Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 12:44
Séisme des Abruzzes: une statue de la Vierge miraculeusement intacte

Alors que les rescapés du séisme qui a durement frappé les Abruzzes s’efforçaient tant bien que mal de célébrer les fêtes de Pâques, les pompiers qui poursuivaient les travaux de déblaiement ont découvert, lundi, une statue en marbre de la Vierge miraculeusement intacte. Elle était cachée sous les gravats de l’église de Paganica, près de la ville martyre de L’Aquila. Un peu partout dans la région, des milliers de déplacés ont assisté à la messe pascale dans les villages de tentes et les centres d’hébergement installés à la hâte par les autorités. Des prêtres ont donné la communion devant des autels improvisés et des secouristes ont distribué des œufs de Pâques aux enfants. Source: Le Figaro, Arrêt sur image, 17/04/2009. 

Via le forum catholique
Add. D'autres photos, via Le Salon Beige

Dans l'histoire, de nombreux cas ont pu être observés de statues de la Vierge miraculeusement conservées suite à une catastrophe naturelle, une profanation ou une dévastation.

Exemples (non exhaustif):

- Vers 1295, pendant la guerre contre les Anglais, la chapelle de Verdelais est pillée, incendiée...
Mais la statue est cachée et enfouie dans un trou maçonné. Le Monastère est détruit en 1377... La statue sera retrouvée en 1390 par la comtesse de Foix au pas de la mule!










- En Equateur, à Latacunga, capitale de la Province de Cotopaxi, la statue peinte de la Vierge del Salto (v. 1610), fut retrouvée miraculeusement après un séisme.

- La statue de la Vierge dans le sanctuaire Notre-Dame-de-Beauregard (commune d'Orgon, diocèse d'Aix-Arles), lors d'une des innombrables dévastations commises par les protestants dans le sud de la France, "L'AN 1562 ET LE 8 SEPTEMBRE DES SOLDATS APRES AVOIR DEVASTE LA CHAPELLE DE BEAUREGARD TENTERENT DE BRISER LA STATUE DE LA VIERGE ET LA PRECIPITERENT D'ICI SUR LES ROCHERS DE LA DURANCE.
MIRACULEUSEMENT CONSERVEE ELLE ARRIVA PRESQUE INTACTE AU BAS DE LA FALAISE." Cette inscription est gravée sur une frise surmontant l'autel-tombeau.




- En Alsace voisine, il semble qu'on connaisse
d'autres exemples,mais pour des statues de la Vierge. Au pèlerinage de Trois-Epis, durant la guerre de Trente ans, une piéta en terre cuite, échappa au feu, ainsi qu'une autre statuette de la Vierge, en bois.








- A Masevaux, ce siècle encore, une autre piéta échappa à l'incendie de l'église paroissiale et est conservée dans une chapelle particulière de l'église rénovée. Relevons qu'à Massevaux, un Jésuite, le P. Sudan, S.J. , professeur au collège de Porrentruy, relate dans son abrégé  qu'une image de la Vierge avait pleuré dans l'église des religieuses de l'Abbaye alors que durant la guerre de Trente ans, les impériaux cette fois, s'en prenaient à elles et  commettaient des sacrilèges. Voyant le phénomène, ils s'enfuirent...


- En 1615, deux missionnaires espagnols (fray Alonso de Buenaventura et Louis de Bolanos) arrivèrent à Itatí, petit village sur la rive du grand fleuve Parana où ils fondèrent une mission ; ils avaient avec eux, une statue de la Sainte Vierge pour laquelle ils construisirent un petit oratoire avec les galets du fleuve. Mais l'oratoire fut saccagé par les Indiens. La statue de Marie fut retrouvée deux jours plus tard par deux enfants indiens Guaranis -rapporte la tradition- qui aperçurent la statue de Marie, beaucoup plus belle qu'avant, environnée d'une lumière rayonnante et posée sur une pierre de la rive en un endroit désert, alors qu'ils descendaient le fleuve en pirogue.

- En 1791, de l'acide chlorhydrique fut accidentiellement renversé au-dessus du côté droit du Tilma de
Notre-Dame de Guadalupe (Patronne de l'Amérique Latine et des Amériques, une
apparition mariale reconnue par l'Eglise), au bout de 30 jours, sans aucun traitement particulier, le tissu affecté s'est lui-même
reconstitué miraculeusement.

- L’église Sainte-Colombe de Cologne, du Xe siècle avait été détruite durant la Seconde Guerre mondiale. Seuls quelques pans de murs subsistaient, ainsi qu’un pilier et une statue de la Vierge
miraculeusement épargnée par les bombardements. La « chapelle de la Vierge parmi les décombres » a été construite autour de ce pilier dans les années 1950. Quant aux fouilles archéologiques menées de 1973 à 1976, elles ont montré l’existence d’un bâtiment chrétien de l’époque romaine.


- Au Sri Lanka, en janvier 2005, la statue de "Notre-Dame de Matara" a été miraculeusement épargnée par les raz-de-marée dévastateurs qui ont noyé les rivages de l'océan Indien. "Les bâtiments, les propriétés des particuliers, on peut les reconstruire. Mais cette statue, elle est unique", déclare le recteur du pèlerinage. Dimanche 2 janvier, les catholiques de cette région se sont réunis pour rendre grâce à Dieu. Au moment où une messe était en train d'être célébrée dans l'église, l'immense vague a traversé le lieu de culte et "un garçon de douze ans a vu la statue disparaître, glisser de sa cage de verre et se diriger tout droit vers la mer", raconte le curé de la paroisse. Quelques jours plus tard, la statue a été retrouvée à quelques centaines de mètres de son abri, dans l'arrière-cour d'un habitant bouddhiste qui l'a rendue à l'église. La Vierge a perdu ses bijoux dans les eaux bouillonnantes mais l'Enfant Jésus est encore dans ses bras, et sa couronne est toujours suspendue à sa tête. "Les gens ont été vraiment heureux de la retrouver. Ils étaient tellement inquiets", ajoute le P. Hewasassam. Depuis, les quelque 200 catholiques du village, dont 18 ont péri dans le cataclysme, croient que la statue, emportée par la première vague, a retenu les eaux dix à quinze minutes avant le deuxième assaut de l'océan, suffisamment longtemps pour que la population puisse fuir. "Son sens de la solidarité l'a poussée à rentrer dans la même lutte que menait la population, avec Jésus, puis elle est revenue parmi nous", disent-ils. La statue n’en est pas à son premier sauvetage. En 1907, elle était retrouvée par des pêcheurs sri lankais qui n'ont pas réussi à déterminer sa provenance. Elle était alors en piètre état et l'évêque de Galle, ville dont dépend Matara, l'a envoyée dans son pays, la Belgique, pour y subir des réparations. Mais le navire qui devait la transporter au retour a fait naufrage. En fait, deux semaines plus tard, la Vierge est réapparue dans un colis qu'un autre bateau avait par erreur pris à son bord. Le 8 septembre de chaque année deux cent mille fidèles viennent en pèlerinage à "Notre Dame de Matara ». (source : presse - information : archevêché de Colombo, InfoCatho).

Partager cet article
Repost0

commentaires