Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 20:50

``nous ne trouvons pas un avantage supplémentaire des confinements à domicile et des fermetures d'entreprises ''

 

Thu Jan 14, 2021 - 1:34 pm EST

L'image sélectionnée

LifeSiteNews

 

STANFORD, Californie, 14 janvier 2021 ( LifeSiteNews ) - Une nouvelle étude compilée par des experts de l'Université de Stanford a révélé que de sévères restrictions de verrouillage, telles que les confinements à domicile et la fermeture d'entreprises, n'ont pas "d'avantages clairs et significatifs" pour empêcher la propagation du COVID-19, et peut en fait augmenter les taux d'infection.

 

Les confinements nationaux ou à l'échelle de l'État ont été la tactique de choix des gouvernements depuis l'émergence du COVID-19, mais de nouvelles recherches révèlent que des mesures aussi drastiques et draconiennes ne sont, au mieux, pas efficaces.

 

Intitulé "Évaluation des effets du confinement obligatoire à domicile et de la fermeture d'entreprise sur la propagation du COVID-19", l'article a été publié le 5 janvier de cette année, par le Dr Eran Bendavid et le professeur John Ioannidis, avec Christopher Oh et le Dr. Jay Battacharya, l'un des trois auteurs de la déclaration de Great Barrington. Tous les quatre sont basés dans divers départements de l'Université de Stanford, notamment le Département de médecine, le Center for Health Policy et le Center for Primary Care and Outcomes Research, et le Département d'épidémiologie et de santé de la population.

 

Les auteurs ont étudié l'effet des "interventions non pharmaceutiques (INP)", en discernant entre "les IPN plus restrictives (mrNPI)" et "les IPN moins restrictives (lrNPI)".

 

Les verrouillages, les confinements à domicile et les fermetures d'entreprises ont tous été désignés comme "certaines des politiques NPI les plus restrictives" dans le document.

 

Aucune preuve d'efficacité du verrouillage `` dans aucun pays ''

 

Sur la base des résultats tirés de pays où des IPN très restrictifs ont été utilisés, par rapport à des pays avec seulement des restrictions légères, l'étude n'a trouvé "aucun effet bénéfique clair et significatif des IPMr sur la croissance des cas dans aucun pays".

 

Quant à savoir si les verrouillages printaniers de 2020, c'est-à-dire les mrNPI, ont fait baisser les taux d'infection, l'étude écrit: "rien ne prouve que des interventions non pharmaceutiques plus restrictives ("confinements") aient contribué de manière substantielle à faire dévier la courbe des nouveaux cas en Angleterre, France, Allemagne, Iran, Italie, Pays-Bas, Espagne ou États-Unis au début de 2020." Les auteurs ont admis que si "de modestes baisses de la croissance quotidienne" ne pouvaient être "exclues dans quelques pays, la possibilité de fortes baisses de la croissance quotidienne dues aux mrNPIs est incompatible avec les données accumulées".

 

Les huit pays qui employaient des IPN restrictifs (États-Unis, Angleterre, France, Allemagne, Italie, Iran, Pays-Bas, Espagne) ont été comparés chacun aux pays les moins restreints tels que la Suède et la Corée du Sud, et les auteurs ont noté que "aucune comparaison n'indique une réduction des taux de croissance des cas dus aux INPm, dans aucun pays". 

 

Dans 12 comparaisons sur 16, le contraire était en fait vrai, les "mrNPI entraînant une augmentation quotidienne de la croissance des cas". "Il est possible", ont déclaré les auteurs, "que les décrets de confinements à domicile puissent faciliter la transmission lorsqu'ils augmentent les contacts de personne à personne là où la transmission est efficace, comme les espaces clos."

 

Les preuves présentées ont démontré que les mrNPI tels que les confinements n'étaient même pas nécessaires, puisque "les réductions des activités sociales qui ont conduit à la réduction de la croissance des cas se produisaient avant la mise en œuvre des mrNPI parce que les populations des pays touchés internalisaient l'impact de la pandémie en Chine, en Italie et à New York, et constataient un ensemble croissant de recommandations visant à réduire les contacts sociaux, toutes ces mesures ayant été prises avant les mrNPI". 

 

 

Les auteurs ont pris le temps de noter les échecs d'une étude importante et très citée publiée en juin de l'année dernière, qui affirmait que les mrNPI et en particulier les confinements, "avaient un effet important sur la réduction de la transmission". Bendavid et Ioannidis ont observé que dans l'étude de juin, qui utilisait la modélisation de la maladie, les effets du confinement sur la transmission étaient "supposés plutôt qu'évalués".

 

En fait, l'étude de juin avait attribué à tort "presque toute la réduction de la transmission à la dernière intervention, quelle que soit la dernière intervention".

 

Bendavid et Ioannidis ont été corroborés, presque certainement involontairement, par le groupe secret consultatif scientifique du gouvernement britannique pour les urgences (SAGE). En septembre 2020, un document du SAGE, appelant à un autre verrouillage national et à la fermeture des entreprises, a pourtant fait un aveu révélateur dans le texte, déclarant que "[l] a base de preuves sur l'efficacité et les inconvénients de ces interventions est généralement faible."

 

Bien qu'il soit fortement favorable au verrouillage, le SAGE a admis que les NPI qu'il réclamait auraient "un effet relativement mineur au niveau de la population". Le groupe a ajouté qu'"[il] pourrait bien y avoir ici des effets synergiques (voire antagonistes) résultant de l'adoption de multiples interventions", et que "les effets bénéfiques sur la santé" ne seraient que "modestes".

 

Inconvénients des régimes de verrouillage plus restrictifs

 

Hormis le manque de bénéfices tirés de NPI plus restrictifs, Bendavid et Ioannidis ont mis en garde contre le grand préjudice qui pourrait en découler, distinct de l'augmentation des infections comme mentionné précédemment. "Les NPI peuvent également avoir des effets néfastes, en plus de tout avantage discutable", et certains préjudices peuvent être "plus importants pour certains NPI que pour d'autres".

 

Le document mettait en évidence l'effet que les fermetures d'écoles auraient sur les enfants aux États-Unis, estimant le préjudice à "l'équivalent de 5,5 millions d'années de vie pour les enfants aux États-Unis uniquement pendant les fermetures d'écoles de printemps". Un tel chiffre s'ajoute aux "168 000 décès d'enfants supplémentaires" qui, selon une autre étude, pourraient survenir dans les pays les plus pauvres d'ici 2022.

 

Un certain nombre d'autres effets néfastes importants des mrNPI ont été mentionnés par Bendavid et Ioannidis, notamment "la faim, les surdoses liées aux opioïdes, les vaccinations manquées, l'augmentation des maladies non COVID dues à des services de santé manqués, la violence domestique, la santé mentale et la suicidalité, ainsi comme une multitude de conséquences économiques à implications sanitaires."

 

Un autre aspect important était les données montrant que les décès dans les maisons de soins étaient plus nombreux alors qu'ils étaient "sous mrNPI plutôt que sous des mesures moins restrictives". De tels chiffres "suggèrent en outre que les mesures restrictives n'assurent pas clairement la protection des populations vulnérables". En effet, l'étude a mis en évidence des preuves supplémentaires, suggérant que lorsqu'elles sont sous mrMPI, "les infections peuvent être plus fréquentes dans les milieux où résident des populations vulnérables par rapport à la population générale".

 

Les ``méfaits'' du confinement pourraient l'emporter sur les ``avantages''

 

Les preuves présentées dans cette nouvelle étude ne sont pas sans précédent, puisque même l'avis de 2019 de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) déconseillait les INP plus restrictives que sont les fermetures d'entreprises et de frontières. Concernant la fermeture d'entreprises pour prévenir la propagation de virus de type grippal, l'OMS avait écrit : "La qualité globale des preuves que les mesures et les fermetures d'entreprises réduisent la transmission de la grippe est très faible".

 

Pendant ce temps, les fermetures de frontières, ainsi que la recherche des contacts et la "mise en quarantaine des personnes exposées" n'étaient "en aucun cas recommandées" dans une "pandémie".

 

Les conclusions finales présentées dans l'étude de Bendavid et Ioannidis méritent d'être reproduites intégralement ici:

 

En résumé, nous ne parvenons pas à trouver des preuves solides soutenant le rôle des INM plus restrictifs dans le contrôle du COVID au début de 2020. Nous ne remettons pas en question le rôle de toutes les interventions de santé publique, ou des communications coordonnées sur l'épidémie, mais nous ne parvenons pas à trouver un avantage supplémentaire des confinement à domicile et des fermetures d'entreprises.

 

Les données ne peuvent pas totalement exclure la possibilité de certains avantages. Cependant, même s'ils existent, ces avantages peuvent ne pas correspondre aux nombreux inconvénients de ces mesures agressives. Des interventions de santé publique plus ciblées qui réduisent plus efficacement les transmissions peuvent être importantes pour le contrôle futur de l'épidémie sans les méfaits des mesures très restrictives.

Partager cet article
Repost0

commentaires