Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 15:16
Lettre ouverte du père Jean Régis Fropo

Dans une "lettre ouverte" aux dirigeants français, filmée et publiée le 10 février 2014, le Père Jean-Régis Fropo, exorciste du diocède de Fréjus-Toulon, auteur du livre "90 questions à un exorciste. Thérapeutique des emprises maléfiques", s'adressait plus particulièrement à ses "frères dans la foi" et à "tout homme de bonne volonté" :

 

A tous ceux qui exercent un pouvoir quelconque au sein de la France

Vous aurez à en répondre devant Dieu !

Ceci est une lettre ouverte à mes frères dans la foi et à tout homme de bonne volonté.

Dans l’église nous avons célébré récemment la présentation du Seigneur au temple, et comme nous l’avons prié dans l’oraison, Jésus est la véritable lumière, source et foyer de la lumière éternelle, qui fait resplendir au cœur des fidèles, la lumière qui jamais ne s’éteindra.

L’apôtre Saint-Jean le disciple bien aimé, annonce dans le prologue de son évangile, que le verbe, la parole, est la vraie lumière qui brille dans les ténèbres, et les ténèbres n’ont pu l’arrêter.

Nous vivons en France un temps de ténèbres, ou le mal est appelé bien et le bien est appelé malIsaïe V »), avec toute les conséquences désastreuses sur les âmes.

Il faut annoncer la bonne nouvelle de l’Evangile, mais il faut aussi dénoncer, tous ceux qui s’y opposent, c’est ce qu’on fait les Saints, les pères et docteurs de l’église catholique au long des siècles. Nous ne sommes pas dispensés de le faire et nous aurons à rendre compte à Dieu de nos paroles, mais aussi de nos silences.

Alors je vais essayer de vous parler haut et fort.

Honte et déshonneur à vous monsieur le président de la République, qui avait énoncé dans notre pays des législations contraires à la loi naturelle et au bien des citoyens.

Oui malheur au législateur de législation impie dit le prophète Isaïe.

Honte et déshonneur à vous Monsieur François HOLLANDE, qui avez apostasié publiquement votre baptême catholique et qui avez l’audace, de vous présenter au Pape François. Pensez vous que ce soit un naïf, que vous allez tromper par vos mensonges ? Honte à vous, homme trop lâche, pour s’engager officiellement avec une femme, mais assez dévoyé pour changer de partenaire au gré de vos pulsions, vous êtes devenu le sujet de dérision du mon entier et vous donnez une image déplorable de la France, vous en rendrez compte au Dieu vivant et vrai.

Honte et déshonneur à vous Monsieur le Premier ministre (Jean-Marc Ayrault, NdCR.) et à tous vos complices, ministre de vos convertements, prévaricateurs, que vous avez couvert de votre autorité lors de l’adoption de loi impie.

Honte et déshonneur à vous Monsieur le Ministre de l’intérieur (Manuel Valls. NdCR.), votre police et vos CRS, s’acharnent sur des manifestants pacifiques et vous les mêlez à la foule des provocateurs, camouflés en civils.

Le 30 janvier, vous avez souhaité vos bons vœux à 50 personnalités de la Franc-Maçonnerie les félicitant de leur rôle positif dans la construction de la République. Votre collusion avec la Franc maçonnerie, est évidente et intolérable.

Dans le journal du dimanche 2 février, vous traitez les 500.000 manifestants pacifiques de « la manif pour tous » d’antisémite, raciste, homophobe, antirépublicain. Quand c’est un ministre de la République en question, qui se laisse aller à de tels dérapages, on se pose des questions, sur sa légitimité, Monsieur Vals vous devriez relire les histoires de « Robespierre ». Honte et déshonneur à vous Monsieur le ministre de l’éducation nationale (Vincent Peillon, NdCR.), qui avez osé proclamer « il faut être capable d’arracher les enfants à tous les déterminismes familiaux, ethnique, social, intellectuel et religieux » [1], fin citation. Quitte à en faire des orphelins sans père ni mère de futurs anarchistes, sans Dieu ni maitre. Vous avez tenu ces propos particulièrement sectaires, qu’« on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique, ... il faut inventer une religion républicaine. » [2]

C’est un mensonge, car ces quinze siècles de français catholiques qui ont édifié la France ; Vous portez ainsi atteinte à la mémoire de tous les citoyens Français catholiques, qui ont payé de leur vie et de leur sang, lors de deux guerres mondiales, le droit pour leurs descendants de vivre dans un pays libre et démocratique.

De plus vous avez le projet de faire des écoliers déboussolés, de les pervertir dès l’enfance par la théorie subversive et absurde du gender, et une soit-disant éducation sexuelle dont la responsabilité appartient aux seuls parents et non à l’État.

C’est une société totalitaire de la pire espèce que vous voulez nous imposer. Votre haine de la famille et de la religion catholique est évidente.

Honte à vous Madame la ministre (Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Education nationale depuis 2014. NdCR.) qui avez déclaré à France info le dimanche 2 février à 18h20 que la théorie d’une gender n’existait pas, alors que le programme ABCD de l'Egalité du gouvernement est déjà proposé dans dix académies de France. Vous avez menti.

Honte et déshonneur à vous, Madame la ministre des droits des femmes, qui avez osé prononcé à l’Assemblée nationale ces paroles mensongères : « le droit à l’avortement, nous l’avons construit ensemble et il fait partie de notre patrimoine commun. Toute tentative de remise en cause de ce droit fondamental se heurterait à la poigne de l’état de droit. » Fin citation du 19 janvier 2014.

C’est un mensonge, car ce soit disant droit ne fait en aucune manière partie de notre patrimoine qui depuis quinze siècles, est un patrimoine chrétien, édifiant des lois justes au service du bien des personnes, et du Bien commun de la nation.

Par ailleurs vous bafouez le droit français qui affirme à l’article 16 du code civil, je cite « la loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci, et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie ». Vous en rendrez compte au Dieu vivant et vrai.

« Droit à l’avortement », affirmation monstrueuse qui donnerait le droit à une mère de supprimer froidement l'enfant qu’elle porte en son sein. Vous et vos complices du planning familial et autres officines de mort, vous continuez la guerre contre l’enfant à naître, et vous nous menacez avec vos lois impies, mais nous ne craignons pas, les menaces des impies, comme fétu de paille ils seront dispersés

Honte et déshonneur à vous, députés socialistes, vous les nouveaux Hérode, qui avaient voté le massacre des innocents et institué une police de la pensée interdisant aux associations « pro vie » d’aider les mères en détresse (19 Janvier 2014).

La loi Veil, fait deux cent vingt mille victimes par an, soit huit millions de petits français non nés depuis 1975 et vous estimez sans doute que ce n’est pas suffisant.

Honte et déshonneur à vous, hommes politiques de tous bords - sauf exception -, qui avaient été plus ou moins complices de ces infamies par votre inertie et votre silence et qui prenez vos ordres au « Grand orient de France » et autres loges maçonniques. Regardez vos mains, elles sont couvertes de sang.

Honte et déshonneur à vous, journalistes des média pour la plupart - sauf exception - inféodés au gouvernement, incapables d’une parole de vérité, et qui mentez par omission.

Le barbare, détruit ce qu’il ne comprend pas, dit le sage. Les uns et les autres, votre intelligence, obscurcie par le péché, vous rend incapable de comprendre la beauté de la famille et de la procréation confiée dès l’origine avec amour, par le Créateur, au couple humain, homme et femme. Alors, vous voulez les détruire. Vous vous croyez civilisés alors que vous méritez très exactement le nom de barbare.

Honte et déshonneur à vous, évêques, prêtres, et pasteurs, qui - sauf exception en petit nombre -, n’avez défendu que mollement par la parole et les actes, le petit enfant dans le sein de sa mère. «J’étais le plus faible, le plus vulnérable, et le plus innocent, et vous ne m’avez pas défendu », vous dira le juste juge. Vous en rendrez compte, au Dieu vivant et vrai.

Miséricorde et paix à vous mères, qui avez vécu le terrible traumatisme de l'avortement, car l’avortement fait plusieurs victimes, l’enfant et sa mère, mais aussi toute la famille autour. Femmes ignorant la gravité de ce geste banalisé par la loi, femme trompée par une propagande mensongère et une loi inique, à qui on ose dire vous êtes maitresse de votre corps, ce que vous portez n’est qu’un amas de cellules comparable à un kyste, un œuf, qu’il convient d’éliminer si il vous gène. Mensonge, la science actuelle nous apprend que le patrimoine génétique de cet être nouveau est entièrement donné dès la conception; le cœur de cet embryon commence à battre dès la quatrième semaine, et son circuit sanguin est absolument distinct de celui de sa mère : ce sont des preuves scientifiques irrécusables.

A vous mères blessées, le Pape Jean Paul II s’adresse en disant : « l’église sait combien de conditionnement on pu peser sur votre décision et elle ne doute pas que dans bien des cas cette décision a été douloureuse et même dramatique. En réalité ce qui c’est produit a été et demeure profondément injuste; mais ne vous laissez pas aller au découragement, ne renoncez pas à l’espérance, le père de toute miséricorde vous attend pour vous offrir son pardon et sa paix. C’est à ce même père et à sa miséricorde qu’avec espérance vous pourrez confier votre enfant. » Fin de citation

La bienheureuse mère Thérésa de Calcutta, disait : « l’élément le plus destructeur de la paix est l’avortement. Parce que si une mère peut tuer son enfant, ne serait-t-il pas justifié pour moi de vous tuer, et pour vous de me tuer ? Vous combattez la guerre chez les autres nations, mais vous, vous tuez vos enfants, n’est ce pas de l’hypocrisie ? »

Vous vous croyez tout permis, hommes du gouvernement actuel de la France parce que vous exercez un pouvoir de plus en plus totalitaire et exclusif, tant dans les médias que dans les institutions concernant la famille et la santé publique. N’oubliez pas cependant que si vous échappez à la justice des hommes, vous n’échapperez pas à la justice de Dieu, devant laquelle tout homme croyant ou non, athée ou mal croyant, se trouvera au jour de sa mort.

Il est écrit le sort de l’homme est de mourir une seule fois et après vient le jugement (Hébreux IX)

De toute parole mensongère que les hommes auront prononcée, ils en rendront compte au jour du jugement. (Matthieu XII)

Et le livre de l’Apocalypse au chapitre XXI nous avertit: les lâches, les impies, les dépravés, les assassins, les idolâtres, leur sort se trouve dans l'étang brûlant de feu et de souffre, c’est la seconde mort elle est éternelle.

Jésus dans l’Évangile nous a averti et nous avertit encore : si vous ne vous convertissez pas vous périrez tous. Et sur la Croix, une de ses dernières paroles sera : Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.

 

Frères et sœurs dans la foi, hommes et femmes de bonne volonté, prions pour la conversion de ceux qui nous gouvernent.

Prions pour tous les pasteurs de l’Eglise.

Prions pour tous ceux qui ont des responsabilités importantes dans notre pays;

Prions pour la France, et prions pour notre propre conversion à Jésus Christ Seigneur et unique sauveur.

Je suis le Père Régis, je suis prêtre catholique, ingénieur centralien, fils et petit-fils d’officier de la légion d’honneur à titre militaire.

Merci de votre attention et priez pour moi.

 

Aurtre source de la "Lettre ouverte" du Père Jean-Régis Fropo : Paroisse Sainte Agathe La Réunion

Notes

 

[1] Peillon : "Je veux qu'on enseigne la morale laïque", JDD, 1 septembre 2012 | Mise à jour le 4 septembre 2012.

[2] Vincent Peillon a tenu ces propos (sans que jamais aucun journaliste ne lui demande de s'excuser) dans entretien video aux Editions du Seuil publié le 08 octobre 2008 pour la publication de son livre "La Révolution française n'est pas terminée". Dans cet entretien il dit : "On a laissé le moral et le spirituel à l'Eglise catholique. Donc il faut remplacer ça. [...] On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique. Comme on ne peut pas non plus acclimater le protestantisme en France comme on l'a fait dans d'autres démocraties, il faut inventer une religion républicaine. Cette religion républicaine, qui doit accompagner la révolution matérielle, mais qui est la révolution spirituelle, c'est la laïcité. Et c'est pour ça d'ailleurs qu'au début du XXe siècle, on a pu parler de foi laïque, de religion laïque, et que la laïcité voulait être la création d'un esprit public, d'une morale laïque, et donc l'adhésion à un certain nombre de valeurs."

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article

commentaires