Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 07:25

 

"Pour le gouvernement de l’économie mondiale, pour assainir les économies frappées par la crise, pour prévenir son aggravation et de plus grands déséquilibres, pour procéder à un souhaitable désarmement intégral, pour arriver à la sécurité alimentaire et à la paix, pour assurer la protection de l’environnement et pour réguler les flux migratoires, il est urgent que soit mise en place une véritable Autorité politique mondiale telle qu’elle a déjà été esquissée par mon Prédécesseur, le bienheureux Jean XXIII ». (Benoît XVI, Caritas in Veritate, § 67, Ndlr)

Comment faut-il interprèter cette phrase (CARITAS)?
Peut on dire par ces mots que le Saint Père prône le mondialisme?(1)

 

Une réponse intéressante via le Forum catholique:

 

"Le développement intégral des peuples et la collaboration internationale exigent

- que soit institué un degré supérieur d’organisation à l’échelle internationale de type subsidiaire pour la gouvernance de la mondialisation

et

- que soit finalement mis en place un ordre social conforme à l’ordre moral et au lien entre les sphères morale et sociale, entre le politique et la sphère économique et civile que prévoyait déjà le Statut des Nations Unies. "

...Ce n'est pas du capitalisme financiarisé, c'est du solidarisme subsidiarisé.

Or, dans le contexte actuel, comme dans les intentions et les intérêts de ceux qui ont élaboré et réalisé, ou manipulé et récupéré, la mondialisation contemporaine, depuis le début des années 1980, cette mondialisation se doit d'être et ne peut être qu'au service du capitalisme financiarisé.

Il me semble que l'humanisation de la mondialisation qu'envisage Benoît XVI se situe aux antipodes de la mondialisation ultra-libérale, telle qu'on l'entend communément.

En un sens, un peu "éconoclaste", on peut même dire que Benoît XVI est, non un anti-mondialiste, mais un alter-mondialiste, dans l'acception solidariste et subsidiariste de ce terme. (2)

 

Sur ce sujet, sur Christroi, nous pensons que les papes ne sont pas mondialistes au sens libéral, relativiste et maçonnique, mais qu'au contraire,  ils doublent le mondialisme par le haut en tentant de neutraliser ses effets dévastateurs : en dénonçant les maux engendrés par le mondialisme (capitalisme sauvage, politiques économiques et financières apatrides inhumaines, esclavage moderne, montée "d'une classe cosmopolite de managers", la dangerosité "d'un pouvoir universel de type monocratique", etc.), en faisant des propositions sociales (telles que la création d'une autorité mondiale devant être exercée "de manière subsidiare et polyarchique" § 57).  

 

Voici ce que nous disions en 2011 :

 

"Benoît XVI n'appelle pas simplement à créer une "autorité politique mondiale" en liaison avec l'O.N.U., il dit autre chose, surtout l'avertissement du monde contre les dangers d'un Nouvel Ordre mondial athée, la complexité et la gravité de la situation économique actuelle (§ 21, Caritas in veritate), l'augmentation des inégalités (§ 22), la dénonciation du relativisme culturel qui conduit "les groupes culturels à se rapprocher et à coexister, mais sans dialogue authentique et, donc, sans véritable intégration" (§26), la dénonciation de "crises alimentaires", provoquées par des causes naturelles ou par l’irresponsabilité politique nationale ou internationale... (§27) ; la dénonciation de "convictions" qui "à la longue" "ont conduit à des systèmes économiques, sociaux et politiques qui ont foulé aux pieds la liberté de la personne et des corps sociaux et qui, précisément pour cette raison, n’ont pas été en mesure d’assurer la justice qu’ils promettaient (§ 34) ; la dénonciation du marché comme n'allant "pas de soi" et ne devant pas devenir le "lieu de la domination du fort sur le faible" (§ 36), la dénonciation de la "croissance d’une classe cosmopolite de managers qui, souvent, ne répondent qu’aux indications des actionnaires de référence, constitués en général par des fonds spéculatifs anonymes qui fixent leurs rémunérations..." (§40) ; la dénonciation d'une aliénation de "l'humanité tout entière quand elle met sa confiance en des projets purement humains, en des idéologies et en de fausses utopies" (§ 53), la dénonciation d'un syncrétisme comme "effet négatif possible du processus de mondialisation". "La liberté religieuse" ne signifiant pas "que toutes les religions soient équivalentes" (§ 55) ; la dénonciation de l’exclusion de la religion du domaine public" favorisant un appauvrissement de la "vie publique" et de "la politique" qui "devient opprimante et agressive" (§56), la dénonciation d'un "développement économique" "factice et nuisible, s’il s’en remet aux 'prodiges' de la finance"... (§ 68), la dénonciation de l'engendrement d'un "dangereux pouvoir universel de type monocratique", la « gouvernance » de la mondialisation doit être de nature subsidiaire, articulée à de multiples niveaux et sur divers plans qui collaborent entre eux, [...] cette autorité devra être exercée de manière subsidiaire et polyarchique" (§ 57) ; l'affirmation que "la sagesse et la prudence nous suggèrent de ne pas proclamer trop hâtivement la fin de l’État" ... dont le "rôle semble destiné à croître, tandis qu’il récupère nombre de ses compétences". Il y a aussi des nations pour lesquelles la construction ou la reconstruction de l’État continue d’être un élément clé de leur développement" (§ 41); Conclusion ."[L]a fermeture idéologique à l’égard de Dieu et l’athéisme de l’indifférence, qui oublient le Créateur et risquent d’oublier aussi les valeurs humaines, se présentent aujourd’hui parmi les plus grands obstacles au développement. L’humanisme qui exclut Dieu est un humanisme inhumain (§ 78)." (3)

 

Sources:

 

(1) http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=637826

(2) http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=637834

(3) http://christroi.over-blog.com/article-pierre-hillard-et-le-nouvel-ordre-mondial-69688576.html

Partager cet article
Repost0

commentaires

C

Vous feriez mieux de lire le document suivant sur le site du Vatican du 24 octobre 2011, intitulé "Note du Conseil Pontifical "Justice et paix" - Pour une réforme du système financier
et monétaire international dans la perspective d’une autorité publique à compétence universelle" :


http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20111024_nota_fr.html
Répondre
L
SS Jean Paul II ,
l'était-il mondialiste ?
Répondre