Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 20:11

Le cardinal Renato Martino a-t-il lu Christ-Roi? J'écrivais en effet le 6 novembre: "En réduisant l'homme à sa bouche et à son ventre, elle - la vision républicaine de l'homme et des "droits de l'homme" - en présente une vision déformée et amputée réduite à la dimension matérielle..."

Le Monde Afp
10.12.08 | 19h49

Un prélat du Vatican a distingué mercredi les droits de l'homme, qui incluraient sa relation à Dieu, et les "droits de l'individu" qui en feraient abstraction, au moment où la France milite au nom des droits de l'homme pour la dépénalisation universelle de l'homosexualité.

Le cardinal Renato Martino, président du Conseil pontifical Justice et Paix, a estimé que la "vision catholique" des droits de l'homme intègrait "la totalité des dimensions constitutives de la personne humaine" et notamment "sa relation à Dieu".

Selon le prélat, il existe au contraire une conception "individualiste" où "la revendication des droits de l'homme s'est transformée en affirmation des droits de l'individu plus que de la personne, c'est-à-dire de l'être humain amputé de sa dimension sociale et privé de transcendance".

Le cardinal Martino s'exprimait lors d'une soirée présidée par le pape Benoît XVI en l'honneur du 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'homme.

Dans un éditorial consacré à cet anniversaire, le journal du Vatican L'Osservatore Romano daté du 10 décembre a une nouvelle fois critiqué une initiative française visant à faire adopter à l'ONU un appel pour la dépénalisation de l'homosexualité.

La secrétaire d'Etat française aux droits de l'homme Rama Yade a annoncé mercredi qu'elle allait "à la fin du mois (...) lancer à l'ONU un appel universel pour la dépénalisation de l'homosexualité". "Une soixantaine d'Etats vont nous rejoindre", a-t-elle précisé.

Selon le journal du Vatican, l'appel français vise à bannir la répression de l'homosexualité, un objectif légitime à ses yeux, mais aussi les "discriminations" et les "préjugés" concernant les homosexuels, risquant ainsi de transformer en "droits à respecter" le mariage, l'adoption ou la procréation assistée pour les homosexuels.

Le Vatican, qui condamne les unions homosexuelles, avait déjà exprimé ses réticences face au projet français, évoqué depuis plusieurs mois par Rama Yade mais dont le texte n'a pas été rendu public.

Le cardinal Martino n'a pas fait explicitement référence au projet français.

Le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d'Etat du Vatican, qui s'exprimait après lui, a jugé que les droits de l'homme ne devaient pas être confondus "avec de simples besoins contingents souvent limités".

Il a estimé que la Déclaration définit les droits de l'homme à partir de "la dignité commune à tout être humain", et "sans faire partir la demande de droits dans toutes les directions".

Le cardinal Bertone a ajouté que l'Eglise catholique "a toujours défendu le principe de l'indivisibilité des droits de l'homme".

"Quand le droit à la vie et à la liberté religieuse sont moins respectés, le respect pour les autres droits vacille", a-t-il poursuivi.

                                                    ***

Sur le même sujet:

Contre-Lumières. Ebauche d'un programme politique fédérateur

Le libéralisme doit se rouvrir à Dieu, explique Benoît XVI

Partager cet article
Repost0

commentaires