Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 13:20

lls complotent hors antenne pour faire peur à la population... Comme dans les régimes totalitaires... 

Le Préfet donne ses consignes à la directrice de l'ARS en Guadeloupe : "On adopte un ton grave et CATASTROPHIQUE !"

lls complotent hors antenne pour faire peur !!  C'est dingue..

 

Source : https://twitter.com/Diogene_2020/status/1422506806623019024?s=20 

Partager cet article
Repost0
5 août 2021 4 05 /08 /août /2021 15:36

Les "complotistes" ont décidément toujours raison. Nous le disions au mois de février dernier : "le pass vaccinal et la société à deux classes arrivent en été". Et effectivement... le conseil dit "constitutionnel" valide l'apartheid, la ségrégation sociale vaccinés / non vaccinés en plein été :

Source : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-passe-sanitaire-et-la-vaccination-des-soignants-valides-par-le-conseil-constitutionnel-20210805

Source : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-passe-sanitaire-et-la-vaccination-des-soignants-valides-par-le-conseil-constitutionnel-20210805

Le passe sanitaire et la vaccination des soignants validés par le Conseil constitutionnel

 

[...]

 

Le Conseil constitutionnel a également validé l'extension du passe sanitaire à certains centres commerciaux «au-delà d'un certain seuil défini par décret» et si «la gravité des risques de contamination» à l'échelle d'un département le justifie. L'autorité préfectorale pourra ainsi mettre en place le passe sanitaire dans les grands magasins et centres commerciaux tout en garantissant «l'accès des personnes aux biens et services de première nécessité ainsi qu'aux moyens de transport accessibles dans l'enceinte de ces magasins et centres», selon la loi adoptée le 25 juillet et validée par le Conseil Constitutionnel. Le gouvernement veut appliquer cette mesure dès lundi 9 août.

 

[...]

 

Le projet de loi visant à contrer la flambée de l'épidémie de Covid-19, avec l'extension controversée du passe sanitaire, a été approuvé jeudi 5 août par le Conseil Constitutionnel, à l'exception de la mesure d'isolement obligatoire.  (Fin de citation)

___________

Toujours rien du côté de la protection des citoyens par les traitements peu onéreux réputés efficaces comme l'ivermectine et d'autres. 

 

Cet acharnement à vacciner tout le monde de force avec des produits encore en tests va apporter des surprises à l'automne lorsque on se rendra compte que les vaccinés développent des Covid graves, qu'ils sont toujours contaminants ... et donc que le pass de la honte ne sert à rien. Il ne servira alors à rien que les futurs responsables mais pas coupables disent "on ne savait pas", "on nous avait dit que"..., "on n'a fait que lire la Constitution, on n'est pas médecins", "on n'a fait qu'obéir aux ordres"..., etc.

 

Cette jurisprudence signe la perte de crédibilité irréversible du Conseil dit constitutionnel, la fin de l'Etat de droit, et l'entrée dans la tyrannie.

 

__________________

Passe sanitaire : plus de licenciement pour les salariés refusant l’obligation vaccinale mais une suspension de salaire

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 16:16
Source : https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/30/covid-19-de-nouvelles-donnees-suggerent-que-les-personnes-vaccinees-peuvent-transmettre-le-virus_6090012_3244.html

Source : https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/30/covid-19-de-nouvelles-donnees-suggerent-que-les-personnes-vaccinees-peuvent-transmettre-le-virus_6090012_3244.html

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 13:20

On a vu que dans la navette avec l'Assemblée nationale le Sénat a obtenu le retrait du licenciement dans le projet de loi sanitaire qui doit encore passer devant le Conseil constitutionnel le 5 août. Le projet ne contient plus qu'une possible suspension du contrat de travail, mais le ministre du travail Élisabeth Borne s'est montrée claire : "Il ne faut pas laisser croire aux salariés qu'il ne peut pas y avoir de licenciements. «Le droit commun du Code du travail s'appliquerait", le cas échéant. Si le projet de loi n'évoque pas le licenciement, cette solution n'est pas exclue. "Des salariés sans passe sanitaire pourront tout de même être licenciés, prévient Élisabeth Borne". (Le Figaro dans un article du 27 juillet.)

Voici que le lendemain, un article discret publié sur le site du ministère du travail, de l'emploi et de la solidarité le 25 juillet et mis à jour le 28 juillet répond à la question "Le salarié peut-il refuser d’être vacciné ?" Réponse : "Oui".

Question : Si l’Etat lui même dit qu’on ne peut pas être licencié, quelle cohérence, pourquoi toute cette agitation médiatique autour de la vaccination si ce n'est obtenir par la menace et le chantage que les gens aillent se faire vacciner ?

Source : https://twitter.com/Lilytiger777/status/1420852021394034693/photo/1

Source : https://twitter.com/Lilytiger777/status/1420852021394034693/photo/1

Le salarié peut-il refuser d’être vacciné ?

 

Oui. Le salarié peut toujours refuser et ce refus ne doit emporter aucune conséquence. Le caractère obligatoire ou simplement recommandé d’une vaccination professionnelle est défini par le ministère de la santé après avis de la Haute autorité de santé, conformément à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique. S’agissant de la Covid-19, le caractère obligatoire n’a pas été retenu. Dès lors, le médecin ou l’infirmier du travail doit, comme le médecin traitant, obtenir le consentement éclairé du salarié avant de pratiquer l’acte vaccinal notamment par le biais d’un entretien avec celui-ci, avant la première injection (articles R. 4127-35 et 36 du code de la santé publique).

L’employeur ne peut donc exiger d’un salarié qu’il soit couvert par une vaccination recommandée. L’employeur ne peut être destinataire d’aucune information sur le statut vaccinal du salarié, ni sur son acceptation ou son refus de la vaccination.

Aucune conséquence ne peut être tirée par l’employeur du seul refus du vaccin par le salarié. À fortiori, aucune sanction ne peut être appliquée. L’employeur ne peut davantage écarter le salarié de son poste, motif pris de ce seul refus, y compris en maintenant son salaire. Aucune décision d’inaptitude ne peut être ainsi tirée du seul refus du salarié de se faire vacciner.

Source : https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/coronavirus-covid-19/questions-reponses-par-theme/article/vaccination-par-les-services-de-sante-au-travail#q6

Source : https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/coronavirus-covid-19/questions-reponses-par-theme/article/vaccination-par-les-services-de-sante-au-travail#q6

__________________

Add.  16h05. 

Alors donc que la Suède continue de DÉMONTRER qu’on peut se passer absolument sans danger des mesures ravageuses imposées depuis 18 mois par ces technocrates enragés, voilà-t’il pas qu’une pléthore de politiciens se piquent de se faire les porte-drapeaux de nouveaux diktats de plus en plus délirants.

 

[...]

 

Recours introduit par Me di Vizio le 3 juin 2021 auprès de la Cour de Justice de l’Union européenne pour non-respect du droit communautaire au sujet des Autorisations conditionnelles de mise sur le marché pour les injections géniques (improprement appelées « vaccins ») : pour accéder au fichier pdf, cliquer ici.

 

Je reproduis ici le message adressé par Me Virginie de Araujo-Recchia suite aux décisions liberticides de ce qui fut un temps l’Assemblée nationale et semble ne plus être qu’un déserté lupanar entérinant au petit matin les décisions glauques et putrides refusées dans un ultime sursaut de lucidité le soir.

 

Mesdames, Messieurs,

 

Je suis désolée de ne pas pouvoir répondre à l’ensemble des demandes, que je reçois actuellement.

 

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous, un ensemble d’éléments juridiques non exhaustifs susceptibles de vous aider à résoudre les problématiques rencontrées personnellement ou professionnellement concernant le pass sanitaire ou l’injection qui ne pourra être rendue obligatoire que lorsque le projet de loi en cours de discussion sera définitivement voté par le Parlement, qu’il aura éventuellement été soumis au Conseil constitutionnel et qu’il aura été publié au J.O.R.F.

 

Ces éléments peuvent être transmis aux avocats qui défendront vos droits, si nécessaire et en toute humilité bien entendu.

 

DROIT DU TRAVAIL:

– Les salariés ou agents publics du domaine de la santé:

 

Leur conseiller de garder toutes les preuves du harcèlement exercé par leur hiérarchie dans le but de les forcer à se faire injecter.

 

Leur conseiller de ne pas démissionner.

 

Leur conseiller éventuellement de transmettre le mémo ci-joint à leur hiérarchie.

 

Points 34 et 35 de l’avis du Conseil d’Etat en date du 19 juillet 2021 (à mettre en rapport avec le texte de loi une fois adopté):

 

Ma compréhension en attendant le texte définitif:

 

En l’absence de saisine préalable des instances consultatives des agents publics par le gouvernement, le régime spécifique d’interdiction d’exercer et de suspension de la rémunération, du fait de la violation de l’obligation vaccinale, ne peut être retenu pour les agents publics.

 

Ce régime ne peut être retenu uniquement pour les salariés, cela serait contraire au principe constitutionnel d’égalité.

 

Par conséquent, ni les agents publics ni les salariés ne peuvent, en l’état du texte, être soumis à ce régime d’interdiction d’exercer et de suspension de la rémunération.

 

La violation de l’obligation vaccinale peut être sanctionnée dans le cadre des procédures disciplinaires de droit commun.

 

Le gouvernement doit compléter le texte afin de tenir compte de ces observations.

 

DROIT CIVIL ET DROIT PÉNAL:

Les motifs juridiques qui pourraient être avancés sont d’ordres civil et pénal:

 

– Harcèlement d’une personne en vue de l’inciter à commettre un acte de nature à mettre sa vie en danger,

 

– Extorsion de consentement de nature à mettre en danger la vie d’autrui,

 

– Abus de pouvoir et abus de faiblesse étant donné que la campagne de manipulation et d’atteinte à l’intégrité psychologique/psychique/mentale a été massive et qu’il suffit désormais de menacer de licenciement ou autre pour que la personne en position de faiblesse s’exécute et subisse l’injection.

 

– Complicité de tentative d’empoisonnement

 

– Les personnes qui mettent en oeuvre les inoculations forcées verront leur responsabilité civile ou pénale recherchée également.

 

Source et suite

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 12:52
Arrêtez le massacre, vous êtes fous ! Message du Dr Alain Bellaïche

Message du Dr Alain Bellaïche :

 

"Il (le variant delta) est plus contagieux, mais moins dangereux sur le plan de la létalité. 

 

"C'est une improvisation totale de vacciner avec un vaccin qui a eu des effets géniques, contrairement à ce qu'on nous raconte, parce que lorsque vous donnez une instruction génétique, on ne peut pas exclure des effets à plus long terme, bien sûr génétiques.

 

"Et vacciner des enfants, des femmes enceintes au nom de l'urgence nationale bien qu'il ne s'agisse ni de la peste bubonique ni du tétanos ni même de la tuberculose, me paraît extrêmement suspect. Et je ne vois pas pourquoi les gouvernants se sont exonérés eux-mêmes du passe sanitaire au nom de je ne sais quel principe constitutionnel, alors qu'ils se sont assis sur tous les autres principes non seulement constitutionnels, mais les simples droits humains.

 

"Donc vacciner avec un ARN messager des enfants, et des femmes enceintes, c'est prendre d'énormes risques vis-à-vis des générations futures. C'est une folie. Quand on est responsable on n'agit pas comme cela.

 

"Et je ne veux pas revenir sur la polémique des masques mais vous n'avez pas fait preuve toujours d'un très grand respect pour la population et encore moins pour les soignants. Et maintenant vous voulez protéger les soignants, les personnes âgées, etc. Je ne veux pas faire de polémique mais c'est lamentable. On n'a jamais vu un gouvernement aussi inique puisque vous vous passez vous-mêmes du passe sanitaire."

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 12:22

Le site Coro Infos Twitter publie une video dans laquelle Laurent Muchielli du Conseil scientifique indépendant, évoque le 29 juillet "la réalité" des décès vaccinaux dans le monde et l'omerta criminelle sur les effets secondaires graves des mixtures.

Laurent Muchielli parle de "mortalité vaccinale" Covid-19 et d'une omerta "criminelle"

"La réalité que nous avons aujourd'hui sous les yeux montre que ces vaccins ont davantage d'effets secondaires graves qu'aucun autre vaccin avant eux.

"Au Pays-Bas, nous arrivons à un taux de 2,3 morts pour 100 000 vaccinés (16,5 millions de vaccinés 448 morts).

"En France et aux Etats-Unis, on monte à 3,7 morts pour 100 000 vaccinés. En Grande-Bretagne, ce taux avoisine les 4,5 morts pour 100 000 vaccinés, en raison à l'évidence de la prépondérance du vaccin AstraZeneca. Cette mortalité vaccinale - c'est comme cela qu'il faut l'appeler et c'est de cela qu'il faut désormais parler, la mortalité vaccinale - est inédite. Elle est particulièrement grave et sa dissimulation l'est plus encore.

"Je veux ce soir être très clair, c'est pour cela que je suis venu, c'est pour dire ce que je suis en train de dire, et transmettre ce message : dissimuler d'une façon ou d'une autre un tel danger, aujourd'hui, vis-à-vis de la population française, comme les populations des autres pays occidentaux, est tout simplement criminelle." (Fin de citation)

Add. 04/09/2021. La balance risques bénéfices est totalement occultée : ".. la nouvelle mortalité vaccinale qui est spécifique aux vaccins anti-covid... je parle des vaccins génétiques ARN/ADN fondamentalement le Pfizer moderna astra zenecca"

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 09:27

La ségrégation est en place : 

Un confinement réservé aux non-vaccinés à la rentrée

"La question (du reconfinement) à la rentrée devrait se poser, mais pas pour tout le monde".

 

"À la rentrée la question du confinement ne devrait concerner que les personnes qui ne sont pas vaccinées dans les territoires avec des taux d’incidence extrêmement élevés" selon la porte parole BFMTV du gouvernement.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 19:49
Source : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006070719/LEGISCTA000006165298/?anchor=LEGIARTI000033461473#LEGIARTI000033461473

Source : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006070719/LEGISCTA000006165298/?anchor=LEGIARTI000033461473#LEGIARTI000033461473

Article 225-1 Version en vigueur depuis le 20 novembre 2016

Modifié par LOI n°2016-1547 du 18 novembre 2016 - art. 86

Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques sur le fondement de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de la particulière vulnérabilité résultant de leur situation économique, apparente ou connue de son auteur, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur perte d'autonomie, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une Nation, une prétendue race ou une religion déterminée.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 18:00

Nous avons vu comment le ministre de l'éducation nationale sur France Info hier matin entendait évincer les collégiens et lycéens de l'école : Un adolescent non vacciné "ne pourra pas aller au cinéma ou à la piscine" dans le cadre de sorties scolaires, a déclaré Jean-Michel Blanquer.

 

Le porte parole du gouvernement Gabriel Attal explique aujourd'hui comment mentir dans la macronie tout en se contredisant :

 

"Il n'y aura pas d'école à deux vitesses", répond Gabriel Attal

 

[...] "C'est faux, Marine Le Pen relaie une information qui est fausse puisqu'elle dit qu'il y aurait une exclusion des élèves non-vaccinés des sorties scolaires, ce n'est absolument pas prévu. Ce qui est prévu, c'est tout simplement d'étendre à l'école les mêmes règles qu'il y a pour le reste de la population. (...) Ça veut dire qu'il n'y a pas de pass sanitaire à l'école, par contre quand vous êtes un élève, vous allez en sortie scolaire, dans une piscine, dans un musée, qui sont des établissements recevant du public qui à partir de la fin du mois de septembre demanderont le pass sanitaire aux mineurs qui s'y rendront", a détaillé le porte-parole du gouvernement."

Source : https://www.bfmtv.com/sante/en-direct-covid-19-la-martinique-se-reconfine-la-guadeloupe-reinstaure-un-couvre-feu_LN-202107290014.html

Source : https://www.bfmtv.com/sante/en-direct-covid-19-la-martinique-se-reconfine-la-guadeloupe-reinstaure-un-couvre-feu_LN-202107290014.html

Source : https://twitter.com/DarkJack999/status/1420745809667137549?s=20

Source : https://twitter.com/DarkJack999/status/1420745809667137549?s=20

Source: https://www.ledauphine.com/sante/2021/07/28/covid-19-un-francais-sur-deux-completement-vaccine-le-gouvernement-ne-relache-pas-la-pression

Source: https://www.ledauphine.com/sante/2021/07/28/covid-19-un-francais-sur-deux-completement-vaccine-le-gouvernement-ne-relache-pas-la-pression

 
Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 12:49

Nous l'écrivions hier : "L'église covidienne met en place l'école à deux vitesses, ainsi que l'injection expérimentale obligatoire déguisée des collégiens et lycéens sous peine d'éviction". Or, aujourd'hui, la fédération des parents d'élèves reprend les mêmes termes et dénonce, elle aussi, une "éviction" des enfants non vaccinés, ainsi qu'"une école à deux vitesses" :

Source : https://www.cnews.fr/france/2021-07-29/la-federation-des-parents-deleves-denonce-une-eviction-des-enfants-non-vaccines

Source : https://www.cnews.fr/france/2021-07-29/la-federation-des-parents-deleves-denonce-une-eviction-des-enfants-non-vaccines

https://twitter.com/CNEWS/status/1420690398268231682?s=20

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 12:40

Deux poids deux mesures, liberté d'expression pour caricaturer Jésus ou Mahomet, mais interdiction de caricaturer le président Macronescu.

Source : https://twitter.com/JBollee/status/1420659323097735175?s=20

Source : https://twitter.com/JBollee/status/1420659323097735175?s=20

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 12:32
Source : https://twitter.com/EChabriere/status/1420306498408919041?s=20

Source : https://twitter.com/EChabriere/status/1420306498408919041?s=20

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 12:19
Contre le délire du pass "sanitaire", rendons privés les lieux jadis publics, pour les ouvrir à tous sans ségrégation! Un exemple

Une idée trouvée ici.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 08:39
Source: https://twitter.com/i24NEWS_FR/status/1420635478013919232?s=20

Source: https://twitter.com/i24NEWS_FR/status/1420635478013919232?s=20

Selon ce tweet de I24News, "c'est une étude qui a été réalisée par l'hôpital Sheba Tel HaShomer et publiée hier dans le New England Journal of Medecine. Elle affirme que certaines personnes vaccinées contre le Covid-19 développent moins d'anticorps que d'autres et qu'elles ont donc plus de risques d'être infectées par le virus.

 

Autre information importante, le niveau d'anticorps étant directement lié à la charge virale, ces personnes vaccinées qui développent moins d'anticorps, sont également plus susceptibles d'infecter les autres personnes."  

______________

Add. 10H05. Ce tweet de I24News venant d'être supprimé, vous pouvez encore voir la video dans cet article de I24news, tant que la page ne sera pas elle-même supprimée : https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/1627538566-coronavirus-israel-sur-le-point-d-approuver-l-administration-d-une-troisieme-dose-de-vaccin-pour-les-plus-de-60-ans

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 09:27

L'église covidienne met en place l'école à deux vitesses, ainsi que l'injection expérimentale obligatoire déguisée des collégiens et lycéens sous peine d'éviction

Source: https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/07/28/dans-les-colleges-et-lycees-les-eleves-non-vaccines-seront-evinces-s-il-y-a-un-cas-de-covid-19-dans-une-classe_6089766_3224.html

Source: https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/07/28/dans-les-colleges-et-lycees-les-eleves-non-vaccines-seront-evinces-s-il-y-a-un-cas-de-covid-19-dans-une-classe_6089766_3224.html

Dans les collèges et lycées, les élèves non vaccinés seront évincés en cas de Covid-19 dans une classe

Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé mercredi un nouveau protocole sanitaire dans les établissements scolaires pour la rentrée. Dans le primaire, les classes seront fermées dès le premier cas.

 

Dans le primaire, « les classes seront fermées dès le premier cas de Covid », comme ce fut le cas au cours de l’année scolaire écoulée. 

Dans le secondaire, au collège et au lycée, « seuls les élèves non vaccinés seront évincés et devront suivre l’enseignement à distance », a détaillé M. Blanquer, les autres pouvant poursuivre en classe. « Le non-vacciné reste à la maison, le vacciné reste en cours », a-t-il ajouté.

« Ces mesures sont inspirées par l’objectif d’avoir au maximum les enfants à l’école. »

 

Pour tendre vers un taux de vaccination maximal dans le secondaire, « 6 000 à 7 000 centres de vaccination » seront déployés à partir de la rentrée « dans ou à côté » des établissements scolaires, a-t-il également annoncé.

Le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, avait assuré le 12 juillet que des campagnes de vaccination pour collégiens, lycéens et étudiants seraient lancées « dans les établissements scolaires dès la rentrée », alors que la vaccination est ouverte à tous les enfants de 12 ans et plus depuis la mi-juin.

____________________

Un adolescent non vacciné "ne pourra pas aller au cinéma ou à la piscine" dans le cadre de sorties scolaires, a déclaré Jean-Michel Blanquer sur France Info ce 28-07-2021

 

Source: https://www.ledauphine.com/sante/2021/07/28/covid-19-un-francais-sur-deux-completement-vaccine-le-gouvernement-ne-relache-pas-la-pression

Source: https://www.ledauphine.com/sante/2021/07/28/covid-19-un-francais-sur-deux-completement-vaccine-le-gouvernement-ne-relache-pas-la-pression

Source: https://twitter.com/gillesplatret/status/1420425485792813078?s=20

Source: https://twitter.com/gillesplatret/status/1420425485792813078?s=20

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 08:44

En avez-vous entendu parler dans les grands medias ?

Source: https://www.laminutedericardo.com/LMDR/exclusif-le-premier-camp-covid-en-france/

Source: https://www.laminutedericardo.com/LMDR/exclusif-le-premier-camp-covid-en-france/

Source: Exclusif: le premier camp covid en France ! 

Un reportage de Richard Boutry, ancien présentateur sur France Tv et TV5 Monde.

La Minute de Ricardo 

https://www.laminutedericardo.com/LMDR/exclusif-le-premier-camp-covid-en-france/

 

Dans ce reportage, un voisin du camp covid déclare : "C'est une zone de quarantaine. Cela a été réquisitionné par l'Etat pour faire une zone de quarantaine pour des gens qui reviennent de vacances. La zone n'est pas en libre accès à cause du covid, le site n'est pas ouvert au public. Ici, il n'y a que des positifs."

 

Un autre voisin affirme : "On le sait parce qu'on a vu le préfet et la Croix rouge. On nous a juste dit que c'était des gens qui avaient le Covid et qu'on a mis en quarantaine."

 

Des jeunes "cas positifs", des "cas contacts" aussi, sont isolés et leurs parents ne peuvent pas leur rendre visite.

Covid-19: Un camp Covid pour les cas positifs
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 08:32
"Plus de cas de Covid19 depuis 6 mois, mais beaucoup de gens en médecine qui viennent après le vaccin pour des embolies pulmonaires, arrêts cardiaques". Témoignage d'une infirmière de l'hôpital Saint Claude (Jura)

Témoignage d'une infirmière de l'hôpital saint Claude dans le jura.

 

"Plus de cas de Covid19 depuis 6 mois, mais beaucoup de gens en médecine qui viennent après le vaccin pour des embolies pulmonaires, des arrêts cardiaques. On a plus de morts de gens vaccinés que de non vaccinés."

 

Source: Video Twitter 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 08:00

"Vous êtes des criminels et vous savez très bien ce que vous faites."

L'alerte d'un père en souffrance suite au décès de son fils de 22 ans quelques heures après la vaccination

Message d'un Père - Voilà le visage de Maxime Beltra mort à 22 ans sur l hôtel de la bien pensance que son visage fasse le tour du monde et qu'il soit l'étendard de la liberté de vivre, de pensée et de rébellion

facebook.com/100006710344341/videos/520084345978139/

 

Video du père du jeune homme décédé : GloriaTv

Maxime Beltra 22 ans décédé 9h après avoir reçu une injection de Pfizer : GloriaTv

Maxime Beltra 22 ans tué par le vaccin Pfeizer en quelques heures - Son père témoigne et veut que la France entière soit au courant. Odysee

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 20:45

Dans une interview pour la radio 103FM, le Dr Kobi Habib, directeur de l’hôpital Herzog (Jérusalem), déclare qu’aujourd’hui, 90% des patients hospitalisés pour cause de Covid sont vaccinés : "l’efficacité du vaccin se dissipe devant nos yeux." (Twitter)

Source: https://www.maariv.co.il/corona/corona-israel/Article-855728

Source: https://www.maariv.co.il/corona/corona-israel/Article-855728

Traduction Christroi

 

Directeur d'hôpital : "Plus de 90% de nos patients sont vaccinés, le vaccin se dissipe sous nos yeux"

 

Le Dr Kobi Habib a déclaré qu'il y avait une augmentation significative du nombre de patients difficiles, qui sont hospitalisés dans l'hôpital qu'il dirige. Malgré cela, il a affirmé que les hôpitaux sont encore loin de s'effondrer.

 

Le directeur de l'hôpital Herzog à Jérusalem, le Dr Kobi Habib, s'est entretenu aujourd'hui (mardi) avec Anat Davidov dans son émission "Où est l'argent" sur 103FM et a abordé les différences entre la vague actuelle de maladie et les vagues précédentes : "La troisième vague avait une charge importante en peu de temps, ce qui ne s'est pas produit cette fois. La plupart de nos patients sont des adultes de plus de 70 ans mais pas seulement,Plus de 90 % d'entre eux sont vaccinés". Il a en outre ajouté qu'" il y a moins de bonnes nouvelles et c'est que le vaccin se dissipe à peu près sous nos yeux et qu'il devient de moins en moins efficace avec le temps. "Le Dr Habib a déclaré qu'il avait ouvert un autre service corona à l'hôpital après que le premier ait commencé à se remplir : Le saut est significatif, chose qui ne nous est pas arrivé depuis plusieurs semaines".Il a déclaré qu'à ce stade la situation est toujours sous le contrôle du système de santé, "les hôpitaux sont loin de s'effondrer, mais la situation s'aggrave. Le taux d'infection est aujourd'hui supérieur à 1,3, ce qui signifie que si rien n'est fait maintenant,  la situation continuera de s'aggraver.

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 16:23
Dernière étape pour le Pass "sanitaire" : le Conseil Constitutionnel

Le projet de loi pass sanitaire doit encore être promulgué. La dernière étape pour le Passe "Sanitaire" c'est le Conseil Constitutionnel. Avant la décision des Sages du 5 août, le passe sanitaire n'a pas à être appliqué à la vie quotidienne, sauf à respecter un décret en lieu et place de la "norme suprême". (France soir)

 

Rappelons qu'au-dessus du décret, il y a la loi, et notamment le code pénal. Or, entre autres, toute pression pour obliger quelqu'un à participer à des essais cliniques contre son gré relève du Code Pénal (art 223-8).

 

Et tout en haut de la pyramide de la hiérarchie des normes du droit, il y a la déclaration des droits de l'homme de 1789, dont la liberté et l'égalité de tout homme par nature (droits naturels), une liberté et une égalité détruites par le pass de la honte.

 

Le mot "français" lui-même est tiré du mot "franc" qui veut dire libre. Toute l'histoire de France est parsemée de références à la liberté et à l'égalité de tous les hommes par nature... Il n'y a pas une nation au monde qui comme la "France" porte le nom de la liberté. La macronie l'apprendra à ses dépends.

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 16:12
Toute pression pour obliger quelqu'un à participer à des essais cliniques contre son gré relève du Code Pénal (art 223-8)

Toute pression pour obliger quelqu'un à participer à des essais cliniques contre son gré relève du Code Pénal (art 223-8)

 

Source : Hélène Palma

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 19:00
https://www.lefigaro.fr/vox/societe/dr-kierzek-le-passe-sanitaire-pourrait-aggraver-l-epidemie-20210726

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/dr-kierzek-le-passe-sanitaire-pourrait-aggraver-l-epidemie-20210726

Extrait :

 

Ce virus est un virus respiratoire qui évolue finalement de manière assez classique. Par vagues et de manière préférentielle en automne-hiver. Ces vagues d'ampleur successives se succèdent sans que l'Homme ne puisse éradiquer le virus ; la stratégie « Zéro COVID » est donc peu pertinente et d'ailleurs les nombreux pays l'ayant prônée en reviennent. L'air ne peut être supprimé !

 

Dès lors, il est fort probable que nous vivions avec le virus avec une immunisation progressive de la population, naturelle post-infection ou post-vaccinale. Et là encore, le virus va se comporter comme tous les virus depuis des millénaires dont l'unique objectif est de se reproduire en infectant des êtres vivants : il mute pour survivre. Moins la population rencontrée est naïve, c’est-à-dire qu'elle laisse pénétrer le virus facilement, plus le virus cherche à contourner les défenses, se réplique, fait des erreurs et des mutants.

 

Ces mutants ou variants n’en sont pas forcément plus virulents ; souvent, c'est même l'inverse par affaiblissement. Le variant Delta n'est ni le premier ni le dernier ! Chaque année, des virus respiratoires produisent des variants. La différence est que leur séquençage et identification ne font pas la Une des médias, créant une véritable psychose. De la même manière, chaque année meurent des patients d'atteintes virales respiratoires directes ou indirectes par décompensation de comorbidités.

 

[...]

 

Le passe sanitaire est une obligation vaccinale qui ne dit pas son nom. L'objectif est de rendre la vie des non-vaccinés tellement difficile que cela les pousserait à la vaccination. Hormis le fait que je préférerais convaincre plutôt que contraindre, le passe sanitaire et ses conséquences posent de nombreux problèmes, dont certains pourraient aggraver l'épidémie. D'abord sur le plan éthique et sociétal, il s'agit d'une rupture du secret médical et d'une discrimination sur des données médicales extrêmement graves. Imaginez qu'il faille montrer une sérologie VIH avant d'accéder à la piscine par exemple ? Que penser de l'obligation d'un passe pour se faire soigner à l'hôpital ou rendre visite à un proche ? Comme le rappelle le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), « fermer les portes du soin aura des conséquences dramatiques ». Le contrôle de ce passe réalisé par d'autres citoyens, le flicage systématique pour des activités quotidiennes ou encore les volte-faces politiques sur le sujet ou l'excès d'autoritarisme médical n'inspirent pas une société d'apaisement et de confiance…

 

Plus grave encore, conditionner le relâchement des gestes barrières par le passe sanitaire et la vaccination est dangereux. Le vaccin ne protège pas à 100 % ni à titre individuel (formes graves) ni collectif (transmission). Dès lors, supprimer le port du masque en intérieur ou relâcher les gestes simples et faciles à mettre en œuvre comme le lavage des mains va conduire inévitablement à des clusters et potentiellement à un redémarrage épidémique régulier, notamment parce que le passe n'incite pas les bonnes personnes à se faire vacciner :ce sont les jeunes pour lesquels la balance bénéfice-risque est la moins favorable qui le font et ceux à risque (plus de 50 ans avec comorbidités, plus de 65 ans et obèses quel que soit l'âge) ne sont toujours pas vaccinés exhaustivement.

 

Il n'y a pas d'un côté les bons citoyens immunisés (les vaccinés) qui peuvent vivre normalement et les mauvais citoyens, non vaccinés, de l'autre. Chacun doit continuer des gestes barrière : port du masque en intérieur si densité de population et peu de ventilation, lavage des mains, aération… En revanche, finissons-en définitivement avec le masque en extérieur ou la désinfection de toutes les surfaces ou encore les pseudo-distances de sécurité dans les lieux publics ou sens de circulation !

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 15:32
https://uncutnews.ch/der-neueste-film-jfk-revisited-von-oliver-stone-kommt-dem-establishment-sehr-ungelegen/

https://uncutnews.ch/der-neueste-film-jfk-revisited-von-oliver-stone-kommt-dem-establishment-sehr-ungelegen/

La semaine dernière, au Festival de Cannes, Oliver Stone a présenté en avant-première son nouveau documentaire sur l'assassinat de John F. Kennedy, intitulé "JFK Revisited : Through the Looking Glass", qui est complètement ignoré par les médias. Un signe indubitable que le film a quelque chose à offrir.

 

Au Festival de Cannes, les grands médias célèbrent des films étranges et sexuellement chargés, mais ignorent la nouvelle version d'Oliver Stone sur l'inquiétant assassinat du président américain John F. Kennedy. Je me demande : pourquoi ?

 

Il faudrait supposer que cela ferait des vagues dans les médias si Oliver Stone, le polarisant double lauréat de l'Oscar du meilleur réalisateur - dont le premier film de JFK a fait un tel émoi que le gouvernement américain s'y est forcé en 1992 a vu le passage d'une loi sur les dossiers d'enquête sur le meurtre de JFK - un film documentaire explosif sur ce meurtre présenté en avant-première à Cannes. Mais ce serait faux. Lors de la première de "JFK: Revisited" le 12 juillet, le film n'était pas digne d'être reconnu ou critiqué par les médias institutionnels. Ils l'ont simplement ignoré comme s'il n'avait jamais été produit.

 

On aurait pu penser que la présentation à Cannes d'un documentaire explosif sur l'assassinat de JFK par Oliver Stone, double lauréat de l'Oscar du meilleur réalisateur, dont le premier film sur le thème de JFK a suscité un tel émoi que le gouvernement américain a été contraint d'adopter une loi sur les dossiers d'enquête relatifs à l'assassinat de JFK en 1992, aurait fait grand bruit dans les médias. Mais c'est faux. Lors de la première de "JFK : Revisited", le 12 juillet, le film n'a pas mérité d'être apprécié ou même critiqué par les médias. Ils l'ont simplement ignoré comme s'il n'avait jamais été produit.

 

Jusqu'à présent, le New York Times a couvert le Festival de Cannes en onze articles, dont la plupart se sont concentrés sur des films au contenu obscène tels que "Benedetta", une histoire sensuelle sur des nonnes lesbiennes ; "Annette", une comédie musicale dans laquelle Adam Driver chante le sexe oral sur Marion Cotillard et "Titane", un film dans lequel une femme a des relations sexuelles avec une voiture et lactate de l'huile moteur. Mais pas une seule fois "JFK Revisited" n'a été mentionné dans le prétendu "journal faisant autorité pour l'actualité".

 

Il en va de même pour le Washington Post , le Boston Globe , le Los Angeles Times, le Chicago Tribune, le British Guardian, l' Atlantic, le New Yorker et toutes les autres publications grand public que j'ai parcourues. Aucun de ces journaux ne reconnaît la simple existence du film "JFK Revisited".

 

Les seules mentions médiatiques que j'ai pu trouver étaient dans des magazines américains comme Variety et le Hollywood Reporter, ainsi que dans la presse britannique, le Times et le Daily Telegrap . Les avis sur le film étaient partagés, Variety et le Times donnant des critiques négatives, tandis que le Hollywood Reporter et le Daily Telegraph louaient le film.

 

Alors que la méchanceté présumée des agences de renseignement cubaines et les théories du complot font la une des journaux et que la maigre évaluation critique de ce documentaire a été divisée, il semble étrange que les médias maintiennent le statu quo en célébrant la dépravation sexuelle dans les films plutôt que de débattre du film d'Oliver Stone à découvrir la vérité sur le meurtre.

 

[...]

 

Stone est devenu un paria de l'establishment lorsqu'il a longuement interviewé Fidel Castro en 2002 et le président russe Vladimir Poutine entre 2015 et 2017 pour des projets de films sur les deux personnalités. Stone a parlé aux ennemis de l'Amérique au lieu de simplement réciter le mantra officiel inutile. Un péché impardonnable aux yeux des médias grand public qui croient qu'il n'y a qu'une seule façon de voir les choses et qu'il ne faut pas la compliquer en écoutant au lieu de crier sur l'ennemi.

 

La manière polarisante de Stone et sa loyauté envers la vérité sur les points de vue officiels sont la raison pour laquelle "JFK Revisited" est délibérément ignoré. Chaque presse est une bonne presse. Même la mauvaise note d'un film fait prendre conscience de son existence. Par conséquent, appuyer sur le bouton ignorer est le meilleur moyen pour l'establishment de faire taire Stone et de maintenir le statu quo dans le récit de JFK. Et jusqu'à présent, le black-out des médias fonctionne comme prévu, car "JFK Revisited" n'a pas encore trouvé de distributeur sur le marché américain avide de contenu.

 

Source: DE.RT | UncutNews

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 08:56

Afin d'interdire aux personnes qui ne veulent pas se vacciner Covid de précisément faire le choix de ne pas se vacciner, Emmanuel Macron est venu sur le terrain de la philosophie morale et a déclaré que "la liberté s'arrête là où commence celle des autres".

Sur sa chaîne YouTube, l'avocat Fabrice Di Vizio, revient longuement sur cette parole du président afin d'expliquer en profondeur la notion de "liberté" et sa conclusion est que la liberté proposée par le président de la république n'est pas une liberté : "Les conditions pour un choix libre ne sont pas réunies. Les conditions d'exercice de ma liberté ne sont pas réunies, et aujourd'hui le choix d'une vaccination n'est pas un choix libre, mais un choix intrinsèquement mauvais."

Extrait :

 

"J'ai été choqué par le mot de Macron qui a dit que la liberté était une fiction. [Ndlr. Précisément : "La liberté où je ne dois rien à personne n'existe pas. Que vaut votre liberté si vous me dites que vous ne voulez pas vous faire vacciner? Si demain vous contaminez votre père, votre mère ou moi-même, je suis victime de votre liberté (...) Ça, ce n'est pas la liberté, ça s'appelle l'irresponsabilité, l'égoïsme". [...] J’assume totalement d’avoir pris des décisions éclairées pour protéger les Français et les Françaises." Fin de citation.]

https://www.lindependant.fr/2021/07/25/vaccination-la-liberte-ou-je-ne-dois-rien-a-personne-est-une-fiction-estime-emmanuel-macron-9692813.php

https://www.lindependant.fr/2021/07/25/vaccination-la-liberte-ou-je-ne-dois-rien-a-personne-est-une-fiction-estime-emmanuel-macron-9692813.php

"La liberté c'est le cœur de la philosophie morale.

 

La philosophie morale, je vous le rappelle, c'est ce qui conditionne l'agir de l'homme, c'est ce qui fait que l'homme est homme. Et c'est ce qui fait que l'homme est incliné vers le bien, et l'inclinaison de l'âme vers le bien.

 

La liberté est-elle une fiction ?

 

C'est déjà très inquiétant qu'il dise cela. Parce que en fait, non, la liberté est d'abord une réalité. Elle n'est pas une fiction, elle n'est jamais une fiction. Ce qu'il aurait dû dire c'est que la liberté totale est une fiction.

 

Réfléchissons sur un point. Je me vaccine pour les autres. Si je ne me vaccine pas je mets en danger les autres. Dès lors effectivement, je suis libre de ne pas me faire vacciner mais il faut que j'accepte les conséquences de ma liberté. Et dès lors, il est naturel que l'on me restreigne ma liberté, puisque si je l'exerçais sans entrave, je me verrais me constituer un danger pour les autres, ce qui naturellement est inacceptable.

 

Réfléchissons-y un instant. Commençons par le commencement. C'est quoi la liberté ?

 

La liberté, faculté naturelle pour l'homme de choisir

 

La liberté, je prends Saint Thomas. Les commentateurs de Saint Thomas disent en substance que la liberté, c'est une faculté naturelle pour l'homme de choisir. C'est vraiment la première étape.

 

Il est libre lorsque il ne dépend pas des autres et lorsqu'il a la faculté de choisir, c'est-à-dire que notre liberté suppose un choix.

 

Cette notion de choix est intéressante parce que pour qu'il y ait un choix, il faut qu'il y ait une orientation vers le bien. Je choisis le bien, et évidemment je peux choisir le mal. Mais ma liberté est tout entière orientée vers le bien. Et pour qu'elle soit orientée vers le bien, il y a des conditions, il faut que mon choix soit prudent. Il faut qu'il soit conforme à la vertu de prudence, vertu cardinale, au sens où c'est une inclinaison naturelle de l'homme, consubstantielle à l'homme, et l'homme est le seul être de la création à en disposer.

Je viens faire un choix libre lorsque je fais un choix qui est prudent.

 

La prudence permet de discerner en toutes circonstances quel est le bien, et du coup, d'adapter les moyens pour y parvenir. Elle est complètement liée à l'intelligence. C'est la raison pratique, celle qui, effectivement, va se guider vers l'action. Il n'y a pas d'action bonne s'il n'y a pas d'exercice de la vertu de prudence.

 

Pour qu'il y ait une vertu de prudence, pour que vous fassiez un choix libre, il vous faut trois conditions. Un, il faut une délibération. Je dois préalablement peser les conséquences de mon choix; je vois si, effectivement, je me remémore la fin que je vise. Quel est le but ? Est-ce que ma fin est juste et bonne ? Si ma fin n'est pas bonne, c'est un problème. Exemple : Je pose un acte non pas par solidarité mais juste pour moi (Exemple : la vaine gloire. Je viens effectivement accomplir non pas un acte de charité envers mon frère parce que c'est bien pour lui, l'aider, mais je le fais par vaine gloire (mon but est d'en tirer une gloire). 

 

À l'inverse, si la fin est bonne, si le but est bon (aider mon frère), il va falloir que je vérifie si mes moyens sont proportionnés. Exemple : ici, la vaccination. Pourquoi je me vaccine ? Est-ce que je me vaccine parce que c'est important pour mes frères et pour la communauté ? Ou est-ce que je me vaccine pour aller au restaurant ? Si je me vaccine pour aider mes frères, ma fin est bonne. Si je me vaccine pour aller au restaurant, c'est un problème parce que là, j'oriente ma liberté vers un bien matériel. Et donc ma fin n'est pas bonne, elle n'est pas celle visée par la vaccination.

 

Deuxième étape, une fois que nous avons délibéré, nous devons choisir. En effet, là, c'est le moment où nous nous posons la question de savoir si les moyens que je vais utiliser sont bons, le moment où je vais peser toutes les conséquences du choix que je vais faire, le moment où je vais vérifier que ce choix n'est pas entravé par la passion, par l'émotion, mais qu'il est bien un choix rationnel, et qu'il est un choix que j'ai pris le temps de réfléchir. Il n'y a pas de choix libre dans l'impulsion. Le choix nécessite une raison, la raison est le contraire de l'impulsion. Exemple : Je me fais vacciner parce que j'ai entendu Emmanuel Macron et que tout à coup j'ai peur, j'ai peur de ce qu'il dit. Ou bien : Je vais me faire vacciner parce que j'ai un pistolet sur la tempe et que j'ai peur. Mon choix n'est pas libre

 

[Chez Saint Thomas, l'homme n'est pas libre lorsqu'il est contraint par une force extérieure à agir d'une certaine façon. De même, l'homme n'est pas libre lorsqu'il ne possède pas le libre arbitre et la volonté libre. La liberté est la faculté de se mouvoir vers le bien, c'est l'auto-mouvement, l'engagement vers une fin métaphysique (le bien), un choix en vue d'une fin que la volonté peut ne pas vouloir. (Cf. Pdf. "La liberté humaine chez Thomas d'Aquin".) Ndlr.]

 

 

Avons-nous le droit de coopérer à la tyrannie "sanitaire" en recevant un vaccin ?

 

Là, en l'occurrence je n'exerce pas un choix prudentiel la deuxième étape - celle du discernement - manque. Ce n'est pas possible car il manque la raison. Je ne peux pas poser un acte libre si c'est un acte passionné ou émotif.

 

Troisième étape. Je décide.

 

Tout cela, cette prudence, ce choix, cette liberté, c'est pour mon bien. Soyons clair : il n'existe pas de choix libre qui soit orienté uniquement vers le bien de l'autre sans que mon bien soit pris en compte.

 

Ce qui est mal pour moi n'est jamais bien pour l'autre. Cela n'existe pas car je ne peux pas faire un choix mauvais.

 

Si mon choix est bon pour l'autre, c'est qu'il est bon pour moi. Et il n'existe pas de choix qui serait mauvais pour moi mais bon pour les autres. Il existe des choix qui seraient bons pour moi et mauvais pour les autres, cela est possible, mais il n'existe pas de choix qui serait mauvais pour moi et bon pour les autres. Donc, si je fais un choix qui est bon pour les autres, c'est que j'ai fait le choix d'un renoncement finalement (à un confort, à ce que vous voulez) pour moi, mais, effectivement, c'est parce qu'il me procure un plus grand bien. Ce renoncement me procure un plus grand bien.

 

Donc, lorsque Emmanuel Macron dit 'votre liberté est une fiction', il se trompe.

 

Quand on vous dit, 'écoutez, vous devriez vous vacciner pour protéger les autres', ce n'est pas possible. Ce n'est pas un acte bon. Cet acte n'est bon que s'il est bon pour moi.

 

Je le dis autrement. Si effectivement je viens me vacciner pour protéger les autres sans que je n'y retire un bien personnel, mon bien personnel ce sera le bien des autres, cela est possible, mais cela il ne peut pas me l'imposer. Cela n'est pas possible philosophiquement. Il ne peut pas m'imposer un acte qui n'a aucune espèce de bien pour moi mais qui a un bien uniquement pour les autres et que je tirerai par la force du canon. Exemple : la collectivisation soviétique. Le Parti m'impose un choix sans considérer mon bien personnel, je ne suis plus personne, je suis rien, je suis un numéro au milieu d'une foule, et ce qui m'importe c'est le bien de la foule et mon bien à moi ne compte pas. Cela n'est pas possible parce qu'effectivement, en philosophie morale, la recherche de mon bien n'est pas égoïste, au contraire c'est la première étape vers la recherche d'un bien commun. Le Bien commun se nourrit du bien individuel et il n'y a pas en soi d'opposition entre mon bien propre et le bien de la communauté. Cela n'existe pas. Il n'y a pas de bonheur de la collectivité tiré du malheur de ses individus

 

Le bonheur de la communauté, le bien de la communauté est toujours issu de la rencontre des bonheurs individuels. Cela n'existe pas une société où il y aurait une communauté, une collectivité un intérêt général préservé, une nation heureuse avec des gens malheureux. C'est n'importe quoi. [Nldr. C'est d'ailleurs la première phrase de la déclaration des droits de l'homme de 1789 : "Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme, afin que [...] les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous."]

 

Si je me vaccine, est-ce que j'en tire un bien personnel ?

 

Oui, parce que cela évite de faire des formes graves (nous dit-on) si je suis une personne à risque.

Si votre plus grand bien est d'éviter les formes graves, alors, vous devez vérifier si la probabilité d'en faire, c'est-à-dire le moyen que vous allez adopter - qui est la vaccination - est le moyen le plus proportionné et les plus adéquat ?

 

Lire : Le nombre de décès quotidiens dus au COVID atteint zéro en Suède, alors que d’autres pays se préparent à de nouveaux verrouillages 

USA. Un procès fédéral demande l’arrêt immédiat des vaccins COVID, le CDC ayant sous-estimé les décès dus aux vaccins

La vaccination contre la grippe aviaire "n'avait eu aucun 'effet barrière'", et "une vaccination supplémentaire itérative" n'est "pas sans conséquence à terme sur le système immunitaire" (Rapport du Sénat n° 685 session extraordinaire 2009-2010)

Pour la deuxième semaine consécutive, il y a eu plus de décès aux États-Unis après la vaccination Covid que de décès dus au virus lui-même  

En Angleterre, plus les gens sont vaccinés, plus ils décèdent

Pr Perronne: “Tous les pays où l’épidémie est repartie avec des morts, ce sont des pays qui ont vacciné massivement”

RTL: "Des chiffres qui commencent à faire douter les autorités sanitaires sur l’efficacité du vaccin Pfizer sur le variant delta"

Données israéliennes : Les personnes nouvellement infectées - celles qui ont été vaccinées en premier

 

Telegraph : études britanniques sur la Covid. La recrudescence des hospitalisations et des décès est dominée par ceux qui ont reçu deux doses du vaccin, représentant respectivement environ 60 et 70 pour cent de la vague

Telegraph : études britanniques sur la Covid. La recrudescence des hospitalisations et des décès est dominée par ceux qui ont reçu deux doses du vaccin, représentant respectivement environ 60 et 70 pour cent de la vague

Un rapport britannique urgent demande l'arrêt complet des vaccins COVID chez l'homme

Un rapport britannique urgent demande l'arrêt complet des vaccins COVID chez l'homme

La liberté, "une fiction" ? Se vacciner est-il un acte vertueux ?
La liberté, "une fiction" ? Se vacciner est-il un acte vertueux ?
La liberté, "une fiction" ? Se vacciner est-il un acte vertueux ?
Les personnes vaccinées décèdent 6,6 fois plus du variant delta que les personnes non vaccinées.

Les personnes vaccinées décèdent 6,6 fois plus du variant delta que les personnes non vaccinées.

Je pourrais très bien décider de mettre des masques FFP2, de respecter de la distanciation sociale, d'adopter tout moyen qui serait effectivement proportionné et dont j'estimerai qu'au regard de la fin visée et de la probabilité pour qu'elle se réalise et du risque qu'il se réalise (développer des formes graves), j'adapte des moyens à la fin que je vise, qui est la protection des formes graves (Cf. Les liens d'articles ci-dessus), j'estime que le vaccin n'est pas le moyen le plus proportionné.

 

Si j'ai 70 ans, je pourrais me dire que la vaccination est un moyen proportionné parce que je suis susceptible de faire une forme grave si je l'attrape, et le vaccin, potentiellement m'en empêche et donc ce serait le moyen le plus proportionné. Mon bien n'est pas le même, la probabilité de faire une forme grave n'est pas la même à 30 ans, à 40 ans, à 20 ans, à 12 ans qu'à 70 ans, c'est incontestable. Donc l'argument consistant à dire que le but de la vaccination c'est de me protéger de faire des formes graves cela ne marche plus. Et dans ces cas là aussi la solidarité n'a plus rien à voir.

 

Mais on nous dit aussi 'c'est pour protéger les autres'.

 

Qui ? Je protège qui ? Je ne peux par nature protéger que les personnes non-vaccinées. Puisque les personnes vaccinées sont protégées par leur vaccin. Le président de la république l'a dit encore ce matin en Polynésie française : 'si vous l'attrapez vous ne ferez pas de forme grave.' Donc protéger les personnes vaccinées n'a aucun sens. La cause finale du vaccin ne peut pas être par nature de protéger les personnes vaccinées.

La liberté, "une fiction" ? Se vacciner est-il un acte vertueux ?

[...] J'ai 20 ans, j'ai 30 ans, j'ai 40 ans, l'État m'oblige en me disant tu te vaccines par solidarité avec les autres et ne pas te vacciner est un acte égoïste.

 

D'abord, ce n'est pas vrai. Si je ne tire aucun bénéfice personnel de ce bien ce n'est pas de l'égoïsme. La vertu, je vous le redis, c'est la recherche du bien, l'inclinaison au bien et un bien qui m'est propre. Cela n'existe pas un bien collectif sans bien propre [Cela n'existe pas un bien collectif sans les droits naturels. Cf. L'introduction à la déclaration des droits de l'homme de 1789 citée un peu plus haut... Ndlr.]Sinon c'est du communisme, sinon effectivement c'est du fascisme, sinon c'est de la dictature. Sinon c'est du contrôle des populations à la coréenne. Cela ne marche pas. En philosophie morale, mon bien personnel compte. Je suis un homme, et j'ai un droit, un droit naturel à avoir une inclinaison au bien, puisque c'est de cela qu'il s'agit et que c'est cela qui me caractérise. 

 

[...] Mais ici (dans la configuration de Macron. Ndlr.], je ne tire aucun avantage de mon bien, plus exactement, je ne tire aucun avantage à me faire vacciner, aucun avantage pour ce qui me concerne, mais je vais devoir faire ce choix, pour 'protéger', par 'solidarité' des gens dans une tranche d'âge qui refusent, eux, de poser un acte libre, qui pour eux est bon potentiellement, et qui donc les incline au bien.

 

Vous comprenez l'idée ? 

 

Il y a ce paradoxe, ce renversement de situation, qu'au fond, c'est à moi, et écoutez bien le mot que je vais employer, de me sacrifier. C'est un sacrifice. La nation me demande un sacrifice, à moi. Et parce que je ne veux pas me sacrifier, elle me restreint mes libertés, dans l'espoir que ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, et qu'y trouveraient un bien en ce qui les concerne, le fassent finalement parce que contraints par les circonstances à défaut d'être libres intérieurement. 

 

En d'autres, termes, on me parle d'égoïsme, mais qui est égoïste dans l'histoire ? Est-ce que c'est moi qui est égoïste ou est-ce que c'est l'État qui est profondément égoïste, lorsqu'il vient faire en sorte que (1) je sois vacciné non pas parce que c'est bien pour moi mais parce que je le fais sous la peur. Donc déjà je ne suis plus libre, je ne suis plus dicté par la raison mais par la contrainte. Et (2) l'État le fait pour protéger des populations qui ne veulent pas se faire vacciner et qu'il n'est pas je ne suis pas capable de convaincre que c'est conforme à leur bien.

 

Parce que au fond, si tous les fragiles étaient vaccinés, il n'y aurait pas de problème. Ce débat (le discours du président de la république ce matin en Polynésie), on ne l'aurait pas.

 

[...]

 

Je devrais me faire vacciner, et faire vacciner mes enfants pour protéger des personnes âgées, fragiles, qui considèrent - et c'est leur droit le plus élémentaire, je ne le débats pas -, que finalement elles ne tirent pas avantage à la vaccination, ne le souhaitent pas, parce que elles considèrent que ce n'est pas le moyen le plus proportionné pour leur plus grand bien, ou alors n'ont pas fait un choix libre parce que on ne les a pas aidées à le faire. Et bien, cela n'est pas possible.

 

[...] Dès lors, le président de la république qui vous dit ensuite qu'il y a douze fois moins de chance qu'un vacciné contamine douze fois moins, c'est faux. C'est une projection, une hypothèse. Il ne peut pas se baser sur une projection pour affirmer une vérité. Donc on voit que le président de la république ment. Et s'il ment, ce ne peut pas être un choix en vérité. S'il ne mentait pas, il n'aurait pas besoin d'utiliser la contrainte. Tous ces gouvernements qui échouent à vacciner la population c'est parce qu'ils mentent en permanence. À partir du moment où vous mentez pour obtenir l'adhésion, il y a un problème, cela veut dire que votre choix n'est plus libre.

 

Aujourd'hui, celui qui décide de se vacciner sur la base des déclarations d'Emmanuel Macron fait un choix qui concrètement est un choix qui n'est pas libre.

 

Le choix libre c'est celui qui consiste à dire je ne sais pas si le vaccin va empêcher la transmission ou dans quelles proportions; je ne sais pas si c'est bien douze fois ou pas, j'en sais rien, mais je choisis avec ces inconnues néanmoins de le faire quand même parce que je considère que cela me protège moi, même si je ne suis pas à risque, parce que je considère qu'il est proportionné; je veux bien considérer qu'il protège les autres même si je ne suis pas sûr, et qu'en plus cela me permets d'avoir une petite médaille et cela fait de moi un mec bien. ok, je le fais. Mais concrètement ici, les conditions ne sont pas réunies pour qu'un choix soit libre.

 

Et je suis très étonné que le président de la république vienne employer ce mots de liberté parce que concrètement dans cette histoire de la vaccination (obligatoire contre la Covid. Ndlr.), on ne peut pas faire un choix libre.

 

Pourquoi on ne peut pas faire un choix libre ?

 

Dernier élément. Parce qu'un choix libre est un choix qui est fait en fonction des considérations dont je dispose pour pouvoir discerner. Aujourd'hui, je n'ai pas assez de données pour dire que ce choix est bon, qu'il est incliné au bien. J'ai une autorisation d'urgence, une autorisation de mise sur le marché (AMM) 'conditionnelle'. L'autorité sanitaire n'a pas encore d'idée précise du point de savoir si le vaccin est totalement favorable sur le plan de la balance bénéfices risques, et si les données dont nous disposons sont complètes. Or, ces données ne sont pas complètes. Et donc, je ne peux pas faire un choix libre sur la base d'un manque de données. Je ne sais pas encore quels sont les inconvénients du choix que je vais faire, ni d'ailleurs les avantages du choix que je vais faire. Exemple: est-ce que si j'avais su en janvier 2021 qu'il fallait faire trois doses de vaccin je l'aurais fait ? Les gens n'ont pas été prévenus qu'il faudrait une troisième dose. Ceux qui ont fait le choix de se vacciner en janvier 2021 sans savoir qu'il faudrait une troisième dose n'ont pas fait un choix libre. Puisque (1) on leur a menti. (2) Il leur manquait des données, et ils n'ont pas pu faire un discernement libre sur ces données.

 

Donc aujourd'hui, la liberté, elle est complètement battue en brèche. La condition d'un choix bon, c'est un choix libre et la condition d'un choix libre, c'est un choix bon. Et donc je n'ai pas suffisamment d'éléments pour faire un choix, qui est celui de la vaccination.

 

[...]

 

Donc ici, à la question égoïsme versus générosité, je réponds émotion versus raison. Je suis un être de raison. Et aujourd'hui, la raison commande (1) de ne pas me faire vacciner si je ne suis pas dans les conditions d'un choix libre, d'un choix prudent. Si je posais un tel acte serait désordonné, il serait mauvais puisque je n'ai pas tous les éléments, toutes les données. (2) de ne pas me faire vacciner parce que l'autorité sanitaire elle-même dit qu'elle n'est pas sûre.

 

[...]

 

Les conditions pour un choix libre ne sont pas réunies. Les conditions d'exercice de ma liberté ne sont pas réunies, et aujourd'hui le choix d'une vaccination n'est pas un choix libre, mais un choix intrinsèquement mauvais." (Fin de citation)

____________

Un grand merci à Maître Fabrice Di Vizio pour cette démonstration.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2021 7 25 /07 /juillet /2021 22:57

La nouvelle version du texte amendé dans la soirée au sénat ne mentionne finalement plus de motif de licenciement. Cependant, le salarié pourrait toujours s'exposer à une suspension de salaire. Or, la suspension du salaire revient à une suspension du contrat, si bien que si le licenciement n'est pas explicite, la situation pourrait être pire. Le salarié n'étant pas licencié, mais simplement "suspendu" sans salaire, pourrait être amené à devoir démissionner sans indemnités. Un peu comme si on le condamnait à une mort à petit feu sans échappatoire. 

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/25/passe-sanitaire-deputes-et-senateurs-parviennent-a-un-accord_6089503_3244.html

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/25/passe-sanitaire-deputes-et-senateurs-parviennent-a-un-accord_6089503_3244.html

Selon les informations du Monde, les parlementaires se sont accordés pour que le projet de loi s’applique jusqu’au 15 novembre plutôt que jusqu’au 31 décembre, comme le souhaitait l’exécutif. Principal changement obtenu par les sénateurs : le refus de se conformer à l’obligation vaccinale ou de présenter un passe sanitaire ne constituera pas, pour les professions concernées, un motif de licenciement (il pourra toutefois donner lieu à une suspension de salaire). Cette mesure, très décriée, faisait partie des principales récriminations des manifestants qui ont défilé en nombre samedi contre le projet de loi et la politique sanitaire du gouvernement. (Le Monde)

 

Le pass sanitaire s'appliquerait ainsi toujours sur les terrasses des bars et restaurants, en extérieur. Alors que les Sénateurs souhaitaient que le pass ne s'applique qu'aux personnes majeures, le compromis repousse plutôt qu'annule l'application du pass sanitaire aux mineurs. Il entrerait en vigueur pour les 12-17 ans qu'à partir du 30 septembre.

 

Les centres commerciaux ne seraient également plus concernés par le pass sanitaire. Cela ne concerne pas les restaurants au sein de ces lieux, qui sont eux, toujours soumis à ce contrôle. (Lci)

 

Un amendement gouvernemental de dernière minute a habilité de manière très encadrée les préfets à imposer le passe pour certains centres commerciaux, une mesure dont ne voulaient pas les sénateurs et qui avait disparu en commission mixte. Une chose est sûre en revanche, les employés des bars et restaurants non vaccinés ne pourront être licenciés. Enfin, les sanctions administratives seront privilégiées aux sanctions judiciaires. Dans la soirée, le texte devait être définitivement adopté par l'Assemblée et par le Sénat. (Le Figaro)

 

Si la mise à l'isolement en cas de diagnostic positif du Covid reste obligatoire, le contrôle devrait être effectué par l'Assurance maladie, comme le Sénat le souhaitait, avec une intervention des forces de l'ordre, si besoin. Les contrôles relèveront de la police administrative et non du pénal dans un premier temps, ont détaillé des sources parlementaires. Enfin, au-delà du 15 novembre, le dispositif de pass ne pourra se poursuivre qu'avec un nouveau vote du Parlement. (Lci)

 

Parmi les autres points d'accord, les parlementaires sont revenus sur la menace de renvoi des salariés en cas de refus du pass sanitaire. Finalement, un salarié ne pourra pas être licencié s'il n'a pas de pass sanitaire ou s'il n'est pas vacciné, mais une suspension de salaire devra être appliquée. Cette mesure inclurait aussi bien aux soignants qu'aux personnes travaillant dans les établissements qui accueillent du public comme les restaurants ou les cinémas. Ce point avait été âprement discuté dans les deux chambres et avait entraîné de nombreuses contestations. (Lci)

 

C'est une mesure que de nombreux avocats et défenseurs des salariés dénonçaient, évoquant des atteintes au droit du travail. 

 

Cette mesure était pourtant souhaitée par le gouvernement. D'abord évoquée pour inciter les soignants à se faire vacciner, elle avait été étendue aux personnes travaillant dans les établissements recevant du public dans le projet de loi voté par l'Assemblée nationale dans la nuit de jeudi à vendredi. Les concernés avaient alors jusqu'au 31 août prochain pour obtenir le pass sanitaire, sous peine de licenciement.

 

La nouvelle version du texte ne mentionne finalement plus ce motif de licenciement. Cependant, le salarié pourrait toujours s'exposer à une suspension de salaire. Or, la suspension du salaire revient à une suspension du contrat, si bien que si le licenciement n'est pas explicite, la situation resterait la même. [La situation, en fait, serait pire puisque le salarié n'étant pas licencié, mais simplement "suspendu" sans salaire pourrait être amené à devoir démissionner sans indemnités. Un peu comme si on le condamnait à mourir à petit feu sans échappatoire. Note du blog Christ-Roi.]

 

De nombreux juristes ont également dénoncé des atteintes multiples au droit. Le respect de la vie privée et de secret médical était notamment évoqué. L'avocat Bruno Sévilla a aussi évoqué d'une évolution "surréaliste" du droit qui remettrait en cause "toutes les conventions internationales, nos normes constitutionnelles internes" et "la jurisprudence de 30 ans de la Cour de cassation sur le principe de non-discrimination et de respect de la vie privée". Une fois voté, le projet de loi sanitaire sera transmis au Conseil constitutionnel. (Lci)

 

Voici les lieux où l'on devra désormais présenter un pass sanitaire.

 

Les lieux de loisirs et de culture

Il s'agit essentiellement de lieux ou d'établissements prévus pour des "activités culturelles, ludiques, sportives ou festives ainsi que les foires ou salons professionnels", selon le texte de ce décret. Les musées et bibliothèques ont toutefois ajoutés à la liste de ces lieux précédemment définie par le décret d'origine.

 

Sont concernés notamment les salles de conférences, de spectacles, les cinémas, les chapiteaux, les parcs de loisir, les salles de jeux et de danse, les foires-expositions ou des salons ayant un caractère temporaire, ainsi que les établissements sportifs couverts. Sont également concernés par cet abaissement de la jauge, "les événements culturels, sportifs, ludiques ou festifs organisés dans l'espace public ou dans un lieu ouvert au public". Enfin, tombent sous le coup du décret les navires et bateaux de croisière, à passager avec hébergement ou effectuant des liaisons internationales, entre des collectivités ou vers la Corse.

 

Cafés, restaurants, trains...

Le projet de loi sanitaire adopté par le Parlement dimanche soir prévoit de son côté l'extension du pass à tous les établissements recevant du public. Sont donc concernés les cafés et les restaurants, même en terrasse. Il faudra aussi présenter le pass sanitaire à l'entrée des maisons de retraite et des hôpitaux, que ce soit pour les patients comme pour les visiteurs, sauf pour les urgences.

 

Le contrôle du pass sanitaire sera effectué par les personnes travaillant dans ces lieux. Les contrôles relèveront dans un premier temps de la police administrative et non du pénal, établissant un échelonnement des sanctions contre les établissements qui reçoivent du public et qui refusent de contrôler le pass sanitaire.

 

Le pass sanitaire sera également nécessaire pour tout trajet de longue distance. Il sera donc demandé pour ces trajets, que ce soit en avion, en train ou en bus. Enfin, dans les lieux de culte, le pass sanitaire sera nécessaire pour les visiteurs qui s'y rendent, mais pas pour les activités cultuelles qui s'y déroulent, comme les cérémonies religieuses. (Lci)

 

Passe sanitaire : plus de licenciement pour les salariés refusant l’obligation vaccinale mais une suspension de salaire
https://www.europe1.fr/economie/covid-les-salaries-sans-pass-sanitaire-pourront-prendre-des-rtt-ou-des-conges-selon-borne-4058835

https://www.europe1.fr/economie/covid-les-salaries-sans-pass-sanitaire-pourront-prendre-des-rtt-ou-des-conges-selon-borne-4058835

Mis à jour le 27/0/2021

 

Source : https://www.lefigaro.fr/societes/l-obligation-vaccinale-pour-les-adultes-reste-une-hypothese-souligne-elisabeth-borne-20210727

 

À compter de fin août, les employés des établissements soumis au passe sanitaire devront eux-mêmes en présenter un. Invitée à s'exprimer sur les sanctions qui s'appliqueront aux travailleurs qui refuseront de s'y conformer, Élisabeth Borne s'est montrée claire : «Il ne faut pas laisser croire aux salariés qu'il ne peut pas y avoir de licenciements. «Le droit commun du Code du travail s'appliquerait», le cas échéant, a-t-elle noté.

 

[...]

 

Le licenciement moins encadré

Si au 30 août un individu n'est pas en mesure de fournir un passe sanitaire valide, la ministre a rappelé que la loi prévoyait «un entretien avec l'employeur pour voir comment il peut répondre à son obligation, qu'il peut prendre des RTT, qu'il peut prendre des jours de congé et qu'il peut aussi voir avec l'employeur s'il peut être repositionné sur un poste qui ne nécessite pas de passe sanitaire». En derniers recours, le salarié peut-être suspendu de son poste le temps de se mettre en conformité. Ce qui implique automatiquement une suspension «du versement de la rémunération» sur la période.

 

Si le projet de loi n'évoque pas le licenciement, cette solution n'est pas exclue. Au contraire Élisabeth Borne, rappelle que le but de la rédaction initiale proposée par le gouvernement, modifiée par les parlementaires, était de protéger le salarié : «on souhaitait encadrer le licenciement (...) en disant, notamment, qu'il ne pouvait pas intervenir avant deux mois». Le Sénat ayant supprimé cette mention cette possibilité d'un licenciement est désormais «moins encadrée», a mis en garde la ministre. «Peut-être qu'il pourra intervenir plus tôt», a-t-elle ajouté.

 

Pour l'heure, l'exécutif va laisser le texte en l'état, estimant que l'écrasante majorité des salariés iront se faire vacciner. Néanmoins, si ces dispositions devaient être prolongées au-delà de novembre, «il faudra qu'on revienne vers le Parlement pour bien encadrer cette procédure de licenciement», a noté Élisabeth Borne.

_________________________

Projet de loi sanitaire : "un fort risque d'inconstitutionnalité" selon le juriste Dominique Rousseau

 

"Le licenciement était une sanction manifestement disproportionnée. La suspension du contrat avec suspension du salaire reste une sanction disproportionnée et une sorte de licenciement déguisé ou retardé, puisqu'elle ne s'accompagnera d'aucune garantie indemnitaire. Donc, il y a une atteinte au principe de droit du travail. Les règles du contrat de travail entre l'employeur et le salarié sont bousculées de manière unilatérale et disproportionnée par le législateur en introduisant cette sanction. Au regard de la jurisprudence du Conseil constitutionnel relative au droit du travail et à la relation employeur-salarié, il y a donc, à nouveau, un fort risque d'inconstitutionnalité sur cette disposition."

Source : https://www.franceinter.fr/projet-de-loi-sanitaire-un-fort-risque-d-inconstitutionnalite-selon-le-juriste-dominique-rousseau

Source : https://www.franceinter.fr/projet-de-loi-sanitaire-un-fort-risque-d-inconstitutionnalite-selon-le-juriste-dominique-rousseau

Partager cet article
Repost0