:47

 Une vidéo imitant les codes du collectif de hackers Anonymous, mise en ligne le 2 juin, adresse un message à François Hollande, et conteste la loi Taubira, un "mariage pour tous sans l'accord du peuple."

 

 

 

Extrait du message :

 

  • "Mr le Président, les chiffres du chômage sont catastrophiques, les impôts deviennent insoutenables. ...

  • Mr le Président, comme si la crise économique qui s'aggrave sur notre pays ne suffisait pas, vous y ajoutez des tensions sociales: un mariage pour tous sans l'accord du peuple, une liberté fondamente pour les droits de l'enfant enfreinte. Pourquoi certains enfants auraient le droit de naître dans un cadre normal en respect avec la nature, avec un père et une mère alors que d'autres n'auront jamais cette chance ? Cette loi est contre les principes mêmes de l'Humanité. Avoir deux pères ou deux mères c'est s'autoriser une liberté en trop. Anonymous se bat pour des libertés, mais des libertés justes.
  • Mr Hollande, qu'avez-vous fait de bien dans ce pays en crise ? Vous vouliez apaiser les tensions, vous vouliez réduire les inégalités sociales, vous partiez sur de bons principes mais vous avez fait exactement le contraire. Comment voulez-vous unir la France en donnant le droit de vote aux étrangers? Pourquoi faire fuir les riches en les bombardant de taxes? Aujourd'hui les Fançais sont conscients de la situation gravissime de la France et Anonymous ... veut vous transmettre le mécontentement de tout un pays, de tout un peuple que vous détruisez chaque jour.

  • Mr le Président, ôtez donc votre réputation de Flamby et agissez, sinon nous prendrons tous les mesures nécessaires pour éviter de sombrer davantage dans ce gouffre.
  •  
  • Nous sommes partout, nous sommes puissants, nous sommes une idée, nous sommes Anonymous, nous sommes légions, nous n'oublions pas, nous ne pardonnons pas, redoutez-vous." (Fin du message)

 

Source: http://www.lereel.fr/2013/06/13/anonymous-sen-prend-a-hollande-defend-droits-de-enfant/ via https://www.facebook.com/Hollandouille1er

Repost 0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 17:05
"Si j'assistais à mon audience je serais déjà en train de légitimer quelque chose qui ne l'est pas"
(Louis-Joseph Gannat)
Paris, palais de justice, 12 juin 2013. Arrêté selon ses dires pour des raisons politiques lors d’un happening de « La Manif Pour Tous », regroupant les opposants au "mariage" homosexuel en France, Louis-Joseph Gannat explique les raisons de son refus de se présenter à sa convocation devant la 28ème du TGI.

Il a créé l’association « Levez-vous » (en lien avec d'autres associations de défense des victimes des arrestations arbitraires comme "Solidarité pour tous" et "Liberté pour tous") qui selon son communiqué de presse « s’est donnée pour buts la défense et la représentation des victimes de l’oppression politique et de sa judiciarisation ».

 

Source video: http://www.prorussia.tv/MANIFPOURTOUS-Louis-Joseph-Gannat-explique-les-raisons-de-son-refus-de-se-presenter-a-sa-convocation-devant-la-28eme-du_v369.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

 

Louis-Joseph Gannat explique qu'il n'a fait qu'exercer un droit qui est reconnu par la Constitution et notre conscience vu que "depuis qu'on est tout petit à l'école on nous a appris que face à l'oppression il fallait résister (art. 2 DDH 1789), que c'était un sentiment légitime", et là on se rend compte qu'en exerçant ce droit constitutionnel (de la manifestation) on est conduit à être trainé devant  un juge "alors qu'on a commis aucun acte qui devrait y conduire..." Il parle donc de "procès politique", et explique que s'il ne se rend pas au procès, c'est parce que s'il assistait à son audience, il légitimerait quelque chose qui ne l'est pas.

 

Dans cette affaire, il explique qu'il y a une violation du principe de séparation des pouvoirs (rappelons que cette séparation des pouvoirs est un mythe au service de l'Oligarchie depuis 1789... vu que le pouvoir judiciaire dit "indépendant" - le ministère de la justice - est nommé par le président de la république comme les autres ministes de l'Exécutif... NdCR.) madame Taubira, tout en ayant porté la loi, dirige le parquet et les magistrats, elle se trouve donc être juge et partie. Louis-Joseph Gannat dit donc douter "fortement de l'objectivité de ce procès."

 

Il appelle les autres personnes convoquées devant le tribubal de ne pas se rendre à ce type de procès politique sans condamner les personnes qui se rendraient à leur procès.

 

 

Communiqué DE PRESSE DE

l’Association Levez-vous !

12 juin 2013

L’Association LEVEZ-VOUS ! – intervenant au nom des victimes de l’oppression politique et en réponse à sa judiciarisation -, annonce la tenue de sa :

CONFERENCE DE PRESSE

« NON COMPARUTION DEVANT LE TGI »

12 juin 2013, à 11 h, devant le Palais de Justice de Paris

Louis-Joseph Gannat, son Président-Fondateur, exposera les raisons de son refus de se présenter à la convocation devant  la  28ème du TGI, le 12 juin 2013, faisant suite à sa participation à la manifestation du 17 mai 2013 contre la loi Taubira.

Face à la grossière instrumentalisation politique des forces de l’ordre et de la justice, il ne croit pas devoir répondre à la demande qui lui a été adressée.

Déférer à une telle convocation, en effet :

-          Ce serait légitimer par sa présence une parodie de justice ;

-          Ce serait accepter de devenir une victime consentante des moyens politiques utilisés frauduleusement en vue de faire taire un juste mouvement de résistance populaire s’étant levé pour défendre la Vérité contre le mensonge et l’oppression qui sévissent aujourd’hui ;

-          Ce serait reconnaître que Mme TAUBIRA pourrait être à la fois juge et parti : 1) comme Ministre du Gouvernement pour faire voter une loi inique, « la loi Taubira », non conforme à la Constitution et anti-démocratique ; 2)  comme chef du Parquet général pour faire condamner ceux qui s’opposent à « sa » loi contraire à la Déclaration des Droits de l’Enfant et qui prépare la marchandisation du corps humain. Ce qui constituerait une violation flagrante du principe de séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le judiciaire.

C’est pourquoi l’Association LEVEZ-VOUS ! s’est donnée pour buts la défense et la représentation des victimes de l’oppression politique et de sa judiciarisation. En réponse à l’injonction violente de déguerpir -  « LEVEZ-VOUS ! » – des gendarmes, au soir du 15 avril 2013, ayant conduit les premiers « 67 » en garde à vue, à la stupéfaction du monde entier, l’Association appelle à la résistance toutes les victimes de l’oppression politique et de sa judiciarisation, en retour au cri de « LEVEZ-VOUS ! ». Elle appelle tous les Français à se dresser pour défendre leurs enfants, à résister à une judiciarisation dégradante visant à faire passer de valeureux « politiques » pour de vulgaires « délinquants » !

Cet acte fondateur du 15 avril, annonciateur de rafles totalitaires de plus de 700 gardes à vue à Paris et en Province, de 50 procédures de justice, et de mise en demeures de police, d’écoutes téléphoniques, de convocations dans les commissariats, ne doit jamais plus être oublié ! D’autant plus qu’une grande partie des médias français a caché cette répression en faisant diversion sur la répression policière en Turquie. Nous, jeunesses d’avenir de la France, nous  avons été arrachés à nos études et notre travail, levés de force arbitrairement. Mais nous resterons dorénavant debout, quels que soient les moyens utilisés pour faire taire ce message que nous voulons porter sans faillir : «  Face à l’oppression et au mensonge, LEVEZ-VOUS en faveur de la vérité ! »

Louis-Joseph Gannat, Président de « LEVEZ-VOUS ! »

Contact presse : M. Guilloteau : 06 95 92 12 82 et courriel : bvu@live.fr

Site : levezvous2013.wordpress.com .

Repost 0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 12:41

Nous nous proposons dans cet article de présenter quelques bases philosophiques de l'actuel mouvement du Printemps français.

 

En effet, à propos de la création d'un "parti politique",  Béatrice Bourges, porte-parole du Printemps français, a déclaré qu'elle préfèrait d'abord "tracer un sillon des convictions, dégager une véritable philosophie, quelque chose de profond avec un fil rouge", d'où émergera ensuite une "solution". C'est exactement ce que nous pensons qu'il faut faire si l'on veut que le Printemps français soit efficace politiquement.


Dans cette perspective, nous présenterons la réflexion de Vincent Peillon, ministre de l'"Education nationale", qui dans un entretien aux Editions du Seuil pour la publication de son livre "La Révolution française n'est pas terminée", avoue qu'il veut tuer le catholicisme et, dans cette fin, trace un programme :

  • "On a laissé le moral et le spirituel à l'Eglise catholique. Donc il faut remplacer ça. On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique."

 

Il dit également - ce qui doit éveiller notre attention - s'opposer à la vision de la Révolution "française" de l'historien François Furet "et tous les historiens qui l'ont accompagné", à qui il reproche d'avoir présenté, au moment de la commémoration du bicentenaire de la Révolution, en 1989 un récit historique de "l'histoire de France et de la pensée républicaine" avec lequel il dit être "en désaccord".

 

 

 

 

Source video: http://www.gloria.tv/?media=457883
 

 

Dans cette video publiée par par Editions du Seuil le 08/10/2008), Vincent Peillon dit encore :

  • "Il faut s'enfanter soi-même et donc faire le propre récit de sa naissance.
  • ... On ne peut pas faire une révolution uniquement dans la matière, il faut la faire dans les esprits. Or on a fait la révolution essentiellement politique, mais pas la révolution morale et spirituelle. Et donc on a laissé le moral et le spirituel à l'Eglise catholique. Donc il faut remplacer ça. [...] On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique. Comme on ne peut pas non plus acclimater le protestantisme en France comme on l'a fait dans d'autres démocraties, il faut inventer une religion républicaine. Cette religion républicaine, qui doit accompagner la révolution matérielle, mais qui est la révolution spirituelle, c'est la laïcité. Et c'est pour ça d'ailleurs qu'au début du XXe siècle, on a pu parler de foi laïque, de religion laïque, et que la laïcité voulait être la création d'un esprit public, d'une morale laïque, et donc l'adhésion à un certain nombre de valeurs."
     


Dans La Révolution française n’est pas terminée (Le Seuil, Paris, 2008), il écrit :

  • « La révolution française est l’irruption dans le temps de quelque chose qui n’appartient pas au temps, c’est un commencement absolu, c’est la présence et l’incarnation d’un sens, d’une régénération et d’une expiation du peuple français. 1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau. La révolution est un événement méta-historique, c’est-à-dire un événement religieux. La révolution implique l’oubli total de ce qui précède la révolution. Et donc l’école a un rôle fondamental, puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi.»


Et, le 2 septembre dernier, dans le Journal du dimanche, répondant à la journaliste Adeline FLEURY, Vincent Peillon déclare :

 

 

Peillon peut bien vouloir "écrire notre histoire" (en réalité la sienne et celle de sa Secte), "chaque génération réécrit son histoire..., pour s'accoucher dans le présent", dit-il, il n'en demeure pas moins qu'une nouvelle génération d'historiens avance, à la suite de François Furet, que "la Révolution est terminée"... Lire: Patrice Gueniffey : "La Révolution est morte" (Conférence du 3 octobre 2011).

 

D'un point de vue sociologique, un marqueur actuel fort de la mort de la Révolution dans l'inconscient collectif de la jeunesse de France nous semble être l'ensemble des Résistants, allant des "Veilleurs", aux maires de France contre la loi Taubira, aux Hommens, aux Antigones, aux Résistants passifs.

 

Les Veilleurs sont ces jeunes qui au cours du Printemps français, se sont levés pour refuser la fin de l'histoire vue sous le simple angle de la dialectique marxiste matérialiste. Ils prônent une autre "fin de l'histoire", une société fondée sur le réel et non sur l'idéologie.

 

A la violence révolutionnaire, les Veilleurs opposent la douceur évangélique et le principe de non-violence, inscrit dans les principes mêmes du Printemps français. Cela fait toute la différence entre notre société et la leur.

 

Les Veilleurs s'opposent au "diviser pour régner" engendré et entretenu par la société révolutionnaire, ils s'opposent à la repentance victimaire, ils s'opposent au creusement des inégalités engendré par la société dite "révolutionnaire" en réalité réactionnaire et oligarchique.

 

Les Veilleurs sont là pour dire que notre présent se construit dans le réel et non dans l'idéologie, que la société se construit dans l'affirmation et non dans la négation. Ils sont dans l'affirmation
des principes de l'Ordre naturel et non dans l'agitation-propagande de la déconstruction à l'infini de tout repètre traditionnel et naturel qui ne conduit qu'à la société constructiviste volontariste totalitaire.

 

A l'absolutisme de la Volonté générale, ils opposent la loi naturelle.

 

A la démocratie moderne volontariste, ils opposent les principes du réalisme.

 

Leur altruisme sociétal s'oppose directement à l'égoïsme nihiliste économico-marchand de la société individualiste issue de la Révolution. A la loi du plus fort, ils invoquent la défense des plus faibles, des pauvres, de la Veuve et de l'Orphelin.

 

A l'horizontalisme d'une société morne n'offrant au monde qu'un sous-produit du matérialisme faisant continuellement du passé table rase, ils opposent le verticalisme de la transcendance et du spiritualisme en prenant ce qu'il y a de meilleur dans notre passé, le sublimant et lui donnant son véritable être. Ils sont là pour construire, quand les révolutionnaires de mai 68 sont là pour détruire. Ils sont dans la vie quand les autres sont dans la mort. Ils sont dans les principes vitaux quand les autres sont dans des principes conduisant à la mort.

 

Historiquement, comme le dit l'historien Patrice Gueniffey, dans sa conférence du 3 octobre 2011 :

  • Aujourd'hui, "a disparu tout ce qui faisait l'originalité, le sel aussi de la Révolution française, c'est-à-dire son incroyable volontarisme, sa foi dans le progrès, ses tentatives mêmes violentes pour déraciner le monde ancien..., de fonder réellement un monde nouveau. 
  •  
  • La Révolution française a subi une sorte de déclassement depuis quelques années, qui fait qu'elle n'occupe plus dans notre inconscient collectif, dans notre paysage politique, l'importance qui avait été la sienne pendant environ deux siècles. ... 
  • Ce changement s'est fait progressivement et il a commencé il y plus d'une vingtaine d'années, on pourrait dire il y a trente ans, avant même le bicentenaire de 1989. Le premier signe sur la crise qui frappait le mythe de la Révolution française comme événément fondateur, a été le film d'Andrzej Wajda, "Danton" sorti en 1983.
  •  
    En 1989, les responsables des célébrations ont fini par opté pour la célébration la plus neutre possible, en choisissant comme symboles des personnages qui risquaient de ne choquer personne. Donc exit Robespierre, exit Saint-Just, exit Danton lui-même, dont il n'a plus été question. Et à la place on a vu émergé des personnages certes importants de l'évènement révolutionnaire, mais néanmoins de second rôle, comme Condorcet, ou l'abbé Grégoire...

  • Et c'était en quelque sorte logique dans une conjoncture des années 80 où la ferveur entourant l'évènement révolutionnaire commençait à disparaître, et où, corrélativement les Vendéens eux-mêmes, qui avaient combattu la république, devenaient presque aussi populaires que les soldats bleus qui avaient défendu la Révolution et combattu la Vendée. Aujourd'hui, ce changement est devenu irréversible. La magie du romantisme révolutionnaire s'est épuisé. Nous ne vibrons plus au récit des combats politiques de Robespierre, nous ne vibrons plus à la lecture des discours de Robespierre, ni même d'ailleurs de ceux de Danton, et les valeurs elles-mêmes qu'évoquaient Robespierre et Danton nous sont devenues en partie étrangères, indifférentes, ou plutôt sont entrées dans notre patrimoine, mais elles ne nous parlent plus....

  • Ce qui s'est effondré surtout avec le communisme c'est la croyance à un sens de l'histoire, la croyance que l'histoire aurait un sens. Ce qui a disparu, c'est la croyance à l'efficacité de l'action politique qui se trouvait au coeur du message délivré par la Révolution française. Et plus généralement par l'histoire de l'avènements de nos Etats démocratiques. En effet, la Révolution française avait porté cette croyance à l'efficacité de la politique à un point de paroxysme. Elle avait cru que la volonté humaine a une efficacité illimitée, c'est-à-dire que l'on pouvait absolument tout changer. Les évènements se sont alors chargés de montrer qu'en réalité en politique on ne peut pas tout faire, que les choses résistent, ne se laissent pas faire sans limites."

 

Ainsi, avec les Veilleurs, les Hommens, les Antigones, nous voyons aujourd'hui une jeunesse se lever pour dire "stop" : la politique ne peut pas tout faire à l'infini. Non le président de la république ne peut pas se prendre pour Dieu sur terre... Non la volonté humaine ne peut pas être illimitée. Il y a un moment où la liberté a besoin de bornes et de limites pour exister. Non la Volonté générale ne peut pas changer le réel à l'infini...

 

Ils sont là pour dire que si César a pu se prendre pour dieu au Bas-empire, est venu ensuite une génération chrétienne pour se dresser contre le césarisme et lui dire non...

 

Dans ce "non", la philosophie enseigne que se trouve le début de la liberté.


 

- Est-ce une révolte ? Non, c’est une contre-révolution ! (J. de Rouen)

- Contre le Nouvel Ordre mondial : en finir avec la révolution (IIe partie)

Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 18:03
Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 17:03

 

Vendredi 14 juin : Opération “Pour la fête des pères, les papas parlent aux papas”

Ce dimanche 16 juin 2013 est certainement  la dernière fête des pères. Désormais, pour empêcher toute discrimination envers les enfants de familles dont les parents 1 et 2 sont des lesbiennes, la fête des pères doit être retirée des calendriers. Ainsi, on évitera que des enfants ne puissent, ce dimanche là, offrir un cadeau à un papa… qui n’a pas d’existence. Et puis désormais le mot père est banni de l’état civil. Il en est de même concernant la fête des mères.

En attendant, on va expliquer aux enfants qu’au nom de la théorie du « gender », de toute manière tout cela n’a pas de sens puisque « papa porte une robe ». C’est en effet le titre d’un album que l’éducation nationale de Vincent Peillon fait entrer dans le programme des CP-CE1. Pour « arracher les enfants à leurs stéréotypes familiaux » (sic). ("arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix". Vincent Peillon, Entretien au JDD le 2 septembre 2012.)
Si le port de la robe par les hommes n’était qu’une mode, cela ne nous dérangerait pas : après tout, les Ecossais portent le kilt, les Latins portaient la tunique, et dans de nombreux pays du Moyen-Orient et d’Afrique les hommes portent des robes… sans parler des prêtres catholiques avec leurs soutanes !
Sauf qu’ici, il ne s’agit pas de mode : le « papa » que Vincent Peillon propose à nos enfants ne se contente pas de porter une robe, il se maquille comme une femme, et peut-être s’épile-t-il comme elle ; passons sur le reste. L’objectif est donc bien l’indifférenciation des genres : avec le « gender », papa porte les attributs de maman, papa est une femme comme les autres.

On se demande pourquoi Vincent Peillon n’est pas venu présenter sa réforme en robe ? Peur du ridicule ? Serait-il aussi sclérosé que la société dont il condamne les modèles ?

Alors, nous, PAPAS EN COLERE, nous proposons de faire cela à sa place et d’aller présenter en robe le programme que Vincent Peillon destine à nos enfants, pour que les gens sachent de quoi il nous parle réellement, ce que nous propose en vérité le gouvernement.

Nous vous proposons donc de participer à l’opération :« Pour la fête des pères, les papas parlent aux papas »

Vendredi 14 juin, à la sortie de l’école primaire de votre quartier ou de votre village, 16h30 (sortie de classes), venez tracter contre « le gender à l’école » habillés en robe (nos épouses arriverons à coup sûr à trouver quelque chose qui nous ira !) : la robe est le point essentiel car c’est ce qui pour nous, papas, sera un attifement qui donnera son retentissement à l’opération : nous démontrerons ainsi que la question des rôles respectifs de la femme et de l’homme n’est pas une question de préjugés mais que l’apparence vestimentaire est la clef de l’identification visuelle de nos égales, inimitables et naturelles respectives dignités.

Il n’y a pas besoin de déclaration préalable à faire aux autorités publiques pour un tractage : on y va, on le fait, on explique aux parents d’élèves, aux enfants, c’est tout.

Auparavant, imprimez les tracts joints à ce message et photocopiez-les : deux tracts format B5 sur une même feuille A4 que vous coupez en deux permettra des économies de papier (pauvres arbres…), et limitez le nombre de tracts au nombre d’élèves de l’école. La BD en partie gauche est destinée aux enfants, la partie droite aux parents.

Soyez au minimum deux pour un tractage : il n’est pas donné à tout le monde d’affronter, isolé, les sarcasmes inévitables ; on tient parce qu’on se soutient.

Ne forcez pas les gens à prendre vos tracts s’ils n’en veulent pas : votre présence est en soit un témoignage et nos actions sont aussi pacifiques que transgressives.

N’en rajoutez pas sur le ridicule : il ne s’agit pas d’une gay-pride à l’envers mais d’une opération d’information des familles de vos écoles sur les dangers de l’idéologie du gender que Vincent Peillon veut introduire dans les programmes scolaires. Maquillages outranciers et autres strings doivent rester l’apanage des provocations du lobby gay. Comme toujours nous saurons agir avec la plus grande dignité.

Avant de quitter les lieux, ramassez les tracts que des gens auraient jetés par terre.

L’avant-veille ou la veille, prévenez la presse locale pour que l’opération ait du retentissement.
Pour récupérer le tract en format PDF, un modèle de communiqué de presse et un argumentaire, écrivez-nous à : papasencolere@gmail.fr

Nous voulons notre fête des pères : ni le gouvernement, ni le lobby gay ne pourront nous en priver.

Faites passer largement.

Bon courage à tous les participants et en avant les PAPAS EN COLERE contre le « gender ».

Retrouvez-nous sur Facebook : www.facebook.com/papas.encolere.fr

 

Source: http://www.printempsfrancais.fr/2230/vendredi-14-juin-operation-pour-la-fete-des-peres-les-papas-parlent-aux-papas/

 

- Dernière "fête des mères" avant liquidation : bientôt la fête des "parents" ?

- Au programme en 2013 : Lecture de "Papa porte une robe" (CP - CE1) "Tango a deux papas" (CE1, CE2, CM1,CM2) et "familles arc-en-ciel" (CP, CE1)

- Etat des lieux de l'avancement de l'idéologie du genre en France

Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:53

 

Le 29 juin commence le Tour de France pour Tous !François Hollande nous annonçait il y a quelques jours des vacances « minimalistes » pour lui et son gouvernement cet été. Il devrait plutôt s’attendre à « pas de vacances du tout » !

 

Le « Tour Pour Tous », un événement militant et festif

 

… . L’action des Hommen à Roland-Garros nous a prouvé que si les médias veulent nous ignorer, nous devons aller à eux et profiter des directs. En concurrence les uns avec les autres, ils ne peuvent se permettre d’ « oublier » une information dès lors que leurs collègues journalistes y font référence. Ils ne pourront occulter le « Tour Pour Tous » ! Certains médias parlent déjà de « Tour de France menacé » ou de « perturbations ». Il suffit pourtant de visiter l’événement Facebook créé à cet effet pour savoir qu’il n’en est rien. L’idée n’est certainement pas de déranger la course – aucun blocage de la route ou de la course – mais d’afficher nos couleurs et nos slogans sur les directs français et étrangers à chaque étape.

 

 

Le pouvoir inquiété

Le ministère de l’Intérieur serait inquiété par les actions prévues tout le long du Tour de France. Les gendarmes se préparent à modifier leur dispositif, et certains auraient même été affectés à une veille informatique spéciale pour prévoir les actions du « Tour Pour Tous ».

Pourtant, s’il y a quelque chose dont on doit s’inquiéter aujourd’hui en France, ce n’est pas des happenings et autres actions des opposants au « mariage » gay, mais bien du deux poids deux mesures et de la répression politique du gouvernement. En effet, si les Hommen à l’origine d’une action symbolique à Roland-Garros ont été placés en garde à vue pendant 48h et accusés de « violence avec arme par destination » (sic), de leur côté les Femen n’ont rien à craindre de la police et de la justice de Manuel Valls, y compris quand elles mènent une action violente au sein de la cathédrale Notre-Dame de Paris comme ce fut le cas le 12 janvier. Ne parlons même pas des faibles condamnations récentes pour les « jeunes » qui ont attaqué le RER D

Nous l’avions promis à François Hollande et Manuel Valls : la mobilisation ne faiblira pas ! Chaque jour du 29 juin au 21 juillet, apportons drapeaux, sweats, polos, t-shirts, sifflets et tout ce que nous pouvons prévoir d’ici là pour nous faire voir et entendre. De toutes les régions de France, à toutes les étapes, participons au « Tour de France Pour Tous » !

 

 

Source: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/12-06-2013/le-29-juin-commence-le-tour-de-france-pour-tous

Repost 0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 18:34

 

Outre la loi Taubira qui importe en bloc le « modèle » suédois, Vincent Peillon handicape la scolarisation à domicile. Une première étape vers sa suppression ?

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-instruction-a-domicile-en-danger-21063

 

… et l'enseignement de la théorie du gender sera bientôt obligatoire dès 6 ans dans les écoles.

http://www.theoriedugenre.fr/spip.php?article14

 

Tout sera fait pour qu'aucun enfant de France n'y échappe.

http://www.lacropole.info/politique-actualite-generale/814-la-reforme-peillon-pour-qarracher-leleve-a-tous-les-determinismesq-sauf-celui-de-letat

 

La théorie du gender attaque sur tous les fronts

 

Un rapide survol des médias étrangers suffit à constater que l'offensive pro-gender se déploie partout dans le monde occidental et qu'elle fédère, comme en France, des politiciens de tous bords. Aux USA, Barack Obama tente de court-circuiter l'opposition des états en imposant le mariage homosexuel au niveau fédéral via la Cour Suprême, avec le soutien de nombre de politiciens conservateurs et de multinationales telles qu'Apple, Microsoft ou Goldman Sachs, entre de multiples autres. Certaines entreprises américaines menacent même de couper leurs subsides aux ONG et associations qui ne se rangeraient pas sous la bannière du mariage homosexuel.

 

L'éducation sexuelle démarre généralement vers 10 ans sur le sol américain, mais à Chicago, le lobby LGBT a obtenu que, dans un souci de lutte précoce contre l'homophobie, elle soit introduite dès la maternelle. Gageons qu'ils ne s'arrêteront pas en si bon chemin et que d'autres villes, puis d'autres états, seront rapidement sommés d'emboîter le pas à Chicago.

http://abcnews.go.com/blogs/health/2013/02/28/chicago-passes-sex-ed-for-kindergartners/

 

En Espagne, le gouvernement socialiste de Zapatero a forcé le passage de la loi sur le mariage entre personnes de même sexe et introduit la théorie du gender dans la foulée. Son successeur de droite, Mariano Rajoy, n'est revenu sur aucune de ces deux « avancées sociétales ».

Aujourd'hui, la théorie du gender enseignée dans les écoles espagnoles a provoqué une levée de boucliers de parents affolés : outre une cascade de plaintes portées devant la CEDH, 70 associations d'objection de conscience et 55 000 familles ont entamé 2 300 procédures judiciaires contre l’État.

https://www.youtube.com/watch?v=NBIwz7zPu1o

 

En Allemagne, les parents récalcitrants font de la prison ferme.

http://www.zenit.org/fr/articles/allemagne-parents-condamnes-pour-avoir-refuse-des-cours-d-education-sexuelle

 

Au Royaume-Uni, David Cameron veut copier le modèle impeccablement calibré pour un endoctrinement précoce des garderies suédoises.

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/sweden/9096123/Were-just-not-ready-to-be-Swedes-Dave.html

 

Et, outre qu'on y cultive l'indifférenciation jusqu'à cataloguer « transgenres » des enfants de quatre ans, on y apprend à leur mentir. Des cours dispensés aux professionnels britanniques de la petite enfance expliquent comment raconter aux enfants de lesbiennes nés de PMA qu'ils « n'ont aucun papa ».

http://www.telegraph.co.uk/education/primaryeducation/9340632/Primary-schools-praised-for-labelling-four-year-olds-transgender.html

 

Dans chaque pays, c'est le schéma suédois qui s'impose : mariage entre personnes de même sexe et, conjointement, apprentissage précoce du gender. Pour les pays qui mettent en place cette politique d'éducation sexuelle, s'agit-il réellement de lutte contre le sexisme et l'homophobie ? Impossible. Le documentaire d'Harald Eia très pertinemment intitulé Brainwash (lavage de cerveau) qui a détrôné l'idéologie du gender en Norvège aurait dû suffire à mettre un point final mondial à une expérience sociétale dont il a amplement prouvé l'inutilité.

Pourquoi les autres pays ne suivent-ils pas l'exemple danois ? Pourquoi s'enferrent-ils dans ces inepties si dangereuses pour la santé mentale collective ?

http://www.youtube.com/watch?v=PfsJ5pyScPs

 

En France, ce ne sont pas, comme nous pouvions l'imaginer, les membres riches et influents du lobby LGBT qui influencent les groupes politiques partisans de la loi sur le mariage entre gens de même sexe, mais l'inverse. Depuis des années, nos gouvernements successifs ont accordé de très généreux subsides au lobby LGBT et porté au pinacle médiatique quelques-uns de ses représentants les plus tapageurs.

http://www.lecri.fr/2013/02/11/subventions-lobby-homo/38756

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/centre-lgbt-clientelisme-et-grosses-subventions/?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+ObservatoireDesSubventions+%28Observatoire+des+subventions%29

 

Et si les vivres gouvernementaux servaient à manipuler le lobby LGBT, à lui faire réclamer ce que le pouvoir dicte ? Et si des revendications présentées comme si progressistes et justes qu'elles ne souffrent pas de débat servaient à installer une emprise totale sur les consciences ?

 

Le totalitarisme, ça sert à quoi ? A ce qu'une minuscule élite prenne le pouvoir sur une masse décérébrée et émasculée.

Quitte à régner sur un tas de décombres.

 

 

Source: http://englishmanif.blogspot.fr/2013/04/gender-theory-as-tool-of.html?m=1

via http://www.printempsfrancais.fr/

 

- Appel à la résistance ! Ce message qui se lève

- La Russie adopte une loi punissant la "propagande" homosexuelle devant mineur

- Le documentaire qui a détruit la théorie du genre en Norvège !

- Où mène l'idéologie du genre en Suède ?

Repost 0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 12:14

« Mai 68 était là pour détruire, alors que Mai 2013 est là pour construire. C'est là une énorme différence. ... En mai 68, c'était "du passé faisons table rase", alors que là les jeunes sont dans la transmission, sans faire table rase du passé »

 

(Béatrice Bourges, le 10 juin 2013 sur Radio Courtoisie, Le Monde de la philosophie, "Les opposants à la loi Taubira ont-ils une philosophie ?")

 

Philippe Nemo recevait Béatrice Bourges, porte-parole du collectif pour l'enfant et du Printemps français, et Henri Hude, philosophe, pour une émission consacrée à la philosophie des opposants à la loi Taubira ?


Source audio: http://www.radiocourtoisie.fr/12329/le-monde-de-la-philosophie-du-10-juin-2013-les-opposants-a-la-loi-taubira-ont-ils-une-philosophie/


Au cours de cette émission, Béatrice Bourges a parfaitement expliqué que les jeunes de 2013 sont "en quête de sens" alors que "que madame Tabira et tous ces gens coupent le sens, coupent la spiritualité" et "sont dans cette philosophie de la toute puissance de l'homme, c'est-à-dire de l'homme qui crée l'homme et qui rejette le Créateur." ..."Ils sont dans le consumérisme", "la seule chose qui compte, c'est la société de consommation."

 

Il suffit de « lire les écrits de Vincent Peillon (son livre: "La Révolution française n'est pas terminée", NdCR.), précise-t-elle, quand il écrit "Nous allons instaurer une nouvelle église, avec de nouveaux prêtres et une nouvelle transubstantiation", ajoute Béatrice Bourges, c'est tout sauf laïque ».

 

A propos de la création d'un parti politique, Béatrice reste très justement sceptique. Elle préfère avancer ce qu'il faut d'abord faire, avant qu'une solution n'émerge :

  • "la création d'un nouveau parti politique, je ne sais pas bien, j'en suis pas sûre, il ne faudrait pas que cela soit un parti politique de plus. Donc, je crois qu'il faut tracer un sillon des convictions, dégager une véritable philosophie, quelque chose de profond avec un fil rouge et que après de là va émerger la solution, la solution va être trouvée à partir de là".

 

Béatrice Bourges défend le modèle social de la subsidiarité :

 

  • "La subsidiarité c'est que tout ce qui peut être fait à l'échelon le plus bas est fait par l'échelon le plus bas, et l'échelon qui est au-dessus pallie simplement l'incapacité de celui qui est en bas. C'est-à-dire qu'on n'est pas dans la délégation, on est dans la subsidiarité. A la limite c'est celui qui est en bas qui délègue au niveau supérieur quand il n'est pas capable de le faire lui-même. Cela c'est le vrai sens de la subsidiarité." Et Philippe Nemo ajoute: "et de la démocratie tout court, en tout cas de la démocratie américaine telle que décrite par Tocqueville".

 

Henri Hude évoque "un germe spirituel" "neuf et original" "qui a été semé", "qui va grandir", et que l'"on va va voir progressivement s'exprimer". Il explique que "la suite n'est pas difficile à prévoir" :

 

  • la loi Taubira "n'a pas été la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Elle a été cette espèce de supression, qui a provoqué une sorte de séisme mental, a fait craquer un barrage de haut en bas. Je pense que la censure du pouvoir, de la censure, du politiquement correct se trouve totalement fracturé de haut en bas. ... Je pense que le barrage va craquer complètement."

 

Philippe Nemo ajoute: "un peu comme cela s'est passé en Urss. Comme les gens n'y croit plus, il y a un moment où cela va s'écrouler comme une chose vermoulue." Mais il faut quelque chose qui "déclenche".

 

"A mon avis, explique Henri Hude:

 

  • les questions du genre comment ce grand mouvement qui vient de naître va se relier à l'UMP, au FN, aux socialistes (c'est-à-dire les tentatives de récupération du mouvement par la partitocratie oligarchique afin de le détruire, NdCR.) ou je ne sais quoi, c'est totalement hors de propos.
  •  
  • A mon avis, ce qui va se passer c'est que comme dans le cas de tout grand mouvement, on est dedans ou on est en dehors, on est pour, on est contre. Et donc l'UMP sera coupée en deux, le FN sera coupé en deux, les socialistes seront coupés en deux, et les clivages actuels n'auront pas plus d'importance que les partis politiques à la Cour de Versailles, deux ou trois ans après la Révolution française, ou même un an après. ... Je pense que nous sommes en face tout simplement d'une nouvelle révolution française. ... Le concept de la liberté, comme toute réalité humaine et toute pensée étant sujette à dégénérer, on a abouti en effet à des formulations et à des pratiques que l'on qualifiera non pas de libertarienne mais de libertaire tout court. Je pense que ce qui apparaît aujourd'hui c'est un besoin de renouer complètement la Liberté avec le Bien et plus encore, avec le Fondement avec un grand F du Bien. Et cela je crois que c'est assez nouveau."

 

Henri Hude "souhaite bien du plaisir à Vincent Peillon à la rentrée, lorsqu'il va falloir apprendre à tous les enfants issus de familles musulmanes cette aberration et cette absurdité" du genre. Il n'a pas du tout mesuré l'opposition qu'il rencontrera à ce moment-là. Parce que de vous à moi, la loi peillon est bien pire que le cochon"... "Si on a le droit de ne pas manger de cochon dans les cantines scolaires, à plus forte raison a-t-on le droit de ne pas avaler les doctrines Peillon dans les classes..."

 

 

- La République des Veilleurs : la démocratie est à recréer (Henri Hude)

- La partitocratie a-t-elle échoué à récupérer la Manif pour tous ?

- Xavier Martin : S'approprier l'homme, Un thème obsessionnel de la Révolution (1760-1800)

- Vincent Peillon le laïcard singe la religion chrétienne

- La fabrication d'un "homme nouveau" (thème obsessionnel des révolutionnaires) manipulé et heureux d'être manipulé

- "Changer le monde" avec les jeunes de l'Ump (LipDub ump changer le monde.wmv)

- Refaçonner l'homme, l'Ultime transgression (Jean-Pierre Dickès)

- Recrutement d'enseignants "messagers"

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 22:59

L'Ultime Transgression.Mardi 04 Juin 2013 à Saint-Germain-de-Prainçay en Vendée.

 

 

- Le GENDER, un nouveau totalitarisme menant à la persécution (2 janvier 2010)

 

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 13:47

Il y a trois mois, au mois de mars, le philosophe Henri Hude évoquait l'entreprise totalitaire" à laquelle faisait face le peuple français et que n'aurait pas désavoué le Docteur Goebbels. Il revient hier avec un court essai expliquer pourquoi, ce qu'il nomme la "république des Veilleurs", qu'il qualifie d'"immense mouvement" qui "anime le peuple, mouvement "doté d’une universalité supérieure, rendant un avenir à l’humanisme", mouvement "doté d'un vrai principe spirituel, enraciné dans la Raison", autour duquel "tous seront forcés de prendre position, et de se redéfinir" est en train de remplacer l'idéologie des nihilistes oligarques actuellement au pouvoir.


Extrait :

 

Beaucoup se demandent en ce moment (juin 2013) ce que va devenir le mouvement social né en France depuis quelques mois. Mon opinion est qu’il va durer, s’amplifier et qu’il a des chances sérieuse de triompher, c’est-à-dire d’aboutir à un renouvellement profond de la vie culturelle, économique et politique en France. Peut-être au-delà même des frontières de la France. J’en donne les raisons dans un bref essai, que voici. Celui-ci est un peu plus long que les articles que je publie d’ordinaire, mais il ne m’a pas semblé opportun de le couper en plusieurs livraisons. Il a pour titre La République des Veilleurs. L’avenir de la liberté en France. Il compte trois parties :


1. La dictature du nihilisme transgressif et le nouveau départ de la dialectique historique

2. Une nouvelle république en formation

3. L’intuition d’une future civilisation humaniste

 

... La compréhension des événements de France relève à mon avis de la philosophie de l’Histoire. Nous sommes en face de ce que Hegel formule dans son langage comme « la Raison dans l’Histoire ». La situation peut en effet être résumée ainsi : la dialectique de l’Histoire occidentale s’est remise en marche en France.

 

Nous constatons d’abord l’épuisement progressif d’un potentiel mobilisateur et dynamisant qui faisait l’Histoire – celui de la Gauche. Nous observons même un renversement de la direction de cette force historique. Le principe de liberté se retourne peu à peu en principe de dictature. Mais surtout, nous discernons la présence, toute nouvelle, dans la conscience commune, d’une intuition créatrice nouvelle, d’une émotion créatrice nouvelle. La raison a fait un pas de plus. Et son expression politique, c’est ce que nous pouvons appeler la « République des Veilleurs ».

 

 

Un germe d’esprit qui s’épanouit en civilisation, à travers une restructuration d’ensemble, et ouvrant la perspective d’une nouvelle époque, c’est bien une révolution. Et cela n’enveloppe pas nécessairement la violence – cela dépend de l’esprit nouveau et de la réaction de l’ancien monde. L’origine d’un esprit nouveau est toujours invisible et remonte haut, mais son émergence se produit visiblement. Nous avons sous les yeux quelque chose de tel.

 

La Gauche, c’est-à-dire les Lumières dans l’Histoire, à la pointe de l’Histoire et la faisant, n’existe plus (Lire "La Révolution est morte", selon l'historien Patrice Gueniffey, NdCR.) Un autre principe dynamique, un autre germe spirituel est apparu. C’est ça, la Révolution.

 

... Quelque chose de neuf émerge et aspire à se matérialiser. Mais quoi donc ? Le peuple le vit et le sent, mais il manque de mots pour dire ce qu’il vit, ce qu’il attend, ce qu’il espère. Et c’est le rôle de la philosophie que de le penser. Mais il y faudra bien du temps et tout ne sera clair que quand tout aura été accompli. En tout cas, un immense mouvement anime le peuple, doté d’une universalité supérieure, rendant un avenir à l’humanisme, traversant tous les partis. Et le pouvoir n’y voit rien, n’y comprend rien. C’est pourquoi il est condamné. Il rentre à reculons dans le néant.

 

C’est par rapport à ce mouvement que tous seront forcés de prendre position, et de se redéfinir. C’est pour cela que n’ont plus de sens des questions comme celles de savoir : « Comment le mouvement social doit-il se situer par rapport à tel ou tel parti de la Droite ? » ou : « Comment doit-il se rapporter à la fraction de la Gauche qui se rapproche de lui ? » Car dès lors qu’existe un vrai dynamisme historique, doté d’un vrai principe spirituel, enraciné dans la Raison, la seule question est de savoir si on est dedans, ou dehors. Ainsi donc, à terme, le PS éclatera en deux. L’UMP éclatera en deux. Le FN éclatera en deux. Etc. Et l’Histoire ira de l’avant.

 

En outre, il ne faut pas oublier que le mouvement pour le mariage et la famille ne représente qu’un des trois pôles de ce mouvement social nouveau où un nouvel esprit est en train de se faire jour (voir plus bas).

 

Le parti socialiste français, dont nous parlerons sans aucun esprit partisan, tout comme de la Gauche dans son ensemble, se trouve au pouvoir en 2013, et il y offre un exemple accompli de ce qu’est une structure morte et mortifère, dont l’esprit et la vie se sont retirés. Leurs dirigeants ne sont objectivement qu’une des factions d’une bourgeoisie libertaire et antisociale, qui alterne avec une autre, grâce au détournement des mécanismes de la représentation, permettant de faire valider indéfiniment par un peuple découragé la politique de l’oligarchie libertaire au moyen de procédures formellement démocratiques. On ne saurait mieux dire que la démocratie est à recréer, parce que la ruse a remplacé la vérité, et que tous les êtres vivants et de bonne foi ont leur place et leur vie dans le mouvement qui nous conduit vers la nouvelle République.

 

Une République nouvelle en France ne se définit pas d’abord par un numéro 6, ou 7, ou par une réanimation d’idéologies tombées dans le coma. La République nouvelle est celle qui prend de nouveau au sérieux l’idée de la liberté absolue, sans aller la chercher dans la rapacité infinie, la transgression et la mort. La République nouvelle est une nouvelle veille des esprits dans la cité. Elle est la République des Veilleurs.

 

Ces dirigeants du PS ne sont pas socialistes, mais individualistes. Non pas ouvriers mais bourgeois. Faisant une politique ultra-libérale au niveau global, et pratiquant en même temps un socialisme régional ou municipal difficile à différencier d’un simple clientélisme. Non pas libérateurs mais dogmatiquement libertaires et très intolérants. Non plus moraux mais sans éthique, et plus moralisateurs que jamais. Non pas rationalistes, mais ayant renoncé à toute philosophie sérieuse au profit du nihilisme transgressif (où se cristallise en concepts le simple arbitraire individualiste). Là est le point important, celui auquel va s’appliquer le travail de remise en cause, celui dont la négation fait surgir la nouveauté imprévue.

 

Le nihilisme transgressif est devenu la doctrine officielle de ce Gouvernement, et d’une grande partie de la classe politique. Il est le contraire même de toute pensée éclairée de la liberté. Il est contraire à toute conviction républicaine substantielle.

 

Or, non seulement le Gouvernement de la France, aujourd’hui, a adopté cette philosophie nihiliste et transgressive, mais il a entrepris de l’imposer de force à toute la jeunesse de la nation.

 

 

 

Pour bien comprendre à quel point la Gauche, ardente ou tiède, s'est muée en son contraire, il convient de vérifier avec soin s'il est vrai, ou pas, que le nihilisme transgressif peut exister sous deux versions : la première serait celle du "Surhomme", la seconde celle du "Dernier Homme".

 

 

 

Le nihilisme transgressif du Surhomme est celui du national-socialisme. Le nihilisme transgressif du "Dernier Homme" est celui de l'idéologie libéral-libertaire. L'un préfère la violence, l'autre la ruse. Mais, c'est la même philosophie, et c'est toujours le même homme, qui veut détruire l'Homme, et montre la même fureur de mise au pas et d'uniformisation (Gleichschaltung) de la société libre.

 

 

 

La différence, c'est que le premier nihilisme appartient, selon l'expression de Nietzsche, à une "superbe bête blonde", en pleine santé, qui adhère à son destin de mort, pourvu qu'elle soit héroïque et grandiose ; le "Dernier Homme" est plutôt comme un vieillard égoïste qui, selon l'expression de La Bruyère, "achèterait un instant de survie au prix de l'extinction du genre humain". L'un comme l'autre ne veulent pas que rien puisse leur survivre. Celui qui se croit Surhomme est un guerrier criminel, qui rêve de belle mort. Le Dernier Homme est un administrateur suicidaire et gris, qui rêve d'euthanasie, de décroissance et parfois même d'extinction du genre humain.

 

 

 

La Gauche en France s’était identifiée à la liberté pratique – à la politique de Rousseau, et à la morale de Kant, qui en était l’intériorisation[1]. La liberté « pathologique », ayant rejeté la Raison transcendantale et la morale de l’obligation des grandes Lumières, mais restant travaillée par le besoin humain d’inconditionné et d’absolu, ne trouve d’horizon que dans la transgression et dans le toujours plus de transgression, à la limite, un jour, dans la violence et la cruauté.

 

Or la Gauche du nihilisme transgressif, tout en gardant parfois une phraséologie kantienne, renonce totalement à la rigueur morale effective et à l’exigence civique. Elle s’identifie à une liberté que Kant aurait appelée pathologique et donc au droit du plus fort.

 

La Gauche nihiliste et transgressive n’a pourtant pas oublié les lois de la politique pure. Elle sait que la conservation de l’initiative est la condition de la conservation du pouvoir. Ayant perdu tout critère et tout dynamisme ascensionnel, renonçant à toute sublimation culturelle, elle se livre à la fois à l’instinct de plaisir et à l’instinct de mort, et choisit d’appeler « nouvelle civilisation » la descente en vrille dans cette barbarie. Elle fuit en avant pour tenter de garder le pouvoir dans un monde qui lui échappe. Elle choisit une voie de démesure, mêlant prosélytisme et dictature. Mais, cette fuite en avant est ce qui à la fois la condamne à n'être plus que du passé, et ce qui fait surgir sa négation sublime.

 

Comme il reste toujours quelque part dans l’esprit humain un bout d’idée d’Absolu, cette liberté de transgression, rejetant la Nature, Dieu et la Raison, ne peut se fonder que sur l’absolu du Néant. Morale d’immoralisme transgressif libertaire et métaphysique nihiliste : telle est bien désormais la doctrine officielle. Ce nihilisme transgressif devient le noyau d’une culture officielle qui prétend installer une République nihiliste et une République de la transgression, et uniformiser le pays entier sous son contrôle, avec une agressivité et une intolérance qu’on n’avait plus connue à ce degré depuis bien longtemps. Par ce regain d’autoritarisme, le nihilisme du Dernier homme risque de fusionner un jour avec celui du Surhomme, dans un goût transgressif et non moins libertaire de la volonté de puissance.

 

Par habitude, la Gauche morte entretient une fausse conscience et un discours creux, comme si on était encore aux temps héroïques du jacobinisme, ou aux temps généreux du Front populaire. Mais sa rhétorique, vidée de tout son sens moral et traditionnel, couvre désormais exactement le contraire de ce qu’elle exaltait autrefois – tout comme les discours d’Hitler reprenant la philosophie de la SDN et invoquant le droit des nations à disposer d’elles-mêmes couvraient en réalité son contraire, un impérialisme bestial. Ainsi la honte fait rougir tous ceux qui aimaient sincèrement la Gauche et l’inquiétude grandit chez tous les Français. C’est dans ce contexte qu’on se met à parler de Résistance en France, avec un grand « R ». L’acception héroïque et historique de ce vocable est en train de revenir en usage.

 

 

 

... C’est une mutation soudaine qui s’est produite, et ce qu’on en voit n’est qu’un début. Nous ne sommes plus en présence d’un affrontement droite/gauche traditionnel en France, avec d’un côté les « conservateurs », ou la « réaction », et de l’autre un « front progressiste ». Nous sommes au contraire en face d’un retournement dialectique d’ampleur historique, conduisant au renouvellement complet des règles du jeu et, en particulier, à une renaissance très originale de l’idée républicaine.

 

Cette légitimité qui s’oppose aujourd’hui à cette légalité (ou apparence de légalité) qui n’a jamais fait défaut aux pires tyrannies, c’est encore et toujours, en France, la légitimité républicaine (la "légitimité" républicaine n'est pas une légitimité puisque dès le départ elle est précisément conçue comme une déconstruction totale de la légitimité au nom du "Peuple souverain" : la légitimité républicaine détruit toute idée de légitimité pour ne laisser place qu'à la seule Volonté générale qui s'incarne dans la "souveraineté nationale". Ce sont là les deux dogmes de 1789 qu'il faut dépasser si l'on souhaite réellement... instaurer une "démocratie" en France, démocratie qui n'a d'ailleurs jamais existé nulle part... Cette "démocratie" n'a jamais été qu'un prête-nom manipulatoire au service de l'Oligarchie mondialiste via le système de l'élection contrôlé par les partis... Nous avons vu que seule une représentation par corps garantissait de toute dérive oligarchique. Et pour être tout à fait complet, nous mentionnerons également une autre "représentation" qui annulerait le danger oligarchique : le tirage au sort... dont le principe est guère éloigné des nôtres, lorsque les Anciens Grecs dans leur grande sagesse rapportait le choix des dirigeants tirés au sort à un choix des dieux... Ce qui nous raccroche au droit divin... Pour une représentation par tirage au sort, voir les travaux d'Etienne Chouard, dont une vidéo ici. NdCR.) et c’est celle de l’Histoire. Mais qu'est-ce que la République ? Nous allons essayer de le dire.

 

 

 

... Si une crise politique majeure est en train de s’ouvrir dans le pays, c’est que l’opposition à une loi barbare exprime aujourd’hui, avec les mots particuliers propres à certains, non pas un conservatisme d’inertie, ou une réaction sans imagination, mais la pure essence de la doctrine républicaine française, profondément transformée par un effort infini et victorieux pour s’extirper de cette barbarie. Ce profond renouveau républicain, face au despotisme oligarchique et nihiliste, inspire la formation d’un projet d’avenir crédible et motivant, auquel l’oligarchie libertaire n’a rien à opposer.

 

L’idée française de la République avait reçu de Jean-Jacques Rousseau une première formulation assez précise. Prise à son plus haut niveau d’universalité, la République est tout simplement l’idée d’une société qui cherche à satisfaire, autant que cela est possible, la soif de liberté absolue conforme à la vraie nature de l’Homme. Et le pacte social d’une République a pour objet de constituer une société unie sur un semblable idéal de vie en société libre, à laquelle on convient de donner le nom de république – en ce sens spécial et précis. Cet idéal, pris à ce niveau le plus élevé d’universalité, n’a rien qui ne soit juste et raisonnable, d’autant que nul ne peut se dissimuler raisonnablement la différence qui subsistera toujours entre l’idéal et le réel.

 

Rousseau a donné de ce concept universel une interprétation très individualiste et dans cette mesure défectueuse, d’où se laisse malheureusement déduire le jacobinisme, matrice de toutes les idéologies (cf. Préparer l’Avenir, chapitre 14, pages 117-126, surtout 124-126).

 

Mais, si l’on considère l’Homme dans sa vérité, membre d’un « corps fait de membres pensants », comme le dit Pascal, et structuré par une loi morale naturelle qui est la loi de sa nature sociale, de sa nature rationnelle et de sa nature vivante, alors l’idée de la république reçoit sa forme authentique. Et elle devient légitimement un concept régulateur pour l’établissement des législations, autant que la prudence le permet. Et le pays qui s’unit et se constitue sur un tel idéal en reçoit un dynamisme extraordinaire. Nous assistons sûrement en France au début d’un tel phénomène. Le devenir d’un tel mouvement dépasse infiniment les avatars de tel ou tel morceau de législation, puisque le pays en faisant sa mue, se débarrassera un jour en bloc d’une entière carcasse de législation nihiliste.

 

En un mot, une idée rénovée de la République est en train d’émerger en France. Elle est susceptible d’unir à terme toutes ses traditions (politiques, philosophiques, mystiques) et de la refonder, à la fois structurée, noble, libre, démocratique, conforme à son caractère historique et génialement accueillante aux flux de la nouveauté historique.

 

Le combat pour le mariage, l’emploi et l’entreprise dans les territoires, la lutte contre une idéologie tyrannique (d’égoïsme radical libertaire et amoral[3]), tels sont les trois piliers de ce mouvement qui lutte aussi pour les droits humains fondamentaux. L’idée de la liberté absolue, une fois détachée de prémisses individualistes et rattachée au sens de la famille, de la vie et de l’action dans le monde, comporte clairement l’ouverture d’une dimension mystique, le respect de cette dimension, de la personne qui est en le siège, et une tension continuelle vers une justice à la fois utopique et patiemment raisonnable. Tel est l’esprit qui surgit, celui de la nouvelle République française.

 

L’opposition définitive du peuple des familles à une loi barbare tient d’abord à ceci, qu’installant l’arbitraire dans la cellule élémentaire de la société, c’est à dire le couple et sa descendance, elle justifie pour demain la soumission de tous à l’arbitraire indéfini des idéologues et de leurs fantasmes. Comme ces derniers sont des intolérants qui excluent tous leurs contradicteurs du cercle qui a droit de déterminer le consensus démocratique sans reconnaître en cela aucune règle objective, il est évident que ce qu’on appelle, presque par dérision, la démocratie, consiste pour le peuple à obéir sans discuter aux volontés arbitraires des idéologues et des oligarques.

 

Mais, l’opposition du peuple tient ensuite et surtout au fait que cette législation ferme radicalement l’horizon de la liberté absolue et abolit ainsi la République. La liberté se trouvant réduite à une interprétation matérialiste, individualiste, excluant Dieu, la Nature et même la Raison transcendantale, fait forcément corps avec le principe de toute idéologie, formulé dans Les Démons par Dostoïevski : « Je commence par la liberté absolue et je termine par la dictature totale. »

 

La prise de conscience des familles n’est que le début d’une prise de conscience nationale demain unanime. Celle-ci va se produire lorsque conflueront l’indignation des couches populaires économiquement opprimées par l’ordre libertaire, et la ferme détermination des familles culturellement opprimées, par ce même ordre libertaire. Se rajouteront en outre à ces deux forces la résistance des patrons et des entrepreneurs écrasés par l’ordre fiscal et administratif, qui constitue un véritable système de privilèges au bénéfice de l’oligarchie libertaire.

 

Quand les trois grands fleuves sociaux auront mêlé leurs eaux, quand l’ennemi commun aura été identifié, l’oligarchie ne pourra plus régner en divisant et il se produira un renouvellement profond à la fois de la démocratie et de la doctrine républicaine aujourd’hui corrompue. La France refera son unité, elle retrouvera un dynamisme et son Histoire, dans une nouvelle résistance mettant à bas un despotisme.

 

... Au naufrage de la Gauche comme principe spirituel, ne succède pas le néant qu’on pouvait craindre, mais une espérance de liberté substantielle et de renaissance, dont les Veilleurs sont le symbole.

 

L’histoire occidentale se laisse interpréter classiquement comme une dialectique de libération. On excusera la rapidité du survol qui suit, et qui fournit un recul indispensable, bien que sommaire. La raison hellénique, le droit romain, la foi et la religion chrétiennes ont successivement assumé la charge de cette libération. A partir de la fin du Moyen-Âge, le christianisme, qui avait été jusque-là reçu en libérateur a commencé à être rejeté comme un facteur d’oppression. La civilisation européenne s’est même organisée de plus en plus nettement autour de tel ou tel humanisme athée. Les chrétiens pouvaient sans doute démontrer qu’un humanisme sans Dieu devenait un humanisme contre l’Homme. Toutefois, cet argumentaire n’a pas réussi à persuader. Au contraire, même le libéralisme est devenu idéologique et de plus en plus libertaire. Il s'est mis à s’imposer de manière totalitaire. Il pouvait sembler viable, parce qu’il parasitait, pour ainsi dire, à la fois la culture et la civilisation chrétiennes, la culture et les institutions des grandes Lumières (kantiennes).

 

Mais le temps est venu, et nous y sommes, où le parasite lui-même ne peut plus vivre, tant il a affaibli l’organisme parasité. Les idéologies ne sont pas des cultures authentiques, suffisantes et capables de produire de l’éthique et de l’espérance. Elles sont des parasites de cultures substantielles qu’elles travaillent à détruire et sans lesquelles elles ne pourraient prétendre exister.

 

Cependant, à la différence de ce qui se produit en général dans la nature, l’atteinte de ce point d’épuisement correspond dans l’esprit, à un prodigieux retournement dialectique.

 

Dialectiquement, la liberté se redéfinit désormais dans la conscience commune comme la négation de cette liberté nihiliste qui s’est réduite à l’arbitraire et à la volonté de puissance. Confrontée à l’évidence de la transgressivité cynique et ténébreuse, la nouvelle liberté sait qu’il n’y a pas de convergence naturelle des égoïsmes et que la concurrence bien réglée de ces égoïsmes ne saurait assurer ni la paix perpétuelle, ni la prospérité, ni la liberté maximale, en somme le plus grand bonheur du plus grand nombre et la Démocratie.

 

L’esprit revient ainsi au point de bifurcation, où la liberté a cru bon de se séparer du christianisme, et réciproquement. Il fait un discernement, il tourne en lui-même à la fois les immenses idées de Dieu et de l’Homme, de l’Homme-Dieu et de la liberté, il médite sur l’avenir de l’humanisme, il retrouve la figure non athée de l’Homme-Dieu, il devine qu’on ne peut faire vivre une société libre sans une perspective d’Homme-Dieu. Mais laquelle ? Car l’Homme contre Dieu ne peut pas être un Homme-Dieu.

 

Mais il comprend à nouveau aussi que la foi en l’Homme-Dieu ne peut vivre, inversement, sans une montée humaine en commun, y compris politique, vers la liberté infinie, à la fois utopique et non utopique. Mais qu’est-ce que cela signifie ?

 

Je voudrais en donner ici une faible idée. Sans doute le rejet de « la morale » est-il au cœur du nihilisme transgressif. Aujourd’hui, face à la dictature du nihilisme, l’esprit comprend que la transgression de la loi morale par l’Homme n’est pas totalement négative, en ce seul sens précis que la simple installation de l’Homme dans un ordre légal moral et religieux ne suffit ni à l’Homme, ni sans doute à Dieu. C’est pour cela que les Veilleurs manifestent la forme de verticalité mystérieusement nécessaire à une société libre.

 

 

 

 

La transgression vile par laquelle on viole la loi qui prescrit le bien ne peut être surmontée que par une transgression noble et infinie. L’acte de vertu est une transgression de la transgression. C’est sans doute une union à une transgression infinie et sainte, opérée par Dieu, et le nom de cette transgression est « Incarnation ». C’est pour cela que le respect pour la figure et la personne de Jésus ont toute leur place au sein d’une société libre, et surtout au sein d’une République postnihiliste. Autrement, l’opposition n’est qu’un moralisme sans vigueur.

 

L’Homme-Dieu, comme simple concept, n’est qu’une figure du meilleur espoir humain, noble mais sans effectivité ; ou alors c’est le slogan de la transgression tout court. L’Homme-Dieu, comme fait réel, c’est l’objet de la foi. La société libre de l’avenir prépare ainsi consciemment sa reconstruction par une veillée en commun autour de la question de la foi et de la liberté infinie. Car elle ne veut pas de foi dans la contrainte. Elle sait qu’elle aura commencé par des veillées dans la nuit, entre des gens qui l’oppriment.

 

En un mot, la France future se prépare dans la nuit. Elle s’appuie sur le rejet méthodique de la liberté nihiliste. Elle fait un retour méditatif sur le point de bifurcation qui a rendu possible une évolution au terme catastrophique, mais elle ne condamne pas cette évolution. Elle vise plutôt ce qu’elle cherchait. Elle vise ce qu’il aurait fallu inventer jadis pour que ce chemin fût pris autrement. Elle sent que les torts historiques furent partagés et elle n’a pas, face à son passé, d’esprit exclusif, pas même envers les postmodernes, qui ont sans doute leurs propres excuses. Elle vise à trouver enfin ce chemin social qui monte vers l’absolu de la liberté, sans tomber dans l’idéologie ou dans l’utopie. Ainsi, la civilisation de l’avenir aimera-t-elle passionnément la liberté, la personne et même l’individu, mais aussi la vie et le corps social, la raison et la loi morale, l’amitié et la nature, l’Homme et Dieu et elle visera à l’Homme-Dieu[4].

 

 

 

[1] Ou, inversement, à la morale de Kant et à la politique de Rousseau, qui en était l’extériorisation.

 

[2] Ce qui est très subjectif. Platon spécule sur le sujet, dans le Banquet, sans avoir recours au nihilisme.

 

[3] Ou plutôt dont l’immoralité militante est devenue une morale paradoxale.

 

[4] Nous parlerons une fois prochaine de la position de l’islam en France, qui à la fois complexifie et enrichit la structure de la dialectique rationnelle et spirituelle que nous avons essayé de mettre en évidence.

 

 

Source: http://www.henrihude.fr/mes-reflexions/50-democratiedurable/305-la-republique-des-veilleurs

 

 

- La loi Taubira portera-t-elle l'estocade à la Révolution ?

- Le peuple français fait face à une entreprise totalitaire (Henri Hude)

- "Mai 68 était là pour détruire, alors que Mai 2013 est là pour construire" (Béatrice Bourges)

- La dérive totalitaire du gouvernement Ayrault

- République absolue et nihilisme d'Etat : les moyens d'en sortir

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 13:16

Les collabos n'ont pas compris qu'on ne lâchera rien. JJJ. Ils menacent le maire d'Arcangues de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d'ammende, tandis que les homosexuels qui n'ont pas été mariés ont déclaré être "prêts à se lancer dans une bagarre juridique pour faire respecteur leurs droits" (mais nous aussi, on fera respecter les droits des enfants, le maire d'Arcangues - comme tous les maires qui résisteront - ne sera pas laissé démuni face à vos oukazes...) Ils ont également contacté la préfecture de Pau et de Bayonne, prévu d'envoyer leur carte d'électeur au Garde des Sceaux Christiane Taubira et menacé de "ne plus payer leurs impôts locaux"...

 

Mariage gay : vers une plainte contre le maire d'Arcangues (64)

 

VIDEO - Le refus du maire d’Arcangues de marier un couple d’hommes suscite de nombreuses réactions

 

Source: http://www.sudouest.fr/2013/06/10/vers-une-plainte-contre-j-m-colo-1079713-3958.php

 

 

 

  • Le refus de Jean-Michel Colo de marier un couple homosexuel, premier cas de ce type en France, devrait rapidement trouver des suites judiciaires. C’est ... ce qu’a annoncé Alexandre Marcel, président du Comité de défense des homosexuels.
  • « Nous allons déposer plainte contre les adjoints et le maire d’Arcangues pour discrimination », promet l’intéressé. Depuis que l’affaire a été rendue publique les condamnations pour l’instant verbales s’accumulent à l’encontre du premier magistrat et de son conseil municipal.
  • Celle du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, en visite ce week-end dans le Lot-et-Garonne, est claire : les contrevenants à la loi sur « la mariage pour tous » s’exposent à « une sanction pénale particulièrement importante ». Les élus qui discriminent des couples homos peuvent être condamnés à une peine de trois ans d’emprisonnement et à une amende de 45 000 euros ! Pas certain dans ces conditions que l’attitude de Jean-Michel Colo fasse des émules.
  • Jean-Michel et Guy, à qui le maire d'Arcangues refuse le mariage, avaient confié à Sud Ouest vendredi qu'ils étaient prêts à se lancer dans une bagarre juridique pour faire respecter leurs droits. Ils ont contacté la préfecture de Pau et de Bayonne et ont prévu d'envoyer leur carte d'électeur à Christiane Taubira, garde des Sceaux. Ils menacent également de ne plus payer leurs impôts locaux.
  • Reste à souligner que Jean-Michel Colo a aussi reçu des messages de soutien depuis deux jours. Des appels sur les réseaux sociaux sont lancés en sa faveur par les opposants au mariage gay. À voir si le flot des supporters du maire d’Arcangues va grandir ou pas.

 

 

Add. 17:26. Le Forum Civique de l’Espérance apporte son soutien au maire d’Arcangues ainsi qu’à son conseil municipal.

Soutenez Jean-Michel Colo en lui écrivant à assurances.colo@wanadoo.fr ou arrangoitze@wanadoo.fr 

Le Forum Civique de l’Espérance apportera son soutien juridique, financier, politique et médiatique aux élus d’Arcangues. Source: http://www.lerougeetlenoir.org/les-breves/communique-le-fce-apporte-son-soutien-au-maire-d-arcangues

 

 

Add. 22:00. Najat Vallaud-Belkacem promet des sanctions au maire basque qui refuse de marier des homosexuels, "s’il s’obstine" et déclaré "qu’il n’y a pas de clause de conscience dans la loi".

Source: http://lelab.europe1.fr/t/najat-vallaud-belkacem-promet-des-sanctions-au-maire-ump-basque-qui-refuse-de-marier-des-homosexuels-s-il-s-obstine-9533

 

 

De son côté le courageux maire d'Arcangues a déclaré : "J'irai jusqu'à la potence! Je n'appliquerai pas une loi illégitime".  

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/06/maire-darcangues-jirai-jusqu%C3%A0-la-potence-je-nappliquerai-pas-une-loi-ill%C3%A9gitime.html

 

Add. 12 juin. Le maire divers droite Jean-Michel Colo, de ce village de 3 000 habitants, 60 ans, a réaffirmé sa volonté de ne pas procéder au mariage de Guy et Jean-Michel: "Je connais ces personnes, elles sont sympathiques, mais je m'oppose à les marier, je suis chrétien et cette loi, votée dans les circonstances que l'on sait, est quelque chose qui me choque. Ce n'est pas parce que l'on est officier d’État civil que l'on n'a pas une conscience...", a dit au micro de la radio ce catholique pratiquant, agent d'assurances à Biarritz.  

A neuf mois des élections municipales, Jean-Michel Colo a dit ne pas se soucier de son éventuelle réélection. "D'abord, je n'ai pas pris de décision et je ne sais pas si je serai candidat. Et puis, je pense qu'au final, cette loi ne sera pas bénéfique pour ceux qui l'ont voté. Elle se retournera contre eux car les Français ont bien compris que c'était une loi de circonstance votée par une minorité pour une minorité, une loi qui, en plus, a fait resurgir l'homophobie en France... 

Dans le Figaro d'hier, Jean-Michel Colo indiquait avoir "reçu 1500 messages de soutien" et ne pas craindre la prison. Les amendes, la prison, la révocation, rien ne lui fait peur. «J'irai jusqu'à la potence!, a-il clamé.  

Source: http://www.sudouest.fr/2013/06/12/arcangues-le-maire-ne-craint-pas-les-sanctions-et-ira-jusqu-au-bout-1082999-4018.php

 

 

Add. 14 juin 2013. Suite à l'ultimatum de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques du 12 juin enjoignant le marie de"revenir à la raison" et lui laissant, "ainsi qu'à ses adjoints réclacitrants, jusqu'à vendredi (14 juin, NdCR.) pour donner une réponse", Jean-Michel Colo a finalement cédé en décidant, jeudi 13 juin lors, d'une réunion municipale d'envisager d'accorder la délégation à une élue". Tout ça pour ça! Lamentable.

 

Source: http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/14/le-premier-mariage-gay-d-arcangues-aura-bien-lieu_3430234_3224.html

 

 

Add. 15 juin 2013, 01:20. Il semble que l'info du Monde selon laquelle le maire d'Arcangues aurait cédé soit fausse. SudOuest d'hier indique en effet que "[d]ans un communiqué de la mairie diffusé ce vendredi (14 juin, NdCR.), on peut lire que "les adjoints ont renouvelé leur confiance et leur solidarité avec le maire dans le refus de célébrer des mariages gay. Les élus, à l’unanimité, ne céderont pas au tribunal médiatique qui pré annonce leur décision avant même qu’ils ne se soient réunis".

 


Le Conseil municipal a décidé de se retrouver prochainement pour "reconsidérer sa position".

 

Source: http://www.sudouest.fr/2013/06/14/mariage-gay-refuse-a-arcangues-64-le-maire-et-les-elus-font-bloc-1085586-4018.php

 

 

Add. 15 juin, 12:45. Le maire a redit hier son refus de marier un couple gay. Il annonce néanmoins avoir encore besoin de réfléchir avant de déléguer cette tâche.

 

[C]ommuniqué de la mairie, tombé hier : « Les adjoints ont renouvelé leur confiance et leur solidarité avec le maire, dans le refus de célébrer des mariages gays. Les élus, à l’unanimité (sic), ne céderont pas au tribunal médiatique qui préannonce leur décision […]. Bonjour les démocrates. »


... De son côté, Jean-Michel Colo s’obstine. « Je ne me suis pas entretenu avec les conseillères, dit-il. Si elles veulent faire des mariages, tant mieux pour elles. Mais ce n’est pas leur rôle. » En effet, c’est celui des maires. Mais reprenons la lecture du communiqué municipal : « L’exécutif a […] décidé de se retrouver prochainement pour reconsidérer sa position, souhaitant avancer à son rythme ».

 

Source: Publié le 15/06/2013 à 06h00 | Mise à jour : 15/06/2013 à 09h41 http://www.sudouest.fr/2013/06/15/il-fait-durer-le-deplaisir-1086065-3958.php

 

 

Add. 21 juin 2013 11:53. "Mariage gay à Arcangues : le maire hostile "maintient sa position".(Lci.tf1.fr)

Le maire maintient sa position au lendemain d'une réunion sur le sujet.

 

 

  • Il ne compte pas céder. Le maire du village basque d'Arcangues, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui, soutenu par ses adjoints, refuse de marier un couple d'homosexuels, maintient sa position au lendemain d'une réunion sur le sujet, a indiqué aujourd'hui la mairie.
  • Le couple formé par Jean-Michel Martin et Guy Martineau-Espel, a déposé lundi son dossier de mariage à la mairie d'Arcangues. Il entend aller "jusqu'à la Cour européenne des Droits de l'Homme" pour faire valoir ses droits au mariage dans la commune, a indiqué M. Martineau-Espel à une correspondante de l'AFP. Le maire (Divers droite) Jean-Michel Colo, 60 ans, qui n'était pas joignable vendredi matin, a pris sa décision jeudi soir à l'issue d'une réunion en mairie avec ses adjoints, a indiqué le secrétaire de mairie.
  • La pression s'est accrue ces derniers jours sur M. Colo après qu'il a signifié début juin à la préfecture son intention de ne procéder à aucun mariage entre personnes du même sexe, jugeant la loi sur le mariage pour tous "illégitime". Avec ce refus, il s'est attiré les condamnations de maintes associations et les menaces notamment du ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui a rappelé que les maires réfractaires s'exposaient à des "sanctions importantes".

 

 

 

Add. 22 juin 2013 15:46. "le maire d’Arcangues (64) prêt à aller au bout" (Sud Ouest)

  • Publié le 22/06/2013 à 06h00 | Mise à jour : 22/06/2013 à 07h55
  • Jean-Michel Colo sera recadré par l’État. C'est en tout cas ce qu'à demandé Manuel Valls au sous-préfet de Bayonne.
  • Hier, Manuel Valls a invité le représentant de l’État à Bayonne à recadrer le maire d’Arcangues… Ce dernier ayant de nouveau frappé fort en expliquant pourquoi il refuserait la célébration d’un mariage gay sur ses terres. En termes choisis, le cabinet du ministre de l’Intérieur a donc « demandé au sous-préfet de Bayonne de convoquer le maire pour lui rappeler le cadre de la loi. » Un rappel déjà effectué par le sous-préfet et qui semblait bénéfique. Mais finalement, non.
  •  

     

    « J’invoque ma clause de conscience , explique le maire. On est obligé de respecter un maire qui a trente ans de mandat et l’estime de toute la région. »

     

  • Source: http://www.sudouest.fr/2013/06/22/le-maire-d-arcangues-pret-a-aller-au-bout-1093275-3944.php

 

Add. 26 juin 23:37. Le maire d'Arcangues a écrit une lettre hier au ministre de l'Intérieur, et évoque la liberté de conscience : cliquez ici

 

Add. 27 juin 22:56. Arcangues (64) : un adjoint se dit prêt à célébrer le mariage gay (Sud Ouest)

 

  • SudOuest.fr Publié le 27/06/2013 à 18h48
  •  
  • La municipalité était menacée de sanction disciplinair.
  •  
  •  
  • Le maire Jean-Michel Colo et ses six adjoints se sont de nouveau concertés en réunion restreinte ce jeudi.
  •  
  • Un adjoint a accepté de célébrer les mariages homosexuels.
  •  
  • Depuis un mois, le maire et ses adjoints refusaient de procéder à ces unions malgré les propositions de deux conseillères municipales qui étaient prêtes à recevoir une délégation de pouvoir pour célébrer ces mariages.
  •  
  • Les services de l'Etat avaient menacé la municipalité de sanctions si elle ne se conformait pas à la loi.
  •  
  • Le "mariage" de Jean-Michel Martin et Guy Martineau-Estel pourra avoir lieu.
  •  
  • Source : http://www.sudouest.fr/2013/06/27/arcangues-64-un-adjoint-se-dit-pret-a-celebrer-le-mariage-pour-tous-1099004-3958.php

 

Add. 2 juillet 2013 22:34. L'une des deux conseillères municipales qui avaient annoncé être prêtes à "marier" le duo homosexuel, a envoyé sa lettre de démission aujourd'hui.

 Elle fait suite à un entretien qui s'est tenu en mairie, lundi matin. Entretien très courtois, mais où chacun est resté sur ses positions.  Elle explique que si elle a trahi le conseil municipal, en se désolidarisant publiquement du refus de marier ce "couple", elle n'a "pas trahi le village d'Arcangues", ni ses "ancêtres", ni "elle-même". Le culte et le respect des ancêtres est encore bien vivace dans ce merveilleux pays Basque.

Fichier:Arcangues Blason.jpg

 

  • Arbela d'Arcangues, l'une des deux conseillères municipales qui avaient annoncé au maire, Jean-Michel Colo, dès l'annonce de son refus, qu'elles étaient prêtes, elles, à célébrer un mariage "gay", lui a envoyé ce mardi sa lettre de démission.
  • Elle fait suite à un entretien qui s'est tenu en mairie, lundi matin. Entretien très courtois, mais où chacun est resté sur ses positions. "En ce qui me concerne, je suis heureuse d'avoir résisté, déçue de ne pas avoir été entendue et soulagée, compte tenu de la faiblesse du dénouement de ne pas avoir été associée.
  • Si j'ai trahi le conseil municipal, en me désolidarisant publiquement du refus de marier ce couple, je n'ai pas trahi le village d'Arcangues, ni ses ancêtres, ni moi-même. Monsieur le Maire j'aurai toujours pour vous un certain respect voire de l'affection, mais mon esprit d'ouverture a une dimension plus large et une origine plus profonde que cette vaine joute politique qui ne me ressemble pas.
  • Arcangues n'a jamais été réactionnaire. Arcangues chantait sa tolérance. N'est-ce pas se compromettre que de s'être octroyé le droit de décider de ce qui est acceptable ou pas ?"
  • Arbela d'Arcangues, qui est entrée au conseil municipal en 2008, est la fille de Jean d'Arcangues, qui fut le premier adjoint de Jean-Michel Colo, et la petite-fille de Pierre d'Arcangues, qui fut maire durant 40 ans et le premier "bâtisseur" du village.
  • Source: http://www.sudouest.fr/2013/07/02/suite-au-refus-du-mariage-pour-tous-a-arcangues-64-une-elue-demissionne-1103476-3958.php

 

- Pays basque : un maire et son conseil municipal refusent de célébrer un "mariage" gay

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 13:02

pierrette-bergeComme souvent, comme toujours, c’est le très prévisible Pierre Bergé qui a donné le la. Il n’aurait pas pleuré si une bombe avait explosé en pleine Manif pour tous. Il vient de récidiver en assurant que les maires coincés aux entournures pour célébrer l’union pour tous « devraient se faire soigner ».

Réflexe typique des régimes totalitaires d’autrefois. Le dissident de l’URSS, on le soignait aussi. En hôpital psychiatrique. Parce qu’il fallait au moins être raide cintré pour ne pas percevoir les délices du goulag fleuri d’alors.

 

Dans le même temps, « indignation » et « résistance » sont des termes très en vogue. Stéphane Hessel est passé par là, avec son best-seller aussi incongru qu’impromptu. Noël Mamère avait ainsi résisté avec indignation en célébrant la première union unisexe, dans sa mairie de Bègles. Il jouait à Antigone contre Créon, alors qu’il n’était qu’Achille Zavatta. Pardon… La comparaison n’est pas gentille pour le clown en question.

 

Source et suite: http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/qui-soigner-pierre-berge-ou-les-maires-anti-mariage-gay,26248

 

 

- Deux poids deux mesures : Quand les pro mariage homosexuels appelaient à violer la loi établie

- Pays basque : un maire et son conseil municipal refusent de célébrer un "mariage" gay

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 13:02

L’initiative citoyenne européenne Un de Nous, dont le but est d’interdire à l’Union européenne de financer la recherche sur l’embryon et les avortements, y compris les avortements forcés dans des pays comme la Chine et l’Inde, a déjà rempli la première condition pour adresser une proposition législative directement à la Commission européenne : dans 7 pays de l’UE, le seuil minimum de signatures a déjà été atteint. Ces pays sont la Hongrie (291,99 % du nombre minimum de signatures déjà recueillies début juin), l’Italie (287,52 %), la Pologne (267,29 %), l’Autriche (202,39 %), la Slovaquie (184,14 %), l’Espagne (101,26 %) et les Pays-Bas (100,25 %). Le nombre de signatures exigé dans chacun des 7 pays requis pour que l’initiative citoyenne soit recevable est égal au nombre d’eurodéputés du pays multiplié par 750. La deuxième condition pour contraindre la Commission à prendre en compte ce projet citoyen visant à modifier le droit européen et à faire une proposition législative au Parlement européen et au Conseil, c’est d’obtenir au moins un million de signatures en tout d’ici au 1er novembre 2013. En ce début de mois de juin, le demi-million est déjà dépassé !

...

Comment signer l’Initiative Citoyenne Européenne «Un de Nous»?

  • Sur internet : http://www.undenous.fr/
  • Sur le formulaire papier autorisé par la Commission européenne, à faire photocopier en nombre pour diffusion, ainsi que le tract. Indiquez votre nom et prénom, résidence permanente, date de naissance, nationalité, numéro de la carte d’identité, la date et signez. La récupération de votre adresse est strictement interdite par la réglementation visant la mise en œuvre de l’initiative citoyenne européenne. Une fois complétés, ces formulaires doivent être envoyés à la Fondation Jérôme Lejeune, Opération Un de Nous, 37 rue des Volontaires à 75015 Paris (France).

Pour en savoir plus, lire la présentation de l’initiative citoyenne européenne «Un de Nous» ou aller sur le site www.undenous.fr ou www.oneofus.eu pour les autres langues (avec des informations plus complètes que dans la version française).

 

Source: http://www.ndf.fr/article-2/09-06-2013/linitiative-citoyenne-europeenne-un-de-nous-progresse-rapidement-malgre-lapathie-des-francais

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 13:02

Alors que le gouvernement socialiste avait sévèrement augmenté les impôts en 2012, les rentrées fiscales qui devaient se faire ne se font pas. Pire, ces rentrées fiscales sont en baisses (!), le déficit s'accroît..., la France plonge...

Le nerf de la guerre est l'argent dit le dicton populaire. La résistance passive, notamment en cessant de con-sommer, et donc de payer la tva... commence à porter ses fruits.

 

L'état d'alerte fiscale est là.

 

 

Vous connaissez la courbe de Laffer. Vous savez qu’il arrive un moment où l’augmentation des taux provoque une diminution de la valeur absolue (ce qu’un précédent Président, qui avait retenu la musique mais pas compris les paroles, traduisait par « l’impôt tue l’impôt »).

Les recettes fiscales ne sont pas au rendez vous

 

Eh bien, il semble que nos ministres (et parlementaires) idéologues soient de nouveau rattrapés par la dure réalité économique ! De janvier à avril 2013, les recettes fiscales nettes de l’État sont quasiment stables par rapport à la même période en 2012. Celles-ci n’augmentent que de 0,5% à 88,364 milliards d’euros sur quatre mois. Or sur l’ensemble de l’année 2013, les encaissements de l’État devraient augmenter de 11,2% à 298,616 milliards d’euros selon le Budget initial fixé par la dernière loi de finances.

On ne tond pas un œuf

Les services de Bernard Cazeneuve, ministre délégué chargé du Budget, reconnaissent une « faiblesse des rentrées fiscales » depuis le début de l’année. Si les recettes d’impôt sur le revenu (IR) sont en forte hausse, de plus de 10%, celles de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) et de la TIPCE (taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers, ex-TIPP) sont en forte baisse. Le manque à gagner par rapport à 2012 se monte à 1,069 milliard d’euros pour la TVA et à 262 millions d’euros pour la taxe sur les carburants. La TVA reste tout de même le principal prélèvement fiscal de l’État...

 

 

Source et suite: http://www.contrepoints.org/2013/06/08/127190-la-france-en-etat-dalerte-rouge-fiscale-cachez-vos-economies

 

Add. 12 juin 2013. Le gouvernement français a revu en baisse de huit milliards d’euros ses prévisions de recettes budgétaires pour 2013 par rapport à la loi de finances votée par le Parlement, a annoncé mercredi le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve.

 

Source: http://www.jeanmarc-sylvestre.com/2013/06/12/budget-8-milliards-de-recettes-fiscales-en-moins-pour-2013

Repost 0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 22:57
Repost 0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 14:52

Ce message qui se lève, se murmure discrètement et bientôt se criera fièrement à travers tout le pays : RESISTANCE !!!!

 

"Moi président de la République, j'aurais toujours le souci de la proximité avec les Français.

Moi président de la République, j'engagerai de grands débats.

Un président qui d'abord respecte les Français, il doit aussi être proche du peuple, être capable de le comprendre" (François Hollande)

 

 

 

"Résistance : Mot inventé pour éviter aux hommes de vivre à genoux."

"La Résistance a déjà commencé... Elle s'exprime de différentes façons."

 

0

  Manif pour tous le 26 mai 2013

 

 

 

- Manif Pour Tous : La répression policière dénoncée au Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies (9 juin 2013)

- "C’est comme le mur de Berlin, même s’il faut des années, nous continuerons" (6 juin 2013)

- Béatrice Bourges : « J'ai vu de mes propres yeux des policiers en civil enlever leur brassard orange pour se confronter à d'autres policiers »

- Petite synthèse de la Manif pour tous du 26 mai 2013

- La Manif Pour Tous - Teaser 26 mai

- "Commissaire aspergé" ? Manuel Valls en flagrant délit de mensonge… pour détourner notre attention ? (19 mai 2013)

- Appel du 18 mai à la résistance de Ludovine de la Rochère contre le mensonge du "mariage" homosexuel

- Le gouvernement : un "clan aux méthodes de régime policier" (Manif pour tous) (15 avril 2013)

- Coup d'Etat historique du "mariage" pour tous

(13 avril 2013)

- Résistance : mise en garde et alerte ! Attention à l'OPA de Mélenchon ! (13 avril 2013)

- Incidents à la Manif pour tous : Le Régime est responsable

- La Préfecture de Police a-t-elle grossièrement falsifié les images aériennes de la Manif pour Tous du dimanche 24 mars ? (31 mars 2013)

- La Manif pour tous aux Champs-Elysées le 24 mars interdite par arrêté du Préfet de police de Paris (19 mars 2013)

- Entraves à la liberté de manifestation : Le gouverne-ment joue un jeu dangereux (14 mars 2013)

Repost 0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 14:07

 

 

Le 6 juin 2013, au siège des Nations-Unies à Genève, à l’occasion de la procédure d’Examen Périodique Universel portant sur la France, l’ECLJ, représenté par son directeur, Grégor Puppinck, s’est adressé au Conseil des Droits de l’Homme pour dénoncer la répression policière en cours à l’encontre des manifestants en faveur de la famille et des droits des enfants.

Voir ici la vidéo de l’intervention (temps de parole : 2 minutes)

 Intervention de Grégor Puppinck, directeur ECLJ à l'ONU, Genève le 6 juin 2013

L’Examen Périodique Universel (EPU) est un mécanisme des Nations-Unies par lequel le Conseil des Droits de l’Homme passe périodiquement en revue les actions de chaque Etat membre de l’ONU dans le domaine des droits de l’Homme. Chaque Etat examiné fait l’objet de critiques et de recommandations et présente en retour les mesures qu’il entreprend pour améliorer la situation sur son territoire. L’ECLJ, en tant qu’organisation non gouvernementale (ONG) accréditée auprès des Nations-Unies a la faculté d’intervenir oralement devant le Conseil des Droits de l’Homme, ce qu’elle fait régulièrement pour défendre et promouvoir en particulier les libertés de religion, de conscience et d’expression à travers le monde. C’est la première fois que l’ECLJ intervient pour dénoncer des violations des droits de l’Homme par un pays européen (voir http://www.eclj.org/un/ ). De telles interventions permettent d’exposer publiquement des violations des droits de l’Homme, et autant que possible, de contribuer à améliorer la situation dans les pays en cause.

Concernant la France, les évènements récents témoignent en particulier d’abus graves dans l’usage de la force et des procédures de garde à vue et de contrôle d’identité contre les manifestants. S’agissant des gardes à vue et des contrôles d’identité abusifs, il s’agit là d’un problème structurel, également dénoncé par d’autres ONG, et qui doit être réglé. Quant aux violences policières, les victimes doivent pouvoir exercer des recours en justice contre leurs auteurs.

 

Voici le texte de l’intervention orale

Conseil des Droits de l’Homme

23ème session – Item 6.

6 juin 2013

Intervention orale du European Centre for Law and Justice (ECLJ)

Orateur : Grégor Puppinck

 

Examen Périodique Universel (EPU)

Rapport sur la France

 

Monsieur le Président,

 

Dans le cadre de l'Examen Périodique Universel, l’ECLJ souhaite attirer l’attention du Conseil des droits de l’homme sur des événements graves qui se produisent actuellement en France en matière de contrôles d’identités, d'arrestations et de détentions arbitraires, ainsi que de violences policières.

Depuis plus de huit mois, des millions de français manifestent pacifiquement dans toute la France pour défendre la famille et les droits des enfants contre une loi nouvelle qui crée un droit à l’adoption d’enfants et au mariage par les couples de même sexe. Ce mouvement social est le plus important en France depuis Mai 68.

Plutôt que de tenir compte de ce mouvement, le gouvernement a menacé de l’interdire, il le réprime par l’usage abusif de gaz lacrymogènes contre la foule, par des violences policières, des arrestations et des détentions arbitraires par centaines, je dis bien – arbitraires et par centaines.

 

Monsieur le Président,

Du 24 au 26 mai, ce sont 350 personnes qui ont été interpellées (par la Police parisienne) et détenues en garde à vue jusqu’à trois jours durant. Sur ces 350 détenus, sept seulement ont été condamnés, et ce très légèrement. L’arrestation des 340 autres manifestants était arbitraire et politique.

En plus, des centaines d’autres personnes ont été arrêtés et retenus pendant plusieurs heures au prétexte de contrôles d’identités. Souvent, elles ont été arrêtées « au faciès », parce qu’elles portent ce vêtement marqué du symbole du Mouvement.

 

A aucun moment, la légalité de ces arrestations n’a été contrôlée par un magistrat indépendant. Ces manifestants sont à présent fichés, leurs identités et empreintes sont conservées par la police. En outre, le gouvernement a ordonné l’identification dans l’armée des officiers proche du mouvement.

 

L’ECLJ documente tous ces cas de répression : nous recevons de très nombreux témoignages, notamment de victimes de brutalités policières, y compris sur des enfants et des mères de famille.

 

Monsieur le Président, cette répression doit cesser et être dénoncée. Elle démontre en particulier un détournement des procédures de contrôle d’identité et de garde à  vue. L’ECLJ invite donc respectueusement le Conseil des Droits de l’Homme à se saisir de ces violations particulièrement graves pour un pays qui se targue d’être exemplaire dans le respect des droits de l’homme.

Je vous remercie.

 

 

* * *

L’ECLJ est une organisation non gouvernementale spécialisée dans la défense juridique des droits de l’homme et en particulier de la liberté de conscience et de religion. L’ECLJ est intervenu dans de nombreuses affaires devant la Cour européenne des droits de l’homme, ainsi qu’auprès d’autres mécanismes conventionnels de protection des droits de l’homme. L’ECLJ est accrédité auprès des Nations-Unies (ECOSOC).

EUROPEAN CENTRE FOR LAW AND JUSTICE
4, Quai Koch- 67000 Strasbourg, France
Phone : + 33 (0)3 88 24 94 40 - Fax     : + 33 (0)3 88 24 94 47
http://www.eclj.org

 

Source: http://www.lamanifpourtous.fr/fr/toutes-les-actualites/607-la-repression-policiere-denoncee-au-conseil-des-droits-de-l-homme-des-nations-unies

 

Repost 0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 12:13

 

Selon une dépêche Lci publiée hier, «  une revue militaire, "Revue de l'Arsenal", appelle les membres de l'armée française à faire un coup d'Etat, rapporte sur son blog Jean-Dominique Merchet. »

 

 

Un putsch peut-il avoir lieu dans l'armée ? C'est ce que laisse entendre la "Revue de l'Arsenal", publication militaire d'extrême droite, qui appelle des haut-gradés de l'armée française à lancer un coup d'État en France. Jean-Dominique Merchet - journaliste spécialisé dans les questions de défense - évoque cette information sur son blog dans un billet intitulé, "Cette extrême-droite qui fantasme sur un coup d'Etat militaire".

 

  • "Leur appel intervient alors que les esprits s’échauffent dans les milieux militaires sur fond de rumeurs faisant état d’un fichage par les franc-maçons des officiers et de leurs familles engagés dans la Manif pour tous."

 

Le journaliste y explique qu'"un groupe royaliste qui se revendique du Printemps français appelle à un coup de force de la part d'officiers catholiques". En cause, les manifestations contre le mariage pour tous qui ont porté le mécontentement des milieux d'extrême droite catholique traditionalistes, relayé par ces militaires.

 

L'affaire est suivie de près par le ministère de la Défense. "Ce n'est pas l'appel au putsch qui est jugé préoccupant, mais le fait que plusieurs officiers généraux catholiques de renom soient, pour l'occasion, présentés comme les fers de lance d'un combat contre "le cabinet franc-maçon" du ministre Jean-Yves Le Drian", indique Le Monde (édition abonnés) qui cite Benoît Puga, chef d'état-major particulier du président de la République François Hollande, Pierre de Villiers, major général des armées, et Bruno Dary, ancien gouverneur militaire de Paris qui a quitté ses fonctions actives depuis un an.

 

"Il y a une sorte de crispation d'une minorité"

 

Dans une interview à La Dépêche du Midi, Jean-Dominique Merchet indique que les militaires "qui ne sont pas dans cette mouvance me félicitent d'avoir écrit un article, mais ceux qui sont dans la mouvance du Printemps français me font la gueule. Il y a 250 000 militaires dans le pays, mais le "Lys Noir" est une infinie minorité qui cherche à avoir un impact sur les autres, car elle est très présente". "Faut-il s'en inquiéter ?", s'interroge le journaliste. "Il y a un an, j'aurai dit c'est délirant, mais il y a une sorte de crispation d'une minorité dans l'institution militaire en France".

 

"Il faut que nous soyons vigilants, estime de son côté un officiel de la Défense interrogé par Le Monde. La cristallisation autour du mariage gay a libéré certains comportements et paroles, cela peut avoir des incidences sur de jeunes officiers pour qui défendre la "grande armée" contre les socialo-communistes francs-maçons est un combat."(1)

 

Le journaliste avançant ce possible coup d'Etat se dépêche de préciser que les généraux en question, "trois officiers" "n’ont pas encore réagi à cette feuille".

 

"Arsenal ne prend pas de gants pour désigner ses héros : les généraux Benoît Puga, Pierre de Villiers et Bruno Dary. Ils forment le casting de leur « junte » Ce n’est pas n’importe qui : le premier est le chef d’état-major particulier du président de la République, le deuxième est le numéro deux des Armées, le troisième l’ancien Gouverneur militaire de Paris. Le top de la hiérachie militaire."

 

... Joint par L’Opinion, un responsable du Lys Noir, qui ne souhaite s’exprimer que sous le pseudonyme de « Netchaev », assure que « Puga parle évidemment de cette fracture civilisationnelle (le mariage gay, NDLR) avec son frère lefebvriste. Et les officiers en discutent à table avec leurs enfants qui se font arrêter par la police » lors des actions de la Manif pour tous. Si l’on ne dispose pas de chiffres fiables, les policiers ont en effet été surpris par le nombre important de fils et de filles de militaires interpellés. Dans un milieu plus habitué aux Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ) qu’aux confrontations musclées avec les CRS, l’affaire fait sensation. « La police de Valls se comporte comme en Allemagne de l’Est », s’affole-t-on dans l’Ouest parisien.

 

... Une autre « affaire » nourrit les conversations sur les « violences policières ». Une lettre d’un jeune officier de réserve au président de la République circule sur Internet, massivement relayée par la communauté militaire. Cet officier, anonyme, affirme avoir été « arrêté arbitrairement lors de la Rafle des Champs-Élysées le 25 mai 2013 et détenu pendant 24 heures ». Il « prie » le chef de l’Etat de vouloir bien (lui) retirer (ses) décorations militaires ». En haut lieu, on s'inquiète d'une «tentation liguarde qui fait penser aux années 30 ». (2)

 

 

Sources:

 

(1) http://lci.tf1.fr/france/societe/des-haut-grades-de-l-armee-francaise-fantasment-ils-sur-un-coup-8005339.html

(2)

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/cette-extreme-droite-qui-fantasme-coup-d-etat-militaire-752

 

 

- Manif Pour Tous : La répression policière dénoncée au Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies

- Vers une nouvelle affaire des fiches ?

- Pour la civilisation, pour l'Etat de droit : on ne lâche rien

Repost 0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 22:13

En cette belle journée de Solennité du Sacré-Coeur de Jésus, comme annonciatrice de la délivrance et de la Victoire qui vient, le Forum Civique est né ce matin, lors d’une conférence de presse qui a eu lieu, symboliquement, devant le Panthéon à Paris.

 

Né du constat de la nécessité de donner un cadre à la formidable mobilisation citoyenne contre le mariage gay afin de la pérenniser et d’élargir son champ d’action, le Forum Civique est un groupement d’associations, de médias et de mouvements politiques qui se proposent de travailler ensemble, selon le principe de subsidiarité, afin de fournir à tout citoyen désireux de s’engager (ou de poursuivre son engagement) de quoi se former, agir, réfléchir, selon les besoins et les aspirations de chacun.


Les fondateurs du Forum Civique, ce matin au Panthéon

Les fondateurs du Forum Civique, ce matin au Panthéon.

 

Le lancement officiel  a eu lieu en présence de figures emblématiques de l’opposition à la loi Taubira, notamment Béatrice Bourges, Christine Boutin, Samuel Lafont, David Van Hemelryck. Il s’est traduit par la lecture publique d’un appel "pour une politique au service de l’Homme". Vous pouvez retrouver le texte de cet appel ici. Le Forum Civique est bâti sur cinq piliers :

  • La défense de la dignité humaine de la conception à la mort naturelle,
  • Le respect des libertés de conscience, d’expression, d’éducation, d’entreprise et de religion,
  • La défense de la famille naturelle,
  • La solidarité entre les hommes,
  • L’établissement d’une politique au service du Bien Commun.

Concrètement, le premier acte du Forum Civique est la constitution de cahiers de doléances, à laquelle vous pouvez contribuer via leur site Internet : www.leforumcivique.fr. Ces cahiers de doléances serviront de base au déroulement d’états généraux qui auront lieu le 14 juillet.


 

Source : http://latableronde.wordpress.com/2013/06/07/lancement-du-forum-civique/

 

 

- Préparez-vous à un 14 juillet pour Tous !

Repost 0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 12:30

BlasonLe maire d'Arcangues (Pyrénées-Atlantiques) Jean-Michel Colo (divers droite) vient de refuser de célébrer un mariage gay sur sa commune. Ses conseillers municipaux également.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/86/Arcangues_Mairie.jpg/800px-Arcangues_Mairie.jpg

La Mairie d'Arcangues

 

 

Jean-Michel Colo ne veut pas appliquer la loi sur le mariage pour tous.

 

Le maire d'Arcangues a confirmé l'information publiée ce vendredi dans le "Journal du Pays basque" : il vient de refuser de célébrer l'union de deux hommes dans sa commune.

 

  • "Ce couple m'a demandé si je pouvais les marier. Mais j'ai refusé. J'ai posé la question aux élus du Conseil municipal : personne n'a accepté."

 

Jean-Michel Colo ne veut pas appliquer la loi sur le mariage pour tous, promulguée il y a quelques jours. Il s'en explique :

 

  • "On dit que les maires doivent être de bons républicains. Mais je suis avant tout un bon Français. Cette loi est illégitime. Je regrette qu'on nous embête avec cette loi qui divise les citoyens. Il y a d'autres priorités. Et Hollande a menti. L'an dernier, devant 17000 maires, il a dit qu'une clause de conscience serait votée. Ce n'est pas le cas."

 

  • Le maire divers droite craint-il un retour de bâton ? "Pas du tout. Et j'ai des avocats", claque-t-il. "On marche sur la tête avec cette loi. Qu'on ne me parle pas d'égalité quand on ne peut pas avoir d'enfants! Quand on veut avoir des enfants, on va voir sa voisine, pas son voisin..."

 

 

L'association des gays et lesbiennes a décidé de saisir son avocat pour écrire au préfet. 

 

Le premier "mariage" pour tous sera célébré ce samedi au Pays basque, mais les deux personnes concernées souhaitent garder l'anonymat et préserver leur tranquillité.

 

Deux autres "mariages" entre hommes sont également programmés à Hendaye et Biarritz le 15 juin.

 

Source: http://www.sudouest.fr/2013/06/07/pays-basque-un-maire-et-son-conseil-municipal-refusent-de-celebrer-un-mariage-gay-1078129-4018.php

 

File:Arcangues Blason.jpg

 

 

- Vers une plainte contre les Résistants d'Arcangues

- Le "diviser pour régner" provoqué par la loi Taubira ne cesse de s'accentuer

- La "loi" Taubira n'est pas une loi

- "La Volonté générale ne pouvait que finir par vouloir changer toutes les lois, aujourd'hui la loi naturelle, demain peut-être les lois de la gravitation universelle" (Jean-Claude Martinez)

- Deux poids deux mesures : Quand les pro mariage homosexuels appelaient à violer la loi établie

- Considérations sur la violence suscitée par la loi Taubira : une guerre de religions ?

Repost 0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 22:55

 

Patricia Soullier, porte-parole de la "Manif pour Tous”, répond aux questions de Midi Libre.

 

 

Et nationalement, comment envisagez vous l’avenir ?

 

C’est comme le mur de Berlin, s’il faut des années pour faire tomber cette loi, nous continuerons. on ne lâchera pas nos ministres, nous les interpellerons partout où ils iront. Car au-delà du mariage, c’est toujours la menace de la GPA (NDLR : gestation pour autrui; le principe des mères porteuses) qui plâne. Cela nous inquiète terriblement, mais rend aussi notre détermination inébranlable car c’est la porte ouverte sur la marchadisation du corps et à l’idéologie du “gender” qui constituerait un bouleversement de toutes les valeurs de notre société. et dans ce sens, nous lutterons aussi dès la rentrée contre la directive Peillon qui vise à se substituer aux parents dans ce que les enfants ont de plus intime. l’Etat développe là une attitude que je qualifierai de soviétique.

 

Le dialogue est-il encore possible ?

 

Je l’espère. Il faut toujours chercher à créer les conditions du dialogue. Nous restons toujours ouverts. Mais je crois qu’il y a, du côté du gouvernement une volonté de nous baillonner. Voyez avec les manifestations. Il y a eu deux poids, deux mesures, dans le traitement des manifestants du Trocadéro après le titre du Paris Saint-Germain et ceux, des mères, des enfants, des personens âgées, qui participaient à la Manif pour Tous.

 

Craignez vous des débordements de la part d’éléments extrémistes ?

 

Nous sommes déterminés, mais calmes. Nos actions ne sont jamais violentes, mais notre mobilisation ne baissera pas.

 

 

Source: http://www.midilibre.fr/2013/05/28/dma-entretien-avec-patricia-soullier-manif-pour-tous,705733.php

Repost 0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 22:47

La division provoquée par la loi Taubirator, contre les mises en garde de milliers de personnes, ne cesse de s'accentuer. Sarkozy avait créé une césure au sein de la société ; Hollande creuse la plaie sans se soucier de son peuple !

 

Source: http://www.printempsfrancais.fr/2098/angers-le-face-a-face-place-du-ralliement/

Repost 0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 22:33

Les policiers n'ont pas de goût. A l'heure où le pastis apaise le gosier, la bière tarit la soif et le petit Pineau des Charentes nourrit l'intelligence, ils ont décidé de mettre fin au goûter pour une partie de cache-cache. Heureusement que les manifestants ont joué le jeu...


Ce mercredi 5 juin 2013, des opposants au "mariage" gay s'étaient donné rendez-vous dans un parc de la plus célèbre avenue du monde. L'apéro bon enfant s'est transformé en une course-poursuite à pied entre les manifestants et les forces de l'ordre, sur les trottoirs et sur la route.

 

Source: http://www.printempsfrancais.fr/2095/de-lapero-pour-tous-au-cache-cache-pour-tous/

 

 

- Cache cache Pour Tous !

Repost 0