Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 13:30

Mis à jour le 22 mars 2017.

Mon ministère, lorsque j'étais ministre, a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics.

Emmanuel Macron

L'affaire du délit de favoritisme d'Emmanuel Macron

L' "affaire" Pénélope Fillon ("PenelopeGate"), ainsi que celle des assistants parlementaires européens de Marine Le Pen tombent à pic durant cette campagne présidentielle 2017 pour plomber les candidats insuffisamment mondialo-compatible pour l'un, non compatible du tout pour l'autre (!), c'est-à-dire pour discréditer les uns et mettre les autres à l'abri :

 

"Je m'étonne de l'urgence subite donnée au traitement de cette affaire [...] pour aboutir à une convocation 40 jours avant l'élection présidentielle", a déclarée Marine Le Pen, avant de rappeler qu'elle a elle-même sollicité, dès le 18 février 2016, l'ouverture d'une information judiciaire pour pourvoir, notamment, accéder au dossier... (1)

Les convocations tombent, comme par hasard, six semaines avant la présidentielle...

 

Déconstruisons les déconstructeurs. Aujourd'hui, voici le deux poids deux mesures des "casseroles" s'agissant de la campagne présidentielle 2017. François Fillon, comme Marine Le Pen sont poursuivis par une caste politico-médiatique favorable à l'UE qui les accablent quodiennement devant une opinion publique pas toujours attentive aux manipulations.

 

Le Parquet National Financier (PNF) poursuit actuellement les deux principaux opposants à Emmanuel Macron. Tous les membres du PNF ont été nommés par François Hollande et Christiane Taubira. (2) Où est l'"indépendance" de la justice dont on nous rabat les oreilles depuis l'école primaire ?

 

Sur Christ-Roi, nous ne sommes pas contre le fait que le Parquet (ministère public de la justice) dépende du Souverain (c'est même une chose naturelle de la souveraineté que de ne pas se diviser...), seulement lorsque c'est le cas, on aimerait que la communication gouvernementale le dise au lieu de faire croire au Père Noël et à la fable des Lumières de la séparation des pouvoirs...

 

Ce Parquet soit-disant "indépendant", donc (sic), (c'est à mourir de rire) dépend directement... du ministère de la Justice, et il poursuit sans relâche François Fillon et Marine Le Pen, "tout en jetant astucieusement les pièces d’un dossier uniquement à charge en pâture aux vautours de médias serviles; l’un et les autres faisant fi du secret de l’instruction, des droits de la Défense et de la présomption d’innocence."

C'est un constat que fait Emilie Defresne pour Medias-presse.info, mais que nous faisons aussi !

L'affaire du délit de favoritisme d'Emmanuel Macron

Un personnage obscur n'a d'évidence qu'à descendre le pouce, appuyer sur le bouton, passer un coup de fil et la chasse à l'homme démarre.

 

Ceci pose tout de même un léger problème dans une soit-disant "démocratie" où la transparence n'existe pas...

 

Cependant que les macronistes se rassurent, tandis qu'ils peuvent tranquillement pavaner sur tous les plateaux, à l'abri de toute question indiscrète (!), les "journalistes" se garderont bien de les interroger sur le délit de favoritisme d'Emmanuel Macron !

 

Il est clair, ainsi, que les campagnes présidentielles des deux principaux adversaires de l’héritier du régime Hollande sont plombées.

 

Emmanuel Macron traine pourtant de nombreuses casseroles incomparablement plus graves.

 

Par exemple : les délits de favoritisme qui ont gravement atteint l’indépendance énergétique de la France, avec Alsthom (racheté par l'américain General Electric) ou la vente de SFR au magnat de la presse Patrick Drahi qui fait de ce dernier son obligé.

 

Add. Mercredi 22 mars 2017. Le scandale d’Alstom, de la haute trahison

 

Emmanuel Macron n’est toujours pas poursuivi alors que comme Secrétaire Général-Adjoint de l’Elysée et ensuite ministre de l’Économie il a favorisé, ses propres intérêts, des intérêts capitalistes et des intérêts étrangers contre les intérêts nationaux. Ainsi il a cédé aux Américains un pan capital de l’indépendance énergétique de la France: Alstom-Energie. « C’est un défaite catastrophique, nous avons été roulés dans la farine. Général Electric et les Américains ont eu absolument ce qu’ils voulaient, quand ils voulaient, et probablement en mettant moins d’argent et en rencontrant moins de difficultés que ce qu’ils avaient prévu. » Eric Dénécé, dans Spécial Investigation de Canal+

 

Macron est clairement désigné comme celui qui a été placé à Bercy en remplacement de Montebourg (qui avait verrouillé l’affaire par un décret), pour trahir les intérêts de la France au bénéfice des intérêts américains, dans l’émission de Canal+ Spécial Investigation:

Add. Lundi 13 mars 207. Emmanuel Macron. ... derrière la façade, il y a aussi quelques belles affaires, bien enveloppées, tapies sous les dossiers de la campagne. Des affaires sur lesquelles les juges rechignent pour le moment à se pencher. ... Il faudrait que David Pujadas en fasse l’ouverture de son journal. Ou que BFM TV, LCI et CNews se mettent à ouvrir les casseroles de M. Emmanuel Macron....

Le site Les Crises a ouvert un long dossier avec de multiples photocopies de documents, tendant à prouver qu’il y aurait eu malversations de la part de celui qui n’était pas encore candidat. Trois personnalités ont envoyé ce dossier à la Haute Autorité pour la transparence, en lui posant cette question : « Comment M. Macron a-t-il pu déclarer si peu en 2014 après avoir gagné trois millions d’euros ? » « Pour moi, il y a eu fausse déclaration, et c’est un délit pénal », a expliqué Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté, l’un des trois protestataires. « Nous sommes incompétents », lui fut-il répondu !

 

Pourquoi rien n’a bougé lorsque Charles de Courson, député UDI, s’est interrogé sur l’étrangeté d’un prêt sur dix ans de 550.000 euros effectué auprès de M. Henry Hermand (décédé en novembre 2016), l’un des nombreux amis milliardaires de M. Macron ? La presse s’est empressée de juger – et condamner – Fillon pour l’emprunt de 50.000 euros passé – et depuis remboursé – auprès de Marc Ladreit de Lacharrière, mais silence radio sur la trouvaille de M. de Courson…

 

> Source : L’envoûtante probité de M. Macron, Boulevard Voltaire, Floris de Bonneville, dimanche 12 mars

 

Aujourd'hui la nouvelle "affaire" c'était les costumes de luxe offerts par un ami à Fillon... une "infraction" à la déontologie de l'assemblée nationale (Libération)

L'affaire du délit de favoritisme d'Emmanuel Macron à la société Havas, tel que rapporté dans la presse écrite seulement mercredi 8 mars (alors que depuis deux mois circule l'affaire Fillon débutée par un article du Canard Enchaîné le 25 janvier 2017), dont les medias du grand courant ne parlent pas et sans qu'aucun journaux télévisés du soir n'en discutent...

Cette affaire est apparue mercredi 8 mars dernier, lorsque l'on a appris que le mouvement d'Emmanuel Macron "En Marche!" (arrière!... dans le socialio-mondialisme !) porterait plainte pour diffamation contre le chef de file des députés LR Christian Jacob, qui venait sur "France-Info", de tenir des propos iconoclastes contre Emmanuel Macron, en réclamant "que le PNF (parquet national financier) se saisisse rapidement" du dossier du déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas en 2016, qui a fait l'objet de soupçons de favoritisme, selon Le Canard enchaîné. L'élu LR déclara : "Ca va être intéressant de voir si Mme Houlette (procureur financier, ndlr) se précipite pour se saisir de cette affaire ou pas !"... Mais que n'a-t-il pas dit là !

 

Dans ce dossier, pourtant, l'inspection générale des finances (IGF), elle-même avait pointé le coût exorbitant d'une prestation événementielle confiée en janvier 2016 à la société Havas. (3)

 

Selon la source de l'information qui est "Le Canard enchaîné" du 8 mars, l’Inspection générale des finances s’est intéressée à un délit de favoritisme concernant l’organisation d’une soirée à Las Vegas (4), le 6 janvier 2016, où Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, fut ovationné par 500 entrepreneurs français dans le cadre du "Consumer Electronics Show" (CES) (bonjour l'anglicisme! Ndlr....) , un rassemblement planétaire pour tous les acteurs de l'innovation technologique organisé par "Business France" (organisme chargé soit-disant de la promotion de la "French tech", qui dépend de Bercy... le ministère de l'Economie et des Finances...) (on se demande si ces gens sont bien des Français ou des Anglais?!), et organisme soupçonné d'un délit de favoritisme. Autrement dit, c'est le ministère lui-même qui serait responsable de ce délit...

 

"Le parquet national financier a pris connaissance de l’article du Canard enchaîné. Il s’est rapproché de l’Inspection générale des finances pour obtenir plus d’informations. Dès que nous aurons plus d’éléments, nous envisagerons avec le parquet de Paris les suites éventuelles à donner", a indiqué un porte-parole du PNF.

 

Interrogée par le Figaro, l'IGF n'a pas souhaité réagir. (5) Comme ça c'est plus simple !

 

Depuis l'annonce de cette affaire dans la presse écrite, les grands medias télévisés n'en parlent pas, mais accablent chaque jour les soutiens de F. Fillon ou de M. Le Pen. Où est l'équilibre de la justice ?

 

Soupçon de délit de favoritisme pour l'organisme de promotion de la French Tech

 

L'hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné explique que "cette opération de séduction, montée dans l'urgence, à la demande expresse du cabinet du ministre, a été confiée à Havas par Business France, sans qu'aucun appel d'offres ait été lancé"... Elle aurait coûté "381.759 euros, dont 100.000 rien que pour l'hôtel, où la moindre chambre était facturée plus de 300 euros la nuit" !

Selon les conclusions de l'IGF, citées par le palmipède, "Business France" ou certains de ses salariés "pourraient être incriminés pour ‘favoritisme'".

 

Le délit de favoritisme a été introduit par la loi du 3 janvier 1991 relative à la transparence et à la régularité des procédures de marché. D'après une note du ministère de la Justice, "ce délit est né lors du mouvement de moralisation de la vie économique et financière et constitue un des délits regroupés dans le Code pénal à la section 'des manquements au devoir de probité'". "Le délit de favoritisme protège l'impératif de probité des élus et agents publics tout en assurant le respect des règles de concurrence nécessaires au bon fonctionnement des marchés", conclut la place Vendôme. … Il y a délit de favoritisme quand "l'avantage injustifié a été octroyé en violation d'une disposition législative ou réglementaire garantissant la liberté d'accès et l'égalité des candidats dans l'attribution des marchés publics et délégations de services publics".

 

Or, d'après les révélations du Canard enchaîné, les conclusions de l'enquête de l'IGF tendraient à prouver qu'il n'y a eu aucun appel d'offres dans l'organisation de cette soirée à Las Vegas, qui a été automatiquement confiée à Havas...

 

Soupçon de complicité et de recel pour Havas

 

Selon les conclusions de l'IGF, Havas France ou ses dirigeants pourraient quant à eux être poursuivis "au titre de la complicité ou du recel".

 

Le délit de favoritisme est puni de 30.000 euros d'amende et 2 ans d'emprisonnement...

 

Le Code pénal dispose que les atteintes à la liberté d'accès et à l'égalité des candidats dans les marchés publics et les délégations de service public sont punies de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

 

Joint par Le Figaro, l'avocat Stéphane Babonneau précise qu'"il y a visiblement eu une dizaine de jours entre le moment de la demande et celui de l'octroi du contrat à Havas [...] Il n'était simplement pas possible d'organiser un appel d'offres dans un délai aussi réduit. Il existe bien des dérogations pour des commandes très urgentes, mais celles-ci concernent, par exemple, la santé publique ou la défense, pas l'organisation d'une soirée à Las Vegas", ajoute ce spécialiste du droit pénal des affaires.

 

Quant au gouvernement, un ténor de la Socialie, le sinistre de l'économie Michel Sapin est venu à la rescousse de son ex-collègue de l'Economie, ce même mercredi 8 mars : "non, Emmanuel Macron ne serait pas suspect de favoritisme à propos de l’organisation d’une soirée à Las Vegas en 2016 sans qu’il y ait eu d’appel d’offres." Le gouvernement par la voix de Michel Sapin, a démenti mercredi 8 mars cette information du Canard Enchaîné... C'est un article de "Ouest-France" qui l'indique. (6)

 

"Mon ministère, lorsque j'étais ministre, a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics", a expliqué Emmanuel Macron.

 

"M. Macron n'est absolument pas concerné par ces soupçons", a-t-on souligné dans l'entourage du candidat d'"En Marche" (arrière... !)

 

"Je n'ai pas pris connaissance de cela, mais je ne pense pas que ce soit mon ministère qui ait organisé un événement sans appel d'offres", a réagi Emmanuel Macron lors d'un déplacement aux Mureaux (Yvelines).

 

"Je pense que ça peut être des agents de l'Etat ou en tout cas des entités publiques, mais je demande à vérifier les faits", a-t-il poursuivi avant de conclure : "Mon ministère, lorsque j'étais ministre, a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics". C'est un article de Lci qui rapporte ce propos d'Emmanuel Macron... (7)

L'affaire du délit de favoritisme d'Emmanuel Macron

Voici donc le résultat d'une petite investigation sur le sujet.

Pour le moment le Parquet National Financier ne juge pas utile de poursuivre…

Quant aux chaines d'information en continue, qu'elles fassent le boulot pour lequel elles sont payées, qu'elles se gardent d’approfondir le sujet ! Qu'elles se gardent d'en informer les citoyens !

 

Vous avez dit "égalité" devant la campagne présidentielle ?

Add. Mardi 14 mars 207 : Alors que nous apprenons que F. Fillon a été mis en examen ce mardi 17 mars pour "soupçons d'emplois fictifs", le parquet a ouvert hier lundi 13 mars une enquête préliminaire pour favoritisme dans l'affaire du délit de favoritisme dans le déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas. Cette soirée, organisée par Havas pour 380 000 euros, n'avait pas fait l'objet d'un appel d'offre, avait révélé le Canard Enchaîné.

À ce stade, selon les informations de France Inter, le candidat d'En Marche n'est pas directement visé. Dans le camp d'Emmanuel Macron, on estime que cette enquête "concerne Business France et Havas". L'enquête a été confiée à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales

http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/deplacement-d-emmanuel-macron-a-las-vegas-le-parquet-ouvre-une-enquete-preliminaire-pour-favoritisme_2096957.html

http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/deplacement-d-emmanuel-macron-a-las-vegas-le-parquet-ouvre-une-enquete-preliminaire-pour-favoritisme_2096957.html

Sources

 

(1) Ce que Marine Le Pen a écrit aux juges pour refuser sa convocation, Le Figaro, Par Marc de Boni Mis à jour le 10/03/2017 à 09:27 Publié le 10/03/2017 à 08:49

Dans l'"affaire" de l'assistant parlementaire européen de Marine Le Pen, Florian Philippot (FN) a fait savoir sur CNEWS (05/03/17) qu'elle ne répondrait pas aux convocations compte tenu qu'elle avait demandé par courrier un an auparavant le 18 février 2016, l'ouverture d'une enquête judiciaire pour faire la clarté et ne reçut alors aucune réponse.

(2) Qui a dit que la Justice doit être juste et indépendante? Photo des membres du Parquet National Financier qui poursuit Fillon et Marine Le Pen, Medias-Presse.info, — par Emilie Defresne — 10 mars 2017

(3) Soupçon de favoritisme : En Marche! va porter plainte contre Christian Jacob, Le Figaro, Par Marcelo Wesfreid Publié le 08/03/2017 à 17:10

(4) Soupçons de favoritisme liés à la visite de Macron à Las Vegas : le parquet dit attendre « plus d’informations », Le Monde | 08.03.2017 à 13h33 • Mis à jour le 08.03.2017 à 18h01

(5) Macron : soupçon de favoritisme autour d'un déplacement à Las Vegas, Par Alexis Feertchak Mis à jour le 09/03/2017 à 09:42 Publié le 08/03/2017 à 11:49

(6) Soupçon de favoritisme à Las Vegas. Macron "hors de cause" selon Bercy, Ouest-France, Modifié le 08/03/2017 à 12:28 | Publié le 08/03/2017 à 12:28

(7) Soupçons de favoritisme : le déplacement d'Emmanuel Macron au CES de Las Vegas en 2016 dans le viseur, 08 mars 06:33 La rédaction de LCI

Partager cet article

Repost 0

commentaires