Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 17:43

Alain Soral sur RMC à propos du féminisme, Mélenchon.
 
Alain Soral distingue le féminisme sérieux du féminisme frivole toujours mis en avant. Le féminisme de la frivolité (dont la question du mademoiselle) est un leurre de la question sociale.
 
"Ce sont les "féministes" de la frivolité, à travers la Cfdt de Nicole Notat, présidente d'honneur du "Siècle" (Ndlr. Club de rencontres des élites, fondé en 1944 par le journaliste radical-socialiste et franc-maçon Georges Bérard-Quélin, dont les membres vont de Anne Sinclair, Dominique Strauss-kahn, à Nicolas Sarkozy, Nicole Notat, Laurent Fabius, François Fillon, Edouard de Rothschild..., Jean-François Copé, Bernard Kouchner, Martine Aubry, etc.)), "qui ont réussi à réintroduire le travail de nuit des femmes au nom de l'égalité alors que la suppression du travail de nuit des femmes était un combat de haute lutte tout au long du XIXe siècle. On se sert donc du féminisme contre les femmes et dans l'intérêt patronal. Et ce n'est pas tout à fait un hasard si Clémentaine Autain fait partie de l'équipe rapprochée de Mélenchon".
Partager cet article
Repost0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 16:03

Lors de son point presse pour la journée de la femme, Marine Le Pen a proposé les figures de Jeanne d'Arc, Olympe de Gouges (guillotinée en 1793, auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne) et Camille Claudel pour figurer sur les nouveaux billets français.

 

A partir de 03:17 :

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 23:57

Sarkozy assure qu'il arrêtera la politique en cas de défaite

 

Mis à jour le 08/03/2012 à 13:46 | publié le 08/03/2012 à 10:22

 

Le président-candidat a confirmé sur RMC les confidences déjà faites à des journalistes.

 

Nicolas Sarkozy a déclaré publiquement ce jeudi matin sur RMC qu'il arrêterait la vie politique en cas de défaite à la présidentielle. À la question «si vous perdez cette élection présidentielle, est-ce que vous arrêtez la politique?», le président a répondu «je vous le dis, oui». Et Nicolas Sarkozy d'ajouter: «Je me mets pas dans cette perspective», «je ferai autre chose, mais quoi? Je ne sais pas».

 

Cette annonce fait écho à sa confidence glissée en janvier à plusieurs journalistes lors d'un déplacement en Guyane. «En cas d'échec j'arrête la politique. Oui, c'est une certitude», citait à l'époque Le Monde. «J'ai 56 ans, j'aurais été président, après, vous voulez que je fasse quoi? Que j'organise une section UMP? Non, je changerai de vie. Complètement. Vous n'entendrez plus parler de moi. Pour faire des choix heureux, il ne faut pas les faire à moitié», citait de son côté Le Figaro. Ce n'est pas la première fois que Nicolas Sarkozy évoque son retrait de la politique. En 2008, le président aurait déclaré, selon Le Point : «moi, en 2012, j'aurai 57 ans, je ne me représente pas».

 

Source: http://elections.lefigaro.fr/presidentielle-2012/2012/03/08/01039-20120308ARTFIG00484-sarkozy-assure-qu-il-arretera-la-politique-en-cas-de-defaite.php

Partager cet article
Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 13:56

Contrairement à l'engagement de François Hollande l'Imposteur de taxer les hauts revenus à 75%, énoncé sur TF1 a une heure de grande écoute, c’est dans l’émission « La Matinale » diffusée sur Canal+ (1er mars 2012) que l’on apprend que cette mesure est un mensonge pour naïfs...

 

Le journaliste Mickaël Darmon y a déclaré : « depuis hier, François Hollande envoi un émissaire secret dans le monde du showbiz et du sport pour dire : on ne le fera pas ! ».

 

La présentatrice de l’émission lui demande si c’est vrai, Mickaël Darmon confirme par un « Oui (…) c’est un coup politique contre Sarkozy mais on le fera pas ! ».

Les électeurs socialistes qui ont découverts récemment la campagne « Le changement c’est maintenant » doivent admettre qu’avec le candidat socialiste la politique du mensonge va perdurer...

 

 

 

Source

 

 

- François Hollande l’imposteur

- François Hollande, candidat nuisible aux catholiques !  

Peuple de gauche : déjeuner 4 étoiles pour Hollande et BHL

Partager cet article
Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 22:20

Jeudi 30 juin au soir, le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a déclaré lors du dîner du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) qu'il était "opportun que les fêtes juives de Pessah puissent être prises en compte dans le fonctionnement des administrations et des services publics".

 

"Pérenniser la laïcité"

 

Claude Guéant a dit avoir demandé au ministre de la Fonction publique, dans un courrier du 2 mai, de "veiller à ce que les fêtes de Pessah figurent, dès l'an prochain, dans le calendrier des principales fêtes religieuses". "C'est par de telles inflexions que la laïcité témoigne de sa vitalité et assure sa pérennité", a-t-il ajouté.

 

Source: http://www.juif.org/go-news-166235.php via http://www.democratie-royale.org/article-pour-gueant-la-seule-civilisation-qui-vaille-c-est-l-ashkenaze-99307559.html

Partager cet article
Repost0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 18:03

Jacques Rosen fait parti du bureau de l’Union des Français Juifs, une association qui soutient la candidature de Marine Le Pen aux élections présidentielles.
L’homme, sûr de son action et de son bien fondé, explique pourquoi être juif et soutenir Marine Le Pen n’est pas incompatible.
 

 

« Voter Marine Le Pen ce n’est pas une mauvaise chose pour les juifs français comme on l’entend partout.
Au contraire, à l’UFJ on pense qu’aujourd’hui c’est la seule candidate qui est capable de défendre nos intérêts. »
Si cette phrase vous paraît surréaliste, pas la peine de vous pincez, vous ne rêvez pas.
A quelques mois de l’élection présidentielle, certains juifs de France ne semblent conquis ni par Nicolas Sarkozy, ni par François Hollande.
Non, la nouvelle coqueluche d’une frange de la communauté juive ne serait autre que Marine Le Pen, candidate du Front National, un parti qu’on ne présente plus.
Peut-être est-ce tout de même utile de rappeler que le président d’honneur de ce parti n’est autre que Jean Marie Le Pen, celui là même qui avait déclaré que « les chambres à gaz ne sont qu’un détail de la 2nde guerre mondiale. »
Une déclaration dont on se soucie peu à l’UFJ : « on n’appelle pas à voter Jean Marie Le Pen ou le FN on appelle à voter Marine Le Pen. »
Difficile pourtant de dissocier une élue de son parti, d’autant plus lorsque cette élue est la présidente du parti.
Mais Jacques Rosen n’en démord pas, « il est temps de tourner la page, de passer à autre chose parce qu’aujourd’hui en France on a des problèmes plus graves que ca. » 

FN et UFJ, même discours, même combat

Ces problèmes justement, que sont-ils ?
« Une immigration avec des gens qui ne veulent plus s’assimiler. »
Telle est la principale préoccupation de Jacques Rosen, et de l’UFJ.
L’association parle même d’une « immigration incontrôlée aux conséquences désastreuses ».
Du Front National dans le texte.
Et Jacques Rosen poursuit, « aujourd’hui il y a des gens qui ne souhaitent plus s’assimiler et c’est ce qui pose problème. Un communautarisme très important, ca devient difficile à gérer. »
Ce communautarisme, c’est celui des musulmans.
Et c’est la que les juifs entrent en scène.

 

La meilleure défense…

« On est confronté en France à un antisémitisme de plus en plus virulent en provenance des milieux islamistes et aujourd’hui on n’a pas vraiment l’impression d’être protégé par le pouvoir actuel ou les gens qui pourraient le remplacer éventuellement
Il n’y à que Marine Le Pen qui a un discours assez clair, qui ne souhaite pas qu’il y est des communautés qui se développent, ne s’assimilent pas et ne respectent pas les lois françaises.»
Marine Le Pen, la super-héroïne frappée d’une Magen David sur le torse ?
C’est ce que semble croire Jacques Rosen qui appelle à voter pour la candidate frontiste qu’il défend à chaque fois qu’elle est attaquée.
« C’est un de nos rôles, on réagit quand les gens la critique, on fait des communiqués, on essaye d’expliquer quand les gens racontent des histoires comme avec ce bal à Vienne le jour de la commémoration de la Shoah. » (communiqué de Rosen sur le bal)

… c’est l’attaque 

Et quoi de mieux pour défendre Marine Le Pen que d’attaquer tous ceux qui tapent sur la blonde ?
Une logique de guerre qu’on applique à la lettre à l’UFJ, ce qui explique peut-être les saillies à l’encontre du grand Rabbin de France. (lettre de l'UFJ au grand Rabbin)
« On a beaucoup de respect pour le grand Rabbin mais à partir du moment où il sort de son rôle religieux et il veut donner des leçons de politique, il n’est pas à sa place et il faut le dire» d’après Rosen.
Le grand rabbin n’est pas le seul mis en cause, le CRIF aussi en prend pour son grade : « il (le CRIF) prétend parler au nom des juifs » lit on sur le blog de l’Union des Français Juifs.
« Mais il y a beaucoup de juifs dont nous sommes qui ne se reconnaissent plus dans ses positions. Il n’a pas à imposer son idée dans le débat politique » complète Jacques Rosen.
Une imposition qui n’avait semblé gêner aucun des juifs de France.

 

Alors, les membres de l’Union des Français Juifs ont-ils tort de soutenir Marine Le Pen ?
« Ce n’est pas la question, notre constat c’est qu’elle est la seule à pouvoir arrêter ce qui est en train de se passer. »
La question de l’immigration revient inlassablement dans le discours de Rosen.
Lorsqu’il lui est demandé s’il soutient tout le programme de la candidate, il préfère botter en touche : « est-ce qu’un socialiste soutient toutes les propositions de Hollande ? »

Source: http://www.guysen.com/article_Jacques-Rosen-un-juif-qui-vote-Le-Pen_17342.html

via http://www.nationspresse.info/?p=159937

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 17:24

Florian Philippot, directeur stratégique et porte-parole de Marine Le Pen, était l’invité des débats de la présidentielle 2012 sur Public Sénat / France Inter, face à Delphine Batho, porte-parole de François Hollande.

 

"En terme d'immigration légale sous Lionel Jospin, explique Florian Philippot, il y avait à peu près chaque année 150.000 titres de séjours accordés, toutes immigrations légales confondues. Sous Nicolas Sarkozy c'est maintenant 200.000 par an. Donc il y a encore plus d'immigration légale. J'ai envie de dire que Nicolas Sarkozy qui avait promi l''immigration choisie' en 2007, finalement, il a fait du super-Jospin, il a fait encore plus d'immigration. Donc je pense que cela pourrait plaire au parti socialiste".

Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 22:34
Présidentielle et acceptation du déclin - Un peuple se refusant à l'effort et nageant dans la débilité
 
Présidentielle et acceptation du déclin
 
Un peuple se refusant à l'effort et nageant dans la débilité
 
Raoul Fougax
le 09/02/2012


A dire vrai, sauf immense surprise, ce sera Nicolas ou François. Les sondages, manipulés et trompeurs, reflètent, cependant, des tendances fortes. Il faut se faire une raison; ce sera comme d’habitude dans notre démocratie exemplaire. C’est à dire que les Français s’apprêtent à voter pour l’un des camps qui la dirige depuis, disons pour ne pas aller trop loin, 30 ans. Depuis 30 ans, une fois la Droite, une fois la Gauche, deux fois la Droite, etc.
On en connaît le résultat. Notre pays ne cesse, objectivement, de s’enfoncer. Notre pays recule en influence et en puissance économique. Depuis Coluche, qui n’a fait que constater que, malgré l’abbé Pierre -tiens ça fait plus que 30 ans- tout allait plus mal, tout n’a fait qu’empirer. La pauvreté gagne des pans entiers de population. On vit dans des voitures; on squatte, on  mendie. On meurt de froid. Les seuls à s’en tirer sont les petites brutes de l’économie parallèle des quartiers d'immigrés ou l'oligarchie du Cac 40. Tout se dégrade. 


deux vieux amis....
 
C’est le déclin global. L’Europe, qui devait nous sauver, nous enfonce. La crise est hors de contrôle. Notre souveraineté est une peau de chagrin. Les syndicats participent, par irresponsabilité, à la fragilisation de nos entreprises, dont les patrons ne sont guère toujours généreux et reconnaissants envers leurs ouvriers, etc. Partout, l'égoïsme et l'individualisme. Partout, constat d’échec!
Le changement dans la continuité: plus ça change et plus ç'est pire
Pourtant, les Français s’en contentent. Sinon, ils voteraient pour une rupture complète avec ce régime. Ils n’auraient même pas besoin de descendre dans la rue pour se révolter; le bulletin suffirait. Il ne s'agit pas de courage physique, mais de courage moral; le plus rare.
La Droite se raccroche à un sauveur-naufrageur et, à Gauche, les "indignés" des injustices sont surtout résignés et bornés. Il y a ceux qui pensent, sincèrement, que, avec le retour de la Gauche cela va aller mieux. Mais, chaque fois que la Gauche est revenue cela a été pire (pas pire que la Droite d’ailleurs), mais que la dernière fois. Et chaque fois que la Droite a pris sa revanche, cela a été pire (pas pire que la Gauche) mais que la dernière fois... 


...on se voit le matin...
 
Nous sommes dans la République du mal en pis. Système pourtant indépassable et tabou. Il faut donc l’admettre: notre peuple accepte son déclin et veut simplement qu’il soit le moins douloureux possible. Comme un vieillard geignard, en fin de vie. Chaque fois, il vote pour celui qui n’est pas aux affaires, espérant qu’il fera moins mal. Mais il accepte le déclin,  comme la Gauche socialiste accepte de gérer le capitalisme.
Il y a, dans ce fatalisme démocratique, quelque chose de désespérant. C’est cependant la réalité: à l’effort douloureux, les Français préfèrent une lente agonie sous anesthésiants. Ils n'on sont pas les plus grands consommateurs d'Europe d'anxiolytiques pour rien. La démocratie leur donne l’illusion de croire prendre en main leur destin, à chaque élection. Mais ils votent pour les différents-identiques, se doutant que ça ne marchera pas et que ce sera de pire en pire.
Les lâches et les crétins souffriront quand même
Faut-il désespérer de ce peuple ? On peut en tout cas le laisser face à ses responsabilités ou plutôt à son irresponsabilité. Et cela s'aggrave avec la médiatisation de la débilité du débat politique réduit au spectacle et aux références hitlériennes. Quand Claude Guéant, qui a oublié sa prépa, ignore ce qu’est une civilisation, dit que c’est une attitude supérieure de défendre les droits de la femme que des les opprimer, un obscur député (parlant de France obscure), apparenté socialiste des îles et dont le nom ne mérite même pas d’être cité, compare cette déclaration à un argumentaire nazi, donc aux camps de concentration sans oublier, au passage, l’esclavage et la colonisation...


...et on se fait une bouffe le soir au CRIF
 
On est tout de même dans le pire des déclins, celui de l’intelligence politique. Même intelligente, la démocratie électorale est un régime périlleux. Alors sans…. Mais, finalement, la débilité n’est pas souffrance et, on l’a bien compris, l’essentiel est de souffrir le moins possible. On en prend le pari ; ce ne sera pas encore très longtemps possible. Les lâches et les crétins souffriront comme les autres. Il y a une justice.

 

Source

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 10:41

Après la Libye de kadhafi, sur la radio 100% casher "Rance Inter", BHL promet la guerre au Front national. Il veut faire chuter le parti de Marine Le Pen. Il prend le pari qu'elle "n'atteindra pas 20%" et promet "une idée par jour" pour la combattre et la "ramener" à "un score compatible à la démocratie" (sic).

 

Source: http://www.nationspresse.info/?p=159249

----------------------------------------------

- Libye post-Kadhafi : La Charia socle de la « démocratie » libyenne de BHL, Obama et Sarko

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 20:25

Dans son discours du Bourget, François Hollande a répondu clairement à quatre des dix questions posées par CIVITAS.
Ces réponses éliminent d'office toute participation des catholiques à son élection.

Pas une voix catholique pour François Hollande !

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 19:59
Partager cet article
Repost0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 19:59

François Hollande et Bernard Henri-Lévy se sont retrouvés cette semaine pour un déjeuner en tête à tête au très bling-bling Restaurant Laurent. L’occasion sans doute d’évoquer ce brave « peuple de gauche » autour de l’une des tables les plus chères de Paris, et qui sait peut-être  « ré-enchanter le rêve français » autour de la célèbre « salade de mâche » du chef… pour la modique somme de 140 euros.

 

François Hollande l’assure : il « n’aime pas les riches ». Pas de quoi l’empêcher d’organiser ses mondanités avec le prince de l’intelligentsia bobo parisienne dans l’un des restaurants les plus chics… et les plus chers de la capitale. Si la rencontre devait permettre au candidat socialiste de reconquérir le coeur d’un BHL emballé par la fougue guerrière de Nicolas Sarkozy, elle aura surtout mis en évidence la déconnexion de François Hollande avec le quotidien des Français.

Car quelle cohérence peut-on trouver à un politicien qui prononce le dimanche un discours enflammé contre « l’empire de la finance » et une société pervertie par l’argent-roi… et qui déjeune le mardi dans un quatre étoiles parisien (aux prix ridiculement élevés) avec l’un des « intellectuels » les plus emblématiques de la pensée unique germanopratine ?

A lire le menu du restaurant Laurent, le peuple de gauche doit quelque peu tirer la langue en voyant les agapes de son représentant. La salade de mâche à 140 euros ne constitue en effet qu’une entrée. François Hollande et BHL ont ensuite pu déguster un petit carré d’agneau pour 92 euros avant de terminer sur une note sucrée avec un ananas rôti pour la bagatelle de 30 euros. Espérons qu’ils n’aient pas pris de vin…

On ne sait pas si le philosophe des beaux quartiers soutiendra finalement la candidature de François Hollande, mais une chose est certaine : le déjeuner aura été agréable et passé entre personnes de bonnes familles. Reste à savoir si ce sont les contribuables corréziens ou les militants socialistes qui ont réglé l’addition !

 

Source: http://24heuresactu.com/2012/02/02/peuple-de-gauche-dejeuner-4-etoiles-pour-hollande-et-bhl/

Partager cet article
Repost0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 19:58

Laura Lussaud, adhérente depuis l’âge de 13 ans, plus jeune membre de toute l’histoire du comité central, élue en 2007 à l’âge de 17 ans, vient d’être exclue par Mme Le Pen, sans passer par la « case » commission de discipline. Motif invoqué : participation à la manifestation du 14 janvier à Lyon organisée par les Jeunesses nationalistes en hommage à nos soldats morts en Afghanistan. Mlle Lussaud portait une des 78 croix symbolisant les 78 soldats sacrifiés sur l’autel du mondialisme – 82 aujourd’hui.

Dans un entretien accordé à la revue homosexuelle Têtu, la présidente du Front National a déclaré récemment : « je conçois qu’on puisse avoir un avis divergent du mien, je suis pour la démocratie de dialogue » (MLP Têtu, Décembre 2011). Cette « démocratie de dialogue » est à deux vitesses. Aujourd’hui, au Front national mariniste, il est préférable d’avoir un passé mégrétiste ou gauchiste, cégétiste ou trotskyste, plutôt que de s’afficher avec des nationalistes.

Le motif officiel de l’exclusion de cette militante exemplaire est le non-respect de l’article 6 des Statuts qui stipulerait que « l’adhésion au FN n’est pas compatible avec aucune appartenance à un autre Parti ou Mouvement politique, quel qu’il soit. Le membre du Front national qui enfreindrait cette règle serait automatiquement exclu ». Mais pourquoi ce qui vaut pour les nationalistes ne l’est plus quand ils ‘agit de membres affichés de la franc-maçonnerie ou de mouvements identitaires ? En fait, Laura Lussaud, après bien d’autres, a le tort de ne pas souscrire à la politique de dédiabolisation qui est une politique de trahison des fondements de tout mouvement nationaliste.

La fin justifie peut-être les moyens mais jamais les reniements. La présidente du Front National a beau courtiser les responsables de la communauté juive américaine et israélienne, elle ne reçoit toujours pas ses trente deniers : ses 500 promesses de parrainage.

Il est démontré une fois de plus que seule la vérité rend libre et que les compromissions vous enchaînent avant de vous tuer.

Un communiqué d’Yvan Bénédetti
Directeur de Jeune Nation via http://fr.altermedia.info/general/au-front-national-la-purge-continue_39371.html

 

Lire la Lettre ouverte de Laura Lussaud à Jean-Marie Le Pen

Partager cet article
Repost0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 11:42

L'ENTRETIEN

 

ROI DE LA REPUBLIQUE

 

PATRICK DE VILLENOISY Il est le candidat des royalistes à l'élection présidentielle. Tout un paradoxe, mais tout un programme.

 

A 60 ans, Patrick de Villenoisy est le candidat de l'Alliance Royale pour la présidentielle. En cas de victoire, il promet de céder aussitôt sa place à l'héritier du trône de France. Il aurait déjà recueilli 110 signatures d'élus de la République.

 

Que les choses soient claires: Si vous êtes élu président de la République, vous abdiquez aussitôt en faveur de l'héritier capétien ?

 

Je resterai président le temps de transformer la Constitution, mais ensuite je rendrai le pouvoir au roi, oui. Qu'il s'agisse du prince Jean, issu de la maison d'Orléans, ou du prince Louis, un Bourbon, son cousin. Ils se connaissent, se téléphonent, à eux de se mettre d'accord.

 

Rêvez-vous d'une monarchie constitutionnelle à l'anglaise, ou plutôt d'un retour de la fleur de lys et des chaises à porteurs ?

 

D'un mixte avec les avantages des deux. Un roi qui règne vraiment, comme sous l'Ancien Régime, mais qui conserve aussi les bonnes choses que la démocratie nous a apportées. Le grand intérêt de la monarchie serait surtout de supprimer les phases électorales, où tout est paralysé.

 

Avec l'interdiction des élections, la monarchie se transformerait illico en dictature ?

 

Non, car, si les Français n'élisent plus le chef de l'Etat, ils continuent de voter pour les législatives, les municipales et les sénatoriales. A la condition toutefois que le Parlement ne puisse pas renverser le roi.

 

Emploi, libertés, égalité... en quoi la monarchie réussirait-elle mieux que la république ?

 

Ma candidature est basée sur la réconciliation des Français. Pour ne citer qu'une ou deux mesures - que Nicolas Sarkozy vient d'ailleurs de copier -, je propose par exemple de désolidariser les prestations sociales de l'emploi. Le système d'aujourd'hui est injuste, car il exclut ceux qui n'ont pas de travail, des marginaux jusqu'aux SDF.

 

Comme Eva Joly, vous supprimez évidemment le 14 juillet ?

 

Pas dans un premier temps, non. Nous ne voulons pas rayer l'histoire ni le drapeau tricolore. Nous assumons tout cela. En revanche il est probable que je donnerai plus de faste au 15 août.

 

En France, les militants royalistes sont souvent assimilés à l'extrême droite. Partagez-vous ses idées ?

 

C'est une affirmation profondément fausse. Nous sommes au-dessus des partis. Ni de gauche ni de droite, et encore moins d'extrême droite.

 

Vous ne disposez pour l'heure que d'une centaine de parrainages, et il n'est pas faux de dire que vous n'avez aucune chance d'être élu. Quelle est alors l'utilité de cette candidature ?

 

Je n'ai en effet que 110 parrainages, même si l'Alliance Royale a envoyé un mail à environ 20000 mairies. J'essaie pourtant de rappeler aux élus la philosophie de Voltaire: me parrainer ne signifie pas partager mes idées. Pour le reste, les royalistes prennent ainsi date avec les Français. Ceux-ci doivent comprendre qu'il existe une alternative politique radicale. Encore une fois, la monarchie permet le long terme, et le long terme est la meilleure solution pour s'attaquer aux grands défis auxquels la France est confrontée. Qu'il s'agisse des retraites ou de l'endettement, l'horizon est à trente ans. Comment voulez-vous qu'un président de la République soit efficace, alors qu'il n'a que cinq ou dix ans devant lui ?

 

Joly, Mélenchon, Hollande, Sarkozy, Le Pen... lequel ferait le meilleur roi ou la meilleure reine ?

 

Aucun! Choisir entre la droite et la gauche est à peu près aussi efficace que de changer de cabine sur le "Titanic".

 

Propos recueillus par Sylvain Cottin.

 

Source: Sud-Ouest du jeudi 2 février 2012, p 4.

 ----------------------------------------------------

- Civitas : 10 questions aux candidats à la présidentielle / Réponses de Patrick de Villenoisy

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 23:59

Invité du du forum RCF-TLM-Tribune de Lyon, vendredi 27 janvier 2012, Azouz Begag, bayrouiste et ancien ministre de Sarkozy, répond à la question de savoir si Marine Le Pen sera au deuxième tour : « Je suis tous les jours dans la rue, j’écoute les Français, j’écoute leur réaction de désespoir, je suis à peu près sûr que Marine Le Pen avant le premier tour sera le premier parti de France, le premier parti de France ! ».

 

Source: http://www.nationspresse.info/?p=158513

--------------------------------

- Les Franco-congolais appellent à voter Marine Le Pen

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 08:32

Madame, Monsieur,

M. François Hollande s'est engagé à supprimer les peines plancher pour les récidivistes et la rétention de sûreté contre les criminels sexuels, s'il est élu Président de la république.

Il ferait donc en sorte que notre Justice remette plus rapidement en liberté les délinquants et les criminels les plus dangereux !

A-t-il seulement pensé aux victimes, dont il ne parle à aucun moment dans les 40 pages de son projet présidentiel ?

Quelle que soit votre opinion de François Hollande sur les autres sujets, il serait, dans le contexte actuel, absolument irresponsable de laisser passer ça.

Voilà pourquoi je vous demande de réagir maintenant (je vous indique tout de suite comment).

Fondamentalement, il est impossible qu'un homme qui envisage d'accéder à la fonction suprême veuille prendre une décision qui nuirait aussi directement à l'ensemble des citoyens - et à ses électeurs !

... Alors je compte sur vous pour envoyer immédiatement à François Hollande (son adresse est  contact@francoishollande.fr) un message lui demandant de s'engager sur notre Pacte 2012 pour la Justice. Ce Pacte a été soigneusement élaboré pour ne heurter aucun principe républicain, et proposer un programme qui se place au-dessus des querelles politiques. De droite ou de gauche, toute personne qui défend le principe des Droits de l'Homme en France ne peut qu'en approuver tous les termes.

Si vous le souhaitez, vous pouvez reprendre le message suivant dans votre message. Mais il a beaucoup plus de chances de passer si vous y mettez votre touche personnelle (et si vous pensez voter pour lui précisez-le !) :

 

Monsieur Hollande,

Je suis interloqué par vos propositions sur la Justice et la sécurité.

Il est incompréhensible de demander plus d'indulgence en faveur des récidivistes en supprimant les peines plancher et irresponsable de vouloir accélérer la remise en liberté des criminels sexuels en abolissant la rétention de sûreté. 

Au contraire, il est urgent de mettre en oeuvre les propositions du Pacte 2012 de l'Institut pour la Justice, signé à ce jour par 1 730 000 citoyens.

Ce Pacte permettra de réformer notre Justice pour qu'elle soit plus protectrice des citoyens et plus juste vis à vis des victimes.

Je compte sur vous, Monsieur Hollande. L'Institut pour la Justice m'informera de vos prochains engagements.

Respectueusement,

Votre signature

Ecrivez, quelle que soit votre intention de vote aux prochaines élections, à François Hollande sur contact@francoishollande.fr, pour le faire changer d'avis sur ce point.

Si nous sommes assez nombreux à nous mobiliser, cela marchera. Transmettez ce message à tous vos amis.

Quelle que soit votre sensibilité politique, vous et moi avons intérêt à ce qu'il s'engage pour une Justice qui défende les citoyens et les victimes. 

Il est certain qu'il changera de cap si nous sommes suffisamment nombreux à lui écrire... Mais il restera sur ses positions si personne ne réagit. 

Alors agissez maintenant et demander à tous vos contacts d'en faire autant. 

Un grand merci,

Laurence Havel

 

PS : Si sa messagerie électronique venait à être saturée sous l'avalanche d'emails, vous pouvez aussi lui écrire sur: fhollande@assemblee-nationale.fr ou encore contact@depute-francoishollande.fr

PS 2 : L'Institut pour la Justice est une association strictement apolitique visant à promouvoir une Justice plus équitable. C'est son devoir citoyen que d'informer les 1,7 millions de citoyens signataires du Pacte 2012 sur le positionnement des principaux candidats à l'élection présidentielle.



Institut pour la Justice

Institut pour la Justice - 140 bis, rue de Rennes - 75006 Paris
www.institutpourlajustice.com - www.publications-justice.fr

 

Source: http://news.institutpourlajustice.com/E25012012110354.cfm?WL=178&WS=320554_6953559&WA=235

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 23:24
Ce week-end les Franco-congolais ont manifesté dans Paris afin de dénoncer la politique interventionniste des mondialistes à travers les continents. Il semble que les peuples de tous pays se réveillent et constatent les méfaits de cette politique qui bénéficie essentiellement à l’oligarchie et aux puissances d’argent au détriment des peuples. Durant leur manifestation, les Franco-congolais ont lancé un appel qu’ils entendent diffuser à travers le monde : « Obama, Non ! Hollande, Non ! Sarkozy, Non !… On va voter Le Pen ».
 
 
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 08:05

Attention le soldat Morin débarque... Tous aux abris !

Le candidat centriste Hervé Morin, 50 ans, s’est emballé dimanche lors d’un déplacement à Nice en affirmant dans un discours avoir vu les alliés débarquer en Normandie… il y a 67 ans.

« Vous qui, pour certains d’entre vous, avez les cheveux blancs, vous qui avez vu tout près d’ici le débarquement de Provence », a lancé Hervé Morin en s’adressant aux plus âgés de l’assistance, qui participaient aux voeux du député des Alpes-Maritimes Rudy Salles. « Moi qui ai vu en Normandie le débarquement des alliés, nous avons vécu des épreuves drôlement plus difficiles que celles que nous avons à vivre aujourd’hui« , a ajouté dans la foulée le président du Nouveau Centre, crédité de 0 à 1 % dans les sondages, dont le « dérapage historique » est épinglé par le site Voici.fr.

Source

via http://www.nationspresse.info/?p=157616

 ---------------------------------------------------

Note de Christroi. En février 2009, suite à la parution de son ouvrage Chronique du choc des civilisations, le géopoliticien Aymeric Chauprade fut accusé par Jean Guisnel de complaisance envers les théories conspirationnistes sur les attentats du 11-Septembre. Alors directeur du cours de géopolitique de 2002 à 2009 au Collège Interarmées de défense, il est autoritairement renvoyé de sa chaire, sur une décision expresse du ministre de tutelle Hervé Morin.

 

Le 24 mars 2009, le tribunal administratif de Paris donna raison à A. Chauprade et suspendit la décision d'Hervé Morin, estimant que le ministre avait porté atteinte à une "liberté fondamentale", celle des droits de la défense (Le Figaro du 24 mars 2009; Ordonnance de référé 23 Mars 2009 Tribunal administratif de Paris); le 1er juin 2011, le Tribunal administratif de Paris confirme l'annulation de la décision prise par le ministre Morin en soulignant qu'elle résultait « d'une procédure irrégulière », selon les termes du jugement (« La justice donne raison à Aymeric Chauprade contre le ministère de la Défense  », par Jean-Dominique Merchet, Secret défense, 28 juin 2011).

Aymeric Chauprade anime depuis janvier 2010 le site internet http://www.realpolitik.tv/.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 20:24

Alliance royale vient de publier un article sur le Triple A. C'est beaucoup plus fouillé que ce que dit Marine Le Pen.

 

 

La nouvelle est tombée en clôture de bourse vendredi 13 janvier, sans doute afin de permettre aux marchés  financiers de se calmer durant le week end, la France a perdu son triple A, délivré par les agences de notation financières, preuve de sa mauvaise santé économique et budgétaire. La note sera désormais AA+ avec une possible nouvelle dégradation en 2013, qui serait donc de AA.
Depuis ce vendredi, les différents candidats à l'élection présidentielle se sont déchainés contre la politique de l'actuel gouvernement et du Président Sarkozy, tandis que ces derniers tentaient de minimiser l'impact de cette situation nouvelle.

Au milieu des gesticulations politiques, il convient surtout de se pencher sur les conséquences très concrètes de la perte du triple A. Cette notation est un indicateur de confiance pour les marchés financiers au sein desquels l'Etat français trouve les moyens de financement de sa dette. Jusqu'à ce jour, la signature de la France, connue pour sa qualité, est encore l'une des plus recherchées sur le marché des obligations d'Etat en Europe, et ce à tel point que les émissions d'obligations par le Trésor sont toujours couvertes au-delà de ce qui est attendu. La dégradation de notre note risque bien de troubler cette situation. Autrement dit, une baisse de cette confiance se traduira par de plus grandes difficultés à trouver des prêteurs, ou bien à des taux d'intérêts plus importants. Or, la direction générale du Trésor public, institution chargée de gérer le compte courant de l'Etat à la Banque de France, a un besoin quotidien de ces financements. En effet, statutairement, le compte courant de l'Etat n'a pas le droit d'être débiteur. Cependant, trois facteurs fragilisent cette exigence :

  • Premièrement, le décalage de temps entre les dépenses quotidiennes de fonctionnement de l'Etat et les rentrées d'impôts qui, elles, se réalisent à un rythme mensuel plus saccadé, provoquent un déséquilibre temporaire très régulier.
  • Deuxièmement, la politique actuelle du Trésor public consistant à optimiser l'utilisation de ce compte courant en faisant fructifier les fonds non dépensés sur les marchés financiers européens, laissant le moins possible d'argent public dormant à la Banque de France, le compte se trouve fréquemment en situation tendue avec un besoin de financement immédiat et donc un recours à l'emprunt à court terme, pour maintenir l'équilibre.
  • Troisièmement, de façon plus structurelle, aucun budget n'ayant été voté à l'équilibre depuis 1974, les dépenses sont constamment supérieures aux recettes, ce qui contraint le Trésor à recourir à l'emprunt de moyen et de long terme pour des raisons structurelles.

Pour combler ces trois besoins de financement, le Trésor public recourt, on l'a dit, à l'émission d'obligations. La dette de l'Etat est ainsi constituée de 13% de Bons du Trésor à Taux fixe, pour les emprunts de court terme sur quelques mois, et donc dont les taux d'intérêts seront impactés dès les prochaines semaines par la perte de notre triple A. 19% de Bons du Trésor à taux fixe et intérêts annuels, pour les emprunts allant jusqu'à 1 an, dont les taux d'intérêts seront impactés par la perte de notre triple A dans les mois à venir. 68% d'obligations à terme, dont le taux est fixe, pour les emprunts à long terme, supérieurs à 1 an. La durée de vie moyenne de cette dernière catégorie d'obligations est de 7 ans. Dans ce dernier cas, les conséquences de la perte du triple A interviendront en décalé dans le temps. Cependant, 11% de ce dernier type d'obligations est à taux variable, indexé sur l'inflation, et provoquera donc un renchérissement immédiat de notre dette en cas de conséquences de la perte du triple A sur l'équilibre des prix, soumis en partie à la confiance des marchés.

Pour conclure sur les conséquences de la perte du triple A, elles vont concerner toute notre dette à venir dont les taux d'intérêts seront modifiés par la perte de confiance des marchés, soit dans l'année à venir les deux catégories de Bons du Trésor, renouvelés quasi-quotidiennement, et les 11% d'obligations à taux variable. Les obligations à taux fixe n'étant impactées que progressivement, au fur et à mesure des nouvelles émissions, moins fréquentes. Ces modifications impliquent donc un renchérissement de la dette sur plusieurs centaines de milliards d'euros durant l'année à venir. En effet, rappelons que la dette de l'Etat français est de 1320 milliards d'euros, soit 78,2% de nos 1688 milliards d'euros de dette publique, incluant les collectivités territoriales et la fonction publique hospitalière. Soit, pour la dette de l'Etat, un peu plus de 20 000 euros par tête de nos 63 millions de compatriotes. Une modification des taux d'intérêts sur de telles sommes prendra d'incroyables proportions. A cela nous ne pourrons rien.

La conséquences politique de cette évolution sera la suivante :

Pour maintenir l'équilibre des finances, le Trésor public devra recourir à de nouveaux emprunts pour rembourser les taux d'intérêts augmentés suite à la perte du triple A. C'est un cercle vicieux. Par ailleurs, le législateur devra se livrer à l'exercice périlleux du vote de lois de finances rectificatives, afin de réduire les dépenses publiques sur tel et tel budget, ou au contraire d'accroître les engagements budgétaires sur tel autre, comme le service de la dette, deuxième budget de l'Etat, occupé à régler les seuls intérêts de la dette en cours, ou d'augmenter les plafonds d'endettement autorisés. Ces lois rectificatives interviendront en pleine période électorale, c'est à dire dans un contexte institutionnellement fragilisé ; les plus hauts fonctionnaires attendant leur mutation en cas de changement de majorité politique, et les cabinets ministériels étant plus occupés à détruire les données de l'équipe en place pour éviter que la nouvelle équipe ne s'en serve, qu'à régler l'avenir de la France. Elle peut bien attendre...

On le voit, cette dégradation de notre note, sans être la catastrophe que prétendent MM. Hollande et Bayrou ou Mme Le Pen, sera un élément de plus de déstabilisation pour notre Etat, et derrière pour notre pays.

La cause de cette situation extrêmement tendue doit se trouver dans les trente six dernières années d'impéritie qui ont conduit notre Etat à ne voter aucun budget à l'équilibre, laissant peu à peu filer une dette publique dont les variations les plus faibles prennent des allures de défi herculéen. Les solutions courageuses de limitation de la dépense publique devaient être prises il y a plus de trente ans. Bien au contraire, laissant la génération suivante régler la note, les gouvernements successifs ont aggravé cette situation, en augmentant les dépenses de l'Etat. C'est une attitude irresponsable, de décideurs aujourd'hui morts, à la retraite ou en passe de quitter les affaires, qui nous a conduit dans cette impasse, en engageant des dépenses sur des fonds que nous n'avions pas, au titre de la solidité de notre signature sur le marché des obligations. Politique d'enfants inconscients de l'avenir de la France et considérant que dans toute ces histoire de "A", les andouilles resteraient bien les Français.

Aujourd'hui, cette politique désastreuse peut encore continuer, au risque de nouvelles dégradations, jusqu'au jour où il faudra bien y mettre fin, rétablir l'équilibre des finances publiques et régler nos dettes car plus personne ne nous fera confiance et ne voudra nous prêter. D’ores et déjà la cure d'austérité serait douloureuse, en termes de ruptures de subventions publiques, d'aides d'Etat, d'assurances sociales ou de pensions. Plus nous attendrons, plus dur sera le traitement. Les hommes qui nous gouvernent s'en moquent bien. Pour eux seule importe leur réélection, car elle est leur gagne pain. Or, l'homme qui prendra la décision courageuse de cette remise en état brutal est bien certain de ne pas être reconduit dans sa charge au scrutin suivant.

C'est ici, dans cette situation périlleuse, qu'il nous faudrait, à la tête de l'Etat, un souverain au-dessus des contingences électorales et partisanes, capable de donner son soutien à un gouvernement de braves. C'est ici qu'il nous faudrait un roi et que l'Alliance royale pose encore une fois aux Français la question nos institutions.

Gabriel Thibout

Source: http://www.allianceroyale.fr/articles/actualites/271-aaa

----------------------------------

Merci à Dominique

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 20:01

Le site proche du Front national, Nationspresse.info, donne une tribune à une "union des français juifs" : "Le grand rabbin de France se trompe de chaire, et d’ennemi". Que peut-on y lire ? L'habituelle inversion accusatoire chère à la communauté :

 

"Nous souhaiterions rappeler à M. le Grand rabbin Bernheim que l’un des grands problèmes auxquels notre société est confrontée est non seulement la misère sociale, mais aussi la misère morale, et la crise de l’identité consécutive à une perte de repères des religions chrétienne et juive, face à la montée en puissance de l’extrémisme islamiste."

 

Sans parler du diviser pour régner habituel, quid de l'extrémisme juif ?

 

 Je ne vois pas non plus pourquoi il faudrait déplorer la perte des repères juifs ?

 

Que vient faire cette tribune 'juive' sur un site "nationaliste" ?

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 18:57

Devant 2000 personnes, Marine Le Pen en meeting au Palais des Congrès à Bordeaux, dimanche 22 janvier, a défendu l'idée d'un "bouclier patriotique" pour lutter contre la concurrence déloyale en provenance de pays pratiquant l'esclavage.

 

Ce bouclier taxerait à l'importation les produits construits à bas prix, dans des pays mettant de jeunes enfants au travail, sans aucune protection sociale. Cela n'est pas conforme aux valeurs de la France que de faire produire ce dont elle a besoin par des esclaves et fabriquer chez nous des chomeurs, a-t-elle expliqué. Elle a alors demandé : "Où est la gauche ?". 

 

Le "bouclier patriotique" inciterait en outre les pays néo-esclavagistes à développer leurs propres protections sociales, a-t-elle expliqué. Sans quoi ils verraient leurs produits taxés à leur entrée sur le territoire français.

 

Marine Le Pen a dénoncé la "fausse alternance" entre l'UMP et le Parti socialiste, le "casting de la caste", "un coup à droite, un coup à gauche".

-----------------------------------

 Le site internet Marianne 2 souligne qu’un dimanche après l’autre, les salles de meeting des réunions publiques de Marine Le Pen s’agrandissent et se réchauffent : 1.200 personnes à Metz en décembre, 1.500 à Rouen dimanche dernier, 2.000 à Bordeaux. 

 

« Quelque chose se passe dans la campagne de Marine Le Pen, portée par la lente Quelque chose se passe dans la campagne de Marine Le Pen, portée par la lente progression des sondages. »

 

Source: http://www.marianne2.fr/Marine-Le-Pen-a-Bordeaux-La-mise-en-scene-est-de-Jean-Marie_a214827.html via http://www.nationspresse.info/?p=157467

----------------------------------- 

Discours (video officielle) du meeting de Marine Le Pen à Bordeaux :

.

via http://www.nationspresse.info/?p=157462

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 19:38

A l'insulte du franc-maçon (1) Jean-Luc Mélenchon traitant Marine Le Pen de "demi-démente", la présidente du Front national qualifie celui-ci de "grand comédien" et de "petit garçon" "charmant" et "affable".

 

Pour illustrer le propos, on peut regarder cette video que l'on trouve sur internet où l'on voit effectivement un Mélenchon en privé, affable et charmant, incroyablement transformé en gentil petit garçon :

 

Quand Jean-Luc Mélenchon croise par hasard Marine Le Pen

 

(1) Dans Mélenchon le plébéien, une biographie écrite par Lilian Alemagna (de Libération) et Stéphane Alliès (Mediapart), Jean-Luc Mélenchon parle de son appartenance au Grand Orient de France. "J'y suis entré en 1983", dit-t-il.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 13:17

Messieurs,

En tant que candidat de l'Alliance-royale à l'élection présidentielle, je vous prie de trouver la réponse que je propose à vos questions.
Royalement vôtre
Patrick de Villenoisy

10 questions aux candidats à la présidentielle

 

 

Madame la candidate,

Monsieur le candidat,

Ces derniers mois 100 000 pétitionnaires ont réagi spontanément aux côtés de l’Institut Civitas pour s’opposer aux spectacles blasphématoires financés par les pouvoirs publics. Cette réaction spontanée prouve que les Français sont très attachés aux racines chrétiennes de leur pays et que les catholiques ne se désintéressent pas des problèmes de société. Malgré la caricature des médias, le but de l’Institut Civitas n’est nullement de partir en campagne à l’appui d’un programme, ni de prendre parti pour un candidat, mais de veiller au respect des principes chrétiens au sein du débat national. A mesure que le message du Christ et de l’Évangile est oublié, les multiplications de lois, les mesures de répressions ou de subventions apparaissent comme autant de moyens inefficaces face à l’injustice grandissante, l’insécurité croissante, la corruption morale et même la faillite économique. Ne voit-on pas que l’individualisme et la perte de tout sens moral sont à la source de ces maux et que la charité chrétienne, fondement d'un ordre économique plus stable, est leur remède ? Aussi, nous désirons vous interroger sur trois thèmes qui tiennent au cœur des Chrétiens : la place de Dieu dans la Société, la famille et l’éducation.

 

La place de Dieu et de la religion est intimement liée à l’identité du pays, marquée par ses cathédrales et ses 40 000 clochers.

 

  1. En tant que chef de l'État, vous engageriez-vous à défendre les références à Dieu ou à la religion chrétienne dans des projets de constitution ou de traités ?
La première réforme que je ferai sera de modifier la constitution pour supprimer l'élection présidentielle et rétablir le roi en lieu et place de l'actuel président. Le roi de France professerait à titre personnel la religion catholique comme l'ensemble des rois ses prédécesseurs. Sa Majesté serait le protecteur de tous les Français quelle que soit leur religion mais la France, Fille aînée de l'Eglise, reprendrait ses références chrétiennes officiellement.
  1. Comment envisagez-vous la préservation du dimanche et des grandes fêtes de tradition chrétienne comme jours chômés pour tous les travailleurs ?
Il est évident que je préserverais les grandes fêtes chrétiennes et particulièrement celle du 15 août en l'honneur de la patronne principale de la France.
  1. Êtes-vous disposé à supprimer les subventions aux organismes culturels qui feraient la promotion d'œuvres artistiques portant volontairement atteinte à la foi et au sacré ? 
Oui, même si je suis favorable à la liberté artistique, il y aurait des limites à ne pas franchir et aucune subvention ne pourrait être attribuée à quiconque porterait atteinte à la foi et au sacré. Je rappelle que l'on peut trouver en ligne le document sur le sacré et celui sur le bien commun que j'ai publiés.
  1. Quelles mesures préconisez-vous pour sauvegarder le patrimoine religieux, véritable richesse de la vie locale ?
Notre patrimoine est considérable et participe de l'engouement qui fait de notre pays la première destination touristique mondiale. Terre de cathédrales, la France possède une infinité d'édifices religieux plus modestes, mais magnifiques, qu'il importe de préserver. Je favoriserai les initiatives privées et associatives pour la préservation de ce patrimoine. Comme le veut la règle de subsidiarité, l'Etat interviendrait là où ces initiatives seraient insuffisantes.

Que répondrez-vous aux enfants, parents et grands-parents, soucieux de ne pas déstabiliser la famille, source de l’équilibre de l’homme et qui est le cœur de toute société naturelle ?

Je pense que le roi sera le défenseur naturel de cette institution à laquelle je suis très attaché.

 

  1. Êtes-vous disposé à garantir la stabilité du mariage comme l'union d'un homme et d'une femme ? 
Oui, le mariage représente une institution à laquelle je suis totalement attaché. Je rappelle qu'il est l'un des sept sacrements de l'Eglise Catholique et déplore que l'on accepte de galvauder un mot que je regarde en conséquence comme sacré.
  1. Comment comptez-vous protéger la vie humaine depuis la conception dans le sein de la mère jusqu'à la mort naturelle ?
Le livre bleu de l'Alliance-royale dit exactement cela et les royalistes ont une dilection particulière pour ces valeurs qu'ils veulent défendre.
  1. Quelles mesures préconisez-vous pour encourager et soutenir les familles nombreuses ?
Là encore, notre programme politique préconise une grande réforme de l'élection des députés. Considérant que le système actuel confisque la démocratie au profit des partis politiques, nous proposons de rendre aux Français une démocratie équitable. Pour ce faire, nous proposons de faire élire les députés par quatre collèges. Celui des patrons, celui des employés, celui des élus locaux et régionaux et enfin celui des familles. Les députés de ce dernier collège auraient pour mission de protéger ce que nous regardons comme la cellule de base de la société. Nous apportons donc une réponse claire à votre question.

L'enjeu de l'éducation n'est pas à démontrer ; il est capital pour le relèvement d’un pays. Nombreux sont les catholiques qui s’inquiètent de voir que non seulement le modèle français de l’enseignement laïc a perdu de sa qualité, mais aussi tourne à un laïcisme agressif envers leur religion.

Je voudrais d'abord faire une remarque sur la laïcité à laquelle vous faites allusion : la laïcité organise pour moi le vide. Elle est la raison principale de l'invasion de notre pays par une religion étrangère à son histoire tant il est vrai que la nature a horreur du vide. La seule affirmation de nos valeurs chrétiennes en ce domaine occuperait le terrain et permettrait de résoudre un problème que beaucoup dénoncent mais que nous sommes les seuls à pouvoir résoudre.

 

  1. Comment comptez-vous promouvoir l'enseignement libre ?
Je suis totalement favorable à la liberté de choix des familles et proposerai l'adoption du ticket scolaire. Là encore, le principe de subsidiarité veut que l'Etat ne se substitue aux familles que là où il y a manque ou insuffisance.
  1. Acceptez-vous que, dans les programmes ou les ouvrages scolaires, disparaissent les grands personnages de la France chrétienne (Clovis, saint Louis, Jeanne d'Arc) et apparaisse la thèse du gender selon laquelle les individus ne naîtraient pas homme ou femme, mais le deviendraient ? 
Non, je suis favorable à l'enseignement de l'histoire selon la chronologie et estime qu'un peuple ne peut être fier de lui qu'à la condition qu'il le soit de son histoire.
  1. Quels moyens comptez-vous mettre en œuvre pour lutter sans ambiguïté contre la pornographie à la télévision et sur Internet ?
Ce problème est plus compliqué car il ressort à des considérations techniques notamment en ce qui concerne internet : comment fait-on pour contrôler internet ? Quant à la télévision, il ne peut être question que de préconiser la disparition de la pornographie aux heures de grande écoute, mais là aussi, il n'est pas envisageable de tout interdire. On pourrait aussi réserver des chaînes spécialisées et inaccessibles aux enfants pour tout ce qui serait vraiment "dur".

Ces questions fondamentales touchent la vie quotidienne de tous les Français, électeurs ou non, et nous souhaitons pouvoir leur faire connaître vos solutions à travers notre mailing-list et nos différentes interventions auprès des médias. Nous vous remercions à l’avance de vos réponses et nous vous prions d’agréer, Madame la candidate, Monsieur le candidat, l'expression de nos respectueuses salutations.

Alain Escada
Secrétaire général de Civitas


Institut Civitas
17, rue des Chasseurs - 95100 Argenteuil

--------------------------------------

Merci à Dominique

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 07:38

Vous trouverez ci-dessous copie du courrier que CIVITAS vient d'adresser à chacun des candidats déclarés à l'élection présidentielle.

Pour donner plus de poids à cette démarche de CIVITAS, nous vous invitons à écrire dans le même sens au(x) candidat(es) de votre choix.

 

Madame la candidate,

Monsieur le candidat,

Ces derniers mois 100 000 pétitionnaires ont réagi spontanément aux côtés de l’Institut Civitas pour s’opposer aux spectacles blasphématoires financés par les pouvoirs publics. Cette réaction spontanée prouve que les Français sont très attachés aux racines chrétiennes de leur pays et que les catholiques ne se désintéressent pas des problèmes de société. Malgré la caricature des médias, le but de l’Institut Civitas n’est nullement de partir en campagne à l’appui d’un programme, ni de prendre parti pour un candidat, mais de veiller au respect des principes chrétiens au sein du débat national. A mesure que le message du Christ et de l’Évangile est oublié, les multiplications de lois, les mesures de répressions ou de subventions apparaissent comme autant de moyens inefficaces face à l’injustice grandissante, l’insécurité croissante, la corruption morale et même la faillite économique. Ne voit-on pas que l’individualisme et la perte de tout sens moral sont à la source de ces maux et que la charité chrétienne, fondement d'un ordre économique plus stable, est leur remède ? Aussi, nous désirons vous interroger sur trois thèmes qui tiennent au cœur des Chrétiens : la place de Dieu dans la Société, la famille et l’éducation.

 

La place de Dieu et de la religion est intimement liée à l’identité du pays, marquée par ses cathédrales et ses 40 000 clochers.

 

  1. En tant que chef de l'État, vous engageriez-vous à défendre les références à Dieu ou à la religion chrétienne dans des projets de constitution ou de traités ?
  2. Comment envisagez-vous la préservation du dimanche et des grandes fêtes de tradition chrétienne comme jours chômés pour tous les travailleurs ?
  3. Êtes-vous disposé à supprimer les subventions aux organismes culturels qui feraient la promotion d'œuvres artistiques portant volontairement atteinte à la foi et au sacré ?
  4. Quelles mesures préconisez-vous pour sauvegarder le patrimoine religieux, véritable richesse de la vie locale ?

Que répondrez-vous aux enfants, parents et grands-parents, soucieux de ne pas déstabiliser la famille, source de l’équilibre de l’homme et qui est le cœur de toute société naturelle ?

  1. Êtes-vous disposé à garantir la stabilité du mariage comme l'union d'un homme et d'une femme ?
  2. Comment comptez-vous protéger la vie humaine depuis la conception dans le sein de la mère jusqu'à la mort naturelle ?
  3. Quelles mesures préconisez-vous pour encourager et soutenir les familles nombreuses ?

L'enjeu de l'éducation n'est pas à démontrer ; il est capital pour le relèvement d’un pays. Nombreux sont les catholiques qui s’inquiètent de voir que non seulement le modèle français de l’enseignement laïc a perdu de sa qualité, mais aussi tourne à un laïcisme agressif envers leur religion.

  1. Comment comptez-vous promouvoir l'enseignement libre ?
  2. Acceptez-vous que, dans les programmes ou les ouvrages scolaires, disparaissent les grands personnages de la France chrétienne (Clovis, saint Louis, Jeanne d'Arc) et apparaisse la thèse du gender selon laquelle les individus ne naîtraient pas homme ou femme, mais le deviendraient ?
  3. Quels moyens comptez-vous mettre en œuvre pour lutter sans ambiguïté contre la pornographie à la télévision et sur Internet ?

Ces questions fondamentales touchent la vie quotidienne de tous les Français, électeurs ou non, et nous souhaitons pouvoir leur faire connaître vos solutions à travers notre mailing-list et nos différentes interventions auprès des médias. Nous vous remercions à l’avance de vos réponses et nous vous prions d’agréer, Madame la candidate, Monsieur le candidat, l'expression de nos respectueuses salutations.

Alain Escada
Secrétaire général de Civitas


Institut Civitas

http://www.civitas-institut.com/

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 08:48

Dans un grand meeting à Rouen, hier dimanche 15 janvier, Marine Le Pen a remarquablement décrit les origines systémiques de la crise (dans un article publié aujourd'hui par le quotidien russe Izvestia, Vladimir Poutine a lui aussi parlé de "crise systémique mondiale") et proposé une solution : la suppression de la loi de 1973. Marine Le Pen a également dénoncé avec force le vol et le mensonge érigés en méthodes de gouvernement. 

 

"Ma génération, dit-elle, entend parler de crise et de chômage depuis qu’elle a l’âge de raison. Une crise qui dure presque 40 ans n’est pas une crise c’est un système !

Ce système il a été voulu, construit, renforcé et il n’est plus temps de savoir si c’est de la part de nos dirigeants successifs par bêtise, par lâcheté ou par cupidité. Dans les 3 cas il suffit de savoir que c’est leur responsabilité et qu’ils sont donc tous discrédités pour y apporter des solutions.

Ce système c’est celui du mondialisme ultralibéral.

Il me faut vous convaincre que cette situation n’est qu’une parenthèse dans notre histoire et non pas une fatalité induite par des évolutions mécaniques du monde à laquelle on ne pourrait que s’adapter (c’est le discours de N. Sarkozy) tout en tentant maladroitement d’en corriger les injustices les plus révoltantes, ou de faire croire qu’on va s’y atteler (c’est le discours de F. Hollande).

Si depuis 40 ans la France s’appauvrit, croyez-moi certains en revanche s’enrichissent !

La classe politique, aveuglée ou complice, délivre un faux diagnostic et apporte par conséquent des solutions qui loin de soigner le pays sont en train de le tuer.

Faisons donc ensemble le bon diagnostic et nous verrons que les solutions s’imposent d’elles-mêmes. 
Il y a près de 40 ans, en 1973 plus précisément, ces beaux messieurs qui nous gouvernent ont fait passer une loi dite « Pompidou/Giscard ». Cette loi a mis fin à un système sain et de bon sens qui voulait que le public finance le public et le privé finance le privé.

Ainsi la Banque de France prêtait au Trésor public français de l’argent à un taux d’intérêt extrêmement faible, ce qui permettait des investissements publics à un cout très avantageux pour les Français. Les banques et autres marchés financiers finançaient, eux, les entreprises privées. Chacun était dans son rôle.

En 1973 nos politiques font un cadeau extraordinaire aux marchés financiers, ils privatisent purement et simplement l’argent public en donnant aux marchés financiers un monopole absolu en matière de prêt tout en interdisant à la Banque de France de prêter au Trésor.

Je ne vous étonnerais pas en vous disant que cette interdiction fut, plus tard, gravée dans le marbre de Maastricht, instituant la monnaie unique : l’euro.

Cette incroyable manne accordée aux marchés financiers est la raison principale de notre gigantesque dette et les Français engraissent chaque année, depuis 40 ans, ces puissances financières. Sans même le savoir.
Ainsi depuis 1973, nous avons payé aux marchés financiers l’équivalent de 1400 milliards d’euros d’intérêts et nous nous retrouvons aujourd’hui avec 1700 milliards d’euros de dette !

Aujourd’hui nous sommes dans une situation folle ou nous empruntons pour rembourser non pas le capital mais les intérêts de notre dette !

N’importe quelle personne un peu sensée sait pertinemment qu’il est alors impossible de s’en sortir.
Mais ce n’est pas tout.

C’est là que les agences de notation entrent en scène.

Elles ont pour vocation d’indiquer aux marchés financiers à qui ces derniers peuvent prêter en toute tranquillité car ils sont sûrs d’être remboursés, et à qui il est dangereux ou très dangereux de prêter car les perspectives économiques de l’emprunteur sont mauvaises. Il s’agit des fameuses notations de triple A à D, et le défaut c’est-à-dire l’incapacité à rembourser sa dette.
Plus la note baisse, plus les marchés financiers prêtent à un taux d’intérêt fort ; plus ils s’enrichissent, plus ils nous appauvrissent, plus ils nous appauvrissent plus ils s’enrichissent.

Et voilà mes chers amis le plus grand hold-up jamais réalisé dans toute l’histoire de l’humanité ! Avec la complicité de notre classe politique qui de l’UMP au PS en passant par le MODEM refuse de briser ce cercle infernal en retirant au marchés ce scandaleux monopole.

Dans ces conditions, ne nous étonnons-pas, il ne reste alors d’autres solutions à M Sarkozy, Hollande, Bayrou que d’imposer aux Français l’austérité, chacun la sienne, pour faire cracher aux Français toujours plus d’argent en leur donnant toujours moins en contrepartie, dans le seul but de rembourser nos usuriers.

C’est ce que j’ai appelé l’esclavage pour dette.

Nous ne travaillons alors plus pour produire des richesses qui améliorent notre niveau de vie, financent des services publics de qualité, construisent les infrastructures de demain, nous travaillons pour rembourser les marchés financiers ;
Nous sommes devenus esclaves et si nous ne faisons rien nous mettrons aussi en esclavages nos enfants, nos petits enfants, nos arrières petits enfants, est cela que nous voulons ? Est ce cela que nous allons leur léguer ? Des chaines ?
Et c’est pourquoi, mes amis, il n’y a pas d’autre solution que de retrouver la maîtrise de notre monnaie nationale car l’euro est l’instrument de notre esclavage. L’euro est notre prison, notre cage ! La souveraineté monétaire est la clef de notre liberté !

Pour supprimer la loi de 1973 et donc le monopole des marchés, et permettre à la banque de France de prêter à nouveau au Trésor sans intérêt, pour déprivatiser l’argent public, il faut que nous puissions à nouveau battre monnaie nationale il n’y a pas d’autres solutions.

Pour éviter l’endettement à perpétuité et le saccage social qui se terminera inéluctablement par un cataclysme financier, nous devons préparer la sortie organisée de l’euro et le retour aux monnaies nationales ;

A la logique de l’improvisation, nous devons opposer la logique de la préparation.

Vous comprenez pourquoi je vous parlais d’un véritable système ; et bien ce système a été construit, voulu, renforcé par l’ensemble de notre classe politique qui fait aujourd’hui payer aux peuples ses propres erreurs.
Vous comprenez mieux pourquoi toute perspective de fin de l’euro les rend fous,
Pourquoi il sont prêts à tout pour le sauver y compris nous ruiner, pourquoi le débat n’est même pas possible sans que fusent les invectives, les anathèmes, les insultes,
Pourquoi ils sont prêts à tous les mensonges pour détourner les Français de la solution possible pour s’en sortir ;
Pourquoi ils amusent la galerie avec des polémiques puériles et stériles,
Pourquoi ils polluent le débat en lançant des mesurettes qui sont autant d’écrans de fumée,

Vous comprenez pourquoi ils refusent d’entrer dans le dur et de débattre du seul vrai sujet de cette présidentielle parce qu’il détermine tous les autres : celui du système économique dans lequel ils nous ont enfermés et qu’ils soutiennent tous, sans exception.

Regardez comme ils s’agitent, regardez comme ils ont peur, peur que leur système soit balayé, et eux avec.
On comprend mieux alors que leur « tout sauf Marine » cache, en réalité le « tout sauf la vérité » ;
La vérité et la liberté voila ce que nous venons offrir au peuple de France."

Et voila pourquoi se renforce chaque jour la dynamique autour de ma candidature,
Voila pourquoi monte cette vague bleu marine qui emporte toutes les vieilles bastilles du mensonge, du désespoir, du conformisme, qui bouscule les puissants et leurs inféodés;
Voila pourquoi se met en marche cette révolution bleu marine qui met la vérité, la liberté la justice et la France au centre de tout !
Oui ça va changer. Et il faut que ça change. 

Partout, ensemble nous allons combattre le mensonge qui asservit !
Et, disons les choses telles qu’elles sont : sous le mandat de Nicolas Sarkozy, jamais le mensonge n’avait atteint un tel niveau. Le mensonge est devenu industriel sous Nicolas Sarkozy, il est systématique, obsessionnel, il est érigé en méthode de gouvernement.

Nicolas Sarkozy a triomphé par le mensonge, il lui revient aujourd’hui en boomerang, et c’est du mensonge qu’il chutera."

Oui, à cette période de la campagne, à ce moment où les Français exigent une confrontation projet contre projet, à ce moment où ils refusent l’incantation et les slogans publicitaires des autres, le boomerang des mensonges est en train de revenir à toute vitesse sur Nicolas Sarkozy. Il ne pourra pas y échapper.

Boomerang sur Seafrance, où l’UMP et le PS viennent pleurer des larmes de crocodile sur les conséquences de leurs propres choix, ceux d’une Europe ultralibérale et antisociale !
Boomerang sur la dette, où le président qui se disait « protecteur » est en réalité « l’homme qui valait 500 milliards », 500 milliards de dette supplémentaire en un quinquennat, record historique !

Boomerang sur l’euro, où les batman de la politique politicienne nous ont fait croire un an durant qu’ils avaient tout réglé, tout sauvé, l’euro, la Grèce, l’Europe, le monde !
Je me souviens de la promesse une de plus de N.Sarkozy : « je n’ai pas été élu pour que la France soit dans la même situation que l’Espagne, l’Italie et la Grèce ».

La perte hier du triple A de la France prouve exactement l’inverse ; Nous avons emprunté le même escalier que l’Italie et la Grèce, certes nous ne sommes pas encore au même étage mais ça va venir, je vous ai expliqué tout à l’heure pourquoi c’est inexorable et pourquoi si nous ne sortons pas de leur modèle économique, nous rejoindrons nos amis européens au rez-de-chaussée, dans la tourmente, la souffrance et la précarité.

Source et suite: http://www.nationspresse.info/?p=156578

----------------------------------------

- Money as debt - L'argent dette

- Banksters : le vol du siècle

- Mensonge du siècle : "sauf accident majeur, cette opération n'aura pas de coût pour le contribuable" (François Fillon)

Partager cet article
Repost0