Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 11:42

L'ENTRETIEN

 

ROI DE LA REPUBLIQUE

 

PATRICK DE VILLENOISY Il est le candidat des royalistes à l'élection présidentielle. Tout un paradoxe, mais tout un programme.

 

A 60 ans, Patrick de Villenoisy est le candidat de l'Alliance Royale pour la présidentielle. En cas de victoire, il promet de céder aussitôt sa place à l'héritier du trône de France. Il aurait déjà recueilli 110 signatures d'élus de la République.

 

Que les choses soient claires: Si vous êtes élu président de la République, vous abdiquez aussitôt en faveur de l'héritier capétien ?

 

Je resterai président le temps de transformer la Constitution, mais ensuite je rendrai le pouvoir au roi, oui. Qu'il s'agisse du prince Jean, issu de la maison d'Orléans, ou du prince Louis, un Bourbon, son cousin. Ils se connaissent, se téléphonent, à eux de se mettre d'accord.

 

Rêvez-vous d'une monarchie constitutionnelle à l'anglaise, ou plutôt d'un retour de la fleur de lys et des chaises à porteurs ?

 

D'un mixte avec les avantages des deux. Un roi qui règne vraiment, comme sous l'Ancien Régime, mais qui conserve aussi les bonnes choses que la démocratie nous a apportées. Le grand intérêt de la monarchie serait surtout de supprimer les phases électorales, où tout est paralysé.

 

Avec l'interdiction des élections, la monarchie se transformerait illico en dictature ?

 

Non, car, si les Français n'élisent plus le chef de l'Etat, ils continuent de voter pour les législatives, les municipales et les sénatoriales. A la condition toutefois que le Parlement ne puisse pas renverser le roi.

 

Emploi, libertés, égalité... en quoi la monarchie réussirait-elle mieux que la république ?

 

Ma candidature est basée sur la réconciliation des Français. Pour ne citer qu'une ou deux mesures - que Nicolas Sarkozy vient d'ailleurs de copier -, je propose par exemple de désolidariser les prestations sociales de l'emploi. Le système d'aujourd'hui est injuste, car il exclut ceux qui n'ont pas de travail, des marginaux jusqu'aux SDF.

 

Comme Eva Joly, vous supprimez évidemment le 14 juillet ?

 

Pas dans un premier temps, non. Nous ne voulons pas rayer l'histoire ni le drapeau tricolore. Nous assumons tout cela. En revanche il est probable que je donnerai plus de faste au 15 août.

 

En France, les militants royalistes sont souvent assimilés à l'extrême droite. Partagez-vous ses idées ?

 

C'est une affirmation profondément fausse. Nous sommes au-dessus des partis. Ni de gauche ni de droite, et encore moins d'extrême droite.

 

Vous ne disposez pour l'heure que d'une centaine de parrainages, et il n'est pas faux de dire que vous n'avez aucune chance d'être élu. Quelle est alors l'utilité de cette candidature ?

 

Je n'ai en effet que 110 parrainages, même si l'Alliance Royale a envoyé un mail à environ 20000 mairies. J'essaie pourtant de rappeler aux élus la philosophie de Voltaire: me parrainer ne signifie pas partager mes idées. Pour le reste, les royalistes prennent ainsi date avec les Français. Ceux-ci doivent comprendre qu'il existe une alternative politique radicale. Encore une fois, la monarchie permet le long terme, et le long terme est la meilleure solution pour s'attaquer aux grands défis auxquels la France est confrontée. Qu'il s'agisse des retraites ou de l'endettement, l'horizon est à trente ans. Comment voulez-vous qu'un président de la République soit efficace, alors qu'il n'a que cinq ou dix ans devant lui ?

 

Joly, Mélenchon, Hollande, Sarkozy, Le Pen... lequel ferait le meilleur roi ou la meilleure reine ?

 

Aucun! Choisir entre la droite et la gauche est à peu près aussi efficace que de changer de cabine sur le "Titanic".

 

Propos recueillus par Sylvain Cottin.

 

Source: Sud-Ouest du jeudi 2 février 2012, p 4.

 ----------------------------------------------------

- Civitas : 10 questions aux candidats à la présidentielle / Réponses de Patrick de Villenoisy

Partager cet article
Repost0

commentaires