Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2006 6 30 /12 /décembre /2006 15:55

Source : Communiqué du District de France de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X : profanation du sanctuaire marial de Lourdes

Comme à Metz en 2004, l'évêque de Lourdes autorise une profanation à La Grotte

Première "rêve-party" à Lourdes pour le Nouvel an

Dépêche de l'AFP du 27 décembre 2006 : 1ère "rêve-party" organisée dans les santuaires de Lourdes.

"Une première "rêve-party", avec concert de rock et messe dans la grotte de Massabielle, sera organisée dans la nuit de la Saint-Sylvestre aux Sanctuaires de Lourdes, a-t-on appris mercredi auprès de l'évêché de Tarbes et Lourdes.

Le thème de cette nuit festive, intitulée "La 3 D (La discothèque de Dieu)" et à laquelle sont conviés jeunes, adultes et familles, sera "Réveillons notre foi!".

"Elle débutera par un concert du groupe de rock-pop louange, Exo, avec des prix abordables" (15 euros pour les adultes), a indiqué Catherine Albrech, membre de l'équipe de préparation de cette manifestation à laquelle les Sanctuaires se sont associés.

"Le 31 décembre n'est pas une date majeure du calendrier liturgique mais elle rassemble le plus grand nombre", a-t-on poursuivi de même source en ajoutant que "cette date a été retenue pour proposer une alternative chrétienne" aux jeunes n'ayant pas de projet pour le passage à 2007.

Après le concert rock, une messe sera célébrée par Mgr Jacques Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes. La nuit se poursuivra jusqu'à 6H00 du matin par "des adorations (actions en faveur des autres) et un café nocturne, dans un esprit de convivialité", a-t-on précisé de même source."

L'apostasie silencieuse continue son travail de profanation et de démolition

Aprés l'évêché de Metz qui a organisé un Concert "électro" à la cathédrale de Metz pour attirer les jeunes le 5/11/2004, Mgr Jacques Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes, a donné son accord à une nouvelle profanation dans les sanctuaires mêmes de la ville mariale.

Ce nouveau scandale public ne doit laisser personne indifférent. Outre la prière afin de soulager la peine et l'affront faits à Notre Seigneur et à Sa Sainte Mère, le District de France vous invite à manifester votre désapprobation sévérement mais avec courtoisie auprés des autorités suivantes :

- Mgr le Nonce Apostolique :

Monseigneur Fortunato Baldelli
Nonce apostolique en France
Nonciature Apostolique
10 av Prés Wilson
75116 PARIS

Tél. 01 53 23 01 50

Adresse courriel de Mgr le Nonce

 

- Mgr Jean-Pierre Ricard

Mgr Jean-Pierre Ricard
Président de la Conférence Episcopale
183 cours de la Somme
33077 Bordeaux Cedex

Tél. 05 56 91 81 82

 Adresse courriel de Mgr Ricard

 

- Mgr Jacques Perrier

Mgr Jacques Perrier
Maison St-Paul
51, rue de Traynès
65000 Tarbes

Tél. 05.62.44.09.70

 Adresse courriel de Mgr Perrier

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 14:05

29/12/2006

Au Liban, alliance islamo-chrétienne contre Israël et les USA

L’article qui suit est paru le jeudi 28 décembre 2006 dans le quotidien beyrouthin L’Orient-Le Jours (il es signé Scarlett Haddad). Il montre que, contrairement aux tenants du choc des civilisations, on n’assiste pas au Liban à un affrontement musulman/chrétiens mais à une opposition inter-libanaise entre pro et anti-Israël et USA. Chaque camp étant composé de musulmans et de chrétiens (il semble même bien que la majorité des chrétiens soit dans le camp des anti-Israël et USA).

La cohabitation des deux extrêmes au centre-ville, le début d’un processus d’unité, Au-delà des enjeux politiques, un véritable phénomène social est né dans la rue

Le spectacle est quasiment inimaginable. Des dizaines de familles chiites qui se pressent devant le gigantesque sapin de Noël et qui se familiarisent avec les personnages de la crèche, répondant avec complaisance aux questions des journalistes sur les us et coutumes chrétiens en cette période de fête. De leur côté, les chrétiens font assaut d’amabilités avec les chiites, les sunnites et les druzes à la veille de la fête de l’Adha, en faisant le tour des tentes et en distribuant des vœux, parfois maladroits mais toujours sincères. Les commentaires ont beau être moqueurs, ironiques ou dithyrambiques, selon les sympathies politiques, ce qui est sûr, c’est que quelque chose a changé au pays du Cèdre.

En dépit de l’atmosphère plus que lourde qui règne sur le plan politique et de l’impasse dans laquelle semble se débattre le pays, un phénomène important est en train de se dérouler, sur le terrain, sous les yeux blasés des observateurs.
Une fois de plus, le Liban donne la preuve qu’il reste un pays pionnier. La rue est sans doute une expérience déjà tentée et testée dans tous les coins de la planète, mais jamais elle n’a donné lieu à un véritable phénomène comme au Liban.

L’idée avait commencé à faire son chemin après l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, le 14 février 2005. Les Libanais sont alors spontanément descendus dans la rue pour exprimer leur colère et leur chagrin. Ce fut le premier élan de réconciliation populaire, et à ce moment-là, sous le coup de l’émotion, nul ne cherchait à comptabiliser les chrétiens et les musulmans. Cet élan a atteint son paroxysme avec la manifestation gigantesque du 14 mars 2005, à laquelle les chrétiens (à leur tête le CPL), les musulmans et les druzes ont participé en masse. Mais lorsqu’il s’est agi de s’installer dans la durée, les incidents se sont multipliés entre les occupants des tentes de l’époque, car, il faut le reconnaître aujourd’hui, avec le recul, la réconciliation était alors plus politique que populaire et sociale.

Un nouvel exemple

Depuis le 1er décembre 2006, les forces de l’opposition donnent un nouvel exemple de l’occupation de la rue, qui va au-delà des questions politiques. D’ailleurs, de nombreux observateurs avaient parié sur l’incapacité de deux groupes sociaux aussi différents à cohabiter dans le centre-ville dans des tentes très proches. Certains commentaires avaient même ironisé sur l’impossible voisinage entre Téhéran et Kiev. Et pourtant !

Depuis le début du sit-in de l’opposition, deux univers, deux modes de vie se sont découverts et ont fraternisé. Les jeunes du Courant aouniste sont d’ailleurs ébahis de l’ouverture dont font preuve ceux du Hezbollah et du mouvement Amal et surtout de la curiosité affectueuse qu’ils manifestent à l’égard des chrétiens. « Ils veulent tout savoir et ils sont pleins de tact, à la fois timides et concernés », raconte Joëlle. Elle ajoute : « Nous discutons beaucoup et ils nous disent aujourd’hui qu’ils nous prenaient pour des jeunes égoïstes, sans engagement, uniquement soucieux de singer l’Occident. Alors que nous, nous les considérions comme des jeunes bornés, fermés, voulant imposer une vision austère de la vie. »

Certes, le processus de rapprochement et de découverte mutuelle avait commencé pendant la guerre de juillet, lorsque les jeunes du CPL avaient accueilli les déplacés chiites du Sud, de la Békaa et de la banlieue sud, mais aujourd’hui, les jeunes se côtoient sans plus faire d’efforts, s’acceptant avec naturel. Si les responsables, à leur tête le général Michel Aoun, mais aussi Hassan Nasrallah, Nabih Berry et Sleimane Frangié, ont donné des instructions strictes à leurs partisans, ceux-ci n’en ont plus besoin pour comprendre l’autre et l’accepter. Le général Aoun a sans doute eu le mérite d’avoir été l’initiateur de ce vaste mouvement, mais aujourd’hui, celui-ci s’est ancré dans la vie des manifestants, transformant un sit-in prolongé en phénomène social, qui fait boule de neige.

Au-delà des enjeux politiques, ce sont deux mondes qui se sont croisés et ont appris à se connaître et à se comprendre. Et, ce qui devait constituer un moyen de pression politique s’est transformé en réalité sociologique.

Quelle que soit l’issue du bras de fer politique qui se joue aujourd’hui entre la majorité et l’opposition, nul ne pourra désormais changer l’évolution des relations entre les chiites et les chrétiens, ainsi qu’entre les autres franges de la population participant au sit-in dans le centre-ville. Et si les tendances les plus extrêmes de la mosaïque sociale libanaise ont réussi à cohabiter depuis des semaines en harmonie, c’est qu’il y a encore beaucoup d’espoir pour le Liban. Lorsque les bonnes volontés existent, le respect, la tolérance et l’unité sont donc au rendez-vous. C’est peut-être cela le miracle libanais.

Via Altermedia.info

Partager cet article
Repost0