Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 13:42
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 14:26

Un article de Jeune Alsace indique assez bien le danger d'une jacobinisation du front national.

Marine Le Pen parle de "danger" au sujet des langues régionales et dénonce le bilinguisme français-breton et les panneaux bilingues comme "extrêmement grave"... Attristant et délirant.

C'est son père, Jean-Marie Le Pen qui doit être surpris, lui qui avait déclaré en son temps : "mon patriotisme est d'abord régional et provincial, je suis de France, et puis je suis d'Europe aussi."

La tendance de plus en plus jacobine et sectaire au front national, une tendance négatrice des identités locales et régionales, devient insupportable. A tout le moins fort inquiétant.

L'émission Ripostes, du dimanche 21 janvier 2007, où peut être visionné le faux pas de Marine Le Pen.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 20:04

Cela a le mérite d'être clair. Aucun catholique ne peut dorénavant soutenir ni voter pour cette fanatique de la culture de mort ou bien il n'est plus catholique.

Tous les sites internet doivent à présent relayer cette information et sanctionner lourdement ce dérapage dans les urnes à chacune des prochaines élections.

Via le Salon Beige

Ségolène Royal vient de déclarer clairement son soutien aux revendications du lobby gay, tant sur le "mariage" que sur l'adoption. Dans un courrier adressé à l'Inter-LGBT et rendu public aujourd'hui, elle affiche son

"engagement de procéder à cette importante réforme [autorisant le mariage et l'adoption, NDMJ] par la voie d'un projet de loi et de la conduire avec détermination afin de convaincre une majorité de Français de son bien-fondé".

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2007 4 04 /01 /janvier /2007 13:00
 
Un "homme de centre droit". C'est ainsi que Jean-Marie Le Pen se qualifie dans un entretien à Paris Match paru jeudi. "On dit que Jean-Marie Le Pen est un extrémiste, que c'est l'extrême droite pour disqualifier mon message. C'est faux, je suis un homme de centre droit", déclare le président du Front national.

Rappelant qu'il appartenait en 1958 au Centre national des indépendants et paysans (CNIP) d'Antoine Pinay, il explique : "J'étais du centre droit. Je défendais les mêmes idées que maintenant." "Ce n'est pas moi qui me suis déporté vers l'extrême droite, c'est le corps politique français qui s'est déplacé vers la gauche", poursuit M. Le Pen, qui s'efforce depuis plusieurs années de "normaliser" son image.

Le président du FN affirme, en outre, être proche du général de Gaulle, malgré deux points de divergence. "Il aurait dû faire la réconciliation des Français après la guerre : Pétain était le bouclier, lui, l'épée. Et puis, nous avons été en désaccord sur la question de l'Algérie française, plus d'ailleurs sur la méthode que sur le fond". "Mais sur le reste, sur une certaine idée de la France, de sa spécificité, je ne suis pas en désaccord avec lui. Dans ses réflexes patriotiques, je suis assez gaulliste. Le dernier peut-être", assure-t-il.  

A la question "Pourriez-vous gouverner ?" Jean-Marie Le Pen répond : "Pourquoi pas !" "Il y a un certain nombre de hauts fonctionnaires et de personnalités qui, sur mon conseil, se tiennent dans une relative obscurité, qui sont prêts à gouverner avec moi", explique le candidat frontiste, présent en 2002 au deuxième tour de la présidentielle.  

Elu, le dirigeant du FN commencerait "par demander un audit général de la situation française parce qu'il me semble que la plupart des données fondamentales ne sont pas connues" et préparerait l'avènement d'une "république référendaire" afin "d'associer étroitement" le peuple français aux décisions. En revanche, il affirme qu'il ne prendrait "aucune" mesure discriminatoire s'il accédait à l'Elysée.

A quatre mois de la présidentielle, Jean-Marie Le Pen "n'écarte pas l'hypothèse" d'une nouvelle candidature de Jacques Chirac. Entre Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, il explique "tout à trac" qu'il choisirait le second en cas de deuxième tour où il ne figurerait pas. En revanche, il refuse de se prononcer entre le candidat de l'UMP et Ségolène Royal. "Cela dépendra des circonstances et des engagements qu'ils prendront sur un certain nombre de questions", explique-t-il, jugeant les deux candidats "outrageusement médiatisés".

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2006 3 27 /12 /décembre /2006 16:22
LYON, 27 déc 2006 (AFP) - Mgr Barbarin encourage les jeunes à s'engager dans "la chose politique"

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a encouragé les chrétiens et "en particulier les jeunes, à s'engager dans la chose politique" dans la perspective des élections présidentielles, législatives et municipales.

"L'action d'un chrétien ne saurait s'arrêter à l'accomplissement de son devoir électoral", a-t-il néanmoins estimé dans une déclaration à paraître en janvier dans le magazine du diocèse "Eglise à Lyon".

Le primat des Gaules a souhaité que l'immigration, le chômage, et l'écologie soient au coeur du débat électoral, "pour le bien commun".

Il a appelé les hommes politiques à "remonter aux causes" de l'immigration, à savoir "le dramatique déséquilibre des ressources", sans quoi "personne ne pourra empêcher les pauvres de quitter leur pays".

Par ailleurs, selon Mgr Barbarin, pour lutter contre le chômage, "il faut s'opposer à un capitalisme qui deviendrait purement financier", et assurer une "juste rémunération" du travail.

Concernant l'engagement écologique, qui rencontre "une forte résonance dans le coeur des croyants", le cardinal a appelé les citoyens à "respecter la création et à ne pas voler les générations futures".
Partager cet article
Repost0