Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

29 novembre 2023 3 29 /11 /novembre /2023 10:59
Prêtre : l'approbation par le pape François de la communion pour les adultères n'est pas un "magistère authentique", mais une erreur

Le modernisme et le relativisme ont trompé le pape François, car il est absolument impossible que son innovation Amoris laetitia constitue un "magistère authentique", qui ne peut exister avec une éthique situationnelle.

 

Source : https://www.lifesitenews.com/opinion/pope-francis-communion-adulterers-magisterium/?

 

Mar 28 novembre 2023 - 19 h 23 HNE

 

( LifeSiteNews ) — Ce qui suit est une lettre ouverte du Père Jesusmary Missigbètò. Ses écrits précédents peuvent être consultés  ici .

 

(Traduction française Blog Christ Roi)

 

Cher père,

Que Jésus-Christ, Notre Dieu et Seigneur, Sagesse Suprême et Roi de l'Univers, vous bénisse abondamment ! Ma lettre ouverte du 18 novembre 2023 annonçait la lettre d'aujourd'hui, qui sera une justification philosophique expliquant, avec humilité et respect, pourquoi Mgr Joseph Strickland a eu raison de critiquer publiquement les erreurs morales et doctrinales de votre magistère.

 

LIRE : Un prêtre dit au pape François : « Mgr Strickland a le droit et le devoir de vous corriger publiquement »

 

Que sainte Catherine d'Alexandrie, patronne des philosophes, dont c'est la fête, obtienne de Jésus le Saint-Esprit, qui nous aidera à méditer les lignes suivantes ! Puisse cette lettre nous aider à mieux comprendre la triste situation de l'Église aujourd'hui où le pape François a présenté comme "magistère authentique" ce qui en réalité ne l'est pas ! Pour mieux expliquer le problème, on peut utiliser un conte de Hans Christian Andersen (1805-1875) qui fera office de parabole…

A. Les habits neufs de l'Empereur

Il y a de nombreuses années, vivait un empereur qui aimait les vêtements neufs plus que tout… Un jour, arrivèrent deux escrocs qui prétendaient être tisserands et pouvoir tisser le plus beau tissu imaginable… mais les vêtements confectionnés auraient l'étonnante propriété d'être invisibles pour ceux qui n'étaient pas adaptés à leurs fonctions ou qui étaient tout simplement stupides… Ils installèrent deux métiers à tisser mais firent semblant de travailler, car il n'y avait absolument aucun fil sur le métier. Ils demandaient la soie la plus fine et l'or le plus précieux qu'ils gardaient pour eux, et restaient sur leurs métiers vides, jusque tard dans la nuit.

"Je voudrais savoir où ils en sont avec le tissu", se dit l'empereur… "J'enverrai mon vieux et honnête ministre chez les tisserands."… Alors le vieux et bon ministre se rendit à l'atelier où les deux des escrocs étaient assis, travaillant sur leurs métiers à tisser vides… "Mon Dieu ! il pensa : 'Suis-je stupide ?… Serais-je inapte à mon travail ? Non, je ne dois pas dire que je ne vois pas le tissu.'" "Bien, qu'en pensez-vous?" demanda l'un des tisserands. "Oh, c'est beau, la plus belle chose !" répondit le vieux ministre… "Ce motif et ces couleurs ! Je ne manquerai pas de dire à l'empereur que j'aime tout cela !"… L'empereur envoya bientôt un autre fonctionnaire honnête pour voir comment les travaux avançaient… "Oui, c'est tout à fait merveilleux ! il l'a dit à l'empereur… et l'empereur voulait le voir de ses propres yeux… "Comment ! pensa l'empereur, 'Mais je ne vois rien ! Quelle horreur ! Suis-je stupide? Ne suis-je pas fait pour être empereur ? Ce serait la chose la plus terrible qui puisse m’arriver.'" "Magnifique, ravissant, parfait !" dit-il enfin : "Je donne ma plus haute approbation !…"

Tous les membres de la suite qui l'avaient accompagné regardaient ; mais comme pour les autres, rien ne leur apparut et ils dirent tous, comme l'empereur : "C'est vraiment très beau !"… L'empereur ôta tous ses beaux vêtements et les escrocs firent semblant de lui enfiler chaque morceau du vêtement neuf. … Les chambellans qui devaient porter la traîne du manteau de cour tâtonnaient le sol avec leurs mains, faisant semblant d'attraper et de soulever le train… C'est ainsi que l'empereur marchait devant le cortège sous le magnifique dais, et tout le monde dans la rue ou à leur fenêtre disait : "Les habits neufs de l'empereur sont admirables ! Quel beau manteau à traîne, comme il est magnifiquement étalé ! Personne ne voulait laisser entendre qu'il n'avait rien vu, car cela aurait montré qu'il était incapable dans sa fonction ou simplement stupide. Aucun nouvel habillement d'empereur n'avait jamais connu autant de succès.

"Mais il n'a pas de vêtements du tout !" cria un petit enfant dans la foule. "Écoutez la voix de l’innocence !" dit le père ; et chacun murmurait à son voisin ce que l'enfant avait dit. Alors toute la foule se mit à crier : "Mais il n’a aucun vêtement !" L'empereur frissonna, car il lui semblait que le peuple avait raison, mais il se dit : "Maintenant, je dois tenir bon jusqu'à la fin de la procession." Ainsi le cortège continua son chemin, et les chambellans continuèrent à porter le train qui n'existait pas.

B. Les nouveaux habits du pape François et le drame de l'Église d'aujourd'hui

Ô mon Père, analysons maintenant le récit précédent en l'appliquant à la réalité actuelle de notre Église. L'outil philosophique adapté à cette tâche est la phénoménologie d'Edmund Husserl (1859-1938). Elle consiste à observer attentivement les faits et à les analyser objectivement sans préjugés afin d'en arriver à leur contenu essentiel. On comprendra alors mieux le drame que vit l'Église du pape François.

Ô mon Père, le 19 mars 2016, dans l'exhortation apostolique post-synodale Amoris laetitia, vous parliez des divorcés "remariés" dans les termes suivants : "dans de telles situations, beaucoup de personnes, connaissant et acceptant la possibilité de vivre 'en frères et sœurs' que leur offre l'Église, soulignent que si certaines expressions d'intimité font défaut, ''il arrive souvent que la fidélité soit mise en danger et que le bien des enfants en souffre'' (note 329). Le 5 septembre 2016, avec quelques évêques argentins, vous avez déclaré que "l’engagement de vivre dans la continence peut être proposé. Amoris laetitia n'ignore pas les difficultés de cette option… l'option mentionnée pourrait, en effet, ne pas être réalisable" (Lettre des évêques de la Région pastorale de Buenos Aires, 5-6). Le 5 juin 2017, vous avez ordonné au cardinal Pietro Parolin de publier la lettre des évêques argentins (contenant les trois phrases ci-dessus) dans les archives officielles du Vatican, en les présentant comme "Magisterium Authenticum" (Acta Apostolicae Sedis 108 ; pp. 1071-1074 ; www .vatican.va/archive/aas/documents/2016/acta-ottobre2016.pdf).

 

Ô mon Père, à quand remonte la dernière fois que nous avons vu un pape affirmer que la vertu de chasteté est une option et présenter la fidélité et le bien des enfants comme excuses pour commettre l'adultère ou la fornication, des actes intrinsèquement et moralement mauvais ? Jamais! Depuis quand un pape présente-t-il cela comme un "magistère authentique" ? Jamais! Il existe de nombreuses publications démontrant le relativisme et l’éthique situationnelle contenus dans votre "magistère authentique", et elles montrent clairement qu’en réalité un tel magistère n’existe pas (cf. Lettre ouverte au Collège des cardinaux, 29 juin 2016 ; Correction filiale au pape François, 16 juillet 2017 ; Lettre ouverte aux évêques, avril 2019 ; Les inquiétudes sans réponse concernant Amoris Laetitia : Pourquoi l'exhortation apostolique reste un danger pour les âmes, 29 septembre 2021 ; Défendre la foi contre les hérésies actuelles, Arouca Press, 2021 ; Tradimento della sana dottrina attraverso "Amoris laetitia", Tullio Rotondo, Youcanprint, 2022 ; ma lettre ouverte sur Amoris laetitia, 8 décembre 2021 ; ma correction filiale, 29 juin 2023, etc.).

 

À LIRE : Un célèbre philosophe catholique (Dr Joseph Seifert) prévient que le pape François "détruit les fondements de la foi et de la morale"

 

Ô mon Père, la chasteté est-elle une option, OUI ou NON ? La vérité est une et immuable, et il n’y a pas 10 000 réponses à cette question, mais une seule : NON ! Tous les fidèles catholiques le savent, y compris le dernier baptisé ayant un minimum de formation chrétienne orthodoxe. Les non-catholiques ayant une connaissance minimale de la loi morale naturelle et de l’enseignement catholique le savent aussi. Pourtant, vous avez répondu OUI à cette question et, malheureusement, depuis 2016, vous vous entêtez à maintenir cette réponse, refusant de reconnaître officiellement que vous avez commis une erreur grave. Pourtant, il est clair que ce que vous avez déclaré être un ''magistère authentique'' est une chimère, une illusion, une fiction, un vêtement invisible.

 

Ô mon Père, comme l'empereur du conte d'Andersen, le pape François aime la nouveauté théologique et morale : il est "le pape non traditionaliste", ou "le pape progressiste", ou "le pape de la nouveauté". Malheureusement, le modernisme et le relativisme l'ont approché et l'ont encouragé à rejeter les vieux vêtements des enseignements traditionnels rappelés par saint Jean-Paul II et Benoît XVI. Puis ils lui ont fait croire qu’en utilisant le tissu de l’éthique situationnelle, il serait capable de donner à la papauté une nouvelle splendeur avec de nouveaux vêtements. Le premier vêtement réalisé fut Amoris laetitia. En fait, le modernisme et le relativisme ont trompé le pape François, car il est absolument impossible que ces nouveaux vêtements invisibles constituent un "magistère authentique". Un tel magistère ne peut exister avec une éthique situationnelle. Sans la soie fine qu’est l’enseignement traditionnel de l’Église et l’or précieux qu’est la vérité, aucun « magistère authentique » n’est possible.

 

Ô mon Père, le 5 juin 2017, en ordonnant au cardinal Pietro Parolin que la démarche d'Amoris laetitia envers les divorcés "remariés" soit enregistrée dans les archives officielles du Vatican, vous avez voulu confirmer à tous les chrétiens que vous portiez un véritable vêtement, un "magistère authentique" : "Magnifique, ravissant, parfait !… J’approuve !" Et le 11 janvier 2018, Parolin, comme le vieux ministre du conte d'Andersen, déclare publiquement dans une interview que ce "magistère authentique" est un nouveau vêtement, un "nouveau paradigme", et qu'en plus, ce vêtement est splendide : "Oh, c'est beau, la plus belle chose !"

 

À LIRE : Les cardinaux Burke et Müller condamnent le soutien du pape François aux "bénédictions" pour les personnes de même sexe et à la communion pour les adultères

 

Ô mon Père, le cardinal Walter Kasper, comme le fonctionnaire du conte d'Andersen, est apprécié du pape François, qui n'a pas hésité à le louer publiquement (21 février 2014). Kasper, le cerveau derrière l'innovation Amoris laetitia concernant les divorcés "remariés", a encouragé François à porter publiquement son "magistère authentique" invisible : "Oui, c'est tout à fait merveilleux ! Mais il est dommage que François n'ait pas tenu compte de l'avertissement donné par Notre-Dame d'Anguera il y a de nombreuses années : "Walter Kasper : voici, à cause de lui beaucoup mourront" (2.570, 3 septembre 2005).

 

Ô mon Père, le 13 juillet 2017, lors d'une conférence en Irlande, le Cardinal Christoph Schönborn a révélé qu'il vous avait rencontré peu après avoir fait la présentation publique d'Amoris laetitia (8 avril 2016). Vous l'avez remercié et lui avez demandé si le document était orthodoxe : "J'ai répondu : 'Saint-Père, il est tout à fait orthodoxe''. Quelques jours plus tard, vous lui avez envoyé un mot disant : "Merci pour ce mot. Cela m’a réconforté. Comme le soulignait le journaliste américain Philip Lawler, "l'anecdote du cardinal Schönborn nous offre un tableau étonnant : le successeur de saint Pierre – celui dont le devoir solennel est de garder le dépôt de la foi – demande à un autre prélat si son propre enseignement est orthodoxe. Et il est réconforté d’entendre une réponse affirmative. En savoir plus : Le pape François consulte le cardinal Schönborn – l'un de ses proches conseillers et théologien respecté – et cherche à s'assurer que son enseignement est orthodoxe, après la publication du document. (Culture catholique, 17 juillet 2017).

 

Ô mon Père, vous, vos ministres et vos fonctionnaires avez amené les chrétiens à croire que la repentance des péchés graves n'est pas nécessaire pour certaines personnes (relativisme) et dans certaines situations (éthique de situation). Mais la réalité est qu’il s’agit d’un venin qui va progressivement tuer la moralité. Voici quelques-unes des déclarations erronées que vous avez inspirées : "il existe des situations complexes où le choix de vivre 'en frères et sœurs' devient humainement impossible et donne lieu à un plus grand préjudice" (Cardinal Mario Grech, Mgr Charles Scicluna, Critères de candidature du chapitre VIII d' Amoris Laetitia, 14 janvier 2017) ; "si l'engagement de vivre en frère et sœur…. donne lieu à des difficultés, les deux concubins ne semblent pas obligés en soi" (Cardinal Francesco Coccopalmerio, Il Capitolo Ottavo della Esortazione Apostolica Post Sinodale Amoris Laetitia, 14 février 2017).

 

Ô mon Père, certains cardinaux, évêques, prêtres et laïcs ont analysé votre innovation Amoris laetitia pour les divorcés "remariés" et ont eu des doutes sur l'existence d'un "magistère authentique" qu'ils ne voient pas. Malheureusement, ils n’ont pas eu le courage de dire la vérité, de peur de perdre leur position ou parce qu’ils ne voulaient pas paraître stupides et incapables de justifier l’absence d’un "magistère authentique". Ils ont donc choisi de se taire ou de devenir des chambellans qui portent la traîne de ce vêtement invisible et répètent le discours officiel : "Les habits neufs de l'empereur sont admirables !" De nombreux laïcs, prêtres, évêques, cardinaux et médias n’ont pas eu le temps d’analyser Amoris laetitia en détail. Ils ont donc suivi le discours officiel, et depuis 2016, ils répètent : "Les habits neufs de l'empereur sont admirables !" La liste de vos disciples et admirateurs est longue et ne peut être contenue ici. Aucun nouveau magistère d'un pape n'a bénéficié d'une telle publicité médiatique : "Aucun nouvel habillement d'empereur n'a jamais connu un tel succès."

 

À LIRE : Mgr Aguer : le mauvais traitement du pape François envers le clergé révèle un « manque de justice et de charité »

 

Ô mon Père, nombreux sont les chrétiens aujourd'hui qui doutent du discours officiel et se méfient de ton innovation Amoris laetitia. Ils connaissent les vêtements anciens des papes, le magistère traditionnel, et ils ont été surpris par ce qu’ils ont vu : "L’empereur ôta tous ses beaux vêtements". Ces chrétiens sont moralement et doctrinalement confus car ils ne perçoivent pas une continuité totale entre le magistère traditionnel et le nouveau magistère de François. Au contraire, ils voient des points de rupture. Ils sont donc troublés et consternés : que faire ? Quoi dire? En réalité, la meilleure chose à faire est de suivre les conseils de Jésus-Christ, notre Fondateur : "Amen, je vous le dis, si vous ne vous convertissez et ne devenez comme des enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux" (Matthieu 18 : 3).

 

Ô mon Père, nous devons remercier Dieu pour les chrétiens (cardinaux, évêques, prêtres, professeurs d'université, experts en théologie et en morale, journalistes, etc.) qui ont eu un cœur d'enfant et la voix de l'innocence et qui ont été sincères quant à la non-existence de votre "magistère authentique" : "Mais il n'a pas de vêtements du tout ! Par exemple : Walter Brandmüller, Raymond Leo Burke, Carlo Caffarra, Joachim Meisner, Carlo Maria Viganò, Athanasius Schneider, Héctor Rubén Aguer, Charles Chaput OFM Cap., Stanislaw Gadecki, Bernard Fellay, Marian Eleganti, Antonio Livi, Aidan Nichols OP, Thomas Weinandy OFM Cap., José Luis Aberasturi, Jorge González Guadalix, Gerald Murray, Nick Donnelly, Roberto de Mattei, Robert Spaemann, John Rist, Gerard van den Aardweg, Josef Seifert, Matteo D'Amico, Claudio Pierantoni, Robert Hickson, George Weigel , Martin Mosebach, Corrado Gnerre, Peter Kwasniewski, Stefano Fontana, Giovanni Zenone, John Lamont, Anna Silvas, Matt Gaspers, Joseph Shaw, Ettore Gotti Tedeschi, José Arturo Quarracino, Francisco José Fernández de la Cigoña, Vittorio Messori, Sandro Magister, Marco Tosatti, Aldo Maria Valli, Antonio Socci, Riccardo Cascioli, Robert Royal, Philip Lawler, Edward Pentin, John-Henry Westen, Maike Hickson, Elizabeth Yore, Michael Matt, Raymond Arroyo, Georges Buscemi, Jeanne Smits, Eric Sammons, Robert Siscoe, Luisella Scrosati, Bruno Moreno, etc. De nombreux chrétiens accoururent alors "et chacun murmura à son voisin ce que" les chrétiens au cœur d'enfant avaient dit. Alors toute une foule de chrétiens se mit à crier : "Mais il n’a pas de vêtements du tout !"

 

Ô mon Père, tu étais troublé à ce moment-là : "L'empereur frissonna, car il lui semblait que le peuple avait raison." Qu'est-ce que tu as fait alors? Êtes-vous rapidement revenu aux vieux habits du magistère traditionnel rappelés par saint Jean-Paul II et Benoît XVI ? Non! Au lieu de cela, vous avez décidé de continuer sur la voie des erreurs morales et doctrinales. Étonnamment, vous avez même demandé au modernisme et au relativisme de vous confectionner de nouveaux vêtements invisibles qui puissent servir de "magistère authentique". Nous les examinerons attentivement dans ma prochaine lettre ouverte. En fait, vous comptez rester sur cette voie hérétique jusqu’à la fin de votre pontificat : "Maintenant, je dois tenir bon jusqu’à la fin de la procession".

 

Ô mon Père, plusieurs de vos ministres et fonctionnaires ont décidé de vous accompagner sur ce chemin : "Ainsi le cortège continua son chemin et les chambellans continuèrent à porter le train, qui n'existait pas." Par exemple : Pietro Parolin, Walter Kasper, Francesco Coccopalmerio, Lorenzo Baldisseri, Josef de Kesel, Christoph Schönborn, Agostino Vallini, Luis Francisco Ladaria Ferrer SJ, Matteo Maria Zuppi, Marcello Semeraro, Blase Cupich, Reinhard Marx, Óscar Maradiaga, Joseph Tobin C. .Ss.R., Kevin Farrell, Wilton Gregory, Robert McElroy, José Tolentino de Mendonça, Jean-Claude Hollerich SJ, Peter Turkson, Mario Grech, Charles Scicluna, Víctor Manuel Fernández, Johann Bonny, Bruno Forte, Sergio Alfredo Fenoy, Karl-Heinz Wiesemann, Vincenzo Paglia, Felix Gmür, Mario Delpini, Heiner Koch, Joseph Maria Bonnemain, Timothy Radcliffe OP, Antonio Spadaro SJ, Thomas Reese SJ, James Martin SJ, Gilfredo Marengo, Maurizio Chiodi, Philippe Bordeyne, Austen Ivereigh, Rafael Luciani, etc. Le 13 juillet 2023, le cardinal Dominik Duka OP et la Conférence épiscopale tchèque ont exprimé leurs doutes sur le sens de cette procession. Le 25 septembre 2023, le cardinal Víctor Manuel Fernández, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, les a invités sans hésitation à se joindre à la procession.

 

Ô mon Père, ta décision de continuer à porter tes nouveaux vêtements invisibles est-elle vraiment raisonnable ? Évidemment pas! C'est Jésus qui le dit et qui vous encourage à récupérer l'or précieux qu'est la vérité et les vêtements blancs qui sont les enseignements traditionnels de l'Église : "je te le conseille : achète chez moi, pour t’enrichir, de l’or purifié au feu, des vêtements blancs pour te couvrir." (Apocalypse 3 : 18). Avez-vous suivi ce conseil ? Non! Au contraire, le 11 novembre 2023, vous avez puni la voix noble et sincère d'un enfant qui vous aime et qui voulait vous rappeler le conseil donné par Jésus : Mgr Joseph Edward Strickland !

 

Le P. Janvier Gbénou (nom de plume : Père Jesusmary Missigbètò)

Partager cet article
Repost0

commentaires