Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 09:39
Martin Blachier : "Ces gens-là sont des fanatiques !"

Le docteur Martin Blachier sur LCI parle des "fanatiques" à propos des auteurs d'une tribune intitulée "Covid-19 : 50 personnels de santé alertent Olivier Véran sur la circulation du virus chez les enfants" :

 

"Une semaine de bronchiolite chez des enfants de 0 à deux ans, cela fait 2000 hospitalisations, avec un grand nombre qui partent en réanimation. C'est-à-dire que le phénomène Covid chez les enfants de 0 à 10 ans est 20 fois moins important qu'un phénomène bronchiolite qui se passe tous les ans et sur lesquels les services d'enfants sont engorgés. C'est-à-dire que ce type de tribune, pour moi, ce sont des tribunes de fanatiques. Ce sont des gens décalés de la réalité.

"Il y a un certain nombre de médecins, y compris parmi ceux qui ont signé cette tribune, et ce sont toujours les mêmes, qui ont une position qui est fanatique. C'est-à-dire qu'on décorrèle complètement la réalité du phénomène avec le ton employé dans cette tribune, en disant '... c'est extrêmement grave ce qui va arriver pour vos enfants, le gouvernement met en danger la santé de vos enfants et il faut à tout prix ne pas les envoyer à l'école'. C'est du fanatisme. C'est-à-dire que l'on fait peur aux gens, sur des choses totalement irrationnelles.

"J'ai été regardé le dernier rapport du CDC américain sur le rôle des écoles dans la contamination. Il dit noir sur blanc - et c'est la référence mondiale -, toutes les études qui ont étudié la fermeture des écoles ont montré que cela n'avait pas d'impact sur les courbes épidémiques avant. Et quand les écoles réouvrent, cela ne fait pas réaugmenter l'épidémie. C'est le rapport K12 du CDC. 

"Je vous mets en relation ce qui se passe avec le Covid et ce qui se passe avec la bronchiolite qui n'a jamais fermé aucune crèche depuis des dizaines d'années que cela existe : ces gens-là sont des fanatiques, ils ne s'arrêteront jamais. Et vous verrez que quand on dira que la vague Omicron n'emmène pas les gens en service de réanimation, de quoi ils vont vous parler ? Des Covids longs. Parce que ce sera leur dernière carte à dire pour dire qu'il faut tout fermer pour ne pas laisser ce virus circuler.

"Dans cette tribune, ces fanatiques osent dire la chose suivante : c'est à Olivier Véran de déterminer comment se passera la rentrée scolaire. Ce n'est plus à Jean-Michel Blanquer (le ministre de l'Education nationale. Ndlr.) Donc moi, à ces fanatiques, je suggère que cela soit Olivier Véran qui gère l'économie, l'armée, le sport. Puisque tout tourne autour du Covid, qu'il gère l'intégralité de la vie française, qu'il devienne même maintenant Premier ministre puisqu'il a réussi visiblement à convertir le Premier ministre à sa ligne. Non seulement c'est mauvais sur le fond mais ils appellent Olivier Véran qu'il prenne en main, Jean-Michel Blanquer, qu'il soit en somme démis de ses fonctions, puisque ce qui compte c'est que ce soit la santé qui prenne la main sur l'école."

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 18:24
"Ca va être ... vie de merde pour les non vaccinés", a confié le conseiller d’un ministre. Source : https://www.valeursactuelles.com/societe/un-conseiller-ministeriel-promet-une-vie-de-merde-pour-les-non-vaccines/

"Ca va être ... vie de merde pour les non vaccinés", a confié le conseiller d’un ministre. Source : https://www.valeursactuelles.com/societe/un-conseiller-ministeriel-promet-une-vie-de-merde-pour-les-non-vaccines/

Le gouvernement viole toutes les conventions & opposables à la France :

 

https://threadreaderapp.com/thread/1475135142096248840.html

"Les 300” - Collectif national des avocats et des juristes pour défendre les victimes du pass sanitaire

Contact: kaisertuc23@hotmail.fr

 

Marc Gotti, juriste: “ Une mort sociale, on va vers une mort sociale, si vous transformez le pass sanitaire en un pass vaccinal, et que donc vous n'avez plus la possibilité d'accéder aux lieux parce que vous ne cédez pas « au chantage » à aller vous faire injecter ces produits expérimentaux, à ce moment là, vous êtes effectivement mort sociale.”

 

Diane Protat, avocat au barreau de Paris: “C’est une sanction absolument inédite. C’est pour ça que je disais tout à l'heure, il s'agit d'une perte de citoyenneté puisque finalement on conditionne l'accès à la citoyenneté au droit civique, à la prise d'un traitement. On n’a jamais vu ça, c’est à dire que dans nos sociétés à nous, tout homme naît et demeure libre et égaux en droit, comme l’a dit Marc, ceux qui ne sont pas vaccinés ont le droit de payer des charges, mais n'ont pas le droit aux contreparties.”

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 12:07
Le nombre de malades COVID de la "première vague" est 10x inférieur à celui de la grippe de 2014-2015 (Laurent Toubiana, INSERM)

Au Conseil scientifique Indépendant, le 16 décembre 2021, Laurent Toubiana, chercheur à l’Inserm, compare l’incidence des malades du COVID à l’incidence des malades de la grippe des 7 dernières années. 

 

Le nombre de malades COVID de la "première vague" est 10x inférieur à celui de la grippe de 2014-2015.

Réunion publique n°36 du Conseil Scientifique Indépendant du Jeudi 16 décembre 2021

Vidéo complète

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 09:35
Vaccination COVID et risque de mortalité toutes causes stratifié selon l'âge

Source: ResearchGATE

 

Vaccination COVID et risque de mortalité toutes causes confondues stratifié selon l'âge.

D’après cette simulation ce serait entre 146 000 à 187 000 américains qui seraient déjà mort des injections expérimentales !

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2021 4 23 /12 /décembre /2021 20:33

https://www.leparisien.fr/societe/passe-vaccinal-accompagne-dun-test-negatif-cette-piste-envisagee-par-le-gouvernement-23-12-2021-42RHAYCKTJEOFOQOPGUXEKD3PM.php

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2021 4 23 /12 /décembre /2021 12:16

Encore une folle théorie "complotiste" qui s’avère vérifiable quelques années ... ou quelques mois plus tard, selon l'éveil des gens. 

C'est désormais acté, le "pass" politique pourra être lu avec une puce implantée sous la peau :

Source: https://www.ledauphine.com/sante/2021/12/22/le-pass-sanitaire-peut-etre-lu-grace-a-une-puce-implantee-sous-la-peau

Source: https://www.ledauphine.com/sante/2021/12/22/le-pass-sanitaire-peut-etre-lu-grace-a-une-puce-implantee-sous-la-peau

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2021 4 23 /12 /décembre /2021 11:49
https://summit.news/2021/12/21/austria-hiring-people-to-hunt-down-vaccine-refusers/

https://summit.news/2021/12/21/austria-hiring-people-to-hunt-down-vaccine-refusers/

Le gouvernement autrichien embauche des personnes pour « traquer les refus de vaccins », selon un rapport publié par Blick.

 

Oui vraiment.

 

Le fardeau de l'application des amendes que les Autrichiens non piqués devront payer dans le cadre de leur punition incombera à leurs employeurs, ce qui nécessitera une nouvelle armée d'« inspecteurs » pour s'assurer que le processus se déroule sans heurts.

 

La ville de Linz, qui compte 200 000 habitants, a un taux de vaccination relativement faible de 63 %.

 

En réponse, « Linz veut maintenant embaucher des personnes censées traquer les refus de vaccins », rapporte le média suisse Blick .

 

Le rôle des inspecteurs sera de vérifier « si ceux qui ne se font pas vacciner paient vraiment pour cela ».

 

Les chasseurs de refus de vaccins recevront un salaire de 2774 euros, qui sera versé 14 fois par an, soit un revenu annuel de 38 863 euros.

 

Bon travail si tu peux l'obtenir.

 

« Le travail comprend, entre autres, la création d'ordonnances pénales ainsi que le traitement des appels », selon le rapport, ajoutant que les travailleurs doivent être « résilients » et prêts à faire beaucoup d'heures supplémentaires.

 

Les emplois ne sont ouverts qu'aux citoyens autrichiens, qui devront tous être vaccinés contre ou complètement guéris du COVID.

 

Comme nous l'avons souligné précédemment , les non vaccinés en Autriche pourraient se retrouver emprisonnés pendant un an en vertu d'une nouvelle loi administrative qui les obligerait à payer leur propre internement.

 

Les Autrichiens qui ne se font pas vacciner d'ici février s'exposent à des amendes pouvant aller jusqu'à 7 200 € (8 000 $) pour non-conformité, et ceux qui refusent de payer s'exposent également à une peine de 12 mois de prison.

 

 

 

Sources :  

https://www.blick.ch/ausland/wegen-impfpflicht-ab-februar-oesterreich-sucht-angestellte-die-impf-verweigerer-jagen-id17087556.html

https://summit.news/2021/12/21/austria-hiring-people-to-hunt-down-vaccine-refusers/

https://fr.sputniknews.com/20211222/une-ville-autrichienne-cherche-des-chasseurs-de-non-vaccines-1054015901.html

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2021 4 23 /12 /décembre /2021 11:30

Mis à jour le 8 janvier 2022, avec le nombre de nouveaux cas confirmés Covid-19 au 6 janvier 2022 (Johns Hopkins University)

Tous vaccinés, tous contaminés !

Plus de 90 000 nouveaux cas en France en 24h, un record absolu depuis le début de la pandémie. La France a enregistré ce jeudi 91 608 cas positifs ces dernières 24 heures, soit un record absolu du nombre de contaminations quotidiennes depuis le début de la pandémie. (Le ProgrèsSud-Ouest)

Des annonces alarmistes. "Omicron sera majoritaire en France entre Noël et le Nouvel An" affirme Olivier Véran sur BFMTV ce mercredi 22 décembre. "D'ici à la fin du mois on attend plus de 100 000 contaminations par jour" (Midi Libre)

"Il y a plus de contaminations aujourd’hui alors que tout le monde est vacciné." Sur C-News, le journaliste Pascal Praud, animateur qui ces derniers mois s'est montré de plus en plus vaccino-sceptique quant à la narrative vaccinale sur le covid, est curieusement débarqué de l'émission lundi prochain (ce soir sera sa dernière émission dans l'émission qu'il anime "L'Heure des Pros").

Voici parmi d'autres très bonnes réflexions, réalistes et raisonnables de Pascal Praud, celle qui pourrait être la punch line de l'année :

"Vacciner tout le monde est une idéologie. Il n'y a pas d'enfant qui fasse de forme grave. Il y a plus de contaminations aujourd’hui alors que tout le monde est vacciné. Voici la définition d'un 'vaccin' dans le petit robert : substance pathogène qui inoculée à un individu lui confère l’immunité contre une maladie. Je n'ai rien d’autre à ajouter."

"Tous vaccinés, tous protégés" a été le slogan employé par le gouvernement pour encourager les gens à se "vacciner".

Puisque aujourd'hui nous avons plus de contaminations "alors que tout le monde est vacciné", ne devrait-on pas plutôt plutôt dire : "tous vaccinés, tous contaminés" ?! 

Il y a quelques jours, Pascal Praud avait déclaré quand au variant Omicron :

"Il (le docteur Martin Blachier) part des données danoises d'Omicron, des gens qui seraient contaminées (par le variant Covid Omicron). Omicron toucherait davantage les triples vaccinés (8%) que les non-vaccinés (1,2%). Omicron sélectionne les vaccinés car l'échappement vaccinal lui confère un avantage chez ces personnes. Cela c'est une étude danoise. Si l'on s'aperçoit que le virus Omicron touche plus les vaccinés que les non-vaccinés... (!) Je ne peux pas donner mon avis."

En fait, Pascal Praud en avait déjà dit trop ! Et nous soupçonnions alors qu'il serait bientôt débarqué. Chose faite malheureusement dès lundi prochain.. Le nom du remplaçant de Pascal Praud n’a pas encore été communiqué. Pays de la liberté d'expression...

Pour terminer, et pour contrebalancer la narrative alarmiste du gouvernement (visant à pousser les gens à se vacciner et à se revacciner), notons que le variant omicron a moins de risques d'entraîner des hospitalisations et des cas graves. (Forbes).   

"Doit-on avoir peur de la 5e 'vague'? La réponse est non." Alexandra Henrion-Caude.

Mise à jour le 26-12-2021.

Alors que le nombre de cas positifs augmente avec la diffusion d’#Omicron, le nombre d’hospitalisations diminue, confirmant la fin de la vague #Delta.

Mis à jour le 8 janvier 2022, avec le nombre de nouveaux cas confirmés Covid-19 au 6 janvier 2022 (Johns Hopkins University)

https://twitter.com/humb_ang/status/1479544443510439942

https://twitter.com/humb_ang/status/1479544443510439942

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2021 3 22 /12 /décembre /2021 14:41

Si vous n'éclatez pas de rire à la fin de cette vidéo c'est que vous devez vous isoler 4 mois et êtes positif au covidisme.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 10:22

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 08:54

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 19:04

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 19:23

Les mots nous manquent pour commenter cette horreur :

Source : https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2021-12/quebec-pass-sanitaire-lieux-de-culte-reaction-cardinal-lacroix.html

Source : https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2021-12/quebec-pass-sanitaire-lieux-de-culte-reaction-cardinal-lacroix.html

Devant la propagation du variant Omicron (en réalité 2% d'hospitalisés Covid en 2020... Ndlr), le Premier ministre du Québec a promulgué de nouvelles mesures sanitaires visant à restreindre les interactions sociales. L’une d’elles impose désormais le “pass sanitaire” dans les lieux de culte. Le cardinal Gérald Cyprien Lacroix a réagi.

«L’annonce de l’obligation du passeport vaccinal dans les lieux de culte nous attriste grandement», avoue d’entrée l’archevêque de Québec et primat du Canada. Elle implique en effet que des personnes seront exclues des célébrations de Noël et que les équipes logistiques des paroisses, souvent bénévoles, devront se réorganiser afin de s’y conformer. Si le cardinal dit comprendre les raisons sanitaires qui sous-tendent cette décision des autorités, il déplore néanmoins qu’elle n’ait pas fait l’objet de concertations : «il aurait été quand même été souhaitable et plus respectueux d’en parler d’avance avec des représentants des diverses communautés de foi du Québec. Cela aurait pu faciliter notre collaboration et nous aider à favoriser la compréhension de la situation par nos fidèles», écrit-il.

 

Les limites imposées aux rassemblements empêchent également la tenue des repas et autres activités festives traditionnellement prévues en ce temps de Noël par les communautés paroissiales, autant d’événements «qui sont pourtant si nécessaires dans nos milieux pour vivre la solidarité et le partage», fait remarquer l’archevêque québécois.

 

Malgré la «déception et la frustration» que peuvent générer de telles mesures, le cardinal Lacroix exhorte toutefois à ne pas céder à l’esprit de dissidence. «J’invite les équipes de nos paroisses et de tous les milieux dans notre Église à collaborer pleinement et à veiller à respecter les consignes imposées. L’heure n’est pas à la division. Serrons-nous les coudes pour protéger le plus grand nombre de personnes». «Partageons la lumière de notre espérance dans notre entourage et gardons l’unité dans la foi», conclut-il.

 

Les mesures restrictives adoptées par gouvernement de François Legault entreront en vigueur dès lundi.

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 18:56

"Les pierres crieront, si les Chrétiens se taisent, si ceux qui sont censés annoncer la justice se taisent. Je vous en supplie, réveillez-vous. ... Ils effacent toutes les traces, mais ce qui est caché sera révélé... Ne plus rien faire de ce qu'ils demandent. Résistez.

Véronique Lévy proteste contre le silence de l'Eglise sur la "vaccination" Covid et appelle à la Résistance.

Véronique Lévy : Lettre à Castex
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 13:44

"On peut discuter de tout sauf des chiffres"... 

 

Voici un petit comparatif du nombre de patients en réanimation entre le 18/12/2020 à un moment où il n’y avait encore de vaccin et le 17/12/2021 à un moment où 80% de la population est vaccinée.

Je vous laisse tirer vos propres conclusions. Cela semble assez évident.

 

Le 18 décembre 2020, sans vaccination : 2764 Réa

Comparatif du nombre de patients en réa entre le 18/12/2020 à un moment où il n’y avait pas encore de vaccin et le 17/12/2021 avec 80% de la population vaccinée

Un an plus tard, le 17 décembre 2021 avec 80% de vaccinés : 2901 Réa.

 

Il y a plus de réanimations un après avec la vaccination qu'il y a un an sans vaccination. Le vaccin ne sert donc à rien.

Comparatif du nombre de patients en réa entre le 18/12/2020 à un moment où il n’y avait pas encore de vaccin et le 17/12/2021 avec 80% de la population vaccinée

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 08:35

Pass vaccinal, tests avant les fêtes, nouvelles restrictions… Ce qu'il faut retenir de l'allocution de Jean Castex à l'issue du conseil de défense sanitaire

Le Premier ministre s'est exprimé alors que la France traverse une cinquième vague de l'épidémie et que le variant Omicron menace de saturer les services hospitaliers dans les semaines à venir.

 

 

franceinfo avec AFP France Télévisions Publié le 17/12/2021 20:48 Mis à jour le 17/12/2021 21:23

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/pass-sanitaire/pass-vaccinal-tests-avant-les-fetes-nouvelles-restrictions-ce-qu-il-faut-retenir-de-l-allocution-de-jean-castex-a-l-issue-du-conseil-de-defense-sanitaire_4885157.html

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2021 3 15 /12 /décembre /2021 10:18

Commentaire de Pascal Praud, C-News, citant le docteur Martin Blachier : " 

 

"Il (le docteur Martin Blachier) part des données danoises d'Omicron, des gens qui seraient contaminées (par le variant Covid Omicron). Omicron toucherait davantage les triples vaccinés (8%) que les non-vaccinés (1,2%). Omicron sélectionne les vaccinés car l'échappement vaccinal lui confère un avantage chez ces personnes.

"Cela c'est une étude danoise. Si l'on s'aperçoit que le virus Omicron touche plus les vaccinés que les non-vaccinés... (!) Je ne peux pas donner mon avis."

(Fin de citation) 

"Omicron toucherait davantage les triples vaccinés (8%) que les non-vaccinés (1,2%) - étude danoise - Martin Blachier - C News

Mise à jour le 25-12-2021. "Omicron sélectionne les vaccinés" avait dit Martin Blachier.

C’est vérifié dans cette étude danoise publiée le 23 décembre : avec Omicron, le risque d’infection explose pour les double-vaccinés, au point qu’ils s’infectent plus que les non-vacc avec le temps !

Protection booster : 50% max à court terme.

 

Quelles leçons tirer de cette étude ?

1) Le bénéf du booster est très faible pour les jeunes, car la protection contre l’infection est médiocre (50% // 2d) d’autant plus que les auteurs n’incluent même pas les données < 14 jours post-booster : elle est peut-être encore + basse !

2) Le booster n’arrêtera pas Omicron. Il est donc inutile de lutter contre la transmission en population générale, d’autant plus que ce nouveau variant semble beaucoup plus bénin pour les personnes saines !

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 19:26

Sur la Magna Carta et le Conseil des barons de 1215 ancêtre du parlementarisme "représentatif" et de la "démocratie" moderne:

Le 800e anniversaire de la bataille de Bouvines embarrasse l'Oligarchie

Valérie Bugault : "Pourquoi le modèle britannique est-il antidémocratique?"

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 13:41

Alors que la voie est désormais ouverte à la vaccination des enfants, plus de 1.200 universitaires, médecins et soignants alertent dans une tribune publiée sur QG Le Média libre. (Twitter)

Une nouvelle religion vaccinale est née en Occident

Tribune: « Une nouvelle religion vaccinale est née en Occident »

12/12/2021

 

Source : Quartier Général, Le Media libre

 

L’idéologie de la vaccination intégrale et répétée des populations est une sorte de nouvelle religion, avec son dieu, ses grands maîtres argentiers, ses dévots, ses techniques de propagande de masse et ses mensonges éhontés. En ouvrant désormais la voie à la vaccination des enfants et en créant par ailleurs entre les citoyens des discriminations inédites pour des régimes réputés démocratiques, elle viole des droits humains que l’on croyait « inaliénables » et dresse les citoyens les uns contre les autres. Plus de 1.200 universitaires, médecins et soignants alertent dans une tribune sur QG, le média libre

 

 

La séquence d’appel à la vaccination des enfants par le gouvernement français ce lundi 6 décembre était écrite d’avance. L’Agence européenne du médicament (EMA) avait autorisé le 25 novembre l’usage des vaccins expérimentaux contre le Covid-19 chez les enfants âgés de 5 à 11 ans, ne faisant que suivre une nouvelle fois la Food and Drug Administration (FDA) américaine (communiqué du 29 octobre). Ceci ne concerne plus désormais que le produit de Pfizer/BioNTech, même s’il faut bien par ailleurs continuer à écouler le stock de celui de Moderna dans les vaccinodromes. En France, la Haute Autorité de Santé (HAS) lui emboîtait le pas en proposant (le 30 novembre) de vacciner tous les « enfants fragiles », à savoir « tous ceux qui présentent un risque de faire une forme grave de la maladie et de décéder et pour ceux vivant dans l’entourage de personnes immunodéprimées ou vulnérables non protégées par la vaccination ». Elle appelle cela « la stratégie du cocooning », une appellation d’apparence bienfaisante, qui masque le fait que les enfants sont bien moins contaminants que leurs parents et leurs enseignants (comme le montre une étude de l’Institut Pasteur). Et la HAS annonce déjà qu’elle « se prononcera ultérieurement sur la pertinence d’élargir cette vaccination ». Le premier groupe (les enfants « à risque ») concernerait déjà au bas mot 360.000 personnes. Mais, bizarrement, la HAS ne chiffre pas le second groupe, celui des « enfants de 5 à 11 ans vivant dans l’entourage de personnes immunodéprimées ou celui de personnes vulnérables non protégées par la vaccination ». Il faut dire que, selon le gouvernement, le taux de vaccination des personnes de plus de 65 ans dépasse les 92% en France, de sorte que l’on ne voit pas très bien combien de « personnes immunodéprimées ou vulnérables » ne seraient pas encore vaccinées. Mais peu importe en réalité, l’essentiel est de continuer la grande marche en avant vers la vaccination intégrale (et répétée tous les six mois au minimum) de toute l’humanité. Telle est la nouvelle religion qui se répand dans le monde et permet aux grands maîtres argentiers Pfizer et Moderna d’engranger 1 000 dollars de bénéfice par seconde à chaque instant de nos vies, le tout orchestré par leurs vassaux régionaux que sont devenus la plupart des gouvernements occidentaux ainsi que les agences internationales – à commencer par une Commission Européenne emmenée par une Ursula von der Leyen orchestrant la grande opération vaccinale tout en ayant un fils travaillant pour le cabinet McKinsey et un mari directeur d’une entreprise de biotechnologies orientée vers les thérapies génétiques.

 

 

En France, la Haute Autorité de Santé (HAS) propose de vacciner tous les « enfants fragiles », à savoir « tous ceux qui présentent un risque de faire une forme grave de la maladie et de décéder »

 

Les ressorts éculés de la propagande de masse

 

Pour y parvenir, ces gouvernements (et les nombreux journalistes qui les suivent au garde-à-vous) utilisent toutes les vieilles ficelles de la propagande. La logique de base est celle qu’expliquait déjà Jacques Ellul il y a 60 ans (Propagandes, 1962) : « En face de la propagande d’agitation [des révolutionnaires, des putschistes, des terroristes], nous trouvons la propagande d’intégration, qui est la propagande des nations évoluées, et caractéristique de notre civilisation. C’est une propagande de conformisation ». En effet, « dans une démocratie, il faut associer les citoyens aux décisions de l’Etat. C’est là le grand rôle de la propagande. Il faut donner aux citoyens le sentiment d’avoir voulu les actes du gouvernement, d’en être responsables, d’être engagés à les défendre et à les faire réussir ». On reconnaît là le fondement de ce qui est appelé nudge de nos jours, un mot anglais à la mode pour désigner de vieilles techniques de marketing et de publicité. C’est en effet aux années d’entre-deux-guerres que remonte cette conception moderne de la propagande. L’un de ses maîtres à penser fut Edward Bernays, dont toute l’œuvre de propagandiste et de publicitaire reposait sur l’idée que « la masse est incapable de juger correctement des affaires publiques et que les individus qui la composent sont inaptes à exercer le rôle de citoyens en puissance qu’une démocratie exige de chacun d’eux : bref, que le public, au fond, constitue pour la gouvernance de la société un obstacle à contourner et une menace à écarter », comme le résume son préfacier français.

 

Le premier socle permanent de cette propagande est la peur, qui permet de placer les sujets en état de suggestibilité. Après avoir longtemps nié l’existence des variants (sans doute parce que c’est l’IHU de Marseille qui le montrait), le gouvernement s’en est emparé pour renouveler cette stratégie de la peur. Chaque nouveau variant permet ainsi de relancer l’idée simplette des « vagues » successives censées nous submerger, et vient justifier de nouvelles étapes dans l’objectif de vaccination intégrale, tout en détournant l’attention des véritables causes de la mortalité occasionnée par ces virus. Causes qui sont essentiellement d’une part la proportion croissante de personnes atteintes de maladies chroniques environnementales (obésité, diabète, insuffisances cardiaques ou respiratoires, etc.), d’autre part la tiers-mondisation de l’hôpital public.

 

Vient ensuite la technique de propagande « blouses blanches et galons » bien décrite par Etienne Augé (Petit traité de propagande. À l’usage de ceux qui la subissent, 2007). Elle consiste à « faire appel à des individus disposant de par leur titre, grade ou mandat, d’une autorité sociale susceptible de bénéficier d’une crédibilité sans rapport avec leurs propos et de provoquer chez leur audience une adhésion à leurs idées, arguments ou actions ». Ainsi peut-on constater dans les médias « l’apparition de spécialistes-professionnels, capables d’intervenir sur des sujets dont ils n’ont parfois pas une connaissance suffisante mais sur lesquels ils parviennent à s’exprimer avec un langage convaincant. Leur discours est perçu par la plupart des non-spécialistes comme un avis valant expertise car on a pris soin de les présenter, par exemple par le biais d’un bandeau à la télévision, en mettant en valeur leurs titres, tels que docteur, professeur, général, ainsi que leur domaine d’expertise ». Bien entendu, pour que cela fonctionne, il faut soigneusement dissimuler leurs fréquents liens avec les industries pharmaceutiques.

 

En outre, les gouvernements comme celui de la France utilisent massivement un autre classique de la propagande d’Etat qu’Etienne Augé appelle « le choix truqué ». Il consiste à « proposer à un public un choix, comme s’il lui revenait de trancher et de choisir la meilleure option, tout en sachant à l’avance quel sera le résultat de cette consultation. Ainsi, le propagandiste met l’auditoire devant l’alternative entre un choix inacceptable qui sera nécessairement rejeté, et une option qui apparaîtra comme peu désirée mais inéluctable devant l’ampleur du danger qui menace ». Vaccinés ou reconfinés ? Vaccinés ou remasqués ? Vaccinés, guéris ou morts ? L’histoire était écrite d’avance pour qui sait la reconnaître: « on utilise le choix truqué principalement pour expliquer des sacrifices ou pour annoncer des mesures drastiques. Il n’est pas rare, dans ces cas-là, que l’on utilise des expressions inquiétantes, car l’objectif est de montrer qu’il n’existe qu’une solution pour prévenir une catastrophe ». Et l’auteur de conclure que le chef politique doit alors « s’imposer dans un rôle de sauveur qui sait apprécier l’altruisme de ses ‘ouailles’. Il peut demander qu’on lui sacrifie certaines libertés primaires afin de mieux garantir la sécurité de chacun dans des temps troublés. Cette technique se retrouve à l’origine de la plupart des systèmes de domination massifs qui conduisent à des dictatures ».

 

Enfin, arrive la technique de la grenouille ébouillantée dans la célèbre fable : plongez une grenouille dans de l’eau bouillante et elle bondira pour s’échapper, mais plongez-la dans de l’eau froide et portez progressivement l’eau à ébullition, la grenouille s’engourdira et finira par mourir de cette cuisson sans s’en apercevoir. Les gouvernements usent et abusent de cette technique de contrainte en passant leur temps à jurer que telle obligation n’arrivera jamais ou que telle catégorie de la population ne sera jamais concernée, afin de ne pas alarmer la population. Tout en réalisant la chose petit à petit. Ainsi la vaccination fut-elle d’abord réservée aux personnes les plus âgées et aux professionnels de soins. Ensuite, elle a été élargie progressivement aux adultes des tranches d’âge inférieures, avant de passer aux adolescents, puis aux enfants. Aujourd’hui ce sont les enfants réputés « fragiles », pour continuer à jouer le noble rôle de protecteur. Demain, ce sera en réalité la totalité.

 

La réalité n’a pas grand-chose à voir avec cette propagande

 

La réalité, elle, se moque de ces manipulations des peuples. Elle se résume en cinq constats.

 

Figure 1 : Évolution par rapport à 2019 du nombre de décès cumulé selon l’âge

Source : INSEE, état civil. Nombre de décès quotidiens transmis jusqu’au 8 novembre 2021

Note de lecture : manque l’année sur la dernière couleur (1er mars-30 avril 2020)

 

Le premier est que la prétendue « pandémie du siècle » n’a jamais menacé les personnes âgées de moins de 60 ans. S’il y a bien une catégorie de personnes qui ne risquent rien statistiquement, ce sont les enfants. Les statistiques de mortalité établies par l’INSEE montrent même que les personnes âgées de moins de 25 ans ont connu une sous-mortalité en 2020 et 2021 par rapport à 2019 (Figure 1 ci-contre). Quant à celles âgées de 25 à 49 ans, elles n’ont globalement pas vu la différence. La figure montre aussi que, sur la période actuelle (1er juin – 8 novembre 2021), il n’y a pas non plus de surmortalité chez les 50-64 ans.

 

Le deuxième constat est qu’il n’est pas justifié d’annoncer systématiquement le pire, aujourd’hui l’imminence d’une « cinquième vague ». La réalité est d’abord qu’il est fallacieux de présenter une courbe des « cas positifs » (qui dépend de nombreux facteurs, à commencer par la fréquence des tests) comme une courbe du nombre de « malades ». L’immense majorité des personnes porteuses de ce virus ont toujours été peu ou pas symptomatiques. Ensuite, les hospitalisations et les décès augmentent certes lentement, mais c’est le cas chaque année à cette période d’entrée dans l’hiver. Les données du réseau Sentinelles (un réseau français qui existe depuis 1984 et qui constitue un échantillon de plusieurs centaines de médecins généralistes faisant remonter leur activité médicale sur les maladies infectieuses) montrent même que le nombre de malades se situe actuellement très en deçà non seulement des deux principales épidémies de Covid (mars-avril 2020 et octobre-novembre 2020), mais aussi des années de plus fortes grippes saisonnières (Figure 2 ci-contre). Ceci signifie que la spécificité de l’épidémie de Covid ne réside probablement pas dans sa dangerosité intrinsèque, mais bien plutôt dans la réponse thérapeutique, ou plutôt l’absence de réponse thérapeutique, qui lui a été opposée par les médecins du fait des consignes gouvernementales qui ont privilégié d’abord des mesures non-pharmaceutiques (confinements, couvre-feux, etc.), ensuite la « solution vaccinale ».

 

Figure 2 : comparaison du nombre de malades recensés lors des épidémies de Covid (2020-2021) et des épidémies de grippes saisonnières 2019 et 2020

Source : réseau Sentinelles, mise en forme IRSAN

 

Le troisième constat est que la vaccination se dirige vers 100% de couverture de la population générale sans que cela ne change rien à la dynamique des épidémies successives provoquées par les variants. C’était déjà le cas du variant Delta (Indien) lors de l’été dernier, et c’est à nouveau le cas du variant sud-africain dit Omicron (apparemment moins dangereux que les précédents). La conclusion est fatale : le sauvetage par la vaccination générale est un mythe. Comme toutes les religions, il ne repose que sur la foi des croyants. La réalité, visible depuis plusieurs mois, est que la vaccination n’enraye nullement la propagation de l’épidémie. Et pour cause, il est bien établi que la vaccination n’empêche ni la contamination ni la transmission du virus.

 

Le quatrième constat est que, comme toutes les idéologies religieuses ou laïques, la vaccination intégrale est une structure psychorigide aveugle à tout effet pervers et sourde à toute remise en cause. En l’occurrence, il est tabou de parler d’effets indésirables graves liés à la vaccination des jeunes. Or la réalité est là, qui ne pourra pas être indéfiniment cachée sous le tapis. Les adeptes de la nouvelle religion ont déployé de grands efforts pour dénier toute pertinence aux données de pharmacovigilance qui étaient disponibles déjà l’été dernier. Ils ne pourront rien contre l’accumulation des publications scientifiques qui documentent notamment les risques inédits de problèmes cardiaques (thromboses, péricardites, myocardites) chez les adolescents vaccinés (voir par exemple ici, ici, ici, ici et ). En d’autres termes, le rapport bénéfice/risque est clairement défavorable à la vaccination des jeunes. Pour cette raison, plusieurs pays scandinaves ont déjà renoncé à injecter aux jeunes les vaccins ARNm, rejoints il y a quelques jours par le Japon. Au demeurant, lorsque le gouvernement avait saisi le Comité Consultatif National d’Ethique le 27 avril 2021, ce dernier avait conclu que « la vaccination des enfants de moins de 12 ans ne semble pas éthiquement et scientifiquement acceptable ». Mais qui se soucie encore de l’éthique ?

 

Enfin, le cinquième et dernier constat est que cette idéologie industrielle et scientiste de la vaccination intégrale fonctionne comme les religions en temps de crise par le passé. Elle a ses grands prêtres et ses dévots, qui monopolisent plus que jamais la parole sur les plateaux de télévision. Elle a son inquisition médiatique qui excommunie les penseurs déviants et rêverait de pouvoir les brûler comme jadis les sorcières. Et elle produit massivement des boucs-émissaires (les non-vaccinés) qui sont traités comme autrefois les pestiférés ou les lépreux, plus récemment les victimes du Sida que J.-M. Le Pen voulait enfermer dans des « sanatoriums ». Situation d’autant plus absurde que tout vacciné est un futur non-vacciné qui s’ignore, puisque tout sera remis en cause pour celui ou celle qui ne fera pas sa troisième dose, avant sa quatrième (déjà actée par M. Delfraissy), sa cinquième, sa sixième, etcetera. Le principe même du « pass sanitaire » a beau reposer sur un mensonge éhonté (répétons que la vaccination ne bloque ni l’infection ni la transmission), sa logique discriminatoire se déploie dramatiquement depuis plusieurs mois. Et comme si la perte d’emploi, le non-accès aux restaurants, aux lieux culturels, etc., ne suffisait pas, les gouvernements européens rivalisent à présent d’imagination contre l’espèce de nouvel ennemi public n°1 qu’est devenu le non-vacciné. A l’image de l’Autriche, il ne suffit plus d’exclure, on voudrait maintenant mettre à l’amende, punir et enfermer. Cette logique discriminatoire morbide, qui viole des droits humains que l’on croyait « inaliénables », dresse les citoyens les uns contre les autres et sera certainement décrite un jour par les historiens comme une sorte de folie collective orchestrée par des personnes ayant perdu tout sens des valeurs démocratiques et des droits de l’homme. Nous ne devons pas nous y résigner et rester muets devant un tel désastre intellectuel et moral.

 

Vous souhaitez soutenir cette tribune? Vous êtes chercheur, universitaire ou professionnel de santé? Vous pouvez signer en envoyant un mail ici: tribune.liberte.expression@gmail.com

 

Les 1 200 premiers signataires

 

QUARTIER GENERAL

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 11:11

Quel que soit leur bénéfice, ce n'est rien d'autre qu'un détournement d'argent public comme il n'y en a jamais eu.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 11:07

Parmi les 10 pays ayant la plus forte mortalité au monde en ce moment, 8 pays sur 10 sont les pays les plus vaccinés au monde !

Non seulement ces "vaccins" sont inefficaces, mais ils semblent entraver la fin de l'épidémie, déjà oubliée chez la plupart des pays les moins vaccinés.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:56

Le Premier ministre britannique Boris Johnson annonce les restrictions pour lutter contre la propagation de la variante Omicron de Covid-19 : le travail à domicile, l'extension des masques obligatoires et l'introduction de passeports vaccinaux COVID. (SkyNews)

Les décideurs tiennent nos vies entre leurs mains alors que leurs décisions n’ont aucun fondement scientifique. Ils ont imposé la vaccination de masse contre un virus très mutant sans prévoir que des variants du virus perceraient les vaccins. Mais rien n’arrête leur train fou.

La plupart des premiers cas Omicron aux USA concernent des personnes vaccinées. Les CDC qui savent qu’Omicron perce les vaccins préconisent cependant la 3ème dose et ne songent pas à préconiser de traiter les gens pour éviter l’aggravation éventuelle de troubles plutôt légers.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:08

Lors du "Doctothon : 300 docteurs s’expriment sur la crise sanitaire pendant 24 h", le docteur Paul Bousquet qui n'a pas de conflits d'intérêt explique que "la médecin est détournée vers des intérêts financiers contre l'intérêt des patients."

 

"Comment cela est-il possible ?, demande-il.

 

"Parce que le système est corrompu. On falsifie des études. On l'a vu au travers de certaines études comme celle du Lancet :

 

> «The Lancet Gate» : saga d'une étude corrompue (Les Echos)

 

"On camoufle les effets indésirables, ce qui a valu de multiples condamnations à des laboratoires, tels que Pfizer.

 

"Et on peut conclure que ces entreprises sont dirigées par des criminels multirécidivistes, qui ne vont jamais en prison malgré les amendes et continuent à engranger des bénéfices considérables.

 

"Et on a l'obligation de confier notre santé à ces criminels.

 

"Le professeur Fernand Turcotte de l'Université de Laval a résumé cela en une phrase qu'il faudrait que l'on grave tous dans notre mémoire : 

 

'L'industrie pharmaceutique a infiltré et corrompu toutes les décisions de santé publique dans tous les pays, à tous les niveaux.'

 

"D'autre part en gestion de crise, on enseigne en premier lieu à rassurer la population : amplifier sa peur et la nourrir relève de malveillances intentionnelles.

 

Le Préfet donne ses consignes à la directrice de l'ARS en Guadeloupe : "On adopte un ton grave et CATASTROPHIQUE !"

Christophe Barbier : "L'angoisse a été organisée par l'administration et le pouvoir politique pour que les gens se tiennent à carreaux. Et cela a marché"

Utiliser la peur lors de la crise du Covid était "totalitaire", reconnaissent les scientifiques au Royaume-Uni

 

"D'autre part encore, l'infection à Covid se traite et nous sommes nombreux à l'expérimenter chaque jour. Ces traitements diminuent la létalité et le risque d'hospitalisation en soins intensifs. Mais si un seul de ces traitements avaient été reconnus par une agence internationale, aucun 'vaccin' n'aurait pu avoir l'AMM (autorisation de mise sur le amrché. Ndlr.). Ce qui explique les attaques féroces dont ces thérapeutiques ont fait l'objet par les pantins de l'industrie pharmaceutique sur toutes les ondes.

 

"Alors s'agit-il de vaccins ou de thérapies géniques expérimentales ?

 

"Il faut dire qu'en plus de quinze ans, depuis le premier SRAS coronavirus, aucun vaccin n'a pu être mis au point contre un coronavirus parce qu'il se recombine, parce qu'il y a des anticorps facilitants qui peuvent faire qu'une infection ultérieure est plus grave. Et là, en moins d'un an on nous sort un 'vaccin'."

 

(Fin de citation)

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 08:03

"Ceux qui sont vaccinés pensaient que la 'vaccination' les libérerait. Et c'est le contraire. Ils sont vaccinés et ils sont dépendants de la mutation... et hop un nouveau vaccin. Donc non seulement les gens doivent avoir deux injections maintenant, mais ils doivent continuer à porter des masques, à se confiner, à respecter la distanciation. Cela n'a rien résolu. Ils pensent pouvoir voyager et ils auront un passeport vaccinal identitaire, un abonnement vaccinal... 

 

"Leur plan est prévu jusqu'en 2031dans les documents du gouvernement. Il faut les chercher, c'est déjà un plan. L'Université John Hopkins a publié un scenario pandémique SPARS pour 2025-2028. Alors ils ne s'arrêteront pas. Ils utilisent la peur. Ils sont en train de créer une pandémie perpétuelle, une pandémie éternelle. C'est le pire cauchemar que nous pouvions imaginer, être dans la peur perpétuelle, toute notre vie." (Dr Astrid Stuckelberger)

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 10:57
https://exxpress.at/aufreger-pfizer-impfstoff-hat-ploetzlich-doch-ueber-100-nebenwirkungen/

https://exxpress.at/aufreger-pfizer-impfstoff-hat-ploetzlich-doch-ueber-100-nebenwirkungen/

Traduction Blog Christroi

 

9 décembre 2021 06h38

 

Pourquoi cela n'a-t-il pas été communiqué tout de suite ? Les médias néo-zélandais ont maintenant révélé que le vaccin à ARNm de BionTech / Pfizer avait beaucoup plus d'effets secondaires que ce qui avait été confirmé auparavant. Beaucoup de ces effets secondaires pourraient être graves.

 

Était-ce une erreur de communication - ou n'était-ce pas délibérément tout ? En tout état de cause, les nouvelles données désormais connues sur les effets secondaires possibles du vaccin Pfizer ne renforcent pas la confiance des sceptiques en matière de vaccination dans l'industrie pharmaceutique et dans la politique de santé.

 

Sur la base des informations officielles du fabricant, les médecins généralistes de Nouvelle-Zélande étaient officiellement au courant de 21 effets secondaires du vaccin de BionTech / Pfizer. Tous ces effets secondaires n'ont pas été classés comme graves, c'est pourquoi d'innombrables milliers de Néo-Zélandais qui se sont plaints d'effets secondaires après avoir été immunisés avec ce vaccin ont été renvoyés chez eux avec à peine des conseils sur l'alitement et des comprimés d'aspirine.

 

Se référant également aux allégations officielles de Pfizer concernant les effets secondaires officiellement reconnus du vaccin, Medsafe, l'agence néo-zélandaise de réglementation des médicaments, n'a officiellement attribué qu'un décès sur 100 au vaccin. La plupart de ces décès ont été répertoriés comme "non liés à la vaccination", "en cours d'enquête" ou comme "raisons inconnues". Cela aurait pu être une erreur, comme le suggère maintenant un nouveau document publié par Pfizer lui-même.

 

La véritable gravité des effets secondaires possibles des vaccins est restée longtemps dans l'obscurité

Le New Zealand Health Forum et d'autres groupes recueillent depuis des mois des rapports officieux sur les effets secondaires et les décès liés à la vaccination - avec des résultats explosifs. Sur les plus de 670 rapports de décès compilés par le forum, 270 ont déjà été examinés par des professionnels de la santé et associés à des effets secondaires connus.

 

Suite à la publication d'un nouveau document de Pfizer jusqu'alors inconnu, de nombreux autres devraient être liés à la vaccination. Des symptômes tels que des douleurs thoraciques, une fatigue extrême, des accidents vasculaires cérébraux ou des crises cardiaques sont survenus. Les deux tiers des cas n'ont même pas été signalés. La population néo-zélandaise n'était donc pas au courant de l'étendue réelle des effets secondaires.

 

Le rapport avec des effets secondaires ignoré par le gouvernement 

Le document Pfizer nouvellement publié peut être téléchargé sur Internet : le rapport de 38 pages a été achevé par Pfizer le 30 avril 2021. La question qui se pose maintenant est la suivante : Pfizer a-t-il transmis cette information au gouvernement néo-zélandais ? Et aussi à d'autres ministères de la santé dans le monde ? Si oui, pourquoi les résultats n'ont-ils jamais été publiés ? Les risques pour la santé à long terme sont décrits dans ce document. Jusqu'à récemment, le document a été retenu par Pfizer.

 

Le gouvernement néo-zélandais aurait ignoré ce rapport aux effets secondaires, selon le journal "The Telegraph". Au lieu de cela, le gouvernement a lancé une campagne publicitaire affirmant que le vaccin à ARNm Pfizer covid-19 était totalement sûr et exempt d'effets secondaires graves. Bien que les plus de 100 effets secondaires des vaccins qui ont maintenant été révélés puissent être dangereux pour les patients : ils peuvent provoquer des accidents vasculaires cérébraux, des maladies neurologiques, une insuffisance auto-immune, une paralysie, de l'arthrite, de l'épilepsie, des maladies respiratoires ou une insuffisance hépatique.

 

De nombreux Néo-Zélandais sont maintenant indignés : ceux qui n'ont subi aucun effet secondaire du vaccin ont déterminé la direction du gouvernement néo-zélandais. Cependant, il y a aussi ceux qui ont fortement réagi à la vaccination et dont les cas n'ont pas été traités. Cette situation et la méfiance qui en a résulté ont conduit à une division de la société.

 

Source : Pfizer | Exxpress.at 

_______________________

Add. Le document publié par Pfizer apparemment à la suite d'une ordonnance du tribunal de l'accès à l'information aux États-Unis révèle une vaste gamme d'effets indésirables des vaccins auparavant inconnus, compilés à partir de sources officielles du monde entier.

Pfizer admet qu'il s'agit d'une « grande augmentation » des rapports d'événements indésirables et que même cet énorme volume est sous-déclaré.

Plus de 100 maladies sont répertoriées, dont beaucoup sont très graves.

Ce document a été compilé par Pfizer au tout début du déploiement du vaccin en Nouvelle-Zélande, mais n'a probablement pas été fourni à notre gouvernement...

Le document Pfizer qui vient d'être publié, qui est largement diffusé dans le domaine public et peut être téléchargé à partir de sites Web, s'intitule :

 

5.3.6 ANALYSE CUMULÉE DES RAPPORTS D'ÉVÈNEMENT INDÉSIRABLE POST-AUTORISATION DE PF-07302048 (BNT162B2) REÇUS JUSQU'AU 28-FEB-2021

 

Par conséquent, les effets secondaires signalés sont antérieurs au déploiement du vaccin en Nouvelle-Zélande. Le rapport lui-même a été finalisé par Pfizer le 30 avril 2021.

 

Bon nombre des plus de 100 nouveaux types d'événements indésirables répertoriés et publiés par Pfizer dans ce document de 38 pages présentent des risques à long terme pour la santé. Jusqu'à très récemment, le document était retenu par Pfizer qui soutenait qu'il devait rester confidentiel.

 

Le gouvernement a institué une campagne de relations publiques, promotionnelle et médiatique informant le public que le vaccin à ARNm Pfizer covid-19 était totalement sûr et exempt d'effets secondaires graves, donnant l'impression qu'il n'y avait pas d'effets secondaires, pas même les effets graves connus de une inflammation cardiaque que Pfizer avait déjà admise.

 

Inexplicablement, les conditions imposées par le contrat que notre gouvernement a signé avec Pfizer pour la fourniture de vaccins n'ont pas été rendues publiques.

 

Quels sont les nouveaux risques de la vaccination ?

Toute personne lisant la nouvelle compilation de rapports sur les événements indésirables de Pfizer sera stupéfaite. La densité des termes médicaux techniques et des noms de maladies sont néanmoins divisés en catégories reconnaissables et graves de maladies : insuffisance rénale, accident vasculaire cérébral, événements cardiaques, complications de la grossesse, inflammation, maladie neurologique, insuffisance auto-immune, paralysie, insuffisance hépatique, troubles sanguins, maladie de la peau, problèmes musculo-squelettiques, arthrite, maladie respiratoire, TVP, caillots sanguins, maladie vasculaire, hémorragie, perte de la vue, paralysie de Bell et épilepsie.

 

... 

Comment un seul vaccin peut-il avoir un si large éventail d'effets ?

Les raisons techniques pour lesquelles les vaccins à ARNm peuvent avoir des effets aussi étendus sur la santé humaine sont comprises par ceux qui travaillent en thérapie génique. Une fonction parfaitement stable de l'ADN est essentielle à la vie. À son tour, l'intégrité de la fonction cellulaire est essentielle au maintien de l'ADN. Les cellules individuelles contiennent des mécanismes pour réparer leur propre ADN jusqu'à 70 000 fois par jour. De ce point de vue, l'étude de laboratoire in vitro récemment publiée dans Virus 2021, 13 2056, est indicative. Il suggère un mécanisme possible pour les dommages du vaccin. L'étude a révélé que la protéine de pointe se localise dans le noyau et inhibe la réparation des dommages à l'ADN en empêchant l'accès aux principales protéines de réparation de l'ADN. Les résultats révèlent une voie moléculaire potentielle par laquelle la protéine de pointe covid pourrait entraver l'immunité adaptative. Ils soulignent les effets secondaires potentiels des vaccins à ARNm à pointes pleine longueur.

 

(Telegraph)

Partager cet article
Repost0