Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 20:04

Via novopress.info

Un livre de Martin Peltier aux éditions Renaissance Catholique
publié à l’occasion de la sortie du film
15 euros (+ port 3 euros = 18 euros)

 

«Un cinéaste primaire et primitif» (Le Point). «Un film qu’on peut seulement recommander aux spectateurs doués d’une tolérance pour la barbarie digne d’un camp de concentration» (Los Angeles Times). Une brutalité qui «transforme l’horreur en comédie grotesque» (Wall street Journal). Une «surenchère sanglante» (Le Monde). Dès avant sa sortie en France, Apocalypto (site officiel du film), le film que Mel Gibson a consacré au monde mystérieux des Mayas a fait l’objet d’une campagne de dénigrement d’une rare violence. Mettant en cause les libertés que le cinéaste aurait prises avec l’Histoire, les porte-parole des grands médias ont dénoncé la mise en scène caricaturale de la plus raffinée des civilisations précolombiennes, la confusion qu’entretiendrait son film avec des pratiques sanguinaires qui auraient été, disent-ils, le seul fait des Aztèques, la justification subliminale de la christianisation du Nouveau Monde.


Martin Peltier a choisi de présenter, ici, ce que l’on sait de la civilisation des Mayas, en puisant son information dans les plus récentes des publications des archéologues et des chercheurs, afin de permettre au lecteur de déterminer qui, de Mel Gibson ou de ses détracteurs, s’est rendu coupable de désinformation. Il en ressort un tableau vivant, accessible, nuancé, d’un monde haut en couleur, et à coup sûr très éloigné du mythe du bon sauvage que la propagande anticatholique a contribué à forger, depuis le XVIe siècle. Un univers dont l’art raffiné, l’architecture monumentale, la science mathématique et astronomique ne peuvent suffire à dissimuler le délabrement moral, la pratique de la guerre permanente, le sacrifice humain tenu pour «la première source de régénération de l’univers».

 

A sa lumière, la polémique engagée contre Mel Gibson apparaît sous son véritable visage : celui d’une campagne de diffamation visant à discréditer un réalisateur coupable de jeter, sur l’histoire, le regard d’un artiste chrétien.

 

- Apocalypto, nouveau film de Mel Gibson

- Apocalypto : une conquête par les Indiens eux-mêmes

- Les sacrifices humains en Grèce et à Rome

- Histoire et actualité du satanisme : Les évêques du Gabon contre les sacrifices humains

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
C'est certain Ingomer, il faut bien avouer aussi que le scénario est relativement pauvre, en plus de ce que l'interprétation de la "belle-mère" soit nulle ( très mal incarné ) ! Mais la scène de l'accouchement dans le puit, c'est très beau, l'enseignement du père à son fils de vaincre ses peurs tout en lui offrant son sacrifice, la dignité dans la mort sont des messages parfaitement bien exprimés !
                                   salutations cordiales.
Répondre
R
Je l'ai vu aujourd'hui, il est vrai que c'est du cinéma à son état brut, mais je ne vois pas trop quelle différence d'intensité de violence il y a avec par exemple un "Predator"et Schwarzenegger dans la meme jungle ? "L'horreur et la brutalité"semblent etre parfaitement définies de nos jours ! L'aspect "émotionnel exacerbé" ou très mal incarné dans l'interprétation de certains acteurs ne peut etre nié, mais le message doit passer !
Répondre
I
Bonjour Reconquista,
personnellement, j'ai trouvé que le film comportait quelques scènes violentes, quelques scènes fortes émotionnellement, mais effectivement, il n'est pas plus "violent" que d'autres films..., films qui ne font pourtant pas l'objet des mêmes critiques.... Curieux. J'en tire la conclusion que "le film est violent" parce que l'auteur, Mel Gibson, est catholique. Ils nous avaient déjà fait le coup avec la Passion du Christ, film "violent" lui aussi. Le parti pris est évident.