Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 15:04

Olivier Mazerolle a reçu samedi 23 avril, Monseigneur André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président des évêques de France. L'éditorialiste interroge le cardinal sur la foi chrétienne, la béatification de Jean-Paul II ou encore l'immigration.

 

Des Français, via Internet ou au micro de BFMTV, ont posé leurs questions au Cardinal André Vingt-Trois, invité d'Olivier Mazerolle. Les sujets abordés sont Marine Le Pen, l'avortement et l'euthanasie. 

 

Olivier Mazerolle reçoit Jean-Claude Ameisen, président du comité consultatif national d'éthique. Le chercheur débat de la recherche sur l'embryon avec le Cardinal André Vingt-Trois.  

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 19:35

 


Plenel Vs Naulleau & Zemmour [ITW] ONPC 160411... par peanutsie

 

Zemmour clashe Plenel. Ca fait du bien de voir le petit père soviétique Edwy Plenel, fossoyeur de la culture française spécifique, négateur de l'identité française "unique" (comme si l'identité unique, spécifique, homogène, était une tare en soi), prêcheur de la diversité (sauf la française), rempli de moraline antiraciste et internationaliste, remis à sa place comme père la morale !

Zemmour lui répond hiérarchie culturelle, respect de l'héritage culturel reçu. Plenel balaie l'argument sans se donner la peine d'y répondre, nie être un moralisateur, nie "juger la personne". Lui qui, il y a quelques jours, avait parlé de la "déchéance" de Robert Ménard, de "reporter sans frontières au Front national" (sic). 

Zemmour soulève le problème oligarchique, le seul vrai problème, le "problème fondamentalement démocratique d'aujourd'hui", que Plenel devrait soulever s'il était un vrai "démocrate"... et s'il ne méprisait pas le peuple, comme dit justement Zemmour, c'est que cette élection présidentielle ne sert plus à rien puisqu'on élit un souverain qui n'a plus aucun pouvoir, on se déplace pour élire un souverain "complètement enfermé dans les liens de l'Europe, la mondialisation, les grandes entreprises, la finance, etc." ...

Le passage sur la IVe république "plénélisée" est jubilatoire. La IVe république vit l'impuissance gouvernementale, l'instabilité ministérielle encore plus forte que sous la IIIe et la valse des gouvernements tous les six mois.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 20:48

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a rencontré aujourd'hui 15 avril 2011 les "représentants de la conférence des responsables de culte en France". (1) Dans son intervention, il revient sur l'article 2 de la loi de 1905, qu'il cite "en premier" : "la République « ne reconnaît aucun culte »." Puis, quatorze lignes plus bas, il indique que l'Etat laïc n'a aucune raison de les ignorer." (Ndlr. les cultes)". Il faudrait savoir. Soit l'Etat ne "reconnait aucun culte", soit l'Etat "n'a aucune raison de les ignorer". C'est l'un ou l'autre, cela ne peut pas être les deux à la fois.

 

En réalité, alors que pour le grand public, la franc-maçonnerie dit que "la loi de 1905 ne devra pas être modifiée" (Jean-Michel Quillardet, ex-"Grand Maître" du "Grand Orient de France"), tout indique au contraire que les loges ont donné le signal d'un changement de direction. Au moment précis où la verticalité et la transcendance semblent prendre le pas avec les revendications religieuses des musulmans, le système opère un revirement stratégique afin de ne pas paraître au devant de l'histoire comme anti-humaniste.

 

Claude Guéant ajoute: "la laïcité n'est pas l'ignorance du fait religieux, encore moins sa négation". Cet infléchissement en faveur du "fait religieux" se fait sentir au moment même où de leurs côtés, les nationalistes derrière Marine Le Pen se saisissent de cette laïcité précisément comme moyen "identitaire" d'endiguer l'"islamisation".

 

Faut-il y voir une erreur monumentale des nationalistes du même genre que le refilement de la "patate chaude", selon l'expression de Bernard Lugan, lorsque les républicains refilèrent aux nationalistes le projet colonial (un projet de la gauche laïque et maçonnique des années 1880), alors même qu'eux-mêmes l'abandonnaient. (2)

 

Aujourd'hui, après un siècle de soit-disant "laïcité", la loi de 1905 en réalité abandonnée par le système maçonnique, est à présent défendue par ceux qui depuis toujours s'y étaient opposés ! 

 

Le Front national en campant sur une position dure de la laïcité, s'imagine doubler la franc-maçonnerie par la droite en se battant avec sa propre définition, celle d'une laïcité invention chrétienne. Il risque au final de se retrouver dans un combat d'arrière-garde, et dans quelques années désigné comme une force politique irréligieuse au moment même où les religions seront reconnues par la république maçonnique, celle-la même qui fut à l'origine de la loi de 1905.

 

Puisque Claude Guéant semble reconnaitre les religions, autant que le Front national en prenne son parti, saisisse la balle au vol et parle de la France "terre chrétienne". Cela évitera notamment de donner à l'islam le premier rang dans les discussions.

 

(1) http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_la_une/toute_l_actualite/cultes/rencontre-representants-conference-responsables/sections/le_ministre/claude-gueant/interventions/rencontre-representants-cultes-france

(2) http://christroi.over-blog.com/article-colonisation-a-rebours-bernard-lugan-denonce-un-systeme-parfaitement-pervers-qui-a-commence-avec-la-revolution-francaise-66090145.html

Partager cet article
Repost0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 22:41

Au second tour des cantonales 2011, 3124 candidats ont été élus sur 1566 cantons. L'abstention est de 55%. Le FN n’étant présent au 2e tour que dans 400 cantons, soit même pas un canton sur trois, son résultat "national" de 11,1% (estimation de l'Intérieur) n'est pas représentatif de son score réel entre 30 et 40% si on extrapole ce résultat à l'ensemble des 1566 cantons.

 

Selon certaines rumeurs, il y aurait eu des magouilles dans certains bureaux de vote, comme à Perpignan, des bourrages d’urne ou des bulletins envoyés à la poubelle.

  

Commentant les résultats, sur itele.fr, la présidente du FN Marine Le Pen a affirmé que le FN double ses voix, en passant entre les deux tours de 19 à 40% en moyenne sur les 400 cantons où il était présent. Il y a eu selon elle "un vote d'adhésion" pour son parti, au vu des résultats montrant "des montées exceptionnelles entre le premier et le deuxième tour". "Le Front anti-républicain s'est effondré" a-t-elle indiqué : partout où il était présent au second tour, le FN a gagné des voix en prenant entre 15 et 20 points pour atteindre des scores historiques dans certains cantons à 40-49% proches des 50%, et sans alliance.

 

On dirait que la France est en train de se réveiller.

 

Une petite jeune comme Stéphanie Koca, 21 ans, benjamine du conseil régional, claque un score à 40% à Douai Nord-Est. Au premier tour des élections cantonales, elle avait déjà réalisé un score important, en empochant un total de 27,70 % des suffrages sur le canton juste derrière le candidat PS Érick Charton qui culminait à 30,40 %. Mais la surprise fut à Flers-en-Escrebieux, où la jeune frontiste prit la tête avec 37,11 % des voix. Pour le 1er tour, « certains ne sont pas allés voter parce qu'ils n'imaginaient pas le Front national au second tour. Mais dimanche, ils seront sûrement là... », avait-elle prévenu.

 

Ce dimanche soir, avec deux élus au moins, alors qu'il avait zéro élu, le FN fait une progression de 200%. A Carpentras dans le Vaucluse, le candidat FN Patrick Bassot est élu face au socialiste sortant. A Brignolles dans le Var, le candidat FN Jean-Paul Dispard est élu face au conseiller général communiste sortant avec 50,03% des suffrages contre 49,97%, soit un écart de 5 voix.

 

Dans d'autres cantons, les candidats du FN sont battus à quelques dizaines ou centaines de voix près.

-----------------------------------------

Add. 29 mars 2011 9:00. Alors que les experts et les communicants de l’Elysée prédisaient un tassement de son résultat du fait de l’absence de réserves de voix et de la constitution brinquebalante d’un Front dit républicain, le Front National a enregistré une progression de 47 % entre les deux tours des élections cantonales dans les 403 cantons où il était présent. Il est passé ainsi de 622.292 voix au premier tour à 915.279 voix au second tour dans les cantons où il concourrait.

Ce résultat confirme la percée du premier tour et la capacité du FN à mobiliser au-delà de son électorat traditionnel en ralliant des voix aussi bien à droite qu’à gauche.

Illustration de cette progression continue du vote patriote, le Front National a obtenu :

- entre 20 et 29 % des voix dans 94 cantons.
- entre 30 et 39 % des voix dans 222 cantons.
- entre 40 et 49 % des voix dans 84 autres.

 

Source: Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National http://www.nationspresse.info/?p=128575

 

- 1er tour des cantonales 2011 : le FN à 20% (réel), 23 % en 2012 ?

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 23:59

Alors que les medias annoncent ce soir un FN à environ 15% "au niveau national" (15,6% selon des "résultats partiels"), ils englobent dans ce chiffre les cantons où il n’y avait pas de candidat FN.

 

Le Front national n'a pu en effet présenté que 1500 candidats sur les 2020 cantons de l'élection, soit une présence FN dans seulement 75 % des cantons. Rapporté au niveau national, le Front national remporte donc en réalité 20% des voix (75 x 20% = 15)

 

Les autres grands partis, Ump et Ps, ont eux naturellement présenté des candidats dans tous les cantons. 

 

Si le FN avait présenté des candidats dans tous les cantons, comme eux, son résultat eut été meilleur. 

 

Quoiqu'il en soit, c'est de loin le meilleur résultat enregistré aux cantonales par le FN. En 1998 il avait fait 13.58%.

 

Il faut néanmoins tenir compte des tripatouillages électoraux et des modes de scrutin iniques dans une démocratie à géométrie variable au pays des "droits de l'homme et du citoyen", où la voix de la personne qui vote FN vaut 100 fois moins que la voix de la personne votant pour un des grands partis du système démo(n)crate.

Ainsi, 13,58% des suffrages exprimés au 1er tour des cantonales 1998 pour le FN contre 13,27% pour l'Udf, c'est 3 sièges pour le FN, mais 337 pour l'Udf...

 

 Entre les cantonales 1998 et 2002,le FN a gagné 3 points pour obtenir 16,86% au 1er tour des présidentielles 2002

 

Si l'on extrapole ce résultat pour les présidentielles 2012, en ajoutant 3% au 20% réel,... nous obtenons un FN a minima à 23% en 2012.

 

A minima parce que Marine Le Pen est à 27 % au premier tour chez les abstentionnistes potentiels (sondage Ifop). 

 

L'"abstention record" au 1er tour des cantonales 2011 est estimée à 55% (ministère de l'Intérieur). En 2008, le taux d'abstention pour les cantonales était de 35%. Ce dimanche, le record d'abstention pour une élection - 59% lors des européennes de 2009 - a quasiment été égalé. 

 

C'est 14,85% d'abstentionnistes potentiels pour Marine Le Pen en 2012 (55 x 27%).

 

Si ces abstentionnistes potentiels pro Marine votaient pour elle, on obtient un FN à 37,85% au 1er tour des présidentielles 2012 (23 + 14,85).

 

27% des abstentionnistes prêts à voter Marine Le Pen si le vote était obligatoire

27% des abstentionnistes prêts à voter Marine Le Pen si le vote était obligatoire. Source: http://www.marianne2.fr/Exclusif-qui-vote-qui-ne-vote-pas-et-pourquoi_a203926.html

----------------------------------------------------------

Add. 22.03.2011 18:42. Un article de La Tribune du 21 mars, intitulé "Cantonales : le vrai score du Front National", confirme notre analyse. Nous disions un FN à 20%, la Tribune dit 19,2%.

----------------------------------------------------------

- 2e tour des Cantonales 27 mars 2011 : scores historiques du FN

Partager cet article
Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 09:12

A propos de Marine Le Pen, Présidente du Front national, Bruno Gollnisch a déclaré : "Ce qui nous unit est beaucoup plus important que ce qui peut nous distinguer". A partir de 6:36.

 

 

Source: http://www.gollnisch.com/2011/03/10/bruno-gollnisch-etait-linvite-du-nouveau-journal-sur-direct-8/  

Partager cet article
Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 08:14

Intéressante réflexion de Bruno Gollnisch dans un article sous le titre "Cantonales : des pontes UMP appellent (déjà) à voter PS contre le FN !"

 

 Là ou les choses se compliquent pour l’actuelle majorité, c’est quand celle-ci est confrontée à un choix autrement plus difficile à expliquer à ses électeurs, celui du vote à gauche pour faire barrage au FN. Soit la mise en place du fameux « Front ripoublicain » qui a plutôt bien  fonctionné les décennies précédentes.

Par malheur pour les partis de l’Etablissement, les lignes ont bougé.  La récupération  par Sarkozy et l’UMP d’une partie des thématiques et du discours frontistes, pour tenter de contenir son expansion,  rendrait aujourd’hui totalement inaudible et scandaleuse auprès d’une large fraction de l’électorat de la majorité tout appel à voter PS, PC ou Verts contre un candidat du FN.

... Un avis que ne partage pas à l’évidence le président du Sénat, Gérard Larcher, qui a déclaré qu’à « titre personnel (…), il n’a jamais été question de choisir l’extrême droite ». Invité à dire si sa position signifiait qu’en cas de duel FN/PS, il voterait PS, M. Larcher a répondu : « Bien sûr. »

Sur la même longueur d’onde « humaniste », nous retrouvons cette  figure de la droite bobo qu’est  le maire de Lonjgumeau,  Nathalie Kosciusko-Morizet. Invitée mardi  sur le plateau de Canal Plus, le ministre de l’Ecologie et conseillère politique du bureau de l’UMP a précisé sa pensée.

 

« A l’occasion des élections cantonales, il faut avoir des principes très clairs a-t-elle affirmé. Par exemple, s’il y a un second tour Front national/Parti socialiste dans un canton, ce que je ne souhaite pas, on ne considère pas que la politique est un continuum et que tout se vaut. Moi, dans ce cas-là je dis clairement : on vote PS.   C’est ma position à moi, l’UMP n’a pas encore pris de position officielle. »

 

Le patron de l’UMP, Jean-François Copé, a déclaré  mercredi que son parti « prendrait position au soir du 1er tour » en cas de duels FN/PS aux cantonales. : « Aujourd’hui il n’y a pas lieu d’avoir une position, le temps viendra pour cela. »« Même si ici ou là, les Français peuvent exprimer des déceptions ou quelques regrets par rapport à la manière dont nous faisons les choses […] il faut que chacun sache qu’il n’y aura jamais d’alliance avec le Front national », a-t-il  insisté.

 

Quoi qu’il en soit,  l’UMP est dans une position intenable :  tout appel à faire barrage au FN  précipite dans les bras de l’opposition nationale une large partie de ses électeurs excédés. Mais ne pas appeler à voter pour le candidat de gauche confirmera dans les urnes  l’emprise grandissante  du FN sur  l’électorat traditionnel de la droite.

 

Source: http://www.gollnisch.com/2011/03/10/cantonales-des-pontes-ump-appellent-deja-a-voter-ps-contre-le-fn/

Partager cet article
Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 14:58

La flambée des prix de l'énergie vérifie l'alarme de Lyndsey Williams qui disait au mois de février qu'à cause du désordre et des émeutes dans les pays arabes en 2011, ces pays ne pourraient plus fournir leurs principaux clients, ce qui entraînerait une forte hausse du prix du brut et du prix de l'essence, avec un baril pouvant franchir la barre des 200 dollars. Les mondialistes, sous couvert de "vent démocratique", ont soutenu la crise au Moyen-Orient, pour qu'elle gagne l'Arabie Saoudite (hypothèse qui semble se confirmer jour après jour). Cette crise permettrait une restructuration de l'échiquier géopolitique au Moyen-Orient afin d'y placer des marionnettes "démocrates" toutes néo-zélotes nouvel-ordre-mondialistes compatibles. 

 

Nous apprenions malheureusement pour nous, en ce qui nous concerne, le 7 mars dernier, que les prix de l'essence avaient atteint la semaine du 1er au 6 mars 2011 un record historique à la pompe "lié à la flambée des cours du pétrole brut sur un marché toujours rivé sur la Libye." Aujourd'hui, la flambée se confirme, "l'essence atteint un record historique" (Francesoir.fr). L'essence atteint des records comme en Alsace où le SP 98 flirte avec les 1,70 euros. Pour les automobilistes comme pour les entreprises de transport, le passage à la pompe rappelle cruellement le cauchemar de 2008. Cette année là, le prix de l'essence avait atteint un record historique. Le super sans plomb 95 s'affichait à 1,49 euros/litre et le prix atteignait même la barre vertigineuse d'1,53 euros pour le super sans plomb 98. Trois ans plus tard, ces sommets sont de nouveau atteints et même dépassés ! La semaine dernière, les prix moyens observés sur l'ensemble du territoire pour le SP 95 et 98 s'élevaient respectivement à 1,50 et 1,54 euros, un record historique (plus de dix francs le litre). Finalement, il n'y a que le gazole qui n'a pas encore atteint son niveau de 2008 mais s'en rapproche dangereusement avec un prix moyen qui s'affichait à 1,35 euros soit seulement 10 cents de moins qu'il y a trois ans.

 

Nous voilà donc replongés dans le scenario identique... à celui qui vit le déclenchement quelques mois plus tard de la crise financière de 2008. Ce coup-ci, il n'est pas certain que nous économies "occidentales" s'en remettent vu leur fébrilité après le dernier choc. Pendant ce temps, les contribuables français doivent mettre la main à poche pour assurer les erreurs des banques, et notamment sur cette escroquerie de la "privatisation des gains, mutualisation des pertes", véritable vol du siècle, quelque chose entre 320 (chiffre donné par Nicolas Sarkozy) et 360 (chiffre donné par François Fillon) milliards d'euros pour renflouer des banques privées inconséquentes. 

 

Face à ce nouveau record des prix de l'énergie, l'inaction de l'Ump, du PS et du gouvernement sarkozy, Marine Le Pen tape du poing sur la table et propose un projet concret immédiat, les "solutions précises et crédibles" suivantes :

 

"l'Etat, dit-elle, doit reprendre le contrôle de la situation et ne pas laisser l'idéologie d'une caste au pouvoir faire du mal aux Français, en collusion avec des puissances d'argent libérées de toutes contraintes liées à l'intérêt général.

 

... Baisser sans attendre de 20% la taxe sur l'essence, la TIPP (taxe intérieur sur les produits pétroliers) qui représente 60% du prix à la pompe. Cela représentera pour l'Etat un manque à gagner de cinq milliards d'euros. Et surtout une baisse immédiate des prix du sans plomb et du gazole pour les Français. Il faut assortir cette mesure d'une sur-taxation des sur-profits des grandes compagnies pétrolières et gazières.

 

... La lutte contre la spéculation internationale sur les produits énergétiques et alimentaires..."

 

 

- Augmentation du prix du pétrole : quelles conséquences ?

- Mensonge du siècle : "sauf accident majeur, cette opération n'aura pas de coût pour le contribuable" (le plan de refinancement des banques aura coûté 360 milliards d'Euros mais "n'aura pas de coût pour le contribuable" ! dixit François Fillon.)

Partager cet article
Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 21:50

Note de Christroi. Il y aurait "certaines personnes avec lesquelles on ne peut pas débattre car incapables de s'exprimer autrement que par l'outrance ou la violence?" répond sous forme de question Nora Berra à Anne Sinclair. D'un côté la race élue et de l'autre les goyim ? Question taboue... Nora Berra sera-t-elle sanctionnée ? Devra-elle présenter ses excuses ?... Ou bien tout cela n'est-il que fausse indignation et hypocrisie au sein de gens en réalité tous d'accord ?

 

La secrétaire d'Etat chargée de la Santé, Nora Berra, fille d'un tirailleur algérien, répond mercredi à Anne Sinclair, épouse de Dominique Strauss-Kahn. Dans un billet, intitulé "pourquoi Anne Sinclair se trompe" posté sur son blog, Nora Berra estime que l'ex-journaliste, qu'elle qualifie de "porte-parole officielle de Dominique Strauss-Kahn", retrouve "là le bon vieux réflexe socialiste qui consiste à penser que certains sujets ne doivent surtout pas être évoqués, car trop sensibles, trop risqués". "Au fond, cela traduit deux choses: de la lâcheté et du cynisme. De la lâcheté car il est toujours plus facile de taire un sujet que de le prendre à bras le corps. Du cynisme car cela découle d'une vision très pessimiste des choses, selon laquelle il est des sujets qui doivent rester dans l'ombre, qui doivent être refoulés, comme des secrets de famille", poursuit la secrétaire d'Etat.

Dans un billet intitulé "Jouer avec le feu" posté sur son blog, Anne Sinclair avait jugé que le débat sur la place de l'islam en France contribuait à faire progresser le FN.

Pour Nora Berra, l'expression "jouer avec le feu" est "pleine de condescendance", car explique-t-elle, cela "sous-entend qu'il est certains sujets dont on ne peut débattre, ou pire, qu'il est certaines personnes avec lesquelles on ne peut débattre car incapables de s'exprimer autrement que par l'outrance ou la violence ?"...

 

Source: http://lci.tf1.fr/filnews/politique/debat-sur-l-islam-nora-berra-repond-a-anne-sinclair-6290857.html

 

Note de Christroi. Rappelons ce qui pourrait tempérer cette indignation (feinte?) de Nora Berra contre Anne Sinclair au sujet du débat sur l'islam organisé par Nicolas Sarkozy : Nora Berra avait claqué la porte de la réunion du groupe UMP à l'Assemblée nationale mardi 22 décembre 2009, pour... protester contre des propos «insupportables» du député UMP et ancien garde des Sceaux, Pascal Clément, sur les minarets: «Le jour où il y aura autant de minarets que de cathédrales en France, ça ne sera plus la France», aurait déclaré Pascal Clément, selon plusieurs participants à cette réunion à huis clos interrogés par l'AFP, alors qu'il s'agissait d'un débat interne sur le port du voile intégral. Pascal Clément avait ensuite démenti ces propos (propos également démentis par le Porte-parole du Gouvernement, Luc Chatel): « J'ai toujours été favorable aux lieux de culte, quels qu'ils soient. S'agissant des minarets, j'ai dit qu'il s'agissait d'un problème d'urbanisme. Je refuse qu'on m'associe à Le Pen. Quant à Mme Merra, Verra, je ne sais même pas son nom... on me dit que c'est le sujet qui l'a agacée ». Dans un communiqué il reproche à "« Mme Berra, qui n'a jamais été députée » (...) « de chercher la publicité sur le dos d'un ami politique » (Source: De coup d'éclat en coup de colère, le débat sur la burqa divise la majorité, Le Monde, 23 décembre 2009).

Un élément de réponse peut-être. D'un côté Nora Berra feint de s'indigner d'un refus de débat de principe sur l'islam préconisé par Anne Sinclair car cela ferait le jeu du Front national... et de l'autre elle claque la porte d'une réunion Ump dont le débat est précisément l'islam (les minarets). Quelque chose sonne faux.

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 13:16

Deux nouvelles études d'opinion portant sur les prochaines élections présidentielles publiées ce vendredi dans la presse indiquent que Marine Le Pen flirterait avec la barre des 20 % au premier tour du scrutin. Le premier sondage sondage CSA pour Marianne donne DSK vainqueur avec 29 % d'intention de vote, loin devant Nicolas Sarkozy (22 %) et Marine Le Pen (17 %). La candidate du Front National s'installe dans ce rôle de "troisième homme" semaine après semaine.

 

Le second sondage réalisé cette fois-ci par l'Ifop pour le quotidien France Soir la crédite même de 19 % des suffrages au premier tour de la prochaine élection si DSK se présente. Et de 20 % si Martine Aubry obtient la candidature socialiste. La fille de son père jubile. Et remercie d'avance l'UMP qui envisage de lancer un débat sur l'islam en France. Interrogée ce vendredi matin sur France Info, Marine Le Pen s'est adressée directement au chef du parti présidentiel : "Encore un effort Monsieur Copé ! Encore un petit débat, un petit blabla sur l'islam, la laïcité, et je pense effectivement que nous pourrons terminer à la présidentielle à 25 %". (1)

 

 

Avec 19 % des intentions de vote au premier tour (et même 20 % si le candidat du PS était Martine Aubry), dans le sondage Ifop pour France Soir, Marine Le Pen, qui atteint un score jamais obtenu sous la Ve République à cette distance de l’élection par un candidat d’extrême droite, talonne l’actuel chef de l’Etat, dont les positions s’effritent. (2)

 

Sur I-télé, le levantin sioniste, atlantiste et néo-zélote Hervé Morin réagit et tire la sonnette d'alarme :

 

"La pire des choses serait que cette cote d'alerte qui a été franchie aujourd'hui dans ce sondage nous amène à un 21 avril des idées, c'est-à-dire que nous perdions nos valeurs, nos références, pour aller sur un terrain où nous sommes sûrs de perdre". (3)

 

Rappelons qu'Hervé Morin est le sinistre personnage, qui, ministre de la Défense (2008-2010), à la suite de la parution de l'ouvrage Chronique du choc des civilisations d'Aymeric Chauprade priva ce dernier de sa chaire au Collège interarmées de défense, au motif de "complaisance envers les théories conspirationnistes sur les attentats du 11-Septembre"... (4)

 

Sources:

 

(1) http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/sondages-presidentielle-dsk-l-emporte-marine-le-pen-jubile-18-02-2011-1211786.php

(2) http://www.francesoir.fr/actualite/politique/dsk-devant-sarkozy-dans-un-sondage-exclusif-74285.html

(3) http://lci.tf1.fr/filnews/politique/morin-sur-marine-le-pen-cote-d-alerte-franchie-6282275.html

(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Aymeric_Chauprade#Carri.C3.A8re

Partager cet article
Repost0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 14:53

Communiqué

Le Parti Chrétien-Démocrate, par la voix de sa présidente, réagit vivement à l’annonce de la naissance en France d’un premier « bébé-médicament ».

« Je salue la prouesse technique, mais je lance un cri d’alarme, car en réalité, la question qui est posée ici est celle de l’instrumentalisation de la personne conçue simplement pour rendre service, pour être utilisée », déclare Christine Boutin, Présidente du Parti Chrétien-Démocrate. « L’enfant-médicament, choisi parmi de nombreux embryons pour remplir un rôle bien précis, se posera toujours la question de savoir : est-ce que, véritablement, j’existe pour moi-même ? »

« En outre, pour donner naissance à un bébé-médicament, on procède nécessairement à une sélection des embryons », ajoute Christine Boutin. « Cela rappelle un certain nombre de philosophies eugéniques. »

« On a franchi un pas excessivement grave », explique Christine Boutin. « Avec un tel « progrès », l’homme devient un objet de consommation et un matériau comme n’importe lequel. Il appartient au politique de se saisir de la question et d’empêcher que des personnes humaines soient traitées comme des sous-hommes. »

Et de conclure : « Nous sommes arrivés au pied du mur ! Notre société doit choisir ce qu’elle veut devenir : protectrice de la dignité humaine dans la tradition humaniste de la France, ou eugéniste par l’instrumentalisation du corps et de la personne. Je ne doute pas que le Parlement français, représentant du peuple, soit fidèle à cet héritage respectueux des Droits de l’homme. Et j’en appelle à l’autorité et à la vigilance du Président de la République pour stopper l’irréparable. »

 

Source: http://www.e-deo.info/a-pleine-vie/naissance-d%e2%80%99un-bebe-medicament-%c2%ab-humaniste-ou-eugeniste-la-france-est-aujourd%e2%80%99hui-au-pied-du-mur-%c2%bb

 

De son côté, Mgr Vingt-Trois parle d'"instrumentalisation" de l'humain. Le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France s'est dit "tout à fait opposé" à la conception de bébés-médicaments, considérant mardi sur LCI qu'il s'agissait de "l'instrumentalisation" d'un être humain au profit d'un autre.

 

Plusieurs mouvements comme la Fondation Jérôme Lejeune et l'Alliance pour les droits de la vie, mettent en garde, avant le début mardi 8 février de l'examen par les députés du projet de loi de bioéthique, contre "les dérapages" et "les dérives eugéniques".

Partager cet article
Repost0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 14:05

Marine Le Pen a donné un entretien au Point, en ligne sur http://www.nationspresse.info/?p=122713

 

Serge Klarsfeld est à l’origine de ce retrait (de Céline de la liste des célébrations nationales de 2011). Pensez-vous, comme Alain Finkielkraut, que cela risque d’accréditer l’idée qu’un « lobby juif fait la pluie et le beau temps »

 

Je n’irai pas jusque-là, mais cela accrédite l’idée qu'il y a, en France, des associations qui ont un pouvoir excessif sur les choix et les orientations des ministres. En tant que républicaine, je ne me rendrai jamais, par exemple, au dîner du CRIF. Un gouvernement qui se rend à un diner communautaire – pour recevoir au passage des leçons de politique étrangère -, cela me choque énormément. Les politiques cèdent à cette tendance par pur clientélisme.

 

... Personnellement, je dis les choses. Je prends des risques, sans crainte des poursuites. Beaucoup de Français s’élèvent contre cette absence de débat et contre ce terrorisme intellectuel. Tant que Jean-Marie Le Pen était poursuivi, les gens s’en indignaient, mais ce n’était pas grave. Mais quand des journalistes sont convoqués devant des tribunaux, tout comme des ministres, les Français commencent à trouver ces poursuites choquantes. Jean-Marie Le Pen a dit : « Il y aura 20 millions de musulmans en France et les Français descendront du trottoir et baisseront les yeux. » On peut ne pas être d’accord, mais mérite-t-il pour cela d’être condamné à de la prison avec sursis ?"

 

… L’Histoire a d’abord permis de culpabiliser les Français au-delà du raisonnable. On leur a expliqué qu’ils étaient des salauds, des colonisateurs, des esclavagistes… à ce titre, ils devaient abandonner leurs réflexes de survie et accepter, par exemple, une immigration insupportable. On a fait de l’histoire une bombe à retardement. Quand on entend des jeunes de banlieue exprimer un sentiment de revanche vis-à-vis de la France, on peut s’en inquiéter.

 

… Quand on introduit dans des cœurs la haine, la revanche et la vengeance, il est ensuite difficile de les extirper. Le danger est là et ce sera notre souci de demain.

 

...Je le ne les y condamne pas. Ce qui peut les sauver, c’est la préférence nationale. Leur dire : parce que vous êtes français, vous aurez des avantages, vous serez mieux traités que ceux qui ne le sont pas. C’est une démarche vers l’apaisement.

 

... Je déplore aussi la déchristianisation de la France. Mais cela ne s’explique pas uniquement par la perte d’influence du religieux. C’est la soumission à la culture anglo-saxonne qui a accéléré ce phénomène. Je crois que cette société consumériste, où tout est à vendre et où tout est à acheter, est en profonde inadéquation avec la culture française. En cela, l’élection présidentielle de 2012 sera un vote de civilisation plus qu’un simple choix politique.

 

… Mai 68 a promu l’individualisme. Un individualisme qui a bouleversé les fondements de notre société. Le désir d’un individu est considéré comme supérieur à l’intérêt du groupe. On en voit encore aujourd’hui les conséquences avec les revendications communautaristes ou les demandes de mariage homosexuel. La pensée 68 dit : « Les filles sont libres. Libres à tel point qu’elles ont le droit de porter la burqa. » Mai 68 a été un événement destructeur de la société.

 

… La gauche a d’abord abandonné la défense du peuple pour être le défenseur de toutes les minorités au nom de l’individualisme. La gauche sectorise, segmente. On me conteste la citation de Jaurès : « La patrie est le bien de ceux qui n’ont plus rien. » La gauche jauressienne avait une vision nationale. C’est cette vision qui a disparu,comme le sentiment d’appartenir à un peuple, d’être lié à lui, d’assumer son histoire et de préparer son avenir. Si Mélenchon a un petit succès aujourd’hui, c’est parce qu’il a bien compris cette déconnexion. Si bien qu’il a pris comme titre de son dernier livre un quasi-slogan de Poujade …

 

… Pierre Poujade avait une vision catégorielle de la vie politique. Je suis au-delà de la défense catégorielle. Quand on me demande ce que je veux pour les femmes, je réponds toujours par ce que je veux pour les Français.

 

De Gaulle

 

… De Gaulle avait réussi à rendre au peuple sa fierté. Seulement, il n’a pas eu à subir quarante ans de lavage de cerveau, qui nous conduit aujourd’hui à fêter les défaites et à occulter les victoires. On a retiré au peuple français l’estime de lui-même, c’est le problème.

 

François Mitterrand

 

Un margoulin ! Oui, un margoulin doté d’une immense culture et qui portait en lui cette notion de la grandeur de la France. Une notion qui est la marque des grands dirigeants. C’est pour cette raison qu’il a refusé de reconnaitre, contrairement à Jacques Chirac, la participation de l’État français dans la déportation des juifs. Non par antisémitisme, mais parce qu’il était convaincu que la France n’avait pas de responsabilité. Le gouvernement de Vichy, oui ; la France, non !

 

La colonisation

 

On peut y exprimer les faits tels qu’ils se sont déroulés, ensuite chacun est libre d’en faire une analyse. Chacun a le droit d’avoir son point de vue. On peut envisager objectivement la colonisation dans ses aspects positifs. Comme dans ses aspects négatifs. On doit pouvoir dire qu’elle a permis la construc­tion d’infrastructures, de meil­leures conditions sanitaires, sans immédiatement être poursuivi par les Indigènes de la République.

 

… Les Français sont les héritiers du 14 juillet 1789 et du 15 août. La France n’est pas morte en 1789 et elle n’est pas née en 1789. Il y a une continuité dans les valeurs, qui sont les valeurs de la chrétienté. Oui, le peuple français est incontestablement sujet à la révolte, parfois brutalement. Voltaire disait : « Les Français sont un peuple léger et cruel ». Nos dirigeants l’ont oublié.

 

La guerre

 

Personne n’est à l’abri de la guerre. Ce n’est pas l’Union européenne qui préserve de la guerre, mais d’abord ce que fut la réalité de la Seconde Guerre mondiale, l’étendue du désastre, l’étendue de la barbarie. Voilà ce qui nous préserve de la guerre.

 

(amendement au nom du groupe FN afin d’accompagner les groupes scolaires à Auschwitz). C’était un amendement de principe. Je trouvais inadmissible que mon groupe ne participe pas à ces déplacements. C’est un problème de démocratie. Ostraciser un parti politique avec le sous-entendu qu’il est antisémite ou nazi est pour moi insoutenable. Je ne me sens aucune filiation avec ce que fut l’armée allemande. Je n’ai aucune fascination, aucun sentiment vis-à-vis d’elle. Cette armée a assassiné nos pères et nos frères, je ne l’oublie pas. Et tous ceux qui font preuve d’ambiguïté sur le sujet m’agacent au plus haut point.

 

… Je n’ai pas à faire de travail de mémoire. Tout le monde sait ce qui s’est passé dans les camps et dans quelles conditions. Ce qui s’y est passé est le summum de la barbarie. Et, croyez-moi, cette barbarie, je l’ai bien en mémoire.

 

Cela vous blesse d’être parfois présentée comme une fille inculte ?

 

Jeanne d’Arc ne savait ni lire ni écrire.

Partager cet article
Repost0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 21:58

"Quel est le point commun entre Bruno Gollnisch et des personnalités aussi diverses,  vivantes ou aujourd’hui  disparues, comme   Maurice Allais, Mahmoud Ahmadinejad,  Henri Amouroux, Philippe Bilger, Hélène Carrère d’Encausse, Hugo  Chavez,  Jean Daniel, François Furet, Michel Houellebecq,  Philippe Muray, Alain Peyrefitte, Paul Ricoeur, Alain Robbe-Grillet, Simone Veil,  Pierre Vidal-Naquet, Vladimir Volkoff et des  centaines d’hommes et  de femmes de lettre, juristes, historiens, journalistes ? Leur refus clairement énoncé  de la loi liberticide Gayssot, au motif,  comme l’a déclaré également  l’ancien président du Conseil constitutionnel, Robert Badinter,  que  « rien ne permet, au regard de la Constitution, au législateur de s’ériger en tribunal de l’histoire. »

Historiquement combattu depuis sa promulgation par le Front National et Jean-Marie Le Pen, cette loi d’essence  stalinienne  interdit  notamment  de contester simplement ne serait-ce  qu’un point du jugement du tribunal de Nuremberg ;  loi Fabius-Gayssot rétablissant le délit d’opinion  au nom de laquelle le père de famille nombreuse Vincent Reynouard est actuellement incarcéré –voir notre article en date du 7 septembre 2010.

Bruno Gollnisch a décidé d’apposer son nom à  la pétition initiée par le journaliste et historien Paul-Erci Blanrue « pour  l’abrogation de la loi Gayssot et la libération de Vincent Reynouard », devenant ainsi le premier  parlementaire français à énoncer par cet  acte solennel son attachement à la liberté d’expression. 

Une pétition qui a déjà recueilli la signature de très nombreuses personnalités comme l’universitaire belge Jean Bricmont, l’humoriste Dieudonné,  le journaliste et écrivain Dominique Jamet, ancien président de l’établissement public de la Bibliothèque de France,  le Père Michel Lelong, le fondateur de Reporters sans frontières Robert Ménard ou encore   celle de l’américain  Steve Wozniak, l’une des grandes figures  de la révolution informatique,  cofondateur d’Apple avec Steve Jobs.

Dans l’esprit de M. Blanrue, il s’agit notamment  de « commencer à exercer une pression sur les pouvoirs publics pour qu’ils comprennent que cette loi liberticide est insupportable dans un pays comme la France qui se targue d’être démocratique et se permet de donner des leçons de morale au monde entier, au point d’aller mener une guerre en Afghanistan pour y imposer ses  immortels principes  ! »

Dans  son  courrier adressé à M.  Blanrue, Bruno Gollnisch souligne qu’il  « signe volontiers la pétition en faveur de l’abrogation de la loi Gayssot et de la libération de M. Reynouard, dont l’emprisonnement est une honte pour un pays qui se prétend libre. » Mais « pour que les choses soient claires, (il) souhaite cependant préciser que,  contrairement au texte proposé (celui de la pétition, NDLR), (il) ne considère pas la liberté d’expression comme un héritage de la Révolution française. Et que pour (lui) le national-socialisme est incompatible avec le catholicisme, surtout d’ailleurs traditionnel et radical . »

Au cours de sa carrière politique comme au sein de l’université française, Bruno Gollnisch a toujours manifesté son attachement à  la liberté d’expression et de recherche, doublé d’une curiosité intellectuelle qui lui a toujours permis d’engager un dialogue franc et courtois avec des interlocuteurs manifestant des idées diamétralement opposées aux siennes.

Ouverture d’esprit qui lui permet aussi de cultiver la vertu du doute  et qui lui donne  le recul nécessaire pour juger d’une situation. Ecrivant à M.  Blanrue, Steve Wozniak rapportait que « chacun sait que les livres (d’histoire)  sont écrits par les vainqueurs ». Un constat d’évidence qui n’entraîne pas Bruno Gollnisch  à établir une hiérarchie des victimes, des souffrances ou encore  des bourreaux. Il le rappelait au mois d’août dernier lors de son déplacement au Japon dans le cadre d’un colloque réunissant de nombreux mouvements nationaux de résistance au mondialisme.

Evoquant  les deux  bombes atomiques yankees qui ont frappé le sol nippon en 1945, il  déclara : « Il y a les bons et les mauvais criminels de guerre. Les bons criminels de guerre, ceux-là qui sont pardonnés, sont les vainqueurs. C’est ceux qui ont bombardé et fait éclater sous des chaleurs de trois mille degrés les femmes, les vieillards, les enfants, de Hiroshima, de Nagasaki, de Dresde ou d’ailleurs. Ca, ce sont les bons. Et puis il y a les mauvais, qui sont  dans le camp des vaincus »."

 

Source: http://www.gollnisch.com/2011/02/04/liberte-liberte-cherie-bruno-gollnisch-signe-la-petition-blanrue/

 

 

Note de Christroi. Nous avons corrigé l'orthographe du nom de Vincent Reynouard, avec un e et non un a.

Partager cet article
Repost0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 08:06

Dans un communiqué publié hier sur Nationspresse.info (1), Marine Le Pen dément les propos de Farid Smahi selon lesquels elle serait financée par Israël. "Le Front National, écrit-elle, déplore les propos outrageants et mensongers de Farid Smahi à l’encontre de Marine Le Pen, qui camouflent mal des obsessions récurrentes.... Celui-ci a démissionné publiquement de ses responsabilités en prenant à témoin des dizaines de journalistes en tenant des propos inqualifiables. La direction a pris acte de sa décision sans pour autant l’exclure. De Smahi à Fabius, le FN rejette le procès d’intention et l’amalgame consistant à faire croire qu’il serait contre « les musulmans » alors que notre combat s’inscrit dans le cadre du refus de l’islamisme, de la défense de la laïcité et de l’impérieuse nécessité du respect de nos lois et de nos traditions françaises. Le FN rappelle qu’il a été et reste le seul mouvement politique français à avoir combattu pour le respect de la mémoire des Français de confession musulmane, Français par le sang versé et par le sang risqué et donc qu’il ne saurait recevoir de leçon en ce domaine. Enfin, le FN rappelle sa doctrine en la matière : « être Français, ça s’hérite ou ça se mérite »" (Fin du communiqué de Marine Le Pen)

  

Farid Smahi, militant depuis 15 ans au Front national se dit victime d’une exclusion du bureau politique en raison de sa confession musulmane et de son engagement pro-palestien. Il accuse Marine Le Pen d'être "financée par Israël, comme tous les autres mouvements d’extrême-droite. Il a ajouté que lorsque la fille de Jean-Marie Le Pen parle de colonisation de la France par les musulmans, elle ferait mieux de parler de la « véritable colonisation, (celle) des territoires occupés palestiniens."

 

Dimanche 16 janvier 2011, au terme d’une conférence de presse à laquelle participaient Marine Le Pen et son père, Farid Smahi, membre du bureau politique, annonçait qu’il quittait le parti : « C’est fini ! J’ai été trahi ! Marine montre qu’on ne veut pas de musulmans au FN ! ».

 

L’homme, visiblement hors de lui, venait de perdre son poste au bureau politique, une place importante dans l’organigramme du Front. « Ferme ta gueule ! » lui lança Wallerand de Saint-Just, le trésorier du parti, pendant qu’un membre du comité central, conscient du désordre que cet esclandre pouvait provoquer alors que toutes les caméras étaient là, tentait de raisonner Smahi, qui lança à Wallerand : « Sioniste ! ». Farid Smahi, jusqu’alors mariniste, aurait changé de bord en rejoignant Bruno Gollnisch. Gollnisch, du coup, ne l’aurait pas retenu pour le bureau politique. Marine étant élue, elle aurait en quelque sorte avalisé le choix de son adversaire. (2) 

 

L'homme a été révulsé par la décision de la nouvelle présidente de ne pas lui offrir une place au Bureau politique. « Tu m’as renvoyé comme un bougnoule! » a-t-il déclaré devant des dizaines de journalistes. (3)

 

(1) http://www.nationspresse.info/?p=122486

(2) http://yahoo.bondyblog.fr/201101161515/clash-farid-smahi-s%E2%80%99en-prend-a-la-%C2%AB-pro-sioniste-%C2%BB-marine-le-pen-et-claque-la-porte/

(3) http://www.e-deo.info/la-cite/farid-smahi-a-marine-le-pen-tu-mas-renvoye-comme-un-bougnoule

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 13:00

L’ancien premier vice-président et cofondateur du Front national s’est expliqué longuement dans un entretien à Présent, que vous trouverez ci-dessous, sur son départ du parti et ses divergences avec Marine Le Pen.

— Roger Holeindre, vous avez quitté le Front sans grand bruit. Vous avez dit, tout simplement : « Je ne me reconnais plus dans les idées de Marine Le Pen ».

J’ai quitté le Front national pour des raisons politiques, et pas pour autre chose. J’ai soutenu, dès sa candidature, Bruno Gollnisch, c’était mon ami et il l’est toujours. Mon attitude à son égard est d’une grande correction et d’une grande amitié. Je l’ai eu au téléphone pendant le congrès alors que j’étais bloqué à la table où je dédicaçais mes livres, la seule chose que je lui ai dite, c’est ceci : « Commence ton discours en reconnaissant la victoire de Marine si c’est elle qui est annoncée comme gagnante, mais n’oublie pas de dire – chose très importante pour moi – que tu regrettes que les résultats aient été diffusés par les médias 24 heures avant d’avoir été annoncés à la tribune, au congrès : je trouve cela proprement scandaleux. »

— Vous avez dit que Marine Le Pen n’incarne en rien ce en quoi vous croyez. Pourquoi dites-vous cela ?

Que les choses soient claires. Si vous me demandez si je trouve que Marine est une bonne militante, eh bien je trouve que c’est une excellente militante. Elle n’a pas remporté ses victoires à Hénin-Beaumont tout simplement. Les marchés, les contacts avec la population, tout cela ne se fait pas tout seul. Elle a la fibre politique. Ce que je lui reproche, c’est d’avoir une fibre politique un peu trop personnelle, et qui ne correspond plus à ce qui a été le programme du Front national depuis ses débuts – puisque je suis un de ceux qui ont créé le Front national, avec son père, Jean-Marie Le Pen. Je trouve qu’elle a les dents un peu longues. C’est bien quand on est jeune ! Mais on peut se battre en respectant au moins une grande partie du programme, ce qui n’est pas le cas en ce qui la concerne.

— Plus précisément, vous voulez parler de points historiques, de points de doctrine ?

Pour quoi je me bats, moi, exactement ? Je me bats pour des raisons qui ne me sont pas personnelles. Je me bats en souvenir de tous les copains que j’ai perdus un peu partout, sur toute la planète, dans des guerres que nous ont envoyés faire des gouvernements légaux, démocratiquement élus. Marine, tout cela, ça ne l’intéresse guère. Et quand je dis que cela ne l’intéresse guère, ça ne l’intéresse même pas du tout.

Je ne pense pas qu’on puisse faire de la politique dans un parti nationaliste, dans un parti national, en oubliant une grande partie de l’histoire de France : en l’occurrence cinquante ans de son histoire. On ne peut pas ne pas parler de la guerre de 39-45, de la Libération, de l’Epuration ; on ne peut pas oublier de citer la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, toutes guerres que nous, nous n’avons pas déclarées, mais que nous sommes allés faire au nom de gouvernements légaux.

Si on ne parle plus de tout cela – cinquante ans d’histoire de France – comment peut-on bâtir quelque chose de nouveau ? Ou alors on bâtit, comme eux, sur le mensonge. La guerre de 39-45 n’a pas été ce qu’ils ont écrit, la Libération n’a pas été ce qu’ils ont écrit, l’Indochine non plus, ni l’Algérie. Or tous ces mensonges permettent à des gens comme M. Gayssot de faire leurs lois, plus trois ou quatre lois qui sont passées dont le seul but est d’empêcher les Français de s’exprimer et de dire ce qu’ils pensent.

En ce qui me concerne, je ne veux pas me battre pour dire que ceux qui étaient de mon camp étaient uniquement les bons et qu’en face, c’étaient des mauvais.

Mais c’est cela qu’ils écrivent : tous les salauds sont dans notre camp, ou celui dont nous avons hérité, et tous les braves types sont dans le leur. Ce n’est pas vrai. Comment peut-on faire une politique pour l’avenir de la France, et pour l’avenir de l’Europe, en oubliant cela ? C’est aussi honteux que d’oublier que la France est une terre chrétienne, que la France a été la fille aînée de l’Eglise !

Dans mes discours, maintenant, en province, devant des salles parfois ébahies, je dis : « Le combat de demain, ce sera notre combat chrétien face à l’islamisme. Parce que les islamistes nous respecteront si nous nous faisons respecter et si nous sommes respectables. »

— Vous n’êtes donc en rien d’accord avec le discours – j’allais dire d’« investiture » – de Marine où elle invoque la laïcité comme le rempart face à l’islam.

Non, je ne le suis pas. Je pense que c’est la chrétienté qui peut être un rempart. Pas en se battant contre l’islam, mais en se faisant respecter face à l’islam. Ce ne sont pas les islamistes qui ont refusé que l’Europe soit une puissance chrétienne, c’est M. le Premier ministre de l’époque, Lionel Jospin, et M. Chirac. De quoi se mêlaient ces deux individus en disant que l’Europe ne pouvait pas être un bastion chrétien ! En quoi cela serait-il vrai ? C’est totalement faux !

— Marine Le Pen a combattu ce qu’elle a appelé les « ringards ». Qui sont les vrais ringards, alors ?

— Je sais qu’elle veut « déringardiser » le Front national. C’est cela aussi qui dès le départ ne me plaisait pas, et je l’ai dit au Bureau exécutif. On y est gentiment écouté… Ce n’est pas d’aujourd’hui que j’ai pris ces positions : moi, je n’ai pas besoin d’être déringardisé, parce que je ne suis pas un ringard. Si j’étais un ringard, avec les idées que je défends depuis cinquante ans, cela voudrait dire que pendant cinquante ans je n’ai raconté que des conneries, alors que je crois avoir été dans le camp de la France, de la France debout, face aux adversaires de la France.

Je ne suis pas plus bête que M. Longuet, je ne suis pas plus bête que M. Madelin, qui nous ont quittés il y a des décennies pour faire carrière dans la droite molle. Si j’avais voulu changer un peu mes idées – mais juste un peu ! –, je serais député-maire RPR d’une grande ville de France depuis quarante ans.

— Y a-t-il une grande différence entre ce que dit et défend Marine Le Pen et ce que dit et défend son père ?

Il est bien sûr et certain que lorsque je parlais au Bureau exécutif, ou au Bureau politique – dont je ne disais jamais un mot à l’extérieur, la presse n’en a jamais eu un seul écho par moi – les trois quarts du temps, Jean-Marie Le Pen était entièrement d’accord avec moi. Dernièrement, lorsque j’ai sorti mon livre contre De Gaulle, mon livre contre les communistes, et le dernier, Tout va mal en France, c’est la faute à Pétain, il m’a dit au détour d’un couloir qu’il les avait beaucoup appréciés. Mes trois livres ne sont l’apologie de rien d’autre que de la France. Et des attaques féroces contre ceux qui ont menti et qui ont amené la France à l’état où elle est aujourd’hui.

— Vous avez quitté le Front national au moment où Marine a été élue ; était-ce une décision prise depuis très longtemps, et depuis combien de temps ?

J’ai rencontré Jean-Marie Le Pen, qui reste mon ami, dans mon bureau voici un mois, et il m’a dit : « Qu’est ce que tu fais ? » Je lui ai dit : « Je m’en vais. » Il m’a demandé pourquoi et j’ai répondu : « Si ta fille est élue, je m’en vais. » Il m’a demandé, encore, pourquoi. « Parce qu’elle ne représente pas mes idées, d’ailleurs elle ne représente pas non plus les tiennes. »

— Qu’a-t-il répondu ?

Il a eu l’air peiné, mais il n’a rien dit.

— Vous vous reconnaissiez dans les idées de Jean-Marie Le Pen. Est-ce la raison aussi pour laquelle vous êtes resté jusqu’au bout ? Vous vous sentiez chez vous au Front national…

Je me sentais chez moi au Front national, je n’ai donné ma démission écrite que lundi. J’ai demandé à être libéré des fonctions qui me restent au 15 février. Je passerai des consignes tête haute et mains propres, je n’ai pas craché dans la soupe. Mon soutien à Bruno Gollnisch a été constant, je n’ai pas été au-delà de ce qui était nécessaire – comme diraient certains, je n’ai pas fait claquer ma gueule. J’ai dit une fois : « Moi je vote pour Bruno Gollnisch, vous, vous votez pour qui vous voulez, tout ce que je vous demande, c’est de ne pas faire régner la guerre civile au Front national. » Et je n’ai rien, strictement rien, je le répète encore une fois, à reprocher à Bruno Gollnisch, qui ne me devait rien. Je le répète aussi : je lui ai seulement demandé de contester le fait que les résultats avaient été fournis par les médias 24 heures avant que le congrès ne soit au courant, et ce à la virgule près.

Je n’ai pas fait campagne pour le vote qui a eu lieu à l’assemblée, et je suis quand même arrivé deuxième : il n’y a qu’à voir le pourcentage de voix qui s’est porté sur moi. Dans tous les grands congrès du Front national, j’étais deuxième, et bien souvent premier, et bien souvent on m’a rétrogradé pour que ce soit un autre qui soit en tête. Cette fois-ci je ne sais pas si j’ai été rétrogradé ou pas, je m’en fous, j’ai la deuxième place avec un résultat énorme sans avoir fait campagne, et j’en suis très satisfait pour moi-même et surtout pour mes amis.

— Avez-vous des réactions de militants de longue date du Front national ?

Oui, beaucoup. Beaucoup se posent la question de savoir pourquoi je suis parti, certains m’ont même téléphoné pour me dire que j’avais été un soutien de Le Pen pendant quarante ans et me demander pourquoi je ne soutenais pas sa fille. J’ai répondu que sa fille s’appelait Marine et que Le Pen s’appelait Jean-Marie. Et que j’ai soutenu Jean-Marie Le Pen parce je partageais une grande partie de ses idées et qu’il partageait une grande partie des miennes. J’ai toujours prôné, pendant des années et des années, sur toutes les tribunes de France, que les gens rejoignent le Front national même s’ils n’étaient pas d’accord à 100 % : si Le Pen et le Front représentaient 87, 88 ou 99 % de leurs idées, cela suffisait largement et il fallait se battre là-dessus. Lorsque j’ai décidé de partir, je n’ai pas fait un appel au peuple, je n’ai pas dit aux gens de partir et je ne le leur demande pas ; tout ce que je sais, c’est que je ne les décevrai pas, parce que je vais mener le combat pour mes idées propres, qui sont aussi celles de beaucoup de mes amis. Je pense créer un mouvement qui ne sera pas électoraliste mais un mouvement de pensée et de défense de la France, de la France chrétienne. Qui pourrait s’appeler : France-Résistance, pour Dieu et la patrie.

— Dieu, pour vous, est bien dans la sphère publique ?

Je pense qu’aujourd’hui, en l’an 2011, il est nécessaire que les Français se rappellent qu’ils sont les fils de la fille aînée de l’Eglise, que la France est une terre chrétienne, et que face aux musulmans, comme je l’ai dit, si nous voulons être respectés, il faut se faire respecter en étant respectables.

— Jean-Marie Le Pen vous a-t-il contacté après avoir appris votre décision de partir ?

Non. Je pense qu’il m’a cru quand je lui ai dit, avant, ce que je ferais. Il n’y a pas besoin de se revoir 45 000 fois à ce sujet. Je le reverrai parce que je serai au siège du Front pendant un petit mois encore, pour régler tous mes petits problèmes. Il faut d’abord que je me trouve un petit point de chute à Paris, pour caser les énormes archives accumulées en 40 ans, mon stock de livres. C’est ce qui me manque le plus aujourd’hui : un bureau pour me rapatrier. Mais j’ai annoncé que je quitterai le Front le 15 février, mon déménagement sera fait avant cela.

— Comment voyez-vous l’avenir du Front national tel qu’il se présente maintenant, avec l’organigramme qui est le sien ?

Je ne vois pas exactement ce que cela pourra donner, dans la mesure où je ne sais pas du tout si les gens qui prétendent rejoindre le Front national vont le faire effectivement. Je souhaite que ceux qui se disent intéressés par le programme de Marine Le Pen rejoignent le FN ; je répète que ce sont des raisons politiques qui m’ont poussé à le quitter, parce que le programme tel qu’il est défini aujourd’hui ne correspond pas à mes idées premières et aux années de combat que j’ai sacrifiées pour la France.

— A votre avis, le programme du Front national, tel qu’il se dessine aujourd’hui, se rapproche-t-il de celui des autres partis mieux en cour médiatiquement et politiquement ?

Je pense qu’il ne faut jamais trop jongler parce qu’on finit par recevoir des objets sur la tête. Je pense que la droite molle ne laissera pas la montée du Front national se faire normalement. Ce qui m’étonne dans toute cette affaire, c’est que pendant quarante ans nous avons été insultés, alors que nous ne méritions absolument pas ces insultes, pas plus les militants que Jean-Marie Le Pen. On sortait de ses discours un mot par-ci par-là, pour lui faire dire souvent ce qu’il ne voulait pas dire… Je trouve cela aussi anormal que le fait que l’on encense sa fille aujourd’hui. La porte constamment ouverte dans les télévisions, le fait qu’elle ait pu à plusieurs reprises appeler les gens à venir s’inscrire au Front national pour pouvoir voter… De la part de son entourage, on annonce que c’est grâce à cela qu’on a récupéré 2 500 à 3 500 nouvelles signatures. C’est un peu une prise de pouvoir à la Ségolène Royal !

Pour ma part, je pense que ce n’est pas aux médias, ni à l’extérieur, de diriger le Front national ni de faire en sorte que celui-ci dise ceci ou cela.

Maintenant, Marine est loin d’être bête, elle a des conseillers parmi lesquels certains sont très brillants, puisqu’ils arrivent même à jongler en ne sachant pas très bien expliquer qui sont les bons anciens mégrétistes, et qui sont les mauvais. Son conseiller le plus proche a été un des fers de lance du putsch qui cherchait à balancer Jean-Marie Le Pen pour mettre Bruno Mégret à sa place : c’est le propre gendre de Le Pen, qui a été ordurier le jour du congrès vis-à-vis de lui – allant jusqu’à crier : « Vous n’allez pas rester sous la houlette de ce type qui fait sous lui ! » Ce type est aujourd’hui conseiller de Marine, j’aime mieux qu’il le soit pour Marine que pour moi, bien que je n’aie rien contre lui, sinon ces raisons politiques. Et cela ne me donne pas d’explication : comment on peut être un ancien mégrétiste et être bien, ou être un ancien mégrétiste et être mauvais. Au même titre que je vois très mal M. Briois qui était ancien mégrétiste dissident, qui est aujourd’hui secrétaire général du Front national. Ce sont des choses qui me dépassent un peu.

— La situation financière actuelle du Front national ne vous paraît-elle pas être un frein énorme à sa progression et un gros problème pour son avenir ?

Je pense que le Front national nouvelle mouture aura des problèmes financiers énormes puisqu’ils existent déjà. Il reste ce que représente comme valeur le Paquebot. Malheureusement le Paquebot n’est pas vendu, l’Etat n’y est pas pour rien ; je pense qu’il y a eu des tractations en sous-main pour nous empêcher de vendre. Ce qui est sûr et certain, c’est que ceux qui prennent la succession de Jean-Marie Le Pen, avec l’aide de Jean-Marie Le Pen, auront certainement des problèmes financiers, ce que je ne leur souhaite pas, d’ailleurs. Je ne leur souhaite pas de se casser la gueule pour ce motif-là ! Je les combats parce que leurs idées politiques ne sont plus celles qu’a défendues pendant quarante ans le Front national.

— Quand Marine Le Pen parle de « dédiabolisation » – même si je ne prétends pas avoir totalement compris ce qu’elle visait, encore que je suppose que cela comprend l’attitude à l’égard de l’avortement et du respect de la vie –, pensez-vous que l’opération soit réussie, et pensez-vous d’autre part qu’il y a là un reniement des valeurs fondamentales du Front ?

C’est en partie un reniement des valeurs fondamentales du Front. Mais la diabolisation, d’après moi, va reprendre. Je pense que Marine est dans le collimateur, y compris de ceux qui l’ont aidée et promue dans les médias. Je pense que le combat sera difficile. C’est pourquoi je pense qu’elle a tout intérêt à faire attention à ce qu’elle déclare et il faudra qu’elle dérape le moins possible.

— Beaucoup d’anciens, de très anciens du FN sont partis, et finalement vous êtes le dernier à partir. Vous êtes resté jusqu’au bout. Est-il concevable de reconstruire un mouvement national sans toutes ces personnes qui, historiquement, représentent tant ?

Bruno Gollnisch avait entièrement raison lorsqu’il annonçait qu’il allait faire appel, s’il était président, à tous les gens valables qui étaient partis, qui n’ont pas été des renégats, qui n’ont pas craché dans la soupe, et qui ne se sont pas conduits de façon malhonnête. Parmi ceux qui sont partis, cela fait tout de même un bon paquet.

Propos recueillis par Jeanne Smits

Article extrait du n° 7270
du Samedi 22 janvier 2011

Source: http://www.contre-info.com/roger-holeindre-sexplique-sur-son-depart-du-fn

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 21:23

Sur Christ-Roi, nous avons évoqué le 21 décembre 2010 la démocratie directe comme "cheval de Troie" pour torpiller le système aux prochaines élections: "Assises sur l'islamisation et démocratie directe : le cheval de Troie des présidentielles 2012"

 

Oskar Freysinger (conseiller national UDC), Yvan Blot (ancien député, Président d’Agir pour la démocratie directe) et Bernard Lugan (historien, expert à l’ONU et directeur de la revue L’Afrique réelle) interviendront vendredi 31 décembre dans le Libre Journal des Idées Politiques de Max Lebrun (12h-13h30), sur Radio Courtoisie. Thème de l’émission : « la démocratie directe, solution pour déverrouiller le système ? »

 

 

 

 

Source: http://www.e-deo.info/la-cite/freysinger-et-lugan-demain-sur-radio-courtoisie

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 08:30

"L’instauration d’une démocratie directe, sous forme de votations populaires telles qu’elles se pratiquent en Suisse, sera l’un des axes de la campagne d’Arnaud Gouillon, candidat identitaire à l’élection présidentielle de 2012." (1)

 

Ce cheval de bataille de la "démocratie directe" doit être enfourché par le Front national s'il ne veut pas voir courir le risque d'être confisqué et contrôlé par d'autres officines, obscures... (2)

 La démocratie directe est une bombe électorale au coeur de la Bête raie-publicaine en 2012. République qui depuis 1789, s'est couvert du manteau de la démocratie tout en massacrant joyeusement le peuple au nom du "Progrès" (4). Les femmes elles-mêmes, n'ont eu le droit de vote qu'en 1945, car les républicains craignaient qu'elles ne votent réactionnaire.

 

Avec l'ouverture de ce débat autour de la "démocratie directe", on va bien voir qui est pour l'expression démocratique authentique du peuple, et qui ne l'est pas. Nous sommes monarchistes mais nous n'excluons pas la démocratie au niveau local: cette démocratie locale existait sous l'Ancien Régime et même au "Moyen Âge" (5).

 

Au plan du débat politique au sein des institutions républicaines, de fil en aiguilles, l'expression du peuple, l'ouverture des vrais débats qui préoccupent les Français, doivent par capillarité, en réveillant le peuple en quelque sorte, faire éclater la glace républicaine, sa classe dirigeante, démasquer ainsi l'hypocrisie de tous les impérialistes atlanto-compatibles, soit-disant grands "démocrates" devant l'Eternel... Nous ne devons pas craindre ce type de débats.

La vérité finit toujours pas triompher.

La démocratie directe, représentée par d'authentiques défenseurs du peuple, pourrait fort bien aboutir à une sanction définitive du régime, à son abolition dans ce qu'il a eu de castration des anti-corps naturels de la France, et de funeste (laïcisme, ouverture à l'autre, tolérance relativiste de toutes les opinions..., vivre ensemble, etc.) Bref être le cheval de Troie du système.

On pourrait voir surgir derrière, pourquoi pas, un débat de fond sur le régime politique naturel de la France qui sera le plus à même de lutter contre l'islamisation: régime simplement "laïc", ou régime catholique et laïque

La laïcité comme distinction des pouvoirs temporel et spirituel (et non séparation étanche...) n'est-elle pas une invention du Christ ("rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu") et j'ose le mot, n'a-t-elle pas largement plus existé sous l'Ancien Régime que sous la théocratie gnostique de droit occulte dans laquelle nous vivons actuellement - et qui nous a mis dans la situation où nous sommes - ? Face à des ignorants, nous ne voyons donc pas non plus pourquoi nous devrions craindre ce débat-là.   

Mais soit dit entre nous, je n'imagine pas qu'en terme de "lutte contre l'islamisation", une alliance hétéroclite d'"identitaires" dont le slogan est "à défi total, réponse totale" (6), et d'Ump, républicains, trotskistes proches du B’naï Brith..., sionistes, et "féministes" (2 et 3), puisse aboutir à un quelconque changement réel dans la superstructure: le débat politique sera arrêté sur ordre des commandeurs occultes suprêmes, le débat circonscrit et circoncis... à un moment ou à un autre, une fois que le travail de sape contre le Front national aura été réalisé et notamment pour 2012. Front national qui, je le rappelle, est le seul parti, depuis quarante ans, qui dénonce contre vents et marées la caste oligarchique et ploutocratique au pouvoir, l'immigration-invasion et l'islamisation qui en découle.

 

Ces résistants de la 25e heure ne viennent-ils pas faire de la vulgaire retape aux réunions du Bloc identitaire (qui de ce point de vue fait un excellent travail de dégel du débat démocratique...), s'accrochant comme ils peuvent aux branches qui dépassent, uniquement parce qu'après avoir plongé la France et les Français au fond du gouffre néo-mondialiste, ils sentent bien que l'heure des comptes a sonné ? 

Que l'immigration et l'insécurité deviennent des sujets de débats de plus en plus pregnants au sein de la société française, que le prix pour se faire tondre, bientôt, sera gratis, et que le jour où les Français crieront "collabos trahison !" ne sera-t-il pas pour eux un jour définitivement incontrôlable, et ce malgré toute la puissance médiatique à leur service ? 

 

 On pourrait dire aussi que ces gens qui découvrent les ravages de l'immigration ne sont que des sous-marins envoyés par l'oligarchie ploutocratique Umps pour torpiller le Front national anti-néomondialiste (Ump et Ps étant mondialistes). C'est assez juste du point de vue de l'analyse des idéologies, libérales, maçonniques, trotskistes et soixante-huitardes des pseudos-résistants gauchistes aux Assises de l'islamisation. 

 

Autre point de vue à méditer: "l’union sacrée entre personnes ayant a priori si peu à partager (identitaires d’un côté, avorteurs laïcs ultra-républicain de l’autre) ne peut avoir de logique qu’en cas de guerre ouverte. La question est : qui a intérêt à nous faire entrer en guerre frontale contre l’Islam?".... (2)

 

En tous les cas, et quoiqu'il en soit, après la laïcité, sainement comprise, la lutte contre l'islamo-invasion, la "démocratie directe", voilà un autre thème de campagne que le Front national pourra lui aussi reprendre largement à son compte, sans risque électoral aucun, tout au contraire. Mais sans risque non plus de se mettre à la remorque d'intérêts personnels et géopolitiques qui ne sont pas les nôtres, qui ne l'ont jamais été, et qui ne le seront jamais... A ces gens qui nous tendent la main parce qu'ils sont au fond du trou, ne commettons pas l'erreur de leur donner une seconde fois la nôtre, de crainte de reproduire ce qui conduisit l'Europe et les européens à la défaite et la mort en 1914, au plus grand profit de... l'Amérique et du Grand capital. (7) 

 

 Marine Le Pen avait déjà dit qu'elle était pour des referendum à tous les niveaux. Dans l'émission "À vous de juger" d'Arlette Chabot, le 9 décembre 2010, sur France 2, elle répéta qu'il faudra "mettre en oeuvre des referendums d'initiative populaire comme cela existe en Suisse"... (8) Ce thème devrait développer encore un peu plus les liens entre le Front national et le peuple, sa capacité à soulever des problèmes réels et à y apporter des réponses réelles proches de ses préoccupations, alors que dans le même temps, la classe dirigeante elle-même, totalement coupée de la réalité, soucieuse d'élaborer d'autres idéologies surréalistes, dont la fameuse "Gouvernance mondiale"..., gavée et repue, crie au fascisme... biensûr..., et s'enferre définitivement - jusqu'à complet étouffement ? - dans la posture de la fermeture fanatique, auto-persuadée d'être dans le vrai, posture si caractéristique de l'obscure et opaque franc-maçonnerie, qui la dirige. 

 

Sources:

 

(1) http://fr.novopress.info/74667/assises-sur-l%e2%80%99islamisation-de-l%e2%80%99europe-un-triomphe-fondateur/

(2) http://www.contre-info.com/assises-contre-lislamisation-pour-la-laicite 

(3) http://le-projet-juif.com/?p=2884

(4) http://www.genocide-vendeen.com/genocide/

(5) Les votes à la pluralité des voix dans les assemblées de villages sous l'Ancien Régime : Frantz Funck-Brentano, L'Ancien Régime, Les Grandes études Historiques, Librairie Arthème Fayard, Paris 1926, p. 396-397. http://www.christ-roi.net/index.php/Les_votes_%C3%A0_la_pluralit%C3%A9_des_voix_dans_les_assembl%C3%A9es_de_villages_sous_l'Ancien_R%C3%A9gime 

(6) Fabrice Robert : http://www.bloc-identitaire.com/actualite/1657/discours-fabrice-robert-lors-assises-18-decembre

(7) http://christroi.over-blog.com/article-1914-le-vainqueur-l-amerique-56532459.html 

(8) http://www.nationspresse.info/?p=119668

 

 
 
----------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 17:59
Campagne interne du Front national (hypocrisie à tous les niveaux chez les marinistes)
 
Mme Le Pen a dit ses "inquiétudes" face à la volonté de son adversaire de rassembler "au sein de la famille nationale" "toute une série de groupuscules" qui se radicalisent "dans la parole et dans les actes", des "zozos" "provocateurs", "caricaturaux" et "anachroniques". AFP - Samedi 27 novembre 2010
 
Marine, pourquoi Christian Bouchet ?

 

 

Aleister Crowley, considéré comme l'un des plus grand sataniste, mage noire, membre de la Golden down et autres sociétés secrètes à tendance sataniste... Il s'était auto-proclamé : The beast 666

 

Il en va de la famille nationale comme des nôtres ; on a tous un vague cousin  ni  très présentable ni très fréquentable   que l’on rencontre de loin en  loin lors des réunions familiales, un « boulet » dont l’on redoute les conversations en priant pour que  le plan de table vous épargne sa proximité… Gollnisch et Marine trainent eux aussi quelques « fans » encombrants qui font parfois tâche dans le décor. En politique qui peut se vanter de pouvoir toujours choisir ses amis ?

Pourtant, quand « l’ami » en question se voit confier des missions importantes dans la campagne interne et un poste de cadre  au  FN, on ne peut plus prétendre que « c’est la faute à pas de chance » s’il navigue dans votre sillage.  Surtout  quand on a été averti à  de nombreuses reprises  du « parcours » de l’ « ami » en question.

Ne tournons pas plus longtemps autour du pot, nous voulons parler ici de Christian Bouchet, 55 ans, enseignant de son état, dirigeant entre autres, des éditions du Chaos.   Il  apporte très officiellement  son soutien à Marine Le Pen, par le biais de ses déclarations, de ses  activités plus ou moins « occultes » sur Voxnr, NPI, des sites défendant  la candidature de Marine… Bouchet a été  nommé il y a peu avec l’aval de la Vice-présidente du FN, Secrétaire départemental adjoint  de Loire-Atlantique.  Son fils Gauthier, la vingtaine,  spécialiste reconnu  du jeu japonais  pour enfants Pokémon,  a également pris du galon au sein du  FNJ  de David Rachline. Super Gauthier-Picatchou  à la recherche du   peuple et de  l’imam invisible…

Disons le tout net, Bouchet est un cas assez unique. Il est très difficile de trouver au sein de la mouvance nationale quelqu’un qui fait autant l’unanimité contre lui, y compris chez les personnes partageant  son credo « nationaliste-révolutionnaire ».  Conviction qui se caractérise  chez l’ami Christian par une Tiers-mondisme assumé, une fascination  pour l’islam et le phénomène islamiste au nom d’un « antisionisme » « forcené »… pour  garder un langage  politiquement correct.

Cette arrivée de Bouchet au FN dans les bagages de Marine,  avec la complicité  de Louis Aliot, qui lui a confié un rôle important au sein de son site pro Marine, NPI, cadre pourtant assez mal avec les déclarations de l’ex secrétaire général du FN. Aliot  expliquait dans les colonnes du journal Le Monde vouloir  « chasser ceux qui combattent un hypothétique lobby juif en se cachant derrière le Front National ». Au cours des  européennes de 2009, il  mit même en avant ses « origines juives » pour séduire l’électorat sépharade de sa circonscription.  Avec Bouchet, c’est sûr qu’il a tiré le bon numéro…sacré Loulou !

Mais bon, la cohérence n’est pas non plus  toujours le fort du brave Christian qui  n’est pas à une contradiction prés. Bouchet qui bouffe de l’israélien au petit dej comme le petit père Combes bouffait  du curé,   effectua son voyage de Noces en Israël avec sa femme,  aujourd’hui disparue, née  Ghislaine Zerbib… Après tout, Christian est libre de dépenser ses shekels comme il l’entend…à partir du moment où il ne nous donne pas de leçons d’économie  sur la nocivité de la monnaie d’occupation.

A lire la fiche complaisante sur Bouchet (rédigé par ses soins) sur Wikipedia ou Metapedia, bien des aspects de la trajectoire du personnage ne sont pas   mis en vitrine. Ce qui peut expliquer que des frontistes 100% pur jus et  parfaitement dans la ligne lepéniste, comme Brigitte Neveux, candidate  lors des dernières régionales  en Pays-de-Loire ou Maguy Lussaud (actuelle Secrétaire départemental FN de Loire-Atlantique)  se soient attachées les services du personnage. Si Bouchet a « lissé » son CV pour ne pas effrayer le FN, on ne se demande pas longtemps pourquoi.

Il n’est pas le seul dans l’entourage de Marine, Christian  est passé par le MNR dont il fut le candidat à deux reprises en 2000 et 2002. Un engagement qu’il a expliqué par un ressentiment contre Jean-Marie Le Pen qui n’est pas très loin de la haine. A la fin des années 80  déjà,  il fomenta une scission au sein du  Mouvement Troisième Voie alors dirigé par Jean-Gilles Malliarakis, à qui il reprochait de vouloir se rapprocher du FN. Bouchet  traitait  alors devant les militants   le leader du FN de « poufiasse blonde ». La classe,  Christian.

 

Remisant le keffieh des années 70-80 pour un folklore plus « bavarois », Bouchet a joué  le registre musclé dans la seconde partie des  années 90 et au  début des années 2000 pour attirer à lui une partie  des militants résolus de l’identité française et européenne. A ses yeux le FN était  trop mou. Dans un éditorial du 4 février 2001 il déclarait que  Le Pen« l’héritier  des ciments Lambert  qui est sensé être l’incarnation de la France de la résistance à l’immigration,  prend des positions où la traitrise se dispute à la veulerie ». Il « semble avoir perdu toute retenue et tout honneur »  ajoutait-il. N’ayant pas encore embrassé totalement  le créneau soralien, il expliquait alors qu’il fallait voter Mégret pour « remettre de l’ordre en France », « en finir avec l’islamisme et l’invasion ». Il sait s’adapter à son public,  Christian.

Dans un autre  éditorial (le 10 mars 2002), quelques semaines avant le tremblement de terre du 21 avril, il écrivait encore : « les avancées du Mouvement national ont été brisées par Jean-Marie Le Pen, ses saillies provocatrices et par la gestion monogamique du FN ». « Je n’ai jamais voté Jean-Marie Le Pen. Je ne me suis jamais senti en phase avec le cyclope de Montretout ». Délicat,  Christian…

Là où Bouchet explose les scores et sort même carrément du commun des opposants historiques « d’extrême droite »  au FN, c’est avec ses activités « ésotérico-religieuses ».  Bouchet qui, avec un beau culot,  s’est défini dernièrement dans un entretien comme un « catholique romain » -pour séduire et rassurer  les adhérents et électeurs   FN en Loire-Atlantique ?- est là aussi un adepte du double langage. Directeur de la revue Lutte du Peuple (No28 septembre/octobre 1995) il écrivait alors à l’occasion de la venue de Jean-Paul II : « Non à la secte papale. Exigeons que notre nom soit ôté des registres de baptême » ; un « droit reconnu par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen » expliquait-t-il. Toujours dans la référence imparable,  Christian.

Que Bouchet pousse sa haine de Rome jusqu’a  mêler à l’époque  sa voix avec celle de  la mouvance anarchiste, de l’extrême gauche ou des francs-macs les  plus fanatiques  c’est une donnée à prendre en compte. Cela tiendrait à son appartenance  à la branche française de l’Ordo Templis  Orientis  (OTO) secte satanique fondée par le « magicien luciférien » anglais Aleister Crowley -auquel il a consacré un ouvrage- dont il est le « Grand maître » en France.  Secte « spécialisée » dans la magie sexuelle… sous hallucinogène avancent certains.

Christian Bouchet  est membre également du Groupe de Thèbes ,  petite structure  réunissant sous couvert d’étude de nombreux leader de sectes, –voir le dossier  de l’EDJ paru le  4 novembre 1993.  Selon le journaliste Serge Faubert, il y aurait eu  des contacts officiels entre les animateurs du    Groupe de Thèbes et   le Grand  Orient De France (GODF), dans les locaux parisiens (rue Cadet) du GODF, dans lesquels  ils se réunissaient en 1992 et 1993. Faubert précise que « lors d’une première réunion tenue également dans des locaux du Grand Orient,   il s’était manifesté par une brillante communication sur… la magie sexuelle ». Il ajoutait : « Le groupe de Thèbes est aussi parvenu à gagner la confiance de certains responsables du Grand-Orient (...) ». 

Embarrassé, Bouchet a tenté plusieurs fois de se justifier de ses activités qu’il explique par son étude « scientifique » des sectes en question, nécessitant son « immersion » au sein de celles-ci. Une  tactique d’évitement qu’il a mise au point lorsqu’il a entrepris de se rapprocher du FN  après la qualification de Le Pen au second tour en 2002 et  qui s’est concrétisé par son encartage au FN en 2008. A bien le lire, il n’a pas toujours démenti ses penchants pour la « magie », il a même confirmé son engagement actif de nature  « ésotérique ».

Il l’a écrit noir sur blanc le 10 janvier 1992, dans un note officielle signée de sa main et annonçant la dissolution du groupuscule qu’il dirigeait alors (« Nouvelle Résistance »).  Il se disait « inquiet des rumeurs internes critiquant mon appartenance à l’ordre de Thélème, OTO et AA (Aleister Crowley) et mes activités ésotériques  (au caractère strictement privé) au sein d’organisations orientalistes et non occidentalistes » avouait-il… 

L'ouvrage le plus complet sur Crowley, ses disciples et l'OTO est allemand : il s'agit de "Ein Leben fuer die Rose (Arnoldo Krumm-Heller)" de Peter-Robert Koenig (lui-même disciple de Crowley mais dans une tendance non « politique »).

Koenig y donne de nombreuses précisions sur Bouchet, ses initiations au rite de Menphis-Miphraim en Espagne, ses liens  avec une des branches espagnoles (la Lamparter) de l’OTO (dite Krumm-Heller, du nom des fondateurs de ses rites) et son intronisation (l’octroi d’une Charte par une obédience reconnue qui permet la création d’une nouvelle loge) par celle-ci à la direction d’un « Caliphat » (une loge de la secte) en France.

Les  documents de Koening réduisent  à néant  les dénégations postérieures de Bouchet sur ses appartenances sectaires. Koenig y dévoile aussi ses impostures dans le domaine ésotérique et dénonce ses multiples plagiats et vols de textes.

De tout cela, du  « CV » complet  de Bouchet,  Marine été prévenue à de nombreuses reprises, y compris par nombre de ses soutiens.   Rien n’y a fait,  il figure toujours bel et bien, en toute discrétion,   dans le premier cercle de son  équipe de campagne. Pourquoi ? Par manque de cadres marinistes ? Parce que le « talent »,  le carnet d’adresse, les « réseaux » du personnage sont indispensables? Si tel est le cas, ce n’est pas pour rassurer les frontistes si Marine gagne le Congrès…

Pas d’hypocrisie de notre part : militants nationalistes de longue date nous sommes très éloignés des délires mystico-sexo-satanistes de Bouchet. Mais   beaucoup d’entre nous ont eu  une adhésion dans un  groupe très « typé »,  une action, une photo compromettantes à se « reprocher » et qui peuvent un jour ressurgir.  On connaît le proverbe, « qui n’a pas été extrémiste à vingt ans, est un con à quarante », et les journaleux à la Faubert, à la Mestre, à la Pujadas ou a la Forcari se font un malin plaisir de traquer « les sorties de route » d’un tel ou d’un tel  pour les refourguer à leurs lecteurs, même avec plusieurs années d’intervalles.

Tout le monde en conviendra,  le cas Bouchet n’est pas celui du simple  militant d’extrême droite susceptible d’effrayer le bourgeois de la « gauche cav »  ou le lecteur du Figaro. C’est selon nous un individu trouble  qui à la lumière de ses engagements sectaro-politiques n’a rien à faire dans les rangs du FN et qui a semé partout ou il est passé la confusion la plus totale, un climat de délation et de coups tordus. Interrogez un seul ex camarade de Bouchet ayant milité à ses côtés,  vous serez édifié…

La  présence de Bouchet dans le camp de la fille de Jean-Marie Le Pen est  proprement  hallucinante et jure vraiment  avec le FN dédiabolisé  dont Marine se veut le porte-drapeau. Une présence à comparer avec la multiplication des attaques contre les « méchants extrémistes » arborant la croix celtique qui seraient tapis dans l’ombre de Gollnisch…

A tout prendre,   nous préférons militer avec des natios normaux, qu’ils soient cathos, païens, agnostiques ou athées. Avec des anciens de l’Œuvre française ou du PC,  de Troisième Voie, du PS  ou du RPR qu’avec un Bouchet. Et parler migration  « indo-européenne » avec Carl, histoire du nationalisme avec Pierre, immigration-invasion avec Miguel,  conflit israélo-palestinien avec Farid, sort des chrétiens d’Orient avec Thibaut ou encyclique pontificale avec Bernard plutôt   que « rituels pratiques  initiatiques  sodomites dans la Grèce ancienne »   avec Christian. A chacun son truc.

Marine  a encore  une chance réelle de devenir le successeur de son père. Des frontistes sincères estiment qu’elle représente l’avenir.  Au « pire » si Gollnisch est élu à sa place, elle continuera à jouer certainement un rôle important au FN. Nous estimons donc  qu’elle doit sortir de son silence et ramener Christian à ses chères études. Dans le cas contraire…  

 

Les Vieux de la vieille

 

 

Source : http://nationfrancepaysreel.hautetfort.com/archive/2010/11/29/campagne-interne-du-front-nationale-hypocrisie-a-tous-les-ni.html

 

- Gauthier Bouchet (le fils de Christian) soutien le Hellfest

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 12:00

 
 Cette loi Rothschild Pompidou Giscard de 1973 interdit à la France de prendre ses crédits à l'escompte auprès de la Banque de France (sans intérêts), et l'oblige à emprunter auprès des banques privées (avec intérêts...) Ce qui s'assimile ni plus ni moins pour la France à une suppression de son droit régalien à battre monnaie (droit ancestral, droit marquant la souveraineté et l'indépendance), et donc à un vol à grande échelle par les banksters internationaux... 
Désormais, et depuis 1973, nous ne sommes plus indépendants monétairement, l'argent est créé par les banques privées via l'Argent-dette. L'oligarchie gravitant autour des banques privées internationales s'engraisse sur le dos des Français qui travaillent tels des esclaves à vie pour rembourser la dette avec ses intérêts et avec transmission de l'héritage aux descendants s'il vous plaît !... Le tout pour le remboursement d'une dette que d'autres leur ont imposée.
 
 
Marine Le Pen sur Radio Courtoisie l'a bien compris et a fait cette courageuse et historique déclaration : "Nous sortirons de ce système. Et c'est bien pour cela que nous sommes leur ennemis jurés et qu'ils sont capables de tout pour nous empêcher d'arriver au pouvoir. Parce que si nous arrivons au pouvoir, nous allons tourner le dos à la décision mortifère de 1973 qui a consisté à obliger la France à aller emprunter sur les marchés financiers internationaux. C'est cela qui a plombé notre économie et notre liberté. C'est cela qui fait que nous sommes dans la situation d'un ménage surendetté. ... Plus nous empruntons plus nous sommes endettés, plus nous sommes endettés, plus nous empruntons avec un taux d'intérêt important, plus nous sommes endettés, etc. C'est peut-être la décision la plus essentielle et la plus immédiate à mettre en oeuvre le jour où nous arriverons au pouvoir : retrouver notre liberté monétaire, retrouver le droit de battre monnaie, réinstaller la Banque de France dans ses prérogatives et sortir de ce système mortel du système financier international où en réalité nous avons déjà payer en intérêts l'équivalent de notre dette !"
 
Enfin, Marine Le Pen analyse bien les enjeux réels d'une telle réforme : "Si nous faisons cela, si nous retrouvons notre liberté, tout le monde après nous retrouvera sa liberté, et c'est bien ce que craignent les tenants de cet Ordre mondial, c'est bien ce que craignent les tenants de ce Système monétaire international : si un seul pays retrouve sa liberté, et démontre par là que nous sommes capables de recréer la propsérité, il en sera fini des 1% de cette hyperclasse qui vit tellement bien de la mondialistation au détriment des 99% d'autres." (Fin de citation)
 
 Précisons pour Marine Le Pen, - qui doit sans doute le savoir mais on ne sait jamais -, une autre personnalité politique en son temps, il y a soixante-dix ans... s'attaqua aux puissances d'Argent apatrides et internationalistes, ce faisant il désigna les forces qui devaient l'abattre, s'acquérant leur haine perpétuelle : le Maréchal Pétain. Qui avertit : "Je vous le dis avec toute la conviction dont je suis pénétré : si la paix qu'attendent ces mauvais Français consiste à revenir aux moeurs politiques, économiques et sociales d'avant-guerre, la France ne se relèvera pas" (Messages, 4 avril 1943, cité in Jacques Ploncard d'Assac, Doctrines du nationalisme, Editions du Fuseau, Meaux, 1965, p. 64).
 
 
 "À la suite de l'expérience, je corrigerai l'oeuvre entreprise et je reprendrai, contre un capitalisme égoïste et aveugle, la lutte que les souverains de France ont engagée et gagnée contre la féodalité.... J'entends que notre pays soit débarrassé de la tutelle la plus méprisable : celle de l'argent" (Discours à la Jeunesse de France, 29 décembre 1940).
 
 
 "Et il annonçait: 'Deux principes essentiels nous guideront : l'économie doit être organisée et contrôlée. La coordination par l'Etat des activités privées doit briser la puissance des trusts et leur pouvoir de corruption' (Message au Peuple Français, 11 octobre 1940). En parlant ainsi, le Maréchal désignait les forces qui devaient l'abattre." (Source: Jacques Ploncard d'Assac, Critique nationaliste, La Librairie Française, Paris 1960, p.171-186)
 

 

- Dette Rothschild : Pourquoi et comment la France est asservie par les banques ?

- Money as debt - L'argent dette

- John Perkins, confessions d'un corrupteur de nations

- Mensonge du siècle : "sauf accident majeur, cette opération n'aura pas de coût pour le contribuable" (le plan de refinancement des banques aura coûté 360 milliards d'Euros mais "n'aura pas de coût pour le contribuable" ! dixit François Fillon.)

- La dette de l'Etat passe la barre des 1500 milliards, soit 80 % du P.I.B.

- Crise de la dette : Après la Grèce, le Portugal et l'Espagne, la France ?

- La communiste Annie Lacroix-Riz contre Pétain

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 18:48

Nous attendions l'avis de Bruno Gollnisch sur la "laïcité", cette réponse, venue dans un entretien au site Nouvelles-de-France.fr, nous convient vu qu'il se distancie de Marine Le Pen qui affirmait depuis plusieurs années que la religion devait se confiner à la sphère privée. Pour Bruno Gollnisch, au contraire, "la religion n'est pas qu'une affaire d'ordre privé". 

 

Nouvelles de France : On dit que certaines différences doctrinales apparaissent entre Marine Le Pen et vous. Par exemple sur la laïcité, sur l'avortement, les valeurs républicaines...

 

Bruno Gollnisch : Pour pouvoir apprécier ces différences, il faudrait que Marine précise ses positions. En ce qui me concerne, les choses sont claires: L'identité de la France ne se réduit pas à sa devise républicaine. Elle inclut aussi la richesse et la diversité du patrimoine de nos provinces.

S'agissant de la loi Veil, elle a amplement fait la preuve de son échec, elle doit donc être remplacée.

La laïcité bien comprise n'est qu'une forme de tolérance, dans une société qui n'est plus homogène sur le plan spirituel, par laquelle l'Etat s'abstient d'intervenir en matière religieuse pour éviter des affrontements dans la société civile. Elle ne fournit pas de raison de vivre, elle n'est pas en soi une "valeur". Elle est la juste distinction du spirituel et du temporel : ni une confusion ni une séparation absolue.

 

Marine Le Pen a plusieurs fois répété que la laïcité consistait à confiner la religion à la sphère privée, êtes-vous d'accord ?

 

Non, la religion n'est pas qu'une affaire d'ordre privé.

 

Source: http://www.nouvelles-de-france.fr/article.php?cat=12&id=202&titre=Bruno_Gollnisch_:_

 

- Visite de Sarkozy au Vatican : premières réactions  

- Sarkozy au Vatican : Marine Le Pen repousse la religion dans la sphère privée

- Sarkozy au Vatican, le Grand Orient pas content

- Intervention de Nicolas Sarkozy à l'ambassade de France près le Saint-Siège

- Une première lézarde dans l'édifice maçonnique de construction de la société en dehors du Christ

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 22:58

A mesure que le congrès pour la succession de Jean-Marie Le Pen à la tête du FN approche, les tensions internes montent en intensité. Dernière pomme de discorde en date: l’éventuel retour des “dissidents” (Carl Lang, Jean-Claude Martinez, Bernard Antony) au FN. Pour Jean-Marie Le Pen, une telle hypothèse est  “incompatible avec la ligne” du parti.

“Faire campagne là-dessus, c’est entrer en guerre contre le bureau politique et la ligne du mouvement”, a déclaré au Monde M. Le Pen, lundi matin. Vendredi 8 octobre, sur LCI, M. Gollnisch a assuré qu’il était pour “le retour de ces gens-là” et qu’il “avait toujours déploré ces départs”. Tout le week-end, Mme Le Pen a brandi le risque “d’une scission du mouvement”, en cas de retour des “dissidents” (voir Le Monde du 12 octobre).

C’est aussi l’occasion pour Jean-Marie Le Pen d’attaquer bille en tête Bruno Gollnisch: “Si Bruno Gollnisch était élu, il y aurait un choc très grave. Surtout s’il fait rentrer les dissidents. Je ne siègerai pas avec Carl Lang. Mais je resterai au FN, et ça ne se passera pas comme ça. Les militants devront choisir entre la ligne Le Pen et la ligne Lang.”
Et M. Le Pen d’ajouter: “C’est certain que Bruno Gollnisch est le candidat de tous les dissidents. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles il ne sera pas élu.”

Le vieux leader ironise aussi sur l’affluence de la réunion tenue par M. Gollnisch, à Bordeaux, le 3 octobre: “Il a réuni combien de personnes? 300? Je n’ai jamais fait moins de 1500, moi, en Aquitaine.”

 

Source: http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2010/10/11/jean-marie-le-pen-attaque-bille-en-tete-bruno-gollnisch/

Partager cet article
Repost0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 20:02

Lors du discours de clôture de l’Université d’été du FNJ, Jean-Marie Le Pen s'adressait aux jeunes Français, il leur a tenu un discours apocalyptique d'une rare force et d'un réalisme impressionnant. Il a maudit les générations dirigeantes pour leur écrasante trahison. Jean-Marie Le Pen restera bien dans l'histoire comme le seul homme politique qui nous aura prévenu inlassablement ces quarante dernières années devant la "décomposition des moeurs, de la Patrie, de la famille", la montée de l'insécurité, du chomage, de l'immigration et de la "substitution de population". Qu'il en soit remercié et sa mémoire honorée à jamais.

 

Extraits :

"C’est surtout à la jeunesse que je souhaite m’adresser aujourd’hui, à vous qui représentez l’avenir du patriotisme, seul capable d’éviter à la France de tomber dans le précipice vers lequel elle s’avance à grands pas.

Car la jeunesse française a été trahie, elle est la première victime de la décadence française :

On lui a volé sa liberté, sa sécurité, son identité, sa culture, son bien-être social, son travail et sa spiritualité, tous ces biens immatériels et précieux que nos ancêtres ont acquis au prix d’efforts et de sacrifices inouïs depuis plus de 1 000 ans.

La responsabilité des générations dirigeantes dans cette trahison est écrasante : qu’elles soient maudites par les générations futures pour avoir saccagé par démagogie les chances de votre avenir, rompant ainsi le pacte millénaire de solidarité intergénérationnelle.

Ce crime est rendu possible par l’escroquerie qui consiste à se référer à la résistance pour prôner tous les abandons. C’est diabolique, puisque c’est l’inverse de ce qui est prétendu qui est opéré. L’aliénation de la jeunesse de France se fait au nom de sa libération.

...

Le cadre du bonheur humain ne peut être que la Patrie, et ses déclinaisons : le respect de notre héritage géographique, historique, culturel et spirituel.

Mais tout a été mis en œuvre avec succès, hélas ! Y compris au sein même de l’Eglise de France, pour que les Français d’aujourd’hui se détournent de mille ans de spiritualité et d’élévation helléno-chrétienne. Au nom d’une fausse liberté, il est proclamé de nos jours que chacun doit pouvoir jouir des seuls plaisirs matériels et physiques sans contrainte, au détriment de ce qu’il y a de plus précieux : le respect dû à la vie, aux anciens, et la préservation de l’avenir. Nos compatriotes se sont soumis, sans même s’en rendre compte, aux joies médiocres, limitées à un bien-être superficiel. Les centres commerciaux et les sites pornographiques sont plus accessibles et plus visités que nos cathédrales, nos musées ou nos forêts.

...

Jeunes français, on vous vole votre Patrie, votre histoire, votre fierté, mais avec elle votre liberté, votre sécurité, votre prospérité. C’est ainsi par exemple que vous serez tenus de rembourser les dettes énormes contractées par des gouvernements indignes.

Mais sachez, jeunes gens, que vous n’êtes pas seuls, qu’il y a dans le monde entier d’autres jeunes comme vous qui veulent combattre pour la victoire de leurs idées, pour le progrès de leur civilisation et contre les injustices.

Vous êtes traqués ou moqués mais vous devez croire en la victoire car « c’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière ».

A la différence des jeunes des partis du système, vous avez, vous, la foi en un idéal.

A leur différence, vous devez respecter un code moral qui exclut le mensonge, la trahison, la lâcheté, la tiédeur, et la désertion.

Pour fortifier vos convictions, quand le doute vient à s’insinuer au fond de votre cœur, repensez à Jeanne, dont nous allons en 2012 fêter le 600e anniversaire : patronne de France, sainte de l’Eglise qui à 16 ans s’est elle aussi engagée et qui à 19 ans avait scellé son destin, ayant réussi à convaincre le roi de France lui-même de lui faire confiance, et qui avait remporté des victoires contre des armées ennemies avant de faire couronner le roi de France contre toute prévision, au prix de sa vie : quel modèle indépassable pour vous, jeunesse de France !

Quand nous voyons, face à cet éclatant exemple, ce que la religion du matérialisme a donné : la décomposition des mœurs, de la Patrie, de la famille. Alors, oui, votre choix, celui de la vraie résistance à la pensée unique est le bon.

...

La chasse à l’homme que vous subissez parfois quand vous affichez vos libres opinions, les injustices qu’il vous faut supporter, nous, vos aînés, les avons connues comme vous.

Nous avons fondé le Front National en 1972 sans moyens, sous l’opprobre général. Pendant plus de 10 ans nous avons connu l’omerta médiatique.

Une fois les premiers succès obtenus, nous avons essuyé les diffamations, les pires accusations et les persécutions politico-judiciaires. Mais nous avons obéi aux paroles de la chanson des lansquenets, l’hymne du FNJ : « Ce monde vétuste et sans joie, Croulera demain devant notre foi, Que nous font insultes et horions, Un jour viendra où les traîtres paieront, Nous luttons pour notre idéal, Pour un ordre nouveau et national. »

...

Hier comme aujourd’hui, non seulement nos élites politiques sont incapables de résorber le chômage, premier des problèmes sociaux, surtout chez les jeunes, mais, soucieux de complaire à l’élite économique qui les a mis en place, ils l’ont sciemment aggravé, important des immigrés pour peser à la baisse sur les salaires des Français, exportant les outils de travail par les délocalisations pour profiter des bas salaires pratiqués dans certains pays étrangers au nom de l’ultralibéralisme, seule véritable aiguillon de la chienlit européiste.

Cette Europe de Bruxelles est une arnaque démagogique d’apatrides assoiffés de bénéfices, un mirage mortel dont il faut s’extraire car il accroit le plus grand des dangers qui pèse sur la France : la submersion migratoire.

Quand le gouvernement s’enorgueillit d’avoir expulsé 300 Roms en un mois, il ne faut pas oublier que tout clandestin régularisé dans un des 27 pays de l’Union européenne a le droit de s’établir dans n’importe quel autre pays de l’Union. Ce fut le cas par exemple pour le million et demi d’illégaux régularisés par Zapatero et Berlusconi en 2008.

Et des immigrés, il en vient du monde entier : la surpopulation du tiers monde provoque en l’absence de politique défensive une substitution de population : 150 000 naturalisés par an, 400 000 clandestins dont 20 000 régularisés annuellement.

Mais le dire aboutit à être condamné par les tribunaux au nom de la nouvelle religion obligatoire de l’antiracisme. Tout comme il est interdit de faire le moindre lien entre l’immigration et l’insécurité, malgré l’évidence, malgré la nature de la population fréquentant les commissariats, les tribunaux, les prisons. Mais je le dis sans crainte puisque dans ce monde de mensonge général, seule la vérité est subversive et libératrice : l’immigration massive est directement liée à l’insécurité massive ! Elle n’en est pas la seule cause mais elle en est la principale.

...

Jeunes de France, la génération de vos grands parents a vécu le plein emploi, vous connaissez le chômage de masse.

Vos grands-parents ont bénéficié de la sécurité dans une France encore française, vous êtes les premiers à subir l’insécurité endémique dans une France noyée sous le torrent migratoire.

Vos grands-parents ont vécu dans une France encore fière de ses valeurs et de son indépendance, vous héritez d’une France qui a perdu sa souveraineté au profit d’une Europe technocratique, une France dans laquelle ceux qui brulent les drapeaux français dans la rue bénéficient des mêmes droits électoraux et sociaux que vous, descendants des martyrs de Verdun, en vertu du criminel droit du sol !

Vous, les jeunes, héritez d’une France dans laquelle ceux qui sont fiers d’être les bénéficiaires de son immense héritage sont immédiatement taxés de xénophobie et de racisme. Alors qu’on vantait le devoir de défendre sa Patrie auparavant, on vante aujourd’hui le devoir de métissage.

Vos grands-parents ont hérité d’une France chrétienne, vous devez vivre dans un pays où pas une semaine ne se passe sans que l’on apprenne l’ouverture d’une mosquée, l’extension d’une autre, le tout avec l’aide de l’argent public, aide pourtant interdite au nom du principe sans cesse bafoué de la laïcité ; une France où refuser la nourriture hallal est considéré comme un acte de repli identitaire alors que les fast-food proposant cette nourriture musulmane sont de plus en plus nombreux. Le tout avec la complicité de municipalités de droite comme de gauche. Une France dans laquelle on est condamné par des magistrats collabos pour avoir publié une affiche disant « non à l’islamisme ».

...

 

Pour la première fois dans l’histoire de la France contemporaine, vous ne pouvez pas espérer un meilleur sort que celui de vos parents !

Particulièrement vulnérables au marché du travail, puisqu’inexpérimentés et mal instruits, vous êtes frappés plus que les autres couches de la population par le fléau du chômage.

Ce chômage, qui atteint en France plus d’un jeune sur cinq, le double de la moyenne nationale, alors qu’il ne touche qu’un jeune sur 20 aux Pays-Bas, est même le quadruple de la moyenne nationale pour les jeunes des banlieues envers qui les bien-pensants ne cessent d’afficher leur compassion mais qui ne leur proposent jamais de solution.

Situation d’autant plus insupportable que vous en êtes les moins responsables, n’en étant acteurs que de fraiche date. Situation intolérable aussi car c’est à votre âge que l’énergie est la plus débordante.

Et quand vous travaillez, c’est bien souvent à temps partiel ou pour une durée limitée.

Le CDI, autrefois, la forme juridique la plus courante du contrat de travail, est devenu pour la jeunesse un objectif difficile à atteindre.

Vous êtes aussi à un âge paradoxal : à la fois plus rebelles mais aussi plus influençables.

Or, la jeunesse est soumise aux ravages de la télévision : 3h et demie par jour consacrées en moyenne à cet assommoir des temps modernes.

3h30 de propagande en faveur du métissage obligatoire, de la pornographie, de la culpabilisation mémorielle, 3h30 de jeux débilisants, de journaux télévisés dont l’information est superficielle, 3h30 de téléfilms abrutissants, de préférence américains ; 3h30 de raps exprimant leur haine des valeurs qui ont fait la grandeur de la France. Quel formidable outil de destruction de toute une jeunesse à qui on ôte ainsi ses référents culturels propres, à qui on enlève le gout du sport, le gout de l’échange, le gout de la nature, et de la spiritualité !

 

Les Français, encore pour une majorité d’entre eux descendants de Gaulois, peuvent se révéler beaucoup moins dociles que nos adversaires ne l’espèrent…"

 

 



Source : http://www.nationspresse.info/?p=109708#more-109708

 

----------------------------------------------------------

- Jean Marie Le Pen Vs la Judéo Maçonnerie (Licra, Grand Orient de France, B'Naï B'Rith)

- Génocide par substitution: programmé par le Grand Orient de France, discuté dans les "clubs de réflexion" et loges maçonniques, appliqué par le gouvernement de la "république française"

 

Partager cet article
Repost0
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 07:30

Nicolas Sarkozy valide les positions du Front national, Marine Le Pen lui demande de "tirer toutes les conséquences".

Le Front national n’a pas tardé à réagir au discours de Nicolas Sarkozy visant les délinquants d’origine étrangère. Tout en sommant le président de la République de « tirer toutes les conséquences » de ses nouvelles annonces sur la sécurité « en rétablissant l’expulsion effective et définitive des délinquants étrangers », Marine Le Pen, a estimé samedi 31 juillet que le chef de l’État donnait raison aux thèses que son parti défend depuis trente ans.

Pour la vice-présidente du FN, « les propos du président de la République qui procèdent d’une nouvelle gesticulation estivale, n’ont qu’un mérite, celui de confirmer officiellement le caractère criminogène de certaines immigrations, vérité pour laquelle le Front national est persécuté depuis trois décennies ».

Une fois n’est pas coutume, le FN rejoint sur ce point le Mouvement contre la racisme et pour l’amitié entre les peuples, qui regrette qu’« une fois de plus, Nicolas Sarkozy s’aligne sur les thèses du Front national ». Par la voix de Ségolène Royal, le PS a de son côté déploré une « nouvelle étape dangereuse et indigne, dans une surenchère populiste et xénophobe ».

En conséquence, Marine Le Pen « somme » le chef de l’État « de tirer toutes les conséquences de ses déclarations en rétablissant l’expulsion systématique, effective et définitive des délinquants étrangers », « en décrétant un moratoire immédiat sur l’immigration et en réformant profondément notre code de la nationalité », indique un communiqué du parti. Selon le FN, M. Sarkozy est « pris de vertige devant la dégradation d’une situation sécuritaire qu’il ne maîtrise plus ».

À l’occasion de l’installation du nouveau préfet de l’Isère, vendredi 30 juillet, à Grenoble, le président avait notamment annoncé son intention de déchoir de la nationalité française « toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d’une personne dépositaire de l’autorité publique ».

Source : http://www.nationspresse.info/?p=107899

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 17:11

Cet entretien figure dans le numéro de cette semaine de Paris-Match. Il a été réalisé par Mariana Grépinet.

Référendum sur la peine de mort, suppression du droit du sol, moratoire sur l’immigration, Marine Le Pen en pleine ascension dans les sondages, nous a détaillé ses projets si elle devenait chef de l’État. Tout un programme !

PM : Chef de l’État, quelles mesures prendriez vous immédiatement ?

MLP : Je fermerais les frontières. Je ferais un moratoire sur l’immigration. Puisque nous avons 5 millions de chômeurs, il n’y a aucune raison d’importer des chômeurs supplémentaires. Je mettrais en place une politique dissuasive d’immigration, c’est-à-dire que je lancerais un signal très clair aux étrangers. Nous n’avons plus les moyens de prendre en charge pour eux l’éducation,les soins, les allocations familiales…Je changerais le code de la nationalité pour supprimer le droit du sol. La nationalité française s’hérite ou se mérite. J’appliquerais aussi les lois en matière de déchéance de la nationalité. Ceux à qui nous avons eu la générosité d’accorder la nationalité française doivent pouvoir la perdre s’ils ne respectent aucune des règles de notre pays.

Je rétablirais ce que Nicolas Sarkozy a appelé fallacieusement « la double peine ». Un étranger qui a commis un crime ou un délit pourrait être renvoyé dans son pays.

 

... Que proposeriez-vous contre les violences dans les banlieues ?

 

 Il faut revoir de fond en comble la politique contre l’insécurité.

Premièrement, on manque de places de prison, ce qui fait que notre système carcéral est une véritable honte. En attendant la construction de nouvelles prisons, je transformerais les hôpitaux et les casernes, que l’État est en train de vendre, en centres carcéraux, éventuellement ouverts.

Deuxièmement, je donnerais des instructions pour que les peines prononcées soient à la hauteur des méfaits commis. Il y a un effondrement de l’échelle des peines qui fait que la sanction n’est plus crainte. J’imposerais la perpétuité réelle et définitive, et organiserais un référendum sur la peine de mort.

 

Source : http://www.nationspresse.info/?p=106307#more-106307

Partager cet article
Repost0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 13:21

« Les jeunes frontistes veulent organiser une manifestation le 8 juillet à Nantes, inspirée de celle interdite à Paris.

... Ce rendez-vous est ouvert à tous, il entend rassembler tous ceux qui veulent montrer leur attachement à la culture fançaise et manifester leur fierté d’être Français. Il n’y a là aucune attaque contre les autres cultures. Je n’ai rien contre les musulmans, j’ai des amis musulmans (…). Il n’y a aucun problème dans la mesure où la religion reste du domaine de la sphère privée. » Ainsi s'exprime Laura Lussaud, 20 ans, secrétaire régionale du FNJ à Nantes. Source : http://www.nationspresse.info/?p=105172#more-105172

 

Le problème est que l'assertion selon laquelle "Il n’y a aucun problème dans la mesure où la religion reste du domaine de la sphère privée" n'est pas catholique mais franc-maçonnique ! Elle correspond à la conception moderne et "révolutionnaire" de la "laïcité", et cette conception fondamentaliste de la laïcité blesse le droit à la liberté religieuse dans son exercice privé comme communautaire... 

 

On ne peut pas lutter contre l'islamisation avec des principes maçonniques. 

 

- Le droit à la liberté religieuse peut être blessé par la conception moderne et "révolutionnaire" de la "laïcité"

- La direction du FNJ face à ses propres contradictions

Partager cet article
Repost0