Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 19:08
Source : Covid-19: quel est le poids des non-vaccinés dans l'épidémie et à l'hôpital? https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-quel-est-le-poids-des-non-vaccines-dans-l-epidemie-et-a-l-hopital-20220106

Source : Covid-19: quel est le poids des non-vaccinés dans l'épidémie et à l'hôpital? https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-quel-est-le-poids-des-non-vaccines-dans-l-epidemie-et-a-l-hopital-20220106

«Ce qui est certain, c'est qu'au vu du nombre de cas, on ne peut pas imputer aux seuls non-vaccinés la circulation du virus », explique Mircea Sofonea, maître de conférences en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses à l'université de Montpellier. Selon les derniers éléments publiés par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), les vaccinés comptent même pour 75 % des cas entre le 22 novembre et le 19 décembre 2021 ! Et il est fort probable que cette tendance se soit encore accentuée. De nombreuses études…

 

Add. 20H10. Selon le gvt, les vaccins ARN évite les "formes graves".

Or, le COVID ne tue que dans les pays ayant imposé les traitements ARN. Voir Asie (virus désactivé + traitement) et Afrique (traitements)...

 

A vous de juger...

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 12:42

L'actuel n°1 mondial et n° 1 mondial à sept reprises, considéré comme l'un des meilleurs joueurs de tennis de tous les temps, Novak Djokovicest retenu dans un centre de rétention en Australie ... interdit d'entrée sur le territoire australien pour infraction aux "obligations en matière de vaccination contre le Covid-19" :

Source: https://www.midilibre.fr/2022/01/08/open-daustralie-novak-djokovic-ne-renonce-pas-et-estime-pouvoir-etre-dispense-de-vaccination-10034065.php#xtor=[[mdl-Midilibre]]

Source: https://www.midilibre.fr/2022/01/08/open-daustralie-novak-djokovic-ne-renonce-pas-et-estime-pouvoir-etre-dispense-de-vaccination-10034065.php#xtor=[[mdl-Midilibre]]

Novak Djokovic estime pouvoir être dispensé de vaccination car il a contracté le Covid-19 en décembre, et a demandé samedi à pouvoir quitter le centre de rétention de Melbourne afin d'être en mesure de s'entraîner.

 

"La date du premier test Covid PCR positif a été enregistrée le 16 décembre 2021", ce qui ferait bénéficier le N.1 mondial serbe d'une exemption de la vaccination imposée par l'Australie, ont déclaré les avocats du N.1 mondial, 34 ans, dans un document déposé auprès du tribunal fédéral. Son recours doit être examiné lundi.

 

Le temps presse à un peu plus d'une semaine de l'Open d'Australie que Djokovic.

Ses avocats ont demandé à ce qu'il puisse quitter le centre de rétention de Melbourne pour pouvoir s'entraîner.

 

Mais à son arrivée dans la nuit de mercredi à jeudi, les autorités lui avaient refusé l'entrée, estimant que ses motifs d'exemption ne remplissaient pas les strictes conditions d'entrée sur le territoire imposées dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

 

Ses avocats ont dénoncé le fait que le joueur avait alors été retenu huit heures, sans pouvoir communiquer.

 

La fédération sur le grill

Dans une vidéo qui a fuité vendredi dans la presse locale, le patron de la Fédération australienne Craig Tiley, sous le feu des critiques pour sa gestion du dossier, a défendu le "travail incroyable" de ses équipes.

 

Dans une note aux joueurs publiée par plusieurs médias australiens, l'organisation assurait qu'une personne ayant récemment contracté le Covid-19 pouvait bénéficier d'une exemption à l'obligation d'être entièrement vaccinée. Novak Djokovic a toujours refusé de communiquer sur son statut vaccinal, tout en ne dissimulant pas son hostilité à la vaccination.

 

Dans une vidéo qui a fuité vendredi dans la presse locale, le patron de la Fédération australienne Craig Tiley, sous le feu des critiques pour sa gestion du dossier, a défendu le "travail incroyable" de ses équipes.

 

La Fédération a été accusée d'avoir induit les joueurs en erreur à propos des obligations en matière de vaccination contre le Covid-19 pour entrer dans le pays.

 

Dans une note aux joueurs publiée par plusieurs médias australiens, l'organisation assurait qu'une personne ayant récemment contracté le Covid-19 pouvait bénéficier d'une exemption à l'obligation d'être entièrement vaccinée. 

 

Le gouvernement australien a assuré avoir prévenu Tennis Australia dès novembre que cette disposition n'était valable que pour les résidents australiens, non pour les citoyens étrangers voulant entrer dans le pays.

 

Une autre joueuse, la Tchèque Renata Voracova, a été placée dans le même centre de rétention que Novak Djokovic après avoir elle aussi vu son visa annulé.

 

"Ils m'apportent de la nourriture et il y a un gardien dans le couloir. Tout est rationné. Je me sens un peu comme en prison", a raconté à la presse tchèque cette spécialiste du double, âgée de 38 ans.

 

(Fin de citation)

 

Source: https://www.midilibre.fr/2022/01/08/open-daustralie-novak-djokovic-ne-renonce-pas-et-estime-pouvoir-etre-dispense-de-vaccination-10034065.php

________________________________

Add. Lundi 10 janvier 2022:

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 12:16
Source: https://www.lactucitoyenne.fr/actualites/sante/forcer-a-l-obeissance-en-pleine-audition-au-senat-ce-professeur-vide-son-sac-

Source: https://www.lactucitoyenne.fr/actualites/sante/forcer-a-l-obeissance-en-pleine-audition-au-senat-ce-professeur-vide-son-sac-

Le professeur Michaël Peyromaure intervenait lors de "l'Audition commune de médecins" diffusée ce mardi 4 janvier 2022 sur Public Sénat. 

 

Voici le verbatim de l'audition de ce professeur au Sénat : 

"On est arrivé à un stade où, nous ne sommes non seulement plus considérés par notre hiérarchie administrative, mais même plus écoutés. C'est-à-dire que les directives tombent, parfois par un simple mail, parfois par un courrier, de temps à autres à l'occasion d'une réunion collective, et on n'a pas forcément été prévenus. Et lorsque l'on tente d'opposer une résistance à ce que l'on considère comme étant un projet néfaste pour les patients, l'administration sait comment s'y prendre parce que elle s'entoure très souvent de collègues malheureusement. Et là je voudrais mettre le doigt aussi sur une faille du système que l'on a créé, de collègues qui, hélas, prennent le parti de l'administration pour vous acculer et vous forcer à l'obéissance.

 

"Notre système est totalement déshumanisé, il est caporalisé, il est soviétisé. Et je dirais même que la fuite de personnels que l'on a aujourd'hui, la démission des médecins est liée davantage encore à ce problème qualitatif de perte de sens qu'au problème quantitatif de perte de moyens. Nous avons l'habitude de travailler avec peu de moyens, mais en revanche nous ne pouvons plus supporter d'être traités de cette manière." (Fin de citation)

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 11:54
Source: https://www.newstarget.com/2022-01-06-british-pm-admits-90-percent-icu-patients-vaccinated.html

Source: https://www.newstarget.com/2022-01-06-british-pm-admits-90-percent-icu-patients-vaccinated.html

Les puissances mondialistes en place sont à court d'excuses pour poursuivre les mesures draconiennes, y compris le masquage, les confinements et les obligations de vaccination alors que la pandémie de COVID-19 continue de se propager par vagues successives, elles sont donc maintenant entrées dans le domaine de l'absurde, comme l'a démontré le Premier britannique Boris Johnson la semaine dernière.

 

La majeure partie de son pays est complètement vaccinée contre le virus, plus de la moitié ayant déjà reçu un rappel de vax. Mais malgré cela, il s'accroche à toutes les anciennes mesures pour "lutter contre la propagation du virus", tout en admettant qu'elles ne fonctionnent pas.

 

D'après 100% Marre :

 

… Johnson a signalé que l'écrasante majorité des personnes qui sont en soins intensifs avec COVID sont déjà double-vaxxées. Johnson essayait d'utiliser cette statistique comme un plaidoyer public pour ceux qui n'avaient pas encore reçu leur vaccin de rappel, mais tout ce qu'il a accompli a été de montrer davantage l'inefficacité du vaccin.

 

"Selon certaines des enquêtes que j'ai vues, 90 pour cent des personnes en soins intensifs sont des personnes qui ne sont pas stimulées", a déclaré Johnson. Il a également déclaré qu'il "ne peut pas assez souligner à quel point il est vital" de recevoir une injection de rappel.

 

Mais ils sont vaccinés ; juste pas boostés. C'est donc la nouvelle norme pour cette semaine, alors que la variante omicron - qui est beaucoup moins létale et virulente - se propage. Comment les pouvoirs en place définiront-ils la norme vaccinale le mois prochain ? L'année prochaine?

 

"D'abord, c'était le vaccin qui vous protégerait, puis le rappel, et maintenant il semble qu'un 4e vaccin sera ajouté au mélange", a rapporté le média. "Tout cela confirme pour le public à quel point ces gens connaissent peu le vaccin qu'ils imposent à tout le monde.

 

"Ceux qui occupent le pouvoir continueront à faire pression pour le vaccin le plus récent, accusant les personnes qui contractent le virus de ne pas avoir le dernier vaccin, plutôt que de prendre du recul et de considérer le fait que les vaccins ne sont peut-être pas vraiment efficaces contre COVID après tout ", a poursuivi 100 % Marre.

 

Heureusement, des personnes intelligentes qui savent ce qui se passe s'expriment de plus en plus, et cela inclut le Dr Robert Malone, l'inventeur de la technologie d'ARNm (ARN messager) qui est utilisée pour les vaccins COVID-19.

 

Dans une récente interview, il a déclaré qu'en ce qui concerne le nouveau coronavirus , il a été "multidimensionnellement pris en rouge", une référence à la franchise de films "The Matrix", dans laquelle une pilule rouge représente le désir d'une personne d'apprendre la vérité tandis qu'une pilule bleue représente un désir de continuer à vivre un mensonge dans le noir.

 

M. Malone a déclaré à l'animatrice Kristi Leigh que certaines choses concernant COVID et le système dans lequel nous vivons,qu'il considérait autrefois comme absurdes, se sont révélées vraies et, très probablement, inversement.

 

"Ce fut une série d'épiphanies qui m'ont fait réaliser qu'il n'y a aucun avantage à être juste circonspect et à essayer d'être un gars sympa dans cet environnement", a déclaré Malone. "Il s'agit d'une guerre médiatique complète, d'une guerre de l'information, d'une guerre politique, du 21e siècle comme nous n'en avons jamais vu auparavant, et coordonnée à l'échelle mondiale."

 

Il a notamment cité le Forum économique mondial, une création mondialiste mettant en vedette les personnalités politiques, commerciales et médiatiques les plus influentes du monde qui sont toutes instruites sur certains récits autoritaires et sur la façon de les pousser dans leurs positions respectives.

 

"Ce fut un voyage personnel pour accepter ce que le Forum économique mondial représente vraiment, et j'y ai vraiment résisté", a déclaré Malone. "Tout est documenté, puis vous voyez que cela s'est déployé."

 

Il est également au courant des faux médias maintenant.

 

"Je n'étais pas au courant auparavant du contrôle de l'information qui est coordonné à l'échelle mondiale", déclare Malone. "L'initiative 'Trusted News' est devenue le ministère de la Vérité à part entière."

 

"Je n'avais pas conscience auparavant du contrôle de l'information qui est coordonné au niveau mondial", dit Malone. L'initiative 'Trusted News' est devenue le ministère de la Vérité, à part entière."

 

Voir d'autres articles comme celui-ci sur Pandemic.news.

 

Les sources comprennent :

 

Vaccins.actualités

 

100PercentFedUp.com

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 11:48

Source : Bild

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 09:16
C'est dans les pays où il y a le plus de vaccinés qu’il y a le plus de cas !

Add. 11 janvier 2022. Le docteur Raoult déclare : 

 

"Si vous regardez sur John Hopkins, vous verrez que dans tous les pays sur-vaccinés, c'est les pays qui ont eu le plus de vaccins qui ont le plus de cas actuellement. Il y a une vraie question qui est celle des anticorps facilitants qui n'est plus de savoir si cela contrôle l'épidémie - on sait bien que cela ne contrôle pas l'épidémie, il y a de plus en plus de cas -, la question est de savoir comment se fait-il que dans les pays où l'on a le plus vacciné, il y a le plus de cas ? Et donc cela est une question scientifique extrêmement intéressante sur laquelle on travaille."

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 08:16

Sur les "irresponsables" "plus citoyens", plutôt que de condamner les paroles indignes d’un président, les médias choisissent en majorité de reprendre ce vocabulaire qui porte en germe la stigmatisation et donc la haine d’une minorité innocente. Tweet d'Alexis Poulin :

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 08:38

Le pass "vaccinal", nouvelle loi des Suspects 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2022 3 05 /01 /janvier /2022 08:08
Nous avons malheureusement au sommet de l'État le premier délinquant

"Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie", clame le chef de l'Etat dans un entretien au Parisien. (1) "Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen", a-t-il ajouté.

 

En France on ne déchoit pas de sa citoyenneté un terroriste, mais un non-vacciné, oui.

 

Au sommet de l'Etat, nous avons, par ces propos, le premier délinquant. Et Emmanuel Macron, ou son gouvernement, n'en sont pas à leurs premiers coups d'essai en termes d'insultes. "Ca va être ... vie de merde pour les non vaccinés", avait confié le conseiller d’un ministre en juillet 2021. (Valeurs Actuelles) “On les aura, ces connards” : quand Macron manifeste son soutien à Véran. (Valeurs Actuelles)

 

Ces propos montrent une immaturité chez le président qui semble ne pas avoir reçue une éducation. Emmanuel Macron, indéniablement par ces propos indignes de sa fonction, a un problème dans son rapport à l'autre. 

 

Comment pouvons-nous réagir face à une telle violence verbale à répétition ? 

 

Pourquoi de tels propos sont-ils graves ?  

 

Autrefois, dans notre pays, nous avions un édit royal écrit en 1315 qui fondait une liberté inconditionnelle : "selon le droit de nature, chacun doit naître franc." (Edit du 3 juillet 1315 de Louis X le Hutin) (2) Aujourd'hui notre liberté est conditionnée à une injection ! 

Cette déchéance de citoyenneté est une sanction absolument inédite. Il s'agit d'une perte de citoyenneté puisque on conditionne l'accès à la citoyenneté au droit civique à la prise d'un traitement... On n’a jamais vu ça, c’est à dire que dans nos sociétés à nous, les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit (DDH 1789 qui ne fait que reprendre une tradition millénaire dans notre pays). Ceux qui ne sont pas vaccinés payent les cotisations, payent tous les impôts, mais n'auraient désormais plus le droit aux contreparties ? On le voit, l'aboutissement d'un tel raisonnement revient à briser le pacte social puisque si on a le droit de payer les impôts mais que l'on n'a plus le droit aux contreparties de protection sociale, qu'est-ce qui empêche dès lors les citoyens déchus de créer une société parallèle à celle qui les aura déchus ? Rien. L'unité de la nation et l'indivisibilité de la dite "république" sont rompues, de facto, par la déclaration d'Emmanuel Macron. La boîte de Pandore est ouverte.

 

Ces propos sont graves car ils engagent le maintien et la sauvegarde de ce qui fait notre contrat social, la paix civile, le maintien de l'ordre public.

 

Macron pourrait avec profit lire les Instructions au dauphin rédigées par Louis XIV. 

 

L'exemple vient d'en-haut, disait Louis XIV dans ses Instructions ou Mémoires rédigés pour la formation du Dauphin. "Ces textes contenaient selon lui 'les secrets de la Royauté et les leçons éternelles de ce qu'il faut éviter ou suivre.' (Mémoires, éd. Longnon, Paris 1978, in-8°, cité dans François BLUCHE, Louis XIV, Fayard, Paris 2002, p. 178.) Si ces Instructions ou Mémoire "n'égalent pas les réflexions d'un Marc-Aurèle ou d'un Frédéric II, ils renferment, en excellent style, l'essentiel du message politique du Roi. "Plus que tous les autres hommes, les souverains doivent 'instruire leurs enfants par l'exemple et par le conseil.' Au style près, un François Ier, un Henri II, un Henri IV auraient pu dire ou écrire pareilles choses. Et aussi, le bonheur des peuples se trouve en toutes lettres dans l'Instruction de Louis XIV. Le bonheur, c'est-à-dire le bien général, et le bien-être des Français : 'Favoriser et élever le mérite, faire du bien en un mot, ne devait pas seulement être la plus grande occupation, mais le plus grand plaisir d'un prince.' Faire du bien : pas d'"emmerder" ! Louis XIV écrit encore, plus nettement : "Nous devons considérer le bien de nos sujets, bien plus que le nôtre propre.' (in F. BLUCHE, ibid., p. 180-181.) 

Voilà la différence entre nos anciens rois et ceux qui aujourd'hui prétendent représenter les Français. Voilà toute la déchéance de nos principes et de nos valeurs.

 

Si nos premiers magistrats, par la tenue de leurs propos, ne montrent pas l'exemple, comment parler ensuite de politique d'éduction nationale dans nos écoles, vis-à-vis de nos jeunes ? Comment les enseignants pourront-ils tenir leur classe si le président parle lui-même ainsi ? Comment exiger l'exemplarité, comment faire appel à la responsabilité quand on tient de tels propos irresponsables ?

 

"En cas de manquement [du chef de l'État] à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat", la procédure de destitution de l'article 68 issu de la révision constitutionnelle de 2007 peut être déclenchée.

Selon Didier Maus, professeur de droit, il peut s'agir d'un blocage du "fonctionnement régulier des pouvoirs publics" (refus de signer des lois votées par le Parlement, blocage de la Constitution, etc.) ou bien d'un "comportement personnel incompatible avec la dignité de la fonction" (crime, propos publics inacceptables, etc.). (3)

Il s'agit là d'une procédure politique car elle vise au politique par excellence, et non au pénal qui pourra venir ensuite. En tenant de tels propos, en voulant "emmerder" une partie des Français, le président de la république établit une ségrégation d'une partie de la population en fonction de l'état de santé. 

 

Or, selon l'article 225-1 du Code Pénal, toute "distinction" opérée entre les personnes sur le fondement "de leur état de santé" constitue une "discrimination".

Et toute pression pour obliger quelqu'un à participer à des essais cliniques contre son gré relève du Code Pénal (art 223-8)

 

Les premières réactions arrivent. Des internautes demandent la destitution d'Emmanuel Macron. Il n'y a pas de destitution d'un président de la république par plaisir, ou pour satisfaire un électorat. Il y a simplement une mesure qui constate la déchéance, c'est-à-dire la perte d'un pouvoir suite à "un manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat." La gravité du manquement n'est pas même mentionnée. Il suffit de constater le simple manquement (comme des "propos publics inacceptables") qui suffit à déchoir de son mandat le président qui aurait ainsi failli à son devoir. Et ce devoir premier, le but de sa fonction, c'est de protéger les Français.

 

 

"Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable", déclare Emmanuel Macron. 

Protège-t-on les Français quand on crée des citoyens déchus de leur citoyenneté au nom d'un virus bénin, qui touche en majorité des personnes complètement vaccinées ? C'est toute la question dont devront maintenant se saisir la communauté scientifique, ainsi que nos représentants. 

Il est connu que le variant Omicron n'est pas delta ni même les autres variants qui n'ont pas rempli les hôpitaux en 2020 comme le gouvernement l'avait prétendu (Voir le rapport public de l'ATIH : en 2020 seulement 2% des hospitalisations étaient liées au Covid, 5% en Réa", "la peur a été instrumentalisée").

Une majorité des personnes infectées aujourd'hui sont des personnes complètement vaccinées.

Le 30 décembre 2021, le ministre de la santé énonçait des menaces envers les non-vaccinés : "il y a vraiment peut de chances que vous passiez entre les gouttes". Emmanuel Macron et son gouvernement devraient ouvrir leur parapluie : le variant Omicron atteint en priorité les personnes vaccinées, selon les dernières données de l'Institut Robert Koch en Allemagne. "L’information qui peut désormais être déduite de ces chiffres est que 78,56 % des cas d’infection par omicron pour lequel le statut vaccinal était connu concernaient des vaccinés, et un peu moins de 22 % des non-vaccinés", selon Libération. (4)

De ce fait, les mesures discriminatoires à l’encontre des non ou des incomplètement vaccinés doivent être abolies d’urgence, ainsi que de surcroît toute politique visant à la déchéance de citoyenneté des non-vaccinés.

"Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas." (article 5 de la DDH de 1789)

Il n'y a pas d'obligation vaccinale Covid légale. Quand bien même les dits "vaccins" seraient efficaces à contrôler l'épidémie, rien n'autorise donc le président de la république à déchoir ainsi de leur citoyenneté les non-vaccinés. 

Add. 17h20. Covid : "déçu" par la faible "efficacité" des vaccins, le Pr Caumes se dit opposé au pass vaccinal, "régression sanitaire". 

 

L'infectiologue voit un paradoxe à imposer le pass vaccinal alors que les vaccins sont peu efficaces contre les contaminations, à son grand regret.

 

"On est déçu car en principe on ne vaccine pas pour six mois mais pour dix ans. Et on est déçu par son efficacité. Le virus circule intensément malgré la vaccination d’une grande partie de la population", regrette ce mercredi matin le professeur Eric Caumes. Selon lui, la faible efficacité des vaccins développés contre le Covid notamment contre la contamination est une grande déception. (5)

 

Dans un article publié en milieu de journée, le consultant et analyste au Figaro Mathieu Slama réagit avec force : "Cette manière de désigner comme ennemis de la nation des millions de citoyens français est sans précédent dans l'histoire de la Ve République. Une rupture incroyable avec le principe de l'indivisibilité de la République et de la citoyenneté. Macron ... a commis une faute morale impardonnable – et irréparable."

Extrait de cet article de Mathieu Slama pour le Figaro : 

 

"« J'ai très envie d'emmerder » : il y a dans cette formule familière quelque chose de très dérangeant, une forme d'agressivité joviale et cruelle qui contredit totalement la mission même d'un président de la République. Aucun de ses prédécesseurs, même les plus décomplexés, ne s'était permis un tel dérapage. Le « jusqu'au bout » qui conclut la séquence a également quelque chose de glaçant : jusqu'au bout de quoi ? Comment imaginer qu'un président de la République menace de cette manière ses propres concitoyens, son propre peuple ?

Mais la phrase essentielle est ailleurs. « Un irresponsable n'est plus un citoyen ». Par cette phrase, Emmanuel Macron trahit l'intégralité de notre héritage républicain en affirmant, au mépris de tout sens de l'État et de l'intérêt général, que les non-vaccinés ne sont plus des citoyens. Cette manière de désigner comme ennemis de la nation des millions de citoyens français est sans précédent dans l'histoire de la Ve République.

"À mesure qu'il s'installait dans la vie publique, l'idée même de passe s'est banalisée, normalisée. Or elle porte en germes la déchéance de citoyenneté induite par les propos du chef de l'État, car elle implique une chose absolument gravissime et sans précédent : que l'accès à la pleine citoyenneté est désormais conditionné à un vaccin. Le passe sanitaire ou vaccinal n'est pas un « passe », mais un permis de citoyenneté. Si vous n'avez pas votre passe (ou s'il n'est pas « à jour »), vous êtes déchu de votre pleine citoyenneté et ne pouvez plus accéder aux lieux et événements de la vie sociale, jusqu'aux lieux de culture et aux hôpitaux. Une rupture incroyable avec le principe de l'indivisibilité de la République et de la citoyenneté, principe qu'avait brillamment et courageusement rappelé l'ex-défenseur des droits Jacques Toubon à l'occasion des débats autour de la déchéance de nationalité en 2016 : « Ce projet revient à graver dans le marbre de notre norme supérieure une division fondamentale des Français en deux catégories, à l'encontre de l'esprit et de la lettre de la Constitution. La citoyenneté est aussi indivisible que la République. Son principe fondamental est que les citoyens sont égaux et qu'il n'y a pas de citoyens moins citoyens que d'autres. » Et si la République est une et indivisible, alors le président de la République est le Président de tous les Français, quelles que soient leurs opinions, leurs origines, leurs convictions, leurs choix de vie. En se présentant comme le Président d'une partie des Français contre d'autres Français, Macron rompt avec un principe républicain fondamental. Et il a commis une faute morale impardonnable – et irréparable.

"Depuis deux ans, sans que beaucoup ne s'en émeuvent, nous changeons de modèle politique et quittons les rives de la République, avec ses normes constitutionnelles, ses droits inaliénables, sa séparation des pouvoirs, sa conception de la citoyenneté, son principe de liberté, pour entrer dans un nouveau régime où, pour paraphraser le chef de l'Etat lui-même, les citoyens ont des devoirs avant d'avoir des droits, où la liberté individuelle s'efface au profit de l'intérêt collectif, où l'état d'exception devient la nouvelle norme de gouvernementalité. L'idée même de liberté est devenue relative, transformée en une « permission » accordée par le gouvernement selon notre bonne conduite. Or la liberté ne se « permet » pas : elle est inaliénable et consubstantielle à la citoyenneté. « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit » : telle est la formule fondamentale de notre édifice républicain qui est en train de s'écrouler dans l'indifférence générale. Est libre tout citoyen français. Quel qu'il soit. Où qu'il se trouve. Quoi qu'il fasse. Et si par malheur il contrevient à la loi, alors c'est à la justice, indépendante du pouvoir, de décider s'il doit être puni ou non. Nous vivons une révolution politique majeure qui devrait inquiéter tous les démocrates et républicains attachés à l'Etat de droit. Pourtant les voix qui s'élèvent contre ce nouvel ordre politique sont bien rares, et encore plus chez les modérés. Quelle immense défaite !»" (Fin de citation) (6)

Sources

 

(1) https://www.leparisien.fr/politique/europe-vaccination-presidentielle-emmanuel-macron-se-livre-a-nos-lecteurs-04-01-2022-2KVQ3ESNSREABMTDWR25OMGWEA.php

(2) Dimitri CASALI, Le Grand Procès de l'Histoire de France, Saint-Louis, Colbert, Napoléon, Jules Ferry..., tous victimes du politiquement correct, Robert Laffont, Paris 2019, p. 111.

(3) https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/10/22/comment-un-president-de-la-republique-peut-il-etre-destitue_4510625_4355770.html

(4) https://www.liberation.fr/checknews/9558-de-vaccines-parmi-les-cas-domicron-en-allemagne-linstitut-robert-koch-reconnait-une-erreur-de-chiffres-20220103_7324EYINBRGWHKOH2YZFFU224E/

(5) https://www.lindependant.fr/2022/01/05/covid-decu-par-la-faible-efficacite-des-vaccins-le-pr-caumes-se-dit-oppose-au-pass-vaccinal-regression-sanitaire-10028118.php

(6) https://www.lefigaro.fr/vox/politique/en-faisant-des-non-vaccines-des-ennemis-de-la-nation-le-president-se-pose-en-diviseur-des-francais-20220105

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2022 2 04 /01 /janvier /2022 08:51
Sans précédent : Le nombre de décès dans l'Indiana chez les 18-64 ans a augmenté de 40 %, est-ce à cause de la vaccination Covid ?

Traduction blog ChristRoi.over-blog.com.

 

C'est énorme. Quelque chose tue des gens en bonne santé à un niveau sans précédent. Ce n'est pas le COVID. Serait-ce le vaccin COVID "sûr et efficace" ? Je le pense. Pour la raison suivante.

 

Commencez par lire cette histoire : "Le PDG de l'Indiana Life Insurance déclare que les décès parmi les 18-64 ans ont augmenté de 40 %". Lisez l'histoire complète ici .

 

Remarque : Dans le cas où cette histoire "disparaît", j'ai fait une copie de sauvegarde. Vous ne pouvez pas être trop prudent de nos jours

 

Ceci est une grosse affaire. Vraiment grosse. Et je ne suis pas le seul à le penser.

 

Points clés :

 

1. Les décès chez les 18-64 ans (qui ne meurent généralement pas) ont augmenté de 40 % en 2021 par rapport aux niveaux d'avant la pandémie.

2. C'est énorme. GIGANTESQUE. Ils n'ont jamais rien vécu de tel dans leur histoire. Habituellement, les taux de mortalité ne changent pas du tout. Ils sont très stables. Il faudrait quelque chose de VRAIMENT GROS pour avoir un effet aussi grand. 

3. D'autres dans l'industrie le voient aussi.

4. Ce n'est pas le COVID. Les décès dus au COVID ont diminué cette année.

5. Quelle que soit la cause, c'est plus gros et plus mortel que le COVID, et cela affecte presque tout le monde.

6. Le CDC a tout sous contrôle... ok, je plaisante... le CDC n'a aucune idée comme d'habitude.

 

Tout ceci signifie que "quelque chose" est à l'origine d'un nombre MASSIF de décès en 2021.

 

Je me demande de quoi meurent tous ces gens ?

 

Voici les indices dont nous disposons. Nous avons donc besoin de quelqu'un de très intelligent pour résoudre ce mystère :

 

1. Ces décès ne se sont produits qu'après la mise sur le marché des vaccins.

2. Les décès sont "principalement des personnes en âge de travailler de 18 à 64 ans" qui sont employées par des sociétés qui ont souscrit une assurance-vie collective via OneAmerica. Mais cela ne veut pas dire que les 65 ans et plus ne sont pas également touchés. Ce qui est crucial est d'observer des effets chez les jeunes.

3. Il y a plus de décès en excès qu'à tout autre moment de l'histoire, ces décès sont donc probablement causés par une une nouvelle menace sans précédent dans l'histoire telle que : Par exemple, un nouveau vaccin qui n'a jamais été utilisé auparavant, ou quelque chose de similaire auquel un grand nombre de personnes seraient exposées (par exemple, un État qui promeut la vaccination).

4. Pas à cause du COVID (les décès dus au COVID sont en forte baisse).

5. Ils meurent de diverses causes, pas d'une seule. Cela exclut donc les agents pathogènes des aliments ou de l'air. Je note que la variété des causes de décès coïncide avec le large éventail d'événements indésirables causés par les vaccins COVID, par exemple.

6. Cela doit toucher un grand nombre de personnes pour avoir un tel impact. C'est donc quelque chose de nouveau qui touche au moins la moitié de la population, comme un nouveau vaccin obligatoire par exemple.

7. Il y a une énorme pression du gouverneur de l'Indiana en faveur de la vaccination, il souhaite que tout le monde soit vacciné. Intéressant. "Le gouverneur de l'Indiana Eric Holcomb a redoublé d'efforts pour faire vacciner tout le monde dans l'État." 

8. Fait utile: les adultes de 65 ans et plus représentent 16 % de la population américaine, mais 80 % des décès dus au COVID-19 aux États-Unis, ce qui est légèrement supérieur à leur part des décès toutes causes confondues (75 %) au cours de la même période. Nous utiliserons ce 75% plus tard.

9. Ce n'est pas seulement la seule compagnie d'assurance-vie, il y a aussi d'autres compagnies d'assurance qui ont vu cette énorme augmentation. C'est donc quelque chose d'énorme et d'ampleur nationale, comme la vaccination obligatoire à travers les États-Unis ou quelque chose comme ça.

10. "Juste pour vous donner une idée de la gravité de la situation, une catastrophe de trois sigmas ou une catastrophe qui ne se produit qu'une fois tous les 200 ans, signifierait une augmentation de 10 % par rapport à la période pré-pandémique", a-t-il déclaré. "Donc, 40 % c'est du jamais vu." Cela suggère que ce doit être quelque chose (par exemple, un nouveau vaccin). Ce doit être quelque chose qui n'a pas été lancé avant 2021, comme un nouveau vaccin COVID.

11. L'entreprise constate une "augmentation" des réclamations pour invalidité, affirmant qu'il s'agissait initialement de réclamations pour invalidité à court terme et que maintenant l'augmentation concerne les réclamations pour invalidité à long terme. Donc quelque chose tue des gens, et ceux qui ne meurent pas sont handicapés. Vous savez déjà ce que les vaccins COVID ont fait (comme je crois le VAERS).

12. Brian Tabor, président de l'Indiana Hospital Association, a déclaré que les hôpitaux de tout l'État étaient inondés de patients "atteints de nombreuses maladies différente" et que "malheureusement, la santé moyenne s'est détériorée pendant la pandémie". Lors d'un appel de suivi, il a déclaré qu'il n'avait aucune idée des raisons pour lesquelles tant de personnes étaient hospitalisées dans l'État – pour quelles conditions ou affections. Cependant, il a déclaré que le taux de mortalité exceptionnellement élevé cité par Davison est conforme aux chiffres observés dans les hôpitaux de l'État. Tout cela pourrait donc être dû aux vaccins COVID.

13. Le nombre d'hospitalisations dans l'État est maintenant plus élevé qu'il ne l'était avant l'introduction du vaccin COVID-19 il y a un an et est en fait plus élevé qu'il ne l'a été qu'au cours des cinq dernières années, a déclaré le Dr. Lindsay Weaver, médecin-chef de l'Indiana, lors d'une conférence de presse avec le gouverneur Eric Holcomb mercredi. Encore une fois, tout ce qui tue des gens est pire que le COVID. Cela ne peut pas être le COVID parce que nous avons vacciné tellement de personnes avec notre vaccin sûr et efficace qui prévient les décès dus au COVID.

14. Le PDG de la compagnie d'assurance ne croit pas que les vaccins soient la cause des décès et des invalidités. Découvrez ce tweet : Il demande à ses employés de se faire vacciner ! Donc ça ne peut pas être le vaccin, même si tous les faits sont exacts ! Zut ! Le PDG sait que les vaccins sont sûrs et efficaces. Il n'a aucune preuve pour étayer cette affirmation, mais nous devrions le croire puisqu'il est une figure d'autorité (vous savez, comme le CDC). On peut toujours faire confiance aux personnes en autorité, surtout quand elles n'ont aucune preuve. Qui a besoin de preuves ? La science a été supplantée en 2021.

Alors je dois dire que je suis perplexe. J'avais pensé que c'était le vaccin COVID car tous les indices étaient corrects sauf le dernier élément. J'étais si près ...

Voici le taux de mortalité par âge du CDC ci-dessous. Voyez-vous à quel point il est stable d'une année à l'autre? Étonnamment stable ! Alors quand vous voyez un bond de 40%, c'est incroyable. C'est un feu à 4 feux.

 

 

Extrapoler cela au reste du pays

 

Nous savons qu'environ 3 millions de personnes meurent chaque année aux États-Unis. 75% d'entre eux ont plus de 65 ans, ce qui nous laisse 750 000 décès par an pour les moins de 65 ans.

 

Si ce nombre a bondi de 40 % par rapport aux niveaux d'avant la pandémie aux troisième et quatrième trimestres, nous devrions alors supposer que le deuxième trimestre était la phase de démarrage (nous supposons une augmentation linéaire au deuxième trimestre).

 

Cela fait donc 75 000 décès par trimestre pour les troisième et quatrième trimestres et la moitié de cela, 37 000 décès au deuxième trimestre.

 

Cela signifie que dans le groupe d'âge des 18-64 ans, il y aura probablement 187 000 décès supplémentaires dus à une nouvelle cause.

 

Comparer au nombre prédit par le VAERS pour le même groupe d'âge aux États-Unis

 

Voyons si cela coïncide avec le nombre de décès dus aux vaccins aux États-Unis pour le même groupe d'âge. J'ai utilisé 65 dans la requête car cela signifie "moins de 65 ans":

 

 

(2156 décès en VAERS - 40 décès de fond) * 41 (l'URF) et nous obtenons 87K décès.

 

Cela signifie soit :

 

1. Il existe un autre effet qui tue plus de personnes âgées de 18 à 64 ans que le vaccin (peu probable mais possible).

2. Mon URF de 41 sous-estime les décès d'un facteur 2,15

Je suis d'accord avec la déclaration n°2. J'ai toujours dit que 41 est un URF conservateur pour la mort. Le 41 est calculé à l'aide des taux d'anaphylaxie, qui sont les événements les plus susceptibles d'être signalés au VAERS. Cela ne me surprendrait pas du tout que les décès soient sous-déclarés par un ratio beaucoup plus important.

C'est énorme. Mes plus proches amis ont également remarqué cet article et ont écrit à ce sujet.

 

Je n'ai découvert ces articles qu'après avoir écrit le mien hier soir. Je voulais dormir dessus avant de le poster.

Trois des personnes à qui je parle le plus souvent des problèmes liés aux vaccins sont Jessica Rose, Mathew Crawford et Robert Malone.

 

Que savez-vous : ils ont tous trois publié leurs topos sur ce sujet avant que j'appuie sur le bouton "Publier". Donc je suis en retard pour le match.

 

Mes amis sont d'accord avec ma réaction quant à l'importance de cet article.

 

Par exemple, Malone a écrit :

 

Prenez un moment pour lire l'intégralité de l'article. À présent.

 

comme je l'ai écrit (indépendamment). Nous l'avons probablement écrit en même temps.

 

Voici les liens vers les articles :

 

L'article de Robert Malone

Et si la plus grande expérience sur les êtres humains de l'histoire était un échec ?

Extrait:

 

Il commence à me sembler que la plus grande expérience sur les êtres humains dans l'histoire enregistrée a échoué. Et, si ce rapport plutôt sec d'un cadre supérieur de l'assurance-vie de l'Indiana est vrai, alors la pression de Reiner Fuellmich sur les "Crimes contre l'humanité" pour la convocation de nouveaux procès à Nuremberg commence à sembler beaucoup moins chimérique et beaucoup plus prophétique.

 

 

AU MINIMUM, sur la base de ma lecture, on doit conclure que si ce rapport tient et est confirmé par d'autres dans le monde aride des actuaires d'assurance-vie, nous avons à la fois une énorme tragédie humaine et un échec profond des politiques publiques du gouvernement américain et Système américain HHS pour servir et protéger les citoyens qui paient pour ce "service".

 

SI cela est vrai, alors les vaccins génétiques promus de manière si agressive ont échoué, et la campagne fédérale claire pour empêcher un traitement précoce avec des médicaments vitaux a contribué à une perte de vie massive et évitable.

 

AU PIRE, ce rapport implique que les mandats fédéraux sur les vaccins sur les lieux de travail ont conduit à ce qui semble être un véritable crime contre l'humanité. Des pertes de vie massives chez (vraisemblablement) des travailleurs qui ont été forcés d'accepter un vaccin toxique à une fréquence plus élevée par rapport à la population générale de l'Indiana.

 

L'article de Jessica Rose

Les compagnies d'assurances - tout comme les banques, plus si ennuyeuses !

Extrait:

 

Alors qu'est-ce que cela nous dit? Cela nous dit que nous sommes potentiellement dans un énorme tas de merde fumante. Pour être franc. Les indications de notre ami de la compagnie d'assurances ne sont que des indications. Si ce que nous voyons dans le VAERS, et les autres systèmes de notification des événements indésirables, est le simple reflet de ce qui se passe réellement en ce qui concerne les blessures, ce que je suppose, alors nous n'avons encore rien vu. Et si ce qui est rapporté concernant les déficiences immunitaires associées à ces injections n'est pas simplement anecdotique ou représentatif d'une petite sous-cohorte d'individus, nous pourrions être en présence d'un désastre sanitaire complet imposé par le gouvernement. Il va falloir s'unir pour s'en sortir, comme je le dis toujours.

 

Pour terminer cet article, comme l'a dit Robert, j'espère me tromper. Mais je crains que non.

 

L'article de Mathew Crawford

Pourquoi les décès non liés au COVID ont-ils atteint des sommets historiques dans l'Indiana ?

Extrait:

 

Davidson a décrit une augmentation de 10 % de la mortalité comme un événement à 3 sigma ( écart type ), ce qui fait de 40 % un événement à 12 sigma. Ce sont les statistiques qui indiquent à quel point sont éloignés de l'ordinaire ces événements inhabituels. Pour plus de clarté, un événement trois sigma devrait se produire environ une fois tous les 300 ans environ et un événement six sigma devrait se produire une fois tous les 300 000 ans environ. Nous parlons de la proportion de la surface sous une courbe normale qui est ombrée par rapport à la surface totale. Il faudrait vraiment zoomer dessus pour le détecter à l'œil nu. 

 

 

Il ne s'agit pas seulement de COVID-19, mais pas une seule personne lors de la conférence de presse ne vient discuter des décès ou des blessures liés au vaccin, pas même pour apaiser la peur. Ils ne veulent pas en discuter.

 

Ce n'est pas un incident isolé

Les sinistres décès en assurance-vie augmentent de 41 %, soit 3,5 fois plus en 2021

 

À Phoenix, le taux de mortalité des employés de la ville (14 000 employés) en 2021 a doublé par rapport à la moyenne sur 10 ans. Ce n'est pas une augmentation de 40 %. C'est le DOUBLE. Il se passe clairement quelque chose…

 

Les chiffres de surmortalité en Europe et au Royaume-Uni semblent montrer que les jeunes meurent plus vite que les personnes âgées, et que les 0-14 ans meurent plus vite au second semestre 2021 par rapport au premier. D'autres preuves montrent que les vaccins tuent les enfants.

 

La réaction de la presse grand public était prévisible : ils l'ont ignorée

Les médias grand public n'en ont pas du tout parlé. Il est 7 h 00 HNP le 3 janvier et je viens de faire cette requête Google et j'ai découvert que la SEULE histoire était l'histoire originale. Rien d'autre. Personne d'autre ne pensait que c'était important. Juste moi et mes amis.

 

 

Y a-t-il une autre explication à tout cela ?

Existe-t-il une meilleure explication qui correspond au nombre de décès et aux causes de décès ? Je ne voudrais pas sauter aux conclusions.

 

Il pourrait y avoir quelque chose auquel nous n'avons pas pensé. Par exemple, saviez-vous que Twitter a déterminé que l'énorme augmentation du nombre de décès d'athlètes depuis le lancement des injections était due à "la déshydratation, la surchauffe et des problèmes cardiaques non diagnostiqués". Le fait que ces décès se produisaient en hiver était sans importance. Et le fait qu'ils n'aient cité aucune preuve pour étayer leur hypothèse était attendu. Et ils n'ont pas expliqué pourquoi cela ne s'est pas produit l'année dernière ou une autre année. Un exercice pour le lecteur je suppose.

 

Il n'y a pas de condition d'arrêt pour le vaccin

Il est important de souligner que contrairement à tous les autres essais cliniques qui seraient approuvés par un comité d'examen interne (IRB), celui-ci n'a pas de condition d'arrêt prédéfinie.

 

Le CDC et la FDA ne peuvent pas débrancher le vaccin car aucune condition d'arrêt n'a été prédéfinie.

 

Et personne au Congrès n'imposera de condition d'arrêt (nous avons demandé aux membres du Congrès "Combien d'enfants doivent mourir avant que vous ne mettiez fin aux vaccins ?" et ils ont tous refusé de répondre).

 

Que pouvez-vous faire à ce sujet

Je rassemble des statistiques similaires auprès d'autres compagnies d'assurance pour confirmer cette observation. Si vous travaillez dans une compagnie d'assurance, rejoignez dès maintenant ce sous-pack dédié et lisez cet article où vous pouvez saisir des données. Si vous connaissez quelqu'un qui travaille dans une compagnie d'assurance, veuillez lui transmettre cet article.

 

Merci!

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 08:42

À la mi-novembre 2021, il y a eu 110000 déclarations d’effets indésirables des vaccins Covid-19, alors qu'en une année normale, nous sommes autour de 45000 événements indésirables tous médicaments confondus.

Le 1er décembre 2021, le Sénat auditionnait la directrice générale et la directrice de la surveillance de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) sur les traitements anti-covid et la pharmacovigilance sur les vaccins anti-Covid. 

L’ANSM fait état de plus de 110000 déclarations répertoriées d’effets indésirables sur les vaccins contre le covid-19. (Public Sénat)

Directrice générale de l’ANSM : "nous sommes à la mi-novembre à plus de 110000 déclarations d’effets indésirables ... sur les seuls effets indésirables des vaccins"

Christelle Ratignier-Carbonneil, directrice de l’ANSM, a avoué l’explosion des déclarations d’effets indésirables concernant les injections seules tout en reconnaissant une sous-déclaration:

"Madame la Présidente, messieurs et mesdames les sénateurs, vous vous interrogez sur la sous-déclaration en pharmacovigilance qui, on le sait, est une question récurrente; il y a une sous-déclaration en pharmacovigilance.

"Néanmoins, sur cette campagne d'une ampleur inédite, nous sommes à la mi-novembre à plus de 110000 déclarations d’effets indésirables. Pour vous donner un ordre de grandeur, dans les années sans pandémie, on est plutôt autour de 45000 événements indésirables qui sont enregistrés dans la base nationale de vigilance, tous médicaments confondus. Alors que là, sur les seuls effets indésirables des vaccins, on est à plus de 110000.

"Donc, même si il y a une sous-déclaration, on est quand même très largement informé, et la surveillance porte véritablement sur l'ensemble des effets.

"... On a un peu moins de 500 cas au total de myocardites avec les vaccins à Arn messager, donc à la fois le vaccin Cominarty du laboratoire Pfizer et le vaccin Spikevax du laboratoire Moderna. 375 cas pour Cominarty (Pfizer), qui est très majoritairement le plus utilisé, et un petit plus d'une centaine de cas pour le Moderna.

Autre source : L'Actu dissidente

 

Video de Public Sénat :

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 08:27
Source: https://www.bild.de/politik/inland/politik-inland/umfrage-zeigt-vertrauen-in-corona-zahlen-weg-78704246.bild.html

Source: https://www.bild.de/politik/inland/politik-inland/umfrage-zeigt-vertrauen-in-corona-zahlen-weg-78704246.bild.html

2 janvier 2022 - 22:03

 

Les Allemands ne font plus confiance aux chiffres corona.

 

C'est le résultat d'une enquête INSA pour BILD. Lorsqu'on leur a demandé s'ils faisaient toujours confiance aux chiffres officiels des infections, 57% ont répondu non. Seulement 32 % pensent que les chiffres du gouvernement sont corrects.

Cela signifie que la majorité n'accorde plus aucune importance aux valeurs de l'Institut Robert Koch (RKI) !

Le ministre de la Santé Karl Lauterbach (58 ans, SPD) a admis que le taux d'infection actuel "n'est pas représenté avec précision dans les chiffres officiels".

Et de plus en plus de districts abandonnent le suivi des contacts.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2021 5 31 /12 /décembre /2021 09:32

Add. 9 janvier 2022.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2021 5 31 /12 /décembre /2021 08:00

Du pass sanitaire au pass vaccinal, le Conseil d’Etat enterre l’Etat de droits, en petit vote en formation restreinte de la commission permanente, en toute complaisance avec un exécutif au projet liberticide.

 

Non, ce n’est plus la démocratie, c’est un putsch. Alexis Poulin Twitter

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 20:38

Ces données de l’Institut Robert Koch montrent que le variant Omicron qui est en train de devenir dominant atteint en priorité les personnes vaccinées. De ce fait, les mesures discriminatoires à l’encontre des non ou des incomplètement vaccinés doivent être abolies d’urgence.

____________________

Mickael, Un infirmier sur le Var témoigne sur RMC : "Je commence à perdre foi sur la vaccination. Ma collègue qui est en trois doses, qui a vacciné toute sa famille, ils sont tous positifs avec des symptomes, des courbatures, de la fièvre, le nez qui coule... Le bémol que je mets c'est sur le pass vaccinal. Le vrai problème est que les vaccinés contaminent aussi. La diffusion actuelle ne se fait pas que par les non vaccinés, elle se fait essentiellement par les vaccinés aujourd'hui."

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 19:22
Source: https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/israel-la-quatrieme-dose-du-vaccin-anti-covid-suspendue-1375396

Source: https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/israel-la-quatrieme-dose-du-vaccin-anti-covid-suspendue-1375396

Annoncée la semaine dernière, la quatrième dose est suspendue jusqu'à nouvel ordre, sauf pour les immuno-déprimés. Le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, attend les résultats d'études. Si Omicron est moins grave que les souches précédentes, il pourrait favoriser l'immunité collective.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 15:21

#Macron a fait classer secret défense les contenu des conseils de défense. 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 14:21

Le 8 décembre 2021

Citation d’une lettre provenant d’une croyante catholique : « Je vis dans une incertitude constante. Je suppose que l’approbation d’une vaccination obligatoire sera bientôt effective. Quand je considère la situation en Autriche, ils prévoient des amendes pour non-respect à l’obligation vaccinale de 92.000 ou même jusqu’à 182.000 €, voire 4 mois de prison. On peut s’attendre à une situation similaire en République tchèque…

Je ne veux pas finir par vivre quelque part sous les ponts, surtout si l’on considère ce que signifie vivre dans la rue. C’est pourquoi je crains d’être obligée de me faire vacciner contre mon gré. Si la punition consistait juste à purger une peine de prison, je n’hésiterais pas. Pourriez-vous s’il vous plaît m’indiquer comment je dois agir si tout cela se produit ? Je m’inquiète beaucoup de ce qui se passe et de ce que je ne veux pas, et je ne peux pas non plus trahir Dieu.

 

La goutte d’eau qui fait déborder le vase fut une lettre pastorale de Son Eminence Dominik Duka, qui non seulement cite et est d’accord avec la lettre de Graubner, mais ajoute ses propres mots encourageant la vaccination ».

 

Chère Madame, nous vous comprenons, et particulièrement le fait que la lettre pastorale du cardinal Duka, qui a rejoint l’appel de Graubner, ait été pour vous la dernière goutte qui a fait déborder le vase. Que pouvons-nous dire ? Nous croyons et prions afin que le cardinal Duka fasse pénitence publique. Cela signifie de retirer ses paroles, et de dire courageusement la vérité et, ainsi, s’opposer à tout ce système suicidaire.

 

Le pape Marcellin était dans son bureau pendant le règne de Dioclétien et Maximien, à l’époque de la persécution la plus cruelle des chrétiens. En trente jours, ils torturèrent de différentes manières 17.000 chrétiens, hommes et femmes, à Rome. Ils capturèrent le pape et l’amenèrent devant Dioclétien pour un interrogatoire. Il eut peur des terribles tortures, déposa de l’encens sur un autel d’idoles et apporta un sacrifice aux idoles païennes Vesta et Isis. L’empereur l’honora, le revêtit d’une coûteuse robe de cérémonie et l’appela « son ami ». Marcellin rentra à la maison, il pleura et pleura amèrement comme l’apôtre Pierre l’avait fait lorsqu’il avait renoncé au Christ. Il était en colère contre lui-même, car alors qu’il fortifiait tant d’autres dans la foi et les encourageait à l’héroïsme du martyre, il tomba lui-même de façon terrible. Il souffrit dans son cœur de façon indicible. Une assemblée de prêtres locaux se réunit dans la ville voisine de Sinuessa, en Campanie, à la même époque. Elle réunit des évêques et des prêtres, environ 180 personnes. Marcellin, vêtu d’un sac, répandit des cendres sur sa tête et, le chagrin au cœur, il vint voir les pères présents à ce rassemblement. Il se tint devant eux comme un condamné, confessa clairement son péché et versa de nombreuses larmes. Il pleura et les supplia de le juger. Ils lui dirent : « Juge-toi par ta propre bouche. Le péché est sorti de ta bouche, que le jugement en sorte aussi. Nous savons que saint Pierre a renié le Christ par peur, mais il a pleuré amèrement, et le Seigneur lui a accordé une grâce renouvelée ».

 

Le pape Marcellin prononça ce jugement sur lui-même : « Je m’exclus de l’état clérical comme en étant indigne. Que mon corps ne soit pas enterré à ma mort, comme il est de coutume, mais qu’il soit jeté aux chiens pour qu’ils le mangent. Celui qui tenterait de m’enterrer, sera maudit ».

 

Après le retour de l’assemblée à Rome, Marcellin prit la robe de cérémonie coûteuse qu’il avait reçue de Dioclétien, et se précipita chez lui. Il la jeta à ses pieds, il réprimanda l’empereur et maudit ses faux dieux. Il confessa son grave péché et pleura. L’empereur se mit en colère, le livra à la torture et le condamna à mort. Le pape Marcellin mourut en martyr.

 

Chère Madame, vous êtes certainement consciente que nous nous trouvons dans une période de violence sans précédent, où aucun droit et aucun principe moral ne sont pris en considération. Cela nous rappelle l’époque où les chrétiens étaient persécutés. En 304, l’empereur Dioclétien publia un édit dans lequel il ordonnait à tout le monde d’apporter des sacrifices aux dieux païens – des démons – et ceux qui refuseraient, devaient être torturés et tués. Cependant, le sang des martyrs avait coulé depuis l’époque de l’empereur Néron jusqu’à l’an 313, date à laquelle une liberté religieuse fut déclarée. Il fallut plusieurs millions de martyrs.

 

Les jours présents inaugurent des temps similaires à cette persécution sanglante. Chaque chrétien doit se rendre compte de la gravité de la situation, et doit être prêt à mourir. Contrairement à la première persécution, le but actuel est le dépeuplement, c’est-à-dire le génocide. Quelle que soit la façon dont chacun prend sa décision, il/elle ne peut pas sauver sa vie physique. Mais il s’agit de bien plus ; il s’agit du salut ou de la damnation éternelle de notre âme.

 

Chacun doit s’arrêter et chercher la vérité pendant que les temps sont encore calmes. Il faut être conscient que le problème avec cette affaire de covid n’a rien à voir avec la santé ; ce n’est pas une véritable pandémie et il ne s’agit pas d’un véritable vaccin, mais bien d’un système de mensonges, à la racine duquel se trouve le satanisme. Son objectif n’est pas seulement l’élimination physique de l’humanité, mais l’enlèvement massif des âmes dans la damnation de l’enfer, en les attirant dans le système de la vaccination. Une personne trompée pense qu’en faisant cela, l’infection sera terminée. Ceci, cependant, est une énorme fraude !

 

Tout le monde doit faire face à la vérité et prendre une décision ferme de vie ou de mort. Si les personnes souhaitaient prendre une décision une fois qu’elles ont été mises sous pression, elles prendraient la mauvaise décision. Elles seraient manipulées et forcées, ce qui signifie qu’elles voudraient, en pratique, être trompées afin d’éviter les problèmes. En réalité, ces problèmes ne peuvent être évités et elles connaîtraient une souffrance beaucoup plus grande. Il y aura d’autres soi-disant vaccins, d’autres virus synthétiques, et même un puçage qui transforme les gens en robots biologiques. L’homme, dépourvu de sa volonté, est également dépourvu de sa capacité à se repentir et à obtenir le salut, et se retrouvera dans l’étang de feu après sa mort. C’est pourquoi il faut savoir que ces personnes doivent refuser la vaccination, et prendre la bonne décision dès le début. Celles qui ont déjà reçu un vaccin doivent se repentir radicalement, sinon elles ne pourront pas sortir du système auto-génocidaire. Le pénitent ne doit pas recevoir d’autres vaccins.

 

Une fois qu’une personne comprend qu’il ne s’agit plus de santé, mais qu’il existe un système trompeur, elle doit examiner les faits pour être sûre de la bonne décision à prendre. Elle doit savoir ce que cela va vraiment lui en coûter si elle prend le vaccin, ou si elle ne le prend pas.

 

Si la personne prend le vaccin :

 

1) Elle peut mourir immédiatement après avoir pris ce vaccin expérimental à ARN messager ou, comme cela a été prédit par les spécialistes, dans les trois ans.

 

2) La vaccination avec un vaccin à ARNm qui utilise des tissus d’enfants à naître et assassinés avant leur naissance, représente un anti-baptême satanique, à savoir la soumission à l’autorité de satan.

 

3) Le vaccin à ARNm perturbe le génome, ce qui signifie qu’il provoque des réactions imprévues de l’organisme, telles que des maladies auto-immunes incurables, des maladies des vaisseaux sanguins, une inflammation du cœur, des reins, une paralysie, un cancer, des maladies du système nerveux central, des troubles mentaux, de la démence, des dépressions… cette personne devient martyr du système satanique.

 

4) Le vaccin à ARNm contient déjà des nanoparticules, et ce système continue d’augmenter le niveau d’esclavage. Son objectif est de transformer les gens en robots biologiques qui se retrouvent, finalement, dans l’étang de feu. Ceux qui entrent dans ce système commettent un suicide physique et spirituel progressif.

 

5) Chaque personne vaccinée soutient le système de l’avortement, et en est coresponsable.

 

Quel est le résumé des conséquences si la personne refuse le vaccin ?

 

1) Elle sera persécutée, mais ne deviendra pas esclave du système satanique, qui aboutit à la mort temporelle et éternelle ; elle doit être mentalement préparée à une persécution et à une mort physique.

 

2) La personne non-vaccinée a beaucoup plus d’espoir de survivre que celles qui ont participé au système de la vaccination et, qui plus est, elle sauvera son âme et vivra dans l’espoir de prolonger sa vie. Ceux qui succombent à ce système trompeur n’ont aucun espoir.

 

3) Dieu est du côté de ceux qui ne se sont pas soumis au système du mensonge, et refusent le vaccin. Si la personne se tourne vers Dieu, Dieu la protégera d’une trahison et d’autres choses, et la renforcera de la même manière dont Il l’a fait pour des millions de martyrs, dans le passé récent et lointain.

 

4) Par leur exemple, les non-vaccinés encourageront les autres et, de plus, ils feront l’expérience selon laquelle, s’ils se tournent vers Dieu dans des situations insolubles, Dieu leur fournit la solution. Lorsqu’une personne réussit une épreuve très difficile dans la vie, même si elle se termine par la mort après son martyre, elle recevra une couronne de gloire éternelle au Ciel.

 

Vous demandez : que dois-je faire ? Dans tous les cas, prenez votre temps et envisagez les deux scénarios. Chaque chrétien doit envisager une possibilité de persécution et une couronne de martyr, comme nous le faisons également. En d’autres termes, aujourd’hui, nous n’avons que deux options : l’une consiste à devenir un martyr pour le Christ, l’autre consiste à devenir un martyr pour satan.

 

D’ailleurs, vous savez bien que toute personne doit mourir de mort naturelle, mais mourir en martyr pour le Christ constitue un honneur extraordinaire. Selon l’enseignement de l’Église, un martyr est à l’abri des tourments du purgatoire, et va directement dans la gloire de Dieu. Si une personne ne se décide pas en faveur d’un martyre digne pour le Christ, elle sera entraînée dans un martyre pour satan par le système, et elle recevra la souffrance comme récompense dans cette vie, ainsi qu’une souffrance éternelle après sa mort.

 

Quant au scandale causé aux croyants par le cardinal Duka, que le repentir ardent du saint pape Marcellin soit un exemple pour lui.

 

Nous vous recommandons de lire un nouveau livre intitulé « Martyrs et autres saints » (http://vkpatriarhat.org/cz/?p=47197 ; ce livre n’est disponible qu’en tchèque et en ukrainien). Il constituera certainement un grand encouragement pour vous, et vous apportera lumière et espoir.

 

 

 

+ Élie

 

Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin

 

+ Méthode OSBMr + Timothée OSBMr

 

Evêques secrétaires

 

Source

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 12:43

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 12:18

Marc Eynaud, journaliste sur C-News : "On a plus de suicides d’enfants liés aux contraintes sanitaires que d’enfants morts du Covid en France."

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 11:51

Dans cette video, Maître Fabrice Di Vizio évoque une transformation de l'Etat de droit en "un Etat moral", dont on ne se rend pas compte à quel point cela est dangereux :

"Ne pas faire vacciner constitue-t-il une faute ? Non. Au sens du droit il n'y a pas d'obligation vaccinale. Oui, mais ne pas me faire vacciner constitue (selon le récit covidôlatre) un acte immoral. Si vous voulez. Mais j'ai ma définition de la moralité et vous avez la vôtre et moi je vais vous imposer la mienne. Ha bon ? Comment ? Et bien, moi qui suis la morale dominante, je vais vous imposer une restriction des droits non pas parce que vous violez une obligation légale (rappelons que jusqu'ici il n'y a pas d'obligation légale à se faire vacciner. Ndlr.) mais parce que vous violez une obligation morale que j'ai instituée.

"Et bien cela mes amis, c'est la définition du totalitarisme.

"C'est-à-dire que je ne commets aucune infraction, mais si je ne fais pas (la vaccination), je suis privé de droits... Peu importe que l'obligation vaccinale n'existe pas en droit positif (jusqu'ici. Ndlr.), c'est un comportement 'moral'. Et donc voici que le Conseil d'Etat valide la sanction légale d'un comportement moral : je suis privé de droits positifs parce que j'ai violé une norme morale, et plus de norme légale. On a abrogé, on a aboli l'Etat de droit au profit d'un Etat moral, et la 'morale' est décidée par le groupe dominant. C'est d'une dangerosité exceptionnelle, je crois que vous ne vous en rendez pas compte à quel point."

____________________

Add. 30-12-2021. Tweet du philosophe René Chiche sur ce sujet : 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 11:29

Ca se réveille au Figaro :

Source: https://www.lefigaro.fr/vox/politique/mathieu-slama-un-etat-d-exception-qui-dure-depuis-deux-ans-n-est-plus-un-etat-d-exception-20211228

Source: https://www.lefigaro.fr/vox/politique/mathieu-slama-un-etat-d-exception-qui-dure-depuis-deux-ans-n-est-plus-un-etat-d-exception-20211228

Consultant et analyste politique, Mathieu Slama collabore à plusieurs médias, notamment Le Figaro et Le Huffington Post. Il a publié La guerre des mondes, réflexions sur la croisade de Poutine contre l'Occident, (éd. de Fallois, 2016).

 

"«Tout cela semble être un film qui ne finit pas». Pour une fois, on ne peut qu'être d'accord avec cette formule du Premier ministre Jean Castex lors de son allocution lundi soir pour annoncer les nouvelles mesures de restriction pour faire face au rebond épidémique actuel. Un film qui ne finit pas, et qui, à mesure qu'il avance, devient de plus en plus oppressant et anxiogène.

 

 

"Il y aurait beaucoup à dire sur le retour des mesures absurdes et ubuesques comme le fait de ne plus pouvoir manger debout dans un restaurant ou encore d'interdire de consommer dans les trains, illustrations tragicomiques de la biopolitique intrusive et infantilisante que l'on subit depuis maintenant deux ans. Il y aurait également beaucoup à dire sur le retour du masque en extérieur, mesure à la fois inutile et aussi problématique du point de vue juridique, puisque la loi française indique que «la République se vit à visage découvert». Il y aurait enfin beaucoup à dire sur la malheureuse formule de Jean Castex - «ne faire peser les restrictions que sur les non-vaccinés» - qui n'a pas sa place dans une démocratie normale.

 

"Le nouveau paradigme de gouvernement [...] fait du régime démocratique l'exception et le régime d'exception la norme.

 

"Mais l'essentiel n'est pas là. L'essentiel est dans le nouveau paradigme de gouvernement qui s'installe depuis deux ans et qui fait du régime démocratique l'exception et le régime d'exception la norme. Il est dans la banalisation d'une méthode de gouvernement non démocratique, autoritaire, verticale, et dans la normalisation d'un état d'exception devenu permanent.

 

"Les mesures annoncées par Jean Castex ne sont pas des propositions mais des décisions prises dans le cadre d'un Conseil de défense, qui est l'organe de décision privilégié par le gouvernement depuis le début de la pandémie. C'est donc un organe opaque, centré sur la personne du chef de l'État, qui prend toutes les décisions, charge au reste des institutions démocratiques de les valider (nous y reviendrons). Le Conseil de défense ne consulte qu'un seul organisme avant de se réunir : le Conseil scientifique, organisme non élu réunissant des médecins et experts qui n'ont aucune légitimité démocratique – et, disons-le, aucun souci de la chose publique. Aucun compte-rendu n'est fait de ces réunions, évidemment.

 

"C'est donc dans l'opacité la plus totale que sont prises les décisions les plus cruciales et les plus attentatoires à nos libertés depuis plus d'un demi-siècle. L'Assemblée nationale, dont la majorité est peuplée de députés dociles et totalement acquis à la cause du gouvernement, ne joue plus son rôle de co-fabricant de la loi : il se contente de parapher les décisions prises sans changer quoi que ce soit de substantiel aux textes discutés. Le Parlement (Assemblée et Sénat) n'est absolument pas associé à la prise de décision en amont. Quant au Sénat, dominé par Les Républicains, il ose parfois apporter quelques modifications mais celles-ci sont immanquablement rejetées par l'Assemblée, comme ce fut le cas lors de la discussion autour du dernier projet de loi sanitaire. Il en sera certainement de même pour le projet de loi qui sera discuté dans quelques jours. Ajoutons à cela que les discussions parlementaires sont menées dans le cadre d'une procédure accélérée qui contraint considérablement les oppositions et empêche, par la force des choses, la tenue de vraies discussions de fond.

 

"Si le Parlement ne joue plus son rôle, qu'en est-il de nos contre-pouvoirs juridictionnels, c'est-à-dire le Conseil d'État et le Conseil constitutionnel ? Depuis deux ans, ces deux institutions garantes de notre État de droit valident toutes les principales mesures restrictives prises par le gouvernement, du confinement au couvre-feu en passant par le passe sanitaire. Le dernier avis en date du Conseil d'État concerne le passe vaccinal, qu'il valide entièrement à une seule condition (minime) : que le certificat de rétablissement puisse être pris en compte. Le Conseil d'État, dans son avis, estime «justifié par un objectif de santé publique» le contrôle, par les professionnels (restaurateurs, gérants de cinéma, etc.), de l'identité des clients (mesure insensée qui fait de certains citoyens des agents de police), tout comme il ne voit aucun inconvénient à l'exclusion de toute vie sociale des citoyens refusant de se faire vacciner. S'il y a bien une chose que cette crise prouve, c'est la plasticité des interprétations possibles de nos principes juridiques, et donc la grande fragilité de nos droits fondamentaux… Mais elle prouve aussi combien les juges administratifs et constitutionnels ont trahi leur mission première, qui est de défendre nos droits et principes fondamentaux face aux velléités du pouvoir.

 

"Le projet de loi qui va être discuté au Parlement prévoit la création d'un «état de crise sanitaire» qui autorise le gouvernement à prendre, par simple décret et sans contrôle du Parlement, des mesures attentatoires aux libertés, tandis que les conditions d'état d'urgence sanitaire sont maintenues, permettant au Premier ministre de décider par décret de mesures de restriction de la circulation des personnes, d'interdiction de la sortie de domicile, de limitation des rassemblements dans les lieux publics ainsi que toute autre mesure limitant la liberté d'entreprendre. Le projet de loi donne donc les quasi pleins pouvoirs à un gouvernement qui peut désormais prendre des décisions gravissimes sans aucun contrôle du Parlement. Et quand on rétorque aux membres de la majorité que cette situation pose a minima d'immenses problèmes démocratiques, ils répondent que tout a été voté par le Parlement et validé par le Conseil constitutionnel. Circulez, il n'y a rien à voir.

 

"Un état d'exception qui dure depuis deux ans n'est plus un état d'exception : c'est un état normal." (Fin de citation).

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 17:37

Au moment où le ministre de la Santé Olivier Véran déclare : "Tout laisse à penser que nous pourrions atteindre plus de 250 000 cas par jour début janvier" pour justifier de passer du passe sanitaire au "passe vaccinal", le Premier Ministre Jean Castex, lui, déclare : 

 

"La vaccination, ça marche. Les personnes qui ont deux doses ... n'ont plus de chance d'attraper la maladie. Donc nous allons supprimer l'obligation qui s'attache au fait d'être cas contact dans cette hypothèse". 

 

C'était avant la troisième et la quatrième dose tous les trois mois ! (Coro Infos Twitter)

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 13:14

Tous vaccinés, tous protégés ?? 

Alors qu'atteindre le 23 décembre dernier 90 000 nouveaux cas par jour a été un "record absolu depuis le début de la pandémie", Olivier Véran a déclaré hier "tout laisse à penser que nous pourrions atteindre plus de 250 000 cas par jour début janvier".

100000 nouveaux cas par jour, ça vous bouleverse? C'est étudié pour...

Seulement ça ne représente que 157 cas pour 100000 habitants, ce qui est 4 fois moins qu'une épidémie de grippe saisonnière classique.

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 11:05

Bravo Monsieur le ministre de la Santé de protéger les Français !

"Il est interdit de..." Quelle décision du Conseil sanitaire es-tu ?

Absurdie : boire un café debout dans un bar est mortel, le boire assis est sans danger !

En revanche, il est "interdit de manger (assis) dans les cinémas, théâtres et dans les transports longue distance" ! (Numerama)

Partager cet article
Repost0