Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 12:35

FRANCE > Politique
13h12 >Cécilia et Nicolas Sarkozy annoncent leur séparation par consentement mutuel (Elysée) Filnews - Lci

Le couple présidentiel se sépare Le Monde
Nicolas et Cécilia Sarkozy divorcent RFI 
Un communiqué de l'Elysée a confirmé à la mi-journée la séparation du couple présidentiel.


"Nicolas Sarkozy, premier président français à se séparer de son épouse, pourrait être également le premier à divorcer en cours de mandat. ... Nicolas Sarkozy s'était marié le 23 septembre 1982 avec Marie-Dominique Culioli, avec qui il a deux enfants, Pierre et Jean. Il a divorcé en 1995 et s'est remarié le 23 octobre 1996 avec Cécilia Ciganer, elle-même divorcée de l'animateur de télévision Jacques Martin, récemment décédé. Ils ont un fils, Louis." Afp

Rappelons-nous avant et après les présidentielles, l'encensement par les media de ce couple présidentiel, exemple de réussite d'une famille recomposée stable et unie...., etc. Ces mêmes media doivent aujourd'hui malheureusement déchanté.

18/10/2007 13:30
PARIS (AFP) - Le président français Nicolas Sarkozy et son épouse Cécilia se séparent

 

Le président français Nicolas Sarkozy et son épouse Cécilia se séparent .

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 21:02
04/10/2007 19:52
PARIS (AFP) - Cote de confiance: Sarkozy perd 7 points, Fillon 1

 

La cote de confiance de Nicolas Sarkozy baisse de 7 points par rapport à septembre, et celle de François Fillon régresse d'un point selon le baromètre TNS-Sofres pour le Figaro Magazine à paraître samedi, rendu public jeudi et marqué par un regain de pessimisme des Français.

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 08:12
"Constitution, Irak, Turquie: pour changer si vite les trois non des Français en trois oui de la France, M. Sarkozy ne peut être qu’un magicien – et notre démocratie une énigme"



"La France s’est récemment signalée par deux non spectaculaires : non, en 2003, à l’aventure irakienne, puis, en 2005, à une Constitution européenne scellant la supranationalité en tous domaines, aux seules exceptions de l’éducation, du tourisme et de la culture. A cela s’ajouta l’opposition majoritaire des Français à l’entrée de la Turquie, opposition fort contrariante pour une Europe qui lui est largement acquise. Il aura suffi de quelques semaines à M. Sarkozy pour normaliser ces derniers réflexes d’indépendance: depuis juin, on se dirige vers une nouvelle Constitution européenne, qui reprend en tout point les dispositions clés du texte Giscard, lequel s’est plaint de ce « maquillage superflu»; depuis août, notre position circonspecte sur l’invasion de l’Irak, position pourtant louée de toutes parts et désormais suivie par le nouveau premier ministre britannique Gordon Brown, s’est métamorphosée en soutien, l’un des derniers, à la politique de M. Bush; enfin, M. Sarkozy a donné un discret nihil obstat à la relance des négociations avec la Turquie, et envisage même de supprimer l’obligation de référendum préalable à l’adhésion."


 (Paul-Marie Couteaux, Valeurs Actuelles via afe-blog.com)

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 20:05
25/09/2007 19:52
PARIS (AFP) - Le Pen demande la "démission" de Rama Yade

Le président du FN Jean-Marie Le Pen a demandé mardi la "démission" de la secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme Rama Yade, estimant qu'elle avait gagné "la palme de l'impudence diplomatique" par ses propos lundi sur la Chine et la Russie.

"Madame le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et aux Droits de l'homme a gagné haut la main la palme de l'impudence diplomatique", a déclaré M. Le Pen dans un communiqué.

"Sans doute ne sait-elle pas de quoi elle parle. Mais ce n'est pas une excuse, surtout quand on est ministre", a-t-il estimé, jugeant que "pour l'honneur de la France, Rama Yade (devait) démissionner".

"Nous ne sommes pas la Chine, nous ne sommes pas la Russie. Notre pays n'est pas une dictature. Nous ne sommes pas une nation qui passe son temps à violer les Droits de l'homme", a déclaré lundi Rama Yade, alors qu'elle était interrogée sur la situation des immigrés clandestins en France.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 13:39


Selon un article du Figaro en date du 21 septembre 2007 :

"C'est finalement pour le 18 octobre et non le 17 que l'appel à la grève est lancé. La mobilisation est encore incertaine."

Les cinq centrales syndicales appellent à la grève pour le 18 octobre. Il s'agit de la CGT, Sud-Rail, Fo, la CFTC et la CFE-CGC. Mais le front syndical n'est pas uni. En effet, d'autres syndicats, tels
l'Unsa, la CFDT et le puissant syndicat des agents de conduite, la Fgaac., attendent de rencontrer le ministre du travail Xavier Bertrand avant de se prononcer.
Ce dialogue avec le gouvernement est important car de son issue dépendra ou non l'ampleur d'un éventuel conflit.
Mais il reste sur la table un dossier explosif qui est celui du fret. Des suppressions d'emplois seraient envisagés dans ce secteur, ce qui pourrait mettre le feu aux poudres.


Rappelons que la réforme des régimes spéciaux sera débattue le 9 octobre prochain à l'Assemblée Nationale.
Ce débat sans vote, sera précédé d'une déclaration du gouvernement à la tribune de l'Assemblée.
Les régimes spéciaux de retraite concernent 1,1millions de retraités et concernent différents secteurs professionnels comme les cheminots, les salariés d'EDF-GDF, les clercs de notaires, les parlementaires et les marins.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 19:42
23/09/2007 20:17
 
PARIS (AFP) - Royal, seule femme à parler de "sexisme" quand elle est critiquée, selon Jospin

L'ancien Premier ministre socialiste, Lionel Jospin, a affirmé dimanche que Ségolène Royal était la seule femme politique à dénoncer du "sexisme" dès lors qu'elle est critiquée.
"Je ne connais pas d'autres femmes politiques qui, dès lors qu'elles doivent répondre à des critiques, disent qu'elles sont critiquées par sexisme, parce qu'elles sont des femmes", a dit M. Jospin, en citant les noms de l'ancienne ministre PS Martine Aubry et du ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.
"Je suis le Premier ministre qui a fait la parité, je suis aussi marié à une féministe donc cette argumentation de sexiste n'a aucun sens", a poursuivi M. Jospin, qui étrille la candidate socialiste dans son livre "L'Impasse".
"Quant au racisme, c'est absurde, on n'en comprend même pas le sens", a-t-il ajouté.
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 08:04

Bon, ce n’est pas parce que les royalistes sont dans l’opposition qu’ils doivent tout critiquer. Le projet de redessiner la carte judiciaire française est marqué au coin du bon sens: notre carte actuelle date de deux cents ans, comme si la répartition démographique de la France n’avait pas changé d’une région à l’autre! (Adeline2007.fr)

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2007 5 21 /09 /septembre /2007 12:57

La Chambre régionale des Comptes a remis cet été au maire de Paris un rapport explosif sur la politique d'éradication de l'habitat insalubre et des logements vacants, après avoir audité la Société d'Economie Mixte qui en a la charge : la SIEMP (Société immobilière d'économie mixte de la Ville de Paris). 

Selon ce document de 24 pages encore confidentiel, dont Le Perroquet s'est procuré une copie, aucun objectif politique ne sera tenu : la réhabilitation des 434 immeubles insalubres parisiens a au moins trois ans de retard et la remise sur le marché de logements vacants est dix fois moins efficace que prévu ! Pire, la gestion humaine et financière de la SIEMP laisse entrevoir de nombreuses et importantes gabegies, des pratiques illégales, voire parfois une certaine malhonnêteté. De quoi écorner sérieusement l'image de « bonne gestion » accolée actuellement à l'équipe municipale...

TELECHARGER LE RAPPORT
Partager cet article
Repost0
21 septembre 2007 5 21 /09 /septembre /2007 10:01
Interviewé jeudi soir sur TF1 et France 2, Nicolas Sarkozy a affirmé qu’il refuserait de "transiger sur les principes" qui le conduisent à engager la réforme des régimes spéciaux de retraite.

Je ne céderai pas sur ce principe parce que c'est un principe d'équité", a-t-il dit sur TF1 et France 2. 

Refusera-t-il de transiger sur la réforme des régimes spéciaux des parlementaires?... On peut toujours rêver.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 19:05
En réponse aux vives critiques de l'ancien Premier ministre Lionel Jospin dans son dernier livre "L'impasse" (à paraître le 24 septembre chez Flammarion), qui la qualifie d'"illusion", de "moins capable de gagner" et de "figure seconde de la vie publique pas taillée pour le rôle de secrétaire national du PS", en priant les instances du parti de ne pas la reconduire en 2012, Ségolène Royal, lors d'un point de presse à l'Hôtel de Ville de Québec, répond à ses détracteurs en citant le Christ en Croix:

"Au fond ce qui me vient à l'esprit, c'est peut-être cette parole de la Bible (du Nouveau Testament, quand Jésus est sur la croix, ndlr]: 'Pardonnez-leur parce qu'ils ne savent pas ce qu'ils font'. Donc je pardonne à tous ceux qui m'agressent parce que d'abord je pense qu'ils me font moins de mal à moi qu'aux socialistes, qu'à toute la gauche" ... 

"... [S]i j'étais Jeanne d'Arc j'aurais déjà été brûlée vive" (
NOUVELOBS.COM | 17.09.2007 | 19:07)
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 09:04
17/09/2007 09:03
PARIS (AFP) - Lionel Jospin critique vivement contre Ségolène Royal dans un livre

L'ex-Premier ministre socialiste, Lionel Jospin, lance de vives critiques contre l'ex-candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal, qui était selon lui, une "illusion", la "moins capable de gagner", dans un ouvrage, dont Libération publie lundi de larges extraits.

Dans "L'impasse" (à paraître le 24 septembre chez Flammarion), Lionel Jospin, cité par Libération, affirme que la présidente de la région Poitou-Charente était "une candidate qui était la moins capable de gagner" et, surtout, "une illusion".

Pour l'ex-candidat socialiste à l'élection présidentielle de 2002, Ségolène Royal n'était pas en mesure de l'emporter "non pas parce qu'elle était une femme, mais parce que j'avais pu me faire une idée assez exacte de ses qualités, notoires, et de ses insuffisances, réelles".

Il juge par ailleurs, que Ségolène Royal est "une personnalité (qui) n'a pas les qualités humaines ni les capacités politiques" nécessaires pour remettre le Parti socialiste en ordre de marche et "espérer gagner la prochaine présidentielle".

Selon lui, elle est "une figure seconde de la vie publique" qui n'est "pas taillée pour le rôle" de secrétaire national du PS. "Avoir commis une erreur (en la désignant) ne justifie pas qu'on la réitère" affirme-t-il.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 19:00
Bayrou continue sa stratégie politique relevant plus du royalisme que de la démocratie... Il ambitionne de réaliser le rassemblement des Français au-dela du clivage droite-gauche..., bref faire sauter les idéologies qu'il nomme "frontières des camps retranchés". Il faudra alors lui expliquer qu'il ne fait pas autre chose que du royalisme (!), que s'il veut être conséquent avec lui-même, c'est toute la "démocratie" telle qu'elle est conçue dans les institutions de la république qui est à revoir... et lui proposer de rejoindre l'Alliance Royale !

14/09/2007 19:36
SEIGNOSSE (AFP) - Bayrou jette les bases d'un Mouvement démocrate "indépendant et constructif"

François Bayrou a jeté vendredi à Seignosse les bases d'un Mouvement démocrate (MoDem) "indépendant et constructif", qu'il veut mettre en ordre de marche pour les prochaines échéances électorales.

... "Indépendants et constructifs: ces deux mots vont définir notre action", a-t-il lancé. "Face à "l'immense rouleau compresseur du modèle américain, notre responsabilité est de bâtir un projet de société pour l'avenir de la France", un "projet démocrate".

"Nous ne bâtissons pas seulement un centre, car le mot +centre+ signifie qu'on se définit par rapport à la droite et la gauche", a-t-il déclaré. "Je vous invite à vous définir par rapport à notre projet et à notre idéal".

"Comme il y a en France des conservateurs et des socialistes, il y aura des démocrates".

Revendiquant "plus de 45.000 adhésions nouvelles" depuis la fin mai, M. Bayrou a indiqué viser "100.000 adhérents pour le MoDem dans 18 mois". L'UDF recensait, à son dernier Congrès de janvier 2006, 31.000 adhérents.

Le député des Pyrénées-Atlantiques a expliqué son silence de l'été: il n'avait "aucune raison d'être en guerilla permanente" avec le gouvernement, sachant que les Français "ont donné leur confiance" au nouveau président, et même "ont une certaine admiration sportive pour la façon dont Nicolas Sarkozy occupe l'espace médiatique et décide de tout".

Il a dit avoir fait part à Nicolas Sarkozy, qu'il a rencontré jeudi matin, de son état d'esprit "constructif", comme de ses divergences avec lui, par exemple sur le choix "de se réaligner sur les Etats-Unis et l'administration Bush".

... Le leader centriste, qui prône de longue date le rassemblement au-delà du clivage droite-gauche et récuse la politique de "débauchage" de M. Sarkozy, a indiqué qu'il parlerait avec les responsables politiques des deux bords, car "il faut faire sauter les frontières des camps retranchés qui n'échangent que des coups de fusil".

"Dans le même esprit d'indépendance, je parlerai avec les dirigeants de la majorité et avec les dirigeants socialistes, s'ils le souhaitent", a-t-il ajouté, précisant qu'il allait inviter le Premier secrétaire du PS, François Hollande, à "discuter des institutions", "dès la rentrée parlementaire".

... "Il y a une condition qui est l'indépendance", a-t-il souligné. "Ceux qui voudront réappartenir à un mouvement indépendant auront le jour venu leur place et je suis sûr que ça se produira, quand les sondages commenceront à piquer du nez", a-t-il lancé. 

Le Monde relève d'autres déclarations qui indiquent que Bayrou fait du royalisme. Sans le savoir? Espérons-le, mais ce n'est pas certain... :

"Notre vocation est (...) d'être le courant indépendant de la vie politique française, le courant libre, qui prépare l'avenir et ne refuse jamais d'être constructif et positif"...

Le parti s'y engage à être "indépendant de toutes les puissances d'influence, économique, politique ou médiatique". 

... "Le socialisme n'est pas un idéal pour le XXIe siècle", a-t-il estimé. "Si les socialistes ne sont plus socialistes, ce jour-là il y aura du mouvement, mais on n'en est pas là..."

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 11:27
Reuters, 13.09.07 | 11h24

P
ARIS (Reuters) - François Bayrou revendique une "coresponsabilité" des dirigeants de partis politiques n'appartenant pas à la majorité présidentielle face à la situation du pays.

Le président du Mouvement démocrate (MoDem) et ancien candidat à l'élection présidentielle a été reçu pendant environ 45 minutes par le président Nicolas Sarkozy.

"Je suis dans une démarche d'autonomie, d'indépendance... a déclaré après l'entretien François Bayrou, dont de nombreux amis ont rejoint le camp du chef de l'Etat.

Il a assuré que sa démarche était "constructive".

"Je considère que sur tous les grands enjeux du pays nous sommes coresponsables de l'avenir", a-t-il ajouté. "Les dirigeants des grands courants démocratiques de la majorité ou ceux qui ne sont pas dans la majorité sont coresponsables de l'avenir du pays et il doivent réfléchir comme ça."


Partager cet article
Repost0
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 10:02
Le Figaro, ÉRIC DECOUTY. Publié le 13 septembre 2007

DEPUIS plusieurs semaines, Dominique de Villepin répétait à l'envi aux journalistes qu'il ferait des révélations aux juges Henri Pons et Jean-Marie d'Huy. Hier, à la veille de son audition, ses avocats, Mes Olivier d'Antin et Luc Brossolet, ont déposé au cabinet des magistrats un mémoire de vingt-trois pages, accompagné d'une vingtaine d'annexes, qui pourrait bien raviver les polémiques politiques autour de l'affaire Clearstream.

 
Dans ce document-communiqué, Dominique de Villepin s'en prend directement à Nicolas Sarkozy. « Ce dossier peut être considéré comme privatisé au profit d'une seule partie civile », écrit ainsi l'ancien premier ministre, qui revient sur l'ambiguïté de la situation du président de la République garant de l'indépendance de la justice et partie civile (voir ci-dessous). Il insiste encore sur le fait que Nicolas Sarkozy était informé très tôt des dessous du dossier Clearstream, contrairement à ce qu'il a toujours affirmé.
 
Le deuxième point de la note de Dominique de Villepin s'efforce de démontrer que l'origine du dossier est industrielle et non pas politique. Il vise directement les luttes internes qui animaient en 2003-2004 la vie interne à EADS. Mais là encore, l'ancien chef du gouvernement n'épargne pas Nicolas Sarkozy. Si celui-ci « a été une cible, écrit-il, ce n'est pas une cible politique, mais une cible industrielle, du fait de son influence personnelle au sein du groupe Lagardère ».
 




Partager cet article
Repost0
21 juillet 2007 6 21 /07 /juillet /2007 20:04

Au moment où Robert Badinter, l'ancien Président du Conseil constitutionnel évoque une "présidence impériale" de Nicolas Sarközy dans une interview à paraître demain dans le Parisien (Le Figaro AFP Publié le 21 juillet 2007 à 20h54), Yves-Marie Adeline explique:

"Pour l’instant, tout va bien dans la nouvelle république initiée par Sarkozy. Mais quand viendront les contestations, le Président se retrouvera en première ligne et perdra toute marge de manoeuvre, perdant notamment l’usage de la fonction de premier ministre comme fusible, dont savait admirablement se servir le défunt Mitterrand. C’est un risque supplémentaire qu’il fait prendre aux institutions… et à lui-même. Le seul recours est de ne plus avoir contre soi d’opposition légale. Certes, les Socialistes pâtissent aujourd’hui de leur archaïsme, mais croit-il pour autant qu’il n’aura plus d’opposition réelle?"

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2007 6 07 /07 /juillet /2007 18:41
07/07/2007 19:26 
Le président Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il avait demandé au socialiste Jack Lang de "participer" à la commission chargée de faire des propositions pour moderniser les institutions, dans une interview à paraître dans le Journal du Dimanche.
Cette commission sera installée "dans les quinze jours", a indiqué le chef de l'Etat qui souhaite que "la réforme constitutionnelle soit prête avant la fin de l'année, au plus tard début janvier".
... "La proposition de Nicolas Sarkozy me touche et m'honore. Elle ne m'engage évidemment pas. Je lui donnerai ma réponse au cours des prochains jours", a affirmé l'ancien ministre socialiste.
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 15:43
03/07/2007 16:12
PARIS (AFP) - Fillon: "je vous dois la vérité parce qu'elle est au coeur de la rupture"
Le Premier ministre François Fillon a affirmé mardi, lors de sa déclaration de politique générale devant les députés, qu'il leur "devait la vérité parce qu'elle est au coeur de la rupture".
"Depuis trente ans", "droite et gauche, nous nous sommes efforcés d’ajuster le modèle français au lieu de le repenser de fond en comble", a lancé le Premier ministre, alors que le président Nicolas Sarkozy a fait de la "rupture" le credo de son action.
"Nous n’avons pas réussi, faute d’avoir osé rompre avec ce cercle vicieux qui consiste à travailler de moins en moins et à s’endetter de plus en plus afin de combler l’écart croissant entre nos capacités de production et nos ambitions redistributives qui n’ont cessé de s’élargir", a poursuivi M. Fillon.
Par ailleurs, M. Fillon a affirmé mardi qu'il fallait "réécrire le contrat politique, social et culturel de la France".
Pour cela, a-t-il déclaré, "il faut renouveler notre démocratie politique, moderniser notre démocratie sociale, porter notre excellence intellectuelle et scientifique".
Le Premier ministre en a profité pour annoncer la création d'une commission "de personnalités incontestables pour leurs compétences" chargée de faire des propositions sur la modernisation des institutions.
... M. Fillon a assuré également qu'aucun sujet ne devait être tabou. "Nous rechercherons ensemble comment mieux assurer la représentation de la diversité politique de la société française sans mettre en péril le principal atout de la Ve République: des majorités nettes et stables", a-t-il lancé.
... Dans le domaine socio-économique, M. Fillon a averti mardi les partenaires sociaux qu'ils devraient "mettre sur la table" fin 2007 des propositions précises, notamment sur l'évolution du marché du travail, et a demandé une réforme des élections professionnelles.
"Les circonstances sont historiques. Les partenaires sociaux ont en main la possibilité de reconfigurer, avec nous, les règles et l'organisation de notre marché du travail", a-t-il souligné après avoir noté que "tout ne peut plus être piloté par l'Etat"...
... "La fiscalité écologique doit émerger dans notre droit", a souligné M. Fillon, qui a souhaité "aller plus loin et poser la question d'une taxation sur le contenu en carbone des produits offerts sur le marché".
Le gouvernement "ne laissera pas les négociations au sein de l'OMC (Organisation mondiale du commerce) se déployer contre notre agriculture", a averti mardi le Premier ministre François Fillon lors de sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale.
Dans le domaine du logement, Le Premier ministre s'est fixé mardi un objectif de "500.000 nouveaux logements construits par an, dont 120.000 logements sociaux", dans son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale.
"En l'espace de cinq ans, notre retard en matière de construction, pris à la fin des années 90, devra être comblé. Pour cela nous devrons nous tenir à un objectif de 500.000 nouveaux logements construits par an dont 120.000 logements sociaux", a déclaré M. Fillon devant l'Assemblée nationale.
Dans le domaine éducatif, M. Fillon a assuré que le gouvernement consacrerait 5 milliards d'euros d'ici 2012 en faveur des universités, sa "priorité absolue".
Le gouvernement entend "tendre vers 3%" du PIB consacrés à la recherche et "50% des jeunes" doivent décrocher un diplôme de l'Enseignement supérieur, comme il l'avait inscrit dans sa loi sur l'Ecole en 2005.
Il a également annoncé le lancement d'"un plan respect et égalité des chances" visant "les quartiers difficiles".
François Fillon a également affirmé mardi que la France n'était "pas à l'abri" du terrorisme et que les services de renseignements étaient "en alerte".
"Les événements récents dans le sud de la France, en Espagne et surtout en Grande-Bretagne, montrent que les menaces terroristes demeurent très présentes", a souligné le chef du gouvernement.
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 15:34

L'AFP (03/07/2007 13:20) indique qu'"Edouard Balladur présidera la commission de réflexion sur les institutions que doit annoncer dans l'après-midi François Fillon. ...

Le régime démo-libéral aux abois, va-t-on vers une VIe république? 

Il est probable que ce nouveau gouvernement Fillon soit plus astucieux que Ségolène Royal, et, tout en parlant de "rupture", se contente de modifier quelques détails institutionnels quand la candidate socialiste préconisait de passer à la VIe république..., en attendant la VIIe, la Xe, etc... Mais cette énième république finira bien elle aussi par imploser, commes les autres, sous l'impulsion d'une autre crise, comme celles de 1870, 1940, 1946 (la Libération...), 1958...

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 14:28
La système maçonnique démo-libéral aux abois

L'article
Le Figaro du 03 juillet 2007, "Fillon veut sortir la France de sa "dépression", indique que "Pour Fillon, « l'élection de Nicolas Sarkozy crée une situation nouvelle qui permet de sortir la France de la dépression nerveuse ». Un constat qui justifie, selon lui, un programme de rupture. « Il faut renoncer aux ajustements et faire de vraies réformes », a-t-il confié hier au Figaro. Son objectif est donc, dit-il, de « réécrire le pacte politique, social et culturel avec les Français »
Ce qui nécessite, à ses yeux, de réformer la démocratie politique et sociale, mais aussi relancer « la bataille de l'intelligence » (lire ci-dessous).
 
La rupture sera logiquement la toile de fond de cette déclaration de politique générale qui devrait durer moins d'une heure. La « nouvelle croissance », qu'il appelle de ses voeux, passe par des propositions radicales pour financer les dépenses de santé et assurer les retraites. « L'allongement de la durée des cotisations n'est plus un débat mais un fait », devrait-il répéter.
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 10:38

La système démo-libéral aux abois:

Le Figaro du 03 juillet 2007. "Pour Fillon, « l'élection de Nicolas Sarkozy crée une situation nouvelle qui permet de sortir la France de la dépression nerveuse ». Un constat qui justifie, selon lui, un programme de rupture. « Il faut renoncer aux ajustements et faire de vraies réformes », a-t-il confié hier au Figaro. Son objectif est donc, dit-il, de « réécrire le pacte politique, social et culturel avec les Français ». Ce qui nécessite, à ses yeux, de réformer la démocratie politique et sociale, mais aussi relancer « la bataille de l'intelligence » (lire ci-dessous).

 

La rupture sera logiquement la toile de fond de cette déclaration de politique générale qui devrait durer moins d'une heure. La « nouvelle croissance », qu'il appelle de ses voeux, passe par des propositions radicales pour financer les dépenses de santé et assurer les retraites. « L'allongement de la durée des cotisations n'est plus un débat mais un fait », devrait-il répéter.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 22:44
Au moment où "le Pacs se rapproche du mariage" (article du Salon Beige), il est intéressant de rappeler l'opinion de Jean-Marie Le Pen sur le Pacs.
 
"Le 21 décembre Le président du Front national a déclaré à BFM qu'il ne voyait pas «pas d'inconvénient» au Pacs (Pacte civil de solidarité) : «Je ne vois pas beaucoup d'intérêt à cette formule, mais dans le fond, si elle permet à certaines personnes de se témoigner réciproquement de leurs intérêts matériels, je ne vois pas d'inconvénient.»
 
Et d'ajouter : «Puisque cela porte ce nom-là, ça ne me gêne pas».
 
Cette déclaration intervient quelques jours après qu'il ait proposé de soumettre la loi sur l'avortement à un référendum. Les ralliements d'homosexuels et de partisans de la culture de mort au Front National compenseront-ils les départs des catholiques et de toutes les personnes attachées au respect de la loi naturelle ?" 

(La Blanche Hermine, Janvier – février 2007, n° 58, p. 3)
 
Partager cet article
Repost0
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 16:36

Rivarol, via Novopress.info

Née en 1964 à Clermont-Ferrand de parents kabyles dans un quartier peuplé majoritairement d’Algériens, Fadela Amara confiait lors d’un entretien (publié dans le Nouvel Observateur début juin) avec “son idole” le chanteur amazight Hamid Cheriet, dit Idir qu’elle fut très tôt confrontée au racisme “antiberbére”. D’où, sans être “nationaliste berbère” (en France…), son soutien à l’identité kabyle qui lui vaut, dit-elle, d’être sur une “liste noire” lui interdisant d’aller en Algérie. Mais elle se rattrape en affirmant qu’elle a vu des photos “récentes” du village de ses parents, “bombardé” et “en ruine”. On suppose que cela s’est passé lors de “notre” guerre d’Algérie et on peut s’étonner que ce village sinistré ait été laissé depuis en état.

Du coup, Fadela Amara qui milita à SOS racisme en 1986 et fut conseillère municipale socialiste en 2001 à Clermont-Ferrand, s’en prend violemment à la France “colonisatrice” qui doit reconnaître “le mal qu’elle a fait pour s’en excuser”. Cette repentance prendrait place “dans la mémoire collective aux côtés de la Shoah et de l’esclavage”, bien sûr. Et Fadela de préciser: “Mon grand père et les siens ont été torturés et mutilés.”

Nicolas Sarkozy, qui s’était dit pendant la campagne présidentielle hostile à toute “culture de la repentance”, était-il informé de ces déclarations scandaleuses? Si oui, la nomination d’Amara n’en apparaît que plus étonnante.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 08:36
LEMONDE.FR Avec AFP | 28.06.07 | 23h00  •  Mis à jour le 29.06.07 | 07h49

Le secrétaire général délégué de l'UMP a adressé un communiqué, jeudi soir, pour regretter "son interjection déplacée". Patrick Devedjian "renouvelle toute son estime et son amitié" à l'ancienne députée UDF du Rhône.
Partager cet article
Repost0
27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 17:31
La Croix (AFP)

Le Crif sait pouvoir "compter sur le gouvernement pour combattre l'antisémitisme",
a déclaré mercredi Richard Prasquier, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France au cours d'un déjeuner de presse.
Le président du Crif s'est dit favorable à l'existence de deux Etats, Israël et Palestine, mais tout à fait opposé à l'idée d'un état bi-national, estimant que "ça ne peut pas marcher". 

                                                         ***

Et pourquoi ce qui ne marcherait pas en Israël devrait-il "marcher" en France?? Pourquoi la France devrait-elle accepter, elle, des bi-nationaux, des nationaux du monde entier, et même les "sans"-papiers, quand le CRIF dit qu'en Israël  "ça ne peut pas marcher"??
 
Partager cet article
Repost0
3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 06:42
Jean-Marie Le Pen, Discours à l'occasion du meeting de Paris, samedi 02 juin 2007

Vous avez voulu la
rupture avec Chirac ?
Ouvrez les yeux !

"Onze ministres sur seize sont d'anciens chiraquiens, dont le premier ministre lui-même, monsieur Fillon, (membre des gouvernements Raffarin entre 2002 et 2005), et bien sûr monsieur Juppé (le calamiteux premier ministre de Chirac en 1995, condamné en 2004 par la justice).

Les 365 députés de l'UMP qui ont soutenu Chirac et ses premiers ministres sont dans leur quasi totalité candidats à leur réélection. Les reconduire reviendrait à donner quitus à Chirac pour sa gestion du pays entre 2002 et 2007 :
un Etat encore plus endetté, (64 % du produit intérieur brut contre 58 %), avec toujours plus d'impôts et de charges, (les prélèvements obligatoires représentent désormais 44 % du PIB) ;
un taux de chômage parmi les plus élevé d'Europe (8 % selon les chiffres officiels, le double dans la réalité), un pouvoir d'achat réel en régression, sept millions de personnes vivant avec moins de sept cents euros par mois ;
près de cinq cent mille étrangers arrivés chaque année légalement ou non dans notre pays, soit deux millions et demi d'immigrés en plus depuis 2002 ;

plus de douze millions de crimes et de délits commis en 2006 selon l'Office national de la délinquance, quarante-cinq mille voitures incendiées chaque année.

Ce bilan de l'UMP, monsieur Fillon lui-même l'a condamné en affirmant que l'insécurité s'était aggravée dans les dernières années. Mais qui était alors chargé de la sécurité ? Si ce n'est le ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy. Certainement un homonyme du nouveau président de la République.

Le 6 mai vous avez voté contre les socialistes ?
Ouvrez les yeux !


Le nouveau gouvernement comprend quatre socialistes, parmi lesquels deux noms symbolisent la gauche la plus conformiste qui soit.

Le premier, monsieur Jouyet, est un énarque, un ami du couple Hollande-Royal, l'ancien directeur de cabinet de monsieur Delors quand il présidait la Commission européenne. C'est à cet euro-technocrate que monsieur Sarkozy a confié le secrétariat d'Etat aux affaires européennes.

Le second est Kouchner, qui est passé par tous les ponts aux ânes de la gauche contemporaine : président de l'Union des étudiants communistes quand le parti applaudissait à la construction du mur de Berlin en 1961, soixante-huitard ensuite, il s'est reconverti dans "l'humanitaire " dans les années 70. Ministre de Mitterrand, il est devenu en 1992 sur les côtes de Somalie le porteur de riz le plus célèbre. C'est à ce " tiers-mondiste, tiers-mondain ", mais 100 % mondialiste qu'a été confié le ministère des affaires étrangères.

A ce propos le 29 mai 2005, vous avez voté contre la Constitution européenne ? Ouvrez les yeux !

Pour la première fois, la photographie officielle du président de la République comporte un drapeau européen.

En 1981, ses adversaires avaient qualifié le président Giscard d'Estaing de petit télégraphiste de Moscou, parce qu'il était le dirigeant occidental le plus complaisant à l'égard de l'Union soviétique, allant jusqu'à Varsovie s'enquérir des exigences de Léonid Brejnev.
Sarkozy est lui le petit télégraphiste de Bruxelles.

Aussitôt entré en fonction, il s'est empressé d'aller à Berlin, puis à Bruxelles, rassurer le chancelier allemand, madame Merkel, et le président de la Commission européenne, le Portugais Barroso.
Ils peuvent lui faire confiance : la volonté du peuple français ne sera pas respectée. Par tous les moyens, même légaux, monsieur Sarkozy imposera aux Français un texte qu'ils ont rejeté par référendum.

Son traité européen dit simplifié a aussi reçu l'aval du chef du gouvernement italien de gauche, Romano Prodi, l'ancien président de la Commission européenne, car ce texte reprend les principales dispositions de la Constitution européenne enlevant à la France les derniers éléments de sa souveraineté et qui sont notamment :
  •  
  • La reconnaissance à l'Union européenne de la personnalité juridique. L'Europe de Bruxelles ayant alors le statut international à part entière d'un Etat, les pays membres perdront leur statut d'Etat souverain.
  • La création d'un ministre des affaires étrangères européen, qui à terme enlèvera à notre pays son siège de membre permanent au Conseil de sécurité des Nations unies.
  • La suppression de la règle de l'unanimité. Un Etat ne pourra plus opposer son droit de veto à une décision qu'il estime contraire à ses intérêts. Ainsi les Français ne pourront plus s'opposer à la suppression de la politique agricole commune, voulue désormais par une majorité des 27 pays membres.


Vous refusez l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne ? Ouvrez les yeux !

Le chef de l'Etat a accepté l'ouverture le 26 juin de trois nouveaux chapitres de négociation nécessaires à l'adhésion de la Turquie. Pourquoi ? C'était pourtant peut-être la dernière occasion pour la France d'empêcher une telle adhésion.
Demain, si le traité européen proposé par monsieur Sarkozy entre en application, notre pays n'aura plus la possibilité juridique d'opposer son veto à ce projet.

En réalité monsieur Sarkozy est favorable à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne. Grâce à ce tour de bonneteau, il pourra s'abriter derrière un vote majoritaire des partenaires européens de la France et, ainsi, ne pas endosser devant l'opinion française la responsabilité d'une telle décision. Le disciple de Chirac a dépassé le maître, qui lui avait promis en 1995 un référendum sur la monnaie unique européenne. Mais nous le savons, chez ces gens-là " les promesses n'engagent que ceux à qui elles sont faites ", selon l'expression de monsieur Pasqua.

Il n'est donc pas étonnant que les partisans avérés du lobby euro-turc occupent des postes clés dans le nouveau gouvernement : le premier ministre lui-même, Fillon, qui, dans un entretien donné à Libération le 26 octobre 2004, se prononçait en faveur de l'adhésion de la Turquie, le numéro deux du gouvernement, monsieur Juppé et, bien sûr, le ministre des affaires étrangères Kouchner et le secrétaire d'Etat aux affaires européennes, Jouyet.

Sarkozy d'ailleurs ne se contente pas de la Turquie. L'Union euro-méditerranéenne qu'il veut créer avec tous les pays riverains de la Méditerranée, sur le modèle de l'actuelle Union européenne sans frontières, permettra non seulement aux Turcs, mais aux Algériens et à tous les ressortissants des pays d'Afrique du Nord et du Levant de s'installer librement en France.

Vous vouliez en finir avec les vieilles lunes soixante-huitardes ?
Ouvrez les yeux !


Outre Kouchner, plusieurs ministres portent les contre-valeurs de soixante-huit qui, depuis bientôt quarante ans, détruisent les fondements de notre civilisation :

Madame Bachelot, l'ancien porte-parole de la campagne de Chirac en 2002, favorable au mariage homosexuel et à l'adoption d'enfants par de tels couples. A ce propos, il n'y a pas de ministre de la famille. Cela n'est certainement pas un oubli.

Madame Pecresse, ministre de l'enseignement supérieur, favorable à la recherche sur les embryons humains, étape décisive dans l'avènement du Meilleur des Mondes, dans lequel l'homme aura perdu toute dignité.
Madame Albanel, ministre de la Culture, qui a voulu imposer l'année dernière dans la chapelle royale du château de Versailles une manifestation profanatoire intitulée "Magie noire pour mariage blanc ", soulevant l'indignation non seulement de l'évêque mais aussi du maire de Versailles. Même le mirobolant Jack Lang n'avait pas osé. A ce propos, ses amis socialistes affirment qu'il ferait partie de la seconde fournée de ralliés au sarkozysme. Quoi qu'il en soit, le choix de madame Albanel montre que l'invocation par monsieur Sarkozy des deux mille ans de Chrétienté n'était qu'un discours de campagne destiné à tromper les électeurs catholiques.

... Pour connaître les intentions du nouveau pouvoir, il est donc nécessaire de savoir quel sens le nouveau chef de l'Etat donne à cette notion d'identité nationale.

La France voulue par monsieur Sarkozy ne constituerait plus un peuple, mais serait un ensemble de territoires habités par des communautés ethniques, religieuses, voire sexuelles. Dans cet ensemble qui n'aurait plus de français que le nom, les nouveaux arrivants bénéficieraient d'un traitement de faveur destiné à favoriser leur intégration. C'est la discrimination "positive" c'est-à-dire la préférence étrangère.

Cette conception dit-on, monsieur Sarkozy l'aurait importée des Etats-Unis. Ce n'est pas tout à fait exact. Notre président de la République admire, c'est vrai l'Amérique. Mais il a quarante ans de retard.
Son Amérique est morte. C'était celle des années 60, quand se mettait en place en effet la discrimination "positive", appelée là-bas "l'affirmative action", l'Amérique des beatniks pacifistes qui crachaient sur leur drapeau. Cette Amérique-là allait inspirer en France les soixante-huitards. Aujourd'hui elle inspire encore monsieur Sarkozy, au moment où les Américains ayant pris conscience de la nocivité et de l'injustice d'un tel système mettent fin à la discrimination positive.

C'est au nom de cette discrimination positive que l'UMP veut favoriser l'Islam aux dépens des autres religions, et notamment aux dépens de celle qui constitue un élément essentiel de l'identité de notre nation : le christianisme. Croyantes ou non, toutes les personnes de bonne foi l'admettent :

les racines chrétiennes de la France sont une évidence, marquée notamment par les figures historiques de Clovis, baptisé en 496, de saint Louis, de sainte Jeanne d'Arc. S'épanouissant dans notre héritage culturel gréco-latin, ces racines ont assuré le rayonnement de la civilisation française.

Les valeurs traditionnelles de notre société, même sécularisée, prennent leur source dans le christianisme. La liberté, l'égalité, la fraternité qui constituent la devise de la République française sont des principes d'inspiration chrétienne. Ainsi la morale enseignée autrefois par " les hussards noirs de la République ", chers à Charles Péguy, n'était guère différente de celle transmise par les prêtres.

La
laïcité elle-même prend sa source dans la réponse faite par le Christ au pharisien lui demandant s'il fallait payer l'impôt à César "Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu". Refusant la confusion en vigueur dans les régimes islamistes [ou dans les césarismes], elle établit, non pas une séparation hermétique comme le voudraient certains esprits bornés, mais une distinction équilibrée entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel.

Ces principes qui fondent l'identité française, monsieur Sarkozy les bafoue. Ministre de l'intérieur, il a fait entrer dans nos institutions les associations islamistes en créant le Conseil français du culte musulman. Il est relayé dans nos villes par les maires UMP qui tentent de financer avec l'argent des contribuables locaux la construction de mosquées. Le Front National ayant obtenu dans les municipalités où il a des élus l'annulation de ces procédures qui violent la loi de 1905, le nouveau gouvernement essaiera de changer la loi. 

"La France, rappelait le général de Gaulle cité par Alain Peyrefitte, est avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne ". 

(Fin de citation).

Partager cet article
Repost0