Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 00:00

http://www.paris.catholique.fr/IMG/jpg/isabelledefrance.jpgBienheureuse Isabelle de France (1225 - 1270)

 

Fille du roi de France Louis VIII le Lion et de Blanche de Castille. Elle est morte sans alliance ni postérité, fondatrice du monastère des Clarisses urbanistes de Longchamp près de Paris.

 

Sœur cadette de saint Louis IX, Isabelle reçut, comme son frère, une éducation chrétienne très forte : dès son plus jeune âge elle se fit remarquer par sa piété et sa tempérance.

 

Pour des raisons politiques, son père voulait la marier au comte Hugues de la Marche qui préféra épouser Yolande, la fille du comte de Bretagne. Le pape Innocent IV souhaitait la voir épouser le fils de Frédéric II de Hohenstaufen, empereur du Saint Empire. Ce prince Conrad était en titre mais non en fait, roi de Jérusalem, et devait hériter de l’Empire. Isabelle refusa ce parti et fit connaître à sa famille et au Pape qu’elle souhaitait garder la virginité. Le Pape comprit son dessein, et lui accorda, par bulle (26 mai 1254) l’autorisation de se mettre sous la tutelle spirituelle de religieux franciscains.

 

Un an plus tard, elle entreprit la construction d’un monastère, dans la forêt de Rouvray (le bois de Boulogne), proche de Paris, sur un terrain concédé par son frère, le roi Louis IX. Celui-ci, très attaché à sa sœur, l’avait autorisée à consacrer une somme de trente mille livres, soit la somme qu’elle aurait eue comme dot, pour la construction du monastère. Le monastère de Longchamp fut achevé en 1259, et accueillit les premières clarisses (de l’obédience de Saint-Damien), venues du monastère de Reims, le 23 juin 1260. En s’inspirant de la Règle écrite par Claire d’Assise, elle avait composé elle-même une règle, un peu moins sévère, qui fut approuvée par Alexandre IV (2 février 1259). Saint Bonaventure, ministre général des Franciscains et d’autres frères l’avaient conseillée ; il prêcha plusieurs fois à Longchamp et rédigea un traité de vie spirituelle dédié à Isabelle : de Perfectione vitae ad sorores (La vie parfaite, pour les sœurs). Le monastère fut consacré à l’humilité de la Bienheureuse Vierge Marie.

 

A partir de 1260, Isabelle vint s’installer dans une petite maison, construite pour elle dans l’enclos du monastère, pour partager la vie et la prière des sœurs, mais elle ne fit jamais profession religieuse. En 1263, elle obtint du pape Urbain IV, un remaniement de la Règle. Cette dernière rédaction fut adoptée par plusieurs monastères, en France et en Italie (clarisses urbanistes).

 

Isabelle mourut le 23 février 1270 et fut enterrée dans l’église du monastère. Après la mort de saint Louis (à Tunis, la même année), Charles d’Anjou, frère du roi et d’Isabelle, demanda à une dame de compagnie d’Isabelle d’écrire sa vie, en vue de sa canonisation. Agnès d’Harcourt publia ce récit hagiographique, vers 1280, mais Isabelle ne fut béatifiée qu’en 1521, par le pape Léon X (bulle Piis omnium).

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/ec/St._Isabel_of_France_Saint-Germain_l%27Auxerrois.jpg/220px-St._Isabel_of_France_Saint-Germain_l%27Auxerrois.jpg

Statue d'Isabelle de France sous le porche de Saint-Germain-l'Auxerrois, refaite en 1841 par Louis Desprez

 

Dicton du jour

 

"Neige à la Sainte-Isabelle, fait la fleur plus belle."

 

Sources : (1); (2)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article

commentaires

truth 24/02/2011 12:53


ARCHITECTURE :ENCORE UN DE CES FRUITS DU MODERNISME POST CONCILIAIRE !


ENFIN LE VATICAN S’ÉMEUT DE CES BUNKERS « MODERNISTES » QUE LES EVEQUES NOUS CONSTRUISENT EN LES PRÉTENDANT ETRE DES EGLISES …. !.

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/02/la-r%C3%A9-%C3%A9vang%C3%A9lisation-passe-%C3%A9galement-par-les-%C3%A9glises-et-le-respect-de-la-tradition.html

http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=1402111_magister



*Il y a une chose que ces cléricaux post conciliaires et ces architectes made in maçonnicland évitent comme la peste c'est la CROIX, sa forme, sa représentation , et ceci aussi bien dedans que
dehors ; Elle leur reste en travers de la gorge...

Il semble qu’ils aient lu le catholique Chesterton et qu’ils s’en servent, (à rebours de ce qu'il a promu), pour leur entreprise diabolique de démolition de l’Eglise Catholique et l'évacuation de
la CROIX .

Car que dit Chesterton ?

« De meme que nous avons choisi le cercle pour symboliser la raison et la folie ,de meme nous pouvons choisir la Croix pour symboliser simultanément le mystère et la santé. Le bouddhisme est
centripète, le christianisme est centrifuge : il éclate . Car le cercle est parfait et infini de par sa nature ; cependant il est a jamais limité par sa dimension ; il ne peut etre ni plus grand ni
plus petit. La Croix présente en son centre une collision et une contradiction, mais elle peut étendre à l’infini ses quatre bras sans que jamais sa forme ne s’en trouve altérée . C’est parce
qu’elle présente cette contradiction en son centre qu’elle peut grandir sans changer de caractère. Le cercle se referme sur lui-meme. Il est limité. LA CROIX OUVRE SES BRAS AUX QUATRE VENTS, SIGNAL
DE ROUTE POUR LES VOYAGEURS » .

G.K.Chesterton : « Orthodoxie » Chap.II Le dément

VU SUR LES EGLISES QU’ILS NOUS CONCOCTENT

*à Modène par Mauro Galantino. :

http://nuovarchitettura.blogspot.com/2008_10_01_archive.html

*Renzo Piano à San Giovanni Rotondo, édifiée sur la tombe de Padre Pio, (aussi avenante que n’importe quelle portail d’aéroport )

http://caccioppoli.com/Padre%20Pio%20bio,%20francaise.htm

* à Rome : architecte Richard Meier (dans le quartier de Tor Tre Teste.) :
est-ce à un juif que nous devons confier la construction de nos saint lieux de prière ???

(Quand nous le faisons cela donne ça ! Voyez –vous une église catholique la dedans ? )

http://www.bta.it/img/a0/06/bta00691.jpg

En Pologne aussi …. (Eglise aussi avenante qu’un parking d’automobile)

http://marucha.wordpress.com/page/2/


duchesse du Berry 22/02/2010 08:08


Merci beaucoup pour ce post', qui nous apprend beaucoup.
Est-ce que le récit de la vie d'Isabelle de France est encore publié, ou trouvable dans une bibliothèque ?
A défaut, on pourra se rabattre avec plaisir sur la vie de son Frère "Vie de saint Louis" de Joinville, dont le titre exact est "Le Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre saint Roy
Looÿs". Joinville, un compagnon d'armes du roi, a beaucoup oeuvré de son vivant pour la canonisation du roi.
Et il est vrai que la soeur de Louis IX vit dans l'ombre de la gloire de son frère.