Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2021 2 14 /09 /septembre /2021 08:54

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2021 2 14 /09 /septembre /2021 06:39

Julie Ponesse, professeur d'éthique à l'université d'Ottawa depuis vingt ans vient de perdre son emploi parce que elle a refusé de prendre la thérapie génique expérimentale. Elle nous donne une leçon de courage et d'intégrité. 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 07:13

Mme Lagarde propose de vacciner la population mondiale en mettant Klaus Schwab en copie, vous savez celui qui souhaite la « Grande Réinitialisation ». Ils ne prennent même plus la peine de se cacher ! 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 07:11

Agnès Buzyn a été rémunérée par les labos pendant au moins 14 ans!  Les conflits d’intérêts avec les labos n’existent pas en Macronie.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 07:03

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 11:54

Le 30 août dernier, le journaliste Patrick Cohen déclare devant un Olivier Véran médusé : "Ce n'est pas le vaccin qui va nous débarrasser de ce virus. L'immunité collective qui était censée éteindre l'épidémie avec une population vaccinée à 75 ou 80% était un mirage, une illusion : la plupart des spécialistes en conviennent aujourd'hui. Ce concept ne marche pas, il ne peut pas marcher, hélas avec ce coronavirus.

 

Le (variant) Delta qui a rendu les vaccins moins efficaces et dont le risque de transmission n'est réduit par le vaccin que d'environ 50%, cela veut dire que le virus continue de circuler chez les vaccinés, qu'il sera impossible de contenir la pandémie par la seule vaccination.

 

La propagation de ce virus va lui offrir la de nouvelles possibilités d'évolution, de mutations vers de nouveaux variants et il y a de grands risques qu'il devienne endémique, c'est-à-dire qu'il faudra vivre avec, avec encore et toujours des précautions, des gestes barrières."

Le visionnage de l'intervention d'Olivier Véran dans l'émission "C à Vous" a été interdite aux résidents Français sur YouTube. La faute à la plateforme de vidéos ? Non, c'est l'émission elle-même qui s'est auto-censurée. Mais pourquoi donc ?  La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. Nous sommes le 30 août, émission "C à Vous" sur France 5, le journaliste Patrick Cohen dresse dans son édito un bref bilan de la politique vaccinale du gouvernement et reconnait une "grande déception" : "ce n'est pas ce vaccin qui va nous débarrasser de ce virus. L'immunité collective, qui était censée éteindre l'épidémie avec une population vaccinée à 75 ou 80 % était un mirage".

 

De l'auto-censure donc. Est-ce que les producteurs de l'émission ont craint d'enfeindre les règles de Google sur les "informations médicales incorrectes sur la COVID-19" ?

 

Il est vrai que M. Véran fait dans son intervention l'apologie de la troisième dose de vaccination : "Avec la 3ème dose on renforce l'immunité, c'est à dire qu'on renforce l'efficacité du vaccin, et qu'on se protège encore plus... En gros on redit à notre système immunitaire, parce que lui aussi est un peu parti en vacances au bout de six mois : "tu verras cette protéine qui se présente devant toi, il faut pas la laisser rentrer, il faut la détruire." Une analyse très scientifique qui pourtant à ce jour n'a pas reçu l'aval de l'OMS pour qui "les données n'ont pas démontré la nécessité d'un rappel". Peut-être que l'OMS n'est pas au courant que le système immunitaire a régulièrement besoin de vacances ? (France soir)

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 07:35

Le vaccin est-il efficace ? Oui. Alors le passeport sanitaire ne sert à rien.

 

Le vaccin est-il efficace ? Non. Alors le passeport sanitaire ne sert à rien...

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 07:31

Les vérités sortent pour de bon !

 

En Irlande, la une des journaux annonce : "vaccine deaths soar". "Les décès dus aux vaccins augmentent".

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 16:15

Pendant que le récit s'effondre en temps réel ("Die Welt", l'un des plus grands médias allemands, titre : "Le Corona n'est probablement pas la cause du décès dans 80 % des décès officiels liés au Covid"), Laurent Mucchielli, Directeur de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), parle de "mortalité vaccinale" Covid-19 et d'une omerta "criminelle".

Source : https://www.welt.de/politik/deutschland/plus233426581/Seit-Juli-2021-Corona-bei-80-Prozent-der-offiziellen-Covid-Toten-wohl-nicht-Todesursache.html

Source : https://www.welt.de/politik/deutschland/plus233426581/Seit-Juli-2021-Corona-bei-80-Prozent-der-offiziellen-Covid-Toten-wohl-nicht-Todesursache.html

Traduction Christroi de l'article gratuit

 

Selon les calculs du médecin Bertram Häussler, pour une grande partie des morts de Corona signalées par le RKI, la cause de leur mort est de plus en plus faussée. Malgré l’augmentation du nombre d’infections, il exclut désormais une "mortalité massive".
 

WELT : M. Häussler, dans quelle mesure devons-nous prendre au sérieux les décès de covid rapportés quotidiennement par l'Institut Robert Koch (RKI) ?

 

Bertram Häussler : Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Pour l'instant, le RKI signale environ huit personnes par jour qui sont probablement mortes directement à cause du Corona. C'est une légère augmentation ; il y a six à huit semaines, il n'y en avait que deux par jour. En revanche, au plus fort de la deuxième vague, jusqu'à 1200 décès étaient signalés chaque jour. Soyons donc clairs : le nombre de morts est très faible et - il faut le dire, malheureusement - même ce chiffre est encore trop élevé. Le nombre de décès signalés est supérieur au nombre de décès réels dus à Corona.

 

WELT : Comment est-ce possible ?...

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 12:02
À Chavagnes-en-Paillers, en Vendée, sur 22 prêtres vaccinés de la communauté des Fils de Marie Immaculée, 7 morts en deux à trois semaines et demie et les autres sont tombés malades. Omerta de la presse locale

À Chavagnes-en-Paillers, en Vendée, entre le 14 avril et le 21 avril, tous les prêtres retraités des Fils de Marie Immaculée ont reçu l’un des vaccins expérimentaux ARNm à l’exception d’un prêtre infecté auparavant. Sur les 22 prêtres vaccinés, 21 sont tombés malades et sept sont décédés dans un délai de deux à trois semaines et demie. "Ils auraient été frappés par le variant sud-africain, connu pour sa virulence". Omerta de la presse.

 

Source : Nouveau Monde | Paroles de Dieu | Famille chrétienne

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 17:43
Source : www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-21/science-can-t-keep-up-with-virus-creating-worry-for-vaccinated

Source : www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-21/science-can-t-keep-up-with-virus-creating-worry-for-vaccinated

Bloomberg, 21 août 2021, 11:00 UTC+2 Mis à jour le 22 août 2021, 16:31 UTC+2

 

Traduction Christroi

Les anecdotes nous disent ce que les données ne peuvent pas faire : les personnes vaccinées semblent contracter le coronavirus à un taux étonnamment élevé. Mais la fréquence exacte n’est pas claire, et il n’est pas clair non plus comment elles propagent le virus à d'autres.

 

Bien qu'il soit courant de dire que la vaccination offre toujours une protection puissante contre le virus, on craint de plus en plus que les personnes vaccinées soient plus vulnérables aux cas graves qu'on ne le pensait auparavant.

 

Il y a une pénurie d'études scientifiques avec des réponses concrètes, laissant les décideurs publics et les dirigeants d'entreprise formuler des plans basés sur des informations fragmentées. Alors que certains renouvellent les mandats de masques ou retardent la réouverture des bureaux, d'autres invoquent le manque de clarté pour justifier le maintien de cap. Tout cela peut ressembler à un gâchis.

 

"Nous devons être humbles sur ce que nous savons et ce que nous ne savons pas", a déclaré Tom Frieden, ancien directeur des Centers for Disease Control and Prevention et chef de l'association à but non lucratif Resolve to Save Lives. "Il y a certaines choses que nous pouvons dire avec certitude. La première est qu'il s'agit d'une question difficile à traiter.

 

En l'absence de messages de santé publique clairs, les personnes vaccinées ne savent pas comment se protéger. À quel point ils sont vulnérables est une variable clé non seulement pour les responsables de la santé publique qui tentent de déterminer, par exemple, quand des injections de rappel pourraient être nécessaires, mais également pour éclairer les décisions sur l'opportunité d'annuler les réouvertures au milieu d'une nouvelle vague de virus. À plus petite échelle, les inconnues ont laissé les mélomanes incertains s'il était acceptable d'assister à un concert et ont provoqué une nouvelle série de discussions parmi les parents qui se demandent à quoi ressemblera l'école.

 

En l'absence de messages clairs en matière de santé publique, les personnes vaccinées ne savent plus comment se protéger. Leur degré de vulnérabilité est une variable clé, non seulement pour les responsables de la santé publique qui tentent de déterminer, par exemple, quand des injections de rappel pourraient être nécessaires, mais aussi pour déterminer s'il faut annuler les réouvertures suite à une nouvelle vague du virus.

 

[...]

 

Des recherches menées en Israël semblent soutenir l'idée que la protection contre les maladies graves diminue dans les mois qui suivent l'inoculation, et plus récemment, que des cas exceptionnels peuvent éventuellement conduire à une augmentation des hospitalisations. L'information est préliminaire et les apparitions de cas graves sont encore rares, mais cela renforce l'idée selon laquelle certaines personnes auront besoin de rappels dans les prochains mois.

 

Des études de cas et données de certains États des États-Unis ont également montré une augmentation des cas exceptionnels au fil du temps. Mais comme la variante delta est également en augmentation, il est difficile de dire si la baisse de l'immunité contre tout type d'infection à coronavirus est à blâmer ou si les vaccins sont particulièrement inefficaces contre la variante delta. Ce pourrait être les deux, bien sûr. Le changement de comportement chez les personnes vaccinées pourrait également être un facteur, alors qu'elles retournent dans des rassemblements sociaux et voyagent et dînent en intérieur.

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 17:00

Les commentaires en avril 2020 du professeur Luc Montagnier présentant un coronavirus créé en laboratoire heurtèrent tant l'establishment que les médias tentèrent avec une agressivité non dissimulée de discréditer sa déclaration. Maintenant, les médias font marche arrière sur l'origine du coronavirus après que d'éminents scientifiques ont appelé à un examen plus approfondi.

https://thenewamerican.com/french-nobel-prize-winner-warns-vaccines-facilitate-development-of-deadlier-covid-variants-urges-the-public-to-reject-jabs/

https://thenewamerican.com/french-nobel-prize-winner-warns-vaccines-facilitate-development-of-deadlier-covid-variants-urges-the-public-to-reject-jabs/

Source : uncut news

 

Luc Montagnier, virologue français et lauréat du prix Nobel de médecine 2008 pour sa découverte du virus de l'immunodéficience humaine (VIH), a récemment souligné les dangers des vaccins COVID-19. Montagnier a abordé le sujet dans un entretien avec Pierre Barnérias de „Hold-Up Media“ au début du mois, qui a été traduit du français vers l'anglais en exclusif pour la Fondation RAIR USA .

 

Les vaccins n'arrêtent pas le virus, fait valoir l'éminent virologue, mais font le contraire - ils "nourrissent le virus" et facilitent son développement en variants plus forts et plus transmissibles. Ces nouveaux variants viraux sont plus résistants à la vaccination et peuvent avoir des effets plus importants sur la santé que leurs versions "originales".

 

Dans l'entretien, le professeur Montagnier a qualifié le programme de vaccination contre le coronavirus d'"erreur inacceptable". La vaccination de masse est une "erreur scientifique et médicale", a-t-il déclaré. "Les livres d'histoire le montreront, car c'est la vaccination qui crée les variants." Montagnier a expliqué qu'"il existe des anticorps produits par le vaccin" qui forcent le virus à "trouver une autre solution" ou à mourir. C'est ainsi que les variants sont créés. Ce sont les variants qui "sont une production et un résultat de la vaccination".

 

Montagnier explique que la mutation et le renforcement du virus passe par le phénomène dit de la 'facilitation de l'infection par des anticorps' (ADE) [Antibody Dependent Enhancement, ndlr. Traducteur]. L'ADE est un mécanisme qui augmente la capacité d'un virus à pénétrer dans les cellules et à aggraver la maladie. L'ADE se produit lorsque les anticorps formés au cours d'une réponse immunitaire reconnaissent et se fixent sur un agent pathogène mais sont incapables de prévenir l'infection. Au lieu de cela, ces anticorps agissent comme un "cheval de Troie", permettant à l'agent pathogène d'envahir les cellules et d'aggraver la réponse immunitaire.

 

En Amérique , les vaccins systématiquement recommandés ne provoquent pas d'ADE. S'ils le faisaient, ils seraient retirés de la circulation. Les essais cliniques de phase III de nouveaux vaccins sont conçus pour identifier les effets secondaires courants ou graves avant que l'utilisation du vaccin ne soit approuvée. Il faut généralement 2 à 4 ans pour déterminer si un vaccin est sûr, mais pour les vaccins COVID-19, il a fallu environ six mois ou moins aux fabricants pour les tester.

 

Selon l'Université de Cambridge, l'ADE se produit dans les infections par les virus SARS-CoV-1, MERS, VIH, Zika et dengue, ainsi que dans les vaccinations.

 

Les données du monde entier confirment que l'ADE se produit dans le SRAS-CoV-2, qui cause le COVID-19, explique Montagnier. "Vous le voyez dans tous les pays, c'est la même chose : la courbe de vaccination est suivie par la courbe de décès. J'observe cela de très près et fais des expériences à l'institut avec des patients qui ont le corona après la vaccination".

 

Dans le documentaire médical "Hold Up : Retour sur un Chaos", qui est sorti en France le 11 novembre 2020, Montagnier a rejeté le vaccin alors à venir contre la COVID et a déclaré qu'il ne se ferait pas vacciné. "Ma conscience me dit de ne pas le faire", a-t-il déclaré. Montagnier s'est également tourné vers ses confrères français et leur a demandé de "défendre leurs titres [médicaux] de médecins et non de moutons".

 

Le film discute des origines du virus, critique les exigences en matière de masques nocifs et irrationnels, ainsi que des verrouillages, les quarantaines et les abus de l'ingérence de l'État, et examine les traitements COVID efficaces tels que l'hydroxychloroquine. La vidéo a été interdite sur YouTube, peut-être parce que les créateurs insinuent que le Forum économique mondial utilise la pandémie pour dominer le monde dans le cadre d'un plan mondial connu sous le nom de "Grande réinitialisation".

 

Montagnier était un critique virulent de la campagne de vaccination de masse. Dans une lettre adressée au président et aux juges de la Cour suprême d'Israël, qui a lancé la campagne de vaccination la plus rapide et la plus massive au monde, Montagnier a demandé leur suspension :

 

"Je voudrais résumer les dangers potentiels de ces vaccins dans le cadre d'une politique de vaccination de masse.

 

1. Effets secondaires à court terme : Ce ne sont pas les réactions locales normales qui surviennent avec n'importe quelle vaccination, mais plutôt des réactions graves qui affectent la vie du receveur, telles que : B. un choc anaphylactique en rapport avec un composant du mélange vaccinal ou des allergies sévères ou une réaction auto-immune pouvant aller jusqu'à l'aplasie cellulaire.

 

2. Absence de protection vaccinale :

 

2.1 l'induction d'anticorps facilitants - les anticorps induits ne neutralisent pas une infection virale, mais la facilitent au contraire, selon le receveur. Ce dernier peut avoir déjà été exposé au virus de manière asymptomatique. Une petite quantité d'anticorps produits naturellement peut entrer en compétition avec les anticorps induits par le vaccin.

 

2.2 La production d'anticorps induits par le vaccin dans une population fortement exposée conduit à la sélection de variants résistants à ces anticorps. Ces variants peuvent être plus virulents ou plus transmissibles. C'est ce que nous vivons actuellement. Une course sans fin entre le virus et le vaccin qui se terminera toujours en faveur du virus.

 

3. Les effets à long terme : Contrairement à ce que prétendent les fabricants de vaccins à ARN messager, il existe un risque que l'ARN viral s'intègre dans le génome humain. Chacune de nos cellules possède des rétrovirus endogènes capables de convertir l'ARN en ADN (transcriptase inverse). Même s'il s'agit d'un événement rare, son passage dans l'ADN des cellules germinales et sa transmission aux générations futures ne sont pas à exclure.

 

"Face à un avenir imprévisible, mieux vaut s'abstenir".

 

Au début de l'année dernière, Montagnier a démontré de manière convaincante que le SRAS-CoV2 ne peut être qu'un coronavirus génétiquement modifié et que la stratégie de vaccination doit donc être basée sur ce fait.

 

Comme le rapporte le journal français "France Soir", Montagnier a souligné dans son entretien télévisé du 17 avril 2020 la présence d'au moins une demi-douzaine de mini-séquences du virus VIH, qui sont résumées dans une courte section du génome du SARS CoV2. Cette observation a été faite par le mathématicien Jean-Claude Perez en février 2020 publiée sous le titre "Origine synthétique du Covid-19 et Evolution". Les chercheurs pensent que ces mini-séquences pourraient être des éléments d'information exogènes (AIE), c'est-à-dire qu'ils peuvent avoir une signification génétique. Ils affirment que cette présence indubitable d'AIE concentrés associés au VIH, mais aussi au parasite Yoeli Plasmodium, l'agent causal du paludisme, ne serait pas naturelle et nécessiterait donc une stratégie appropriée pour développer un vaccin sûr et efficace. Montagnier et Perez expliquent les défis scientifiques et les complexités du développement de vaccins contre le VIH et le paludisme, pour lesquels il n'existe pas encore de vaccins pour lutter contre l'infection.

 

Montagnier soutient que le coronavirus s'est échappé suite à un "accident industriel" alors que des scientifiques chinois tentaient de développer un vaccin contre le VIH dans le laboratoire de la ville de Wuhan.

 

Dès avril 2020 , Montagnier exhortait les gens à rejeter les vaccins contre la COVID-19 dès qu'ils devaient être disponibles, car "au lieu de prévenir l'infection, ils accéléreraient l'infection". Aujourd'hui, les variants émergents du SARS-CoV-2 qui infectent les personnes vaccinées prouvent sa thèse. Si tel est le cas, la vaccination de masse pourrait déclencher une autre vague de pandémies encore plus meurtrière.

 

Le virologue belge Vanden Bossche défend la même thèse, et il appelle également à l'arrêt des vaccinations de masse. Il pense que si les vaccinations ne sont pas arrêtées, elles pourraient conduire au développement de variants toujours plus puissants du virus jusqu'à ce qu'un "super virus" l'emporte et élimine un grand nombre de personnes.

 

SOURCE: THE NEW AMERICAN, LE LAURÉAT DU PRIX NOBEL AVERTIT QUE LES VACCINS FACILITENT LE DÉVELOPPEMENT DE VARIANTS COVID PLUS MEURTRIERS, ET EXHORTE LE PUBLIC À REJETER LES INJECTIONS

Partager cet article
Repost0
28 août 2021 6 28 /08 /août /2021 15:31

Depuis le lancement de la troisième injection du venin de Pfizer, les décès par "Covid" explosent en Israël.

 

Le graphique ci-dessous compare la situation en Israël, un des pays les plus vaccinés, les plus confinés et les plus masqués au monde, et la Suède qui n'a pas confiné, ni masqué ni vacciné sa population : 

Israël : La Troisième injection provoque l'hécatombe

Source : https://www.businessbourse.com/2021/08/26/nombre-de-nouveaux-deces-quotidiens-en-israel-et-en-suede-de-covid-19-par-million-dhabitants-un-graphique-qui-vaut-mille-mots/ 

Partager cet article
Repost0
27 août 2021 5 27 /08 /août /2021 19:23
https://uncutnews.ch/zusammenstoss-zwischen-den-menschen-und-dem-tiefen-staat-in-italien/

https://uncutnews.ch/zusammenstoss-zwischen-den-menschen-und-dem-tiefen-staat-in-italien/

Il y a quelques années, l'Italie a été choisie par les puissances mondiales comme laboratoire social où la Grande Réinitialisation devrait être testée et affinée avant qu'elle ne soit complètement lancée dans le monde.

 

Selon les mots de Monseigneur Carlo Maria Viganò : "L' Italie est un terrain d'expérimentation pour les expériences d'ingénierie sociale que l'agenda mondialiste vise à étendre à tous les gouvernements au cours des dix prochaines années."

 

Le 30 août, le régime de la dictature sanitaire italienne a l'intention d'imposer ce qu'il pense être son échec et mat, le passeport de vaccination COVID-19, le soi-disant Passeport Vert, à l'ensemble de la population italienne.

Ce "passeport vert" discriminatoire et obligatoire viole sans aucun doute à la fois le droit international et les lois de la plupart des systèmes juridiques nationaux. Cela crée un monde dans lequel la majorité des gens sont incités ou forcés à recevoir une série de vaccinations expérimentales modifiant les gènes, ou des vaccins qui sont encore en test clinique. Il crée un monde dans lequel une minorité rebelle est marginalisée et se voit refuser l'accès aux équipements sociaux et aux activités de loisirs sociaux.

 

Un mouvement qui a commencé le Vendredi Saint 2020 lorsque seulement une douzaine de personnes ont tenté de briser les barrières et d'aller à la messe dans l'église de Santa Maria Maggiore à Rome, a progressivement grandi et s'est étendu jusqu'au point de juillet 2021 où vingt mille Romains agacés et révoltés se sont rassemblés sur la Piazza del Popolo pour créer et continuer à construire un défi vraiment lourd contre la dictature de la santé et la Grande Réinitialisation.

 

Il y a trois objectifs principaux :

 

Unir les gens au-delà des vieilles étiquettes stériles, usées et séparatrices de gauche et de droite.

Réunissant les différents groupements et associations d'ouvriers non qualifiés, artisans, restaurateurs et hôteliers ainsi que des professionnels médicaux et scientifiques.

Restez unis et agir ensemble jusqu'à ce que le passeport vert soit vaincu. Le mouvement s'est rapidement développé dans toute l'Italie, réunissant plus d'un million de personnes dans une mobilisation de ville à ville.

Une grande manifestation est prévue à Rome le 28 août, deux jours avant le lancement du Green Pass, ainsi que d'autres grandes manifestations dans les villes du pays.

 

Le régime se prépare depuis longtemps à contrer les manifestations de rue croissantes, parfois très violemment, mais quelque chose de différent, d'inattendu et de dangereux pour la dictature sanitaire. Un avocat, Avv. Nicola Trisciuoglio, au nom de 52 de ses collègues avocats, a déposé des accusations criminelles contre le Premier ministre italien Draghi et d'autres personnalités publiques, les accusant de crimes graves tels que complot, meurtre et homicide involontaire. Les plaintes pénales ont été déposées auprès des 140 procureurs de toutes les grandes villes italiennes.

 

De cette façon, il sera très difficile, voire impossible, pour le régime d'obtenir des faveurs ou d'intimider tous les procureurs pour qu'ils clôturent l'enquête pénale. En fait, près de 100 procureurs ont déjà ouvert des enquêtes pénales sur la base des plaintes.

 

On s'attend à ce qu'au moins un des procureurs demande à la Cour constitutionnelle d'examiner la légalité du passeport vert".

 

Au cours des dernières heures, la Procureure di Avellino a décidé d'envoyer le passeport vert à la Cour constitutionnelle pour décider s'il est ou non compatible avec le droit italien et européen.

 

Dans le cadre de cette enquête judiciaire, il a également été demandé aux procureurs de la République de saisir des échantillons desdits vaccins afin qu'ils puissent être analysés de manière indépendante dans des laboratoires neutres et que les "ingrédients " exacts puissent être déterminés. L'action complexe contre le régime tyrannique, les actes criminels commis et la lutte contre le passeport vert donnent enfin des résultats. 

 

QUE VOUS SOYEZ AMÉRICAIN, BRITANNIQUE, CANADIEN OU TOUTE AUTRE PARTIE DU MONDE, VEUILLEZ SOUTENIR L'ITALIE ET ​​LES ITALIENS DANS CE COMBAT QUI AFFECTERA DES VIE DANS LE MONDE ENTIER.

Source : Lewrockwell | UncutNews 

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 20:31

Un article de préimpression révolutionnaire du prestigieux groupe de recherche clinique de l'Université d'Oxford, publié le 10 août dans The Lancet, comprend des résultats alarmants dévastateurs pour le déploiement du vaccin COVID.

Source : https://dailyexpose.co.uk/2021/08/24/oxford-university-study-finds-fully-vaccinated-healthcare-workers-carry-251-times-viral-load-compared-to-the-unvaccinated/

Source : https://dailyexpose.co.uk/2021/08/24/oxford-university-study-finds-fully-vaccinated-healthcare-workers-carry-251-times-viral-load-compared-to-the-unvaccinated/

Les travailleurs de la santé entièrement vaccinés ont une charge virale 251 fois plus élevée que ceux qui ne sont pas vaccinés, ce qui prouve que la vaccination contre le Covid-19 aggrave la santé

 

Une pré-publication révolutionnaire du prestigieux groupe de recherche clinique de l'Université d'Oxford, publiée le 10 août dans The Lancet, contient des résultats alarmants qui sont dévastateurs pour l'adoption du vaccin COVID.

 

L'étude a révélé que les personnes vaccinées avaient des niveaux 251 fois plus élevés de virus COVID-19 dans leurs narines que celles qui n'étaient pas vaccinées.

 

Bien que la vaccination atténue les symptômes de l'infection, elle permet aux personnes vaccinées de porter une charge virale inhabituellement élevée sans d'abord tomber malades, ce qui en fait potentiellement des super-propagateurs présymptomatiques.

 

Ce phénomène pourrait être la cause de l'augmentation choquante post-vaccination des populations fortement vaccinées dans le monde.

 

Les auteurs de l'étude, Chau et al., ont démontré un échec et une transmission généralisés du vaccin dans des conditions étroitement contrôlées dans un hôpital fermé à Ho Chi Minh-Ville, au Vietnam.

 

Les scientifiques ont examiné les travailleurs de la santé qui n'ont pas été autorisés à quitter l'hôpital pendant deux semaines. Les données ont montré que les employés entièrement vaccinés - environ deux mois après l'injection du vaccin Oxford / AstraZeneca COVID-19 (AZD1222) - ont acquis, porté et vraisemblablement transmis la variante Delta à leurs homologues vaccinés.

 

Ils ont presque certainement transmis l'infection Delta à des individus sensibles non vaccinés, y compris leurs patients. Le séquençage des souches a confirmé que les travailleurs se sont mutuellement infectés par le SRAS-CoV-2.

 

Cela est conforme aux observations faites par Farinholt et ses collègues aux États-Unis, et conforme à ce que le directeur des Centers for Disease Control and Prevention a admis que les vaccins COVID-19 ne peuvent pas empêcher la transmission du SRAS-CoV-2. (...)

 

Avec cela, nous avons une pièce importante du puzzle qui explique pourquoi l'épidémie de Delta est si massive : les individus entièrement vaccinés participent en tant que patients COVID-19 et agissent comme de puissants super-propagateurs de l'infection ressemblant à la typhoïde.

 

Les personnes vaccinées provoquent des explosions virales concentrées dans leurs communautés, alimentant de nouvelles poussées de COVID. Les agents de santé vaccinés sont presque certains d'infecter leurs collègues et leurs patients, causant d'horribles dommages collatéraux.

 

La poursuite de la vaccination ne fera qu'aggraver ce problème, en particulier avec les médecins et les infirmières qui s'occupent des patients à risque.

 

Les systèmes de santé devraient immédiatement abandonner les exigences de vaccination, dresser un inventaire des employés vaccinés contre le COVID-19 qui sont immunisés contre Delta et considérer l'impact des employés actuellement vaccinés comme une menace potentielle pour les patients et les employés à haut risque."

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 11:47

"Pourquoi nos politiciens et les responsables de la santé sont-ils lancés sur cette rhétorique ? Les vaccinations sont-elles le moyen de sortir de ces blocages induits par le "Delta", alors que les preuves du contraire s'accumulent ?

 

A la lumière de ce qui se passe en Israël, la question posée par The Spectator pour l'Australie vaut pour la France et tous les pays occidentaux :

Source : https://spectator.com.au/2021/08/most-covid-patients-at-israeli-hospital-fully-vaccinated-what-does-this-mean-for-australia/

Source : https://spectator.com.au/2021/08/most-covid-patients-at-israeli-hospital-fully-vaccinated-what-does-this-mean-for-australia/

Israël a été considéré comme le "standard or" sur la manière de mener le déploiement du vaccin contre le coronavirus. Il a vu environ 70% de sa population recevoir l'injection. Les Israéliens se sont principalement appuyés sur le vaccin Pfizer. Cependant, récemment, le Premier ministre du pays, Naftali Bennett, a déclaré que le vaccin Pfizer est "considérablement moins" efficace contre la variante dite Delta . Cela fait suite à une déclaration en juin dernier de Ran Balicer, qui dirige un groupe consultatif d'experts pour le gouvernement israélien,  annonçant  que le pays pourrait se retrouver à nouveau bloqué. Balicer et d'autres responsables ont déclaré que 90% des nouveaux cas étaient causés par la variante Delta.

 

Maintenant, un médecin israélien a révélé une bombe lors d'une interview télévisée. Dans l'interview du 5 août avec la chaîne israélienne Chanel 13, le Dr Kobi Haviv, directeur médical de l'hôpital Herzog à Jérusalem, a déclaré que la majorité des patients atteints de coronavirus dans un hôpital israélien sont entièrement vaccinés, y compris ceux atteints d'une maladie grave.

 

 

Le Dr Haviv a en outre précisé que : "95 % des patients sévères sont vaccinés", ajoutant que "85 à 90 % des hospitalisations concernent des personnes entièrement vaccinées", et que l'hôpital "ouvre de plus en plus des services COVID". Cela l'a amené à conclure que "l'efficacité du vaccin se dissipe sous nos yeux".

 

Sur les 72 patients COVID-19 hospitalisés, 25 patients étaient dans un "état critique", 38 étaient dans un état "modéré" et 9 étaient dans un état "léger". Deux décès ont été signalés au moment de l'entretien.

 

Les données du  ministre israélien de la Santé publiées le 22 juillet ont déclaré que l'efficacité du vaccin Pfizer-BioNTech pour prévenir le COVID-19 est tombée de 90 % à seulement 39 %, coïncidant avec la propagation de la variante Delta dans le pays. 

 

Tout cela soulève une question importante en ce qui concerne l'Australie. Après le Cabinet national le 30 juillet, le Premier ministre Scott Morrison a annoncé qu'il y aurait des "règles spéciales" pour les personnes vaccinées car elles présentent « un risque moindre pour la santé publique ». Cependant, à la lumière de ce qui précède, pourquoi nos politiciens et les responsables de la santé sont-ils lancés sur cette rhétorique, les vaccinations sont-elles le moyen de sortir de ces blocages induits par le "Delta", alors que les preuves du contraire s'accumulent ?

Source : The Spectator

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 11:03
Source : https://dailyexpose.co.uk/2021/08/21/official-data-shows-many-more-people-have-died-due-to-the-covid-19-vaccines-in-8-months-than-people-who-have-died-of-covid-19-in-18-months/

Source : https://dailyexpose.co.uk/2021/08/21/official-data-shows-many-more-people-have-died-due-to-the-covid-19-vaccines-in-8-months-than-people-who-have-died-of-covid-19-in-18-months/

Grâce à une série de données officielles de la santé publique et du gouvernement disponibles confirmant que davantage de personnes sont décédées à cause du vaccin Covid-19 en 8 mois que les personnes décédées du Covid-19 en 18 mois, il ne fait plus aucun doute que les injections de Covid-19 sont plus mortelles que le prétendu virus Covid-19 lui-même.

 

Les données du NHS pour l'Angleterre montrent que depuis mars 2020 jusqu'au 12 août 2021, un total de 3 743 personnes seraient décédées de Covid-19 qui n'avaient aucune autre affection préexistante, notamment la démence, l'insuffisance rénale chronique, la maladie pulmonaire chronique, la maladie neurologique chronique , et les maladies cardiaques.

 

[...]

 

Cependant, les données publiées par Public Health Scotland montrent qu'entre le 8 décembre 2020 et le 11 juin 2021, un total de 5 522 personnes sont décédées dans les 28 jours suivant une injection de Covid-19, 1 827 décès étant dus à l'injection Pfizer, 3 643 décès étant dus à l'injection AstraZeneca, et 2 décès étant dus à l'injection Moderna.

 

Cela signifie qu'en seulement 6 mois, près de 8 fois plus de personnes sont décédées dans les 28 jours suivant le vaccin contre le Covid-19 que de personnes décédées de Covid-19 (704 décès) en 18 mois en Écosse. Alors que 1,5 fois plus de personnes sont décédées dans les 28 jours suivant le vaccin contre le Covid-19 en Écosse que le nombre de personnes décédées du Covid-19 (3 ​​743 décès) en 18 mois en Angleterre.

 

Même en ajoutant le nombre de personnes décédées de Covid-19 en Angleterre et en Écosse ensemble ; ce qui représente 4 447 décès en 18 mois, il y a encore eu 1 075 décès supplémentaires dans les 28 jours suivant le vaccin contre le Covid-19 en Écosse.

 

Public Health England a jusqu'à présent refusé de publier le nombre de décès dans les 28 jours suivant la vaccination contre le Covid-19 en Angleterre, affirmant qu'ils ne détenaient pas les données malgré le fait que leurs homologues écossais soient en mesure de les fournir.

 

Mais sur la base du nombre de décès observés en Écosse et de l'ajustement à la population de l'Angleterre, nous estimons que le nombre aurait pu atteindre 57 470 en Angleterre au 11 juin 2021.

 

Il y a bien sûr ceux qui diront que l'utilisation du nombre de décès dans les 28 jours suivant le vaccin Covid-19 ne signifie pas que la personne est décédée à cause du vaccin Covid-19. Ils ont bien sûr raison, mais ce seront les mêmes personnes qui pensent qu'un décès survenu dans les 28 jours suivant un test Covid-19 positif est définitivement un décès Covid-19.

 

C'est pourquoi nous aimerions diriger ces personnes vers les données fournies par le système de carte jaune MHRA , qui montre que plus de personnes sont décédées à cause des vaccins Covid-19 en 8 mois que le nombre de personnes décédées de Covid-19 dans toute l'Ecosse en 18 mois.

Source: Daily Expose

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 10:43

Le New York Times admet que le vaccin Pfizer échoue en Israël où les infections post injections montent en flèche.

 

Source : Twitter | New York Times

 

"Un des pays les plus vaccinés, Israël a maintenant un des taux d'infection les plus élevés dans le monde, soulevant des questions sur l'efficacité de la vaccination."

Source : https://www.nytimes.com/2021/08/18/world/middleeast/israel-virus-infections-booster.html

Source : https://www.nytimes.com/2021/08/18/world/middleeast/israel-virus-infections-booster.html

Partager cet article
Repost0
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 09:45
Le professeur Montagnier affirme que les gouvernements mondiaux sont complices de génocide et de crimes contre l’humanité

Source : Le Grand Réveil

De nouvelles preuves, y compris des déclarations sous serment d’éminents experts tels que le professeur Luc A. Montagnier, ont été soumises à la Cour pénale internationale par des avocats de plusieurs pays alléguant que des gouvernements du monde entier et leurs conseillers sont complices de génocide, de crimes contre l’humanité et de violations du Code de Nuremberg.

 

L’avocate Melinda C. Mayne et Kaira S. McCallum ont soumis une « demande d’enquête » de 27 pages à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye en avril 2021, alléguant que le gouvernement britannique et ses conseillers étaient complices de crimes contre l’humanité en le nom de Covid-19.

 

 

Le 28 avril 2021, le couple a reçu un accusé de réception formel de la CPI et s’est vu attribuer un numéro de dossier – « 141/21 ». [...]. Un nouveau communiqué de presse publié le 17 août, qui peut être consulté ici, confirme que le couple a reçu des affidavits sous serment d’experts de premier plan, notamment le chercheur et cardiologue nucléaire Dr Richard M. Fleming, le virologue lauréat du prix Nobel, le professeur Luc A. Montagnier, et Dr Kevin W. McCairn, neuroscientifique et expert en maladies neurologiques.

 

Le professeur Luc A Montagnier, qui a remporté un prix Nobel pour ses travaux sur le virus du VIH, a affirmé en avril 2020 qu’il croyait que le nouveau coronavirus avait été créé dans un laboratoire. Puis, en mai 2021, le virologue expert a déclaré que « les vaccinations de masse sont une erreur scientifique ainsi qu’une erreur médicale. C’est une erreur inacceptable. Les livres d’histoire le montreront, car c’est la vaccination qui crée les variantes ».

 

 

Une nouvelle demande a également été soumise à la CPI en raison de la grande quantité de nouvelles preuves et informations qui ont été révélées au cours des derniers mois, et les avocats disent qu’ils disposent désormais de preuves convaincantes que le virus SARS-CoV -2 et les « vaccins » Covid-19 sont des armes biologiques délibérément qui ont été déclenchées en deux phases sur des peuples du monde sans méfiance ».

 

L’avocate Melinda C. Mayne et Kaira S. McCallum ont également confirmé qu’elles étaient désormais jointes par des avocats qui ont déposé des demandes d’enquête similaires auprès de la Cour pénale internationale, en France, en République tchèque et en Slovaquie.

 

 

Pour cette raison, une lettre a été demandée à la CPI le 12 août 2021 demandant qu’ils soient tous autorisés à soumettre une réclamation conjointe, tout en soumettant également des preuves préliminaires pour les communes à tous à travers le monde, et demandant le droit d’avoir des réclamations spécifiques aux pays individuels également examinés par l’IPC.

 

Une demande spécifique au Royaume-Uni est un examen du génocide des personnes âgées et vulnérables qui a eu lieu dans les maisons de soins et les hôpitaux par l’utilisation inappropriée du midazolam et de la morphine. Une autre enquête spécifique à cette question est également terminée et une poursuite pénale privée sera engagée contre le gouvernement britannique, Matt Hancock, Chris Whitty et d’autres si l’équipe d’avocats et d’experts qui ont mené l’enquête ne reçoit pas de réponses satisfaisantes aux nombreuses questions qui lui ont été posées dans une lettre ouverte soumise le 17 août 2021.

 

Alors que dans la réclamation conjointe entre les avocats de plusieurs pays, ils ont demandé une suspension immédiate de l’ensemble du programme d’injection de Covid-19 et la fin des tests sur les personnes asymptomatiques.

 

Les avocats disent qu’ils attendent maintenant avec impatience la décision de la Cour pénale internationale quant à savoir s’ils autorisent une demande conjointe de plusieurs pays et acceptent la demande d’enquête.

 

 

Ils ont clairement indiqué à la CPI qu’en raison de l’escalade de l’apartheid médical, de la perte des libertés et des droits fondamentaux et du nombre toujours croissant et très élevé de décès et d’événements indésirables graves subis par les receveurs d’injections de Covid-19, il est urgent que la Cour agisse rapidement et sans plus tarder.

 

À cette fin, les avocats ont demandé une réunion à La Haye dès que possible.

 

En attendant la réponse, l’avocate Melinda C. Mayne et Kaira S. McCallum ont confirmé qu’elles étaient en pourparlers avec des avocats d’autres pays qui n’ont pas encore déposé leurs demandes individuelles auprès de la CPI, mais ont indiqué qu’ils souhaitaient les rejoindre, et émettront une mise à jour au fur et à mesure des nouvelles.

Partager cet article
Repost0
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 12:45

On n'en est même pas à 3e dose qu'ils parlent déjà d'une 4e pour les gens immunodéprimés -sur lesquels ces mixtures ne marchent évidemment PAS. 

https://www.republicain-lorrain.fr/sante/2021/08/21/immunodepression-et-covid-19-bientot-une-4e-dose

https://www.republicain-lorrain.fr/sante/2021/08/21/immunodepression-et-covid-19-bientot-une-4e-dose

Les patients immunodéprimés majeurs pourraient se voir proposer une quatrième dose de vaccin rapidement.

Source : Coro Infos | Le Républicain lorrain

Partager cet article
Repost0
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 12:18

Contrairement au Conseil "constitutionnel" français, son homologue espagnol a jugé que le passeport "sanitaire" était inconstitutionnel.

Source : https://www.lifesitenews.com/news/spanish-supreme-court-halts-covid-passport-plans-in-andalucia/

Source : https://www.lifesitenews.com/news/spanish-supreme-court-halts-covid-passport-plans-in-andalucia/

Le cour a statué que les mandats de vaccination constituent une atteinte aux droits à la vie privée des individus.

 

ven 20 août 2021 - 21h00 HAE

 

ANDALOUSIE, Espagne ( LifeSiteNews ) – La Cour suprême d'Espagne a rejeté une demande du gouvernement andalou d'imposer un régime de passeport COVID.

 

La mesure proposée aurait empêché les citoyens d'entrer dans certains lieux à moins qu'ils ne soient piqués contre le coronavirus ou puissent produire un test PCR négatif.

 

Juan Manuel Moreno Bonilla, président du gouvernement régional d'Andalousie, a initialement tenté d'imposer des restrictions à l'entrée dans les lieux d'accueil de la région pour ceux qui ne pouvaient pas prouver qu'ils avaient été "complètement vaccinés" contre COVID-19, avec la possibilité de produire un test PCR ou antigénique négatif effectué dans les 72 heures, suivant le modèle du certificat numérique Covid de l'Union européenne .

 

L'objectif proposé de la mesure était de "dissuader" ceux qui pourraient propager le virus – désignant vraisemblablement les non vaccinés comme porteurs du virus – et de "motiver" ceux qui n'ont pas encore été piqué, selon un rapport de le journal espagnol en ligne 20 Minutos.

 

Bonilla prévoyait de mettre en œuvre la mesure le 5 août, mais peu de temps après l'annonce du plan, le gouvernement a poursuivi en déclarant qu'il demanderait l'approbation de la Cour supérieure de justice d'Andalousie pour assurer "une plus grande sécurité et une plus grande sécurité juridique" concernant la décision, a déclaré le ministre de la Présidence Elias Bendodo.

 

Le lendemain, la cour a rendu son jugement selon lequel le projet proposé pouvait porter atteinte au droit à la vie privée et a donc rejeté la requête. Selon les juges, le régime du passeport s'est également avéré "non adapté ou proportionné pour atteindre l'objectif visé, à savoir la protection de la vie, de la santé et de l'intégrité physique, dans la mesure où, loin d'éviter la contagion à l'intérieur des lieux de divertissement, le passeport peut les rendre possibles, c'est pourquoi il ne peut pas être ratifié par cette Chambre."

 

De plus, le gouvernement n'a pas prévu de "période d'efficacité de la mesure", en demandant essentiellement que "la mesure soit imposée indéfiniment et avec un sentiment de permanence, sans savoir quels critères seront suivis pour la rendre inutile ou la modifier." En conséquence, la cour a exigé que de telles limitations des droits fondamentaux "soient spécifiques, une exigence dont la requête en cours d'examen semble faire défaut".

 

Bien qu'un peu plus de la moitié de la population andalouse ait reçu deux doses du vaccin COVID avant la présentation de l'affaire, et qu'environ 75 % en ait reçu une dose, la cour a pourtant déclaré que le gouvernement demandait de "sacrifier le principe d'égalité par la discrimination de traitement résultant de l'exigence du certificat COVID lorsque l'ensemble de la population n'a pas eu accès au vaccin."

 

Malgré la décision du tribunal, Bendodo a annoncé que les certificats d'injections COVID "finiront par être imposés petit à petit".

 

Mais, confortant le jugement de la Haute Cour d'Andalousie, la Cour suprême d'Espagne a confirmé la décision de refuser la mise en œuvre des passeports COVID, laissant les lieux de divertissement ouverts aux citoyens qui ont décidé de ne pas prendre l'un des vaccins souillés d'avortement.

 

La Cour suprême a fondé sa décision de confirmer la décision sur deux facteurs majeurs : la proposition de refuser l'entrée aux non vaccinés dans toute la région sans référence à la propagation du virus "ne passe pas le test de proportionnalité" et sans preuve que les sites touchés par la perte de la coutume sont à l'origine d'éventuelles épidémies, il y avait un "déficit de justification".

 

La Cour suprême a fondé sa décision de confirmer l'arrêt sur deux facteurs principaux : la proposition de refuser l'entrée aux personnes non vaccinées dans toute la région sans référence à la propagation du virus "ne passe pas le test de proportionnalité", et sans preuve que les lieux touchés par la perte de la restriction sont à l'origine d'éventuelles épidémies, il y avait un "déficit de justification".  

 

Afin de prouver cette dernière, la cour a indiqué que le gouvernement d'Andalousie doit être en mesure de démontrer que "la soi-disant cinquième vague provient précisément des lieux de vie nocturne", par exemple. Ces preuves n'ont pas été fournies, ce qui a conduit la cour à rejeter la demande.

 

Outre les problèmes de justification et de proportionnalité, le tribunal a ajouté qu'"il n'est pas possible de restreindre les droits fondamentaux des citoyens par une mesure préventive telle que le 'passeport COVID'", car "[c]e n'est pas une mesure qui est spécifiquement indispensable pour sauvegarder la santé publique … mais plutôt une mesure préventive lorsqu'il arrive que, pour la restriction des droits fondamentaux, de simples considérations de prudence ou de précaution ne suffisent pas."

 

Pendant ce temps, le gouvernement britannique a récemment signé des contrats avec deux entreprises internationales dans le cadre de son "programme de certification COVID-19".

 

Le ministère britannique de la Santé et des Affaires sociales a déboursé 1,6 million de livres sterling (2,2 millions de dollars) à deux sociétés technologiques basées aux États-Unis pour le développement des technologies de passeport vaccinal dans le cadre de contrats d'un an, avec la possibilité de prolongation jusqu'en 2023. Dans l'ensemble, le Royaume-Uni a dépensé environ 23,6 millions de livres sterling (32,9 millions de dollars) pour le programme de certification COVID depuis sa création cette année.

 

L'établissement des contrats est intervenu une semaine après l'annonce par le Premier ministre Boris Johnson en juillet qu'une preuve de vaccination contre le COVID serait nécessaire pour entrer dans les boîtes de nuit et "d'autres lieux" où "de grandes foules se rassemblent".

 

Le Premier ministre conservateur a souligné que "la preuve d'un test négatif ne sera plus suffisante" et que "certains des plaisirs et des opportunités les plus importants de la vie dépendront probablement de plus en plus de la vaccination".

Partager cet article
Repost0
21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 22:35

Il est vain de penser pouvoir changer le système de l'intérieur, dans des partis politiques. C'est la position de ce blog, et c'est aussi la position de Gabin de "Vécu" dans la video ci-dessous, qui apporte des éléments mettant en garde contre les prochaines manifestations des samedis 28/08 et 04/09 pour lesquels certains appels de personnalités ont déjà été lancés et qui pourraient, en fait, être des pièges.

 

L'heure est plus que jamais au discernement et à ne pas se laisser emporter dans des initiatives qui pourraient donner au système les moyens de briser la résistance qui naît. Il s'agit de ne pas se laisser emmener dans des oppositions contrôlées.

 

Il ne faut pas oublier - et c'est rapidement dit dans cette video - que toutes les précédentes révolutions (des XVIIIe et XIXe siècles) ont, en fait été des révolutions infiltrées et déviées dans le sens des intérêts de l'oligarchie. 

 

Avec le recul et l'expérience, nous devons avoir un, voire deux coups d'avance. Attention donc à ne pas tomber dans les pièges tendus par le système pour nous emmener là où il voudrait que nous allions, pour mieux nous abattre. 

Mais prenons plutôt le chemin opposé.

Les samedis 28/08 - 04/09 - Le piège à éviter ? Gabin

Entrez par la porte étroite. Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition ; et ils sont nombreux, ceux qui s’y engagent.

Mais elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie ; et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent.

Matthieu 7,13-14

Il ne s'agit pas de tomber dans le travers des révolutions violentes des siècles passés. Depuis, nous avons appris, évolué et compris de quoi se sert le système pour nous annihiler (infiltration, noyautage, déviation). Il faut une révolution contraire, pacifique, non-violente, et construire là où le système a laissé les institutions en carence, à partir de la réalité de la société réelle.

Des institutions laissées en carence, c'est précisément le cas depuis l'allocution de Macron le 12 juillet. Or, nous avons vu que "au jeu de l'État défaillant, si l'État peut refuser de prendre en charge la réa de quelqu'un qui aura refusé la vaccination expérimentale, cette personne pourra tout aussi bien à titre de réciprocité refuser de payer ses impôts. Qu'est-ce qui empêchera alors cette personne de demander à verser ses cotisations sociales ailleurs qu'à la sécurité sociale, dans un organisme qui (par exemple) respectera ses engagements, les droits de la personne, bref qui respectera le contrat social ? Cette personne ne sera-t-elle pas justifiée à demander, en contre-coup, un nouveau pacte social, plus juste."

Sur son site, Valérie Bugault explique parfaitement que depuis le coup d'Etat du 12 juillet dernier où dans son allocution Macron a divisé les citoyens en deux catégories (ce qui est "une mise en suspension de nos institutions nationales officielles"); l'Etat de droit n'existe plus... Elle propose sur le "néant" laissé par Macron de construire nous-mêmes la société, sur ses bases réelles, libres et solidaires (et non ségrégationniste), à partir des corps existants de la nation, des choses assez proches de ce que nous préconisons.

Partager cet article
Repost0
21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 19:36
Source : https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/infographies-covid-19-israel-face-au-mur-delta_2156808.html

Source : https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/infographies-covid-19-israel-face-au-mur-delta_2156808.html

Tous les regards sont désormais tournés vers les cas graves, matérialisés par les admissions à l'hôpital ainsi que dans les services de soins critiques. Quelque 603 personnes sont hospitalisées actuellement (+33% sur une semaine), dont 149 dans un état critique, d'après les données livrées par le gouvernement.

 

 

Parmi eux - et ce n'est pas une surprise compte tenu du niveau de vaccination - 333 Israéliens ayant reçu au moins deux doses de vaccins, soit 55%.

 

Source : INFOGRAPHIES. Covid-19 : Israël face au mur Delta, article de L'Express, publié le 19/08/2021 à 12:03 , mis à jour à 13:10

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/infographies-covid-19-israel-face-au-mur-delta_2156808.html

 

« Même ''L'EXPRESS'' le reconnaît : "Les vaccinés sont les plus touchés par les infections en Israël". En France, Jean CASTEX a dit (21/07) : "Les personnes qui ont deux doses n'ont plus de chance d'attraper la maladie". Assez de mensonges ! » (Ivan Rioufol Twitter)

Partager cet article
Repost0
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 13:12
Source : https://www.dailymail.co.uk/news/article-9893465/Americans-PhDs-reluctant-vaccinated-against-COVID-study-finds.html

Source : https://www.dailymail.co.uk/news/article-9893465/Americans-PhDs-reluctant-vaccinated-against-COVID-study-finds.html

Les Américains titulaires d’un doctorat sont les plus réticents à se faire vacciner contre la COVID, selon une étude

 

Des chercheurs de l'Université Carnegie Mellon et de l'Université de Pittsburgh ont signalé une corrélation en forme de U entre l'hésitation à la vaccination et le niveau d'éducation

Ils ont conclu que les personnes titulaires d'un doctorat sont non seulement les plus sceptiques quant à la vaccination, mais sont également les moins susceptibles de changer d'avis à ce sujet.

D'autres facteurs de risque d'hésitation comprenaient un âge plus jeune, une race non asiatique et le fait de vivre dans un comté rural avec un soutien Trump 2020 plus élevé, entre autres

Depuis la publication du rapport, NY, LA, San Francisco et la Nouvelle-Orléans ont mis en œuvre des mandats de vaccination

Par SHANNON THALER POUR DAILYMAIL.COM

 

PUBLIÉ : 16:39 BST, 14 août 2021 | ACTUALISÉ: 13:52 BST, 17 août 2021

 

Les personnes titulaires d'un doctorat sont les plus hésitantes lorsqu'il s'agit de se faire vacciner contre le Covid-19 , selon un article de chercheurs de l'Université Carnegie Mellon et de l'Université de Pittsburgh.

 

Les chercheurs ont interrogé un peu plus de cinq millions d'adultes américains dans une enquête en ligne, avec 10 000 déclarant qu'ils ont été instruits au niveau du doctorat.

 

Le rapport a montré une corrélation surprenante en forme de U entre la volonté de se faire vacciner contre le Covid et le niveau d'éducation – avec la plus grande hésitation parmi les moins et les plus instruits.

 

Parmi les personnes interrogées, 20,8 pour cent avec un diplôme d'études secondaires étaient réticents à se faire vacciner, et 23,9 pour cent avec un doctorat étaient contre.

 

Mais les moins sceptiques du vaccin avaient une maîtrise – avec seulement 8,3% de ce groupe hésitant à se faire vacciner.

 

Les chercheurs n'ont pas expliqué pourquoi tant de personnes titulaires d'un doctorat hésitaient à se faire vacciner, et le document a noté qu'"une enquête plus approfondie sur l'hésitation parmi les titulaires d'un doctorat est nécessaire".

 

Le rapport a déclaré: "À notre connaissance, aucune autre étude n'a évalué l'éducation avec ce niveau d'importance, ce qui a été possible en raison de notre échantillon exceptionnellement large (plus de 10 000 participants titulaires d'un doctorat)."

 

[...]

 

Le document a également révélé qu'au cours des cinq premiers mois de 2021, la plus forte baisse du scepticisme quant à l'obtention du vaccin était parmi les moins instruits - ceux ayant un diplôme d'études secondaires ou moins.

 

Nombreux sont ceux qui partent du principe que le niveau d'éducation a une corrélation négative avec l'hésitation à se faire vacciner - les personnes plus instruites sont plus susceptibles de recevoir le vaccin. 

 

Mais les chercheurs ont découvert qu'au cours des cinq premiers mois de 2021, la plus forte baisse du scepticisme quant à l'obtention du vaccin était parmi les moins instruits - ceux qui avaient un diplôme d'études secondaires ou moins.

 

En mai, la réticence à se faire vacciner est restée constante dans le groupe le plus instruit - les titulaires d'un doctorat.

 

"Les titulaires d'un doctorat étaient les seuls groupes d'éducation sans diminution de l'hésitation", lit-on dans le journal.

 

[...]

 

Les chercheurs ont conclu que les personnes les plus instruites de notre société sont non seulement les plus réticentes à se faire vacciner, mais sont également les moins susceptibles de changer d'avis à ce sujet.

 

Le document note que d'autres facteurs de risque d'hésitation comprennent "un âge plus jeune, une race non asiatique, le fait d'avoir un doctorat ou un niveau d'études inférieur au secondaire, le fait de vivre dans un comté rural où le soutien de l'organisation Trump 2020 est plus élevé, le fait de ne pas s'inquiéter de Covid-19, le fait de travailler en dehors de la maison, le fait de ne jamais éviter intentionnellement le contact avec d'autres personnes et le fait de ne pas avoir été vacciné contre la grippe l'année précédente". 

 

 

Mais l'hésitation à la vaccination chez les adultes américains a chuté au cours des premiers mois de 2021 et le document a montré qu'environ 25% des adultes étaient hésitants au début de l'année, tombant progressivement à 17% en mai.

 

Les raisons de l'hésitation à la vaccination varient, selon l'enquête.

 

Les baisses les plus importantes ont été observées parmi les populations noires et hispaniques - diminuant de moitié - et les personnes ayant un diplôme d'études secondaires ou moins.

 

L'hésitation à la vaccination chez les adultes américains a chuté au cours des premiers mois de 2021 et le document a montré qu'environ 25% des adultes étaient hésitants au début de l'année, tombant progressivement à 17% en mai. Les jeunes sont généralement plus réticents à la vaccination que leurs pairs plus âgés, sauf chez les hispano-américains de plus de 75 ans

 

[...]

 

En janvier, près de 60% des Noirs américains hésitaient à recevoir le vaccin, bien que ce nombre ait été réduit de moitié à 30% en mai.

 

Les Américains d'origine asiatique étaient de loin le groupe le moins hésitant, avec moins de cinq pour cent en mai – plus de 15 pour cent de moins que tous les autres groupes raciaux.

 

L'hésitation à la vaccination chez les personnes ayant un diplôme d'études secondaires ou moins a également chuté de façon spectaculaire, passant de 35 pour cent à un peu plus de 20 pour cent.

 

Cependant, il n'y avait pas d'indicateurs géographiques ou politiques forts chez les personnes qui ont abandonné leur hésitation, ont découvert les chercheurs.

 

Les données ont été publiées sous forme de pré-impression sur medRxiv.org et n'ont pas été évaluées par des pairs.

 

Le document devra être revu avant de pouvoir être publié dans une revue accréditée.

 

Cela survient alors que l'Amérique lutte pour faire piquer sa population non vaccinée restante.

 

Depuis que le rapport a été publié le 23 juillet de cette année, New York, Los Angeles, San Francisco et la Nouvelle-Orléans ont mis en œuvre des mandats de vaccination pour les clients des lieux de divertissement en salle.

 

Chaque ville a établi des exigences et des conditions uniques, mais aucune d'entre elles n'a donné d'indication claire sur la façon dont les mandats seront appliqués.

 

Pas plus tard qu'hier, le maire de la Nouvelle-Orléans, LaToya Cantrell, a annoncé que les gens devaient fournir une preuve de vaccination pour entrer dans les bars, les restaurants, les music-halls, le Superdome, les casinos et autres installations intérieures.

 

Mais en rupture avec les autres villes, la Nouvelle-Orléans permettra également aux clients de présenter un test Covid-19 négatif récent.

 

New York et LA exigent que les résidents aient au moins une photo avant d'entrer dans les restaurants intérieurs, les gymnases et les entreprises de divertissement

 

Mais LA va encore plus loin et inclut les "établissements de vente au détail".

 

Le mandat de San Francisco est encore plus strict et insiste sur une vaccination complète - pas seulement une dose - pour les clients et les employés des restaurants, des gymnases et d'autres lieux intérieurs.

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 19:42
https://twitter.com/JLesgards/status/1427596868113113091?s=20

https://twitter.com/JLesgards/status/1427596868113113091?s=20

"Il y a un antibiotique, l'Azithromycine, qui a été utilisé en masse les autres hivers, et ici comme par hasard, cela devient un 'traitement dangereux. ... L'Azithromycine pourrait représenter des risques cardiaques'. Mais les autres années, les effets cardiaques, ils étaient où ?

 

"Déjà ne pas avoir autoriser les médecins à traiter leurs patients, cela m'a vraiment révolté. Parce que les molécules étaient là et on pouvait au moins les essayer.

 

"[...] On propose un vaccin comme un sauveur alors qu'en fait il y a des traitements. Et donc il n'y a pas besoin de faire une vaccination de masse pour une maladie pour laquelle il existe un traitement."

 

Source : https://twitter.com/JLesgards/status/1427596868113113091?s=20  

Partager cet article
Repost0