Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 12:27

A l'occasion de la sortie de son essai "Le dérèglement moral de l'Occident" (éd. Le Cerf, 2017), le philosophe et docteur en science politique Philippe Bénéton a accordé un entretien au Figaro. Dans cet entretien il s'interroge sur les causes du "dérèglement moral" de l'Occident qu'il lie bien avec la "crise des démocraties modernes", mais il ne parvient pas à établir le lien étroit entre les principes de la démocratie moderne et le dérèglement moral qu'il condamne. Au contraire, il en appelle à trouver un équilibre libéral-conservateur entre liberté et enracinement.

 

Or cette méthode a été essayée plusieurs fois depuis deux siècles, à de multiples reprises, de différentes manières dans des compromis successifs et différents régimes politiques qui tous voulaient précisément concilier libéralisme et christianisme, droits de l'homme de 1789 et ordre moral... Et à chaque fois cela cela n'a pas fonctionné, cela a été improductif et a toujours conduit au même dérèglement moral. C'est qu'il doit y avoir une contradiction entre christianisme et libéralisme politique. Et c'est un peu comme vouloir mélanger l'eau et le vinaigre : assembler deux ensembles disparates, cela ne fonctionne jamais.

 

Voici néanmoins une partie du raisonnement de Philippe Bénéton qui a une valeur pour ce qu'il désigne comme la conséquence de la crise des démocraties libérales que nous traversons : le "dérèglement moral" :

Comment expliquez-vous la crise des démocraties libérales que nous traversons? Est-elle liée à ce que vous appelez «le dérèglement moral de l'Occident»?

 

"Oui, il me semble.

 

[...] [D]'un côté notre modernité tardive se targue d'une libération morale: à chacun ses valeurs, chaque individu est souverain, vive la liberté, à bas le vieil ordre moral! Mais de l'autre, elle entend définir la bonne et la mauvaise manière de vivre et de penser. ... La faute n'a pas disparu, elle s'est déplacée. Désormais, le «Mal» est clairement circonscrit, il se concentre, il se resserre, il est tout entier dans les atteintes à l'égale liberté, c'est-à-dire dans les formes diverses que peuvent prendre les «péchés» de discrimination ou d'intolérance. Plus précisément, le «Mal» s'incarne dans les mots ou les actes convaincus, à tort ou à raison, de racisme, de sexisme, d'élitisme, de xénophobie, d'«homophobie», ou d'une quelconque attitude judgemental ou offensive . Ces nouvelles règles pointent vers une division morale de l'humanité: d'une part les représentants du nouveau monde, les hérauts d'une société ouverte ou avancée, les progressistes, les modernes, les féministes..., d'autre part, les rétrogrades du vieux monde, les partisans d'une société close ou tribale, les tenants du vieil ordre moral, les conservateurs ou ultra-conservateurs, les réactionnaires, les populistes, les xénophobes ou pire encore, bref les amis et les ennemis de l'humanité. Cette vision manichéenne ne joue certes pas en faveur de la liberté."

 

Avec le féminisme, Philippe Bénéton donne un exemple de dérèglement moral causé par le libéralisme sociétal et qui aboutit à l'inverse du but fixé au départ (on pourrait compléter la liste avec les droits de l'homme de 1789 qui aboutissent aujourd'hui au retour à la barbarie. Ndlr.) : "Le féminisme qui milite pour l'égalité des droits est parfaitement raisonnable. Ce qui est en cause est ce féminisme radical qui, en accord avec l'esprit du temps, tend à dépouiller la nature pour remplir la corbeille de la volonté." Lorsque le droit se propose de contester la nature elle-même, il est dans l'erreur et conduit à l'inverse du but qu'il s'était fixé.

 

"Ce féminisme qui nie des réalités qui crèvent les yeux aboutit de facto à des résultats contraires à ses intentions affichées, explique justement le philosophe. Puisque les femmes sont en tout ou presque semblables aux hommes, elles ne méritent nullement des égards particuliers. L'identité fictive entre les sexes lève les scrupules et les coutumes qui bornaient l'esprit prédateur des mâles. La camaraderie sexuelle où le commerce des corps est chose innocente, est présentée comme une libération. En fait, elle satisfait une immémoriale aspiration masculine et elle s'exerce sur un fonds de brutalité."

 

Les libertés individuelles et les droits de l'homme sont-ils suffisants pour résister à la menace islamiste? Philippe Bénéton répond justement que "notre monde occidental est vulnérable en raison de la crise morale qu'a entraînée la nouvelle "morale'. L'un des effets les plus frappants de cette crise est que beaucoup de jeunes gens et aussi d'adultes errent à la recherche de qui ils sont, ou pour parler le langage d'aujourd'hui qu'ils éprouvent une crise d'identité. [...] Mais quel est ce Moi insaisissable? Où s'accrocher quand les rôles traditionnels (de fils, de père, de mari...) ont perdu leur force? À quoi se dévouer, se donner quand tout se vaut? Qu'est-ce qui mérite d'être respecté quand la grossièreté et la vulgarité dégoulinent sur les écrans? Que faut-il opposer aux fanatiques de l'Islam qui dénoncent cet Occident qui n'est que débauche et faiblesse, qui exhibe des corps en rut et ne voit rien qui mérite de risquer sa vie?

 

Questionné sur le point de savoir s'il est "nostalgique" de l'Ancien Régime et du "pouvoir de l'Eglise", l'auteur répond : " voilà une question qui porte sur mes intentions ou mes sentiments et donc qui détourne des seules questions qui importent - l'interprétation proposée est-elle juste ou non? Mais puisque nous sommes entre gens de bonne compagnie, j'ajouterai ceci: je n'ai guère de nostalgie de cette sorte, je me définis comme libéral-conservateur, au sens où Tocqueville l'était. Libéral parce que rallié aux premiers principes modernes (l'égalité de droit, les libertés publiques), conservateur parce que soucieux de préserver au sein du monde moderne l'enracinement, l'attachement, les qualités morales et spirituelles. L'idéal libéral-conservateur est celui-ci: la liberté et de bonnes mœurs. Il y a de quoi faire."

 

Or, libéralisme politique moderne et libéralisme sociétal vont de paire. De sorte qu'il est utopique de vouloir conserver un ordre moral tout en prônant la démocratie moderne. Comme l'a bien montré le philosophe Maxence Hecquard, les fondements philosophiques de la démocratie moderne se débarrassent "de l'idée d'un ordre de la nature voulu par un Premier Moteur intelligent où chaque être a sa finalité propre". Ils ne vont "pas sans effets pervers qui se développent au cours de siècles : individualisme, liberté laissée à la subjectivité de chacun", etc. Et ces fondements philosophiques modernes conduisant au dérèglement moral, les dirigeants en viennent à adopter des lois totalitaires.

La démocratie moderne et le dérèglement moral de l'Occident

Source: Philippe Bénéton : «Le monde occidental ne sait plus qui il est», Par Philippe Bénéton, Le Figaro, Publié le 10/02/2017 à 18:01

Partager cet article

Repost 0

commentaires